IUT Orsay Cours du

Mesures Physiques 1
er
semestre
Page 79
Equations différentielles du second ordre
(cas linéaire à coefficients constants)
A. Principes généraux
A-I. La forme de ces équations et de leurs solutions
Elles sont toutes de la forme . '' . ' . ( ) a y b y c y d x + + = où , , a b c sont des constantes et ( ) d x une
fonction de x . L’inconnue est la fonction y supposée deux fois dérivable par rapport à la
variable x .
Lorsque le second membre est nul pour tout x , on dira que l’équation est Sans Second
Membre (ESSM), sinon on dit que l’équation est Avec Second Membre (EASM)
L’expérience acquise pour les équations linéaires du premier ordre conduit aux propriétés
suivantes, qui bien entendu se démontrent mais que nous admettrons ici :
1. Les solutions de l’ESSM se comportent comme les vecteurs d’un plan : si
1
y et
2
y sont
deux solutions, alors
1 2
y y α β + en est une aussi… donc si on trouve deux solutions
1 2
et y y non colinéaires, c’est à dire non proportionnelles, toutes les solutions de l’ESSM
sont de la forme
1 2
y y α β + : SG(ESSM) :
1 2
y y y α β = +
2. Les solutions de l’EASM s’obtiennent toutes en additionnant une solution quelconque (ou
particulière) de cette EASM avec la solution générale de l’ESSM :
SG(EASM) = SP(EASM) + SG(ESSM)
3. Si le second membre est une somme, on peut rechercher des solutions particulières pour
chaque terme de la somme, puis additionner ces solutions pour obtenir une solution globale
de l’EASM : SP(EASM) = SP(EASM
1
) + SP(EASM
2
) + SP(EASM
3
) + …
A-II. La forme des solutions de l’ESSM
On cherche des solutions de la forme
rx
e parce que les équations du 1
er
ordre ont montré que
c’était une forme classique… Si
rx
y e = alors l’équation . '' . ' . 0 a y b y c y + + = devient
2
0 ar br c + + =
(qu’on appelle équation caractéristique : EC) et on en déduit que le discriminant de
2
ar br c + +
permet de distinguer différents cas.
• Si 0 ∆ > , deux solutions réelles distinctes pour l’EC :
1
2
b
r
a
− − ∆
= et
2
2
b
r
a
− + ∆
= .
Ces deux valeurs de r permettent d’obtenir deux fonctions non-proportionnelles
1
r x
e et
2
r x
e qui
sont solutions de l’ESSM donc toutes les solutions de l’ESSM sont des combinaisons linéaires de
ces solutions :
SG(ESSM) :
1 2
. . r x r x
y e e α β = +
• Si 0 ∆ = , deux solutions réelles confondues pour l’EC :
1 2
2
b
r r r
a

= = = .
Puisqu’on obtient deux fois la même valeur de r on n’obtient pas deux fonctions non-
proportionnelles qui sont solutions de l’ESSM mais une seule :
rx
e … On essaye alors d’utiliser
comme solution
rx
xe … et on observe que c’est effectivement une solution. Comme
rx
e et
rx
xe ne
sont pas proportionnelles, toutes les solutions de l’ESSM sont des combinaisons linéaires de ces
solutions :

SG(ESSM) :
. . .
( ).
r x r x r x
y xe e x e α β α β = + = +
Page 80
• Si 0 ∆ < , deux solutions complexes distinctes pour l’EC :
1
2
b j
r
a
δ − −
= et
2
2
b j
r
a
δ − +
=

2
( ) jδ = ∆ . On remarque que
1
r et
2
r sont des conjugués…
On en déduit deux solutions à valeurs complexes
1
. r x
e et
2
. r x
e puis deux solutions à
valeurs réelles en utilisant les formules d’Euler :
1 2
. .
.
2
1
.cos( )
2 2
b r x r x
x
a
e e
y e x
a
δ

+
= = et
1 2
. .
.
2
2
.sin( )
2 2
b r x r x
x
a
e e
y e x
j a
δ


= =
En résumé pour ce cas, si on note et p q respectivement la partie réelle et la partie
imaginaire d’une solution de l’EC (c’est à dire
2
b
p
a

= et
2
q
a
δ
= on a :
SG(ESSM) :
.
( .cos( ) .sin( ))
p x
y e qx qx α β = +
ce qui peut aussi s’écrire ( )
.
.cos( )
p x
y e A Bx ϕ = + comme on l’a vu en début de
semestre.
A-III. La forme des solutions de l’EASM
Suivant la forme du second membre, les solutions sont à rechercher sous une forme ou sous
une autre… En notant ( )
n
P x et ( )
n
Q x des polynômes de degré n :
a. Second membre ( )
n
P x
On cherche une solution polynôme en adaptant le degré au second membre… on réécrit
l’équation en utilisant ce polynôme et on identifie…
b. Second membre . ( )
kx
n
e P x
Si k est racine d’ordre λ de l’EC ( 0, 1 ou 2 λ = ) on cherche une solution de la forme :
. . ( )
kx
n
y x e Q x
λ
=

Attention à bien comprendre ici que ( )
n
Q x a le même degré que ( )
n
P x mais que ce n’est
pas le même polynôme !
c. Second membre cos( ). ( )
n
kx P x ou sin( ). ( )
n
kx P x
Si jk est racine d’ordre λ de l’EC ( 0 ou 1 λ = ) , on cherche une solution sous la forme :
( )
. ( ).cos( ) ( ).sin( )
n n
y x Q x kx R x kx
λ
= +

Pourquoi donc cette fois utilise-t-on jk et non pas k ? Parce que les cosinus et les sinus
proviennent du regroupement de termes de la forme
jkx
e et que donc ce qui compte c’est de savoir
si
jkx
e faisait partie des solutions de l’ESSM ou non.
A-IV. Conditions à l’origine
Pour déterminer, parmi les solutions d’une équation différentielle du second ordre à coefficients
constants, celle qui convient à un problème physique précis, on doit utiliser deux conditions… Par
exemple, dans le cas rudimentaire où on connaît la dérivée seconde d’une fonction, si on intègre
sans condition on voit apparaître deux constantes d’intégration, la première pour la dérivée
première et la deuxième pour la fonction.
'' y k = donne
1
' y kx C = + puis
2
1 2
1
2
y kx C x C = + +
Classiquement les conditions sont les valeurs de '(0) y et de ''(0) y … c'est-à-dire
1
C et
2
C .
Page 81
B. Exemples
B-I. Résolution de
2
3 " ' 4 y y y x + − =
ESSM : 3 " ' 4 0 y y y + − = donne EC :
2
3 4 0 r r + − = d’où
2
1 48 49 7 ∆ = + = =
SG(ESSM) :
4
3
. .
x
x
y e e α β

= +
EASM : On cherche une solution polynôme de degré 2…
SP(EASM) :
2
1 1 13
4 8 32
y x x = − − −
Et en regroupant : SG(EASM) :
4
2
3
1 1 13
. .
4 8 32
x
x
y e e x x α β

= + − − −
B-II. Résolution de
2
3 " ' 4
x
y y y e + − =
ESSM : 3 " ' 4 0 y y y + − = donne EC :
2
3 4 0 r r + − = d’où
2
1 48 49 7 ∆ = + = =
SG(ESSM) :
4
3
. .
x
x
y e e α β

= +
EASM : On cherche une solution
2
0
( ).
x
Q x e …
SP(EASM) :
2
1
.
10
x
y e =
Et en regroupant : SG(EASM) :
4
2
3
1
. . .
10
x
x x
y e e e α β

= + +
B-III. Résolution de
2
3 " ' 4
x
y y y xe + − =
ESSM : 3 " ' 4 0 y y y + − = donne EC :
2
3 4 0 r r + − = d’où
2
1 48 49 7 ∆ = + = =
SG(ESSM) :
4
3
. .
x
x
y e e α β

= +
EASM : On cherche une solution
2
1
( ).
x
Q x e …
SP(EASM) :
2
1 13
.
10 100
x
y x e
| |
= −
|
\ ¹

Et en regroupant : SG(EASM) :
4
2
3
1 13
. . .
10 100
x
x x
y e e x e α β

| |
= + + −
|
\ ¹

B-IV. Résolution de 3 " ' 4
x
y y y e + − =
ESSM : 3 " ' 4 0 y y y + − = donne EC :
2
3 4 0 r r + − = d’où
2
1 48 49 7 ∆ = + = =
SG(ESSM) :
4
3
. .
x
x
y e e α β

= +
EASM : On cherche une solution
2
0
. ( ).
x
x Q x e …
SP(EASM) :
1
.
7
x
y x e
| |
=
|
\ ¹

Et en regroupant : SG(EASM) :
4
3
1
. . .
7
x
x x
y e e x e α β

| |
= + +
|
\ ¹

Page 82
B-V. Résolution de 3 " ' 4
x
y y y xe + − =
ESSM : 3 " ' 4 0 y y y + − = donne EC :
2
3 4 0 r r + − = d’où
2
1 48 49 7 ∆ = + = =
SG(ESSM) :
4
3
. .
x
x
y e e α β

= +
EASM : On cherche une solution
2
1
. ( ).
x
x Q x e …
SP(EASM) :
2
1 3
.
14 49
x
y x x e
| |
= −
|
\ ¹

Et en regroupant : SG(EASM) :
4
2
3
1 3
. . .
14 49
x
x x
y e e x x e α β

| |
= + + −
|
\ ¹
e
B-VI. Résolution de 3 " ' 4 sin( ) y y y x + − =
ESSM : 3 " ' 4 0 y y y + − = donne EC :
2
3 4 0 r r + − = d’où
2
1 48 49 7 ∆ = + = =
SG(ESSM) :
4
3
. .
x
x
y e e α β

= +
EASM : On cherche une solution ( )
0
0 0
. ( ).cos( ) ( ).sin( ) x Q x x R x x + … c’est à dire de la forme
.cos( ) .sin( ) A x B x +
SP(EASM) :
1 7
cos( ) sin( )
50 50
y x x = − −
Et en regroupant : SG(EASM) :
4
3
1 7
. . cos( ) sin( )
50 50
x
x
y e e x x α β

= + − −
B-VII. Résolution de 3 " ' 4 .sin( ) y y y x x + − = −
ESSM : 3 " ' 4 0 y y y + − = donne EC :
2
3 4 0 r r + − = d’où
2
1 48 49 7 ∆ = + = =
SG(ESSM) :
4
3
. .
x
x
y e e α β

= +
EASM : On cherche une solution ( )
0
1 1
. ( ).cos( ) ( ).sin( ) x Q x x R x x + … c’est à dire de la forme
( ).cos( ) ( ).sin( ) Ax B x Cx D x + + +
SP(EASM) :
1 151 7 9
.cos( ) .sin( )
50 1250 50 625
y x x x x
| | | |
= + + −
| |
\ ¹ \ ¹

Et en regroupant : SG(EASM) :
4
3
1 151 7 9
. . .cos( ) .sin( )
50 1250 50 625
x
x
y e e x x x x α β

| | | |
= + + + + −
| |
\ ¹ \ ¹

B-VIII. Résolution de
2
" 2 '
x
y y y e + + =
ESSM : " 2 ' 0 y y y + + = donne EC :
2
2 1 0 r r + + = d’où
1 2
0 ; 1 r r ∆ = = = −
SG(ESSM) : ( ).
x
y x e α β

= +
EASM : On cherche une solution
0 2
0
. ( ).
x
x Q x e … c’est à dire de la forme
2
.
x
Ae
SP(EASM) :
2
1
.
9
x
y e =
Et en regroupant : SG(EASM) :
2
1
( ). .
9
x x
y x e e α β

= + +

Page 83
B-IX. Résolution de " 2 '
x
y y y e

+ + =
ESSM : " 2 ' 0 y y y + + = donne EC :
2
2 1 0 r r + + = d’où
1 2
0 ; 1 r r ∆ = = = −
SG(ESSM) : ( ).
x
y x e α β

= +
EASM : On cherche une solution
2
0
. ( ).
x
x Q x e … c’est à dire de la forme
2
.
x
Ax e


SP(EASM) :
2
1
.
2
x
y x e

=
Et en regroupant : SG(EASM) :
2
1
( ). .
2
x x
y x e x e α β
− −
= + +

B-X. Résolution de " ' y y y x + + =
ESSM : " ' 0 y y y + + = donne EC :
2
1 0 r r + + = d’où
1 2
1 3 1 3
3 ; ;
2 2
j j
r r
− − − +
∆ = − = =
SG(ESSM) :
1
2
3 3
. .cos( ) .sin( )
2 2
x
y e x x α β
− | |
= +
|
|
\ ¹

EASM : On cherche une solution
1
( ) Q x … c’est à dire de la forme Ax B +
SP(EASM) : 1 y x = −
Et en regroupant :
SG(EASM) :
1
2
3 3
. .cos( ) .sin( ) 1
2 2
x
y e x x x α β
− | |
= + + −
|
|
\ ¹

B-XI. Résolution de " '
x
y y y e + + =
ESSM : " ' 0 y y y + + = donne EC :
2
1 0 r r + + = d’où
1 2
1 3 1 3
3 ; ;
2 2
j j
r r
− − − +
∆ = − = =
SG(ESSM) :
1
2
3 3
. .cos( ) .sin( )
2 2
x
y e x x α β
− | |
= +
|
|
\ ¹

EASM : On cherche une solution
0
0
. ( ).
x
x Q x e … c’est à dire de la forme .
x
Ae
SP(EASM) :
1
.
3
x
y e =
Et en regroupant :
SG(EASM) :
1
2
3 3 1
. .cos( ) .sin( ) .
2 2 3
x
x
y e x x e α β
− | |
= + +
|
|
\ ¹

B-XII. Résolution de " 3 ' 2 1 3sin( )
x
y y y e x − + = + − avec
"(0)
'(0)
y
y
= ¦
´
=
¹

ESSM : " 3 ' 2 0 y y y − + = donne…
EASM1 : " 3 ' 2 1 y y y − + = donne…
EASM2 : " 3 ' 2
x
y y y e − + = donne…
EASM3 : " 3 ' 2 3sin( ) y y y x − + = − donne…
Page 84
et on regroupe le tout :
2
1 2
1 9 3
( ) cos( ) sin( )
2 10 10
x x
y x C e C e x x = − + + − −

C. Conclusion
Une fois traités ces quelques exemples, il est clair que la seule chose à faire pour réussir en
Mesures Physiques (et pour prendre un peu d’assurance) c’est d’apprendre par cœur les différents
cas qu’on peut rencontrer… et de se ré-entraîner encore et encore.
Chacun sait bien que pour être un bon pianiste, un bon guitariste, un bon violoniste… il faut
s’entraîner presque tous les jours. De même, pour être un bon nageur, un bon tennisman, un bon
jongleur il faut aussi s’entraîner presque tous les jours.
Les mathématiques, surtout dans leur aspect technique n’échappent pas à cette règle de
l’entraînement : pour être un bon étudiant en mathématiques à l’IUT il faut, comme pour les autres
activités humaines s’entraîner, presque tous les jours… et ce n’est possible que si on aime un peu
ça. Il est donc très important pour chacun de tester sa motivation !
Sans vouloir en rajouter, il est certain que ceux qui réviseront un peu avant d’entamer leur 2
ème

semestre seront très avantagés par rapport aux autres ! Ceux qui comptent sur une poursuite
d’études doivent bien comprendre qu’ils ne peuvent pas s’en dispenser.
Quant à ceux qui vont recommencer, qu’ils sachent que ce n’est pas gagné d’avance et que
tout ce qui sera acquis avant de recommencer sera une charge de travail en moins.

( Qn ( x). deux solutions complexes distinctes pour l’EC : r1 = où ( jδ )2 = ∆ . la première pour la dérivée première et la deuxième pour la fonction.sin(qx)) ce qui peut aussi s’écrire y = e p.cos( Bx + ϕ ) ) comme on l’a vu en début de semestre. La forme des solutions de l’EASM Suivant la forme du second membre.cos(kx) + Rn ( x). x δ = e 2 a . A-IV.cos( x) et y2 = = e 2 a .x . parmi les solutions d’une équation différentielle du second ordre à coefficients constants.Pn ( x) Si k est racine d’ordre λ de l’EC ( λ = 0. 1 ou 2 ) on cherche une solution de la forme : y = x λ . A-III. Second membre ekx .x e r1 .e kx . Second membre Pn ( x) On cherche une solution polynôme en adaptant le degré au second membre… on réécrit l’équation en utilisant ce polynôme et on identifie… b. y '' = k donne y ' = kx + C1 puis y = Page 80 .Pn ( x) Si jk est racine d’ordre λ de l’EC ( λ = 0 ou 1 ) .Pn ( x) ou sin(kx). celle qui convient à un problème physique précis.• Si ∆ < 0 . on doit utiliser deux conditions… Par exemple. 1 2 kx + C1 x + C2 2 Classiquement les conditions sont les valeurs de y '(0) et de y ''(0) … c'est-à-dire C1 et C2 . on cherche une solution sous la forme : y = x λ . dans le cas rudimentaire où on connaît la dérivée seconde d’une fonction. les solutions sont à rechercher sous une forme ou sous une autre… En notant Pn ( x) et Qn ( x) des polynômes de degré n : a. x + er2 . si on note p et q respectivement la partie réelle et la partie −b δ imaginaire d’une solution de l’EC (c’est à dire p = et q = on a : 2a 2a y1 = −b −b SG(ESSM) : y = e p. x δ e r1 . On remarque que r1 et r2 sont des conjugués… −b − jδ −b + jδ et r2 = 2a 2a r .x r .sin( x) 2 2a 2j 2a En résumé pour ce cas. x ( A. x − e r2 .Qn ( x) Attention à bien comprendre ici que Qn ( x ) a le même degré que Pn ( x) mais que ce n’est pas le même polynôme ! c. Conditions à l’origine Pour déterminer. Second membre cos(kx). x (α . si on intègre sans condition on voit apparaître deux constantes d’intégration.sin(kx) ) Pourquoi donc cette fois utilise-t-on jk et non pas k ? Parce que les cosinus et les sinus proviennent du regroupement de termes de la forme e jkx et que donc ce qui compte c’est de savoir si e jkx faisait partie des solutions de l’ESSM ou non.cos(qx) + β .x On en déduit deux solutions à valeurs complexes e 1 et e 2 puis deux solutions à valeurs réelles en utilisant les formules d’Euler : .

e x EASM : On cherche une solution polynôme de degré 2… 1 2 1 13 x − x− 4 8 32 1 1 13 + β .e 2 x … SP(EASM) : y =  Et en regroupant : SG(EASM) : y = α .e 100   10 B-IV.e EASM : On cherche une solution Q0 ( x ).e 100   10 13  2 x 1 + β .e 10 + β . Résolution de 3 y "+ y '− 4 y = x 2 d’où ∆ = 1 + 48 = 49 = 7 2 4 − x 3 ESSM : 3 y "+ y '− 4 y = 0 donne EC : 3r 2 + r − 4 = 0 SG(ESSM) : y = α .e 4 − x 3 + β .e x +  x  .e x + 1 2x .e 10 B-III. Exemples B-I.e 2 x … SP(EASM) : y = Et en regroupant : SG(EASM) : y = α .e x 1  x x  .e SP(EASM) : y = − Et en regroupant : SG(EASM) : y = α .e 4 − x 3 + β .e x 7  Page 81 .e x 1 2x .e 2 x … SP(EASM) : y =  Et en regroupant : SG(EASM) : y = α .e 4 − x 3 + β . Résolution de 3 y "+ y '− 4 y = e x d’où ∆ = 1 + 48 = 49 = 7 2 4 − x 3 ESSM : 3 y "+ y '− 4 y = 0 donne EC : 3r 2 + r − 4 = 0 SG(ESSM) : y = α .Q0 ( x ).e 4 − x 3 + β .e x +  x −  .e EASM : On cherche une solution x.e x 13  2 x 1 x−  . Résolution de 3 y "+ y '− 4 y = xe 2 x d’où ∆ = 1 + 48 = 49 = 7 2 4 − x 3 ESSM : 3 y "+ y '− 4 y = 0 donne EC : 3r 2 + r − 4 = 0 SG(ESSM) : y = α .e 7  1  + β .e EASM : On cherche une solution Q1 ( x ).e x − x 2 − x − 4 8 32 B-II.B. Résolution de 3 y "+ y '− 4 y = e 2 x d’où ∆ = 1 + 48 = 49 = 7 2 4 − x 3 ESSM : 3 y "+ y '− 4 y = 0 donne EC : 3r 2 + r − 4 = 0 SG(ESSM) : y = α .

Q1 ( x).e 2 x … c’est à dire de la forme A. Résolution de 3 y "+ y '− 4 y = xe x d’où ∆ = 1 + 48 = 49 = 7 2 4 − x 3 ESSM : 3 y "+ y '− 4 y = 0 donne EC : 3r 2 + r − 4 = 0 SG(ESSM) : y = α . Résolution de y "+ 2 y '+ y = e 2 x d’où ∆ = 0 .e 9 Et en regroupant : SG(EASM) : y = (α x + β ).e 2 x … SP(EASM) : y =  Et en regroupant : SG(EASM) : y = α .e − x ESSM : y "+ 2 y '+ y = 0 donne EC : r 2 + 2r + 1 = 0 EASM : On cherche une solution x 0 .e 4 − x 3 1 7 cos( x) − sin( x) 50 50 1 7 cos( x) − sin( x) 50 50 + β .Q0 ( x ). Résolution de 3 y "+ y '− 4 y = sin( x) d’où ∆ = 1 + 48 = 49 = 7 2 4 − x 3 ESSM : 3 y "+ y '− 4 y = 0 donne EC : 3r 2 + r − 4 = 0 SG(ESSM) : y = α .sin( x) 1250  625   50  50 B-VIII.e + β .sin( x) ) … c’est à dire de la forme ( Ax + B ).cos( x) +  x −  .e x +  x 2 − x  .e − x + .e 2 x SP(EASM) : y = 1 2x .e EASM : On cherche une solution x.sin( x) SP(EASM) : y =  151  9   1  7 x+  .e x +  x +  . Résolution de 3 y "+ y '− 4 y = − x.sin( x) SP(EASM) : y = − Et en regroupant : SG(EASM) : y = α .e x EASM : On cherche une solution x 0 .sin( x) d’où ∆ = 1 + 48 = 49 = 7 2 4 − x 3 ESSM : 3 y "+ y '− 4 y = 0 donne EC : 3r 2 + r − 4 = 0 SG(ESSM) : y = α .e 49   14 3  1 + β .e x EASM : On cherche une solution x 0 .e x 1 2 3  x x − x  .e x e 49   14 B-VI.B-V.cos( x) + B.e 4 − x 3 + β .cos( x) + (Cx + D ).sin( x) ) … c’est à dire de la forme A. r1 = r2 = −1 SG(ESSM) : y = (α x + β ).cos( x) + R0 ( x). ( Q1 ( x).e 2 x 1 9 Page 82 .e x − B-VII. ( Q0 ( x).cos( x) + R1 ( x).cos( x) +  x −  .sin( x) 1250  625   50  50 4 − x 3 Et en regroupant : SG(EASM) : y = α .e + β .e 151  9   1  7 + β .

Résolution de y "+ y '+ y = x d’où ∆ = −3 .e 2 1 2 −x x .sin( x)    2 2   EASM : On cherche une solution Q1 ( x) … c’est à dire de la forme Ax + B SP(EASM) : y = x − 1 Et en regroupant : SG(EASM) : y = e 1 − x 2  3 3  .  α .e x SP(EASM) : y = .e 2 B-X. r1 = r2 = −1 SG(ESSM) : y = (α x + β ).e x Et en regroupant : SG(EASM) : y = e 1 − x 2  3 3  1 x .e − x ESSM : y "+ 2 y '+ y = 0 donne EC : r 2 + 2r + 1 = 0 EASM : On cherche une solution x 2 .Q0 ( x ).e x … c’est à dire de la forme Ax 2 .cos( x) + β . r1 = ESSM : y "+ y '+ y = 0 donne EC : r 2 + r + 1 = 0 SG(ESSM) : y = e 1 − x 2 −1 − 3 j −1 + 3 j .  α .  α .cos( x) + β .cos( x) + β .B-IX. Résolution de y "+ 2 y '+ y = e− x d’où ∆ = 0 . r1 = ESSM : y "+ y '+ y = 0 donne EC : r 2 + r + 1 = 0 SG(ESSM) : y = e 1 − x 2 −1 − 3 j −1 + 3 j .sin( x)    2 2   1 3 EASM : On cherche une solution x 0 .cos( x) + β .Q0 ( x).sin( x)  + x − 1   2 2   B-XI.e − x + 1 2 −x x . Résolution de y "− 3 y '+ 2 y = 1 + e x − 3sin( x) avec   y "(0) =  y '(0) = ESSM : y "− 3 y '+ 2 y = 0 donne… EASM1 : y "− 3 y '+ 2 y = 1 donne… EASM2 : y "− 3 y '+ 2 y = e x donne… EASM3 : y "− 3 y '+ 2 y = −3sin( x) donne… Page 83 .e   2 2   3 B-XII. Résolution de y "+ y '+ y = e x d’où ∆ = −3 .sin( x)  + .e − x SP(EASM) : y = Et en regroupant : SG(EASM) : y = (α x + β ).  α . r2 = 2 2  3 3  .e x … c’est à dire de la forme A. r2 = 2 2  3 3  .

presque tous les jours… et ce n’est possible que si on aime un peu ça. un bon guitariste. surtout dans leur aspect technique n’échappent pas à cette règle de l’entraînement : pour être un bon étudiant en mathématiques à l’IUT il faut. Quant à ceux qui vont recommencer. pour être un bon nageur. Il est donc très important pour chacun de tester sa motivation ! Sans vouloir en rajouter. Les mathématiques. Chacun sait bien que pour être un bon pianiste. un bon violoniste… il faut s’entraîner presque tous les jours. il est certain que ceux qui réviseront un peu avant d’entamer leur 2ème semestre seront très avantagés par rapport aux autres ! Ceux qui comptent sur une poursuite d’études doivent bien comprendre qu’ils ne peuvent pas s’en dispenser.et on regroupe le tout : y = 1 9 3 − ( x + C1 )e x + C2 e2 x − cos( x) − sin( x) 2 10 10 C. un bon tennisman. comme pour les autres activités humaines s’entraîner. qu’ils sachent que ce n’est pas gagné d’avance et que tout ce qui sera acquis avant de recommencer sera une charge de travail en moins. un bon jongleur il faut aussi s’entraîner presque tous les jours. il est clair que la seule chose à faire pour réussir en Mesures Physiques (et pour prendre un peu d’assurance) c’est d’apprendre par cœur les différents cas qu’on peut rencontrer… et de se ré-entraîner encore et encore. Page 84 . Conclusion Une fois traités ces quelques exemples. De même.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful