You are on page 1of 42

Planification des réseaux GSM et évolution vers les systèmes de troisième génération

Frédéric MENOT
Filière Réseaux &Télécommunications Option radiocommunications avec les mobiles Année scolaire 1999-2000

Remerciements
Je tiens à remercier toute l¶équipe du département ingénierie qui m¶a permis de m¶intégrer rapidement dans le service, et dont les nombreux conseils m¶ont permis de mener à bien ce projet. Mes remerciements vont aussi à des personnes en dehors du département où je travaillais qui m¶ont consacrer un peu de leur temps pour m¶expliquer et me conseiller sur les méthodes à tenir, les moyens d¶y parvenir, je pense en particulier à Jean Michel Pintaux pour son aide sur les comparatifs au niveau des modèles de propagation.

Table des Matières
Introduction * III Evaluation technique * IV Evaluation financière *
IV.1. Introduction *

I Présentation de la société * III.1. Introduction *

II Analyse des besoins ± Syhthèse du cahier des charges *
II.1. Analyse des besoins *
II.1.a. Considérations générales * II.1.b. Besoins dans le cadre des faisceaux hertziens * II.1.c. Besoins dans le cadre des réseaux cellulaires de type GSM * II.1.d. Besoins dans le cadre des réseaux cellulaire de type GPRS et UMTS *

III.2. ATOLL (Forsk) * III.3. ICS Telecom (ATDI) * III.4. SYRADIF (Syradel) * III.5. ASSET (Aircom pas l¶intermédiaire de Net2S) * III.6. ELLIPSE (CRIL Technologie) * III.7. Prestataire Net2S * III.8. Données cartographiques ± USGS * III.9. Données cartographiques ± SPOT Image *

IV.2. ATOLL (Forsk) * IV.3. ICS Telecom (ATDI) * IV.4. SYRADIF (Syradel) * IV.5. ASSET (Aircom par l¶intermédiaire de Net2S) * IV.6. ELLIPSE (CRIL Technologie) * IV.7. Prestataire Net2S * IV.8. Données cartographiques ± USGS * IV.9. Données cartographiques ± SPOT Image *

II.2. Synthèse du cahier des charges *

III.10. Données cartographiques ± IV.10. Données cartographiques ± ISTAR * ISTAR * III.11. Données cartographiques ± IV.11. Données cartographiques ± IGN * IGN *

V Comparatif * Conclusion *

Annexe *
Annexe : Résumé des différentes techniques de radiocommunication *
Introduction * I. GSM * II. GSM 14.4kbps * III. HSCSD *

IV. GPRS * V. EDGE * VI. W-CDMA * VII. UMTS * VIII. Récapitulatif *

Introduction
Parmi ses nombreuses activités, le groupe Sagem sa s'occupe de la mise en uvre de réseaux hertziens. Son offre complète couvre des bandes de fréquence jusqu'à 38GHz et des débits jusqu'à 16x2Mbits/s, dans des configurations de réseaux variées :
y y y

réseaux cellulaires, réseaux d'accès, pour connecter les abonnés en zones rurales ou urbaines, réseaux privés, pour la réalisation et l'interconnexion de réseaux d'entreprise et le développement de l'infrastructure de transmission des services d'utilité publique (électricité, autoroutes,..)

Dans ces différentes activités, il est nécessaire, pour répondre aux appels d'offres aussi bien que pour déployer un réseau, de disposer d'outils de simulation permettant d'implanter des bases, de visualiser la couverture et d'afficher les besoins en ressources radio pour écouler le trafic,... A mon arrivée la Sagem disposait d'outils développés de façon interne, fonctionnant très bien dans le cadre d'applications point à point et point - multipoint mais non adaptées aux nouvelles demandes. Le sujet de ce stage de fin d'études est centré sur la planification des réseaux GSM et leur évolution vers les systèmes de troisième génération. Il s'agit d'évaluer différents outils de couverture radio disponibles sur le marché et de comparer leurs performances, dans le but d'acquérir un logiciel de dimensionnement polyvalent assurant les besoins actuels de couverture point à point et de réseau cellulaire ainsi que des applications à venir : couverture indoor, boucle locale radio et réseau UMTS. Nous allons commencer par rappeler quelques informations sur la structure et les activités du groupe Sagem Sa. Puis nous aborderons la synthèse du cahier des charges ainsi que les différentes étapes qui ont mené à son élaboration. Enfin nous présenterons l'étude en vue du choix d'un de ces logiciels. Elle se décompose en deux étapes pour chaque logiciel :
y y

étude technique afin d'évaluer les avantages et inconvénients, étude financière afin de mesurer le coût de revient et notamment les licences, les mises à jour et les Modèles numériques de terrain à utiliser.

On remarquera en annexe, un document qui a été le premier travail réalisé dans le cadre du stage sur les différentes technologies de radiocommunication avec les mobiles. Sommaire

I Présentation de la société
Le Groupe SAGEM est un groupe de haute technologie aux assises internationales qui, avec un chiffre d'affaires consolidé de 22,4 milliards de francs pour l¶année 1999, réalisé pour 46,3% à l¶international, emploie 15 600 personnes, dont 7 300 cadres et techniciens.

Deuxième groupe français de télécommunications, troisième groupe européen en électronique de défense et de sécurité, SAGEM est aussi un des leaders de l¶électronique automobile. SAGEM est implanté dans plus de vingt pays et possède des centres de fabrication en Allemagne, au Brésil, en Espagne, aux Etats-Unis et en République Tchèque. Sur les dix dernières années, le chiffre d¶affaires est passé de 10,4 (1989) à 22,4 (1999) milliards de Francs (x 2,15), le résultat net part du groupe de 151 (1989) à 962 (1999) millions de Francs (x 6,4) et la capitalisation boursière à fin 1999 s¶élève à 42,4 milliards de Francs (x 17.7 depuis fin 1989).

Les activités se répartissent en trois branches, à savoir :
y

La Branche Communications. Avec un chiffre d¶affaires de 12 574 MF (56 % du chiffre d¶affaires du Groupe) réalisé en 1999, SAGEM est un grand acteur mondial et premier en France en téléphones mobiles. Fortement présent sur les marchés des téléphones mobiles GSM et DCS en Europe et avec ses gammes GSM, DCS et PCS en Asie et en Amérique, SAGEM multiplie les innovations issues des nouvelles technologies de communication (GPRS, PDA communicants,«). Leader européen en télévision numérique (décodeurs avec accès Internet) et en fax, SAGEM développe également des terminaux Internet (F@XŒ Internet, DECT et produits d¶accès). SAGEM est un acteur prépondérant en réseaux professionnels et Internet (réseaux d¶entreprises et accès Internet, réseaux Internet et optique), et en réseaux de radiocommunication (systèmes et infrastructures de radiocommunication). La Branche Défense. Avec un chiffre d¶affaires de 4 956 MF (22 % du chiffre d¶affaires du Groupe) réalisé en 1999, SAGEM est le premier constructeur européen de systèmes inertiels et troisième mondial, le premier constructeur européen de systèmes optroniques et occupe une position de leader mondial du contrôle en vol des hélicoptères. Les systèmes d¶électronique de défense de SAGEM couvrent le guidage et la navigation, l¶optronique, les systèmes aéronautiques, l¶avionique et le pilotage, les drones et l¶observation. Dans le domaine de la sécurité, SAGEM est leader

y

y La Branche Automobile. SAGEM est reconnu comme expert en systèmes de contrôle moteur et en électronique d'habitacle. les terminaux monétiques et les cartes à puce. la branche Communications est divisée en plusieurs divisions : Division Téléphones Mobiles . à la fois les stratégies et les calculateurs de contrôle. et dans celui des câbles de télécommunications. ainsi que les composants comme les systèmes d¶injection. SAGEM est leader dans les tableaux de bord. pour les nouvelles technologies de moteur. SAGEM développe. les équipements de navigation et le multimédia. SAGEM est également présent dans le domaine des câbles d¶énergie de la basse tension à la très haute tension. spécialiste des systèmes électroniques. avec un chiffre d¶affaires de 4 845 MF (22 % du chiffre d¶affaires du Groupe) réalisé en 1999. les ordinateurs centraux d¶habitacle. Architecte de l'électronique du cockpit. l'allumage et les capteurs. Equipementier automobile. SAGEM est fortement présente dans les systèmes d¶information et de communication sécurisées. les afficheurs multifonctions. Organigramme de Sagem Sa Comme on peut le voir sur l¶organigramme de la page précédente.mondial en biométrie à base d¶empreintes digitales. SAGEM est aussi leader en optique haute performance astronomique et spatiale.

. PCS. Intranet.. division Internet et Réseaux. Modules GPRS. Comité Exécutif mise à jour : 24/01/2000 Pierre FAURRE Mario COLAIACOVO Président-Directeur Général Directeur Général. boucle locale radio)..) y Audiovisuel et Internet Télévision numérique (décodeurs) Mon stage s¶est déroulé au sein de la branche Communications. XDSL.y Mobiles Europe Gamme GSM. activité Réseaux de Radiocommunications.. au sein du département Faisceaux Hertziens. Infrastructures de radiocommunication (équipements de réseaux mobiles. DECT et produits d'accès (pour réseaux Internet. faisceaux hertziens) et Signalisation y Terminaux Internet F@xŒ Internet. y Mobiles Asie/Amérique Gamme GSM. DCS. RNIS. y Développements spécifiques PDA communicants.. Réseaux Internet et optique y Réseaux de Radiocommunication Systèmes de radiocommunication (GSM R. DCS. Directeur Administratif et Financier .. y Commercialisation de services GSM (SCS SAGEM) Division Internet et Réseaux y Réseaux Professionnels et Internet Réseaux d'entreprises et accès Internet.. câble..

Analyse des besoins a. en plus des membres du Comité Exécutif : Michel TOUSSAN Xavier LAGARDE François PARDOUX Francis GAILLARD Georges LABARRE Gilles CUBIER Romain WALLER Charles AB-DER-HALDEN Thierry BUFFENOIR Bernard CASTAN Philippe VIDAL Jean-Paul JAINSKY Henri TRINTIGNAC Sommaire Directeur Général Adjoint. Directeur de la Division Câbles Directeur du Personnel et des Relations Sociales Directeur des Achats Directeur du Contrôle Financier Directeur du Développement et de la Diversification Directeur Qualité et Environnement Directeur du Département Mobiles Europe Directeur de l'Activité Réseaux Professionnels et Internet Directeur de l'Activité Réseaux de Radiocommunication Directeur de l'Activité Terminaux Internet Directeur de l'Activité Audiovisuel et Internet Directeur de l'Activité Sécurité Directeur de l'Activité Contrôle Moteur II Analyse des besoins ± Syhthèse du cahier des charges 1.Guy ROUANNE Jean-Paul THIERRY Georges PENALVER Marc MATHIEU Jacques PACCARD Nicolas DONJON Armand DUPUY Patrick SEVIAN Directeur Général. Directeur de la Division Téléphones Mobiles Directeur Adjoint de la Division Téléphones Mobiles Directeur de la Division Internet et Réseaux Directeur Commercial de la Branche Communications Directeur de la Division Défense et Sécurité Directeur de la Division Automobile Directeur des Recherches et Développements Directeur des Fabrications Comité de Direction mise à jour : 24/01/2000 Le Comité de Direction comprend. Considérations générales .

La figure ci dessous représente le synoptique de la partie qui nous intéresse : La zone de raccordement hyper-fréquence est détaillée dans la figure ci-dessous : Une première chose que l'on peut remarquer sur la configuration des équipements (figure précédente) est que les pertes de branchements en émission et en réception sont différentes selon le canal considéré. Dans une liaison hertzienne certains éléments sont particulièrement intéressants pour rendre compte de l'état du bilan de liaison.La première étape de ce stage a été de reprendre les différentes connaissances en radio acquises lors de mon cursus et de les aborder d'un point de vue très pratique afin de savoir quels éléments sont nécessaires dans un logiciel pour pouvoir répondre aux mieux aux besoins réels de déploiement et de planification d'un réseau de faisceaux hertziens ou cellulaire. . cela étant du au nombre différent d'éléments à traverser avant de parvenir au filtre final.

La différence entre le niveau reçu et le seuil donne la marge de fonctionnement de la liaison qui permettra d'obtenir la qualité voulue une fois les paramètres difficilement simulables en place : conditions de propagation non constantes dans le temps et dans l'espace.. C'est par définition le niveau de réception à partir duquel on obtiendra le taux d'erreur. . Particulièrement dans le cas des liaisons par faisceaux hertziens. On comprends ainsi que le logiciel qui permettra d'incorporer le plus grand nombre de paramètres permettra d'avoir des marges de fonctionnement les plus faibles et utiliser ainsi au mieux les équipements. variations des conditions climatiques.antenne + Gain antenne émission .Ces éléments qui font apparaître. les perturbateurs doivent être pris en compte.Pertes feeder émission pertes dans le guide d'onde de liaison émetteur . Le bilan de liaison dont nous avons précédemment parlé sera donc calculé de la sorte : Puissance d'émission paramètre caractéristique de l'émetteur .Pertes feeder réception pertes de liaison antenne . perturbateurs.Pertes branchement réception pertes dues au filtrage hyperfréquence réception = Niveau nominal reçu Le récepteur est caractérisé par son seuil de réception pour un taux d'erreurs donné.Affaiblissement d'espace libre propagation de l'onde électromagnétique dans l'air + Gain antenne réception . comme nous le verrons plus loin.récepteur . Ils correspondent à tous les signaux parasites autres que le signal utile en provenance de l'émetteur en regard. y Ex : Un récepteur possède un seuil à 10-6 de -80dB signifie que lorsque le niveau reçu est de -80dB alors le taux d'erreur sur la liaison est de 1 bit erroné par million de bits transmis..Pertes branchement émission pertes dues au filtrage hyperfréquence émission . des atténuation de plusieurs dB ne peuvent pas être négligées et doivent donc pouvoir être saisies lors de l'implantation d'un site ou d'une liaison.

antenne + Gain antenne émission .Découplage angulaire .Pertes feeder réception pertes de liaison antenne . Le calcul du niveau d'un perturbateur s'effectue suivant le même principe que celui du niveau nominal de réception. A ce niveau vient s'ajouter au bruit thermique nominal du récepteur pour donner le bruit apparent du récepteur. y y Si l'on répète ce calcul pour tous les éléments perturbateurs et que nous additionnons les résultats on obtient le perturbateur résultant.Pertes branchement émission pertes dues au filtrage hyperfréquence émission . y Puissance d'émission paramètre caractéristique de l'émetteur . Affaiblissement spectral : il est du au filtrage lorsque la fréquence du signal reçu est différente de la fréquence de réception normale du récepteur. .Affaiblissement spectral = Niveau du perturbateur Dans ce calcul apparaissent les pertes suivantes : y y y y Découplage angulaire : il correspond à l'affaiblissement obtenu sur une antenne lorsque le signal n'est pas émis ou reçu dans l'axe de pointage.récepteur .Découplage angulaire . Découplage de polarisation : il correspond à l'affaiblissement obtenu lorsque l'onde électromagnétique est reçue suivant la polarisation opposée à celle dans laquelle elle a été émise.La somme de tous ces bruits donne le niveau de perturbation résultant.Pertes feeder émission pertes dans le guide d'onde de liaison émetteur .Découplage de polarisation .Pertes branchement réception pertes dues au filtrage hyperfréquence réception .Affaiblissement d'espace libre propagation de l'onde électromagnétique dans l'air + Gain antenne réception .Découplage de polarisation .

8dB Sa = -88.2dB du au fait de la présence des perturbateurs.Perturbateur résultant : Niveau de bruit apparent : Seuil apparent : Marge théorique : y Ex : Seuil nominal à 10-6 : -80dB Niveau nominal reçu : -50dB Perturbateur résultant : -90dB Bruit thermique : -95dB Rapport S/N à 10-6 : +15dB Ainsi Nbra = -88. y Liaisons : cette partie comporte la liste des stations ou plus exactement les antennes faisant partie du réseau à étudier. Besoins dans le cadre des faisceaux hertziens Un logiciel qui répondrait aux attentes pour les faisceaux hertziens devrait donc renseigner.. Sommaire b.8dB et M = -50 + 73.(-80) = 30dB La marge s'est donc dégradée de 6. Lorsque la marge s'avère trop faible il faut changer des caractéristiques du réseau : modification du plan de fréquence.8dB Sans perturbateur on aurait eu : M = -50 .8 + 15 = -73. au moins..8 = 23. Chaque antenne est caractérisée par Ses coordonnées géographiques Ses émetteurs / récepteurs Le type de l'antenne y y y . choix d'antennes plus directives. les différentes informations ci-dessous.

Les principales fonctions nécessaires pour les FH. hauteur au dessus du sol Emetteurs / récepteurs : Puissance d'émission Seuil de réception à 10-3. D¶autres éléments pourraient être intéressants comme la gestion des relais passifs dos à dos ainsi que des réflecteurs plan utilisé comme relais passifs. une gestion des sites d¶abonné est intéressante afin de voir comment écouler le trafic désiré. 10-6 Perte de branchement émission (suivant le rang du canal) Perte de branchement réception (suivant le rang du canal) y Antennes : Gain nominal Affaiblissement en s'écartant de l'axe : diagrammes polaires et contra-polaires y Feeders : Atténuation en dB/m y Découplages : cette partie comporte les indications de perturbation entre matériels en fonctions des écarts de fréquence. altitude. A ces différentes fonctions. pour des matériels travaillant dans une même bande. à des fonctions d¶optimisation de la hauteur des antennes de façon à minimiser celles ci en maintenant une liaison dont le 1er ellipsoïde de Fresnel se dégagé de x%. On peut aussi penser à des fonctions de recherche de site liées à la visibilité par rapport à un autre point ou par rapport à la hauteur du sursol. Enfin pour la BLR. sont l¶affichage de bilan de liaison ainsi qu¶une gestion assez fine des phénomènes d¶interférences. il serait utile de rajouter la possibilité de créer un réseau sans avoir de modèle de terrain et la possibilité de dresser soi même un profil de terrain à partir de .y y y y y Le ou les feeders associés Les atténuateurs associés Fréquences et canaux utilisés Azimut.

En effet acquérir un modèle de terrain pour répondre de façon approximative à un appel d¶offre sur de la boucle locale radio peut s¶avérer peu rentable surtout si le réseau se trouve en plein milieu de l¶Afrique« Sommaire c. dans le même esprit adaptation de la puissance d¶émission pour créer le moins d¶interférences avec les cellules voisines« Rq : cette dernière fonction qui est loin d¶être généralisée sera un plus non négligeable. qui sera indispensable en UMTS. Outils de recherche de site : par exemple on définit une zone que l¶on veut couvrir sous forme d¶un polygone ou un chemin (autoroute. permettant une mise en place des paramètres très rapide. Enfin certains éditeurs parlent de fonctions très intéressantes d¶optimisation sur le principe du " What if« " : Comment faire pour insérer une stations (lieu et plan de fréquence) dans un réseau existant sans créer de perturbations ? Où placer au mieux mes sites et combien en placer pour écouler le trafic donné ? y Besoins dans le cadre des réseaux cellulaire de type GPRS et UMTS GPRS La gestion du trafic devient ici un paramètre très important. Par contre la prise en compte de toutes les pertes d¶équipements n¶est plus trop importante.«) et le logiciel donne les sites susceptibles d¶accueillir une BTS. Besoins dans le cadre des réseaux cellulaires de type GSM La plupart des besoins ont été déjà exprimés dans la partie précédente. y Fonctions d¶optimisations : parcours de la liste des antennes afin d¶adapter au mieux le diagramme de l¶antenne à la zone à couvrir. pour pouvoir simuler la charge du réseau il faudrait faire varier le trafic lors de période définies. mais plusieurs fonctions sont à rajouter : y y y Allocation automatique de fréquence. Calcul du nombre de canaux nécessaires afin d¶écoulé le trafic dans une zone donnée.cartes IGN par exemple. . Aucun éditeur de logiciel n¶est encore très clair sur ce point .

ou est ce que l¶on pourra faire varier ces services à son propre gré (ce qui donnerait dans ce cas une multitude de paramètres difficilement gérables). et il y a fort à prévoir que les premiers modules seront assez légers et que l¶évolution se fera au fur et à mesure de l¶apparition des besoins chez les utilisateurs.Un autre point important est la diversité des services : est ce que cette diversité sera intégrée de façon statistique dans la nature du trafic (alors qu¶on a pas encore idée des proportions). résistance aux " fast fading "..) L¶UMTS et toutes ses implications sont encore difficiles à prévoir. mais pour être vraiment intéressant l¶outil de couverture devra aussi être un outil de dimensionnement. Synthèse du cahier des charges Sommaire . En fait on touche ici plutôt au dimensionnement. Dans le sens descendant la macrodiversité permettra des combinaisons cohérentes sous forme de trajets multiples exploitables en CDMA avec des récepteurs de type Rake ( accroissement de la sensibilité. de l¶environnement et du trafic Gestion du contrôle de puissance indispensable au bon fonctionnement du système Rq : si le contrôle de puissance est surtout présent sur la liaison montante. o o o Gestion des interférences (complètement différente du GSM puisque chaque mobile est un perturbateur pour les autres. nombre d¶abonnés maximum par cellule pour une certaine gamme de services Gestion de la macrodiversité : un mobile peut être " alimenté " par plusieurs BTS simultanément. UMTS Plusieurs facteurs sont à prendre en compte pour l¶UMTS : y y y y Gestion du CDMA et de ses implications : Charge susceptible d¶être supportée Taille des cellules en fonction de la charge. peu d¶entre eux sont capables de donner des détails. il existe aussi sur la liaison descendante. Sommaire 2..) Calcul du " Pole Point " (cf annexe 1).. cette gestion influent aussi sur les transfert intercellulaires de type soft-handovers. Si la plupart des éditeurs sont en train de développer leur module.

afin de comparer leur prestation.. La meilleure solution aurait été de disposer des mêmes modèles numériques de terrain pour chaque logiciel.. certains éditeurs de logiciels ne distribuent pas les modèles numériques de terrain. Loin d'être aussi simple. 2. leur disponibilité et leur renommée.III Evaluation technique 1. il est donc intéressant de trouver les distributeurs de données cartographiques.) gestion des transfert intercellulaires (hand over) gestion de l'UMTS autres options particulières propres au logiciel Dans la suite on va donc comparer cinq logiciels qui ont été choisis pour leur polyvalence. ce qui implique une description du premier logiciel qui sera plus longue que les autres sans que cela ait de signification sur la qualité ou la complexité de chaque logiciel testé« Suite à cette présentation des logiciels. Chaque nouvelle notion sera un peu plus détaillée qu'à l'occurrence suivante. Introduction Il s'agit donc dans un premier temps de comparer les logiciels au niveau technique. on s¶intéressera aux offres des prestataires de services en donnant leur réponse au cahier des charges établit précédemment. les éditeurs de logiciel quand ils disposent de MNT en commun n'acceptent pas de rajouter les lieux désirés dans leur version d'évaluation. ATOLL (Forsk) Atoll est un logiciel de dimensionnement et de planification des réseaux cellulaires qui peut être utilisé sur tout le cycle de vie des réseaux : du design à l'expansion et l'optimisation. Enfin. mais plutôt les critères suivants : y y y y y y y y y y y y y y formats des données environnement technologies supportées pour les simulations qualité et quantité des éléments disponibles pour l'implantation facilité de mise en place et de configuration de ces éléments modèles de propagation utilisés gestion des interférences diversités des prédictions disponibles (couverture.) rapidité des simulations de prédiction gestion du trafic allocation de fréquence (automatique ou non.. . Le principal problème qui apparaît est la base de référence sur laquelle on pourra faire des tests. L'évaluation est donc réalisée non pas sur les résultats obtenus. zones brouillées. résolution des problèmes..

les fenêtres "réception".« y La fenêtre explorateur fournit un accès arborescent à l'ensemble des données radioélectriques. Un grand nombre d'antennes est disponibles par défaut (plus de 300 antennes). les données sont exploitables directement à partir d'un tableur. les caractéristique de toutes les antennes habituellement utilisées dans l'entreprise. On remarquera quand même que nombre de ces antennes présentent des diagrammes très similaires. L'écran d'Atoll est divisé en deux zones visibles simultanément. On peut aussi créer son style de projet. Différents éléments sont disponibles pour le déploiement d'un réseau.Le logiciel exploite différentes données en entrée : y y y y y des données géographiques : modèle numérique 16 bits ISTAR (ist. dis) un sursol : par le biais d'un fichier image 8 bits (ist. . Les stations ou sites sont dans Atoll des équipements sur lesquels sont placés un ou plusieurs émetteurs équipés d'antennes aux caractéristiques particulières. il a été prévu dans Atoll la possibilité de conserver dans un fichier que l'on ouvrirait à chaque nouveau déploiement. bil. planet) des données images issues de cartes civiles 2D : format raster (tiff. La création et le paramétrage est une opération longue. Il est possible de créer des antennes et d'en paramétrer les caractéristiques pour chacune d'entre elles. WLL. il faudra donc en créer d'autres pour une utilisation plus précise du logiciel. un espace de travail et une fenêtre d'explorateur. La fenêtre légende permet d'afficher la légende des couvertures. viennent s'ajouter en cours de session. Plusieurs projets peuvent être gérés simultanément. bil) des données vectorielles représentant les infrastructures (dxf. ist. planet. bmp) Quatre types différents de projets sont disponibles au démarrage : broadcast. et des valeurs de prédictions correspondantes. "mesure". mesures et clutter. En plus de ces deux fenêtres ouvertes au démarrage. bil. La fenêtre réception permet l'affichage des profils et des champs reçus ou des interférences. La fenêtre mesure permet l'affichage des mesures. les tableaux de caractéristique des données (format Excel) ou les rapports de couvertures. planet) des données de trafic : par le biais d'un fichier image 8 bits (bil. Mise à part le diagramme. avec le modèle et le constructeur. tiff. La fenêtre panoramique permet de visualiser l'environnement de la région étudié et de faire un zoom sur une région précise. Elle permet également le paramétrage de l'affichage des cartes et le lancement de traitements particuliers. ist. tiff. Il est possible en affichant les propriétés d'une station de créer rapidement une station multi-sectorielle donc la création d'autres émetteurs sur le site. GSM / DECT et PMR. tiff. L'espace de travail affiche les cartes.

les affaiblissement dus à la diffraction. les données géographiques (MNT. ce qui est très appréciables pour voir rapidement les limites d'une cellule. Les modèles de propagation suivants sont fournis en standard : y y y y y y y UIT-R 526 utilisant le profil de terrain pour calculer la propagation Okumura Hata. des zones ou l'affaiblissement sera trop fort. avec et sans diffraction sur le terrain Cost Hata.« Remarque : l'affichage de trajet direct n'est possible qu'à partir d'un émetteur. Les calculs de propagation sont effectués pour un ou plusieurs émetteurs sélectionnés par l'utilisateur. (permet par exemple de créer un site tri-sectorielle de paramètres fixés et dont l'orientation sera défini lors de l'implantation) Pour chaque site il est possible de visualiser la zone de visibilité (optique ou au sens du dégagement du premier ellipsoïde de Fresnel).L'orientation de chaque antennes est déterminée dans les propriétés de l'émetteur. Ces zones sont représentées dans le logiciel Atoll comme des calques.«). le pas du maillage utilisé est paramétrable ce qui permet de faire une première simulation grossière très rapide. il est possible de voir la valeur du champs reçu de la part des trois émetteurs les plus puissants. les informations sont disponibles pour chaque station. Les zones de couverture sont définies pour un émetteur ou globalement pour un réseau comme l'ensemble des points qui répondent à un ou plusieurs critères définis par l'utilisateur. Atoll offre aussi la possibilité de créer un modèle de site copiable et modifiable à volonté. avec et sans diffraction sur le terrain modèle WLL destiné aux applications de boucle locale radio prenant en compte le profil de terrain et la hauteur du sursol Vienna 93 Longley-Rice destiné aux calculs de couverture dans la bande des 40MHz prenant en compte le profil de terrain Predict. sursol. ils permettent d'avoir plusieurs formules de propagation applicables selon l'environnement géographique (petite ou moyenne vile. très efficace dans les application de type micro-cellulaire Les modèles Okumura Hata et Cost Hata. Après les calculs de propagation. climat). modèle construit par Telemate. Ces modèles sont liés aux fichiers d'occupation de sursol qui contiennent pour chaque classe la hauteur associée. par désignation d'un point sur le plan : de façon dynamique. Les données prises en compte par le calcul sont les positions et caractéristiques radioélectriques des émetteurs. . Ce dernier point est particulièrement intéressant pour avoir une première idée des zones en visibilité. mais elle peut aussi être ajustée directement sur la carte à l'aide de la souris. modèles statistiques particulièrement adaptés aux mobiles. et on peut aussi disposer d'une représentation graphique du profil de terrain entre un émetteur et un point que l'on déplace sur le plan. centre ville.

. ce qui est aussi rapide. L'allocation de fréquence est automatique pour le GSM.Les différents critères disponibles sont : y Niveau de champ : Etude de couverture par émetteur ce qui équivaut à une comparaison par rapport à un seuil pour le champ reçu de l'émetteur par le récepteur . y Recouvrement : La zone représentée est celle où le champs reçu provient d'au moins deux émetteurs.« Suite aux différentes prédictions il est possible d'exporter des rapports exploitables dans un tableurs donnant plusieurs informations paramétrables suivant la prédiction. on pourra par exemple dans un même projet affiché des couvertures avec différents modèles de propagation adaptés aux différentes zones considérées. La zone de brouillage représentée correspond aux points où le rapport signal à bruit est inférieur au seuil spécifié. L'allocation de fréquence pour les stations GSM a été réalisée en 35 minutes. pour couvrir le trafic désiré. sur quel canal. En sélectionnant les émetteurs posant problèmes on peut voir quel émetteur brouille. Le calcul de couverture est relativement rapide puisque pour un pas de maille minimum de 20 mètres. Lors des tests on a simulé l'implantation d'un réseau GSM avec 12 stations ainsi que 5 liaisons faisceaux hertziens autour de Nice. la simulation (propagation + couverture + interférences) a été réalisée dans une durée variant entre 5 et 10 minutes suivant le modèle choisit. une option permet de calculer le nombre de canaux requis. Les critères de brouillage peuvent être combinés avec les critères de couverture (best server) La possibilité de ne calculer que ce qui a changer depuis la dernière simulation permet d'améliorer sensiblement la vitesse de traitement lors des simulations. De plus il est possible de verrouiller certaines simulations et comme le modèle de propagation peut être défini séparément sur chaque émetteur. y Zones brouillées : Il s'agit des zones d'interférences pour chaque station qui correspondent à une comparaison par rapport à un niveau de seuil de rapport signal à bruit spécifié par l'utilisateur. l'option best serveur permet de représenter la zone où le champs reçu de la station est meilleur que celui reçu de tout autre station. Elle débouche sur de nombreux problèmes notamment de dimensionnement (du au fait que je n'ai pas mis suffisamment d'émetteurs pour assurer les besoins en trafic) et d'interférences. Etude de couverture par niveau de champ qui réalise une comparaison par rapport à plusieurs seuils (8 par défaut mais on peut en définir plus) pour le champs reçu de l'émetteur par le récepteur. en chaque émetteurs.

y y y des données géographiques : modèle numérique de terrain un sursol : correspondant aux clutters des données images issues de cartes civiles 2D Les données relatives au trafic sont contenues dans les paramètres relatifs aux clutters sous forme de besoin en Erlangs pour chaque type de clutter. Sommaire 3. Les différentes données en entrée sont : ICS Telecom utilise un format propriétaire différent des données que l¶on pourrait trouver sur les sites usuels de données cartographiques mais dispose de convertisseurs de la plupart des données disponibles. interférences globales ou entre 2 stations. on obtient une fenêtre où il est possible de modifié dynamique les hauteurs des émetteurs / récepteurs afin de trouver la valeur optimale pour dégager l'ellipsoïde de Fresnel à x%. Les différentes menus comprennent entre autre : y y y y File : gestion des projets.. Cette particularité peut être considérée comme un défaut : si on considère un immeuble d¶habitation de 30 étages et un centre d¶affaire du même nombre d¶étages le clutter utilisé sera de l¶urbain 30m bien que les besoins sont très différents. lorsqu'on affiche les paramètres de la liaison. d¶une série de menus en haut de la fenêtre et d¶un scertain nombre de commandes sur la gauche.. import. Toujours pour les faisceaux hertziens. assignation de fréquences (à partir d¶une liste ou d¶une bande) . export de données Map : affichage de cartes en 2D et 3D. une version devrait être disponible fin juin. best server.Pour les faisceaux hertziens. affichage d¶un profil à partir de n¶importe quel point en dynamique vers un autre point (hauteur + amplitude du champs) Direct : calculs de profils en détail Coverage : simulations diverses (couverture par niveau. ICS Telecom (ATDI) ICS Telecom est un outil de planification et de dimensionnement des réseaux cellulaires. Il n'y a pas de gestion des handovers dans la version testée. on peut afficher de façon dynamique en fonction d'un point sélectionné sur la carte de voir le niveau d'interférence en fonction des trois émetteurs les plus puissants. L'UMTS n'est pas encore géré mais il est en cours de développement. On pourrait toujours utiliser un autre clutter que l¶on définirait mais le nombre de clutter utilisé« L¶écran est constitué d¶un espace de travail qui prends la plupart de l¶écran.).

Vienna93.15. correspondant à la plupart des utilisations. il n¶y a pas moyen de faire un copiercoller à partir d¶un tableau de style Excel (format le plus souvent disponible) mais une option intéressante est l¶interpolation : on peut rentrer des valeurs (en linéaire ou en dB) pour 0.110. canaux. Les différentes applications possibles sont : y y y y y y y Réeau radio privé : PMR. urbain).) La distance de calcul La liste des stations et des liens FH. données administratives« Les antennes. Les antennes peuvent être saisies à partir d¶une fenêtre . Dans la version de base de ICS Telecom. on a : y y y La définition du seuil de réception (indoor. clutters. hauteur. La saisie des diagrammes se fait avec une précision de 5° en polaire et 1° en contrapolaire. DAB Bases terrestres pour liens satellites La fenêtre de paramétrage des modèles de propagation est très complète..). VHF Réseaux cellulaires : analogiques et numériques Faisceaux hertziens (de 64Kbps/s à 155Mbps/s. fréquences. ITU 526. suburbain. CT2. incar. . Okumura (rural... câbles et feeders sont référencés dans des listes qui ne sont pas vraiment des bases de données mais qui sont accessibles par la commande base -> station (ou antenna. handovers sur un chemin Measure : fonctions d¶import de données relevées sur le terrain . ITU-R 370-7 / 525 / 526 La saisie de paramètres de correction des modèles sous la forme : A*modèle + B (A et B en dB) L¶influence de la zone troposphérique en fonction des conditions météo Les diffractions : Bullington. visibilité Les réflexions lambertiennes et les réflexion sur le sursol Le paramétrage du climat.y y y y y Microwave : fonctions liées à l¶utilisation des faisceaux hertziens Subscribers : gestion des abonnés Mobile : calculs de puissances. étallonnage des résultats Tools : paramétrage des modèles. Tetra Système de radio maritimes : couverture DF. 1115 antennes Andrew sont disponibles. Wojnar. puissance. Deygout.60. des hydrométéores Chaque stations contient de nombreux paramètres : location. gains et pertes d¶antennes. DECT Broadcast : FM. outils de conversion de puissance et de cartographie.120.180° puis faire une interpolation pour les angles non renseignés puis une symétrie. elle comprend : y y y y y y La sélection du modèle de propagation : Fresnel. Parmi les différentes commandes. de 1 à 55GHz) Boucle locale radio..

d¶activer ou d¶isoler une sites« Ces deux dernières fonctions sont nécessaires si l¶on veut utiliser différents modèles de propagation. on notera par exemple la couverture par niveaux de champs et la couverture Best Server Display. le modèle s¶applique à toutes les stations actives. il n¶est utilisable qu¶après conversion au format tableau.Différents types de simulations sont disponibles. à la main désactiver les sites qui ne nous intéresse pas ce qui peut être peu pratique pour un gros réseau (il n¶existe pas de filtres qui permettrait une sélection partielle).txt ce qui a conduit plusieurs fois à écraser ce fichier lors d¶une nouvelle simulation. Le changement de puissance d¶une station entraîne un changement automatique de la couverture (hausse ou baisse d¶un certain nombre de dB). Le calcul d¶interférences donne un rapport clair qui montre sur les sites ayant un problème et qui met en évidence les canaux brouillés ainsi que les perturbateurs (site + canal). De nombreuses fonctions donnent en résultats un rapport au format texte dont le nom est toujours jtemp. par contre un changement dans la position ou la direction de l¶antenne nécessitera le re-calcul de la couverture. Sommaire SYRADIF (Syradel) ASSET (Aircom pas l¶intermédiaire de Net2S) ELLIPSE (CRIL Technologie) Prestataire Net2S . Sur l¶espace de travail. FH ou relais est complétée par le diagramme utilisé ainsi que la direction de l¶antenne. Si l¶on ne veut pas tous re-calculer il faudra. Cette gestion claire permet une résolution simple et efficace des problèmes d¶interférences tant au niveau des réseaux cellulaires qu¶au niveau des liaisons point à point. Lors des simulations on a réalisé la couverture d¶une zone urbaine dense avec 9 BTS. de tracer un profil vers un point quelconque ou vers une station précise. En effet il n¶est pas possible d¶assigner un modèle par site. Les menus déroulants permettent d¶accéder aux paramètres de ces sites. Pour des réseaux comportant un grand nombre de stations cela peut être assez gênant car long. Ces données sont fixes et ne peuvent pas être modifiées directement. ce qui est relativement rapide pour un résultat très fiable. D¶autre part ce fichier étant de type texte. L¶assignation de fréquence s¶et déroulée en 100 minutes. Le calcul de couverture s¶est réalisé en 5 minutes en considérant un modèle déterministe avec diffractions et réflexions sur le sol. ce qui est plus long que pour d¶autres logiciels mais pour un résultat très satisfaisant correspondant au critère demandé : moins de 1% de zones brouillées. d¶avoir une vue 3D. Le nombre de canaux et d¶IT nécessaires pour écouler le trafic peut être calculé en fonction du GOS (Grade Of Service) désiré. l¶affichage des stations BTS.

1km) et 7. Geological Survey distribue des modèles numériques de terrain pour des résolutions diverses.. hydrographie. Données cartographiques ± SPOT Image 10. ICS Telecom (ATDI) 4. Prestataire Net2S 8. de nombreuses cartes sont disponibles. Le principal inconvénient de ces données est la limitation de la surface du globe couverte : seuls les Etats Unis. Données cartographiques ± SPOT Image 10. La résolution varie entre 30¶¶ d¶arc (~1. 9. Données cartographiques ± ISTAR 11. Données cartographiques ± IGN Sommaire IV Evaluation financière 1. SYRADIF (Syradel) 5. Plusieurs couches sont disponibles : altimétrie. et l¶Amérique centrale sont couverts.S. Données cartographiques ± USGS 9.6km). Ces résolutions ne sont pas très intéressantes car trop peu fines dans le cadre d¶application de télécommunication.Sommaire 8. cartes civiles. Données cartographiques ± ISTAR 11. sursol.5¶ d¶arc (15.. Introduction 2. A partir des bases de données disponibles en libre accès sur le site de l¶USGS. ATOLL (Forsk) 3. ELLIPSE (CRIL Technologie) 7. Données cartographiques ± IGN Sommaire . ASSET (Aircom par l¶intermédiaire de Net2S) 6. Données cartographiques ± USGS La société U.

GSM Le GSM est le standard pour les communications numériques le plus répandu. Celui-ci souhaitait disposer pour lui-même ainsi que pour les autres ingénieurs de la section ingénierie. le fax et la transmission (modérée) de données. Système de deuxième génération. Il s'agit d'un système cellulaire fondé sur l'accès multiple réparti en temps (TDMA). Deux bandes de fréquence sont utilisées en Europe: y . Introduction Ce document rappelle de façon très résumée les différentes techniques de téléphonie cellulaire en Europe en partant du système de deuxième génération GSM.V Comparatif Tableaux Excel Conclusion Sommaire y Annexe Résumé des différentes techniques de radiocommunication Le document ci-dessous a été rédigé à mon arrivée à la Sagem. à la demande de mon tuteur. on a donc pour chaque abonné utilisant le réseau un canal dédié. La commutation est réalisé en mode circuit. et particulièrement sur les dernières technologies : GPRS. Ce résumé a été conçu en s¶appuyant sur les cours qui avait été dispensés durant l¶année scolaire ainsi que sur de nombreux renseignements collectés sur Internet. et allant jusqu'au système de troisième génération l'UMTS. Après l'explication de ces différentes techniques on rappellera les principales caractéristiques dans un récapitulatif. EDGE et l¶UMTS. Le débit maximum est de 9.6kbps. il offre aux utilisateurs la téléphonie vocale. d¶un aperçu rapide des différentes techniques de communications avec les mobiles.

Pour chaque porteuse on a 8 intervalles de temps qui correspondent à 8 communications possibles. il est disponible techniquement depuis 1998 mais le gain de débit négligeable (amélioration peu perceptible par l'utilisateur) fait que cette technique est actuellement peu répandue. On utilise une diversité de fréquence en utilisant des sauts de fréquences lents. Premier pas vers des débits plus élevés : 14.4kbps. Le transfert automatique intercellulaire effectué par le biais du mobile qui choisit la BTS de puissance la plus élevée est de type hard handover : par remontée des infos sur les puissance reçues et en fonction de la disponibilité. DCS 1800 UL : 1710-1785MHz DL : 1805-1880MHz soit 374 porteuses espacées de 200kHz sur 2 x 75MHz.o o GSM 900 UL : 890-915MHz DL : 935-960MHz soit 124 porteuses espacée de 200kHz sur 2 x 35MHz. Fonctionnement : . Les services de données disponibles sont : y o o transparent : délai constant et taux d'erreurs variable en fonction de la propagation.4kbps Il s'agit d'une évolution mineure de la norme GSM qui permet un débit plus important par Time Slot. La gestion est effectuée au niveau de la BSC. on a un symbole pour un bit. non transparent : taux d'erreurs constant et délai variable en fonction de la propagation. la BSC coupe le lien radio avec la BTS courante et établit la connexion avec la BTS choisie. Sommaire GSM 14. La modulation utilisée est la GMSK (Gaussian Modulation Shift Keying). On a donc coupure du lien radio pendant un bref laps de temps.

05kpbs. Le GPRS (General Packet Radio System) fonctionne à la fois en mode circuit et en mode paquet. plus loin) Quatre débits sont accessibles par Time Slot : CS-1 9.4) Cette technique est disponible depuis la fin du premier semestre 1999 mais elle est peu répandu chez les opérateurs car il y a trop peu de temps entre le HSCSD et GPRS GPRS Il s'agit du passage à la génération " 2. CS-4 21.4kbps on a donc un poinçonnage plus important.5 " de téléphonie cellulaire mais c'est aussi la véritable évolution.6kbps (4 x 14. La connexion orientée paquet permet une optimisation des ressources en créant des connexions 'virtuelles' permanentes. On élimine ainsi un important inconvénient du GSM qui bloque une ressource même si l'utilisateur n'envoie aucune donnée. ce qui permet à plusieurs utilisateurs de partager le même canal. Le GPRS est implanté sur le réseau GSM existant en utilisant les mêmes fréquences. seule l'architecture radio est modifiée sensiblement (cf. On . il y a alors moins de bits corrigeables et la qualité du lien radio doit être meilleure sinon la zone de couverture est réduite. CS-2 13. Le médium n'est utilisé que pour la durée de temps où les données sont reçues ou envoyées. les mêmes trames. Sommaire HSCSD La technique HSCSD (High Speed Circuit Switched Data) permet l'utilisation simultanée de plusieurs Time Slot dans la limite de quatre. La technique ne semble intéressante que pour les opérateurs qui veulent proposer le HSCSD.Dans la technique 14.6kbps. CS-3 15.4kbps. Les quatre débits se différencient par des niveaux de protection différents.4kbps. On atteint ainsi un débit maximum de 57.

L'impact sur l'architecture réseau : y y y y le HLR gère l'abonnement GPRS. En pratique on s'attend plutôt à une utilisation de 4 TS sur la voie descendante (56kbps) et 1 TS sur la voie montante (14. dans la pratique. La QoS est négociée appel par appel. En utilisant le lien radio . différents. Par exemple si le réseau a un taux de congestion de 2%. et va être mis en place par la plupart des opérateurs car l'implémentation est rapide et flexible. Fonctionnement : On utilise les Time Slots libres (non utilisés pour des communications) pour y faire transiter des données. Le développement du GPRS est très lié au développement des applications WAP qui constitueront l'interface avec le Web. L'allocation de ressources peut être dissociée dans les deux sens car les débits sur les voies UL et DL seront. on aboutit ainsi à un débit maximum théorique de 171kbps. interface avec le SGSN (mobilité) et le GGSN (transaction entrante) la BSC comporte une unité PCU (Packet Data Unit) et interface avec le SGSN la BTS prend en compte des PDCH (Packet Data Channel) (pour GSM : Trafic Channel) le MSC interface avec le SGSN pour gérer la mobilité combinée (circuit / paquet) Le GPRS sera disponible à partir du deuxième semestre 2000.4kbps). le coût d'investissement faible. Cela peut être réalisé grâce à une technologie qui allie confidentialité et authentification : les VPN (Virtual Private Network) qui permettent de créer une sorte de tunnel à travers les réseaux radios et IP. La mise en parallèle des réseaux circuits et paquets implique deux principales modifications qui apparaissent après les BSC : y y le SGSN gère la mobilité. on aura au moins un TS libre pour des données 98% du temps. la compression et le cryptage le GGSN sert de passerelle avec les réseaux externes X.25 ou IP. l'authentification. GPRS permet aussi l'utilisation simultanée de tout ou partie des Time Slot. Le GPRS va aussi permettre aussi au niveau professionnel l'accès à des réseaux privés intranets. il gère aussi la taxation. Un utilisateur pourra donc accéder à la totalité de ses informations à partir de son mobile sans avoir à passer par un ISP. On a donc une gestion dynamique des TS afin d'utiliser en forte demande la totalité des TS de la cellule.a donc un compromis entre débit et intégrité (pour CS-4 on a aucun codage convolutionnel pour protéger l'information).

Il n¶y aura pas non plus de canal dédié au GPRS Entre données circuits et données paquets on introduit la notion de territoire qui correspond à une suite de TS consécutifs : CCCH TS TS TS TS TS TS TS TS TS TS TS TS TS TS TS En raison des changements de territoire. Le trafic GPRS ne suit pas une loi de Poisson (comme en GSM) mais est par nature une série de burst. La distribution de la longueur de ces paquets étant loin d¶être gaussienne (l¶occurrence de paquets très grands est non négligeable). chaque utilisateur pourra utiliser 3 TS en DownLink et 1 en UpLink sauf pour quelques applications ou le maximum sera à 6 TS sur l¶une ou l¶autre des voies. Rq : les variations de trafic étant grandes. ces utilisateurs utiliseront une quantité importante de ressources. elle peut varier entre 256 et 512 bytes et peut être même moins pour des protocoles particulier comme le WAP. Gestion des handovers : . on va avoir une augmentation du nombre de handovers intracellulaires. il n¶est pas possibles en mode paquet de garantir un débit minimum à l¶utilisateur final. GPRS Phase 1 Dans cette première phase qui devrait être en place à la fin de l¶été 2000. Modèles de simulation .essentiellement pour faire transiter des informations. La taille des paquets n¶est pas fixe. En effet les blocages des données (en mode paquet) ont des effets sur les délais qui sont très difficile à estimer. La frontière entre ces deux territoire est dynamique en fonction de la charge de trafic et en considérant que les données circuits (dont la parole) sont prioritaires. ce qui va induire une augmentation de la signalisation. Les sources de délais sont : y y y y y y retransmission des trames lors de la détection d¶erreurs délais liés à l¶implémentation des matériels (interne) partage dynamique des canaux. les mesures de trafic auront de grandes variations.trafic Les simulations discrètes sont les seuls moyens pratiques d¶observer les performances du GPRS ainsi que les comportements du réseau.

est de permettre des hauts débits sans avoir besoin d'une licence 3G dont on sait qu'elle seront limitées. chaque état de modulation transmettant l'information relative à trois bits. mais les paquets étant plus court que pour la parole comme on l¶a vu précédemment. on parlera plutôt de resélection de cellule. Il s'agit d'une nouvelle modulation la PSK (Phase Shift Keying) : On a 8 états. . la vitesse de modulation est la même que pour la GMSK mais permet un débit instantané trois fois plus élevé. Lors d¶un état GMM_READY (le mobile n¶a rien à transmettre).Il est difficile de parler de handover au sens du GSM. Etant donné que l'on a plus d'états on est aussi plus sensible au bruit ce qui est l'inconvénient de ce type de modulation. le mobile réalisera des µRouting Area Update¶. GMM_STANDBY et GMM_READY. Cette technique intéresse donc particulièrement les nouveaux entrants sur le marché. Signalisation : Elle est identique au GSM. le mobile peut faire une mise à jour de cellule. Les aires de location étant appelées des µRouting Area¶. Il existe 3 états : GMM_IDLE. 5% RACCH 5% RACCH EDGE L'un des buts de EDGE (Enhanced Data Rates for GSM Evolution). il y aura plus de tentative pour générer un Erlang (entre 15 et 30 fois plus) donc plus de signalisation : 30 Erl de trafic de type parole 1 Erl de trafic de type paquet Sommaire I.

on protège plus ou moins l'information en choisissant parmi 9 schémas de modulations et de codages (5 pour la 8-PSK et 4 pour la GMSK) qui sont découpés en trois familles. y EGPRS 136 Réutilisation des fréquence de 1/3 et allocation des CCH (Control Channel) de façon à éviter émission et réception en même temps dans des cellules adjacentes. y EGPRS phase 1 On utilise 6 débits de PCS-1 à PCS-6 variant de 22. La modulation 8-PSK n'est utilisée que pour les PDTCH (Packet Data Trafic Channel). Le débit maximum instantané est donc de 553kbps.2 kbps par TS. Cette modulation permet donc de faire évoluer le GPRS vers le EGPRS. La forme des burst ne change pas : 3 58 26 58 d'un symbole à l'autre. C'est à l'intérieur de ces familles que l'on pourra avoir un changement dynamique du schéma en fonction de l'évolution de la qualité du lien radio.Ajouté à cette modulation. et en analysant cette séquence le récepteur peut déterminer quelle modulation a été utilisée et les deux systèmes peuvent cohabiter. Cela nécessite donc une synchronisation entre BTS et cela implique la création de groupes de temps (4 groupes).8kbps à 69. 3 tail données apprentissage données tail La séquence d'apprentissage est très importante car elle contient des déphasages différents pour EDGE et pour le GSM. EDGE réalise une rotation de phase de on a donc 'virtuellement' 16 états accessibles. Architecture du réseau : Suivant les conditions radios. On a alors une réutilisation effective de 4/12 : .

et de transport point à point de données multimédia sur IP. L¶équation fondamentale du CDMA est : y Avec W : bande passante de modulation R : débit . Il est fortement pressenti comme technique d'accès multiple pour les systèmes de troisième génération.y EGPRS phase 2 La tendance est ici de migrer de plus en plus vers des connexions paquets y compris pour la téléphonie. Cette étape est très proche de l'UMTS. et de nouveaux codages dont les turbo-codes. elle est aussi appelée RT-EGPRS (Real Time EGPRS). On arrive alors à des applications de voix sur IP. on a la même gestion dynamique de la qualité de service et la possibilité d'utiliser plusieurs services en parallèle (ex: voix + consultation Web). Sommaire W-CDMA Le W-CDMA ou Wide-CDMA est une l'application large bande de la technique d'accès multiple par répartition de codes (les utilisateurs se différencient par leur code d'étalement). La deuxième phase de GPRS supportera tous les services temps réel. Les évolution du EGPRS porteront surtout sur l'utilisation de différentes profondeurs d'entrelacement.

l'effet de cette observation est que l'on ne peut pas partager les mêmes portions du spectre dans des cellules adjacentes. le signal peut être reçu avec la présence d'interférences 18dB au dessus du signal. On a aussi un changement important au niveau des interférences : dans un système standard. Ses principaux avantages sont : y y y y y réutilisation des mêmes fréquences dans toutes les cellules . Sommaire UMTS . les signaux peuvent être reçu malgré un haut niveau d'interférences. le signal désiré doit être au moins 18dB au dessus de tous bruits ou interférences. quand la charge du réseau augmente. le niveau d'interférences augmente. la réutilisation des mêmes codes est possible la différenciation se faisant par les séquences de " scrambling " ajoutées à la trame. Dans les pires conditions.. Ainsi les mêmes fréquences peuvent être réutilisées dans des cellules adjacentes.. Ses principaux inconvénients : y y y chaque utilisateur constitue un brouilleur potentiel. Kasami. (8 à 10 fois plus que pour TDMA / FDMA) possibilité d'exploiter les trajets multiples en utilisant des récepteurs de type Rake.I : puissance équivalente des interférences N : puissance équivalente du bruit thermique L : affaiblissement du à la propagation Ptx : puissance d¶émission Eb/N0 : rapport signal à bruit minimum requis On en déduit que les interférences dépendent de la puissance de chacun des émetteurs présents et que la puissance à transmettre pour être " entendu ".) possibilité de gérer un grand nombre d'abonnés. c'est le facteur limitant du réseau. Dans un système CDMA. Cette valeur dépend entre autre de la largeur de bande disponible et des interférences intra et inter-cellulaires. grand nombre de codes d'étalement (Gold. meilleure qualité sonore. contrôle de puissance obligatoire afin de pouvoir recevoir un mobile éloigné de la BTS lors qu'un mobile proche émet. dépend des interférences. étalement du signal en large bande brouillage et interception difficile. On peut définir un nombre maximum d'utilisateurs pour un rapport signal à bruit donné : le 'pole point'.

En fait la statistique spatiale du trafic cellulaire peut être représenté par une distribution LogNormale : . notamment aux USA. L'UMTS devrait fournir des débits atteignant 2Mbps en indoor avec un débit chip de 3. Il y aura alors des difficultés de roaming au moment de sortir de ces plaques. des problèmes apparaissent sur les bandes de fréquences disponibles. Le principal inconvénient est l'importance des changements qu'il faudra apporter au réseau actuel. le système est en cours de normalisation. L'UMTS sera vraisemblablement déployé par plaques au dessus du réseau GSM pour des zones de forte demande. Le mode d'accès multiple choisit sera basé sur le W-CDMA même si certains organismes ont pensé à une évolution du TDMA. Trafic et qualité de service La planification radio UMTS est dans un environnement multi-service avec des distributions de trafic non homogène.84Mcps et des débits supérieurs entre 500kpbs et 1Mbps en outdoor.Système de troisième génération l'UMTS (Universal Mobile Telecommunications System) devait théoriquement permettre différentes évolutions : y y y y y y accès à l'Internet de façon fluide gestion flexible des données multimédias gestion flexible des différentes qualités de service connexions paquets à moindre coût pour un service 'best-effort' harmonisation des réseaux terrestres et satellitaires accès à des intranets (VPNs) Actuellement.

Système de deuxième génération : blocs de 200kHz ~40-150 canaux par opérateur disponibles si le trafic augmente. du débit et de l¶environnement : Service Parole LCD LCD UDD UDD Parole Sommaire Débit (kbps) 8 64 2048 64 2048 8 Environnement Indoor Indoor Indoor Indoor Indoor Véhicule ± 120km/h Diamètre maximum 902 648 107 745 317 5967 . on ajoute des TRX Système de troisième génération : blocs de 5MHz ~2-5 canaux par opérateur disponibles si le trafic augmente. on considerera que les besoins de base sont : Pour la parole : BER = 10-3 8kbps Pour les données en mode circuit : BER = 10-6 pour les Long Contraint Data (LCD) 64kbpss. 144kbps. 384kbps. 2048kbps Pour les données en mode paquet : Uncontrained Delai Data (UDD) Protection de type ARQ(*) pas de BER 64kbpss. 384kbps. 2048kbps (*) Si la donnée arrive avec une erreur on demande qu¶elle soit renvoyée de nouveau Si on rajoute à cela l¶environnement. 144kbps. on peut déduire que la taille des cellules dépendra du service. on a besoin de nouveaux sites Différents services et débits sont disponibles.

Recommandation Européenne pour l'attribution du spectre : terrestre satellite terrestre terrestre satellite TDD UL/DL FDD UL MSS UL TDD UL/DL FDD DL MSS DL 1900 1920 1980 2010 2025 2110 2170 2200 TDD/FDD Le FDD et le TDD sont les deux modes complémentaires de l'UMTS. un opérateur public pourra donner des licences à un opérateur privé pour l'utilisation d'une partie du spectre sur des zones géographiques limitées. une des directions est sous-utilisée lorsque cette condition n'est pas remplie. centres d'affaires. l'opérateur public pourra couvrir le réseau professionnel et étendre les services au réseau public pour les utilisateurs dans ces environnements. Le mode FDD prend en compte les trafics asymétriques en allouant un nombre de canaux différents pour les sens montant et descendant.. Cette approche peut libérer un certain nombre de canaux de 5MHz. Le TDD apportera un surplus de capacité.). Le mode TDD supporte l'asymétrie au niveau de chaque canal en allouant un nombre d'intervalles de temps proportionnel à la quantité de trafic dans les sens montant et descendant. Des canaux TDD peuvent dans ce cas y être placés afin d'améliorer l'efficacité spectrale. les opérateurs vont peut avoir des problèmes de capacité en certains points (aéroports. Le mode TDD permet une optimisation de l'efficacité spectrale en présence de trafic asymétrique.. notamment dans la bande allouée au trafic montant pour le cas le plus largement envisagé de trafic dominant dans le sens descendant. Au fur et à mesure de l'augmentation du trafic.Le spectre La bande alloué de fréquences va dans un premier temps aboutir à une attribution de 155MHz (terrestre) et 60MHz (satellites) en 2005 puis un rajout de 185MHz (terrestre) et 30MHz (satellite) en 2010. y y . ce qui se traduit par une baisse de l'efficacité spectrale. Il y a plusieurs scénarios pour l'utilisation du spectre non appairé : y y augmenter la capacité des systèmes FDD sur des zones à forte demande : les opérateurs vont commencer par utiliser FDD pour le déploiement initial des systèmes de troisième génération. Cette configuration est optimisée pour des rapports d'asymétrie de l'ordre de 1. notamment aux rapports d'asymétrie pour lesquels une partie des fréquences FDD peut être libérée dans le sens montant. Avec des terminaux bimodes FDD/TDD.5 (rapport entre le nombre de fréquences dans les sens descendant et montant). de la même façon que le DCS1800 a été introduit pour le GSM.

Affectation des cellules en fontion du mode choisit Cellule macro FDD : couverture vaste . tout en sachant qu'il pourrait permettre un coût opérationnel moindre que le FDD sur les cellules de taille moyenne (quelques centaines de mètres) rencontrées en Ville. Rq : le TDD implique un accès multiple mixte (trame GSM + étalement).y y communication terminal à terminal : puisque les terminaux doivent être capable de transmettre et de recevoir dans les mêmes bandes. sachant que les rayons escomptables à faible débit peuvent être estimés de 50% supérieurs à ceux accessibles en TDD. sous réserve d'avoir de gros problèmes d'interférences synchronisation inter BTS (pas nécessaire en FDD) En conclusion sur ces deux modes : y y y y Le FDD est plus adapté aux grandes cellules. Cet écart s'estompe toutefois avec la croissance du débit. Le TDD est plus adapté aux petites cellules à tous débits. La préparation du handover vers le GSM est offerte par les deux modes. ou l'élimination des évanouissements la communication d'un mobile pouvant être relayée par plusieurs autres mobiles jusqu'à la base par le biais d'un de ces réseaux. on doit alors savoir qui transmet et quand. de manière plus naturelle et efficace toutefois avec le TDD. par exemple la création de micro réseaux entre abonnés. Le support efficace des trafics asymétriques est susceptible de profiter d'un partage de certaines bandes de fréquence entre le FDD et le TDD. une communication entre mobile pourrait permettre de nouvelles possibilités.

Une bande de 10MHz (5 au minimum) en TDD permettra d¶augmenter la capacité pour des applications de faible mobilité. typiquement en indoor. Le principal problème vient des 2tats Unis ou le spectre est déjà occupé par le réseau PCS 1900. Ces bandes permettront le déploiement d¶une structure cellulaire hiérarchique complète où la demande en trafic est importante.mobiles à grande mobilité Cellules micro FDD : utilisé au niveau piéton outdoor donne un surplus de capacité Cellules pico TDD/FDD : déployé principalement en indoor permet des services à débits importants la portée est le facteur limitant Sommaire Affectation du spectre par opérateur A l'ouverture du service chaque opérateur devra avoir un minimum de 2 x 20MHz en FDD attribué (2 x 15 au minimum). Au niveau mondial. les bandes utilisées devraient être sensiblement les mêmes afin de réaliser un réseau mondial cohérent. Les Américains sont en train de réfléchir comment libérer de la place : Qualités de services .modulations .

mais les concepts d'infocom (avec l'accès au monde IP) et de convergence étaient encore bien lointains au début des années quatre-vingt dix... Bien évidemment. Néanmoins. Radiocom 2000 n'était pas un système orienté vers le marché de masse. La signalisation devrait évoluer vers un système basé sur le protocole IP. Les trames devrait comporter 15 slots et durer 10ms. Le fait que plusieurs BTS puissent gérer un même mobile va être utilisé pour utiliser une technique de macro diversité. le grand marché du GSM comme celui de Radiocom était la voix . liaison UL : réception sur plusieurs bases. l'espacement entre porteuse de 5MHz en restant multiple de 200kHz pour pouvoir rester compatible avec le GSM. en utilisant un facteur d'étalement variable (entre 4 et 256). Enfin. Les systèmes de première génération ne connaissaient pas encore la déréglementation des télécommunications et évoluaient donc dans un environnement économique protégé. La modulation utilisé est de type QPSK. séparation avec la BTS précédente. ce qui implique que la téléphoie mobile a déjà connu une migration : celle qui a mené le système 1G (Radiocom 2000) vers son successeur. Le prix des mobiles. Sommaire Stratégie de migration vers l¶UMTS Migration 1G/2G Le GSM est un système de deuxième génération. celui des communications et sa capacité de fait limité par le spectre en faisait un produit limité aux utilisations professionnelles (et plus encore aux sphères dirigeantes des entreprises).L'UMTS gérera différentes qualités de services en parallèle et de façon dynamique. Les services à débits variables seront de type RT (Real Time Transparent) ou NRT (Non Real Time Transparent). le GSM a apporté le handover ainsi que la compacité et la légèreté des terminaux. le mobile déclenchant le transfert de connexion en deux étapes : connexion à une BTS de puissance plus élevée. on obtient ainsi un gain en stabilité : y y liaison DL : combinaison cohérente identique aux trajets multiples et stabilité par rapport aux 'fast fading'. Autres changements Un autre changement important est la gestion des handovers qui sera de type soft handover. puis une fois que la connexion est bien établie. sa couverture quasi globale du territoire (et non de la population) en faisait le système mobile par excellence. .

Compte tenu des délais d'amortissement.L'introduction de la 2G sur la 1G s'est déroulée sans migration effective que ce soit pour les utilisateurs finaux (pas de terminaux bi-mode) ou pour les opérateurs (pas d'équipement bistandard).. Les principales requêtes des opérateurs existant sont: . des contraintes technologiques empêchent cette compatibilité pour certains équipements.Assurer une compatibilité ascendante . nous avons aujourd'hui l'avis de certains opérateurs 2G. La compatibilité ascendante est aussi liée à ce facteur. A défaut d'avoir une vue précise du monde des opérateurs mobiles lors de l'introduction de l'UMTS. Principaux scénarios de déploiement On peut maintenant classer les scénarios de déploiements en trois grandes catégories: . et ses capacités financières à déployer un réseau mobile. La 2G avant la migration Le GSM est maintenant un marché de masse qui connaît une concurrence rude avec souvent plus de deux opérateurs mobiles par pays. infrastructure.. ils se "défendent" face à d'éventuels nouveaux venus UMTS (donc à couverture radio restreinte) en profitant de leurs acquis. il est évident que l¶introduction de l'UMTS ne peut ignorer ce fait. De plus. services. Elle permet de répondre à l'augmentation de trafic qu'il provienne de système 3G ou 2G. son histoire. et des clients difficiles à fidéliser. marketing. Ceci conduit à des politiques de différenciation d'offre et de segmentation de marché selon le choix de l'opérateur dictées par sa stratégie. les opérateurs offrent un service non dégradé et plus riche. Bien évidemment.Pouvoir différencier son offre L'introduction de l'UMTS s'effectuera sur un marché mobile en expansion qui nécessitera certainement des investissement parallèles dans des infrastructures 2G pour en augmenter la capacité.. Il reste donc à étudier les différents problèmes liés à l'introduction d'un système mobile dans un marché mature mais encore en évolution et en forte expansion.. en particulier pour le système d'accès radio.Préserver l'investissement fait en 2G . Les contraintes des opérateurs 2G en terme de sauvegarde d'investissement et de compatibilité ascendante et celles des utilisateurs en terme de couverture sont heureusement convergentes: en continuant d'assurer une couverture nationale par la 2G et donc d'utiliser et d'amortir leurs infrastructures. Migration vers la 3G Nul doute que le scénario 1G/2G ne pourra se reproduire. et doit donc s'effectuer "sans occulter" la 2G. Pour cela les investissements sont importants dans tous les domaines.

. mais les deux systèmes resteront bien distincts.. Il peut aussi attaquer le marché de la couverture professionnelle (multi-sites industriels . Les sites de station de base pourront certes être réutilisées dans la mesure de l'espace disponible.Start-up 3G . les contraintes mêmes du déploiement d'un système mobile amènent à la notion "d'îlots". Les mobiles pourront naviguer entre ces deux systèmes (UMTS et GSM ou GPRS) avec une continuité parfaite de service pour la voix. Dans ce cas. Ce scénario est d'autant plus valide que des accords avec des opérateurs nationaux existent. Cela permettra par exemple de faciliter l'intégration du réseau complet de l'opérateur et de baisser les coûts d'exploitation. Des handovers " sans couture " entre les deux systèmes seront possibles pour la voix et les services data sauf pour ces derniers lorsqu¶ils nécessiteront des capacités propres à l¶UMTS.modes GSM/UMTS pourraient certainement être déployées.Evolution de 2G en 3G . ... au moins pendant les premières années d'exploitation. et en ce qui concerne les data. En revanche. Les îlots UMTS Quelque soit le scénario. ils seront limités à la zone de couverture 3G. une offre de service "riche" dans les îlots UMTS et une plus restreinte dans le reste du réseau grâce au GPRS. les parties GSM NSS et UMTS CN (Core Network) pourront offrir une certaine compatibilité avec la possibilité d'intégrer des éléments 2G et 3G dans le même réseau et de partager certaines fonctions. y Start-up 3G C'est le cas d'un opérateur "seulement UMTS" ou de celui d'un opérateur "mixte" souhaitant complètement séparer les deux entités GSM et UMTS. Des antennes bi.. L'interconnexion entre les deux systèmes ne se fera que par "roaming".Evolution de fixe en 3G y Evolution de 2G en 3G C'est le scénario "naturel" à condition que l'opérateur 2G réussisse à obtenir une licence UMTS . ). y Evolution de fixe en 3G Un opérateur fixe obtenant une licence UMTS peut essayer de profiter de son marché "domestique" en déployant son service mobile avec pour cible la convergence fixe/mobile par le biais de Home Base Station par exemple. Il est clair que la différence technologique entre l'accès GSM et l'accès UMTS (due principalement à l'introduction du CDMA et de l'ATM) conduit à une différence significative des équipements d'accès radio.

Ceci sera une opportunité de se lancer dans la troisième génération.La couverture GSM traditionnelle va s¶améliorer en terme de surface couverte et va se densifier. interférence des réseaux situés dans les bandes adjacentes. Elle est mieux adaptée aux débits rapidement variables et aux traitement simultané de plusieurs utilisateurs utilisant différents services en parallèle. l¶introduction de EDGE demandera une densification des stations de base afin d¶obtenir une meilleure continuité de service haut débit. avec EDGE. La couverture GPRS va apparaître en îlots puis se densifiera petit à petit. la somme de ces interférences va fixer un plancher de bruit.. qui compte tenu de la limite de puissance des mobiles. Puis ces îlots enfleront petit à petit. Les opérateurs GSM ayant obtenu une licence UMTS proposeront dans un premier temps. pourront. De nouveaux utilisateurs pourront proposer directement et uniquement un accès UMTS. Plusieurs voies pourront alors être suivies : Les opérateurs GSM qui auront décidé de ne pas investir dans la nouvelle interface radio UMTS. Sommaire Rayons de cellules Les perturbateurs reçus à la station de base vis à vis d'un mobile donné sont : ‡ les interférences venues des autres mobiles contrôlés par la cellule (interférence intra cellulaire). proposer un accès données haut débit. ‡ les sources de bruit extérieur au système (bruit thermique. ‡ les interférences venues des mobiles sous contrôle d'autres cellules de l'opérateur (interférence extra cellulaire). . Pour une charge de cellule donnée. Au niveau de l'ingénierie : y y prise compte simultanée de la couverture et du rapport signal à bruit. ces nouveaux acteurs pourront offrir une couverture globale GSM/UMTS. Les débits de 384kbps/s étant possibles dans de bonne conditions radio. pouvant recouvrir la totalité du réseau GSM. ). etc . A l¶aide d¶accords de roaming avec des opérateurs GSM.. des îlots UMTS aux utilisateurs. va induire une limite du rayon de cellule afin de pouvoir obtenir le rapport signal à bruit requis au niveau de la station de base. aux utilisateurs. La décision d¶orientation vers l¶UMTS prendra en compte le fait que l¶interface WCDMA est conçue pour donner accès aux services orientés paquet sur laquelle la voix peut aussi être transportée.

y y y y y y méthodes dynamiques car la couverture dépend de la charge. ces paramètres étant fortement liés. macro diversité. Sommaire Récapitulatif GSM Connexion Accès multiple Circuit TDMA GPRS Circuit + paquet Idem GSM EGPRS Circuit + paquet Idem GSM UMTS Paquet principalement W-CDMA (?TD-CDMA?) Modulation Spectre GMSK 2 x 35MHz autour de 920MHz 2 x 75MHz autour de 1800MHz Duplex 45MHz en GSM 900 95MHz en DCS 1800 Largeur canal Espacement entre porteuses Longueur trame 200kHz 8 x 148 bits Idem GSM Idem GSM Idem GSM Idem GSM 5MHz Multiple de 200kHz 15 x 96bits ? Idem GSM Idem GSM GMSK Idem GSM 8-PSK et GMSK Idem GSM QPSK 155MHz + 60MHz autour de 2050MHZ en 2005 +185MHz +30MHz en 2010 190MHz pour la bande appairée . celle réseau de type UMTS devra être faite en considérant tous les paramètres en même temps. le contrôle de puissance est indispensable. Comparaison simplifiée entre planification GSM et UMTS : Processus µstep by step¶ Processus µall in one¶ On voie que si l¶élaboration d¶un réseau cellulaire de deuxième génération est séquentielle. gestion multiservice (influence sur les besoins en ressources).

bon De 22. Fax Accès Internet Vidéo Débits 4. SMS.Durée trame Nombre de slots par trame Utilisation multislots Services Voix.4kbps par TS jusqu'à 171kbps Idem GSM 8 Oui RT et NRT OK Complet Correct . SGSN.615ms 8 Non T et NT OK Limité Non De 300bps à 9. reprogrammation BTS Influence sur le trafic lié à l'utilisation de plusieurs slots simultanément Oui Oui Oui 2002 ? Système basé sur IP Nouvelle architecture Particularités pour le déploiement (par rapport au GSM) Idem GPRS Gestion des flux d'abonnés Contrôle de puissance Multi-service Macro diversité Sommaire .05kbps à 21.8kbps à 69.6kbps Idem GSM 8 Oui T et NT OK Correct Limité De 9.2kbps par TS jusqu'à 553kbps Oui Oui Oui 2001? Idem GSM Idem GPRS 10ms 15 Oui RT et NRT OK Complet Complet Jusqu'à 2Mbps en indoor Débits variables dynamiquement QoS variable dynamiquement Multiservice Disponibilité Signalisation Architecture (par rapport au GSM) Non Non Non Depuis 1992 SS7 Non Non (négociée appel par appel) Non Mi 2000 Idem GSM Légers changements : GGSN.