AXE 4 : « DESIGNER NOTRE VIE : PRATIQUES ARTISTIQUES ET FIGURES DE L’URBANITÉ » UNIVERSITÉ DE BORDEAUX 3 — 01 FÉVRIER 2012 #MICA

LE GESTE DE DESIGN FONDEMENTS DE THÉORIE DU DESIGN
stéphane vial
www.reduplikation.net www.lektum.com twitter.com/svial
1
vendredi 3 février 12

D’OÙ JE PARLE ?
Philosophie du design

2
vendredi 3 février 12

AU MENU DU MICA AUJOURD’HUI
1. Introduction : penser le design ? 2. Poïétique : le geste de design 3. Esthétique : l’effet de design 4. Conclusion : Designare aude !

3
vendredi 3 février 12

OUVERTURE “BEAUTIFUL DESIGNER KITCHENS”
• les

gens et les médias disent : « c’est design », c’est-à-dire : c’est beau, élégant, distingué, chic, « classe » c’est moderne, récent, nouveau, original, branché, « tendance » c’est décalé, bizarre, extravagant, fou consommons le signifiant « design » comme les autres le design est aussi un signifiant de consommation (Baudrillard)

• nous

vendredi 3 février 12

I. INTRODUCTION PENSER LE DESIGN ?

5
vendredi 3 février 12

LE DESIGN, MATIÈRE À PENSER
Le design ne cesse de penser, mais il est incapable de se penser. Il n’a encore jamais produit une théorie de lui-même, comme l’art a pu le faire. Penser le design, c’est être pris dans ce paradoxe liminaire : le design est avant tout une pratique de la pensée, mais il n’y a pas de pensée du design.

6
vendredi 3 février 12

LA FIXATION CALLO-CENTRISTE
Les philosophes ne se sont préoccupés jusqu’ici que du beau et des beaux-arts devenus arts plastiques (puis art contemporain) Ils ont complètement ignoré les arts décoratifs et les arts appliqués, « arts mineurs » devenus design (au rôle majeur !)

7
vendredi 3 février 12

PENSER LE DESIGN, IL EST TEMPS DE L’OSER

8
vendredi 3 février 12

POSTULAT ÉPISTÉMOLOGIQUE : LE DESIGN EST UN CONCEPT
il compose un nouveau champ disciplinaire socialement identifié et constitué il renverse toutes les positions antérieures des problèmes placés sous le nom de l’art ou de la technique

9
vendredi 3 février 12

INTRODUCTION À UNE PHILOSOPHIE DU DESIGN
Le principal objectif de mon Court traité du design : commencer à tracer une ligne de démarcation claire entre design et non-design Ce qui suppose de caractériser en propre le geste de design et de le distinguer du geste artistique

10
vendredi 3 février 12

QU’EST-CE QU’UN GESTE DE DESIGN ? QU’EST-CE QUI LE CARACTÉRISE EN PROPRE ? QUE VISE-T-IL ET QUE PRODUIT-IL ? QUEL EST SON EFFET SUR LE MONDE ?

vendredi 3 février 12

PROPOSITION THÉORIQUE geste de design ↓ effet de design
12
vendredi 3 février 12

II. POÏÉTIQUE : LE GESTE DE DESIGN

13
vendredi 3 février 12

LA MÉTHODE POÏÉTIQUE

aisthêsis (αἴσθησις), « perception, sensation » => esthétique poïêsis (ποίησις), « création, fabrication » => poïétique Distinction introduite par Paul Valéry en 1937 : ESTHÉTIQUE : étude de la phénoménalité artistique et donc de la réceptivité POÏÉTIQUE : étude de la générativité artistique, et donc de la créativité Didier Anzieu, Le corps de l’œuvre, 1981, p. 10 : « ... je peux délimiter avec précision mon domaine d’étude. C’est celui de la poïétique, c’est-à-dire de la production de l’œuvre par le créateur. Je laisse de côté l’esthétique, qui concerne l’effet de l’œuvre sur son public. » René Passeron, colloque international de Poïétique,1989 : « L'objet de la poïétique est en amont des oeuvres, celui de l'esthétique est en aval. »

vendredi 3 février 12

POÏÉTIQUE DU DESIGN
l’étude du design comme phénomène de création EN QUOI CONSISTE-T-IL ?

vendredi 3 février 12

LE DESIGN EST UN THINKING C’EST-À-DIRE UN PROCESSUS DE PENSÉE

vendredi 3 février 12

DESIGN + THINKING = DESIGN THINKING ?

vendredi 3 février 12

LE DESIGN COMME UNE CHOSE QUI PENSE

Tim Brown, IDEO, depuis 2005 : le design est un “design thinking”, c’est-àdire une manière de penser propre au designer, une méthode de pensée, voire une pratique de penseur (ce qui le rapproche de l’activité philosophique) 3 étapes majeures dans le processus du design thinking : -- l’inspiration : « human needs is the place to start » -- l’idéation : « learning by making » (prototyper, prototyper) -- l’implémentation : mise en œuvre participative du projet (partager la capacité faire du design avec les usagers) le concept de « design thinking » : le seul concept de design que les designers ont été capables de produire pour définir ce qu'ils font. Met l’accent sur le design comme méthode de pensée impliquée dans un faire.

vendredi 3 février 12

LE DESIGN COMME THINKING
• Étymologie

anglaise : to design, « concevoir » en fonction d’un plan, d’une intention, d’un dessein => la culture de projet du design = élaborer un projet qui repose sur un concept et une pensée : -- un concept, i.e. une idée qui organise et structure le projet -- une pensée, i.e. une analyse du monde contemporain qui nourrit le projet thinking est le savoir-penser du designer

• Faire

• Le

vendredi 3 février 12

LE THINKING DU DESIGNER N’APPARAÎT PAS DANS LES MOTS MAIS DANS LES PROTOTYPES

vendredi 3 février 12

POUR UN DESIGNER PENSER, C’EST DESSINER PENSER, C’EST MAQUETTER PENSER, C’EST PROTOTYPER

vendredi 3 février 12

LA PENSÉE (COMME OPÉRATION CRÉATIVE) DANS LE DESIGN N’APPARAÎT QUE QUAND COMMENCE LE FAIRE

vendredi 3 février 12

LE DESIGN COMME DOING

Étymologie latine : designare, « marquer d’un signe distinctif, dessiner, indiquer » : de + signum, « marque, signe » => la culture du dessin Faire du design, c’est marquer d’un signe, c’est “dessigner” ou dessiner, c’està-dire former des signes ou signer des formes (spatiale, volumique, textile, graphique, interactive) : -- classiquement, c’est l’idée du dessin (plans, croquis, perspectives, zonings...) -- aujourd’hui, c’est l’idée du prototype (dessins, plans, maquettes, patrons, wireframes...) Le propre du travail de designer, ce qui le distingue de tout autre corporation créative, c’est la pratique de la modélisation formelle : là est le geste de design en propre comme geste de pensée modélisante

vendredi 3 février 12

LE GESTE DE DESIGN UN SAVOIR-PENSER IMMANENT À UN SAVOIR-PROTOTYPER
• cette

capacité de penser propre au designer peut s’exporter dans n’importe quel autre champ (Voir le « design des politiques publiques » de la 27ème région) design comme méthodologie

• le

vendredi 3 février 12

III. ESTHÉTIQUE : L’EFFET DE DESIGN

25
vendredi 3 février 12

ESTHÉTIQUE DU DESIGN
l’étude du design comme phénomène du monde (réception) QUEL EFFET PRODUIT-IL ?

vendredi 3 février 12

RAPPEL DE LA PROPOSITION THÉORIQUE
geste de design ↓ effet de design

Thèse : un geste de design consiste à produire un effet de design

27
vendredi 3 février 12

LE DESIGN EST PRINCIPALEMENT UN EFFET
• avant d’être un espace, un produit ou un service,
le design est principalement un effet qui advient dans un espace, un produit ou un service.

• le design n’est pas un étant mais un événement

il n’est pas « une chose qui est » mais « une chose qui arrive » (Kenya Hara) une incidence ou un retentissement sur les choses

• il n’est pas non plus une propriété des choses mais

vendredi 3 février 12

UN EFFET DE DESIGN EST UN EFFET D’EXPÉRIENCE
• un effet de design est un événement qui se produit
dans l’expérience d’un usager

• un effet de design transforme un usage brut en une

expérience-à-vivre qu’un sujet peut éprouver et qui améliore son expérience d’exister choses, soit en proposant de nouvelles possibilités, soit en apportant de la poésie ou du plaisir

• soit en résolvant des problèmes, soit en simplifiant des

vendredi 3 février 12

L’EFFET CALLIMORPHIQUE
• un effet de design produit une expérience-à-vivre qui passe
par la forme

• une forme issue du design peut être spatiale, volumique,
textile, graphique ou interactive

• l’effet de design est callimorphique car il produit une « prime
de séduction » (Freud), i.e. un supplément désinteressé de plaisir lié à la perception de la beauté formelle

• exemple : l’iMac

vendredi 3 février 12

L’EFFET SOCIOPLASTIQUE
• un effet de design produit une expérience-à-vivre destinée
aux autres = les usagers

• il modifie les usages, les manières de faire, les

comportements et les modes de vie, il réinvente des mondes pratiques sociales (« sculpture sociale » selon Bernard Stiegler)

• l’effet de design est socioplastique car il transforme les • exemple : Vélib’
vendredi 3 février 12

IV. CONCLUSION DESIGNARE AUDE !

32
vendredi 3 février 12

LE DESIGN, REPENSER LE MONDE ?

XIXe siècle - XXe siècle (1850-1945) : le design face à l’industrialisation (du rejet à l’assomption) = des designers-artistes qui refusent la production industrielle (Morris, Van de Velde) jusqu’aux premiers “industrial designers” (Behrens, Gropius, Loewy) XXe siècle (1945-1999) : le design face à la consommation (l’alliance du design et du capitalisme de masse) = “un clergé de gens en col roulé noir avec des lunettes de designer qui travaillent sur des petites choses” centrées sur l’esthétique, l’image et la mode (Tim Brown, TED, juillet 2009) XXIe siècle (2000’s) : le design face à l’innovation (le design social, le design de services, le design numérique, le design durable...) = des penseurs de systèmes moins préoccupés par les objets et plus soucieux de problèmes globaux dans le but de réinventer le monde (“design is getting big again”, Tim Brown, TED, juillet 2009)
33

vendredi 3 février 12

PHILOSOPHIE DU DESIGN : LE DESIGN EST UNE VALEUR
il est une valeur d’enthousiasme et d’enchantement il nous porte à voir en avant et croire en avant Designare aude ! (« Ose faire du design !) le design comme art d’enchanter l’existence par les formes « Seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde y parviennent » (Steve Jobs)

34
vendredi 3 février 12

< MERCI />
Retrouvez cette présentation sur www.slideshare.net/reduplikation

stéphane vial

contact@stephane-vial.net facebook.com/stephane.vial twitter.com/svial

35
vendredi 3 février 12