Patient  1   J'étais  dans  la  rue.

 Quand  il  y  a  un  raid   dans  une  ville,  ils  tirent  sans  discrimination.   Vieillards,  femmes,  enfants...   Toute  personne  en  mouvement  est  une  cible.   J'ai  été  blessé  à  la  main.   Et  beaucoup  d'autres  ont  été  touchés.   Non,  je  ne  suis  pas  allé  à  l'hôpital.     Les  hôpitaux  étaient  encerclés  par  la  sécurité.   Dans  les  hôpitaux  aujourd'hui,  il  y  a  plus   de  forces  de  l'ordre  que  de  personnel  médical.   On  m'a  emmené  dans  une  maison.   Les  médecins  et  infirmiers  ont  bandé  ma  main   et  m'ont  dit  que  je  devais  être  opéré  à  l'hôpital.   Donc  ma  famille  m'a  envoyé     à  Damas,  où  la  situation  était  calme.   A  l'hôpital  on  m'a  opéré  sous  une  fausse  identité   parce  que  je  suis  recherché  par  la  sécurité.   On  aurait  dû  me  faire  un  bandage,   ou  au  maximum  m'amputer  d'un  doigt.   Mais  comme  ils  ont  su  que  je  venais  de  XXX,   ils  ont  amputé  au  niveau  du  poignet.  

-­‐  A  Damas,  y  avait-­‐il  les  moyens  et  le  matériel   médical  nécessaires  à  la  prise  en  charge  ?   Oui,  puisque  c'était  un  hôpital  public.   Et  il  ne  se  passait  rien  à  Damas  à  ce  moment  là.   Ils  avaient  ce  qu'il  fallait  pour  soigner  ma  main.   Le  plus  étrange  est  qu'ils  ont  préféré  m'amputer.   C'est  ce  qui  me  surprend  le  plus,    et  me  dérange  encore  aujourd'hui.   J'ai  décidé  de  quitter  l'hôpital  après  une  journée.   Je  suis  resté  dix  jours  à  Damas.   Puis  ma  famille  m'a  appelé     pour  me  dire  que  je  pouvais  aller  en  Jordanie,   que  beaucoup  de  gens  de  chez  nous  y  avaient  fui   et  pourraient  m'aider  une  fois  là-­‐bas.     Patient  2   J'ai  été  blessé  le  31  novembre,  pendant  une  attaque  des   Forces  de  Sécurité  Syrienne.   Ils  étaient  nombreux  et  ont  encerclé  la  ville  XXX.   Il  y  avait  des  chars  qui  tiraient.  Moi,  ma  mission  c'était  de   filmer   pour  faire  parvenir  des  images  à  Al-­‐Jazira  et  aux  chaines   libres.  

C'était  une  attaque  terrible.   Un  homme  était  recherché  par  la  sécurité.  Ils  ont  pris   d'assaut  sa  maison   tiré  des  coups  de  feu,  brisé  des  vitres.Tout  saccagé  à   l'intérieur.   Finalement  ils  ont  demandé  à  son  père  où  il  était.  Je  filmais   d'une  chambre  dans  la  maison  voisine.   J'ai  bougé.  Les  snipers  m'avaient  repéré  et  essayaient  de  viser   ma  tête.   Mais  j'ai  reçu  plusieurs  coups  de  feu  à  la  main,des  balles   explosives.   Ça  a  détruit  trois  doigts  et  un  quart  de  ma  main.   Je  suis  entré  dans  une  maison  où  j'ai  eu  la  chance  de  trouver   une  femme  en  train  d'accoucher.   On  m'a  caché  dans  la  pièce  où  se  trouvait  la  femme.   Les  hommes  de  la  Sécurité  étaient  après  moi,  ils  sont  entrés   dans  la  maison.   Les  gens  leur  criaient,  des  femmes  se  sont  interposées  :   "qu'est-­‐ce  que  vous  venez  faire  ici?  il  y  a  une  femme  qui   accouche!"  C'est  ce  qui  m'a  sauvé.   La  Sécurité  est  partie.  Les  médecins  ne  pouvaient  rien  pour   moi.   Je  saignais  beaucoup.  Ils  ont  bandé  ma  main  pour  arrêter  le   saignement.   La  douleur  était  insupportable.  Je  voulais  mourir.  

Et  j'en  appelle  à  tous  les  défenseurs  des  droits  de  l'Homme   Pour  qu'on  nous  envoie  des  analgésiques  pour  que  personne   n'endure  la  douleur  que  j'ai  ressentie.   En  Syrie,  personne  ne  peut  aller  dans  un  hôpital.   Si  vous  y  allez,  soit  vous  êtes  amputé,  soit  vous  êtes  envoyé   en  prison,  même  blessé.   Moi,  j'ai  été  emprisonné  deux  fois.   En  prison,  j'ai  vu  des  gens  dont  les  blessures  pourrissaient.   Et  même  dans  cet  état,  ils  n'étaient  pas  envoyés  à  l'hôpital.   Certains  sont  morts  à  côté  de  moi,  d'autres  urinaient  du  sang   à  cause  d'hémorragies  internes.   Et  aucune  organisation  médicale  comme  MSF  ne  sont   autorisées  à  entrer  dans  les  prisons   Les  hôpitaux  de  campagne  changent  chaque  jour  de  lieux.   Parce  qu'ils  sont  venus  plusieurs  fois,  ont  pris  tout  le  matériel   médical  et  l'ont  brulé  devant  nous.   Il  n'y  a  pas  d'ambulance,  elles  sont  prises  pour  cible:  ils  tirent   sur  les  passagers.   Et  les  médecins  qui  ont  du  courage  sont  arrêtés,ou  leurs   femmes  violées,   pour  les  empêcher  d'agir,  ou  ils  sont  mis  en  résidence   surveillée.     Patient  3  

Au  début  nous  demandions  des  réformes  administratives,   mais  avec  la  montée  de  la  violence  et  les  morts,  nous  avons   fini  par  demander  la  chute  du  régime.   Nous  étions  plusieurs  à  manifester  pour  réclamer  la  chute  du   régime  et  notre  liberté.   Nous  étions  habitués  à  ce  que  l'on  nous  tire  dessus.   Mais  la  nuit  où  j'ai  été  blessé,  nous  ne  nous  attendions  pas   à  ce  que  l'armée  syrienne  nous  prenne  en  embuscade.   Il  était  minuit  quand  ils  nous  ont  tiré  dessus.  Nous  n'avons  pu   ni  nous  cacher,  ni  fuir.   Deux  d'entre  nous  furent  blessé  et  trois  moururent.  L'un   d'entre  eux  était  un  proche.   J'ai  reçu  une  balle  dans  la  cuisse  gauche.  L'os  a  été   complètement  brisé.   Pendant  que  l'on  me  transportait,  je  me  suis  évanoui.   Je  perdais  beaucoup  de  sang.   Nous  allions  de  maison  en  maison  jusqu'à  ce  que  nous   arrivions  chez  moi,  l'endroit  le  plus  sûr.   Ma  blessure  s'aggravait.  Mais  à  ce  moment  là,  ce  qui   comptait,  c'était  de  rester  en  vie.   Nous  avons  cherché  jusqu'à  quatre  heures  du  matin   quelqu'un  pour  nous  soigner.   Un  autre  homme  était  encore  plus  gravement  blessé  que  moi.   A  la  main  et  à  la  fesse.  

Malheureusement  tous  les  docteurs  avaient  été  arretés  pour   avoir  soigné  des  blessés.   Ils  leur  ont  aussi  fait  signer  une  promesse  de  ne  soigner  qu'un   certain  nombre  de  blessés,   ceux  autorisés  par  le  gouvernement.   Ainsi  les  blessés  doivent  attendre  une  autorisation  pour  etre   traités.   Ils  ont  donc  tout  le  temps  de  mourir  avant  d'obtenir  cette   permission.   Jusqu'à  présent  nous  n'arrivions  même  pas  à  trouver  un   infirmier.   Mais  finalement  nous  en  avons  trouvé  un  qui  m'a  secouru   malgré  le  danger.   Je  lui  en  suis  très  reconnaissant.   Après  les  premiers  soins  j'ai  été  transporté  dans  une  autre   maison.   Le  materiel  utilisé  était  rudimentaire  et  j'ai  été  soigné  par  un   simple  infirmier.   Il  y  avait  juste  des  aiguilles,  du  fil,  des  ciseaux.   Je  le  suppliais  de  m'anesthésier,  mais  il  n'avait  pas  le   nécessaire.   Alors  quand  il  a  retiré  la  balle  de  ma  cuisse,   il  a  touché  mon  os  alors  j'ai  crié  de  douleur.   je  voulais  être  anesthésié  mais  je  ne  pouvais  qu'endurer.   J'avais  très  mal.  

  Patient  4   Le  23  mars  2011,  les  forces  de  sécurité     m’ont  tiré  dessus  et  j’ai  été  blessé  à  la  cuisse.   Des  hommes  m’ont  emmené  dans  une  mosquée.   Là-­‐bas  ils  m’ont  dit  que  je  devais  aller   à  l’hôpital  pour  faire  soigner  ma  blessure,   mais  qu’ils  ne  pouvaient  pas  m’y  emmener   parce  que  la  situation  était  vraiment  mauvaise.   Les  blessés  peuvent  être  éxécutés  à  l'hôpital.   Alors  ils  m’ont  emmené  dans  une  maison.   J’y  suis  resté  jusqu’à  l’après-­‐midi.   Puis  ils  m’ont  emmené  à  l’hôpital  public.   Là,  ils  m’ont  dit  qu’il  y  avait  eu     un  massacre,  qu’il  y  avait  beaucoup  de  blessés.   Ils  ne  pouvaient  donc  pas  m’opérer.   Nous  sommes  restés  à  l’hôpital  jusqu’à     minuit  puis  ils  nous  ont  dit  de  partir   pour  notre  propre  sécurité,     afin  de  ne  pas  être  ciblés.   Donc  on  est  allé  dans  un  autre  hôpital   où  l'on  m'a  mis  sous  sérum  jusqu'au  matin.  

ils  m'ont  donné  les  premiers  soins   mais  j'avais  besoin  d'une  opération.   Je  suis  resté  vingt-­‐cinq  jours     avec  ma  blessure  non  soignée,   Vingt-­‐cinq  jours  après,   j'ai  pu  enfin  me  faire  opérer  à  l'hôpital,   Je  suis  rentré  chez  moi  dès  le  lendemain.   J'avais  besoin  d'une  autre  opération  pour   retirer  le  fixateur  externe  et  poser  une  broche.   Je  suis  resté  avec  le  fixateur  pendant  2  mois.   Ensuite,  je  voulais  revenir  à  l’hôpital,   mais  la  situation  était  trop  tendue.   Personne  ne  pouvait  aller  à  l'hôpital.   C'était  de  pire  en  pire.   Ils  ont  commencé  à   enlever  les  patients  dans  les  hôpitaux.   Des  gens  m’ont  donné  de  l’argent,     et  j’ai  pu  être  opéré  dans  une  clinique  privée.   Puis  je  suis  allé  voir  un  médecin.     Les  os  guérissaient  mais  un  nerf  était  déchiré.   Ce  genre  de  traitement  n’est  pas  disponible  en  Syrie.    Je  suis  donc  resté  comme  ça  pendant  huit    mois.  

Des  membres  de  ma  famille  à  l’étranger    m’ont  parlé  du  programme  MSF  en  Jordanie.   Ils  m’ont  dit  de  les  contacter     pour  être  pris  en  charge.     Patient  5   Ca    s’est    passé    en    décembre.    J’ai    été  arrêté  pendant  une   manifestation  contre  le  président.   J'ai  vécu  pendant  15  jours  en  détention,  subissant  la  torture.   Et  le  dernier  jour,   ils  ont  mis  la  photo  de  Bachar  devant  moi  et  m’ont  ordonné   de  prier  le  dieu  Bachar.   J’ai  répondu  que  je  ne  m’agenouillais  que  devant  Dieu  et  j'ai   arraché  la  photo.   Ce  geste  les  a  rendus  fous,  comme    si  j'avais  arraché  leur  âme.   Alors  ils  m'ont  emmené  devant  le  colonel,  après  m’avoir   passé  à  tabac.   Ils  m'ont  attaché  les  mains  derrière  le  dos  et  m'ont  emmené   voir  le  colonel  qui  m'a  insulté.   Puis  il  m'a  dit:-­‐"Sais-­‐tu  qu’on  coupe  les  mains  de  ceux  qui   portent  atteinte  au  président?"   Il  m'a  donné  des  coups  et  je  suis  tombé  du  haut  de  l'escalier.   Après  ils  m'ont  bandé  les  yeux,  m’ont  écarté  les  bras  et  les   ont  attachés  en  crucifix.  

En  détention,  ils  nous  insultent  et  nous  frappent   constamment  en  nous  suspendant  au  plafond.   Certains  ont  eu  les  ongles  arrachés,  d’autres  ont  été  fouettés   ou  ont  eu  le  dos  brisé.   Ils  allongent  les  gens  sur  une  planche,  puis  soulèvent  cette   planche  pour  les  cambrer     et  au  final  leur  briser  le  dos.  Ils  utilisent  de  nombreuses   méthodes.   Ils  m'ont  brisé  les  doigts  de  pieds  avec  un  marteau.   Moi,  ils  m'ont  accroché  un  détonateur  et  du  TNT  à  la  main.   Tout  cela  était  relié  à  un  long  fil  électrique  et  à  une  batterie.   Ils  ont  mis  le  courant  et  ça  a  explosé.  J'ai  perdu  trois  doigts,   une  partie  des  deux  autres,et  presque  la  paume  entière  de  la   main.   Oui,  ils  m'ont  emmené  à  L'hôpital.  Ils  m'ont  laissé  là,  comme   un  chien.   Les  soins  n'étaient  pas  bons  et  les  médecins  étaient   pessimistes  quand  à  ma  blessure.   Ma  main  était  complètement  déformée.   Même  les  médecins  que  j'ai  vus  plus  tard  n'avaient  pas  le   nécessaire  pour  me  soigner.   Les  vingt-­‐cinq  premiers  jours  je  n'ai  pas  pu  dormir  à  cause  de   la  douleur.   Même  avec  des  somnifères,  tellement  j'avais  mal.  

A  l'hôpital  ils  ont  juste  pu  arrêter  l'hémorragie.  Ensuite  mes   amis  sont  venus   et  ils  m'ont  aidé  à  fuir  de  l'hôpital  par  la  porte  de  derrière.   Si  on  m'avait  vu,  on  m'aurait  tué.   Il  y  avait  beaucoup  de  torture  en  détention.  Nous  étions  230   enfermés  dans  30  mètres  carrés.   Il  y  avait  parmis  nous  des  vieillards  et  des  médecins.   J'ai  demandé  à  un  médecin  pourquoi  il  était  là.   Il  m'a  répondu:  -­‐"Comme  toi,  mon  fils."     Patient  6   Un  sniper  m'a  tiré  dessus.  J'ai  été  blessé  à  la  cuisse  gauche,   mes  os  ont  été  écrasés.   Je  me  souviens  qu'il  y  avait  des  ambulances  tout  autour,  à   moins  de  vingt  mètres.   Je  leur  faisais  des  signes  mais  aucune  n'est  venue.   Par  la  suite,  on  a  su  que  les  chauffeurs  étaient  des  membres   de  la  sécurité  et  pas  des  secouristes.   Ils  m'ont  porté  jusqu'à  un  taxi.  Le  chauffeur  s'est  arrêté,    il  a   été  très  courageux.   Je  suis  resté  une  journée  à  l'hôpital  public  de  X  où  j'ai  pu   recevoir  les  premiers  soins.   On  m'a  donné  deux  ou  trois  unités  de  sang  et  j'ai  repris   conscience.  

Ils  m'ont  aussi  donné  des  antibiotiques  et  ils  m'ont  dit:   "  c'est  tout  ce  qu'on  peut  faire  pour  vous,  votre  blessure  est   trop  grave"   Un  jour  plus  tard,  j'ai  été  envoyé  à  l'hôpital  de  Damas  où  je   suis  resté  une  semaine.   Là,  on  m'a  donné  les  médicaments  et  les  antibiotiques   nécessaires.   Là  aussi  ils  n'ont  pas  pu  m'opérer  parce  que  ma  blessure  était   trop  grave.   Ils  m'ont  renvoyé  chez  moi,  en  me  disant  que  j'avais  besoin   d'un  traitement  "immobiliste"   J'ai  demandé  au  médecin  en  quoi  ça  consistait.  Il  m'a  répondu   qu'il  fallait  que  je  reste  trois  ou  quatre  mois  au  lit,  car  mon   opération  était  quasi  impossible.   Mes  os  étaient  vraiment  très  écrasés  mais  je  n'étais  pas   convaincu  par  leur  discours   Je  crois  que  les  médecins  ne  voulaient  m'avouer  que   l'opération  était  au-­‐delà  de  leurs  capacités.   Ils  voulaient  se  débarrasser  de  moi.  je  suis  rentré  chez  moi  et   suis  resté  comme  ça  dix  jours.   Des  gens  m'ont  alors  parlé  d'un  médecin  à  Damas.   Je  voulais  absolument  aller  le  voir.   J'ai  payé  pour  être  soigné  par  lui,  sans  bénéficier  d'aucune   aide  de  l'Etat.   Cette  opération  m'a  couté  150  000  livres  syriennes    

(plus  de  2200  euros).   Le  médecin  m'a  assuré  que  le  taux  de  réussite     était  excellent.   Et  heureusement  ma  jambe  a  retrouvé  95%  de  ses  capacités   mais  je  souffre  toujours  à  cause  de  la  balle  qui  est  restée  dans   ma  jambe.   Et  ce  morceau  de  métal  m'empèche  de  marcher.   Par  la  suite  je  n'ai  pas  pu  retourner  à  l'hôpital   à  cause  de  l'insécurité  de  plus  en  plus  importante   dans  les  hôpitaux  publics  et  privés.   Les  blessés  y  sont  achevés,  battus  à  l'endroit  de  leurs   blessures  ou  encore  arrêtés.   Alors  j'ai  décidé  de  venir  ici,  à  MSF,  pour  poursuivre  mon   traitement.     Patient  8   J'étais  en  train  d'emmener  la  femme  de  mon  frère  à  l'hôpital   Elle  était  sur  le  point  d'accoucher,et  ma  femme   m'accompagnait  aussi.   On  m'a  dit  de  ne  pas  aller  par  là  parce  qu'il  y  avait  des   hommes  armés.   J'ai  laissé  les  femmes  pour  trouver  un  taxi  et  revenir  les   chercher.  

Et  en  allant  chercher  une  voiture,  j'ai  reçu  une  balle  dans  le   mollet.   Le  tir  venait  d'un  tank  qui  se  trouvait  derrière  un  tracteur       La  balle  que  j'ai  reçu  était  une  balle  à  fragmentation,  qui   explose  à  l'impact.   Je  ne  portais  pas  d'arme,  je  n'avais  rien  fait.   -­‐Qui  tirait  ?   C'était  les  forces  de  sécurité  syriennes.   Après,  on  m'a  transporté  à  l'hôpital.  Là  on  m'a  dit  qu'il  fallait   amputer  ma  jambe.   A  l'hôpital,  tout  le  monde  était  menacé  de  se  faire  tuer.   Ils  ont  même  attaqué  le  service  des  soins  intensifs.   Donc  on  m'a  emmené  hors  de  l'hôpital,pour  ne  pas  être   blessé.   Les  forces  de  sécurité  étaient  à  l'intérieur  de  l'hôpital.     Le  médecin  leur  a  dit:  "si  c'était  vous  qui  êtiez  blessés,  on   vous  soignerait  aussi"   Cinq  jours  après,  je  suis  retourné  à  l'hôpital.  On  m'a  opéré   pour  placer  une  plaque  dans  ma  jambe   Puis  j'ai  quitté  l'hôpital.   Les  médecins  qui  me  rendaient  visite  ont  dit  que  j'avais  une   infection.   Les  médecins  m'ont  conseillé  de  quitter  le  pays  parce  que  la   situation  empirait  de  plus  en  plus.  

De  là,  je  suis  parti  en  Jordanie.   J'ai  été  blessé  au  cours  de  l'offensive  de  l'armée  sur  notre   région.   Il  y  avait  des  morts  et  des  blessés  partout.  C'était  un  véritable   massacre.   Toutes  les  voitures  qui  passaient  emmenaient  les  blessés  et   les  morts.   Mais  les  forces  de  sécurité  étaient  partout.  Le  plus  dangereux   c'était  les  snipers.     Patient  9   J'ai  été  blessé  pendant  la  manifestation.   J'étais  en  moto.  J'ai  vu  un  homme  qui  trainait  un  blessé  pour   le  sortir  de  la  manifestation.   Ils  m'ont  arrêté  et  m'ont  dit  :  "Emmène-­‐nous!"   On  est  parti  à  3  sur  la  moto  avec  le  blessé  entre  nous  deux.   On  nous  a  tiré  dessus.  Celui  qui  n'était  pas  blessé  a  été   touché.   L'homme  assis  derrière  est  mort.  Il  est  tombé  de  la  moto.   Il  restait  plus  que  moi  et  le  blessé.  On  a  filé.   On  a  continué  à  tirer  sur  nous.   -­‐  Qui  tirait?   -­‐  La  "Sécurité"!  

J'ai  été  poussé  contre  un  bus  de  la  Sécurité.  On  est  tombé  et   on  nous  a  tabassé.   Tout  ceux  qui  étaient  dans  le  bus  sont  descendus.   Ils  étaient  une  cinquantaine  à  nous  frapper  à  coups  de  crosse   de  fusil.   Ils  cognaient,  cognaient...   J'avais  déjà  la  jambe  blessée  et  le  visage  en  sang.  J'ai  perdu   connaissance.   L'autre  avec  moi,  avec  les  coups,  il  était  près  de  la  mort.   Il  était  encore  vivant  la  dernière  fois  que  je  l'ai  vu.   Moi,  mon  sang  coulait  des  oreilles,  du  nez,  de  la  bouche...Ils   m'ont  laissé  pour  mort.   Des  gens  m'ont  mis  dans  une  couverture  et  emmené  dans  un   hôpital  de  fortune.   Là,  des  femmes  m'ont  donné  les  premiers  secours.   Quels  secours?     Je  sais  pas...  Je  suis  resté  13  jours  puis  j'ai  pu  partir.             Patient  12  

On  est  parti  de  nos  villages  pour  la  ville.C'était  ma  première   manifestation.   On  est  arrivé  et  on  a  été  surpris.  On  s'attendait  à  une   manifestation  "normale"  :   Canon  à  eau,  gaz  lacrymogène  etc.   Mais  pour  nous  disperser,  ils  se  sont  servis  de  tirs  à  balle   réelle,  de  mitraillettes...   Y'avait  aussi  des  snipers.  C'était  indescriptible.   J'ai  été  touché  à  l'épaule.  J'étais  avec  un  autre  manifestant   blessé  que  j'ai  sauvé.   On  s'est  caché  au  pied  d'un  immeuble  en  attendant  que  ça  se   calme.   Y'a  eu  un  bombardement  de  plus  de  deux  heures.   Je  voulais  secourir  le  blessé  mais  il  a  refusé,   on  lui  avait  dit  qu'on  tuait  les  blessés  à  l'hôpital.   On  pouvait  rien  faire  mais  je  lui  ai  pansé  sa  blessure   avec  un  bout  de  tissu  que    m'avait  donné  une  femme...   Le  docteur  de  village  est  pro-­‐régime.  Il  refuse  de  soigner.   A  l'hôpital  de  mon  village,  on  m'a  fait  seulement  les  premiers   soins   parce  que  personne  ne  veut  rester  à  l'hôpital.   Tu  y  rentres  aujourd'hui  et  demain,  "ils"  viennent  te  prendre.   On  se  débrouille  avec  ce  qu'on  trouve  dans  les  pharmacies  :   médicaments,  désinfectants  etc...  

J'ai  vu  une  scène  de  mes  propres  yeux...   Un  homme,  le  visage  dissimulé,  écrasait  un  blessé  avec  ses   pieds.   -­‐  Quel  homme?   -­‐  Un  des  "leurs",  de  la  Sécurité,  en  tenue  militaire.   D'après  son  uniforme,  c'était  un  officier.   Pour  finir,  l'officier  a  achevé  le  blessé.   C'est  une  scène  que  j'ai  vue  de  mes  propres  yeux...       Médecin  syrien  en  arabe   Je  suis  médecin  syrien.  Je  soignais  les  blessés  en  Syrie.   Au  début  des  manifestations,  nous  envoyions  les  blessés  dans   les  hôpitaux  publiques,   Mais  il  nous  a  été  dit  que  les  manifestants  blessés   étaient  torturés  ou  mal  traités.  Beaucoup  étaient  même  tués.   Nous  travaillons  dans  des  situations  de  sécurité  précaire  et   avec  des  conditions  médicales  très  difficiles.   Les  hôpitaux  de  fortune,  c’est    en  général  une  ou  deux  pièces   près  des  lieux  de  manifestation.   Il  y  a  aussi  la  pression  sécuritaire  et  la  difficulté  d'accéder  à   ces  quartiers.   De  plus,  les  médecins  qui  soignent  les  blessés  sont  poursuivis   par  les  forces  de  sécurité.  

La  sécurité  est  ce  qui  préoccupe  le  plus  les  médecins.   La  situation  est  difficile.  La  possibilité  d'être  arrêté  est   grande.   Malgré  cela,  un  grand  nombre  de  médecins  risquent  leur  vie   pour  respecter  le  serment  médical  qu'ils  ont  prêté.   Il  est  aussi  difficile  de  trouver  du  matériel  stérile.  Le  manque   d’équipements  médicaux   ainsi  que  l'afflux  de  blessés  nous  obligent  parfois  à  recourir  à     des  pratiques  rudimentaires.   Nous  sommes  obligés  d'utiliser  du  matériel  ou  de  faire  des   actes   qui  sont  loin  de  la  chirurgie  que  nous  pratiquons   normalement.   Les  activistes  et  les  manifestants  ne  disposent  pas  sur  le   terrain  de  vrais  équipements  médicaux.   Comme  par  exemple  des  ambulances.   Les  blessés  sont  transportés  par  leurs  amis  et  ceux  qui  sont   près  d’eux  dans  les  manifestations.   Quand  nous  avons  un  blessé  grave  qu'il  faut  envoyer  dans  un   hôpital  public,   nous  avons  deux  options:soit  laisser  le  blessé  mourir,   soit  l'envoyer  à  l'hôpital  sans  savoir  ce  qu'il  adviendra  de  lui.     Souvent  les  forces  de  sécurité  encerclent  les  hôpitaux  quand   elles  sont  informées  

de  l'arrivée  de  blessés  venant  des  zones  de  manifestations.