REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO PROVINCE DU NORD KIVU ALLIANCE DES PATRIOTES POUR UN CONGO LIBRE ET SOUVERAIN

«APCLS»
COMMUNIQUE DE PRESSE Dernièrement, il a été décidé entre le gouvernement congolais et rwandais de mettre en place un groupe composé des agents de renseignements de deux pays pour traquer les milices HUTU basés dans notre pays. Ce groupe sera mixte et composé de 370 agents de renseignement du Général Kagame. Cela ressemble étrangement à ce qui s’est fait au Rwanda entre 1990-1994. En 1992, quand la guerre faisait rage, il fut décidé de mettre sur pied un groupe d’observateurs militaires neutre (GOMN). Il était composé de 15 ougandais, 15 zaïrois, 15 burundais, 5 rwandais et 5 militaires du FPR, un mouvement qui avait attaqué le pays comme le CNDP. Cette intrusion officielle des militaires du FPR au Rwanda permit aux rebelles du FPR d’avoir des informations de premier plan et de conquérir un grand territoire à cause des informations recueillis sur leurs adversaires qui avaient leur sanctuaire en Ouganda. En 1993, avec la signature des Accords d’Arusha, il fut admis que 600 militaires du FPR viennent dans la capitale. Ce fut une seconde erreur fatale.. Non seulement le FPR en profita pour multiplier cette force par quatre mais également elle sera comme un cheval de Troie qui permit de gagner la guerre en juillet 1994. De même cette force de 370 agents de renseignements ( DMI) du général Kagame qui vient d’être admise à venir sur le territoire congolais ne peut qu’être fatale pour le peuple congolais qui vit une guerre imposée par le hommes du Général Kagame. Ils vont jouer le jeu comme celui qu'ils ont joué au Rwanda avec le GOMN et des 600 militaires à Kigali. Pour cela, nous membres de l’APCLS, nous voulons nous imposer à l'imposture de notre adversaire. Nous refusons qu'ils envoient 370 hommes sur notre territoire pour traquer les Interehamwe. Nous refusons que notre adversaire entre dans notre maison aussi longtemps que nous sommes en guerre car cela lui permettra de voir nos positions. Nous ne voulons pas commettre les mêmes erreurs que celles commises au Rwanda et qui ont permis au FPR de prendre le pouvoir. Nous sommes conscients du problème que cause les milices hutu sur notre territoire. Aujourd’hui, cette présence des FDLR sert de justification à Nkundabatware pour sa nouvelle guerre. Cette « excuse » ne tient pas. Il ne peut pas accuser le gouvernement de Kinshasa de ne rien faire pour régler le problème de ces rebelles hutu. L’armée rwandaise et celle du RCD-Goma ont occupé la région pendant 6 longues années (jusqu’en 2002). Que n’ont-ils réglé eux-mêmes ce problème, alors qu’ils en avaient les moyens? En fait, la présence des FDLR au Kivu est bien utile au dictateur de Kigali: elle lui permet de déstabiliser son voisin et de légitimer son intervention, par Nkundabatware interposé, dans les affaires intérieures congolaises. Son réel objectif n’est pas de détruire les FDLR, non, Paul Kagame utilise son homme, Laurent

Nkundabatware, pour pérenniser le pillage des multiples ressources du Kivu (coltan, cassitérite, bois, etc.). Le problème des milices hutu dit certes doit être résolu et nous sommes prêts à participer à ce processus. Mais le problème de Nkunda est d’une autre nature. Il nécessite un autre approche qui n'a rien avoir avec les milices Hutu. Pour les deux problèmes, il faut trouver une solution mais nous, les APCLS sommes pas d'accord que notre ennemi entre sur notre territoire avec l'aval du gouvernement. C’est loup qui va entrer dans la bergerie. Ce serait une erreur aux dégâts incalculables pour l’avenir de la RDC en général et de la province du Kivu en particulier. Les APLCS sont prêts à s’y opposer jusqu’à la dernière énergie. Fait à BUBOA, le 24/11/2008 Pour l’APCLS Général Janvier BUINGO KARAIRI Contact: 00243811713135, 00243815535686, 00243853252801

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful