GUIDE D’AIDE A LA DETECTION DES OPERATIONS FINANCIERES SUSCEPTIBLES D'ETRE LIEES A LA CORRUPTION

Juin 2008

SOMMAIRE

I- LES TEXTES .....................................................................................................................................3 A- LES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX ...............................................................................4 B- LE REFERENTIEL JURIDIQUE NATIONAL............................................................................7 B.1- L'APPROCHE PENALE........................................................................................................7 B.2- DISPOSITIF DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LA CORRUPTION..................10 II- PRESENTATION JURIDIQUE........................................................................................................17 A - DÉFINITION ........................................................................................................................17 B- LES INTERVENANTS............................................................................................................18 C - LE PACTE DE CORRUPTION .............................................................................................20 D- LES CONTREPARTIES RESPECTIVES DU PACTE CORRUPTIF .........................................21 E -LA TERRITORIALITÉ............................................................................................................22 F- LA PRESCRIPTION DE L'ACTION PUBLIQUE .....................................................................23 G- QUELQUES ILLUSTRATIONS JURISPRUDENTIELLES .......................................................24 III- PRESENTATION METHODOLOGIQUE ........................................................................................26 A- ANALYSE DE LA CLIENTELE/INTERVENANTS.................................................................26 A.1- PERSONNES PHYSIQUES.................................................................................................26 A.2- PERSONNES MORALES ....................................................................................................27 B- LA QUESTION DES OPERATIONS......................................................................................27 C- LA QUESTION DU BLANCHIMENT .....................................................................................29 IV- TYPOLOGIES ...............................................................................................................................32 ANNEXES............................................................................................................................................43 EXTRAITS DU CODE PENAL ....................................................................................................44 I - LES INCRIMINATIONS PENALES : TABLEAU DE SYNTHESE...........................................44 II - LES ARTICLES DE REFERENCE..........................................................................................46 EXTRAITS DU CODE MONETAIRE ET FINANCIER..................................................................51 LA CONVENTION DES NATIONS-UNIES CONTRE LA CORRUPTION....................................54

2

I- LES TEXTES
La communauté internationale a pris conscience depuis une vingtaine d'années de l'importance qui s'attache à la lutte contre la corruption dans la mesure où cette dernière entrave le développement économique, fausse le jeu de la libre concurrence et porte atteinte à la démocratie en remettant en cause l'Etat de droit et la confiance des citoyens dans leurs institutions. La corruption est évaluée par le FMI à près de 2 % du PIB mondial. L'OCDE estime d'autre part que « les pots-de-vin versés dans le cadre des transactions internationales peuvent aller de 5 % à 25 % du montant du contrat, voire davantage ». Pour la Banque Mondiale, elle représenterait 3 % des échanges mondiaux, soit un détournement annuel s'élevant à près de mille milliards de dollars. Si la corruption sévit tout particulièrement dans les pays en développement où elle entrave le développement économique, elle n'épargne nullement les pays développés. La corruption concerne, en outre, aussi bien le secteur public que le secteur privé. Dans le secteur public, la corruption se manifeste par le versement de commissions à des agents publics soit pour obtenir des passe-droits, soit pour se voir attribuer un marché public. Dans le secteur privé, le versement de commissions incite le responsable d’entreprise à prendre des décisions qui ne sont pas conformes à l’intérêt social de la société, exposent la personne morale et ses dirigeants à un risque majeur de sanctions pénales et fiscales et portent atteinte à leur réputation. L'intérêt économique fréquemment mis en avant pour justifier du bien-fondé de telles pratiques considérées, par certains, comme un « mal nécessaire » est tout à la fois irrecevable et illusoire: - irrecevable dans la mesure où les juridictions pénales nationales estiment de manière constante que l'usage des fonds sociaux d'une société est nécessairement abusif lorsqu'il est fait dans un but illicite ; - illusoire car la corruption fait entrer la société dans un système dans lequel elle va perdre rapidement la maîtrise de sa politique économique en étant soumise à des sollicitations de plus en plus pressantes pour le versement de « contreparties occultes » dont le montant sera constamment réévalué.

3

A- LES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

La France qui dispose depuis longtemps d'un arsenal juridique en la matière a soutenu activement l'élaboration des diverses conventions qui ont été adoptées successivement au sein de l’Union européenne, de l’Organisation pour la Coopération et le Développement Economiques (OCDE), du Conseil de l'Europe et, plus récemment, de l’Organisation des Nations Unies. Elle en est bien évidemment partie prenante.

UNION EUROPEENNE Convention de Dublin relative à la protection des intérêts financiers des Communautés européennes du 26 juillet 1995 Convention relative à la lutte contre la corruption impliquant des fonctionnaires de Communautés européennes ou des fonctionnaires des Etats membres de l'Union européenne du 26 mai 1997 Décision-cadre du 22 juillet 2003 relative à la lutte contre la corruption dans le secteur privé La lutte contre la corruption des agents publics au sein de l’Union européenne s’est d’abord inscrite dans le cadre de la protection des intérêts financiers de l’Union européenne et de la lutte contre la fraude communautaire (Convention de Dublin relative à la protection des intérêts financiers des communautés européennes, adoptée le 26 juillet 1995, complétée par plusieurs protocoles additionnels). L’adoption de la convention relative à la lutte contre la corruption impliquant des fonctionnaires des Communautés européennes ou des fonctionnaires des États membres de l’Union européenne, signée à Bruxelles le 26 mai 1997, a étendu le champ de la répression de la corruption dans le cadre communautaire au-delà des seuls faits portant atteinte aux intérêts financiers de l’Union. Cette dernière engage notamment les Etats à prendre les mesures qui s'imposent pour : • • que les comportements constituant des actes de corruption passive ou active, ainsi que la complicité ou l'instigation de tels actes, soient pénalement sanctionnables ; que les chefs d'entreprises ou toute personne ayant le pouvoir de décision ou de contrôle au sein d'une entreprise puissent être déclarés pénalement responsables en cas de corruption active.

Complétant l'arsenal juridique communautaire en la matière, l’Union européenne a adopté le 22 juillet 2003 une décision cadre relative à la lutte contre la corruption dans le secteur privé qui vise à harmoniser les incriminations et les sanctions prévues par les législations pénales des États membres en matière de corruption active et passive dans ce secteur qui fausse le jeu de la concurrence et porte atteinte à la liberté d'entreprendre.

4

les infractions comptables. notamment les fausses factures. Créée en 1998. car ces actes ont pour but de permettre ou de dissimuler la corruption. Les deux premiers cycles d'évaluation ont porté respectivement sur “le cadre global de la corruption” puis “la confiscation du produit de la corruption” et sur “l'administration publique et la corruption”. En outre. étrangers ou d’organisations internationales. cette instance a pour objet d’améliorer la capacité de ses Etats membres à lutter contre la corruption en veillant. adoptée le 17 novembre 1997 L’objectif de cette convention est de faire obstacle à la corruption d’agents publics étrangers par des entreprises agissant dans le commerce international. des actes de corruption. Un troisième cycle consacré aux incriminations prévues par la convention pénale sur la corruption de 1999 et à la transparence du financement des partis politiques est engagé depuis janvier 2007. Cette convention engage les Etats parties à mettre en oeuvre des mesures permettant aux victimes de corruption d'obtenir la réparation des dommages subis. Les transactions commerciales internationales sont en effet un domaine où les risques de corruption sont tout particulièrement élevés. le Groupe d’Etats contre la Corruption (GRECO). elle impose aux Etats d'adopter des dispositifs de protection des employés qui dénoncent. par le biais notamment d'un processus d'évaluation par les pairs. institutionnelles et pratiques qui s’avèreraient nécessaires pour mieux prévenir et combattre la corruption. pour diverses raisons : une vigilance moins importante à l’étranger. mais également : la corruption passive d’agents publics nationaux ou étrangers. la convention civile sur la corruption est entrée en vigueur le 1er novembre 2003. Elle exige que les parties prennent les mesures appropriées pour permettre aux victimes d'un acte de corruption commis par un agent public de demander réparation à l'Etat. la corruption active ou passive dans le secteur privé. 5 . la spécialisation de certaines entreprises dans des activités ou des zones géographiques particulièrement exposées à la corruption… LE CONSEIL DE L'EUROPE : Convention pénale sur la corruption du 27 janvier 1999 et son protocole additionnel du 15 mai 2003 Le champ d’application de cette convention est plus vaste que celui de la convention de l'OCDE précitée en ce sens qu'elle prévoit l’incrimination de la corruption active d’agents publics nationaux ou étrangers. Convention civile sur la corruption du 4 novembre 1999 Signée à Strasbourg le 4 novembre 1999. le trafic d’influence en direction des agents publics nationaux. Le suivi de son respect par les parties est assuré par une structure spécifique. la corruption de fonctionnaires internationaux. à la mise en œuvre effective des engagements pris par les Etats en ce domaine. de bonne foi. le blanchiment du produit des délits de corruption. Elle contribue à identifier les lacunes et les insuffisances graves dans les dispositifs nationaux de lutte contre la corruption et à provoquer les réformes législatives.L'ORGANISATION DE COOPERATION ET DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUES (OCDE) Convention de Paris sur la lutte contre la corruption d’agents publics étrangers dans les transactions internationales.

de blanchiment des produits du crime. À ce jour. l'ensemble des aspects de la lutte contre la corruption : la prévention.L'ORGANISATION DES NATIONS UNIES (ONU) Convention contre la corruption du 11 décembre 2003 dite « Convention de Mérida » La convention contre la criminalité transnationale organisée dite convention de Palerme. dont la France. la coopération internationale. le 31 octobre 2003. des comptes de leurs clients les plus importants ainsi qu'en soulignant l'importance de la mise en place d'une cellule de renseignement financier dans les pays qui n'en sont pas encore dotés. de la convention des Nations Unies contre la corruption. de manière globale. ont abouti à l’adoption par l’Assemblée générale. de corruption et d'entrave au bon fonctionnement de la justice En 2000. l’assistance technique et les échanges d’informations. Elle met notamment tout particulièrement l'accent sur le rôle essentiel des dispositifs de lutte contre le blanchiment en encourageant la surveillance. avait déjà amorcé un rapprochement des législations pénales nationales en établissant les incriminations à caractère universel de participation au groupe criminel organisé. par les institutions financières. Les négociations sur l’avant-projet de convention. Cette convention a été ouverte à la signature le 9 décembre 2003 lors de la conférence de Mérida (Mexique) et est entrée en vigueur le 14 décembre 2005. les incriminations. 6 . l’Assemblée générale de l’ONU a décidé de créer un comité spécial chargé de négocier une convention internationale contre la corruption. le recouvrement d’avoirs. la convention de Mérida a reçu 140 signatures et a été ratifiée par 98 Etats. La convention constitue le premier instrument mondial véritablement contraignant qui aborde en outre. ouvertes à Vienne en 2002. adoptée en décembre 2000. les règles de droit pénal et de procédure pénale.

Délit de trafic d’influence actif et passif entre particuliers (article 433-2) . chargée d'une mission de service public ou investie d'un mandat électif public (article 432-11) .LE REFERENTIEL JURIDIQUE NATIONAL Ces engagements internationaux ont conduit à des adaptations.1. Délits de trafic d’influence à destination du personnel judiciaire international et des agents publics internationaux (article 435-2 et suivants). Délit de trafic d’influence sur le personnel judiciaire national (article 434-9-1) . de la législation nationale. Délit de corruption active d’un agent public national par un particulier (article 433-1 et suivants) . dans le sens d'un renforcement. B.L'APPROCHE PENALE Les incriminations prévues par le code pénal (cf annexe 1) sont multiples Corruption Délit de corruption passive par une personne dépositaire de l'autorité publique. Trafic d'influence Délit de trafic d'influence passif (article 432-11) qui est imputable à une personne se prévalant d'une influence auprès des pouvoirs publics . Délit de trafic d'influence actif (article 433-1) qui est le fait d'un tiers qui offre une rémunération à une personne qu'il croit posséder une influence. Délit de corruption du personnel judiciaire national (article 434-9 et suivants) . en vue d'obtenir des avantages ou des faveurs . Délits de corruption d'agents publics étrangers ou dépendant d'une organisation internationale publique et de personnes exerçant des fonctions juridictionnelles dans un Etat étranger ou auprès d'une cour internationale (article 435-1 et suivants) .B. Délits de corruption passive et active des personnes travaillant dans le secteur privé (article 4451 et suivants). 7 .

Article 39-2 bis du CGI : A compter de l'entrée en vigueur sur le territoire de la République de la convention sur la lutte contre la corruption d'agents publics étrangers dans les transactions commerciales internationales. L'entrée en vigueur de cette convention avait d'ailleurs conduit la France à mettre fin dès 1997 à la déductibilité fiscale des avantages octroyés. toute personne ayant corrompu ou tenté de corrompre un agent public étranger afin d’obtenir ou conserver un avantage dans une transaction commerciale internationale encourt une peine allant jusqu’à dix ans d’emprisonnement et une amende de 150 000 euros. 8 . les sommes versées ou les avantages octroyés. au profit d'un agent public au sens du 4 de l'article 1er de ladite convention ou d'un tiers pour que cet agent agisse ou s'abstienne d'agir dans l'exécution de fonctions officielles. directement ou par des intermédiaires. le droit français n’incriminait que la corruption active et passive de personnes dépositaires de l’autorité publique.Panorama des dernières modifications législatives intervenues La loi n° 2000-595 du 30 juin 2000 modifiant le code pénal et le code de procédure pénale à la lutte contre la corruption a notamment eu pour objet de transposer en droit interne les dispositions de : − − la Convention de l'OCDE de 1997 sur la corruption d'agents publics étrangers dans les transactions commerciales internationales. directement ou non. à un agent public étranger (article 39-2 bis du Code général des impôts). des Etats membres de l'Union européenne…). ne sont pas admis en déduction des bénéfices soumis à l'impôt Cette loi a marqué une étape importante dans les efforts engagés par les autorités françaises pour lutter contre la corruption dans les transactions commerciales internationales. la Convention de l'Union européenne du 26 mai 1997 (incrimination de la corruption passive et active des fonctionnaires des Communautés européennes. Désormais. chargées d’une mission de service public. auparavant. en vue d'obtenir ou conserver un marché ou un autre avantage indu dans des transactions commerciales internationales. La loi n° 2005-750 du 4 juillet 2005 portant diverses dispositions d'adaptation du droit communautaire dans le domaine de la justice Au titre de la transposition en droit interne la décision cadre de l'Union européenne n° 2003/568/JAI du 22 juillet 2003 relative à la lutte contre la corruption dans le secteur privé. En effet. ou investies d’un mandat électif.

via le code du travail (ancien article L. exclusion des marchés publics. pour les personnes morales d'une amende pouvant s'élever jusqu'à 375 000 euros. les membres des professions libérales tels que les avocats. affichage ou diffusion de la décision. Elle prévoit notamment l'incrimination de la corruption passive d'agents publics ou du personnel judiciaire (étrangers ou internationaux) que cette dernière s'exerce désormais indifféremment dans le cadre du commerce international ou à toute autre fin. les membres d’une association peuvent être poursuivis sur le fondement de ces dispositions. que la corruption des salariés placés dans une situation de subordination hiérarchique vis-à-vis de leur employeur. les sanctions encourues ont été aggravées : alors que l'ancien article L. notaires. commissaires aux comptes.152-6). Depuis lors. la corruption dans le secteur privé est désormais passible : pour la personne physique d'une peine pouvant aller jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende . Ainsi. alors qu’ils ne concernaient auparavant. le dirigeant-mandataire social de l'entreprise.les articles 445-1 à 445-4 du code pénal répriment désormais la corruption passive et active des personnes n’exerçant pas une fonction publique. confiscation de la chose qui a servi ou était destinée à commettre l'infraction. il n'est plus nécessaire que la personne corrompue soit le salarié d'une entreprise. 9 .152-6 du code du travail prévoyait une peine maximale de 2 ans d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende. Dans le même temps. Des peines complémentaires peuvent en outre être infligées qui sont également lourdes de conséquences : interdiction d'exercer une activité professionnelle. l'associé. fermeture de l'établissement. La loi n°2007-1598 du 13 novembre 2007 La loi du 13 novembre 2007 achève l'adaptation de la législation française rendue nécessaire par les engagements internationaux de la France en matière de lutte contre la corruption. placement sous surveillance judiciaire.

un acte de corruption est généralement suivi d'un processus de blanchiment des fonds reçus par le corrompu. a été réalisée dans un autre Etat. En effet.. le délit de favoritisme et le blanchiment de capitaux. ou ont exercé. sur la base de leur double dimension à savoir : − les obligations de vigilance devant être appliquées par les professionnels soumis à ce dispositif : identification et vérification de l'identité du client. 10 . Cette surveillance est raisonnablement conçue de façon à détecter les opérations suspectes afin de les signaler aux autorités compétentes et ne devrait pas être interprétée comme un moyen de décourager les institutions financières – ou de leur interdire – d’entretenir des relations d’affaires avec des clients légitimes ». à savoir la corruption. des fonctions publiques importantes et des membres de leur famille et de leur proche entourage cherchent à ouvrir ou détiennent directement ou cherchent à faire ouvrir ou font détenir par un intermédiaire. à sa demande. chaque Etat Partie prend.1.. Les dispositifs de lutte contre le blanchiment contribuent. − Les instruments internationaux adoptés en matière de corruption comportent d'ailleurs des dispositions spécifiques en ce sens.1 de la Convention des Nations Unies contre la corruption précise ainsi : « Sans préjudice de l’article 14 de la présente Convention. à ce titre. du bénéficiaire effectif. l'obligation d'effectuer une déclaration auprès de la cellule de renseignement financier en cas de suspicion de blanchiment ou de financement du terrorisme. conformément à son droit interne. à la cellule de renseignement financier .2. les mesures nécessaires pour que les institutions financières relevant de sa juridiction soient tenues de vérifier l’identité des clients et de prendre des mesures raisonnables pour déterminer l’identité des ayants droit économiques des fonds déposés sur de gros comptes.DISPOSITIF DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LA CORRUPTION B. recueil d'informations quant à l'origine des fonds . les Etats doivent veiller à ce que leurs juridictions répressives aient compétence pour engager des poursuites du chef de blanchiment y compris si l'infraction sous-jacente. et conservation des dites informations aux fins de communication. ainsi que de soumettre à une surveillance accrue les comptes que des personnes qui exercent.B. conformément aux orientations du GAFI et de l'Union européenne.2. C'est d'ailleurs.Une étroite imbrication entre les délits de corruption et de blanchiment Les infractions de corruption sont étroitement liées à d’autres délits financiers tels que l’abus de biens sociaux. de manière significative à la détection des faits de corruption et ce. que le législateur a étendu par la loi n°2004-130 du 11 février 2004 le champ de la déclaration de soupçon auprès de TRACFIN aux sommes ou opérations pouvant provenir d'un délit de corruption. L'article 52. L'intégration de la corruption dans le champ du dispositif sera d'ailleurs confortée dans le cadre du processus actuel de transposition en droit interne de la IIIème directive européenne sur la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme du 26 octobre 2005 qui prévoit l'application du dispositif pour « toute infraction punie d'une peine privative de liberté supérieure à 1 an ». Par ailleurs. dès lors.

Recommandation 1 du GAFI « Les infractions sous-jacentes de blanchiment des capitaux devraient couvrir les actes commis dans un autre pays. 11 . qui constituent une infraction dans ce pays et qui auraient constitué une infraction sousjacente s'ils avaient été commis sur le territoire national » Article 1.3 de la troisième directive européenne sur la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme du 26 octobre 2005 « Il y a blanchiment des capitaux même si les activités qui sont à l'origine des biens à blanchir sont exercés sur le territoire d'un autre Etat membre ou sur celui d'un pays tiers » Tel est ainsi le cas en France. La seule condition porte sur le fait que les fonds proviennent de faits constitutifs d'une infraction pénale tant au regard du droit français que du droit pénal du pays où les faits matériels ont été commis. Le blanchiment provenant d'un crime ou d'un délit tel que défini par l'article 324-1 du code pénal est pénalement incriminé en France même si l'infraction sousjacente à l'origine des fonds blanchis a été commise à l'étranger.

des pronostics sportifs ou hippiques (Française des Jeux. experts comptables . instituts d’émission. huissiers de justice . commissaires priseurs judiciaires et sociétés de ventes volontaires de meubles aux enchères publiques . sur la base des orientations du GAFI. des paris.B. assureurs.2. responsables de casinos . commissaires aux comptes . 12 . d’antiquités ou d’œuvres d’art . de matériaux précieux. Ce maillage de plus en plus serré permet non seulement de renforcer les capacités de détection mais également de pallier. cercles et sociétés organisant des jeux de hasard.Le dispositif français de lutte contre le blanchiment et le financement des activités terroristes Nota : le dispositif français de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme est actuellement en cours de refonte dans le cadre de la transposition en droit interne de la IIIème directive européenne sur la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme du 26 octobre 2005 qui vise à assurer une intégration harmonisée dans les pays de l'Union européenne des recommandations révisées du GAFI adoptées à Berlin en juin 2003. qui ne peuvent qu’être mis à profit par les blanchisseurs et les financiers du terrorisme. changeurs manuels…). responsables des groupements. le cas échéant. avocats . notaires . Les principales dispositions Les professionnels soumis au dispositif Le dispositif de la déclaration de soupçon applicable originellement (1990) aux seuls organismes financiers a été étendu au fil des ans. les défauts de vigilance ou faiblesses de certains acteurs.2. personnes se livrant habituellement au commerce ou organisant la vente de pierres précieuses. des loteries.562-1 du CMF (établissements bancaires. sont assujetties au dispositif de la déclaration de soupçon les principales professions non financières suivantes : intermédiaires immobiliers . Outre les organismes financiers au sens des alinéas 1 à 6 de l’article L. dans la mesure où le renforcement des contrôles dans la sphère financière conduisait les blanchisseurs de capitaux à opter pour de nouveaux vecteurs pour faciliter la dissimulation de l’origine frauduleuse des fonds. PMU…) . administrateurs et mandataires judiciaires . entreprises d’investissements.

outre les éléments relatifs à l’identification du client et au descriptif des flux financiers concernés. ainsi que le Conseil d’Etat dans le cadre de recours juridictionnel contre les décisions prises par cette dernière. par décision en date du 26 mars 2004 1 . elle peut porter sur des opérations déjà exécutées lorsqu’il a été impossible de surseoir à son exécution ou quand il est apparu. que « la bonne application de l’article L 562.5 du CMF). En revanche. ont été appelés à préciser respectivement : . les organismes financiers et professions non financières soumises au dispositif ont l’obligation d’établir une déclaration de soupçon quand « les sommes inscrites dans leurs livres ou les opérations qui s’y rapportent pourraient provenir du trafic de stupéfiants. de la corruption ou d’activités criminelles organisées ou encore participer au financement du terrorisme ».L'obligation de déclaration En application de l’article L 562.Banque Belgolaise Décision du 31 août 2004.2 alinéa 1 du code monétaire et financier. Le principe est que cette déclaration soit émise avant la réalisation de l’opération afin. 1 2 3 Décision du 26 mars 2004. après sa réalisation. que les sommes pourraient être d’origine frauduleuse ou servir au financement du terrorisme (article L 562. . la Commission bancaire dans le cadre de l’exercice de son pouvoir disciplinaire à l’encontre des établissements de crédit. de la fraude aux intérêts financiers des Communautés européennes.Arab Bank Arrêt du 3 décembre 2003. ce champ déclaratif sera étendu à« toute infraction punie d’une peine privative de liberté supérieure à un an ». Toutefois. de permettre à TRACFIN d’exercer son droit d’opposition.SBA 13 . le cas échéant.2 du CMF implique que les déclarations de soupçon comportent des éléments de nature à faire apparaître les motifs qui ont conduit l’établissement à effectuer la déclaration ». il ne lui appartient pas pour autant ni d’apporter la preuve de la matérialité de l’infraction ni de procéder à sa qualification qui relèvent de la seule compétence de l’autorité judiciaire.que la déclaration doit intervenir « en temps utile » dès la détection de l’anomalie et non pas quelque mois après « après la parution d’un article de presse faisant allusion à d’éventuels soupçons de détournement de fonds publics » ou « après le début d’une mission d’inspection » 2 . Si la loi impose au professionnel de porter ses soupçons à la connaissance de TRACFIN. Dans le cadre de la transposition de la troisième directive européenne relative à la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme du 26 octobre 2005.que « tout retard significatif » dans la transmission d’une déclaration de soupçon fait perdre au professionnel le bénéfice de la bonne foi. La Commission bancaire a ainsi rappelé. sa déclaration doit être étayée par la mention de l’analyse qui a fondé sa suspicion. Si aucun délai n’est fixé par la loi. condition indispensable pour que le professionnel puisse prétendre bénéficier des clauses exonératoire de responsabilité prévues par les textes (cf article L.562-8 du Code monétaire et financier) 3 .

soit pour reconstituer. il reçoit et enrichit les déclarations de soupçon émises par les établissements financiers et diverses professions non financières. suite à la − 14 . à des échanges d’informations.I) et de l’Union européenne. il peut demander communication à tout membre des professions soumises au dispositif des pièces et documents relatifs à une opération. il porte alors les faits à la connaissance du procureur de la République territorialement compétent à qui il reviendra d’apporter la preuve de la commission de l’infraction avec le concours des services de police judiciaire.L'action du service TRACFIN Créé en 1990. Ce délai peut être prorogé par le Président du tribunal de grande instance de Paris . Si à l’issue de cette phase d'expertise et d'enrichissement. Le service TRACFIN est à la fois un centre de collecte de renseignements sur les circuits financiers clandestins. TRACFIN est la « cellule de renseignement financier » française (C.F. y compris au plan international. Pour mener à bien sa mission. un service d’expertise financière et un service opérationnel de lutte contre le blanchiment. le service parvient à transformer le soupçon initial en présomption de blanchiment ou de financement du terrorisme.A. TRACFIN est placé sous l'autorité du ministre de l'Economie. A ce dernier titre. TRACFIN dispose de prérogatives spécifiques : − il peut faire opposition à l’exécution de l’opération déclarée pendant une durée maximale de 12 heures. le cas échéant. au cours de laquelle il effectue des recoupements financiers et recourt.R. Cette transmission est assurée en préservant l’anonymat de la source déclarante : celle-ci n’est pas citée et sa déclaration initiale n’est pas jointe à la transmission (article L 562-6 du CMF). essentiel. des finances et de l'emploi et du ministre du Budget.F) au sens du Groupe d’Action Financière (G. TRACFIN procède à l’analyse des déclarations et à une enquête. Erigé en service à compétence nationale par décret en date du 6 décembre 2006. des comptes publics et de la fonction publique.

564-2 du Code monétaire et financier.F. depuis 2003. sous réserve de réciprocité et du respect de la confidentialité. tant dans le cadre du Groupe d’Action Financière (G. L’exercice de ce droit est utilement facilité.I) que dans celui du Groupe Egmont (instance de réunion des cellules de renseignements financiers).réception d’une déclaration de soupçon.563-4 et L. la 16ème réunion plénière du Groupe Egmont qui s'est tenue à Séoul au mois de mai 2008. de la Banque mondiale et du FMI. TRACFIN apporte une contribution d’expert opérationnel.F.A. avec des interventions de délégués de l'ONU. a été consacrée à la lutte contre le financement du terrorisme dont une discussion portait sur la lutte contre la corruption. La prise en considération de la lutte contre la corruption a d’ailleurs été intégrée en 2004 à la méthodologie du G. sur le fondement des articles L. qui s’affranchissent des frontières et appellent au renforcement constant de la coopération internationale. grâce à deux canaux : FIU NET et EGMONT. A cet effet. Le service développe concomitamment une politique de négociations d’accords administratifs de coopération bilatérale facilitant les échanges d’informations financières entre cellules de renseignement financiers. La coopération internationale : Les profits liés à la criminalité organisée et au terrorisme suscitent des mécanismes de blanchiment sans cesse plus complexes et diversifiés.I lors des évaluations mutuelles car elle constitue à la fois une infraction sous-jacente au blanchiment de capitaux et une menace pour l’efficacité des dispositifs antiblanchiment. TRACFIN dispose. Par ailleurs. Il dispose ainsi d’un large réseau de partenaires opérationnels.A. de la faculté d’échanger directement des informations financières avec ses homologues étrangers. Dans la même démarche. par un accès au fichier national des comptes bancaires (FICOBA) qui permet d’avoir une connaissance globale de la bancarisation sur le territoire national de toute personne physique ou morale. l’ensemble des transactions effectuées par une personne physique ou morale. soit pour renseigner les services étrangers exerçant des compétences analogues. 15 . sur le plan international.

tracfin.gouv.fr 16 .gouv.finances.fr Site Internet : www.Contacter TRACFIN : 11 rue des Deux Communes 93 558 MONTREUIL CEDEX Tél : 01 57 53 27 00 (standard général) / 01 57 53 27 90 (standard enquêtes) Fax : 01 57 53 27 27 (Fax général) / 01 57 53 27 91 (Fax enquêtes) Courriel : crf.france@tracfin.bercy.

17 . La corruption se distingue du trafic d'influence qui repose sur une relation triangulaire dans laquelle un initiateur monnaye l’influence d’un intermédiaire afin qu’il en abuse auprès d’un décideur public pour faire obtenir à l’initiateur un marché.. quant à lui. une commission illicite. ou un autre avantage indû qui affecte l’exercice normal d’une fonction ou le comportement requis du bénéficiaire de la commission illicite. proche voire une personne morale). constitué par la sollicitation ou l'acceptation d'un avantage quelconque. Seuls l’initiateur et l’intermédiaire peuvent être poursuivis. de donner ou d’accepter. Elle est cependant définie ainsi par la convention civile sur la corruption du Conseil de l’Europe (article 2) : “le fait de solliciter.PRESENTATION JURIDIQUE A . La sollicitation recouvre la situation dans laquelle le corrompu est à l'initiative du pacte frauduleux : elle est constituée par toute initiative invitant l'interlocuteur.). médailles. tant son périmètre est large et n’est pas abordée de la même façon dans tous les textes juridiques. Sa perception peut ainsi différer selon les cultures. Comme pour la corruption. Le droit pénal français appréhende deux types de corruption : la corruption passive qui est le fait de la personne corrompue -que celle-ci sollicite ou accepte l’avantage indû-.Définition La corruption reste un concept difficile à définir. directement ou par des moyens détournés. et comme pour la corruption active. une distinction (décorations. Dans une telle hypothèse. le tiers est d'ailleurs passible de poursuites pénales du chef de recel au titre de l'article 321-1 du code pénal. ou de l’avantage indu ou de la promesse d’un tel avantage indû”. directement ou indirectement. et la corruption active qui est le fait du corrupteur -que celui-ci propose ou accorde l’avantage indû-. La notion de « tentative de corruption » est donc inopérante en la matière. le délit est constitué y compris si l'offre n'est pas suivie d'effets. Par ailleurs. Dans une telle hypothèse. à un tiers (parent. Le délit de corruption passive qui est le fait du corrompu est.. citations. le droit pénal français appréhende le trafic d’influence dans ses deux dimensions (active à l’égard de l’initiateur et passive à l’égard de l’intermédiaire). à comprendre qu'il doit apporter une contrepartie à l'intéressé au vu de l'accomplissement d'un acte ou d'une abstention. un emploi. ou toute autre décision en sa faveur. d’offrir. en tout ou partie. Le délit de corruption active est consommé par de simples offres ou promesses du corrupteur que ces dernières aient ou non été acceptées par l'autre partie. ces délits sont constitués y compris si l'avantage indû bénéficie. récompenses.II.

officiers ministériels dans la mesure de leur concours à l'administration de la justice. moyennant des dons ou des promesses.Les intervenants Tiers qui obtient ou essaie d'obtenir d'une personne. Le corrompu : Le corrompu peut être indifféremment un agent public ou un agent de droit privé Personne investie d'une fonction. sont ainsi concernés : en leur qualité de dépositaire de l'autorité publique (« personne investie. en leur qualité de « personne chargée d'une mission de service public (« personne qui sans avoir reçu un pouvoir de décision ou de commandement conféré par la - - 18 . les officiers et agents de police. Le corrupteur : Le code pénal ne fixe aucune exigence ou limitation quant à la qualité de la personne qui sollicite ou accepte le pacte corruptif (« quiconque »).. qu'elle accomplisse ou s'abstienne d'accomplir un acte de sa fonction ou un acte facilité par elle. les agents des services techniques des communes et départements . le président d'une chambre des métiers . que ce dernier exerce des compétences au niveau national ou local ») : les sénateurs.. dans un pays étranger ou au sein d'une organisation internationale publique. les agents des ministères. La responsabilité pénale des personnes morales peut d'ailleurs être recherchée pour corruption active commise. pour son compte par ses organes ou ses représentants (article 433-25 du code pénal). ou investie d'un mandat électif public » en France.B. conseillers généraux. les secrétaires de mairie. maires. les fonctionnaires des impôts. on entend : « la personne dépositaire de l'autorité publique. officielle ou non. députés. les magistrats. par délégation de la puissance publique d'un pouvoir de décision et de contrainte sur les individus ou les biens de façon temporaire ou permanente ») : les membres du gouvernement. conseillers municipaux. A titre d'illustration. en leur qualité de personne investie d'un mandat électif (« personne élue au sein d'une assemblée publique ou d'un organisme public. promesses ou avantages en vue d'accomplir ou de s'abstenir d'accomplir un acte de sa fonction ou facilité par cette dernière Par agent public.. les inspecteurs chargés des examens pour l'obtention du permis de conduire. qui tire profit de cette fonction en sollicitant ou en acceptant des dons.. chargée d'une mission de service public.

. 9 novembre 1995) . La complicité a ainsi été retenue à l'encontre : − d'un conseiller d'un maire. ni chargée d'une mission de service public.. les mêmes peines que les auteurs principaux. 28 mars 1955).. ni investie d'un mandat électif public exerce. à titre temporaire ou permanent qui ont pour but de satisfaire à un intérêt général ») : les membres de chambres de commerce et d'industrie. sans être dépositaire de l'autorité publique. condammé pour corruption passive dans le cadre de l'attribution du marché de la distribution d'eau. Par agent privé.. pour avoir participé aux négociations relatives au contrat de concession de service public et pour avoir créé et dirigé une entreprise utilisée pour les besoins du pacte de corruption (Cass. − − 19 .puissance publique exerce une fonction ou accomplit des actes. crim. L'intermédiation d'un tiers Le tiers qui apporte son concours au mécanisme de corruption par la fourniture ou la mise en place de moyens est également passible de poursuites pour complicité et encourt. les membres de la Commission bancaire. une fonction de direction ou un travail pour une personne physique ou morale ou pour un organisme quelconque ». crim. de l'Autorité des marchés financiers. dans le cadre d'une activité professionnelle ou sociale. d'agréments ou d'autorisation – ex : commission départementale d'équipement commercial .. à ce titre. crim. d'un avocat qui avait donné des renseignements permettant de réaliser un montage financier destiné à permettre le versement d'une commission par le biais d'une société étrangère afin de faciliter la commission de l'infraction (Cass. 27 octobre 1997) . on entend : « une personne qui. d' une personne qui a remis de l'argent au futur corrupteur en sachant pertinemment que ces fonds étaient destinés à corrompre un inspecteur des impôts (Cass.. les membres de commission formulant des avis aux autorités publiques dans le cadre de l'obtention d'habilitations.

. la notion de « pacte de corruption » Ce dernier n'est pas un « contrat ». « au titre du service rendu ». la notion « à tout moment » est également de nature à permettre d'appréhender des cas où l'avantage est sollicité postérieurement à l'exécution d'un acte. le législateur a introduit en 2000 la formule « à tout moment » dans la définition légale du délit de corruption.. Par ailleurs. L'existence du pacte corruptif peut être établie par tout mode de preuve (témoignage. puis à l'autorité judiciaire de lever progressivement le voile sur l'existence de tels pactes corrupteurs qui sont intrinsèquement occultes. 20 . La jurisprudence utilise.Le pacte de corruption La corruption repose sur une action concertée entre le corrupteur et le corrompu. L'application par les professionnels du dispositif de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme dans sa double dimension (obligations de vigilance et obligations de déclarations de soupçon des transactions financières suspectes ) est donc essentielle afin de permettre à TRACFIN. mais est constitué dès lors qu'est mise en évidence la rencontre de volontés entre le corrupteur et le corrompu. ou une intention et un refus) et déterminer quels sont les avantages que l’un et l’autre ont reçus ou auraient dû recevoir en application de ce pacte. L'antériorité de la rencontre de volontés scellant le « pacte corrupteur » par rapport aux agissements répréhensibles de l'agent public ou du salarié n'est donc plus exigée. La preuve d’un mouvement financier entre corrupteur et l'agent public ou privé d’une part. perquisition. Dans le but de faciliter l’administration de la preuve. a fortiori formalisé par écrit. alors même que l'obtention d'une contrepartie « illicite » n'a originellement pas motivé la prise de décision. Dès lors que le pacte de corruption est conclu.) et sur la base d’un faisceau d’indices. en la matière. l'ordre dans lequel les engagements respectifs sont effectivement mis en oeuvre par les parties concernées est indifférent : le paiement du « pot-de-vin » peut ainsi intervenir antérieurement ou postérieurement à l'accomplissement de l'acte requis. et l’acte pris par ce dernier en faveur du présumé corrupteur d’autre part. Le juge doit alors constater la présence d’un accord ou d’un désaccord entre les deux parties (deux intentions coupables. expertise. peut ainsi attester de l'accord de volonté et notamment s'ils se déroulent dans un temps suffisamment proche.C .

La contrepartie offerte porte sur l'attribution. acquisition ou mise à disposition d'appartements. « d'offres.D. sans droit.). pour des conférences ou pour des expertises plus ou moins fictifs. telles que définies par des dispositions légales. par exemple. dons ou avantages ».Les contreparties respectives du pacte corruptif Le but des manoeuvres corruptives vise à l'accomplissement ou l'abstention d'actes de la fonction: la jurisprudence retient une interprétation large de la notion « actes de la fonction » en estimant qu'ils englobent non seulement les attributions liées à l'emploi occupé. de probité. promesses. c'est à dire tout avantage. invitation à des voyages touristiques. L’expression « sans droit » signifie que l’avantage est illicite car non fondé ni justifié par aucune disposition légale ou décision de justice. quel qu'en soit la nature que le corrompu retire du pacte corruptif (sommes d'argents. 21 . de discrétion ou de fidélité.. travaux de restauration ou d'aménagement de résidences. matériel ou immatériel. réglementaires ou contractuelles mais également ceux qu'impose la discipline inhérente à la fonction et ce afin d'appréhender également les “violations rémunérées” des devoirs d'obéissance.. attribution de crédits sans intérêt ou sans remboursement. surfacturation d'honoraires pour l'élaboration de rapports.

instauré par la loi du 13 décembre 2007. peuvent voir leur responsabilité pénale engagée en France du chef de blanchiment de son produit (article 324-1 du code pénal) dans la mesure où ce délit général et autonome est constitué dès lors que la preuve de l'origine illicite des fonds blanchis est rapportée. être poursuivie sur le terrain de la complicité par aide ou assistance de l’agent français employé de la filiale étrangère s’il s’avère qu'elle l’a intentionnellement laissé commettre l’infraction. Les poursuites pénales de ce chef ne sont ainsi nullement subordonnées au fait que l'auteur de l'infraction sous-jacente ait fait l'objet. 23 avril 1981) Cette large conception de la compétence territoriale de la loi pénale française instaure un cadre juridique qui permet notamment d'appréhender les agissements effectués sous couvert de filiales implantées à l'étranger. Afin de contourner le risque pénal. En outre. Le délit de corruption passive d'un agent public étranger. comme précédemment indiqué. La jurisprudence a ainsi reconnu la compétence territoriale de la loi française à l’égard d’infractions commises à l’étranger sur la base d’un lien de connexité ou d’indivisibilité avec des infractions commises en France.. en outre. Tel a été le cas de faits de corruption commis à l’étranger en lien avec une association de malfaiteurs formée en France (Cass. Elle est également applicable à tout crime ou à tout délit puni d'emprisonnement commis par un français ou un étranger hors du territoire de la République lorsque la victime est de nationalité française au moment de l'infraction (article 113-7 du code pénal). crim. applicable aux délits commis par les ressortissants français hors du territoire si les faits sont punis par la législation du pays où ils ont été commis (article 113-6 du code pénal). Une société mère qui incite ou ordonne à une filiale étrangère la commission d’un acte de corruption peut ainsi être engagée au titre de la co-action. conforte d'ailleurs cette faculté de poursuite transnationale de faits de corruption. la tentation peut en effet être grande pour des entreprises de recourir à « l'externalisation » c'est à dire des structures de droit étranger (filiales) pour continuer comme auparavant à “commissionner” les décideurs locaux dans le cadre de la passation de contrats ou marchés. Elle peut. 22 . L’article 113-2 du code pénal dispose ainsi que la loi pénale française est applicable non seulement à l’infraction commise sur le territoire de la République mais également à l’infraction réputée y avoir été commise parce que l’un de ses « faits constitutifs » y a eu lieu. Or.E -La territorialité Le critère de compétence des juridictions françaises s'apprécie au regard du lieu de commission des faits matériels et de la nationalité de l'auteur de l’infraction. par ailleurs. les auteurs de faits de corruption commis hors du territoire national. La loi pénale française est. d'une condamnation du chef de corruption. auprès d'une juridiction nationale ou étrangère. de telles manoeuvres ne prémunit nullement la société mère contre ce risque car la notion d’indivisibilité des faits commis à l’étranger par rapport à certains autres faits commis en France et celle de “société écran” ou “société fictive” ont notamment été utilisées pour faire tomber sous le coup de la loi pénale française certains agissements pénalement répréhensibles de filiales implantées à l’étranger.

Le point de départ est également reporté à la date du dernier acte de corruption conclu dans le cadre du dernier marché en cas de « concert frauduleux » qui désigne des faits de corruption sur des marchés successifs. crim.. Le point de départ du délai de prescription Selon une jurisprudence constante de la Cour de cassation. Ce report du délai s'applique d'ailleurs non seulement pour le dernier prêt en date mais également pour le premier prêt de la série. dans son établissement. le point de départ du délai de prescription de l'action publique s'appuie sur la durée des effets produits par le pacte corruptif : « si le délit de corruption est un délit instantané qui se consomme lors de la conclusion du pacte de corruption. en l'occurrence à chaque perception des dons. 23 . présents ou avantages qui ont été déterminés lors de sa conclusion » Le délai de prescription ne commence à courir qu’au jour du dernier versement ou de la dernière réception des choses promises.La prescription de l'action publique La prescription de l'action publique est celle de droit commun en matière délictuelle à savoir trois ans à compter de la commission des faits mais la jurisprudence intervenue en la matière. le corrupteur – un banquier. Les causes d'interruption du délai La prescription est interrompue dès qu'un acte d'enquête est engagé et cela sans attendre la mise en accusation de la (les) personne (s) concerné (es). est venue préciser le point de départ du délai de prescription afin que ces dernier ne puisse être un obstacle à la poursuite de faits de corruption même anciens.proposait à des mandataires de justice des prêts consentis à taux préférentiel en contrepartie de l’ouverture. Au regard des règles applicables en matière de prescription.F. ainsi d'ailleurs que les causes d'interruption dudit délai. il se renouvelle dans ses éléments constitutifs à chaque moment d'exécution du pacte de corruption. 8 octobre 2003). de comptes au nom de sociétés placées sous administration judiciaire. l'ancienneté des faits ne doit pas conduire le professionnel qui nourrit une suspicion en ce sens à s'abstenir de transmettre une déclaration de soupçon auprès du service TRACFIN. tenant compte de la complexité croissante des techniques mises en oeuvre et des difficultés toute particulière de détection. A titre d'illustration. il a été jugé que la prescription court à compter de la dernière mensualité de remboursement du prêt à taux préférentiel (Cass. Au cas particulier.

.pour un maire d'accepter le versement de fonds contre l'adoption d'un arrêté permettant de régulariser un projet immobilier (Cour d'appel d'Aix en Provence.Quelques illustrations jurisprudentielles .. crim.. contre rémunération. crim. la couverture médiatique et la retransmission d'événements sportifs alors que ces prestations devaient être gratuites (Cass. crim.pour un administrateur judiciaire d'accepter. -pour le fonctionnaire d'une préfecture.. . crim. 19 mars 2003) . crim.. crim.pour un receveur principal des impôts d'exiger d'un contribuable la remise d'une somme d'argent en contrepartie d'une remise sur le montant des majorations de retard (Cass. le fait : -pour un agent d'un service d'architecture d'une commune de solliciter et de recevoir des dons d'un entrepreneur pour l'informer des projets d'adjudication de la commune et atténuer la rigueur des contrôles de chantier (Cass.. -pour le vice-président d'un conseil général. .. 12 mai 1998) . 25 janvier 2002) . 4 juillet 1974) .. crim. crim.pour un inspecteur du permis de conduire de délivrer des permis contre rémunération (Cass.. offres de consommations de repas (Cass. 1er décembre 1992) . 24 . président de la commission d'appel d'offres et dotés à ce titre de pouvoirs importants dans le cadre de l'attribution de marchés de travaux publics.. de se prononcer favorablement pour un plan de continuation présenté par le dirigeant d'une entreprise soumise à une procédure collective (Cass. . 1er décembre 2004) . . crim.pour des fonctionnaires d'une usine de traitement des ordures ménagères d'une communauté urbaine de recevoir pendant plusieurs années des dons occultes pour minorer la pesée de déchets provenant d'entreprises de collecte et de transport de déchets dans le but de leur permettre de facturer les prestations à leurs clients à un tarif plus avantageux et concurrentiel (Cass. affecté au service du logement. crim. 7 juin 2000) . contre rémunération.pour un fonctionnaire de police d'adresser à une officine privée des documents et renseignements confidentiels permettant à celle-ci de récupérer des clients (Cass. de proposer à des étrangers en situation irrégulière l'attribution d'un titre de séjour moyennant le versement d'une somme d'argent (Cass. . 28 janvier 1987) . 26 janvier 2005) . .. 16 mai 2001) . .pour le rédacteur en chef d'une station de télédiffusion publique d'assurer.G...pour un commissaire de police de s'être abstenu de procéder au contrôle de débits de boissons contre remise « d'enveloppes ». 3 juillet 1997) . d'exiger de certaines entreprises candidates le versement direct ou indirect de sommes d'argent ou la prise en charge de dépenses personnelles en contrepartie de l'attribution ou la reconduction desdits marchés (Cass. Constitue un délit de corruption passive.

. 25 .pour une personne. 30 juin 1999) . 7 juin 2000) .pour un responsable de sociétés d'avoir cédé à des personnes investies de mandats électifs locaux qui avaient sollicité l'attibution de sommes d'argent (basées sur un pourcentage du montant des marchés obtenus) pour l'attribution d'un contrat d'affermage du service public de distribution de l'eau (Cass. crim. 1er juin 1982) . crim. de recourir à cette fin aux services d'un fonctionnaire de police moyennant rétribution (Cass. cédé à la demande de contrepartie financière tant pour l'octroi des autorisations nécessaires pour son magasin que pour l'obtention d'engagements visant à le prémunir contre toute implantation concurrentielle (Cass. d'avoir accepter. .pour une personne de s'être engagée à verser une somme d'argent pour obtenir un marché d'un office public d'HLM (Tribunal correctionnel de Paris..pour le président-directeur général d'une société souhaitant créer une surface commerciale. par l'intermédiaire de son associé.Constitue un délit de corruption active. . crim.pour un étudiant en droit d'avoir adressé un chèque à l'un de ses correcteurs accompagné d'une lettre sollicitant l'attribution d'une note de 13/20 (Cass. 16 octobre 1985) .. d'avoir sous couvert d'une convention conclue avec la mairie. souhaitant surveiller son ex-concubine. . le fait : .. . crim. 14 décembre 1999).

les personnes qui appartiennent à des établissements publics… De nombreux dossiers de corruption passive ont également impliqué des personnes politiquement exposées (PPE 4 ). les cadres d’entreprise. les PPE devront faire l'objet d'une mesure de vigilance renforcée par les professionnels concernés par le dispositif de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme 26 . cette analyse distingue les deux champs suivants : l'analyse de la clientèle/intervenants et la question des opérations.Analyse de la clientèle/intervenants A.Personnes physiques Les personnes physiques sont davantage susceptibles de se rendre coupables de corruption passive que les personnes morales. mandataires sociaux… Les personnes chargées d’une mission de service public peuvent être également impliquées dans un pacte de corruption.PRESENTATION METHODOLOGIQUE La corruption a fait l'objet ces dernières années d'une attention de plus en plus importante. les personnes investies d’un mandat électif. la notion de PPE. d'une attention particulière en conservant à l'esprit. L'étude des dossiers traités en France et à l'étranger permet de dégager quelques orientations concernant les critères d'identification de la corruption. Dans un souci de clarté. de politiciens et à titre général de hauts responsables d’administrations publiques. des administrateurs et mandataires judiciaires. En outre. au regard de l'expertise des différents services français et étrangers de lutte contre la corruption. Cette description englobe tant la sphère publique que la sphère privée comme les représentants de l’Etat et des collectivités territoriales. Le recours à des tiers. De manière générale. que de nombreux secteurs sont touchés par ce fléau. les fonctionnaires d’Etat et territoriaux. Dans le cadre de sa transposition en droit interne. les membres de commissions ou chargés de donner des avis à l’autorité publique ou de statuer sur ses demandes. Elles ne résident souvent pas en France et n'ont aucun lien avec l'hexagone. elles occupent des fonctions publiques ou privées qui leur confèrent un pouvoir de décision important ou qui les fait intervenir dans le pouvoir décisionnel. exerçant ou ayant exercé des fonctions publiques dans leur pays d'origine. en son article 2. de la force publique. Il s’agit par exemple. il apparaît fréquemment que des dirigeants d'une entreprise publique ou de droit étranger soient identifiés dans de tels dossiers. A. définit. à part les opérations qu'elles y effectuent. contrairement au ressenti général.III. portant mesures de mise en oeuvre de la directive 2005/60/CE du Parlement européen et du Conseil. les officiers publics et ministériels.1. associés. Plusieurs champs spécifiques doivent ainsi faire l'objet. notamment des membres de la famille de la PPE ou 4 La directive 2006/70/CE de la Commission. Les fonctions occupées sont celles de ministres. Cette analyse s’appuie sur des typologies permettant de dégager quelques indicateurs d’aide à la détection des faits de corruption tant sous leur forme passive qu’active.

Les sociétés écran sont également au cœur des montages frauduleux dans le but de masquer les opérations de corruption et de blanchiment. de longue date. En ce qui concerne la corruption active. d'effectuer une analyse comparative entre les prestations effectuées et le montant de la rémunération.. une nouvelle problématique est apparue: la corruption privée.La question des opérations La connaissance des techniques utilisées par les auteurs de l’acte corruptif facilite la recherche de la preuve et rend plus difficile la mise en place de montages nécessaires à la corruption.2. qu'il est difficile de recenser de manière exhaustive.. Tout domaine d'activité est perméable à la corruption. bénéficiant ainsi d’un statut les exonérant de toute obligation dès lors que leur activité ne s’exerce pas dans l’Etat qui les abrite. facilitateurs. Il peut également s’agir de sociétés qui n’exercent pas l’objet social pour lequel elles ont été créées. qu'il s'agisse de sociétés dont l'activité est majoritairement tournée vers l'international que d'entreprises à structure plus modeste orientées sur des secteurs régionaux. est une technique permettant d'opacifier les liens de corruption. La détection de ces tiers qui peuvent être multiples revêt une importance particulière. les éléments de vigilance semblent plus pertinents sur les opérations en elles-mêmes que sur les personnes. A. L'exposition. Il s'agit notamment des secteurs de la construction et du commerce international.). Certains secteurs apparaissent au premier plan des faits de corruption.. Il s'agit. En effet.des personnes qui leur sont étroitement associées. Cette stratégie de camouflage se décline généralement par l’installation de société écran accompagné d’un flux de fausses factures. B.). Il peut s’agir de personnes morales constituées en parfaite conformité avec l’ordre juridique du pays (trusts. Si la majorité des dossiers indique que les opérations sont effectuées par les personnes corrompues elles-mêmes. le besoin de se rapprocher des centres de décision et les restructurations ont conduit à un regroupement des filiales en sousgroupe au sein de structures régionales formant un écran de l’acte corruptif. Toutefois. il convient également de souligner le recours accru à des professionnels (intermédiaires commerciaux. dès lors. holdings.Personnes morales Les personnes morales demeurent la principale source de la corruption active du fait des avantages procurés par celle-ci dans le cadre de l’obtention de contrats favorables. Tel est le cas des sociétés internationales domiciliées dans des centres off-shore. L’analyse des flux de corruption illustre également le rôle important des filiales de sociétés comme support de paiement de commissions illégales.. afin de transférer des fonds. de ces secteurs ne doit toutefois pas occulter l'existence d'un large spectre de secteurs sensibles. 27 . de surfacturation de prestation de la part des fournisseurs ainsi que le recours à des virements de fonds par des centres off-shore.

Le schéma principalement utilisé consiste en des versements en espèces suivis de transferts de fonds vers l'étranger (corruption passive) ou en des transferts de fonds depuis l'étranger suivis de retraits d'espèces (corruption active). Les experts comptables. La question des transferts de fonds est centrale puisque l'objectif principal de ces opérations est de dissimuler l'origine ainsi que la destination des fonds. C’est la raison pour laquelle les professionnels visés par l’article L. les professionnels du chiffre sont en première ligne dans la lutte contre la corruption puisque les manipulations comptables permettent d’opacifier les montages financiers illégaux. L'ouverture de comptes auprès d'institutions bancaires est ainsi très fréquente. Les manipulations permettant de détourner les appels d’offres sont particulièrement efficaces dans les secteurs économiques dans lesquels la sous-traitance est très utilisée. commissaires aux comptes doivent ainsi être attentifs à certains secteurs de gestion comme le processus des achats et immobilisations (création d’un fournisseur fictif. ou par des intermédiaires) illustre également la volonté d'opacifier les relations en externalisant la corruption.562-1 du Code monétaire et financier doivent être attentifs à chacune des phases du blanchiment. En effet. transferts de comptes à comptes…) ainsi que dans le processus d’embauche et de règlement salarial (salariés fictifs. le canal bancaire ne constitue qu'un des éléments de la chaîne du blanchiment. ils prennent le plus souvent la forme d’espèces ou de cadeaux (voyages…). le processus des ventes (fausses ventes. 28 . Quant aux fonds reçus par les corrompus. surfacturation d’une prestation…). La forte propension des blanchisseurs du produit de la corruption à utiliser le réseau bancaire ne doit toutefois pas marginaliser le recours à d'autres professions non financières. manipulation des remboursements de frais…). certains corrompus préfèrent le paiement en espèces plutôt qu’un chèque ou un virement et les utilisent pour leurs achats courants en essayant de ne pas attirer l’attention sur un train de vie dispendieux. avec l'utilisation de places financières off-shore (ouverture de comptes pour des sociétés sans réalité économique certaine. La dimension internationale des opérations. C’est notamment le cas de la corruption passive privée qui se matérialise généralement par des paiements effectués avant l’attribution des contrats. Dans ce contexte. Dans le but d’éviter de laisser des traces bancaires.Les personnes liées à un acte de corruption ont tendance à privilégier le recours au système bancaire pour réaliser leurs opérations.

joaillerie. de la bijouterie. 2. Les professionnels des biens de grande valeur (secteur des antiquités. L'étape d'intégration des fonds issus de la corruption se manifeste de différentes manières et implique notamment les notaires ou les agents immobiliers à l’occasion d’investissements immobiliers. 3. En effet. orfèvrerie et accessoires) ou de l'art (commissaires priseurs. Des indicateurs d’alerte peuvent orienter la démarche des professionnels concernés par ce type d'opération dans la gestion de leur procédure interne. Cependant.placement : introduire dans le système financier des fonds provenant d’opérations délictueuses . La France est un pays attractif. La phase d’intégration des fonds dans l’économie légale peut ainsi s’opérer par la technique de l’achat-revente d’œuvres d’art. produits et pays .C. ceux-ci ne sauraient être exhaustifs et appellent à une attention renforcée de la part des intervenants de la lutte contre la corruption.empilement (ou empilage) : brouiller les pistes de l’origine des fonds par la multiplication des opérations bancaires ou financières successives faisant intervenir divers comptes. horlogerie.La question du blanchiment Les trois étapes du blanchiment 1.intégration : investir les fonds d’origine frauduleuse dans les circuits légaux de l’économie et en tirer des bénéfices . personnes. 29 . sociétés de vente volontaire) sont également susceptibles de participer à une opération de blanchiment des fonds issus de la corruption. au vu de la diversité des techniques employées. le corrompu ou ses proches peuvent utiliser les fonds versés par la contrepartie illicite lors d’acquisitions immobilières en France et à l’étranger. établissement. notamment pour l’intégration.

les intervenants étant établis à l’étranger . L’utilisation d’un compte personnel. Le recours à des tiers. Les transferts de fonds vers des comptes ouverts dans des établissements étrangers et en particulier dans des centres off-shore par des sociétés sans réalité économique certaine nécessitent une approche critique des pièces justificatives produites . L’absence d’intérêt économique à réaliser des opérations en France. L’absence d’intérêt économique à détenir des comptes bancaires en France. - - - - - - - - - - 30 . récemment ouvert. L’intervention de sociétés écrans ainsi que des opérations en lien avec des places offshore facilitent l’utilisation de comptes de passage afin de rendre indétectables les transferts de fonds en provenance et/ou à destination de l’étranger . La constitution de fonds hors bilan est une pratique utilisée pour payer des commissions occultes . sont réalisés d’importantes opérations créditrices et débitrices . crédité d’un important flux sans justification économique . notamment des membres de la famille afin de transférer des fonds . L’utilisation d’un compte tiers et le recours aux espèces répondent à une volonté de dissimulation de l’origine des fonds . Attention nécessaire pour tout contrat public impliquant des entreprises étrangères . les intervenants étant établis à l’étranger . La présentation de documents falsifiés (attention particulière sur des documents manuscrits) . Le transfert de trésorerie d'une société vers une filiale implantée à l'étranger . L’utilisation d’un compte ouvert à l’étranger au nom des dirigeants d’une société ou au nom d’une société ayant une activité locale afin d’effectuer des retraits d’espèces . en un laps de temps assez court. par une personne exerçant de hautes fonctions publiques dans le but de recevoir des fonds en provenance d’une société sans justification économique . Rémunération de personnes physiques sans lien apparent avec l’activité d’une société . situé à l’étranger. situé à l’étranger. Compte bancaire. L’utilisation d’un compte personnel. par une personne exerçant de hautes fonctions publiques pour recevoir des fonds en provenance de sociétés .Quelques Indicateurs de vigilance - Tout fonctionnaire étranger disposant d’un compte bancaire et ne résidant pas de manière régulière sur le territoire . Ouverture d’un compte suivi de peu ou pas de mouvements et qui devient subitement actif et sur lequel.

du bénéficiaire initial d’une police par une personne sans lien apparent avec le souscripteur . par des clients dont les ressources ne sont pas connues . Le client explicite des difficultés pour payer le prix de vente par virement ou chèque . dans un laps de temps court. par les mêmes personnes . . Recours à de nombreux intermédiaires étrangers . en cours de contrat. Le souscripteur d’assurance n’est pas celui qui verse les primes .- Le recours à des comptes en devises . en espèces. Souscription d’un contrat avec paiement des primes à partir de centre financier offshore . sans explication valable . Une acquisition immobilière est effectuée sans que le client n’ait vu le bien . 31 . Achat d’une police à prime unique. Le client utilise des noms différents lors du compromis de vente et de la vente . Recours à des établissements spécialisés dans le prêt immobilier dont l’octroi n’est fait qu’à partir d’un contrôle sur pièces. rendant difficile le contrôle de faux documents . Utilisation de sociétés étrangères lors de l’acquisition immobilière sans qu’une quelconque raison fiscale ne le justifie .Un client est accompagné par une tierce personne lors de la souscription d’un contrat . Des biens immobiliers sont vendus avec des marges bénéficiaires inhabituelles et/ou inadéquation avec la tendance du marché local et/ou national . Souscription d'un contrat par un client particulièrement préoccupé de son droit à résilier celui-ci avant le terme . Souscription de contrats. Substitution. Résiliation de contrats avant leur échéance sans justification plausible et sans que le client s’inquiète de l’impôt ou d’autres pénalités qu’il devra payer . Le client a changé successivement d’interlocuteurs. Souscription de contrats prévoyant le paiement de primes pour d’importants montants . dans un laps de temps très court. Le client n’habite pas dans la région où le professionnel exerce .

ce fonctionnaire recevait un virement de 1 000 euros via le réseau Western Union. 32 . Peu de jours après. exerçant de hautes fonctions dans un ministère d’un Etat du continent africain. Il déclarait alors résider dans un hôtel quand il résidait en France. En raison de l’absence de réponses précises quant à l’origine et la motivation d’un tel flux. ce compte est crédité par une société française dont l’activité est essentiellement localisée en Afrique. Le jour même.IV. Chèques en faveur de particuliers sans lien apparent avec l’activité économique de l’entreprise. la banque a refusé de créditer le compte et en a demandé la clôture.TYPOLOGIES Cas n°1 Les éléments d’alerte : - Ouverture d’un compte bancaire par une personne ne disposant pas d’une résidence régulière en France Flux créditeurs peu de temps après l’ouverture de ce même compte sans logique économique Techniques utilisées : Une personne. Cas n°2 Les éléments d’alerte : - Le compte bancaire d’une société enregistre des opérations atypiques : flux créditeurs internationaux suivis de retraits d’espèces sans justification économique. ouvre un compte bancaire en France alors même qu’il n’y dispose pas d’une résidence régulière.

titulaire d’un compte bancaire dans ce pays africain. ainsi que l’émission d’un chèque (représentant le tiers du flux crédité) en faveur d’un particulier n’ayant plus d’activité professionnelle connue. Le dirigeant de cette société. mettent en lumière le fonctionnement atypique des mouvements financiers. a également procédé à un virement créditeur depuis le compte de la société. Outre le fait que cette société ne possède qu’un seul compte bancaire en France. De plus. mettent en évidence un probable schéma de corruption d’agent public étranger. les faibles règlements en faveur de fournisseurs.Techniques utilisées : Le compte en banque d’une société d’import-export enregistre. un flux créditeur suite à des contrats passés avec le ministère de la défense d’un pays du continent africain. géra nt s oc iété V ire me nt V ire me nt Ministè re défe ns e C ontine nt a fr ic ain Liaison Monsie ur Z Haut fonc tio nna ire C om pte Monsie ur X P a ys a fric ain R etraits d'e s pè c es 33 . le recours au retrait d’espèces (représentant 28 % des débits) ainsi que le virement (dont l’intitulé est « Commission sur marché ») à destination d’une personne ayant exercé de hautes fonctions publiques au sein du gouvernement qui aurait délivré le contrat pour la société française. suivi d’un retrait d’espèces. Fournis se urs C hè que s C hè que s P articulier So ciété impo rtex po rt V ire me nts Mad am e X Ba nq ue Livr ais o n ma tér ie l R etraits d 'e s pè c es V ire me nts V ire me nts Monsie ur X . deux jours après son ouverture.

en tant que gérant de cette société. conjointement avec les services fiscaux. Techniques utilisées : Un ancien ministre du pétrole d’un pays du continent africain. Une perquisition était effectuée courant 2002. l’autorité judiciaire était tenue destinataire d’un rapport d’inspection du superviseur bancaire dans lequel d’autres transferts de fonds émanant d’un établissement bancaire à l’étranger étaient observés. 34 . l’affaire revêtait un caractère particulier du fait de la mise en cause publique de l’intéressé par le nouveau gouvernement de son pays d’origine qui dénonçait la mise en place d’un système de corruption dont il aurait été l’initiateur et l’un des principaux bénéficiaires (il aurait ainsi perçu 100 millions de dollars de commissions lorsqu’il était ministre du pétrole). sous couvert d’un alias. Au total. Parallèlement. Mouvements de fonds importants sur le compte bancaire d’une société civile immobilière (SCI). de nombreux retraits d’espèces. s’est fait mettre à disposition de fortes sommes depuis le compte d’une société X implantée sur une place financière off-shore. Le compte de la SCI a été crédité d’un chèque de notaire. par le biais de deux sociétés civiles immobilières dont il assurait la gérance. Celui-ci agissait. La présence de cette personne politiquement exposée (PPE) a été détectée sur la base d’un signalement relatif aux mouvements importants d’une SCI. 6.Cas n°3 Les éléments d’alerte : - Le compte bancaire d’un haut responsable d’un Etat africain. dans la mesure où l’intéressé était également soupçonné d’avoir une activité occulte d’intermédiaire dans le négoce de produits pétroliers.000 dollars avaient été ainsi mis à la disposition de l’intéressé. Les investigations entreprises permettaient d’établir que cet ancien ministre était également l’ayant droit économique du compte bancaire de la société X et de plusieurs autres sociétés toutes étroitement liées entre elles. à l’issue de laquelle l’autorité judiciaire était saisie de faits connexes à ceux révélés par la cellule de renseignement financier. ont mouvementé son compte bancaire en France. enregistre de nombreux retraits d’espèces ainsi que des flux créditeurs sans corrélation avec son activité déclarée. récemment créée. en particulier que l’intéressé était propriétaire. suivis de flux créditeurs conséquents. nettement inférieur à son prix antérieur d’acquisition et en inadéquation avec la tendance du marché immobilier. correspondant à la vente d’un bien immobilier. titulaire de plusieurs comptes bancaires. Au delà de la qualité d’ancien ministre du corrompu.100. Dès 2001. ainsi que l’absence de déclaration de soupçon de sa part. d’un patrimoine immobilier très important en France.

les comptes bancaires détenus par un proche. a d’ailleurs été informée que le train de vie dispendieux de l’intéressé venait de conduire à l’engagement d’une enquête à son encontre afin de déterminer l’origine de ses revenus. Les comptes détenus par un proche de l’intéressé sont alimentés par d’importants versements d’espèces. afin d’installer des systèmes informatiques. 35 . dans le cadre de ses démarches auprès de ses interlocuteurs. alimentés par des dépôts d’espèces conséquents. Les entreprises précitées ont obtenu des contrats dans l’Etat concerné. Techniques utilisées : Une personne politiquement exposée (PPE). ainsi que dans des pays limitrophes. En outre. La cellule de renseignement financier.Cas n°4 Les éléments d’alerte : Le compte bancaire d’un dépositaire de l’autorité publique dans un état étranger est mouvementé par des virements émanant de sociétés françaises sans justification économique. au sein d’autres établissements bancaires. ayant plusieurs comptes bancaires ouverts en France. sont au même moment. reçoit régulièrement des virements de la part de sociétés françaises dont l’objet social est sans rapport avec l’activité de l’intéressé.

X ouve rt e n Fra nce 36 .Mo nsie ur X. Haut responsa ble Pay s A Ministè re C o ntra t V ire me nts V ire me nts C o ntra t S ociété informa tique Y S ociété info rma tique Z F RA NCE Dé pôts d'e spè ces C o mpte personne l de Monsie ur X o uve rt e n Fra nce C ompte personne l d'un pro che de M.

Celui-ci s'est spécialisé dans l'intermédiation financière privée pour le compte de plusieurs sociétés françaises (X et Y) et à ce titre. 37 . De plus. Les fonds sont ainsi virés par la société pétrolière vers la société X puis vers le compte de la personne physique. vraisemblablement pour paiement de commissions. il apparaît que le consultant était en contact avec un cadre supérieur d'une entreprise pétrolière. C'est notamment le cas pour un contrat d'assistance et de conseil en vue de la préparation et de l'aboutissement d'un appel d'offres d'un contrat public d'un pays du continent africain. une caution bancaire ainsi que l'achat d'oeuvres d'arts illustrent la diversité des techniques de blanchiment utilisées. cette personne utilise les deux sociétés citées précédemment (X et Y). propriétaire d'un domaine. des contrats d'assurance vie. Ce transfert s'est suivi d'un débit en faveur d'une personne physique titulaire d'un compte bancaire dans un pays offshore. l'utilisation de plusieurs placements financiers. une forte somme a été virée par une multinationale sur le compte bancaire d'une autre société liée à l'entreprise X. résidant dans un département rural mais également à l'étranger. il apparaît que la personne visée dans le secteur pétrolier. L'analyse et les techniques utilisées : Ce consultant. De nombreux professionnels. utilisait de nombreux fonds pour l'aménagement de sa propriété. dans le cadre de vente d'armes avec un pays en guerre civile. est le président directeur général de deux sociétés implantées sur des places financières offshore.Cas n°5 L’élément d'alerte: Le compte bancaire d'une personne se déclarant consultant dans le domaine pétrolier fait l'objet de virements créditeurs très importants de la part d'une société ayant plusieurs comptes bancaires situés sur des places financières offshore. Celles-ci sont effectuées au profit d'un ressortissant de l’Etat producteur. tant financiers que non financiers. perçoit des commissions. Pour la réalisation de ces opérations. Celui-ci apparaît dans la presse internationale comme intermédiaire. En ce qui concerne les opérations de blanchiment. à la fin des années 1980. En outre. Or. Il a été toutefois relevé que les transferts financiers vers le compte d'une des sociétés sont nettement supérieurs aux rémunérations prévues par les contrats. ont ainsi été impliqués dans le processus de blanchiment. De nombreux documents mettent ainsi en évidence le paiement de commissions pour l'achat de pétrole brut.

Nombreux et importants dépôts d’espèces.Cas n°6 Les éléments d’alerte: Multiplication de comptes de tiers. époux de madame Y. Une amie de monsieur X. La fréquentation de boutiques de luxe ainsi que de nombreuses dépenses fastueuses. Des fonctionnaires étaient également liés à ces opérations dont une personne qui recevait des chèques en son nom pour effectuer des virements sur les comptes bancaires détenus par monsieur X. blanchissait les fonds par l’émission de fausses factures. Son dirigeant. Cas n°7 Les éléments d’alerte: Nombreux dépôts d’espèces sur le compte bancaire d’un dépositaire de l’autorité publique. propriétaire d’une société de tourisme. madame Y. Rapidité des transferts off-shore de fonds. en tant que chef de projet dans certains secteurs spécifiques. 38 . Les risques encourus par l’utilisation de paiement en espèces ainsi que des transferts de fonds depuis des centres off-shore convainquirent monsieur X d’utiliser un système de blanchiment plus sophistiqué : une société d’exportation de fruits. La location de plusieurs coffres-forts dans plusieurs agences bancaires. l’aida dans sa démarche de blanchiment du produit de la corruption. monsieur X transférait des fonds afin de payer ses importations de fruits. développa une sévère addiction aux jeux génératrice d’importantes dettes difficilement remboursables avec ses seuls revenus. lui permirent d’accepter des contrats publics en échange de commissions occultes. L'analyse et les techniques utilisées : Un parlementaire étranger (monsieur X). A cette fin. Ses fonctions. De manière légale. elle utilisa ses employés comme « hommes de paille » afin de blanchir les fonds grâce à de nombreux comptes bancaires.

le fonctionnaire ne peut expliquer de tels flux financiers par une activité scientifique. Cas n°8 L’élément d’alerte : Les comptes bancaires d’une personne ne supportaient pas les dépenses inévitables de la vie courante (aucun prélèvement. représentant jusqu’à 20 % des flux financiers. ces élus locaux ont eu recours aux services d'un tiers. littéraire ou artistique ou encore d’une activité d’expertise ou de conseil lui permettant d’obtenir une dérogation à l’interdiction de cumuler des emplois et des rémunérations au titre de l’article 25 de la loi du 13 juillet 1983 ainsi que du décret-loi du 29 octobre 1936. la fréquentation de boutiques de luxe ainsi que de nombreuses dépenses fastueuses. en l’espace de quatre années celui-ci a crédité ses comptes de la somme de 318 000 euros en numéraire. En effet. Afin de permettre la perception de ces fonds. aucun paiement par carte bancaire ou chèques…). Or.L'analyse et les techniques utilisées : Les comptes bancaires d’un haut fonctionnaire ont enregistré de nombreux et importants dépôts d’espèces sans justification économique. la perception d'une contribution à hauteur de 3 % du montant des marchés afin de financer des activités politiques et des actions sociales. 39 . après prélèvement d'une commission. s'est fait verser sur les comptes ouverts dans deux pays lesdits fonds avant de les remettre en espèces aux intéressés. attributaires de marchés publics. gérant d'une société qui. le maire d'une commune et ses adjoints ont décidé de demander aux entreprises locales. Les techniques utilisées : Au lendemain d'élections municipales. grâce à la facturation des prestations fictives. Certains éléments des flux débiteurs des comptes bancaires comme la location de plusieurs coffres-forts dans différentes agences.

avaient ouvert des comptes personnels auprès d’une même institution bancaire dans un pays X. Les opérations réalisées par ces intervenants et. entraînait des coûts particulièrement élevés qui ne trouvaient aucune justification économique. Ces fonds avaient fait l’objet. en particulier. originaires et résidant en Europe orientale. Ces comptes avaient principalement été crédités par des transferts provenant de sociétés situées à l’étranger. L'analyse et les techniques utilisées : Plusieurs personnes. le retrait en espèces des fonds dans leur pays d’origine. de retraits en espèces dans le pays d’origine des intervenants. de placements sur des comptes à terme et. 40 . Cas n°10 Les éléments d’alerte : Le fonctionnement des comptes bancaires de PPE semble atypique eu égard aux nombreux et importants retraits d’espèces sur une courte période. Chacune de ces personnes avaient été introduites par une personne de nationalité du pays X.Cas n°9 Les éléments d’alerte : Les nombreux retraits d’espèces sur des comptes bancaires de clients non résidents. d’autre part. d’une part. il est apparu que les intervenants d’Europe orientale étaient en charge de fonctions publiques importantes dans leur pays et qu’ils étaient soupçonnés d’avoir abusé de leurs fonctions pour obtenir des avantages financiers. avaient éveillé les soupçons de la banque qui avait effectué une déclaration à la cellule de renseignement financier. réalisées par des intervenants sans lien avec le pays X. Le montant de ces opérations s’élevait à plusieurs millions d’euros. Ceci indiquait que les comptes ouverts dans le pays X par ces fonctionnaires étaient utilisés afin de contourner les dispositions anti-blanchiment en vigueur dans ce pays. Ces opérations. D’après des renseignements policiers recueillis.

Les fonds avaient d’abord été transférés sur le compte d’un ressortissant du pays Y. La Banque a affirmé pour sa défense qu’il ne lui appartenait pas de se renseigner sur les relations entre une société immatriculée dans un Etat étranger et les membres de la famille royale de cet Etat. Cas n°11 Les éléments d’alerte: Le fonctionnement inhabituel des comptes bancaires d’une personne chargée d’une mission de service public. en outre. résidant dans son pays d’origine. Le compte à vue avait été crédité par un transfert de fonds international. ayant la qualité de chargé de mission de service public dans le domaine sportif du pays Y. 41 . Le second qui l’a remplacé effectuait ces retraits à partir d’un compte qu’il avait ouvert dans la banque X et qui était alimenté par des virements provenant de comptes ouverts dans la même banque au nom de cette même société de bâtiment et de travaux publics. avait ouvert plusieurs comptes bancaires auprès d’une banque européenne (pays Y). Un des mandataires sur son compte était. Le premier secrétaire effectuait ses retraits avec des fonds mis à sa disposition par une société de bâtiment et de travaux public implantée dans cet Etat du Moyen-Orient. Le superviseur bancaire a ouvert une procédure disciplinaire contre la Banque X. Ce dernier retransférait les 2/3 de la somme sur le compte d’épargne de l’intéressé. L’analyse et les tecniques utilisées: Un ressortissant d’un Etat X. De nombreux dépôts d’espèces ont également crédité son compte à vue.L’analyse et les techniques utilisées : Des retraits en espèces pour plus plus d’un million d’euros ont été effectués par deux personnes qui auraient successivement été les secrétaires particuliers d’un membre de la famille royale d’un Etat du Moyen-Orient. L’intermédiaire n’apparaissaît cependant sur aucune liste officielle en tant qu’agent de joueur licencié. La banque n’avait pas identifié le bénéficiaire réel de ces opérations. fondée notamment sur ces faits. un ancien entraîneur de football du pays européen concerné. L’étude environnementale du ressortissant du pays X permit de savoir qu’il exerçait la fonction d’intermédiaire dans des transferts internationaux de joueurs de football.

9 millions d’euros émanant de sociétés : mise à disposition d’un appartement. sont alimentés par des virements provenant de sociétés intervenant dans la gestion des eaux. confrontés à des difficultés financières. favorables à une équipe municipale en place.Les opérations réalisées semblent être en rapport avec des commissions occultes versées à l’occasion de transferts de joueurs de football. Ces éléments mettent en lumière à la fois les délits de recel d’abus de biens sociaux ainsi que de corruption passive. Aucune prestation économique logique n’ont explicité ces relations financières. Il s’avère également que le conseil municipal de cette commune avait procédé à la délégation du service des eaux et de l’assainissement à une filiale commune de ces mêmes sociétés. Les investigations judiciaires ont permis de révéler que le maire de la commune avait bénéficié de nombreux dons et avantages pour un total de 2. La contrepartie du pacte de corruption pour les corrupteurs était ainsi l’accès au marché de l’eau de cette agglomération. de voyages en avions taxis. de croisières de luxe ansi que le versement de fonds afin de combler le passif des sociétés gérant les journaux électoraux précités. L’analyse et les techniques utilisées: Les comptes bancaires de sociétés propriétaires de journaux électoraux. Cas n°12 Les éléments d’alerte: Les comptes bancaires de sociétés gérant des journaux électoraux ont été crédités par des virements provenant de grands groupes spécialisés dans la distribution d’eau et les services d’assainissement. 42 . de cours de langues étrangères dans un institut de grand renommée. Les avantages ainsi octroyés étaient financés par des sociétés intervenant dans la gestion des eaux et ne pouvaient donc se justifier au regard de leur objet social.

Convention des Nations Unies contre la corruption du 11 décembre 2003. dite « Convention de Mérida » 43 .Extraits du code pénal Annexe 2 .Extraits du code monétaire et financier Annexe 3 .ANNEXES Annexe 1 .

ANNEXE I EXTRAITS DU CODE PENAL I .LES INCRIMINATIONS PENALES : TABLEAU DE SYNTHESE La corruption Nature de l'infraction Auteur Sanctions Corruption d'agents publics nationaux exerçant au sein d'une administration ou d'une institution française. y compris le personnel judiciaire Corruption passive (articles 432-11 et 434-9) Personne exerçant une fonction publique Corruption active (articles 433-1 et 434-9) Toute personne 10 ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende 15 ans de réclusion criminelle si la corruption passive est le fait d'un magistrat dans le cadre d'une procédure criminelle (art 434-9 dernier alinéa) Corruption de personnes exerçant une fonction publique dans un Etat étranger ou dans une organisation internationale. y compris le personnel judiciaire Corruption d'agents n'exerçant pas une fonction publique Corruption passive (articles 435-1 et 435-7) Personne exerçant une fonction publique dans un Etat étranger ou relevant d'une organisation internationale (relevant ou non de l'Union européenne) Toute personne Toute personne Corruption active (articles 435-3 et 435-9) Corruption active (article 445-1) Corruption passive (article 445-2) 10 ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende 5 ans d'emprisonnement et Personne n'exerçant pas une 75 000 euros d'amende fonction publique 44 .

marchés.. emplois.. y compris le personnel judiciaire Trafic d'influence passif (articles 435-2 et 435-8) Toute personne Trafic d'influence actif (articles 435-4 et 435-10) Toute personne Abus d'une influence réelle ou supposée d'un tiers en vue de faire obtenir d'une organisation ou d'une cour internationale certains avantages ou une décision favorable 5 ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende 45 . marchés.) -en vue de faire obtenir du personnel judiciaire une décision favorable 5 ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende Trafic d'influence actif (article 433-1) Trafic d’influence commis par des particuliers Trafic d'influence passif et actif en direction d’une autorité ou d’une administration publique (article 433-2) Trafic d'influence passif et actif en direction du personnel judiciaire national (article 434-9-1) Toute personne Toute personne Trafic d'influence en direction de personnes exerçant une fonction publique dans un Etat étranger ou dans une organisation internationale. y compris le personnel judiciaire Trafic d'influence passif (article 432-11) Personne exerçant une fonction publique Toute personne Abus d'une influence d'un agent public national en vue de faire obtenir d'une autorité ou d'une administration certains avantages (distinctions. emplois.en vue de faire obtenir d'une autorité ou d'une administration certains avantages (distinctions.Le trafic d'influence Nature de l'infraction Auteur Faits/Sanctions Trafic d'influence commis par des agents publics exerçant au sein d'une administration ou d'une institution française...) 10 ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende Abus d'une influence d'un particulier .

de sa mission ou de son mandat. des dons. pour elle-même ou pour autrui.II . de proposer. sa mission ou son mandat . 2° Un fonctionnaire au greffe d'une juridiction . sans droit. des marchés ou toute autre décision favorable. par quiconque. à tout moment. directement ou indirectement. des présents ou des avantages quelconques. chargée d'une mission de service public ou investie d'un mandat électif public. des emplois. de solliciter ou d'agréer. des offres. sans droit. directement ou indirectement. par : 1° Un magistrat. Délit de corruption active et délit de trafic d'influence commis par un particulier envers un agent public national (article 433-1) Article 433-1 : Est puni de dix ans d'emprisonnement et de 150 000 euros d'amende le fait. 4° Une personne chargée par l'autorité judiciaire ou par une juridiction administrative d'une mission de conciliation ou de médiation . un juré ou toute autre personne siégeant dans une formation juridictionnelle . sa mission ou son mandat . sans droit. des offres. des offres. directement ou indirectement. des promesses. Est puni des mêmes peines le fait de céder à une personne dépositaire de l'autorité publique. pour elle-même ou pour autrui. des présents ou des avantages quelconques pour elle-même ou pour autrui : 1°Soit pour accomplir ou s'abstenir d'accomplir un acte de sa fonction. ou facilité par sa fonction. des marchés ou toute autre décision favorable. afin d'accomplir ou de s'abstenir d'accomplir un acte visé au 1° ou d'abuser de son influence dans les conditions visées au 2° Délit de corruption active et passive du personnel judiciaire national (article 434-9) Article 434-9 : Est puni de dix ans d'emprisonnement et de 150 000 euros d'amende le fait. soit par une juridiction. à tout moment. des offres. à tout moment. des promesses. sans droit.LES ARTICLES DE REFERENCE Délit de corruption passive et délit de trafic d'influence passif commis par un agent public national (article 432-11) Est puni de dix ans d'emprisonnement et de 150 000 euros d'amende le fait. de solliciter ou d'agréer. des promesses. des promesses. des emplois. 2° Soit qu'elle abuse de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d'une autorité ou d'une administration publique des distinctions. chargée d'une mission de service public. soit par les parties . par une personne dépositaire de l'autorité publique. de sa mission ou de son mandat ou facilité par sa fonction. des présents ou des avantages quelconques à une personne dépositaire de l'autorité publique. 46 . 2° Soit pour abuser de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d'une autorité ou d'une administration publique des distinctions. des dons. des présents ou des avantages quelconques. directement ou indirectement. des dons. ou investie d'un mandat électif public. à tout moment. 5° Un arbitre exerçant sa mission sous l'empire du droit national sur l'arbitrage. pour lui-même ou pour autrui. des dons. 3° Un expert nommé. chargée d'une mission de service public ou investie d'un mandat électif public qui sollicite. en vue de l'accomplissement ou de l'abstention d'un acte de sa fonction ou facilité par sa fonction. afin : 1° Soit qu'elle accomplisse ou s'abstienne d'accomplir un acte de sa fonction.

de solliciter ou d'agréer. 47 . en vue de l'accomplissement ou de l'abstention d'un acte de sa fonction ou facilité par sa fonction. des présents ou des avantages quelconques. sans droit. de proposer. directement ou indirectement. afin d'accomplir ou de s'abstenir d'accomplir un acte de sa fonction. sa mission ou son mandat. à tout moment. 3° Tout expert nommé par une telle juridiction ou une telle cour ou par les parties . des dons. 4° Toute personne chargée d'une mission de conciliation ou de médiation par une telle juridiction ou par une telle cour . à tout moment. directement ou indirectement. afin d'accomplir ou de s'abstenir d'accomplir un acte visé audit alinéa. de proposer. des offres. des présents ou des avantages quelconques. des offres. Lorsque l'infraction définie aux premier à septième alinéas est commise par un magistrat au bénéfice ou au détriment d'une personne faisant l'objet de poursuites criminelles. par quiconque. à tout moment. pour elle-même ou pour autrui. des dons. par : 1° Toute personne exerçant des fonctions juridictionnelles dans un Etat étranger ou au sein ou auprès d'une cour internationale . de sa mission ou de son mandat. sa mission ou son mandat. sans droit. par quiconque. des promesses. directement ou indirectement. chargée d'une mission de service public ou investie d'un mandat électif public dans un Etat étranger ou au sein d'une organisation internationale publique. des présents ou des avantages quelconques. ou facilité par sa fonction. pour ellemême ou pour autrui. à une personne dépositaire de l'autorité publique. afin d'obtenir qu'elle accomplisse ou s'abstienne d'accomplir un acte de sa fonction. pour lui-même ou pour autrui. des présents ou des avantages quelconques.Le fait de céder aux sollicitations d'une personne visée aux 1° à 5°. des dons. sans droit. des offres. des dons. pour elle-même ou pour autrui. 2° Tout fonctionnaire au greffe d'une juridiction étrangère ou d'une cour internationale . directement ou indirectement. des promesses. directement ou indirectement. sans droit. de céder à une personne visée au premier alinéa qui sollicite. chargée d'une mission de service public ou investie d'un mandat électif public dans un Etat étranger ou au sein d'une organisation internationale publique. à tout moment. Article 435-3 Est puni de dix ans d'emprisonnement et de 150 000 euros d'amende le fait. par une personne dépositaire de l'autorité publique. de solliciter ou d'agréer. des promesses. directement ou indirectement. par quiconque. sans droit. à : 1° Toute personne exerçant des fonctions juridictionnelles dans un Etat étranger ou au sein ou auprès d'une cour internationale . des promesses. des offres. Est puni des mêmes peines le fait. des dons. Article 435-7 Est puni de dix ans d'emprisonnement et de 150 000 euros d'amende le fait. à tout moment. des offres. Article 435-9 Est puni de dix ans d'emprisonnement et de 150 000 euros d'amende le fait. Délits de corruption active et passive d'un agent public étranger ou international (article 435-1) Article 435-1 Est puni de dix ans d'emprisonnement et de 150 000 euros d'amende le fait. sans droit. à tout moment. 5° Tout arbitre exerçant sa mission sous l'empire du droit d'un Etat étranger sur l'arbitrage. la peine est portée à quinze ans de réclusion criminelle et à 225 000 euros d'amende. ou de proposer. des présents ou des avantages quelconques. pour elle-même ou pour autrui. des promesses. afin d'obtenir d'une de ces personnes l'accomplissement ou l'abstention d'un acte de sa fonction ou facilité par sa fonction est puni des mêmes peines. de sa mission ou de son mandat ou facilité par sa fonction.

de céder à une personne visée au premier alinéa qui sollicite. des présents ou des avantages quelconques. des promesses. ni chargée d'une mission de service public. des offres. sans être dépositaire de l'autorité publique. une fonction de direction ou un travail pour une personne physique ou morale ou pour un organisme quelconque. afin d'accomplir ou de s'abstenir d'accomplir un acte visé audit alinéa. 3° Tout expert nommé par une telle juridiction ou une telle cour ou par les parties . en violation de ses obligations légales. des dons. des offres. en vue de l'accomplissement ou de l'abstention d'un acte de sa fonction. directement ou indirectement. directement ou indirectement. pour elle-même ou pour autrui. Est puni des mêmes peines le fait. à tout moment. sans droit. des présents ou des avantages quelconques. contractuelles ou professionnelles. directement ou indirectement. à tout moment. de proposer. contractuelles ou professionnelles. par quiconque. 5° Tout arbitre exerçant sa mission sous l'empire du droit d'un Etat étranger sur l'arbitrage. pour elle-même ou pour autrui. pour lui-même ou pour autrui. des promesses. afin d'obtenir qu'elle accomplisse ou s'abstienne d'accomplir un acte de son activité ou de sa fonction ou facilité par son activité ou sa fonction. des présents ou des avantages quelconques pour obtenir l'accomplissement ou l'abstention d'un acte de sa fonction ou facilité par sa fonction.2° Tout fonctionnaire au greffe d'une juridiction étrangère ou d'une cour internationale . sans droit. des dons. des offres. 48 . en violation de ses obligations légales. de céder à une personne mentionnée aux 1° à 5° qui sollicite. dans le cadre d'une activité professionnelle ou sociale. des dons. des promesses. ni investie d'un mandat électif public exerce. par quiconque. 4° Toute personne chargée d'une mission de conciliation ou de médiation par une telle juridiction ou une telle cour . à une personne qui. à tout moment. par quiconque. pour elle-même ou pour autrui. Délits de corruption passive et active des personnes travaillant dans le secteur privé (article 445-1 et 445-2) Article 445-1 : Est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende le fait. des offres. des promesses. des dons. sans droit. des présents ou des avantages quelconques. Est puni des mêmes peines le fait.

. des présents ou des avantages quelconques. des marchés ou toute autre décision favorable. des présents ou des avantages quelconques. à tout moment. des dons. afin d'abuser de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir toute décision ou tout avis favorable d'une personne visée à l'article 435-7. chargée d'une mission de service public ou investie d'un mandat électif public au sein d'une organisation internationale publique Article 435-8 (trafic d'influence passif à destination du personnel judiciaire international) Est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende le fait. pour ellemême ou pour autrui. des emplois. des dons. Est puni des mêmes peines le fait de céder aux sollicitations prévues au premier alinéa ou de proposer. à tout moment. des marchés ou toute autre décision favorable. directement ou indirectement. directement ou indirectement. 49 . par quiconque. Le trafic d'influence passif Article 435-2 (trafic d'influence passif à destination des agents publics internationaux) Est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende le fait. lorsqu'elle exerce ses fonctions au sein ou auprès d'une cour internationale ou lorsqu'elle est nommée par une telle cour. des promesses. des marchés ou toute autre décision favorable d'une personne dépositaire de l'autorité publique. de solliciter ou d'agréer.. afin qu'elle abuse de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d'une autorité ou d'une administration publique des distinctions. à tout moment. des dons. de solliciter ou d'agréer. des présents ou des avantages quelconques à une personne. des dons. pour lui-même ou pour autrui.. des offres.. à tout moment. directement ou indirectement. sans droit. des emplois. pour lui-même ou pour autrui. afin d'abuser de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d'une autorité ou d'une administration publique des distinctions. par quiconque. de solliciter ou d'agréer. afin d'abuser de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir des distinctions. des offres. des promesses. par quiconque. directement ou indirectement. des promesses. des présents ou des avantages quelconques. des promesses.articles complémentaires relatifs au trafic d'influence Le trafic d'influence actif et passif commis entre particuliers Article 433-2 Est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende le fait. des offres. des offres. pour lui-même ou pour autrui. des emplois.

pour ellemême ou pour autrui. des dons. des présents ou des avantages quelconques à une personne. Article 435-10 (trafic d'influence actif à destination du personnel judiciaire international) Est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende le fait. de solliciter ou d'agréer. par quiconque.Le trafic d'influence actif Article 434-9-1 (trafic d'influence actif à destination du personnel judiciaire national) Est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende le fait. Est puni des mêmes peines le fait. des promesses. directement ou indirectement. à tout moment. afin qu'elle abuse de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d'une des personnes visées à l'article 434-9 une décision ou un avis favorable. pour elle-même ou pour autrui. directement ou indirectement.des dons. des marchés ou toute autre décision favorable d'une personne dépositaire de l'autorité publique. à tout moment. des présents ou des avantages quelconques à une personne. des présents ou des avantages quelconques à une personne. des promesses. des offres. pour elle-même ou pour autrui. de céder à toute personne qui sollicite. par quiconque. des offres. à tout moment. des emplois. Article 435-4 (trafic d'influence actif à destination des agents publics internationaux) Est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende le fait. à tout moment. des dons. des offres. pour elle-même ou pour autrui. afin d'abuser de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir des distinctions. afin qu'elle abuse de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir toute décision ou avis favorable d'une personne visée à l'article 435-9. de céder aux sollicitations prévues au premier alinéa ou de proposer. sans droit. des offres. des marchés ou toute autre décision favorable d'une personne visée au premier alinéa.de proposer. de proposer. des présents ou des avantages quelconques. sans droit. par quiconque. pour lui-même ou pour autrui. afin qu'elle abuse de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir des distinctions. directement ou indirectement. afin d'abuser de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d'une personne visée au premier alinéa toute décision ou tout avis favorable. lorsqu'elle exerce ses fonctions au sein ou auprès d'une cour internationale ou lorsqu'elle est nommée par une telle cour. 50 . des dons. afin d'abuser de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d'une des personnes visées à l'article 434-9 toute décision ou tout avis favorable. Est puni des mêmes peines le fait. des offres. directement ou indirectement. par quiconque. des promesses. des dons. des dons ou des présents ou des avantages quelconques. des promesses. chargée d'une mission de service public ou investie d'un mandat électif public au sein d'une organisation internationale publique. des emplois. à tout moment. des promesses. par quiconque. des promesses. des offres. directement ou indirectement. à tout moment. de céder à toute personne qui sollicite. Est puni des mêmes peines le fait. sans droit. par quiconque. directement ou indirectement. pour ellemême ou pour autrui. des présents ou des avantages quelconques.

111-1 du code de la mutualité . Aux personnes se livrant habituellement au commerce ou organisant la vente de pierres précieuses. A la Banque de France. 3. d’antiquités et d’œuvres d’art. 3 bis. Aux institutions ou unions régies par les titres III et IV du livre IX du code la sécurité sociale ou relevant du II de l’article L. Pour l’application du présent titre. des paris. administrateurs judiciaires et mandataires judiciaires à la liquidation des entreprises ainsi qu’aux avocats au Conseil d’Etat et à la Cour de cassation. Aux entreprises d’investissement. Aux notaires. 2. dans les conditions prévues à l’article L. Aux personnes qui réalisent. dans les conditions fixées par le présent titre. 51 .214-1.310-1 du code des assurances et aux courtiers d’assurance et de réassurance . aux personnes habilitées à procéder au démarchage mentionnées aux articles L.562-2-1 . Aux organismes entrant dans le champ de l’article L. de déclarer au service institué à l’article L. 14. 7. Aux entreprises et services mentionnés à l’article L. Aux intermédiaires habilités mentionnés à l’article L. 6. Aux organismes.Article L. aux sociétés de gestion d’organismes de placements collectifs mentionnées au II de l’article L. de la fraude aux intérêts financiers des Communautés européennes. 13.562-4 : 1. aux avocats et aux avoués près les cours d’appel.Article L.562-1 sont tenus. à l’institut d’émission des départements d’outre-mer et à l’institut d’émission d’outre-mer . Aux experts comptables et aux commissaires aux comptes .442-2 ainsi qu’aux organismes de placement collectif en valeurs mobilières mentionnés au 1 de l’article L. 12. de matériaux précieux. huissiers de justice. de la corruption ou d’activités criminelles organisées ou qui pourraient participer au financement du terrorisme. la cession ou la location de biens immobiliers 8. la vente. aux personnes morales mentionnées aux articles L. aux intermédiaires en biens divers mentionnés au titre V du présent livre.211-4. aux membres des marchés réglementés d’instruments financiers.562-1 Les dispositions du présent chapitre sont applicables : 1.214-1. contrôlent ou conseillent des opérations portant sur l’acquisition. des loteries. 10. 5.ANNEXE II EXTRAITS DU CODE MONETAIRE ET FINANCIER Professionnels soumis au dispositif . des pronostics sportifs ou hippiques.511-7 . institutions et services régis par les dispositions du titre Ier du présent livre .562-2 Les organismes financiers et les personnes mentionnés à l’article L. 11. cercles et sociétés organisant des jeux de hasard. Aux commissaires priseurs judiciaires et aux sociétés de ventes volontaires de meubles aux enchères publiques. Aux entreprises bénéficiant de l’exemption prévue par le II de l’article L.421-8 et L. Les sommes inscrites dans leurs livres qui pourraient provenir du trafic de stupéfiants. les personnes mentionnées aux 1 à 6 sont désignées sous le nom d’organismes financiers. Aux représentants légaux et directeurs responsables de casinos et aux groupements.341-3 et L341-4 et aux conseillers en investissements financiers. Champ de la déclaration auprès du service à compétence nationale TRACFIN . 9. 4. Aux changeurs manuels .727-2 du code rural .

Les obligations de vigilance : obligation de conservation des pièces et documents .563-4 Sans préjudice des dispositions édictant des obligations plus contraignantes.2. nécessaires pour faire face au risque accru de blanchiment des capitaux qui existe lorsqu’elles nouent de relations contractuelles avec un client qui n’est pas physiquement présent aux fins de l’identification ou lorsqu’elles l’assistent dans la préparation ou la réalisation d’une transaction.566-1.562-1 doivent. Ce décret fixera le montant minimum des opérations soumises à déclaration. Toute opération dont l’identité du donneur d’ordre ou du bénéficiaire reste douteuse malgré les diligences effectuées conformément à l’article L. de la fraude aux intérêts financiers des Communautés européennes. Ils se renseignent sur l’identité véritable des personnes avec lesquelles ils nouent une relation contractuelle ou qui demandent leur assistance dans la préparation ou la réalisation d’une transaction lorsqu’il leur apparaît que ces personnes pourraient ne pas agir pour leur propre compte. Ils conservent également les documents relatifs aux opérations faites par ceux-ci pendant cinq ans 52 . domiciliées. Les opérations effectuées par les organismes financiers pour compte propre ou pour compte de tiers avec des personnes physiques ou morales. y compris leurs filiales ou établissements.562-1 satisfont à cette obligation en appliquant les mesures prévues à l’article L. avant de nouer une relation contractuelle ou d’assister leur client dans la préparation ou la réalisation d’une transaction s’assurer de l’identité de leur cocontractant par la présentation de tout document écrit probant.562-1 conservent pendant cinq ans à compter de la clôture de leurs comptes ou de la cessation de leurs relations avec eux les documents relatifs à l’identité de leurs clients habituels ou occasionnels. Ils s’assurent dans les mêmes conditions de l’identité de leur client occasionnel qui leur demande de faire des opérations dont la nature et le montant sont fixés par décret en Conseil d’Etat.Article L. les organismes financiers et les personnes mentionnées à l’article L.563-1 . Les opérations qui portent sur des sommes qui pourraient provenir du trafic de stupéfiants.Article L. 2. de la corruption ou d’activités criminelles organisées ou qui pourraient participer au financement du terrorisme. y compris leurs filiales ou établissements. 563-1 Les organismes financiers ou les personnes visées à l’article L. enregistrées ou établies dans l’ensemble des Etats ou territoires dont la législation est reconnue insuffisante ou dont les pratiques sont considérées comme faisant obstacle à la lutte contre le blanchiment des capitaux par l’instance internationale de concertation et de coordination en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. Un décret pourra étendre l’obligation de déclaration mentionnée au premier alinéa aux opérations pour compte propre ou pour compte de tiers effectuées par les organismes financiers avec des personnes physiques ou morales. Les obligations de vigilance . Les personnes visées au 8 de l’article L. Les organismes financiers et les personnes mentionnées à l’article L. dans les conditions définies par décret. agissant sous forme ou pour le compte de fonds fiduciaires ou de tout autre instrument de gestion d’un patrimoine d’affectation dont l’identité des constituants ou des bénéficiaires n’est pas connue. Les organismes financiers sont également tenus de déclarer à ce service : 1.562-1 prennent les dispositions spécifiques adéquates.

le service institué à l’article L.566-2. se présente dans des conditions inhabituelles de complexité et ne paraît pas avoir de justification économique ou d’objet licite. 562-2.562-1 se renseigne auprès du client sur l’origine et la destination de ces sommes ainsi que sur l’objet de la transaction et l’identité de la personne qui en bénéficie.562-2. l’organisme financier ou la personne mentionnés à l’article L. sans entrer dans le champ d’application de l’article L. à moins que la législation locale y fasse obstacle. auquel cas ils en informent le service institué à l’article L.562-4 et l’autorité de contrôle peuvent seuls obtenir communication de ce document et des pièces qui s’y rattachent.563-4. Le service institué à l’article L. de l’examen particulier prévu à l’article L. 563-3 Toute opération importante portant sur des sommes dont le montant unitaire ou total est supérieur à une somme fixée par décret en Conseil d’Etat et qui.Article L.562-1 doit s’assurer que les obligations définies par l’alinéa précédent sont appliquées par ses succursales ou sociétés filiales dont le siège est à l’étranger.562-4.562-4 et l’autorité de contrôle peuvent demander que ces pièces leur soient communiquées. En ce cas. doit faire l’objet de la part de l’organisme financier ou de la personne mentionnés à l’article L. 53 . dans le but de reconstituer l’ensemble des transactions faites par une personne physique ou morale et liées à une opération ayant fait l’objet d’une déclaration mentionnée à l’article L.562-1 dans les conditions prévues à l’article L.563-5.562-1 d’un examen particulier. ainsi que dans le but de renseigner. dans les conditions prévues à l’article L. Les caractéristiques de l’opération sont consignées par écrit et conservées par l’organisme financier ou la personne mentionnés à l’article L.Pour l’application du présent titre.563-3 ou d’une information mentionnée à l’article L. les services des autres Etats exerçant des compétences analogues. L’organisme financier ou la personne mentionnés à l’article L. Obligations de vigilance : l'examen particulier .

pouvant représenter une part substantielle des ressources des Etats. détecter et décourager de façon plus efficace les transferts internationaux d’avoirs illicitement acquis et à renforcer la coopération internationale dans le recouvrement d’avoirs. Convaincus également qu’une approche globale et multidisciplinaire est nécessaire pour prévenir et combattre la corruption efficacement. y compris par le renforcement des capacités et des institutions. aux économies nationales et à l’état de droit. 54 . pour que leurs efforts dans ce domaine soient efficaces. avec le soutien et la participation de personnes et de groupes n’appartenant pas au secteur public. y compris le blanchiment d’argent. Résolus à prévenir. les organisations non gouvernementales et les communautés de personnes. Préoccupés également par les liens qui existent entre la corruption et d’autres formes de criminalité. ce qui rend la coopération internationale essentielle pour la prévenir et la juguler. Convaincus du fait que l’acquisition illicite de richesses personnelles peut être particulièrement préjudiciable aux institutions démocratiques. en particulier la criminalité organisée et la criminalité économique. comme la société civile. Ayant également à l’esprit les principes de bonne gestion des affaires publiques et des biens publics. de prévenir et de combattre la corruption efficacement. Reconnaissant les principes fondamentaux du respect des garanties prévues par la loi dans les procédures pénales et dans les procédures civiles ou administratives concernant la reconnaissance de droits de propriété. Convaincus que la corruption n’est plus une affaire locale mais un phénomène transnational qui frappe toutes les sociétés et toutes les économies. Ayant à l’esprit qu’il incombe à tous les Etats de prévenir et d’éradiquer la corruption et que ceuxci doivent coopérer entre eux. en sapant les institutions et les valeurs démocratiques. les valeurs éthiques et la justice et en compromettant le développement durable et l’état de droit. et qui menacent la stabilité politique et le développement durable de ces Etats.ANNEXE III LA CONVENTION DES NATIONS-UNIES CONTRE LA CORRUPTION PRÉAMBULE Les Etats Parties à la présente Convention. Convaincus en outre que l’offre d’assistance technique peut contribuer de manière importante à rendre les Etats mieux à même. de responsabilité et d’égalité devant la loi et la nécessité de sauvegarder l’intégrité et de favoriser une culture de refus de la corruption. Préoccupés en outre par les affaires de corruption qui portent sur des quantités considérables d’avoirs. d’équité. Se félicitant des travaux menés par la Commission pour la prévention du crime et la justice pénale et l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime afin de prévenir et combattre la corruption. Préoccupés par la gravité des problèmes que pose la corruption et de la menace qu’elle constitue pour la stabilité et la sécurité des sociétés.

qu’elle soit rémunérée ou non rémunérée. Toutefois. et la Convention sur la prévention et la lutte contre la corruption. la Convention civile sur la corruption. adoptée par le Comité des ministres du Conseil de l’Europe le 4 novembre 1999. adoptée par l’Organisation de coopération et de développement économiques le 21 novembre 1997. Article 2 Terminologie Aux fins de la présente Convention : a) On entend par « agent public » : i) toute personne qui détient un mandat législatif. entre autres. iii) toute autre personne définie comme « agent public » dans le droit interne d’un Etat Partie. la Convention relative à la lutte contre la corruption impliquant des fonctionnaires des Communautés européennes ou des fonctionnaires des Etats membres de l’Union européenne. c) De promouvoir l’intégrité.notamment les activités du Conseil de coopération douanière (également appelé Organisation mondiale des douanes). de l’Organisation de coopération et de développement économiques. la Convention pénale sur la corruption. ii) ii) toute autre personne qui exerce une fonction publique. administratif ou judiciaire d’un Etat Partie. ou qui fournit un service public. la Convention interaméricaine contre la corruption. adoptée par le Comité des ministres du Conseil de l’Europe le 27 janvier 1999. Sont convenus de ce qui suit : CHAPITRE Ier Dispositions générales Article 1er Objet La présente Convention a pour objet : a) De promouvoir et renforcer les mesures visant à prévenir et combattre la corruption de manière plus efficace .Rappelant les travaux menés dans ce domaine par d’autres organisations internationales et régionales. adoptée par l’Organisation des Etats américains le 29 mars 1996. de la Ligue des Etats arabes. adoptée par les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine le 12 juillet 2003. qu’elle ait été nommée ou élue. de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée. de l’Organisation des Etats américains. le 29 septembre 2003. faciliter et appuyer la coopération internationale et l’assistance technique aux fins de la prévention de la corruption et de la lutte contre celle-ci. 55 . la Convention sur la lutte contre la corruption d’agents publics étrangers dans les transactions commerciales internationales. b) De promouvoir. Se félicitant de l’entrée en vigueur. et quel que soit son niveau hiérarchique . y compris pour un organisme public ou une entreprise publique. tels que. Prenant acte avec satisfaction des instruments multilatéraux visant à prévenir et combattre la corruption. à titre permanent ou temporaire. la responsabilité et la bonne gestion des affaires publiques et des biens publics. adoptée par le Conseil de l’Union européenne le 26 mai 1997. du Conseil de l’Europe. y compris le recouvrement d’avoirs . aux fins de certaines mesures spécifiques prévues au chapitre II de la présent Convention. de l’Union africaine et de l’Union européenne. tels que ces termes sont définis dans le droit interne de l’Etat Partie et appliqués dans la branche pertinente du droit de cet Etat . exécutif. on peut entendre par « agent public » toute personne qui exerce une fonction publique ou qui fournit un service public tels que ces termes sont définis dans le droit interne de l’Etat Partie et appliqués dans la branche pertinente du droit de cet Etat .

conformément aux principes fondamentaux de son système juridique. le passage par le territoire. Les Etats Parties exécutent leurs obligations au titre de la présente Convention d’une manière compatible avec les principes de l’égalité souveraine et de l’intégrité territoriale des Etats et avec celui de la non intervention dans les affaires intérieures d’autres Etats. conformément à ses dispositions. à la confiscation et à la restitution du produit des infractions établies conformément à la présente Convention. i) On entend par « livraison surveillée » la méthode consistant à permettre la sortie du territoire. au su et sous le contrôle des autorités compétentes de ces Etats. en vue d’enquêter sur une infraction et d’identifier les personnes impliquées dans sa commission. et toute personne qui exerce une fonction publique pour un pays étranger. de bonne gestion des affaires publiques et des biens publics. CHAPITRE II . 2. g) On entend par « confiscation » la dépossession permanente de biens sur décision d’un tribunal ou d’une autre autorité compétente . Chaque Etat Partie s’efforce de mettre en place et de promouvoir des pratiques efficaces visant à prévenir la corruption. administratif ou judiciaire d’un pays étranger. Article 3 Champ d’application 1. aux enquêtes et aux poursuites concernant la corruption ainsi qu’au gel. meubles ou immeubles. c) On entend par « fonctionnaire d’une organisation internationale publique » un fonctionnaire international ou toute personne autorisée par une telle organisation à agir en son nom . à la saisie. ainsi que les actes juridiques ou documents attestant la propriété de ces avoirs ou les droits y relatifs . Chaque Etat Partie élabore et applique ou poursuit. Aucune disposition de la présente Convention n’habilite un Etat Partie à exercer sur le territoire d’un autre Etat une compétence et des fonctions qui sont exclusivement réservées aux autorités de cet autre Etat par son droit interne. des politiques de prévention de la corruption efficaces et coordonnées qui favorisent la participation de la société et reflètent les principes d’état de droit. d)On entend par « biens » tous les types d’avoirs. corporels ou incorporels. Aux fins de l’application de la présente Convention. que les infractions qui y sont visées causent un dommage ou un préjudice patrimonial à l’Etat. de la conversion. 2. La présente Convention s’applique. d’intégrité. il n’est pas nécessaire.b) On entend par « agent public étranger » toute personne qui détient un mandat législatif. e) On entend par « produit du crime » tout bien provenant directement ou indirectement de la commission d’une infraction ou obtenu directement ou indirectement en la commettant . tangibles ou intangibles. ou le fait d’assumer temporairement la garde ou le contrôle de biens sur décision d’un tribunal ou d’une autre autorité compétente . à la prévention. 56 . Article 4 Protection de la souveraineté 1. qu’elle ait été nommée ou élue . h) On entend par « infraction principale » toute infraction par suite de laquelle est généré un produit qui est susceptible de devenir l’objet d’une infraction définie à l’article 23 de la présente Convention . d’expéditions illicites ou suspectées de l’être. 2. y compris pour un organisme public ou une entreprise publique . sauf si celle-ci en dispose autrement. exécutif.Mesures préventives Article 5 Politiques et pratiques de prévention de la corruption 1. de la disposition ou du mouvement de biens. de transparence et de responsabilité. f) On entend par « gel » ou « saisie » l’interdiction temporaire du transfert. ou l’entrée sur le territoire d’un ou de plusieurs Etats.

de fidélisation. Dans le cadre de cette collaboration. du financement des partis politiques. compatibles avec les objectifs de la présente Convention et conformes aux principes fondamentaux de son droit interne. s’il y a lieu. compatibles avec les objectifs de la présente Convention et conformes aux principes fondamentaux de son droit interne. Chaque Etat Partie fait en sorte. compte tenu du niveau de développement économique de l’Etat Partie . conformément aux principes fondamentaux de son système juridique. devraient leur être fournis. Les Etats Parties collaborent. b) L’accroissement et la diffusion des connaissances concernant la prévention de la corruption. de maintenir et de renforcer des systèmes de recrutement. Les ressources matérielles et les personnels spécialisés nécessaires. d’adopter. des autres agents publics non élus. l’équité et l’aptitude . ils peuvent participer à des programmes et projets internationaux visant à prévenir la corruption. honorable et adéquate et les fassent bénéficier d’une formation spécialisée appropriée qui les sensibilise davantage aux risques de corruption inhérents à l’exercice de leurs fonctions. 57 .de promotion et de retraite des fonctionnaires et. ainsi que la formation dont ces personnels peuvent avoir besoin pour exercer leurs fonctions. 3. Chaque Etat Partie accorde à l’organe ou aux organes visés au paragraphe 1 du présent article l’indépendance nécessaire. Article 6 Organe ou organes de prévention de la corruption 1. qu’existent un ou plusieurs organes. pour assurer une rotation sur ces postes . entre eux et avec les organisations régionales et internationales compétentes pour la promotion et la mise au point des mesures visées dans le présent article. conformément aux principes fondamentaux de son système juridique. le cas échéant. d’embauchage. 2. c) Favorisent une rémunération adéquate et des barèmes de traitement équitables. afin d’accroître la transparence du financement des candidatures à un mandat public électif et. s’il y a lieu. s’il y a lieu et conformément aux principes fondamentaux de son système juridique. Ces programmes peuvent faire référence aux codes ou normes de conduite applicables. b) Comportent des procédures appropriées pour sélectionner et former les personnes appelées à occuper des postes publics considérés comme particulièrement exposés à la corruption et. Chaque Etat Partie communique au Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies le nom et l’adresse de l’autorité ou des autorités susceptibles d’aider d’autres Etats Parties à mettre au point et à appliquer des mesures spécifiques de prévention de la corruption. pour leur permettre d’exercer efficacement leurs fonctions à l’abri de toute influence indue. Chaque Etat Partie envisage également d’adopter des mesures législatives et administratives appropriées. 4. qui : a) Reposent sur les principes d’efficacité et de transparence et sur des critères objectifs tels que le mérite.3. la supervision et la coordination de cette application . selon qu’il convient et conformément aux principes fondamentaux de leur système juridique. 3. Chaque Etat Partie envisage aussi d’adopter des mesures législatives et administratives appropriées. Article 7 Secteur public 1. selon qu’il convient. s’il y a lieu. Chaque Etat Partie s’efforce d’évaluer périodiquement les instruments juridiques et mesures administratives pertinents en vue de déterminer s’ils sont adéquats pour prévenir et combattre la corruption. chargés de prévenir la corruption par des moyens tels que : a) L’application des politiques visées à l’article 5 de la présente Convention et. 2. Chaque Etat Partie s’efforce. d) Favorisent l’offre de programmes d’éducation et de formation qui leur permettent de s’acquitter de leurs fonctions de manière correcte. afin d’arrêter des critères pour la candidature et l’élection à un mandat public.

et leur publication . Article 9 Passation des marchés publics et gestion des finances publiques 1. de maintenir et de renforcer des systèmes qui favorisent la transparence et préviennent les conflits d’intérêts. 5. y compris d’informations sur les appels d’offres et d’informations pertinentes sur l’attribution des marchés. chaque Etat Partie prend acte. suffisamment de temps étant laissé aux soumissionnaires potentiels pour établir et soumettre leurs offres . interrégionales et multilatérales. d) Un système de recours interne efficace. afin de faciliter la vérification ultérieure de l’application correcte des règles ou procédures . chaque Etat Partie encourage notamment l’intégrité. 58 . des procédures de sélection desdits personnels et des exigences en matière de formation. telles que le Code international de conduite des agents de la fonction publique annexé à la résolution 51/59 de l’Assemblée générale. conformément aux principes fondamentaux de son droit interne. les mesures nécessaires pour mettre en place des systèmes appropriés de passation des marchés publics qui soient fondés sur la transparence.4. b) L’établissement à l’avance des conditions de participation. telles que l’exigence d’une déclaration d’intérêt pour certains marchés publics. la concurrence et des critères objectifs pour la prise des décisions et qui soient efficaces. tout emploi. En particulier. y compris les critères de sélection et d’attribution et les règles d’appels d’offres. des mesures disciplinaires ou autres à l’encontre des agents publics qui enfreignent les codes ou normes institués en vertu du présent article. conformément aux principes fondamentaux de son système juridique. en date du 12 décembre 1996. pour prévenir la corruption. conformément aux principes fondamentaux de son système juridique. Afin de lutter contre la corruption. pour l’application desquels des valeurs-seuils peuvent être prises en compte. l’honnêteté et la responsabilité chez ses agents publics. honorable et adéquat des fonctions publiques. y compris un système d’appel efficace. Chaque Etat Partie envisage aussi. Chaque Etat Partie s’efforce. conformément aux principes fondamentaux de son droit interne. Article 8 Codes de conduite des agents publics 1. prévoient notamment : a) La diffusion publique d’informations concernant les procédures de passation des marchés et les marchés. e) S’il y a lieu. de mettre en place des mesures et des systèmes faisant obligation aux agents publics de déclarer aux autorités compétentes notamment toutes activités extérieures. des codes ou des normes de conduite pour l’exercice correct. s’il y a lieu et conformément aux principes fondamentaux de son droit interne. Chaque Etat Partie envisage de prendre. tous avoirs et tous dons ou avantages substantiels d’où pourrait résulter un conflit d’intérêts avec leurs fonctions d’agent public. entre autres. Aux fins de l’application des dispositions du présent article. dans le cadre de ses propres systèmes institutionnel et juridique. 3. d’adopter. chaque Etat Partie s’efforce d’appliquer. qui garantisse l’exercice des voies de droit en cas de non-respect des règles ou procédures établies conformément au présent paragraphe . conformément aux principes fondamentaux de son droit interne. c) L’utilisation de critères objectifs et prédéterminés pour la prise des décisions concernant la passation des marchés publics. des initiatives pertinentes d’organisations régionales. s’il y a lieu et conformément aux principes fondamentaux de son système juridique. 4. des mesures pour réglementer les questions touchant les personnels chargés de la passation des marchés. de mettre en place des mesures et des systèmes de nature à faciliter le signalement par les agents publics aux autorités compétentes des actes de corruption dont ils ont connaissance dans l’exercice de leurs fonctions. Chaque Etat Partie prend. tous placements. 6. Chaque Etat Partie s’efforce. Ces systèmes. 2.

des informations sur l’organisation. Article 12 Secteur privé 1. s’il y a lieu. s’il y a lieu. chaque Etat Partie prend. chaque Etat Partie prend. et de contrôle au second degré . compte dûment tenu de la protection de la vie privée et des données personnelles. Ces mesures comprennent notamment : a) Des procédures d’adoption du budget national . des procédures administratives afin de faciliter l’accès des usagers aux autorités de décision compétentes . renforcer les normes de comptabilité et d’audit dans le secteur privé et. prévoir des sanctions civiles. conformément aux principes fondamentaux de son système juridique. Ces mesures peuvent inclure notamment : a) L’adoption de procédures ou de règlements permettant aux usagers d’obtenir. Article 11 Mesures concernant les juges et les services de poursuite 1. des mesures pour renforcer leur intégrité et prévenir les possibilités de les corrompre. conformément aux principes fondamentaux de son droit interne. des mesures correctives en cas de manquement aux exigences du présent paragraphe. les mesures civiles et administratives nécessaires pour préserver l’intégrité des livres et états comptables. des mesures pour prévenir la corruption impliquant le secteur privé. et c) La publication d’informations.Ces mesures peuvent comprendre des règles concernant leur comportement. sur les décisions et actes juridiques qui les concernent . b) La simplification. 2. le fonctionnement et les processus décisionnels de l’administration publique. Chaque Etat Partie prend. conformément aux principes fondamentaux de son droit interne. y compris en ce qui concerne son organisation. 59 .2. Article 10 Information du public Compte tenu de la nécessité de lutter contre la corruption. des mesures appropriées pour promouvoir la transparence et la responsabilité dans la gestion des finances publiques. conformément aux principes fondamentaux de son système juridique. y compris éventuellement de rapports périodiques sur les risques de corruption au sein de l’administration publique. les mesures nécessaires pour accroître la transparence de son administration publique. Compte tenu de l’indépendance des magistrats et de leur rôle crucial dans la lutte contre la corruption. conformément aux principes fondamentaux de son droit interne. Chaque Etat Partie prend. administratives ou pénales efficaces. et e) S’il y a lieu. sans préjudice de leur indépendance. s’il y a lieu. ainsi que. son fonctionnement et ses processus décisionnels s’il y a lieu. d) Des systèmes efficaces de gestion des risques et de contrôle interne . b) La communication en temps utile des dépenses et des recettes . 3. Chaque Etat Partie prend. proportionnées et dissuasives en cas de non-respect de ces mesures. c) Un système de normes de comptabilité et d’audit. états financiers ou autres documents concernant les dépenses et recettes publiques et pour en empêcher la falsification. Des mesures dans le même sens que celles prises en application du paragraphe 1 du présent article peuvent être instituées et appliquées au sein des services de poursuite dans les Etats Parties où ceux-ci forment un corps distinct mais jouissent d’une indépendance semblable à celle des juges.

2. b) Les opérations hors livres ou insuffisamment identifiées . de restrictions à l’exercice d’activités professionnelles par d’anciens agents publics ou à l’emploi par le secteur privé d’agents publics après leur démission ou leur départ à la retraite. et f) La destruction intentionnelle de documents comptables plus tôt que ne le prévoit la loi. aux causes et à la gravité de la corruption et à la menace que celle-ci représente. d’audits internes suffisants pour faciliter la prévention et la détection des actes de corruption et la soumission des comptes et des états financiers requis de ces entreprises privées à des procédures appropriées d’audit et de certification. notamment dans les écoles et les universités . dans la limite de ses moyens et conformément aux principes fondamentaux de son droit interne. compte tenu de leur structure et de leur taille. b) La promotion de l’élaboration de normes et procédures visant à préserver l’intégrité des entités privées concernées. c) L’enregistrement de dépenses inexistantes . y compris. tels que la société civile. s’il y a lieu. e) L’utilisation de faux documents . chaque Etat Partie prend les mesures nécessaires. b) Assurer l’accès effectif du public à l’information . 60 . 4. d) La prévention de l’usage impropre des procédures de réglementation des entités privées. Chaque Etat Partie prend des mesures appropriées. Cette participation devrait être renforcée par des mesures consistant notamment à : a) Accroître la transparence des processus de décision et promouvoir la participation du public à ces processus . conformément à ses lois et règlements internes concernant la tenue des livres et états comptables. c) Entreprendre des activités d’information du public l’incitant à ne pas tolérer la corruption. la publication d’informations sur les états financiers et les normes de comptabilité et d’audit. e) La prévention des conflits d’intérêts par l’imposition. pour favoriser la participation active de personnes et de groupes n’appartenant pas au secteur public. honorable et adéquate. dont le versement est un des éléments constitutifs des infractions établies conformément aux articles 15 et 16 de la présente Convention et. Article 13 Participation de la société 1. selon qu’il convient et pendant une période raisonnable. à la prévention de la corruption et à la lutte contre ce phénomène. Chaque Etat Partie refuse la déductibilité fiscale des dépenses qui constituent des pots-de-vin. grâce à des mesures concernant l’identité des personnes physiques et morales impliquées dans la constitution et la gestion des sociétés . pour prévenir les conflits d’intérêts et pour encourager l’application de bonnes pratiques commerciales par les entreprises entre elles ainsi que dans leurs relations contractuelles avec l’Etat . les organisations non gouvernementales et les communautés de personnes. des autres dépenses engagées à des fins de corruption. Les mesures permettant d’atteindre ces objectifs peuvent notamment inclure : a) La promotion de la coopération entre les services de détection et de répression et les entités privées concernées . ainsi que pour mieux sensibiliser le public à l’existence. pour interdire que les actes suivants soient accomplis dans le but de commettre l’une quelconque des infractions établies conformément à la présente Convention : a) L’établissement de comptes hors livres . s’il y a lieu. y compris de codes de conduite pour que les entreprises et toutes les professions concernées exercent leurs activités de manière correcte. lorsque lesdites activités ou ledit emploi sont directement liés aux fonctions que ces anciens agents publics exerçaient ou supervisaient quand ils étaient en poste . ainsi que des programmes d’éducation du public. y compris des procédures concernant les subventions et les licences accordées par des autorités publiques pour des activités commerciales . Afin de prévenir la corruption. c) La promotion de la transparence entre les entités privées. 3. d) L’enregistrement d’éléments de passif dont l’objet n’est pas correctement identifié . f) L’application aux entreprises privées.

ou de la santé ou de la moralité publiques. 3. les services de détection et de répression et les autorités de réglementation financière en vue de lutter contre le blanchiment d’argent. sousrégionale et bilatérale entre les autorités judiciaires. afin de décourager et de détecter toutes formes de blanchiment d’argent. Cette liberté peut être soumise à certaines restrictions. Les Etats Parties s’efforcent de développer et de promouvoir la coopération mondiale. 2. qui doivent toutefois être prescrites par la loi et nécessaires : i) Au respect des droits ou de la réputation d’autrui . sans préjudice de l’article 46 de la présente Convention. d’enregistrement des opérations et de déclaration des opérations suspectes . interrégionales et multilatérales pour lutter contre le blanchiment d’argent. s’il y a lieu. et c) Qu’elles exercent une surveillance accrue sur les transferts de fonds non accompagnés d’informations complètes sur le donneur d’ordre. b) S’assure. Il peut être notamment fait obligation aux particuliers et aux entreprises de signaler les transferts transfrontières de quantités importantes d’espèces et de titres négociables appropriés. 5. régionale. 4.d) Respecter. envisage la création d’un service de renseignement financier faisant office de centre national de collecte. à cette fin. promouvoir et protéger la liberté de rechercher. de publier et de diffuser des informations concernant la corruption. Lorsqu’ils instituent un régime interne de réglementation et de contrôle en vertu du présent article. les Etats Parties sont invités à s’inspirer des initiatives pertinentes prises par les organisations régionales. Ce régime met l’accent sur les exigences en matière d’identification des clients et. de recevoir. Chaque Etat Partie prend des mesures appropriées pour veiller à ce que les organes de prévention de la corruption compétents mentionnés dans la présente Convention soient connus du public et fait en sorte qu’ils soient accessibles. dans les limites de sa compétence. dans les conditions définies par son droit interne et. pour que tous faits susceptibles d’être considérés comme constituant une infraction établie conformément à la présente Convention puissent leur être signalés. Article 14 Mesures visant à prévenir le blanchiment d’argent 1. de réglementation. sous réserve de garanties permettant d’assurer une utilisation correcte des informations et sans entraver d’aucune façon la circulation des capitaux licites. Les Etats Parties envisagent de mettre en oeuvre des mesures réalisables de détection et de surveillance du mouvement transfrontière d’espèces et de titres négociables appropriés. de détection et de répression et autres chargées de la lutte contre le blanchiment d’argent (y compris. ii) A la protection de la sécurité nationale ou de l’ordre public. y compris des personnes physiques ou morales qui fournissent des services formels ou informels de transmission de fonds ou de valeurs ainsi que. que les autorités administratives. des autres entités particulièrement exposées au blanchiment d’argent. dans les cas où son droit interne le prévoit. lorsqu’il y a lieu. et sans préjudice de tout autre article de la présente Convention. d’analyse et de diffusion d’informations concernant d’éventuelles opérations de blanchiment d’argent. 61 . s’il y a lieu. b) Qu’elles conservent ces informations tout au long de la chaîne de paiement . y compris des sociétés de transfert de fonds : a) Qu’elles consignent sur les formulaires et dans les messages concernant les transferts électroniques de fonds des informations exactes et utiles sur le donneur d’ordre . y compris sous couvert d’anonymat. des ayants droit économiques. Chaque Etat Partie : a) Institue un régime interne complet de réglementation et de contrôle des banques et institutions financières non bancaires. les autorités judiciaires) sont en mesure de coopérer et d’échanger des informations aux niveaux national et international. 2. Les Etats Parties envisagent de mettre en oeuvre des mesures appropriées et réalisables pour exiger des institutions financières.

de tous fonds ou valeurs publics ou privés ou de toute autre chose de valeur qui lui ont été remis à raison de ses fonctions. pour un agent public ou toute autre personne. un avantage indu pour lui-même ou elle-même ou pour une autre personne afin d’abuser de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d’une administration ou d’une autorité publique de l’Etat Partie un avantage indu. lorsque les actes ont été commis intentionnellement. d’offrir ou d’accorder à un agent public ou à toute autre personne. par un agent public. de tous biens. afin qu’il accomplisse s’abstienne d’accomplir un acte dans l’exercice de ses fonctions officielles . d’offrir ou d’accorder à un agent public étranger ou à un fonctionnaire d’une organisation internationale publique. pour un agent public étranger ou un fonctionnaire d’une organisation internationale publique. directement ou indirectement. afin qu’il accomplisse ou s’abstienne d’accomplir un acte dans l’exercice de ses fonctions officielles.CHAPITRE III Incrimination. Chaque Etat Partie adopte les mesures législatives et autres nécessaires pour conférer le caractère d’infraction pénale. un ou un de Article 16 Corruption d’agents publics étrangers et de fonctionnaires d’organisations internationales publiques 1. détection et répression Article 15 Corruption d’agents publics nationaux Chaque Etat Partie adopte les mesures législatives et autres nécessaires pour conférer le caractère d’infraction pénale. lorsque les actes ont été commis intentionnellement : a) Au fait de promettre. pour lui-même ou pour une autre personne ou entité. Article 18 Trafic d’influence Chaque Etat Partie envisage d’adopter les mesures législatives et autres nécessaires pour conférer le caractère d’infraction pénale. de solliciter ou d’accepter. de solliciter ou d’accepter. Article 17 Soustraction. en vue d’obtenir ou de conserver un marché ou un autre avantage indu en liaison avec des activités de commerce international. lorsque les actes ont été commis intentionnellement : a) Au fait de promettre. au fait de promettre. directement ou indirectement. directement ou indirectement. b) Au fait pour un agent public de solliciter ou d’accepter. lorsque les actes ont été commis intentionnellement. pour lui-même ou pour une autre personne ou entité. directement ou indirectement. d’offrir ou d’accorder à un agent public. un avantage indu. lorsque les actes ont été commis intentionnellement. Chaque Etat Partie envisage d’adopter les mesures législatives et autres nécessaires pour conférer le caractère d’infraction pénale. b) Au fait. à son profit ou au profit d’une autre personne ou entité. afin d’accomplir ou s’abstenir d’accomplir un acte dans l’exercice de ses fonctions officielles. 62 . détournement ou autre usage illicite de biens par un agent public Chaque Etat Partie adopte les mesures législatives et autres nécessaires pour conférer le caractère d’infraction pénale. afin d’accomplir ou de s’abstenir d’accomplir un acte dans l’exercice de ses fonctions officielles. avantage indu. un avantage indu afin que ledit agent ou ladite personne abuse de son influence réelle ou supposée en vue d’obtenir d’une administration ou d’une autorité publique de l’Etat Partie un avantage indu pour l’instigateur initial de l’acte ou pour toute autre personne . au détournement ou à un autre usage illicite. pour luimême ou pour une autre personne ou entité. au fait. directement ou indirectement. à la soustraction. directement ou indirectement. avantage indu. un avantage indu. 2. pour lui-même ou pour une autre personne ou entité.

de l’origine. de tous biens. pour toute personne qui dirige une entité du secteur privé ou travaille pour une telle entité. à la soustraction par une personne qui dirige une entité du secteur privé ou travaille pour une telle entité. c’est-à-dire une augmentation substantielle du patrimoine d’un agent public que celui-ci ne peut raisonnablement justifier par rapport à ses revenus légitimes. lorsque l’acte a été commis intentionnellement. dans l’exercice de ses fonctions. de solliciter ou d’accepter. dans le but de dissimuler ou de déguiser l’origine illicite desdits biens ou d’aider toute personne qui est impliquée dans la commission de l’infraction principale à échapper aux conséquences juridiques de ses actes . au moment où il les reçoit. pour elle-même ou pour une autre personne. du mouvement ou de la propriété de biens ou de droits y relatifs dont l’auteur sait qu’ils sont le produit du crime . afin que. les détient ou les utilise sait. les mesures législatives et autres nécessaires pour conférer le caractère d’infraction pénale. au fait pour un agent public d’abuser de ses fonctions ou de son poste. ii) A la dissimulation ou au déguisement de la nature véritable. Article 20 Enrichissement illicite Sous réserve de sa constitution et des principes fondamentaux de son système juridique. Chaque Etat Partie adopte. directement ou indirectement. b) Sous réserve des concepts fondamentaux de son système juridique : i) A l’acquisition. en violation de ses devoirs. d’offrir ou d’accorder. Article 23 Blanchiment du produit du crime 1. chaque Etat Partie envisage d’adopter les mesures législatives et autres nécessaires pour conférer le caractère d’infraction pénale. de l’emplacement. conformément aux principes fondamentaux de son droit interne. un avantage indu à toute personne qui dirige une entité du secteur privé ou travaille pour une telle entité. en quelque qualité que ce soit. qu’ils sont le produit du crime . financières ou commerciales : a) Au fait de promettre. afin d’accomplir ou de s’abstenir d’accomplir un acte en violation de ses devoirs. Article 21 Corruption dans le secteur privé Chaque Etat Partie envisage d’adopter les mesures législatives et autres nécessaires pour conférer le caractère d’infraction pénale. Article 22 Soustraction de biens dans le secteur privé Chaque Etat Partie envisage d’adopter les mesures législatives et autres nécessaires pour conférer le caractère d’infraction pénale. financières ou commerciales. elle accomplisse ou s’abstienne d’accomplir un acte . b) Au fait. directement ou indirectement. 63 . en quelque qualité que ce soit. un acte en violation des lois afin d’obtenir un avantage indu pour lui-même ou pour une autre personne ou entité. lorsque les actes ont été commis intentionnellement dans le cadre d’activités économiques. un avantage indu. lorsque l’acte a été commis intentionnellement.Article 19 Abus de fonctions Chaque Etat Partie envisage d’adopter les mesures législatives et autres nécessaires pour conférer le caractère d’infraction pénale. lorsque l’acte a été commis intentionnellement dans le cadre d’activités économiques. lorsque les actes ont été commis intentionnellement : a) i) A la conversion ou au transfert de biens dont celui qui s’y livre sait qu’ils sont le produit du crime. pour elle-même ou pour une autre personne. de la disposition. à la détention ou à l’utilisation de biens dont celui qui les acquiert. c’est-à-dire d’accomplir ou de s’abstenir d’accomplir. de tous fonds ou valeurs privés ou de toute autre chose de valeur qui lui ont été remis à raison de ses fonctions. à l’enrichissement illicite. en quelque qualité que ce soit.

la responsabilité des personnes morales peut être pénale. une infraction commise à l’extérieur du territoire relevant de la compétence d’un Etat Partie ne constitue une infraction principale que lorsque l’acte correspondant est une infraction pénale dans le droit interne de l’Etat où il a été commis et constituerait une infraction pénale dans le droit interne de l’Etat Partie appliquant le présent article s’il avait été commis sur son territoire . Article 26 Responsabilité des personnes morales 1. à des menaces ou à l’intimidation pour empêcher un agent de la justice ou un agent des services de détection et de répression d’exercer les devoirs de leur charge en rapport avec la commission d’infractions établies conformément à la présente Convention. Cette responsabilité est sans préjudice de la responsabilité pénale des personnes physiques qui ont commis les infractions. entente. Chaque Etat Partie adopte les mesures nécessaires. 64 . conformément à ses principes juridiques. 2. tentative ou complicité par fourniture d’une assistance. Article 25 Entrave au bon fonctionnement de la justice Chaque Etat Partie adopte les mesures législatives et autres nécessaires pour conférer le caractère d’infraction pénale. d) Chaque Etat Partie remet au Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies une copie de ses lois qui donnent effet au présent article ainsi que de toute modification ultérieurement apportée à ces lois ou une description de ces lois et modifications ultérieures . Aux fins de l’application du paragraphe 1 du présent article : a) Chaque Etat Partie s’efforce d’appliquer le paragraphe 1 du présent article à l’éventail le plus large d’infractions principales . d’offrir ou d’accorder un avantage indu pour obtenir un faux témoignage ou empêcher un témoignage ou la présentation d’éléments de preuve dans une procédure en rapport avec la commission d’infractions établies conformément à la présente Convention . c) Aux fins de l’alinéa b ci-dessus. il peut être disposé que les infractions énoncées au paragraphe 1 du présent article ne s’appliquent pas aux personnes qui ont commis l’infraction principale. lorsque les actes ont été commis intentionnellement : a) Au fait de recourir à la force physique. e) Lorsque les principes fondamentaux du droit interne d’un Etat Partie l’exigent. pour établir la responsabilité des personnes morales qui participent aux infractions établies conformément à la présente Convention. civile ou administrative. Rien dans le présent alinéa ne porte atteinte au droit des Etats Parties de disposer d’une législation destinée à protéger d’autres catégories d’agents publics. Article 24 Recel Sans préjudice des dispositions de l’article 23 de la présente Convention. d’une aide ou de conseils en vue de sa commission. Sous réserve des principes juridiques de l’Etat Partie. b) Au fait de recourir à la force physique.ii) A la participation à l’une des infractions établies conformément au présent article ou à toute association. les infractions principales incluent les infractions commises à l’intérieur et à l'extérieur du territoire relevant de la compétence de l’Etat Partie en question. à des menaces ou à l’intimidation ou de promettre. au fait de dissimuler ou de retenir de façon continue des biens en sachant que lesdits biens proviennent de l’une quelconque des infractions établies conformément à la présente Convention. b) Chaque Etat Partie inclut dans les infractions principales au minimum un éventail complet d’infractions pénales établies conformément à la présente Convention . Toutefois. lorsque les actes ont été commis intentionnellement après la commission de l’une quelconque des infractions établies conformément à la présente Convention sans qu’il y ait eu participation auxdites infractions. 2. 3. chaque Etat Partie envisage d’adopter les mesures législatives et autres nécessaires pour conférer le caractère d’infraction pénale.

dans la mesure compatible avec les principes fondamentaux de son système juridique. et la possibilité. l’intention ou la motivation nécessaires en tant qu’éléments d’une infraction établie conformément à la présente Convention peuvent être déduites de circonstances factuelles objectives. envisage d’établir des procédures permettant. Chaque Etat Partie veille. conformément à son droit interne. 3. jugement et sanctions 1.4. à une infraction établie conformément à la présente Convention. Chaque Etat Partie peut adopter les mesures législatives et autres nécessaires pour conférer le caractère d’infraction pénale. 4. de suspendre ou de muter un agent public accusé d’une infraction établie conformément à la présente Convention. S’agissant d’infractions établies conformément à la présente Convention. au fait de participer à quelque titre que ce soit. 6. conformément à son droit interne et compte dûment tenu des droits de la défense. Article 30 Poursuites judiciaires. conformément à son système juridique et à ses principes constitutionnels. Chaque Etat Partie. Chaque Etat Partie rend la commission d’une infraction établie conformément à la présente Convention passible de sanctions qui tiennent compte de la gravité de cette infraction. au fait de tenter de commettre une infraction établie conformément à la présente Convention. à l’autorité compétente de révoquer. en gardant à l’esprit le respect du principe de la présomption d’innocence. conformément à son droit interne. dans le cadre de son droit interne. en particulier. chaque Etat Partie fixe. Chaque Etat Partie s’efforce de faire en sorte que tout pouvoir judiciaire discrétionnaire conféré par son droit interne et afférent aux poursuites judiciaires engagées contre des personnes pour des infractions établies conformément à la présente Convention soit exercé de façon à optimiser l’efficacité des mesures de détection et de répression de ces infractions. l’intention et la motivation en tant qu’éléments d’une infraction La connaissance. conformément à son droit interne. par exemple comme complice. 2. au fait de préparer une infraction établie conformément à la présente Convention. compte dûment tenu de la nécessité d’exercer un effet dissuasif en ce qui concerne leur commission. Chaque Etat Partie peut adopter les mesures législatives et autres nécessaires pour conférer le caractère d’infraction pénale. à ce que les personnes morales tenues responsables conformément au présent article fassent l’objet de sanctions efficaces. 3. si nécessaire. un équilibre approprié entre toutes immunités ou tous privilèges de juridiction accordés à ses agents publics dans l’exercice de leurs fonctions. 5. de poursuivre et de juger effectivement les infractions établies conformément à la présente Convention. pour faire en sorte que les conditions auxquelles sont subordonnées les décisions de mise en liberté dans l’attente du jugement ou de la procédure d’appel tiennent compte de la nécessité d’assurer la présence du défendeur lors de la procédure pénale ultérieure. 65 . un long délai de prescription dans lequel des poursuites peuvent être engagées du chef d’une des infractions établies conformément à la présente Convention et fixe un délai plus long ou suspend la prescription lorsque l’auteur présumé de l’infraction s’est soustrait à la justice. Chaque Etat Partie adopte les mesures législatives et autres nécessaires pour conférer le caractère d’infraction pénale. autre assistant ou instigateur. Article 29 Prescription Lorsqu’il y a lieu. de rechercher. Article 27 Participation et tentative 1. 2. Article 28 La connaissance. proportionnées et dissuasives de nature pénale ou non pénale. chaque Etat Partie prend des mesures appropriées. s’il y a lieu. Chaque Etat Partie prend en compte la gravité des infractions concernées lorsqu’il envisage l’éventualité d’une libération anticipée ou conditionnelle de personnes reconnues coupables de ces infractions. Chaque Etat Partie prend les mesures nécessaires pour établir ou maintenir. y compris de sanctions pécuniaires.

saisie et confiscation 1. de la même manière et dans la même mesure que le produit du crime. 4. 10. chaque Etat Partie habilite ses tribunaux ou autres autorités compétentes à ordonner la production ou la saisie de documents bancaires. Un Etat Partie ne peut invoquer le secret bancaire pour refuser de donner effet aux dispositions du présent paragraphe. Aucune disposition de la présente Convention ne porte atteinte au principe selon lequel la définition des infractions établies conformément à celle-ci et des moyens juridiques de défense applicables ou autres principes juridiques régissant la légalité des incriminations relève exclusivement du droit interne d’un Etat Partie et selon lequel lesdites infractions sont poursuivies et punies conformément à ce droit. Aux fins du présent article et de l’article 55 de la présente Convention. ces derniers peuvent faire l’objet des mesures visées au présent article en lieu et place dudit produit. dans la mesure compatible avec les principes fondamentaux de son système juridique. sans préjudice de tout pouvoir de gel ou de saisie. les mesures nécessaires pour permettre la confiscation : a) Du produit du crime provenant d’infractions établies conformément à la présente Convention ou de biens dont la valeur correspond à celle de ce produit . 2. financiers ou commerciaux. Les revenus ou autres avantages tirés de ce produit du crime. conformément à son droit interne. et b) D’exercer une fonction dans une entreprise dont l’Etat est totalement ou partiellement propriétaire. Aucune disposition du présent article ne porte atteinte au principe selon lequel les mesures qui y sont visées sont définies et exécutées conformément aux dispositions du droit interne de chaque Etat Partie et sous réserve de celles-ci. Article 31 Gel. les personnes reconnues coupables d’infractions établies conformément à la présente Convention du droit : a) D’exercer une fonction publique . chaque Etat Partie. envisage d’établir des procédures permettant de déchoir. L’interprétation des dispositions du présent article ne doit en aucun cas porter atteinte aux droits des tiers de bonne foi. en d’autres biens. pour une durée fixée par son droit interne. Si ce produit du crime a été mêlé à des biens acquis légitimement. en partie ou en totalité. 66 . 10. 5. ces biens. matériels ou autres instruments utilisés ou destinés à être utilisés pour les infractions établies conformément à la présente Convention. Les Etats Parties s’efforcent de promouvoir la réinsertion dans la société des personnes reconnues coupables d’infractions établies conformément à la présente Convention. 8. le gel ou la saisie de tout ce qui est mentionné au paragraphe 1 du présent article aux fins de confiscation éventuelle. sont confiscables à concurrence de la valeur estimée du produit qui y a été mêlé.7. 8. Chaque Etat Partie adopte. Si ce produit du crime a été transformé ou converti. les mesures législatives et autres nécessaires pour réglementer l’administration par les autorités compétentes des biens gelés. 9. des biens en lesquels le produit a été transformé ou converti ou des biens auxquels il a été mêlé peuvent aussi faire l’objet des mesures visées au présent article. 9. Le paragraphe 1 du présent article s’entend sans préjudice de l’exercice des pouvoirs disciplinaires par les autorités compétentes à l’encontre des fonctionnaires. b) Des biens. dans toute la mesure possible dans le cadre de son système juridique interne. Chaque Etat Partie prend. 3. Les Etats Parties peuvent envisager d’exiger que l’auteur d’une infraction établisse l’origine licite du produit présumé du crime ou d’autres biens confiscables. Chaque Etat Partie prend les mesures nécessaires pour permettre l’identification. 7. dans la mesure où cette exigence est conforme aux principes fondamentaux de leur droit interne et à la nature des procédures judiciaires et autres. la localisation. 6. par décision de justice ou par tout autre moyen approprié. saisis ou confisqués visés aux paragraphes 1 et 2 du présent article. Lorsque la gravité de l’infraction le justifie.

3. conformément à son système juridique interne et dans la limite de ses moyens. le retrait d’une concession ou de tout autre acte juridique analogue ou prendre toute autre mesure corrective. selon les besoins et dans la mesure du possible. de bonne foi et sur la base de soupçons raisonnables. des experts et des victimes 1. s’il y a lieu. Les dispositions du présent article s’appliquent également aux victimes lorsqu’elles sont témoins. tous faits concernant les infractions établies conformément à la présente Convention. Chaque Etat Partie prend. b) A prévoir des règles de preuve qui permettent aux témoins et experts de déposer d’une manière qui garantisse leur sécurité. Article 33 Protection des personnes qui communiquent des informations Chaque Etat Partie envisage d’incorporer dans son système juridique interne des mesures appropriées pour assurer la protection contre tout traitement injustifié de toute personne qui signale aux autorités compétentes. 2. Ce ou ces organes ou ces personnes se voient accorder l’indépendance nécessaire. s’il y a lieu. sous réserve de son droit interne. pour la protection physique de ces personnes. les Etats Parties peuvent considérer la corruption comme un facteur pertinent dans une procédure judiciaire pour décider l’annulation ou la rescision d’un contrat. à leur fournir un nouveau domicile et à permettre. sans préjudice des droits du défendeur. conformément aux principes de son droit interne. Les Etats Parties envisagent de conclure des accords ou arrangements avec d’autres Etats en vue de fournir un nouveau domicile aux personnes mentionnées au paragraphe 1 du présent article. 5. que les renseignements concernant leur identité et le lieu où elles se trouvent ne soient pas divulgués ou que leur divulgation soit limitée . Article 36 Autorités spécialisées Chaque Etat Partie fait en sorte. Dans cette perspective. y compris du droit à une procédure régulière : a) A établir. 67 . Ces personnes ou le personnel dudit ou desdits organes devraient avoir la formation et les ressources appropriées pour exercer leurs tâches. Article 34 Conséquences d’actes de corruption Compte dûment tenu des droits des tiers acquis de bonne foi.Article 32 Protection des témoins. conformément aux principes fondamentaux du système juridique de l’Etat Partie. 4. des mesures pour s’attaquer aux conséquences de la corruption. notamment à les autoriser à déposer en recourant à des techniques de communication telles que les liaisons vidéo ou à d’autres moyens adéquats. pour donner aux entités ou personnes qui ont subi un préjudice du fait d’un acte de corruption le droit d’engager une action en justice à l’encontre des responsables dudit préjudice en vue d’obtenir réparation. Chaque Etat Partie. des procédures visant notamment. pour pouvoir exercer leurs fonctions efficacement et à l’abri de toute influence indue. des mesures appropriées pour assurer une protection efficace contre des actes éventuels de représailles ou d’intimidation aux témoins et aux experts qui déposent concernant des infractions établies conformément à la présente Convention et. chaque Etat Partie prend. conformément aux principes fondamentaux de son système juridique. qu’existent un ou plusieurs organes ou des personnes spécialisés dans la lutte contre la corruption par la détection et la répression. conformément aux principes fondamentaux de son droit interne. Les mesures envisagées au paragraphe 1 du présent article peuvent consister notamment. Article 35 Réparation du préjudice Chaque Etat Partie prend les mesures nécessaires. fait en sorte que les avis et préoccupations des victimes soient présentés et pris en compte aux stades appropriés de la procédure pénale engagée contre les auteurs d’infractions d’une manière qui ne porte pas préjudice aux droits de la défense. à leurs parents et à d’autres personnes qui leur sont proches.

sur des questions concernant la commission d’infractions établies conformément à la présente Convention. Article 39 Coopération entre autorités nationales et secteur privé 1. 5. les Etats Parties concernés peuvent envisager de conclure des accords ou arrangements. Article 38 Coopération entre autorités nationales Chaque Etat Partie prend les mesures nécessaires pour encourager. de leur propre initiative. 68 . les secondes lorsqu’il existe des motifs raisonnables de considérer que l’une des infractions établies conformément aux articles 15. concernant l’éventuel octroi par l’autre Etat Partie du traitement décrit aux paragraphes 2 et 3 du présent article. Chaque Etat Partie prend les mesures nécessaires pour encourager. Cette coopération peut consister : a) Pour les premiers à informer. aux secondes toutes les informations nécessaires. à ce qu’il y ait dans son système juridique interne des mécanismes appropriés pour surmonter les obstacles qui peuvent résulter de l’application de lois sur le secret bancaire. Article 40 Secret bancaire Chaque Etat Partie veille. sur demande. 2. Chaque Etat Partie prend des mesures appropriées pour encourager les personnes qui participent ou ont participé à la commission d’une infraction établie conformément à la présente Convention à fournir aux autorités compétentes des informations utiles à des fins d’enquête et de recherche de preuves. conformément aux principes fondamentaux de son droit interne. Chaque Etat Partie envisage de prévoir la possibilité. 3. Chaque Etat Partie envisage d’encourager ses ressortissants et les autres personnes ayant leur résidence habituelle sur son territoire à signaler aux autorités nationales chargées des enquêtes et des poursuites la commission d’une infraction établie conformément à la présente Convention. la coopération entre les autorités nationales chargées des enquêtes et des poursuites et des entités du secteur privé. conformément à leur droit interne. en cas d’enquêtes judiciaires nationales sur des infractions établies conformément à la présente Convention. d’autre part. mutatis mutandis. d’une part. ses autorités publiques ainsi que ses agents publics et. en particulier les institutions financières. comme le prévoit l’article 32 de la présente Convention. conformément à son droit interne.Article 37 Coopération avec les services de détection et de répression 1. ses autorités chargées des enquêtes et des poursuites relatives à des infractions pénales. 21 et 23 de la présente Convention a été commise . ou b) Pour les premiers à fournir. dans les cas appropriés. d’alléger la peine dont est passible un prévenu qui coopère de manière substantielle à l’enquête ou aux poursuites relatives à une infraction établie conformément à la présente Convention. conformément à son droit interne. ainsi qu’une aide factuelle et concrète qui pourrait contribuer à priver les auteurs de l’infraction du produit du crime et à récupérer ce produit. la coopération entre. Chaque Etat Partie envisage de prévoir la possibilité. Lorsqu’une personne qui est visée au paragraphe 1 du présent article et se trouve dans un Etat Partie peut apporter une coopération substantielle aux autorités compétentes d’un autre Etat Partie. 2. 4. d’accorder l’immunité de poursuites à une personne qui coopère de manière substantielle à l’enquête ou aux poursuites relatives à une infraction établie conformément à la présente Convention. La protection de ces personnes est assurée.

chaque Etat Partie prend les mesures nécessaires pour établir sa compétence à l’égard des infractions établies conformément à la présente Convention lorsque l’auteur présumé se trouve sur son territoire et qu’il n’extrade pas cette personne au seul motif qu’elle est l’un de ses ressortissants. selon qu’il convient. Si un Etat Partie qui exerce sa compétence en vertu du paragraphe 1 ou 2 du présent article a été avisé. Chaque Etat Partie adopte les mesures nécessaires pour établir sa compétence à l’égard des infractions établies conformément à la présente Convention dans les cas suivants : a) Lorsque l’infraction est commise sur son territoire . un Etat Partie peut également établir sa compétence à l’égard de l’une quelconque de ces infractions dans les cas suivants : a) Lorsque l’infraction est commise à l’encontre d’un de ses ressortissants . 3. dans les conditions et aux fins qu’il juge appropriées. ou b) Lorsque l’infraction est commise par l’un de ses ressortissants ou par une personne apatride résidant habituellement sur son territoire . 2. sur son territoire. ou d) Lorsque l’infraction est commise à son encontre. de toute condamnation dont l’auteur présumé d’une infraction aurait antérieurement fait l’objet dans un autre Etat. les autorités compétentes de ces Etats Parties se consultent. pour coordonner leurs actions. d’une infraction établie conformément aux alinéas a) i) ou ii) ou b) i) du paragraphe 1 de l’article 23 de la présente Convention . Sous réserve de l’article 4 de la présente Convention. afin d’utiliser cette information dans le cadre d’une procédure pénale relative à une infraction établie conformément à la présente Convention. 69 . Aux fins de l’article 44 de la présente Convention. ou c) Lorsque l’infraction est l’une de celles établies conformément à l’alinéa b) ii) du paragraphe 1 de l’article 23 de la présente Convention et est commise hors de son territoire en vue de la commission.Article 41 Antécédents judiciaires Chaque Etat Partie peut adopter les mesures législatives ou autres nécessaires pour tenir compte. Chaque Etat Partie peut également prendre les mesures nécessaires pour établir sa compétence à l’égard des infractions établies conformément à la présente Convention lorsque l’auteur présumé se trouve sur son territoire et qu’il ne l’extrade pas. que d’autres Etats Parties mènent une enquête ou ont engagé des poursuites ou une procédure judiciaire concernant le même acte. Article 42 Compétence 1. la présente Convention n’exclut pas l’exercice de toute compétence pénale établie par un Etat Partie conformément à son droit interne. 5. 4. ou b) Lorsque l’infraction est commise à bord d’un navire qui bat son pavillon ou à bord d’un aéronef immatriculé conformément à son droit interne au moment où ladite infraction est commise. 6. Sans préjudice des normes du droit international général. ou a appris de toute autre façon.

chaque fois que la double incrimination est considérée comme une condition. En matière de coopération internationale.CHAPITRE IV Coopération internationale Article 43 Coopération internationale 1.Nonobstant les dispositions du paragraphe 1 du présent article. ne considère aucune des infractions établies conformément à la présente Convention comme une infraction politique. 4. 5. s’il y a lieu. 3. un Etat Partie dont la législation le permet peut accorder l’extradition d’une personne pour l’une quelconque des infractions visées par la présente Convention qui ne sont pas punissables en vertu de son droit interne. Un Etat Partie dont la législation le permet. et b) S’il ne considère pas la présente Convention comme la base légale pour coopérer en matière d’extradition. de conclure des traités d’extradition avec d’autres Etats Parties afin d’appliquer le présent article. Article 44 Extradition 1. indique au Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies s’il considère la présente Convention comme la base légale pour coopérer en matière d’extradition avec d’autres Etats Parties . Si la demande d’extradition porte sur plusieurs infractions distinctes. il peut considérer la présente Convention comme la base légale de l’extradition pour les infractions auxquelles le présent article s’applique. 2. celle-ci est réputée remplie. dont au moins une donne lieu à extradition en vertu du présent article et dont certaines ne donnent pas lieu à extradition en raison de la durée de l’emprisonnement mais ont un lien avec des infractions établies conformément à la présente Convention. Lorsqu’il y a lieu et conformément à leur système juridique interne. à condition que l’infraction pour laquelle l’extradition est demandée soit punissable par le droit interne de l’Etat Partie requérant et de l’Etat Partie requis. d’approbation ou d’adhésion à la présente Convention. si l’acte constituant l’infraction pour laquelle l’assistance est demandée est une infraction pénale en vertu de la législation des deux Etats Parties. lorsqu’il se fonde sur la présente Convention pour l’extradition. s’efforce. Chacune des infractions auxquelles s’applique le présent article est de plein droit incluse dans tout traité d’extradition en vigueur entre les Etats Parties en tant qu’infraction dont l’auteur peut être extradé. les Etats Parties envisagent de se prêter mutuellement assistance dans les enquêtes et les procédures concernant des affaires civiles et administratives relatives à la corruption. Les Etats Parties s’engagent à inclure ces infractions en tant qu’infractions dont l’auteur peut être extradé dans tout traité d’extradition qu’ils concluront entre eux. Les Etats Parties coopèrent en matière pénale conformément aux articles 44 à 50 de la présente Convention. l’Etat Partie requis peut appliquer le présent article également à ces infractions. Un Etat Partie qui subordonne l’extradition à l’existence d’un traité : a) Au moment du dépôt de son instrument de ratification. 6. Le présent article s’applique aux infractions établies conformément à la présente Convention lorsque la personne faisant l’objet de la demande d’extradition se trouve sur le territoire de l’Etat Partie requis. 70 . 2. Si un Etat Partie qui subordonne l’extradition à l’existence d’un traité reçoit une demande d’extradition d’un Etat Partie avec lequel il n’a pas conclu pareil traité. que la législation de l’Etat Partie requis qualifie ou désigne ou non l’infraction de la même manière que l’Etat Partie requérant. d’acceptation.

à la demande de l’Etat Partie requérant et s’il estime que les circonstances le justifient et qu’il y a urgence. s’il n’extrade pas cette personne au titre d’une infraction à laquelle s’applique le présent article au seul motif qu’elle est l’un de ses ressortissants. sous réserve de leur droit interne. de sa religion. aux conditions concernant la peine minimale requise pour extrader et aux motifs pour lesquels l’Etat Partie requis peut refuser l’extradition. demandée aux fins d’exécution d’une peine. de sa nationalité. y compris la jouissance de tous les droits et de toutes les garanties prévus par le droit interne de l’Etat Partie sur le territoire duquel elle se trouve. 8. 15. afin d’assurer l’efficacité des poursuites. de son origine ethnique ou de ses opinions politiques. à la demande de l’Etat Partie requérant l’extradition. est tenu. Lorsqu’un Etat Partie. Si l’extradition. en conformité avec les prescriptions de ce droit et à la demande de l’Etat Partie requérant. L’extradition est subordonnée aux conditions prévues par le droit interne de l’Etat Partie requis ou par les traités d’extradition applicables. 9. envisage de faire exécuter lui-même la peine prononcée conformément au droit interne de l’Etat Partie requérant. de sa race. Les Etats Parties intéressés coopèrent entre eux. ou que donner suite à cette demande causerait un préjudice à cette personne pour l’une quelconque de ces raisons. si son droit interne le lui permet. Les Etats Parties qui ne subordonnent pas l’extradition à l’existence d’un traité reconnaissent entre eux aux infractions auxquelles le présent article s’applique le caractère d’infraction dont l’auteur peut être extradé. celui-ci. 71 . Avant de refuser l’extradition. 12. placer en détention une personne présente sur son territoire dont l’extradition est demandée ou prendre à son égard d’autres mesures appropriées pour assurer sa présence lors de la procédure d’extradition. 16. y compris. Aucune disposition de la présente Convention ne doit être interprétée comme faisant obligation à l’Etat Partie requis d’extrader s’il a de sérieuses raisons de penser que la demande a été présentée aux fins de poursuivre ou de punir une personne en raison de son sexe. l’Etat Partie requis peut. en vertu de son droit interne. et lorsque cet Etat Partie et l’Etat Partie requérant s’accordent sur cette option et d’autres conditions qu’ils peuvent juger appropriées. 17. notamment. n’est autorisé à extrader ou remettre de toute autre manière l’un de ses ressortissants que si cette personne est ensuite renvoyée sur son territoire pour purger la peine prononcée à l’issue du procès ou de la procédure à l’origine de la demande d’extradition ou de remise. 11. Sous réserve des dispositions de son droit interne et des traités d’extradition qu’il a conclus. l’Etat Partie requis consulte. Les Etats Parties ne peuvent refuser une demande d’extradition au seul motif que l’infraction est considérée comme touchant aussi à des questions fiscales. notamment en matière de procédure et de preuve. s’il y a lieu. 10. Un Etat Partie sur le territoire duquel se trouve l’auteur présumé d’une infraction. d’accélérer les procédures d’extradition et de simplifier les exigences en matière de preuve y relatives en ce qui concerne les infractions auxquelles s’applique le présent article. est refusée parce que la personne faisant l’objet de cette demande est un ressortissant de l’Etat Partie requis. de soumettre l’affaire sans retard excessif à ses autorités compétentes aux fins de poursuites. 14. l’Etat Partie requérant afin de lui donner toute possibilité de présenter ses opinions et de fournir des informations à l’appui de ses allégations.7. 13. Les Etats Parties s’efforcent. ou le reliquat de cette peine. Toute personne faisant l’objet de poursuites en raison de l’une quelconque des infractions auxquelles le présent article s’applique se voit garantir un traitement équitable à tous les stades de la procédure. cette extradition ou remise conditionnelle est suffisante aux fins de l’exécution de l’obligation énoncée au paragraphe 11 du présent article. Lesdites autorités prennent leur décision et mènent les poursuites de la même manière que pour toute autre infraction grave en vertu du droit interne de cet Etat Partie.

sans demande préalable. des pièces à conviction et des estimations d’experts . Dans ce dernier cas. Toutefois. l’Etat Partie qui reçoit les informations avise l’Etat Partie qui les communique avant la révélation. y compris des documents administratifs. ou amener ce dernier Etat Partie à formuler une demande en vertu de la présente Convention. l’Etat Partie qui reçoit les informations informe sans retard de la révélation l’Etat Partie qui les communique.18. g) Identifier ou localiser des produits du crime. ainsi que des gels . Les autorités compétentes qui reçoivent ces informations accèdent à toute demande tendant à ce que lesdites informations restent confidentielles. i) Fournir tout autre type d’assistance compatible avec le droit interne de l’Etat Partie requis . conformément aux dispositions du chapitre V de la présente Convention . c) Effectuer des perquisitions et des saisies. si elles pensent que ces informations pourraient aider celle-ci à entreprendre ou à mener à bien des enquêtes et des poursuites pénales. 72 . bancaires.La communication d’informations conformément au paragraphe 4 du présent article se fait sans préjudice des enquêtes et poursuites pénales dans l’Etat dont les autorités compétentes fournissent les informations. j) Identifier. Si. L’entraide judiciaire la plus large possible est accordée. 2. k) Recouvrer des avoirs. b) Signifier des actes judiciaires . poursuites et procédures judiciaires concernant les infractions visées par la présente Convention. autant que les lois. même temporairement. Article 45 Transfèrement des personnes condamnées Les Etats Parties peuvent envisager de conclure des accords ou des arrangements bilatéraux ou multilatéraux relatifs au transfèrement sur leur territoire de personnes condamnées à des peines d’emprisonnement ou autres peines privatives de liberté du fait d’infractions établies conformément à la présente Convention afin qu’elles puissent y purger le reliquat de leur peine. dans un cas exceptionnel. accords et arrangements pertinents de l’Etat Partie requis le permettent. et s’il lui en est fait la demande. Les Etats Parties s’efforcent de conclure des accords ou arrangements bilatéraux et multilatéraux pour permettre l’extradition ou pour en accroître l’efficacité. Sans préjudice du droit interne. lors des enquêtes. 5. communiquer des informations concernant des affaires pénales à une autorité compétente d’un autre Etat Partie. geler et localiser le produit du crime. consulte ce dernier. cela n’empêche pas l’Etat Partie qui reçoit les informations de révéler. traités. e) Fournir des informations. des biens. les autorités compétentes d’un Etat Partie peuvent. d) Examiner des objets et visiter des lieux . 3. financiers ou commerciaux et des documents de société . des instruments ou d’autres choses afin de recueillir des éléments de preuve . L’entraide judiciaire qui est accordée en application du présent article peut être demandée aux fins suivantes : a) Recueillir des témoignages ou des dépositions . Les Etats Parties s’accordent mutuellement l’entraide judiciaire la plus large possible lors des enquêtes. h) Faciliter la comparution volontaire de personnes dans l’Etat Partie requérant . poursuites et procédures judiciaires concernant les infractions dont une personne morale peut être tenue responsable dans l’Etat Partie requérant. 4. Article 46 Entraide judiciaire 1. lors de la procédure judiciaire. conformément aux dispositions du chapitre V de la présente Convention. une notification préalable n’est pas possible. des informations à la décharge d’un prévenu. f) Fournir des originaux ou des copies certifiées conformes de documents et dossiers pertinents. ou à ce que leur utilisation soit assortie de restrictions. conformément à l’article 26 de la présente Convention.

Chaque Etat Partie désigne une autorité centrale qui a la responsabilité et le pouvoir de recevoir les demandes d’entraide judiciaire et soit de les exécuter. n’est paspoursuivie. Les Etats Parties sont vivement encouragés à appliquer ces paragraphes s’ils facilitent la coopération. accorde l’aide demandée si elle n’implique pas de mesures coercitives. 10. 11. d’omissions ou de condamnations antérieurs à son départ du territoire de l’Etat Partie à partir duquel elle a été transférée. b) Les Etats Parties peuvent invoquer l’absence de double incrimination pour refuser de fournir une aide en application du présent article. à moins que les Etats Parties ne conviennent d’appliquer à leur place les dispositions des paragraphes 9 à 29 du présent article. peut faire l’objet d’un transfèrement si les conditions ci-après sont réunies : a) Ladite personne y consent librement et en toute connaissance de cause . b) L’Etat Partie vers lequel la personne est transférée s’acquitte sans retard de l’obligation de la remettre à la garde de l’Etat Partie à partir duquel elle a été transférée. quelle que soit sa nationalité. ladite personne. en l’absence de double incrimination. Les Etats Parties ne peuvent invoquer le secret bancaire pour refuser l’entraide judiciaire prévue au présent article. détenue. de poursuites ou de procédures judiciaires relatives aux infractions visées par la présente Convention. 7. d) Il est tenu compte de la période que la personne a passée en détention dans l’Etat Partie vers lequel elle a été transférée aux fins du décompte de la peine à purger dans l’Etat Partie à partir duquel elle a été transférée. Les paragraphes 9 à 29 du présent article sont applicables aux demandes faites conformément au présent article si les Etats Parties en question ne sont pas liés par un traité d’entraide judiciaire.Les dispositions du présent article n’affectent en rien les obligations découlant de tout autre traité bilatéral ou multilatéral régissant ou devant régir. Aux fins du paragraphe 10 du présent article : a) L’Etat Partie vers lequel la personne est transférée a le pouvoir et l’obligation de la garder en détention. A moins que l’Etat Partie à partir duquel une personne doit être transférée en vertu des paragraphes 10 et 11 du présent article ne donne son accord. c) L’Etat Partie vers lequel la personne est transférée ne peut exiger de l’Etat Partie à partir duquel elle a été transférée qu’il engage une procédure d’extradition pour qu’elle lui soit remise . soit de les transmettre aux autorités compétentes pour exécution. 9. un Etat Partie requis. b) Les autorités compétentes des deux Etats Parties concernés y consentent. sauf demande ou autorisation contraire de la part de l’Etat Partie à partir duquel elle a été transférée . c) Chaque Etat Partie peut envisager de prendre les mesures nécessaires pour lui permettre de fournir une aide plus large en application du présent article. Si un Etat Partie a une région ou un territoire spécial doté 73 . Si lesdits Etats Parties sont liés par un tel traité. a) Lorsqu’en application du présent article il répond à une demande d’aide en l’absence de double incrimination. sous réserve des conditions que ces Etats Parties peuvent juger appropriées. dont la présence est requise dans un autre Etat Partie à des fins d’identification ou de témoignage ou pour qu’elle apporte de toute autre manière son concours à l’obtention de preuves dans le cadre d’enquêtes. lorsque cela est compatible avec les concepts fondamentaux de son système juridique. l’entraide judiciaire. Cette aide peut être refusée lorsque la demande porte sur des questions mineures ou des questions pour lesquelles la coopération ou l’aide demandée peut être obtenue sur le fondement d’autres dispositions de la présente Convention . un Etat Partie requis tient compte de l’objet de la présente Convention tel qu’énoncé à ’article 1er . 8.6. 12. Toute personne détenue ou purgeant une peine sur le territoire d’un Etat Partie. Toutefois. entièrement ou partiellement. conformément à ce qui aura été convenu au préalable ou autrement décidé par les autorités compétentes des deux Etats Parties . 13. punie ni soumise à d’autres restrictions de sa liberté personnelle sur le territoire de l’Etat Partie vers lequel elle est transférée à raison d’actes. les dispositions correspondantes de ce traité sont applicables.

La présente disposition s’entend sans préjudice du droit de tout Etat Partie d’exiger que ces demandes et communications lui soient adressées par la voie diplomatique et. 17. lors de la procédure. Les autorités centrales assurent l’exécution ou la transmission rapide et en bonne et due forme des demandes reçues. si les Etats Parties en conviennent. une notification préalable n’est pas possible. Dans ce cas. les demandes peuvent être faites oralement mais doivent être confirmées sans délai par écrit. des informations ou des éléments de preuve à décharge. conformément aux procédures spécifiées dans la demande. d’acceptation ou d’approbation ou d’adhésion à la présente Convention. dans la mesure où cela ne contrevient pas au droit interne de l’Etat Partie requis et lorsque cela est possible. Les demandes d’entraide judiciaire et toute communication y relative sont transmises aux autorités centrales désignées par les Etats Parties. l’identité. 15. ainsi que le nom et les fonctions de l’autorité qui en est chargée . 74 . si cela est possible. sauf pour les demandes adressées aux fins de la signification d’actes judiciaires . les informations ou les mesures sont demandés. Les demandes sont adressées par écrit ou. b) L’objet et la nature de l’enquête. 14. La ou les langues acceptables pour chaque Etat Partie sont notifiées au Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies au moment où ledit Etat Partie dépose son instrument de ratification. Si l’autorité centrale transmet la demande à une autorité compétente pour exécution. Si. d’acceptation ou d’approbation ou d’adhésion à la présente Convention. dans un cas exceptionnel. Les Etats Parties peuvent convenir que l’audition sera conduite par une autorité judiciaire de l’Etat Partie requérant et qu’une autorité judiciaire de l’Etat Partie requis y assistera. si possible. 19. l’Etat Partie requérant avise l’Etat Partie requis avant la révélation et. si une personne qui se trouve sur le territoire d’un Etat Partie doit être entendue comme témoin ou comme expert par les autorités judiciaires d’un autre Etat Partie. en cas d’urgence. à la demande de l’autre. Toute demande est exécutée conformément au droit interne de l’Etat Partie requis et. elle encourage l’exécution rapide et en bonne et due forme de la demande par l’autorité compétente. par tout autre moyen pouvant produire un document écrit. dans une langue acceptable pour l’Etat Partie requis. le premier Etat Partie peut. des poursuites ou de la procédure judiciaire auxquelles se rapporte la demande. Une demande d’entraide judiciaire doit contenir les renseignements suivants : a) La désignation de l’autorité dont émane la demande . et f) Le but dans lequel le témoignage. l’adresse et la nationalité de toute personne visée . 18. Rien dans le présent paragraphe n’empêche l’Etat Partie requérant de révéler. autoriser son audition par vidéoconférence s’il n’est pas possible ou souhaitable qu’elle comparaisse en personne sur le territoire de l’Etat Partie requérant. par l’intermédiaire de l’Organisation internationale de police criminelle. L’Etat Partie requérant ne communique ni n’utilise les informations ou les éléments de preuve fournis par l’Etat Partie requis pour des enquêtes. L’autorité centrale désignée à cette fin fait l’objet d’une notification adressée au Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies au moment où chaque Etat Partie dépose son instrument de ratification. il peut désigner une autorité centrale distincte qui aura la même fonction pour ladite région ou ledit territoire. poursuites ou procédures judiciaires autres que celles visées dans la demande sans le consentement préalable de l’Etat Partie requis. dans des conditions permettant audit Etat Partie d’en établir l’authenticité. Lorsque cela est possible et conforme aux principes fondamentaux du droit interne. L’Etat Partie requis peut demander un complément d’information lorsque cela apparaît nécessaire pour exécuter la demande conformément à son droit interne ou lorsque cela peut en faciliter l’exécution. consulte ce dernier.d’un système d’entraide judiciaire différent. s’il lui en est fait la demande. En cas d’urgence et si les Etats Parties en conviennent. d) Une description de l’assistance requise et le détail de toute procédure particulière que l’Etat Partie requérant souhaite voir appliquée . l’Etat Partie requérant informe sans retard l’Etat Partie requis de la révélation. e) Si possible. 16. c) Un résumé des faits pertinents.

l’Etat Partie requérant en informe promptement l’Etat Partie requis. c) Au cas où le droit interne de l’Etat Partie requis interdirait à ses autorités de prendre les mesures demandées s’il s’agissait d’une infraction analogue ayant fait l’objet d’une enquête. 26. il en informe sans délai l’Etat Partie requérant. Les Etats Parties ne peuvent refuser une demande d’entraide judiciaire au seul motif que l’infraction est considérée comme touchant aussi à des questions fiscales. 23. détenu. d’omissions ou de condamnations antérieurs à son départ du territoire de l’Etat Partie requis. Quand l’entraide demandée n’est plus nécessaire. de préférence dans la demande. consent à déposer au cours d’une procédure ou à collaborer à une enquête. 21. y sont revenus de leur plein gré. un expert ou une autre personne qui. Cette immunité cesse lorsque le témoin. à sa sécurité. 24. L’Etat Partie requérant peut présenter des demandes raisonnables d’informations sur l’état d’avancement des mesures prises par l’Etat Partie requis pour faire droit à sa demande. 29. d) Au cas où il serait contraire au système juridique de l’Etat Partie requis concernant l’entraide judiciaire d’accepter la demande. puni ni soumis à d’autres restrictions de sa liberté personnelle sur ce territoire à raison d’actes. à des poursuites ou à une procédure judiciaire sur le territoire de l’Etat Partie requérant ne sera pas poursuivi. L’entraide judiciaire peut être différée par l’Etat Partie requis au motif qu’elle entraverait une enquête. L’Etat Partie requis exécute la demande d’entraide judiciaire aussi promptement que possible et tient compte dans toute la mesure possible de tous délais suggérés par l’Etat Partie requérant et qui sont motivés. L’Etat Partie requérant peut exiger que l’Etat Partie requis garde le secret sur la demande et sa teneur. à son ordre public ou à d’autres intérêts essentiels . ainsi que la manière dont les frais seront assumés. Avant de refuser une demande en vertu du paragraphe 21 du présent article ou d’en différer l’exécution en vertu du paragraphe 25. L’entraide judiciaire peut être refusée : a) Si la demande n’est pas faite conformément aux dispositions du présent article . la possibilité de quitter le territoire de l’Etat Partie requérant. il se conforme à ces dernières. un témoin. des poursuites ou une procédure judiciaire en cours. y sont néanmoins demeurés volontairement ou. pendant une période de quinze jours consécutifs ou toute autre période convenue par les Etats Parties à compter de la date à laquelle ils ont été officiellement informés que leur présence n’était plus requise par les autorités judiciaires. l’ayant quitté. b) Si l’Etat Partie requis estime que l’exécution de la demande est susceptible de porter atteinte à sa souveraineté. Tout refus d’entraide judiciaire doit être motivé. 28. L’Etat Partie requis : 75 . sauf dans la mesure nécessaire pour l’exécuter. Sans préjudice de l’application du paragraphe 12 du présent article. l’Etat Partie requis étudie avec l’Etat Partie requérant la possibilité d’accorder l’entraide sous réserve des conditions qu’il juge nécessaires. 22. les Etats Parties se consultent pour fixer les conditions selon lesquelles la demande sera exécutée. de poursuites ou d’une procédure judiciaire dans le cadre de sa propre compétence . Si l’Etat Partie requérant accepte l’entraide sous réserve de ces conditions. Les frais ordinaires encourus pour exécuter une demande sont à la charge de l’Etat Partie requis. 25.20. 27. l’expert ou ladite personne ayant eu. Si l’Etat Partie requis ne peut satisfaire à cette exigence. L’Etat Partie requis répond aux demandes raisonnables de l’Etat Partie requérant concernant les progrès réalisés dans l’exécution de la demande. Lorsque des dépenses importantes ou extraordinaires sont ou se révèlent ultérieurement nécessaires pour exécuter la demande. à moins qu’il n’en soit convenu autrement entre les Etats Parties concernés. à la demande de l’Etat Partie requérant.

c) Fournir. lorsqu’il y a lieu. de les modifier. b) Coopérer avec d’autres Etats Parties. si nécessaire. les Etats Parties envisagent de conclure des accords ou des arrangements bilatéraux ou multilatéraux prévoyant une coopération directe entre leurs services de détection et de répression et. 2. avec d’autres Etats Parties des informations sur les moyens et procédés spécifiques employés pour commettre les infractions visées par la présente Convention. documents ou renseignements administratifs en sa possession et auxquels. lorsqu’il y a lieu. le public n’a pas accès. s’agissant des infractions visées par la présente Convention. pour détecter au plus tôt les infractions visées par la présente Convention. le détachement d’agents de liaison . modifiés ou falsifiés ou d’autres moyens de dissimulation des activités . en partie ou aux conditions qu’il estime appropriées. à son gré. lorsque de tels accords ou arrangements existent déjà. Afin de donner effet à la présente Convention. tels que l’usage de fausses identités. s’il y a lieu. f) Echanger des informations et coordonner les mesures administratives et autres prises. En particulier. en établir afin de faciliter l’échange sûr et rapide d’informations concernant tous les aspects des infractions visées par la présente Convention. conformément à leurs systèmes juridiques et administratifs respectifs. en vertu de son droit interne. y compris. lieu où elles setrouvent ou lieu où se trouvent les autres personnes concernées . en vue de centraliser les poursuites. Article 47 Transfert des procédures pénales Les Etats Parties envisagent la possibilité de se transférer mutuellement les procédures relatives à la poursuite d’une infraction établie conformément à la présente Convention dans les cas où ce transfert est jugé nécessaire dans l’intérêt d’une bonne administration de la justice et. en vertu de son droit interne. le public a accès . copie de tous dossiers. les liens avec d’autres activités criminelles . sous réserve de l’existence d’accords ou d’arrangements bilatéraux entre les Etats Parties concernés. fournir à l’Etat Partie requérant intégralement.a) Fournit à l’Etat Partie requérant copie des dossiers. En l’absence de tels accords ou arrangements entre les Etats Parties concernés. b) Peut. des matériels ou d’autres instruments utilisés ou destinés à être utilisés dans la commission de ces infractions . Article 48 Coopération entre les services de détectionet de répression 1. organismes et services compétents et favoriser l’échange de personnel et d’experts. Les Etats Parties envisagent. la possibilité de conclure des accords ou des arrangements bilatéraux ou multilatéraux qui servent les objectifs du présent article. les pièces ou quantités de substances nécessaires à des fins d’analyse ou d’enquête . iii) Mouvement des biens. y compris. 30. en particulier lorsque plusieurs juridictions sont concernées. Les Etats Parties coopèrent étroitement. en vue de renforcer l’efficacité de la détection et de la répression des infractions visées par la présente Convention. e) Faciliter une coordination efficace entre leurs autorités. documents ou renseignements administratifs en sa possession et auxquels. comme il convient. organismes et services compétents et. les Etats Parties prennent des mesures efficaces pour : a) Renforcer les voies de communication entre leurs autorités. si les Etats Parties concernés le jugent approprié. ces derniers peuvent se baser sur la présente Convention pour instaurer une coopération 76 . mettent en pratique ses dispositions ou les renforcent. d) Echanger. de documents contrefaits. ii) Mouvement du produit du crime ou des biens provenant de la commission de ces infractions . dans la conduite d’enquêtes concernant les points suivants : i) Identité et activités des personnes soupçonnées d’implication dans lesdites infractions.

tenir compte d’ententes et d’arrangements financiers quant à l’exercice de leur compétence par les Etats Parties concernés. Article 52 Prévention et détection des transferts du produit du crime 1. à d’autres techniques d’enquête spéciales. les mesures nécessaires pour que les institutions financières relevant de sa juridiction soient tenues de vérifier l’identité des clients et de prendre des mesures raisonnables pour déterminer l’identité des ayants droit économiques des fonds déposés sur de gros 77 . les Etats Parties utilisent pleinement les accords ou arrangements. si nécessaire. 3. Ces accords ou arrangements sont conclus et appliqués dans le plein respect du principe de l’égalité souveraine des Etats et ils sont mis en oeuvre dans le strict respect des dispositions qu’ils contiennent. dans la mesure de leurs moyens. prend. Sans préjudice de l’article 14 de la présente Convention. En l’absence d’accords ou d’arrangements visés au paragraphe 2 du présent article. Article 50 Techniques d’enquête spéciales 1. pour lutter contre les infractions visées par la présente Convention commises au moyen de techniques modernes. des enquêtes conjointes peuvent être décidées au cas par cas. CHAPITRE V Recouvrement d’avoirs Article 51 Disposition générale 1. 3. conformément à son droit interne. pour les affaires qui font l’objet d’enquêtes. telles que la surveillance électronique ou d’autres formes de surveillance et les opérations d’infiltration. dans la mesure où les principes fondamentaux de son système juridique interne le permettent et conformément aux conditions prescrites par son droit interne. Chaque fois que cela est approprié. avec le consentement des Etats Parties concernés. dans la limite de ses moyens. 2. Les livraisons surveillées auxquelles il est décidé de recourir au niveau international peuvent inclure. et les Etats Parties s’accordent mutuellement la coopération et l’assistance la plus étendue à cet égard. chaque Etat Partie prend. 4. Les Etats Parties s’efforcent de coopérer. les Etats Parties sont encouragés à conclure. Afin de combattre efficacement la corruption. sur son territoire. des accords ou des arrangements bilatéraux ou multilatéraux appropriés pour recourir aux techniques d’enquête spéciales dans le cadre de la coopération internationale. des méthodes telles que l’interception de marchandises ou de fonds et l’autorisation de la poursuite de leur acheminement. les autorités compétentes concernées peuvent établir des instances d’enquête conjointes. les décisions de recourir à des techniques d’enquête spéciales au niveau international sont prises au cas par cas et peuvent. pour renforcer la coopération entre leurs services de détection et de répression. si nécessaire. La restitution d’avoirs en application du présent chapitre est un principe fondamental de la présente Convention. chaque Etat Partie. y compris les organisations internationales ou régionales. Aux fins des enquêtes sur les infractions visées par la présente Convention. et pour que les preuves recueillies au moyen de ces techniques soient admissibles devant ses tribunaux. de poursuites ou de procédures judiciaires dans un ou plusieurs Etats. les mesures nécessaires pour que ses autorités compétentes puissent recourir de façon appropriée. Les Etats Parties concernés veillent à ce que la souveraineté de l’Etat Partie sur le territoire duquel l’enquête doit se dérouler soit pleinement respectée. sans altération ou après soustraction ouremplacement de la totalité ou d’une partie de ces marchandises ou fonds.en matière de détection et de répression concernant les infractions visées par la présente Convention. lorsqu’il le juge opportun. En l’absence de tels accords ou arrangements. Article 49 Enquêtes conjointes Les Etats Parties envisagent de conclure des accords ou des arrangements bilatéraux ou multilatéraux en vertu desquels. à des livraisons surveillées et.

des comptes et opérations impliquant les personnes mentionnées au paragraphe 1 du présent article. Cette surveillance est raisonnablement conçue de façon à détecter les opérations suspectes afin de les signaler aux autorités compétentes et ne devrait pas être interprétée comme un moyen de décourager les institutions financières – ou de leur interdire – d’entretenir des relations d’affaires avec des clients légitimes. Chaque Etat Partie envisage de prendre. des fonctions publiques importantes et des membres de leur famille et de leur proche entourage cherchent à ouvrir ou détiennent directement ou cherchent à faire ouvrir ou font détenir par un intermédiaire. en sus des personnes que les institutions financières pourront par ailleurs identifier. et b) S’il y a lieu. En outre. conformément à son droit interne. 5. leur tenue et l’enregistrement des opérations . de l’ayant droit économique. 6. 78 . des systèmes efficaces de divulgation de l’information financière et prévoit des sanctions adéquates en cas de non-respect.comptes. avec l’aide de ses organismes de réglementation et de contrôle. chaque Etat Partie. Dans le contexte de l’alinéa a du paragraphe 2 du présent article. le réclamer et le recouvrer. Afin de faciliter l’application des mesures prévues au paragraphe 1 du présent article. Dans le but de prévenir et de détecter les transferts du produit d’infractions établies conformément à la présente Convention. des renseignements sur l’identité du client ainsi que. notifie aux institutions financières relevant de sa juridiction. 4. conformément à son droit interne : a) Prend les mesures nécessaires pour permettre à un autre Etat Partie d’engager devant ses tribunaux une action civile en vue de voir reconnaître l’existence d’un droit de propriété sur des biens acquis au moyen d’une infraction établie conformément à la présente Convention . pendant une durée appropriée. Il prévoit également des sanctions appropriées en cas de non-respect de cette obligation. Article 53 Mesures pour le recouvrement direct de biens Chaque Etat Partie. ainsi que de soumettre à une surveillance accrue les comptes que des personnes qui exercent. ou ont exercé. 2. interrégionales et multilatérales pour lutter contre le blanchiment d’argent : a) Publie des lignes directrices concernant les types de personne physique ou morale sur les comptes desquels les institutions financières relevant de sa juridiction devront exercer une surveillance accrue. les Etats Parties peuvent envisager d’exiger de leurs institutions financières qu’elles refusent d’établir ou de poursuivre des relations de banque correspondante avec de telles institutions et se gardent d’établir des relations avec des institutions financières étrangères permettant que leurs comptes soient utilisés par des banques qui n’ont pas de présence physique et qui ne sont pas affiliées à un groupe financier réglementé. l’identité des personnes physiques ou morales dont elles devront surveiller plus strictement les comptes. à la demande d’un autre Etat Partie ou de sa propre initiative. dans la mesure du possible. Chaque Etat Partie envisage également de prendre les mesures nécessaires pour permettre à ses autorités compétentes de partager cette information avec les autorités compétentes d’autres Etats Parties lorsque celles-ci en ont besoin pour enquêter sur le produit d’infractions établies conformément à la présente Convention. au minimum. pour les agents publics appropriés. les mesures nécessaires pour que ses agents publics appropriés ayant un droit ou une délégation de signature ou tout autre pouvoir sur un compte financier domicilié dans un pays étranger soient tenus de le signaler aux autorités compétentes et de conserver des états appropriés concernant ces comptes. 3. l’établissement de banques qui n’ont pas de présence physique et qui ne sont pas affiliées à un groupe financier réglementé. conformément à son droit interne. chaque Etat Partie applique des mesures appropriées et efficaces pour empêcher. ainsi que les mesures à prendre concernant l’ouverture de tels comptes. conformément à son droit interne et en s’inspirant des initiatives pertinentes prises par les organisations régionales. les types de compte et d’opération auxquels elles devront prêter une attention particulière. chaque Etat Partie applique des mesures afin que ses institutions financières tiennent des états adéquats. lesquels états devraient contenir. Chaque Etat Partie envisage d’établir.

qui sont situés sur son territoire : a) Transmet la demande à ses autorités compétentes en vue de faire prononcer une décision de confiscation et. conformément à son droit interne : a) Prend les mesures nécessaires pour permettre à ses autorités compétentes de donner effet à une décision de confiscation d’un tribunal d’un autre Etat Partie . lorsqu’ils doivent décider d’une confiscation.b) Prend les mesures nécessaires pour permettre à ses tribunaux d’ordonner aux auteurs d’infractions établies conformément à la présente Convention de verser une réparation ou des dommages-intérêts à un autre Etat Partie ayant subi un préjudice du fait de telles infractions . un Etat Partie qui a reçu d’un autre Etat Partie ayant compétence pour connaître d’une infraction établie conformément à la présente Convention une demande de confiscation du produit du crime. si celle-ci intervient. 2. de fuite ou d’absence ou dans d’autres cas appropriés. en se prononçant sur une infraction de blanchiment d’argent ou une autre infraction relevant de sa compétence. par exemple sur la base d’une arrestation ou d’une inculpation intervenue à l’étranger en relation avec leur acquisition. la décision de confiscation prise par un tribunal situé sur le territoire de l’Etat Partie requérant conformément au paragraphe 1 de l’article 31 et à l’alinéa a du paragraphe 1 de l’article 54 de la présente Convention. Article 54 Mécanismes de recouvrement de biens par la coopération internationale aux fins de confiscation l. sur décision d’un tribunal ou d’une autorité compétente d’un Etat Partie requérant ordonnant le gel ou la saisie. Article 55 Coopération internationale aux fins de confiscation 1. et c) Envisage de prendre des mesures supplémentaires pour permettre à ses autorités compétentes de préserver les biens en vue de leur confiscation. des biens. des matériels ou autres instruments visés au paragraphe 1 de l’article 31 de la présente Convention. Lorsqu’une demande est faite par un autre Etat Partie qui a compétence pour connaître d’une infraction établie conformément à la présente Convention. l’Etat Partie requis prend des mesures 79 . chaque Etat Partie. d’ordonner la confiscation de tels biens d’origine étrangère. afin qu’elle soit exécutée dans les limites de la demande. Afin d’assurer l’entraide judiciaire prévue à l’article 55 de la présente Convention concernant les biens acquis au moyen d’une infraction établie conformément à la présente Convention ou utilisés pour une telle infraction. b) Prend les mesures nécessaires pour permettre à ses autorités compétentes de geler ou de saisir des biens sur la base d’une demande donnant à l’Etat Partie un motif raisonnable de croire qu’il existe des raisons suffisantes de prendre de telles mesures et que les biens feront ultérieurement l’objet d’une ordonnance de confiscation aux fins de l’alinéa a du paragraphe 1 du présent article . de la faire exécuter . b) Prend les mesures nécessaires pour permettre à ses autorités compétentes. lorsqu’elles ont compétence en l’espèce. 2. et c) Prend les mesures nécessaires pour permettre à ses tribunaux ou autorités compétentes. qui donne à l’Etat Partie requis un motif raisonnable de croire qu’il existe des raisons suffisantes de prendre de telles mesures et que les biens feront ultérieurement l’objet d’une ordonnance de confiscation aux fins de l’alinéa a du paragraphe 1 du présent article . les matériels ou autres instruments visés au paragraphe 1 de l’article 31. chaque Etat Partie. ou par d’autres procédures autorisées par son droit interne . pour autant qu’elle porte sur le produit du crime. Dans toute la mesure possible dans le cadre de son système juridique interne. Afin d’accorder l’entraide judiciaire qui lui est demandée en application du paragraphe 2 de l’article 55. et c) Envisage de prendre les mesures nécessaires pour permettre la confiscation de tels biens en l’absence de condamnation pénale lorsque l’auteur de l’infraction ne peut être poursuivi pour cause de décès. qui sont situés sur son territoire. conformément à son droit interne : a) Prend les mesures nécessaires pour permettre à ses autorités compétentes de geler ou de saisir des biens. de reconnaître le droit de propriété légitime revendiqué par un autre Etat Partie sur des biens acquis au moyen d’une infraction établie conformément à la présente Convention. ou b) Transmet à ses autorités compétentes. les biens.

dans la mesure du possible. en vue d’une confiscation ultérieure à ordonner soit par l’Etat Partie requérant soit. une déclaration spécifiant les mesures prises par l’Etat Partie requérant pour aviser comme il convient les tiers de bonne foi et garantir une procédure régulière. Avant de lever toute mesure conservatoire prise en application du présent article. une copie légalement admissible de la décision de confiscation émanant de l’Etat Partie requérant sur laquelle la demande est fondée. 7. Les dispositions du présent article ne doivent pas être interprétées comme portant atteinte aux droits des tiers de bonne foi. de communiquer. 3. une copie légalement admissible de la décision sur laquelle la demande est fondée. des poursuites ou une procédure judiciaire ou pourrait déboucher sur la présentation par cet Etat Partie d’une demande en vertu du présent chapitre de la Convention. et conformément à ses règles de procédure ou à tout accord ou arrangement bilatéral ou multilatéral le liant à l’Etat Partie requérant. comme suite à une demande formulée en vertu du paragraphe 1 du présent article. Article 57 Restitution et disposition des avoirs 80 . Outre les informations visées au paragraphe 15 de l’article 46. sans préjudice de ses propres enquêtes. b) Lorsque la demande relève de l’alinéa b du paragraphe 1 du présent article. localiser et geler ou saisir le produit du crime. 8. Si un Etat Partie décide de subordonner l’adoption des mesures visées aux paragraphes 1 et 2 du présent article à l’existence d’un traité en la matière. selon qu’il convient. 5. il considère la présente Convention comme une base conventionnelle nécessaire et suffisante.pour identifier. Les dispositions de l’article 46 de la présente Convention s’appliquent mutatis mutandis au présent article. y compris. Chaque Etat Partie remet au Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies une copie de ses lois et règlements qui donnent effet au présent article ainsi qu’une copie de toute modification ultérieurement apportée à ces lois et règlements ou une description de ces lois. La coopération en vertu du présent article peut aussi être refusée ou les mesures conservatoires peuvent être levées si l’Etat Partie requis ne reçoit pas en temps voulu des preuves suffisantes ou si le bien est de valeur minime. les matériels ou les autres instruments visés au paragraphe 1 de l’article 31 de la présente Convention. Article 56 Coopération spéciale Sans préjudice de son droit interne. un exposé des faits sur lesquels se fonde l’Etat Partie requérant et une description des mesures demandées ainsi que. Les décisions ou mesures prévues aux paragraphes 1 et 2 du présent article sont prises par l’Etat Partie requis conformément à son droit interne et sous réserve des dispositions dudit droit. un exposé des faits et des informations indiquant dans quelles limites il est demandé d’exécuter la décision. les biens. les demandes faites en application du présent article contiennent : a) Lorsque la demande relève de l’alinéa a du paragraphe 1 du présent article. par l’Etat Partie requis. si possible. à l’Etat Partie requérant la faculté de présenter ses arguments en faveur du maintien de la mesure. sans demande préalable. l’Etat Partie requis donne. c) Lorsque la demande relève du paragraphe 2 du présent article. 9. le lieu où ceux-ci se trouvent et. poursuites ou procédures judiciaires. une description des biens à confisquer. chaque Etat Partie s’efforce de prendre des mesures lui permettant. à un autre Etat Partie des informations sur le produit d’infractions établies conformément à la présente Convention lorsqu’il considère que la divulgation de ces informations pourrait aider ledit Etat Partie à engager ou mener une enquête. lorsqu’elle est disponible. règlements et modifications ultérieures. et une déclaration selon laquelle la décision de confiscation est définitive . 4. leur valeur estimative et un exposé des faits sur lesquels se fonde l’Etat Partie requérant qui soit suffisant pour permettre à l’Etat Partie requis de demander une décision de confiscation sur le fondement de son droit interne . 6.

Ces programmes pourraient porter notamment sur ce qui suit : a) Mesures efficaces de prévention. exigence à laquelle il peut renoncer. Conformément aux articles 46 et 55 de la présente Convention et aux paragraphes 1 et 2 du présent article. envisagent d’établir un service de renseignement financier qui sera chargé de recevoir. et compte tenu des droits des tiers de bonne foi. CHAPITRE VI Assistance technique et échange d’informations Article 60 Formation et assistance technique 1. y compris en les restituant à leurs propriétaires légitimes antérieurs. des programmes de formation spécifiques à l’intention de ses personnels chargés de prévenir et de combattre la corruption. 3. restitue les biens confisqués à l’Etat Partie requérant.1. d’analyser et de communiquer aux autorités compétentes des déclarations d’opérations financières suspectes. b) Dans le cas du produit de toute autre infraction visée par la présente Convention. développe ou améliore. lorsque la confiscation a été exécutée conformément à l’article 55 de la présente Convention et sur la base d’un jugement définitif dans l’Etat Partie requérant. 2. S’il y a lieu. Article 58 Service de renseignement financier Les Etats Parties coopèrent dans le but de prévenir et de combattre le transfert du produit des infractions établies conformément à la présente Convention. Article 59 Accords et arrangements bilatéraux et multilatéraux Les Etats Parties envisagent de conclure des accords ou des arrangements bilatéraux ou multilatéraux afin de renforcer l’efficacité de la coopération internationale instaurée en application du présent chapitre de la Convention. Chaque Etat Partie établit. Chaque Etat Partie adopte. au cas par cas. c) Dans tous les autres cas. les mesures législatives et autres nécessaires pour permettre à ses autorités compétentes de restituer les biens confisqués. de répression et de lutte dirigées contre la corruption. S’il y a lieu. c) Formation des autorités compétentes à l’établissement de demandes d’entraide judiciaire qui répondent aux exigences de la présente Convention . de les restituer à ses propriétaires légitimes antérieurs ou de dédommager les victimes de l’infraction. de détection. conformément aux principes fondamentaux de son droit interne. à cette fin. lorsque ce dernier fournit des preuves raisonnables de son droit de propriété antérieur sur lesdits biens à l’Etat Partie requis ou lorsque ce dernier reconnaît un préjudice à l’Etat Partie requérant comme base de restitution des biens confisqués . d’investigation. lorsque la confiscation a été exécutée conformément à l’article 55 et sur la base d’un jugement définitif rendu dans l’Etat Partie requérant. l’Etat Partie requis peut déduire des dépenses raisonnables encourues pour les enquêtes. 81 . des accords ou des arrangements mutuellement acceptables pour la disposition définitive des biens confisqués. l’Etat Partie requis : a) Dans les cas de soustraction de fonds publics ou de blanchiment de fonds publics soustraits. les Etats Parties peuvent aussi envisager en particulier de conclure. 4. envisage à titre prioritaire de restituer les biens confisqués à l’Etat Partie requérant. conformément à la présente Convention. restitue les biens confisqués à l’Etat Partie requérant . exigence à laquelle il peut renoncer. 5. ainsi que de promouvoir les moyens de recouvrer ledit produit et. lorsqu’il agit à la demande d’un autre Etat Partie. poursuites ou procédures judiciaires ayant abouti à la restitution ou à la disposition des biens confisqués en application du présent article. en application du paragraphe 3 du présent article et conformément aux dispositions de la présente Convention et à son droit interne. dans la mesure des besoins. Un Etat Partie ayant confisqué des biens en application de l’article 31 ou 55 de la présente Convention en dispose. visés aux articles 17 et 23 de la présente Convention. et sauf si les Etats Parties en décident autrement. b) Renforcement des capacités d’élaboration et de planification de stratégies contre la corruption . y compris l’utilisation des méthodes de rassemblement de preuves et d’investigation .

d) Évaluation et renforcement des institutions, de la gestion du service public et des finances publiques (y compris des marchés publics), et du secteur privé ; e) Prévention des transferts du produit d’infractions établies conformément à la présente Convention, lutte contre ces transferts, et recouvrement de ce produit ; f) Détection et gel des transferts du produit d’infractions établies conformément à la présente Convention ; g) Surveillance des mouvements du produit d’infractions établies conformément à la présente Convention,ainsi que des méthodes de transfert, de dissimulation ou de déguisement de ce produit ; h) Mécanismes et méthodes judiciaires et administratifs appropriés et efficaces pour faciliter la restitution du produit d’infractions établies conformément à la présente Convention ; i) Méthodes employées pour la protection des victimes et des témoins qui coopèrent avec les autorités judiciaires ; et j) Formation aux réglementations nationales et internationales et formation linguistique. 2. Les Etats Parties envisagent, dans leurs plans et programmes nationaux de lutte contre la corruption, de s’accorder, selon leurs capacités, l’assistance technique la plus étendue, en particulier au profit des pays en développement, y compris un appui matériel et une formation dans les domaines mentionnés au paragraphe 1 du présent article, ainsi qu’une formation et une assistance, et l’échange mutuel de données d’expérience pertinentes et de connaissances spécialisées, ce qui facilitera la coopération internationale entre Etats Partiesdans les domaines de l’extradition et de l’entraide judiciaire. 3. Les Etats Parties renforcent, autant qu’il est nécessaire, les mesures prises pour optimiser les activités opérationnelles et de formation au sein des organisations internationales et régionales et dans le cadre des accords ou des arrangements bilatéraux et multilatéraux pertinents. 4. Les Etats Parties envisagent de s’entraider, sur demande, pour mener des évaluations, des études et des recherches portant sur les types, les causes, les effets et les coûts de la corruption sur leur territoire, en vue d’élaborer, avec la participation des autorités compétentes et de la société, des stratégies et plans d’action pour combattre la corruption. 5. Afin de faciliter le recouvrement du produit d’infractions établies conformément à la présente Convention, les Etats Parties peuvent coopérer en se communiquant les noms d’experts susceptibles d’aider à atteindre cet objectif. 6. Les Etats Parties envisagent de mettre à profit des conférences et séminaires sous-régionaux, régionaux et internationaux pour favoriser la coopération et l’assistance technique et stimuler les échanges de vues sur les problèmes communs, y compris les problèmes et les besoins particuliers des pays en développement et des pays à économie en transition. 7. Les Etats Parties envisagent d’établir des mécanismes à caractère volontaire en vue de contribuer financièrement, par des programmes et projets d’assistance technique, aux efforts des pays en développement et des pays à économie en transition pour appliquer la présente Convention. 8. Chaque Etat Partie envisage de verser des contributions volontaires à l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime afin d’encourager, par l’intermédiaire de ce dernier, des programmes et projets dans les pays en développement visant à appliquer la présente Convention. Article 61 Collecte, échange et analyse d’informations sur la corruption 1. Chaque Etat Partie envisage d’analyser, en consultation avec des experts, les tendances de la corruption sur son territoire ainsi que les circonstances dans lesquelles les infractions de corruption sont commises. 2. Les Etats Parties envisagent de développer et de mettre en commun, directement entre eux et par le biais d’organisations internationales et régionales, leurs statistiques et leur connaissance analytique de la corruption ainsi que des informations en vue d’élaborer, dans la mesure du possible, des définitions, normes et méthodes communes, et des informations sur les pratiques les mieux à même de prévenir et de combattre la corruption.

82

3. Chaque Etat Partie envisage d’assurer le suivi de ses politiques et mesures concrètes de lutte contre la corruption et d’évaluer leur mise en oeuvre et leur efficacité. Article 62 Autres mesures : application de la Convention par le développement économique et l’assistance technique 1. Les Etats Parties prennent des mesures propres à assurer l’application optimale de la présente Convention dans la mesure du possible, par la coopération internationale, compte tenu des effets négatifs de la corruption sur la société en général et sur le développement durable en particulier. 2. Les Etats Parties font des efforts concrets, dans la mesure du possible et en coordination les uns avec les autres ainsi qu’avec les organisations régionales et internationales : a) Pour développer leur coopération à différents niveaux avec les pays en développement, en vue de renforcer la capacité de ces derniers à prévenir et combattre la corruption ; b) Pour accroître l’assistance financière et matérielle apportée aux pays en développement afin d’appuyer les efforts qu’ils déploient pour prévenir et combattre efficacement la corruption et de les aider à appliquer la présente Convention avec succès ; c) Pour fournir une assistance technique aux pays en développement et aux pays à économie en transition afin de les aider à répondre à leurs besoins aux fins de l’application de la présente Convention. Pour ce faire, les Etats Parties s’efforcent de verser volontairement des contributions adéquates et régulières à un compte établi à cet effet dans le cadre d’un mécanisme de financement des Nations Unies. Les Etats Parties peuvent aussi envisager en particulier, conformément à leur droit interne et aux dispositions de la présente Convention, de verser à ce compte un pourcentage des fonds ou de la valeur correspondante du produit du crime ou des biens confisqués conformément aux dispositions de la présente Convention ; d) Pour encourager et amener d’autres Etats et des institutions financières, selon qu’il convient, à s’associer aux efforts qu’ils déploient conformément au présent article, notamment en faisant bénéficier les pays en développement de davantage de programmes de formation et de matériel moderne afin de les aider à atteindre les objectifs de la présente Convention. 3. Autant que possible, ces mesures sont prises sans préjudice des engagements existants en matière d’aide extérieure ou d’autres arrangements de coopération financière aux niveaux bilatéral, régional ou international. 4. Les Etats Parties peuvent conclure des accords ou des arrangements bilatéraux ou multilatéraux sur l’aide matérielle et logistique, en tenant compte des arrangements financiers nécessaires pour assurer l’efficacité des moyens de coopération internationale prévus par la présente Convention et pour prévenir, détecter et combattre la corruption. CHAPITRE VII Mécanismes d’application Article 63 Conférence des Etats Parties à la Convention 1. Une Conférence des Etats Parties à la Convention est instituée pour améliorer la capacité des Etats Parties à atteindre les objectifs énoncés dans la présente Convention et renforcer leur coopération à cet effet ainsi que pour promouvoir et examiner l’application de la présente Convention. 2. Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies convoquera la Conférence des Etats Parties au plus tard un an après l’entrée en vigueur de la présente Convention. Par la suite, la Conférence des Etats Parties tiendra des réunions ordinaires conformément au règlement intérieur qu’elle aura adopté. 3. La Conférence des Etats Parties adopte un règlement intérieur et des règles régissant le fonctionnement des activités énoncées dans le présent article, y compris des règles concernant

83

l’admission et la participation d’observateurs et le financement des dépenses encourues au titre de ces activités. 4. La Conférence des Etats Parties arrête des activités, des procédures et des méthodes de travail en vue d’atteindre les objectifs énoncés au paragraphe 1 du présent article, notamment : a) Elle facilite les activités menées par les Etats Parties en vertu des articles 60 et 62 et des chapitres II à V de la présente Convention, y compris en encourageant la mobilisation de contributions volontaires ; b) Elle facilite l’échange d’informations entre Etats Parties sur les caractéristiques et tendances de la corruption et les pratiques efficaces pour la prévenir et la combattre et pour restituer le produit du crime, notamment par la publication des informations pertinentes visées dans le présent article ; c) Elle coopère avec les organisations et mécanismes régionaux et internationaux, et les organisations non gouvernementales compétents ; d) Elle utilise de manière appropriée les informations pertinentes produites par d’autres mécanismes internationaux et régionaux visant à combattre et prévenir la corruption afin d’éviter une répétition inutile d’activités ; e) Elle examine périodiquement l’application de la présente Convention par les Etats Parties ; f) Elle formule des recommandations en vue d’améliorer la présente Convention et son application ; g) Elle prend note des besoins d’assistance technique des Etats Parties en ce qui concerne l’application de la présente Convention et recommande les mesures qu’elle peut juger nécessaires à cet égard. 5. Aux fins du paragraphe 4 du présent article, la Conférence des Etats Parties s’enquiert des mesures prises et des difficultés rencontrées par les Etats Parties pour appliquer la présente Convention en utilisant les informations que ceux-ci lui communiquent et par le biais des mécanismes complémentaires d’examen qu’elle pourra établir. 6. Chaque Etat Partie communique à la Conférence des Etats Parties, comme celle-ci le requiert, des informations sur ses programmes, plans et pratiques ainsi que sur ses mesures législatives et administratives visant à appliquer la présente Convention. La Conférence des Etats Parties examine le moyen le plus efficace de recevoir des informations et d’y réagir, y compris, notamment, d’Etats Parties et d’organisations internationales compétentes. Les contributions reçues d’organisations non gouvernementales compétentes, dûment accréditées conformément aux procédures devant être arrêtées par la Conférence des Etats Parties, peuvent aussi être pris en compte. 7. Conformément aux paragraphes 4 à 6 du présent article, la Conférence des Etats Parties crée, si elle le juge nécessaire, tout mécanisme ou organe approprié pour faciliter l’application effective de la Convention. Article 64 Secrétariat 1. Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies fournit les services de secrétariat nécessaires à la Conférence des Etats Parties à la Convention. 2. Le secrétariat : a) Aide la Conférence des Etats Parties à réaliser les activités énoncées à l’article 63 de la présente Convention, prend des dispositions et fournit les services nécessaires pour les sessions de la Conférence des Etats Parties ; . b) Aide les Etats Parties, sur leur demande, à fournir des informations à la Conférence des Etats Parties comme le prévoient les paragraphes 5 et 6 de l’article 63 de la présente Convention ; et c) Assure la coordination nécessaire avec le secrétariat des organisations régionales et internationales compétentes.

84

CHAPITRE VIII Dispositions finales Article 65 Application de la Convention 1. Chaque Etat Partie prend les mesures nécessaires, y compris législatives et administratives, conformément aux principes fondamentaux de son droit interne, pour assurer l’exécution de ses obligations en vertu de la présente Convention. 2. Chaque Etat Partie peut prendre des mesures plus strictes ou plus sévères que celles qui sont prévues par la présente Convention afin de prévenir et de combattre la corruption. Article 66 Règlement des différends 1. Les Etats Parties s’efforcent de régler les différends concernant l’interprétation ou l’application de la présente Convention par voie de négociation. 2. Tout différend entre deux Etats Parties ou plus concernant l’interprétation ou l’application de la présente Convention qui ne peut être réglé par voie de négociation dans un délai raisonnable est, à la demande de l’un de ces Etats Parties, soumis à l’arbitrage. Si, dans un délai de six mois à compter de la date de la demande d’arbitrage, les Etats Parties ne peuvent s’entendre sur l’organisation de l’arbitrage, l’un quelconque d’entre eux peut soumettre le différend à la Cour internationale de Justice en adressant une requête conformément au Statut de la Cour. 3. Chaque Etat Partie peut, au moment de la signature, de la ratification, de l’acceptation ou de l’approbation de la présente Convention ou de l’adhésion à celle-ci, déclarer qu’il ne se considère pas lié par le paragraphe 2 du présent article. Les autres Etats Parties ne sont pas liés par le paragraphe 2 du présent article envers tout Etat Partie ayant émis une telle réserve. Tout Etat Partie qui a émis une réserve en vertu du paragraphe 3 du présent article peut la retirer à tout moment en adressant une notification au Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies. Article 67 Signature, ratification, acceptation,approbation et adhésion 1. La présente Convention sera ouverte à la signature de tous les Etats du 9 au 11 décembre 2003 à Mérida (Mexique) et, par la suite, au Siège de l’Organisation des Nations Unies, à New York, jusqu’au 9 décembre 2005. 2. La présente Convention est également ouverte à la signature des organisations régionales d’intégration économique à la condition qu’au moins un Etat membre d’une telle organisation l’ait signée conformément au paragraphe 1 du présent article. 3. La présente Convention est soumise à ratification, acceptation ou approbation. Les instruments de ratification, d’acceptation ou d’approbation seront déposés auprès du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies. Une organisation régionale d’intégration économique peut déposer son instrument de ratification, d’acceptation ou d’approbation si au moins un de ses Etats membres l’a fait. Dans cet instrument de ratification, d’acceptation ou d’approbation, cette organisation déclare l’étendue de sa compétence concernant les questions régies par la présente Convention. Elle informe également le dépositaire de toute modification pertinente de l’étendue de sa compétence. 4. La présente Convention est ouverte à l’adhésion de tout Etat ou de toute organisation régionale d’intégration économique dont au moins un Etat membre est Partie à la présente Convention. Les instruments d’adhésion sont déposés auprès du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies. Au moment de son adhésion, une organisation régionale d’intégration économique déclare

85

Article 69 Amendement 1. il faudra. Une telle dénonciation prend effet un an après la date de réception de la notification par le Secrétaire général. La présente Convention entrera en vigueur le quatre-vingt-dixième jour suivant la date de dépôt du trentième instrument de ratification. 3. acceptera ou approuvera la présente Convention ou y adhérera après le dépôt du trentième instrument pertinent. aucun des instruments déposés par une organisation régionale d’intégration économique n’est considéré comme un instrument venant s’ajouter aux instruments déjà déposés par les Etats membres de cette organisation. et inversement. d’un nombre de voix égal au nombre de leurs Etats membres Parties à la présente Convention. Un amendement entré en vigueur a force obligatoire à l’égard des Etats Parties qui ont exprimé leur consentement à être liés par lui. acceptation ou approbation des Etats Parties. pour que l’amendement soit adopté. Pour chaque Etat ou organisation régionale d’intégration économique qui ratifiera.l’étendue de sa compétence concernant les questions régies par la présente Convention. Ce dernier communique alors la proposition d’amendement aux Etats Parties et à la Conférence des Etats Parties à la Convention en vue de l’examen de la proposition et de l’adoption d’une décision. A l’expiration d’un délai de cinq ans à compter de l’entrée en vigueur de la présente Convention. Un Etat Partie peut dénoncer la présente Convention par notification écrite adressée au Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies. d’acceptation ou d’approbation dudit amendement. d’acceptation. la présente Convention entrera en vigueur le trentième jour suivant la date de dépôt de l’instrument pertinent par ledit Etat ou ladite organisation ou à la date à laquelle elle entre en vigueur conformément au paragraphe 1 du présent article. Un amendement adopté conformément au paragraphe 1 du présent article est soumis à ratification. d’approbation ou d’adhésion. si celle-ci est postérieure. 5. leur droit de vote dans les domaines qui relèvent de leur compétence. Article 70 Dénonciation 1. 86 . un Etat Partie peut proposer un amendement et le transmettre au Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies. Si tous les efforts en ce sens ont été épuisés sans qu’un accord soit intervenu. La Conférence des Etats Parties n’épargne aucun effort pour parvenir à un consensus sur tout amendement. Elles n’exercent pas leur droit de vote si leurs Etats membres exercent le leur. Article 68 Entrée en vigueur 1. acceptés ou approuvés. Elle informe également le dépositaire de toute modification pertinente de l’étendue de sa compétence. 2. Un amendement adopté conformément au paragraphe 1 du présent article entrera en vigueur pour un Etat Partie quatre-vingt-dix jours après la date de dépôt par ledit Etat Partie auprès du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies d’un instrument de ratification. Aux fins du présent paragraphe. en dernier recours. pour exercer. 2. en vertu du présent article. Les autres Etats Parties restent liés par les dispositions de la présente Convention et tous amendements antérieurs qu’ils ont ratifiés. un vote à la majorité des deux tiers des Etats Parties présents à la Conférence des Etats Parties et exprimant leur vote. Les organisations régionales d’intégration économique disposent. 4.

En foi de quoi. comme étant l’autorité susceptible d’aider d’autres Etats à mettre au point et à appliquer des mesures spécifiques de prévention de la corruption. à ce dûment autorisés par leurs gouvernements respectifs. sera déposé auprès du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies. dont les textes anglais. Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies est le dépositaire de la présente Convention. 129. espagnol. Conformément à l’article 46-14 de la convention. la France désigne la Service central de prévention de la corruption. bureau de l’entraide pénale internationale. 87 . pour la République française. arabe. L’autorité centrale visée à l’article 46-13 de la convention est. place Vendôme. le Ministère de la justice. Déclarations françaises Conformément à l’article 6-3 de la convention. la France déclare que les demandes d’entraide judiciaires qui lui seront adressées devront être traduites dans l’une des langues officielles de l’Organisation des Nations unies. français et russe font également foi. 2. L’original de la présente Convention. direction des Affaires criminelles et des grâces. rue de l’Université. Article 71 Dépositaire et langues 1.2. les plénipotentiaires soussignés. chinois. 75007 Paris. 13. 75 42 Paris Cedex 01. Ministère de la justice. Une organisation régionale d’intégration économique cesse d’être Partie à la présente Convention lorsque tous ses Etats membres l’ont dénoncée. ont signé la présente Convention.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful