Studia Antiqua et Archaeologica, IX, Iaşi, 2003 UNE TOMBE SARMATE TUMULAIRE DANS LE TERRITOIRE ROMAIN DU SUD DE LA MOLDAVIE MIHALACHE

BRUDIU (Université de Galaţi) En 1989 on a étudié, par des explorations de sauvetage, un tumulus situé dans le territoire de la localité Smârdan, étant latéralement sectionné par l’antenne 3 du lot d’irrigations de Şendreni. Il est à retenir que le tumulus 197 se trouve dans le côté orientale du plateau Dealu Spânului, à proximité du lac Mălina, faisant partie d’un groupe organisé de tumuli disposés en alignement, sur une distance de plus de 20 km sur la falaise orientale du lac mentionné. Cet aspect du relief anthropique tumulaire a été déterminé par l’existence, dans l’antiquité romaine, d’un chemin allant de la zone Bărboşi vers le milieu du Vallum de Trajan (Şerbeştii Vechi) -Tuluceşti (fig. 1/A). La fouille a été effectuée par trois sections parallèles (fig. 1/B), creusées jusqu’à la base du tumulus. 1 On a ouvert ensuite deux surfaces perpendiculaires sur S3, entre lesquelles il est resté un témoin de 0,6 m, à borne préservée. À 2,5 m de profondeur il y avait la bordure de la fosse funéraire, profonde de 3 m à partir de la base du tumulus. Le plan de la tombe était de forme rectangulaire, orientée N-S (3,25 m x 2 m). À 1 m de la base il y avait des seuils sur les côtés longs. À la base du tumulus, on avait construit au-dessus de la fosse un pont de poutres en bois. C’est le même type de tombe que celle découverte au Combinat Sidérurgique. Autour de la fosse on avait déposé la terre de la fosse funéraire (la zone ponctuée dans la fig. 1B), sur laquelle il y avait des fragments d’amphores romaines et des vases modelés, provenant du repas funéraire. On a découvert aussi une flèche du type scythique fortement oxydée (irrécupérable). La terre provenant de la fosse funéraire était très tassée et sèche.

1

Au sommet du tumulus était une borne topographique .

réalisés dans la technique au repoussé. 27) et à sept pétales (fig. 26. 2. 19. C’est à cet endroit qu’il y avait aussi les côtes. 3/20. 35). une fêlure concentrique à mi-chemin entre la bordure et l’orifice. Les objets de parure récupérés sont d’une grande diversité. dont on a trouvé des parties brisées. Les parures en calcédoine (fig. b) à l’état amorphe. 3. 3/1-16). 26. 2/9. 4) en or. là où il y avait eu le crâne. 2/5. 32). à section hexagonale. 21. 5) en bronze. 4. 16. 23. 1. Les deux tombes tumulaires fouillées au cours des années antérieures (BRUDIU 1979) ont eu. b) couleur unique: vert (fig. Les parures en or ont été trouvées vers le côté nordique. 2/3. Leur couleur est noire (fig. d) perles en verre de forme sphérique au noyau doré. 2) en calcédoine. 22-25. Les parures en graphite étaient en forme de baril. Quant à leur datation. parmi lesquelles se trouvaient plusieurs pièces en feuille d’or: a) forme tubulaire (fig. 34. des caractéristiques particulières par rapport à toutes les découvertes appartenant aux Sarmates de la zone extra-carpatique. 3/17. en marge des pétales. 2/22. ils sont: 1) en verre. Les fleurs avaient. À en juger d’après le matériel. comme le vase . 2/4. 30. et aux bouts. comme protection. 2.13).10). de forme sphérique. Les parures en verre appartiennent aux catégories suivantes: a) millefiori (fig. 7. 8. 28). La datation des complexes funéraires tumulaires sarmates. nous avons tenu compte du stade des recherches d’alors.350 MIHALACHE BRUDIU L’inventaire de la tombe. 3) en graphite (noir). 2/1. À l’extérieur elles présentent des fêlures irrégulières. Quelques-unes des pétales présentaient de petites perforations pour être appliquées sur les vêtements. 31. tout comme d’une série de références concernant quelques pièces à part de l’inventaire funéraire sarmate. ayant une couche extérieure de verre transparente. 29. Les 16 objets de parure tubulaires étaient utilisés comme tiges dans la broderie des vêtements. 14). c) perles aplaties (fig. 18. 12. de fines rangées de points. 6. 11. 27) ou noir (fig. c) forme de fleur à six pétales (fig. cette catégorie étant la plus nombreuse. comme nous l’avons déjà mentionné.

daté de IV e siècle. par la spécificité de leur mobilier et surtout par celle des pièces d’or. de Teleorman et Ulmi-Mohreanu. 94. isolées des nécropoles organisées romaines. Malgré tout cela. d’autre part. des Romains avec certains éléments de l’ethnie sarmate. la déformation du crâne. Quant au début de la pénétration des Sarmates dans cette zone. à l’époque romaine. ultérieurement. le fait que les traditions spécifiques sarmates y étaient présentes: plusieurs objets de parure. à partir de la présence des témoignages sarmates dans les dava de la zone du Siret. qui utilisaient des biens provenant du milieu romain. nous avons le témoignage de l’existence de certaines relations. des tombes à seuil (T. qui pourrait rendre compte des relations de certains des Sarmates avec les Romains. 209 et T. 2 et p. les découvertes tumulaires que nous venons y présenter peuvent constituer. dès le II e siècle. À présent. dont certains réalisés dans les ateliers romains. d’une catégorie à part. Leurs mobiliers mettent en évidence. les trois tombes sarmates du Sud de la Moldavie font partie. Ces tombes appartiennent à des femmes sarmates. 87. des vases millefiori. Du point de vue social et juridique on peut considérer que ces femmes faisaient partie de riches structures sociales sarmates. pl. 9). 19. Si les découvertes de l’habitat de Bărboşi ne nous offrent pas la possibilité de formuler certaines conclusions de manière plus prégnante. d’un côté. au moins dans . l’orientation N-S. 2. qui présentait des ressemblances avec un autre.-C. Il est nécessaire à rappeler que les recherches archéologiques de la zone Bărboşi ont identifié la présence des vestiges sarmats. 135-147) a reconsidéré certaines découvertes archéologiques. J.Tombe sarmate tumulaire 351 en verre du type millefiori. découvert au XIXe siècle à Sakrau (Slovaquie). de Brăila (BICHIR 1996. quelques prémisses: 1. 103 pour la datation) et. 197). on a mis aussi au jour d’autres sépultures tumulaires (principales) sarmates au Sud de la Plaine Roumaine: Vităneşti. (idem 1981. par leurs caractéristiques.-C. Gh. dép. En ce qui concerne la présence des vestiges sarmats dans les structures d’habitation de Bărboşi. mais qui respectaient aussi les anciennes coutumes traditionnelles sarmates: des sépultures tumulaires. l’inhumation. au II e siècle après J. X. à partir du Ier siècle av. (SANIE 1998. de la céramique (des amphores. dép. 308). Bichir (1993. pl. des fosses profondes. des vases en verre) et des objets de parure en or. on a identifié aussi des éléments de tradition romaine.

simple. Le pendentif a été réalisé en bronze. 10/12). Le premier exemplaire (fig. disposés en angle droit par rapport à un anneau circulaire. 3/3) présente un anneau ovoïde à anneau et aux protubérances et un anneau circulaire. on peut mentionner celle de UlmuMohreanu (dép. 3/2). tout comme celles de la zone romaine de Galaţi. celle de Smârdan. 23/5). représentent une forme élémentaire. à l’intérieur de celui-ci. Il provient d’un tumulus détruit en 1972. Dans la troisième tombe. 3/29). que nous allons analyser. À son bout supérieur il y a un anneau pour que le pendentif puisse être suspendu. à Căscioarele. L’une. ne les acceptaient pas. où l’on observe deux pièces qui se ressemblent comme structure (BICHIR 1977. c’est-àdire un anneau à protubérances disposées un peu latéralement et sans anneau de suspension. qui a récupéré la pièce. qui doit nous signaler aussi une évolution de leurs formes. situé horizontalement à l’égard d’autres. par coulage (fig. Dans les parties extérieures des grands anneaux il y a six protubérances.Harţuche. 308) l’encadre d’une manière inadéquate comme tombe principal au. mais pas tous identiques avec celui découvert dans le tumulus 3. fig. Bichir (1996. provient de la nécropole carpique (la tombe 30 d’incinération) de Săuceşti. 2 . N.dessous du tumulus. Des découvertes faites dans d’autres sites. 3/1). C’est le dernier stade de l’évolution du type en discussion. 2 La datation de la pièce est des II e. dép. donnée par deux anneaux ovales. Une autre découverte à aspect annulaire et avec des protubérances. quand les Romains. La forme de ce type de pendentif est ovoïde. de Brăila). 177-178. ce qui explique leur diversité. Ceux-ci sont apparus dans des contextes ethno-chronologiques multiples. elle étant attribuée aux Sarmates (fig. On en connaît plusieurs exemplaires. montre que la tombe s’est trouvée dans un tumulus. Le deuxième exemplaire présente deux cercles ovoïdes disposés en croix et un anneau circulaire Gh. comme type. auxquelles s’en ajoute encore une. en Munténie. On en constate l’existence de deux formes. datée du II e siècle (fig. 13/2. probablement. par des travaux édilitaires. a été découvert un pendentif en bronze.352 MIHALACHE BRUDIU une certaine période. a leur intersection. de Bacău (CĂPITANU 1976. fig.III e siècles. mais à anneau pour suspension.

3/5). De ce que nous avons présenté jusqu’ici il s’ensuit que nous avons affaire à une série de pièces de parure. Ce type de parure rend compte aussi du dialogue inter-culturel. On a découvert cet exemplaire dans le niveau II de l’établissement gèto-dace de Brad (URSACHI. (BRUDIU 1976. 308). Il a été utilisé jusqu’aux IIe-IIIe siècles après J. à cette période. 85-96). il y a des protubérances sur tous les anneaux. de Neamţ. ayant chacun un anneau pour pouvoir être suspendu. réalisées en bronze. étant donné la situation rencontrée dans le caveau romain du quartier Dunărea de Galaţi.-C. des pièces composantes des arcs).-C.-C. Les deux pièces se rassemblent du point de vue typologique. Ainsi. 139) de l’espace estcarpatique des Ier siècle av. datant du IIe siècle après J.-C. un processus d’assimilation de certains éléments de l’ethnie sarmate par le milieu romain du Bas-Danube. à partir des premiers groupes sarmates qui ont pénétré entre les Carpates et le Nistre.-C. 210/22). fig. 13/9. étant assimilé dans le milieu autochtone de la dava de Brad.-C. 139.-C.. J. J. étant daté de Ier siècle av.-C. mais il y manque l’anneau de suspension (fig. J.388 (IONIŢĂ. Leur datation est du IIe siècle après J.15 et T. La sphère est réalisée de deux anneaux circulaires qui croisent un autre. D’après les datations plus récentes concernant certains vestiges sarmates (BICHIR 1993.Tombe sarmate tumulaire 353 dans chacun des quatre espaces entre les premières (fig. (BICHIR 1996. d’une manière stylistique distincte (avec des protubérances).. la pièce de Brad est la plus précoce. à chaînon pour suspension. – Ier siècle après J. La deuxième forme se trouve en Moldavie.-C. tout comme d’autres qui datent la tombe-caveau du IVe siècle après J. Deux autres pièces de la même catégories ont été découvertes dans la nécropole de Văleni. pl. le pendentif découvert dans la tombe sarmate de Smârdan (dép. dans T. disposé horizontalement. BELDIMAN 1990. dont un exemplaire se présente comme une sphère ayant les deux calottes coupées. URSACHI 1988. celle de Brad pouvant être insérée dans un collier. 3/4). dép. comme le prouve la situation de la nécropole carpique de Văleni. 34/14). – II e siècle après J. . de Galaţi) est-il en consonance chronologique avec les autres pièces de l’inventaire présenté antérieurement. Elles sont constituées de deux anneaux ovoïdes aux protubérances. Il est possible qu’il y ait lieu. disposés en croix. où l’on a découvert des vestiges spécifiques aux Sarmates (céramique. Vers l’extérieur. par coulage. Elles pourraient dater des Ier siècle av.

p. 53-104. 27. VIII. SCIVA.S. ArhMold. IONIŢĂ Ion. p.n. 1996 Date noi cu privire la pătrunderea sarmaţilor în teritoriul getodacic. 297-312. Cetatea dacică de la Brad. Bichir et peuvent mieux éclairer les relations sarmatoromaines dans cette zone. il y a eu une cornue où tous les éléments ethniques qui y ont pénétré ont supporté le processus de ce renouvellement nommé romanisation. 1996a Les Sarmates au Bas-Danube. XXIII. p. BICHIR Gheorghe 1993 Date noi cu privire la pătrunderea sarmaţilor în teritoriul getodacic.S.. p. 167-197. II-III e. p. p. 135-169. ont été reconsidérées récemment par Gh. Bucureşti. 11. URSACHI Vasile 1995 Zargidava. Iaşi. N. sec. Il faut mentionner que les deux autres tombes aussi.354 MIHALACHE BRUDIU Vu les témoignages archéologiques de la zone romaine de confluence du Siret avec le Danube. SANIE Silviu 1981 Civilizaţia romană la est de Carpaţi şi romanitatea pe teritoriul Moldovei. SCIVA. 2. CĂPITANU Viorel 1976 Necropola daco-carpică de la Săuceşti (judeţul Bacău). Dacia. 1979 Deux tombes tumulaires de la zone de Galaţi. 3. Carpica. . Dacia. XXI. 323-331. 1. 139-151. 151-182. BRUDIU Mihalache 1976 Un cavou roman descoperit la Galaţi. p. 1988 Cetăţuia dacică de la Barboşi (II). TD. 85-96. p. 47. 44. N. URSACHI Vasile 1998 Văleni. O mare necropolă a dacilor liberi. Iaşi. XII. antérieurement découvertes (BRUDIU 1979). BIBLIOGRAPHIE BELDIMAN Corneliu 1990 Semne de tip tamga din Dacia preromană... SCIVA.

.Tombe sarmate tumulaire 355 Fig.1. B=Sections dans le tumulus. 197: A=Le plan général du territoire romain de Bărboşi. Le tumulus de Smârdan no. C=La tombe sarmate.

31. 12. 19. 7.vertes. 26. 29. 18. . 23. 34. 35 . 30. 3. Perles en verre: 5. 11. 22.356 MIHALACHE BRUDIU Fig.noires. 27 . 14 calcédoine. 8. 2 .2. 16.aplaties en hexagone.

17-28 .3.perles en verre doré.pendentif en bronze. .Tombe sarmate tumulaire 357 Fig. 30-59 . 29 . Objets de parure en or: 1-6 .des parures florales.tubulaires.

Types de pendentif. 2: Săuceşti.358 MIHALACHE BRUDIU Fig. 3-4: Căscioarele. . 5: Brad. 6-7: Văleni. 9: Poieneşti. 8: Smârdan. 4. 1: Ulmu.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful