UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL

L'IMMORALISME ET L'INCROYANCE
DE CLÉMENT ROSSET
MÉMOIRE
PRÉSENTÉ
COMME EXIGENCE PARTIELLE
DE LA MAÎTRISE EN SCIENCE POLITIQUE
PAR
SUZYVÉZINA
NOVEMBRE 2006
UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL
Service des bibliothèques
Avertissement
La diffusion de ce mémoire se fait dans le respect des droits de son auteur, qui a signé
le formulaire Autorisation de reproduire et de diffuser un travail de recherche de cycles
supérieurs (SDU-522 - Rév.01-2006). Cette autorisation stipule que «conformément à
l'article 11 du Règlement no 8 des études de cycles supérieurs, [l'auteur] concède à
l'Université du Québec à Montréal une licence non exclusive d'utilisation et de
publication de la totalité ou d'une partie importante de [son] travail de recherche pour
des fins pédagogiques et non commerciales. Plus précisément, [l'auteur] autorise
l'Université du Québec à Montréal à reproduire, diffuser, prêter, distribuer ou vendre des
copies de [son] travail de recherche à des fins non commerciales sur quelque support
que ce soit, y compris l'Internet. Cette licence et cette autorisation n'entraînent pas une
renonciation de [la] part [de l'auteur] à [ses] droits moraux ni à [ses] droits de propriété
intellectuelle. Sauf entente contraire, [l'auteur] conserve la liberté de diffuser et de
commercialiser ou non ce travail dont [il] possède un exemplaire.»
Table des matières
Table des matières .ii
Résumé iv
Introduction 1
1. Le tragique et la morale 17
1.1. Le tragique 17
1.1.1. Les trois révélations menant au tragique 19
1.1.2. Le nécessaire et l'impossible 22
1.1.3. Autre caractéristique du tragique: l'irresponsable 23
LIA. Le donné: élément essentiel du tragique 26
1.1.5. Le tragique et le pessimisme 28
1.2 La morale 31
1.2.1. Le silence 31
1.2.2. L'insurmontable tristesse 32
1.2.3. Le hasard 34
1.204. Mensonge moral et contrat social 36
1.2.5. Réflexion sur le pouvoir. _ 38
1.2.6. L'humanisme terroriste ou la prétention universaliste .42
1.2.7. L'inhumain et le besoin de certitude .47
2. Le réel et la croyance 51
2.1. Le réel. 51
2.1.1. Le réel et son double 52
2.1.2. Le réel depuis Platon: l'illusion métaphysique 54
2.1.3. L'unicité du réeL 58
111
2.1.4. La loi générale de la réalité 60
2.1.5. La question du sens 61
2.2. La croyance , 63
2.2.1. La croyance idéologique 63
2.2.2. La passion du vide 69
Conclusion 74
Bibliographie 77
Résumé
Cet essai sera consacré à l'immoralisme et à l'incroyance de Clément Rosset.
Pour ce faire nous devrons, en premier lieu, traiter du tragique. Le tragique est un
moment marquant de l'existence qui nous révèle l'inanité des valeurs morales vers
lesquelles nous croyons devoir nous tourner. En effet, que nous propose la morale?
Une objection au monde tel qu'il est. Elle nous apprend qu'il est un mal et une
souffrance qui ne doivent pas être: c'est en cela qu'elle refuse le tragique. L'homme
moral a besoin de fondements et de certitudes qui lui expliquent le monde et lui
permettent d'agir. Il a surtout la prétention, à travers la pensée humaniste, de devoir
parler au nom de tous, ce qui est éminemment suspect aux yeux de Rosset. Dans ce
passage de l'individuel à l'universel, il n'y a qu'un pas à franchir pour voir naître un
surcroît d'enthousiasme moral, enthousiasme qui peut se révéler passablement
meurtrier... Il existe donc un lien entre la morale et l'idéalisme politique qui réside,
avant tout, dans notre préférence pour ce qui n'existe pas et la prétention d'un réel
plus vrai, soit un double du réel existant, que nous devons construire. C'est dans la
croyance d'une possible saisie du réel, c'est-à-dire la possibilité de l'expliquer par la
raison et l'espérance de le modifier radicalement, que se dessine le lien entre la
morale et l'idéologie.
Descripteurs: Clément Rosset, tragique, morale, réel/double, croyance, idéologie.
Introduction
En ces temps, que d'aucuns nomment postmodernes, il semble exister une
impression de perte, de vacuité générale. Perte des repères, faillite de certaines
idéologies qui mènent tout droit vers de nombreuses interrogations : La croyance en
un progrès de l'humanité est-elle toujours de mise? Y a-t-il un sens à l'Histoire, à
l'existence? Ce sont des questions qui nous convient à faire face au tragique ainsi
qu'au réel.
Clément Rosset, philosophe français contemporain, ose questionner notre
aptitude à affronter le réel, à vivre le tragique et à accepter que le hasard puisse rendre
compte de tout. Sommes-nous aptes, avons-nous l'envie de délaisser tout le
fallacieux des illusions (morale, religion, métaphysique) que nous n'avons de cesse
de bâtir dès lors que le réel s'avère trop cruel? Cette question jalonne l'oeuvre de
Rosset.
Nous verrons, dans les lignes qui suivent, la littérature pertinente portant sur
Clément Rosset.
Revue de la littérature
Il importe de mentionner qu'il existe malheureusement fort peu de matériel
portant sur l'oeuvre de Clément Rosset. Il y a quelques entrevues (dont deux incluses
dans ses livres) et des comptes-rendus de livre, mais aucun commentateur, à notre
connaissance, n'a analysé en profondeur les écrits du philosophe.
Nous avons divisé le texte de la façon suivante: tout d'abord comptes-rendus
et critiques permettant de faire état des positions de Rosset et des objections qu'elles
2
soulèvent. Ces objections sont relativement peu nombreuses et présentées très
succinctement. De plus, et cela constituera la deuxième partie de notre revue de la
littérature, Rosset, dans certains ouvrages et dans des entrevues, précise sa pensée et
répond très brièvement à ses détracteurs. En somme, la littérature sur Rosset est peu
abondante mais elle permet néanmoins d'esquisser les contours d'une problématique.
Mis à part un compte-rendu d'un café philosophique publié sur Internet, ce
sont essentiellement des comptes-rendus de certains livres de Rosset dont il sera
question ici. Ceux-ci relatent les thèmes chers au philosophe soit le réel et le goût de
nounir son antipode: l'illusion.
Tous les auteurs des comptes-rendus affirment que le réel semble être une
préoccupation majeure pour Rosset. Roger Pol Droit dira: "Le réel - unique, banal,
affreux, sans dehors. Rosset ne parle que du réel."
1
Il constate que le philosophe
aime la provocation et ce, par sa persistance à fuir les illusions et à soutenir que le
réel est cruel. L'auteur croit, tout comme Rosset, que certains philosophes ont tenté
de nous faire oublier le réel à travers des frénésies métaphysiques, des prétentions à
avoir percer l'énigme que constitue le réel ou en postulant simplement que le réel
est.. .inéel! Croyances que rejette Rosset. Celui-ci s'entête à soutenir que le réel est
simplement là, silencieux. L'âme souffre de la gratuité des choses, qui plus est du
malheur, bien entendu. Mais Rosset persiste et Roger Pol Droit le souligne: "Le réel
serait toujours plus que nous n'en pouvons supporter. Sa cruauté est d'être, tel quel,
sans intention - et surtout, sans recours.,,2
Selon Philippe Sollers, Clément Rosset soutiendrait qu'il "... n'y a qu'un
problème philosophique vraiment sérieux: c'est le réel.,,3 Selon le journaliste, Rosset
1 R. P. Droit, "Les pensées minimales de Clément Rosset", Le Monde, Paris, 14 octobre 1988, p.18
2 Ibili
3 '
P. Sollers,"Eloge de l'allégresse", Le Monde, Paris, 6 mars 1992, p.21
3
dénonce notre inaptitude au réel et notre goût quasi inné pour la complication. Il
soutient que le philosophe a raison de s'étonner devant notre prédisposition à ne pas
vouloir savoir, à une " ... préférence accordée à ce qui n'existe pas plutôt qu'à ce qui
existe.,,4 Il estime lui aussi que bien des philosophes privilégient l'illusion au
détriment du réel. Certains philosophes s'enorgueillissent de leur savoir et jubilent à
l'idée d'enseigner ce qui est bon, ce qui devrait exister, ce qui ne devrait pas. Phillipe
Sollers croit qu'ils passent à côté de l'essentiel soit la question du présent et de ce qui
existe vraiment.
Le journaliste mentionne que le réel de Rosset permet une expérience
particulière qui est celle de l'allégresse. Cette joie, qui se passe de justification,
constate qu'il n'y a pas de "manque" dans ce qu'offre l'existence: le présent est un
don constamment renouvelé. Elle incarne l'être-là, sans s'opposer, sans revendiquer,
divergeant en cela du déni face au réel. Phillipe Sollers précise que la fonnule de
Pannénide (ce qui est est, ce qui n'existe pas, n'existe pas), qui est à la base des
Principes de sagesse et de folié constitue"... la pierre de touche de la reconnaissance
du réel.,,6 Il n'y a pas d'incomplétude dans le réel, un ailleurs pour nous réfugier.
Robert Maggiori abonde dans le sens des précédents auteurs et constate que
Rosset parle du réel pour le rendre à lui-même, pour démontrer toute son
insignifiance car"... tout ce qui existe peut être suffisanunent expliqué par le hasard
et que lui accorder une signification est tout à fait illusoire.,,7 Ce constat, fort pénible
pour l'affectivité, serait la source d'où puisent certains pour se conforter dans les
chimères, les illusions. L'homme ne se contente point du réel: ".. .ill'enchante, le
fait tournoyer, lui donne de la profondeur, un sens, une direction, une histoire ... ,,8 La
4 Ibid.
5 Paris, Éditions de Minuit, coll. Critique, 1991,122 p.
6 P. Sollers, loc. cil.
7 R. Maggiori, "Double idiot", Libération, Paris, 19 février 2004, p.6
8 Ibid
4
création d'un double du réel nous permet d'échapper à l'insupportable, à la cruauté
du réel. Selon Maggiori, Rosset lui, nous y renvoie sans cesse. Il est vain de creuser
pour arracher au réel un secret qu'il ne divulguera pas. Le journaliste précise que la
vision de Rosset, un "art maîtrisé de la désillusion", peut aisément entraîner le
pessimisme mais également aviver l'amour de l'existence par sa lucidité, son aptitude
à résister aux forts nombreuses raisons de sombrer dans le misérabilisme.
Le dernier texte est un compte-rendu d'un café philosophique publié sur
Internet. Il traite sommairement des thèses de Clément Rosset. En ce qui a trait au
réel par exemple, les intervenants croient que Rosset se montre autant psychologue
que philosophe en affirmant notre incapacité à accepter le réel : "La tendance
générale est à la dénégation et à la recherche d'une duplication du réel.,,9 Le double
apparaîtra ainsi beaucoup plus supportable que la réalité. La dénégation du réel se
confond bien avec l'illusoire mais pas avec l'imaginaire. Selon les participants du
café philosophique, Rosset réussit bien à démontrer que l'imaginaire n'a rien à voir
avec l'illusion en citant l'exemple de Don Quichotte qui, selon Rosset, n'a rien d'un
fou, contrairement à la croyance populaire. Car le vieil hidalgo, selon le philosophe,
saurait très bien distinguer lorsqu'il est dans le rêve et lorsqu'il est dans le réel. Il y
aurait tout au plus " ... un petit coefficient d'irréalité sans incidence grave, puisqu'il se
donne pour tel et se laisse effacer à la première remontrance en provenance du
réel..."IO Il n'y aurait ni folie, ni illusion lorsque l'on se sait dans l'imaginaire. Les
intervenants constatent eux aussi que Rosset a consacré une grande partie de ses
ouvrages à redire toute l'unicité du réel, qu'en fait, seule la tautologie peut rendre
compte du réel sans le trahir: "A est A et tout est dit."ll Nous croyons déceler une
certaine déception dans cette affirmation... D'ailleurs, Rosset ne nie jamais qu'une
5
telle déception peut s'ensuivre, nous y reviendrons plus loin dans les réponses de
Rosset à ses détracteurs.
Le hasard serait une notion importante chez Rosset selon ces débatteurs,
faisant ici référence à une oeuvre de Rosset en particulier, L 'anti-nature. /2 Le
philosophe développera en effet dans cet ouvrage une pensée dite artificialiste, pensée
que les intervenants ont peine à comprendre, nous y reviendrons dans les objections
formulées contre Rosset.
Il importe de souligner que les principales critiques adressées à Clément
Rosset que nous avons trouvées, proviennent d'un livre écrit par le philosophe lui­
même.'3 Mentionnons qu'elles sont parfois brèves et peu étayées, Rosset ne précisant
point, sauf en un cas précis, les auteurs de ces remarques. Nous indiquerons les
autres sources le cas échéant.
Deux objections majeures sont formulées à l'endroit du philosophe. La
première se rapporte à la fonnule du réel qu'il emploie. On lui reproche de donner
une explication intellectuellement creuse du réel, de tenir à ce propos le même
discours. Toujours face au réel, certains auraient observé que l'auteur ne définit pas
le sens précis qu'il prête à ce mot.
Rosset répète constanunent que le réel est simple, particulier, unique, ce qui
fait dire à certains dont Jean-Louis Dumas: " ... mais n'est-ce pas une impasse
théorique que de constater sans cesse l'idiotie du réel - au sens grec de singularité,
inaptitude à la duplication, à la répétition?,,14 Les participants d'un café
12 Paris, PUF, coll. Quadrige, 2004 (4e édition), 330 p.
13 Voir Le démon de la tautologie suivi de cinq petites pièces morales, Paris, Éditions de Minuit, coll.
Paradoxe, 1997,89 p.
14 J.-L. Dumas, Histoire de la pensée, philosophie et philosophes, Tome 3, éd. Le livre de poche, Paris,
p.436.
6
philosophique portant sur les thèses de Rosset s'interrogent quant à eux sur la nature
d'un regard qui n'interprète pas le réel: "En admettant, par pure hypothèse, que du
regard que nous portons sur le réel, l'on puisse écarter les illusions, que serait ce
regard désillusionné... Le regard de la vache qui regarde passer un train?,,15 Pour
eux, l'homme est un être de langage, il ne peut donc s'empêcher d'interpréter ce qu'il
voit.
La seconde critique importante a trait à la morale ou plutôt à l'absence de
référence morale dans les propos du philosophe. Il est visé plus particulièrement la
joie et l'acceptation inconditionnelle de la vie dont se réclame Rosset. Elles
mèneraient, selon ses détracteurs, à un assentiment des horreurs perpétrées par les
hommes. Nous en avons un bon exemple dans cet extrait d'un compte-rendu: "Mais
laissons un instant Clément Rosset à sa joie, joie que pourraient également éprouver
les Bagadadis (sic) si on avait eu la bonne idée de leur parachuter l'anti-nature avant
les bombardements américains. Ils auraient ainsi appris que les bombes qui leurs
(sic) tombent sur la tête sont le fruit du hasard et que la joie de vivre dans l'instant
doit les habiter. .. ,,16 Les intervenants de ce débat, dont le compte-rendu est
disponible sur Internet, désavouent complètement Rosset et affirment que l'homme,
étant doué de raison, peut faire des choix. À ce titre, il serait donc appelé à
" ... adopter une conduite régie par la moralité.,,17, l'homme n'obéissant pas seulement
aux lois de la nature selon eux mais aussi à la loi morale.
Toujours d'après ces intervenants, la joie dont parle Rosset ressemble à une
forme de mysticisme, de détachement qui conduirait inéluctablement vers une
insensibilité face au malheur d'autrui : " ... sa joie définie comme inexprimable,
comme un balbutiement, me fait penser à la démarche des mystiques qui cherchent
15 D. Junquas, Loc cil.
16 F. Schiffter,"Qu'est-ce que la nature?",
www.chez.com/superadis/pags2520ddp/philosophie/nature.htm. 2 avril 2004.
17 Ibid. .
7
leur voie intérieure vers une transcendance au delà de la raison et du langage.... se
souciant comme d'une guigne des problèmes du monde... ,,18
Une autre critique concerne cette fois-ci la notion de hasard. Les participants
du café philosophique s'objectent face à cette idée: "Le hasard, il n'y rien que le
hasard, nous dit Rosset. .. Qui peut sérieusement affirmer que la pollution de la mer ou
que le bombardement de Bagdad sont le fait du hasard?,,19
Roger Pol Droit enfin, bien que considérant agréable la lecture de Rosset, ne
peut s'empêcher de lui opposer ce grief: "Si le principe d'incertitude s'applique à
toute vérité philosophique, en quoi est-il certain que le réel est vraiment cruel?
Pourquoi le doute, ici, ne peut-il avoir de prise?,,20
Que pense le philosophe de ces critiques? Qu'a-t-il à répondre? C'est ce que
nous examinerons dans les lignes qui suivent.
Dans certains ouvrages du philosophe et dans certaines entrevues qu'il a
accordées, Rosset précisera sa pensée et répondra à ses détracteurs. En d'autres
occaSIOns, nous répondrons nous-mêmes aux objections adressées à Rosset, en
tentant, bien sûr de ne pas trahir la pensée de celui-ci. Il sera donc question ici du
réel tel que vu par Rosset, réel unique, simple dont une analyse le mène tout droit
vers la tautologie. Nous ne pouvons non plus éviter la question morale, le refus de
tout moralisme chez le philosophe.
18 Ibid.
19 Ibid.
20 R. P. Droit, loc. cil.
8
1. Le réel selon Rosset
On reproche à Clément Rosset de tenir un peu toujours le même discours,
surtout lorsqu'il s'agit du rée!. Nous convenons que le philosophe fait preuve de
redondance tout au long de son oeuvre mais nous pourrions aussi rétorquer la phrase
de Roger Pol Droit, qui s'inscrit dans la pensée de Bergson: " ... ce philosophe,
comme tous ceux qui ont quelque chose à dire, rédige, en fait, un seul livre. Il ne
cesse d'y constater que le réel est. .. réel et que nous n'en sortons pas.,,2\
Il y a néanmoins matière à réflexion et Rosset fera volontiers l'examen de
cette critique. Il constate alors que son analyse le mène vers la tautologie: " ... le réel,
quelles que soient par ailleurs sa complexité, sa multiplicité et sa mouvance, loge à
l'enseigne de la tautologie".22 Selon lui, la tautologie est le meilleur indicateur du
réel, elle exprimerait le mieux le principe d'identité qui sous-tend le réel, c'est-à-dire
que A est A. Le philosophe nous met en garde de présenter le principe d'identité par
A=A et il rend justice ici à Heidegger, qui a, selon lui, bien perçu cette nuance: "Que
dit la formule A=A, par laquelle on a coutume de représenter le principe d'identité?
Cette formule pose l'égalité de A et A. Or toute égalité requiert au moins deux
termes. Un A est égal à un autre A (... ) Elle ne présente pas A comme étant le
même.,,23 Présenter le réel par une égalité reviendrait à nier l'unicité du réel puisque
cette équation exige deux éléments. Il est en effet fort différent de dire qu'une
pomme équivaut à une autre pomme et dire que cette pomme est cette pomme. Selon
Rosset, le réel ne renvoit qu'à lui-même, la tautologie serait donc la meilleure façon
de le définir: " ... c'est justement la définition du réel que d'être sans définition - ou
du moins sans autre définition qu'une redite de son propre fait.,,24
21 Ibid.
22 C. Rosset, Le démon de la tautologie, op. cil., pA8
23 Questions l, Gallimard, tr. André Préau, cité par Clément Rosset, op. cil., p.34.
24 Ibid., p. 35
9
Rosset ne prétend point que le discours philosophique puisse se réswner au
seul discours d'inspiration tautologique. Celui-ci toutefois, demeurerait selon lui
celui qui rend le mieux compte de la réalité. La vision de source dualiste, celle de
Platon par exemple, serait plus pauvre car on y cherche un ailleurs, une chose autre
que l'évidence: "La vérité du platonisme demeure donc bien attachée au mythe de la
caverne : ce réel-ci est l'envers du monde réel, son ombre, son double.,,25 Le
philosophe ne tente pas de cerner la nature du réel dont certains argueraient qu'elle
puisse être de source identitaire ou différentielle (philosophies de l'identité et
philosophies de la différence). Là n'est pas son propos. Il se rapporte plutôt au mot
de Parménide: "Ce qui existe existe, et ce qui n'existe pas, n'existe pas... ,,26 C'est à
savoir si ce qui existe existe réellement et est sans double, telle est la préoccupation
de Rosset.
Le philosophe répète constamment que le réel est simple, particulier, unique.
En réponse à Jean-Louis Dwnas lui reprochant que cette constatation constitue une
impasse théorique
27
, Rosset dira que contrairement à ce que croit son détracteur, rien
n'est plus difficile à penser que l'évidence. L'auteur l'affirme joliment dans Laforce
majeure: "Toute croyance ne se nourrit que d'une horreur à l'égard de sa propre
lucidité, ne se soutient que d'un combat incessant contre l'évidence.,,28 Penser tout le
fortuit, l'insignifiance et le dérisoire de l'existence est un savoir insoutenable. A est
A ni plus, ni moins. Ce qui est est, ce qui n'est pas, n'est pas. Évidences, soit, mais
toute la force de la tautologie réside en ceci: " ... nous forcer à revenir bon gré mal gré
à ces évidences, si désagréables qu'elles puissent être, et elles le sont souvent.,,29
25 C. Rosset, Le réel el son double: essai sur l'illusion, nouvelle édition revue et augmentée, Paris,
Gallimard, coll. Folio/Essai, 1993, p.6ü
26 Ce fragment est analysé plus spécifiquement dans Principes de sagesse et de folie, Paris, Éditions de
minuit, coll. Critique, 1991, 122 p.
27 J.-L. Dumas, op. cil., p.436
28 Paris, Éditions de Minuit, colL Critique, 1983, p.97.
29 C. Rosset, Le démon de la lautologie, op. cil., p.5ü
10
Lorsque les participants du café philosophique demandent ce que serait un
regard sur le réel qui ne comporterait pas d'illusions, si ce regard serait"... celui
d'une vache qui regarde passer un train?,,30, nous croyons qu'ils ne saisissent pas
cette portée du discours tautologique dont Rosset se réclame. Ne pas interpréter le
réel ne signifie pas qu'on lui enlève toute sa richesse, au contraire cela permet de :
"... fournir une sorte d'enseignement ultime sur la nature du réel, en livrant son
identité et en dévoilant son unicité.,,3l L'unicité est la structure fondamentale du réel
selon Rosset, c'est là toute sa richesse mais aussi la source de déception :
" ... (l'unicité) désigne à la fois sa valeur et sa finitude: toute chose a le privilège de
n'être qu'une, ce qui la valorise infiniment, et l'inconvénient d'être irremplaçable, ce
qui la dévalorise infiniment,,32
Il est intéressant de noter que les intervenants comparent le regard
désillusionné à celui d'un animal. Or Rosset croit effectivement que l'animal est
celui qui est le meilleur "témoin" de l'existence. Moins bavard que l'homme, plus
que la simple pierre: "L'animal se trouve dans le juste milieu: il résume tout ce
qu'on peut dire de l'existence, pas moins et pas plus.,,33
C'est dans ce dépouillement que se trouve le principe d'incertitude dont nous
parle Rosset dans Le principe de cruautë
4
. En effet, le principe d'incertitude suggère
que : " ... toute vérité philosophique est d'ordre essentiellement hygiénique : elle ne
procure aucune certitude mais protège l'organisme mental contre l'ensemble des
germes porteurs d'illusion et de folie.,,35 Le philosophe prétend que ce principe ne
permet pas de toucher à une vérité mais plutôt de s'en tenir à la moindre des
30 D. Junquas, lac. cit.
31 C. Rosset, Le démon de la tautologie, op. cil., p.5a
J2 Idem, Le réel et son double, op. cil., p.85.
33 Idem, Principes de sagesse et de folie, op. cil., p.56
34 Idem, Le principe de cruauté, Paris, Éditions de Minuit, coll. Critique, 1988,92 p.
35 Ibid., p. 37
Il
erreurs. 36 C'est d'ailleurs la prétention de Rosset, il affirme dénoncer les illusions
plus que de dire des vérités. Cependant, ce principe pose problème à Roger Pol Droit
qui souligne que Rosset n'applique pas complètement ce dit principe à sa pensée. Si
l'on peut appliquer le principe d'incertitude à toute vérité philosophique, en quoi,
mentionne-t-il, Rosset peut prétendre que le réel est vraiment cruel?
Voyons le raisonnement de Rosset. Le philosophe postule que la
métaphysique, la morale, la religion, tout ce qui cherche et soutient qu'il existe autre
chose que le réel, nie en fait ce même réel ou le met à l'écart. Pourquoi cela? C'est
que le réel se montrerait souvent insatisfaisant voire cruel. On accepterait donc le
réel mais sous certaines conditions seulement. Lorsque Rosset affirme la cruauté du
réel, il souligne surtout ce que cherche à nier, à camoufler la métaphysique et autres
pensées du genre. Le philosophe dépouille, il nettoie les chimères. En fait, Rosset dit
que le réel est beaucoup plus pour soutenir ce qu'il n'est pas: pas de signification,
pas de double ou de reflet, pas d'éternité. C'est là que réside toute la cruauté. Nous
ne pouvons nous rattacher à rien. Nos vies n'ont pas de sens, il n'y a pas d'ordre, de
cause à toute chose existante. Et tout périra un jour. Toute chose, aussi précieuse
soit-elle à nos yeux, est sans signification et est éphémère. Débarrassé des illusions,
tel est le réel, cru il va sans dire.
Nous pouvons donc croire, contrairement au journaliste, que le philosophe
emploie véritablement le principe d'incertitude puisqu'il dénude plus qu'il n'impose.
Rosset le dit clairement, le type de discours qu'il utilise serait: " ... minimaliste et
incertain... inoffensif et peu compromettant.,,37 Il ne cherche pas à convaincre, il est
donc plus malaisé de trouver des disciples ou de partir en croisade avec une telle
pensée. D'ailleurs, Roger Pol Droit le souligne lui-même, la réflexion de Rosset
n'est pas véritablement la démonstration d'une croyance, elle serait plutôt :
36 Ibid.. pAO
37 Ibid., pA)
12
" ... réduite à une fonction de nettoyage des erreurs, plutôt que d'établissement d'une
, 't,,,38
ven e.
Là où nous percevons une contradiction chez Rosset et c'est ce que le
journaliste aurait dû selon nous souligner, c'est lorsqu'il affirme que sa pensée serait
plus vraie : "Pensée morale et pensée tragique se partagent ainsi l'opinion des
hommes, leur suggérant tour à tour l'idée la plus apaisante mais la plus illusoire
(principe de réalité insuffisante) et l'idée la plus cruelle mais la plus vraie (principe
de réalité suffisante).,,39 Ou encore lorsqu'il distingue deux catégories de philosophes
soit les philosophes-guérisseurs et les philosophes-médecins. Les premiers
possèderaient selon Rosset des faux remèdes alors que les seconds: " ... disposent du
véritable remède et du seul vaccin Ge veux dire l'administration de la vérité) ... ,,40
Comment Rosset peut-il prétendre avoir un discours minimaliste et incertain
4J
et être
à la fois administrateur de vérité? À moins que le philosophe ne croit que
l'incertitude ne soit une vérité...
2. La position de Clément Rosset sur la morale
Le philosophe exprime et ce, depuis son premier livre La philosophie
tragique
42
, en quoi et pourquoi il refuse tout moralisme. L'idée d'alors qui sera
réitérée par la suite a un lien direct avec le réel et le tragique. En effet, ce que Rosset
reproche depuis toujours à la morale c'est avant tout son refus du réel ou, comme il
l'exprime lui-même: " ... son aptitude à récuser comme immorale ce qu'elle ne peut
admettre comme réalité dès lors que celle-ci est tragique (ou contraire à ses
voeux).',43 Il le dira précisément lors d'un entretien : "Ce que je reproche au
moralisme, c'est de favoriser le goût de l'utopie, le goût du double, de l'illusion et
38 Roger Pol Droit, loc. cil.
39 Clément Rosset, Le principe de cruauté, op. cil., p.3!
40 Ibid., p.32.
41 Voir Ibid., p. 41.
42 Paris, PUF, coll. Quadrige, 1991, 166 p.
43 Clément Rosset, Le démon de la tautologie, op. cil., p.62
13
d'écarter de la sagesse qui est l'acceptation du réel tel qu'il est avec ses misères, ses
injustices et ses crimes,,44
La morale selon Rosset est une façon de " ... faire obstacle à l'évidence
tragique et à la lucidité d'esprit. .. ,,45 Ce que recèle la morale pour Rosset c'est
l'espoir de causalité, d'ordre et de raison. C'est en quoi elle nie le tragique, elle nie le
silence et se donne pour but de conduire les êtres vers un monde plus harmonieux.
On reproche également à Rosset son acceptation inconditionnelle de la vie.
On lui a d'ailleurs semble-t-il souvent demandé de répliquer à ce syllogisme: "Vous
approuvez ce qui existe, or le bourreau existe, donc vous approuvez le bourreau,,46.
Ce à quoi le philosophe répond que, si ce syllogisme était pertinent, nombre de
philosophes et non les moindres pourraient être également frappés d'une telle
"indignité philosophique". Il prend pour exemple Leibniz qui estime : " ... que le
maximum de biens possibles, que Dieu seul peut déterminer par sa connaissance des
possibles et des incompossibles, compose nécessairement avec l'existence de quelque
mal.,,47 Rosset affirme qu'une telle disposition d'esprit ne signifie point une
indifférence face au malheur d'autrui : elle exprime plutôt une approbation
inconditio1Ulelle de l'existence. C'est d'ailleurs ce qui indispose Rosset face à la
morale, soit d'accepter la vie mais sous condition seulement. Lors d'un entretien,
l'interlocuteur demande au philosophe au nom de quoi, s'il refuse tout moralisme,
voudrait-il alors arracher un être à la souffrance ou à la mort? Clément Rosset
explique: " .. .le fait, quand la chose est possible, d'arracher quelqu'un à la souffrance
sous toutes ses formes, n'entraîne pas pour autant un quelconque moralisme... C'est
441. Blain, "L'avenir qu'on nous prépare", Lire, déc. 1999 janv. 2000, pAO.
45 C. Rosset, Le monde et ses remèdes, Paris, PUF,2000, p.2
46 Voir Le démon de la tautologie, op. cil., p. 65.
47 Ibid., p.67.
14
de la compassion. La souffrance d'autrui m'est intolérable, n'en déplaise à mes
détracteurs. ,,48
Rosset croit que ce qui effraie ceux qui se réclament de la morale c'est tout le
fortuit, la non nécessité de la vie. La gratuité de toute chose est étouffante, donner un
sens au réel permet de voir une " ... version édulcorée, adoucie, délestée de certains
caractères indésirables... ,,49 Mais elle ne permet pas une acceptation inconditionnelle.
Une acceptation sans réserve de l'existence implique une lucidité, lucidité qui ne
sous-tend pas inéluctablement une sécheresse de coeur.
Les intervenants du café philosophique cités plus haut dans les critiques
semblent perplexes face à la notion de hasard que défend Rosset. Il faut préciser que
lorsque Rosset parle de hasard, il ne nie pas l'acte humain, ce qui est somme toute
une évidence. Il tient simplement à démontrer qu'il n'y a pas d'explication causale,
qu'il y a une impossibilité de rendre compte des événements, aussi tragiques soient­
ils. La morale prétend expliquer le malheur par un ordre, tout ce qui arrive par
exemple pouvant s'expliquer par le "bien" ou le "mal" que nous faisons. Rosset lui,
dit qu'il n'y a pas d'ordre régissant l'existence, ce que les intervenants semblent peu
disposés à accepter et cela, le philosophe le comprend très bien: " ... 1'idée de hasard
est peut-être, de toutes celles dont les hommes peuvent avoir à connaître, la plus
lourde à assumer pour leur affectivité, parce que impliquant l'insignifiance radicale
de tout événement, de toute pensée et de toute existence."so
Quant à lajoie éprouvée par Rosset, dont ces mêmes intervenants semblent lui
tenir rigueur, elle ne signifie pas encore de nier le tragique de la vie, au contraire, et le
philosophe l'exprime fort bien dans ce paradoxe de la joie : " ... la joie est une
48 S. Charles, "Clément Rosset ou lajoie tragique", Horizons philosophiques, vol 9, no 2, printemps
1999, p.101
49 C. Rosset, Le réel: traité de l'idiotie, Paris, Éditions de Minuit, coll. Critigue, 1977, p.65.
50 Idem, L 'anti-nature : éléments pour une philosophie tragique" op. cil., p.26
15
réjouissance inconditionnelle de et à propos de l'existence; or, il n'est rien de moins
réjouissant que l'existence, à considérer celle-ci en toute froideur et lucidité
d' esprit. ,,51
Pour Rosset, la joie est illusoire si l'on prétend que le tragique n'existe pas,
malS lorsqu'il y a une approbation de l'existence qui embrasse également sa
dimension tragique, alors la joie est paradoxale, soit, mais pas illusoire. Elle ne
constitue donc pas un remède ou une échappatoire possible au tragique. Le
philosophe précise sa pensée lors d'un entretien: " ...je considère à l'inverse que ce
qui donne sa valeur à la joie, c'est son aptitude à ne pas éluder l'obstacle mais au
contraire à intégrer la connaissance du pire à son exercice jubilatoire de la vie.,,52 Il
ne selt à rien de fuir car le réel aura toujours raison. Selon Rosset, la joie peut naître
de ce constat.
Que retenons-nous de cette revue de la littérature à propos des écrits de
Clément Rosset? Premièrement, nous sommes à même de constater que l'analyse
faite de son oeuvre se révèle être pour le moins fragmentaire. En effet, nous croyons
que l'argumentation développée autour des idées de Rosset est partielle. Elle porte
sur certains concepts seulement du philosophe, les auteurs s'étant attardé aux écrits de
Rosset discutant qui du réel, qui du tragique, qui de la morale mais sans jamais avoir
une vision d'ensemble de ces notions. Nous voyons donc une difficulté à lier les
principaux éléments de la pensée du philosophe. Il n'y a qu'à voir par exemple le
grief de Roger Pol Droit qui se demande en quoi nous pouvons être certains de la
cruauté du réel tout en ignorant la dimension tragique qu'une telle question
53
suppose.
51 Idem, Laforce majeure, op. cif., p.22
52 S. Charles, loc. cif., p.95.
53 Voir R. P. Droit, loc. cil.
16
Nous percevons également une réticence face à l'immoralisme avoué de
Rosset. Son refus d'user de toute forme de moralisme afin de soutenir sa pensée
suscite des objections catégoriques. L'incompréhension devant l'acceptation
inconditionnelle de l'existence dont Rosset se réclame en est une bonne illustration.
Les intervenants d'un café philosophique iront même jusqu'à comparer cet
assentiment à une forme de mysticisme que sous-tendrait une indifférence face aux
malheurs d'autrui.
54
L'opposition à la pensée de Rosset tient-elle à l'usage particulier que fait
celui-ci de certains concepts ou à la difficulté de lier ces mêmes éléments soit: le
réel, le tragique et le refus de la morale (immoralisme)? Comment s'articule son
immoralisme avec le réel et le tragique?
Pour Clément Rosset, moralisme et idéalisme politique sont intimement liés.
Ce dernier ne représenterait au fond qu'un surcroît d'enthousiasme moral. La morale
étant un refus du tragique, un combat contre le réel.
54 F. Schiffter, loc. cil.
1. LE TRAGIQUE ET LA MORALE
Se plaindre, souffrir, c'est déjà être trop
optimiste: c'est supposer qu'il est quelque
chose que l'on désire, quelque chose dont
on manque. Le plus tragique est, au
contraire, la reconnaissance de la nécessité
où est l'homme d'être toujours content,
puisqu'il se révèle incapable de revendiquer
une modification réelle au statut de ce qui
existe (... ) toute plainte est vaine dans son
principe même car elle est inéluctablement
condamnée à parler au nom de rien.
Clément Rosset, L'anti-nature.
1.1. LE TRAGIQUE
Il est un élément important de la philosophie chez Rosset, qui se retrouve à la
fois dans sa vision du tragique et sa vision du réel, c'est-à-dire que ceux-ci ne peuvent
être élucidés. Clément Rosset n'est pas un philosophe de la certitude, aucune
affirmation, aucun propos qui n'invitent au combat ou au prosélytisme. Le regard
qu'il pose sur l'existence insiste plutôt sur la joie qu'il y a à délaisser toute forme
d'illusion. Mais malgré cette prétention d'une incapacité à fournir une interprétation
du tragique de l'existence, nous ne pouvons manquer de souligner que Rosset tente
tout de même de le décrire. Ainsi, selon lui, le tragique se définirait par :
" ... l'incapacité soudaine dans laquelle on se trouve de rendre compte de la valeur du
tragique et de porter un diagnostic... ,,1
1 C. Rosset, La philosophie tragique, PUF, Coll. Quadrige (1 ère éd.), Paris, 1991, p.18.
18
C'est que pour le philosophe, on ne peut que s'interroger sur nos propres
réactions, notre façon d'être face au tragique. Le tragique ne se définit pas par un
contenu. Nous pouvons plutôt le percevoir à travers l'impression d'être acculé au
pied du mur, le ressentir dans tout ce qu'il contient d'inattendu et d'injustifiable, mais
il est impossible de le saisir dans un ordre. Car le tragique constitue un mystère, il est
le surprenant par essence. En quoi l'est-il? Dans l'impossibilité où nous sommes de
le justifier. Il n'y a aucune justification au tragique, rien qui ne puisse l'expliquer ni
en rendre compte. C'est dans cette dimension précisément que Rosset dévoile son
immoralisme. La morale selon lui espère justifier le monde par l'existence d'un ordre
qui régit nos existences. Avec la morale, tout s'explique. C'est en cela qu'elle rue le
tragique, en affirmant avoir trouvé le pourquoi des choses. Le non-tragique, c'est se
vautrer dans le réconfort d'une réponse.
Ce qui étonne lorsque l'on se retrouve face au tragique, c'est l'annihilation de
toute forme de valeurs. Face au tragique, l'être se surprend à constater l'inanité de
l'amour, de la bonté ou de tout autre rempart. Rosset compare cette stupéfaction à
l'enfant à qui l'on refuse un jouet pour la première fois. Que découvre l'enfant alors?
Le déplaisir, la douleur inexplicable. Il existe bien évidemment des évènements plus
tragiques que celui-ci mais chaque instant pourrait être qualifié de tragique en ce sens
qu'il surgit sans que l'on puisse rendre compte du pourquoi de son avènement. C'est
un échec pour l'affectivité, cette constatation que nous ne pouvons expliquer l'être et
les choses. Que la vie ne nous doit rien. Il est des souffrances qui ne s'expliquent
pas et dont on ne pourra jamais s'habituer. Rosset rejoint en cela la pensée de
François Chirpaz sur le tragique: "Une douleur impossible à endurer et que l'homme
est, pourtant, contraint d'endurer, voilà l'épreuve".2 Voilà notre façon d'être face au
tragique.
2 F. Chirpaz, Le tragique, PUF, Coll. Que sais-je?, Paris, 1998, pAO.
19
1.1.1. Les trois révélations menant au tragique
Rosset croit qu'il existe trois moments menant au tragique. Ils sont la
conséquence inéluctable de notre perte soudaine de repères. Le tragique mène à un
revirement de nos valeurs morales, il conduit à une remise en question qui passe
d'abord par ce que le philosophe nomme l'insurmontable. Cela constitue le premier
palier de notre"... échec soudain face à la révélation tragique.,,3
Selon Rosset, nous nous trouvons face au tragique lorsque nous prenons
conscience d'une impossibilité à vaincre un obstacle ou à trouver une solution.
L'insurmontable est un élément charnière car il démontre l'inutilité de toute forme de
croyance. Inutilité puisque devant le tragique, la croyance est ébranlée, elle n'est
d'aucun secours, l'espoir est vain. La raison même ne peut venir en aide car lorsqu'il
n'y a plus de sens, il y a échec de la pensée. Ainsi, toute forme de force dans laquelle
nous puisions jadis devient inutile dans le tragique. Nous constatons pour la première
fois que nous ne pouvons surmonter l'écueil qui se présente.
Vient ensuite l'irrémédiable, le second palier tragique. Rosset croit que ce
moment est plus grave: "Non seulement nous n'avons pu surmonter l'obstacle qui se
dressait sur notre route, mais voici que nous découvrons tout à coup qu'il n'y a pas
d'autre voie possible.,,4 Au premier palier, nous découvrions l'impasse, il nous
paraissait peut-être encore possible de bouger un peu, de chercher d'autres issues.
L'irrémédiable éradique tout cela. Il nous condamne à l'immobilité, on ne peut plus
rien contre ce qui arrive. Dans le tragique, l'atteinte touche les tréfonds de l'être.
Dans les épreuves passées, nous pouvions prendre un recul, un temps nous permettant
de donner un sens à ce qui nous arrivait. Le tragique balaie ce temps et contraint
l'être à endurer passivement.
3 C. Rosset, La philosophie tragique, op. cil, p.25.
4 Ibid, p. 26.
20
Le troisième et dernier palier est celui de l'irréconciliable. Il est intéressant
de noter que cette notion apparaît également chez Goethe pour qui : "Tout tragique
repose sur une opposition irréconciliable. Dès qu'une conciliation intervient, ou
devient possible, le tragique disparaît."s Selon Peter Szondi, Goethe croit que le
tragique trouve son fondement dans la contrainte de l'homme obligé de vouloir ce
qu'il ne peut vouloir. Le tragique serait dans la dissociation, la séparation forcée
d'avec le familier et l'aimé: je dois vivre ce que je refuse. C'est dans ce scindement
que Goethe voit l'opposition irréconciliable. Rosset lui inscrit plutôt cette notion
dans un temps à venir. C'est-à-dire que l'irréconciliable est ce qui unit notre premier
échec invaincu et tous les autres obstacles qui se mettront au travers de notre chemin.
L'échec premier, insurmontable et irrémédiable, obscurcira toujours les succès
potentiels que nous seront appelés à vivre. Il imprégnera incessament nos tentatives
de réussites futures. Lorsque l'on fait face au tragique, nous ne pouvons plus croire
par la suite qu'il nous suffit de vouloir pour surmonter les épreuves. Il subsistera
toujours un doute après cet obstacle insurrnonté.
Rosset compare cette trace indélébile au sang ineffaçable de la clé du conte
Barbe-Bleue. D'ailleurs selon nous, le conte de Perreault illustre bien les étapes
menant au tragique. Rappelons-nous un instant ce conte.
Barbe-Bleue, devant quitter la maison quelques temps, remet les clés des
innombrables pièces de sa demeure à sa nouvelle épouse, la mettant bien en garde
toutefois de ne pas pénétrer dans un certain cabinet. La jeune femme peut se
promener à sa guise et découvrir toutes les richesses de l'immense domaine mais elle
ne doit pas se servir de la clé permettant d'accéder à la pièce interdite, sans quoi elle
devra subir les foudres de son mari. Bravant l'interdiction, elle pénètrera tout de
même dans cette pièce. Elle y voit d'abord du sang séché sur ie parquet. Pour se
5 Cité par P. Szondi, Essai sur le tragique, Tr. J-L Besson, M. Gondicas, P. Judet de la Combe et J.
Jourdheuil Belval, Circé, Coll. Penser le théâtre, 2003, p.36
21
rendre compte ensuite que dans cette mare, se mirent les corps pendus des six femmes
précédentes de Barbe-Bleue. Affolée, elle quitte le cabinet mais s'aperçoit une fois
dehors que la clé est tachée de sang. Elle tente alors de la nettoyer. Peine perdue. La
clé est magique et le sang, lorsque épongé d'un côté, reparaît de l'autre...
On voit dans ce conte ce que Rosset nomme l'insurmontable. En découvrant
les corps des autres femmes de Barbe-Bleue, la jeune épouse se trouve face à un cas
particulier de la mort. Elle touche à l'idée que toute vie devra se terminer ou comme
le souligne Rosset: "Nous découvrons que la mort insurmontable d'un être humain
condamne la vie de façon irrémédiable.,,6 Quant à l'irrémédiable, comment est-il
vécu dans ce conte? La jeune femme est affolée du spectacle dont elle fut témoin car
elle y voit plus que ce qu'elle a brièvement aperçu. Ce qu'elle y a trouvé c'est "La
mort des autres et, à travers elles, sa propre mort tout à la fois éloignée et prochaine.
La découverte de ce secret marque la fin de la vie heureuse et le début d'une période
de désolation et de tristesse.,,7 Et ce sang indélébile sur la clé lui témoigne la
proximité de sa propre mort. Barbe-Bleue, constatant que son épouse lui a désobéi,
ne lui dit-il pas: "Il faut bien mourir."?.. La jeune épouse réussira de justesse à
s'échapper mais parions qu'elle sera à jamais irréconciliable avec l'idée de la mort.
Les trois étapes, que Rosset résume par l'expression de chute tragique, valent
pour tous les moments qui gravitent dans la sphère du tragique. La détresse d'une
première solitude, la première humiliation, le premier chagrin d'amour, toutes ces
épreuves sont vécues dans cette progression, elles nous mènent vers Çlette
connaissance impossible à assumer.
" C. Rosset, La philosophie tragique, op. cit, p.28.
7 C. Rosset, Le réel: traité de l'idiotie, op. cit., p.69.
22
1.1.2. Le nécessaire et l'impossible
Qu'est-ce que le tragique finalement si ce n'est l'insoluble? Ou comme
l'indique Rosset: "Est tragique ce qui laisse muet de tout discours, ce qui se dérobe à
toute tentative d'interprétation, particulièrement l'interprétation rationnelle (ordre des
causes et des fins), religieuse ou morale (ordre desiustifications de toute nature). Le
tragique est donc le silence."g Le savoir de la mort que l'épouse de Barbe-Bleue ne
peut plus ignorer est le fait de la condition humaine. C'est cette connaissance qui
empoisonne toute joie à venir, nous rendant irréconciliable àjamais. C'est un savoir
qui, par sa cruauté, paraît inconciliable avec l'existence. Quiconque a vécu aspire
sans doute, non pas au bonheur, du moins à une certaine paix. Mais voilà que ce
savoir va à l'encontre d'une telle aspiration puisqu'il nous révèle le " ... caractère
insignifiant, futile et périssable de toute chose... ,,9
Pour Rosset, l'exercice de la vie suppose ainsi une grande faculté
d'inconscience. Nous sommes condanmés selon lui à ne vivre que sur deux modes:
soit être purement inconscient ou encore être conscient sans être par trop atteint par la
"connaissance du pire". Nous savons et vivons dans la préférence de ne pas savoir,
ou plus exactement nous possédons un savoir qu'il nous est impossible de
véritablement assumer. L'être est disposé à connaître et en même temps privé des
facultés psychologiques lui permettant de prendre sur lui un tel savoir, nous sommes
dans le tragique de Jankélévitch soit dans "l'alliance du nécessaire et de
l'impossible"lO. En d'autres termes, la conjonction de l'existence et la connaissance
que l'on en a, ou exister et savoir ce que cela implique, recèle une douleur
difficilement tolérable.
8 C. Rosset, Logique du pire: éléments pour une philosophie tragique, 4e éd., PUF, Coll Quadrige,
Paris, 2004, p.57.
~ C. Rosser, Le régime des passions, Éd. de Minuit, Coll. Parardoxe, Paris, 2001, p.69.
10 La mort, p.96-103, cité par C. Rosset, Logique du pire, op. cit., p.36.
21
1.1.3. Autre caractéristique du tragique: l'irresponsable
Nous avons vu que le tragique se vivait dans l'étonnement, le surprenant par
essence. Le désarroi éprouvé face au tragique ne peut être vécu que dans cet
ébranlement. Habitués que nous sommes à donner un sens à tous les aspects de notre
vie, se trouver devant l'inexplicable ne peut que troubler. Le tragique déroute, il fait
perdre pied. Nous avons vu d'ailleurs que Rosset définit ce qui mène au tragique par
l'expression de chute Chute se concluant par l'idée d'irréconciliable, soit
l'impossibilité d'oublier le tragique. Le philosophe est formel sur ce point: " ... nous
sommes en présence d'un phénomène défmitif et déterminant dans tout et pour tout le
reste de notre vie."ll
Mais l'irréconciliable implique un autre élément: l'irresponsable. Avec cet
élément, nous entrons au coeur d'une idée morale que Rosset désavoue
complètement, soit l'idée du mérité.
Selon le philosophe, ce que nous apprend la chute tragique c'est que les plus
grands biens comme les plus grands maux ne sont pas mérités. Ils ne s'expliquent
pas et ne se justifient en rien. Dans la vision morale, au contraire, l'idée de choix est
indispensable. La définition du péché dans la morale chrétienne se mesure à ce choix
que font les individus entre le bien et le mal. Mais selon la réalité tragique de Rosset,
lorsqu'un homme se conduit bassement, ce n'est pas qu'il choisit le mal contre le
bien, c'est que cet homme est bas, tout simplement. La morale veut expliquer l'acte
par un choix a priori. L'être sachant à l'avance ce qu'il devrait faire, il est donc
responsable. Rosset affirme plutôt que le bien et le mal sont dénués de fondement
moral. Le tragique démontre : " ... la ruine de cette idée de liberté en affirmant
l'irresponsabilité totale de l'homme en matière morale, entendons dans le domaine
II C. Rosset, La philosophie tragique, op. cit., p.35.
24
des valeurs.,,12 Il rejoint en cela la philosophie de Nietzsche qui affirmait que l'on
avait décrété les hommes "libres" afin de pouvoir les rendre coupables. Dans la
morale, toute action est perçue comme voulue car se trouvant à l'origine dans la
conscience. Nietzsche voit un véritable tour de force de la théologie dans cette
prétention à la responsabilité de l'homme : "Partout où l'on cherche des
responsabilités, c'est généralement l'instinct de punir et de JURer qui est à
l'oeuvre.,,13
Rosset n'admet donc pas le choix en ce qui concerne le monde des valeurs.
S'il Y a choix, il repose dans l' inessentiel, dans les problèmes secondaires. Car
lorsqu'il est question de choix, c'est que l'issue apparaît fort semblable aux yeux de
celui qui en dispose. Si un individu a la possibilité de choisir entre deux professions,
s'il considère avoir le choix entre deux domaine distincts, c'est qu'aucun des deux ne
l'interpelle plus que l'autre. Les deux métiers s'équivalent, il n'y a pas de préférence.
Nous sommes ici dans l'inessentiel. Cela ne saurait être la même chose dans le
monde des valeurs. L'être ne choisit pas la grandeur contre la bassesse. L'homme
qui agit généreusement le fait parce qu'il est généreux, il n'a pas choisi la générosité
contre la pingrerie. Il est ainsi. Et rien ne peut expliquer pourquoi il est ainsi.
Cioran semble penser de même: "Le problème de la responsabilité n'aurait de sens
que si on nous avait consulté avant notre naissance et que nous eussions consenti à
être précisément celui que nous sommes.,,14 Il n'est donc pas question de choix; on
peut bien expliquer un individu par ses traits caractéristiques mais ces traits eux­
mêmes sont sans cause, ils relèvent du donné. L'égoïsme d'une personne rend
compte de celle-ci mais rien n'explique son égoïsme. C'est un donné sans raison.
12 Ibid., p.44.
J3 F. Nietzsche, Le crépuscule des idoles suivi de Le cas Wagner Tr. H. Albert, Flammarion, Paris,
1985, p.li O.
14 E. M. Cioran, De l'inconvénient d'être né, ln Oeuvres, Quarto Gallimard, Paris, 1995, p.1330.
25
Pour le moraliste, il est plus réconfortant de croire en la responsabilité de
l'être. Dans toute situation donnée, la morale suppose que nous avons d'abord le
choix de l'acte à poser, que nous nous représentons ce qu'il convient de faire. Marcel
Conche, dans son Fondement de la morale, explique bien en quoi consiste le choix
moral: "L'inégalité morale d'un individu à l'autre tient au choix que chacun fait de
son caractère, choix qui peut sans doute se comprendre en raison s'il s'agit d'un
caractère noble et élevé (... ) mais qui nous plonge dans un abîme d'étonnement et
d'incompréhension s'il s'agit d'un caractère bas ... ,,15 On voit ici le moraliste qui
souffre devant le vide explicatif, le mal injustifiable. La perception du moraliste est
telle qu'il refuse le mur du donné. Il tente alors d'expliquer par une conséquence, une
schématisation causale. La morale opère une forme de duplication métaphysique, elle
perçoit l'être en deux temps: un premier temps celui qui est, ensuite celui qui veut
être. Pour elle, l'égoïste est d'abord quelqu'un comme vous et moi, qui ensuite
choisit d'être égoïste. L'être n'est pas que lui-même mais aussi la cause de lui-même.
La perception contraire, soit immédiate, sans schématisation causale, a quelque chose
de tragique parce qu'irrémédiable, on ne peut agir sur l'insaisissable. Le drame moral
se trouve dans cette impossession, cette incompréhension. La morale exclut le
tragique en faisant porter la responsabilité sur l'homme seul. Elle ne peut s'offrir le
spectacle du monde immédiat, elle ne consent à voir que si elle peut détenir quelque
chose en représentation ou en acte; la possibilité d'agir et de modifier profondément
le monde étant un élément vital pour la morale. Cependant, elle nie en cela un aspect
fondamental du tragique que nous venons de souligner : ce que Rosset désigne
comme le donné.
15 M. Conche, Lefondement de la morale, PUF, Perspectives critiques, Paris, 2e éd., 1999, p.46.
2()
1.1.4. Le donné: élément essentiel du tragique
Le fondement de la morale selon Rosset se situe dans l'incapacité où elle se
trouve à accepter le donné. Le donné est lié au tragique par son irréductibilité, c'est­
à-dire qu'il ne se fonde pas sur un ordre et ne s'explique guère par la raison. Chaque
instant relève de ce donné, soit que l'évènement se donne d'emblée mais ne permet
pas une interprétation. Nous pouvons certes réfléchir après coup face à ce donné
mais la contingence de ce qui a eu lieu n'en sera pas éradiquée pour autant.
Selon Rosset, tout ce qui advient ne peut se rapporter d'aucune cause ou
système d'ordre quelconque. Chaque moment est sans but et sans finalité, il ne
trouve pas d'écho dans une suite. Alors que tout ordre puise dans un système causal
lui garantissant une fin explicative, le dormé échappe à cette possibilité d'analyse.
Le donné est nécessaire mais sans nécessité. Il ne s'agit pas d'une forme de
déterminisme, auquel cas nous devrions parler d'une raison et d'un but de l'être et des
choses. La nécessité dont parle Rosset s'apparente plutôt au simple fait de
l'existence des choses. Ce n'est pas dans l'inéluctabilité du "devoir être" mais dans
"ce qui est" que réside la nécessité. Lorsque nous considérons l'existence par le
truchement du "devoir être", nous refusons toute forme de donné, nous refusons les
choses pour ce qu'elles sont, ".. .l'être en tant qu'il est...".16 Selon Rosset, il y a
nécessité non dans le sens généralement compris d'un destin, d'une finalité ou d'une
explication causale (la nécessité étant alors perçue de façon interprétative, c'est-à-dire
qu'il advient ceci ou cela "parce que"). Le destin équivaut plutôt chez Rosset à
l'inexorable présence de ce qui est. Le nécessaire du penseur tragique est dans le
présent: percevoir qu'à chaque moment qui passe, nous serons confrontés à cela et à
rien d'autre. Le présent vécu comme nécessaire parce qu'il existe et non ce qui existe
vécu comme nécessaire. Et ce qui est donné, c'est le hasard de toute chose ou
16 C. Rosset, Le monde et ses remèdes, PUF, Paris, 2000, p.8.
27
évènement existant. Dans une telle perspective, nous nous trouvons donc dans
l'inattendu et le surprenant.
Rosset croit donc que le donné est: " ... ce qui est étranger à toute cause, à
toute fin et à toute liberté."I7 Il y a bien possibilité d'une certaine saisie de l'être,
mais on le percevra alors seulement comme un évènement sans origine, imprévisible.
Le philosophe affirme que dès lors, tout devient fortuit, de la présence d'une pierre à
la naissance d'un amour.
Et tout est sans but. Certes, nous pouvons orienter les choses vers une
certaine fin, mais rien ne viendra lever le voile sur l'éventuelle finalité du monde et
des choses. La mort d'un amour ou la disparition de la pierre constituent leur propre
fin, sans plus. Et tout est nécessaire du simple fait de sa présence, non lié à un
déterminisme antérieur qui lui assignerait un ordre ou un système. Il n'y a que la
seule nécessité de ce qui existe, né du hasard.
Nous percevons bien évidemment l'influence schopenhaurienne d'une telle
vision. L'étonnement philosophique de Schopenhauer réside dans cette illusion de
nécessité. Tout comme Rosset, Schopenhauer ne nie pas la présence de la causalité,
ce qu'il perçoit plutôt c'est toute la contingence de celle-ci: "Contingence signifie
donc absence de «cause» à la causalité: cette dernière englobant chez Schopenhauer,
l'ensemble des manifestations existantes, toute existence se trouve reléguée dans le
hasard ... " 18
Les deux philosophes croient en fait qu'il nous est possible de décrire des
phénomènes, en énumérer les causes, sans jamais toutefois pouvoir expliquer leur
raison, il n'y a que le donné: ·'Mais ce qui se dérobe là à ïinvestigation, c'est la
17 Ibid., p.14.
18 C. Rosset, Écrits sur Schopenhauer, PUF, Coll. Perspectives critiques, Paris, 2001, pA?
2R
chose en soi, c'est ce qui essentiellement n'est pas représentation ou objet de
connaissance... ,,19 Parce que nous existons nécessairement, nous nous persuadons
parfois que l'existence même est nécessaire. Or, il appert pour Schopenhauer et pOlIT
Rosset également, que " .. .le monde et les hommes ne sont nécessaires que dans la
mesure où ils sont donnés, maigre et précaire nécessité.,,2û L'être et le monde sont là,
irréductibles à toute véritable causalité, ils se donnent sans raison ni justification.
Toutefois, si la philosophie schopenhaurienne, qui affirme l'absurdité d'un
monde régit par la nécessité sans cause, mènera son auteur au pessimisme, il est en
autrement pour Rosset. En effet, il importe de souligner que le tragique de Rosset
diffère en certains points du pessimisme de Schopenhauer.
1.1.5. Le tragique et le pessimisme
L'une des différences entre le tragique et le pessimisme a trait au regard posé
sur le monde. Le pessimiste, par son aveu d'absurdité, confère un certain sens au
monde. Il n'y a qu'à penser à la volonté chez Schopenhauer qui, même si elle reste
sans cause ni but, suffit à elle seule à créer un certain ordre. Avec la volonté,
Schopenhauer passe du chaos à une systématisation du monde; monde qu'il considère
hautement insatisfaisant, bien entendu, et nous verrons bientôt pourquoi.
L'idée de volonté, elle-même incapable de volition, se répétant aveuglément,
est un échec au hasard selon Rosset. Car elle permet selon lui d'entrevoir l'être et le
monde. La volonté crée une distance, c'est un degré zéro soit, mais un point de
départ tout de même, qui permet d'accéder à un ordonnancement, elle devient un
principe auquel on peut recourir pour schématiser et ce, même si Schopenhauer ne lui
confère ni cause, ni finalité puisque nous n'oublions pas que " ... à aucun moment
19 A. Schopenhauer, Le monde comme volonté et représentation, Tr. A. Burdeau, nouv. éd. rév. et corr.
~ a r R. Roos, PUF, Paris, 1966, p. [65.
oC. Rosset, Écrits sur Schopenhauer, op. cil, p.74.
29
Schopenhauer ne prétend expliquer quoi que ce soit par la notion de Vouloir.,,21.
Cette notion s'inscrit toutefois dans un cheminement, elle ouvre la voie à une forme
d'interprétation.
L'homme tragique, lui, ne prétend pas à une vision du monde possible. Le
tragique de l'existence réside justement dans l'impossibilité d'en rendre compte. Il y
a nécessité de l'existence mais elle-même ne peut se réclamer d'une quelconque
nécessité. De la nécessité sans nécessité, le pessimiste en déduira le non-sens et
l'absurde alors que l'homme tragique n'y voit que de l'insignifiance. Affirmer
l'absurdité du monde, c'est prétendre qu'il ne "devrait pas être" ainsi. Alors que
l'homme tragique ne peut admettre cette prétention d'illogisme dans un monde qu'il
voit sans ordre et sans raison.
Même s'il croit au hasard, le pessimiste se trouve plus à être un affirmateur de
l'insensé. Car si Schopenhauer ne nierait pas que la volonté puisse naître "par
hasard", cela ne peut être que dans un monde d'abord constitué. L'absurdité selon le
pessimiste provient de cette constatation d'un monde doté d'une constitution
structurée, avec un fonctionnement appellant à produire des résultats mais d'où sont
absentes toute raison et toute finalité. Voilà la cause de l'insatisfaction, le pessimiste
se désole et angoisse face à ce monde qui ne peut se justifier en lui-même. Ce qui
trouble le plus le pessimiste, c'est d'abord cette absence de raison: "D'être vains et
inutiles n'est rien, si l'on peut entrevoir quelque raison à cette inutilité même.,,22
L'homme tragique de Rosset n'éprouve pas cette détresse. Il est plutôt dans la joie,
seule force nous permettant selon lui de vivre pleinement le tragique. Le pessimisme
schopenhaurien au contraire, n'admet pas l'existence d'une telle joie. Pour lui, le
bonheur est directement lié à nos désirs, à nos jouissances et la souffrance provient de
l'impossibilité où nous nous trouvons à assouvir nos désirs: "Aussi toute joie vive est
21 Ibid., p.102.
22 Ibid., p.124.
30
une erreur, une illusion, parce que la jouissance du désir satisfait n'est pas de longue
durée (... ) tout notre bonheur ne nous est donné que pour un temps, et comme par
hasard, et peut par conséquent nous être ravi tout à l'heure.,,23 Satisfaction
impossible car nous ne faisons que passer d'un désir à un autre. Pour Schopenhauer,
nous sommes constamment en état de manque, donc perpétuellement en état de
souffrance: "(... ) la souffrance est le fond de toute vie. 24
Rosset n'esquive pas cette douleur, il reconnaît l'insignifiance de l'existence,
de toutes les existences. L'imparable insaisissabilité du temps, l'inexorable exigence
d'être soi et rien d'autre, tout cela peut être la source d'un profond désespoir que le
philosophe comprend bien. Mais il affinne du même souffle qu'il existe une autre
voie possible qui n'est ni une fuite, ni un remède: celle de la joie. Une allégresse
dans la lucidité. Pour Rosset, cette joie n'est pas qu'un bon moment ou un bonheur
passager mais bien un mécanisme approbateur : " ... une prise en charge et une
acceptation globales du réel dans sa dimension tragique.,,25 L'acceptation doit être
inconditionnelle pour Rosset, elle rejoint en cela la vision dionysiaque de l'existence
selon Nietzsche qui est: " ... une fonnule d'approbation suprême née de l'abondance,
un oui sans réserve qu'on dit à tout, à la souffrance, à la faute même, à tous les
problèmes, à toutes les étrangetés de la vie... ,,26 La joie pour Rosset provient de
l'acceptation de l' impossibili té à réellement "penser" l'être. Elle est dans la
renonciation à toute saisissabilité intellectuelle de l'existence. C'est exactement ce
qui fait défaut à tous ceux qui prétendent que le monde ne peut être ainsi. Et c'est
une prétention hautement morale que Rosset écorche allègrement.
23 A. Schopenhauer, Le monde comme volonté et représentation, op. cit., p.128
24 Ibid.,p. 393.
25 R. Enthoven, «Raphaël Enthoven donne carte blanche à Clément Rosset», ln Corsica, no 69, juin
2005, p.49.
26 F. Nietzsche, Ecce homo, Tr. A. Vialatte, Union générale d'éditions, coll. 10/18, Paris, 1997, p.78.
31
1.2. LA MORALE
L'immoralisme de Rosset s'apparente à la pensée nietzschéenne. Tout
comme Nietzsche, Rosset croit que l'homme moral éprouve du ressentiment. Mais là
où leur pensée diffère c'est dans l'étendue de ce sentiment. Alors que le philosophe
allemand croit que l'homme moral éprouve du ressentiment face à toute forme de
supériorité, Rosset pense plutôt que celui-ci éprouve un : " ... ressentiment généralisé
et indifférencié... ,,27 C'est un ressentiment face à l'existence en tant que telle, un
refus et une fuite face au donné. Pour Rosset, l'homme moral est incapable
d'assumer le tragique de l'existence; soit d'être là, sans raison.
1.2.1. Le silence
Selon Rosset, l'homme moral est angoissé face au silence qui gît dans le pur
donné : "Il y a, préalablement à toute attitude morale, un sentiment d'asphyxie,
d'étouffement devant le mur de l'être, devant un donné qui se donne de manière
brute, sans aucune raison d'être ...,,28 Le silence est l'unique réponse véritable que
nous offre le réel. Plus nous tentons de creuser afin de percer le sens des choses et
plus nous n'atteignons que le vide. Si nous tentons, par exemple, de cerner la
signification d'une chose ou d'un être sans le secours d'aucune référence extérieure
ou sans avoir recours au langage, nous nous rendons compte du néant rapidement
atteint. Le monde pris tel quel, dans l'intuition du donné, ne nous parle pas.
Mais l'homme moral s'insurge contre ce mutisme. Il essaie de le rendre
intelligible par le rempart d'un ordre et d'une raison. Il ne peut accepter un monde
qui se donne mais ne se saisit pas, un monde sans cause ni fin et qui est pourtant
nécessaire par sa seule présence. C'est donc l'existence en général que rejette
j'homme moral, non pas certains irritants de la vie mais l'existence même.
!7 C. Rosset, Le monde et ses remèdes, op. cil., pA3.
28 Ibid., pA6.
32
1.2.2. L'insurmontable tristesse
Le refus du monde et des êtres tels qu'ils sont, telle est la source de la morale
selon Rosset. L'homme moral se révèle incapable d'accepter la tristesse et le
désespoir que lui inspire l'existence car, on ne peut manquer de souligner qu'il y a bel
et bien une douleur dans le ressentiment. Qui prétend avoir rencontré Dieu dans un
moment de pur bonheur? Se découvre-t-on un engouement pour toute forme de
spiritualité dans une joie extatique? Non, bien sûr. C'est dans la déréliction que l'on
cherche un sens à notre vie. Incapable de supporter le tragique, l'homme moral veut
subordonner la vie à une interprétation, il veut lui conférer un sens. Mais au-delà du
sens recherché gît une douleur originelle, douleur que Cioran avait bien saisi :
"Certains se demandent encore si la vie a un sens ou non. Ce qui revient en réalité à
s'interroger si elle est supportable ou pas. Là s'arrêtent les problèmes et commencent
les résolutions. ,,29 La morale résout le problème en ne prenant la vie que sous
condition, on n'affronte le monde que sous les auspices dictées par ce qui "devrait
être". Le courage moral est donc l'antithèse du courage tragique qui lui se trouve
dans l'acceptation du monde tel qu'il s'offre à nous. Le moraliste prétendra plutôt à
une liberté et une responsabilité de l'être. Le sociologue Francesco Alberoni résume
cette idée dans son essai sur la morale: "Les êtres vivants ont mérité leur vie (... ) Ils
n'ont rien reçu de façon purement gratuite, mais sous condition, tout étant toujours
subordonné à une capacité, à un effort, à un mérite.,,3o On choisit notre façon d'être
d'abord. Viendra ensuite la punition ou la récompense...
Dans cette optique, tout ce qui vient à naître devient susceptible d'être revu et
corrigé: il est un monde meilleur et nous devons le construire. Alberoni toujours,
nous offre un bel exemple: "Nous croyons nous-mêmes au bien, au mieux, nous en
rêvons, nous y aspirons, nous le recherchons (... ) La morale ne peut être pure
2 ~ E. M. Cioran, Des larmes et des saints ln Oeuvres, op. cit., p.296.
30 F. Alberoni, La morale, Tr. P. Girard, Plon, Paris, 1996, p.167.
:'1
intériorité, pur élan, pure aspiration, nostalgie ou bienveillance, elle doit devenir
construction active, amélioration du monde. ,,31
L'homme moral affirme qu'il y a une souffrance et que celle-ci ne doit pas
exister. On n'accepte que ce qui est moralement acceptable, le reste doit être changé.
On entretient ainsi l'espoir du mieux car si cela ne devrait pas être, on peut donc le
modifier. La volonté morale prend source dans cette croyance que, lorsqu'il arrive
une chose désagréable, voire tragique, cela n'aurait pas dû avoir lieu. Celui ou celle
qui sera plongé dans le tragique cherchera toujours en premier lieu le "pourquoi" car
la morale nous enseigne qu'il n'arrive rien sans raison. Et si rien ne peut expliquer ce
qui arrive, alors ce doit être une erreur du destin; telle est la consolation proposée par
la morale. Maigre soulagement qui attise plutôt la souffrance, la doublant d'une
croyance en une méprise providentielle. Rosset affirme que la douleur provient de
cette promesse morale, c'est-à-dire la création d'un bien imaginaire. Devant
l'existence, la morale réclame un dû selon le mérite, c'est ce qu'elle nous promet au
lieu que d'affronter la déception. La maladie, le désespoir, l'horreur sont tous perçus
par la morale conune des maux injustifiables et inunérités. Marcel Conche nous
l'explique clairement: "La morale, en effet, commence par reconnaître l'existence du
mal, l'existence, par exemple, de conditions, de situations indignes (... ) elle comporte
la reconnaissance d'un droit et d'un devoir de supprimer le mal et le désordre liés à
des situations inhumaines...,,32 C'est la promesse d'un bien possible à atteindre.
Malheureusement, la déroute de l'homme face au tragique ne s'en trouvera que plus
grande car nous découvrons tôt ou tard qu'il n'y a rien qui ne fut véritablement
promIS.
L'idée du mieux suppose qu'il y a un idéal disparu ou un idéal à conquérir.
Rousseau par exemple, ne peut qu'imaginer la perfecribilité de l"homme et ce, en se
31 Ibid., p.66 et 164.
32 M. Conche, Le fondement de la morale, op. cit., p.58.
34
basant sur des vertus idéales préexistantes : "La société imaginée dans le Contrat
social ou l'individu projeté dans l'Émile, doivent tous deux, par une révolution
politique et pédagogique, ressusciter ces qualités de transparence, d'honnêteté et
d'indépendance dont jouissaient les hommes dans l'état de nature.,,33 Le bonheur est
tout près, il fut et il sera, il suffit d'avoir le courage de le chercher.... Le moraliste
voit le bonheur tel un dû, et tout ce qui contrevient à celui-ci, toute entrave trouvera
toujours son explication car la morale ne peut admettre le hasard ni le silence. Elle
réfute le tragique et lui oppose l'idée d'ordre et de raison. Rosset est formel sur ce
point: " ... c'est l'idée même de justification qui est morale.,,34 C'est dans la négation
du hasard et dans la recherche d'une raison des choses que se construit la morale.
1.2.3. Le hasard
Nous avons vu qu'en amont de la morale se trouve une tristesse infinie. C'est
qu'il y a une douleur à être submergé par l'inanité du monde, conquis par l'abîme de
connaître l'inéluctabilité de la mort de tout ce que nous aimons. Et les sanglots et
lamentations n'obtiennent qu'une réponse: le silence. Car ce qu'il y a de tragique
dans l'existence c'est justement notre incapacité à pouvoir rendre compte de quoi que
ce soit. Il nous est " ... impossible de cerner l'être humain autrement que par des
regards qui somme toute ne nous renseignent en rien... ,,35 Les évènements de nos
vies sont tout à la fois inattendus et injustifiables, ils sont marqués par le sceau du
hasard.
Rosset ne me pas que l'homme pUisse agir et amsl apporter une certaine
modification à ce qui existe. Mais le hasard réside dans cette modification même,
ainsi la "nature" de ce qui existe n'est en soi pas modifiée ou comme le souligne le
philosophe, lorsque l'homme agit ce n'est que " ... du hasard ajouté à du hasard.,,36
33 B. Waannebroucq, «Le mythe du bon sauvage» ln La croyance, D. Bourdin et al. (sous dir.), Bréal,
Paris, 2003, p.140-141.
34 C. Rosset, La philosophie tragique, op. cit., p.154.
35 C. Rosset, Le monde et ses remèdes, op. cit. , p.32.
36 C. Rosset, Logique du pire, op. cit., pA3.
35
On le voit, le hasard détruit toute possibilité d'ordre ou de système. On ne peut
prévoir le hasard, on ne part d'aucun point, on ne sait où l'on va, il n'y a rien de fixé.
La morale elle, étouffe devant cette impossibilité de référentiels. Il lui faut des
repères, un fondement, des certitudes : "Nous voulons donc une vérité qui non
seulement apparaisse, mais dont l'apparence ne puisse être occultée par rien.,,3? Le
penseur tragique voit plutôt le hasard dans toute chose, hasard qui se qualifie surtout
par un ensemble d'exclusives, c'est-à-dire qu'il exclut l'idée d'un monde ordonné ou
même désordonné. Le hasard aux yeux du penseur tragique serait donc : " ... un X
antérieur à toute idée d'ordre et de désordre.,,38 Peut-être commence-t-on à percevoir
tout l'immoralisme que cela implique? La morale nous dit que même perdu, il existe
un port, même inatteignable, il est là. Elle nous rassure en nous apprenant que nous
pouvons nous perdre, nous trouver face à l'inconnu, il y aura toujours un repère. Le
hasard lui, n'offre aucun abri, aucune bouée. Dans la morale, on parle de perte, dans
le tragique, on parle de perdition. La perte suppose qu'il y a quelque chose de
repérable alors que la perdition réfute l'existence de toute référence.
Rosset ne me pas la causalité, la possibilité d'ordre, l'acte humain, les
évènements. Toutes ces généralités ne sont pas contredites. Ce que le penseur
tragique n'admet point, c'est l'existence d'une loi transcendante qui remplacerait le
hasard pour définir l'avènement de ces généralités. Pour le philosophe tragique,
introduire l'existence dans un système quelconque est un acte qui éradique le sel de
l'être. Car le monde du penseur tragique est un monde " .. .ininterprétable, que
caractérisent principalement des vertus de fragilité, de simplicité et d'innocence.
Fragilité inhérente au hasard qui le constitue sans cesse... ,,39 Étant orpheline de
référentiel, toute chose devient insignifiante, impossible à mesurer. Ce qui crée un
effroyable paradoxe pour l'homme. Quoi de plus tragique en effet que cet être
37 M. Conche, Lefondement de la morale, op. cil., p.35.
38 C. Rosset, Logique du pire, op. cit., p.72.
39 C. Rosset, L'anti-nature, op. cil., p.72.
10
capable de mesurer et d'ordonner et qui se trouve sans référent face à l'existence,
sans possibilité de l'évaluer? Rosset note que ce constat est par trop offensant pour la
morale, qui préfère se targuer de posséder un savoir vrai et des valeurs absolues.
1.2.4. Mensonge moral et contrat social
Selon Rosset, certains philosophes moralistes prêtent aux hommes des
qualités innées qui ne sont que le reflet de leur besoin de certitude en matière morale.
Ainsi, les prétendues " ... tendances naturelles, dues à une essence de l'homme
préexistant à toute institutions sociale... ,,40 que l'on retrouve chez Locke et Rousseau
représentent aux yeux de Rosset un contresens et un mensonge moral. C'est qu'à
travers le mythe du contrat social, Locke et Rousseau tendent à confondre cause et
conséquence. Il s'opère ce que Rosset nomme la rétroactivité du contrat social, c'est­
à-dire que des effets résultant des institutions sociales, on affirme une nature humaine
disposant a priori d'un tel savoir et s'unissant dans ce but. Pour Rosset, il s'agit là
d'un sophisme hautement moral puisqu'il est supposé que les hommes possèdent un
"bon sens", une raison qui précéderaient toute forme d'institution. Ainsi chez Locke,
dans l'état de nature, '' ... l'homme est d ~ j à tout ce qu'il sera dans la société à venir :
apte à raisonner correctement, à rendre le bien pour le bien, à châtier les coupables, à
passer contrat avec ses semblables en vue d'une constitution politique.. .''''\ Cela
constitue une erreur à la fois logique et chronologique pour Rosset. Comment, en
effet, les hommes dans l'état de nature pouvaient mesurer les bienfaits du contrat
social sans exemples antérieurs?
De plus, une telle vision implique la possibilité d'un jugement moral. Car il
est supposé, à travers la raison ou le bon sens, que les hommes savent naturellement
ce qui est acceptable ou non. Qu'ils possèdent à l'avance un point d'appui, une
réfërence leur permettant d'en juger. Comme si la culture institutionnelle précédait
40 Ibid, p.208.
41 Ibid, p.215.
37
la nature. Rosset y voit là un mensonge moral qui est de " ... toujours donner comme
cause ce qui n'est, en réalité, qu'une conséquence d'une visée fondamentale dictée
par un instinct premier... ,,42 Pour Rosset, Locke et Rousseau veulent croire en la
bonté fondamentale des hommes, ils s'emploient donc à démontrer que ceux-ci
possèdent une nature leur dictant de s'unir pour leur bien.
La vision de Rosset concernant le contrat social est tout autre et s'apparente
beaucoup plus à l'analyse qu'il fait de la pensée hobbesienne. C'est que Rosset voit
dans le Léviathan une " ... absence de nécessité naturelle... ,,43 pour toute chose
existante. Tout serait donc hasard chez Hobbes, que la chose soit le produit de la
nature ou bien une création de l'homme puisqu'il n'est aucune "nécessité naturelle"
ou métaphysique à toute forme de production. Ainsi, s'il peut y avoir un contrat
social entre les hommes, celui-ci ne fut rien d'autre que fortuit: "Si l'on considère de
plus près les causes pour lesquelles les hommes s'assemblent (... ) il apparaît bientôt
que cela n'arrive que par accident, et non pas par une disposition nécessaire de la
nature.,,44 Pour Hobbes tout comme pour Rosset, il n'existe pas une nature préalable
de l'homme avant l'avènement des institutions, l'homme prend tout son sens lors du
contrat social. L'être tel que nous le percevons aujourd'hui est le fait de la société et
penser à ce qu'il fut avant équivaut à penser au vide. Car l'état de nature chez
Hobbes, qu'il nomme "état de guerre", n'est autre qu'une forme de hasard absolu qui
sera transformé en hasard contrôlé par le contrat social. Il y a donc absence d'un
impératif intrinsèque chez l'homme à faire le bien et à s'unir pour tel, béance que
tentent de combler les philosophes moralistes en s'évertuant à trouver un fondement
et une essence à l'être et aux choses. Cette analyse de la pensée rousseauiste et
hobbesienne par Rosset rejoint parfaitement la pensée de Anne-Marie Godard:
À l'opposé de ses prédécesseurs comme Hobbes et Grotius,
qui prennent acte de ce qui est, Rousseau prône ce qui doit
42 C. Rosset, La philosophie tragique, op. cit., p.97.
43 C. Rosset, L'anti-nature, op. cit., p.2Ül.
44 T. Hobbes, De cive, 1,2, cité par C. Rosset, L'anti-nature, op. cit., p.2ü9.
38
être: la politique comme accomplissement de l'être et non la
politique au service des intérêts. (... ) Il propose une vision
idéaliste de la société civile qui permettrait à la force
immanente de la morale de constituer le lien nécessaire au
vivre ensemble.
45
Le refus du monde tel qu'il est, refus du tragique donc, représente bien la
transcendance sous-jacente au projet de l'homme moral, soit le devoir-être qui a
toujours préséance sur l'être. Voilà peut-être la raison pour laquelle certains penseurs
moralistes ont peine à admettre qu'il n'existe point un dessein, une "volonté
générale", un vouloir-vivre ensemble qui précédât l'institution sociale.
1.2.5. Réflexion sur le pouvoir
Un élément majeur que semblent oublier le moraliste et l'humaniste dans leur
quête de certitude, c'est toute l'importance et la force de la représentation dans le
politique. Rosset en veut pour preuve certaines critiques à l'égard du pouvoir.
Notons au passage que le philosophe ne s'emploie guère à défendre le pouvoir, ce
qu'il déplore plutôt, ce sont certaines accusations portées contre celui-ci. Certains
penseurs, par exemple, se sont réjouis d'avoir trouvé un fondement et une légitimité
au pouvoir par le biais de la volonté générale. Selon eux, toute autre forme de
pouvoir serait arbitraire. Or, pour Rosset, en voulant dénoncer l'arbitraire du
pouvoir, on ne fait qu'y revenir. Il rejoint ici Hobbes pour qui l'arbitraire était
l'essence même du pouvoir. Nous l'avons vu, Hobbes, tout comme Rosset, réfute la
possibilité d'une quelconque nécessité aux choses, qu'elles soient dites naturelles
(provenant de la nature) ou artificielles (produites par l'homme). Autrement dit: "Ce
qui s'impose à l'homme - à tous les niveaux - ne s'impose pas sous les auspices de la
nécessité mais sous celles de l'arbitraire, la nécessité (... ) ne sera jamais que du
hasard imposé.,,46 C'est donc dire que toute organisation sociale ou politique, toute
45 A-M. Godard, «Jean-Jacques Rousseau, la religion civile et la sainteté du contrat» ln La croyance,
~ p - cil., p.248. , . .
C. Rosset, L ant/-nature, op. CIL, p.211.
39
loi étant artificiellement produites, il s'ensuit qu'elles sont inéluctablement
arhitraires.
N'ayant aucun socle, aucun point d'appui, le pouvOIr est aUSSI sans
fondement, bien au contraire puisque c'est lui qui fonde. La question de la légitimité
ne pourra être posée qu'après le fait du pouvoir, à travers une légalité qui est
artificiellement construite. Ainsi, selon Rosset, la question d'un fondement du
pouvoir que Rousseau ne cessera de demander à Hobbes, est la preuve d'une
incompréhension de l'oeuvre politique de celui-ci. Car il s'agit d'une "Question
complètement décalée par rapport à la pensée de Hobbes, pour lequel la source du
pouvoir n'a jamais été la force ou le droit, puisque c'est la question d'une source du
pouvoir qui est absurde en elle-même... ,,47 Le pouvoir étant lui-même sa propre
source. Et plus qu'une incompréhension de l'oeuvre de Hobbes, Rousseau, par cette
recherche d'un fondement au pouvoir, démontre avec force tout son refus du tragique.
Aux yeux de Rosset : "Ce qui définit la pensée tragique est le refus de cette inférence
: désirer rien ( ... ) qui signifie uniquement la reconnaissance d'un besoin sans objet,
nullement la reconnaissance d'un manque d'objet au besoin.,,48 Rousseau ne peut
admettre qu'il n'est point de fondement qui manque et qu'en recherchant un tel
fondement, en fait, il désire rien. Car, comme l'indique Patrick Simmarano c'est bel
et bien un désir de rien qui est manifeste ici puisque: " ... l'homme est incapable de
fournir des fondement véritables et objectifs pour réguler son action et la légitimer.,,49
Le pouvoir n'entend donc pas justifier son caractère arbitraire, il s'exprimera
plutôt dans un discours qui tend à le dissimuler, d'où la force et la nécessité de la
représentation. Tel est, selon Rosset, tout le mystère du pouvoir que: " ... d'être sans
garant, sans autre auctor que lui-même, c'est-à-dire sans jamais personne qui y
47 Ibid., p.2ûS.
" ~ C. Rosset, Logique du pire, op. cit., p.38.
49 P. Simmarano, «La place de la croyance dans le politique», in La croyance, op. cit., p. 227.
40
parle... ,,50 La volonté générale, qui fonderait la légitimité du pouvoir aux yeux de
certains, est ainsi réduite à n'être la volonté d'aucune personne en particulier.
Faisant appel à l'ouvrage Le portrait du roi de Louis Marin
SI
, Rosset prend
l'exemple du symbolisme associé au pouvoir monarchique. La thèse soutenue dans
ce livre affirme que toute l'ostentation et la magnificence entourant le roi ne sont pas
superfétatoires, au contraire. Ces signes certifient plutôt la réalité et l'efficience du
pouvoir royal: "Le pouvoir du roi consiste ainsi en sa représentation, et en elle seule:
la représentation du pouvoir est le pouvoir lui-même."s2 Ou comme l'indique Jean­
Luc Marion : " ... Ie mystère du pouvoir tient précisément à ce que l'écart entre ses
insignes et son effectivité repose uniquement sur cette instance sans nom, ni réalité,
que l'on peut appeler prestige ou gloire (... ) il n'est pas un objet mais apparaît sur le
mode de l'irréel."s3 Le pouvoir s'appuie sur des images, il n'a d'ailleurs d'autre
support que cela, voilà donc le non fondé dans toute son éloquence puisque la
grandeur du roi coïncide avec la grandiloquence qui l'entoure, elle seule le définit.
L'imagination, qUI pUiS nous tromper parfois, se révèle plutôt une force
bénéfique en politique: "Seule constituante du sens et maître d'oeuvre des structures
les plus officielles et sérieuses, c'est la manifestation des symboles qui ordonne le
fonctionnement du politique"S4 Le pouvoir est de l'ordre de l'irréel, de l'intangible,
il fait donc appel à l'acte de croyance puisque nous nous trouvons dès lors confrontés
à une absence de réalité matérielle. Mais, si nous sommes dans la croyance, pourquoi
alors l'homme moral ne peut accepter le caractère arbitraire du pouvoir? C'est que
nous ne nous trouvons pas ici dans la même transcendance. Comme nous l'écrivions
précédemment, la morale supporte mal le hasard, elle étouffe devant l'absence de
5U C. Rosset, Le philosophe et les sortilèges, Éd. de Minuit, Paris, 1985, p.21.
51 Éd. de Minuit, Paris, 1981.
52 C. Rosset, op. cit., p.24.
53 J. L. Marion, Étant donné, essai d'une phénoménologie de la donation, cité par P. Fontaine, La
croyance, Éd. Ellipses, Paris, 2003, p.117.
54 P. Simmarano, «La place de la croyance dans le politique» ln, La croyance, op. cit., p.226.
41
nécessité des choses. Elle appelle à la fixité et à la certitude, toute chose que le réel
ne peut lui offrir. La transcendance du pouvoir se trouve dans l'irréalisé (artifice)
alors que la transcendance de la morale réside dans l'idéal.
Et quel que soit le régime politique, Rosset assure qu'il ne saurait fonctiormer
sans l'idée du monarque. Peu importe l'image présentée: " ... roi, président, premier
ministre, chef des prêtres, secrétaire du parti, etc....dans tous les cas il constitue une
personne -au double sens du mot, à la fois un certain être et nul être-- qui incarne
indistinctement le pouvoir et sa légitimité"SS Le pouvoir n'a de fondement que dans
son exercice, dans sa démonstration car il est construction, artifice. Et, n'ayant rien
d'autre sur quoi s'appuyer, le pouvoir est fragile, c'est pourquoi il ne peut être
qu'absolu. Cela constitue évidemment une aberration pour les moralistes qui
s'échinent à vouloir contrôler le pouvoir. Or, pour Rosset, le pouvoir est absolu ou il
n'est plus car " .. .le contrôle du pouvoir suppose un tiers contrôlant le tiers
contrôleur, et ainsi de suite à l'infiffi : aussi faut-il choisir entre le pouvoir absolu et
sa dissolution absolue, entre l'arbitraire et l' absurde"s6 La critique de l'arbitraire et
l'exigence d'une tempérance du pouvoir relèvent, selon Rosset, d'une affectivité
politique plutôt que d'une réelle philosophie politique et elles sont bien souvent faîtes
à des fins démagogiques. De toute façon, il est clair que l'absolutisme dont il est
question ici n'est pas de nature tyraru1Ïque, en ce sens qu'il ne requiert pas une
recormaissance et un agir incessamment conformes à l'intérêt de celui qui règne.
Libre d'agir et de penser, le sujet doit seulement s'abstenir de montrer le vide qui gît
à la place du roi, le rien qui se meut derrière les symboles.
Si nous résumons la pensée de Rosset, tout pouvoir serait absolu et de nature
monarchique; est-ce dire alors que tout pouvoir a la même portée? Le philosophe
55 C. Rosset, Le philosophe et les sortilèges, op. cit., p.32.
'6 T. Hobbes, Léviathan, In Oeuvres philosophiques et politiques de Hobbes, II, chap.XX, cité par C.
Rosset, L 'anti-nature, op. cit., p.212.
42
croit que non, certains totalitarismes modernes par exemple, diffèrent selon lui de
l'absolutisme royal. Ce qui distingue l'absolutisme royal de ces totalitarismes, c'est
que ceux-ci eurent la prétention de n'être justement ni absolus, ni arbitraires et donc
d'être tout à fait légitimes. Dans ce cas précis, le pouvoir ne réside plus qu'en sa
seule force symbolique, il devient investit de principes justes et universels. Or, pour
qu'il en soit véritablement ainsi, il s'avère dès lors nécessaire " ... d'en extorquer
l'aveu, après coup et sans relâche, de la bouche de l'ensemble des citoyens.,,57 Le
vide qui réside au fond de toute idéologie est ainsi comblé par l'aveu général, aveu
jamais pleinement réalisé, bien entendu, d'où l'utilisation de la force. Car la violence
des régimes totalitaires survient lorsqu'il y a distorsion entre le discours du pouvoir et
la réalité, rien ne devant s'opposer à ce qui est essentiellement juste. Le vrai, le juste
et l'universel: préceptes humanistes à la source d'une certaine idée du pouvoir qui
domina au XVIIIe siècle européen et lors de la Révolution française. Selon Rosset,
ils préfigurent l'idéalisme politique qui prétend s'affranchir de l'arbitraire alors qu'il
y plonge assurément.
1.2.6. L'humanisme terroriste ou la prétention universaliste
Un des éléments que nous venons d'effleurer à travers les idées humanistes,
dont le mythe du contrat social, est l'existence supposée d'une universalité.
Universalité des désirs, des besoins, des buts etc. Le moraliste ne pense pas
autrement, il faut selon lui : " ... hâter la prise de conscience par l'humanité de la
nécessité de réaliser son unité dans une société ouverte et universelle (... ) La
revendication doit avoir un caractère universel. ,,58 Cette prétention universaliste
semble suspecte aux yeux de Rosset. C'est que le philosophe n'admet pas le passage
de l'individuel à l'universel, qu'il qualifie de "pensée éminemment terroriste". Pour
Rosset, l'universalité suppose que je tiens l'autre pour mon semblable et"... de ce que
cet homme doit être tenu pour mon semblable il s'ensuit qu'il doit penser ce que je
57 C. Rosset, Le philosophe et les sortilèges, op. cit., p.33.
58 M. Conche, op. cil., p 52.
41
pense, estimer bon ce que j'estime être bon et s'il se rebiffe, on le lui fera savoir de
force ... ,,59
Qu'attendre d'autre, en effet, d'une personne qui ne se donne le droit
d'estimer une pensée, un sentiment, voire un acte que si elle peut aussi le vouloir pour
tout un chacun? Pour Rosset, la célèbre maxime de Kant
60
, son impératif
catégorique, se rapproche plus du fanatisme que de la sagesse. Que tout ne puisse
être validé qu'à la condition que cela puisse concerner coûte que coûte ceux-là même
qui ne s'y intéressent pas, cela constitue la base même de l'intolérance pour le
philosophe. Marcel Conche, qui suppose pouvoir trouver un fondement moral en
ayant recours au dialogue semble nous fournir un tel exemple: "Il s'agit seulement de
forcer l'interlocuteur (... ) que j'ai supposé n'être d'accord avec moi sur rien, excepté
pour engager le dialogue, de le forcer, dis-je, à dire la même chose que moi, et cela
pour les mêmes raisons que moi ... ,,61 Tout cela dans le but d'en arriver à une "vérité
universelle". Précisons qu'il n'est pas question ici de force physique mais d'un appel
à la raison. À travers celle-ci, Marcel Conche prétend pouvoir en arriver à un
fondement de la morale, c'est-à-dire que tout être étant capable de vérité, il est donc
fondamentalement libre. Nous avons vu cependant plus haut que cette libelté en
matière morale sous-tend une responsabilité de l'être. Chose que Rosset réfute
puisque selon lui, le choix n'existe pas lorsqu'il est question de "valeurs morales",
cela relève du donné qui est sans justification.
La prétention universaliste pennet également à Marcel Conche d'affinner que
l'enfant à naître est notre égal et que de ce fait, nous nous devons de défendre ses
droits, dont celui d'être laissé en vie. Selon la morale de ce philosophe, le discours
politique dominant qui pennet l'avortement volontaire est inacceptable car il ne
59 C. Rosset, Laforee majeure,op. cil., p.16-17.
60 "Agis uniquement d'après la maxime qui fait que tu peux vouloir qu'elle devienne une loi
universelle."
61 M. Conche, op. cil., p. 36.
44
représente pas les êtres en totalité. Ainsi, ce qu'il espère un jour c'est d'entendre un
discours politique " ... devenir celui des droits de l' «homme», en un sens non
restrictif, et cela sans cesser pour autant d'être majoritaire, de façon que puisse être
abolie la loi qui donne aujourd'hui licence d'avorter.,,62 Ne pas tenir l'enfant intra­
utérin pour notre égal représente un faux humanisme pour ce philosophe. Et si
certains n'admettent pas ces propos ou tout autre vérité qui se trouvent au fondement
de sa morale, que représentent-ils pour cet humaniste? : "Dans la mesure où ils
parlent partiellement le même langage que nous, admettent certaines des vérités ici
établies, on peut dire que ce sont des barbares partiels. ,,63 Voilà probablement
pourquoi Rosset affirme que toute forme d'humanisme, toute prétention universaliste,
constitue moins une charité mais plutôt une contrainte, parfois même une violence.
Une violence puisque il y a refus d'accepter le monde tel qu'il est. Prenons par
exemple la pensée mythique qui est au fondement du politique depuis les Lumières,
c'est-à-dire la "personne humaine". Cette conception légitimise ce que l'on nomme
les Droits de l'homme, elle nous conforte dans la croyance d'une "humanisation" de
nos rapports. Or, ce discours humaniste que nous croyons naturel est plutôt idéaliste
selon Patrick Simmarano puisqu'il " ... situe la vérité dans les valeurs, celle de la
morale, avant de vouloir les lire dans l'évidence pragmatique et expérimentable du
réel (... ) nous voulons que le monde soit comme nos valeurs désirent qu'il soit.. .,,64
Rosset n'en pense pas moins. Selon lui, il y a un réel danger dans la logique d'une
unité et d'une fraternité universelles, dans l'idéalisme politique en fait. En d'autres
termes, ce qui gît au fond de tout totalitarisme n'est qu'un surcroît d'enthousiasme
moral: "... cette Déclaration des droits de l'homme et autres Immortels Principes qui
ont eu toute latitude (... ) de démontrer que, s'ils n'étaient peut-être pas immortels à la
62 M. Conche, op. cil., p.SS.
eJ Ibid., p.133.
64 P. Simmarano, op. cil., p.226.
45
longue, ils pouvaient du moms se révéler à l'usage, et en attendant mieux,
passablement meurtriers. ,,65
Ce qui est tout aussi suspect selon Rosset mais aussi proprement désolant
c'est que la dévotion envers un supposé fondement de la morale est proportionnelle à
l'indifférence marquée face aux conséquences réelles que de tels principes
impliquent. La morale semble perdre de vue que ce contre quoi elle s'insurge est
bien souvent d'ordre tout aussi moral. Ainsi, pour Rosset, dénoncer l'ordre imposé
dans le Ille Reich ne mène à rien s'il n'est fait qu'au nom d'une représentation du
Bien et du Mal. On ne fait que se confronter deux représentations morales. Il
s'explique en citant un passage de l'Éthique d'Alain Badiou :
Les partisans de la "démocratie des droits de ï homme,­
aiment bien, avec HalU1ah Arendt, définir la politique comme
la scène de "l'être-ensemble'·. C'est du reste au regard de
cette définition qu'ils font l'impasse sur l'essence politique du
nazisme. Mais cette définition n'est qu'un conte bleu.
D'autant plus que l'être-ensemble doit d'abord déterminer
l'ensemble dont il s'agit, et que c'est toute la question. Nul
plus que Hitler ne désirait l'être-ensemble des Allemands
66
Soyons clairs. Rosset ne défend nullement le nazisme, ce qu'il affirme c'est
que toute morale se vaut: la morale démocratique (non pas la démocratie elle-même)
n'a rien à envier à la morale des nazis, même si celle-ci est plus insoutenable. De
même, les forces démocratiques en France qui croient jouer le jeu de la morale contre
un supposé immoralisme en s'insurgeant contre Jean-Marie Le Pen et son Front
National, font fausse route. Ce combat est biaisé au départ " ... croyant ou voulant
croire qu'il lutte contre le diable en personne alors qu'il a en face de lui une
incarnation, populiste et nauséabonde sans doute, de la morale et de ses valeurs
65 C. Rosset, Laforce majeure, op. cit., p.17.
06 A. Badiou, L'éthique, essai sur la conscience du mal, cité par C. Rosset, Le démon de la tautologie
suivi de cinq petites pièces morales, Éd. de Minuit, Coll. Paradoxe, Paris, 1997, p.69.
46
sempiternelles: travail, famille, patrie.,,67 Il est vain pour le philosophe de s'évertuer
à trouver un fondement qui nous permettrait de cerner le Mal et cela, dans le but
avoué de l'éradiquer. Ce serait oublier que, celui que les moralistes prennent pour le
diable utilise bien souvent les mêmes arguments moraux afin de justifier ses actes,
étant tout à fait convaincu de travailler pour le bien de l'humanité...
Nous le mentionnions plus haut, la morale est persuadée qu'elle a le droit et le
devoir de parler au nom de tous. Rosset, lui, estime qu'il n'existe réellement de
volonté que d'un point de vue individuel, que toute aspiration dite générale n'est
qu'un leurre. La "volonté générale" dont traite Rousseau dans son Contrat social
n'aurait ainsi aucune consistance car seule une volonté individuelle sera capable de
volition. Il en est de même lorsque nous entendons parler de "conscience collective".
On prend alors des concepts pour une réalité en soi. Il ne suffit pourtant pas
d'additionner les volontés particulières pour parler de volonté générale, ou de sonder
les pensées des gens pour affinner une conscience partagée, elles demeurent le fait
d'individus. Il y eut nombre de personnes qui prétendirent édifier un monde nouveau
et des lendemains qui chantent au nom de "l'intérêt général". Si la cause et les
objectifs demeurent théoriquement nébuleux, l'objet de croyance étant toujours très
vague, les effets eux, ont pu être mesurés. Car, comme l'indique Rosset,
l'enthousiasme moral ou l'amour pour son prochain : " ... a pour vocation d'entraîner
tout un chacun dans son orbite maniaque : car on va vous aimer malgré vous et rien
ne nous empêchera de vous aimer, même si cet amour a pour effet de vous envoyer en
prison ou en camp de rééducation... ,,68
~ ? ibid., p.69.
68 Ibid., p.84.
47
1.2.7. L'inhumain et le besoin de certitude
Nous avons vu que ce que Rosset déplore dans la morale c'est sa propension à
éluder toute forme de tragique, à refuser la réalité dès lors que celle-ci s'avère trop
douloureuse. Ainsi, lorsqu'est commis un acte cruel, le moraliste parlera volontiers
d'un acte inhumain. Rassurons-nous nous dit la morale, cet acte ne pouvait être le
fruit d'un être humain; la barbarie n'est-elle pas le fait des barbares?
Malheureusement pour le moraliste, le réconfort n'est pas de mise aux yeux de
Rosset. Selon lui, pour qu'il y ait possibilité de fixer ce qui serait inhumain, il
faudrait pouvoir faire abstraction des rapports sociaux, faire fi du point de vue de
chacun, ce qui, évidemment, est impossible. Il appert, cela est évident, qu'il est plus
souhaitable que l'être soit généreux et doux plutôt qu'avare et cruel. Mais voilà toute
la distinction, nous devons reconnaître qu'il s'agit alors d'un désir, d'un point de vue,
de sorte qu'être généreux, doux, avare ou cruel ne peuvent constituer des valeurs
définissables hors des liens entre les êtres. En toute rigueur, nous devons également
admettre que : " ... tout ce dont est capable un homme est nécessairement humain et
doit être coûte que coûte tenu pour tel... ,,69 Il est vrai qu'il serait plus rassurant, et la
réalité nous paraîtrait moins cruelle, si nous pouvions affirmer l'inhumanité des
gestes atroces perpétrés par les hommes. Mais voilà, Rosset ne croit pas qu'il puisse
exister une assise morale, une référence objective nous permettant de déterminer de
tels principes.
Il ne s'agit pas d'être insensible mais plutôt de ne pas tenter de constituer une
morale au nom de laquelle nous devrions juger et agir. Qu'est-il besoin de discourir
ou écrire à savoir qu'il ne faut pas faire du mal à autrui, que l'on doit être charitable
et bon? Rosset croit qu'il est préférable de s'en remettre à la vie, nous saurons bien
quoi faire le moment venu: "Ce n'est pas un orgueil fou, c'est de l'empirisme.,,7o On
perçoit ici à quel point Rosset prend ses distances face à la philosophie morale de
69 Ibid., p.65.
70 S. Charles, loc. cil., p. 102.
48
Kant. Dans son analyse de la morale kantienne, Schopenhauer est formel sur ce
point, Kant refuse de faire reposer la morale sur une base extérieure, il préfère s'en
remettre à la raison pure: " .. .la base de la morale doit à tout prix être a priori et pure
de tout élément empirique... ,,71 Pour Kant, même s'il est impossible de vérifier
qu'un être agit conformément par devoir, possédant ainsi intrinsèquement une valeur
morale, on ne peut cependant affirmer qu'il n'y a pas de moralité derrière l'acte.
Prétendre le contraire, ce serait donner raison aux immoralistes: "À tous ceux qui se
moquent de toute moralité (... ) on ne peut pas non plus rendre un service plus
conforme à leurs voeux qu'en leur accordant que les concepts du devoir (... ) ont dû
être tirés purement et simplement de l'expérience; car on leur prépare ainsi un
. h . ,,72
tnomp e certam.
Le devoir. Autre aspect de la morale qui répugne à Rosset. Nous l'avons vu
plus haut, l'impératif catégorique de Kant se rapproche plus du fanatisme que de la
sagesse aux yeux de Rosset. Nietzsche, à quelques nuances près, semble penser de
même. En effet, Nietzsche voit un besoin de réparation dans le "caractère sacré du
devoir" et le "châtiment" imposé à celui qui y déroge. C'est-à-dire que celui qui
souffre cherchera toujours une cause à sa douleur mais plus encore un coupable,
coupable qui pourrait souffrir lui aussi. Le soulagement du ressentiment proviendrait
ainsi de la douleur infligée à celui que l'on estime coupable de notre propre
souffrance. Il va sans dire qu'une telle forme de compensation semble cruelle,
pourtant, Nietzsche y voit le fondement des idées morales de "faute", "conscience" et
"devoir". Ce qui le mènera à dire : "... même chez le vieux Kant : l'impératif
catégorique sent la cruauté.',?}
71 A. Schopenhauer, Fondement de la morale, Tr. A. Burdeau, Aubier Montaigne, Paris, 1978, p.27.
72 E. Kant, Fondations de la métaphysique des moeurs, Tr. A. Renaut, Flammarion, Paris, 1994, p.78.
73 F. Nietzsche, GénéaloRie de la morale, Gallimard, coll. Folio, Paris, 1971, p.69
49
Rosset, tout en dénonçant le caractère dogmatique du concept de "devoir", y
voit surtout un désir de fixité. Le moraliste a besoin d'immuabilité dans un monde en
mouvance. Le philosophe dit se méfier de ceux ayant un tel attrait pour la certitude,
le besoin de fixer des paramètres qui leur permettront d'agir en bonne conscience. Il
souligne d'ailleurs, à la blague, que les moralistes semblent porter sur eux les
impératifs dont ils somment autrui d'observer, tel un bout de papier dans leur
portefeuille leur indiquant de ne pas oublier d'être gentil aujourd'hui. Mais, ô
malheur! Que fera le moraliste s'il oublie son papier à la maison?
Ce qui rebute Rosset c'est l'idée de pnnclpe dans la morale, le besoin
d'assujettir tout acte à la concordance avec une règle alors que nous pouvons observer
chaque jour que l'être qui agit ne s'en remet presque exclusivement qu'à lui-même.
L'homme "bon" n'agira pas d'après un code de conduite: "La générosité est par
définition étrangère au sentiment du devoir; elle lui est même contraire ... ,,74 Poussée
à l'extrême, cette pensée amène le philosophe à prétendre qu'il est préférable de
rencontrer une franche crapule plutôt qu'un homme qui fait le bien par devoir. ..
Cela dit, il est bien entendu souhaitable pour Rosset d'épargner la souffrance à un être
lorsque la chose est possible. Mais cela n'équivaut pas pour autant à un aveu de
moralisme pour le philosophe : "C'est de la compassion. La souffrance d'autrui
m'est intolérable, n'en déplaise à mes détracteurs.,,75 Soulager la douleur n'est pas
synonyme d'une récusation de la réalité tragique. Rosset ne suppose pas l'existence
d'un mieux, d'un sens à la vie ou la possibilité d'un monde meilleur à atteindre. La
philosophie qu'il propose n'invite qu'à regarder le monde tel qu'il s'offre à nous,
sans illusion, sans éluder la part d'ombre qu'il comporte. Le malheur, l'horreur, la
souffrance ne laisseront pas d'exister parce que certains moralistes se targuent d'avoir
trouvé un fondement à la morale, chaque jour nous en offre moult exemples.
7.. C. Rosset, Le démon de la tautologie ... , op. cit., p.77.
75 S. Charles, loc. cit., p.lO 1.
50
On peut, bien évidemment, croire le contraire. Ce ne sera qu'une manière de
se mesurer au vide qu'il y a hors du réel.
2. LE RÉEL ET LA CROYANCE
Il faut sans doute avoir vécu du
grand rêve métaphysique et religieux, et
en avoir un jour désespéré, pour s'avouer
que l'on n'a pas d'autre vie que là où on
est, au moment même où on y est (... )
l'on n'a pas à chercher dans l'ailleurs
d'un ciel ou d'un rêve une vie qui n'est
jamais qu'ici.
Gaétan Daoust, «Entre la mort de
Dieu et le triomphe de la science»,
L'Agora, vol 1, no 3, déc. 1993.
2.1. LE RÉEL
Rosset observe qu'il existe une faculté sans cesse renouvelée chez les êtres:
celle d'admettre difficilement le réel. Le refus du réel peut se retrouver dans la folie
certes mais en ce cas-là, le réel est tout simplement éradiqué. Ce sur quoi s'attarde
Rosset serait plutôt de l'ordre d'un "déplacement" du réel. Le réel est bel et bien
perçu mais il est vu à notre façon (nous pouvons dire alors que l'on perçoit ce qui
devrait être au lieu que ce qui est, comme le fait l'homme moral tel que nous venons
de le voir). Il y a ce que Rosset nomme "reconnaissance et désaveu".
1
Je constate le
réel mais désapprouve ce que je vois.
Il en est ainsi lorsque nous anticipons un évènement et que par la suite, nous
avons l'impression d'être floué par le réel. C'est que nous attendions quelque chose
de similaire peut-être, mais légèrement autre. Pour illustrer ce sentiment de duperie
du destin, Rosset rapporte une anecdote savoureuse:
1 C. Rosset, Le réel et son double: essai sur l'illusion, nouv. éd. revue et augmentée, Gallimard, Coll.
Folio/Essais, Paris, 1993, p. 43.
52
Le fils à'un imprimeur (.... ) reprit à la mort àe son père la
succession de l'imprimerie et, en faisant l'inventaire des lieux
au lenàemain des funérailles, tomba sur une épaisse
enveloppe cachetée portant, inscrite de l'écriture de son père,
la mention A ne pas ouvrir. Déîérant au voeu posthume de
son père, et quoique rongé par la curiosité, notre imprimeur
respecta le secret paternel pendant environ six années, au
terme desquelles il se décida à violer le secret et à ouvrir
l'enveloppe (... ) L'enveloppe mystérieuse contenait en fait
une centaine d'étiquettes identiques sur lesquelles était
imprimée la mention qui figurait sur l'enveloppe: A ne pas
. 2
ouvrzr.
Nous pouvons aisément imaginer la déception du fils, ce qu'il avait pris pour
une prescription posthume se révélant être un simple repère pour le père. Peut-être
même le fils eut-il l'impression d'être dupé? Pourtant, tout était déjà annoncé sur
l'enveloppe, tel un oracle. Pourquoi être déçu alors que l'oracle ne fait que
s'accomplir? Simplement parce que nous attendions cet évènement-là mais, sous une
autre forme, nous attendions en fait le double du réel.
2.1.1. Le réel et son double
Dans ce que nous attendions, c'est-à-dire "l'autre" évènement, Rosset décèle
une structure fondamentale: l'envie de duplication ou ce qu'il nomme souvent le
double. C'est une pensée majeure chez Rosset qu'il considère lui-même comme une
découverte: "Ce thème -le thème du double- est peut-être la seule idée que j'ai eue
dans ma vie."}
Ce qui étonne au fond lorsque nous sommes confrontés au réel, c'est
l'impossibilité soudaine et irrémédiable qu'il puisse arriver autre chose. En se
réalisant, le réel vient d'éliminer toute autre possibilité. Ce que nous espérions ou
attendions s'élimine aux abords du réel. Tout évènement, quel qu'il soit, implique
2 C. Rosset, Loin de moi, étude sur l'identité, Éd. de Minuit, Paris, J999, p. 36-37.
3 R. Enthoven, loc. cit., p.46
53
donc la disparition de son double car le réel est unique. C'est en ce sens précis que
Rosset entend la parole oraculaire. Non dans une sorte de providentialisme mais dans
la condamnation à vivre ce qui arrive, l'obligation d'affronter le réel. Nous ne
pouvons échapper au réel, que l'on soit dans l'anticipation ou non, nous sommes dans
la nécessité de vivre là, maintenant. À chaque moment de notre vie il adviendra cette
chose-là plutôt qu'une autre. C'est la nécessité étouffante du présent, sans issue. Et
toute forme d'échappatoire, telle la duplication du réel, ne fait que nourrir l'illusion:
"Qu'il soit dans l'au-delà, en deçà, dans l'avenir ou «à l'époque», le propre du
double- et son mérite essentiel- est d'être ailleurs qu'ici et maintenant.,,4
Rosset dénombre trois fonctions au double, la première étant la fonction
pratique, c'est-à-dire une mise à l'écart du réel. Le philosophe croit que cette
fonction set met en place lorsque nous sommes confrontés à un évènement trop
douloureux; nous ressentons alors le besoin de l'interpréter. Le sens ainsi donné à
l'épreuve le rend plus tolérable, ce sera le cas par exemple lorsque, face à une
situation tragique, nous estimons que cela n'aurait pas dû advenir, pas de cette façon,
pas aujourd'hui, etc.
La seconde fonction, que nous détaillerons ci-après, est la fonction
métaphysique, celle où se développe le plus ce besoin d'interprétation. En effet,
l'interprétation métaphysique nie l'unicité du réel, elle nous apprend à nous méfier de
l'apparence de la réalité et affirme plutôt la nécessité d'un ailleurs, d'une altérité au
réel. Le réel seul ne suffit pas et s'il ne suffit pas, c'est qu'il y a un manque. Nous
entrons alors dans le désir, le besoin de croire, la fonction fantasmatique du double.
Pour Rosset, le "fantasme du double" répond à un manque certes, mais avant tout à
un manque d'objet. Le désir selon lui ne peut véritablement se poser sur un objet
4 Ibid., p.46.
54
puisque une fois fixé, il s'éteint. Nous reviendrons sur cette fonction lorsque nous
parlerons de la croyance dans la dernière partie de notre travail.
2.1.2. Le réel depuis Platon: l'illusion métaphysique
Selon Rosset, rien n'il1ustre aussi bien l'il1usion métaphysique que la pensée
platonicienne. En effet, depuis les écrits de Platon jusqu'à Hegel, la pensée
métaphysique prend source dans la prémisse d'un réel trompeur: "C'est bien le point
de départ du platonisme: la réalité n'est pas sensible... ,,5 L'immédiateté du réel est
remise en cause par l'existence supposée d'un autre réel. Puisque le monde n'est pas
en mesure de révéler sa signification, il doit la recevoir d'un autre monde. Notre
monde devient ainsi l'illusion trompeuse d'un monde plus vrai ou comme l'exprime
clairement Daniel Parrochia : "À l'univers changeant et bariolé des apparences se
superpose un double idéal: un monde de principes et d'architectures secrètes qui en
rend compte... ,,6 Rosset nous dit qu'il n'y a qu'à regarder la théorie de la
réminiscence de Platon qui affirme l'impossibilité d'une véritable première
expérience. Selon cette théorie, tous les évènements ne sont que des copies des
évènements réels, le premier moment ayant déjà eu lieu dans un autre monde. Rien
dans notre monde donc qui ne nous est donné, nous ne percevons les choses que par
l'antériorité d'un Autre. Nous pouvons également nous référer à la théorie des
Essences, de laquel1e est tiré le mythe de la Caverne. Que nous révèle Platon à
travers cette théorie? Rien d'autre que notre réalité sensible n'est pas le réel et que
celui-ci est à chercher du côté d'un monde intelligible et immatérieL .. Notre réel aux
yeux de Platon n'est ainsi que l'ombre d'un réel plus vrai mais inaccessible. Il
s'ensuit paradoxalement que celui qui aspire à une connaissance "vraie" doit
nécessairement faire acte de foi. Car pour espérer connaître, l'on doit adhérer à un
monde indémontrable, transcendant: celui où réside les Essences.
5 D. Cailleteau, Le réel philosophique, Ed. Pleins feux, Nantes, 200 l, p.7.
6 D. Parriocha, Le réel, Bordas, Paris, 1991, p.ll-12. Nous soulignons.
55
Voit-on à quel point s'opère le déplacement du réel dans la pensée
métaphysique? Parrochia le confirme: "Il s'ensuit, pour la pensée, un mouvement
d'éloignement par rapport au réel «immédiat» -celui de la perception sensible- que
nous pourrions nommer, à bon droit, déréalisation,,7 Dans l'idéalisme platonicien, le
réel n'est pas accepté d'emblée, il est mis ailleurs, la clé de l'énigme est à chercher
autre part. Le paradoxe de la philosophie platonicienne réside dans cette prétention à
percevoir le réel, à accéder à une véritable connaissance de la réalité tout en s'en
éloignant: "Pour répondre à l'exigence première -la présence à la réalité- Platon
détourne de la réalité (... ) Il retranche tout ce qui n'est pas conforme à nos
exigences.. .le réel tel qu'il nous est offert n'est qu'une apparence, le monde «vrai»
est conforme à ce que nous désirons... ,,8 Car le réel de Platon est rassurant puisque
selon lui, ce qui s'offre à nous et qui est insaisissable n'est qu'apparence, le "vrai"
réel est fixe (puisque étant hors du temps) et intelligible (donc saisissable). Et c'est
bien ce que Rosset reproche à Platon, son incapacité à : " ... s'accommoder du réel,
trouver sa satisfaction et son destin dans le monde sensible et périssable.,,9 C'est un
reproche que Nietzsche lui avait déjà adressé d'ailleurs, qualifiant Platon de moraliste
et de "préchrétien" : "Platon est lâche devant la réalité - par conséquent, il se réfugie
dans l'idéal.,,10 À travers la philosophie platonicienne, le réel devient manipulable par
le rejet de la réalité physique et par la suggestion d'une possible rationalité du réel.
Selon Rosset, nous retrouvons cet héritage philosophique dans la philosophie
hégélienne: "Le grand philosophe de l'imaginaire est Hegel: celui qui pense que tout
le réel est rationnel, que rien n'arrive au hasard, que tout ce qui se produit est la
marque d'un destin secret qu'il appartient au philosophe de comprendre et de
7 ibid., p.l2.
" R. Paindavoine, La passion du réel, Esquisses phénoménologiques, L'Hannattan, Paris, 1991, p.12.
9c. Rosset, Le principe de cruauté, Éd. de Minuit, Coll. Critique, Paris, 1988, p.28.
iC F. Nietzsche, La naissance de la tragédie, Tr. P. Lacoue-Labarthe, Gallimard, Coll. Folio Essais,
Paris, 1997, p.313.
56
dévoiler."ll La philosophie hégélienne nous invite en effet à nous méfier de la réalité
immédiate ainsi qu'à voir un sens et une nécessité dans les événements, c'est-à-dire
l'avènement de l'Histoire. En ce qui a trait à l'immédiateté du réel, Rosset prend
pour exemple le concept de force développé par Hegel.
I2
Selon le philosophe
allemand, il existerait deux formes d'illusion, la première, plutôt rudimentaire,
consiste à prendre l'apparence pour le réel. La seconde est l'illusion métaphysique
qui consiste à voir le réel dans un tout autre monde, parfaitement distinct du monde
de l'apparence. Mais alors que Hegel poursuit et prétend surpasser la seconde
illusion, Rosset y voit plutôt se déployer le paroxysme de la métaphysique.
C'est que Hegel ne voit pas deux mondes mais bien trois soit, premièrement,
le monde des apparences qu'il nomme le monde sensible: c'est la réalité immédiate,
indéterminée. Il y a ensuite le monde suprasensible qui diffère du premier parce que
l'on passe du sensible à l'intelligible, c'est un monde plus réfléchi. Vient enfin le
troisième monde, le réel enfin advenu, qui est ce même monde suprasensible mais
seconde version car il biffe la différence qui prévalait entre le monde sensible et le
monde suprasensible, nous voici dans "l'au-delà" suprasensible. Selon Hegel, ce
monde ne doit pas être confondu avec le premier, le monde de l'immédiat: " ... ce
dernier étant incapable de «se penser», pour n'avoir pas encore parcouru l'itinéraire
de sa mise en doute radicale -métaphysique- et du retour à lui-même.,,13
C'est ce que Rosset nomme le double de l'unique, mais le double de l'unique
qui ne serait que l'unique lui-même. Car nous partons de l'apparence pour aboutir à
l'Intérieur des choses, qui prend sa source dans l'apparence: "En d'autres termes, ce
monde-ci est l'autre d'un autre monde qui est justement le même que ce monde­
11 C. Rosset, Le réel: traité de l'idiotie, Éd de Minuit, Coll. Critique, Paris, 1977, p.36.
12 Théorie exposée dans Phénoménologie de l'esprit, 1ère sect., chap. 3. Les citations sont de
C.Rosset, Le réel et son double, op. ciL, p.70-76.
13 Ibid., p.71
57
ci ... ,,14 Le réel se médiatise pour devenir lui-même, n'est-ce pas mystérieux? En fait,
c'est là précisément que Rosset constate tout le délire de la duplication puisque, en
prétendant que le monde suprasensible est la copie exacte du monde sensible, Hegel
nous expose toute la prétendue "ruse" du réel. Le Réel étant déjà présent dans le réel
immédiat, il est seulement imperceptible puisque étant parfaitement semblable...
C'est ce que Rosset nomme la coïncidence du double avec l'unique alors que depuis
le début il n'y avait que l'unique.
Ce que déplore Rosset, c'est cette nécessité du double afin qu'advienne le
réel, c'est cette prétention qu'une réalité plus vraie se cache derrière les apparences.
Ce qu'il reproche, tant au platonisme qu'à l'hégélianisme, c'est leur égale persistance
à croire l'essence du réel ailleurs. Même si, chez Hegel, nous revenons en dernier
lieu au monde sensible, celui-ci ne peut être atteint que par le truchement d'un autre
monde: " ... pour qu'une réalité quelconque soit posée en vérité, il lui faut se donner à
connaître selon ce procès de médiation qui explique ce qu'elle est dans sa simplicité
première et dernière. Voi là ce que signifie l'identité du réel ... ,,15
Rosset croit que dans le discours métaphysique, le réel est toujours perçu à
partir de deux éléments soit, premièrement, le réel immédiat ou l'expression
immédiate et deuxièmement, ce que cette manifestation signifie, c'est-à-dire le sens
que le réel revêt. Le sens n'est ainsi jamais donné en premier lieu, il est toujours
recherché au-delà des apparences, dans une réalité autre que physique, sensible et
éphémère. Cette quête, Rosset la qualifie de prédilection pour la complication. Selon
lui, cet effort ne désigne rien de moins " ... qu'un effroi face à l'unique, un
14 Ibid. p.72-73.
,j F. Hegel, Science de la logique, Tome l, livre 1, Tr. P. J. Labarrière et G. Jarczyck, Aubier­
Montaigne, Paris, 1976, p.92. Nous soulignons.
5R
éloignement face à la chose même... ,,16 L'tmicité du réel étant ce qui est clairement
contesté.
2.1.3. L'unicité du réel
Selon Rosset, le double a paradoxalement le pouvoir de nous révéler le réel.
Par sa simple manifestation, la duplication nous mène à questionner la nature du réel
elle: "... signale par contrecoup le privilège de l'unique.. .',17 En tentant de le copier,
le double ne fait que démontrer que le réel est seul, unique et ainsi complexe car
difficilement explicable. Car le double prétend être le même d'un autre qui n'a
pourtant pas d'altérité. La réalité se reconnaît dans cette exclusion, cette seule
certitude qu'il n'y a rien de tel. Telle est la raison pour laquelle il est si périlleux de
nommer le réel, n'ayant rien de comparable auquel nous puissions nous référer afin
de l'identifier. En fait, ce que nous pouvons affirmer du réel sans risque majeur de
nous tromper réside dans la tautologie. Le mérite, selon Rosset, en revient à
Heidegger qui, dans une conférence intitulée Identité et différence, exposera le
principe d'identité qui seul permet de rendre compte du réel, soit que A est A et non
A=A. Il est en effet fort différent de dire "Cette pomme est cette pomme" au lieu que
"Cette pomme équivaut à cette pomme". Dans le dernier exemple il y a une égalité,
or, toute égalité exige l'existence de deux termes. Mais voilà, le réel est unique, seul
de son espèce et donc l'énoncé tautologique, le principe qui affirme que A est A, que
d'aucuns considèrent vide, devient pour Rosset l'incarnation la plus fidèle de la
réalité. Le réel est le réel : une telle définition peut certes décevoir, Rosset en
convient mais il ne cède pas. C'est à savoir si ce qui existe existe réellement, sans
recours, donc sans double, telle est la préoccupation de Rosset. La tautologie,
quoique répétitive, demeure selon lui la seule forme qui ne "dénature" pas le réel.
16 Ibid, p.78.
. C. Rosset, L'objet singulier, nouv. éd. revue et augmentée, Ed. de Minuit, Coll. Critique, Paris,
1979, p.16.
59
Tout ajout d'information au sujet du réel ne vient qu'obscurcir ce que l'on tente
d'éclairer.
Ce goût pour l'obscurcissement est pourtant encore bien présent. Il démontre
ce que nous mentionnions plus tôt: il y a un déplacement du réel. Le réel est ainsi
dilué dans un autre que l'on nommera "au-delà", "absence" ou "Réel". On ne
l'accepte que s'il y a médiatisation, coupure entre le perçu et la signification. On crée
donc un espace plus confortable, le réel devenant à la fois ce qui est et ce qui doit
être. La vision du réel par le truchement du double est manifestement une
aperception métaphysique: "Tout se passe comme s'il n'était de perception du réel
que sous la condition que celle-ci s'accompagne d'une arrière-pensée : l'arrière
pensée de l'autre.,,18 La métaphysique ne peut expliquer le monde qu'en instituant le
doute, en créant une distance entre soi et la brutalité du rée!.
Pour Rosset, ce besoin de duplication révèle une angoisse profonde qui n'est
autre que le désarroi face: " ... à l'idée qu'en acceptant d'être cela qu'on est on
accorde du même coup qu'on est que cela.,,19 Car l'unicité du réel nous concerne
tous. Qu'elle soit chose, évènement ou être; l'unicité porte en elle victoire et affront.
Il y a une joie quasi triomphale à être soi, se savoir unique. Mais de ce fait, nous
savons également que nous ne sommes que ce seul même, presque rien et bientôt plus
nen. On peut donc affirmer, aussi cru que cela puisse paraître, que toute chose est à
la fois précieuse et sans importance. Précieuse d'être et sans importance de n'être
que cela. Selon Rosset, c'est probablement cette vision qui nous fait horreur. Ce
serait cette incapacité à assumer cette pensée qui nous pousserait à vouloir donner un
18 C. Rosset, Le démon de la tautologie... , op. cit,p.97.
19 Ibid., p.80.
60
double au réel car il s'agit d'une vérité fort pénible à entendre, une vérité que
Parménide situe: " ... à l'écart du chemin des hommes.,,2o
2.1.4. La loi générale de la réalité
Le double fait office de protection contre le réel, mais il arrive tôt ou tard un
moment où nous devons reconnaître qu'il n'y a que ce qui est. Rosset croit que cette
vérité fut le plus justement exprimée par Parménide: "Il faut dire et penser que ce qui
est, car ce qui existe existe, et ce qui n'existe pas n'existe pas: je t'invite à méditer
cela.,,2J Cette pensée va à l'encontre de ce qu'affirmait Platon dans le Sophiste pour
qui: " .. .il faut que ce qui n'existe pas existe en quelque façon."n Pour Rosset, la
vérité émise par Parménide est peu attrayante puisqu'elle condamne toute forme de
substitution au réel. En effet, affirmer la seule existence de ce qui est éradique du
même coup l'éventualité qu'il puisse y avoir autre chose. Une telle perspective est
pour le moins affligeante car, qui n'a jamais songé à la pensée réconfortante que
constitue la possibilité de donner un sens aux évènements afin qu'ils deviennent
saisissables ou d'entrevoir un destin des êtres qui permettrait de voir une nécessité à
l'existence? Le mot de Parménide vient pourtant annihiler cet espoir. C'est
d'ailleurs ce qui plaît à Rosset car, pour le philosophe, une pensée consistante réside
dans l'implacable et le désespoir. Il ne s'agit point du désespoir généralement
compris comme une neurasthénie mais bien un refus d'espoir ou d'expectative. Pour
Rosset, pas de dérobade qui vaille, le réel est impitoyable, il n'y a que lui qui existe
véritablement.
Nous comprenons ainsi qu'exister équivaut à être, bien sûr, mais aussi à n'être
que cela. Toute chose venant au monde encoure cette peine: n'être rien d'autre.
L'unicité est la structure tondamentale du reel, tout ce qui existe est unique Ce qui
tU Poème, fragment I, cité par C. Rosset, Principes de sagesse et de folie, Ed. de Minuit, Paris, 1991,
p.lO.
tl Poème, fragment VI, cité par C. Rosset, Principes de sagesse et de folie, op. cit., p.7.
22 240e, cité par C. Rosset, op. cit., p.66.
(il
n'existe pas semble donc plus attirant pour certains, c'est une pensée échappatoire qui
transcende le seuil du réel. Ici et maintenant, sans fixité, non nécessaire, tel est le
seuil du réel qu'outrepasse ceux pour qui la réalité est par trop contraignante. Car
l'insignifiance du réel est inadmissible pour bien des penseurs. Mais que veut dire au
juste Rosset lorsqu'il parle de l'insignifiance du réel? Simplement que ce qui
adviendra sera toujours quelque chose, qu'il y a quelque chose plutôt que rien,
Gardons-nous toutefois d'y voir là un aveu de nécessité, ce n'est qu'une
détermination nécessaire de par son existence. Le réel de Rosset est donc à la fois
déterminé (parce qu'il existe) et insignifiant (parce que hasardeux).
2.1.5. La question du sens
Nous avons précédemment discuté du hasard dans le tragique, ce refus chez
Rosset qu'il puisse exister une loi transcendante pouvant expliquer ce qui survient
dans l'existence. En traitant du réel, Rosset précisera sa pensée à ce propos. Ainsi, le
hasard dont il est question ne prétend pas expliquer l'existence: " ... dire qu'il y a de
l'être par hasard serait avancer une proposition absurde. Il n'y a pas de mystère dans
les choses, mais il y a un mystère des choses.,,23 Et s'interroger à savoir pourquoi il y
a quelque chose plutôt que rien est une vaine question pour le philosophe, à moins
d'être soudainement touché par la grâce d'une illumination quelconque...
Telle est aussi sa pensée en ce qui concerne la quête de sens. Selon lui, nous
tentons de donner une valeur au réel afin de lui conférer un sens: "Ajoutons, dit le
philosophe, de la valeur aux choses: nous les rendrons ainsi signifiantes.,,24 Tout
cela ne reposerait en fait que sur un souhait: l'espoir qu'il y a un secret à percer, un
sens caché. Si les choses ont un sens, elles s'expliquent donc, elles deviennent
saisissables et tout ce que nous entreprenons ne s'abîme pas dans le gouffre du
hasarci. N'est-ce pas ci'aiiieurs ce que fom ies théories cie ia métaphysique?
2J C. Rosset, Le réel: traité de l'idiotie, op. cit., pAO.
24 Ibid., p.35.
62
" ... vouloir comprendre l'histoire, comme le fera Hegel, suppose qu'on voie de la
rationalité en elle, autrement dit, qu'on saisisse, au sein de son effectivité, une
nécessité à l'oeuvre.,,25 Si les choses devaient arriver c'est qu'il y a donc un destin
secret, il y a plus que ce que nous voyons, il y a un double au réel que nous
percevons...
Le réel paraît insuffisant pour certains par son incapacité à nous fournir la
raison de son être, le principe par lequel il existe: rien en effet dans le réel qui puisse
nous le faire comprendre. Bien des penseurs se sont donc tournés ailleurs, en quête
du réel hors du réel. Rosset résume fort bien cette quête de l'au-delà: "C'est le
propre de la métaphysique, depuis Platon, que de comprendre le réel grâce à une telle
duplication: de doubler l'ici d'un ailleurs, le ceci d'un autre, l'opacité de la chose de
son reflet.,,26 Le philosophe ne prétend pas évacuer toute forme de signification, ce
qu'il déplore c'est le surplus de sens que l'on attribue bien souvent au réel, c'est-à­
dire tout ce qui excède ce que l'on peut en dire, hormis son unicité.
Selon lui, il n'y a rien que le hasard ne puisse rendre compte, il n'existe pas
de raison ou de nécessité des choses, elles adviendront de toute façon, d'une certaine
façon. Et s'il n'y a rien de tout cela, il ne saurait y avoir d'Histoire ou de devenir car
il serait vain d'expliciter ce qui est sans sens. Rosset rejoint en cela la pensée de
Schopenhauer pour qui la prétention d'une interprétation possible de l'existence par
l'entremise de l'histoire est impossible: " ... cette tendance à concevoir l'Histoire du
monde comme un tout méthodique (... ) elle repose en fait sur un grossier et plat
réalisme, qui prend le phénomène pour l'essence en soi du monde et ramène tout à ce
phénomène ... ,,27 Pour Schopenhauer, l'histoire n'existe pas, nous ne passons point
d'un passé vers un avenir mais répétons inlassablement les mêmes drames et mêmes
25 D. Parrochia, op. cil., p.29. Nous soulignons.
26 C. Rosset, Le réel: traité de l'idiotie, op. cit., p.49.
27 A. Schopenhauer, Le monde comme volonté et représentation, op. cit., p.1182.
63
comédies, seuls les acteurs changent : " ... 1'unité de marche dans l'existence de
l'espèce humaine n'est donc qu'une pure fiction ... ,,28 Inutile de dire toute l'absurdité
et le pessimisme qu'inspire une telle pensée à Schopenhauer, absurdité que n'admet
cependant pas Rosset car, si selon lui le réel est insignifiant, il n'en demeure pas
moins riche et complexe. Affirmer l'insignifiance du réel pour Rosset n'est qu'une
façon de rendre le réel à lui-même. Et la recherche d'un sens qui ne cesse de faire
s'agiter les êtres depuis des temps immémoriaux ne révèlerait en fait que notre désir,
notre besoin de croire.
2.2. LA CROYANCE
Nous avons vu jusqu'à présent toute la difficulté qui semble prévaloir à
accepter le réel. Celui-ci n'est admis que conditionnellement, la tolérance à son égard
est bien faible, d'aucuns n'admettent son existence que sous l'égide d'un double, tel
est le cas de la pensée métaphysique. Mais Rosset affirme que cette duplication
fantasmatique trouve aussi son écho : " ... dans la plupart des investissements
psychologico-collectifs d'hier et d'aujourd'hui.,,29 La croyance idéologique conteste
le réel en affirmant la possibilité d'un idéal à atteindre, ce qui illustre parfaitement la
pensée de Rosset, soit que le réel pour certains ne peut exister sans l'appui d'un
double.
2.2.1. La croyance idéologique
L'incertitude est pour le moins inconfortable, l'homme moral nous en a fourni
un bon exemple. Selon Rosset, si nous ressentons un tel inconfort c'est qu'il existe
chez les êtres un inépuisable désir pour son antipode. Ce qui déroute le philosophe,
ce n'est pas l'existence d'un tel sentiment mais plutôt le fait que ce désir irrépressible
pour la certitude se double d'une informulabilité; c'est-à-dire que celui qui prétend
avoir des convictions aura peine à les exprimer, sinon en des termes fort vagues.
28 Ibid., p.1182.
29 C. Rosset, Le réel el son double, op. cit., p.129-130.
n4
Pour Rosset, cela démontre que le croyant est au fond indifférent au contenu de sa
croyance. Peu lui importe ce qui existe effectivement, peu lui importe le réel en fait;
que la chose soit certaine, telle est la seule demande de celui qui croit. Ainsi: "Un
marxiste convaincu prête peu d'attention aux thèses énoncées par Marx (... ) ce qui
compte est l'idée purement abstraite que le marxisme est vrai ou que Staline a
raison ... ,,30 Mais cela n'est-il pas le cas de toute forme de croyance? Comme
l'indique Paul Ricoeur: " ... pour le sujet de la croyance, les degrés de la certitude ne
sont pas distingués de ceux de la vérité, mais (... ) les premiers sont pris pour les
seconds. Bref, l'énigme de la croyance, c'est celle du tenir-pour-vrai.,,31 L'idée
devient plus importante que ce qui en découle dans la réalité et l'engagement de
l'être, persuadé d'avoir trouvé une vérité, a préséance sur le réel. Rien ne viendra
troubler la vérité soudainement acquise et, si l'expérience contredit la théorie, il n'y a
qu'à altérer quelque peu celle-ci. La puissance d'adorer est plus forte que
l'empirisme et le croyant, dans son désir de croire, ne se trompe jamais car la force de
la croyance provient justement de l'indéfinissable objet de croyance. Comment, en
effet, serait-il possible de réfuter ce qui est indéfinissable? Autrement dit, le croyant
ne s'abuse pas par méconnaissance mais par indiff:erence, le désir se suttisant à lUl­
même.
C'est ce qUI constitue toute la force de l'idéologie selon Rosset, soit son
insouciance à l'égard des faits; du point de vue du désir elle est toute-puissante car
elle: " ... n'attend aucune confirmation de l'expérience, et pour cause, puisqu'il n'est
en elle aucune idée qui puisse être intellectuellement confirmée.,,32 Soulignons ce qui
est déterminant ici: l'idée de nécessité. Tout comme dans la morale, il y a au départ
dans la croyance idéologique quelque chose qui peut et doit être tenu pour nécessaire.
30 C. Rosset, Le principe de cruauté, op. cit., p.45-46.
31 P. Ricoeur, «Croyance» In Encyc!opaedia Universa/is, cité par P. Fontaine, La croyance, op. cil.,
f:.9.
2 C. Rosset, L'anti-na/ure, op. cit., p.24-25.
oS
C'est d'ailleurs cette prémisse que Rosset reproche à Kant, dans ce qu'il nomme sa
critique "non-critiquante".
Pour Rosset, le criticisme kantien établit indubitablement la pertinence de
toute forme de croyance en ce sens que la critique que se propose de faire Kant ne
portera jamais sur le contenu de la croyance comme telle mais sur les possibilités de
son avènement. Dans la philosophie kantienne, si nous parions sur l'existence de
Dieu, il nous faut non pas nous questionner sur ce qu'implique cette croyance mais
plutôt chercher à savoir si la faculté qui nous permet ce calcul sera apte à effectuer un
tel calcul. Ainsi, Kant ne remet jamais en cause ni la religion ni la morale, ce qu'il
semble plutôt nous dire par rapport à la croyance c'est que: " .. .la vérité que je pense
- c'est-à-dire Dieu, l'immortalité, la liberté en tant que ceux-ci confèrent un sens au
monde et à l'action - étant nécessaire, examinons comment elle est possible.")) Aux
yeux de Rosset, la critique kantienne met paradoxalement la croyance à l'abri de
toute critique en ne remettant jamais en cause l'attachement à un certain sens, à une
certaine téléologie puisque seule est critiquée la capacité intellectuelle de démontrer
sa croyance. Était-il impossible pour Kant de remettre en cause ses propres désirs?
Car, si Kant développera sa critique afin d'éviter que la raison ne transcende les
limites de l'expérience en matière de connaissance, il y fondera tout de même un
usage pratique nécessaire d'ordre moral. Foi et lucidité deviennent des dimensions
qui peuvent coexister pour le philosophe allemand : "Il est requis qu'une croyance
puisse être rationnelle, si l'on souhaite réellement fonder une morale qui ne dérive
pas de la simple passivité d'une subjectivité érigeant ses préférences en
commandements. ,,)4
Une telle pensée aura des répercussions importantes, la
croyance ne jouant plus dans les eaux troubles de l'affectivité mais se trouvant plutôt
dotée d'une aura de rationalité. Roland Favier affirmera d'ailleurs que: "Du fait de
j'immense in±luence historique de i' oeuvre de Kant, on doit nommer ce chemin la
33 C. Rosset, Le réel: traité de l'idiotie, op. cit., p.61. Nous soulignons.
34 R. Favier, «La croyance dans la critique kantienne de la connaissance» ln La croyance, op. ciL, p.96.
voie critique de réhabilitation des croyances.,,35 Car nous voilà bel et bien aux prises
avec des croyances, des opinions qui peuvent aspirer à la certitude puisque ayant
passé l'épreuve de la critique. Rosset croit que la croyance passée sous la loupe de la
critique "non-critiquante" de Kant explique fort bien la nature des idéologies
modernes; peu importe ce en quoi on croit, l'important sera d'y croire. Kant n'écrira­
t-il pas que: "La croyance est la confiance de pouvoir accomplir un proiet dont la
réalisation est un devoir, mais dont nous ne pouvons pas apercevoir la possibilité de
réalisation.,,?36 Bien peu de différence finalement entre l'homme moral et l'adhérent
à une cause politique, ils illustrent tous deux le privilège de la nécessité
indémontrable.
Ce besoin du tenir-pour-vrai qui n'attend aucune confirmation de la réalité
rejoint ce que postulait Hannah Arendt dans son analyse du totalitarisme, soit que la
logique totalitaire se suffisant à elle-même, elle pouvait fort bien se passer du réel.
"L'idéalisme" ou la croyance en un idéal qui prévalait dans l'Allemagne hitlérienne
et la Russie stalinienne se rapprochait selon elle de la foi, une foi en l'idéologie qui
prévalait sur toute forme d'expérimentation. Pour Arendt, le totalitarisme révèle la
nature de toute idéologie c'est-à-dire que celle-ci " ... s'émancipe de la réalité que
nous percevons au moyen de nos cinq sens, et affirme l'existence d'une réalité «plus
vraie» qui se dissimule derrière les choses sensibles (... ) la pensée idéologique
s'affranchit de toute expérience... ,,37 Une telle analyse ne serait pas sans déplaire à
Rosset, pour qui la métaphysique et l'idéalisme politique refusent également une
même chose: le réel.
Comme il est bien entendu impossible de modifier la réalité, la logique
idéologique doit contester le réel et instituer des prémisses qui devront être tenues
35 Ibid., p.87.
36 E. Kant, Critique de lafaculté de juger, cité par R. Favier, op. cit., p.lO l. Nous soulignons.
37 H. ArenQt, Le système totalitaire, Tr. J-L Bourget, R. Davreu et P. Levy, Éd du Seuil, Paris, 1972,
p.219
67
pour évidences, afin qu'advierme une réalité nouvelle déduite de ces axiomes. L'idée
devient ainsi le fondement de l'agir: "La logique astreignante (... ) tient lieu de
principe d'action... ,,38, elle suffit à tout expliquer. Arendt croit que si l'argument
idéologique peut incarner à lui seul le vrai, il peut apparaître dès lors une distance
face à la réalité car aucune expérience ne pourra rien nous apprendre qui ne soit déjà
dans l'idée.
Tout comme Arendt parlera de la foi dans l'idéologie, Rosset soulignera à
plusieurs reprises la religiosité latente qui la caractérise. Il mentiorme que Cioran est
l'un de ces penseurs à avoir aussi percé l'esprit religieux des idéologies modernes.
Selon la pensée du philosophe roumain, toute idée devrait être neutre, c'est-à-dire
qu'aucune idée ne mérite que l'on s'emballe pour elle. Dans les faits, cela s'avère
rarement car, irrésistiblement, l'être humain modèle l'idée, y projetant ses fantasmes.
Ce qui n'était qu'une pensée devient source d'action : "... transformée en croyance,
elle s'insère dans le temps, prend figure d'événement (... ) Ainsi naissent les
idéologies, les doctrines et les farces sanglantes.,,39 En fait, selon Cioran, nous ne
pouvons nous empêcher de transformer nos rêves et nos intérêts en o ~ j e t s
d'adoration, notre capacité d'adulation est sans bornes. Selon lui, on ne peut espérer
être libre qu'en acceptant d'être soi, or, c'est exactement le contraire qui se produit
dans la croyance. Le croyant répugne à sa propre lucidité, face à l'évidence qui
l'oppresse: "Mettez-moi les chaînes de l'Illusion, soupire-t-il. .. ,,40 Dans le très beau
film Camille Claudel de Bruno Nuytten, il y a un dialogue entre Paul Claudel et sa
soeur qui illustre bien ce refus d'être soi. Il s'agit d'un moment significatif où celui­
ci lui explique pourquoi il rejette l'athéisme caractéristique de leur famille: "-Dieu
existe, Il m'a sauvé du désespoir. Et j'ai besoin de Lui pour être moi." Ce à quoi
38 Ibid., p.221.
j9 E.M. Cioran, Précis de décomposition, ln Oeuvres, op. cit., p.581.
40 E.M. Cioran, La tentation d'exister, In Oeuvres, op. ciL, p.839
Camille répond: "-Eh bien moi je réussirai seule à être moi-même." Dialogue vain
entre croyant et incroyant. ..
D'aucuns prétendent à la sécularisation de nos sociétés, pour Cioran
cependant, il subsiste une déification latente dans les idéologies modernes : "On ne
tue qu'au nom d'un dieu ou de ses contrefaçons: les excès suscités par la déesse
Raison, par l'idée de nation, de classe ou de race sont parents de ceux de l'Inquisition
ou de la Réfonne.,,41 Car quelle que soit sa fonne, celui qui se croit investi de la
vérité obligera les autres à y adhérer. Persuadé d'avoir trouvé le sens de la vie, il ne
pourra s'empêcher de propager son terrible enthousiasme. Toute découverte à saveur
d'Essence et d'Absolu est ainsi inévitablement empreinte de prosélytisme. Et toute
fonne de foi est à craindre puisqu'elle implique la fixité et le refus de la permutabilité
des idées, toute chose qui prédispose inéluctablement à l'intolérance. Voilà pourquoi
Cioran dit se méfier de ceux qui se réclament d'un idéal, ceux qui affirment parler au
nom de tous.
De la religiosité dans l'idéologie, Rosset n'en pense pas mOlfiS
" .. .l'idéologie en général est indifférente au contenu qu'elle «monte» en systèmes
religieux, ne s'intéressant qu'à sa faculté d'intégrer des données éparses en un
système d'ordre interprétatif et explicatif.',42 Car que définit réellement l'idéologie
ou la religion? Non pas un contenu clair mais une méthodologie de la croyance, un
chemin à suivre vers un monde meilleur, elles prescrivent toutes deux une posologie à
respecter afin que survienne une autre réalité.
41 E. M. Cioran, Précis de décomposition, op. cil., p.58 1.
42 C. Rosset, L'anti-nature, op. cil., pAl.
69
2.2.2. La passion du vide
Selon Rosset, le point commun de toute adulation est à chercher non pas dans
ce qu'elles admettent mais du côté de ce qu'elles excluent. Et ce contre quoi en a la
dévotion ou la passion c'est la réalité, le réel. Par exemple, le fervent chrétien se
reconnaît dans l'interdiction des plaisirs qu'il s'impose. Le marxiste lui, s'opposera à
tout ce qui ne correspond pas au matérialisme historique ou à l'idéologie
révolutionnaire. Qui plus est, l'objet d'adoration, Dieu ou le monde meilleur, se situe
hors d'atteinte. Il s'agit donc d'une passion qui ne risque pas d'être consommée
puisque empiriquement inatteignable. Kant lui-même avoue l'irréfutabilité qui
entoure la croyance: "La conscience de son immutabilité appartient nécessairement à
l'assurance de la croyance. Ainsi je peux être pleinement certain que personne ne
pourra contredire mon affirmation : «Dieu existe», car, d'où le saurait-il donc?,043
Cela vaut pour toute forme de croyance, il n'y a qu'à remplacer "Dieu" par "ailleurs"
ou "autre monde" ...
Selon Rosset, il est intéressant de regarder la croyance sans tenir compte des
termes sujet et objet. On ne s'attarde plus alors sur "je" crois en "ceci" mais plutôt
sur je "crois" en ceci. C'est l'adhésion qui importe et l'imprécision des termes est
essentielle afin que persiste la croyance. Qui croit et ce en quoi il croit est au fond
secondaire, la force de la croyance reposant dans le flou et le vague qui la
caractérisent. Pour le philosophe, la croyance ne peut exister que dans cette absence
d'objet, la saisissabilité de l'objet suffisant à le déconsidérer. Car, pour le croyant, le
réel ne peut suffire, il ne peut y avoir que cela.
Et sa ferveur sera d'autant plus forte et inébranlable qu'elle a pour objet
d'adoration le vide par excellence: une chose ou un être inexistant. L'idéologie, pour
Rosset, constitue un bon exemple puisque"... ce qui caractérise l"idéologie est son
43 E. Kant, Qu'est-ce que s'orienter dans la pensée? Tr. A. Philonenko, cité par P. Fontaine, La
croyance, op. cit., p.83.
70
inexistence: l'idéologie parle de non-êtres (comme lajustice, la richesse, les valeurs,
le droit, Dieu, la finalité); pour reprendre un mot de Roméo dans Shakespeare, elle
«parle de riens»,,44 Rosset constate donc une incapacité chez les êtres à fonder une
idéologie car quelle que soit la croyance, il lui manquera toujours un objet. Nous
revenons ici au tragique de l'existence: l'homme a besoin de croire tout en sachant
que ce à quoi il croit n'est rien. Rien de tangible, de saisissable. Mais pourquoi alors
un tel désir, un tel besoin? La réponse nous est suggérée par Nietzsche: "Toute
l'histoire de la culture présente une atténuation de cette peur devant le hasard, devant
l'incertain, devant le soudain. Culture, cela signifie justement (... ) apprendre à penser
causalement, apprendre à prévenir, apprendre à croire à la nécessité.,,45 Ce que nous
dit Nietzsche c'est que l'être croit parce qu'il y tient, la vérité des choses ne se trouve
pas dans ce qu'elles sont mais dans ce qu'elles sont pour moi et si la croyance permet
au départ de connaître, elle permet aussi par la suite de juger. D'une certaine façon,
ce que fait le croyant c'est une évaluation de la vie. C'est donc pour apprivoiser un
réel trop chaotique et imprévisible que l'être croit, la croyance rendant l'existence
prévisible et calculable, donc plus supportable. Toutefois, ce qui importera par la
suite pour le croyant sera de ne jamais reconnaître qu'il n'y a rien à mettre à la place
de la croyance.
Car, nous le disions plus tôt, l'impossibilité de se créer un objet de croyance
est ce qui caractérise la croyance aux yeux de Rosset. Le croyant s'accroche à l'idéal
car il croit qu'il est un manque dans l'existence, or, pour Rosset il n'y a pas de
manque au réel, il y a plutôt absence de manque: " ... c'est-à-dire que ce qui existe,
épuisant toute possibilité d'existence est à la fois parfait -pour ne manquer de rien-­
et essentiellement «convenable» pour ne rien laisser à désirer, ni à redire.,,46 Ou
comme le soulignaient Lucrèce et Montaigne, le tragique est moins dans le manque
44 C. Rosset, Logique du pire, op. cit., p.33.
45 F. Nietzsche, Samtlich werke, kritische studienausgabe, cité par D. Franck, Nietzsche et l'ombre de
Dieu, Paris, PUF, 1998, p.316.
46 C. Rosset, L'objet singulier, op. cit., p.1 09.
71
que dans ".. .l'impossibilité même à se représenter une quelconque fin, un quelconque
bonheur.,,47 Le véritable manque est de ne savoir dire de quoi on manque
exactement. Autrement dit, l'idéalisme, c'est de ne point savoir tolérer ce véritable
manque. Voilà pourquoi selon Rosset " ... le champ politique est-il toujours investi par
la croyance: parce qu'il n'offre rien de discutable - d'où les discussions sans fin - son
objet étant à jamais incertain et indéterminé... ,,48 En effet, que fait l'adhérent à une
cause politique si ce n'est de poser l'idéal avant le réel? Tout réside dans l'idée qui
se substitue au réel, car le réel dans l'idéalisme politique est toujours en construction.
Aussi, ce que demande le dirigeant d'une cause n'est ni plus ni moins que de croire
sans preuves en une réalité à venir.
Et le croyant, au fond, ne désire pas tant l'inaccessibilité d'un objet qu'il ne
refuse d'emblée tout objet. Il ne désire pas cela mais toujours l'autre, toujours autre
chose que ce qui est ici et maintenant. La croyance puise donc à même le refus de la
réalité. C'est un non catégorique au hasard, au présent et à l'incertitude. Pour le
croyant, la chose doit être puisqu'elle n'est pas. Un autre monde est possible
puisqu'il n'est pas.
L'idée révolutiormaire par exemple, voit une finalité humaine qui ne peut se
réaliser, l'être étant victime d'entraves nommées "répression". La notion de
répression est essentielle ici selon Rosset. Elle revêt une fonction logique puisqu'elle
dispense aux révolutiormaires de formuler un contenu clair, c'est-à-dire ce que devrait
être justement la finalité de l'homme ou le monde meilleur à atteindre. Ce thème, la
force répressive (qui masque bien souvent une oppression qui elle, peut être réelle)
devient donc fort utile car il est bien entendu plus tentant de croire en la révolution
entravée et sa promesse de bonheur plutôt que de viser concrètement à soulager la
misère sociale. La nébulosité de ce que cherche le révolutiormaire lui permet au tond
47 C. Rosset, Logique du pire, op. ciL, pAO.
48 C. Rosset, Principe de cruauté, op. ciL, p.91.
72
d'entretenir le rêve du monde meilleur, il est un passionné, dans toute la pathologie
qu'implique ce terme.
Car la passion, aux yeux de Rosset, réside dans la recherche de quelque chose
d'inexistant ou d'irréel. Il arrive certes que l'amour prenne des airs de passion, or, ce
ne sera que lorsque l'objet d'amour se dérobera qu'éclatera la passion. D'une
remarquable façon, le passionné s'assure de la pérennité de son engouement en
convoitant un objet soit hors d'atteinte, soit inexistant. L'analyse philosophique de la
passion nous mène tout droit vers l'attrait du double au détriment du réel. C'est le
choix de l'illusion qui vient combler l'insatisfaction que crée le réel. La passion
devient la catharsis de la douleur provenant d'un mécontentement face à l'existence.
On se prend donc d'amour fou pour quelque chose qui n'existe pas ou qui est
inatteignable et si jamais l'objet existe " ... comme l'argent pour l'avare, ce n'est pas
par son aspect réel et concret qu'il attire le passionné, mais par son aspect immatériel
et abstrait.,,49
Selon nous, Rosset touche ici un élément fondamental pour notre
compréhension des idéologies. En effet, lorsque le philosophe affirme qu' " ... un but
dont la réalisation serait possible cesserait du même coup d'être passionnel."so, il
démontre éloquemment ce qui gît au fond de l'idéalisme politique, de tout idéal en
fait, soit que celui-ci sera toujours "possible" mais jamais atteint. D'ailleurs, là où il
y eut révolution, n'a-t-on pas toujours entretenu l'idée que celle-ci n'était jamais
terminée? Pour le philosophe, l'échec du communisme serait ainsi moins imputable à
une mauvaise lecture des textes de Marx qu'à la dénaturation inéluctable de toute
49 C. Rosset, Le régime des passions, op. cit., p.ll.
50 Ibid., p.18.
73
forme d'utopie dès le moment où celle-ci prétend prendre forme. "L'idéal doit, par
définition, demeurer hors d'atteinte, sous peine de n'être plus que la réalité."sl
L'autre monde possible que revendique l'altermondialiste, un monde sans
misère ni oppression, ne pourra jamais advenir car, comme le souligne pertinemment
Rosset, ce que l'on désire ici est plus que "changer le monde" mais bien "changer de
monde". Ce que l'on souhaite est bel et bien un double au réel. Et que nous dit
Rosset à ce propos? Que l'on n'en sort pas, tous les doubles s'effacent à l'orée du
réel ... La révolution tant recherchée aura ainsi toujours pour condition paradoxale de
'nejamais advenir, l'idéal n'étant pas de ce monde.
51 Propos recueillis par R. Enthoven, Le Point, 19 janvier 2006,
www.leseditionsdeminuit.fr/titres/2006/fantasmagories.htm.
Conclusion
Que pouvons-nous observer suite à la lecture de l'oeuvre de Clément Rosset?
Premièrement, que ce philosophe ne nous propose rien, aucun slogan, aucune
affirmation qui porte au militantisme Telle est peut-être la raison pour laquelle il est
peu lu d'ailleurs. Il est probablement beaucoup plus réconfortant de lire ces auteurs
qui nous indiquent un sens dans toutes ses acceptions, soit une signification aux
événements et un chemin à suivre pour qu'adviennent des lendemains meilleurs.
Clément Rosset se pose plus en interrogateur des illusions, il remet en
question les doubles du réel que nous créons. Selon lui, la philosophie n'a aucune
utilité hormis celle justement de nous révéler le non nécessaire de notre monde. Nous
pouvons, certes, interroger la philosophie mais, que nous apprendra-t-elle? "Qu'il est
absurde de vouloir donner un sens au monde et que toute raison de vivre s'expose, tôt
ou tard à devenir, en cas de déception, une raison de mourir!"[ Il plaide donc pour
une philosophie tragique d'où émane une sagesse qui réside dans une acceptation
parfaite du réel et dans une invitation à regarder le monde tel qu'il est. C'est un oui
sans condition à la vie, semblable à la vision dionysiaque que préconisait Nietzsche.
La pensée de Rosset est donc tout ce qu'il y a de plus immorale puisque, tel que nous
l'avons vue, la morale refuse le tragique.
Ce tragique, nous remarquons que Rosset le constate également dans
l'impossibilité où nous sommes de fonder une croyance. Il en veut pour preuve
l'imprécision que doit bien admettre le croyant lorsqu'il est interrogé sur son objet de
croyance. Et, nous dit Rosset, si imprécision il y a, c'est que le croyant au fond ne
croit à rien. Rien de saisissable, rien de tangible. Mais alors pourquoi voit-on une
telle persistance de la croyance? Sur ce point, Rosset nous dit que: " ... l'homme est
R. Enthoven, loc. cil., p.44. l
75
porté à parler le non tragique - l'idéologie; donc il en a besoin; or il n'a pas
d'idéologie à sa disposition, et se trouve ainsi obligé à parler de riens auxquels, par
définition, il ne peut croire.,,2 Soit, l'homme peut bien admettre que sa croyance ou
son idéologie est vaine puisqu'il ne peut modifier profondément ce qui existe et qu'il
n'a rien d'autre à sa disposition que notre monde, un monde qui restera à jamais muet
sur ses fins. Mais voilà, comme le mentionne Rosset, l'homme a tout de même
besoin de la croyance. Et s'il en a besoin, c'est vraisemblablement qu'il lui est
indispensable de tenter de contrer la contingence et de donner un sens à un réel trop
incompréhensible; de jUKer la vie en fait, comme le disait Nietzsche. Et puisque le
hasard et l'insignifiance ne sont pas près de disparaître, nous pouvons être assurés
que la croyance sera également intarissable, aussi désolé Rosset soit-iL ..
Toujours à propos de la croyance, nous ne pouvons manquer de souligner un
élément de la pensée de Rosset qui nous semble pour le moins étonnant. Il s'agit du
passage sur le criticisme kantien. Nous avons vu que Rosset reprochait à Kant de ne
pas s'attarder sur le contenu de la croyance mais plutôt sur les conditions de son
avènement. Ce qui est troublant, c'est que, selon nous, Rosset ne fait pas autrement,
la différence étant dans les conclusions des deux philosophes qui sont diamétralement
opposées.
En effet, si Kant conclut à la nécessité de la croyance en tant que source
possible du raisonnement, nous savons que Rosset affirmera plutôt l'impossibilité
pour l'être de constituer une véritable croyance. Mais, cette remarque mise à part,
Rosset s'attarde peu sur la croyance elle-même, il passe outre sur les formes de
croyance. Il ne distingue pas, par exemple, la croyance de l'opinion. Or, selon nous,
il est fort différent d'affirmer croire à quelque chose plutôt que de croire en quelque
chose ou quelqu'un. La charge affective et, nous oserons dire, les conséquences ne
2 C. Rosset, Logique du pire, op. cit., p.36.
76
sont pas du même ordre. Il nous a donc paru que le contenu de la croyance importait
peu également aux yeux de Rosset, ce qui comptait essentiellement étant la possibilité
ou non qu'advienne une croyance, et cela, au même titre que Kant.
Il va sans dire qu'il s'agit d'une peccadille qui n'entache en rien le plaisir
qu'il y a à lire une pensée aussi réfractaire aux illusions et qui ne laisse aucune place
à l'espoir. Loin de s'empêtrer dans un académisme ronflant, Clément Rosset figure
parmi ceux qui ont ce talent de tenir des propos d'une simplicité désarmante tout en
étant d'une extrême profondeur, ce qui est remarquable compte tenu du fait que, selon
l'auteur lui-même : " ... rien n'est plus difficile - surtout quand on vient de
l'université - que d'écrire sans jargon.") Il demeure surtout l'un des rares
philosophes à ne rien promettre. Car si progrès il y a, il touchera toujours l'inessentiel
et non la "nature" des hommes. Les êtres seront ainsi toujours soumis à ce qui est
infiniment plus pénible à assumer telle la maladie, la misère et, le tragique par
excellence, la mort.
3 Propos recueillis par Raphaël Enthoveri, Le Point, 19 janvier 2006, op. cit.
Bibliographie
Ouvrages de Clément Rosset:
Sur le tragique:
l.L'anti-nature: éléments pour une philosophie tragique, 4e édition, Paris, PUF, coll.
Quadrige, 2004, 330 p.
2.Logique du pire : éléments pour une philosophie tragique, Paris, PUF, coll.
Quadrige, 1993, 180 p
3. Le philosophe et les sortilèges, Paris, Éditions de Minuit, 1985, 120 p.
4. La philosophie tragique, Paris, PUF, coll. Quadrige, 1991, 166 p.
5. Le régime des passions, Éditions de Minuit, coll. Paradoxe, 2001, 85 p.
Sur le réel :
1.La force majeure, Paris, Éditions de Minuit, coll. Critique, 1983, lOS p.
2.Le démon de la tautologie suivi de cinq petites pièces morales, Paris, Éditions de
Minuit, coll. Paradoxe, 1997, 89 p.
3.Impressions fugitives: l'ombre, le reflet, l'écho, Paris, Éditions de Minuit, coll.
Paradoxe, 2004, 78 p.
4.Loin de moi, Paris, Éditions de Minuit, 1999,96 p.
S.Le monde et ses remèdes, Paris, PUF, 2000,168 p.
6.L'objet singulier, nouvelle édition augmentée, Paris, Éditions de Minuit, coll.
Critique, 1979, 111 p.
7.Le principe de cruauté, Paris, Éditions de Minuit, coll. Critique, 1988, 92 p.
8.Principes de sagesse et de folie, Paris, Éditions de Minuit, coll. Critique, 1991, 122p.
78
9. Le réel et son double: essai sur l'illusion, nouvelle édition revue et augmentée,
Paris, Gallimard, coll. Folio/Essais, 1993, 129 p.
lO.Le réel: traité de l'idiotie, Paris, Éditions de Minuit, coll. Critique, 1977, 155
p.
Sur Clément Rosset:
l.Blain Jean, "L'avenir qu'on nous prépare", Lire, déc. 1999-janvier 2000, p.37­
40.
2.Charles Sébastien, "Clément Rosset ou la joie tragique", Horizons
philosophiques, vol. 9, no 2, printemps 1999, p.91-108.
3.Dumas Jean-Louis, Histoire de la pensée, philosophie et philosophes, Tome 3, éd.
Le livre de poche, Paris, 1997,505 p.
4. Droit Roger Pol, "Les pensées minimales de Clément Rosset", Le Monde, Paris,
14 octobre 1988, p.18.
5.Junquas Daniel, "Autour de la pensée de Clément Rosset",
www.chez.com/superadis/pages%20ddp/Rossetl.htm.3 mars 2004.
6.Maggiori Robert, "Double idiot", Libération, Paris, 19 février 2004, p.6.
7.Schiffter Frédéric, "Qu'est-ce que la nature?",
www.chez.com/superadis/pages2520ddp/philosophie/nature.htm. 2 avril 2004.
8.Sollers Philippe, "Éloge de l'allégresse", Le Monde, Paris, 6 mars 1992, p.2I.
Ouvrages de référence:
l.Alberoni Francesco, La morale, Tr. P. Girard, Plon, Paris, 1996,206 p.
2.Arendt Hannah, Le système totalitaire, Tr. J. L. Bourget et al., Éd. Du Seuil,
Paris, 1972, 313 p.
3.Bourdin Dominique et al., La croyance, Bréal, Paris, 2003, 382 p.
4.Cailleteau Didier, Le réel philosophique, Éd. Pleins feux, Nantes, 2001, 118 p.
5.Chirpaz François, Le tragique, PUF coll. Que sais-je?, Paris, 1998, 126 p.
79
6.Cioran Emil Michel, Oeuvres, Quarto Gallimard, Paris, 1995, 1818 p.
t.Conche Marcei, Le fondement de ia moraie, PUF Perspectives critiques, Paris,
1999,148 p.
S.Fontaine Philippe, La croyance, Éd. Ellipses, Paris, 2003, 157 p.
9.Kant Immanuel, Fondation de la métaphysique des moeurs, 'Ir. A. Renaut,
Flammarion, Paris, 1994,203 p.
10.Nietzsche Friedrich, Ecce homo, 'Ir. A. Vialatte, Union générale d'éditions
coll. 10/18, Paris, 1997, 154 p.
1l.Nietzsche Friedrich, GénéaloRie de la morale, Gallimard, Paris, 1971,278 p.
12.Nietzsche Friedrich, Le crépuscule des idoles, Tr. H. Albert, Flammarion,
Paris, 1985,250 p.
13.Nietzsche Friedrich, La naissance de la tragédie, Tr. P. Lacoue-Labarthe,
Gallimard, Paris, 1994,374 p.
14.Paindavoine Rémy, La passion du réel, esquisses phénoménologiques,
L'Harmattant, Paris, 1991, 128 p.
15.Parrochia Daniel, Le réel, Bordas, Paris, 1991, 191 p.
16.Schopenhauer Arthur, Le monde comme volonté et représentation, Tr. A.
Burdeau, revue et corrigée par R. Roos, PUF, Paris, 1966, 1434 p.
17.Schopenhauer Arthur, Fondement de la morale, Tr. A. Burdeau, Aubier
Montaigne, Paris, 1971, 213 p.
lS.Szondi Peter, Essai sur le tragique, Tr. J. L. Bessor et al., Belval, Circé, Paris,
2003, 151 p.

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL
Service des bibliothèques

Avertissement

La diffusion de ce mémoire se fait dans le respect des droits de son auteur, qui a signé le formulaire Autorisation de reproduire et de diffuser un travail de recherche de cycles supérieurs (SDU-522 - Rév.01-2006). Cette autorisation stipule que «conformément à l'article 11 du Règlement no 8 des études de cycles supérieurs, [l'auteur] concède à l'Université du Québec à Montréal une licence non exclusive d'utilisation et de publication de la totalité ou d'une partie importante de [son] travail de recherche pour des fins pédagogiques et non commerciales. Plus précisément, [l'auteur] autorise l'Université du Québec à Montréal à reproduire, diffuser, prêter, distribuer ou vendre des copies de [son] travail de recherche à des fins non commerciales sur quelque support que ce soit, y compris l'Internet. Cette licence et cette autorisation n'entraînent pas une renonciation de [la] part [de l'auteur] à [ses] droits moraux ni à [ses] droits de propriété intellectuelle. Sauf entente contraire, [l'auteur] conserve la liberté de diffuser et de commercialiser ou non ce travail dont [il] possède un exemplaire.»

Table des matières

Table des matières Résumé Introduction

.ii
iv
1

1. Le tragique et la morale 1.1. Le tragique 1.1.1. Les trois révélations menant au tragique 1.1.2. Le nécessaire et l'impossible 1.1.3. Autre caractéristique du tragique: l'irresponsable
LIA. Le donné: élément essentiel du tragique

17
17
19
22
23
26
28
31
31
32
34
36
_ 38
.42
.47

1.1.5. Le tragique et le pessimisme 1.2 La morale 1.2.1. Le silence 1.2.2. L'insurmontable tristesse 1.2.3. Le hasard
1.204. Mensonge moral et contrat social

1.2.5. Réflexion sur le pouvoir.

1.2.6. L'humanisme terroriste ou la prétention universaliste 1.2.7. L'inhumain et le besoin de certitude

2. Le réel et la croyance 2.1. Le réel. 2.1.1. Le réel et son double 2.1.2. Le réel depuis Platon: l'illusion métaphysique 2.1.3. L'unicité du réeL

51
51
52
54
58

111

2.1.4. La loi générale de la réalité 2.1.5. La question du sens

60
61

2.2. La croyance 2.2.1. La croyance idéologique 2.2.2. La passion du vide

,

63
63
69

Conclusion Bibliographie

74
77

Pour ce faire nous devrons. traiter du tragique. ce qui est éminemment suspect aux yeux de Rosset. de devoir parler au nom de tous. enthousiasme qui peut se révéler passablement meurtrier. avant tout. En effet.Résumé Cet essai sera consacré à l'immoralisme et à l'incroyance de Clément Rosset. dans notre préférence pour ce qui n'existe pas et la prétention d'un réel plus vrai. en premier lieu. croyance. morale. Il a surtout la prétention. réel/double. Il existe donc un lien entre la morale et l'idéalisme politique qui réside. Le tragique est un moment marquant de l'existence qui nous révèle l'inanité des valeurs morales vers lesquelles nous croyons devoir nous tourner. à travers la pensée humaniste. C'est dans la croyance d'une possible saisie du réel.. L'homme moral a besoin de fondements et de certitudes qui lui expliquent le monde et lui permettent d'agir. que nous propose la morale? Une objection au monde tel qu'il est. il n'y a qu'un pas à franchir pour voir naître un surcroît d'enthousiasme moral. idéologie. Dans ce passage de l'individuel à l'universel. soit un double du réel existant.. Elle nous apprend qu'il est un mal et une souffrance qui ne doivent pas être: c'est en cela qu'elle refuse le tragique. . que nous devons construire. tragique. c'est-à-dire la possibilité de l'expliquer par la raison et l'espérance de le modifier radicalement. que se dessine le lien entre la morale et l'idéologie. Descripteurs: Clément Rosset.

mais aucun commentateur. Revue de la littérature Il importe de mentionner qu'il existe malheureusement fort peu de matériel portant sur l'oeuvre de Clément Rosset. à l'existence? Ce sont des questions qui nous convient à faire face au tragique ainsi qu'au réel. métaphysique) que nous n'avons de cesse de bâtir dès lors que le réel s'avère trop cruel? Rosset. dans les lignes qui suivent. la littérature pertinente portant sur Clément Rosset. de vacuité générale. Il y a quelques entrevues (dont deux incluses dans ses livres) et des comptes-rendus de livre. que d'aucuns nomment postmodernes. religion. Perte des repères. il semble exister une impression de perte. Nous avons divisé le texte de la façon suivante: tout d'abord comptes-rendus et critiques permettant de faire état des positions de Rosset et des objections qu'elles . Cette question jalonne l'oeuvre de Nous verrons. Sommes-nous aptes.Introduction En ces temps. Clément Rosset. à notre connaissance. philosophe français contemporain. ose questionner notre aptitude à affronter le réel. n'a analysé en profondeur les écrits du philosophe. à vivre le tragique et à accepter que le hasard puisse rendre compte de tout. avons-nous l'envie de délaisser tout le fallacieux des illusions (morale. faillite de certaines idéologies qui mènent tout droit vers de nombreuses interrogations : La croyance en un progrès de l'humanité est-elle toujours de mise? Y a-t-il un sens à l'Histoire.

.3 Selon le journaliste. Rosset. Tous les auteurs des comptes-rendus affirment que le réel semble être une préoccupation majeure pour Rosset. ce sont essentiellement des comptes-rendus de certains livres de Rosset dont il sera question ici.21 1 2 . Roger Pol Droit dira: "Le réel .18 Ibili 3 ' P. des prétentions à avoir percer l'énigme que constitue le réel ou en postulant simplement que le réel est.. Le Monde. Rosset ne parle que du réel." 1 Il constate que le philosophe aime la provocation et ce. . Celui-ci s'entête à soutenir que le réel est simplement là. que certains philosophes ont tenté de nous faire oublier le réel à travers des frénésies métaphysiques. par sa persistance à fuir les illusions et à soutenir que le réel est cruel.. et cela constituera la deuxième partie de notre revue de la littérature. p. Clément Rosset soutiendrait qu'il " .et surtout. Paris. Ces objections sont relativement peu nombreuses et présentées très succinctement. Le Monde. L'âme souffre de la gratuité des choses. tel quel. sans recours. Sollers. bien entendu. Mais Rosset persiste et Roger Pol Droit le souligne: "Le réel serait toujours plus que nous n'en pouvons supporter. silencieux. dans certains ouvrages et dans des entrevues. qui plus est du malheur.. De plus. p. L'auteur croit. "Les pensées minimales de Clément Rosset". Ceux-ci relatent les thèmes chers au philosophe soit le réel et le goût de nounir son antipode: l'illusion. Mis à part un compte-rendu d'un café philosophique publié sur Internet.inéel! Croyances que rejette Rosset. Droit. Paris."Eloge de l'allégresse".2 Selon Philippe Sollers. Rosset R.. précise sa pensée et répond très brièvement à ses détracteurs. la littérature sur Rosset est peu abondante mais elle permet néanmoins d'esquisser les contours d'une problématique. En somme.2 soulèvent. P. affreux. sans dehors. n'y a qu'un problème philosophique vraiment sérieux: c'est le réel. tout comme Rosset. 14 octobre 1988..unique. banal. Sa cruauté est d'être.. sans intention . 6 mars 1992.

6 8 Ibid 4 5 . . Paris. Critique.. 19 février 2004.. Phillipe Sollers précise que la fonnule de Pannénide (ce qui est est. préférence accordée à ce qui n'existe pas plutôt qu'à ce qui existe. le fait tournoyer. 1991.. cil. Maggiori.3 dénonce notre inaptitude au réel et notre goût quasi inné pour la complication. .. "Double idiot". sans s'opposer. pour démontrer toute son insignifiance car" . la pierre de touche de la reconnaissance du réel. divergeant en cela du déni face au réel. lui donne de la profondeur.ill'enchante. qui est à la base des Principes de sagesse et de folié constitue" . une histoire .. fort pénible pour l'affectivité. qui se passe de justification.... les illusions.6 Il n'y a pas d'incomplétude dans le réel. loc. ce qui n'existe pas. Certains philosophes s'enorgueillissent de leur savoir et jubilent à l'idée d'enseigner ce qui est bon. un ailleurs pour nous réfugier... Cette joie. Paris. Il soutient que le philosophe a raison de s'étonner devant notre prédisposition à ne pas vouloir savoir. ce qui devrait exister. une direction. un sens. n'existe pas). constate qu'il n'y a pas de "manque" dans ce qu'offre l'existence: le présent est un don constamment renouvelé.7 Ce constat.4 Il estime lui aussi que bien des philosophes privilégient l'illusion au détriment du réel. 7 R. Libération.8 La Ibid. coll. Le journaliste mentionne que le réel de Rosset permet une expérience particulière qui est celle de l'allégresse. Elle incarne l'être-là. sans revendiquer.122 p. serait la source d'où puisent certains pour se conforter dans les chimères. à une " . Sollers. Éditions de Minuit.. ce qui ne devrait pas... 6 P. Phillipe Sollers croit qu'ils passent à côté de l'essentiel soit la question du présent et de ce qui existe vraiment... tout ce qui existe peut être suffisanunent expliqué par le hasard et que lui accorder une signification est tout à fait illusoire.. Robert Maggiori abonde dans le sens des précédents auteurs et constate que Rosset parle du réel pour le rendre à lui-même. p. L'homme ne se contente point du réel: " .

qu'en fait. son aptitude à résister aux forts nombreuses raisons de sombrer dans le misérabilisme.. nous y renvoie sans cesse. Selon les participants du café philosophique. Car le vieil hidalgo.4 création d'un double du réel nous permet d'échapper à l'insupportable."ll Nous croyons déceler une certaine déception dans cette affirmation. Rosset ne nie jamais qu'une . n'a rien d'un fou. les intervenants croient que Rosset se montre autant psychologue que philosophe en affirmant notre incapacité à accepter le réel : "La tendance générale est à la dénégation et à la recherche d'une duplication du réel. seule la tautologie peut rendre compte du réel sans le trahir: "A est A et tout est dit..."IO Il n'y aurait ni folie. contrairement à la croyance populaire. un petit coefficient d'irréalité sans incidence grave. La dénégation du réel se confond bien avec l'illusoire mais pas avec l'imaginaire. Les intervenants constatent eux aussi que Rosset a consacré une grande partie de ses ouvrages à redire toute l'unicité du réel. saurait très bien distinguer lorsqu'il est dans le rêve et lorsqu'il est dans le réel. Il est vain de creuser pour arracher au réel un secret qu'il ne divulguera pas. Selon Maggiori. Rosset lui.. Il y aurait tout au plus " . selon le philosophe. un "art maîtrisé de la désillusion".. selon Rosset. ni illusion lorsque l'on se sait dans l'imaginaire...9 Le double apparaîtra ainsi beaucoup plus supportable que la réalité.. à la cruauté du réel. Rosset réussit bien à démontrer que l'imaginaire n'a rien à voir avec l'illusion en citant l'exemple de Don Quichotte qui. En ce qui a trait au réel par exemple. peut aisément entraîner le pessimisme mais également aviver l'amour de l'existence par sa lucidité. Il traite sommairement des thèses de Clément Rosset. puisqu'il se donne pour tel et se laisse effacer à la première remontrance en provenance du réel. Le dernier texte est un compte-rendu d'un café philosophique publié sur Internet. Le journaliste précise que la vision de Rosset. D'ailleurs.

philosophie et philosophes. proviennent d'un livre écrit par le philosophe lui­ même. sauf en un cas précis. Il importe de souligner que les principales critiques adressées à Clément Rosset que nous avons trouvées. Histoire de la pensée. de tenir à ce propos le même discours.au sens grec de singularité. 330 p. Paradoxe. Voir Le démon de la tautologie suivi de cinq petites pièces morales. Toujours face au réel. nous y reviendrons plus loin dans les réponses de Rosset à ses détracteurs. PUF. Paris... Rosset ne précisant point. Quadrige.. unique.436. p. Tome 3. faisant ici référence à une oeuvre de Rosset en particulier. 1997. Dumas. Rosset répète constanunent que le réel est simple. nous y reviendrons dans les objections formulées contre Rosset. éd. coll. pensée que les intervenants ont peine à comprendre. On lui reproche de donner une explication intellectuellement creuse du réel. Paris. 2004 (4e édition). particulier. inaptitude à la duplication. mais n'est-ce pas une impasse théorique que de constater sans cesse l'idiotie du réel . L 'anti-nature. Le hasard serait une notion importante chez Rosset selon ces débatteurs. 12 13 .89 p. Nous indiquerons les autres sources le cas échéant. certains auraient observé que l'auteur ne définit pas le sens précis qu'il prête à ce mot.5 telle déception peut s'ensuivre. Éditions de Minuit. coll. La première se rapporte à la fonnule du réel qu'il emploie. les auteurs de ces remarques.'3 Mentionnons qu'elles sont parfois brèves et peu étayées.14 Les participants d'un café Paris.-L. Le livre de poche. /2 Le philosophe développera en effet dans cet ouvrage une pensée dite artificialiste. 14 J. Deux objections majeures sont formulées à l'endroit du philosophe. ce qui fait dire à certains dont Jean-Louis Dumas: " . à la répétition?.

l'homme est un être de langage. me fait penser à la démarche des mystiques qui cherchent D. www. selon ses détracteurs.15 Pour eux. Ils auraient ainsi appris que les bombes qui leurs (sic) tombent sur la tête sont le fruit du hasard et que la joie de vivre dans l'instant doit les habiter. joie que pourraient également éprouver les Bagadadis (sic) si on avait eu la bonne idée de leur parachuter l'anti-nature avant les bombardements américains.. 2 avril 2004. 17 Ibid. de détachement qui conduirait inéluctablement vers une insensibilité face au malheur d'autrui : " . . désavouent complètement Rosset et affirment que l'homme. Junquas.. étant doué de raison. que serait ce regard désillusionné .. À ce titre.16 Les intervenants de ce débat. Schiffter. l'on puisse écarter les illusions. Il est visé plus particulièrement la joie et l'acceptation inconditionnelle de la vie dont se réclame Rosset.chez.htm. 15 16 .. l'homme n'obéissant pas seulement aux lois de la nature selon eux mais aussi à la loi morale... dont le compte-rendu est disponible sur Internet. . comme un balbutiement.17. F.. la joie dont parle Rosset ressemble à une forme de mysticisme. peut faire des choix. il ne peut donc s'empêcher d'interpréter ce qu'il voit. Nous en avons un bon exemple dans cet extrait d'un compte-rendu: "Mais laissons un instant Clément Rosset à sa joie.. il serait donc appelé à " . adopter une conduite régie par la moralité. Loc cil.. à un assentiment des horreurs perpétrées par les hommes. Toujours d'après ces intervenants. Le regard de la vache qui regarde passer un train?.. Elles mèneraient."Qu'est-ce que la nature?". par pure hypothèse.6 philosophique portant sur les thèses de Rosset s'interrogent quant à eux sur la nature d'un regard qui n'interprète pas le réel: "En admettant. . sa joie définie comme inexprimable. La seconde critique importante a trait à la morale ou plutôt à l'absence de référence morale dans les propos du philosophe.com/superadis/pags2520ddp/philosophie/nature.. que du regard que nous portons sur le réel.

18 Une autre critique concerne cette fois-ci la notion de hasard. nous répondrons nous-mêmes aux objections adressées à Rosset. en quoi est-il certain que le réel est vraiment cruel? Pourquoi le doute.. simple dont une analyse le mène tout droit vers la tautologie... Qui peut sérieusement affirmer que la pollution de la mer ou que le bombardement de Bagdad sont le fait du hasard?. Droit. En d'autres occaSIOns. bien sûr de ne pas trahir la pensée de celui-ci. nous dit Rosset. Il sera donc question ici du réel tel que vu par Rosset. cil. Ibid. ne peut s'empêcher de lui opposer ce grief: "Si le principe d'incertitude s'applique à toute vérité philosophique. Dans certains ouvrages du philosophe et dans certaines entrevues qu'il a accordées.. Ibid... le refus de tout moralisme chez le philosophe. en tentant.20 Que pense le philosophe de ces critiques? Qu'a-t-il à répondre? C'est ce que nous examinerons dans les lignes qui suivent. ici.. . il n'y rien que le hasard.. P. réel unique.. Les participants du café philosophique s'objectent face à cette idée: "Le hasard. loc. 18 19 . 20 R. ne peut-il avoir de prise?. bien que considérant agréable la lecture de Rosset. Rosset précisera sa pensée et répondra à ses détracteurs.19 Roger Pol Droit enfin. Nous ne pouvons non plus éviter la question morale.se souciant comme d'une guigne des problèmes du monde .7 leur voie intérieure vers une transcendance au delà de la raison et du langage. .

rédige. le réel ne renvoit qu'à lui-même... Or toute égalité requiert au moins deux termes.. Selon Rosset. par laquelle on a coutume de représenter le principe d'identité? Cette formule pose l'égalité de A et A.. op.24 21 22 23 Ibid. le réel. loge à l'enseigne de la tautologie". qui a. c'est justement la définition du réel que d'être sans définition .. op.8 1. elle exprimerait le mieux le principe d'identité qui sous-tend le réel. C.2\ Il y a néanmoins matière à réflexion et Rosset fera volontiers l'examen de cette critique..34.. qui s'inscrit dans la pensée de Bergson: " .. tr.ou du moins sans autre définition qu'une redite de son propre fait.. ce philosophe. quelles que soient par ailleurs sa complexité. Gallimard. p.. Il est en effet fort différent de dire qu'une pomme équivaut à une autre pomme et dire que cette pomme est cette pomme. p. pA8 Questions l. selon lui. la tautologie est le meilleur indicateur du réel. cité par Clément Rosset.22 Selon lui. surtout lorsqu'il s'agit du rée!.23 Présenter le réel par une égalité reviendrait à nier l'unicité du réel puisque cette équation exige deux éléments. Le démon de la tautologie. sa multiplicité et sa mouvance.. ) Elle ne présente pas A comme étant le même. Ibid. 35 24 . c'est-à-dire que A est A. la tautologie serait donc la meilleure façon de le définir: " . . comme tous ceux qui ont quelque chose à dire. cil. Un A est égal à un autre A (. Le réel selon Rosset On reproche à Clément Rosset de tenir un peu toujours le même discours. Il ne cesse d'y constater que le réel est. un seul livre.. André Préau... Rosset.. Le philosophe nous met en garde de présenter le principe d'identité par A=A et il rend justice ici à Heidegger. Il constate alors que son analyse le mène vers la tautologie: " . Nous convenons que le philosophe fait preuve de redondance tout au long de son oeuvre mais nous pourrions aussi rétorquer la phrase de Roger Pol Droit. bien perçu cette nuance: "Que dit la formule A=A.... réel et que nous n'en sortons pas. en fait. cil.

p. et ce qui n'existe pas. Évidences. Le philosophe répète constamment que le réel est simple.5ü . ni moins. Critique.26 C'est à savoir si ce qui existe existe réellement et est sans double. son double.. 27 J.. une chose autre que l'évidence: "La vérité du platonisme demeure donc bien attachée au mythe de la caverne : ce réel-ci est l'envers du monde réel. coll. 1991.. particulier. L'auteur l'affirme joliment dans Laforce majeure: "Toute croyance ne se nourrit que d'une horreur à l'égard de sa propre lucidité. ne se soutient que d'un combat incessant contre l'évidence.97.. Il se rapporte plutôt au mot de Parménide: "Ce qui existe existe. si désagréables qu'elles puissent être. demeurerait selon lui celui qui rend le mieux compte de la réalité. serait plus pauvre car on y cherche un ailleurs. Là n'est pas son propos.. Dumas. Éditions de minuit. Paris.29 25 C. ce qui n'est pas. unique. La vision de source dualiste. Rosset dira que contrairement à ce que croit son détracteur. coll. En réponse à Jean-Louis Dwnas lui reprochant que cette constatation constitue une impasse théorique 27 . mais toute la force de la tautologie réside en ceci: " . Rosset.28 Penser tout le fortuit. soit. Le réel el son double: essai sur l'illusion. nouvelle édition revue et augmentée. Le démon de la lautologie. et elles le sont souvent.25 Le philosophe ne tente pas de cerner la nature du réel dont certains argueraient qu'elle puisse être de source identitaire ou différentielle (philosophies de l'identité et philosophies de la différence).. p.. p.. Gallimard.-L. nous forcer à revenir bon gré mal gré à ces évidences. 1993. 29 C.. son ombre. celle de Platon par exemple.436 28 Paris. Ce qui est est. cil. 1983. cil. 122 p. n'existe pas .. rien n'est plus difficile à penser que l'évidence.9 Rosset ne prétend point que le discours philosophique puisse se réswner au seul discours d'inspiration tautologique. p. op. Celui-ci toutefois. A est A ni plus. Folio/Essai. Éditions de Minuit.. n'est pas.. telle est la préoccupation de Rosset.6ü 26 Ce fragment est analysé plus spécifiquement dans Principes de sagesse et de folie. Rosset.. Paris. colL Critique. op.. l'insignifiance et le dérisoire de l'existence est un savoir insoutenable.

.3l L'unicité est la structure fondamentale du réel selon Rosset. Ne pas interpréter le réel ne signifie pas qu'on lui enlève toute sa richesse. si ce regard serait" .. Rosset. en livrant son identité et en dévoilant son unicité. p. cil. ce qui la dévalorise infiniment.32 Il est intéressant de noter que les intervenants comparent le regard désillusionné à celui d'un animal. ce qui la valorise infiniment. au contraire cela permet de : " . C. fournir une sorte d'enseignement ultime sur la nature du réel. cil. c'est là toute sa richesse mais aussi la source de déception : " . le principe d'incertitude suggère que : " .. nous croyons qu'ils ne saisissent pas cette portée du discours tautologique dont Rosset se réclame. pas moins et pas plus. (l'unicité) désigne à la fois sa valeur et sa finitude: toute chose a le privilège de n'être qu'une.. op. cil.. lac. Junquas. Principes de sagesse et de folie. Éditions de Minuit. cit.5a J2 Idem..92 p. p.... op. Le réel et son double. coll. plus que la simple pierre: "L'animal se trouve dans le juste milieu: il résume tout ce qu'on peut dire de l'existence. et l'inconvénient d'être irremplaçable.... En effet. Le principe de cruauté...30. Or Rosset croit effectivement que l'animal est celui qui est le meilleur "témoin" de l'existence. p... Le démon de la tautologie. p. 1988.10 Lorsque les participants du café philosophique demandent ce que serait un regard sur le réel qui ne comporterait pas d'illusions. op. 33 Idem. 37 30 31 .. toute vérité philosophique est d'ordre essentiellement hygiénique : elle ne procure aucune certitude mais protège l'organisme mental contre l'ensemble des germes porteurs d'illusion et de folie. Paris.33 C'est dans ce dépouillement que se trouve le principe d'incertitude dont nous parle Rosset dans Le principe de cruautë4. Moins bavard que l'homme.35 Le philosophe prétend que ce principe ne permet pas de toucher à une vérité mais plutôt de s'en tenir à la moindre des D..56 34 Idem. 35 Ibid. Critique.. celui d'une vache qui regarde passer un train?..85.

Nous ne pouvons nous rattacher à rien. à camoufler la métaphysique et autres pensées du genre.. elle serait plutôt : 36 37 Ibid. il affirme dénoncer les illusions plus que de dire des vérités. il n'y a pas d'ordre. en quoi. pAO Ibid. le type de discours qu'il utilise serait: " . pas d'éternité. Toute chose. ce principe pose problème à Roger Pol Droit qui souligne que Rosset n'applique pas complètement ce dit principe à sa pensée. 36 C'est d'ailleurs la prétention de Rosset. il souligne surtout ce que cherche à nier. Rosset peut prétendre que le réel est vraiment cruel? Voyons le raisonnement de Rosset. la réflexion de Rosset n'est pas véritablement la démonstration d'une croyance. Cependant. Rosset dit que le réel est beaucoup plus pour soutenir ce qu'il n'est pas: pas de signification. pA) . que le philosophe emploie véritablement le principe d'incertitude puisqu'il dénude plus qu'il n'impose. de cause à toute chose existante. D'ailleurs. Roger Pol Droit le souligne lui-même.Il erreurs... il nettoie les chimères. C'est là que réside toute la cruauté. contrairement au journaliste.. Lorsque Rosset affirme la cruauté du réel. inoffensif et peu compromettant. Rosset le dit clairement... aussi précieuse soit-elle à nos yeux. En fait. tel est le réel. nie en fait ce même réel ou le met à l'écart. Débarrassé des illusions. Le philosophe postule que la métaphysique. Si l'on peut appliquer le principe d'incertitude à toute vérité philosophique.. minimaliste et incertain . Nos vies n'ont pas de sens. la religion. il est donc plus malaisé de trouver des disciples ou de partir en croisade avec une telle pensée. Pourquoi cela? C'est que le réel se montrerait souvent insatisfaisant voire cruel. cru il va sans dire. pas de double ou de reflet. On accepterait donc le réel mais sous certaines conditions seulement. tout ce qui cherche et soutient qu'il existe autre chose que le réel. Le philosophe dépouille. mentionne-t-il. est sans signification et est éphémère. la morale. Et tout périra un jour..37 Il ne cherche pas à convaincre. Nous pouvons donc croire.

Les premiers possèderaient selon Rosset des faux remèdes alors que les seconds: " . e.. p. coll.. depuis son premier livre La philosophie tragique 42 . cil. Le principe de cruauté. p.. En effet.3! 40 Ibid... le goût du double. ven't. plutôt que d'établissement d'une . 41 Voir Ibid. de l'illusion et Roger Pol Droit.43 Il le dira précisément lors d'un entretien : "Ce que je reproche au moralisme.40 À moins que le philosophe ne croit que Comment Rosset peut-il prétendre avoir un discours minimaliste et incertain4J et être à la fois administrateur de vérité? l'incertitude ne soit une vérité .12 " . c'est lorsqu'il affirme que sa pensée serait plus vraie : "Pensée morale et pensée tragique se partagent ainsi l'opinion des hommes. ..39 Ou encore lorsqu'il distingue deux catégories de philosophes soit les philosophes-guérisseurs et les philosophes-médecins.'.. PUF. 166 p. Le démon de la tautologie. loc. p. c'est de favoriser le goût de l'utopie. 43 Clément Rosset... 2.. La position de Clément Rosset sur la morale Le philosophe exprime et ce. en quoi et pourquoi il refuse tout moralisme. op.. cil. son aptitude à récuser comme immorale ce qu'elle ne peut admettre comme réalité dès lors que celle-ci est tragique (ou contraire à ses voeux).32. comme il l'exprime lui-même: " .. Clément Rosset. L'idée d'alors qui sera réitérée par la suite a un lien direct avec le réel et le tragique.38 Là où nous percevons une contradiction chez Rosset et c'est ce que le journaliste aurait dû selon nous souligner.disposent du véritable remède et du seul vaccin Ge veux dire l'administration de la vérité) . leur suggérant tour à tour l'idée la plus apaisante mais la plus illusoire (principe de réalité insuffisante) et l'idée la plus cruelle mais la plus vraie (principe de réalité suffisante)....62 38 39 . 1991. 41. p. op. Quadrige. cil. réduite à une fonction de nettoyage des erreurs.. ce que Rosset reproche depuis toujours à la morale c'est avant tout son refus du réel ou.. 42 Paris...

. d'ordre et de raison. C... s'il refuse tout moralisme.47 Rosset affirme qu'une telle disposition d'esprit ne signifie point une indifférence face au malheur d'autrui : elle exprime plutôt une approbation inconditio1Ulelle de l'existence. l'interlocuteur demande au philosophe au nom de quoi.. p. On lui a d'ailleurs semble-t-il souvent demandé de répliquer à ce syllogisme: "Vous approuvez ce qui existe. or le bourreau existe. C'est en quoi elle nie le tragique. que le maximum de biens possibles. PUF. compose nécessairement avec l'existence de quelque mal.44 La morale selon Rosset est une façon de " . d'arracher quelqu'un à la souffrance sous toutes ses formes. "L'avenir qu'on nous prépare". faire obstacle à l'évidence tragique et à la lucidité d'esprit.. 65. op.. . elle nie le silence et se donne pour but de conduire les êtres vers un monde plus harmonieux.46. C'est Blain..2 46 Voir Le démon de la tautologie.67. nombre de philosophes et non les moindres pourraient être également frappés d'une telle "indignité philosophique". p. quand la chose est possible. p. Lire.. . soit d'accepter la vie mais sous condition seulement. Ce à quoi le philosophe répond que. Le monde et ses remèdes. 1999 janv. pAO. On reproche également à Rosset son acceptation inconditionnelle de la vie. Il prend pour exemple Leibniz qui estime : " . . ses injustices et ses crimes... voudrait-il alors arracher un être à la souffrance ou à la mort? Clément Rosset explique: " . Paris.le fait. si ce syllogisme était pertinent. n'entraîne pas pour autant un quelconque moralisme . donc vous approuvez le bourreau. cil.45 Ce que recèle la morale pour Rosset c'est l'espoir de causalité.2000... C'est d'ailleurs ce qui indispose Rosset face à la morale. 441.. Rosset.. 2000.13 d'écarter de la sagesse qui est l'acceptation du réel tel qu'il est avec ses misères. 47 Ibid. 45 .. déc. Lors d'un entretien. que Dieu seul peut déterminer par sa connaissance des possibles et des incompossibles.

donner un sens au réel permet de voir une " . Rosset. délestée de certains caractères indésirables... Critigue. Horizons philosophiques.. et le philosophe l'exprime fort bien dans ce paradoxe de la joie : " . Éditions de Minuit. elle ne signifie pas encore de nier le tragique de la vie. vol 9.26 48 ."so Quant à lajoie éprouvée par Rosset. no 2. .. détracteurs. Il tient simplement à démontrer qu'il n'y a pas d'explication causale. Une acceptation sans réserve de l'existence implique une lucidité. printemps 1999.49 Mais elle ne permet pas une acceptation inconditionnelle. 1'idée de hasard est peut-être. n'en déplaise à mes Rosset croit que ce qui effraie ceux qui se réclament de la morale c'est tout le fortuit. aussi tragiques soient­ ils. Rosset lui. cil. la non nécessité de la vie. version édulcorée. dont ces mêmes intervenants semblent lui tenir rigueur. adoucie. coll. Les intervenants du café philosophique cités plus haut dans les critiques semblent perplexes face à la notion de hasard que défend Rosset. il ne nie pas l'acte humain. dit qu'il n'y a pas d'ordre régissant l'existence. lucidité qui ne sous-tend pas inéluctablement une sécheresse de coeur.. ce qui est somme toute une évidence. le philosophe le comprend très bien: " . p. 1977.101 49 C... . Paris. tout ce qui arrive par exemple pouvant s'expliquer par le "bien" ou le "mal" que nous faisons. ce que les intervenants semblent peu disposés à accepter et cela... p. p.65. Il faut préciser que lorsque Rosset parle de hasard. La morale prétend expliquer le malheur par un ordre.. la joie est une S. qu'il y a une impossibilité de rendre compte des événements.14 de la compassion. de toutes celles dont les hommes peuvent avoir à connaître. au contraire.. Charles. "Clément Rosset ou lajoie tragique". la plus lourde à assumer pour leur affectivité. 50 Idem. de toute pensée et de toute existence. L 'anti-nature : éléments pour une philosophie tragique" op. parce que impliquant l'insignifiance radicale de tout événement. Le réel: traité de l'idiotie.48 La souffrance d'autrui m'est intolérable. La gratuité de toute chose est étouffante.

cif. Voir R.. op. c'est son aptitude à ne pas éluder l'obstacle mais au contraire à intégrer la connaissance du pire à son exercice jubilatoire de la vie.. En effet.je considère à l'inverse que ce qui donne sa valeur à la joie. soit. il n'est rien de moins réjouissant que l'existence. qui du tragique.. la joie peut naître de ce constat. Nous voyons donc une difficulté à lier les principaux éléments de la pensée du philosophe. malS lorsqu'il y a une approbation de l'existence qui embrasse également sa dimension tragique. Laforce majeure. Elle ne Le constitue donc pas un remède ou une échappatoire possible au tragique.51 Pour Rosset. Selon Rosset. à considérer celle-ci en toute froideur et lucidité d'esprit. qui de la morale mais sans jamais avoir une vision d'ensemble de ces notions. nous croyons que l'argumentation développée autour des idées de Rosset est partielle. . mais pas illusoire. Droit. 53 51 52 53 Idem.. or.. Charles.. les auteurs s'étant attardé aux écrits de Rosset discutant qui du réel. loc.22 S. philosophe précise sa pensée lors d'un entretien: " . nous sommes à même de constater que l'analyse faite de son oeuvre se révèle être pour le moins fragmentaire. la joie est illusoire si l'on prétend que le tragique n'existe pas. Il n'y a qu'à voir par exemple le grief de Roger Pol Droit qui se demande en quoi nous pouvons être certains de la cruauté du réel tout en ignorant la dimension tragique qu'une telle question suppose. loc. p.52 Il ne selt à rien de fuir car le réel aura toujours raison. Que retenons-nous de cette revue de la littérature à propos des écrits de Clément Rosset? Premièrement. cil. p.95. cif...15 réjouissance inconditionnelle de et à propos de l'existence. Elle porte sur certains concepts seulement du philosophe. alors la joie est paradoxale. P.

L'incompréhension devant l'acceptation inconditionnelle de l'existence dont Rosset se réclame en est une bonne illustration.16 Nous percevons également une réticence face à l'immoralisme avoué de Rosset. cil. le tragique et le refus de la morale (immoralisme)? Comment s'articule son immoralisme avec le réel et le tragique? Pour Clément Rosset. Ce dernier ne représenterait au fond qu'un surcroît d'enthousiasme moral. Son refus d'user de toute forme de moralisme afin de soutenir sa pensée suscite des objections catégoriques. loc. La morale étant un refus du tragique. 54 F. moralisme et idéalisme politique sont intimement liés. Schiffter. . Les intervenants d'un café philosophique iront même jusqu'à comparer cet assentiment à une forme de mysticisme que sous-tendrait une indifférence face aux malheurs d'autrui. 54 L'opposition à la pensée de Rosset tient-elle à l'usage particulier que fait celui-ci de certains concepts ou à la difficulté de lier ces mêmes éléments soit: le réel. un combat contre le réel.

Clément Rosset.18. Ainsi. le tragique se définirait par : " . qui se retrouve à la fois dans sa vision du tragique et sa vision du réel. Clément Rosset n'est pas un philosophe de la certitude. La philosophie tragique. Paris.. Le plus tragique est. puisqu'il se révèle incapable de revendiquer une modification réelle au statut de ce qui existe (.1. l'incapacité soudaine dans laquelle on se trouve de rendre compte de la valeur du tragique et de porter un diagnostic . .). selon lui. au contraire. souffrir.. aucune affirmation.... la reconnaissance de la nécessité où est l'homme d'être toujours content.. nous ne pouvons manquer de souligner que Rosset tente tout de même de le décrire. PUF. c'est déjà être trop optimiste: c'est supposer qu'il est quelque chose que l'on désire. c'est-à-dire que ceux-ci ne peuvent être élucidés. Mais malgré cette prétention d'une incapacité à fournir une interprétation du tragique de l'existence.1.1 1 C. LE TRAGIQUE ET LA MORALE Se plaindre. LE TRAGIQUE Il est un élément important de la philosophie chez Rosset. Le regard qu'il pose sur l'existence insiste plutôt sur la joie qu'il y a à délaisser toute forme d'illusion. . Quadrige (1 ère éd. Coll. 1. Rosset. p. 1991. quelque chose dont on manque. L'anti-nature. aucun propos qui n'invitent au combat ou au prosélytisme. ) toute plainte est vaine dans son principe même car elle est inéluctablement condamnée à parler au nom de rien..

.18 C'est que pour le philosophe. Que la vie ne nous doit rien. Le tragique ne se définit pas par un contenu. notre façon d'être face au tragique. 2 F. c'est l'annihilation de toute forme de valeurs. mais il est impossible de le saisir dans un ordre. il est le surprenant par essence. Le tragique. En quoi l'est-il? Dans l'impossibilité où nous sommes de le justifier. rien qui ne puisse l'expliquer ni en rendre compte. Le non-tragique. C'est en cela qu'elle rue le tragique. pAO. C'est un échec pour l'affectivité. C'est dans cette dimension précisément que Rosset dévoile son immoralisme. Que découvre l'enfant alors? Le déplaisir. Il est des souffrances qui ne s'expliquent pas et dont on ne pourra jamais s'habituer. Que sais-je?. cette constatation que nous ne pouvons expliquer l'être et les choses.2 Voilà notre façon d'être face au tragique. Il existe bien évidemment des évènements plus tragiques que celui-ci mais chaque instant pourrait être qualifié de tragique en ce sens qu'il surgit sans que l'on puisse rendre compte du pourquoi de son avènement. le ressentir dans tout ce qu'il contient d'inattendu et d'injustifiable. c'est se vautrer dans le réconfort d'une réponse. Chirpaz. Ce qui étonne lorsque l'on se retrouve face au tragique. Il n'y a aucune justification au tragique. la douleur inexplicable. pourtant. Car le tragique constitue un mystère. Paris. Coll. de la bonté ou de tout autre rempart. Rosset compare cette stupéfaction à l'enfant à qui l'on refuse un jouet pour la première fois. Avec la morale. l'être se surprend à constater l'inanité de l'amour. Rosset rejoint en cela la pensée de François Chirpaz sur le tragique: "Une douleur impossible à endurer et que l'homme est. Nous pouvons plutôt le percevoir à travers l'impression d'être acculé au pied du mur. La morale selon lui espère justifier le monde par l'existence d'un ordre qui régit nos existences. Face au tragique. contraint d'endurer. tout s'explique. PUF. on ne peut que s'interroger sur nos propres réactions. en affirmant avoir trouvé le pourquoi des choses. 1998. voilà l'épreuve".

il conduit à une remise en question qui passe d'abord par ce que le philosophe nomme l'insurmontable..1. L'insurmontable est un élément charnière car il démontre l'inutilité de toute forme de croyance. il y a échec de la pensée. Ibid. Nous constatons pour la première fois que nous ne pouvons surmonter l'écueil qui se présente.19 1. échec soudain face à la révélation tragique. Dans les épreuves passées. de chercher d'autres issues. nous découvrions l'impasse. nous pouvions prendre un recul. Dans le tragique. elle n'est d'aucun secours. Ainsi. toute forme de force dans laquelle nous puisions jadis devient inutile dans le tragique. Cela constitue le premier palier de notre" . L'irrémédiable éradique tout cela.. 26.. op.25.1. Rosset croit que ce moment est plus grave: "Non seulement nous n'avons pu surmonter l'obstacle qui se dressait sur notre route.4 Au premier palier. un temps nous permettant de donner un sens à ce qui nous arrivait. . p.. cil. la croyance est ébranlée.. La philosophie tragique. il nous paraissait peut-être encore possible de bouger un peu. p. 3 4 C. Rosset. mais voici que nous découvrons tout à coup qu'il n'y a pas d'autre voie possible. nous nous trouvons face au tragique lorsque nous prenons conscience d'une impossibilité à vaincre un obstacle ou à trouver une solution. Les trois révélations menant au tragique Rosset croit qu'il existe trois moments menant au tragique. l'atteinte touche les tréfonds de l'être. Il nous condamne à l'immobilité. Le tragique balaie ce temps et contraint l'être à endurer passivement. le second palier tragique. Vient ensuite l'irrémédiable. La raison même ne peut venir en aide car lorsqu'il n'y a plus de sens.3 Selon Rosset. Le tragique mène à un revirement de nos valeurs morales. l'espoir est vain. on ne peut plus rien contre ce qui arrive. Ils sont la conséquence inéluctable de notre perte soudaine de repères. Inutilité puisque devant le tragique..

Il est intéressant de noter que cette notion apparaît également chez Goethe pour qui : "Tout tragique repose sur une opposition irréconciliable. L'échec premier. Circé. nous ne pouvons plus croire par la suite qu'il nous suffit de vouloir pour surmonter les épreuves. Le tragique serait dans la dissociation. p. Il subsistera toujours un doute après cet obstacle insurrnonté. Lorsque l'on fait face au tragique."s Selon Peter Szondi. Rappelons-nous un instant ce conte. obscurcira toujours les succès potentiels que nous seront appelés à vivre. Szondi. sans quoi elle devra subir les foudres de son mari. Goethe croit que le tragique trouve son fondement dans la contrainte de l'homme obligé de vouloir ce qu'il ne peut vouloir. Tr.20 Le troisième et dernier palier est celui de l'irréconciliable. remet les clés des innombrables pièces de sa demeure à sa nouvelle épouse. Bravant l'interdiction. Rosset lui inscrit plutôt cette notion dans un temps à venir. devant quitter la maison quelques temps. ou devient possible. La jeune femme peut se promener à sa guise et découvrir toutes les richesses de l'immense domaine mais elle ne doit pas se servir de la clé permettant d'accéder à la pièce interdite. Coll. Judet de la Combe et J. Penser le théâtre. le conte de Perreault illustre bien les étapes menant au tragique. Essai sur le tragique. D'ailleurs selon nous. insurmontable et irrémédiable. M. J-L Besson. la mettant bien en garde toutefois de ne pas pénétrer dans un certain cabinet. C'est-à-dire que l'irréconciliable est ce qui unit notre premier échec invaincu et tous les autres obstacles qui se mettront au travers de notre chemin. la séparation forcée d'avec le familier et l'aimé: je dois vivre ce que je refuse. Il imprégnera incessament nos tentatives de réussites futures. Gondicas. le tragique disparaît. Dès qu'une conciliation intervient. C'est dans ce scindement que Goethe voit l'opposition irréconciliable. Rosset compare cette trace indélébile au sang ineffaçable de la clé du conte Barbe-Bleue. Barbe-Bleue. elle pénètrera tout de même dans cette pièce. Pour se 5 Cité par P. Elle y voit d'abord du sang séché sur ie parquet.36 . 2003. Jourdheuil Belval. P.

sa propre mort tout à la fois éloignée et prochaine. Les trois étapes.. que Rosset résume par l'expression de chute tragique. Rosset. elles nous mènent vers Çlette connaissance impossible à assumer. On voit dans ce conte ce que Rosset nomme l'insurmontable. la jeune épouse se trouve face à un cas particulier de la mort. Le réel: traité de l'idiotie.28. comment est-il vécu dans ce conte? La jeune femme est affolée du spectacle dont elle fut témoin car elle y voit plus que ce qu'elle a brièvement aperçu. Rosset. valent pour tous les moments qui gravitent dans la sphère du tragique. Ce qu'elle y a trouvé c'est "La mort des autres et.69.. Barbe-Bleue. 7 C. " C.. constatant que son épouse lui a désobéi. La jeune épouse réussira de justesse à s'échapper mais parions qu'elle sera à jamais irréconciliable avec l'idée de la mort. ne lui dit-il pas: "Il faut bien mourir. toutes ces épreuves sont vécues dans cette progression.21 rendre compte ensuite que dans cette mare.. . op. Affolée. le premier chagrin d'amour. op. à travers elles. elle quitte le cabinet mais s'aperçoit une fois dehors que la clé est tachée de sang... La détresse d'une première solitude.. reparaît de l'autre .7 Et ce sang indélébile sur la clé lui témoigne la proximité de sa propre mort. se mirent les corps pendus des six femmes précédentes de Barbe-Bleue. lorsque épongé d'un côté. la première humiliation. cit. La clé est magique et le sang.6 Quant à l'irrémédiable."?. Elle touche à l'idée que toute vie devra se terminer ou comme le souligne Rosset: "Nous découvrons que la mort insurmontable d'un être humain condamne la vie de façon irrémédiable. La philosophie tragique. En découvrant les corps des autres femmes de Barbe-Bleue.. Elle tente alors de la nettoyer. La découverte de ce secret marque la fin de la vie heureuse et le début d'une période de désolation et de tristesse. Peine perdue. p. p. cit.

Le nécessaire et l'impossible Qu'est-ce que le tragique finalement si ce n'est l'insoluble? Ou comme l'indique Rosset: "Est tragique ce qui laisse muet de tout discours. caractère insignifiant.1. religieuse ou morale (ordre desiustifications de toute nature). Paris. futile et périssable de toute chose . C'est cette connaissance qui empoisonne toute joie à venir. par sa cruauté. 4e éd. Mais voilà que ce savoir va à l'encontre d'une telle aspiration puisqu'il nous révèle le " .. cit. nous rendant irréconciliable àjamais. Rosset.57. 10 La mort. Logique du pire: éléments pour une philosophie tragique. C'est un savoir qui.9 Pour Rosset. Parardoxe. nous sommes dans le tragique de Jankélévitch soit dans "l'alliance du nécessaire et de l'impossible"lO."g Le savoir de la mort que l'épouse de Barbe-Bleue ne peut plus ignorer est le fait de la condition humaine. op. p. Nous sommes condanmés selon lui à ne vivre que sur deux modes: soit être purement inconscient ou encore être conscient sans être par trop atteint par la "connaissance du pire".22 1. Quiconque a vécu aspire sans doute. . non pas au bonheur. l'exercice de la vie suppose ainsi une grande faculté d'inconscience. Nous savons et vivons dans la préférence de ne pas savoir. p. Éd. 2001. Coll. du moins à une certaine paix... Rosser. Paris. ou plus exactement nous possédons un savoir qu'il nous est impossible de véritablement assumer. Le tragique est donc le silence. . de Minuit. 2004. la conjonction de l'existence et la connaissance que l'on en a. recèle une douleur difficilement tolérable. Le régime des passions. 8 C.. ou exister et savoir ce que cela implique.96-103.. Coll Quadrige.36. paraît inconciliable avec l'existence. Rosset. Logique du pire.. PUF.. p. cité par C. p. ~ C. ce qui se dérobe à toute tentative d'interprétation. L'être est disposé à connaître et en même temps privé des facultés psychologiques lui permettant de prendre sur lui un tel savoir. particulièrement l'interprétation rationnelle (ordre des causes et des fins). En d'autres termes.2.69.

p. L'être sachant à l'avance ce qu'il devrait faire. Habitués que nous sommes à donner un sens à tous les aspects de notre vie. Avec cet élément. Rosset affirme plutôt que le bien et le mal sont dénués de fondement moral.1. lorsqu'un homme se conduit bassement. La philosophie tragique. Autre caractéristique du tragique: l'irresponsable Nous avons vu que le tragique se vivait dans l'étonnement. Le tragique déroute. nous entrons au coeur d'une idée morale que Rosset désavoue complètement. La morale veut expliquer l'acte par un choix a priori. ce n'est pas qu'il choisit le mal contre le bien. cit. la ruine de cette idée de liberté en affirmant l'irresponsabilité totale de l'homme en matière morale. Le désarroi éprouvé face au tragique ne peut être vécu que dans cet ébranlement. op. soit l'idée du mérité. Mais selon la réalité tragique de Rosset. Rosset. tout simplement.. Selon le philosophe. c'est que cet homme est bas. Nous avons vu d'ailleurs que Rosset définit ce qui mène au tragique par l'expression de chute tra~ique. Chute se concluant par l'idée d'irréconciliable. il est donc responsable. . entendons dans le domaine II C. le surprenant par essence. Dans la vision morale. ce que nous apprend la chute tragique c'est que les plus grands biens comme les plus grands maux ne sont pas mérités.. se trouver devant l'inexplicable ne peut que troubler. l'idée de choix est indispensable."ll Mais l'irréconciliable implique un autre élément: l'irresponsable. nous sommes en présence d'un phénomène défmitif et déterminant dans tout et pour tout le reste de notre vie.. Ils ne s'expliquent pas et ne se justifient en rien.. Le tragique démontre : " . soit l'impossibilité d'oublier le tragique. Le philosophe est formel sur ce point: " . au contraire.. il fait perdre pied.21 1.3.35. La définition du péché dans la morale chrétienne se mesure à ce choix que font les individus entre le bien et le mal.

Si un individu a la possibilité de choisir entre deux professions. il n'y a pas de préférence. ln Oeuvres. p. 1985. il repose dans l' inessentiel. Flammarion. Il est ainsi. Nietzsche voit un véritable tour de force de la théologie dans cette prétention à la responsabilité de l'homme : "Partout où l'on cherche des responsabilités. Paris. Paris. Dans la morale.. l'oeuvre. De l'inconvénient d'être né. on peut bien expliquer un individu par ses traits caractéristiques mais ces traits eux­ mêmes sont sans cause. S'il Y a choix.44. F.13 c'est généralement l'instinct de punir et de JURer qui est à Rosset n'admet donc pas le choix en ce qui concerne le monde des valeurs. Cela ne saurait être la même chose dans le monde des valeurs. 14 E. . Nietzsche. Car lorsqu'il est question de choix. c'est que l'issue apparaît fort semblable aux yeux de celui qui en dispose.12 Il rejoint en cela la philosophie de Nietzsche qui affirmait que l'on avait décrété les hommes "libres" afin de pouvoir les rendre coupables. Quarto Gallimard.24 des valeurs. Cioran. Le crépuscule des idoles suivi de Le cas Wagner Tr.. c'est qu'aucun des deux ne l'interpelle plus que l'autre. Et rien ne peut expliquer pourquoi il est ainsi. Nous sommes ici dans l'inessentiel. L'égoïsme d'une personne rend compte de celle-ci mais rien n'explique son égoïsme. dans les problèmes secondaires. H. L'être ne choisit pas la grandeur contre la bassesse. il n'a pas choisi la générosité contre la pingrerie.. C'est un donné sans raison. 1995..1330. Les deux métiers s'équivalent.. s'il considère avoir le choix entre deux domaine distincts.14 Il n'est donc pas question de choix. Albert.. ils relèvent du donné.. Cioran semble penser de même: "Le problème de la responsabilité n'aurait de sens que si on nous avait consulté avant notre naissance et que nous eussions consenti à être précisément celui que nous sommes. 12 J3 Ibid. toute action est perçue comme voulue car se trouvant à l'origine dans la conscience. L'homme qui agit généreusement le fait parce qu'il est généreux. p.li O. p. M.

une schématisation causale. sans schématisation causale. choix qui peut sans doute se comprendre en raison s'il s'agit d'un caractère noble et élevé (. elle perçoit l'être en deux temps: un premier temps celui qui est. Marcel Conche. Pour elle. soit immédiate. Il tente alors d'expliquer par une conséquence. a quelque chose de tragique parce qu'irrémédiable. La perception contraire. qui ensuite choisit d'être égoïste. Conche. ) mais qui nous plonge dans un abîme d'étonnement et d'incompréhension s'il s'agit d'un caractère bas .25 Pour le moraliste. explique bien en quoi consiste le choix moral: "L'inégalité morale d'un individu à l'autre tient au choix que chacun fait de son caractère. . la possibilité d'agir et de modifier profondément le monde étant un élément vital pour la morale. p. elle nie en cela un aspect fondamental du tragique que nous venons de souligner : ce que Rosset désigne comme le donné. La perception du moraliste est telle qu'il refuse le mur du donné. La morale exclut le tragique en faisant porter la responsabilité sur l'homme seul. 1999. que nous nous représentons ce qu'il convient de faire. ensuite celui qui veut être.46. 15 M. Elle ne peut s'offrir le spectacle du monde immédiat. Perspectives critiques. Dans toute situation donnée... on ne peut agir sur l'insaisissable... dans son Fondement de la morale. L'être n'est pas que lui-même mais aussi la cause de lui-même. l'égoïste est d'abord quelqu'un comme vous et moi. Paris. La morale opère une forme de duplication métaphysique. . la morale suppose que nous avons d'abord le choix de l'acte à poser.15 On voit ici le moraliste qui souffre devant le vide explicatif. Lefondement de la morale. elle ne consent à voir que si elle peut détenir quelque chose en représentation ou en acte. cette incompréhension.. le mal injustifiable. 2e éd. Cependant.. PUF. il est plus réconfortant de croire en la responsabilité de l'être. Le drame moral se trouve dans cette impossession.

c'est­ à-dire qu'il ne se fonde pas sur un ordre et ne s'explique guère par la raison.1. 2000. il y a nécessité non dans le sens généralement compris d'un destin. nous refusons toute forme de donné.. nous refusons les choses pour ce qu'elles sont. Le nécessaire du penseur tragique est dans le présent: percevoir qu'à chaque moment qui passe. soit que l'évènement se donne d'emblée mais ne permet pas une interprétation. Le destin équivaut plutôt chez Rosset à l'inexorable présence de ce qui est. Chaque moment est sans but et sans finalité. c'est-à-dire qu'il advient ceci ou cela "parce que").. le dormé échappe à cette possibilité d'analyse. Alors que tout ordre puise dans un système causal lui garantissant une fin explicative. Le monde et ses remèdes. il ne trouve pas d'écho dans une suite. c'est le hasard de toute chose ou 16 C. tout ce qui advient ne peut se rapporter d'aucune cause ou système d'ordre quelconque.l'être en tant qu'il est. . Ce n'est pas dans l'inéluctabilité du "devoir être" mais dans "ce qui est" que réside la nécessité. nous serons confrontés à cela et à rien d'autre. Selon Rosset. Et ce qui est donné. d'une finalité ou d'une explication causale (la nécessité étant alors perçue de façon interprétative. Chaque instant relève de ce donné.16 Selon Rosset. PUF. auquel cas nous devrions parler d'une raison et d'un but de l'être et des choses. Nous pouvons certes réfléchir après coup face à ce donné mais la contingence de ce qui a eu lieu n'en sera pas éradiquée pour autant. . Lorsque nous considérons l'existence par le truchement du "devoir être". Paris. Le donné est lié au tragique par son irréductibilité.4.2() 1. Le présent vécu comme nécessaire parce qu'il existe et non ce qui existe vécu comme nécessaire.. " . Le donné est nécessaire mais sans nécessité. La nécessité dont parle Rosset s'apparente plutôt au simple fait de l'existence des choses. Rosset. Il ne s'agit pas d'une forme de déterminisme.8. Le donné: élément essentiel du tragique Le fondement de la morale selon Rosset se situe dans l'incapacité où elle se trouve à accepter le donné.". p.

à toute fin et à toute liberté.14. L'étonnement philosophique de Schopenhauer réside dans cette illusion de nécessité. de la présence d'une pierre à la naissance d'un amour. " 18 Les deux philosophes croient en fait qu'il nous est possible de décrire des phénomènes.."I7 Il y a bien possibilité d'une certaine saisie de l'être. pA? . sans jamais toutefois pouvoir expliquer leur raison. Certes. Il n'y a que la seule nécessité de ce qui existe. tout devient fortuit. sans plus. en énumérer les causes.27 évènement existant. Et tout est sans but. Et tout est nécessaire du simple fait de sa présence. nous nous trouvons donc dans l'inattendu et le surprenant. toute existence se trouve reléguée dans le hasard . imprévisible. nous pouvons orienter les choses vers une certaine fin. c'est la 17 18 Ibid. Nous percevons bien évidemment l'influence schopenhaurienne d'une telle vision. non lié à un déterminisme antérieur qui lui assignerait un ordre ou un système. Paris. né du hasard. Rosset. Tout comme Rosset.. C. Coll. Perspectives critiques. il n'y a que le donné: ·'Mais ce qui se dérobe là à ïinvestigation. 2001. La mort d'un amour ou la disparition de la pierre constituent leur propre fin. Rosset croit donc que le donné est: " .. mais on le percevra alors seulement comme un évènement sans origine. Schopenhauer ne nie pas la présence de la causalité.. Dans une telle perspective.. Écrits sur Schopenhauer. mais rien ne viendra lever le voile sur l'éventuelle finalité du monde et des choses. l'ensemble des manifestations existantes. ce qu'il perçoit plutôt c'est toute la contingence de celle-ci: "Contingence signifie donc absence de «cause» à la causalité: cette dernière englobant chez Schopenhauer. ce qui est étranger à toute cause. Le philosophe affirme que dès lors. PUF. p.

1. Burdeau. En effet. Car elle permet selon lui d'entrevoir l'être et le monde. il importe de souligner que le tragique de Rosset diffère en certains points du pessimisme de Schopenhauer.le monde et les hommes ne sont nécessaires que dans la mesure où ils sont donnés. et corr.74. ils se donnent sans raison ni justification. Le pessimiste. maigre et précaire nécessité.. c'est ce qui essentiellement n'est pas représentation ou objet de connaissance . c'est un degré zéro soit.. il appert pour Schopenhauer et pOlIT Rosset également. R.. par son aveu d'absurdité. elle-même incapable de volition. Schopenhauer passe du chaos à une systématisation du monde. . Tr. p. Rosset. Le monde comme volonté et représentation. qui affirme l'absurdité d'un monde régit par la nécessité sans cause. Paris. irréductibles à toute véritable causalité.. éd. PUF... Or. Il n'y a qu'à penser à la volonté chez Schopenhauer qui. bien entendu. 1. est un échec au hasard selon Rosset..5. . p. qui permet d'accéder à un ordonnancement. mènera son auteur au pessimisme.2R chose en soi. ni finalité puisque nous n'oublions pas que " . rév. à aucun moment 19 ~ar A. nouv. Schopenhauer. confère un certain sens au monde. Roos. Avec la volonté. se répétant aveuglément. Toutefois. nous nous persuadons parfois que l'existence même est nécessaire. elle devient un principe auquel on peut recourir pour schématiser et ce. A. oC. il est en autrement pour Rosset. La volonté crée une distance. même si Schopenhauer ne lui confère ni cause. même si elle reste sans cause ni but. Le tragique et le pessimisme L'une des différences entre le tragique et le pessimisme a trait au regard posé sur le monde. mais un point de départ tout de même. op. si la philosophie schopenhaurienne. . suffit à elle seule à créer un certain ordre. L'idée de volonté. que " ..2û L'être et le monde sont là. Écrits sur Schopenhauer. 1966. cil. [65. et nous verrons bientôt pourquoi. monde qu'il considère hautement insatisfaisant.19 Parce que nous existons nécessairement.

elle ouvre la voie à une forme d'interprétation. cela ne peut être que dans un monde d'abord constitué. Même s'il croit au hasard.. .22 L'homme tragique de Rosset n'éprouve pas cette détresse. ne prétend pas à une vision du monde possible. le bonheur est directement lié à nos désirs. à nos jouissances et la souffrance provient de l'impossibilité où nous nous trouvons à assouvir nos désirs: "Aussi toute joie vive est 21 22 Ibid. Ce qui trouble le plus le pessimiste.. p. Ibid. Affirmer l'absurdité du monde. L'absurdité selon le pessimiste provient de cette constatation d'un monde doté d'une constitution structurée. Cette notion s'inscrit toutefois dans un cheminement. lui. le pessimiste se trouve plus à être un affirmateur de l'insensé. le pessimiste se désole et angoisse face à ce monde qui ne peut se justifier en lui-même. Voilà la cause de l'insatisfaction. Il est plutôt dans la joie.29 Schopenhauer ne prétend expliquer quoi que ce soit par la notion de Vouloir. Le tragique de l'existence réside justement dans l'impossibilité d'en rendre compte. le pessimiste en déduira le non-sens et l'absurde alors que l'homme tragique n'y voit que de l'insignifiance. p.. De la nécessité sans nécessité. c'est prétendre qu'il ne "devrait pas être" ainsi..102. Le pessimisme schopenhaurien au contraire. si l'on peut entrevoir quelque raison à cette inutilité même. Il y a nécessité de l'existence mais elle-même ne peut se réclamer d'une quelconque nécessité. L'homme tragique..21. seule force nous permettant selon lui de vivre pleinement le tragique.124. Alors que l'homme tragique ne peut admettre cette prétention d'illogisme dans un monde qu'il voit sans ordre et sans raison. c'est d'abord cette absence de raison: "D'être vains et inutiles n'est rien. Car si Schopenhauer ne nierait pas que la volonté puisse naître "par hasard".. n'admet pas l'existence d'une telle joie. avec un fonctionnement appellant à produire des résultats mais d'où sont absentes toute raison et toute finalité. Pour lui.

Schopenhauer. 26 F. ln Corsica. p. A. Pour Rosset. 10/18. Et c'est une prétention hautement morale que Rosset écorche allègrement.. «Raphaël Enthoven donne carte blanche à Clément Rosset». une fonnule d'approbation suprême née de l'abondance. coll. une illusion. juin 2005. 24 Rosset n'esquive pas cette douleur.. à tous les problèmes.) tout notre bonheur ne nous est donné que pour un temps. donc perpétuellement en état de souffrance: "(. Ecce homo.. no 69..26 La joie pour Rosset provient de l'acceptation de l' impossibilité à réellement "penser" l'être. Vialatte. tout cela peut être la source d'un profond désespoir que le philosophe comprend bien. 23 24 . un oui sans réserve qu'on dit à tout. 1997.. il reconnaît l'insignifiance de l'existence.. L'imparable insaisissabilité du temps.30 une erreur.25 L'acceptation doit être inconditionnelle pour Rosset. Le monde comme volonté et représentation. Mais il affinne du même souffle qu'il existe une autre voie possible qui n'est ni une fuite. Pour Schopenhauer.23 Satisfaction impossible car nous ne faisons que passer d'un désir à un autre.49. Union générale d'éditions. p. A. parce que la jouissance du désir satisfait n'est pas de longue durée (. elle rejoint en cela la vision dionysiaque de l'existence selon Nietzsche qui est: " . 25 R.... ni un remède: celle de la joie. et peut par conséquent nous être ravi tout à l'heure. Elle est dans la renonciation à toute saisissabilité intellectuelle de l'existence. à la faute même.... p. cit. nous sommes constamment en état de manque.78. à toutes les étrangetés de la vie. cette joie n'est pas qu'un bon moment ou un bonheur passager mais bien un mécanisme approbateur : " . Tr..p.. Enthoven. de toutes les existences.. Nietzsche.. C'est exactement ce qui fait défaut à tous ceux qui prétendent que le monde ne peut être ainsi. à la souffrance.128 Ibid. et comme par hasard. Une allégresse dans la lucidité.. 393. Paris. l'inexorable exigence d'être soi et rien d'autre. une prise en charge et une acceptation globales du réel dans sa dimension tragique. ) la souffrance est le fond de toute vie. op..

.. .. par exemple. Pour Rosset. nous nous rendons compte du néant rapidement atteint. Tout comme Nietzsche. Alors que le philosophe allemand croit que l'homme moral éprouve du ressentiment face à toute forme de supériorité. d'étouffement devant le mur de l'être. Rosset. cil. 1. Plus nous tentons de creuser afin de percer le sens des choses et plus nous n'atteignons que le vide. . Rosset pense plutôt que celui-ci éprouve un : " . Le silence Selon Rosset. l'homme moral est angoissé face au silence qui gît dans le pur donné : "Il y a.. op. !7 28 C.28 Le silence est l'unique réponse véritable que nous offre le réel. Il essaie de le rendre intelligible par le rempart d'un ordre et d'une raison. Mais l'homme moral s'insurge contre ce mutisme..2. devant un donné qui se donne de manière brute.27 C'est un ressentiment face à l'existence en tant que telle. sans raison. ressentiment généralisé et indifférencié. l'homme moral est incapable d'assumer le tragique de l'existence. Il ne peut accepter un monde qui se donne mais ne se saisit pas.1. Le monde et ses remèdes. Ibid. Si nous tentons. ne nous parle pas. un monde sans cause ni fin et qui est pourtant nécessaire par sa seule présence. un sentiment d'asphyxie. pA3.. un refus et une fuite face au donné. préalablement à toute attitude morale. C'est donc l'existence en général que rejette j'homme moral. non pas certains irritants de la vie mais l'existence même.2. soit d'être là.. LA MORALE L'immoralisme de Rosset s'apparente à la pensée nietzschéenne. sans aucune raison d'être . Rosset croit que l'homme moral éprouve du ressentiment. Mais là où leur pensée diffère c'est dans l'étendue de ce sentiment. .... dans l'intuition du donné.31 1. Le monde pris tel quel. de cerner la signification d'une chose ou d'un être sans le secours d'aucune référence extérieure ou sans avoir recours au langage. pA6.

. nous offre un bel exemple: "Nous croyons nous-mêmes au bien. Ce qui revient en réalité à s'interroger si elle est supportable ou pas. Alberoni. au mieux. Paris... ) La morale ne peut être pure 2~ E.. p. Mais au-delà du sens recherché gît une douleur originelle. bien sûr. nous en rêvons. 1996. Là s'arrêtent les problèmes et commencent les résolutions. p. Girard. . La morale. on ne peut manquer de souligner qu'il y a bel et bien une douleur dans le ressentiment.. telle est la source de la morale selon Rosset.296. mais sous condition. douleur que Cioran avait bien saisi : "Certains se demandent encore si la vie a un sens ou non. nous y aspirons. Le sociologue Francesco Alberoni résume cette idée dans son essai sur la morale: "Les êtres vivants ont mérité leur vie (. cit.2. P. 30 F. ) Ils n'ont rien reçu de façon purement gratuite. tout étant toujours subordonné à une capacité. Incapable de supporter le tragique. Dans cette optique. C'est dans la déréliction que l'on cherche un sens à notre vie. à un effort.3o On choisit notre façon d'être d'abord. on n'affronte le monde que sous les auspices dictées par ce qui "devrait être". tout ce qui vient à naître devient susceptible d'être revu et corrigé: il est un monde meilleur et nous devons le construire. op. Le moraliste prétendra plutôt à une liberté et une responsabilité de l'être. . Le courage moral est donc l'antithèse du courage tragique qui lui se trouve dans l'acceptation du monde tel qu'il s'offre à nous..167.. Alberoni toujours. Qui prétend avoir rencontré Dieu dans un moment de pur bonheur? Se découvre-t-on un engouement pour toute forme de spiritualité dans une joie extatique? Non. L'homme moral se révèle incapable d'accepter la tristesse et le désespoir que lui inspire l'existence car. Tr.29 La morale résout le problème en ne prenant la vie que sous condition.2.32 1. M. L'insurmontable tristesse Le refus du monde et des êtres tels qu'ils sont. l'homme moral veut subordonner la vie à une interprétation. il veut lui conférer un sens... à un mérite.. Plon. nous le recherchons (. Cioran. Des larmes et des saints ln Oeuvres. Viendra ensuite la punition ou la récompense .

Et si rien ne peut expliquer ce qui arrive... commence par reconnaître l'existence du mal.. Devant l'existence.. cela n'aurait pas dû avoir lieu.58.. c'est ce qu'elle nous promet au lieu que d'affronter la déception. . p. nostalgie ou bienveillance. op. Celui ou celle qui sera plongé dans le tragique cherchera toujours en premier lieu le "pourquoi" car la morale nous enseigne qu'il n'arrive rien sans raison. La volonté morale prend source dans cette croyance que. pure aspiration. de conditions. La maladie. le désespoir. par exemple.. Conche.66 et 164. lorsqu'il arrive une chose désagréable. Le fondement de la morale. c'est-à-dire la création d'un bien imaginaire. elle doit devenir construction active.. la morale réclame un dû selon le mérite. ) elle comporte la reconnaissance d'un droit et d'un devoir de supprimer le mal et le désordre liés à des situations inhumaines. Marcel Conche nous l'explique clairement: "La morale. on peut donc le modifier. alors ce doit être une erreur du destin. la doublant d'une croyance en une méprise providentielle. cit. le reste doit être changé. amélioration du monde. l'horreur sont tous perçus par la morale conune des maux injustifiables et inunérités.:'1 intériorité.. Maigre soulagement qui attise plutôt la souffrance. . Rousseau par exemple. On entretient ainsi l'espoir du mieux car si cela ne devrait pas être. telle est la consolation proposée par la morale. L'idée du mieux suppose qu'il y a un idéal disparu ou un idéal à conquérir. p. ne peut qu'imaginer la perfecribilité de l"homme et ce. M. . Malheureusement. en effet.31 L'homme moral affirme qu'il y a une souffrance et que celle-ci ne doit pas exister.32 C'est la promesse d'un bien possible à atteindre. pur élan. Rosset affirme que la douleur provient de cette promesse morale. de situations indignes (. en se 31 32 Ibid. l'existence. voire tragique. On n'accepte que ce qui est moralement acceptable. la déroute de l'homme face au tragique ne s'en trouvera que plus grande car nous découvrons tôt ou tard qu'il n'y a rien qui ne fut véritablement promIS.

il suffit d'avoir le courage de le chercher. ils sont marqués par le sceau du hasard. 35 C. Rosset ne me pas que l'homme pUisse agir et amsl apporter une certaine modification à ce qui existe.33 Le bonheur est tout près. «Le mythe du bon sauvage» ln La croyance. du hasard ajouté à du hasard. ressusciter ces qualités de transparence. Mais le hasard réside dans cette modification même. impossible de cerner l'être humain autrement que par des regards qui somme toute ne nous renseignent en rien . Le hasard Nous avons vu qu'en amont de la morale se trouve une tristesse infinie. Car ce qu'il y a de tragique dans l'existence c'est justement notre incapacité à pouvoir rendre compte de quoi que ce soit.. La philosophie tragique. Il nous est " . pA3.34 basant sur des vertus idéales préexistantes : "La société imaginée dans le Contrat social ou l'individu projeté dans l'Émile. Le monde et ses remèdes.. Bourdin et al. c'est l'idée même de justification qui est morale. C'est qu'il y a une douleur à être submergé par l'inanité du monde....34 C'est dans la négation du hasard et dans la recherche d'une raison des choses que se construit la morale.154.. toute entrave trouvera toujours son explication car la morale ne peut admettre le hasard ni le silence. d'honnêteté et d'indépendance dont jouissaient les hommes dans l'état de nature.. 1. 33 . op.). Logique du pire.. Le moraliste voit le bonheur tel un dû.. Rosset... 2003..35 Les évènements de nos vies sont tout à la fois inattendus et injustifiables. lorsque l'homme agit ce n'est que " .140-141..2. 34 C. Rosset est formel sur ce point: " .. Bréal.36 B.. p.32. cit. il fut et il sera. ainsi la "nature" de ce qui existe n'est en soi pas modifiée ou comme le souligne le philosophe. p.... op.. par une révolution politique et pédagogique. Rosset. D.. doivent tous deux. conquis par l'abîme de connaître l'inéluctabilité de la mort de tout ce que nous aimons. . (sous dir. p. cit. Rosset.. Elle réfute le tragique et lui oppose l'idée d'ordre et de raison. op. 36 C. cit. Paris. et tout ce qui contrevient à celui-ci. Waannebroucq.3. Et les sanglots et lamentations n'obtiennent qu'une réponse: le silence.

La perte suppose qu'il y a quelque chose de repérable alors que la perdition réfute l'existence de toute référence.. dans le tragique..72. la possibilité d'ordre..38 Peut-être commence-t-on à percevoir tout l'immoralisme que cela implique? La morale nous dit que même perdu. Fragilité inhérente au hasard qui le constitue sans cesse . Toutes ces généralités ne sont pas contredites.35. on parle de perdition. de simplicité et d'innocence. toute chose devient insignifiante. L'anti-nature. Ce qui crée un effroyable paradoxe pour l'homme. hasard qui se qualifie surtout par un ensemble d'exclusives. La morale elle. mais dont l'apparence ne puisse être occultée par rien. Ce que le penseur tragique n'admet point.. impossible à mesurer. p. n'offre aucun abri. il est là.3? Le penseur tragique voit plutôt le hasard dans toute chose. 38 . cil. Lefondement de la morale. p. Quoi de plus tragique en effet que cet être 37 M. p. Elle nous rassure en nous apprenant que nous pouvons nous perdre. Conche. Car le monde du penseur tragique est un monde " .ininterprétable.39 Étant orpheline de référentiel. Le hasard lui. . aucune bouée. il y aura toujours un repère. nous trouver face à l'inconnu. 39 C.72. cit. il existe un port. Dans la morale. Rosset ne me pas la causalité. même inatteignable. c'est l'existence d'une loi transcendante qui remplacerait le hasard pour définir l'avènement de ces généralités.35 On le voit. . introduire l'existence dans un système quelconque est un acte qui éradique le sel de l'être..... cil. c'est-à-dire qu'il exclut l'idée d'un monde ordonné ou même désordonné. Rosset. un fondement. op. Le hasard aux yeux du penseur tragique serait donc : " . on ne part d'aucun point. il n'y a rien de fixé.. le hasard détruit toute possibilité d'ordre ou de système. les évènements. C. Rosset. On ne peut prévoir le hasard. on ne sait où l'on va. Pour le philosophe tragique. op. op. des certitudes : "Nous voulons donc une vérité qui non seulement apparaisse. on parle de perte. étouffe devant cette impossibilité de référentiels. que caractérisent principalement des vertus de fragilité... Il lui faut des repères. Logique du pire. l'acte humain... un X antérieur à toute idée d'ordre et de désordre.

dans l'état de nature..2. 40 41 Ibid.. à châtier les coupables. à rendre le bien pour le bien. tendances naturelles. Ibid. une Comme si la culture institutionnelle précédait réfërence leur permettant d'en juger. Mensonge moral et contrat social Selon Rosset. p.... Pour Rosset. Locke et Rousseau tendent à confondre cause et conséquence. les hommes dans l'état de nature pouvaient mesurer les bienfaits du contrat social sans exemples antérieurs? De plus. certains philosophes moralistes prêtent aux hommes des qualités innées qui ne sont que le reflet de leur besoin de certitude en matière morale. c'est­ à-dire que des effets résultant des institutions sociales.40 que l'on retrouve chez Locke et Rousseau représentent aux yeux de Rosset un contresens et un mensonge moral. Comment. Ainsi.215. une raison qui précéderaient toute forme d'institution. . à travers la raison ou le bon sens.208. que les hommes savent naturellement ce qui est acceptable ou non. il s'agit là d'un sophisme hautement moral puisqu'il est supposé que les hommes possèdent un "bon sens". à passer contrat avec ses semblables en vue d'une constitution politique .. Qu'ils possèdent à l'avance un point d'appui. '' . les prétendues " . . sans possibilité de l'évaluer? Rosset note que ce constat est par trop offensant pour la morale. . l'homme est d~jà tout ce qu'il sera dans la société à venir : apte à raisonner correctement.''''\ Cela constitue une erreur à la fois logique et chronologique pour Rosset. une telle vision implique la possibilité d'un jugement moral. Ainsi chez Locke.. Il s'opère ce que Rosset nomme la rétroactivité du contrat social. qui préfère se targuer de posséder un savoir vrai et des valeurs absolues.. 1. dues à une essence de l'homme préexistant à toute institutions sociale.10 capable de mesurer et d'ordonner et qui se trouve sans référent face à l'existence. en effet. p. Car il est supposé. C'est qu'à travers le mythe du contrat social. on affirme une nature humaine disposant a priori d'un tel savoir et s'unissant dans ce but.4.

La vision de Rosset concernant le contrat social est tout autre et s'apparente beaucoup plus à l'analyse qu'il fait de la pensée hobbesienne. absence de nécessité naturelle .37 la nature. Rosset y voit là un mensonge moral qui est de " .2ü9.97. L'anti-nature. cit. qui prennent acte de ce qui est.. op.42 Pour Rosset. . C... L'être tel que nous le percevons aujourd'hui est le fait de la société et penser à ce qu'il fut avant équivaut à penser au vide... Hobbes. en réalité. Rosset. toujours donner comme cause ce qui n'est.2Ül. cit.. il n'existe pas une nature préalable de l'homme avant l'avènement des institutions. Rousseau prône ce qui doit 42 43 44 C.44 Pour Hobbes tout comme pour Rosset. qu'une conséquence d'une visée fondamentale dictée par un instinct premier.. Tout serait donc hasard chez Hobbes. ) il apparaît bientôt que cela n'arrive que par accident.. l'homme prend tout son sens lors du contrat social. p. Il y a donc absence d'un impératif intrinsèque chez l'homme à faire le bien et à s'unir pour tel. Car l'état de nature chez Hobbes.2.. qu'il nomme "état de guerre". T. cité par C. op. cit. p. Ainsi. . p. et non pas par une disposition nécessaire de la nature.. C'est que Rosset voit dans le Léviathan une " . s'il peut y avoir un contrat social entre les hommes... Cette analyse de la pensée rousseauiste et hobbesienne par Rosset rejoint parfaitement la pensée de Anne-Marie Godard: À l'opposé de ses prédécesseurs comme Hobbes et Grotius. n'est autre qu'une forme de hasard absolu qui sera transformé en hasard contrôlé par le contrat social. op... La philosophie tragique. De cive. Locke et Rousseau veulent croire en la bonté fondamentale des hommes. ils s'emploient donc à démontrer que ceux-ci possèdent une nature leur dictant de s'unir pour leur bien.. Rosset. . 1.. celui-ci ne fut rien d'autre que fortuit: "Si l'on considère de plus près les causes pour lesquelles les hommes s'assemblent (. que la chose soit le produit de la nature ou bien une création de l'homme puisqu'il n'est aucune "nécessité naturelle" ou métaphysique à toute forme de production. Rosset. béance que tentent de combler les philosophes moralistes en s'évertuant à trouver un fondement et une essence à l'être et aux choses.43 pour toute chose existante.. L'anti-nature.

Selon eux. c'est toute l'importance et la force de la représentation dans le politique. Rosset en veut pour preuve certaines critiques à l'égard du pouvoir. «Jean-Jacques Rousseau..211.5. refus du tragique donc. la nécessité (. 1. 45 Le refus du monde tel qu'il est.248. Réflexion sur le pouvoir Un élément majeur que semblent oublier le moraliste et l'humaniste dans leur quête de certitude. op. représente bien la transcendance sous-jacente au projet de l'homme moral.2. une "volonté générale".. qu'elles soient dites naturelles (provenant de la nature) ou artificielles (produites par l'homme). ) Il propose une vision idéaliste de la société civile qui permettrait à la force immanente de la morale de constituer le lien nécessaire au vivre ensemble.38 être: la politique comme accomplissement de l'être et non la politique au service des intérêts. p. ce qu'il déplore plutôt. Autrement dit: "Ce qui s'impose à l'homme . soit le devoir-être qui a toujours préséance sur l'être. CIL. Godard. toute autre forme de Or. (.. .cil. ~p.à tous les niveaux . se sont réjouis d'avoir trouvé un fondement et une légitimité au pouvoir par le biais de la volonté générale.. Voilà peut-être la raison pour laquelle certains penseurs moralistes ont peine à admettre qu'il n'existe point un dessein. la religion civile et la sainteté du contrat» ln La croyance. ..ne s'impose pas sous les auspices de la nécessité mais sous celles de l'arbitraire. l'essence même du pouvoir. . toute 45 A-M. pouvoir serait arbitraire. ) ne sera jamais que du hasard imposé. Rosset. Notons au passage que le philosophe ne s'emploie guère à défendre le pouvoir. réfute la possibilité d'une quelconque nécessité aux choses. p. C. L ant/-nature. pour Rosset. tout comme Rosset. un vouloir-vivre ensemble qui précédât l'institution sociale. Hobbes. Nous l'avons vu. on ne fait qu'y revenir. ce sont certaines accusations portées contre celui-ci.. en voulant dénoncer l'arbitraire du Il rejoint ici Hobbes pour qui l'arbitraire était pouvoir. par exemple..46 C'est donc dire que toute organisation sociale ou politique. Certains penseurs. .

La question de la légitimité ne pourra être posée qu'après le fait du pouvoir. Rousseau. 227.49 Le pouvoir n'entend donc pas justifier son caractère arbitraire. Aux yeux de Rosset : "Ce qui définit la pensée tragique est le refus de cette inférence : désirer rien (. «La place de la croyance dans le politique». c'est-à-dire sans jamais personne qui y 47 Ibid. la question d'un fondement du pouvoir que Rousseau ne cessera de demander à Hobbes.. p. in La croyance. .. il s'ensuit qu'elles sont inéluctablement arhitraires...47 Le pouvoir étant lui-même sa propre source. Rosset. selon Rosset. op. tout le mystère du pouvoir que: " . l'homme est incapable de fournir des fondement véritables et objectifs pour réguler son action et la légitimer. il s'exprimera plutôt dans un discours qui tend à le dissimuler. à travers une légalité qui est artificiellement construite. démontre avec force tout son refus du tragique.. Tel est. d'être sans garant. Car.39 loi étant artificiellement produites. cit.48 Rousseau ne peut admettre qu'il n'est point de fondement qui manque et qu'en recherchant un tel fondement. il désire rien. comme l'indique Patrick Simmarano c'est bel et bien un désir de rien qui est manifeste ici puisque: " . . Et plus qu'une incompréhension de l'oeuvre de Hobbes... p.38. sans autre auctor que lui-même. p. selon Rosset. Car il s'agit d'une "Question complètement décalée par rapport à la pensée de Hobbes. le pouvOIr est aUSSI sans fondement... op. aucun point d'appui. bien au contraire puisque c'est lui qui fonde... est la preuve d'une incompréhension de l'oeuvre politique de celui-ci.2ûS.... 49 P. pour lequel la source du pouvoir n'a jamais été la force ou le droit. ) qui signifie uniquement la reconnaissance d'un besoin sans objet. d'où la force et la nécessité de la représentation.. Ainsi.. puisque c'est la question d'une source du pouvoir qui est absurde en elle-même. Logique du pire. "~ C. N'ayant aucun socle. par cette recherche d'un fondement au pouvoir. en fait. Simmarano. cit. nullement la reconnaissance d'un manque d'objet au besoin.

Simmarano."s3 Le pouvoir s'appuie sur des images. Paris. Comme nous l'écrivions précédemment. «La place de la croyance dans le politique» ln.. p.. La croyance. la morale supporte mal le hasard. L'imagination. elle étouffe devant l'absence de 5U C. La croyance. de Minuit. ni réalité. Étant donné. que l'on peut appeler prestige ou gloire (. p. il n'a d'ailleurs d'autre support que cela. si nous sommes dans la croyance. Le philosophe et les sortilèges.21. Paris. ) il n'est pas un objet mais apparaît sur le mode de l'irréel. .24. Ellipses. 54 P. pourquoi alors l'homme moral ne peut accepter le caractère arbitraire du pouvoir? C'est que nous ne nous trouvons pas ici dans la même transcendance. de Minuit. elle seule le définit. Paris. C. Ie mystère du pouvoir tient précisément à ce que l'écart entre ses insignes et son effectivité repose uniquement sur cette instance sans nom. Rosset.. il fait donc appel à l'acte de croyance puisque nous nous trouvons dès lors confrontés à une absence de réalité matérielle.50 La volonté générale. Rosset. qui fonderait la légitimité du pouvoir aux yeux de certains. 1981. Marion. essai d'une phénoménologie de la donation. La thèse soutenue dans ce livre affirme que toute l'ostentation et la magnificence entourant le roi ne sont pas superfétatoires. p. cit.40 parle . Ces signes certifient plutôt la réalité et l'efficience du pouvoir royal: "Le pouvoir du roi consiste ainsi en sa représentation. Éd. Rosset prend l'exemple du symbolisme associé au pouvoir monarchique. et en elle seule: la représentation du pouvoir est le pouvoir lui-même. Mais. op.. op.226.. de l'intangible.. au contraire. 51 52 . se révèle plutôt une force bénéfique en politique: "Seule constituante du sens et maître d'oeuvre des structures les plus officielles et sérieuses. cité par P.."s2 Ou comme l'indique Jean ­ Luc Marion : " .. L. Faisant appel à l'ouvrage Le portrait du roi de Louis Marin SI . 53 J. c'est la manifestation des symboles qui ordonne le fonctionnement du politique"S4 Le pouvoir est de l'ordre de l'irréel. est ainsi réduite à n'être la volonté d'aucune personne en particulier. p.117.. 2003. qUI pUiS nous tromper parfois. Fontaine. 1985. Éd. Éd. voilà donc le non fondé dans toute son éloquence puisque la grandeur du roi coïncide avec la grandiloquence qui l'entoure. cit.

L 'anti-nature. p.XX. p. cité par C.212.qui incarne indistinctement le pouvoir et sa légitimité"SS Le pouvoir n'a de fondement que dans son exercice... il est clair que l'absolutisme dont il est question ici n'est pas de nature tyraru1Ïque. De toute façon. premier ministre. Et quel que soit le régime politique.dans tous les cas il constitue une personne -au double sens du mot. roi. selon Rosset. Hobbes. secrétaire du parti. Rosset assure qu'il ne saurait fonctiormer sans l'idée du monarque. Rosset. cit. cit. etc .. chef des prêtres. Et. c'est pourquoi il ne peut être qu'absolu. Rosset. président.. n'ayant rien d'autre sur quoi s'appuyer. entre l'arbitraire et l'absurde"s6 La critique de l'arbitraire et l'exigence d'une tempérance du pouvoir relèvent. artifice. In Oeuvres philosophiques et politiques de Hobbes... T.32. Peu importe l'image présentée: " . Cela constitue évidemment une aberration pour les moralistes qui s'échinent à vouloir contrôler le pouvoir. Elle appelle à la fixité et à la certitude. le pouvoir est absolu ou il n'est plus car " . Or. II. toute chose que le réel ne peut lui offrir. op.. '6 . Si nous résumons la pensée de Rosset. le rien qui se meut derrière les symboles. dans sa démonstration car il est construction. d'une affectivité politique plutôt que d'une réelle philosophie politique et elles sont bien souvent faîtes à des fins démagogiques. tout pouvoir serait absolu et de nature monarchique. pour Rosset. en ce sens qu'il ne requiert pas une recormaissance et un agir incessamment conformes à l'intérêt de celui qui règne. le sujet doit seulement s'abstenir de montrer le vide qui gît à la place du roi. Libre d'agir et de penser. est-ce dire alors que tout pouvoir a la même portée? Le philosophe 55 C.. Le philosophe et les sortilèges. chap. à la fois un certain être et nul être-.le contrôle du pouvoir suppose un tiers contrôlant le tiers contrôleur. La transcendance du pouvoir se trouve dans l'irréalisé (artifice) alors que la transcendance de la morale réside dans l'idéal.41 nécessité des choses. . op. Léviathan. le pouvoir est fragile. et ainsi de suite à l'infiffi : aussi faut-il choisir entre le pouvoir absolu et sa dissolution absolue.

42

croit que non, certains totalitarismes modernes par exemple, diffèrent selon lui de l'absolutisme royal. Ce qui distingue l'absolutisme royal de ces totalitarismes, c'est que ceux-ci eurent la prétention de n'être justement ni absolus, ni arbitraires et donc d'être tout à fait légitimes. Dans ce cas précis, le pouvoir ne réside plus qu'en sa seule force symbolique, il devient investit de principes justes et universels. Or, pour qu'il en soit véritablement ainsi, il s'avère dès lors nécessaire " ... d'en extorquer l'aveu, après coup et sans relâche, de la bouche de l'ensemble des citoyens.,,57 Le vide qui réside au fond de toute idéologie est ainsi comblé par l'aveu général, aveu jamais pleinement réalisé, bien entendu, d'où l'utilisation de la force. Car la violence des régimes totalitaires survient lorsqu'il y a distorsion entre le discours du pouvoir et la réalité, rien ne devant s'opposer à ce qui est essentiellement juste. Le vrai, le juste et l'universel: préceptes humanistes à la source d'une certaine idée du pouvoir qui domina au XVIIIe siècle européen et lors de la Révolution française. Selon Rosset, ils préfigurent l'idéalisme politique qui prétend s'affranchir de l'arbitraire alors qu'il y plonge assurément.

1.2.6. L'humanisme terroriste ou la prétention universaliste

Un des éléments que nous venons d'effleurer à travers les idées humanistes, dont le mythe du contrat social, est l'existence supposée d'une universalité. Universalité des désirs, des besoins, des buts etc. Le moraliste ne pense pas

autrement, il faut selon lui : " ... hâter la prise de conscience par l'humanité de la nécessité de réaliser son unité dans une société ouverte et universelle (... ) La revendication doit avoir un caractère universel. ,,58 Cette prétention universaliste

semble suspecte aux yeux de Rosset. C'est que le philosophe n'admet pas le passage de l'individuel à l'universel, qu'il qualifie de "pensée éminemment terroriste". Pour Rosset, l'universalité suppose que je tiens l'autre pour mon semblable et" ... de ce que cet homme doit être tenu pour mon semblable il s'ensuit qu'il doit penser ce que je
57 58

C. Rosset, Le philosophe et les sortilèges, op. cit., p.33.

M. Conche, op. cil., p 52.

41

pense, estimer bon ce que j'estime être bon et s'il se rebiffe, on le lui fera savoir de force ... ,,59

Qu'attendre d'autre, en effet, d'une personne qui ne se donne le droit d'estimer une pensée, un sentiment, voire un acte que si elle peut aussi le vouloir pour tout un chacun? Pour Rosset, la célèbre maxime de Kant60 , son impératif

catégorique, se rapproche plus du fanatisme que de la sagesse. Que tout ne puisse être validé qu'à la condition que cela puisse concerner coûte que coûte ceux-là même qui ne s'y intéressent pas, cela constitue la base même de l'intolérance pour le philosophe. Marcel Conche, qui suppose pouvoir trouver un fondement moral en ayant recours au dialogue semble nous fournir un tel exemple: "Il s'agit seulement de forcer l'interlocuteur (... ) que j'ai supposé n'être d'accord avec moi sur rien, excepté pour engager le dialogue, de le forcer, dis-je, à dire la même chose que moi, et cela pour les mêmes raisons que moi ... ,,61 Tout cela dans le but d'en arriver à une "vérité universelle". Précisons qu'il n'est pas question ici de force physique mais d'un appel

à la raison.

À travers celle-ci, Marcel Conche prétend pouvoir en arriver à un

fondement de la morale, c'est-à-dire que tout être étant capable de vérité, il est donc fondamentalement libre. Nous avons vu cependant plus haut que cette libelté en matière morale sous-tend une responsabilité de l'être. Chose que Rosset réfute

puisque selon lui, le choix n'existe pas lorsqu'il est question de "valeurs morales", cela relève du donné qui est sans justification.

La prétention universaliste pennet également à Marcel Conche d'affinner que l'enfant à naître est notre égal et que de ce fait, nous nous devons de défendre ses droits, dont celui d'être laissé en vie. Selon la morale de ce philosophe, le discours politique dominant qui pennet l'avortement volontaire est inacceptable car il ne
C. Rosset, Laforee majeure,op. cil., p.16-17.
"Agis uniquement d'après la maxime qui fait que tu peux vouloir qu'elle devienne une loi
universelle."
61 M. Conche, op. cil., p. 36.

59

60

44

représente pas les êtres en totalité. Ainsi, ce qu'il espère un jour c'est d'entendre un discours politique " ... devenir celui des droits de l' «homme», en un sens non restrictif, et cela sans cesser pour autant d'être majoritaire, de façon que puisse être abolie la loi qui donne aujourd'hui licence d'avorter.,,62 Ne pas tenir l'enfant intra­ utérin pour notre égal représente un faux humanisme pour ce philosophe. Et si

certains n'admettent pas ces propos ou tout autre vérité qui se trouvent au fondement de sa morale, que représentent-ils pour cet humaniste? : "Dans la mesure où ils parlent partiellement le même langage que nous, admettent certaines des vérités ici établies, on peut dire que ce sont des barbares partiels. ,,63 Voilà probablement

pourquoi Rosset affirme que toute forme d'humanisme, toute prétention universaliste, constitue moins une charité mais plutôt une contrainte, parfois même une violence. Une violence puisque il y a refus d'accepter le monde tel qu'il est. Prenons par exemple la pensée mythique qui est au fondement du politique depuis les Lumières, c'est-à-dire la "personne humaine". Cette conception légitimise ce que l'on nomme les Droits de l'homme, elle nous conforte dans la croyance d'une "humanisation" de nos rapports. Or, ce discours humaniste que nous croyons naturel est plutôt idéaliste selon Patrick Simmarano puisqu'il " ... situe la vérité dans les valeurs, celle de la morale, avant de vouloir les lire dans l'évidence pragmatique et expérimentable du réel (... ) nous voulons que le monde soit comme nos valeurs désirent qu'il soit.. .,,64 Rosset n'en pense pas moins. Selon lui, il y a un réel danger dans la logique d'une unité et d'une fraternité universelles, dans l'idéalisme politique en fait. En d'autres termes, ce qui gît au fond de tout totalitarisme n'est qu'un surcroît d'enthousiasme moral: " ... cette Déclaration des droits de l'homme et autres Immortels Principes qui ont eu toute latitude (... ) de démontrer que, s'ils n'étaient peut-être pas immortels à la

62
eJ

M. Conche, op. cil., p.SS.

Ibid., p.133.
P. Simmarano, op. cil., p.226.

64

45

longue, ils pouvaient du moms se révéler à l'usage, et en attendant mieux, passablement meurtriers. ,,65

Ce qui est tout aussi suspect selon Rosset mais aussi proprement désolant c'est que la dévotion envers un supposé fondement de la morale est proportionnelle à l'indifférence marquée face aux conséquences réelles que de tels principes impliquent. La morale semble perdre de vue que ce contre quoi elle s'insurge est bien souvent d'ordre tout aussi moral. Ainsi, pour Rosset, dénoncer l'ordre imposé dans le Ille Reich ne mène à rien s'il n'est fait qu'au nom d'une représentation du Bien et du Mal. On ne fait que se confronter deux représentations morales. Il

s'explique en citant un passage de l'Éthique d'Alain Badiou : Les partisans de la "démocratie des droits de ï homme,­ aiment bien, avec HalU1ah Arendt, définir la politique comme la scène de "l'être-ensemble'·. C'est du reste au regard de cette définition qu'ils font l'impasse sur l'essence politique du nazisme. Mais cette définition n'est qu'un conte bleu. D'autant plus que l'être-ensemble doit d'abord déterminer l'ensemble dont il s'agit, et que c'est toute la question. Nul plus que Hitler ne désirait l'être-ensemble des Allemands66 Soyons clairs. Rosset ne défend nullement le nazisme, ce qu'il affirme c'est que toute morale se vaut: la morale démocratique (non pas la démocratie elle-même) n'a rien à envier à la morale des nazis, même si celle-ci est plus insoutenable. De même, les forces démocratiques en France qui croient jouer le jeu de la morale contre un supposé immoralisme en s'insurgeant contre Jean-Marie Le Pen et son Front National, font fausse route. Ce combat est biaisé au départ " ... croyant ou voulant croire qu'il lutte contre le diable en personne alors qu'il a en face de lui une incarnation, populiste et nauséabonde sans doute, de la morale et de ses valeurs

65
06

C. Rosset, Laforce majeure, op. cit., p.17.
A. Badiou, L'éthique, essai sur la conscience du mal, cité par C. Rosset, Le démon de la tautologie
suivi de cinq petites pièces morales, Éd. de Minuit, Coll. Paradoxe, Paris, 1997, p.69.

68 Ibid. les effets eux. la morale est persuadée qu'elle a le droit et le devoir de parler au nom de tous. même si cet amour a pour effet de vous envoyer en prison ou en camp de rééducation .84.46 sempiternelles: travail.. La "volonté générale" dont traite Rousseau dans son Contrat social n'aurait ainsi aucune consistance car seule une volonté individuelle sera capable de volition.. dans le but avoué de l'éradiquer. . Nous le mentionnions plus haut. Il en est de même lorsque nous entendons parler de "conscience collective". On prend alors des concepts pour une réalité en soi. p. ont pu être mesurés. famille.. elles demeurent le fait d'individus.. Si la cause et les objectifs demeurent théoriquement nébuleux. l'objet de croyance étant toujours très vague. a pour vocation d'entraîner tout un chacun dans son orbite maniaque : car on va vous aimer malgré vous et rien ne nous empêchera de vous aimer. comme l'indique Rosset.... lui. Rosset.. Car.68 ~? ibid.. étant tout à fait convaincu de travailler pour le bien de l'humanité . Il ne suffit pourtant pas d'additionner les volontés particulières pour parler de volonté générale. p.69. . estime qu'il n'existe réellement de volonté que d'un point de vue individuel. Ce serait oublier que. ou de sonder les pensées des gens pour affinner une conscience partagée. que toute aspiration dite générale n'est qu'un leurre. Il y eut nombre de personnes qui prétendirent édifier un monde nouveau et des lendemains qui chantent au nom de "l'intérêt général".67 Il est vain pour le philosophe de s'évertuer à trouver un fondement qui nous permettrait de cerner le Mal et cela. patrie... celui que les moralistes prennent pour le diable utilise bien souvent les mêmes arguments moraux afin de justifier ses actes. l'enthousiasme moral ou l'amour pour son prochain : " .

Il appert.. avare ou cruel ne peuvent constituer des valeurs définissables hors des liens entre les êtres. et la réalité nous paraîtrait moins cruelle.. une référence objective nous permettant de déterminer de tels principes.2. le réconfort n'est pas de mise aux yeux de Rosset. Mais voilà toute la distinction.69 Il est vrai qu'il serait plus rassurant. qu'il est plus souhaitable que l'être soit généreux et doux plutôt qu'avare et cruel. que l'on doit être charitable et bon? Rosset croit qu'il est préférable de s'en remettre à la vie. Rosset ne croit pas qu'il puisse exister une assise morale. En toute rigueur. pour qu'il y ait possibilité de fixer ce qui serait inhumain. nous devons reconnaître qu'il s'agit alors d'un désir. 102. il faudrait pouvoir faire abstraction des rapports sociaux. si nous pouvions affirmer l'inhumanité des gestes atroces perpétrés par les hommes. la barbarie n'est-elle pas le fait des barbares? Malheureusement pour le moraliste.. Mais voilà. d'un point de vue. lorsqu'est commis un acte cruel.. à refuser la réalité dès lors que celle-ci s'avère trop douloureuse.. Rassurons-nous nous dit la morale. est impossible. p. nous saurons bien quoi faire le moment venu: "Ce n'est pas un orgueil fou. cet acte ne pouvait être le fruit d'un être humain. faire fi du point de vue de chacun. de sorte qu'être généreux. . Selon lui. Ainsi.. L'inhumain et le besoin de certitude Nous avons vu que ce que Rosset déplore dans la morale c'est sa propension à éluder toute forme de tragique. cil. p.7o On perçoit ici à quel point Rosset prend ses distances face à la philosophie morale de 69 70 Ibid. évidemment. loc. ce qui..47 1.65.7. . Charles. le moraliste parlera volontiers d'un acte inhumain.. Qu'est-il besoin de discourir ou écrire à savoir qu'il ne faut pas faire du mal à autrui. doux. tout ce dont est capable un homme est nécessairement humain et doit être coûte que coûte tenu pour tel. S. cela est évident. nous devons également admettre que : " .. c'est de l'empirisme. Il ne s'agit pas d'être insensible mais plutôt de ne pas tenter de constituer une morale au nom de laquelle nous devrions juger et agir.

. on ne peut cependant affirmer qu'il n'y a pas de moralité derrière l'acte. semble penser de même. ce serait donner raison aux immoralistes: "À tous ceux qui se moquent de toute moralité (. Dans son analyse de la morale kantienne.) on ne peut pas non plus rendre un service plus conforme à leurs voeux qu'en leur accordant que les concepts du devoir (. A.27. p. p. il préfère s'en remettre à la raison pure: " .78.. Burdeau. Nous l'avons vu plus haut. 1971.. En effet. Tr. F.. coupable qui pourrait souffrir lui aussi..71 Pour Kant. Le soulagement du ressentiment proviendrait ainsi de la douleur infligée à celui que l'on estime coupable de notre propre souffrance.. Gallimard. même s'il est impossible de vérifier qu'un être agit conformément par devoir. 1978. pourtant. E. C'est-à-dire que celui qui souffre cherchera toujours une cause à sa douleur mais plus encore un coupable.. p. Nietzsche y voit le fondement des idées morales de "faute".. Nietzsche. Prétendre le contraire. Il va sans dire qu'une telle forme de compensation semble cruelle. "conscience" et "devoir". Kant.la base de la morale doit à tout prix être a priori et pure de tout élément empirique. Ce qui le mènera à dire : ". Kant refuse de faire reposer la morale sur une base extérieure. car on leur prépare ainsi un . à quelques nuances près. Fondations de la métaphysique des moeurs. A. Nietzsche voit un besoin de réparation dans le "caractère sacré du devoir" et le "châtiment" imposé à celui qui y déroge. GénéaloRie de la morale. Flammarion. . ) ont dû être tirés purement et simplement de l'expérience. Tr.?} 71 72 73 A.. Schopenhauer est formel sur ce point. Schopenhauer.72 Le devoir. . . Fondement de la morale. coll. Paris. Aubier Montaigne. Renaut.. Paris.'. même chez le vieux Kant : l'impératif catégorique sent la cruauté. possédant ainsi intrinsèquement une valeur morale. 1994.48 Kant.. .69 . Nietzsche. Autre aspect de la morale qui répugne à Rosset. Paris. Folio. l'impératif catégorique de Kant se rapproche plus du fanatisme que de la sagesse aux yeux de Rosset. tnomphe certam.

S. Le moraliste a besoin d'immuabilité dans un monde en mouvance. l'horreur. chaque jour nous en offre moult exemples. p. sans illusion. Mais cela n'équivaut pas pour autant à un aveu de moralisme pour le philosophe : "C'est de la compassion. n'en déplaise à mes détracteurs. Cela dit. le besoin de fixer des paramètres qui leur permettront d'agir en bonne conscience. cette pensée amène le philosophe à prétendre qu'il est préférable de rencontrer une franche crapule plutôt qu'un homme qui fait le bien par devoir. la souffrance ne laisseront pas d'exister parce que certains moralistes se targuent d'avoir trouvé un fondement à la morale. y voit surtout un désir de fixité. cit. à la blague. .. Il souligne d'ailleurs. elle lui est même contraire ... Le philosophe dit se méfier de ceux ayant un tel attrait pour la certitude. p.75 Soulager la douleur n'est pas synonyme d'une récusation de la réalité tragique. cit. sans éluder la part d'ombre qu'il comporte.. 75 C.lO 1...49 Rosset. tel un bout de papier dans leur portefeuille leur indiquant de ne pas oublier d'être gentil aujourd'hui. 7. le besoin d'assujettir tout acte à la concordance avec une règle alors que nous pouvons observer chaque jour que l'être qui agit ne s'en remet presque exclusivement qu'à lui-même. .. malheur! Que fera le moraliste s'il oublie son papier à la maison? Mais. L'homme "bon" n'agira pas d'après un code de conduite: "La générosité est par définition étrangère au sentiment du devoir. Rosset. Le malheur. La philosophie qu'il propose n'invite qu'à regarder le monde tel qu'il s'offre à nous. Charles. tout en dénonçant le caractère dogmatique du concept de "devoir". ô Ce qui rebute Rosset c'est l'idée de pnnclpe dans la morale. Rosset ne suppose pas l'existence d'un mieux. ... Le démon de la tautologie . La souffrance d'autrui m'est intolérable.74 Poussée à l'extrême. d'un sens à la vie ou la possibilité d'un monde meilleur à atteindre.77.. op. il est bien entendu souhaitable pour Rosset d'épargner la souffrance à un être lorsque la chose est possible. que les moralistes semblent porter sur eux les impératifs dont ils somment autrui d'observer. .. loc.

.50 On peut. bien évidemment. croire le contraire. Ce ne sera qu'une manière de se mesurer au vide qu'il y a hors du réel.

au moment même où on y est (.. 43. pour s'avouer que l'on n'a pas d'autre vie que là où on est. Coll. 1 réel mais désapprouve ce que je vois. p. Paris. mais légèrement autre. «Entre la mort de Dieu et le triomphe de la science». comme le fait l'homme moral tel que nous venons de le voir). Le refus du réel peut se retrouver dans la folie certes mais en ce cas-là. vol 1. 1993. Gaétan Daoust. . Je constate le Il en est ainsi lorsque nous anticipons un évènement et que par la suite. et en avoir un jour désespéré. Rosset. déc.2. Gallimard. Folio/Essais. no 3. Le réel et son double: essai sur l'illusion. Rosset rapporte une anecdote savoureuse: 1 C. éd. 1993. nouv. 2. L'Agora. LE RÉEL ET LA CROYANCE Il faut sans doute avoir vécu du grand rêve métaphysique et religieux. LE RÉEL Rosset observe qu'il existe une faculté sans cesse renouvelée chez les êtres: celle d'admettre difficilement le réel. Ce sur quoi s'attarde Rosset serait plutôt de l'ordre d'un "déplacement" du réel. le réel est tout simplement éradiqué.1. revue et augmentée. Il y a ce que Rosset nomme "reconnaissance et désaveu". Le réel est bel et bien perçu mais il est vu à notre façon (nous pouvons dire alors que l'on perçoit ce qui devrait être au lieu que ce qui est. Pour illustrer ce sentiment de duperie du destin. nous avons l'impression d'être floué par le réel. ) l'on n'a pas à chercher dans l'ailleurs d'un ciel ou d'un rêve une vie qui n'est jamais qu'ici. C'est que nous attendions quelque chose de similaire peut-être..

Ce que nous espérions ou attendions s'élimine aux abords du réel. J 999. sous une autre forme. Enthoven. ce qu'il avait pris pour une prescription posthume se révélant être un simple repère pour le père. 2 ouvrzr. tomba sur une épaisse enveloppe cachetée portant.. c'est-à-dire "l'autre" évènement. implique 2 3 C. En se réalisant. Le réel et son double Dans ce que nous attendions. Loin de moi. R.52 Le fils à'un imprimeur (. inscrite de l'écriture de son père. nous attendions en fait le double du réel. p. Déîérant au voeu posthume de son père.46 .. Paris. Rosset. p. tel un oracle. C'est une pensée majeure chez Rosset qu'il considère lui-même comme une découverte: "Ce thème -le thème du double. et quoique rongé par la curiosité. quel qu'il soit.. étude sur l'identité. notre imprimeur respecta le secret paternel pendant environ six années.) reprit à la mort àe son père la succession de l'imprimerie et. 36-37. ) L'enveloppe mystérieuse contenait en fait une centaine d'étiquettes identiques sur lesquelles était imprimée la mention qui figurait sur l'enveloppe: A ne pas .1. Rosset décèle une structure fondamentale: l'envie de duplication ou ce qu'il nomme souvent le double. tout était déjà annoncé sur l'enveloppe. 2.1. Éd."} Ce qui étonne au fond lorsque nous sommes confrontés au réel. c'est l'impossibilité soudaine et irrémédiable qu'il puisse arriver autre chose. de Minuit.. loc.. au terme desquelles il se décida à violer le secret et à ouvrir l'enveloppe (. Peut-être même le fils eut-il l'impression d'être dupé? Pourtant. Pourquoi être déçu alors que l'oracle ne fait que s'accomplir? Simplement parce que nous attendions cet évènement-là mais. Tout évènement. la mention A ne pas ouvrir.est peut-être la seule idée que j'ai eue dans ma vie. en faisant l'inventaire des lieux au lenàemain des funérailles. cit. Nous pouvons aisément imaginer la déception du fils. le réel vient d'éliminer toute autre possibilité..

Le désir selon lui ne peut véritablement se poser sur un objet 4 Ibid.est d'être ailleurs qu'ici et maintenant. ne fait que nourrir l'illusion: "Qu'il soit dans l'au-delà. dans l'avenir ou «à l'époque». que l'on soit dans l'anticipation ou non. nous estimons que cela n'aurait pas dû advenir. Pour Rosset. La seconde fonction.. Non dans une sorte de providentialisme mais dans la condamnation à vivre ce qui arrive.. maintenant. C'est en ce sens précis que Rosset entend la parole oraculaire. face à une situation tragique. le "fantasme du double" répond à un manque certes. le besoin de croire. telle la duplication du réel. pas de cette façon. c'est-à-dire une mise à l'écart du réel. mais avant tout à un manque d'objet. pas aujourd'hui.et son mérite essentiel. nous ressentons alors le besoin de l'interpréter..4 Rosset dénombre trois fonctions au double. l'obligation d'affronter le réel. l'interprétation métaphysique nie l'unicité du réel. sans issue.53 donc la disparition de son double car le réel est unique. p. . Et toute forme d'échappatoire. etc. elle nous apprend à nous méfier de l'apparence de la réalité et affirme plutôt la nécessité d'un ailleurs. Le sens ainsi donné à l'épreuve le rend plus tolérable.46. nous sommes dans la nécessité de vivre là. d'une altérité au réel. Le philosophe croit que cette fonction set met en place lorsque nous sommes confrontés à un évènement trop douloureux. C'est la nécessité étouffante du présent. En effet. Nous ne pouvons échapper au réel. le propre du double. Le réel seul ne suffit pas et s'il ne suffit pas. que nous détaillerons ci-après. est la fonction métaphysique. la première étant la fonction pratique. en deçà. Nous entrons alors dans le désir. ce sera le cas par exemple lorsque. la fonction fantasmatique du double. celle où se développe le plus ce besoin d'interprétation. À chaque moment de notre vie il adviendra cette chose-là plutôt qu'une autre. c'est qu'il y a un manque.

. 5 6 D. . Nous pouvons également nous référer à la théorie des Que nous révèle Platon à Essences. Rien dans notre monde donc qui ne nous est donné. Notre monde devient ainsi l'illusion trompeuse d'un monde plus vrai ou comme l'exprime clairement Daniel Parrochia : "À l'univers changeant et bariolé des apparences se superpose un double idéal: un monde de principes et d'architectures secrètes qui en rend compte. 1991.. Le réel depuis Platon: l'illusion métaphysique Selon Rosset. Pleins feux. . Il s'ensuit paradoxalement que celui qui aspire à une connaissance "vraie" doit nécessairement faire acte de foi.2.. Puisque le monde n'est pas en mesure de révéler sa signification.. 200 l. Selon cette théorie. nous ne percevons les choses que par l'antériorité d'un Autre. Notre réel aux yeux de Platon n'est ainsi que l'ombre d'un réel plus vrai mais inaccessible. En effet. l'on doit adhérer à un monde indémontrable. Paris. Cailleteau. la pensée métaphysique prend source dans la prémisse d'un réel trompeur: "C'est bien le point de départ du platonisme: la réalité n'est pas sensible . . transcendant: celui où réside les Essences.5 L'immédiateté du réel est remise en cause par l'existence supposée d'un autre réel.. Nous reviendrons sur cette fonction lorsque nous parlerons de la croyance dans la dernière partie de notre travail. de laquel1e est tiré le mythe de la Caverne. Nous soulignons.1. il doit la recevoir d'un autre monde.54 puisque une fois fixé.. p. depuis les écrits de Platon jusqu'à Hegel. Bordas. tous les évènements ne sont que des copies des évènements réels.7. rien n'il1ustre aussi bien l'il1usion métaphysique que la pensée platonicienne. p.ll-12. Le réel philosophique. Car pour espérer connaître. Ed. Le réel. le premier moment ayant déjà eu lieu dans un autre monde. Nantes. travers cette théorie? Rien d'autre que notre réalité sensible n'est pas le réel et que celui-ci est à chercher du côté d'un monde intelligible et immatérieL . D. Parriocha.. 2.6 Rosset nous dit qu'il n'y a qu'à regarder la théorie de la réminiscence de Platon qui affirme l'impossibilité d'une véritable première expérience. il s'éteint.

que rien n'arrive au hasard. Coll. trouver sa satisfaction et son destin dans le monde sensible et périssable. Critique.par conséquent..12.. à accéder à une véritable connaissance de la réalité tout en s'en éloignant: "Pour répondre à l'exigence première -la présence à la réalité.. Paindavoine. . Le paradoxe de la philosophie platonicienne réside dans cette prétention à percevoir le réel.. La passion du réel. Éd. le "vrai" réel est fixe (puisque étant hors du temps) et intelligible (donc saisissable).. 1991. à bon droit. le réel n'est pas accepté d'emblée. il est mis ailleurs. 9c. La naissance de la tragédie. le monde «vrai» est conforme à ce que nous désirons .9 C'est un reproche que Nietzsche lui avait déjà adressé d'ailleurs.8 Car le réel de Platon est rassurant puisque selon lui.le réel tel qu'il nous est offert n'est qu'une apparence. ce qui s'offre à nous et qui est insaisissable n'est qu'apparence.. Lacoue-Labarthe.. ... Coll.. iC F.313. de Minuit. que tout ce qui se produit est la marque d'un destin secret qu'il appartient au philosophe de comprendre et de 7 ibid. pour la pensée. Paris. nous retrouvons cet héritage philosophique dans la philosophie hégélienne: "Le grand philosophe de l'imaginaire est Hegel: celui qui pense que tout le réel est rationnel. le réel devient manipulable par le rejet de la réalité physique et par la suggestion d'une possible rationalité du réel.l2. 1997. Le principe de cruauté. p. ) Il retranche tout ce qui n'est pas conforme à nos exigences.10 À travers la philosophie platonicienne. p.. Nietzsche. p. il se réfugie dans l'idéal.7 Dans l'idéalisme platonicien.28. 1988.. un mouvement d'éloignement par rapport au réel «immédiat» -celui de la perception sensible. son incapacité à : " .55 Voit-on à quel point s'opère le déplacement du réel dans la pensée métaphysique? Parrochia le confirme: "Il s'ensuit. Folio Essais. " R. p. la clé de l'énigme est à chercher autre part. s'accommoder du réel. Rosset. Et c'est bien ce que Rosset reproche à Platon. L'Hannattan. .. Gallimard.Platon détourne de la réalité (. déréalisation. P. Paris. Esquisses phénoménologiques. Selon Rosset. Paris.. Tr. qualifiant Platon de moraliste et de "préchrétien" : "Platon est lâche devant la réalité .que nous pourrions nommer.

36. Rosset prend pour exemple le concept de force développé par Hegel.13 C'est ce que Rosset nomme le double de l'unique. ce monde ne doit pas être confondu avec le premier. indéterminée. Mais alors que Hegel poursuit et prétend surpasser la seconde illusion. C'est que Hegel ne voit pas deux mondes mais bien trois soit.et du retour à lui-même.. ce dernier étant incapable de «se penser». premièrement. 3. Théorie exposée dans Phénoménologie de l'esprit. chap. Paris. p. I2 Selon le philosophe allemand. ciL. qui prend sa source dans l'apparence: "En d'autres termes. mais le double de l'unique qui ne serait que l'unique lui-même. plutôt rudimentaire. Selon Hegel. Le réel et son double.. La seconde est l'illusion métaphysique qui consiste à voir le réel dans un tout autre monde. Les citations sont de C. ce monde-ci est l'autre d'un autre monde qui est justement le même que ce monde­ C. Éd de Minuit..70-76. Rosset y voit plutôt se déployer le paroxysme de la métaphysique. op.. 13 Ibid. la première. c'est un monde plus réfléchi.. 1ère sect. nous voici dans "l'au-delà" suprasensible. pour n'avoir pas encore parcouru l'itinéraire de sa mise en doute radicale -métaphysique.71 11 12 . Critique.Rosset. le monde de l'immédiat: " . Le réel: traité de l'idiotie. parfaitement distinct du monde de l'apparence. Rosset.56 dévoiler. p. Il y a ensuite le monde suprasensible qui diffère du premier parce que l'on passe du sensible à l'intelligible. Vient enfin le troisième monde. qui est ce même monde suprasensible mais seconde version car il biffe la différence qui prévalait entre le monde sensible et le monde suprasensible. Coll. p. il existerait deux formes d'illusion. le monde des apparences qu'il nomme le monde sensible: c'est la réalité immédiate. Car nous partons de l'apparence pour aboutir à l'Intérieur des choses. le réel enfin advenu.. consiste à prendre l'apparence pour le réel. c'est-à-dire l'avènement de l'Histoire. 1977. En ce qui a trait à l'immédiateté du réel."ll La philosophie hégélienne nous invite en effet à nous méfier de la réalité immédiate ainsi qu'à voir un sens et une nécessité dans les événements.

Aubier­ Montaigne. Jarczyck. sensible et éphémère. premièrement. Même si.. qu'un effroi face à l'unique.57 ci . c'est là précisément que Rosset constate tout le délire de la duplication puisque. il est toujours recherché au-delà des apparences. . livre 1. Paris.. tant au platonisme qu'à l'hégélianisme. c'est cette prétention qu'une réalité plus vraie se cache derrière les apparences. il lui faut se donner à connaître selon ce procès de médiation qui explique ce qu'elle est dans sa simplicité première et dernière. P. chez Hegel.15 Rosset croit que dans le discours métaphysique. C'est ce que Rosset nomme la coïncidence du double avec l'unique alors que depuis le début il n'y avait que l'unique. Hegel nous expose toute la prétendue "ruse" du réel. 1976. celui-ci ne peut être atteint que par le truchement d'un autre monde: " . Ce que déplore Rosset. Hegel. en prétendant que le monde suprasensible est la copie exacte du monde sensible.j .. Voi là ce que signifie l'identité du réel . p. Ce qu'il reproche.. p. Tome l. pour qu'une réalité quelconque soit posée en vérité. Tr. Science de la logique. ce que cette manifestation signifie. .. c'est cette nécessité du double afin qu'advienne le réel.. il est seulement imperceptible puisque étant parfaitement semblable ..14 Le réel se médiatise pour devenir lui-même. Rosset la qualifie de prédilection pour la complication. Labarrière et G. cet effort ne désigne rien de moins " . Cette quête. n'est-ce pas mystérieux? En fait.. Selon lui.. un Ibid. Nous soulignons. Le sens n'est ainsi jamais donné en premier lieu.. dans une réalité autre que physique. F. Le Réel étant déjà présent dans le réel immédiat. nous revenons en dernier lieu au monde sensible. 14 .92. c'est-à-dire le sens que le réel revêt. le réel est toujours perçu à partir de deux éléments soit.. c'est leur égale persistance à croire l'essence du réel ailleurs.72-73. J. le réel immédiat ou l'expression immédiate et deuxièmement..

soit que A est A et non A=A.. selon Rosset.'.. Car le double prétend être le même d'un autre qui n'a La réalité se reconnaît dans cette exclusion. demeure selon lui la seule forme qui ne "dénature" pas le réel. telle est la préoccupation de Rosset. exposera le principe d'identité qui seul permet de rendre compte du réel. le principe qui affirme que A est A. seul de son espèce et donc l'énoncé tautologique. Le réel est le réel : une telle définition peut certes décevoir. revue et augmentée. quoique répétitive.17 En tentant de le copier. pourtant pas d'altérité. de Minuit. p. . Paris. Par sa simple manifestation. p. .5R éloignement face à la chose même . Telle est la raison pour laquelle il est si périlleux de nommer le réel. or. .16. Rosset en convient mais il ne cède pas. devient pour Rosset l'incarnation la plus fidèle de la réalité. Critique. n'ayant rien de comparable auquel nous puissions nous référer afin de l'identifier. L'objet singulier. ce que nous pouvons affirmer du réel sans risque majeur de nous tromper réside dans la tautologie.16 L'tmicité du réel étant ce qui est clairement contesté. Il est en effet fort différent de dire "Cette pomme est cette pomme" au lieu que "Cette pomme équivaut à cette pomme".3.. le double ne fait que démontrer que le réel est seul. Coll. en revient à Heidegger qui. 16 Ibid. unique et ainsi complexe car difficilement explicable. C'est à savoir si ce qui existe existe réellement. le réel est unique. nouv. Ed. que d'aucuns considèrent vide.. Mais voilà. La tautologie.. . toute égalité exige l'existence de deux termes. L'unicité du réel Selon Rosset. dans une conférence intitulée Identité et différence. la duplication nous mène à questionner la nature du réel elle: " . Dans le dernier exemple il y a une égalité. signale par contrecoup le privilège de l'unique. 2. Le mérite.78. En fait. C. sans recours. Rosset.. 1979. éd. cette seule certitude qu'il n'y a rien de tel.1. donc sans double. le double a paradoxalement le pouvoir de nous révéler le réel.

p. Précieuse d'être et sans importance de n'être que cela. Ce goût pour l'obscurcissement est pourtant encore bien présent. "absence" ou "Réel". On ne l'accepte que s'il y a médiatisation. La vision du réel par le truchement du double est manifestement une aperception métaphysique: "Tout se passe comme s'il n'était de perception du réel que sous la condition que celle-ci s'accompagne d'une arrière-pensée : l'arrière pensée de l'autre. Le réel est ainsi dilué dans un autre que l'on nommera "au-delà". Le démon de la tautologie. cit. On peut donc affirmer.. Pour Rosset. Ibid. Ce serait cette incapacité à assumer cette pensée qui nous pousserait à vouloir donner un 18 19 C. l'unicité porte en elle victoire et affront. nous savons également que nous ne sommes que ce seul même. aussi cru que cela puisse paraître.. ce besoin de duplication révèle une angoisse profonde qui n'est autre que le désarroi face: " .97.. en créant une distance entre soi et la brutalité du rée!. op. évènement ou être.. On crée donc un espace plus confortable.p.... . coupure entre le perçu et la signification. le réel devenant à la fois ce qui est et ce qui doit être. c'est probablement cette vision qui nous fait horreur. Qu'elle soit chose.19 Car l'unicité du réel nous concerne tous.à l'idée qu'en acceptant d'être cela qu'on est on accorde du même coup qu'on est que cela. que toute chose est à la fois précieuse et sans importance. Il démontre ce que nous mentionnions plus tôt: il y a un déplacement du réel. . Il y a une joie quasi triomphale à être soi. se savoir unique.18 La métaphysique ne peut expliquer le monde qu'en instituant le doute. Rosset. Mais de ce fait. presque rien et bientôt plus nen.80.59 Tout ajout d'information au sujet du réel ne vient qu'obscurcir ce que l'on tente d'éclairer.. Selon Rosset..

cité par C."n Pour Rosset. p. cit.60 double au réel car il s'agit d'une vérité fort pénible à entendre.. et ce qui n'existe pas n'existe pas: je t'invite à méditer cela. Toute chose venant au monde encoure cette peine: n'être rien d'autre. le réel est impitoyable.1. cité par C. Rosset. La loi générale de la réalité Le double fait office de protection contre le réel.66. 1991. C'est d'ailleurs ce qui plaît à Rosset car. tout ce qui existe est unique Ce qui tU Poème. Pour Rosset. affirmer la seule existence de ce qui est éradique du même coup l'éventualité qu'il puisse y avoir autre chose. Rosset croit que cette vérité fut le plus justement exprimée par Parménide: "Il faut dire et penser que ce qui est. Il ne s'agit point du désespoir généralement compris comme une neurasthénie mais bien un refus d'espoir ou d'expectative.il faut que ce qui n'existe pas existe en quelque façon..lO. fragment VI.... En effet. Ed. Nous comprenons ainsi qu'exister équivaut à être. Rosset. cité par C.. la vérité émise par Parménide est peu attrayante puisqu'elle condamne toute forme de substitution au réel.4. car ce qui existe existe.7.2o 2. Une telle perspective est pour le moins affligeante car. qui n'a jamais songé à la pensée réconfortante que constitue la possibilité de donner un sens aux évènements afin qu'ils deviennent saisissables ou d'entrevoir un destin des êtres qui permettrait de voir une nécessité à l'existence? Le mot de Parménide vient pourtant annihiler cet espoir.2J Cette pensée va à l'encontre de ce qu'affirmait Platon dans le Sophiste pour qui: " . tl Poème. de Minuit. il n'y a que lui qui existe véritablement.. pas de dérobade qui vaille. pour le philosophe. Paris. à l'écart du chemin des hommes. Principes de sagesse et de folie.. . op. op. cit. p. . mais aussi à n'être que cela.. fragment I. L'unicité est la structure tondamentale du reel. bien sûr. une pensée consistante réside dans l'implacable et le désespoir. p. Rosset. une vérité que Parménide situe: " . mais il arrive tôt ou tard un moment où nous devons reconnaître qu'il n'y a que ce qui est. 22 240e. Principes de sagesse et de folie.

ce n'est qu'une détermination nécessaire de par son existence.1. 2.23 Et s'interroger à savoir pourquoi il y a quelque chose plutôt que rien est une vaine question pour le philosophe. Rosset précisera sa pensée à ce propos.. p. un sens caché.. Rosset.. Le réel: traité de l'idiotie. cit. Car l'insignifiance du réel est inadmissible pour bien des penseurs. à moins d'être soudainement touché par la grâce d'une illumination quelconque. Mais que veut dire au juste Rosset lorsqu'il parle de l'insignifiance du réel? Simplement que ce qui adviendra sera toujours quelque chose. Selon lui. pAO... op. nous tentons de donner une valeur au réel afin de lui conférer un sens: "Ajoutons.. qu'il y a quelque chose plutôt que rien. ce refus chez Rosset qu'il puisse exister une loi transcendante pouvant expliquer ce qui survient dans l'existence. elles deviennent saisissables et tout ce que nous entreprenons ne s'abîme pas dans le gouffre du hasarci. Ibid. Le réel de Rosset est donc à la fois déterminé (parce qu'il existe) et insignifiant (parce que hasardeux). dit le philosophe.(il n'existe pas semble donc plus attirant pour certains.24 Tout cela ne reposerait en fait que sur un souhait: l'espoir qu'il y a un secret à percer. dire qu'il y a de l'être par hasard serait avancer une proposition absurde. Telle est aussi sa pensée en ce qui concerne la quête de sens. non nécessaire. Il n'y a pas de mystère dans les choses. mais il y a un mystère des choses. Ainsi... En traitant du réel.5. Gardons-nous toutefois d'y voir là un aveu de nécessité. elles s'expliquent donc.35. . Si les choses ont un sens. de la valeur aux choses: nous les rendrons ainsi signifiantes. le hasard dont il est question ne prétend pas expliquer l'existence: " . tel est le seuil du réel qu'outrepasse ceux pour qui la réalité est par trop contraignante. Ici et maintenant. 2J 24 N'est-ce pas ci'aiiieurs ce que fom ies théories cie ia métaphysique? C. c'est une pensée échappatoire qui transcende le seuil du réel.. sans fixité.. La question du sens Nous avons précédemment discuté du hasard dans le tragique.

. il n'y a rien que le hasard ne puisse rendre compte.26 Le philosophe ne prétend pas évacuer toute forme de signification. l'opacité de la chose de son reflet. il y a un double au réel que nous percevons . C.. ce qu'il déplore c'est le surplus de sens que l'on attribue bien souvent au réel. cette tendance à concevoir l'Histoire du monde comme un tout méthodique (. qui prend le phénomène pour l'essence en soi du monde et ramène tout à ce phénomène . d'une certaine façon... qu'on saisisse. vouloir comprendre l'histoire. Rosset. 26 27 A. elles adviendront de toute façon. Schopenhauer.1182..49. cit. Le réel paraît insuffisant pour certains par son incapacité à nous fournir la raison de son être. une nécessité à l'oeuvre. le ceci d'un autre.27 Pour Schopenhauer. p. autrement dit. Nous soulignons. au sein de son effectivité. l'histoire n'existe pas. il n'existe pas de raison ou de nécessité des choses.. Rosset rejoint en cela la pensée de Schopenhauer pour qui la prétention d'une interprétation possible de l'existence par l'entremise de l'histoire est impossible: " . Selon lui. le principe par lequel il existe: rien en effet dans le réel qui puisse nous le faire comprendre.. que de comprendre le réel grâce à une telle duplication: de doubler l'ici d'un ailleurs. cit. depuis Platon.. en quête du réel hors du réel. nous ne passons point d'un passé vers un avenir mais répétons inlassablement les mêmes drames et mêmes 25 D.. op. p. op. c'est-à ­ dire tout ce qui excède ce que l'on peut en dire. . hormis son unicité... Le monde comme volonté et représentation. Le réel: traité de l'idiotie.. op. il y a plus que ce que nous voyons. comme le fera Hegel.. Rosset résume fort bien cette quête de l'au-delà: "C'est le propre de la métaphysique. p. Et s'il n'y a rien de tout cela...29. ) elle repose en fait sur un grossier et plat réalisme.. cil. Bien des penseurs se sont donc tournés ailleurs.. Parrochia... il ne saurait y avoir d'Histoire ou de devenir car il serait vain d'expliciter ce qui est sans sens.62 " . suppose qu'on voie de la rationalité en elle.25 Si les choses devaient arriver c'est qu'il y a donc un destin secret.

63 comédies.129-130. Selon Rosset..28 Inutile de dire toute l'absurdité et le pessimisme qu'inspire une telle pensée à Schopenhauer.. Celui-ci n'est admis que conditionnellement.2. p. sinon en des termes fort vagues. l'homme moral nous en a fourni un bon exemple.. Et la recherche d'un sens qui ne cesse de faire s'agiter les êtres depuis des temps immémoriaux ne révèlerait en fait que notre désir.. C. ce n'est pas l'existence d'un tel sentiment mais plutôt le fait que ce désir irrépressible pour la certitude se double d'une informulabilité.... dans la plupart des investissements psychologico-collectifs d'hier et d'aujourd'hui.. Rosset. ce qui illustre parfaitement la pensée de Rosset. tel est le cas de la pensée métaphysique. 1'unité de marche dans l'existence de l'espèce humaine n'est donc qu'une pure fiction . seuls les acteurs changent : " .. Affirmer l'insignifiance du réel pour Rosset n'est qu'une façon de rendre le réel à lui-même. notre besoin de croire. p. Mais Rosset affirme que cette duplication fantasmatique trouve aussi son écho : " . d'aucuns n'admettent son existence que sous l'égide d'un double. absurdité que n'admet cependant pas Rosset car. LA CROYANCE Nous avons vu jusqu'à présent toute la difficulté qui semble prévaloir à accepter le réel.1182. soit que le réel pour certains ne peut exister sans l'appui d'un double. si nous ressentons un tel inconfort c'est qu'il existe chez les êtres un inépuisable désir pour son antipode.2. si selon lui le réel est insignifiant. .. Ce qui déroute le philosophe.. op. c'est-à-dire que celui qui prétend avoir des convictions aura peine à les exprimer. Le réel el son double. cit. La croyance idéologique L'incertitude est pour le moins inconfortable.1.29 La croyance idéologique conteste le réel en affirmant la possibilité d'un idéal à atteindre. 2. 28 29 Ibid. il n'en demeure pas moins riche et complexe. la tolérance à son égard est bien faible.. 2.

.45-46.. Ainsi: "Un marxiste convaincu prête peu d'attention aux thèses énoncées par Marx (.. dans son désir de croire. 2 C. Tout comme dans la morale. il n'y a qu'à altérer quelque peu celle-ci. en effet. serait-il possible de réfuter ce qui est indéfinissable? Autrement dit.9... que la chose soit certaine. cil..24-25. cela démontre que le croyant est au fond indifférent au contenu de sa croyance. L'anti-na/ure. Comment. c'est celle du tenir-pour-vrai. cité par P. le croyant ne s'abuse pas par méconnaissance mais par indiff:erence. Peu lui importe ce qui existe effectivement.. l'énigme de la croyance.32 Soulignons ce qui est déterminant ici: l'idée de nécessité. ne se trompe jamais car la force de la croyance provient justement de l'indéfinissable objet de croyance. n'attend aucune confirmation de l'expérience. puisqu'il n'est en elle aucune idée qui puisse être intellectuellement confirmée. La croyance.30 Mais cela n'est-il pas le cas de toute forme de croyance? Comme l'indique Paul Ricoeur: " . op.. Rosset. ) ce qui compte est l'idée purement abstraite que le marxisme est vrai ou que Staline a raison . C. il y a au départ dans la croyance idéologique quelque chose qui peut et doit être tenu pour nécessaire. . Rien ne viendra troubler la vérité soudainement acquise et. Fontaine. telle est la seule demande de celui qui croit. op. peu lui importe le réel en fait.. pour le sujet de la croyance. mais (... cit. op. C'est ce qUI constitue toute la force de l'idéologie selon Rosset. p.n4 Pour Rosset... cit. Rosset. le désir se suttisant à lUl­ même. Bref. Ricoeur. «Croyance» In Encyc!opaedia Universa/is. 30 31 f:. du point de vue du désir elle est toute-puissante car elle: " . p. soit son insouciance à l'égard des faits. et pour cause.. persuadé d'avoir trouvé une vérité. P. a préséance sur le réel.) les premiers sont pris pour les seconds. Le principe de cruauté.31 L'idée devient plus importante que ce qui en découle dans la réalité et l'engagement de l'être.. les degrés de la certitude ne sont pas distingués de ceux de la vérité. La puissance d'adorer est plus forte que l'empirisme et le croyant.. . si l'expérience contredit la théorie...

p.étant nécessaire. . la critique kantienne met paradoxalement la croyance à l'abri de toute critique en ne remettant jamais en cause l'attachement à un certain sens. la croyance ne jouant plus dans les eaux troubles de l'affectivité mais se trouvant plutôt dotée d'une aura de rationalité. examinons comment elle est possible. ciL. op. Pour Rosset. dans ce qu'il nomme sa critique "non-critiquante". Dans la philosophie kantienne. il y fondera tout de même un usage pratique nécessaire d'ordre moral. Rosset. R.la vérité que je pense . il nous faut non pas nous questionner sur ce qu'implique cette croyance mais plutôt chercher à savoir si la faculté qui nous permet ce calcul sera apte à effectuer un tel calcul. Roland Favier affirmera d'ailleurs que: "Du fait de j'immense in±luence historique de i' oeuvre de Kant. . si Kant développera sa critique afin d'éviter que la raison ne transcende les limites de l'expérience en matière de connaissance. la liberté en tant que ceux-ci confèrent un sens au monde et à l'action . si nous parions sur l'existence de Dieu.c'est-à-dire Dieu. Foi et lucidité deviennent des dimensions qui peuvent coexister pour le philosophe allemand : "Il est requis qu'une croyance puisse être rationnelle..61. . on doit nommer ce chemin la 33 34 C. Nous soulignons.oS C'est d'ailleurs cette prémisse que Rosset reproche à Kant. «La croyance dans la critique kantienne de la connaissance» ln La croyance.. Favier. Kant ne remet jamais en cause ni la religion ni la morale. si l'on souhaite réellement fonder une morale qui ne dérive pas de la simple passivité d'une subjectivité érigeant ses préférences en commandements.)4 Une telle pensée aura des répercussions importantes. Ainsi.. p. Le réel: traité de l'idiotie. le criticisme kantien établit indubitablement la pertinence de toute forme de croyance en ce sens que la critique que se propose de faire Kant ne portera jamais sur le contenu de la croyance comme telle mais sur les possibilités de son avènement. l'immortalité. cit. Était-il impossible pour Kant de remettre en cause ses propres désirs? Car. op.")) Aux yeux de Rosset. ce qu'il semble plutôt nous dire par rapport à la croyance c'est que: " .96. à une certaine téléologie puisque seule est critiquée la capacité intellectuelle de démontrer sa croyance.

s'émancipe de la réalité que nous percevons au moyen de nos cinq sens. p. 1972.. J-L Bourget. Pour Arendt. pour qui la métaphysique et l'idéalisme politique refusent également une même chose: le réel. cit. Nous soulignons.. ils illustrent tous deux le privilège de la nécessité indémontrable. des opinions qui peuvent aspirer à la certitude puisque ayant passé l'épreuve de la critique. "L'idéalisme" ou la croyance en un idéal qui prévalait dans l'Allemagne hitlérienne et la Russie stalinienne se rapprochait selon elle de la foi.voie critique de réhabilitation des croyances. mais dont nous ne pouvons pas apercevoir la possibilité de réalisation.. et affirme l'existence d'une réalité «plus vraie» qui se dissimule derrière les choses sensibles (. ArenQt. la logique idéologique doit contester le réel et instituer des prémisses qui devront être tenues Ibid. R.35 Car nous voilà bel et bien aux prises avec des croyances. 37 H.219 35 36 ...37 Une telle analyse ne serait pas sans déplaire à Rosset.87.. op.. elle pouvait fort bien se passer du réel. Favier. cité par R. Paris. Ce besoin du tenir-pour-vrai qui n'attend aucune confirmation de la réalité rejoint ce que postulait Hannah Arendt dans son analyse du totalitarisme. le totalitarisme révèle la nature de toute idéologie c'est-à-dire que celle-ci " .. .lO l. Éd du Seuil.. Le système totalitaire. p. Critique de lafaculté de juger. Comme il est bien entendu impossible de modifier la réalité.. Tr. Rosset croit que la croyance passée sous la loupe de la critique "non-critiquante" de Kant explique fort bien la nature des idéologies modernes. l'important sera d'y croire.. peu importe ce en quoi on croit. soit que la logique totalitaire se suffisant à elle-même. Levy. Kant. E. Davreu et P.. ) la pensée idéologique s'affranchit de toute expérience.?36 Bien peu de différence finalement entre l'homme moral et l'adhérent à une cause politique. une foi en l'idéologie qui prévalait sur toute forme d'expérimentation.. p. Kant n'écrira­ t-il pas que: "La croyance est la confiance de pouvoir accomplir un proiet dont la réalisation est un devoir.

.38. In Oeuvres. p.. L'idée devient ainsi le fondement de l'agir: "La logique astreignante (. E. p.. Dans les faits.. elle suffit à tout expliquer. Il s'agit d'un moment significatif où celui­ ci lui explique pourquoi il rejette l'athéisme caractéristique de leur famille: "-Dieu existe... Précis de décomposition. elle s'insère dans le temps. cela s'avère rarement car.39 En fait. face à l'évidence qui l'oppresse: "Mettez-moi les chaînes de l'Illusion. ciL. toute idée devrait être neutre. Il m'a sauvé du désespoir..221. . Selon la pensée du philosophe roumain.. il y a un dialogue entre Paul Claudel et sa soeur qui illustre bien ce refus d'être soi. ..839 . Et j'ai besoin de Lui pour être moi. ) tient lieu de principe d'action . Cioran. ln Oeuvres. les doctrines et les farces sanglantes. l'être humain modèle l'idée. y projetant ses fantasmes.40 Dans le très beau film Camille Claudel de Bruno Nuytten.67 pour évidences. Tout comme Arendt parlera de la foi dans l'idéologie.M. Rosset soulignera à plusieurs reprises la religiosité latente qui la caractérise. prend figure d'événement (. Cioran. cit.. Ce qui n'était qu'une pensée devient source d'action : " . il peut apparaître dès lors une distance face à la réalité car aucune expérience ne pourra rien nous apprendre qui ne soit déjà dans l'idée. op. . soupire-t-il. transformée en croyance. c'est-à-dire qu'aucune idée ne mérite que l'on s'emballe pour elle. Le croyant répugne à sa propre lucidité.M. ) Ainsi naissent les idéologies. p. on ne peut espérer être libre qu'en acceptant d'être soi. op.581.. Arendt croit que si l'argument idéologique peut incarner à lui seul le vrai. or. afin qu'advierme une réalité nouvelle déduite de ces axiomes. c'est exactement le contraire qui se produit dans la croyance.... notre capacité d'adulation est sans bornes. nous ne pouvons nous empêcher de transformer nos rêves et nos intérêts en o~jets d'adoration. Selon lui. selon Cioran. irrésistiblement." Ce à quoi 38 j9 40 Ibid.. E. Il mentiorme que Cioran est l'un de ces penseurs à avoir aussi percé l'esprit religieux des idéologies modernes. La tentation d'exister.

58 1. pour Cioran cependant. C. il subsiste une déification latente dans les idéologies modernes : "On ne tue qu'au nom d'un dieu ou de ses contrefaçons: les excès suscités par la déesse Raison.l'idéologie en général est indifférente au contenu qu'elle «monte» en systèmes religieux. cil... Précis de décomposition. De la religiosité dans l'idéologie. . pAl. . L'anti-nature. op. de classe ou de race sont parents de ceux de l'Inquisition ou de la Réfonne. elles prescrivent toutes deux une posologie à respecter afin que survienne une autre réalité. il ne pourra s'empêcher de propager son terrible enthousiasme. Voilà pourquoi Cioran dit se méfier de ceux qui se réclament d'un idéal.. celui qui se croit investi de la vérité obligera les autres à y adhérer. par l'idée de nation. op. ceux qui affirment parler au nom de tous.. un chemin à suivre vers un monde meilleur..'. p.42 Car que définit réellement l'idéologie ou la religion? Non pas un contenu clair mais une méthodologie de la croyance. D'aucuns prétendent à la sécularisation de nos sociétés. Rosset n'en pense pas mOlfiS " . 41 E.41 Car quelle que soit sa fonne. Et toute fonne de foi est à craindre puisqu'elle implique la fixité et le refus de la permutabilité des idées. Toute découverte à saveur d'Essence et d'Absolu est ainsi inévitablement empreinte de prosélytisme. toute chose qui prédispose inéluctablement à l'intolérance. Persuadé d'avoir trouvé le sens de la vie. Rosset. M. Cioran. 42 . ne s'intéressant qu'à sa faculté d'intégrer des données éparses en un système d'ordre interprétatif et explicatif.. cil.Camille répond: "-Eh bien moi je réussirai seule à être moi-même." Dialogue vain entre croyant et incroyant.

Dieu ou le monde meilleur. la saisissabilité de l'objet suffisant à le déconsidérer. Le marxiste lui. .2. il est intéressant de regarder la croyance sans tenir compte des termes sujet et objet.83. Et sa ferveur sera d'autant plus forte et inébranlable qu'elle a pour objet d'adoration le vide par excellence: une chose ou un être inexistant. Selon Rosset. constitue un bon exemple puisque" . ce qui caractérise l"idéologie est son 43 E.043 Cela vaut pour toute forme de croyance.69 2. Qui plus est. l'objet d'adoration. Et ce contre quoi en a la dévotion ou la passion c'est la réalité. d'où le saurait-il donc?. il ne peut y avoir que cela.. Par exemple. Kant lui-même avoue l'irréfutabilité qui entoure la croyance: "La conscience de son immutabilité appartient nécessairement à l'assurance de la croyance. pour Rosset. Philonenko. se situe hors d'atteinte. On ne s'attarde plus alors sur "je" crois en "ceci" mais plutôt sur je "crois" en ceci. car. Qu'est-ce que s'orienter dans la pensée? Tr... La passion du vide Selon Rosset. cit. Car. Ainsi je peux être pleinement certain que personne ne pourra contredire mon affirmation : «Dieu existe». Qui croit et ce en quoi il croit est au fond secondaire. le fervent chrétien se reconnaît dans l'interdiction des plaisirs qu'il s'impose. A. p. op. la force de la croyance reposant dans le flou et le vague qui la caractérisent. le point commun de toute adulation est à chercher non pas dans ce qu'elles admettent mais du côté de ce qu'elles excluent. C'est l'adhésion qui importe et l'imprécision des termes est essentielle afin que persiste la croyance. L'idéologie. le réel. Pour le philosophe.2. s'opposera à tout ce qui ne correspond pas au matérialisme historique ou à l'idéologie révolutionnaire. pour le croyant.. La croyance. cité par P. Il s'agit donc d'une passion qui ne risque pas d'être consommée puisque empiriquement inatteignable. la croyance ne peut exister que dans cette absence d'objet. Kant. Fontaine.. le réel ne peut suffire. il n'y a qu'à remplacer "Dieu" par "ailleurs" ou "autre monde" .

Samtlich werke. Nietzsche et l'ombre de Dieu. c'est-à-dire que ce qui existe. il y a plutôt absence de manque: " . kritische studienausgabe. épuisant toute possibilité d'existence est à la fois parfait -pour ne manquer de rien-­ et essentiellement «convenable» pour ne rien laisser à désirer. un tel besoin? La réponse nous est suggérée par Nietzsche: "Toute l'histoire de la culture présente une atténuation de cette peur devant le hasard. 44 45 . le tragique est moins dans le manque C. pour reprendre un mot de Roméo dans Shakespeare. apprendre à prévenir.. la finalité). la richesse. p..1 09. devant le soudain. il lui manquera toujours un objet. cit. ce qui importera par la suite pour le croyant sera de ne jamais reconnaître qu'il n'y a rien à mettre à la place de la croyance.. op. pour Rosset il n'y a pas de manque au réel. p. or. ni à redire. devant l'incertain.45 Ce que nous dit Nietzsche c'est que l'être croit parce qu'il y tient. nous le disions plus tôt.44 Rosset constate donc une incapacité chez les êtres à fonder une idéologie car quelle que soit la croyance.. elle permet aussi par la suite de juger. op. l'impossibilité de se créer un objet de croyance est ce qui caractérise la croyance aux yeux de Rosset. Nous revenons ici au tragique de l'existence: l'homme a besoin de croire tout en sachant que ce à quoi il croit n'est rien.. cit.316. C'est donc pour apprivoiser un réel trop chaotique et imprévisible que l'être croit. Toutefois.. apprendre à croire à la nécessité.46 Ou comme le soulignaient Lucrèce et Montaigne. Culture. 46 C.70 inexistence: l'idéologie parle de non-êtres (comme lajustice. Logique du pire. Car.. ce que fait le croyant c'est une évaluation de la vie.. D'une certaine façon. 1998. L'objet singulier. la croyance rendant l'existence prévisible et calculable. Rien de tangible. la vérité des choses ne se trouve pas dans ce qu'elles sont mais dans ce qu'elles sont pour moi et si la croyance permet au départ de connaître. p. le droit. donc plus supportable. elle «parle de riens». ) apprendre à penser causalement. PUF. cité par D. F. Dieu. Rosset. Nietzsche. Paris... Rosset. de saisissable.. les valeurs. Franck. Mais pourquoi alors un tel désir. Le croyant s'accroche à l'idéal car il croit qu'il est un manque dans l'existence. cela signifie justement (.33.

ne désire pas tant l'inaccessibilité d'un objet qu'il ne refuse d'emblée tout objet. la chose doit être puisqu'elle n'est pas. au présent et à l'incertitude. C'est un non catégorique au hasard.. Principe de cruauté.47 Le véritable manque est de ne savoir dire de quoi on manque exactement. toujours autre chose que ce qui est ici et maintenant. . c'est de ne point savoir tolérer ce véritable manque. au fond.. Ce thème.son objet étant à jamais incertain et indéterminé . Autrement dit. un quelconque bonheur. Il ne désire pas cela mais toujours l'autre. le champ politique est-il toujours investi par la croyance: parce qu'il n'offre rien de discutable . Un autre monde est possible L'idée révolutiormaire par exemple.. c'est-à-dire ce que devrait être justement la finalité de l'homme ou le monde meilleur à atteindre. Logique du pire. que fait l'adhérent à une cause politique si ce n'est de poser l'idéal avant le réel? Tout réside dans l'idée qui se substitue au réel. Voilà pourquoi selon Rosset " .d'où les discussions sans fin .. La croyance puise donc à même le refus de la réalité.. p. peut être réelle) devient donc fort utile car il est bien entendu plus tentant de croire en la révolution entravée et sa promesse de bonheur plutôt que de viser concrètement à soulager la misère sociale. l'être étant victime d'entraves nommées "répression". Rosset. La notion de répression est essentielle ici selon Rosset. op. la force répressive (qui masque bien souvent une oppression qui elle. . puisqu'il n'est pas..91. ciL.48 En effet. voit une finalité humaine qui ne peut se réaliser. Pour le croyant. l'idéalisme... La nébulosité de ce que cherche le révolutiormaire lui permet au tond 47 48 C. ciL. Aussi. Elle revêt une fonction logique puisqu'elle dispense aux révolutiormaires de formuler un contenu clair..l'impossibilité même à se représenter une quelconque fin. C.71 que dans " . op. car le réel dans l'idéalisme politique est toujours en construction. ce que demande le dirigeant d'une cause n'est ni plus ni moins que de croire sans preuves en une réalité à venir. pAO. Rosset. Et le croyant.

p.ll.... On se prend donc d'amour fou pour quelque chose qui n'existe pas ou qui est inatteignable et si jamais l'objet existe " . l'échec du communisme serait ainsi moins imputable à une mauvaise lecture des textes de Marx qu'à la dénaturation inéluctable de toute 49 50 C."so. de tout idéal en fait.49 Selon nous.72 d'entretenir le rêve du monde meilleur.. Il arrive certes que l'amour prenne des airs de passion. mais par son aspect immatériel et abstrait. ce ne sera que lorsque l'objet d'amour se dérobera qu'éclatera la passion. lorsque le philosophe affirme qu' " . aux yeux de Rosset. Car la passion. D'ailleurs. p. C'est le choix de l'illusion qui vient combler l'insatisfaction que crée le réel. il est un passionné. L'analyse philosophique de la passion nous mène tout droit vers l'attrait du double au détriment du réel.. op. il démontre éloquemment ce qui gît au fond de l'idéalisme politique. ce n'est pas par son aspect réel et concret qu'il attire le passionné. réside dans la recherche de quelque chose d'inexistant ou d'irréel. n'a-t-on pas toujours entretenu l'idée que celle-ci n'était jamais terminée? Pour le philosophe. cit. . soit inexistant. Rosset touche ici un élément fondamental pour notre compréhension des idéologies.comme l'argent pour l'avare. le passionné s'assure de la pérennité de son engouement en convoitant un objet soit hors d'atteinte. là où il y eut révolution. En effet. La passion devient la catharsis de la douleur provenant d'un mécontentement face à l'existence. dans toute la pathologie qu'implique ce terme. un but dont la réalisation serait possible cesserait du même coup d'être passionnel. D'une remarquable façon. or. Rosset.. soit que celui-ci sera toujours "possible" mais jamais atteint. Le régime des passions..18. Ibid..

htm. Enthoven. "L'idéal doit. comme le souligne pertinemment Rosset..leseditionsdeminuit. 19 janvier 2006.. demeurer hors d'atteinte. 51 Propos recueillis par R.fr/titres/2006/fantasmagories.73 forme d'utopie dès le moment où celle-ci prétend prendre forme. Ce que l'on souhaite est bel et bien un double au réel. tous les doubles s'effacent à l'orée du réel . sous peine de n'être plus que la réalité. La révolution tant recherchée aura ainsi toujours pour condition paradoxale de 'nejamais advenir. . l'idéal n'étant pas de ce monde. par définition. ce que l'on désire ici est plus que "changer le monde" mais bien "changer de monde". www. un monde sans misère ni oppression. Le Point. ne pourra jamais advenir car."sl L'autre monde possible que revendique l'altermondialiste. Et que nous dit Rosset à ce propos? Que l'on n'en sort pas.

44.Conclusion Que pouvons-nous observer suite à la lecture de l'oeuvre de Clément Rosset? Premièrement. nous remarquons que Rosset le constate également dans l'impossibilité où nous sommes de fonder une croyance. tôt ou tard à devenir.. rien de tangible. Enthoven. Ce tragique. l'homme est l R. la philosophie n'a aucune utilité hormis celle justement de nous révéler le non nécessaire de notre monde.. tel que nous l'avons vue. une raison de mourir!"[ Il plaide donc pour une philosophie tragique d'où émane une sagesse qui réside dans une acceptation parfaite du réel et dans une invitation à regarder le monde tel qu'il est. nous dit Rosset. certes. soit une signification aux événements et un chemin à suivre pour qu'adviennent des lendemains meilleurs. que ce philosophe ne nous propose rien. La pensée de Rosset est donc tout ce qu'il y a de plus immorale puisque. . Nous pouvons. loc. Clément Rosset se pose plus en interrogateur des illusions. aucune affirmation qui porte au militantisme Telle est peut-être la raison pour laquelle il est peu lu d'ailleurs. semblable à la vision dionysiaque que préconisait Nietzsche. en cas de déception. Il en veut pour preuve l'imprécision que doit bien admettre le croyant lorsqu'il est interrogé sur son objet de croyance. Selon lui. interroger la philosophie mais. que nous apprendra-t-elle? "Qu'il est absurde de vouloir donner un sens au monde et que toute raison de vivre s'expose. Mais alors pourquoi voit-on une telle persistance de la croyance? Sur ce point. cil. Et. Rosset nous dit que: " . c'est que le croyant au fond ne croit à rien. p. si imprécision il y a. il remet en question les doubles du réel que nous créons. C'est un oui sans condition à la vie. aucun slogan. Rien de saisissable. Il est probablement beaucoup plus réconfortant de lire ces auteurs qui nous indiquent un sens dans toutes ses acceptions.. la morale refuse le tragique.

Nous avons vu que Rosset reprochait à Kant de ne pas s'attarder sur le contenu de la croyance mais plutôt sur les conditions de son avènement. cette remarque mise à part. Et puisque le hasard et l'insignifiance ne sont pas près de disparaître. il ne peut croire. Or. si Kant conclut à la nécessité de la croyance en tant que source possible du raisonnement. Toujours à propos de la croyance. op. l'homme a tout de même Et s'il en a besoin. nous ne pouvons manquer de souligner un élément de la pensée de Rosset qui nous semble pour le moins étonnant. les conséquences ne 2 C. Ce qui est troublant. nous savons que Rosset affirmera plutôt l'impossibilité pour l'être de constituer une véritable croyance. par exemple.l'idéologie. nous pouvons être assurés que la croyance sera également intarissable. selon nous. nous oserons dire. aussi désolé Rosset soit-iL ..36. Rosset. En effet. p. or il n'a pas d'idéologie à sa disposition. . c'est vraisemblablement qu'il lui est besoin de la croyance. comme le disait Nietzsche.75 porté à parler le non tragique . Mais voilà. La charge affective et. cit. Il ne distingue pas. par définition. il passe outre sur les formes de croyance. de jUKer la vie en fait. l'homme peut bien admettre que sa croyance ou son idéologie est vaine puisqu'il ne peut modifier profondément ce qui existe et qu'il n'a rien d'autre à sa disposition que notre monde. Rosset ne fait pas autrement. et se trouve ainsi obligé à parler de riens auxquels. la croyance de l'opinion. Logique du pire. Rosset s'attarde peu sur la croyance elle-même.. c'est que. il est fort différent d'affirmer croire à quelque chose plutôt que de croire en quelque chose ou quelqu'un. donc il en a besoin. Il s'agit du passage sur le criticisme kantien. comme le mentionne Rosset.2 Soit. selon nous. la différence étant dans les conclusions des deux philosophes qui sont diamétralement opposées.. indispensable de tenter de contrer la contingence et de donner un sens à un réel trop incompréhensible. Mais. un monde qui restera à jamais muet sur ses fins..

19 janvier 2006. il touchera toujours l'inessentiel et non la "nature" des hommes. op. cit.76 sont pas du même ordre. la mort. au même titre que Kant. ce qui comptait essentiellement étant la possibilité ou non qu'advienne une croyance..surtout quand on vient de l'université . 3 Propos recueillis par Raphaël Enthoveri. Il nous a donc paru que le contenu de la croyance importait peu également aux yeux de Rosset.que d'écrire sans jargon. . Le Point. Loin de s'empêtrer dans un académisme ronflant. Les êtres seront ainsi toujours soumis à ce qui est infiniment plus pénible à assumer telle la maladie.. le tragique par excellence. la misère et. rien n'est plus difficile . et cela. Clément Rosset figure parmi ceux qui ont ce talent de tenir des propos d'une simplicité désarmante tout en étant d'une extrême profondeur. selon l'auteur lui-même : " . Il va sans dire qu'il s'agit d'une peccadille qui n'entache en rien le plaisir qu'il y a à lire une pensée aussi réfractaire aux illusions et qui ne laisse aucune place à l'espoir. Car si progrès il y a.") Il demeure surtout l'un des rares philosophes à ne rien promettre. ce qui est remarquable compte tenu du fait que.

1983. Éditions de Minuit. Éditions de Minuit. . 166 p. le reflet. coll. coll. 5. Paris. Critique. 3. Critique. Paris. 4.Le monde et ses remèdes. coll.96 p. 92 p. 1999. coll. 1985. nouvelle édition augmentée.Logique du pire : éléments pour une philosophie tragique. 6.Impressions fugitives: l'ombre. 1997. coll. Paradoxe. 1991. Éditions de Minuit. Paradoxe.Principes de sagesse et de folie. Paris. Paradoxe. 330 p. PUF. 85 p. 78 p. Critique. S. coll. Paris. 180 p 3.122p.L'objet singulier. 7. Éditions de Minuit. 4e édition. 1993. Sur le réel : 1. coll.Le démon de la tautologie suivi de cinq petites pièces morales. Le philosophe et les sortilèges.Bibliographie Ouvrages de Clément Rosset: Sur le tragique: l. 2001. coll.Loin de moi. 1988. 8. 1979. PUF. l'écho. Paris. Éditions de Minuit.La force majeure.168 p. 1991. lOS p.Le principe de cruauté. 4. Éditions de Minuit. Paris. 2000. Paris. coll. 89 p. 2. 120 p. Le régime des passions. Quadrige. 2004. Paris. Critique. La philosophie tragique. PUF. Éditions de Minuit. Paris. 111 p. coll. Paris. PUF. 2004. Éditions de Minuit.L'anti-nature: éléments pour une philosophie tragique. Quadrige. Éditions de Minuit. Paris. Quadrige. 2. Paris.

2.37­ 40.Junquas Daniel. Lire.com/superadis/pages2520ddp/philosophie/nature. 1998.18. 4. déc. 6. Le Monde. 118 p. PUF coll. P.206 p.Blain Jean. Horizons philosophiques. p. Paris. Histoire de la pensée. coll. 19 février 2004. 9. Paris.Dumas Jean-Louis. J. 7.Alberoni Francesco. 129 p. Tr.Le réel: traité de l'idiotie. www. nouvelle édition revue et augmentée. "Qu'est-ce que la nature?". Que sais-je?. Bourget et al. Paris. p. Tome 3. 313 p. 5. 2001. "Double idiot".Charles Sébastien.91-108. Plon. 382 p. Le tragique. Paris. .Maggiori Robert. 1999-janvier 2000. Éd. 14 octobre 1988. "Éloge de l'allégresse". Le réel philosophique. Gallimard.htm. 1993.chez. Paris. 3.78 9. La morale. Paris. Girard.3 mars 2004. 6 mars 1992.Sollers Philippe. philosophie et philosophes. Libération. "Autour de la pensée de Clément www. printemps 1999.com/superadis/pages%20ddp/Rossetl. 1977. Tr. "Les pensées minimales de Clément Rosset". Folio/Essais. Nantes. 5. Droit Roger Pol.Chirpaz François. La croyance. "L'avenir qu'on nous prépare". Paris. 8. no 2. 155 p. 2. lO. Bréal. Le système totalitaire. "Clément Rosset ou la joie tragique".Schiffter Frédéric. Du Seuil. 1972. 126 p.Bourdin Dominique et al. Le livre de poche. Paris. 4. 3. Paris. Critique. p. p.505 p. éd.. p. Le Monde.htm. coll.6. 2 avril 2004. Ouvrages de référence: l. Éd. Pleins feux. 1997. 1996.. vol. Le réel et son double: essai sur l'illusion. L. Éditions de Minuit. Rosset". Paris. 2003.chez.Arendt Hannah.2I.Cailleteau Didier. Sur Clément Rosset: l.

Le réel. 2003. 13. Burdeau. Oeuvres. 1997. 10/18. Tr. Bordas. Tr. 154 p. Éd.Schopenhauer Arthur. 1818 p. 213 p.Paindavoine Rémy. Paris. L. Tr. Bessor et al.Kant Immanuel.Nietzsche Friedrich. Paris. 1995. Union générale d'éditions coll. Essai sur le tragique. A.Parrochia Daniel. 15. Le crépuscule des idoles.Schopenhauer Arthur. A. PUF Perspectives critiques. 151 p. La passion du réel. J. 16. Paris. La naissance de la tragédie. P. t. Lacoue-Labarthe.250 p. 'Ir.374 p.Conche Marcei. Le fondement de ia moraie.Cioran Emil Michel. Flammarion. 1l. Renaut. 1994. Paris. Fondement de la morale. PUF. 1999. A. Paris. S.148 p. Paris. 1971. 1985. Paris. L'Harmattant. 157 p. 9. Roos. 1971. Paris. lS.Szondi Peter. 1991. GénéaloRie de la morale. 2003. 1991. 191 p.Nietzsche Friedrich. 128 p.203 p. Belval. A. 17.Nietzsche Friedrich. revue et corrigée par R. Paris. Paris. Gallimard. Burdeau. Aubier Montaigne. 1966.Nietzsche Friedrich. Circé. Vialatte. Tr. 'Ir.278 p. Tr. Albert. 12. . Ellipses. Paris. 1434 p. H.79 6. Gallimard. Flammarion. 1994. Paris. Paris. Ecce homo.. 14. esquisses phénoménologiques.Fontaine Philippe. 10. Le monde comme volonté et représentation. Quarto Gallimard. Fondation de la métaphysique des moeurs. La croyance.