Original Text: Afficher d'autres traductions

Scribd Upload a Document Haut du formulaire
managmen

Search Documents Bas du formulaire Explore Documents
• • • • • • • • • •

Books - Fiction Books - Non-fiction Health & Medicine Brochures/Catalogs Government Docs How-To Guides/Manuals Magazines/Newspapers Recipes/Menus School Work + all categories Featured Recent Authors Students Researchers Publishers Government & Nonprofits Businesses Musicians Artists & Designers Teachers + all categories


• • • • • • • • • • • •

People

• • •

Most Followed Popular Sign Up | Log In


1 Première Page Page précédente Page suivante
10

/ 55 Les articles non disponibles Zoom arrière Zoom avant Plein écran Sortir en plein écran Sélectionnez le mode Vue View Mode SlideshowScroll Haut du formulaire
Search w it

Bas du formulaire Readcast Ajouter un Commentaire Intégrer & Partager

Reading should be social! Post a message on your social networks to let others know what you're reading. Select the sites below and start sharing. Readcast this Document Haut du formulaire
abed09813fad58

Login to Add a Comment

Envoyer 4gen Bas du formulaire Share & Embed Ajouter aux collections Download this Document for Free Auto-hide: le Charles Christmann EPSCI 5 ème AnnéeMémoire de fin de cycle 1 De l’importance de l’interculturel dans l’implantationd’une entreprise française en Chine Charles Christmann EPSCI 5 ème AnnéeMémoire de fin de cycle 2 I) IntroductionProblématiqueDéfinition des termesI. La notion de face2. Environnement socioculturel chinois1. Le Guanxi : l’art du réseau3. Le confucianisme et le taoïsme4. Sun Zi : l’art de la guerre5. . Notion de culture et culture d’entrepriseII.

une langue/des dialectes. je ne pense pas que ce mémoire aurait pu voir le jour. et bien sur ma famille et amis. et écriture6. Sans l’impulsion de cespersonnes. Mme Sophie Faure. à savoir : Mr Legrix de la Salle. diversité démographique. Mr Feng. de mon embauche en Chine. que donc il est plus facile de pouvoir communiquer. par le jeux de ceque nous sommes tentés de nommer simplement la mondialisation des cultures et valeurs(leplus souvent d’un métissage entre la culture locale et une autre culture dominante. Charles Christmann EPSCI 5 ème AnnéeMémoire de fin de cycle 4 Introduction Pourquoi traiter de l’interculturel en Chine de nos jours.Histoire de la Chine. alors que les moyens decommunication sont en pleine émergence autant en en Chine que en Europe. MadameVivian Lo. ne serait-ce qu’à en juger de l’intégrationde modèle sociaux étrangers en Chine. et d’une influence . d’une augmentation de la consommation des ménagessans précédent. telle laculture anglo-saxonne pour la Chine) et que donc il serait juste de pouvoir prétendre que nosdifférences s’estompent peu à peu.s’entendre se comprendre ?Certes les efforts en la matière sont considérables. ou tout simplement du soutien etdes conseils apportés. Mondialisation en Chine : la culture chinoise est-elle menacée ?II) Culture et Culture d’entrepriseA) Conséquences…B) …et limites managérialesIII) L’implantation d’une entreprise française en Chine • Exemple d’une réussite : des PME françaises en Chine • Les voies du succès d’un PME/PMI en ChineIV) Conclusion Charles Christmann EPSCI 5 ème AnnéeMémoire de fin de cycle 3 Remerciements : Je tiens tout d’abord à exprimer ma profonde gratitude pour toutes les personnes qui auront pum’aider dans la réalisation de ce mémoire. de leurs ouvrages.

dans le butd’assoir leur position sur un marché chinois très demandeur. lui a permis de devenir la 6èmepuissance économique mondiale en termes de PIB (1240 milliards de dollars en 2002) .4 % des exportations françaises (10ème client) et 4. constituent une composante de plus en plus importante de notre relation économiquebilatérale. à l’image de Michelin. cinéma. mais aussi de politique d’implantation de grands groupes étrangers. qui émanent directement du ministère desaffaires étrangères : « Nos relations économiques et commerciales s’appuient sur près d’un millier d’entreprisesfrançaises implantées en Chine et sur de nombreux programmes de coopération.1 % de Charles Christmann EPSCI 5 ème AnnéeMémoire de fin de cycle 5 nos importations (8ème fournisseur) et.Certes toujours. (…) Le développement économique que connaît la Chine depuis 20 ans. afin de clarifier ces simples description. avec une croissance du PIB par habitant de 8% par an en moyenne . et aussi offreur.5 Mds). Ilreprésente notre premier déficit bilatéral devant l’Allemagne (-8. la Chine a connu ses vingt dernières annéesune explosion du nombre des investissements étrangers. sous la forme d’entreprises à capitauxmixtes ou joint-venture . du volume d’investissements des entreprises françaises en Chine et des transferts detechnologie réalisés.7 Mds euros) . nos échanges demeurent modestes et déséquilibrés. Néanmoins. notre solde commercial reste très déficitaire (-8. Veolia ouLafarge. dans un contexte de forte croissance des importations chinoises (+40 %). d’investissements directs spéculatifs (marché boursier de HongKong). les exportations chinoises représententaujourd’hui 5% des exportations mondiales . d’un point de vue économique. Alcatel.souligne la . La progression denos exportations. malgré une reprise des exportations françaisesen 2003 (+32 %). en dépit des grands contratssignés. Des chiffres toutd’abord.Avec un montant de 610 milliards de dollars . La Chine nereprésente aujourd’hui qu’1. autres points de divertissement) indéniable.littérature. (…)Lesinvestissements des entreprises françaises en Chine.étrangère dans les modes de vie (restauration.

Charles Christmann EPSCI 5 ème AnnéeMémoire de fin de cycle 6 Problématique La problématique correspond donc à analyser une évolution plus qu’un état : avec l’analysede la culture chinoise contemporaine. chaque individu croyant détenir sa vérité. à favoriser l’accès des PME/PMI au marché chinois et à permettre à l’ensemblede nos entreprises de profiter davantage de ses potentialités. elle intègre totalement des facteurspassés (histoire. ses certitudes. on assiste àune rencontre interculturelle. En effet. qui auraient tout à gagner àtraiter avec ce faux « grand méchant loup du libéralisme». PME/PMI françaises. Ainsi. certaines fois de régionsdifférentes seulement(pour un pays aussi grand que la Chine.44% en 2002). puisqu’ils ont tous deux des points de vue différents du monde. cette crainte qui part souvent de lapeur de l’inconnu. qui souvent génère lafrilosité de petits groupes. Ceci rend encore plusdifficile l’intégration de la culture de A vers B et viceversa que l’intégration du pays de Avers pays de B. une meilleurecompréhension de l’environnement culturel entrepreneurial chinois. ce qui peut avoir une influence sur la culture d’entreprise chinoise actuelle. si laculture d’un pays est le reflet de sa situation présente. inutile de rappeler que unchinois de Shanghai est en de très nombreux points. premier partenaireeuropéen de la Chine (4. lorsque A et B sont face à face.participation encore insuffisante des entreprises françaises à la dynamique del’économie chinoise .à un chinois de Guangzhou. loin derrière l’Allemagne. et prend en considération des problématiquesfutures (intégration des cultures . » Source : Ministère des affairesétrangères 16/09/05Ce qui nous amène ainsi à notre principale motivation dans ce mémoire.4 % de part de marché) mais devant l’Italie en recul à 1. collectivités. et non comme un instantané de l’état actuel d’un pays.L’interculturel est une notion qui forcément inclus deux individus : un émetteur A et unrécepteur B de l’information. A et B venant de pays différents. malgré l’appartenance à un même noyau. puis d’arriver à encadrer par des « notions clefs » de la culturechinoise. nous allons pouvoir observer une définition de laculture en mouvement. (…) Le volet économique de notre partenariat global stratégique vise àcombler ces insuffisances en développant les partenariats industriels globaux dans les secteursstructurants.48% dumarché en 2003 (contre 1. Notre part de marché se maintient néanmoins et s’est établie à 1.Nous allons donc nous employer dans une première partie de cette introduction à définir lanotion de culture d’entreprise. par exemple). de l’autre.et qu’ils ont des moyens différents de le découvrir et de l’exprimer.2 % dumarché en 2003. langue du pays par exemple).

Connaître l’autre. Ces valeurs peuvent êtrestéréotypées et mal interprétées par un autre groupe social qui ne les connaît pas. En voici les principaux points :« La culture nationale est un constituant essentiel de la culture d’entreprise. comment une société étrangère peut-elle s’intégrer? Charles Christmann EPSCI 5 ème AnnéeMémoire de fin de cycle 7 Définition et analyse des termes :Culture et culture d’entreprisea) Notion de culture et de culture d’entreprise Pour parler de culture d’entreprise nous nous devons au départ de définir ce qu’est la culture. Les membres des groupesminoritaires doivent adopter ces valeurs jugées " normales ". la notion de culture est elle perçue comme générale et partagée. Vouloir imposer ses propresvaleurs. Jean-François Fili. c’est établir une relation de domination.Une étude sur la culture liée à la culture d’entreprise a été réalisée par Christophe Durand. La . La connaissance de laculture de l’autre procure une meilleure compréhension des valeurs convergentes etdivergentes qui s’établissent entre deux groupes. la morale (le sacré. des rites et des signespartagés par la majorité du corps social.Elle peut être définie comme l’ensemble des éléments propres à un groupe humain spécifique. et d’une manière implicite.qui sont explicatifs des façons de penser et d’agir des membres de ce groupe.son identité en tant que membre d’un corps social spécifique. acceptés. Les valeurs conditionnent lescomportements admis. leprofane) qui sont transmises d’une génération à l’autre. c’est connaître sa culture. Ainsi. notre question est la suivante : à la vue des diverses voies que prend lasociété chinoise actuelle. quel est l’impact des éléments fondamentaux de la culture chinoisesur sa culture d’entreprise. c’est à direqu’elle explique le comportement de l’ensemble du corps social.Les valeurs représentent les idées.étrangères liées à l’arrivée des entreprises et personnesétrangères sur le sol chinois. mais aussi rôle des médias.Plusieurs définitions cherchent à expliquer le concept de culture nationale et à montrer ladépendance du fonctionnement social (rôle de l’état. Audrey Hénault . des institutions) envers les valeursculturelles. Celle-ci se manifeste dans le processus decolonisation.En d’autres termes. des mythes. mais également à l’intérieur d’une même société. enfin chinois d’outre-mer et chinoisde Hong Kong) qui se manifestent par des phénomènes de mondialisation des échanges etglobalisation des cultures. les croyances fondamentales. Ces imagesdéformées sont révélatrices des barrières culturelles et des sentiments de rejet que peuventexprimer des individus appartenant à des groupes sociaux différents.La culture nationale englobe l’ensemble des valeurs.

des normes qui guident les actes de leurs membres et servent à résoudre lesconflits internes. professeur à l’université Bordeaux 3)Suivant cette définition acceptée.Les signes sont des émetteurs qui permettent à ceux qui ne font pas partie du groupe social deréférence de capter certains éléments de la culture du groupe. les relations de domination (de pouvoir) admises.La culture est vitale pour la survie d’un groupe qui a besoin d’être structuré. Le partage destaches entre les membres du groupe. les funérailles sont commémorées d’une façon spécifique parles différents groupes sociaux. les vêtements folkloriques sont des exemples de ces signesémis par un groupe spécifique.Elle apparaît comme le lien social à partir duquel le groupe bâtit son identité. les mariages. Lesfêtes nationales. lessymboles et plus particulièrement le langage sont les traces visibles de la culture d’unesociété. par exemple pour utiliser un ordinateur. les symbolesnationaux. selon Hall*.Les mythes sont associés à l’histoire nationale et fabriqués pour renforcer les valeurs admises. la danse et la musique.…).l’apparition de nouveaux mythes ou rites sont fortement marqués par l’ouverture de la sociétésur l’environnement. L’introduction de nouvelles valeurs. des rituelscommuns et des valeurs communes (…) On pourrait dire qu’il y a dans la culture des valeurs.religion en tant que croyance. fait partie des valeursculturelles et dans les sociétés religieuses elle devient la valeur centrale.La bonne réception du message dépend de la volonté de comprendre l’autre avant de porter un jugement de valeur. Elle est évolutive. Hotier . ainsi des connaissances que l’on apprend à l’école (appelé Charles Christmann EPSCI 5 ème . on peut ainsi distinguer trois niveaux decultures : niveau technique (composé des connaissances explicites que tout le monde estconscient. Charles Christmann EPSCI 5 ème AnnéeMémoire de fin de cycle 8Quant aux rites. ce sont toutes les cérémonies qui font revivre les valeurs et les mythes. »( H. c’est à dired’avoir des règles. Le rituel de la représentation du pouvoir (une famille royale)est un rite fondamental dans la mesure où il conditionne les rapports de force instaurés dans lasociété.des pratiques et des techniques. une machine conduire une voiture. »On pourra donc distinguer aisément les parties qui vont définir les éléments fondamentales dela culture chinoise :« La culture est un concept qui se définit par trois éléments : un passé commun. Le langage.vient ensuite le niveau formel.La culture nationale n’est pas figée.

notions qui restentinexplicables sur par exemple la manière dont nous arrivons à parler. C’est de cette manière que l’on peutcomprendre comment changement et continuité ne font qu’un dans un seul et même espace. auprès des parents. et enfin le niveau informel. les valeurs culturelles. compare dans son ouvrage « évidences invisibles »(nousreprendrons plus tard cette expression pour la notion de face) des mouvements de culture àl’intérieur même d’un phénomène immuable.AnnéeMémoire de fin de cycle 9selon Hotier les « pratiques »). prenant pour exemple les prémisses culturelles(voir plus haut) opposés au vocabulaire pour les décrire.dans notre seconde partie. Carroll* . mais ils permettent de mieux cerner l’environnement dans lequel notreentrepreneur français va se retrouver. on peut difficilementconsidérer celui-ci comme une réelle expression culturelle.Un autre auteur. Par ailleurs nous reparlerons de cette encadrement des différents types de culture. avec un préambule développant un « guide pour l’étranger enChine » et un résumé des études comportementales de Carl Hofstede. composé des prémisses culturelsque l’on acquiert auprès de la famille. connaître son ennemi et anticiper ses mouvements.…Hors. alors même que nous assimilons de nombreuses choses qui modifient lasurface de notre aspect. réactions. car si nous arrivons à démontrer queCulture et Culture d’entreprise sont intimement liés. et donc lui permettre de commettre tout faux pas qui luiserait fatal. et ainsi culture etentreprise. Quant au second niveau. il est donc important de se rendre compte que culture et société. . Ceci est donc une des bases de larecherche que nous allons effectuer dans ce mémoire. frères et sœurs(les « valeurs »). relève d’un enchaînement de combinaisons logiques qui amènent tel ou tel groupeà réagir d’une manière précise dans un contexte donné. c’est à dire qu’à partir de cet environnementsocioculturel. et que nous ne rentrerons pas dans une généralisationhâtive. il est très dur de « briser la glace ». et ce dès l’enfance. nous assimilons des notions telles que la langue maternelle.En d’autres termes. d’espace. de changer noshabitudes/valeurs…Bien que nous venons ainsi de démontrer comment chaque être possède ses spécificitésculturelles dans un groupe social. le travail de fond destiné à l’aide auxPME désireuses de s’implanter en Chine n’en sera que plus facile : comme nous le décrironsplus tard avec Sun Tzu. Enrevanche. ceniveau change plus ou moins et peut influer à sa manière sur la culture personnelle.c’est déjà avoir franchi un pas significatif vers la victoire. le dernier niveau agit sur nous de façon implicite : qu’il s’agisse de la notion detemps. Les thèmes que nous aborderons donc ci-dessous sont donc loin d’encadrer la totalité de laculture chinoise. alors que le premier niveau de culture évolue très rapidement.

En effet. on a pour principe « de ne pas étaler lesscandales de famille en public » comme l’exprime un proverbe chinois dont l’équivalentfrançais est : « il faut laver son linge sale en famille ». affirme ceci lorsqu’il y fait référence : « Nous touchons là àl’aspect le plus subtil et le plus mystérieux de la psychologie sociale des Chinois. l’inconscient culturel est Charles Christmann EPSCI 5 ème AnnéeMémoire de fin de cycle . car pourcertains. assure un certainordre social et organise les comportements des membres d’un groupe donné. un dictionnaire chinois la définitcomme « une vanité superficielle. ne manquent pas de lamentionner et se font souvent un plaisir de raconter des anecdotes plus ou moins caricaturales.Y. c’est « la valeur sociale positive qu’une personne revendique effectivement au traversde la ligne d’action que les autres supposent qu’elle a adoptée au cours d’un contactparticulier » (1974 : 9). Cette notion de face est tellementimportante dans la vie chinoise qu’elle est devenue une évidence invisible(voir Carrol plushaut). Lesauteurs occidentaux. T. mais la plupart des individus serebelle à l’idée de le rendre explicite. elle renvoie à un des défauts des Chinois. un défaut des Chinois ?La notion de face représente un des traits les plus caractéristiques des Chinois.Charles Christmann EPSCI 5 ème AnnéeMémoire de fin de cycle 10 Environnement socioculturel chinois 1. elle constitue une règle suprême extrêmement raffinée.Mais est-ce que la face est vraiment un défaut des Chinois ? Selon le sociologueaméricain E.car à en croire E.Mais il peut être délicat pour un Chinois d’en parler et de la révéler aux étrangers. quand ils abordent les comportements en Chine. chercheur chinois. » En Chine. Goffman. Bienqu’abstraite et insaisissable. pilier social en Chine. Et c’est pour cela qu’émettre un jugement de valeur sur la facechinoise. Et essayer de voir ou de montrer l’invisibilité n’est pas chose aisée ni toujours agréable. C’est la face quirégulent les intéractions sociales. La notion de face (partie directement inspirée d’un chapitre sur l’interculturel deLihua Zheng) . Elle est leprincipe de toute interaction sociale » (Lin. Nous voici entrés d’emblée dans un jeude face. Comme l’inconscient de Freud. c’est tout le contraire : véritable ciment de l’identité d’un individuchinois. Lin.T. Hall : « Il est évident qu’il existe un code. Touteculture est bonne en soi dans la mesure où elle fait fonctionner une société. La face. reviendrait à nous interroger sur notre propre culture. 1990 : 183).

La face semble releverd’une idée de prestige. et comme les patients de Freud.diulian : faire perdre la face à quelqu’un. désigne plutôt le prestige social que la sociétéreconnaît à un groupe ou à un individu. you tou you mian : avoir de la face . la face. elle ne s’achète pas mais confère uneréelle splendeur aux individus . diu lian : perdre la face . ce qui n’est pas tout à fait exact . Il se manifeste par un succès social lié à l’effort et àl’intelligence et constitue l’environnement de la personnalité de l’homme. diu mian zi ..doit se refléter dans les pratiques linguistiques. Les trois dimensions de la face chinoise Si vous demandez à un Chinois de vous préciser ce que veut dire exactement la face. traduit par mian zi . comme tout arbre a une écorce . vousrisquez de ne pas obtenir de réponse immédiate. On peut retrouverle sens de cette face dans les expressions suivantes : Ta de mian zi bi wo da : Sa face est plusgrande que la mienne . il est difficile d’en donner une définition précise. etc. représenté par lian . shu shu you pi : toute personne a uneface. nous sommes à jamais mus par desmécanismes qui ne peuvent être examinés sans aide extérieure » (Hall. on peut distinguer trois types de face chinoise. elle est abstraite mais elle constitue quelque chose que leshommes se disputent et un idéal pour lequel des femmes meurent .Le second type de face.2. En effet. gei.. en tant que norme culturelle et sociale fondamentale d’une société. bu yao lian : ne pas vouloir de face . seréfère à la réputation morale. Le premier. 1979 : 151). Cette face peut êtreillustrée par les expressions comme Ren ren you lian.En fait. malgré la portée socialeextraordinaire de ce concept.11soigneusement caché. mei lian jian ren : ne pas avoirde face pour se présenter devant quelqu’un .Le caractère insaisissable et mystérieux de la face ne saurait nous faire reculer devant unepossible explication. c’est-à-dire à la qualité qu’un individu doit posséder pour êtreinséré dans la société et qui fait partie intégrante de sa personnalité. car selonnotre hypothèse. elle est invisible mais elleexiste et s’étale aux yeux du public » (1990 : 183-184).Nous allons nous lancer dans l’aventure consistant à dévoiler ce qui est profondémentcaché dans la culture chinoise. Cette première face est indispensable pour vivredans un groupe et s’en faire reconnaître par ses membres. Ainsi que lefait remarquer Lin : « Le sens de la face n’est ni à traduire ni à définir. Nous essayerons de l’expliciter à l’aide d’expressions figées.

Cestrois dimensions de la face sont étroitement corrélatives. mais elles agissent à des degrésdivers suivant les circonstances de l’interaction sociale : la première face en constitue lefondement et sans elle un sujet perdra jusqu’à sa qualité d’interlocuteur . Elle estcomme une médaille d’or que l’on se dispute au cours de la vie sociale. demander. Un aspectmoral. un aspect social et un aspect interactionnel. perdre. bang ta yi ba ba :Prenez en compte ma face et donnez-lui un coup de main. la troisième est le fil conducteur de l’interaction. le prestige social et le sentiment personnel. du maintien ou de la rupture d’une relationinterpersonnelle. sinon son admiration . il ne peut yavoir de mouvement de retour . cesecond sens renvoie à une réalité concrète. Elle sanctionne ou approuve les comportements exprimés lors de cetterelation et se trouve à la base du réseau relationnel qui joue un rôle si important dans lasociété chinoise.. desorte que si ce fil est rompu. On trouve l’expression de cettetroisième face dans des formules comme : mian zi shang guo bu qu : ne pas pouvoir dépasserla face . s’il n’y a pas de poussée vers l’avant. la deuxième est lecontenu ou l’objectif de l’interaction.On voit par là que si la première définition de la face évoque une entité plutôt abstraite. tou ding guo er mai : le sentimentpersonnel presse comme la dette. Bu kan seng mian kan fo mian : Si vous ne considérez pas la face du moine. etc. ce qui engendre la recherche d’une approbation de lapart de l’autre. ni bu lai wo buqu : La face est comme le travail de la scie. il y a rupture . qui correspondent aux trois définitionsexpliquées plus haut : la dignité humaine. Ren qing yi ba ju.: perdre de la face . etc. on doit tout vendre (pour la payer)]. ce dont témoignent les verbes de sens concret quil’actualisent : elle est comme un objet qu’on peut avoir. Kan zai wo de mian zi shang. si yao mian zi : demander de la face à tout prix .Le troisième type de face. Charles Christmann EPSCI 5 ème AnnéeMémoire de fin de cycle 12 gei dian mian zi : donner un peu de face . Cette troisièmeface est le signe de l’établissement. ren qing ou encore qing mian renvoie lui au sentiment personnel issu d’une relation sociale. ren qing ji si zhai. donner. terme ici traduit par mian zi .considérez au moins celle du bouddha .On voit par là que la face chinoise présente essentiellement trois dimensions.

que cette notion de pérennisation de la culture traditionnelle à l’intérieurd’une culture contemporaine. Nous en venons ici au cœur du problème : la notion de face chinoise trouvera-t-ellesa place dans la modernisation ? Estelle condamnée à disparaître ? Charles Christmann EPSCI 5 ème AnnéeMémoire de fin de cycle 13Pas si sûr que cela : en effet. la face semble peu compatible avec les développementsmodernes. nous avons en tant qu’occidentaux. il ya un aspect « ancien. et que pour les chinois eux-mêmes. Il faut aussi prendre en compte que même sipour nous étrangers cette notion de face est « lourde ».de l’échange. De l’importance du management interculturel pour une entreprise française s’implantant en Chine Download this Document for FreePrintMobileCollectionsReport Document Report this document? Please tell us reason(s) for reporting this document Haut du formulaire abed09813fad58 doc Spam or junk Porn adult content Hateful or offensive If you are the copyright owner of this document and want to report it. étrangers et chinois.Pour tous. est importante. vétuste » pour cet aspect de leur culture. please follow these directions to submit a copyright infringement notice. Mais ce serait oublier quecertains pays ont une culture tellement ancienne et forte que toucher à un seul des élèmentsfondateurs serait équivalent à mettre un terme à l’ensemble de la culture de ce pays. tout autant que rupture de la relationelle-même. Report Cancel Bas du formulaire . que chaque pays vavers une uniformisation forcée. à trop baser notre modede raisonnement sur l’évolution d’une société comme un cycle universel. il est plus que fondamental dereconnaître là encore cette partie d’ « évidences invisibles » mentionnée par Caroll. avec une culture aussi vieille que son histoire deplus de 5000ans. et c’estbien entendu dans des pays comme en Chine. de la culture et donc des hommes.

Info and Rating Reads: 23.8 5 false false 0 (10 Ratings) Copyright: Attribution Non-commercial entreprise management francaise chine culturel Business-Asian entreprise management francaise chine culturel Business-Asian (fewer) Follow leuthai .This is a private document. Rated: 4.261 Uploaded: 06/10/2007 Category: Uncategorized.

Share & Embed Related Documents PreviousNext 1. p. p. 2. p. p. . p.

3.p. p. 4. p. . p. p.

p. p. p.p. . p. 6. 5.

p. p. p. p. 7. p. .

p. p. 9. p.p. p. 8. .

10. p. 11. p. p.p. . p.

p. p. . More from this user PreviousNext 1. 12. 10 p.p. p.

2. . 15 p. 19 p.20 p. 3. 24 p. 16 p.

12 p. 12 p. 20 p. 39 p. . 30 p. 4.

21 p. 55 p. 5. Recent Readcasters Add a Comment Haut du formulaire abed09813fad58 Submit Characters: 400 document_comme 4gen .

Jean-Philippe. and select print from the file menu (PDF reader required).com Merci pour votre aide.scrib http://w w w .Bas du formulaire jps_73left a comment Bonjour. Je travaille sur une thèse ayant des caractéristiques commune avec votre thèse. X Use your Facebook login and see what your friends are reading and sharing. Est-il possible de m'envoyer votre bibliographie? jps_73@hotmail.scrib Bas du formulaire . Other login options Login with Facebook Haut du formulaire http://w w w . Download and Print Closes in seconds. 09 / 24 / 2009 Reply Print This Document High Quality Open the downloaded document.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful