You are on page 1of 33

INDEX

Page 1. 1.1 1.2 2. 2.1 2.2 2.3 2.4 2.5 3. 3.1 3.2 4. 4.1. 4.2 4.2.1 4.2.2 4.2.3 4.3 5. 6. 7. 7.1 7.2 7.3 7.3.1 7.4 7.4.1 7.4.2 7.4.2.1 7.4.2.2 7.4.3 7.4.3.1 7.4.3.2 7.4.3.3 INTRODUCTION Préface Production de pièces en bois malléabilisé BOIS BRUT Essences de bois Exigences de qualité, tri et rendement Taux d’humidité Stockage avant malléabilisation Usinage avant malléabilisation PLASTIFICATION (Ramollissement) Chauffage Chauffage partiel MALLÉABILISATION Malléabilisation en général Dimensions utiles Dimensions max. des pièces Malléabilisation en fardeau Malléabilisation partielle Capacité de compression STOCKAGE APRES MALLEABILISATION USINAGE AVANT CINTRAGE ET SECHAGE CINTRAGE Cintrage en général Cintrage avec feuillards Possibilités de cintrage Utilisation des diagrammes Outils pour cintrage de bois malléable Cintrage sans feuillards Cintrage avec feuillards Feuillards en général Cintrage avec feuillards en acier ressort Cintrage sur gabarit Cintrage en L ou en U Cintrage en S Cintrage en O - Anneau 3 3 4 5 5 6 7 7 7 8 8 9 10 10 11 11 12 12 13 13 13 14 14 14 15 15 18 18 19 19 19 20 21 22 23

1

7.4.3.4 7.4.3.5 7.4.3.6 7.4.3.7 8. 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16.

Cintrage en deux plans Torsion Cintrage automatique Cintreuse à gabarit rotatif SECHAGE Séchage en général Séchage en séchoir Séchage haute-fréquence Combinaisonséchage haute-fréquence / séchage en séchoir Effet ressort USINAGE COLLAGE FINITION ASPECT TRAITEMENT PROPRIETES MATERIELLES ATELIER COMPWOOD LIVRAISON DE BOIS MALLÉABLE

23 24 25 25 25 25 25 25 26 26 27 27 27 27 27 28 28 29

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES DESCRIPTION DES BOIS APTES A LA MALEABILISATION ET A LA FABRICATION DE MEUBLES, EXEMPLE DISTRIBUTEURS DE MATERIELS ET D’OUTILS, LISTE CINTRAGE EN U PAR FEUILLARD, EXEMPLE

30

31 32 33

2

Préface Ce manuel est basé sur le rapport Introduction au bois malléable, élaboré par l’Institut Technologique Danois, section Techniques du Bois. Ce rapport fut édité en 1993 par Jan Buchter, Consultant spécialisé, John Adelhøj, Ingénieur Civil, Jens Ljørring, Ingénieur Civil et Ove Hansen, Ebéniste.

1.

Introduction

Le cintrage de bois chauffés par la vapeur est connu depuis fort longtemps. Les planches pour la construction de coques de bateaux, les manches de cannes ou encore les chaises autrichiennes à dossier demi-rond sont des exemples typiques d’utilisation. Le cintrage par chauffage à la vapeur nécessite une maîtrise et un savoir-faire importants, notamment parce que le cintrage doit être réalisé immédiatement après chauffage à la vapeur, pendant que le bois est toujours chaud. Les pieds arrières de la chaise, ci-dessus nommée, doivent ainsi être cintrés dans la demi-minute suivant la sortie des pièces de l’autoclave ou de l’étuve. Durant plusieurs années, de nombreuses tentatives d’industrialisation du cintrage de bois massif furent menées sans succès. L’issue décisive arriva en 1988 lorsque ITD / section Techniques du Bois présenta le premier prototype d’une presse hydraulique à malléabiliser le bois, (machine destinée à comprimer le bois), à usage industriel. Aujourd’hui la seconde génération de presse hydraulique à malléabiliser le bois à usage industriel est fabriquée et commercialisée dans le monde entier par Compwood Maskiner A/S. L’un des avantages du bois malléable est notamment, qu’il tolère de grandes déformations. Il peut être cintré dans toutes les directions et le pourcentage de rebut est faible. De plus le cintrage peut être réalisé à l’aide d’outils simples, qui ne prennent que peu de temps à apprendre à mettre en œuvre. La production est très respectueuse de l’environnement, sans emploi de colles ou de produits chimiques. Un autre avantage est que le bois malléable peut être stocké et cintré à froid dans le temps. Le bois malléable donne libre cour à la créativité dans le cintrage des bois massifs, comme vous pourrez le constater dans ce qui suit. Un grand nombre d’architectes et de designers danois et d’autres pays ont exploité cette possibilité, au fil des années, dans leurs conceptions de meubles. Il apparaît notamment, dans les Ateliers Internationaux de l’Ecole Danoise de Design – Maîtrise Européenne du Design - ”Concepts en Bois Malléables”, que le bois malléable comporte de nombreuses possibilités, qui n’attendent qu’à être exploitées par des utilisateurs créatifs. Depuis son introduction en 1990, le bois malléable a été utilisé pour la réalisation de nombreux produits tels que : Rampes d’escaliers Clôtures Cannes Poignées Sculptures Jouets Plinthes Alèses de tables Dormants de portes Fenêtres Fabrication d’orgues Outils de jardin Chaises Divans Bancs Pieds de tables Ouvrages d’art Aménagements de bateaux

3

séché à l’air libre et ayant une contenance en eau de 20 à 25%. illustré dans la synoptique suivante. pendant qu’il est toujours humide (Teneur en eau supérieure à env. comme montré dans la figure 2.2 Production de pièces en bois malléable La production et l’utilisation du bois malléable peuvent être répartie en plusieurs points. Les chiffres dans les cadres correspondent aux chapitres de ce manuel. C’est cette nouvelle structure cellulaire qui autorise le cintrage à froid du bois malléabilisé. Le bois est ici comprimé dans le sens de la longueur. il se rigidifie dans la forme désirée. le bois malléable est produit et s’utilise de la manière suivante : Le bois brut. Figure 1. puis déposé dans la chambre de compression de la presse. 4 . Phases de travail lors de la production et de l’utilisation du bois malléable En résumé. est débité à dimension puis corroyé. 20%). Lorsque le bois est séché. ce qui entraîne une déformation transversale des parois cellulaires du bois. est ramollit par chauffage.1.

Photo microscopique de la structure cellulaire du hêtre avant malléabilisation Figure 2.Figure 1. le gommier et les bois durs exotiques. Essences de bois idéales à la malléabilisation Les résineux. tels que le teck ou l’acajou ne peuvent pas être malléabilisés. Les essences suivantes sont idéales à la malléabilisation et au cintrage : Essences Frêne Frêne Hêtre Hêtre Merisier Orme Erable Chêne américain Chêne Chêne Noyer (Fraxinus excelsior) (Fraxinus americana) (Fagus sylvatica) (Fagus spp. qui est différente d’essence en essence.1 BOIS BRUT Essences de bois Les possibilités de malléabilisation et cintrage du bois dépendent de la constitution cellulaire du bois. De nombreux feuillus sont aptes à la malléabilisation. 5 .) (Prunus serotina) (Ulmus glabra) (Acer saccharinum) (Quercus velutina) (Quercus spp. Photo microscopique de la structure cellulaire du hêtre après malléabilisation 2 2. le bouleau. Deciduas) (Quercus petraea) (Juglans nigra) Pays Danemark USA Danemark Japon USA Danemark USA USA Japon Danemark USA Figure 3.

6 . tri et rendement Le bois destiné à la compression doit remplir les mêmes exigences de qualité que le bois destiné à la fabrication de meubles. c.2. particulièrement lors de cintrage de pièces de faible section (Typiquement 40 x 40 mm).2 Exigences de qualité. c’est à dire que les cernes soient parallèles à la pièce dans le sens longitudinal. que les cernes suivent le sens du cintrage.1). le bois est débité en pièces de tailles correspondantes à la dimension de la presse (Voir chapitre 4. à partir de planches. à d. sans nœud ou autres défauts. il est cependant recommandé. En page 31 figure une déscription qualitative des bois employés dans la fabrication de meubles. Lors du cintrage. à d. Figure 4. Face cœur Figure 6.2. de madrier ou autres.sans importance au cintrage Figure 5. mais les nœuds peuvent poser des problèmes lors de cintrages ultérieurs. Grosse section avec nœud . Les bois comportant des nœuds peuvent être malléabilisés. C’est pourquoi il est préférable d’utiliser des pièces sans nœuds. Cintrage de préférence ”cœur contre cœur” Avant compression. c. que le coeur du bois se trouve vers l’intérieur (Voir figure 6). Il est capital que le bois soit droit de fil à l’origine. sans trop de déviations. Cela est de même en ce qui concerne l’orientation des cernes puisque les pièces peuvent être délignées ou dédoublées de multiples façons.problèmes au cintrage La proportion d’éclats ainsi que le cœur du bois ne jouent aucun rôle dans la compression. Orientation des cernes au cintrage. Petite section avec même taille de nœud .

5 Usinage avant malléabilisation En amont de la malléabilisation. Le bois doit être corroyé de manière à avoir une section carrée ou rectangulaire. ou autres qui pourraient le tacher. Tronçonnage droit avant malléabilisation Figure 9. Les extrémités doivent être droites. Le bois ne doit pas non plus être exposé à la lumière directe du soleil. Prendre ceci en considération. Il faut être attentif au fait que le bois augmente son volume. Taux d’humidité 20-25% Description Séché à l’air libre Figure 7.3 Taux d’humidité Le bois destiné à la malléabilisation doit avoir un taux d’humidité situé entre 20 et 25 %. 2. de manière que les dimensions obtenues correspondent aux dimensions de travail de la presse. et qu’il présente des dimensions identiques sur toute la longueur.4 Stockage avant malléabilisation Si le bois doit être stocké et séché avant malléabilisation. car un séchage trop rapide provoquerait des gerçures. L’humidité doit être contrôlée constamment. lors de l’humidification. les avivés doivent être espacés les uns des autres par des lattes de pin ou de sapin. Corroyage afin de mettre le bois aux dimensions de la chambre de compression 7 . Figure 8. Lors du stockage. tenir compte d’un traitement contre toute attaque bactérienne. 2.2. le bois doit être rectifié afin qu’il puisse entrer dans la chambre de compression de la presse. Taux d’humidité requis avant compression Le bois séché à l’air libre avoisinant les 16% peut être malléabilisé lorsque le taux d’humidité est rehaussé lors du passage à la vapeur. moisissures.

Ceci est nécessaire. Compwood Maskiner A/S préconise le chauffage par vapeur. Pour compenser les pertes au séchage et à l’usinage. mais aussi plus difficile à gérer A la vapeur. notamment à cause des pertes de volume au séchage et à l’usinage avant ou après cintrage. Le chauffage se fait par vapeur saturée. L’utilisation des haute-fréquences en phase de chauffage nécessite un contrôle très strict de la température et de l’humidité.dimensionnés. Le bois doit être porté à env. 8 . Le temps de chauffage dépend de la section du bois. Ceci est fait dans le but de le ramollir. 3 3. Figure 10. afin d’éviter les fissures dues à la rapide montée en température. car elles perdent 5% sur la longueur lors de la malléabilisation. Pour cette raison.1 PLASTIFICATION (Ramollissement) Chauffage Le bois doit être chauffé avant compression. Le temps de chauffage est d’environ 5 à 10 min. le chauffage est beaucoup plus rapide. afin d’éviter que le bois sèche en surface. 100°.Les pièces doivent être suffisamment surdimensionnées par rapport à la taille finale souhaitée. Le chauffage peut être effectué par vapeur ou haute-fréquence (HF). Le chauffage par HF est plus rapide que le chauffage par vapeur. Chauffage par vapeur Figure 12. de façon à ce qu’il puisse être malléabilisé dans le sens de la longueur sans être détruit. Les bois doivent être sur. le temps de chauffage est d’environ 45 minutes par épaisseur de 25mm. Figure 11. Le passage à la vapeur s’utilise aussi pour humidifier les pièces à faible taux d’humidité (voir chapitre 2. suivant la capacité du générateur HF. Les pièces doivent être aussi plus longues. Avec la hautefréquence.3).

afin d’assurer une coloration uniforme de la pièce. il peut être préférable de seulement la comprimer sur une partie. La malléabilisation partielle est contrôlée par le chauffage.2. Le chauffage partiel est pratiqué lorsque ce n’est qu’une partie de la pièce qui doit être malléabilisée Le chauffage partiel est toujours précédé d’un chauffage global de la pièce pendant ½ heure à 1 heure. Ceci s’appelle une malléabilisation partielle. seules les parties chauffées seront comprimées.3. ____________________ Ensemble de malléabilisation incluant autoclave et presse hydraulique à malléabiliser le bois. Lorsque le bois est placé dans la chambre de compression. puisque la pièce n’est chauffée que sur la ou les parties. 9 . Chauffage partiel Lorsque la pièce ne doit être cintrée que sur une partie. qui seront cintrées. Figure 13.

1 MALLÉABILISATION Malléabilisation en générale Les pièces chauffées (figure 14) sont introduites dans la presse. Cette diminution définitive est l’expression de la déformation de la structure cellulaire du bois (voir chapitre 1. Après relâchement de la pression. Figure 14. (figure 17). Dépendant du degré de compression.2).4. qui sont incorporés dans la chambre de compression de la presse. les pièces ont diminué définitivement de 3 à 5% (figure 17). Les pièces sont alors comprimées très fortement en leurs extrémités (figure 15). Le degré de compression dépend de l’essence de bois employée ainsi que du rayon de cintrage désiré. le bois a subit une diminution définitive de 3-5% 10 . le bois est comprimé dans le sens de la longueur Figure 16. Après malléabilisation. La pression est si élevée. que le bois diminue d’environ 20% dans le sens de sa longueur (figure 16). Les guides longitudinaux évitent que le bois se torde pendant la compression. 4. les pièces se redéploient. ainsi que la capacité de cintrage du bois. Lors de la malléabilisation le bois diminue d’environ 20% Figure 17. Lors de la compression. Pièce chauffée Prête à la malléabilisation Figure 15. les pièces de bois sont contrôlées longitudinalement par des guides presseurs auto-régulés. Lors de la malléabilisation.

La presse et son autoclave. vus de dessus 4.1 Dimensions maxi des pièces Lors de la malléabilisation la dimension maxi des pièces dépend de la dimension de la chambre de compression. Dans les presses standard de Compwood Maskiner A/S. le bois peut être tronçonné à dimension ou vous pouvez utiliser la technique de malléabilisation en fardeau. maxi de pièces. Figure 18. Les pièces sont comprimées par le dessus. 11 . 18 et page 19). 4. Dim. Des longueurs plus courtes ou plus longues peuvent être malléabilisées dans des presses Compwood.La presse est contrôlée par ordinateur. Les longueurs standard sont de 3 mt maxi et de 1 mt mini Figure 20. fabriquées sur mesure Après compression. dépend de la taille de la presse. les dimensions maxi de bois malléabilisés sont les suivantes: Presse Type 1 Type 2 Type 3 Largeur en mm Hauteur en mm Longueur en mm l H L 80 120 3000 120 200 120 160 3000 3000 Figure 19.2. les côtés et les extrémités.2 Dimensions utiles La dimension des pièces pouvant être comprimées. qui régule automatiquement la pression pendant la malléabilisation (voir fig.

Dans la fabrication de meubles. Malléabilisation en fardeau – Plusieurs pièces peuvent être comprimées en même temps Il est préférable que les pièces comprimées aient une section (Hauteur x largeur) correspondante à la dimension souhaitée avant cintrage. dans le fil du bois encore humide. la chambre de compression peut être dimensionnée afin de recevoir des pièces supérieures à 3 mt.1.4. Figure 21. Seulement une partie du bois est ramollie 12 . si une attention toute particulière n’est pas portée au délignage. La compression s’effectue sur un fardeau de pièces.2.2 Malléabilisation en fardeau Il est possible de comprimer plusieurs pièces à la fois. Les dimensions du fardeau doivent respecter les dimensions de la chambre de compression. des dimensions inférieures à celles indiquées dans le chapitre 4. 4.2.. Dans le cas d’une malléabilisation partielle. Une pièce malléabilisée de plus forte section peut naturellement être délignée à dimension.3 Malléabilisation partielle La malléabilisation partielle est effectuée comme décrite dans le chapitre 3. Figure 22. mais les faces de coupe. sont très souvent employées. C’est pourquoi il peut être préférable d’exploiter la technique de la malléabilisation en fardeau.2. Les pièces doivent être de la même essence. Cette technique est appelée malléabilisation en fardeau. et de préférence de même dimension. présenteront une surface très effilochée. L’emplacement de compression s’effectue là où le bois est réchauffé et où il doit être cintré ultérieurement. Malléabilisation partielle.2 (chauffage partiel).

3 Capacité de compression Les nouvelles presses à malléabiliser standard de Compwood Maskiner A/S ont les capacités de compression indicatives suivantes: Capacités de compression pour 8 heures Presse. Type 2 (120 x 120 x 3000 mm) Presse. le bois malléable peut être conservé jusqu’à 6 mois avant cintrage.6 % Perte tangentielle 6. Production journalière de bois malléable 0. Par exemple. de façon à ce que le taux d’humidité ne descende pas en dessous des 20%. est comme suit : Perte radiale 3. De plus. ainsi que de sa teneur en eau.6% Perpendiculairement aux cernes Longitudinalement aux cernes Figure 24. la capacité de compression dépend de l’essence de bois. Type 1 (80 x 120 x 3000 mm) Presse. 6 USINAGE AVANT CINTRAGE ET SECHAGE Les pièces devraient être tronçonnées et usinées avant cintrage. Perte de volume du hêtre. Si le bois n’est pas cintré dans la foulée.5 m³ Les capacités de production indiquées sont valables à un degré de compression de 20% avec une compression sur toute la longueur de la pièce. il doit être stocké.4). Type 3 (200 x 160 x 3000 mm) Figure 23.5 -1 m³ 2 m³ 3 . 5 STOCKAGE APRES MALLEABILISATION Après malléabilisation le bois est prêt pour être cintré. L’assèchement est évité en stockant le bois en chambre froide ou en l’enveloppant d’un film plastique hermétique. (passage de 25% d’humidité à 8% d’humidité). Dépendant de la méthode de stockage.4. Les pièces doivent suffisamment être surdimensionnées en vue de l’usinage et de la perte de volume au séchage. Les formations de moisissures sont évitées de la même manière que pour le bois brut (voir chapitre 2. la perte de volume lors du séchage du hêtre. lors d’un séchage de 25% à 8% d’humidité 13 .

7 7. Un évt. 14 . Lors du cintrage. le bois en face de pression tolère de grandes déformations. moulurage devrait être éffectué dans la foulée. car il ”peluche” facilement. le bois malléable est influencé de deux manières différentes. les cellules du bois sont exposées à une traction et s’allongent. parce qu’elle est trop étirée. lors de l’usinage avant cintrage. sans pour cela être écrasé ou présenter des plis visibles à l’œil nu. Un bois malléable humide. il est donc important de protéger la face de traction et. qui peut être affiné au ponçage après cintrage et séchage de la pièce. peut être corroyé / mouluré en travers du fil du bois Un ponçage en large-bande ou en longue-bande . La fabrication de bâtons ronds sur un tour à bâtons donne un bon état de surface. La face intérieure de la pièce cintrée est exposée à une pression où les cellules du bois froissent.2 Cintrage avec feuillards Même si le bois est comprimé. Sur la face extérieure de la pièce. donne par contre un très bon résultat. de concentrer les déformations sur la face de pression.1 CINTRAGE Cintrage en général Face de traction Lors du cintrage. Lors du cintrage. les premières ruptures surviennent d’abord sur la face de traction. Face de pression Figure 26. Par contre. il peut toujours être surchargé jusqu’à rupture ou écrasement.Le bois malléable se corroie difficilement avant séchage. Lors d’un cintrage important d’une pièce malléabilisée. la face intérieure du bois est comprimée et la face extérieure étirée 7. où les couteaux travaillent en travers du fil du bois.peut également être pratiqué sur les bois malléables.dans le but d’éliminer des traces de sciage. par exemple . Le corroyage sur machine spéciale. Figure 25. à la place.

Lorsque la pièce est cintrée à la forme voulue. Les valeurs indiquées pour le hêtre peuvent être employées pour le Chêne. de la dimension et du degré de compression. Seuls des profils de faible section peuvent être cintrés à la main. de la forme du bois employé ainsi que de l’outil employé à cette opération. il est possible d’obtenir des rayons de cintrage plus petits. il est toujours nécessaire d’utiliser une certaine puissance pour le cintrer. 7. à d. (voir chapitre 7. le noyer ou l’érable.Diamètre de Pièces possibles en utilisant des feuillards lors du cintrage. Les valeurs indiquées pour le frêne sont aussi valables pour l’orme. La surface hachurée représente les combinaisons de Rayon de Cintrage / Epaisseur .4. La déformation est alors rassemblée sur la face de pression. le feuillard protège la face de traction contre les ruptures à l’étirement 7. peuvent être réalisées sans emploi de feuillards.1. il est nécessaire de la maintenir en place lors du séchage. Lors du séchage. Le rayon de cintrage dépend de l’essence. au rayon extérieur du gabarit.3.) Figure 27. vous trouverez les rayons de cintrage indicatifs pour le hêtre et le frêne. Le feuillard protège cette face contre les ruptures à l’étirement. qui tolère mieux la pression. Toutes les combinaisons de Rayon de Cintrage / Epaisseur . La limite de cintrage ne peut être déterminée que par des essais. Concernant la forme et l’utilisation des feuillards. Le rayon indiqué correspond au rayon intérieur. avec précaution. les forces de pression et de traction peuvent être contrôlées à l’aide d’un feuillard. des gabarits ou autres agrégats de cintrage. de la qualité. Sur les diagrammes (figures 28-31).3 Possibilités de cintrage La capacité au cintrage du bois malléable dépend de plusieurs facteurs différents. lors du cintrage. Utilisation des diagrammes La ligne supérieure de la surface hachurée montre les limites de cintrage sans feuillards. 15 .Feuillard Lors du cintrage. le bois se « rigidifie » à la forme désirée. A remarquer que le rayon de cintrage dépend essentiellement de l’utilisation ou de la non-utilisation de feuillards. Les diagrammes sont valables pour un degré de compression de 20% . c. Même si le bois est ramolli lorsqu’il est comprimé.Diamètre de Pièces. sinon il est nécessaire d’utiliser des outils adéquats. le merisier. Lors d’un cintrage à l’aide de feuillards avec butée réglable. Le feuillard est placé sur la face de traction (face extérieure) avant cintrage. se trouvant au-delà de cette limite.correspondant à une diminution définitive d’environ 5%.

Bâton rond Cintrage à froid – Hêtre comprimé (20%) Rayon minimum de cintrage HETRE Bâton rond Cintrage sans feuillard Avec butée fixe Cintrage avec feuillard Avec butée réglable mm Figure 29. Hêtre. Section circulaire. Hêtre. 16 .Section rectangulaire Cintrage à froid – Hêtre comprimé (20%) Rayon minimum de cintrage Cintrage sans feuillard HETRE Section rectangulaire Avec butée fixe Cintrage avec feuillard Avec butée réglable mm Figure 28. Section rectangulaire.

Section rectangulaire. Frêne. Bâton rond Cintrage à froid – Frêne comprimé (20%) Rayon minimum de cintrage Cintrage sans feuillard FRENE Bâton rond Avec butée fixe Cintrage avec feuillard Avec butée réglable mm Figure 31. 17 . Section circulaire. Frêne.Section rectangulaire Cintrage à froid – Frêne comprimé (20%) Rayon minimum de cintrage FRENE Section rectangulaire Cintrage sans feuillard Avec butée fixe Cintrage avec feuillard Avec butée réglable mm Figure 30.

Le cintrage doit s’effectuer de manière lente et régulière. La pièce cintrée est bloquée au gabarit à l’aide de pinces En règle générale. vérins ou treuils utilisés lors du cintrage de la pièce. voire entièrement automatiques.7. En dehors de cela. Outils de poussée ou de traction sous formes de serre-joints. Figure 32. à la forme voulue. et que la pièce puisse être maintenue en place à l’aide de serre-joints. 28-31).4 Outillage pour le cintrage de bois malléable Les outils destinés au cintrage de bois malléable peuvent être répartis en plusieurs groupes. 3. Un gabarit sur lequel le bois est cintré. 1.1 Cintrage sans feuillards Les pièces peuvent être cintrées sans l’aide de sangles lorsqu’il s’agit de grands rayons de courbure (voir fig. d’excentriques ou de sauterelles. 7.4. Un feuillard qui est placé sur la face de traction lors du cintrage. Cintrage sans feuillards 18 . ainsi qu’un contre-gabarit qui le maintient en place lors du séchage. il existe naturellement des machines qui peuvent effectuer des cintrages semiautomatiques. 2. afin d’éviter que le bois ne subisse des déchirements à l’étirement. les limites suivantes peuvent être considérées pour un cintrage sans feuillards : SECTION RECTANGULAIRE HETRE Rayon de cintrage minimum = 10 x épaisseur de pièce – 50 mm FRENE Rayon de cintrage minimum = 6 x épaisseur de pièce SECTION CIRCULAIRE HETRE Rayon de cintrage minimum = 7 x épaisseur de pièce + 30 mm FRENE Rayon de cintrage minimum = 11 x épaisseur de pièce – 100 mm Figure 33.

2. régulier et adapté à la taille de la section. Lorsque le bois est à mi-stade de séchage.2. 7. Normalement. 7.4.3. le bois doit être maintenu en place pendant qu’il sèche. 7.4. le feuillard doit couvrir toute la surface extérieure de la pièce. le risque de ruptures à l’étirement augmente sur la face de traction.2 Cintrage par feuillards en acier ressort Butée fixe Pièce Le feuillard est muni de deux butées sur chaque extrémité. alors que l’autre est réglable.1 Feuillards en général Les feuillards sont habituellement fabriqués en acier ressort inoxydable de 1 mm d’épaisseur. la pièce reste en place sur le gabarit lors de la première phase de séchage. d’environ 1 mm. Pour certaines tâches.2. le rayon de courbure diminue.4). Feuillard avec butées fixe et réglable 19 . Butée réglable Figure 35.4. Le cintrage doit s’effectuer d’un mouvement lent. Cintrage avec feuillards Lors de cintrages importants. La largeur du feuillard doit toujours être supérieure à la largeur de la pièce à cintrer.Après cintrage. L’utilisation de telles sangles est expliquée dans le chapitre Cintrage en deux plans (voir chapitre 7.5).4. La pièce à cintrer est placée entre les deux butées. La pièce est alors prête au cintrage. et peut être fixé d’une autre façon sur un gabarit plus simple. C’est pourquoi il est nécessaire d’utiliser des feuillards. afin de bien pouvoir bloquer la pièce dans le feuillard. Figure 34. La pièce est maintenue en place lors du séchage Lors de la fabrication du gabarit. L’une des butées est fixe. Lors du cintrage. De même. des sangles en Nylon tressé peuvent être utilisées en remplacement. prendre en considération l’effet de ressort (voir chapitre 8. il peut être retiré du gabarit.

les limites suivantes peuvent être considérées pour un cintrage avec feuillards : SECTIONS RECTANGULAIRE & CIRCULAIRE HETRE & FRENE Rayon de cintrage minimum = 2 x épaisseur / diamètre de pièce Figure 37. afin d’éviter les marques sur les pièces à cintrer. voire froisser. qu’il glisse de la pièce. le feuillard doit être muni de barres longitudinales de renfort. Les surfaces de coupe doivent être poncées. de MDF. Lorsque la butée est serrée. Lorsque cela arrive. Cintrage avec feuillard 7. lors de cintrages importants. Les gabarits en bois sont simples à fabriquer. Figure 38. peut être fabriqué en bois ou en métal. Une gabarit pour un cintrage en un seul plan peut être fabriqué à partir d’un épais panneau de contreplaqué. ou de plusieurs panneaux collés entre-eux. Afin d’éviter cela.3 Cintrage sur gabarit Le gabarit sur lequel le bois doit être cintré. qui sera vissée au feuillard. Gabarit en bois 20 . Si la butée n’est pas dévissée. Cette tige est maintenue en place par deux écrous soudés sur une plaque. En règle générale. en dévissant la butée réglable. la pièce n’est plus en pression. Cette tige doit avoir un filetage hélicoïdal et une tête à six pans. Barres de renfort Figure 36. Le panneau est découpé à la façon souhaitée. la pression sur la face intérieure de la pièce devient si importante que le bois risque de se détériorer. la pression peut devenir si forte sur le feuillard. ou de particules. (Données techniques indiquées en page 32). Ces barres doivent se trouver à chaque extrémité du feuillard et doivent être boulonnées au feuillard.4. il peut être nécessaire de diminuer la pression en bout.Pendant le cintrage. Les butées se déboîtent facilement lorsque le feuillard n’est pas muni de barres de renfort La butée réglable peut aisément être fabriquée à partir d’une tige filetée munie d’un patin. tout comme aux butées. de façon à pouvoir être vissée ou dévissée facilement à l’aide d’une clé à douilles.

qui permettent le maintien du bois malléable pendant et après le cintrage. Petit à petit et très lentement. La pièce. côté butée fixe. Pièce en U Pendant le cintrage. Pièce en L Figure 41. 7. La pièce est cintrée autour du gabarit. Ils sont par contre plus chers à l’achat et/ou à faire fabriquer. le gabarit doit avoir des trous ou des emplacements prévus pour recevoir des serre-joints / pinces. la table de cintrage doit être suffisamment grande pour recevoir les outils de pression et/ou de traction qui serviront à courber le bois. Gabarit en acier ou en aluminium Les gabarits en bois sont percés pour pouvoir être éventuellement boulonnés sur une table de cintrage.1 Cintrage en L ou en U Le cintrage d’une pièce en L ou en U s’effectue de la façon suivante. la pièce est en pression longitudinale dans le feuillard.Les gabarits en métal sont souvent utilisés. lorsque de grosses séries sont à envisager. Figure 40.4. Le feuillard est positionné sur la face extérieure du bois malléable. la pression en bout de bois doit être relâchée. et le bois est plus facile à courber. De plus. En outre. de manière à permettre la déformation longitudinale sur la face de traction de la pièce (face extérieure). la pièce est cintrée et fixée au gabarit à l’aide de serre-joints ou de pinces (voir figures 56-59). Le risque de rupture à l’étirement est alors considérablement réduit lors du cintrage. est alors fixée au gabarit. des froissements/plis apparaissent sur la face intérieure de la pièce. Les gabarits en métal sont stables et faciles à équiper avec des pinces qui maintiennent la pièce cintrée en place. Le bois doit de préférence être orienté côté cœur contre le gabarit (figures 40 et 41). Si la pression en bout de bois n’est pas relâchée.3. Figure 39. 21 . Lors du cintrage en L par exemple.

Les sangles doivent être en appui sur les faces extérieures de la pièce. Les outils servant au cintrage et au maintien de la pièce doivent être faits de telle sorte qu’ils ne puissent pas faire de marques inutiles sur la pièce. Le serrage à la clé dynamométrique permet de contrôler la pression lors du cintrage. le cintrage en S. sont sanglées avec une sangles en deux parties (figure 43). Les cales de guidage peuvent éventuellement être vissées à la sangle.. mais est débuté par le centre du S. qui évitent à la pièce de glisser en dehors de la sangle. Feuillard avec cales de guidage. la pièce peut être guidée par des pinces. On minimise ainsi le risque des ruptures sur la surface extérieure du bois.2 Cintrage en S Les règles appliquées pour les cintrages en L ou en U.4. Comment réaliser un cintrage en U. 7. qui empêchent la pièce de déraper A la place de cales de guidage. 52 à 63.3.Une pression trop élevée en bois de bout entraîne également un aplatissement de la pièce sur sa partie la plus courbe (dans certains cas. Lors du cintrage de pièces longues. Cintrage en S 22 . Fig. le feuillard doit rester en place sur la pièce lors de la première phase de séchage. Les piéces formées en S. Figure 42. Le cintrage en S s’effectue comme deux cintrages en U en opposition. Lors de cintrages particulièrement délicats. le cintrage est néanmoins réparti en deux phases. qui la maintienne en place. Dans ce cas. pas à pas. Figure 43. la pièce peut diminuer de moitié). il est nécessaire d’équiper la sangle de cales de guidage. sont les mêmes que pour d’autres cintrages comme par ex. lorsque la pression en bout de bois augmente (figure 42).

3. où le dos. Le gabarit peut avoir différentes façons. La pièce à cintrer est maintenue au feuillard.4.). Le cintrage du dos s’effectue avec ou sans feuillards. circulaire. 2. comme lors d’un cintrage en U. La courbure de la pièce peut être initiée. Cette extrémité de la pièce est fixée au gabarit à l’aide de serre-joints ou de pinces.4 Cintrage en deux plans Le cintrage en deux plans apparaît notamment dans la fabrication de chaises. par ex. Au fil de la courbure de la pièce autour du gabarit.Anneau Le cintrage d’un anneau (assise de chaise. est très facile.7. oval. ou carré avec des coins arrondis. les accoudoirs et les pieds avant forment une seule pièce. La procédure de courbure de la pièce reste la même. les deux jambes du U peuvent être courbées (2ème plan). Le travail de cintrage se divise en deux phases: 1. Figure 44. Figure 45.3 Cintrage en O . La partie cintrée de la pièce est bloquée au gabarit et l’éventuel feuillard est ôtée. comme précédemment décrit. Ensuite. il est nécessaire de la « bloquer » à ce même gabarit.4. Cintrage du dos en U (1er plan – figure 45). Démarrer le cintrage de la pièce par cette extrémité (figure 44). usiner l’une des extrémités de la pièce à cet effet avant cintrage.3. Pièce en O avec assemblage biseauté Le feuillard côté butée fixe est fixé au gabarit. 7. Cintrage en un seul plan 23 . Si l’anneau doit être terminé par un assemblage biseauté. Cintrage du passage des accoudoirs aux pieds (2ème plan – figure 46).

24 .Le cintrage des pieds s’effectue normalement à l’aide de sangles en Nylon tressé. les pieds sont maintenus dans un gabarit indépendant avec butées fixes. la résistance du bois est très faible. (Données techniques indiquées en page 32). Les fissures apparaissent parce que le bois subit un étirement transversal trop important lors d’une combinaison cintrage / torsion. Les sangles en Nylon ne s’allongent quasiment pas lors de la traction.5 Torsion Des profils fins de bois comprimé peuvent être voilés comme une pale d’hélice.3. et la pression de cintrage est ainsi établie. Figure 46. Lorsque les feuillards sont tendus. les butées du gabarit sont mises en pression en bout de bois. Les sangles en Nylon sont du même type que les sangles utilisées pour l’ammarage de marchandises. La torsion s’effectue sans emploi de sangle. Torsion Il peut être compliqué de combiner cintrage et torsion.4. c’est pourquoi le risque de fissure est très important. sans que des fissures apparaissent dans le fil du bois (tension d’étirement transversal). ce qui n’est pas forcément le cas si des feuillards en acier sont employés. 7. La tension de la sangle est obtenue à l’aide d’un tendeur à cliquets. Dans ce cas. L’aplatissement de la pièce est ainsi évité. Figure 47. Les sangles en Nylon sont normalement employées pour des cintrages de bâtons ronds. Cintrage en deux plans Lors du cintrage en deux plans. Elles sont flexibles et très adaptées au cintrage de formes compliquées (2 plan). Les sangles suivent parfaitement la pièce et répartissent plus facilement la pression sur la majeure partie des courbures.

1 SECHAGE Séchage en général Lorsque le bois est cintré.2 Séchage en séchoir Le bois malléable tolère un séchage plus important (plus rapide) que le bois traditionnel – sans pour autant qu‘il gerce. soit dans un autre agrégat qui le maintient dans sa forme. par vérins hydrauliques ou pneumatiques.4. le bois doit être maintenu.4. Le séchage de bâtons ronds de 34 mm prend environ 2 à 3 jours à 60° C. Le séchage peut être effectué en séchoir ventilé . Le moteur entraine lentement le gabarit contre le rouleau presseur qui plaque la pièce au gabarit. Au bout de 6 heures. Pendant le séchage. 8.6 Cintrage automatique Le cintrage de bois malléable peut être effectué en machine. 25 . Le rouleau presseur ayant une translation (comme le bras d’un tourne-disque). 8. Des grosses pièces de section 60 x 120 mm sont séchées à température plus basse.3. soit dans son gabarit de cintrage. Pendant le séchage. 8.variateur électrique. Cintreuse à gabarit rotatif 8. pendant le reste du temps de séchage (voir fig. La table est équipée d’un plateau tournant. Cela prend de 10 à 14 jours.3 Séchage haute-fréquence Le chauffage par haute-fréquence (HF) peut également être employé pour sécher les pièces. Gabarit Pièce Rouleau presseur Figure 48. La forme de la machine / presse dépend du cintrage a effectuer. la cintreuse peut ainsi servir au cintrage de pièces de formes et de tailles très différentes. Normalement. il doit sécher de façon à « durcir » à la forme voulue. commandé par un moto.7. La puissance nécessaire au cintrage est obtenue à l’aide de moteurs électriques. seul le contrôle de la température de l’air est nécessaire. 7. 40 °C. Cette forme de séchage est beaucoup plus rapide qu’en séchoir. la pièce peut être ôtée de son gabarit et peut être placée dans un agrégat de maintien plus léger ou autres formes de maintien. le bois retrouve quasiment sa dureté initiale.3. 34).7 Cintreuse à gabarit rotatif De nombreux cintrages peuvent être effectué sur une cintreuse. Commencer par la fixation du gabarit au plateau tournant.

et il peut donc. à d. la pièce cintrée peut être placée dans un gabarit plus léger qui permettra une meilleure évaporation (voir fig. Le chauffage HF peut s’effectuer en branchant du courant haute-fréquence sur le feuillard et sur un 2ème feuillard metallique positionné entre le gabarit et la pièce. Pour certaines pièces. Figure 49. Le chauffage HF peut être utilisé pour sécher les pièces cintrées 8. (Concernant l’effet ressort.5 Effet ressort Le bois malléable a. 8. après refroidissement. Le gabarit doit être construit d’un matériau non-conducteur – par ex. le bois se trouvant au milieu est chauffé. qu’il est pris en considération lors de l’élaboration du gabarit. Ce qui veut dire que le gabarit peut rapidement être réemployé pour un nouveau cintrage. du bois ou de la fibre de verre. 34). comme tout autre bois cintré. être retiré du gabarit. Lors du séchage en séchoir qui suit.L’emploi du chauffage par haute-fréquence nécessite l’emploi de gabarits spéciaux. Lors du chauffage une partie de l’élasticité du bois cintré est éliminée. voir les réferences bibliografiques en page 30). l’effet ressort a une telle importance.4 Combinaison séchage haute-fréquence / séchage en séchoir Le chauffage par HF de période courte (3-4 min) peut être utilisé dans le but de relaxer les contraintes du bois cintré. un effet ressort – c. que le cintrage se ressert lorsque la pièce sèche (le rayon de cintrage diminue). Effet ressort après séchage de la pièce cintrée 26 . Figure 50. Lorsque le courant HF passe dans les feuillards.

se reporter aux indications des fabricants de vernis. En général. Certains types de teintes peuvent cependant créer des auréoles. 12. 13. teinté. Il est pour cela recommandé d’effectuer des essais avec différents mélanges avant de teinter définitivement. comme tout autre bois être traité. 10. vernis ou peint comme tout autre bois. TRAITEMENT Si le bois malléable doit être utilisé dans des environnements très humides – à l’intérieur ou sous abris extérieurs – il doit. FINITION Le bois malléable peut être huilé. COLLAGE Le bois malléable peut être collé comme tout autre bois.9. ni de couleur comparé à un bois traditionnel étuvé. De plus. 11. la pièce doit être bloquée de façon à ne pas subir de déformations dues à l’humidité. 27 . il ne change pas de caractère. Se reporter aux indications des fabricants de colle. ASPECT Même si le bois malléable est soumis à de grosses déformations lors de la compression. le bois malléable peut être usiné comme tout autre bois. USINAGE Après séchage.

d’une diminution permanente de 5 % et d’un séchage à haute température après cintrage (60 °C). Propriétés Physique: Poids volumique Taux d’humidité Mécanique: Résistance à la flexion Résistance à la traction Résistance à la compression Résistance au cisaillement Dureté Résistance au choc Tenue au vissage Rigidité au cintrage Rigidité à la traction Rigidité à la compression A l’humidité: Changement de dimension à l’humidité ambiante continue (Teneur en humidité) Différence en % entre bois non-malléable et bois malléable (valeurs moyennes) +5 0 -10 -10 -10 -10 -15 +20 -10 -15 -15 -15 0 Figure 51.14. Propriétés du hêtre et du frêne malléables par rapport à du hêtre et du frêne nonmalléables 15. PROPRIETES MATERIELLES Comme pour le bois traditionnel. L’atelier prototype donne des conseils. ATELIER COMPWOOD L’ATELIER Compwood fonctionne comme centre de développement pour les domaines d’applications industrielles du bois malléable. les propriétés matérielles du bois malléable peuvent être réparties comme suit : • • • Propriétés physiques Propriétés mécaniques Propriétés à l’humidité Dans le tableau suivant (figure 51). notamment sur le procédé de compression. L’atelier prototype exécute les tâches suivantes: • • • • • Tests de compression sur des essences de bois danoises et étrangères Malléabilisation de bois à usage industriel Elaboration de prototypes en bois malléable Fabrication d’outils de cintrage de bois malléable Conseils sur la malléabilisation du bois. les possibilités et les limites 28 . les propriétés sont indiquées sans tenir compte du degré de compression à 20%. le traitement.

16. LIVRAISON DE BOIS MALEABILISE Des renseignements concernant la livraison de bois malléable vous sont donnés à: Compwood Maskiner A/S Industriskellet 15 DK-2635 Ishøj Danemark Téléphone: + 45 43 73 20 15 Fax: +45 43 73 02 15 E-mail: sales@compwood.compwood.dk Site Internet: http://www.dk 29 .

1983 Stevens. Ole ”Historien om en stol” (La chaise en bois cintrée à la vapeur et son créateur Michael Thonet) Borgens Forlag.REFERENCES BIBLIOGRAFIQUES (La littérature indiquée traite du cintrage de bois en général) Bang. ”Misfarvning af træ kan undgås” Magazine ”Træ og Industri” Octobre 1993. 11 Novembre 1955. pages 135-139 Clark. 26. ”Bøjning af Træ” Magazine ”Træindustrien” n°. pages 10-11 Hvattum. ”Wood Bending Handbook”. et Turner. K. C. Londres. W. ”Veneering andWood – bending in the Furniture Industry” Oxford 1965 Henriksen. Lind. N. 30 . Norvège 1981. W. Osvik. Harald ”Cintrage av heltre” Institut Technologique Norvègien. Norvège 1978 Lind.16.C. og Osvik ”Springback i formlimte finerlaminater” Groupe de recherche de l’industrie du meuble: Publication n°. 1970. 1979 Boye. Per ”Hjørneforbindelser og laminerte buer – stabilitet ved fuktighetsforandringer” Groupe de recherche de l’industrie du meuble: Publication n°.

EXEMPLE FEUILLUS SCIES DESTINES A LA MALEABILISATION – EXIGENCES DE QUALITE Valable seulement pour le hêtre. Au-delà de 16% (valable pour toutes les parties de la pièce) Lors de cerclage par bandes d’acier. Cœur rouge et brun sur hêtre et frêne non-autorisé Aubier dans orme non-autorisé. sur dosse et faux-quartier).DESCRIPTION DES BOIS APTES A LA MALEABILISATION ET A LA FABRICATION DE MEUBLES. le frêne et l’orme Tolérance dimensionnelle: Epaisseur/Largeur +3. gerçures/fentes et décoloration non-autorisés. protéger les angles de façon à ne pas laisser de marques sur les arrêtes. -0 mm Qualité: Hêtre: Sans défauts sur les 4 faces. Frêne et orme: Jusqu’à 3 nœuds de 10 mm autorisés sur chaque pièce. Taux d’humidité: Emballage: 31 . 1:10. -1 mm Longueur +30. Orientation des cernes au choix (sur quartier. flaches. Gauchissement/voilement non-autorisés Sciage: Frais de sciage. Débit sur maille. Cernes: droit de fil. inclinaison cernes et fibres max.

: Holstebro: +45 98 13 18 88 Ålborg: +45 98 13 17 44 Butée réglable pour feuillard acier: Filetage trapézoïdal Appellation: TR 22 x 5 Distribué par: Erni-Bolte A/S. AISI 301. Brøndby Tél. fongicide. comme ci-dessus Vis pour fixation au feuillard: 8 mm BTR • • • • • • • 32 . site internet: http://www. Insecticide. Henriksens dans références bibliografiques) Feuillards: Description: Acier ressort inox. LISTE • Presse hydraulique à malléabiliser: Compwood Maskiner A/S Industriskellet 15 2635 Ishøj Tél: +45 43 73 20 15 Fax: +45 43 73 02 15 E-Mail: sales@compwood.dk.: +45 43 45 07 77 Sangles en Nylon avec tendeurs à cliquets Description: Bande sans fin. largeur sur commande Distribué par: SCS Båndstål Industri.DISTRIBUTEURS DE MATERIELS ET D’OUTILS.: +45 44 97 90 00 Ecrous trapézoïdaux. anti-bleu: (Voir article de K. E 20100.compwood. Ballerup. voir ci-dessus.dk Bois malléable: Compwood Maskiner A/S. n°. cylindriques Appellation: TR 22 x 5 Distributeur. 06 509404 Distribué par: Vojens Tovværk A/S Tél. Tél.

Gabarit de cintrage pour pièce en U. Fin de cintrage. Le bois est poncé de façon à minimiser l’usine après cintrage. Figure 58. Figure 61. Figure 54. La pièce séchée est ôtée du gabarit – effet ressort. Cintrage du bois à façon. Figure 55. Figure 60.Figure 52. Ponçage des pièces à la toile ou à l’éponge. Sanglage de la pièce. Blocage de la pièce au gabarit. Figure 57. Vernissage de la pièce. Séchage de la pièce maintenue en pression sur son gabarit. Figure 56. Feuillard. Débit du bois malléable à dimensions adaptées. Figure 59.Blocage de la pièce sur le gabarit. Figure 62. 33 . Figure 63. Figure 53.