COURS DE TRANSFERT THERMIQUE

mode de transfert de chaleur et principe d'un échangeur Il y a trois principaux modes de transferts de chaleur: Conduction: le flux de chaleur traverse le corps A, l'interface A B, et le corps B. Le flux est proportionnel à la conductivité thermique du matériau. Convection: le flux de chaleur est transporté par la matière en déplacement. Ses mouvements sont dits de convection naturelle sous l'influence de variations de densité et du champ de pesanteur, ou de convection forcée si le fluide est mis en circulation par une pompe ou une différence de pression. Rayonnement: le flux de chaleur est transporté sans transport de matière, sous forme d'ondes électromagnétique (ex: rayonnement solaire).

(Pour les lois du transfert thermique, se référer à un cours plus complet) Principe d'un échangeur de chaleur: on cherche en général à transférer un flux de chaleur entre un fluide chaud et un fluide froid, séparés par une paroi qui peut être plane ou tubulaire. La chaleur est transférée par conduction et/ou convection au sein de chaque fluide, et par conduction au sein du matériau qui les sépare. Il peut également y avoir transfert par rayonnement si le niveau des températures dépasse 100°C. Dans l'échangeur, chacun des fluides s'échauffe, se refroidit, ou change d'état selon ses

1

caractéristiques et les conditions opératoires. Le flux de chaleur résultant, cédé par le fluide chaud et reçu par le fluide froid est proportionnel à: un coefficient d'échange thermique "global" noté K (ou U), fonction des conditions d'écoulement, des conductivités thermiques de chaque fluide, des viscosités, du changement d'état, etc... un écart de température (en général une moyenne logarithmique des écarts de température entre les deux fluides à chaque extrémité de l'échangeur, cf page suiv.), la surface d'échange thermique utilisée. Φ = K S Δθml, avec K coefficient global en kJ.h-1.m-2.°C-1 et Φ en kJ.h-1.

Circulation à co-courant: les fluides 1 (froid) et 2 (chaud) entrent d'un même côté de l'appareil, circulent en parallèle, et sortent à l'autre extrémité. L'écart de température à l'extrémité gauche (ici entrée) est Te2-Te1 L'écart de température à l'extrémité droite (ici sortie) est Ts2-Ts1 L'écart de température moyen dans l'appareil est la moyenne logarithmique des écart de température à chaque extrémité, soit Δθml=[(Te2-Te1)-(Ts2-Ts1)] / ln [(Te2Te1)/(Ts2-Ts1)] Circulation à contre-courant: les fluides 1 et 2 entrent des côtés opposés de l'appareil et circulent en sens contraire. L'écart de température à l'extrémité gauche (sortie chaude, entrée froide) est Ts2-Te1 L'écart de température à l'extrémité droite (entrée chaude, sortie froide) est Te2-Ts1 L'écart de température moyen dans l'appareil est la moyenne logarithmique des écart de température à chaque extrémité, soit Δθml=[(Te2-Ts1)-(Ts2-Te1)] / ln [(Te2Ts1)/(Ts2-Te1)]

2

Circulation à deux passes (côté tube): un des fluides (ici le fluide 1) entre et sort à la même extrémité de l'appareil, en faisant demi-tour à l'autre extrémité. Une partie du trajet du fluide est donc à co-courant, l'autre étant à contrecourant. Dans ce cas, la moyenne logarithmique doit être calculée comme lors du montage à contrecourant, et corrigée d'un facteur Y compris entre 0.6 et 1 fourni par des abaques (voir un cours d'échange thermique pour plus de détails), soit: Φ = K S Y Δθml, avec Δθml=[(Te2-Ts1)-(Ts2-Te1)] / ln [(Te2Ts1)/(Ts2-Te1)] D'autres montages existent avec par exemple des circulations côté tube à 4, 6 voire 8 passes, et/ou plusieurs passes côté calandre. L'objectif est en général d'augmenter les vitesses de circulation (vitesse doublée à chaque doublement du nombre de passe) afin d'obtenir de bons coefficients d'échanges pour chaque fluide.

3

on cherche en général à transférer un flux de chaleur Φéchangé (en kJ. Ce flux transféré est également proportionnel au coefficient global d'échange thermique K (ou U. refroidissement de l'autre) Lorsque la différence de température est variable et que l'échangeur fonctionne à co-courant ou à contre-courant pur. reçus Dans un échangeur de chaleur. qui peut être la surface interne des tubes. la surface externe des tubes. on prendra l'écart de température entre fluide chaud et froid le plus réaliste. Ke.. ou Kml par ex) Différents exemples de montages sont présentés ci-après.Cours d'échangeur thermique: calculs de flux échangés. soit la formule suivante: Φéchangé = K S Δθ Selon le montage. en kJ.h-1) entre un fluide chaud et un fluide froid séparés par une paroi qui peut être plane ou tubulaire. noté Δθ ml. le moteur du transfert de chaleur est l'écart de température entre fluide chaud et fluide froid. et à la surface d'échange S (en m2).. La surface de référence doit être précisée avec la valeur du coefficient d'échange (Ki. on démontre que l'écart moyen de température à prendre en compte est la moyenne logarithmique des écarts de température à chaque extrémité. soit: Φéchangé = K S Δθml Dans les autres cas (écart de température constant. noté Δθ. Circulation à contre-courant Circulation à co-courant 4 . avec calcul de l'écart de température à prendre en compte dans la formule de calcul du flux échangé au travers de la paroi de séparation entre fluide chaud et fluide froid. moyenne logarithmique non définie). Dans tous les cas.m-2. Remarque: le coeficient d'échange se rapporte à une surface d'échange de référence. l'écart de température peut être: constant tout au long de l'échangeur (condensation d'un côté et ébullition de l'autre. ou la moyenne logarithmique des surfaces d'échange.) variable tout au long de l'échangeur (échauffement du fluide d'un côté.h-1. .°C-1). cédés.

et sortent à circulent en sens contraire. l'autre extrémité.Circulation à co-courant: les fluides 1 Circulation à contre-courant: les fluides 1 et (froid) et 2 (chaud) entrent d'un même côté de 2 entrent des côtés opposés de l'appareil et l'appareil. circulent en parallèle. soit L'écart de température à l'extrémité gauche (ici entrée) est Te2-Te1 L'écart de température à l'extrémité droite (ici sortie) est Ts2-Ts1 L'écart de température moyen dans l'appareil est la moyenne logarithmique des écarts de température à chaque extrémité. soit Δθml=[(Te2-Ts1)-(Ts2-Te1)] / ln [(Te2Ts1)/(Ts2-Te1)] Δθml=[(Te2-Te1)-(Ts2-Ts1)] / ln [(Te2Te1)/(Ts2-Ts1)] Circulation à 2 passes côté tubes Circulation à 2 passes côté tubes 5 . sortie froide) est Te2-Ts1 L'écart de température moyen dans l'appareil est la moyenne logarithmique des écarts de température à chaque extrémité. entrée froide) est Ts2-Te1 L'écart de température à l'extrémité droite (entrée chaude. L'écart de température à l'extrémité gauche (sortie chaude.

Une partie du trajet du fluide est donc à contre-courant. la moyenne logarithmique doit être calculée comme lors du montage à contre-courant.6 et 1 fourni par des abaques (voir un cours d'échange thermique pour plus de détails). l'autre étant à co-courant. et corrigée d'un facteur Y compris entre 0. soit: Dans ce cas. Φéchangé = K S Y Δθml. soit: Φéchangé = K S Y Δθml.6 et 1 fourni par des abaques (voir un cours d'échange thermique pour plus de détails). en faisant demitour à l'autre extrémité. Δθml=[(Te2-Ts1)-(Ts2-Te1)] / ln [(Te2Ts1)/(Ts2-Te1)] Δθml=[(Te2-Ts1)-(Ts2-Te1)] / ln [(Te2Ts1)/(Ts2-Te1)] D'autres montages existent avec par exemple D'autres montages existent avec par exemple 6 . Une partie du trajet du fluides est donc à co-courant. en faisant demi-tour à l'autre extrémité. et corrigée d'un facteur Y compris entre 0. Φéchangé = K S Y Δθml Circulation à deux passes (côté tube): un des fluides (ici le fluide 1) entre et sort à la même extrémité de l'appareil. la moyenne logarithmique doit être calculée comme lors du montage à contre-courant. Dans ce cas.Φéchangé = K S Y Δθml Circulation à deux passes (côté tube): un des fluides (ici le fluide 1) entre et sort à la même extrémité de l'appareil. l'autre étant à contre-courant.

L'objectif est en général d'augmenter les vitesses de circulation (vitesse doublée à chaque doublement du nombre de passe) afin d'obtenir de bon coefficients d'échanges pour chaque fluide. pour la zone de condensation et pour la zone de sousrefroidissement de façon distincte (en général Φéchangé = K S Δθml. 6 voire 8 passes. Φ2. et/ou plusieurs passes côté calandre.liq 7 . il n'y a pas de formule simple pour l'écart de température moyen car il faut calculer l'échange thermique pour la zone de refroidissement de vapeur.des circulations côté tube à 4.cédé = D2 [cp2. des circulations côté tube à 4.gaz (Tc2-Te2)+Lc2+cp2. 6 voire 8 passes. et/ou plusieurs passes côté calandre. Condensation de vapeurs surchauffées côté calandre avec sous-refroidissement des condensâts par de l'eau de refroidissement côté tubes Condensation de vapeurs saturantes côté calandre sans sous-refroidissement des condensâts par de l'eau de refroidissement côté tubes Dans ce cas. L'objectif est en général d'augmenter les vitesses de circulation (vitesse doublée à chaque doublement du nombre de passe) afin d'obtenir de bon coefficients d'échanges pour chaque fluide.

cédé = D2 [cp2. Rq: ne pas prendre Te2-Te1 d'un côté et Ts2Ts1 de l'autre dans ce cas! Φéchangé = K S Δθml.cédé| = Φ1. En considérant que les flux de refroidissement (vapeur et liquide) sont très inférieurs au flux de condensation.eçu = D1 cp1 (Ts1-Te1) >0 Φéchangé = Φ1.gaz (Tc2-Te2)+Lc2+cp2.par résolution numérique). l'essentiel du flux est transféré à Tc2 côté chaud.reçu et |Φ2.reçu + pertes (côté calandre) (Ts2-Tc2)] <0 Φ1.reçu + pertes (côté calandre) Refroidissement Réacteur Agité Continu (RAC) par double-enveloppe Refroidissement Réacteur Agité Continu (RAC) par serpentin interne 8 . Φ2.liq (Ts2-Tc2)] <0 Φ1.cédé| = Φ1.reçu = D1 cp1 (Ts1-Te1) >0 Φéchangé = Φ1.reçu et |Φ2.

cédé| = Φ1.reçu et |Φ2.reçu + pertes Chauffage RAC à la vapeur par doubleenveloppe Dans le cas d'un RAC.reçu + pertes Chauffage RAC à la vapeur par serpentin 9 . Les pertes (ou gains) thermiques sont ici côté double-enveloppe: Φéchangé = |Φ2. la température (ici chaude) dans le réacteur est considérée comme constante et égale à la température de sortie Ts2.Dans le cas d'un RAC. la température (ici chaude) dans le réacteur est considérée comme constante et égale à la température de sortie Ts2. Les pertes thermiques sont ici côté réacteur: Φéchangé = Φ1.cédé| et |Φ2.cédé| = Φ1.

reçu + pertes Dans le cas d'un RAC. la température (ici froide) dans le réacteur est considérée comme constante et égale à la température de sortie Ts1.reçu et |Φ2.cédé| et |Φ2.Dans le cas d'un RAC. la température (ici froide) dans le réacteur est considérée comme constante et égale à la température de sortie Ts1.cédé| = Φ1.reçu + pertes 10 . Les pertes (ou gains) thermiques sont ici côté réacteur: Φéchangé = |Φ2. Les pertes thermiques sont ici côté doubleenveloppe: Φéchangé = Φ1.cédé| = Φ1.

Spirax) Eclaté d'un échangeur multitubulai re: 1 passe côté calandre.Echangeurs thermiques: échangeurs multitubulaires Eclaté d'un échangeur multitubulai re: 1 passe côté calandre. Spirax) Coupe d'un échangeur multitubulai re: 11 . 2 passes côté tubes (faisceau en U) (Doc. 4 passes côté tubes (faisceau en U) (Doc.

Echangeur multi-tubulaire avec calandre en verre (appareil pédagogique) 2 passes côté tube (on distingue les deux piquages entrée/sortie à gauche) Coupe d'un vaporiseur avec maintient de niveau par chicane Faisceau de tubes en U sans sa calandre (peut être raccordé directement sur un appareil) 12 .

2 passes côté tubes. 1 passe côté calcandre 2 passes côté tubes. 2 passes côté calandre Vaporiseur (vapeur de chauffe côté tubes) Noter les piquages pour raccordement des niveaux à glace. (Doc. Struthers) Faisceaux de tubes en assemblage Soudure de tubes sur plaque tubulaire 13 .

Carbone-Lorraine) Extraction du faisceau de sa calandre 14 .(Doc Schott) Faisceau tubulaire vertical Calandre en verre sans chicanes (Doc.

50 Corps diam 700 Longueur 2200 Calandre : acier 15 .Echangeurs thermiques: échangeur multitubulaires Echangeur inox 17m2 à droite. vue du faisceau : Echangeur tubes inox calandre acier Surface : 16 M2 Tube inox : diam.

16 .

Echangeur inox 27 m2. diam faisceau env 800. Différents montages de chicanage sont présentés ci-dessous. On a alors recours à des chicanes permettant d'augmenter la longueur du parcours entre l'entrée et la sortie côté calandre. préjudiciable au coeficient d'échange entre autres. 210 tubes de 35 Cours d'échangeur thermique: chicanes côté calandre Côté calandre d'un échangeur multi-tubulaire. Longueur 1170 + têtes. 17 . le volume important entraine parfois des vitesses de circulation faibles.

Chicanage horizontal Chicanage vertical Chicanage par disques et couronnes 18 .

Disque / Couronne Chicanage annulaire 19 .

Cours d'echange thermique. échangeur thermique Echangeurs thermiques: échangeur à plaques Echangeur à plaques avec pieds support Joints d'échangeur à plaques positionnés en alternance et assurant la distribution de chaque fluide une plaque sur deux Coupes d'un echangeur à plaques Echangeur à plaque Vicarb 20 .

(Doc ASET) Echangeur à plaque dans une brasserie 21 .

5 litres.5 litres. modèle Sigma 37H fluide 1 : 44. 50°C fluide 2 : 45. 50°C Longueur : +/. 6 bar.1000 mm Largeur : +/450 mm Hauteur : +/1600 mm Année : 1989 Echangeurs thermiques: échangeur spiralés 22 .Echangeur à plaque SCHMIDT. 6 bar.

échangeur coaxial Echangeur coaxial (ou double tube) 23 .Echangeur spiralé Différents modes de circulation sont possibles dans les échangeurs spiralés (bien souvent courants croisés) Cours d'échangeur thermique: échangeurs coaxiaux.

non lisse. 24 . permet d'accroître la turbulence donc le coefficient d'échange.Echangeur coaxial (ou double tube) Tube corrugué: la surface.

Echangeurs coaxiaux utilisés en vinification Echangeurs thermiques: serpentins 25 .

Serpentin plan Serpentin de cuve Serpentins externes soudés (chauffage à la vapeur par ex) 26 .

m-2. acide chromique.°C-1 contre 40 pour l'acier à 1% de C et 175 pour l'aluminium) résistance exceptionnelle à la corrosion (sauf oxydants fort.. Les divers types de blocs permettent de constituer des échangeurs de chaleur dont la surface d'échange varie de 0. La protection de l'échangeur par une enveloppe métallique le met à l'abri des chocs extérieurs. Le coefficient d'échange thermique dépasse 2. Le démontage. oléums. le nettoyage et l'entretien des échangeurs sont faciles.) Echangeurs à blocs cylindriques (doc. d'un mélange étudié de poudre de carbone et d'agglomérant conduit à l'électro-graphite.(doc. sur le trajet des fluides.h-1.cm-2.°C-1 dans le cas d'un chauffage par la vapeur.m-2..000 kcal.h-1. Ses qualités essentielles sont: conductivité thermique élevée (100 kcal. acide nitrique pur. Ce matériau est poreux par suite de son mode de fabrication. ECI) Echangeurs thermiques: polybloc ou à blocs cylindriques Le traitement à haute température et dans des conditions particulières. de manière à maintenir les fluides en régime d'écoulement extrêmement turbulent. d'une succession de «coupures» (chicanes et chambres de turbulence) judicieusement disposées. Carbone-Lorraine) Ils sont constitués par un empilement de blocs cylindriques en Graphilor percés de deux systèmes de canaux orthogonaux dans lesquels circulent les deux fluides d'échange. et peut atteindre cette valeur dans le cas d'un refroidissement par de l'eau. Les blocs en Graphilor sont particulièrement robustes et peuvent être utilisés jusqu'à une pression de 16 kg. acide sulfurique concentré.2 m2 à 242 m2. Son imprégnation par des résines soigneusement sélectionnées le rend étanche et utilisable par l'industrie. avec une section de passage variant de 25 cm2 à 1200 27 . De Dietrich) Réacteur avec serpentin externe soudé (Doc. L'idée révolutionnaire qui a présidé à leur réalisation est la présence. Ce marériau est appelé Graphilor.

Carbone-Lorraine) Ces échangeurs comportent tous un bloc parallébipédique en graphite imprégné (Graphilor) maintenu en compression par deux plaques d'assemblage serrées par des tirants et prenant appui sur les faces supérieure et inférieure du bloc. Carbone-Lorraine) Echangeurs série K en Graphilor (doc. correspondant deux à deux à chacun de ces fluides. (Doc.cm2. couvrent le bloc sur ses quatre autres faces. Carbone-Lorraine) (Doc. Ils sont en Graphilor et comportent des tubulures 28 . Les quatre collecteurs. Le bloc est percé horizontalement de deux séries perpendiculaires de canaux réservés aux deux fluides d'échange.

(Doc. soudés sur les contre-plaques. Carbone-Lorraine) 29 . pour l'entrée et la sortie des fluides d'échange.également en Graphilor chemisées extérieurement par des tubes à brides en acier.

Cours d'échangeur thermique: aéroréfrigérants Aéroréfrigérant Aéroréfrigérant avec vue sur la ligne d'alimentation et bouchons de tubes Batterie d'aéroréfrigérants dans leur environnement 30 .

Batterie d'aero-réfrigérant (site de Gonfreville) Batterie d'aéroréfrigérants dans leur environnement Batterie d'aéroréfrigérants (Doc CIAT) 31 .

32 .

pompe 4 kW. débit d'air 34 m3. débit eau 100 m3. Les schémas suivants représentent quelques exemples de condenseurs à mélange. on condense les vapeurs par contact direct avec le moyen de refroidissement (ex: condensation de vapeur d'eau avant rejet à l'égout).h-1.h-1.Tour Baltimore réfrigérante type VXI-105-1. à pression atmosphérique ou sous vide. 33 . moteur ventilateur 22 kW Cours échangeur thermique: condenseurs à mélange Dans certains cas.

Cours échangeurs thermiques: échangeurs divers. réchauffeurs électriques 34 .

Réchauffeur d'air électrique Réchauffeur électrique (Doc ASET) Thermoplongeur ATEX immergeable à résistances électriques blindées interchangeables Echangeur Batterie (Doc ASET) 35 .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful