You are on page 1of 14

Editions ENI

Utiliser et administrer une solution de Gestion de Contenu d’Entreprise

Alfresco

Collection Ressources Informatiques

Extrait

Tous les types de documents peuvent être utilisés dans Alfresco. Les détails d'un espace peuvent être visualisés dans des vues personnalisées. L'accès aux espaces est sécurisé. telles que des règles de sécurité. Microsoft Office. Mais les espaces ne sont pas seulement des dossiers statiques regroupant différents types de documents.Chapitre 6 A. 132 Alfresco . Des règles de contenu peuvent être déclenchées à partir d'événements se produisant sur les contenus d'un espace. HTML. un espace dit évolué. un espace de travail peut gérer tout type de contenu. les caractéristiques. B. Des modèles d'espace. Mais c'est aussi. les règles de gestion et les contenus d'un espace. Des recherches locales peuvent être lancées dans un espace particulier. ainsi que la possibilité de créer un nouvel espace à partir d'un espace existant. nous abordons la façon dont les contenus sont organisés dans Alfresco. dans Alfresco. etc. Les espaces peuvent contenir plusieurs niveaux de sous-espaces avec la possibilité d'hériter des propriétés et des comportements entre espaces et sous-espaces. Introduction Dans ce chapitre. permettent de reproduire rapidement l'organisation. À quoi servent les espaces de travail ? Dans Alfresco. comme nous l'avons dit. Adobe PDF. Les espaces de travail permettent de mettre en place une organisation correspondant à un plan de classement et de stockage des documents du système documentaire. Dans Alfresco. Seuls les utilisateurs invités peuvent intervenir sur les contenus d'un espace.Utilisation et administration . un ensemble de fonctionnalités qui lui sont attachées. L'ensemble de toutes ces fonctionnalités constitue. des workflows. que ce soit des documents aux formats texte. selon les rôles qui leur ont été assignés par l'administrateur ou par le propriétaire de l'espace. Flash mais également des images ou tout contenu multimédia. des règles de contenu. XML. un espace est d'abord un répertoire destiné à stocker des documents.

FTP.Recherche.Aspects.Sécurité. . lorsqu'un document entre ou sort de l'espace ou lorsqu'un document de l'espace est mis à jour (voir chapitre Gérer les contenus). WebDAV. (voir chapitre Gérer les contenus). . . . Ces actions peuvent être combinées pour créer des règles complexes permettant par exemple de convertir un contenu d'un format à un autre lorsqu'un document est ajouté à l'espace et de notifier par e-mail des utilisateurs. Des règles de validation permettent ainsi de mettre en œuvre des workflows simples sur les contenus d'un espace. Alfresco propose un certain nombre de workflows prédéfinis. Les aspects permettent d'ajouter des propriétés ou des comportements aux contenus d'un espace (voir chapitre Créer. .section Utiliser OpenSearch).Utilisation et administration 133 . La sécurité peut être définie au niveau d'un espace. Un espace peut-être associé à un lecteur réseau sur le poste de travail pour permettre de travailler sur les contenus par l'intermédiaire d'interfaces telles que CIFS.Workflow. etc. . L'administrateur peut autoriser certains utilisateurs ou certains groupes à exécuter certains types d'action sur les contenus d'un espace. éditer. Des workflows peuvent être associés aux contenus d'un espace. Des règles de contenu peuvent être créées au niveau d'un espace ou d'un sous-espace.Evénements. Les règles de contenu et les workflows sont déclenchés à partir d'événements qui se produisent dans un espace. modifier les contenus).Suivi de version. ã Editions ENI . Des scripts RSS peuvent être exécutés sur l'espace. Les informations concernant un espace peuvent être visualisées de différentes façons en fonction des modèles de présentation disponibles dans Alfresco ou créés par l'utilisateur. Ces workflows permettent de déplacer des contenus d'un espace vers un autre espace selon des décisions de validation ou de rejet. modifier les contenus).Règles de contenu. éditer.Syndication. ce qui permet à d'autres applications ou à des sites web de récupérer automatiquement les dernières mises à jour effectuées dans l'espace (voir chapitre Créer. . Une recherche avancée peut être limitée à un espace particulier (voir chapitre Rechercher des informations .Les espaces de travail Les fonctionnalités d'un espace évolué sont les suivantes : .All rights reserved Alfresco . .Vues personnalisées. De nombreuses actions prédéfinies sont disponibles dans Alfresco. Le suivi de version peut être activé au niveau d'un espace pour tous les documents ou pour certains documents spécifiques de l'espace (voir chapitre Gérer les contenus). c'est-à-dire. .Lecteur réseau. Le contenu d'un espace peut faire l'objet d'une syndication de contenu.

Cependant. cette hiérarchie correspond à une organisation d'espaces et de sous-espaces. Dans Alfresco.Utilisation et administration .Chapitre 6 C. Le nombre de niveaux de sous-espaces est théoriquement illimité. Ce plan est implémenté ensuite sous forme de hiérarchies de dossiers et de sous-dossiers respectant les règles de nommage et de sécurité préalablement définies. Les règles de contenu ou de sécurité définies sur un espace pourront s'appliquer à tous les contenus de ses sous-espaces. Alfresco présente une organisation d'espaces et de sous-espaces déjà créée depuis la racine Accueil (Company Home) : 134 Alfresco . pour des raisons pratiques. Dans l'interface web par défaut. Organiser ses espaces de travail Généralement l'organisation d'un système documentaire correspond à un plan préalable de classement et de stockage des documents. la multiplication d'un grand nombre de sous-niveaux peut nuire à l'ergonomie de l'application.

Les espaces de travail Différentes présentations sont disponibles. Vue synthétique et Vue personnalisée: .Utilisation et administration 135 . Vue en icônes.All rights reserved Alfresco . Les vues proposées sont les suivantes : Vue détaillée.Vue détaillée présente la liste des sous-espaces et des contenus sous forme de lignes de tableau : ã Editions ENI .

Vue personnalisée est désactivée et apparaît en gris clair dans la liste déroulante. de la date et des icônes de gestion pour chaque sous-espace et chaque contenu de l'espace courant : . de la description.Chapitre 6 .Vue en icônes affiche l'icône des sous-espaces accompagnée du titre.Vue synthétique liste les sous-espaces de l'espace courant accompagnés de leur titre et de leur description : .Utilisation et administration . 136 Alfresco .

vous devez d'abord choisir un modèle de présentation. cliquez sur le lien Appliquer le modèle.Les espaces de travail Pour activer l'option Vue personnalisée.Utilisation et administration 137 . k Pour cela. Dans la liste des modèles proposés. Alfresco . sélectionnez. cliquez sur le lien Visualiser les détails de la liste déroulante Actions supplémentaires : k Dans la rubrique Vue Personnalisée. my_spaces.All rights reserved L'espace Accueil (Company Home) est l'espace racine qui contient tous les sous-espaces de l'organisation documentaire fournie en exemple par Alfresco. par exemple. placez-vous dans l'espace concerné.ftl : L'option Vue Personnalisée est maintenant activée : ã Editions ENI .

Editions ENI Maîtrisez le code source (3ème édition) HTML 4 Collection Ressources Informatiques Extrait .

/HVLPDJHVHWDUULqUHSODQV $ /HVFRXOHXUVHQ+WPO  /DFRWDWLRQHQKH[DGpFLPDO &RPPH QRXV O·DYRQV GpMj pYRTXp GDQV OH FKDSLWUH /H WH[WH HW VD SUpVHQWD WLRQOHVFRXOHXUVVRQWOHSOXVVRXYHQWQRWpHVVHORQOHV\VWqPH59% 5RXJH 9HUW %OHX.

 DYHF SRXU FKDTXH FRPSRVDQWH XQ FKLIIUH GpFLPDO GH  j  /H +WPO D SUpIpUp H[SULPHU FHV FRPSRVDQWHV HQ YDOHXU KH[DGpFLPDOH EDVH .

 VRLW GH  j )) &HWWH QRWDWLRQ SOXV FRPSDFWH SUpVHQWH O·DYDQWDJH G·H[SULPHU HQ  SRVLWLRQV O·HQVHPEOH GHV FRXOHXUV GLVSRQLEOHV &HWWH QRWD WLRQHQKH[DGpFLPDODSSDUDvWrWUHDXSUHPLHUDERUGDVVH]GpFRQFHUWDQWH 0DLVFRPPHQWWURXYHUFHWWHYDOHXUKH[DGpFLPDOH" D /DFRQYHUVLRQSDUODFDOFXODWULFH 3DV WUqV pODERUpH VXU OH SODQ LQIRUPDWLTXH FHWWH VROXWLRQ SRVVqGH DX PRLQV O·DYDQWDJH GH SRXYRLU FDOFXOHU OD YDOHXU KH[DGpFLPDOH VDQV DSSOLFDWLRQV JUD SKLTXHV /HV DSSOLFDWLRQV GH :LQGRZV TXL SURSRVHQW O·pFUDQ GH FRXOHXU DYHF OHV YD OHXUV59%VRQWQRPEUHXVHV SDUH[HPSOHGDQV0LFURVRIW:RUG.

 © (GLWLRQV (1.  $OO ULJKWV UHVHUYHG N &RQYHUWLVVH] FKDTXH YDOHXU HQ KH[DGpFLPDO SDU O·DSSOLFDWLRQ &DOFXOD WULFHGH:LQGRZV  0DvWULVH]OHFRGHVRXUFH .

&KDSLWUH N 'DQV OH PHQX 'pPDUUHU  3URJUDPPHV  $FFHVVRLUHV  &DOFXODWULFH DFWLYH]O·RSWLRQ6FLHQWLILTXH N (QFRGH]ODYDOHXUjFRQYHUWLUHQFOLTXDQWVXUOHVWRXFKHVGHFKLIIUHVDYHF OHERXWRQ'HFDFWLI SDUGpIDXW.

 N 3RXUREWHQLUODYDOHXUKH[DGpFLPDOHFOLTXH]VXUOHERXWRQ+H[ (Q DQQH[H XQ WDEOHDX GH FRQYHUVLRQ GHV YDOHXUV GpFLPDOHV GH  j  HQYDOHXUKH[DGpFLPDOH  +70/ .

/HVLPDJHVHWDUULqUHSODQV E 'HVSHWLWHVDSSOLFDWLRQVGHFRQYHUVLRQ .  $OO ULJKWV UHVHUYHG G /HVpGLWHXUV+WPO 7RXV OHV pGLWHXUV +WPO SURSRVHQW ELHQ HQWHQGX OD SRVVLELOLWp GH FKRLVLU Q·LPSRUWHTXHOOHFRXOHXUDYHFVRQFRGHKH[DGpFLPDO &HUWDLQV pGLWHXUV +WPO SURSRVHQW PrPH GLUHFWHPHQW TXHOTXHV RXWLOV JUDSKL TXHVOLPLWpV PDLVVXIILVDQWV GDQVOHFDGUHGHODFUpDWLRQGHVLWHFRPPHOD WUDQVSDUHQFH O·DMRXW GH WH[WH VXU O·LPDJH OD FRQYHUVLRQ GH IRUPDW G·LPDJH ODVpOHFWLRQG·XQHSDUWLHGHO·LPDJHHWF 0DvWULVH]OHFRGHVRXUFH  .O HVW SRVVLEOH GH WpOpFKDUJHU GH SHWLWV SURJUDPPHV TXL DVVXUHQW OD FRQYHU VLRQ GH OD FRXOHXU HQ KH[DGpFLPDO  DLQVL +H[DFRORU JUDWXLW SRXU OHV SDUWL FXOLHUV TXH YRXV WURXYH] VXU OH VLWH ZZZKWPOHGLWFRP HW &RORU 7RKH[D SDU H[HPSOHHQWLqUHPHQWIUHHZDUH 8Q GRXEOH FOLF VXU OH UHFWDQJOH GH FRXOHXU GDQV &RXOHXU SHUPHW GH FKDQJHU GHFRXOHXU F /HVDSSOLFDWLRQVJUDSKLTXHV 7RXWHV OHV DSSOLFDWLRQV JUDSKLTXHV FRPPH $GREH 3KRWRVFKRS 3DLQW 6KRS 3UR 0DFURPHGLD )LUHZRUNV SURSRVHQW OD YDOHXU 59% GHV FRXOHXUV HW VRQ FRGHKH[DGpFLPDO © (GLWLRQV (1.

&KDSLWUH ­WLWUHG·H[HPSOHYRLFLODIHQrWUHGHFRXOHXUGH$GREH'UHDPZHDYHU&6 H 'HVVLWHV:HE 'H QRPEUHX[ VLWHV GHVWLQpV DX[ ZHEPHVWUHV SURSRVHQW GHV SDJHV TXL Gp WDLOOHQWO·pYHQWDLOGHVFRXOHXUVHWOHXUFRUUHVSRQGDQFHHQKH[DGpFLPDO 4XHOTXHV SDJHV :HE FRQVDFUpHV j O·LOOXVWUDWLRQ GHV FRXOHXUV VH WURXYHQW GDQVOHVH[HPSOHVGHFHWRXYUDJHWpOpFKDUJHDEOHVjO·DGUHVVHZZZHGLWLRQV HQLFRPH[HPSOHVGDQVOHGRVVLHUFRXOHXUV /HV IHXLOOHV GH VW\OH FI &KDSLWUH /HV IHXLOOHV GH VW\OH.

 RIIUHQW SDUPL G·DXWUHV SRVVLELOLWpV GH QRWDWLRQ GHV FRXOHXUV XQH QRWDWLRQ HQ 5*% QHW WHPHQW SOXV FRQYLYLDOH 3DU H[HPSOH OH URXJH SRXUUD rWUH QRWp  FRORU  UJE .

  /DGpVLJQDWLRQSDUXQQRP 3RXU GpVLJQHU GHV FRXOHXUV OHXU QRP SHXW rWUH XWLOLVp &HV QRPV GH FRX OHXUV VRQW HQ DQJODLV HW LO IDXW GpMj XQH FRQQDLVVDQFH SRLQWXH GH O·DQJODLV SRXU SHUFHYRLU WRXWHV OHV QXDQFHV HQWUH GHV QRPV GH FRXOHXU FRPPH FULPVRQJDLQVERURROGODFHHWF  +70/ .

QWHUQHW ([SORUHU RX )LUHIR[./HVLPDJHVHWDUULqUHSODQV (Q RXWUH FHV QRPV Q·RQW SDV pWp QRUPDOLVpV SDU OH :& HW FKDTXH QDYLJD WHXU .

 $OO ULJKWV UHVHUYHG KH[DGpFLPDO        &&&  )) )) )))) )) )))) )))) )))))) EODFN PDURRQ JUHHQ ROLYH QDY\ SXUSOH WHDO VLOYHU JUD\ UHG OLPH \HOORZ EOXH IXFKVLD DTXD ZKLWH QRP -DXQH %OHX )XFKVLD %OHXFODLU EODQF 0DvWULVH]OHFRGHVRXUFH  . D VD SURSUH OLVWH GH QRP HW QH UHFRQQDvW SDV OHV QRPV GH FRXOHXU GX FRQFXUUHQW /HV ULVTXHV G·LQFRPSDWLELOLWp VRQW GRQFWUqVpOHYpV /HVSURIHVVLRQQHOVGHODFRQFHSWLRQGHVLWHV:HEUHVWHQWG·DLOOHXUVILGqOHVjOD FRGLILFDWLRQHQKH[DGpFLPDOVDXISHXWrWUHSRXUTXHOTXHVJUDQGVFODVVLTXHV &RXOHXU 1RLU 0DUURQ 9HUWERXWHLOOH 9HUW2OLYH %OHXPDULQH 9LROHW &\DQIRQFp *ULVFODLU *ULVPR\HQ 5RXJH 9HUWFODLU © (GLWLRQV (1.

&KDSLWUH /HV IHXLOOHV GH VW\OH FI &KDSLWUH /HV IHXLOOHV GH VW\OH.

 RIIUHQW SDUPL G·DXWUHV SRVVLELOLWpV GH QRWDWLRQ GHV FRXOHXUV XQH QRWDWLRQ HQ 5*% QHW WHPHQW SOXV FRQYLYLDOH 3DU H[HPSOH OH URXJH SRXUUD rWUH QRWp  FRORU  UJE .

 % /HVLPDJHVGX:HE /HV LPDJHV RQW JUDQGHPHQW FRQWULEXp j OD SRSXODULWp GH :HE FUpDQW DLQVL VRQ DVSHFW FRQYLYLDO HW DWWUDFWLI TXL HQ IDLW XQ XQLYHUV GH FUpDWLRQ HW GH FRPPXQLFDWLRQjSDUWHQWLqUH 3RXU UpGXLUH DX PD[LPXP OH WHPSV GH WUDQVPLVVLRQ OH :HE UpFODPH XQ IRUPDWG·LPDJHUpGXLWHWGRQFFRPSUHVVp $YDQW G·LQFOXUH YRV LPDJHV LO HVW VRXYHQW LQGLVSHQVDEOH GH OHV FRQYHUWLU GDQV XQ IRUPDW FRPSUHVVp.

 FRPSDWLEOH DYHF OH :HE G·HQ RSWLPLVHU OD GLPHQVLRQ HW VXUWRXW OD WDLOOH HQ RFWHWV &HWWH PRGLILFDWLRQ QH SHXW VH UpDOL VHU TXH SDU GHV SURJUDPPHV JUDSKLTXHV FRPPH $GREH 3KRWRVKRS 3DLQW 6KRS3UR0DFURPHGLD)LUHZRUNVRX*LPS (Q FH TXL FRQFHUQH OD FRQFHSWLRQ GH SDJHV :HE OH SOXV JUDQG UpVHUYRLU G·RXWLOV VH WURXYH MXVWHPHQW VXU OH :HE $LQVL RQ SHXW IDFLOHPHQW UDSDWULHU GHVLPDJHVRXFOLSDUWVHQSRLQWDQWOHFXUVHXUGHODVRXULVVXUO·LPDJHHWHQ FOLTXDQWVXUO·RSWLRQ(QUHJLVWUHUGXPHQXFRQWH[WXHOTXLVHSUpVHQWHDORUV  +70/ .