You are on page 1of 74

SUPTEM SAFI Takabrout, route had hrara Safi - MAROC Tél. : 05-24-66-69-66 Fax : 05-24-66-69-65 http:// www.suptem.ac.

ma

IAE de PERPIGNAN DOMITIA 52 avenue Paul Alduy 66 860 PERPIGNAN Cedex FRANCE Tél. : 00.33.468.66.17.93/94 Fax : 00.33.468.66.17.89 http:://www.univ-perp.fr/iae

Mémoire de fin d’étude

Master 2 en Ingénierie banque et finance (Suptem-SAFI) Administration des entreprises (IAE-Perpignan)

Sous Thème : Le rôle des banques commerciales dans le financement des PME au Maroc

Préparé par : Mlle. SARAH CHAKHMANE Encadré par : Dr. MUSTAFA ELKHAYAT

Membres du jury: Mr. ABDELLAH ABOUSSOROR Mr. MONDOU CYRILL

Année universitaire : 2011/2012 1

2

Aucune œuvre humaine ne peut se réaliser sans la contribution d'autrui. Ce mémoire est le résultat d'un effort constant. Cet effort n'aurait pu aboutir sans la contribution de nombre de personnes. Ainsi se présente l'occasion de les remercier : Tout d'abord, Mr. MONDO CYRILL pour sa patience, la pertinence de ses conseils et l'extrême richesse de son enseignement. Toute fois La réussite d'un travail de thèse exige un esprit imprégné d'abnégation, une construction identitaire que l'étudiant ne peut faire tout seul. Il lui faut l'appui et l'assistance d'un accompagnateur qui sache être « ressource » pour lui et, tel un bon « coach », sache être l'entraîneur du champion en lui. A lors toute ma gratitude et mes sincères remerciements à Dr. MUSTAPHA ELKHAYAT, qui par son encadrement, ses conseils qu'il n'a cessé de me prodiguer, ses réflexions et sa constante disponibilité m'a permis d'enrichir davantage le contenu de cette thèse. A cette occasion je tiens ensuite à exprimer toute ma gratitude à ma grande famille SUPTEM-SAFI (corps professoral, staff administratif) et à mes chers collègues étudiants qui par leur sympathie et simplicité vont rester toute ma vie gravé dans mon cœur. En outre, nous remercions tous ceux qui nous ont aidés quotidiennement ou ponctuellement et qui nous ont encouragés dans notre travail et surtout Mr. KABBACHI YASSINE.

Sommaire Introduction 3

1 : besoins de financement lié a l’investissement.3 : Image de la PME marocaine.2: Le rôle de la banque pour le financement de la PME.Partie I: Approche générale sur la PME : CHAPITRE 1 : Conceptions générales sur la PME.1 : Systèmes de financement des PME Section 2.2 : le profil de financement au Maroc Section 2.3: La Procédure de Traitement des Dossiers de Crédit Entreprise ou Crédit d’Investissement Conclusion de Première Partie. Section 1. Section 1. Section 1. Conclusion Bibliographie Annexes Introduction 4 .1: Le groupe banque populaire et la PME Section 2.2 : besoins de financement lié a l’exploitation.3 : besoins de financement lié a l’innovation. CHAPITRE 2: La banque et la PME Section 2. CHAPITRE 2 : financement des PME au Maroc. Section 1. Section 1.3 : Questionnaire sur le financement des PME. Section 2. Partie II : Les Modalités de financement des PME au Maroc : CHAPITRE 1 : Les besoins de financement des PME au Maroc.2 : Les forces et les faiblesses de la PME. Section 1. Section 2.1 : Définitions et rôles de la PME dans le développement économique et social au Maroc.

mais dont la contribution à l'emploi est intéressante. les pouvoirs publics se sont attelés à lui assurer un environnement macro-économique. Elles constituent la forme dominante d’organisation de l’entreprise. par conséquent favoriser la régionalisation et enfin. réglementaire et fiscale transparent. juridique. rationaliser la production par la diminution des coûts qui permet l'amélioration de la concurrence de l'économie sur les marchés étrangers. de dynamisme et de flexibilité aussi bien dans les pays industrialisés avancés que dans les économies émergentes et en développement. mais l'option pour les grandes unités industrielles n'a pas répondu aux attentes prévues. De ce fait pour favoriser le développement de la PME partout où elle existe. elle permet de décentraliser les investissements. La PME fait l'objet actuellement d'une étude particulière dans la mesure où elle participe au développement économique et social du pays. Cette catégorie d'entreprise peu capitaliste. Dés les années 60 l'industrialisation a été inscrite parmi les objectifs du développement. Il devient donc nécessaire de développer des PME capables de promouvoir l'économie nationale et de donner une nouvelle poussée en avant. son rôle et les divers aspects théoriques qui l'entourent ainsi que ses moyens de financement au Maroc. La deuxième partie sera consacrée à une étude empirique afin de dégager les difficultés d'accès des PME aux sources de financement et suggérer des recommandations pour son épanouissement. de mobiliser l'épargne privée. surtout dans un pays comme le Maroc où le problème du chômage tend à s'intensifier chaque année. L'importance de la PME vient du fait qu'elle est dotée d'un certain nombre d'atouts irremplaçables. nous allons présenter dans une première partie la PME. c'est l'outil le plus efficace pour mobiliser la volonté et les capacités créatrices humaines. De ce fait. 5 . stable et prévisible et lui faire bénéficier de renforcement du dispositif financier national à travers la modernisation du secteur financier et l'apport d'une assistance technique au secteur bancaire afin d'améliorer l'investissement au niveau des PME.Les petites et moyennes entreprises (PME) forment l’armature de toutes les économies et sont une source essentielle de croissance économique. Les petites entreprises jouent un rôle particulièrement important dans la mise sur le marché de techniques ou de produits innovants.

CHAPITRE 1 : Conception générale sur les PME La plupart des études et recherches en matière de développement économique mettent de plus en plus l'accent sur la capacité potentielle des petites et moyennes entreprises (PME) d'être un facteur de croissance économique. Les raisons en sont pour 6 .

Section 1. ou encore à la difficulté de disposer des compétences et des qualifications nécessaires. Lors de sa création. Celle-ci exige. son rôle dans la vie économique et sociale. la souplesse de leur gestion. doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances. Il y a donc un décalage dans le temps entre les paiements et les encaissements concernant aussi bien les investissements que l’exploitation. en vue de jouer pleinement son rôle de création de richesse. achats des matières et fournitures. souvent. l’entreprise doit d’abord engager des dépenses avant de percevoir des recettes : réalisation des investissements matériels (terrains. et utiliser au mieux les moyens dont elle dispose. la rapidité de leur réaction et leur capacité d'adaptation aux exigences d'un environnement de plus en plus pressant.La définition de la PME à travers les approches quantitatives : En règle générale. les approches quantitatives utilisent des critères permettant de cerner plus rapidement et facilement la notion de 7 . à la faiblesse et au cloisonnement du marché intérieur. des marchés financiers ou d’autres bailleurs de crédits.l'essentiel. L'objet de ce chapitre se limite dans la présentation des diverses définitions de la PME. ses forces et ses faiblesses. installations. à l’issue de la production et de la commercialisation. constructions) . puis au cours de son développement. l'adaptation d'une stratégie adéquate et cohérente en matière de promotion et d'assistance. l’entreprise au moment opportun. ces entreprises au Maroc se heurtent encore dans l'exercice de leurs activités à de multiples contraintes liées notamment au monopole des grandes entreprises. Paragraphe 1. puis l’image de la PME au Maroc. Autant de difficultés qui menacent les performances économiques et financières de la PME. que des recettes seront encaissées après la réalisation des ventes. prévoir la rémunération de la main d’œuvre).1 : définitions et rôles de la PME dans le développement économique et social au Maroc. Ce n’est qu’ultérieurement. Ce décalage crée des besoins de financements que l’entreprise devra couvrir en se procurant des fonds selon différentes modalités. Cependant. qui sont beaucoup moins ouverts à leurs demandes qu’à celles des entreprises de plus grande taille. C’est à ce moment-là que. des procédures administratives. se pose le problème de l’obtention de financements auprès des banques. Pour exercer son activité.

C’est ainsi que la définition donnée au niveau de la loi formant charte de la PME1 permet de délimiter les entreprises pouvant bénéficier des avantages de la charte. 1 Dahir n°1-02-188 du 12 Joumada I 1423 (23 juillet 2002) portant promulgation de la loi n° 53-00 formant charte de la petite et moyenne entreprise. Quelques approches multicritères ont également été élaborées pour mettre en avant. ventes . L’introduction de la Petite et Moyen Entreprise en Bourse : le rôle de l’expert-comptable Paragraphe 2 : La définition de la PME à travers les approches qualitatives : Utilisant des repères théoriques. fournisseurs…etc. à côté de l’élément humain toujours prédominant. En tant que tel. Les critères quantitatifs généralement retenus pour délimiter ou étendre le champ d’application d’une loi sont au nombre de trois. le chef d’entreprise est omniprésent et son rôle est considéré comme déterminant. Octobre 1984. à savoir l’aspect humain lié à l’entreprise.l’impossibilité de se procurer des capitaux en recourant au marché monétaire et des difficultés d’obtenir des crédits. Pour trouver des fonds et investir.des contacts personnels étroits entre les propriétaires et leur personnel. à savoir. Qu’est-ce qu’une PME ? Six critères qui permettent enfin de les identifier. 8 . les dirigeants de PME recourent le plus souvent à l’autofinancement. Julien.PME. sociologiques ou analytiques.le manque de position de force pour négocier les achats et les 2 P. les approches qualitatives convergent toutes autour d’un élément important qui revient avec constance.A.un personnel de direction relativement peu spécialisé . d’autres caractéristiques plus Descriptives2 : . le total du bilan et l’effectif. . dans le but de lui appliquer des dispositions législatives spécifiques notamment dans le cadre d’une politique industrielle ou fiscale. Le Devoir. . le chiffre d’affaires. . clients.

Cependant. . petites et moyennes entreprises (2003/361/CE).le type d’objectifs de la direction et la stratégie suivie . les approches quantitatives convergentes pour souligner la personnalisation de la gestion de la PME. la Commission Européenne est intervenue en 2003 pour modifier et standardiser cette définition4. de références. Revue Française de Gestion. Elles font ainsi émerger de multiples typologies de PME selon : . Paragraphe 3 : Panorama des définitions de la PME Parmi les différentes définitions données à la PME. sa performance 3 M. Mars-Avril 1978. Ainsi. « Pour une théorie de l’organisation PME ».le type de propriété . .l’organisation . Qu’elles soient monocritère ou multicritères. . l’importance du rôle du dirigeant3 est l’invariant fondamental permettant de les distinguer des grandes entreprises. Trois cas de figure existent : Le critère de l’effectif demeure l’un des plus significatifs et est imposé comme critère principal selon la Commission européenne. En dépit de l’hétérogénéité caractérisant l’univers des PME.les secteurs et opportunités de marché. . 4 Voir la recommandation de la Commission du 6 mai 2003 concernant la définition des micros.la situation financière…etc. des critères financiers ont été introduits dans le but d’appréhender la véritable importance d’une entreprise. 9 . Gervais.Les approches qualitatives multicritères sont nombreuses et variées. nous avons sélectionné celles. est considérée comme PME toute entreprise ayant : · Un effectif de moins de 250 personnes · Un chiffre d’affaires annuel n’excédant pas 50 Millions d’euros ou un total bilan n’excédant pas 43 millions d’euros · L’indépendance : l’entreprise ne doit pas être contrôlée à plus de 25% par une autre entreprise qui n’est pas elle-même PME. utilisées sous différents cieux : • Sur le plan européen : Pour faire face à la divergence des définitions données par les différents pays européens aux PME.

Ainsi. les seuils retenus pour qualifier une entreprise de PME varient 5 Source : Communication de la Commission européenne.eu/enterprise/enterprise_policy/sme_definition/sme_user_guide_fr. C’est la raison pour laquelle la Commission européenne a combiné ce critère avec celui du total bilan qui reflète l’ensemble de la richesse de l’entreprise. 10 . que le chiffre d’affaires. ne pourrait pas être retenu comme le seul critère financier déterminant de la PME car il pourrait varier largement selon la nature du secteur d’activité.et sa situation par rapport à la concurrence.pdf • Aux Etats-Unis : L’originalité de la définition donnée par les Etats-Unis réside dans la différentiation apportée par rapport au secteur d’activité de la PME. Source : http://ec. Le tableau ci-dessous5 résume les seuils quantitatifs fixés par la Commission européenne pour définir les PME6 : Type d’entreprise Moyenne entreprise Effectif 250 UTA7 Chiffre d’affaire 50 Million EURO (auparavant 40million) Petite entreprise Micro entreprise 50 UTA 10 UTA 10 Million EURO (auparavant 7 Million) 2 Million EURO 10 Million EURO 2 Million EURO Total du bilan 43 Million EURO La PME est définie dans l'UE « comme une entreprise qui occupe moins de 250 salariés et dont le chiffre d'affaire annuel n'excède pas 50 millions d'Euros ou le total du bilan annuel n'excède pas 43 millions d'Euros. »8. 6 UTA : Unité de travail par an.europa. 7 UTA: Unité de travail par année. 8 Extrait de l'article 2 de l'annexe à la recommandation 2003 /361/CE. Il est important de noter.

à 13. on a été amené à ajouter au nombre de salariés et le chiffre d’affaires ou le montant des actifs. C'est la définition officielle de la PME au Maroc.l'absence de position dominante dans son secteur d'activité.l'indépendance tant pour la détention du capital que pour la gestion . copropriétaires ou actionnaires.En effet. Or. Selon l'article premier de la charte.selon qu’elle opère dans l’industrie manufacturière. et à 17 millions de dollars dans la construction. Le chiffre d'affaires annuel doit être inférieur à 5 millions de dollars dans les services. Ces classifications. Des critères de taille et de chiffre d'affaires sont ajoutés et varient suivant les secteurs d'activité. mais ce seuil est porté à 1 500 dans l'industrie manufacturière. les services ou encore la construction. . on entend par PME : « toute entreprise gérée et/ou administrée directement par les personnes physiques qui en sont les propriétaires. une PME est celle qui emploie moins de 500 salariés. elles ne permettent pas de différencier les entreprises très capitalisées et celles utilisant surtout de la main d’œuvre. Une politique crédible de développement de la PME ne peut se concevoir sans ce préalable. une différenciation par secteur de fabrication ou secteur commercial. Certains chercheurs ont même proposé des critères qualitatifs basés sur une approche managériale et organisationnelle. le concept de la PME est un concept relativement flou à cause de la grande hétérogénéité qui le caractérise. • Au Maroc : La PME selon la charte de 2002 : Une définition claire de la PME marocaine s’imposant à tout le monde est indispensable pour cerner cette entité spécifique et en étudier les caractéristiques. peuvent avoir des limites . le chiffre d’affaires ou le montant des actifs ont été proposées. La PME est définie selon deux critères cumulatifs : . En général. Des classifications basées sur des critères quantitatifs comme le nombre des salariés. bien qu’adoptées par plusieurs pays. et qui n'est pas détenue à plus de 25% 11 .5 millions de dollars dans le commerce. Pour lever cette difficulté. qui essaie de l'identifier juridiquement et d'énumérer des critères complémentaires.

au cours des deux derniers exercices. il est fait addition des effectifs permanents et des chiffres d'affaires annuels hors taxes ou des totaux des bilans annuels de PME et des autres entreprises précitées.O n°5036 du 15/09/2002 12 . Paragraphe 4 : Les limites des définitions de la PME : 9 Charte de la PME/PMI DE 2002Dahir n° 1-02-188 du 12 joumada I 1423 (23 juillet 2002) B.du capital ou des droits de vote par une entreprise ou conjointement par plusieurs entreprises ne correspondant pas à la définition de la PME »9 En outre. . renforcer la cohésion sociale en luttant contre le chômage. Lorsqu'il s'agit d'une PME qui détient directement ou indirectement plus de 25% du capital ou des droits de vote dans une ou plusieurs entreprises. Une définition basée sur des critères quantitatifs et qualitatifs a été proposée par le groupe de réflexion initié par le gouvernement et chargé de définir une stratégie pour le développement de la PME : -les critères quantitatifs utilisés sont l’effectif. sont considérées comme PME .les entreprises ayant engager un programme d'investissement initial global n'excédant pas 25 millions de dirhams et respecter un ratio d'investissement par emploi de moins de 250 000 dirhams. les PME doivent répondre aux conditions suivantes : . sans toutefois que le total de chacun de ces critères dépasse les seuils fixés ci-dessus. soit un chiffre d'affaires annuel hors taxes n'excédant pas 75 millions de dirhams.Pour les entreprises existantes : avoir un effectif permanent ne dépassant pas 200 personnes et avoir réalisé. et contribuer au développement régional. le chiffre d’affaires et le total bilan : Cette définition reste l'un des vecteurs appropriés pour relancer l'activité économique. soit un total de bilan annuel n'excédant pas 50 millions de dirhams.Pour les entreprises nouvellement créées (toute entreprise ayant moins de deux années d'existence).

13 . Cette organisation entraîne de faibles coûts de structure ce qui peut lui donner un avantage concurrentiel par rapport à la GE. On constate qu'il est impossible de dégager une définition orthodoxe valable pour tous les pays ou même pour un seul.etc. et le développement disproportionnel d'un secteur à un autre ou d'une branche par rapport à une autre. De plus. zone. Cependant. indemnités de licenciement par exemple). étant donné de développement inégal des différentes régions ainsi que la dissémination très irrégulière de la population sur le territoire national. il est impératif de définir la PME sur la base des critères d'éligibilité dans le cadre général d'une définition par région. ils peuvent se sentir plus impliqués dans la pérennité de la PME car cette dernière n'offre pas toutes les possibilités d'une GE en cas de licenciement (reclassement.. Section 1.) ainsi une telle définition ne devra pas par conséquence retenir simplement des plafonds maximum ou planches minimum. mais prendre en considération les paramètres pris dans notre réalité socio-économique. le prix. Les niveaux hiérarchiques étant souvent très réduits. les salariés peuvent être plus motivés que dans une GE... la PME devra faire en sorte que ces coûts soient absorbés par les ventes futures. Dans les PME.. L'information circule également de manière plus efficace même si elle revêt un caractère informel. En effet.Après avoir exposé les différentes définitions de la PME. la taille de la PME permet aux salariés d'être plus souvent associés aux prises de décisions..2: Les forces et les faiblesses de la pme au Maroc : Paragraphe 1 : Les forces de la PME : La PME présente généralement une structure simple et flexible qui lui permet d'être réactive à toute modification de l'environnement. Au Maroc. autrement dit. les salaires. branche. les processus de décisions sont plus rapides pour régler les problèmes liés à l'activité. Le chiffre d'affaires de l'électromécanique par exemple ne doit par être le même que celui de l'agro-industrie.. la définition doit prendre en compte plusieurs facteurs socio-économiques (le niveau de vie. dans une phase d'expansion qui pourrait entraîner des modifications de sa structure.

Elle est une entité propre qui possède des atouts originaux. La capacité d'adaptation à la conjoncture est essentielle.La PME ne peut être considérée comme un simple modèle réduit de l'entreprise ou pire encore comme l'inverse de la grande entreprise .L'efficacité : Etant donné que les charges de structures sont plus faibles dans ce type d'entreprise.La qualité et simplicité des relations sociales : La modestie de la taille des PME leur permet une gestion du personnel plus efficace et plus économe : Plus efficace parce qu'elle se traduit souvent par une grande souplesse d'utilisation de la main d'œuvre et par une meilleure implication de celle-ci.3. Si la PME est mono-produit. qui sont principalement au nombre de trois : 1. ou d'un seul fournisseur s'expose à un risque économique très important.1. la PME est vulnérable de par son domaine d'activité. 1. La PME qui dépend d'un seul client. De ce fait elles peuvent aisément maîtriser l'ensemble des données de leur environnement. Cette "veille" peut être coûteuse à la PME. Paragraphe 2 : Les faiblesses de la PME : La taille de la PME est aussi un handicap. En effet. Cela revient à dire que les grandes entreprises se caractérisent par une certaine rigidité de structure défavorable à l'adaptation rapide au changement. Les PME vont obtenir par conséquent un coût de revient plus faible que celui des grandes firmes. 14 . Plus économe parce que la main d'œuvre y est en générale moins qualifiée et peu syndicalisée ce qui tend à réduire le coût du travail. L'agressivité de la GE doit conduire la PME à mettre en place une "veille" pour maintenir sa position de leader dans son secteur d'activité.2. une chute de la demande entraînera une baisse des revenus que la PME ne pourra pas compenser par un autre produit. Le tissu de la PME réagit à un déséquilibre économique de manières différentes selon des situations respectives des entreprises. par exemple dans la grande distribution. 1. ce sont souvent handicapés et paralysées par leur bureaucratie interne et la longueur de leur communication.La flexibilité : La flexibilité peut être définie comme la capacité de s'adapter rapidement aux variations qualitatives et quantitatives de l'environnement. cette qualité se trouve en particulier chez les PME.

Ceci se traduit le plus souvent par une sous-performance des PME marocaines. vu les nombreux problèmes qu'elles rencontrent. la PME peut rencontrer des rigidités au changement.1. les banques sont souvent réticentes à accorder des crédits quand les PME ne sont pas adossées à de grands groupes. En effet. en analysant. 30% des exportations. les PME manquent de moyens techniques et financiers et elles ont souvent un capital humain en manque d’encadrement. 20% de sa valeur ajoutée. Le dispositif statistique actuel ne permet pas d'avoir une visibilité sur le comportement des Petites et Moyennes Entreprises (PME) marocaines.Les sources de faiblesse des PME au Maroc : Les Petites et Moyennes Entreprises ont une forte prédominance dans le marché marocain. En cas d'évolution. De plus. se moderniser et faire face à la concurrence. de formation et de compétences. Le Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières s'intéresse à la question. Mais leur impact est très faible. La PME devra s'appuyer sur ses forces et limiter l'impact de ses faiblesses pour déterminer la stratégie la mieux adaptée à son activité et à sa position dans l'environnement économique. les salariés ont des évolutions de carrière (verticales et horizontales) moins importantes que dans les GE. Un changement pourrait les conduire à assumer des nouvelles fonctions pour lesquelles ils ne sont pas formés et ainsi modifier le climat social. puisqu'elles englobent la moitié de la population active du pays. Pourtant. 50% de l'investissement national et 95% des entreprises marocaines. Dans une PME.La PME peut également rencontrer des problèmes de financement liés à son développement. les PME rencontrent de vraies difficultés pour se développer. 2. avec 95% du tissu économique national. Malgré ce poids exceptionnel. un manque de compétitivité et un taux d’échec élevé. 15 . il s'agit bien du centre névralgique de notre économie. malgré le manque de statistiques pertinent. les vrais dysfonctionnements et réels besoins que rencontrent ces entreprises. La PME soufre d'un ensemble d'handicapes aussi multiples que divers qui se situent presque au niveau de toutes ses fonctions et réduisent de ce fait ses capacités de production et de commercialisation.

69 % des exportations du secteur. . plus que par le passé. etc. largement majoritaire dans le groupe. . cliniques. je retiendrai celle qui se base sur les agrégats du nombre d’emplois –maximum 200.22. la PMI représente au Maroc : . et la poussent à se focaliser sur la survie à la place de l’innovation contrairement aux pays développés. Précisons tout d’abord que l’appellation PME renferme une notion globale intégrant la PMI.87.… Vu qu’il existe plus qu’une définition de la PME au Maroc. 16 .38 % du chiffre d’affaires total du secteur.3 : Image de la PME Marocaine : Paragraphe 1 : La PME au Maroc Il y a lieu de souligner qu’aujourd’hui.20. Les PME sont devenues une composante essentielle du tissu économique. En application de ces critères.Ces défis rendent le développement de la PME et son évolution très difficiles. le financement des PME constitue l’un des thèmes des débats économiques les plus importants dans notre pays. cabinets d’avocats. cabinets de médecins.65 % du nombre total des entreprises du secteur industriel. et une catégorie de PME spécifique. que nous pourrions baptiser PME tertiaire formée par un ensemble d’activités libérales telles que : écoles privées. Section 1.et du chiffre d’affaires – maximum 50 Millions de Dhs -. et un acteur fondamental dans le développement du pays.

beaucoup moins nombreuses.2. jouent un rôle essentiel dans notre économie. les PME (Petites et Moyennes Entreprises). La PME est en outre à la base de la tertiairisation de l’économie du Maroc. restent d’un niveau technique et de rémunération inférieurs par rapport aux grandes entreprises. Contrairement à ce que l'on pourrait penser. elles constituent la majeure partie de notre tissu économique. Face aux grandes entreprises. cependant. Le poids important du tertiaire. 17 .Rôle de PME au Maroc : La PME joue un rôle social indéniable au Maroc. ne doit pas cacher qu’il s’agit pour une part importante d’activités de faible valeur ajoutée ou d’activité de subsistance et non d’activités dites quaternaires qui caractérisent l’essor de ce secteur dans les pays développés .1. La PME ne constitue pas encore le vecteur par lequel s’initie le développement des Activités à grande valeur ajoutée et à fort potentiel d’expansion et n’assume pas encore son rôle comme vecteur essentiel de l’équilibre régional et de la croissance économique. La domination numérique de la PME contraste avec sa part dans le PIB. Elle permet de lutter contre le chômage et d’atténuer l’effet négatif de l’exode rural. Mais les emplois qu’elle crée.

dans un premier temps. 11 Synthèse : Direction de la politique économique générale « les PME au Maroc éclairage et propositions ». Chapitre 2 : La banque et la PME Section 2. gaz et eau. au-delà nous entrons dans le cadre de la grande entreprise.Il convient de définir les PME. de définir ce qu’englobe le vocable « Petite et Moyenne Entreprise ». facteur de croissance économique : Selon la direction des statistiques11. afin d'appréhender dans quelle mesure elles sont déterminantes pour notre activité économique. leur chiffre d'affaires doit être inférieur à 30 millions d'euros.D'après le graphique ci-dessous . l'artisanat et le BTP. 1. les communications. 10 Institut national de la statistique et des études économiques. la PME est présente dans tous les secteurs d'activité économique avec un taux de 98% : l'industrie.Le Groupe Banques Populaires est le partenaire financier de 60% des PME/PMI.Une création d’entreprise sur deux est financée par le Groupe Banques Populaires . 18 . Synthèse du chapitre : Le présent chapitre s’est proposé.1 : Le groupe banque populaire et la PME : La promotion. la PME occupe certainement une place de grande importance en vue de sa participation efficace à la promotion de dimension sociale et du développement économique. La portée de notre engagement envers le secteur des entreprises est telle que : .La PME. les services financiers . Il a été démontré qu’il n’existe pas de définition unique ou universelle de la PME mais que chaque organisme ou gouvernement retenait un certain nombre de critères lui permettant d’attribuer aux entreprises le qualificatif de PME. après avoir dans une première partie déterminé les caractéristiques économiques et juridiques des PME. La nomenclature de l'INSEE10 considère que l'effectif des PME ne doit pas dépasser 500 salariés. les commerces et enfin les services qui englobent le tourisme. où cette participation est uniquement de 50%. la part des PME est de plus de 90% dans toutes les branches d'activité sauf celle de la production et de la distribution d'électricité. d'envisager les causes de leur dynamisme et de leur fragilité dans une seconde partie. Dans ces conditions. De même. le financement et l’assistance à la PME constituent l’un des domaines où l’action du GBP est décisive. Dans une économie en voie de développement comme celle du Maroc. il apparaît intéressant.3. le transport.

A noter que le GBP a financé.1. depuis le démarrage du programme en 1988 à ce jour.1 : outils et produits de 1. Sous-Paragraphe financement Ainsi.600 projets. réservé aux jeunes créateurs d’entreprises dont les difficultés sont la faiblesse des fonds propres et l’absence de garanties. des garanties.1. toujours veillé à consolider ses relations par l’amélioration constante de sa prise en charge et son accompagnement à travers une structure décentralisée et rapprochée. finançant jusqu’à 70% du coût du projet sur une durée pouvant atteindre 7 ans dont un différé pouvant aller jusqu’à 2 ans.500 Millions de DHS.Crédit Jeunes Promoteurs et Jeunes Entrepreneurs : un des financements les plus avantageux du marché. ces outils ont été pensés de nature à satisfaire les besoins des PME.2. et pallier à leurs insuffisances en matière de financement. . sur la base de critères fixés par la loi. par conséquent. Sa durée peut atteindre 12 ans dont 1 à 3 ans de différé. permettant de financer entre 70 et 80% du coût du projet d’investissement y compris le terrain et les besoins en fonds de roulement.INVESTISSEMENT : . aussi bien au niveau de l’investissement. quelle que soit la problématique et la finalité de la PME. finançant 90% du coût du projet avec un maximum de 1 Million de DHS par bénéficiaire. soit une enveloppe de prêts conjoints de quelques 2. que des besoins d’exploitation. Le taux d’intérêt assortissant ce crédit est actuellement de 9%.Crédit à Moyen et Long Terme « IZDIHAR » (Prospérité en français) : produit créé par le Groupe Banques Populaires.1. 1. Ce crédit est assorti de taux d’intérêt avantageux et sa durée de remboursement peut aller jusqu’à 15 ans.Crédit Moyen Terme Réescomptable / PME : assorti d’un taux d’intérêt préférentiel de 8%. 1. des fonds propres.FONDS PROPRES : 19 . .500 emplois créés. le GBP s’est impliqué depuis longtemps dans le développement de cette catégorie d’entreprises et a. et 3 bénéficiaires.Paragraphe 1 : Le financement des PME au Maroc Conscient de l’importance de la PME. Il s’agit d’un prêt pris en charge à parts égales entre l’état et la banque. et une panoplie d’outils de financement. pour près de 23. plus de 5.

Bank al Amal. les crédits MT ou les crédits Jeunes Promoteurs et Entrepreneurs . dénominée « Reconversion compétitive des entreprises Marocaines». finance des projets dans lesquels participent des marocains résidant à l’étranger par l’intermédiaire de prêts participatifs. qui financent jusqu’à 85% du prix du matériel importé. 1. la société MOUSSAHAMA qui intervient dans les prises de participation directes au titre de la création et du développement des PME. . finançant 40% du programme d’investissement finançable. L’appui financier aux PME s’est concrétisé par la création et le déblocage de fonds de garantie à caractère général et sectoriel : 1/ La Caisse Centrale de Garantie (CCG) a été créée à cet effet.Aval Caisse Centrale de garantie destiné à garantir les crédits d’investissement en dirhams ou en devises.En ce qui concerne le capital risque ou capital investissement. sous forme de prise de participation directe.Fonds de Garantie oxygène de Dar Addamane qui couvre les crédits d’exploitation en faveur des PME dont le bilan est inférieur à 5 Millions DHS. . destinée au financement des PME ayant des projets de création. 2/ Les garanties de financement des investissements accordées par la Caisse Centrale de Garantie (CCG). en partenariat avec la BEI. Lignes de financement extérieurs.Crédits acheteurs négociés avec des banques étrangères. . le GPB dispose d’une filiale spécialisée. PROPARCO et COFIDES. de développement et/ou restructuration. Il s’agit en fait d’un apport de fonds propres avec partage de risques.3-LES FONDS DE GARANTIES : . .Aval Dar Addamane : destiné à garantir les prêts participatifs Bank Al Amal. sur une durée pouvant atteindre 15 ans.Ligne BEI IV. assortis de taux d’intérêt avantageux. des entreprises soumissionnaires ou adjudicatrices de marchés à l’étranger .1.Cautionnement conjoint de la Caisse Centrale de Garantie et de la banque. dont un différé maximum de 3 ans. destinée au renforcement des fonds propres des entreprises relevant des secteurs productifs et des services. 20 . destinés au financement partiel des programmes de mise à niveau.Ligne PROPARCO. proposés aux PME : .Fonds de Garantie de Mise à Niveau de la Caisse Centrale de Garantie (FOGAM) et de la Caisse Française de Développement dont l’objet est de garantir les Crédits Moyen ou Long Terme.

plafonnée à 1Million de DH par entreprise . Il prévoit d’accompagner 50 entreprises à fort potentiel chaque année sur la période 2009-2015 en leur attribuant une prime à l’investissement matériel et immatériel et peut qui couvre la 20% du montant de 5 total de de l’investissement atteindre somme millions dirhams. · Autres produits : Ce dispositif a été enrichi par les produits destinés aux entreprises et aux jeunes entrepreneurs 21 : · Création de TPE et J.ma · MOUSSANADA : Le programme Moussanada est un programme d’accompagnement des entreprises dans leur démarche de modernisation et d'amélioration de leur compétitivité. Il vise à accompagner 500 entreprises par an à améliorer leurs systèmes d’information sur les cadences de production et de commercialisation et peut. la logistique et le marketing.gov. 4/ Le Fonds de dépollution industrielle (FODEP).cdvm. La contribution financière du programme MOUSSANADA est de 60% du coût total de la prestation. l’apport de l’entreprise étant de 40%. Ce dernier a comme objectif d’aider les PME à renforcer leurs actifs corporels et incorporels.ww. tels que la qualité. Les deux programmes phares de l’ANPME sont : Imitiaz et Moussanada · IMITIAZ : Une des mesures prises par le pacte national de l’émergence industrielle (PNEI) est le programme Imtiaz.1.3/ Le Fonds de Garantie pour la Mise à Niveau « FOGAM ». par ailleurs.Les Mesures de l’ANPME : L’ANPME a entrepris un certains nombre de mesures en mettant en place des programmes d’appui à la compétitivité en faveur des PME marocaines.4.E (très petite entreprise et jeune entreprise) : _ Garantie des prêts à la création de la jeune entreprise _ Fonds d’appui à l’Auto-Emploi : Moukawalati 21 . couvrir des domaines variés. 1.

BESOINS D’EXPLOITATION : Quant au financement des besoins d’exploitation. Il est assorti d’un taux d’intérêt actuel de 7. qu’à moyen et long terme. .1. et 180 jours maximum pour les créances à terme. Le taux d’intérêt assortissant ce crédit est actuellement de 7. de l’accompagner pour le financement de son exploitation. 22 .1 : Financement en DHS.5%.Avance sur Créances à l’Export : destiné au financement des délais d’encaissement des exportations. de mobilisation de créances locales ou étrangères._ Fonds d’appui à l’auto-emploi dans les provinces du sud : Moussanada · Création de PME/Grande entreprise : _ Garantie des crédits d’investissement _ Fonds de promotion de l’enseignement privé : FOPEP · Développement : _ Garantie des crédits d’investissement : extension _ Fonds national de mise à niveau _ Fonds de soutien à l’innovation dans le secteur NTIC 1. les frais d’exploitation et de stockage. différentes lignes de crédit sont mises à la disposition des PME pour le financement des besoins de stockage. il est de règle dès lors que le Groupe Banques Populaires finance la création ou l’extension d’une PME. Paragraphe 1: Financement de l’activité internationale Le Groupe Banques Populaires propose diverses formules tantôt à court terme. . etc… Sa durée peut aller jusqu’à un an. en dirhams ou en devises. notamment l’approvisionnement en matières premières et fournitures.Préfinancement à l’exportation : réservé au financement des dépenses nécessaires à l’exécution de commandes destinées à l’exportation. En fait. se matérialisant par une avance accordée par la banque en mobilisation des créances nées à l’export. et il est plafonné à 10% du chiffre d’affaires à l’export réalisé au cours de l’exercice précédent.5% avec un plafond de financement compris entre 70 et 100% de chaque créance portée sur les clients étrangers de la PME. permettant de soulager la trésorerie. Sous-Paragraphe 1.5. Sa durée est variable : jusqu’à 30 jours pour les créances payables à vue.

ATFP ARAB TRADE FINANCING PROGRAM : destiné au financement des échanges commerciaux entre les pays arabes. Sa durée est variable selon le délai de paiement de la commande. et elle est assortie du taux de marché de la devise concernée plus une marge bancaire.Crédit de refinancement Import en Devises : destiné au financement en devises des importations à vue ou à terme.Sous-Paragraphe 1.Préfinancement en devises des exportations : destiné au financement partiel en devises des charges relatives à la préparation d’une ou plusieurs commandes spécifiques pour le compte d’un client étranger.2 : Financement en devises . Conclusion Voici donc quelques aspects relatifs au financement des PME marocaines. Sa durée est variable selon la nature des biens concernés. il y a lieu de repenser d’une manière concomitante les critères de viabilité économique et de faisabilité financière des projets PME. Sa durée est variable selon le délai de production ou de commercialisation de la marchandise objet du refinancement. et un échantillon des produits et outils mis à leur disposition à cet effet. 1 DTS = 1. Pour des considérations pratiques. Souplesse et 23 . Dans un contexte national de préparation d’une Charte de la PME. s’activant constamment à mettre en place une panoplie de mesures et de produits financiers afin de permettre la Mise à Niveau tant souhaitée de la PME. sur une période de 30 jours minimum et 150 jours maximum. La mobilisation porte sur toute créance supérieure à 300.Mobilisation de créances nées en devises sur l’étranger : destiné à l’escompte des créances avec ou sans recours. et il est assorti du taux interbancaire de la devise de facturation (LIBOR) plus une marge bancaire. il est clair que le Groupe Banques Populaires ne ménage aucun effort. assorti du taux LIBOR du Dollar plus une marge bancaire. et il est assorti du taux interbancaire de la devise de facturation (LIBOR) plus une marge bancaire. . Sa durée est variable selon la nature des biens concernés. .Système de Financement à long terme des exportations : destiné au financement de marchandises vers les pays membres de l’Organisation de la Conférence Islamique et ceux de l’Organisation pour la Coopération et le Développement Economique.000 Dirhams. . Il est plafonné à 85% du montant du contrat commercial. Il est assorti du taux LIBOR du Dinar Islamique plus une marge variable selon la durée.25 USD . Compte tenu de ce qui précède. le montant de ce refinancement ne peut être inférieur à la contre-valeur de 500.000 DHS. le montant de ce préfinancement ne peut être inférieur à la contre-valeur de 500.000 Dirhams. Pour des considérations pratiques. sans toutefois dépasser 150 jours.

ou avoir une qualification professionnelle. ne sont pas exhaustives mais constituent l'essentiel que doit connaître tout dirigeant de Petite ou Moyenne Entreprise. 24 . l'investissement. La circulaire de Bank Al-Maghrib stipule que les taux d'intérêt débiteurs applicables aux opérations de crédit sont librement négociés entre les banques et leurs clients. La relation entre la PME et la banque diffère selon l'activité de l'entreprise. Par ailleurs. Les industriels obtiennent plus facilement les crédits que les sociétés de service. les crédits se répartissent à parts égales entre l'Etat et la banque. De même qu'il pourra demander des précisions sur d'autres formules de financement. Le promoteur trouvera auprès de sa banque les renseignements complémentaires ou détaillés relatifs à ces diverses formules. leur croissance ou encore leur restructuration. Section 2. Quantum : 90% du montant du projet avec un plafond de 1 million de DHS. Dans le cas où la quotité de financement n'atteint pas 90% du montant du projet. âgées de 20 ans au moins et de 45 ans au plus à la date de leur demande d'octroi de prêt. Ce prêt ne peut financer que les frais de réalisation du projet retenu. le système bancaire marocain a mis en place une panoplie diversifiée de moyens de financement. ces personnes doivent être titulaires d'un diplôme d'enseignement supérieur ou de formation professionnelle. ➢ Crédit jeunes promoteurs : Eligibilité : Les personnes physiques de nationalité marocaine. ces personnes doivent présenter un projet pour l'exercice d'une activité correspondante à leur qualification. Les formules de crédit présentées ci-après. Ces 90% sont financés pour 45% par 'Etat et pour 45% par les banques commerciales.3: Le rôle du système bancaire dans le financement des PME Le capital d'investissement s'adresse à des entreprises ayant des besoins des fonds pour financer leur création. Les bénéficiaires de prêt peuvent s'associer dans le cadre d'une société de personnes ou d'une coopérative à des promoteurs non éligibles au bénéfice de ce crédit. Paragraphe 1 : lignes nationales de financement des investissements : Pour promouvoir.innovation permettront ainsi d’adapter la gamme des produits financiers en faveur des PME. Objet : Il s'agit d'un prêt conjoint de l'Etat et des établissements bancaires. non reprises par ce guide.

Eléments d'actif.000 DH. 25 . Paragraphe 2 : Les crédits octroyés par certain établissement ➢ "IZDIHAR" crédit banque populaire : Objet de Financement : Financement de la création l'extension ou la modernisation des entreprises. Remarques : Le coût d'acquisition du terrain et des locaux d'exploitation ainsi que le montant des BFDR ne doivent pas excéder globalement 50% du PI sauf cas exceptionnel. 7ans minimums pour les prêts des banques. le tourisme. l'agriculture1 le transport. Taux d'intérêt : taux de référence bancaire (TRB) + 3 points Si la durée est inférieure ou égale à 7 ans. Assurance vie. TRB+4 Si la durée est supérieure à 7 ans. les personnes éligibles qui ne doivent pas dépasser 3. ➢ Fonds pour la promotion de l’emploi populaire : Eligibilité : Jeunes entrepreneurs marocains âgés de 20 à 45 ans qui ne remplissent pas la condition de diplômes d'enseignement supérieur ou de qualification professionnelle. Taux: 5% pour les prêts de l'Etat. Garantie : Fonds de garantie. Durée : 12 ans minimums et 15 ans maximum pour les prêts de 'Etat. Durée : 12 ans maximums dont le différé est de 3 ans maximums pour la création et 2 ans maximums pour l'extension ou la modernisation. Montant Finançable : 70% en cas de création. Critères d'éligibilité : Toute entreprise de production de biens et de services opérant dans les secteurs de l'industrie. ➢ " RASMALI" crédit Attijariwafabank : est une solution de financement composée d’un crédit d’investissement et d’un crédit de fonctionnement exclusivement destinée aux petits commerçants et artisans. chacune en ce qui la concerne. Durée et Taux : Les mêmes que ceux prévus pour le crédit jeunes promoteurs. Quantum : 90% du projet d'investissement avec un plafond de 1.En cas de société. 800/o en cas d'extension ou de modernisation d'entreprise. un prêt pour financer sa part dans ladite société : le montant de ces prêts ne peut dépasser 3 millions de DH pour un même projet.000. Ne sont pas finançable les entreprises immobilières. Objet : Prêt accordé conjointement par le " Fonds pour la promotion de l'emploi des jeunes" et les banques. les professions libérales et autres activités de service. peuvent demander. 9% pour les prêts des banques.

• Pour qui ? Ce crédit est exclusivement destiné aux artisans et commerçants âgés de 18 à 60 ans à la dernière échéance.000 DH à 250. Ce dispositif concerne les projets de première binôme). Ce crédit est destiné à financer les projets initiés par des jeunes promoteurs.000 DH.000 DH en cas de . dont le projet a été validé par la commission de sélection (attestation Anapec). validé par l’Anapec.000 DH (ou 450 26 création. avec un maximum de 50. Le crédit est remboursable sur une période de 10 ans dont 12 mois de différé (en cas d’aménagement et de construction) et 6 mois (en cas d’acquisition de matériels et d’équipements).000 DH (ou 500. • Crédit Bancaire : . ayant un local commercial fixe ou un atelier individuel. renouvelée annuellement. et ayant un minimum de 2 ans d’ancienneté professionnelle dans la même activité. avec un plafond de 200.Crédit d’investissement : de 30. Le montant de la facilité dépend du volume d’activité confié à la banque. • 2 formules : . variant en fonction du risque estimé pour chaque dossier. • Pour qui ? Ce crédit est mis à la disposition de toute personne de nationalité marocaine âgée de 20 à 45 ans. • Taux Bénéficiez d’un taux préférentiel. ➢ " Crédit BIDAYA " crédit Attijariwafabank : Est un crédit d’investissement.000 DH.Crédit d’investissement : Le montant du prêt peut atteindre 80 % du coût global du projet. adossé au programme gouvernemental Moukawalati. dont le programme d’investissement ne dépasse pas 250.Crédit d’exploitation : Ce crédit est octroyé sous forme de facilité de caisse. .

.Taux : Varie en fonction du risque estimé pour chaque dossier. ayant au moins 20 ans et au plus 45 ans à la date de la demande du prêt. payables trimestriellement. ➢ " Crédit Jeune Entreprises " crédit Attijariwafabank : Est un crédit destiné à financer les projets initiés par des jeunes entrepreneurs marocains.000 DH dans le cas de binôme).000.Durée : 12 ans dont 2 ans de différé.Quotité de financement : 90% au maximum. .000 DH dans le cas d’un porteur de projet ou 30 000 DH dans le cas d’un binôme. avec une périodicité mensuelle.Montant : 10% maximum du montant de l’investissement jusqu’à 15. les projets d’extension peuvent être admis pour un nouveau prêt en cas de participation de nouveaux associés ou détenteurs de parts à condition que ces derniers soient éligibles au prêt.000 DH dans le cas d’un projet individuel et 3.000 DH dans le cas d’un 27 .Programme d’investissement: jusqu’à 250.000. Ce dispositif mis en place par le gouvernement concerne les projets pouvant atteindre 1.000.000 DH dans le cas d’une société ou d’une coopérative.Durée de remboursement : 6 ans dont un différé de 3 ans maximum. . . • Avance Etatique (gérée par la Banque) : . .000 DH (ou 500 000 DH en cas de binôme). • Montant Vous pouvez emprunter jusqu’à 1. • Pour qui ? Ce crédit est destiné à toute personne de nationalité marocaine. .Différé en intérêts : Non. Toutefois.Différé en capital : Oui. présentant un projet viable de première installation ou de création. .

avec une quotité de financement de 90%. du secteur de l'immobilier et des entreprises en difficulté.5 millions DHS avec possibilité d'inclure la valeur du terrain pour un maximum respectivement de 25% et 20% du PI. avec une possibilité de 2 ans de différé. avec une périodicité mensuelle. et 3.000 DH dans le cas d’une société ou d’une coopérative. ils sont payables trimestriellement. Conclusion 28 . Critères d'éligibilité : Toute PME dont le total bilan n'excède pas 15 millions DHS avant investissement et le programme d'investissement (PI) doit être égal ou inférieur à 7. Durée : La sortie du capital s'effectue dès que l'entreprise est en vitesse de croisière. l'extension ou la modernisation des entreprises produisant des biens et services. Taux : Négociable entre 9 et 12%. Taux d'intérêt : Participation de la SPPP dans les bénéfices et les pertes. Montant Finançable : 49% maximum du capital de l'entreprise sans que cette participation n'excède 10% des fonds propres de Moussahama.000.projet individuel. • Durée Vous pouvez rembourser votre prêt sur une durée allant de 7 à 10 ans. Quantum de financement : 70% du programme d'investissement. Assistance technique et conseil des sociétés sus visées ainsi que l'élaboration d'études destinées à servir de base aux prises de participation. ➢ Crédits moyen terme réescomptable par Bank Al-Maghrib : Objet de financement: Financement des projets d'investissement concernant la création. Durée du crédit : 7ans au maximum y compris la période de différé de 2 ans maximum. ➢ Société de participation et de promotion su partenariat (SPPP) : Objet de Financement : Prise de participation dans des sociétés marocaines ou étrangères crées ou à créer. Les intérêts ne peuvent être différés. Critères d'éligibilité : Toute entreprise en démarrage ou en développement et à fort potentiel de croissance à l'exclusion des activités de services liés à l'industrie. • Taux Bénéficiez d’un taux préférentiel. variant en fonction du risque estimé pour chaque dossier.

3 : La Procédure de Traitement des Dossiers de Crédit Entreprise ou Crédit d’Investissement L’objectif de cette procédure est d’améliorer la maitrise du risque en mieux communiquant avec les clients et en faisant raccourcir les délais de traitement et de réponse à la clientèle. Compte tenu de ce qui précède. s’activant constamment à mettre en place une panoplie de mesures et de produits financiers afin de permettre la Mise à Niveau tant souhaitée de la PME. Paragraphe 1 : Accueil du Client : Dans ce cas le banquier veille a : – – – – Remettre au client la liste des pièces et documents à fournir.Voici donc quelques aspects relatifs au financement des PME marocaines. Dans un contexte national de préparation d’une Charte de la PME. Paragraphe 2 : Etude du Dossier et Appréciation des Risques Pour l'octroi d'un CMT. Souplesse et innovation permettront ainsi d’adapter la gamme des produits financiers en faveur des PME. le client présente son dossier de demande de crédit à un créditman qui se charge de l'étude du dossier qui se portera sur: – – – – L'identité de l'emprunteur (voir annexe 8) Le programme envisagé et les résultats souhaités La nature et le montant des dépenses Le plan de financement : il détermine le quantum de financement à savoir: • • la part de revient à la banque: le crédit à accorder la part de revient à l'emprunteur qui représente soit l'apport des promoteurs. Section 2. Ouvrir ou actualiser le dossier de crédit (voir annexe5). il y a lieu de repenser d’une manière concomitante les critères de viabilité économique et de faisabilité financière des projets PME. il est clair que le Groupe Banques Populaires ne ménage aucun effort. 29 . et un échantillon des produits et outils mis à leur disposition à cet effet. Remplir la fiche du suivi. Envoyer la lettre confirmant la demande des pièces. soit le prélèvement sur le FDR.

-Vérifier que les actes de garanties et les conditions spéciales établies par le service garanties sont conformes aux décisions des comités . Comité siège banque populaire régionale. cependant.  Optimiser la politique de tarification  Sécuriser les activités bancaires et maitriser les risques. Paragraphe 4 : Notification de la Décision. dans une étude de Crédit a Moyen Terme. et au comité banque crédit populaire. Elle s’effectue à 4 niveaux :  Marge sur dépôts  Marge sur emploi  Autres commissions  Contribution de la relation a la rentabilité globale de la banque Paragraphe 3 : Présentation de la Demande aux Différentes Comités de Crédit. la décision doit être notifiée. en informant le client de la décision pour compléter la fiche de suivi. la situation se complique du fait des incidences du programme. Une fois que la phase " Etude du dossier " est terminé et en cas d'avis favorable. -La rentabilité client : elle a pour objectifs de :  faire une étude sur la rentabilité passée de l'entreprise en vue de déterminer si les résultats actuels permettent un remboursement normal du crédit sollicité.  Concilier entre le développement et la rentabilité des engagements . 30 . Paragraphe 5 : La Prise des Garanties  Dans ce cas il faut : -Transmettre au service garanties la notification accompagnée des documents remis par les clients nécessaire a la prise des garanties . Une fois l'avis des différents comités est favorable. le dossier doit être présenté pour avis au : Comité succursale. -Faire signer les actes par le client puis par les représentants habilités de la banque -Veiller a l’inscription des contrats de garanties auprès de la conservation foncière/maritime et/ou du tribunal dans les délais . pour une deuxième étude.-La situation financière: elle est la même qu'en ce qui concerne Crédit a Court Terme.

Faire appel a un cabinet d’expertise spécialisé pour les bateaux d’occasion. ✔ Nantissement de certains produits et matières : – – Estimer les biens à nantir sur la base de l’état des stocks remis par le client. le déblocage est démarré par un avis : la banque crédite le compte courant de la PME par le débit d'un compte "avance". un double de cet 31 . Garanties hypothécaires maritimes : Evaluer le bien au prix d’acquisition ou au coût de construction pour les bateaux neufs.  L’évaluation des biens donnes en garanties ✔ Garanties hypothécaires : – – ✔ – – – – Evaluer les biens proposés pour la première fois en couverture de crédit. De la valeur nette comptable pour les titres non côtés en bourse. Evaluer les biens au prix d’acquisition s’ils sont neufs. ✔ Nantissement de valeurs mobilières : L’estimation est faite sur la base : – – De la valeur du marché pour les titres côtés en bourse. Actualiser les évaluations desdits biens. Recourir en cas de besoin a un cabinet d’expertise externe qualifié pour les biens d’occasion.-Veiller au prélèvement des frais et commissions sur dossier conformément au bréviaire en vigueur. Une fois ces conditions sont remplies. le déblocage se fait au fur et à mesure de la réalisation du programme d'investissement et sur justification au vu de la banque conjointement avec la mise en œuvre des autres ressources inscrites dans le plan de financement suivant chacune d'elles dans la mesure proportionnelle à sa quote-part. Recourir aux services de la Société Marocaine des Magasins Généraux une fois par ans pour valider les déclarations des clients. Ceci dit. un compte "avance non réescomptable" est ouvert. Pour l'ouverture de celui-ci un fichier central indiquant le taux d'intérêt doit être préalablement établi. ✔ Nantissement d’outillage et de matériel d’équipement : Paragraphe 6 : Mise en Place ou Déblocage des Crédits Avant le déblocage.

ces catégories d'entreprises jouent un rôle important dans le domaine social. L'accord de réescompte peut être accompagné d'un changement au niveau de : – – – la durée de remboursement du crédit le mode de paiement date d'échéance Le client est alors convoqué une nouvelle fois pour signer des nouveaux billets à ordre mentionnant les nouvelles conditions du crédit. . ainsi que la faiblesse de commercialisation et les problèmes qu'elles rencontrent quand elles font appel aux financements extérieurs. ce qui explique les multiplicités des définitions. Dans ce cas là. En effet. la souscription des parts sociales s'impose.1 er cas : rejet de l'accord de réescompte : dans ce cas là. Il s'avère que les chantiers ouverts pour l'amélioration de l'environnement 32 .avis est envoyé à la BCP qui le transmit aux différents comités pour obtenir l'accord de réescompte. Cependant ces dernières souffrent d'une sous-capitalisation. surtout dans les pays comme le Maroc où le problème de chômage tend à prendre des proportions importantes. trois cas se présentent: . par conséquent les PME sont définies selon les périodes et les pays. Pour alléger le problème de financement et de promotion de la PME.3ème cas: accord partiel de réescompte. cette situation handicape la capacité de croissance. . CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE : Les PME constituent des entités hétérogènes et diversifiées. Leur importance vient qu'elles sont dotées de certains nombres d'atouts inestimables. et l'inexistence d'une méthode unique et exacte pour appréhender ce phénomène.2ème cas: accord de réescompte pour la totalité du crédit. la part du crédit qui a obtenu l'accord de réescompte suit la même procédure que l'accord total et la part restante ne subira aucun changement. Les PME consolident le tissu industriel et renforcent les investissements publics par des investissements privés locaux dans un nombre de secteurs. l'Etat à entrepris des reformes et a mis en place un certain nombre d'organismes pour conseiller et orienter les promoteurs.

Certains aspects n'ont pas été soulevés ici. tel que celui de foncier réservé aux activités professionnelles qui est toujours rare et coûteux ou celui du développement régional et de la décentralisation des pouvoirs de décisions toujours faible.de la PME en vue de consolider la croissance et la compétitivité sont encore en phase de réalisation et n'ont pas encore atteint le stade du simple entretien ou de maintenance. Les efforts à consentir sur tous les plans et notamment celui de la « valeur travail »sont énormes. 33 .

CHAPITRE 1 : Les modalités de financement des PME au Maroc : La politique financière de l'entreprise n'est pas indépendante des univers industriels et financiers où elle gravite, en outre, une description réaliste du fonctionnement des rouages financiers de l'entreprise ne peut être effectuée en dehors d'une étude des relations existant entre la structure de financement, l'environnement interne de la firme (souvent apprécié par ces structures de gouvernance), et les marchés externes où nouent les contrats avec les apporteurs de fonds. Pour mieux cerner la problématique de financement des PME, nous proposons d'étudier les besoins de financement, voir les déterminants de chaque élément avant de passer à l'analyse des différents moyens de financement offerts aux entreprises. SECTION 1 : Les besoins de financement des PME : Le financement des PME revêt une grande importance suite aux besoins de plus en plus importants qu'elles prouvent (besoins d'investissement, besoins d'exploitation, besoins d'innovation). Paragraphe 1 : Les besoins de financement liés à l'investissement : « On appelle investissement, l'engagement d'un capital dans une opération de laquelle, on attend des gains futurs, étalés dans le temps » Il est également « le nerf » et « le muscle » en 34

matière de développement et de croissance de l'entreprise quelque soit sa taille, l'entreprise pourrait engager quatre types d'actions donnant lieu à des investissements. - Maintenir les capacités de production existantes en procédant à des investissements de remplacement (remplacement d'un matériel ancien, amorti, usé ou démodé par un autre).ces investissements est très fréquents. - Améliorer la productivité et pousser à la modernisation et à l'innovation. Ce qu'on appelle : les investissements d'expansion ou de capacité qui ont pour but d'accroître la capacité de production ou de commercialisation des produits existants et de vendre des produits nouveaux (l'installation d'une capacité nouvelle ou additionnelle). - Rationaliser la production : ce sont les investissements de rationalisation ou de productivité qui visent la compression des coûts de fabrication. - Valoriser le capital humain, il s'agit des investissements humains et sociaux tels que les dépenses de formation, décisions de recrutement d'employés, dépenses de l'amélioration des conditions de travail12. Donc dans sa conception générale, l'investissement est considéré comme la transformation des ressources financières en biens corporels ou incorporels, autrement dit, c'est un sacrifice de ressources financières aujourd'hui dans l'espoir d'obtenir dans le futur des recettes supérieures aux dépenses occasionnées par la réalisation de cet investissement13, celui-ci constitue un coût dont les composantes sont : - Le prix d'achat des biens constituant l'investissement. - Les frais accessoires d'achat (assurance, transport, douane...) - Les frais d'installation et de montage. Paragraphe 2 : Les besoins de financement liés à l'exploitation : Toute entreprise quelque soit son efficacité ou quelque soit sa structure financière, peut se trouver confrontée à un problème de trésorerie de façon conjoncturelle ou structurelle. Ce problème peut survenir car, à court terme, l'entreprise doit de manière permanente chercher à assurer le financement de son actif circulant (stock, crédits accordés aux clients, créances diverses). A cet égard, l'entreprise recours à des crédits de fonctionnement qui ont des données plus courantes que ceux d'investissement permettant l'équilibrage financier tels que : - Les crédits accordés en contrepartie d'existence à l'actif de créances d'exploitation (ex : crédits dailly, escompte......).

12 Youssef Jamal « précis d'analyse financière de l'entreprise » édition 2003 page 114 et 115. 13 Hamadan BEN ALI « technique de choix d'investissement » édition 1999 page 25.

35

- Les crédits accordés à l'entreprise sans contrepartie, à l'actif de créances d'exploitation (ex : découvert, crédit spot.....)14. Ces crédits de fonctionnement financent de manière générale les actifs circulants du bilan. Lorsque ces derniers ne sont pas intégralement financés par des délais de paiement que l'entreprise obtient des ses fournisseurs et de ses créances diverses et lorsque cette insuffisance n'est pas couverte par le fond de roulement (FR), en fait, si le besoin de financement de l'exploitation est inférieur au FR, l'entreprise aura la possibilité de se financer sans recourir à des crédits bancaires ou autres formes de financement. Le besoin de financement de l'exploitation appelé aussi le besoin de fond de roulement (BFR = stock+ créances clients- dettes fournisseurs).Cependant on peut résumer les besoins liés à l'exploitation comme suit : 1- Les stocks : pour assurer son fonctionnement normal, toute entreprise doit avoir un stock pour faire face soit à la demande de la clientèle (stock de produits finis) soit pour des fins de production (matières premières), or la détention des stocks implique un coût pour l'entreprise ce qui rend ainsi nécessaire une gestion efficace et rationnelle de ces stocks afin de limiter les coûts et donc minimiser les besoins de financement. 2- Les besoins de trésorerie : l'entreprise doit faire face à des dépenses importantes tels que : les salaires, entretien de matériels, impôts et taxes, frais divers de gestion...etc. Le paiement de ces charges peut troubler le fonctionnement normal de l'activité de l'entreprise, surtout les PME. Il s'avère donc que cette activité entraîne la naissance des besoins de trésorerie qui dépendent des délais de paiement de décaissement des charges et d'encaissement des recettes15. Enfin, il faut dire que « sans ressources financières, l'entreprise ne produit pas, ne vend pas et donc ne peut survivre que si elle a réussit à mobiliser les ressources nécessaires au maintien de son cycle d'exploitation et au financement de son exploitation »16 Paragraphe 3 : Besoins de financement lié à l’innovation : Dés qu'il s'agit de projet de recherche et de développement ou innovant, il est surtout question de choix risqués et coûteux, de plus le coût des travaux de recherches et développement compte parmi les principales contraintes au développement de tels travaux.

14 La gestion de trésorerie : Jean-François verdié Philipe Rousselot, 2e édition page 11 et 22.

15 Hamadan ben Ali « technique de choix d'investissement » édition 1999 page 26. 16 Mohamed EL haloui « Banque -Entreprise : fragilité d'une relation » page 34. 36

mais les acteurs privés du capital investissement refusent généralement d'intervenir avant que les débouchés industriels et commerciaux de l'innovation ne soient assurés. Ce comportement était alimenté par des réflexions émises par certains auteurs. Ainsi le dirigeant d'une entreprise peut disposer de plusieurs propositions de financement pour un investissement donné et doit étudier. pour lesquels le financement par fonds propres et nécessaire pour la simple application des principes d'orthodoxie financière. avances remboursables et avantages fiscaux octroyés par les organismes publics. d'une part les besoins de financement des PME sont différents. Le caractère familial des PME limite ainsi le choix du financement qui reste la plupart du temps par des moyens internes qui ne sont pas suffisants pour financier les besoins de l'entreprise surtout face à la globalisation.. Donc. Section 2 : Les sources de financement des PME : Le financier doit trouver les sources de financement et évaluer la rentabilité de chaque investissement en la comparant au coût global de son financement. Tout d'abord. à l'exploitation et à l'innovation et en d'autre part le caractère familial des PME accentue la relation d'indépendance entre la famille et les l'entreprises. les plus importants sont liés à l'investissement. pour cela il ne peut pas par conséquent utiliser certaines politiques des grandes firmes comme l'augmentation du capital ou le recours à la bourse. le dirigeant propriétaire cherche à sauvegarder sa souveraineté sur l'entreprise jusqu'à sa mort pour la transmettre à ses héritiers.Malheureusement le concours du secteur bancaire au financement de ce type de projet reste timide.etc. Paragraphe 1 : Le financement interne des PME : 37 . Cette situation autant plus inquiétante que la méconnaissance des outils de gestion fait que les PME n'élaborent pas le plus souvent de politique financière prenant en compte la structure financière et la politique de l'endettement dans une perspective d'allocation optimale des ressources par l'arbitrage entre le risque et la rentabilité. face à l'implication des projets innovants. son impact sur la rentabilité de la firme et d'autres incidents tels que la structure de l'endettement de l'entreprise et la répartition des coûts entre charges variables et fixes.. le soutien des acteurs institutionnels (L'Etat et le secteur bancaire) apparaît plus nécessaire que jamais. il convient de signaler que le scepticisme qui a caractérisé pendant de longues années le comportement des banques et des entreprises à l'égard des fonds propres s'est traduit par une insuffisance chronique des ressources des PME.. Les processus d'innovation sont clairement marqués par la prééminence de nombreuses subventions.

Belletante. Mabéranlt : « Dictionnaire de la Bourse et des marchés » 2eme édition 2000. ceux-ci constituent le financement interne qui concerne essentiellement les modes suivants : . Il s'agit donc d'un processus d'épargne réalisé au niveau de la société. p 121. ou des biens d'équipements à une société de crédit bail. L.COHEN .L'autofinancement : qui est dégagé par l'activité courante de l'entreprise. Comptablement. 18 E.1. les sommes non 17 B.Toutes les PME peuvent recourir à leurs moyens propres et à ceux de leurs associés ou dirigeants pour financer partiellement ou totalement leurs besoins en équipement ou en fonds de roulement. 1. . Il est parfois appelé résultat brut ou profit brut.le prélèvement sur le fond de roulement . toutefois pour lever toute l'ambiguïté que suscite le mot résultat E. Ce sont les disponibilités que génère l'entreprise après avoir rémunéré l'ensemble de ses parties prenantes. Sous-Paragraphe 1. par exemple cession d'immobilisation (notamment de construction ou de terrain). . les bénéfices après impôts sont utilisés de deux façons: une partie de ces bénéfices est distribuée aux actionnaires sous forme de dividendes.1 : L'autofinancement : Dans une entreprise.les cessions d'éléments de l'actif immobilisé et les cessions-bails : ce sont des ressources exceptionnelles résultant d'opérations sur le capital menées par l'entreprise. l'autre partie est conservée par l'entreprise.le recours aux associés. c'est l'autofinancement17.Gestion financière et développement financière P : 194 38 . reprise pour investir.Notion de l'autofinancement : L'autofinancement est l'ensemble des ressources nouvelles engendrées par l'activité de l'entreprise et conservées durablement par celle-ci pour financer ses opérations à venir.1 . COHEN18 propose la définition suivante : « l'autofinancement est le surplus monétaire dégagé par l'entreprise sur son activité propre et conservé par elle pour financer son développement futur » quand à d'autres auteurs « L'autofinancement correspond à une rétention de tout ou partie de rémunération annuelle des actionnaires en vue de couvrir les divers besoins de l'entreprise.

peuvent donner lieu à la distribution gratuite d'actions »19 L'autofinancement est la part de la capacité d'autofinancement (CAF) consacrée au financement de l'entreprise. p. finance de marché » édition 1994. finance d'entreprise « édition 1997.. Formation de la valeur ajoutée Partage de la valeur ajoutée.distribuées sont mises en réserves. Gestion financière op. ces étapes peuvent être représentées comme suit21 : Les déterminants de l'autofinancement : Politique et réalisations commerciales. C'est la ressource interne disponible après rémunération des associés.dividendes distribués au cours de l'exercice.COHEN. P. Maîtrise des coûts en matières et fournitures. P:22 21 E. Les facteurs qui influent sur la détermination de l'autofinancement peuvent être mis en évidence aux différentes étapes de sa formation. Les dividendes pris en compte correspondent au flux financier Réel20. en tant que surplus monétaire sécrété et réinvesti dans l'entreprise. Navat. 143 20 Christian et Mirrlle Zambotto « Gestion financière. sont au nombre de cinq : ➢ La politique de vente : 19 J. Sa définition résultant du tableau de financement du plan comptable générale (PCG) est la suivante : Autofinancement = Capacité d'autofinancement . notamment entre Profits et charges salariales Excédent brut d'exploitation Politique de financement et de placement Activités spéculatives diverses Politique d'amortissement et de provision Cash flow net ou marge brute d'autofinancement ou Capacité d'autofinancement Cash flow brut Politique de dividendes Autofinancement Les déterminants de l'autofinancement.cit P : 199 21 39 . P.Politique d'approvisionnement. Pierre. et ces réserves lorsqu'elles sont suffisamment importantes. Rambourg « Finance d'entreprise.

la provision et leur relation avec l'autofinancement : 1. pénalités. Mais l'ensemble des caractéristiques de l'exploitation influencent aussi favorablement ou défavorablement sur le niveau de l'excédent brut d'exploitation et par conséquent sur l'autofinancement qu'il contribue à dégager. Les facteurs financiers et les éléments exceptionnels interviennent eux aussi dans la détermination de l'autofinancement.L'amortissement et l'autofinancement : L'amortissement est l'élément le plus important de l'autofinancement puisqu'il persiste quelque que soit les conditions de rentabilité de l'entreprise.1.D'autre part les gains obtenus sur des titres de placements ou de participations (produits financiers) . La contribution de 22 Daniel Virty : "Amortissement et autofinancement". ➢ Les conditions de l'activité courante : A ce niveau la formation de l'autofinancement est influencée par les conditions de l'activité courante. incendies. Développement économique édition 1968 p 735 40 . Les entreprises disposent de deux systèmes d'amortissement : l'amortissement linéaire et l'amortissement dégressif. la seconde étant les profits non distribués »22 Dans le cas de l'amortissement linéaire.D'une part le montant des prélèvements sur l'excédent dégagé sur les opérations courantes sera conditionné par le niveau d'endettement et les taux d'intérêts subis.2.V1TRY attribue à l'amortissement un rôle moteur dans le financement de l'expansion de l'entreprise « il est la principale des deux sources de l'autofinancement. d'où l'importance des règles fiscales en la matière (durée. sauvegarder voire renforcer Les ressources internes. La contribution de l'amortissement à l'autofinancement est tributaire de la méthode d'amortissement adoptée par l'entreprise.La détermination de la valeur ajoutée subit l'incidence directe de la politique et des conditions de vente de l'entreprise ainsi que la maîtrise plus au moins grande de la consommation de matières premières et d'énergie. il permet de libérer en franchise d'impôt un volant de liquidités qui doit en principe. .etc. par des incidents divers (vols.). des gains spéculatifs (plus-value de cession par exemple) déterminent une augmentation de l'excédent.. ➢ L'amortissement.. ➢ La politique de financement et de placement : Cette incidence se situe à deux niveaux : .).. taux.D. l'entreprise constitue chaque année la valeur 1 /n de chaque investissement réalisé tout au long de la durée n. Les financiers mettent fréquemment l'accent sur l'influence exercée par la relation de partage salaires/profits...

Mais il est importe de remarquer que la contribution de ce dernier est beaucoup plus forte que celle du système linéaire. 41 . L'amortissement dégressif permet à l'entreprise de constituer des dotations très importantes au cours des premières années. celle du taux de croissance « r » ou les deux à la fois . La contribution des dotations constitue l'autofinancement diminué avec l'accélération du taux de croissance et une durée de vie allongée. il importe de distinguer entre les cas suivants :lorsque la 23 Manuel pédagogique « code général de la normalisation comptable ».3 Les provisions et l'autofinancement : A défaut d'une définition générale pour l'ensemble des provisions dans le CGNC. Les entreprises peuvent également constituer des provisions à caractère social ou économique La constitution d'une provision à doubles avantages offre d'une part un avantage provisoire de trésorerie puisque la provision devra nécessairement être réintégrée dans le résultat fiscal. comme il peut s'agir d'une charge ou d'un risque que l'entreprise va probablement Supporter : on parle de provisions pour risques et charges comme indique la définition. Cette constatation rentre dans le cadre du respect de l'un des principes fondamentaux de la comptabilité générale à savoir le principe de la prudence. en effet. mais qui sont décroissantes. il nous semble que la suivante pourrait être retenue : « La provision est définie comme étant la constatation en comptabilité soit de la dépréciation d'un ou de plusieurs éléments de l'actif non amortissables. Il est importe de remarquer l'effet positif de la diminution de la durée de vie des actifs sur la capacité d'autofinancement de l'entreprise.l'amortissement au financement de l'investissement dans ce cas diminue avec l'augmentation de la durée de vie « n ». soit d'une charge ou d'une perte non encore réalisée que les événements en cours rendent probable »23 Si l'amortissement constate une dépréciation certaine.On en déduit que la contribution de l'amortissement au financement des investissements est une fonction décroissante des valeurs n et r. Il peut s'agir d'une perte de valeur d'un élément de l'actif : on parle ici de provisions pour dépréciations.1. La provision a pour objet de constater une perte probable. 1. Il s'agit donc pour l'entreprise de reporter l'impôt vers la fin de la durée d'amortissement. L'administration fiscale peut donc inciter les entreprises à réinvestir en leur permettant d'amortir leurs actifs sur une durée plus courte ou par l'accélération de l'amortissement.

Sur le plan financier : L’autofinancement constitue un facteur d’indépendance financière appréciable. l’autofinancement joue un rôle fondamental tant au niveau d’entreprise qu’au niveau de l’économie nationale : · Au niveau de l’entreprise : . la fraction détournée de son objet doit être réintégrée au résultat de l'exercice en cours duquel le détournement a eu lieu. l’amélioration de la situation nette de l’entreprise s’accompagne généralement d’une appréciation par le marché de la valeur boursière de l’action pour les sociétés cotées24 De la même. il ne signifie pas directement un enrichissement de l’entreprise.Les Avantages : L’autofinancement présente des avantages certains sur un plan stratégique et sur un plan financier : . HASSAN OUDAD. et si elle n'est pas employée. Son ambiguïté demeure toutefois grande car s’il s’agit incontestablement d’un moyen de financement. . contrairement à sa destination.L’autofinancement est un financement interne disponible pour l’investissement tant en vue de maintenir le capital économique qu’en vue d’assurer la croissance de l’entreprise. De plus. en tout ou en partie. en réduisant le poids des charges financières. l’autofinancement est un moteur de croissance de l’entreprise. elle sera compensée par la reprise de cette provision.Sur le plan stratégique : L’autofinancement confère à l’entreprise des degrés de liberté en matière de choix des investissements. On lui reproche de diminuer. 42 . se réalise. la mobilité du capital car il maintient 24 RACIDA BEIKAHIA. · Au niveau économique : L'autofinancement fait l'objet de vives controverses de caractère parfois politique. donc un élément essentiel de la capacité d’endettement de l’entreprise. D'autre part elle permet à l'entreprise de renforcer son autofinancement et d'assurer le renouvellement et la modernisation de son équipement. Sous-paragraphe : Les avantages de l’autofinancement et ses inconvénients : . « Finance d’Entreprise » p. en particulier en période d’encadrement du crédit.perte ou la charge. 154. il permet à l’entreprise de limiter le recours à l’endettement et d’améliorer donc sa rentabilité. de manière sensible.Un gratuit remboursement des emprunts. . objet de la provision constituée. A ces deux titres.

L'autofinancement limite la croissance de la PME à sa capacité bénéficiaire diminuée de l'impôt qui affecte les résultats. 27 P.Les cessions d'actif immobilisé : De manière occasionnelle. 29 HUTIN. Cit p 47. Finance d'entreprise.1. HEMICI. H : toute la finance d'Entreprise en pratique. Cette cession peut résulter d'un renouvellement d'immobilisation ou d'une volonté stratégique de l'entreprise de se désengager d'activités jugées non prioritaires. . . .1 . alléger l'actif immobilisé doit être une démarche systématique.De la même façon.CONSO. Page 381. 25 P. page 136.Une politique d'autofinancement trop volontariste peut léser à court terme les actionnaires de l'entreprise. HASSAN OUDAD. édition d'organisation 2003. Cit p: 254. non seulement parce que cela procure des nouvelles ressources pour s'adapter et répondre aux besoins du marché. mais aussi pour améliorer sa rentabilité économique. La ressource est alors tirée de la plus value de cession après impôt. En effet. 26RACHIDA BELKAHIA. HEMICI Op. 30 VEMIMEN P. F. l'entreprise peut obtenir des ressources en cédant une partie de ses actifs immobilisés. éd 2004. Cit.Un autofinancement trop élevé peut susciter la mise en œuvre d'investissements inutiles . Op. F.l'épargne dans un secteur de l'économie. des travailleurs ou des actionnaires25. Si cette dernière ne fait pas appel à l'épargne extérieure. elle peut être conduite à étaler ses dépenses sur une période trop longue où à choisir des investissements de taille modeste27. 28 CABANE. On l'accuse aussi de mobiliser les conditions de partage du revenu au détriment des consommateurs.L'autofinancement constitue un frein à la mobilité du capital dans la mesure où les bénéfices sécrétés sont automatiquement réinvestis dans la même activité. Page 185. Op. édition Dalloz 2004. P : L'essentiel de la finance à l'usage des moyens. il contribue ainsi à une mauvaise allocation des ressources. CONSO. .les Cessions d'actif immobilisé et les cessions-bails : 2. améliorer le taux de rotation de l'actif28. P 155. . trop d'autofinancement peut amener l'entreprise à négliger l'endettement26. Sous-paragraphe 2. 43 .L'autofinancement est également insuffisant pour couvrir tous les besoins de fonds de l'entreprise.Les inconvénients : Les principaux inconvénients de l'autofinancement sont les suivants : .1 .

et où le développement des marchés financiers est extraordinaire. Outre une amélioration de sa trésorerie. Le financement de ces opérations nécessite couramment un apport important de capitaux propres car d'une part les ressources d'autofinancement. l'entreprise peut en prélever certaines sommes pour réaliser des investissements supplémentaires. Sous-paragraphe : 2. tel que 29 30 44 .D. si elles existent. le lease-back permet à l'entreprise cédante de récupérer des fonds et d'alléger sa structure financière. Ces retraits de fonds doivent être opérés sans préjudice de l'équilibre financier et n'entraînent pas.1 : les prélèvements sur le fond de roulement (F.Les cessions bail (lease-back) : Opération voisine du crédit bail. l'entreprise doit trouver des sources de financement pour son cycle d'exploitation et chercher à optimiser les coûts liés à ces financements. ne leur permettent pas de faire face à leurs besoins financiers et d'autre part les associés sont incapables d'apporter les fonds nécessaires. notamment.2. raisonnable et Paragraphe 2 : Le financement externe des PME : Dans un monde globalisé. où les crédits clients sont nécessaires pour s'accaparer de nouvelles parts de marché.R) : Lorsque le fond de roulement d'une affaire est supérieur à ses besoins d'exploitation (trésorerie excédentaire).1. L'appel à l'extérieur. où la concurrence est devenue très rude entre les entreprises.R qui ne sont pas réalisés de manière raisonnable peuvent engendrer des difficultés financières et commerciales et amener le banquier à exiger des mesures de redressement30. le lease-back est un système par lequel une entreprise cède des immobilisations à une société de crédit-bail pour lui relouer ensuite.2. L'insuffisance des capitaux propres se manifeste lors de la réalisation des événements importants dans la vie de la PME tels que des projets d'investissements ou restructurations diverses. Les prélèvements sur F. un déficit de trésorerie au delà de ce qui est généralement admis à savoir 15 jours à un mois de chiffre d'affaires.D. mais l'oblige par ailleurs à s'engager envers l'acquéreur sur la durée de la location et le montant des loyers29.

Cette transformation progressive du rôle du système bancaire s'est accompagnée d'une remise en cause parfois radicale du rôle des fonds propres. suivant la durée du cycle de production ou de commercialisation..311. pour une augmentation des fonds propres apparaît comme une fatalité à l'égard de l'insuffisance des sources internes de financement.le secteur bancaire. le système bancaire a été conduit depuis de nombreuses années à intervenir de plus en plus largement dans le financement des PME. 1. l'affacturage.. CMCC.1: Les crédits à court terme : On désigne sous le terme des crédits à court terme l'ensemble des techniques de financement spécialisées relatives aux opérations du cycle d'exploitation et d'autre part des moyens de financement dont la durée est extrêmement courte. Les concours bancaires à court terme consentis par les banques comme moyens de financement à court terme aux entreprises sont décomposés en deux catégories : . 45 . Sous . et on les distingue des opérations plus courtes qui portent sur une période de trois à six mois31. Pour préciser cette définition..les crédits de trésorerie « classiques » dits subjectifs dans la mesure où leur objet est d'assurer l'équilibre de la trésorerie courante de 31 Pierre conso « gestion financière de l'entreprise « page 310.les crédits de trésorerie dits objectifs qui s'appuient sur l'existence d'une créance commerciale qui assure la garantie du crédit octroyé (escompte. on désigne alors ces crédits sous le nom de court terme prolongé.. dailly. Ainsi.Paragraphe 1 : Le financement bancaire : Pour atténuer les effets du phénomène de l'insuffisance chronique des capitaux propres sur les équilibres financiers de la PME. il faut examiner la nature des opérations auxquelles le crédit est attaché. que ce soit sous forme de crédit à court terme ou de crédit à long ou moyen terme. le crédit à court terme peut être relativement long et atteindre une période de l'ordre d'un an.) . le marché financier et à d'autres moyens de financement. de quelques jours à quelques mois.

134. l'avance sur marchandise. Alain choinel « la banque et l'entreprise techniques actuelles de financement» page 85 46 . En raison de l'absence de garantie hypothécaire et de leur caractère très court terme..destinés à couvrir une opération particulière32. le crédit global d'exploitation. de payé du personnel ou du règlement de la TVA. notamment lors des échéances fournisseurs.. il est de pratique courante même s'il fait courir à la banque des risques bien supérieurs à ceux des • crédits de mobilisation. plus ou 32 Philippe Rousselot. Les entreprises utilisent généralement ce mot en pensant à une aide bancaire par caisse. 33 Gérard Rouyer. • Le crédit par caisse : Réalisé par une avance en compte courant.Dans ce contexte. le crédit par caisse est techniquement très simple. l'escompte de billet financier. tel par exemple l'escompte commercial.les crédits de trésorerie à objet général : le découvert. l'avance en devises.les crédits de trésorerie à objet spécifique : le crédit de compagne.. le crédit spot. ces crédits sont particulièrement risqués pour les banques.l'entreprise lorsque celui-ci ne peut pas être obtenu par la mobilisation de créances commerciales. Ils sont donc octroyés après une étude approfondie des besoins à satisfaire et de la structure financière de l'entreprise .Jean-François verdié « la gestion de la trésorerie » page 133.. . on distingue une autre classification : ... le warrant.Elle est consentie aux entreprises pour leur permettre de faire face aux décalages de très courte durée qui peuvent affecter leur trésorerie à certaines périodes. • 33 Le découvert : La notion de découvert est fort imprécise. et vivement recherché par les entreprises qui peuvent ainsi faire fonctionner leur comptes sur des bases débitrices à l'intérieur d'un plafond préalablement défini. La facilité de caisse : La facilité de caisse est essentiellement destinée à donner à la trésorerie une élasticité de fonctionnement .

perte de marchés.34 • Les Crédits « objectifs »basés sur la mobilisation Dans une économie marquée par l'importance du crédit interentrepris. 37Berrada Mohamed Azzedine « les techniques de banque de crédit et de commerce extérieur au Maroc » édition 99 page 626. appelé également « crédit blanc». etc. mévente passagère. faillite de clients. Nombreuses sont les PME qui financent leurs investissements sur leur trésorerie courante sans s'attacher à solliciter préalablement les concours idoines. Les banquiers ont coutume de dire qu'un compte en position débitrice est « à découvert ». à la formule plus récente de la cession de créances professionnelles (Dailly) en passant par l'affacturage ou factoring. le système bancaire propose aux entreprises une large gamme de concours. recherches infructueuses. la mobilisation du poste clients est une priorité pour l'entreprise désireuse de se procurer des liquidités auprès de son banquier. ne porte pas en lui-même son dénouement (créance commerciale en garantie). Il est donc fortement risqué pour le banquier qui l'octroi dans la mesure où il s'agit d'un concours bancaire à court terme subjectif qui n'est adossé à aucune opération commerciale.Sa bonne fin résulte de la qualité de la gestion du client et peut être contrariée par des phénomènes internes ou externes à l'entreprise : hausse salariales. Alain choinel « la banque et l'entreprise techniques actuelles de financement » 3e édition page 31 47 . sans faire distinction ni dans le temps ni dans l'objet entre la facilité et le découvert. Le découvert. Plus dangereuses pour les banquiers sont celles qui trouvent dans le crédit par caisse un excellent moyen de couvrir leurs pertes. allant de l'escompte de papier commercial. • L'escompte commercial : de créances commerciales : 34 Rouyer.moins longue. crédit de mobilisation des créances commerciales (CMCC). Dans ce cadre. 38Rouyer.Alain choinel « la banque et l'entreprise techniques actuelles de financement » 3e édition page 29.

En réalité. simple et largement diffusé qui conserve encore aujourd'hui une place importante dans les emplois des banques. les banques demandent des garanties pour accorder ces prêts. doit normalement procurer au banquier escompteur le remboursement de son avance » (J.Remboursement par amortissement constants : le montant du capital remboursé à chaque échéance est le même. l'escompte permet à un fournisseur (porteur ou cédant) de mobiliser. Autrement dit. en cas de besoin. 1. la question du crédit des entreprises est un long malentendu entre le banquier et l'entrepreneur. la banque propose des crédits sur une période allant jusqu'à 7 ans pour les emprunts à moyen terme. l'escompte des effets est un mode de financement simple et facile car les banques accordent ce crédit auto liquidatif rapidement et avec le minimum de formalités. aucune banque ne fera crédit à une entreprise si elle ne dispose pas d'un minimum de fonds propres.La mobilisation auprès de l'appareil bancaire à travers l'escompte des créances commerciales que les entreprises détiennent sur leur clientèle est un outil de financement ancien. avant terme. il existe trois sortes de remboursement : . En général. et jusqu'à 15 ans. Pour les entreprises. les créances qu'il détient sur sa propre clientèle en les cédants. qui lui sont cédés en pleine propriété. en effet. L'escompte commercial peut être défini comme « l'opération de crédit par laquelle le banquier met à la disposition d'un client le montant d'une remise d'effets sans attendre leur échéance. Le recouvrement des effets. à son banquier (cessionnaire) qui le règle par anticipation et se charge à l’échéance du recouvrement sur l'acheteur36. En moyen l'apport initial tourne de 30 ? Des besoins de financement.2 : Les crédits à moyen et à long terme : Pour financer les besoins d'investissements des entreprises en création ou en phase de modernisation.Ferronnière)35. Et pour tous ces emprunts. voire 20 ans pour les emprunts à long terme. 35 36 48 .

variable mais toujours suffisante pour permettre son amortissement intégral. le diagnostic financier de l'entreprise. donne la possibilité au locataire enfin de contrat de devenir propriétaire du bien. finance d'entreprise. • le crédit bail mobilier : En ce qui concerne le crédit bail mobilier.3.3. 40 Glois Michel. à sa place un bien immobilier ou mobilier et de lui louer ce dernier pendant une période convenue à l'avance.Le restituer purement et simplement38. A l'issue de cette période.relouer le bien considéré contre une redevance modeste.. Les contrats de crédit bail peuvent financer des biens immobiliers ainsi que divers équipements39.Elle prévoit un prix de cession.1. jean pierre. Sous – paragraphe : 1. o Stéphanie. trois solutions s'offrent généralement à l'entreprise : . représentant un faible pourcentage de la valeur initiale du bien . édition Dalloz 1994. le bien est généralement choisi par l'utilisateur qui détermine avec le vendeur les conditions de vente qui sont appliqués au bailleur.Remboursement par anuitées constantes : le montant remboursé à la banque est identique à chaque échéance.3 Autres moyens de financement : 1. « gestion financière. Tant que cette option d'achat n'est pas exercée.la vente est même parfois réalisée du franc symbolique). édition d'organisation 1999.2 : Les caractéristiques du contrat bail : Un contrat de crédit de bail est un contrat de location où le bailleur par le biais d'une promesse de vente. .Le racheter à une valeur résiduelle (la promesse de vente est obligatoire dans les contrats de crédit bail immobilier . édition 1986. le bailleur reste propriétaire du bien.Remboursement de la totalité de la somme due enfin d'emprunt : le capital est remboursé en totalité lors de la dernière échéance et les intérêts versés à la fin de chaque période ont un montant identique37. éventuellement indexé. ce dernier achètera concrètement ce bien pour le céder ensuite au locataire qui 37 Griffiths.p177 49 . 38 39 Jobard. .Le financement par crédit bail : • la définition du crédit bail : Le crédit bail est une opération par laquelle une entreprise demande à une société financière spécialisée d'acheter. . 1. page 184-185.

Elle permet tout d'abord de disposer d'un équipement sans avoir à avancer les fonds correspondants à son achat. des caractéristiques particulières. P463 50 . une plaque opposé sur le bien en désigne le propriétaire effectif. la fraction correspondant à la différence entre la valeur de l'option et le prix du terrain n'est pas déductible. pour partie. Mais au-delà de cet aspect. op cit. . certes les taux pratiqués sont relativement élevés et comprennent toujours une commission de gestion de l'établissement financier et une prime de risque. . Les avantages de cette formule de financement sont. tôt ou tard. les organismes prêteurs prennent tous les mêmes précautions et ont tous la même approche du risque. Le locataire a des obligations semblables à celles d'un propriétaire en matière d'assurance et d'entretien. avant cela en cas de paiement des loyers. ni à s'endetter. Cependant.l'utilisera. le contrat de crédit bail ne transfert la propriété du bien à utilisateur qu'à la date de levée de la promesse. les entreprises conserveraient intacte leur capacité d'endettement. outre des caractéristiques générales communes. ce qui facilite d'autant sa mise en place. le crédit bailleur à la possibilité de récupérer le bien. il faut surtout insister sur le fait que le résultat sur une courte période n'est pas un élément déterminant du choix. Cette période d'une durée de douze à vingt cinq ans doit être telle que les loyers permettent la récupération de la rémunération du capital. P conso. De part sa nature de longue durée.Les loyers sont entièrement déductibles si le prix de levée de l'option est au moins égale à la valeur du terrain calculée à la signature du contrat. évidents : . 40 HEMCI FAROUK. La souplesse du crédit bail permet de l'adapter à chaque cas et de reporter les décaissements sur la période d'usage du bien en fonction des besoins de l'entreprise40. ➢ Les avantages du crédit bail : On a parfois évoqué le fait que. édition1999. le crédit bail constitue un engagement hors bilan. ➢ Les inconvénients du crédit bail : Le coût n'est pas un facteur vraiment défavorable. Il ne faut cependant pas oublier qu'il ne suffit pas de comparer ce coût au coût nominal du financement par emprunt par exemple car l'emprunt entraîne toujours des frais élevés (au niveau des garanties par exemple) et s'accompagne toujours . le crédit bail immobilier présente. En tant que location assortie d'une promesse unilatérale de vente.Cette modalité de financement présente aussi l'avantage d'offrir des garanties au crédit bailleur. une vente à un prix déterminé au bout d'un certain temps. d'une augmentation des capitaux propres dont le coût et le plus souvent très élevé. Les loyers et valeur de rachat sont généralement indexés. si ce n'est que les analystes financiers procédant à des retraitements permettant de mieux saisir l'état des engagements de l'entreprise.

Quelles sont alors. 2000 P 14. n°412. outils » Edition Gualinoé éditeur paris 2000 P14 51 .4.4 .3.1.1. associés dans un projet d'entreprise. Définition du capital risque : Il existe plusieurs définitions qui varient d'un auteur à l'autre et d'un pays à l'autre. Il joue aussi un rôle très important dans le développement de l'esprit de l'entreprise. 41CHERIF MONTHER « le capital risque »Edition banque éditeur.3.Edition : Presses universitaires de France. « Certaines considèrent que le capital risque est limité aux opérations d'investissement dans des entreprises en création ou dans les jeunes entreprises technologiques »45. pratiques . 42 Encyclopédie de gestion. P 287. une source importante de financement des entreprises et plus particulièrement celles qui développent de nouvelles technologies et conquièrent de nouveaux marchés.VITEERY44 affirment au sens large du terme « le capital risque peut couvrir toutes les activités d'apport des fonds propres à des sociétés non cotées » à l'autre extrême.3. tome 1. avec un fort potentiel de croissance. il s'agit pourtant d'une aventure entre industriels et financiers. ce qui est une traduction assez approximative et inadaptée. M. ses caractéristiques ? 1.Définitions et caractéristiques du capital risque : 1. 44 MARK BERTONECHE« que sais-je : capital risque ».GAGIN « le capital risque : acteurs. Le venture capital est définit par l'Européen Capital Association (EUCA 1990) comme « Tout capital investi par un intermédiaire financier dans des sociétés ou des projets spécifiques à fort potentiel »42cette définition restrictive concerne plutôt des entreprises de hautes technologies. Les investisseurs en capital risque définissent leur métier comme « le financement et l'assistance au management »43et ils mettent en avant l'expression de partenaire actif de l'entreprise ou du dirigent. 1987. 43 G. ses définitions. cette notion traduit imparfaitement le concept américain de venture capital : Pour MONDHER Chérif41 la version française fait primer la notion de risque sur celle d'aventure.BERTONECHE et L.HIRIGORSEN « TRANSMISSION des PME et participation des salariés »Banque.P 484.P 5 45 LEVANINA PAOLI . les risques généralement élevés de ces opérations sont compensés par des perspectives de plus values importantes à réaliser au bout d'un certain temps.3. Mai 1978.le financement par le capital risque : Le capital risque est devenu au cours des dernières années.

qui vont ensemble couvrir le risque de l'entreprise et se partager leurs éventuels profits »48 D'après l'ensemble des définitions.B EGGENS et C.Une mobilité du capital Pour rapprocher les termes du capital risque et le venture capital. basé sur la confiance et 46 J. et en forte proportion comme le voulaient ses pionniers. . 1999 P 13 47 Cité par pierre BATTINI "capital risque: mode d'emploi "Edition d'organisation 1998.D NOUVELLET : « le capital risque peut se définir comme l'association d'un entrepreneur et d'un capitaliste.Des bonnes perspectives de profit. Jean LAGHMANN : « Le métier du capital risqueur ne définit plus qu'une partie de l'industrie du capital investissement. ces difficultés sont apparues au niveau de ses interventions et ses secteurs visés. Quoi qu'il en soit la diversification des définitions et la divergence entre les auteurs. ainsi le capital investissement n'est pas réservé aux entreprises en création ou de high-tech.Hilmi Abdelouhad a défini le capital risque « comme un mode de financement par lequel un investisseur (capital risqueur) met des ``fonds propres'' généralement en capital dans une des entreprises ou un projet qui réunit les conditions fondamentales suivantes : . CLEIFTIE : « le financement du capital risque privilégie les PME et distingue les sociétés financières de l'innovation qui financent des entreprises innovatrices à fort potentiel de croissance.Un esprit de partenariat et d'association. un métier "risque banque n° 496 1989 52 . et utilisent celui du capital risque aux opérations d'investissement dans des entreprises en création ou des jeunes entreprises technologiques. J.LAGHMANN "capital risque et capital investissement "Edition économisa. l'important c'est que ce nouveau mode de financement se caractérise par l'existence d'un partenariat entre l'industriel et l'investisseur du capital risque.2000-2001 P36 48 D-NOUVELLET" le capital risque. certains auteurs utilisent le terme du capital investissement au lieu du capital risque pour distinguer généralement l'ensemble du métier. les interventions de la profession se concentrent sur de belles affaires en développement ou en forte croissance »46. des sociétés financières de participation (nationales ou régionales) en faveur des entreprises de petites taille qui affrontent le double problème de l'insuffisance des fonds propres et de frein à l'ouverture de leur capital »47 Selon M. il ressort que la traduction du vocable anglo-saxon venture capital au terme du capital risque n'a pas manqué d'engendrer des difficultés de définitions et d'approches. .

3. 1. Au Maroc. surtout lorsque la transmission (la cession) concerne des entreprises ressentant en besoin de restructuration ou en phase de redressement.Les formes de financement par capital-risque: 1.Le capital-risque transmission : C'est une forme d'intervention spécifique qui requiert des entreprises particulières. Il aide les idées projets viables à émerger pour arriver au stade de projet dont la viabilité est confirmée. Ce Holding.Le financement de start-up concerne des entreprises nouvelles en phase de démarrage ou très jeunes offrant un potentiel de croissance important et éprouvant un besoin en capital financier et bien souvent aussi en capital confiance que lui prouve le capital risqueur. Le principe est généralement le même.Le capital-risque développement : Le capital-risque développement intervient dans une entreprise en.5. Ainsi. .5.5. et des charges financières devant être assurés par les dividendes attendus de la reprise.3.l'intérêt mutuel.5 . tout en bénéficiant de la déductibilité fiscale. certains OPCVM spécialisés en capital-risque développement commencent à voir le jour et se focalisent sur la participation au financement de PME à fort potentiel parallèlement à des participations dans des actifs cotés. Il s'agit de rechercher un effet de levier financier limitant les apports en fonds propres des repreneurs à travers un montage juridique. financier et fiscal conduisant à la création d'un Holding de reprise. la société reprise financera son propre rachat.Le Capital-risque Création : Le Capital-risque Création se caractérise par deux types d'intervention: .Le capital-amorçage (seed capital) intervient avant réel démarrage d'activité d'une nouvelle entreprise. Des montagnes juridico-financiers sont réalisés pour faciliter la reprise de l'entreprise par les salariés dans le cadre des techniques de LMBO (Leverage Management Buy Out) ou de RES (Reprise d'Entreprise par les Salariés). lève des capitaux supplémentaires sous forme de dettes.Financement en capital-risque au Maroc : 53 . Le remboursement des dettes. 1. Le financement en phase de développement de l'entreprise semble être le principal segment de capital-risque pratiqué au Maroc avec accessoirement le financement de créations.2. 1.5.3. pleine maturité lors d'une nouvelle phase de développement.1. qui rajoutés aux fonds propres financent l'acquisition.3. 1. les deux parties partagent le risque et le profit en fonction des résultats de l'entreprise. Ce sont des OPCVM à haut risque généralement adossés à des organismes financiers importants.3.3.4.

. la PME vit et participe à la vie économique et sociale du pays. Les organismes marocains spécialisés dans le financement en capital-risque sont pour la plus part de création récente et souvent filiales de banques classiques avec une autonomie de décision somme toute relative. il y aurait : .système de financement des PME au Maroc 2.3 à 5% de dossiers agrées par le comité de sélection et proposés à la réalisation .ATTIJARI CAPITAL RISQUE . Les cas de sortie sont encore rares compte tenu de la jeunesse de ce monde de financement.UPLINE SECURITIES .1. les sociétés de financement en capital-risque. elles offrent souvent leur appui financier aux entreprises mais aussi des conseils en gestion dans la mesure où elles interviennent de manière plutôt active (hand on) que passive (hand off). Au Maroc. le financement en capital est encore jeune. Il est exercé dans un cadre légal peu indicatif et qui se caractérise encore par l'absence d'un cadre législatif et réglementaire et par le manque d'incitations fiscales.WAFA INVESTISSEMENT. Cependant c’est une entité à part qui peut avoir des difficultés spécifiques qui peuvent être liées.BMCI FINANCE . affirment que statistiquement sur 100 dossiers de demandes de financement exprimées ou sociétés. en dehors de son environnement à sa structure et son mode de gestion. Lorsqu'elles interviennent. sur l'horizon historique vécu (une dizaine d'années). Recul des financements bancaires dédiés à la PME 54 .Au Maroc. Parmi les sociétés de capital-risque au Maroc on recense : .PROPARCO . Section 21.CAPITAL FINANCE .2 à 3% d'effectivement réalisés et mis en œuvre. . Chapitre 2 : Les caractéristiques des PME au Maroc.FAISAL FINANCE MAROC .25 à 30% de dossiers étudiés de manière approfondie . A côté de la grande.INVESTIMA .ASMA INVEST .MOUSSAHAMA .

le financement à moyen terme de la PME a reculé49 :  les crédits à moyen terme alloués aux PME ont baissé.269 millions de dirhams en enregistrant un taux de croissance annuel moyen de 7. que 7.1% en 1996.3%4. que 1. alors que la distribution totale des crédits à moyen terme durant la même période a augmenté de 6.4% en moyenne annuelle. les crédits à moyen termes accordés aux PME n’ont représenté.1%.056 millions de dirhams à 217. Diminution des crédits à l'équipement En dépit de l'augmentation de l'encours des banques. 2. de 14. 2003. des crédits bilatéraux et des crédits d'aide à l'auto-emploi. Evolution des crédits à moyen terme accordés aux PME et du total des crédits à moyen terme distribués par les banques 49 Source des statistiques : Bank Al Maghreb. entre 1996 et 2002. 6 Par rapport à l'encours total à moyen et long terme du système bancaire. soit un recul de 22.219 millions de dirhams.4% enregistrés en 19966.1.  la part des crédits à moyen terme accordée aux PME n'a représenté.Le développement de la PME au Maroc est contrarié par une faible mobilisation des crédits à l'équipement.1.5% contre 10. en 2002. de 142. 55 .360 millions de dirhams à 3. entre 1996 et 2002.7% de l’encours total des crédits à moyen terme distribués par les banques contre 49. en 2002.

le CNCA. Alors que le CIH a amélioré ses contributions au financement des PME à moyen terme (de 0% en 1996 à 7% en 2002). 2003. Le reste est principalement distribué par la BMCE. l'UMB et la CITIBANK n'ont jamais participé à la distribution de ce genre de crédits aux PME. en offrant 66% des crédits distribués en 2002.En millions de dirhams. le CDM et la SGMB. Crédits à moyen terme accordés aux PME Concours des banques à moyen terme Source : Bank Al Maghrib. Contribution des banques à la distribution des crédits à moyen terme aux PME 56 .  la BCP constitue la principale banque accordant des crédits à moyen terme au PME.

Wafabank (-43%).7% en 2002. La baisse enregistrée par la BCP est de -11.8% en 2002 et le retard enregistré au niveau des tribunaux quant au règlement des contentieux. leur offre de crédits à moyen terme dédiée aux PME sont : BCM (52%). 57 de transparence et de la prédominance d'un fonctionnement de PME basé sur des contrats individuels de court . 2003.3%.5% en 1996 à 17. Le recul des crédits à l'équipement en faveur des PME est expliqué par :  la prépondérance de la liquidité dans la structure des actifs bancaires.Source : Bank Al .  les principales banques qui ont réduit.1% en 1996 à 70.  la persistance de la difficulté d'accès des PME aux crédits types moyen et long termes distribués par les banques à cause du manque terme7.Maghreb. BMCI (-41%) et BMCE et SGMB (-28%). sur la période 1996-2002.  l’augmentation des créances en souffrance de 11. L'épargne financière s'est aggravée à cause de l'augmentation de la part des avoirs liquides et des placements à court terme de 40.

2. Section 2. une prédominance dans le secteur manufacturier et commercial.  le manque de circulation de l'information et son impact sur la dynamique du capital financier bancaire.75% TTC ou 9% hors taxe) est supérieur à celui accordé aux grandes entreprises (4-4. 50 Filiale du groupe Finaccess. SA50. Les graphiques suivants montrent la répartition de 120 PME selon leur secteur d’activité. voire micro entreprises. Les PME marocaines (CA entre 3 et 75 millions dhs) sont présentes dans presque tous les secteurs économiques. Selon la même source. Ceci montre clairement que le tissu économique marocain est. en se basant sur la définition de la charte des PME. 58 . fournisseur d’informations légales sur les entreprises. donc. on remarque.Profil des PME marocaines : Selon les données Inforisk. constitué de petites à très petites entreprises. 96% de ces sociétés ont un chiffre d’affaires au cours des deux derniers exercices inférieur à 3 millions de dirhams. en effet. l'application d'une prime de risque aux PME de 2% supérieure à celle appliquée en moyenne (1%) : Le taux d’intérêt appliqué aux PME (12-12. le nombre des entreprises dont le chiffre d’affaires est inférieur à 75 millions de dirhams en 2008 et 2009 est aux alentours de 57754 sociétés.5% hors taxe).

Répartitions des PME par secteur d’activité : 59 .

Le graphique suivant montre la moyenne des actifs immobilisés par rapport à la moyenne de l’actif circulant par entreprise sur un échantillon de 120 PME répartis sur 4 secteurs d’activités. très petites entreprises ou PME.Ces mêmes entreprises. avec une dominance de l’actif circulant. 60 . qu’elles soient des micros. se caractérisent généralement par une faiblesse des actifs immobilisés.

car cette contrainte pourrait les pousser vers des activités peu capitalistiques. Cet écart pourrait s’expliquer par la nature même de la PME marocaine qui a souvent des activités intensives en mains d’œuvre contrairement aux entreprises industrielles. est la faiblesse des actifs incorporels. souffrent d’une fragilité de la structure de l’actif. les brevets et licences. Dans les pays développés. la source de la compétitivité entre les entreprises réside dans les formes immatérielles de l’investissement. Cette nature pourrait être une conséquence des difficultés de financements auxquels font face les PME. Une seconde caractéristique des PME au Maroc.Structure de l’actif en moyenne par secteur : Ce graphique montre clairement que les PME quel que soit leur secteur d’activité. telles que le R&D. 61 .

crée des besoins de fonds de roulement ce qui augmente les besoins de financements. les PME marocaines ont souvent un niveau excessif de stocks. ce qui immobilise des liquidités. 62 .Immobilisation incorporelles par rapport aux totales immobilisations (Moyenne par secteur d’activités) De plus.

71 4.8 2008 3.9 34.9 1.83 26.45 38 22. Manufacturière Indicateurs financiers 2008 2009 4.94 21.6 23.70 19. 5.4 37. Les PME évitent les incertitudes et les retards de la chaine logistique et n’ont pas de choix sauf accumuler les stocks.9 3. La qualité et le coût de la logistique concernant les PME qui importent pourraient également expliquer les stocks excessifs.1 2008 2009 2008 3.6 22.5 25.06 Taux d’endettement Ratios Fonds propre/total bilan (autonomie financière) Ratios BDR par jours de CA (BFR normatif) Ratios délai fournisseur 31.5 Ratios de marge d’exploit. Le tableau suivant indique certains indicateurs financiers des PME marocaines en moyenne par secteurs d’activité51.1 106 74 120 109 109 96 117 120 91 96 106 101 47 149 49 177 51 Source inforisk 63 .Ces niveaux élevés de stocks pourraient être à l’origine d’une mauvaise gestion de la part de l’entreprise ou bien la concurrence sur le marché qui pourrait pousser la PME à commander des quantités plus importantes par rapport à leurs besoins afin de bénéficier de certaines remises.3 BTP Commerce 2009 3.79 6.2 24.1 Divers 2009 5 27.4 19.

64 .

des hypothèques et des nantissements sur fond de commerce. la BMCE demande on plus des cautions solidaires.BMCE -Banque populaire -SGMB -Crédit agricole -BMCI Partenariat 2 34% La relation banque PME Clientèle Autres Effectif 6 0 Fréquence 100% 0 Toutes les banques exigent des garanties pour octroyer des crédits aux PME. Quels sont les types de crédits fréquemment sollicités par les PME ? Types de crédit Long terme 4 67% 6 100 % Moyen terme 5 84% Effectif Fréquence 65 .Attijariwafabank .SECTION I : Dépouillement et analyse Paragraphe 1: L'analyse du questionnaire adressé au aux banques Marocaines Les banques enquêtées sont : .

Quel est le pourcentage de financement de l'affaire d'une société ? Toutes les banques enquêtées peuvent accorder un financement des projets des PME à hauteur de 80%. les banques exigent des garanties : .hypothèques . Y a t.On remarque la prédominance des crédits à court terme sur les autres crédits.des garanties réelles .il une crainte d'octroyer des crédits à long terme ? La majorité des banques ont exprimé leur crainte d'octroyer des crédits à long terme car ce type de crédit présente un risque très élevé. par rapport aux crédits à moyen et long terme. 66 . ligne de financement des importations. En effet les banques financent les PME à hauteur de 100% quant il s'agit de ce type de crédit. Quelles sont les lignes nationales offertes par votre banque au service des PME ? Les lignes nationales sont les plus utilisées par les entrepreneurs à titre d'exemple : la ligne d'escompte commercial.nantissement sur fond de commerce. ligne de crédit documentaire. Quelles sont les garanties que vous exigez en contre partie ? Afin d'échapper aux risques de non remboursement de la part des PME. cautions diverses. ce pourcentage baisse de 16% pour les crédits de Moyen terme et de 33% pour les crédits à long terme ➢ Généralement on constate un usage assez accentué des crédits à court terme.

elles doivent avoir des partenaires qui le sont aussi .Encourager les regroupements des PME . force est de reconnaître qu'elles vivent dans un environnement économique particulièrement hostile surtout dans le domaine financier. c'est probablement dans ce domaine que le désavantage compétitif des PME est le plus marqué. Quelles sont vos intentions concernant la qualité des crédits octroyés aux PME en l'an 2010 ? La plupart des banques ont affirmé que les crédits seront meilleurs avec l'entrée des banques étrangères. l'ensemble des banques enquêtées ont suggéré plusieurs recommandations : . mais leur rôle est peut être encore plus grand dans les pays émergents. Les Recommandations : ➢ Les Recommandations pour optimiser les choix des moyens de financement par les PME marocaines. si l'on prend l'exemple du Maroc elles contribuent au maintien du contrôle national sur l'économie marocaine. les PME qui garantiront l'indépendance économique du pays. Que faire ? 67 . ODI. ce sont donc à terme. les banques et organismes de promotion et d'investissement (CRI.Y a t-il une préférence pour le financement par Les lignes étrangères ? Toutes les banques ont affirmé qu'il n'y a aucune préférence pour le financement par Les lignes étrangères.Dynamiser une relation de partenariat entres la confédération générale des entreprises marocaines. Que suggérez-vous pour résoudre la problématique de financement des PME au Maroc ? Afin de résoudre la problématique de financement des PME au Maroc. à ce jour. Si les PME sont l'avenir du Maroc. Rappelons-le : les besoins des PME sont spécifiques pour être elles même flexibles.Encourager les PME qui ont un statut de SARL de se transformer à des sociétés anonymes. la majorité des banques ont répondu que ce type de financement se limite aux PME ayant opté pour un matériel d'origine étranger. . Les PME contribuent à la dynamique productive dans tous les pays du monde.Or. . Quel est le pourcentage des PME adhérentes à ce type de financement ? Aucun pourcentage n'est fourni. CDG). le système financier marocain n'est pas véritablement organisé pour répondre à toutes les demandes des PME.Plus de transparence dans la présentation des dossiers de crédits.

ce qui contribue à croître leur endettement et donc. et face à la concurrence internationale qui s'intensifie. l'intervention en fonds propres et d'autre part l'octroi de garanties. le temps presse. ce sont d'une part. le Maroc doit structurer une véritable culture de l'entreprise et rattraper son retard en matière de financement des PME et pour cela. Les formes de crédit octroyées par les banques des PME doivent être adaptées sur le plan du montage juridique (en matière des garanties notamment) et aussi sur le plan des procédures l'octroi. il y a six réformes qu'il faut prioritairement mener à bien : ➢ Première recommandation : • Renforcer les fonds propres des PME : Les PME souffrent du manque de capitaux propres. ce qui empêche l'apparition de nouvelles sociétés du capital risque.Exonérer les droits d'enregistrement sur augmentation de capital par capitalisation de compte courants d'associés et de dettes dans une approche de restructuration de bilans. le métier du capital risque au Maroc se caractérise par un vide juridique. Il y a deux domaines d'intervention de la banque des PME auxquels il faut donner une absolue priorité. nous proposons les points suivants : .financement par la mise en œuvre d'une fiscalité adapté aux résultats et à la réévaluation des bilans. Dans ce cadre nous suggérons les points suivants : -Mise en place d'un cadre juridique pour engendrer une confiance entre les acteurs du capital risque et résoudre certains problèmes tels que le problème lié à la législation fiscale. leurs frais financiers. . ➢ Troisième recommandation : • Développer le capital risque : Jusqu'à présent. il faut créer une banque des PME (BDPME) très vite. elle construit son avantage compétitif par rapport aux autres banques sur la fourniture de services financières adaptés aux PME. 68 . La banque spécialiste des PME doit coexister de façon parfaitement harmonieuse avec des banques traditionnelles. -Établir des compagnes de promotion du capital risque en faveur des dirigeants des PME à travers des visites de salons professionnels et des mailings personnalisés.Encourager les réinvestissements des bénéfices et l'auto. Pour relever ce défi à savoir.Pour sortir de cette impasse. Alors. ➢ Deuxième recommandation : • Créer une banque pour les PME : La création d'une banque des PME ne doit pas être perçue comme un élément de concurrence abusive vis à vis du système bancaire marocain. mais une banque des PME ne doit pas se contenter de l'octroi de crédit. le renforcement de leurs fonds propres.

La création d'un guichet unique qui remplace les centres régionaux d'investissement qui n'ont pas réussi à répondre à leurs besoins pour que le financement de leurs projets d'investissement ne traîne pas. un gros progrès à faire en contre partie le cadre réglementaire qui régit le fonctionnement des entreprises marocaines doit être modernisé. car sans comptes lisibles. Les petites et moyennes entreprises constituent la base du tissu économique du Maroc.La mise en place de zones industrielles aux jeunes entrepreneurs par les collectivités locales tout en réservant une part de ces zones à cette catégorie d'entrepreneurs. . Les PME marocaines ont. . . . . il n'y a pas de financement sain.-Élargir l'offre à toutes les PME et ne se limiter pas aux seules PME innovantes.traiter les jeunes promoteurs dans le même pied d'égalité.Réserver une part des marchés publics aux jeunes promoteurs par l'intermédiaire d'une sensibilisation de certains établissements publics. .Dynamiser le projet Moukawalati. et avec des conditions raisonnables . dans ce domaine. Numériquement 69 .Assistance et encadrement aux jeunes promoteurs. -Interdire aux spéculateurs tant nationaux qu'étrangers de s'approprier des actions de ces entreprises bénéficiant d'un arsenal d'avantages. ➢ Cinquième recommandation : • Encourager la transparence : Accroître la transparence comptable et financière des PME marocaines. ➢ Quatrième recommandation : • Aider et assister les jeunes créateurs des PME: Nos recommandations peuvent être formulées comme suit : -La réalisation de locaux au profit des jeunes promoteurs à la recherche d'implantation.

mais surtout.E. soit externes liées à son environnement. c'est à dire propres à l'entreprise. par emprunts à court. elles participent de manière positive à la croissance économique.. dans ces dernières décennies que les autorités Marocaines l'ont optée pour résoudre les problèmes socioéconomiques (Chômage.) 70 . La dégradation de la situation financière des PME marocaines. financier et social du pays. Néanmoins. au profit d'organisations qui ne sont ni des épargnants. entreprises familiales qui veulent préserver leur patrimoine. car d’un côté l’investisseur n’intègre pas la notion de risque et. à la création d'emplois et au développement régional et local. toute entreprise gérée et/ou administrée directement par les personnes physiques qui en sont les propriétaires. l’émetteur ne veut pas courir le risque de partager le pouvoir de gestion et le contrôle de l’entreprise. Ainsi. mais un système bancaire vers lequel toute la gestion des entreprises est tournée. elles subissent des impératifs macroéconomiques et les conditions de leur survie et du développement sont certes liées au contexte législatif. Les PME sont devenues de plus en plus dépendantes de l'environnement économique international. moyen et long termes. La Petite et Moyenne Entreprise. l'expérience de promotion des PME est très récente. Vu l'importance qu'elles occupent dans l'économie et particulièrement dans le tissu industriel surtout dans un pays en voie de développement comme le Maroc. leur compétitivité et leur rentabilité ont connu un certain affaiblissement.l'exode rural. à l’origine.M.. copropriétaires ou actionnaires. ni des entrepreneurs. le développement du marché financier au Maroc est freiné. de l’autre. qu'elles n'ont pu éviter une nouvelle accélération de leur endettement. les nouveaux investissements se font par autofinancement.de loin les plus nombreuses. leur contribution reste largement en delà des potentialités que cette catégorie d'entreprises peut faire valoir. et qui n'est pas détenue à plus de 25% du capital ou des droits de vote par une entreprise ou conjointement par plusieurs entreprises ne correspondant pas à la définition de la P. Les PME largement répandues d'après les études et les constatations souffrent beaucoup plus de faiblesses et ceux pour plusieurs raisons. La majorité des sociétés marocaines sont des PME. Cela fait perdre aux sociétés leur autonomie financière. Les apports en fonds propres ont été si faibles. Ici au Maroc. Actuellement. soit internes. ni des industriels.

com/05/09/2049/m_Financement-pme-maroccontraintes-et---perspectives0.html http://www. ➢ Mémoires : « Le rôle de l’Expert-comptable dans la décision stratégique des PME » : Mémoire pour l’obtention du diplôme d’Expert Comptable.html http://www. 5éme édition 2007) édition SECEA.memoireonline.memoireonline.netpme. CASABLANCA.memoireonline.fr/banque-entreprise/410-financement-investissements0.html http://www.gbp.html http://www.com/faq-que-sais-je-sur-la-banque/le-financement-desinvestissements/comment-fonctionnent-les-credits-a-moyen-terme-pour-linvestissement.com/07/07/539/m_financement-pme-maroc-moyensenjeux-contraintes0.html http://www. ‘’Les techniques de banques de crédit et de commerce extérieur au Maroc’’.memoireonline.ma http://www.fr/banque-entreprise/410-financement-investissements.2790 http://www.www.html ➢ Rapports : -Ministère des finances et de la privatisation : « Evaluation du financement de la PME au Maroc »hind. louai Août 2003 « les PME au Maroc éclairage et propositions » MARS 2000 Observatoire des PME européenne 2003 : « l'accès au financement des PME ».com/05/09/2049/m_Financement-pme-maroccontraintes-et---perspectives0.banque-info. ➢ Ouvrages : (BERRADA Mohamed Azzedine. Carine le Ferrand 71 .com/07/07/539/m_financement-pme-maroc-moyensenjeux-contraintes0.netpme.

juridique et comptable. Financement des PME au Maroc (Mai 2011) 72 ..Le rôle de l’Expert-comptable lors de l’introduction en Bourse sur le second marché d’une PME. Eses marocaines face aux nouveaux modes de financement. ➢ Autres : Evolution du secteur des pme au Maroc. La mise en place d’outils d’assistance au chef d’Entreprise – Eric GABORIAUD. Les PME au Maroc éclairage et propositions. Gilles ANDRE. L’accès au financement pour les PME dans la région d’Afrique du Nord et du Moyen Orient.Financement des PME au Maroc. financier. .Introduction en Bouse : aspects économique. .

73 . avec notre ferme engagement d'assurer une grande confidentialité des informations fournies. Dans le cadre de la préparation d'une mémoire professionnelle intitulée ‘’le rôle des banques commerciales dans le financement des PME au Maroc ‘’pour l'obtention du Master 2 en Ingénierie banque et Finance de SUPTEM-Safi et avec une double diplomation ‘’ Administration des entreprises de L’IAE De Perpignan.Questionnaire sur le «Financement de la petite et moyenne entreprise». Nous vous prions de contribuer à l'enrichissement de cette étude toute en remplissant le questionnaire suivant. Merci d'avance pour votre collaboration.

74 .