Leçon 128 : Formes quadratiques sur un espace vectoriel sur ou . Classification dans chacun des deux cas.

On suppose connue la notion forme bilinéaire symétrique. Dans tout la suite, E désigne un K-espace vectoriel avec K = ou K = .

On a alors ϕ(x;y) = XAY et Φ(x) = XAX . Propriété : Règle du dédoublement. Soient x = (x;…;x) et y = (y;…;y) deux éléments de E. Si Φ(x) = αx + 2αxx alors on obtient ϕ(x;y) = αxy + α(xy + xy) Exemple : La matrice de Φ : → (x,y,z) → 3x + y + 2xy − 3xz dans la base canonique est . Proposition : Soient A = Mat(ϕ), B’ une base de E, P la matrice de passage de B à B’ et A’ = Mat(ϕ). On a alors A’ = PAP Définition : On appelle rang de Φ le rang de la matrice de sa forme polaire dans B.

Application : Détermination de la nature de la quadrique d’équation : x+2xy+2y−2yz+(λ+1)z−2x+2y−4z+λ+4 = 0

C. Classification des formes quadratiques.
Dans cette partie, E est de dimension finie, notée n et r est le rang de la forme quadratique Φ. Théorème : Classification des formes quadratiques complexes. Il existe une base B de E tel que Mat(Φ) = Corollaire : Il existe une base B = (e;…;e) de E telle que pour tout x = xe ∈ E Φ(x) = x . Théorème : Classification des formes quadratiques réelles. Il existe un unique couple (p;q) de tel qu’il existe une base B de E telle que Mat(Φ) = Corollaire : Il existe un unique couple (p;q) de tel qu’il existe une base B = (e;…;e) de E telle que pour tout x = xe ∈ E Φ(x) = x −x . Définition : Le couple (p;q) est appelé la signature de Φ.

A. Généralités sur les formes quadratiques.
1. Définition Définition : Soit ϕ une forme bilinéaire sur E×E. L’application Φ : E → K définie par Φ(x) = ϕ(x;x) est appelée forme quadratique sur E. Exemple : Soit S∈S(). Φ : M() → est une forme quadratique sur M(). A → tr(SAA) Théorème : Soit Φ une forme quadratique sur E. Il existe une unique f.b.s. ϕ telle que ∀x∈E Φ(x) = ϕ (x;x). On a ∀(x;y)∈E×E ϕ(x;y) = (Φ(x+y)−Φ(x)−Φ (y)) = (Φ(x+y)− Φ(x−y)) ϕ est alors appelée la forme polaire de Φ. Exemple : Soient u, v ∈ . Φ: → est une forme quadratique sur . x → [x,u,v∧x] Propriété : ∀x∈E ∀λ∈K Φ(λx) = λΦ (x) Dans toute la suite, Φ désigne une forme quadratique et ϕ la forme polaire associée.

B. Orthogonalité
Définitions : • Deux vecteurs x et y de E sont dits orthogonaux selon Φ lorsque ϕ(x;y) = 0.

• • • •

On appelle orthogonal de A⊂E selon Φ l’ensemble A = {y∈E | ∀x∈A ϕ(x;y)=0}. On appelle noyau de Φ l’ensemble Ker Φ = E. On dit que Φ est non dégénérée si Ker Φ = {0}. Une base B de E est dite Φ-orthogonal si pour tout couple (e;e’) d’éléments distincts de B, on a ϕ(e;e’) = 0.

Bibliographie :

Théorème : Si E est de dimension finie alors il existe au moins une base de E Φ-orthogonale. Corollaire : Toute forme quadratique Φ sur E est décomposable d’au moins une façon en combinaison linéaire de carrés de formes linéaires indépendantes. Pratique : Algorithme de décomposition de Gauss d’une forme quadratique. Détermination de son noyau et de son rang.

Gourdon, Algèbre. Monier, Algèbre 2. Ladegaillerie, Géométrie. Sorosina, Algèbre et géométrie.

2. Expression matricielle en dimension finie. Dans cette partie, E est de dimension finie, notée n. B est une base de E.
Proposition : Soient A = Mat(ϕ), x et y dans E avec X = Mat(x) et Y = Mat(x).

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful