Sommaire

Préambule Glossaire 1. Le dispositif de formation 1.1 La Formation Professionnelle 1.2 L’Enseignement Supérieur 2. L’évolution de la situation professionnelle tend vers une amélioration 2.1 L’évolution de la situation professionnelle selon le niveau de formation 2.2 L’évolution de la situation professionnelle selon le sexe 2.3 L’évolution de la situation professionnelle selon le secteur de formation 3. Un environnement du travail qui reste précaire 3.1 La précarité de l’emploi 12 12 ANNEXES 20 11 5. La perception des lauréats de l’adéquation formation / emploi 19 10 10 10 3 6 7 7 8
◆ La bonne santé de l’activité touristique entraîne la création d’emplois permanents 12

3.2 Le volume horaire

13

3.3 Le salaire, des tranches de rémunérations encore faibles pour le secteur 13
3.3.1 La Formation Professionnelle 3.3.2 L’Enseignement Supérieur 14 14

3.3.3 L’évolution selon la stabilité dans l’emploi 14 3.3.4 L’évolution des salaires dans le temps 3.3.5 Le salaire selon le sexe 14 15

3.4 L’analyse par structure d’entreprises 3.5 La pertinence des filières 4. Une initiative privée marginale

15 16 18

Insertion des lauréats des établissements de formation hôtelière et touristique

3

Préambule

L’Observatoire du Tourisme a le privilège de présenter sa deuxième édition des Cahiers de l’Observatoire portant sur l’Insertion des Lauréats des Etablissements de Formation Hôtelière et Touristique.

• Les lauréats face à la création d’entreprises ; • La perception des lauréats de l’adéquation formation emploi. Les résultats de l’étude ont permis d’avoir une première perception du secteur de la formation et des tendances de l’emploi dans le secteur du tourisme, hôtellerie et restauration. Une deuxième étude complémentaire, portant sur l’Adéquation Formation-Emploi dans le secteur de l’hôtellerie, a par ailleurs, été lancée afin de permettre une meilleure visibilité sur les caractéristiques, la segmentation et les besoins du marché de l’emploi, en particulier pour la période 2007-2010 pendant laquelle la majeure partie des emplois devrait être créée. Cette 2ème étude fera bien entendu l’objet d’une publication dans la série des « Cahiers de l’Observatoire » et viendra donc compléter la présente. Nous continuons, au fil des numéros, à œuvrer à l’amélioration du contenu et de la présentation des Cahiers de l’Observatoire et espérons apporter les éclairages adéquats quand aux thématiques que nous traitons.

Cette étude a été réalisée sur la base d’une enquête par interview directe, auprès des lauréats des promotions 2000, 2001 et 2002 du système de l’Enseignement Supérieur, ainsi que des données d’enquêtes existantes pour la Formation Professionnelle et relatives aux promotions 2000, 2001, 2002 et 2003*. Ces données ont été consolidées en vue de faire une analyse globale de l’insertion des lauréats issus des Etablissements de Formation Hôtelière et Touristique sur le marché de l’emploi. L’étude a été menée dans le but de produire une cartographie exhaustive et globale du dispositif de formation du secteur et de mesurer le degré d’insertion des lauréats du secteur du tourisme, hôtellerie et restauration, selon les éléments d’analyse suivants : • L’évolution de la situation professionnelle ;

• Les conditions de travail des lauréats insérés ;
* -Etude sur l’insertion des lauréats des écoles hôtelières et touristiques (Juillet 2006)

- Etude de suivi de l’insertion des lauréats de la formation professionnelle dans la vie active «Promotions 2003» (2006)

Les Cahiers de l'Observatoire du Tourisme est une édition de l'Observatoire du Tourisme Dépôt légal : 2006/0023 ISSN : en cours Imane Center : Angle rue Girardot angle rue Med Errachid et angle Abderrahim, 8éme étage, Appt N° 2. Casablanca Tél. : +212 22 23 28 18 - Fax : +212 22 23 29 17 www.obesravatoiredutourisme.ma Président : Fouad CHRAÏBI Responsable de la Publication délégué : Najib SENHADJI Conseil : Radouane RIZKI - Directeur artistique : Christian DROCOURT

Secrétariat de rédaction : Boudali STITOU Infographie : Rabia AIT EL MRABTI, Charifa OUAHABI, Ahmed NIDAR Ont participé à ce numéro : Mérieme CHAMI, Bichara BAGHZALI, Hassan CHARIFI Conception & Réalisation : PRECOM SARL au capital de 800 000 dirhams 332, Bd. Brahim Roudani - 20 100 Casablanca Tél. : 022 23 66 50 / 81 - Fax : 022 23 67 40 R.C. : n° 106471 - N° Patente : 358 05 234 precom@menara.ma - www.precom.ma Impression : ImpriMahd Casablanca - Diffusion : Sapress - Casablanca Crédit photos : O.N.M.T, Ministère du Tourisme, Accor Hôtels

5

Glossaire
Définition des concepts utilisés
Pour appréhender la situation professionnelle des lauréats formés dans les Etablissements de Formation Hôtelière et Touristique, différents indicateurs portant sur la situation professionnelle ont été utilisés. Ces indicateurs sont compatibles avec les concepts de la Direction des Statistiques et sont présentés ci-après :
tTaux

d’activité : proportion de lauréats employés ou à la recherche d’un emploi (lauréats actifs).
Nombre de lauréats actifs x 100 Nombre total de lauréats enquêtés

Taux d’activité =

Chômeurs
Population active âgée de 15 ans et plus n’ayant pas d’activité professionnelle et recherchant activement ou passivement un emploi. Sont considérées comme chômeurs les personnes qui, au moment de l’enquête, sont à la fois : • En âge d’activité ; • Sans travail ; • A la recherche d’un travail (ils ont pris des dispositions appropriées pour chercher un emploi) ; • Disponibles pour travailler. En plus des critères, cités ci-dessus, un chômeur est également toute personne qui :
t t t

tTaux

d’inactivité : proportion de lauréats non employés et ne cherchant pas à travailler (lauréats inactifs).
Nombre de lauréats inactifs x100 Nombre total de lauréats enquêtés

Taux d’inactivité =

La somme du taux d’inactivité et du taux d’activité devra toujours être égale à 100.
tTaux

de chômage : part de la population active dépourvue d’emploi, mais qui en recherche un.
Nombre de lauréats actifs sans travail Taux de chômage = Nombre total de lauréats actif x 100

A une promesse d’embauche ; Attend une réponse de l’employeur ; Croit que le travail est indisponible dans sa localité de résidence ; Déclare ne pas avoir le niveau scolaire, de formation, de qualification ou d’expérience pour accéder à un emploi ; Est trop jeune ou trop âgée pour être embauchée par les employeurs A un handicap personnel pour trouver un emploi.
Taux de stagiaires = Nombre total de lauréats actifs
tTaux

d’emploi : proportion des lauréats actifs employés.
Nombre de lauréats ayant un emploi x 100 Nombre total de lauréats actifs

t

Taux d’emploi =

t

tTaux

des stagiaires : proportion des lauréats actifs en stage au moment de l’enquête.
Nombre de lauréats effectuant un stage durant la période de référence x 100

t

Population insérée
Population active âgée de 15 ans et plus, ayant une expérience professionnelle. De ce fait, elle englobe la population disposant d’un emploi (population active employée) ainsi que les chômeurs qui ont déjà exercé un emploi. Partant de ces définitions, les différents indicateurs d’emploi et de chômage utilisés dans la présente étude d’insertion auprès des lauréats des établissements de formation hôtelière et touristique ont été calculés comme suit :

tTaux

d’insertion : proportion de lauréats actifs ayant exercé un emploi au moins une fois (employés et chômeurs ayant déjà exercé) ;
Nombre de lauréats employés + nombre lauréats stagiaires + nombre de chômeurs ayant exercé au moins une fois

Taux d’insertion = Nombre total de lauréats actifs

x 100

6

1. Le dispositif de formation mature pour la formation professionnelle, à consolider pour l’Enseignement Superieur

La formation hôtelière et touristique est dispensée dans deux types d’Etablissements : des Etablissements de Formation Professionnelle et des Etablissements d’Enseignement Supérieur. La cartographie de ces Etablissements, le nombre de lauréats formés annuellement et les filières disponibles ont révélé un dispositif de formation à priori suffisant pour la Formation Professionnelle mais encore en deçà des besoins pour l’Enseignement Supérieur. Les Etablissements de Formation Professionnelle et ceux de l’Enseignement Supérieur sont concentrés dans les principales régions touristiques du Royaume.

Nombre d'établissements de formation Nombre d'établissementsde formation dans les principales régions touristiques dans les principales régions touristiques

4 5

14

Grand Casablanca Souss MassaDraa MarrakechTensift-El Haouz

9 11

Rabat Salé Zemmour Zaer Tanger Tétouan

1.1 La Formation Professionnelle
Opérateur Nombre d’Etablissements
14

Niveau de formation
Technicien spécialisé, Technicien, Qualification Spécialisation, Technicien spécialisé, Technicien, Qualification Qualification, Technicien, Technicien spécialisé

Modes de formation
Formation Initiale, Formation par Alternance Formation Initiale, Formation par Apprentissage Formation Initiale

Places Nombre de pédagogiques lauréats en 2005
5270 1871

Département du Tourisme OFPPT Privé

8

1922

1283

30

1200

563

• La capacité actuelle est de 9 300 places pédagogiques dont 20% relève du secteur privé. • L’OFPPT prévoit, pour la rentrée 2007/2008, l’ouverture de 7 établissements supplémentaires portant la capacité d’accueil à 13 000 places pédagogiques ;

• Couverture géographique satisfaisante (cf. carte de la Formation Professionnelle) • Diversité des niveaux de formation (Qualification, Technicien, Technicien spécialisé, Spécialisation) ; • Diversité des modes de formation (Formation Initiale, Formation par Apprentissage, Formation par Alternance) ;
7

Répartition géographique des Etablissements de Formation Professionnelle

8

1.2 L’Enseignement Supérieur • 1 opérateur majeur de formation Public : l’ISIT (l’Institut Supérieur International du Tourisme de Tanger) avec une capacité de 520 places pédagogiques produisant en moyenne 250 lauréats par an ;
• Emergence de programmes universitaires ponctuels dans plusieurs Universités ;

• Positionnement d’une offre en formation privée, essentiellement dans la Gestion Touristique (accueil, agent de voyages…) ; • Répartition géographique concentrée sur l’axe Casablanca-Rabat (44% des établissements) ; • Couverture des principales régions touristiques par les Etablissements d’Enseignement Supérieur demeure insuffisante.

Répartition géographique des établissements de l’Enseignement Supérieur

9

2. L’évolution de la situation professionnelle tend vers une amélioration

Sur les promotions observées, on relève globalement une amélioration dans le temps de l’employabilité des lauréats de la Formation Hôtelière et Touristique
• Taux d’emploi passant de 48% (dont 22% en emploi occasionnel) pour les lauréats de la promotion 2002 à 44% (dont 37% en emploi occasionnel) pour les lauréats des promotions 2000 et 2001.
Evolution des indicateurs d'emploi Evolution des indicateurs d'emploi des lauréats du secteur global du Tourisme
des lauréats du secteur global du Tourisme

Considérés par secteur de formation les indicateurs de l’emploi font ressortir les résultats suivants : • La Formation Professionnelle :
t

Taux d’emploi : 58% en 2003 contre 47% en 2002 et 43% en 2001 ; Taux d’insertion : 70% en 2003 contre 64% en 2002 ;

t
90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Taux d'emploi Taux d'insertion Taux de chômage Taux de stagiaire 12% 6% 11% 44% 44% 48% 65% 44% 50% 41%

79%

82%

Sachant que le taux d’insertion prend en compte les lauréats employés, les lauréats en stage et les lauréats chômeurs ayant travaillé au moins une fois, la baisse de cet indicateur parallèlement à l’amélioration du taux d’emploi implique une diminution des employés précaires et des chômeurs ; • L’Enseignement Supérieur :
t

2000

2001

2002

2.1 Evolution de la situation selon le niveau de formation
Evolution des indicateurs d'emploi des lauréats Evolution formation professionnelle du secteur de lades indicateurs d'emploi

Taux d’emploi : 56% en 2002 contre 73% en 2000 ; Taux d’Insertion : 74% en 2002 contre 84% en 2000 ;
Evolution des indicateurs d'emploi des des lauréats Evolution des indicateurs d'emploi lauréats du secteur de du secteur de l'Enseignement Supérieur l'Enseignement Supérieur

t

des lauréats du secteur de la Formation Professionnelle
100%
100% 79% 80% 60% 40% 20% 0% Taux d'emploi Taux d'insertion Taux de chômage Taux de stagiaire 13% 5% 11% 47% 42% 43% 83% 64% 45% 52% 42%

84% 80% 60% 40% 20% 0% Taux d'emploi Taux d'insertion Taux de chômage Taux de stagiaire 18% 73% 56% 56% 76% 74%

24% 28% 9%

20%

16%

2000

2001

2002

2000

2001

2002

10

t

Baisse du taux d’emploi due à la conjoncture du secteur durant la période 2000-2002 ainsi qu’à l’ambition des lauréats de pousser leurs études à un plus haut niveau.

• L’évolution tend vers une homogénéisation de la structure de l‘emploi chez les femmes et les hommes.

2.3 L’évolution de la situation professionnelle selon le secteur de formation :
Le chômage a plus touché les lauréats du secteur privé en 2002 avec 54% de lauréats chômeurs. • Pour la promotion 2002, le secteur de l’emploi profitait plus aux lauréats du secteur public avec un taux d’emploi de 46% (38% en 2001) contre 36% (60% en 2001) pour le secteur privé ; • 69% des lauréats du secteur public, promotion 2002, ont eu une expérience professionnelle (65% en 2001) contre 58% pour le secteur privé (69% en 2001) ; • Le chômage a enregistré un taux de 54% pour les lauréats du secteur privé, promotion 2002 (39% en 2001) et 37% pour ceux du secteur public pour la même promotion (58% en 2001).
Situationprofessionnelle des lauréats Situation professionelle des lauréats selon le secteur de formation par par promotion selon le secteur de formation Promotion
% 100 90
88% 82% 80% 69% 65% 58% 46% 40% 38% 28% 29%
31%

La comparaison des indicateurs d’emploi de l’Enseignement Supérieur et ceux de la Formation Professionnelle fait ressortir une corrélation entre l’employabilité et le niveau de qualification : plus les diplômés sont qualifiés plus leur employabilité s’améliore.

2.2 L’évolution de la situation professionnelle selon le sexe :
Alors que pour la promotion 2000, le marché de l’emploi semblait favoriser la population masculine (taux d’emploi de 49% pour les hommes contre 37% pour les femmes), on note une accélération de la cadence d’emploi des femmes chaque année et une amélioration de leur taux d’emploi : 49% pour la promotion 2002 (48% pour les hommes).

Situation professionelle des lauréats selon le sexe
Situation professionelle des lauréats selon le sexe
88% 84% 72% 75% 64% 56% 49% 50% 44% 37% 44% 49% 37% 48% 43% 39% 49% 65%

100 90 80 70 60 50 40 30 20
12%

Taux d'emp loi Taux de St agiaires Taux de chô m ag e Taux d'ins er tion

80 70 60 50 40 30 20 10 0
5%

Taux d'em ploi Taux de St agiaire Taux de Chôma ge Taux d'ins er tion
1 7% 10%

67% 60%

58% 54%

39%

37%

36%

10 0

8%

3%

5%

7%

9%

4%

2%

Masculin 2000

Fémi nin

Masculin 2001

Fémi nin

Masculin 2002

Fémi nin

Pu blic 2000

Privé

Pu blic 2001

Privé

Pu blic 2002

Privé

11

3. Un environnement du travail qui reste précaire
Environnement du travail encore insuffisamment incitatif
3.1 La précarité de l’emploi
Seuls 33% des lauréats, Formation Professionnelle et Enseignement Supérieur confondus (pour les 3 promotions considérées), ont un emploi permanent.
Situation dans l'emploi des lauréats insérés
Situation dans l'emploi des lauréats insérés

situe entre 55% et 72% pour la promotion 2002 (entre 42% et 75% pour la promotion 2001) ; La précarité de l’emploi diminue selon le niveau de formation.

La bonne santé de l’activité touristique entraîne la création d’emplois permanents
Corrélation entre le taux d'emploi et les nuitées Corrélation entre le taux d'emploi et la nuitées

1% 33%
Premanent Occasionnel Saisonnier
150 135 126 100 113 112 131

50

66%
0 2000 2001

33 11 2002

37 8

26 22 2003 2004

Taux d'emploi permanent

Taux d'emploi occasionnel

Nuitées x 100 000

Cette précarité des conditions de travail est une trappe à emploi puisqu’elle dissuade bon nombre de lauréats à accepter les offres d’emplois existantes. • La part des lauréats ayant un emploi permanent, pour les niveaux Qualification et Technicien, se situe entre 47% et 58% pour la promotion 2002 (entre 10% et 17% pour la promotion 2001) ; • La part des lauréats ayant un emploi permanent, pour les niveaux Technicien Spécialisé et Licence/DESS se
Stabilité dans l'emploi des lauréats insérés selon le niveau de qualification
89 80 60 39 20 11 1 7 17 10 2 3 3 42 25 93 83 75 82 54 46 47 51 58 39 55 42 90

Corrélation entre le taux d'emploi d'hébérgement Corrélation entre le taux d'emploi et la capacitéet la capacité d'hébergement
120 100 80 60 40 20 0 2000 2001 2002 2003 33 11 37 8 26 22 95 97 102 109

Taux d'emploi permanent

Taux d'emploi occasionnel

Capacité x 1 000

En croisant l’évolution du taux d’emploi (permanent et occasionnel) des lauréats des promotions 2000, 2001, 2002 et l’évolution de l’activité touristique (nuitées et capacité d’hébergement) sur la période 2000-2003, on note une croissance positive du taux d’emploi permanent parallèlement à la reprise de l’activité à partir de l’année 2002. Bonne relation cause à effet entre le taux d’emploi permanent et l’activité touristique.

12

3.2 Le volume horaire
Le secteur de l’Hôtellerie et du Tourisme est caractérisé par un volume horaire de travail hebdomadaire qui se situe dans la moyenne des autres secteurs d’activité (cf. infra).
Nombre moyen d'heures de travail par semaine Nombre moyen d'heures de travail par semaine des lauréats de l'Enseignement Supérieur des lauréats de l'Enseignement supérieur
5% 33% 59%
Moins de 30 H 30 - 40 H 40 - 50 H Plus de 50 H

t

46 heures pour le secteur du TextileHabillement; 45 heures pour le secteur des Technologies de l’Informatique et de la Communication.

t

3%

3.3 Le salaire : Des tranches de rémunération encore faibles pour le secteur 3.3.1 La Formation Professionnelle
Malgré une amélioration des niveaux des salaires, une grande majorité des lauréats de la Formation Professionnelle perçoit encore une faible rémunération : • Environ 62% des lauréats de la promotion 2003, issus de la Formation Professionnelle, perçoivent moins de 2000 DH/mois (contre 77% en 2000) ; • 6% des lauréats de la promotion 2003 issus de la Formation Professionnelle (19% en 2000) perçoivent une très faible rémunération (moins de 1000DH/mois).
Répartition des des lauréats de la formation Professionnelle Répartition lauréats de la formation professionnelle selon les tranches de salaire mensuel selon les tranches de salaire mensuel
100% 90% 80% 70% 60% 50% 58% 59% 48% 43% 36% 19% 23% 16% 8% 6% 25% 58%

Nombre moyen d'heuresde travail par semaine Nombre moyen d'heures de travail par semaine des lauréats la formation profession des lauréats de de la formation professionnelle nelle
1% 3%

38 % 58 %

Moins de 30 H 30 - 40 H 40 - 50 H Plus de 50 H

• 96% des lauréats de la formation professionnelle travaillent plus de 40 heures par semaine et pour 38% le volume hebdomadaire de travail dépasse les 50 heures ; • 82% des lauréats de l’Enseignement Supérieur travaillent plus de 40 heures par semaine et 33% travaillent au delà des 50 heures hebdomadaires. Benchmark autres secteurs pour la Formation Professionnelle :
t

40% 30% 20% 10% 0% 2000 2001 2002 2003

Moins de 1000 DH

1001-2000 DH

Plus de 2000 DH

Benchmark autres secteurs pour la Formation Professionnelle, tranche de moins de 1000 Dh/mois :
t t

Moyenne nationale de travail hebdomadaire : 46 heures ; 47 heures pour le secteur du Tourisme-HôtellerieRestauration ;

Moyenne Nationale : 29% ; 11% pour le secteur Technologies l’Informatique et de la Communication ; 7% pour le secteur Textile-Habillement.
13

de

t

t

3.3.2 L’enseignement supérieur Une meilleure rémunération en comparaison avec la Formation Professionnelle. • 89% des lauréats de la promotion 2002 touchent plus de 2000 DH (contre 43% pour la Formation Professionnelle) ; • Pour la promotion 2002, 1 diplômé sur 10, perçoit encore une rémunération avoisinant le SMIC.
100% 80% 60% 40% 20%

3.3.4 L’évolution des salaires dans le temps :
Rémunération des lauréats de la promotion 2000 en 2004
86%

Rémunération des lauréats de la Promotion 2000 en 2004

27% 1%

32%

40% 14%

0% Formation Professionnelle Enseignement Supérieur

Moins de 1000 DH

Entre 1001 et 2000 DH Plus de 3000 DH

Répartition des lauréats de la formation professionnelle selon les tranches de salaire mensuel
Répartition des lauréats de la formation Professionnelle selon les tranches de salaire mensuel
100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 2000 2001 2002 2003 19% 23% 16% 8% 6% 25% 58% 59% 48% 43% 36% 58%
40% 80% 60% 100%

Entre 2001 et 3000 DH

(9 mois aprés leur sortie de la promotion Rémunération des lauréatsd'établissement) (9mois aprés leur sortie d'établissement)
86% 58%

23% 20% 0% Formation Professionnelle 19%

14%

Enseignement Supérieur

Moins de 1000 DH

Entre 1001 et 2000 DH

Plus de 2000 DH

Moins de 1000 DH

1001-2000 DH

Plus de 2000 DH

3.3.3 L’évolution selon la stabilité dans l’emploi :

On constate pour les diplômés de la formation professionnelle, que l’expérience professionnelle est un levier important dans l’amélioration des revenus salariaux : 52% des lauréats touchent un salaire de plus de 2000 DHS 4 ans après leur sortie d’école contre seulement 23% au moment de l’obtention de leur diplôme. • La part des lauréats issus de la Formation Professionnelle qui percevaient moins de 1000 DH/mois est passée de 19% à 1% entre leur sortie d’école en 2000 et l’année 2004. 3.3.5 Le salaire selon le sexe

Tranche de salaire selon la stabilité dans l'emploi
Tranche de salaires selon la stabilité dans l'emploi
50% 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% Permanent 2000 Moins de 1000 DH Occasionnel Permanent 2001 1001 - 2000 DH Plus de 2000 DH Occasionnel Permanent 2002 Occasionnel 1% 2% 2% 14% 10% 16% 12% 11% 16% 13% 5% 16% 22% 18% 28% 25% 47% 42%

Répartition des lauréats selon la tranche de salaire par sexe
70,0 61 60,0 50,0 40,0 30,0 22 20,0 10,0 3 0,0 Masculin Féminin 2000 Masculin 2001 Féminin Masculin 2002 Féminin 4 2 17 17 16 12 7 2 7 4 8 5 57 52 48 3 47 45 41 43 1001 - 2000 DH Moins de 1000 DH

Répartition des lauréats selon la tranche de salaire par sexe

27 21

2001 - 3000 DH

Plus de 3000 DH

• Les salaires des employés occasionnels sont plus faibles que ceux des employés permanents :
t

Emploi occasionnel : 30% des lauréats de la promotion 2002 touchent moins de 2000 DH par mois contre 55% pour la promotion 2001 ; Emploi permanent : 23% des lauréats de la promotion 2002 touchent moins de 2000 DH contre 13% pour la promotion 2001.

Sur les trois promotions étudiées, à savoir 2000, 2001 et 2002, la proportion des femmes enquêtées est sensiblement mieux rémunérée que celle des hommes. • 49% des femmes issues de la promotion 2002, (31% en 2000) ont un salaire supérieur à 2000DH, contre 45% des hommes (25% en 2000) ; L’évolution tend vers une homogénéisation des salaires des hommes et des femmes.

t

14

3.4 L’analyse par structure d’entreprises Il ressort de l’étude que les entreprises qui recrutent les lauréats formés en tourisme, hôtellerie et restauration sont des entreprises privées de taille petite ou moyenne.
Répartition des lauréats de la Formation Professionnelle insérés Répartition dans lauréats de la selon la taille de l'entreprise insérés des le secteur privé formation professionnelle

3.5 La pertinence des filières
Les différentes filières de formation n’offrent pas les mêmes chances d’insertion à leurs lauréats. • Les filières porteuses d’emploi (moins de 31% des lauréats au chômage) : Hébergement (Technicien), Art Culinaire, Art de Table et de Service (Technicien Spécialisé), Marketing et Techniques de Vente (Technicien Spécialisé), la filière Animation (Technicien Spécialisé), Administration et Gestion des Etablissements Touristiques et Hôteliers (Licence+), Animation Culturelle et Tourisme (licence +), Gestion Hôtelière (Technicien Spécialisé, de l’Enseignement Supérieur) et Techniques de Production et de Vente (Technicien Spécialisé). • Les filières les plus touchées par le chômage (taux de chômage compris entre 45% et 75%) : Technique et Gestion Sciences Alimentaires et Restauration (Technicien Spécialisé), Tourisme et Environnement Culturel (Licence+), Pâtisserie (Qualification), Cuisine (Qualification et Spécialisation), Tourisme Production et Distribution (Technicien), Restaurant (Qualification) et Cuisine Restauration Traditionnelle (Qualification). On peut en déduire la nécessité de revoir les faibles niveaux de qualification (Qualification et Spécialisation) qui débouchent sur des métiers pouvant être pourvus dans le cadre de la Formation par Apprentissage.
15

dans le secteur privé selon la taille de l'entreprise

4%

18 %
Moins de 10 pers

28 %

10 - 50 pers 50 - 500 pers Plus de 500 pers

50 %

• 70% des lauréats travaillent dans des PME de moins de 50 personnes ; • 94% des lauréats travaillent dans des entreprises privées ;
Répartition des lauréats de l'Enseignement Supérieur Répartition des lauréats de l'Enseignement Supérieur insérés dans insérés dans le secteurselon la taille de l'entreprise le secteur privé privé selon la taille de l'entreprise

3% 35 % 31 %
Moins de 10 pers 10 - 50 pers 50 - 500 pers Plus de 500 pers

31 %

L’évolution des taux d’emploi, d’insertion et de chômage des lauréats des filières porteuses d’emploi (en %)

Promotion et filière
2000 2001 2002 2002 2000 2002 2002 2000 2001 2002 2000 2002 2002 2000 2001 2002 AGETH* (Licence+) Animation (Technicien Spécialisé) Animation Culturelle et Tourisme (Licence+) Art culinaire, art de table et de service (Technicien Spécialisé) GH* (Technicien Spécialisé)

Taux Taux de Taux d'emploi chômage d'insertion
74 55 62 80 100 50 70 90 74 64 43 62 75 65 53 53 16 21 22 20 0 25 31 0 21 27 31 30 12 30 23 31 84 79 80 80 100 75 70 100 79 73 81 77 87 74 76 69

,

Hébergement (Technicien) Marketing et techniques de vente (Technicien Spécialisé) TPV* (Technicien Spécialisé)

* AGETH : Administration et Gestion des Entreprises Touristiques et Hôtelières * GH : Gestion Hôtelière * TPV : Technique de Production et de Vente 17

L’évolution des taux d’emploi, d’insertion et de chômage des lauréats des filières les plus touchées par le chômage (en %)

Promotion et filière
2002 2001 2002 2000 2001 2002 2002 2002 2002 2000 2001 2002
18

Taux Taux de Taux d'emploi chômage d'insertion
33 25 10 46 46 43 50 75 90 44 52 48 62 55 57 57 72 50 66,7 25 29 82,2 69,1 60,5 44,4 50 42,9 75,3 80,3 51,1

Technique et Gestion Sciences Alimentaires et Restauration (Technicien Spécialisé) Tourisme et environnement culturel (Licence+) Pâtisserie (Qualification) Cuisine (Qualification) Cuisine (Spécialisation) Cuisine et restauration traditionnelle (Qualification) Tourisme production et distribution (Technicien) Restaurant (Qualification)

29 45 29 41 21 40

4. L’initiative privée marginale

La création d’entreprise reste marginale : moins de 3% des lauréats se sont installés à leur propre compte, néanmoins une part importante de ces derniers envisage la création d’entreprises mais rencontre certaines difficultés.
Répartition des lauréats qui pensent s’installer à leur propre compte, par système de formation (en%) Système de formation Enseignement supérieur Formation professionnelle 2000 31% 80% 2001 31% 84% 2002 44% 34%
Principales raison ayant empêché les lauréats de s'installer Principales raison ayant empêché les lauréats de s'installer a leur a leur propore compte (promotion 2002) propre compte (promotion 2002)
100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 85 90

41 20

38 27 14

30

• Amélioration des intentions de création d’entreprises chez les lauréats de l’Enseignement Supérieur (44% pour la promotion 2002 contre 31% pour la promotion 2000) ; • Baisse considérable de la part des lauréats de la Formation Professionnelle qui pensent s’installer à leur propre compte (34% pour la promotion 2002 contre 80% pour la promotion 2000) ; Benchmark autres secteurs pour la Formation Professionnelle pour la part des lauréats ayant l’intention de créer une entreprise :
t t

Pa s de fond s pro pres

En cour ag eme nts accor dé s par l'Et at insuffisan ts

Manque d'expérience

Assistance po ur la création de l'entre prise insuffisan te

En seign eme nt Su périeur

For ma tion Professionn elle

• Manque de fonds propres : 85% des lauréats de l’Enseignement Supérieur contre 90% pour ceux de la Formation Professionnelle ; • Manque d’expérience : 38% des lauréats de l’Enseignement Supérieur contre 27% pour ceux de la Formation Professionnelle ; • Insuffisance des mesures d’encadrement de l’Etat et l’assistance pour la création d’entreprises : respectivement 41% et 30% des lauréats du système de la Formation Professionnelle contre 20% et 14% de ceux de l’Enseignement Supérieur ; Une proportion faible de lauréats est au courant des dispositifs d’encouragement à la libre entreprise, notamment la loi n°16/87 : 28% des lauréats de la Formation Professionnelle contre 37% de ceux de l’Enseignement Supérieur.

Moyenne nationale : 59% ; 44% pour le secteur des Technologies de l’Informatique et de la Communication ; 51% pour le secteur du Textile-Habillement ;

t

Les lauréats issus de l’Enseignement Supérieur semblent davantage disposés à la création d’entreprises. Cependant les raisons qui les empêchent de s’installer à leur propre compte sont multiples :
20

5. La perception des lauréats de l’adéquation formation emploi

La perception de l’adéquation entre la formation reçue et l’emploi exercé par le lauréat se révèle satisfaisante
• 75% des lauréats de chaque système de formation estiment exercer un emploi correspondant à leur formation ; Par ailleurs, l’adéquation entre la formation reçue et l’emploi exercé est aussi confirmée par l’examen des branches d’activités des employeurs : • 85% des lauréats de la Formation Professionnelle travaillent dans la branche « Hôtels et Restaurants ». • 56% des lauréats de l’Enseignement Supérieur travaillent dans la branche « Hôtels et Restaurants ». L’enquête sur les lauréats de l’ISIT montre un phénomène d’absorption des lauréats par d’autres branches d’activités, notamment la branche« Banques et assurances » ; Cette adéquation est en amélioration (81% de taux de satisfaction pour la promotion 2002 contre 67%pour celle de 2000). L’appréciation positive de la formation ressort aussi dans le degré de pertinence déclaré par les lauréats, pertinence beaucoup plus perçue chez les lauréats de l’Enseignement Supérieur. • 86% des lauréats du système de la Formation Professionnelle et 87% de l’Enseignement Supérieur • ont déclaré que la formation reçue leur avait appris un métier ; • 66% des lauréats du système de la Formation Professionnelle et 96% de ceux de l’Enseignement Supérieur ont affirmé que la formation reçue leur a appris à s’adapter à l’entreprise ; 84% des lauréats du système de la Formation Professionnelle et 77% de ceux de l’Enseignement Supérieur ont déclaré que la formation reçue a contribué à les préparer à l’emploi ; 55% des lauréats du système de la Formation Professionnelle et 91% de ceux de l’Enseignement Supérieur ont déclaré que la formation reçue leur a permis de développer une initiative privée ;

• 84% des lauréats du système de la Formation Professionnelle et 98% de ceux de l’Enseignement Supérieur ont déclaré que la formation reçue a été utile. En marge de la perception des lauréats de l’adéquation de leur formation avec l’emploi exercé, une seconde étude portant sur l’Adéquation Formation-Emploi dans le secteur de l’Hôtellerie est en cours, qui complétera ces éléments par la perception et l’évaluation des opérateurs eux-mêmes.
21

Annexes
Rappel des éléments méthodologiques
Pour répondre à ces objectifs de façon aussi rigoureuse que possible, l’étude a été menée dans tous ses aspects selon une méthodologie qui a utilisé essentiellement l’enquête comme instrument d’investigation permettant de réunir les informations nécessaires à l’étude. d’établissement, alors que la deuxième se situe dans le moyen terme, puisqu’elle analyse la stabilité et l’évolution des emplois occupés par les lauréats quatre ans après leur sortie de l’établissement de formation. Outils de collecte des données Partant du souci de la duplication des indicateurs fournis par les études d’insertion du Secrétariat d’Etat chargé de la Formation Professionnelle d’une part, et d’autre part, la réponse aux objectifs de la présente étude, deux questionnaires bien concis, clairs et simples ont été élaborés par le consultant : un questionnaire insertion et un questionnaire cheminement. Ces derniers ont été organisés en plusieurs modules et sous modules permettant de ressortir de façon claire les informations exigées par les termes de référence, à savoir : les caractéristiques sociodémographiques du lauréat, la situation professionnelle du lauréat et son évolution, les caractéristiques du chômage, les caractéristiques des emplois occupés, l’installation à propre compte et perspectives en matière de création d’entreprises et l’appréciation de la formation reçue et de l’emploi occupé.

Champ de l’étude
Selon le CPS (Cahier des Prescriptions Spéciales), le champ de l’étude est constitué de l’ensemble des lauréats desEtablissements de Formation en Hôtellerie et Tourisme (Enseignement Supérieur et Formation Professionnelle) des promotions 2000, 2001 et 2002. Il couvre les différentes régions du Royaume et les différentes catégories d‘établissements de formation tels que :
t t

L’établissement de formation des cadres : ISIT ; Les établissements de l’enseignement supérieur privé : ESSICM, ESIAG, HEM (Casablanca, Rabat, Marrakech), IHEES, ESCM, ESCA, SUPTEM, ESTEM, ESIG, IMM et ISIAM ; Les Facultés des Lettres et des Sciences Humaines d’Agadir, Marrakech et Fès ainsi que la Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales d’Agadir ;
L’Ecole Préparatoire d’Essaouira : Lycée Mohammed V ;

t

t t

Méthode d’échantillonnage
Pour la réalisation des enquêtes insertion et cheminement, l’approche préconisée par le CPS reposait sur l’entretien direct auprès d’un échantillon d’environ 200 lauréats formés en hôtellerie et tourisme. Toutefois, cette approche soulevait trois remarques principales, à savoir : la taille réduite de la population cible, la disponibilité des adresses et l’éparpillement des lauréats dans l’ensemble des wilayas et provinces du Royaume. Partant de là et dans un souci de résoudre les problèmes posés par l’insuffisance des adresses, d’assurer la couverture du territoire national et de répondre aux objectifs de la présente étude, le consultant a préconisé d’effectuer une enquête exhaustive de la population de la manière suivante :
t

Les Etablissements de Formation Professionnelle : les CQPHT, ITHT et ISTAHT relevant du Département du Tourisme (au nombre de 16), les ITA et ISTA relevant de l’OFPPT (au nombre de 8) et les établissements privés au nombre de 30.

A ce niveau, il est important de noter que le champ de l’étude diffère du champ de l’enquête menée dans le cadre de la présente mission. Ce dernier couvre les lauréats des secteurs public et privé relevant des établissements de l’Enseignement Supérieur en hôtellerie et tourisme offrant des formations de niveau bac + 2 et plus (à l’exclusion des techniciens spécialisés). Ces derniers proviennent des différentes régions du Royaume et sont répartis au niveau des différentes provinces du pays.

Méthodologie des enquêtes insertion et cheminement
Rappelons que deux enquêtes ont été réalisées dans le cadre de la présente étude : une enquête Insertion et une enquête cheminement*. La première constitue un instrument permettant d’apprécier la situation des lauréats sur le marché de l’emploi neuf mois après leur sortie
(*) La première a concerné les trois promotions, alors que la deuxième n’a concerné que la promotion 2000. 22

Procéder à une enquête postale auprès des lauréats résidants dans les localités disposant de moins de 7 adresses retenues (66 lauréats) ; Effectuer une enquête par interview directe auprès des lauréats résidant dans les villes ou localités disposant de plus de 6 adresses retenues (514 lauréats).

t