You are on page 1of 15

VAUDON Patrick – Master Recherche Télécommunications Hautes Fréquences et Optiques IRCOM –Université de Limoges

1

IX : Antennes filaires *******************

D’un point de vue qualitatif, leur fonctionnement peut s’interpréter de la manière suivante :

En émission : en imposant un courant variable dans le temps le long d’un fil, le mouvement accéléré des charges génère un champ électromagnétique rayonné, qui se propage en théorie jusqu’à l’infini. En réception : un champ électromagnétique variable qui tombe sur le fil induit des mouvements de charges, et donc une f.e.m. qui peut être détectée et amplifiée.

Leur étude est simplifiée, car ce sont des antennes qui ne possèdent qu’une dimension dans l’espace. L’analyse de ces antennes va donc essentiellement être constituée par l’analyse de l’influence de la longueur sur le diagramme de rayonnement et sur la directivité.

Avant

de

commencer

cette

indépendantes de leur longueur :

étude,

rappelons

3

propriétés

de

ces

antennes,

- Leur diagramme de rayonnement est à symétrie de révolution autour du fil.

- Il n’y a aucun champ électromagnétique rayonné dans l’axe du fil.

- Dans une direction quelconque de l’espace, la polarisation de l’onde rayonnée ne dépend pas de la dimension de l’antenne.

I - Rappel sur l’intégrale de rayonnement

Les courants à l’origine du champ électromagnétique seront exprimés en coordonnées cartésiennes, tandis que le
Les courants à l’origine du champ électromagnétique seront exprimés en coordonnées
cartésiennes, tandis que le champ rayonné au point P (Figure IX-1) sera exprimé en
coordonnées polaires : ce dernier choix est justifié par le fait que dans ce système de
coordonnées, la composante radiale du champ lointain est nulle, ce qui a pour conséquence
) .
l’expression du champ rayonné sur une base à 2 dimensions seulement : (
U ,U
θ
φ
Z
P (R,θ,φ)
R
θ
U
J
Y
M O
M(x,y,z)
φ
X

Figure IX-1 : Représentation des repères cartésiens et polaires utilisés.

VAUDON Patrick – Master Recherche Télécommunications Hautes Fréquences et Optiques IRCOM –Université de Limoges

2

Dans un tel repère, les champs électromagnétiques s’expriment à l’aide de l’intégrale de rayonnement vue dans un chapitre précédent :

E(P) =

H(P) =

jk

4

π

jk

4

π

η . ψ

(R)

∫∫∫

V

ψ

(R)

∫∫∫

V

(J

{(J

M

Λ

U) Λ U}.e

M

Λ U).e

jk.OM

.dv

jk.OM

.dv

(IX-1)

(IX-2)

µ - η= 0 = 120 π ( Ω ) a la dimension d’une impédance
µ
- η=
0 =
120
π ( Ω
)
a la dimension d’une impédance et est appelée impédance
ε
0
d’onde du vide
µ
0
(H U)(H U)
- E
=
Λ
= η
Λ
ce qui montre que le champ rayonné a la
ε
0

structure d’une onde plane.

- k² = ω²ε 0 µ 0 = ω² / c²

- ψ(R) = e -jkR / R

 

 

-

U

est un vecteur unitaire dans la direction de propagation.

-

k

=

kU

est appelé vecteur d’onde.

Afin de déterminer les expressions analytiques des champs rayonnés, nous aurons couramment besoin des transformations de coordonnées suivantes :

U

U

U

U

U

U

R

θ

ϕ

x

y

z

=

=

=

=

=

=

sin

θ

θ

φ

φ

U

U

cos

cos

sin θ cos φU

sin θ sin φU

cos θU

+

cos

φ

U

x

sin

R

R

R

+

+

cos

x

x

sin

cos

φ

θ

θ

U

y

sin

sin

φ

U

y

φ

U

y

cos θ cos φU

cos θ sin φU

θ

θ

+

+

sin θU

θ

II - Le rayonnement dipôlaire

 

+

cos

θ

U

z

 

sin

φ

U

z

 

sin φU

ϕ

+ cos φU

ϕ

(IX-3)

Un dipôle peut être considéré comme une antenne filaire dont la dimension est très inférieure à la longueur d’onde. Dans ces conditions, les approximations suivantes sont légitimes :

- Puisque OM << λ, on a sensiblement k.OM 0

- La répartition de courant est sensiblement constante sur l’élément de

jk.OM

et donc e

1

longueur

VAUDON Patrick – Master Recherche Télécommunications Hautes Fréquences et Optiques IRCOM –Université de Limoges

3

Si on suppose ce dipôle orienté suivant l’axe des z, et parcouru par un courant I(z)=I, le champ électrique est donné par l’expression :

E(P) =

E(P) =

E(P)

=

jk

4

π

jk

4

π

jk

4

π

η

η

η

.

.

.

ψ

ψ

ψ

(R)

l

{(

I(z)

Λ

U

)

Λ

}

U .e

jk.OM

{(

(R)I U

z

Λ

U

)

Λ

U

}

l

dz

(R)(I.l){(U

z

Λ

U) U}

Λ

dz

(IX-4)

(IX-5)

(IX-6)

Il reste à préciser le vecteur qui porte la polarisation de l’onde rayonnée. On peut noter que, dés l’instant ou les courants sont portés par le même axe (l’axe z dans le cas présent), le vecteur qui porte la polarisation est indépendant de la distribution des courants sur cet axe.

Faisant usage des relations (IX-3), on obtient :

(

U ΛU ΛU = sin θU

z

)

θ

(IX-7)

d’où l’expression du champ rayonné par un dipôle de longueur l parcouru par un courant I :

E(P) =

jk

4 π

.

η ψ

(R)(I.l) sin

θ

U

θ

(IX-8)

Le diagramme de rayonnement s’obtient en prenant la norme du vecteur, puis en normalisant par rapport à la valeur maximum. On obtient ici dans un plan de coupe φ = constante :

E(θ) = sin(θ)

(IX-9)

Dont la représentation sur un diagramme polaire est donné en figure IX-2.

L’orientation du dipôle suivant l’axe des z n’a pas été prise au hasard : c’est elle qui conduit à l’expression la plus simple du champ rayonné. Pour un dipôle disposé suivant l’axe des x, on obtient :

(

U

x

)

ΛU ΛU = − cos θ cos φU + sin φU

θ

et donc :

E(P) =

jk

4

π

η . ψ

(R)(I.l)

{

cos

θ

cos

φ

U

θ

et pour un dipôle orienté suivant l’axe des y :

U ΛU ΛU = − cos θ sin φU

(

)

θ

cos φU

y

φ

+

φ

sin

φ

U

φ

 

(IX-10)

}

(IX-11)

(IX-12)

VAUDON Patrick – Master Recherche Télécommunications Hautes Fréquences et Optiques IRCOM –Université de Limoges

4

Z 0 5 1 340 345 350 355 335 10 15 20 25 0,9 330
Z
0
5
1
340 345 350 355
335
10 15 20 25
0,9
330
325
30 35
0,8
320
40
315
45
0,7
310
50
0,6
305
55
300
0,5
60
295
65
0,4
290
70
0,3
285
75
0,2
280
80
0,1
275
85
x
270
0
90
265
95
260
100
255
105
250
110
245
115
240
120
235
125
230
130
225
135
220
140
215
145
210
150
205
155
200
160
195
165
190
170
185
175

180

Figure IX-2 : Diagramme de rayonnement d’un dipôle orienté suivant l’axe z

Et donc :

E(P) =

jk

4

π

η . ψ

(R)(I.l)

{

cos

θ

sin

φ

U

θ

cos

φ

U

φ

}

(IX-13)

Ces différentes formulations sont équivalentes, mais le vecteur de polarisation apparaît de manière moins évidente sur les relations (IX-13) et (IX-11) que sur la relation (IX-8).

Une autre remarque importante concerne les unités utilisées pour le vecteur

J

M

dans les

expressions (IX-1) et (IX-2) suivant que l’intégrale est à une, deux, ou trois dimensions. Etablissons l’équation aux dimensions de l’expression (IX-1) :

- Pour une intégrale à une dimension (courant linéique) :

V.m -1 = m -1 ..m -1 .J.m

ce qui impose J en Ampère

- Pour une intégrale à deux dimensions (courant surfacique) :

V.m -1 = m -1 ..m -1 .J.m 2

ce qui impose J en Ampère/mètre

- Pour une intégrale à trois dimensions (courant volumique) :

V.m -1 = m -1 ..m -1 .J.m 3

III - La Directivité d’un dipôle

ce qui impose J en Ampère/mètre²

La directivité D(θ,φ) d’un élément rayonnant dans la direction (θ,φ) est donnée par la relation :

VAUDON Patrick – Master Recherche Télécommunications Hautes Fréquences et Optiques IRCOM –Université de Limoges

5

D

(

θ , φ

)

=

Ps ,

(

θ φ

)

P / 4

π

R

2

(IX-14)

dans laquelle le numérateur désigne la densité surfacique de puissance rayonnée à la distance R dans la direction (θ,φ), et P la puissance totale rayonnée.

La densité surfacique de puissance est égale au module du vecteur de Poynting, ce qui permet d’écrire :

Ps(

θ

)

=

2 2 ( Il ) 2 ( * ) 1 E k P = 1
2
2
(
Il
) 2
(
*
)
1 E
k
P
=
1 2 Re E
Λ
H
=
=
η
2
2
2 π
η
32
R

sin

2

θ

(IX-15)

La puissance rayonnée P est égale à l’intégrale du vecteur de Poynting sur la sphère de rayon R :

P

=

∫∫

S

Ps.ds

(IX-16)

où, faisant usage de l’élément de surface en coordonnées polaires :

ds = R².sinθ.dθ.dφ

On obtient :

P

=

2 π

O

d

π

φ

0

k

2

(

Il

) 2

k

2

(

Il

) 2

32

π

2

R

2

32

π

2

R

2

η

sin

2

θ

.R sin

2

θ d θ = 2 π

η

sin

2

θ

.R

2

π

0

sin

3

(IX-17)

θ d θ

(IX-18)

L’intégrale de sin 3 θ donne un résultat égal à 4/3. La puissance total rayonnée est donc :

P

=

k

2

12 π

(

η Il

) 2

(IX-19)

D’où la directivité dans une direction quelconque déduite de (IX-14) :

D(

θ

)

=

3

2

sin

2

θ

(IX-20)

On s’intéresse en général à la valeur maximum, obtenue dans ce cas pour θ = π / 2 :

D Max = 1.5 = 1.76 dB

(IX-21)

Il est rare que l’on puisse conduire des calculs analytiques de directivité jusqu’à l’expression finale. L’intégrale est en générale transcendante, et doit être évaluée par des méthodes numériques.

IV - Rayonnement des antennes filaires.

VAUDON Patrick – Master Recherche Télécommunications Hautes Fréquences et Optiques IRCOM –Université de Limoges

6

En insérant un générateur de courant alternatif dans un fil, on génère sur ce fil des mouvements de charges accélérés qui sont à l’origine d’un champ électromagnétique rayonné. Chaque portion infinitésimal du fil peut être considérée comme un dipôle rayonnant, et le rayonnement global du fil s’obtient en sommant les contributions de ces dipôles élémentaires. On peut classifier les antennes filaires en deux catégories essentielles :

- Les antennes à ondes stationnaires : dans ce cas, tous les dipôles élémentaires rayonnent en phase, et leur amplitude en chaque point du fil est imposée par le mode qui s’est établi sur le fil.

- Les antennes à onde progressives : dans le cas idéal où l’onde se propage sans pertes, tous les dipôles élémentaires ont cette fois la même amplitude, mais c’est leur état de phase qui change en chaque point du fil.

IV-1 Les antennes à ondes stationnaires

Lorsqu’on injecte un courant alternatif dans un fil de longueur fini ouvert à chaque bout, les réflexions successives aux extrémités installent un mode stationnaire. Nous allons examiner le rayonnement d’un fil vertical au dessus du sol qui sera représenté en première approximation par un plan parfaitement conducteur. Les conditions aux limites imposent un courant nul à l’extrémité libre du fil si bien qu’on peut adopter la modélisation suivante, pour un fil disposé suivant l’axe des z, entre les abscisses 0 et L/2 :

I(z)

=

I

M

{

sin k

(

(

L

2

z ) }

(IX-22)

dont la représentation pour quelque valeurs de L est donnée sur les figures IX-3, IX-4 et IX-5.

1,2 1 0,8 Image du courant Courant 0,6 0,4 0,2 0
1,2
1
0,8
Image du courant
Courant
0,6
0,4
0,2
0

z =-L/2

z =L/2

z = 0

Figure IX-3 : Courant normalisé dans un fil de longueur λ/4 au-dessus d’un plan de masse (L = λ/2)

VAUDON Patrick – Master Recherche Télécommunications Hautes Fréquences et Optiques IRCOM –Université de Limoges

7

1,2 1 0,8 Image du courant Courant 0,6 0,4 0,2 0 z =-L/2 z =L/2
1,2
1
0,8
Image du courant
Courant
0,6
0,4
0,2
0
z =-L/2
z =L/2
z = 0
Figure IX-4 : Courant normalisé dans un fil de longueur λ/2 au-dessus d’un plan de
masse (L = λ)
1,5 1 0,5 Image du courant Courant 0 -0,5 -1 -1,5 z =-L/2 z =L/2
1,5
1
0,5
Image du courant
Courant
0
-0,5
-1
-1,5
z =-L/2
z =L/2

z = 0

Figure IX-5 : Courant normalisé dans un fil de longueur 0.75 λ au-dessus d’un plan de masse (L =1.5 λ)

On notera que la longueur réelle du fil est L/2, et que la longueur L/2 supplémentaire qui apparaît dans les z < 0 est due à l’image du fil par rapport au sol. On notera également la symétrie de l’amplitude des courants par rapport au sol (cote z = 0), conformément au théorème des images pour des courants normaux au plan de masse.

Le champ électromagnétique en un point d’observation P s’obtient en utilisant l’intégrale de rayonnement définie dans les chapitres précédents, ce qui revient à sommer la

VAUDON Patrick – Master Recherche Télécommunications Hautes Fréquences et Optiques IRCOM –Université de Limoges

8

contribution au point P de chacun des dipôles élémentaires qui constituent le courant le long du fil.

E(P)

=

jk

4

π

ηψ

(R)

L / 2

(I(z) U) Ue

Λ

Λ

L / 2

jk.OM

dz

(IX-23)

Soit en remplaçant le courant par son expression (IX-22) :

E(P) =

L / 2 { jk ( L ) }(U jk.OM E(P) = ηψ (R) ∫
L
/ 2
{
jk
(
L
) }(U
jk.OM
E(P)
=
ηψ
(R)
I
sin k
z
U) Λ Ue
dz
z Λ
4
M
π
2
L / 2
Le double produit vectoriel est évalué dans l’expression (IX-7)
Des relations : k
= kU
et OM
= zU
z , on déduit :
k.OM = kz(U.U ) = kz cos θ
z
D’où la nouvelle écriture de (IX-24) :
L / 2
jk
{
(
L
) }
jkz cos θ
E(P) =
ηψ
(R)I
sin k
z
e
dz sin
θ U
4
M
π
2
θ
− L / 2
L’étape suivante consiste à traiter la valeur absolue :
0
L / 2
jk
{(
L
)}
{(
L
)}
jkz cos θ
jkz cos
ηψ
(R)I
  sin k
+
z
e
dz
+
sin k
e
4
M
π
2
2 − z
 − L / 2
0

θ

dz

sin

(IX-24)

(IX-25)

(IX-26)

θ

U

θ

(IX-27)

Après une double intégration par partie dont le résultat est rappelé ci-dessous pour mémoire :

e

az

sin(bz

+

c)dz

=

e

az

a

2

+

b

2

{

a sin(bz

+

c)

b cos(bz

On obtient l’expression finale du champ rayonné :

E(P) =

j

η

I

M

2

π

ψ

(R)

cos

(

kL

2

cos

θ

)

cos

(

kL

2

)

sin θ

U

θ

+

c)

}

(IX-28)

 

(IX-29)

Le digramme de rayonnement non normalisé E(θ) s’obtient en éliminant les termes constants et en retenant la dépendance en θ de la norme du vecteur champ électrique :

E(

θ

)

=

 

(

kL

θ

)

 

(

kL

)

cos

 

cos

cos

2

 

2

 

sin θ

 

(IX-30)

VAUDON Patrick – Master Recherche Télécommunications Hautes Fréquences et Optiques IRCOM –Université de Limoges

9

D’une manière générale, si on désigne par E max (θ), la valeur maximum de la fonction E(θ), le diagramme de rayonnement normalisé R(θ) s’obtient par la relation :

R(θ) = E(θ) / E max (θ)

(IX-31)

La figure (IX-6) représente des diagrammes de rayonnement normalisés, paramétrés par la longueur L, qui, rappelons le, représente deux fois la longueur réelle du fil au dessus du sol.

1 0,8 0,6 0,4 0,2 0
1
0,8
0,6
0,4
0,2
0

L = λ /4 - D max = 4.86 dB

1 0,8 0,6 0,4 0,2 0
1
0,8
0,6
0,4
0,2
0
L = 3λ /4 - D max = 5.75 dB 1 0,8 0,6 0,4 0,2
L = 3λ /4
- D max = 5.75 dB
1
0,8
0,6
0,4
0,2
0

L = 5λ /4 - D max = 8.17 dB

1 0,8 0,6 0,4 0,2 0
1
0,8
0,6
0,4
0,2
0
L = λ /2 - D max = 5.16 dB 1 0,8 0,6 0,4 0,2
L = λ /2
- D max = 5.16 dB
1
0,8
0,6
0,4
0,2
0
L = λ
- D max = 6.83 dB
1 0,8 0,6 0,4 0,2 0
1
0,8
0,6
0,4
0,2
0

L = 3λ /2 - D max = 6.48 dB

VAUDON Patrick – Master Recherche Télécommunications Hautes Fréquences et Optiques IRCOM –Université de Limoges

10

1 0,8 0,6 0,4 0,2 0
1
0,8
0,6
0,4
0,2
0

L = 7λ /4 - D max = 6.75 dB

1 0,8 0,6 0,4 0,2 0
1
0,8
0,6
0,4
0,2
0

L = 2λ - D max = 7.03 dB

Figure IX-6 : Diagrammes de rayonnement d’une antenne filaire de longueur L/2 sur un sol parfaitement conducteur.

L’évolution des diagrammes de rayonnement lorsque la longueur du fil augmente conduit aux remarques suivantes :

- De L = 0 à L = λ : le diagramme ressemble à celui du dipôle, mais il devient de plus en plus directif lorsque L augmente.

- Pour L = 5λ / 4 : Le maximum de rayonnement est encore à l’horizon, la directivité a encore augmentée, mais on voit apparaître des lobes secondaires.

- Au delà de 5λ / 4 : les lobes de rayonnement maximum apparaissent dans d’autres directions que celle de l’horizon (plan θ = π / 2).

Les dispositifs concrets (radio amateurs par exemple) qui souhaitent émettre vers l’horizon avec un maximum de directivité utilisent donc des antennes de longueur 5λ / 8 (L = 5λ / 4 )

IV-2) Les antennes à ondes progressives.

L’onde progressive est générée en évitant les réflexions à l’extrémité libre du fil. Pour cela, on connecte cette extrémité à une charge adaptée (50 ) (Figure IX-7)

Le fil est disposé suivant l’axe des z, entre les cotes z = 0 et z = L et nous allons déterminer son diagramme de rayonnement en espace libre. La prise en compte du plan de masse se fera simplement en doublant la directivité. Dans la réalité, le problème est un peu plus complexe, car la présence du plan de masse modifie le diagramme de rayonnement.

z = 0 I(z) = I M e -jkz z = L Générateur Charge adaptée
z = 0
I(z) = I M e -jkz
z = L
Générateur
Charge adaptée

Figure IX-7 : Antenne filaire à ondes progressives.

VAUDON Patrick – Master Recherche Télécommunications Hautes Fréquences et Optiques IRCOM –Université de Limoges

11

L’expression vectorielle d’un courant se propageant suivant l’axe des z est donnée par :

I(z)

=

I

M

e

jkz

U

z

(IX-32)

et il nous faut évaluer l’intégrale de rayonnement :

E(P) =

jk

π

η

.

4

ψ

(R)

l

{(

I(z)

Λ

U

)

Λ

}

U .e

jk.OM

dz

(IX-33)

En faisant usage des calculs déjà donnés en (IX-7) et (IX-25), on obtient :

E(P) =

jk

4

π

η . ψ

(R)I

M

sin

L

θ

0

e

jkz

e

jkz cos

θ

dzU

θ

L’intégrale s’évalue sans difficultés :

L

e

O

jkz(1

cos

θ

)

dz =

1

e

jkL(1

cos

θ

)

jk(1

cos

θ

)

(IX-34)

(IX-35)

Après réduction, l’expression du champ rayonné peut se mettre sous la forme suivante :

E(P) =

jk

4

π

.

η ψ

(

(R) I

M

)

L e

jk

L

2

(1

cos

θ

)

sin

{ kL

2

(1

cos

θ

)

}

kL

2

(1

cos

θ

)

sin

θ

U

θ (IX-36)

et le diagramme de rayonnement non normalisé E(θ) s’obtient en retenant la dépendance en θ de la norme du vecteur champ électrique :

{ kL } sin (1 − cos θ ) 2 E( θ ) = sin
{ kL
}
sin
(1
cos
θ
)
2
E(
θ
)
=
sin θ
kL
(1
cos
θ
)
2
Z
1
0,9
0,8
0,7
0,6
0,5
0,4
0,3
0,2
0,1
0
L = 0.1 λ
- D max = 4.8 dB

(IX-37)

Z 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0
Z
1
0,9
0,8
0,7
0,6
0,5
0,4
0,3
0,2
0,1
0

L = 0.5 λ

- D max = 6.29 dB

VAUDON Patrick – Master Recherche Télécommunications Hautes Fréquences et Optiques IRCOM –Université de Limoges

12

Z 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0 L = λ
Z
1
0,9
0,8
0,7
0,6
0,5
0,4
0,3
0,2
0,1
0
L = λ
- D max = 8.5 dB
Z 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0
Z
1
0,9
0,8
0,7
0,6
0,5
0,4
0,3
0,2
0,1
0

L =3 λ

- D max = 12.03 dB

Z 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0
Z
1
0,9
0,8
0,7
0,6
0,5
0,4
0,3
0,2
0,1
0

L =2 λ

- D max = 10.72 dB

Z 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0
Z
1
0,9
0,8
0,7
0,6
0,5
0,4
0,3
0,2
0,1
0

L =4 λ

- D max = 12.97 dB

Figure IX-8 : Evolution des diagrammes de rayonnement d’une antenne filaire à ondes progressives en fonction de sa longueur.

Lorsque la longueur L du fil est très inférieure à la longueur d’onde, on retrouve sensiblement le diagramme de rayonnement du dipôle. Lorsque la longueur L de l’antenne s’accroît, la directivité augmente, le lobe de rayonnement devient plus étroit et se rapproche de la direction du fil.

Afin d’augmenter la directivité, on peut disposer deux fils en V, le générateur se trouvant à la pointe et l’angle du V étant choisi de telle manière que le lobe droit d’un fil coïncide avec le lobe gauche de l’autre. Malgré des lobes latéraux importants, on double ainsi la directivité. Enfin, on peut à nouveau doubler la directivité en considérant un losange formé de deux V opposés, avec un générateur à une extrémité du losange et une charge adaptée à l’autre.

Le rendement des antennes à ondes progressives est en général assez médiocre, à cause de l’énergie non rayonnée qui est dissipée dans la charge. Par contre elles sont adaptées sur une large bande de fréquence, et peuvent fonctionner en antennes large bande, s’il y a peu d’exigences sur le diagramme de rayonnement.

VAUDON Patrick – Master Recherche Télécommunications Hautes Fréquences et Optiques IRCOM –Université de Limoges

13

V – Influence d’un plan de masse parfaitement conducteur

Pour un dipôle disposé à l’origine, orienté suivant l’axe des z et rayonnant en espace libre, le champ lointain en un point P dont la direction fait un angle θ avec l’axe de Z est donné par :

E(P) =

jk

4 π

.

η ψ

(R)(I.l) sin

θ

U

θ

(IX-38)

Si on insère un plan de masse parfaitement conducteur dans le plan z = 0, le dipôle vertical précédent étant infiniment court, son image coïncide avec le dipôle lui-même. Le champ lointain est doublé dans le demi-espace supérieur, tandis qu’il devient nul dans le demi- espace inférieur.

E(P) =

jk

2 π

.

η ψ

(R)(I.l) sin

θ

U

θ

(IX-39)

Sa directivité est multipliée par 2, ce qui revient à lui ajouter 3 dB si elle est exprimée

en dB.

D max = 3 = 4.77 dB

(IX-40)

L’analyse est un peu lus complexe lorsqu’on élève ce dipôle à une hauteur h au-dessus du plan de masse (Figure IX-9). En utilisant le théorème des images, on peut enlever le plan parfaitement conducteur, à condition prendre en compte le dipôle image, ce qui revient à écrire :

* jk  − jkr − jkr e e E(P) = η .(I.l) sin θ
*
jk
− jkr
− jkr
e
e
E(P) =
η
.(I.l) sin
θ
+
U
(IX-41)
4
π
r
*
θ
r
z
P
r
θ
M
R
*
h
r
O
h
*
M

Figure IX-9 : Représentation d’un dipôle à une hauteur h au dessus d’un plan parfaitement conducteur et de son image.

VAUDON Patrick – Master Recherche Télécommunications Hautes Fréquences et Optiques IRCOM –Université de Limoges

14

Les approximations usuelles sont les suivantes :

- en amplitude :

1

r

1

*

r

1

R

- en phase : r * = r + 2h cosθ

(IX-42)

(IX-43)

et le champ total au point P prend la forme suivante :

E(P) =

soit encore :

E(P) =

jk

e

jkR

4

π

R

η

.(I.l) sin

θ

jk

4 π

η

(I.l)

ψ

(R) sin

θ

e

{

1

+

e

jkh cos

θ

2jkh cos

θ

}

U

θ

{

2 cos(kh cos

θ

}

) U

θ

(IX-44)

(IX-45)

D’où on déduit le diagramme de rayonnement normalisé :

E(θ) = sinθ cos(kh cosθ)

(IX-46)

Le facteur cos(kh cosθ) traduit l’influence du plan de masse puisqu’il vient en facteur multiplicatif du diagramme de rayonnement en espace libre. Si le dipôle est parallèle au plan conducteur (orienté suivant y ou z), le signe + dans l’accolade de (IX-44) se transforme en signe – car l’image du dipôle change de sens, et le facteur de forme devient alors : sin(kh cosθ).

Lorsque la hauteur h du dipôle au-dessus du plan de masse augmente, on obtient les diagrammes de rayonnement représentés sur la figure IX-10.

1 0,8 0,6 0,4 0,2 0 h = 0.1 λ - D max = 5.1
1
0,8
0,6
0,4
0,2
0
h = 0.1 λ
-
D max = 5.1 dB
1 0,8 0,6 0,4 0,2 0
1
0,8
0,6
0,4
0,2
0

h = 0.5 λ

- D max = 8.12 dB

VAUDON Patrick – Master Recherche Télécommunications Hautes Fréquences et Optiques IRCOM –Université de Limoges

15

1 0,8 0,6 0,4 0,2 0
1
0,8
0,6
0,4
0,2
0

h = 0.75 λ

- D max = 7.63 dB

1 0,8 0,6 0,4 0,2 0
1
0,8
0,6
0,4
0,2
0

h = 1.25 λ

- D max = 7.73 dB

1 0,8 0,6 0,4 0,2 0
1
0,8
0,6
0,4
0,2
0

h = λ

- D max = 7.86 dB

1 0,8 0,6 0,4 0,2 0
1
0,8
0,6
0,4
0,2
0

h = 1.5 λ

- D max = 7.81 dB

Figure IX-10 : Influence sur le diagramme de rayonnement de la hauteur h d’un dipôle vertical au-dessus d’un plan de masse.

Pour de faibles hauteurs, on conserve le diagramme de rayonnement de l’espace libre, mais très vite le diagramme se déforme et n’a plus grand chose à voir avec le diagramme initial. On notera que le maximum de rayonnement se situe toujours à l’horizon, et que ce lobe devient de plus en plus fin lorsque h augmente. Pour autant, la directivité n’augmente pas au delà de h = λ/2 car la fraction d’énergie perdue dans les lobes secondaires est trop importante.

On peut s’interroger sur l’apparition de zéros dans le diagramme de rayonnement. On montre ( simplement par optique géométrique) que ces zéros sont dus aux interférences entre l’onde incidente directement émise par le dipôle vers le point d’observation P, et l’onde réfléchie par le plan parfaitement conducteur. Lorsque la différence de marche entre les trajets optiques de ces 2 ondes vaut λ/2 (Voir figure IX-9), elles parviennent au point P en opposition de phase et génèrent un zéro dans le diagramme de rayonnement. Dans le cas de dipôles parallèles au plan de masse, il faut penser à prendre en compte le retournement du champ électrique lors de la réflexion et rajouter un déphasage de π au déphasage de propagation.