You are on page 1of 2

Investir

Emmanuel L. Delley INg Investment Management (Suisse)

42

Fonds de placement

Avis d’expert
• Acerinox: La compagnie métallurgique espagnole a une comptabilité forte, mais le cours de son action a sous-performé le secteur «material», ainsi que les autres aciéries. Elle offre une exposition importante au marché américain et est positivement corrélée à l’immobilier américain. Bien que son exposition au marché espagnol ne soit que très limitée, le cours de son action a souffert de la crise espagnole et cela a produit une opportunité d’achat. Axa: L’assureur français se traite à des niveaux très attractifs, avec un rendement du dividende de près de 6%, ainsi qu’un discount de 20% par rapport à ses pairs. Le titre a sous-performé en 2010 du à son exposition à l’assurance-vie, ainsi qu’une exposition importante au marché des actions. Abertis: le constructeur et gérant d’autoroutes payantes et de parking franco-espagnol génère des liquidités importantes et offre un dividende de 5%. La nouvelle direction, ainsi qu’un activisme des actionnaires, pourraient déclencher des changements tels que la vente de participations secondaires dans Atlantia, Brisa, et Eutelsat, ce qui soutiendrait fortement le cours du titre en 2011.

Dividendes: rendement et stabilité
Ecarter le rendement du dividende des principaux critères d’investissement est un tort, car les sociétés distribuant des rendements élevés et soutenables s’avèrent plus résistantes et performantes sur le long terme. Une analyse historique a démontré qu’en moyenne, environ la moitié du rendement total d’un portefeuille d’actions provient du rendement des dividendes. Il en résulte un portefeuille relativement défensif, peu volatil et dont le risque à la baisse est moindre. A plus forte raison dans un environnement où les marchés obligataires offrent peu d’alternatives, les actions à haut rendement constituent une solution d’investissement attrayante. Mais les sociétés qui versent les dividendes les plus élevés n’affichent pas nécessairement les meilleurs rendements, ce qui atteste de l’importance d’une analyse approfondie des sociétés et de la valeur d’une gestion active. Pourquoi est-il si attrayant d’investir en dividendes? La recherche indique que, sur le long terme, investir sur les valeurs «value» procure des rendements supérieurs à ceux du marché et que ces titres délivrent en moyenne des rendements ajustés au risque qui sont supérieurs. Mais allons plus loin et ajoutons l’élément «dividende», afin de peaufiner la proposition. Une approche «value» fondée sur les dividendes offre un atout supplémentaire et permet d’obtenir un profil risque/ rendement attrayant, du fait d’une faible volatilité et de caractéristiques défensives. Pourquoi faut-il se concentrer sur les dividendes? D’abord, parce que les dividendes sont la principale source du rendement total des actions; une analyse des rendements des actions sur les quarante dernières années montre que, pour toutes les régions, le rendement du dividende est l’élément qui contribue le plus au rendement total. Ensuite, parce que le rendement du dividende est la seule source de rendement qui soit toujours positive sur la durée, tandis que l’évolution de la croissance des multiples et des dividendes peut afficher des chiffres négatifs. Une stratégie fondée sur les dividendes offre ainsi une plus grande protection, comparativement à un fonds d’actions traditionnel. Les dividendes sont également

Dispersion annualisée sur des périodes de cinq ans

@ emmanuel.delley@ingim.com
BANQUE&FINANCE N°108 MARS/AVRIL 2011

Investir

43

Pendant longtemps, le rendement du dividende a été écarté des principaux critères d’investissement. A tort.

Performance de l’ING (L) Invest Euro High Dividend CAP
(depuis le lancement en avril 1999)

Sur le web www.highdividend.ch

www.ingim.ch

Les perspectives des investissements en dividendes L’importance des dividendes dans le rendement total d’un portefeuille d’investissements sera plus grande dans l’environnement de faible croissance et de faible rendement que nous prévoyons pour les marchés développés. La demande de revenu et de rendement restera sans doute forte, notamment pour des raisons démographiques structurelles, et le rendement d’autres catégories d’actifs est historiquement faible. Il est probable qu’une stratégie de sélection des actions à rendement de dividendes élevé et pérenne bénéficie de cette tendance. Une poursuite de la croissance des bénéfices en 2011 et 2012, associée à de très fortes liquidités, devrait stimuler les dividendes, d’autant plus que les ratios dividendes/bénéfices sont nettement en dessous de la moyenne à long terme. Cet environnement, combiné à l’attractivité à long terme des investissements en dividendes, justifie selon nous une sélection d’actions à fort dividende dans tout portefeuille d’actions.
BANQUE&FINANCE N°108 MARS/AVRIL 2011

moins volatils; en effet, la croissance des dividendes est beaucoup moins volatile que celle des bénéfices, surtout durant une période de contraction de l’économie. Enfin, les dividendes sont un outil d’évaluation stable et un signal fiable; l’importance et la stabilité des dividendes fournissent des informations sur les perspectives d’une entreprise, les dirigeants estimant que la réduction des dividendes nuit à leur image et que, par conséquent, il est préférable de les lisser au fil du temps. L’analyse fondamentale, la clé de bons résultats d’investissement Pendant un certain temps et avant que ne débute la crise financière

en 2007, on pensait qu’un portefeuille d’actions à rendements de dividendes élevés conduisait à des retours sur investissement eux aussi élevés. De nombreux investisseurs estimaient qu’il suffisait, au moment de construire un portefeuille, de ne prendre qu’en considération le rendement des dividendes. Le risque d’être confronté à des réductions de dividendes était minime. En 2008 et 2009, la situation des dividendes s’est complètement renversée. La crise du crédit a entraîné une avalanche de diminutions et de suspensions des dividendes, notamment dans le secteur financier. Ce secteur, qui représentait habituellement plus du tiers du

revenu total lié aux dividendes, a chuté à 10% en 2009. De tels changements sont lourds de conséquences pour un investisseur qui s’appuie toujours sur les caractéristiques prédictives et défensives des dividendes. L’analyse fondamentale est devenue à nouveau un facteur critique du processus de sélection d’actions à dividende élevé. Une analyse fondamentale menée par une équipe d’analystes expérimentée permet de choisir les meilleurs investissements à dividende élevé, aux rendements durables, grâce à une étude approfondie de la qualité du bilan et de la solidité des activités d’une entreprise.