You are on page 1of 11

La relève syndicale à la FEC

SYNTHÈSE
DES COMPTES RENDUS DES ACTIVITÉS D’ANIMATION

2 avril 2004 ____________________________________________________________________ _ LA RELÈVE SYNDICALE .FEC Synthèse des perceptions du syndicalisme 2 .

pour certain(e)s participant(e)s. Ce sont plutôt les valeurs corporatistes qui prévalent dans le monde syndical. le « feu sacré » de l’enseignement semble difficile à maintenir pour certain(e)s en raison de la surcharge de travail et de la précarité d’emploi. le travail demeure une priorité et constitue une importante source de satisfaction. Toutefois. etc. selon certain(e)s. le syndicalisme est adapté à 100 % à la réalité actuelle.). le syndicalisme est encore nécessaire car il assure une certaine protection. les loisirs. qu’il est un contre-pouvoir trop puissant dans certains cas.À L’AUBE DU NOUVEAU MILLÉNAIRE A) Le syndicalisme d’aujourd’hui est-il adapté à la réalité de son époque ? Pour plusieurs. que les syndicats n’ont ____________________________________________________________________ _ LA RELÈVE SYNDICALE . cependant qu’il y a eu des gains au plan collectif grâce aux point de vue individuel. Il faut ajouter. environnement.1. Cependant. On perçoit donc une certaine démobilisation générale et plus d’individualisme. qu’œuvrer dans le syndicat. B) Est-il adapté à la réalité du nouveau personnel enseignant ? Pour certain(e)s. qu’il protège parfois des incompétents. pour la majorité. Pour d’autres. etc. au ne pas en recueillir certain(e)s participant(e)s ne sentent pas l’appui du syndicat. celle du personnel vieillissant qui se dirige vers la retraite. il ne reflète pas les valeurs des jeunes et du nouveau personnel enseignant (justice sociale. selon certain(e)s.FEC Synthèse des perceptions du syndicalisme 3 . le nouveau personnel enseignant estime les fruits. Ce sont les valeurs des plus « anciens » et des « permanents » qui sont défendues actuellement. les enjeux ne sont plus les mêmes et les gens n’y accordent plus autant d’importance. c’est œuvrer pour les permanents. le syndicalisme est moins rassembleur. Le syndicalisme passe après les considérations personnelles et familiales dans bien des cas. Certain(e)s croient également que le message des syndicats doit évoluer car il serait dépassé. celle de la majorité. D’ailleurs. L’idéal consiste donc à trouver l’équilibre entre le travail et la famille et/ou la vie de couple. une façon de se réaliser. Pour plusieurs participant(e)s. Comme précaires. B) Quelle place occupe l’enseignement dans votre vie ? Le travail. on estime qu’il peut parfois constituer un frein au changement. on croit Plusieurs évaluent syndicats mais. Malgré cela. 2. un certain pouvoir. Pour d’autres. alors que quelques-un(e)s y arrivent et ce.LES VALEURS QUI COMPTENT A) Qu’est-ce qui compte le plus pour vous ? La famille. commerce équitable. la vie de couple. La génération du baby boom est pointée du doigt à cet égard. malgré la précarité et la mobilité que cette dernière implique bien souvent. est une valeur importante au sens où il est nécessaire pour survivre mais il n’occupe pas le centre de leur vie. la défense de…. il est difficile de concilier le travail et la vie personnelle. le travail. le syndicalisme est une valeur intéressante mais ce n’est pas une des valeurs premières. Pour d’autres.

par la défense de valeurs et causes sociales. il faudrait également proposer des mesures de transition (exemple : retraite progressive sans pénalité) et d’intégration des nouveaux (exemple : réduction du temps de travail à l’entrée sans réduction du salaire). Ce serait également un lieu d’échanges. Selon certain(e)s. Cependant. de débats et de transmission d’informations. n’ont pas les connaissances requises pour en parler et manquent de temps et de ressources pour s’y attarder. Les autres membres. que devrait-on faire ? Les précaires et les enseignant(e)s à la leçon devraient être mieux défendus. Ce serait une affaire entre les mains de quelques « initiés ». plusieurs expriment le besoin d’obtenir de l’information pour être en mesure de bien comprendre les problématiques et les enjeux syndicaux. il faudrait que les précaires se manifestent et s’impliquent malgré leur mobilité et leur instabilité. la vie syndicale est l’affaire des baby boomers ou d’une minorité de gens plus ou moins représentative de l’ensemble des membres. Le syndicat ferait peu de place aux compromis en véhiculant un discours « noir ou blanc ». Certain(e)s participant(e)s indiquent que la vie syndicale s’exprime par la protection des droits et conditions de travail des membres. Certain(e)s questionnent d’ailleurs le principe d’ancienneté et y voient un effet pervers du syndicalisme. C) Si non. notamment en protégeant parfois des MED au détriment des précaires. B) Que pensez-vous des fonctionnement du syndicat ? pratiques syndicales et du mode de Certain(e)s participant(e)s déplorent le climat de confrontation alimenté par le syndicat. Quelques participant(e)s croient que le syndicat n’est pas vraiment sensible à l’enseignement proprement dit. De plus. Enfin. particulièrement le nouveau personnel enseignant. 3. En ce sens. certain(e)s lui attribuent peu de signification. Selon certain(e)s. Pour d’autres.plus la même valeur depuis les années 1980 et l’image véhiculée dans les médias est loin d’être positive. il faut répondre à leurs besoins. le syndicat peut être perçu comme un frein car il ne favorise pas toujours les meilleures conditions d’enseignement. ____________________________________________________________________ _ LA RELÈVE SYNDICALE . connaissent peu les dossiers syndicaux. on doit éviter de diviser les syndiqués entre « jeunes » et « vieux » en les défendant de manière équitable.FEC Synthèse des perceptions du syndicalisme 4 . Quelques participant(e)s souhaitent également véhiculer leur point de vue auprès des diverses instances syndicales. donc peu nuancé. il faudrait regrouper d’une façon ou d’une autre les précaires. les syndicats devraient valoriser un peu plus l’éducation et l’enseignement.LA P’TITE VIE… SYNDICALE A) Que signifie pour vous la vie syndicale d’un collège ? À prime abord. Ils et elles ne croient pas que les plus vieux vont les défendre. Pour d’autres.

Le syndicat doit contribuer au développement de ce sentiment d’appartenance qui aura des effets sur la vie syndicale. selon certain(e)s. le dénigrement des autres corps d’emploi ou des autres fédérations leur apparaît peu constructif. On mentionne aussi qu’il faudrait développer des liens plus étroits entre les différents corps professionnels syndiqués car ils et elles estiment avoir le même employeur. etc. syndicale cette fois. Plusieurs estiment qu’il faudrait limiter la durée des assemblées. selon vous ? Certains participant(e)s croient qu’on devrait d’abord développer la vie sociale du collège car c’est celle-ci qui permet le développement d’un sentiment d’appartenance. Certain(e)s ____________________________________________________________________ _ LA RELÈVE SYNDICALE . JE VOUS DÉRANGE ? A) De quelle manière le syndicat vous a-t-il accueilli à la suite de votre embauche ? En général. qui engendre plus de problèmes que de gains. ce sentiment donne envie de participer et de s’impliquer dans d’autres instances comme le syndicat. particulièrement lorsque le syndicat prend les devants pour aider le nouveau personnel enseignant à s’intégrer. 4. pour certain(e)s. ainsi que sur le rôle et travail des dirigeants de la fédération et de la centrale. notamment le manque d’informations sur les structures syndicales. En ce qui concerne la tenue des assemblées générales. ateliers. On suggère de faire des assemblées sous forme de forum de discussion sur des thèmes plus vastes. forum de discussions.). En ce qui concerne les assemblées générales. La manière de s’exprimer lors des assemblées générales semble déplaire à certain(e)s participant(e)s. Celles-ci pourraient parfois prendre des formes différentes (table ronde. On souhaite que l’accent soit également mis sur les aspects positifs de la vie syndicale et de celle du collège. l’heure du dîner est un moment de la journée plus favorable à leur participation. On devrait d’ailleurs lui accorder une allocation pour accomplir sa tâche afin de ne pas créer une autre forme de précarité. D’autres considèrent que le syndicat fait peu de place au niveau local aux enjeux de société. Or. plusieurs manifestent une certaine frustration quant à leur fonctionnement parfois inefficace et ses règles parfois rigides. selon d’autres participant(e)s. l’accueil semble apprécié. C) Que devrait-on modifier. D’ailleurs. En effet. ces règles demeurent un mystère. Le fait qu’il y ait un(e) représentant(e) de nouveau personnel enseignant ou des précaires au sein de l’exécutif serait bien perçu par certain(e)s.FEC Synthèse des perceptions du syndicalisme 5 .Plusieurs autres doléances sont exprimées.PARDON. On estime qu’il faudrait alléger son fonctionnement et expliquer clairement les procédures en produisant une sorte de « guide d’initiation ». On souhaite parfois aller au-delà des questions syndicales plus terre à terre. La grève serait une pratique sans portée réelle. c’est-à-dire l’État québécois.

RCS. incomplet et parfois un peu tardif. ce qui ne favorise pas leur intégration syndicale. Donc. Certain(e)s participant(e)s saisissent encore mal les bénéfices ou les services offerts en contrepartie des cotisations payées. En d’autres termes. etc.FEC Synthèse des perceptions du syndicalisme 6 . etc. En effet. la participation à une assemblée générale ou à une activité plus informelle. B) Comment définissez-vous votre situation à cet égard ? Plusieurs mentionnent à cet égard que la précarité d’emploi rend difficile leur participation et que le rôle qu’ils ou elles peuvent jouer est freiné par cette situation. En général. la lecture de quelques documents syndicaux. Ils et elles se sentaient sans ressource. Bien souvent. l’encouragement des collègues ont favorisé l’intégration de certain(e)s participant(e)s. Les précaires sont souvent de passage (des « bouche-trous »). l’intégration syndicale devient secondaire car il y a d’abord des lacunes au point de vue professionnel. On suggère également qu’un membre du département ou du programme les accueille. La précarité. l’incompréhension des règles de fonctionnement. CI. B) Y a-t-il des lacunes au plan de l’intégration syndicale ? Quelques participant(e)s mentionnent avoir d’abord eu des difficultés à s’intégrer au point de vue professionnel.). FNEEQ. 5. dans leur cas. temps libre. Cependant. Certain(e)s indiquent que l’accueil demeure informel. ce sont des heures qui peuvent être vouées à d’autres choses : correction. les heures à consacrer au militantisme syndical. les participant(e)s ont l’impression de ne pas jouer un bien grand rôle. selon des participant(e)s. ça veut dire ne pas savoir ce qui va se passer dans trois mois. le travail « bouffe » 100 % de leur temps. comment avez-vous favorisé votre intégration ? D’abord. ____________________________________________________________________ _ LA RELÈVE SYNDICALE . C) Et vous. etc. CG. plusieurs n’y ont pas mis d’effort. assez rapidement à la suite de l’embauche. réunion départementale. quand on débute en enseignement. la méconnaissance de l’histoire du collège et du syndicat. UN POUR TOUS ? A) Avez-vous l’impression de jouer un rôle essentiel dans la vie syndicale ? Plusieurs n’ont pas véritablement cette impression. exprime-t-on. il faut comprendre la situation des nouveaux membres. préparation de cours. l’évaluation du rapport entre cotisations payées et services obtenus demeure floue à leurs yeux. Par ailleurs. il y a un problème d’éducation syndicale car un besoin est ressenti à cet égard. De plus. On manifeste le besoin d’une rencontre d’initiation avec le syndicat et ce. voire même pour le syndicalisme dans son ensemble. Dans ce contexte. On estime également que la première rencontre ou réunion est très importante pour l’intégration des nouveaux et nouvelles.suggèrent que cet accueil soit fait par de plus jeunes enseignants car les plus anciens peuvent être intimidants. le langage « technique » (ETC. la visite au bureau du syndicat.TOUS POUR UN. constituent souvent un frein à l’intérêt manifesté lors des assemblées générales. disent certain(e)s. MED.

certain(e)s ne souhaitent pas occuper une place plus grande car ils manquent de temps et d’intérêt. d’autres craignent que la direction agisse défavorablement à leur égard en raison de leur implication syndicale. notamment en s’impliquant dans des dossiers ou comités moins imposants. la solidarité. certain(e)s sont d’avis que les conventions collectives ne sont pas adaptées à leur réalité mais plutôt à celle des plus anciens.FEC Synthèse des perceptions du syndicalisme 7 . 6. ainsi que la justice. en particulier celle de la génération du baby boom. d’autres participant(e)s expriment leur volonté de prendre peu à peu une place. il faudra alors qu’ils et elles s’imposent pour changer les choses qui ne leur plaisent pas.Par ailleurs. En tant que précaires. D’autres croient devoir changer les choses. le « fardeau » engendré par ce rôle. ce sont surtout des préoccupations qui concernent les permanents dont on parle et. D’autres mentionnent que le syndicat défend les conditions de travail et les droits des enseignants. Selon certain(e)s. Plusieurs démontrent une certaine résignation à cet égard. Il remplit donc une certaine mission sociale. la méconnaissance des dossiers et du fonctionnement des instances. de l’assemblée générale voire de la fédération. ce n’est pas facile de s’y retrouver ou d’avoir un peu d’influence sur elle. la gêne d’intervenir lors des réunions. la maîtrise défaillante du « jargon syndical ». le syndicat pourrait jouer un rôle éducatif en ce qui a trait aux valeurs qui touchent le nouveau personnel enseignant comme la justice ____________________________________________________________________ _ LA RELÈVE SYNDICALE . le manque d’intérêt et de temps expliquent cette impression. Certain(e)s participant(e)s démontrent un intérêt à définir un lieu commun pour se concerter sur les enjeux qui les préoccupent afin de véhiculer par la suite leurs points de vue auprès de l’exécutif. lors des assemblées générales. par conséquent. D’autres indiquent également que nos organisations syndicales constituent une « grosse machine » et que. Enfin. B) Que et qui devraient-ils défendre. Certain(e)s estiment jouer seulement un rôle de « cotisants ». les précaires ne s’y reconnaissent pas vraiment. les intérêts des étudiants et de la société en général. selon vous ? Selon certain(e)s participant(e)s. selon certain(e)s.LE SYNDICAT À LA DÉFENSE DE… A) Que défendent les syndicats ? Le vôtre ? Il y a une certaine désillusion à l’égard des gains potentiels à obtenir grâce à l’action syndicale. Pour d’autres. De plus. leur participation à la vie syndicale est conditionnelle aux changements des pratiques syndicales actuelles. Certain(e)s préfèrent en quelque sorte laisser ça dans les mains des « spécialistes ». D’ailleurs. les plus expérimentés ne leur feront pas de place. C) Quelle place souhaiteriez-vous occuper ? À court terme.

afin de maintenir l’harmonie au sein d’un collège. À plus long terme. certain(e)s participant(e)s s’estiment individualistes et peu mobilisé(e)s. selon certain(e)s. des « missionnaires » qui donnent leur temps sans compter ou des « savants » « spécialistes » qui connaissent la convention collective par coeur.FEC Synthèse des perceptions du syndicalisme 8 . Il faudrait négocier des conventions collectives en favorisant les précaires plutôt que les futurs retraités car ce sont eux qui représentent l’avenir. Quelques-un(e)s croient également qu’ils travaillent plus pour leurs intérêts personnels que pour les membres. le syndicat remplit des fonctions de représentation et de défense des membres afin de faire respecter leurs droits. À court terme. alors que d’autres estiment qu’il y a des lacunes. etc. la défense des meilleures conditions d’enseignement pour tous demeure au cœur des préoccupations des participant(e)s et le syndicat doit s’en préoccuper également. D’autres les qualifient de « contestataires chialeurs et dogmatiques ». Selon certain(e)s. Dans d’autres cas. il devrait. La défense des précaires et la valorisation de l’enseignement devraient être au cœur des fonctions assumées par le syndicat. on ne devrait pas confondre la défense d’une convention collective avec le développement de l’institution. l’équité salariale. le commerce équitable. D’ailleurs. Certain(e)s croient que c’est le cas. ce qui constitue un frein à leur participation. Pour d’autres. Certain(e)s estiment que les conditions de travail du nouveau personnel enseignant et des précaires devraient être plus considérées par le syndicat. D) Sont-elles bien assumées par les syndicats ? Le vôtre ? Les points de vue à cet égard sont partagés. Toutefois.sociale. Par rapport à eux. l’environnement.LES MILITANTS « EXPÉRIMENTÉS » A) Comment percevez-vous les militants « expérimentés » ? Les « militants expérimentés » sont perçus comme des « purs et durs » qui ne font pas de compromis. Une autre fonction consiste à créer un lieu d’expression démocratique et de diffusion de l’information pour les membres. C) Quelles sont ses fonctions ? Pour certain(e)s participant(e)s. on leur fait confiance car ils sont perçus comme un élément dynamique du milieu. ____________________________________________________________________ _ LA RELÈVE SYNDICALE . les plus expérimenté(e)s n’ont pas conscience de ce qu’est la précarité. une source d’information et une aide indispensable. le syndicat défend avant tout l’application de la convention collective. préparer l’avenir en défendant les conditions de vie et de travail des futures générations. alors que plusieurs d’entre eux ne l’ont jamais vécue. 7.

contribuer à sensibiliser chacun des groupes aux conditions de travail des autres. Le syndicat local tente souvent d’influencer le véritable employeur qu’est l’État en agissant sur la direction du collège. ____________________________________________________________________ _ LA RELÈVE SYNDICALE . Ceci pourrait. quelques participant(e)s estiment qu’il y a une certaine confusion entre la direction d’un collège et l’État. Pour ce faire.FEC Synthèse des perceptions du syndicalisme 9 . Certain(e)s mentionnent également qu’une trop grande proximité risque de nuire à l’exercice des droits syndicaux. certain(e)s participant(e)s perçoivent un manque de confiance de la part des militants expérimentés à leur égard. selon certain(e)s. certain(e)s estiment que le syndicat n’a pas toujours un rôle à jouer et qu’une collaboration peut s’établir entre eux et la direction. Selon des participant(e)s. des participant(e)s mentionnent que les militants expérimentés doivent inspirer les nouveaux et nouvelles. selon leur avis. Dans un autre ordre d’idées. des joueurs-clés au sein du syndicat. Une nuance est toutefois exprimée. D’autres indiquent qu’ils ont peur d’afficher leurs opinions face à eux. Selon les participant(e)s.on reconnaît que ces militants ont permis des gains syndicaux considérables dont bénéficient actuellement les nouveaux et nouvelles. le syndicat devrait contribuer au développement d’un sentiment d’appartenance entre ces groupes en organisant des activités sociales qui auront éventuellement des effets sur la vie syndicale. On souhaite ainsi bâtir des relations avec la direction sur la base du dialogue et de la collaboration. Ces participant(e)s favorisent donc le partenariat et le dialogue. B) Quels rapports entretenez-vous avec eux ? professionnel et syndical ? Aux points de vue Certain(e)s participant(e)s estiment qu’il faut éviter la division et la confrontation entre membres. De plus. leur transmettre leur savoir car ce sont. 8. cette confrontation ne devrait pas donner lieu à une absence de respect entre les parties. On estime difficile d’être constamment en opposition avec les cadres du collège alors qu’on doit en même temps travailler avec eux pour développer l’institution. De plus. sans intermédiaire. le syndicat ne peut se soustraire à la confrontation mais il ne faudrait pas confondre la défense d’une convention collective et le développement d’une institution. il faut cesser de s’opposer à la direction afin de développer une relation qui rend possible la collaboration. Ceci est particulièrement vrai dans le contexte actuel où plusieurs programmes sont fragiles et exigent des efforts concertés pour les maintenir. Cependant. certain(e)s estiment que le dialogue n’est pas possible entre les militants expérimentés et la direction qui ont développé des rapports d’opposition entre eux. On estime que cette stratégie n’est pas aussi efficace qu’on le prétend bien souvent et qu’elle a pour effet de détériorer le climat de travail. entre précaires et permanents ou entre jeunes et vieux. notamment entre militants et non militants. Malgré ces commentaires.PARTENARIAT OU CONFRONTATION ? A) Comment définissez-vous votre rapport à la direction ? Est-ce un rapport d’opposition ? Croyez-vous au dialogue et au partenariat ? D’abord.

la convention collective est bien plus le reflet des préoccupations des permanents et des baby boomers que de celles des précaires et du nouveau personnel enseignant. On estime que le syndicat est là pour l’interpréter. des congés de maternité et de perfectionnement. un cours de «convention collective pour les nuls». des échelles de salaire. D’autres estiment que leur manque de connaissance ne permet pas d’en juger. On s’y intéresse quand un problème survient.9. le jargon utilisé n’est pas facile à saisir et ce n’est pas simple de trouver l’article correspondant à un sujet quelconque. mais qu’il pourrait y avoir certains outils pour s’y retrouver. seuls les articles les concernant de près sont l’objet de leur attention. Il faudrait alors que ce soit autre chose que des documents distribués. des contrats. de l’ancienneté et de l’expérience. VOTRE LIVRE DE CHEVET ? A) Avez-vous eu l’occasion de consulter votre convention collective ? Plusieurs indiquent l’avoir consultée à l’occasion et en partie seulement. C) Qu’en pensez-vous ? En général. Plusieurs souhaiteraient recevoir de la formation à cet égard. ____________________________________________________________________ _ LA RELÈVE SYNDICALE . B) Dans quelles circonstances ? Voici les préoccupations qui ont incité certain(e)s à la consulter: questions à propos des priorités d’emploi. sans plus.LA CONVENTION COLLECTIVE.FEC Synthèse des perceptions du syndicalisme 10 . de la permanence. D) Avez-vous l’impression qu’elle traduit bien vos besoins et intérêts ? Selon certain(e)s participant(e)s. Pour plusieurs. On ajoute qu’une session de formation syndicale pour le nouveau personnel enseignant devrait être proposée à chacune des sessions. du remplacement et de l’embauche. la vulgariser.

____________________________________________________________________ _ LA RELÈVE SYNDICALE .FEC Synthèse des perceptions du syndicalisme 11 .