You are on page 1of 5

Correction de la compo de novembre 2008 de première S

Exercice 1 1)

2) Cette distance est d’environ


2,24 cm.

3) 𝑂𝑀2 = 𝑥𝑀 − 𝑥0 2 + 𝑦𝑀 − 𝑦0 2

𝑂𝑀2 = 𝑥 − 0 2 + 5 − 2𝑥 − 0 2
𝑂𝑀2 = 𝑥 2 + 25 + 4𝑥 2 − 20𝑥
𝑂𝑀2 = 5𝑥 2 − 20𝑥 + 25
𝑂𝑀 = 5𝑥 2 − 20𝑥 + 25

4a) 5(𝑥 − 2)2 + 5 = 5𝑥 2 − 20𝑥 + 25

Ainsi 𝑓 𝑥 = 5(𝑥 − 2)2 + 5

b) D’après le cours sur les variations


du trinôme du second degré, on a
le tableau des variations suivants :

c) 𝑓 atteint son minimum en 2 qui vaut 5, ce minimum étant


strictement positif, 𝑓 est strictement positive sur .

5a) 𝑔 𝑥 = 𝑥 et 𝑔 est strictement croissante sur +

b) f est strictement positive sur , ainsi 𝑔𝑜𝑓 est définie sur .

Sur l’intervalle −∞; 2 𝑓 est strictement décroissante et à valeurs positives est composée avec la fonction
𝑔 strictement croissante. Ainsi 𝑔𝑜𝑓 est strictement décroissante sur cet intervalle.
Sur l’intervalle 2; +∞ 𝑓 est strictement croissante et à valeurs positives est composée avec la fonction
𝑔 strictement croissante. Ainsi 𝑔𝑜𝑓 est strictement croissante sur cet intervalle.

Pour résumer : 𝑓 et 𝑔𝑜𝑓 ont même sens de variation

c) Om est minimale lorsque gof est minimale, or gof est minimale lorsque f est minimale. Le minimum est atteint en
=2 et vaut 5 à comparer avec la valeur expérimentale 2,24.

Exercice 2

1) ∆= 4 + 60 = 64 , l’équation admet donc deux racines 𝑥1 = −5 et 𝑥2 = 3

2) En effectuant le changement d’inconnue 𝑋 = 𝑥 2

2 𝑋 = −5 𝑥 2 = −5
𝑥 + 2𝑥 − 15 = 0 équivaut à 𝑋 + 2𝑋 − 15
2
2
= 0 ce qui équivaut à
𝑜𝑢 soit 𝑜𝑢 . La première équation
𝑋=𝑥
𝑋=3 𝑥2 = 3
n’admet pas de solution dans , le seconde en admet deux : 3 et - 3. L’ensemble des solutions de l’équation
bicarrée est donc : 𝑆 = − 3 ; 3 .
3) En utilisant la question 1, 𝑥 2 + 2𝑥 − 15 > 0 équivaut à 𝑥 < −5 ou 𝑥 > 3 et en remarquant que l’inéquation
posée est équivallente à l’inéquation du 1 avec le changement d’inconnue 𝑥 = 𝑡, l’ensemble des solutions est
𝑡 < −5,
donné par : 𝑜𝑢 l’ensemble S’ solution de cette inéquation est donc 𝑆 ′ = 9; +∞
𝑡>3

Exercice 3

1) 𝑓(0) = −5 ; 𝑓(1) = 10 ; 𝑓(2) = 15 ; 𝑓(5) = −30

2) Le point 𝑀 a pour abscisse 0 lorsque 𝑓(𝑡) = 0. ∆= 300. Les deux racines de l’équations sont :
−20− 300 −20−10 3
𝑥1 = 2×(−5)
= −10 =2+ 3 et 𝑥2 =2- 3 . Ces deux racines sont positives et inférieures à 5, elles sont donc
solution.

3) 𝑓(𝑡) est positive entre les racines puisque le coefficient des 𝑡 2 est négatif, soit sur l’intervalle
2− 3 ;2 + 3.

4) A partir de sa position initiale x=-5, le mobile se dirige vers le haut monte jusqu'à sa position maximale x=15
atteinte à t=2 s. Le mobile aura atteint la position x=0 à t=2- 3 s. Après que le maximum soit atteint il
commence à redescendre, et passe par la position x=0 à t=2+ 3s.

Exercice 4

I est le barycentre de 𝑂′ ; −𝜋 × 12 𝑂; 𝜋 × 22 . Par homogénéité du barycente I est donc le barycentre de


−1 −1
𝑂′ ; −1 𝑂; 4 . La relation de placement nous donne la relation : 𝑂𝐼 = 𝑂𝑂′ soit 𝑂𝐼 = 𝑂𝑂′
4−1 3

Exercice 5

1) A la fin de l’exercice

2) En identifiant la relation à une relation de placement on trouve facilement des valeurs possibles pour les
coefficients : =2 et =3.
I est donc le barycentre de 𝐴; 2 𝐶; 3 .

3) De même β=1 et =3.


J est donc le barycentre de 𝐵; 1 𝐶; 3 .

4) G est le barycentre de 𝐴; 2 𝐵; 1 𝐶; 3 .
Par associativité, il est d’une part le barycentre de 𝐴; 2 𝐽; 4 . Il appartient donc à la droite 𝐴𝐽 .
Il est d’autre part le barycentre de 𝐵; 1 𝐼; 5 . Il appartient donc à la droite 𝐵𝐼 .

G est donc le point d’intersection de ces droites et se construit comme tel.

5) En utilisant la propriété fondamentale du barycentre G , on réduit la somme vectorielle


2𝑀𝐴 + 𝑀𝐵 + 3𝑀𝐶 = 6𝑀𝐺 .

On pose G’ barycentre de 𝐴; 4 𝐵; 2 , ainsi en utilisant la propriété fondamentale de G’, on réduit la somme


vectorielle 4𝑀𝐴 + 2𝑀𝐵 = 6𝑀𝐺′
 est l’ensemble des points 𝑀 tels que 6𝑀𝐺 = 6𝑀𝐺 ′ donc tels que 𝑀𝐺 = 𝑀𝐺’ .

C’est donc la médiatrice de 𝐺𝐺′

6) Le vecteur 2𝑁𝐴 − 𝑁𝐵 − 𝑁𝐶 est indépendant de N car 2-1-1 =0. Il se réduit en 𝐵𝐴 + 𝐶𝐴 = 2𝐴′𝐴 où A’ est le milieu
de 𝐵𝐶 .
 est l’ensemble des points N tel que le vecteur 6𝑁𝐺 est colinéaire au vecteur 2𝐴′𝐴.

 est donc la droite parallèle à 𝐴𝐴′ passant par 𝐺.


\begin{tabular}{|c|ccccc|}x&-\infty&&2&&+\infty \\{variations de f}&&\searrow&&\nearrow&\\&&&5&&&
\end{tabular}