Abdelkader BENHARI Abdelkader BENHARI Abdelkader BENHARI Abdelkader BENHARI

Analyse réelle et complexe Analyse réelle et complexe Analyse réelle et complexe Analyse réelle et complexe


Real and complex analysis Real and complex analysis Real and complex analysis Real and complex analysis


Les réels, suites réelles, les complexes , topologie sur R et C, fonction à valeurs réelles , comparaison
de fonctions,limtes, continuité, dérivation, application de la dériavtion, formule de taylor, fonctions
circulaires, fonction hyperboliques, dévellopements limités, Intégrale sur un segment d’une fonction
continue par morceaux, Propriétés de l’intégrale sur un segment, Intégration sur un segment de
fonctions à valeurs dans C, …..
A.BENHARI 2

Table des matières
Chapitre 1 : Les réels ................................................................................................................ 11
I Préliminaires ...................................................................................................................... 11
II Répartition des entiers et des rationnels dans R. .............................................................. 11
A) Partie entière d’un réel ................................................................................................ 11
B) Répartition des rationnels dans R. ............................................................................... 12
III Le théorème de la borne supérieure ................................................................................ 13
IV Valeur absolue ................................................................................................................. 14
A) Généralités .................................................................................................................. 14
B) Parties bornées de R : compléments ........................................................................... 15
V Les intervalles de R. ......................................................................................................... 15

Chapitre 2 : Suites réelles ......................................................................................................... 17
I Définition ........................................................................................................................... 17
A) Généralités .................................................................................................................. 17
B) Opérations sur les suites réelles .................................................................................. 17
C) Divers modes de définition de suites ........................................................................... 18
D) Suite croissante, décroissante… .................................................................................. 18
E) Suite majorée, minorée… ............................................................................................ 19
F) Propriétés « à partir d’un certain rang » ...................................................................... 19
G) Suite extraite ............................................................................................................... 19
II Suites convergentes .......................................................................................................... 19
A) Définition .................................................................................................................... 19
B) Convergence et suite bornée ....................................................................................... 21
C) « La notion de limite ne dépend pas des premiers termes » ........................................ 21
D) Convergence et suite extraite ...................................................................................... 22
III Convergence et inégalités ................................................................................................ 23
IV Convergence et opérations sur les suites ......................................................................... 24
V Limites dans
R
............................................................................................................... 26
VI Suite arithmétique – géométrique ................................................................................... 28
A) Suite arithmétique ....................................................................................................... 28
B) Suite géométrique ........................................................................................................ 28
VII Comparaison de suites ................................................................................................... 29
A) Suite négligeable devant une autre .............................................................................. 29
B) Comparaisons classiques ............................................................................................. 30
C) Suites équivalentes ...................................................................................................... 31
D) Equivalents usuels ....................................................................................................... 32
E) Suite dominée par une autre ........................................................................................ 33
VIII Théorèmes portant sur les suites monotones ................................................................ 33
A) Le théorème « de la limite monotone » (pour les suites) ............................................ 33
B) Suites adjacentes ......................................................................................................... 34
C) Théorème des « segments emboîtés » ......................................................................... 35
D) Un exemple très important : les suites construites par dichotomie ............................. 36
IX Le théorème de Bolzano–Weierstrass ............................................................................. 37
X Compléments .................................................................................................................... 38

Chapitre 3 : Les complexes ...................................................................................................... 39
I Supposé connu, admis ........................................................................................................ 39
II Conjugaison et module ..................................................................................................... 39
III Exponentielle complexe .................................................................................................. 41
A.BENHARI 3

IV Racine n-ième de l’unité ................................................................................................. 42
A) Détermination .............................................................................................................. 42
B) Calcul de certaines sommes ........................................................................................ 44
C) Racine n-ième d’un complexe quelconque ................................................................. 44
V Equation polynomiale de degré 2 à coefficients complexes ............................................ 45
VI Suites complexes ............................................................................................................. 46
A) Définition et premières constatations .......................................................................... 46
B) Parties réelles et imaginaires, conjugaison .................................................................. 46
C) Suites bornées .............................................................................................................. 47

Chapitre 4 : Rudiments de topologie (sur R et C) ................................................................... 48
I Notion de boule ouverte, fermée ........................................................................................ 48
II Notion de voisinage .......................................................................................................... 48
III Les ouverts, les fermés .................................................................................................... 49
A) Les ouverts .................................................................................................................. 49
B) Les fermés ................................................................................................................... 50
IV Intérieur et adhérence d’une partie .................................................................................. 51
A) Intérieur ....................................................................................................................... 51
B) Adhérence (dans K) d’une partie de K. ....................................................................... 51
V Les suites et le vocabulaire de la topologie ...................................................................... 52
VI Partie dense dans une autre ............................................................................................. 53
VII Compléments (dans R) .................................................................................................. 53

Chapitre 5 : Définitions relatives aux fonctions à valeurs réelles ............................................ 54
I Fonctions à valeurs réelles ................................................................................................. 54
A) Somme, produit, produit par un réel ........................................................................... 54
B) Autres définitions ........................................................................................................ 54
C) Inégalités sur les fonctions .......................................................................................... 55
D) Fonctions majorées, minorées ..................................................................................... 55
II Fonctions d’une variable réelle à valeurs réelles .............................................................. 56
A) Fonctions monotones .................................................................................................. 56
B) Fonctions paires, impaires ........................................................................................... 58
C) Fonctions périodiques ................................................................................................. 58
D) Fonctions lipschitziennes ............................................................................................ 60
E) Extremum local, global ............................................................................................... 60
F) Propriété vraie sur une partie du domaine de définition .............................................. 61

Chapitre 6 : Comparaison de fonctions .................................................................................... 61
I Fonction négligeable devant une autre............................................................................... 61
A) Généralités .................................................................................................................. 61
B) Comparaisons usuelles ................................................................................................ 62
C) Propriétés ..................................................................................................................... 63
II Fonctions équivalentes ..................................................................................................... 63
A) Généralités .................................................................................................................. 63
B) Equivalents usuels au voisinage de 0 .......................................................................... 64
C) Equivalents et limites .................................................................................................. 64
D) Opérations sur les équivalents ..................................................................................... 64
E) Autres résultats ............................................................................................................ 65
F) Fonctions polynômes et fonctions rationnelles ............................................................ 66
III Fonction dominée par une autre ...................................................................................... 67
A.BENHARI 4

Chapitre 7 : Limite en un point (pour une fonction réelle d’une variable réelle)..................... 67
I Généralités ......................................................................................................................... 67
A) Définition .................................................................................................................... 67
B) Théorème (unicité de la limite éventuelle) .................................................................. 68
C) Remarque .................................................................................................................... 69
D) Continuité en un point ................................................................................................. 69
E) Exemples ..................................................................................................................... 69
II Théorème de « composition » de limites .......................................................................... 70
A) Théorème .................................................................................................................... 70
B) Cas particulier (suites) ................................................................................................. 70
C) Réciproque .................................................................................................................. 70
III Limite selon une partie .................................................................................................... 71
A) Généralités .................................................................................................................. 71
B) Cas particulier ............................................................................................................. 71
C) Autre cas particulier .................................................................................................... 72
D) Autre cas particulier utile ............................................................................................ 72
E) Prolongement par continuité en un point ..................................................................... 73
IV Limites et inégalités ........................................................................................................ 73
V Limites et opérations sur les fonctions ............................................................................. 75
A) Cas des limites finies ................................................................................................... 75
B) Cas où certaines limites sont infinies .......................................................................... 76
C) Les indéterminations ................................................................................................... 76
D) Limites et fonctions usuelles ....................................................................................... 77
E) Remarque technique : « le retour à 0 » ........................................................................ 77
VI Le théorème de la limite monotone pour les fonctions ................................................... 78

Chapitre 8 : Fonctions continues .............................................................................................. 80
I Généralités ......................................................................................................................... 80
A) Rappel de définition .................................................................................................... 80
B) Opération sur les fonctions continues ......................................................................... 80
C) Fonctions usuelles ....................................................................................................... 82
D) Notation ....................................................................................................................... 82
II Le théorème des valeurs intermédiaires (T.V.I.) .............................................................. 82
III Image d’un segment ........................................................................................................ 84
IV Fonctions continues et strictement monotones sur un intervalle .................................... 85
A) Le théorème ................................................................................................................. 85
V Continuité uniforme ......................................................................................................... 87
A) Définition .................................................................................................................... 87
B) Théorème de Heine ..................................................................................................... 89
VI Exemples de réciproque d’une bijection d’une fonction continue et strictement
monotone sur un intervalle. Notions sur les constructions de la fonction exponentielle ..... 89

Chapitre 9 : Dérivation ............................................................................................................. 91
I Dérivabilité en un point ..................................................................................................... 91
A) Définition .................................................................................................................... 91
B) Propriétés ..................................................................................................................... 92
C) Opérations sur les fonctions dérivables en un point .................................................... 94
II Fonctions dérivées ............................................................................................................ 96
III Dérivées successives ....................................................................................................... 97
A) Définition .................................................................................................................... 97
A.BENHARI 5

B) Propriétés ..................................................................................................................... 98
C) Opérations sur les fonctions de classe C
n
. ................................................................... 99
D) Fonctions de classe

C
............................................................................................. 101
E) Les fonctions usuelles ................................................................................................ 102

Chapitre 10 : Propriétés des fonctions dérivables .................................................................. 102
I Extremums de fonctions dérivables ................................................................................. 102
II Théorème de Rolle et théorème des accroissements finis .............................................. 103
III Sens de variation des fonctions dérivables .................................................................... 105
IV Le théorème « sans nom » ............................................................................................. 108

Chapitre 11 : Formules de Taylor .......................................................................................... 109
I Préliminaire ...................................................................................................................... 109
II Inégalité de Taylor–Lagrange ......................................................................................... 110
III Formule de Taylor–Young ............................................................................................ 112
IV L’égalité de Taylor–Lagrange (hors programme) ......................................................... 113
V Récapitulation, formules à connaître .............................................................................. 114

Chapitre 12 : Fonctions circulaires réciproques ..................................................................... 116
I La fonction Arcsin ........................................................................................................... 116
A) Etude ......................................................................................................................... 116
B) Définition .................................................................................................................. 116
C) Propriétés de la fonction Arcsin ................................................................................ 116
II La fonction Arccos ......................................................................................................... 117
A) Etude ......................................................................................................................... 117
B) Définition .................................................................................................................. 118
C) Propriétés de la fonction Arccos ............................................................................... 118
III La fonction Arctan ........................................................................................................ 119
A) Etude ......................................................................................................................... 119
B) Définition .................................................................................................................. 120
C) Propriétés de la fonction Arctan ................................................................................ 120
IV La fonction Arccotan .................................................................................................... 121

Chapitre 13 : Fonctions hyperboliques ................................................................................... 122
I Les fonctions hyperboliques directes ............................................................................... 122
A) Définition .................................................................................................................. 123
B) Etude de la fonction sh (sinus hyperbolique) ............................................................ 123
C) Etude de la fonction ch (cosinus hyperbolique) ........................................................ 123
D) Graphes comparés des fonctions sh et ch .................................................................. 123
E) Justification du terme hyperbolique .......................................................................... 124
F) Fonction th (tangente hyperbolique) .......................................................................... 125
G) Fonction coth (cotangente hyperbolique) ................................................................. 125
H) Graphes de th et coth ................................................................................................. 126
II Formulaire ...................................................................................................................... 126
III Fonctions hyperboliques inverses ................................................................................. 127
A) Argsh (Argument sinus hyperbolique) ...................................................................... 127
B) Argch (Argument cosinus hyperbolique) .................................................................. 128
C) Argth (Argument tangente hyperbolique) ................................................................. 129
D) Argcoth (Argument cotangente hyperbolique) ......................................................... 130

A.BENHARI 6

Chapitre 14 : Développements limités ................................................................................... 130
I Généralités ....................................................................................................................... 131
A) Définitions ................................................................................................................. 131
B) Théorème d’unicité des coefficients d’un DL ........................................................... 131
C) Troncature d’un DL ................................................................................................... 132
II DL et dérivation .............................................................................................................. 132
III « Opérations sur les DL » .............................................................................................. 134
A) « Retour à 0 » ............................................................................................................ 134
B) Somme, produit par un réel ....................................................................................... 134
C) Produit de deux DL ................................................................................................... 134
D) Composition de DL ................................................................................................... 135
E) Inverse ....................................................................................................................... 137
IV Primitive, dérivée .......................................................................................................... 138
A) Primitive .................................................................................................................... 138
B) Dérivation .................................................................................................................. 139
V Parité ............................................................................................................................... 139
VI DL à connaître ............................................................................................................... 140
VII Applications ................................................................................................................. 141
A) Recherche de limites, d’équivalents (exemples) ....................................................... 141
B) Dérivée, tangente, position d’une courbe par rapport à une tangente ....................... 142
C) Etude locale en
∞ +
. ................................................................................................. 143

Chapitre 15 : Intégrale sur un segment d’une fonction continue par morceaux..................... 144
I Intégrale des fonctions en escalier ................................................................................... 144
A) Subdivisions .............................................................................................................. 144
B) Fonctions en escalier ................................................................................................. 144
C) Intégrale des fonctions en escalier ............................................................................ 145
II Fonctions intégrables ...................................................................................................... 146
III Fonctions continues par morceaux ................................................................................ 147
A) Définition et généralités ............................................................................................ 147
B) Encadrement par des fonctions en escalier ............................................................... 147
C) Conséquence : intégrabilité ....................................................................................... 148
IV Compléments hors programme ..................................................................................... 149

Chapitre 16 : Propriétés de l’intégrale sur un segment d’une fonction continue par morceaux
................................................................................................................................................ 150
I Premières propriétés ......................................................................................................... 150
A) Positivité .................................................................................................................... 150
B) Linéarité .................................................................................................................... 151
C) Additivité par rapport aux intervalles, théorème de Chasles .................................... 152
D) Croissance ................................................................................................................. 153
II Majorations, minorations d’intégrales ............................................................................ 153
III Considérations à propos de l’intégrale des fonctions continues par morceaux ............. 154
IV Positivité stricte ............................................................................................................. 154
V Inégalité de Cauchy–Schwartz pour les intégrales ......................................................... 155
A) Un produit scalaire sur
[ ] ) , , (
0
R b a C
........................................................................ 155
B) Conséquence : inégalité de Cauchy–Schwartz .......................................................... 156
VI Sommes de Riemann ..................................................................................................... 156
A) Le théorème ............................................................................................................... 156
B) Cas particulier : les sommes S
n
, s
n
, M
n
. ..................................................................... 157
A.BENHARI 7

C) Retour aux sommes de Riemann générales ............................................................... 158
D) Remarque sur la méthode des trapèzes ..................................................................... 159
E) Cas où f est monotone (et toujours continue) ............................................................ 159
F) Remarque ................................................................................................................... 160
VII Valeur moyenne d’une fonction continue sur un segment .......................................... 160

Chapitre 17 : Intégrale d’une fonction continue sur un segment et dérivation ...................... 161
I Le résultat fondamental .................................................................................................... 161
A) Théorème .................................................................................................................. 161
B) Remarques ................................................................................................................. 162
C) Conséquence du théorème ......................................................................................... 163
D) Exercices d’application ............................................................................................. 163
E) Les choses fausses ..................................................................................................... 164
II Tableau des primitives usuelles ...................................................................................... 165
III Intégration par parties .................................................................................................... 166
A) Théorème .................................................................................................................. 166
B) Exemples pratiques ................................................................................................... 167
C) Formule de Taylor avec reste intégral ....................................................................... 167
IV Changement de variable ................................................................................................ 168
A) Le théorème ............................................................................................................... 168
B) Exemples ................................................................................................................... 169
C) Application aux fonctions paires, impaires, périodiques .......................................... 170
V Un théorème de la moyenne ........................................................................................... 171

Chapitre 18 : Intégration sur un segment de fonctions à valeurs dans C ............................... 171
I Intégration des fonctions à valeurs dans C. ..................................................................... 171
A) Notations et rappels ................................................................................................... 171
B) Fonctions continues par morceaux sur un segment ................................................... 172
C) Définition .................................................................................................................. 172
D) Premières propriétés .................................................................................................. 172
E) Intégrale d’une fonction continue et primitives ......................................................... 174
F) Intégration par parties ................................................................................................ 175
G) Changement de variable ............................................................................................ 176
H) Remarque importante pour finir ................................................................................ 176
II Intégration des fonctions rationnelles (à coefficients dans C) ....................................... 177
A) Méthode générale ...................................................................................................... 177
B) Cas des fractions rationnelles à coefficients dans R. ................................................ 178
C) Exemples ................................................................................................................... 179
III Primitives des fonctions
) (t P e t
t α
֏

* C ∈ α
et
] [ X P C ∈
.................................. 180
IV Complément : règle de Bioche ...................................................................................... 181

Chapitre 19 : Espace R
n
Limite et continuité des fonctions d’une partie de R
p
dans R
n
. ...... 182
I Normes sur un R-espace vectoriel ................................................................................... 182
A) Norme (rappels) ........................................................................................................ 182
B) Distance associée à une norme .................................................................................. 182
C) Exemples de normes sur
n
R
. .................................................................................... 183
D) Partie bornée, fonction bornée .................................................................................. 183
E) Boules ........................................................................................................................ 183
F) Normes équivalentes .................................................................................................. 184
A.BENHARI 8

II Eléments de topologie de
n
R
. ........................................................................................ 184
A) Voisinages d’un point de
n
R
. ................................................................................... 185
B) Ouverts de
n
R
. ......................................................................................................... 185
C) Fermés de
n
R
. .......................................................................................................... 187
D) Points intérieurs ......................................................................................................... 188
E) Points adhérents ......................................................................................................... 189
III Commentaires et précisions sur les fonctions d’une partie de R dans
n
R
. .................. 189
A) Limite en un point de R pour une fonction d’une partie de R dans
n
R
. .................. 189
B) Précisions sur les suites à valeurs dans
n
R
. ............................................................. 190
IV Limite et continuité pour les fonctions d’une partie de
p
R
dans
n
R
. ......................... 191
A) Notations ................................................................................................................... 191
B) Limite ........................................................................................................................ 191
C) Continuité en un point ............................................................................................... 193
D) Fonctions continues ................................................................................................... 193
E) Applications partielles et continuité .......................................................................... 196

Chapitre 20 : Eléments de calcul différentiel ......................................................................... 197
I Dérivées partielles ............................................................................................................ 197
A) Dérivées (éventuelles) partielles premières par rapport à chaque variable ............... 197
B) Définitions ................................................................................................................. 199
C) Dérivées partielles premières selon un vecteur ......................................................... 199
II Développement limité à l’ordre 1 pour une fonction de classe
1
C
. ............................... 200
A) Le théorème ............................................................................................................... 200
B) Conséquences ............................................................................................................ 201
C) Divers ........................................................................................................................ 201
III Opérations sur les fonctions de classe
1
C
. .................................................................... 202
A) Sommes, produits… .................................................................................................. 202
IV Généralisations .............................................................................................................. 205
V Dérivées partielles d’ordre supérieur.............................................................................. 206
VI Extremums .................................................................................................................... 207
VII Notion de plan tangent à une surface d’équation
) , ( y x f z =
. .................................... 208
VIII Courbes de
2
R
. .......................................................................................................... 209
A) Diverses situations .................................................................................................... 209
B) Théorème des fonctions implicites ............................................................................ 209
C) Passage local de représentation paramétrique à résolu en x ou y. ............................. 210
D) De paramétré en cartésiennes à paramétré en polaires ............................................. 211
IX Surfaces de
3
R
. ............................................................................................................ 211
A) Diverses représentations (en coordonnées cartésiennes) .......................................... 211
B) Passage local de représentation
0 ) , , ( = z y x F
à une équation résolue ..................... 212
C) Plan tangent à une surface ......................................................................................... 212

Chapitre 21 : Intégrales curvilignes, formes différentielles ................................................... 214
I Intégrale curviligne le long d’une courbe ........................................................................ 214
II Formes différentielles sur un ouvert de
p
R
. .................................................................. 215
A) Définition .................................................................................................................. 215
B) Formes différentielles exactes ................................................................................... 215
A.BENHARI 9

C) Intégrale curviligne d’une forme différentielle le long d’une courbe ....................... 216
III Circulation d’un champ de vecteurs .............................................................................. 216
Chapitre 22 : Intégrales dépendant d’un paramètre................................................................ 217
I Préliminaire : fonction gamma ......................................................................................... 217
A) Définition .................................................................................................................. 217
B) Exercice ..................................................................................................................... 218
II Suites et séries d’intégrales ............................................................................................. 219
A) Remarque sur la nature des théorèmes ...................................................................... 219
B) Rappel : cas de la convergence uniforme sur un segment ......................................... 220
C) Théorème de convergence dominée .......................................................................... 221
D) Exercice : formule de Gauss pour la fonction gamma .............................................. 222
E) Remarque : peut-on montrer qu’une limite simple n’est pas intégrable ? ................. 223
F) Théorème d’intégration terme à terme des séries ...................................................... 224
III Etude des fonctions de la forme

I
dt t x f x ) , ( ֏
.......................................................... 224
A) Continuité .................................................................................................................. 224
B) Caractère
1
C
de

I
dt t x f x F ) , ( : ֏
. ........................................................................ 226
C) Caractère
k
C
de

I
dt t x f x ) , ( ֏
. ............................................................................. 227
D) Interversion des intégrations ..................................................................................... 228
E) Exemples et applications ........................................................................................... 228
IV Intégrales doubles sur
' I I ×
de fonctions continues ..................................................... 237
A) Intégrabilité ............................................................................................................... 237
B) Calcul des intégrales .................................................................................................. 238
C) Retour de Fubini ........................................................................................................ 238
D) Passage en coordonnées polaires .............................................................................. 239

Chapitre 23 : Intégrale double ................................................................................................ 243
I Sous-ensemble quarrable de
2
R
, aire ............................................................................. 243
A) Aire d’un pavé borné de
2
R
. .................................................................................... 243
B) Partie pavable ............................................................................................................ 243
C) Partie quarrable ......................................................................................................... 244
II Définition de l’intégrale double d’une fonction continue et bornée ............................... 244
A) Subdivision d’une partie quarrable ........................................................................... 244
B) Définition .................................................................................................................. 244
III Premières propriétés de l’intégrale double .................................................................... 245
A) Additivité par rapport au domaine d’intégration ....................................................... 245
B) Propriétés relatives à la fonction ............................................................................... 245
IV Formules de Fubini (admises) ....................................................................................... 245
V Changement de variable (admis) .................................................................................... 247
A) Préliminaire ............................................................................................................... 247
B) Théorème ................................................................................................................... 247
C) Exemple important : changement de variable affine ................................................. 248
D) Autre exemple important : passage en coordonnées polaires ................................... 249
VI Extension aux intégrales triples .................................................................................... 250
VII Intégrale de surface ...................................................................................................... 250
VIII Masses, centres et moments d’inertie ......................................................................... 251
A) Pour un arc dans le plan ou l’espace ......................................................................... 251
B) Pour une surface dans le plan
2
R
. ............................................................................ 251
A.BENHARI 10

C) Pour une surface dans l’espace
3
R
. .......................................................................... 252
D) Pour un volume dans
3
R
. ......................................................................................... 252
IX Formule de Green–Riemann (admise) .......................................................................... 252
A) Compact élémentaire, compact simple ..................................................................... 252
B) Théorème (Green–Riemann) ..................................................................................... 253
C) Application aux calculs d’aires ................................................................................. 253


A.BENHARI 11



I Préliminaires

(1) Supposé connu : l’ensemble R qui contient Q, les opérations +, ×,…
(2) Supposé connue : la relation d’ordre ≤ sur R qui constitue un ordre total.
• La relation ≤ est compatible avec +, c'est-à-dire :
) ( ) et ( , ) , , , (
4 2 3 1 4 3 2 1
4
4 3 2 1
x x x x x x x x x x x x + ≤ + ⇒ ≤ ≤ ∈ ∀ R
Il en résulte que R ∈ ∀x , 0 0 ≥ − ⇔ ≤ x x :
Soit R ∈ x .
Supposons 0 ≤ x . Comme x x − ≤ − , on a : ) ( 0 ) ( x x x − + ≤ − + , soit 0 ≥ − x
Supposons 0 ≥ − x . Comme x x ≤ , on a : x x x + ≥ − + 0 ) ( , soit x ≥ 0
• La relation ≤ n’est pas compatible avec ×, sauf restreinte à
+
R :
) ( ) et ( , ) , , , (
4 2 3 1 4 3 2 1
4
4 3 2 1
x x x x x x x x x x x x × ≤ × ⇒ ≤ ≤ ∈ ∀
+
R
Il en résulte que
2 1 2 1
2
2 1
, , ) , ( ax ax x x a x x ≤ ⇒ ≤ ∈ ∀ ∈ ∀
+
R R :
Soit
2
2 1
) , ( R ∈ x x ,
+
∈R a .
Supposons
2 1
x x ≤ . Alors
1 2
0 x x − ≤ .
De plus, a ≤ 0 . Donc ) ( 0 0
1 2
x x a − ≤ × , soit
2 1
ax ax ≤ .
(3) Supposé connu : Q R \ 2 ∈
(4) Théorème fondamental admis : théorème de la borne supérieure.
Toute partie non vide majorée de R admet une borne supérieure.


II Répartition des entiers et des rationnels dans R.
A) Partie entière d’un réel

Lemme :
Pour tout réel x, il existe N ∈ n tel que n x <
Démonstration :
Supposons qu’il existe R ∈ x tel que N ∈ ∀n , n x ≥ . Alors N est une partie non
vide, majorée de R donc N admet une borne supérieure α (théorème fondamental).
Alors 1 − α étant strictement plus petit que α , il ne majore pas N. Il existe donc N ∈ n
tel que n < −1 α . Donc 1 + < n α , ce qui est contradictoire, puisque N ∈ +1 n .

Théorème et définition :
Soit R ∈ x . Alors l’ensemble des éléments k de Z tels que x k ≤ , c’est à dire
l’ensemble { } x k k ≤ ∈ = , Z ε , admet un plus grand élément. Ce plus grand élément est
la partie entière de x, notée [ ] x , ) (x E ou
¸ ¸
x .
Démonstration :
Soit R ∈ x , soit { } x k k ≤ ∈ = , Z ε .
• ε est une partie de Z.
Chapitre 1 : Les réels
A.BENHARI 12

• ε est non vide : selon le lemme, il existe N ∈ n tel que n x < − . Alors x n < −
, donc ε ∈ − n .
• ε est majorée en tant que partie de Z : selon le lemme, il existe N ∈ m tel que
m x < . Alors m x k k < ≤ ∈ ∀ , ε , donc m majore ε .

On retiendra :
• La partie entière de x est le plus grand des entiers inférieurs ou égaux à x.
• On a donc, pour tout Z ∈ p : [ ] 1 + < ≤ ⇔ = p x p x p

Remarque : le lemme peut être oublié :
[ ] 1 , + < ∈ ∀ x x x R


B) Répartition des rationnels dans R.

Théorème :
Entre deux réels distinct, il y a toujours un rationnel ou encore :
) , ( , ) , (
2
b r a r b a b a < < ∈ ∃ ⇒ < ∈ ∀ Q R
Démonstration :
Soit
2
) , ( R ∈ b a , supposons que b a < .

- On peut introduire * N ∈ n tel que 1 > − na nb (prendre par exemple
(
¸
(

¸


+ =
a b
n
1
1 ). Ainsi,
a b
n

>
1

- Comme 1 > − na nb , il existe Z ∈ p tel que nb p na < < (par exemple
[ ] 1 + = na p , puisque [ ] [ ] nb na na na na
p
< + ≤ + < ≤ 1 1
¸ _ ¸
)
- Ainsi, b
n
p
a < < , et Q ∈
n
p


Conséquence :
Entre deux réels distincts, il y a une infinité de rationnels

Théorème :
Entre deux réels distincts, il y a toujours un irrationnel ou encore :
) , \ ( , ) , (
2
b x a x b a b a < < ∈ ∃ ⇒ < ∈ ∀ Q R R
Démonstration :
Soit
2
) , ( R ∈ b a , supposons que b a < .
2

• Déjà, on introduit
2
) ' , ' ( Q ∈ b a tels que b b a a < < < ' '
A.BENHARI 13

• On introduit ensuite
2
) , ( Q ∈ β α avec 0 > α tels que :
¹
´
¦
= +
= +
' 2
'
b
a
β α
β α

(il en existe : ' ' a b − = α et ' ' 2 b a − = β conviennent)
• Alors, comme 2 2 1 < < , on a :
β α β α β α + < + < + 2 2 , soit ' 2 ' b a < + < β α . Or, Q ∉ + β α 2
(Si Q ∈ = + M β α 2 , alors Q ∈

=
α
β M
2 )

Conséquence : entre deux réels distincts, il y a une infinité d’irrationnels.


III Le théorème de la borne supérieure

Rappel :
Soit A une partie de R, l un réel. Dire que l est la borne supérieure de A, c’est dire que l
est le plus petit majorant de A. Ou encore :
¹
´
¦
< ∈ ∃ ⇒ < ∈ ∀
≤ ∈ ∀

¹
´
¦
≤ ⇒ ≤ ∈ ∀ ∈ ∀
≤ ∈ ∀

¹
´
¦
⇔ =
) , ( , et
,
) ) , (( , et
,
petit plus le est c' et
de majorant un est
) sup(
x z A x l z R z
l x A x
z l z x A x R z
l x A x
A l
A l


Exemples :
(1) Soit ] [ 1 , 0 = A , montrons que 1 est la borne supérieure de A.
Déjà, 1 , ≤ ∈ ∀ x A x , donc 1 majore A.
Soit 1 < z , montrons qu’alors z ne majore pas A.
- si 0 ≤ z , z ne majore pas A, car par exemple A ∈
2
1
et
2
1
< z
- si 0 > z , alors le réel
2
1 +
=
z
y est tel que 1 0 < < < y z . Donc A y ∈ et y z < , donc z
ne majore pas A.
Donc 1 est la borne supérieure de A.
(2) Soit
)
`
¹
¹
´
¦
∈ = * ,
1
N n
n
A , montrons que A admet 0 comme borne inférieure.
Déjà, 0 minore A.
0 est le plus grand minorant de A. En effet, soit 0 > a . On peut alors introduire * N ∈ n
tel que
a
n
1
> (par exemple 1
1
+
(
¸
(

¸

=
a
n ). Alors A
n

1
, et a
n
<
1
. Donc a ne minore pas A.
Donc 0 est la borne inférieure de A.

Théorème :
Toute partie non vide minorée de R admet une borne inférieure.
A.BENHARI 14

Démonstration :
Soit A une partie de R non vide. Supposons A minorée. Notons alors { } A x x B ∈ − = , .
Alors : (1) B est majorée et (2) non vide. Donc B admet une borne supérieure l. (3) Donc l −
est la borne inférieure de A. En effet :
(1) Soit m un minorant de A. Donc m x A x ≥ ∈ ∀ , , donc m x A x − ≤ − ∈ ∀ , . Comme
B x A x ∈ − ∈ ∀ , , m x B x − ≤ ∈ ∀ , . Donc m − majore B.
(2) Soit A a ∈ . Comme R ⊂ A , a − existe, et, par définition de B, B a ∈ − . Donc B est
non vide.
(3)
¹
´
¦
− < − ∈ ∃ ⇒ − < − ∈ ∀
− ≤ − ∈ ∀

¹
´
¦
< ∈ ∃ ⇒ < ∈ ∀
≤ ∈ ∀
) , ( , et
,
) , ( , et
,
z x B x z l R z
x l B x
x z B x l z R z
l x B x


Remarque :
L’ensemble des majorants de R est ∅. ∅ n’a pas de plus petit élément, donc R n’a pas
de borne supérieure.
L’ensemble des majorants de ∅ est R. (puisque ) , ( , l x x l ≤ ∅ ∈ ∀ ∈ ∀ R ). R n’a pas de
plus petit élément, donc ∅ n’a pas de borne supérieure.
Rappel :
Soit A une partie de R. On suppose que A a une borne supérieure. Alors A admet un plus
grand élément si et seulement si A A ∈ ) sup( . Dans ce cas, ) max( ) sup( A A = .


IV Valeur absolue
A) Généralités

Définition :
Soit R ∈ x .
¹
´
¦
≤ −

= − =
0 x si
0 si
) , max(
déf
x
x x
x x x
Propriétés :
-
+
∈ ∈ ∀ R R x x ,
- 0 0 , = ⇔ = ∈ ∀ x x x R
- y x xy y x = ∈ ∀ , ) , (
2
R
- y x y x y x + ≤ + ∈ ∀ , ) , (
2
R
Démonstration des deux dernières propriétés :
* Si 0 , 0 ≥ ≥ y x , alors 0 ≥ xy , y x xy xy = =
Si 0 , 0 ≤ ≥ y x , alors 0 ≤ xy , y x y x xy xy = − = − = ) (
Si 0 , 0 ≤ ≤ y x , alors 0 ≥ xy , y x y x xy xy = − − = = ) )( (
(vus les rôles symétriques, le dernier cas se ramène au deuxième)
* Si 0 ≥ + y x , y x y x y x + ≤ + = + (car ) , max( x x x − = , donc x x ≤ )
Si 0 ≤ + y x , y x y x y x y x + ≤ − − = + − = + ) ( (idem, x x ≤ − )
Conséquences :
Pour tout * N ∈ n ,
n
n
x x x R ∈ ) ,... , (
2 1
,
∑ ∑
= =

n
i
i
n
i
i
x x
1 1

A.BENHARI 15

Pour tout
2
) , ( R ∈ y x :
y x y x y x + ≤ − ≤ −
Démonstration :
1
ère
conséquence, par récurrence.
Pour la 2
ème
conséquence

:
2
ème
inégalité :
y x y x y x y x + = − + ≤ − + = − ) (
1
ère
inégalité :
y y x y y x x + − ≤ + − =
Donc y x y x − ≤ −
De même, y x x y − ≤ − , c'est-à-dire y x y x − ≤ − − ) (
On a donc deux inégalités de la forme :
B A ≤ − , B A ≤ . Donc B A A ≤ − ) , max( . Donc B A ≤ .
D’où la deuxième inégalité.


B) Parties bornées de R : compléments

Soient R ∈ a x, ; on a l’équivalence a x a a x ≤ ≤ − ⇔ ≤
Proposition :
soit A une partie de R. Alors A est bornée si et seulement si il existe R ∈ m tel que
m x A x ≤ ∈ ∀ ,
Démonstration :
Supposons qu’il existe R ∈ m tel que m x A x ≤ ∈ ∀ , . Donc il existe
+
∈R m tel
que m x m A x ≤ ≤ − ∈ ∀ , . Donc –m minore A et m majore A.
Supposons que A est bornée. Il existe donc R ∈ b a, tels que b x a A x ≤ ≤ ∈ ∀ , .
Posons ) , max( b a m = . Alors, pour tout x de A :
m b b x a a m ≤ ≤ ≤ ≤ ≤ − ≤ − . Donc m x ≤

Remarque :
⇔ ≤ ∈ ∀ ∈ ∃ ) , , ( m x A x m R l’ensemble des valeurs absolues des éléments de A
est majoré.


V Les intervalles de R.

Définition :
Soit A une partie de R.
On dit que A est convexe lorsque ) ( , , , A z y z x z A y A x ∈ ⇒ ≤ ≤ ∈ ∀ ∈ ∀ ∈ ∀ R
Proposition :
Toute intersection de parties convexes de R est une partie convexe de R.

A.BENHARI 16

Démonstration :
Soit K un ensemble quelconque, et
K k k
A

) ( une famille de parties convexe de R,
indexée par K. Montrons que

K k
k
A A

= est une partie convexe de R.
(rappel : { } ) , ( ,
k
K k
k
A x K k x A ∈ ∈ ∀ ∈ =

R

)
Soient R ∈ ∈ z A y x , , , supposons que y z x ≤ ≤ . Montrons que A z ∈ .
Soit K k ∈ . Alors
k k
A y A x ∈ ∈ , . Or,
k
A est convexe. Donc
k
A z ∈ . C’est valable pour
tout k, donc A z ∈ .

Théorème :
Les parties convexes de R sont exactement les intervalles de R, c'est-à-dire les parties
du type :
{ } [ ] [ ] [ [ ] ] ] [
] ] ] [ ] [ [ [ ] [ +∞ ∞ − = • +∞ • +∞ • ∞ − • ∞ − •
• • • • = • ∅ •
, , , , ,
, , , , ,
R a a a a
b a b a b a b a a a a

Où R ∈ b a, et b a < .
Démonstration :
Déjà il est immédiat que les intervalles sont des parties convexes de R.
Soit A une partie convexe de R. Montrons que A est un intervalle.
Si ∅ = A , ok
Sinon ∅ ≠ A : Soit alors A a ∈ , et notons [ [ A a A ∩ +∞ = ,
1

Alors déjà
1
A est intersection de deux convexes, donc est un convexe. On va montrer
que
1
A est un intervalle du type [ | ,... a .
1
A est non vide (il contient a).
- soit
1
A est majoré ; il a alors une borne supérieure b. Montrons que [ [
1
, A b a ⊂ .
Soit [ [ b a x , ∈ . Alors b x < . Or, b est le plus petit majorant de
1
A , donc x ne majore pas
1
A . Il existe donc
1
A y ∈ tel que y x < . Donc y x a < ≤ . Or,
1
, A y a ∈ et
1
A est convexe.
Donc
1
A x ∈ , d’où l’inclusion. Ainsi, [ [ [ ] b a A b a , ,
1
⊂ ⊂ (la deuxième inclusion est due au fait
que a minore
1
A et b majore
1
A ).
Donc [ [ b a A ,
1
= ou [ ] b a A ,
1
= .
- Soit
1
A n’est pas majorée ; montrons alors que [ [ +∞ = ,
1
a A .
Déjà, par construction de
1
A , [ [
1
, A a ⊂ +∞ . Montrons l’autre inclusion :
Soit [ [ +∞ ∈ , a x . x n’est pas un majorant de
1
A , donc il existe
1
A y ∈ tel que y x < .
Ainsi, y x a < ≤ . Comme
1
A est convexe,
1
A x ∈ , d’où l’autre inclusion.
Finalement,
1
A est un intervalle du type [ | ,... a
De même, on peut monter que ] ] A a A ∩ ∞ − = ,
2
est un intervalle du type ] a ..., | .
Et, comme
2 1
A A A ∪ = , on voit que A est un intervalle.

Ne sont pas des intervalles :
] [ ] [ b a b a < +∞ ∪ ∞ − où , , ,
, *, Q N R




A.BENHARI 17




I Définition
A) Généralités

Soit E un ensemble.
Soit K un intervalle de N (du type [ ]
1 0 1 0
, , n n n n ≤ ou { }
0
, n n n > ∈N ) non vide.
Une suite d’éléments de E indexée par K est une application
k
u k
E K u
֏
→ : .
L’ensemble des suites d’éléments de E indexées par K est noté
K
E (c’est aussi
) , ( E K F )
Dans le cas où R = E , on parle de suites à valeurs réelles, ou suites réelles. Si
C = E , on parle alors de suites complexes.

Pour
K
E u ∈ , l’ensemble des valeurs de la suite est { } K k u
k
∈ , . On dit qu’une
suite est infinie si elle est indexée par un ensemble infini.
k
u est le terme de rang k.
On s’intéresse dans ce chapitre à
N
R


B) Opérations sur les suites réelles

Soient
N
R ∈ v u, , R ∈ λ .
v u + désigne la suite réelle w définie par :
n n n
v u w n + = ∈ ∀ , N
v u × • désigne la suite réelle h définie par :
n n n
v u h n × = ∈ ∀ , N
u ⋅ • λ désigne la suite réelle u’ définie par :
n n
u u n ⋅ = ∈ ∀ λ ' , N .
"." : loi de composition à opérateur externe :
u u . ) , ( λ λ ֏
N N
R R R → × .
N
R
0 • désigne la suite réelle dont tous les termes sont nuls : 0 0 , = ∈ ∀
n
n N . (de
même,
N
R
1 ou 1 si il n’y a pas d’ambiguïté.)

Remarque :
Il n’y a pas intégrité, c'est-à-dire :
)) 0 ou 0 0 ( , , ( non
N N N
R R R
N
R = = ⇒ = × ∈ ∀ v u v u v u
Par exemple :
¹
´
¦
=
¹
´
¦
=
sinon 0
pair est si 1
;
sinon 1
pair est si 0 n
v
n
u
n n

Alors
N
R
0 = ×v u , mais
N
R
0 ≠ u et
N
R
0 ≠ v .

Chapitre 2 : Suites réelles
A.BENHARI 18


C) Divers modes de définition de suites

• Définition explicite ; donnée, pour chaque N ∈ n , de
n
u en fonction de n (de façon
plus ou moins complexe, avec éventuellement des sommes ou des conditions…)
• Définition récurrente :
- récurrence « simple » :
N ∈ n n
u ) ( est telle que :
¹
´
¦
= ∈ ∀
=
+
) ( ,
...
1
0
n n
u f u n
u
N

(Problème de définition éventuelle, dépend de f. On peut résoudre ce problème par
récurrence)
- récurrence « double » :
¹
´
¦
= ∈ ∀
= =
+ +
) , ( ,
... ...
1 2
1 0
n n n
u u f u n
u u
N

• Définition implicite. Par exemple : « pour 2 ≥ n ,
n
u est la solution réelle positive de
l’équation 1 + = x x
n
».

On peut aussi imaginer d’autres modes de définitions de suites, plus complexes…


D) Suite croissante, décroissante…

Soit
N ∈ n n
u ) ( une suite réelle.
Définition, proposition :
) ( ,
) ( , , croissante est ) (
1
déf
+
≤ ∈ ∀ ⇔
≤ ⇒ ≤ ∈ ∀ ⇔ •
n n
p n n
u u n
u u p n p n u
N
N

Démonstration :
- Supposons que ) ( , ,
p n
u u p n p n ≤ ⇒ ≤ ∈ ∀ N . Soit N ∈ n . Comme 1 + ≤ n n ,
on a bien
1 +

n n
u u
- Supposons que ) ( ,
1 +
≤ ∈ ∀
n n
u u n N . Soient N ∈ p n, . Si p n = , on a
p n
u u ≤ .
Si p n < , alors
p n n
u u u ≤ ≤ ≤
+
...
1
(idem si p n > )
) ( ,
) ( , , croissante t strictemen est ) (
1
déf
+
< ∈ ∀ ⇔
< ⇒ < ∈ ∀ ⇔ •
n n
p n n
u u n
u u p n p n u
N
N

) ( ,
) ( , , te décroissan est ) (
1
déf
+
≥ ∈ ∀ ⇔
≥ ⇒ ≤ ∈ ∀ ⇔ •
n n
p n n
u u n
u u p n p n u
N
N

) ( ,
) ( , , te décroissan t strictemen est ) (
1
déf
+
> ∈ ∀ ⇔
> ⇒ < ∈ ∀ ⇔ •
n n
p n n
u u n
u u p n p n u
N
N

te décroissan est ) ( et croissante est ) (
,
, , constante est ) (
1
déf
n n
n n
n n
u u
u u n
a u n R a u

= ∈ ∀ ⇔
= ∈ ∀ ∈ ∃ ⇔ •
+
N
N

A.BENHARI 19


E) Suite majorée, minorée…

Soit
N
R ∈ u
{ }
M u n M
n u u
n
n
≤ ∈ ∀ ∈ ∃ ⇔
∈ ⇔ •
, ,
majoré est , majorée est
N R
N

{ }
m u n m
n u u
n
n
≥ ∈ ∀ ∈ ∃ ⇔
∈ ⇔ •
, ,
minoré est , minorée est
N R
N

{ }
minorée et majorée est
, ,
borné est , bornée est
u
M u n M
n u u
n
n

≤ ∈ ∀ ∈ ∃ ⇔
∈ ⇔ •
N R
N



F) Propriétés « à partir d’un certain rang »

Soit
N
R ∈ u
Exemple : u est croissante à partir du rang 4 si et seulement si ) ( , 4
1 +
≤ ≥ ∀
n n
u u n .
On définit de même pour les autres propriétés.
Une suite constante à partir d’un certain rang est dite stationnaire.


G) Suite extraite

Définition :
Soit
N
N
R ∈ =
∈ n n
u u ) ( ,
N
N
R ∈ =
∈ n n
v v ) ( .
On dit que v est extraite de u lorsqu’il existe une application N N → : ϕ
strictement croissante telle que
) (
,
n n
u v n
ϕ
= ∈ ∀ N .
Exemple :
Soit u la suite définie par
n
n
u n ) 1 ( , − = ∈ ∀ N . Alors les suites suivantes en sont
extraites :
- La suite
N
N N
R ∈ = =
∈ ∈ n n n n
u v v ) ( ) (
2
est constante et égale à 1.
- La suite
N
N
R ∈ =
∈ + n n
u w ) (
1 2
est constante égale à -1.
- La suite
N ∈
=
n n
u h ) (
) ( ϕ
où N N → : ϕ qui à 0 associe 0 et à * N ∈ n associe le
n-ième nombre premier est stationnaire à partir du rang 2.
- La suite
N ∈ +
=
n n
u v ) ( '
2 3
est égale à la suite u.


II Suites convergentes
A) Définition

Soit
N
N
R ∈ =
∈ n n
u u ) ( . On dit que la suite
N ∈ n n
u ) ( est convergente lorsqu’il existe
R ∈ l tel que ) ( , , , 0 ε ε < − ⇒ ≥ ∈ ∀ ∈ ∃ > ∀ l u N n n N
n
N N
A.BENHARI 20


Remarque :
] [ ε ε ε ε ε ε ε + − ∈ ⇔ + < < − ⇔ < − < − ⇔ < − l l u l u l l u l u
n n n n
,
« Aussi petit que soit ε strictement positif, il existe un rang à partir duquel les
termes de la suite
N ∈ n n
u ) ( sont dans l’intervalle ] [ ε ε + − l l , ».

Théorème :
Soit
N
N
R ∈
∈ n n
u ) ( , R ∈ ' , l l
Si
N ∈ n n
u ) ( converge vers l et l’, alors ' l l = .
Démonstration : par l’absurde.
Supposons ' l l ≠ , par exemple ' l l < .
Soit ε tel que
2
'
0
l l −
< < ε (ce qui est possible car 0
2
'
>
−l l
)
Alors :
ε ε + < < − ≥ ∀ ∈ ∃ l u l N n N
n
, , N
et ε ε + < < − ≥ ∀ ∈ ∃ ' ' , ' , ' l u l N n N
n
N
Si on prend ) ' , max( N N n ≥ , on aura alors :
ε ε + < < − l u l
n
et ε ε + < < − ' ' l u l
n

Donc ε ε + < < − l u l
n
' ; ε ε + < − l l' ; l l − > ' 2ε . Contradiction avec le choix de ε

Conséquence :
Si
N ∈ n n
u ) ( converge, l’unique réel l tel que ε ε < − ≥ ∀ ∈ ∃ > ∀ l u N n N
n
, , , 0 N est
appelé la limite de la suite
N ∈ n n
u ) ( .
On note u u l
n n
lim ) lim( = =
∈N
, ou
n
n
u l
+∞ →
= lim (attention aux notations : dans les
deux premières égalités, on a des suites en argument, dans la troisième, on a un terme).
Pour dire « la suite
N ∈ n n
u ) ( converge », on peut dire aussi «
N ∈ n n
u ) ( admet une
limite réelle ».

Exemples de base :
• Soit a un réel. La suite constante égale à a converge vers a.
En effet : Soit 0 > ε . Alors 0 ≥ ∀n , ε < − a u
n
puisque 0 = − a u
n
. On a donc
trouvé N (à savoir 0) tel que ε < − ≥ ∀ a u N n
n
, .
Donc ε ε < − ≥ ∀ ∈ ∃ > ∀ a u N n N
n
, , , 0 N
• La suite
¦
¦
¦
¦
¦
)
¦
`
¦
¦
¦
¦
¦
¹
¦
´
=
≥ =

|
|
|
|
¹
|

\
|
n
n
n
u
n
n
u
n
n
1
1
) 1 (
1
général terme de
*
֏
N
converge vers 0.
Démonstration :
Soit 0 > ε . Soit * N ∈ N tel que ε <
N
1
. Alors, pour tout N n ≥ , on a :
A.BENHARI 21

ε < ≤
N n
1 1
, or,
n
u
n
1
= donc ε <
n
u . Donc la suite converge vers 0.
Proposition :
Soit
N
N
R ∈
∈ n n
u ) ( et R ∈ l . On a les équivalences :
0 0   →  − ⇔   →  − ⇔   → 
+∞ → +∞ → +∞ → n
n
n
n
n
n
l u l u l u
En effet :
ε ε
ε ε
ε ε
< − − ≥ ∀ ∈ ∃ > ∀ ⇔   →  −
< − − ≥ ∀ ∈ ∃ > ∀ ⇔   →  −
< − ≥ ∀ ∈ ∃ > ∀ ⇔   → 
+∞ →
+∞ →
+∞ →
0 , , , 0 0
0 ) ( , , , 0 0
, , , 0
l u N n N l u
l u N n N l u
l u N n N l u
n
n
n
n
n
n
n n n
N
N
N

Exemple :
La suite
n
n
1
2 − ֏ converge vers 2.


B) Convergence et suite bornée

Théorème :
Si une suite
N ∈ n n
u ) ( converge, alors elle est bornée.
Démonstration :
Supposons que
N ∈ n n
u ) ( converge. Notons l sa limite.
Selon la définition de la convergence vers l, il existe N ∈ N tel que N n ≥ ∀ ,
3 < −l u
n
. Donc N n ≥ ∀ , l l l u l l u u
n n n
+ ≤ + − ≤ + − = 3 .
Ainsi, en posant ( )
N
u u u l M ,... , , 3 max
1 0
+ = , il est clair que M u n
n
≤ ∈ ∀ , N .

Contraposée :
Si
N ∈ n n
u ) ( n’est pas bornée, alors elle ne converge pas (elle diverge).
Attention, la réciproque est fausse :
n
n u ) 1 ( : − ֏ est bornée, mais ne converge pas.
En effet :
Soit R ∈ l . Montrons que
N ∈ n n
u ) ( ne converge pas vers l.
Prenons
2
1
= ε . Alors il n’existe aucun N tel que N n ≥ ∀ , ε < −l u
n
.
En effet, supposons qu’il en existe.
Alors ε < −l u
N
et ε < −
+
l u
N 1
.
Donc 1 2 ) (
1 1 1
≤ < − + − ≤ − − − = −
+ + +
ε l u l u l u l u u u
N N N N N N
.
Contradiction car 2
1
= −
+ N N
u u .


C) « La notion de limite ne dépend pas des premiers termes »

Proposition :
A.BENHARI 22

Soit
N
N N
R ∈
∈ ∈ n n n n
v u ) ( , ) ( . Si u et v sont égales à partir d’un certain rang, alors
elles sont de même nature (convergente ou divergente), et si elles convergent, c’est vers
la même limite.
Démonstration :
Soit N ∈ N tel que
n n
v u N n = ≥ ∀ , . Supposons que
N ∈ n n
u ) ( converge vers une
limite R ∈ l .
Alors
N ∈ n n
v ) ( converge aussi vers l :
Soit 0 > ε . On peut introduire N ∈ ' N tel que ε < − ≥ ∀ l u N n
n
, ' .
Alors, si on pose ) ' , max( N N P = , on a ε < − ≥ ∀ l v P n
n
, .
Donc ε ε < − ≥ ∀ ∈ ∃ > ∀ l v P n P
n
, , , 0 N . Donc
N ∈ n n
v ) ( converge vers l.
Etant donnés les rôles symétriques joués par
N ∈ n n
u ) ( et
N ∈ n n
v ) ( , on a donc
l’équivalence
N ∈ n n
u ) ( converge
N ∈

n n
v ) ( converge ; donc, par contraposée,
N ∈ n n
u ) (
diverge
N ∈

n n
v ) ( diverge.


D) Convergence et suite extraite

Lemme :
Soit ϕ une application strictement croissante de N dans N.
Alors k k k ≥ ∈ ∀ ) ( ,ϕ N
Démonstration par récurrence :
0 ) 0 ( ≥ ϕ car N ∈ ) 0 ( ϕ
Soit N ∈ k , supposons que k k ≥ ) ( ϕ .
Alors k k k ≥ > + ) ( ) 1 ( ϕ ϕ ; k k > + ) 1 ( ϕ ; 1 ) 1 ( + ≥ + k k ϕ .
Théorème :
Si une suite
N ∈ n n
u ) ( converge vers R ∈ l , alors toute suite extraite converge vers
l.
Démonstration :
Supposons que
N ∈ n n
u ) ( converge vers l.
Soit
N ∈ n n
v ) ( une suite extraite de
N ∈ n n
u ) ( .
Soit N N → : ϕ , strictement croissante, telle que
) (
,
n n
u v n
ϕ
= ∈ ∀ N .
Soit 0 > ε .
Comme
N ∈ n n
u ) ( converge vers l, il existe N ∈ N tel que ε < − ≥ ∀ l u N n
n
, .
Alors pour tout N k ≥ , on a N k k ≥ ≥ ) ( ϕ , donc ε
ϕ
< − l u
k ) (
.
Ainsi, on a montré que ε ε < − ≥ ∀ ∈ ∃ > ∀ l v N k N
k
, , , 0 N
Application :
Généralement pour la contraposée.
• Soit
N ∈ n n
u ) ( la suite de terme général
n
n
u ) 1 (− = .
)
`
¹
− =
=
+
1 ) lim(
1 ) lim(
1 2
2
n
n
u
u
donc
N ∈ n n
u ) ( diverge.
A.BENHARI 23

• Soit
N ∈ n n
u ) ( la suite de terme général
|
¹
|

\
|
=
2
sin
π n
u
n

¦
)
¦
`
¹
=
− =
=
+
+
1 ) lim(
1 ) lim(
0 ) lim(
1 4
3 4
2
n
n
n
u
u
u
donc
N ∈ n n
u ) ( diverge.
Proposition :
Si
N ∈ k k
u ) (
2
et
N ∈ + k k
u ) (
1 2
convergent vers la même limite l, alors
N ∈ n n
u ) ( converge
aussi vers l.
Démonstration :
Soit 0 > ε
Soit N ∈ K tel que ε < − ≥ ∀ l u K k
k 2
,
Soit N ∈ ' K tel que ε < − ≥ ∀
+
l u K k
k 1 2
, ' .
Alors ε < − + ≥ ∀ l u K K n
n
), 1 ' 2 , 2 max( .
En effet : soit ) 1 ' 2 , 2 max( + ≥ K K n .
Si n est pair, n s’écrit sous la forme k n 2 = , et comme K n 2 ≥ , on a K k ≥ , donc
ε < −l u
k 2
, soit, comme k n 2 = , ε < −l u
n
. Il en est de même si n est impair.
Donc ε ε < − ≥ ∀ ∈ ∃ > ∀ l u N n N
n
, , , 0 N


III Convergence et inégalités

Proposition :
Si
N ∈ n n
u ) ( converge vers l et si I est un intervalle ouvert contenant l, alors il existe un
rang à partir duquel les termes sont dans I.
Démonstration :
Il est clair que si I est ouvert, et si I l ∈ , on peut trouver 0 > ε tel que ] [ I l l ⊂ + − ε ε, .
Soit alors un tel 0 > ε . Il existe donc N ∈ N tel que ε < − ≥ ∀ l u N n
n
, , c'est-à-dire
] [ I l l u N n
n
⊂ + − ∈ ≥ ∀ ε ε, ,

Théorème (passage à la limite dans une inégalité) :
Si deux suites
N ∈ n n
u ) ( ,
N ∈ n n
v ) ( convergent vers l, l’ respectivement, et si il existe
0
n tel
que
n n
v u n n ≤ ≥ ∀ ,
0
, alors ' l l ≤ .
Démonstration par l’absurde :
Avec les hypothèses du théorème, supposons que ' l l > .
Soit alors ε tel que
2
'
0
l l −
< < ε . Ainsi, ε ε − < + l l'
Il existe donc N ∈ N tel que ε ε + < < − ≥ ∀ l u l N n
n
,
Et aussi N ∈ ' N tel que ε ε + < < − ≥ ∀ ' ' , ' l v l N n
n

Alors, pour ) , ' , max(
0
n N N n ≥ :
n n
u l l v < − < + < ε ε ' . Contradiction, car
n n
v u ≤ .

Remarque :
A.BENHARI 24

Les inégalités strictes ne se conservent pas par passage à la limite.
Par exemple :
n n
n
1
2
1
2 *, + < − ∈ ∀ N , mais 2
1
2 lim
1
2 lim = + = −
+∞ → +∞ →
n n
n n


Cas particulier :
Si
N ∈ n n
u ) ( a une limite, et si a u n
n
≤ ∈ ∀ , N , alors a u
n
≤ ) lim(
Théorème (des gendarmes) :
Soient
N
N N N
R ∈
∈ ∈ ∈ n n n n n n
w v u ) ( , ) ( , ) ( .
Si
N ∈ n n
u ) ( et
N ∈ n n
w ) ( convergent vers une même limite R ∈ l , et si il existe
0
n tel que
n n n
w v u n n ≤ ≤ ≥ ∀ ,
0
, alors
N ∈ n n
v ) ( converge vers l.
Démonstration :
Soit 0 > ε .
Il existe donc N ∈ N tel que ε ε + < < − ≥ ∀ l u l N n
n
, .
Et aussi N ∈ ' N tel que ε ε + < < − ≥ ∀ l w l N n
n
, '
Alors, pour ) , ' , max(
0
n N N n ≥ , on a ε ε + < ≤ ≤ < − l w v u l
n n n

On a donc trouvé M tel que ε ε + < < − ≥ ∀ l v l M n
n
, .
Donc ε ε < − ≥ ∀ ∈ ∃ > ∀ l v M n M
n
, , , 0 N

Cas particulier :
Si
N ∈ n n
v ) ( converge vers 0, et si N ∈ ∀n ,
n n
v u ≤ , alors
N ∈ n n
u ) ( converge vers 0.
Plus généralement, si
N ∈ n n
v ) ( converge vers 0, et si N ∈ ∀n ,
n n
v l u ≤ − , alors
N ∈ n n
u ) (
converge vers l.


IV Convergence et opérations sur les suites

Proposition :
Si une suite
N ∈ n n
u ) ( converge vers R ∈ l , alors
N ∈ n n
u ) ( converge vers l .
Démonstration :
Pour tout N ∈ n , l u l u
n n
− ≤ − . Donc, d’après le théorème des gendarmes,
N ∈ n n
u ) (
converge vers l .
(Attention, la réciproque est fausse, sauf si 0 = l )

Proposition :
Soient
N
N N
R ∈
∈ ∈ n n n n
v u ) ( , ) ( , R ∈ λ .
Si
N ∈ n n
u ) ( converge vers R ∈ l ,
N ∈ n n
v ) ( vers R ∈ ' l , alors :
N ∈
+ •
n n n
v u ) ( converge vers ' l l +
N ∈

n n
u ) (λ converge vers l λ
N ∈

n n n
v u ) ( converge vers ' l l ×
Démonstration :
• Soit 0 > ε .
Il existe donc N ∈ N tel que 2 / , ε < − ≥ ∀ l u N n
n
(car 0 2 / > ε )
A.BENHARI 25

Et N ∈ ' N tel que 2 / ' , ' ε < − ≥ ∀ l v N n
n
.
Alors, pour ) ' , max( N N n ≥ , ε < − + − ≤ + − + ' ) ' ( l v l u l l v u
n n n n

Donc ε ε < + − + ≥ ∀ ∈ ∃ > ∀ ) ' ( ( , , , 0 l l v u M n M
n n
N .
Donc
N ∈
+
n n n
v u ) ( converge vers ' l l + .

• 1
er
cas : 0 ≠ λ
Soit 0 > ε .
Il existe donc N ∈ N tel que λ ε / , < − ≥ ∀ l u N n
n
(car 0 / > λ ε )
Alors, pour tout N n ≥ , on a : ε
λ
ε
λ λ λ λ = < − = − l u l u
n n

2
ème
cas : 0 = λ : trivial, la suite nulle converge vers 0.
• La suite
N ∈ n n
u ) ( converge, elle est donc bornée.
On introduit alors R ∈ M tel que M u n
n
< ∈ ∀ , N
On a alors, pour tout N ∈ n :
¸¸ ¸_ ¸ ¸¸ ¸_ ¸
0 0
' ' ' ' ) ( ' ) ' ( '
→ →
− + − ≤ − + − ≤ − + − = − l u l l v M l u l l v u l u l l v u l l v u
n n n n n n n n n n

Donc, d’après le théorème des gendarmes,
N ∈ n n n
v u ) ( converge vers l l' .

Proposition :
Si
N ∈ n n
u ) ( est bornée, et si 0 ) ( →
∈N n n
v , alors 0 ) ( →
∈N n n n
v u .
En effet, on a :
n n n
v M v u n ≤ ∈ ∀ , N (voir démonstration précédente)

Proposition :
Si une suite
N ∈ n n
u ) ( converge vers * R ∈ l , alors
|
|
¹
|

\
|
n
u
1
est définie à partir d’un certain
rang et converge vers
l
1
.
Démonstration :
N ∈ n n
u ) ( converge vers l. Donc
N ∈ n n
u ) ( converge vers 0 > l .
Soit alors α tel que l < < α 0 . Il existe donc N ∈ P tel que P n ≥ ∀ , α >
n
u .
Donc
|
|
¹
|

\
|
n
u
1
est définie au moins à partir de P.
Montrons que
l u
n
1 1
lim =
|
|
¹
|

\
|

Pour tout P n ≥ , on a :
¸¸ ¸_ ¸
0
1 1 1 1

− ≤ − = − l u
l
l u
l u l u
n n
n n
α
.
Donc d’après le théorème des gendarmes,
|
|
¹
|

\
|
n
u
1
converge vers
l
1
.

A.BENHARI 26

Proposition (démontrée plus tard) :
Soit
N ∈ n n
u ) ( à valeurs dans I. Supposons que
N ∈ n n
u ) ( converge vers I l ∈ .
Si f est une fonction continue définie sur I, alors ) ( ) ( l f u f
n n
  → 
+∞ →




V Limites dans
R


On note { } +∞ ∞ − ∪ = , R R
On prolonge la loi + et la relation ≤ sur R de la façon suivante :
+∞ = + +∞ −∞ = + −∞ ∈ ∀ x x x ) ( , ) ( , R
+∞ = +∞ + ∞ + −∞ = −∞ + ∞ − ) ( , ) (
(Prolongation partielle)
x x x < ∞ − +∞ < ∈ ∀ , , R
+∞ < ∞ −
(Prolongation totale)
Remarque :
R admet un maximum ( ∞ + ) et un minimum ( ∞ − ).

Définition :
Soit
N
N
R ∈ =
∈ n n
u u ) (
N ∈ n n
u ) ( tend vers ∞ + lorsque A u N n N A
n
≥ ≥ ∀ ∈ ∃ ∈ ∀ , , , N R
N ∈ n n
u ) ( tend vers ∞ − lorsque A u N n N A
n
≤ ≥ ∀ ∈ ∃ ∈ ∀ , , , N R
« étant donné n’importe quel réel, il y a un rang à partir duquel on le dépasse »

Proposition :
Si une suite
N ∈ n n
u ) ( a une limite dans R , alors elle n’en a qu’une.
Démonstration :
On suppose que
N ∈ n n
u ) ( tend vers R ∈ ' , l l , avec l l < '
1
er
cas : R ∈ ' , l l , déjà vu.
2
ème
cas : −∞ = ' l , R ∈ l .
Il existe N ∈ N tel que ] [ 1 ' , 1 ' , + − ∈ ≥ ∀ l l u N n
n

Soit R ∈ A tel que 1 '− < l A .
Il existe N ∈ ' N tel que A u N n
n
≤ ≥ ∀ , '
Contradiction lorsque ) ' , max( N N n ≥
Autres cas ( R ∈ ' l , +∞ = l ou −∞ = ' l , +∞ = l ) : procéder de même que pour le 2
ème
cas.
}
diverge ) (
converge ) (
dans limite de pas a n' ) (
) (
) (
dans limite une a ) (
N
N
N
N
N
N
R
R
R






)
`
¹
±∞ →
∈ →
¹
´
¦
n n
n n
n n
n n
n n
n n
u
u
u
u
l u
u


Proposition :
Si +∞ →
∈N n n
u ) ( , alors
N ∈ n n
u ) ( n’est pas majorée.
Si −∞ →
∈N n n
u ) ( , alors
N ∈ n n
u ) ( n’est pas minorée.
A.BENHARI 27


Proposition :
Si ±∞ →
∈N n n
u ) ( , alors toute suite extraite de
N ∈ n n
u ) ( tend vers ∞ ±
(même démonstration que pour l)
Ainsi, si R
N
∈ →

l u
n n
) ( , alors toute suite extraite tend aussi vers l.

Proposition :
Si +∞ →
∈N n n
u ) ( , alors 0 >
n
u à partir d’un certain rang
(prendre 0 > A dans la définition)

Proposition :
Si R
N
∈ →

l u
n n
) ( , R
N
∈ →

' ) ( l v
n n
et si
n n
v u n ≤ ∈ ∀ , N , alors ' l l ≤ .

Théorème :
Si +∞ →
∈N n n
u ) ( , et si
n n
v u n ≤ ∈ ∀ , N , alors +∞ →
∈N n n
v ) (
Si −∞ →
∈N n n
u ) ( , et si
n n
u v n ≤ ∈ ∀ , N , alors −∞ →
∈N n n
v ) (

Proposition :
Si ±∞ →
∈N n n
u ) ( , alors +∞ →
∈N n n
u ) (
Si ±∞ →
∈N n n
u ) ( , et si R ∈ λ , alors
¦
¹
¦
´
¦
< ∞
=
> ∞ ±


0 si
0 si 0
0 si
) (
λ
λ
λ
λ

N n n
u

Proposition :
Si +∞ →
∈N n n
u ) ( et si
N ∈ n n
v ) ( est minorée, alors +∞ → +
∈N n n n
v u ) (
Démonstration :
Soit R ∈ M tel que
n
v M n ≤ ∈ ∀ , N
Alors
n n n
u v u M n + ≤ + ∈ ∀ , N
Soit R ∈ A . Comme +∞ →
∈N n n
u ) ( , il existe N ∈ N tel que M A u N n
n
− ≥ ≥ ∀ ,
Alors A v u N n
n n
≥ + ≥ ∀ ,

Proposition :
Si +∞ →
∈N n n
u ) ( et si il existe 0 > a tel que, à partir d’un certain rang, a v
n
≥ , alors
+∞ →
∈N n n n
v u ) (
La démonstration est identique à celle de la proposition précédente.

Proposition :
Si +∞ →
∈N n n
u ) ( , alors
|
|
¹
|

\
|
n
u
1
est définie à partir d’un certain rang et tend vers 0.
A.BENHARI 28

Si 0 ) ( →
∈N n n
u et si 0 >
n
u à partir d’un certain rang, alors
|
|
¹
|

\
|
n
u
1
est définie à partir de
ce rang et tend vers ∞ + .






VI Suite arithmétique – géométrique
A) Suite arithmétique

Soit
N ∈ n n
u ) ( une suite arithmétique de raison R ∈ r .
Alors :
nr u u n
n
+ = ∈ ∀
0
, N
2
) 1 ( ,
0
0
r
n
k
k
u u
n u n
+
+ = ∈ ∀

=
N
Si 0 = r , cte ) ( =
∈N n n
u
Si 0 > r ,
N ∈ n n
u ) ( est strictement croissante et tend vers ∞ + .
Si 0 < r ,
N ∈ n n
u ) ( est strictement décroissante et tend vers ∞ −


B) Suite géométrique

Soit
N ∈ n n
u ) ( une suite géométrique de raison R ∈ q .
Alors :
n
n
q u u n
0
, = ∈ ∀ N
¦
¹
¦
´
¦
= +



= ∈ ∀
+
=

1 si 1)u (n
1 si
1
,
0
1 0
0
q
q
q
u u
u n
n n
k
k
N
Si 0 = q ,
N ∈ n n
u ) ( est nulle à partir du rang 1.
Si 1 = q ,
N ∈ n n
u ) ( est constante.
Pour { } 1 , 0 \ R ∈ q , étude de la suite géométrique de terme général
n
n
q u = ( 1
0
= u
)
- Si 1 > q ,
N ∈ n n
u ) ( est strictement croissante
- Si 1 0 < < q ,
N ∈ n n
u ) ( est strictement décroissante
- Si 0 < q ,
N ∈ n n
u ) ( n’est pas monotone.
Démonstration :
Pour les deux premiers :
¸ ¸ _ ¸
1 0 si 0
1 si 0
0
1
) 1 ( ,
< < <
> >
>
+
− = − ∈ ∀
q
q
n
n n
q q u u n N
Pour le troisième :
¸ ¸ _ ¸
constant
signe
alterné
signe
1
) 1 ( , − = − ∈ ∀
+
q q u u n
n
n n
N
A.BENHARI 29

Pour les limites :
- Si 1 > q ,
N ∈ n n
u ) ( tend vers ∞ +
- Si 1 1 < < − q ,
N ∈ n n
u ) ( tend vers 0.
- Si 1 − ≤ q , pas de limite.
En effet : pour 1 > q , ) 1 ( 1 ... ) 1 ( 1 )) 1 ( 1 ( − + ≥ + − + = − + = q n q n q q
n n
et
) 1 ( 1 − + q n tend vers ∞ + , donc
n
q tend vers ∞ + .
Pour 1 < q et 0 ≠ q , +∞ →
|
|
¹
|

\
|
=
n
n
q u
1 1
. Donc 0 ) ( →
n
u , soit 0 ) ( →
n
u .
VII Comparaison de suites
A) Suite négligeable devant une autre

Définition :
N ∈ n n
u ) ( est négligeable devant
N ∈ n n
v ) ( quand n tend vers ∞ + lorsqu’il existe une
suite ε qui tend vers 0 telle que
n n n
v u ε = à partir d’un certain rang.
On note alors v u <<
Exemple :
n n
1 1
2
<< puisque 1 ≥ ∀n ,
n n n
1 1 1
2
× =

Définition équivalente dans un cas courant :
Si la suite v ne s’annule pas à partir d’un certain rang, alors on a l’équivalence :
v
u
v u ⇔ << tend vers 0.
Ou encore :
0   →  ⇔ <<
+∞ →
+∞ →
n
n
n
n
n
n
v
u
v u
Démonstration : si v ne s’annule pas à partir du rang q.
Supposons que v u << . Il existe alors
N ∈ n n
) (ε et N ∈ p tel que
n n n
v u p n ε = ≥ ∀ , .
Alors 0 ), , max(   →  = ≥ ∀
+∞ → n
n
n
n
v
u
q p n ε
Supposons que 0   → 
+∞ → n
n
n
v
u
. Alors,
¸
n
n
n
n
v
v
u
u q n
0
,

= ≥ ∀ . Donc v u <<
Proposition :
La relation << définie sur
N
R est transitive, compatible avec la multiplication,
mais pas avec l’addition.
En effet :
• Si v u << et w v << , alors
n n n
v u ε = à partir d’un certain rang, et
n n n
w v ' ε = à
partir d’un certain rang. Alors, à partir du plus grand des deux rangs,
n n n n
w u
¸ _ ¸
0
'

= ε ε . Donc w u << .
A.BENHARI 30

• Si v u << et ' ' v u << , alors
n n n
v u ε = à partir d’un certain rang, et
n n n
v u ' ' ' ε =
à partir d’un certain rang. Donc
n n n n n n
v v u u ' ' '
0
¸ _ ¸

= ε ε . Donc ' ' vv uu <<
• Contre-exemple pour l’addition :
n n n n n
n n
1 1
;
1 1 1
3 2 2
− << + <<
+∞ → +∞ →
, mais
2 3 2
1 1 1
n n n
n +∞ →
</ </ + : 1
1 1
1
3 2
2

+
n n
n

Cependant, si v u << et v u << ' , alors v u u << + ' .
En effet :
n n n
v u ε = ,
n n n
v u ' ' ε = à partir d’un certain rang, donc
n n n n n
v u u ) ' ( ' ε ε + = + …
B) Comparaisons classiques

Pour les suites qui tendent vers ∞ + :
n n
n +∞ →
<< • ln
Plus généralement,
β α
β α n n
n +∞ →
+
<< ∈ ∀ ln ,
*
, R (exemple : n n <<
9
10
) (ln )
En effet :
Soient
*
,
+
∈R β α . Alors :
α
α β
α β
α
α
α β
α β
β
α
β
α
β
α
¸¸ ¸_ ¸
0
/
/
/
/
) ln(
) ln(
ln

|
|
¹
|

\
|
|
|
¹
|

\
|
=
|
|
¹
|

\
|
=
n
n
n
n
n
n

β α
n n << • lorsque β α < < 0
n
a n << • lorsque 1 > a
Démonstration :
b a + =1 , où 0 > b
p
p
n n n
b b a |
¹
|

\
|
≥ + = ) 1 ( si p n ≥ .
Soit
2
) 1 (
2
) 1 (


≥ a
n n
a
n
. Donc +∞ →
n
a
n
, soit 0 →
n
a
n

Plus généralement,
n
a n a << > ∀ > ∀
α
α , 1 , 0
En effet :
α
α
α
α
α
|
|
¹
|

\
|
= |
¹
|

\
|
=
n n n
a
n
a
n
a
n
) (
/ 1 /
. Or, 1
/ 1
>
α
a . Donc 0
) (
/ 1

n
a
n
α
. Comme 0 > α ,
on a bien 0
) (
/ 1

|
|
¹
|

\
|
α
α n
a
n

n n
b a << • si b a < < 1
! , 1 n a a
n
<< > ∀ •
En effet :
A.BENHARI 31

p n
p
p n
p n p
n
p
a
p
a
n p p
a a a a a a
n
a a a
n
a

> −

|
|
¹
|

\
|

× × + × × ×
× × × × × × ×
=
× × ×
× × ×
=
! ... ) 1 ( ... 2 1
... ...
... 2 1
...
!
1 termes
¸ ¸¸ ¸ ¸_ ¸
¸¸ ¸¸ ¸ ¸¸ ¸¸ ¸
.
Si on prend a p > , on a, pour tout p n ≥ :
¸ _ ¸ ¸¸ ¸_ ¸
0 cte
! !
0


|
|
¹
|

\
|
×
|
|
¹
|

\
|
≤ ≤
n p
p n
p
a
p
a
p
a
n
a
.
Donc 0
!

n
a
n

n
n n << • !
En effet :
n n n
n
n n n n
n
n
n
n
1
...
... 2 1
...
... 2 1 !
0
1

× ×
× ×
=
× × ×
× × ×
= ≤

¸¸ ¸_ ¸


Notation :
Pour dire qu’une suite u est négligeable devant une autre suite v, on note :
) (
n
n
n
v o u
+∞ →
= («
N ∈ n n
u ) ( égale une suite négligeable devant
N ∈ n n
v ) ( »)
Ainsi, ) (
n
v o désigne une suite négligeable devant
N ∈ n n
v ) ( .


C) Suites équivalentes

Définition :

¦
)
¦
`
¹
∞ +
+∞ →
) ~ ( en à e équivalent est
) ~ ( à équivaut
n
n
n n n
v u v u
v u v u
il existe une suite
N ∈
=
n n
h h ) ( qui
tend vers 1 telle que
n n n
v h u = à partir d’un certain rang.
Définition simplifiée :
Si
n
v ne s’annule pas à partir d’un certain rang, alors 1 ~ → ⇔
n
n
n n
v
u
v u
Exemple :
n n n
n n n
1
~
1 1
~
2
2 2
+
+

Autre définition :
) ( ~
n n n n n
v o v u v u + = ⇔ au voisinage de ∞ + .
Démonstration :
• Si
n n
v u ~ , alors
n n n
v h u = à partir d’un certain rang, où 1 →
n
h . Mais
n n
h ε + = 1 , où 0 →
n
ε . D’où ) (
n n n n n n
v o v v v u + = + = ε .
• Inversement : identique.

Proposition :
La relation ~ est transitive, réflexive, antisymétrique.
Démonstration de la symétrie (les deux autres étant immédiats) :
A.BENHARI 32

Si v u ~ , alors
n n n
v h u = à partir d’un certain rang, où 1 →
n
h . Mais alors
n
n
n
u
h
v
1
= à partir d’un certain rang, et 1
1

n
h
, donc u v ~ .

Une relation transitive, réflexive, symétrique est une relation d’équivalence.
Une relation transitive, réflexive, antisymétrique est une relation d’ordre.
La relation ~ est compatible avec ×, mais pas avec + ; la démonstration est la
même que pour <<.
¦
)
¦
`
¹
− + −
+
n n n
n n n
1
~
1 1
1
~
1 1
3
2
mais 0 ~
1 1
3 2
/ +
n n
.
Remarque :
0 0 ~ × = ⇔
n n n
h u u à partir d’un certain rang
N ∈

n n
u ) ( est stationnaire en 0.
Proposition :
• Si
n n
v u ~ , et si R ∈ →l u
n
, alors l v
n

En effet,
¸¸
l
n n n
u h v
→ →
=
1
à partir d’un certain rang.
• La réciproque est fausse, sauf si * R ∈ l
Démonstration :
Si * R ∈ → l u
n
, alors l u
n
~ . Par transitivité, si * R ∈ → l v
n
, alors
n n
v u ~ .
Contre-exemples si ±∞ = , 0 l : n n ~
2
/ ,
n n
1
~
1
2
/
.

Divers vrai/faux classiques :
• Si
n n
v u ~ , alors
2 2
~
n n
v u (compatibilité avec ×) vrai
• Si
n n
v u ~ , alors
n n
v u
1
~
1
(
n n n
n n n
v h u
v h u
1 1 1
= ⇒ = ) vrai
• Si
n n
v u ~ , alors
α α
α
n n
v u ~ , R ∈ ∀ (si défini) vrai.
• Si
n n
v u ~ , alors
n
n
n
n
v u ~ est fausse en général ( 1 ~
1
1
n
+ , et e
n
n

|
¹
|

\
|
+
1
1 )
• Si
n n
v u ~ , alors ) ( ~ ) (
n n
v f u f est fausse en général.


D) Equivalents usuels

Si 0 →
n
u , alors :
) de t indépendan ( . ~ 1 ) 1 (
~ 1
~ ) 1 ln(
~ ) sin(
n u u
u e
u u
u u
n n
n
u
n n
n n
n
α α
α
− + •
− •
+ •




A.BENHARI 33

E) Suite dominée par une autre

On dit que
N ∈ n n
u ) ( est dominée par
N ∈ n n
v ) ( lorsqu’il existe une suite bornée
N ∈ n n
k ) ( telle que
n n n
h k u = à partir d’un certain rang.
Cela revient à dire :
N ∈ n n
u ) ( est dominée par ⇔
∈N n n
v ) ( il existe
+
∈R K tel que
n n
v K u ≤ à partir
d’un certain rang.
Lorsque
N ∈ n n
u ) ( est dominée par
N ∈ n n
v ) ( , on note ) (
n n
v O
n
u
→+∞
=
Exemple :
) ( sin mais
) ( sin
~ sin
) ( ) (
n O n n
n o n n
n n n
v O u v o u
n n n n
=
)
`
¹

/ •
= ⇒ = •


VIII Théorèmes portant sur les suites monotones
A) Le théorème « de la limite monotone » (pour les suites)

Théorème 1 :
Soit
N ∈ n n
u ) ( une suite croissante de réels.
- Si
N ∈ n n
u ) ( est majorée, alors
N ∈ n n
u ) ( converge vers { } N ∈ n u
n
, sup
- Si
N ∈ n n
u ) ( n’est pas majorée, alors
N ∈ n n
u ) ( tend vers ∞ + .
Ainsi, dans les deux cas,
N ∈ n n
u ) ( a une limite dans R .
Démonstration :
Soit
N ∈ n n
u ) ( une suite croissante.
• Supposons
N ∈ n n
u ) ( majorée, c'est-à-dire que { } N ∈ n u
n
, est majorée.
Cet ensemble est une partie non vide et majorée de R. Il admet donc une borne
supérieure R ∈ l . Montrons alors que
N ∈ n n
u ) ( converge vers l.
Soit 0 > ε . Alors ε − l ne majore pas
N ∈ n n
u ) ( (puisque l est le plus petit majorant)
Il existe donc N ∈ N tel que ε − > l u
N
. Ainsi, comme
N ∈ n n
u ) ( est croissante, on a :
N n ≥ ∀ , ) ( ε ε + < ≤ ≤ < − l l u u l
n N
.
D’où la convergence de
N ∈ n n
u ) ( vers l.
• Supposons
N ∈ n n
u ) ( non majorée. Montrons que
N ∈ n n
u ) ( tend vers ∞ + .
Soit R ∈ A . A n’est pas un majorant de
N ∈ n n
u ) ( . Il existe donc N ∈ N tel que
A u
N
> . Donc, comme
N ∈ n n
u ) ( est croissante, N n ≥ ∀ , A u u
N n
> ≥ .
Donc
N ∈ n n
u ) ( tend vers ∞ + .
Théorème 2 :
Soit
N ∈ n n
u ) ( une suite décroissante.
- Si
N ∈ n n
u ) ( est minorée, alors elle tend vers sa borne inférieure.
- Si
N ∈ n n
u ) ( n’est pas minorée, alors elle tend vers ∞ − .
Ainsi, dans les deux cas,
N ∈ n n
u ) ( a une limite dans R .
Démonstration :
A.BENHARI 34

Soit
N ∈ n n
u ) ( une suite décroissante.
(1) Appliquer le théorème précédent à
N N ∈ ∈
− =
n n n n
u v ) ( ) (
(2) Recopier la démonstration précédente en adaptant.


B) Suites adjacentes

Théorème :
Soient deux suites réelles
N ∈ n n
u ) ( et
N ∈ n n
v ) ( .
Si
N ∈ n n
u ) ( est croissante, si
N ∈ n n
v ) ( est décroissante et si
N ∈

n n n
v u ) ( tend vers 0,
alors elles convergent vers une même limite.
Vocabulaire :
adjacentes sont ) ( et ) (
0 vers tend ) (
décroît ) ( croît, ) (
déf
N N
N
N N
∈ ∈

∈ ∈

)
`
¹

n n n n
n n n
n n n n
v u
v u
v u

Démonstration :
Supposons
N ∈ n n
u ) ( et
N ∈ n n
v ) ( adjacentes.
- Déjà, pour tout N ∈ n ,
n n
v u ≤ .
En effet, s’il existe N ∈ p tel que
p p
v u > , alors, pour tout p n ≥ :
n p p n
u u v v ≤ < ≤ (car
N ∈ n n
u ) ( est croissante et
N ∈ n n
v ) ( décroissante)
Soit
n p n n
v u v u − ≥ − , et
p n
v v ≤ donc
p p n p
v u v u − ≥ − .
C'est-à-dire :
p p n n
v u v u p n − ≥ − ≥ ∀ ,
D’où, par passage à la limite lorsque n tend vers ∞ + ,
p p
v u − ≥ 0 .
Ce qui est contradictoire puisqu’on a supposé
p p
v u >
Donc
n n
v u n ≤ ∈ ∀ , N
- Il en résulte que pour tout N ∈ n ,
0
v v u
n n
≤ ≤ .
Donc
N ∈ n n
u ) ( est croissante et majorée. Elle converge donc vers R ∈ l .
De même,
N ∈ n n
v ) ( converge vers R ∈ ' l .
Comme 0 ) ( → −
∈N n n n
v u , et ' ) ( l l v u
n n n
− → −
∈N
, on a donc 0 ' = −l l , c'est-à-dire
' l l = . Donc
N ∈ n n
u ) ( et
N ∈ n n
v ) ( tendent vars la même limite.

Exemple :
Pour tout N ∈ n , posons :
!
1
...
! 2
1
! 1
1
1
!
1
1
n k
u
n
k
n
+ + + + = =

=

Et
!
1
!
1
...
! 2
1
! 1
1
1
!
1
n n n
u v
n n
+ + + + + = + =
-
N ∈ n n
u ) ( est croissante, car pour tout N ∈ n ,
!
1
1
n
u u
n n
+ =
+
.
- Pour tout N ∈ n ,
)! 1 (
1
!
1
)! 1 (
2
!
1
)! 1 (
1
1 1
+

= −
+
= −
+
+ − = −
+ +
n
n
n n n n
u u v v
n n n n

Donc
N ∈ n n
v ) ( est décroissante à partir du rang 1.
A.BENHARI 35

- 0
!
1
→ = −
n
u v
n n

Donc et
N ∈ n n
v ) ( sont adjacentes, donc convergent vers une même limite
e.
Montrons que 2 > e et que Q ∉ e .
- Déjà, e u
n n

∈N
) ( , et
2
1
2 , 2 + ≥ ≥ ∀
n
u n .
Donc en passant à la limite 2
2
1
2 > + ≥ e .
- Supposons que
q
p
e = , avec * , N ∈ q p . Alors, comme
N ∈ n n
u ) ( est strictement
croissante et
N ∈ n n
v ) ( est strictement décroissante et tendent vers e, on a :
{ } 1 , 0 \ N ∈ ∀n ,
n n
v e u < < .
C'est-à-dire, pour tout 2 ≥ n ,
!
1
!
1
...
! 2
1
! 1
1
1
!
1
...
! 2
1
! 1
1
1
n n
e
n
+ + + + + < < + + + +
Donc, pour q n = (on peut s’arranger pour que 2 ≥ q puisque la fraction n’est pas
nécessairement irréductible) :
!
1
! q
a
q
p
q
a +
< < , où a est un entier naturel.
C'est-à-dire 1 )! 1 ( + < − < a q p a , ce qui est impossible car N ∈ − )! 1 (q p .
Donc Q ∉ e .


C) Théorème des « segments emboîtés »

Théorème :
Soit
N ∈ n n
S ) ( une suite décroissante (au sens de l’inclusion) de segments emboîtés
de R. Alors

N ∈ n
n
S n’est pas vide, et si, de plus, l’amplitude de
n
S tend vers 0 lorsque n
tend vers ∞ + , alors

N ∈ n
n
S est un singleton.
Démonstration :
- Soient
N ∈ n n
a ) ( ,
N ∈ n n
b ) ( les deux suites réelles telles que :
( ) ] , [ et ,
n n n n n
b a S b a n = < ∈ ∀ N
- Comme les
n
S sont emboîtés, on a
n n
S S n ⊂ ∈ ∀
+1
, N .
C'est-à-dire :
n n n n
b b a a n ≤ ≤ ≤ ∈ ∀
+ + 1 1
, N .
Ainsi,
N ∈ n n
a ) ( est croissante, et
N ∈ n n
b ) ( est décroissante.
De plus,
N ∈ n n
a ) ( est majorée (par
0
b ), et
N ∈ n n
b ) ( est minorée (par
0
a ).
Donc
N ∈ n n
a ) ( converge vers R ∈ α , et
N ∈ n n
b ) ( vers R ∈ β .
Donc
n n
b a n ≤ ≤ ≤ ∈ ∀ β α , N . Donc

N ∈

n
n
S ] , [ β α . Donc ∅ ≠


N n
n
S
- Si de plus l’amplitude de
n
S tend vers 0, alors 0 → −
n n
a b , donc β α =
Donc { }

N ∈

n
n
S α . Mais on a aussi { } α ⊂


N n
n
S . En effet :
N ∈ n n
u ) (
A.BENHARI 36

Soit

N ∈

n
n
S x .
Alors
n n
b x a n ≤ ≤ ∈ ∀ , N . D’où, par passage à la limite, β α ≤ ≤ x .
Donc, comme β α = , { } α ∈ x . D’où l’inclusion. Donc { } α =


N n
n
S .


D) Un exemple très important : les suites construites par dichotomie

Soient
N ∈ n n
a ) ( ,
N ∈ n n
b ) ( deux suites réelles telles que :
¦
¦
¹
¦
¦
´
¦
|
¹
|

\
| +
|
¹
|

\
| +
= ∈ ∀

+ +
n
n n
n n
n
n n
a
b a
b a
a
b a n
b a
,
2
ou
2
,
) , ( , ) 2 (
) 1 (
1 1
0 0
N

Alors :
0 0
, b b a a n
n n
≤ ≤ ≤ ∈ ∀ N .
N ∈ n n
a ) ( est croissante,
N ∈ n n
b ) ( est décroissante.
n
n n
a b
a b n
2
,
0 0

= − ∈ ∀ N .
Ainsi,
N ∈ n n
a ) ( et
N ∈ n n
b ) ( sont adjacentes, et convergent vers la même limite.
Démonstration :
- Montrons par récurrence que
0 0
, b b a a n
n n
≤ ≤ ≤ ∈ ∀ N .
C’est vrai pour 0 = n .
Soit N ∈ n , supposons que
0 0
b b a a
n n
≤ ≤ ≤ .
Alors
0 0
2
b b
b a
a a
n
n n
n
≤ ≤
+
≤ ≤ .
Or,
¦
¦
¹
¦
¦
´
¦
|
¹
|

\
| +
|
¹
|

\
| +
=
+ +
n
n n
n n
n
n n
a
b a
b a
a
b a
,
2
ou
2
,
) , (
1 1
.
Donc
0 1 1 0
b b a a a
n n n
≤ ≤ ≤ ≤
+ +
, ou
0 1 1 0
b b b a a
n n n
≤ ≤ ≤ ≤
+ +
. Soit, dans les deux
cas,
0 1 1 0
b b a a
n n
≤ ≤ ≤
+ +
, ce qui achève la récurrence.
- Soit N ∈ n . On a montré que
n n
b a ≤ .
Donc
n
n n
n
b
b a
a ≤
+

2
. Or,
¦
¦
¹
¦
¦
´
¦
|
¹
|

\
| +
|
¹
|

\
| +
=
+ +
n
n n
n n
n
n n
a
b a
b a
a
b a
,
2
ou
2
,
) , (
1 1
.
Donc
n n n n
b b a a ≤ ≤ ≤
+ + 1 1
, ce qui est valable pour tout n.
Donc
N ∈ n n
a ) ( est croissante et
N ∈ n n
b ) ( est décroissante.
- Soit N ∈ n . Alors ) (
2
1
1 1 n n n n
a b a b − = −
+ +
.
A.BENHARI 37

Donc
N ∈

n n n
a b ) ( est géométrique de raison
2
1
.
Donc
n
n n
a b
a b n
2
,
0 0

= − ∈ ∀ N .


IX Le théorème de Bolzano–Weierstrass

Théorème :
De toute suite bornée de réels, on peut extraire une suite convergente.
Démonstration :
Soit
N ∈ n n
u ) ( une suite réelle bornée.
On introduit alors R ∈ b a, , avec b a ≤ , tels que pour tout N ∈ n , ] , [ b a u
n
∈ .
• On commence par construire deux suites
N ∈ k k
a ) ( ,
N ∈ k k
b ) ( telles que :
-
N ∈ k k
a ) ( ,
N ∈ k k
b ) ( convergent vers la même limite.
- Pour tout N ∈ k , l’ensemble des entiers n tels que ] , [
k k n
b a u ∈ est infini.
Pour cela, on procède par dichotomie :
- On prend a a =
0
, b b =
0
. L’ensemble des entiers n tels que ] , [
0 0
b a u
n
∈ est infini,
puisque c’est N.
- En supposant
k
a et
k
b de sorte que
k k
b a ≤ et que l’ensemble des entiers n tels que
] , [
k k n
b a u ∈ est infini, on construit
1 + k
a et
1 + k
b de la manière suivante :
o Si l’ensemble des entiers n tels que
(
¸
(

¸
+

2
,
k k
k n
b a
a u est infini, on pose
k k
a a =
+1
et
2
1
k k
k
b a
b
+
=
+
.
o Sinon, l’ensemble des entiers n tels que
(
¸
(

¸
+

k
k k
n
b
b a
u ,
2
est nécessairement
infini, et on pose alors
2
1
k k
k
b a
a
+
=
+
et
k k
b b =
+1
.
On a bien alors
1 1 + +

k k
b a , et l’ensemble des entiers n tels que ] , [
1 1 + +

k k n
b a u est infini
La construction dichotomique de
N ∈ k k
a ) ( et
N ∈ k k
b ) ( assure de plus que ces deux suites
convergent vers la même limite.
• On construit une suite strictement croissante
N ∈ k k
n ) ( d’entiers naturels de sorte que,
pour tout N ∈ k , ] , [
k k n
b a u
k
∈ .
Pour cela, on fait la construction récurrente suivante :
- On prend N ∈
0
n tel que ] , [
0 0
0
b a u
n
∈ : il en existe puisque l’ensemble des entiers n
tels que ] , [
0 0
b a u
n
∈ est infini.
- En supposant
k
n construit : comme l’ensemble des entiers n tels que ] , [
1 1 + +

k k n
b a u
est infini, il contient nécessairement des entiers strictement plus grands que
k
n ; on peut donc
trouver
k k
n n >
+1
tel que ] , [
1 1
1
+ +

+
k k n
b a u
k

• Conclusion :
A.BENHARI 38

La suite
N ∈ k n
k
u ) ( est une suite extraite de
N ∈ n n
u ) ( (puisque
k
n k ֏ est une application
strictement croissante de N dans N), et elle converge :
En effet, on a, pour tout N ∈ k ,
k n k
b u a
k
≤ ≤ . Or,
N ∈ k k
a ) ( et
N ∈ k k
b ) ( convergent vers
une même limite, donc
N ∈ k n
k
u ) ( aussi d’après le théorème des gendarmes.


X Compléments

Proposition :
Tout réel est limite d’une suite de rationnels.
Démonstration :
Soit R ∈ a .
Pour tout N ∈ n , on peut introduire un rationnel
n
r tel que
1
1
+
+ < <
n
a r a
n
.
Donc la suite
N ∈ n n
r ) ( converge vers a.

Idées pour les suites définies par des relations de récurrence du type ) (
1 n n
u f u =
+
:
• Intérêt d’un « intervalle stable par f ».
• Intérêt du graphe de f.
• Intérêt des points fixes de f.
• Intérêt du signe de x x f − ) (
• Intérêt de la croissance de f sur un intervalle stable contenant
0
u : la suite est
monotone.
• Intérêt de la décroissance de f sur un intervalle contenant
0
u :
N ∈ n n
u ) (
2
et
N ∈ + n n
u ) (
1 2

sont monotones de sens contraire.
• Intérêt de majorations du type y x k y f x f y x − ≤ − ∀ ) ( ) ( , , .

Développement décimal illimité propre d’un réel :
Pour tout N ∈ n , notons
)
`
¹
¹
´
¦
∈ = Z a
a
D
n
n
,
10

Proposition :
Soient R ∈ x , N ∈ n .
Alors il existe un unique décimal
n n
D d ∈ tel que
n
n n
d x d

+ < ≤ 10 .
On l’appelle la valeur décimale approchée par défaut d’ordre n de x.
Démonstration :
Pour tout Z ∈ a , on a les équivalences :
[ ] x a a x a
a
x
a
n n n
n n
10 1 10 10
10 10
= ⇔ + < ≤ ⇔ + < ≤


D’où l’existence et l’unicité de
n n
D d ∈ tel que
n
n n
d x d

+ < ≤ 10 , [ ] x d
n
n
n
10
10
1
= .
Remarques :
-
0
d est la partie entière de x.
- On a, pour tout N ∈ n , x d x
n
n
≤ ≤ −

10 , donc
N ∈ n n
d ) ( converge vers x.
Proposition :
A.BENHARI 39

Avec les notations précédentes, on note, pour tout * N ∈ n , ) ( 10
1 −
− =
n n
n
n
d d α .
Alors :
{ }
n
n
n
n
d d n
n
10
...
10 10
*,
9 ,... 1 , 0 *,
2
2 1
0
α α α
α
+ + + + = ∈ ∀ •
∈ ∈ ∀ •
N
N

Démonstration :
Soit N ∈ n .
Déjà,
n
α est un entier (puisque
n
n
d 10 et
1
1
10


n
n
d le sont)
De plus, on a : x d x
n
n
≤ < −

10 , et x d x
n
n
≤ < −

+ −
1
1
10 .
Donc
1
1
10 10
+ −


− < − < −
n
n n
n
d d , soit 10 1 < < −
n
α , d’où { } 9 ,... 1 , 0 ∈
n
α .
De plus,
∑ ∑
= =

+ = − + =
n
k
k
k
n
k
k k n
d d d d d
1
0
1
1 0
10
) (
α
.

(On peut montrer de plus par l’absurde que
*
) (
N ∈ n n
α n’est pas stationnaire à 9)



I Supposé connu, admis

C est un ensemble contenant R, et muni des lois de composition interne + et × qui
prolongent les lois + et × usuelles sur R.
On suppose connues les règles de calcul :
• + et × sont commutatives, associatives.
• × est distributive sur +.
• 0 est neutre pour +.
• 1 est neutre pour ×.
• Tout élément x de C est symétrisable pour +, son symétrique est noté x − (opposé)
• Tout élément x de C* est symétrisable pour ×, son symétrique est noté
1 −
x (inverse)
• Il y a dans C un élément i tel que 1 − = ×i i
• Tout complexe C ∈ z s’écrit de manière unique sous la forme b i a z × + = , où
R ∈ b a, (écriture algébrique). a est la partie réelle de z ( ) Re(z ), et b sa partie
imaginaire ( ) Im(z ).
(Les six premières règles sont communes à R et C, et définissent un corps commutatif)

Interprétation graphique :
Soit P un plan muni d’un repère orthonormé ) , , ( j i O R
, ,
= . On peut mettre P en bijection
avec C en associant à tout point M de P le complexe iy x z + = , où ) , ( y x est le couple de
coordonnées de M dans R. Ce complexe est l’affixe de M.
On parle alors du plan complexe.


II Conjugaison et module

Chapitre 3 : Les complexes
A.BENHARI 40

Soit C ∈ z . Alors z s’écrit de manière unique iy x z + = , avec
2
) , ( R ∈ y x (c'est-à-dire
) Im( ), Re( z y z x = = )
Le module de z est, par définition,
2 2
y x z + =
Remarque : si R ∈ z , alors x x y x z = = + =
2 2 2
.
Le conjugué de z est, par définition, iy x z − =
iy x z + =
iy x z − =

z : distance de O à z ; z : symétrique de z par rapport à l’axe réel.
Propriétés :
ire) triangula (inégalité ' '
1 1
, 0 si
' ' ' ' ' '
1
où d' ,
) Im( ) Re(
2
) Im(
2
) Re(
' ' ' '
2 2 2
2
2
z z z z
z z
z
z z z z zz zz z z zz
z
z
z
z z z
z z z z
i
z z
z
z z
z
z z zz z z z z
z z
i z z z
z z z
+ ≤ + •
= ≠ •
= = • = •
= = •
≤ • ≤ •

= •
+
= •
= • + = + •
= •
∈ ⇔ − = •
∈ ⇔ = •
R
R

Démonstration du dernier point :
( )( ) ' ' ' ' ' ' ' ' ' '
2 2 2
z z z z z z z z z z z z z z z z z z z z + + + = + + + = + + = +
Et ( )
2 2 2
' ' 2 ' z z z z z z + + = + .
Or, ' 2 ' 2 ) ' Re( 2 ' ' ' ' z z z z z z z z z z z z z z ≤ ≤ = + = +
Donc ( )
2 2
' ' z z z z + ≤ + , d’où l’inégalité voulue.

Conséquence : le module d’un complexe a les propriétés suivantes :
A.BENHARI 41

' ' ' , ' ,
, ,... ,
' ' , ' ,
' ' , ' ,
0 0 ,
,
1 1
2 1
z z z z z z z z
z z z z z
z z z z z z
z z zz z z
z z z
z z
n
k
k
n
k
k n
+ ≤ − ≤ − ∈ ∀
≤ ∈ ∀
+ ≤ + ∈ ∀
= ∈ ∀
= ⇔ = ∈ ∀
∈ ∈ ∀
∑ ∑
= =
+
C
C
C
C
C
R C



III Exponentielle complexe

Définition :
On note { } 1 , = ∈ = z z C U (c’est le "cercle unité")
Pour R ∈ θ , on pose θ θ
θ
sin cos i e
i
+ = .
Interprétation géométrique :
On oriente C de sorte que le repère naturel ) , 1 , 0 ( i soit direct.
θ i
e est l’unique point M
du cercle unité tel qu’une mesure de l’angle orienté ) , ( OM Ox soit θ .
Propriétés :
' ) ' (
2 1
1
θ θ θ θ
θ
θ
π θ
i i i
i
i
e e e
e
e
= •
∈ ⇔ = •
= •
+
Z

Proposition :
Tout complexe de module 1 s’écrit sous la forme
θ i
e z = .
Démonstration :
ib a z + = , où R ∈ b a, .
1 = z . Donc 1
2 2
= + b a . Donc 1
2
≤ a , soit ] 1 , 1 [− ∈ a .
Il existe donc R ∈ θ tel que a = θ cos .
Alors θ θ
2 2 2 2
sin cos 1 1 = − = − = a b
Donc :
Si θ sin = b , alors θ cos = a et θ sin = b , soit
θ i
e z = .
Si θ sin − = b , alors ) cos( θ − = a et ) sin( θ − = b , soit
θ i
e z

= .

Conséquence :
L’application
θ
θ
ϕ
i
e ֏
C R → : est un morphisme de groupes de ) , ( + R dans ) *, ( × C , dont le
noyau est Z π 2 et l’image U.

Autres formules :
θ θ ni n i
e e n = ∈ ∀ ) ( , Z (formule de Moivre).
(Démonstration par récurrence pour N, puis pour Z avec n m − = )
A.BENHARI 42

2
cos
θ θ
θ
i i
e e

+
= ,
i
e e
i i
2
sin
θ θ
θ


= (formule d’Euler)

Argument d’un complexe – module.
Proposition :
Soit * C ∈ z , soit z = ρ .
(1) Il existe R ∈ θ tel que
θ
ρ
i
e z = . Un tel réel est un argument de z.
(2) Si
0
θ est un argument de z, alors l’ensemble des arguments de z est l’ensemble
{ } Z ∈ + k k , 2
0
π θ .
(3) z admet un unique argument dans ] ] π π, − , c’est l’argument principal de z, noté
) ( Arg z
Démonstration :
(1)
ρ
z
est un complexe de module 1 : 0 ≠ z , donc 0 ≠ ρ et 1 = =
ρ ρ
z
z
.
Il s’écrit donc sous la forme
θ i
e .
(2) Soit
0
θ tel que
0
θ
ρ
i
e z = , soit R ∈ θ .
On a les équivalences :
Z π θ θ ρ ρ ρ
θ θ θ θ θ
2 1
0
) (
0 0
∈ − ⇔ = ⇔ = ⇔ =
− i i i i
e e e e z , d’où le résultat.
(3) Soit
0
θ un argument de z. Les autres arguments sont les Z ∈ + k k , 2
0
π θ .
On a :
|
¹
|

\
| + −
= ⇔
+ <
+ −
≤ ⇔
+ < + − ≤ ⇔
+ < − ≤ − ⇔
< − − ≤ − ⇔ ≤ + < −
π
π θ
π
π θ
π π θ π
π π θ π π
π π θ π π π θ π
2
1
2
) 1 ( 2 2
2 2
2 2
0
0
0
0
0 0
E k
k k
k k
k k
k k

D’où l’existence et l’unicité.

Propriétés (pour 0 ≠ z ) :
[ ] π 2 ) ' ( Arg ) ( Arg ) ' ( Arg z z zz + ≡ • . En effet,
) ' ( '
' ' '
θ θ θ θ
ρρ ρ ρ
+
= =
i i i
e e e zz .
[ ] π 2 ) ( Arg ) ( Arg
1
Arg z z
z
− ≡ =
|
¹
|

\
|

( ) [ ] π π 2 ) ( Arg Arg z z + ≡ − •


IV Racine n-ième de l’unité
A) Détermination

On cherche les C ∈ z tels que 1 =
n
z , où n est un entier naturel non nul.
D’abord, si z vérifie 1 =
n
z , alors 1 = =
n
n
z z .
A.BENHARI 43

Donc 1 = z (un seul réel positif vérifie 1 =
n
x , et c’est 1 1 =
n
)
On cherche donc les z sous la forme
θ i
e , avec [ [ π θ 2 , 0 ∈ .
Soit [ [ π θ 2 , 0 ∈ . On a les équivalences :
[ ] [ [ [ [
[ ]
n
k
n k
n n k n n k
k n k
n e e
ni n i
π
θ
π θ π θ π θ
π θ
π θ
θ θ
2
, 1 , 0
) 2 , 0 donc , 2 , 0 ( 2 , 1 , 0
2 ,
2 1 1 ) (
= − ∈ ∃ ⇔
∈ ∈ = − ∈ ∃ ⇔
= ∈ ∃ ⇔
∈ ⇔ = ⇔ =
Z
Z

Conclusion :
Les racines n-ièmes de 1 sont les [ ] 1 , 0 ,
2
− ∈ n k e
n
ikπ
. Il y en a exactement n car les
n
kπ 2
pour [ ] 1 , 0 − ∈ n k sont n réels distincts de [ [ π 2 , 0 , et
θ
θ
i
e ֏ est injective sur
[ [ π 2 , 0 puisque deux éléments de [ [ π 2 , 0 ne peuvent jamais différer d’un multiple entier
non nul de π 2 .

Représentation :
On note
n
U l’ensemble des racines n-ièmes de 1. On a alors :
[ ] [ ] { }
n
i
k
n
ik
n
e n k n k e
π π
ω ω
2 2
où , 1 , 0 , 1 , 0 , = − ∈ =
)
`
¹
¹
´
¦
− ∈ = U
Soit :
{ }
¸
{ } Z U ∈ =
)
`
¹
¹
´
¦
= =
=
+
=
− −
k
k n n n n
n
, ,... , , ,... , ,... ,
1
0
1 1 2 1 1 2 1
ω ω ω ω ω ω ω ω ω
ω
ω

Ainsi, on coupe le cercle trigonométrique en n parties égales (et en prenant 1).
n
U est de cardinal n.

Autre notation :
Pour Z ∈ k ,
k
ω est aussi noté
k
ω .
Ainsi, pour tout Z ∈ q p, , on a
pq p
q pq
q
p 1
ω ω ω ω = = =

Proposition :
Les racines n-ièmes de l’unité sont représentés sur un polygone régulier à n côtés
inscrit dans le cercle unité et dont l’un des sommet est 1.
Ce polygone est symétrique par rapport à Ox car
n
U est stable par la conjugaison.
(En effet, si 1 1 , = = = ∈
n n
n
z z z U ).
En revanche,
n
U est stable par z z − ֏ si et seulement si n est pair
En effet, 1 ) 1 ( ) ( = = − = −
n n n n
z z z si n est pair, et 1 ) ( − = − = −
n n
z z sinon.

Proposition :
n
U est un sous-groupe du groupe ) *, ( × C , c'est-à-dire :
n
U est stable par ×, par passage à l’inverse, et
n
U ∈ 1

A.BENHARI 44


B) Calcul de certaines sommes

Soit * N ∈ n .
Pour tout Z ∈ k , on note
n
ik
k
e
π
ω
2
=
Soit N ∈ p .
On s’intéresse à
p
n
p p
S ω ω ω + + + = ...
1 0

(somme des puissances p-ièmes des racines n-ièmes de 1)
On a :
¦
¹
¦
´
¦
≠ =


=
= + + + =
1 si 0
1
1
1 si
...
1 0
p
n
S
p
n
p
p
n
p p p
ω
ω
ω
ω ω ω
Si 1 = p , 0 ...
1
1
1
0
1
= + + +
n
ω ω ω .


C) Racine n-ième d’un complexe quelconque

Soit C ∈ Z ; une racine n-ième de Z, c’est un complexe C ∈ z tel que Z z
n
= .
- Si 0 = Z , Z n’admet qu’une seule racine n-ième, à savoir 0.
- Sinon, 0 ≠ Z .
Z s’écrit
θ
ρ
i
e , où
+
∈R ρ , et R ∈ α . Une racine n-ième évidente de Z est
n
i
n
e z
θ
ρ =
1
. Cherchons les autres :
Soit C ∈ z . On a les équivalences :
u z z u
z
z
z z Z z
n
n
n n n n
1
1
1
, 1 = ∈ ∃ ⇔ =
|
|
¹
|

\
|
⇔ = ⇔ = U .
Conclusion :
Si 0 ≠ Z , Z a exactement n racines n-ièmes, ce sont les
n
u u z z U ∈ = ,
1
, où
1
z est
l’une d’entre elles.

Cas particuliers, exemples :
• Si a Z = , où a est un réel non nul, les racines carrées de Z sont a et a − si
0 > a , a i − et a i − − si 0 < a .
• Si ib Z = , où b est un réel non nul, les racines carrées de b sont :
¦
¹
¦
´
¦
< ±
> ±
0 si
0 si
4
3
4
b e b
b e b
i
i
π
π

• Si ib a Z + = , où a et b sont deux réels non nuls :
On cherche les racines sous forme iy x z + =
A.BENHARI 45

¦
¦
¹
¦
¦
´
¦
=
± =
± =

¦
¹
¦
´
¦
=
− =
+ =

¦
¹
¦
´
¦
=
= +
= −

+ = = + + = − + ⇔
+ = + + = + ⇔
= = ⇔ =

+
) sgn( ) sgn( 2
2
2
2
) (avec et 2
et ) (
et
2
2
2
2
2 2
2 2
2 2 2 2 2 2
2 2 2 2 2
2 2 2
b xy
y
x
b xy
a y
a x
b xy
y x
a y x
b a y x ib a y iyx x
b a y x ib a iy x
Z z Z z Z z
a
a
ρ
ρ
ρ
ρ
ρ
ρ ρ

(Faire attention pour les implications dans l’autre sens)
Si Z se met facilement sous forme trigonométrique, il vaut mieux l’utiliser.


V Equation polynomiale de degré 2 à coefficients complexes

Rappels :
• Une fonction polynomiale de degré 2 à coefficients complexes, c’est une fonction du
type
c bz az z
P
+ +

2
:
֏
C C , où a, b, c sont des complexes tels que 0 ≠ a .
• Si C ∈ ∀z , c bz z a c bz az + + = + +
2 2
' , alors ' , ' , ' c c b b a a = = = .

Proposition :
Soit C C C × × ∈ * ) , , ( c b a . Notons c bz az z P + +
2
: ֏ (forme développée).
Alors :
(1)
(
(
¸
(

¸


− |
¹
|

\
|
+ =
(
(
¸
(

¸


− |
¹
|

\
|
+ = ∈ ∀
2
2
2
2
2
4 2 4
4
2
) ( ,
a a
b
z a
a
ac b
a
b
z a z P z C (forme canonique)
(2) Si on note δ une des racines carrées de ∆ , on a donc :
|
¹
|

\
|
+ +
|
¹
|

\
|
− + = ∈ ∀
a a
b
z
a a
b
z a z P z
2 2 2 2
) ( ,
δ δ
C (forme factorisée)
(3) L’équation 0 ) ( = z P a donc exactement deux solutions, éventuellement confondues,
à savoir :
a
b
z
2
1
δ + −
= et
a
b
z
2
2
δ − −
=
(4) La somme des racines de P est
a
b −
, leur produit est
a
c
.
En effet :
¸ _ ¸ ¸¸ ¸_ ¸
c b
z az z z z a az z z z z a c bz az z P z
2 1 2 1
2
2 1
2
) ( ) )( ( ) ( , + + − = − − = + + = ∈ ∀

C .
(5) Inversement, étant donnés deux complexes quelconques p et s, il y a exactement une
"paire" de complexes de somme s et de produit p, c’est la "paire" des solutions de
l’équation 0
2
= + − p sz z

Cas particulier :
Lorsque R R R × × ∈ * ) , , ( c b a .
Alors R ∈ ∆ .
Si ∆ = ≥ ∆ δ , 0
A.BENHARI 46

Si ∆ − = < ∆ i δ , 0

Petit truc : le discriminant réduit
Soit c z b az z P + + ' 2 :
2
֏
' 4 ) ' ( 4
2
∆ = − = ∆ ac b
Racines :
a
b
a
b ' '
2
' 2 ' 2 δ δ ± −
=
± −



VI Suites complexes
A) Définition et premières constatations

Définition :
Soit
N ∈
=
n n
u u ) ( une suite complexe (c'est-à-dire à valeurs dans C), et soit C ∈ l .
On dit que la suite u converge vers l lorsque :
ε ε < − ≥ ∀ ∈ ∃ ∈ ∀
+
l u N n n
n
, , ,
*
N R .
Par souci de cohérence, remarquons d’abord que dans le cas particulier où la suite
u est à valeurs dans R, on retrouve bien l’ancienne définition.
Compte tenu de la définition de la convergence, et des propriétés communes du
module sur C et de la valeur absolue sur R, on voit tout de suite qu’on peut aisément
reprendre les démonstrations faites dans le cadre des suites réelles pour prouver :
- L’unicité de la limite (lorsqu’il y en a une)
- Les théorèmes portant sur les limites et opérations sur les suites, c'est-à-dire :
Si
N ∈
=
n n
u u ) ( converge vers l et
N ∈
=
n n
v v ) ( converge vers l’, et si C ∈ λ , alors :
o La suite
N ∈
=
n n
u u ) ( converge vers l
o La suite
N ∈
=
n n
u u ) (λ λ converge vers l λ
o La suite
N ∈
+ = +
n n n
v u v u ) ( converge vers ' l l +
o La suite
N ∈
=
n n n
v u uv ) ( converge vers ' l l ×
o Si 0 ≠ l , la suite
N ∈
|
|
¹
|

\
|
=
n
n
u u
1 1
est définie à partir d’un certain rang et
converge vers
l
1

(Attention, pour la démonstration de l’unicité de la limite, on ne peut pas utiliser la
même démonstration que dans le cas réel : la relation d’ordre n’est pas valable sur C. Il
faut se ramener à une étude avec des voisinages, vu dans le chapitre suivant : chapitre de
topologie)
On rappelle qu’on dispose aussi, pour les suites complexes, de la notion de suite
arithmétique, ou géométrique, ainsi que des formules concernant les sommes de termes
en progression arithmétique ou géométrique.


B) Parties réelles et imaginaires, conjugaison

Pour étudier une suite complexe, on peut se ramener de plusieurs façons à l’étude
de suites réelles.
A.BENHARI 47

En effet, on a déjà de manière évidente l’équivalence :
La suite complexe de terme général
n
u tend vers l si et seulement si la suite réelle
de terme général l u
n
− tend vers 0.
On a aussi :
Proposition :
Soit
N ∈
=
n n
u u ) ( une suite complexe, et soit C ∈ l . Si u converge vers l, alors les
suites
N ∈
=
n n
u u ) ( ,
N ∈
=
n n
u u )) (Re( ) Re( ,
N ∈
=
n n
u u )) (Im( ) Im( convergent, vers l ,
) Re(l et ) Im(l respectivement.
Démonstration :
Pour tout N ∈ n , on a :
l u l u l u
n n n
− = − = − , d’où la convergence de
N ∈
=
n n
u u ) ( vers l .
Ensuite, d’après les propriétés relatives aux opérations sur les suites convergentes,
on tire que
2
) Re(
u u
u
+
= converge vers l
l l
Re
2
=
+
et
i
u u
u
2
) Im(

= vers l
i
l l
Im
2
=


Pour les deux dernières égalités, on peut aussi utiliser le fait que :
l u l u l u l u n
n n n n
− ≤ − − ≤ − ∈ ∀ ) Im( ) Im( et ) Re( ) Re( , N , et le théorème des
gendarmes pour les suites réelles (on n’a pas de théorème des gendarmes pour les suites
complexes, n’ayant pas de relation d’ordre)

Proposition :
La suite complexe
N ∈
=
n n
u u ) ( tend vers l si et seulement si les deux suites réelles
N ∈
=
n n
u u )) (Re( ) Re( et
N ∈
=
n n
u u )) (Im( ) Im( convergent vers ) Re(l et ) Im(l
respectivement.
En effet, la première implication vient directement de la proposition précédente (si
u converge, alors sa partie réelle et sa partie imaginaire aussi). L’autre vient des
opérations sur les suites convergentes : si deux suites
N ∈ n n
x ) ( et
N ∈ n n
y ) ( convergent
vers a et b respectivement, alors
N ∈
+
n n n
iy x ) ( converge vers ib a + .
Remarque :
Si
N ∈ n n
) (ρ et
N ∈ n n
) (θ sont deux suites réelles convergentes vers r et α
respectivement, alors la suite de terme général
n
i
n n
e u
θ
ρ = converge vers
α i
re (il suffit
d’écrire la forme trigonométrique, puisque
n
θ cos et
n
θ sin tendent vers α cos et α sin )


C) Suites bornées

On dit qu’une suite
N ∈
=
n n
u u ) ( est bornée lorsque la suite réelle
N ∈
=
n n
u u ) ( est
bornée.
On établit alors comme dans le cas réel que toute suite convergente de complexes
est bornée. La réciproque est évidemment (comme dans le cas réel) fausse, mais on a
toujours le théorème de Bolzano–Weierstrass :
De toute suite bornée de complexes, on peut extraire une suite convergente.

Démonstration (du théorème) :
A.BENHARI 48

Soit
N ∈
=
n n
u u ) ( une suite bornée.
Il existe donc
+
∈R M tel que M u n
n
≤ ∈ ∀ , N .
On note
N ∈ n n
x ) ( ,
N ∈ n n
y ) ( les deux suites réelles telles que :
n n n
y i x u n . , + = ∈ ∀ N .
Alors
N ∈ n n
x ) ( est bornée (Par M aussi : M u x n
n n
≤ ≤ ∈ ∀ , N )
On en extrait une suite convergente
N N ∈ ∈
=
n n n n
x x ) ( ) ' (
) ( ϕ
vers R ∈ α .
Alors la suite
N N ∈ ∈
=
n n n n
y y ) ( ) ' (
) ( ϕ
est aussi bornée, puisque extraite d’une suite
bornée.
On en extrait alors une suite convergente
N N N ∈ ∈ ∈
= =
n n n n n n
y y y ) ( ) ' ( ) ' ' (
)) ( ( ) ( ϕ ψ ψ

vers R ∈ β .
Alors la suite
N N N ∈ ∈ ∈
= =
n n n n n n
x x x ) ( ) ' ( ) ' ' (
)) ( ( ) ( ϕ ψ ψ
, extraite d’une suite
convergente (à savoir
N ∈ n n
x ) ' ( ), converge vers la même limite que cette suite (α ).
Donc la suite
N ∈ n n
u ) (
) ( ϕ ψ
est convergente, et tend vers β α . i + , et cette suite est
bien extraite de
N ∈ n n
u ) ( .



I Notion de boule ouverte, fermée

Dans C : Soit C ∈ a , soit
*
+
∈R ε . La boule ouverte de centre a et de rayon ε est
l’ensemble { } ε ε < − ∈ = a z z a B , ) , ( C .
Dans R : Soit R ∈ a , soit
*
+
∈R ε . La boule ouverte de centre a et de rayon ε est
l’ensemble { } ε ε < − ∈ = a x x a B , ) , ( R .
On définit aussi la boule fermée de centre a et de rayon ε comme étant :
Dans C : { } ε ε ≤ − ∈ = a z z a B , ) , ( C
Dans R : { } ε ε ≤ − ∈ = a x x a B , ) , ( R
On étend la définition de boules : { } a a B = ) 0 , ( et ∅ = ) 0 , (a B .


II Notion de voisinage

Notons C R K ou = (au choix)
Définition :
Soit A une partie de K. Soit K ∈ a . On dit que A est un voisinage de a lorsqu’il existe
0 > ε tel que A a B ⊂ ) , ( ε .
Chapitre 4 : Rudiments de topologie
(sur R et C)
A.BENHARI 49


Sur le dessin :
A est un voisinage de a, B n’est pas un voisinage de a, mais B A∪ en est un.
C n’est pas un voisinage de b : il faut qu’une boule ouverte soit incluse dans C.

Propriétés :
Soit K ∈ a .
On note ) (a V l’ensemble des voisinages de a.
• ) (a V est stable par extension, c'est-à-dire :
Si ) (a V V ∈ , et si W V ⊂ , alors ) (a V W ∈
• ) (a V est stable par intersection finie, c'est-à-dire :
Si ) (a V V ∈ , et si ) (a V W ∈ , alors ) (a V W V ∈ ∩ .
Plus généralement, si ) ( ,... ,
2 1
a V V V V
n
∈ , alors ) ( ...
2 1
a V V V V
n
∈ ∩ ∩ .
Mais ce n’est pas valable pour une infinité : [ [
n
n
1
1 , 0 *, + ∈ ∀ N est un voisinage de 1,
mais [ [ ) 1 ( 1 , 0
*
1
V
n
n
∉ +


N
.
En effet :
Soient ) ( , a V W V ∈ .
Il existe alors 0 > ε tel que V a B ⊂ ) , ( ε , et 0 ' > ε tel que W a B ⊂ ) ' , ( ε .
Alors, pour ) ' , min( ε ε α = , on a W V a B ∩ ⊂ ) , ( α
• Séparabilité de voisinages
Soient K ∈ ' , a a , avec ' a a ≠ . Il existe alors ) (a V V ∈ , ) ' (a V W ∈ tels que ∅ = ∩W V .
Démonstration :
0 ' > −a a . On peut choisir ε tel que
2
'
0
a a −
< < ε
Alors ∅ = ∩ ) , ' ( ) , ( ε ε a B a B et ) ( ) , ( a V a B ∈ ε , ) ' ( ) , ' ( a V a B ∈ ε . D’où l’existence.


III Les ouverts, les fermés
A) Les ouverts

Définition :
Soit K ⊂ Ω . On dit que Ω est ouvert lorsque Ω est voisinage de chacun de ses
points, c'est-à-dire lorsque ) ( , a V a ∈ Ω Ω ∈ ∀ .
Exemples :
- Les boules ouvertes sont ouvertes.
Démonstration :
Pour ) 0 , (a B , on a bien le résultat ( ∅ = ) 0 , (a B !)
Soit Ω une boule ouverte de centre K ∈ a et de rayon 0 > r .
Montrons alors que Ω est ouvert.
Soit Ω ∈ x .
A.BENHARI 50

Soit 0 > ε tel que x a r − − < ε (ce qui est possible car r x a < − )
Alors Ω ⊂ ) , ( ε x B . En effet, pour tout ) , ( ε x B y ∈ , on a :
r y x x a x a
x a r
< − + − ≤ −
− − < <
¸ _ ¸
ε
.
Donc ) (x V ∈ Ω . Donc Ω est voisinage de chacun de ses points.
- K est ouvert
- Exemples d’ouverts de R :
] [ b a, , , R ∅ avec b a < , ] [ +∞ , a , ] [ a , ∞ − avec R ∈ a ,
] [ ] [ d c b a , , ∪ où d c b a < < < .

Proposition :
Toute réunion d’ouverts est un ouvert.
Toute intersection finie d’ouverts est un ouvert.
Démonstration :
- Soit
I i i ∈
Ω ) ( une famille quelconque d’ouverts.
Montrons que

I i
i

Ω est un ouvert.
Soit

I i
i
a

Ω ∈ . Alors il existe I j ∈ tel que
j
a Ω ∈ . Donc
j
Ω est voisinage de a.
Comme

I i
i j

Ω ⊂ Ω , ) (a V
I i
i
∈ Ω


.
Donc

I i
i

Ω est voisinage de tous ses points. C’est donc un ouvert.
- Soient ' , Ω Ω deux ouverts.
Soit ' Ω ∩ Ω ∈ a .
Donc ) (a V ∈ Ω , et ) ( ' a V ∈ Ω . Donc ) ( ' a V ∈ Ω ∩ Ω .
C’est valable pour tout ' Ω ∩ Ω ∈ a . Donc ' Ω ∩ Ω est un ouvert.


B) Les fermés

Soit K ⊂ F . On dit que F est fermée lorsque F C
K
est ouvert.
Exemples :
∅ est fermé, K est fermé, les boules fermées sont fermées.
Démonstration pour les boules fermées :
Soient
+
∈ ∈ R K r a ,
- Dans R : facile : [ ] r a r a r a B + − = , ) , (
- Dans K :
Soit ) , ( r a B F = . Soit F C b
K
∈ , c'est-à-dire tel que r a b > − .
Prenons alors ε tel que r a b − − < < ε 0 .
Alors F C b B
K
⊂ ) , ( ε :
Pour tout ) , ( ε b B x ∈ , a x x b a b − + − ≤ − , soit r x b a b a x
r a b
> − − − ≥ −
− − < <
¸ _ ¸
ε
.
Donc F C
K
est ouvert, donc F est fermé.
A.BENHARI 51

- Les intervalles fermés de R sont fermés
Les intervalles fermés sont [ ] [ [ ] ] a a b a b a , , , ; où , , ∞ − +∞ < .


IV Intérieur et adhérence d’une partie
A) Intérieur

Soit K ⊂ A . Soit K ∈ a . On dit que a est intérieur à A lorsque A est voisinage de
a, c'est-à-dire lorsque : A a B ⊂ > ∃ ) , ( , 0 ε ε .
On note

A l’ensemble des points intérieurs à A, appelé « l’intérieur de A ».
Proposition :

A est un ouvert contenu dans A, et c’est le plus grand des ouverts contenus dans
A, au sens de l’inclusion.
Démonstration :
- Déjà, il est évident que A A ⊂

.
-

A est ouvert :
Soit

A x ∈ . Il existe donc 0 > ε tel que A x B ⊂ ) , ( ε .
Soit alors ) , ( ε x B y ∈ . Montrons que

A y ∈ :
) , ( ε x B est ouverte. Elle est donc voisinage de chacun de ses points.
Or, A x B ⊂ ) , ( ε . Donc A est voisinage de y, donc

A y ∈ .
Ainsi,

A x B ⊂ ) , ( ε . Donc

A est ouvert.
- Montrons que c’est le plus grand :
Soit Ω un ouvert inclus dans A. Montrons qu’alors

A ⊂ Ω .
Soit Ω ∈ x . Ω est ouvert, donc ) (x V ∈ Ω . Mais A ⊂ Ω . Donc ) (x V A∈ . Donc

A x ∈ . D’où l’inclusion.

Exemples :
• Dans R, l’intérieur d’un intervalle ⋮ ⋮ β α, où R ∈ β α, est ] [ β α, .
• ∅ =

Q : si Ω est un ouvert non vide, alors Ω est du type ] [ ε ε + − a a , , avec R ∈ a
, 0 > ε . Or, cet intervalle contient des irrationnels. Donc Q ⊄ Ω .
• L’intérieur d’une boule fermée est la boule ouverte de même centre et même rayon.


B) Adhérence (dans K) d’une partie de K.

Définition :
Soient K ⊂ A , et K ∈ a . On dit que a est adhérent à A lorsque tout voisinage de a
rencontre A, c'est-à-dire lorsque ∅ ≠ ∩ ∈ ∀ A V a V V ), ( .
La définition revient à dire que a est adhérent à A lorsque ∅ ≠ ∩ > ∀ A a B ) , ( , 0 ε ε
En effet :
Si ∅ ≠ ∩ ∈ ∀ A V a V V ), ( , alors « en particulier », ∅ ≠ ∩ > ∀ A a B ) , ( , 0 ε ε ,
puisque les boules ouvertes de centre a et de rayon non nul sont des voisinages de a.
A.BENHARI 52

Inversement, tout voisinage de a contient une boule ouverte de centre a.
La définition équivaut aussi à : ε ε < − ∈ ∃ > ∀ a x A x , , 0 .
On note ) ( Adh A
K
l’ensemble des points de A adhérents à A. On l’appelle
« l’adhérence de A dans K ».
Proposition :
) ( Adh A
K
est un fermé qui contient A, et c’est le plus petit des fermés contenant A,
au sens de l’inclusion.
Démonstration :
- Déjà, ) ( Adh A A
K
⊂ , puisque V A a a V V A a ∩ ∈ ∈ ∀ ∈ ∀ ), ( , .
- Soit ) ( Adh A C
K K
= Ω . Montrons que Ω est ouvert :
Soit Ω ∈ x . Montrons que ) (x V ∈ Ω .
Déjà, Ω ∈ x , donc ) ( Adh A x
K
∉ . Il existe donc ) (x V W ∈ tel que ∅ = ∩ A W .
Soit alors 0 > ε tel que W x B ⊂ ) , ( ε
Alors ∅ = ∩ A x B ) , ( ε . Notons ) , ( ' ε x B W = . Alors W’ est un ouvert, et il est
inclus dans Ω : pour tout ' W y ∈ , on a ) ( ' y V W ∈ (car W’ est ouvert), et de plus ce
voisinage ne rencontre pas A, donc ) ( Adh A y
K
∉ , c'est-à-dire que Ω ∈ y . D’où
l’inclusion. Donc ) (x V ∈ Ω , donc Ω est ouvert, soit ) ( Adh A
K
est fermé.
- C’est le plus petit fermé : soit F un fermé contenant A.
Montrons qu’alors F A ⊂ ) ( Adh
K

Soit ) ( Adh A x
K
∈ . Montrons que F x ∈ .
Supposons que F x ∉ . Ainsi, F C x
K
∈ .
Comme F C
K
est ouvert, il existe ) (x V V ∈ tel que F C V
K
⊂ , c'est-à-dire que
∅ = ∩F V . Donc ∅ = ∩ A V (car F A ⊂ ), ce qui contredit la définition de x puisque
) ( Adh A x
K
∈ . Donc F x ∈ . Donc F A ⊂ ) ( Adh
K
.

Exemples :
L’adhérence de ⋮ ⋮ b a, dans R avec R ∈ b a, est ] , [ b a .
L’adhérence dans R de Q est R.
) , ( )) , ( ( Adh r a B r a B =
K



V Les suites et le vocabulaire de la topologie

Proposition :
Soit
N
N
K ∈
∈ n n
u ) ( , soit K ∈ l . On a l’équivalence :
N ∈ n n
u ) ( converge vers l V u N n N l V V
n
∈ ≥ ∀ ∈ ∃ ∈ ∀ ⇔ , , ), ( N
Démonstration :
⇒ : supposons que
N ∈ n n
u ) ( converge vers l. Soit ) (l V V ∈ .
Soit 0 > ε tel que V l B ⊂ ) , ( ε . Comme
N ∈ n n
u ) ( converge vers l, il existe N ∈ N tel que
N n ≥ ∀ , ε < −l u
n
, c'est-à-dire tel que V l B u N n
n
⊂ ∈ ≥ ∀ ) , ( , ε
D’où l’implication puisque ce résultat est valable pour tout ) (l V V ∈ .
⇐ : supposons que V u N n N l V V
n
∈ ≥ ∀ ∈ ∃ ∈ ∀ , , ), ( N
A.BENHARI 53

Soit 0 > ε . Alors ) ( ) , ( l V l B ∈ ε . Il existe donc N ∈ N tel que ) , ( , ε l B u N n
n
∈ ≥ ∀ ,
c'est-à-dire tel que ε < − ≥ ∀ l u N n
n
, .
D’où l’autre implication.

Proposition :
Définition de l’adhérence avec les suites :
Soit K ⊂ A , et K ∈ a . On a les équivalences :
⇔ ∈ ) ( Adh A a
K
il existe une suite d’éléments de A qui converge vers a.
Démonstration :
⇒ : Soit ) ( Adh A a
K
∈ .
Pour tout * N ∈ n , ∅ ≠ ∩ A a B
n
) , (
1
. On peut donc choisir A a B u
n n
∩ ∈ ) , (
1
.
Alors
*
) (
N ∈ n n
u est une suite d’éléments de A, et :
n
a u n
n
1
*, < − ∈ ∀ N . Donc d’après le théorème des gendarmes
*
) (
N ∈ n n
u tend vers a.
⇐ Soit K ∈ a . Supposons qu’il existe
N
N
A u
n n


) ( qui converge vers a.
Soit 0 > ε . Il existe alors N ∈ N tel que ) , ( , ε a B u N n
n
∈ ≥ ∀ .
Comme A u
N
∈ , on a ∅ ≠ ∩ ) , ( ε a B A . Comme le résultat est valable pour tout 0 > ε ,
on a bien ) ( Adh A a
K
∈ .


VI Partie dense dans une autre

Soient K ⊂ B A, , avec B A ⊂ .
On dit que A est dense dans B lorsque ) ( Adh A B
K

Ou encore lorsque ∅ ≠ ∩ > ∀ ∈ ∀ ) ( Adh ) , ( , 0 , A b B B b
K
ε ε
Ou quand tout point de B est limite d’une suite d’éléments de A.
Par exemple, Q est dense dans R.


VII Compléments (dans R)

Définition :
Un voisinage de ∞ + , c’est une partie de R qui contient un intervalle du type ] [ +∞ , c ,
avec R ∈ c . De même, un voisinage de ∞ − est une partie de R qui contient un intervalle du
type ] [ c , ∞ − .
Définition :
Soit R ⊂ A on dit que ∞ + est adhérent à A lorsque tout voisinage de ∞ + rencontre A,
c'est-à-dire lorsque ∅ ≠ ∩ +∞ ∈ ∀ A V V V ), ( , ce qui revient à dire que
] [ ∅ ≠ ∩ +∞ ∈ ∀ A c c , , R , où encore que A n’est pas majorée.
On définit de même pour ∞ − .
On note ) ( Adh A
R
l’ensemble des points de R adhérents à A.

Exemple :
] [ ] [ +∞ ∪ = ; 5 5 ; 0 A
A.BENHARI 54

{ } 5 ; 0 ) ( Adh ∪ = A A
R

{ } +∞ ∪ = ; 5 ; 0 ) ( Adh A A
R


Remarques :
Soit R ∈ l ,
N
N
R ∈
∈ n n
u ) ( .
Alors
N ∈ n n
u ) ( tend vers l V u N n N l V V
n
∈ ≥ ∀ ∈ ∃ ∈ ∀ ⇔ , , ), ( N
) (+∞ V est stable par extension et par intersection finie.
De même pour ∞ − .



I Fonctions à valeurs réelles

Soit A un ensemble non vide. ) , ( R A F désigne l’ensemble des applications de A dans R.

A) Somme, produit, produit par un réel

Pour ) , ( , R A g f F ∈ et R ∈ λ , on définit :
) ( ) (
:
x g x f x
A g f
+
→ +
֏
R
) ( ) (
:
x g x f x
A fg
֏
R →
) (
:
x f x
A f
λ
λ
֏
R →
Si de plus g ne s’annule pas sur A, on pourra naturellement définir
g
1
et
g
f
.

B) Autres définitions

Pour ) , ( , R A g f F ∈ , on définit :
)) ( ), ( sup(
: ) , sup(
x g x f x
A g f
֏
R →
)) ( ), ( inf(
: ) , inf(
x g x f x
A g f
֏
R →
Remarque : ces fonctions peuvent aussi bien être notées ) , max( g f ou ) , min( g f .
Pour ) , ( R A f F ∈ , on définit aussi :
) 0 ), ( sup(
:
x f x
A f
֏
R →
+

) 0 ), ( sup(
:
x f x
A f



֏
R
) (
:
x f x
A f
֏
R →
Proposition :
− +
+ = f f f et
− +
− = f f f
Démonstration :
Soit A x ∈ .
Si 0 ) ( ≥ x f , alors ) ( ) 0 ), ( sup( ) ( x f x f x f = =
+
et 0 ) 0 ), ( sup( ) ( = − =

x f x f .
Donc ) ( 0 ) ( ) ( ) ( ) )( ( x f x f x f x f x f f = − = − = −
− + − +

Et ) ( ) ( ) ( 0 ) ( ) ( ) ( ) )( ( x f x f x f x f x f x f x f f = = = + = + = +
− + − +

Si 0 ) ( ≤ x f , alors 0 ) 0 ), ( sup( ) ( = =
+
x f x f et ) ( ) 0 ), ( sup( ) ( x f x f x f − = − =

.
Chapitre 5 : Définitions relatives aux fonctions
à valeurs réelles
A.BENHARI 55

Donc ) ( )) ( ( 0 ) ( ) ( ) )( ( x f x f x f x f x f f = − − = − = −
− + − +

Et ) ( ) ( ) ( ) ( 0 ) ( ) ( ) )( ( x f x f x f x f x f x f x f f = = − = − = + = +
− + − +

Donc A x ∈ ∀ , ) )( ( ) ( x f f x f
− +
+ = et ) )( ( ) ( x f f x f
− +
− =
Soit
− +
+ = f f f et
− +
− = f f f .





C) Inégalités sur les fonctions

Pour ) , ( , R A g f F ∈ , on pose :
)) ( ) ( ( ,
déf
x g x f A x g f ≤ ∈ ∀ ⇔ ≤
La relation ≤ définie ainsi sur ) , ( R A F est une relation d’ordre partiel.
La notation g f < signifie : )) ( ) ( ( , x g x f A x < ∈ ∀
Attention, si g f ≤ et g f ≠ , on a pas nécessairement pour autant g f < .


D) Fonctions majorées, minorées

Soit ) , ( R A f F ∈ . On rappelle que { } f A x x f A f Im ), ( ) ( = ∈ = .
On a les équivalences :
M x f A x M
A f f
≤ ∈ ∀ ∈ ∃ ⇔
⇔ •
) ( , ,
majoré est ) ( majorée est
déf
R

) ( , ,
minoré est ) ( minorée est
déf
x f m A x m
A f f
≤ ∈ ∀ ∈ ∃ ⇔
⇔ •
R

majorée est
minorée et majorée est
borné est ) ( bornée est
déf
f
f
A f f


⇔ •

Si f est majorée, on peut introduire le réel f sup , qu’on définit comme étant
)) ( sup( A f (l’ensemble ) ( A f admet bien une borne supérieure puisque c’est un
ensemble de réels non vide et majoré).
Si l’ensemble ) ( A f est non seulement majoré, mais admet un maximum, on
l’appellera le maximum de f et on le notera f max . On aura alors bien sûr
f f sup max = , et on dira alors que la borne supérieure de f est atteinte (puisqu’il existe
alors A a ∈ tel que f f a f sup max ) ( = = ).
De même, lorsque f est minorée, on peut introduire f inf , qu’on note f min
lorsque la borne inférieure est atteinte.
Enfin, lorsque f est bornée, on s’intéresse à f sup
Notations équivalentes :
Sous réserve d’existence, f sup est aussi noté ) ( sup x f
A x∈
, f inf noté ) ( inf x f
A x∈

A.BENHARI 56











II Fonctions d’une variable réelle à valeurs réelles

Il s’agit maintenant des fonctions à valeurs dans R et définies sur une partie non vide de
R. Dans toute la suite, D désigne une partie non vide de R.

A) Fonctions monotones

Soit ) , ( R D f F ∈ .
f est croissante )) ' ( ) ( ' ( , ' ,
déf
x f x f x x D x D x ≤ ⇒ ≤ ∈ ∀ ∈ ∀ ⇔ .
f est strictement croissante )) ' ( ) ( ' ( , ' ,
déf
x f x f x x D x D x < ⇒ < ∈ ∀ ∈ ∀ ⇔ .
f est décroissante )) ( ) ' ( ' ( , ' ,
déf
x f x f x x D x D x ≤ ⇒ ≤ ∈ ∀ ∈ ∀ ⇔
f est strictement décroissante )) ( ) ' ( ' ( , ' ,
déf
x f x f x x D x D x < ⇒ < ∈ ∀ ∈ ∀ ⇔
f est monotone
déf
⇔ f est croissante ou f est décroissante.
f est strictement monotone
déf
⇔ f est strictement croissante/décroissante.
Remarque : dans le cas où N = D , on retrouve les définitions données dans le
cadre des suites réelles.

Proposition :
Toute fonction R → D f : strictement monotone est injective.
Démonstration :
Soit R → D f : une fonction strictement monotone.
Soient D x x ∈ ' , , supposons que ) ' ( ) ( x f x f = .
Alors ' x x = , car sinon :
Soit ' x x < , et alors ) ' ( ) ( x x f < ou ) ( ) ' ( x x f < car f est strictement monotone, ce
qui est impossible (car ) ' ( ) ( x f x f = ).
Soit x x < ' , et alors ) ( ) ' ( x x f < ou ) ' ( ) ( x x f < car f est strictement monotone, ce
qui est aussi impossible (car ) ' ( ) ( x f x f = ).
Donc ' x x = .
Donc f est injective.

Proposition :
Soient ) , ( , R D g f F ∈ . Alors :
Si f et g sont monotones de même sens, alors g f + l’est aussi, et de même sens.
Si f est monotone, alors f − est monotone de sens contraire.
A.BENHARI 57

Si f et g sont positives et monotones de même sens, alors fg aussi.
Si f est strictement positive et monotone, alors
f
1
est monotone de sens contraire.
Démonstrations :
• Supposons f et g monotones de même sens.
Soient D x D x ∈ ∈ ' , . Supposons que ' x x ≤ . On a alors :
Soit ) ' ( ) ( x f x f ≤ et ) ' ( ) ( x g x g ≤ si f et g sont croissantes,
Soit ) ( ) ' ( x f x f ≤ et ) ( ) ' ( x g x g ≤ si f et g sont décroissantes.
Donc soit ) ' ( ) ' ( ) ( ) ( x g x f x g x f + ≤ + , c'est-à-dire ) ' )( ( ) )( ( x g f x g f + ≤ + , soit
) ( ) ( ) ' ( ) ' ( x g x f x g x f + ≤ + , c'est-à-dire ) )( ( ) ' )( ( x g f x g f + ≤ + . Donc g f + est
aussi monotone, et de même sens que f et g.
• Supposons f monotone.
Soient D x D x ∈ ∈ ' , . Supposons que ' x x ≤ .
On a alors : ) ' ( ) ( x f x f ≤ si f est croissante, ) ( ) ' ( x f x f ≤ si f est décroissante.
Donc ) )( ( ) ' )( ( x f x f − ≤ − ou ) ' )( ( ) )( ( x f x f − ≤ − .
Donc f − est monotone, de sens contraire à f dans les deux cas.
• Supposons f et g positives et monotones de même sens.
Soient D x D x ∈ ∈ ' , . Supposons que ' x x ≤ . On a alors :
) ' ( ) ( 0 x f x f ≤ ≤ et ) ' ( ) ( 0 x g x g ≤ ≤ si f et g sont croissantes,
ou ) ( ) ' ( 0 x f x f ≤ ≤ et ) ( ) ' ( 0 x g x g ≤ ≤ si f et g sont décroissantes.
D’où on tire que ) ' )( ( ) )( ( 0 x fg x fg ≤ ≤ si f et g sont croissantes, ou
) )( ( ) ' )( ( 0 x fg x fg ≤ ≤ si f et g sont décroissantes.
Ainsi, fg est monotone et de même sens que f et g.
• Supposons f strictement positive et monotone.
Soient D x D x ∈ ∈ ' , , supposons que ' x x ≤ . Alors :
) ' ( ) ( 0 x f x f ≤ < si f est croissante, ou ) ( ) ' ( 0 x f x f ≤ < si f est décroissante.
Donc
) (
1
) ' (
1
x f x f
≤ si f est croissante,
) ' (
1
) (
1
x f x f
≤ si f est décroissante.
Donc
f
1
est monotone, et de sens contraire à f.

Proposition :
Soient ) , ( R D f F ∈ , ) , ' ( R D g F ∈ , où D’ est une partie de R contenant ) (D f
(donc non vide), de sorte qu’on puisse parler de f g .
Si f et g sont monotones de même sens, alors f g est croissante.
Si f et g sont monotones de sens contraires, alors f g est décroissante.
Démonstration :
• Supposons f et g monotones de même sens.
- Si f, g sont croissantes :
Soient D x D x ∈ ∈ ' , . Supposons ' x x ≤ . Alors :
Comme f est croissante, ) ' ( ) ( x f x f ≤ .
D x f D x f ∈ ∈ ) ' ( , ) ( , et ) ' ( ) ( x f x f ≤ . Donc, comme g est croissante :
)) ' ( ( )) ( ( x f g x f g ≤ , c'est-à-dire ) ' )( ( ) )( ( x f g x f g ≤ .
Donc f g est croissante.
- Si f, g sont décroissantes :
A.BENHARI 58

Soient D x D x ∈ ∈ ' , . Supposons ' x x ≤ . Alors :
Comme f est décroissante, ) ( ) ' ( x f x f ≤ .
D x f D x f ∈ ∈ ) ' ( , ) ( , et ) ( ) ' ( x f x f ≤ . Donc, comme g est croissante :
)) ' ( ( )) ( ( x f g x f g ≤ , c'est-à-dire ) ' )( ( ) )( ( x f g x f g ≤ .
Donc f g est croissante.



• Supposons f et g monotones de sens contraires.
- Si f est croissante et g décroissante :
Soient D x D x ∈ ∈ ' , . Supposons ' x x ≤ . Alors :
Comme f est croissante, ) ' ( ) ( x f x f ≤ .
D x f D x f ∈ ∈ ) ' ( , ) ( , et ) ' ( ) ( x f x f ≤ . Donc, comme g est décroissante :
)) ( ( )) ' ( ( x f g x f g ≤ , c'est-à-dire ) )( ( ) ' )( ( x f g x f g ≤ .
Donc f g est décroissante.
- Si f est décroissante et g croissante :
Soient D x D x ∈ ∈ ' , . Supposons ' x x ≤ . Alors :
Comme f est décroissante, ) ( ) ' ( x f x f ≤ .
D x f D x f ∈ ∈ ) ' ( , ) ( , et ) ( ) ' ( x f x f ≤ . Donc, comme g est croissante :
)) ( ( )) ' ( ( x f g x f g ≤ , c'est-à-dire ) )( ( ) ' )( ( x f g x f g ≤ .
Donc f g est décroissante.


B) Fonctions paires, impaires

Soit ) , ( R D f F ∈ .
f est paire )) ( ) ( et ( ,
déf
x f x f D x D x = − ∈ − ∈ ∀ ⇔
f est impaire )) ( ) ( et ( ,
déf
x f x f D x D x − = − ∈ − ∈ ∀ ⇔
On vérifie immédiatement les propriétés sur les fonctions paires et impaires
suivantes :
Soient ) , ( , R D g f F ∈ .
Si f et g sont toutes les deux (im)paires, alors g f + a la même parité que f et g.
Si f et g ont la même parité, alors fg est paire.
Si f et g sont de parités contraires, alors fg est impaire.
Si f est (im)paire, alors f − l’est aussi.
Soient ) , ( R D f F ∈ , ) , ' ( R D g F ∈ , où D’ est une partie de R contenant ) (D f .
Si f est paire, et g est (im)paire, alors g f est paire.
Si f est impaire, et si g est impaire, alors g f est paire.
Si g est paire, alors g f est paire.


C) Fonctions périodiques

Soit ) , ( R D f F ∈ .
A.BENHARI 59

Soit * R ∈ T . On dit que f est T-périodique lorsque :
)) ( ) ( et et ( , x f T x f D T x D T x D x = + ∈ − ∈ + ∈ ∀
On dit que f est périodique lorsqu’il existe * R ∈ T tel que f est T-périodique.
Proposition :
La somme ou le produit de deux fonctions T-périodiques est T-périodique.
De plus, si Q ∈
' T
T
, alors la somme ou le produit d’une fonction T-périodique et
d’une fonction T’-périodique est périodique.
- Soient ) , ( , R D g f F ∈ , T-périodiques.
Soit D x ∈ . Alors D T x ∈ + et D T x ∈ − . De plus, on a :
) )( ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) )( ( x g f x g x f T x g T x f T x g f + = + = + + + = + +
et ) )( ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) )( ( x fg x g x f T x g T x f T x fg = × = + × + = +
Ainsi, g f + et fg sont bien T-périodiques.
- Déjà, pour ) , ( R D f F ∈ , si f est T-périodique, alors f est T − -périodique, et une
récurrence immédiate montre que pour tout * N ∈ n , f est nT -périodique ; ainsi, pour
tout * Z ∈ n , f est nT -périodique :
On a, pour tout D x ∈ :
) ( ) )) ( (( )) ( ( et ) ( et ) ( x f T T x f T x f D T x D T x = + − + = − + ∈ − − ∈ − +
Et, si f est nT -périodique ( * N ∈ n ), alors pour tout D x ∈ :
D nT x D nT x ∈ − ∈ + , , donc, comme f est T-périodique (hypothèse de départ) :
) ( , ), ( , D T nT x D T nT x D T nT x D T nT x ∈ + − ∈ − − ∈ − + ∈ + +
Et ) ( ) ( ) ( ) ) 1 ( ( x f nT x f T nT x f T n x f = + = + + = + + ,
Donc f est T n ) 1 ( + -périodique.
Soient maintenant ) , ( R D f F ∈ , T-périodique, et ) , ( R D g F ∈ , T’-périodique,
où Q ∈
' T
T
. Soit * * ) , ( N Z × ∈ p n tel que
p
n
T
T
=
'
.
Comme g est ' nT -périodique et f est pT -périodique – soit aussi ' nT -périodique –
g f + et fg sont ' nT -périodiques (ou pT -périodiques), donc périodiques.

Contre-exemple dans le cas où Q R \
'

T
T
:
On note
Q
χ la fonction définie sur R par
¹
´
¦
=
∈ =
∈ ∀
sinon 0 ) (
si 1 ) (
,
x
x x
x
Q
Q
Q
R
χ
χ

(on l’appelle la fonction caractéristique de Q)
Alors
Q
χ est 1-périodique.
Mais la fonction ) sin( ) ( : x x x f +
Q
χ ֏ n’est pas périodique :
Supposons qu’elle le soit ; soit alors * R ∈ T tel que f soit T-périodique.
Soit * Q ∈ T , alors ) 0 ( ) ( f T f = soit 1 ) 0 sin( ) 0 ( ) sin( ) ( = + = +
Q Q
χ χ T T .
Donc 0 ) ( 1 ) sin( = − = T T
Q
χ car 1 ) ( = T
Q
χ .
Donc Z π ∈ T , soit Q R \ ∈ T , puisque 0 ≠ T , ce qui est contradictoire puisqu’on
avait supposé que * Q ∈ T , donc * Q ∉ T
Donc Q R \ ∈ T .
Donc 1 ) 0 sin( ) 0 ( ) sin( ) ( = + = +
Q Q
χ χ T T , soit 1 ) ( 1 ) sin( = − = T T
Q
χ
A.BENHARI 60

Il existe donc Z ∈ k tel que π
π
k T 2
2
+ =
Mais on a aussi 1 ) 0 sin( ) 0 ( ) 2 sin( ) 2 ( = + = +
Q Q
χ χ T T , soit 1 ) 2 sin( = T .
Il existe donc Z ∈ ' k tel que π
π
' 2
2
2 k T + = .
Mais alors π
π
π
π
k k 2
2
'
4
+ = + , soit k k 2
2
1
'
4
1
+ = + donc
4
1
' 2 − = − k k , ce qui est
contradictoire puisque Z ∈ − ' 2 k k . Donc Q R \ ∉ T , donc f n’est pas périodique.
D) Fonctions lipschitziennes

Soit ) , ( R D f F ∈ . Soit
+
∈R k .
On dit que f est k-lipschtzienne (ou lipschitzienne de rapport k) lorsque :
' ) ' ( ) ( , ' , x x k x f x f D x D x − ≤ − ∈ ∀ ∈ ∀
On dit que f est lipschitzienne lorsqu’il existe
+
∈R k tel que f est k-lipschitzienne.

Interprétation :
Soit C la courbe représentative de f dans un repère plan. Dire que f est
lipschitzienne revient à dire que l’ensemble des pentes des cordes tracées entre deux
points de C est borné.

Exemple :
La fonction
2
x x ֏ est lipschitzienne sur [ ] 1 ; 0 , alors que x x ֏ ne l’est pas.
- En effet, pour tout [ ] 1 ; 0 ' , ∈ x x , on a :
' 2 ' ' ) ' )( ' ( '
2 2
x x x x x x x x x x x x − ≤ − + = − + = − .
Donc
2
x x ֏ est 2-lipschitzienne sur [ ] 1 ; 0 .
- Supposons qu’elle le soit. Soit alors
+
∈R k tel que x x ֏ soit k-lipschitzienne
On a alors, pour tout [ ] 1 ; 0 ∈ x :
0 ) 1 ( 0 0 − + ≤ − ≤ − x k x k x
Donc [ ] x k x x ) 1 ( , 1 ; 0 + ≤ ∈ ∀ .
Or, pour [ ] 1 , 0
) 1 ( 2
1
2

+
=
k
x , on a :
) 1 ( 2
1
+
=
k
x et
) 1 ( 2
1
) 1 ( 2
1
) 1 (
2
+
=
+
+
= +
k k
k
x k , mais
) 1 ( 2
1
) 1 ( 2
1
+
>
+
k
k
, on
a donc trouvé [ ] 1 ; 0 ∈ x tel que ) ) 1 ( ( non x k x + ≤ . Donc l’hypothèse de départ est
fausse, donc x x ֏ n’est pas lipschitzienne.


E) Extremum local, global

Soit ) , ( R D f F ∈ , et soit D a ∈ .
On dit que f présente un maximum (global) en a lorsque ) ( ) ( , a f x f D x ≤ ∈ ∀ .
Cela revient à dire que f admet un maximum, et que ) ( max a f f = .
A.BENHARI 61

On dit que f présente un maximum local en a s’il existe un voisinage V de a tel que
) ( ) ( , a f x f V D x ≤ ∩ ∈ ∀ .
Cela revient à dire que
V D
f
∩ /
présente un maximum (global) en a.
La définition est analogue pour un minimum global ou local en a.
On rappelle que « extremum » signifie : maximum ou minimum.




F) Propriété vraie sur une partie du domaine de définition

Soit P une propriété quelconque qu’une fonction réelle d’une variable réelle est
susceptible d’avoir (par exemple « être positive », « être croissante »…)
Soit ) , ( R D f F ∈
• Soit D’ une partie de D.
On dit que f a la propriété P sur D’ lorsque
' / D
f a la propriété P.
(Comme dans le D) pour dire que
2
x x ֏ est k-lipschitzienne sur [ ] 1 ; 0 ).
• Soit a un point de R adhérent à D.
On dit que f a la propriété P au voisinage de a lorsqu’il existe un voisinage V de a
tel que
V D
f
∩ /
a la propriété P.

Remarque :
Attention aux pièges du langage : une phrase telle que « f n’a pas la propriété P au
voisinage de a » est ambiguë :
On peut l’interpréter comme : « non(f a la propriété P au voisinage de a) », qui
signifie « quel que soit le voisinage de a, f n’a pas la propriété P sur V D∩ ».
Mais on peut l’interpréter aussi comme « f a la propriété non(P) au voisinage de
a », qui signifie « il existe un voisinage V de a tel que f n’a pas la propriété P sur
V D∩ ».
C’est en général la première interprétation qui est la bonne, mais c’est surtout le
bon sens qui permet de décider.


Notations :
Ici, D désigne une partie non vide de R, a un élément de R , adhérent à { } a D\ , et f, g, h, f
1
,
g
1
… des fonctions de D dans R.


I Fonction négligeable devant une autre
A) Généralités

On dit que f est négligeable devant g au voisinage de a lorsqu’il existe une
fonction ε , de D dans R, et qui tend vers 0 en a, telle que, au voisinage de a : g f ε = .
On note ) (g o f = au voisinage de a.
Chapitre 6 : Comparaison de fonctions
A.BENHARI 62

En pratique, on manipule les expressions ) (x f et ) (x g pour D x∈ , sans que les
noms de fonctions f et g aient été introduits. Dans ce cas, on dira plutôt que ) (x f est
négligeable devant ) (x g au voisinage de a, et cela signifiera donc qu’il existe une
fonction ε , de D dans R, qui tend vers 0 en a, et un voisinage V de a, tels que
) ( ) ( ) ( , x g x x f V D x ε = ∩ ∈ ∀ .
On notera alors )) ( ( ) ( x g o x f = au voisinage de a (x étant à prendre comme une
variable muette).
Par exemple, ) (
3 2
x o x = au voisinage de ∞ + .

Définition simplifiée dans des cas courants :
• Si g ne s’annule pas au voisinage de a, alors
g
f
est définie sur V D∩ , où V est
un voisinage de a. f est négligeable devant g au voisinage de a si et seulement
si 0 lim =
g
f
a
.
• Si D a∈ et si g s’annule en a, mais en a seulement au voisinage de a, alors
g
f

est définie sur { } a V D \ ∩ , où V est un voisinage de a. f est négligeable devant
g au voisinage de a si et seulement si 0 ) ( = a f et 0 lim =
g
f
a
.
Remarques :
Les fonctions négligeables devant la fonction nulle au voisinage de a sont les
fonctions nulles au voisinage de a.
Dire que ) 1 ( o f = au voisinage de a revient à dire que f tend vers 0 en a.


B) Comparaisons usuelles

Au voisinage de ∞ + :
Quels que soient les réels γ β α , , strictement positifs :
) ( ) (ln
β γ
x o x = et ) (
. x
e o x
α β
=


Au voisinage de 0 :
Quels que soient les réels strictement positifs β α, :
) ( ln
α
β

= x o x .

Démonstration :
On peut aisément établir toutes ces propositions en ayant montré que
+∞ =
+∞ →
x
e
x
x
lim :
Montrons déjà par récurrence que n
n
n
n

+
≥ ∀
1
2
, 5 :
Pour 5 = n , on a 5
3
16
6
32
1 5
2
5
≥ = =
+

Soit 5 ≥ n . Supposons que n
n
n

+1
2

A.BENHARI 63

Alors
2
) 1 ( 2
2
) 1 ( 2
1
2
2
2 2
2
2
1
+
+

+
+
×
+
=
+
=
+
+
n
n n
n
n
n n n
n n n

Or, pour 2 2 , 2 + ≥ ≥ n n n soit 1
2
2

+ n
n
.
Donc 1
2
) 1 ( 2
2
2
1
+ ≥
+
+

+
+
n
n
n n
n
n
ce qui achève la récurrence.
Maintenant :
Soit 5 ≥ x . Notons [ ] p x = . On a :
1
1
2
1
− ≥ ≥
+

+
≥ x p
p p
e
x
e
p p x
.
Donc 1 , 5 − ≥ ≥ ∀ x
x
e
x
x
, donc +∞ =
+∞ →
x
e
x
x
lim .


C) Propriétés

Proposition :
La relation « …est négligeable devant… au voisinage de a », définie sur ) , ( R D F ,
est transitive et compatible avec le produit, c'est-à-dire que, au voisinage de a :
Si ) (g o f = et ) (h o g = , alors ) (h o f = .
Si ) (
1 1
g o f = et ) (
2 2
g o f = , alors ) (
2 1 2 1
g g o f f = .
(quasiment la même démonstration que pour les suites)
Mais cette relation n’est pas compatible avec l’addition ; par exemple, au
voisinage de 0, ) (
2
x o x = et ) (
2 3
x x o x + − = − , mais
3 2
x x − n’est pas négligeable
devant
2
x .

Proposition :
Au voisinage de a : si ) (g o f = , et ) (g o h = , alors ) (g o h f = + .


Proposition :
Si ) (g o f = au voisinage de a, et si f et g ne s’annulent pas, alors ) (
1 1
f g
o = au
voisinage de a.
Par exemple, il résulte des comparaisons énoncées plus haut que :
Au voisinage de ∞ + , et quels que soient les réels strictement positifs γ β α , , :
) (
. β α − −
= x o e
x
et ) ) ((ln
γ β − −
= x o x


II Fonctions équivalentes
A) Généralités

Définition :
On dit que f est équivalente à g au voisinage de a lorsqu’il existe une fonction ε ,
de D dans R, et qui tend vers 0 en a telle que, sur un voisinage de a, g f ) 1 ( ε + = .
On note g f ~ au voisinage de a, ou g f
a
~ .
A.BENHARI 64

En pratique, on dit plutôt que ) (x f est équivalent à ) (x g au voisinage de a, et
cela signifie donc qu’il existe une fonction ε , de D dans R, et qui tend vers 0 en a et un
voisinage V de a tels que ) ( )) ( 1 ( ) ( , x g x x f V D x ε + = ∩ ∈ ∀ .
On notera alors ) ( ~ ) ( x g x f au voisinage de a ou ) ( ~ ) ( x g x f
a x→
(x étant alors une
variable muette)
Définition simplifiée dans des cas courants :
• Si g ne s’annule pas au voisinage de a, alors
g
f
est définie sur V D∩ , où V est
un voisinage de a. Alors f est équivalente à g au voisinage de a si et seulement
si 1 lim =
g
f
a
.
• Si D a ∈ , et si g s’annule en a, mais en a seulement au voisinage de a, alors
g
f

est définie sur { } a V D \ ∩ où V est un voisinage de a. Alors f est équivalente à
g au voisinage de a si et seulement si 0 ) ( = a f et 1 lim =
g
f
a
.

Remarque : on voit aussi en reprenant la définition générale que f est équivalente à
g au voisinage de a si et seulement si ) (g o g f + = au voisinage de a.
Proposition :
La relation
a
~ , définie sur ) , ( R D F , est une relation d’équivalence, c'est-à-dire
qu’elle est réflexive, symétrique et transitive.


B) Equivalents usuels au voisinage de 0

x x x x x e
x
~ ) 1 ln( ; ~ sin ; ~ 1 + −
Pour tout x x . ~ 1 ) 1 ( , α α
α
− + ∈R (α est indépendant de x)
2
2
~ 1 cos ; ~ tan
x
x x x − − .
Démonstration : les premiers résultats résultent du cours de terminale, et sont
admis pour l’instant. Le dernier se justifie en considérant que
2
2
sin 2 1 cos
x
x − = − .
C) Equivalents et limites

Proposition :
Si f et g sont équivalentes en a et si f a une limite en a (finie ou non), alors g admet
la même limite en a.
La réciproque est fausse lorsqu’il s’agit de limites nulles ou infinies : par exemple,
x et
2
x ne sont équivalents ni en 0 ni en ∞ + , alors qu’ils y ont la même limite.
Cependant, il est vrai que si f et g ont la même limite finie et non nulle en a, alors
g f
a
~ . Ainsi, si * R ∈ l , dire que l f
a
~ revient à dire que f tend vers l en a.
Mais dire que ∞ +
a
f ~ est non sens, et dire que 0 ~
a
f est généralement faux
(seules les fonctions nulles au voisinage de a sont équivalentes à 0 en a)


D) Opérations sur les équivalents

Proposition :
A.BENHARI 65

La relation
a
~ est compatible avec le produit, le passage à l’inverse, et l’élévation à
une puissance, c'est-à-dire :
Si
1 1
~ g f
a
et
2 2
~ g f
a
, alors
2 1 2 1
~ g g f f
a
.
Si g f
a
~ et si f et g ne s’annulent pas, alors
g
a
f
1 1
~ .
Si g f
a
~ , alors, pour tout N ∈ n ,
n
a
n
g f ~
Si g f
a
~ et si f et g sont strictement positives, alors, pour tout R ∈ α ,
α α
g f
a
~ .

Attention :
• la relation
a
~ n’est pas compatible avec l’addition ; cela veut dire qu’on ne doit
pas sans vérification ajouter des équivalents, ni même ajouter ou retrancher
une même chose de part et autre d’un équivalent, c'est-à-dire opérer des
simplifications ou des « passages de l’autre côté » au sens de l’addition. Par
exemple, il est vrai que x x 37 1 ~ ) 1 (
0
2
+ + (puisque les deux termes on la même
limite finie non nulle en 0, à savoir 1), mais il est faux que x x 37 ~ 1 ) 1 (
0
2
− + .
• On ne doit pas non plus composer froidement, à gauche, les deux termes d’un
équivalent par une même fonction. Par exemple, il est vrai que
2 2
~ x x x
∞ +
+
(puisque 1
2
2
  → 
+
+∞ ֏ x
x
x x
), mais pas que
2 2
~
x x x
e e
∞ +
+
.
• On peut aussi préciser que les élévations à une puissance ne sont justifiées que
lorsque ces puissances sont indépendantes de la variable. Par exemple, il est
vrai que x x
∞ +
+ ~ 1 , mais pas que
x x
x x
∞ +
+ ~ ) 1 ( (car e
x
x
x x
x
  → 
+
+∞ ֏
) 1 (
)




E) Autres résultats

Proposition :
Soit u une fonction à valeurs dans D, ayant pour limite a en un point s de R
adhérent à son domaine de définition.
Si ) ( ~ ) ( x g x f
a x→
, alors )) ( ( ~ )) ( ( t u g t u f
s t →

Démonstration :
Résulte du théorème de composition de limites :
Si ) ( ~ ) ( x g x f
a x→
, alors 1
) (
) (
lim =
x g
x f
a x֏
. Or a t u
s t
= ) ( lim
֏
. Donc 1
)) ( (
)) ( (
lim =
t u g
t u f
s t ֏


Exemple :
Si 0 ) ( lim = t u
s t ֏
, alors ) ( ~ )) ( 1 ln( t u t u
s t ֏
+ , et en particulier
2
0
2
~ ) 1 ln( t t

+ …
Remarque :
A.BENHARI 66

Connaissant les équivalents usuels sur les fonctions données précédemment, on
obtient alors les équivalents donnés dans le cours sur les suites.

Proposition :
Au voisinage de a, si f f ~
1
et g g ~
1
, et si ) (g o f = , alors ) (
1 1
g o f = .
En particulier :
- si f f ~
1
, et si ) (g o f = , alors ) (
1
g o f = (c’est le cas où g g =
1
)
- si g g ~
1
, et si ) (g o f = , alors ) (
1
g o f = (c’est le cas où f f =
1
).
Démonstration (de la proposition) :
Si f f ~
1
, g g ~
1
et si ) (g o f = :
Il existe alors une fonction ε qui tend vers 0 en a telle que ) ( ) ( ) ( x g x x f ε = au
voisinage de a, et deux fonctions
g f
ε ε , qui tendent vers 0 en a telles que
) ( )) ( 1 ( ) (
1
x f x x f
f
ε + = et ) ( )) ( 1 ( ) (
1
x g x x g
g
ε + = au voisinage de a.
Alors, au voisinage de a, ) ( )) ( 1 ( ) ( ) ( )) ( 1 (
1 1
x g x x x f x
g f
ε ε ε + × = + ,
c'est-à-dire ) (
)) ( 1 (
)) ( 1 ( ) (
) (
1
0
1
x g
x
x x
x f
f
g
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸

+
+ ×
=
ε
ε ε
, soit ) (
1 1
g o f = .
Ces résultats sont souvent utilisés ; par exemple :
- De x x
0
~ sin et ) ( x o x = au voisinage de 0, on tire que ) ( sin x o x = au
voisinage de 0.
- On écrira plutôt, au voisinage de 0, ) (x o plutôt que ) (
2
x x o + puisque
2
0
~ x x x +


F) Fonctions polynômes et fonctions rationnelles

Proposition :
Une fonction polynôme non nulle équivaut, au voisinage de ∞ + ou ∞ − , à son
terme non nul de plus haut degré.
C'est-à-dire que :
Si N ∈ n , si R ∈
n
a a a ,..., ,
1 0
et 0 ≠
n
a , alors, au voisinage de ∞ + ou ∞ − :
n
n
n
n
n
n
x a a x a x a x a ~ ...
0 1
1
1
+ + + +


. (on vérifie immédiatement que le rapport
tend bien vers 1)
Une fonction polynôme non nulle équivaut, au voisinage de 0, à son terme non nul
de plus bas degré, c'est-à-dire que :
Si N ∈ p n, avec p n ≥ , si R ∈
+ n p p
a a a ,..., ,
1
et 0 ≠
p
a , alors, au voisinage de 0 :
p
p
p
p
p
p
n
n
n
n
x a x a x a x a x a ~ ...
1
1
1
1
+ + + +
+
+


.
On en déduit ensuite les résultats pour les fonctions rationnelles, grâce à la
compatibilité de ~ avec le passage à l’inverse et le produit :
Une fonction rationnelle équivaut, en ∞ + ou ∞ − , au rapport des termes non nuls
de plus haut degré.
Une fonction rationnelle non nulle équivaut, au voisinage de 0, au rapport de ses
termes non nuls de plus bas degré.

A.BENHARI 67


III Fonction dominée par une autre


Définition :
On dit que f est dominée par g au voisinage de a lorsqu’il existe
+
∈R k tel que, au
voisinage de a, g k f ≤ . On note ) (g O f = au voisinage de a.
De même que pour les autres comparaisons, on peut aussi noter )) ( ( ) ( x g O x f = au
voisinage de a, ce qui signifie qu’il existe un réel positif k et un voisinage V de a tels que
) ( ) ( , x g k x f V D x ≤ ∩ ∈ ∀ .
Définition simplifiée dans des cas courants :
• Si g ne s’annule pas au voisinage de a, alors
g
f
est définie sur V D∩ , où V est un
voisinage de a. Et f est dominée par g au voisinage de a si et seulement si
g
f
est
bornée au voisinage de a.
• Si D a ∈ , et si g s’annule en a, mais en a seulement au voisinage de a, alors
g
f
est
définie sur { } a V D \ ∩ , où V est un voisinage de a, et f est dominée pas g au
voisinage de a si et seulement si 0 ) ( = a f et
g
f
est bornée au voisinage de a.

Exemple :
Au voisinage de ∞ + , ) ( sin
3 3
x O x x = , mais x x sin
3
n’est pas un ) (
3
x o .



Dans tout ce chapitre, D désigne une partie non vide de R.


I Généralités
A) Définition

Soit R → D f : , soit ) ( Adh D a
R
∈ .
Soit R ∈ l .
On dit que f tend vers l en a - ou que ) (x f tend vers l lorsque x tend vers a – et on
note l f
a
→ - ou l x f
a x
  → 
֏
) ( – lorsque W D V f a V V l V W ⊂ ∩ ∈ ∃ ∈ ∀ ) ( ), ( ), ( .

Variantes de définition dans des cas particuliers :
- Si R R ∈ ∈ l a , :
) ) ( ( , , 0 , 0 ε α α ε < − ⇒ < − ∈ ∀ > ∃ > ∀ ⇔ → l x f a x D x l f
a
.
Démonstration :
⇒ supposons que l f
a
→ .
Chapitre 7 : Limite en un point (pour une
fonction réelle d’une variable réelle)
A.BENHARI 68

Soit 0 > ε ; on note ] [ ε ε + − = l l W , .
Alors W est un voisinage de l. Il existe donc ) (a V V ∈ tel que W D V f ⊂ ∩ ) ( .
Mais V contient une boule ouverte de centre a.
Il existe donc 0 > α tel que ] [ V a a ⊂ + − α α, .
Donc
] [ ] [
¸ ¸¸ ¸ ¸_ ¸ ¸¸ ¸_ ¸
W l l x f V a a x
l x f a x D x
= + − ∈ ⊂ + − ∈
< − ⇒ < − ∈ ∀
ε ε α α
ε α
, ) ( ,
) ( , . D’où la première implication.
⇐ supposons que ) ) ( ( , , 0 , 0 ε α α ε < − ⇒ < − ∈ ∀ > ∃ > ∀ l x f a x D x .
Soit ) (l V W ∈ . Soit alors 0 > ε tel que ] [ W l l ⊂ + − ε ε, .
Il existe donc 0 > α tel que ) ) ( ( , ε α < − ⇒ < − ∈ ∀ l x f a x D x .
On pose ] [ α α + − = a a V , .
Alors ) (a V V ∈ , et on a ] [ W l l D V f ⊂ + − ⊂ ∩ ε ε, ) ( .
- Si +∞ = ∈ l a , R :
) ) ( ( , , 0 , A x f a x D x A > ⇒ < − ∈ ∀ > ∃ ∈ ∀ α α R
(même démonstration, en utilisant des voisinages de ∞ + )
- Si R ∈ +∞ = l a , :
) ) ( ( , , , 0 ε ε < − ⇒ > ∈ ∀ ∈ ∃ > ∀ ⇔ → l x f A x D x A l f
a
R
- Si +∞ = +∞ = l a , :
) ) ( ( , , , A x f B x D x B A l f
a
> ⇒ > ∈ ∀ ∈ ∃ ∈ ∀ ⇔ → R R

Cas particulier : N = D .
Soit ) ( Adh N
R
∈ a , R ∈ l :
) ) ( ( , ), ( ), ( W n f U n n a V U l V W l f
a
∈ ⇒ ∈ ∈ ∀ ∈ ∃ ∈ ∀ ⇔ → N
Dans le cas +∞ = a , ] [ U N N V U ⊂ +∞ ∈ ∃ ⇔ +∞ ∈ , , ) ( N
) ) ( ( , , ), ( ) ( W n f N n n N l V W l n f
n
∈ ⇒ ≥ ∈ ∀ ∈ ∃ ∈ ∀ ⇔   → 
+∞
N N
֏

Le cas N ∈ =
0
n a est sans intérêt…


B) Théorème (unicité de la limite éventuelle)

Théorème :
Soit R → D f : , soit ) ( Adh D a
R
∈ , soient R ∈ ' , l l .
Si l f
a
→ et ' l f
a
→ , alors ' l l = .
Démonstration :
Supposons ' l l ≠ .
Il existe donc ) (l V W ∈ et ) ' ( ' l V W ∈ tels que ∅ = ∩ ' W W .
Alors :
D’une part, il existe ) (a V U ∈ tel que W D U f ⊂ ∩ ) ( .
D’autre part, il existe ) ( ' a V U ∈ tel que ' ) ' ( W D U f ⊂ ∩ .
Alors ' ) ( , ' W W x f D U U x ∩ ∈ ∩ ∩ ∈ ∀ .
Contradiction car ∅ ≠ ∩ ∩ D U U ' . En effet :
) ( ' a V U U ∈ ∩ , car ) ( ' ), ( a V U a V U ∈ ∈ .
A.BENHARI 69

De plus, ∅ ≠ ∩ ∈ ∀ D V a V V ), ( , puisque ) ( Adh D a
R
∈ .
Donc en particulier ∅ ≠ ∩ ∩ D U U ' .
D’où l’unicité de la limite.
Notation :
Si l f
a
→ , on note f l
a
lim =
Et si l x f
a x
  → 
֏
) ( , on note ) ( lim x f l
a x֏
= .


C) Remarque

Si R → D f : , ) ( Adh D a
R
∈ et si l f
a
→ , alors )) ( ( Adh D f l
R
∈ .
En effet, tout voisinage de l rencontre ) (D f , puisque si ) (l V W ∈ , on peut trouver
) (a V U ∈ tel que W D U f ⊂ ∩ ) ( , et comme ∅ ≠ ∩D U , pour D U x ∩ ∈ , on a bien
W x f ∈ ) ( .


D) Continuité en un point

Théorème :
Soit R → D f : , et soit D a ∈ .
Si f admet une limite en a, alors cette limite est ) (a f
Démonstration :
Supposons que l f
a
→ , avec ) (a f l ≠ .
On peut alors trouver ) (l V W ∈ tel que W a f ∉ ) ( .
Or, il existe ) (a V U ∈ tel que W D U f ⊂ ∩ ) ( (car l f
a
→ et ) (l V W ∈ ), ce qui est
contradictoire, car D U a ∩ ∈ . Donc l a f = ) ( .
On dit alors que f est continue en a.


E) Exemples
1) Fonction constante

Soit R ∈ K . Soit
K x
D f
֏
R → : .
Alors ) ( Adh D a
R
∈ ∀ , K f
a

Démonstration :
Soit ) (K V W ∈ , prenons R = U .
Alors ) (a V U ∈ et on a bien W D U f ⊂ ∩ ) ( .


2) Identité

Soit
x x
D f
֏
R → : . Alors ) ( Adh D a
R
∈ ∀ , a f
a
→ .
Démonstration :
A.BENHARI 70

Soit ) (a V W ∈ . Prenons alors W U = .
Alors ) (a V U ∈ et W D U f ⊂ ∩ ) ( .


II Théorème de « composition » de limites
A) Théorème

Soit R → D f : , R → E g : où E est une partie de R telle que E D f ∈ ) ( .
Soit ) ( Adh D a
R
∈ , R R ∈ ∈ l b ,
Si f tend vers b en a et si g tend vers l en b, alors f g tend vers l en a.
Démonstration :
Déjà, si b f
a
→ , alors )) ( ( Adh D f b
R
∈ , donc ) ( Adh E b
R
∈ .
Montrons que l f g
a
→ . Soit ) (l V W ∈ .
Comme l g
b
→ , il existe ) (b V V ∈ tel que W E V g ⊂ ∩ ) ( .
Comme b f
a
→ , il existe ) (a V U ∈ tel que V D U f ⊂ ∩ ) ( .
Alors W D U f g ⊂ ∩ ) ( :
Si D U x ∩ ∈ , alors V x f ∈ ) ( . De plus, E D f x f ⊂ ∈ ) ( ) ( .
Donc E V x f ∩ ∈ ) ( . Donc W x f g ∈ ) ( .
Donc W D U f g a V U l V W ⊂ ∩ ∈ ∃ ∈ ∀ ) ( ), ( ), ( .
B) Cas particulier (suites)

Soient R → D f : ,
N
N
D u
n n

∈ *
) ( , ) ( Adh D a
R

Si a u
n n
  → 
+∞ ֏
, et si l x f
a x
  → 
֏
) ( , alors l u f
n n
  → 
+∞ ֏
) ( .


C) Réciproque

Soit R → D f : , ) ( Adh D a
R
∈ , R ∈ l .
Si, pour toute suite
N
N
D u
n n

∈ *
) ( qui tend vers a, ) (
n
u f tend vers l, alors f tend
vers l en a.
Démonstration :
Montrons la contraposée :
Supposons que ) ( non l f
a
→ ,
C'est-à-dire que ) ) ( ), ( ), ( ( non W D U f a V U l V W ⊂ ∩ ∈ ∃ ∈ ∀
Ou : ) ) ( , ), ( ), ( W x f D U x a V U l V W ∉ ∩ ∈ ∃ ∈ ∀ ∈ ∃
Soit W un tel voisinage.
Pour chaque N ∈ n , posons :
A.BENHARI 71

] [
] [
¦
¦
¹
¦
¦
´
¦
−∞ = − ∞ − =
+∞ = +∞ =

¸

(
¸
(
+
+
+
− =
a n U
a n U
a
n
a
n
a U
n
n
n
si ,
si ,
si
1
1
,
1
1
R

Alors ) ( , a V U n
n
∈ ∈ ∀ N
Il existe donc, pour tout N ∈ n , D U x
n n
∩ ∈ tel que W x f
n
∉ ) (
Donc
N
N
D x
n n


) ( , tend vers a et
N ∈ n n
x f )) ( ( ne tend pas vers l.
En effet :
D x n
n
∈ ∈ ∀ • , N par construction.
• Si
1
1
1
1
, :
+
+ < <
+
− ∈ ∀ ∈
n
a x
n
a n a
n
N R
Si n x n a
n
> ∈ ∀ +∞ = , : N
Si n x n a
n
− < ∈ ∀ −∞ = , : N
Ainsi, dans les trois cas, a x
n n

∈N
) (
W x n
n
∉ ∈ ∀ • , N
Donc
N ∈ n n
x f )) ( ( ne tend pas vers l. On a donc trouvé une suite
N
N
D x
n n


) ( qui
tend vers a et telle que
N ∈ n n
x f )) ( ( ne tende pas vers l, d’où la démonstration de la
contraposée.





III Limite selon une partie
A) Généralités

Soit R → D f : , soit ) ( Adh D a
R
∈ , R ∈ l .
Soit X une partie non vide de D. Si ) ( Adh X a
R
∈ , et si
X
f
/
tend vers l en a, on
dit que ) (x f tend vers l quand x tend vers a selon X, et on note : l x f
X x
a x
  → 

֏
) ( .
Proposition :
Si l f
a
→ , alors l f
a
X

/
(si ) ( Adh X a
R
∈ )
Démonstration :
Supposons que l f
a
→ .
Soit ) (l V W ∈ . Il existe donc ) (a V U ∈ tel que W D U f ⊂ ∩ ) ( . Comme D X ⊂ ,
on a bien alors W D U f X U f ⊂ ∩ ⊂ ∩ ) ( ) ( , soit W X U f
X
⊂ ∩ ) (
/
, d’où le résultat.

B) Cas particulier

Lorsque V U X ∩ = :
Soient R → D f : , ) ( Adh D a
R
∈ , ) (a V V ∈ , R ∈ l .
A.BENHARI 72

Alors ) ( Adh V D a ∩ ∈
R
, et : l f l f
a
D V
a
→ ⇔ →

.
On dit que la notion de limite est locale.

Démonstration :
⇒ : vu en A).
⇐ : supposons que l f
a
D V


.
Soit ) (l V W ∈ . Il existe ) (a V U ∈ tel que W D V U f ⊂ ∩ ∩ )) ( ( .
Si on prend U V U ∩ = ' , alors ) ( ' a V U ∈ et W D U f ⊂ ∩ ) ' ( .


C) Autre cas particulier

Soient R → D f : , ) ( Adh D a
R
∈ (Attention ! ici, R ∈ a )
• Si a est adhérent à ] [ +∞ ∩ , a D , et si
] [ +∞ ∩ , / a D
f a une limite l en a, on dit que f a
une limite à droite en a, notée ) ( lim x f
a x
a x
>
֏
, ou f
a
+
lim .
• On adapte pour la limite à gauche.

Si D a ∈ , et a est adhérent à ] [ +∞ ∩ , a D et à ] [ a D , ∞ − ∩ , alors f a une limite en a
si et seulement si f a une limita à droite et à gauche en a, égales toutes les deux à ) (a f .
Si D a ∉ , mais est adhérent à ] [ +∞ ∩ , a D et à ] [ a D , ∞ − ∩ , f a une limite en a si
et seulement si f a une limite à droite et à gauche en a et si elles sont égales.

Remarque :
Si ] [ +∞ = , a D , la notion de f
a
+
lim et f
a
lim se confond.
Si [ [ +∞ = , a D , f a une limite en a si et seulement si f a une limite à droite égale à
) (a f .
On fait de même pour ⋮ a , ] ∞ − .

Définition :
Soit R → D f : , soit D a ∈ .
Alors f est continue à droite en a
[ [ +∞ ∩

, / a D
f est continue en a.
⇔ f a une limite à droite en a égale à ) (a f .
De même à gauche.


D) Autre cas particulier utile

Soit R → D f : , soit D a ∈ adhérent à { } a D\ (c'est-à-dire que tout voisinage de a
contient au moins un point autre que a, soit que a n’est pas un point isolé).
Si
{ } a D
f
\ /
a une limite en a, on la note ) ( lim x f
a x
a x

֏
.
A.BENHARI 73

) (a f

Sur le dessin :
) ( ) ( lim a f l x f
a x
a x
≠ =

֏

Mais ) ( lim x f
a x֏
n’existe pas.
Proposition :
Si a est adhérent à { } a D\ , alors :
f a une limite en a ⇔ ) ( lim x f
a x
a x

֏
existe et vaut ) (a f .


E) Prolongement par continuité en un point

Définition :
Soit R → D f : . On suppose que a est adhérent à D (dans R), mais que D a∉ .
Soit { } R → ∪ a D g : . On dit que g est un prolongement par continuité de f en a
lorsque :
- ) ( ) ( , x f x g D x = ∈ ∀
- g est continue en a.



Proposition :
f admet un prolongement par continuité en a si et seulement si f admet une limite
finie en a. Dans ce cas, l’unique prolongement par continuité de f en a est la fonction :
{ }
¦
¹
¦
´
¦
=

→ ∪
a x x f
D x x f
x
a D g
si ) ( lim
si ) (
:
a x֏
֏
R


IV Limites et inégalités

Proposition :
Soient R → D f : , ) ( Adh D a
R
∈ .
Si f a une limite finie en a, alors f est bornée au voisinage de a.
Si f tend vers ∞ + en a, alors f est non(majorée au voisinage de a).
Si f tend vers ∞ − en a, alors f est non(minorée au voisinage de a).
(Rappel : f a la propriété P au voisinage de a s’il existe un voisinage U de a tel que
D U
f
∩ /
ait la propriété P)
A.BENHARI 74

En effet :
• Si f
a
lim existe, vaut R ∈ l alors, selon la définition de limite, il existe ) (a V U ∈ tel
que ] [ 1 , 1 ) ( , + − ∈ ∩ ∈ ∀ l l x f U D x . Donc f est bornée sur U D∩ .
• Si ∞ + →
a
f . Montrons que
U D
f a V U

∈ ∀
/
), ( n’est pas majorée.
Soit ) (a V U ∈ . Supposons qu’il existe R ∈ M tel que M x f U D x ≤ ∩ ∈ ∀ ) ( , .
Mais, selon la définition de limite, il existe ) (a V V ∈ tel que M x f U V x > ∩ ∈ ∀ ) ( , ,
ce qui est contradictoire, puisque V U D ∩ ∩ n’est pas vide (car a est adhérent à D,
donc tout voisinage de a rencontre D, et de plus U et V sont des voisinages de a)
• Adapter si ∞ − →
a
f .
Proposition :
Soient R → D f : , ) ( Adh D a
R
∈ .
Si f tend vers { } ∞ + ∪ ∈
+
*
R l en a, alors 0 > f au voisinage de a.
Si f tend vers { } ∞ − ∪ ∈

*
R l en a, alors 0 < f au voisinage de a.
Démonstration :
Dans le premier cas, et
*
+
∈R l
On pose ) , (
2
l
l B W = (ainsi, 0 , > ∈ ∀ x W x ).
Il existe alors ) (a V V ∈ tel que W D V f ⊂ ∩ ) ( .
Donc W x f D V x ∈ ∩ ∈ ∀ ) ( , , soit 0 ) ( , > ∩ ∈ ∀ x f D V x .
Si +∞ = l : il suffit de prendre [ [ +∞ = ; 1 W , et on aura le même résultat.
On fait de la même façon dans le deuxième cas.
Proposition :
Soient R → D f : , R → D g : . Soit ) ( Adh D a
R
∈ .
Si g f ≤ et si f et g on des limites en a, alors g f
a a
lim lim ≤ .
On peut se contenter d’un voisinage de a pour la propriété g f ≤ .
Démonstrations :
Notons f l
a
lim = et g l
a
lim ' = , supposons que ' l l > .
Cas où R ∈ ' , l l .
Prenons
*
+
∈R ε tel que
2
'
0
l l −
< < ε
Il existe alors ) (a V U ∈ tel que ] [ ε ε + − ∈ ∩ ∈ ∀ l l x f D U x , ) ( ,
Et ) ( ' a V U ∈ tel que ] [ ε ε + − ∈ ∩ ∈ ∀ ' , ' ) ( , ' l l x g D U x .
Alors ∅ ≠ ∩ ∩ D U U ' , et pour D U U x ∩ ∩ ∈ ' , ) ( ' ) ( x f l l x g < − < + < ε ε , ce qui est
contradictoire.

Autre démonstration :
Soit
N ∈ n n
u ) ( une suite de points de D qui tend vers a.
(Il en existe puisque ) ( Adh D a
R
∈ ).
On a alors, pour tout N ∈ n , ) ( ) (
n n
u g u f ≤ .
Mais, comme f a une limite en a, on sait que f u f
a
n
n
lim ) (   → 
+∞ ֏
,
Et, comme g a une limite en a, g u g
a
n
n
lim ) (   → 
+∞ ֏
.
A.BENHARI 75

Donc, selon le théorème de passage à la limite pour les suites, g f
a a
lim lim ≤ .

Théorème « des gendarmes » :
Soient R → D h g f : , , , soit ) ( Adh D a
R
∈ .
On suppose que ) ( ) ( ) ( , x h x g x f D x ≤ ≤ ∈ ∀ .
Si f et h admettent une même limite l en a, alors g tend aussi vers l en a.
Démonstration :
Soit
N
N
D u
n n


) ( qui tend vers a.
Alors, selon le théorème de composition de limite, l u f
n n

∈N
)) ( ( et l u h
n n

∈N
)) ( ( .
Or, ) ( ) ( ) ( ,
n n n
u h u g u f n ≤ ≤ ∈ ∀ N .
Donc
N ∈ n n
u g )) ( ( tend vers l en a, d’après le théorème des gendarmes pour les suites.
C’est valable pour toute suite
N
N
D u
n n


) ( qui tend vers a, donc g tend vers l en a.


V Limites et opérations sur les fonctions
A) Cas des limites finies

Proposition :
Soient R → D g f : , , ) ( Adh D a
R
∈ , R ∈ λ .
Si
¦
¹
¦
´
¦
∈ →
∈ →
R
R
' l g
l f
a
a
, alors
¦
¦
¹
¦
¦
´
¦
× → ×

+ → +
'
'
l l g f
l f
l l g f
a
a
a
λ λ
Démonstration :
Soit
N
N
D u
n n


) ( qui tend vers a. Alors l u f
n n

∈N
)) ( ( , l u g
n n

∈N
)) ( ( .
Donc par théorème de composition de limites pour les suites,
' )) ( ) ( ( l l u g u f
n n n
+ → +
∈N
, c'est-à-dire ' )) )( (( l l u g f
n n
+ → +
∈N
.
Ce résultat est valable pour toute suite qui tend vers a. Donc ' l l g f
a
+ → + .
On procède de même avec g f f × , λ .

Proposition :
Soit R → D f : , ) ( Adh D a
R
∈ .
Si R ∈ →l f
a
, alors l f
a
→ , et, si 0 ≠ l ,
f
1
est définie au voisinage de a et
l f
a
1 1

Démonstration :
Utiliser les suites comme précédemment (pour dire que
f
1
est défini au voisinage
de a lorsque 0 ≠ l , il suffit d’utiliser la deuxième proposition vue en IV)

Remarque :
Soit R → D f : , ) ( Adh D a
R
∈ .
Soit R ∈ l .
On a les équivalences :
A.BENHARI 76

0 0
a a a
l f l f l f → − ⇔ → − ⇔ →
Démonstration :
ε ε < − ∩ ∈ ∀ ∈ ∃ > ∀ ⇔ →
− − =
− − =
¸¸ ¸_ ¸
0 ) (
0 ) (
) ( , ), ( , 0
l x f
l x f
a
l x f U D x a V U l f
En particulier,
0 0
a a
f f → ⇔ →

Proposition :
Soient R → D g f : , , ) ( Adh D a
R
∈ .
Si 0
a
f → , et si g est bornée au voisinage de a, alors 0
a
fg →


B) Cas où certaines limites sont infinies

Soient R → D g f : , , ) ( Adh D a
R
∈ .
• Si ∞ + →
a
f , alors, pour tout R ∈ λ :
¦
¹
¦
´
¦
< ∞ −
=
> ∞ +

0 si
0 si 0
0 si
λ
λ
λ λ f
a

• Si ∞ + →
a
f , et si g est minorée, alors ∞ + → +
a
g f
• Si ∞ + →
a
f , et si g est minorée par 0 > α , alors ∞ + →
a
fg
• Si ∞ + →
a
f , alors
f
1
est définie au voisinage de a et 0
1
a
f

• Si 0
a
f → , et si 0 > f au voisinage de a (c'est-à-dire
+
→0
a
f ), alors ∞ + →
a
f
1
.


C) Les indéterminations

Ce sont les cas où le cours ne permet pas de conclure, car il y a différentes
possibilités.

>> ∞ − +∞ << •
Exemples :
∞ + → −
∞ +
x x
2
, ∞ − → −
∞ +
2
x x , 0
∞ +
→ − x x , 3 3
∞ +
→ − + x x , x x x − + sin pas de limite.
>> ∞ × << • 0
Exemples :
∞ + →
∞ +
2
1
x
x
, 0
1
2
∞ +
→ x
x
, 1
1
∞ +
→ x
x
, x
x
x sin
pas de limite en ∞ + .
>> << •

1
si 1 ) (
a
x f → , ∞ + →
a
x g ) ( :
On s’intéresse à
) (
) ( ) (
x g
x f x F =
A.BENHARI 77

Mais
¸
) )) ( ln( ) ( exp( ) (
0
¸¸ ¸_ ¸

+∞ →
= x f x g x F
On est ainsi ramené à une indétermination du type >> ∞ × << 0
>> << •
0
0
Si 0 ) ( → x f et 0 ) ( > x f
Et 0 ) ( → x g
¸
) )) ( ln( ) ( exp( ) ( ) (
0
) (
¸¸ ¸_ ¸
−∞ →

= = x f x g x f x F
x g



D) Limites et fonctions usuelles

• On a vu que 1 ֏ x et x x ֏ sont continues en tout point de R. Donc toute
fonction polynomiale est continue sur R. Il en est de même des fractions
rationnelles (sur leur domaine de définition).
• La fonction cos est continue sur R.
En effet,
|
¹
|

\
| −
|
¹
|

\
| +
− = − ∈ ∀
2
'
sin
2
'
sin 2 ' cos cos , ' ,
x x x x
x x x x R
Donc '
2
'
sin
2
'
sin 2 ' cos cos , ' ,
2
' 1
x x
x x x x
x x x x
x x
− ≤
|
¹
|

\
| −
|
¹
|

\
| +
≤ − ∈ ∀



¸¸ ¸_ ¸ ¸¸ ¸_ ¸
R
Donc cos est 1-lipschitzienne sur R, donc continue.
Montrons que si une fonction R → D f : est lipschitzienne, alors f est continue
sur D.
Soit
+
∈R k tel que ' ) ' ( ) ( , ' , x x k x f x f D x x − ≤ − ∈ ∀ .
Soit D a∈ . Alors
¸ _ ¸
a
a x k a f x f D x
en 0
) ( ) ( ,

− ≤ − ∈ ∀
Donc ) ( ) ( a f x f
a x
  → 
֏
. Donc f est continue en a, donc en tout point de D.

) cos( ) sin( ,
2
x x x − = ∈ ∀ •
π
R
Donc, par composition, la fonction sin est continue.
) cos(
) sin(
) tan( ,
x
x
x x = ∈ ∀ • R .
Donc la fonction tan est continue sur son domaine de définition.
ln exp, • sont continues sur leur domaine de définition.
• Soit R ∈ α .
La fonction
α
x x ֏ est définie et continue sur
*
+
R .
De plus, si 0 > α , la fonction est prolongeable par continuité en 0 par 0.
n
x x ֏ • , où * N ∈ n sont définies et continues sur
+
R
• Les fonctions
n
x x ֏ pour N Z \ ∈ n sont définies et continues sur * R .


E) Remarque technique : « le retour à 0 »
A.BENHARI 78


• Pour la limite :
Soit R → D f : , ) ( Adh D a
R
∈ .
Soit R ∈ l .
0
a a
l f l f → − ⇔ →
• Pour la variable :
Soit R → D f : , ) ( Adh D a
R
∈ .
Soit R ∈ l .
l u a f l x f
u a x
  →  + ⇔   → 
0
) ( ) (
֏ ֏


Démonstration :
⇒ : supposons que l x f
a x
  → 
֏
) ( .
Alors a u a
u
  →  +
0 ֏
, et l x f
a x
  → 
֏
) ( .
Donc, par composition, l u a f
u
 →  +
0
) (
֏

⇐ : supposons que l u a f
u
 →  +
0
) (
֏
.
Alors 0   →  −
a x
a x
֏
et l u a f
u
 →  +
0
) (
֏
.
Donc, par composition, l a x a f
a x
  →  − +
֏
)) ( ( , soit l x f
a x
  → 
֏
) ( .

Exemple :
Etude de l’éventuelle limite en 3 de
) 3 sin( ) sin(
3
) (
4 4


=
x
x
x f
Domaine de définition : { } { } ( ) D k k k k = ∈ + − ∪ ∈ + Z Z R , 2 3 , 2 3 \ π π π
Donc ) ( Adh 3 D
R


Pour 0 ≠ u et suffisamment proche de 0, on a :
2
3
0
4 3 2 2 3 4 4
) 3 cos( 2
3 4
~
2
sin
2
6
cos 2
3 4 3 6 3 4
) 3 sin( ) 3 sin(
3 ) 3 (
) 3 (
u
u
u
u u
u u u u
u
u
u f
×
|
¹
|

\
|
|
¹
|

\
| +
+ × × + × + ×
=
− +
− +
= +
֏

Donc
) 3 cos(
3 4
~ ) 3 (
3
0
×
+
֏ u
u f , d’où la limite en 3…


VI Le théorème de la limite monotone pour les fonctions

Théorème :
Soient R ∈ b a, , avec b a <
Soit ] [ R → b a f , : , monotone. Alors f a une limite dans R en a et en b.
Plus précisément :
• Si f est croissante :
- Si f est majorée, elle a une limite réelle en b (qui est ) sup( f )
Sinon, ∞ + →
b
f
- Si f est minorée, elle a une limite réelle en a (qui est ) inf( f )
A.BENHARI 79

Sinon, ∞ − →
a
f
• Si f est décroissante : à adapter.
Démonstration :
• Cas où f est croissante, étude en b :
- Si f est majorée, on peut introduire
] [
)) ( ( sup
,
x f l
b a x∈
= .
Montrons qu’alors l f
b

Soit 0 > ε . ε − l ne majore pas f. Il existe donc ] [ b a x ,
0
∈ tel que ε − > l x f ) (
0
.
Comme f est croissante, on a : [ [ l x f l b x x ≤ < − ∈ ∀ ) ( , ,
0
ε .
Or, [ [ b x ,
0
est l’intersection d’un voisinage de b et de ] [ b a, .
Il existe donc ) (b V U ∈ tel que ] [ ε ε + − ∈ ∩ ∈ ∀ l l x f U D x , ) ( , , d’où la limite.
- Si f n’est pas majorée :
Montrons que ∞ + →
b
f
Soit R ∈ A . A ne majore pas f. il existe donc ] [ b a x ,
0
∈ tel que A x f > ) (
0

Comme f est croissante, on a : [ [ A x f x f b x x > ≥ ∈ ∀ ) ( ) ( , ,
0 0
.
Or, [ [ b x ,
0
est l’intersection d’un voisinage de b et de ] [ b a, .
Il existe donc ) (b V U ∈ tel que A x f U D x > ∩ ∈ ∀ ) ( ,
Pour l’étude en a :
On peut refaire la démonstration, ou considérer ] [
) (
, :
x f x
a b g
− −
→ − −
֏
R , qui est croissante
• Cas où f est décroissante :
Démonstration analogue, ou considérer la fonction ] [
) (
, :
x f x
b a g


֏
R , qui est croissante.

Théorème :
Soit I un intervalle infini (c'est-à-dire ni vide ni un singleton) de R, soit R → I f : ,
monotone. Alors, en tout point

I x ∈
0
, f admet une limite finie à droite et une limite finie à
gauche, avec de plus :
) ( lim ) ( ) ( lim
0 0
0
x f x f x f
x x x x
+ −
≤ ≤
֏ ֏
si f est croissante,
) ( lim ) ( ) ( lim
0 0
0
x f x f x f
x x x x
− +
≤ ≤
֏ ֏
si f est décroissante.
De plus, si a et b désignent les extrémités (dans R ) de I avec b a < , alors :
Si I b∈ , f a une limite finie à gauche en b et ) ( ) ( lim b f x f
b x


֏
si f est croissante,
) ( ) ( lim b f x f
b x


֏
si f est décroissante.
Si I b∉ , f a une limite (à gauche) en b dans R .
De même en a (à droite)
Démonstration :
Soit

I x ∈
0
. On peut trouver I x x ∈
2 1
, tels que
2 0 1
x x x < < (car

I x ∈
0
)
On applique le théorème de la limite monotone à
] [
0 1
, / x x
f , qui est monotone et
minorée/majorée par ) (
0
x f (si f est décroissante/croissante)
Donc ) ( lim
0
x f
x x

֏
existe, et est supérieur/inférieur à ) (
0
x f .
A.BENHARI 80

De même, on applique le théorème pour
] [
2 0
, / x x
f , monotone et majorée/minorée par
) (
0
x f (si f est décroissante/croissante)
Donc ) ( lim
0
x f
x x
+
֏
existe et est inférieur/supérieur à ) (
0
x f .
Pour les extrémités :
Si I b∈ on applique le théorème à
] [ b a
f
, /
, croissante/décroissante, majorée/minorée par
) (b f . Sinon, on applique le théorème à
] [ b a
f
, /
, croissante/décroissante.
De même en a.



I désigne ici un intervalle infini de R (c'est-à-dire ni vide ni réduit à un singleton)
D désigne une partie non vide de R.

I Généralités
A) Rappel de définition

Soit R → D f :
Soit D x ∈
0
.
) ) ( ) ( ( , , 0 , 0
) ( ) (
) ( ) (
)) ( alors est (qui en finie limite une a en continue
0 0
0 0 0
0
0 0 0
0
ε α α ε < − ⇒ < − ∈ ∀ > ∃ > ∀ ⇔
 →  + ⇔
  →  ⇔
⇔ •


x f x f x x D x
x f h x f
x f x f
x f x f x f
h
x x

• On dit que f est continue (sur D) lorsque f est continue en tout point
0
x de D,
c'est-à-dire :
) ) ( ) ( ( , , 0 , 0 ,
0 0 0
ε α α ε < − ⇒ < − ∈ ∀ > ∃ > ∀ ∈ ∀ x f x f x x D x D x


B) Opération sur les fonctions continues
1) Restriction

Définition, proposition :
Soit R → D f : , soit D D ⊂ ' non vide.
On dit que f est continue sur ' D lorsque
' / D
f est continue.
Si f est continue sur D, alors elle est continue sur ' D .
En effet :
(1) f est continue (sur D)
) ) ( ) ( ( , , 0 , 0 ,
0 0 0
ε α α ε < − ⇒ < − ∈ ∀ > ∃ > ∀ ∈ ∀ ⇔ x f x f x x D x D x
(2) f est continue en tout point de ' D
) ) ( ) ( ( , , 0 , 0 , '
0 0 0
ε α α ε < − ⇒ < − ∈ ∀ > ∃ > ∀ ∈ ∀ ⇔ x f x f x x D x D x
(3) f est continue sur ' D
Chapitre 8 : Fonctions continues
A.BENHARI 81

) ) ( ) ( ( , ' , 0 , 0 , '
0 0 0
ε α α ε < − ⇒ < − ∈ ∀ > ∃ > ∀ ∈ ∀ ⇔ x f x f x x D x D x
Il est alors évident logiquement que ) 3 ( ) 2 ( ) 1 ( ⇒ ⇒ mais que les
réciproques sont fausses en général.

Sur l’exemple :
- f n’est pas continue sur le segment ] 2 ; 0 [
- f n’est pas continue en tout point de ] 1 ; 0 [ (puisqu’elle ne l’est pas en 1)
-
[ ] 1 ; 0 /
f est continue : f est continue sur ] 1 ; 0 [
Remarque :
f continue sur A et f continue sur B ⇒
/ f est continue sur B A∪

Pour éviter toute ambiguïté de langage, ne pas dire f est continue sur ] 1 ; 0 [ ,
mais plutôt
[ ] 1 ; 0 /
f est continue.

Remarque :
Si f est continue sur ] , [ b a et sur ] , [ c b ( c b a < < ), alors f est continue sur
] , [ c a (si f est définie seulement sur ] , [ c a ).
En effet :
• Si [ [ b a x ,
0
∈ , alors f est continue en
0
x , car ] , [ b a est un voisinage de
0
x
intercepté par le domaine de définition, et f restreinte à ce voisinage de
0
x tend vers ) (
0
x f en
0
x . Donc f tend vers ) (
0
x f en
0
x .
• En b : f est continue à droite et à gauche, donc f est continue en b.
• Pour ] ] c b x ,
0
∈ , on fait la même chose que le premier point.


2) Sommes, produits…

Théorème :
- La somme de deux fonctions continues est continue.
- Le produit d’une fonction continue par un réel est continu.
- Le produit de deux fonctions continues est continu.
- L’inverse, lorsqu’il est défini, d’une fonction continue est continu.
Démonstration (pour le quatrième) :
Soit R → D f : , continue. On suppose que
f
1
est définie (c'est-à-dire que f
ne s’annule pas). Soit D x ∈
0
. Alors ) ( ) (
0
0
x f x f
x x
  → 
֏
. Comme 0 ) (
0
≠ x f , on
a bien
) (
1
) (
1
0
0
x f x f
x x
  → 
֏
. Ceci est vrai pour tout D x ∈
0
, d’où la continuité de
f
1
sur D.
On fait la même chose pour les autres parties du théorème.


3) Composition
A.BENHARI 82


Théorème :
La composée, quand elle est définie, de deux fonctions continues est une
fonction continue.
Démonstration :
Soient R → D f : , R → E g : , continues.
On suppose que E D f ⊂ ) ( , ainsi f g est définie sur D.
Soit D x ∈
0
. Alors ) ( ) (
0
0
x f x f
x x
  → 
֏
, et )) ( ( ) (
0 ) (
0
x f g u g
x f u
   → 
֏
, car
E x f ∈ ) (
0
et g est continue en ) (
0
x f . Donc )) ( ( )) ( (
0
0
x f g x f g
x x
  → 
֏
.


4) Autres…

Si f est continue sur D, alors f est continue sur D. De plus,
+
f et

f sont
continues sur D.
Démonstration :
Pour f : C’est la composée de fonctions continues.
Pour
+
f : ) ) ( ) ( ( ) 0 ), ( max( ) ( ,
2
1
x f x f x f x f D x + = = ∈ ∀
+
, donc
+
f est la
somme, produit par un réel et composition de fonctions continues, donc est
continue.
Pour

f : ) ) ( ) ( ( ) 0 ), ( max( ) ( ,
2
1
x f x f x f x f D x + − = − = ∈ ∀

, idem que
pour
+
f .


C) Fonctions usuelles

Les fonctions polynomiales, rationnelles, du type
α
x x ֏ , cosinus, sinus,
tangente, exponentielle, logarithme, valeurs absolues sont continues sur leur domaine de
définition. (vu chapitre précédent)


D) Notation

Soit I un intervalle. L’ensemble des fonctions continues sur I à valeurs dans R est
noté ) , (
0
R I C . Un élément de ) , (
0
R I C est dit de classe
0
C sur I (lire « C zéro »).


II Le théorème des valeurs intermédiaires (T.V.I.)

Théorème 1 :
Soit R → ] , [ : b a f , b a < une fonction continue.
Soit d une valeur intermédiaire entre ) (a f et ) (b f (c'est-à-dire que ) ( ) ( b f d a f ≤ ≤ ou
) ( ) ( a f d b f ≤ ≤ . Alors il existe ] , [ b a c ∈ tel que ) (c f d = .

A.BENHARI 83

Théorème 2 (variante) :
L’image d’un intervalle par une fonction continue est un intervalle.

Démonstration :
• Montrons déjà l’équivalence entre les deux théorèmes :
- Supposons 1 établi :
Soit I un intervalle de R, et f continue sur I. Montrons que ) (I f est in intervalle.
Soient ) ( , I f ∈ β α . Montrons que tout réel d entre α et β est dans ) (I f .
α s’écrit ) (a f , avec I a ∈
β s’écrit ) (b f , avec I b∈ .
Soit d entre α et β
On peut supposer b a ≤ (sinon on échange α et β ).
I a ∈ et I b∈ . Donc I b a ⊂ ] , [ car I est un intervalle.
f est continue sur I, donc f est continue sur ] , [ b a .
Donc d s’écrit ) (c f , où I b a c ⊂ ∈ ] , [ (puisqu’on a supposé 1 établi).
Donc ) (I f d ∈ .
Donc tout réel entre deux éléments de ) (I f est élément de ) (I f .
Donc ) (I f est un intervalle (de R).
- Supposons 2 établi.
Soit R → ] , [ : b a f , continue. Alors ]) , ([ b a f est un intervalle (puisque ] , [ b a en
est un). Donc tout réel qui est entre deux réels de ]) , ([ b a f est aussi dans ]) , ([ b a f ,
c'est-à-dire que tout réel s’écrit ) (c f , où ] , [ b a c ∈ .
• Démonstration du théorème 1 :
Soient R ∈ b a, , tels que b a < . Soit R → ] , [ : b a f , continue.
Soit d entre ) (a f et ) (b f .
- Si ) ( ) ( b f a f ≤ , alors ) ( ) ( b f d a f ≤ ≤ .
Donc d b f d a f − ≤ ≤ − ) ( 0 ) ( .
On note alors
d x f x
b a g


) (
] , [ :
֏
R .
Alors g est continue sur ] , [ b a , et ) ( 0 ) ( b g a g ≤ ≤ .
On s’est donc ramené à montrer l’existence de ] , [ b a c ∈ tel que 0 ) ( = c g
- Si ) ( ) ( b f a f ≥ , on notera
) (
] , [ :
x f d x
b a g


֏
R , et on aura la même chose à
montrer.
Maintenant :
On construit par dichotomie deux suites ) (
n
a et ) (
n
b telles que :
- a a =
0
et b b =
0

- pour tout N ∈ n :
Si 0
2
≤ |
¹
|

\
| +
n n
b a
g , on pose
2
1
n n
n
b a
a
+
=
+
et
n n
b b =
+1
,
Et sinon
n n
a a =
+1
,
2
1
n n
n
b a
b
+
=
+
.
Alors, du fait de la construction dichotomique des deux suites :
A.BENHARI 84

n
n n
n n
n n
a b
a b n
b a
b b a a n
2
, ) 3 (
te décroissan ) ( , croissante est ) )( 2 (
, ) 1 (

= − ∈ ∀
≤ ≤ ≤ ∈ ∀
N
N

Et de plus, une récurrence immédiate montre que 0 ) ( , ) 4 ( ≤ ∈ ∀
n
a g n N et 0 ) ( ≥
n
b g .
Soit ) ( 0 ) ( ,
n n
b g a g n ≤ ≤ ∈ ∀ N .
Les suites ) (
n
a et ) (
n
b sont donc adjacentes. Elle convergent vers une même limite c.
Le passage à la limite dans (1) donne : b c a ≤ ≤ , soit que ] , [ b a c ∈ .
Le passage à la limite dans (4), sachant que g est continue (en c en particulier), donne
) ( 0 ) ( c g c g ≤ ≤ , soit 0 ) ( = c g , d’où l’existence du réel cherché, et le théorème.

Remarques :
Le théorème est faux en général quand f n’est pas continue :
) (b f
) (a f

Le théorème des valeurs intermédiaires donne l’existence d’un réel c… mais pas
l’unicité, qui est fausse en générale (il suffit de prendre une fonction non monotone pour
trouver des contre-exemples).
Il y a des fonctions non continues sur un intervalle I telles que toute valeur entre deux
valeurs atteintes soit une valeur atteinte :
) (b f
) (a f

Le théorème des valeurs intermédiaires n’est donc pas caractéristique des fonctions
continues (c'est-à-dire qu’une fonction vérifiant le théorème n’est pas nécessairement
continue).


III Image d’un segment

Théorème :
L’image d’un segment par une fonction continue est un segment.
Démonstration :
Soit R → ] , [ : b a f , avec b a < une fonction continue. Montrons que ]) , ([ b a f J = est
un segment.
Déjà, J est un intervalle, puisque ] , [ b a en est un.
Montrons maintenant que J est fermé et borné.
Soient R ∈ β α, ses extrémités. On doit alors montrer que J ∈ β α, (ce qui montrera à
la fois le fait que J est fermé et borné)
Montrons le pour β (le raisonnement est le même pour α )
Déjà, ) ( Adh J
R
∈ β
Donc β est la limite d’une suite
N ∈ n n
y ) ( d’éléments de J.
Pour chaque N ∈ n , on introduit ] , [ b a x
n
∈ tel que ) (
n n
x f y = . La suite
N ∈ n n
x ) ( est
bornée. On en extrait alors une suite
N N ∈ ∈
=
n n n n
x x ) ( ) ' (
) ( ϕ
qui converge.
A.BENHARI 85

Soit
) (
lim
n
n
x l
ϕ
+∞
=
֏
. Alors ] , [ b a l ∈ (car b x a n
n
≤ ≤ ∈ ∀
) (
,
ϕ
N ).
Alors
N ∈ n n
y ) (
) ( ϕ
, d’une part tend vers β , d’autre part tend vers ) (l f car
) ( ,
) ( ) ( n n
x f y n
ϕ ϕ
= ∈ ∀ N , et f est continue.
Donc ) (l f = β . Donc J ∈ β .
De même, J ∈ α .
Donc J est un segment.

Remarque (hors programme) :
On peut plus généralement établir que l’image d’une partie fermée et bornée de R par
une fonction continue est une partie fermée et bornée (de R).
Vocabulaire : une partie fermée et bornée est un compact.

Conséquence du théorème :
Si f est une fonction continue sur un segment ] , [ b a , alors f est bornée sur ce segment et
atteint ses bornes.

Attention, pour une fonction continue :
- l’image d’un intervalle borné n’est pas toujours un intervalle borné :
Pour
x
x f
1
) ( = sur ] [ 1 ; 0 , on a ] [ ] [ +∞ = , 1 ) 1 ; 0 ( f .
- L’image d’un intervalle fermé n’est pas toujours un intervalle fermé :
Pour
x
x f
1
) ( = sur [ [ +∞ , 1 , on a [ [ ] ] 1 ; 0 ) , 1 ( = +∞ f
- L’image d’un ouvert n’est pas toujours un ouvert :
Pour x x f sin : ֏ sur R (ouvert), on a ] 1 ; 1 [ ) ( − = R f
Ou pour
2
: x x f ֏ sur ] [ 1 ; 1 − , on a ] [ [ [ 1 ; 0 ) 1 ; 1 ( = − f
- L’image d’un non borné n’est pas toujours non borné (on reprend x x f sin : ֏ )
- L’image d’un non intervalle n’est pas toujours un non intervalle :
Encore x x f sin : ֏ sur ] 4 , 3 [ ] , 0 [ π π π ∪


IV Fonctions continues et strictement monotones sur un intervalle
A) Le théorème

Théorème 1 :
Soit f une fonction continue et strictement croissante sur un intervalle I.
Alors :
(1) f constitue/réalise une bijection de I sur un certain intervalle J.
(2) L’intervalle J est l’intervalle délimité de la manière suivante :
Notons a, b avec b a < les extrémités dans R de I.
Les extrémités de J dans R sont β α, tels que :
- Si I a ∈ , ) (a f = α et J ∈ α
- Sinon, f
a
lim = α et J ∉ α
De même pour β
(3) La bijection réciproque I J f →

:
1
est continue et strictement croissante sur J

Théorème 2 :
A.BENHARI 86

Même théorème que le 1 pour f strictement décroissante (changer α par β , β par
α et croissante par décroissante)
Démonstration :
(1) Déjà, f est strictement croissante donc injective.
Donc l’application
) (
) (
x f x
I f I
֏
→ est bijective (puisqu’elle est déjà injective, et on a
restreint l’ensemble d’arrivée à l’image)
Et selon le théorème des valeurs intermédiaires, ) (I f J = est un intervalle, d’où le
premier point du théorème.
(2) Si I a ∈ , alors ) ( ) ( , x f a f I x ≤ ∈ ∀ . Donc ) (a f est un minorant de
{ } J I x x f = ∈ ), ( , soit le minimum puisque I a ∈ . Donc J ∈ α et ) (a f = α
Si I a ∉ :
- Si J n’est pas minorée, alors −∞ = α . Mais dans ce cas, f n’est pas minorée, donc
α = −∞ = f
a
lim (puisque f est strictement croissante)
- Si J est minorée, alors ) inf( J = α . Mais dans ce cas, f est minorée et α n’est
autre que f f
a
lim ) inf( = (d’après le théorème de la limite monotone). De plus, J ∉ α
car sinon on trouverait I x ∈
0
tel que ) (
0
x f = α (par définition de J), et on aurait alors
) ( ) ( ,
0
x f x f I x ≤ ∈ ∀ , d’où x x I x ≤ ∈ ∀
0
, (car si on trouve I x ∈ tel que x x >
0
on
aurait ) ( ) (
0
x f x f > puisque f est strictement croissante). Ainsi, I admettrait un
minimum (
0
x ), ce qui contredirait la définition de a.
On fait la même chose pour b.
(3)
1 −
f est strictement croissante. En effet :
Soient J u u ∈ ' , tels que ' u u < .
Alors ) ' ( ) (
1 1
u f u f
− −
< , car sinon ) ' ( ) (
1 1
u f u f
− −
≥ , et comme f est croissante,
)) ' ( ( )) ( (
1 1
u f f u f f
− −
≥ soit ' u u ≥ ce qui est impossible.
Montrons que
1 −
f est continue sur J.
Soit J u ∈
0
. Montrons que
1 −
f est continue en
0
u , c'est-à-dire que ) ( lim
1
0
u f
u u

֏

existe et vaut
0 0
1
) ( x u f =

, soit que W u f J U u u V U x V W ∈ ∩ ∈ ∀ ∈ ∃ ∈ ∀

) ( , ), ( ), (
1
0 0
.
Soit ) (
0
x V W ∈ .
1
er
cas :
°
∈I x
0
. Donc ) (
0
x V I W ∈ ∩ , donc contient un segment ] , [
2 1
x x avec
2 0 1
x x x < < . On pose ) (
1 1
x f u = et ) (
2 2
x f u = . On a alors :
2 0 1
) ( u x f u < < , soit
2 0 1
u u u < < . Ainsi, ] , [
2 1
u u est un voisinage de
0
u , contenu
dans J car J u u ∈
2 1
, . Alors, en posant ] , [
2 1
u u U = , on a : W u f J U u ∈ ∩ ∈ ∀

) ( ,
1
.
En effet : ] , [
2 1
u u U J U = = ∩ . Donc pour u tel que
2 1
u u u ≤ ≤ , on a
) ( ) ( ) (
2
1 1
1
1
u f u f u f
− − −
≤ ≤ (car
1 −
f est croissante). Donc W x x u f ∈ ∈

] , [ ) (
2 1
1
. D’où
la continuité, puisque le résultat est valable en tout J u ∈
0
.
2
ème
cas : si
0
x est une extrémité de I, par exemple ) max(
0
I x = . Alors I W ∩
contient un segment ] , [
0 1
x x avec
0 1
x x < . Posons ) (
1 1
x f u = . Alors ) (
0 1
x f u < , c'est-
à-dire ) (
0 1
u f u < . Par conséquent, [ [ +∞ = ,
1
u U est un voisinage de
0
u .
Alors W u f J U u ∈ ∩ ∈ ∀

) ( ,
1
. En effet :
A.BENHARI 87

Pour J U u ∩ ∈ , on a
1
u u ≥ , donc ) ( ) (
1
1 1
u f u f
− −
≥ (car
1 −
f est croissante) et
0
1
) ( x u f ≤

car I u f ∈

) (
1
et ) max(
0
I x = . Donc W x x u f ⊂ ∈

] , [ ) (
2 1
1
, donc
1 −
f est
continue en
0
u .
On a la même chose si
0
x est un autre type d’extrémité de I.
Donc
1 −
f est continue sur J.

La démonstration du théorème 2 est analogue, ou alors :
Partant de f continue et strictement croissante, appliquer le théorème 1 à –f
continue et strictement croissante.
Donc –f réalise une bijection de I sur un intervalle J
Donc f réalise une bijection de I sur –J (c'est-à-dire { } J y y ∈ − , , d’où (1) puis (2).
I J f → −

:
1
n’est autre que l’application
) ( ) (
1
x f x
I J
− −
→ −

֏
, d’où (3). En effet :
Pour J x − ∈ , I y ∈ , on a les équivalences :
) ( ) ( ) ( ) ( ) (
1 1
x f y x y f x y f x f y − − = ⇔ − = − ⇔ = ⇔ =
− −
.

On utilise généralement ce théorème uniquement avec (1) et (2).
Exemple de rédaction :
Soit
x x x
f
ln 4
*
:


+
֏
R R . Montrer que l’équation 0 ) ( = x f a exactement deux
solutions sur
*
+
R .
) ( ' x f
) (x f
∞ + 4 0

∞ +
∞ +
) 4 ( f

0 ) 4 ln 1 ( 4 ) 4 ( < − = f car e > 4 .
- f est continue et strictement décroissante sur ] ] 4 ; 0 et +∞ = f
0
lim . Donc f réalise
une bijection de ] ] 4 ; 0 sur ] ] +∞ ), 4 ( f . Comme 0 ) 4 ( < f , ] ] +∞ ∈ ), 4 ( 0 f , donc a
un unique antécédent dans ] ] 4 ; 0 par f, c'est-à-dire qu’il existe un unique ] ] 4 ; 0 ∈ x
tel que 0 ) ( = x f .
- De même, f étant continue et strictement croissante sur [ [ +∞ , 4 , il existe un
unique [ [ +∞ ∈ , 4 ' x tel que 0 ) ' ( = x f .
- Comme 0 ) 4 ( ≠ f , ] [ 4 ; 0 ∈ x et ] [ +∞ ∈ , 4 ' x , soit ' x x ≠ .
- Donc l’équation 0 ) ( = x f admet deux solutions.

Variante :
On montre l’existence d’une valeur avec le théorème des valeurs intermédiaires,
puis l’unicité avec la stricte monotonie.


V Continuité uniforme
A) Définition

A.BENHARI 88

Soit D une partie de R. Soit R → D f : . On dit que f est uniformément continue
sur D lorsque ) ) ' ( ) ( ' ( , ' , , 0 , 0 ε α α ε < − ⇒ < − ∈ ∀ ∈ ∀ > ∃ > ∀ x f x f x x D x D x

Proposition :
Soit R → D f : . Si f est uniformément continue sur D, alors f est continue sur D.

Démonstration :
Rappel des définitions :
(1) f est uniformément continue sur D
) ) ' ( ) ( ' ( , ' , , 0 , 0 ε α α ε < − ⇒ < − ∈ ∀ ∈ ∀ > ∃ > ∀ ⇔ x f x f x x D x D x
(2) f est continue sur D
) ) ' ( ) ( ' ( , ' , 0 , 0 , ε α α ε < − ⇒ < − ∈ ∀ > ∃ > ∀ ∈ ∀ ⇔ x f x f x x D x D x
alors ) 2 ( ) 1 ( ⇒ est logiquement évident :
Supposons (1) :
Soient 0 , > ∈ ε D x
Selon (1), on peut trouver 0 > α tel que :
) ) ' ( ) ( ' ( , ' , ε α < − ⇒ < − ∈ ∀ u f u f u u D u u .
En particulier, avec x u = (et en remplaçant la variable muette ' u par ' x ) :
) ) ' ( ) ( ' ( , ' ε α < − ⇒ < − ∈ ∀ x f x f x x D x
Donc ) ) ' ( ) ( ' ( , ' , 0 , 0 , ε α α ε < − ⇒ < − ∈ ∀ > ∃ > ∀ ∈ ∀ x f x f x x D x D x .

La réciproque est fausse. Exemple :
2
x x ֏ n’est pas uniformément continue sur
+
R , mais elle est continue.
Montrons alors qu’il existe 0 > ε tel que :
) ) ' ( ) ( et ' ( , ' , , 0 ε α α ≥ − < − ∈ ∃ > ∀
+
x f x f x x x x R
Prenons 1 = ε
Soit 0 > α . Soit * N ∈ n tel que α <
n
1

On prend alors n x = ,
n
n x
1
' + =
On a alors α < = −
n
x x
1
' , mais ε ≥ + = + = −
2
2 2
1
2 )
1
2 (
1
'
n n
n
n
x x
(on aurait même pu prendre 2 = ε )

Proposition :
Si f est lipschitzienne sur D, alors f est uniformément continue sur D.
Démonstration :
Soit f lipschitzienne sur D.
Soit
*
+
∈R k tel que ) ' ) ' ( ) ( ( , ' , x x k x f x f D x x − ≤ − ∈ ∀
Soit 0 > ε , posons
k
ε
α = .
Alors si α < − ' x x , ε < − ' x x k , c'est-à-dire ε < − ≤ − ' ) ' ( ) ( x x k x f x f .

A.BENHARI 89

La réciproque est aussi fausse :
x x ֏ n’est pas lipschitzienne sur ] 1 ; 0 [ , mais elle y est uniformément continue.


B) Théorème de Heine

Toute fonction continue sur un segment y est uniformément continue.
Démonstration :
Soit ] , [ b a K = un segment de R, avec b a < .
Soit R → K f : , continue.
Montrons que ) ) ' ( ) ( ' ( , ' , , 0 , 0 ε α α ε < − ⇒ < − ∈ ∀ > ∃ > ∀ x f x f x x K x x .
Supposons que c’est faux, c'est-à-dire qu’il existe 0 > ε tel que
) ) ' ( ) ( et ' ( , ' , , 0 ε α α ≥ − < − ∈ ∃ > ∀ x f x f x x K x x .
Pour chaque * N ∈ n , on peut donc introduire K x x
n n
∈ ' , tels que
n
x x
n n
1
' < − et
) ) ' ( ) ( ε ≥ −
n n
x f x f .
Donc
*
) (
N ∈ n n
x est une suite bornée d’éléments de K. D’après le théorème de
Bolzano–Weierstrass, on peut donc en extraire une suite
* ) (
) (
N ∈ n n
x
ϕ
qui converge vers
R ∈ l .
Or, pour tout * N ∈ n , b x a
n
≤ ≤ , donc par passage à la limite, b l a ≤ ≤ , c'est-à-
dire que K l ∈ .
De plus, la suite
* ) ( ) (
) ' (
N ∈

n n n
x x
ϕ ϕ
, extraite de
*
) ' (
N ∈

n n n
x x , converge vers 0
puisque
*
) ' (
N ∈

n n n
x x converge vers 0.
Donc
¸ ¸¸ ¸_ ¸
0
) ( ) ( ) ( ) (
' '


− + =
n n
l
n n
x x x x
ϕ ϕ ϕ ϕ
tend aussi vers l en ∞ + .
Or, f est continue en l, donc ) ( ) (
) (
l f x f
n

ϕ
et ) ( ) ' (
) (
l f x f
n

ϕ
.
Donc 0 ) ' ( ) (
) ( ) (
→ −
n n
x f x f
ϕ ϕ
.
Contradiction car ε
ϕ ϕ
≥ − ) ' ( ) (
) ( ) ( n n
x f x f pour tout * N ∈ n ,
soit 0 ) ' ( ) ( lim
) ( ) (
> ≥ −
+∞ →
ε
ϕ ϕ n n
n
x f x f .
Donc f est uniformément continue sur ] , [ b a .


VI Exemples de réciproque d’une bijection d’une fonction continue et
strictement monotone sur un intervalle. Notions sur les
constructions de la fonction exponentielle

(1) Soit * N ∈ n .
Soit
n
n
x x
f
֏
R R → : . On établit alors aisément que :
Si n est impair,
n
f réalise une bijection continue et strictement croissante de R dans R.
Si n est pair,
n
f réalise une bijection continue et strictement croissante de
+
R dans
+
R .
A.BENHARI 90

Pour n impair, la fonction réciproque de
n
f est définie sur R, continue et strictement
croissante. Pour tout R ∈ x , l’unique R ∈ y tel que x y f
n
= ) ( est noté
n
x
Pour n pair, la fonction réciproque est définie sur
+
R , continue et strictement croissante.
Pour tout
+
∈R x , l’unique
+
∈R y tel que x y f
n
= ) ( est aussi noté
n
x .
(2) On vérifie aisément que pour tout
*
+
∈R x , Z ∈ p , * N ∈ q et * N ∈ r :
q
p
rq
pr
x x = . Ainsi,
q
p
x ne dépend que de
q
p
. On peut donc le noter
q p
x
/
.
Attention :
q p
x
/
n’a de sens que pour 0 > x . Par exemple :
0 2
0 4 ) 2 (
3
6 6
2
< −
> = −

On ne peut donc pas les noter
6 / 2
) 2 (− ou
3 / 1
) 2 (−
On a ainsi défini
n
x pour tous 0 > x et Q ∈ r .
On vérifie aisément que, pour tous 0 ' , > x x , Q ∈ ' , r r :
r r r
r
r
r r r r
x x xx
x
x
x
x x x
' ) ' (
1
1
0
' '
=
=
=
=

+

Et que, pour tout 0 > r ,
r
x x ֏ est continue et strictement croissante sur
*
+
R .
pour tout 0 < r ,
r
x x ֏ est continue et strictement décroissante sur
*
+
R .
(pour 0 = r ,
r
x x ֏ est constante égale à 1)
(3) On admet que :
Pour tout 0 > x , pour tout R ∈ α et toute suite
N
N
Q ∈
∈ n n
r ) ( qui converge vers α , la
suite
N ∈ n
r
n
x ) ( converge vers un réel qui ne dépend que de α et pas de la suite
N ∈ n n
r ) ( .
On note alors
n
r
n
x x
+∞ →
= lim
déf
α
(définition qui reste vraie si Q ∈ α )
On admet que la fonction
α
x x ֏ est continue sur
*
+
R , strictement croissante si 0 > α ,
strictement décroissante si 0 < α .
On montre aussi que, pour tous 0 ' , > x x , R ∈ β α, :
α α α
α
α
αβ β α
β α β α
' ) ' (
1
) (
1
0
x x xx
x
x
x x
x x x
x
=
=
=
=
=

+

On montre aussi que pour 0 > α , 0 lim
0
=
α
x

et +∞ =
+∞
α
x

lim
(4) Soit
*
+
∈R a . On s’intéresse à
x
a x ֏ , définie sur R.
On montre que
x
a x ֏ est continue sur R, strictement croissante si 1 > a , constante si
1 = a , strictement décroissante si 1 < a
A.BENHARI 91

On a vu que la suite de terme général
!
1
...
! 3
1
! 2
1
1
n
u
n
+ + + + = converge, vers un réel
Q R \ ∈ e et aussi que 3 2 < < e .
On admet de plus que 1
1
0
 → 

֏ x
x
x
e
. La fonction
x
e x ֏ est appelée la fonction
exponentielle, notée exp . Alors exp est strictement croissante sur R. (car 1 2 > > e ).
(5) La fonction exponentielle réalise une bijection continue et strictement croissante de
R sur ] ] +∞ , 0 . Sa réciproque, appelée logarithme népérien, est appelée ln .



Dans tout ce chapitre, les fonctions sont à valeurs dans R, définies sur un intervalle de R.
I et J désignent des intervalles infinis de R.


I Dérivabilité en un point
A) Définition

Définition :
Soit R → I f : , soit I a ∈ . On dit que f est dérivable en a lorsque la fonction
{ }
a x
a f x f
x
a I p
a



) ( ) (
\ :
֏
R admet une limite finie en a. Cette limite est alors appelée la
dérivée de f en a, notée ) ( ' a f .

Interprétation :
Notons C la courbe représentative de f dans le repère ) , , ( j i O
, ,
= R du plan.
Soient I b I a ∈ ∈ , avec b a ≠ .
Soient
|
|
¹
|

\
|
|
|
¹
|

\
|
) (
,
) ( b f
b
B
a f
a
A (points de C d’abscisses a et b respectivement).
Alors
a b
a f b f
b p
a


=
) ( ) (
) ( est la pente de la droite ) ( AB ou encore le taux
d’accroissement de f entre a et b.
) (b f
) (a f

Si cette pente admet une limite finie quand b tend vers a, on dit que f est dérivable
en a, et cette limite est notée ) ( ' a f .
La droite passant par A de pente ) ( ' a f est appelée la tangente à C en A / au point
d’abscisse a.

Chapitre 9 : Dérivation
A.BENHARI 92

Rappels :
Pour |
¹
|

\
|
|
¹
|

\
|
1
1
0
0
1 0
,
y
x
y
x
A A , la pente de la droite ) (
1 0
A A est
0 1
0 1
x x
y y



Equation (dans R) de la droite passant par
0
A de pente p : ) (
0 0
x x p y y − × = − .
Ainsi :
La droite ) ( AB a pour équation ) (
) ( ) (
) ( a x
a b
a f b f
a f y −


= −
La tangente à C en a a pour équation ) )( ( ' ) ( a x a f a f y − = −
Définition :
(Si a n’est pas un maximum de I)
Si { }
a x
a f x f
x
a I p
a



) ( ) (
\ :
֏
R a une limite finie à droite en a, on dit que f est
dérivable à droite en a et cette limite est notée ) ( ' a f
d
. La tangente à droite est alors la
demi-droite d’équation
¹
´
¦

− = −
a x
a x a f a f y ) )( ( ' ) (

On a la même définition à gauche lorsque a n’est pas un minimum de I.

Proposition :
Si
°
∈I a , f est dérivable en a si et seulement si f est dérivable à droite et à gauche
en a et si ) ( ' ) ( ' a f a f
g d
= .
Et si f est dérivable en a, ) ( ' a f est la valeur commune de ) ( ' a f
d
et ) ( ' a f
g
.
Démonstration :
On sait que :
a
p a une limite en a
a
p ⇔ a une limite à droite et à gauche en a et qui sont égales

Enfin, si ) max(I a = , la notion de dérivabilité coïncide avec la notion de dérivée à
gauche. De même si ) min( I a = .

Extension :
Soit R → I f : .
Si
a
p admet une limite infinie en a, f n’est pas dérivable en a, cependant on dit
que la courbe C admet une tangente verticale en
|
|
¹
|

\
|
) (a f
a
A .


B) Propriétés

Théorème :
Soit R → I f : , I a ∈ .
Si f est dérivable en a, alors il existe une fonction R → I : ε telle que :
0 ) (   →  •
a x
x
֏
ε (autrement dit ε est nulle et continue en a) (1)
) ( ) ( ) ( ' ) ( ) ( ) ( , x a x a f a x a f x f I x ε − + − + = ∈ ∀ • (2)
A.BENHARI 93

Démonstration :
Soit R → I : ε , définie par :
¦
¹
¦
´
¦
=
≠ −


=
a x
a x a f
a x
a f x f
x
si 0
si ) ( '
) ( ) (
) ( ε
Alors (2) est vraie (…)
Et on a bien 0 ) ( lim = x
a x
ε
֏
, car ) ( '
) ( ) (
a f
a x
a f x f
a x
  → 


֏
.

Vocabulaire :
Ecrire (2), et le fait que 0 ) (   → 
a x
x
֏
ε , c’est écrire le développement limité à
l’ordre 1 de f en a.

Enoncé équivalent (retour à 0) :
Soit R → I f : , soit I a ∈ .
Si f est dérivable, alors :
Il existe une fonction η , définie sur { } I h a h V ∈ + ∈ = , R telle que :
) ( ) ( ' ) ( ) ( ,
0 ) (
0
h h a hf a f h a f V h
x
x
η
η
+ + = + ∈ ∀ •
  →  •
֏


Réciproque :
Soit R → I f : , soit I a ∈ .
S’il existe un réel λ et une fonction R → I : ε tels que :
) ( ) ( ) ( ) ( ) ( , x a x a x a f x f I x ε λ − + − + = ∈ ∀ et 0 ) (   → 
a x
x
֏
ε , alors f est
dérivable en a et ) ( ' a f = λ .
Démonstration :
Pour a x ≠ , ) (
) ( ) (
x
a x
a f x f
ε λ + =


, donc λ   → 


a x
a x
a f x f
֏
) ( ) (

(L’existence d’un développement limité à l’ordre 1 en a est équivalente à la
dérivabilité en a)

Théorème :
Si f est dérivable en a, alors f est continue en a.
Démonstration :
Si f est dérivable en a, il existe une fonction ε tel que 0
a
→ ε et
¸¸ ¸_ ¸ ¸¸ ¸_ ¸
0 0
) ( ) ( ) ( ' ) ( ) ( ) ( ,
→ →
− + − + = ∈ ∀ x a x a f a x a f x f I x ε
Donc ) ( ) ( a f x f
a x
  → 
֏


Remarque :
Les propriétés s’adaptent facilement pour
[ [ +∞ ∩ , / a I
f , d’où les résultats :
- si f est dérivable à droite en a, il existe un développement limité d’ordre 1 à
droite en a.
- Si f est dérivable à droite en a, alors f est continue à droite en a.
De même à gauche pour
] ] a I
f
, / ∞ − ∩

A.BENHARI 94



C) Opérations sur les fonctions dérivables en un point

Théorème :
Soient f, g deux fonctions de I dans R, soit R ∈ λ .
Soit I a ∈ , on suppose que f et g sont dérivables en a. Alors :
(1) f λ est dérivable en a, et ) ( ' ) ( )' ( a f a f λ λ =
(2) g f + est dérivable en a et ) ( ' ) ( ' ) ( )' ( a g a f a g f + = +
(3) fg est dérivable en a et ) ( ' ) ( ) ( ) ( ' ) ( )' ( a g a f a g a f a fg + =
(4) Si 0 ) ( ≠ a g ,
g
1
est dérivable en a, et
2
)) ( (
) ( '
) (
1
a g
a g
a
g

=

|
|
¹
|

\
|

(5) Si 0 ) ( ≠ a g ,
g
f
est dérivable en a, et
2
)) ( (
) ( ' ) ( ) ( ) ( '
) (
a g
a g a f a g a f
a
g
f −
=

|
|
¹
|

\
|


Démonstration (des points (3) et (4) seulement, les autres en découlant ou étant
montrés selon le même principe plus facilement) :
(3) pour tout { } a I x \ ∈ , on a :
¸
¸¸ ¸_ ¸ ¸ ¸¸ ¸ ¸_ ¸
) ( ' ) ( '
) (
) ( ) (
) (
) ( ) (
) (
)) ( ) ( )( ( )) ( ) ( )( (
) ( ) ( ) ( ) ( ) )( ( ) )( (
a g a f
a g
a x
a g x g
a f
a x
a f x f
x g
a x
a g x g a f a f x f x g
a x
a g a f x g x f
a x
a fg x fg
→ →



+


=

− + −
=


=



(4) Déjà, g est continue en a et 0 ) ( ≠ a g , donc g ne s’annule pas au voisinage de
a, donc déjà
g
1
est bien définie au voisinage de a, disons sur V .
Alors, pour { } a V x \ ∈ :
¸¸ ¸_ ¸
¸¸ ¸_ ¸
) ( '
)) ( (
1
) (
1
) (
1 1 1
) ( ) (
) ( ) (
1
) )( ( ) )( (
2
a g
a g
a g x g g g
a x
x g a g
x g a g a x a x
a x
− →



=


=




Conséquences :
• Si
n
f f f ,... ,
2 1
sont n fonctions de I dans R dérivables en a, alors
n
f f f ...
2 1
est
dérivable en a et :

=
=
+ + + =
n
i
n i
n n n n
a f a f a f a f
a f a f a f a f a f a f a f a f a f a f f f
1
2 1
2 1 2 1 2 1 2 1
) ( )... ( ' )... ( ) (
) ( ' )... ( ) ( ... ) ( )... ( ' ) ( ) ( )... ( ) ( ' ) ( )' ... (

(Démonstration par récurrence, en utilisant le théorème précédent)
• Pour * N ∈ n , si f est dérivable en a, alors
n
f est aussi dérivable en a et
1
)) ( )( ( ' ) ( )' (

=
n n
a f a nf a f .
(Cas particulier du précédent, ou autre démonstration par récurrence)
A.BENHARI 95


Théorème :
Soit R → I f : , et soit R → J g : où J est tel que J I f ⊂ ) ( .
Soit I a ∈ .
Si f est dérivable en a, et si g est dérivable en ) (a f , alors f g est dérivable en a,
et )) ( ( ' ) ( ' ) ( )' ( a f g a f a f g × = .



Démonstration :
Comme g est dérivable en ) (a f , il existe R → J : ε qui tend vers 0 en ) (a f telle
que { } )) ( ( )) ( ) ( ( )) ( ( ' )) ( ) ( ( )) ( ( )) ( ( , \ x f a f x f a f g a f x f a f g x f g a I x ε − + − = − ∈ ∀ .
Donc
¸¸ ¸_ ¸
¸ ¸¸ ¸ ¸_ ¸ ¸ ¸¸ ¸ ¸_ ¸
֏
֏
0 ) ( et
) ( ) (
car 0
) ( ' ) ( '
) (
)) ( (
) ( ) (
)) ( ( '
) ( ) ( )) ( ( )) ( (
a f u
a x
u
a f x f a f a f
x f
a x
a f x f
a f g
a x
a f x f
a x
a f g x f g



∈ → →


+


=


ε
ε
R

Donc )) ( ( ' ) ( '
)) ( ( )) ( (
a f g a f
a x
a f g x f g
a x
  → 


֏
, d’où la dérivabilité de f g en
a et sa valeur.

Théorème :
Soit f continue et strictement monotone sur I.
(Alors f réalise une bijection de I sur ) (I f J = , et I J f →

:
1
est continue sur J)
Soit I a ∈ .
Si f est dérivable en a, et si 0 ) ( ' ≠ a f , alors
1 −
f est dérivable en ) (a f , et on a :
) ( '
1
)) ( ( )' (
1
a f
a f f =


(Si f est dérivable en a et que 0 ) ( ' = a f ,
1 −
f n’est pas dérivable en ) (a f , mais la
courbe de
1 −
f présente au point d’abscisse ) (a f une tangente verticale).
Autre énoncé du théorème (avec les mêmes hypothèses) :
Soit J b∈ . Si f est dérivable en ) (
1
b f

, et si 0 )) ( ( '
1


b f f , alors
1 −
f est
dérivable en b et on a :
)) ( ( '
1
) ( )' (
1
1
b f f
b f


=
Démonstration :
Soit I a ∈ , posons ) (a f b = .
Supposons f strictement monotone sur I, f dérivable en a, et que 0 ) ( ' ≠ a f .
Soit { } b J x \ ∈ . Alors :
) ( )) ( (
) ( ) ( ) (
1
1 1 1
a f x f f
a x f
b x
b f x f


=



− − −

Or, a x f
b x
 → 

֏
) (
1
, puisque
1 −
f est continue en b.
Donc par composition, ) ( '
) (
) ( )) ( (
1
1
a f
a x f
a f x f f
b x
  → 




֏
.
A.BENHARI 96

Donc
) ( '
1
) ( )) ( (
) (
1
1
a f a f x f f
a x f
b x
 → 




֏
(on a supposé 0 ) ( ' ≠ a f )
C'est-à-dire
) ( '
1 ) ( ) (
1 1
a f b x
b f x f
b x
 → 


− −
֏
.
Donc ) ( )' (
1
b f

existe et vaut
) ( '
1
a f





II Fonctions dérivées

Définition :
Soit R → I f : . On dit que f est dérivable (sur I) lorsque f est dérivable en tout point de
I. On note alors ' f la fonction :
) '(x f x
I
֏
R → . ' f est appelée la fonction dérivée de f.
On trouve aussi d’autres notations pour ' f : ) ( , ,
) 1 (
f D
dx
df
f .
Il résulte du I les théorèmes suivants :
Théorème :
Soit R → I f : . Si f est dérivable sur I, alors f est continue sur I.

Théorème :
Soient R → I g f : , , R ∈ λ .
Si f et g sont dérivables, alors :
f λ est dérivable, et ' )' ( f f λ λ =
g f + est dérivable, et ' ' )' ( g f g f + = +
fg est dérivable, et ' ' )' ( fg g f fg + =
Si g ne s’annule pas,
g
1
est dérivable, et
2
'
' 1
g
g
g

=
|
|
¹
|

\
|

Et, toujours si g ne s’annule pas,
g
f
est dérivable, et
2
'
' '
g
fg g f
g
f −
=
|
|
¹
|

\
|


Théorème :
Soient R → I f : , R → J g : où J est tel que J I f ⊂ ) ( . Si f et g sont dérivables, alors
f g est dérivable sur I et ) ' ( ' )' ( f g f g f × =

Théorème :
Soit R → I f : . Si f est dérivable sur I et strictement monotone sur I, et si ' f ne
s’annule pas sur I, alors la réciproque
1 −
f de f, définie sur ) (I f J = , est dérivable sur J et
)) ( ( '
1
) ( )' ( ,
1
1
x f f
x f J x


= ∈ ∀ , autrement dit
1
1
'
1
)' (


=
f f
f

.


A.BENHARI 97

III Dérivées successives
A) Définition

Définition :
Soit R → I f : , soit I a ∈ .
Si f est dérivable au voisinage de a (c'est-à-dire sur ] [ I a a ∩ + − α α, où 0 > α ), et
si ' f est dérivable en a, on dit que f est deux fois dérivable en a et on note ) ( ' ' a f la
valeur de ) ( )' ' ( a f .
Si f est deux fois dérivable en tout point de I, on dit que f est deux fois dérivable
(sur I), et on note ' ' f ou
) 2 (
f l’application :
) ''(x f x
I
֏
R → .
Plus généralement, on a la définition récurrente suivante :
Soit R → I f : , soit I a ∈ .
(1) On note f f =
) 0 (

(2) Soit N ∈ n . Si
) (n
f est définie au voisinage de a, et si
) (n
f est dérivable en a,
on dit que f est 1 + n fois dérivable en a et on note ) ( )' ( ) (
) ( ) 1 (
a f a f
n n
=
+
; si f
est 1 + n dérivable en tout point de I, on dit que f est 1 + n dérivable sur I, et on
note
) (
:
) 1 (
) 1 (
x f x
I f
n
n
+
+

֏
R
Autres notations pour
) (n
f :
n
n
dx
f d
ou ) ( f D
n
(pour 1 ≥ n )

Définition :
Soit N ∈ n .
On note ) , ( R I D
n
l’ensemble des fonctions n fois dérivables de I dans R.
On note ) , ( R I C
n
l’ensemble des fonctions n fois dérivables de I dans R dont la
dérivée n-ième est continue (c'est-à-dire l’ensemble des fonctions de ) , ( R I D
n
qui sont
continues)
Une fonction appartenant à ) , ( R I C
n
est dite de classe
n
C sur I.
Ainsi,
) , (
0
R I C est l’ensemble des fonctions continues sur I, et ) , ( ) , (
0
R R I I D F = .

Proposition :
Soient R → I f : , et 1 ≥ n . On a les équivalences :
) , ( ' et ) , (
) , ( et ) , ( ) , (
1 1
1 ) 1 ( 1
R R
R R R
I D f I D f
I D f I D f I D f
n
n n n

− −
∈ ∈ ⇔
∈ ∈ ⇔ ∈

Et lorsque ) , ( R I D f
n
∈ , on a
) 1 ( ) 1 ( ) (
) ' ( )' (
− −
= =
n n n
f f f
Démonstration :
La première équivalence et la première égalité résultent de la définition.
La deuxième équivalence et la deuxième égalité se montrent par récurrence à partir
de la première.

Proposition :
Soit 1 ≥ n . On a les inclusions suivantes :
A.BENHARI 98

) , ( ) , ( ... ) , ( ) , ( ) , (
0 1
R R R R R I I C I C I D I C
n n n
F ⊂ ⊂ ⊂ ⊂ ⊂

.
En effet : la première inclusion résulte de la définition de ) , ( R I C
n
et ) , ( R I D
n
.
Pour la deuxième inclusion : si ) , ( R I D f
n
∈ , alors
) 1 ( − n
f est définie et dérivable (sur
I), donc
) 1 ( − n
f est définie et continue sur I, donc ) , (
1
R I C f
n−
∈ .
Pour les autres inclusions, reprendre l’argument pour continuer…




Remarque : les inclusions sont même strictes, par exemple :
La fonction
¦
¹
¦
´
¦
=


0 si 0
0 si sin
:
1
2
x
x x
x
f
x
֏
R R est dans ) , (
1
R R D , mais pas dans ) , (
1
R R C
.
En effet :
La continuité et la dérivabilité pour 0 ≠ x ne pose pas de problème. En 0 :
Pour tout 0 ≠ x ,
x
x
x
x f
x
f x f
1
sin
) (
0
) 0 ( ) (
= =


. Or, 0 sin
0
1
  → 
֏ x x
x .
Donc f est dérivable en 0, et 0 ) 0 ( ' = f . (donc f est aussi continue en 0)
Donc f est dérivable sur R, soit ) , (
1
R R D f ∈ .
Montrons maintenant que ' f n’est pas continue en 0 :
¹
´
¦
=
≠ × +
= ∈ ∀

0 si 0
0 si cos sin 2
) ( ' ,
1 1
2
1
2
x
x x x
x f x
x
x
x
R
C'est-à-dire
¹
´
¦
=
≠ −
= ∈ ∀
0 si 0
0 si cos sin 2
) ( ' ,
1 1
x
x x
x f x
x x
R
Or,
x
x
1
cos ֏ n’a pas de limite en 0, donc ' f non plus. En effet, supposons que
' f a une limite l en 0. Or, 0 sin 2
0
1
  → 
֏ x x
x . Donc l x x f
x x x
  →  − =
0
1 1
sin 2 ) ( ' cos
֏
ce
qui est impossible. Donc ' f n’a pas de limite en 0, donc f n’est pas continue en 0.


B) Propriétés

Théorème :
Soient R → I g f : , , soit N ∈ n , soit I a ∈ . On suppose que f et g sont n fois
dérivables en a. Alors :
(1) Pour tout R ∈ λ , f λ est n fois dérivable en a, et ) ( ) ( ) (
) ( ) (
a f a f
n n
λ λ =
(2) g f + est n fois dérivable en a, et ) ( ) ( ) ( ) (
) ( ) ( ) (
a g a f a g f
n n n
+ = +
(3) fg est n fois dérivable en a, et

=

=
n
k
k n k k
n
n
a g a f C a fg
0
) ( ) ( ) (
) ( ) ( ) ( ) ( (Formule
de Leibniz).

Démonstration :
(1) et (2) : par récurrence, immédiat.
(3) : Soit I un intervalle.
A.BENHARI 99

Montrons par récurrence que ) ( , n P n N ∈ ∀ , où ) (n P signifie :
« pour toutes fonctions f, g définies sur I, pour tout I a ∈ , si f et g sont n fois
dérivables en a, alors fg est aussi n fois dérivable en a et on a

=

=
n
k
k n k k
n
n
a g a f C a fg
0
) ( ) ( ) (
) ( ) ( ) ( ) ( »
Pour 1 , 0 = = n n on a déjà vu le résultat.
Soit N ∈ n . Supposons ) (n P .
Soient R → I g f : , , I a ∈ . On suppose f et g 1 + n fois dérivables en a. Déjà, f et
g sont n fois dérivables au voisinage de a, disons sur V.
En appliquant ) (n P , on obtient :
) ( ) ( ,
) (
x fg V x
n
∈ ∀ existe, et

=

=
n
k
k n k k
n
n
x g x f C x fg
0
) ( ) ( ) (
) ( ) ( ) ( ) ( .
Mais les fonctions
) (k
f et
) ( k n
g

( [ ] n k , 0 ∈ ) sont toutes définies sur V et
dérivables au moins une fois en a.
Donc, selon les théorèmes de dérivabilité en un point et d’opérations sur les
fonctions,
) (
) (
n
fg , définie sur V, est dérivable en a, et la dérivée en a vaut :
( ) ( )
¸
¸


∑ ∑
∑ ∑

+
=
− +
+
=
=
− +
=
− +
=
=
− + −
=
− +
=
+ − + +
=
− +
=
− + − +
=
+
+ + =
+ =
+ =
+ =
+
+
+
+
1
0
) 1 ( ) (
) 0 ( ) 1 (
1
) 1 ( ) ( 1 ) 1 ( ) 0 ( 0
1
) ) 1 (( ) ( 1
0
) 1 ( ) (
0
)) 1 ( ) 1 (( ) 1 (
0
) 1 ( ) (
0
) ( ) 1 ( ) 1 ( ) (
'
) (
) ( ) (
) ( ) (
) ( ) ( ) ( ) ( ) (
) ( ) ( ) ( ) (
) ( ) ( ) ( ) (
) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) (
1
1
1
0
1
n
k
k n k k
n
n
C
n
n
n
k
k n k
C
k
n
k
n
n
C
n
n
k
k n k k
n
n
k
k n k k
n
n
k
k n k k
n
n
k
k n k k
n
n
k
k n k k n k k
n
n
a g a f C
a g a f C
a g a f C C a g a f C
a g a f C a g a f C
a g a f C a g a f C
a g a f a g a f C a fg
n
n
k
n
n
¸¸ ¸_ ¸

Comme c’est valable pour tout f, g 1 + n fois dérivables en a, on a bien ) 1 ( + n P ,
ce qui achève la récurrence.


C) Opérations sur les fonctions de classe C
n
.

Théorème 1 :
Soient R → I g f : , , et R ∈ λ
Si f et g sont de classe
n
C sur I, alors :
(1) f λ et g f + sont de classe
n
C
(2) fg est de classe
n
C
(3) Si f ne s’annule pas sur I, ) , (
1
R I C
n
f


Théorème 2 :
A.BENHARI 100

Soit R → I f : , R → J g : où J est tel que J I f ⊂ ) ( . Si f est de classe
n
C , et g
est de classe
n
C , alors ) , ( R I C f g
n
∈ .

Théorème 3 :
Soit R → I f : . On suppose que f est continue et strictement monotone sur I. Elle
réalise donc une bijection de I dans ) (I f J = .
Si f est de classe
n
C , avec 1 ≥ n , et si ' f ne s’annule pas sur I, alors
1 −
f est de
classe
n
C sur J.

Démonstrations :
- Théorème 1 :
(1) Par récurrence :
Pour 0 = n , ok (la somme de deux fonction continues est continue, idem pour le
produit par un scalaire)
Soit N ∈ n , supposons que pour toutes fonctions f et g de classe
n
C sur I et tout
réel λ , ) , ( R I C g f
n
∈ + et ) , ( R I C f
n
∈ λ .
Soient alors f, g de classe
1 + n
C et R ∈ λ .
Alors g f + est dérivable (car f et g le sont au moins une fois), et ' ' )' ( g f g f + = + .
Or, ' f et ' g sont de classe
n
C , donc ' ' g f + est de classe
n
C (hypothèse de
récurrence), soit )' ( g f + est de classe
n
C . Donc g f + est de classe
1 + n
C sur I
D’autre part, f λ est dérivable (même raison), et ' )' ( f f λ λ =
Or, ' f est toujours de classe
n
C , donc ' f λ est de classe
n
C , soit )' ( f λ est de
classe
n
C , donc f λ est de classe
1 + n
C sur I
Ce qui achève la récurrence.
(2) Par récurrence :
Pour 0 = n , ok (le produit de deux fonctions continues est continu).
Pour 1 = n : soient ) , ( ,
1
R I C g f ∈ .
On sait déjà que ) , (
1
R I D fg ∈ , et que ' ' )' ( fg g f fg + = .
Or, ' ' fg g f + est continue car ' , ' , , g f g f le sont. Donc )' ( fg est de classe
0
C sur
I, donc ) , (
1
R I C fg ∈
Soit N ∈ n , supposons que ) , ( ), , ( , R R I C fg I C g f
n n
∈ ∈ ∀
Soient ) , ( ,
1
R I C g f
n+
∈ .
Alors ) , (
1
R I D fg ∈ (car f et g sont dérivables), et ' ' )' ( fg g f fg + = .
Or, ) , ( ' , ' , , R I C g f g f
n
. Donc, par hypothèse de récurrence, ) , ( ' , ' R I C fg g f
n
∈ .
Donc ) , ( ' ' R I C fg g f
n
∈ + . Donc ) , ( )' ( R I C fg
n
∈ , soit ) , (
1
R I C fg
n+

Ce qui achève la récurrence.
(3) Encore par récurrence :
Pour 0 = n , ok puisque f ne s’annule pas sur I.
Soit N ∈ n . Supposons que pour toute fonction f de classe
n
C ne s’annulant par
sur I,
f
1
est de classe
n
C .
Soit alors f de classe
1 + n
C sur I, ne s’annulant pas sur I.
Alors
f
1
est dérivable (car f l’est et ne s’annule pas sur I), et
2
'
1
)' (
f
f
f

=
A.BENHARI 101

Or, ' f est de classe
n
C sur I. De plus,
2
f est aussi de classe
n
C , d’après le point
précédent, et donc
2
1
f
aussi par hypothèse de récurrence puisque
2
f ne s’annule pas sur
I. Donc, encore d’après les points précédents,
2
1
'
f
f × − , soit )' (
1
f
, est de classe
n
C .
Donc
f
1
est de classe
1 + n
C .
Ce qui achève la récurrence.

- Théorème 2 : par récurrence.
Pour 0 = n , ok (la composée de deux fonctions continues, quand elle est définie,
est continue)
Soit N ∈ n , supposons que pour tout f de classe
n
C sur I, pour tout g de classe
n
C sur J tel que J I f ⊂ ) ( , f g est de classe
n
C .
Soient alors R → I f : , R → J g : où J est tel que J I f ⊂ ) ( de classe
1 + n
C .
Alors, comme f et g sont dérivables, f g est dérivable et f g f f g ' ' )' ( × = .
Or, f et ' g sont de classe
n
C (au moins), donc par hypothèse de récurrence f g '
est de classe
n
C . De plus, ' f est aussi de classe
n
C .
Donc f g f f g ' ' )' ( × = est de classe
n
C d’après le point précédent.
Donc f g est de classe
1 + n
C .
Ce qui achève la récurrence.

- Théorème 3 : par récurrence.
Pour 1 = n :
Pour ) , (
1
R I C f ∈ de dérivée ne s’annulant pas (donc strictement monotone
puisque cette dérivée est continue), on a vu que
1 −
f est dérivable et que
1
1
'
1
)' (


=
f f
f

, qui est continue car
1 −
f est continue et ' f aussi.
Soit 1 ≥ n , supposons que pour toute fonction R → I f : de classe
n
C de dérivée
ne s’annulant pas,
1 −
f est de classe
n
C sur J (où ) (I f J = ).
Soit alors ) , (
1
R I C f
n+
∈ , de dérivée ne s’annulant pas.
Alors
1 −
f est dérivable, et
1
1
'
1
)' (


=
f f
f

.
Or, ) , (
1
R J C f
n


par hypothèse de récurrence, et ) , ( ' R I C f
n
∈ . Donc d’après
le théorème précédent, )' (
1 −
f est de classe
n
C sur J, donc
1 −
f est de classe
1 + n
C sur J.


D) Fonctions de classe

C


Définition :
Soit R → I f : . On dit que f est de classe

C lorsque f admet sur I des dérivées
de tout ordre.
On note ) , ( R I C

l’ensemble des fonctions de classe

C sur I.
Ainsi,
∩ ∩
N N
R R R
∈ ∈

= =
n
n
n
n
I C I D I C )) , ( ( )) , ( ( ) , ( .
A.BENHARI 102

Justification de la deuxième égalité :
Une première inclusion vient du fait que si

N
R


n
n
I D f )) , ( ( , alors pour tout
N ∈ n ,
) (n
f existe, et est continue puisque
) 1 ( + n
f existe, donc

N
R


n
n
I C f )) , ( (
L’autre inclusion est immédiate, puisque une fonction de classe
n
C est de classe
n
D pour tout n.




E) Les fonctions usuelles

• Les fonctions polynomiales, les fonctions rationnelles sont

C sur leur
domaine de définition.
• Les fonctions ) 0 ( ) ( log ), 0 ( ln, exp, , cotan cos, tan, sin, > > a x x a a x
a
x
֏ ֏
sont aussi

C sur leur domaine.
• Les fonctions R ∈ α
α
, x x ֏ sont

C sur
*
+
R .
Et en plus :
Pour N ∈ α , elles sont

C sur R.
Pour Z ∈ α , elles sont

C sur
*
+
R et
*

R
Enfin, pour
+
∈Q α , elles sont prolongeable en 0, mais non dérivable en 0 en
général.

Démonstration :
Par récurrence, montrer que pour tout N ∈ n , la fonction est de classe
n
C (dans la
récurrence : supposer la fonction de classe
1 + n
C , sa dérivée est alors de classe
n
C , et
reconnaître la même fonction/ une autre fonction qu’on sait de classe
1 + n
C …)





Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R.

I Extremums de fonctions dérivables

Soit R → I f : , et soit I a∈ .
Si f présente un extremum local, et si f est dérivable en a et si
°
∈I a , alors 0 ) ( ' = a f .

Démonstration :
Supposons que f présente un maximum local en a.
Chapitre 10 : Propriétés des fonctions
dérivables
A.BENHARI 103

Il existe alors 0 > ε tel que ] [ ) ( ) ( , , a f x f a a I x ≤ + − ∩ ∈ ∀ ε ε .
Comme a est intérieur à I, on peut supposer ε assez petit pour que ] [ I a a ⊂ + − ε ε, .
En effet :
Il existe déjà β tel que ] [ I a a ⊂ + − β β, , et donc avec ) , min( ' β ε ε = , on aura
] [ I a a ⊂ + − ' , ' ε ε et ] [ ) ( ) ( , ' , ' a f x f a a I x ≤ + − ∩ ∈ ∀ ε ε . On notera ε pour ' ε dans la suite.
On a alors : ] [ 0
) ( ) (
, , ≥


− ∈ ∀
a x
a f x f
a a x ε .
Le passage à la limite quand a x ֏ donne 0 ) ( ' ≥ a f
Mais on a aussi ] [ 0
) ( ) (
, , ≤


+ ∈ ∀
a x
a f x f
a a x ε . Donc 0 ) ( ' ≤ a f
Donc 0 ) ( ' = a f .

Toutes les hypothèses sont utiles :
°
∉I a

La réciproque est fausse :
L’application
3
x x ֏ a une dérivée nulle en 0, mais n’admet pas de maximum, même
local, en 0.


II Théorème de Rolle et théorème des accroissements finis

Théorème de Rolle :
Soient R ∈ b a, tels que b a < .
Soit R → ] , [ : b a f .
Si f est continue sur ] , [ b a , dérivable sur ] [ b a, au moins, et si ) ( ) ( b f a f = , alors il
existe ] [ b a c , ∈ tel que 0 ) ( ' = c f .
Démonstration :
Supposons f continue sur ] , [ b a . Alors l’image par f de ce segment est un segment,
disons ] , [ M m avec M m ≤
- Si M m = , c'est-à-dire si f est constante sur ] , [ b a , alors ' f est nulle sur ] [ b a, (on a
le choix)
- Si M m < , l’un des deux est nécessairement différent de ) (a f (et donc aussi de
) (b f ), disons par exemple M (le raisonnement est le même pour m). De plus, celui-
ci est le maximum de f sur ] , [ b a (puisque f est continue sur le segment, donc atteint
ses bornes). Il existe donc ] , [ b a c ∈ tel que M c f = ) ( . Alors déjà a c ≠ et b c ≠ ,
car ) (a f M ≠ . Donc ] [ b a c , ∈ . Donc f est dérivable en c, et f atteint un maximum en
c, donc 0 ) ( ' = c f .

Attention :
A.BENHARI 104

) ( ) ( b f a f = • est indispensable :

• La continuité sur ] , [ b a aussi :

• Et enfin la dérivabilité sur ] [ b a, :


Le théorème des accroissements finis :
Soient R ∈ b a, tels que b a < .
Soit R → ] , [ : b a f , continue sur ] , [ b a , dérivable sur ] [ b a, au moins.
Alors il existe ] [ b a c , ∈ tel que ) ( ' ) ( ) ( ) ( c f a b a f b f − = − .
) (c h

c est tel que la tangente en c de la courbe est parallèle à la corde AB .
Démonstration :
Soit ϕ la fonction affine coïncidant avec f en a et en b.
Soit h la fonction définie par :
) ( ) (
] , [ :
x x f x
b a h
ϕ −

֏
R .
Alors h est continue sur ] , [ b a , et dérivable sur ] [ b a, (au moins), car f et ϕ le sont (ϕ
est même de classe

C )
On a : ) 0 ( ) ( ) ( = = b h a h
Il existe donc ] [ b a c , ∈ tel que 0 ) ( ' = c h .
Or, ] [ ) ( ' ) ( ' ) ( ' , , x x f x h b a x ϕ − = ∈ ∀ ,
Et
a b
a f b f
a x a f x b a x


− + = ∈ ∀
) ( ) (
) ( ) ( ) ( ], , [ ϕ
Donc ] [
a b
a f b f
x f x h b a x


− = ∈ ∀
) ( ) (
) ( ' ) ( ' , ,
A.BENHARI 105

Donc
a b
a f b f
c f c h


− = =
) ( ) (
) ( ' ) ( ' 0 , soit ) ( ' ) ( ) ( ) ( c f a b a f b f − = − .

Remarque :
Le théorème de Rolle devient maintenant une conséquence évidente du théorème des
accroissements finis.

Autres versions :
• Soient R ∈ b a, , avec b a ≠ .
On note ] , [

b a pour )] , max( ), , [min( b a b a , et autres avec les crochets ouverts…
Soit R →

] , [ : b a f . Si f est continue sur ] , [

b a , et dérivable sur [ , ]

b a , alors il existe
[ , ]

∈ b a c tel que ) ( ' ) ( ) ( ) ( c f a b a f b f − = − .
(« Théorème des accroissements finis entre a et b »)
• Soit R → I f : , continue sur I et dérivable sur
°
I . Alors, pour tous I b a ∈ , , il existe
] [ 1 ; 0 ∈ θ tel que )) ( ( ' ) ( ) ( ) ( a b a f a b a f b f − + − = − θ .
En effet :
- Si b a = , on choisit ] [ 1 ; 0 ∈ θ quelconque.
- Si b a ≠ , on peut appliquer la version précédente : f est continue sur ] , [

b a , car
I b a ⊂

] , [ , et dérivable sur [ , ]

b a car
°

⊂ I b a [ , ] . Il existe donc [ , ]

∈ b a c tel que
) ( ' ) ( ) ( ) ( c f a b a f b f − = − . Donc, avec ] [ 1 ; 0 ∈


=
a b
a c
θ (car a b a c − < − ), on a
bien le résultat voulu.
• Soit R → I f : , où I contient 0, continue sur I et dérivable sur
°
I . Alors, pour tout
°
∈ I x , il existe ] [ 1 ; 0 ∈ θ tel que ) . ( ' ) 0 ( ) ( x xf f x f θ + =
Démonstration :
C’est la version précédente entre 0 et x.

Inégalité des accroissements finis :
Théorème :
Soit R →

] , [ : b a f , continue sur ] , [

b a , dérivable sur [ , ]

b a . Si il existe
+
∈R k tel que
k x f b a x ≤ ∈ ∀

) ( ' [, , ] , alors a b k a f b f − ≤ − ) ( ) ( .
Démonstration :
On applique le théorème des accroissements finis entre a et b. Il existe donc [ , ]

∈ b a c tel
que ) ( ' ) ( ) ( ) ( c f a b a f b f − = − . Donc k a b c f a b a f b f × − ≤ × − = − ) ( ' ) ( ) ( .

On a aussi :
Soit R → ] , [ : b a f , où b a < . Si f est continue sur ] , [ b a , dérivable sur ] [ b a, et si il
existe m et M tels que M x f m b a x ≤ ≤ ∈ ∀ ) ( ' [, , ] , alors ) ( ) ( ) ( ) ( a b M a f b f a b m − ≤ − ≤ − .


III Sens de variation des fonctions dérivables
A.BENHARI 106


Théorème :
Soit R → I f : , continue sur I, dérivable sur
°
I . On a les équivalences :
(1) f est croissante sur 0 ) ( ' , ≥ ∈ ∀ ⇔
°
x f I x I
(2) f est décroissante sur 0 ) ( ' , ≤ ∈ ∀ ⇔
°
x f I x I
(3) f est constante sur 0 ) ( ' , = ∈ ∀ ⇔
°
x f I x I
Démonstration :
Déjà, (2) c’est (1) appliqué à f − , et (3) est obtenu avec (1) et (2). Reste à montrer (1) :
Supposons f croissante sur I. Soit
°
∈I a , montrons que 0 ) ( ' ≥ a f . On a :
{ } 0
) ( ) (
, \ ≥


∈ ∀
a x
a f x f
a I x
(car f est croissante donc ) ( ) ( a f x f − et a x − sont de même signe)
Donc, par passage à la limite, 0 ) ( ' ≥ a f .
Réciproquement, supposons que 0 ) ( ' , ≥ ∈ ∀
°
x f I x
Soient I x x ∈
2 1
, , avec
2 1
x x < .
Selon le théorème des accroissements finis appliqué à f entre
1
x et
2
x (on peut puisque f
est continue sur I x x ⊂ ] , [
2 1
et dérivable sur ] [
°
⊂ I x x
2 1
, ), il existe ] [
2 1
, x x c ∈ tel que
¸ ¸ ¸ ¸ ¸_ ¸
2 1
et car 0
1 2 1 2
) ( ' ) ( ) ( ) (
x x I c
c f x x x f x f
< ∈ ≥
°
− = − , donc ) ( ) (
1 2
x f x f ≥ .


Théorème :
Soit R → I f : , continue sur I, dérivable sur
°
I . On a alors l’équivalence :
f est strictement croissante sur
¦
¹
¦
´
¦
∅ =
)
`
¹
¹
´
¦
= ∈ =
≥ ∈ ∀

° °
°
Z x f I x Z
x f I x
I
vérifie 0 ) ( ' , ensemble l'
0 ) ( ' ,

Pour Z, cela signifie que Z ne contient pas d’intervalle ouvert non vide, ou que ' f n’est
nulle qu’en des points isolés.
Démonstration :
⇒ : Déjà, si f est strictement croissante sur I, alors f est croissante sur I, donc
0 ) ( ' , ≥ ∈ ∀
°
x f I x .
Supposons ∅ ≠
°
Z . Il existe donc un ouvert du type ] [ Z ⊂ β α, (où R ∈ β α, ).
Alors ' f est nulle sur ] [ β α, , donc f est constante sur ] [ β α, , ce qui est impossible car f
est strictement croissante. Donc ∅ =
°
Z .
⇐ : Supposons que 0 ) ( ' , ≥ ∈ ∀
°
x f I x , et ∅ =
°
Z .
Déjà, f est croissante d’après la première condition. Elle l’est de plus strictement, car
sinon il existerait I x x ∈
2 1
, avec
2 1
x x < tels que ) ( ) (
2 1
x f x f = .
On aurait alors ] [ ) ( ) ( ) ( , ,
2 1 2 1
x f x f x f x x x ≤ ≤ ∈ ∀ , puisque f est croissante.
C'est-à-dire qu’on aurait ] [ ) ( cte ) ( , ,
1 2 1
x f x f x x x = = ∈ ∀ , donc ' f est nulle sur ] [
2 1
, x x ,
d’où ∅ ≠
°
Z (puisqu’il contiendrait au moins ] [
2 1
, x x ) ce qui est impossible.
A.BENHARI 107

Donc f est strictement croissante.

Le théorème est valable aussi si f est dérivable sur I, et on a alors l’équivalence :
f est croissante sur ' f I ⇔ est positive sur I.

Attention :
• Le fait que I soit un intervalle est indispensable. Par exemple :
x
x f
1
: ֏ est dérivable sur * R , et 0 ) ( ' *,
2
1
≤ = ∈ ∀

x
x f x R .
Mais f n’est pas décroissante sur * R .
En revanche, elle l’est sur
*
+
R et sur
*

R
• Si f n’est dérivable que sur
°
I , la continuité sur I est indispensable :

' f est positive sur ] ] b a, , donc f est croissante sur ] ] b a, , mais pas sur ] , [ b a .

Diverses idées fausses :
• Soit R R → : f , dérivable sur R et même de classe
1
C . On suppose que f admet un
minimum absolu (non local) en 0. On pourrait croire qu’il existe 0 > α de façon
qu’on ait le tableau de variations suivant :
) (x f
α α 0 −

C’est faux !!. par exemple :
¦
¹
¦
´
¦ ≠ +
=
sinon 0
0 si ) sin 2 (
) (
1
2
x x
x f
x

f est manifestement continue sur R.
Elle est même de classe

C sur * R
f est dérivable en 0. En effet :
¸
¸¸ ¸_ ¸
borné
1
0
) sin 2 (
0
) 0 ( ) (
, 0
x
x
x
f x f
x + =


≠ ∀

, donc f est dérivable en 0, et 0 ) 0 ( ' = f .
On voit que 0 ) ( *, > ∈ ∀ x f x R , car ] 3 ; 1 [ sin 2 *
1
∈ + ∈ ∀
x
x R .
Donc ] 3 ; [ ) sin 2 ( *
2 2
1
2
x x x x
x
∈ + ∈ ∀ R , soit 0 ) sin 2 ( *
1
2
> + ∈ ∀
x
x x R .
Donc f atteint un minimum absolu en 0.
Sur
*
+
R , on a :
) cos ) sin 2 ( 2 ( cos
1
2
1
) sin 2 ( 2 ) ( '
] , [
1
2
1
0
1 1
2
1
2
1
2
1
¸¸ ¸_ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
− ∈

− + =
|
|
¹
|

\
|
− + + =
x x x x
x x
x x
x x x f
(f est bien de classe
1
C sur R puisque ' f est continue même en 0)
Pour α assez petit, ) sin 2 ( 2
1
x
x + est compris entre 0 et ¼ pour ] [ α , 0 ∈ x .
A.BENHARI 108

Mais
x
1
2
1
cos prend la valeur
2
1
− et
2
1
sur tout intervalle du type ] [ α , 0 où 0 > α .
Donc ' f n’est pas de signe constant sur ] ] α , 0 , et ce quel que soit 0 > α .
Donc f n’est pas croissante sur ] ] α , 0 .

• On peut croire que si f est de classe
1
C sur R, et si 0 ) 0 ( ' > f , alors ' f est croissante
au voisinage de 0. C’est vrai, mais pas si on suppose f seulement de classe
1
D sur R.


IV Le théorème « sans nom »

Théorème :
Soit I un intervalle de R, soit I a ∈ , soit R ∈ l .
Si f est continue sur I, dérivable sur { } a I \ , et si l x f
a x
a x
 → 

֏
) ( ' , alors :
l
a x
a f x f
a x
a x
  → 



֏
) ( ) (

Par conséquent :
- Si ) ( ' x f a une limite finie l lorsque a x ֏ , alors f est dérivable en a et
) ( ' lim ) ( ' x f l a f
a x
a x

= =
֏
, donc en plus ' f est continue en a.
- Si ±∞  → 
≠a x
xa
x f
֏
) ( ' , alors f n’est pas dérivable en a, mais la courbe de f présente
une tangente verticale au point d’abscisse a.
- Si ' f n’a pas de limite lorsque a x ֏ , le théorème de permet pas de conclure.

Démonstration :
Soit { } a I x \ ∈ .
Selon le théorème des accroissements finis appliqué à f entre a et x (ce qui est possible
car f est continue sur ] , [

x a et dérivable sur { } a I x a \ [ , ] ⊂

), il existe [ , ]

∈ x a c
x
tel que
) ( ' ) ( ) ( ) (
x
c f a x a f x f − = − .
Mais a c
a x
a x x
  → 

֏
car a x a c
x
− ≤ − puisque [ , ]

∈ x a c
x
.
De plus, l u f
a u
a u
  → 

֏
) ( ' .
Donc, d’après le théorème de composition de limite, l c f
a x
a x x
  → 

֏
) ( '
Or,
a x
a f x f
c f
x


=
) ( ) (
) ( ' . Donc l
a x
a f x f
a x
a x
  → 



֏
) ( ) (
.

Exemples :
Prenons
¹
´
¦
=

=
0 si 0
0 si sin
) (
1
2
x
x x
x f
x
.
Alors f est continue sur R (déjà vu), et est dérivable sur * R .
De plus,
x x
x x f x
1 1
cos sin 2 ) ( ' *, − = ∈ ∀ R . Donc ) ( ' x f n’a pas de limite en 0.
A.BENHARI 109

Cependant, 0 sin
0
) 0 ( ) (
0
1
  →  =


֏ x x
x
x
f x f
, donc f est dérivable en 0 et 0 ) 0 ( ' = f
(c’est simplement le cas où f est de classe
1
D mais pas de classe
1
C )


Dans tout ce chapitre, I est un intervalle de R, et les fonctions sont à valeurs dans R ; n
désigne un entier naturel.

I Préliminaire

• Soient R ∈
n
λ λ λ λ ,... , ,
2 1 0
.
Soit

=


= + + + +

n
k
k
k
n
n
n
n
x x x x x
P
0
0 1
1
1
...
:
λ λ λ λ λ ֏
R R .
Alors ) , ( R R

∈C P , et, pour tout R ∈ x :
n
n
n
n
n
n
n
k
k
k
n
k
k
k
n x P
x n n n x P
x n n x P
x k x P
x x P
λ
λ λ
λ λ
λ
λ
! ) (
6 ... ) 2 )( 1 ( ) (
2 ... ) 1 ( ) (
) (
) (
) (
3
3 ) 3 (
2
1 ) 2 (
1
1 ) 1 (
0
) 0 (
=
+ + − − =
+ + − =
=
=


=

=




Et 0 ) (
) (
= x P
k
pour n k >
En 0 :

2
) 2 (
1
) 1 (
0
) 0 (
2 ) (
) (
) (
λ
λ
λ
=
=
=
x P
x P
x P

k
k
k x P λ ! ) (
) (
= pour n k ≤ ≤ 0
• Plus généralement :
Soient R ∈
n
λ λ λ λ ,... , ,
2 1 0
, R ∈ a .
Soit
0 1
1
1
) ( ... ) ( ) (
:
λ λ λ λ + − + + − + −



a x a x a x x
P
n
n
n
n
֏
R R
Alors ) , ( R R

∈C P , et, pour tout R ∈ x :
k
k
n
k
k a x k n n n n x P λ λ ! ... ) ( ) )...( 2 )( 1 ( ) (
) (
+ + − − − − = pour n k ≤ ≤ 0 .
On a les mêmes dérivées en a qu’en 0 dans le premier cas.
• Soit R → I f : , soit R ∈ a . On suppose que f est n fois dérivable en a.
Chapitre 11 : Formules de Taylor
A.BENHARI 110

Soit
n
T le polynôme de degré n ≤ dont les dérivées successives jusqu’à la n-ième en a
coïncident avec celles de f, c'est-à-dire, d’après le préliminaire pour les dérivées successives
de
n
T en a :
!
) (
) ( ...
! 2
) ( ' '
) ( ) ( ' ) ( ) ( ) ( ,
) (
2
n
a f
a x
a f
a x a f a x a f x T x
n
n
n
− + + − + − + = ∈ ∀ R
Pour tout I x∈ , on pose ) ( ) ( ) ( x T x f x R
n n
− = .
Ecrire une formule de Taylor pour f à l’ordre n en a, c’est écrire :
) ( ) ( ) ( , x R x T x f I x
n n
+ = ∈ ∀ .
) (x T
n
s’appelle la partie polynomiale, ) (x R
n
le reste.
Le but du chapitre est de donner des théorèmes à propos du reste.


II Inégalité de Taylor–Lagrange

Théorème :
Soit f une fonction de classe
1 + n
C sur un segment ] , [

b a . Alors :
) ( ) (
!
) (
... ) ( ' '
! 2
) (
) ( ' ) ( ) ( ) (
) (
) (
2
b R a f
n
a b
a f
a b
a f a b a f b f
n
b T
n
n
n
+

+ +

+ − + =
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
, avec
) ( sup
)! 1 (
) (
) 1 (
] , [
1
t f
n
a b
b R
n
b a t
n
n
+

+

+

≤ .
(La borne sup. est bien définie car
) 1 ( + n
f est définie et continue sur le segment ] , [

b a )
C’est l’inégalité de Taylor–Lagrange à l’ordre n de f entre a et b.
Démonstration :
* Le cas où b a = est trivial.
* Si b a < : on va montrer que pour tout ] , [ b a x ∈ , on a :
M
n
a x
a f
n
a x
a f
a x
a f a x a f x f M
n
a x
n
n
n n
)! 1 (
) (
) (
!
) (
... ) ( ' '
! 2
) (
) ( ' ) ( ) ( ) (
)! 1 (
) (
1
) (
2 1
+



− −

− − − − ≤
+


+ +
où ) ( sup
) 1 (
] , [
t f M
n
b a t
+

= , ce qui établira le résultat en prenant b x =
- Montrons la deuxième inégalité :
Soit
M
n
a x
a f
n
a x
a f
a x
a f a x a f x f x
b a
n
n
n
)! 1 (
) (
) (
!
) (
... ) ''(
! 2
) (
) '( ) ( ) ( ) (
] , [ :
1
) (
2
+



− −

− − − −

+
֏
R ϕ
C'est-à-dire M
n
a x
x T x f x b a x
n
n
)! 1 (
) (
) ( ) ( ) ( ], , [
1
+

− − = ∈ ∀
+
ϕ
Alors ϕ est de classe
1 + n
C sur ] , [ b a , et :
M a x a f x f M a x x T x f x b a x
M
n
a x
x T x f x b a x
n n n
n
n n
n
n
) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ], , [
!
) (
) ( ' ) ( ' ) ( ' , ] , [
) ( ) ( ) ( ) ( ) (
− − − = − − − = ∈ ∀

− − = ∈ ∀
ϕ
ϕ


0 ) ( ) ( ], , [
) 1 ( ) 1 (
≤ − = ∈ ∀
+ +
M x f x b a x
n n
ϕ car M x f
n

+
) (
) 1 (
.
A.BENHARI 111

Donc
) (n
ϕ est décroissante, et 0 ) (
) (
= a
n
ϕ . Donc 0 ) ( ], , [
) (
≤ ∈ ∀ x b a x
n
ϕ , donc
) 1 ( − n
ϕ est
décroissante, et 0 ) (
) 1 (
=

a
n
ϕ . Donc… donc ϕ est décroissante, et 0 ) ( = a ϕ , donc
0 ) ( ], , [ ≤ ∈ ∀ x b a x ϕ .
Donc 0
)! 1 (
) (
) ( ) ( ], , [
1

+

− − ∈ ∀
+
M
n
a x
x T x f b a x
n
n

Et, en particulier : M
n
a b
b T b f
n
n
)! 1 (
) (
) ( ) (
1
+

≤ −
+

- Pour la deuxième inégalité :
Soit ϕ définie par M
n
a x
x T x f x b a x
n
n
)! 1 (
) (
) ( ) ( ) ( ], , [
1
+

+ − = ∈ ∀
+
ϕ
Alors ) ], , ([
1
R b a C
n+
∈ ϕ , et :
M
n
a x
x T x f x b a x
n
n
!
) (
) ( ' ) ( ' ) ( ' , ] , [

+ − = ∈ ∀ ϕ


0 ) ( ) ( ], , [
) 1 ( ) 1 (
≥ + = ∈ ∀
+ +
M x f x b a x
n n
ϕ car M x f
n

+
) (
) 1 (
, soit M x f
n
− ≥
+
) (
) 1 (
.
Donc
) (n
ϕ est croissante, et 0 ) (
) (
= a
n
ϕ . Donc 0 ) ( ], , [
) (
≥ ∈ ∀ x b a x
n
ϕ , donc
) 1 ( − n
ϕ est
croissante, et 0 ) (
) 1 (
=

a
n
ϕ . Donc… donc ϕ est croissante, et 0 ) ( = a ϕ , donc
0 ) ( ], , [ ≥ ∈ ∀ x b a x ϕ .
Donc 0
)! 1 (
) (
) ( ) ( ], , [
1

+

+ − ∈ ∀
+
M
n
a x
x T x f b a x
n
n

Donc M
n
a b
b T b f
n
n
)! 1 (
) (
) ( ) (
1
+

− ≥ −
+

- Ainsi, ) ( sup
)! 1 (
) (
) ( ) (
) 1 (
] , [
1
t f
n
a b
b T b f
n
b a t
n
n
+

+
+

≤ − , soit ) ( sup
)! 1 (
) (
) 1 (
] , [
1
t f
n
a b
b R
n
b a t
n
n
+

+
+

≤ .
* Si b a > :
Etant donné R → ] , [ : b a f de classe
1 + n
C , en posant ) ( sup
) 1 (
] , [
t f M
n
b a t
+

= , on introduit
) (
] , [ :
x f x
b a g

→ − −
֏
R .
Alors g est de classe
1 + n
C , et [ ] ] , [ , 1 , 0 b a x n k − − ∈ ∀ + ∈ ∀ , ) ( ) 1 ( ) (
) ( ) (
x f x g
k k k
− − = .
Le théorème, montré dans le cas précédent, pour g entre a − et b − donne :
) ( ) (
!
) (
... ) ( ' '
! 2
) (
) ( ' ) ( ) ( ) (
) (
2
b S a g
n
a b
a g
a b
a g a b a g b g
n
n
n
− + −
+ −
+ + −
+ −
+ − + − + − = −
avec ) ( sup
)! 1 (
) (
) (
) 1 (
] , [
1
t g
n
a b
b S
n
b a t
n
n
+
− − ∈
+
+
+ −
≤ − .
On a :
)... ( ' ' ) ( ) ( ' ' ) 1 ( ) ( ) ( ' ' ) (
), ( ' ) ( ) ( ' ) 1 )( ( ) ( ' ) (
), ( ) ( ), ( ) (
2 2 2 2
a f a b a f a b a g a b
a f a b a f a b a g a b
b f b g a f a g
− = − − = − + −
− = − + − = − + −
= − = −

Donc
A.BENHARI 112

) ( ) (
!
) (
... ) ( ' '
! 2
) (
) ( ' ) ( ) ( ) (
) (
2
b S a f
n
a b
a f
a b
a f a b a f b f
n
n
n
− +

+ +

+ − + = , et :
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸ ¸¸ ¸_ ¸
M
n
b a t
n
a b
n
n
t g
n
a b
b S
n =
+
− − ∈
+

=
+
+
+
+ −
≤ − ) ( sup
)! 1 (
) (
) (
) 1 (
] , [
)! 1 (
1
1


Cas particulier : l’inégalité entre 0 et x :
Inégalité de Taylor–Lagrange entre 0 et x pour f de classe
1 + n
C :
Soit I un intervalle contenant 0.
Soit f de classe
1 + n
C sur I.
Alors, pour tout I x ∈ , on peut écrire :
) ( ) 0 (
!
... ) 0 ( ' '
! 2
) 0 ( ' ) 0 ( ) (
) (
2
x R f
n
x
f
x
xf f x f
n
n
n
+ + + + + = , avec :
) ( sup
)! 1 (
) (
) 1 (
] , 0 [
1
t f
n
x
x R
n
x t
n
n
+

+

+

Exemple :
La fonction exponentielle étant de classe

C sur R, on peut écrire cette inégalité à
n’importe quel ordre :
) (
!
...
! 2
1
2
x R
n
x x
x e
n
n
x
+ + + + + = , avec ) ( sup
)! 1 (
) (
] , 0 [
1
t
x t
n
n
e
n
x
x R


+
+



III Formule de Taylor–Young

Théorème :
Soit R ∈ a . Soit f une fonction de classe
n
C sur un intervalle I contenant a.
Alors il existe une fonction R → I : ε qui tend vers 0 en a telle que :
) ( ) ( ) (
!
) (
... ) ( ' '
! 2
) (
) ( ' ) ( ) ( ) ( ,
) (
2
x a x a f
n
a x
a f
a x
a f a x a f x f I x
n n
n
ε − +

+ +

+ − + = ∈ ∀
Formule de Taylor–Young à l’ordre n en a pour f de classe
n
C .
Autrement dit, au voisinage de a :
) ) (( ) (
!
) (
... ) ( ' '
! 2
) (
) ( ' ) ( ) ( ) (
) (
2
n n
n
a x o a f
n
a x
a f
a x
a f a x a f x f − +

+ +

+ − + =
Démonstration :
Soit 1 ≥ n .
Pour I x ∈ , posons :
¦
¹
¦
´
¦
=



=
a x
a x
a x
x T x f
x
n
n
si 0
si
) (
) ( ) (
) ( ε
On a alors déjà l’égalité. Reste à montrer que 0 ) (   → 
≠a x
a x
x
֏
ε .
Pour cela, on applique l’inégalité de Taylor–Lagrange à l’ordre 1 − n à la fonction
) ( ) ( : t T t f t
n
− ֏ ϕ entre a et x, où x est un élément quelconque de I.
A.BENHARI 113

On a alors :
) ( sup
!
) (
)! 1 (
) (
... ) ( ' ) ( ) ( ( ) (
) (
] , [
) 1 (
1
t
n
a x
a
n
a x
a a x a x
n
x a t
n
n
n
ϕ ϕ ϕ ϕ ϕ








+ + − + −
Mais 0 ) ( ) ( ... ) ( ' ) (
) ( ) 1 (
= = = = =

a a a a
n n
ϕ ϕ ϕ ϕ , d’après le préliminaire.
De plus,
¸ _ ¸
) ( ) (
) ( ) ( ) (
) ( ) (
) ( ) ( ) ( ,
a f a T
n
n
n n
n n
n
t T t f t I t
= =
− = ∈ ∀ ϕ .
Ainsi, ) ( ) ( sup
!
) ( ) (
) ( ) (
] , [
a f t f
n
a x
x T x f
n n
x a t
n
n


≤ −


.
Donc, pour a x ≠ :
) ( ) ( sup
!
1
) (
) ( ) (
] , [
a f t f
n
x
n n
x a t
− ≤


ε
Il reste à montrer que 0 ) ( ) ( sup
) ( ) (
] , [
  →  −


a x
n n
x a t
a f t f
֏

Déjà, ) ( ) ( :
) ( ) (
a f t f t g
n n
− ֏ est continue sur I et nulle en a.
* Soit 0 > η .
Comme g est continue en a, il existe 0 > α tel que 2 / ) ( ( , η α < ⇒ < − ∈ ∀ t g a t I t .
Alors, pour I x ∈ tel que α < −a x , on a : 2 / ) ( ], , [ η < ∈ ∀

t g x a t
(puisque pour α < − ≤ − ∈ a x a t x a t ], , [ )
Donc ) 2 / ) ( sup ( ,
] , [
η η α < ≤ ⇒ < − ∈ ∀


t g a x I x
x a t

* Autre démonstration :
Pour tout I x ∈ , on a :
La fonction g est continue sur le segment ] , [

x a . Donc, sur ce segment, elle est bien
bornée, et elle atteint ses bornes. Il existe donc ] , [

∈ x a c
x
tel que ) ( ) ( sup
] , [
x
x a t
c g t g =


.
On a :
a x a c I x
x
− ≤ − ∈ ∀ , car ] , [

∈ x a c
x
.
Donc a c
a x x
  → 
֏
, et g est continue en a, donc
0
) ( ) (
=
  →  a g c g
a x x ֏

D’où 0 ) ( sup
] , [
  → 


a x
x a t
t g
֏
.
Dans le cas où 0 = n :
Le théorème dit :
Si f est continue sur I contenant a : ) ( ) ( ) ( x a f x f ε + = où 0
a
→ ε , ce qui est vrai.
Cas particulier : Taylor–Young à l’ordre n en 0 :
Soit f de classe
n
C sur I contenant 0.
Alors ) ( ) 0 (
!
... ) 0 ( ' '
! 2
) 0 ( ' ) 0 ( ) (
) (
2
n n
n
x o f
n
x
f
x
xf f x f + + + + + = .


IV L’égalité de Taylor–Lagrange (hors programme)
A.BENHARI 114


Théorème :
Soit f de classe
n
C sur ] , [ b a et de classe
1 + n
D sur ] [ b a, au moins ( b a < )
Alors il existe ] [ b a c , ∈ tel que :
) (
)! 1 (
) (
) (
!
) (
... ) ( ' '
! 2
) (
) ( ' ) ( ) ( ) (
) 1 (
1
) (
2
c f
n
a b
a f
n
a b
a f
a b
a f a b a f b f
n
n
n
n
+
+
+

+

+ +

+ − + = .
Démonstration :
Soit R → ] , [ : b a ϕ définie par :
A
n
x b
x f
n
x b
x f x b x f x b a x
n
n
n
)! 1 (
) (
) (
!
) (
... ) ( ' ) ( ) ( ) ( ], , [
1
) (
+

+

+ + − + = ∈ ∀
+
ϕ
Où A est une constante de sorte que ) ( ) ( b f a = ϕ , c'est-à-dire :
|
|
¹
|

\
| −
− − − −

+
=
+
) (
!
) (
... ) ( ' ) ( ) (
) (
)! 1 (
) (
1
a f
n
a b
a f a b a f
a b
n
A
n
n
n

Alors ϕ est continue sur ] , [ b a , et dérivable sur ] [ b a, , et )) ( ( ) ( ) ( b f b a = = ϕ ϕ .
Il existe donc ] [ b a c , ∈ tel que 0 ) ( ' = c ϕ .
Or, pour tout ] [ b a x , ∈ :
A
n
x b
x f
n
x b
x f x b x f x b x f x f x
n
n
n
!
) (
) (
!
) (
... ) ( ' ' ) ( ) ( ' ' ) ( ) ( ' ) ( ' ) ( '
) 1 (
0



+ + − − − + − =
+
=
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
ϕ
Soit ( ) A x f
n
x b
x
n
n


=
+
) (
!
) (
) ( '
) 1 (
ϕ
Or, 0 ) ( ' = c ϕ et b c ≠ , donc A c f
n
=
+
) (
) 1 (
, d’où l’égalité cherchée.

Remarque : de cette égalité, on tire aisément l’inégalité de Taylor–Lagrange.


V Récapitulation, formules à connaître

Rappel des trois théorèmes à l’ordre n en 0 :
Théorème (inégalité de Taylor–Lagrange) :
Soit ) , (
1
R I C f
n+
∈ , où I contient 0. Alors, pour tout I x ∈ :
) ( ) 0 (
!
... ) 0 ( ' '
! 2
) 0 ( ' ) 0 ( ) (
) (
2
x R f
n
x
f
x
xf f x f
n
n
n
+ + + + + = , avec :
) ( sup
)! 1 (
) (
) 1 (
] , 0 [
1
t f
n
x
x R
n
x t
n
n
+

+

+


Théorème (Taylor–Young) :
Soit ) , (
1
R I C f
n+
∈ , où I contient 0. Alors, au voisinage de 0 :
) ( ) 0 (
!
... ) 0 ( ' '
! 2
) 0 ( ' ) 0 ( ) (
) (
2
n n
n
x o f
n
x
f
x
xf f x f + + + + + =

Théorème (Egalité de Taylor–Lagrange) :
Soit f 1 + n fois dérivable sur I contenant 0.
A.BENHARI 115

Alors, pour tout { } 0 \ I x∈ , il existe [ , 0 ]

∈ x c
x
tel que :
) (
)! 1 (
) 0 (
!
... ) 0 ( ' '
! 2
) 0 ( ' ) 0 ( ) (
) 1 (
1
) (
2
x
n
n
n
n
c f
n
x
f
n
x
f
x
xf f x f
+
+
+
+ + + + + =



Formule de Taylor–Young des fonctions usuelles en 0 (de classe

C sur un intervalle
contenant 0) :
) (
!
...
! 2
1
2
n
n
x
x o
n
x x
x e + + + + + = • (ordre n)
) (
)! 2 (
) 1 ( ...
! 6 ! 4 ! 2
1 cos
2
2 6 4 2
n
n
n
x o
n
x x x x
x + − + + − + − = • (ordre n 2 )
Et même ) (
)! 2 (
) 1 ( ...
! 6 ! 4 ! 2
1 cos
1 2
2 6 4 2
+
+ − + + − + − =
n
n
n
x o
n
x x x x
x (ordre 1 2 + n )
) (
)! 1 2 (
) 1 ( ...
! 7 ! 5 ! 3
sin
1 2
1 2 7 5 3
+
+
+
+
− + + − + − = •
n
n
n
x o
n
x x x x
x x (ordre 1 2 + n )
Et même ) (
)! 1 2 (
) 1 ( ...
! 7 ! 5 ! 3
sin
2 2
1 2 7 5 3
+
+
+
+
− + + − + − =
n
n
n
x o
n
x x x x
x x (ordre 2 2 + n )
α
α
) 1 ( : x x f + • ֏ est de classe

C sur ] [ +∞ − , 1 .
n
n
n
x n x f
x x f
x x f
x x f



+ + − − − =
+ − =
+ =
+ =
α
α
α
α
α
α
α
α
α α α α
α α
α
) 1 ( ) 1 )...( 2 )( 1 ( ) (
) 1 )( 1 ( ) (
) 1 ( ) (
) 1 ( ) (
termes
) (
2 ) 2 (
1 ) 1 (
) 0 (
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸


Donc ) (
!
) 1 )...( 2 )( 1 (
...
! 2
) 1 (
1 ) 1 (
2 n n
x o x
n
n
x x x +
+ − − −
+ +

+ + = +
α α α α α α
α
α

Commentaire :
Le cosinus à l’ordre 2 donne :
) ( 1 cos
2
2
2
x x x
x
ε + − =
Donc ) ( 1 cos
2
2
2
x x x
x
ε + − = −
C'est-à-dire
2
0
2
~ 1 cos
x
x − −
Cas particulier avec 1 − = α :
¸ _ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
x
x
n
x
x
n n
n n n n
x o x x x x x x
x
+

− −
− −
=
+ + + +
+ − + + − + − + − =
+
1
) 1 (
) ( 1
) 1 ( 1
5 4 3 2
1 1 1 1
) ( ) 1 ( ... 1
1
1

Autre cas particulier : N ∈ = p α
¸
¸
p
C
C C
C
C
p
x
p
p p p p p
x
p p p
x
p p
x p x
p
p
p p
p
p
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸ ¸¸ ¸_ ¸
!
) 1 )...( 2 )( 1 (
...
! 3
) 2 )( 1 (
! 2
) 1 (
1 ) 1 (
3 2
3 2
1
0
+ − − −
+
− −
+

+ + = +
(Les termes suivants sont nuls)
A.BENHARI 116

) ( ...
) (
2
) 1 (
2
1
1 ) 1 (
2
2 1 0
2 2 2
1
2
1
2 / 1
n n
n
x o x a x a x a a
x o x x x
+ + + + + =
+
− ×
+ + = +

Avec
n
k
n
a
n
k
n
2 1
2
) (
!
1
0
2
1

× − =

=




I La fonction Arcsin
A) Etude

Soit
x x
f
sin
] 1 ; 1 [ ] , [ :
2 2
֏
− → −
π π
.
Alors f est continue et strictement croissante, de plus 1 ) (
2
− = −
π
f et 1 ) (
2
=
π
f .
Donc f est une bijection de ] , [
2 2
π π
− dans ] 1 ; 1 [− .


B) Définition

Arcsin est la fonction de ] 1 ; 1 [− dans ] , [
2 2
π π
− qui est la réciproque de la bijection
x x
f
sin
] 1 ; 1 [ ] , [ :
2 2
֏
− → −
π π
.
On a ainsi :
) sin et ] , [ ) Arcsin( ( , ], 1 ; 1 [
2 2
x y y x y y x = − ∈ ⇔ = ∈ ∀ − ∈ ∀
π π
R
Ou :
) ( Arcsin x est l’unique arc entre
2
π
− et
2
π
dont le sinus est x.


C) Propriétés de la fonction Arcsin

Elles résultent des propriétés de la fonction x x sin ֏ sur ] , [
2 2
π π
− et des
théorèmes portant sur les fonctions réciproques des bijections continues et strictement
monotones sur un intervalle :
-
2 2
) ( Arcsin ], 1 ; 1 [
π π
≤ ≤ − − ∈ ∀ x x
- Arcsin est continue
- Arcsin est strictement croissante
- Arcsin est impaire (car x x sin ֏ l’est sur ] , [
2 2
π π
− )
En effet :
Soit ] 1 ; 1 [− ∈ x .
Alors ] , [ ) ( Arcsin
2 2
π π
− ∈ − x , et x x x − = − = − )) ( Arcsin sin( )) ( Arcsin sin( , donc
) ( Arcsin x − est l’unique arc entre
2
π
− et
2
π
dont le sinus est x − , c'est-à-dire que
) ( Arcsin ) ( Arcsin x x − = − .
Chapitre 12 : Fonctions circulaires réciproques
A.BENHARI 117

- Arcsin est de classe

C sur [ 1 ; 1 ] − , et de plus :
2
1
1
) ( )' Arcsin ( [, 1 ; 1 ]
x
x x

= − ∈ ∀
En effet :
Soit [ 1 ; 1 ] − ∈ x . Posons ) ( Arcsin x = α . Alors [ , ]
2 2
π π
α − ∈ , et x = α sin
Comme sin est dérivable en α , et 0 ) cos( ) ( (sin)' ≠ = α α , Arcsin est dérivable en
x et
α cos
1
) ( )' Arcsin ( = x .
Mais 1 sin cos
2 2
= + α α , et 0 cos > α .
Donc α α
2
sin 1 cos − = , et de plus x = α sin donc
2
1 cos x − = α
Donc finalement
2
1
1
) ( )' Arcsin (
x
x

= .
Donc Arcsin est bien dérivable sur [ 1 ; 1 ] − , et sa dérivée sur [ 1 ; 1 ] − est
2
1
1
x
x

֏ , qui est de classe

C sur [ 1 ; 1 ] − .
Donc Arcsin est bien de classe

C sur [ 1 ; 1 ] −
- Arcsin n’est pas dérivable en -1 ni en 1, mais sa courbe présente aux points
d’abscisses -1 et 1 une demi tangente verticale. En effet, Arcsin est dérivable sur [ 1 ; 1 ] −
et )' Arcsin ( a une limite à gauche en 1 (respectivement à droite en -1) qui est ∞ + , d’où
le résultat avec le théorème liant limite de la dérivée et limite du taux d’accroissement.
- Enfin, la courbe représentative de Arcsin dans un repère orthonormé ) , , ( j i O
, ,
se
déduit de celle de sin restreint à ] , [
2 2
π π
− par la symétrie orthogonale par rapport à la
première bissectrice :
2
π
2
π

1 −
1
0
2
π
1
1 −
2
π


La courbe est elle-même un résultat de cours, elle résume l’essentiel des points
précédents. Noter aussi la position de la courbe par rapport à la tangente à l’origine.


II La fonction Arccos
A) Etude

A.BENHARI 118

La fonction
x x cos
] 1 ; 1 [ ] , 0 [
֏
− → π est une bijection continue et strictement croissante.





B) Définition

Arccos est la fonction de ] 1 ; 1 [− dans ] , 0 [ π qui est la réciproque de la bijection
x x cos
] 1 ; 1 [ ] , 0 [
֏
− → π .
On a donc :
) cos et ] , 0 [ ) Arccos( ( , ], 1 ; 1 [ x y y x y y x = ∈ ⇔ = ∈ ∀ − ∈ ∀ π R
Ou :
) ( Arccos x est l’unique arc entre 0 et π dont le cosinus est x.


C) Propriétés de la fonction Arccos

- π ≤ ≤ − ∈ ∀ ) ( Arccos 0 ], 1 ; 1 [ x x
- Arccos est continue
- Arccos est strictement décroissante
- Arccos est de classe

C sur [ 1 ; 1 ] − , et de plus :
2
1
1
) ( )' Arccos ( [, 1 ; 1 ]
x
x x


= − ∈ ∀
En effet :
Soit [ 1 ; 1 ] − ∈ x . Posons ) ( Arccos x = α . Alors [ , 0 ] π α ∈ , et x = α cos
Comme cos est dérivable en α , et 0 ) sin( ) ( (cos)' ≠ − = α α , Arccos est dérivable
en x et
2 2
1
1
cos 1
1
sin
1
) ( )' Arccos (
x
x


=


=

=
α
α
.
D’où, comme pour Arcsin, Arccos est de classe

C sur [ 1 ; 1 ] − .
- Arccos n’est pas dérivable en -1 ni en 1, mais sa courbe présente aux points
d’abscisses -1 et 1 une demi tangente verticale.
- La courbe représentative de Arccos dans un repère orthonormé ) , , ( j i O
, ,
se
déduit de celle de cosinus restreint à ] , 0 [ π par la symétrie orthogonale par rapport à la
première bissectrice :
A.BENHARI 119

2
π
1 −
1
0
2
π
1
1 −
π
π

- La fonction cos est paire sur R, mais Arccos n’est pas paire (car cos n’est pas
paire sur ] , 0 [ π !)
- En revanche, la courbe présente un centre de symétrie : le point de coordonnées
) , 0 (
2
π
. Cela se traduit par la formule : π = − + − ∈ ∀ ) ( Arccos ) ( Arccos ], 1 ; 1 [ x x x
Rappel :
La courbe de f présente un centre de symétrie en
déf
0 0
) , ( ⇔ y x A I est centré en
0
x et
|
¹
|

\
|
=
− + +
⇒ ∈ + ∈ ∀
0
0 0
0
2
) ( ) (
) ( , y
h x f h x f
I h x h R
Démonstration :
Soit ] 1 ; 1 [− ∈ x .
Alors ] , 0 [ ) ( Arccos π ∈ x et x x = )) ( Arccos cos(
Donc ] , 0 [ ) ( Arccos - π π ∈ x et x x x − = − = − )) ( Arccos cos( )) ( Arccos cos(π
Donc ) ( Arccos ) ( Arccos x x − = − π (car ] , 0 [ ) ( Arccos - π π ∈ x )
- On déduit la courbe de Arccos de celle de Arcsin en opérant une symétrie
orthogonale par rapport à Ox , puis une translation de vecteur j
,
2
π
, ce qui se traduit par
la formule :
2
) ( Arccos ) ( Arcsin ], 1 ; 1 [
π
= + − ∈ ∀ x x x (
2
)) ( Arcsin ( ) ( Arccos
π
+ − = x x )
Démonstration :
Soit ] 1 ; 1 [− ∈ x .
Alors ] , 0 [ ) ( Arccos π ∈ x .
Donc ] , [ ) ( Arccos
2 2 2
π π π
− ∈ − x , et :
x x
x x x
= − × =
− = −
0 )) ( Arccos cos( 1
)) ( Arccos sin( ) cos( )) ( Arccos cos( ) sin( )) ( Arccos sin(
2 2 2
π π π

Donc ) ( Arcsin ) ( Arccos
2
x x = −
π

Soit
2
) ( Arccos ) ( Arcsin
π
= + x x .


III La fonction Arctan
A) Etude
A.BENHARI 120


La fonction
x x tan
[ , ]
2 2
֏
R → −
π π
est une bijection continue et strictement croissante.


B) Définition

Arctan est la fonction de R dans [ , ]
2 2
π π
− qui est réciproque de la bijection
précédente.
On a donc :
) tan et [ , ] ) Arctan( ( , ,
2 2
x y y x y y x = − ∈ ⇔ = ∈ ∀ ∈ ∀
π π
R R
Ou :
) ( Arctan x est l’unique arc entre
2
π
− et
2
π
dont la tangente est x.



C) Propriétés de la fonction Arctan

-
2 2
) ( Arctan ,
π π
≤ ≤ − ∈ ∀ x x R
- Arctan est strictement croissante sur R.
-
2
Arctan lim
π
− =
∞ −
,
2
Arctan lim
π
=
∞ +

- Arctan est impaire.
- Arctan est de classe

C sur R, et de plus :
2
1
1
) ( )' Arctan ( ,
x
x x
+
= ∈ ∀ R
En effet :
Soit R ∈ x , notons ) Arctan( x = α . Alors [ , ]
2 2
π π
α − ∈ , et x = α tan . Comme tan
est dérivable en α et 0 tan 1 ) ( tan'
2
≠ + = α α , Arctan est dérivable en x, et :
2 2
1
1
tan 1
1
) ( )' Arctan (
x +
=
+
=
α
α
- Courbe représentative :
A.BENHARI 121

2
π
2
π
2
π

2
π

0

- On a :
2
1
2
1
) ( Arctan ) ( Arctan , 0
) ( Arctan ) ( Arctan , 0
π
π
− = + < ∀
= + > ∀
x
x
x x
x x

Démonstration :
Soit * R ∈ x . Notons ) ( Arctan x = α
Si 0 > x :
Alors [ , 0 ]
2
π
α ∈ . Donc [ , 0 ]
2 2
π π
α ∈ − , et
x
1
tan
1
) tan(
2
= = −
α
α
π
.
Donc ) ( Arctan
1
2 x
= −α
π
, c'est-à-dire
2
1
) ( Arctan ) ( Arctan
π
= +
x
x .
Si 0 < x , alors 0 > − x ,
donc
2
1
) ( Arctan ) ( Arctan
π
= + −
−x
x , soit
2
1
) ( Arctan ) ( Arctan
π
= − −
x
x car Arctan
est impaire, donc
2
1
) ( Arctan ) ( Arctan
π
− = +
x
x .
IV La fonction Arccotan

Arccotan est la fonction de R dans [ , 0 ] π qui est la réciproque de la bijection
) ( cotan
[ , 0 ]
x x֏
R → π .
Ainsi, ) cotan et [ , 0 ] ) Arccotan( ( , , x y y x y y x = ∈ ⇔ = ∈ ∀ ∈ ∀ π R R
A.BENHARI 122

2
π
0
2
π
π
π

- Arccotan est continue et strictement décroissante sur R.
- π =
∞ −
Arccotan lim et 0 Arccotan lim =
∞ +

- Arccotan est de classe

C sur R et
2
1
1
) ( ' Arccotan) ( ,
x
x x
+

= ∈ ∀ R
- On a :
2
3 1
2
1
) ( Arccotan ) ( Arccotan , 0
) ( Arccotan ) ( Arccotan , 0
π
π
= + < ∀
= + > ∀
x
x
x x
x x

Démonstration :
Soit * R ∈ x . Notons ) ( Arccotan x = α
Si 0 > x :
Alors [ , 0 ]
2
π
α ∈ . Donc [ , 0 ]
2 2
π π
α ∈ − , et :
x
1
cotan
1
tan
) tan(
1
) ( cotan
2
2
= = =

= −
α
α
α
α
π
π
.
Donc ) ( Arccotan
1
2 x
= −α
π
, c'est-à-dire
2
1
) ( Arccotan ) ( Arccotan
π
= +
x
x
Si 0 < x :
Alors [ , ]
2
π α
π
∈ . Donc [ , ]
2 2
3
π α
π π
∈ − , et :
x
1
cotan
1
tan
) tan(
1
) ( cotan
2
3
2
3
= = =

= −
α
α
α
α
π
π

Donc ) ( Arccotan
1
2
3
x
= −α
π
, soit
2
3 1
) ( Arccotan ) ( Arccotan
π
= +
x
x


Pour les graphiques, le plan est rapporté à un repère orthonormé ) , , ( j i O
, ,
.

I Les fonctions hyperboliques directes
Chapitre 13 : Fonctions hyperboliques
A.BENHARI 123

A) Définition

Pour tout R ∈ x , on pose :
2
ch
x x
e e
x

+
= ,
2
sh
x x
e e
x


= ,
x
x
x
ch
sh
th = , et pour 0 ≠ x ,
x
x
x
sh
ch
coth =
Déjà, on a la formule :
1 sh ch
2 2
= − x x
En effet, pour tout R ∈ x , 1 ) sh ch )( sh ch ( sh ch
2 2
= = + − = −
− x x
e e x x x x x x


B) Etude de la fonction sh (sinus hyperbolique)

- On voit tout de suite qu’elle est impaire, strictement croissante et de classe

C
sur R.
- De plus, on voit immédiatement aussi que :
x x ch ) ( )' sh ( = , +∞ =
+∞
x
x
sh lim
֏
, +∞ =
+∞
x
x
x
sh
lim
֏
, 0 ) 0 ( sh =
- Ainsi, sh est une bijection continue et strictement croissante de R dans R.
- DL à n’importe quel ordre en 0 :
) ( ... 1
! ! 2
2
n
n
x x
x
x o x e
n
+ + + + + = et ) ( ) 1 ( ... 1
! ! 2
2
n
n
x
n
x
x
x o x e
n
+ − + + + − =


Donc ) ( ... sh
2 2
)! 1 2 ( ! 3
1 2 3
+
+
+ + + + =
+
p
p
x x
x o x x
p



C) Etude de la fonction ch (cosinus hyperbolique)

- On voit tout de suite qu’elle est paire et de classe

C sur R.
- On a sans difficulté :
x x sh ) ( )' ch ( = , +∞ =
+∞
x
x
ch lim
֏
, +∞ =
+∞
x
x
x
ch
lim
֏
, 1 ) 0 ( ch =
- Il en résulte que ch constitue une bijection continue strictement croissante de
+
R dans [ , 1 [ +∞ .
- DL à un ordre quelconque en 0 :
) ( ... 1 ch
2
)! 2 ( ! 2
2 2
p
p
x x
x o x
p
+ + + + =





D) Graphes comparés des fonctions sh et ch

A.BENHARI 124


- Les sens de variation, les tangentes au point d’abscisse 0 et les branches infinies
(qui sont des branches paraboliques verticales) sont immédiatement tirés des études
précédentes.
- De plus, comme sh ' )' sh ( = , la fonction sh est convexe sur
+
R et concave sur

R , ce qui donne la position de la courbe par rapport à sa tangente au point d’abscisse 0
(position que l’on retrouve localement grâce au DL)
- Enfin, comme
x
e x x

= − sh ch , x x sh ch − est positif et tend vers 0 en ∞ +
- Notons enfin que la courbe représentative de ch ressemble à une parabole mais
n’en est pas une (c’est une chaînette : c’est la forme que prend effectivement une
chaînette lorsqu’elle est pendue par deux bouts…)


E) Justification du terme hyperbolique

- Les fonctions cos et sin s’appellent des fonctions circulaires parce que le
cercle d’équation 1
2 2
= + y x peut se paramétrer en ) (
sin
cos
R ∈
¹
´
¦
=
=
t
t y
t x

- La branche « droite » de l’hyperbole 1
2 2
= − y x peut quant à elle se
paramétrer en ) (
sh
ch
R ∈
¹
´
¦
=
=
t
t y
t x
.
En effet :
• Si M a pour coordonnées R ∈ t t t ), sh , ch ( , comme on a 0 ch > t et
1 sh ch
2 2
= − t t , M appartient donc bien à la branche droite de l’hyperbole.
• Réciproquement, si ) , ( y x M appartient à cette branche droite, alors :
Soit R ∈ t tel que t y sh = (il en existe un, et même un seul). Mais comme
1 sh ch
2 2
= − t t et 1
2 2
= − y x , on a alors t x
2 2
ch = , et, comme 0 > x , t x ch = .
A.BENHARI 125




F) Fonction th (tangente hyperbolique)

1
1
ch
sh
th
2
2
+

=
+

= = •


x
x
x x
x x
e
e
e e
e e
x
x
x
th • est de classe

C sur R, impaire.
x
x
x
x x
x
2
2
2
2 2
ch
1
th 1
ch
sh ch
) ( )' th ( = − =

= •
1
1
1
lim th lim
2
2
=
+

= •
+∞ +∞
x
x
x x
e
e
x
֏ ֏

De ces trois derniers points, on tire que th constitue une bijection continue et
strictement croissante de R dans ] [ 1 ; 1 −
• DL en 0 :
th admet un DL en 0 à tout ordre, et on obtient les premiers termes de la même
façon qu’avec la fonction tangente :
) ( th
5 5 3
x o bx ax x x + + + = car th est impaire et 1 ) 0 ( )' th ( =
) 4 ( 5 3 1 th'
4 2
x o bx ax x + + + =
)) ( 2 1 ( )) ( 1 ( th
2 2 2 2 2 3 2 2
x o ax x x o ax x x + + = + + =
) ( )' th ( ) ( 2 1 th 1
2 4 2 2
x x o ax x x = + − − = −
Donc
¹
´
¦
− =
− =
a b
a
2 5
1 3
, soit
¹
´
¦
=
=

15
2
3
1
b
a

Ainsi, ) ( th
5 5
15
2
3
3
1
x o x x x x + + − =


G) Fonction coth (cotangente hyperbolique)

• Elle est de classe

C sur * R , impaire.
x
x
x
x x
x
2
2
2
2 2
sh
1
coth 1
sh
ch sh
) ( )' coth (

= − =

= •
• Et autres propriétés tirées de
x
x
th
1
coth = pour * R ∈ x


A.BENHARI 126

H) Graphes de th et coth



II Formulaire

On tire tout de suite des définitions les formules suivantes :
1 sh ch
sh ch
sh ch
2 2
= −
= −
= +

x x
e x x
e x x
x
x


Formules d’addition :
) 2 ( sh ch ch sh ) ( sh
) 1 ( sh sh ch ch ) ( ch
b a b a b a
b a b a b a
× + × = +
× + × = +

Démonstration de (1) :
( )
( )
( ) ) ( ch 2 2
) )( ( ) )( ( sh sh ch ch
4
1
4
1
4
1
b a e e
e e e e e e e e
e e e e e e a e b a b a
b a b a
b a b a b a b a b a b a b a b a
b b a a b b a a
+ = + =
+ − − + + + + =
− − + + + = × + ×
− +
− − − + − + − − + − − +
− − − −

La démonstration de (2) est analogue.

De (1) et (2) on tire : ) 3 (
th th 1
th th
) ( th
b a
b a
b a
× +
+
= +
En effet :
b a
b a
a b b a
a b b a
b a
th th 1
th th
sh sh ch ch
ch sh ch sh
) ( th
× +
+
=
× + ×
× + ×
= +
(dernière égalité obtenue en divisant « en haut et en bas » par b a ch ch × )

De (1), (2) et (3) on tire alors :
a
a
a
a a a
a a a a a
2
2 2 2 2
th 1
) ( th 2
) 2 ( th
ch sh 2 ) 2 ( sh
1 ch . 2 sh . 2 1 sh ch ) 2 ( ch
+
=
× =
− = + = + =

A.BENHARI 127

Ces dernières formules donnent alors, pour tout R ∈ x et en posant
2
th
x
t =
2 2 2
2
1
2
th ;
1
2
sh ;
1
1
ch
t
t
x
t
t
x
t
t
x
+
=

=

+
=
En effet :
a
a
a a
a a
a a a
2
2
2 2
2 2
2 2
th 1
th 1
sh ch
sh ch
sh ch ) 2 ( ch

+
=

+
= + = (en divisant haut et bas par a
2
ch )
De même pour ) 2 ( sh a , puis poser ensuite a x 2 =

Enfin, il faut savoir retrouver ce que l’on obtient par addition et par soustraction à partir
de (1) et (2) :
b a b a b a
b a b a b a
b a b a b a
b a b a b a
sh ch 2 ) ( sh ) ( sh
ch sh 2 ) ( sh ) ( sh
sh sh 2 ) ( ch ) ( ch
ch ch 2 ) ( ch ) ( ch
× = − − +
× = − + +
× = − − +
× = − + +

Ces quatre formules permettent de linéariser des produits (c'est-à-dire les transformer en
sommes), ce qui est utile dans de nombreux cas. Réciproquement, en posant au besoin
¹
´
¦
− =
+ =
b a y
b a x
, on transforme des sommes en produits.
Moyen mnémotechnique à partir des formules de la trigonométrie circulaire : les signes
qui précèdent un sinus carré ou un produit de deux sinus, ou une tangente carrée ou un produit
de deux tangentes sont échangé, le reste est pareil.


III Fonctions hyperboliques inverses
A) Argsh (Argument sinus hyperbolique)

sh réalise une bijection de classe

C strictement croissante de R dans R, dont la
dérivée ne s’annule pas.
On appelle Argsh la réciproque de cette bijection. Argsh est donc de classe

C et
strictement croissante.





A.BENHARI 128

Dérivée :
)) ( Argsh ( sh 1
1
)) ( Argsh ( ch
1
)) ( Argsh ( ' sh
1
) ( ' Argsh ,
2
x
x x
x x
+
= = = ∈ ∀ R
Donc
2
1
1
) ( ' Argsh ,
x
x x
+
= ∈ ∀ R

Propriétés diverses :
Argsh est impaire (car sh l’est)
x x
0
~ Argsh

Expression logarithmique :
Soient R ∈ y x, . On a les équivalences :
0 1 2
2
sh Argsh
2
= − − ⇔ =

⇔ = ⇔ =

y y
y y
xe e x
e e
x y x y
Résolution de l’équation 0 1 2
2
= − − xu u (d’inconnue u)
Les racines sont
2
1 x x + ± .
Donc, en reprenant les équivalences :

( )
2
2
2 2
1 ln
1
1 ou 1 Argsh
x x y
x x e
x x e x x e x y
y
y y
+ + = ⇔
+ + = ⇔
+ + = + − = ⇔ =

Ainsi, ( )
2
1 ln Argsh , x x x x + + = ∈ ∀ R


B) Argch (Argument cosinus hyperbolique)

ch réalise une bijection de classe

C strictement croissante de [ [ +∞ , 0 dans
[ [ +∞ , 1 . On appelle Argch sa réciproque.
Argch est de classe

C sur ] [ +∞ , 1 , et :
] [
1 )) ( Argch ( ch
1
) ) ( Argch ( sh
1
)) ( Argch ( ' ch
1
) ( ' Argch , , 1
2
0

= = = +∞ ∈ ∀
>
x
x x
x x
¸¸ ¸_ ¸

Soit ] [
1
1
) ( ' Argch , , 1
2

= +∞ ∈ ∀
x
x x

Expression logarithmique :
Soit [ [ +∞ ∈ , 1 x . Posons x y Argch = . y est l’unique réel positif dont le ch vaut x,
c'est-à-dire x
e e
y y
=
+

2

On a les équivalences :
1 ou 1 0 2 1
2
2 2 2
− − = − + = ⇔ = − + ⇔ =
+

x x e x x e xe e x
e e
y y y y
y y

A.BENHARI 129

Or, 1 1
2
≥ ≥ − + x x x et 1 1
2
≤ − − x x (car 1 ) 1 )( 1 (
2 2
= − − − + x x x x )
De plus, 0 ≥ y donc 1 ≥
y
e
Donc en reprenant les équivalences :
( ) 1 ln
1 1 ou 1
2
2 2 2
− + = ⇔
− + = ⇔ − − = − + =
x x y
x x e x x e x x e
y y y

Ainsi, [ [ ( ) 1 ln Argch , , 1
2
− + = +∞ ∈ ∀ x x x x



C) Argth (Argument tangente hyperbolique)

Argth est définie sur ] [ 1 ; 1 − , de classe

C , strictement croissante, et est impaire.
+∞ = Argth lim
1
, 0 0 Argth = , x x
0
~ Argth
] [
2 2
1
1
) Argth ( th 1
1
) Argth ( ' th
1
) ( ' Argth , 1 ; 1
x x x
x x

=

= = − ∈ ∀


Expression logarithmique :
On peut faire par résolution de l’équation
y y
y y
e e
e e
y x


+

= = th …
A.BENHARI 130

Autre méthode :
Pour tout ] [ 1 ; 1 − ∈ x , on a :
|
¹
|

\
|
+
+

=
+
×

=
− x x x x x 1
1
1
1
2
1
1
1
1
1
1
1
2

Une primitive de
2
1
1
x
x

֏ est donc ( ) x x x − − + 1 ln 1 ln
2
1
֏
] [ ( )
|
¹
|

\
|

+
=

+
= − − + − ∈ ∀
x
x
x
x
x x x
1
1
ln
1
1
ln 1 ln 1 ln , 1 ; 1
2
1
2
1
2
1

Donc Argth et
|
¹
|

\
|

+
x
x
x
1
1
ln
2
1
֏ ne diffèrent que d’une constante. Or, elles sont
toutes deux nulles en 0, donc ] [
|
¹
|

\
|

+
= − ∈ ∀
x
x
x x
1
1
ln Argth , 1 ; 1
2
1
.


D) Argcoth (Argument cotangente hyperbolique)

Argcoth est définie sur ] 1 ; 1 [ \ − R , à valeurs dans * R
2
1
1
) ( ' Argcoth ], 1 ; 1 [ \
x
x x

= − ∈ ∀ R
Expression logarithmique :
|
¹
|

\
|

+
= +

+
= − ∈ ∀
1
1
ln cte
1
1
ln Argcoth ], 1 ; 1 [ \
2
1
2
1
x
x
x
x
x x R




Dans tout le chapitre, I désigne un intervalle, et a un point de I.

Chapitre 14 : Développements limités
A.BENHARI 131

I Généralités
A) Définitions

Soit R → I f : , N ∈ n .
On dit que f admet un développement limité (DL) à l’ordre n en a lorsqu’il existe
des réels
n
λ λ λ ,... ,
1 0
et une fonction R → I : ε qui tend vers 0 en a tels que :
) ( ) ( ) ( ... ) ( ) ( ) ( ,
2
2 1 0
x a x a x a x a x x f I x
n n
n
ε λ λ λ λ − + − + + − + − + = ∈ ∀
Autrement dit :
Lorsqu’il existe R ∈
n
λ λ λ ,... ,
1 0
tels que, au voisinage de a :
) ) (( ) ( ... ) ( ) ( ) (
2
2 1 0
n n
n
a x o a x a x a x x f − + − + + − + − + = λ λ λ λ
Ou encore lorsqu’il existe R ∈
n
λ λ λ ,... ,
1 0
tels que :
) ( ... ) (
2
2 1 0
n n
n
u o u u u u a f + + + + + = + λ λ λ λ au voisinage de 0.
Ainsi, la notion de DL à l’ordre n en a pour ) ( : x f x f ֏ revient à la notion de
DL à l’ordre n en 0 pour ) ( : u a f u f + ֏ .

Exemples :
• L’égalité ) ( 1 cos
2
2
2
x o x
x
+ − = constitue un DL à l’ordre 2 en 0 de la fonction
cosinus.
• On veut un DL à l’ordre 2 en
4
π
de cosinus :
)) (
2
1 (
2
2
))) ( ( ) (
2
1 (
2
2
) sin (cos
2
2
)
4
cos(
2
2
2 2
2
x o
x
x
x o x x o
x
x x x
+ − − =
+ − + − = − = +
π

• DL à l’ordre 3 en 0 de la fonction x x e x
x
sin
3
+ ֏ :
) ( 1
) ( )) ( 1 ( sin
3
! 3 ! 2
3 3
! 3 ! 2
3
3 2
3 2
x o x
x o x o x x x e
x x
x x
x
+ + + + =
+ + + + + = +

• DL à l’ordre 5 en 0 de la fonction
¦
¹
¦
´
¦
=


0 si 0
0 si
:
6
1
x
x e
x f
x
֏
) ( ) ( 0 ) (
5 5
x o x o x f = + =
(Vrai à n’importe quel ordre)





B) Théorème d’unicité des coefficients d’un DL

Théorème :
A.BENHARI 132

Soit R → I f : , N ∈ n . Si f admet un DL à l’ordre n en a, alors les coefficients de
ce DL sont déterminés de manière unique, c'est-à-dire que si
¹
´
¦
n
n
µ µ µ
λ λ λ
,... ,
,... ,
1 0
1 0
sont des réels
tels que, au voisinage de 0 :
) ( ... ) (
1 0
n
n
n
u o u u u a f + + + + = + λ λ λ
et ) ( ... ) (
1 0
n
n
n
u o u u u a f + + + + = + µ µ µ ,
Alors [ ]
i i
n i µ λ = ∈ ∀ , , 0
Démonstration :
Soient η ε , deux fonctions qui tendent vers 0 telles que :
) ( ... ) ( ... ,
1 0 1 0
u u u u u u u u J u
n n
n
n n
n
η µ µ µ ε λ λ λ + + + + = + + + + ∈ ∀ (1)
Où { } I u a u J ∈ + ∈ = , R
Alors, en prenant 0 = u dans (1), on obtient déjà
0 0
µ λ = .
En reportant et en simplifiant par u (si non nul), on obtient :
{ } ) ( ... ) ( ... , 0 \
1 1
1
1 1
1
u u u u u u J u
n n
n
n n
n
η µ µ ε λ λ
− − − −
+ + + = + + + ∈ ∀
En faisant tendre u vers 0, on obtient alors
1 1
µ λ = …
…on répète l’opération. Donc :
{ } ) ( ) ( , 0 \
1 1
u u u u u u J u
n n n n
η µ µ ε λ λ + + = + + ∈ ∀
− −

Donc
1 1 − −
=
n n
µ λ
Donc { } ) ( ) ( , 0 \ u u J u
n n
η µ ε λ + = + ∈ ∀ , donc
n n
µ λ = .


C) Troncature d’un DL

Proposition :
Soit R → I f : , N ∈ n . Si f admet un DL à l’ordre n en a, alors, pour tout
[ ] n p , 0 ∈ , f admet un DL à l’ordre p en a, obtenu par troncature.
En effet :
- Pour n p = , ok
- Sinon, n p < :
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
) (
)) ( ... (
1
1 1 0
0
1
) ( ... ... ) (
p
p n p n
n p
p
u o
u u u u u
n n
n
p
p
p
p
u u u u u u u a f
=
+ + + =
+
+

− −
+
+ + + + + + + = +
ε λ λ
ε λ λ λ λ λ


II DL et dérivation

Proposition :
Soit R → I f : ; f a un DL à l’ordre 0 en a si et seulement si f est continue en a, et dans
ce cas ce DL est ) ( ) ( ) ( u a f u a f ε + = + , où ε tend vers 0 en 0.
En effet :
- Si f est continue en a, alors 0 ) ( ) (
0
 →  − +
֏ u
a f u a f , donc ) 1 ( ) ( ) ( o a f u a f + = + .
A.BENHARI 133

- Si f admet un DL à l’ordre 0 en a, il s’écrit ) 1 ( ) (
0
o u a f + = + λ , donc
0 0
) ( λ   →  +
֏ a
u a f , donc f est continue en a, et
0
) ( λ = a f .

Proposition :
Soit R → I f : ; f admet un DL à l’ordre 1 en a si et seulement si f est dérivable en a, et
dans ce cas ce DL est ) ( ) ( ' ) ( ) ( u o a uf a f u a f + + = + (1)
En effet :
- Si f admet un DL à l’ordre 1 en a, alors ) ( ) (
1 0
u u u u a f ε λ λ + + = +
Donc avec 0 = u , ) (
0
a f = λ , et pour 0 ≠ u ,
1 0 1
) (
) ( ) (
λ ε λ   →  + =
− +
֏ u
u
u
a f u a f
.
- Si f est dérivable en a, on a vu que l’égalité (1) est vraie.

Attention : il est faux cependant qu’on ait un tel rapport pour les ordres supérieurs à 2.
Exemple :
Soit
¦
¹
¦
´
¦
=


0 si 0
0 si sin
:
1
3
x
x x
x
f
x
֏
R R
Alors f admet un DL à l’ordre 2 en 0 :
) ( ) (
2
x o x f =
Donc f admet un DL à l’ordre 1 en 0 qui s’écrit ) ( ) ( x o x f = , donc f est dérivable en 0 et
0 ) 0 ( ' = f . Est-elle deux fois dérivable en 0 ?
Pour 0 ≠ x ,
x x
x x x f
1 1
2
cos sin 3 ) ( ' − =
Donc
¸
limite de pas
1
0
1
cos sin 3
0
) 0 ( ' ) ( '
x x
x
x
f x f
− =



¸ _ ¸

Donc f n’est pas deux fois dérivable en 0.

Cependant :
Soit N ∈ n .
Soit f de classe
n
C sur I. Alors f admet en tout point a de I un DL à l’ordre n, qui est
donné par la formule de Taylor–Young :
) (
!
) (
...
! 2
) (
) ( ' ) ( ) (
) (
2
) 2 (
n n
n
u o u
n
a f
u
a f
u a f a f u a f + + + + × + = +

Exercice :
Soit
x x x
f
+

3
:
֏
R R . Montrer que f est une bijection de R dans R dont la réciproque est de
classe

C . Déterminer ) 0 ( ' ' )' ( ), 0 ( ' )' ( ), 0 ( )' ( ), 0 (
1 1 1 1 − − − −
f f f f .
Déjà f est bijective, de classe

C et de dérivée ne s’annulant pas. Donc
1 −
f est de
classe

C .
Comme
1 −
f est de classe

C , elle admet un DL à l’ordre 3 en 0 :
) ( ) (
3 3
3
2
2 1 0
1
x x x a x a x a a x f ε + + + + =

, et [ ]
!
) 0 ( ) (
, 3 ; 0
) ( 1
k
f
a k
k
k

= ∈ ∀ .
Pour tout réel x, on a :
) ( )) ( (
3 1
x o x x x f f + = =

d’une part.
A.BENHARI 134

et ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( )) ( (
3 3 3 3 3
3
2 3
2
3
1 0
1
x x x x x x a x x a x x a a x f f + + + + + + + + + =

ε
Soit
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
¸¸ ¸_ ¸ ¸¸ ¸_ ¸
) (
0
3
1
3 2 3 3 3
3
3 2
2
3
1 1 0
1
3
) ( ) 1 ( ) ( ) ( )) ( (
x o
x x x x x o x a x o x a x a x a a x f f
=
→ →

+ + + + + + + + + = ε
Donc ) ( ) ( )) ( (
3 3
3 1
2
2 1 0
1
x o x a a x a x a a x f f + + + + + =


Donc 1 0 1 0
3 2 1 0
− = = = = a a a a
Donc 6 ) 1 ( ! 3 ) 0 ( ' ' )' ( 0 ) 0 ( ' )' ( 1 ) 0 ( )' ( 0 ) 0 (
1 1 1 1
− = − × = = = =
− − − −
f f f f


III « Opérations sur les DL »
A) « Retour à 0 »

On rappelle que ) (x f x ֏ a un DL à l’ordre n en a si et seulement si
) ( a u f u + ֏ a un DL à l’ordre n en 0.
Exemple :
DL à l’ordre 3 en 1 de exp .
Pour tout R ∈ u :
) ( . .
3
6 2
1
3 2
u u e e e u e e e e e
u u
u u
ε + + + + = × =
+
où 0 ) (
0
  → 
֏ u
u ε .


B) Somme, produit par un réel

Proposition :
Soient R → I g f : , , R ∈ λ
Si f et g admettent un DL à l’ordre n en a, alors f λ et g f + aussi, et les parties
principales des DL de f λ et g f + sont obtenues en faisant respectivement le produit de
la partie principale du DL de f par λ , et en faisant la somme des parties principales des
DL de f et g.
Démonstration (sans introduire les notations) :
) ( ... ) (
) ( ... ) (
) (
1 0
) (
1 0
x x x b x b b x a g
x x x a x a a x a f
n
x Q
n
n
n
x P
n
n
η
ε
+ + + + = +
+ + + + = +
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸

Donc :
¸ _ ¸ ¸ _ ¸
) ( ) (
) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) (
n n
x o
n
x o
n
x x x x x Q x P x a g x a f
= =
+ + + = + + + ε η .
Exemple :
) ( 1 cos
) ( 1
3
2
3
! 3 ! 2
2
3 2
x o x
x o x e
x
x x
x
+ − =
+ + + + =

Donc ) ( 2 cos
3
6
3
x o x x e
x
x
+ + + = +
Et ) ( 3 cos 2
3
6 2
3 2
x o x x e
x x
x
+ + − + = +
C) Produit de deux DL

A.BENHARI 135

Exemple :
) ( 1 1
3 3
16
1
2
8
1
2
1
x o x x x x + + − + = +
) ( sin
3
6
3
x o x x
x
+ − =
Donc :
) (
) (
)) ( 1 ))( ( ( 1 sin
3
24
7
2
3 3
8
1
2
2
1
6
3 3
16
1
2
8
1
2
1
3
6
3 2
3
3
x o x
x o x x x
x o x x x x o x x x
x x
x
x
+ − + =
+ − + − =
+ + − + + − = +

Proposition :
Si deux fonctions f et g admettent un DL à l’ordre n en a, alors g f × admet un
DL à l’ordre n en a, obtenu en ne conservant que les termes de degré n ≤ dans le produit
des parties principales (polynomiales) des DL de f et g.
Démonstration (sans introduire les notations) :
) ( ... ) (
) ( ... ) (
) (
1 0
) (
1 0
x x x b x b b x a g
x x x a x a a x a f
n
x Q
n
n
n
x P
n
n
η
ε
+ + + + = +
+ + + + = +
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸

Donc :
¸ ¸¸ ¸ ¸_ ¸ ¸¸ ¸_ ¸ ¸¸ ¸_ ¸
) ( ) ( ) ( ) (
2
) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) (
n n n n
x o x o
n n
x o
n
x o
n
x x x x x x x Q x x x P x Q x P x a g x a f
= =
+ + + = + + η ε ε η .


D) Composition de DL

Exemple :
) ( ... 1
! ! 2
2
x x x e
n
n
x x
x
n
ε + + + + + = où 0 ) (
0
  → 
֏ x
x ε
Donc
¸¸ ¸_ ¸
0
! ! 2
) ( ) 1 ( ) 1 ( ... 1
2

− + − + + + − = x x x e
n n
n
x
n
x
x
n
ε
On a donc obtenu le DL à l’ordre n en 0 de
x
e x

֏ .
Théorème :
Soient R → I f : , I a ∈
Soit R → J g : où J est tel que J I f ⊂ ) (
Si f a un DL à l’ordre n en a, et g un DL à l’ordre n en ) (a f , alors f g a un DL
à l’ordre n en a, donné dans la démonstration.
Démonstration :
¸
) ( ... ) (
2
2 1
) (
0
x x x x x x a f
n n
n
a f
ε λ λ λ λ + + + + + = + où 0 ) (
0
  → 
֏ x
x ε
) ( ... ) (
2
2 1 0 0
u u u u u u g
n n
n
η µ µ µ µ λ + + + + + = + où 0 ) (
0
  → 
֏ u
u η
A.BENHARI 136

¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
֏
) (
0
2
2 1
0 quand ers tendent v qui termes
2
2 1
2
2 1
2 2
2 1 2
2
2 1 1 0
2
2 1 0
)) ( ... ( )) ( ... (
)) ( ... (
... )) ( ... (
)) ( ... (
) ) ( ... ( )) ( (
1
n
n n
x o
n n
n
x x
n n n
n
n n n
n n
n n
n
n n
n
u
n n
n
x x x x x x x x x x
x x x x x
x x x x x
x x x x x
x x x x x g x a f g
=

×
+ + + + + + + + +
+ + + + +
+ + + + + +
+ + + + + =
+ + + + + = +
ε λ λ λ η ε λ λ λ
ε λ λ λ µ
ε λ λ λ µ
ε λ λ λ µ µ
ε λ λ λ λ
λ

On a donc la somme d’un polynôme en x de degré n ≤ et d’une fonction
négligeable devant
n
x .

Exemples :
• DL à l’ordre 3 en 0 de x x cos ֏ :
) ( 1 cos
3
2
2
x o x
x
+ − =
u x o x
x
+ = + − = 1 ) ( 1 cos
3
2
2
avec ) (
3
2
2
x o u
x
+ − = .
0
0
 → 
֏ x
u . Donc :
) ( 1 1
3
16 8 2
3 2
u u u
u u u
η + + − + = +
Donc :
) ( 1
)) ( ( )) ( (
)) ( ( )) ( ( ) ( 1 cos
3
4
) (
0
3
2
3 3
2
3 3
2 16
1
2 3
2 8
1
3
4
2
6
2 2
2 2 2
x o
x o x o
x o x o x o x
x
x o
x x
x x x
+ − =
+ − + − +
+ − + + − − + − =
=

¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
η
On remarque qu’on pouvait se contenter de ) ( 1 1
2
8 2
2
u u u
u u
η + − + = +
• DL à l’ordre 3 en 0 de x x
3
sin ֏ :
) ( sin
3
6
3
x x x x
x
ε + − = où 0 ) (
0
 → 
֏ x
x ε .
) ( )) ( 1 ( ) (sin
3 3 3 2
6
3 3
2
x x x x x x x
x
η ε + = + − = où 0 ) (
0
 → 
֏ u
u η
On pouvait là aussi se contenter de ) ( sin
2
x o x x + =
• DL à l’ordre 4 de
x
e x
cos
֏
) ( 1 cos
4
! 4 2
4 2
x o x
x x
+ + − =
)) ( exp( )) ( 1 exp(
4
! 4 2
4
! 4 2
cos
4 2 4 2
x o e x o e
x x x x
x
+ + − = + + − =
Or, ) ( 1
2
! 2
2
u o u e
u
u
+ + + =
Donc ) ( 1 )) ( exp(
4
8 ! 4 2
4
! 4 2
4 4 2 4 2
x o x o
x x x x x
+ − + − = + + −
Donc ) (
4
6 2
cos
4 2
x o e e e e
x x
x
+ + − =






A.BENHARI 137

E) Inverse

Proposition :
Soit R → I f : . Si 0 ) ( ≠ a f , et si f a un DL à l’ordre n en a, alors
f
1
aussi.
Démonstration :
) ( ... ) (
2
2 1 0
x x x x x x a f
n n
n
ε λ λ λ λ + + + + + = + , où 0 ) (
0
 → 
֏ x
x ε et 0
0
≠ λ .
Comme f a un DL à l’ordre n en a, f a un DL à l’ordre 0 en a, donc f est continue
en a, donc, comme 0 ) ( ≠ a f , f est strictement du signe de ) (a f au voisinage de a, donc
f
1
est bien définie au voisinage de a.
) ( ... 1
1 1
) ( ...
1
) (
1
2
2 1 0
2
2 1 0
x x x x x
x x x x x x a f
n n
n
n n
n
η µ µ µ λ
ε λ λ λ λ
+ + + + +
× =
+ + + + +
=
+

Où [ ]
0
, , 1
λ
λ
µ
i
i
n i = ∈ ∀ , et
0
λ
ε
η =
On note ) ( ... ) (
2
2 1
x x x x x x g
n n
n
η µ µ µ + + + + =
Alors g a un DL à l’ordre n en 0, et 0 ) 0 ( = g
u
u
+ 1
1
֏ a un DL à l’ordre n en 0, donc, par composition,
) ( 1
1
x g
x
+
֏ a un DL
à l’ordre n en 0, d’où l’existence.
Rappel :
) ( ) 1 ( ... 1
1
1
3 2 n n n
u o u u u u
u
+ − + + − + − =
+

Exemples :
• DL à l’ordre 4 en 0 de
x
x
cos 1
1
+
֏ :
) ( 2 cos 1
4
! 4 2
4 2
x o x
x x
+ + − = +
|
|
¹
|

\
|
+ + −
=
+ + −
=
+ ) ( 1
1
2
1
) ( 2
1
cos 1
1
4
48 4
4
! 4 2
4 2 4 2
x o x o x
x x x x

Or, ) ( 1
1
1
2 2
u o u u
u
+ + − =
+

Si on prend ) (
4
48 4
4 2
x o u
x x
+ + − = , on aura :
) (
4
16
2
4
x o u
x
+ =
Et ) ( ) (
4 2
x o u o = car
16
2
4
~
x
u
( )
) (
) ( )) ( ( )) ( ( 1
2
1
cos 1
1
Donc
4
48 8 2
1
4 4
16
4
48 4
4 2
2 4 2
x o
x o x o x o
x
x x
x x x
+ + + =
+ + + + + − − =
+
• DL à l’ordre 3 en
6
π
de
x
x
sin
1
֏ :
2
1
2
3
6
cos sin ) sin( × + × = + u u u
π

A.BENHARI 138

) ( 3 1
2
)) ( 1 ( )) ( ( 3
2
cos sin 3
2
) sin(
1
3 3
6
3 2
2
1
3
2
3
6
6
2 3
u o u u u
u o u o u u u
u
u u
+ − − +
=
+ − + + −
=
+
=
+
π

Or, ) ( 1
1
1
3 3 2
v o v v v
v
+ − + − =
+

Si on prend ) ( 3
3 3
6
3 2
2
1
u o u u u v + − − = , on a :
) ( 3 3 )) ( 3 3 ( ) ) ( 3 (
3 3 2 2 2
) (
2 2
6
3
2
1
2 2
u o u u u o u u u o u u u v
u o
+ − = + − = + − − =
=
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸

) ( 3 3
3 3 3
u o u v + =
) ( ) (
3 3
u o v o = car
3 3
3 3 ~ u v
Donc )) ( 3 1 ( 2
) sin(
1
3 3
6
3 23 2
2
7
6
u o u u u
u
+ − + − =
+
π



IV Primitive, dérivée
A) Primitive

Théorème :
Soit R → I f : , admettant un DL à l’ordre n en a.
Si f admet une primitive F sur I, alors F admet un DL à l’ordre 1 + n en a, obtenu
de la manière suivante :
Si ) ( ... ) (
2
2 1 0
n n
n
x o x x x x a f + + + + + = + λ λ λ λ ,
Alors ) ( ... ) ( ) (
1 1
1
3
3
2
2 0
2 1
+ +
+
+ + + + + + = +
n n
n
x o x x x x a F x a F
n
λ λ λ
λ .
Démonstration :
) ( ... ) (
) (
2
2 1 0
x x x x x x a f
n
x P
n
n
ε λ λ λ λ + + + + + = +
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
où 0 ) (
0
  → 
֏ x
x ε .
Posons
1
1
2
2 0
... ) ( ) (
1
+
+
+ + + + =
n
n
x x x a F x Q
n
λ λ
λ
Ainsi, P Q = ' .
On doit donc montrer que ) ( ) ( ) (
1 +
= − +
n
x o x Q x a F .
Notons { } I x a x J ∈ + ∈ = , R
Soit { } 0 \ J x∈ .
D’après le théorème des accroissements finis appliqué à ) ( ) ( t Q t a F t − + ֏ entre
0 et x, il existe [ , 0 ]

∈ x c
x
tel que :
x c P c a f Q a F x Q x a F
x
n
x
c c
x x
× − + = − − − +
=
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸ ¸ ¸¸ ¸ ¸_ ¸
) ( ) (
0
)) ( ) ( ( )) 0 ( ) ( ( )) ( ) ( (
ε

Ainsi, pour 0 ≠ x :
¸ _ ¸
¸ _ ¸
֏
0
car 0
1
car borné
1 1
0
) (
1
) ( ) (
) ( ) (
  → 


+ +
× |
¹
|

\
|
= × =
− +
x
x
x
x
c
c
x
n
x
n
x
n
x
n
c
x
c
x
c c x
x
x Q x a F
ε ε
A.BENHARI 139

Donc 0
) ( ) (
0 1
  → 
− +
+ ֏ x n
x
x Q x a F
, donc ) ( ) ( ) (
1 +
= − +
n
x o x Q x a F .


B) Dérivation

Théorème :
Soit R → I f : . Si f est dérivable et admet un DL à l’ordre n en a, et si ' f admet
un DL à l’ordre 1 − n en a, alors ce DL est obtenu ainsi :
Si ) ( ... ) (
2
2 1 0
n n
n
x o x x x x a f + + + + + = + λ λ λ λ ,
Alors ) ( ... 2 ) ( '
1 1
2 1
− −
+ + + + = +
n n
n
x o x n x x a f λ λ λ
Démonstration :
Il suffit d’appliquer à ' f le théorème précédent.

Attention :
L’hypothèse que ' f admet un DL est indispensable :
¹
´
¦ ≠
=
sinon 0
0 si sin
) (
1
3
x x
x f
x

Alors f admet un DL à l’ordre 2 en 0, à savoir ) ( 0 ) (
2
x o x f + =
(Puisque 0 sin
) (
0
0
1
2
  →  =
≠ x
x x
x
x
x f
֏
)
Mais ' f n’admet pas de DL à l’ordre 1 en 0 puisque f n’est pas deux fois dérivable
en 0, donc ' f n’est pas dérivable en 0, donc n’admet pas de DL à l’ordre 1 en 0.


V Parité

Proposition :
Si R → I f : admet un DL à l’ordre n en 0, disons
) ( ... ) (
2
2 1 0
n n
n
x o x a x a x a a x f + + + + + =
Alors :
- Si f est paire, alors les
1 2 + i
a sont nuls
- Si f est impaire, alors les
i
a
2
sont nuls.
Démonstration :
Ici, I est un intervalle contenant 0 et centré en 0. On a :
) ( ) 1 ( ... ) (
) ( ... ) (
1 0
1 0
n n
n
n
n n
n
x o x a x a a x f
x o x a x a a x f
+ − + + − = −
+ + + + =

Si f est paire, on a alors ) ( ) ( x f x f − = , et donc ,...
1 1
a a − =
Si f est impaire, on a alors ) ( ) ( x f x f − − = , et donc ,...
0 0
a a − =




A.BENHARI 140

VI DL à connaître

Toutes les fonctions considérées sont de classe

C au voisinage de 0, elles ont donc un
DL à n’importe quel ordre en 0 :
¹
´
¦
+
+
− + + + − =
¹
´
¦
+ − + + + − = •
¹
´
¦
+
+
+ + + + =

=
¹
´
¦
+ + + + + =
+
=
+ − + + + − =
+ + + + + = •
+
+ +
+
+
+ + −
+


) (
) (
)! 1 2 (
) 1 ( ...
! 5 ! 3
sin
) (
) (
)! 2 (
) 1 ( ...
! 4 ! 2
1 cos
) (
) (
)! 1 2 (
...
! 5 ! 3 2
) ( sh
) (
) (
)! 2 (
...
! 4 ! 2
1
2
) ( ch
) (
!
) 1 ( ...
! 2
1
) (
!
...
! 2
1
2 2
1 2 1 2 5 3
1 2
2 2 4 2
2 2
1 2 1 2 5 3
1 2
2 2 4 2
2
2
p
p p
p
p
p p
p
p
p p x x
p
p p x x
n
n
n x
n
n
x
x o
x o
p
x x x
x x
x o
x o
p
x x x
x
x o
x o
p
x x x
x
e e
x
x o
x o
p
x x x e e
x
x o
n
x x
x e
x o
n
x x
x e

) ( ) 1 ( ... 1
1
1
3 2 n n n
x o x x x x
x
+ − + + − + − =
+

On en tire plusieurs résultats :
- Déjà, ) ( ) 1 ( ... 1
1
1
2 2 6 4 2
2
n n n
x o x x x x
x
+ − + + − + − =
+

D’où, par intégration, ) (
1 2
) 1 ( ...
5
1
3
1
0 ) Arctan(
1 2
1 2
5 3 +
+
+
+
− + + + − + =
n
n
n
x o
n
x
x x x x
- Mais aussi, par intégration, ) (
1
) 1 ( ...
4 3 2
0 ) 1 ln(
1
1 4 3 2
+
+
+
+
− + + − + − + = +
n
n
n
x o
n
x x x x
x x
- Ou encore ) ( ... 1
1
1
3 2 n n
x o x x x x
x
+ + + + + + =


D’où ) ( ... 1
1
1
2 2 6 4 2
2
n n
x o x x x x
x
+ + + + + + =


Et, par intégration : ) (
1 2
...
5 3
0 ) ( Argth
1 2
1 2 5 3
+
+
+
+
+ + + + + =
n
n
x o
n
x x x
x x
(Qu’on pouvait aussi retrouver en considérant que
|
¹
|

\
|

+
=
x
x
x
1
1
ln
2
1
) ( Argth )
) ( ...
8 2
1 1
2
n n
n
x o x a
x x
x + + + − + = + •
Avec :
) 1 2 ( ) ! ( 2
)! 2 ( ) 1 (
) 1 2 ( ! 2
)! 2 (
! 2
) 1 (
) 1 2 ( 2 ) 2 2 ( ... 4 2
2 ) 1 2 ( ) 3 2 ( ... 3 2 1
! 2
) 1 (
)) 3 2 ( ( ... ) 3 ( ) 1 (
! 2
1
!
) 1 ( ... ) 2 ( ) 1 (
2 2
2
1
2
1
2
1
2
1


=

×

=
− × × − × × ×
× − × − × × × ×
×

=
− − × × − × − × =
+ − × × − × − ×
=
n n
n
n n
n
n n n n
n n n
n
n
n n
n
a
n
n
n n
n
n
n
n
n

A.BENHARI 141

) ( ...
8
3
2
1 ) 1 (
1
1
2
2 / 1 n n
n
x o x b
x x
x
x
+ + + + − = + =
+



Avec :
2 2
2
1
2
1
2
1
2
1
) ! ( 2
)! 2 ( ) 1 (
...
!
) 1 ( ... ) 2 ( ) 1 ( ) (
n
n
n
n
a
n
n
n

= =
+ − − × × − − × − − × −
=
) ( ...
8
3
2
1
1
1
2 2
4 2
2
n n
n
x o x b
x x
x
+ + + + − =
+

- Donc par intégration : ) (
1 2
...
8 5
3
6
0 ) ( Argsh
1 2 1 2
5 3
+ +
+
+
+ +
×
+ − + =
n n n
x o x
n
b x x
x x
- Ou ) ( ...
8
3
2
1
1
1
2 2
4 2
2
n n
n
x o x b
x x
x
+ + + + + =


D’où, par intégration : ) (
1 2
...
8 5
3
6
0 ) ( Arcsin
1 2 1 2
5 3
+ +
+
+
+ +
×
+ + + =
n n n
x o x
n
b
x x
x x
Et ) (
1 2
...
8 5
3
6 2
) ( Arcsin
2
) ( Arccos
1 2 1 2
5 3
+ +
+
+
− −
×
− − − = − =
n n n
x o x
n
b
x x
x x x
π π

) tan(x • : deux méthodes :
-
¹
´
¦
+ + + = =
+ + −
+ + −
= =
) (
) (
15
2
3
...
) ( 1
) (
cos
sin
tan
6
5 5 3
5
! 4 ! 2
5
! 5 ! 3
4 2
5 3
x o
x o x x
x
x o
x o x
x
x
x
x x
x x

- ) ( tan
5 5 3
x o bx ax x x + + + =
La dérivée de tangente est de classe

C au voisinage de 0, donc admet un DL à l’ordre
4 en 0, et :
) ( 5 3 1 tan'
4 4 2
x o bx ax x + + + =
Or, ) ( 2 1 )) ( ( 1 tan 1 tan'
4 4 2 2 5 5 3 2
x o ax x x o bx ax x x x + + + = + + + + = + =
Donc, par unicité des coefficients d’un DL :
a b a 2 5 ; 1 3 = = . Donc
3
1
= a et
15
2
= b


VII Applications
A) Recherche de limites, d’équivalents (exemples)

1
ln
lim
1


x
x

? On peut réutiliser les méthodes de Terminale (c’est ) 1 ( ln' ), ou :
Au voisinage de 0, on a :
) ( ) 1 ln(
2
2
2
u o u u
u
+ − = +
Donc, pour 0 ≠ u :
) ( 1
) 1 ln(
2
u o
u
u
u
+ − =
+
, d’où 1
) 1 ln(
lim
0
=
+
u
u

.
Donc la fonction ] [ { }
1
ln
1 \ , 0 :

→ +∞
x
x
x
f
֏
R est prolongeable par continuité en 1 par la
valeur 1, et la fonction obtenue admet un DL à l’ordre 1 en 1 :
) ( 1 ) 1 (
2
u o u f
u
+ − = + . Donc f est dérivable en 1, et
2
1
) 1 ( ' − = f .
A.BENHARI 142

• Soit f définie sur { } a I \ , où a est un élément de I.
S’il existe R ∈
n
λ λ λ ,... ,
1 0
tels que, au voisinage de 0 privé de 0 :
) ( ... ) (
2
2 1 0
n n
n
u o u u u u a f + + + + + = + λ λ λ λ , alors f est prolongeable par
continuité en a (par
0
) ( λ = a f ), et la fonction obtenue admet un DL à l’ordre n en a.
|
¹
|

\
|
− •
+
x x
x
tan
1
sin
1
lim
0 ֏
?
Au voisinage de 0, on a :
2
~
) (
) (
) (
)) ( ( )) ( (
tan sin
sin tan
tan
1
sin
1
0
2 2
3
2
2 2
3
6
3
3
3 3 3
x
x o x
x o
x o x
x o x x o x
x x
x x
x x
x x x
+
+
=
+
+ − − + +
=
×

= −
Donc 0
tan
1
sin
1
0
 →  −
֏ x
x x

• Le premier terme non nul d’un DL donne un équivalent :
Si
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
) (
1
1
) ( ... ) (
p
x o
n n
n
p
p
p
p
u o u x x x f + + + + =
+
+
λ λ λ (avec 0 ≠
p
λ ), alors
p
p
x x f λ
0
~ ) ( .
• Donner un équivalent en ∞ + de
|
¹
|

\
|

|
¹
|

\
|

2 2
/ 1
1
sin
1
cos
2
x x
e
x
.
Au voisinage de 0, on a :
) ( 1
2
2
2
u o u e
u
u
+ + + =
) ( 1 cos
2
2
2
u o u
u
+ − =
) ( sin
2
u o u u + =
Donc ) ( sin cos
2 2
u o u u u e
u
+ = − −
D’où
4 4 4 2 2
/ 1
1
~
1 1 1
sin
1
cos
2
x x
o
x x x
e
x
∞ +
|
¹
|

\
|
+ =
|
¹
|

\
|

|
¹
|

\
|



B) Dérivée, tangente, position d’une courbe par rapport à une tangente

On suppose que f admet un DL à l’ordre au moins 2 en a :
) ( ... ) (
2
2 1 0
n n
n
u o u u u u a f + + + + + = + λ λ λ λ , où 2 ≥ n
De ce DL, on tire :
1 0
) ( ' ; ) ( λ λ = = a f a f
D’où l’équation de la tangente à C au point A d’abscisse a : ) (
1 0
a x y − + = λ λ
La position de C par rapport à la tangente T est donnée par le signe de :
) ) (( ... ) ( ) ) ( ( ) (
2
2
) (
1 0
n
x
a x o a x a x x f − + + − = − + −

λ λ λ
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸

Si 0
2
≠ λ :
)) ( ( ) (
2
2
u u u a ε λ + = + ∆
Donc ) (x ∆ est du signe de
2
λ au voisinage de a.
Si 0
2
= λ , et si on suppose de plus qu’on peut faire un DL jusqu’à un ordre p
suffisant de sorte que le coefficient de
p
u ne soit pas nul :
) ( ) (
p p
p
u o u u a + = + ∆ λ où 2 > p et 0 ≠
p
λ
A.BENHARI 143

Soit )) ( ( ) ( u u u a
p
p
ε λ + = + ∆
Donc ) ( u a + ∆ est du signe de
p
λ pour 0 > u au voisinage de a et du signe de
p
p
λ ) 1 (− pour 0 < u toujours au voisinage de a.
On a donc, selon la parité de p :



C) Etude locale en
∞ +
.

Exemple :
Etude de la fonction
x
xe x f
/ 1
: ֏
Déjà f est définie sur * R , et elle y est de classe

C
Et
|
¹
|

\
| −
= − = ∈ ∀
x
x
e e
x
e x f x
x x x
1 1
) ( ' *,
/ 1 / 1 / 1
R
∞ + ∞ − 1 0
) ( ' x f −
∞ −
∞ + ∞ +
) (x f



Etude en ∞ + ou ∞ − :
Au voisinage de 0 :
) ( 1
2
2
2
u u u e
u
u
ε + + + = où 0 ) (
0
 → 
֏ u
u ε
Donc
|
¹
|

\
|
+ + + =
x x x x
e
x
1 1
2
1 1
1
2 2
/ 1
ε où 0
1
  → 
|
¹
|

\
|
±∞ ֏ x
x
ε
Donc
|
¹
|

\
|
+ + + =
x x x
x x f
1 1
2
1
1 ) ( ε
A.BENHARI 144

Ainsi, l’écart entre la courbe C et la droite D d’équation 1 : + = x y D est
|
¹
|

\
|
+
x x x
1 1
2
1
ε qui tend vers 0.
La droite D est donc asymptote à C en ∞ ±
De plus,
¸¸ ¸_ ¸
∞ ±
>
|
|
¹
|

\
|
|
¹
|

\
|
+ = + −
de
ge au voisina 0
1
2
1 1
) 1 ( ) (
x x
x x f ε
Donc C est au dessus de D en ∞ + et en dessous en ∞ − .

Etude à gauche en 0 :
On pose 0 ) 0 ( = f
Ainsi, f est continue à gauche en 0.
Pour 0
) (
0
) 0 ( ) (
, 0
0
/ 1
  →  = =


<

֏ x
x
e
x
x f
x
f x f
x .
Donc f est dérivable à gauche en 0, et 0 ) 0 ( ' =
g
f


Toutes les fonctions considérées sont à valeurs réelles.
a et b désignent deux réels, avec b a <


I Intégrale des fonctions en escalier
A) Subdivisions

On appelle subdivision de [ ] b a, toute suite finie ) ,... , (
1 0 n
a a a telle que
b a a a a
n
= < < < = ...
1 0
.
Si ) ,... , (
1 0 n
a a a = σ et ) ' ,... ' , ' ( '
1 0 m
a a a = σ sont deux subdivisions de [ ] b a, , on dit
que ' σ est plus fine que σ lorsque { } { }
m n
a a a a a a ' ,... ' , ' ,... ,
1 0 1 0

Si ) ,... , (
1 0 n
a a a = σ et ) ' ,... ' , ' ( '
1 0 m
a a a = σ sont deux subdivisions quelconques de
[ ] b a, , il est clair qu’on peut toujours fabriquer une subdivision plus fine que ' σ et que
σ en réordonnant les points de l’ensemble { } { }
m n
a a a a a a ' ,... ' , ' ,... ,
1 0 1 0
∪ .


B) Fonctions en escalier

On dit qu’une fonction f définie sur [ ] b a, est en escalier sur [ ] b a, s’il existe une
subdivision ) ,... , (
1 0 n
a a a = σ de [ ] b a, telle que f soit constante sur chaque intervalle
ouvert ] [
i i
a a ,
1 −
, i allant de 1 à n.
La subdivision σ est alors dite subordonnée à la fonction en escalier f.
Chapitre 15 : Intégrale sur un segment d’une
fonction continue par morceaux
A.BENHARI 145

On voit que si f est une fonction en escalier, et si σ est une subdivision
subordonnée à f, alors toute subdivision plus fine que σ est subordonnée à la fonction f.
Comme une fonction en escalier sur [ ] b a, ne prend qu’un nombre fini de valeurs,
elle y est bornée.
Etant données deux fonctions f et g en escalier sur [ ] b a, , de subdivisions
subordonnées respectives σ et ' σ , toute subdivision ' ' σ plus fine que σ et ' σ est
subordonnée à la fois à f et à g. Il est alors clair que toute combinaison linéaire de f et g,
ainsi que le produit fg , sont en escalier sur [ ] b a, , de subdivision subordonnée ' ' σ .
De là, il résulte que l’ensemble des fonctions en escalier sur [ ] b a, (qui contient les
fonctions constantes sur [ ] b a, , donc en particulier la constante 1) est une sous algèbre
de la R-algèbre des fonctions définies sur [ ] b a, (et à valeurs dans R).





C) Intégrale des fonctions en escalier

Soit f en escalier sur [ ] b a, , et soit ) ,... , (
1 0 n
a a a = σ une subdivision subordonnée à
f. Notons, pour tout i de [ ] n , 1 ,
i
y la valeur constante prise par f sur l’intervalle ouvert
] [
i i
a a ,
1 −
. Alors la valeur prise par le nombre

=

− =
n
i
i i i
y a a f I
1
1
) ( ) , ( σ ne dépend pas du
choix de la subdivision σ subordonnée à f.
Idée de démonstration :
On peut d’abord montrer aisément que si ' σ se déduit de σ en ajoutant un point,
alors ) , ( ) ' , ( σ σ f I f I = .
De là, on montre par récurrence sur le nombre de points ajoutés que si ' σ est plus
fine que σ , alors ) , ( ) ' , ( σ σ f I f I = .
Enfin, dans le cas général, on introduit une subdivision ' ' σ plus fine que ' σ et σ ,
et on a alors ) , ( ) ' ' , ( ) ' , ( σ σ σ f I f I f I = = .
On peut donc définir l’intégrale de f sur [ ] b a, comme étant la valeur de ) , ( σ f I ,
indépendante du choix de la subdivision σ subordonnée à f. Cette intégrale est notée
[ ]

b a
f
,
. Ainsi, avec les notations précédentes :
[ ]


=

− =
n
i
i i i
b a
y a a f
1
1
,
) ( .
Cette définition correspond à une vision « géométrique » de l’intégrale : somme
des aires algébriques des rectangles délimités par la courbe de f et l’axe Ox.
On peut remarquer au passage que l’intégrale d’une fonction constante sur [ ] b a,
est ) ( a b k − où k est la valeur de cette constante.

Propriétés :
On montre aisément que cette intégrale des fonctions en escaliers a les propriétés
suivantes : (f et g désignent deux fonctions en escalier sur [ ] b a, , et λ et µ deux réels)
- Positivité : si 0 ≥ f sur [ ] b a, , alors
[ ]
0
,


b a
f
A.BENHARI 146

- Linéarité :
[ ] [ ] [ ]
∫ ∫ ∫
+ = +
b a b a b a
g f g f
, , ,
µ λ µ λ
- Additivité : Si b c a < < , alors
[ ] [ ] [ ]
∫ ∫ ∫
+ =
b c c a b a
f f f
, , ,
(on vérifie aisément que
f est bien en escalier sur [ ] c a, et [ ] b c, ).
- Si g f ≤ sur [ ] b a, , alors
[ ] [ ]
∫ ∫

b a b a
g f
, ,
(propriété de croissance déduite de la
linéarité et de la positivité)


II Fonctions intégrables

Soit f une fonction définie sur [ ] b a, , que l’on suppose bornée. On peut donc introduire
f sup et f inf .
Soit ) ( f

ε l’ensemble des fonctions ϕ en escalier sur [ ] b a, plus petites que f (c'est-à-
dire telles que f ≤ ϕ )
Soit ) ( f
+
ε l’ensemble des fonctions ψ en escalier sur [ ] b a, plus grandes que f (c'est-à-
dire telles que ψ ≤ f )
Les ensembles ) ( f

ε et ) ( f
+
ε sont non vides : ) ( f

ε contient la fonction constante
égale à f inf , et ) ( f
+
ε la fonction constante égale à f sup .
Soit ) ( f A

l’ensemble des intégrales des fonctions en escalier de ) ( f

ε .
Soit ) ( f A
+
l’ensemble des intégrales des fonctions en escalier de ) ( f
+
ε .
Les ensembles ) ( f A

et ) ( f A
+
sont donc des ensembles non vides de réels, et de plus
tout élément de ) ( f A

est inférieur à tout élément de ) ( f A
+
: en effet, si ϕ et ψ sont deux
fonctions en escalier sur [ ] b a, telles que ψ ϕ ≤ ≤ f , alors ψ ϕ ≤ et par croissance de
l’intégrale des fonctions en escalier, on a
[ ] [ ]
∫ ∫

b a b a , ,
ψ ϕ .
Donc ) ( f A

admet une borne supérieure, notée ) ( f I

, et ) ( f A
+
une borne inférieure,
notée ) ( f I
+
. Ainsi, ) ( ) ( f I f I
+ −
≤ .
Si il y a égalité entre ces deux bornes, on dit que f est intégrable sur [ ] b a, , et on appelle
l’intégrale de f sur [ ] b a, la valeur commune de ces bornes.
Dans le cas contraire, ou si f n’est pas bornée sur [ ] b a, , on dira que f n’est pas intégrable
sur [ ] b a, .
Cette définition de l’intégrabilité est l’intégrabilité au sens de Riemann.
On peut noter que, selon cette définition, les fonctions en escalier sont bien intégrables
sur [ ] b a, , et que leur intégrale au sens de cette définition coïncide avec leur intégrale au sens
de la définition du paragraphe précédent (en effet, il suffit de voir que, lorsque f est en
escalier, f appartient à ) ( f

ε et à ) ( f
+
ε …)
Enfin, si f est intégrable sur [ ] b a, , son intégrale sur [ ] b a, est notée
[ ]

b a
f
,
, ou

b
a
f ou
encore

b
a
dt t f ) ( (dans la dernière notation, t est une variable muette, elle peut prendre
n’importe quel autre nom).
On voit que la définition correspond encore bien à une vision « géométrique » de
l’intégrale : aire algébrique de la surface délimitée par la courbe de f et l’axe Ox.
A.BENHARI 147



III Fonctions continues par morceaux
A) Définition et généralités

Soit f une fonction définie sur [ ] b a, . On dit que f est continue par morceaux sur
[ ] b a, s’il existe une subdivision ) ,... , (
1 0 n
a a a = σ de [ ] b a, telle que :
Pour chaque i de 1 à n, f est continue sur l’intervalle ouvert ] [
i i
a a ,
1 −
, admet une
limite finie à droite en
1 − i
a et une limite finie à gauche en
i
a .
La subdivision σ est alors dite subordonnée à la fonction continue par morceaux f.
On voit que si f est continue par morceaux sur [ ] b a, , et si la subdivision σ est
subordonnée à f, alors toute subdivision plus fine que σ est subordonnée à la fonction f.
Il est clair que f est continue par morceaux sur [ ] b a, si et seulement si f ne
présente qu’un nombre fini de points de discontinuité (voire aucun…), en lesquels f
admets néanmoins des limites finies à droite et à gauche (à droite seulement pour a et à
gauche seulement pour b).
Soit f une fonction continue par morceaux sur [ ] b a, , et soit ) ,... , (
1 0 n
a a a une
subdivision subordonnée à f. Alors, pour chaque i de [ ] n , 1 , la restriction de f à
l’intervalle ouvert ] [
i i
a a ,
1 −
est prolongeable par continuité en une fonction
i
f continue
sur le segment [ ]
i i
a a ,
1 −
.
Il en résulte qu’une fonction continue par morceaux sur [ ] b a, y est bornée : en
effet, avec les notations précédentes, pour chaque i de [ ] n , 1 , la fonction
i
f est continue
sur le segment [ ]
i i
a a ,
1 −
, donc bornée sur ce segment. Comme les points
i
a sont en
nombre fini, f est bornée sur [ ] b a, , un majorant de f étant :
[ ] [ ] [ ]
|
¹
|

\
|

n
a a a a a a
n
f f f a f a f a f
n n
,
2
,
1
,
1 0
1 2 1 1 0
sup ,... sup , sup , ) ( ,... ) ( , ) ( max
On montre, comme pour les fonctions en escalier que toute combinaison linéaire
ou produit de fonctions continues par morceaux sur [ ] b a, est encore continue par
morceaux sur [ ] b a, . De là, on tire que les fonctions continues par morceaux sur [ ] b a,
forment une sous algèbre de la R-algèbre des fonctions définies sur [ ] b a, .


B) Encadrement par des fonctions en escalier

Théorème 1 :
Soit f une fonction continue par morceaux sur [ ] b a, . Alors, pour tout réel
strictement positif ε , il existe une fonction en escalier ϕ sur [ ] b a, telle que ε ϕ ≤ − f .
Démonstration :
• Commençons par le cas où f est continue sur [ ] b a, .
Soit 0 > ε
Comme f est uniformément continue sur le segment [ ] b a, (théorème de Heine), il
existe 0 > α tel que :
A.BENHARI 148

[ ] [ ] ( ) ε α < − ⇒ < − ∈ ∀ ∈ ∀ ) ' ( ) ( ' , , ' , , x f x f x x b a x b a x
On considère un entier naturel non nul n tel que α <

n
a b
, et la subdivision
régulière ) ,... , (
1 0 n
x x x = σ de [ ] b a, définie par :
[ ] kh a x n k
k
+ = ∈ ∀ , , 0 , avec
n
a b
h

= (pas de la subdivision régulièreσ )
On considère alors la fonction ϕ en escalier définie par :
[ ] [ [ ) ( ) ( , , , , 1
1 1 − −
= ∈ ∀ ∈ ∀
k k k
x f t x x t n k ϕ et ) ( ) ( b f b = ϕ .
Alors ε ϕ ≤ − f :
Soit [ ] b a t , ∈
- Si b t = , alors ε ϕ ≤ = − 0 ) ( ) ( b b f
- Sinon, il existe [ ] n k , 1 ∈ tel que [ [
k k
x x t ,
1 −
∈ .
Alors ε ϕ < − = −

) ( ) ( ) ( ) (
1 k
x f t f t t f , la dernière inégalité venant du fait que,
pour [ [
k k
x x t ,
1 −
∈ , on a α < − ≤ −
− −
¸¸ ¸_ ¸
h
k k k
x x x t
1 1

• Si maintenant f n’est que continue par morceaux :
On introduit une subdivision ) ,... , (
1 0 m
a a a = σ subordonnée à f, et, pour chaque i
de [ ] m , 1 , on considère la fonction
i
f comme introduite dans le A), qui est continue sur
le segment [ ]
i i
a a ,
1 −
et qui coïncide avec f sur ] [
i i
a a ,
1 −
. Etant donné 0 > ε , on applique
alors le résultat précédent à chaque fonction
i
f pour construire, sur chaque segment
[ ]
i i
a a ,
1 −
une fonction en escalier
i
ϕ telle que [ ] ε ϕ ≤ − ∈ ∀

) ( ) ( , ,
1
t t f a a t
i i i i
. On peut
ensuite construire une fonction ϕ définie sur [ ] b a, par :
[ ] ) ( ) ( , , 0
i i
a f a m i = ∈ ∀ ϕ , et [ ] ] [ ) ( ) ( , , , , 1
1
t t a a t m i
i i i
ϕ ϕ = ∈ ∀ ∈ ∀

.
Alors ϕ est évidemment en escalier sur [ ] b a, , et ε ϕ ≤ − f .

Autre énoncé du théorème, plus commode pour la suite :
Théorème 1 : (variante)
Soit f une fonction continue par morceaux sur [ ] b a, . Alors, pour tout réel
strictement positif ε , il existe deux fonctions en escalier ϕ et ψ sur [ ] b a, telles que :
ψ ϕ ≤ ≤ f et ε ϕ ψ ≤ −
Les deux énoncés reviennent au même, car si ϕ est une fonction en escalier telle
que ε ϕ ≤ − f , alors les fonctions ε ϕ ϕ − = ' et ε ϕ ψ + = ' sont en escalier et on a
' ' ψ ϕ ≤ ≤ f et ε ϕ ψ 2 ≤ − , et inversement, si ψ ϕ ≤ ≤ f et ε ϕ ψ ≤ − , alors
évidemment ε ϕ ≤ − f .


C) Conséquence : intégrabilité

Théorème 2 :
Toute fonction continue par morceaux sur [ ] b a, est intégrable sur [ ] b a, .
A.BENHARI 149

Démonstration :
Soit f une fonction continue par morceaux sur [ ] b a, .
Soit 0 > ε . Selon le théorème précédent, on peut introduire deux fonctions en
escalier ϕ et ψ sur [ ] b a, telles que ψ ϕ ≤ ≤ f et ε ϕ ψ ≤ − .
Alors, en reprenant les notations de la définition du I, ) ( f

∈ε ϕ et ) ( f
+
∈ε ψ ,
on a donc
[ ] [ ]
∫ ∫
≤ ≤ ≤
+ −
b a b a
f I f I
, ,
) ( ) ( ψ ϕ .
Par linéarité et croissance des intégrales des fonctions en escalier, on a alors :
[ ] [ ] [ ] [ ]
ε ε ψ ϕ ψ ϕ ) (
, , , ,
a b
b a b a b a b a
− = ≤ − = −
∫ ∫ ∫ ∫

Donc ε ) ( ) ( ) ( 0 a b f I f I − ≤ − ≤
− +

Comme cet encadrement est valable quel que soit le réel 0 > ε , il en résulte, par
passage à la limite, que 0 ) ( ) ( = −
− +
f I f I
Ainsi, par définition, f est intégrable sur [ ] b a, .
IV Compléments hors programme

On dit qu’une fonction f définie sur [ ] b a, est réglée lorsque, pour tout réel strictement
positif ε , il existe deux fonctions en escalier ϕ et ψ sur [ ] b a, telles que :
ψ ϕ ≤ ≤ f et ε ϕ ψ ≤ − .
Comme les fonctions en escalier sont bornées, il en résulte que toute fonction réglée est
bornée. En regardant les résultat précédents, on remarque que le théorème 1 s’énonce alors
ainsi : « toute fonction continue par morceaux sur [ ] b a, », et, en regardant la démonstration
du théorème 2, on voit qu’on peut énoncer le théorème : « toute fonction réglée sur [ ] b a, est
intégrable ».
On a donc les implications :
Continue par morceaux ⇒ réglée ⇒ intégrable ⇒ bornée.
Mais toutes les réciproques sont fausses :
• Exemple de fonction bornée non intégrable.
Soit f la fonction caractéristique de Q sur [ ] 1 , 0 (c'est-à-dire 1 ) ( = x f si Q ∈ x , 0 sinon)
Si ϕ est en escalier sur [ ] 1 , 0 et f ≤ ϕ , alors sur tout intervalle ] [
i i
a a ,
1 −
d’une
subdivision subordonnée à ϕ , la valeur constante prise par ϕ sera nécessairement inférieure
ou égale à 0 puisque f prend la valeur 0 sur ] [
i i
a a ,
1 −
(qui contient des irrationnels). Donc
0 ) ( =

f I . De même, 1 ) ( =
+
f I , d’où la non intégrabilité de f (au sens de Riemann).
• Exemple de fonction non continue par morceaux, même non réglée, mais intégrable :
Soit f définie sur [ ] 1 , 0 par
x
x f
1
sin ) ( = si 0 ≠ x , 0 sinon. Déjà, f n’est pas continue par
morceaux puisqu’elle n’a pas de limite en 0. De plus, on ne peut pas trouver deux fonctions en
escalier ϕ et ψ sur [ ] 1 , 0 telles que ψ ϕ ≤ ≤ f et 1 ≤ −ϕ ψ . En effet, comme f prend les
valeurs -1 et 1 sur tout intervalle [ ] α , 0 avec 1 0 ≤ < α , si deux fonctions en escalier ϕ et ψ
encadrent f alors sur le premier intervalle [ ]
1
, 0 a d’une subdivision subordonnée à ϕ et ψ , les
valeurs constantes prises par ces fonctions sont distantes d’au moins 2.
Cependant, soit ε tel que 1 0 < < ε . Alors f restreinte à [ ] 1 , ε est continue, donc
encadrable, sur cet intervalle, par deux fonctions en escalier ϕ et ψ sur [ ] 1 , ε , distantes d’au
A.BENHARI 150

plus ε . Si on prolonge ϕ et ψ sur [ ] 1 , 0 en prenant 1 ) ( − = t ϕ et 1 ) ( = t ψ pour [ [ ε , 0 ∈ t , alors
il est clair que ϕ et ψ sont en escalier sur [ ] 1 , 0 , que ψ ϕ ≤ ≤ f , et que :
[ ] [ ] [ ] [ ]
ε ε ε ε ϕ ψ ϕ ψ ϕ ψ
ε ε
3 ) 1 ( 2
1 , , 0 1 , 0 1 , 0
≤ − + ≤ − + − = −
∫ ∫ ∫ ∫

D’où, comme dans la fin de la démonstration du théorème 2 : 0 ) ( ) ( = −
− +
f I f I .
• Exemple de fonction non continue par morceaux, qui est pourtant réglée.
Soit f définie sur [ ] 1 , 0 par
[ ]
x
x f
1
1
) ( = si 0 ≠ x , 0 sinon.
Alors f n’est pas continue par morceaux, car elle a une infinité de points de discontinuité
(les
n
1
pour { } 0 \ N ∈ n ). Cependant, on peut facilement l’encadrer à n’importe quel ε près
par des fonctions en escalier (voir sur un graphique : pour n assez grand (tel que ε <
n
1
), on
encadre f sur [ ]
n
1
, 0 par les constantes 0 et
n
1
, et on conserve f sur ] ] 1 ,
1
n
)
Ainsi, f est réglée, et aussi intégrable. (d’intégrale 1
6
2
− =
π
I ).



Notations et remarques :
• Toutes les fonctions considérées sont à valeurs dans R.
• Soit S un segment de R.
Soit R → I f : , continue par morceaux (noté parfois c.p.m.)
Alors f est continue par morceaux sur tout segment contenu dans S (évident).
Pour a, b de I, on note :
[ ]
[ ]
¦
¦
¹
¦
¦
´
¦
> −
=
<
=



b a f
b a
b a f
f
b a
b a
b
a
si
si 0
si
,
,



I Premières propriétés

Ici, a et b désignent deux réels quelconques

A) Positivité

Soit f continue par morceaux sur [ ] b a, , avec b a ≤ .
Si 0 ≥ f sur [ ] b a, , alors 0 ≥

b
a
f .
Démonstration :
La fonction nulle appartient à ) ( f

ε .
Or, par définition, { } ) ( , sup f f
b
a
b
a

∈ =
∫ ∫
ε ϕ ϕ . Donc 0 0 = ≥
∫ ∫
b
a
b
a
f .
Chapitre 16 : Propriétés de l’intégrale sur un
segment d’une fonction continue par morceaux
A.BENHARI 151



B) Linéarité

Soient
2 1
, f f continues par morceaux sur un segment ] , [

b a , et R ∈ λ .
Alors :
) 2 (
) 1 ( ) (
1 1
2 1 2 1
∫ ∫
∫ ∫ ∫
= •
+ = + •
b
a
b
a
b
a
b
a
b
a
f f
f f f f
λ λ

Autrement dit, l’application

b
a
f f ֏ , définie sur l’ensemble des fonctions
continues sur ] , [

b a , est linéaire (rappel : cet ensemble est un sev de ) ], , ([ R

b a F ).

Démonstration : dans le cas b a >
(1) : soit 0 > ε
Il existe ) (
1 1
f

∈ε ϕ et ) (
1 1
f
+
∈ε ψ telles que :
) 1 (
1 1 1 1 1
ε ψ ϕ ε + |
¹
|

\
|
≤ ≤ ≤ ≤ − |
¹
|

\
|
∫ ∫ ∫ ∫ ∫
b
a
b
a
b
a
b
a
b
a
f f f
En effet : { } ) ( , sup
1 1
f f
b
a
b
a

∈ =
∫ ∫
ε ϕ ϕ
Donc ε − |
¹
|

\
|

b
a
f
1
n’est pas un majorant de { } ) ( , sup
1
f
b
a



ε ϕ ϕ . Il existe donc
) (
1 1
f

∈ε ϕ tel que
∫ ∫
< − |
¹
|

\
|
b
a
b
a
f
1 1
ϕ ε
Et comme

b
a
f
1
est un majorant de cet ensemble, on a
∫ ∫

b
a
b
a
f
1 1
ϕ
Mais, par ailleurs, { } ) ( , inf
1 1
f f
b
a
b
a
+
∈ =
∫ ∫
ε ψ ψ . Donc en raisonnant de la même
façon, on trouve les deux dernières inégalités de (1)
De même, il existe ) (
2 2
f

∈ε ϕ et ) (
2 2
f
+
∈ε ψ telles que :
) 2 (
2 2 2 2 2
ε ψ ϕ ε + |
¹
|

\
|
≤ ≤ ≤ ≤ − |
¹
|

\
|
∫ ∫ ∫ ∫ ∫
b
a
b
a
b
a
b
a
b
a
f f f
En sommant (1) et (2), on obtient alors :
) 3 ( 2 2
2 1 2 1 2 1 2 1 2 1
ε ψ ψ ϕ ϕ ε + + ≤ + ≤ + ≤ + ≤ − +
∫ ∫ ∫ ∫ ∫ ∫ ∫ ∫ ∫ ∫
b
a
b
a
b
a
b
a
b
a
b
a
b
a
b
a
b
a
b
a
f f f f f f
Par ailleurs :
2 1
ϕ ϕ + est une fonction en escalier, et
2 1 2 1
f f + ≤ +ϕ ϕ
Donc ) (
2 1 2 1
f f + ∈ +

ε ϕ ϕ .
De même, ) (
2 1 2 1
f f + ∈ +
+
ε ψ ψ
Donc ) 4 ( ) ( ) ( ) (
2 1 2 1 2 1
∫ ∫ ∫
+ ≤ + ≤ +
b
a
b
a
b
a
f f ψ ψ ϕ ϕ
En effet,

+
b
a
f f ) (
2 1
est la borne supérieure de l’ensemble des

b
a
ϕ pour
) (
2 1
f f + ∈

ε ϕ et la borne inférieure de l’ensemble des

b
a
ψ pour ) (
2 1
f f + ∈
+
ε ψ .
A.BENHARI 152

Or, comme
2 1
ϕ ϕ + est une fonction en escaliers,
∫ ∫ ∫
+ = +
b
a
b
a
b
a
2 1 2 1
) ( ϕ ϕ ϕ ϕ .
Il résulte alors de (3) et (4) que ε 4 ) (
2 1 2 1
≤ − − +
∫ ∫ ∫
b
a
b
a
b
a
f f f f
Enfin, comme c’est valable pour tout ε , on obtient, en le faisant tendre vers 0 :
∫ ∫ ∫
+ = +
b
a
b
a
b
a
f f f f
2 1 2 1
) (
Remarque : seule l’intégrabilité a ici été utilisée.

(2) 1
er
cas : 0 ≥ λ
Avec les mêmes notations que précédemment :
ε ψ ϕ ε + |
¹
|

\
|
≤ ≤ ≤ ≤ − |
¹
|

\
|
∫ ∫ ∫ ∫ ∫
b
a
b
a
b
a
b
a
b
a
f f f
1 1 1 1 1

D’où λε λ ψ λ λ ϕ λ λε λ + ≤ ≤ ≤ ≤ −
∫ ∫ ∫ ∫ ∫
b
a
b
a
b
a
b
a
b
a
f f f
1 1 1 1 1

Par ailleurs,
1
λϕ et
1
λψ sont en escalier et
1 1 1
λψ λ λϕ ≤ ≤ f .
Donc ) (
1 1
f λ ε λϕ

∈ et ) (
1 1
f λ ε λψ
+

Donc
∫ ∫ ∫
≤ ≤
b
a
b
a
b
a
f
1 1 1
λψ λ λϕ
Il en résulte que :
ε λ λ 2
1 1
≤ −
∫ ∫
b
a
b
a
f f d’où le résultat cherché en faisant tendre ε vers 0.
2
ème
cas : 0 < λ , la démonstration est analogue en « retournant » les inégalités.

Le cas où b a = est immédiat.
Le cas où b a > peut être traité en écrivant les résultats montrés pour le cas où
b a < et en multipliant les inégalités par -1.


C) Additivité par rapport aux intervalles, théorème de Chasles

Théorème :
Soit S un segment de R, et f une fonction définie sur S.
Alors, pour tous a, b, c de S, on a :
∫ ∫ ∫
+ =
b
c
c
a
b
a
f f f .
Démonstration :
1
er
cas : si b c a < <
Soit 0 > ε .
On note ) ( f

ε et ) ( f
+
ε les ensembles des fonctions ϕ et ψ en escalier sur
[ ] b a, telles que ψ ϕ ≤ ≤ f
On introduit alors ) ( f

∈ε ϕ et ) ( f
+
∈ε ψ telles que :
ε ψ ϕ ε + |
¹
|

\
|
≤ ≤ ≤ ≤ − |
¹
|

\
|
∫ ∫ ∫ ∫ ∫
b
a
b
a
b
a
b
a
b
a
f f f
On a alors :
∫ ∫ ∫
≤ ≤
c
a
c
a
c
a
f ψ ϕ .
En effet,
[ ] c a,
ϕ est en escalier sur [ ] c a,
A.BENHARI 153

Et
[ ] [ ] c a c a
f
, ,
≤ ϕ
D’où, d’après la définition de

c
a
f ,
∫ ∫

c
a
c
a
f ϕ , et, de même, on montre la
deuxième inégalité.
De même, on a aussi :
∫ ∫ ∫
≤ ≤
b
c
b
c
b
c
f ψ ϕ
Ainsi, en sommant (et en prenant en compte les propriétés des fonctions en
escalier) :
∫ ∫ ∫ ∫
≤ + ≤
b
a
b
c
c
a
b
a
f f ψ ϕ
On montre ensuite le résultat de la même manière que dans les autres théorèmes.

Pour les autres cas, on montre aisément le résultat grâce à celui-ci, par exemple :
• Si c b a < = , immédiat…
• Si c a b < < , alors
∫ ∫ ∫
+ =
a
c
c
b
a
b
f f f
D’où
∫ ∫ ∫
− =
c
a
c
b
a
b
f f f , soit
∫ ∫ ∫
+ =
b
c
c
a
b
a
f f f
D) Croissance

Si f, g sont continues par morceaux sur [ ] b a, avec b a < , et si g f < , alors :
∫ ∫
<
b
a
b
a
g f .
La démonstration est immédiate en utilisant la linéarité et la positivité.


II Majorations, minorations d’intégrales

Théorème :
Soit f continue par morceaux sur un segment [ ] b a, , avec b a ≤ .
(Alors f est bornée sur [ ] b a, ).
On a :
∫ ∫


− ≤ ≤ −
b
a
b
a
b
a
f f
f a b f f a b
) 2 (
sup ) ( inf ) ( ) 1 (

Démonstration : (cas où b a = évident)
(1) f f f sup inf ≤ ≤ , donc, par croissance (puisque b a < ) :
∫ ∫ ∫
≤ ≤
b
a
b
a
b
a
f f f sup inf , d’où l’inégalité (puisque f inf et f sup sont constantes)
(2) On a : f f f ≤ ≤ −
Donc
∫ ∫ ∫
≤ ≤ −
b
a
b
a
b
a
f f f , soit
∫ ∫ ∫
≤ ≤ −
b
a
b
a
b
a
f f f , d’où le résultat (on utilise le fait
que si A X A ≤ ≤ − , alors A X ≤ )

Conséquences :
Si f et g sont continues par morceaux sur [ ] b a, avec b a ≤ :
A.BENHARI 154

[ ]
[ ]
∫ ∫ ∫
∫ ∫


≤ ≤ •
− ≤ ≤ •
b
a
b a x
b
a
b
a
b a x
b
a
b
a
dx x f x g dx x g x f dx x g x f
x f a b dx x f dx x f
) ( ) ( sup ) ( ) ( ) ( ) (
) ( inf ) ( ) ( ) (
,
,

Pour la dernière inégalité : on a en effet : [ ]
[ ]
) ( ) ( sup ) ( ) ( , ,
,
x f t g x g x f b a x
b a t
× ≤ ∈ ∀

, et la
croissance de l’intégrale.

Remarque à propos de la croissance :
• La théorie, c’est
∫ ∫
≤ ⇒ ≤
b
a
b
a
g f g f .
• En pratique, on utilise : [ ] ( )
∫ ∫
≤ ⇒ ≤ ∈ ∀
b
a
b
a
dx x g dx x f x g x f b a x ) ( ) ( ) ( ) ( , ,
On dit « intégrer une inégalité »
Dans les cas où b a > , en pratique, on « retourne » :
∫ ∫
− =
a
b
b
a
dx x f dx x f ) ( ) (
Il peut cependant être utile de savoir que
∫ ∫

b
a
b
a
dx x f dx x f ) ( ) ( (même quand b a ≥ )
III Considérations à propos de l’intégrale des fonctions continues par
morceaux

Proposition :
Si f et g sont deux fonctions continues par morceaux sur [ ] b a, qui ne diffèrent que sur
un nombre fini de points, alors
∫ ∫
=
b
a
b
a
g f .
Démonstration :
g f − est une fonction en escalier dont l’intégrale est évidemment nulle. (car sa valeur
constante sur chaque intervalle ouvert d’une subdivision subordonnée est nulle).

Etude :
Soit f continue par morceaux sur [ ] b a, (et non continue)
Soit ) ,... , (
1 0
b
n
a
x x x = σ une subdivision subordonnée à f.
On sait que pour tout [ ] n i , 1 ∈ , on peut introduire
i
f , prolongement par continuité de
] [
i i
x x
f
, /
1 −
à [ ]
i i
x x ,
1 −
.
Alors
∫ ∫
− −
=
i
i
i
i
x
x
i
x
x
f f
1 1

Donc



∫ ∫
= =
− −
= =
n
i
x
x
i
n
i
x
x
b
a
i
i
i
i
f f f
1 1
1 1
.
Ce qui ramène l’intégrale d’une fonction continue par morceaux sur un segment à une
somme d’intégrales de fonctions continues sur des segments.


IV Positivité stricte

Théorème :
Soit f une fonction continue sur un segment [ ] b a, avec b a < .
A.BENHARI 155

Si f est positive et non identiquement nulle, alors 0 >

b
a
f
Remarque : c’est faux pour une fonction continue par morceaux et non continue.
Démonstration :
On se place dans les hypothèses du théorème : il existe alors [ ] b a c , ∈ tel que 0 ) ( > c f .
Comme f est continue en c, il existe 0 > α tel que :
[ ] [ ]
[ ]
2
) (
) ( , , ,
' ' ' avec
' ' , ' du type segment
c f
x f c c b a x
b c c a
c c
≥ + − ∩ ∈ ∀
≤ < ≤
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
α α
Alors
¸ ¸ ¸
0
0
' '
0
2
) (
) ' ' ' (
' '
'
0
'
> + + =

> − ≥

∫ ∫ ∫ ∫
b
c
c f
c c
c
c
c
a
b
a
f f f f





V Inégalité de Cauchy–Schwartz pour les intégrales

Dans ce paragraphe, a et b sont deux réels tels que b a <
A) Un produit scalaire sur
[ ] ) , , (
0
R b a C


(Rappel : [ ] ) , , (
0
R b a C est un R-ev)
Proposition :
L’application [ ] [ ]

×
→ ×
b
a
g f g f
R b a C b a C
֏ ) , (
) , , ( ) , , (
0 0
R R est un produit scalaire.
Démonstration :
• Pour tous [ ] ) , , ( ' , , ' ,
0
R b a C g g f f ∈ et R ∈ λ , on a :
∫ ∫ ∫ ∫
∫ ∫ ∫ ∫
+ = + = +
+ = + = +
b
a
b
a
b
a
b
a
b
a
b
a
b
a
b
a
g f fg g f fg g f f
fg fg fg fg g g f
' ' ) ' ( et
' ' ) ' (
λ λ λ
λ λ λ

D’où la bilinéarité.
• Pour tous [ ] ) , , ( ,
0
R b a C g f ∈ , on a :
∫ ∫
=
b
a
b
a
gf fg
D’où la symétrie
• Pour tout [ ] ) , , (
0
R b a C f ∈ , on a :
0
2


b
a
f car [ ] 0 ) ( , ,
2
≥ ∀ x f b a x (d’où la positivité)
Si 0
2
=

b
a
f , alors 0
2
= f (positivité stricte puisque
2
f est positive et continue)
D’où 0 = f
L’application est donc bien définie–positive.


A.BENHARI 156

B) Conséquence : inégalité de Cauchy–Schwartz

Pour tous [ ] ) , , ( ,
0
R b a C g f ∈ , on a :
∫ ∫ ∫
× ≤ |
¹
|

\
|
b
a
b
a
b
a
g f fg
2 2
2

Variante :
∫ ∫ ∫
× ≤
b
a
b
a
b
a
g f fg
2 2
.


VI Sommes de Riemann

Dans ce paragraphe, a et b désignent deux réels, avec b a < .



A) Le théorème

Définition :
Soit f continue sur [ ] b a, , et ) ,... (
0
b
n
a
a a = σ une subdivision de [ ] b a, .
Une somme de Riemann attachée à f et σ , c’est une somme du type :

=

− =
n
k
k k k x f
x f a a S
1
1 , ,
) ( ) (
σ
, où ) ,... (
1 n
x x x = est une famille de points de [ ] b a,
telle que [ ] [ ]
k k k
a a x n k , , , 1
1 −
∈ ∈ ∀ .

Visualisation :
a
a
1
a
2
a
3
b x
1
x
2
x
4
x
2
) ( ) (
0 1 1
a a x f − ×


Théorème :
Soit f continue sur [ ] b a, .
Soit 0 > ε .
Alors il existe 0 > α tel que, pour toute subdivision σ de pas inférieur à α et
toute somme de Riemann S attachée à f et σ , ε < −

b
a
f S
(Le pas d’une subdivision ) ,... (
0 n
a a = σ est la valeur de
[ ]
) ( max
1
, 1



i i
n i
a a )
Démonstration :
Soit 0 > ε .
A.BENHARI 157

On introduit alors 0 > α tel que [ ] ( ) ε α < − ⇒ < − ∈ ∀ ) ' ( ) ( ' , , ' , x f x f x x b a x x (ce
qui est possible car f est continue sur le segment [ ] b a, , donc elle y est uniformément
continue)
Soit ) ,... (
0
b
n
a
a a = σ une subdivision de pas inférieur à α .
Pour chaque [ ] n k , 1 ∈ , on prend [ ]
i i k
a a x ,
1 −

Soit alors

=

− =
n
k
k k k
x f a a S
1
1
) ( ) (
Soit [ ] n k , 1 ∈ . On a :
∫ ∫
∫ ∫ ∫
− −
− − −
− ≤ − =
− = − −

k
k
k
k
k
k
k
k
k
k
a
a
k
a
a
k
a
a
k
a
a
k k k
a
a
dx x f x f dx x f x f
dx x f dx x f x f a a dx x f
1 1
1 1 1
) ( ) ( )) ( ) ( (
) ( ) ( ) ( ) ( ) (
1

Pour tout [ ]
k k
a a x ,
1 −
∈ , on a ε ≤ − ) ( ) (
k
x f x f puisque α < − ≤ −
−1 k k k
a a x x
Donc ε ε ) ( . ) ( ) ( ) (
1 1
1 1
− −
− = ≤ − −
∫ ∫
− −
k k
a
a
k k k
a
a
a a dx x f a a dx x f
k
k
k
k

De plus, on a :


∑ ∑
∫ ∫
=

=

=
|
¹
|

\
|
− − =
− − = −


n
k
k k k
a
a
n
k
k k k
n
k
a
a
b
a
x f a a dx x f
x f a a dx x f S dx x f
k
k
k
k
1
1
1
1
1
) ( ) ( ) (
) ( ) ( ) ( ) (
1
1

D’où :
ε ε ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) (
1
1
1
1
1
a b a a x f a a dx x f S dx x f
n
k
k k
n
k
k k k
a
a
b
a
k
k
− = − ≤ − − ≤ −
∑ ∑
∫ ∫
=

=





B) Cas particulier : les sommes S
n
, s
n
, M
n
.

Soit f continue sur [ ] b a,
On note :

=
|
¹
|

\
| −
+

=
n
k
n
n
a b
k a f
n
a b
S
1

C'est-à-dire :
On prend pour σ la subdivision régulière de [ ] b a, en n segments, et, en notant
) ,... (
0 n
a a = σ , on prend les
k k
a x =
∑ ∑

= =
|
¹
|

\
| −
+

=
|
¹
|

\
| −
− +

=
1
0 1
) 1 (
n
k
n
k
n
n
a b
k a f
n
a b
n
a b
k a f
n
a b
s
(Même subdivision, mais
1 −
=
k k
a x )

=
|
¹
|

\
| −
− +

=
n
k
n
n
a b
k a f
n
a b
M
1
)
2
1
(
(
2
1 −
+
=
k k
k
a a
x )
A.BENHARI 158



Théorème :
Les suites ) ( ), ( ), (
n n n
M s S convergent vers

b
a
f .
Démonstration :
Soit 0 > ε , soit 0 > α comme dans le théorème précédent.
Soit * N ∈ N tel que α <

N
a b

Alors, pour tout N ∈ n tel que N n ≥ , la subdivision régulière de [ ] b a, en n
parties est de pas α <

n
a b
, donc ε < −

b
a
n
f s
Ainsi, ε ε < − ≥ ∀ ∈ ∃ > ∀

b
a
n
f s N n N , *, , 0 N
(pour les autres suites remplacer simplement
n
s )

Exemple :

=
+
=
n
k
n
k n
u
1
1
(pour 1 ≥ k ). Montrer que ) (
n
u converge.
On a, pour tout * N ∈ n :
∑ ∑
= =
=
+
=
n
k
n
k
n
k
n
n
k
f
n n
u
1 1
) (
1
1
1 1
avec [ ]
x
x
f
+

1
1
1 , 0 :
֏
R .
Les
n
k
sont les points de la subdivision régulière de [ ] 1 , 0 en n parties : on
reconnaît alors une somme de Riemann :

=
=
n
k
n
n
k
f
n
S
1
) (
1

f étant continue sur [ ] 1 , 0 ,
n
u tend vers
¸
2 ln
1
0

f lorsque n tend vers ∞ + .


C) Retour aux sommes de Riemann générales

Majoration de l’erreur quand f est lipschitzienne :
On suppose ici l’existence de
+
∈R M tel que :
[ ] ' ) ' ( ) ( , , ' , x x M x f x f b a x x − ≤ − ∈ ∀
A.BENHARI 159

Soit S une somme de Riemann attachée à f et ) ,... (
0 n
a a = σ avec le choix
) ,... (
1 n
x x x = des points [ ]
k k k
a a x ,
1 −
∈ . Majorons S f
b
a



En reprenant la démonstration du A) :
2
2
1
1
1
) (
) (
) ( ) ( ) ( ) ( ) (
1
1
1 1
δ M
a a M
dx a a M
dx x x M
dx x f x f x f a a dx x f
k k
a
a
k k
a
a
k
a
a
k k k k
a
a
k
k
k
k
k
k
k
k

− ≤
− ≤
− ≤
− ≤ − −





∫ ∫


− −

Où on a noté δ le pas de la subdivision.
Ainsi, en continuant la démonstration comme au A) :
2
δ nM S f
b
a
≤ −


Ou, lorsque la subdivision est régulière :
n
a b
M S f
b
a
2
) ( −
≤ −


D) Remarque sur la méthode des trapèzes

Prendre ) (
n
S ou ) (
n
s comme approximation de

b
a
f , c’est appliquer la méthode
des rectangles. (pour ) (
n
M aussi)

Prendre |
¹
|

\
| +
2
n n
s S
comme approximation de

b
a
f s’appelle appliquer la méthode
des trapèzes :



E) Cas où f est monotone (et toujours continue)

Supposons f croissante ; alors, en notant toujours ) ,... (
0 n
a a la subdivision
régulière de [ ] b a, en n parties : [ ] ) ( ) ( ) ( , ,
1 1 k k k k
a f x f a f a a x ≤ ≤ ∈ ∀
− −

Donc
¸¸ ¸_ ¸ ¸ ¸¸ ¸ ¸_ ¸
) ( ) ( ) ( ) (
1
1
1 1
1 1
1
) ( ) ( ) (
k k k
k
k
k
k
k k k
k
k
a f a a
a
a
k
a
a
a f a a
a
a
k
dx a f dx x f dx a f

− −
− −

− −

∫ ∫ ∫
≤ ≤
D’où, en sommant :
A.BENHARI 160

n
b
a
n
S dx x f s ≤ ≤

) (
Il en est de même quand f est décroissante (en retournant les inégalités)

Application :
n n n
b
a
n n n
b
a
s S s f
s S S f
− ≤ −
− ≤ −



)) ( ) ( ( ) ( ) (
1
0 1
a f b f
n
a b
a f
n
a b
a f
n
a b
s S
n
k
k
n
k
k n n


=



= −
∑ ∑

= =


Exemple numérique :
Donner une approximation à 2.10
-1
près de

+
=
1
0
4
1 x
dx
I .
On note
4
1
1
:
x
x f
+
֏ .
f est décroissante. Donc
n n
s I S ≤ ≤
n
f f
n
S s
n n
2
1
)) 1 ( ) 0 ( (
1
= − = −
On encadre I par
n
S et
n
s avec n tel que
1
10 . 2
2
1


n
; on prend ainsi 3 = n .
... 94 , 0 )
3
2
( )
3
1
( ) 0 (
3
1
3
=
|
¹
|

\
|
+ + = f f f s
... 77 , 0
6
1
3 3
= − = s S
D’où 95 , 0 77 , 0 ≤ ≤ I
Donc 85 , 0 ≈ I à 10
-1
près
ou 8 , 0 ≈ I à 2.10
-1
près.


F) Remarque

La théorie parle de

=
|
¹
|

\
| −
+

=
n
k
n
n
a b
k a f
n
a b
S
1
pour f continue sur [ ] b a, .
En pratique, on reconnaît le plus souvent

=
n
k
n
k
n
1
) (
1
ϕ où ϕ est continue sur [ ] 1 , 0 .
Et, en effet,
∑ ∑
= =
× − =
|
¹
|

\
| −
+

n
k
n
k
n
k
n
a b
n
a b
k a f
n
a b
1 1
) (
1
) ( ϕ avec :
[ ]
)) ( (
1 , 0 :
a b t a f t − +

֏
R ϕ


VII Valeur moyenne d’une fonction continue sur un segment

A.BENHARI 161

Soit [ ] R → b a f , : , continue, avec b a < .
On définit la valeur moyenne de f sur [ ] b a, :


b
a
dt t f
a b
) (
1

Explication :

La valeur moyenne h de f sur [ ] b a, est le réel h tel que l’aire hachurée soit l’aire
correspondante pour la fonction constante égale à h.
Ou :
Soit ) ,... (
0 n
a a la subdivision régulière de [ ] b a, .
Moyenne arithmétique des [ ] n i a f
i
, 1 ), ( ∈ :
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸


=

×

=
+ + +
b
a
n
k
k
n
dt t f
a f
n
a b
a b n
a f a f a f
) ( vers tend
) (
1 ) ( ... ) ( ) (
1
2 1





I Le résultat fondamental
A) Théorème

Théorème :
Soit I un intervalle de R, et R → I f : une fonction continue. Soit I a∈ .
Alors l’application


x
a
dt t f x
I F
) (
:
֏
R (qui est bien définie sur I car I x ∈ ∀ , I x a ⊂

] , [ ,
et donc f est continue sur ce segment) est dérivable de dérivée f.
Démonstration :
Soit I x ∈
0
. Montrons que F est dérivable en
0
x et que ) ( ) ( '
0 0
x f x F = .
Pour cela, étudions ) (
) ( ) (
0
0
0
x f
x x
x F x F



pour { }
0
\ x I x ∈ , de manière à montrer que
cela tend vers 0 quand x tend vers
0
x .
|
|
¹
|

\
|
= −


→0
0
0
0
) ( ) (
) ( ) (
x x f
x x
x F x F
ε
Pour cela, étudions ) ( ) ( ) ( ) (
0 0 0
x f x x x F x F − − − pour { }
0
\ x I x ∈ :
Chapitre 17 : Intégrale d’une fonction continue
sur un segment et dérivation
A.BENHARI 162

[ ]
[ ]
¦
¹
¦
´
¦
≤ − − ≤ −
≥ − − ≤ −

− =
− − =
− − − = − − −






∫ ∫
0 0
,
0 0
0 0
,
0 0
0
0 0
0 0 0 0 0
si ) ( ) ( sup ) ( ) ( ) (
si ) ( ) ( sup ) ( ) ( ) (
)) ( ) ( (
) ( ) ( ) (
) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) (
0
0
0
0
0
0
0
x x x f t f x x dt x f t f
x x x f t f x x dt x f t f
dt x f t f
x f x x dt t f
x f x x dt t f dt t f x f x x x F x F
x x t
x
x
x x t
x
x
x
x
x
x
x
a
x
a

Dans les deux cas : ) ( ) ( sup ) ( ) ( ) ( ) (
0
] , [
0 0 0 0
0
x f t f x x x f x x x F x F
x x t
− − ≤ − − −



Donc ) ( ) ( sup ) (
) ( ) (
0
] , [
0
0
0
0
x f t f x f
x x
x F x F
x x t
− ≤ −





Or, 0 ) ( ) ( sup
0
0
0
] , [
  →  −



x x
x x t
x f t f . En effet :
Soit 0 > ε , soit 0 > α tel que ε α < − ⇒ < − ∈ ∀ ) ( ) ( ,
0 0
x f x f x x I x (α existe car f
est continue en
0
x ). Alors, pour I x ∈ tel que α < −
0
x x , on a ] , [
0

∈ ∀ x x t , α < −t x
0
.
Donc ] , [
0

∈ ∀ x x t , ε < − ) ( ) (
0
x f t f .
Donc ε ≤ −


) ( ) ( sup
0
] , [
0
x f t f
x x t
, soit ε ≤ −


) ( ) ( sup
0
] , [
0
x f t f
x x t

Donc
|
|
|
¹
|

\
|
≤ − ⇒ < − ∈ ∀ > ∃ > ∀


ε α α ε ) ( ) ( sup , , 0 , 0
0
] , [
0
0
x f t f x x I x
x x t
, ce qui montre la
limite voulue.
D’où on tire alors le résultat voulu.


B) Remarques

Soit f une fonction définie sur I, où I est un intervalle. On suppose f non continue,
mais cependant continue par morceaux sur tout segment contenu dans I.
Alors, pour tout I a ∈ ,


x
a
dt t f x
I F
) (
:
֏
R est parfaitement définie car f est continue
par morceaux sur le segment ] , [

x a .
• Elle est continue :
Soit I x ∈
0
, 0 > h . Soit [ ] I h x h x S ∩ + − =
0 0
, . Pour tout S x ∈ , on a :
) ( sup ) ( ) ( ) (
0 0
0
t f x x dt t f x F x F
S t
x
x

− ≤ ≤ −


Donc F est lipschitzienne sur S, donc sur un voisinage de
0
x . Donc F est continue
en
0
x .
A.BENHARI 163

• De plus, la démonstration précédente montre que F est dérivable en tout
I x ∈
0
où f est continue.
• En revanche, F n’est pas dérivable en un
0
x où f n’est pas continue. Exemple :
0
x h x −
0
h x +
0

f étant continue par morceaux sur un segment contenant
0
x , elle admet une limite
finie à
¹
´
¦
l x
l x
disons , en gauche
' disons , en droite
0
0

En se plaçant dans le cas de la figure :
F est dérivable de dérivée f sur ] [
0 0
, x h x − , mais aussi sur ] [ h x x +
0 0
, .
Si F était dérivable en
0
x , le théorème sans nom dirait :
¸¸ ¸_ ¸ ¸¸ ¸_ ¸
'
0
) ( ' lim ) ( ' ) ( ' lim
0
0
0
0
l
x x
x x
l
x x
x x
x F x F x F
>

<

= = , d’où contradiction.
C) Conséquence du théorème

Théorème :
Soit f une fonction continue sur un intervalle I.
Alors :
(1) f admet des primitives sur I.
(2) Si G est une primitive de f sur I, alors les primitives de f sur I sont exactement
les cte + G
(3) Pour tout I a ∈ ,

x
a
dt t f x ) ( ֏ est l’unique primitive de f qui s’annule en a.
(4) Si G est une primitive de f, alors, pour tout I b a ∈ , , on a :
) ( ) ( ) ( a G b G dt t f
b
a
− =

, noté [ ]
b
a
t G ) (
Démonstration :
(1) Voir théorème : si on se donne I a ∈ ,

x
a
dt t f x F ) ( : ֏ est une primitive de f.
(2) Si F et G sont deux primitives de f sur I, alors :
) ( ' ) ( ' , t G t F I t = ∈ ∀ , donc 0 ) ( )' ( , = − ∈ ∀ t G F I t . Donc cte = − G F car I est un
intervalle. Inversement, si G est une primitive, alors cte + G en est aussi une
(3)

x
a
dt t f x ) ( ֏ est une primitive, elle est nulle en a, et c’est la seule d’après (2).
(4) Soit G une primitive de f. Alors la fonction ) ( ) ( : a G t G t F − ֏ est une
primitive de f qui s’annule en a. Alors ) ( ) ( ) ( ) ( a G b G b F dt t f
b
a
− = =




D) Exercices d’application

A.BENHARI 164

• Soit


x
t
dt e x F
0
2
: ֏ . Alors, comme
2
t
e t

֏ est continue sur R, F est définie
et dérivable sur R, et :
2
) ( ' ,
x
e x F x

= ∈ ∀ R . D’où étude (en exercice)…
• Soit


2
1
:
x
x
t
dt
t
e
x ֏ φ .
- Déjà,


2
1
x
x
t
dt
t
e
a un sens lorsque
1
:
− t
e
t f
t
֏ est définie et continue
(intégrable suffit mais ici c’est pareil…) sur le segment ] , [
2

x x , c'est-à-dire
lorsque 1 n’appartient pas au segment ] , [
2

x x , c'est-à-dire lorsque 1 > x ou
1 1 < < − x . Ainsi, le domaine de définition de φ est ] [ { } 1 \ , 1 +∞ − = D
- Justifier que φ est dérivable sur D, donner ) ( ' x φ :
o Dérivabilité sur ] [ +∞ , 1 :
f est continue sur l’intervalle ] [ +∞ , 1 . Donc elle y admet une primitive,
disons F. Alors ] [ ) ( ) ( ) ( , , 1
2
x F x F x x − = +∞ ∈ ∀ φ ((4) du théorème
précédent). Donc φ est dérivable sur ] [ +∞ , 1 et, pour tout ] [ +∞ ∈ , 1 x :
1 1
2
) ( ' ) ( ' 2 ) ( '
2
2
2



= − =
x
e
x
xe
x F x xF x
x x
φ
o Dérivabilité sur ] [ 1 , 1 − : analogue.


E) Les choses fausses

• f intégrable sur un segment [ ] ⇒/ b a, f admet une primitive sur [ ] b a,
• f admet une primitive sur [ ] ⇒/ b a, f est intégrable sur [ ] b a,

Exemples :
• Si f est continue par morceaux sur [ ] b a, (mais pas continue)
Alors f est intégrable sur [ ] b a, , mais n’admet pas de primitive sur [ ] b a, :
Si F en était une, il y aurait contradiction avec le théorème sans nom pour ) ( ' c F
où c est un point de discontinuité.
• Considérons
] ]
¦
¹
¦
´
¦
=

0 si 0
1 , 0 si
1
sin
:
2
2
x
x
x
x
x F ֏
Alors F est dérivable sur ] ] 1 , 0 , et :
] ]
2 2 2
2
3 2
1
cos
2 1
sin 2
1
cos
2 1
sin 2 ) ( ' , 1 , 0
x x x
x
x
x
x x
x x F x − = − = ∈ ∀
De plus, pour tout ] ] 1 , 0 ∈ x : 0
1
sin
0
) 0 ( ) (
0 2
 →  =


→ x
x
x
x
F x F
. Donc F est
dérivable en 0 et 0 ) 0 ( ' = F
A.BENHARI 165

La fonction
] ]
¦
¹
¦
´
¦
=

0 si 0
1 , 0 si
1
sin 2
:
2
x
x
x
x
x g ֏ est continue sur [ ] 1 , 0 . Elle y admet donc
une primitive G. Ainsi, pour tout [ ] 1 , 0 ∈ x :
) ( ' ) ( '
1
cos
2
2
x F x G
x x
− =
La fonction
] ]
¦
¹
¦
´
¦
=

0 si 0
1 , 0 si
1
cos
2
2
x
x
x x
x ֏ admet donc une primitive sur [ ] 1 , 0 (à savoir
F G− ), mais elle n’est pas intégrable car non bornée.
(Remarque : elle n’est pas continue en 0, ni continue par morceaux sur [ ] 1 , 0 car, en
0, il n’y a pas de limite finie à droite)

• On rappelle aussi que pour f continue sur D, si F est une primitive de f sur D, il
est faux en général que les primitives de f sur D sont les cte + F (car D n’est
pas forcément un intervalle)







II Tableau des primitives usuelles

Tableau donnant la valeur en x d’une primitive F pour une fonction f continue sur un
intervalle I :
A.BENHARI 166

{ }
] [
] [
] [
] [ ] [ ] [
] [
] [ ] [
cte cos ln
2
,
2
tan
cte Argcoth
cte Argth
cte 1 ln
2
1
1 ln
2
1
1 , , , 1
1 , 1
, 1 , 1 , 1 , 1 ,
1
1
cte ) ( Argch
cte Argch
1 ,
, 1
1
1
cte Argsh
1
1
cte Arccos ou
cte Arcsin
1 , 1
1
1
cte Arctan
1
1
x
cte ch sh
cte sh ch
cte cos sin
cte sin cos
cte
cte
1
*
1 \ ,
cte ln
cte ) ln(
cte ln
*
*
cte
1
*
ou
*
2 ,
cte
1
,
2
2
2
2
2
1
1
1
1
+ −

¸

(
¸
(
+ + − =
+
+
+ + + − −
− ∞ − +∞

+∞ − − ∞ −

+ − −
+
− ∞ −
+∞

+
+
+ −
+


+
+
+
+
+ −
+
+
+
+
− ∈
+
)
`
¹
+ −
+
+
+ −

+
+

+ −
+

+ −
+ −
− +

+
x x k k I x x
x x
x x
x x x
x
x
x x
x x
x
x
x x
x
x
x x
x x
x
x
x x
x
x x x x
x x x x
x x x x
x x x x
e x e x
x
x x x
x x
x x
x x
x x
n
x
x n x x
n
x
x n x x
F I f
k
x x
n
n
n
n
֏ ֏
֏
֏
֏
֏
֏
֏
֏
֏ ֏
֏
֏
֏
֏ ֏
֏ ֏
֏ ֏
֏ ֏
֏ ֏
֏ ֏
֏ ֏
֏
֏
֏
֏
֏ ֏
֏ ֏
π
π
π
π
α
α
α
α
R
R
R
R
R
R
R
R R
R
R
R R
R N


III Intégration par parties
A) Théorème

Théorème :
Soient R ∈ b a, .
Soient f, g deux fonctions de classe C
1
sur le segment ] , [

b a .
Alors [ ]
∫ ∫
− =
b
a
b
a
b
a
dt t g t f t g t f dt t g t f ) ( ) ( ' ) ( ) ( ) ( ' ) ( .
Démonstration :
) ( ' ) ( t g t f t ֏ et ) ( ) ( ' t g t f t ֏ sont continues sur ] , [

b a , donc déjà les deux
intégrales on un sens. De plus, une primitive de la fonction ) ( ' ) ( ) ( ) ( ' t g t f t g t f t + ֏
(continue) est ) ( ) ( t g t f t ֏ . Donc [ ]
b
a
b
a
t g t f dt t g t f t g t f ) ( ) ( )) ( ) ( ' ) ( ' ) ( ( = +


A.BENHARI 167

D’où le résultat par linéarité.


B) Exemples pratiques

[ ] [ ] 2 ln
2
1
4
) 1 ln(
2
1
4 1
Arctan Arctan
1
0
2
1
0
2
2
1
0
) ( 1 ) ( '
1
1
) ( ' Arctan ) (
parties par n intégratio
1
0
2
− = + − =
+
− = •
∫ ∫
= =
+
= =

π π
t dt
t
t
t t dt t
t t g t g
t
t f t t f
Remarque : pour tout R ∈ x , on a de même :
¸
0
2
0
cte ) 1 ln(
2
1
Arctan Arctan
=
+ + − =

x x x dt t
x

Or,

x
dt t x
0
Arctan ֏ est une primitive de la fonction continue Arctan. Ainsi,
une primitive de Arctan est ) 1 ln(
2
1
Arctan
2
x x x x + − ֏
On trouve parfois (mais il faut éviter de l’utiliser) la notation :
cte ) 1 ln(
2
1
Arctan Arctan
2
indéfinie intégrale
+ + − =

x x x dx x
¸ ¸¸ ¸ ¸_ ¸

• Pour tout
*
+
∈R x , [ ] 1 ln ln ln
1
1
) ( 1 ) ( '
1
) ( ' ln ) (
1
+ − = − =
∫ ∫
= =
= =

x x x dt t t tdt
x
x
t t g t g
t
t f t t f
x

Ainsi, une primitive de ln sur
*
+
R est x x x x − ln ֏ .
Pour tout N ∈ n (voire même { } 1 \ − Z ) :
¸
2
) 1 (
1
1
1
1
1
1
1
1
cte
1
ln
1
1 1
1
ln
1
ln
+
+
+
+ +
+
|
|
¹
|

\
|
+

+
=
+

(
¸
(

¸

+
=
∫ ∫
n
n
n
x
n
x
n
x
n
n
x
x x
n
dt
t n
t
t
n
t
tdt t
pour 1 − = n :
[ ]
∫ ∫
− =
x
x
x
dt
t
t
t dt
t
t
1
1
2
1
ln
ln
ln
, d’où x dt
t
t
x
2
1
ln
2
1 ln
=


• Pour tout R ∈ x , N ∈ n on note

=
x
t n
n
dt e t x I
0
) (
Alors :
[ ] ) ( ) 1 ( ) 1 ( ) (
1
0
0
1
0
1
1
x I n e x dt e t n e t dt e t x I
n
x n
x
t n
x
t n
x
t n
n
+ − = + − = =
+ + +
+
∫ ∫

• [ ]
∫ ∫
+ − =
π
π
π
0
0
2
0
2
cos 2 cos sin xdx x x x xdx x
et [ ] [ ]
π
π
π
π
0
0
0
0
cos sin sin cos 2 x xdx x x xdx x = − =
∫ ∫
. Donc 4 sin
2
0
2
− =

π
π
xdx x


C) Formule de Taylor avec reste intégral

A.BENHARI 168

Théorème :
Soient R ∈ b a, , N ∈ n .
Soit f de classe
1 + n
C sur ] , [

b a .
Alors :

+

+

+ +

+ − + =
b
a
n
n
n
n
dx x f
n
x b
a f
n
a b
a f
a b
a f a b a f b f ) (
!
) (
) (
!
) (
... ) ( ' '
! 2
) (
) ( ' ) ( ) ( ) (
) 1 ( ) (
2

Démonstration : par récurrence sur n.
Pour 0 = n : le théorème dit que pour f de classe
1
C sur ] , [

b a :

+ =
b
a
dt t f a f b f ) ( ' ) ( ) ( . Ok
Soit N ∈ n , supposons le théorème vrai pour n.
Déjà, f est de classe
1 + n
C , donc :
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
n
R
b
a
n
n
n
n
dx a f
n
x b
a f
n
a b
a f a b a f b f

+

+

+ + − + = ) (
!
) (
) (
!
) (
... ) ( ' ) ( ) ( ) (
) 1 ( ) (

Or,

+
+
+

+
+
+
− −

(
¸
(

¸

+
− −
=
+
+
b
a
n
n
t f
n
a b
b
a
n
n
n
dt t f
n
t b
t f
n
t b
R
n
n
) (
)! 1 (
) (
) (
)! 1 (
) (
) 2 (
1
) (
)! 1 (
) (
) 1 (
1
) 1 (
1
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸

Ce qui achève la récurrence.

Intérêt de la formule : très simple à démontrer par rapport aux autres.


IV Changement de variable
A) Le théorème

Théorème :
Soient R ∈ b a, .
Soit R →

] , [ : b a ϕ de classe
1
C .
Soit f une fonction continue sur un intervalle I contenant ]) , ([

b a ϕ (et à valeurs
réelles)
Alors
∫ ∫
=
) (
) (
) ( ) ( ' )) ( (
b
a
b
a
dx x f dt t t f
ϕ
ϕ
ϕ ϕ
On dit qu’on a fait le changement de variable
¹
´
¦
=
=
dt t dx
t x
) ( '
) (
ϕ
ϕ

Démonstration :
• La fonction ) ( ' )) ( ( t t f t ϕ ϕ ֏ est continue sur ] , [

b a .
En effet, ϕ est de classe
1
C sur ] , [

b a , et f est continue sur I, contenant ]) , ([

b a ϕ .
Donc ϕ f est continue sur ] , [

b a .
A.BENHARI 169

Enfin, ϕ est de classe
1
C sur ] , [

b a , donc ' ϕ est continue sur ] , [

b a .
Donc, par produit, ) ( ' )) ( ( t t f t ϕ ϕ ֏ est continue sur ] , [

b a .
• La fonction f est continue sur I. Elle y admet donc une primitive F.
Alors )) ( ( t F t ϕ ֏ est dérivable sur ] , [

b a , de dérivée ) ( ' )) ( ( ' t t F t ϕ ϕ ֏ , soit
) ( ' )) ( ( t t f t ϕ ϕ ֏
• Ainsi, la fonction continue ) ( ' )) ( ( t t f t ϕ ϕ ֏ admet la primitive )) ( ( t F t ϕ ֏ .
Donc [ ]
b
a
b
a
t F dt t t f )) ( ( ) ( ' )) ( ( ϕ ϕ ϕ =


• Or, [ ] [ ]

= = − =
) (
) (
) (
) (
) ( ) ( )) ( ( )) ( ( )) ( (
b
a
b
a
b
a
dx x f t F a F b F t F
ϕ
ϕ
ϕ
ϕ
ϕ ϕ ϕ .
(Puisque f est continue sur I, qui contient ) (a ϕ et ) (b ϕ et F en est une primitive)


B) Exemples

[ ] ) cos( 1 cos sin ) sin( 2
2
0
0
2
variable de changement
0
2
2
2
2
π
π
π π
− = − = = •
∫ ∫
=
=

x xdx dt t t
tdt dx
t x

[ ] ) 2 2 ln 2 17 17 ln 17 (
4
1
ln
4
1
ln
4
1
) 1 ln(
17
2
17
2
4
1
2
1
4 3
3
4
+ − − = − = = + •
∫ ∫
=
+ =

x x x xdx dt t t
dt t dx
t x

x u udu dt
t
t
x
x
dt
t
t
du
t u
x
2
ln
0
2
ln
0
ln
1
ln
2
1
2
1 ln
=
(
¸
(

¸

= = •
∫ ∫
=
=


[ ]
4
sin sin sin cos 1 1
2
0
, 0 pour
sin
2
0
2
2
1 , 0 pour
0 ,
2
pour
sin
cos
1
0
2
2
π
θ θ θ θ θ θ
π
θ
θ
π
θ
π
θ
θ θ
θ
π
= = − − = − •
∫ ∫ ∫

+
= =
= =
− =
=

d d dt t
t
t
d dt
t
¸¸ ¸_ ¸

(dans ce dernier, on va « de droite à gauche », contrairement aux autres exemples.)
Ici, θ θ ϕ cos : ֏ (de classe
1
C sur R),
2
1 : t t f − ֏ (continue sur [ ] 1 , 1 − )
Remarque : on pouvait voir que


1
0
2
1 dt t correspond aussi à
4
1
de l’aire du
cercle trigonométrique…
) 3 / 1 ( Arctan
3
3 2
1 3
3 2
3
1
3
2
3
2
tan 3
) tan 1 (
tan 1
tan 1
2
cos 2
3 / 1
0
2
3 /
3 /
1
0
2
1
0
2
) tan 1 (
tan
2
0
2
2
2
2
2
0
2
2
2
2
2
0
2
2
2
1
2
=
+
=
|
|
¹
|

\
|
+
=
+
=
+
+
=
+

+
=
+

∫ ∫
∫ ∫ ∫ ∫
=
=

+ =
=

u
du
t
dt
t
dt d d d
dt du
t u
d dt
t
θ
π
θ
θ
π
θ
θ
π
θ
θ
θ θ
θ
θ

Variante : on peut faire aussi plutôt le changement de variable :
A.BENHARI 170

¦
¹
¦
´
¦
+
=
=
2
1
2
d
Arctan 2
t
dt
t
θ
θ

(on a
2
2
1
1
cos
t
t
+

= θ ; pour 0 , 0 = = θ t , pour
2
, 1
π
θ = = t )
...
1
1
2
1
2
cos 2
1
0
2
2
2
2
0
=
+

+
+
=
+
∫ ∫
t
t
dt
t
d
π
θ
θ



C) Application aux fonctions paires, impaires, périodiques

Proposition :
Soit I un intervalle de R contenant 0 et symétrique par rapport à 0.
Soit R → I f : continue. Alors :
Si f est paire, alors
∫ ∫

− = ∈ ∀
x x
dt t f dt t f I x
0 0
) ( ) ( , (et
∫ ∫
=

x x
x
dt t f dt t f
0
) ( 2 ) ( )
Si f est impaire, alors
∫ ∫

= ∈ ∀
x x
dt t f dt t f I x
0 0
) ( ) ( , (et 0 ) ( =


x
x
dt t f )
Démonstration :
Pour tout I x ∈ , on a :
∫ ∫
− − =
− =
− =

− x
dt du
t u
x
du u f dt t f
0 0
) ( ) ( , et on obtient le résultat voulu dans les deux cas.

Proposition :
Soit f une fonction T-périodique sur R et continue. Alors :
(1) pour tout R ∈ b a, ,
∫ ∫
=
+
+
b
a
T b
T a
dt t f dt t f ) ( ) (
(L’intégrale de f est invariante par translation de vecteur T de l’intervalle
d’intégration)
(2) pour tout R ∈ a ,
∫ ∫
=
+ T T a
a
dt t f dt t f
0
) ( ) (
(L’intégrale de f sur un segment d’amplitude T ne dépend pas de ce segment)
Démonstration :
(1) On fait le changement de variable T t u + = ( dt du = )
(2) Relation de Chasles :
∫ ∫ ∫ ∫ ∫
=

+ + =
=
+ + T
f
T a
T
T
a
T a
a
f f f f f
a
0 0
0
0
¸ _ ¸

Application :
∫ ∫ ∫ ∫ ∫
+
=
+
=
+
+
+
=
+

+
↑ −
+

+
=
− −

π
θ
θ
π
π
π
θ
θ
θ
θ
π
π
π
π
π
π
θ
θ
θ
θ
θ
θ
θ
θ
θ
θ
π
π
0
paire est
cos 2
1
car
périodique - 2
est
cos 2
1
car
cos 2
3 3
cos 2
4
cos 2
2
cos 2 cos 2 cos 2
d d d d d
d
֏
֏
¸¸ ¸_ ¸

A.BENHARI 171

Et :
∫ ∫
+
=
+
<

a
a
a
d d
0 0
cos 2
lim
cos 2 θ
θ
θ
θ
π
π
π
car

+
x
d
x
0
cos 2 θ
θ
֏ est continue, (et même
dérivable)
Pour tout [ [ π , 0 ∈ a :
π
θ
θ
π
3
3
3
tan
Arctan
3
3 2
1 3
3 2
3
2
cos 2
2
tan
3
1
0
2
tan
0
2
0
2 2
  → 
|
|
¹
|

\
|
=
+
=
+
=
+
→ ∫ ∫ ∫ a
a
a
a a
u
du
t
dt d

Donc π
θ
θ
π
π
3
3 4
cos 2
3
=
+


d



V Un théorème de la moyenne

Théorème :
Soit [ ] R → b a f , : , continue.
Alors il existe [ ] b a c , ∈ (et même ] [ b a, si b a ≠ ) tel que :
) ( ) ( ) ( c f a b dt t f
b
a
− =

.
Démonstration :
C’est le théorème des accroissements finis appliqué à une primitive de F de la fonction
continue f.
(Le théorème est hors programme, il faut donc le redémontrer à chaque fois…)

Ainsi, la valeur moyenne de f sur [ ] b a, est une valeur atteinte (d’où le nom du
théorème). Attention, ce théorème ne se généralise pas aux fonctions à valeurs dans C !




I Intégration des fonctions à valeurs dans C.

Dans tout ce paragraphe, I désigne un intervalle infini de R, a et b deux réels, et on
convient que si b a > , la notation [ ] b a, désigne le segment [ ] a b, .

A) Notations et rappels

Soit C → I f : une fonction (dite « complexe, d’une variable réelle »)
Soient f Re et f Im les parties réelles et imaginaires de f (c'est-à-dire les
fonctions de I dans R définies par : )) ( Im( )) ( Re( ) ( , x f i x f x f I x + = ∈ ∀ )
On rappelle que f est continue sur I si et seulement si f Re et f Im sont continues
sur I.
Chapitre 18 : Intégration sur un segment de
fonctions à valeurs dans C
A.BENHARI 172

On notera de plus f et f les fonctions définies sur I par : ) ( ) ( , x f x f I x = ∈ ∀ et
) ( ) ( , x f x f I x = ∈ ∀ . Bien entendu, si f est continue sur I, alors f et f le sont aussi.


B) Fonctions continues par morceaux sur un segment

Soit [ ] C → b a f , : . On dit que f est continue par morceaux sur [ ] b a, lorsqu’il
existe une subdivision ) ,... , (
1 0 n
x x x = σ de [ ] b a, telle que, pour tout [ ] n i , 1 ∈ :
- f est continue sur ] [
i i
x x ,
1 −

- f a une limite (dans C) à droite en
1 − i
x
- f a une limite (dans C) à gauche en
i
x
(C’est la définition analogue à celle qui concerne les fonctions à valeurs dans R)
On prouve immédiatement que, pour [ ] C → b a f , : :
f continue par morceaux ⇔ f Re et f Im continues par morceaux.

Et donc, aisément :
Si f et g sont continues par morceaux sur [ ] b a, , alors les fonctions f , f g f µ λ +
(où C ∈ µ λ, ) sont aussi continues par morceaux.






C) Définition

Soit [ ] C → b a f , : , continue par morceaux. On peut définir :
∫ ∫ ∫
+ =
b
a
b
a
b
a
dt t f i dt t f dt t f )) ( Im( )) ( Re( ) (
déf

Remarque : s’il se trouve que f est à valeurs réelles, on retrouve bien l’intégrale de
f sur [ ] b a, au sens du chapitre précédent.


D) Premières propriétés

En utilisant la définition et les propriétés des intégrales des fonctions réelles, on
établit aisément les propriétés suivantes :

1) Linéarité

Si f et g sont deux fonctions complexes continues par morceaux sur [ ] b a, ,
alors pour tous C ∈ µ λ, :
∫ ∫ ∫
+ = +
b
a
b
a
b
a
dt t g dt t f dt t g f ) ( ) ( ) )( ( µ λ µ λ
A.BENHARI 173

Remarque : la relation de définition du C) peut maintenant être vue comme
une conséquence de la linéarité.


2) Conjugaison

Si [ ] C → b a f , : est continue par morceaux :
∫ ∫
=
b
a
b
a
dt t f dt t f ) ( ) (


3) Chasles

Si f est une fonction complexe continue par morceaux sur un segment
contenant a, b, c :
∫ ∫ ∫
+ =
b
c
c
a
b
a
dt t f dt t f dt t f ) ( ) ( ) (


4) Fonctions « presque partout égales »

Si f et g sont continues par morceaux sur [ ] b a, et si f et g ne diffèrent que
sur un nombre fini de points, alors
∫ ∫
=
b
a
b
a
dt t g dt t f ) ( ) ( .
Il en résulte, comme pour les fonctions à valeurs dans R, que le calcul de
l’intégrale d’une fonction continue par morceaux se ramène au calcul d’une
somme d’intégrales de fonctions continues.

5) Majoration du module

Soit [ ] C → b a f , : , continue par morceaux.
Si b a ≤ , alors
∫ ∫

b
a
b
a
dt t f dt t f ) ( ) (
Démonstration :
Posons
θ i
b
a
re dt t f =

) ( , avec R R × ∈
+
) , ( θ r (alors r dt t f
b
a
=

) ( )
Alors :
∫ ∫
− −
= =
b
a
i
b
a
i
dt t f e dt t f e r ) ( ) (
θ θ

Soient u et v les parties réelles et imaginaires de la fonction ) (t f e t
iθ −
֏ .
Alors
¸
¸¸ ¸_ ¸ ¸¸ ¸_ ¸
R R
R
∈ ∈

∫ ∫
+ =
b
a
b
a
dt t v i dt t u r ) ( ) ( . Donc 0 ) ( =

b
a
dt t v et r dt t u
b
a
=

) ( .
Or, pour tout [ ] b a t , ∈ , ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( t f t f e t iv t u t u
i
= = + ≤
− θ

Donc
∫ ∫
≤ =
b
a
b
a
dt t f t u r ) ( ) ( .


A.BENHARI 174

E) Intégrale d’une fonction continue et primitives

Rappels :
Soit C → I f : . Alors f est dérivable si et seulement si f Re et f Im sont
dérivables, et on a alors : ) ( )' (Im ) ( )' (Re ) ( ' , x f i x f x f I x + = ∈ ∀
Soit C → I f : , dérivable. Si 0 ) ( ' , = ∈ ∀ x f I x , alors k x f I x k = ∈ ∀ ∈ ∃ ) ( , , C
(évident puisque 0 )' (Im )' (Re 0 ' = = ⇔ = f f f , et I est un intervalle)
Soit C → I f : . Une primitive de f (sur I) est une fonction C → I F : , dérivable,
telle que f F = ' . Si f admet une primitive F, alors l’ensemble des primitives de f est
l’ensembles des fonctions k F + , k décrivant C. (C’est un corollaire du point précédent)

Exemple :
Rappelons que pour iv u z + = avec
2
) , ( R ∈ v u , on définit
z
e par :
) sin (cos v i v e e e e
u iv u z
+ = =
Soit C ∈ m , et soit C R → : f la fonction définie par :
mx
e x f x = ∈ ∀ ) ( , R .
Alors f est dérivable sur R et :
mx
me x f x = ∈ ∀ ) ( ' , R .
En effet, si on pose β α i m + = avec
2
) , ( R ∈ β α , on a :
) sin (cos ) ( , x i x e x f x
x
β β
α
+ = ∈ ∀ R .
Donc f est dérivable sur R et, pour tout R ∈ x :
mx x i x i x
x x
me ie e e
x x ie x x e x f
= + =
+ + − =
) (
) cos sin ( ) sin cos ( ) ( '
β β α
α α
β α
β β β α β β β α

Il en résulte que si * C ∈ m , la fonction
mx
e
m
x
1
֏ est une primitive sur R de la
fonction
mx
e x ֏ .
Théorème :
Soit C → I f : , continue. Alors, pour tout I a ∈ :
La fonction


x
a
dt t f x
C I F
) (
:
֏
est dérivable, de dérivée f.

Conséquence 1 :
Soit C → I f : , continue. Alors f admet des primitives sur I, et, de plus, pour
chaque I a ∈ ,

x
a
dt t f x ) ( ֏ est l’unique primitive de f sur I qui prenne la valeur 0 en a.

Conséquence 2 :
Soit [ ] C → b a f , : , continue, et soit F une primitive de f sur [ ] b a, . Alors :
) ( ) ( ) ( a F b F dt t f
b
a
− =

(qu’on note [ ]
b
a
x F ) ( )
Démonstration du théorème :
Avec les hypothèses du théorème, notons f f Re
1
= et f f Im
2
= .
A.BENHARI 175

Alors, pour tout I x ∈ :
∫ ∫ ∫
+ =
x
a
x
a
x
a
dt t f i dt t f dt t f ) ( ) ( ) (
2 1
, et on sait que les
fonctions

x
a
dt t f x ) (
1
֏ et

x
a
dt t f x ) (
2
֏ sont dérivables sur I, de dérivées respectives
1
f et
2
f (puisque
1
f et
2
f sont continues), d’où le résultat.
Les conséquences du théorème se démontrent exactement comme dans le cas réel.

Application à la recherche de primitives des fonctions réelles.
Exemple :
Nous allons déterminer une primitive sur R de la fonction réelle x e x
x
2 cos
3
֏ .
On peut le faire à partir de deux intégrations par partie, mais on peut faire autrement :
Pour tout R ∈ x , on a |
¹
|

\
|
=
∫ ∫
+
x
t i
x
t
dt e tdt e
0
) 2 3 (
0
3
Re 2 cos (selon la définition du C)
Or, ) 1 ) 2 sin 2 (cos (
13
2 3
) 1 (
2 3
1
2 3
3 ) 2 3 (
0
) 2 3 (
0
) 2 3 (
− +

= −
+
=
(
¸
(

¸

+
=
+
+
+

x i x e
i
e
i i
e
dt e
x x i
x
t i
x
t i

Donc
13
3
) 2 sin 2 2 cos 3 (
13
2 cos
3
0
3
− + =

x x
e
tdt e
x
x
t



F) Intégration par parties

Rappel :
Soient C → I g f : ,
Si f et g sont continues, alors fg est continue.
Si f et g sont dérivables, alors fg est dérivable, de dérivée ' ' )' ( fg g f fg + = .
Soit N ∈ n . Une fonction C → I f : est dite de classe
n
C (sur I) lorsqu’elle est n
fois dérivable sur I et lorsque sa dérivée n-ième est continue sur I.
On établit aisément que f est de classe
n
C si et seulement si f Re et f Im le sont.

De ces résultats, on tire immédiatement, comme dans le cas réel :
Théorème :
Soient [ ] C → b a g f , : , .
Si f et g sont de classe
1
C sur [ ] b a, :
[ ]
∫ ∫
− =
b
a
b
a
b
a
dt t g t f t g t f dt t g t f ) ( ' ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( '

Conséquence : Formule de Taylor avec reste intégral (à l’ordre 1 − n )
Si [ ] C → b a f , : est de classe
n
C ( 1 ≥ n ) sur [ ] b a, :



+


+ +

+ − + =



b
a
n
n
n
n
dx x f
n
x b
a f
n
a b
a f
a b
a f a b a f b f ) (
)! 1 (
) (
) (
)! 1 (
) (
... ) ( ' '
! 2
) (
) ( ' ) ( ) ( ) (
) (
1
) 1 (
1 2

(La démonstration est analogue à celle fait dans le cas réel : faire une récurrence)
Conséquence : Inégalité de Taylor-Lagrange (à l’ordre 1 − n )
Si f est de classe
n
C ( 1 ≥ n ) sur [ ] b a, , et si M désigne un majorant du module de
) (n
f sur [ ] b a, (il en existe car une fonction complexe continue sur un segment de R est
bornée), alors :
A.BENHARI 176

M
n
a b
a f
n
a b
a f
a b
a f a b a f b f
n
n
n
!
) (
)! 1 (
) (
... ) ( ' '
! 2
) (
) ( ' ) ( ) ( ) (
) 1 (
1 2


|
|
¹
|

\
|


+ +

+ − + −



Démonstration :
Selon le théorème précédent, il suffit de montrer que :
M
n
a b
dx x f
n
x b
n
b
a
n
n
!
) (
)! 1 (
) (
) (
1







• Si b a ≤ , on a alors :
∫ ∫





− −
b
a
n
n
b
a
n
n
dx x f
n
x b
dx x f
n
x b
) (
)! 1 (
) (
) (
)! 1 (
) (
) (
1
) (
1

Or, pour tout [ ] b a x , ∈ ,
)! 1 (
) (
) (
)! 1 (
) (
) (
)! 1 (
) (
1
) (
1
) (
1





=


− − −
n
x b
M x f
n
x b
x f
n
x b
n
n
n
n
n

D’où, selon les résultats concernant les intégrales de fonctions réelles :
!
) (
!
) (
)! 1 (
) (
) (
)! 1 (
) (
1
) (
1
n
a b
M
n
x b
M dx
n
x b
M dx x f
n
x b
n
b
a
n
b
a
n
b
a
n
n

=
(
¸
(

¸

− =





∫ ∫
− −

• Si a b ≤ , on procède de même en écrivant :
∫ ∫


=


− −
a
b
n
n
b
a
n
n
dx x f
n
x b
dx x f
n
x b
) (
)! 1 (
) (
) (
)! 1 (
) (
) (
1
) (
1

et que, pour tout [ ] b a x , ∈ , ) (
)! 1 (
) (
) (
)! 1 (
) (
) (
1
) (
1
x f
n
b x
x f
n
x b
n
n
n
n


=


− −
.
Remarque importante (rappel)
Pour 1 = n , on obtient l’inégalité des accroissements finis, mais on rappelle que
l’égalité des accroissements finis est fausse pour les fonctions à valeurs dans C :
Si
3 2
) ( ix x x f + = sur [ ] 1 , 0 , il n’existe pas de ] [ 1 , 0 ∈ c tel que
) ( ' ) 0 1 ( ) 0 ( ) 1 ( c f f f − = − car il faudrait que
2
3 2 1 ic c i + = + , ce qui est impossible.

G) Changement de variable

Théorème :
Soit [ ] R → b a, : ϕ de classe
1
C , et soit C → I f : , continue, avec [ ] I b a ⊂ ) , ( ϕ .
Alors
∫ ∫
=
) (
) (
) ( ) ( ' ) ( (
b
a
b
a
du u f dt t t f
ϕ
ϕ
ϕ ϕ
La démonstration est analogue à celle faite dans le cas où f est à valeurs réelles, en
utilisant bien sûr le fait que si C → I F : est une primitive de f sur I, alors ϕ F est
dérivable sur [ ] b a, et [ ] ) ( ' )) ( ( ) ( ' )) ( ( ' ) ( )' ( , , t t f t t F t F b a t ϕ ϕ ϕ ϕ ϕ × = × = ∈ ∀


H) Remarque importante pour finir

De même que l’égalité des accroissements finis est fausse pour les fonctions à
valeurs dans C, le théorème de la moyenne est faux aussi pour f à valeurs dans C.
(même exemple que pour l’égalité des accroissements finis)

A.BENHARI 177


II Intégration des fonctions rationnelles (à coefficients dans C)
A) Méthode générale

Rappel :
Soit ) ( X F C ∈ , admettant des pôles complexes
p
a a a ,... ,
2 1
avec les multiplicités
p
n n n ,... ,
2 1
. Alors F se décompose en éléments simples dans ) ( X C sous la forme :
∑ ∑
= =
|
|
¹
|

\
|

+ =
p
i
n
j
j
i
j i
i
a X
E F
1 1
,
) (
λ

Où E est un polynôme à coefficients dans C (qui est la partie entière de F), et où
les
j i,
λ sont des éléments de C.
Soit maintenant I un intervalle de R ne contenant aucun pôle de F. Pour trouver
une primitive de ) (t F t ֏ sur I, on est donc ramené à la recherche de primitives des
fonctions polynôme et des fonctions du type
n
a t
t
) (
1

֏ , où * , N C ∈ ∈ n a .
• Cas des fonctions polynomiales : évident
• Cas de
n
a t
t
) (
1

֏ , où 2 ≥ n :
Soit I un intervalle de R ne contenant pas a.
Alors la fonction
n
a t
t
) (
1

֏ admet sur I la primitive
1
) (
1
1
1

− −

n
a t n
t ֏ .
(La vérification est immédiate en dérivant…)
• Cas de
a t
t

1
֏ (Les logarithmes de complexes ne sont pas au programme !!)
- Si R ∈ a , on sait que
a t
t

1
֏ admet sur ] [ a , ∞ − et sur ] [ +∞ , a la primitive
a t t − ln ֏ .
- Si R ∉ a , alors
a t
t

1
֏ est défini sur R tout entier, et :
p st t
a t
a t a t
a t
a t
t
+ −

=
− −

=

∈ ∀
2
) )( (
1
, R avec a a s + = et a a p = .
Donc
2
) , ( R ∈ p s et 0 4
2
< − p s .
On a aussi :
p st t
a s t
p st t
a t
t
s
+ −
− + −
=
+ −

∈ ∀
2
2 2
1
2
) 2 (
, R .
Ainsi, une primitive de
p st t
s t
t
+ −

2
2
֏ sur R est ) ln(
2
p st t t + − ֏ .
On doit donc maintenant trouver une primitive sur R de
p st t
a
t
s
+ −

2
2
֏ .
On a, en mettant sous forme canonique :
4 2
,
2
2
2
s
p
s
t p st t t − +
|
¹
|

\
|
− = + − ∈ ∀ R
De plus, on a 0
4
2
> −
s
p . On introduit alors
*
+
∈R k tel que
4
2
2
s
p k − = .
A.BENHARI 178

Ainsi, pour R ∈ x x ,
0
, on a :
[ ]
) (
) (
) (
) (
2 2 2
) (
2 2
2
2
2
1
2 0
1
2
1
2 0
1
1
2
1
0 0
Arctan
1
) (
s
k
s
k
s
k
s
k
k
s
k
x
x
x
x
dt du
t u
x
x
s
x
x
u
k k u k
kdu
k t
dt
p st t
dt




=
− =

=
+
=
+ −
=
+ −
∫ ∫ ∫

Ainsi, une primitive de
p st t
t
+ −
2
1
֏ sur R est
|
¹
|

\
|
− )
2
(
k
1
Arctan
1 s
t
k
t ֏
Finalement, une primitive de
a t
t

1
֏ sur R est :
|
|
|
|
|
¹
|

\
|



|
¹
|

\
|
− + + −
4
2
Arctan
4
1
2
) ln(
2
1
2 2
2
s
p
s
t
s
p
a
s
p st t t ֏
(Bien entendu, il vaut mieux retenir la méthode que la formule, surtout dans ce
dernier cas… !)


B) Cas des fractions rationnelles à coefficients dans R.

D’abord, bien sûr, on sait faire, puisque c’est un cas particulier du A) : on
décompose la fraction rationnelle dans C et on intègre…
On peut quand même remarquer que si ) ( X F R ∈ , sa partie entière est à
coefficients réels, les coefficients apparaissant dans les parties polaires relatives à des
pôles réels sont réels (voir le cours sur les fractions rationnelles), et enfin les pôles
complexes non réels sont conjugués deux à deux, avec les mêmes multiplicités, et si la
partie polaire relative à un pôle R C \ ∈ a est
n
n
a X a X a X ) (
...
) (
2
2 1

+ +

+

λ λ λ
, alors
celle relative à a est
n
n
a X a X a X ) (
...
) (
2
2 1

+ +

+

λ λ λ
(cela résulte du fait que pour
tout R ∈ t non pôle de F, ) ( ) ( t F t F = , puisque ) ( X F R ∈ , et de l’unicité de la
décomposition en éléments simples).
Ainsi, lorsqu’il apparaît un terme
a X −
λ
(avec R C \ ∈ a et C ∈ λ ), il apparaîtra
aussi
a X −
λ
. Donc, au lieu d’intégrer séparément ces deux termes, on peut plutôt les
regrouper :
p sX X
X
a a X a a X
a a X
a X a X + −
+
=
+ + −
+ − +
=

+

2 2
) (
) ( ) ( β α λ λ λ λ λ λ

Où R ∈ p s, , , β α et 0 4
2
< − p s .
Ensuite, on intègre
p st t
t
t
+ −
+
2
β α
֏ comme dans le cas complexe…
Cependant, regrouper les termes en
n
a X ) ( −
λ
et
n
a X ) ( −
λ
pour 2 ≥ n avant
d’intégrer n’a aucun intérêt (on peut le faire après)
A.BENHARI 179



C) Exemples

• Déjà, il n’est pas toujours utile de décomposer systématiquement :
Une primitive de
7 2 3
2
) 1 2 5 (
4 15
+ +
+
t t
t t
t ֏ est
6 2 3
) 1 2 5 (
1
6
1
+ +

t t
t ֏
• Recherche d’une primitive de
1
1
2
− t
t ֏ sur ] [ ] [ ] [ 1 , 1 ou , 1 , 1 , − +∞ − ∞ − = I :
|
¹
|

\
|
+


=
− 1
1
1
1
2
1
1
1
2
X X X
, donc
|
¹
|

\
|
+


=

∈ ∀
1
1
1
1
2
1
1
1
,
2
t t t
I t .
Ainsi, une primitive de
1
1
2
− t
t ֏ sur I est ( ) 1 ln 1 ln
2
1
+ − − t t t ֏ , soit aussi
1
1
ln
2
1
+

t
t
t ֏
• Recherche d’un primitive de
2 3
) 1 (
1
− t
t ֏ sur ] [ ] [ +∞ ∞ − = , 1 ou 1 , I :
Décomposition en éléments simples dans ) ( X C :
La partie entière est nulle, et la décomposition est de la forme :
2 2
2
2
1
2
2 1
2
2 1
2 3
) ( ) ( ) ( ) ( ) 1 ( ) 1 ( ) 1 (
1
j X j X j X j X X X X −
+

+

+

+

+

=

γ γ β β α α
(1)
(En utilisant le fait que { }
2 3
) 1 (
1
, 1 \

∈ ∀
t
t R est égal à son conjugué et l’unicité de
la décomposition en éléments simples, on montre que
2 2 1 1 2 1
, , , β γ β γ α α = = ∈R mais
on peut faire autrement dans ce cas)
En remplaçant X par jX , on obtient :
2
2 1
2
2
2 1
2
2 2
2
2
1
2
2 2
2
2
1
2
2 1
2
2 1
2 3
) ( ) 1 ( 1 ) (
) ( ) ( ) 1 ( 1 ) 1 (
1
j X
j
j X
j
X
j
X
j
j X
j
j X
j
j jX j jX j jX j jX jX jX X

+

+

+

+

+

=

+

+

+

+

+

=

γ γ β β α α
γ γ β β α α

Donc, par unicité de la décomposition en éléments simples :
2
2
2 2 1 1
2
1 2 2 1
2
1
, , , α γ β α γ β α γ α γ j j j j j j = = = = = =
Il nous reste donc à trouver
2 1
, α α
En multipliant (1) par
2
) 1 ( − X , on obtient :
G X X
X X
2
2 1
2 2
) 1 ( ) 1 (
) 1 (
1
− + + − =
+ +
α α
Où G est une fraction rationnelle dont 1 n’est pas pôle.
En remplaçant X par 1, on obtient
9
1
2
= α
En dérivant formellement cette dernière égalité, on a alors :
' ) 1 ( ) 1 ( 2
) 1 (
) 1 2 ( 2
2
1
3 2
G X G X
X X
X
− + − + =
+ +
+ −
α
A.BENHARI 180

En prenant la valeur en 1, on a alors
9
2
1
− = α .
Ainsi :
|
|
¹
|

\
|

+


+

+


+

+


=

2 2 2
2
2
2
2 2 3
) ( ) (
2
) ( ) (
2
) 1 (
1
) 1 (
2
9
1
) 1 (
1
j X
j
j X
j
j X
j
j X
j
X X X

En regroupant
) ( j X
j

et
) (
2
2
j X
j

, on obtient :
|
|
¹
|

\
|

+

+
+ +
+
+

+


=

2 2 2
2
2 2 2 3
) ( ) ( 1
4 2
) 1 (
1
) 1 (
2
9
1
) 1 (
1
j X
j
j X
j
X X
X
X X X

On a :
1
3
1
1 2
1
4 2
2 2 2
+ +
+
+ +
+
=
+ +
+
X X X X
X
X X
X

Et
4
3
2
2
1
2
) (
1
1
1
+ +
=
+ + X X X

Or, pour tout R ∈ x x ,
0
, on a :
[ ]
) (
) (
) (
) (
2
4
3
2
2
1
2
1
3
2
2
1
0
3
2
2
1
3
2
2
1
0
3
2
2
3
2
3
2
1
0
Arctan
3
2
1 3
2
) (
+
+
+
+
=
= +

=
+
= =
+ +
∫ ∫
x
x
x
x
du dt
u t
x
x
u
u
du
t
dt
.
Donc une primitive de
1
1
3
2
+ +
×
t t
t ֏ sur R est
|
|
¹
|

\
|
+ )
2
1
(
3
2
Arctan 3 2 t t ֏ .
D’autre part, une primitive de
2 2 2
2
) ( ) ( j t
j
j t
j
t

+

֏ sur R est :
|
|
¹
|

\
|

+


2
2
j t
j
j t
j
t ֏ , soit aussi
|
¹
|

\
|
+ +
+ −

1
1
2
t t
t
t ֏ .
Ainsi, une primitive sur I de
2 3
) 1 (
1
− t
t ֏ est la fonction :
|
|
¹
|

\
|
+ +

+ |
¹
|

\
|
+ + + + +

− − −
1
1
)
2
1
(
3
2
Arctan 3 2 ) 1 ln(
1
1
1 ln 2
9
1
2
2
t t
t
t t t
t
t t ֏


III Primitives des fonctions
) (t P e t
t α
֏

* C ∈ α
et
] [ X P C ∈


Soit * C ∈ α , ] [ X P C ∈ , et soit C R → : f définie par ) ( ) ( , t P e t f t
t α
= ∈ ∀ R . f est
continue sur R ; cherchons une primitive de f.

Etude :
Soit ] [ X Q C ∈ , quelconque, et soit C R → : g définie par ) ( ) ( , t Q e t g t
t α
= ∈ ∀ R .
Alors g est dérivable, et )) ( ' ) ( ( ) ( ' , t Q t Q e t g t
t
+ = ∈ ∀ α
α
R .
On a donc les équivalences :
P Q Q
t P t Q t Q t f g
= + ⇔
= + ∈ ∀ ⇔ =
'
) ( ) ( ' ) ( , '
α
α R

A.BENHARI 181

(La deuxième équivalence se justifie par le fait que deux polynômes qui coïncident sur
une infinité de valeurs sont égaux)
Un peu d’algèbre :
Soit N ∈ n tel que n P ≤ ) deg(
Soit
'
] [ ] [ :
Q Q Q
X X
n n
+

α
ϕ
֏
C C
(la définition a bien un sens car si ] [ X Q
n
C ∈ , alors ] [ ' X Q Q
n
C ∈ + α )
Alors ϕ est linéaire (vérification immédiate), et comme 0 ≠ α , on remarque que :
) deg( )) ( deg( ], [ Q Q X Q
n
= ∈ ∀ ϕ C
Ainsi, ϕ est injective (puisque 0 ) deg( )) ( deg( 0 ) ( = ⇒ = −∞ = ⇒ = Q Q Q Q ϕ ϕ )
Comme ϕ est un endomorphisme en dimension finie, ϕ est bijective.
Ainsi, il existe un unique ] [ X Q
n
C ∈ tel que P Q Q = + ' α , et on a même Q P deg deg ≤

Conclusion :
Les primitives de ) (t P e t
t α
֏ sur R sont les cte ) ( + t Q e t
t α
֏ , où Q est un certain
polynôme de même degré que P (on l’obtient par identification)
Ce résultat est faux pour 0 = α (en particulier parce que Q est de même degré que P)

Intérêt :
On peut ainsi obtenir les primitives des fonctions réelles de la forme :
) cos( ) ( t t P e t
t
ω
α
֏ et ) sin( ) ( t t P e t
t
ω
α
֏ (où R ∈ ω α, , et ] [ X P R ∈ ).

Exemple :
Recherche de primitives de ) 2 cos( ) 1 ( :
2
1
t t e t f
t
+ ֏ et ) 2 sin( ) 1 ( :
2
2
t t e t f
t
+ ֏
Soit
2 1
if f f + = . Alors ) 1 ( ) ( ,
2 ) 2 1 (
+ = ∈ ∀
+
t e t f t
t i
R , et si F est une primitive de f, alors
F Re est une primitive de
1
f et F Im une primitive de
2
f .
On cherche F sous la forme ) ( ) (
2 ) 2 1 (
γ β α + + =
+
t t e t F
t i

Alors )) 2 ( ) )( 2 1 (( ) ( ' ,
2 ) 2 1 (
β α γ β α + + + + + = ∈ ∀
+
t t t i e t F t
t i
R
) 1 (
2 1
1
et
2 1
2
et
2 1
1
1 ) 2 1 ( et 0 2 ) 2 1 ( et 1 ) 2 1 ( ' Donc
β γ
α
β α
β γ α β α

+
=
+

=
+
= ⇔
= + + = + + = + ⇔ =
i i i
i i i f F

D’où, après calculs, on obtient qu’une primitive de f est F donnée par :
( ) ) 46 3 ( ) 4 3 ( 10 ) 2 1 ( 25
125
1
) ( ,
2 ) 2 1 (
i t i t i e t F t
t i
− + + + − = ∈ ∀
+
R
Ainsi :
( ) ) 2 sin( ) 46 40 50 ( ) 2 cos( ) 3 30 25 (
125
1
)) ( Re( ) ( ,
2 2
1
t t t t t t e t F t f t
t
− + − − + + = = ∈ ∀ R
( ) ) 2 cos( ) 46 40 50 ( ) 2 sin( ) 3 30 25 (
125
1
)) ( Im( ) ( ,
2 2
2
t t t t t t e t F t f t
t
− + − + + + = = ∈ ∀ R


IV Complément : règle de Bioche

On cherche l’intégrale d’une fraction rationnelle F en θ cos et θ sin
A.BENHARI 182

(

b
a
d F θ θ θ ) sin , (cos )
Si θ θ θ d F ) sin , (cos (attention au θ d !) est inchangé par θ θ − ֏ , faire le changement
de variable θ cos = u peut être utile pour calculer l’intégrale.
Si c’est inchangé par θ π θ − ֏ , faire le changement de variable θ sin = u
Si c’est inchangé par θ π θ + ֏ , faire le changement de variable θ tan = u

Dans tout ce chapitre, n et p sont deux entiers naturels non nuls.

I Normes sur un R-espace vectoriel

Pour ce paragraphe, E désigne un R-ev.

A) Norme (rappels)

Définition :
Une norme sur E, c’est une application N de E dans
+
R vérifiant :
) ( ) ( ) ( , , ) 2 (
) ( ) ( , , ) 2 (
) 0 0 ) ( ( , ) 1 (
y N x N y x N E y x
x N x N E x
x x N E x
+ ≤ + ∈ ∀
= ∈ ∀ ∈ ∀
= ⇒ = ∈ ∀
λ λ λ R
Il résulte aisément des propriétés (1), (2), (3) que si N est une norme sur E, on a :
) ( ... ) ( ) ( ) ... ( , ,... ,
) ( ) ( ) ( ) ( ) ( , ,
) ( ) ( ,
) 0 0 ) ( ( ,
2 1 2 1 2 1 n n n
x N x N x N x x x N E x x x
y N x N y x N y N x N E y x
x N x N E x
x x N E x
+ + + ≤ + + + ∈ ∀
+ ≤ − ≤ − ∈ ∀
= − ∈ ∀
= ⇔ = ∈ ∀

Notation : une norme quelconque sur E est souvent notée .


B) Distance associée à une norme

On suppose que E est muni d’une norme notée . Pour tous x, y de E, on pose :
x y y x d − = ) , ( .
Alors d est une distance sur E, c'est-à-dire que d est une application de E E× dans
+
R vérifiant :
) , ( ) , ( ) , ( , , ,
) , ( ) , ( , ,
0 ) , ( , ,
z y d y x d y x d E z y x
y x d x y d E y x
y x y x d E y x
+ ≤ ∈ ∀
= ∈ ∀
= ⇔ = ∈ ∀

On dit que d est la distance associée à la norme .
Chapitre 19 : Espace R
n
Limite et continuité des fonctions d’une partie
de R
p
dans R
n
.
A.BENHARI 183



C) Exemples de normes sur
n
R
.

Pour chaque x de
n
R , on notera ) ,... , (
2 1 n
x x x x = .
• L’application
2
définie sur
n
R par
2 2
2
2
1
2
...
n
x x x x + + + = est une norme
sur
n
R : c’est la norme naturelle.
• L’application

définie sur
n
R par
[ ]
i
n i
x x
, 1
max


= est aussi une norme sur
n
R .
En effet,

est à valeurs dans
+
R , les propriétés (1) et (2) sont évidentes, et
pour le (3) :
Soient
n
y x R ∈ , .
Pour tout [ ] n i , 1 ∈ , on a
∞ ∞
+ ≤ + ≤ + y x y x y x
i i i i
, d’où
∞ ∞ ∞
+ ≤ + y x y x .


D) Partie bornée, fonction bornée

Soit une norme sur E.
• Etant donnée une partie A de E, on dit que A est bornée pour la norme
lorsqu’il existe
+
∈R M tel que pour tout x de A, on a M x ≤ .
• Etant donnée une fonction f à valeurs dans E et définie sur un ensemble
quelconque D, on dit que f est bornée pour la norme lorsqu’il existe
+
∈R M tel que pour tout x de D, on a M x f ≤ ) ( , autrement dit lorsque
f Im est une partie bornée de E pour la norme .


E) Boules

Soit une norme sur E.
Définition :
Pour tout E A∈ , et tout
+
∈R r , on appelle boule ouverte de centre a et de rayon r
pour la norme la partie ) , ( r a B définie par { } r a x E x r a B < − ∈ = , ) , ( .
Et on appelle boule fermée de centre a et de rayon r pour la norme la partie
) , ( r a B définie par { } r a x E x r a B ≤ − ∈ = , ) , ( .
Remarque :
Si 0 = r , ) , ( r a B est vide et ) , ( r a B est réduit à { } a mais si 0 > r , ) , ( r a B n’est
pas vide (contient par exemple a)

Exemple :
Des boules de centre O et de rayon 1 dans
2
R
A.BENHARI 184

O 1
1
O 1
1
Pour la norme Pour la norme ∞ 2

F) Normes équivalentes

Définition :
Soient
1
N et
2
N deux normes sur E. On dit que
1
N et
2
N sont équivalentes
lorsqu’il existe
*
+
∈R a tel que ) ( ) ( ,
2 1
x aN x N E x ≤ ∈ ∀ et
*
+
∈R b tel que
) ( ) ( ,
1 2
x bN x N E x ≤ ∈ ∀ .
Il est évident que cette relation est une relation d’équivalence sur l’ensemble des
normes sur E, c'est-à-dire qu’elle est réflexive, symétrique et transitive.
Exemple :
Dans
n
R , les normes
2
et

sont équivalentes.
En effet, pour chaque ) ,... , (
2 1 n
x x x x = de
n
R , on a, en posant
[ ]
i
n i
p
x x
, 1
max

= :
2 2 2
2
2
1
2
...
p n p
nx x x x x ≤ + + + ≤ , c'est-à-dire
∞ ∞
≤ ≤ x n x x
2
.
En fait, sur
n
R , toutes les normes sont équivalentes, ce qui résulte du théorème :
Théorème (admis) :
Dans un R-ev de dimension finie, toutes les normes sont équivalentes.

Proposition :
Soient
1
N et
2
N deux normes équivalentes sur E, et soit A une partie de E. Alors
A est bornée pour
1
N si et seulement si A est bornée pour
2
N . (Immédiat)
Par conséquent, dans
n
R , le caractère borné est indépendant du choix de la norme.

Proposition :
Si
1
N et
2
N sont deux normes équivalentes sur E, alors toute boule ouverte non
vide pour
1
N contient une boule ouverte non vide et de même centre pour
2
N , et vice-
versa.
Démonstration :
Notons ) , (
1
B les boules ouvertes pour
1
N et ) , (
2
B les boules ouvertes pour
2
N .
Soit 0
1
> α tel que ) ( ) ( ,
2 1 1
x N x N E x α ≤ ∈ ∀
Alors, pour tout E a∈ et tout 0 > r , on a ) , ( ) , (
1 2
1
r a B a B
r

α

(car si
1
) (
2 α
r
a x N < − , alors r a x N < − ) (
1
).
Et on peut refaire la même chose en échangeant 1 et 2.


II Eléments de topologie de
n
R
.

Soit une norme sur
n
R . Toutes les boules considérées sont pour cette norme.
A.BENHARI 185


A) Voisinages d’un point de
n
R
.

Soit a un élément de
n
R .
On appelle voisinage de a (dans
n
R ) toute partie U de
n
R qui contient une boule
ouverte non vide de centre a.
D’après l’équivalence des normes sur
n
R , cette définition est indépendante du
choix de la norme.
Proposition :
• Toute partie de
n
R qui contient un voisinage de a est un voisinage de a
(stabilité par extension)
• Toute intersection finie de voisinages de a est un voisinage de a (stabilité par
intersection finie)
• Etant donnés deux éléments distincts a et a’ de
n
R , on peut toujours trouver
un voisinage de a et un voisinage de a’ qui ne se rencontrent pas (séparation
des voisinages)
Démonstration :
- Soit D une partie de
n
R contenant un voisinage V de a.
Comme V est un voisinage de a, il contient une boule ouverte non vide de centre a,
par exemple ) , ( ε a B . Alors D V a B ⊂ ⊂ ) , ( ε , donc D contient une boule ouverte non
vide de centre a (à savoir ) , ( ε a B ), donc est un voisinage de a.
- Soit
K i i
V

) ( une famille de voisinages de a, indexée par K fini.
Notons

K i
i
V V

= .
Pour tout K i ∈ , soit
i
ε tel que
i i
V a B ⊂ ) , ( ε (il en existe car
i
V est un voisinage
de a). Alors, pour
i
K i
ε ε

= min , on a
i i
V a B a B K i ⊂ ⊂ ∈ ∀ ) , ( ) , ( , ε ε . (En effet, pour tout
K i ∈ , si ) , ( ε a B x ∈ , alors ε < −a x , donc
i
a x ε ε ≤ < − , soit ) , (
i
a B x ε ∈ )
Donc

K i
i
V a B

⊂ ) , ( ε . Donc V a B ⊂ ) , ( ε , donc V est un voisinage de a.
- Soient a, a’ deux éléments distincts de
n
R .
Soit 0 > ε tel que
2
' a a −
< ε .
Alors ∅ = ∩ ) , ' ( ) , ( ε ε a B a B .
En effet, supposons que ∅ ≠ ∩ ) , ' ( ) , ( ε ε a B a B .
Soit alors ) , ' ( ) , ( ε ε a B a B x ∩ ∈ .
Alors ε < −a x soit ε < − x a et ε < − ' a x . Donc ε 2 ' ' < − + − ≤ − a x x a a a
ce qui est impossible car
2
' a a −
< ε .

Pour la suite, on notera ) (a V
n
l’ensemble des voisinages, dans
n
R , d’un point a
de
n
R .


B) Ouverts de
n
R
.
A.BENHARI 186


Définition :
Soit Ω une partie de
n
R . On dit que Ω est ouverte lorsque Ω est voisinage de
chacun de ses points.
Compte tenu de la définition de voisinage, on a donc aussi l’équivalence :
Ω est ouverte Ω ⊂ > ∃ Ω ∈ ∀ ⇔ ) , ( , 0 , ε ε a B a .
La notion est indépendante du choix de la norme, puisqu’elle ne dépend que de la
notion de voisinages.
Exemple :
Les boules ouvertes sont ouvertes :
Soit ) , ( ε a B une boule ouverte.
Soit ) , ( ε a B x ∈ . Donc ε < −a x . Soit alors 0 > µ tel que a x − − < ε µ .
Alors ) , ( ) , ( ε µ a B x B ⊂ . En effet :
Soit ) , ( µ x B y ∈ . Alors a x x y − − < < − ε µ
Donc ε < − + − a x x y .
Or, a x x y a x x y − + − ≤ − + − ) ( ) ( . Donc ε < −a y , donc ) , ( ε a B y ∈ , d’où
l’inclusion. Donc ) , ( ε a B est un voisinage de x.
Donc ) , ( ε a B est voisinage de chacun de ses points, donc ouverte.
∅ et
n
R sont aussi ouverts.
Proposition :
Toute réunion d’ouverts est un ouvert.
Toute intersection finie d’ouverts est un ouvert.
Démonstration :
Soit
I i i ∈
Ω ) ( une famille d’ouverts indexée par un ensemble I.
Notons

I i
i

Ω = Ω .
Soit Ω ∈ x . Il existe alors I i ∈ tel que
i
x Ω ∈ . Comme
i
Ω est ouvert, il existe
0 > ε tel que
i
x B Ω ⊂ ) , ( ε . Comme Ω ⊂ Ω
i
, on a donc Ω ⊂ ) , ( ε x B .
Donc Ω est voisinage de x. C’est valable pour tout Ω ∈ x . Donc Ω est ouvert.
Soit maintenant
K i i ∈
Ω ) ( une famille d’ouverts indexée par un ensemble K fini.
Notons

K i
i

Ω = Ω .
Soit Ω ∈ x . Alors
i
x K i Ω ∈ ∈ ∀ , .
Pour tout K i ∈ , on pose alors
i
ε tel que
i i
x B Ω ⊂ ) , ( ε (ce qui est possible car les
ensemble sont ouverts)
Posons
i
K i
ε ε

= min . Alors
i i
x B x B K i Ω ⊂ ⊂ ∈ ∀ ) , ( ) , ( , ε ε . Donc Ω ⊂ ) , ( ε x B .
D’où le résultat.
Proposition :
Soient n intervalles ouverts
n
I I I ,... ,
2 1
de R.
Alors le produit cartésien
n
I I I × × × ...
2 1
est un ouvert de
n
R .
Une telle partie est appelée un pavé ouvert.
Démonstration :
Soit ) ,... , (
2 1 n
a a a a = un élément de
n
I I I × × × ...
2 1
.
A.BENHARI 187

Alors, pour chaque k entre 1 et n,
k
a est élément de l’intervalle ouvert
k
I , donc il
existe 0 >
k
ε tel que
k k k k k
I a a ⊂ + − [ , ] ε ε .
Si on pose
[ ]
k
n k
ε ε
, 1
min

= , alors on a bien 0 > ε et la boule ouverte de centre a et de
rayon ε pour la norme

est contenue dans
n
I I I × × × ...
2 1
.
En effet, soit ) , ( ε a B x

∈ (où on a noté ) , (

B une boule ouverte pour

)
Alors ε < −

a x , donc
[ ]
ε < −

k k
n k
a x
, 1
max , où ) ,... , (
2 1 n
x x x x = .
Donc [ ]
k k x
a x n k ε ε ≤ < − ∈ ∀ , , 1 . Donc [ ]
k k k k k k
I a a x n k ⊂ + − ∈ ∈ ∀ [ , ] , , 1 ε ε .
Donc
n
I I I x × × × ∈ ...
2 1
.
Donc
n
I I I × × × ...
2 1
est un voisinage de a.
Donc
n
I I I × × × ...
2 1
est ouvert.


C) Fermés de
n
R
.

Soit F une partie de
n
R . On dit que F est un fermé lorsque le complémentaire de
F dans
n
R est un ouvert.

Exemples, propositions :
• Les boules fermées sont fermées.

n
R et ∅ sont fermés (et ce sont les seules parties à la fois ouvertes et fermées)
• Toute intersection de fermés est un fermé, toute réunion finie de fermés est un
fermé.
• Tout produit cartésien de n intervalles fermés de R est un fermé de
n
R (qu’on
appelle un pavé fermé de
n
R ).
Démonstration :
• Soit ) , ( ε a B une boule fermée. Notons Ω son complémentaire dans
n
R .
Ainsi, { } ε > − ∈ = Ω a x x
n
, R .
Soit Ω ∈ x . Soit 0 > µ tel que ε µ − − < a x .
Alors Ω ⊂ ) , ( µ x B . En effet, soit ) , ( µ x B y ∈ .
Alors ε
ε µ
> − − − ≥ − − − ≥ − − − = −
− − < <
¸ _ ¸
a x
x y x a x y x a x y x a a y ) ( ) (
Donc Ω ∈ y . Donc Ω est un voisinage de x. Ce résultat est valable pour tout x,
donc Ω est ouvert.
• Les complémentaires de
n
R et ∅ sont respectivement ∅ et
n
R qui sont
ouverts, donc sont fermés.
• Soit
I i i ∈
Ω ) ( une famille de fermés indexée par un ensemble I quelconque. Si
on note

I i
i

Ω = Ω , Alors

I i
i
n n
C C

Ω = Ω ) ( ) (
R R
, donc Ω est une réunion
d’ouverts qui est un ouvert. On fait le même raisonnement pour une réunion
finie de fermés.
• Soient n intervalles fermés
n
I I I ,... ,
2 1
de R.
A.BENHARI 188

Soit Ω le complémentaire dans
n
R de
n
I I I × × × ...
2 1
.
Soit Ω ∈ x . On note
n
x x x ,... ,
2 1
ses composantes dans
n
R . L’un au moins des
i
x
est dans ) (
i
I C
R
, disons
q
x où [ ] n q , 1 ∈ . Pour chaque [ ] n i , 1 ∈ , on pose 1 =
i
ε si
i i
I x ∈
, et 0 >
i
ε tel que ) ( [ , ]
i i i i i
I C x x
R
⊂ + − ε ε sinon.
Alors, si on note
[ ]
i
n i
ε ε
, 1
min

= , on a Ω ⊂ ) , ( ε x B .
En effet :
Soit ) , ( ε x B y

∈ (où on a noté ) , (

B une boule ouverte pour

).
Montrons que
n
I I I y × × × ∉ ...
2 1
.
On a ε < −

y x .
Donc, en notant
n
y y y ,... ,
2 1
les composantes de y dans
n
R , on a :
[ ]
[ ]
i k k
n k
i i
y x y x n i ε ε ≤ < − ≤ − ∈ ∀
∈ , 1
max , , 1 . Donc en particulier
q q q
y x ε < − , soit
) ( [ , ]
q q q q q q
I C x x y
R
⊂ + − ∈ ε ε , c'est-à-dire ) (
q q
I C y
R
∈ .
Donc
n
I I I y × × × ∉ ...
2 1
, c'est-à-dire Ω ∈ y . D’où l’inclusion.
Donc Ω est un voisinage de x, donc Ω est ouvert (puisque le résultat est valable
pour tout x). donc
n
I I I × × × ...
2 1
est fermé.


D) Points intérieurs

Soit A une partie de
n
R .
Définition :
Etant donné
n
a R ∈ , on dit que a est intérieur à A lorsque A est un voisinage de a,
c'est-à-dire lorsqu’il existe 0 > ε tel que A a B ⊂ ) , ( ε .
L’ensemble des points intérieurs à A est appelé l’intérieur de A, noté

A.

Proposition :
Soit A une partie de
n
R . L’intérieur de A est un ouvert contenu dans A ; et c’est le
plus grand, au sens de l’inclusion, des ouverts contenus dans A.
Démonstration :
Déjà,

A est ouvert :
Supposons

A non vide (sinon il est bien ouvert).
Soit

A x∈ . Alors A est un voisinage de x, il existe donc 0 > ε tel que A x B ⊂ ) , ( ε .
Alors

A x B ⊂ ) , ( ε . En effet, ) , ( ε x B est ouverte, donc est voisinage de chacun de
ses points. Donc A est voisinage de tout les points de ) , ( ε x B (stabilité par extension),
d’où l’inclusion.
De plus, il est évidemment contenu dans A.
Montrons maintenant que c’est le plus grand :
Soit Ω un ouvert contenu dans A. Soit Ω ∈ x . Comme Ω est ouvert, c’est un
voisinage de x. Mais A ⊂ Ω . Donc A est un voisinage de x. Donc

A x∈ . Donc

A ⊂ Ω .

Il résulte en particulier de la proposition que A est ouvert si et seulement si

A A = .

A.BENHARI 189

Exemple :
Dans
2
R , l’intérieur de ] 2 ; 1 ] ] 1 ; 0 [ × est [ 2 ; 1 ] [ 1 ; 0 ] × .



E) Points adhérents

Soit A une partie de
n
R .
Définition :
Etant donné
n
a R ∈ , on dit que a est adhérent à A lorsque tout voisinage de a
rencontre A, c'est-à-dire lorsque ∅ ≠ ∩ > ∀ A a B ) , ( , 0 ε ε .
L’ensemble des points adhérents à A est appelé l’adhérence de A, noté A .

Proposition :
Soit A une partie de
n
R . L’adhérence de A est un fermé contenant A, et c’est le
plus petit, au sens de l’inclusion, des fermés contenant A.
Démonstration :
Déjà, A contient bien A…
Posons maintenant A C
n
R
= Ω . Montrons que Ω est ouvert.
Soit Ω ∈ x . Alors A x ∉ , il existe donc 0 > ε tel que ∅ = ∩ A x B ) , ( ε .
Alors Ω ⊂ ) , ( ε x B . En effet : soit ) , ( ε x B y ∈ . Alors ) , ( ε x B est un voisinage de y,
et il ne rencontre pas A, donc A y ∉ , donc Ω ∈ y .
Donc Ω est un voisinage de x. C’est valable pour tout x de Ω, donc Ω est ouvert.
Donc A est fermé.
Soit enfin F un fermé contenant A. Montrons qu’alors F A ⊂ .
Soit A x ∈ , montrons que F x∈ . Supposons que F x∉ . Alors F C x
n
R
∈ , qui est
ouvert. Il existe donc 0 > ε tel que F C x B
n
R
⊂ ) , ( ε . Ainsi, ∅ = ∩F x B ) , ( ε . Mais alors
∅ = ∩ A x B ) , ( ε (puisque F A ⊂ ), ce qui est impossible car A x ∈ . Donc F x∈ . Donc
F A ⊂ . Donc A est bien le plus petit des fermés contenant A.

Ainsi, il résulte de la définition que A est fermé si et seulement si A A = .

Exemples :
• Dans
2
R , l’adhérence de ] 2 ; 1 ] ] 1 ; 0 [ × est ] 2 ; 1 [ ] 1 ; 0 [ × .
• L’adhérence d’une boule ouverte est la boule fermée de même centre et même
rayon.


III Commentaires et précisions sur les fonctions d’une partie de R
dans
n
R
.
A) Limite en un point de R pour une fonction d’une partie de R dans
n
R
.

On a déjà défini cette notion, dans le cours sur les foncions vectorielles, mais ici la
norme n’est pas forcément euclidienne.
A.BENHARI 190

Etant donnés une partie D de R, une fonction f de D dans
n
R , un point a de R
adhérent à D, et un élément l de
n
R , on a vu :
) ) ( ( , , 0 , 0 lim ε α α ε < − ⇒ < − ∈ ∀ > ∃ > ∀ ⇔ = l x f a x D x l f
a

où désignait la norme euclidienne sur
n
R .
Mais, vu l’équivalence des normes sur
n
R , il est clair que peut désigner
n’importe quelle norme sur
n
R sans que cela change la notion.
On peut même traduire la définition sous forme de voisinage, qui montre bien
l’indépendance de la norme :
V D U f a V U l V V l f
n
a
⊂ ∩ ∈ ∃ ∈ ∀ ⇔ = ) ( ), ( ), ( lim
1

Remarque :
En prenant comme norme sur
n
R la norme

, on retrouve immédiatement le
fait que :
[ ]
k k
a a
l f n k l f = ∈ ∀ ⇔ = lim , , 1 lim
Où on a noté ) ,... , (
2 1 n
l l l l = et )) ( ),..., ( ), ( ( ) ( ,
2 1
x f x f x f x f D x
n
= ∈ ∀


B) Précisions sur les suites à valeurs dans
n
R
.

Notons une norme quelconque sur
n
R .
Etant donnée une suite
N ∈
=
k k
u u ) ( à valeurs dans
n
R , nous noterons
) ( ) 2 ( ) 1 (
,... ,
n
u u u les suites à valeurs réelles telles que ) ,... , ( ,
) ( ) 2 ( ) 1 ( n
k k k k
u u u u k = ∈ ∀ N (suites
coordonnées)
Définition :
Soit u une suite à valeurs dans
n
R , et soit
n
l R ∈ . On dit que la suite u converge
vers l lorsque pour tout voisinage V de l, il existe N ∈ N tel que V u N k
k
∈ ≥ ∀ , .
Cela revient à dire : u converge vers l lorsque ε ε < − ≥ ∀ ∈ ∃ > ∀ l u N k N
k
, , , 0 N .
Remarque :
On vérifie aisément que la définition est encore en accord avec le cours sur les
fonctions vectorielles dans le cas de limite en ∞ + d’une fonction de N = D dans
n
R .
Ainsi, les résultats suivants sont des cas particuliers de choses déjà dites :
• u tend vers l si et seulement si la suite réelle
N ∈

k k
l u ) ( tend vers 0.
• u tend vers ) ,... , (
2 1 n
l l l l = si et seulement si chaque suite coordonnée
) (i
u tend
vers
i
l .
• Si u tend vers l et u’ tend vers l’, alors pour tout réel λ , ' .u u λ + tend vers
' .l l λ + .
Autre remarque :
Dans le cas 2 = n , on voit aussi que la suite à valeurs dans
2
R de terme général
) , (
k k
y x converge vers l’élément ) , ( b a de
2
R revient à dire que la suite complexe de
terme général
k k
y i x . + converge vers le complexe b i a . + .
On a aussi les résultats suivants :
A.BENHARI 191

• Toute suite convergente d’éléments de
n
R est bornée (reprendre exactement la
démonstration du cas réel en remplaçant les valeurs absolues par des ).
• De toute suite bornée d’éléments de
n
R , on peut extraire une suite
convergente (Théorème de Bolzano–Weierstrass ; la démonstration faite dans
le cas complexe se généralise aisément à
n
R ).

Enfin, ajoutons cette caractérisation (dite séquentielle) des points adhérents à une
partie :
Proposition :
Soit A une partie de
n
R , et soit
n
a R ∈ . Alors a est adhérent à A si et seulement si
a est la limite d’une suite convergente de points de A.
Démonstration :
• Supposons que u a lim = où u est une suite de points de A.
Soit V un voisinage de a. Alors il existe N ∈ N tel que pour tout N k ≥ , V u
k
∈ .
Donc A V ∩ n’est pas vide, et comme c’et valable pour tout voisinage de a, ce point est
donc adhérent à A.
• Inversement, supposons a adhérent à A.
Alors pour tout N ∈ k , A a B
k


) 2 , ( n’est pas vide, et donc on peut introduire
A u
k
∈ tel que
k
k
a u

< − 2 , et la suite
N ∈
=
k k
u u ) ( est une suite de points de A qui
converge vers a.
Conséquence :
Une partie A de
n
R est un fermé si et seulement si toute suite convergente de
points de A a sa limite dans A. (Résulte immédiatement du fait que A est fermé si et
seulement si A A = .


IV Limite et continuité pour les fonctions d’une partie de
p
R
dans
n
R
.
A) Notations

On note une norme quelconque sur
p
R , et on note aussi une norme
quelconque sur
n
R : c’est ce qui est à l’intérieur qui permet de distinguer.
Si n ou p vaut 1, on prendra de préférence sur R la norme .
D désigne ici une partie non vide de
p
R , et f est une application de D dans
n
R .
On désigne par
n
f f f ,... ,
2 1
les applications coordonnées de f, c'est-à-dire les applications
de D dans R définies par )) ( ),..., ( ), ( ( ) ( ,
2 1
x f x f x f x f D x
n
= ∈ ∀ .
Enfin, si ) ,... , (
2 1 p
x x x x = est un élément de D (qui est une partie de
p
R ), on note
) ,..., , ( ) (
2 1 p
x x x f x f = , c'est-à-dire qu’on omet une paire de parenthèses (d’où le nom de
« fonction de p variables »)


B) Limite

Dans tout ce sous paragraphe, a est un élément de
p
R adhérent à D.
Définition :
A.BENHARI 192

Soit
n
l R ∈ . On dit que f tend vers l en a lorsque pour tout voisinage V de l (dans
n
R ), il existe un voisinage U de a (dans
p
R ) tel que V U D f ⊂ ∩ ) ( .
Compte tenu de ce que sont les voisinages, cela revient à dire que f tend vers l en a
si et seulement si :
) ) ( ( , ,
*
,
*
ε α α ε < − ⇒ < − ∈ ∀ ∈ ∃ ∈ ∀
+ +
l x f a x D x R R
(Et ce quel que soit le choix des normes)
On vérifie aisément les résultats suivants :
• Unicité de la limite éventuelle (séparation des voisinages)
• Si f a une limite en a, alors cette limite est dans l’adhérence de ) (D f .
• Si D a∈ , et si f a une limite en a, alors cette limite est ) (a f .
• La notion de limite en a est locale :
Si U est un voisinage de a, alors f tend vers l en a si et seulement si f restreinte à
U D∩ tend vers l en a.
• f admet la limite l en a si et seulement si pour toute suite
N ∈ k k
u ) ( à valeurs
dans D qui converge vers a, la suite
N ∈ k k
u f )) ( ( converge vers l.
• Limites et opérations simples sur les fonctions définies sur D :
Si f tend vers l en a, et si g (à valeurs dans
n
R ) tend vers l’ en a, alors g f + tend
vers ' l l + en a.
Si f tend vers l en a et si λ est un réel, alors f λ tend vers l . λ en a.
Plus généralement, si f tend vers l en a, et si ϕ (à valeurs réelles) tend vers λ en
a, alors f . ϕ tend vers l . λ en a.
• On montre aussi facilement le théorème de composition de limites :
Soit f une fonction à valeurs dans
n
R définie sur D, soit Φ une fonction à valeur
dans
m
R définie sur une partie de
n
R contenant ) (D f .
Si f tend vers l en a, et si Φ tend vers Λ en l, alors la fonction f Φ tend vers Λ
en a.
• Enfin, dans le cas 1 = n , c'est-à-dire pour les fonctions à valeurs réelles, on a
aussi les résultats classiques portant sur les inégalités :
Passage à la limite dans une inégalité : si f tend vers l en a, si g tend vers l’ en a et
si g f ≤ , alors ' l l ≤ .
Théorème des gendarmes :
Si f et h tendent vers l en a, et si h g f ≤ ≤ , alors g tend vers l en a.

Pour les démonstrations de tous ces résultats, il suffit de reprendre exactement les
démonstrations vues dans le cas des fonctions réelles à variable réelle – chapitre « limite
en un point » –, en changeant si nécessaire les intervalles en boules (en particulier pour
le 5
ème
point, et en retirant les cas où ±∞ = l a, ).

De plus, deux résultats importants permettent de se ramener aux fonctions à
valeurs réelles :
• f tend vers l en a si et seulement si la fonction l x f x − ) ( ֏ tend vers 0 en a
(immédiat)
• f tend vers ) ,... , (
2 1 n
l l l l = en a si et seulement si pour chaque [ ] n k , 1 ∈ , la
fonction coordonnée
k
f tend vers
k
l en a.
A.BENHARI 193

En effet :
On prend sur
n
R la norme

. On a les équivalences :
f tend vers ) ,... , (
2 1 n
l l l l = en a
) ) ( ( , , 0 , 0 ε α α ε < − ⇒ < − ∈ ∀ > ∃ > ∀ ⇔

l x f a x D x
[ ]
) ) ( max ( , , 0 , 0
, 1
ε α α ε < − ⇒ < − ∈ ∀ > ∃ > ∀ ⇔

k k
n k
l x f a x D x
[ ] ) ) ( ( , , 0 , 0 , , 1 ε α α ε < − ⇒ < − ∈ ∀ > ∃ > ∀ ∈ ∀ ⇔
k k
l x f a x D x n k
⇔ pour chaque [ ] n k , 1 ∈ , la fonction coordonnée
k
f tend vers
k
l en a.
D’où l’équivalence.


C) Continuité en un point

Définition :
Soit a un élément de D. On dit que f est continue en a lorsque f admet une limite
en a (cette limite étant alors ) (a f )
Par simple traduction, dans le cas D a∈ , des résultats sur l’éventuelle limite en a,
on obtient :
• f est continue en a si et seulement si pour tout suite
N ∈ k k
u ) ( à valeurs dans D
qui converge vers a, la suite
N ∈ k k
u f )) ( ( converge vers ) (a f .
• Continuité et opérations simples sur les fonctions définies sur D :
Si f et g sont continues en a, alors g f + est continue en a.
Si f est continue en a, et si ϕ (à valeurs réelles) est continue en a, alors f . ϕ est
continue en a.
• Et le théorème de composition de limites donne :
Soit f une fonction à valeurs dans
n
R définie sur D, soit Φ une fonction à valeur
dans
m
R définie sur une partie de
n
R contenant ) (D f .
Si f est continue en a, et si Φ est continue en ) (a f , alors la fonction f Φ est
continue en a.

Enfin, pour se ramener aux fonctions réelles :
• f est continue en a si et seulement si la fonction réelle ) ( ) ( a f x f x − ֏ tend
vers 0 en a.
• f est continue en a si et seulement si les fonctions coordonnées sont continues
en a.


D) Fonctions continues

Définition :
On dit que f est continue (sur D) lorsque f est continue en tout point a de D.
Les résultats précédents donnent :
• Opérations sur les fonctions continues sur D :
Si f et g sont continues, alors g f + est continue.
Si f est continue, et si ϕ (à valeurs réelles) est continue, alors f . ϕ est continue.
A.BENHARI 194

• Composition :
Si f est une fonction continue à valeurs dans
n
R définie sur D, si Φ est une
fonction continue à valeur dans
m
R définie sur une partie de
n
R contenant ) (D f , alors
f Φ est continue.
• Enfin, f est continue si et seulement si les fonctions coordonnées sont continues
Ainsi, on remarque que la nouveauté et la difficulté vient non pas du fait que les
fonctions considérées sont à valeurs dans
n
R , mais dans le fait que leur ensemble de
départ est une partie de
p
R .

Exemples :
- L’application identité sur
p
R , les applications constantes sur
p
R sont
continues : évident
- La norme est continue, c'est-à-dire que l’application de
p
R dans R qui à x
associe x est continue (quelle que soit la norme)
En effet, pour tous x, x’ de
p
R , on a ' ' x x x x − ≤ − ; la continuité en tout x de
p
R en résulte immédiatement, avec ε α = : ε α < − ⇒ < − ' ' x x x x .
- Pour chaque k entre 1 et p, la k-ième projection canonique de
p
R sur R, c'est-
à-dire l’application
k
p de
p
R dans R qui à ) ,... , (
2 1 p
x x x associe x est continue.
En effet, pour tous x, x’ de
p
R , on a :

− ≤ − = − ' ' ) ' ( ) ( x x x x x p x p
k k k k

La continuité de
k
p en tout x de
p
R en résulte immédiatement (par le théorème
des gendarmes, vu le théorème précédent)
- Ainsi, compte tenu de cela et des résultats portant sur les opérations sur les
fonctions continues, la continuité sur
3
R d’une application du genre
2 2
3
1
) sin( 3
) , , (
z y
z xy x
z y x
+
+ +
֏ est évidente.
En détails :
L’application
3
) , , ( z z y x ֏ est continue (sur
3
R ) et à valeurs dans R ;
L’application x z y x ֏ ) , , ( : ϕ est continue et à valeurs dans R, et l’application
y z y x f ֏ ) , , ( : est aussi continue et à valeurs dans R, donc f . ϕ est continue (sur
3
R )
et à valeurs dans R.
Donc
3
) , , ( z xy z y x + ֏ est continue et à valeurs dans R.
Or, l’application u u sin ֏ est continue sur R, et à valeurs dans R. Donc
) sin( ) , , (
3
z xy z y x + ֏ est continue (sur
3
R ) et à valeurs dans R.
De plus, l’application x z y x 3 ) , , ( ֏ est continue et à valeurs dans R.
Il en résulte que ) sin( 3 ) , , ( :
3
z xy x z y x + + ֏ ψ est continue et à valeurs dans R.
D’autre part, l’application
2
1
1
u
u
+
֏ est continue sur R, et l’application
yz z y x ֏ ) , , ( est continue sur
3
R et à valeurs dans R. Donc
2 2
1
1
) , , ( :
z y
z y x g
+
֏
est continue sur
3
R .
Donc g . ψ est continue sur
3
R .
A.BENHARI 195

- Soit f la fonction définie sur
2
R par
¦
¹
¦
´
¦
+
=
=
sinon
) 0 , 0 ( ) , ( si 0
) , (
2 2
y x
xy
y x
y x f
La continuité de f en tout point de { } ) 0 , 0 ( \
2
R est encore évidente.
En ) 0 , 0 ( : pour tout { } ) 0 , 0 ( \ ) , (
2
R ∈ y x , on a :
2 2
2 2
2 2 2 2
2 2
) , ( y x
y x
y x y x
y x
y x
y x f + ≤
+
+ +

+
=
Et l’inégalité est encore valable pour ) 0 , 0 ( ) , ( = y x .
De plus,
2 2
) , ( y x y x + ֏ est continue en ) 0 , 0 ( , donc 0
) 0 , 0 ( ) , (
2 2
    →  +
֏ y x
y x
Donc, d’après le théorème des gendarmes, ) 0 , 0 ( 0 ) , (
) 0 , 0 ( ) , (
f y x f
y x
=     → 
֏
.

Ajoutons maintenant deux résultats importants sur les fonctions continues (on
travaille toujours sur les fonctions d’une partie de
p
R dans
n
R :
Théorème (admis, vu en spé) :
L’image d’une partie fermée et bornée par une fonction continue est une partie
fermée et bornée.
Conséquence :
Toute fonction réelle f continue sur une partie (non vide) fermée et bornée de
p
R
est bornée et atteint ses bornes.
En effet, les bornes inférieures et supérieures d’une partie non vide et bornée de R
sont dans l’adhérence de cette partie, donc les parties non vides fermées et bornées de R
contiennent leurs bornes inférieures et supérieures.
Théorème :
L’image réciproque d’un ouvert par une fonction continue de
p
R dans
n
R est un
ouvert. L’image réciproque d’un fermé par une fonction continue de
p
R dans
n
R est
un fermé.
Démonstration :
Soit
n p
f R R → : , continue.
- Soit Ω un ouvert de
n
R . Soit ) (
1
Ω ∈

f a . Alors Ω ∈ ) (a f , et comme Ω est
ouvert, il constitue un voisinage de ) (a f dans
n
R . Comme f est continue en a,
on peut donc introduire un voisinage U de a dans
p
R tel que Ω ⊂ ) (U f . Mais
alors ) (
1


f contient U, et donc est un voisinage de a. Comme c’est valable
pour tout ) (
1
Ω ∈

f a , ) (
1


f est bien un ouvert.
- Soit F un fermé de
n
R . Soit Ω le complémentaire de F dans
n
R . Ω est
ouvert, donc, selon le résultat précédent, ) (
1


f est ouvert. Or, de façon
purement logique, ) (
1
F f

est le complémentaire de ) (
1


f dans
p
R :
{ } { }
{ } { }
) (
) ( , ) ( ,
) ( , ) ( , )) ( (
1
1
1 1
F f
F f x x F x f x
x f x f x x f C
p p
p p
p


− −
=
∈ ∈ = ∈ ∈ =
Ω ∉ ∈ = Ω ∉ ∈ = Ω
R R
R R
R

C’est donc le complémentaire d’un ouvert, c'est-à-dire d’un fermé.
Conséquence :
A.BENHARI 196

Si f est une fonction réelle continue sur
p
R , alors pour tout réel α , l’ensemble des
) ,... , (
2 1 p
x x x de
p
R tels que α > ) ,... , (
2 1 p
x x x f est un ouvert de
p
R et l’ensemble des
) ,... , (
2 1 p
x x x de
p
R tels que α ≥ ) ,... , (
2 1 p
x x x f est un fermé de
p
R .
En effet, ] [ +∞ , α et [ [ +∞ , α sont respectivement un ouvert et un fermé de R.
E) Applications partielles et continuité

Soit toujours
n
D f R → : et soit D a a a a
p
∈ = ) ,... , (
2 1
.
Pour chaque entier k entre 1 et p, on note
k a
D
,
l’ensemble des réels t tels que
D a t a a
p
k
∈ ) ,... ,..., , (
place
ième -
2 1
, et
k a,
ϕ l’application de
k a
D
,
dans
n
R qui à t associe
) ,... ,..., , (
place
ième -
2 1 p
k
a t a a f .
k a,
ϕ s’appelle la k-ième application partielle associée à f en a.

Définition :
Si l’application
k a,
ϕ est continue en
k
a , on dit que f est, au point a, continue par
rapport à la k-ième variable.

Proposition :
Si f est continue en a, alors f est, en a, continue par rapport à chaque variable.
Démonstration :
On peut écrire que
k a k a
f
, ,
δ ϕ = où
k a,
δ est l’application qui à t associe
) ,... ,..., , (
2 1 p
a t a a . Or, cette application est continue, donc on obtient le résultat par
composition :
k a,
δ est continue en
k
a , donc si f est continue en ) (
, k k a
a a δ = , alors
k a k a
f
, ,
δ ϕ = est continue en
k
a .
Attention : la réciproque de la proposition est fausse. Cela signifie que l’étude de
la continuité d’une fonction de plusieurs variables ne se ramène pas à l’étude de la
continuité de fonctions d’une variable.

Exemple : Soit f la fonction définie sur
2
R par
¦
¹
¦
´
¦
+
=
=
sinon
) 0 , 0 ( ) , ( si 0
) , (
2 2
y x
xy
y x
y x f
Alors les applications partielles en ) 0 , 0 ( sont les applications ) 0 , (x f x ֏ et
) , 0 ( y f y ֏ , qui sont nulles, donc f est, en ) 0 , 0 ( , continue par rapport à chaque
variable. Mais si 0 ≠ x , alors
2
1
) , ( = x x f , et il en résulte alors que f n’est pas continue
en ) 0 , 0 ( :
Comme 0 ) 0 , 0 ( = f , si f était continue en ) 0 , 0 ( , elle tendrait vers 0 en ) 0 , 0 ( . Mais
si on prend
2
1
< ε , on ne trouvera jamais 0 > α tel que ε α < ⇒ <

) , ( ) , ( y x f y x
(l’implication sera toujours fausse avec ) , ( ) , (
2 2
α α
= y x ).
Autre manière : comme ) , ( x x x ֏ est évidemment continue, si f était continue en
) 0 , 0 ( , alors d’après le théorème de composition l’application ) , ( x x f x ֏ serait
continue en 0, ce qui n’est évidemment pas le cas (nulle en 0 et constante non nulle sur
* R )
A.BENHARI 197



- On va s’attacher ici au cas des fonctions définies sur un ouvert Ω de
2
R et à valeurs dans
R. (On peut adapter les résultats à d’autres cas si nécessaire)
- Les éléments de
2
R seront vus parfois comme points (
2
) , ( R ∈ = b a A ) ou d’autres fois
comme vecteurs (
2
) , ( R ∈ = k h u
,
)
- désigne une norme quelconque sur
2
R .
- Visualisation :
Si
) , ( ) , (
:
y x f y x
f
֏
R → Ω , on peut visualiser la situation en se représentant l’ensemble S des
( ) Ω ∈ ) , ( , ) , ( , , y x y x f y x , qui est une surface de
3
R : c’est la nappe d’équation
Ω ∈ = ) , ( ), , ( y x y x f z .
) , ( b a f

)) , ( , , ( ' b a f b a A =
Ω ∈ = ) , ( b a A

S est à f ce qu’une courbe est à une fonction d’une variable dans R.


I Dérivées partielles
A) Dérivées (éventuelles) partielles premières par rapport à chaque variable

Soit R → Ω : f , soit Ω ∈ = ) , ( b a A .
On pose { } Ω ∈ ∈ = Ω ) , ( ,
1 ,
b x x
A
R , et
) , (
:
1 , 1 ,
b x f x
A A
֏
R → Ω ϕ
Si
1 , A
ϕ est dérivable en a, on dit que f admet une dérivée partielle première en A
par rapport à la première variable, qui n’est autre que ) ( '
1 ,
a
A
ϕ , qu’on note :
¦
¹
¦
´
¦




) , (
) (
b a
x
f
A
x
f
ou encore
¹
´
¦
) , )( (
) )( (
1
1
b a f D
A f D
.





Chapitre 20 : Eléments de calcul différentiel
A.BENHARI 198

De même, sous réserve d’existence :
¦
¦
¹
¦
¦
´
¦




) , (
) (
b a
y
f
A
y
f
ou
¹
´
¦
) , )( (
) )( (
2
2
b a f D
A f D
est la dérivée en b de l’application ) , ( :
2 ,
y a f y
A
֏ ϕ ,
laquelle application est définie sur { } Ω ∈ ∈ = Ω ) , ( ,
2 ,
y a y
A
R .
Remarque :
Ω étant un ouvert de
2
R ,
1 , A
Ω et
2 , A
Ω sont des ouverts de R.
Ainsi,
1 , A
Ω est un voisinage de a,
2 , A
Ω un voisinage de b.
La notion de dérivabilité ne dépendant que de
1 , A
ϕ (ou
2 , A
ϕ ) au voisinage de a (ou
de b), la notion de dérivée partielle de f en A est elle aussi locale.

Exemples :
y xy x y x
f
+ +
→ •
2
2
) , (
:
֏
R R
Alors f admet des dérivées partielles par rapport à x et y en tout point ) , (
0 0
y x de
2
R , et
0 0 0 0
2 ) , ( y x y x
x
f
+ =


, 1 ) , (
0 0 0
+ =


x y x
y
f
.
¦
¹
¦
´
¦
=

+
→ •
) 0 , 0 ( ) , ( si 0
) 0 , 0 ( ) , ( si
) , (
:
2 2
2
y x
y x
y x
xy
y x
f
֏
R R
Soit { } ) 0 , 0 ( \ ) , (
2
0 0
R ∈ y x . Alors, comme { } ) 0 , 0 ( \
2
R est un ouvert
(complémentaire d’un singleton), c’est un voisinage de ) , (
0 0
y x . L’étude des dérivées
partielles de f en ) , (
0 0
y x ne dépend que de f sur ce voisinage, et sur ce voisinage on a
2 2
) , (
y x
xy
y x f
+
= .
D’où on tire l’existence des dérivées partielles premières, et :
2 2
0
2
0
2
0 0
3
0
0 0
2 2
0
2
0
2
0 0
3
0
2 2
0
2
0
0 0 0
2
0
2
0 0
0 0
) (
) , (
) ( ) (
) 2 ( ) (
) , (
y x
y x x
y x
y
f
y x
x y y
y x
x y x y x y
y x
x
f
+

=


+

=
+
− +
=



Etude en ) 0 , 0 ( :
L’application partielle ) 0 , (x f x ֏ est nulle, donc dérivable et de dérivée nulle en
0. Donc ) 0 , 0 (
x
f


existe et vaut 0.
De même, 0 ) 0 , 0 ( =


y
f
.
Attention, f n’est pas pour autant continue en ) 0 , 0 ( .




A.BENHARI 199

B) Définitions

Soit R → Ω : f .
• Si ) , ( y x
x
f


et ) , ( y x
y
f


sont définies en tout Ω ∈ ) , ( y x , on note :
) , ( ) , (
:
y x
x
f
y x
x
f


→ Ω


֏
R et
) , ( ) , (
:
y x
y
f
y x
y
f


→ Ω


֏
R .
• Si
x
f


et
y
f


sont définies et continues sur Ω, on dit que f est de classe
1
C .


C) Dérivées partielles premières selon un vecteur

Soit R → Ω : f .
Soit { } ) 0 , 0 ( \ ) , (
2
R ∈ = k h u
,
.
u
,
u t A
,
+ Ω

Soit Ω ∈ A , et { } Ω ∈ + ∈ = u t A t D
,
, R .
Si la fonction
) (
:
u t A f t
D
,
֏ +
→R ψ est dérivable en 0, on dit que f admet une dérivée
partielle première en A selon le vecteur u
,
qui n’est autre que ) 0 ( ' ψ . On la note ) (
,
f D
u A
,
.
Remarque :
• Ici encore, la notion est locale…
• L’éventuelle dérivée partielle première en A selon ) 0 , 1 ( = i
,
correspond à
l’éventuelle dérivée partielle première en A selon la première variable.
Ainsi, sous réserve d’existence : ) ( ) )( ( ) (
1 ,
A
x
f
A f D f D
i A


= =
,

Et de même ) ( ) )( ( ) )( (
2 ,
A
y
f
A f D A f D
j A


= =
,

En effet, sous réserve d’existence, ) ( A
x
f


est la dérivée en a de ) , ( b x f x ֏ et
) )( (
,
A f D
i A
,
la dérivée en 0 de ) , ( )) 0 , 1 ( ) , (( b t a f t b a f t + = + ֏ .
¦
¹
¦
´
¦
+
=
=
sinon
) 0 , 0 ( ) , ( si 0
) , (
2 2
y x
xy
y x
y x f
Existe-t-il une dérivée partielle première en ) 0 , 0 ( selon le vecteur ) 1 , 1 ( = u
,
?
¹
´
¦
≠ =
= = +
sinon 0
0 si
) , ( ) (
2
1
2
2
2
t
t t f u t O f
t
t
,
, donc f n’est pas dérivable selon u
,
.
A.BENHARI 200

II Développement limité à l’ordre 1 pour une fonction de classe
1
C
.
A) Le théorème

Théorème :
Soit R → Ω : f de classe
1
C . Soit Ω ∈ = ) , ( b a A .
Alors il existe une fonction ε , définie sur l’ensemble { } Ω ∈ + ∈ = u A u V
, ,
2
R telle que
ε tend vers 0 en ) 0 , 0 ( et pour tout V u ∈
,
, ) ( ) ( ) ( ) ( ) ( u u A
y
f
k A
x
f
h A f u A f
, , ,
ε +


+


+ = + , où
on a noté ) , ( k h u =
,
. Cette expression s’appelle le DL de f à l’ordre 1 en A.
Ou encore : ) , ( ) , ( ) , ( ) , ( ) , ( ) , ( , ) , ( k h k h b a
y
f
k b a
x
f
h b a f k b h a f V k h ε +


+


+ = + + ∈ ∀
où 0 ) , ( lim
) 0 , 0 ( ) , (
= k h
k h
ε
֏
.
Démonstration (hors programme) :
On pose, pour tout V u ∈
,
,
|
|
¹
|

\
|





− − + = ) ( ) ( ) ( ) (
1
) ( A
y
f
k A
x
f
h A f u A f
u
u
,
,
,
ε si 0
,
,
≠ u ,
et 0 ) ( = u
,
ε sinon.
Alors ε vérifie bien l’expression ; reste à montrer que ε tend vers 0 en ) 0 , 0 ( .
Comme Ω est ouvert, il existe 0 > µ tel que Ω ⊂

) , ( µ A B , où on a noté ) , (

B une
boule ouverte pour

. Posons { } ) , ( ,
2
µ A B u A u W

∈ + ∈ =
, ,
R . (Alors déjà V W ⊂ )
Alors pour tout ) , ( k h u =
,
de W et tout ] 1 , 0 [ ] 1 , 0 [ ) , ( × ∈ θ t , ) , ( ) . , . ( µ θ A B k h t A

∈ + .
En effet, soit W k h u ∈ = ) , (
,
, et soit ] 1 , 0 [ ] 1 , 0 [ ) , ( × ∈ θ t .
Alors
∞ ∞
= ≤ = = u k h k h t k h t k h t
,
) , max( ) . , . max( ) . , . max( ) . , . ( θ θ θ .
Or, W u ∈
,
. Donc, si on note u A B
,
+ = , on a µ <

AB . Donc µ θ < ≤

AB k h t ) . , . ( .
Donc ) , ( ) . , . ( µ θ A B k h t A

∈ + .
Maintenant :
Soit W u ∈
,
, on note ) , ( k h u =
,
:
) , ( ) , ( ) , ( ) , ( ) , ( ) , ( b a f b h a f b h a f k b h a f b a f k b h a f − + + + − + + = − + +
( ) , ( b h a + est bien dans Ω, comme on vient de le voir, avec ) 0 , 1 ( ) , ( = θ t )
On note ) , ( : y h a f y + ֏ ψ (donc ψ est une fonction réelle d’une variable réelle, c’est
la deuxième application partielle associée à f en ) , ( k b h a + + ), définie et dérivable sur
] , [ k b b + .
Selon le théorème des accroissements finis appliqué à ψ entre b et k b + , il existe
[ 1 , 0 ] ∈ θ tel que ) . ( ' ) ( ) ( k b k b k b θ ψ ψ ψ + = − + , c'est-à-dire :
) . , ( ) , ( ) , ( k b h a
y
f
k b h a f k b h a f θ + +


= + − + +
De même, il existe [ 1 , 0 ] ∈ t tel que ) , . ( ) , ( ) , ( b h t a
x
f
h b a f b h a f +


= − +
Donc :
) , . ( ) . , ( ) , ( ) , ( , [ 1 , 0 ] ) , ( ,
2
b h t a
x
f
h k b h a
y
f
k b a f k b h a f t W u +


+ + +


= − + + ∈ ∃ ∈ ∀ θ θ
,

A.BENHARI 201

Or, )) , ( ) , ( ( ) . , ( k h b a
y
f
k k b h a
y
f
k α θ +


= + +


où 0 lim
) 0 , 0 (
= α car
y
f


est continue en
) 0 , 0 ( , et de même, )) , ( ) , ( ( ) , . ( k h b a
x
f
h b h t a
x
f
h β +


= +


où 0 lim
) 0 , 0 (
= β .
Donc ) , ( . ) , ( . ) , ( ) , ( ) , ( ) , ( k h k k h h b a
x
f
h b a
y
f
k b a f k b h a f α β + +


+


+ = + +
Et pour tout { } ) 0 , 0 ( \ ) , ( W k h u ∈ =
,
:
0 ) , (
) , max(
) , (
) , max( ) , (
) , ( . ) , ( .
) , (
) 0 , 0 (
] 1 , 1 [ ] 1 , 1 [
  →  + =
+
=
− ∈ − ∈

k h
k h
k
k h
k h
h
k h
k h k k h h
k h α β
α β
ε
¸¸ ¸_ ¸ ¸¸ ¸_ ¸

Donc ε tend vers 0 en ) 0 , 0 ( , d’où le résultat.

B) Conséquences

(1) Si f est de classe
1
C sur Ω, alors elle est continue sur Ω.
En effet, pour tout Ω ∈ = ) , ( b a A , on a :
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
0
) , ( ) , ( ) , ( ) , ( ) , ( ) , ( , ) , (

+


+


+ = + + ∈ ∀ k h k h b a
y
f
k b a
x
f
h b a f k b h a f V k h ε
Donc ) , ( ) , (
) 0 , 0 ( ) , (
b a f k b h a f
k h
    →  + +
֏
, donc f est continue en A.
(2) Si f est de classe
1
C , alors pour tout { } ) 0 , 0 ( \
2
R ∈ u
,
et tout Ω ∈ A , ) (
,
f D
u A
,

est définie, et l’application ) (
,
f D A
u A
,
֏ est continue.
En effet :
Si f est de classe
1
C , alors, pour tout Ω ∈ = ) , ( b a A , on a :
) , ( ) , ( ) , ( ) , ( ) , ( ) , ( , ) , ( k h k h b a
y
f
k b a
x
f
h b a f k b h a f V k h ε +


+


+ = + + ∈ ∀ .
Soit alors { } ) 0 , 0 ( \ ) , (
2
R ∈ = β α u
,
.
Alors, pour tout R ∈ t tel que Ω ∈ + u t A
,
. , c'est-à-dire tel que V u t ∈
,
. , on a :
) . ( ) ( . ) ( . ) ( ) . ( u t u t A
y
f
t A
x
f
t A f u t A f
, , ,
ε β α +


+


+ = +
Donc ) . ( u t A f t
,
֏ + est dérivable en 0, de dérivée ) ( ) ( A
y
f
A
x
f


+


β α
(puisque
¸¸ ¸_ ¸
, ,
,
0
) . ( ) ( ) (
0
) ( ) . (

+


+


=

− +
u t u A
y
f
A
x
f
t
A f u t A f
t
t
ε β α )


C) Divers

Soit f de classe
1
C sur Ω.
On vient de voir que pour tout { } ) 0 , 0 ( \
2
R ∈ u
,
et tout Ω ∈ A , ) (
,
f D
u A
,
existe et
vaut ) ( ) ( A
y
f
A
x
f


+


β α lorsque ) , ( β α = u
,
.
A.BENHARI 202

Pour A fixé dans Ω, l’application
) ( ) ( ) , (
2
A
y
f
A
x
f
u


+


=

β α β α ֏
,
R R est une forme
linéaire sur
2
R , on la note
A
df , différentielle de f en A. Ainsi, ) , (
2
R R L df
A

On introduit alors le vecteur
2
R ∈ n
,
tel que cette forme linéaire soit n u u
, ,
֏
,

(pour
2
R muni de sa structure euclidienne naturelle)
Ce vecteur est appelé f
A
grad , gradient de f en A.
Ainsi : u f f D A
y
f
k A
x
f
h u df k h u
A
u
u A A
,
¸¸ ¸_ ¸
, ,
,
,
⋅ = =


+


= ∈ = ∀

) grad ( ) ( ) ( ) ( ) ( , ) , (
) 0 , 0 ( si
,
2
R
Donc
|
|
¹
|

\
|




= ) ( ), ( grad A
y
f
A
x
f
f
A
.
On note dy A
y
f
dx A
x
f
df
A
) ( ) (


+


= .
C'est-à-dire que dx et dy sont les formes linéaires
h k h ֏ ) , (
2
R R → et
k k h ֏ ) , (
2
R R → .
On peut considérer l’application
A
df A
L
֏
) , (
2
R R → Ω .
Cette application est notée df , et s’appelle la différentielle de f.
Ainsi, )) , ( , (
2
R R L df Ω ∈F , et on peut noter dy
y
f
dx
x
f
df


+


= .
Récapitulatif :
)) , ( , (
2
R R L dy
y
f
dx
x
f
df Ω ∈


+


= F , différentielle de f.
) , ( ) ( ) (
2
R R L dy A
y
f
dx A
x
f
df
A



+


= , différentielle de f en A.
R ∈


+


= k A
y
f
h A
x
f
u df
A
) ( ) ( ) (
,

Le DL à l’ordre 1 en A s’écrit alors :
) ( ) ( ) ( ) (
) grad (
u u u df A f u A f
u f
A
A
, ,
¸ _ ¸
, ,
,
ε + + = +

où 0 ) (
) 0 , 0 (
   → 
֏
,
,
u
u ε
Ainsi, ) (u df
A
,
est une approximation linéaire de la différence ) ( ) ( A f u A f − +
,



III Opérations sur les fonctions de classe
1
C
.
A) Sommes, produits…

Proposition :
Soient R → Ω : , g f de classe
1
C . Soit R ∈ λ .
Alors les fonctions fg g f f , , . + λ sont de classe
1
C sur Ω, et :
x
f
x
f


=


.
) . (
λ
λ
,
x
g
x
f
x
g f


+


=

+ ∂ ) (
et
x
f
g
x
g
f
x
fg


+


=

∂ ) (
. Idem pour
y ∂

.


A.BENHARI 203

Démonstration : immédiat
Par exemple, pour fg :
Soit Ω ∈ ) , (
0 0
y x . Les fonctions
¹
´
¦
) , (
) , (
0
0
y x g x
y x f x
֏
֏
sont dérivables en
0
x , de dérivées
¦
¹
¦
´
¦




) , (
) , (
0 0
0 0
y x
x
g
y x
x
f
. Donc ) , ( ) , (
0 0
y x g y x f x × ֏ est dérivable en
0
x , et sa dérivée en
0
x est :
) , ( ) , ( ) , ( ) , (
0 0 0 0 0 0 0 0
y x
x
f
y x g y x
x
g
y x f


× +


×
Donc
x
fg

∂ ) (
est définie en tout point ) , (
0 0
y x de Ω, et
x
f
g
x
g
f
x
fg


+


=

∂ ) (
.
Or, f,
x
f


, g et
x
g


sont continues, donc
x
fg

∂ ) (
est continue sur Ω.
De même pour
y
fg

∂ ) (
, donc fg est de classe
1
C .

Proposition :
Soit R → Ω : f de classe
1
C .
Soit D un ouvert non vide de R.
Soient u, v deux fonctions de D dans R de classe
1
C .
On suppose que Ω ∈ ∈ ∀ )) ( ), ( ( , t v t u D t .
Alors la fonction
)) ( ), ( (
:
t v t u f t
D F
֏
R → est de classe
1
C , et :
)) ( ), ( ( ) ( ' )) ( ), ( ( ) ( ' ) ( ' , t v t u
y
f
t v t v t u
x
f
t u t F D t


+


= ∈ ∀ .
Démonstration :
Soit D t ∈
0
. On étudie
h
t F h t F ) ( ) (
0 0
− +
pour 0 ≠ h tel que D h t ∈ +
0
. On a :
) , ( ) , ( )) ( ), ( ( . )) ( ) ( (
)) ( ), ( ( . )) ( ) ( (
)) ( ), ( ( )) ( ), ( ( ) ( ) (
0 0 0 0
0 0 0 0
0 0 0 0 0 0
K H K H t v t u
y
f
t v h t v
t v t u
x
f
t u h t u
t v t u f h t v h t u f t F h t F
K
H
ε +


− + +


− + =
− + + = − +
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸

Où 0 ) , ( lim
) 0 , 0 ( ) , (
= y x
y x
ε
֏


) , ( ) , ( )) ( ), ( ( )) ( .
) ( ' . ( )) ( ), ( ( )) ( . ) ( ' . (
0 0
0 0 0 0
K H K H t v t u
y
f
h h
t v h t v t u
x
f
h h t u h
ε β
α
+


+
+


+ =

Où 0 ,
0
 → 
֏ h
β α .



A.BENHARI 204

Donc :
) , ( )) ( ) ( ' ), ( ) ( ' (
)) ( ), ( ( )) ( ) ( ' ( )) ( ), ( ( )) ( ) ( ' (
) ( ) (
borné
)) ( ' ), ( ' (
0 0
0 0 0 0 0 0
0 0
0 0
K H h t v h t u
h
h
t v t u
y
f
h t v t v t u
x
f
h t u
h
t F h t F
t v t u
ε β α
β α
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸

+ + +


+ +


+ =
− +

Et 0 ) , (
0
 → 
֏ h
K H ε
car 0 ) ( ) (
0 0 0
  →  − + =
֏ h
t u h t u H , 0 ) ( ) (
0 0 0
  →  − + =
֏ h
t v h t v K et d’après le
théorème de composition de limites.
Donc F est dérivable en
0
t , et on a bien la formule voulue, qui montre en plus que
' F est continue (car u, v, u’, v’,
x
f


et
y
f


le sont…), donc que F est de classe
1
C .
Proposition :
Soit U un ouvert de
2
R .
Soient u, v deux fonctions de U dans R, de classe
1
C .
Soit
) , ( ) , (
:
Y X f Y X
f
֏
R → Ω de classe
1
C .
On suppose que Ω ∈ ∈ ∀ )) , ( ), , ( ( , ) , ( y x v y x u U y x .
On peut donc considérer
)) , ( ), , ( ( ) , (
:
y x v y x u f y x
U F
֏
R → .
Alors F est de classe
1
C sur U, et, pour tout U y x ∈ ) , ( :
)) , ( ), , ( ( ) , ( )) , ( ), , ( ( ) , ( y x v y x u
Y
f
y x
x
v
y x v y x u
X
f
y x
x
u
x
F


×


+


×


=



De même, )) , ( ), , ( ( ) , ( )) , ( ), , ( ( ) , ( y x v y x u
Y
f
y x
y
v
y x v y x u
X
f
y x
y
u
y
F


×


+


×


=


.
Démonstration :
Soit D y x ∈ ) , (
0 0
. Alors ) , (
0
y x F x ֏ , c'est-à-dire )) , ( ), , ( (
0 0
y x v y x u f x ֏ , est
du type traité dans la proposition précédente.
Cette fonction est donc dérivable en
0
x , de dérivée :
)) , ( ), , ( ( ) , ( )) , ( ), , ( ( ) , (
0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
y x v y x u
Y
f
y x
x
v
y x v y x u
X
f
y x
x
u




+





D’où la première formule, et de même la deuxième et ainsi la classe de F.

Exemple : gradient en coordonnées polaires.
i
,
j
,

On peut introduire la fonction R R →
2
: f telle que pour tout
2
) , ( R ∈ y x , ) , ( y x f
est la valeur (en Volt) du potentiel au point M de coordonnées cartésiennes ) , ( y x .
On peut aussi introduire R R →
2
: F telle que pour tout
2
) , ( R ∈ θ ρ , ) , ( θ ρ F est
la valeur (en Volts) du potentiel au point M de coordonnées polaires ) , ( θ ρ .
A.BENHARI 205

Ainsi, pour tout
2
) , ( R ∈ θ ρ , ) sin , cos ( ) , ( θ ρ θ ρ θ ρ f F = .
On a j y x
y
f
i y x
x
f
V
M
, ,
). , ( ). , ( grad


+


= où ) , ( y x M .
On a, pour tout
2
) , ( R ∈ θ ρ :
¦
¦
¹
¦
¦
´
¦


+


− =




+


=


) 2 ( ) sin , cos ( cos ) sin , cos ( sin ) , (
) 1 ( ) sin , cos ( sin ) sin , cos ( cos ) , (
θ ρ θ ρ θ ρ θ ρ θ ρ θ ρ θ ρ
θ
θ ρ θ ρ θ θ ρ θ ρ θ θ ρ
ρ
y
f
x
f F
y
f
x
f F

Donc :
)) 2 ( sin ) 1 ( cos ( ) , ( sin ) , ( cos ) sin , cos ( θ θ ρ θ ρ
θ
θ θ ρ
ρ
θ ρ θ ρ θ ρ ρ −





=

∂ F F
x
f

Et
)) 2 ( cos ) 1 ( sin ( ) , ( cos ) , ( sin ) sin , cos ( θ θ ρ θ ρ
θ
θ θ ρ
ρ
θ ρ θ ρ θ ρ ρ −


+


=

∂ F F
y
f

Pour O M ≠ , de coordonnées polaires ) , ( θ ρ :
) ( ) , (
1
) ( ) , (
. ) , (
cos
) , ( sin . ) , (
sin
) , ( cos grad
θ θ ρ
θ ρ
θ θ ρ
ρ
θ ρ
θ ρ
θ
θ ρ
ρ
θ θ ρ
θ ρ
θ
θ ρ
ρ
θ
v
F
u
F
j
F F
i
F F
V
M
, ,
, ,


+


=
(
¸
(

¸



+


+
(
¸
(

¸






=
Avec j i u
, ,
,
. sin . cos ) ( θ θ θ + = , ) ( ) (
2
θ θ
π
− = u v
, ,
.


IV Généralisations

On a vu le cas des
¹
´
¦
→ ⊂
→ ⊂ Ω
R R
R R
D f
f
:
:
2

On peut aisément adapter au cas R R → ⊂ Ω
3
: f , et même plus généralement à
R R → ⊂ Ω
p
f : .
On a vu aussi le cas des
)) ( )... ( ), ( (
:
2 1
t f t f t f t
D f
n
n
֏
R R → ⊂ , où « tout va bien »
composantes par composantes (sauf pour le théorème des accroissements finis, et donc la
démonstration du théorème pour les développements limités – qui est quand même vrai, mais
admis pour l’instant)
On peut donc parler des fonctions
n p
f R R → ⊂ Ω : où « tout va bien » sur les
composantes de l’arrivée.
Cas particulier : Champ de vecteurs sur
3
R :
C’est une fonction
)) , , ( ), , , ( ), , , ( ( ) , , (
:
3
z y x Z z y x Y z y x X z y x
F
֏
R → Ω où Ω est un ouvert de
3
R
F est de classe
1
C si et seulement si X, Y, Z le sont, et :
|
¹
|

\
|






=


) , , ( ), , , ( ), , , ( ) , , ( z y x
x
Z
z y x
x
Y
z y x
x
X
z y x
x
F

On a alors le théorème : Toute composée bien définie de fonctions de classes
1
C est de
classe
1
C , et formules à adapter…
A.BENHARI 206

Exemple :
Si ) , sin , cos ( ) , , ( z r r F z r G θ θ θ = , alors :
) , sin , cos ( ) , , (
) , sin , cos ( cos ) , sin , cos ( sin ) , , (
) , sin , cos ( 0 ) , sin , cos ( sin ) , sin , cos ( cos ) , , (
z r r
z
F
z r
z
G
z r r
y
F
r z r r
x
F
r z r
G
z r r
z
F
z r r
y
F
z r r
x
F
z r
r
G
θ θ θ
θ θ θ θ θ θ θ
θ
θ θ θ θ θ θ θ θ θ


=




+


− =




× +


+


=



De même, si ) cos , sin sin , cos sin ( ) , , ( θ ϕ θ ϕ θ ϕ θ r r r F r H = :
) cos , sin sin , cos sin ( cos sin
) cos , sin sin , cos sin ( sin sin ) , , (
) cos , sin sin , cos sin ( sin
) cos , sin sin , cos sin ( sin cos
) cos , sin sin , cos sin ( cos cos ) , , (
) cos , sin sin , cos sin ( cos
) cos , sin sin , cos sin ( sin sin
) cos , sin sin , cos sin ( cos sin ) , , (
θ ϕ θ ϕ θ ϕ θ
θ ϕ θ ϕ θ ϕ θ ϕ θ
ϕ
θ ϕ θ ϕ θ θ
θ ϕ θ ϕ θ ϕ θ
θ ϕ θ ϕ θ ϕ θ ϕ θ
θ
θ ϕ θ ϕ θ θ
θ ϕ θ ϕ θ ϕ θ
θ ϕ θ ϕ θ ϕ θ ϕ θ
r r r
y
F
r
r r r
x
F
r r
H
r r r
z
F
r
r r r
y
F
r
r r r
x
F
r r
H
r r r
z
F
r r r
y
F
r r r
x
F
r
r
H


+


− =







+


=




+


+


=





V Dérivées partielles d’ordre supérieur

Définition :
Soit R → Ω : f . Soit Ω ∈ ) , (
0 0
y x .
• Si
x
f


est définie au voisinage de ) , (
0 0
y x , et si
x
f


est dérivable par rapport à x (1
ère

variable) en ce point, la dérivée ) , (
0 0
y x
x
x
f




est notée ) , (
) (
0 0 2
2
y x
x
f


.
• De même, sous réserve d’existence, ) , ( ) , (
) )( (
0 0 0 0
2
y x
y
y x
x y
f
x
f


=
∂ ∂



,
• Et ) , ( ) , (
) )( (
0 0 0 0
2
y x
x
y x
y x
f
y
f


=
∂ ∂




• Et ) , ( ) , (
) (
0 0 0 0 2
2
y x
y
y x
y
f
y
f


=




.
Généralisation récurrente :
A.BENHARI 207

Soit 2 ≥ p .
Sous réserve d’existence, les dérivées p-ièmes de f en ) , (
0 0
y x sont les deux dérivées
premières de chacune des dérivées ) 1 ( − p -ièmes de f en ) , (
0 0
y x .

Définition :
Soit R → Ω : f . Si les quatre dérivées partielles secondes de f sont définies et continues
sur Ω, on dit que f est de classe
2
C .
Plus généralement, si les
k
2 dérivées partielles d’ordre k sont définies et continues sur
Ω, on dit que f est de classe
k
C .
Proposition :
Pour 1 ≥ k , si f est de classe
k
C , alors f est de classe
1 − k
C (où
0
C signifie « f est
continue »)
En effet, si f est de classe
k
C , alors les dérivées partielles ) 1 ( − k -ièmes de f ont leurs
dérivées partielles premières continues (puisque ce sont les dérivées partielles k-ièmes de f), et
sont donc de classe
1
C . Donc ces dérivées partielles ) 1 ( − k -ièmes sont continues, donc f est
de classe
1 − k
C .

Théorème de Schwarz (admis) :
• Si f est de classe
2
C sur Ω, alors
) )( ( ) )( (
2 2
x y
f
y x
f
∂ ∂

=
∂ ∂

.
• Plus généralement, si f est de classe
k
C sur Ω, alors les dérivées partielles d’ordre k
ne dépendent que du nombre de dérivations par rapport à chaque variable.

On peut élargir aisément les définitions aux fonctions de Ω, ouvert de
p
R , dans
n
R ,
où le théorème de Schwarz reste encore vrai.
Et de plus les opérations sur les fonctions de classe
k
C sont toujours valables…
Remarque :
On n’a besoin que de la composition :
Par exemple, si f et g sont deux fonctions de
2
R dans R de classe
1
C , on a :
)) , ( ), , ( ( ) , (
:
2 2
y x g y x f y x
F
֏
R R → est de classe
1
C , et
v u v u
S
+

֏ ) , (
:
2
R R est de classe
1
C , donc
F S est de classe
1
C , et on a g f F S + = .


VI Extremums

Théorème :
Soit R → Ω : f , où Ω est un ouvert de
2
R , de classe
1
C . Soit Ω ∈ = ) , ( b a A .
Si f présente un extremum (local) en A, alors 0 ) ( ) ( =


=


A
y
f
A
x
f
.
La réciproque reste ici encore fausse (exemple : configuration en col, ou xy y x ֏ ) , ( )
Démonstration :
Supposons que f présente un maximum local en A. Il existe alors un voisinage V de A
contenu dans Ω (prendre au pire V ∩ Ω ) tel que
¸
¸ _ ¸ ¸ _ ¸
) , ( ) , (
) , (
) ( ) ( ,
b a f y x f
y x
A f M f V M ≤ ∈ ∀ .
A.BENHARI 208

On introduit 0 > ε tel que V b b a a ⊂ + − × + − [ , ] [ , ] ε ε ε ε .
Alors ) , ( b x f x ֏ présente un maximum local en a, et est dérivable sur [ , ] ε ε + − a a .
La dérivée de cette fonction est donc nulle en a, c'est-à-dire 0 ) , ( =


b a
x
f
.
Et, de même, 0 ) , ( =


b a
y
f
.


VII Notion de plan tangent à une surface d’équation
) , ( y x f z =
.


Ω ∈ = ) , ( b a A

Soit R → Ω : f de classe
1
C , notons S la surface d’équation ) , ( y x f z = .
Soit Ω ∈ = ) , ( b a A , S b a f b a M ∈ = )) , ( , , (
0
.
On sait que, pour tout Ω ∈ ) , ( y x , on a :
) , ( ) , ( ) , ( ) ( ) , ( ) ( ) , ( ) , ( b y a x b y a x b a
y
f
b y b a
x
f
a x b a f y x f − − − − +


− +


− + = ε
où 0
) , ( b a
→ ε .

Par définition, le plan tangent en
0
M à S est le plan d’équation :
) , ( ) ( ) , ( ) ( ) , ( b a
y
f
b y b a
x
f
a x b a f z


− +


− + = .
C’est la plan qui approxime le mieux la surface au voisinage du point considéré.

Considérons les deux courbes
1
C et
2
C tracées sur S de la manière suivante :
{ }
1 , 1
)), , ( , , (
A
x b x f b x C Ω ∈ = et { }
2 , 2
)), , ( , , (
A
y y a f y a C Ω ∈ =
Où { } Ω ∈ ∈ = Ω ) , ( ,
1 ,
b x x
A
R et { } Ω ∈ ∈ = Ω ) , ( ,
2 ,
y a y
A
R .
1
C est naturellement paramétrée par
) , ( b t f z
b y
t x
M
=
=
=
.
Vitesse :
) , (
1
0
1
) (
b t
x
f
z
y
x
t v


=
=
=
,
. Et, au point considéré,
) , (
1
0
1
) (
b a
x
f
z
y
x
a v


=
=
=
,
.
A.BENHARI 209

De même, sur
2
C ,
) , (
2
1
0
) (
b a
y
f
z
y
x
b v


=
=
=
,

Alors )) ( ), ( (
2 1
b v a v
, ,
forme une base de la direction du plan tangent en
0
M , c'est-à-dire
du plan vectoriel d’équation ) , ( ) , ( b a
y
f
y b a
x
f
x z


+


= .


VIII Courbes de
2
R
.

On se place ici dans le repère canonique de
2
R .

A) Diverses situations

• En coordonnées cartésiennes :
- ) (x f y = (résolue en y) (1)
- ) ( y f x = (résolue en x) (2)
- 0 ) , ( = y x F où R R → ⊂ Ω
2
: F (non résolue) (3)
- Paramétrique : ... ,
) (
) (

¹
´
¦
=
=
t
t y
t x
ψ
ϕ
(4)
• En coordonnées polaires :
- ) (θ ρ f = (1b)
- ) (ρ θ f = (2b)
- 0 ) , ( = θ ρ F (3b)
- Paramétrique : ... ,
) (
) (

¹
´
¦
=
=
t
t
t r
α θ
ρ
(4b)
• Passage d’une situation à une autre :
Passage de (1) à (3) / (2) à (3) : évident. (idem avec b)
Passage de (1) à (4) / (2) à (4) : évident. (idem avec b)
Passage de (4b) à (4) :
¹
´
¦
=
=
)) ( sin( ) (
)) ( cos( ) (
t t r y
t t r x
α
α

Pour le passage de (3) à (1) ou (2), on n’a pas de méthode systématique, mais on a
un théorème.


B) Théorème des fonctions implicites

Théorème (admis) :
Soit Ω un ouvert de
2
R .
Soit R → Ω : F , de classe
1
C .
On suppose qu’il existe Ω ∈ ) , (
0 0
y x tel que 0 ) , (
0 0
= y x F .
A.BENHARI 210

Si 0 ) , (
0 0



y x
y
F
, alors l’équation 0 ) , ( = y x F définit localement y comme
fonction de x, c'est-à-dire qu’il existe 0 > α tel que pour tout [ , ]
0 0
α α + − ∈ x x x , il
existe un unique [ , ]
0 0
α α + − ∈ y y y tel que 0 ) , ( = y x F .
Et de plus, si on note
[ , ] unique l'
0 ) , ( que tel
0 0
0 0

[ , ] :
α α
α α ϕ
+ − ∈
=
→ + −
y y y
y x F
x
x x
֏
R , alors ϕ est de classe
1
C au voisinage de
0
x , et
) , (
) , (
0
0 0
0 0
) ( '
y x
y
F
y x
x
F
x




− = ϕ .
On adapte le théorème pour 0 ) , (
0 0



y x
x
F

Visualisation :
0 =


x
F
0 =


y
F
0 =


=


x
F
y
F
[ , ] [ , ]
0 0 0 0
α α α α + − × + − y y x x : carré
courbe 0 ) , ( : = y x F C
car extremum
car extremum

Justification que
) , (
) , (
0
0 0
0 0
) ( '
y x
y
F
y x
x
F
x




− = ϕ :
On a, pour tout [ , ] [ , ]
0 0 0 0
α α α α + − × + − ∈ y y x x x , 0 )) ( , ( = x x F ϕ
Donc, en dérivant : 0 ) ) ( , ( ) ( ' ) ) ( , ( 1
0 0
0 0 0 0 0
=


+


¸ _ ¸ ¸ _ ¸
y y
x x
y
F
x x x
x
F
ϕ ϕ ϕ .

Application :
Tangente à 0 ) , ( : = y x F C en un point ) , (
0 0
y x où
x
F


et
y
F


sont non tous deux
nuls. Supposons par exemple 0 ) , (
0 0



y x
y
F
.
Ainsi, localement, la courbe se résout en ) ( : x y C ϕ = .
La tangente en ) , (
0 0
y x a alors pour équation ) ( ' ) ( ) (
0 0 0
x x x y y ϕ − = −
C'est-à-dire 0 ) , ( ) ( ) , ( ) (
0 0 0 0 0 0
=


− +


− y x
y
F
y y y x
x
F
x x
Ainsi, si 0 grad
) , (
0 0
,
≠ F
y x
, alors la tangente à C en ) , (
0 0
y x existe et est orthogonale
à F
y x ) , (
0 0
grad .





C) Passage local de représentation paramétrique à résolu en x ou y.

A.BENHARI 211

Soit C le support d’un arc paramétré I t
t y
t x

¹
´
¦
=
=
,
) (
) (
β
α
où β α, sont de classe
1
C au
moins, et on suppose l’arc régulier (c'est-à-dire que
|
|
¹
|

\
|
) ( '
) ( '
) (
t
t
t v
β
α
,
ne s’annule pas)
Soit I t ∈
0
(qu’on suppose ouvert). Si par exemple 0 ) ( '
0
≠ t α , alors il existe un
voisinage
0
V de
0
t tel que le support de l’arc paramétré restreint à
0
V , c'est-à-dire l’arc
0
,
) (
) (
V t
t y
t x

¹
´
¦
=
=
β
α
, admette une équation du type ) (x f y = .
Démonstration :
α est de classe
1
C , et 0 ) ( '
0
≠ t α . Il existe donc un voisinage [ , ]
0 0
λ λ + − = t t V de
0
t tel que 0 ) ( ' , ≠ ∈ ∀ t V t α . Donc α est strictement monotone, et réalise donc une
bijection sur un intervalle W dont la réciproque est de même classe que α . Donc l’arc
restreint à V admet le paramétrage W u
u y
u x

¹
´
¦
=
=


,
)) ( (
)) ( (
1
1
α β
α α
, c'est-à-dire W u
u f y
u x

¹
´
¦
=
=
,
) (


1 −
= α β f .


D) De paramétré en cartésiennes à paramétré en polaires

Soit I t
t y
t x
C ∈
¹
´
¦
=
=
,
) (
) (
:
β
α
où β α, sont de classe
k
C ( 1 ≥ k )
On suppose que C ne passe pas par O.
Alors C admet une représentation paramétrique en coordonnées polaires du type
I t
t
t r

¹
´
¦
=
=
,
) (
) (
λ θ
ρ
, r et λ étant de classe
k
C .
En effet, pour tout I t ∈ :
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
, ,
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
, ,
, ,
relèvement de théorème le selon classe
de est où )). ( sin( )). ( cos(
2 2 2 2
) (
2 2
.
) ( ) (
) (
.
) ( ) (
) (
) ( ) ( ). ( ). ( ) (
k
C
j t i t
t r
j
t t
t
i
t t
t
t t j t i t t OM
λ λ λ
β α
β
β α
α
β α β α
+ =
|
|
¹
|

\
|
+
+
+
+ = + =
(C’est possible car ) 0 , 0 ( )) ( ), ( ( ≠ t t β α )


IX Surfaces de
3
R
.
A) Diverses représentations (en coordonnées cartésiennes)

• Equations du type ) , ( y x f z = , ) , ( z x f y = ou ) , ( z y f x = (résolues)
• Equations non résolues : 0 ) , , ( = z y x F
Exemple :
Plan d’équation 0 = + + + d cz by ax où ) 0 , 0 , 0 ( ) , , ( ≠ c b a
Sphère
2 2
0
2
0
2
0
) ( ) ( ) ( R z z y y x x = − + − + −
• Paramétrage de surface :
A.BENHARI 212

¦
¹
¦
´
¦
=
=
=
) , (
) , (
) , (
s t z
s t y
s t x
γ
β
α
, ) , ( s t décrivant un domaine D de
2
R , γ β α , , de classe 1 , ≥ k C
k

avec
|
|
|
¹
|

\
|






t
t
t
γ
β
α
et
|
|
|
¹
|

\
|






s
s
s
γ
β
α
indépendants (sinon on n’obtient pas une surface)


B) Passage local de représentation
0 ) , , ( = z y x F
à une équation résolue
(Et donc passage ensuite à une représentation paramétrique)

Théorème des fonctions implicites :
Soit F de classe 1 , ≥ k C
k
sur
3
R . Soit ) , , (
0 0 0 0
z y x M = tel que 0 ) , , (
0 0 0
= z y x F .
Si 0 ) (
0



M
z
F
, alors, au voisinage de
0
M , l’équation 0 ) , , ( = z y x F définit z comme
fonction de x et y, cette fonction ϕ est de classe
k
C et on a :
) , , (
) , , (
0 0
0 0 0
0 0 0
) , (
z y x
z
F
z y x
x
F
y x
x




− =

∂ϕ
,
) , , (
) , , (
0 0
0 0 0
0 0 0
) , (
z y x
z
F
z y x
y
F
y x
y




− =

∂ϕ

(Même justification pour les dérivées que pour
2
R )


C) Plan tangent à une surface

• Soit Ω ∈
¦
¹
¦
´
¦
=
=
=
) , ( ,
) , (
) , (
) , (
: s t
s t z
s t y
s t x
S
γ
β
α
ouvert de
2
R .
La fonction
)) , ( ), , ( ), , ( ( ) , (
:
3
v u v u v u v u
P
γ β α ֏
,
R → Ω est de classe
k
C , avec 1 ≥ k et
) , ( v u
u
P


,
, ) , ( v u
v
P


,
sont indépendants.
Soit S M ∈
0
de paramètre ) , (
0 0
v u .

Courbes tracées sur S passant par
0
M :
1 ,
0
0
0
1
0
,
) , (
) , (
) , (
:
M
u
v u z
v u y
v u x
C Ω ∈
¦
¹
¦
´
¦
=
=
=
γ
β
α
passe par le point
0
M au paramètre
0
u u = .
A.BENHARI 213

2 ,
0
0
0
2
0
,
) , (
) , (
) , (
:
M
v
v u z
v u y
v u x
C Ω ∈
¦
¹
¦
´
¦
=
=
=
γ
β
α
passe par
0
M au point de paramètre
0
v v = .
Les deux vecteurs
) , (
) , (
) , (
0 1
0 0
0 0
0 0
) (
v u
u
v u
u
v u
u
u v






γ
β
α
,
et
) , (
) , (
) , (
0 2
0 0
0 0
0 0
) (
v u
v
v u
v
v u
v
v v






γ
β
α
,
sont donc indépendants. Le
plan tangent à S en
0
M est le plan passant par
0
M et de direction )) ( ), ( (
0 2 0 1
v v u v
, ,
(et de
vecteur normal ) ( ) (
0 2 0 1
v v u v
, ,
∧ , c'est-à-dire ) , ( ) , (
0 0 0 0
v u
v
P
v u
u
P





, ,
)
Remarque :
Les autres courbes tracées sur la surface sont les courbes de la forme
¦
¹
¦
´
¦
=
=
=
)) ( ), ( (
)) ( ), ( (
)) ( ), ( (
:
t v t u z
t v t u y
t v t u x
C
γ
β
α
, où R R → : , v u , de classe suffisante.
)) ( ), ( ( ) ( ' )) ( ), ( ( ) ( '
)) ( ), ( ( ) ( ' )) ( ), ( ( ) ( '
)) ( ), ( ( ) ( ' )) ( ), ( ( ) ( '
) (
t v t u
v
t v t v t u
u
t u
t v t u
v
t v t v t u
u
t u
t v t u
v
t v t v t u
u
t u
t v


+




+




+


γ γ
β β
α α
,

Soit R ∈
0
t , on suppose que ) , ( )) ( ), ( (
0 0 0 0
v u t v t u = .
Ainsi, ) ( ) ( ' ) ( ) ( ' ) (
0 2 0 0 1 0 0
v v t v u v t u t v
, , ,
+ = , donc ) (
0
t v
,
est dans la direction du plan
tangent à
0
M .

• Cas où 0 ) , , ( : = z y x F S .
Soit S z y x M ∈ = ) , , (
0 0 0 0
. On suppose que 0 grad
0
,
≠ F
M
, c'est-à-dire que l’une des
dérivées partielles n’est pas nulle.
Donc selon le théorème des fonctions implicites, on a localement une
paramétrisation de S :
¦
¹
¦
´
¦
=
=
=
) , (
) , (
) , (
v u z
v u y
v u x
γ
β
α
, passant en
0
M , disons au point de paramètre
) , (
0 0
v u .
On a donc un plan tangent de direction ( )
2 1
, Vect v v
, ,

) , (
) , (
) , (
1
0 0
0 0
0 0
v u
u
v u
u
v u
u
v






γ
β
α
,
et
) , (
) , (
) , (
2
0 0
0 0
0 0
v u
v
v u
v
v u
v
v






γ
β
α
,
.
Or, on a 0 )) , ( ), , ( ), , ( ( = v u v u v u F γ β α .
0 )) , ( ), , ( ), , ( ( ) , (
)) , ( ), , ( ), , ( ( ) , ( )) , ( ), , ( ), , ( ( ) , ( Donc
=




+




+




v u v u v u
z
F
v u
u
v u v u v u
y
F
v u
u
v u v u v u
x
F
v u
u
γ β α
α
γ β α
α
γ β α
α

A.BENHARI 214

0 )) , ( ), , ( ), , ( ( ) , (
)) , ( ), , ( ), , ( ( ) , ( )) , ( ), , ( ), , ( ( ) , ( Et
=




+




+




v u v u v u
z
F
v u
v
v u v u v u
y
F
v u
v
v u v u v u
x
F
v u
v
γ β α
α
γ β α
α
γ β α
α

Donc
1
v
,
et
2
v
,
sont orthogonaux à F
M
0
grad , et son indépendants.
Ainsi, le plan tangent à S en ) , , (
0 0 0 0
z y x M est le plan passant par
0
M orthogonal
à F
M
0
grad , c'est-à-dire d’équation :
0 ) )( ( ) )( ( ) )( (
0 0 0 0 0 0
= −


+ −


+ −


z z M
z
F
y y M
y
F
x x M
x
F

Ou encore 0 ) , , (
0 0 0
0
= − − − z z y y x x dF
M
.

Ainsi, par exemple :
Si 0 3 3 5 2 :
2 2 2
= − + + y z x S , et si ) , , (
0 0 0 0
z y x M est un point de S.
Equation du plan tangent à S en
0
M :
3 5 3 2 ) , , (
2 2 2
− + + = z y x z y x F
dz z dy y dx x dF
z y x
. 10 . 6 . 6
) , , (
+ + =
(On vérifie en effet immédiatement que l’application dF F ֏ est linéaire)
L’équation du plan tangent est donc 0 ) .( 10 ) .( 6 ) .( 5
0 0 0 0 0 0
= − + − + − z z z y y y x x x .


Ici, 3 ou 2 = p .

I Intégrale curviligne le long d’une courbe

Soit
) (
] , [ :
t M t
b a
p
֏
R → γ un arc paramétré de classe
1
C , de support C.
Soit R → C f : une fonction continue.
On appelle intégrale curviligne de f le long de γ , et on note

γ
ds M f ) ( le réel défini par
∫ ∫
=
b
a
dt
ds
dt t t M f ds M f ) ( )) ( ( ) (
γ
(où ) ( ) ( t
dt
dM
t
dt
ds
= )
Admis :
Si le paramétrage est « raisonnable » (en particulier pas de points doubles autres qu’en
des points isolé), cette intégrale ne dépend que de C.
Généralisation :
Aux arcs continus et de classe
1
C par morceaux,
c'est-à-dire que γ est continu et il existe une subdivision b a a a a
n
= < < < = ...
2 1
de
] , [ b a telle que [ ]
] , /[
1
, , 1
i i
a a
n i

∈ ∀ γ est de classe
1
C .
(On généralise par addition…)
Chapitre 21 : Intégrales curvilignes, formes
différentielles
A.BENHARI 215

Interprétation :
s étant une abscisse curviligne, ds représente « le déplacement élémentaire sur C ».
Ainsi,


=

+∞ →
− =
n
i
i i i
n
t s t s t M f ds M f
1
1
)) ( ) ( ))( ( ( lim ) (
γ
(admis)
où, pour tout [ ] n i , 0 ∈ ,
n
a b
i
i a t

+ = . (subdivision régulière de ] , [ b a ).
Utilité :
Exemple : un fil dont la forme est donné par la courbe paramétrée γ , de densité linéique
) ( : M p M p ֏ (fonction continue de M) a pour masse totale

γ
ds M p ) ( .

II Formes différentielles sur un ouvert de
p
R
.

Soit Ω un ouvert de
p
R .

A) Définition

Une forme différentielle sur Ω est une application de Ω dans ) , ( R R
p
L .
Si par exemple 3 = p , on sait que ) , (
3
R R L (dual de
3
R ) est un R-ev de
dimension 3, dont une base naturelle est constituée des 3 projecteurs : x z y x ֏ ) , , ( ,
y z y x ֏ ) , , ( et z z y x ֏ ) , , ( , qu’on a notés en analyse dz dy dx , , .
Ainsi, une forme différentielle ω sur Ω s’écrit :
Cdz Bdy Adx + + = ω où A, B, C sont 3 applications de Ω dans R.
Autrement dit :
dz z y x C dy z y x B dx z y x A z y x z y x ) , , ( ) , , ( ) , , ( ) , , ( , ) , , (
3
+ + = ∈ ∀ ω R .
On dit que ω est de classe
k
C lorsque A, B, C le sont.
De même si 2 = p , une forme différentielle sur un ouvert Ω de
2
R s’écrit :
Bdy Adx + = ω où A et B sont des fonctions de Ω dans R.

Exemples :
- ω définie par xydy dx x y x y x + + = ∈ ∀ ) 1 2 ( ) , ( , ) , ( ω R est une forme différentielle
de classe
1
C sur
2
R .
- Si R R →
2
: f est de classe
1
C , alors dy
y
f
dx
x
f
df


+


= est une forme
différentielle continue sur Ω.


B) Formes différentielles exactes

Définition :
Soit ω une forme différentielle continue sur Ω. On dit que ω est exacte lorsqu’il
existe f, de classe
1
C sur Ω, telle que df = ω .
Autrement dit, avec 2 = p par exemple :
A.BENHARI 216

La forme différentielle ω définie par dy y x B dx y x A y x y x ) , ( ) , ( ) , ( , ) , ( + = Ω ∈ ∀ ω
(où A et B sont continues) est exacte si et seulement si il existe f, de classe
1
C , telle que
Ω ∈ ∀ ) , ( y x , ) , ( ) , ( y x
x
f
y x A


= et ) , ( ) , ( y x
y
f
y x B


= .


C) Intégrale curviligne d’une forme différentielle le long d’une courbe

Soit
) (
] , [ :
t M t
b a
p
֏
R → γ un arc de classe
1
C et de support C.
On prend les notations habituelles :
On pose
∫ ∫
=
b
a
dt t v t M )) ( ))( ( (
,
ω ω
γ
.
Attention : )) , ( , ( R R
p
L Ω ∈F ω , ) , ( )) ( ( R R
p
L t M ∈ ω et R ∈ )) ( ))( ( ( t v t M
,
ω .
Autrement dit, dans le cas 2 = p :
Si dy y x B dx y x A y x y x ) , ( ) , ( ) , ( , ) , ( + = Ω ∈ ∀ ω , alors :
[ ]
∫ ∫
+ =
b
a
dt t y t y t x B t x t y t x A ) ( ' )). ( ), ( ( ) ( ' )). ( ), ( (
γ
ω

Admis :
Si le paramétrage est « raisonnable », cette intégrale ne dépend que de C et de
l’orientation de C définie par ce paramétrage (l’intégrale est changée en son opposée si
la paramétrisation inverse l’orientation de C).

Lien avec les intégrales curvilignes de fonctions :
∫ ∫ ∫ ∫
= = =
γ γ
ω ω ω ω ds M T M dt t t T t M dt t T t t M
b
a
dt
ds
b
a
dt
ds
)) ( )( ( ) ( )) ( ))( ( ( )) ( ) ( ))( ( (
, , ,

On peut ici encore généraliser aux arcs continus et
1
C par morceaux, par addition.

Cas où ω est exacte :
Théorème :
Soit R → Ω : f , de classe
1
C , et soit
p
b a R → ] , [ : γ continue et de classe
1
C par
morceaux, de support contenu dans Ω.
Alors ) ( ) ( A f B f df − =

γ
, où A est le point de γ de paramètre a, B celui de
paramètre b.
En particulier, si γ est fermé (c'est-à-dire B A = ), 0 =

γ
df .
Démonstration :
Avec les notations précédentes, dans le cas 2 = p par exemple :
[ ] ) ( ) ( )) ( ), ( ( ) ( ' )). ( ), ( ( ) ( ' )). ( ), ( (
)) ( ), ( ( de en dérivée
A f B f t y t x f dt t y t y t x
y
f
t x t y t x
x
f
b
a
b
a
t y t x f t t
− = =
(
¸
(

¸



+


=
∫ ∫
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
֏
γ
ω

III Circulation d’un champ de vecteurs

Soit Ω un ouvert de
3
R , et soit
3
: R → Ω F
,
un champ de vecteurs de classe
0
C .
A.BENHARI 217

On a : )) , , ( ), , , ( ), , , ( ( ) , , ( , ) , , ( z y x Z z y x Y z y x X z y x F z y x = Ω ∈ ∀
,

Soit ω la forme différentielle Zdz Ydy Xdx + + = ω .
Alors

γ
ω est aussi noté


γ
dM M F ) (
,
, appelé circulation de F
,
le long de γ .
Justification, interprétation :
[ ]


∫ ∫
=

+∞ →
⋅ =
⋅ =
+ + =
n
i
i i i
n
b
a
b
a
M M t M F
dt t v M F
dt t z t M Z t y t M Y t x t M X
1
1
)) ( ( lim
). ( ) (
) ( ' )). ( ( ) ( ' )). ( ( ) ( ' )). ( (
,
,
,
γ
ω


n
a b
i
i a t

+ = . et ) (
i i
t M M = .
(La dernière égalité est admise, mais intuitivement claire)

Ainsi, le théorème du paragraphe précédent s’écrit aussi :
) ( ) ( grad A f B f dM f
M
− = ⋅

γ
(circulation d’un champ dérivant d’un potentiel)
où R → Ω : f est de classe
1
C .


On va s’intéresser aux problèmes :
Du calcul de

+∞ → I
n
n
dt t f ) ( lim
Et


+∞
=0
) (
n
I
n
dt t u
Ou encore une étude de fonctions de la forme

I
dt t x f x F ) , ( : ֏ , c'est-à-dire la continuité,
dérivabilité…

Exemples :
La transformée de Fourier pour ) (
1
R L f ∈ :


=
R
dt t f e x f
x it
) ( ) (
~
.

La transformée de Laplace de C R →
+
: f intégrable continue par morceaux :

+∞

=
0
.
) ( ) )( ( dt t f e s f L
t s



I Préliminaire : fonction gamma
A) Définition

Théorème (hors programme dans R C \ ) :
Pour C ∈ s ,
1 − − s t
t e t ֏ est continue sur ] [ +∞ , 0 , et intégrable sur ] [ +∞ , 0 si et
seulement si 0 ) Re( > s .
Chapitre 22 : Intégrales dépendant d’un
paramètre
A.BENHARI 218

On pose alors

+∞
− −
= Γ
0
1
) ( dt t e s
s t
pour 0 ) Re( > s .
Equation fonctionnelle :
Pour 0 ) Re( > s , ) ( ) 1 ( s s s Γ = + Γ
Pour * N ∈ n , )! 1 ( ) ( − = Γ n n
Démonstration :
(1) déjà,
1
:
− − s t
t e t f ֏ est continue sur ] [ +∞ , 0 .
Etude en 0 :
On a
1 ) Re( 1
0
~ ) (
− −

=
s s
t
t t t f
Donc f est intégrable sur ] ] 1 ; 0 si et seulement si 0 ) Re( > s
Etude en ∞ + :
On a 0 ) ( lim
2
=
+∞ →
t f t
t
, donc f est intégrable sur [ [ +∞ , 1 .
(2) Si 0 ) Re( > s , alors 0 ) 1 Re( > + s et pour 0 > x , x < < ε 0 on a :
[ ]
∫ ∫
− − − −
+ − =
x
s t
x
s t
x
s t
dt t e s t e dt t e
ε
ε
ε
1

Mais 0 lim
0
=


s
e ε
ε
ε
car 0 ) Re( > s , et 0 lim =

+∞ →
s x
x
x e .
Donc ) ( ) 1 ( s s s Γ = + Γ .
Pour * N ∈ n , ) 1 ( ! ) ( ) 1 ( Γ = Γ = + Γ n n n n
Et 1 ) 1 (
0
= = Γ

+∞

dt e
t



B) Exercice

Γ est convexe sur
*
+
R .
En effet :
Soient 0 , > y x , [ ] 1 ; 0 ∈ u .
Alors pour tout 0 > t , on a :
t y t x t y u ux y u ux
e u ue e t
ln ) 1 ( ln ) 1 ( ln ) 1 ) 1 ( ( 1 ) 1 (
) 1 (
− − − − + − − +
− + ≤ =
Car
a x
e x f
) 1 (
:

֏ est convexe sur
*
+
R pour tout R ∈ a (puisque 0 ' ' ≥ f )
Donc
∫ ∫ ∫
+∞
− −
+∞
− −
+∞
− − + −
− + ≤
0
1
0
1
0
1 ) 1 (
) 1 ( dt t e u dt t e u dt t e
y t x t y u ux t

C'est-à-dire ) ( ) 1 ( ) ( ) ) 1 ( ( y u x u y u ux Γ − + Γ ≤ − + Γ
Remarque :
Γ est même logarithmiquement convexe, c'est-à-dire que Γ ln est convexe.
(C’est un résultat plus fort : on peut montrer que si une fonction est
logarithmiquement convexe, alors elle est convexe)
En effet, il s’agit de montrer que
[ ]
u u
y x y u ux u y x

Γ Γ ≤ − + Γ ∈ ∀ > ∀
1
) ( ) ( ) ) 1 ( ( , 1 ; 0 , 0 ,
Ce qui découle de l’inégalité de Hölder : pour ] [ 1 ; 0 ∈ u ,
q
y t
p
x t
q p
t g
u y t
t f
u x t
dt t e dt t e g f dt t e t e
/ 1
0
1
/ 1
0
1
0
) (
1 1
) (
1
) ( ) ( |
¹
|

\
|
|
¹
|

\
|
≤ ≤
∫ ∫ ∫
∞ +
− −
∞ +
− −
∞ +
− − − − −
¸¸ ¸_ ¸ ¸¸ ¸_ ¸

Où 0
1
> =
u
p , 0
1
1
>

=
u
q et 1
1 1
= +
q p

A.BENHARI 219

Inégalité de Hölder :
Soient f, g deux fonctions définies sur I à valeurs dans
+
R , et soient p et q deux
réels conjugués (c'est-à-dire strictement positifs et tels que 1
1 1
= +
q p
). On suppose que
p
f et
q
g sont intégrables sur I. Alors ( ) ( )
q
I
q
p
I
p
I
g f fg
/ 1 / 1
∫ ∫ ∫

Démonstration :
Lemme :
Pour ] [ 1 ; 0 ∈ α et
+
∈R v u, , on a v u v u ). 1 ( .
1
α α
α α
− + ≤


En effet, il suffit d’utiliser la concavité de ln.
Posons maintenant ( )
p
I
p
f F
/ 1

= et ( )
q
I
q
g G
/ 1

= .
Si F ou G est nul, l’inégalité est claire (f et g sont positives). Sinon :
Posons
p
F
f
u
|
¹
|

\
|
= ,
q
G
g
g
|
¹
|

\
|
= , et
p
1
= α . On a alors
q
1
1 = −α , et en appliquant le
lemme, on a pour tout I x∈ : ) (
1
) (
1 ) ( 1 ) ( 1 ) ( ) (
x v
q
x u
p G
x g
q F
x f
p FG
x g x f
q
q
p
p
+ = + ≤
Mais u et v sont intégrables sur I, d’intégrale 1.
Donc en intégrant, on obtient 1
1 1 1
= + ≤

q p
fg
FG
I
, d’où l’inégalité voulue.

Méthode de Laplace :
Problème :
Pour

=
b
a
t xg
dt e t h x I
) (
) ( ) ( , on cherche un équivalent de ) (x I quand +∞ → x
On a le théorème (Hors programme) :
Théorème de Laplace :
Soit C → a h ; 0 :] continue intégrable telle que
α
t C t h
t
. ~ ) (
1
0 →
(où 1 − > α )
Et R → a g ; 0 [ : strictement décroissante continue et ayant en 0 un DL de la forme
) ( ) (
β β
t o ct b t g + − = où ) 0 ( g b = , 0 > c , 0 > β .
Alors
|
|
¹
|

\
| +
Γ =
+

∞ +

+∞ →
∫ ∫
β
α
β
β
α
α
β 1
) ( ~ ) (
1
1
0
) (
1
0
) (
cx
e C
dt e t C dt e t h
xb
ct b x
x
a
t xg

(Pour le calcul, il suffit de faire le changement de variable
β / 1
|
¹
|

\
|
=
cx
u
t )


II Suites et séries d’intégrales
A) Remarque sur la nature des théorèmes

Problème :
On doit étudier

+∞ → I
n
n
dt t f ) ( lim .
On va voir pour cela deux théorèmes :
- Ce sont des conditions suffisantes (pas nécessaires)
- Les hypothèses sont de deux types :
A.BENHARI 220

Régularité (toutes les fonctions seront au moins continues par morceaux)
La suite
N ∈ n n
f ) ( converge simplement.
Et il y aura un contrôle de convergence.


B) Rappel : cas de la convergence uniforme sur un segment

Théorème :
Soit
N ∈ n n
f ) ( une suite de fonctions continues par morceaux où
[ ] C N → ∈ ∀ b a f n
n
, : , . On suppose que la suite
N ∈ n n
f ) ( converge uniformément sur
[ ] b a, vers [ ] C → b a g , : elle-même continue par morceaux.
Alors
∫ ∫
=
+∞ →
b
a
b
a
n
n
g f lim
Ici, le contrôle de convergence est « convergence uniforme sur un segment ».
Démonstration :
Pour tout N ∈ n , 0 ) ( → − − = − ≤ −
∞ ∞ ∫ ∫ ∫
g f a b dt g f g f
n
b
a
n
b
a
b
a
n


Remarque :
Si
N ∈ n n
f ) ( , suite de fonctions continues par morceaux converge vers g, alors g est
continue en tout point où tous les
n
f sont continues. Donc g est continue sur le
complémentaire d’un ensemble dénombrable, donc pas forcément continue elle-même.

Corollaire :
Enoncé analogue pour les séries.

Exercice :
Calculer, pour 1 < x et N ∈ n ,


=
π
0
cos 1
. cos
) ( dt
t x
t n
x I
n

Méthode 1 :
On a, pour tout R ∈ t , t t n t n t n cos . cos 2 ) ) 1 cos(( ) ) 1 cos(( = − + +
Donc


= +
− +
π
0
1 1
cos 1
cos . cos 2
) ( ) ( dt
t x
t t n
x I x I
n n

Soit ) ( 2
cos 1
) 1 cos ( . cos 2
) ( ) (
0
0
1 1
x I dt
t x
t x t n
x I x xI
n n n
+


= −
=
− +

¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
π

On a donc une récurrence linéaire…

Méthode 2 :
) (
) 1 ( 2
2
cos 1
1
2
it
it it
it
e F
e x e
e
t x
=
+ −
=


) 1 ( 2
2
2
+ −
=
X x X
X
F
Décomposition en éléments simples :
2 1
) (
r z r z
z F

+

=
β α
avec 1
2 1
= r r . On peut supposer 1
1
> r et 1
2
< r .
A.BENHARI 221

|
¹
|

\
|
+
|
|
¹
|

\
|
− =
∑ ∑
+∞
=

+∞
= 0
.
2
0 1
.
1
) (
n
nt i n
it
n
n
nt i
it
e r
e r
e
r
e F
β α

On a donc deux séries normalement convergentes, et on peut intégrer terme à
terme sur le segment [ ] π 2 ; 0


C) Théorème de convergence dominée

Théorème (admis) :
Soit I un intervalle de R, quelconque,
N ∈ n n
f ) ( une suite de fonctions continues par
morceaux sur I à valeurs dans C, et C → I g : continue par morceaux.
On suppose :
- Que
N ∈ n n
f ) ( converge simplement sur I vers g.
- La convergence est dominée, c'est-à-dire qu’il existe R → I : ϕ , continue par
morceaux, positive et intégrable telle que ) ( ) ( , , t t f I t n
n
ϕ ≤ ∈ ∀ ∈ ∀ N .
Alors les
n
f et g sont intégrables, et
∫ ∫
=
+∞ → I I
n
n
g f lim


Remarque :
Le caractère intégrable des
n
f et de g découle de la domination :
Pour les
n
f , le résultat est clair. Pour g, on a ) ( ) ( , , t t f I t n
n
ϕ ≤ ∈ ∀ ∈ ∀ N donc par
passage à la limite simple ) ( ) ( , t t g I t ϕ ≤ ∈ ∀ d’où le résultat.

Exercice :
On suppose ici que R = I , et que
N ∈ n n
f ) ( converge uniformément sur tout
segment de R vers g et que les autres hypothèses du théorème sont satisfaites.
Alors
∫ ∫
=
+∞ → I I
n
n
g f lim .
En effet :
Soit 0 > ε . Il existe alors 0 > A tel que
6
) (
ε
ϕ ≤

+∞
A
dt t et
6
) (
ε
ϕ ≤


∞ −
A
dt t car ϕ est
intégrable.
Alors pour tout N ∈ n ,


∞ +



∞ −
+∞


∞ −
− + ≤
+ − + ≤
− + − + − = −
∫ ∫
∫ ∫ ∫ ∫ ∫
] , /[
] , /[
) ( 2
3
2
2 ) ( 2 2
a a n
A
a a n
A
A
n
A
A
n
A
n n
g f A
g f A
g f g f g f g f
ε
ϕ ϕ
R R

Par convergence uniforme de
N ∈ n n
f ) ( vers g sur [ ] A A, − , il existe N ∈ N tel que
3
) ( 2 ,
] , /[
ε
≤ − ≥ ∀

− a a n
g f A N n
Et donc ε ≤ − ≥ ∀
∫ ∫
R R
g f N n
n
,
A.BENHARI 222



D) Exercice : formule de Gauss pour la fonction gamma

Calculer


+∞ →
|
¹
|

\
|

n
x
n
n
dt t
n
t
0
1
1 lim pour 0 ) Re( > x .
En déduire que ) (
) )...( 1 .(
!
lim x
n x x x
n n
x
n
Γ =
+ +
+∞ →
(formule de Gauss),
Et la valeur de ) 2 / 1 ( Γ .
Soit C ∈ x de partie réelle strictement positive.
On pose


|
¹
|

\
|
− =
n
x
n
n
dt t
n
t
I
0
1
1 .
En faisant le changement de variable
n
t
u = (pour 1 ≥ n ), on a :
∫ ∫
− −
− = − =
1
0
1
1
0
1
) 1 ( ) ( ) 1 ( du u u n ndu nu u I
x n x x n
n
.



Pour 1 ≥ n , on a :
) )...( 1 (
!
) 1 )...( 1 (
1 ...
...
) 1 (
) 1 ( ) 1 (
1
0
1
1
0
1
1
0
1
1
0
n x x x
n
n du u
n x x x
n
n
du u u
x
n
n
du
x
u
u n
x
u
u n I
x n x x
x n x
x
n
x
n x
n
+ +
=
− + +
= =
− =
|
|
¹
|

\
|
− +
(
¸
(

¸

− =



− +



Maintenant :
On pose ] [ +∞ = ; 0 I , et pour 1 ≥ n , I t ∈ :
¦
¹
¦
´
¦
≤ < |
¹
|

\
|

=

sinon 0
0 si 1
) (
1
n t t
n
t
t f
x
n
n

Soit alors I t ∈ . Alors pour tout t n > , on a
( )
1 1
) (
1
1 ln
) ( ) (
2
1
− −
+∞ →

|
¹
|

\
|
+ −


=   →  = =
x t
n
x
O n
x
n
n
t e t g t e t e t f
n
n
t
n
t

Donc
N ∈ n n
f ) ( converge simplement vers g sur I.
De plus, les
n
f et g sont de classe

C sur I.
Condition de domination :
( )
) ( ) (
) 1 Re( 1 ) Re(
1 ln
t t e t e t f
x t x
n
n
n
t
ϕ = ≤ =
− − −


(Inégalité de convexité de ln : u u u ≤ + − > ∀ ) 1 ln( , 1 )
Comme ϕ est continue par morceaux, intégrable sur I (par définition de Γ ) car
0 ) Re( > x , on a ) ( ) ( lim
0
x dt t g I
n
n
Γ = =

+∞
+∞ →
.
Pour le calcul de ) 2 / 1 ( Γ :
A.BENHARI 223

On a
¸ ¸ ¸ ¸ ¸ _ ¸
n
n
n n
n
α
) )...( 1 .(
! .
lim ) 2 / 1 (
2
1
2
1
2
1
+ +
= Γ
+∞ →

Mais
( )
π
π
π
α
1 2
2
. 4 ) 1 2 (
. 2 2
~
)! 2 )( 1 2 (
) ! ( 2
)! 1 2 (
! . 2 ! 2
) 1 2 ( ... 3 1
! . 2
2
2
) 2 (
2
1 2
2 1 2 1 1
+
=
+
+
=
+
=
+ × × ×
=
+
+∞ →
+ + +
n
n
n n
n n
n n
n n
n
n n n
n
n n
n
n
n
n
e
n
e
n
n
n
n n n n
n

Donc π = Γ ) 2 / 1 (

Application :
Calculer

+∞
∞ −

dt e
t
2
(intégrale de Gauss)
Déjà, la fonction est intégrable.
On a de plus ) 2 / 1 ( 2
0 0
2
Γ = = =
∫ ∫
∞ +

∞ +

du
u
e
dt e I
u
t




E) Remarque : peut-on montrer qu’une limite simple n’est pas intégrable ?

Si on peut appliquer le théorème de convergence dominée à une suite
N ∈ n n
f ) ( de
limite simple g, alors g est intégrable.
Idée :
Théorème de la convergence monotone (Hors programme) :
On suppose que la suite
N ∈ n n
f ) ( de fonctions réelles converge simplement sur I
vers g, avec ) ( ) ( 0 , , t g t f I t n
n
≤ ≤ ∈ ∀ ∈ ∀ N .
On suppose de plus que les
n
f et g sont continus par morceaux sur I et que les
n
f
sont intégrables.
On a deux cas :
- Soit la suite réelle ( )
N ∈

n I
n
f est majorée.
Alors g est intégrable et
∫ ∫
+∞ →
=
I
n
n I
f g lim
- Soit ( )
N ∈

n I
n
f n’est pas majorée ; alors g n’est pas intégrable et +∞ =

+∞ → I
n
n
f lim .
Autrement dit, si g est intégrable, alors
∫ ∫
=
+∞ → I I
n
n
g f lim et sinon +∞ =

+∞ → I
n
n
f lim .
Démonstration :
Si g est intégrable, on applique le théorème de convergence dominée avec g = ϕ
Sinon, pour tout 0 > A , il existe [ ] I v u ⊂ , tel que A g
v
u
>


On applique le théorème de convergence dominée à
[ ] N ∈ n v u n
f ) (
, /
qui converge
simplement vers g sur [ ] v u, avec la domination [ ] ) ( ) ( , , , t g t f v u t n
n
≤ ∈ ∀ ∈ ∀ N
( g est intégrable sur [ ] v u, )
A.BENHARI 224

Alors A g f
v
u
v
u
n
n
> =
∫ ∫
+∞ →
lim .
Donc il existe N ∈ N tel que A f f N n
v
u
n
I
n
> ≥ ≥ ∀
∫ ∫
,
Ce qui montre le résultat voulu.


F) Théorème d’intégration terme à terme des séries

Théorème (admis) :
Soit
N ∈ n n
u ) ( une suite de fonctions C → I u
n
: .
On suppose que :
- Les
n
u sont continus par morceaux et intégrables sur I.
-

+∞
=0 n
n
u converge simplement vers C → I g :
- g est continue par morceaux.
- La série de terme général

I
n
u est convergente.
Alors g est intégrable, et :

∫ ∫
+∞
=
=
0 n
I
n
I
u g ,

∫ ∫ ∫
+∞
=
≤ ≤
0 n
I
n
I I
u g g .
Remarques :
- Ce n’est qu’une condition suffisante pour que g soit intégrable.
- Lorsque le théorème s’applique, la série


+∞
=0 n
I
n
u est absolument convergente.
Exercice :
On suppose que
N ∈ n n
u ) ( est une suite de fonctions réelles positives et continues par
morceaux, telle que g u
n
n
=

+∞
=0
. Alors g est intégrable si et seulement si


+∞
=0 n
I
n
u converge
et dans ce cas



=
+∞
=
I
n
I
n
g u
0
.
En effet : il suffit d’appliquer le théorème de convergence monotone à

=
=
n
k
k n
u f
0
.


III Etude des fonctions de la forme

I
dt t x f x ) , ( ֏

A) Continuité

Théorème :
Soit A une partie d’un evn E (ou A un espace métrique), I un intervalle de R.
On considère une application
) , ( ) , (
:
t x f t x
I A f
֏
C → × .
On suppose que :
- Pour tout I t ∈ , l’application ) , ( t x f x ֏ est continue en
0
x (resp. sur A)
- Pour tout A x∈ , l’application ) , ( t x f t ֏ est continue par morceaux.
A.BENHARI 225

- Il existe R → I : ϕ positive, continue par morceaux et intégrable telle que
) ( ) , ( , ) , ( t t x f I A t x ϕ ≤ × ∈ ∀ , domination uniforme en x.
Alors


I
dt t x f A x F ) , ( : ֏ est définie sur A et continue en
0
x (resp. A)
Amélioration (au programme !) :
Avec les notations précédentes, on suppose que
- Pour tout I t ∈ , ) , ( t x f x ֏ est continue sur A.
- Pour tout A x∈ , ) , ( t x f t ֏ est continue par morceaux.
- Pour tout compact A K ⊂ , il existe R → I
k
: ϕ continue par morceaux,
positive et intégrable telle que ) ( ) , ( , ) , ( t t x f I K t x
K
ϕ ≤ × ∈ ∀
Alors F est définie et continue sur A.
Démonstration :
Continuité en
0
x .
F est définie pour tout A x∈ car ) , ( t x f t ֏ est continue par morceaux dominée
par ϕ intégrable.
Pour montrer que F est continue en
0
x , on va montrer que pour toute suite
N ∈ n n
y ) (
de A telle que
0
lim x y
n
n
=
+∞ →
, on a ) ( ) ( lim
0
x F y F
n
n
=
+∞ →
.
Soit
N
N
A y
n n


) ( qui tend vers
0
x .
On pose, pour N ∈ n , ) , ( ) ( t y f t f
n n
= et ) , ( ) (
0
t x f t g =
On peut alors appliquer le théorème de convergence dominée :
- Les
n
f sont continues par morceaux
-
N ∈ n n
f ) ( converge vers g car ) , ( t x f x ֏ est continue en
0
x
- Domination par ϕ .
On a donc
∫ ∫
=
+∞ → I I
n
n
dt t g dt t f ) ( ) ( lim
C'est-à-dire ) ( ) ( lim
0
x F y F
n
n
=
+∞ →

Pour l’amélioration :
) (x F est défini pour tout x car { } x K = est compact donc il existe
+
→R I
K
: ϕ
continue par morceaux intégrable telle que ) ( ) , ( , t t x f I t
K
ϕ ≤ ∈ ∀ donc ) , ( t x f t ֏ est
intégrable.
Continuité :
Soit
N ∈ n n
y ) ( une suite tendant vers x.
Alors { } { } x n y K
n
∪ ≥ = 0 , est un compact de A (en dimension finie, c’est parce
que c’est un fermé borné, sinon c’est la propriété de Borel–Lebesgue)
Donc il existe R → I
K
: ϕ continue par morceaux positive et intégrable telle que
) ( ) , ( , , t t z f I t K z
K
ϕ ≤ ∈ ∀ ∈ ∀
La fin de la démonstration est la même.
Complément :
Cas d’une fonction globalement continue et d’un segment :
Soit [ ] b a I , = un segment, et [ ] C → × b a A f , : globalement continue.
Alors


b
a
dt t x f A x F ) , ( : ֏ est continue.
Attention :
A.BENHARI 226

Il faut bien différencier continuité partielle et globale :
Par exemple, si R R →
2
: f est partiellement continue, alors pour toute suite
N ∈ n n
v ) ( de
2
R tendant vers
2
R ∈ A en restant sur une verticale/horizontale, on a
) ( ) ( lim A f v f
n
n
=
+∞ →

Si R R →
2
: f est globalement continue, alors pour toute suite
N ∈ n n
v ) ( de
2
R
tendant vers
2
R ∈ A , ) ( ) ( lim A f v f
n
n
=
+∞ →
.
Démonstration du complément :
Pour tout compact A K ⊂ , [ ] C → × b a K f , : est continue sur un compact donc
bornée.
Soit
K
C tel que [ ]
K
C t x f b a K t x ≤ × ∈ ∀ ) , ( , , ) , (
Comme la fonction
K
C t ֏ est intégrable sur [ ] b a, , le théorème s’applique et F
est continue sur A.





B) Caractère
1
C
de

I
dt t x f x F ) , ( : ֏
.

Théorème :
Soit A un intervalle de R, I un intervalle de R.
Soit C → × I A f : . On suppose :
(1) Pour tout A x∈ , l’application ) , ( t x f t ֏ est continue par morceaux
intégrable sur I.
(2)
x
f


est définie sur I A× , continue par rapport à x et continue par morceaux par
rapport à t.
(3) Il existe R → I :
1
ϕ continue par morceaux, positive et intégrable telle que
) ( ) , ( , ) , (
1
t t x
x
f
I A t x ϕ ≤


× ∈ ∀ (domination uniforme en x).
Alors


I
dt t x f A x F ) , ( : ֏ est définie et de classe
1
C sur A, et



= ∈ ∀
I
dt t x
x
f
x F A x ) , ( ) ( ' , (Formule de Leibniz)
Généralisation (au programme) :
On peut remplacer (3) par :
Pour tout compact A K ⊂ , il existe R → I
K
: ϕ , continue par morceaux positive et
intégrable telle que ) ( ) , ( , ) , ( t t x
x
f
I K t x
K
ϕ ≤


× ∈ ∀
Démonstration :
L’hypothèse (1) montre déjà que F est défini sur A.
Soit A x ∈
0
. On va montrer que



=
− +
→ I h
dt t x
x
f
h
x F h x F
) , (
) ( ) (
lim
0
0 0
0

A.BENHARI 227



Soit
N ∈ n n
h ) ( une suite de * R tendant vers 0, et posons
n
n
n
h
t x f t h x f
t g
) , ( ) , (
) (
0 0
− +
=
Alors les
n
g sont continues par morceaux car ) , (
0
t x f t ֏ l’est.
Et de plus
N ∈ n n
g ) ( converge simplement sur I vers ) , ( :
0
t x
x
f
t h


֏
D’après l’inégalité des accroissements finis appliquée à ) , ( t x f x ֏ , on a :
[ ]
) , ( sup ) ( , ,
0 0
,
t u
x
f
t g I t n
n
h x x u
n


≤ ∈ ∀ ∈ ∀
+ ∈
N
Or, ) ( ) , ( , ,
1
t t u
x
f
I t A u ϕ ≤


∈ ∀ ∈ ∀
Donc ) ( ) ( , ,
1
t t g I t n
n
ϕ ≤ ∈ ∀ ∈ ∀ N
Comme
1
ϕ est intégrable, la condition de domination est vérifiée, c'est-à-dire :
∫ ∫
=
+∞ → I I
n
n
dt t h dt t g ) ( ) ( lim

Conclusion :
F est dérivable en
0
x et



=
I
dt t x
x
f
x F ) , ( ) ( '
0 0

Comme de plus F’ est continue, F est de classe
1
C .


C) Caractère
k
C
de

I
dt t x f x ) , ( ֏
.

Théorème (hors programme) :
Soient A et I deux intervalles de R, C → × I A f : et { } ∞ + ∪ ∈N k .
On suppose que :
- Pour tout N ∈ j tel que k j ≤ , f admet une dérivée
j
j
x
f


sur I A× .
- Pour ces valeurs de j,
j
j
x
f


est continue par rapport à x, continue par morceaux
par rapport à t.
- Pour tout compact A K ⊂ et tout entier k j ≤ , il existe R → I
j K
:
,
ϕ continue
par morceaux intégrable telle que ) ( ) , ( , ) , (
,
t t x
x
f
I K t x
j K j
j
ϕ ≤


× ∈ ∀
Alors

I
dt t x f x F ) , ( : ֏ est de classe
k
C , dérivable k fois sous l’intégrale.
Démonstration :
Si N ∈ k , on fait par récurrence.
Sinon,

N ∈

=
k
k
C C .

A.BENHARI 228


D) Interversion des intégrations

Théorème : formule de Fubini :
Soient [ ] b a, , [ ] d c, deux segments de R, et [ ] [ ] C → × d c b a f , , : continue.
Alors les intégrales suivantes ont un sens et :
∫ ∫ ∫ ∫
|
¹
|

\
|
= |
¹
|

\
|
d
c
b
a
b
a
d
c
dy dx y x f dx dy y x f ) , ( ) , ( .


d
c
dy y x f x ) , ( ֏ et

b
a
dx y x f y ) , ( ֏ sont continues.
Démonstration :
Posons pour [ ] b a x , ∈ ,
∫ ∫
|
¹
|

\
|
=
d
c
x
a
dy ds y s f x ) , ( ) ( ϕ
Calcul de ' ϕ :
On pose [ ] [ ]

→ ×
x
a
ds y s f y x
d c b a
) , ( ) , (
, , :
֏
C α
On va montrer que le théorème sur le caractère
1
C de

d
c
dy y x x ) , ( α ֏ est vérifié.
Déjà, à x fixé, ) , ( y x y α ֏ est continue par morceaux et intégrable.
En effet :
) , ( y s f s ֏ est continue, et on a la majoration uniforme
[ ] [ ]

≤ ∈ ∀ ∈ ∀ f y s f d c y x a s ) , ( , , , ,
Et

f s ֏ est intégrable sur [ ] x a, . Donc ) , ( y x y α ֏ est continue.
Enfin, ) , ( y x y α ֏ est intégrable car
[ ] [ ]
∞ ∞
− ≤ − ≤ × ∈ ∀ f a b f a x y x d c b a y x ) ( ) , ( , , , ) , ( α
De plus, α est dérivable par rapport à x et ) , ( ) , ( y x f y x
x
=

∂α

Et cette fonction est continue par morceaux par rapport à y, continue par rapport à
x car f est globalement continue.
Elle est de plus dominée par une constante, qui est intégrable.
Donc ϕ est dérivable, et [ ]
∫ ∫
=


= ∈ ∀
d
c
d
c
dy y x f dy y x
x
x b a x ) , ( ) , ( ) ( ' , ,
α
ϕ
Ainsi,
∫ ∫ ∫ ∫ ∫
|
¹
|

\
|
= = − = |
¹
|

\
|
b
a
d
c
b
a
d
c
b
a
dx dy y x f ds s a b dy dx y x f ) , ( ) ( ' ) ( ) ( ) , ( ϕ ϕ ϕ .


E) Exemples et applications

• Fonction Γ :
Théorème :
Γ est de classe

C sur ] [ +∞ ; 0 et on a

+∞
− −
= > ∀ ∈ ∀
0
1
. ln ) ( , 0 , dt t e t x x k
x t k k
ϕ N
Démonstration :
On pose
1
) , (
− −
=
x t
t e t x f pour 0 , > t x .
A t strictement positif fixé, ) , ( t x f x ֏ est de classe

C et pour tout N ∈ k ,
A.BENHARI 229

1
. ln ) , (
− −
=


x t k
k
k
t e t t x
x
f

Pour tout segment [ ] ] [ +∞ ⊂ ; 0 , b a et tout N ∈ k , on a :
[ ] ] [
¦
¹
¦
´
¦





+∞ × ∈ ∀
− −
− −
1 si . . ln
1 si . . ln
) , ( , ; 0 , ) , (
1
1
t t e t
t t e t
t x
x
f
b a t x
a t k
b t k
k
k

On pose alors
[ ]
¦
¹
¦
´
¦


=
− −
− −
1 si . . ln
1 si . . ln
1
1
, ,
t t e t
t t e t
a t k
b t k
k b a
ϕ
[ ] k b a , ,
ϕ est bien continue par morceaux et intégrable sur ] [ +∞ ; 0 .
En effet,
[ ]
0 . ln lim ) ( lim
1
, ,
2
= =
− +
+∞ → +∞ →
t k b
t
k b a
t
e t t t t ϕ , donc
[ ] k b a , ,
ϕ est intégrable sur
[ [ +∞ ; 1 . Et
[ ]
0 ) ( lim
, ,
) 2 / 1 (
0
=


t t
k b a
a
t
ϕ car 0 > a . Donc
[ ] k b a , ,
ϕ est intégrable sur ] ] 1 ; 0 et donc
sur ] [ +∞ ; 0 .
On en déduit que Γ est de classe

C sur tout intervalle [ ] ] [ +∞ ⊂ ; 0 , b a donc sur
] [ +∞ ; 0 , et

+∞
− −
= Γ > ∀ ∈ ∀
0
1 ) (
. ln ) ( , 0 , dt t t e x x k
x k t k
N
Remarque :
On a 0 ' ' > Γ donc Γ est convexe !
• Cas des intégrales

) (
) (
) , (
x
x
dt t x f x
β
α
֏ .
(1) Cas particulier :
Si

) (
) (
) ( :
x
x
dt t x F
β
α
ϕ ֏ . Si ϕ est continue, on prend φ une primitive de ϕ , et alors
)) ( ( )) ( ( ) ( x x x F α φ β φ − = .
Donc si ϕ est continue sur l’intervalle R ⊂ A et A I → : , β α sont de classe
1
C ,
alors F est de classe
1
C et ) )( ' ' ( ) ( ' x x F α ϕ α β ϕ β − =
(2) Reste intégral de Taylor :
Soit [ ] C → b a f , : de classe
1 + n
C . Pour tout [ ] b a x , ∈ , on a :



+

=
=
x
a
n
n n
k
k
k
dt t f
n
t x
a f
k
a x
x f ) (
!
) (
) (
!
) (
) (
) (
0
) (

Soit [ ] C → b a g , : continue.
Alors


x
a
n
dt t g
n
t x
x G ) (
!
) (
: ֏ est de classe
1 + n
C et g G
n
=
+ ) 1 (
.
En effet, soit f une primitive d’ordre 1 + n de g, c'est-à-dire telle que g f
n
=
+ ) 1 (
.
Ainsi, f est de classe
1 + n
C .
On applique la formule de Taylor à f :

=

− =
n
k
k
k
a f
k
a x
x f x G
0
) (
) (
!
) (
) ( ) (
Donc comme f est de classe
1 + n
C et

=

n
k
k
k
a f
k
a x
x
0
) (
) (
!
) (
֏ aussi (c’est un
polynôme), G est de classe
1 + n
C et g x f x G
n n
= =
+ +
) ( ) (
) 1 ( ) 1 (

Remarque :
G est l’unique primitive d’ordre 1 + n de g telle que 0 ) ( ... ) (
) (
= = = a G a G
n

A.BENHARI 230

(3) Cas général :
On a
∫ ∫
− + − =
1
0
) (
) (
)) ( ) 1 ( ) ( , ( )) ( ) ( ( ) , ( du x u x u x f x x dt t x f
x
x
α β α β
β
α

Et on peut appliquer les théorèmes à

− +
1
0
)) ( ) 1 ( ) ( , ( du x u x u x f x α β ֏
• Convolution périodique :
On note C l’ensemble des fonctions continues π 2 périodiques.
On note E l’ensemble des fonctions continues par morceaux π 2 périodiques.
Ainsi, on a déjà E C ⊂ .
Pour E g f ∈ , et R ∈ x , on pose

− = ∗
π
π
2
0
) ( ) (
2
1
) )( ( dt t g t x f x g f
g f ∗ s’appelle la convolée de f et g.
Proposition :
(1) Pour E g f ∈ , , f g g f ∗ = ∗ et C g f ∈ ∗ .
(2) La loi ∗ est associative dans C (et même dans E)
(3) Si E f ∈ est de classe
k
C , E g ∈ de classe
l
C , alors g f ∗ est de classe
l k
C
+

et
) ( ) ( ) (
) (
l k l k
g f g f ∗ = ∗
+
.
(4) ) , . , , ( ∗ + C est une algèbre non unitaire.

Démonstration :
Pour E g f ∈ , et R ∈ x , on a :
) )( ( ) ( ) (
2
1
) ( ) (
2
1
) )( (
2
2
0
x g f du u x f u g dt t f t x g x f g
x
x
∗ = − = − = ∗
∫ ∫
− π
π
π π

(Car ) ( ) ( u x f u g u − ֏ est π 2 périodique, donc
∫ ∫
− = −

π
π
2
0 2
) ( ) ( ) ( ) ( du u x f u g du u x f u g
x
x
)
Et g f ∗ est π 2 périodique car fg l’est.
Continuité :
Si f est partout continue, on pose alors [ ]
) ( ) ( ) , (
2 ; 0 :
t g t x f t x −
→ ×
֏
C R π α .
Comme f est continue, ) , ( t x x α ֏ l’est aussi pour tout [ ] π 2 ; 0 ∈ t .
De plus, f et g sont π 2 périodiques donc bornées sur R.
Ainsi, [ ] ) ( ) , ( , 2 ; 0 ) , ( t t x t x ϕ α π ≤ × ∈ ∀ R où
∞ ∞
= g f t) ( ϕ , continue par
morceaux et intégrable.
Donc le théorème de continuité des intégrales dépendant d’un paramètre
s’applique et C g f ∈ ∗ .
Cas général :
Comme f est continue par morceaux, il existe une suite de fonctions C R → :
n
f
continues telles que 0 lim
2
0
= −

+∞ →
π
f f
n
n
.
Alors la suite de fonctions continues g f
n
∗ converge uniformément sur R vers
g f ∗ . En effet,
A.BENHARI 231

0
2
1
) ( ) ( ) (
2
1
) )( ( ) )( ( ,
1
2
0
  →  − ≤
− − − ≤ ∗ − ∗ ∈ ∀
+∞ → ∞

n
n
n n
f f g
dt t x f t x f t g x g f x g f x
π
π
π
R

Donc g f ∗ est continue comme limite uniforme de fonctions continues.

Associativité dans C :
Soient C h g f ∈ , , et R ∈ x . Alors
∫ ∫
∫ ∫

|
¹
|

\
|
− − =
− |
¹
|

\
|
− =
− ∗ = ∗ ∗
π π
π π
π
π
π
π
2
0
2
0
2
2
0
2
0
2
2
0
) ( ) ( ) (
4
1
) ( ) ( ) (
4
1
) ( ) )( (
2
1
) )( ) ((
dt ds t x h s t g s f
dt t x h ds s t g s f
dt t x h x g f x h g f

A x fixé, ) ( ) ( ) ( ) , ( t x h s t g s f t s − − ֏ est continue, donc d’après le théorème de
Fubini,
∫ ∫
∫ ∫
∫ ∫
|
¹
|

\
|
− − =
|
¹
|

\
|
− − =
|
¹
|

\
|
− − = ∗ ∗


π π
π π
π π
π
π
π
2
0
2
2
2
0
2
0
2
2
0
2
0
2
) ( ) ( ) (
4
1
) ( ) ( ) (
4
1
) ( ) ( ) (
4
1
) )( ) ((
ds du u s x h u g s f
ds dt t x h s t g s f
ds dt t x h s t g s f x h g f
s
s

) ))( ( (
) )( )( (
2
1
) )( ) ((
2
0
x h g f
ds s x h g s f x h g f
∗ ∗ =
− ∗ = ∗ ∗

π
π
Remarque :
L’application
g f g f
C E E

→ ×
∞ ∞
֏ ) , (
) , ( ) , ( ) , (
1
est continue bilinéaire :
1
2
0
2
0
2
1
) (
2
1
) (
2
1
) )( ( , g f du u g f dt t x g f x g f x
∞ ∞ ∞
≤ ≤ − ≤ ∗ ∈ ∀
∫ ∫
π π π
π π
R
Donc
1
2
1
g f g f
∞ ∞
≤ ∗
π

Application :
Soient E h C g f ∈ ∈ , , . Alors il existe
N ∈ n n
h ) ( suite de C telle que 0
1
→ −
n
h h .
Comme pour tout N ∈ n , C h g f
n
∈ , , , on a ) ( ) ( ,
n n
h g f h g f n ∗ ∗ = ∗ ∗ ∈ ∀ N
Donc par continuité de ∗ , ) ( ) ( h g f h g f ∗ ∗ = ∗ ∗
Dérivabilité :
Soit C R → : f de classe
1
C C R → : g continue, toutes deux π 2 périodiques.
Alors g f ∗ est de classe
1
C :
On a

− = ∗ ∈ ∀
π
π
2
0
) ( ) (
2
1
) )( ( , dt t x g t f x g f x R
Mais on a aussi

− = ∗ ∈ ∀
π
π
2
0
) ( ) (
2
1
) )( ( , dt t g t x f x g f x R (car f g g f ∗ = ∗ )
A.BENHARI 232

Soit [ ]
) ( ) ( ) , (
2 ; 0 :
t g t x f t x
h

→ ×
֏
C R π .
Alors h est continue donc intégrable par rapport à t sur [ ] π 2 ; 0 pour tout R ∈ x .
De plus, h est dérivable par rapport à x sur [ ] π 2 ; 0 × R avec :
[ ] ) ( ) ( ' ) , ( , 2 ; 0 ) , ( t g t x f t x
x
h
t x − =


× ∈ ∀ π R
De plus,
x
h


est continue donc partiellement continue, et
[ ]
∞ ∞



× ∈ ∀ g f t x
x
h
t x ' ) , ( , 2 ; 0 ) , ( π R , et
∞ ∞
g f t ' ֏ est continue par
morceaux intégrable sur [ ] π 2 ; 0 .
Donc g f ∗ est de classe
1
C de dérivée g f ∗ ' .
On montre ensuite le cas général par récurrence.
Montrons que ∗ n’a pas d’élément neutre (ni dans C ni dans E)
Supposons que E ∈ δ soit neutre pour ∗ , c'est-à-dire que
f f f E f = ∗ = ∗ ∈ ∀ δ δ ,
Pour Z ∈ n , on pose
t in
e t f
.
: ֏ (ainsi, E C f ⊂ ∈ ).
On a alors
inx
n
t x in
e c dt e t x f x f ) ( ) (
2
1
) )( ( ) )( (
2
0
) (
δ δ
π
δ δ
π
= = ∗ = ∗



Donc 1 ) ( , = ∈ ∀ δ
n
c n Z , ce qui est impossible car le lemme de Riemann–Lebesgue
indique que 0 ) ( lim =
+∞ →
δ
n
n
c .

• Le lemme de Riemann–Lebesgue reste encore valable pour un intervalle :
Soit C → I f : , intégrable sur l’intervalle I. Alors 0 ) ( lim
.
=

±∞ → I
t i
dt e t f
λ
λ

En effet :
Soit [ ]
n n n
b a K , = une suite exhaustive de segments de b a I , = (c'est-à-dire
croissante au sens de l’inclusion et telle que I K
n
n
=


N
)
On note

I
t i
dt e t f F
.
) ( :
λ
λ ֏ , définie sur R.
Et pour N ∈ n , on note

n
K
t i
n
dt e t f f
.
) ( :
λ
λ ֏ .
Alors :
La suite
N ∈ n n
I ) ( converge uniformément vers F.
En effet, pour tout R ∈ λ et N ∈ n , on a :
∫ ∫ ∫
+ = −
n
n
a
a
t i
b
b
t i
I
t i
n
dt e t f dt e t f dt e t f I
. . .
) ( ) ( ) ( ) (
λ λ λ
λ
Mais 0 ) ( ) (
.
  →  ≤
+∞ → ∫ ∫ n
b
b
b
b
t i
n n
dt t f dt e t f
λ
.
Donc il existe N ∈ N tel que
2
) ( ,
ε
≤ ≥ ∀

b
b
n
dt t f N n
Et de même il existe N ∈ ' N tel que
2
) ( , '
ε
≤ ≥ ∀

n
a
a
dt t f N n .
Donc en notant ) ' , max(
0
N N n ≥ , on a pour tout
0
n n ≥ et R ∈ λ :
A.BENHARI 233

ε λ
λ
≤ −

I
t i
n
dt e t f I
.
) ( ) (
C'est-à-dire ε ≤ −

F I
n
.
D’où déjà la convergence uniforme.
Pour tout N ∈ n , on a de plus 0 ) ( lim =
±∞ →
λ
λ
n
f .
Donc ) ( lim λ
λ
F
±∞ →
existe et vaut 0.
Donc 0 ) ( lim
.
=

±∞ → I
t i
dt e t f
λ
λ
.

• Théorème de d’Alembert–Gauss :
Théorème :
Tout polynôme complexe de degré au moins 1 admet au moins une racine.
Ou encore : tout polynôme complexe est scindé sur C.
C'est-à-dire que C est algébriquement clos.
Démonstration :
Soit ] [ X P C ∈ de degré 1 ≥ p .
On suppose que 0 ) ( , ≠ ∈ ∀ z P z C
On pose alors, pour R ∈ r ,

=
π
ϕ
2
0
) (
) (
it
re P
dt
r .
Alors ϕ est de classe
1
C sur R.
Soit [ ]
) (
1
) , (
, 0 :
it
re P
t r
h
֏
C R → × π .
Alors h est définie et continue car P l’est et ne s’annule pas.
De plus, h est dérivable par rapport à r et on a :
[ ]
it
it
it
e
re P
re P
t r
r
h
t r ×

=


× ∈ ∀
2
) (
) ( '
) , ( , , 0 ) , ( π R
Donc
r
h


est globalement, donc partiellement continue sur [ ] π , 0 × R .
Pour tout segment [ ] B A, de R,
r
h


est continue sur le compact [ ] [ ] π 2 , 0 , × B A
donc bornée.
Soit alors M tel que [ ] [ ] M t r
r
h
B A t r ≤


× ∈ ∀ ) , ( , , 0 , ) , ( π
Alors M t ֏ est intégrable sur [ ] π , 0 .
Ainsi, ϕ est de classe
1
C et

− = ∈ ∀
π
ϕ
2
0
2
) (
) ( '
) ( ' , dt
re P
re P e
r r
it
it it
R
Calcul de ' ϕ :
0
) (
1
) (
1
) (
) ( '
) ( ' ,
2
0
2
0
2
0
2
=
(
¸
(

¸

− =
|
|
¹
|

\
|
− = = ∈ ∀
∫ ∫
π
π π
ϕ
it it it
it it
re P
i dt
re P dt
d
i dt
re P
re P ire
i r r r R
Donc 0 ' = ϕ sur * R et donc sur R par continuité.
Donc
) 0 (
2
) 0 ( cte
P
π
ϕ ϕ = = =
A.BENHARI 234

Mais on a 0 ) ( lim =
+∞ →
r
r
ϕ
En effet, si on note
0
1
1
... a X a X P
d
d
d
+ + + =


, on a alors pour tout C ∈ z :


=
− ≥
1
0
) (
d
k
k
k
d
z a z z P
Alors


=
+
− ≥ ∈ ∀ ∈ ∀
1
0
) ( , ,
d
k
k
k
d it
r a r re P t r R R
Pour tout 0 > ε , il existe 0 > A tel que [ ] ε π ≤ ∈ ∀ > ∀
) (
1
, 2 , 0 ,
it
re P
t A r
Donc ε π ϕ . 2 ) ( , ≤ > ∀ r A r
Donc 0 ) ( lim =
+∞ →
r
r
ϕ , ce qui est impossible.
Remarque :
Pour éviter l’utilisation de dérivation complexe dans le calcul de ( ) ) (
it
re P
r ∂

et
( ) ) (
it
re P
t ∂

, il suffit d’utiliser la linéarité et le fait que ( )
t in n n it
e nr re
r
. 1
) (

=


et
( )
t in n n it
e inr re
t
.
) ( =


.
Autre démonstration : topologique.
Soit P de degré 1 ≥ ne s’annulant pas.
On a alors pour tout C ∈ z ,


=
− ≥
1
0
) (
d
k
k
k
d
z a z z P .
Donc +∞ =
+∞ →
) ( lim z P
z

Il existe alors C ∈
0
z tel que ) ( ) ( ,
0
z P z P z ≥ ∈ ∀ C .
En effet :
On pose 1 ) 0 ( + = P A
Il existe alors R tel que A z P R z z ≥ ⇒ ≥ ∈ ∀ ) ( , C
Par ailleurs, P est continu sur le compact ) , 0 ( R D
f
donc il existe ) , 0 (
0
R D z
f
∈ tel
que ) ( ) ( ), , 0 (
0
z P z P R D z
f
≥ ∈ ∀
Mais ) , 0 ( 0 R D
f
∈ , donc ) ( ) 0 (
0
z P P ≥
Mais ) 0 ( ) ( ), , 0 ( \ P A z P R D z
f
≥ ≥ ∈ ∀ C
Donc ) ( ) ( ,
0
z P z P z ≥ ∈ ∀ C
En remplaçant X par
0
z X − , on peut supposer que 0
0
= z .
Soit 1 ≥ k minimal tel que 0 ≠
k
a .
On a ... ) (
0
+ + =
k
k
z a a z P (et ) 0 (
0
P a = )
On pose alors
θ
ρ
i
e z =
On a ainsi
θ
ρ
ik
k
k k
k
e a a z a a + = +
0 0

On choisit
0
θ θ = tel que ] 2 [ ) ( Arg ) ( Arg
0
0
π π
θ
a e a
ik
k
+ =
Lorsque 0 → ρ ,
A.BENHARI 235

) ( ) Re( 2
) ( ) (
1
0
2
0
2
1
0
2
0
0
+ −
+
+ + =
+ + =
k ik
k
k
k ik
k
k
O e a a a
O e a a z P
ρ ρ
ρ ρ
θ
θ

Or,
*
0
0


∈ = R λ
θ ik
k
e a a par définition de
0
θ .
Donc
2
0
1
2
0
2
) ( 2 ) ( a O a z P
k k
≤ + + =
+
ρ λρ pour ρ assez petit car 0 < λ , ce qui
est impossible.

• Théorème de division des fonctions
k
C .
Soit I un intervalle de R.
Soit C → I f : de classe
k
C ( 1 ≥ k ), et I a∈
On pose alors
¦
¹
¦
´
¦
=



=
a x a f
a x
a x
a f x f
x g
si ) ( '
si
) ( ) (
) (
Alors g est de classe
1 − k
C .
Exemple :
] [ { }
¦
¹
¦
´
¦
=
− ∈
0 si 1
0 \ , si
sin :
x
x
x
x
x f
π π
֏ est de classe

C sur ] [ π π, − .
En effet :
Avec la série entière, on a pour tout 0 ≠ x ,

+∞
=
+
− =
0
2
)! 1 2 (
) 1 (
sin
n
n
n
n
x
x
x

Donc

+∞
=
+

0
2
)! 1 2 (
) 1 ( :
n
n
n
n
x
x g ֏ est de classe

C sur R (la série a un rayon de
convergence infini) et prolonge
x
x
x
sin
֏ .
Or, ] [ 0 ) ( , , ≠ − ∈ ∀ x g x π π
Donc
g
f
1
= est de classe

C sur ] [ π π, − .
Ou, en utilisant le théorème :
¦
¹
¦
´
¦
=

0 si 1
0 si
sin
:
x
x
x
x
x g ֏ est de classe

C d’après le théorème de division, et comme
elle ne s’annule pas sur ] [ π π, − ,
g
f
1
= est de classe

C sur ] [ π π, − .
Démonstration du théorème :
Astuce : pour tout { } a I x \ ∈ , on a :
∫ ∫
− + =

=
1
0
) ) 1 ( ( ' ) ( '
1
) ( du a u ux f dt t f
a x
x g
x
a
, formule encore valable pour a x = .
Posons [ ]
) ) 1 ( '( ) , (
1 , 0 :
a u ux f u x
I h
− +
→ ×
֏
C
Comme f est de classe
k
C , h admet des dérivées selon x jusqu’à l’ordre 1 − k , et
pour tout 1 − ≤ k j , ) ) 1 ( ( ) , (
) 1 (
a u ux f u u x
x
h
j j
j
j
− + =


+
.
A.BENHARI 236

De plus, pour 1 − ≤ k j et tout compact I A ⊂ ,
j
j
x
h


est continue sur le compact
[ ] 1 , 0 × A donc bornée.
Si on pose
[ ]
) , ( sup
1 , 0
,
u x
x
h
M
j
j
A
A j


=
×
, la fonction
A j
M u
,
֏ est intégrable sur [ ] 1 , 0 .
Donc le théorème sur le caractère
1 − k
C des intégrales à paramètres s’applique, et
donc g est de classe
1 − k
C (dérivable 1 − k fois sous le signe intégral)

• Utilisation du calcul différentiel pour l’étude de

=
) (
) (
) , ( ) (
x v
x u
dt t x f x H
On a déjà vu l’utilisation du changement de variables :

− + − =
1
0
)) ( ) 1 ( ) ( . , ( )) ( ) ( ( ) ( dt x u t x v t x f x u x v x H , mais le calcul est compliqué…
Autre méthode :
On pose

=
v
u
dt t x f x v u F ) , ( ) , , ( (pour u, v sur un domaine correct…)
Ainsi, ) ), ( ), ( ( ) ( x x v x u F x H = .
Si F est de classe
1
C (c'est-à-dire continue et admet des dérivées partielles elles
mêmes continues par rapport à chacun des termes), alors H est de classe
1
C (en tant que
fonction d’une variable), et :
) ), ( ), ( ( ) ), ( ), ( ( ) ( ' ) ), ( ), ( ( ) ( ' ) ( ' x x v x u
x
F
x x v x u
v
F
x v x x v x u
u
F
x u x H


+


+


=
Ainsi :
Soit
) , ( ) , (
:
t x f t x
J I f
֏
C → × de classe
1
C (c'est-à-dire que f,
x
f


,
t
f


existent et sont
globalement continues), C → I v u : , tous deux de classe
1
C .
On pose

→ × ×
v
u
dt t x f x v u
I J J F
) , ( ) , , (
:
֏
C et pour ) ), ( ), ( ( ) ( , x x v x u F x H I x = ∈ .
Alors F est de classe
1
C , H aussi et :



+ − = ∈ ∀
) (
) (
) , ( )) ( , ( ) ( ' )) ( , ( ) ( ' ) ( ' ,
x v
x u
dt t x
x
f
x u x f x u x v x f x v x H I x
Démonstration :
On a déjà

− + − = × × ∈ ∀
1
0
) ) 1 ( , ( ) ( ) , , ( , ) , , ( ds u x sv x f u v x v u F I J J x v u
L’application [ ] ) ) 1 ( , ( 1 , 0 ) , , , ( u s sv x f J J I s v u x − + × × × ∈ ֏ est continue et
comme on est sur un segment (on a domination sur tout compact de J J I × × par une
fonction constante, donc continue et intégrable sur [ ] 1 ; 0 ...),

− +
1
0
) ) 1 ( , ( ) , , ( ds u s sv x f v u x ֏ est continue.
Dérivée selon u : on fixe x, v.
La fonction ) , ( t x f t ֏ est continue, donc l’application

v
u
dt t x f u ) , ( ֏ est de
classe
1
C (c’est une primitive de –f), de dérivée en u ) , ( u x f − .
Donc
u
F


existe, est continue, et ) , ( ) , , ( , ) , , ( u x f x v u
u
F
I J J x v u − =


× × ∈ ∀
A.BENHARI 237

De même selon v, ) , ( ) , , ( , ) , , ( v x f x v u
v
F
I J J x v u =


× × ∈ ∀
Selon x : on fixe u, v.
) , ( ) , ( t x f t x ֏ est continue, admet une dérivée
x
f


elle-même continue.
Donc ) , , ( x v u
x
F


existe et vaut



v
u
dt t x
x
f
) , ( .
Et de même qu’au début de la démonstration,
x
F


est continue sur I J J × × .


IV Intégrales doubles sur
' I I ×
de fonctions continues
A) Intégrabilité

• Définition :
Soient I, I’ deux intervalles de R, C → × ' : I I f globalement continue.
On dit que f est intégrable sur ' I I × s’il existe 0 ≥ M tel que pour tout segment
[ ] b a, inclus dans I et tout segment [ ] d c, inclus dans I’, on a
M dx dy y x f
b
a
d
c
≤ |
¹
|

\
|
∫ ∫
) , (


• Remarque importante :
f est intégrable si et seulement si f l’est.
D’après le théorème de Fubini sur un pavé ( [ ] [ ] d c b a , , × ), on a pour f continue :
∫ ∫ ∫ ∫
|
¹
|

\
|
= |
¹
|

\
|
d
c
b
a
b
a
d
c
dy dx y x f dx dy y x f ) , ( ) , (
• Définition de
∫∫
× ' I I
f :
- Si f est réelle positive :
Définition :
Si R → × ' : I I f est continue, positive, intégrable, on pose :
[ ] [ ]
[ ] [ ]
∫ ∫
∫ ∫ ∫∫
|
¹
|

\
|
=
|
¹
|

\
|
=
× ⊂ ×
× ⊂ ×
×
d
c
b
a
I I d c b a
b
a
d
c
I I d c b a
I I
dy dx y x f
dx dy y x f dxdy y x f
) , ( sup
) , ( sup ) , (
' , ,
' , ,
'

- Si f est réelle :
Proposition :
Soit R → × ' : I I f continue,
On pose ) 0 ), ( max( : M f M f ֏
+
et ) 0 ), ( max( : M f M f −

֏
Alors
+
f et

f sont continues, et f est intégrable si et seulement si
+
f et

f le
sont.
On pose alors
∫∫ ∫∫ ∫∫
×

×
+
×
− =
' ' ' I I I I I I
f f f
- Complexe :
A.BENHARI 238

Soit C → × ' : I I f continue. Alors ) Re( f et ) Im( f sont continues, et f est
intégrable si et seulement si ) Re( f et ) Im( f le sont.
On pose alors
∫∫ ∫∫ ∫∫
× × ×
+ =
' ' '
) Im( ) Re(
I I I I I I
f i f f .


B) Calcul des intégrales

• A l’aide d’une suite exhaustive de pavés :
Théorème :
Soient I, I’ deux intervalles de R.
On suppose que I est la réunion croissante des segments [ ]
n n
b a , , c'est-à-dire que la
suite
N ∈ n n
a ) ( est décroissante, la suite
N ∈ n n
b ) ( croissante et que [ ]

N ∈
=
n
n n
b a I ,
De même, on suppose que I’ est la réunion croissante de segments [ ]
n n
d c , .
Alors pour toute fonction C → × ' : I I f continue intégrable, on a :
∫∫ ∫ ∫ ∫ ∫
× +∞ → +∞ →
= =
'
) , ( ) , ( lim ) , ( lim
I I
d
c
b
a n
b
a
d
c n
dxdy y x f dy dx y x f dx dy y x f
n
n
n
n
n
n
n
n

Démonstration :
La démonstration est la même que pour les intégrales simples.



• Linéarité, positivité :
Théorème :
On note E l’ensemble des fonctions C → × ' : I I f continues et intégrables.
Alors E est un sous-espace de ) , ' (
0
C I I C × .
De plus,
∫∫
×

' I I
f E f ֏ est linéaire positive, c'est-à-dire que si E f ∈ est
positive, alors 0
'

∫∫
×I I
f .
Démonstration :
Pour la positivité : c’est une borne supérieure de réels positifs.
Pour la linéarité : il suffit de calculer par les suites exhaustives de pavés.
• Cas simples :
Théorème :
Soient I, I’ deux segments, disons [ ] b a I , = et [ ] d c I , ' = et C → × ' : I I f continue.
Alors f est intégrable sur [ ] [ ] d c b a , , × , ] ] [ ] d c b a , , × , [ ] ] ] d c b a , , × … ] [ ] [ d c b a , , ×
Et toutes les intégrales sont égales.
On a de plus
] [ ] [ [ ] [ ]
∫ ∫ ∫ ∫ ∫∫ ∫∫
= = = =
× ×
d
c
b
a
b
a
d
c d c b a d c b a
dy dx y x f dx dy y x f f f ) , ( ) , ( ...
, , , ,
.


C) Retour de Fubini

Théorème (admis) :
Soit C → × ' : I I f globalement continue.
A.BENHARI 239

On suppose que :
Pour tout I x∈ , ) , ( ' y x f I y ֏ ∈ est intégrable.


'
) , (
I
dy y x f I x ֏ est continue par morceaux intégrable sur I.
(1) Si f est à valeurs positives, alors f est intégrable sur ' I I × .
(2) Si f est intégrable (ce qui n’est pas assuré par l’hypothèse), alors :
( )
∫ ∫ ∫∫
=
× I I I I
dx dy y x f dxdy y x f
' '
) , ( ) , (
Remarque sur l’utilisation du théorème :
Sous les hypothèses, si f est positive, alors elle est intégrable et on peut calculer
son intégrale. Si f est à valeurs réelles ou complexes, il faut d’abord appliquer (1) à f
puis (2) à f.


D) Passage en coordonnées polaires

Théorème (admis) :
(1) Soit ] [ C → +∞
2
, 0 : f continue.
On pose, pour ] [ ] [
2
, 0 , 0 ) , (
π
θ × +∞ ∈ r , ) sin , cos ( ) , ( θ θ θ r r f r g = .
Alors g est continue, et f est intégrable si et seulement si g l’est, et dans ce cas :
] [ ] [ ] [
∫∫ ∫∫
× +∞ +∞
=
2
2
, 0 , 0 , 0
) sin , cos ( ) , (
π
θ θ θ rdrd r r f dxdy y x f
(2) On a un énoncé analogue pour ] [ +∞ × , 0 R (où g est alors définie sur
] [ ] [ π , 0 , 0 × +∞ ), et pour
2
R (g est alors définie sur [ [ [ [ π 2 , 0 , 0 × +∞ )
Exemple :
Application à Γ :
Pour 0 ) Re( > z , on a
∫ ∫
+∞
− −
=

+∞
− −
= = Γ
0
1 2
0
1
2
2
2 ) ( dx x e dt t e z
z x
x t
z t

(L’application
2
t t ֏ est un
1
C -difféomorphisme de ] [ +∞ , 0 dans ] [ +∞ , 0 )
Par exemple,

+∞

= Γ
0
2
2 ) 2 / 1 ( dx e
x
.
On considère
2 2
) , (
y x
e y x f
− −
= .
Alors f est continue sur
2
+
R . Pour tout
+
∈R y , l’application ) , ( y x f x ֏
+
∈R est
continue et intégrable car ) / 1 ( ) , (
2
x O y x f
x +∞ →
=
De plus,
2 2 2
0 0
) , (
y x y
Ge dx e e dx y x f

+∞
− −
+∞
= =
∫ ∫
.
Et
2
y
Ge y

֏ est continue, intégrable.
Donc f est intégrable sur
2
+
R , et
[ [
2
, 0
2
) , ( G dxdy y x f =
∫∫
+∞
.
Par ailleurs, sur [ [
2
, 0 +∞ , on peut passer en coordonnées polaires :
Ainsi, ] [ ] [ r e r
r
2
2
, 0 , 0 ) , (

× +∞ ∈ ֏
π
θ est continue et intégrable, et d’après le
théorème de Fubini,
] [ ] [
[ ]
4 4 2
0
0 0 0 , 0 , 0
2 2
2
2
2
2 π π π
θ θ
π
π
= − = =
|
¹
|

\
|
=
+∞

+∞

+∞

× +∞

∫ ∫ ∫ ∫∫
r r r r
e dr re dr rd e rdrd e
A.BENHARI 240

Donc
2
π
= G .
Soient
*
' ,
+
∈R z z .
On a :

+∞
− −
= Γ
0
1 2
2
2 ) ( dx x e z
z x
,

+∞
− −
= Γ
0
1 ' 2
2
2 ) ' ( dy y e z
z y
.
On cherche à calculer ) ' ( ) ( z z Γ Γ .
On pose, pour 0 , > y x ,
1 ' 2 1 2
2 2
) , (
− − − −
=
z z y x
y x e y x f .
Alors f est continue sur
2
*
+
R .
Pour tout 0 > y , ) , ( y x f x ֏ est intégrable.
En effet, en ∞ + , 0 ) , (
2
  → 
+∞ → x
y x f x
Et en 0,
1 ) Re( 2
0
) ( ~ ) , (


z
x
x y c y x f
De plus, pour ] [ +∞ ∈ , 0 y ,
] [
) ( ) ( ) , (
0
1 2 1 ' 2
, 0
2 2
y g z dx x e y e dx y x f
z x z y
Γ = =
∫ ∫
+∞
− − − −
+∞
, où
g est continue intégrable sur ] [ +∞ , 0 .
Donc f est intégrable sur
2
*
+
R .
On a de plus :
) ' ( ) ( ) ( ) ( ) , ( ) , (
0 0 0
2
*
z z dy y g z dy dx y x f dxdy y x f Γ Γ = Γ = |
¹
|

\
|
=
∫ ∫ ∫ ∫∫
+∞ +∞ +∞
+
R



Passage en polaire :
Comme f est intégrable, ] [ ] [ r r r e r
z z r 1 ' 2 1 2
2
) sin ( ) cos ( , 0 , 0 ) , (
2
− − −
× +∞ ∈ θ θ θ
π
֏ est
continue et intégrable, et :
] [ ] [
∫∫ ∫∫
× +∞
− − − + −
=
+ 2
2
2
*
, 0 , 0
1 ' 2 1 2 1 ' 2 2
) (sin ) (cos ) , (
π
θ θ θ drd r e dxdy y x f
z z z z r
R

On pose
1 ' 2 1 2 1 ' 2 2
) (sin ) (cos ) , (
2
− − − + −
=
z z z z r
r e r g θ θ θ .
Ainsi, g est continue, et pour tout ] [
2
, 0
π
θ ∈ , ) , ( θ r g r ֏ est intégrable et
1 ' 2 1 2
0
) (sin ) )(cos ' (
2
1
) , (
− −
+∞
+ Γ =

z z
z z dr r g θ θ θ
De plus,
1 ' 2 1 2
) (sin ) )(cos ' (
2
1
:
− −
+ Γ
z z
z z h θ θ θ ֏ est continue, intégrable.
En effet, en 0 on a
1 ' 2
~ ) (
− z
h θ θ , intégrable.
Et en
2
π
,
1 2
2
) ( ~ ) (


z
h θ θ
π
, aussi intégrable.
Donc d’après le théorème de Fubini,
] [ ] [
∫ ∫ ∫∫
+∞
× +∞
=
2
2
0 0 , 0 , 0
) , ( ) , (
π
π
θ θ θ θ drd r g drd r g .
Donc ) ' ( ) (sin ) (cos 2 ) , ( 4 ) ' ( ) (
2
2
*
0
1 ' 2 1 2
z z d dxdy y x f z z
z z
+ Γ
|
¹
|

\
|
= = Γ Γ
∫ ∫∫
− −
+
π
θ θ θ
R

Définition :
Pour z, z’ complexes de partie réelle strictement positive,
On pose

− −
=
2
0
1 ' 2 1 2
) (sin ) (cos 2 ) ' , (
π
θ θ θ β d z z
z z
.
A.BENHARI 241

Le changement de variable θ
2
cos = u ,
1
C -difféomorphisme de ] [
2
, 0
π
dans ] [ 1 , 0 ,
nous donne même


− −
− −
− =
=
1
0
1 ' 1
0
1 ' 2 1 2
) 1 (
cos sin ) (sin ) (cos 2 ) ' , (
2
dt t t
d z z
z z
z z
π
θ θ θ θ θ β

On a donc la formule d’Euler pour
*
' ,
+
∈R z z :
) ' , ( ) ' ( ) ' ( ) ( z z z z z z β + Γ = Γ Γ
Exemple :
) )...( 1 (
! 5
) ( )... 1 (
) 2 / 5 (
! 5
) 2 / 17 (
) 2 / 5 ( ) 6 (
) 6 , 2 / 5 ( ) 1 (
2
5
2
17
2
5
2
17
1
0
5 2 / 3

=
Γ −
Γ
× =
Γ
Γ Γ
= = −

β dt t t
Exercice :
Soit R ∈ z tel que 1 0 < < z .
On cherche à calculer ) 1 ( ) ( z z − Γ Γ , c'est-à-dire

− −
− = −
1
0
1
) 1 ( ) 1 , ( dt t t z z
z z
β
On pose

∞ +

+
=
0
1
1
) ( du
u
u
α
α ϕ
Le changement de variable
2
) 1 (
,
1 u
du
dt
u
u
t
+
=
+
= ,
1
C -difféomorphisme, dans
) 1 , ( z z − β donne ) (
1 ) 1 ( ) 1 (
1
) 1 (
) 1 , (
0
1
0
2 1
1
z du
u
u
u
du
u u
u
z z
z
z z
z
ϕ β =
+
=
+ + +
= −
∫ ∫
∞ +

∞ +
− −

.
On va calculer ) (z ϕ .
Rappel :
Pour ) ( X f C ∈ tel que 2 deg − ≤ f et sans pôle réel, f est continue intégrable sur
R et



=
C
R
α
α π ) , ( Res . ) ( f i dt t f . En effet :
Définition :
Résidu de ) ( X f K ∈ en K ∈ a : c’est le coefficient de
a X −
1
dans la
décomposition en f en éléments simples, éventuellement nul.
Ainsi, si
Q
P
f = et a est pôle seulement simple de f, on a
) ( '
) (
) , ( Res
a Q
a P
a f =
Ainsi, pour tout R C \
0
∈ z et 0 ≥ A :
|
|
¹
|

\
|
|
|
¹
|

\
| − −

|
|
¹
|

\
| −
+
− −

=
(
¸
(

¸

|
|
¹
|

\
| −
+ − =




) Im(
) Re(
Arctan
) Im(
) Re(
Arctan ln
) Im(
) Re(
Arctan ln
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
z
z A
z
z A
i
z A
z A
z
z t
i z t
z t
dt
A
A
A
A

Mais 0 ln lim
0
0
=
− −

+∞ →
z A
z A
A
, et
2
)) sgn(Im(
) Im(
) Re(
Arctan lim
0
0
0
π
z
z
z A
A
=
|
|
¹
|

\
| −
+∞ →
,
2
)) sgn(Im(
) Im(
) Re(
Arctan lim
0
0
0
π
z
z
z A
A
− =
|
|
¹
|

\
| − −
∞ →

A.BENHARI 242

Donc π )) sgn(Im( lim
0
0
z i
z t
dt
A
A A
=


− +∞ →
, c'est-à-dire π )) sgn(Im(
0
0
z i
z t
dt
=


+∞
∞ −

(Mais
0
1
z t
t

֏ n’est pas intégrable sur R)
Pour 2 ≥ n ,
n
z t
t
) (
1
0

֏ est intégrable sur R ( R C \
0
∈ z ), et :
0
) (
0
=


+∞
∞ −
n
z t
dt


Calculer

∞ +
+
0
2
2
1
dx
x
x
n
m
pour m n < , et en déduire ) (z ϕ pour ] [ 1 , 0 ∈ z
On a :

∫ ∫
>

∞ +
∞ −
∞ +
=
+
=
+
0 ) Im(
2
2
0
2
2
) , ( Res .
1 2
1
1
α
α
α π
C
f i dx
x
x
dx
x
x
n
m
n
m

n
m
X
X
f
2
2
1+
=
Pôles de f :
Ce sont les
n
k i
k
e
2
2 π π
ω
+
= pour [ ] 1 2 , 0 − ∈ n k
On a 1 0 ) Im( − ≤ ≤ ⇔ n k
k
ω , et
n n
f
m
k
n
k
m
k
k
2 2
) , ( Res
1 2
1 2
2 +


= =
ω
ω
ω
ω
Donc ) 1 (
1
1
2 2
) (
1 2
1 2
) 1 2 (
2
1 2
1
0
) 1 2 .(
2
1 2
0


− −
=

=
+
+
+ +

=
+
+
∞ +


π
π
π
π π
π π
n
m
i
n
m
i
m i
n
m
i
n
k
m
n
k
i
e
e
e
e
n
i
e
n
i
dx x f
Soit
( ) ( ) π n i n
i
dx x f
n
m
n
m
2
1 2
2
1 2
0
sin 2 sin 2
1
) (
+ +
+∞
=

×

=

π
π
π

Or, le changement de variable
n
x u
2
= donne :
∫ ∫ ∫
∞ +

∞ +

∞ +
+
=
+
=
+
+
0
1
0
1
/
0
2
2
1 2
1
2
1
1 1
2
1 2
2
1
du
u
u
n
du u
n u
u
dx
x
x
n
m
n
n m
n
m

Ainsi, pour n m< ≤ 0 ,
|
¹
|

\
| +
= |
¹
|

\
| +
π
n
m n
m
2
1 2
sin
2
1 2 π
ϕ .
Théorème :
] [
x
du
u
u
x
x
. sin 1
, 1 ; 0
0
1
π
π
=
+
∈ ∀

∞ +


Corollaire :
On a la formule des compléments :
] [
x
x x
x x x
. sin ) 1 (
) 1 ( ) (
) 1 , ( , 1 ; 0
π
π
β =
Γ
− Γ Γ
= − ∈ ∀
Démonstration :
u
u
u x g
x
+
=

1
) , (
1
, définie sur ] [
*
1 ; 0
+
×R
Alors pour tout
*
+
∈R u , ) , ( u x g x ֏ est continue sur ) , ( u x g x ֏ .
Pour tout ] [ 1 ; 0 ∈ x , ) , ( u x g u ֏ est continue par morceaux sur
*
+
R .
A.BENHARI 243

Soit [ ] ] [ 1 ; 0 , ⊂ = b a K .
Alors
[ ]
¦
¦
¹
¦
¦
´
¦

+

+
= ≤
+
= ∈ ∀



1 si
1
1 si
1
) (
1
) , ( ,
ln ) 1 (
ln ) 1 (
,
ln ) 1 (
u
u
e
u
u
e
u
u
e
u x g K x
u a
u b
b a
u x
ϕ
Mais
[ ] b a,
ϕ est continue et intégrable. Donc

∞ +

+
0
1
1
du
u
u
x
x
֏ est continue sur ] [ 1 ; 0 .
On va montrer maintenant la densité de
)
`
¹
¹
´
¦
< ∈
+
m n n m
n
m
et ) , ( ,
2
1 2
2
N dans ] [ 1 ; 0 .
Soit U un intervalle ouvert de ] [ 1 ; 0 , disons ] [ b a U , = .
Montrons qu’il existe
2
) , ( N ∈ m n tel que m n < ≤ 0 et b
n
m
a <
+
<
2
1 2
, ce qui
établira le résultat. On a en effet les équivalences :
2
1
2
1
2 1 2 2
2
1 2
− < < − ⇔ < + < ⇔ <
+
< nb m na nb m na b
n
m
a
Soit alors N ∈ n tel que
a b
n

>
1
.
Alors ] [
2
1
2
1
, − − nb na est de longueur strictement plus grande que 1, donc contient
un entier m, à savoir par exemple Z ∉ − −
2
1
2
1
si ) ( nb nb E ou
2
3
− nb si Z ∈ −
2
1
nb .
Et on a ainsi b
n
m
a <
+
<
2
1 2
. D’où la densité de l’ensemble, et le résultat sur ] [ 1 ; 0
par continuité de l’application.



Ici,
2
R est muni de sa structure euclidienne naturelle.

I Sous-ensemble quarrable de
2
R
, aire
A) Aire d’un pavé borné de
2
R
.

Soit P un pavé borné de
2
R ,
2 1
I I P × = où
1
I et
2
I sont des intervalles bornés de
R, d’extrémités respectives
1 1
, b a et
2 2
, b a (avec
1 1
b a ≤ et
2 2
b a ≤ )
L’aire de P est par définition ) )( ( ) (
2 2 1 1
a b a b P m − − = .
L’intérieur de P est [ , ] [ , ]
2 2 1 1
b a b a P × =

.


B) Partie pavable

Soit
2
R ⊂ X .
On dit que X est pavable lorsque X est une réunion finie de pavés bornés.
Chapitre 23 : Intégrale double
A.BENHARI 244

On peut démontrer, et c’est intuitivement clair, que si
2
R ⊂ X est pavable, alors X
peut s’écrire

I i
i
P X

= , où I est fini, où chaque
i
P est un pavé borné, et où les i P

sont
disjoints deux à deux, et que le réel

∈I i
i
P m ) ( ne dépend que de X.
Ce réel est appelé l’aire de X, et est noté ) ( X m .


C) Partie quarrable

Définition :
Soit A une partie bornée de
2
R .
Soit ) (A m
+
la borne inférieure des aires des ensembles pavables contenant A.
Soit ) (A m

la borne supérieure des aires des ensembles pavables contenus dans A.
On dit que A est quarrable lorsque ) ( ) ( A m A m
+ −
= .
L’aire de A est alors, par définition, ) ( ) ( ) ( A m A m A m
+ −
= = .
(Cette définition a bien un sens, car on vérifie immédiatement que les bornes en
questions existent bien)
Propriétés (admises) :
• Si A et B sont quarrables, alors A A A B B A B A , , \ , ,

∩ ∪ sont quarrables, et :
) ( ) ( ) ( A m A m A m = =


Si A et B sont disjoints, ) ( ) ( ) ( B m A m B A m + = ∪
Et dans tous les cas ) ( ) ( ) ( ) ( B A m B m A m B A m ∩ − + = ∪
• m est invariant par isométrie
• Une partie bornée du plan dont la frontière (c'est-à-dire

A A \ ) est le support
d’un arc paramétré continu et de classe
1
C par morceaux est quarrable.
II Définition de l’intégrale double d’une fonction continue et bornée
A) Subdivision d’une partie quarrable

Soit D une partie quarrable de
2
R .
Une subdivision de D est une famille finie
I i i ∈
∆ ) ( de parties quarrables telle que

I i
i
D

∆ = , les
i
∆ étant non vides et disjoints deux à deux.
Le pas de cette subdivision est le maximum des diamètres des
i

(Le diamètre de
i
∆ est y x
i
y x
i
− = ∆
∆ ∈ ,
sup ) ( δ )


B) Définition

Soit D une partie quarrable de
2
R , soit R → D f : .
On dit que f est « en escalier » sur D lorsqu’il existe une subdivision
I i i ∈
∆ ) ( de D
telle que f soit constante sur chaque
i
∆ .

Définition :
A.BENHARI 245

Soit D une partie quarrable de
2
R , soit R → D f : en escalier.
On peut définir l’intégrale (double) de f sur D par :

∫∫

∆ =
I i
i i
D
m a f ) ( , où
I i i ∈
∆ ) ( est une subdivision de D telle que
i
a f = = cte sur
chaque
i
∆ (la définition est indépendante du choix d’une telle subdivision)

Théorème, définition (admis) :
Soit D une partie quarrable de
2
R , et soit R → D f : continue et bornée.
On peut définir { } f D f I
D
≤ =
∫∫

ϕ ϕ ϕ et sur escalier en , sup ) (
Et { } ψ ψ ψ ≤ =
∫∫
+
f D f I
D
et sur escalier en , inf ) (
Alors ) ( ) ( f I f I
− +
= , et ce réel est appelé l’intégrale (double) de f sur D et est
noté
∫∫
D
f ou
∫∫
D
dxdy y x f ) , ( .


III Premières propriétés de l’intégrale double

Dans ce paragraphe, les domaines sont supposés quarrables, et les fonctions continues et
bornées.

A) Additivité par rapport au domaine d’intégration

Si ∅ = ∩
2 1
D D , alors
∫∫ ∫∫ ∫∫

= +
2 1 2 1
) , ( ) , ( ) , (
D D D D
dxdy y x f dxdy y x f dxdy y x f .


B) Propriétés relatives à la fonction

• Linéarité : l’application
∫∫
D
dxdy y x f f ) , ( ֏ est linéaire.
• Croissance : si ) , ( ) , ( , ) , ( y x g y x f D y x ≤ ∈ ∀ , alors :
∫∫ ∫∫

D D
dxdy y x g dxdy y x f ) , ( ) , (
• ) (D m dxdy
D
=
∫∫

• ) ( ) sup ( ) , ( ) ( ) inf ( D m f dxdy y x f D m f
D
D D
× ≤ ≤ ×
∫∫


∫∫ ∫∫

D D
dxdy y x f dxdy y x f ) , ( ) , (
• Si D est ouvert, et si f est positive,
0 ) , ( , ) , ( 0 ) , ( = ∈ ∀ ⇒ =
∫∫
y x f D y x dxdy y x f
D

Attention, c’est vrai parfois quand D n’est pas ouvert, mais le résultat est faux en
général. Par exemple,
{ }
0 ) , ( =
∫∫

dxdy y x f mais on peut très bien avoir 0 ) ( ≠ Ω f .


IV Formules de Fubini (admises)
A.BENHARI 246


f désigne une fonctions continue et bornée sur un domaine D.
(1) cas où ] ' , ' [ ] , [ b a b a D × = (avec ' ' , b a b a < < ) – D est alors quarrable.
Alors :
∫ ∫ ∫ ∫ ∫∫
|
¹
|

\
|
= |
¹
|

\
|
=
'
'
'
'
) , ( ) , ( ) , (
b
a
b
a
b
a
b
a D
dy dx y x f dx dy y x f dxdy y x f
Cas particulier :
Si R → ] , [ : b a g et R → ] ' , ' [ : b a h sont deux fonctions continues, alors :
|
¹
|

\
|
|
¹
|

\
|
= |
¹
|

\
|
=
∫ ∫ ∫ ∫ ∫∫
'
'
'
'
) ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) (
b
a
b
a
b
a
b
a D
dy y h dx x g dy dx y h x g dxdy y h x g
(2) Cas où il existe deux fonctions continues
2 1
,ϕ ϕ de ] , [ b a dans R telles que :
2 1
ϕ ϕ ≤ et { } ) ( ) ( et , ) , (
2 1
2
x y x b x a y x D ϕ ϕ ≤ ≤ ≤ ≤ ∈ = R (Ainsi, D est quarrable)
Alors
∫ ∫ ∫∫
|
¹
|

\
|
=
b
a
x
x D
dx dy y x f dxdy y x f
) (
) (
2
1
) , ( ) , (
ϕ
ϕ

Cas particulier où 1 cte = = f : on retrouve l’aire de D :

− =
b
a
dx x x D m )) ( ) ( ( ) (
1 2
ϕ ϕ
2
ϕ
1
ϕ

(3) Résultat analogue en échangeant les rôles :
S’il existe deux fonctions continues
2 1
,ψ ψ définies sur ] , [ b a telles que
2 1
ψ ψ ≤ et
{ } ) ( ) ( et , ) , (
2 1
2
y x y b y a y x D ψ ψ ≤ ≤ ≤ ≤ ∈ = R , alors D est quarrable, et :
∫ ∫ ∫∫
|
¹
|

\
|
=
b
a
y
y D
dy dx y x f dxdy y x f
) (
) (
2
1
) , ( ) , (
ψ
ψ
.
Remarque : en général, on a le choix entre l’application du (2) et du (3), et l’un peut être
plus judicieux qu’un autre (il vaut mieux commencer par exemple par l’intégrale la plus
simple).

Exemple :
Si D est le quart de cercle de centre O, de rayon 1 :

On veut calculer
∫∫
+ =
D
dxdy y x xy I
2 2
4 .
Comme { }
2 2
1 0 et 1 0 , ) , ( x y x y x D − ≤ ≤ ≤ ≤ ∈ = R , on a :
∫ ∫
|
¹
|

\
|
+ =
− 1
0
1
0
2 2
2
4 dx dy y x y x I
x
.
On pose


+ =
2
1
0
2 2
4
x
x
dy y x y J .
En faisant le changement de variable
¹
´
¦
=
+ =
ydy du
y x u
8
4
2 2
, on obtient

− +
=
) 1 ( 4
8
1
2 2
2
x x
x
x
du u J
A.BENHARI 247

Soit ( )
3 2 2
12
1
3 4 ) 3 4 ( x x x J
x
− − − = .
Donc |
¹
|

\
|
− = |
¹
|

\
|
− − =
∫ ∫ ∫ ∫
− =
− =

1
0
4
4
1
2 / 3
6
1
12
1
intégrale)
ere 1 (
6
3 4
1
0
4
1
0
2 / 3 2
12
1
2
) 3 4 ( dx x du u dx x dx x I
x du
x u

Et, après calcul et simplification,
45
7
= I .


V Changement de variable (admis)
A) Préliminaire

Soient U et V deux ouverts de
2
R .
Un difféomorphisme de U sur V est une application de U sur V, bijective et de
classe
1
C , dont la réciproque est aussi de classe
1
C .
Etant donnée une application de classe
1
C
2
: R → U ϕ , pour que ϕ soit un
difféomorphisme de U sur son image ) (U ϕ , il faut et il suffit que ϕ soit injective et que
le jacobien de ϕ ne s’annule pas sur U.
Où, par définition, le jacobien de ϕ en U y x ∈ ) , ( est :
) , ( ) , (
) , ( ) , (
) , (
2 2
1 1
y x
y
y x
x
y x
y
y x
x
y x J








=
ϕ ϕ
ϕ ϕ
ϕ
où ) , (
2 1
ϕ ϕ ϕ = .




B) Théorème

Soit K un compact quarrable de
2
R .
(Ne pas chercher à savoir ce que signifie « compact de
2
R », savoir seulement que
les domaines définis dans les hypothèses de Fubini – tels que définis au paragraphe
précédent – sont des compacts quarrables, et que pour de tels domaines K, l’intérieur de
K est le domaine admettant la même définition mais avec des inégalités strictes)
Soit ϕ une application définie sur un ouvert U contenant K, à valeurs dans
2
R , de
classe
1
C , telle que

K /
ϕ définisse un difféomorphisme de

K sur son image.
Alors ) (K ϕ est un compact quarrable de
2
R , et pour toute fonction f continue sur
) (K ϕ , on a :
∫∫ ∫∫
=
K K
dudv v u J v u f dxdy y x f ) , ( )) , ( ( ) , (
) (
ϕ
ϕ
ϕ
Remarque :
Selon le préliminaire, pour vérifier que

K /
ϕ définit un difféomorphisme sur son
image, il suffit de vérifier que

K /
ϕ est injective et que
ϕ
J ne s’annule pas sur

K .
Remarque 2 :
A.BENHARI 248

Toute fonction continue sur un compact de
2
R à valeurs dans R est bornée.


C) Exemple important : changement de variable affine

(1) On suppose ici que ϕ est une application affine de
2
R dans
2
R bijective.
Soit alors
|
|
¹
|

\
|
=
d b
c a
A la matrice, dans la base canonique de
2
R , de la partie
linéaire de ϕ (A est inversible car ϕ , et donc sa partie linéaire, est bijective).
Soient
2 1
,ϕ ϕ les applications composantes de ϕ (c'est-à-dire définies par
)) , ( ), , ( ( ) , ( ) , (
2 1
2
y x y x y x y x ϕ ϕ ϕ = ∈ ∀ R ).
Alors, pour tout
2
) , ( R ∈ y x , on a :
|
|
¹
|

\
|
+
|
|
¹
|

\
|
|
|
¹
|

\
|
=
|
|
¹
|

\
|
0
0
2
1
) , (
) , (
y
x
y
x
d b
c a
y x
y x
ϕ
ϕ
, où on a noté ) , ( ) 0 , 0 (
0 0
y x = ϕ .
Alors on voit immédiatement que, pour tout
2
) , ( R ∈ y x :
|
|
¹
|

\
|
=
|
|
|
|
¹
|

\
|








d b
c a
y x
y
y x
x
y x
y
y x
x
) , ( ) , (
) , ( ) , (
2 2
1 1
ϕ ϕ
ϕ ϕ
, donc 0 det ) , ( ≠ = A y x J
ϕ

Et la restriction de ϕ à n’importe quel ouvert de
2
R définit un difféomorphisme
de cet ouvert sur son image (d’après le préliminaire)
Ainsi, pour tout compact quarrable K de
2
R et toute application continue f de
) (K ϕ dans R, on a :
∫∫ ∫∫
=
K K
dudv A v u f dxdy y x f det )) , ( ( ) , (
) (
ϕ
ϕ

(2) Applications :
• Si ϕ est une isométrie, on a 1 det = A , et on obtient alors :
∫∫ ∫∫
=
K K
dudv v u f dxdy y x f )) , ( ( ) , (
) (
ϕ
ϕ

• Cela permet d’utiliser les symétries :
Si par exemple K y x K y x ∈ − ∈ ∀ ) , ( , ) , ( et ) , ( ) , ( y x f y x f = −
Alors
∫∫ ∫∫
=
'
) , ( 2 ) , (
K K
dxdy y x f dxdy y x f où ) ( ' R R × ∩ =
+
K K
En effet, avec le changement de variable correspondant à ) , ( ) , ( y x y x − =ϕ ϕ
(symétrie orthogonale par rapport à Oy ), on voit que
∫∫ ∫∫
=
' ' '
) , ( ) , (
K K
dxdy y x f dxdy y x f
(où ' \ ' ' K K K = )
De même pour d’autres symétries.
• Calcul de l’aire délimitée par l’ellipse 1 :
2
2
2
2
= +
b
y
a
x
E .
Soit
2 2
: R R → ϕ l’application affine laissant ) 0 , 0 ( = O invariant, transformant
) 0 , 1 ( = i
,
en i a
,
. et ) 1 , 0 ( = j
,
en j b
,
. .
A.BENHARI 249

Le jacobien de ϕ est ab
b
a
=
0
0
, et ϕ transforme le cercle C d’équation
1
2 2
= + y x en l’ellipse E, et bien sûr la surface délimitée par C en la surface délimitée
par E.
Donc, en notant K le disque délimité par C, l’aire délimitée par l’ellipse est :
ab dxdy ab dxdy
K K
. .
) (
π
ϕ
= =
∫∫ ∫∫

(Car π =
∫∫
K
dxdy , connu et montré dans la suite)


D) Autre exemple important : passage en coordonnées polaires

Soit
) sin , cos ( ) , (
:
2 2
θ θ θ
ϕ
r r r ֏
R R → .
Alors ϕ est de classe
1
C sur
2
R , et en tout
2
) , ( R ∈ θ r , le jacobien de ϕ vaut :
r
r
r
r J =

=
θ θ
θ θ
θ
ϕ
cos sin
sin cos
) , ( .

1) Premier cas

Soit K défini par { } β θ α θ ≤ ≤ ≤ ≤ ∈ = et , ) , (
2 1
2
r r r r K R , où β α, , ,
2 1
r r sont
tels que
2 1
0 r r < ≤ et π α β α 2 + ≤ < .
α
β
β
α
) (K ϕ

On voit que l’intérieur de K est { } β θ α θ < < < < ∈ = et , ) , (
2 1
2
r r r r K R

.
On vérifie immédiatement que

K /
ϕ est injective.
(Car, pour

K r ∈ ) , ( θ , on a 0 > r et [ 2 , ] π α α θ + ∈ , ce qui évite que deux
éléments distincts de

K aient la même image par ϕ )
De plus, le jacobien de ϕ sur

K ne s’annule pas.
(Car r r J K r = ∈ ∀ ) , ( , ) , ( θ θ
ϕ

)
Donc le théorème de changement de variables s’applique et donne, pour
toute fonction continue f sur ) (K ϕ :
∫ ∫
∫∫ ∫∫
|
¹
|

\
|
=
=
2
1
) sin , cos (
. ) sin , cos ( ) , (
) (
r
r
K K
dr d r r f r
drd r r r f dxdy y x f
β
α
ϕ
θ θ θ
θ θ θ

En particulier, en prenant 1 = f , l’aire de ) (K ϕ est :
2
) ( )) ( (
2
1
2
2
2
1
r r
dr d r K m
r
r

− = |
¹
|

\
|
=
∫ ∫
α β θ ϕ
β
α

En prenant r r r = = = =
2 1
, 0 , 2 , 0 π β α , l’aire du disque de rayon r est
2
.r π .
A.BENHARI 250



2) Deuxième cas, plus général

K est défini par { } ) ( ) ( et , ) , (
2 1
2
θ ϕ θ ϕ β θ α θ ≤ ≤ ≤ ≤ ∈ = r r K R
Où α et β sont tels que π α β α 2 + ≤ < et où
1
ϕ et
2
ϕ sont deux fonctions
continues sur ] , [ β α telles que
2 1
0 ϕ ϕ ≤ ≤ . Voici alors l’allure de ) (K ϕ :
β
α

Le même raisonnement que précédemment donne alors :
∫ ∫ ∫∫
|
¹
|

\
|
=
β
α
θ ϕ
θ ϕ ϕ
θ θ θ d dr r r f r dxdy y x f
K
) (
) ( ) (
2
1
) sin , cos ( . ) , (
Cas particulier :
Aire d’un secteur délimité par une courbe d’équation polaire ) (θ ρ f = :
On suppose ici que f est continue sur un intervalle ] , [ β α avec
π α β α 2 + ≤ < . Soit D le domaine défini par :
{ } ) ( 0 et ), sin , cos ( θ β θ α θ θ f r r r D ≤ ≤ ≤ ≤ =
D est délimité par la courbe C d’équation polaire ) (θ ρ f = et par les
« rayons » d’angles polaires α et β .
β
C
α

Alors l’aire de D est :
∫ ∫ ∫ ∫∫
= |
¹
|

\
|
=
β
α
β
α
θ
θ θ θ d f d dr r dxdy
f
D
2
2
1
) (
0
) ( .
VI Extension aux intégrales triples

Toutes les notions et théorèmes vus pour les intégrales doubles sont adaptables aux
intégrales triples (qu’on note
∫∫∫
D
dxdy y x f ) , ( ), voire multiples…
Pour adapter la définition du jacobien :
Soit Ω une partie de
p
R , soit
n
f R → Ω : de classe
1
C , et soit Ω ∈ A .
La matrice jacobienne de f en A, c’est la matrice de la différentielle de f en A (c'est-à-
dire de
A
df , qui est linéaire) dans les bases canoniques de
p
R et
n
R .
(Et le jacobien est le déterminant de cette matrice)

VII Intégrale de surface

L’intégrale de surface est aux nappes paramétrées ce que l’intégrale curviligne est aux
arcs paramétrés.
Tout est admis dans ce paragraphe.

A.BENHARI 251

Soit S une nappe paramétrée simple, régulière (c'est-à-dire que
v
M
u
M




∧ ne s’annule pas)
de classe
1
C définie par une paramétrisation :
)) , ( ), , ( ), , ( ( ) , ( ) , (
3
v u z v u y v u x v u M v u =
→ ∆
֏
R
Où ∆ est une partie quarrable de
2
R .
L’application ) , ( ) , ( ) , ( v u
v
M
v u
u
M
v u





֏ est alors continue, et on suppose de plus
qu’elle est bornée sur ∆ .
Alors l’aire de S est
∫∫





∧ dudv v u
v
M
v u
u
M
) , ( ) , (
Très intuitivement, le plan tangent au point ) , ( v u M de S est dirigé par ) , ( v u
u
M


et ) , ( v u
v
M


, « l’aire élémentaire » est dudv v u
v
M
v u
u
M
) , ( ) , (




∧ , noté σ d
A rapprocher du fait que l’aire du parallélogramme
a
,
b
,
est ) , sin( b a b a b a
,
,
,
,
,
,
= ∧ .

Si φ est une fonction numérique définie et continue sur le support de la nappe S,
l’intégrale de φ sur S est l’intégrale (dite intégrale de surface) :
∫∫ ∫∫





∧ = dudv v u z v u y v u x d M v u
v
M
v u
u
M
S
) , ( ) , ( )) , ( ), , ( ), , ( ( ) ( φ σ φ
Intérêt : si φ représente par exemple la densité surfacique, cette intégrale donne la
masse de la nappe.


VIII Masses, centres et moments d’inertie
A) Pour un arc dans le plan ou l’espace

Soit
3
] , [ R → : b a γ un arc de classe
1
C et de support C.
Soit
+
→R C : ρ , continue (densité linéique)
(Le cas des arcs plans est bien entendu un cas particulier : avec la troisième
composante nulle).
• La masse de C est

=
γ
ρ ds M m ) (
• Le centre de gravité est
3
R ∈ G tel que

=
γ
ρ ds OM M OG m ) (
C'est-à-dire que ) , , (
G G G
z y x G = où
¦
¦
¹
¦
¦
´
¦
=
=
=



γ
γ
γ
ρ
ρ
ρ
ds z M mz
ds y M my
ds x M mx
M G
M G
M G
) (
) (
) (

• ∆ étant un point ou une droite, le moment d’inertie de C par rapport à ∆ est :


γ
ρ ds M d M
2
) , ( ) ( (où ) , ( ∆ M d est la distance de M à ∆ )


B) Pour une surface dans le plan
2
R
.

A.BENHARI 252

Avec des notations évidentes :
• Masse :
∫∫
=
S
dxdy y x m ) , ( ρ
• Centre de gravité G tel que
∫∫
=
S
dxdy OM y x OG m ) , ( ρ
• Moment d’inertie par rapport à ∆ :
∫∫

S
dxdy M d y x
2
) , ( ) , ( ρ


C) Pour une surface dans l’espace
3
R
.

Même chose, mais avec des intégrales de surface :
• Masse :
∫∫
=
S
d M m σ ρ ) (
• Centre de gravité G tel que
∫∫
=
S
d OM M OG m σ ρ ) (
• Moment d’inertie par rapport à ∆ :
∫∫

S
d M d M σ ρ
2
) , ( ) (


D) Pour un volume dans
3
R
.

Comme pour une surface dans
2
R avec des intégrales triples :
• Masse :
∫∫∫
=
V
dxdydz z y x m ) , , ( ρ
• Centre de gravité G tel que
∫∫∫
=
V
dxdydz OM z y x OG m ) , , ( ρ
• Moment d’inertie par rapport à ∆ :
∫∫∫

V
dxdydz M d z y x
2
) , ( ) , , ( ρ .





IX Formule de Green–Riemann (admise)
A) Compact élémentaire, compact simple

• Soit K un sous-ensemble de
2
R . On dit que K est un compact élémentaire
lorsqu’il vérifie les hypothèses du théorème de Fubini par rapport aux deux
axes, c'est-à-dire :
K peut être défini par
¹
´
¦
≤ ≤
≤ ≤
) ( ) (
2 1
x y x
b x a
ϕ ϕ
(où
2 1
,ϕ ϕ sont continues sur ] , [ b a )
Et aussi par
¹
´
¦
≤ ≤
≤ ≤
) ( ) (
2 1
y x y
y
ψ ψ
β α
(où
2 1
,ψ ψ sont continues sur ] , [ β α .
• Un sous-ensemble K de
2
R est un compact simple lorsqu’il se découpe, en
traçant des parallèles aux axes, en un nombre fini de compacts élémentaires.
On admet que la frontière K ∂ d’un compact simple constitue un arc fermé simple,
de classe
1
C par morceaux, et que l’on peut orienter positivement (dans le sens
trigonométrique direct)
A.BENHARI 253

Exemples :
α
β

Est un compact élémentaire (donc aussi simple)

Est un compact simple, mais non élémentaire (découpé ici en 6 compacts
élémentaires). On a pu ici orienter sa frontière dans le sens direct (trigonométrique
direct)


B) Théorème (Green–Riemann)

Soit K un compact simple, dont la frontière K ∂ est orientée positivement.
Soit Qdy Pdx + = ω une forme différentielle de classe
1
C sur un ouvert contenant
K.
Alors
∫∫ ∫ |
|
¹
|

\
|





= +
∂ K K
dxdy y x
y
P
x
Q
Qdy Pdx ) , (









C) Application aux calculs d’aires

Soit γ un arc fermé simple de classe
1
C par morceaux, définissant la frontière,
orientée positivement, d’un compact simple K :
γ

L’aire de K est donc
y P
Q
P
x Q
K
ydx xdy dxdy A
− =
=
=
=
∫ ∫ ∫∫
− = = =
, 0 avec
0
, avec
γ γ

En particulier, si K peut être défini par b x a ≤ ≤ , ) ( ) (
2 1
x y x ϕ ϕ ≤ ≤ , on retrouve :
∫ ∫ ∫ ∫
− = − = − =
γ
ϕ ϕ ϕ ϕ ydx dx x dx x dx x x A
b
a
b
a
b
a
) ( ) ( )) ( ) ( (
1 2 1 2

1
ϕ
2
ϕ

A.BENHARI 254

En effet,
¸¸ ¸_ ¸ ¸¸ ¸_ ¸ ¸¸ ¸_ ¸ ¸ _ ¸
⌢ ⌢ ⌢ ⌢
0

'
) (
' '
0
'
) (

2 1
∫ ∫ ∫ ∫ ∫
+ + + =



A A
dx x
A B B B
dx x
B A
ydx ydx ydx ydx ydx
b
a
b
a
ϕ ϕ
γ

Dans tous les cas, l’aire de K est aussi donnée par

− =
γ
ydx xdy A
2
1
.

Dans le cas où γ est donnée par une équation polaire ) (θ ρ f = , ] , [ β α θ ∈ , on a
donc, sur γ :
] , [ ,
sin ) (
cos ) (
β α θ
θ θ
θ θ

¹
´
¦
=
=
f y
f x

D’où
¹
´
¦
+ =
− =
θ θ θ θ θ
θ θ θ θ θ
d f f dy
d f f dx
) cos ) ( sin ) ( ' (
) sin ) ( cos ) ( ' (

Donc θ θ d f ydx xdy
2
) ( = − et donc

=
γ
θ θ d f A
2
2
1
) ( (formule déjà vue)
Ainsi, avec les hypothèses vues plus haut :
∫ ∫ ∫ ∫
= − = − = =
γ γ γ γ
θ θ d f ydx xdy ydx xdy A
2
2
1
2
1
) (

































A.BENHARI 255


Bibliographie
[1] Srishti D. Chatterji. Cours d'analyse: Analyse complexe. Presses polytechniques et
universitaires Romandes . 1997
[2] Réal Gélinas,Marcel Lambert. Éléments d'analyse complexe. Presses de l’université du
Québec . 1988
[3] Ralph P. Boas, A Primer of Real Functions, MAA, 1972.
[4] Edward Gaughan, Introduction to Analysis, Brooks/Cole, 1968.
[5] Serge Lang, Undergraduate Analysis, Springer-Verlag, 1968.
[6] Georgi A. Shilov, Elementary Real and Complex Analysis, MIT, 1973.
[7] Sterling K. Berberian, Measure and Integration, Chelsea, 1970.
[8] Edwin Hewitt and Karl Stromberg, Real and Abstract Analysis, Springer-Verlag, 1969.
[9] H. L. Royden, Real Analysis, MacMillan, 1968.
[10] Walter Rudin Analyse reelle et complexe , Masson, 1995
[11] Walter Rudin, Principles of Mathematical Analysis, McGraw-Hill, 1964.
[12] Walter Rudin, Real & Complex Analysis, McGraw-Hill, 1987.
[13] G. E. Shilov and B. L. Gurevich, Integral, Measure and Derivative: A Unified
Approach, Prentice-Hall, 1966.
[14] Bernard R. Gelbaum Modern real and complex analysis. John Wiley&Sons . 1995
[15] G. B. Folland Real analysis: Modern techniques and their applications Wiley, 1984
[16] John N. McDonald, Neil A. Weiss A course in real analysis Academic Press, 1999.







Sign up to vote on this title
UsefulNot useful