You are on page 1of 223

1s sÇ+5,l'?

t*

OfC'.IOf fag,-fi.l-I:UlIi\/F-t('i:;'i\|Iirr - À/i5TZ

; t

2po3clsJi

UNIVERSITE DE ME
THESE Pourobtenirle gradede DOCTEURDE L'UMVERSITE DB METZ Discipline Mécanique :
Présentée : Par

H

HamidrezaADIB RAMEZANI
Titre :

de Evaluation la Duréede Vie en Fatigue pour des par la Méthode Volumétrique par JointsSoudés Point
d'examen publiquementle23 la Septembre devant commission 2@3 Soutenue H. P. LIEIJRADE M. NAIT-ABDELAZIZ G. PLUVINAGE Z. AZAKT J. GILGERT J. Y. BARTMLEMY
CE:TIM(Senlis) Professeurà l'Université de Lille Professeur àl'Université de Metz Professeurà l' Universitéd' Amiens M. C. ùl'Ecole Nationale d'Ingénieur de Metz Ingénieur de Recherche,Instilut de Soudure
DE UNIVERSITAIRE METZ BIBLIOT}IEOJE

Rapporteur Rapporteur Examinateur Examinateur Examinateur Invtté

llll illlIilil illl il I lill ffiffiil ililillil ill
022 486098 I

l'| fl rversrtc!

rl ,HL
- JJtetzS

frwtF-R{fue; bfr fu&t knæs

AVERTT55EMENT

Cette thèse est le fnuit d'un longtrovail opprouvé le por jury de soutenonce disponible l'ensemblede lo et à commun é universitoire aut élorgie. Effe est soumise lo propriétéintellectuelle l'outeur ou à de même titre que so version popier. Ceci impligue une igotionde citotion de référencement obf donslo rédoction , de tousvosdocuments. plagiots,rep?oductions D'outre port, toutes contrefoçons, illicitesentroînent poursuite pénale. ih, l'outonisoton une Enf jusgu' à nouvel de diffusiono été,occordée ordre.
i doniel.michel@scd.univ-metz.fr

CPI orticfes L 122. 4 CPI orticles L 335.2- L 335.10 htt ot/ / www.cf ies.co V2/ leo leo droi.oho coo ml / http://www.culture.gouv.f r/culture/infos-protigues/droits/protection.htm

UNIVERSITEDE}/4.ETZ
THESE Pourobtenirle gradede DOCTEURDE L'UNIVERSITE DE N4ETZ Discipline: Mécanique
Par Présentée :

w

Hamid rezaADIB RAMEZANI
Titre :

de Evaluation la Duréede Vie en Fatigue pour des par la MéthodeVolumétrique JointsSoudés Point Par
d'examen la 2003 le publiquement 23 Septembre devant commission Soutenue IT P. LIEI.]RADE M. NAIT.ABDE,LAZIZ G. PLUVINAGE Z. AZAHT J. GILGERT J. Y. BARTIIELEMY
CETIM (Senlis) Professeurà l'Université de Lille Professeurà l'Université de Metz Professeurà l' Universitéd' Amiens M. C. à l'Ecole Nationale d'Ingénieur de Metz Ingénieur de Reclrcrche,Institut de Soudure Rapporteur Rapporteur Examinateur Examinateur Emrninateur Invité

|(esume

T\^,

t

Les joints soudéspar point, utilisés dans I'industie automobileet notammenten carrosserie sont généralement soumis à des chargements cycliques. La, caractéristique du chargement appliquésur les joints soudéspar point conditionnele choix de I'analyse. Dans les deux cas de chargementcyclique tès élevé (fatigue oligocyclique) et moyen (endurance dansle métal de baseet dans limité),I'amorçage de la fissure se situe respectivement la zone affectée thermiquement. Les joints soudéspar point en cisaillement avec un, tois et cinq points de soudure sont choisis pour obtenir la durée de vie en fatigue baséesur I'approchevolumétrique dans les cas de fatigue oligocyclique et fatigue à endurance limitée. La distanceeffective, la contrainteeffective et le facteur de réduction en fatigue sont calculés par I'approche volumétrique en utilisant la méthodedesElémentsFinis avecdesmodèlestridimensionnels. La technique de sous-modelage appliquéepour obtenir le champ des conûaintes et le est gradient des contraintesau voisinagedu point soudé.I-es résultasobtenusà partir de I'approche volumétrique s'avèrent en tès bon accord avec ceux obtenus expérimentalementsur des éprouvettessoudéesdans le cas de fatigue à endurancelimitée et restent satisfaisantdans le cas de fatigue oligocyclique.

NAITABDELAZIZ de I'Université de Lille. pollr la pertinence de leurs conseils. PLUVINAGE. directeur du Laboratoire que je tiens à remercier pour son soutien et pour son implication dans la direction scientifique de mes recherches.membreinvité du jury.Remerciements Ce travail a été effectué au Laboratoire de Fiabilité Mécanique. Je ne saurai oublier Monsieur P. GILGERT de I'Ecole Nationale d'Ingénieur de Metz membre du jury. Université de Metz UFRMIM sous la direction de Monsieur G. . Mademoiselle Jena JEONG. Messieurs H-P LIEURADE du Cente Technique des Ingénieurs Mécaniques et M. rapporteurs de cette thèse. AZAKI de I'Université d'Amiens présidentdu jury et J. JODIN et tous les membres du Laboratoire de Fiabilité Mécaniquepour leur disponibilité et leurs remarques constuctives. ma collègue pour ses rerurques constructives et sa grande disponibilité. Monsieur Jean-YvesBARTHEIÆMY d'Institut de Soudure. Mes remerciements s'adressent : MessieursZ.

A ma mère .

.... ...2. . . t4 22 28 45 53 62 64 78 86 2...r Concept facteurde concentration contraintes de des Facteur réduction fatigue.....r 2..5....3 Résumé......4 2...... de en Iæsméthodes d'estimation la duréede vie en fatigue.6 3 3. 2..0 générale Introduction Distribution des contraintesen fond d'entaille.... .. de La méthode I'Eurocode3 pourlesjoints soudés..3 Méthode des Elément Finis dans la cas élasto-plastique..1 3..... 2. Méthode de prédiction de la durée de vie en fatigue en présence de concentrationde contraintes. .0 3. .. de . Méthode volumétrique pour la prévision de la durée de vie de structures 87 e n t a i l l é e s. . .2 3.. .2... générale Introduction L'approche volumétrique... . . 88 94 99 105 . .... .1 Distribution des contraintesdansle cas élastique.. .2 Distribution des contraintesen fond d'entaille dans le cas élasto-plastique. . Résumé. .. I 1.2...TABLE DESMATIERES Page Introduction générale: ......0 Evaluation de la durée de vie en fatigue desjoints soudéspar point. .3 2.. .... 2.. 2. Procédure de prévision de la durée de vie en fatigue par la méthode volumétrique.5.5 2. .2 Méthodede déformation locale.. . 2. 2. .

..1 Composition chimiqueet comportement mécanique matériau joints soudés 140 du des par point.3 4.3 5.4 4. Introductiongénérale. 1 .. des joints soudés par point en 142 t45 152 157 5. par Modélisationdesjoints soudés point Mono Point. des par Procédure opération soudage point.6 6 6. 1 . .. Résumé. par 6....0 4.....2 Prévision de la vie en fatigue des joints soudéspar point par I'approche 188 volumétrique...5 5 r07 110 lL2 123 Loi de propagation fissureen fatigue... r . des 6 .1 4. de par Structure joints soudés point.4 Bibliographie point. des par 6 . Résultats expérimentaux cisaillement. . 2 Modélisation joints soudés point Triple Points. 3 Modélisationdesjoints soudés point Multiple Points. Facteur par d'intensitéde contraintes Tenueà I'endurance fatiguedespointssoudés. par Etude expérimentale joints soudés point.1 160 162 r63 r66 168 175 182 par 6 .0 5.5 5.2 4. par point. t32 135 137 138 5. 1 Modélisation joints soudés point Mono Point..0 6... fatigue des joints soudés par 106 4.. en Résumé.2 5. par Géométrie joints soudés point. Modélisation élastiqueet elasto-plastique joints soudés des Introduction.. des pour lesjoints soudés point.4 5. Triple Pointset Multiple Points.. des de Présentation essais des fatigues. des Matériau.

3 7 Référence Discussion.6. 193 L97 200 .. Conclusiongénérale......

Chenet Paris-Creager différentes Page 3 8 1l t2 11 t4 r6 18 19 r0 ll soumise sur élasto-plastiques le ligamentd'une éprouvette Figure2-9 Evolutiondescontraintes à uneflexion selonWilshaw[23].0=/t12) vertical en compression. 6 7 polaires correspondantes. au de Figure2-l Illustrationde la concentration contraintes bord d'un trou dansuneplaque.bi-axiale par Figure 1-1. en d'une entaillecourteet contrainte tractionglobale Figure2-I2 Schéma du des Figrue2-13Composants tenseur contraintes. des avecla méthode Eléments Figure2-8 Comparaison pour valeurs rapportI I p 1l = 2a)' du Kujawski.ue pow le modèlesélectionné de Finis. d'une entailleet coordonnées Figure2-5 Schéma Figure 2-6 Schéma d'une entaille émousséedans une plaque soumise à une traction au perpendiculaire pland'entaille. des Figwe 2-7 Conditionsaux limites. a) du Figure 2-15 Présentation comportement cinématiqueb) anisorope c) Type Drucker dans et lescasbi-dimensionnel ti-dimensionnel. Figure 2-18 Algorithme itératif pour un comportement Divergence. b) substitution a) Convergence 26 28 33 t4 15 l6 34 r7 18 19 35 35 38 .Type de sollicitationdesjoinS soudés point a) cisaillementb) ænsion c) pelage. configuration maillageset distributiondes contraintes 2'6. vertical en ûaction b) Chargement dansune grandetôle a) Chargement Figure 2-3 Distribution de contraintesautour d'un hou circulaire dansune grandetôle par la y x -èthode des ElémentsFinis @gure 2-2a) a) Composante de contrainteb) Composante de contrainte. Figure 24 Distribution de contraintesautour d'un tou elliptique dansune grandetôle obtenue par la méthode des Eléments Finis @gure 2-2b) a) Composantex de contraintes b) y Composante de contraintes. linéaires et Figure 2-17 Algorithme itératif pour les casnon-linéaires élasto-plastiques méthodede non-linéaireélasto-plastique. sur Figure 2-10 Evolution des contraintesélasto-plastiques le ligament d'une éprouvette à uneflexion selonBhattacharya soumise [21]. dans les calculs par Figure 2-14 Diffêrents comportementsqui s'appliquent généralement b) multilinéairecinématique c) bilinéaire isohope d) ElémentsFinis a) bilinéaire cinématique multilinéaire isotrope e) anisotropef) Type Drucker. tel isotropeet cinématique qu'il existedans des matériauxnonFigure 2-16 Comportement élasto-plastiques. autourd'un trou Figure 2-2 Distribution de la contraintecirconférentielleOr(r.Glinka. 23 25 t2 le élasto-plastiques long du ligamentd'une éprouvette 26 Figure 2-11 Evolution des contraintes d'une zoneplastifiéede petitetaille selonBhattacharya à soumise une flexion pour le problème l2rl.y comprislI p = 100. dansla Figr. dessolutions Neuber. appliquée . l3 d.

méthodede Newtonla Raphson. Figure 2-33 a) Distribution du domainedescontraintesb) Variété descontraintes ordre. 6 ï. à lignesS-N.. âe Figure 2-36 Diagramme Normal de I'Eurocode3 avecles limiæs des domaines contrainte de ÂO. Figure 2-32Histotre descontraintes a) Amplitude constanteb) Amplitude variable.02 m.y comprisle chargement général. Figure 2'26 Disnbrtion des contraintes dans le cas d'un trou dans une plaque pour les composantesradiales et circonférentielles dans une plaque y compris le chargement a) 46 27 49 o ! = o o . o I = o o ù o ! = o 0 . méthode incrémentaleou pas à pas avec une itération de Newton-Raphson. Figure 2-35 Schémacumulatif des amplitudesdes conhaintesappliquéesa) Speche des contraintes appliquês b) Schéma amplitudes contraintes des des dansle diagramme Wohler. r=0. 50 29 30 57 60 31 32 33 34 35 36 62 63 65 67 6g 69 JI 7l 38 75 ll . Figure2-24 Distibution des containtesdansle casd'un trou dansune grandeplaquepour un chargementoi = oo . Figure 2-23 Distibution des contraintes dansle cas d'un fou dansune plaque. h Figure 2'29 Charry des contrainteset gradientdescontraintes fond d'entaille a) Champdes au contraintesen traction b) Gradient des contraintesen traction c) Champ des conûaiftàs en flexion d) GradientdesconFaintesen flexion. Figure2-28Schéma d'une éprouvette entaillê avecdéfinitiondesparamètres et A. d=0.USTE DESFIGURES 20 Figure 2-19 Algorithme itératif dans la non-linéaire élasto-plastique. des au du 26 Figure 2'25 Comparusonentre la solution analytiqueet le calcul par ElémentsFinis pour le problèmed'un petit ûou dansune grandeplaqueavecun chargement horizontalde tractioï. Figure2-30 Schéma diagramme Wôhleret relationde Basquin. 28 Figure2'27 Distributiondes contraintes dansle casd'une barreen taction D=0.o o . par Figure 2-34Diagramne de résistance fatigue de la méthodede I'Ewocode 3 a) Diagramme en avecuneligne b) Diagramme avecdeuxlignes. du de Figure2-31 Schéma diagramme Wôhlerpour deséprouvettes du de lisseset entaillées. Figure 2-2I Algoithme itératif. otr = 0 a) Maillageset conditionsaux limites b) Composantes la de -h 22 42 43 45 23 24 25 48 contrainte dansla directionx c) schéma contraintes voisinage trou. 40 4I 2I Figure 2-20 Algorithme itératif dans la non-linéaire élasto-plastique. d0 =L MPa a) Schéma b) Composant des contraintes c) Gradientde Y contrainte dansla régioncritique.O1 m. correspondantcinq millions de cycles.01 m.rithmegénéral itératif dans le cas d'un comportementnonlinéaire élastoplastique. à Figure2-37 Algorithmedu dimensionnement Eurocode pour un diagramme uneet deux par 3. Figure 2-22 Algo. la méthode de NewtonRaphson modifié.

de Figure3-8 Algorithmede la méthode volumétrique dansle cassans courbelisse. de Figure243 Illustrationde I'interprétation la méthode Molski-Glinka. par Figure 4-5 Schéma la procédure soudage point. typiquede la propagation fissures dansles casde fissureslongueset Figure4-4 Schéma typiquede la propagation fissures des courtes [84]. de Linéaires. Figure2-M Comparaison méthodes des Figure3-l hésentationde la distributionschématique fond d'entaillepour différentstypes en d'éprouvettes.USTE DESFIGURES 39 d'une contrainte de Figure2-38 Schéma des méthodes la contraintedansle cas d'existence moyenne. locale[84]. en Figure3-7 Algorithmede la méthode volumétrique dansle casde I'existence la courbelisse. du Figure3-3 Schéma de la fonctionde poids au voisinage fond d'entailledansla méthode d'intensité champdescontaintes.la zone affæt& thermiquement ll3 du et I'interface. du des en entailles dansle cas Figwe 3-4 Schéma la distribution contraintes fond desdifférentes de d'un calculélasto-plastique. par Figure4-9 Schéma modèlepour un joint soudé I'utilisationde la théoriedesplaques et du coques [94].Neuberet Molski-Glinka. de Figure 3-5 Schéma diagramme du bi-logarithmique la distributionde la contrainte élastoplastiqueet du gradientdescontraintes fond d'entaille.plaqueet < pin joint >. Figure2-40 Illustrationde la méthode déformation de de Figure2-41 Illustation de I'interprétation la méthode Neuber. de Figure2-42 ltlgonthme générald'utilisation de la méthodede Neuber. des Figure 2-39 Schéma la superposition courbesélastiqueet plastiquepour obtenir la de courbede déformationtotale en fatigue. Figure3-2 Schémade I'intégration voisinage fond d'entaille a) Méthodede la contrainte au du effective b) Méthodede Peterson. en Figure3-6 Distributon descontraintes fondd'entailleet en fond de fissuredansla zoneIII. ll7 lll . ll4 Figure4-8 Schéma modèlesimpledu joint soudépar point avecI'utilisationdes éléments 116 du poutre. des de qn Figure4-2 Schéma d'unefissureet lescoordonnées fond d'une fissure. de du 76 40 79 4l 42 43 44 45 46 80 81 82 83 84 89 47 9L 48 92 49 95 50 96 5I 52 53 54 55 56 57 98 100 101 lO7 108 110 lll 58 59 60 6l 62 ll2 par Figure4-6 Schéma soudage point avecla zonefondue. par Figure4-7 Schéma modèle du à simpledujoint soudé point assimilé unepoutre. la Figure4-1 Schéma ûois modes rupture. Figure4-3 Schéma des dansles métaux.

Figure 4-12 Schéma l'équilibre des moments des forcesautourdu joint soudépar point de et ll7 64 118 65 I2O teel. Figure4-11 Schéma modèlepour un joint soudéavecI'utilisationde la theoriedesplaques du et des coquesa) Méthode de la combinaison des éléments coqueset solides [85]. b) par Figure5-9 Cycle de soudage desjoints soudés point pour les éprouvettes sélectionnées a) l4l 75 142 76 143 77 144 78 79 80 81 L45 147 148 149 82 150 lv . Figure 4-17 Contraintes radialeset cisaillements circonférentiels autour du point soudébasé selonl'étudede Radaj-Zhang l1]. poursoudure joints soudés point. pour évaluerla duréede vie en I2O 67 l2l 68 69 124 125 70 126 7l 127 72 130 73 133 74 Figure 5-l Ini de comportement cyclique (courbed'amplitudede contrainte-amplitude de déformation). b) et c) Méthodeavecpoutes et coques 191.N r b) Utilisationdesrésultats obtenus dansle diagramme logarithmique . .Triple des Pointset Multiple Poins. Grandissement point soudé du pour la taille du point soudé. 66 Figure 4-13 Effet de I'interfaceentre deux tôles mincesdansdesjoints soudéspar point en cisaillement.R) . I Figure 4-18 Cas généralde I'applicationdes actionsautour du point soudéselon SwallemKurath-Lawrence 12]. du par point a) sansvariation de l'effort de Figure 5-8 Cycle de soudage joints soudés des compression avecvariationde I'effort de compression. Figure4-15 Schéma détailléde la fissuredansI'utilisationde la méthode Eléments des Finis. par appliquée des Figure5-5 Schéma l'électrode de Figure5-6 Schéma paramètres et Z. Figure 4-20 Digrammebi-logarithmique Às*-N/(t-R) par fatiguepar I'approcheproposée Sheppard. I'interfaceet Figure5-4 Schéma la géométrie point soudé du de de de l'épaisseur. [1 proposée Swallempar Figure4-19 Procédwe d'évaluation la valeurde Do selonla méthode de Kurath-Lawrence a) Schémades résultatsexpérimentaux dansle diagrammebiJogarithmique K. dansle casdesjoints soudés des Z* multi points. Figure 4-14 Localisationdes fissures dans des différentscas a) Fatigue oligocycliqueb) Endurance limitée.USTE DESFIGURES 63 par Figure4-10 Schéma modèleproposé Kan t98l a) Schémagénéralb) Modèle simplifié du c) Modèlebi-dimensionnel. par Figure5-7 Schéma soudage point.(1. Figure4-16 Schéma détailléde la fissureautourdu point soudéet I'angle de la fissureà partir par de la formuleproposée Cooper-Smith tl10l. typemulti points. par Figure5-3 Aspectmicroscopique d'une éprouvette soudée point a) Grandissement point du soudéX50 b) Grandissement point soudé du X500 c) Grandissement point soudéX50 d) du X500 F 191. K.941. par y Figure5-2 Géométrie joints soudés point en cisaillement comprisMono Point.

). 158 92 93 94 95 r64 165 t66 t67 96 169 97 98 99 17l r70 172 100 pour le joint soudépæ point Mono Point (élasto-plastique) t73 Figure 6-9 Champdes contraintes a) Déplacement champdes contraintes b) Champdes contraintesautour du point soudé(la et containte maximaledansla directionx et la déformationtotale dansce point).Triple Pointset Multple Points)avecI'utilisationdu facteurn .02Sec. machine Schenk Figure5-12 Schéma positionnement joints soudés point Mono Point. 84 Figure 5-11 Positionnement l'éprouvettesoudéedans les bridageshydrauliquesde la de < >. 151 152 153 153 87 154 155 156 90 9l Figure 5-17 Cowbe de Wôhler pour les éprouvettes par soudées points (Mono Points. Triple Pointset Multiple Points). Triple Pointset par du des Multiple Points. 86 Figure 5-13 Schémadu positionnement fissuredesjoints soudés par point Mono Point.USTE DES FIGURES Mono Point b) Triple Pointset Multiple Poinrsu 19l (l Période= 0. Figwe 64 Algorithme général calcul desjoints soudés point dansles cas linéaireset par du non-linéaires. Figure5-10 Schéma l'électode de soudage de pour desjoints soudés hémisphérique appliquée par point. Figure6-l Utilisationdu logicieldesEléments Finis par GIII.du facteu de concentration contraintes de élasto-plastiques et du facteurde concentration déformations &o de élasto-plastiques dansla direction longitudinaledu joint soudépar point Mono Point ft. Figure 5-18 Courbede Wôhler pour les éprouvettes par soudées points(Mono Points. de Triple Pointset Multiple Poinr. de Figure 5-15 Mode d'endommagement éprouvettes par des soudées point en cisaillement a) Mono Point b) Triple Pointset Multiple Points. de Figure6-3 Algorithmede la méthode pour la méthode Eléments sousmodelage des Finis. ( f est le rapport enûe la distancedans la direction x qui commenceau cenûe du point soudéet le 174 101 . Figure 6-8 Présentationdu déplacementdu modèle général du joint soudé par point en cisaillement Mono Pointpar calculélastique. Figure6-2 Utilisationdu logicielpar la méthode programmation.. Figure 5-16 Présentation I'endommagement joints soudés point en cisaillement de par des a) Schéma I'endommagement Eprouvettes de b) endommagées. Figure6-7 Schéma sousmodèle d'uneéprouvette par du soudée pointMono Point. du globale Figure6-6 SousModélisation par d'un joint soudé point MonoPoint. Figure 6-5 Modélisationglobaled'un joint soudépar point Mono Point a) Maillage b) Agrandissement maillage c) Conditionsaux limites et chargement Modèle complet e) du d) Agrandissement maillage. Figure5-14 Propagation fissureen fond d'un point soudéavecforce maximale2100 N et de nombre cyclesappliqués800000a) à 250000b) à 300000. Figure 6-10 Evolution du facteurde concentration contraintes de élastiquesft.

( 6 est dans du le rapport enhe la distancedans la direction x qui commenceau cenfte du point soudéet le du diamètre point soudé). 1 1 1 Figure 6-20 Champ des containtes pour le joint soudé par point Multiple Points (élastoplastique) a) Champsdes contraintes b) Champ des contraintesautour du point soudé (la contraintemaximaledansla direction x et la déformationtotale dansce point). ll2 Figure 6-21 Evolution du facteurde concenFation contraintes de élastiques(. par 103 Figure6-12 SousModélisation par 104 Figure6-13 Schéma sous-modèle soudée point Triple Points. Figure6-23Schéma la distribution contraintes de des dansl'épaisseur d'un point soudé critique. du 176 globaled'un joint soudé point Triple Points. r86 186 r 88 189 190 ll4 I 15 116 r92 . par Figure6-18 SousModélisation r83 109 r84 185 1 1 0 Figure6-19 Déplacement modèlegénêral joint soudé point en cisaillement par du du Multiple Pointspour le calculélastique.USTE DESFIGURES diamètre point soudé). élasto-plastiques et du facteurde concentration déformations de par élasto-plastiques la directionlongitudinale joint soudé point Mono Point fr. au facteurde concenfation de contraintes Éo. 106 par pour le joint soudé point Triple Points(élasto-plastique) 180 Figure6-15 Champdescontraintes a) Champs des conûaintes b) Champ des contraintesautour du point soudé (la contrainte maximaledansla direction x et la déformationtotale dansce point). 108 Figure 6-17 Modélisationglobaled'un joint soudépar point Multiple Points a) Maillageb) Agrandissement maillage c) Conditionsaux limiteset chargementd) Modèlecomplet e) du Agrandissement maillage. 113 Figure 6-22 Schéma la directiond'ouverturede la fissureet la containte d'ouvertureen de fatigue. du globaled'un joint soudé point Multple Points. du d'une éprouvette t77 t78 t79 105 Figure 6-14 Déplacement modèlegénéraldu joint soudépar point en cisaillement Triple du par Poinæ calculélastque. Figure6-24 Disnibutiondescontraintes dansl'épaisseur d'un point soudé critiquepow obtenir par les facteurs réduction fatiguedesjoins soudés point a) Mono Pointb) Triple Pointsc) de en Multiple Points. du facteurde de de ko concentration confiaintesélasto-plastiques et du facteurde concentration déformations de par élasto-plastiques Ia directionlongitudinale joint soudé point Mono Point Ç (â est dans du le rapport entre la distance dans direction x qui cornmenceau centre du point soudé et le du diamètre point soudé). par Figure6-25Comparaison volumétrique lesrésultats ente lesrésultats obtenus I'approche et par expérimentaux Résultats joints soudés pointMonoPoint considérés a) des cornme référence par b) Résultats points soudés point Triple Pointsconsidérés des commeréférence. 180 r07 Figure 6-16 Evolution du facteurde concentration contraintes élastique(. du t02 Figure 6-11 Modélisationglobaled'un joint soudépar point Triple Poins a) Maillage b) Agrandissement maillage c) Conditionsaux limites et chargementd) Modèle complete) du Agrandissement maillage.

trou dans dans les cas de contraintes des Tableau2-3 Types du changement sectionset chargement planes axisymétriques et [28]. Tableau 5-2 Composition pour I'acierSolphor280. de Tableau Coefficients la loi de Ludwick ou de la loi de comportement 5-5 des points soudéspour les éprouvettes de Tableau5-6 Résuméde la procédure soudage sélectionnées. par absolueet relativepour les joints soudés point en cisaillement Tableau5-8 Résistance (MonoPoint. Résumé méthodes en et émoussés fonction de la distance. par pour lesjoints soudés point en cisaillement obtenus expérimentaux Tableau Résultats 5-7 (MonoPoint. pourla relaton entek. analytiqueproposée de Tableau3-2 Présentation la méthode et en de technique la qualitéSolphor acierrephosphoré à haute 5Tableau 1 Caractéristique limiæ élastique. chimiquede I'acierétudié. Tableau 5-3 Conditiond'essais de 5-4 Propriété I'acierSolphor280. desentaillesaigues et Tableau2-2 Ditrérents chargements facteur de concenûationde contraintespour un petit une plaque. pour l'estimation du facteur de réduction en Tableau 24 Résumédes relations proposées fatigueftr. Page 20 46 51 56 85 99 7 8 lO4 139 9 l0 1l t2 13 l4O I4O l4O I4l 150 L4 I57 15 158 vll .pour donnantla disfibution des conhaintes analytiques des Tableau 2-1. ko et kr. pour I'approchevolumétrique.. Tableau cyclique.Triple Pointset Multiple Points). par auteurs proposées différents 2-5 Equations Tableau 6 Tableau 3-1 Description des zones de distibution des contraintes dans I'approche volumétrique.Triple Pointset Multiple Points).

CHAPITRE T .

la naturedu soudage.Les tôles minceset feuillardsutilisées dansles structures assemblées cettetechnique par sont de soudage associée celle de la robotisation. Cette concentration contraintes élevéeen raison de la forme de est particulière pointset deschargements. de Généralement.La concenffation contraintes peutêtreévaluée la base de sur (c. locales déterminées pour un modèlede coquetri-dimensionnel la structure).les wagonsde cheminde fer etc. Introduction générale: Evaluation de la durée par points de vie en fatigue desjoints soudés Le soudagepar points est une techniquelargementutilisée dans les conceptions utilisantdes tôles mincestellesque les carrosseries d'automobiles. Il est parfoisemployédans desstructures (ex.-à-d. tension une bi-axiale(Cross Tension) un pelage(CoalPeel). cabinesde les camion. la distance de de entreles points. joints soudés point font I'objet de les par nombreuses applications dansles industries automobiles aéronautiques. est également à Il employédansd'autres industries tellesquel'électroménager. des Les contraintes calculées dépendent chargement.de l'épaisseur de la géométrie de l'espace et entredeuxplatsmincessoudés. Il y a 3000pointssoudés dansun véhicule normal.les contraintes de la valeur maximaledes contraintes. de par Le soudage point est largementrépandudans llndustrie automobile. 2 . en résulte et Il desdifférentscasde chargement correspondent tlpes d'application à leurs qui aux et fonctionnalités.Chapitre 1.Dansles évaluations contraintes de desjoints soudés point. et La résistance fatiguedesjoints soudés point est contrôlée la concentration par en par de contrainte bord du point de soudure les criquesde fatiguesont amorcées au où sur le côtéintérieurdesplats. les chargements considérés par sont commeun cisaillement (TensileShear). métalliques hautetechnologie aviation). soudures uneconcentration contrainte les ont de élevée à la périphérie du point soudé. Commeil a été indiqué pÉcédemment. diamètreet de la naturedu du du point soudé.

naturedesjoints et les différentstypes de joints soudés la par point ont été classifiés. par sont les plus étudiés Généralement. Ces chargements dépendent temps peuventêtre de type impact ou périodique. variablesdans le Généralement. L'influencede la géométrie des Les sont prisesen considération. I-es différentstypes de joints soudés point sont appelés joints en cisaillement. Type de sollicitationdesjoints soudés point a) cisaillement b) tensionbi-axialec) pelage. convientdoncde le vérifier pourdesapplications par Selonle chargement. joints soudés point de type cisaillement les pour l'évaluationde la duréede la vie en fatigue. Introduction générale + I J b) j c) par Figure 1-1.la localisation lesconditions chargement du . seposealorsle problème la il de périodique. points soudéssont soumis à des chargements les qui du temps. soudages soudures la position despoints soudés et différentselonle nombre par points en cisaillement un comportement mécanique ont (Tractionet Compression). et de points. Il conditionnent pratiques. tension et en bi-axiale de pelage @gure l-1).L0 Chapitre l. périodiques comprenant forceset desmoments des Il estévidentque deschargements par particulièrement comportement des le mécanique soudures point. Dansle casd'un chargement prévisionde la duréede la vie en fatigue.

est La en fatigue sont présentées. proposées dansle Tableau réduction fatiguepar les équations en Les est Dans le Chapitre4. comportement résultats sontprésentés. conditionsd'essais les I-e cisaillement.Une formulation Dans cette formulation. prévisionde la duÉe de vie en fatiguede ce type de joint est tÈs présentantdifférents tlpes de importante pour des applicationstechnologiques mécaniquedu point soudé en configurationMono Le chargement. par point en pour les joints soudés la I-e Chapitre5 présente partie expérimentale et les du mécanique matériau.0 Clnpitre 1. permettons calculerla contrainteeffective.la distanceeffectiveet le facteurde de 3-2. le concept facteurde concentration contraintes du facteur de Les méthodes la prévisionde la duréede vie en de réduction fatilue sontétudiés. différentes méthodes utiliséespour I'analyseet la prévisionde la duréede vie en fatigue sont décrites. dansle Chapitre générale notreétudeestprésentée de La conclusion 4 . 7.1. par et de du Dansle Chapitre2. nous amélioréede I'approchevolumétriqueest proposée. la méthode et I'utilisation de la courbe biJogarithmique sont montrées.Laprésentation est Dansle Chapitre3. dans graphique volumétrique présentée.la distance utilisées respectivement facteurde réductionen fatigue.La directionet la contrainted'ouvertureen fatigue sont effectiveet le pour obtenirla contrainte effective. comportement périodiquebasésur Point. la bibliographiedesjoints soudés présentée. pour la prévisionde volumétrique I'approche 6. critiquesest aussi des au La distributionde contraintes voisinage points de soudure et présentée danslescasélastique élasto-plastique. Introduction générale la Par conséquent. restrictiond'utilisation des différentesméthodes présentée ce chapitre. joints soudés point en cisaillement. à nousnousintéressons la prévisionde la duréede vie en fatiguedes Danscetteétude. Triple Pointset Multple Points soumisà un chargement I'approchevolumétriquesera étudié dans la présenteétude par I'approchede la fatigue. Dansle Chapitre nousavonsappliqué la duréede vie en fatigue.

CHAPITRE 2 .

Chapitre 2
de 2. lN'flêtllrode prédiction de la durée de vie en fatigue de en présence concentrationde contraintes
2.0 Introduction générale
dans de à géométriques conduisent desconcentrations contraintes Les discontinuités dansles de de La de les composants structure. présence cesconcentrations contraintes On inévitableet indésirable. peutobserver est mécaniques un phénomène composants mécaniques' danstous les composants indésirables de les concentrations contraintes Toutefois les meilleures réalisations technologiquesprésentent encore des concentrationsde contraintes dues aux changementsgéométriqueset aux duesà I'usinage. de modifications surface et dansla micro structured'inclusionset de défautsdansles soudures La présence lors indésirables de de conduitaussià desconcentrations contrainte dansles moulages la réalisation. En outre, I'environnementpeut augmenterla dangerositédes de concentrations conffaintes. de cyclique localisé dans une zone de concentration contraintes Un chargement I'amorçaged'une fissurede fatigue. L'étudedes localesen fond d'entaille entraîne est mentionnés, donc d'une contraintesen fond d'entaille,pour les chargements pratiques. pour desapplications essentielle importance Le conceptde fatigue des matériauxa été proposéavantle 19èmesiècle,mais la Des auparavant. avait été déjà découverte de présence la concentration contrainte de pour et en de expressions la résistance fatigue avaient été proposées appliquées périodiques.On a Elles s'appliquentà des chargements résoudreces problèmes. observéle premierproblèmede fatigue dansles axesde wagonsde chemin de fer répété. soumisà un chargement que par à Rankinelll a étéI'un despremiers étudierlesruptures fatigueet à suggérer et dansleursconceptions privilégierunerelationde continuité devraient les ingénieurs d'éviterles concentrations D'autrepart,il a proposé technologiques. les constructions utilisés par I'industrie mécaniques des contraintessévèresdans les composants

ferroviaire. Des accidentssérieux d'avion [2] ont prouvé que plus de 50Zo des incidentsavaientété produitsen raison de I'amorçage d'une fissurede fatigue dans deszonesde concentration élevéede contraintes, exemple,les trous de boulons, par lesécrous les filets d'attache. et Durant la période 1927-1981,des études statistiques indiquent qu'aucune étude complète n'a été réalisée sur les phénomènes fatigue dans les composants de mécaniques queles trous,les filets et lesjoints soudés. tels Iæs exigences accrues sécuritédansles avionset dansles véhiculesde transport de imposentmaintenant d'analyserI'amorçageet la propagation fissuresde fatigue des (concept tolérance dommage). de au

7

2.L Distribution descontraintesen fond d'entaille
<< sont géométriques appelés entailles>> Dansles étudesde fatigue,les discontinuités . la par et canctéisées trois paramètres, longueura, le rayonp et I'angle d'entarllety les les tous les défauts, imperfections, Cettedéfinition permetde décriresimplement et de variations géométrie lesjoints soudés. Des contraintes à localement une élévationde contraintes. Ces entaillesconduisent et par sont dues aussi aux excentricités rapport à I'axe de chargement excessives danslesjoints soudés. et installations de défauts de proviennent mauvaises dansdes étudesde la Cettedéfinition du conceptd'entailleest utlisée couramment l'étude de I'influence des paramètresde I'entaille est fatigue. Par conséquent, près des zonescritiques' pour connaîtreles distributionsdes contraintes nécessaire pour descassimplesavecun comportement L'étudede la distributiondescontraintes analytiquement, exemplele casd'un petit du Pil élastique matériaupeutêtreréalisée (Figure2-l).L'éttde du problèmementionné trou dansune tôle de grandedimension et de de fournit une bonneidéede phénomène concentration contraintes de ci-dessus des la redistribution chargements. autourd'un petit trou dansune tôle Dansla Figure 2-l,ladistribution de contraintes Pour obtenirla distributiondesefforts autourdu de grandedimensionestprésentée. trou dans une plaque, on se base sur I'approcheclassiquede la résolution des et la d'équilibre, relationcontrainte-déplacement I-es d'élasticité. équations problèmes dansle casde l'élasticitélinéaire. l'équationde compatibilitédoiventêtre satisfaites ci-dessous: sontécrites d'équilibre polaires, équations les En coordonnées

au de Figure2-1. Illustration de la concentration contraintes bord d'un trou dansuneplaque.

circonférentielles de cisaillement.a (raô\ ". où. les composantes le des coordonnées polaireset la contrainte globalerespectivement. dont dérivent les contraintes radiales.û*| lAy (2-7) (2-8) èv lôu v T"=t*. En I'absence forcesgravitationnelles.+F. ae-. circonférentielles de scissions. r . a. u . * r2 àr. et Elles sontprésentées ci-dessous : -r îf =---r-J raô | a2ô ràr'r"Ae' (2-3) à2ô o. et Finalement l'équation compatibilité de s'écrit: | &*+e-*?b-!L=!è'r. =j ctr- (2-4) =. les dans les déformations radiales.-o.. ôr rà r (2-r) (2-2) !u{**+*2'. equations de (2-1) et (2-2) sont satisfaites les à partir de la fonction des contraintes. v . satisfaites par la fonction QQ. et =o +*!u!:0 +o.. ' dr' r' ô0' r àr r ôr r ôrô0 èe 9 Q-9) ." +4 =o rà0 èr r En I'absence forcesmassiques et Ç ).O) exprimée à partir des contraintes radiales. les relations(2-l) et (2-2) dewontêtre de (F. ee et yû sontrespectivement déplacements la directionx et y.' arl. €.ao ) coordonnéespolaires par: =- (2-s) La relation déplacement-déformationdans le cas mentionné peut être représentéeen ôu dr €r (2-6) u t'=.Dansla Figure 2-1.. 0 et os représentent rayondu trou. circonférentielles scissions.

Pourr=Q. casdu problème élasticité décrites = -5). ".la bi-axialest présentée un chargement diminuer. ïo. +).5)-.l(.('-T.+)sin2o (2-rr) (2-12) à La distributionde la conffainteautourd'un petit trou dansune gtandetôle soumise dansla Figure2-2. atteintla valeur 3o. Ces chargementsde traction et de maximale conduisentà une valeur de la contraintecirconférentielle compression (2or du lieu 4o.l(' (' T)*"'1t . Méthodedeprévisiondeladuréedevieen fafieue polaires. diminuerjusqu'à autourd'un petit trou..1 Chapitre2. peut être La distributiondes contraintes différents.".. Pourensuite circonférentielle contrainte La contrainte radiale augmentepour atteindre une valeur maximale et ensuite zéro.. concepteurs du par de concentration contrainte unemodificationde la géométrie composant. io. Des autres cas sont montrés dans la Figure 2-2.l'équationde compatibilitéavecintroductionde la fonction En coordonnées de contraintes pour ce problème d'élasticité bi-dimensionnelle classique et par est sans axisymétrique forcesgravitationnelles représentée la relationsuivante: (2-10*) et convenable l'applicationdesconditions une En considérant fonctionde contraintes la aux limites appropriées. (2-r0) = . + za] o. ) de de de Iæs phénomènes concentration contrainteen fond d'entaille dépendent la géométried'entailleet du type de chargement [3-6].0=90".=-Io. (. dansune grandetôle.2. maximaleo. L'influence de ces paramètres atténuentcet effet de Les sera analyséepour le dimensionnement. 10 . solution analytiqueexige des conditionsde symétrie peut bi-dimensionnelle êtreécrit: en Le ci-dessous.Cela conduit à des résultats modifiée par applicationde chargements et analytiquesdans le cas axisymétrique élastiquelinéaire bi-dimensionnel.

Les Figures 2-3 et 2-4.Les Figures2-3 à 2-4 représentent distribution des contraintes la autour d'un petit trou dans une grande tôle soumise différentschargements la méthode Eléments à par des Finis. desEléments Finis. L'utilisation des résultats obtenus par la méthode des Eléments Finis est pratique et efficace pour analyser les distributions des contraintespar superposition pour toutes les géométriescomplexes.0=1T12)autour d'un troudansune grande a) Chargement tôle verticalentraction b) Chargement vertical compression.a) b) Figure Disuibution la contrainte 2-2 de circonférentielle ar(r. . en L'analyse de la distribution des contraintes n'est pas chose une facile pour toutes les géométries. Exemple Nousavonspris une géométrie pour un petit trou dansunegrande plaque(la solution analytique pour ce casexiste)à partir d'un codedu calcul (ANSYS).L'utilisation de résultatsanalytiquespour des distributions des contraintes en fond d'entaille est limitée à quelquesmodèlesclassiques. ll . présententles distributions des contraintessuivant les directionsx et y pour le casévoqué cettedistributiona été calculée la méthode par .

et 4or. Métlade deprévisionde Ia duréede vie en fatieue Dans les Figure 2-3a et 2-4a. Elle est obtenue pour une même géométrie mais avec un chargement différent. x est respectivement a) b) tôle par la méthode autourd'un trou circulairedansune grande Figure2-3 Distributionde conhaintes y x Finis @gure 2-2a) a) Composanûede contrainte b) Composante de contrainte. La comparaisonde résultatsobtenusmontre que la contrainte maximale selon la direction égaleà 2o. desEléments 12 .2.la distribution des contraintes est différente.1 Chapitre2.

1 Chapitre 2. Méthode de prévision de la durée de vie en . Distributionde contraintes autourd'un trou elliptiquedansune grandetôle obtenue la par méthodedes ElémentsFinis (Figure 2-2b) a) Composante de contraintes Composante de x y b) contraintes. 13 .2.fatieue a) b) Figure2-4.

le facteur de concentrationde contrainte s'écrit comme: (2-rs) (2-r6) k . ils proposent la représentation la contrainte que de d'ouverture s'écritcommesuit: o.14.dansla Figure 25. La contrainte d'ouverture maximale en fond d'entaille vaut: (2-14) où F" et os sont respectivementle facteur de correction géométriquenon dimensionnel et la of* = o. K7 est le facteur d'intensité de contraintesen mode de rupture I et(r.2.Des méthodesanalytiquesrpour obtenircette distributiondes contraintes fond d'entaille.1. ^ l z lp ln Figure2-5.ont été proposées plusieurs en par auteurs et de Linéaure [7-8. une L'équation Paris-Creager donnela distributiondes contraintes pour des entaillesprofondes t4 . s'écit comme: (2-13) où p est le rayon d'entaille.2. pour une fissure de longueur a .0) sont les coordonnées polaires à partir d'une origine décalée la distancepl2 de à K.En coordonnées polaires.=#*(*)*'(i).rll "\p En d'autrestermes. Le facteur d'intensité de contraintesK7 . La connaissance la distributiondescontraintes la pointede I'entaillepermetd'évaluerle de à facteur d'intensité contraintes de qui d'entaille caractérise partiede la distribution[9-l l]. Creager Parisont utiliséla solution la Mécanique de la Rupture(MLR) aprèsI'avoir corrigéet7-81.Distribution descontraintesdansle casélastique La connaissance la distribution des contraintes fond d'entaille est nécessaire de en pour déterminerle comportement mécaniquedes structures. = FoorJà contrainte globale.= L + 2 F . 10-11. +Zf"or.Schéma d'uneentailleet lescoordonnées polaires correspondantes.16].h*'( panir du fond d'entaille.

En considérantla solution suggérées ont analytiques été également du champ des contraintesde Neuber pour les entailles ll2].a* sont respectivementla distance mesuréeà panir du fond d'entaille et la.2.<4'5 ] k.)" globale.fatipue quandI'angle d'entaille est égal à zéro @gure 2.o.5).)' (. La valeur de I'erreur devient plus importante si I'entaille devient plus émoussée. Méthode de prévision de Ia durée de vie en . . ft. Glinka et Newport ont suggéré une distribution des contraintes d'entaille différente pour les entailles émoussées et les entailles aigues sous la forme d'une approximation polynomiale. Iæs deux expressionsde la contrainte d'ouverture se présentent ci-dessous: r o. .)'f rlt .valeur maximaledeoo.)' k. D'autres expressions uniquement pour cettedistribution. la distancedans la direction x et le rayon d'entaille. l'équation de Chen-Pan donne une valeur de 5 à L5Vomoins élevée.2. t rr( -.zzs(LJ" . > 4'5 .orlr z szo(L).la contrainte pour plusieursconfigurationsd'entaille[4]. Il a donc proposéune méthode pour améliorer la relation de Creger-Parispar I'application d'un facteur de correction /: ++ o.) o. .rrr(.33. x et p sont respectivementle facteur de concentrationdes contraintes. *r(. présentedes valeurs sous estimées pour les entailles émousséest151. = o** OU' x \!p+ax E (2-r7) et d.1 Chnpitre 2. la contrainte d'ouverture par du au s'exprime voisinage fondd'entaille [13] : o .*r(d)" . Chen et Pan [17] ont proposéune équation légèrementdifférente: lo oo=o**1ffi (2-18) En comparant la relation (2-18) avec la solution exacte obtenuepar Eléments Finis. est Glinka et Newport [4] ont conclu que l'équation de Creager-Paris raisonnablementexacte pour les entailles aigues. (2-re) où.ono. =r.t *t[. =n.. pour une entaille aigue.o s . Pourtant de. (2-19) sont desrelations exactes Les expressions pour n'est pas satisfaisante Kujawski [11] a montré que I'approximation décrite précédemment une entaille avec une concentrationde contraintefaible k.= rylO * rLf'5(1rir"f r5 (2-20) .o.

2.2. Exemple Nous avonspris la géométrie pour uneentailleémoussée suivante dansune plaquesoumise à une traction perpendiculaire plan d'entaille par la méthodedes ElémentsFinis. pour différent type de fissure. La méthode des Eléments Finis peut être aussi appliquée pour vérifier cette distribution de contrainte.30 Hypothèsed'un comportementélastiquelinéaire Contrainte globale 6e =l. Dans la Figure 2-6. Schéma d'une entailleémoussée dansune plaquesoumise une tractionperpendiculaire plan à au d'entaille.1 Chapitre 2.o MPa t6 . . peut être obtenu à partir d'une analyse de la contrainte. La formule (2-L6) a été étudréepour des géométriesd'entailles différentes par la méthode des ElémentsFinis.le facteur de correction géométriquenon dimensionnel. Les relations analytiques décrites précédemment sont des méthodes approximatives pour connaîtrela distribution des contraintesau voisinage de I'entaille ou de la fissure. Il faut remarquer que le facteur de concentration des contraintes est relatif à la contrainte dans la section moyenne danscesmanuels.1agéométrieétudiéeest pÉsentée. Méthode de prévision de Ia durée de vie en fatigue (2-2r) Dans des manuels. L q Figure 2-6. I-es au pour hypothèses lesmodèles d'Eléments Finissontdonnées ci-dessous: o Modulede Young o e o Coefficientde Poisson E =2L0 GPa v =0.

40m B =0. La méthode de Cregar-Paris exacteset adaptées est plus exacte pour des concentrationsde contraintestrès élevées.I84 z-lwtl EF3 . Kujawski et Chen sont pour connaître la concentration de contrainte. Méthode de orêvision de Ia durée de vie en .8ll .ç =a2.001m Dans la Figure 2-7.ce qui se produit dans des Le entailles aigues ou des fissures émoussées. la configuration du maillage et la distribution de contrainte pour le rapport I I p =1gg . On peut constater dans la Figure 2-8 que les méthodes de Glinka.20m W =2.1 Chnpitre 2. choix de la méthode dépend donc des valeurs du facteur de concentration de contraintes.tÉ9 z-tulttR b) t7 .2.2. de Épaisseur la plaque L =3. a) EWEE Fs.DrrFl5.rr 439-O5t .3{A .993 rE! r33S. nous avons présenté les conditions aux limites.fatieue Hypothèse de contraintesplanes Symétrie double pour le modèle desEléments Finis Longueurde plaque Largeurde Plaque .rcrâpldêt pæF1 av =l Drffiao a! *æ =aDo w z-ffitaB Er2 il-1 'Dræ9?.a =50.

Kujavtski --X-Chen -0-Geager q.2.æntÉnis --O-Nerber --A-Cilhka -jX. mais avec un domainede validité réduit. La méthodedu Glinka donnedes valeursprochesdes résultatsnumériques. y compris I I p = 100. Elle est moins exactequandon s'éloignedu fond d'entaille.Méthode de nrévision de Ia durée de vie en tbtipue c) Figure 2-7. est de a)n l0 8 -û-El€.1 Chanitre 2. de la La pourlesentailles méthode plusconvenable la aigues la méthode Creager. Conditions aux limites.I-es méthodes Chenet de Kujawski et Neubersous-estiment distributiondescontraintes.2. b q 18 . configuration des maillages et distribution des contraintes pour le modèle sélectionnédans la Figure 2-6.

Comparaison pour valeurs rapportI I p fl = 2a). Méthode de prévision de Ia durée de vie en -fatipue b) ro t4 T2 èo >l l0 8 6 4 2 0 \ o b -{-Elerrentfinis --O-Neuber -*-Glinka -iK-Kujawski --X-Chen --O-Geager o. 6 4 2 0 llFts d) zt 22 20 l8 16 -{-Elenentfinis --O. o. du et Paris-Creager différentes 19 .1 Chapitre 2.Glinka.Kujawski. dessolutions Neuber.2. Ilp47 c) zo 18 16 l4 *12 -{-O--â--iK--X--O- Elementfinis Nerùer Clinka Kqiaunki Chen Geapr Iro b8 6.2.Chen des avecla méthode Éléments Figure2-8.Neuber --ù-Glinka -*-Itujaunki -*-Clrcn --O-Geager >r2 bto 8 6 4 2 0 0 llp=tgg dr4 q xlp de Finis.

.i(r-. et émoussés fonction de la distance. Méthode orévision la duréede vie en .a) o..o.Il faut remarquer que ce sont des solutions approchees. effets de la plasticité apparaissenten fond d'entaille. zs(-r)" o.r*. (leel) url Kujawski L..'*'[.1 de de Chnpitre2. en METTIODES Timoshenko LE MATHEMATIOI.fatisue pour l'évaluation de la distribution des contraintes sont relatives aux Les méthodesprésentées Dans les cas réels. o.-t> (w:o) M= < x <(w .[r-o r"(o) -' rr(. oo = ho.= ((w: ")-").o. +(.s k.]ES POI.)o [' . = or + oil + onri I et IITraction. pour aigues des donnant distribution contraintes desentailles la analytiques des Tableau Résumé méthodes 2-1.).=o**|tr. tlsl Chen-Pan -*(*).2.)" (re61) tlel CreagerParis(1967) = oyy^ffi "^ o_.. des cas élastiques.)' -o. résume les différentes méthodes décrites et la distribution de la contrainte d'ouverture en fonction de la distance.z p Xu KeweinJiawen m = constante (re92) l20l o.r *{z)" -oror .z p L.lr-n3o(!-).III Compression (le9s) [21] BhatacharKumar 6 o. o(x<f.)'] (."'(T) . a*. C'est dû au comportement mécanique la des matériaux et au fait que la contrainte en fond d'entaille dépasse limite d'élasticité. I-e Tableau 2-1.'-(f""g) = *ffi"o"(tt') E 8x \ p+ \s4 .JR COMPOSANTDE LA CONTRAINTE D'OWERTURE EXPRESSIONS (lesr) tl8l Neuber o =%. \ " I [ 2 2 I M = Moment I = Moment Inertie 20 . > 4'5 (1e78) t17l GlinkaNewport (1e87) tl4l = o_^.. .r'[r)'] =r.2.

ooo5ft. Xu oo =.ry(r. X. Méthodede orévisionde Ia duréede vie en fartgue DPRESSIONS MATTTEMATIQIJES POUR LE COMPOSANT DE LA CONTRAINTE D'OIMRTIIRE (rees) l22l R..2. a=0 425+ f- = facteur decorrectionde géométrtepourles éprouvettessoumises àunetraction 2l .1 METHODES Clwpitre2. ['É)'].2. ù)r['.

Dans les matériaux métalliques. on observeun comportementde nature élasto-plastique.En une zone en plastifiée et des contraintes élasto-plastiquesdoivent être pris en conséquence. Q-22) et la oùo" et p sontrespectivement limite d'élasticité le rayond'entaille. L'étude de la zone plastifiée dans le cas d'application de chargementspériodiques est très importante pour évaluer la durée de vie en fatigue. tel que I'acier à haute résistance.2.Distribution des contraintes en fond d'entaille dans le cas élasto-plastique La distribution des contraintes en fond d'entaille change selon la géométrie et le mode de chargement.241. : o ZoneII: la contrainte resteconstante d'ouverture o. une relaxation plastique intervient en fond d'entaille.*(t.)} 0( x( r. Wilshaw l23l a proposé une relation poru cette distribution dans un matériau élastique parfaitement plastique. pour étudierla distributiondescontraintes Les méthodes suivantes sont données à titre d'exemple et montrent l'évolution de la en distribution élasto-plastique fond d' entaille.2. I-es relations proposéeset les limites de ces zones distinctives sont exclusivement obtenues pour des entailles sollicitées en flexion. De multiples travaux ont été effectués dansdesconditionsélasto-plastiques 121. o Zone I: distribution logarithmique des contraintes: o.n[t+)}rr 3 xl ro Q-23) 22 .2.[r.[r*.. L'objectif principal de cette étude est concentré sur les aciers. Ces aciers sont généralement considéréscomme ductiles en raison de leur composition chimique.23. Si les valeurs des contraintes sont supérieures à la limite d'élasticité. L'évolution de la distribution élasto-plastiqueest divisée en quatre zonesdistinctes. considération Dans le cas des matériaux fragiles.(x)= o.(x)=o.le verre. la céramique et ne la fonte la zone plastifiée et les contraintesélasto-plastiques serontpas considérées.

2.+h(r .2'2 Clnpitre 2. ko et L sont respectivementla contrainte globale. Le facteur de concentration de contraintes élasto-plastiques s'exprime selon la méthode de Wilshaw [23] par : o.r = ru à I'interface des zones I et II. o Zonefr: ( ("-w\ \ (2-24) (2-2s) où o. . le facteur de concentration de contraintes élasto-plastiques et la distance à partir d'un fond d'entaille qui correspondà la fibre neutre où la contrainte s'annule."=plel.( ) où 14 et p sont respectivementI'angle et le rayon d'entaille.) -rl . Méthode de prévision de Ia durée de vie en fatisue En raison de la continuité des contraintes pour . la taille de lazone plastifiée s'écrit : .=[.i)] (2-26) Figure 2-9' Evolution descontraintes élasto-plastiques le ligamentd'une éprouvette sur soumise une flexion à selonWilshaw î231 23 .

lr*Ç-il' o. on observe zoneen compression.'W. a n1. ory sont des contraintesen traction. Bhattacharya élasto-plastiqr:es en [21] a proposéune méthodepour évaluerles contraintes fond d'entaille.les contraintes puis diminuentplastiquement élastiquement. P.2. k.+oil+Ou+ON+Ov (2-27) où or . Après. V . a. .=o.lr*r"(r. M. L'équation (225) estla mêmequecelle de Neuberqui confirmele comportement élastique dansla zoneIII.|a contrainte quandon s'éloignedu fond d'entaille. due Dansla Figure2-9.fft. profondeurd'entallle. rayon la le d'entaille.et atteintla augmente valeur maximale pour. La distributiondescontraintes s'exprimepar : 6r=O.)} 0 3 x 3 r . contrainte la globale.la longueur.r= ry.a -')' z M(w ) o'=71. I. et ro sont respectivementlimite d'élasticité. à . elle demeure constanter= rÉ dans I'intervalle rr 3 x < 7.le facteurde concentration contraintes de élastiques. Ensuite.l'angled'entaille.2 Clwpitre 2. a n . ov estune contrainte en compression.la la qui distance correspond lazone plastifiée la distance à et correspondantla fin de la zoneII. le momentd'inertie.le momentde flexion .or.2.o. 6tt = (2-28) (2-2e) (2-30) (2-3r) (2-32) ". La par et compression devientmaximale pour x = D.a -'I z 0(x< (w-a)12 (w-a)|2< x<(w-a) où o.. Cette méthode est utilisée pour une entaille soumise à la flexion. r. La formule donnant la distribution de ceffe contrainte s'écrit @gure 2-10): o. En raisondu chargement flexion.. Méthode de prévision de la durée de vie en fartpue o ZoneIV: Partieen compression à la flexion élastique. en une La distinctiondeszonesen compression tractionestdonnée I'axe neutre(x = rn). rrlxlrp oat = rO1a1l \ =ll oru M ( w .

I pour un petit écoulement présentée. la contrainte globale.lr**(t.). de de équations on = o. orv (2-37) la où o.)]. = o.' (w-a)t2 o<x< x @. f. a. = k. W. la profondeur d'entaille.I-esquatreexpressions expriment s' o.o. tr.le rayon d'entaille.. k. =+(ry -. le moment d'inertie.). le moment de flexion..osont respectivement contraintes traction.o.2 Chapitre2.2.or. M. o1x1 ry (2-34) p p+4x -r) rr3x=t=LOQ'. Méthodedeprévision de la duréede vie en fatisue =Or+Oil+Ou+ON+Ov N ct !> I ^ cl F d'une éprouvette Figure2-10. o'est une contrainte des en en : compres sion. p . la distance qui correspondà la zone plastifiée et la distance correspondantà la fin de la zone II. r. le facteur de concentration de contraintes élastiques . est Dansla Figure2-Ll.=+(T-.l'évolution descontraintes Les (2-33)et (2-37)sontla solution générale la méthode Bhattacharya. l'angle d'entaille. dr. la longueur.a)t2s <(w a) (2-3s) (2-36) or. V . et ? sont respectivement limite d'élasticité.2. . 25 .Evolutiondescontraintes elasto-plastiques le ligament sur soumise une flexion à selonBhattacharya [21]. o. + oil + orrr+ oN Q-33) où.

la détermination la relation entrela de contrainteglobaleet la déformation fond d'entailleest nécessaire en pour la prévisionde la duréede vie en fatigue. Méthode prévision Ia duréedevie en fatigue de de Figure 2-11 y compris les L'évolution des contraintesglobales est illustrée dans la contraintes tractionet en compression. géométrie cesentaillescourtesest présentée La de dans la Figwe2-12. la relation entre la contrainte locale et la déformation en fond entailleest essentielle. par Zheng-E.une autrerelation est proposée M. Niemi et Shi-Puls124-261.Schéma d'uneentaillecourteet la contrainûe bactionglobale en appliquée. Evolution des contraintes élasto-plastiques long du ligamentd'une éprouvette le soumiseà une flexion pour le problème plastifiée petitetaille selonBhattacharya d'une zone de [21]. Pour les entaillescourtes. Comme il a été dit précédemment. en oo=Q*ot*onlotv N l> I ^ ctl I f> Figure 2-11.2. d. + + (x + Q-+ 6- +5 -o ^ F F + + x Figure2-12. 26 .2 Clupitre2.2. Dans I'approche locale.

p et d sont respectivement contraintemaximale. n'est pas en fond d'entaille maisà une certaine distance.maisrepartie o Pour les fissuresprofondes.2. contraintede traction selon la direction y dans la région près du fond entaille peut être par obtenueapproximativement la solution de Neuber.le d'entaille.dansI'analyseélasto-plastique. la contrainte est ma.rimale plus faible. en seulement localisée un point.la contrainteglobale. toutesles entaillescourtesy comprispour la forme semi-elliptique. o Pour une zoneplastifiéede petitetaille. rayonet la profondeur Dans l'équation (2-37).Cette solution est prochede celle pour le casd'unezoneplastifiéede petitetaille parBhattacharyhal2ll. Méthode prévision ln durêe vieen fartoue uniaxialor. la deuxième partie peut être considéréecomme le facteur de élastique.=o)t+2|!l I r -\o'l "L \p) I| (2-37) la où o.2 de de de Clnoitre2. Si la à et L'entaille courte a une forme semi-elliptique soumise un chargement profondeurd'entaille a est petite par rapport à la largeur W. obtenue près En conclusion.5 t2-38) pour en élastiques général de L'équation(2-38) donnele facteurde concentration contraintes la Dansle casélastique. concentration contrainte de k. et est élastiques. de par donnée le facteurde concentration contraintes o Dansle cas général maximalen'est pas la d'une zoneplastifiéeimportante. et commeapproximatives utilisées Cesméthodes sontconsidérées 27 . plastique limité peut être aussi I'analysede l'écoulement utilisée [25].or.2.la valeurmaximale descontraintes tractiono** s'exprimepar l24l: en o*.=r+219l ' lp) / \0. l'évolution descontraintesélasto-plastiques du fond d'entailleprésente : les caractéristiques suivantes o La contraintemaximale. pourune approche locale.** .Quandla contrainteatteintla limite d'élasticité. o par L'évolution des contraintesdans la zone plastifieepeut être représentée une fonctionlogarithmique. contrainte dansunezoneoù elle estconstante. la contrainteélastque au basée sur en directement utilisant une méthode voisinage fond d'entaillepeut être obtenue du la théoriede l'élasticité.

. €.le)=| r.----. l. {o}..3. ) leo €o €o t"l e. du des . des L'expressionde la relation entre les contrainteset les déformationss'écrit corru. ):".rre cidessous : {o}= [a{e'} (2-3e) où.MéthodedesElémentsFinis dansle casélasto-plastique L'utilisation de la méthodedes ElémentsFinis n'est pas limitée aux étudesdes matériaux élastiques linéaires. Elle est aussifréquemment pour utiliséedansles études élasto-plastiques par analyser exemple. Les tenseurs symétriques contraintes déformationssont donnéspar des et (242): l'équation lo* r.o L". Les expressions vecteurs contraintes de déformations : des de et sont {o}={o{e}={e* 6o €. '*1 lt* lol=lr. (. tyz T*I' eyz t*}' (240) (241) par Les expressions contraintes des sontprésentées le vecteurou le tenseur contraintes des de la Figure 2-13."" . [O]"t{e"'} sont respectivementles vecteursdes contraintes.Cela demande les théoriques fondamentales utilisées dansla méthode Eléments Finis [27]. 6o . /oo I Ortn-t_ Figure2-13.la matrice de la rigidité et le vecteurdesdéformations élastiques.r* o."' i v à*?" "l / o" a o_ o.la zone plastiqueau voisinage fond d'entaille dansdes matériaux du d'acquérirpréalablement connaissances ductiles.6u O ro..2. oz eu t.Composants tenseur containtes.2.) '*1 (2-42) €r.

les déformations s'écrivent: {e}= {e"'}+{e'o} où. I Ey -v4 E.vo sont G.vu . de les coefficients Poisson. sont respectivement modulesde Young dans les directionsx. Méthode prévisionde la duréede vie en fafiguz En générale. coefficientde le de x dansles directions . qa o o o}' (2-44) qn . de Les caractéristiques symétrie de la matrice des tenseursde contraintessimplifient la relation(2-46)selon: b --v r. {r'} (2-43) des les . -Vyz Ey 1 [of'= E. y et z respectivement. ( 2 47 ) élastique isotropeconduit du L'utilisation de l'équation. E r' vr.(2-47) et I'hypothèse comportement à la relationsuivante: . E. a. déformations thermiques. E .. . dans de sontles modules cisaillement les directions.Gyr. -vyx Ey -vu E.2. dilatationthermique peut être déduite des et L'expressionde la relation entre les déformations les contraintes (2-39)et (2-43): équations {e}= {e'}+ {r" }= [af'{o}+ {e"} peutêtreécritecommeci-dessous : La matricede raideurdansle casélastique 1 -vry -ve (2-4s) E. =vo Ey E.vn.2.y. y et z. {e}. E.Eret E. E" 0 I Gry 0 L Gv" 0 0 1 Go 0 0 les où. Er ' E .G*. dyyet ausont le changement température.3 de Chnpitre2. élastiques desdéformations et sont: thermiques I-esvecteurs déformations des {t*}= LT {aoù ÂZ=1-Tsa. y et z. vo .t {e'o} sont respectivement vecteurdes déformations.vo. x.

v t E 0 0 0 1 T- E 0 'l 0 0 ll"0 I G 0 E Io E 0l o o:|. {e}.z 0 0ll" GJ +LT (2-4e) 0 0 0llz + 1l 0 (2-s0) le le où. où. N =6Vr+Nr+N. matricede déformationLa déplacement et nodaux.2. E.2. €r. = !{at[r}av' v (2-39)et (2-43)dansl'équation(2-53)donne: L'applicationdeséquations N. [n]et{r} sontrespectvement vecteur déformations. v.v E -l v E 0 0 0 T -.y =v' y .l.Dans le cas (2-sr) (2-s2) (2-s3) tu. modulede cisaillement le coefficientde dilatationthermique. Méthode prévisionde la duréede vie en farteue E r = E r = E.{â'Y <ftafl {aI ÏBffin[nlat vv (2-57) : &Jrest l'énergieélastique à la fondationélastique due 30 . peut écrire : on &J = &Jr* M. basée lesfonctionsd'interpolation le vecteurdesdéplacements sur substitution l'équation(2-55)dansl'équation(2-54)donnela relation(2-56): de N. vr.v : l -v0 T E -v0 e# êo ea €. . ={aY trltrln > .=!<{a'Y [o]t"]-{a'f lol{e'^\av v (2-s4) La relationentreles déformations déplacements næuds et des s'exprime: {"}=[r[u] <2-ss) le des la où.équation Cecicondui à l a ll o i de Hooke pourun matériau élastique uit r de E .3 de Clnpitre 2. le coefficientde Poisson. linéaireisoffope.xt = v y .G et a sontrespectivement modulede Young. et L'utilisation du principedestravauxvirtuelss'écrit: &l =N général. exz E -. ' 'ry (248) (2-49). U et V sont respectivementl'énergie de déformation et les travaux extérieurs.

{â}= ïnf -{aYpllrtf Wl7fu}*{alrjhr" f {pIa. ôtl. 6wn. ={6"Y [iv.) (2-se) (2-58-)et (2-59) dans l'équation(2-58).J[r] {o}=k{r^} (2-58.]{r}ae..]dA){âù G Al (2-60) de [N. ]'[iv. aux (2-57)..(2-58)et (2-6I) à (2-63)donneunerelation: L'utilisation deséquations +{af {â. nous avonsla relation En mettantles équations suivante : tu.] sontla rigidité de la fondationqui s'exprimepar la force sur les surfaces la "t fondationet la matricede fonctiond'interpolation pour la fondation. sont respectivement déplacement perpendiculaire la surface.3 Chnnitre 2. déplacement perpendiculaire la conffainte Le et s'écrivent dans cas: ce {.la le à contrainteet la surface correspondante.] JtaItpfrlav1{a}-{aY @l[nlav 4JIN"f d.f [[N. Méthode de prévision de la durée de vie en fatioue i tuz=I{n"y {"1^.y } I OU. la densité aux vecteurs au de à et des qui forcesextérieures s'appliquent næuds. k N.e. quantités{f}.2. sur la pression appliquée la surface . (2-6s) 31 . Al (2-s8) où. ={a.sontrespectivement énergies potentielles les basées les effetsd'inertie. A présent.Y( tN. p et Les {ryI correspondent respectivement vecteur la pression. nousavonsI'expression l'énergiepotentielle: de où.{r:}=[u"H"]{ry}*{.={arY {ri! où. Ao N.+{af {rf} L'équation(2-64)va êtresimplifiéepar l'éliminationdu vecteur{ô}r: (2-64) * rlr"* lrI \t"t. Nret dV.2.}=hr. o et A.=-{âtYrrJtnJ' S {"} tiv1an v (2-6r) (2-62) (2-63) N. lesforcesnodales sur A" extérieures.

læ comportement l5c. Iæs Figures2utiliséspour les acierspar les logicielsdesEléments ont été largement En isotropes.Dansla Figure2-14. comportements et bilinéairescinématiques multilinéaires comportements Finis. la résolutiondu système des Dans les calculsnonlinéaires.Y ae.lescoefficients conductivité etc. et isotropes multilinéaires bilinéaires I4c et 2-L4dmontrentles comportements dansles Figures2-14"et et anisotropes de Druckersontprésentés dernier. (2-6e) (2-70) {r} lr:')=![x. utilisépour les solset les bétons.les comportements dansla Figure 2isotropede type Druckerestprésenté cinématique 2-l4f. lx l=r J[iv. Méthode orévision la d.J'lr. comportement typeDruckerestsouvent est et cinématique isotrope pÉsentédanslaFigate2-16.2. du I-e concept comportement Finis.2. AP (2-7r) linéaireisotropen'existe pas toujours. a: avecgrands en de indépendantes {r} par exemple élasticité 32 . à"-.3 de d.. de telsque le modulede Young.Ils deviennent non et le fonctionsde{z}dans casde la plasticité desécoulements newtoniens. Figures2-l4a et 2-l4b présentent rhéologique modèles Ces cinématiques. même lorsque les propriétés physiques sont on déplacements. de le Généralement.rl AI (2-66) (2-67) (2-68) lr:^l= lol'"}u [lnf v lu"l=olllv| Wlav v u=VIul .par la méthode Eléments dans la non-linéaire est très importante.6 différents différentssontà envisager pour desmatériaux les respectivement Les sontprésentés.. dans apparaissent les du par Destermesnon-linéaires rapportaux inconnues problème équations aux dérivées partielles.urée vie en fafieue lr. sontsupposés 1 .e de Chnpitre2.. Dans un problème non-linéaire apparaissent physiques deuxtypes: de formulationdesproblèmes de physiques indépendants {z} dansun modèlelinéaire.l= ÏnT[ona)av il. Lesparamètres des .D'autres comportements élastique I-e comportement (Figure2-14).

2. Ditrérentscomportements s'appliquent qui généralernent dansles calculspar Elémenæ Finis a) bilinéaire cinématique b) multilinéaire cinématique c) bilinéaire isotrope d) multilinéaire isotrope e) anisotrope f) Type Drucker. uet v sontla déformation dansla directionx. le déplacement dansla direction x et le déplacement dansla directiony respectivement.zla) (2-7r) où t. Mêthode de prévision de la durée de vie en fatipue ôu 1fav\' t'=E.2. 33 . La méthodedes ElémentsFinis conduit à une formulationdiscrétisée problèmesnondes qui linéaires peuts'écrire: ffr=6v+N =talr(tr(r[t )-{r})=o pour {a}' * o (2-72) L'équation(2-72)peut s'écriresousla formesimplifiée(2-73).3 Chanitre 2. . e) Figure 2-14.

2.2.3 Chapitre 2. et 34 . Méthode de prévision de Ia durée de vie en fatigue a) 2D Ot= 02= 03 2D b) Ot= Oz= 03 c) 3D 2D Figure 2-15 Présentation comportementa) cinématique b) anisotrope c) lype Drucker dans les cas bidu dimensionnels tri-dimensionnels.

{u}.)=br] rena {n(z)} nul. que exacte proche possible zéro. La recherche la solution {r} sefait demanière de (2-74) non-linéaire(2-73).2.3 Chapitre 2. Changerla solution initiale et Figure2-17 Algorithmeitératifpour lescasnon-linéaires élasto-plastiques.2.fartsue Surfaceécoulementsubséquente .)h. b) tel qu'il existe dans des matériaux nonlinéaires élasto- lx(u)I{"}={r} ou {n(. il faut chercherun vecteur {z} qui rend le Pour résoudrece système l. vecteurde la forcenodaleet le vecteurderésidu. la forme de l'équation (2-73) seraincrémentale: (2-73) la où tr(r)] . 35 . {r'} et {n(r)} sont respectivement matricede rigidité.Lasolution de résidu {n(r)} aussi itérative@gure 2-L7). Dans certains cas en plasticité.)}= [x(")l{"}=o {r}le déplacement. Changer I'algorithme 2. le vecteur de lr(.e écoulementsub subséquente initiale Surfaceécoulement rface écoulementinitiale rent \ // I I t I I o a) Figure 2-16 Comportement isotrope et cinématique plastiques. Méthode de prévision de Ia durée de vie en .

25 Chapite 2. La précision la rapiditédesconvergences 5. I-e type de nonlinéarité : localisée non. én"ntuellement l. n'existepasde méthodegénérale et donnée en faisantappel de à par doit s'adapter expérience une classe problèmes résolution : de des à unecombinaison trois méthodes basesuivantes ..Le choix d'un algorithme résolution ou ou 1.*(r-)k' ]={r} i =r.assemblage vecteurs 36 .prépondérante non solutions d'uneou plusieurs 2.1 [. puis de les assembler Lu'parI'unedesméthodes.2. L'existence d'une solutionapprochée de d'uneméthode construction 3.2. {ut} . Le risquede divergence de valablepourtous les cas. est L'algorithmecorrespond^ntà(2'76) le suivant: linéaire(2-76) en le et enfin résoudre système nulle. {r'} calculées partir Cetteméthode de {z-t} en résolvant le systèmelinéaire : r .3.trt). élémentairetff} . Méthodede substitution o Méthodede Newton-Raphson o Méthodeincrémentale Méthode de Substitution à une à consiste construire suitede solution. le en Ce qui peuts'écriresousformeincrémentale introduisant resiau{n'}: (2-7s) {r}{*(u"')}= [r(.. Construire{f} p.il est possiblede construire matricesélémentaittt[ft(r"t)].'")][u"'] {n'}= ["(r'-'l[or-']= {n'} {r'}= {r-'}*{or'} (2-76) les Le vecteur{u-t} etantconnu. pour obtenir [t(r"tl... La disponibilité désirées et 4. des 2. Calculerunesolutionapprochée{uo}. Méthode de prévision de la durée de vie en fatioue d'équationslinéairesà chaque conduit à résoudreun système La majorité des algorithmes : doit tenir comptedeplusieursfacteurs de itération. la stratégie il En pratique.

il estnécessaire à d'utiliser soit la normemærimale : uaxltu... de elle se situeentre 1. Pourchaque élément: a.} * ll.ll ae{n'} la llrll 8..tn. Dansles problèmes plasticitépar exemple.VrX":. Résoudre commedansun problème linéairer [f]{Ar'}= {n. Calculerla matricede rigidité élémentaire. 11. construire nouvelle la esrimation la solurion {u'}= {u-t}* ù"'} de : (2-77) (2-78) 7. tj (2-80) llnll=M@pl " " t l"tl s'écrit: (2-8r) Si z. Calculer résidu le élémentaire {f }. La méthode sans sur-relaxation correspond a=1. elle estdéterminée I'expérience Sa du par en calcul numérique.(pourchaque itération) 4. i =1. valeuroptimaledépend problème. Appliquer testdeconvergence un urilisant oullz{l llzll Le facteurde sur-relaxattonautilisé dansle stade6 permetsouvent d'améliorerla vitesse de convergence.2.9.3 . à Pourle testde convergence I'itérationi.desnonnesrelatives sontfréquemment utilisées : | ..l' llnll= soit la normedesmoindres carés : (2-7e) y"11=.1=. p1=ffin1 En pratique.} 6.7 et 1. Extraire valeurs déplacemenrs a" b-r} les des {":'I b. calculer norme o" {or. est très petit par rapport à la valeurmoyennedes termes de{u} ou égaleà zéro.} t)= d.} (2-82) Le processus itératif estarrêtélorsque: 37 . [t(r"tl c. Assembler comme dans problème un linéaire : [r] oans [r] {'} a-s {n'} 5.Æ7]'{-T '' .l' llmll= ou uyÀ.lb'Y {".u.[ffi]o.

((r') rc("') b) Figure 2-18 Algorithme itératif pour un comportement non-linéaireélasto-plastique.fatisue pour la normale(2-82): e = 0.2. " (2-83) a) K(u)-u = P R o= . graphiquement Dansun problème unevariable. à les de K( " ') x ( "' ) ll.05 Parexemple. à I'algorithmede substitutionestprésenté sur la Figure(2-18)de manière souligner possibilités divergence. 38 .K(r') . Méthode de prévision de la durée de vie en .ll. méthodede substitution a) b) Convergence Divergence.2.3 Clapitre 2.

Calculerunesolutionapproché"{ro}. Décomposer[K.]. incrémenté et Dans I'algorithme de l'équation (2-76).t] Oansl'équation(2-84).-] 8.] déjàdécomposée. Extraire{ri'} a" {u''}no* chaque élément..] fonctionde z : et en la somme d'une maffice K] (t". 0.. nulle.. 4. i =I. 7.En négligeafi lK. Construire{f} p* assemblage vecteurs des élémentairerff}.2. 5. 3.].. [&ilar']= {*'}u partir [r. Méthode de prévision de Ia durée de vie en fatisue Reformulons l'équation (2-76) en décomposant[f] constante d'une matrice [r<. lx*].1'équaton suivante s'écrit: [r.assemblage résidus des élémentaires : {'}={f }.]. 39 .. éventuellement 2.] . (pourchaque itération) 6. A chaqueitérationil suffit de calculer une {n'} puisd'évaluer{ou'} à partiro" [r.I[o". e-87) g. br') (2-84) par les sont respectivement matricesconstruites assemblage des "t {n'} matrices élémentaireslinéaires [t. I ]= } lx. Calculerle résidu {^'} p. il faut assembler décomposer[f] et a chaque itération.* [r.2.]{nu'}= {n'} {"'}={u'' }* {or'} (2-8s) (2-86) La matrice [f. Calculer =I ) fu'I={r-'}*fur'} t"nsupposantar 10.2.ce qui est très coûteux. {n. 11.3 Clnpitre 2. Construire[ç ] p* assemblage matrices des élémentaires linéairerlfr. Méthode de Newton-Raphson modifiée l. Cette maffice est fonction de u le déplacement.] peut être décomposée seulefois . calculerllnll. Résoudre o.[ril.] décomposée. pour les déplacements du Ésidu pour l'évaluationde I'exactitudedescalculs. deconvergence Test utilisantllzll .

faut assembler modifié est souvent décomposet [K] à chaqueitération.la matric" [K.(uo) K(u)-u= P t o ltt tl2 u? u*t U modifié. de la Figure2-19 Algorithmeitératifdansla nonlinéaireélasto-plastique.la méthode Newton-Raphson plus souventutilisée quela méthode substitution.Par contre. graphiquement Cet algorithmeest présenté modifié. Méthode de prévision de Ia durée de vie en fafioue dansle cas d'une variablesur la Figure 2-I9. alorsquedansI'algorithmede substitution. pour les employé dans le cas d'un comportement est de problèmes fortementnonlinéaires. uneapproximation de la solutionpeutêtreproposée (2-88) e {*(r')}={^(u-'+ az')}= (2-8e) de ce L'algorithmeestobtenuen développant résiduen sériede Taylor au voisinage ui-t : 40 . de x. méthode Newton-Raphson pour les problèmesfortement non-linéairesconvergeen La méthodeNewton-Raphson génér plus rapidement.2.] est assemblée de Dansl'algorithmede la méthode Newton-Raphson et il une et décomposée seulefois.23 Chapitre 2.L'algorithme de Newton-Raphson faiblement non-linéaire. o {r}k(u"'))= [r(u-')[r'"]* : ci-dessous ui A I'itérationi. = x. nousavonsobtenuune approximation Supposons telle quele ésidu ne soit pasnul. al La méthodede Nervton-Raphson u'-t de la solution qu'à I'itérationi-1.

. )} û'' = ]* {^(. ci-dessous : (2-e4) (r. Il estprésenté graphiquement la Figure sur Figure 2-20 Ngorithme itératif dansla nonJinéaireélasto-plastique.@-t)f s'obtienten dérivantl'expression (2-73)du résidu : -[#] -[#] rr. t<.' .)t== .. 0 t^0{-..."' (2-er) ou: .]= [x.j | àU. = --u \--t t. (2-es) L'algorithme correspondant l'équatron(2-92) ressemble I'algorithme de la méthodede à à substitution. tr(.t {*(. méthodede Newton-Raphson.}* = D'où.-.(.*|W rrl L'expression (2-94)s'écrit sousla formeindicielle.*u.1f.rol.. [f] 2-2O. en négligeant termes les d'ordre supérieur 1 : à (2-e0) -[#].p-.)..)}= )}.2-2'3 Clnpitre 2. la 4l .'Â2.*. cependant estremplacé parftl... Méthode de prévision de la durée de vie en fatieue * {o(."')} {"'}={r'" }* {or'} (2-e2) L'expression de la matrice tangente lX.+1.[# e]] Dans le cas où F est indépendantde u : \z-gz) (r)]= )l [r<. dans casd'uneseule le variable.[u#].

{rr} {r}= 4{r"} (2-e7) sont la matrice de rigidité au j eme pas..obtenueà l'étape précédente.(u') ou Figure 2-21 Algorithme itératif. 42 ...2-98) La solutioninitiale utiliséepour calculer u.-. déplacement : ci-dessous corrlme tr.est la solution zr-.] La matricetangente tangentes ].trn (. le vecteur "..]). K. global et le vecteurdesforcesappliquées. méthodeincrémentale pasà pasavecune itérationde Newbn-Raphson. méthodes acceptable. élémentaires ft "r...)k.4. : K. ou itérationsde la méthode Newton-Raphson de la méthodede Newton-Raphson à utilise une itérationde Newton-Raphson chaqueétapeet s'écrit La méthodeincrémentale pourun niveaudonné de sollicitations2. le itératives dans initialejoueun rôle important lesméthodes La solution non vers ou peuvent diverger converger unesolution les choixde cettesolution. .1.=Ar.globale [f. s'exprime Dansla relation(2-97). Chaqueétape constitue un problème non-linéairequi se résout avec une ou plusieurs modifiée.{F.} où ["(rr)].. La méthode incrémentaleconsisteà remplacerla résoluton de t. des par en obtenue pratique assemblage matrices Méthode incrémentale (Pas à Pas) Selon précédentes.{ro}={r} [r(r)J[r]= de parla résolutionsuccessive (2-e6) = ["0.

estschématisé ainsi : Choix de la solution approchée Correction: Améliorationde la solution .3.'}. "}= {n(.}={r.. Méthode de prévision de Ia durée de vie en fatigue -[.(r.2. {*(.(r.]={.\r.a.-.I'expression résidu {R} restela mêmecar elle est caractéristique l'équation à résoudre.'.-.Résolution ae [r" [lu']= {n' } ..-..] pourla méthode substitution de po* la méthode Newron-Raphson de modifiée 43 .} Xo ._. {o.Calculdu r*idu {n'} . {r*'}={u'}+at$u'} Test de oonvergenoe Figure 2-22 Algorithmegénéralitératif dansle casd'un comportement non-linéaireélasto-plastique.-. on utilisedirectement (2-99). @.-. ]= [.1.\ro} [*.]= [f] [f. de Par contre I'expression la matrice [f"] varie de d'une méthode I'autreet influencela vitesse convergence à de : [f. pouri = 1.-.} i = 2. : + -..1.]= [f.-.{Fo} )}= ] {". à un niveaude sollicitationdonné.)I* - (z-ee) Cet algorithme présenté est graphiquement unevariablesur la Figtne2-21.. )J[r. (2-100) Toutesles méthodes précédentes peuvent ramener un seulalgorithme se à qui.-.")} (s".. tr.2'3 Clwpitre 2.}*{our} [". {o(r. pour La méthodeincrémentale utilisant plusieursitérationsde Newton-Raphson s'écrit pourun niveaudonnéde sollicitations.("':l[o". du Quelle que soit la méthodeutilisée..

Il peut alors suffire formationdu problèmeest de natureincrémentale pas réduit d'itérationprr p*. par plasticité les logicielsd'Eléments M .[rK. peut êtretrouvépar essaiet effeur avecun algorithme Finis.] de po"t la méthode Newton-Raphson itératives les ae[r"]. Les méthodes à pasavecutilisationdesméthodes d.utiliserdespasde sollicitationtrèspetitspour desraisonsde convergence parceque la commeen plasticité.Il est parfoisnécessaire I_echoix d'une desoptionsprécédentes ou d.I-e facteurde sur-relaxationa les utiliséespour résoudre systèmes Le permet souventd'améliorer la vitessede convergence. d'équationslinéaires.]= [f. facteur de sur-relaxationest très efficace dans les cas de grands problèmes qui sont à résoudre généralement interneà la méthode Il fréquemment.un nombre dans le calcul en modifiée sont souventappliquées et Newton-Raphson Newton-Raphson Finis. desEléments dépenddu problèmetraité. nouspouvonsretrouver méthodes d'autresexpressions En choisissant.

. o: o: o. 45 . Le facteurde concentration contraintes proposé des est pourévaluer maximum.3 Conceptde facteur de concentrationdescontraintes La distributiondescontraintes voisinaged'une entaillejoue un rôle très important. ce Dan le domaineélastique Peterson définit le facteurde concentration contraintes [4] de de deuxfaçons: 1. 2. Le rapportde la contrainte maximaleà fond d'entailleet la contrainte globale. ^..o-* * o. (z_t0t) où k. La formegénérale facteurde concentration contraintepeuts'écrire: du de .la contrainte élastiquemaximale à fond d'entaille et la contrainte globale appliquéeloin du fond d.entaille.2. Dans le cas d. o** et os sont respectivementle facteur de concentrationde contraintes. Figure2-23 Distributiondescontraintes dansle casd'un hou dansuneplaquey comprisle chargement général.un petit trou dans une plaque. Il représentele facteur d'amplification de la contrainte globale appliquée.Il est au notamment nécessaire d'évaluer le maximum de cette distributionen fond d'entaille. Le rapportde la contrainte maximaleà fond d'entailleet la contrainte nominale. la concentration de contrainte dépend aussi du chargement appliqué (Figure 2-23). o.

--1[ r -5": *41sin2o oo 2[ r* r' ) .Iæs équationsmentionnéessont écrites ci- : dessous = -5).oI) oo oo oo k. o*. contrainte (2-l0s) appliqué dépenddonc du type du chargement de Le facteur de concentration contraintes (Tableau2-2). [' 3 t. ^ z\ (2-ro2) (2-ro3) o (2-r04) La contrainte circonférentielleest la plus élevee et le rapport entre les contraintes et circonférentielles globales sera utilisé pour définir le facteur de concentrationde peuts'écrire: maximale circonférentielle La contraintes.#)"o' zef +l('.(.oi) la sont respectivement contrainte maximale. o!. oi.. le calcul analytique pour le type de chargement I du Tableau 2-2 a été déjà donné par les équations (2-10) à (2-L2). de et Tableau2-2Ditr&entschargements facteurde concentration contraintes TYPEDU CHARGEMENT o! oo oo oo oi 0 oo -oo r("X./ ^ a.. Méthode de prêvision de Ia durêe de vie en fatisue Dans la Figare 2-23..=k.. 46 .la contrainteglobale verticale..] il(' +-+). Par exemple.4Jo I 2 3 2 4 I-es valeurs du facteur de concentration des contraintes sont obtenues par les calculs analyiques.la contrainteglobale horizontale. i = 5)-. et f(o!. pour les de les Iæ Tableau2-2 rassemble valeursdu facteurde concentration contraintes cas différents de chargement: pow un petit trou dansuneplaque. ". k. le facteur de et de concentration contraintes la fonctiondu chargement.23 Chapitre 2. 3 o*.f\o!.oi) o^ =3oo or* =2oo o** -.

Exemple Nous avons pris la géométrie suivante pour calculer le champ de contraintes par le code du calcul Eléments Finis. .30 Hypothèsed'un comportementmécaniqueélastiquelinéaire Contrainte globale o! =t MPa et oJ = 0 MPa Hypothèsede contraintesplanes Symétrie double pour le modèle ElémentsFinis Longueurde plaque Largeurde plaque Rayon du trou L= 0. Iæs conditions du calcul par Eléments Finis pour le problème mentionné sont donnéescidessous: o o o o . o o o o Module de young Coefficient de Poisson E=270 GPa v =0.050 m . Epaisseur la plaque 8=0.600 m e0. destravauxexpérimentaux calculpar Eléments ou Finis.800 m W=0.Les facteursde concentration contraintes de peuventété obtenuspar descalculsanalyiques. Dans la Figure 2-24.001m de a) 47 . le calcul par Eléments Finis et la sclution analytique sont comparéspour le cas d'un petit trou dansune grande plaque.

9655 l.|a distribution de contrainte oo est présentée. oi =U a) Maillages et conditions aux limites b) Composantesde la conFainte dans la direction x c) schémades contraintes au voisinage du trou.0 m '. L'utilisation de contrainte globale o! =t MPa permet de représenterla distribution des facteurs de concentration de contraintes.50 3.l @.qt{la G.50 3.mæl q r-.lta :.00 1.{t !.m 0. Dans la Figure 2-24. de 48 . 3. La comparaisonentre le calcul par Eléments Finis et la solution analyique est montrée dans laFigure2-25.00 2.00 Figure2-25 Comparaison enhela solutionanalytique le calculpar Eléments et Finis pour le problème d'un petit trou dansunegrande plaqueavecun chargement horizontal traction[28].50 2.fi) b è 1.lq .50 3oo -+ -# + *- o0/o0 SolutionClassique orlo0 SolutionClassique o0/o0 Solutiond'eleæûs finis orlo0 Solutiond'elerems ûnis o 2.I@ m.^ .00 0.r.w fla 2.st& .00 1.14 b) c) Figure 2-24 Distribution des contraintes dans le cas d'un Eou dans une grande plaque pour un chargement 6i = ao h.1 æ-l ffi.50 1.50 30o 0.

00 l.oeetoo sont respectivementla contrainte radiale.sO ?Ê 250 3.00 +o0/o0 .50 b è + -0- des otd Solution Elénpnsfinis finis des orlo0Solution Elénrcnts 0.2. Méthode de orévision de Ia durée de vie en .00 r. 2.00 b r.so ?E z. des aussidela géométrie éprouvettes.o o .û 1.50 4.00 0.= .so 3.00 4.ûorlo0 Solution Elénrens des finis Elérrensfinis Solutiondes è 2. o '.3 Chapitre 2.00 5.00 3. .farteue où o. = oo b) o ! = o o .00 0.50 4.00 b) radiales et dansle casd'un trou dansune plaquepour les composantes Figure2-26 Distributiondescontraintes circonférentielles dans une plaque y compris le chargement a) o! = Oo O". dépend de Le facteurde concentration contraintes 49 .s0 1.00 -1.00 3. la contrainte circonférentielle et la contrainte globale.00 0.50 a) 6.00 3.00 0.

0 DD(.02 m.04 m.0112€ S(.l L " ('Tr tgllt.0tl2aô . d=0.0 DID('.7t797 . a) Ftrt soilfilot .l gE flE'l .1'6e9 .01 tl!( '1.DID 31. Figure 2-2? Distributiondes contraintes Oo =l MPa de dansla régioncritique' c) y a) Schémab) Composantesdescontraintes Gradient contrainte 50 .93566? bqEÉÊ aD llGloD c) dansle cas d'une barreen ûaction D=0.l /.É39 .l?106 utrl Dost & . 10'01 m.9@irr5 b) rtD^L l0t0Tr0r stlD.-.353t63 'ttg66:l .mPrI tB ..Dans la Figure 2-27.0r1? {3 LG qhcCæt . une bane en traction est considéréeet un huitième de la géométrie de la bare est présenté.I?æ-03 $û.rtloô u barEè aa rælloa ulrl LÊ clrâEgæa! Dou -.-.r Is r-.Dç^!DED rt lÀv6l 3tt5.I lDE./E(I.

Méthode prévisionde la duréede vie en Tatieue de Le facteur de concentration des contraintes change avec la variation des rapports D/d et r ld.2. Dansle Tableau2-3. changements de Ces de géométrie provoquent modifications facteurde concentration contrainte.3 Chaoitre2. L'évolution du facteur de concentration de contraintes en fonction de la géométrie est généralement présentée dansdesformulaires. TYPE DU CHANGEMENT DES SECTIONS CHARGEMENT Contrainte nominale Eshelle Cas Jht " f n h Traction D P P 2bt I h ir. des du de Tableau 2-3 Types de changement des sections et chargement dans les cas de contraintes planes et axisymétriques [28]. Flexion m P bt 3M f 2 A h Traction D b M P f 3 Flexion B b't 6M f 4 c Tension P 2bt f 5 a 3Mh Flexion iti 2t(c3 -h3) e 5 C 51 ..les typesde changement sectionsontprésentés.

8 A+ ->c lr-Jht"-4.2. exemple.23V lb' e 8 Torsion 2M.{ / *c7 -f3zl 6 5 4 3 2 | O 1214567 * JilE' '* J5Ë Abaquede Neuberpour calculerle facteurde concentratron conrarnæs. et la valeurdansla 5émecolonne ""tJW (la valeur de <<n> dépenddu type de chargement présenté dans le Tableau2-3) donnentle JW point < A >. de pour n=3 et Jbtt =5. de de est .4. Jbt.8 avec Jhla =4.7 =2.Jbta-s.4 > égale à3.1-e. Point << > et le Le B paramètrecalculé JW o donnent le facteur de concentrationdes contraintesavec I'utilisation la 4émecolonne. Méthode de prévision de la durée de vie en fatipue Tension h P æ f 6 Flexion d=2b P T 4M æ - f 7 h h Cisaillement r. Il est nécessaire calculerles paramètres paramètre o dansle Tableau2-3.3 Chanitre 2. -J.Jht" + k. pout<<f la valeurdu facteur concentration contraintes >>. 7b3 e 9 + ln:. Une horizontale passant par.(A> coupeI'axe verticalen <<B>. de I-escasprésentés dansle Tableau sontutilisésdansle diagramme Neuberpour calculer 2-3 de les facteurs concentrations contraintes de de de t28].4+c ff .7 Par pour <<e et Jht"=2.

et oD. Commele facteurde concentration contraintes. de la définition générale écrit: s' k.u.. ce qui conduit à la connaissance la limite d'endurance de sousentaille sansavoir à réaliserdes essais. I-e rapport de la limite de résistanceen fatigue pour les éprouvettes lisseset entaillées avecla mêmesectioncritiquedéfinit le facteurde réductionen fatiguek.Npour les éprouvettes entaillées moindreque celle est en d'une éprouvettelisse oo. La différence plus grande élastique entre k. k.La définition dans l'équation (2-106) est précisément utilisée dans le cas d'une contrainte normale(tractionet flexion).îo. " oo.également de diminué d'une unité : e =J' k. =%.La sensibilité à I'entaille est généralement mesuréepar I'indice de sensibilitéà I'entaille(q).s.. Iæ facteurde réductionen fatigueest moindreque le facteurde concentration contraintes de (I3kr <k. T^et sont la contraintenormale maximaleet la contrainteglobale normale. k.* k'.k. -l k.-l (2-r07) La connaissance cet indice q qr:jmécaniques matériau de dépenddescaractéristiques du et en particulier de la chargeà la rupture."* et os To.2. (2-r0e) où o.doit permettreen principe d'estimer ft.sera dansle casdesentailles aigues. .n est défini commela valeur du rapportdu facteurde réduction fatigue en k.=î* (2-108) To. = b .4 Facteur de réduction en fatigue La limite de résistance fatigue oD.r t. diminuéd'une unité sur le facteurthéoriquede concentration contraintes.=o^o o.. et k. =%' (2-to6) ao-u les en où or. du 53 . k.).N sont respectivement résistances fatigue d'une éprouvettelisse et entaillée.r. cisaillement maximalet du cisaillement global. les tssont respectivement limites d'endurance d'éprouvette lisse et entaillée dansle casdu cisaillement.

Des relations ont été proposéespar les différents auteurspour relier k. . estun coefficient qui dépendde la contrainte ultime. l<kr <k. os(Nn) ft. et p le rayon d'entaille. Méthode de prévisionde la durée de vie en fatieue Une autre définition du facteur de réductionen fatigue est le rapport de I'amplitude de contrainte d'uneéprouvette lisseet cellede la contrainte d'uneéprouvette entaillee. Le facteur de réduction en fatigue est un paramètreexpérimental obtenu à partir d'essais de fatigue. ap=l - (zto\''' \ou ) | e-rr4) ou est la contrainte ultime en MPa et dp en mm. Ce facteur prend une valeur comprise entre I'unité et le facteur de concentration de contraintesélastique( .4 Clnpitre 2. zr(N*) et r"(N^) sont les amplitudes de scission d'une éprouvette lisse et entaillée conduisant au même nombre de cycles à rupture . I QN= a*(ou) 12-LIS) l+-f'3tlp div un coefficientqui dépend la contrainte de ultime. Neuber [30] Q= -. et k.2. ar=ar(ou) (2-r13) lT- p a. . il dépenddu nombre de cycles à rupture. on cite: Q_lL2) o Peterson[29] Q=-. (N* ) . d" (N^ ) sont respectivementles amplitudes de conffainte d'une éprouvette lisse et entaillée conduisant au même nombre de cycles à rupture. o Heywood[3]-32] 54 .=* ' tr(N *) e-nD où o.= ' o*(N) (2-llo) k. 'l I qP .

Métlnde de orevisionde Ia daréede vie en latieuc +=+-. sontrespectivement coefficientqui dépend la contrainte la sectionnominaleet la sectionglobale. Topper-ElHaddad[37] po=po(A'h) (2-t19) du où A et h sont descoefficientsqui dépendent matériauet du type de l'éprouvette I-e respectivement. paramètre Po est une constantequi dépend de A et de h (2-r20) où ao. le facteur de géométrie et une constantequi dépenddu matériau.tSo Z' Sn= S(ao. I'angle d'ouverture de I'entaille et la contrainte ultime.le rayon d'entaille. t+.4 Clnpitre 2.Ar) (2-r16) lr. stieler-siebel[33] kt=L..le facteurde sensibilitéà relationsuivante: peut être défini par la . a et ou sont respectivementun coefficient qui dépend de la contrainte ultime. Selon Topper-ElHaddad.r) (2-Lt7) un où Sn et Zsont respectivement coefficientqui dépendde la limite d'élasticitéà llel=yf*# au O. Fo et 1osont respectivementla profondeur de I'entaille. de un où a" .4. k.2.rli) ultime. k' aH=or(or. eK = a*(ou) (2-rr8) où a* . p. BuchSwitech t35-361 l=+l'-#l' simultanément.2Vo gradientdescontraintes fond d'entai etle Kuhn-Hardraht [34] . 4et A.

-l kr- k.-l t+b p -I a.* lA 1P 1 dn =aH(ru.er) Heywoodl3l-321 r-4 kr1 tr-W Kuhn-Hardraht [34] So = S(40.ou) I-es équations proposées Peterson. une du en Tableau Résumé relations pour I'estimation facteurde réduction fatigue ft. Métlnde de nrévision de Ia durée de vie en fatipue p It 4Io n=Il" Pour Pour p 34Io p>4Io (2-r20) Les équationsproposées Topper-El Haddadtrouvent leur fondementdans une par approche type mécanique de linéairede la rupture.Heywood.Stieler et Topper comportent un seul paramètre<< matériau>.. équations par Ces relations donnent estimation facteurde réduction fatiguek. Ce paramètrematériaua été supposé constantpour tout type d'éprouvettes de chargement.. = ar(ou) ^ k.-l .4 Chapitre 2. .2.z'rh f k. ) l*'^E p ft-(t)l L=1[. -l =- I k. et . Le Tableau24 présente résumédesdifférentes un proposées cesauteurs.. par Neuber. 2-4 proposées des du en PARAMETRE DU MATERIAU o=-1 Peærson [29] ' k.4.h) Io = Io(o. AL P+po) a* = a*(ou) Po = Po(A.

W. p .Switechutilise deux paramètres. h et des entaillée définition paramètres A. = Aoo correspond I'amorçage fissures fatigue. .an7 et od sont respectivement largeurde la plaque. Le par L'équationproposée Buch. de est oi =6ù. la contrainte maximale. du dépendent type du matériauet du chargement.un schéma la méthode donné.4 Chapitre 2. la contrainte nominale. avec éprouvette Figure 2-28Schéma d'une la Dans la Figure 2-28.= f @. I'endurance en fatgue pour une éprouvetteentaillée et I'enduranceen fatigue pour une éprouvettelisse . o*. une facteur de réduction en fatigue et le facteur de concentrationde contraintesreprésente à autredéfinitiondu facteurde sensibilité I'entailleq . le rayon d'entaille. rapportentrele correcte. on. en des à contrainteo. Méthode de orévision de Ia durée de vie en fafisue de le Selon cette hypothèse facteur de réductionen fatgue et le facteur de concentration Cette hypothèsen'est pas toujours contraintessont égaux pour une entaille émoussée. 57 .Dansla Figure2-28. A et h sont respectivement rayon d'entaille et les constantes matériaux.2.'+. Cerapports'écrit commesuit : f. A la Dans la méthodede Buch-Switech.I-es mais pas constantes et h ne dépendent du rayon d'entaille ni de la taille des éprouvettes.n) (2-r2r) des le où p.

= Aoodans (2-124) de l'équation donne relation la suivante : Ao. Méthode de prévision de la durée d. dy h Q-122) Selonla distribution théorique contraintes.oy =9o*- dy h . A[ P) (2-r28) . p . la contraintemærimaleet le le coefficient de proportionnalitéobtenu par la solution élastiquedans différents cas de chargement.h) k. i) Selonles définitionsdu facteurde concentration contraintes du facteurde réductionen de et fatigue.evie en fartpae On considère que A et h sont des constanteset oy la limite d'élasticité."ol=ï(p.= o^=m oy (2-r24) l'-v) (2-rzs) La substitution o. gradient contraintes des le des s'écrit: do _Co** dvp (2-r23) où.o. 6r**=ffi l'-v) L'équation(2-L25)peutêtrediviséepar la contrainte nominale En raisonde l'égalité de la o".A. a**et C sont respectivement rayon de I'entaille.la relation est la o** _ on Aoo (2-126) "^(.4 Clapite 2. contrainte nominaleon ave& limite d'endurance fatiguepour les éprouvettes la en entaillées (2-126) Éécritesous forme: o*.2. Iæ gradient des contraintesdansce cas peut être défini par l'équation suivante : do __or** . La considération équations(2-122)et (2-t23) conduit à l'équation (2-124) : des do _ oro* .la relation(2-126)estréécritesousla forme suivante : (2-127) OU' 9=1h.

r{ o'"* dx (2-13r) 7 s'expimeenmm-I. sontconsidérés coefficientdu matériau I-e gradientdescontraintesZ est la valeurde la pentede la tangentede la distributiondes maximale[38]. gradientdes champdescontraintes montréen fond d'entaille.2. Le paramètre A au dépenddu gradientdes contraintes voisinagede I'entaille. A[ t (2-130) h h La relation proposéepar Buch-Switechcontient deux paramètres et A.---.$'"I I I I a) 59 . z.1'équation kr r (. à contraintes fond d'entaillerapportée la valeurde la contrainte en T = llIfl- I do(x\ .1'évolution champdescontraintes du gradientdescontraintes du I-e de sont présentés. po=po(h.p+ po l. contraintes exclusivement est I I I I "---.4 Chnpitre 2.=.A) k.evie en fatipue (2-123). une contraintenominale on et le facteurde concentration contraintes Le dansles casde tractionet de flexion estaussiprésenté.6. du longueur qui dépend rayon kr ---r r ( k. Méthode de prévision de la durée d.le gradientdescontraintes le coefficientd'écrouissage simultanément..A)(3. Dansl'équation(2-l3O). Le paramètre dépenddu et cyclique.rial et d'une entaille au centred'une plaque Dans le cas de I'utilisation d'un chargement (2-L29)s'écritdenouveau: (Figure2-28). A( ch \ p+ po) I fz-Lzg) a. pour et Dansla Figure 2-29.rh \ -'-.3h * =-l 1. inffoduitune on des infiniespourle gradient contraintes Afin d'éviterdesvaleurs p0 et petite d'entaille dutypeduchargement.

60 .2. Méthodedeprévision de la duréede vie en futieue b) c) o*. Figwe 2-29 Champdes contraintaset gradientdes containûesau fond d'entaille a) Champdes contraintesen haction b) Gradientdescontraintesen traction c) Champdescontraintes flexion d) Gradientdescontaintes en en flexion.4 Chapitre2.

F. 4 (2-r33) Le facteurde concentration contraintes dansl'équation(2-132) s'écit dansle cas de la de traction@gure 2-29a et 2-29b): ke l'ffi' ko= a (2-134) 1l. Méthode de nrévision de Ia durée de vie en fatipue Il estnécessaire calculerle gradientdescontraintes voisinage entaillesen sebasant au des de présentée sur la procédure dansla Figve2-29. Dansla Figure2-28. on et o** sontrcspectivement petit diamètre I'arbre. pour les L'utilisation du conceptde gradientdes contraintes se fait pas exclusivement ne calculsélastiques.le le de grand diamètre de I'arbre.4 Chnnitre 2.=- (2-r32) ' F !a. le serautilisé pour Dans le cas élasto-plastique. M. gradientdes contraintes trouverle volumed'élaboration processus fatigue.d. D. de du .2. la force. par Les contraintes : maximales nominales et s'expriment lesrelationssuivantes or**=kr6n=fr 4 O. la contraintenominale et la contrainte maximale. le moment. où a et p sontrespectivement profondeur la d'entailleet le rayond'entailledansla Figare228.

de est décritpar deux paramètres. premierest I'amplitudedescontraintes Le ( appliquées o) et le deuxième le nombrede cyclesà rupture (N^).2.0E+06 l.0E+05 1.0E+08 NR Figure2-30Schéma diagramme Wôhleret la relationde Basquin. Iæ diagramme Wôhler est présenté est de sousforme semiJogarithmique bi-logarithmique.0E+04 1. le de Dansle diagramme Wôhler.0E{-03 l.le coefficient de Basquin. d. IÆ diagramme V/ôhler. de Les zones présentées dansla Figure2-30 sonthabituellement déterminées le diagramrne pour lOa et 106 dans S-N cycles.trois zones de sonttraditionnellement distinguées: 1000 1. nombrede cycleset I'exposant la relationde Basquin. (2-135) N* et â sont respectivement I'amplitude de la contrainte. En raisonde l'étendue nombrede cyclesétudié.5 Les méthodes d'estimationde la durée de vie en fatigue La résistance fatiguedesmatériaux traditionnellement en présentée le diagramme est par de Wôhler. 62 . relationde BasquindonnantI'allure ou La de ce diagramme donnée : par est ao = o'r(2N*)' où o.le diagramme Wôhlerestprésenté du de sous la formelogarithmique. .0E+07 1. du de La Figure2-30 montrele schéma d'un diagramme Wôhlerclassique. Ce diagramme s'appellegénéralement diagramme S-N.

I-e I-es courbesde Wôhler facteurde réductionen fatigue est défini à partir de ce diagramme. les coefficients de Basquin dans les cas d'une éprouvettelisse et entaillée et les exposantsde la relation de Basquin dans les cas d'une éprouvette lisse et entaillée. .0E{7 pourdes Figure 2-31Schéma diagramme Wôhler du de éprouvettes et entaillées.o'r.5 de 2.Dans la Figure 2-3I.Par exemple. l'étenduedescontraintes 63 . un schémasimpledes résultatsen fatigue pour des éprouvettes entaillées lissesestpÉsenté et 1000 a I H l.(C J(.. I'Eurocode3 utilise pour estimerla duréede vie enfatigue[39].2.0Er-05 NR 1'oE{6 l. d'éprouvettes de lisseset entaillées sontnécessaires le problème la prévisionde la durée dans de vie en fatigue.0E{{4 1. Le facteur de réduction en fatigue se définit par: nf . o'fi. I br ^ 100 l. ---o ^ 'oM (2-136) La méthoded'évaluationde la duréede vie en fatigueà partir du diagramme Wôhler est de généralement utilisée dans les codes de construction.t R bs fs\ +Courbe Lisse * Courbeéntaillée ^-l- a-r d a F .. I'amplitude des contraintes appliquées dans le cas d'une éprouvette entaillée. oa. de Chapitre Méthode prévision la duréede vieen fatieue La prévisionde la duréede vie en fatigue est faite à partir du diagrammede Wôhler. o*. bs et bn sont respectivementI'amplitude des contraintes appliquées dans le cas d'une éprouvette lisse. lisses Dans la ligwe 2-31.

I-escontraintes locales. des 3. après thermique 7. des 5. cf. soudage. 2. L'étendue contraintes. oa et Ao sontrespectivement conûainte montrée & . de 2. de le Généralement. 4. structures n'est valablequepour les aciersde construction. présentée le chapitre3 de I'Eurocode3 dans sontutilisés: suivants les par proposée I'Eurocode3. I-esconcentrations contraintes 6. paramètres Dansla méthode des 1.5.. L'humiditéet I'irradiation.1La méthodede ltBurocode3pour lesjoints soudés Le chapitre9 de I'Eurocode3présenteune méthodegénéralede calcul de fatigue des Cetteprocédure de en soudées acier soumisà desvariationsrepétées contraintes. om. L'histoire descontraintes normalement avec amplitudeconstanteou variable est à amplitudevariable.2. La composition métallurgique. Les contraintes nominales. par et prenden compteles effetsde la géométrie de la fabrication de La méthode I'Eurocode3 de I'utilisationdesfacteurs sécurité. chimiquede I'acier. Le comportement matériaux. de 8. L'homogénéité de 6.o. 5. Le procès soudage. 3. I-eseffetsde tailles. 4. Le traitement apÈssoudage.. Le traitement la surface 9. pour la prévisionde la fatigue paramètres sontpaspris en comptepar I'Eurocode3 ne Certains : desjoints soudés (f 1. moyennes. Les défauts soudage. I-escontraintes résiduelles. phénomène fatigue tire son origine de I'applicationd'un chargement soit constante soit considérée à amplitude est variable.L'histoire des contraintes la dansla Figure2-32.où o^. La fréquence S4OHz).

t) (rt -m -300 b) Tinæ Figure2-32Histoire contraintes Amplitude des a) constante Amplitude b) variable.1 Clnoitre 2. Mais dans le cas de I'histoire des contraintes avec amplitude variable. la contraintemoyenne. Méthode de orévision de Ia durée de vie en fatisue maximale.2. no g 1oo 0 U) at (/) -100 -200 a) 500 400 300 200 Tinp (t) g 100 0 -100 .5. 65 .la contrainteminimale.I'amplitude de contrainteet la différence entrela contrainte maximaleet la contrainte minimale.la contrainte moyenne est I'amplitude équivalente. Dans le cas d'un chargement cyclique avec amplitude constante. il est nécessairede trouver une définition à partir de l'histoire des contraintes.

fatigue qui ressemble à la méthode réservoir >> L'Eurocode3 utilise généralementla méthode du << << Rainflow" [40].o ( . ..l Los@)\o Log(nr) Âoo I ) (2-137) L. no et ft sont respectivement nombre de cycles à rupture pour une étendue de contrainte\. Chanitre Méthode orévisionde Ia duréede vie en .2. les contraintes sont séquentiellement sélectionnées @gure 2-33).. La méthode la plus cofitmune pour présenter une histoire des contraintes variables est d'utiliser I'histogramme des contraintes.o. Ce concept est à l'origine de la méthodePalmgren-Miner l4l-421que I'Eurocode3 utilise dans le cas des amplitudes de contraintesvariables.. La distribution de Weibull s'exprime: -: L. mais leur définition de I'endommagementen fatigue est la même. Lo. l'étendue de contrainte. Ces deux méthodesne donnent pas exactementle même résultat. L'histogramme des contraintes classéespar entendue peut être approchéepar la distribution de Weibull [43] à deux paramètres. Dans cet histogramme.1 de 2.5. donnent cependantle même résultat en Réservoir >> Rainflow > et de << Iæs méthodes de << fatigue dansle cas d'une histoire des contraintestrès longues. n..o a) 66 . le premier paramètre de la distribution de \Meibull et le deuxièmeparamètrede la distribution de Weilbull. le Dans la Figure 2-33.

La limite de la résistance fatigue en Loo a) Nc=2. Cette courbe peut être considérée comme constituée d'une ligne ou deux lignes dans un di agrammebi-logarithmique. Méthode de prévision de Ia durée de vie en fatipue Lo a6o Log(n. La courbe de référence normale de la méthode d'Eurocode3 est montrée dans laFigne 2-34. L'Eurocode3 est une méthode essentiellement basée sur des contraintes.08+06 Np=5. no.5. Il utilise généralementle diagramme Wôhler comme la recommandationECCS @uropeanConvention for Construction Steelwork Fatigue Recommandaton).o La courbe de référencede la résistance fatigue en Lo. du par des des où Aoo .2.) LoS(n) b) Figure2-33 a) Distribution domaine contraintesb) Variété contraintes ordre.0E+06 Log N 67 . LogA.1 Lo aoo Chapite 2. k sont respectivementI'amplitude maximale de contrainte et les coefficients de la méthodeWeibull.

ou<LI* Tu e-r3g) où. Dansla zonel. Normalement. et des en 68 .deuxzonesdifférentes existent. de La zoneII estla zonederésistance fatigue.trois zonesspécifiques peutêtredistinguées.1 Chaoitre 2. est de DanslaFigure 2-34a. plus Iæ problème fatiguedansla zonem n'estpasle plusimportant.2.la penteestmodifiéepourtrouverun dimensionnement économique. la pentea la mêmevaleurque danslazone I de la Figure2-34a. en Dansla Figure2-34b. Tu. Figure2-34b.visinn àc In rhrée àp vie pn fntiotto La courte deréférence la résistance fatigue de en La limite de la résistance fatgue en 7nnefr. yt. Le domainede résistance fatigueestdivisé enzoneI et zoneII.Dansla zone II.5. L'utilisation d'une ou de deuxlignesdansI'Eurocode3 de la responsabilité I'utilisateur. cettezoneestgénéralement utiliséedansla méthode I'Eurocode3. N c = 2 . de L'Eurocode3proposeune seulerelation utilisabledanstous les cas (Dans les diagrammes avecune ligneet deuxlignes): TtLo.la valeurdepenteest égaleà 3. en Dansla zoneI.0E+06 Log N Figure Z-34Diagramme de résistanceen fatigue de la méthode de I'Eurocode 3 a) Diagramme avec une ligne b) Diagramme avec deux lignes. Méthnde dc nré.ouet Lo* sont respectivement coefficientde sécuritédansle domaine le équivalent contraintes. coefficientde sécurité la résistance fatigue. 0 8 + M / V o= 5 . Lo. type de diagramme Ce de I'Eurocode3est plus compliquéque celui présenté dansla Figure 2-34a.l'étendue des le sur en des contraintes équivalentes l'étendue résistances fatigue. 0 E + 0 6 b) Nr =10.

b) N.la Le coefficient de sécuritéT1 augmente valeurde I'amplitude@uivalentedescontraintes diminuer Iæ danslesjoints soudés. ivr N a) appliquées Spectredes containtes appliquées des cumulatif desamplitudes contraintes Figure2-35 Schéma de dansle diagramme Wôhler' des des b) Schéma amplitudes conftaintes 69 . pour chaque type de dansI'Eurocode3 sontdifférentes de Les valeursdescoefficients sécurité utilisés. coefficientde sécuritéy* fadrt de pour desraisons sécurité en la résistance fatiguetel qu'il estprévupar I'Eurocode3. N2 N. et soudage d'aciers a) Lon Lot Lo.

Méthode de prévision de la durée de vie en . Loi inférieures L...+nk-=i Nr N2 N3 N.o. L'Eurocode3 propose relationgénérale (2-t4l)). sont respectivement le nombre de cycles avec amplitude constante des contraintesL. appliquée joints soudés aux Dansles casréels.2. t î' le des équivalentes où. Loi. k et m sontrespectivement domaine contraintes Ao.frN' (2-r3e) où ni et N. nombrede cyclesavecamplitude le constante contraintes des constante la pentedu diagramme et correspondants n.Cetteloi est obtenue I'hypothèse la sommationlinéaire pour de domaine contrainte. . Un dimensionnementacceptableavec la méthodede Palmgren-Miner conduit à la condition : D<l (2-r40) équivalentes Loru est utilisé généralement dansle I-e conceptdu domainedes contraintes pour les joints soudés.I'amplitudedescontraintes La méthode de Palmgren-Miner.le nombrede cyclesavecamplitude à (m deWôhlercorrespondante à I'Eurocode3 = 3 ou m=5).5.Selon le diagramme I'Eurocode I'amplinrdedecontrainte tousles cas(équation de 3.fatisue n'est pasconstante. dansun diagramme Wôhler à deux L'expressiondu domaineéquivalentdescontraintes de une dans lignesdansI'Eurocode3 estplus complexe... concept Ce dansI'Eurocode3 ECCS. les domaines appliquées...proposéepour ce type de problèmes.est basée sur par de I'endommagement cumulatif.oo sontprésentées appelées à respectivement et Lo. définition du domainedes La est plus simpleque la méthode de contraintes équivalentes dansun diagramme Wôhler avecune seuleligne s'écrit corlme suit : I f =laLo"nu li".1 Chnpite 2. dans correspondantecinq millions de cyclesestreprésentée la Figure2-36 par Âo.et le nombre totale de cycles d'endommagementsous amplitude constantedes contraintesÂo.o.oor1' )l | * (2-l4l) lI. D=\ +L+b+. ni.. Ao. desendommagements chaque de s'exprimepar: mathématique la méthode Palmgren-Miner de L'expression n.C'est une méthodede référence par proposée Palmgren-Miner. qui est à Des valeurs suffrieures ou une limite pour les domainesde contraintedu diagramme. et 70 .

08+06 LoS N Figure 2-36 Diagramme Normal de I'Eurocode3 avec les limiùes des domaines de containte LOo à correspondantcinq millionsde cycles.r)P(oo) + Loi Nc =2.o=to'r.u =(t4. etN.r(Nl''tot.3 utolt' ft a. =. L6=too.1. r ) t. Dansle casd'utilisation du diagramme (2 : l'équation . # ?.. Méthode prévisionde la duréede vie en fafieue ^ lLo.( L .2. *i. présentées dans la Figure2-36 dansl'équation (2-143). (2-r42) est Palmgren-Miner la sommation baséesur la méthode La définition de I'endommagement normal de I'Eurocode3. normal sontprésentées dansla au I-es équations Basquin[44] correspondantes diagramme de LoSL ' ou =(tdr.rl(lo) Lo= no'r. pour N < N.1 de Chnpitre2.r(N)-t't 7r7 Lo. Figure2-36.b =( Lo /s ) t ( z . ft * .o ù ' a\. N. desrapportsentre n.donne La substitutiondes équations (2-144): l'équation NS/VD lv>flo ' D=iL*iL=i N.08+06 ND =5. t L.l4 4) . pour N>N. (2-r43) HN.5.o.o ".142)s'écritci-dessous ivslvo N>ilo o=*L*i3 îN.

E =É-ft= *f!r.o. a\o.*sont respectivement nombre le totalede cycles 1f. NoLo"o' où g=fn.2-t4s (2-146) b= Lor.rcll blf e F. aux en Le nombrede cyclesd'endommagement fatigue N. -A' j=r "Lo-. I'Eurocode par I'equation 3 Iæ domaine équivalent contraintes doncdéfini comme: des est D= N <l N "nu dans le cas de I'application de la méthodede (2-r4e) et le nombre j=l où N et N. (2-rs0) ln."r(*)' (2-148) Iæ calculpar la méthode I'Eurocode3 peutêtreréaliséarbitrairement partir de l'équation de à (2-143) (2-148).=+l fry+fn. o=Â .)' .+ln.l=fn.2.1 Clnnitre 2. 'l lu.) i=l équivalent cyclesd'endommagement fatigue.j.5. ou (2-143)et (2-148)donnentle calcul de I'endommagement.d. Méthode de orêvision de la durée de vie en fatisue L'équation(2-L44)s'écrit : ft . (2-rsr) oo a=(L.|e point d'intersectiondeslignes donnela relation ci-dessous : No=a\oo-3 =bLoos et encore : al .*fn..n. e-r47) (2-147)et (2-146)dansI'équatton (2-145)conduità la relation: L'utilisation deséquations p =-9-. est nécessaire Les équations Il de calculer les paramètres Lo"ou et Lo* (2-138).nol +fn.b=(ao'r.+ln.n.o'r.J Dans la Figure 2-36.r)r.à aAoi bLo fr o=. 72 . pour m=3 s'écrit: en kt 'ru-- N l." (2-144)et (2-150) donne: L'utilisation deséquations KT a\.

*I'.. (2-148)et (2-L56)donne I'expression de à dans I'endommagement le casd'un diagramme deuxlignesde I'Eurocode3.r(lr)à = Loo(N = rc'r. - [^]* I In. et L.2.o*. s'exprime par : o"r(+)u lo*.r= o)I (2-154) (2-t55)s'écrit: et entre l'équation Le rapport (2-rss) (2-ts6) L'utilisation des équations (2-140). Il lui correspond la résistance en par Lo"q.(2-148)et (2-152) La relation (2-153)est donc écritepar I'utilisation deséquations (2-15 1). Ào*.o* sontreprésentés respectivement.+ln.r--!4't4o*!+Lo*o.1 Chapitre 2.t"r(*)' (2-rs4) Un autre paramètre nécessairepour le calcul est Âo*. 73 .o.. I I i=r L t=l I où g=fn. les paramètresAo. Méthode de prévision de Ia durëe de vie en fafigue Le domaineéquivalentà des contraintesL..t et L'o*..s kl (2-rs3) ln. Dans lecas de m=3.toi+fn. dans l'équation = Lolo.5. + Lo"qus (2-rs2) (2-L46). sera changéen raison de I'utilisation de m=3: Lo"n. j=r i=l La relation(2-153)peutêtresimplifiéecomme: Lo"q*z=l o . fatigue Lo"nu.

r-g.qu.o3o Ï=od . 'o .r(iv)i= Loo(N = tdr.oi' fr aLo.)s uia b\.. ) A. Q .l'équation(2-150)s'écrit: Cetteprocédure kl D= :\ .1 Clwpitre2.2. o=Â =.o'1. ) L. noo'? | lI".6=1\. = Q - ^ N.o'oN o 31 (z-rsl) peutêtreutiliséepowm = 5 .+l n.+.L.. o\o-à r' l'. (2-15g) L'expression du conceptde domaine équivalent descontraints donne les équationssuivantes : ln.+ln..o-j = + Â --l .o'oN o I =t (2-163) par: I-e paramètre dansle casgénéral D s'exprime 74 .o"j.5.s. = f =t n.. i=r i=j b\.o"l.+l n.p- b.o"j. l I i=r \.: ln .=l oo"f&)i '[ryJ (2-162\ (2-155) Lo*.equ.r= o)i (2-161) (2-162) (2-163) L'utilisationdeséquations et donne l'équation : z r5 D=lao"o*t I= [ Ào*r..)'.+ln.22=*. Dansce cas. L o z .i=t . peuts'écrire comme l'équation : na*..-'-'+Lo*. oùa=(Lo'r. Méthodedeprévisiondeladuréedevieen fatisue tl 13 n =l1or"''| =-9[ Ào*.o"]. i=t ba. i=t a\. = Q ba.' (2-Lse) ktkt p-i=t ln.* ij=t r. (2-r60) En simplifiant: ( 'li (2-16L) =l Lo.*In.5! =f. bLoj" N r\.

normalavecuneet deuxligneset à partir deséquations La méthodede I'Eurocode3 une méthode prévisionde la duréede vie en fatiguebasée est de sur les méthodes contraintes.o*.5. [fri)'='.*<L9..r=o"r(+)t (o\' . Figure 2-37 Algorithmedu dimensionnement Eurocode3 par pour un diagrammeà une et deux lignesS-N.2.^. Méthode de prévision de Ia durée de vie en fartgue .^ L. peuventêtrecalculés partir de I'utilisationdu diagramme et à (2-154).qu..=(. 75 . par du est Les facteurs sécurité de sontissusde I'Eurocode3.''1 [É". (2-r64) Dansla Figure2-37.o I Lo"qu.1 Chapitre 2..s = Lana.=J t [ff)'='' N<N.(2-16l) et (2-162).r= L.l'algorithme général dimensionnement I'Eurocode3 présenté..s = ( o\' tNJ ( Lorl îroo. de Cette méthode considère I'effet des contraintes moyennes pffiLo"qu. N>N. Les paramètresAo"n. Il existe des différentesméthodes dans le cas de la présence contraintes de movennes.o*n..oal' I Lo*.J L.. ao. L' utilisationdu diagramme normalavecuneligne L' utilisationdu diagramme normalavecdeuxlignes _l r=r L.(2-155).

s de La comparaison entreles méthodes Goodman..les méthodes Goodman. en oa [*)'] Goodman 'r"=rr(r-fr) ow o. o^ et or" sont respectvement I'amplitude des contraintes. de.5-l Clnpilre2. (2-166) et (2-167) sont respecrivement relations de Goodman. oo. la contrainte moyenne. I-eséquations Goodman.2. les Gerberet Soderberg. om Figure 2-38 Schéma méthodes la conhaintedansle casd'existenced'une containte moyenne. o^.^(l-%l -\ o. la résistanceen fatigue coffespondant à l'amplitude des contraintes dans le cas o^ =O. \o") ) (2-r66) o"=o. la résistance tractionet la limité d'élasticité.. Méthodedeprévisiondeladuréedevieen fatipe Dansla Figure2-38.r) (2-r6s) oo= onl t-l % | | -(. oyu. de Gerberet Soderberg s'écrivent: o"=or^(t 3) (r.) (2_r67) Les équations(2-165). de Gerberet Soderberg sont présentées dansle diagramme ao-o^ [49]. de Gerberet Soderberg montrequela méthode Soderberg la plus conservative. est Ces méthodes considèrent contraintemoyennedans la 76 .

Des méthodes déformation en êtreutilisées.2.5.1 Chnpitre2. 77 . Méthodedeprévisiondeladuréedevieen fafipue localepeuventaussi de I'utilisation d'une approche contrainte.

entre-0. et b sontrespectivementl'amplitudedeladéformationélastiq en le le modulede Young.e'. plastique la déformation s'exprimepar la relationde Coffin 145-481: de La composante Âr + ) . '2 Ac oo=o't(zN)b (2-r68) E.70[49]. Cette sommations'exprimesous forme de loi de Manson-Coffin: (2-r70) utilisées[49] : sont suivantes généralement ductiles.Cesméthodes au être aussiappliquées casde la localepeuvent de Les oligocyclique.2. o'r.(ZN . . N. I'amplitudede la contrainte.le en de nombrede cyclesà ruptureet I'exposant la résistance fatigue. composante totaleest la sommedesdéformations La déformation et élastique en fonctiondu nombrede cycles: s'exprimeà partir de la contrainte élastique ryoù +.les approximations Pourles matériaux o't = ot.5. La et élastiques plastiques. méthodes déformation fatigueà grandnombrede cycles.le €'r.2Méthodesde déformationlocale qui les de Les méthodes déformationlocaleutilisent généralement déformations existentau dansle cas de la fatigue généralement proposées sont des voisinage entailles. coefficientde résistance fatigue.N J ret c sont respectivement de coefficientde la ductilité en fatigue.)" J' r' (2-t6g) a ".€| = êr par proposées Monow [50] : Les coefficientsâ et c sontdéfinispar leséquations Q-llI) 78 . et est simple descourbesélastiques plastiques montré. J- l'amplitude de la déformationplastique.50 des L'exposantde la ductilité en fatigue c prendgénéralement valeurscomprises et -0.le nombrede cyclesà ruptureet I'exposant la ductilité en fatigue.La Dans la Figure 2-39. 2. un schéma de superposition la courbe élastiqueet de la courbe plastique dans un diagrammebilogarithmiquedonne la courbe totale. ao.

. l+5n' (2-r72) b=n'c= (2-r73) Log@") s'l o'. E 1 Elastique e o = e a e + e a .la déformationà ruptureet la I' exposant écroui d' ssage déformati cyclique. un schéma cettehypothèse de est présenté. Méthode de prévision de la durée de vie en fatigue -1 c=- I+5n' -n' .2. p=212Nr)b +e!r(2N)" To"tale 1"" ..Les méthodes des de 79 .i Plastique =+= e'r(zN .0 )" Ing(2N 1) Figure 2-39 Schéma la superposition courbesélastiqueet plastiquepour obtenir la courbede déformation de des totaleen fatigue. où dr . en on L'utilisation de l'équation de Manson-Coffin est la méthode locale la plus générale. €J et z' sont respectivement contraintede rupture.=+-%=LpnSu 2N 1. L'utilisation de l'équation de Manson-CoffinentraîneI'utilisation d'une auffe hlpothèse dansla méthodede déformation locale..2 Clmpitre 2. La méthodedes ElémentsFinis permet le calcul des contraintes des déformations et au voisinagede I'entaille et est baséesur le comportement matériaux.5.. Dansla Figure2-40.Cette hypothèse l'égalité de la duréede vie en est fatigued'une éprouvette lisse et d'une éprouvette entailléesoumise la mêmeamplitudede à déformationavecle mêmematériau.

_Àq N.N.2 Chapitre 2. et I-es résultatsobtenuspar la méthodede linéarisation sont correctsdansle cas de la '. Méthode de prévisionde Ia durée de vie en Tatigue déformation localeproposent relationsbasées le comportement matériaux fond des sur des en d'entaillesonttrèsrapides miseen æuvre.=kr+e"=k.=k" (2-r74) où ( et fr. de H tl Ê N. lv ? I Nc.2. = ft2 (2-r76) . sontrespectivement facteurde concentration contraintes le facteur le de et deconcentration déformations.5. Figure2-40 Illustration la méthode déformation de de locale[84]. de (2-17 s'exprime: L' équation 4) *"& k. relationproposé": et de La dans la méthode linéarisation s'exprimepar : de k.' déformationplane. La méthodede Neuber [9] La méthode Neubercommed'autresméthodes déformation de de localeproposeune qui relationapproximative voisinage entailles s'écrit : au des kok.. = Ncz -.ê.ce qui en fait leur intérêt. (2-r7s) où eo et €s sontrespectivement I'amplitudede déformation la déformation globale. o Laméthode de linéarisation La méthodede linéarisationest baséesur l'égalité du facteur de concentration de contraintes du facteurde concentration déformations.

.ontruinr". (2-r78) L'équation (2-178) contient deux variables inconnues. et élasto-plastiques le facteur de le élastiques. et ko sont respectivement facteur de concentrationd" . fl' sontrespectivement des contraintes. \ 1.fatieue le où k.. oo.dFc=." €o.o) s Krëg ee €o de de Figure241 Illustrationde I'interprétation la méthode Neuber... '\.k: of .(?)' €o €o. E .il est nécessaire d'utiliser une autre relation qui est la relation entre l'amplitude des et contraintes celle desdéformations: = * =?. facteurde concentration déformations de I-e de concentrationde contraintesélasto-plastiques.' i--:/ i ..2.--^ = -l/cd-3 lk. fJ (2_177) en I'amplitudede contrainteélasto-plastique fond où o. k. K' .5. où eo.oi1 ii l.ooeo iz L'hypothèsede la méthodede Neuber i. v.a.2' 2\' i** ti li. et os sont respectivement globale. iJ/. l' exposant écrouissage d' €a + (sY \K') k.e. I irçl./i tl lr... ./ iI 1.le module de Young. d'entailleet la contrainte pour le facteurde concentration déformations de L'utilisation desrelationsproposées de élasto-plastiques le facteur de concentration contraintesen fatigue dans la et (2-177): (2-L76)donne l'équation relation ii=k? ou oo€o=klo.cé |'= . :J.o.p (2-r7e) I'amplitude I'amplitudedesdéformations.2 Clnpitre 2.). Méthode de prévision de Ia durée de vie en ./i s-*\s*ro ic(s.Pour la résoudre.A(ê". 8l . facteur de concentration est contrainte élasto-plastiques doncdéfini: ko = 3 o.. le coefficient d'écrouissagecyclique et cyclique.

eo=J(2Nr)" +er(2Nr) E Figure2-42 Ngonthmegénéral d'utilisationde la méthode Neuber. oo€o=klore. de par Les résultats obtenus la méthode Neubersontgénéralement de bonsdansle casde planes. des de et L'algorithmede la méthode Neuberdansle casgénéral présenté de est danslaEigne2-42. Neuberconsidèreque l'énergie élastiquedansle cas élastique égaleà l'énergie est dansle casréel.pourles mêmes valeurs amplitudes contraintes déformations. Méthode de prévision de la durée de vie en latigue Dansla Figure 24L.ro donnela relationdeNeuber.\*' 2E 2E l+ ti\K' ) (2-180) 82 . contraintes La méthodede Molski-Glinka l5l-521 La méthode Molski-Glinkacommed'autresméthodes déformation de localepropose uneapproximation voisinage entailles s'écritcommesuit : au des et (k+s) =4 *-"" (".5.2.L'égalité de dessurfacesSoa".l'interprétation de la méthode Neuberestprésentée. LE A -i-'l. Ero'r relrrbrc Hfits -"n\-A ILE oarEa d. et S-.2 Clnpitre 2.

r.")I-'yo" s =n!. as. Dansla Figure2-43.or) s. r) )n7 " I@.ro - 1^ .hQal' )* # v:fr # o. Dans la Figure 2-43. . la contrainte globale.ooroL.r = orr. oo.+(+)' soo.l'interprétationde la méthodede Molski-Glinka est présentée. L'égalitédessurfacesSoo. Méthode prévisionde la duréed.2 de Chapitre2.o= or\*.18 1) ="To"r+.o +W)+ = (2-182) 83 I .lessurface S*.et 56o* donnela relationde Molski-Glinka. n' et K' sont respectivement facteur de concentration de contraintes.kiorer ( 2 .5.fatigue le où fr. E. I'amplitude des contraintes. I'exposant d'écrouissagecyclique et le coefficient d'écrouissagecyclique.*ro de de Figure2-43 Illustrationde I'interprétation la méthode Molski-Glinka. oo = Eeo l -oo E k.o.ro et S6*o peuts'écrire: s*. @po.?.evie en .k.2. Pour la résoudre il faut aussi faire appelle à la relation entre I'amplitude des contraintes et des déformations (2- r79\. L'hydothèsede la méthodede Molski-Glinka . le module de Young.#(+)+ = ..er.o oa r( 4)7 K) B(k.o . L'équation (2-lS0) contient deux variables inconnues.

de et par différents auteurssont présentées. L'algorithmede la méthode Molski-Glinkaestdonnédansla Figure2-42 danslaquelleon de remplace l'équationde Neuberpar cellede Molski-Glinka. est de de Dansl'équaton (2-183). de Neuberet Molski-Glinka sont utiliséesen I'absenced'effet de contrainte moyenne.5. les relationsproposées Iæs méthodes Linéarisation. nçi'G. La méthodede Molski-Glinkadonne généralement des plus que estimations exactes lesméthodes linéarisation Neuber. 84 . (2-r83) L'équation(2-183) l'équation la méthode Molski-Glinka.o)2 *_ù(ù\7 2E l+ n'\K' ) 2E oi estuneamplitude contrainte de arbitraire.oI'*).2.2 Clnpitre 2.oÏ't).Généralement.les méthodes leurs équations à et (k. t Ktëc €o'" e.or) .Neuberet Molski-Glinka. 4 2E C. I-esrésultats par obtenus la méthode Molski-Glinkadonneune estimation de situéeentreles méthodes linéarisation de Neuber.Dansla Figure244.oi'G1 et F(e:'*. sontprésentées.Neuber et Molski-Glinka coupent la courbe représentative comportementdes matériaux respectivement du aux pointsl(k.=Içê.er. (2-182) e." €a Figrue24 Comparaison méthodes des linéaires. Dans le Tableau2-5. calculs décroissentpartirdu pointB de la courbe Iæs à élastique Les courbesdes méthodesde linéarisation. =| I-eséquations et I conduisent l'équation à suivante : oI' _(k.k.er. oa oo= E€o + (p)' qeo=(ore.. Méthode de prévision de la durée de vie en fatisue (2-181). méthodes linéarisationet de de et les de Neuberconduisent desvaleurslimites.

85 .". proposées différents entre .2 de de Chapitre2. auteurs la relation Tableau Equations 2-5 AUTEUR Neuber[19] Makhutov[53] RELATION PROPOSEE kl = kok. par pour ft.2..h(9'l #'"'(*o)' t=T* rl l+. ko et k" .la contrainte globale la où oor*. o*.(T)'1. (#)] l+n' Molski-Glinka t5r-szl k? kok. sontrespectivement contrainte minimaleet la contrainte moyenne. #. présentées Les méthodes dans les équations(2-184) et (2-185) sont normalement utilisées dansle casde la fatigueoligocyclique. = on + oa .I'effet d'une desdéformations par : duréede vie. onin et o.)'u * o're'rE(2N .=T(zN)b o" -o +€.5.(2N)" (2-rB4) o Laméthodede Smith-Watson-Topper (SWT) [56] : (2N eao*xE = (o'r)2 . *:=n.)u*" (2-ls5) globalemaximale. Les relationssuivantes propos{es différentsauteurs sont o La méthode Morrow [55] : de t. Méthode prévision la duréede vie en fatisue La prise en compte des effets de contrainte moyenne dans la méthode de déformation locale est très discutable et difficile.(?)r Morozov-Pluvinage Ls4l peutêtrepris en comptepourestimerla moyennes Dansce cas.

2. n'est I'utilisationdesméthodes dansles structures acier.2-25et2-26. dansla Figtlr:e pourdifférentscasdechargement contraintes dansles la respectivement distributiondes contraintes Les Figures 2-3 et 2-4 représentent directions et y. Kuhn Hardraht et Topper-El Haddad Les méthodesPeterson.Dans le cas desjoints soudés point. x Nous avons comparéle champ des contraintesobtenuspar I'approche analytiqueet la par Finis danslesFigures2-24. Nous avonscalculéle présente concentration contraintes de la pourcetteéprouvette.La méthode Errrocode et les méthodes déformation sections suivantes. par précisent la connaissance rayon d'entaille. la du définitionclairepour rayon d'entailleet la courbelissen'existentpas.Neuber. Eléments Finis sontprésentées.le facteur de concentration contraintes le facteur de réductionen autourd'un par Iæ sontprésentés.6Résumé et de Dans ce chapitre.Il est doncévidentque mentionnées pasenvisageable. Finis dansla Figure2-7 et2-8. On a trouvé le champde présenté 2-2. méthode Eléments des est en La distributiondescontraintes fond d'entailledansle casélasto-plastque étudiéepar les de Dansle casnumérique. Cettefigure pour différentesgéométries. par dansla section est Iæ facteurde réductionen fatigueprésenté différentsauteurs considéré dansles localesont présentées 3 de 2. de 86 .4. Stieler-Siebel. Le champdescontraintes méthode Eléments des des la méthode ElémentsFinis pour une barreest montrédansla Figure 2-27. champde contraintes fatigueproposés différents auteurs et plaqueest vérifié par I'approcheanalytique la simulationnumérique. trou dansune grande Le calcul par ElémentsFinis est réaliséavecle logiciel ANSYS. de facteurde concentraton contraintes est dansle et dansle casélastique élasto-plastique considérée La distributiondescontraintes proposées notrerésultatobtenupar la et formulations les chapitre On a comparé différentes 2. techniques calculpar et les approches analytiques numériques. en communs La méthode Eurocode est limitée auxjoints soudés 3 par ne Lescoefficients sécurité sontpasdéfinisdansle casdejoints soudés point.

CHAPITRE 3 87 .

de Dansla Figure 3-1.>oe)dv ( 3.Cette est méthodenécessite connaîtrele champ des contraintes voisinagedu fond d'entaille. o!. Méthode volumétrique pour la prévision de la durée de vie de structuresentaillées 3. fonctionpoidset le volumed'intégration.0(7) et Ç) sontrespectivement contrainte proposæpr la méthode la d'intensité du champ des contrainte. DansI'approche I'intensitédu champdescontraintes. SFI) pour pÉvoir la duréede vie de structure entailléet57-581.1) où oS.V . un schéma simplede la méthode d'intensité du champdescontraintes présenté est dansdescasgénéraux géométrie de chargement. de au Ensuite.f(or) . Cetteméthode nécessite définir deux fonctions. Sa valeurcritique pour la rupturepar fatiguedansla zoneplastifiéeest donc caractéristique. La contrainteeffective du champ des contraintesest calculéepar I'intensité du champ des contraintes.. la fonction des contraintes. rupture de la par fatigue est réaliséepar I'accumulationde I'endommagement dans la zone plastique.le volume de la zone plastique.Chapitre 3 3. de et La méthoded'intensitédu champdes contraintes donc une méthodesemi locale. L'endommagement dans la zone plastifiéeau voisinagedu fond d'entaille dépendde la distributiondescontraintes élasto-plastiques du gradientde contraintes et simultanément. la La contrainte critiquedépend matériau de soncomportement du et dansle casd'une grande concentration contrainte.le volumede la zone plastifiéeest considéré pour calculerI'intégralede l'équation (3-l).la fonction descontraintes la fonction de et poids.0Introduction générale La méthode volumétrique une approche est semilocalequi utilise le conceptde I'intensitédu (stress champdes contraintes field intensityapproach.=| !f". . 88 .

'1-.=ï !r<ôt)oe)dv (3-2) le où È.j €i \-- { € .3. les volumesde quelques des géométries Selonles difficultésliéesà la configuration volumes.une valeur précisedu volume de la zone plastifiéeen fond d'entaille ne peut pas être en éprouvettes fond d'entaille avec obtenue.le volume représente zone plastifiéedans le cas bi-dimensionnel. il est nécessaire simplifier I'intégralede la méthode de et le respectivement cas bi-dimensionnel uniLes équations(3-3) et (34) représentent dimensionnel: 89 ." \ La surfaced'entaille Figure 3-l Présentation de la distribution schématique des contraintes en fond d'entaille pour différents tlpes d'éprouvettes. par contraintes normalisées la contrainte du avec de Le volume d'élaboration processus fatigueau voisinage fond d'entaillechange du planeset de déformations Dansle cas de contraintes la géométrie le type du chargement. et planes. d'intensitédu champdescontraintes.. ! i \ T-. différentes sontmontrés.Dans la Figure 3-1.q I . est Le facteurde réductionen fatigue par la méthoded'intensitédu champdes contraintes présenté: o. Méthade volumétrtaue pour la prévision de Ia durée de vie dc structures entaillées H lli l. . et f (ôt)sont respectivement facteurde réductionen fatigue et la fonction des globale..0 Chapitre 3.-.Dans d'autres la cas.

. D .i) dépenddu tenseurde contraintes [63].le schéma méthodes la contrainte des de effectiveet de la méthode de Peterson présenté. est Dansla méthode d'intensitédu champdescontraintes. L'équation (3-5) représentela relation du facteur de réduction en fatigue basée sur I'hlpothèsede la méthode la contrainte de effectiveï34. facteurderéduction fatigues'exprimepar: de le en Kf =- ' o *( x') 'os (3-7) sont respectivement distance du fond d'entaille et la contrainte la où .l !""<. La définition de la fonction des contraintes dansla méthode d'intensité champdescontraintes du s'écrit 164-651: . et Dansle casuni dimensionnel partirde la définitronf (ô) =+ à 4) s'écritcomme dessous ci : Itc 6.0 Chapitre3.0(7) et Q@) sontrespectivement valeurde la surface la zoneplastique.19.59-621. contrainte la d'ouverture fatigueet la contrainte en effectiveen fatigue. o"tr lo'<aa* ooo"r 1' =7 ot=l=f. or(x) et o.r sontrespectivement facteurde réduction fatigue. la de la surface d'intégration. fonctiondes Ia contraintesf (o.>* (3-s) où frr . La contraintemoyenneeffective dans l'équation (3-5) peut s'exprimer par la méthode Peterson [61]: (3-6) Ainsi.r'et or(x') correspondantela distancex.la contrainte le en globale. Méthode pour la prévisionde la durêede vie de structures volumétrtaue entaillées o.l . et Q@)=l.=!tlrou>oa>a* (3-3) (3-4) où A. or.3.L. longueur la la d'intégration. selonla méthode Peterson. longueurde lazone plastique.la fonction poidsdansle casbi-dimensionnel la fonctionpoidsdansle casuni-dimensionnel. à Dansla Figure (3-2).=*!rrôùQe)da k. la relation(3- .

T @ù = rl o1 + o'..c r ( 1 + si n (9 )) (3-e) de la où /(i) . Cette fonction est soumiseà des particulières : conditions 91 .0 Chapitre 3.3. c .la constante la fonctionpoids polaires. . et 0 sontrespectivement fonctionpoids.oxoy +3rI = o'"0 (3-8) est La fonction poids dans la méthoded'intensitédu champdes contraintes généralement : définiecommeci-dessous Q (i )= L . r . et lescomposantes Cettefonction appliquéni de la géométrie.La fonction poids permet une discriminationdes points les plus importantsdans le calcul de I'intégral.txo a) b) du Figure 3-2 Schéma de I'intégrationau voisinage fond d'entaille a) Méthode de la contrainte effective b) Méthodede Peterson. La fonction poids ne dépendni du chargement des dépenddu comportement matériaux. Méthode volumétrtaue pour Ia prévision de la durée de vie de structures entaillées oD@ =r"Soorr'r*-=trfurUr* o* o.

La fonction poids dépend donc de la valeurmoyenne danschaqueélément. r .0)= lr(l + sind) L on'o) f .6p*k. contrainte maximale les composantes et Dansla Figure3-3.estructures entaillées 1.3.e r-. i la polaires. est Il d'intégrerla contrainteutilisée dansle conceptd'intensitédes contraintes donc nécessaire sousformediscÈte: =+|"'*r(r)Âs. et d sontrespectivement contrainte la équivalente dansl'élément<< >>. Figure 3-3 Schéma de la fonction de poids au voisinagedu fond d'entaille dansla méthoded'intensitédu champdesconffaintes.. (3-10) (3-11) (3-r2) la d'intensité champ contraintes. Si G=Vo(O)=0=/(0)=1 3.la contraintemaximaleet la déformation maximalese trouventen fond d'entaille. on 92 (3-14) . Méthode volumétriaue pour Ia prévision de la durée de vie d. SiG=io(r)=O+Q(7)=l :.o ** . s'exprime I 6' zqv t -l t 0?. maillagescorrespondent un grand trou dans une plaque pour le cas d'une Iæs à planes.Ie diagramme schématique la fonctionpoidsdansle i èmeélément de est présenté. Dans la Figure 3-3.0 Chapitre 3. hypothèse contraintes de lil= 0. o30(v)<r 2. relation(3-9) du des Selonla définitionde la méthode (3-13) où o'eqn.

. surface i la i la dansl'élément << >> le nombredes i et maillages. Les équations(3-8).F). Le volume d'élaboration est défini soit par la zone plastifiée (M. surfacede I'intégration. Â^S. La procédure mentionnée peut s'écrire dans la méthode d'intensité du champ des déformations[63].0 Chaoitre 3. Méthode volumétriaue pour la prévision de Ia durée de vie de structures entaillées où o". La moyenne des contraintes dans le volume d'élaboration est la contrainte effective.La méthode volumétrique et la méthode d'intensité du champ des contraintes sont des méthodes semi locales.I. o'a".la contrainte la équivalente dansl'élément << >>. soit par le minimum du gradient des contraintes(méthodevolumétrique). 93 . (3-13) et (3-14) sont transformées sous la forme suivante: (3-15) (3-16) (3-17) La méthode volumétrique utilise le concept de la méthode d'intensité du champ des contraintes avec différentes fonctions poids dans le cas des calculs élasto-plastiques.3. QQ). fonction poids dansl'élément<< >>. n sontrespectivement contrainte la méthoded'intensité et la de du champdescontraintes. 5 .

la contrainte nominale..L Ltapprochevolumétrique Dansle casde I'existence du d'unezoneplastifiéeau voisinage fond d'entaille. relation(3-19)s'exprimesousla des de forme suivante : x. le gradient de contraintes.2. k. est nécessaire en d'obtenir le champdes contraintes élasto-plastiques fond d'entaillepar I'utilisation de la par méthode Eléments Finis.xl)drc. X"u. dans les cas plus compliqués. La comparaison entre l'équation (3-4) et (3-19) proposées par la méthode d'intensité du champ des contrainteset I'approche volumétrique montre la différence entre les définitions de la fonction des contrainteset la fonction poids [68-70] : =o'(x) f (o. la distance effective (selon cette méthode).3. la contrainte d'ouverture en fatigue. la distribution est souvent de type puissanceet gouvernéepar le facteur d'intensité de contraintes d'entailleet la distanceX"u estdéfiniede façonparticulière.o^- to. -o"î "'.la distribution présente caractère descontraintes élasto-plastique. Dansles cassimples.o' "^ I "^*". La méthodevolumétrique effectiveet le facteurde réductionen fatigue calculela contrainte par les équations suivantes [66-67]: X'î o"tr=!' ct r lo-<r)(t.(x)(rxt)dx ' îo tnX"a ô 1 dt-(x) 7 'v/ = . on.. delà de ce maximum. où x"n d .@)(r-xz)drc 0 (3-1e) où o. Les résultats obtenus les calculsaux ElémentsFinis et les des que la contrainte élasto-plastique maximalen'est pasen fond approches analytiques montrent Au d'entaille mais à une certainedistancede celui-ci 124-261.4 co@) dx (3-22) (3-23) 94 . .=4=+^ k. où l= I do-(x) on@) dr (3-20) (3-2r) la Dansle casde I'existence contraintes cisaillements. or(x) et Z sont respectivementla contrainte effective.) 'oo * Q@)=r. x"î 'v oo(x) d-r .cettedistribution un il est donnéepar une solutionanalyique.

95 . Dansla Figure 34. tn. ro(x) et Z sorftrespectivement cisaillement le effectif. la zoneplastifiée plus augmente vice-versa. L'évaluation des contraintes au voisinage du fond d'entaille présente toujoursun maximum défini prèsdu fond d'entaille.e de de structures mtaillées où T"r.Cettecontrainte d'ouverture fatigueestunecontrainte en est perpendiculaire la directionde la propagation fissures.1 pour Chapitre. le cisaillement nominal.Plus le rayonaugmente. conceptde la contrainte à des Le d'ouvertureen fatigue et la direction d'intégrationsont les paramètres plus importants les dansle calcul de la duréede vie en fatiguepar la méthode volumétrique.le cisaillement fatigueet le gradient cisaillements.La taille de la zone plastifieedépend type de chargement de la géométrie éprouvettes desentailles.3.la distance effective. H I ffi Figure 3-4 Schéma la distributiondes containtesen fond desdifférentes de entaillesdansle cas d'un calcul I-e rayon d'entaille changela morphologiede la zone plastifiée au voisinagedu fond d'entaille. la contrainted'ouvertureen fatigue et la directiond'intégrationpour différentes éprouvettes sont schématiquement présentées. calculde et I-e la distributiondescontraintes fond d'entailledépend type d'éprouvettes de la valeur en du et du rayond'entaille. en des En générale.3. contrainte la principale. X"r. Méthode volumétrique laorévision Ia durée vied. du et des et tl g % € élasto-plastique.

r-J c) \. tÉ -r..: l t E h ^ v H o -0.1 O.40f: . dans le diagramme : peuvent êtredistinguées c jusqu'à la contrainte en élasto-plastique fond d'entaille augmente Zone I : La contrainte maximaleo. Méthode La fonction poids dépend du gradient des contrainteset de la distanceen fond d'entaille. H O É . q o Èa o 2 A" ë -o. la contrainte Trois zonesparticiilières biJogarithmiquede la méthodevolumétrique.3.**.60 ros(o o(")) = tog(c). 0<Q@)<r 2. Si7=0=Q@)=l Iæ calcul de la distance effective est un élément essentiel de la méthode volumétrique et consiste à déterminer la position du minimum du gradient des contraintesdans un diagramme biJogarithmique. en des sont présentés et élasto-plastique le gradientde contraintes Dansla Figure3-5. La fonction poids contient les deux premières parties de I'expansion de Taylor.1 pour Ia orévision la duréede vie de structures entaillées de volumétrtaue Chapitre3. 96 .a Log(x) ----o-o O .O et élasto-plastique du de bi-logarithmique la distributionde la contrainte du Figure 3-5 Schéma diagramme gradient contraintes fond d'entaille.E .40v .1.1 &nax x (nlrù xen &r1. Q(0)=r 3. Elle est soumise aux conditionssuivantes: 1..90 o.90. o.

le coefficient d'écrouissage cyclique. de la l'entaille et du type du chargement: C = C(E. p. C et a sont respectivementla contrainte d'ouverture en fatigue. v.a. Zone III : L'évolution de la contrainte élasto-plastiquea un comportement linéaire dans le diagramme logarithmique. le le coefficient de Poisson.1 pour la prêvisionde Ia duréede vie de structures Ch.x) . R) caractérisentla géométrie et le type du chargement respectivement. fl'. Les coefficients C et q dépendent du comportement du matériau.K'.la limite d'élasticité.v. le rayon d'entaille. un coefficient du matériau et I'exposant de la pseudo singularité des contraintes.u et la distancede la fin de la zone In. Ce comportements'exprime par une loi en puissance[68]: Log (o r(x)) = In SG) . W . oy. v . xn . K'. o . 6y. a . E D'autres paramètres (p.v.68. R) où E. soir(3-25). R) q = a(E.n'. p. Les paramètres . K'. Les paramètres mentionnés sont utilisés dans la méthode des Eléments Finis.7I-741.fl'.I'exposantd'écrouissage cyclique. a et R sont respectivement module de young.W. géométriede (3-27) (3-28) W.le schémade la zone III est comparéà la relation conventionnelle la de mécaniquelinéaire de la rupture. p.W.oy.apitre Méthodevolumétrtaue 3. La distribution des conraintes élasto-plastiques est présentée dans I'intervalle entre la distanceeffective X. la taille du ligament. Iæs coefficients C et a sont exclusivement obtenus par calcul par la méthode des Eléments Finis.la profondeurd'entaille et le rapport de contrainte ( R = o-o o** ).3.6y. Dans la Figure 3-6. n' et K' sont intégrés dans la loi de comportement du matériau.a Log(x) La relation(3-24)s'écrit: o*(x) =a "x' (- (3-24) (3-2s) où orr(. 97 . entaillées o o Zone fI : La contrainte élasto-plastiquediminue jusqu'à la distance effective X "u .a.t'(x\ ' K (2m)" ' où Kp=C(2n)o (3-26) Ko estle facteurd'intensité d'entaille 166.

yy\--' (2n)" "l<. limite d'élasticité..K'.5 Kp=C(2n)" Mécaniquede X"u1x1xo 0.R) = c4o an(E.x). : des Les coefficients C* et dy.t=* a<0. dépendent matériauxet du type du chargement Cw = Cw(E. La procédurementionnéepeut être utilisée en remplacantla contrainte par la densité d'énergie de déformations(W = [ode) ï75-76l.W.a.) o"fr oi K.tal=ffiru<el =oo(x. K'. 98 .y . a et R sont respectivement modulede Young.. d'écrouissage cyclique.o. des en Figure Distribution contraintes fondd'entaille enfonddefissure la zone 3-6 La distance xnde situe à la fin de la zone linéaire. v. la profondeurd'entaille et le rapportde contraintes.) est I'intersection des courbesde la mécaniquelinéaire de la rupture et la mécaniquede rupture d'entaille. W..le coefficient la coefficientde Poisson.le I'exposant d'écrôuissage cyclique.o.. C" et dw sont la densité d'énergie de déformations et les coefficients de la distribution linéaire dans le diagrammebiJogarithmique (Â17 . oy.1 pour la prévisionde Ia duréede vie de structures entaillées volumétrtaue Chnpitre3..u@ Ë. K'. le rayon de I'entaille.. Iæ point (*.) ou(x. le ligament.v ro.W .5 Xû xi x" I-og(x) et dans III.n'.3. Méthode I'os@) Mecaniquelinéairede la rupture 7. p. ffi = K .R) (3-30) (3-3 1) le où E. p.p.La relation (3-25) s'exprimepar: Lw = c{ xun (3-zs) où ÂI4/.n'.v.a. fl'.

3.2 Procédure de prévision de la durée de vie en fatigue par Ia méthodevolumétrique
La méthodevolumétriquenécessite connaissance la contrainteeffective et la distance la de effectiveet permetle calcul du facteurde réductionen fatigue.Iæ facteur de réductionen fatigueest utilisé dansla procédure prévisionde la duréede la duréede vie en fatiguepar de la méthodevolumétrique.La procéduretraditionnellede prévision de vie en fatigue par I'approchevolumétrique I'utilisation de la méthode graphique. présentation est graphique La de la méthode volumétrique montrée est dansla Figure(3-5). L'évolutiondescontraintes fond d'entailleestdivisée trois zones. Tableau en en Au 3-1, ces zonessont individuellement présentées la zone Itr peut être présentée et ave,c une relation analytique.
Tableau Description zones distribution contraintes 3-l des de des dansI'approche volumétrique.
NO

DESCRIPTION
La conhainteaugmente la valeurma:cimale déterminée,0 ( X ( X.",* et est La contraintediminue et la valeureffective estdéterminée,x-* La contraintea un comportement linéaire, X "t 3 x 3 xn S* < X "f

EQUATION

I
II

ru

ln g(oo@))= LosG) - a Lo 4î,

La méthodegraphique I'approche de volumétrique donnela distance effectivecorrespondant au gradientde la zone linéairerespectivement. L'utilisation de la distance effectiveet de la relation(3-19)conduitau facteurde réduction fatigue. en Le facteurde réductionen fatiguecalculépar la méthode volumétrique s'appliqueà la courbe de résistance fatigue d'une éprouvette en lisse dansle diagramme Wôhler et permetde de retrouverla courbede résistance fatigued'une éprouvette en entaillée. Dans la Figure (3-7),I'algorithmed'évaluationde la duréede vie en fatigueest présenté. La géométrie,le chargement le comportement matériauxsont introduits dansle calcul et des élasto-plastique la méthodedes ElémentsFinis. I-e comportement matériauxen par des présence chargements de par cycliques représenté la relationde Ramberg-Osgood est :

,.=+.(?)'
I

Q-32)

99

3.2

Chnpitre 3. Méthod.e volumétrique pour Ia prévision de la durée de vie de structures entaillées

où E , K' et n' sont respectivement module de Young, le coefficient d'écrouissage le cycliqueet I' exposant d'écrouissage cyclique. L'équation(3-32)représente comportement desmatériaux le réel dansle cas de chargement cyclique.

Géométrie Chargement et

t desMatériaux

Calcul par Eléments Finis

Courbeentaillée

Figure 3-7 Atgorithme de la méthode volumétrique dans le cas de I'existence de la courbe lisse.

Le facteurde réductionen fatigue,relation (3-33), permetà partir de la courbede V/ôhler d'uneéprouvette lissede retrouver celled'uneéprouvette entaillée.
.oo kro = ] ' N

(3-33)

où k/ , os et dN sont respectivement facteur de réductionen fatigue, la résistance le en fatigued'une éprouvette lisseet la résistance fatigued'uneéprouvette en entaillée. L'algorithmementionné dansla Figure 3-7 ne peut être utilisé que si la courbede V{ôhler d'uneéprouvette lisseestdisponible. exemple, Par pour lesjoints soudés point I'obtention par de cette courbe n'est pas possible. La méthode volumétriquepropose alors un autre pour la duÉe de vie en fatigue. algorithme Dansla Figure3-8, lalgorithme de la méthode volumétrique présenté. courbelisseest est Ia par obtenue I'utilisation desrésultats expérimentaux d'éprouvettes entaillées avecles mêmes géométriques. courbelisseobtenue I'utilisation de I'algorithmede la caractéristiques La par Figure 3-8, peut être utilisée dansla Figure 3-7 pour des éprouvettes entailléesde même géométrie maisavecdifférents rayonsd'entaille.

3.2

Chapite 3. Méthode volamétrique pour la prévision de Ia durée de vie de structures entaillées

cat semiJocale, cetteméthodeutilise la contrainte La méthode volumétrique une approche est effective. sur effectivecalculée commeunemoyenne la distance

Géométrieet Chargement

Courbeentaillée

Finis Calcul par Eléments

Courbelisse virtuelle

Utilisation de I' algorithme dansla Figure 3-7

volumétrique dansle cassansla courbelisse. Figure3-8 Algorithmede la méthode

expérimentaux serontcomparés I-es résultatsobtenuspar la courbeentailléeet les résultats pourexaminer et I'exactitude la fiabilité de cetteapproche. Cettefaçonde procéder bi-logarithmique. La méthode volumétrique utilise unereprésentation d'utiliser une formulation plus simple. Pour n'est pas facile en pratique.Il est nécessaire en de surmonter difficultés,le lissage la courbeest utilisé.La distributiondescontraintes ces fond d'entaille doncdéfiniepar l'équationQ4D: est

o,(x) --Zo,r'
i=d)

(3-34)

I-e gradientdescontraintess'exprimepar :
y(y\ - L '!\"' = oo@) doyy(x) =âro,*'-' g dx i ào'*'

(3-3s)

et la fonctionpoidss'écrit:
g

= Q @) l -

xlia,xt-t '-:

Zo'*'
i=0

3.2

Chapitre 3. Méthode volurnétrtaue pour la prévision de la durée de vie de structures entaillées

La distance effective peut être obtenuepar I'expansionde Taylor au voisinagedu fond

: de d' entaille. Elle correspond au point minimumd'évolutiondu gradient contraintes

az@) o _
dx

(3-37)

L'utilisation de la relation(3-35)dansla relation(3-37)donne:
' -r^. d Z - ; :f(a,i'x-' o''

- o,fut-')
-

dx

Eïi
(â,,'')'

-0

(3-38)

fo'' i=0

L'utilisation de I'expansionde Taylor avec quatretermeset la relation (3-37) donnentla pourz = 3 , lesrelationsde (3-34)à (3-38) s'écrivent: effective.Parexemple, distance
or(x)= ao* qx+ a"x' + q*t --, \
)L\4) -

(3-3e)
.'i' (ar+2arx+3arxz)z (ao + qx + arx2 + arx3)2

a" + 2arx +3arx2 ao+ arx+ arx' + arx3 2ar+6arx ao+ a1x+ arxz + q*t _

(3-40) (3-4r)

df(x)_ dJc

L'expansion de Taylor avec quatre parties au voisinagedu fond d'entaille s'exprime:

dz@)=L* drc%%

(2a'-Ê1 3 %-W- - Qq o o. :û ) q " oo'** a;

x2+

(3-42)
x3+ O(xa)

(3-42) donnela distance effectiveà partir de L'utilisation de l'équation(3-37)et I'expression I'expansion Taylor en fond d'entaille: de

x"f=Êww
volumétrique s'écrit: en Le facteurde réduction fatiguepar la méthode

(343)

"r=-

, -1"-?*'"-?*'*)
Zln L02

(344)

La relation (344)

est une approximationdu facteur de réduction en fatigue basée sur

de a,, I'approchevolumétrique. Dans les équations (3-39)à (34),les coefficients i=1..n

du et des Au Tableau3-2. dansl'applicationde la méthodegraphique de I' approche volumétrique. 2.3. est 3. présentée peutpasêtreutiliséedansle casde I'existence La procédure ne d'un maximumdans la distribution. La formulation analytiquen'est pas restreinteà la distribution des contraintes.la distance la effectiveet le facteurde réduction fatigue.ladistanceeffectiveresteconstante quel que soit I'ordre polynomial. les valeur obtenues pour les paramètres X* et k. de L'ordre du développement obtenu dépendde la géométrie.tr !+O@) z4z (3-47) kr=T+o(4) . l-e Tableau3-2 représente n respectivement distribution. Méthode volumétrioue pour la prévision de Ia durée de vie de structures entaillées dépendentde la distribution des contraintesen fond d'entaille. Cette formulation de la méthode volumétrique conduitaux avantages suivants: 1. et au du or(x) + ÂIV(x) oo@) + eyy(x) (34s) (3-46) L'expressionprésentée dansl'équation (344) est exactepour la distributiondes contraintes avec = 3 . en Il est nécessaire faire le lissagele plus exactpossible. La formulationanalytique pluspratiqueet efficace. L'expression mathématique cetterestrictions'exprime: de 103 . I'ont été pour I'ordre quatre.-l^-?'â') f^t (3-48) A partir de I'ordre cinq dansle Tableau3-2.Il est évidentque dansd'autrescas.2 Chaoitre 3. Il est difficile d'obtenir la distributiondes contraintes le gradientde contraintes et à partir du diagramme biJogarithmique. La distribution des contraintes élasto-plastiques présentetoujours ce maximum. exemple distance Par la effectiveet le facteurderéduction fatiguedansle casn=2 en peuvent écrits: être = X.la formulationprésentée devraitpas être ne utilisée.. type du chargement du comportement matériauxutilisés. La procédure peut être utilisé pour la distributiondes densités mentionnée d'énergiede déformations la distributiondesdéformations voisinage fond d'entaille.

-#.X ' i=0 s L a. ooF) = 2 atx' ' i=0 6. ""f = h2-é. kI= ?ral 1". r L i=0 ' TL L ltl. .at t4ol . eoo"rol + tsa5..] dn o rr(x')= L arx' ' i=0 z@=+ 3 .x' i=0 ..Ï*=u .*1 2 kf = l"-?-'"-?r'"] o. E atx' ' i=0 f.'-t -.(r) = 3 ia .T on La même procédurepeut être utilisée en remplaçantl'évolution des contraintesélastoplastiques l' évolutiondesdéformations par élasto-plastiques. Tableau analytique 3-2. -b -h -b -b i'.t z\xr=- i-l é.tA:X i . kr o.x t=u i=0 zG) = :i î. .2 Chnpitre 3.L^a..")=. 104 .) x**) + x"o..3..ar t4ol -n'?"1++aoaral 2"2-E' "4 -? -2 -? -? ..**t0 - X*uO (3-4e) proposée pour I'approche volumétrique. Méthode volurnétriaue pour Ia prévision de la durée de vie de structures entaillées lo@^) o*'=to(".-?'?u-?*2u on 5 onn(x) = . -..*=. a:x i=0 kJ l^?.-.r L L a.x..-o . zG) = i=0 ' 6.X j=0 ' ?..Présentation la méthode de EQUATION r@) rG) = Xû i-l *"f =-. L Ul. = ^"tr -ar t4o! n"?"1 2r2-E.r i=0 .r*=o = a e i .ï.:ul V. = ^"fr . -n'?"1+ aaoaras.*: -g"?"3.\o.rt-t ' L AiX i=0 ' .

Dans cette La méthode volumétriqueest présentée sur présentation.la fonctionpoidset la distributiondescontraintesélasto-plastiques voisinage au du plus pour la prévisionde la duréede vie en fond d'entailleet est généralement performante fatigue[70]. du coefficient d'écrouissage cyclique. Cette méthodenécessite connaissance la distance la de effective.1 La formulationanalytique la méthode par de volumétrique obtenue I'expansionde Taylor est au voisinagedes entailles.. qui nousavonsproposé nouvelleformulaton analyiquepour cetteapproche une nouspermetde calculerla distance effective.La valeur de la distanceeffective est toujours très petite et I'utilisationde I'expansion Taylorestdoncvalide. La distribution des contraintes élasto-plastiques fond d'entaille dépenddu module de en Young.L'approchevolumétriqueest une méthodesemi-locale.mais desétudes réalisées montrent le facteur de réductionen fatigue à partir d'un volume. du rayon d'entaille.3.de I'exposant d'écrouissage cyclique.de la limite d'élasticité. du coefficient de Poisson. de proposée pour I'approche volumétrique.3Résumé pour la prévisionde la duréede vie en fatigueest étudiéedansce La méthode volumétrique chapitre. facteur de réductionen I-e fatigue est calculéà partir de la valeur moyenneou effectivede contraintes dansune zone définie par la distanceeffective.la contrainte effectiveet le facteurde réduction en fatigueà partir du lissage résultats par des obtenus Eléments Finis. La méthodevolumétrique calcule généralement contrainte la effectiveen fond d'entaille en moyennant queles valeurscalculées pour dansun volume. de la géométriede l'éprouvette du rapportde contrainte. et L'obtentiond'uneformulationgénérale analytique est donc difficile par calcul. La courbe après lissage de cette évolution des contraintesélasto-plastiques conduità uneexpression analytique. 105 . les généralement un logarithmique. I-a méthodedes ElémentsFinis nous permet d'obtenir cette distribution.d'une surfaceou d'une ligne sont approximativement mêmes[67]. Cetteexpression utiliséedansla nouvelleformulation est .

CHAPITRE 4 .

en maiscettefois dansunedirectionparallèle front de la fissure. de modc lll Figurezt-l Schéma trois modesde rupture. DansI'analysede Lesfacteurs sont d'intensitéde contraintes définispour l'étudedesfissures. : I. la distribution des contraintesautour d'un défaut.0 Introduction générale Les joints soudés par point sont souvent utilisés dans I'industrie automobile. Mode II correspond un déplacement I-e à dans le mêmeplan des dansune directionperpendiculaire front de la au deuxsurfaces la fissure. les trois modes rupturesontprésentés.Chapitre 4 4. la Figure4-1.L'étude desjoints soudés point par la en à de la du méthode la mécanique de linéaireélastique la rupturedemande connaissance concept defacteurs d'intensitéde contraintes. trois modes de rupture peuvent être distingués les modes II et III. Le par étudiépar la mécanique linéaire comportement joints soudés point est généralement des par de la ruptureassociée la propagation fatigue.en sensopposé. Bibliographie sur la fatigue desjoints soudéspar point 4. relatif desdeuxsurfaces la fissurequi setraduitpar de I-e Mode I correspond un écartement à une ouvertureangulaire.Iæ Mode III correspond un déplacement le mêmeplan des deux surfaces la à de au Dans fissure. de dan fissure. sensopposé. des r07 .

4. I'intensitédu champlocal descontraintes.Dans ce critère. géométrique. infinies à la pointe de la fissure pour r + 0 .En revanche. Le coefficient angulaireFr(O) et le facteur d'intensitéde L'expansiondu facteur contraintes déterminent K. d'intensité contraintes de s'écrit: *. I-es paramètresr et 0 définis dans la Figure 4-2 polaires la zoneétudiée fond de fissure. kwin montreque les contraintes deviennent due d'un matériaucontinu et Ceci constitueune singularitémathématique aux hypothèses d'une fissure infiniment mince.0 Chnpite 4. Invin propose de décrire la distribution des contraintesau voisinage fond d'une fissurepar la relation: du ou=hFti@) (4-r) Iæ facteur d'intensité de contraintesÇ représenteI'amplitude de la distribution des contraintesen mode de rupture I. de les Griffith a utiliséuneapproche en locale à partir du champdescontraintes fond d'une Irwin l77l a développé une approche fissure. en de correspondent coordonnées aux en Figure4-2 Schéma d'unefissureet lescoordonnées fond d'une fissure.= r"(#)"."1. Bibliopraphie sur la fatieue desjoints soudéspar point globalepour déterminer conditions rupture. contrainte globaleet la longueurde la fissure. ( . facteurde correction la 108 . la rupture se produit lorsquele facteur d'intensité de contraintes atteint une valeur critique. os et a sont respectivement facteur d'intensité de contraintes. .\ (4-2) ) le .où K. .

109 . avecla /\ correction géométri F"l +l . de " "\w/ La mécanique élastiquelinéaire de la rupture peut être utilisée pour la propagationdes périodiques.4. qui contientune fissurea soumiseà une tension o.0 Chaoitre 4. des L'étude de la propagation fissures dansle casd'applicationde chargements cycliques est réalisée à partir de lois de fissures par I'application des chargements propagation. Bibliographie sur la fatisue desjoints soudésoar point pour une générale facteurd'intensitéde contraintes du L'équation(4-2) est une expression plaqueayant une largeurW.

o zone III. trois zonespeuvent être distinguées: o Zone I est très proche de la région d'une région seuil.. o ZoneII estla zoneintermédiaire. t78l a proposé relation s'écrit: il0 .n LK WPaJ. M. ". propagation fissures définiepar unerelationentrela vitesse propagation la des est de et le chargement. = d L* LK < LK* LK. un schémagénéralde propagationdes fissuresest montré. la vitesse fissuration jusqu'à la rupture. vitesse fissuration La de bi-logarithmique ffi "" 'do Iinéairedans diagramm"(fr un " ^rK) .L Loi de propagationde fissureen fatigue La propagation fissuressousun chargement fatigueest d'une importanceessentielle des de dansl'étude de la fatigue.h<LK<K" LK>K" (4-3) Paris une pourlazone cetterelation II.4. Dans la Figure 4-3. de augmente rapidement L'expression mathématique ceszoness'exprimepar : de [o +N l]r t*1.Différentesméthodes sont proposées les auteurs[78-81]. d4 dN (mml cycle) = l"'. de des pour Dans la Figure 4-3. En par pratique.) Figrue 4-3 Schéma typique la propagation fissures desmétaux.

m. la limite d'élasticité et une constante qui dépendde la courbe.1 Chapitre 4. et où a. N . (tx' .4. Figure4-4 Schéma typiquede la propagation fissures des dansle casdesfissures longues coutes [84].AK (4-s) L'expressionde fissuration(4-5) est utilisée généralement dans les zones tr et ltr. nombredes la de le cycles. Cette relation est modifiée. lll . La propagation des fissures courtes n'obéit pas à la mécanique de la rupture [84].le facteurd'intensitéde contraintes. Leoet n' sontrespectivement longueur la fissure. C.Selon une hypothèsedu déplacement d'ouverture résiduelle au voisinage de la fissure.I'amplitude du facteur d'intensité de contrainteset une constante. AK. Donahue I83l propose I'expression suivante : daA dN 8". N. Biblioeraphie sur Ia fatieue desjoints soudésoar point dN tu = (LK\^ C (4-4) où c. pour prendreen considérationla zonem [82].LK:. qui I'exposant dépend matériau. AK et rn sont respectivement profondeurde la fissure. déformation du la plastique I'exposant et d'écrouissage cyclique.le nombre de cycles. Dans la Figure 4-4. Cette expressionne donne pas une bonne évaluationde la vitesse. par la relation de Forman qui s'écrit: dN tu = c (LK)^ (l . les types de fissures longues et courtes sont présentés. a" et A sont respectivementle module de Young.R)K" .) (4-6) où E. la une constante. La relation de Paris est uniquement valable dans la zone II.

l'électroden'est pas consommable. r12 . Le soudageest fait après la première phase.Au cours du forgeage. La méthode du soudagedesjoints soudésest différente par rapport à d'autres types de soudages communs. ge Accostage Soudage Forgeage Forl Figure 4-5 Schémade la procédrue du soudagepar point.Dans la Figure 4-5.2 Structure desjoints soudés par point Les joints soudéspar point sont généralement utilisés pour assemblerdes tôles minces. soudagepar point est réalisé le selon trois procéduresdifférentes : 1. Pendant le passagedu courant. par Par passaged'un courant électriqueentre deux électrodes. Forgeage Dans le premier stade. Soudage 3.4.les robots qui équipent les appareils de soudagespar point réduisent le travail.Dans le cas d'applicationdu soudage point. les différents stades de soudagepar point sont présentés. Accostage 2. Les deux tôles minces sont situées entre les électrodes.I-e soudagepar point est réalisé par un appareil manuel ou par machines automatiques. le courant est arrêté et la pression sur les électrodes diminue.les électrodes sont rapprochées I'une de I'autre. Ce cas améliore la qualité du soudage. Dans I'industrie de fabrication des automobiles. une force est appliquée pour garder les tôles minces dans les conditions prévueset obtenir une bonne qualité du soudage.

Ce type de joints soudésest fréquemment utilisé pour attacher des tôles minces soumises à un chargement axial. Selon la théorie des poutre en flexion.le modulede Young. Dans cette méthode. la zone affectée thermiquement et le métal de base sont représentés respectivement.Dansla Figure4-6.L'utilisation du soudagepar point donne des zones fondues résistantesqui sont généralement deux fois plus résistantes que le métal de base. L'évaluation de comportementdesjoints soudésen cisaillement est considéréeselon différentes hypothèses. La plus simple est I'utilisation du conceptde bande [85]. w et t sont respectivement force axiale. du et ZAT ZONEFONDUE Figure Schéma soudage pointavec zone 4-6 par du la fondue. le moment la ll3 . zoneaffentén la thermiquement et I'interface. La zone fondue. Cette hypothèse simplifie I'analyse structurelledesjoints soudéspar point. la soudure est considéréecomme une partie rigide.' " d ' z w --U * *d*r * (4-7) conduit au @ \E (4-8) k.2 Chapitre 4.Dans la modélisationdes joints soudéspar point.4.les effets de cisaillementdes bords de la bande sélectionnée sont négligés.Le joint soudé par point est considérécomme une poutre (Figure 4-7). Bibliosraohie sur Ia fatisue desjoints soudéspar point La procédure soudage très importante pour une résistance du est optimaledesjoints soudés par point. I'application de la force ærial (F) déplacementdans le modèle proposé: d o w . Les joints soudésen cisaillement (Tensile Shear) seront considérésdans cette étude. un schéma point soudé de sazonefondueestprésenté.

4.'tO*. par à Figure4-7 Schéma modèlesimpledejoint soudé point assimilé unepoutre. le paramètre cancténstique. 6'**=. . Biblioeraohie lafatipue desioints soudés point d'inertie (I =t3 ll2 :urrrité largeur). d et / sontrespectivement contrainte la par du tôle mince.l'épaisseur la la de F .4. (4-13) maximale. solutiondeséquations rotation(x = 0 ) qui s'écrit: ( 4. Iæs conditions aux limites s'expriment par: =0. t .. La contrainte maximale peut être par : obtenue la relationsuivante F(.' -+ EI x = I : w = g . dd x = O 't Ml. le déplacementdu joint de soudéet l'épaisseurde la tôle mince. .=o où Mo= (4-e) (4-10) (4-9) et (4-10) représentent conditionsaux limites pour le modèledu les Les expressions (4-7).le diamètredu soudage point et demi-longueur joint soudépar poirrten cisaillement. Cette contrainte est responsablede la fissuration des joints soudéspar point.2 nar sur Chapite 4.1 1) (4-12) La contrainte maximalê o** est localisée au voisinage du point soudé. force.. du tt4 . (4-9) et (4-10)donnela par La soudage point en cisaillement.+= x=o:w ' dx.l*-9 d ) 4t) ok.

) o'** = 1^ 1-9d r6I (4-r4) (4-15) La contrainte maximale du joint soudé par point est approximativement égale à 4 o r . t et M sont respectivement force verticale.[.(r-L)''=('-*).(+o. F . facteur de correction f s'écrit: = o!**+(. (4-r7) la I. Il est nécessaire mentionnerque de dans la méthode de bande.la force axiale. la localisation de la contrainte maximale est donnéepour . M. ) ok= Ry. La contrainte maximale du joint soudépar point en cisaillement peut être obtenu selon Radaj [85] : (4-16) -u. le moment à x = 0.o"=L).4. L'expression (4-13) montre que la contrainte maximale est un peu moins que quatre fois la globale appliquée(ou=l' contrainte uo bt"t . =f.'"[4. La (4-18) La méthode la bandeest doncbasée un simplemodèled'évaluation comportement de sur du par plus exactsont aussiété proposés mécanique joints soudés point.". D'autresmodèles des par différentsauteurs[87-93]. dansla Figure4-8.le moment à droite.Par exemple. une bande de largeur unité est sélectionnée. le modèlede combinaison d'éléments solideset d'éléments rigidesest montré.SelonI'existence d'une granderotation 115 .1. #)= +o.r = d l2 .=r) o. Le. Ch. la demi longueurde poutre.l'épaisseurde la tôle mince et le La valeur de la contrainte maximale est donc définie par les équations (4-14) et (4-17).2 par 4. L e facteur f est voisin de I'unité.=. Mo. moment de flexion pour la localisation de contrainte maximale.apitre Bibliopraohiesur laïatieue desjoints soudés point Dans la Figure 4-7 .

= 0) QQ. au du pour obtenir une L'utilisation des éléments solidesest nécessaire coquesou d'éléments possible.2 Chapitre 4. distributiondescontraintes plus exacte la proposé Salviniet al. L'évaluation de la distributiondescontraintes voisinage joint soudéa besoinde modèlesplus détaillés. ce modèle. estprésenté par Dansla Figure4-9.le point soudéest considéré commerigide.Une solution qui analyiqueestproposée donnela fonctionde contrainte commeci-dessous : f t I lA: I . Læs modèles présentéssont tous des modèles bi-dimensionnels.|e modèle théorique Dans [94-97]. La théoriedesplaques coques et est appliquéepour obtenir la distributiondes contraintes autourdu point soudé. Bibliosraphie sur lafatioue desjoints soudéspar ooint dansle modèle.0) = Lrgsine +(nrrt + crr-t + Drrlogr)cosl (4-20) t16 .4.0) = ro?) + 40 * l fr(r) + lL r 0 lsind + l rr'Q) + 5 r 0 lcosg + ) â (r) sin(m + LzJLzJ^-_z@_D) m=2 Lfl?)"os(mo) (4-19): L'utilisationdesconditions limitesde ce problème aux simplifiel'équation Q?. rotuleset despoutres des Pin Joint Figure 4-8 Schéma du modèle simple du joint soudé par point avec I'utilisation d'éléments poutre de plaque et de < pin joint >. rigidessontutilisées dansle point soudé.

4. B. =p. =168r.Brr Figure 4-9 Schémadu modèle pour un joint soudépar I'utilisation de la théorie des plaques et coques [94].2 r ) : o.2 Chanitre 4. (4-20)dansleséquations (2-3)à (2-5)donne L'utilisation l'équation ( de l'équation 4 . Figure4-10 Schéma modèleproposé Kan [98] a) Schéma par du génêralb) Modèlesimplifié c) Modèlebidimensionnel.. Iæs déformations et les déplacements peuvent être calculés à partir des relations obtenuesde la loi de Hooke. =l(4+ D.Bibliopranhie sur Ia fatipue des ioints soudés nar noint 4. Dr sont des constantesqui dépendentdes conditions aux limites du joint soudé par point. C. tt7 .+2Crr-3 Drr4lcosl + (4-2r) (4-22) (4-23) -2crr-3+ er-rJsind r.)r-t +2Brr-2Crr4lcos7 o.

Joint SoudéPar Point cisaillement Elémentcooue b) lil c) Figure 4-11 Schéma du modèle pour un joint soudé avec I'utilisation de la théorie des plaques et des coquesa) Méthode de la combinaison des élémentscoqueset solides [85]. les modèles tri-dimensionnels sont proposés par I'utilisation des éléments coques. contrainte obtenues par la en tractionet la contrainte flexion sont importantes.4. A partir de l'équilibre statique. Danstoutes les expressions pour les joints soudés point en cisaillement.2 par Chapitre4. contrainte en La radiales'exprimepar : 1r8 . Les méthodes présentéesdonnent le comportement global mécanique des joints soudés.fatiguedesjoints soudés ooint Iæ modèle. est un modèle tri-dimensionnel. relationsapproximatives proposées des sont [99]. b) et c) Méthode avec poutres et coques 191. Il est fortement nécessaire d'utiliser les méthodes tri-dimensionnelles avec des éléments complètementsolides.941. Cette utilisation permet d'obtenir une distribution des contraintesplus exacteautour du point soudé.Dans la Figure 4-11. montré dans la Figure 4-9. Biblioeraohiesur la.

M r. en La contrainte tractionet la contrainte flexion sontcombinées en et contraintes cisaillementont été étudiéspar Radaj forces. = o F.aut et A (4-2e) les sont respectivement du de composantes la force. bi-dimensionnels numériques 2. et correspondant la coordonnée I-es autourdu point soudé.M y.sin(p) t. Les modèles .a u. Iæsmodèles .Les modèles tripar globalet local desjoints soudés point. donnent résultats des : pour lesjoints soudés divisésen trois catégories proposés sont Les modèles approximatifs analytiques 1. l'épaisseurdes tôles minces. ou.cos(p)+ o rr sin(ç) . . orr=à Fr 10 (4-27) 4 >0 oMa (4-28) or. ne bi-dimensionnels considèrent colnmeles modèles approximatifs Les modèles analytiques que le comportementgénéral des joints par point en cisaillement.le diagramme moments forces montréet les analyses des et sur sontbasées l'équilibrestatique la compatibilité déformations forceset desmoments par I-es relationsproposées Radaj [99] sont relativementexacteset n'est pas considérée. oFr. des sontpaslimitésà I'analyse tt9 .6 r.les momentset les différentes des et est des [99]. orr.2 Chapitre 4. . Ils ne le dimensionnels considèrent comportement globale jointssoudés.100-107]. Fr. Fr. F y. a wcos(p) avec : oo=â F- (4-24) (4-2s) (4-26) F.4. les sur basées I'applicationdes forceset des moments composantes tenseurdes contraintes du du angulaire point soudé. I-esmodèles [89-90. t . oFr. tri-dimensionnels numériques 3. les composantes moment. Biblioeraphie sur hfafieue desjoints soudéspar point o. conservatifs.Dansla Figure4-l2.

L'épaisseur tôlespource des type de joints soudésest très petite. L'excentricitédes joints soudésliée à I'existencede pas I'interface provoque un moment supplémentaire. valeur de ce moment ne peut être La négligée dansles casdesjoints soudés pointencisaillement Mono Point.rRn 'J il4l"* H: t3J"* [:t rÊt6r F* Ë|il€n- bcces ogtt ..4-2 Chaoitre 4. yt =.* ssotll$ /*llB' qfl 4. 6 estI'interface entredeuxtôlesminces.t' v+o)=orIr"T) Figure 4-13 Effet de I'interface entre deux tôles minces dans desjoints soudéspar point en cisaillement. Bibliographie sur Ia fatisue desjoints soudéspar point €rs@$Dy Il.Le rapport entre la valeur de I'interfaceet l'épaisseur n'est lui généralement petit. par et 120 .:* l11i o19r rn / I Ir \ \ \ b.La Figure 4-13 représente I'interface desjoints soudés par points en cisaillement.Jt . Sj:)Fr -r. du par Il est nécessaired'envisager I'effet de I'interface entre deux tôles minces dans I'analyse des joints soudéspar point en cisaillement./ \ -n/ r'il/ f gl {r Figure 4-12Schéma l'équilibre moments desforces de des et autour joint soudé point[99]. Dansla Figure4-13.1.

2 Chaoitre 4. Bibliopraohie sur la fatipue des ioints soudésnar noint Le comportement mécanique des joints soudéspar point dépenddu type de chargement appliqué de la valeurde la forceappliquée et [90]. de du est La fissureestrespectivement localisée dansle métalde baseet en7-one AffectéeThermiquement (ZAT) dans le cas de la fatigue oligocycliqueet dans le cas de I'endurancelimitée. ZONEAFFECTE TIIER. Des travaux expérimentaux tzr .4.la fissurc au voisinage point soudécritique du s'estforméedansle métalde base.MIQI. endurance En limitée.la forceappliquée plus raible.La est fissure au voisinage du point soudé se forme dans la ZAT.JEMENT METALDEBASE a) ZONEAFFECTE THERMIQIJEMENT METALDEBASE b) Figure4-l4Incalisation desfissures dansdesdifférents cas a) Fatigue oligocycliqueb) Endurance limitée Dansla Figure 4-l4. Dansce cas. Iæ phénomène la fatigueoligocyclique peutêtrerencontré de dansle casd'applicationdesforces globales ou contraintes élevées.la localisation la fissureau voisinage point soudé présentée.

[100-102.l'analyseest différenteet diviséeen deux approches:propagation avec la mécanique la ruptureet amorçage fatigueavecuneméthode de en appropriée. Elle représente assez bien le comportement par mécanique joints soudés point. cela conduit à une zone fondue homogène résistante. point soudéest et Le considéré commerigide en raisonde cetterésistance élevée autourde la zonefondue.2 Chaoitre 4. zoneplastique une ne seforme pasdansla zonefondue.En raisonde cetterésistance des élevê. r22 . par Selonla procédure soudage point (forgeage) du montréedansla Figure 4-5. est Selonle changement phasedansle procédé de du soudage. valeur obtenue une I-a dansla zonefondueest généralement deuxfois plus élevéequela limite d'élasticitédansle métalde base 105]. une limite d'élasticitéplus ou moinsimportante obtenue zonefondue.Selonla localisation la formationdesfissures de autour du point soudé. Biblioeraphie sur lafatigue desioints soudéspar point montrentque la zonefondueprésente hautelimite d'élasticité.e.4.La zonefonduedansle cas est en par du forgeage compressée les électrodes.Cette hypothèse diminuele tempsde calculnumérique.

3 Facteur d'intensité de contraintespour les joints soudéspar point dansle cas des fissuresse linéairede la ruptureest appliquée de La méthode la mécanique par des d'intensitéde contraintes joints soudés propageant I-esfacteurs dansle métalde base. Pook[109]: *. d et t sontrespectivement facteurd'intensitéde contraintes mode et de du I et II. î . o J. r .le diamètre point soudé l'épaisseur la tôle mince. o. Cooper-R. solutionsproposées numérique : analytique par I'approche soit parcesauteurs étéobtenues par I'approche ont soit o Chang-Muki [108]: K. P.+s ] (4-32) (4-33) en le K. F. SmithUl0l A. le cisaillementnominal.4. la forceaxiale.tt(!)"') [T[r (4-30) (4-31) en le K. d et t sontrespectivement facteurd'intensitéde contraintes mode de I et II.={Gf'*-(n)""] K= ns s(4)"' a o aLlo.=. o L.le diamètredu point soudéet l'épaisseur la tôle mince. Kr.=cqlrrr(n)""] *.. * o. Kr= u (4-3s) W4 123 . F . Les par point en cisaillement étéétudiés différentsauteurs ont U08-1131. Kn . (4-34).

r.Iæs relationssuivantes expriment déplacements ces : . Figure4-15 Schéma détailléde la fissuredansI'utilisationde la méthode Eléments des Finis. K.)"otç .le schéma détaillé fissures des autour point soudé présenté. u' .3 Chapitre 4. v. Bibliooraphie sur laTatipue des ioints soudésoar point Km= .. ttj. (4-37) (4-38) -'') .r.u. modulede cisaillement en le et les déplacements les directions y et z...@. du est Selonl'étudede Cooper-Smith.[L 16.4. -la\ I /-\ w (4-36) z"1 K. Les déplacements . K.. dans x. p.u. wi.)sin . le coefficientde Poisson. wjet ça sont respectivement déplacements les nodauxdansles directions y.-l(u.*. r4i sont respectivement facteur d'intensité de le contraintes modeI.' =lu' 2 w= (u. { et vi u' sont calculésà partir des déplacement nodaux. et I'angleautourdu point soudé. I'anglede bifurcationde la fissures'exprime par: r24 ...(wi. vj. x.)"ore) e (4-3e) tti.) rinrpf u. Dansla Figure4-16. v . . II et III.. v' . z.

=Ë\o. contrainte I'intérieurde la tôle inférieure.)J7 Ko..-ouNt J?. Cooper et Smith ont utilisé des méthodes numériques pour obtenir les facteurs d' intensité de contraintes. îui . (4-43) la à oui. la à à supérieure.. ouo oto. Biblioeraphie sur Ia fatieue desjoints soudéspar point (4-40) Figure 4-16 Schéma détaillé de la fissure autour du point soudé et I'angle de la fissure à partir de la formule par Cooper-Smith[110]. -r. \/- (4-4r) (4-42) Kn=I@.t (-r dimensionnelle t^Kt[. qi et t sontrespectivement contrainte I'intérieurde la tôle .I l.-o**at.-o. o Zhan9-Radaj[111] K.4. contrainte I'extérieurde la la tôle supérieure. oti .Vt --f{r.. de r25 .. . cisaillement I'intérieur de la tôle inférieureet l'épaisseur la tôlemince..le cisaillementà la le à I'intérieurede la tôle supérieure. proposée Les calculs obtenus par la méthode des Eléments Finis sont présentéssous forme non 3 ( s\.3 Chapitre 4.zA\. contrainteà I'extérieurde la tôle inférieure.

Biblioeraphie sur lafatisue desjoints soudéspar point Zhangpropose corlme solution: .. t i KI'Kil'KilI TÔLE INFERIEURE Figure 4-17 Contraintes radialeset cisaillements circonférentiels autourdu point soudébaséselonl'étude de ZhangRadaj[111]. et de Dansla Figure4-17 schéma (4-41)..(t-y1t l+(d. E .(4-42). .(4-43) utilisépourobtenir équations les . Les équationsde (4-41) à (4-44) sont obtenues approcheanalytique.)] * + + * L'\"ai 488 (4-44) J . le modulede Young. v .ouo ouioro ouooti o.Zhanget par Radaj ont négligé I'effet de I'interface et de la zone affecté thermiquement.o.o.. le coefficientde Poisson l'épaisseur la tôlemince. * ofi . TOLE SUPERIEURE a ZONE FONDUE \l __ f -/ I a . t sontrespectivement I'intégraleJ. Iæs relationsmentionnées restreintes joints soudés point en cisaillement.)t (ouo or)' -2(o.4'3 Chaoitre 4. = {3F' Zrrdlt (4-4s) (4-46) Ktr=# 126 . sont par aux Zheng$rll K.le et (4-M) estmontré.o..

car en pratique le rayon d'entaille en fond du point soudén'est pas précisément défini. la l'épaisseurde la tôle mince.43 pour les joints par soudés point en cisaillement. t.=l+ a t p (4-4e) k.. o Swellam-Kurath-Lawrencelll2-1I4. a .La constanted est égale à 0.4'3 Chapitre 4.. J sont respectivement force axiale. et p sont respectivementle facteur de concentration de contraintes. Lawrence [15] relation: a étudié le facteur de concentration de contraintes et propose la k. le diamètre du point soudé. v. 116l Swellam. d . E . Bibliographie sur laTatieue des ioints soudéspar noint (447) (4-48) F . '< . une qui constante dépenddu type de joints soudés. le coefficientde Poissonet la valeur de l'intégraleJ.. Kurath et Lawrence ont proposé un paramètre de dimensionnementK. 127 .Æilllliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiliiil|i Figure 4-18 Cas gênéral I'applicationdes actionsautour du point soudéselon Swallem-Kurathde Lawrence[112]. L'utilisation de I'expressionprésentée dans l'équation (4-49) est en pratiqueimpossible. le module de Young. t. l'épaisseurde la tôle mince et le rayon d'entaille au voisinagedu point soudé. La relation (4-49) est difficile à utiliser.

h"o..-S K. Selon la formulation de Swallem-Kurath-Lawrence [12]. le rayon du point soudé. le schéma généraldes forces et moments autour du point soudé est présenté.3 Chapitre 4. K*rot. K.nn et K.4. r.. le facteur d'intensité de contraintes basé sur I'effet axial. la réaction du point soudé.Kl.À^ r28 . = K*at* K^o^"n--14-5E"(4-5\ =+*+ 2 nJ m ' 2r ' Jt r (4-53) Krr=Krh"o. le facteur d'intensité de contraintes en mode I. et Ê. Les ffois facteurs d'intensité de contraintessont donc définis: (4-s0) K^o"n=h Krhror=h (4-51) (4-s2) sontrespectivementlacomposanteverticalede P. Bibliosraphie sur laTatieue desjoints soudésoar point Dans la Figure 4-18. I-e facteur de correction géométrique O. K. Le facteur d'intensité de contraintes équivalent (4-55) ne contient pas les effets de la o** géométrie et le rapport de contrainte (R ). K^.Iæ paramètre K. le facteur d'intensité de contraintes basé sur I'effet de moment dans le point soudé et le facteur d'intensité de contraintes basé sur I'effet du cisaillement dans le point soudé. sont respectivementle facteur d'intensité de contraintes équivalent. le facteur d'intensité de contraintes en mode II et une constantequi dépenddu matériau.. (4-s5) K"q. les facteursd'intensité de contraintes s' expriment par: K. est calculé selon la mécanique linéaire de la rupture et la combinaison des modes I et [I.=# (4-s4) [æ facteur d'intensité de contrainteséquivalent est défini par cette méthodecomme cidessous: K"q = Kl +B. Q. K. la composantehorizontale de la réaction du point soudé.le moment du point soudé. M.

'* K.=f@)c I K. bi (4-5e) qui A. Iæs valeurs obtenuesà partir de résultats o*... =e(tt .3 par jointssoudés point 4. K.4. en de le fonction du nombrede cycleN. maximum s'écrit : KÏ Le paramètre estdéfini par : K. expérimentaux peuvent être représentées dans le diagramme bi- r29 . Ki" . l'épaisseur de la tôle mince et le rayon du point soudé.N t pour différentes d'obtenirle diagramme valeurs du rapport de contrainte(R-d'io ).N t . f* .le paramètre K. constante une qui dépenddu matériau. (4-s7) -. I-e coefficient bo est obtenupar lissage la courbereprésentant paramètreK. Chapitre Biblioeraphie bfatieuedes sur doit donc être défini.lu-o'* (4-58) R.Y diagramme logarithmique . KT* . Ktr . Selon de Swallem-Kurath-Lawrence. obtientla relation: x. de la le facteur d'intensité de contraintesmaximal en mode I.. bo sontrespectivement paramètre Swallemle de Kurath-Lawrence. h sont descoefficients peuvent être calculéspar lissagede la courbedansle Dans la Figure 4-l9.la procédure d'évaluationdu coefficient Doest pésentée. le facteur d'intensité de contraintes maximal en mode II.Il est nécessaire biJogarithmique K. t et r sont respectivementla largeur du joint soudé. Dans un diagramme on biJogarithmique.le rapportde contrainteentre la contraintemaximaleet la contrainte minimaleappliquée un coefficientqui peutêtreobtenupar essaiet erreur et dansle diagramme K. le facteurde correctiongéométrique. Ce facteur de correction géométrique considèreles effets par: mentionnés G9Wt4 Wtz +4rs 13 (4-s6) W .N t . Cettecourbeest obtenue expérimentalement. G . . valeurmaximaledu paramètre Swallem-Kurath-Lawrence..

4. Iæ lissagede la courbedonnela valeurbo L'expression K. r(.(1..R) .I-os(Kï ) + boLog(1.N..R) .tkK. b) Utilisation 1 30 .) = Ing(KÏ) + boIng(r. In d4 A)+eh I-o ) = Inde A)+ehlr. du logarithmique . Inde A)+& I^o r) a) bs( LoS(K.K..) . des expérimentaux dansle diagramme desrésultats obtenus dansle diagramme logarithmique . *oK 1-& b) l.R) ou <o âo (4-60) LoS(K.R) Figure 4-19 Procédured'évaluationde la valeur de bo selon la méthodeproposéede Swallem-KurathLawrence a) Schéma résultats bi-logarithmique . K..3 Chaoitre 4. = I'od&'q)+\h I-odN r) & = h dN ...R. f.) \ = gtN ..glNr) . *rK *tK. K.. t-& 1-& Ins Q. : diagramme -(1-R) estdonnée K..t hK.(1.) f) Los(K... I'os(K. Bibliosraphie sur la fatipue desjoints soudésoar ooint .= ft= ft= ft= ...R) *. K.

\f ) o^\t ) \t/ | (4-62) en le K.le momentdu point soudéet le coefficient du de géométrie joint soudé.r4 s( g\. la contraintede de de de membrane. !) 3).o_).ooo8f 3r.oorrg( +o. Sheppard Ning Pan-Sherry [106] K. 131 . a et t sontrespectivement facteurd'intensitéde contraintes modede rupture I. et expérimentaux desvaleursdesfacteurs estutiliséepour obtenirla formulationde cetteméthode.o* +o. Bibliooraphie sur la fatieue desjoints soudéspar point dépend donc des résultats La formulation proposée par Swallem-Kurath-Lawrence analytique Une approche d'intensitéde contraintes. = o^Jâ e)-o.3 Chapitre 4.os23fu)'l t) d. M et p.o. la par de et de La contrainte membrane la contrainte flexion s'expriment : F o^=a (4-63) (4-64) 6M ou=w la F . par sont et de I-esrelations Ning-Pan SherrySheppard obtenues descalculsnumériques.4. 6^. contrainte flexion. o6. le facteur d'intensité de contraintesen mode de rupture II.. K rr. .la profondeur la fissureet l'épaisseur la tôle mince. sontrespectivement force axiale. .o. .-:(e\' I t a^\t ) .

La contraintestructurelleélastiqueest la combinaisondes contraintes de flexion.ll7-1181 Sheppard a proposé que le domaine de la contrainte structurelleau voisinage point soudé du dépend la vie en fatiguedesjoints soudés point.l'épaisseur la tôle de de mince. thermiquement .* bi-logarithmique -ft.)* t32 .4. contraintede membraneet contraintesaffectéespar la force axiale. contraintestructurelleest calculée en condition La élastique. L'analyse de la mécanique linéairede la rupturedesjoints soudés point n'est plus valide dansles casde I'existence par du phénomène d'endurance limité.La formulationde I'analyseen terme de mécanique linéaire de la ruptureest plus avancée que I'analyse en tenue d'enduranceen fatigue. . LIil' et W sont respectivement composante la verticale de la réaction(Figure4-18).4 Tenueà ltenduranceen fatigue despoints soudés L'étude de la propagation fatiguedespointssoudés étérestreinte la mécanique en a à linéaire de la rupture.=4. soudé. lieu d'amorçage la le de fissure autour du point soudé et le mécanismede I'endommagement sont différents. C'estde par à-direque les fissuresqui se propagent autourdespoints soudés dansla directionde l'épaisseursont négligeables.la largeureffective . IÂ contrainte structurelle mentionnée s'écrit ci-dessous : coltraiDt€ æmbrane ooDtraiDte enflexion contraine p8r h fqce axiah AJ'= :LO to) + 6Ltr[' fw +- AP t' (4-6s) LP . t (4-66) 3' le momentdu point soudéet la largeurdu joint #=c(^s". Les valeursdesforceset desmoments par sont obtenues le calcul desEléments Finis avec des éléments poutreset des éléments plaques(plate elements). 1. LQ. L'amorçage fissures localisédanslazone affectée des est (ZAT). valeurde la La contraintestructurelle proposée Sheppard par dépend l'épaisseur la tôle mince. û).la composante horizontale la réaction. duréede vie de la propagation fissures égaleà la durée la des est de vie totaleen fatiguedesjoints soudés point. Selonla valeur du chargement.Une relationestobtenue lissage par par de la courbedansun diagramme (N. de de Danscetteapproche.

la contraintemoyenne.=$eNy I +e'r(2N)" (4-67) . K' et n'sont respectivement de déformation. R.I-c (#) ) > ï.le coefficient de la résistance fatigue. N.ioints la N/.. Izg(ÀS*. ÂS*. coefficientqui dépendde la courbe de lissage.4 par sur soudés point Chapite4.le coefficientde la ductilité en fatigue. l-R I-es Dans la Figure 4-20.la contraintestructurellemaximale et un autre coefficient qui dépend aussi de la courbe de lissage dans le diagramme bi-logarithmique ÂS** N. C. dt. br Figure 4-20 Digramme bilogarithmique ^Sr. et D sont respectivement duréede vie totale y comprisla propagation le des fissures. c. un schémadu diagrammebiJogarithmiqueest présenté. E.I'amplitudede contrainte. en de le 133 .4. b.I'exposant la de résistance fatigue. -+ l-l( pour évaluer la durée de vie en fatigue par proposée Sheppard.) Iog(AS*=rr <rà. om. t'r..le rapport de contraintes. par I'approche Nin Pan-Sheppard de en [05] a utilisé I'approche I'endurance fatiguepour lesjoints soudépar I'application du domainede la déformationmorimale de l'équaticn de Morrow [50] et de la relationdeRamberg-Osgood: .(?)' (4-68) I'amplitude eo. coefficientsC et b sontdéfinisà partirde cettecourbe.I'exposant la ductilitéen fatigue. Bibliosraphie hfatieuedes."=+. oo.le en nombrede cycle à la rupture.

Danscetteétudela méthodeSWT est appliquê pour évaluerla duréede vie en fatigue desjoints soudés. Ia déformation équivalente est utilisê dans cette évaluation. L'application de I'endurance fatigue danscetteétudemontreque ce conceptpeut être aussiutilisé en dansles conditions fatigueoligocyliqueet d'endurance de limitée. Selon les résultats obtenus par comparaisondes travaux expérimentaux numériques. La mesuredes contraintes Ésiduellespar les méthodes expérimentalesmontre l'élimination des contraintes résiduelles introduitspar I'opérationdu soudage.4.4 par Chapitre4. zoneaffectée La thermiquement considérê dansles est études numériques. 134 . Le domaine de la déformation est obtenu par calcul aux Eléments Finis. Bibliooraphiesur hfatieue desjoints soudés ooint module de Young. Henrensontl00-1021 a étudié les joints soudéspar point avec les approches la de fatigue. le coefficient d'écrouissage cyclique et I'exposantd'écrouissage cyclique. et I'effet des contraintes résiduelles éliminé dansles est premierscyclesd'applicationde la force.

La localisationde cettefissureest thermiquement métal de baseet la zone affectée par très importantedansl'étude desjoints soudés point. detype poutreet coque. méthode plus simpleest la méthode par les on Dans cette approche. Si la fissureest localiséedansle par est I'amorçage négligeable rapportà la est métalde base(la force appliquée importante). l'éttrde des joints soudéspar point baséesur la mécanique linéairede la ruptureet la fatigueestprésentée. Dansce cas. ne considère par Les statiques. linéairede la rupturepeutêtreutilisée.5Résumé dansce de sur succincte la fatigueet la mécanique la ruptureest présentée Une bibliographie par chapitre.Le déplacement la contrainte et permettantde simplifier le problème utilisent différentes hypothèses D'autres méthodes par I'utlisation deséléments par des d'analyse joints soudés point en cisaillement. respectivement dansle limitée. exemple. la fissureapparaît la fatigueoligocycliqueet de I'endurance (ZAT). la la fissureest localisée dansla zoneaffectée 135 . considère joints soudés point en cisaillementcomme une peuvent calculés partir de cettehypothèse. en linéairede la ruptureou par I'endurance point en cisaillement traitéepar la mécanique est fatigue.4. Les formulations que cette méthodedonne C'est-à-dire pas la compatibilitédes déplacements. de dansla méthode Salvini [94-97].la mécanique des (la est thermiquement force appliquée faible).Si propagation fissures. la La sontprésentés. à être poutre. lesconditions limitesne sontpasappliquées aux est La modélisationnumériquetri-dimensionnelle la méthodela plus exacte et la plus convenablepour considérerles effets des contraintesautour du point de soudureet la dansla directionde l'épaisseur distributiondescontraintes Dans les sections4-3 et 44. La méthode de Kan t98l utilise un modèle bi-dimensionneldans lequel I'effet de et des dansl'épaisseur tôles inférieureet supérieure I'interface des concentration contraintes des dansl'épaisseur tôles des L'amorçage fissures les entres deuxtôlesmincessontnégligées.la localisation I'amorçage la fissureestprésentée. conditionsimposées de uniquement résultats la résolutiondeséquations les danscetteétude. minces n'est pasconsidéré Cetteméthode par sur proposées Radaj[99] sontbasées l'équilibre statique. par l'étude des joints soudés du de Selonla localisation la fissureau voisinage point soudé.Les différentsmodèlespour I'analysedesjoints soudés point en cisaillement d'utilisationdu conceptde poutre. Dansles casde de de Dansla Figure 4-t4.

Nin Pan [05] et Henrenson [100-102]ont utilisé I'approchede déformation localeà patir desméthodes Morrow [50-55] et S\ryT[56]. la prévision de la durée de vie en fatigue à partir de la courbe de Wôhler peut être appliquée. Dansla section 4. considéré des Elle a proposéque l'amplitude de contrainte maximaledéfiniedansl'équation(4-65)estcellereprésentée le diagramme dans de Wôhler ^.les approches basées la fatiguesontmontrées.4.5 ChapiÛe 4.4. Les coefficientsde réductionen fatigue au voisinagedu fond d'entaille sont pour obtenir la duréede vie en fatigue. 136 . sur Shappard a [117-118] que la propagation fissuresest négligeable. Bibliograohie sur lafatigue desjoints soudéspar point duréede vie en amorçageest beaucoup plus importante que celle en propagation..Dans ce cas. L'utilisaton de cesméthodes de est restreinte.S-.L'étude desjoints soudés point en nécessaires par cisaillement n'est actuellement assez pas établiepour une estimationexactede leur duréede vie en fatigue.

CHAPITRE 5 t37 .

I-eur capacitéà protégerI'acier de la corrosion fait des tôles par galvanisées matériaude choix pour tous les secteurs I'industrie.il est de 1 38 . Un revêtementorganiquemince peut les également appliqué surface. etc. La banded'acier défile sansarrêt dans les différentes zonesde traitementet à la sortie du bain. est nécessaire protégerles tôles galvanisées un il de par traitementsupplémentaire. Pour éviter le phénomène rouille blanche. demandées expressément aucuntraitementde surface. lorsqu'il est dansune atmosphère En confinée. du Le Solphor280 est un acierrephosphoÉ avecune hautelimite élasticité. sur Les revêtements base à de zinc protègentI'acier contre la corrosion. Cet acier est classédansla catégoriedes aciers galvanisés double face. travauxpublics. bâtiment. sans sontliwéessousla seuleresponsabilité demandeur..[-es tôles galvanisées un de sont utiliséesdans de nombreuses applicationsindustriellestouchantdes domainesaussi variésque I'automobile. mais ils sécrètent aussi des oxydes qui recouvrent protègent zones I'acier a étémis à nu (tranches et les où cisaillées.Chapitre 5 par point 5..le recuit par continude recristallisation la banded'acier laminéeà froid et sonimmersiondansun bain de de zinc ou d'alliage de zinc fondu. Bien que cela paraisse paradoxal. d'acier galvanisésont obtenues un procédéqui combineen une seule étape. I-es tôles galvaniséessont donc livrées chromatéesetlou huilées afin de limiter temporairement risques de "rouille blanche". Etude expérimentale joints soudés des 5. Cet acierpeut être utilisé pour I'opération du soudage. Les tôles le les etc. garantissant excellente être protection en une temporaire contrela corrosion. un système d'essorage lames d'air ou d'azote à permetde réglerla quantitéde revêtement déposée lesdeuxfaces. rayures.).0 Matériau Le.Ils jouent non seulement rôle de barrière le physiqueen isolant I'acier de I'environnement.l'électroménager. effet.le zinc ne forme plus d'oxyde protecteur mais développe contraireun composé pulvérulentappelé au "rouille blanche".Les tôles galvanisées. matéiau utilisé est I'acier Solphor280.L'espaceentredeux spiresd'une bobineoù entredeux tôles d'un paquet sont autant d'endroitsoù la "rouille blanche"peut sedévelopper les conditionsde stockage si ne sontpasadaptées.

Il est est que doncnécessaire la quantitéde revêtement demandée compatible soit non seulement avec le niveaude protectioncontrela corrosionmais aussiavecles exigences formageet de de soudage.Solphor260et Solphor280. Le Solphor 280 a aussi une bonne capacitépour supporter des opérationsde formageet d'assemblage comme d'autres aciersutilisés dans I'industrie automobile. û = nousconsullgr. Toutefois. techniques formage d'assemblage Iæs de pour la tôle galvanisée.Q. utiliséespour les tôles d'acier non revêtu.5 r.2 nhen GalrrEllie .19 0.2 enGakallia f90 20 x 80.0 Chapitre 5.7 1. Etude expértmentale des ioints soudés par point nécessaire prendre toutes les précautionspour éliminer les risques d'humidité et de pendant le stockagedes tôles galvanisées. é û = f a i s a b l eN = N o n f a i s a b l e .5.5 o o 9c ruEssai senstra{ers eur âprowette $t.le bâtiment.18 $lsndsrd Galllex 220 2S tro 22ûf?69 34ry4û0 260/310 380/440 ?801340 38tr440 't. de par d'adapteret de recalerrégulièrement En soudage résistance électrique.La duréede vie desélectrodes et utilisant une qualité appropriée(alliage Cu-Cr-Zr par exemple).restentadaptées plus le revêtement épais.l'électroménager.plus I'aptitudeà la déformation au soudage et diminue. r39 .les et habituellement travauxpublics.En soudage I'arc. p .18 0. de T"bt""" 5-1 Crt*trrtq Esçeide lredion m Quaùléo Eolphor R. {MPE} R{MPs} FosSbilllé rÊvâlemenl de el fp A%ru mini mini n mini 0. il est à nécessaire réduirela vitesse afin de etlou d'utiliser desmétauxd'apportappropriés d'éviter la formationde porosités duesaux vapeurs zinc. Tableau 5-1 représente I-e les condensation générales caractéristiques techniques I'acier Solphor220. est nécessaire il par peut être améliorée ragréage en I'intensitédu courant.

I-esconditions du d'essais 5-3. Selonles essais zEO. (MPa) Limite d'élasticité 299 ou (MPa) Résistance ultime AVo Allongement 43r 32.o) sont présentés Tableau et la Figure5-1. et de la résistance desessais tractionsimple.5. ableau5-4 de I'acier o. de cycliquesont aussiimportants des cycliques de la loi de comportement ou Les résultats essais (courbed'écrouissage cyclique).1 Composition chimique et comportement mécanique du matériau desjoints soudéspar point par La composition chimiquedu Solphor280 utilisé pour les joints soudés point est donnée par le Tableau 5-2.2 ultime ou sont obtenues partir à I-es valeursde la limite d'élasticitéo.Le tracé de la courbecyclique permet de déterminerles cycliquesstables matériau. I'ableau5-3 Condluon d'essaisDour l'acler TYPE DE LA MACHINE Frequence(Hz) ('C) Température INSTRON 30 Ambiante mécaniques. loi de comportement du La cycliquedu matériau caractéristiques simultanément dansle et les coefficientsde la loi de Ludwick (oo = K'ei. caractéristiques les mécaniques présentées Tableau sont au 5-4. 5-5 IN . par sontdéterminées desessais tractionréalisée de I-espropriétés mécaniques matériau du sur sontprésentées le Tableau dans unemachine type INSTRON.

amplitudede déformation). Pour éviter le problème du flambage de tôle mince.(o"')orool | E=205 GPa K'=576 MPa n'= 0.1001 v =0. L4l . La courbede comportement cycliqueestobtenue qui avecuneéprouvette a la mêmeépaisseur que les éprouvettes joints soudés point réaliséavecdestôlestrès minces.1001 ^s ë c) . Etude expérimentale des ioints soudés par point Tableau Coefficients la loi de Ludwick ou de la loi de 5-5 de . n K' (MPa) 576 0. rque.3 E Amplitude de déformation ea Figure 5-1 Loi de comportement cyclique (courbede amplitudede conhainte.E É () € o. deux renforts ont été appliqués.5.Il est donc par des nécessaire d'utiliser la mêmeconditionde géométrie avecle mêmematériau.1 Chapitre 5.I-es valeurs de I'exposantd'écrouissage cyclique et du coefficientd'écrouissage cyclique sont obtenues à partir de la loi de comportement cyclique(Tableau 5-5). o c) E c-=- - oo " 205000 \576) Tt .

Triple points et Multiple Points. Dansla Figure5-2. tôles mincesavecles mêmesépaisseurs les sont utiliséespour fabriquerles assemblages. I-es étudesdesjoints soudés point en cisaillements par pour la prévisionde la vie en fatigue sont restreintesaux joints soudéspar point en cisaillementMono Point.Triple Pointset Multiple Pointsestprésentée ll07l. Jointssoudé point en cisaillement par Mono Point 2.2 Gêométrie joints soudés des par point Pourla prévisionde la duréede vie en fatigue. Jointssoudé point en cisaillement par Triple Points 3. Figure 5-2 Géométrie joints soudés des par point en cisaillementy comprisMono Point.|a géométrie joints soudés point en cisaillement comprisMono des par y Point.deséprouvettes dejoints soudés point avec par différentes géométries utilisées. tôlesmincesavecdifférentes des des épaisseurs peuventêtre utilisées. joints soudés point sontclassifiés sont Iæs par commesuit : 1.5. L'étude de t42 . En pratique.l'épaisseur généralement est égale. Jointssoudé point en cisaillement par Multiple points Selonl'utilisationdesjoints soudés dansI'industrie automobile I'assemblage pièces et des de carrosserie véhicules. Généralement.L'analysedesjoints soudés point avec par différentes épaisseurset différents comportementsmécaniquesest plus compliquée.

la zone affectée thermiquement et le métal de base sont respectivementlocalisés. Une observation macroscopique donne la valeur moyenne de la dimension de I'interface. L'interface entre les tôles minces est visible.5. Pour "rt cette raison.2 par des Chapitre5. Dans la Figure 5-3. des joints soudésMono Point. est dans la Figure 5-3. La zone fondue. Etudeexpérimentale joints soudés point l'influence du nombre de points soudéspour la durée de vie en fatigue i-poàte. Triple Point et Multiple Points sont utilisés pour évaluer la durée de vie en fatigue avec différents géométrieset nombres de points soudés. I-e centre est la zone fondue et la ZAT et le métal de base peuvent être distingués autour de la zone fondue. Cette 143 . un grossissementdu point soudé pour les côtés gauche et droit est présenté. L'aspect microscopiquedeséprouvettes sélectionnées présenté c) d) par Figure5-3 Aspectmicroscopique du X50 b) d'une éprouvette soudée point a) Grandissement point soudé du du X50 d) Grandissement poini soudé Grandissement point soudéX500 c) Grandissement point soudé du x50o [l19].

t4 . ZAT ZONEFONDUE Figure 5-4 Schémade la géométrie du point soudépour la taille du point soudé. les dimensions du point soudé mesurées et utilisées sont indiquées. de I'interface et de l'épaisseur.es tôles mentionnées sont montrées dansla Figure5-2. SelonI'utilisationdeséprouvettes soudées. Cette prise en compte de I'interface conduit à une prévision de la durée de vie en fatigue moindre qu'en son absence.5.2 Chapitre5. Etudeexoêrimentale ioints soudés point par des valeur sera considéréedans le calcul par la méthode des Eléments Finis. Il est nécessairede savoir que la valeur de I'interface changeles valeurs de la contrainte maximale. deuxplaques avecla mêmeépaisseur de tôle sont utiliséespour appliquerla force. Dansla Figure5-4. I. Dans la Figure 5-4.|a dimension l'interface de mesurée partir d'un examen à microscopique estobtenue.

Electrodesupérieure cuiwe en Tôle Forcede compression Pointde soudure Tôle inférieure Forcede compression Eléctrode inférieureen cuivre Figure 5-5 Schémade l'électrode appliquée pour souduredes joints soudéspar point.3 Procéduredesopérationsde soudage point Les joints soudés par point sont utilisés selon une procédure spécifique de soudage.L'électrode utilisée pour lesjoints soudéspar point est en cuivre.L'expression mathématique au de ces paramètres s'exprime par: Wr = R*xI*2 xt* (s-1) 145 . Cette composition particulière permet d'avoir desjoints soudésavec un haut comportementmécanique. L'ensemblepièces| électrodes traversé un courantde soudage par provoqueune élévationde température effet Jouleet la fusion localiséedesdeux pièces dansla zonede positionnement deuxélectrodes.par 5. localemententre deux électrodes Dans la Figure 5-5. le schémade l'électrode des joints soudéspar point est présenté. L'électrode utilisée dans I'opération de soudage est généralement consommable. des la Lorsqu'un courant électriqueparcourtun conducteur. quantité de chaleur dégagée est proportionnelle carréde I'intensitédu courantet au temps. Dans la Figure 5-5. Cette électrode possède une composition chimique particulière. les piècesà soudersont serrées en par qui est alliagede cuivre.

I'intensitédu courant électrique le tempsde soudage.5.Ils peuventêtre classifiés : l. G-2) sont respectivementla résistanceélectrique du conducteur. du temps de passage courant du 3. La distance entre la rive de la pièce et le point de soudure doit être environ deux fois r46 . inversement proportionnelle sa section à 3. Pw.3 Chapitre 5. le diamètre du point est un paramètreimportant. de I'effort appliqué aux électrodes Iæ diamètre de contact de l'électrode doit être environ deux fois l'épaisseur de la pièce à souderplus 3 mm. R*. Commandehydraulique 4. L'expression de cefte restriction s'écrit: d" = 2t +3 (5-3) d" et t sont respectivementle diamètre de contact entre l'électrode et les tôles (en mm) et l'épaisseurde la tôle appliquée(en mm).\. Commandepneumatique 3. fonctiondu matériau constitutifde l'âme du conducteur L'expression la résistance de électrique d'un conducteur s'écritdonc: D vf &. Commandemanuelle 2. la longueur et la section.=Y . proportionnelle salongueur à 2. " Rw . I* et Ç matériauconstitutif de l'âme. Etude expértmentaledesjoints soudéspar point Wt . de la section de contact des électrodes 4. de I'intensitédu courant 2. température à ambiante est: 1. Il est fonction des paramètressuivants: l. I* et tw sont respectivement l'énergie de soudage. Dans I'utilisation desjoints soudéspar point. La commande hydraulique peut être faite par pressiond'eau ou d'huile. La distance entre les points de soudureet le bord de la pièce est donc définie par une norme.la fonction du Il est nécessairede mentionner que différents types de mise en pression des électrodes existent. Commandemécanique Chaque commande a exclusivement son utilisation particulière. résistance la électriquedu conducteur. et La résistance d'un conducteur.

du par Ce type de soudageest fréquemmentutilisé pour souderles tôles minces dans I'industrie automobile pour les ca:rosseries véhicules.Si la distanceentre les points est inférieure à trois fois le diamètre du point. Dans la Figure 5-6. I'exécutionsimultanée plusieurspoints sans de déplacement pièces permetd'améliorerla productivité des surtoutlorsquele nombrede points à réaliserestimportant.3 Chapitre5. Figure5-6 Schéma paramètres et Z" dansle casdesjoints soudés des Z^ multi points. et d sont respectivementla distance entre les deux points de soudure et le diamètre de point de soudure.le typedu multi pointsestprésenté. des 147 . Etudeexpértmentale joints soudés point des oar l'épaisseur du point de soudure plus 4 mm pour éviter un étalement du point de soudure sous l'effort de la pression hydraulique du noyau en fusion. La distance minimale entre deux points de soudure est donc définie par une rest:iction particulière. LP>_3d (5-s) L. il est nécessaired'augmenter I'intensité pour compensercet effet de shuntage.I-e courantparcourt successivement chaque coupled'électrodes. Dansla Figure5-'7. La distance entre deux points soudésdoit être environ trois fois le diamètre du point de soudurepour éviter un shuntagedu courant de soudage.5. L'expression de cette règle s'exprime par: Ln=2t+4 (5-4) L^ et t sont respectivementla distance entre la rive de la pièce et le point de soudure (en mm) et l'épaisseurde la tôle mince (en mm). la distanceminimale entre deux points de soudureet la distanceminimale entre la rive de la pièce et le point soudépar point est aussiprésentée. Dans le cas du soudagemulti points.leschéma soudage point.

Soudage avecvariationde I'effort de compression Figure 5-7 Schémadu soudagepar point. les cyclesde soudage pour les deuxcassontprésentés. Soudage sansvariationde I'effort de compression 2.) Forgeage Tempsnort a) 148 . Dans la Figure 5-8. z o fI{ () i: Courbede la Force = O F_ I Temps(Sec. Le soudageavec variationde I'effort est utilisé dansdes applications particulières. Le soudagesans variation de I'effort est le plus fréquemment utilisé.5. Ende expérimentaledes ioints soudéspar ooint La procédure soudage point estdiviséeen deuxméthodes par du : 1.3 Chapitre 5. type multi points.

les procédures soudage joints soudés de des Mono Point. Dansla Figure 5-9.) rc3 () rJ q) .i è0 !) 2W 0 0 10 û O () è0 RI (h ru èo CË E JO C) è0 U 20 a) 3040 Période 60 70 149 . Triple Point et Multiple Point sontrespectivement présentés.) Tempsmort b) Figure 5-8 Cycle de soudage des joints soudéspar point a) sansvariation de I'effort de compression b) avec variation de I'effort de compression.3 Chapitre5.9 800 U) È O E 600 (. t2w 1000 . 400 (J tr. Etudeexpértmentale iointssoudés ooint des par z C) !? tr sq U Courbede la Force È F- 'emps (Sec.5.- Force de compression Courantdesoudage z (t) !) 15g o bo 'o .

Courant de soudage ^ 2500 3 g . Soudage 3.. Le cycle de soudage sans variation de l'effort de compression est utilisé pour toutes les éprouvettes soudéespar point en cisaillementy compris Mono Point.6 1. Forgeage Dansla Figure5-9a.la procédure pour lesjoints soudés point Mono Point estmontrée.La procédure soudage considérée trois étapes de est de : 1.I) ELECTRODE 40 9 9 9 9 9 9 7.).9 zooo (t) (â M c) ôo Ë ct) c) o c) F ls00 a.02Sec. est dans Tableau Résumé la procédure soudage pointssoudés 5-6 de de des pourleséprouvettes sélectionnês. Triple Points et MultiplesPoints. par La procédure pour les joints soudés points Triples Pointset Multiple Points est identique. 08 Hénisphérique /6 40 40 2.52 Hémisphérique /6 Hémisphérique/6 1 50 . E .6 7. looo sl È F r\ s00 l0 b) 30 40 Période Figure5-9 Cyclede soudage joints soudés point pour les éprouvettes des par sélectionnées Mono Point b) a) Triple Pointset Multiple PointsI 19] (1 Période= 0.5. Accostage 2.3 c -Force de compression . TYPE Mono Point Multiple Poinæ Triple Points ACCOSTAGE (Période) SOI'DAGE (Période) FORGEAGE COURANT (Période) (KA) FORCE (KI.52 2. par Cetteprocédure présentée la Figure5-9b.6 7.

5.3 Chapitre 5. l'électrode de soudage est hémisphérique et sondiamètre sontschématiquement présentés. appliquée des par 151 . Iæ diamètrede cetteélectrode de 6 mm.L'électrodeutilisée dans I'opérationde soudage joints soudés point est une électrode par des hémisphérique [119]. Tôle mince Electrodes Hémisphériques Cuiwe en Figure 5-10 Schéma l'électrode soudage de de hémisphérique pour jointssoudés point. Ende ewérimentale des ioints soudéspar point Iæ Tableau représente 5-6 brièvement procédure soudage pointsde soudure la de des dansles cas Mono Point. Triple Points et Multiple Points. Dans la Figure 5-10.

Les essaissont effectuéssur machine<< > Schenk du Laboratoirede Fiabilité Mécanique. I-e phénomène fatiguesediviseen deuxparties: de l. la g r1) \c) (n è0 k It) F) q) . Dans la Figure 5-11. Amorçage fissures des 2. mors inférieur est fixe et le mors supérieurest libre.4Présentation essais fatigues des de Le principe de I'essai consisteà appliquerune force axiale sur une éprouvettesoudée par point. Iæ schémades Le éprouvettes soudéespar points est présentédans la Figure 5-12. le positionnementdes éprouvetteset la condition d'application de la force axiale sont schématiquement présentés. Propagation fissures des De petitesfissures peuvent qui êtreprovoquées le procédé soudage par de s'amorcement dans la première partie. Dans cette figure.F )!) Eprouvette (l) èo .5. machine La utilisée estmontrée dans Figure5-11. les vérins hydrauliques la machine<Schenk> appliquentle de chargement.I-e type de chargement obtenuest sinusoidal amplitude à constante.I-espetitesfissures peuventsetrouvergénéralement autourdu point soudé 152 .F Figure 5-11 Positionnementde l'éprouvette soudéedans les bridages hydrauliques de la machine << Schenk >.

nombre de joints soudés est I-e est fissurati on.4 Chanitre 5.e Force T a a a L Bridage Fixé Figure 5-12 Sché BridageFixé par ts soudés point Mono Point. Dansla Figure ns Fi fa(rteur un facteur très fissures présentée. Triple Points et Mul tiple Foints.5. Force .a Brid Fi) re Figure 5-13 Sch Multip e Points. tiple Poi desjoins par point Mono Point. le Points et 15 3 .Etude exnérimentale des ioints soudés nar noint car une grande concentration des contraintes est observée au voisinage du point soudé inférieur. 'ï {- I .

Le type de fissuresrencontréesest montré dansla Figure 5-14 ainsi que la micrographie correspondante. Des fissure d'amorçage peuvent être trouvées sur le côté de l'application de la force.O.0. I I I N 4* = 2100 N^ = 800000 cycl a .5l mm NË = 250000 cyc a) I I I 4n* = 2100N N^ = 800000cycles a .61mm Ni = 300000cycles b) \--t/ Figure 5-14 Propagation fissuredansun point soudéavecforce maximale2100 N et nombrede cycles de appliqués 800000 a) à 250000b) à 300000.4 par Chapitre5. 154 . Etudeexpértmentale joints soudés point des [æs fissures sont fréquemment perpendiculairesà la direction d'application de la force.5.

La fissureprésentée dansla Figure5-14sepropage versla surface supérieure la tôle.51 mm et 0. Toutefois.61 de mm.un nombrede cyclesà la ruptureégalà 800000a pu êtreestimé. 155 . sont a) b) Figure5-15 Mode d'endommagement éprouvettes des par soudées point en cisaillement a) Mono Point b) Triple Pointset Multiple Points. mode de la fissurationdes joints soudéspar point Le Triple Pointset Multiple Pointsrestele même. de L'influence du nombrede points soudés importante pour la prévisionde la duréede vie est en fatigue.Iæ modede fissurationdesjoints soudés mono pointsestquantà lui différent.Dansla Figure5-15.La longueur de la fissureaprès a:rêt. Etude expértmentaledesjoints soudéspar point Pourcetteforce.à250000et à 300000cyclesestrespectvement 0.5-4 Chaoitre 5.les modes fissurationdesjoints soudés de par point sélectionnés présentés. le mode d'endommagement changele comportementgénéralde la fissurationdes éprouvettes soudées.

J \t) {) .5.Ë FFr 5o 50tr E> Èlo Eo) E> t)t q) €. pour toutesles éprouvettes Cetteconditionest conservée (MonoPoints. Etude expérimentale des ioints soudés par point I-ocalisationde I'endornnagement d'une éprouvettesoudée Mono Point Localisationde I'endommagenpntd'une Localisationde I'endornrnagerænt d'une éprouvette soudée Multiple Points a) :.4 Chapitre 5.Triple Pointset MultiplesPoints). La fréquencede la force sinusoidaleet le rapport de contraintessont I =30H2 et R='=* F &* =0.F trt t () () r E v) E 'o a G) èl) C) o a tr c) E !) q) E o. r È tE Bc E b) des Figure 5-16 Présentation I'endommagement joints soudéspar point en cisaillementa) Schémade de I'endommagement Eprouvettes b) endommagées.10 respectivement.. par soudées point sélectionnées r56 .

-o'zo+o Corrélation R2=0. I-escoefficients la loi de Basquin4"* = F. m=3 Multiple Points.96+t R2=0.-o'r t 157 .(N *)u pourla force axialesontdonnés de dansle Tableau5-7 sousforme de résistance fatigueavecle facteur de corrélation en correspondant par R2 auxjoints soudés point en cisaillement.les résultats joints soudés point sontprésentés un diagramme Log(F**).m=5 lo+z F. Triple Points et Multiple Points). I'ype Mono Potnt .0E+07 Figure 5-17 Courbe Wôhler pour les éprouvettes des joints soudéspar points (Mono Points. fl=l Résistanceabsolue (KN) F-u*=34.0E+05 Nombre de cycles(Nn) 1.9696 Inple Polnts . Dansla Figure5-17.424çN*.8998 R2=0.-o' tr F-*=3 33.394(N*. Triple Points et Multiple Points). Mono Point. Tableau 5-7 Résultats expérimentaux obtenus pour les joints soudés par point en cisaillement (Mono Point.LoS(N^).0E+06 1.5."*=300. 10 0 0 0 ocD E Mono point A Triple points O Multiple points z rII Ë Ê tr I 000 1.Triple Pointset Multiple Points.I 90(N*.5 Résultat expérimentaux des joints soudés par point en cisaillement dans la Les joints soudéspar point sont utilisés avec les conditionsd'essaismentionnées par des dans section 5-3.

Triple Pointset des par Multiple Points)avecI'utilisationdu facteur .394(N*.relative et le facteurde la corrélation.0E+05 1.9696 I-e Tableau5-8 présente respectivement résistance la absolue. par Dansla Figure5-18. Etude expérimentaledesjoints soudésoar ooint La résistance présentée dansla Figure 5-17 est la résistance globaleou la résistance absolue desjoints soudés pointen cisaillement. Mais.9641 MultiplePoints.Triple Pointset Multiple Points). ffi=l Keslstanceabsolue(l(N ) F.5. n=3 o Multiple Points ln.90(N*. par L'expression mathématique la de résistance relativeestdoncdéfiniepar: r58 .0E+06 1. n=l A Triple Points /n.678(N6-o'rtrt R2=0. lesjoints soudés point Multiple Pointssontplus faiblesque les par joints soudésTriple Points en valeur relative. Type Mono Potnt .5 Chaoitre 5."*= I 00.*=333.la résistance la fatiguedes de joints soudés point pour Mono Point.-o'rt:t F^ =66. m=5 F.la résistance absolueest le résultat obtenu par les essaisde fatigue.0E+07 Nombre de cycles (Nn) Figure5-18 Courbede Wôhlerpour les éprouvettes joints soudés point (MonoPoints. Triple Pointset Multiple Pointsest respectivement par diviséepar 1 et 3. n=3 e x fr 3-o tr 1000 1.ar=34. 14I (Nn)-o'3M2 R2=0.-o'zo+e I Corrélation R2=0. 10000 El Mono Point ln.424(Nn)-o''*' Kesrstance retatlve (I(N ) Fma*=34.8998 lnple Pornts . et la résistance relative est le rapport de la résistance absolueet le nombre de points soudés appliqués dansles joints soudés point en cisaillement. n Tableau Résistance 5-8 absolue relativepour lesjoints soudés point en cisaillement et par (Mono Point. m=3 F. I 90(Np-o'zole Fna'=300.

-o. Etude emérimentale desjoints soudésoar point ^F.* = 2.424(!'l*)u't*'=100. = ml uo*poiot . m5 oF**. -300.19(N)4.5. Par exemple.3r3r KN (s-7) = *F.les expressions par suivantes s'écrivent: ^4** = *F.le fait par que lesjoints soudés point Multiple Pointsont deuxpointssoudés plus."r. o4* m3 nIou" tnon"o."f.394(N)4'3r3t =66. KN ^Fo.Malgré. en Dansla Figure5-18."oto .la résistance absolue.Il est par donc évidentque deux points soudés plus danslesjoints soudés point Multiple Points en par ne conduisent à unerésistance pas supplémentaire.Triple Pointset MultiplePoints ll20). la résistance absolue est égale respectivement à oF.la comparaison indiquequela résistance joints des par soudés point Triple Pointset Multiple Pointsest un peu moins de trois fois plus grande que les joints soudéspar point Mono Points. m et N* sontrespectivement résistance la relative. le ""oo.67g(Np)4. AFL.409KN pour KM Mono Point. leur résistance par en relative est moins que la résistance relativedesjoints soudés point Triple Points."*=4.141(\.. pour le nombre de cycle. -34. (5-g) nombrede pointssoudés le nombrede cycles. laFigure 5-I7. N n = lE + 06 .. et La comparaison résistances des relativesmontreque lesjoints soudés point Triple Points par ont unerésistance relativesimilaireauxjoints soudés point Multiple Points.la comparaison Dans des résultats montreque lesjoints soudés point Triple Pointset Multiple Pointsont la même par résistance fatigue.19(b!)4'2ge =34. Le seul avantagedes joints soudéspar point Multiple points est une meilleure résistance fatigueoligocyclique. en 159 .5 Chapitre 5.?Ms KN (s-6) et pour lesjoints soudés point Triple Pointset Multiple Points.492 et oF**=4.o .ro+z KN -333.O76 .^F.

Dans le cas desjoints soudés point Triple Points.Ce résultatmontrequela distance entredespointsde soudure change la résistance la fatigue. de est de 1) Dansle Tableau5-6. Triple Pointset Multiple Points. Selonles 160 . et Pourlesjoints soudés Triple Pointset Multiple Points.Mono Point. il y a une légèrerotationet lesjoints soudés sontcoupés deuxmorceaux. la procéduredes opérationsde soudagepar point est présentée. les résultats expérimentaux joints soudés point en cisaillement des par sontprésentés. cette est distance réduiteà 12 mm. joints soudés point Triple Points et Multiple les par Pointsont les mêmesmodesd'endommagement. en Dansla section5. Triple Points et Multiple Points sont respectivement présentés. les essais fatiguesont présentés. La géométrie joints soudés point en cisaillement montrée des par est dansla Figure 5-2.5-4et 5-5 et la Figure5-1.Le matériauutilisé pour les joints soudéspar point en cisaillementest l'acier Solphor280.La distance à entrelespointsde soudures normalisée.5. L'influence du nombre de points soudésest observéepar la comparaison des modes d'endommagement joints soudés point Mono Point.Triple Pointset Multiple Pointssontsollicitéssur unemachine type << de Schenk>.[-es joints soudéspar point Mono Point.6Résumé L'étude expérimentale joints soudéspar point en cisaillementest présentée des dans ce chapitre. joints soudés point Mono Point ont Iæs par un mode d'endommagement différent @gure 5-15 et Figure 5-16). sontutilisées L* dansleséquations et 5-5.I-es résultats obtenuspar les travauxexpérimentaux montrentquelesjoints soudés point Triple Pointset Multiple Pointsont desdurées vie par de en fatiguesimilaires.Triple de des par Pointset Multiple Pointsestrésumée.la distanceentreles points par soudés égale à 24 mm. il y a une granderotation pour les tôles mincessupérieure inférieure. la procédure soudage pointssoudés point.La composition sur chimiqueet le comportement mécanique de cetaciersontprésentés lesTableaux dans 5-2. par des Selonles observations expérimentales.3. Dans le cas de I'endommagement joints soudés des Mono Point. Ce type d'acier estclassé dansla catégorie aciersà hautelimite d'élasticité.5. exemple par est les distances et L.4.5-3. 5-4 Dans la Section 5. des Il est galvanisé doubleface. La distance est entreles points soudés très importante est dansla prévisionde la duréede vie en fatigue. Dans le cas desjoints soudéspar point Multiple Points.I-esjoints soudés point Mono de par Point. L'électrode utilisée dans I'opération de soudagepar point n'est pas consommable. La procédure soudage composée trois stades: Accostage2) Soudage3) Forgeage. Dans la section5.

plus légèrement grandeque celle desjoints absolue conduità une résistance de pointssoudés Dansle casd'endurance par soudés point Triple Pointsdansle casde la fatgue oligocyclique. la résistance Selon le mode d'endommagement par relative est faible par rapport à celle desjoints soudés point Triple Points et Multiple par relativedesjoints soudés point Multiple Pointsestplusfaible Points. les joints soudéspar point Multiple Points montrentune durée de vie en fatigue moinsélevée. dans le cas des joints soudésMono Point.5 Chaoitre 5.En revanche. les En pratique. Etude expérimentale desjoints soudés oar point par les expérimentaux. joints soudés point Triple Pointset Multiple Pointsmontrent résultats que des (Tableau 5-7). Dans le Tableau5-8. limitée.les joints soudéspar point Triple Points et Multiple Points représentent supplémentaires deux points soudés En mécaniques. mêmescomportements I'effet du nombre en pas de n'engendrent un accroissement la résistance fatigue.De plus la résistance relativede ce type dejoints soudés par quelesjoints soudés point Triple Points.La résistance et entreles points de soudure le nombre donc de la distance par point en cisaillement dépend de pointssoudés. d'autrestermes.Il estévident la résistance joints soudés absolues résistances lesmêmes en multi-points(Triple Pointset Multiple Points)est plus grande fatiguegrâceau nombrede par relativedesjoints soudés point en points de soudure. sensiblement l6l . joints soudés point Triple Points sont les plus résistants. la résistance par I-es est cisaillement présentée.5.

CHAPITRE 6 t62 .

Chapitre 6
6. Modélisation élastique et élasto-plastiquedes joints soudés points par
6.0 Introduction
Pourdéterminer distributions contraintes, logiciel ANSYS a été utilisé.ANSYS est les des le un code général calcul basésur la méthodedesEléments de Finis conçu pour I'analysedes structures. Il permetde traiter des problèmes d'élasticitélinéaire,des problèmes non linéaires(élastovisco-plastique), des problèmesdynamiquestransitoireset stationnaires, des problèmes thermiques transitoires stationnaires, problèmes et des mécaniques fluide (CFD) et des du problèmes acoustiques. Poureffectuer calcul,ce logiciel passe les trois stades un par suivants : o Stade : définitionde la géométrie modèle: I du 1. Introduction éléments des pour convenables le typed'analyse considéré 2. Définition desdonnées caractérisant modèle: le o Iæscoefficients matériaux des utiliséspour le modèle; o Constructionde la géométrie dans les cas bi-dimensionnelet tri(Iæs surfaces, volumeset la combinaison surfaces dimensionnel les des et volumes); o Iæsmaillages modèleconsidéré du ; o Vérificationdestaillesde maillages obtenues. o Stade : solutiondu problème II défini l. Applicationdesconditions limites ; aux 2. Applicationdeschargements ; 3. Arangementdestypesd'analyse ; 4. Vérificationcomplète modèleavantla solution; du 5. Solutiondu problème o Assemblage matrices rigidité et de masse la structure des de de complète

r63

6.0

Chapitre 6. Modélisation éIastiaueet élasto-plastique desjoints soulés par point

o o o

Application des conditions limites Application des chargementsexternes Résolution du système d'équation linéaire d'équilibre ou des systèmes non linéaires.

.

Stade III : analyse et post-traitement des résultats qui peuvent être, soit des quantités locales comme les déplacements,les contraintes,les déformations. Soit des quantités globales, telles que l'énergie de déformation.

L'analyse des joints soudéspar point a été réaliséepar ce programme. Il permet de faire un paramétragepour les différents calculs par Eléments Finis. L'analyse des Eléments Finis par ANSYS peut être réaliséepar trois méthodes[L2L-I22]: l. Interactive (Graphical User Interface)

2. Programmation par le fichier d'analyse 3. Mixage des deux méthodesmentionnées Dans la méthode interactive ou GUI, les données peuvent être entrées par les fenêtres préparées par ce logiciel Eléments Finis. Ces fenêtres sont plus simples pour les petits

calculs, mais elles ne sont pas adaptéespour les calculs compliqués et répétitifs. A titre d'exemple,une fenêtreest présentée dansla Figure 6-1.

lÊd(r||wahûdÙrfficsmrd(ffi4

.lFl

lvnÉr

lro*l

lqr{

|

Figure6-1 Utilisationdu logicield'Eléments Finis par GUI.

r64

6'0

Chapitre 6. Modélisation élastiqueet éLasto-plastiaue ioints soudéspar rtoint des

Dans la méthode de la programmation pour le fichier d'entrée, les paramètres du comportement des matériaux, la géométrie et la résolution sont facilement contrôlés par la méthode de programmation. Un autre avantagede cette application est la mise en évidence dansles calculscompliquésqui se font en plusieurspas,en utilisant par exemple,la technique << sub-modeling >, << superélément > et le calcul de la mécaniquelinéaire de la rupture. I-e Mixage des deux méthodes mentionnées(GUI et Programmation) est généralementplus efficace dans les calculs par Eléments Finis. Dans la Figure 6-2 qui présenteune utilisation généralede la programmation, le fichier TEXT est fréquemmentutilisée.

@*i.*o.n. - S
* esshJ((J t lod (û:) lËqr iÈ ùEfg Ë V

U) ,P1 t 2)e-*a- ,gr*,,W*.
. " l=l l:-J i"iert.'lt i i'

i*lÉ ,#':

rxr X ift fil
fræ wtLi+ æÉB
lfo

rnlt:i adëcr

&

'

$

$ffi*;-

C ?3 hiilo.dt Htri)ffi

ri,ûâ
û:r o iSDb

srt* 'fà u
# iÈ5 mt #

* iÉà #i3

æ

Figure Utilisation logiciel la méthode programmation. 6-2 du par de

Dans la modélisation des joints soudés, la méthode mixage est utlisée. Selon les caractéristiques particulières des joints soudés par point dans le cas de I'analyse tridimensionnelle,la méthodedes sous modelages<< sub-modeling> est donc utilisée tl23l.I-a longueur et la largeur des joints soudéssont très grandespar rapport à leurs épaisseurs. est Il évident qu'il est alors très difficile d'obtenir de bons maillages dans l'épaisseurdes joints soudés.Il est nécessaire d'avoir des maillagesraffinés dansl'épaisseurdes tôles minces.Pour obtenir cette exigence, le technique du sous modelage est donc choisie pour les calculs des joints soudéspar point. En plus cette méthodediminue le temps du calcul.

r65

6.L Modélisation desjoints soudéspar point Mono Point, Triple Points et Multiple Points
Le mixage de la programmation et GUI est utilisé pour le calcul des Eléments Finis. Le paramétragede la géométrie, du chargementet les critères de la solution sont appliqués. En raison de la présence d'épaisseur très mince dans les joints soudés par point, un sous modelageest donc réalisé.L'algorithme de cette analyseest présentédans la Figure 6-3.

tI
|

Modèle Global
| SousModèle

Figure 6-3 Algorithme de la méthode sous modelagepour la méthode des Eléments Finis.

Les calculs par la méthode des Eléments Finis pour les joints soudéspar point sont donc réalisés à partir du mixage des deux méthodesmentionnées,et I'algorithme de cette analyse pour tous les joints soudésest présentédans la Figure 6-4. Dans cette figure, les paramètres des matériaux et des géométriessont donnés.Selon le type de calcul utilisé (élastiqueou élasto-plastique),la solution du problème avec les paramètresdu contrôle de la procédureest

r66

la solution (Figure6-3). Modélisation élastiaue et élasto-plastiauedes ioints soudésoar point donc réalisée.1 Chaoitre 6. ces paramètres sont arangés. méthode calcul nonlinéaire a déjà été La de mentionnée dansla section2.3. Ce pas est très important dans le cas des calculs non linéaires. Dans la préparation du calcul.2. dessystèmes linéaires non-linéaires et utilise le sousmodelage t67 . Insertiondesparamètres matériaux Insertiondesparamètres la géométrie modèle du Calculélastique élasto-plastiq Préparation calcul du élasto-plastique Solutiondes systèmes linéaires Solution des systèmes Vérificationdesrésultats par Figure6-4 Algorithmegénéral calculdesjoints soudés point danslescaslinéaires non-linéaires.6. du et par Dansla modélisation joints soudés point mentionnée des dansla Figure64.

1. ModéIisationdesjoints soudés point Mono Point par La modélisation des joints soudéspar point Mono Point est réalisée dans deux cas.1. des maillages.6. b) 168 . I'agrandissement maillage et les du conditions aux limites sont présentés. Dans la Figure 6-5. élastique et élasto-plastique.

1.6. r69 . Modélisation élastique et élasto-plastiquedes ioints soudéspar point c) d) e) globale par Figure6-5 Modélisation d'unjoint soudé pointMonoPoint a) Maillageb) Agrandissement du e) maillage Conditions limites chargement Modèle c) aux et d) complet Agrandissement dumaillage.1 Chapitre 6.

t=1. le sous-modèle pour une éprouvette soudée point avecla géométrie par mentionnée dansla Figure5-2. d=6 mm. est Vu Haut Vu Devant Vu Isométrique b=48 mm.le diamètre la par de du point soudé. La force est appliquée du côté droit du modèle et le côté gaucheest fixé par bridage (Figure 5-12). R et Gap sont respectivement largeurdu joint soudé point.2 mm.1. Dansla Figure6-6. le sous-modèle présenté. l'épaisseur la tôle mince.I Chapitre 6. estprésenté. Gap=9.és p.oint par Dans la Figure 6-5. par Dans la Figure 6-6. rayondu point soudé I'interfaceentrelestôlessupérieure inférieure. Modélisation élastique et élasto-plastiaue des ioints soud. t. ft=J mm. d.13otFigure6-6 SousModélisation globaled'un joint soudé point Mono Point. Dans la Figure 6-6. le et et I-esjoints soudés point sontanalysés calculélastique calculélasto-plastique par par et pour évaluer champdescontraintes la distribution contraintes le et des autour joints soudés des par 170 .La Figure 6-5c représenteles conditions aux limites et le chargement. la modélisation globale d'un joint soudé par point Mono Point est présentée. b.La symétrie est appliquée pour diminuer le temps de calcul par Eléments Finis.6.

La distribution des contraintespour les joints soudésest généralement représentée l'évolution descontraintes par dansla directionlongitudinaledesjoints soudés. €ioes kr.le facteur de concentrationde contraintesélasto-plastiques. Modélisation élastiaue et élasto-plastiauedes ioints soudésnar ooint point.-.. facteur de le déformations élasto-plastiques. Dansle casde I'existence par d'un seulpoint soudé. Les résultats permettent de définir les facteurs de concentrationde contrainte et de déformation. contrainteélastiquedans la direction x ou la direction la t7l . sont respectivement facteur de concentration le de No-- . La distributioncritiquedescontraintes autourdu point soudé doncconsidérée est pour évaluer lesjoints soudés point.LI Chapitre 6. L'utilisation de la technique sous-modelagedoit être vérifiée le modèle global et le sous-modèledans les lignes de coupure des frontières (cut boundary lines) ll24l. c.oio o. k' = - k.|e sousmodèleest schématiquement présenté. Dans la Figure 6-7. Sousmodèle t -----Æ sourîooer.. . Figure6-7 Schéma sousmodèle du d'uneéprouvette par soudée pointMono Point. oi. (6-l) (6-2) (6-3) oTo. et ê. facteurs Ces sontdéfinispar: tlt . point estle ce point critique..6.o'* - o. k* contraintes.

la contrainte globale et la déformation globale.1.0 DE( . ust[ R5?5.çto-nlnstiaue des ioints souléç nnr noint longitudinale du joints soudé.20?365 . Dans la Figure 6-8.|712 .l 5ll8 .4s2 1 .l /D(IÀDED Âl\l.211 1.I Chanitre 6.ModéIlsation éIa. le déplacement et les valeurs des déplacements sont respectivement présentés. la largeur du joint Fo.I 1I G. b . 172 .6. =É bxt rc4) (6-5) et E sont respectivementI'amplitude de la force appliquee. La contrainte globale et la déformation globale sont donc définies par les relations suivantes: o"=! " o" t.l'épaisseurde la tôle mince et le module de Young. t soudé.rtiaue et éIa. a) toD t 50tnT10r sllP.622tSA . la contrainte élasto-plastiquedans la direction x.1t. 4 56 b) Figure Présentation déplacement modèle général joint soudé pointencisaillement par 6-8 du du du MonoPoint par calcul élastique.

par Mais. L'évolution des contraintes mentionnéesa un comportement antisymétrique rapportau centredu point soudé.1 Chapitre 6..OO34?a SX-{s{.1. L'évolution des contraintes fonction de la distanceest fréquemment en utilisée dans ces courbesU071. t08 b) Figure6-9 Champdescontraintes pour le joint soudépar point Mono Point (élasto-plastique) Champdes a) contraintesb) Champdescontraintes autourdu point soudé(la contrainte maximaledansla directionx et la déformation totaleen ce point). Cetteprésentation résultats des considère tous les cas d'analysed'Eléments Finis (élastique et élasto-plastique). dansles conditions 173 .6. Modélisation élastiaue et éIasto-plastiouedes joints soudéspar point a) !PÎOX.

que les contraintes élastiques. phénomène ce par mentionnés réalisée descalculsélastiques Dansla Figure6-10.Elles diminuentavecla distance au dans la direction longitudinale du joint soudé par point. Ce modèle d'évolution est fréquemment obtenu.5 E 0. En I'amorçage la propagation fissures et des trèsélevées commencentà cet endroit.onélastiaue et élasto-plastiaue des ioints soudéspar point antisymétriques.75 Figure 6-10 Evolution du facteur de concentration de containtes élastiques(.kt --E.6. il est nécessaire déterminerla direction d'ouverture et la contrainte ouverture fatiguecorrespondante. Modélisati.ko --Â. au facteur de concentration de contraintes élasto-plastiques ko et du facteur de concentration de déformations élasto-plastiques dans la direction longitudinale du joint soudé par point Mono Point Ç ( f est le rapport entre la distance dans la direction x qui commence au centre du point soudéet le diamètre du point soudé). Selondifférentesconditions réellesces évolutionsne sontpas parfaitement n'est pasparfait. Dans l'approche volumétrique. l'évolution desfacteurs et élasto-plastiques présentée. en de Pour tracer cette courbe.25 0.k6. élasto-plastiques les et Dans la Figure 6-10. est 22 20 18 I6 T4 L2 10 8 6 4 2 0 0 . aux limites desdeuxcôtésdujoint soudé. on remarque déformations augmentent voisinagedu fond d'entaille.1 Chapitre 6. montrentI'existence contraintes Les valeursdesfacteursde concentration contraintes des des autourdu point de soudure.ke 0.on trace le diagrammebilogarithmique l'évolution de la contrainte de d'ouverture fatigueen fonctionde la distance.k -o. d' en 174 .1. pratique.

6.élastique et élasto-plastique. la Figure6-11.1.2Modélisationdesjoints soudés point Triple Points par La modélisation joints soudés point Triple Pointsestréalisée par des dansdeux cas. aux b) r75 .les maillages. Dans I'agrandissement maillageet des du conditions limites sontprésentés.

t.t é.6t2 Choni.es ioi.lnstinrtc p.trp 6.sti. 176 . d.n.és nnr nninl c) d) e) Figure6-l l Modélisation globale joint soudé pointTriplePoints a) Maillageb) Agrandissement par d'un du maillage c) Conditions aux limites et chargement d) Modèle complet e) Agrandissementde maillage. Mnd.é.lj:ation é.lasto-nln.ç çnud.e.nu.

pour par Dansla Figure6-12. par respectivement largeurdujoint soudé point.l3mm Figure 6-12 SousModélisation globale d'un joint soudépar point Triple Points. La Figure 6-llc représente des conditions aux limites et le chargement. la modélisation globale d'un joint soudé par point Triple Points est présentée. 1=l. La force est appliquéedu côté droit du modèle et le côté gaucheest fixé par bridage (Figure 5-12). R=3 mm. rayondu point soudé I'interface le entreles tôlessupérieures inférieures. d=6 mm. b .le sous-modèle uneéprouvette soudée point avecla géométrie Dans Figure 6-12.le diamètre la de du point soudé. t. Dans la pour le point soudécritique. R et Gap sont mentionnée dans la Figure 5-2 est présenté.I . ModéIisation élastiaue et élasto-plastiquedes ioints soudéspar point Dans la Figure 6-11. Figure 6-12.le sous-modèle présenté est Joint soudépar point cri Vu Haut Vu Isométrique b=48 mm.l mm. d .l'épaisseur la tôle mince.6. et et 177 . Gap=Q. La symétrie est appliquée pour diminuer le temps de calcul par Eléments Finis.2 Chapitre 6.

6.1.2

Chapitre 6. Modélisation élastioue et élasto-plastiaue des ioints soudéspar ooint

L'utilisation de la technique sous-modelage doit être vérifiée pour le modèle global et le sous modèle ainsi que les lignes de coupure des frontières (cut boundary lines). Dans la Figure 613,Ie sous-modèleest schématiquement présenté.

Figure 6-13 Schémadu sous-modèled'une éprouvettesoudéepar point Triple Points.

La distribution des contraintes autour du point soudé pour le point critique est donc considéréepour évaluer les joints soudéspar point. Dans la Figure 6-14, le déplacement et les valeurs des déplacements sont respectivement présentés.

a)

t78

6.L2

Chaoitre 6. Mod.élisationélastioue et élasto-plastiauedes ioints soudéspar point

DD( .I. I

b)

Figure6-14 Déplacement modèle général joint soudépar point en cisaillement du du Triple Poins par calcul élastique.

a)

t79

6.1.2

Chapitre 6. Modélisation élastiaue et élasto-plastioue des ioints soudés oar point

b)
Figure6-15 Champdescontraintes pour le joint soudé point Triple Points(élasto-plastique) Champs par a) des contraintes b) Champ des contraintesautour du point soudé(la contraintemaximale dans la direction x et la déformationtotaleen ce point).

Dans la Figure 6-16, l'évolution des facteursmentionnésest donc réaliséepar calculs élastiques élasto-plastiques. et

22 20 18 t6 t4 L2 10 8 6 4 2 0 0

,k6,k

0,25

0,5

0,75

E
Figure 6-16 Evolutiondu facteurde concentration contraintes de élastiques(, du facteurde concentration de contraintesélasto-plastiques et du facteur de concentation de déformations ko élasto-plastiques dans la direction longitudinaledu joint soudépar point Mono Point Ç ( f est le rapport ente la distance dansla direction x qui commence centredu point soudéet le diamètredu point soudé). au

r80

6.1.2

ChaPitre 6. Modélisation élastique et élasto-plastique des ioints soudéspar point

La Figure 6-16 montre que les contraintes élastiques, élasto-plastiques les déformations et augmentent voisinage fond d'entaille.Elles diminuentavecla distance au du dansla direction longitudinale joint soudé point. du par

l8l

la Figure6-17. et Dans I'agrandissement maillage du et desconditionsaux limites sontprésentés. La modélisation joints soudés des élastique élasto-plastique. a) b) r82 .lesmaillages..3 par point Multiple Points est réaliséedans deux cas.1.par Modélisationdesjoints soudés point Multiple Points 6.

183 .L3 Chaoitre 6.6. Modélisation élastique et élasto-plastiauedes ioints soudéspar point c) d) e) Figure 6-17 Modélisation globale d'un joint soudé par point Multiple Points a) Maillage b) Agrandissementdu maillage c) Conditions aux limites et chargementd) Modèle complet e) Agrandissementdu maillage.

la modélisation globaled'un joint soudé point Multiple Pointsest par présentée.6. par Dansla Figure 6-18. Dansla Figure6-18. le déplacement Ies valeursdesdéplacements respectivement et sont présentés. r84 .13 Figure6-18 SousModélisation globaled'un joint soudé point Multiple Points.1 I Vu Isométrique -b=48 mm.l mm. le sous-modèle pour une éprouvette par soudée point avecla géométrie mentionnée la Figure5-2estprésenté.t=l.Gap=g.d=6uun" R=3mm. par Joint soudé point critique A. La force est appliquée du côtédroit du modèleet le côtégauche fixé par bridage(Figure 5-I2). est le sous-modèle présenté pour le point soudé est critique. dans La distribution contraintes des autourdu point soudé point critiqueest donc considérée par pourévaluer joints soudés point.1. les par Dans la Figure 6-19. Figure6-l7c représente conditionsauxlimites et le chargement. ModéIisation élastique et élasto-plastique des ioints soudéspar point Dansla Figure6-17. symétrie La les La pour diminuerle tempsde calcul par Eléments est appliquée Finis.3 Chapitre 6.

I TIIE. la distribution des contraintes autour du point de soudurecritique mentionné dansla Figure6-18 estprésentée.3 Chaoitre 6. E iLo./DOTDED (aYcl u$r! RSIS. oal-llla tlrr.tât rtta. Dans la Figure 6-20.t:t -tlt-a.S -ta.0 DID( sID( Multiple Pointspour le Figure6-19 Déplacement modèlegénéral joint soudépar point en cisaillement du du calculélastique.iail.I .. Modélisation êlastioue et élasto-plastiaue des ioints soudés Dar Doint IODII SOLI'TI(II AN SIIE .ttl 2t2-1t aû!..|l a) r85 .}s :tt.6.1.

ko --Â.25 0r5 ç Figure6-21 Evolutiondu factew de concentationde contraintes élastiques du facteurde concentration k. (( estle rapport entre la distancedansla 0.3 Chqpitre 6.6.1.l'évolutiondes facteurs mentionnés donc Éaliséepour les calculs est élastiques élasto-plastiques. au du et du 186 .75 I directionx qui commence centre point soudé le diamètre point soudé). de élasto-plastiques dans la directionlongitudinaledu joint soudépar point Mono Point *.kg r6 l4 --o. et 22 20 18 k7. Modélisation élnstiaue et élasto-plastique des ioints soudés oar point b) Figure 6-20 Champde contraintespour le joint soudépar point Multple Points (élasto-plastique)a) Champdes contraintesb) Champdes contraintes autourdu point soudé(la contrainte maximaledansla directionx et la déformation totaleen ce point)..k6 . Dansla Figure6-2L.kt --tr. de contraintesélasto-plastiques et du facteur de concentration déformations fto.ke t2 10 8 6 4 2 0 0 0.

Multiple Points) ont le même comportement maximalesetrouveen fond du point soudé. critique.La contrainte 187 .3 Chapitre 6. autour du point de soudure Triple Points. Modélisation élastiaue et élasto-plastiquedesjoints soudéspar point élastiques. élasto-plastiques les et Dans la Figure 6-21.6. on remarqueque les contraintes augmentent voisinagedu fond d'entaille.1.Elles diminuentavec la distance au déformations par du dansla directionlongitudinale joint soudé point. par Il est doncévidentque tousles typesdejoints soudés point en cisaillement Mono Point.

Cette contrainteaugmente contrainte diminue comme le montre laFigve 6-23. = * lo*(z) (L.2 Prévtsionde la vie en fatigue desjoints soudéspar point par I'approchevolumétrique Dans I'approchevolumétrique. début de cette évolution.6. partir de cesobservations. 6-12 et 6-18 montre comnientla formulationde I'approche volumétrique peutêtreadaptée sousla forme: k. L'évolution des contraintes élasto-plastiqtresd'un point de soudure critique dans les joints soudéspar point est présentée. contrainte A la d'ouverture sadirectionsontd6finies et et présentées laFigure 6-22. la contrainte globale.zï)dz ' "' Z"îor ô' tk)= ky l-. Après ce maximum.doryk) o*\z) os. la valeuro.la prévision de la durée de vie en fatigue dépendde la distribution des contraintes élasto-plastiques dans la direction d'ouverture. La distribution des contraintesd'ouverture pour la direction d'ouverture est présentéedans la Figure 6-23. ctz ttq 6-4) (6-5) Z"t et Z sont respectivement le facteur de réduction en fatigue. la distanceeffective et le gradient de contrainte relatif. Des observations expérimentales montrentque la fissures'amorceen fond du point soudédansla directionde l'épaisseur. 188 . ces paramètres doivent être bien distingués. la contrainte élasto-plastiquea la Au jusqu'à la contraintemaximale. La comparaison entre la Figure 6-22 et les Figures6-6. la contrainte d'ouverture x dans la direction d'ouverture de la fissure. o*(z). dans Directiond'ouverture la fissure de Contrainte d'ouverture fatigue en Figure 6'22 Schémade la direction d'ouverture de la fisswe et la contrainte d'ouverture en fatigue..Dans les joints soudés par point.

00 +..6. sont dans 0.75 x 200 -1.o"t) 0. ModéIisation élastiaue et élasto-plastiouedes ioints soudéspar point Compression ZoneFondue Figure6-23Schéma la distribution contraintes de des dansl'épaisseur d'un point soudé critique.00 -0.05 0.25 a) 0.2 Chnpitre 6.50 II o ilI -o.25 x00 N x o 300 x x -0.50 0.15 Zeff zw) 1 89 . Lescourbes utilisées pourI'approche volumétrique présentées la Figure6-24IlO7l.0.25 500 A ë (z*o*) (z"tt.1 Zm -----__ -1.

00 -2.15 Zeff b) o.0 5 c) 0.00 -rd rrr ---\ -2.00 o X 300 II }-i iI I I I I I I a 200 I -3.6.) --- 1.00 -0'tg I IIt III -1.50 -2.50 0 .o.00 (4n.00 x yl \l a \l -1.50 1.2 Chapitre 6.6"t) 0.50 0. Selon les évolutions présentées dans la Figure 6-24. 20 Figure6-24Distribution contraintes l'épaisseur pointsoudé des pourobtenir facteurs dans d'un critique les de réduction fatigue jointssoudés point a)MonoPoint b) TriplePoints c) Multiple par en des Points.o.10 0.oo' ) (2"n.00 0 0.O0 500 Ê{ ë ^400 N x cl (4o. La méthode volumétrique utilise gén&alement le facteur de réduction en fatigue ainsi que la courbe de 190 . Modélisation élastique et élasto-plastiaue des ioints soudés par point 600 2.00 (z-.15 Zeff zm z (mm) 0.00 -1. de la contrainte effective et de la distance effective peuvent être définies.les valeurs de la contrainte maximale.2 (mm) z 1.05 Zç1 0.n ) 0.1 0.

mais avec des caractéristiques géométriquesd' entailles différentes.0E+07 . Les résultats obtenuspour les joints soudésTriple Points et Multiple Points présententun bon accord avec les résultatsexpérimentaux. Cetteprocéduren'est pas conseilléedansle cas de I'existencedes courbeslisses.Dans le cas de I'utilisation desjoints soudés points. 191 l.M o n o p o i n t .Pourtant.les résultats de l'approche volumétrique et les résultats expérimentaux sont comparés.Dans la Figure 6-25a. La procédure présentée dans la Figure (3-8) est appliquée pour obtenir la prévision de la durée de vie des joints soudés par point en cisaillement. C o u r b e e I ' a p p r o c h e o l u m é t r i q u e d v d v M u l t i p l ep o i n t s . Avec cette méthode.pour desjoints soudéspar point Triple Points.la courbe pour les Mono Points est utilisée pour obtenir la courbe lisse virtuelle.R é s u l t a te x p é r i m e n t a u x Triplepoints-Résultats xpérimentaux e Multiplepoints-Résultats xpérimentaux e v l .C o u r b ed e I ' a p p r o c h e o l u m é t r i q u e T r i p l ep o i n t s . Modélisation élastique et éIasto-plastiouedes ioints soudéspar point résistanceen fatigue sur des éprouvetteslisses pour obtenir la courbe de résistanceen fatigue d'une éprouvette entaillée. les résultats obtenus par I'approche volumétrique et les résultats expérimentaux sont identiques. I 0000 z frr cr. La procédure de la prévision de la durée de vie en fatigue a déjà été mentionnéedans les Figures (3-7) et (3-8).0E+05 a) N ombr"t Nn d"ttofcles. sont considéréscornme référence.6. Pour les joints soudéspar point Mono Points. les résultats obtenuspar les essais. Cette courbe peut être utilisée pour obtenir les courbes entaillées pour le même type d'éprouvettes.la définition d'une courbede référence en fatigue n'est pas possible. dans la Figure 6-25b. Dans la Figure 6-25.la réalisation d'éprouvetteslisses pour tous les types d'éprouvettesn'est pas facile ou pas par faisable.C o u r b e e I ' a p p r o c h e o l u m é t r i q u e 100 1. I 000 O A o -2-3s M o n o p o i n t . La prévision obtenue par la méthode volumétrique est présentéedans la Figure 6-25.2 Chapitre 6.

Dansce cas.C o u r b e d e I ' a p p r o c h ev o l u m é t r i q u e o -3- 100 1.Np b) Figure6-25 Comparaison entreles résultats par obtenus I'approche volumétrique les résultats et expérimentaux a) Résultats joints soudés point Mono Pointsconsidérés des par corlme référence b) Résultats joints soudés des par point Triple Pointsconsidérés cornme référence. par 192 .C o u r b e d e I ' a p p r o c h ev o l u m é t r i q u e 2 -Trip le p o ints -C o urb e d e I'ap pro che vo lumétriq ue M u l t i p l e p o i n t s . I-es résultatsobtenusdans la Figure 6-25 montrent que les prévisionspar la méthode volumétrique donnede bonsrésultats pour lesjoints soudés point en cisaillement.2 Chapitre 6.0E+07 Nombre de cycles.6. Modélisation élastioue et élasto-plastioue desjoints soudés oar point 10 0 0 0 z rtÏ 1000 1 tr A M o n o p o i n t .M o n o p o i n t .0E+05 1.R é s u l t a t se x p e r i m e n t a u x Trip le p o ints -Rés ultats experimentaux M ultip le p o ints -R ésultats exp erimentaux 1 .0E+06 1.les résultats expérimentaux ceuxde I'approche et volumétrique sontidentiques.

le nombre de cycles de propagationest petit vis-à-vis de celui de I'amorçage. localisation I'amorçage fissureschange des La de des en position avec la valeur du chargement pour les joints soudéspar point en acier [90]. Cette hypothèse été appliquée SherrySheppard a par |17-1181. nombrede cycle d'amorçage négligeable.6.+N. Nin Pan [105] et H-F. sontrespectivement cyclesà la rupture.3 Discussions Dansl'étudedesjoints soudés point. L'analyse des joints soudéspar point avec une approche la fatigue peut être faite par de différentesméthodes. Commepar exemple. Dansla Figure5-13. estdoncévident l'étudedes conduità s'intéresser I'amorçagedesfissuresau voisinagedu point soudécar en général.I-es méthodes être << Point Chaud> utilisentgénéralement contrainte la maximaleau voisinage fond d'entaille du constituépar le point soudé. et N. le est Dansle casde I'endurancelimitée. deuxstades par peuvent être distingués I'amorçage la et propagation. plus la fissurese déplacede la zone affectée (ZAT) au métalde base.cesstades sontindiqués.En pratique. N. Henrenson joints soudés pointencisaillement Il que par [100-102]. L'approchevolumétriqueet les méthodes< Point Chaud)>peuvent potentiellement utiliséespour I'estimationde la duréede vie en fatigue. plus la valeurdu chargement augmente. L'expression nombrede cycles du à la rupturepeuts'écrirecommesuit: N*=N. thermiquement Dansle casd'existence d'un chargement très élevéen fatigueoligocyclique.Iæ comportement fatiguene dépendpas uniquement la en de valeur maximalede la contrainte fond d'entaille. (6-6) N^.les cyclespour I'amorçage les les et cyclespour la propagation fissures. dansle casdestôlesmincespour les carrosseries d'automobiles.Il est donc nécessaire considérer en de la t93 . conditions Ces sontprésentées la formesuivante: sous Fatigue oligocycliq*=l+ + o +lv*=lrr) (6-7) Endurance limitée = (+ -+0 +n"= n ) Il est donc nécessaire d'utiliser une méthode convenable pour chaquecas.les joints soudés par point travaillentdans le cas de I'endurance limitê (105-10? cycles).les à joints soudéssont utilisés pour assembler deux tôles minceset donc la force appliquéæ n'est pas grande. Autrementdit.

Modélisation élastiaue et élasto-plastioue des ioints soudés par point taille de la zoneplastifiéeet le gradientdes contraintes La t66-671. Dansl'étude desjoints soudés point en cisaillement.En raisonde l'épaisseur mincedestôlesutilisées très danslesjoints par soudés point en cisaillement.6.l'étude de N.La comparaison avecles résultats expérimentaux montreque I'approche volumétrique conduità uneestimation convenable la duréede vie en fatigue. méthodevolumétrique calculela valeurde la contrainte effectiveet de la distance effectivecorrespondante point au minimal du gradient contrainte de d'ouverture. une autre procédure présentée dansla Figure3-8 estutiliséepour estimerla duréede vie en fatigue.L'approchevolumétrique les et méthodes Neuberet Molski-Glinkaont déjàétécomparées dansdesdifférentscasde duréede vie en fatigue I70). nombrede maillesdansla directionde l'intégration Par le doit êtresuffisantpour obtenirunebonne évaluation contraintes des élasto-plastiques. technique sous-modelage utilisée. de Les valeursdes facteursde réductionsen fatigue sont obtenues moyen de calculs aux au ElémentsFinis. t94 .I-es Figures6-22 et 6-23 représentent l'évolution de la contrainteélasto-plastique d'ouverturede la fissure dans la directionde I'intégration. conséquent.surunesurface sur uneligne conduisent et sensiblement la même valeur. Kadi [67] montrequele calculde la contrainte effectiveet du facteurde réductionen fatiguedansun volume.La comparaison pour les trois typesdejoints soudés entreles résultats expérimentaux par point en cisaillement ceuxobtenus I'approche et par volumétrique donnedoncune bonne estimation la duréede vie en fatigue. Le facteur de réduction en fatigue est calculé à partir de la contrainte d'ouverturede fatigue dans la directiond'ouverturedes fissures. Par conséquent. Cette courbeest utilisée pour pourvoir appliquer I'approchevolumétrique dansles casdejoints soudés fiple pointset multiple points (Figure 6-25a). Cette approche réaliséeà partir d'une est intégration numérique.Mais. de Il est nécessaire d'avoir une courbede référenceen fatigue pour I'approchevolumétrique (Figure3-7). Il est donc suffisant d'utiliser la formulation baséesur à I'intégrationsur une ligne (équations (3-18) et (3-19)). la du est L'approchevolumétrique calculela contrainte effectivedansle volumedéterminé le point par du gradientde la contrainterelative minimum. la courbe de référence fatigue est obtenueà partir des en résultats expérimentaux du facteurde réductionen fatigueà patir desjoints soudés et Triple Points.Dans la Figure 6-25b. La courbede référence fatgue est obtenueà partir desrésultatsexpérimentaux du facteurde réduction en et en fatigue desjoints soudésmono point. courbede référence par la en fatigue est pratiquementimpossible à obtenir.3 Chapitre 6. L'intégrattonpeutêtrefaite dansun volumeen fond d'entaille.

modélisation joints soudés la méthode Eléments réaliséesansconsidération effets de ZAT. L'étude desjoints soudés multi pointsmontre quela géométrie. moded'endommagement le change. des L'exactitudedes par résultats obtenus la méthode volumétrique par les résultats et expérimentaux montreque I'effet deZAT estnégligeable dansle casd'endurance limitê. L'interface n'est pas précédentes considérée dansles études àcelle-ci : [90-97.L'étude expérimentale ZAT estgénéralement de faite <ABI> (Automated par la méthode précédentes Ball ldentation)ll25-L261. Selonles études expérimentales lesjoints soudés points. comportementdes joints soudés par point Triple points en compressionest meilleur à celui des joints soudésMultiple Points [1241. Dans l'étude desjoints soudés.la distance entre les points soudés plus grandeque dansles joints soudés est Multi Points. peu moindreque la duréede vie réelle. symétrieest utiliséepour tous les types de joints soudés la par point en cisaillement.Selonles résultats expérimentaux obtenus.le comportement sur (ZAT) disparaîtdès le début du chargement particulierde la zone affectéethermiquement par cyclique 105-106].3 Chaoitre 6. 105-106]. modede déplacement différentpar rapportaux joints le est soudéspar point.Dansle en casdesessais fatiguesur deséprouvettes de par soudées point Triple Points. Le. durée vie en fatigue La de estimée cettesimplification un est [100-101. pour lesjoints soudés point Mono Point et par La comparaison par entreles résultats obtenus point Triple PointsmonEeque lesjoints soudés multi pointsont unerésistance fatigueplus en que élevée celle desjoints soudés monopoint. Les études expérimentales montrentque le métalfondu a une limite d'élasticité une contrainte et ultime 195 . Selondesétudes par la des des Finis a été [00-101. Des conditionsaux limites similairesà la situationréelle sont par appliquées. que des C'est-à-dire la distance entre les pointssoudés aussiimportante la disposition que est dansla résistance fatigue.oueet élasto-olastiaue des ioints sou. résistances les en fatiguedesjoints soudés Triple Pointset Multiple Pointssontapproximativement égales.100-104] Dans le calcul tri-dimensionnel. Cette approchesimplifie le problèmed'un des par calculélasto-plastique compliqué joints soudés point en cisaillement. Selon le nombre de points soudésdans les joints soudéspar point en cisaillement. localisation.6.désoar ooint prenanten compteI'interface entre les L'utilisation d'un modèlecomplet tri-dimensionnel plus exacts. Ce résultatvient de I'effet de la géométrie joints soudés.L'influence de I'interfaceest tôles inférieureet supérieure donnedes résultats très importantepour les joints soudéspar point mono point [24]. le diamètre point soudésontdesparamètres la et du importants pour la duréede vie en fatigue. Modélisation élasti.L'influence de la distance changeen fonction de la sollicitationmécanique joints soudés tensionou en des en compressionU241.

exemplela méthode Bandeet la méthode Taylor [85.6. 9U. la à Pointsinfluencedonclégèrement résistance la fatigue. Multi Points montre que ce joint soudéest plus L'étude expérimentale joints soudés des dansle casde I'endurance résistant dansle casde la fatigueoligocycliqueet moinsrésistant par est limitée par rapportaux joints soudés point Triple Points. différentes méthodes sont proposées de par de cisaillement.3 Chapitre 6. 196 .Ce phénomène attribuéaux pour lesjoints soudés Multi Le deuxpointssoudés supplémentaires. des Selonle comportement joints soudés par pour I'analysedesjoints soudés point en par point. Modélisation élastiaue et élasto-Dlastiaue des ioints soudés par point plus élevéeque celle du métal de baseU00-1011. nombrede pointssoudés.

CHAPITRE 7 .

joints soudés point Mono Point sontdoncplus sensibles la géométrie I'interface. la Selon que nous sommesen présence fatigue oligocycliqueou d'endurance peuventrespectivement observées. (105 pour l'étudedesjoints soudés. thermiquement respectivement le métaldebaseet dansla zone affectée dans de limitée. La caractéistique chargement sont généralement soumisà des chargements par le appliqué lesjoints soudés point conditionne choix de I'analyse. (ZAT). par limitée En pratique. Conclusiongénérale 7. par L'effet de I'interfaceest importantdans le cas desjoints soudés point en cisaillement mono point.les joints soudés point travaillentdansle domainede I'endurance -107 cycles). Lesméthodes pour les joints soudés par L'analyse tri-dimensionnelle I'approchela plus convenable est point. I'amorçage de la fissure se situe (ZAT). cisaillement 198 . la par Les valeurde la contrainte mærimaleprèsdu point soudé. Ce paramètrc augmente I'excentricitéde I'applicationde la force et donc.les conditionsaux limites et la géométrie joints soudés du point des et soudé sontprisesencomptedansle calcul.Chapitre 7 7. pour les joints soudéspar point en L'effet de la zone affectéethermiquement dansle cas de I'endurance limitée. conffainte effective. à de des la Pourrendrre comptede I'amorçage fissures des dansl'épaisseur tôlesminces. disparaîtau débutdu chargement cyclique.0 Conclusiongénérale par et en Desjoints soudés point. étéproposées différentsauteurs. sur cycliquetrès élevé (fatigueoligocyclique)et dansle cas d'un Dansle cas d'un chargement chargementcyclique moyen (endurancelimité). ont proposées introduisent hypothèses des simplificatrices.la distance effectiveet le facteurde réduction en fatiguesont calculésdanscette région. utilisésdansI'industrieautomobile notamment carrosserie du cycliques. par Différentes méthodes. propagation I'amorçage fissures être L'analysedes et des joints soudés point est doncdiviséeselonune approche type mécanique par linéairede la de ruptureou de fatigue. Dans ce cas.

le nombrede cyclespour la disparitiondes contraintes résiduelles.I-es courbesde référence pour I'approchevolumétriquesont donc obtenues partir des résultatsexpérimentaux à pour les joints soudésmono point et hiple points.7. r99 . Conclusion Dans le cas de I'endurance limitê.0 Chapitre 7. négligeable rapportau norhbre cyclesà la rupture.La comparaison avecles résultats exffrimentaux et I'approchede fatigueconfirmela validitéde I'approche volumétrique pour I'estmation de la duréede vie en fatigue. est par de L'obtention d'une courbe de référenceen fatigue pour les joints soudéspar point est pratiquement impossible.

REFERENCES 200 .

Xu.J. Savin. St.Proceeding International of Symposium Microstructure mechanical and behaviorof (1985). No.MetallurgylndustryPress. Weiss.(1985). I. J Cartwright.FRG.pp 495-505. H. 143-150.(1967\. Tetelman.London.lO5. International Journal Fatigue. M. N.[. Smith. l.No. Stress concentration factors. 4.International R. D. C. (1974). Bhattacharya. New York. M.X. Beijing.l7 I t18l tle l 1. S. (1991). S.197.Chen. Glinka. Engineering Fracture Mechanics. A. No. Jono. Journal Fracture of Mechanics.Elasticfield equations blunt crackswith reference stess corrosioncracking. MacGraw-Hill.M. (1985).Rankine.(L995). N. Creager.(1992). to for International (1967). T.(1981).67-71. China. Fracture Mechanics.Engineering I: (195). Rau. law.F.ouis.1973.953-965. of S. Materials.. S. I (3). No.64(1). Estimationof stressintensity Fatigue and Fracture of factor for small cracksat notches. Collectionof papersonFractureof (Ed. No. Metals.l9(3). R. H.Engineering FractureMechanics.P. Rotationnlfactor using bending momentapproach under elnstic-plastic. Irwin. Goodier. Usami. 3. J. pp 504-5 (L992). No. 50(4). Corporation. S. 9. andSEuctures. Shi. Thimonshenko. 1912ll. (1968).3g7. J. Verlag.C. generalmodelto predict the el. I Tulchii.2.IntenntionalJournalofpressurevesselandpiping. ù17-255. 3. T.Minutesof theProceedingof thelnstituteof CivilEngineers. Kerbspannungslehre. l9l-194. Puls. JohnWiley & Sons. Situation Notch 3PB Geomery. H. 885-895. eryressions stress concentration regians.24 1 M. InternationalJournalof Fatigue. 10.Theory of stressconcentration shear-strained prtsmaticbodieswith arbitrary nonlinear for stress-strain Journal AppliedMechanics. of 28. (1958).14. Q. H. AmericanSocietyof Mechanical Engineers. Analysis the stress of concentration facbr for a slnllow notch by the slip-linefield rneùod. A. C.C. Hardy.astic-plastic A stress distribution andfracture strengthof notchedbars in plane strain bending. Prediction on notched fatigue limits for crack initiation and propagation. Koami. (1997). (1961). M. on The Society MaterialSciences.zs I . The stress analysisof crackshandbook. Wilshaw.Inc. M.(1843). C. J. K. Journal Fatigue. P.tI 1 12 I t3 I I4 | t5 I t6 I 17 I I8 ] t9 I t l0 I t 1l I I 12 I t 13 I I 14 1 t 15 I t 16 I W. l. Baratta.14. G.ASME Paper (1962). Lahey. Neuber. No. Tanaka.International P. N. Springer V. Paris. Peterson. 3. Campbell. He Jiawen. 18(718).A. of H.FRG. Rooke.7Àeng. (1987). Topper. G. Kerbspannungslehre. Thompson. P.(1976). Shin.254. Handbook thestress on concentration.V. 4 10.N. of 6. C. C.CurrentResearch FatigueCracks. l.Practical stress T.G. Paris.R. Kujawski.pp. Springer R. Verlag.Pan. High SchoolPublisher House. Xu Kewein. H.Chen). Creager.A. Tada. 147. (1958). for FatigueandFracture Engineering of Materials pp (1995). R. S. A. Neuber.International Journal fatigue. pp. Engineering Fracture Mechanics. Inc.(1985). G. @el Research second edition. 3. Engineering Materials.Vol. D. D. Kumat.A simple methodof estimatingthe maximumnormal stress and plastic zonesizeat a shallownotch. 1.ParisProductions. S.C.Theoryof Elasticity.H. Journal Fracture of Mechanics. P. 62-WA-270. Paris. Niemi. S. E. E. (1951).Kyoto.25.20 | I2r l 122 l 123 | 1. of Ed. U7.(1978). 14. Newport. Malik. Universalfeatures of elastic notch tip stress field.pp. Neuber. Xian.

No. Analytical approachto size and notch size fficts in fatigue of aircraft material specimens. EI. PublicationSenlis-France de CETIM.. (1ee3). R. on NACA. Warley.32 I t 33 I 1. London..5l. F. 129 1 t 30 ] I 3l I ï. A-159. Conference. Edwards fW. W. Technical Note.I 985). S.p. Science Engineering 50: G. S. F. Peterson.S. 1980. (1955).Fatiguestrength calculation. Puls. BertchriftdesVereines M. Miner. Buch. Steiler.. Topper. Fenster.. Manson.PartII. A methodof elastic-plasticstress strain calculationat the notch roots. MaterialScience Surveys.76. P. Y. B. Tavernelli. Syracuse.ASTM..Journalof Applied Mechanics. C.931.49I t 50 I 151 I | 52 I L. S. Heywood. G. 93-100. Khun. A. Journalof NuclearMaterials. H. Hirschberg.An Engineering methodfor estimating notch sizeeffectinfatigue tests steel. 243. International pp777-797. ANSYS Inc. 339. Ugural. H. First (1981). Hirschberg.NASA. A. Q. (1952). H Basquin. T. (1964). méthode gradient.No. Internalftiction. El Haddad. Coffin. ASM.pp. European Conventionfor Construction Steelworks:Recomrnendations the Fatigue Design of Steel for Stuctures.I. (1962). Shi..(1946). 12. and Vol. P. ASTM STP378. Eurocode Designof SæelStructures.M. (le7s). Glinka. ( Engineering FractureMechanics. usA (1976). -508.Jr. Proc. Heywood. A. Defortnation and FractureMechanicsof Engineering Materials. 15. p. pp. Neuber. H. Smith. Hardraht. New York. Glinka. TheoryReference manual. Palmgreem Ingenieure.Fatigue: An interdisciplinary Approach.Chapman Hall.AmericanElsevierPublishing Inc. NASA TN D-1574.Designingbyphoto-elasrrclry.John Willey and Sons. Manson. 2805. F. 43. Theoryof Notchstresses. distributionduing fatigueloading. Hertzberg. predictionof notches Fatiguestrength basedon fracture thresholds. Stockholm. Yol. p. JohnWhiley andSons. Molski.Trans. H. (I954). Siebel. S. Co.(1954). 10.CEN. Energy density approach to calculation of inelastic stressstrain near notchesand cracks.Chapman Hall. 147 I t 48 I 1.(1965). p. M. AdvancedStrength and AppliedElasticity. (1910). 144 I t 45 I 146 I O.pp. Calcul des pieces à ln fatigue.EMAS. ASME.37I t 38 I t 39 I t 40 I t 41 I L42 I | 43 I R.p. (lg%)..34I t 35 I I 36 I 1.28I S. H.97. A. H. N. Suleitin. E.Trans.M. R. R. K.(1952). (1988). A. 22:485 202 .(1994).SyracuseUniversiry Press. J. 3. MaterialScience Engineering. Buch.(1974).Designing against and fatigze. Journalof AppliedMechanics. W. (1959).Non uniform stress M. Coffrn.45. 465. ^S/ress concentratianfactors.2.M. W.p.VDI-2. function of wide applicability.625 R. Mateial (1981).. 208. L. Weibull. (1974).S.ECCSPublication (1985). A. Jo DeanMorrow. and R. 58. A statisticaldistribution (1951).pp.437452. April (1963). Dampingand Cyclic Plasticity.Jr. London. 6. Sagat. E.Michigan. Generalrulesand rulesfor building. . 133. 75-85. G. H.tVl993-l-1: Part l.USA.126 I I27 I 1. B.438. P. Brand. Ann Arbor.

(1974).(2ffi1). ofFatigue. of Weixing Yao. Pluvinage. 203 . 3.and T.E. (1995). J.Gu Hi.. Azari. N. M. Topper. Hoffmann. (2000). Pluvinage. Pook. Peterson. energyas a citerion for fatigue Fracture. No. pp. Seeger. Kadi. ( FractureMechanics. On thefatigue notchfactor. (1988).pp. Thèse Doctorat. 5.Vol. A. (1959).Theoreticaland numericalaspects the volumetricapproachfor fatigue life (2003). Kadi.Xia Kiaquan. OxfordUniversityPress. The deformation fracture criteria and the strength calculationof the machinepart. Chehimi.Trans.Ming Li. McGraw-Hill. Pluvinage. Gjonaj.E.L.A vertficationof the assurnption antïfatigue design.G.152(3): 503'512' as a fatigue crack initiation paramete4Engineering of G. pp'293-306' (Ed. C. Journal International loadingrole ofhydrostatics cornbined of H.23(8):689-701. Morozov.t 53 I t 54 I t 5S 1 t 56 I N. (1997).G. Adib. k 1 . K. 1995). (I Maschinostroyeine. 2I3Sciences. (1997). for 53-760. Makhutav. de G.72| t73 | 2r8. pressure.Vol.27| -277. de de Université Metz. Gjonaj. Pluvinage.ICF9. factor T. P. InternationalJournal of fatigue.InternationalJournalof Fatigue.pp.M. Feltner. A424. Watson. 1. (2001). E. (1992). G. Fatigue of metallic and nonConferenceof on Fracture.(2001).L. Kadi. (1970).45: 105.Journalof -778. Lichun Zheng. 4. P.Z. of Journal Fatigue. Engineering of Engineering Congress Computational in Advances Computational 157 1 t 58 I t 59 I t 60 I t 61 I 16Z 1 t 63 I 164 I t 65 I t 66 I 167 I t 68 I t 69 I t 70 I t 7l I 1. Pluvinage. Pluvinage.France. Composite Joumalof Fatigue.M. 1239-L25O. Nie. by and of Study stress strain concentationcoefficient path htdependent E. Issue(1996):53'U. Vol. to subjected Fatigueof specimens Z. Pergamon metallic materialsand structures. F.G. Niu. Qylafku. 4. N.293-3M. Structures.ProceedingInternationalConferenceon Fatigue of Engineering Materials and l.(1999).J.G. of Journal Fatigue. (2001).G.98I ). N.Application of notch Fracture Mechanicsto fracture enunatingfrom stressconcentrators. Yao Weixing. 17.D Morrow. Yao. 15: intensity approachfor predictingfatigue life.MetalFatigue.ondon. J Dobranski. G. Pluvinage. Integral. pp.International in estimation notched intensity The useof therctch stress T. Special of Problems Strength.No. 767 Materials. MetalFatigue R.Internanonal W.(1993). N. E. Sin. H. Wei-Xing Yao. Qylafqu.21:7 prediction on notches and key-seats. 60-MET-2 A. T.Thèse Doctorat. to intensity. Bin Ye.A stress-strain function for thefatigue of metals. 903-910. Astronaut. Yao. pp. Qylafku. De-Guang fatigue life prediction under random cyclic loading.9. Micro-plasticstrain hysteresis (1961). Advancesin FractureResearch.272. proposal fatigue life Applicationof newrnodel N. Stress 243. Acta Aeronaut. Frost. Proceeding the 96 International Vol. Tamine.France.local stress-strainfreld Shang. pp. InternationalJournalof Fatigue. H. 23(10). Azaui.S. components. C.245-251.p. de Université Metz.K.25(l\:67-76.Application of notch effect in high cycle fatigue. M. G.p. Technology Science W. ( I 986).approach Da-KangWang.International 23(3). G. Smith. Marsh.Sines). Wu. Boukharouba.

ol. Gilgert. 2Bl-294.(lgB2).(1990)in HonoluluHawaii. H. ( 1957). pp. C. hwin. Engineering Fracture Mechanics. 8.X. Mori.. Engle.D.International Journal Fracture of (1972). 37(5). 15-20 on July. M. Fatigue life prediction of spot weldedcomponents. D. of 2l(l):421430. Mechanics. BasicEng.In-ggs-gz andXIII. T.L.pp. H. Adib. M. ISME2O0l. t 9l I Y. Y ( 5 204 . China. Journalof Applied -364.IlW-Doc. 933-951. 1999). Geometrically nonlinear behaviorof spot welded joints in tensileand com.N. Bentachfine. G.Montréal. Numerical analysis crack propagation in cyclic loaded of structures. (1999)Qn Persian). International (1999). B.(1e63). R.IIWDoc. Nishikawa. Fatigue99. BasicEng. Adib' Application of strain energybasedvolumetricapproach fatigue life prediction. pp.pp. Clark. Z. Qffit1. Yan. Satoh.209-215. W.459464. Fujimoto. pp. 528s34. Journal Fatigue. M. and the rate offatigue crackgrowth./-a fatigue des matériauxet des structures.I 469-92. Engineering FractureMechanics. Donahue. 127 . load stress parametersat the spot welds of various specimcns. Fatiguecrackpropagationin sfeels. Internal Report for oflran UniversityofScienceandTechnology. Erdogan.P. Azari. Analysis of stresses and strains near the end of a crack traversing a plate.pp. Zheng. 113-158. Paris. Mohrmawt. Sakuma.85. Fatiguelift estimation based notchfracture mechanics. (1994) ElsevierScience V. (1967).V.). Zhang. Shin. 198 1). Notch effect in low cycle fatigue. Prcce'ding of the 4û InternationalConference fatigue and fatigue threshold.Abington Publishing.89.R.A. Design and analysis fatigue resistant of weldedstructures. 361 Y P. P. Trans.ASME. 5l(2). Z. K. McEvily. Carpinteri. D. G. R. Taylor. Atanmo. M.R. E. Zhang.Engineering Fracture Mechanics. A.l'14 I H.G. A.Handbook of fatigue crack propagation in metallic structures.(1990). Forman. Radaj. Gowhari-Anaraki. C. S. R' J. J.. International on 5û and 9ù Annul Mechanical Engineering Conference. 18.F. ol.Chi). Bailon (eds.pressive shearloading. Mechanics. Modelingof thefatigue resistance single of spot-welded steelsheet.Canada. pp.es presses I'universitéde de ( Montréal.ASME. Bathias. Proceeding the 7ù international of fatiguecongress. G. A. 24. Bouami. D' Radaj.H' Abe. (1983).1280.965-973.pp.J. Pluvinage.Beijing.4: 163-169.G.Iranian Society of Mechanical Engineering.Trans. Morita. elastic-plasticstress analysis of spot weldedioint. (l9g1). Reemsnydet. J. Hirt. S.(1986). Crackopeningdisplacement H.Ed. 613-652. t 75 I S..M. The fatigue crack propagation mechanismof aeronautical structural materials and their engineering applicationin Progress Material Science (Editedby C. 2. Xiulin Zhang. Radaj. Kearney. J. III-721-82. A studyof threedimensionql M. S.Cambridge 176 I 177 I t 78 I I79 I t80 I t 8l I I 82 I t 83 I t 84 I t 85 I t 86 I t 87 I t 88 I t 89 I I 90 I (leeo). S. Kumble.Critical analysisof crackpropagationlnws. (1992). pp. D. in Scientific Publishing House. Fatigue crack growth from stress concentratian and fatigue life prediction in notched components.

Nakahara.70(5): r-684. Chen. in spot welds: Finite elementsimulations. V.E. Shi. Stress distrtbution in a lap joint undcr tensionshear. PP. No. Takahashi.Fatigue crack initiation at spot welds. B.283-288.Yol. (1975). Vullo. structures. Fatigue99. Gilgert. P. Method of fatigue lift (2000). Threedimensional analysisof the mechanical behaviourof spot finite element (2W).R.IntenrationalJournalof Solid (197a). (2003). Fatigue Fracture Engineering and of MaterialStructures.e7 l t e 8l t e el tl00l joints. ( 1999). A. Vincenzo Vullo. Radaj.Stressintensity faclors in the spot welds.Met.A procedure fatigue life prediction of spot weWed G. La resistenzg afatica di structurein acci. M. Fermér. tl02 l t 1 0 3l tl04l t l o sl l 1106 ll07 l t 1 0 8l tl09l lll0l 205 . 16(4):26-36.F. Welding in the World (1999). (2W).F. VTT-SYMP-182. NationalEngineeringLaboratory UK. Archive of Applied Mechanics67 in (1996) v2.NEL rc. and (1998). Salvini. Josefson. Doc. European (Spain). I SAE Technical Y. . auto-body structures.Residualstresses resistance B. L. N. Y. (20U2) 24(5):5 L9-528.15(89). Vullo.le2| PingshDong. (1999).Finite ElementAnalysis of in (200O). Use of an appropriatespot weld element fatigue life preventionof for joints.22(8). H-F Hemyson. .Fatigueresistance spotwelds-an analyticalstudy.35:41-57. Sheppard. Henryson.F Cooper.X-Ray measurements influenceon fatigue beluvior. Sccardeccia. ATA (1998). 67 H. Kan.Eng. A. l0(5):503-5 17. L. P. Muki. Salvini. proceding of internationalconference on fatigueof engineering materials stuctures and . Abdulwahab.W. Xin Sun.9. Adib. S. F. L. FitttteElementAnalysisandDesign. M. F. A generalizedspot weld modelfor finite elemcntanalysisof Papers. Engineering Fracture Mechanics. e PartsI. Initial fatigue crack growth at spot welds. t e 3I l e 4l t e sl t e 6l l. Deng. Pan. 438449.pp. J. Chen.35:17 -39. m. tr0l l H-F Henryson. A spot weWfinite element for structural modeling. welds. Espoo-Finland. Pluvinage. P.Quart(1976).R. J./l1. Theory of forces and stresses spot welded overlapjoints. Abdulwahab.F. Masao Fujimoto. I 5(I 0):53G43.51(6-7):338-346. Pook. Deng. Chang. W. for (1997). -rO.G.SAE TechnicalPapers. InternatonalJournalof Fatigue. estimationforspot-welded Doc. G. Pan S. Josefson. D. Structures. Pietro Salvini.Nobon Tomioka.port 588.20(8):1117-1128. BL M. II. Salvini.ano innossidiable saladate punti : a sintesidelleanalisi teoriche. Demofonti. I 999-0 -3191. No. InternationalJoumalof Fatigue.2. (1986).(1999). numeriche sperimentali. P. Sheppard. Smith. of D. complex AutomotiveCongress Barccelona 99. V.Proceeding ofthe 7ù international fatiguecongress. 645-656.Approximatestress intensity factorsfor spot and similnr welô. Innmiao Zhang.2:L251-1256 X. Spot welds life prediction with cyclic strain range. Fracture Mechanics or Strain life approach.26117. andDesign. Josefson. InternationalJoumal of Fatigue. 179-190. Vivio. Residualstresles resistance in spot welds: finite elementsimul.ation. Vivo. Lu.Fatigue life prediction durationfor spot weldsby volwnetic approach. Kawamoto.(2(rf. H-F. N. J.X-Ray measurementland influence on Fatigue behaviaur. 2000-01-0779. 43(1):55-63. Francesco Vivio. Feremer. Performance shell elements modellingspot weldedjol'nts.W.22-34.

Y. PhD Thesis. T. July 2000). (1993):169-1g5. E.Electric-Potentinl-drop studiesof fatigue crack development in tensileshearspotwer. Lawrence. Pluvinage. C. predictive techni4ues. l-5 USA. Sheppard..2d Vol. Barkey. M. January1992. [rr7) tlls l tile l [r20 ) trzr I t r 2 2I lt23l I r 2 4l I r z sl t r 2 6l 206 . philadelphia (1996):265-282. Corten. Kurath.Universityof Illinois at Urbana-Champaign. 12-13 May. 157.Stress intensities the spots.Tennessee. An empirical methodfor estimatingthe fatigue resistanceof tensileshearspotwelds.lnternational Journal Fatigue. IIHamammet-Tunesia. J. Three dimensionalfinite element analysisof hot spot welded joints in tensile and compressiveloadings. Lawrence. of 22(8). Measurement Yield strengthand flow properties in spot welds and their of HA7'sat varoius strain Rates. Journal of "strength of Material". ANSYS Inc.FurTher refinementof a methodologyfor fafigue life estimation in resistancespot weld connections. SD.88:167-185. (1991) F. F' M. MH. (2003). 3th InternationalConference the Trendsin Welding at on Research. ANSYS Inc. (1983). ASTM STp 1211. de (28 H. Swallam. H' Adib.published at ASTM STP. Sheppard.Estimation of fatigue propagation life in resistancespot welds. Haggag. Wang. GettingStarted manual.A fatigue designparameterlor spot welds. J.In situ Measurements Yield Strength andflowproperties Using a Novel ABI system.t r 1 1l ltrz l l1l3 l til4 l tlls l t 1 1 6l S. ANSYS Inc. (1992). ASTM STp 1292. Bell. AdvanceAnalysisTechnical Guidemanual.3d Vol.FV. Gilgert. Swellam. G. Jeong.FractureControl ProgramReport No.G. Zhang. Advances in fatigue philadelphia. (August 2OO3). Iæe.(200O):691-702. SD. Kang.Presented the ASM. FV. H.(1992). Adib. H. ASTM STP(1991).P. Haggag. M' E.1992Gatinburg.ll22:383-401. Pluvinage. Lawrence.P. (1gl). G.(1997\. BasicAnalysisProcedure Guidemanual. Effect of the geometryin tensile shear spot wetdsfor fatigue tife prediction. MH' Swallam.International at Journal ofFracture. Evaluation of multiaxial spot weld fatigue parametersfor proportional loading.ds.Internal report of Laboratoire FiabilitéMécanique. MH. Adib. Lousiana. June. H.Advances in fatigue predictive techniques. Universityof Illinois at Urbana-Champaign.New Trendsin FatigueandFracture NT2F2Congress. of Presented the ASTM Symposiumon small specimentest techniques their applicationsto the nuclear at and reactorvessel Thermalannealing plant life extension. and New Orleans.SAIE paper830035.. F. V.Tensile-Shear spot welded joints fatigue life estimationbasedon hot volumetric approach. C. Accepted for Publication.