Pour les graphiques, le plan est rapporté à un repère orthonormé

) , , ( j i O
 
.
I Les fonctions hyperboliques directes
A) Définition
Pour tout R ∈ x , on pose :
2
ch
x x
e e
x

+
· ,
2
sh
x x
e e
x


· ,
x
x
x
ch
sh
th ·
, et pour 0 ≠ x ,
x
x
x
sh
ch
coth ·
Déjà, on a la formule :
1 sh ch
2 2
· − x x
En effet, pour tout R ∈ x , 1 ) sh ch )( sh ch ( sh ch
2 2
· · + − · −
− x x
e e x x x x x x
B) Etude de la fonction sh (sinus hyperbolique)
- On voit tout de suite qu’elle est impaire, strictement croissante et de classe

C
sur R.
- De plus, on voit immédiatement aussi que :
x x ch ) ( )' sh ( ·
,
+∞ ·
+∞
x
x
sh lim
,
+∞ ·
+∞
x
x
x
sh
lim
,
0 ) 0 ( sh ·
- Ainsi, sh est une bijection continue et strictement croissante de R dans R.
- DL à n’importe quel ordre en 0 :
) ( . . . 1
! ! 2
2
n
n
x x
x
x o x e
n
+ + + + + ·
et
) ( ) 1 ( . . . 1
! ! 2
2
n
n
x
n
x
x
x o x e
n
+ − + + + − ·

Donc ) ( ... sh
2 2
)! 1 2 ( ! 3
1 2 3
+
+
+ + + + ·
+
p
p
x x
x o x x
p
C) Etude de la fonction ch (cosinus hyperbolique)
- On voit tout de suite qu’elle est paire et de classe

C sur R.
- On a sans difficulté :
x x sh ) ( )' ch ( ·
,
+∞ ·
+∞
x
x
ch lim
,
+∞ ·
+∞
x
x
x
ch
lim
,
1 ) 0 ( ch ·
- Il en résulte que ch constitue une bijection continue strictement croissante de
+
R
dans
[ , 1 [ +∞
.
- DL à un ordre quelconque en 0 :
) ( ... 1 ch
2
) ! 2 ( ! 2
2 2
p
p
x x
x o x
p
+ + + + ·
Chapitre 13 : Fonctions hyperboliques
Analyse réelle et complexe Page 1 sur 8
Chapitre 13 : Fonctions hyperboliques
D) Graphes comparés des fonctions sh et ch
- Les sens de variation, les tangentes au point d’abscisse 0 et les branches infinies
(qui sont des branches paraboliques verticales) sont immédiatement tirés des études
précédentes.
- De plus, comme
sh ' )' sh ( ·
, la fonction sh est convexe sur
+
R
et concave sur

R
, ce qui donne la position de la courbe par rapport à sa tangente au point d’abscisse
0 (position que l’on retrouve localement grâce au DL)
- Enfin, comme
x
e x x

· −sh ch ,
x x sh ch −
est positif et tend vers 0 en ∞ +
- Notons enfin que la courbe représentative de ch ressemble à une parabole mais
n’en est pas une (c’est une chaînette : c’est la forme que prend effectivement une
chaînette lorsqu’elle est pendue par deux bouts…)
E) Justification du terme hyperbolique
- Les fonctions
cos
et sin s’appellent des fonctions circulaires parce que le
cercle d’équation 1
2 2
· + y x peut se paramétrer en
) (
sin
cos
R ∈
¹
'
¹
·
·
t
t y
t x
- La branche « droite » de l’hyperbole
1
2 2
· − y x
peut quant à elle se
paramétrer en
) (
sh
ch
R ∈
¹
'
¹
·
·
t
t y
t x
.
En effet :
• Si M a pour coordonnées
R ∈ t t t ), sh , ch (
, comme on a
0 ch > t
et
1 sh ch
2 2
· − t t , M appartient donc bien à la branche droite de l’hyperbole.
• Réciproquement, si
) , ( y x M
appartient à cette branche droite, alors :
Soit R ∈ t tel que
t y sh ·
(il en existe un, et même un seul). Mais comme
1 sh ch
2 2
· − t t et
1
2 2
· −y x
, on a alors t x
2 2
ch · , et, comme 0 > x ,
t x ch ·
.
Chapitre 13 : Fonctions hyperboliques
Analyse réelle et complexe Page 2 sur 8
F) Fonction th (tangente hyperbolique)
1
1
ch
sh
th
2
2
+

·
+

· · •


x
x
x x
x x
e
e
e e
e e
x
x
x
th •
est de classe

C sur R, impaire.
x
x
x
x x
x
2
2
2
2 2
ch
1
th 1
ch
sh ch
) ( )' th ( · − ·

· •
1
1
1
lim th lim
2
2
·
+

· •
+∞ +∞
x
x
x x
e
e
x
De ces trois derniers points, on tire que th constitue une bijection continue et
strictement croissante de R dans
] [ 1 ; 1 −
• DL en 0 :
th admet un DL en 0 à tout ordre, et on obtient les premiers termes de la même
façon qu’avec la fonction tangente :
) ( th
5 5 3
x o bx ax x x + + + · car th est impaire et
1 ) 0 ( )' th ( ·
) 4 ( 5 3 1 th'
4 2
x o bx ax x + + + ·
)) ( 2 1 ( )) ( 1 ( th
2 2 2 2 2 3 2 2
x o ax x x o ax x x + + · + + ·
) ( )' th ( ) ( 2 1 th 1
2 4 2 2
x x o ax x x · + − − · −
Donc
¹
'
¹
− ·
− ·
a b
a
2 5
1 3
, soit
¹
'
¹
·
·

1 5
2
3
1
b
a
Ainsi, ) ( t h
5 5
1 5
2
3
3
1
x o x x x x + + − ·
G) Fonction coth (cotangente hyperbolique)
• Elle est de classe

C sur
* R
, impaire.
x
x
x
x x
x
2
2
2
2 2
sh
1
coth 1
sh
ch sh
) ( )' coth (

· − ·

· •
• Et autres propriétés tirées de
x
x
th
1
coth ·
pour
* R ∈ x
Chapitre 13 : Fonctions hyperboliques
Analyse réelle et complexe Page 3 sur 8
H) Graphes de th et coth
II Formulaire
On tire tout de suite des définitions les formules suivantes :
1 sh ch
sh ch
sh ch
2 2
· −
· −
· +

x x
e x x
e x x
x
x
Formules d’addition :
) 2 ( sh ch ch sh ) ( sh
) 1 ( sh sh ch ch ) ( ch
b a b a b a
b a b a b a
× + × · +
× + × · +
Démonstration de (1) :
( )
( )
( ) ) ( c h 2 2
) ) ( ( ) ) ( ( s h s h c h c h
4
1
4
1
4
1
b a e e
e e e e e e e e
e e e e e e a e b a b a
b a b a
b a b a b a b a b a b a b a b a
b b a a b b a a
+ · + ·
+ − − + + + + ·
− − + + + · × + ×
− +
− − − + − + − − + − − +
− − − −
La démonstration de (2) est analogue.
De (1) et (2) on tire :
) 3 (
th th 1
th th
) ( th
b a
b a
b a
× +
+
· +
En effet :
b a
b a
a b b a
a b b a
b a
th th 1
th th
sh sh ch ch
ch sh ch sh
) ( th
× +
+
·
× + ×
× + ×
· +

(dernière égalité obtenue en divisant « en haut et en bas » par
b a ch ch ×
)
De (1), (2) et (3) on tire alors :
a
a
a
a a a
a a a a a
2
2 2 2 2
th 1
) ( th 2
) 2 ( th
ch sh 2 ) 2 ( sh
1 ch . 2 sh . 2 1 sh ch ) 2 ( ch
+
·
× ·
− · + · + ·
Chapitre 13 : Fonctions hyperboliques
Analyse réelle et complexe Page 4 sur 8
Ces dernières formules donnent alors, pour tout R ∈ x et en posant
2
t h
x
t ·
2 2 2
2
1
2
th ;
1
2
sh ;
1
1
ch
t
t
x
t
t
x
t
t
x
+
·

·

+
·
En effet :
a
a
a a
a a
a a a
2
2
2 2
2 2
2 2
th 1
th 1
sh ch
sh ch
sh ch ) 2 ( ch

+
·

+
· + · (en divisant haut et bas par a
2
ch )
De même pour
) 2 ( sh a
, puis poser ensuite a x 2 ·
Enfin, il faut savoir retrouver ce que l’on obtient par addition et par soustraction à partir
de (1) et (2) :
b a b a b a
b a b a b a
b a b a b a
b a b a b a
sh ch 2 ) ( sh ) ( sh
ch sh 2 ) ( sh ) ( sh
sh sh 2 ) ( ch ) ( ch
ch ch 2 ) ( ch ) ( ch
× · − − +
× · − + +
× · − − +
× · − + +
Ces quatre formules permettent de linéariser des produits (c'est-à-dire les transformer en
sommes), ce qui est utile dans de nombreux cas. Réciproquement, en posant au besoin
¹
'
¹
− ·
+ ·
b a y
b a x
, on transforme des sommes en produits.
Moyen mnémotechnique à partir des formules de la trigonométrie circulaire : les signes
qui précèdent un sinus carré ou un produit de deux sinus, ou une tangente carrée ou un produit
de deux tangentes sont échangé, le reste est pareil.
III Fonctions hyperboliques inverses
A) Argsh (Argument sinus hyperbolique)
sh réalise une bijection de classe

C strictement croissante de R dans R, dont la
dérivée ne s’annule pas.
On appelle
Argsh
la réciproque de cette bijection.
Argsh
est donc de classe

C et strictement croissante.
Dérivée :
Chapitre 13 : Fonctions hyperboliques
Analyse réelle et complexe Page 5 sur 8
)) ( Argsh ( sh 1
1
)) ( Argsh ( ch
1
)) ( Argsh ( ' sh
1
) ( ' Argsh ,
2
x
x x
x x
+
· · · ∈ ∀ R
Donc
2
1
1
) ( ' Argsh ,
x
x x
+
· ∈ ∀ R
Propriétés diverses :
Argsh
est impaire (car sh l’est)
x x
0
~ Argsh
Expression logarithmique :
Soient
R ∈ y x,
. On a les équivalences :
0 1 2
2
sh Argsh
2
· − − ⇔ ·

⇔ · ⇔ ·

y y
y y
xe e x
e e
x y x y
Résolution de l’équation 0 1 2
2
· − − xu u (d’inconnue u)
Les racines sont
2
1 x x + t .
Donc, en reprenant les équivalences :

( )
2
2
2 2
1 ln
1
1 ou 1 Argsh
x x y
x x e
x x e x x e x y
y
y y
+ + · ⇔
+ + · ⇔
+ + · + − · ⇔ ·
Ainsi,
( )
2
1 ln Argsh , x x x x + + · ∈ ∀ R
B) Argch (Argument cosinus hyperbolique)
ch réalise une bijection de classe

C strictement croissante de
[ [ +∞ , 0
dans
[ [ +∞ , 1
. On appelle
Argch
sa réciproque.
Argch
est de classe

C sur
] [ +∞ , 1
, et :
] [
1 )) ( Argch ( ch
1
) ) ( Argch ( sh
1
)) ( Argch ( ' ch
1
) ( ' Argch , , 1
2
0

· · · +∞ ∈ ∀
>
x
x x
x x

Soit
] [
1
1
) ( ' Argch , , 1
2

· +∞ ∈ ∀
x
x x
Expression logarithmique :
Soit
[ [ +∞ ∈ , 1 x
. Posons
x y Argch ·
. y est l’unique réel positif dont le ch vaut
x, c'est-à-dire x
e e
y y
·
+

2
On a les équivalences :
1 ou 1 0 2 1
2
2 2 2
− − · − + · ⇔ · − + ⇔ ·
+

x x e x x e xe e x
e e
y y y y
y y
Or, 1 1
2
≥ ≥ − + x x x et 1 1
2
≤ − − x x (car 1 ) 1 )( 1 (
2 2
· − − − + x x x x )
De plus,
0 ≥ y
donc 1 ≥
y
e
Donc en reprenant les équivalences :
( ) 1 ln
1 1 ou 1
2
2 2 2
− + · ⇔
− + · ⇔ − − · − + ·
x x y
x x e x x e x x e
y y y
Chapitre 13 : Fonctions hyperboliques
Analyse réelle et complexe Page 6 sur 8
Ainsi,
[ [ ( ) 1 ln Argch , , 1
2
− + · +∞ ∈ ∀ x x x x
C) Argth (Argument tangente hyperbolique)
Argth
est définie sur
] [ 1 ; 1 −
, de classe

C , strictement croissante, et est
impaire.
+∞ · Argth lim
1
,
0 0 Argth ·
,
x x
0
~ Argth
] [
2 2
1
1
) Argth ( th 1
1
) Argth ( ' th
1
) ( ' Argth , 1 ; 1
x x x
x x

·

· · − ∈ ∀
Expression logarithmique :
On peut faire par résolution de l’équation
y y
y y
e e
e e
y x


+

· · th …
Autre méthode :
Pour tout
] [ 1 ; 1 − ∈ x
, on a :

,
_

¸
¸
+
+

·
+
×

·
− x x x x x 1
1
1
1
2
1
1
1
1
1
1
1
2
Une primitive de
2
1
1
x
x

est donc ( ) x x x − − + 1 ln 1 l n
2
1
Chapitre 13 : Fonctions hyperboliques
Analyse réelle et complexe Page 7 sur 8
] [ ( )
,
_

¸
¸

+
·

+
· − − + − ∈ ∀
x
x
x
x
x x x
1
1
ln
1
1
ln 1 ln 1 ln , 1 ; 1
2
1
2
1
2
1
Donc
Argth
et
,
_

¸
¸

+
x
x
x
1
1
ln
2
1
ne diffèrent que d’une constante. Or, elles sont
toutes deux nulles en 0, donc
] [
,
_

¸
¸

+
· − ∈ ∀
x
x
x x
1
1
ln Argth , 1 ; 1
2
1
.
D) Argcoth (Argument cotangente hyperbolique)

Argcoth
est définie sur ] 1 ; 1 [ \ − R , à valeurs dans
* R
2
1
1
) ( ' Argcoth ], 1 ; 1 [ \
x
x x

· − ∈ ∀ R
Expression logarithmique :

,
_

¸
¸

+
· +

+
· − ∈ ∀
1
1
ln cte
1
1
ln Argcoth ], 1 ; 1 [ \
2
1
2
1
x
x
x
x
x x R
coth
Argcoth
1
-1
-1 1
Chapitre 13 : Fonctions hyperboliques
Analyse réelle et complexe Page 8 sur 8

comme ch x −sh x = e −x . t ∈R . Chapitre 13 : Fonctions hyperboliques Analyse réelle et complexe Page 2 sur 8 . si M ( x. x =ch t . comme on a ch t > 0 et ch 2 t − sh 2 t = 1 . sh t ). et même un seul). • Réciproquement. comme x > 0 . ce qui donne la position de la courbe par rapport à sa tangente au point d’abscisse 0 (position que l’on retrouve localement grâce au DL) .D) Graphes comparés des fonctions sh et ch . comme (sh )' ' = sh . .Les sens de variation. y = sh t La branche « droite » de l’hyperbole x 2 − y 2 = 1 peut quant à elle se paramétrer en  En effet : • Si M a pour coordonnées (ch t . et. ch x −sh x est positif et tend vers 0 en + ∞ . Mais comme 2 2 2 ch t − sh 2 t = 1 et x − y = 1 .Notons enfin que la courbe représentative de ch ressemble à une parabole mais n’en est pas une (c’est une chaînette : c’est la forme que prend effectivement une chaînette lorsqu’elle est pendue par deux bouts…) E) Justification du terme hyperbolique Les fonctions cos et sin s’appellent des fonctions circulaires parce que le  x = cos t (t ∈ R )  y = sin t cercle d’équation x 2 + y 2 = 1 peut se paramétrer en  x = ch t (t ∈R ) . on a alors x 2 = ch 2 t . alors : Soit t ∈ R tel que y = sh t (il en existe un.Enfin. les tangentes au point d’abscisse 0 et les branches infinies (qui sont des branches paraboliques verticales) sont immédiatement tirés des études précédentes. y ) appartient à cette branche droite. M appartient donc bien à la branche droite de l’hyperbole. la fonction sh est convexe sur R + et concave sur R − .De plus.

on tire que th constitue une bijection continue et 1 strictement croissante de R dans ]−. impaire. et on obtient les premiers termes de la même façon qu’avec la fonction tangente : th x = x + ax 3 + bx 5 + o( x 5 ) car th est impaire et ( th )' (0) =1 • ( th )' ( x) = th' x = 1 + 3ax 2 + 5bx 4 + o( x 4) th 2 x = x 2 (1 + ax 3 + o( x 2 )) 2 = x 2 (1 + 2ax 2 + o( x 2 )) 1 − th 2 x = 1 − x 2 − 2ax 4 + o( x 2 ) = ( th )' ( x) 3a = −1 Donc  . th x = x − 13 x 3 + 125 x 5 + o( x 5 ) G) Fonction coth (cotangente hyperbolique) • Elle est de classe C ∞ sur sh 2 x − ch 2 x −1 • (coth )' ( x) = = 1 − coth 2 x = 2 2 sh x sh x R * . impaire. soit 5b = −2a a =  b = −1 3 2 15 Ainsi. 1 • Et autres propriétés tirées de coth x = th x pour x∈ R * Page 3 sur 8 Chapitre 13 : Fonctions hyperboliques Analyse réelle et complexe . ch 2 x − sh 2 x 1 = 1 − th 2 x = 2 2 ch x ch x 2x e −1 • lim th x = lim 2 x =1 x  +∞ x  +∞ e +1 De ces trois derniers points.F) Fonction th (tangente hyperbolique) • th x = • sh x e x − e − x e 2 x −1 = x = 2x ch x e + e −x e +1 th est de classe C ∞ sur R.1[ • DL en 0 : th admet un DL en 0 à tout ordre.

(2) et (3) on tire alors : ch (2a ) = ch 2 a + sh 2 a =1 + 2.ch 2 a −1 sh (2a ) = 2sh a ×ch a 2 th (a ) th (2a ) = 1 + th 2 a Chapitre 13 : Fonctions hyperboliques Analyse réelle et complexe Page 4 sur 8 .H) Graphes de th et coth II Formulaire On tire tout de suite des définitions les formules suivantes : ch x +sh x = e x ch x −sh x = e −x ch 2 x −sh 2 x =1 Formules d’addition : ch ( a + b) = ch a ×ch b + sh a ×sh b (1) ( 2) sh ( a + b) = sh a ×ch b + ch a ×sh b Démonstration de (1) : c ha × c hb + s ha × s hb = 14 (e a + a − a ) (e b + e − b ) + (e a − e − a ) (e b − e − b ) = = 1 4 1 4 a+ b a+ b ( (e ( 2e ) + e a− b + e − a+ b + e − a− b + e a+ b − e − a+ b − e a− b + e − a− b + 2e a− b = c h(a + b) th a + th b (3) ) ) La démonstration de (2) est analogue.sh 2 a = 2. De (1) et (2) on tire : th (a + b) = 1 + th a × th b En effet : th ( a + b) = sh a ×ch b + sh b ×ch a th a + th b = ch a ×ch b + sh b ×sh a 1 + th a × th b (dernière égalité obtenue en divisant « en haut et en bas » par ch a ×ch b ) De (1).

puis poser ensuite x = 2a ch ( 2a) = ch 2 a + sh 2 a = Enfin. en posant au besoin x = a + b .Ces dernières formules donnent alors. III Fonctions hyperboliques inverses A) Argsh (Argument sinus hyperbolique) sh réalise une bijection de classe C ∞ strictement croissante de R dans R. il faut savoir retrouver ce que l’on obtient par addition et par soustraction à partir de (1) et (2) : ch ( a +b) + ch ( a −b) = 2ch a ×ch b ch ( a +b) −ch ( a −b) = 2sh a ×sh b sh ( a +b) +sh ( a −b) = 2sh a ×ch b sh ( a +b) −sh ( a −b) = 2ch a ×sh b Ces quatre formules permettent de linéariser des produits (c'est-à-dire les transformer en sommes). A rgsh On appelle A ∞ C et strictement croissante. est donc de classe Dérivée : Chapitre 13 : Fonctions hyperboliques Analyse réelle et complexe Page 5 sur 8 . dont la dérivée ne s’annule pas. ou une tangente carrée ou un produit de deux tangentes sont échangé. th x = 2t 1+ t 2 t = th 2x ch 2 a + sh 2 a 1 + th 2 a = (en divisant haut et bas par ch 2 a ) ch 2 a − sh 2 a 1 − th 2 a De même pour sh (2a ) . Réciproquement. le reste est pareil.  y = a − b Moyen mnémotechnique à partir des formules de la trigonométrie circulaire : les signes qui précèdent un sinus carré ou un produit de deux sinus. ce qui est utile dans de nombreux cas. on transforme des sommes en produits. pour tout x ∈ R et en posant 1+ t 2 1− t 2 En effet : ch x = . rgsh la réciproque de cette bijection. sh x = 2t 1− t2 .

y est l’unique réel positif dont le ch vaut x. Argsh ' ( x ) = x 1 1 1 = = 2 sh ' ( Argsh ( x )) ch (Argsh ( x )) 1 + sh (Argsh ( x )) 1 1 +x 2 Donc ∀ ∈ .+ [. On appelle 1 ∞ A rgch ∞ ch réalise une bijection de classe C ∞ strictement croissante de [0. en reprenant les équivalences : y =A rgsh x ⇔ e y = x − 1 + x 2 ou e y = x + 1 + x 2 ⇔e y = x + 1 + x 2 ⇔ y = ln x + 1 + x 2 ( Ainsi. et : A rgch ∞ ∀x ∈ ]1. As x∈ r h g x = l n (x + 1 + ) x 2 ) B) Argch (Argument cosinus hyperbolique) [ . Donc. c'est-à-dire e y + e−y =x 2 On a les équivalences : e y + e−y = x ⇔ e 2 y + 1 − 2 xe y = 0 ⇔ e y = x + x 2 − 1 ou e y = x − x 2 − 1 2 Or. Argch ' ( x ) = ∞ ] ∞ rg h ∀ ∈1.+ [ .+ [. On a les équivalences : e y − e−y = x ⇔ e 2 y − 2 xe y − 1 = 0 2 Résolution de l’équation u 2 − 2 xu − 1 = 0 (d’inconnue u) y = Argsh x ⇔ sh y = x ⇔ Les racines sont x ± 1 + x 2 . x + x 2 −1 ≥ x ≥1 et x − x 2 −1 ≤1 (car De plus. y ≥ 0 donc e y ≥ 1 Donc en reprenant les équivalences : ey = x + (x + x 2 −1)( x − x 2 −1) =1 ) x 2 −1 ou e y = x − x 2 −1 ⇔ e y = x + ⇔ y = ln x + x 2 −1 ( x 2 −1 ) Page 6 sur 8 Chapitre 13 : Fonctions hyperboliques Analyse réelle et complexe . A c x 1 1 = = ch ' ( Argch ( x)) sh ( Argch ( x))     >0 1 ch 2 ( Argch ( x)) −1 Soit ' ( x) = 1 x2 − 1 Expression logarithmique : [ ∞ Soit x ∈1. 1 ∞ est de classe C sur ] .+ [ . ∀ R . A sh ' ( x ) = x R rg Propriétés diverses : A rgsh est impaire (car sh l’est) Argsh x ~ x 0 Expression logarithmique : Soient x.∀ ∈R . Posons y = Argch x . y ∈R .+ [ .+ [ dans sa réciproque.

et est impaire.1[. on a : 1 1 1 1 1 1  = × =  +  2 1 − x 1 + x 2 1 − x 1 + x  1− x e y − e−y … e y + e−y Une primitive de x  1 est donc 1− x2 x 1 2 ( ln1 + x − ln1 − x ) Page 7 sur 8 Chapitre 13 : Fonctions hyperboliques Analyse réelle et complexe .Ainsi. strictement croissante. ∀ [ . +[ Ac x∈∞ r h 1 . g x = l n ( +x x 2 − 1 ) C) Argth (Argument tangente hyperbolique) A rgth 1 est définie sur ]−.1[ .1[ . Ag x ] 1 r th ' ( x) = 1 th ' ( Ag r th x) = 1− th 2 1 ( Ag r th x) 1 = 1 −x 2 Expression logarithmique : On peut faire par résolution de l’équation x = th y = Autre méthode : ] 1 Pour tout x ∈− . lim Argth = +∞ . de classe C ∞ . Argth 0 = 0 . Argth x ~ x 0 1 ∀ ∈− .

Argcoth( x) = ' Expression logarithmique : ∀x ∈ R \ [−1.1]. Or.1[. à valeurs dans R * 1 1− x2 1+ x  x +1 + cte = 1 ln  2 1− x  x −1 ∀ x ∈ R \ [− 1. 1 ( ln 1 + x − ln 1 − x ) = 1 ln 2 2 rgth Donc A et x  1 2 1 + x  ln   ne diffèrent que d’une constante.∀x ∈]−1. D) Argcoth (Argument cotangente hyperbolique) A rgcoth est définie sur R \ [− 1. A th x ] 1 rg 1 +x  x = 1 ln   2 1 −x  1+x 1 + x  = 1 ln   2 1−x 1 − x  toutes deux nulles en 0.1[.1]. elles sont 1 − x  ∀ ∈− . donc .1] . Argcoth x = 1 ln 2 1 -1 -1 1 coth Argcoth Chapitre 13 : Fonctions hyperboliques Analyse réelle et complexe Page 8 sur 8 .