Logements sociaux

Le Grand H Firminy-Vert

Problematique
l’objet d’étude corresponde à l’analyse d’un bâtiment implantée au coeur du quartier Firminy Vert. un lieu bien reconnu grâce à l’oeuvre attribuée à le Corbusier : l’unité d’habitation. Cependant et malgré la grande influence de ce concept qui a fondé l’architecture contemporaine, nous avons produit notre connaissance à partir d’une construction plus conventionnelle: le grand H. Une typologie qui se rapproche plus à la notion des grands ensembles plutôt qu’au modèle idéal de la «machine à habiter». Nous sommes en face d’une utopie réalisée, avec deux dimensions, une acceptable (Firminy vert et le grand H) et une marginale (unité d’habitation). les amenagements réalisés pendant l’histoire du Office HLM avec l’ideal d’habitation postulé par le Corbusier

nous avons commencé avec la lecture du livre « dans l’ombre du Corbusier» ethnologie d’une habitat collectif ordinaire (Noël JOUENNE). un monument au rang du patrimoine mondial. .La ville avant La ville apres Pour nous documenter sur la question sociale. mais qui laisse planer une ombre qui masque la perception des vies ordinaires du quartier. Cet ouvrage nous raconte entre autres choses. le maire qui a fait une marque décisive dans l’histoire de Firminy. Une gestion politique qui a donné naissance à un quartier singulier. l’ambition d’un homme politique: Eugene Claudius-Petit.

.

mais aussi socialement. se positionner dans le temps pour comprendre que le mouvement moderne et le fonctionnalisme étaient parties d’une méthode adopté pour reconstruire l’Europe. physiquement. depuis ce-là l’état du logement social n’a pas arrêté d’évoluer. Mixité sociale . avec tout un chantier sur des villes en ruines. à l’ombre de le Corbusier Une Europe dévastée par la deuxième guerre mondiale. déplacée. les statistiques et la rationalisation de l’espace. Le mouvement moderne postulait une nouvelle forme d’habitat énigmatique d’une France en reconstruction.Dans le cas du grand H en particulier nous considérons la coopération entre l’architecture et les sciences humaines un peu limité. des déclinaisons spatiales issues d’une sorte d’adaptation des modèles culturelles de l’habiter. avec une population fracturée. avec des changements rapides et imprévisibles. Son héritage architectural à pris pied dans la vie anonyme des habitants. un continent qui a dû se reinventer. manquant d’identité. l’idée originale de l’architecte a vu passer différents réhabilitations. le chemin à prendre Programme originale 205 Logements Le Corbusier n’a pas appris à habiter ses espaces aux premiers locataires. beaucoup plus dynamiques . Une nouvelle façon de vivre imposée par la théorie.

Porosité L’appartement dans la masse Grand H Unité d’habitation .

Largeur de chambre originale La norme .

sur les apparences des choses.le 4 novembre. nous sommes allés au quartier du Firminy vert pour faire une courte reconnaissance du bâtiment mais surtout pour avoir un approche Phénoménologique. pendant notre parcours nous avons constaté trois types différents de logements dans une même structure: un foyer pour personnes âgées et une redistribution sociale de la copropriété. Co-propriete Location Foyer pour personnes âgées . d’un côté les riches et de l’autre les pauvres.

l’appartement type 4 pièces constitue le corps du bâtiment. il existe une usure important accentuée par le vandalisme . l’équipe technique réagisse pour augmenter la qualité du bâtiment.

l’appartement type 6 pièces se trouve dans les pignons du bâtiment. aujourd’hui est accessible dans la partie co propriété et les foyer de personnes âgées .

distribué en deux par palier. une sorte de sas communique les deux portes d’entrée. . on déduit que c’est un moyen de limiter l’occupation et les dégâts produits dans la cage d’escalier. où on trouve des placards avec les différents réseaux et compteurs. il y a un deuxième placard avec l’eau chaude dans le palier des ascenseurs on a constaté en certains étages de la partie locative l’installation des berrous et serrures pour définir un espace semi-prive.

La peau L’hauteur necessaire .

Les craintes Le vertige La peur au noir La peur aux groupes la gene au bruit la peur aux emeutes .

ils apportent la notion de demeurer. en principe représente la conscience de cette communauté au milieu.d’un côté une appartenance au site ancré dans l’histoire industrielle de la région représentée par les ouvriers qu’on pu devenir propriétaires de sa maison. de l’autre côté un destin associé à l’existence. que sont intégrées dans cette dynamique. . dans une petite mesure expriment leur désocialisation avec la dégradation de l’espace public. les logements sociaux. des locataires en transit. un foyer pour personnes âgées redéfini une collectivité de partage identifié dans sa totalité intergénérationnelle.

maintenant les accès sont traversants.. provisions de la cuisine. wc et cuisines une composition de fibre de verre.. carrelage Eclairage originale lampe applique mise au norme du reseau electrique plafonnier .) il demeure un élément substantiel de la proposition originale chauffage par moyen de radiateurs au mur finitions intérieures aménagements en électricité dans la salle d’eau... les menuiseries en bois originales on était remplacés par un habillage mixte composé par trois couches : une plaque en verre teinté soutenu avec des profils en tôle plié par l’extérieur. isolant au milieu et aggloméré par l’interieur dans les appartements la salle d’eau a été modifiée dans sa configuration.aménagements réalisés enveloppe de la façade. le cellier conjugué l’ensemble de stockage de l’habitation (les placards des chambres.

Projet entrée partie locative .

en traversant le paysage campagnard de Roche-la-Molière. on pourra dire que ce phénomène lui donne une puissance exponentielle comme une formule mathématique. on voulais imaginer l’epoque quand la belle église du Breuil était l’eglise de Firminy.Modalité d’appréhension de l’espace vécu: comment on rencontre un espace rapport phénoménologique Nous avons pris le bus à l’hôtel de ville stéphanois pour s’y rendre au site. un chemin particulier. on a parcouru la rue de la paix avec ses vieilles maisons. qui configure une sorte de place. central comme l’axe de un système urbain. lié à la rue Martin Bernard. le grand H est immense. la ville de Firminy est apparue furtive juste derrière une forêt profonde. on a voyagé sur une sorte de substrat neutre. un batiment où les ouvriers se rassamblaient. . Le grand H est apparu juste derrière une petite colline. où ont percevait le ciel et la terre. peut-être en apparence mais à côté de lui nous sommes des petites fournies. on a l’impression qu’ils flottent en révélant sa présence et son échelle. on a passé par la rue traversiere. plus loin nous sommes arrivés à centre-ville de Firminy. comme un navire imposant placé impassible face un autre navire beaucoup plus importante : l’unité d’habitation de Le Corbusier. un axe principale qui nous amene à la bourse de travail. Le terminus est juste à côté de la gare du train. ce que reste d’un tissu espontané. soudain on est arrivé dans un autre territoire. Son positionnement est privilégié. on a dû mal à imaginer lequel est à l’ombre de l’autre mais les deux survolent toute la vallée de Firminy-vert. des ouvrières minuscules. on cherchait ces jadis taudis sales et insalubres. dans ce territoire nous avons perdu la notion de l’urbanité dense.

Modalité d’appréhension de l’espace vécu: Jeremy .

Modalité d’appréhension de l’espace vécu: Julio .

Modalité d’appréhension de l’espace vécu: Salma .

Modalité d’appréhension de l’espace vécu: Stefan .

Il nous raconte son expérience de vie comme une récit des voyages. appartient à l’histoire d’Espagne du XXe siècle. tout d’abord il a mis la valeur sur le fait que l’vert existait. M. il se rappelle comme il s’amusait a secouer les plantes pour ramasser les fruits. c’était l’année 1957. une volonté de l’équipe municipale dans le cadre de sa démarche de démocratie participative. 6 personnes. Jean Manuel Morilla. leur décisions doivent répondre aux attentes des appelous. il nous décrit l’espace comme une découverte. le père de M. des parcours dessinés avec des longues lignes végétales. tracés avec des arbustes de fruits. c’était une époque où la guerre civile avait opposé la société. il nous avait décrit son habitat pendant ces années: une pièce de 18 m² avec une petite fenêtre placée haut dans le mur. Maroc. L’histoire de sa famille. des grandes étendues de gazon. il a une grande connaissance du lieu. dans le bâtiment Grand H. il nous avait expliqué que la habitation était organisé par moyen des rideaux. il attache donc une grande importance aux contacts personnels lors de ses permanences hebdomadaires. sous la dictature de Francisco Franco il a dû quitter son pays avec sa famille pour aller vivre à Tanger. cela implique qu’il soit à l’écoute de tous. aujourd’hui il rigole en nous disant que ces arbustes ont devenus des arbres et que pour lui c’est très dur d’aller les secouer. qui concerne directement le quotidien de chaque habitant. on peut imaginer cette maison comme un nid.mardi 15 novembre Nous avons pu rencontrer l’adjoint aux travaux et au patrimoine de la ville de Firminy. car il a aussi vécu une grande partie de sa vie à Firminy-vert. M. . Suite à ce passage par l’Afrique son périple continu en France. Nous pouvons imaginer la reconnaissance d’une «ville des étrangères» avec la perception d’un enfant. Morilla était républicain. un pays fracturé par un conflit. sa famille est établi à Saint Bonnet le Château pour finalement trouver un logement dans la nouvelle Firminy-vert. Morilla est en charge d’un large secteur de l’activité municipale. Les impressions partagés avec nous prendront une grande force en sachant son espace vécu. une forêt que contourne le quartier et que donne le registre de la proximité de la nature. dans ce petit espace vivait tous les membres de sa famille. un niche comprimé dans une densité urbaine qui a soudé un groupe familial déraciné.

suite aux taux élevé de vacance. des services que établissent un niveau de confort. Nous pouvons constater que cette rencontre avec l’espace des grandes ensembles dépend de son contexte temporel. M. conçu comme «l’unité résidentielle d’habitation». à l’origine il avait 205 logements avec 3 typologies d’appartements. elle reflète essentiellement le bien-être de la population de ce quartier. une manière de concevoir l’espace intime et privé. M.. .En effet.. affectés par les différents réhabilitations que les concepteurs ont du réaliser dans les années 1990. cette distance entre les bâtiments est traité comme une sorte de respiration. on pourra dire que sa pratique des lieux à défini finalement «l’habiter» particulier de cet immeuble des logements sociaux. Ce recul est important a retenir. mais aussi pour ses collègues locaux qui connaissaient la ville ouvrière polluée issue d’une planification fonctionnelle linéaire et dense. la notion de la végétation que coexiste dans une trame urbaine permet le dégagement de la concentration sociale. Morilla a eu le privilège de connaître le grand H depuis sa fondation. il a souligné la disparition du vis-à-vis comme une expérience révolutionnaire pour lui. le bonheur de vivre avec la lumière. il y a des mots-clés que on a retenu de cette conversation. de se approcher au ciel grâce à la nouveauté de l’ascenseur . la végétation est partie intégrale du projet. il faut se mettre en contexte pour comprendre que la proposition urbanistique et architecturale de ce nouveau quartier postulé aussi une nouvelle façon de vivre. la nouvelle organisation du bâtiment a permis d’ouvrir certains appartements à la propriété privée et à l’accueil d’une maison de retraite. qui avait vécu jusqu’alors dans des habitats restreints. Morilla connaît un rapport affectif structuré par différents vécus. avec une pièce pour chaque membre de la famille. l’habitation propose aussi des espaces pour des pratiques quotidiennes. Une autre élément architectural que il a valorisé c’est l’expérience spatiale de l’appartement comme une signe de distinction.

nous avons profité l’occasion pour lui demander son avis en relation au présent du bâtiment. il a mis la priorité sur la mixité sociale de l’immeuble. M. l’intérêt de créer la cohabitation. en charge des bâtiments communaux aussi des espaces verts et arborés. une multitude de destins contrastés que se juxtaposent.Aujourd’hui. . Morilla est un élu de la ville de Firminy.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful