3/11 Fondements : Temps Modernes Période moderne Partie I : La scansion du temps 14 juillet 1789 : on ne « bascule » pas dans la période moderne

=> glissement qui prend un bon siècle A. 1453 et la chute de Constantinople 1. Les faits 29 mai 1453 : la muraille de Constantinople (Byzance) est ébréchée, les soldats turcs guidés par le sultan mamout 2 pénètrent dans la ville. Le dernier empereur de Byzance est tué sur la muraille en essayant de défendre sa capitale. Turcs s’emparent de la ville et vont en faire la capitale d’un nouvel empire : à partir de Istanbul (nouvelle appellation), les turcs vont dominer l’ensemble de la péninsule turc et aussi le proche orient, l’afrique du nord, méditerr orientale et une bonne partie des balkans (europe orientale). Pourquoi emblématique de la fin d’un monde et du passage vers une nouvelle réalité ? 2. Les acteurs L’empire Byzantin : héritier de l’empire romain d’orient. Au moment où il s’écroule, il a plus de 1000 ans d’existence et est lui-même l’héritier de 1000 ans d’existence. Empire de 2 millénaires qui s’écroule mais pas en quelques années : aboutissement d’un long processus difficile et complexe. Représente la puissance dominante du Proche-Orient mais grignoté par la montée de l’empire arabe (naissance de l’islam au 7ème => conquiert en quelques années le Proche-Orient et l’afrique du nord) mais aussi en concurrence avec une série de puissances occidentales (Venise => puissance maritime commerçante importante). Subit les effets d’une séparation religieuse avec l’occident. 1054 : Grand Schisme d’Orient : séparation des chrétiens Orthodoxes avec les catholiques romains qui reconnaissent l’autorité du pape => confirme l’éloignement de Byzance par rapport à l’occident. Eloignement crucial et même conflictuel en 1204 : 4ème croisade qui vise à libérer Jérusalem des musulmans : composée de chevaliers francs qui ne veulent pas s’y rendre à pied ou à dos de cheval. Accord avec Venise pour que des bateaux vénitiens les transportent. Venise accepte moyennant un petit détour par Byzance, qu’ils sont invités à mettre au pas => détournement de la 4ème croisade. Chevaliers francs pillent Byzance. 7 siècles plus tard, les chrétiens n’ont pas encore oublié. Coup presque mortel à la culture byzantine mais pas encore le coup de grâce. A partir de 1204, l’empire byzantin n’est que l’ombre de luimême.

Connaît une renaissance au 13ème et 14ème siècle mais commence à s’émietter. Il est encerclé. Efforts pour rapprocher les églises mais l’union des églises échoue. Ne peut pas compter sur l’aide des chrétiens. Empire n’est plus que réduit à la ville même. Turcs se sont emparés des provinces de l’empire. Ils ont contourné Byzance et conquis jusqu’à la Serbie, Kosovo, Monténégro. Turcs : tribus nomades d’Asie centrale. Nord de la Chine jusqu’à la Turquie actuelle. Comme d’autre nomades, populations vigoureuses, guerrières. Suivent les traces des mongols, les précèdent. Se convertissent à l’islam ; sur la route de la soie, on voit énormément de mosquée. Mosquée devient un des signes de la présence turque. Dès le 12ème siècle, se substituent à la puissance arabe. Remplacent les premiers empires arabes. Califat (puissance religieuse des héritiers de Mohammed) va passer aux mains des turcs => conjuguer la puissance temporelle et religieuse. Sultan d’Istanbul sera le maître d’un empire et aussi le commandeur des croyants. Lorsqu’ils assiègent Byzance, armée qui rassemble 150 000 hommes supérieurement armés. Artillerie puissante qui fait s’écrouler une partie des murailles de la ville. Blocus de Constantinople par la terre mais constituent aussi une flotte qui empêche le ravitaillement par la mer. Isoler cette ville n’est pas difficile si on bloque le Bosphore et la corne d’or. 3. Les conséquences 2 conséquences : une positive, l’autre négative. La renaissance : coup de fouet donné à la redécouverte de l’Antiquité ? Traduction de textes Antiques grecs => arabe => latin. Mont St Michel = lieu de passage important de cette culture. Menaces vont pousser savants de Byzance à s’enfuir => ils emportent leur bibliothèque, connaissances, sensibilité artistique et permettent cette redécouverte de s’épanouir => positif pour l’Europe occidentale. Le siège de l’Occident : 15ème : pas d’informations communiquées de manières rapide (mois, années pour traverser l’occident) => les nouvelles finissent quand même par circuler. Tous ce qui concerne l’Europe n’est pas tellement extraordinaire : européens connaissent des invasions normandes (vikings). Ils pillent une grande partie et fondent un royaume en Sicile, un ??? en Normandie, … 7ème et 8ème siècle, l’Europe connaît une poussée arabe extraordinaire => essentiel de l’Espagne et Portugal => Poitiers (Charles Martel). L’Est n’est pas beaucoup plus calme : marqué à partir des 12ème et 13ème siècles : Gengis Khan. Mer de Chine => Pologne. Certaines sources prétendent que des avant-gardes mongols sont arrivés jusqu’à l’Adriatique. Frousse bleue car l’Europe a le sentiment d’être totalement assiégée, que n’importe quel petit événement peut la

faire tomber aux mains des « infidèles ». Sentiment de crainte va probablement entraîner la deuxième rupture, beaucoup plus connue. B. 1492 et la découverte de l’Amérique 1. Les faits 17 avril 1492 : Génois (originaire de Gène) marié, vit à Lisbonne, Christophe Colomb, conclut un accord avec la couronne de Castille. Espagne encore divisée et les 2 principales divisions sont le royaume de Castille et d’Aragon. Colomb convainc Isabelle de Castille de financer une expédition sur la mer Occidentale => chercher la route des Indes et il obtient des avantages : un titre (amiral de la mer océane et vice-roi des indes), 10% des revenus de la colonie et une proportion des revenus commerciaux. 2 aout 1492 : 3 caravelles (Niña, Pinda, Santa Maria) partent. Arrivent aux Canaries, dernier port à proximité du contient européen pour se lancer direction plein ouest. 12 octobre 1492 : marins au bord de la mutinerie découvrent une terre : île de San Salvador. Il va découvrir une série d’autres îles : Caraïbes. Pas encore le continent. Avril 1493 : de retour en Espagne, emmène avec lui des indiens, produits exotiques, … suffisamment pour organiser de nouveaux voyages. Mort en 1506, mais encore 4 voyages importants de découverte. 2. Les acteurs Christophe Colomb : marchand et navigateur. Accompagne bateaux de son beau-père le long de la côte de l’Afrique, jusqu’aux Canaries, et vers le Nord à proximité de Terre Neuve ? ***. Baigne dans l’atmosphère d’exploration et découvertes et recherche de routes des Indes. Livre de chevet : récit de voyages de Marco Polo. Dans bibliothèque de Lisbonne, acquiert conviction que la terre est ronde. Si on veut aller en Chine et en Inde, on peut partir par l’ouest et par l’est. Marins persuadés que, à force d’aller vers l’ouest, on tombera dans un gouffre. Plus simple de convaincre les rois espagnols. Les Rois très Catholiques : Espagne a été conquise par les armées arabes et se met en place en Espagne à partir du 8ème toute une série de royaumes arabes. Toute l’Espagne est conquise sauf une région au nord (Asturies) : restent occupées par des barons chrétiens qui à partir du 11ème commencent un long mouvement de reconquête : reconquista. Elle se prolonge, se poursuit, crée ses personnages emblématiques (Le Cid). Conquête de la péninsule se fait par un certain nombre de soldats, chevaliers, seigneurs, qui reçoivent des terres. En 1492, on est au bout du processus. Le dernier royaume arabe d’Espagne (Grenade) tombe aux mains des Espagnols. (Anecdote : reine Isabelle aurait fait le serment de ne pas changer de chemise jusqu’à ce que la ville de Grenade tombe).

Problème politique : que fait on de l’énergie des chevaliers ? Il n’y a plus de terres à donner. Lorsque Christophe Colomb arrive avec ses projets d’exploration, c’est l’occasion pour les Espagnols de prolonger cette dynamique de la conquête, canaliser l’énergie des chevaliers, transposer outre-Atlantique cette dynamique de conquête. 3. Les contextes Recherche de la route épices beaucoup utilisés : A partir du 7ème 8ème siècle, nouvel intermédiaire arabe qui fait singulièrement monter les prix. Portugais, Espagnols, Vénitiens, Génois cherchent d’autres voies. Portugais commencent en 1405 à longer la côte de l’Afrique. 1498 : Vasco de Gamma arrive aux Indes avec 2 vaisseaux d’épices qui feront sa fortune. Pas seulement une question de goût, mais aussi médicaments, conservation, … Enjeu considérable. Celui qui maîtrise une route des épices a un avantage stratégique sur ses concurrents. La volonté de prendre le Turc à revers : il y a un royaume chrétien, royaume du prêtre Jean, et pour les princes catholiques il s’agit de faire alliance avec ce prêtre pour prendre les turcs à revers. Mythologie repose sur des bases qui remontent très loin. Ethiopie a toujours été majoritairement chrétien. On retrouve en Asie centrale, au 7ème s. en Chine des chrétiens nestoriens qui sont à l’origine de cette mythologie. Toute une série de raisons de se lancer dans cette aventure. 4. Les conséquences Un Nouveau Monde : on ouvre à la conquête européenne un nouveau monde. Pas pour vikings qui y étaient avant. Relation suivie et route commerciale, émigration importante des Espagnols. Nouveauté radicale au point de vue intellectuel. Preuve que la terre est ronde et on inscrit dorénavant dans la géographie mondiale l’ensemble de ce double continent (nord et sud) américain. Nouvelle compréhension du monde. La prépondérance espagnole : se taille un empire, conquiert des terres et des richesses. Les successeurs de Colomb ramènent des milliers de tonnes d’or et d’argent qui passent de l’Amérique vers l’Europe. Arrivent en Espagne => monopole espagnol dans les caisses du trésor des rois très catholiques qu’il aboutit => paie armées, armées => la grande puissance mondiale du 16ème et 17ème s. La décadence indienne : terres n’étaient pas vierges : dans les caraïbes, la densité de population était relativement limitée mais il y avait des indiens. Les indiens caraïbes sont éliminés par les espagnols => disparition. 1519 : rencontre avec Aztèques et Maïas. Cortez s’empare de cet empire => avec 600 hommes, il réussit à s’emparer de l’ensemble du Mexique. 20aine d’années plus tard Pisard ??*** descend vers le Sud et s’empare des mines d’or des Incas. One estime qu’il y avait environ entre 80 et 100 millions d’Indiens. 90%

de la population indienne a disparu. Pas de combats, pas de camps, simplement une destruction de leur structure sociale, et subit de plein fouet le choc microbien : pas immunisés contre la rougeole, la grippe, et la mondialisation c’est aussi l’unification microbienne du monde mais l’Europe a connu la syphilis. C. 1517 et les 95 thèses de Luther 1. Les faits 31 octobre 1517 : Martin Luther, prieur de son couvent, va afficher les 95 thèses de Luther (où ??**) : nombre de propositions qui appellent à la discussion qui s’opposent au commerce des indulgences qui est promu par un dominicain envoyé du pape (Texel). Dans un premier temps, Luther n’as pas l’intention de quitter l’église catholique. Déjà à l’époque, Rome n’est pas d’une souplesse extraordinaire. Au lieu d’entamer la conversation avec Luther, Rome décide de le rappeler à l’ordre, de le condamner, puis de l’excommunier, de l’expulser de l’Eglise. Il n’a pas d’autre solution que de fonder sa propre Eglise. Luther va lancer une réforme de l’Eglise qui va séparer les chrétiens en protestants et en catholiques romains. 2. Un homme : Martin Luther Etudie chez frères de la vie commune. Nommé prieur de son couvent en 1510 et devient docteur en théologie en 1512. Formation solide. Reconnu par son institution. Il a des responsabilités dans sa communauté. Il prend cette position pcq la situation de l’Eglise lui semble difficile. 3. Des contextes Faiblesse institutionnelle considérable : hiérarchie (pape, cardinaux, évêques etc) ne sont pas des modèles de la vie évangélique, vivent dans un certain luxe (Borgia). Bon nombre de papes vont vivre plutôt comme des princes laïques que comme des héritiers de l’évangile. Bas clergé pauvre + formation très mauvaise. Font nommer à leur place leurs enfants ou « neveux » et utiliser les biens de l’église paroissiale pour leur famille plus que pour les besoins de l’Eglise. Situation moralement très difficile. Positions extrêmement pénible : papes veulent faire de Rome encore plus le centre de la chrétienté : on construit St Pierre et ça coûte énormément. Vendre des indulgences : ça a un sens théologique très clair : il ne s’agit pas de vendre le pardon des pêchés, il s’agit de prier pour le pardon. Là, on efface la prière pour les pêchés, on vend le pardon. Pour les chrétiens c’est un scandale extraordinaire parce que le peuple chrétien, lui, fait preuve d’une extraordinaire piété. 15ème s., Ruysbrouck écrit l’imitation de Jésus Christ, il y a une aspiration, une vitalité religieuse et spirituelle qui contraste avec la décadence de l’institution. Plus pénible : les réformes s’avèrent difficiles. Mouvements de réformes apparaissent en

Angleterres (Wyclif) et dans territoires Tchèques actuels (Bohème => Jean Hus, Hussites) mais ça ne marche pas : condamnés par l’Eglise, tués mêmes. Difficulté de la réforme mais mouvement de critique de plus en plus fort des humanistes : Erasme de Rotterdam, étudie puis enseigne à Louvain, vit à Anderlecht, est un homme de l’Europe entière et entretien des relations épistolaires avec toute l’Europe. Il va sans quitter l’Eglise catholique espérer de la réformer de l’intérieur. Dernier élément qui trouble cette période : la montée d’un certain nombre de pouvoirs temporels. L’Eglise est une force incontournable. Elle doit compter avec les villes qui se développent, avec des princes qui centralisent leur pouvoir et ne peuvent pas supporter une Eglise indépendante => réformation de l’Eglise et la création des Eglises réformées. 4. Des conséquences La division de l’Eglise : réaffirmation de l’Eglise catholique romaine mais surtout dans le N de l’Europe une affirmation des réformes différentes : luthéranisme, le calvinisme, l’anglicanisme (résultat de l’opposition du roi d’Angleterre Henri 8 aux décisions matrimoniales que lui imposent la papauté). La division de l’Europe : protestantisme s’impose dans certaines régions, catholicisme s’impose dans d’autres régions. Résultat de guerres civiles en Allemagne réglées en 1555 avec l’affirmation d’un principe : l’affirmation du prince et de ses sujets. Le prince est autorisé, légitimé à imposer à ses sujets sa propre religion. La Prusse sera un état protestant, la France, même avec une forte minorité protestante, sera la fille ainée de l’Eglise. Division de l’Europe en royaumes et principautés catholiques. Le sursaut catholique : Concile de Trente : défi des réformes protestantes débouche sur une réaction catholique, contre-réforme catholique qui va s’exprimer dans un ??** intégrant dans l’Eglise l’*** de réforme. Il se clôture en 1562 et bouleverse profondément l’ensemble du paysage, du visage de l’Eglise. En 1520, on est passé du Moyen Age aux Temps Modernes. D. 1688 1. Les faits On change de dynastie : ?? succède à la dynastie des Steward ( ??)***. 3 février 1642 : Angleterre entre dans une première guerre civile. 2 protagonistes : roi Charles 1er Steward qui essaie d’imposer à l’Angleterre un modèle de type français (autoritaire centralisé catholique) et Olivier Cromwell qui va l’emporter, fait décapiter Charles 1er et devient lord protecteur. Protestant puritain qui s’appuie sur une

armée bien organisée et engagée. Il ne réussit pas à fonder sa propre dynastie. 8 mai 1660 : restauration de Charles 2 Steward qui monte sur le trône : semble ne pas avoir appris grand-chose de l’histoire : il a un modèle, celui de Louis XIV ce qui ne plait pas aux anglais. Les clivages continuent à se renforcer sous Charles 2. 1685 : Jacques 2 : nouvelle révolution. 1er février 1689 : Jacques 2 est déchu de la royauté. Sa fille Marie monte sur le trône et est mariée à Guillaume d’Orange. Règne de transition qui permet à une sœur de Marie (Anne) de monter sur le trône. Par ce biais, une dynastie allemande devient souveraine de l’Angleterre. 2. Les acteurs 1er groupe : petite aristocratie foncière, bourgeoisie de Londres : gentry anglaise : propriétaires terriens, pas tous nobles mais ils vivent à la campagne. Nombre d’entre eux ont un titre de noblesse, ce sont des conservateurs. Proches de l’église anglicane, c.-à-d. d’une forme du protestantisme très proche de l’Eglise catholique. Ne reconnaissent pas l’autorité du pape. Gentry se met au service, se rapproche et collabore avec un 2ème groupe : aristocratie autour du roi : la haute noblesse dont fait partie le roi. Il existe un certain nombre de catholiques dans ce groupe. Ce qui prévaut comme modèle c’est le modèle de l’absolutisme royal de droit divin qui fait du roi le sommet de la pyramide sociale et qui fait des membres de la chambre des lords les auxiliaires naturels de cette puissance royale. 3ème groupe : Tire ses revenus de l’artisanat et du commerce, beaucoup plus lettrée que les propriétaires fonciers, intérêts différents. Marchands, bourgeois, artisans vivent de leur travail, de leur habileté dans l’exercice de leur négoce et refusent l’arbitraire royal. Marchands s’affirment petit à petit comme un acteur important sur l’échiquier politique. Il secrètent une extension. Les marchands vont, eux, soutenir de manière intense le parlement. Non pas la chambre des Lords. Chambre des communes va devenir lieu *** + enjeu principal de leur combat démocratique. 3. Le contexte Religieux : Protestantisme se divise => clivage supplémentaire. Oppose les anglicans, proches de la High Church, et les sectes protestantes (puritains qui jouent un rôle de conscience majeur). Sectes protestantes nourrissent le combat de la bourgeoisie. Politique : Angleterre du 17ème siècle est en train de préparer sa domination du 18ème et 19ème s. Se lance sur la scène internationale et s’oppose à l’Espagne et la France. Empire en Amérique du Nord et aux Indes ce qui renforce le clivage entre marchands et propriétaires fonciers. Le commerce international bénéficie d’abord à la bourgeoisie,

renforce son pouvoir et ouverture sur le monde. ** ? pour qui ? Exutoire tout à fait naturel en Amérique du Nord. Economique : pas formidable du point de vue agricole. Hivers durs, étés froids => renforce l’importance de cette nouvelle classe économique, la classe bourgeoise. Renforce le poids du commerce et de l’industrie dans la société anglaise. Pouvoir politique et économique vont souvent de pair. 4. Des effets Renforcement du parlementarisme : le parlement va devenir le lieu central de la vie politique anglaise. Va progressivement augmenter le poids du peuple par rapport au poids des privilégiés. Rôle essentiel en 1688 => Bill of Rights : 1688 : loi sur les droits : première déclaration des droits de l’homme (pas encore universel). Première reconnaissance officielle que chaque citoyen a des droits inaliénables : droits à la protection judiciaire, propriété, liberté, … On quitte progressivement le monde de l’Europe moderne. 5. Chapitre II : Les transitions finales B. 1773 et la Boston Tea Party 1. Les faits Nuit de décembre 1773 à Boston (45 000 habitants). Silhouettes se dirigent vers le port. Emplumées, corps marqués de tatouages => indiens, du moins déguisés en indiens. Des habitants se sont déguisés en indiens pour monter sur plusieurs bateaux anglais dans le port de Boston et jeter à la mer la cargaison de thé que chacun portait : Boston Tea Party. Ils l’ont jeté parce qu’ils refusent de payer des taxes élevées sur ce produit. Ils refusent de payer des taxes parce qu’ils estimes que, contrairement à la Magna Carta, la tradition anglaise, ils n’ont pas consentis à payer cette taxe. Ils n’ont pas voté. La population des 13 colonies d’Amérique du Nord n’a aucun député au Parlement. Seul possibilité = pétitions. Gouvernement cristallise l’opposition des forces en présence. Sur place, un mouvement extrêmement fort devient de plus en plus grand. Soit il se casse, soit le mur se casse. 2. Les forces en présence Loyalistes : minoritaires fidèles à la couronne. Souvent des immigrés de date relativement récente. Ils vont constituer l’essentiel des contrerévolutionnaires. « Insurgents » : révolutionnaires qui estiment que, puisqu’ils sont soumis à des règles absurdes à leurs yeux en matière de taxes et de

commerce, ils doivent se séparer, conquérir leur indépendance. Interdiction de développement industriel + taxes importantes. Traité de Paris 1763 renforce la suprématie de l’Angleterre en Amérique du Nord. Nouvelle France (Québec) entre dans le giron anglais et les anglais obtiennent la vallée du Mississipi/Missouri. Pour les colons, la situation n’est pas améliorée. Restrictions restent fortes sur toute une série de produits => conclusion simple : aucune amélioration n’aura lieu tant que les 13 colonies feront partie de l’Angleterre. 3. Le contexte 4 juillet 1776 : Déclaration d’indépendance des Etats-Unis, début de la révolution américaine proprement dite. Idéologie s’exprime : préambule à la déclaration : on va reconnaître à tout individu le droit à la poursuite du bonheur. On passe de l’honneur (valeur aristocratique) au bonheur (valeur bourgeoise) dans un texte fondateur d’un état que cela va figurer. La déclaration ne va pas se concrétiser avant un certain nombre d’années (+ ou – 8 années de guerre civile). 1778 : soutien de la France (Marquis de Lafayette). 1787 pour que la constitution américaine soit promulguée. Révolution = coup d’accélérateur à la démocratie. L’essor de la démocratie : puissance démocratique. Fin du 18ème s. est en train de naître la superpuissance du 20ème s. Nouveau foyer de rayonnement et de puissance. Une puissance concurrente : ?? 4. Des effets ??*** C. 1789 et la Révolution Française 1. Les faits Les Etats Généraux : sous le règne de Louis 16, les finances publiques ne correspondent plus du tout aux besoins. Constamment en déficit et l’état est pratiquement en faillite, incapable de satisfaire à ses obligations, si bien que le roi n’a pas d’autre solution que de convoquer les Etats Généraux : l’assemblée héritée du Moyen Age qui put consentir à augmenter l’impôt. Lorsque le roi les convoque il sait à quel point c’est dangereux. Il n’avaient pas été convoqués depuis 1609. On retrouve aux Etats Généraux des représentants de la noblesse, du clergé et du tiers-état (la bourgeoisie). L’Assemblée Nationale L’abolition de la féodalité

2. Les acteurs 3. Le contexte 4. Des effets

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful