République d’Haïti

MINISTERE DE LA PLANIFICATION ET DE LA COOPERATION EXTERNE
SECRETARIAT EXECUTIF DU COMITE INTERMINISTERIEL DE COORDINATION ET DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE DU DSNCRP

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETE (DSNCRP-2008-2010)
POUR RÉUSSIR LE SAUT QUALITATIF

Avril 2011

Dépôt légal xx-xx-xxx Bibliothèque Nationale d’Haïti. Achevé d’imprimer en avril 2011 sous les presses de l’imprimerie xxxx Port-au-Prince, Haïti.

Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) 2011. Tous droits réservés.

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

3

Table des matières
Liste des abréviations ................................................................................................6 Liste des tableaux ......................................................................................................8 Liste des graphiques ..................................................................................................9 Liste des schémas ......................................................................................................9 AVANT-PROPOS DU PREMIER MINISTRE ..................................................11 RESUME EXECUTIF .......................................................................................13 CONTEXTE .....................................................................................................18 INTRODUCTION ...........................................................................................19 CHAPITRE I : CADRE MACROECONOMIQUE ...........................................19
1.1. LA SITUATION MACRO ECONOMIQUE AU COURS DES TROIS ANNEES DE MISE EN ŒUVRE DU DSNCRP ........................ 23 1.1.1. UN PIB EN DENT DE SCIE ................................................................. 23 1.1.2. UNE INFLATION MAITRISEE ............................................................ 23 1.1.3. DES RESULTATS SATISFAISANTS DES FINANCES PUBLIQUES ... 24 1.1.4. UNE POLITIQUE MONETAIRE PRUDENTE ................................... 25 1.1.5. UNE DÉTÉRIORATION DE LA BALANCE COURANTE ................ 26 1.1.6. DES AVOIRS EXTERIEURS EN NETTE AUGMENTATION ............ 27 1.1.7. DES RESERVES NETTES DE CHANGE CONSOLIDEES ................. 27 1.1.8. DES TRANSFERTS PRIVES SANS CONTREPARTIE EN AUGMENTATION .................................................................................... 28 1.1.9. UN CREDIT PEU INCITATIF AU SECTEUR PRIVE ......................... 29 I.2. EVOLUTION DES DEPENSES BUDGETAIRES LIEES A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE......................................................... 30 1.3. OBJECTIFS MACROECONOMIQUES DU DSNCRP POUR 2008- 2010......... 33 1.4. PERFORMANCES MACRO ECONOMIQUES SUR LA PERIODE DE MISE EN ŒUVRE DU DSNCRP ............................................................. 34 1.5. REFORMES ABOUTISSANT AU POINT D’ACHEVEMENT ...................... 34 1.5.1. REFORMES DANS LES FINANCES PUBLIQUES ET DE GOUVERNANCE ECONOMIQUE ................................................... 35 1.5.2. REFORMES STRUCTURELLES ........................................................... 35 1.5.3. GESTION DE LA DETTE ..................................................................... 35 1.6. LA SITUATION DE LA DETTE APRES LE POINT D’ACHEVEMENT ..... 36

4

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

CHAPITRE II : PROGRAMMATION BUDGETAIRE ....................................39
II.1. PROGRAMMATION ....................................................................................... 39 II.1.1. ARTICULATION DES BUDGETS 2008- 2010 AVEC LES LIGNES D’ACTIONS DU DSNCRP .................................. 39 II.1.2. ANALYSE DE LA PROGRAMMATION BUDGETAIRE PAR PILIER .... 41 II.1.3. POIDS DES SECTEURS DANS LA PROGRAMMATION DES PROJETS ARTICULES AU PLIP 2008-2010 ................................ 42

CHAPITRE III : MISE EN ŒUVRE ................................................................49
III.1. PILIER 1- LES VECTEURS DE CROISSANCE.............................................. 50 III.1.1. AGRICULTURE ET DEVELOPPEMENT RURAL ............................ 51 III.1.2. TOURISME .......................................................................................... 54 III.1.3. COMMERCE ET INDUSTRIE ........................................................... 56 III.1.4. INFRASTRUCTURES .......................................................................... 58 III.2. PILIER 2- DEVELOPPEMENT HUMAIN. PRIORITE AUX SERVICES SOCIAUX DE BASE .......................................... 60 III.2.1. EDUCATION ET FORMATION PROFESSIONNELLE ................... 61 III.2.2. SANTE .................................................................................................. 64 III.2.3. EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT ............................................. 68 III.3. PILIER 3- GOUVERNANCE DEMOCRATIQUE ......................................... 70 III.3.1. JUSTICE ET SECURITE ..................................................................... 71 III.3.2. GOUVERNANCE DE PROXIMITE ................................................... 74 III.4. POLITIQUES ET STRATEGIES SPECIFIQUES ET TRANSVERSALES ..... 76 III.4.1. SECURITE ALIMENTAIRE ................................................................ 77 III.4.2. EGALITE DES SEXES .......................................................................... 79 III.4.3. ENVIRONNEMENT ........................................................................... 80 III.4.4. PROTECTION SOCIALE .................................................................... 81 III.4.5. CULTURE ET COMMUNICATION.................................................. 82 III.4.6. DEVELOPPEMENT URBAIN............................................................. 84 III.4.7. AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ................................................ 86 III.4-8. RISQUES ET DESASTRES .................................................................. 87 III.4.9. RENFORCEMENT DES CAPACITES ................................................ 89 III.4.10. JEUNESSE, SPORTS ET ACTION CIVIQUE .................................. 91

CHAPITRE IV : REFORMES ET POLITIQUES SECTORIELLES .................95
PILIER I : LES VECTEURS DE CROISSANCE ...................................................... 95 PILIER II : DÉVELOPPEMENT HUMAIN ............................................................ 98 PILIER III : GOUVERNANCE DÉMOCRATIQUE ............................................... 99

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

5

CHAPITRE V : RESULTATS ..........................................................................101
V.I. EVOLUTIONDES INDICATEURS ................................................................ 101 V.1.1. LES INDICATEURS DE PRODUITS ................................................. 101 V.1.2. ANALYSE DES INDICATEURS DE PRODUITS ............................... 101 V.1.3. PRODUITS DU SECTEUR DES TRAVAUX PUBLICS ..................... 102 V.1.4. PRODUITS DU SECTEUR SANTÉ ................................................... 103 V.1.5. SECTEUR JUSTICE............................................................................. 103 V.1.6. SECTEUR EDUCATION .................................................................... 104 V.1.7. SECTEUR TOURISME........................................................................ 105 V.2. EVOLUTION RECENTE DES OBJECTIFS DU MILLENAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT (OMD) ................................................. 106 V.2.1. LES PERSPECTIVES POUR LES OMD ............................................. 107 V.2.2. CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AU REGARD DES OMD ......... 111 V.3. LA RETROACTION DE LA POPULATION ................................................. 113 V.3.1. CE QUE LA POPULATION DIT A TRAVERS LE SUIVI QUALITATIF PARTICIPATIF (SQP)................................................... 113 V.3.2. CONSIDERATIONS GENERALES .................................................... 118

CHAPITRE VI : COORDINATION, SUIVI ET COMMUNICATION ..........121
VI.1. LE DISPOSITIF DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE DU DSNCRP....... 121 VI.1.1. FORCES .............................................................................................. 121 VI.1.2. FAIBLESSES ........................................................................................ 122 VI.1.3. NOUVEAU DISPOSITIF INSTITUTIONNEL DE MISE EN ŒUVRE DU DSNCRP ............................................... 126 VI.2. COMMUNICATION .................................................................................... 129 VI.2.1. LE PLAN DE COMMUNICATION.................................................. 130 VI.2.2. REALISATIONS ................................................................................. 131

CHAPITRE VII : VERS UNE STRATEGIE DE SECONDE GENERATION ...... 133 CHAPITRE VIII : CONCLUSIONS ...............................................................143 ANNEXES
ANNEXE 1 : RÉSUMÉ DE L’ÉVOLUTION DU CADRE MACROÉCONOMIQUE SUR LA PÉRIODE ........... 147 ANNEXE 2 : ESTIMATION DE LA PAUVRETÉ MONÉTAIRE ......................... 151

6

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Liste des abréviations
ARV BCG BDS BRH CAP CBMT CCB CDMT CFI CICSMO CII CNI CNUCED COSI CPM CSAFP CSCCA DDE DPC DSNCRP DSRP DTP ECVH EFACAP EPT FAES FIOP FRPC GAC GSB IHSI INARA MAP MEF Anti Retro Viral Bacille de Calmette et de Guérin (Vaccin contre la tuberculose) Bureau Départemental Scolaire Banque de la République d’Haïti Comité d’Arbitrage des Priorités Cadre Budgétaire à Moyen Terme Comité Consultatif des Bailleurs Cadre de Dépenses à Moyen Terme Centre de Facilitation des Investissements Comité Interministériel de Coordination et de Suivi de la Mise en Œuvre Commission Interministérielle des Investissements Conseil National des Investissements Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement Conseil d’Orientation Stratégique de l’Investissement Commune Phare Majeure Conseil Supérieur de l’Administration et de la Fonction Publique Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif Direction Départementale de l’Education Direction de la Protection Civile Document de Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté Document de Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté Diphtérie/Typhoïde/Paludisme Enquête sur les Conditions de Vie en Haïti Ecole Fondamentale et Centre d’Appui Pédagogique Education Pour Tous Fonds d’Assistance Economique et Sociale Fiche d’Identité et d’Opération de Projets Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et pour la Croissance Groupement et Association Communautaire Groupman Sante Bet Institut Haïtien de Statistiques et d’Informatique Institut National de la Réforme Agraire Matrice d’Actions Prioritaires Ministère de l’Economie et des Finances

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

7

MENFP MPCE OCB OMD OMRH ONG ONPES PAGE PARDH PARQUE PBG PDL PDNA PDT PIB PIP PLAP PLIP PNH PPA PPTE PREH PTME SCDCSMO SCTICSMO SECICSMO SGS SIDA SNCRP SPGRD SQP SRP TDC UEP

Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle Ministère de la Planification et de la Coopération Externe Organisation communautaire de Base Objectifs du Millénaire pour le Développement Office de Management des Ressources Humaines Organisation Non Gouvernementale Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale Programme d’Appui à la Gouvernance Economique Plan d’Action pour le Relèvement et le Développement d’Haïti Programme d’Appui au Renforcement de la Qualité de l’Education Policy Base Grant Programme de Développement Local Post Disaster Need Assesment Plan Directeur du Tourisme Produit Intérieur Brut Programme d’Investissements Publics Plan d’Actions Prioritaires Plan d’Investissements Prioritaires du DSNCRP Police Nationale d’Haïti Parité du Pouvoir d’Achat Pays Pauvres Très Endettés Programme de Renforcement de l’Economie d’Haïti Prévention Transmission Mère Enfant Sous-comité Départemental de Coordination et de suivi de la mise en Œuvre Sous-comité Technique Interministériel de Coordination et de Suivi de la Mise en Œuvre Secrétariat Exécutif du Comité Interministériel de Coordination et de Suivi de la Mise en Œuvre Société Générale de Surveillance Syndrome Immuno Déficience Acquise Stratégie Nationale de Croissance et de Réduction de la Pauvreté Système de Prévention et de Gestion des Risques et des Désastres Suivi Qualitatif Participatif Stratégie de Réduction de la Pauvreté Table Départementale de Concertation Unité d’Etudes et de Programmation

8

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Liste des tableaux
Tableau 1 Tableau 2 Tableau 3 Tableau 4 Tableau 5 Tableau 6 Tableau 7 Tableau 8 Tableau 9 Tableau 10 Tableau 11 Tableau 12 Tableau 13 Tableau 14 Tableau 15 Tableau 16 Tableau 17 Evolution des principales variables Macro économiques 2007-2010 Evolution des crédits et dépenses de lutte contre la pauvreté durant les années 2008-2010 Proportion des dépenses de fonctionnement et des dépenses d’investissement en matière de pauvreté dans le crédit total Variation annuelle des dépenses effectives de lutte contre la pauvreté (En %) Proportion des dépenses de fonctionnement et d’investissement dans les dépenses totales de pauvreté Encours et services de la dette avant et après le point d’achèvement Variation de l’encours et du service de la dette en pourcentage (%) après le point d’achèvement Répartition des crédits d’investissements selon les Piliers du DSNCRP Pilier I : Les vecteurs de croissance Pilier II : Développement humain Pilier 3 : Justice et sécurité/ Gouvernance de Proximité Répartition annuelle des crédits par pilier Établissement détruits ou endommagés (Départements Ouest, Sud-est et Nippes) Evolution de quelques indicateurs des OMD (1990-2008/09) Allure générale des appréciations Appréciations sur l’accès à la justice Appréciations sur l’assainissement

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

9

Liste des graphiques
Graphe 1 Graphe 2 Graphe 3 Graphe 4 Graphe 5 Graphe 6 Graphe 7 Graphe 8 Graphe 9 Graphe 10 Graphe 11 Graphe 12 Graphe 13 Graphe 14 Graphe 15 Graphe 16 Graphe 17 Graphe 18 Graphe 19 Graphe 20 Evolution du taux de croissance du PIB réel entre 2007 et 2010 Evolution du taux d’inflation en glissement annuel entre 2007 et 2010 Evolution des importations et exportations entre 2007 et 2010 Evolution des Réserves Nettes de Change Evolution des transferts privés sans contrepartie Evolution des Crédits et Dépenses de pauvreté Tendance des Dépenses de pauvreté entre 2008 et 2010 Evolution des crédits alloués au PIP pour des projets DSNCRP 2008-2010 Poids des piliers dans le total des crédits alloués aux projets du DSNCRP 2008-2010 Poids des piliers du DSNCRP Evolution des crédits alloués par secteur du pilier I Evolution des crédits alloués par secteur du pilier II Evolution des crédits alloués par secteur du pilier III Politiques et stratégies spécifiques et transversales 2008-2010 Taux de mortalité infantile pour 1,000 naissances vivantes Proportion de la population utilisant une source d’eau potable améliorée Aide per capita (US$ courant) Amélioration de la vie dans votre communauté ? Niveau de satisfaction générale Appréciations sur l’accès aux soins de santé maternelle

Liste des schémas
Schéma 1 Schéma 2 Schéma 3 Schéma 4 Schéma 5 Schéma 6 Nouveau dispositif institutionnel de mise en œuvre du DSNCRP Schématisation de la logique interne du DSNCRP dans l’optique de la Vision à long terme Logique interne du document de stratégie nationale pour la croissance et la réduction de la pauvreté Matrice du niveau programme – Horizon à long terme (2020) Matrice du niveau programme – Horizon à moyen terme (2017) Matrice du niveau programme – Horizon à court terme (2014)

10

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

AVANT-PROPOS DU PREMIER MINISTRE

11

Avant-propos du Premier ministre

Le rapport final sur la mise en œuvre du premier Document de Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (DSNCRP) que nous avons le privilège de présenter à la nation est le résultat des efforts que le Gouvernement a entrepris dans un contexte extrêmement difficile marqué surtout par la crise alimentaire de 2008, les catastrophes naturelles principalement les dégats des ouragans de 2009 et plus particulièrement le séisme du 12 janvier 2010 qui ont grandement hypothéqué les résultats attendus qui devaient nous aider à obtenir une croissance durable en vue d’en répartir les fruits vers les 72% de la population vivant dans la pauvreté. « Réussir le Saut Qualitatif » en impulsant une dynamique forte de rattrapage des objectifs du millénaire pour le développement, doter le pays d’une économie moderne, renforcer l’Etat dans toutes ses composantes institutionnelles et mettre notre créativite culturelle au service du développement national étaient et demeurent les défis à relever. Le premier rapport annuel de mise en œuvre du DSNCRP (2007-2008) a été publié en février 2009, mettant en exergue l’évolution de la situation macroéconomique et sociale du pays et les principaux acquis tout en analysant le fonctionnement des mécanismes de coordination et de suivi de sa mise en œuvre. Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 ayant frappé le pays a créé une situation nouvelle non seulement à cause de l’ampleur des dommages et pertes estimés à près de 8 milliards de dollars US, mais aussi du fait de la paralysie de l’administration publique haïtienne mettant momentanément un terme aux travaux d’élaboration du deuxième rapport annuel couvrant l’année 2008-2009. C’est dans ce contexte qu’il a été décidé d’élaborer un rapport final sur la mise en œuvre pour les années d’exécution du DSNCRP (2008-2010) en tenant compte des résultats atteints et de l’évaluation partielle de ses performances. La situation créée par le séisme du 12 janvier 2010 a donné au Gouvernement l’occasion de raffermir l’énoncé d’une vision de développement à long terme visant à faire d’Haïti un pays émergent à l’horizon 2032. Dans ce contexte et au-delà de la gestion de la situation d’urgence engendrée par le séisme, le Gouvernement entend poursuivre son action de structuration du développement en s’adossant entre autres sur le DSNCRP. Pour ce faire, il pose la nécessité de veiller à ce que le Plan d’Action pour le Relèvement et le Développement d’Haïti (PARDH) lancé en mars 2010 devant couvrir une période de vingt (20) ans et le DSNCRP soient pla-

12

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

cés sur une même orbite. Il faut noter ici que le PARDH s’articule autour de quatre grands chantiers : la Refondation territoriale, la Refondation économique, la Refondation sociale et la Refondation institutionnelle. Je réitère mes propos tenus lors du lancement du PARDH en mars 2010 à la conférence de New-York sur la reconstruction d’Haïti « Nous devons agir maintenant, mais avec une vision claire de l’avenir. Il nous faut nous mettre d’accord sur un programme à court terme tout en créant les mécanismes qui rendront possible l’instruction et l’implantation détaillées des programmes et des projets qui permettront de concrétiser les actions sur un horizon de dix ans. Ce plan se décline en deux temps, soit l’immédiat qui porte sur une période de dix-huit mois qui comprend la fin de la période d’urgence et la préparation des projets déclencheurs du véritable renouveau ; le second temps qui s’ouvre sur une perspective temporelle de neuf (9) ans, permettant ainsi de tenir compte de trois cycles de programmation de la Stratégie Nationale de Croissance et de Réduction de la Pauvreté ». L’élaboration du DSNCRP de 2ème génération devra nécessairement assurer une capitalisation des acquis conceptuels, stratégiques et opérationnels du premier DSNCRP en tenant compte du plan détaillé des grands chantiers de la refondation d’Haïti qui demeure la référence sur le plan stratégique. Il faudra aussi apporter des corrections aux insuffisances constatées dans le dispositif de mise en œuvre du DSNCRP 1ère génération qui devront faire partie de la série de mesures de renforcement au chapitre du cadre opérationnel et institutionnel du DSNCRP II. Mon gouvernement, pleinement conscient des écueils à surmonter pour placer le pays dans une trajectoire de croissance durable et pour vaincre l’attentisme général résultant de notre manque de confiance en nous-mêmes, souhaite que cette vision commune d’un pays émergent à l’horizon 2032 puisse nous projeter sur la scène internationale avec des résultats manifestes à la hauteur des espérances d’amélioration des conditions de vie de nos concitoyens. Je livre donc ce rapport à votre analyse et à votre appréciation pour une meilleure appropriation des résultats obtenus au cours de la période d’exécution de notre première Stratégie de Croissance et de Réduction de la Pauvreté.

Jean Max Bellerive Ministre de la Planification et de la cooperation externe Premier ministre

RÉSUMÉ EXÉCUTIF

13

Résumé exécutif
Le Gouvernement d’Haïti, à l’issue d’un large processus participatif de plus de trois mois incluant les représentants de divers acteurs étatiques et de la société civile dans les dix (10) départements géographiques du pays, a élaboré un Document de Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (DSNCRP) considéré comme cadre fédérateur de l’action de développement du pays. Ce document a servi de guide pour l’élaboration des plans sectoriels prioritaires de développement et des programmes d’investissement public, et constitue (i) un outil de coordination et de cohérence de l’action gouvernementale pour impulser le partenariat entre les différents acteurs (ii) un instrument de mobilisation des ressources et de priorisation des actions de développement national autour d’objectifs clairement définis, assortis d’indicateurs de performance et d’impact; et, (iii) un levier de promotion du développement des Collectivités Territoriales à travers une gouvernance de proximité. Les trois années de mise en œuvre de la Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté se sont déroulées dans un environnement moins favorable que prévu. Des facteurs non prévisibles ont hypothéqué les objectifs et les résultats souhaités. Des cataclysmes naturels, principalement les dégâts des ouragans en 2008 et le fameux tremblement de terre du 12 janvier 2010, ont grandement fragilisé les résultats attendus durant la mise en œuvre du DSNCRP. Les dégâts causés par le passage des ouragans Fay, Gustave, Hannah et Ike ont provoqué des dommages au niveau du secteur agricole, des infrastructures et de la production en général estimés à environ 15% du Produit Intérieur Brut (PIB). Le séisme du 12 janvier a inversé toutes les attentes, causant des dommages et pertes évalués à environ 120% du PIB avec comme conséquence une chute de la croissance de -5.1 % pour 2009-2010, selon les estimations préliminaires de l’Institut Haïtien de Statistique et d’Informatique (IHSI). Les finances publiques, à travers les politiques fiscales et budgétaires mises en œuvre, ont enregistré des résultats satisfaisants durant les trois dernières années, en dépit de perturbations qui ont assombri les performances attendues par les administrations fiscales et également les résultats prévus dans le développement des activités de lutte contre la pauvreté. Ainsi, les recettes budgétaires sont passées de 23,197 milliards de gourdes en 2006-2007 à 26,848 milliards en 2007-2008, soit une augmentation de 16%. Les dépenses effectives de 26,984 milliards de gourdes en 2006-2007 ont cru de 14% pour se situer à 30,856 milliards en 2007-08. Ce comportement s’est poursuivi en 2008-2009 par une hausse de 11% des recettes fiscales s’élevant à 29,881 milliards de gourdes et un certain recul de -1% des dépenses qui ont atteint 30,616 milliards de gourdes.

14

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

En 2009-2010, la tendance s’est maintenue malgré la cassure brutale provoquée dans les administrations fiscales par le séisme et la cessation des activités de nombreuses entreprises imposables et contributives. Cependant, un certain ralentissement de la croissance des recettes fiscales de 5% a été enregistré, soit un montant de 31,425 milliards de gourdes. Les dépenses budgétaires ont poursuivi leur progression avec une croissance de 26 % passant de 30,616 milliards de gourdes en 2008-2009 à 38,709 milliards de gourdes en 2009-2010. En effet, les dépenses finançant des projets d’investissement à partir des ressources du trésor public ont plus que triplé passant pour la même période de 2,574 milliards de gourdes à 11,408 milliards de gourdes, soit 343%. En définitive, le déficit fiscal en pourcentage du PIB, compensé par les dons externes a été maitrisé autour de 3% durant les trois années de la mise en œuvre du DSNCRP. Les autorités monétaires ont durant cette période mené une politique monétaire prudente en vue non seulement de préserver mais aussi de renforcer la stabilité du système financier, la transparence et l’efficacité de la politique monétaire. Des politiques et mesures ont été adoptées en vue de maintenir la stabilité monétaire interne et externe en assurant la baisse du taux d’inflation, le contrôle du financement monétaire et un taux de change stable. Ainsi, une relative stabilité de la gourde a été notée. Concernant la réduction de la pauvreté, des crédits provenant du Trésor Public ont été affectés à différents postes de dépenses publiques en tenant compte des grandes fonctions comme l’emploi, la sécurité alimentaire, la fourniture d’énergie, le transport, l’assainissement, l’eau potable, la santé, l’éducation et la protection sociale. En effet, durant la mise en œuvre du DSNCRP les crédits liés à la réduction de la pauvreté ont représenté environ 44% du total des crédits. Les objectifs macro-économiques qui ont été retenus dans le DSNCRP durant la période 2008-2010 prévoyaient: un taux de croissance moyen du PIB réel de 4.0 % ; un taux d’inflation de moins de 10% ; un déficit budgétaire s’élevant à 1% du PIB. Les défis d’ordre politique, économique et social durant la mise en œuvre du DSNRCP première génération, ont été importants. En effet, le délabrement de la production nationale, la faiblesse du capital humain, la dégradation de l’espace territorial, la faiblesse de la sécurité publique et enfin la défaillance des institutions publiques et leur destruction quasi-totale à la suite du séisme du 12 janvier ont nécessité des mesures urgentes et structurantes. Les performances macro économiques attendues durant la période considérée n’ont pas été au rendez-vous. Les résultats visés en termes de croissance n’ont pas été atteints. Les perspectives de relèvement étaient de 4,5% du PIB pour l’exercice fiscal 2008/2009, mais l’exercice sera fortement marqué par des facteurs de risque aussi bien internes qu’externes hérités de 20072008. Néanmoins, grâce aux efforts entrepris et aux actions menées à travers le programme d’urgence post cyclonique mis en œuvre par le Gouvernement, le cap a été gardé sur un taux de croissance positif de l’ordre de 2.5% du PIB réel pour l’exercice 2008-2009 et une accélération de la croissance durant les années subséquentes pour atteindre les 4.5% visés dans la stratégie. Le taux d’inflation de son côté devait être contrôlé à moins de 10%. Le taux de change devait être maintenu autour de 40 gourdes pour un dollar. Des réformes en termes de gouvernance et de gestion des finances publiques ont accompagné la mise en œuvre du DSNRCP. En effet le train de mesures initiées depuis 2004 a permis au pays

15

d’atteindre d’abord le point de décision et ensuite le point d’achèvement lui donnant accès aux mécanismes d’allègement de sa dette. Les autorités haïtiennes ont donc mis en branle un ensemble d’actions en vue d’entreprendre ces réformes sur la base de critères de performance quantitatif et qualitatif. Dans ce sens des progrès significatifs ont été réalisés. Ainsi, le premier statut déclencheur a été la formulation suivant un processus participatif de la Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (DSNCRP) et sa mise en œuvre, accompagné d’une politique de stabilisation macro économique qui a constitué un autre élément des enjeux en fonction des performances réalisées. Les principaux agrégats macroéconomiques ont eu des variations satisfaisantes durant les trois années du programme. D’importantes réformes structurelles et sociales ont été aussi entreprises notamment dans les domaines de la Gouvernance économique, des finances publiques et de la gestion de la dette. Le financement des projets en cohérence avec les objectifs et les piliers du DSNCRP a représenté respectivement 71%, 89% et 92% des crédits totaux des Programmes d’Investissement Public (PIP) pour les exercices fiscaux 2007-2008, 2008-2009 et 2009-2010. Ces chiffres montrent une claire amélioration de la prise en compte par le gouvernement de cette impérieuse nécessité d’améliorer la croissance économique et de réduire la pauvreté. Par ailleurs, les crédits alloués aux projets cadrant avec les Piliers du DSNCRP proviennent respectivement à 15% et 85 % de ressources nationales et de ressources externes pour l’exercice 2007-2008, à 14% et 86% pour l’exercice 2008-2009, à 19% et 81% pour 2009-2010. Les Ressources nationales en progression expriment la volonté du Gouvernement pour une prise en charge effective des interventions en faveur de la croissance et de la réduction de la Pauvreté d’autant que l’aide promise suite aux catastrophes qui ont touché le pays a tardé à se manifester. Les crédits programmés sur toute la période de mise en œuvre démontrent une volonté réelle de l’Etat de viser la croissance et de lutter contre la pauvreté puisqu’ils ont montré une augmentation successive sur les 3 années du DSNCRP. En fonction des objectifs visés par le DSNCRP, 157 indicateurs ont été définis pour le suivi et l’évaluation des actions menées dans le cadre de cette stratégie, ainsi que des OMD. Ces indicateurs sont répartis en 4 typologies et portent sur la mesure des résultats/effets induits du développement (87 indicateurs), en fonction des ressources injectées (16 indicateurs) et des produits obtenus ou activités générées (40 indicateurs) ; l’impact attendu en termes de croissance économique et d’amélioration des conditions de vie des ménages étant mesuré par 14 indicateurs. Dans les analyses effectuées, l’accent a été mis sur les indicateurs produits « physiques » et fonctionnels comme la construction et la réhabilitation de routes, de bâtiments, le renforcement des structures. Les crédits ont été effectivement dépensés au niveau des secteurs. Certains résultats immédiats sont visibles d’autres peinent à être livrés. L’une des raisons vient du fait que certaines dépenses montrent des traits stratégiques et d’autres des traits passifs/négatifs. La performance de certaines dépenses publiques vient du fait que l’Etat haïtien ait réussi pendant un certain temps à renforcer ses normes administratives de gestion, avec l’amélioration des procédures d’élaboration du budget, la mise en place et le renforcement de la Commission Nationale des Marchés Publics (CNMP), etc.

16

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Dans ce contexte, on peut déjà prévoir qu’il sera difficile pour le pays d’atteindre la majorité des Objectifs du Millénaire pour le Développement d’ici 2015. Le Plan d’Action pour le Relèvement et le Développement d’Haïti (PARDH) élaboré par le Gouvernement à la suite du séisme et le Document Détaillé des Grands Chantiers (DDGC) en cours d’élaboration sont des outils de planification stratégique qui guideront le pays sur de nouveaux rails. De par leurs objectifs de réaliser la quadruple refondation du pays : territoriale, économique, sociale et institutionnelle, ils apporteront sans doute une nouvelle dynamique à l’atteinte des OMD. Le DSNCRP est axé sur le partenariat en ce sens qu’il encourage la participation coordonnée des actions bilatérales, des organisations multilatérales et non gouvernementales dans un programme global de réduction de la pauvreté et de création de richesse. Ce cadre favorise une plus grande ouverture dans l’élaboration des politiques publiques. L’Etat haïtien a cherché de manière plus systématique à inclure, lors de l’élaboration de ce document, des groupes traditionnellement marginalisés, le secteur privé, la société civile et les pauvres reflétant ainsi l’assentiment de la communauté et le soutien des parties prenantes précitées. Les avis collectés, à partir d’une enquête de perception réalisée en 2009, n’intègrent pas seulement les niveaux de satisfaction ou des appréciations des populations bénéficiaires uniquement sur un projet. Ils ont pour champ l’ensemble des interventions réalisées dans les communautés et les régions. Les appréciations sont tirées du corpus établi par le DSNCRP au regard des objectifs fixés. Les éléments de ce corpus qui les ont orientées sont : le revenu, l’emploi, la santé, l’alimentation, l’eau potable et l’assainissement, l’identité juridique et citoyenne, l’accès à la justice, à la sécurité, à la scolarisation, à l’alphabétisation et le niveau de participation des femmes. La satisfaction au regard de la disponibilité, de l’accès aux services sociaux de base et de la qualité de ces services, est jugée faible (68,9 % des appréciations1). L’insatisfaction est plus aiguisée au regard du revenu et du pouvoir d’achat, près de 96% des appréciations estiment que l’inactivité, le chômage et surtout la hausse fulgurante des prix n’ont pas permis une amélioration des conditions de vie. Les appréciations des populations révèlent toutefois des poches de satisfaction. Le niveau de satisfaction est élevé en ce qui a trait à la question de l’équité du genre. Pour 86% des appréciations l’intégration des femmes est satisfaisante et considérée déjà comme un acquis. Au regard des maladies prioritaires comme la tuberculose et le sida le niveau de satisfaction est très élevé. La prise en charge des personnes infectées est perçue par la population comme une situation excellente. Et ce constat capte plus de 88% des appréciations citoyennes. Ces appréciations font état d’une amélioration certaine en matière d’accès à l’éducation fondamentale. Les citoyens disent percevoir une meilleure prise en charge du secteur par les autorités. Les appréciations citoyennes présentées doivent être prises à leur juste valeur au regard des attentes de ces populations. Cependant les chocs que représentent les cyclones Hannah, Gustave, Ike (et le séisme du 12 janvier) ne permettent pas de juger finement l’efficacité des actions réalisées depuis trois ans dans le pays dans le cadre du DSNCRP. Les petites avancées étaient vite

1 Enquêtes/sondage de 2008, 2009 et 2010

RÉSUMÉ EXÉCUTIF

17

consommées par ces catastrophes naturelles. Toutefois elles restent des clignotants sur lesquels les décideurs doivent appliquer le principe de précaution pour un meilleur DSNCRP de 2ème génération. Le dispositif institutionnel de mise en œuvre du DSNCRP a été analysé sous l’angle de ses forces et de ses faiblesses. Cette analyse a permis d’évaluer et de mieux comprendre la pertinence et l’efficacité du mécanisme de mise en œuvre et de suivi/évaluation mis en place dans le cadre du DSNCRP, d’en identifier les failles, les faiblesses et les forces. Des propositions de solutions ont aussi été faites pour améliorer le système actuel de coordination de la mise en œuvre, de suivi/évaluation du DSNCRP en vue de les prendre en compte dans le document d’élaboration de la prochaine génération du DSNCRP. A la lumière des observations recueillies sur le fonctionnement de la structure et des mécanismes de coordination et de suivi de la mise en œuvre du DSNCRP, un nouveau dispositif institutionnel a été recommandé. Ce dispositif institutionnel qui est le mécanisme de coordination et de suivi de la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Croissance Durable et de Réduction de la Pauvreté a particulièrement pour objectifs de : apprécier les directives en matière de croissance durable et de réduction de la pauvreté aux niveaux national, sectoriel et régional ou par domaine d’activité ; fixer le calendrier de formulation et d’ajustement de la stratégie nationale de croissance durable et de réduction de la pauvreté ; examiner et valider les résultats des travaux d’élaboration et de réajustement de la stratégie nationale de croissance durable et de réduction de la pauvreté ; examiner et valider les bilans périodiques de mise en œuvre ; recommander des études à caractère général ou spécifiques nécessaire à l’approfondissement des éléments de politique ; examiner et valider le système de monitoring et d’évaluation de la stratégie nationale de croissance durable et de réduction de la pauvreté; proposer des contrats d’objectifs avec le secteur privé et la société civile. Ce dispositif comprend : des organes et des instances. L’élaboration du DSNCRP II devra nécessairement assurer une capitalisation des acquis conceptuels, stratégiques et opérationnels des exercices précédents réalisés sur la mise en œuvre des principes de la Déclaration de Paris, du Programme d’Action de Bruxelles sur les PMA et des provisions relatives aux principes de l’Engagement International sur la Coopération dans les Pays Fragiles. Il demeure évident que la capacité de cerner le suivi et l’évaluation de la mise en œuvre du DSNCRP n’est pas au point. Compte tenu de la problématique de la disponibilité des données issues des ministères sectoriels, on n’a pu que porter des appréciations sur les intrants tout en constatant que les variations dans l’allocation des ressources budgétaires du Programme d’Investissement Public sont si minimes que la fourchette d’évaluation était très petite. Il s’avère donc qu’il faut prendre les dispositions requises pour bien cadrer la problématique de l’évaluation des résultats du DSNCRP, au-delà des intrants.

18

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Contexte
Au terme d’un processus participatif étalé sur neuf (9) mois , Haïti a élaboré un Document de Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (DSNCRP), validé au Forum National en septembre 2007, adopté par le Gouvernement en octobre 2007 et approuvé par les institutions de Bretton Woods en février 2008. Du fait de ce processus participatif qui fonde sa légitimité, le DSNCRP est le cadre de référence du Gouvernement en matière de formulation de politique économique pour la croissance et la réduction de la pauvreté. A ce titre, il sert de guide pour l’élaboration des plans sectoriels prioritaires de développement et des programmes d’investissement public, et constitue (i) un outil de coordination et de cohérence de l’action gouvernementale pour impulser le partenariat entre les différents acteurs ; (ii) un instrument de mobilisation des ressources et de priorisation des actions de développement national autour d’objectifs clairement définis, assortis d’indicateurs de performance et d’impact; et, (iii) un levier de promotion du développement des Collectivités Territoriales à travers une gouvernance de proximité. Le Gouvernement s’est engagé à élaborer un rapport annuel pour rendre compte de l’état d’avancement de l’exécution des actions inscrites dans le Document de Stratégie Nationale de Croissance et de Réduction de la Pauvreté (DSNCRP). Ce rapport doit notamment passer en revue les programmes d’investissements disponibles; rendre compte du degré de mobilisation des ressources auprès des partenaires au développement et de l’Etat, et analyser les résultats pour chaque acteur, en mettant en évidence les facteurs de performance et les contraintes. Il doit en outre, dresser un état d’exécution des politiques, programmes et projets (PPP) inscrits dans le DSNCRP; analyser l’évolution des indicateurs de suivi de la SCRP ; analyser les modalités de mise en œuvre et de suivi du DSNCRP, en mettant en évidence les résultats et les contraintes ; analyser la prise en compte des principes directeurs, notamment des questions transversales de genre, de décentralisation, de participation et de transparence dans la mise en œuvre ; analyser et évaluer le degré d’alignement des partenaires au développement sur le DSNCRP (formulation des programmes d’appui et d’assistance) ; analyser le degré d’alignement des organisations de la Société Civile (OSC) sur le DSNCRP en mettant en évidence les résultats atteints, les facteurs de performance et les contraintes ; formuler des recommandations pour la poursuite de la mise en œuvre et la révision du DSNCRP. Le premier rapport annuel de mise en œuvre du DSNCRP (2007-2008) a été publié en février 2009 mettant en exergue l’évolution de la situation macroéconomique et sociale du pays et les principaux acquis tout en analysant le fonctionnement des mécanismes de coordination et de suivi de sa mise en œuvre. Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 ayant frappé le pays a créé une situation nouvelle non seulement à cause de l’ampleur des dommages et pertes estimés à près de 8 milliards de dollars US, mais aussi du fait de la paralysie de l’administration publique haïtienne mettant momentanément un terme aux travaux d’élaboration du second rapport annuel de mise en œuvre du DSNCRP pour la deuxième année de mise en œuvre (2008-2009). C’est dans ce contexte qu’il a été décidé d’élaborer un rapport final sur la mise en œuvre pour la période 2008-2010 en tenant compte des résultats atteints et de l’évaluation partielle des performances du DSNCRP.

INTRODUCTION

19

Introduction
A l’issue d’un large processus participatif de plus de trois mois incluant les représentants de divers acteurs étatiques et de la société civile dans les dix (10) départements géographiques du pays, le Gouvernement d’Haïti a développé un Document de Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (DSNCRP) considéré comme cadre fédérateur de l’action de développement dans le pays. Portant sur la période 2008-2010, ce document s’appuie sur trois piliers supportés par des politiques spécifiques et transversales : Pilier I, Les vecteurs de croissance : agriculture et développement rural, tourisme et infrastructures; Pilier II, Le développement humain : éducation et formation professionnelle, santé, eau et assainissement; Pilier III, La gouvernance démocratique : justice, sécurité, gouvernance de proximité. Les politiques spécifiques et transversales portent sur les domaines suivants : sécurité alimentaire, personnes handicapées, jeunesse et sports, égalité des sexes; aménagement du territoire, environnement et développement durable, gestion des risques et des désastres, protection sociale, renforcement des capacités de l’État, développement urbain, culture. Le document de stratégie, qui se voulait «un premier pas important vers le saut qualitatif recherché», était assorti d’une Matrice d’Actions Prioritaires (MAP) et d’un Plan d’Investissements Prioritaires (PLIP). Le pays percevait le DSNCRP comme le principal instrument de stipulation de sa vision de changement, de ses perspectives de transformation et de développement. Depuis le départ, la mise en œuvre de la stratégie a évolué dans un contexte institutionnel difficile. En décembre 2009, une analyse indépendante a permis de dégager les forces et les faiblesses des mécanismes actuels de coordination de la SNCRP. A travers cette démarche initiée par le MPCE, le gouvernement entendait déblayer le terrain en vue de la réflexion sur la conceptualisation d’un DSNCRP de seconde génération (DSNCRP II). Alors que ce processus était en cours est survenue la tragédie du 12 janvier 2010. Aussi la mise en œuvre du DSNCRP I et l’élaboration du DSNCRP II ont-elles été nécessairement suspendues, tant il était évident qu’il fallait repenser les fondements du développement national. Malgré l’évènement tragique du 12 janvier 2010 et ses conséquences sur le plan de la gouvernance, le Gouvernement d’Haïti a maintenu son option pour le DSNCRP comme creuset de son action de développement. C’est ainsi que le Premier Ministre et Ministre de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) déclarait en février 2010 lors du lancement des travaux d’évaluation post désastre (PDNA):
«Aujourd’hui, c’est le Ministre de la Planification et de la Coopération Externe qui essaie de partager avec vous la vision du gouvernement. Je commence par ce propos puisqu’il ne s’agit pas vraiment de proposer une nouvelle vision. Celle-ci avait déjà été proposée dans le DSNCRP et traduite à travers les différentes déclarations de politique générale de mes prédécesseurs, la mienne également »2.

2

⁴ Le document du PDNA peut-être trouvé à l’adresse : http: //www.mpce.gouv.ht

Extrait du discours prononcé le 18 février 2010, lors du lancement du PDNA (Post Disaster Needs Assessment) ³ Le document du PARDH peut-être trouvé à l’adresse : http://www.mpce.gouv.ht

20 RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Il n’en reste pas moins que la situation a donné au Gouvernement l’occasion de raffermir l’énoncé d’une vision de développement à long terme visant à faire d’Haïti un pays émergent à l’horizon 2032. Dans ce contexte, au-delà de la gestion de l’urgence engendrée par le séisme, le Gouvernement entend poursuivre son action de structuration du développement en s’adossant entre autres sur la Stratégie Nationale de Croissance et de Réduction de la Pauvreté (SNCRP). Pour ce faire, il pose la nécessité de veiller à ce que le Plan d’Action pour le Relèvement et le Développement d’Haïti (PARDH) lancé en mars 2010 et devant porter sur une période de 18 mois à 10 ans et le DSNCRP soient placés sur une même orbite. Il faut noter ici que le PARDH s’articule autour de quatre grands axes : la Refondation territoriale, la Refondation économique, la Refondation sociale et la Refondation institutionnelle. Aujourd’hui, s’amorce de manière plus directe le processus d’élaboration du DSNCRP II. En effet tel qu’indiqué dans l’avant-propos du PARDH : « Nous devons agir maintenant, mais avec une vision claire de l’avenir. Il nous faut nous mettre d’accord sur un programme à court terme tout en créant les mécanismes qui rendront possible l’instruction et l’implantation détaillées des programmes et des projets qui permettront de concrétiser les actions sur un horizon de dix ans ». (PARDH, Avant-propos, p.3). « Ce plan se décline en deux temps. Soit l’immédiat qui porte sur une période de dix-huit mois qui comprend la fin de la période d’urgence et la préparation des projets déclencheurs du véritable renouveau. Le second temps s’ouvre sur une perspective temporelle de neuf (9) ans, permettant ainsi de tenir compte de trois cycles de programmation des Stratégies Nationales de Croissance et de Réduction de la Pauvreté ». (PARDH, p.5) Le PARDH porte donc sur les Grands Chantiers pour le Relèvement et le Développement d’Haïti (Grands Chantiers). Au sortir de la Conférence de New York, le Gouvernement a entrepris l’élaboration d’une version détaillée du document. Ce faisant, il a été établi que la version détaillée des Grands Chantiers pour le Relèvement et le Développement d’Haïti guidera l’action publique au cours des prochaines années et, plus spécifiquement, l’élaboration des prochains DSNCRP. De ce fait, le principal input de l’élaboration du DSNCRP II est la version détaillée des Grands Chantiers. Déjà en décembre 2009, le regard croisé jeté sur les mécanismes de gestion du DSNCRP I avait permis de mettre à jour un certain nombre d’insuffisances institutionnelles, systémiques et opérationnelles de première importance et fort criardes dont il fallait venir à bout pour envisager le cheminement vers un DSNCRP de seconde génération supposé embrasser et se conformer aux bonnes pratiques en matière de stratégie de réduction de la pauvreté. Ce rapport contient huit (8) chapitres. Le chapitre I présente la situation macro économique au cours des trois années de mise en œuvre du DSNCRP, l’évolution des dépenses budgétaires liées à la réduction de la pauvreté, les objectifs macro-économiques, les performances macro économiques, les réformes qui ont abouti au point d’achèvement, la situation de la dette après le point d’achèvement et les performances macro économiques et la réduction de la pauvreté. Le chapitre II examine la programmation et l’exécution budgétaire, pour vérifier leur conformité avec le Plan d’Actions Prioritaires (PLAP) du DNSCRP et l’exécution des projets articulés au Plan d’Investissement Prioritaire 2007-2010 (PLIP). Le chapitre III présente pour chaque pilier la mise en œuvre du DSNCRP. Le chapitre IV retrace les politiques et réformes mises en œuvre dans tous les secteurs.

INTRODUCTION

21

Le chapitre V présente les résultats du DSNCRP à travers l’évolution des indicateurs de produits, des objectifs du millénaire pour le développement et la rétroaction de la population par rapport aux interventions dans le cadre du DSNCRP. Le chapitre VI développe les activités du dispositif de pilotage, de coordination, de suivi et de communication de la mise en œuvre du DSNCRP, en prenant en considération les différents niveaux stratégiques et opérationnels tant sectoriels que départementaux. Le chapitre VII, présente la stratégie de la préparation du DSNCRP de seconde génération à travers un cadre méthodologique et une schématisation de la logique interne des prochains DSNCRP dans une vision à long terme et enfin le Chapitre VIII traite des conclusions de nature à améliorer la mise en œuvre des générations futures de DSNCRP et à faciliter l’atteinte des objectifs fixés.

CHAPITRE 1 : CADRE MACROÉCONOMIQUE

23

Chapitre i

CADRE MACROÉCONOMIQUE
1.1. LA SITUATION MACRO ECONOMIQUE AU COURS DES TROIS ANNEES DE MISE EN ŒUVRE DU DSNCRP
Les trois années de mise en œuvre de la Stratégie Nationale pour la croissance et la réduction de la pauvreté ont évolué dans un environnement moins favorable que prévu. Des facteurs non prévisibles ont hypothéqué les objectifs et les résultats souhaités. Des cataclysmes naturels principalement les dégâts causés par les ouragans de 2008 et le tremblement de terre du 12 janvier 2010 ont grandement affecté les résultats attendus.

1.1.1-UN PIB EN DENT DE SCIE
Si pendant le premier semestre de l’exercice 2007/2008, les principaux indicateurs ont affiché un comportement appréciable, au second semestre, l’économie a fait face dès le début à des facteurs internes et externes. En effet, d’une part l’évolution des prix des produits alimentaires et pétroliers sur le marché international a eu de graves répercussions au niveau du marché national et d’autre part, les ouragans Fay, Gustave, Hannah et Ike ont provoqué des dégâts considérables au niveau du secteur agricole, des infrastructures et de la production en général affectant le PIB à hauteur de 15%. Ainsi, les perspectives de croissance ont dû être révisées à la baisse. Le taux de croissance du PIB n’a été que de seulement 0.8 % en 2007-2008, bien en deçà des 3,7% initialement prévu. Par contre, l’année 2008-2009 doit être considérée comme la meilleure année de la mise en œuvre du DSNCRP. Bien qu’elle ait charrié les séquelles héritées de l’année précédente, elle s’est terminée avec un taux de croissance estimé à 2.9%. Cette tendance allait se confirmer en 2009-2010 qui avait débuté également dans de bonnes conditions. Les perspectives permettaient de prédire que le processus de stabilisation de l’économie nationale amorcée en 2009 pouvait se poursuivre et avoir des impacts positifs sur la réduction de la pauvreté. Malheureusement, dès le début du second trimestre tous les espoirs ont été anéantis. En effet, le séisme du 12 janvier a renversé toutes les attentes. Les destructions diverses et les pertes économiques ont été évaluées à environ 120% du Produit Intérieur Brut. En conséquence, le PIB a chuté. Selon les estimations préliminaires de l’Institut Haïtien de Statistique et d’Informatique (IHSI), le taux de croissance a été de -5.1 % en 2009-2010. En affectant tous les secteurs d’activité et en mettant tous les agents économiques à rude épreuve, le séisme

24

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

a touché fortement les indicateurs de pauvreté et de ce fait remis en question les actions de lutte contre la pauvreté.

Graphe 1-Evolution du taux de croissance du PIB réel entre 2007 et 2010
Graphe 1-Evolution du taux de croissance du PIB réel entre 2007 et 2010
4 3 2 1

3.3

2.9

0.8

Taux de croissance du PIB en valeur reelle 0

2006-07
-1 -2 -3 -4
0.8

2007-08

2008-09

2009-10
taux de croissance

2.9

-5
2007-08 2008-09 -6 2009-10 Taux de croissance

-5.1

1.1.2-UNE INFLATION MAITRISEE
En glissement annuel, le taux d’inflation était de 7.9% en 2007 avant de connaître une accélération soudaine et brusque en 2008. En effet, dès mars, suite aux effets combinés de la hausse des prix des produits de base sur le marché international et d’une baisse de l’offre nationale comme conséquence des catastrophes naturelles ayant frappé le pays, le taux d’inflation a connu un pic passant à 19.8%. Cet emballement du niveau général des prix s’explique principalement dans les postes « alimentation », « boisson et tabac ». Ces deux postes représentent plus de 50% de l’indice des prix à la consommation. Il en est découlé une détérioration sensible du pouvoir d’achat des ménages dans un pays où déjà 55% des familles vivent dans la pauvreté extrême avec moins de 40 gourdes par personne et par jour. Toutefois, un infléchissement notable des prix s’est opéré au début de l’exercice 2008-09. En effet, le taux d’inflation qui était en glissement annuel de 18.0% en octobre, s’est retrouvé à 1.0% en mars 2009. Et, depuis mai, il a affiché une tendance négative de l’ordre de –4,7% en septembre 2009. Cette décélération des prix s’est poursuivie jusqu’en novembre 2009. Cependant, un renversement s’est manifesté au cours de l’exercice 2009-2010, avec un taux d’inflation moyen de 4,6 %. Cette hausse modérée s’explique par l’accroissement des prix des postes « alimentation » et « logement » qui constituent plus de la moitié des dépenses des ménages. Des facteurs internes et externes ont contribué à cette évolution des prix.
-5.1

CHAPITRE 1 : CADRE MACROÉCONOMIQUE

25

Graphe 2-Evolution du taux d’inflation en glissement annuel entre 2007 et 2010
Graphe 2-Evolution du taux d'inflation en glissement annuel entre 2007 et 2010
2 5

2 0

19.8

l

1 5

1 0

7.9
5

Inflation

4.6
2006-07 2007-08 2008-09 2009-10

0

5

-4.7

10

Inflation

4.6

2009-10

1.1.3-DES RESULTATS SATISFAISANTS DES FINANCES PUBLIQUES
En dépit des perturbations qui ont assombri leurs performances, les finances publiques ont enregistré des résultats satisfaisants durant les trois dernières années tant au niveau de l’administration fiscale que de la maîtrise des dépenses publiques. Les recettes fiscales sont passées de 23,197 milliards de gourdes en 2006-2007 à 26,848 milliards durant l’année budgétaire 20072008, soit une augmentation de 16% de ces ressources. Ce comportement s’est poursuivi en 2008-09 par une hausse de 11% des recettes fiscales qui se sont élevées à 29,881 milliards de gourdes. Parallèlement, les dépenses budgétaires effectives, de 26,984 milliards de gourdes, ont cru de 14% pour se situer à 30,856 milliards en 2007-08. Il en est résulté un déficit budgétaire en pourcentage du PIB équivalant à -5%. Pour l’année 2008-2009, les dépenses de l’État ont été de l’ordre de 30,616 milliards de gourdes. En comparaison de l’exercice précédent, elles ont baissé de 1%. En conséquence, un repli du déficit de l’ordre de -10% a été enregistré. Malgré les dégâts provoqués par le séisme dans les administrations fiscales et la cessation des activités de nombreuses entreprises imposables et contributives, la tendance à l’amélioration des recettes s’est maintenue en 2009-2010. Bien qu’un certain ralentissement ait été observé au niveau de la croissance des recettes fiscales, un montant de 31,425 milliards de gourdes a été enregistré. Aussi, il y a lieu de noter la rapidité avec laquelle des actions ont été entreprises pour remettre les institutions de perception sur pied et autant que possible les rendre à nouveau fonctionnelles. Ces entités de l’État ont connu le retour à une certaine normalité dans la capacité de gestion des services publics. D’un autre côté, les dépenses budgétaires ont repris leur progression en passant de 30,616 milliards de gourdes en 2008-2009 à 38,709 milliards en 2009-2010. Elles ont donc connu une croissance de 26 %. Cette progression se justifie par les nombreuses interventions urgentes

26

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

qui ont été entreprises après le 12 janvier 2010. En effet, les dépenses engagées dans les projets d’investissement et financées à partir du Trésor public ont plus que triplé, passant de 2,574 milliards de gourdes à 11,408 milliards de gourdes, soit une augmentation de 343%. En définitive, le déficit budgétaire, compensé par les dons externes, a été ramené autour de -3 % du PIB durant les trois années de la mise en œuvre du DSNCRP.

1.1.4-UNE POLITIQUE MONETAIRE PRUDENTE
Les autorités monétaires ont, pendant cette période, mené une politique monétaire prudente en vue de préserver non seulement la stabilité du système financier, mais aussi de renforcer la transparence et l’efficacité de la politique monétaire. Des politiques et mesures ont été adoptées pour maintenir la stabilité monétaire interne et externe en assurant la baisse du taux d’inflation, le contrôle du financement monétaire et un taux de change stable. La croissance trop importante de la base monétaire a été aussi évitée dans la même optique de préserver l’économie des pressions inflationnistes. Ainsi, une relative stabilité de la gourde a été notée entre 2008 et 2010. Le taux de change s’est globalement maintenu autour de quarante gourdes (40 gourdes) par rapport au dollar américain avec des périodes de pression et d’accalmie. Le taux de change en 2009-2010, après une certaine appréciation résultant des transferts s’est maintenu en dessous de la barre de 40 gourdes pour 1 dollar US jusqu’à la fin de l’exercice. La gestion des taux d’intérêt a été conduite avec prudence par la BRH tout en ayant en regard l’objectif de rendre plus flexibles les conditions d’accès au crédit bancaire. Ainsi, face à la décélération des taux d’intérêt en 2009, les principaux taux directeurs pratiqués sur les bons BRH aux différentes maturités ont été révisés encore une fois à la baisse par la Banque Centrale comme cela a été le cas au début de l’exercice 2007-2008 même s’ils ont été progressivement relevés au second semestre du fait des pressions internes et externes. En effet, les taux d’intérêt sur les bons BRH sont passés au début de 2010 à 2%, 3,5% et 5% respectivement pour les maturités de 7 jours, de 28 jours et de 90 jours, alors qu’ils étaient de 5%, 6,5% et 8% de 2008 à 2009. Cependant, les taux d’intérêt réels sont restés élevés tout au long de la période en étude ce qui n’a pas favorisé l’investissement et la création d’emploi.

1.1.5- UNE DÉTÉRIORATION DE LA BALANCE COURANTE
Les comptes des transactions courantes compensées par les transferts ont démontré une faible détérioration s’exprimant par une augmentation légère des importations et une quasi stagnation des exportations entre 2007 et 2009. Cependant la situation s’est dégradée après le séisme de janvier 2010, car les importations ont presque doublé passant de 2,804.2 millions de dollars à 4,075.8 millions en 2010 provoquant une détérioration du solde de la balance courante des biens et services à 3,273.3 millions.

CHAPITRE 1 : CADRE MACROÉCONOMIQUE

27

Graphe 3 - Evolution importations et exportations entre 2007 et 2010 2010 et Graphe 3-Evolution desdes importations et exportations entre 2007entre 2007 et 2010 Graphe 3-Evolution des importations et exportations

6000 5000 4000 3000 2000 1000 0

6000 5000 4000 3000 2000 1000 0 2006-07 2007-08 2008-09 2009-10 2006-07 2007-08 2008-09

2009-10

Exportations de biens et services (US $) et services (US $) Importations de biens et services (US $) et services (US $) Exportations de biens Importations de biens

1.1.6. DES AVOIRS EXTERIEURS EN NETTE AUGMENTATION
L’accroissement des avoirs extérieurs durant ces dernières années n’a pas favorisé le développement des activités économiques internes et témoigne le fait que les agents économique ont préféré placer leurs avoirs sur le marché extérieur pour des rendements plus élevés. De ce fait, l’économie nationale n’a pu être dynamisée par la création d’emplois productifs et l’augmentation du pouvoir d’achat de la population. La hausse des avoirs extérieurs constitue donc un indicateur de l’affaiblissement et de la détérioration du tissu productif et aussi du climat global des affaires durant ces dernières années, du fait que le développement d’un environnement favorable n’a pas été créé pour l’élévation du niveau de confiance nécessaire à l’investissement privé.

1.1.7- DES RESERVES NETTES DE CHANGE CONSOLIDEES
Les réserves brutes se sont grandement accrues entre 2008 et 2010, passant de 707.8 millions de dollars en 2008 à 947.5 millions de dollars en 2009 et à 1, 676 milliards de dollars en 2009-2010. Les réserves nettes de change de la BRH pour leur part ont continué à avoir un bon comportement tout au cours de l’exercice 2007-08. Totalisant 259.01 millions de dollars en septembre 2007, elles ont atteint 293,57 millions de dollars en septembre 2008, un niveau supérieur à l’objectif visé dans le cadre du programme de Facilité de Réduction de la Pauvreté et la Croissance (FRPC) qui est de 289,2 millions de dollars, soit 2,6 en mois d’importation de biens et services. Durant l’année fiscale 2008-2009 les réserves se sont élevées à 416,91 millions de dollars et en 2009-2010 à 829,31 millions de dollars. Il faut souligner que depuis octobre 2009, les réserves nettes de change calculées en mois d’importation selon la nouvelle méthodologie du « Technical Memorandum Under standing (TMU) » ont représenté respectivement 2,8 mois en 2008, 3,7 en 2009 et 4,8 en 2010.

28

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Graphe 4- Evolution des Réserves Nettes de Change
Graphe 4-Evolution des Réserves Nettes de Change

1000
Valeurs

800 600 400
269.1 294.6 416.9

829.3

200 0 2007 2008
Années

2009

2010
Réserves

1.1.8. DES TRANSFERTS PRIVES SANS CONTREPARTIE EN AUGMENTATION
Les transferts privés sans contrepartie enregistrés par la Banque Centrale, qui se chiffraient à 999.44 millions de dollars en 2007-2008, ont gardé une bonne tendance. Ils ont atteint 1,004.14 milliards de dollars en 2008-2009 et 1,075.19 milliards de dollars en 2009-2010, soit respectivement des taux de croissance de 4,7% et 7,1% d’une période à l’autre permettant ainsi de stabiliser le niveau de consommation des ménages après le séisme.

Graphe 5 : Evolution des transferts privés sans contrepartie
Graphe 5 : Evolution des transferts privés sans contrepartie
120 0

1075.2 892

100 0

phe 5-Transferts privés sans contrepartie

999.4

1004.1

80 0

60 0

Transfert s

40 0

20 0

0 200607 200708 200809 200910

CHAPITRE 1 : CADRE MACROÉCONOMIQUE

29

1.1.9-UN CREDIT PEU INCITATIF AU SECTEUR PRIVE
Le crédit, facteur de l’investissement pouvant amener la création d’emploi et l’amélioration du pouvoir d’achat des ménages et conséquemment réduire la pauvreté, a connu durant les trois années une croissance notable tant en gourde qu’en dollar. En comparant la somme du crédit octroyé en gourdes au 30 septembre 2007 par rapport à la même date en 2008, il a été noté une nette croissance du crédit d’environ 26 % sur une année passant de 8,343 milliards à 10,571 milliards. Cette tendance s’est maintenue en 2008-09 avec une croissance de 11 % (11,714 milliards de gourdes) quoiqu’un certain ralentissement ait été noté. Cependant la tendance a évolué en 2009-2010, car le crédit en gourdes s’est ralenti durant les cinq mois consécutifs au séisme pour ne reprendre qu’en juin 2010 le niveau d’avant janvier. En effet, le crédit en gourdes s’est graduellement repris pour se fixer à 12,624 milliards de gourdes en septembre 2010, soit une croissance moyenne annuelle de 7,7 % par rapport à septembre 2009. De ce crédit, le secteur public a absorbé une portion importante représentant plus de 75%. Le crédit en dollars de son côté a montré globalement une tendance à la hausse passant de 518 millions de dollars en septembre 2008 à 563 millions en 2009 soit une croissance de 8.7 %. Cependant, en 2010, il a régressé, se situant à 476 millions de dollars (- 18.3 %) à la fin de l’année. En conclusion, le crédit au secteur privé qui avait connu une hausse significative en 2008-09 de 14,7% a enregistré une chute importante de -7,9% en 2009-2010.
Tableau 1- Evolution des principales variables Macro économiques 2007-2010
2006-07 PIB en termes réels PIB nominal Population Taux de croissance du PIB réels Taux de croissance du PIB nominal Taux d’inflation en moyenne annuel Taux d’inflation en glissement annuel Recettes totales en % du PIB Dépenses totales en % du PIB Déficit fiscal en % PIB Taux d’investissement public Crédit Net au Secteur public (MGdes) Exportations de biens et services (US $) Importations de biens et services (US $) Solde commercial des biens et services Réserves brutes en millions de $US Réserves en mois d’importations Réserves nettes de change (US en millions) Transferts Privés reçus de l’étranger (M$US) 13. 508 220.110 9.602 3.3 19,7% 14.8 7.9% 10.6% 11,8% 3.0% 26.5 8.343.0 779.2 -2,384.5 -1,605.3 544.7 2.3 269.1 892.0 2007-08 13. 622 250.590 9.761 0.8 13.8% 14.5 19.8 % 10.0% 11,6% 2.9% 24.5 10,571.0 832.9 -2,853.8 -2,020.9 707.8 2.6 294.6 999.4 2008-09 14. 015 266.904 9.923 2.9 6.5% -4.7 -4.7% 11.2% 11,5% 2.8% 23.4 11,714.0 929.6 -2804.2 -1,874.6 947.5 2.8 416.9 1004,1 2009-10 13. 307 267.030 10.085 -5.1 0.04% 4.6% 4.7% 7.3% 11,6% 2.0% 26.2 12,624.0 802.5 -4,075.8 -3,273.3 1676.5 4.8 829.3 1075,2

Source : Ministère de l’économie et des finances (MEF), Banque de la République d’Haïti (BRH), Institut Haïtien de Statistique et d’informatique (IHSI)

30

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

I.2-EVOLUTION DES DEPENSES BUDGETAIRES LIEES A LA REDUCTION DE LA PAUVRETE
En relation avec les engagements pris par l’État haïtien dans le cadre du Club de Paris, un mécanisme de suivi automatique des dépenses publiques spécifiquement liées à la réduction de la pauvreté a été institué à travers le budget général. Le choix des axes d’intervention a été décidé en fonction de la classification fonctionnelle des dépenses du budget. Des crédits budgétaires du Trésor Public ont été affectés à différents postes en considération des grands objectifs tels que l’emploi, la sécurité alimentaire, la fourniture d’énergie, le transport, l’assainissement, l’eau potable, la santé, l’éducation et la protection sociale. En 2006-2007, 31% des dépenses budgétaires hors financement externe des programmes et projets étaient destinées à mettre sur pied des activités devant contribuer à la réduction de la pauvreté. Il en découle que 8,868 milliards de gourdes de crédits budgétaires ont été décaissées cette année sur un total de 9, 860 milliards. Ces montants provenaient du budget de fonctionnement à hauteur de 5,781 milliards de gourdes, et à 3,088 milliards du budget d’investissement.
Graphe 6- Evolution des Crédits et Dépenses de pauvreté
Graphe 6-Evolution des Crédits et Dépenses de pauvreté
20,000.00 15,000.00
Crédit

10,000.00 5,000.00 0.00 2007-08 2008-09 2009-10

Dépenses effectives

Au titre de la réduction de la pauvreté, un montant de 15,141 milliards de gourdes a été crédité dans le budget de l’exercice 2007-2008. De ce montant, 71,83% ont été consommés, soit 10,876 milliards, dont 7,372 milliards dans le budget de fonctionnement et 3,503 milliards dans celui de l’investissement, ce qui représente un taux d’exécution significatif pour l’administration publique. Cette hausse des dépenses engagées pour la réduction de la pauvreté s’est poursuivie jusqu’en 2010 avec une allocation de 18,106 milliards de gourdes, soit une croissance des crédits de l’ordre de 19,6 %. De ce montant 97,4% ont pu être dépensés. Cette situation témoigne de la volonté du gouvernement de lutter contre la pauvreté. Toutefois, une analyse comparative montre que l’accroissement des crédits était de l’ordre de 35 %, alors que celui des dépenses était de 22%.

CHAPITRE 1 : CADRE MACROÉCONOMIQUE

31

Tableau 2-Evolution des crédits et dépenses de lutte contre la pauvreté durant les années 2008-2010

(en millions de gourdes)
CREDITS 07-08 69.404 804.577 2,200.081 2,082.554 454.268 354.954 51.451 1,723.002 6,110.331 1,291.027 15,141.650 35, 925,942 42.1% DEPENSES 07-08 84.478 1,133.268 2,540.268 713.921 447.786 233.688 37.452 1,597.701 5,329.784 1,016.526 13,134.875 31, 755,255 41.4% CREDITS 08-09 271.127 721.258 4,018.994 429.395 347.411 276.452 27.326 1, 730.000 5,870.930 1,160.241 14,853.136 41, 558,212 36% DEPENSES 08-09 261.824 644.813 4,417.061 452.940 399.803 207.115 23.404 1,773.109 5,508.697 1,346.538 15,035.303 34, 496,947 44% CREDITS 09-10 2,024.857 868.674 2,957.467 559.392 422.609 833.713 24.487 1,849.651 6,146.604 2,418.911 18,106.367 41, 290,712 44% DEPENSES 09-10 1,938.395 821.687 2,891.137 546.557 417.110 831.767 23.550 1,840.480 5,960.435 2,365.465 17,636.585 39, 589,679 45%

Emploi Sécurité alimentaire Fourniture d'énergie Transports Assainissement Equipent et logement Accès a l'eau potable Sante Education Protection sociale Total Dépenses/pauvreté Total crédit /dépenses/ trésor public Part dépenses de pauvreté dans les dépenses totales

Source : Ministère de l’économie et des finances, Direction Générale du Budget (DGB), Ministère de la Planification et de la Coopération Externe, SE/DSNCRP,

Graphe 7- Tendance des Dépenses de pauvreté entre 2008 et 2010
46 44 42 40 38 45

Graphe 7-Tendance des Dépenses de pauvreté entre 2008 et 2010

44 41.4

2007-08

2008-09 Dépenses pauvreté

2009-10

De plus, l’examen plus approfondi des dépenses basé sur la décomposition des dépenses en fonctionnement et en investissement révèle également un aspect récurrent dans les domaines couverts par le programme de réduction de la pauvreté. La priorisation des dépenses de fonctionnement sur les dépenses d’investissement handicape sérieusement l’atteinte par les secteurs des objectifs de réduction de la pauvreté et de l’exclusion sociale. L’exemple du secteur éducation montre toute l’ampleur du problème. Alors que ce secteur a bénéficié durant la période de mise en œuvre du DSNCRP d’importantes ressources du trésor public, l’augmentation des moyens financiers a été absorbée par des dépenses en personnel, comme le montrent les chiffres pour les exercices fiscaux 2007-2008 et 2008-2009 pour

32

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

lesquels le ratio dépenses de fonctionnement sur crédits est de 34,24% et celui des dépenses d’ investissement sur crédits est de 0,9%. Le même constat est fait pour l’année 2008-2009 avec respectivement des ratios de 35,7% et 1,4%. La situation n’est pas différente pour le secteur santé pour lequel plus de 10% sont destinées aux dépenses de fonctionnement et moins de 1% pour les dépenses d’investissement. Ce panorama indique qu’une réallocation des dépenses devrait être faite en donnant plus de poids aux dépenses d’investissement en vue d’exécuter des actions touchant plus directement les groupes les plus défavorisées.
Tableau 3-Proportion des dépenses de fonctionnement et des dépenses d’investissement dans le crédit total
Fonct/crédit Invest/crédit Fonct/crédit Invest/crédit Fonct/crédit Invest/crédit (07-08) (07-08) (08-09) (08-09) (09-10) (09-10) Emploi Sécurité alimentaire Fourniture d'énergie Transports Assainissement Equipement et logement Accès a l'eau potable Sante Education Protection sociale Total 0.56% 6.1% 16.7% 0.3% 2.1% 0.3% 0.08% 9.7% 34.24 6.0% 76.2% 0% 1.3% 0.03% 4.4% 0.8% 1.2% 0,15% 0.88% 0.9% 0.7% 10.5% 1.52% 2.91% 30% 0.4% 2.14% 0.35% 0.10% 11.85% 35.7% 8.5% 92.96% 0.26% 1.4% 0,2% 2.7% 0.53% 1.04% 0.05% 0.08% 1.4% 0.56% 8.25% 0.88% 1.9% 12.0% 0.19% 0.8% 0.23% 0.07% 6.7% 19.5% 3.8% 46.2% 0.6% 2% 0.6% 1.06% 0.5% 0.15% 0.03% 0.1% 0.44% 0.4% 6%

Sources: calculs réalisés à partir des données du MEF

Tableau 4-Variation annuelle des dépenses effectives de lutte contre la pauvreté (En %)
DEPENSES 06-07 DEPENSES 07-08 84.478 1,133.268 2,540.268 713.921 447.786 233.688 37.452 1,597.701 5,329.784 1,016.526 13,134.875 VAR /07-08 -655% 254% 1951% 30% 59% - 652% 69% 28% 23% 499,6% 48,1% DEPENSES 08-09 261.824 644.813 4,417.061 452.940 399.803 207.115 23.404 1,773.109 5,508.697 1,346.538 15,035.303 VAR/ 08-09 310% -43% 174% - 37% 10% 12% - 2% 36% 49% 176% 38,2% DEPENSES 09-10 1,938.395 821.687 2,891.137 546.557 417.110 831.767 23.550 1,840.480 5,960.435 2,365.465 17,636.585 VAR/ 09-10 740% 27% -65% 21% 4% 402% 0,6% 4% 8% 75% 17,3%

Emploi Sécurité alimentaire Fourniture d'énergie Transports Assainissement Equipement et logement Accès a l'eau potable Sante Education Protection sociale Total Dépenses /pauvreté

552.967 445.684 13.021 548.223 281.769 1,524.367 11.488 1,142.719 4,134.820 213.206 8,868.266

Source: Calcul réalisé à partir des données du Ministère de l’économie et des finances, Direction Générale du Budget (DGB), Ministère de la Planification et de la Coopération Externe, SE/DSNCRP,

CHAPITRE 1 : CADRE MACROÉCONOMIQUE

33

Tableau 5- Proportion des dépenses de fonctionnement et d’investissement dans les dépenses totales
Dép.-Fonct (07-08) Emploi Sécurité alimentaire Fourniture d'énergie Transports Assainissement Equipement et logement Accès a l'eau potable Sante Education Protection sociale TOTAL 84.478 927.700 2,535.268 43.617 326.884 49.083 13.589 1,463.947 5,184.964 913.753 11,543.284 Dép.Invest (07-08) …….. 205.568 5.000 670.304 120.902 184.605 23.864 133.754 144.821 102.773 1,591.591 Dép.-Tot Dép.-Fonct (08-09) 221.824 432.573 4,387.061 54.723 318.441 52.115 15.404 1,761.109 5,303.357 1,261.975 13,808.583 Dép.Invest (08-09) 40.000 212.239 30.000 398.217 81.361 155.000 8.000 12.000 205.339 84.563 1,226.720 Dép.-Tot Dép.-Fonct (09-10) 402.280 430.789 2,669.137 42.836 205.645 54.767 15.938 1,676.455 5,243.647 1,073.410 11,814.904 Dép.Invest (09- 10) 1,536.115 390.899 222.000 503.722 211.466 777.000 7.612 164.025 716.787 1,292.055 5,821.680 Dép.-Tot

84.478 1,133.268 2,540.268 713.921 447.786 233.688 37.452 1,597.701 5,329.784 1,016.526 13,134.875

261.824 644.813 4,417.061 452.940 399.803 207.115 23.404 1,773.109 5,508.697 1,346.538 15,035.303

1,938.395 821.687 2,891.137 546.557 417.110 831.767 23.550 1,840.480 5,960.435 2,365.465 17,636.585

Sources: calculs réalisés à partir des données du MEF

En conclusion, les dépenses liées à la réduction de la pauvreté durant les trois années de mise en œuvre du DSNCRP n’ont pas donné les résultats escomptés en ce qui a trait à leur incidence sur la réduction de la pauvreté.

1.3-OBJECTIFS MACROECONOMIQUES DU DSNCRP POUR 2008- 2010
Les objectifs macro-économiques qui ont été retenus dans le DSNCRP pour la période 2008-2010 prévoyaient globalement : un taux de croissance moyen du PIB réel de 4.5% ; un taux d’inflation de moins de 10% ; un déficit budgétaire d’environ 1 % du PIB ; un taux de change autour de 40 gourdes.

34

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

1.4-PERFORMANCES MACRO ECONOMIQUES POUR LA PERIODE DE MISE EN ŒUVRE DU DSNCRP
Les défis d’ordre politique, économique et social à relever durant la mise en œuvre du DSNRCP I ont été significatifs comme le délabrement de la production nationale, la faiblesse du capital humain, la dégradation de l’espace territorial, la faiblesse de la sécurité publique et enfin la défaillance des institutions publiques et leur destruction quasi-totale á la suite du séisme du 12 janvier. Ces défis ont commandé de prioriser des mesures urgentes et structurantes. Les performances macro économiques attendues durant la période de mise en œuvre du DSNCRP I n’ont pas été totalement au rendez-vous en raison de facteurs imprévisibles. Les résultats visés en termes de croissance n’ont pas été atteints.

1.5-REFORMES ABOUTISSANT AU POINT D’ACHEVEMENT
Des réformes de gouvernance et de gestion des finances publiques ont accompagné la mise en œuvre du DSNRCP. En effet, depuis 2004, le pays s’est engagé dans un train de réformes portant à la fois sur la modernisation des finances publiques et la mise en œuvre des programmes de facilité pour la réduction de la pauvreté et la croissance (FRPC). Les exigences de performance des réformes rejoignent l’initiative des Pays Pauvres Très Endettés (PPTE) et les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Il a fallu décider sur les statuts déclencheurs de l’atteinte des objectifs de chaque phase de la réforme. Des critères de performance quantitatifs et qualitatifs ont été fixés. Des progrès intéressants été ont réalisées dans cette perspective. Au terme de ces réformes, le pays devra bénéficier de l’effacement de sa dette externe. Plusieurs branches de l’administration sont concernées par ces réformes. Chacune d’elles devait prendre les dispositions afin de répondre aux engagements établis et d’atteindre les objectifs visés. Au-delà, il fallait construire une économie moderne et impulser la dynamique d’une administration qui répond aux besoins des citoyens. Les autorités haïtiennes ont donc mis en branle un ensemble d’actions pour faire aboutir ces réformes. D’abord, le point de décision est atteint en novembre 2007 ; il a permis au pays de bénéficier des ressources d’un allègement intérimaire de la dette externe. En ce sens, le premier statut déclencheur a été la formulation suivant un processus participatif de la Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (DSNCRP). La mise en œuvre de ce document a été accompagnée d’une politique de stabilisation macro économique qui a constitué un autre élément des enjeux en fonction des performances réalisées. Ainsi, les principaux agrégats macroéconomiques ont eu des variations satisfaisantes durant les trois années du programme. D’importantes réformes structurelles et sociales ont été aussi entreprises notamment dans les domaines de la Gouvernance économique, des finances publiques et de la gestion de la dette. Haïti a atteint le Point d’Achèvement en juin 2009 dans le Cadre de l’Initiative pour les Pays Pauvres Très Endettés (PPTE), soutenu par Le Programme de Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et la Croissance (FRPC).

CHAPITRE 1 : CADRE MACROÉCONOMIQUE

35

1.5.1-REFORMES DANS LES FINANCES PUBLIQUES ET DE GOUVERNANCE ECONOMIQUE
Les réformes en matière de gestion des finances publiques se sont poursuivies durant les trois années de mise en œuvre du DSNCRP. Elles ont visé la préparation et l’exécution du budget, la mobilisation des recettes de l’Etat, la gestion de la trésorerie, le contrôle et l’audit des comptes de l’administration centrale, la réalisation d’un suivi des dépenses publiques destinées à la réduction de la pauvreté et la publication de rapports trimestriels sur les dépenses exécutées sur une période d’au moins 6 mois précèdent le point d’achèvement, l’adoption d’une nouvelle loi sur la passation des marchés publics, en ligne avec les bonnes pratiques internationales ; l’adoption d’une loi sur la déclaration de patrimoine.

1.5.2-REFORMES STRUCTURELLES
Les réformes structurelles ont donné lieu au renforcement des administrations fiscale et douanière. En premier lieu, il faut souligner l’amélioration et l’établissement de postes de contrôle douanier dans différentes communes, ainsi que l’installation d’ASYCUDA III. Des postes de contrôle Douanier ont été mis en place à Ganthier, Morne à Cabri et Terrier Rouge. Le système SYDONIA World est installé à l’Aéroport Toussaint Louverture et dans les ports de Port-au-Prince et de Saint Marc. Son extension se fera progressivement dans les ports des villes de provinces qui figurent dans la liste des déclencheurs du PPTE. Les équipements sont disponibles pour faire marcher le système dans les provinces mais certains bâtiments ont besoin d’être réparés. La SGS est en application dans les villes de provinces où des documents douaniers sont exigibles. En second lieu, le renforcement de l’administration fiscale a conduit à l’élargissement de l’utilisation du fichier central des contribuables dans la zone de Port-au-Prince ainsi que l’enregistrement dans ce fichier de tous les contribuables identifiés dans les centres d’impôts des Cayes, de Miragoâne, de Saint Marc, de Port de Paix, du Cap-Haitien, et de Fort Liberté. Le fichier central des contribuables qui vise à l’amélioration du rendement de l’impôt sur le revenu, est utilisé pour quatre (4) grandes taxes dans les villes de provinces telles que la matricule fiscale, l’immatriculation des véhicules, le permis de conduire et la carte d’immatriculation. Le logiciel supportant le fichier Central, affecté par le séisme a été reconstitué et est opérationnel. Le système informatisé d’identification des contribuables dans les directions départementales des Impôts est opérationnel.

1.5.3-GESTION DE LA DETTE
En ce qui concerne la gestion de la dette, la centralisation dans une seule base de données de toutes les informations concernant les dettes externes et locales en monnaie étrangère a été effective depuis 2009. La finalisation de l’installation du logiciel SYGADE est terminée. Des rapports trimestriels sur la dette externe ont été publiés sur le site internet du Ministère de l’économie et des finances (MEF) ; cependant le système a été affecté lors du séisme. Ce système permettra de renforcer la capacité du MEF dans le domaine de l’élaboration des stratégies de financement externe, de négociation et d’analyse de risques associés aux nouveaux financements.

36

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

1.6-LA SITUATION DE LA DETTE APRES LE POINT D’ACHEVEMENT
Le stock en matière de dette et particulièrement de la dette extérieure envers les créanciers internationaux ayant été réduit depuis l’atteinte du point d’achèvement en juin 2009 a eu pour corollaire la chute non seulement de l’encours de la dette externe mais aussi du service. En effet l’encours de la dette externe a connu une importante baisse passant de 64,736 milliards de gourdes en 2007-08 à 35,399 milliards de gourdes en 2008-09 pour passer à 7,951 milliards de gourdes en 2009-2010. Le service de la dette a également chuté, passant respectivement pour les mêmes années de 1, 889 milliards de gourdes à 1,490 milliards de gourdes et à 546 millions de gourdes. Toutefois, l’encours et le service de la dette interne cumulé a continué sa progression. La dette interne s’est accrue passant de 21,113 milliards de gourdes en 2007-08 á 36,780 milliards en 2008-09 pour atteindre 47,773 milliards de gourdes en 2009-2010. Cependant le service de la dette interne après une escalade en 2008-09 où il a atteint 2,691 milliards de gourdes, a baissé de près de 50% pour se chiffrer á 1,407 milliards de gourdes en 2009-2010. En conséquence, le service de la dette totale a enregistré une diminution très sensible de 46,7% en 2010, ce qui a permis d’orienter une partie plus important des ressources financières dégagées vers des actions de réduction de la pauvreté. En définitive, l’encours total de la dette a chuté de 22,8% en 2010.
Tableau 6- Encours et services de la dette avant et après le point d’achèvement (En millions de gourdes) Encours dette externe Encours dette interne Encours dette totale Service dette externe Service dette interne Service dette totale 2007-08 64,736.034 21,113.416 85,849.450 1, 889,222 226,617 2, 115,839 2008-09 35,398.873 36,780.422 72,179.295 1, 490,748 2, 690,963 4, 181,711 2009-10 7,951.471 47,773.966 55,725.437 545,935 1, 407,434 1, 953,369

Source : Ministère de l’économie et des finances/ Direction du trésor N.B. L’encours de la dette externe a été calculé en fonction du taux de change de fin de période des années 2008,2009 et 2010.

CHAPITRE 1 : CADRE MACROÉCONOMIQUE

37

Tableau 7- Variation de l’encours et du service de la dette en pourcentage (%) après le point d’achèvement 2007-08 Encours dette externe Encours dette interne Encours dette totale Service dette externe Service dette interne Service dette Totale 2008-09 - 54,6% 74,2% -15,8% -21,1% 1185% 198% 2009-2010 -445 % 30.0% -22,8% -63,4% - 52,3% -46,7%

Source : Pourcentage calcule á partir des données du Ministère de l’économie et des finances/ Direction du trésor.

CHAPITRE 2 : PROGRAMMATION BUDGÉTAIRE

39

Chapitre ii

PROGRAMMATION BUDGETAIRE
II.1- PROGRAMMATION
La stratégie nationale de croissance et de réduction de la pauvreté repose sur 3 piliers : Pilier 1 - vecteurs de croissance ; Pilier 2 - Développement Humain ; Pilier 3 - Gouvernance Démocratique. Ces piliers sont soutenus par des Politiques et stratégies spécifiques et transversales. Dans les matrices d’actions prioritaires du DSNCRP, ils se déclinent en 20 objectifs globaux, 95 objectifs spécifiques et 396 lignes d’actions prioritaires.

II.1.1- ARTICULATION DES BUDGETS 2008- 2010 AVEC LES LIGNES D’ACTIONS DU DSNCRP
L’articulation des budgets de l’Etat avec le Plan d’Investissement Prioritaire (PLIP) du DSNCRP n’a pu être obtenue que partiellement pour les trois (3) années de mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Croissance et de Réduction de la Pauvreté. Cela s’explique du fait que, d’une part, pendant l’élaboration du DSNCRP certaines actions, en particulier les programmes et projets financés par la coopération Internationale, ont été pour la plupart en cours d’exécution et, d’autre part, les nouveaux projets inscrits dans le PLIP du DSNCRP, peu nombreux soient-ils, n’ont disposé d’aucune documentation permettant d’évaluer leur éligibilité suivant les critères retenus par le Secrétariat Exécutif du Comité Interministériel de Coordination et de Suivi du DSNCRP. Enfin le Programme d’Urgence de 2008-2009 en réponse aux intempéries a retardé la mise en œuvre de certains projets répondant aux objectifs de croissance et de réduction de la pauvreté Pour l’évaluation de la mise en œuvre du DSNCRP 2008-2010, la stratégie adoptée a été d’identifier dans les Programmes d’Investissement Public (PIP) tous les projets qui peuvent être assimilés aux objectifs de croissance et de réduction de la pauvreté et de les répartir dans les piliers du DSNCRP ainsi que les Politiques et Stratégies Spécifiques et Transversales. Le tableau qui suit présente la répartition par pilier des crédits d’investissement sur la période considérée.

Tableau 8 : Répartition des crédits d’investissements selon les Piliers du DSNCRP
EXERCICE 2007-2008 CREDITS ALLOUES RN+RE 34 858 765 732 TOTAL RN TOTAL RE RN+RE TOTAL RN TOTAL RE RN+RE 5 600 793 540 34 691 457 003 40 292 250 543 9 863 366 427 42 205 363 421 52 068 729 843 EXERCICE 2008-2009 CREDITS ALLOUES EXERCICE 2009-2010 CREDITS ALLOUES

40

PILIERS DU DSNCRP

CREDITS PIP AUX PILIERS DU DSNCRP 26 965 770 410

TOTAL RN TOTAL RE 5 159 067 753 29 699 697 979

PILIER 1 : VESTEURS DE CROISSANCE 7 246 600 033 7 892 995 322 221 250 000 10 645 613 089 10 866 863 089

4 512 672 464 22 453 097 946

3 008 476 071 14 424 551 874 17 433 027 945 4 039 756 198 22 840 466 355 26 880 222 553

PILIER 2: DEVELOPPEMENT HUMAIN 1 543 105 824 2 130 840 874 9 000 000 1 582 392 953 1 591 392 953

646 395 290

516 480 000 12 057 352 533 12 573 832 533

PILIER 3: GOUVERNANCE DEMOCRATIQUE 8 426 578 850 15% 85% 49 234 273 188 71% 10 443 222 970 2 362 067 469

587 735 050

327 000 000

1 903 867 054

2 230 867 054

2 016 644 120

8 038 899 087 10 400 966 556 4 980 130 224 14% 86% 45 101 448 460 89%

5 403 677 479 10 383 807 703 19% 81% 56 497 819 616 92%

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

POL. Et STRATEGIES SPECIF/ TRANS RN/RT RE/RT TOTAL PIP CREDITS DSNCRP/PIP

CHAPITRE 2 : PROGRAMMATION BUDGÉTAIRE

41

II.1.2- ANALYSE DE LA PROGRAMMATION BUDGETAIRE PAR PILIER
Le financement des projets en cohérence avec les objectifs et les piliers du DSNCRP a representé respectivement 71%, 89% et 92% des crédits totaux des Programmes d’Investissement Public (PIP) pour les exercices fiscaux 2007-2008, 2008-2009 et 2009-2010. Ces chiffres montrent une claire amélioration de la prise en compte par le gouvernement de cette impérieuse nécessité d’améliorer la croissance économique et de réduire la pauvreté. Par ailleurs, les crédits alloués aux projets cadrant avec les Piliers du DSNCRP proviennent respectivement à 15% et 85 % de ressources nationales et de ressources externes pour l’exercice 2007-2008, à 14% et 86% pour l’exercice 2008-2009 et à 19% et 81% pour 2009-2010. La progession des ressources nationales exprime la volonté du Gouvernement pour une prise en charge effective des interventions en faveur de la croissance et de la réduction de la Pauvreté d’autant que l’aide promise suite aux catastrophes qui ont touché le pays a tardé à se manifester. Le graphe qui suit permet d’apprécier une évolution croissante des crédits d’investissement en faveur des interventions cadrant avec les objectifs du DSNCRP par rapport aux autres interventions prévues dans les Programmes d’Investissement Public pour la période. En effet, de 27% en 2007-2008, ces crédits sont passés à 32% en 2008-2009 et à 41% en 2009-2010.

Graphe 8 : Evolution des crédits alloués au PIP pour des projets DSNCRP 2008-2010

Le poids des piliers dans les crédits d’investissements ont été respectivement de 43% pour le Pilier I, 27% pour le Pilier II, 4% pour le Pilier III et 26% pour les Politiques et Stratégies Spécifiques et Transversales.

42

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Graphe 9- POIDS DES PILIERS DANS LE TOTAL DES CREDITS ALLOUES AUX PROJETS DSNCRP 2008-2010

Graphe 10- POIDS DES PILIERS DU DSNCRP

Les crédits d’investissements sont majoritairement répartis sur le Pilier I. Cela est dû au fait que l’accent a été mis sur les infrastructures routières et la production agricole sérieusement affectées suite aux désastres naturels qu’a connus le pays en 2008. Les efforts consentis par les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) et le Trésor Public (TP) par rapport au budget initial suite au séisme du 12 janvier ont augmenté la part des secteurs sociaux du Pilier 2 et la Production agricole du Pilier I. Cela n’a rien changé en fait dans la tendance observée depuis la 1ère année de mise en œuvre quant à la prépondérance des Investissements pour le Pilier I.

II.1.-3-POIDS DES SECTEURS DANS LA PROGRAMMATION DES PROJETS ARTICULES AU PLIP 2008-2010
Pilier I : Vecteurs de croissance : une stratégie de croissance intégrant l’impératif de croissance et de réduction de la pauvreté s’appuyant sur quatre domaines clés ou vecteurs de croissance : l’agriculture et le développement rural ; la modernisation des infrastructures ; le Commerce et l’Industrie ; le Tourisme.

CHAPITRE 2 : PROGRAMMATION BUDGÉTAIRE

43

Tableau 9- : Pilier I : Les vecteurs de croissance
PILIERS DU DSNCRP EXERCICE 2007-2008 TOTAL CREDITS ALLOUES TOTAL CREDITS PILIER 1 : VESTEURS DE CROISSANCE AGRICULTURE INFRASTRUCTURES COMMERCE ET INDUSTRIE TOURISME POIDS PILIER I 34 858 765 732 26 965 770 410 EXERCICE 2008-2009 RESSOURCES RESSOURCES NATIONALES EXTERNES TOTAL CREDITS ALLOUES EXERCICE 2009-2010 RESSOURCES NATIONALES RESSOURCES EXTERNES TOTAL CREDITS ALLOUES

5 600 793 540 34 691 457 003 40 292 250 543 9 863 366 422 42 205 363 421 52 068 729 843 3 008 476 071 14 424 551 874 17 433 027 945 4 039 756 198 22 840 466 355 26 880 222 553

2 230 551 528 24 615 773 382 66 445 500 53 000 000 77%

271 810 657 10 250 000 18 510 576

3 804 005 194 373 548 500 82 427 038

4 075 815 851 1 485 927 069 383 798 500 100 937 614 43% 61 000 000 50 000 000

5 411 083 209 94 393 200 59 400 000

6 897 010 278 155 393 200 109 400 000 52%

2 707 904 838 10 164 571 142 12 872 475 980 2 442 829 129 17 275 589 946 19 718 419 075

Le Pilier I vient en première position dans les crédits alloués aux Programmes d’Investissement Publics (PIP) pour les années consécutives de la mise en œuvre de la stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté avec respectivement 77%, 43% et 52% des crédits totaux pour les exercices 2007-2008, 2008-2009 et 2009-2010. Cette baisse observée dans les crédits alloués aux secteurs de ce pilier s’explique par l’urgence de répondre aux besoins des populations victimes des intempéries et des catastrophes qu’à connus le pays en 2008-2009 et 2009-2010.
Graphe 11 - Evolution des crédits alloués par secteur

Le Pilier II : Un développement humain qui repose sur l’amélioration significative de la disponibilité des opportunités dont les services sociaux offerts aux gens afin qu’ils puissent développer au mieux leurs capacités.

44

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Tableau 10- Pilier II : Développement humain
PILIERS DU DSNCRP EXERCICE 2007-2008 TOTAL CREDITS ALLOUES TOTAL PILIER 2: DEVELOPPEMENT HUMAIN EDUCATION ET FORMATION SANTE EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT POIDS PILIER II 34 858 765 732 7 892 995 322 EXERCICE 2008-2009 RESSOURCES RESSOURCES NATIONALES EXTERNES TOTAL CREDITS ALLOUES EXERCICE 2009-2010 RESSOURCES RESSOURCES NATIONALES EXTERNES TOTAL CREDITS ALLOUES

5 600 793 540 34 691 457 003 40 292 250 543 221 250 000 10 645 613 089 10 866 863 089

9 863 366 422 42 205 363 421 52 068 729 843 516 480 000 12 057 352 533 12 573 832 533

2 966 067 005 859 180 528 4 067 747 790 23%

204 750 000 16 500 000

2 734 242 071 6 646 671 668 1 264 699 350

2 938 992 071 6 663 171 668 1 264 699 350 27%

310 480 000 188 000 000 18 000 000

1 909 823 831 7 074 109 620 3 073 419 082

2 220 303 831 7 262 109 620 3 091 419 082 24%

Le Pilier II vient en deuxième position dans les crédits alloués aux PIP 2008-2010 soit respectivement 23%, 27% et 24% avec le secteur Santé bénéficiant de la plus grosse part des crédits alloués pour les deux (2) dernières années de mise en œuvre de la stratégie.
Graphe 12- Evolution des crédits alloués par secteur du Pilier II

Le Pilier III : Une gouvernance démocratique, avec comme priorité l’établissement d’un Etat de Droit plus particulièrement au niveau de la Justice et de la Sécurité et d’une gouvernance de proximité. La mise en place d’un ordre juridique équitable, d’un système judiciaire fonctionnel et d’un climat général de sécurité sont des conditions essentielles pour la croissance et la réduction de la pauvreté.

CHAPITRE 2 : PROGRAMMATION BUDGÉTAIRE

45

Tableau 11- : Pilier 3 : Justice et sécurité/ Gouvernance de Proximité
PILIERS DU DSNCRP EXERCICE 2007-2008 TOTAL CREDITS ALLOUES TOTAL 34 858 765 732 EXERCICE 2008-2009 RESSOURCES NATIONALES 5 600 793 540 RESSOURCES EXTERNES 34 691 457 003 40 292 250 543 EXERCICE 2009-2010 RESSOURCES NATIONALES 9 863 366 422 RESSOURCES EXTERNES 42 205 363 421 TOTAL CREDITS ALLOUES 52 068 729 843

PILIER 3: GOUVERNANCE DEMOCRATIQUE

2 130 840 874

9 000 000

1 582 392 953

1 591 392 953

327 000 000

1 903 867 054

2 230 867 054

JUSTICE ET SECURITE GOUVERNANCE DE PROXIMITE Poids Pilier III

1 988 840 874 142 000 000

9 000 000

1 494 192 953 88 200 000

1 503 192 953 88 200 000

277 000 000 50 000 000

1 903 867 054

2 180 867 054 50 000 000

6%

4%

4%

Le Pilier III représente 4% de l’ensemble des Piliers et des Politiques spécifiques et transversales pour la période 2008-2010 .

Graphe 13- Evolution des crédits alloués par secteur

Dans le Pilier III, le secteur Justice et Sécurité occupe 94% des crédits alloués ; ce secteur est largement supporté par la coopération externe, à travers leurs interventions en support à la Police Nationale d’Haïti. Politiques et stratégies spécifiques et transversales visant la sécurité alimentaire, la prise en charge des personnes à besoins spécifiques, la Jeunesse et les Sports, l’Egalité des sexes, l’environnement et le développement durable, la gestion des risques et catastrophes, la culture, l’aménagement du territoire et le développement urbain, le renforcement des capacités de l’Etat.

46

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Tableau 12- Répartition annuelle des crédits par pilier
PILIERS DU DSNCRP EXERCICE 2007-2008 TOTAL CREDITS ALLOUES TOTAL POLITIQUES ET STRATEGIES SPECIFIQUES ET TRANSVERSALES SECURITE ALIMENTAIRE EQUITE DU GENRE JEUNESSE / SPORTS ET ACTION CIVIQUE PROTECTION SOCIALE ENVIRONNEMENT CULTURE ET COMMUNICATION RISQUES ET DESASTRES AMENAGEMENT DU TERRITOIRE AUTRES POLITIQUES TRANSVERSALES POIDS POL. ET STRATEGIES 34 858 765 732 10 443 222 970 EXERCICE 2008-2009 RESSOURCES NATIONALES RESSOURCES EXTERNES TOTAL CREDITS ALLOUES EXERCICE 2009-2010 RESSOURCES NATIONALES RESSOURCES EXTERNES TOTAL CREDITS ALLOUES 52 068 729 843 10 383 807 703

5 600 793 540 34 691 457 003 40 292 250 543 2 362 067 469 8 038 899 087 10 400 966 556

9 863 366 422 42 205 363 421 4 980 130 224 5 403 677 479

130 713 440 25 000 000 207 880 000 114 200 000 1 367 889 304 191 600 000 423 350 134 4 075 727 204 0 3 906 862 887 30%

5 200 814 19 577 000 64 000 000 37 243 101 30 305 257 5 000 000 5 000 000 1 413 241 297

1 822 500 000 41 800 000 0 51 978 550 347 126 986 61 645 300 2 141 365 946 497 268 805

1 827 700 814 61 377 000 64 000 000 89 221 651 377 432 243 66 645 300 2 146 365 946 1 910 510 102 0 24 000 000 110 000 000 65 000 000 69 214 618 146 000 000 360 000 000 3 920 915 606

1 722 138 000

1 722 138 000 24 000 000 110 000 000 65 000 000

389 642 968 34 680 800 572 054 560 1 662 616 111 0

458 857 586 180 680 800 932 054 560 5 583 531 717 0 1 307 545 040 20%

782 500 000

3 075 213 500

3 857 713 500 26%

285 000 000

1 022 545 040

CHAPITRE 2 : PROGRAMMATION BUDGÉTAIRE

47

Graphe 14- Politiques et strategies specifiques et transversales 2008-2010

En conclusion, l’analyse porte sur les crédits d’investissements et non sur les dépenses réalisées parce que l’information disponible sur les décaissements/les dépenses réalisées concernent uniquement les projets financés par le Trésor Public. Or, le Programme d’investissement public est financé à hauteur de 70% environ par les Bailleurs de fonds Bilatéraux et multilatéraux. Les décaissements réalisés en faveur des projets financés par ces bailleurs ne sont pas communiqués par les agences d’exécution au Ministère de la Planification. De plus, la faiblesse dans la mise à exécution des projets financés par le trésor public s’explique generalement du fait que la plupart des projets ne sont pas documentés, c’est-à- dire ne disposent pas de documents techniques. Il en résulte que les provisions estimées et programmées sont généralement en-deça des coûts réels affectant ainsi la capacité d’absorption des secteurs. Toutefois, les crédits programmés sur toute la période de mise en œuvre ont démontré une volonté réelle de l’Etat de viser la croissance et de lutter contre la pauvrete puisqu’ils ont montré une augmentation réguliѐre sur les 3 années du DSNCRP. Il est important de souligner que d’autres projets qui concourent à la réalisation des objectifs de croissance et de réduction de la pauvreté inscrits dans le PIP sont reportés au total des Politiques et Stratégies Spécifiques et Transversales. Le volume de crédit qui leur a été alloué représente 37%.

48

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

49

Chapitre iii

MISE EN ŒUVRE
La mise en œuvre de la stratégie nationale de croissance et de réduction de la pauvreté a été profondément marquée par deux évènements majeurs. Tout d’abord, il faut rappeler que la première année de mise en œuvre a hérité d’un ensemble de projets en cours d’exécution, lesquels pour la plupart ne correspondaient pas tout à fait aux priorités définies dans la matrice des actions prioritaires du DSNCRP. De plus, après la série des 4 cyclones qui l‘ont frappé en été 2008, le pays se remettait à peine quand le séisme du 12 janvier 2010 a pratiquement anéanti beaucoup d’efforts entrepris pour atteindre la croissance, réduire la pauvreté et réussir le saut qualitatif d’impulser une dynamique forte de rattrapage des objectifs du millénaire pour le développement, doter le pays d’une économie moderne, renforcer l’Etat dans toutes ses composantes institutionnelles et mettre notre créativité et notre patrimoine historique et culturel au service du développement du pays. En dépit de ces 3 années de péripéties et d’inconvénients de toute sorte, des actions multiples ont été entreprises pour relever un certain nombre de défis. Par pilier et par secteur, il est présenté un rappel de la situation référentielle (2007), de l’objectif général, de la situation attendue, des indicateurs de performance et un bilan succinct de l’essentiel des réalisations de chaque secteur au cours des trois années d’exécution du DSNCRP de première génération.

50

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

III.1- PILIER 1 : LES VECTEURS DE CROISSANCE
La stratégie de croissance intégrant l’impératif de réduction de la pauvreté s’appuie sur quatre (4) domaines clés ou vecteurs de croissance:
• Agriculture et développement Rural • Tourisme • Commerce et Industrie • Infrastructures

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

51

III.1.1-AGRICULTURE ET DEVELOPPEMENT RURAL
LA SITUATION DE REFERENCE
L’Agriculture a toujours été l’épine dorsale de l’économie haïtienne ayant contribué dans des proportions significatives par le passé (90%, 80%, 70%) des entrées de devises au pays. Depuis environ 4 décennies, avec l’avènement de l’industrie de la sous-traitance, l’exode rural, la dégradation de l’environnement comme effet du déboisement et de la trop forte pression sur les terres agricoles, son importance relative a considérablement diminué. Son apport au PIB national est estimé actuellement à environ 25%. Elle n’arrive à satisfaire que 50% de la demande en céréales du pays. Ce secteur fait face à un ensemble de contraintes structurelles et conjoncturelles, dont on peut mentionner entre autres : la faible superficie des exploitations : 1.2 ha en moyenne par exploitation; l’insécurité foncière, peu incitative à la valorisation ou la gestion optimale de la terre; la faible technicité de la gestion des exploitations; la faible couverture en infrastructure qu’il s’agisse de maitrise de l’eau, de transports, de traitement au conditionnement de la récolte; un appui insuffisant des pouvoirs publics caractérisé par un faible budget d’investissement qui fait dépendre la promotion de l’agriculture à 96% de la coopération internationale (Réf. PIP 2008/2009); l’organisation inadéquate des associations de producteurs ce qui ne permet pas de réaliser des économies d’échelle dans l’organisation de la production, de la transformation et de la commercialisation; le manque d’intérêt du secteur financier pour l’agriculture entrainant l’inexistence d’un système de crédit rural, voire une couverture d’assurance de l’activité agricole ; la décapitalisation quasi annuelle des exploitations agricoles par les intempéries ; En dépit de tout, l’agriculture demeure le secteur le plus sûr de l’économie haïtienne contribuant bon an mal an à hauteur de 125 millions de dollars de devises au pays, 38% des entrées de devises au titre de l’exportation. Elle occupe 50% de la main-d’œuvre économiquement active au niveau global et fournit 80% des emplois en milieu rural. C’est à juste titre qu’elle constitue le premier socle du Pilier I Vecteur de Croissance de l’économie nationale dans le cadre du Document de Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (DSNCRP). Eu égard à ce qui vient d’être mentionné, il importe donc de redynamiser l’agriculture haïtienne. Le cadre global du DSNCRP pourrait constituer le canal conducteur d’une telle perspective.

L’OBJECTIF GENERAL DU SECTEUR
L’objectif général du secteur est de promouvoir une agriculture moderne, créatrice de richesses et respectueuse de l’environnement permettant d’atteindre la sécurité alimentaire pour tous et d’améliorer le niveau de vie des agriculteurs.

LA SITUATION ATTENDUE
La mise en œuvre des actions inscrites dans le Plan National d’actions Prioritaires du DSNCRP en ce qui concerne l’Agriculture et le Développement rural sous entend l’injection des

52

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

fonds prévus. Comme effets de l’exécution de ces chantiers, on espère : la sécurisation du foncier, conditionnant une meilleure gestion des exploitations; l’amélioration de la disponibilité de l’eau, des intrants, des outils et équipements au niveau des exploitations; une augmentation de la valeur ajoutée de la production; une amélioration de la sécurité alimentaire de la population, c’est-à-dire l’accès à terme à une production alimentaire en quantité et en qualité suffisante à un coût abordable et compétitif; une augmentation de la disponibilité des produits d’origine animale à travers la promotion de l’élevage, la pêche maritime et l’aquaculture; l’amélioration des revenus des agriculteurs et agricultrices et celui de tous les acteurs du secteur, de la production à la transformation et jusqu’au conditionnement; une réduction des dégâts causés par les intempéries.

LES INDICATEURS DE PERFORMANCE
Les indicateurs de la performance du secteur qui ont été retenus sont les suivants : Conflit terrien diminué ou évité, agriculteurs relocalisés, intrants et outils distribués, volume et valeur production agricole, superficie de Bassins versants protégées, systèmes d’irrigation réhabilités et revenus des exploitants agricoles.

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

53

BILAN SUCCINCT DES REALISATIONS
Le bilan des réalisations est dressé succinctement en référence aux actions prioritaires qui avaient été retenues à travers les programmes et projets exécutés au cours de la période. Concernant la « Réhabilitation et Protection des bassins versants et amélioration de la gestion des terres », il convient de mentionner les réalisations suivantes : le traitement de 460 km de ravines; le reprofilage et la protection d’une vingtaine de km de lits de rivière. Dans le domaine de la «Promotion des filières de production agricole » on peut noter: la distribution de 217 tracteurs et de 40 motoculteurs dans les différentes régions agricoles du pays ; l’installation de 400 pompes d’irrigation au profit des agriculteurs dans les différentes zones de production ; la recapitalisation de 100 associations d’irrigants; la fourniture d’outils aratoires à 43 OCB ; la mise à la disposition des agriculteurs de 120.000 tonnes métriques d’engrais ; 6.000 tonnes métriques de semences de haricot ; 1.500 tonnes métriques de semences de maïs ; 800 tonnes métriques de semences de sorgho, le tout à un prix subventionné. Ces semences ont permis de mettre sous culture 20.000 hectares de terres. Plus particulièrement, en ce qui concerne deux productions stratégiques pour le pays (le riz et le haricot) : leur production a plus que doublé au cours des trois années du DSNCRP, passant, pour le riz, de 77.000 en 2007 à 160.000 tonnes en 2010 et pour le haricot de 50.000 à 85.000 tonnes pour la même période. Cet appui à la production agricole, particulièrement intense après les quatre cyclones de 2008, a eu comme effet une nette augmentation de la production au cours de l’année 2009, augmentation estimée par la FAO à 25% en moyenne de la production de denrées agricoles. La « promotion de l’élevage » était retenue comme une action prioritaire dont les réalisations peuvent être résumées comme suit : la subvention de médicaments pour soutenir une campagne de vaccination. Ainsi, 1100 flacons de médicaments subventionnés ont été distribués et 1053076 têtes d’animaux vaccinées ; la distribution aux éleveurs de 28.000 pondeuses rustiques, de 90.190 poussins d’un jour, de 8000 chèvres et la mise en place de 155 unités d’élevage de 150 poulets de chair dans les zones périurbaines. Concernant «la Réhabilitation et les aménagements hydro agricoles » les réalisations suivantes peuvent être retenues : 106 périmètres totalisant 57.000 hectares remis en eau; 2126 km de canaux et drains curés et reprofilés; une trentaine de barrages réhabilités et rendus fonctionnels couvrant 5000 hectares; des pompes d’irrigation réparées et rendus fonctionnelles. Les 106 périmètres remis en eau dépassent de plus de 3 fois (353%) le nombre de systèmes d’irrigation prévus et couvrent près de 7 fois (354%) la superficie qui était visée. Le kilométrage de canaux de drains curés a dépassé de 254% celui qui était prévu. Dans le domaine du « Développement de la pêche maritime/Développement de l’aquaculture » on peut retenir les réalisations suivantes: 5.302 pêcheurs de 27 associations ont été équipés en dispositif de concentration de poisson (DCP).

54

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

III.1.2-TOURISME
LA SITUATION DE REFERENCE
Après quelques années durant lesquelles Haïti a occupé avec Cuba la position de pionnier et de leader de la région dans le domaine du tourisme, le déclin de ce secteur d’activités s’est amorcé au cours de la fin de la décennie 60 et du début des années 70. A partir de cette période, les bateaux de croisière ont cessé de visiter le pays, entrainant l’agonie du commerce de souvenirs et des produits d’artisanat. Le mouvement de déclin s’est accéléré vers les années 80. En effet, à cette période, on a aussi assisté à la fermeture des quelques fleurons de l’hôtellerie aussi bien à la capitale que dans les principales villes de province. Des investissements ont été consentis dans le secteur et un semblant de reprise s’est amorcé. En constatant les retombées de l’activité touristique dans les pays de la région, le Gouvernement au cours de la période 1995-1996, a lancé l’étude Plan Directeur du Tourisme (PDT) avec l’assistance du PNUD. Où en sommesnous aujourd’hui ? Le Plan Directeur du Tourisme (PDT) n’a pas été opérationnalisé. Le niveau d’investissement dans le secteur continue à stagner faute d’incitations claires. Malgré la soumission, le vote et la promulgation d’un Code des Investissements où le tourisme est inclus comme secteur éligible, le nombre de visiteurs évolue en dents de scie, au gré des turbulences politiques et des « warnings » émis par les pays principaux pourvoyeurs de devises. La situation de l’hébergement touristique est aussi catastrophique avec moins de 1000 chambres. La capacité de réception du pays peut être évaluée à 730 000 visiteurs. Les facteurs de blocage demeurent, avec comme élément principal, un manque de coordination des instances gouvernementales d’appliquer la politique du secteur.

L’OBJECTIF GENERAL DU SECTEUR
Cet objectif vise à faire du Tourisme un des leviers du développement au bénéfice de la population.

LA SITUATION ATTENDUE
La situation attendue suite aux interventions retenues au niveau du secteur peut être décrite comme suit : Développement du secteur de manière durable et équitable; appropriation du patrimoine par la population ; investissements directs internationaux en hausse ; partenariat avec le secteur privé et les populations locales ; nombre d’emplois directs créés.

LES INDICATEURS DE PERFORMANCE
Les indicateurs de performance retenus par le secteur sont les suivants : Quatre zones prioritaires étudiées et aménagées, sites touristiques sectoriels prioritaires et porteurs aménagés, accroissement de l’offre d’hébergement/Capacité hôtelière, perception positive des utilisateurs sur la qualité de l’offre touristique, infrastructures de base et d’accueil améliorées, augmentation des touristes de séjour et de croisiéristes, nombre d’emplois directs créés.

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

55

BILAN SUCCINCT DES REALISATIONS
Relativement à l’action prioritaire « Développement d’un système d’appui des activités touristiques à caractère local: artisanat, restauration, hébergement, métier de guide, formation hôtelière », on peut noter les réalisations suivantes: la formation de plus de 75 gestionnaires et assistants gestionnaires en gestion hôtelière ; la certification internationale d’une dizaine de formateurs et de formatrices, venant des(4) zones prioritaires (Nord, Ouest, Sud, Sud-est) les habilitant à concevoir, à développer, et à évaluer des programmes de formation en tourisme et en hôtellerie ; la formation spécialisée de plus d’une centaine de journalistes des quatre zones prioritaires sur le tourisme dans le cadre du projet de sensibilisation du public au tourisme. Les réalisations suivantes peuvent être liées à l’action prioritaire « Promotion d’une dynamique touristique décentralisée » : approbation par la Commission Interministérielle des Investissements (CII) de 15 projets qui ont bénéficié, en conséquence, d’avantages incitatifs sur 32 requêtes d’investissement touristiques reçues; la poursuite du renforcement institutionnel de la Mairie de Jacmel en appui au tourisme ; l’inauguration du quai de Labadie le 3 décembre 2009, ce qui permet à Haïti d’être compétitive par rapport aux autres pays de la région qui ont la capacité de recevoir des navires de la génération Genesis. La présence de ce paquebot en Haïti implique l’augmentation des arrivées de touristes de croisière et une demande de consommation pour des nouveaux produits liés au circuit Labadie.

56

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

III.1.3-COMMERCE ET INDUSTRIE
LA SITUATION DE REFERENCE
Après la baisse enregistrée entre 2001 et 2004, en raison des crises politiques, la production a renoué avec la croissance à partir de 2005. Cependant, cette situation varie sensiblement d’une branche d’activité à l’autre. Ainsi, le PIB agricole qui ne représente plus aujourd’hui que 25% de la production nationale, accuse une tendance à la baisse, sauf au niveau des produits d’exportation, notamment les fruits. Avec la libéralisation de l’économie initiée au début des années 80, les produits agricoles haïtiens subissent la concurrence des produits importés. Par contre, les industries de transformation qui avaient connu une baisse au cours de la période 1996-2001, ont cru au cours des cinq (5) dernières années. Le secteur secondaire a, au contraire, augmenté sa part dans la valeur ajoutée, représentant 15,6% du PIB réel en 2002. Les sous-secteurs « Industries manufacturières » et « Bâtiments et travaux publics » sont les plus importants en termes d’apports de valeur ajoutée, comptant pour plus de 7% chacun. En ce qui concerne les « Industries Manufacturières », une reprise semble se dessiner au niveau du secteur de l’assemblage, après la forte diminution de la production entre 1999 et 2003. Plusieurs facteurs affectent négativement la compétitivité du secteur dont : le coût élevé des facteurs de production, notamment l’énergie et les matières premières importées ; la faible productivité du travail et des machines, la mauvaise qualité de certains produits due à l’utilisation de méthodes et de procédés de fabrication inadéquats ; la gestion déficiente des entreprises; le niveau élevé des coûts financiers. Certaines filières de production présentent cependant des avantages comparatifs qui peuvent se convertir en avantages compétitifs. Au niveau du commerce, la politique de libéralisation commerciale, loin de favoriser la croissance, a entraîné le déclin de l’industrie locale, qui par la concurrence étrangère, a provoqué la transformation d’entreprises agro-industrielles en entreprises commerciales importatrices de biens de consommation. Aujourd’hui, la crise mondiale générée par la hausse vertigineuse des prix des produits alimentaires et pétroliers a accéléré la dégradation de l’’économie haïtienne. Haïti étant un importateur net de ces produits, est particulièrement affecté par cette crise qui a engendré une augmentation considérable du coût des produits de première nécessité au niveau national.

L’OBJECTIF GENERAL DU SECTEUR
L’objectif général du secteur est de faire du commerce et de l’industrie des leviers de développement durable au bénéfice direct de la population.

LA SITUATION ATTENDUE
La situation attendue a été descrite comme suit : amélioration du cadre légal et réglementaire du commerce et de l’investissement ; renforcement des capacités institutionnelles du MCI ; amélioration de la compétitivité de certaines entreprises du secteur textile et de l’agro-industrie ; amélioration des infrastructures en matière de normalisation, de contrôle de qualité et de métrologie légale ; facilitation et promotion des investissements privés et directs étrangers ;

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

57

reconquête des parts de marché et recherche d’autres marchés ; relance de l’industrie légère et de l’Artisanat ; amélioration de la gouvernance du secteur des affaires.

LES INDICATEURS DE PERFORMANCE
Le secteur a retenu les indicateurs suivants : Production agro-industrielle en volume et en valeur, Nombre de PME nouvellement créées, Investissements dans le secteur Commerce et Industrie, Nombre d’emplois créés dans le secteur

BILAN SUCCINCT DES REALISATIONS
Dans le cadre de la promotion et de la facilitation des investissements, il y a lieu de noter la création en 2007 du Centre de Facilitation des Investissements (CFI) dont les activités visent à simplifier les procédures administratives et à faciliter les investissements et leur suivi. Les actions sont articulées autour des points suivants : la facilitation, l’assistance aux entreprises et aux entrepreneurs, la diffusion des informations et la promotion ciblée, le suivi des dossiers à la Commission interministérielle des investissements (CII), les missions de prospection et de formation en Haïti et à l’étranger…etc. Avec les nouvelles mesures administratives constituant en l’élimination de certaines étapes et la mise sur pied d’un formulaire de conformité, le processus d’enregistrement et de publication des sociétés anonymes se réalise actuellement dans un délai de 30 jours ouvrables au Ministère du Commerce et de l’Industrie Dans le cadre de l’amélioration de la gouvernance du secteur des affaires, plusieurs mesures de redressement ont été adoptées de concert avec les différents acteurs évoluant dans les secteurs liés à l’investissement. On peut citer : l’allongement du délai de validité du Quitus fiscal pour les entreprises d’exportation, le permis de renouveler le Quitus fiscal dès le deuxième mois avant l’expiration des trois mois, la simplification des formulaires de demande d’avantages incitatifs, l’amélioration de la procédure de contrôle des marchandises par la Société Générale de Surveillance (SGS).

58

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

III.1.4-INFRASTRUCTURES
LA SITUATION DE REFERENCE
Le développement durable et la création de la richesse reposent essentiellement sur les infrastructures de base telles : routes, électricité, ports, aéroports, télécommunications. Ces infrastructures qui doivent attirer les investissements directs étrangers et nationaux font cruellement défaut. Le réseau routier national avec environ 3.700 km de route est à 80% en mauvais état. Il nécessite de très lourds investissements pour augmenter le niveau de service et réduire les frais d’exploitation que doivent consentir les usagers. Les ports constituent le principal débouché vers l’extérieur et le pays n’en compte que deux (2), avec dix sept (17) ports de cabotage dont quelques-uns accueillent le trafic de commerce extérieur. Ces infrastructures pour la plupart obsolètes ou peu réhabilitées, ne peuvent en aucun cas garantir la disponibilité et l’efficacité des services, non plus la sécurité des vies et des biens. Le pays compte deux aéroports ouverts sur l’extérieur et cinq aérodromes ouverts à la circulation intérieure. L’aéroport international est le seul à disposer d’équipements d’aide à la navigation, de balisage et d’une piste de dimension répondant aux normes internationales pouvant accueillir des transporteurs à grands rayons d’actions. Dans le cadre de la Stratégie Nationale de Croissance et de Réduction de la Pauvreté, le développement des Infrastructures constitue l’un des axes prioritaires d’intervention du gouvernement puisque venant en support à la croissance. Le MTPTC à travers ses différentes entités veut aussi adresser des réponses urgentes aux effets dévastateurs dus aux passages successifs des derniers ouragans.

L’OBJECTIF GENERAL DU SECTEUR
L’objectif général du secteur vise à améliorer l’accès de la population aux services et infrastructures de base structurantes en tant que vecteur de développement.

LA SITUATION ATTENDUE
L’image de la situation attendue a été projetée ainsi : développement des potentialités régionales favorisé et compétitivité de l’économie haïtienne renforcée ; territoire national rééquilibré par l’éclosion de grandes métropoles régionales ; continuité du territoire garantie par la construction/réhabilitation d’ouvrages d’art ; réhabilitation et protection des infrastructures existantes ; environnement protégé ; maitrise des réseaux de transports ; infrastructures électriques renforcées.

LES INDICATEURS DE PERFORMANCE
Les indicateurs retenus par le secteur sont les suivants : Indice d’accès aux infrastructures socio-économiques de base, linéaires de routes réhabilitées/entretenues, kilomètres de routes construites, nombre d’habitants en milieu rural vivant à moins de 2 km d’une route praticable en toutes saisons par rapport au total de la population rurale.

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

59

BILAN SUCCINCT DES REALISATIONS
Relativement à l’action prioritaire « Renforcement institutionnel » on peut noter : l’acquisition d’équipements pour le Centre National d’Equipement (CNE) et les centres régionaux d’équipements ; la réparation d’équipements de travaux publics et de transports. Les réalisations suivantes peuvent être liées à l’action prioritaire « Actions de lutte contre la pauvreté » : Réhabilitation de routes urbaines et rurales et de systèmes d’approvisionnement en eau potable » : Sur le réseau interurbain, les interventions ont porté sur la réhabilitation de : 240.8 km de routes nationales soit 25% de réseau supplémentaire remis en bon état (Titanyen- Xaragua, Grand Goâve – Miragoâne, Miragoâne – Aquin, Port au Prince – Mirebalais (entrée de la ville de Mirebalais), Déviation de Miragoâne, Carrefour la Mort – Ouanaminthe) ; de 30.6 km de routes départementales soit 2.3 % de réseau supplémentaire remis en bon état (Port Salut – Port à Piment). De nouvelles percées totalisant 103km (Titanyen- Seau d’eau, Carabet – La Chapelle, Lascahobas – Ti fond, Belladère – San Pedro, Hinche – Pandiassou – La Haye, Casale – Cabaret) ont été réalisées pour créer des alternatives aux tracés existants soit une augmentation de l’ensemble du réseau routier de l’ordre de 3%. Ouvrages d’Art : Construction de cinq (5) ponts d’importance majeurs (Pont Bayeux, Pont Lascahobas, Achèvement du Pont Barque, Pont de Torbeck, Pont sur la Rouyonne) et de deux (2) dalots (Dalots Gressier et Petit Frères) ;de 5 gués (Gué sur La Thème, Gué d’Ennery, Gué de Montrouis, Gué de Chalon, Gué sur la rivière Gauche) ; de trois (3) ponts (Pont de Montrouis, Pont Limite, Pont sur la rivière de Port à Piment) et 2 dalots (Mariani) en vue d’assurer la continuité du territoire après le passage de 4, cyclones en 2008. Les réalisations au niveau du transport aérien ont porté sur :(i) la construction du nouvel aérogare de Jacmel (ii) le démarrage des travaux pour la construction d’un aéroport international au Cap-Haitien devant desservir la Région Nord du Pays (iii) la mise en fonctionnement de trois (3) passerelles télescopiques à l’aéroport Toussaint Louverture. Dans le secteur de l’électricité, les réalisations ont consisté en la réhabilitation des centrales électriques de Varreux, de Péligre, de Carrefour, de Port-de-Paix, de Hinche et de Petit Goâve et l’installation de 3 centrales thermiques au mazout ( une centrale de 30 MW à Port-au-Prince, une de 15 MW au Cap-Haïtien et une de 15 MW aux Gonaïves). La période 2006-2010 a été marquée par une augmentation significative de la production énergétique. La puissance installée qui était de 133.5 MW en 2007 pour une puissance disponible de 61 MW est passée à 192 MW en décembre 2009 pour une puissance disponible de 107.2 MW ; soit une augmentation de 43.82% de la puissance installée et de 75.74% de la puissance disponible.

60

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

III.2- PILIER 2 : DEVELOPPEMENT HUMAIN - PRIORITE AUX SERVICES SOCIAUX DE BASE
Le développement humain repose sur l’amélioration significative de la disponibilité des opportunités, dont les services sociaux, offertes aux gens afin qu’ils puissent développer au mieux leurs capacités à savoir : • Education et formation professionnelle • Santé • Eau potable et assainissement

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

61

III.2.1-EDUCATION ET FORMATION PROFESSIONNELLE
LA SITUATION DE REFERENCE
La situation déjà accablante du secteur éducatif liée aux récentes catastrophes provoquées par le passage des derniers ouragans ont engendré de graves conséquences sur ce secteur, en accentuant les problèmes structurels d’efficacité interne et d’équité qui le frappaient déjà, sans omettre ceux qui concernent sa gouvernance. De nombreuses écoles sont sérieusement endommagées et 30 environ sont complètement détruites. Des maîtres et directeurs d’écoles se trouvent également sinistrés. La situation socioéconomique des familles s’est davantage détériorée et, de surcroît, l’accès à l’école devient difficile pour beaucoup d’enfants, voire impossible immédiatement. La supervision des écoles devient quasiment impossible dans certaines zones à cause de l’impraticabilité des routes.

L’OBJECTIF GENERAL DU SECTEUR
L’objectif général du secteur vise à améliorer l’accès à l’éducation préscolaire, fondamental et professionnel

LA SITUATION ATTENDUE
Le secteur s’attend à l’amélioration de l’accès à l’éducation, l’amélioration de la qualité de l’éducation, au renforcement de la gouvernance du système éducatif, à l’accroissement de l’efficacité externe, à l’équité dans l’accès à l’éducation en général.

LES INDICATEURS DE PERFORMANCE
Le secteur a retenu les indicateurs de performance suivants : Taux net d’admission en 1ère année fondamentale, taux brut de scolarisation dans le fondamental 1er et 2ème cycle, taux net de scolarisation dans le secondaire, taux de réussite des élèves aux examens officiels, ratio élève par maitre, ratio élève par classe (1er et 2ème cycle du fondamental), indice d’accès à l’éducation de base, % d’enseignants qualifiés (1er et 2ème cycle du fondamental), et % d’écoles non publiques reconnues par l’Etat.

BILAN SUCCINT DES REALISATIONS
De 2007-2008 à janvier 2010, les actions du Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle ont été réparties en trois (3) grandes composantes : l’amélioration de l’accès, l’amélioration de la qualité et le renforcement de la gouvernance du Secteur. Sur le plan de l’amélioration de l’accès : Un certain nombre d’actions ont été entreprises dont : La création et l’équipement de nouvelles places assises au préscolaire. Le Centre de protection de la petite enfance à Aquin fournissant ses services à une centaine d’enfants. La Création et l’équipement de nouvelles places assises au primaire. Une subvention à l’écolage lancée en 2007 a permis d’atteindre en 2010, 140 000 enfants de la première année à la troisième année de l’enseignement fondamental. Pour l’exercice 2009-2010, environ 1223 écoles ont reçu la subvention. Parallèlement, un accompagnement est fourni à plusieurs centaines de

62

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

parents facilitant l’accès de leurs enfants à une école non publique. Plus de 100 000 élèves ont bénéficié des retombées de ce programme. La réhabilitation et la construction d’infrastructures scolaires de base. Dix huit (18) EFACAP ont été mis en chantier. Environ 75 écoles ont été réhabilitées ou reconstruites à travers respectivement le Projet d’Urgence de Reconstruction des Etablissements Scolaires (PURES) et le projet d’Appui à la Reconstruction des Infrastructures Educatives (PARIE). De même, le Fonds d’Assistance Economique et Sociale (FAES), a été mis à contribution en vue d’intervenir dans prѐs de 80 établissements scolaires dont 10 pour des travaux de reconstruction, 50 pour des travaux de réparation ou d’entretien. Soixante dix (70) communes ont été touchées dans le cadre de ce programme. La Construction et réhabilitation de Lycées. Une cinquantaine de lycées sont en cours de construction à travers un financement du bureau de Monétisation, et mise en œuvre par le FAES. Par ailleurs, des catastrophes naturelles majeures ont compromis sérieusement les efforts de l’Etat haïtien pour l’atteinte des objectifs de l’Education Pour Tous (EPT). Face à cette situation, onze (11) écoles ont pu être reconstruites et 38 ont été réhabilitées, en dehors des appuis pour les kits scolaires, matériels pédagogiques, uniformes, équipements, bourses à l’écolage, cantines scolaires etc. Environ 150 sites scolaires ont été pourvus en hangars par le FAES et l’USAID à travers le Projet Haïtien d’Appui à la Réforme de l’Education (PHARE). Ces structures ont permis d’accueillir prés de 500 établissements scolaires pour un effectif de 250 000 élèves suivant la stratégie de regroupement scolaire et de double vacation dans les zones affectées pas le séisme. Grâce à l’appui du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), prѐs de 450 sites scolaires pour un total de 1 500 écoles ont été pourvus en tentes dans les zones touchées avec les structures appropriées et ont permis d’accueillir près de 350 000 élèves. Des tentes et des bâches ont aussi permis d’héberger, pour une bonne part, les élèves migrants ou déplacés dont l’effectif total est de l’ordre de 115 000 dans tous les départements d’accueil. Il convient de mentionner un grand nombre d’interventions en matière d’installation de structures d’accueil provisoire au bénéfice d’environ 1 500 écoles de la part d’autres partenaires en éducation (Save the Children, Plan de parrainage, Concern, Terafund, World Vision, Finn Church Aid, etc.) Sur le plan de l’amélioration de la qualité et la requalification des enseignants et des directeurs. Dans le cadre du Programme de renforcement de la qualité de l’éducation et du Programme de Formation initiale accélérée (FIA) plus de 2 300 enseignants en cours de formation à travers les dix directions départementales d’éducation, ont déjà reçu leur prime, suivant ce qui a été défini dans le cadre de ce programme. La mise en œuvre, à partir des leçons de la réalité, a conduit à la dispensation de la formation à 1 700 élèves-maîtres actuellement en deuxième session de formation professionnelle dans quatorze institutions de formation des maîtres. En ce qui a trait au Nouveau Secondaire, des fiches pédagogiques ont été élaborées pour la 2ème année et la 3ème année. Des séances d’information et de formation ont eu lieu avec les responsables des 158 écoles impliquées dans la phase pilote du projet. De plus, des modules ont été élaborés pour la 2ème et la 3ème année du Nouveau Secondaire par des professionnels du milieu, recrutés par le MENFP. Des documents didactiques ont été distribués massivement dans les 158 écoles impliquées dans le projet pilote au cours des mois d’octobre et de novembre 2009.

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

63

Un guide didactique Français-créole a été élaboré. Le projet XO « One laptop per child » suit son cours. En termes quantitatifs pour l’année 20092010 environ 10 000’’ lap tops’’ ont été distribués à 9 500 élèves, 400 enseignants et 200 personnels d’encadrement de différents niveaux. Ces élèves appartiennent à une quarantaine d’écoles réparties comme suit : Kenscoff (10 écoles), Thomazeau (4 écoles) ; Jacmel (13 écoles) ; Lascahobas (12 écoles). En matière de formation des enseignants et personnels d’encadrement, le projet PARQE a assuré plus de 50 000 heures/personne de formation aussi bien sur les sites d’exécution qu’au niveau central. Il a également assuré l’acquisition de serveurs et le développement de matériel didactique et de didacticiels dédiés aux écoles. De plus, en marge du projet, une quarantaine de diplômés du Centre de Formation pour l’Enseignement Fondamental (CFEF) a pu, au titre de l’année probatoire, intervenir au sein des écoles participant au projet et a reçu une formation dans le domaine numérique appliqué à l’éducation. Le MENFP à travers son action « Efficacité Interne », a entrepris la construction de 10 nouveaux bureaux d’inspection scolaire (BDS) qui sont fonctionnels; dix (10) nouveaux bureaux d’inspection scolaire sont en cours de construction. De plus, 1930 agents éducatifs sont formés et la mise en œuvre et la finalisation de contrats pédagogiques au niveau de 210 écoles ; 200 bureaux d’inspection scolaire et de zone équipés. La refondation du Système éducatif. Un Plan Opérationnel en vue de la modernisation du Secteur a été élaboré contemplant : (i) une école nationale accessible à tous les Haïtiens et Haïtiennes, quels que soient leur sexe et leur lieu de résidence, selon le profil que nous voulons, selon notre culture et nos valeurs ; (ii) un système d’éducation et de formation qui soit en adéquation avec les besoins de l’économie du pays ; (iii) une éducation de qualité appuyée sur un socle commun de connaissances, de savoir-faire, de savoir être et de savoir vivre ensemble et dispensée par des enseignants et enseignantes compétents ; (iv) un système d’éducation dont la gouvernance est renforcée et améliorée à tous les niveaux, en tablant de manière progressive sur l’apport des Collectivités territoriales pour l’éducation de base, incluant la petite enfance et le préscolaire.

64

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

III.2.2-SANTE
LA SITUATION DE REFERENCE
La situation sanitaire du pays est très préoccupante et demande rapidement des actions urgentes pour parvenir à l’amélioration de la santé de la population dans les 565 sections communales comme en témoignent les principaux indicateurs de santé du pays. Selon l’Enquête Mortalité, Morbidité et Utilisation des Services de Santé (EMMUS IV), le taux de mortalité maternelle est passé de 523 à 630 pour 100000 naissances vivantes pour la période de 2001 à 2006. Cette situation est inquiétante voire inacceptable dans un contexte où les techniques de prise en charge pour arriver à bout de ce fléau sont connues. Le taux de mortalité infantile qui était de 81 pour 1000 naissances vivantes a enregistré une baisse sensible ces dernières années pour se situer autour de 57 pour 1000, mais demeure le taux le plus élevé des Caraïbes et de l’Amérique Latine. Les causes de la mortalité des enfants sont principalement les diarrhées, les infections respiratoires aiguës et la malnutrition. Les dernières enquêtes sur le VIH-SIDA ont montré que 3% des Haïtiens sont infectés par le virus du SIDA, qui reste la première cause de mortalité parmi les maladies infectieuses en Haïti. L’incidence de nouveaux cas pulmonaires à microscopie positive est de 180 pour 100.000 ce qui place Haïti au huitième rang des pays du monde avec l’incidence de tuberculose la plus élevée. Les maladies non transmissibles jouent aussi un rôle important dans la dégradation de l’état de santé de la population. Parmi ces maladies, on peut citer le diabète, les maladies cardiovasculaires, les tumeurs etc.… En ce qui a trait au diabète, son taux de prévalence varie de 2 à 8%. Les maladies cardiovasculaires sont très présentes chez la population haïtienne. Selon une enquête réalisée à l’Hôpital de l’Université d’Etat d’Haïti, le taux de prévalence chez les admissions se situe à 40%. Quant aux tumeurs, le nombre de personnes atteintes est en hausse. Une étude rétrospective réalisée auprès d’une institution hospitalière du pays a montré que sur 20.000 spécimens examinés 21% d’entre eux relevaient d’une pathologie tumorale. Le Paquet de Minimum de service (PMS) est mis en place pour offrir des soins de qualité à la population selon le niveau de complexité institutionnelle, mais l’accès est encore limité pour des raisons d’ordre géographique, économique, culturel et social.

L’OBJECTIF GLOBAL DU SECTEUR
Promouvoir un système de santé moderne et largement accessible aux groupes vulnérables.

DESCRIPTION DE LA SITUATION ATTENDUE
Dans un souci de généraliser la prestation des services dans tous les établissements de santé, le PMS est évalué et révisé à la hausse permettant ainsi d’avoir plus de personnel compétent et un plateau technique plus standardisé. L’Etat doit étendre les soins de santé à toutes les catégories de patients, élaborer et mettre en place une politique de protection sociale dans le pays particulièrement dans les communes les plus pauvres du territoire national. De plus, l’Etat à travers le MSPP s’engage à concevoir une politique de sécurité sociale pour les personnes non

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

65

couvertes et qui représentent environ 40% de la population, en améliorant l’offre de soins et en garantissant l’accès sur une base équitable.

LES INDICATEURS DE PERFORMANCE
Parmi ceux retenus par le secteur, il convient de mentionner : le taux de mortalité maternelle;- Taux de mortalité infanto-juvénile, le taux de mortalité infantile /taux de prévalence du VIH parmi les femmes enceintes âgées de 15-24 ans, pourcentage de femmes infectées par le VIH-SIDA, le taux de couverture vaccinale des maladies cibles du PEV, le pourcentage d’accouchements assistés par du personnel de Santé qualifié, le pourcentage de la population au stade avancé du VIH-SIDA sous traitements antirétroviraux, le nombre d’Unités Communales de Santé disposant du Paquet Minimum de Services, le coût moyen des prestations de Santé, le pourcentage de cas de tuberculose détectés et soignés, l’Indice d’accès aux services primaires de santé, le pourcentage d’établissements sanitaires et de structures administratives du MSPP dotés de personnels formés et qualifiés et disposant d’un plateau technique standard pour la fourniture des services de Santé.

BILAN SUCCINT DES REALISATIONS
Dans le cadre du renforcement des capacités institutionnelles du secteur Santé, le MSPP a entrepris plusieurs activités portant notamment sur : La formation à travers tout le pays de: 52 étudiants en service social; de 357 clubs de mères et de pères, de 530 matrones dans les institutions de santé ; des séances éducatives sur les signes de complication au niveau de 149 institutions ; la sensibilisation systématique des femmes accouchées en milieu hospitalier et dans les maternités sur l’importance de la visite post natale ; formation 213 personnels (médecins, infirmières, techniciens de laboratoire, auxiliaires, agents de santé sur la prise en charge de la malaria (n-ouest) ; formation de 15 techniciens de labo en Dx microscopique de la malaria (Sud) ; approvisionnement de 99 institutions en guide d’éducation sur la malaria (Sud); approvisionnement de 43 institutions en microscopes, intrants de labo, médicaments pour la TB (Sud). Le Système d’information sanitaire a permis la mise à jour de la liste des institutions sanitaires du pays; préparation des statistiques sanitaires 2007, 2008, 2009 ; relance des travaux des souscomités du SIS (Ressources financières, Statistiques de Services, Médicaments et intrants) ; approvisionnement de 7 Directions Sanitaires en outils de collecte de données du programme VIH/SIDA (Artibonite, Nord, Nord est, Nord Ouest, Nippes, Sud, Ouest) ; vulgarisation du Rapport de cartographie des interventions de Communication pour le Changement de Comportement et Mobilisation Communautaire (CCC/MC) ; réunion de suivi avec les équipe METH, LNSP et PNLS pour la standardisation des outils de supervision. Sur le plan des infrastructures sanitaires. Le MSPP a entrepris au cours de la période la mise en place des infrastructures sanitaires à travers tout le pays. Réhabilitation : Dans le cadre du Programme d’urgence du Gouvernement, 33 dispensaires et centres de santé ont été réhabilités dans cinq départements du pays. Le MSPP a entrepris dans l’Artibonite : la réhabilitation/l’extension et la modernisation du service de médecine interne des hôpitaux ; la construction des services de pédiatrie, de médecine interne et de chirurgie du

66

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

CMCC (Centre Médical Charles Colimon de Petite Rivière de l’Artibonite; la réparation et extension du Dispensaire de BAHON (Nord) ; l’aménagement du Centre public de Limonade (Nord) ; l’aménagement du Service d’Orthopédie de l’HUJ (Nord) et la restructuration des Archives de l’HUJ ; la réhabilitation Laboratoire Hôpital de Jérémie (G-anse) ; la réhabilitation du service de dialyse et de médecine interne de l’hôpital justinien du Cap (Nord) ; la réhabilitation de l’hôpital de Trou du Nord (75%) (Nord) ; la réhabilitation du centre de santé de Boucan Carré (centre) ; le renforcement de l’Hôpital Sainte Croix de Léogane ; la réhabilitation du Dispensaire de Beaudin à Petit Goâve ; la mise en place d’un Centre de réhabilitation et atelier de fabrication de prothèses à Milôt ; la rénovation de l’Hôpital de la Grande-Rivière du Nord et capacitation du centre en Hôpital de référence ; la rénovation du Centre de Santé de Dondon (clôture, réparation bâtiment, équipement...). Construction : Travaux additionnels : construction/rénovation structures Maternité Isaie Jeanty (MIJ) (Ouest); construction/réhabilitation Hôpital de Grand Goâve (Ouest); construction Dermatologie/Urologie HUEH (Ouest); construction d’un bloc administratif au centre médical de Petite Rivière de l’Artibonite ; construction du centre de santé de Plaine de l’Arbre ; construction du centre de santé de Passerenne/Ennery ; construction du dispensaire de Grand Vincent (Appui MDM) (G-Anse) ; reconstruction du Centre de santé de Saint-Raphaël en hôpital de référence ; construction d’un HCR à Saint Louis du Nord(N-Ouest) ; construction d’un Hôpital Communautaire de Référence (HCR) à Bassin Bleu (N-Ouest) ; construction d’un Centre de Santé à Gressier (Ouest) ; construction d’un Hôpital pour maladies respiratoires Sigueneau (ouest) ; construction de 3 centres de santé dans le sud ; construction de 12 centres de santé dans l’Artibonite ; construction et/ou réhabilitation de 21 blocs sanitaires dans les différentes communes du département du nord ; construction d’un incinérateur à Saint Marc et d’un incinérateur aux Gonaïves ; construction d’un centre de santé à Caracol, et à Grand bassin (sect. Com. de Terrier Rouge/N-E). Le MSPP a poursuivi la construction des Centres de diagnostic intégral CDI à la Grande rivière du Nord , à l’Anse à Veau (Nippes) et à Trou du Nord. Relativement à la réhabilitation d’hôpitaux spécialisés, le MSPP a procédé à la Réhabilitation du Sanatorium des Cayes et la réhabilitation d’une Clinique prénatale aux Cayes ; Sur le plan du renforcement des structures communales de Santé( UCS) Le projet MSPP/BID a permis le développement de 6 UCS fonctionnelles à travers le pays. Entre temps, le concept a évolué pour faire place aux Unités d’Arrondissement de Santé. Les UCS fonctionnent, notamment dans l’Artibonite. Sur le plan du Renforcement de la prise en charge des maladies prioritaires (Tuberculose, Malaria, VIH/SIDA, Filariose…). Les actions menées ont consisté en : distribution de masse de médicament contre la filariose lymphatique et les parasitoses intestinales et de moustiquaires imprégnés (plus de 8.000 dans le Nord, le Nord-Ouest….) de protocoles de prise en charge de la malaria ; de matériels d’IEC et d’algorithme de prise en charge dans les institutions de santé ; traitement de gites larvaires, ; formation de médecins et d’infirmières (35), de techniciens de laboratoire (50), d’auxiliaires (75) et d’agents de santé. Prise en charge de VIH/SIDA et des IST. Les principaux acquis sont : offre de traitement pour la PTME à 35% des femmes enceintes testées séropositives ainsi qu’à leur nouveau né ; réalisa-

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

67

tion de tests de dépistage chez 30% des enfants nés de mères séropositives suivant les normes de prise en charge dans des institutions de santé ; approvisionnement régulier de 4 institutions en intrants et médicaments pour la PTME ; offre de Soins palliatifs à 85% des PVVIH et de traitement aux ARVs aux patients dans 5 institutions ; prise en charge psychosociale à 55% des PVVIH fréquentant les sites CDV (counseling, appui psychologique, post test club) au niveau des 5 institutions. Sur le plan de la réduction du taux de mortalité materno-infantile. Approvisionnement régulier de 80% des institutions en médicaments, matériels et intrants pour la prise en charge des cas de diarrhée compliqués ; pesée systématique des enfants de moins d’un an au niveau de 20 institutions et des cliniques mobiles ; pesée systématique des enfants 1-4 ans au niveau de 25 institutions et des cliniques mobiles ;séances de vaccination au quotidien des enfants de moins d’un an au BCG, Polio, VAR, DTP dans 80% des institutions de santé ; approvisionnement mensuel en vaccins et intrants de 100% des institutions faisant la vaccination. Sur le plan de la prévalence contraceptive. Le MSPP a mis en place 61 postes de distribution des produits contraceptifs autour des institutions de santé dans le Nord ; de plus, il a réalisé 9 cliniques mobiles par trimestre pour offrir les méthodes de longue durée.

68

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

III.2.3-EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT
LA SITUATION DE REFERENCE
Haïti fait face à des défis considérables dans le secteur de l’eau potable et de l’assainissement. Notamment l’accès est très bas, sa qualité est douteuse et les institutions publiques restent très faibles malgré l’aide externe et la volonté déclarée du gouvernement de renforcer les institutions du secteur. Les organisations non gouvernementales jouent un rôle important dans le secteur, surtout en milieu rural et dans les quartiers défavorisés. Dans les zones rurales agglomérées, les systèmes en réseau sont souvent dans un état de délabrement avancé: ou ils ne fournissent pas d’eau du tout ou ils approvisionnent en eau uniquement ceux qui habitent près de la source, et ceux qui sont situés à la fin de la ligne n’ont pas de service. Dans presque toutes les zones urbaines l’approvisionnement en eau potable en réseau est irrégulier. Il y a peu de données fiables sur la qualité de l’eau.

L’OBJECTIF GENERAL DU SECTEUR
Cet objectif vise l’amélioration et l’accès aux services d’hygiène, d’assainissement et d’approvisionnement en eau potable.

LA SITUATION ATTENDUE
La situation attendue de la mise en œuvre des actions prioritaires retenues dans le domaine de l’eau potable et de l’assainissement peut être résumée comme suit : amélioration de l’accès aux services primaires d’assainissement ; amélioration de la qualité de l’eau ; augmentation du taux de couverture d’approvisionnement en eau potable et en assainissement dans les zones urbaines et rurales.

LES INDICATEURS DE PERFORMANCE
Les indicateurs retenus par le secteur sont les suivants : indices d’accès à l’eau courante ; indices d’accès aux services primaires d’assainissement ; taux de raccordement au réseau d’eau en milieu rural ; proportion de la population ayant accès à une source d’eau potable ; taux de la population ayant accès à des ouvrages d’assainissement adéquats.

BILAN SUCCINT DES REALISATIONS
Des actions de Réhabilitation, de renforcement et de construction des infrastructures d’eau et d’assainissement en milieu rural et urbain ont été entreprises, notamment : Création de la Direction Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement (DINEPA) ; réseaux d’eau potable et d’infrastructures pilotes d’assainissement de Limonade et de Trou du Nord en cours de construction ; réhabilitation SAEP du Cap-Haitien, de Fort St. Michel et de Petite Anse réalisée à 88% et de la ville des Cayes à 100%. Interventions d’urgence sur le réseau de distribution, suite au

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

69

passage du cyclone Hanna, à L’Estère, Desdunes, St. Michel de l’Attalaye, à Port-de Paix et communes avoisinantes. Drainage des eaux de ruissellement : traitement de gites larvaires au niveau des communes (DSNO) ; drainage de canaux et remblayage des marres d’eau (nord) ; disponibilité d’intrants pour le traitement de l’eau ; disponibilité de matériels et d’équipements d’assainissement ;

70

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

III.3-PILIER 3 : GOUVERNANCE DEMOCRATIQUE
La Stratégie nationale de croissance et de réduction de la pauvreté implique plusieurs formes de gouvernance, notamment politique, économique, sociale, culturelle, environnementale. Compte tenu de la situation actuelle dans le pays, le DSNCRP en matière de gouvernance, donne la priorité à l’établissement d’un Etat de droit, plus particulièrement à la Justice et à la Sécurité. La mise en place d’un ordre juridique équitable, d’un système judiciaire fonctionnel et d’un climat général de sécurité sont des conditions essentielles pour la croissance et la réduction de la pauvreté. La Gouvernance démocratique prend en compte les domaines suivants : • Justice • Sécurité • Gouvernance de proximité

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

71

III.3.1-JUSTICE ET SECURITE
LA SITUATION DE REFERENCE
La situation du secteur Justice et de la sécurité publique est caractérisée notamment par : le dysfonctionnement de la chaine pénale ; une surpopulation carcérale, résultante du taux élevé de détention préventive prolongée et du dysfonctionnement des tribunaux ; la vétusté et l’inadéquation de la majorité des bâtiments logeant les tribunaux, les parquets, les commissariats de police, les centres pénitenciers ainsi que le bâtiment logeant l’administration centrale du Ministère ; l’insuffisance de ressources humaines qualifiées notamment de cadres au niveau de la PNH et de la magistrature ; l’inadéquation de la plupart des textes de loi, particulièrement du Code d’Instruction Criminelle, à un moment où les techniques modernes de communication font reculer les frontières.

L’OBJECTIF GENERAL DU SECTEUR
Assurer un environnement favorable au développement rapide et durable à travers une justice accessible, crédible, efficace, compétente et un état civil permettant à chaque citoyen de posséder une identité personnelle propre lui assurant une identité juridique.

LA SITUATION ATTENDUE
Le secteur mise sur un certain nombre d’acquis dont : le renforcement des capacités managériales du MJSP incluant l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique rationnelle de sécurité publique et de lutte contre le crime organisé ; la mise à niveau de la législation nationale en matière de droit civil et de législation pénale ; l’amélioration de l’environnement judiciaire pour une meilleure accessibilité à la justice ; la réouverture et le renforcement de l’école de la Magistrature ; la sensibilisation de la population sur le fonctionnement de la Justice ; l’amélioration sensible de la détention préventive prolongée ; le renforcement de la chaîne pénale haïtienne (renforcement des connaissances) ; la rénovation et la modernisation du système d’enregistrement de transcription d’actes d’état civil ; le renforcement de la Police Nationale d’Haïti ; la réhabilitation et la construction de centres carcéraux ; l’amélioration des conditions d’accès à la justice.

INDICATEURS DE PERFORMANCE
Les principaux indicateurs de performance retenus par le secteur sont les suivants : Nombre de dossiers traités par le système judiciaire dans son ensemble ; Amélioration de la fourniture des services publics de Justice et de Sécurité Publique ; Amélioration du fonctionnement des Cours et tribunaux ; Institution du système de gestion de l’état Civil ; Taux de couverture en poste de police de proximité ; Taux de criminalité, Ratio police/population ; Taux de couverture en centres de détention ; Durée moyenne de détention préventive ; Nombre de procès tenus ; Délai des jugements ; Juridictions de paix installées et fonctionnelles ; Nombre de séances tenues par les juges itinérants

72

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

BILAN SUCCINT DES REALISATIONS
Le Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique (MJSP), a réalisé au cours des années 2006 à 2010, différentes activités en conformité aux grandes orientations du Document de Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (DSNCRP). Sur le plan de la restructuration et de la réorganisation du MJSP : La loi créant le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire est élaborée et publiée ; la loi sur le statut des magistrats est élaborée et publiée; la loi créant l’Ecole de la Magistrature est élaborée et publiée ; Mise en place d’un système favorisant l’accès à l’information juridique : Le réseau internet du MJSP est installé ; Le site web du Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique est créé ; Mise en place d’un bureau de base de données au Ministère ; Formation du personnel administratif du Ministère Sur le plan de renforcement du pouvoir Judiciaire : Consolidation de la magistrature : Inauguration du Complexe judiciaire (Tribunal de Première instance, Cour d’Appel, Cour de Cassation) Sur le plan de l’accès aux tribunaux et de leur efficacité : Extension graduelle de la justice sur l’ensemble du territoire en favorisant l’accès à la justice : Quatre (4) tribunaux de Première Instance sont réhabilités (St Marc, Grande-Rivière du Nord, Port-de-Paix et Fort-Liberté) ; Quatre (4) complexes de justice (tribunaux de paix et offices d’état civil intégrés) sont construits (St Marc, Delmas, Marchand Dessalines, Cayes); Construction de 5 tribunaux de paix et 5 Offices de l’Etat Civil (Trou du Nord, Hinche, Mirebalais, Limonade, Marbial). Etablissement d’une « chaîne pénale » fonctionnelle et d’une articulation des composantes Justice /Police : Formation Continue de 170 Juges de paix à l’école de la Magistrature (EMA). Sur le plan de l’Amélioration des conditions carcérales et des mécanismes de gestion pénitentiaire : Construction et Réhabilitation des infrastructures physiques : Construction de 2 prisons (Hinche (1ere phase), St. Marc (achevée) ; Réhabilitation de 3 prisons : Port-de-Paix, Delmas 33 et Pénitencier National (100% réalisation) Sur le plan de la lutte contre l’insécurité galopante par des actions hardies : Augmentation de la présence policière sur le territoire national et amélioration des prestations : Lancement du projet de construction de l’Académie de Police à Ganthier ; Lancement du projet de modernisation des garages (Base navale Amiral Killick, MJSP, PNH) ; Inauguration du commissariat de Trou du Nord, de la Direction départementale du Nord-est ; Réhabilitation du Commissariat de Marigot et du Commissariat de Police de Fort-Liberté ; Dynamisation de la Chaine pénale Sur le plan de l’amélioration de l’image de la Police Nationale : Dotation de la Police Nationale d’infrastructures et d’équipements modernes : Nouveaux équipements et nouvelles infrastructures mises à la disposition de la Police ; Recrutement de nouveaux policiers : policiers recrutés sur la période ; Amélioration des statuts et des conditions de vie et de travail des policiers : véhicules disponibles pour le transport des policiers / Centres hospitaliers pour les policiers spécialisés; Assainissement de la Police et lutte contre la corruption interne et la prévarication : Réduction de 70% de cas de corruption interne et de prévarication ; Utilisation de nouvelles stratégies contre le trafic illicite et le blanchiment d’argent : Renforcement du cadre légal et normatif / Blanchiment des avoirs ; Dynamisation des procédures légales (Jugements – condamnations – saisies et confiscation de biens.

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

73

SECURITE PUBLIQUE
Dans le cadre de la politique générale du gouvernement, axée sur le rétablissement de l’ordre public et de l’affirmation de l’autorité de l’Etat, le gouvernement a fait de la politique de sécurité publique l’une de ses plus grandes priorités. Il s’est donc fixé pour objectif principal de renforcer les capacités de mobilisation et d’intervention de la Police Nationale. Par rapport à cet objectif, on a pu constater : Une baisse spectaculaire du kidnapping ; la pacification totale des zones traitées par une certaine presse, de « zones de non droit » ; la reprise des activités nocturnes ; la revitalisation du centre commercial métropolitain ; l’arrestation de plusieurs chefs de gangs notoirement connus et le démantèlement de plusieurs gangs armés. Les réalisations concernent également : le maintien d’une plus grande présence policière sur le terrain ; l’établissement d’une police de proximité ; l’élaboration de nouvelles stratégies de lutte contre le trafic de stupéfiants ; la mise en place d’un système de réponse rapide aux requêtes du public. Par ailleurs au niveau structurel, l’institution s’est dotée de deux nouvelles Unités : le Corps des Brigades d’Intervention Motorisées, chargé de remplir le rôle de Police de proximité et d’intervenir dans les zones d’accès difficiles de la périphérie de Port-au-Prince et le Centre d’Opérations Stratégiques, chargé d’orienter tactiquement l’action des unités de terrain dans les villes, à travers des indications cartographiques. Au niveau infrastructurel, plusieurs commissariats d’arrondissements et de communes ont été réhabilités, dont 14 dans le seul département du Sud et d’autres projets de construction sont en cours. Au niveau opérationnel, les unités disposent d’une plus grande capacité d’intervention, grâce à l’obtention de plusieurs matériels roulants et de communication et aussi parce disposant d’un plus grand effectif avec le déploiement de trois nouvelles promotions.

74

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

III.3.2-GOUVERNANCE DE PROXIMITE
LA SITUATION DE REFERENCE
Haïti a fait l’expérience d’une forte concentration administrative. Cette pratique est notée parmi les causes de l’asphyxie et de l’effritement du pays. La Constitution de 1987 a opté pour la DÉCENTRALISATION comme voie stratégique de Développement pour pallier à cet état de chose et garantir la participation de la population à l’édification d’un nouvel État. Toutefois, en dépit de la pertinence du prescrit constitutionnel, deux décennies plus tard, le pays est encore à la case de départ en matière de décentralisation. Les organes des Collectivités Territoriales, pour la plupart, ne sont pas encore implantés ainsi qu’un certain nombre d’institutions importantes. Alors que l’accomplissement de la majorité des missions du MICT est fortement lié aux collectivités. En bref, la situation actuelle de ce secteur est caractérisée par : l’absence de données fiables sur les collectivités territoriales (CT), l’incapacité des municipalités, par manque de compétence dans le domaine, à préparer les plans communaux de développement ; un manque d’hôtels de ville affectant énormément l’image et la capacité de négociation des élus municipaux et même les services offerts à la collectivité. L’absence, dans certaines villes du pays, de marchés publics. Les marchands sont livrés dans les rues et étalent leurs produits n’importe comment à même les trottoirs ; un manque de ressources financières au niveau des collectivités territoriales ; la vulnérabilité de certaines zones du pays face aux cataclysmes (les cyclones notamment) et les moyens de lutte sont très précaires ; une très forte inégalité entre les régions du pays dans tous les domaines.

L’OBJECTIF GENERAL DU SECTEUR
Rapprocher le Gouvernement des citoyens par le biais de la déconcentration et de la décentralisation

LA SITUATION ATTENDUE
Les améliorations souhaitées sont les suivantes : Amélioration de la productivité des cadres ; Disponibilité des données fiables de tout type sur les 10 départements, les 140 communes et les 570 sections communales; Habilité des élus locaux dans la préparation et l’exécution des plans de développement locaux, de comprendre les missions qui leur sont conférées par une gestion saine, performante et moderne en vue de répondre aux besoins de leur communauté ; Disponibilité d’un cadre de travail agréable pour les élus locaux à partir des nouveaux hôtels de ville et bâtiments administratifs; Cadre agréable et mieux approprié aux échanges commerciaux principalement dans les zones frontalières; Désenclavement des sections communales en vue de contribuer à la réduction de la pauvreté et l’inégalité ; Estimation du potentiel fiscal des communes et augmentation du niveau des recettes communales ; Autonomie financière des communes; réduction de la vulnérabilité du pays face aux catastrophes naturelles ; meilleure gestion des communes et amélioration des conditions de vie de la population

INDICATEURS DE PERFORMANCE
Quantité et qualité de services publics fournis par les collectivités locales ; Nombre d’élus locaux formés et encadrés ; % de communes dont les données sont collectées ; Accès de la population locale aux marchés publics ; Recettes des collectivités territoriales en % des recettes totales.

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

75

BILAN SUCCINT DES REALISATIONS
Ces réalisations s’articulent autour de 3 grands axes qui sont : le renforcement des structures du ministère ; le renforcement des collectivités territoriales haïtiennes et l’amélioration de la gestion des migrations ; Sur le plan du renforcement des capacités d’intervention du MICT : Les principales actions entreprises par le Ministère peuvent se résumer comme suit : Renforcement de la capacité d’analyse du MICT : de nouvelles directions ont été créées comme La Direction des Etudes, de Planification et de Suivi qui a remplacé l’ancienne Unité de Planification. La Direction des Affaires Politiques est devenue Direction des Affaires Politiques et des Droits de l’Homme. Parallèlement, toutes les directions et services du Ministère se sont renforcés tant en personnel qu’en ressources financières et matérielles. Réorganisation des Directions déconcentrées du MICT : La Direction des Collectivités Territoriales a été restructurée notamment en termes de révision de ses fonctions, de processus de dotation en ressources humaines et des attributions de son personnel ; lLa Direction de l’Immigration et de l’Emigration (DIE) bénéficie, depuis plus de deux ans, d’un support à la fois technique et formatif de l’OIM offert notamment aux officiers et superviseurs affectés aux postes frontaliers. Plusieurs programmes sont en cours pour l’amélioration de la gestion du système des migrations dont les plus importants sont les suivants : Programme de formation des agents d’immigration. Les entrées et sorties sont mieux contrôlées au niveau de la frontière haïtiano-dominicaine à la suite des diverses formations qui ont été dispensées aux agents de cette direction. Déconcentration des services d’émission de passeports. Pour faire face à l’afflux croissant des demandes de passeports auprès de la Direction de l’Immigration et de l’Emigration (au moins 1 200 par jour), le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales a ouvert un centre de suivi de demande et de production de passeports au Cap-Haïtien ainsi qu’un centre de demande de passeports aux Cayes. Parallèlement, pour alléger la pression sur le Bureau central de Lalue, le Ministère a aussi ouvert un centre de demande et de livraison de passeports à Port-au-Prince. L’Office de surveillance du Morne L’Hôpital (OSAMH) a réalisé un ensemble d’interventions qui peuvent se résumer comme suit : construction de seuils en pierres sèches dans une dizaine de ravines ; construction de seuils en sacs remplis de terre, soit 56 000 sacs ; établissement de haies vives sur les versants des ravines, soit 128 000 mètres linéaires ; construction de bassins de rétention d’une capacité de 3 250 m3 ; mise en terre de 234 000 plantules d’essences forestières ; plantation de 328 000 graines d’abricots dont plus de 250 000 actuellement au stade de jeunes plantules ; plantation de 52 000 pousses de bambou et de plus de 830 000 boutures d’herbe à éléphant dans le cadre des travaux de stabilisation des ravines ; formation de 720 agriculteurs en techniques d’agriculture de conservation. Tous ces travaux ont permis de récupérer plus de 450 hectares de terre rongés par l’érosion. Parallèlement, le problème de la bidonvilisation du Morne L’Hôpital s’est trouvé aggravé à la suite des cataclysmes que connaît le pays, notamment le séisme du 12 janvier 2010. Sur le plan du renforcement des Collectivités Territoriales : On peut retenir les principales actions réalisations qui suivent : Amélioration de la gouvernance locale : La gestion financière et comptable s’est améliorée grâce à la création d’un corps de 50 contrôleurs financiers territoriaux, l’acquisition de matériel et d’équipements de bureautique, l’organisation d’ateliers de préparation des budgets communaux à l’échelon national, la programmation du Fonds de gestion et de Développement des Collectivités Territoriales (le FGDCT) dont les recettes ont légèrement augmenté passant de 1 003 361 440 gourdes en 2007-2008 à 1 164 984 051 gourdes en 2009-2010.

76

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

III.4- POLITIQUES ET STRATEGIES SPECIFIQUES ET TRANSVERSALES
Elles viennent en support aux trois piliers • Sécurité alimentaire • Egalité des sexes • Environnement • Protection sociale • Culture et communication • Développement urbain • Aménagement du territoire • Risques et désastres • Renforcement des capacités • Cadre géneral d’appui au secteur privé

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

77

III.4.1- SECURITE ALIMENTAIRE
LA SITUATION DE REFERENCE
Dans le contexte des années 2000, l’insécurité alimentaire des ménages prend la forme d’une « pauvreté extrême » croissante associée à une vulnérabilité structurelle : les 2 tendances s’aggravant même brutalement sous l’effet de chocs exogènes. Face à un tel contexte difficile et complexe, les ménages ont développé des stratégies de survie qui sont restées largement inefficaces. D’après les 4 séries d’enquêtes nationales réalisées sur la pauvreté, la pauvreté massive est estimée en moyenne à 70% ; elle est à prédominance en milieu rural. La baisse constante du PIB pourrait expliquer la détérioration globale du niveau de vie. De façon plus profonde, il faut signaler l’irrégularité et le niveau nettement insuffisant des revenus associés à une répartition très inégale. Ces revenus faibles et aléatoires sont fortement affectés par le renchérissement des biens alimentaires. L’insécurité alimentaire des ménages est due également pour une bonne part à la faible capacité de réponse de ces derniers face aux risques et plus généralement à l’adversité en raison de la limitation de leurs ressources et de leur aptitude limitée à les utiliser. Le système d’inspection concernant la production, la transformation, l’entreposage et la distribution des aliments est considéré comme non fonctionnel. Cette situation rend structurellement vulnérable une grande majorité des ménages, particulièrement les familles nombreuses, les ruraux pris globalement, les populations des zones périurbaines. D’une façon générale, les pauvres développent des stratégies de survie non soutenables ayant des impacts négatifs sur la sécurité alimentaire et sur l’environnement, compromettant ainsi le présent et l’avenir.

L’OBJECTIF GENERAL
Améliorer l’intégration et la coordination des politiques alimentaires et des stratégies permettant la réalisation du droit humain à l’alimentation.

LA SITUATION ATTENDUE
Des interventions envisagées on s’attend à une amélioration de la sécurité alimentaire des ménages. Cette amélioration est tributaire de l’amélioration des activités d’autres secteurs. En ce sens, sont indispensable :1) la relance de production agricole soutenue par des programmes d’investissement dans les infrastructures pour contribuer au développement de l’emploi rural et urbain, créer des conditions favorables à la production et améliorer ainsi l’accès aux aliments d’un nombre important de ménages en agissant à la fois sur la production et le revenu ; 2) une politique d’appui à la production locale correctement articulée ; les instances impliquées devront agir en synergie pour créer un environnement économique incitatif pour les producteurs agricoles et les agents économiques en général.

INDICATEURS DE PERFORMANCE
Production per capita en hausse; Niveau d’emploi agricole augmenté, revenus créés ; Niveau de vie amélioré ; De meilleures réponses aux urgences alimentaires après catastrophes ; Système

78

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

de contrôle de Sanitation et de l’innocuité des aliments renforcé

BILAN SUCCINCT DES REALISATIONS
Les actions prioritaires qui avaient été retenues dans le cadre de la mise en œuvre du DSNCRP concernaient spécifiquement : le renforcement du système de suivi et de coordination des interventions relatives à la sécurité alimentaire des individus et des ménages et le renforcement des capacités locales de planification concertée, d’opérationnalisation, d’évaluation de programmes et projets de sécurité alimentaire (observatoires décentralisés de sécurité alimentaire). Les réalisations ont consisté en : l’élaboration de la Loi cadre et sa soumission au parlement pour ratification ; la création de 6 observatoires nationaux lesquels sont fonctionnels à travers le pays ; l’élaboration du Plan national de sécurité alimentaire qui est en attente d’être validé par le Ministère de l’Agriculture.

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

79

III.4.2-EGALITE DES SEXES
LA SITUATION ACTUELLE
Le dernier recensement de 2003 estime que la population haïtienne se compose de 51.8% de femmes. En dépit des manques relatifs aux données sexo-spécifiques, les chiffres disponibles présentent des traits discriminatoires de la condition des femmes en Haïti. Sur le plan économique, une sousestimation et sous valorisation du travail des femmes ; un accès inégal aux biens et aux ressources, une responsabilité inéquitable des charges sociales, et un pouvoir économique réduit malgré un apport substantiel à l’économie. Au niveau de l’éducation, un taux d’accès et de maintien scolaire déséquilibré entre filles et garçons ; des opportunités inégales de formation technique et professionnelle ; un curriculum reproduisant les schémas stéréotypés ; une formation reproduisant la ségrégation du marché du travail et des inégalités d’opportunités et de chances. Au niveau de la santé, un manque de sensibilisation et d’information des femmes sur leurs droits en la matière; une absence de politique et de moyens pour contrecarrer la violence à l’égard des femmes

L’OBJECTIF GENERAL
Assurer le respect des droits des femmes et l’application du Gender Mainstreaming dans les Politiques Publiques

LA SITUATION ATTENDUE
L’image de la situation attendue est projetée ainsi :la politique d’égalité des sexes mise en place et appliquée ;les capacités institutionnelles et organisationnelles du secteur Genre renforcées ; la situation des femmes améliorée ; les droits des femmes renforcés ; l’éducation et le droit à la santé des femmes et des filles pris en compte ; les procédures judiciaires et légales en regard des droits des femmes et de l’égalité entre les sexes reformées ; les décideurs-ses et les populations sensibilisés et éduqués sur les discriminations et le sexisme

INDICATEURS DE PERFORMANCE
Représentation des femmes aux différentes instances (niveaux électifs et nominatifs) au moins à 30% ; Réduction de la vulnérabilité des femmes ; Amélioration générale de la situation des Femmes.

BILAN SUCCINCT DES REALISATIONS
Dans le cadre des initiatives visant à l’amélioration de la situation des femmes : deux cents (200) machines à coudre ont été distribuées aux femmes des organisations de femmes à Marmelade, Ennery, Desdunes, St Michel, St louis du Sud, Maniche, Camp-Pérrin, Môle St Nicolas et les Abricots ; des chèvres et boucs améliorés ont été distribués à 320 femmes dans les départements du Nord, de l’Artibonite et du Sud ; des appuis économiques ont été apportés à des femmes monoparentales et des bourses d’études ont été accordées à des filles en difficulté ; dix maisons sont en construction par la mairie des Abricots en faveur de femmes en situation difficile ; un centre d’hébergement a été créé offrant des services d’accueil aux femmes victimes de violences. Ce centre héberge entre 20 à 25 femmes par semaine.

80

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

III.4.3.-ENVIRONNEMENT
LA SITUATION DE REFERENCE
Haïti, selon sa position géographique, sa morphologie et l’état de sa couverture végétale s’expose à un haut risque écologique. Cette situation s’aggrave, vue l’importance des menaces face à l’absence du système d’alerte et des ouvrages de protection de la population, des infrastructures anthropiques et des ressources naturelles. Cet état de fait est fortement lié à la crise des petites exploitations agricoles, l’explosion démographique, l’urbanisation anarchique, la forte pression sur les ressources naturelles et la déficience du cadre juridique et institutionnel.

L’OBJECTIF GENERAL
Améliorer la gestion de l’environnement en vue de contribuer à la croissance durable tout en assurant la sécurité économique et sociale des pauvres et la sécurité des écosystèmes qui supportent la vie.

LA SITUATION ATTENDUE
La description de la situation attendue a été faite ainsi : bassins versants aménagés ; fonctionnement normal des hydro systèmes ; Observatoire National de l’Environnement et de la vulnérabilité opérationnel ; Cadre de vie amélioré.

INDICATEURS DE PERFORMANCE
Nombre de campagnes de sensibilisations aux problèmes environnementaux, aux risques et aux désastres naturels; Pourcentage de ménages disposant de réchauds améliorés; Emission de dioxyde de carbone par habitant; Gestion rationnelle des déchets ; Contrôle de la qualité de l’air; Rétention de la terre arable ; La qualité de l’environnement s’améliore et supporte la croissance économique et la réduction de la pauvreté.

BILAN SUCCINCT DES REALISATIONS
Au cours de la période de mise en œuvre du DSNCRP, les réalisations du Ministère de l’Environnement ont été présentées comme suit : réalisation de campagnes de sensibilisation aux problèmes environnementaux, aux risques et aux désastres naturels ; la mise à la disposition de ménages de réchauds améliorés, dans le but de diminuer la pression sur les ressources ligneuses ; la consolidation de Directions Départementales de l’Environnement ; la mise en place d’Unités Communales de Gestion de l’Environnement ; la promotion de forêts énergétiques de séquestration de carbone.

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

81

III.4.4- PROTECTION SOCIALE
LA SITUATION DE REFERENCE
Le pays présente un déficit important en services sociaux de base : éducation, eau potable, assainissement, formation, accès au crédit. Les groupes vulnérables, notamment les handicapés sont souvent victimes d’actes discriminatoires de la société et n’arrivent pas à réaliser leur plein épanouissement. Cette discrimination consciente ou inconsciente empêche l’individu de fonctionner de manière efficace dans la vie quotidienne. La pauvreté qui sévit dans le pays menace l’existence même des groupes et des réseaux sociaux. Certains tentent des périples en mer pour rejoindre les côtes voisines, espérant y trouver les moyens pour garantir leur propre survie et celle de leurs proches restés au pays. Ces flux migratoires débouchent sur des refoulements et des rapatriements massifs. La lutte pour la survie devient centrale dans l’action sociale au détriment des objectifs humains et moraux. La précarité crée donc un déséquilibre tant au niveau de la société en général qu’à celui de la psychologie individuelle. L’haïtien vit dans la peur constante du lendemain. Dès lors, chacun tente par tous les moyens à se mettre à l’abri des besoins.

L’OBJECTIF GENERAL
Réduire l’exclusion et renforcer la protection sociale

LA SITUATION ATTENDUE
La situation attendue a été décrite comme suit : renforcement du marché du travail à travers la refonte du code du travail et l’instauration d’un programme d’emplois axé sur l’économie solidaire, l’appui à des petits métiers et la redynamisation du secteur artisanal ; prise en charge des groupes vulnérables et particulièrement les personnes à besoins spécifiques; création d’emplois et amélioration du niveau de vie des groupes vulnérables ; groupes du 3ème âge supportés et encadrés ; Enfants et jeunes en situation difficile encadrés ; reconstruction et consolidation du tissu social marqué par la désagrégation.

INDICATEURS DE PERFORMANCE
Nombre de personnes âgées et à besoins spécifiques supportées ; taux de réinsertion des jeunes dans la vie sociale ; nombre de centres d’accueil créés en faveur des personnes à besoins spécifiques ; nombre de centres médico-sociaux construits et pourvus de matériels ; amélioration du niveau de vie des populations particulièrement les plus pauvres

BILAN SUCCINCT DES REALISATIONS
Les réalisations à mettre à l’actif du Ministère des Affaires Sociales et du Travail (MAST) dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie de Croissance et de Réduction de la Pauvreté (SNCRP) pour la période 2008-2010 ont consisté en : la prise en charge de 650 enfants des deux sexes (alimentation, scolarisation…), la rénovation du Centre d’Accueil de Carrefour, la fourniture d’une allocation directe à plus de cinq mille enfants en situation difficile pour l’année scolaire 2007-2008, le réaménagement des bureaux de l’Entreprise Publique de Promotion des Logements Sociaux (EPPLS)

82

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

III.4.5-CULTURE ET COMMUNICATION
LA SITUATION ACTUELLE
Créées par arrêté en date du 28 janvier 1995, les jeunes structures du Ministère de la Culture et de la Communication sont fragilisées par les multiples crises politiques et socioéconomiques successives et prolongées, aggravées par les catastrophes naturelles qui ont dévasté le pays au cours de la dernière décennie. Le ministère fut orienté prioritairement vers la célébration d’événements commémoratifs politico-culturels très souvent mal gérés, l’organisation du carnaval et la subvention d’une constellation incohérente de petits projets culturels réalisés tout au cours de l’année et surtout à l’occasion des fêtes patronales. Le ministère a aussi sous sa tutelle douze organismes autonomes. Ces organismes s’occupent de questions spécifiques et sont créés pour certains d’entre eux bien avant le Ministère. La plupart de ces organismes traversent de profondes crises qui les rendent moribonds. Ils opèrent de manière séparée sans mécanismes fonctionnels de coordination ni projets communs. Certains facteurs positifs dans le secteur comme l’existence de richesses culturelles et du patrimoine historique national insuffisamment exploitées se heurtent à diverses contraintes qui rendent difficile leur exploitation : la faiblesse des institutions culturelles; la dégradation du patrimoine matériel et immatériel ; une tendance marquée à la perte de l’identité nationale, des valeurs du civisme, d’entraide, de solidarité et de tolérance ; la pratique de l’exclusion et de l’affrontement au sein de la population haïtienne ; le manque de capacité des médias à éduquer, sensibiliser, former et informer la population.

L’OBJECTIF GENERAL
Faire de la culture et de la communication les Vecteurs fondamentaux du développement économique et social du pays.

LA SITUATION ATTENDUE
Analysant la mission et les activités du Ministère à travers l’état des lieux réalisé, nous avons pu isoler six pôles distincts d’activités : la conservation, la communication, la créativité, la recherche, la performativité et l’entreprenariat. Recherchant et prolongeant les logiques soutenant ces pôles, nous avons pu articuler trois grands axes d’action : Conservation-Recherche, CréativitéEntreprenariat, Communication-Performativité.

INDICATEURS DE PERFORMANCE
Nombre de sites historiques réhabilités ; patrimoine immatériel mis en valeur ; capacités à éduquer, sensibiliser, informer des médias, renforcées; fréquence des visites des sites historiques ; nombre de livres publiés en créole ; nombre d’écoles pratiquant la montée du drapeau.

BILAN SUCCINCT DES REALISATIONS
Les principales réalisations du Ministère de la Culture et de la Communication (MCC) pour la période 2008-2010 dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie de Croissance et de Réduction de la Pauvreté (SNCRP) se résument ainsi : i) Aménagement d’une partie des anciennes

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

83

casernes de l’ancienne prison coloniale du Cap-Haitien datant du 17ème siècle ; ii) Installation de deux Directions départementales du Ministère respectivement au Cap-Haitien et à Jacmel ; iii) Acquisition d’une scène mobile équipée d’une régie sons et lumières en vue d’améliorer la capacité du MCC dans la diffusion culturelle à travers le pays ;iv) Réhabilitation d’une partie du Lycée Anacaona de Léogane pour loger le Centre de Recherche et d’Enseignement de la Musique de cette ville ; v) Création du Bureau Haïtien du Droit d’Auteur et de la Direction Nationale du Livre; vi) Création de cinq (5) espaces de culture, de lecture et d’animation culturelle (ECLA) au Cap-Haitien, à Aquin, au Lycée Alexandre Pétion, au Lycée des Jeunes Filles et à Jacmel ; vii) Réhabilitation de trois (3) bâtiments publics des années 50 à Belladère ; viii) Création de l’Ecole Atelier de technique en réparation de bâtiments patrimoniaux et en artisanat. Dans le cadre du programme de conservation et de mise en valeur du patrimoine, les réalisations suivantes, entre autres, peuvent être signalées : i) Restauration et préservation d’un escalier au Parc Historique Sans-Souci ; ii) Aménagement des accès et mesures conservatoires des fortifications de Marchand Dessalines ; iii) Aménagement des accès et mesures conservatoires du Fort Picolet au Cap-Haitien ; iv) Réalisation des travaux de réhabilitation des lieux de cultes et construction d’infrastructures culturelles dans les lakou de Soukri, Souvnans et Badjo ; v) Réhabilitation du lakou Grann Gitonn à l’Arcahaie.

84

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

III.4.6- DEVELOPPEMENT URBAIN
LA SITUATION DE REFERENCE
Le système urbain actuel butte sur un ensemble d’écueils dans son processus de développement dont les plus importants sont : le déficit en logements ; les problèmes d’assainissement et d’eau potable ; l’inadéquation des infrastructures / équipements et des services face à une population sans cesse accrue; la prolifération d’habitats précaires et de bidonvilles ; les problèmes du réseau routier urbain et du transport ; l’absence de zonage urbain ; l’insécurité et la délinquance juvénile ; l’érection de taudis dans des sites inappropriés (berges et lits des ravins, zones inondables et le littoral) ; l’extension des villes sur des espaces agricoles.

L’OBJECTIF GENERAL
Contribuer au développement urbain durable et à la réduction de la pauvreté à travers 1) l’élaboration et l’appui à la mise en œuvre de plans de développement et de réhabilitation des quartiers précaires 2) la maitrise de la croissance.

LA SITUATION ATTENDUE
Dans le cadre du Plan Sectoriel d’Actions Prioritaire en matière de développement urbain la situation attendue peut se résumer en ces termes : Processus d’urbanisation anarchique des villes freiné ; littoral réapproprié ; quartiers précaires délocalisés et réhabilités ; système de transport en commun amélioré ; infrastructures et équipements construits ou réhabilités en adéquation avec le taux de croissance de la population ; zonage urbain réalisé et mis en œuvre.

INDICATEURS DE PERFORMANCE
Superficie des aires bidonvillisées (au niveau national, départemental et communal) ; taux d’accroissement des bidonvilles; proportion de la population urbaine ayant accès à un logement décent ; proportion de logements urbains à réhabiliter; proportion de logements décents construits ; proportion d’habitations précaires construites ; nombre de sans- abris; taux de croissance du prix moyen d’un taudis; taux d’accès à un logement décent; ratio loyer- revenu : rapport entre le loyer annuel médian des logements et le revenu annuel des locataires; densité de la population des aires bidonvillisées; nombre moyen de pièces par habitation précaire; nombre d’habitants par pièce dans les quartiers précaires; nombre de quartiers précaires réhabilités ou délocalisés; proportion de terre de la périphérie (des villes) pouvant être allouée au développement de la fonction résidence; proportion des habitations localisées dans les flancs des montagnes, les berges et les lits de ravins et de rivières

BILAN SUCCINCT DES REALISATRIONS
Les réalisations peuvent être résumées comme suit :1) Elargissement de l’ancienne route de Carrefour et mise en chantier de deux bretelles de raccordement (rues Assad et Thor 65) avec la route des rails ; 2) travaux exécutés dans le but d’assainir les communes, d’améliorer la qualité de la vie des populations et de rendre l’accès à certaines communes carrossable ; ces travaux

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

85

ont touché 60 communes sur un total de 142 dans les 10 départements géographiques du pays (Ouest :9 ; Sud : 12 ; Sud-est :4 ; Grand-Anse :5 ; Artibonite :5 ; Nippes : 4 ; Centre :7 ; Nord : 5 ; Nord-est :4 ; Nord-Ouest :5) et ont consisté en: revêtement de rues (adoquinage ou bétonnage), drainage (construction de caniveaux, de fossés), construction de ponceaux, entretien ; 3) Réhabilitation et/ou Construction de 64 kms de rues (Grands Projets Urbains) dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, au Cap-Haïtien, aux Gonaïves, aux Cayes, à Aquin, au Trou du Nord, à Terrier Rouge, Quartier Morin, Limonade et Ouanaminthe ; 4)Réhabilitation de 5.50 kms de rues à Jacmel ; 5) Entretien courant de 165.843 m2 de chaussée en Béton Bitumineux, de 3152 m2 de chaussée en Adoquins, de 26,398 kms de route en béton hydraulique à Port-auPrince ; 6) Construction de 65.424 m2 de trottoirs à Port-au-Prince ; 7) Réalisation de travaux d’assainissement dans la Région Métropolitaine de Port-au-Prince consistant en : (i) curage de 749 750m3 de canaux de drainage ii) enlèvement de 728 673m3 de débris.

86

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

III.4.7-AMENAGEMENT DU TERRITOIRE
LA SITUATION DE REFERENCE
Au niveau du territoire national il existe une situation de déséquilibre chronique qui se caractérise par : l’ultra polarisation de la Capitale, Port-au-Prince et la désertification du reste du pays; la mauvaise exploitation des ressources naturelles ; la mauvaise occupation de l’espace ; l’urbanisation anarchique ; la crise du monde rural ; l’érosion accélérée des sols ; l’accentuation de la paupérisation des ménages ruraux ; l’absence ou la rareté de services et d’infrastructures de base dans les villes moyennes et dans le monde rural.

L’OBJECTIF GENERAL
Contribuer à la reconstruction du territoire national en tant que moyen d’arriver à long terme à un développement équilibré et durable du pays

LA SITUATION ATTENDUE
La situation attendue peut se résumer ainsi : disparités régionales atténuées ; bassins versants aménagés ; application de la loi sur l’aménagement du territoire ; facilitation d’une meilleure utilisation des fonds publics, orientation des investissements vers des actions intégrées permettant la structuration de l’espace, utilisation rationnelle et optimale des ressources du pays, des infrastructures ainsi que des équipements régionaux sur la base de complémentarité.

INDICATEURS DE PERFORMANCE
Taux de peuplement par département; Taux de ruralisation; Poids des recettes communales par département; Nombre d’équipements scolaires (au niveau national, départemental et communal); Taux de déficience d’accès à l’éducation (à l’échelle nationale, départementale et communale); Taux d’accès aux services sociaux de base (à l’échelle nationale, départementale et communale);

BILAN SUCCINCT DES REALISATIONS
Sous l’angle de l’Aménagement du Territoire, les avancées sont assez significatives. A ce titre, il convient de mentionner : i) l’élaboration de l’avant-projet de loi sur l’aménagement du territoire et le développement local. Le document est en attente de validation par le Gouvernement et d’approbation par le Parlement ; ii) l’élaboration d’une esquisse du schéma national de développement et d’aménagement du territoire associée à une version préliminaire du code d’urbanisme ; iii) la mise en place et le fonctionnement du Système d’Informations Géo spatiales appliqué à la gestion du territoire, l’actualisation des cartographies thématiques ; iv) la mise en place d’une plateforme sur la planification et la gestion du développement intégrant une base de données géo référenciées et d’une cartographie définissant les cinq (5) pôles régionaux de développement (Cap, Cayes, Gonaïves, Hinche et Port-au-Prince), les sept (7) sous-pôles régionaux (Jérémie, Jacmel, Anse-à-Veau- Petit-Goâve, Mirebalais, St-Marc, Portde-Paix, Fort-Liberté-Ouanaminthe) ; v) la mise en place du programme de développement territorial pour le financement des projets de réhabilitation urbaine des villes de Belladère et d’Anse à Pitres ; vii) la mise en exécution des projets de développement local de Bombardopolis, St Michel de l’Attalaye, Marmelade et de Gros Morne. A ceux –la, s’ajoutent les projets d’appui à la Gouvernance Locale dans le Nord-est et du développement de l’agroforesterie dans les nippes.

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

87

III.4-8-RISQUES ET DESASTRES
LA SITUATION DE REFERENCE
Le système national de gestion des risques et des désastres (CNGRD) est confronté à certaines contraintes qui la rendent vulnérable. Il convient de noter : l’absence de cadres de fonctionnement des diverses entités du système ; l’inexistence d’installations pour le fonctionnement normal des structures, principalement pour le SPGRD et le COUN ; l’exigüité des installations de la DPC et leur non adaptation aux exigences des réunions, surtout en période d’urgence ; l’absence de prévisions budgétaires au sein des institutions spécifiquement pour la gestion des risques et des désastres ; un déficit tant qualitatif que quantitatif en matière de ressources humaines formées à la problématique des risques et désastres ; les actions de préparation et de réponse, généralement concentrées sur les menaces hydrométéorologiques, sont menées en retard ; celles de réhabilitation trainent avec peu de coordination, vu le manque de normes et de procédures de gestion des urgences dans le pays. Ces mêmes difficultés se rencontrent au niveau déconcentré (département, commune, section communale). La Direction de la Protection Civile (DPC) ne dispose, en outre, d’aucune base de données relatives aux désastres (grands ou petits), ni de centre de documentation, de recherche ou de formation comme cela se pratique ailleurs.

L’OBJECTIF GENERAL
Améliorer les capacités d’intervention du SNGRD en renforçant la DPC, le SPGRD et les structures territoriales de protection civile

LA SITUATION ATTENDUE
L’image de la situation attendue a été projetée ainsi : capacités des institutions et structures de GRD renforcées; risque réduit dans les communautés les plus vulnérables; institutions mieux préparées à répondre aux désastres; communautés mieux préparées à répondre aux catastrophes; vies et biens des populations protégés en période d’urgence; besoins réels des populations victimes d’un désastre pris en charge rapidement par les institutions concernées; infrastructures et institutions frappées par les désastres réhabilitées dans les délais convenables; communautés frappées réhabilitées dans les délais convenables.

INDICATEURS DE PERFORMANCE
Nombre de structures centrales et locales de GRD créées et/ou réhabilitées ; nombre de structures centrales et locales de GRD équipées en outils d’intervention ; nombre d’équipements lourds acquis ; nombre de documents de référence élaborés et validés ; nombre de cadres formés et/ou recyclés ; nombre de travaux de réhabilitation et de protection réalisés au niveau local.

BILAN SUCCINCT DES REALISATIONS
Les réalisations dans le cadre des actions prioritaires qui avaient été retenues peuvent se résumer comme suit :

88

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Institutionnalisation et renforcement de la Protection Civile par les modifications de la structure centrale avec la création d’une coordination technique départementale, l’augmentation de ses équipements, l’extension du réseau du système national de gestion des risques et des désastres par la création des comités départementaux et locaux de protection civile, l’équipement de ces comités en matériels de travail, la construction du Centre d’Opération d’Urgence National (COUN), la formation en Haïti et à l’étranger d’environ 2 700 cadres, employés et agents volontaires de Protection Civile ; la mise en place du réseau de communication de la Protection Civile au profit des structures déconcentrées (CTD, CDGRD, CCPC, CLPC) avec 914 appareils de téléphonie mobile en réseau, la conception d’un site web, etc.; Amélioration de la gestion du risque / Prévention. Sous cette composante, ont été mis en œuvre neuf projets de réduction de risques (stabilisation de pentes, protection de berges et de villages, curage de drains, etc.) dans neuf communes de six départements du pays. Il faut noter aussi que l’amélioration de la préparation aux désastres s’est matérialisée grâce à plusieurs activités dont : la préparation d’un plan annuel pour les saisons cycloniques ; le pré positionnement de fonds dans les dix départements géographiques à la veille d’une saison cyclonique ; la réalisation sur base annuelle de campagnes de sensibilisation et d’exercices de simulation ; la distribution aux collectivités territoriales de kits d’information sur les menaces et les plans de préparation aux désastres ; la préparation d’un vade-mecum de référence juridique à l’usage des maires et de comités de Protection Civile dans la prise de décision pour la Gestion du Risque dans leurs circonscriptions ; la mise en œuvre d’un Programme National d’Alerte Précoce (PNAP) qui vise à alerter à temps la population habitant dans les bassins versants à haut risque d’inondation.

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

89

III.4.9- RENFORCEMENT DES CAPACITES
LA SITUATION DE REFERENCE
Les maux et les dysfonctions dénoncés par la Commission Nationale à la Réforme Administrative (CNRA) il y a plus de 10 ans pèsent encore lourdement sur la marche de l’administration publique haïtienne. Il en résulte : Une administration remplissant faiblement son rôle de services publics, le fonctionnement des institutions administratives n’obéit pas en général aux missions fondamentales fixées dans le cadre légal en vigueur tandis que le cadre réglementaire est faiblement développé ; une baisse considérable des capacités managériales et opérationnelles des institutions publiques dues à la déperdition des cadres techniques ; l’inadéquation de l’organisation du travail ; les services fournis sont généralement insuffisants, inadéquats et de mauvaise qualité ; les structures déconcentrées ne sont pas pourvues des moyens adéquats pour leur fonctionnement, elles n’existent que de nom au niveau des différents départements ; les services centraux en arrivent ainsi à cumuler plusieurs rôles ; l’administration décentralisée ne matérialise pas non plus la proximité des services publics en raison des difficultés d’avancement du processus de décentralisation ; le profil de la fonction publique est encore loin de répondre aux objectifs d’une administration moderne et efficace ; l’approche de gestion du personnel est encore du type traditionnel par le fait d’abord que les principes et instruments prévus dans la constitution (Titre 8) et dans le décret du 17 mai 2005 portant révision du statut général de la fonction publique, sont faiblement utilisés ; les conditions matérielles de travail des agents de la fonction publique ne sont l’objet d’aucune politique tant du point de vue d’espace physique que du point de vue de moyens logistiques ; l’utilisation des NTIC est encore embryonnaire compte tenu de la carence de compétences et la difficulté à fidéliser les rares cadres dans ce domaine.

L’OBJECTIF GENERAL
Renforcer les capacités de l’Etat à travers la modernisation de l’administration Publique et de la Fonction Publique et l’amélioration de la gestion financière.

LA SITUATION ATTENDUE
La situation attendue a été présentée comme suit : renforcement des capacités nationales dans les domaines de la formulation, de la mise en œuvre et de l’évaluation des politiques publiques ; amélioration du rendement et de l’efficacité des services publics par la mise en place d’outils de gestion axés sur les résultats ; optimisation des dépenses de l’Etat de manière à obtenir de meilleures prestations de service public à un moindre coût ; amélioration de l’accueil des usagers dans les administrations ; réduction des délais de traitement des dossiers soumis aux services publics par la simplification et l’allégement des procédures et formalités administratives; amélioration de la gestion des ressources humaines par la mise en place d’une fonction publique revalorisée, plus attractive et plus compétitive, respectueuse de l’égalité des chances et assurant la promotion du mérite et de l’excellence ; généralisation des Nouvelles technologies de l’Information et de la communication ; un système de passation de marchés publics où les procédures sont respectées parce que connues des usagers et du fait du renforcement des struc-

90

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

tures de contrôle. Des marchés publics passés dans les conditions d’efficacité et d’efficience suite à une pleine participation de beaucoup de fournisseurs aux appels d’offres publics; ce qui permettra à l’État de faire des économies.

INDICATEURS DE PERFORMANCE
Taux de satisfaction des usagers des services publics ; nombre de diagnostic organisationnel et opérationnel réalisé ; nombre de documents de politiques élaborés ; nombre de textes législatifs et réglementaires élaborés et mis en œuvre ; durée du processus de passation d’un marché public ; taux de croissance du nombre d’entreprises privées participant à la commande publique.

BILAN SUCCINCT DES REALISATIONS
Les réalisations dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie de Croissance et de Réduction de la Pauvreté (SNCRP) visant le renforcement des capacités se résument ainsi : i) publication d’un arrêté portant Organisation et Fonctionnement du Conseil Supérieur de l’Administration et de la Fonction Publique : ii) publication d’un arrêté portant Organisation et Fonctionnement de l’Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH) ; iii) mise en place du Secrétariat Général de la Présidence ; iv) mise en place du Secrétariat Général de la Primature ; v) mise en place au sein des ministères d’Unités d’études et de programmation (UEP); vi) mise sur pied du Fichier Central des Agents de la Fonction Publique ; vii) constitution du dossier de l’Ecole Nationale d’Administration et de Politiques Publiques (ENAPP)

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

91

III.4.10- JEUNESSE, SPORTS ET ACTION CIVIQUE
LA SITUATION DE REFERENCE
Les conditions de vie de la population haïtienne sont loin de correspondre aux conditions de bien-être généralement admises au niveau mondial. La criante inégalité sociale, la discrimination et l’exclusion sociale sont, entre autres, des signes patents d’une grande faiblesse de l’Etat haïtien d’assumer sa mission de respect, de protection et de satisfaction des droits des citoyens. Cela se traduit par le fait que la puissance publique n’a pas su donner à chaque citoyen les moyens d’exercer sa citoyenneté. <Chak koukouy klere po je’l > est devenu la règle du sauvetage. Face à la catastrophe générale, les reflexes de solidarité disparaissent, les prises de responsabilité au sein des associations, des syndicats, des partis politiques, de la vie publique, des quartiers s’amenuisent ; l’éducation civique et le service national n’ont pas de contours définis. Bref les règles du vivre en < konbit > sont en faillite. En outre, la Jeunesse, ce « Bonus démographique (plus de 57% de Jeunes) dont bénéficie le pays, n’a jusqu’à présent pu remplir convenablement ses fonctions, en raison des diverses difficultés rencontrées, notamment un faible accès aux services sociaux de base et au loisir, un accès très limité à l’emploi, etc. … Enfin, l’éducation physique n’est pas systématiquement intégrée dans le curriculum scolaire ; les clubs, les Associations et Fédérations Sportives sont pauvres et faiblement structurés ; l’offre de loisir est faible et souvent inaccessible à la majorité de la population ; la pratique sportive, vecteur de promotion de valeurs civiques, de santé publique, d’équilibre social, bref de développement humain, est marquée par un manque flagrant d’équipements , d’infrastructures et de ressources humaines compétentes ; le Sport de Haut Niveau se réalise sans aucun encadrement scientifique et avec de faibles moyens qui ne répondent pas aux réalités mondiales ; chaque année le pays perd des dizaines de talents sportifs car l’Etat n’a pas une politique de détection de talents sportifs ; le financement du sport n’est pas systématisé à partir d’un programme de développement.

L’OBJECTIF GENERAL
Améliorer le cadre de vie des jeunes en particulier par leur intégration socio-économique et socioculturelle et par la promotion des activités physiques et sportives.

LA SITUATION ATTENDUE
La situation attendue a été décrite comme suit : cadre physique du bâtiment du bureau central amélioré ; nouveau bâtiment acquis ; conditions de travail et performance améliorées ; actions systématisées ; cadres légaux Jeunesse, sport et civisme existent ; centres socio-sportifs déconcentrés et décentralisés construits ; conditions de la pratique des activités socio éducatives, socio culturelles, physiques et sportives améliorées ; cadre physique du Centre de la Croix des Bouquets amélioré ; modes d’organisation et de fonctionnement des associations de jeunes améliorés ; comportement des jeunes face aux risques modifié ; pratique du tourisme local de jeunes facilitée ; implication des jeunes au développement facilitée ; pratique des activités sportives et récréatives massifiée ; taux de la population inactive réduit ; la culture à la citoyen-

92

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

neté renforcée ; liens de solidarité entre les jeunes raffermis ; service civique mis en place ; protection civile renforcée à travers le service civique ; entreprenariat jeune facilité et renforcé par l’insertion socio économique ; production nationale renforcée par la facilitation et le renforcement de l’entreprenariat jeune ; formation socio professionnelle encouragée ; système de crédits d’études mis en place.

INDICATEURS DE PERFORMANCES
Nombre de bâtiments réaménagés ; cadres formés et perfectionnés en % des agents publics du secteur ; nombre de centres socio-sportifs construits ; infrastructures sportives réaménagées en % d’infrastructures à réaménager ; établissement des principes régissant les relations Etat et Mouvement sportif ; législation sur la jeunesse, le sport et le civisme ; tourisme juvénile local en % du tourisme local global ; établissement des principes sur les modes d’organisation et de fonctionnement des DTN ; nombre de jeunes insérés au point de vue socio-économique et socioprofessionnel ; action civique jeune pilotée par le MJSAC en % aux Actions Civiques globales ; nombre de centres de formation en service civique établis ; nombre de jeunes mobilisés et formés sur les comportements à risque et la protection civile.

BILAN SUCCINCT DES REALISATIONS
Sur le plan institutionnel, on peut noter : un avant-projet de loi organique du ministère élaboré et transmis à la Primature ; la nomination à titre de fonctionnaires de 86 agents multiplicateurs de changements et de 42 cadres techniques formés en éducation physique et sportive et en animation de jeunesse; l’organisation des Directions Départementales et la nomination de directeurs départementaux ayant un profil professionnel correspondant au poste. Sur le plan stratégique, il y a lieu de signaler : la production de divers documents dont, entre autres, un (1) document de cadrage, trois (3) de politiques publiques, le plan d’action 20082011, trois (3) documents de Politiques Nationales de Jeunesse, de Sports et de Civisme. Sur le plan de la promotion et du développement des activités physiques, sportives et récréatives, il faut noter : la prise en charge par le ministère, en partenariat avec la Fédération Haïtienne de Football (FHF), de la préparation et de la première participation d’une sélection nationale U17 à une coupe du Monde en Corée en 2007; le financement de la préparation et de la participation de la sélection senior à la coupe Digicel 2007 ; l’octroi de subventions à certaines fédérations pour leur participation à des compétions internationales, régionales et olympiques ; la réalisation, en partenariat avec la coopération espagnole, de deux (2) séminaires de formation respectivement sur gestion et direction des installations sportives et planification sportive à l’intention des fédérations et associations sportives ; la formation de cinq cent vingt (520) moniteurs dans quatre (4) disciplines sportives ; la mise en place dans les 10 départements du pays de 16 académies nationales de sport desservant 16000 enfants des deux sexes, âgés de 7 à 12 ans ; l’organisation de 14 centres d’animation culturelle qui ont permis à environ 1100 jeunes des 2 sexes de s’initier et/ou de développer leurs talents dans différentes formes d’expression artistique et artisanale ; la réouverture de l’Ecole Nationale des Talents Sportifs (ENTS) qui assure la formation personnelle, académique et sportive de 160 jeunes âgés de 10 à 14 ans pratiquant cinq (5) disciplines sportives ; la distribution de matériels et équipements sportifs

CHAPITRE 3 : MISE EN ŒUVRE

93

dans les dix (10) départements du pays en appui à la pratique d’activités physiques et sportives en milieu scolaire ainsi qu’aux compétitions scolaires; l’octroi d’un appui financier aux fédérations et associations sportives dans la mise en œuvre de leur programme annuel en matière de compétitions nationales et internationales. Sur le plan de la promotion et de l’insertion socioéconomique de la jeunesse, il faut signaler: la préparation d’outils pédagogiques et la formation de cinquante et un (51) jeunes formateurs de formateurs en entreprenariat ; la réalisation d’un séminaire binationale, Haïti – République Dominicaine sur la coopération en matière des activités de jeunesse ; un appui technique à des organisations de jeunesse en matière d’élaboration de projet durant les mois d’octobre, de novembre et de décembre 2008 ; l’organisation d’un stage de formation sur le renforcement de la maitrise par les encadreurs des nouveaux outils de gestion du Fonds d’Insertion des Jeunes (FIJ) en partenariat avec la CONFEJES du 8 au 12 décembre 2008 au Centre Polyvalent de Formation de la Croix des Bouquets pour Trente Cinq (35) encadreurs en entreprenariat; la mise en place d’un cadre de partenariat interinstitutionnel autour de la relance de fermes agricoles en tant qu’espace d’insertion socioéconomique des jeunes impliquant notamment le MJSAC, le MARNDR, le MICT ainsi que les collectivités Territoriales; l’organisation de huit (8) séminaires de formation en entreprenariat pour cent soixante (160) jeunes des deux sexes; le financement de douze (12) projets pour un montant de deux millions huit cent milles gourdes dans cinq (5) départements : Nippes, Sud Est, Nord, Centre et Ouest; Sur le plan de la promotion du civisme, il convient de souligner : l’extension des Brigadiers Scolaires aux villes du Cap-Haïtien, des Gonaïves, de St- Marc, et des Cayes ; la réalisation d’un projet pilote de formation et de mobilisation citoyenne de 60 jeunes villageois de 19 communes pour la protection de l’environnement et la gestion des risques et désastres; la formation de 200 leaders locaux civiques des départements du Sud-est et des Nippes en prévention et gestion des désastres; la formation de 100 formateurs (10 par départements) à la formation et à la mobilisation des jeunes des communautés locales dans la protection de l’environnement et le secours des populations en cas de catastrophe et de désastre; Sur le plan du développement d’infrastructures socio-sportives, les réalisations suivantes peuvent être signalées: la réalisation d’études techniques pour la réhabilitation des infrastructures dans certaines communes du pays ; la réhabilitation du centre sportif Dadadou par la mise en place d’un tapis synthétique au niveau du terrain de football, le réaménagement de la piste d’athlétisme ainsi que les terrains extérieurs de Basket Ball, Tennis et Volley Ball ; la réhabilitation de la Plage Publique de Carriès par le réaménagement des bâtiments administratifs et la réparation des installations sanitaires destinées aux usagers; la réhabilitation complète des anciennes structures d’hébergement, de restauration, d’administration et des locaux de l’école classique de l’ENTS au Centre de la Croix des Bouquets ainsi que la réfection de la clôture séparant les Centres de Formation du MJSAC et de la FHF, la réhabilitation d’un terrain de football à gazon naturel, la mise en place du revêtement de base d’une piste d’athlétisme, la construction d’un nouveau bâtiment logeant l’école classique de l’ENTS; la construction, au niveau du Centre de Service Civique de Grand-Pré, d’un dortoir, d’un réfectoire, d’une maison des cadres, de la cuisine, d’une pergola, de latrines, rénovation du système électrique, travaux de terrassement

CHAPITRE 4 : RÉFORMES ET POLITIQUES SECTORIELLES

95

Chapitre iV

REFORMES ET POLITIQUES SECTORIELLES
PILIER I : Les vecteurs de croissance
Secteur Agriculture et développement rural
L’exécution des différentes politiques et réformes initiées dans le secteur a permis d’atteindre d’importants résultats malgré que le pays ait eu à faire face à des catastrophes naturelles qui ont engendré des milliers de morts et des pertes matérielles considérables. En ce qui concerne les politiques de stimulation des productions agricole et animale. Un appui substantiel aux principales zones caféières des départements du Nord, du Nord-est, du Centre et de la Grande-Anse notamment sous forme de distribution de plantules, de lutte contre le scolyte des cerises du café et d’équipements de certains laboratoires de dégustation; la distribution de semences, de fertilisants, d’instruments aratoires et d’équipements agricoles pour appuyer les agriculteurs; Appui et subvention à la relance de la production agricole, notamment café et fruits à Marmelade ; culture vivrière à Bas Plateau Central ; culture de patates douces, fruits et légumes à Jacmel et Cayes- Jacmel ; l’adoption de mesures phytosanitaires pour contrôler les mouches des fruits de la famille des tephritidae ; mesures qui ont permis la reprise de l’exportation des mangues vers les USA ; le traitement à la phérormone et la diffusion de nouvelles variétés de patates; la subvention de médicaments pour soutenir une campagne de vaccination décidée après le passage des quatre ouragans qui ont causé de nombreuses épidémies. L’exécution de ces mesures de politique a permis une augmentation sensible (environ 25%) de la production agricole et subséquemment une réduction du coût des produits de première nécessité. Quant aux politiques institutionnelles et d’organisation du secteur, on peut retenir : le renforcement de certaines entités du MARNDR, notamment de l’Unité d’Etudes et de Programmation conformément au décret de mai 2005 portant Organisation de l’Administration Centrale de l’Etat ; l’élaboration, en cours, d’une loi d’orientation agricole ; la mise sur pied d’un système intégré d’informations agricoles et de sécurité alimentaire ; le renforcement des capacités de certaines organisations paysannes à travers des sessions de formation sur les pratiques culturales, la production de compost et la gestion d’organisations ; En relation avec la sécurité alimentaire, il convient de mentionner: l’élaboration de la loi–cadre régissant le fonctionnement de la Coordination Nationale de la Sécurité Alimentaire (CNSA)

96

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

entité dont le rôle est de faire le suivi et la coordination des actions pour l’amélioration de la sécurité alimentaire ; le maintien de six observatoires nationaux en fonctionnement ; l’élaboration du plan national de sécurité alimentaire en attente d’approbation par le MARNDR ; la mise en fonctionnement du réseau d’informations sur la sécurité alimentaire. Pour ce qui concerne les politiques touchant le financement du monde rural on retiendra essentiellement la recapitalisation d’environ cent (100) associations d’irrigants et de 43 OCB en outils aratoires.

SECTEUR INFRASTRUCTURES
Au titre du transport, d’importants résultats ont été obtenus suite à l’application de réformes institutionnelles et de mesures de politiques adoptées par l’organe central du secteur. On mentionnera : la réorganisation de l’Unité d’Etudes et de Programmation du MTPTC, organe clé du système national de planification ; le renforcement de l’Unité Centrale d’Exécution (UCE) et des dix directions départementales pour une meilleure gestion de l’exécution des travaux routiers ; la facilitation de l’émergence des PME en travaux publics surtout au niveau local à travers les différents départements géographiques. Ceci a été facilité avec la nouvelle approche de décentralisation apportée au Budget d’investissement de la République par l’octroi à chaque commune de ressources pour l’exécution de travaux locaux ; la mise sur pied du Fonds d’Entretien Routier (FER) dont la finalité est de pérenniser les infrastructures ; le renforcement des capacités du Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics( LNBTP) ; le recours aux entreprises privées pour l’exécution des travaux routiers et aux organisations communautaires de base pour les travaux d’entretien. Ces mesures de politique ont permis une amélioration de l’état du réseau routier. Cette amélioration a certainement eu des impacts positifs sur la compétitivité de l’économie qu’il n’est pas encore possible de mesurer. On s’attend néanmoins à une sécurisation accrue des conditions de transport, une réduction des coûts de transport et du temps de parcours, une ouverture de nouveaux débouchés des zones productrices aux zones de consommation et aussi une ouverture pour le secteur touristique. Parallèlement à ces travaux routiers des mesures de politique visant la modernisation et la sécurisation de l’aéroport international de Port-au-Prince ont été prises. Elles sont concrétisées à travers des travaux de sécurisation de l’aéroport de Port-au-Prince et de la construction de trois passerelles télescopiques.

SOUS –SECTEUR ENERGIE ELECTRIQUE
La concrétisation des politiques et réformes a permis d’obtenir les résultats suivants : le rétablissement partiel de l’équilibre économique de l’EDH avec la hausse des tarifs de l’électricité; la sécurisation de l’approvisionnement en combustible ; une subvention de l’Etat du manque à gagner dû aux nombreuses pertes. Ainsi, il s’en est suivi une augmentation du potentiel électrique qui est passé de 83MW en 2007 à 182MW en 2010. Maintenant, il ne reste qu’à attendre les effets positifs des projets de réhabilitation des réseaux de distribution qui vont avoir un double impact en réduisant les pertes en ligne dues au mauvais état dans lequel se trouve le système et les pertes frauduleuses qui affaiblissent le réseau. Certains effets bénéfiques des différentes mesures prises au cours des trois dernières années commencent déjà à se faire sentir telle l’augmentation des heures d’éclairage.

CHAPITRE 4 : RÉFORMES ET POLITIQUES SECTORIELLES

97

98

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

INTEGRATION REGIONALE ET DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE NATIONAL
Les résultats obtenus concernent : la formulation d’une politique industrielle ; la mise en place du Bureau de Métrologie et de Normalisation ; le renforcement institutionnel du Ministère du Commerce et de l’industrie (MCI) ; le renforcement de la Direction de la Zone Franche(DZF).

PILIER II : Développement humain
SECTEUR SANTÉ
Un aspect important qu’il convient de mettre en exergue pour le secteur concerne le fonctionnement des Unités Communales de Santé (UCS), proposées comme outil majeur pour favoriser la participation et considérées comme réponse aux problèmes d’organisation et de coordination du secteur. Pour atteindre l’objectif d’équité, la stratégie proposée par la réforme vise à garantir à l’ensemble de la population, sans exclusion aucune, l’accès à un paquet minimum de services qui devrait être offert au niveau des UCS. Cependant, parmi les 56 UCS prévues, seulement onze (11) sont fonctionnelles. Le département de l’Artibonite compte à lui seul sept (7) UCS fonctionnelles. L’écart montre à quel point on est loin d’atteindre l’objectif de santé pour tous. En ce qui concerne l’axe infrastructures, les travaux de réhabilitation ont couvert les hôpitaux des Cayes, de Trou du Nord, de Beudet, de Ouanaminthe et la maternité de Jérémie. En matière de formation, il y a lieu de citer la dynamique de la coopération SudSud particulièrement à travers la présence de nombreux étudiants haïtiens à Cuba.

SECTEUR EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT
Ratification par le parlement et promulgation par le Gouvernement d’une nouvelle loi –cadre, créant la DINEPA, qui est venue mettre en place une organisation plus rationnelle et plus souple du secteur de l’eau potable et de l’assainissement. Elle consacre la séparation des responsabilités de régulation de celles de maitrise d’ouvrages et de fournisseur de service; décentralisation de la maitrise d’ouvrages par la création des OREPA consacrant ainsi le transfert aux régions de la gestion et de l’exploitation de leurs projets pour un meilleur service à la population. Ceci a permis d’observer une amélioration significative de la desserte en eau en quantité et en qualité des différentes villes du pays. Beaucoup de travaux sont en cours actuellement ce qui ne permet pas de donner des chiffres sur l’état actuel de la desserte.

CHAPITRE 4 : RÉFORMES ET POLITIQUES SECTORIELLES

99

PILIER III : Gouvernance démocratique
SECTEUR JUSTICE
L’exécution des principales politiques du ministère s’est matérialisée comme suit : la loi créant le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire est élaborée et publiée ; la loi sur le statut des magistrats est élaborée et publiée; la loi créant l’Ecole de la Magistrature est élaborée et publiée ; quatre (4) tribunaux de Première Instance sont réhabilités (St Marc, Grande-Rivière du Nord, Port-de-Paix et Fort-Liberté) ; quatre (4) complexes de justice (tribunaux de paix et offices d’état civil intégrés) sont construits (St Marc, Delmas, Marchand Dessalines, Cayes); le réseau internet du MJSP est installé ; une Commission d’enquête sur la détention préventive prolongée est créée ; les 18 juridictions du pays sont équipées en moyens de transport facilitant un meilleur service à la population tant au niveau des justices de paix qu’au niveau des tribunaux de Première Instance ; le site web du Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique est créé. Les résultats, ci-dessus, obtenus de la concrétisation des axes stratégiques ont eu pour effets : une baisse du taux de détention préventive ; une épuration du système Judiciaire ; un renforcement du pouvoir Judiciaire ; une amélioration des conditions carcérales ; la modernisation de la législation, du système d’enregistrement, de la gestion et de la conservation de l’Etat Civil ; la mise en place d’un système national d’identification ; le renforcement et la modernisation de la Police Nationale d’Haït (PNH); l’amélioration des conditions des détenus.

SECTEUR SECURITE
Des avancées importantes dans la lutte contre le banditisme qui s’expriment par la mise sur pied de partenariats effectifs avec la population et la communauté internationale pour freiner les enlèvements et les vols d’autos ; le maintien d’une plus grande présence policière sur le terrain ; l’établissement d’une police de proximité par des actions ciblées ; l’élaboration de nouvelles stratégies de lutte contre le trafic des stupéfiants ; la mise en place d’un système de réponse rapide aux requêtes du public. Des avancées dans la redynamisation de la Structure de Police. Au niveau structurel, l’institution s’est dotée de deux nouvelles Unités : le corps des Brigades d’Intervention Motorisées (BIM), chargé de remplir le rôle de police de proximité et d’intervenir dans les zones d’accès difficiles de la périphérie de Port-au-Prince et le Centre d’Operations Stratégiques, chargé d’orienter tactiquement l’action des unités de terrain dans les villes, à travers des indications cartographiques. Au niveau infrastructurel, plusieurs commissariats d’arrondissements et de communes ont été réhabilités.

100

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

CHAPITRE 5 : RÉSULTATS

101

Chapitre V

RESULTATS
V.I- EVOLUTION DES INDICATEURS
V.1.1- LES INDICATEURS DE PRODUITS
En fonction des objectifs visés par le DSNCRP, 157 indicateurs ont été définis pour le suivi et l’évaluation des actions menées dans le cadre de cette stratégie, ainsi que des OMD. Ces indicateurs sont répartis en 4 typologies et portent sur la mesure des résultats/effets induits du développement (87 indicateurs), en fonction des ressources injectées (16 indicateurs) et des produits obtenus ou activités générées (40 indicateurs) ; l’impact attendu en termes de croissance économique et d’amélioration des conditions de vie des ménages étant mesuré par 14 indicateurs. Cette partie du rapport s’intéresse en particulier aux indicateurs de produits qui mesurent la conséquence directe de l’utilisation des ressources budgétaires, administratives ou réglementaires. Ils permettent d’apprécier les réalisations corporelles par rapport aux objectifs fixés au départ et mesurent les résultats immédiats. Au nombre de 40, les indicateurs de produits de suivi du DSNCRP sont répartis sur quatorze domaines. Néanmoins, cinq domaines absorbent plus de la moitié de ces indicateurs : Infrastructures (7 indicateurs), Education et formation (6 indicateurs), Santé et nutrition (5 indicateurs), Tourisme (4 indicateurs), Justice / Sécurité (3 indicateurs). Des efforts ont été effectués par l’ONPES, en collaboration avec les pivots sectoriels en vue de la collecte d’informations et de données au niveau de ces secteurs. Cependant, rares sont les indicateurs de produit qui ont pu être collectés directement auprès de ces secteurs ; de plus, les informations et données qui serviraient à calculer ces indicateurs n’étaient pas disponibles dans la plupart des cas, ou pas accessibles tout simplement. Aussi, sont donc traités dans cette section les secteurs Infrastructure, Santé, Justice et Education.

V.1.2-ANALYSE DES INDICATEURS DE PRODUITS
L’analyse des indicateurs de produits porte sur le niveau du taux d’investissement public (dépenses publiques en investissement à travers les projets) sur la période 2008-2010 par rapport aux périodes antérieures. Cette analyse passe par la démonstration du poids des dépenses publiques dans l’économie et relève les contraintes qui s’opposent tant à l’exécution effective du budget (les dépenses publiques) qu’à la génération de ses effets positifs sur l’économie nationale. Le taux d’investissement public en 2010 s’élève à environ 6% du PIB. Etant donné le taux de 5.4% du PIB en 2007-2008, cet indicateur de produit indique relativement le poids de l’Etat

102

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

dans l’économie nationale. Néanmoins quand l’Etat haïtien utilise 30% à 40% de son budget en paiements de biens et services importés, au moins 3% du PIB correspondant à ces achats sont des fuites du circuit économique. Signalons également qu’au cours de 2006-2007, les différents services de l’Etat haïtien ne sont pas parvenus à dépenser les crédits budgétaires qui leur étaient alloués. Pour un budget de 63 milliards de gourdes, soit 24 milliards pour les dépenses de fonctionnement et 39 milliards pour le budget d’investissement, ces services ne sont pas arrivés, à mi-parcours, à absorber le tiers de leurs crédits, en dépit des besoins immenses de l’économie en infrastructures de base (infrastructures agricoles, éducatives, de santé ou routières) ; lesquelles se révèlent être nécessaires à la réalisation de l’objectif principal qu’avait fixé le DSNCRP qui est la croissance et la réduction de la pauvreté. Elles devaient être accessibles, fonctionnelles et équitablement réparties.

V.1.3-PRODUITS DU SECTEUR DES TRAVAUX PUBLICS
De façon générale, les travaux publics ont été l’axe d’intervention majeure du DSNCRP et les réalisations immédiates sont relativement importantes sur la période de mise en œuvre. Le Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications, responsable du Programme relatif aux « Travaux d’Infrastructures dans les communes», a géré les deux composantes du programme à savoir une composante routière et une composante électrification. Les différents projets ont été identifiés par les élus locaux et validés par le MPCE. Au total 80 communes à travers tous les départements ont bénéficié des travaux avec les fonds de ce programme. Du point de vue des infrastructures routières, en dehors des routes nationales, les réalisations ont été importantes dans les différentes communes identifiées, en termes de routes construites et réhabilitées par rapport à ce qui était prévu. En effet, d’après les informations recueillies auprès du MTPTC, en moyenne plus de 4,8 km de routes ont été réhabilitées dans les départements du Centre et de l’Artibonite et plus de 3,5 km respectivement pour chaque département. Il faut signaler également les efforts qui ont été effectués pour équiper le Service Métropolitain de Collecte des Résidus Solides (SMCRS) et le Centre National des Equipements (CNE) de façon à ce que ces institutions puissent réaliser la plupart des travaux de nettoyage et de réhabilitation dans les différentes communes du pays. De plus, des efforts ont permis à certaines firmes haïtiennes de répondre aux offres de services en construction dans le domaine du transport routier. La composante électricité montre également des résultats en progression pour 2009-2010. En effet, sur la période allant de septembre 2009 à février 2010 la production d’électricité s’élève en moyenne à plus de 52,000 mégawat/heure par mois, ce qui a permis à l’EDH d’augmenter le nombre d’heures d’électricité à environ 11 heures en moyenne par jour sur la période contre 8 heures pour les villes de province. A la base de cette performance se trouve le renforcement des centrales thermiques et la mise en place d’une centrale à mazout dans la zone de Carrefour, au sud de Port-au-Prince. Par conséquent, le poids des dépenses publiques en infrastructures a été considérable. Ces dépenses ont produit des résultats immédiats dans les domaines du transport routier et de la production d’électricité favorables au développement économique et social pour les départements et communes concernés en termes d’échanges commerciaux et d’accessibilité aux services publics des grandes villes.

CHAPITRE 5 : RÉSULTATS

103

V.1.4-PRODUITS DU SECTEUR SANTÉ
Le DSNCRP considère les Unités Communales de Santé (UCS) comme la pierre angulaire de la transformation du système de santé haïtien. L’objectif était de doter le pays de 63 UCS d’ici 2012. Au cours de 2008-2009, les réalisations concernant la construction d’hôpitaux, d’unités communales de santé (UCS) et de services pédiatriques notamment dans les départements du Sud, du Nord et de l’Artibonite ont été passables. En effet, sur les trente (30) activités programmées au total pour les trois (3) départements 13 ont été réalisées à 100%, par conséquent près de la moitié des objectifs étaient atteints. Du point de vue de la réhabilitation des institutions sanitaires, quatre (4) des dixhuit (18) activités programmées en termes de produits à livrer sont réalisées à 100%. L’objectif en termes d’UCS n’a pas été atteint car des 63 d’entre elles qui devaient voir le jour en 2012 seulement 6 UCS étaient fonctionnelles à la fin de l’année 2008. Tenant compte du contexte difficile laissé par le séisme du 12 janvier 2010, il est vraisemblable que l’objectif ne sera pas atteint d’ici à 2012. S’agissant des ratios entre les personnels de santé et les habitants qui montrent un changement dans le nombre de médecins, d’infirmières, d’auxiliaires par rapport à la population, il est difficile d’évaluer la situation aujourd’hui vu les pertes et dommages enregistrés dans le secteur de la santé après le séisme. Le peu de professionnels de santé que le pays connait vivent une situation déficitaire aujourd’hui en raison de l’affluence de techniciens en santé en provenance de l’international et de la gratuité des services dans la plupart des communes touchées par le séisme. Ainsi, les ressources allouées dans le domaine de la santé devraient permettre l’amélioration de la couverture sanitaire, la qualité et l’accessibilité aux soins de santé pour tous. Ce qui n’est pas le cas après la période de mise en œuvre. Des efforts doivent être entrepris en vue d’aller vers un système de santé moderne et accessible aux groupes vulnérables dès les premières années de la mise en œuvre du DSNCRP deuxième génération.

V.1.5-SECTEUR JUSTICE
Sur les trois dernières années, on ne peut pas parler de progrès en termes de mise en place de nouveaux bureaux d’état civil. Le dernier intervalle de temps pour lequel on dispose d’informations pour apprécier les avancées faites dans ce domaine se situe entre 2001 et 2008. En clair, sur cette période, pour tout le territoire il y eut la création de 3 nouvelles juridictions en matière d’état civil. Cependant, seulement 2 de ces 3 juridictions ont bénéficié de la création de deux bureaux d’état civil respectivement à Cornillon et Croix des Bouquets et à St Michel du Sud et Miragoâne. Au total, en 2008, le pays disposait de 185 bureaux d’état civil. Qu’en est-il de la répartition géographique de ces bureaux d’état civil à travers le pays ? Un rapport du FNUAP donne les précisions suivantes : la plus grande part des bureaux d’état civil (150) sont concentrés dans les villes, ce qui représente un taux de 81.1% ; les quartiers disposent de 32 de ces bureaux, soit un taux de 17.3%. Autrement dit, 50% des quartiers du pays sont dépourvus de bureaux d’état civil. Ces quartiers sont ainsi répartis par département géographique : 81.8% dans les Nippes; 80% dans le Sud-est ; 75% dans le Centre; 66.7% dans le Nord-Ouest; 60% dans la Grand ’Anse. Seulement 3 des 570 sections communales du pays étaient dotées d’un bureau d’état civil jusqu’en 2008. Ce constat est d’autant plus alarmant que les données démographiques précisent que 60% de la population haïtienne vivent dans les sections communales.

104

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Il est à préciser que les 3 sections communales disposant en 2008 d’un bureau d’état civil sont Cazale, Cayemites et Plaisance du Sud, situées dans les départements de l’Ouest, de la Grand’Anse et des Nippes respectivement. 99.5% des sections communales du pays sont donc dépourvues de bureaux d’état civil. Au total, 7 départements ont des sections communales ne disposant d’aucun bureau d’état civil ; ce sont les départements du Sud-est, Centre, Nord-Ouest, Nord, Sud, de l’Artibonite et du Nord-est. Avec un taux de 2.7%, le département des Nippes offre le taux de couverture le plus élevé des sections communales en bureaux d’état civil.

V.1.6-SECTEUR EDUCATION
Ces dernières années, le Programme d’Education de Base (PEB) reste et demeure un des projets majeurs du MENFP, à côté du PARQE où l’on prévoit, au total, la construction de 28 EFACAP à travers le pays. Il s’agit d’ouvrir des écoles de qualité dans les endroits marginalisés et les plus reculés du pays, en rapport avec l’objectif fixé dans le Plan National d’Education et de Formation (PNEF). Chaque EFACAP offre non seulement aux élèves de 6 à 15 ans une éducation de qualité mais aussi fournit un appui pédagogique nécessaire et la formation continue aux enseignants en service du réseau d’écoles qu’elle dessert. Les caractéristiques du système éducatif ont poussé les responsables du ministère de tutelle à travailler sur plusieurs axes et objectifs dont la recherche de l’efficacité interne et l’équité dans l’accès. A cet égard, au cours de l’année 2009, vingt (20) centres d’encadrement et de protection de la petite enfance (groupe de 2 à 5 ans) ont été mis en place. Ces centres se situaient dans le sud du pays, précisément à Aquin et à Vieux Bourg d’Aquin. De même en 2009, une dizaine d’écoles a été construite ou reconstruite alors qu’une vingtaine a été réhabilitée ou a subi une extension. Il est à noter que le secteur éducatif haïtien a toujours été caractérisé par des infrastructures précaires et des conditions matérielles de travail inadéquates. Aussi le séisme du 12 janvier a-til frappé très fortement, physiquement, ce secteur. Les données recueillies font état de plus de 1300 établissements qui se sont effondrés ou qui sont inutilisables. Le tableau qui suit présente la situation pour les trois régions les plus touchées par le séisme.
Tableau 13- Établissement détruits ou endommagés (Départements Ouest, Sud-est et Nippes)
Ouest Niveau Préscolaire Fondamental Secondaire Professionnel* Supérieur** TOTAL 149 2,502 1,180 17 49 Détruits 52 825 396 17 25 Sud Est Endom. TOTAL Détruits Endom. TOTAL 97 1,677 784 0 24 20 171 35 0 0 8 19 3 12 152 32 0 127 18 0 0 7 138 5 2 122 16 Nippes Détruits Endom. TOTAL 169 2,800 1,233 17 49 4,268 Total Détruits 60 849 401 17 25 1,352 Endom. 109 1,951 832 0 24 2,916

3,897 1,315 2,582 226 30 196 145 *: Bilan relatif aux 20 centres de formation visités **: Donnéees pour les 58 entités d'enseignement supérieur (Public et Non Public) visitées

Source : Bilan du MENFP Février 2010

CHAPITRE 5 : RÉSULTATS

105

V.1.7-SECTEUR TOURISME
touristique, qui autrefois était considéré comme une composante majeure de l’économie haïtienne, connaît un recul depuis une vingtaine d’années. Le pays dispose de nombreux atouts sur le plan touristique : sites naturels, monuments et patrimoines historiques, produits culturels, produits artisanaux, etc. Et dans le but de renouer avec la croissance, il devient nécessaire de faire de ce secteur un levier de développement durable au bénéfice direct de la population. Dans cette optique, des offices régionaux du tourisme ont été créés. Ce sont des institutions légales fonctionnant sous tutelle du ministère du tourisme. Ils sont répartis dans différentes régions du pays en vue de faire la promotion du tourisme local. La décision de créer et de faire fonctionner un office du tourisme dans chaque commune est restée sans effets. Théoriquement il existe une maison du tourisme dans au moins chacun des dix (10) chefs-lieux de départements. Toutefois la réalité donne lieu à un autre décompte. Avant le séisme du 12 janvier 2010, il n’y a dans le pays que trois villes (3) à avoir un office du tourisme fonctionnel. Il s’agit de Port-auPrince, du Cap-Haïtien et de Jacmel. Un ensemble d’autres structures communales existe mais de façon informelle et ponctuelle, et cela au gré de la fête patronale ou d’une manifestation culturelle régionale ou locale. Le secteur touristique, qui constitue un autre vecteur de croissance, n’arrive pas encore à jouer pleinement son rôle. En dehors des flux de croisiéristes générés uniquement par le complexe de Labadie, le nombre de touristes reçus annuellement par le pays ne croit plus. Les infrastructures hôtelières annoncées n’ont pas encore vu le jour, certains projets comme celui de la construction d’un Hilton ont été abandonnés. Et de plus, certains sites porteurs subissent de graves dommages environnementaux, c’est le cas de la plage de Pointe Sable de Port-Salut (perte de son îlot par érosion marine et pollution grave par les déchets). Il faut prendre en compte aussi la faible accessibilité du pays en infrastructures aéroportuaires et portuaires. En effet Haïti reste la destination la plus chère de la région Caraïbe, à partir des pays et régions émetteurs de touristes les plus en vogue (Europe, Amérique du Nord et Asie de l’Est). Force est de rappeler que le Plan d’Action pour le Relèvement et le Développement d’Haïti (PARDH) a pris en compte de tels besoins. En effet, il prévoit de réhabiliter et d’accroître la capacité d’accueil de l’aéroport de Port-au-Prince et de doter le pays de deux autres aéroports internationaux situés à proximité des villes du Cap-Haïtien et des Cayes. Il est prévu aussi la construction de deux autres ports en eau profonde et l’aménagement de certains Parcs. De telles infrastructures seront en mesure, entre autres, de répondre aux besoins de développement du secteur touristique. Dans les analyses ci-dessus, l’accent a été mis sur les indicateurs produits « physiques » et fonctionnels (comme la construction et la réhabilitation de routes, de bâtiments, le renforcement des structures). Cependant, certains indicateurs devraient montrer l’état de fonctionnement d’un environnement favorable à l’investissement privé. Ce qui n’est pas le cas, car le taux d’intérêt du système financier reste encore élevé et, de ce fait, n’est pas favorable au développement et à la spécialisation des entreprises privées nationales. On a vu que de l’argent a été effectivement dépensé au niveau des secteurs. Certains résultats immédiats sont visibles d’autres peinent à être livrés. L’une des raisons vient du fait que certaines dépenses montrent des traits stratégiques et d’autres des traits passifs/négatifs. La performance de certaines dépenses publiques vient du fait que l’Etat haïtien ait réussi pendant un certain temps à renforcer ses normes

106

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

administratives de gestion, avec le vote du budget, la mise en place et le renforcement de la Commission Nationale des Marchés Publics (CNMP), etc. On commence alors à envisager de monter des budgets de programme dans les différents secteurs d’intervention de l’Etat en vue d’assurer que la dépense publique puisse avoir un impact positif sur l’économie et le social, par la génération des infrastructures de production, le développement des secteurs productifs particuliers, par l’offre de services sociaux ou indirectement par la création d’emplois. Dans ce cadre, outre le contrôle procédural traditionnel, il faut davantage le contrôle d’efficacité dans l’affectation des dépenses de l’État. Il faut que l’administration publique soit plus capable de prévoir les effets et les résultats de dépenses de l’État. Les services de l’État devront toujours déterminer des projets et monter des budgets et un personnel pour chaque projet. Ce qui constitue une évolution en termes de conception du budget pour que les Produits programmés découlent effectivement des ressources injectées.

V.2-EVOLUTION RECENTE DES OBJECTIFS DU MILLENAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT (OMD)
Le Document de Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de Pauvreté (DSNCRP) est tributaire de deux nouvelles approches internationales à savoir : une nouvelle façon d’aborder la problématique de la pauvreté, en priorisant la croissance économique et une rupture avec les programmes d’ajustement structurel des institutions de Bretton Woods. Par la suite, il a été bien accueilli par la communauté nationale haïtienne, à travers un large processus participatif, parce qu’il ambitionnait d’intervenir dans la situation de pauvreté et de marasme économique du pays. Ce document cadre est aussi inscrit dans une dynamique forte de rattrapage des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) dans le sens d’un développement social plus consistant. La situation de certains indicateurs lors du lancement du DSNCRP, notamment les indicateurs de pauvreté monétaire, de la santé maternelle, de la santé infanto-juvénile et de scolarisation dans le primaire, pour ne citer que ceux-là, montraient respectivement: a) un taux de pauvreté extrême de 56% ; b) 630 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes ; c) 86 décès infanto-juvénile pour 1 000 naissances vivantes ; d) 49.6% des enfants fréquentaient l’école primaire. La Stratégie mise en place par le gouvernement visait à améliorer le score de ces indicateurs. Cependant, les évènements d’avril 2008 ont empêché la réunion des bailleurs de fonds devant consacrer le financement des plans, des programmes et projets inscrits dans ce document. La situation du pays s’empirait lors du passage de quatre (4) tempêtes tropicales (Fay, Gustave, Hanna, Ike). La plupart des infrastructures de base ont été détruites et avec de sérieuses conséquences négatives sur l’évolution des indicateurs OMD. Le 12 janvier 2010, un violent séisme a frappé plusieurs villes de trois des départements géographiques du pays, en particulier celles de Port-au-Prince, de Léogane, de Jacmel et de Petit

CHAPITRE 5 : RÉSULTATS

107

Goâve. Plusieurs centaines de milliers de morts ont été dénombrés. Les effets ont été inquiétants pour des secteurs clés qui conditionnent l’atteinte des OMD. Il s’agit des secteurs de l’éducation, de la santé et de l’eau potable, qui représentent 75% du nombre de ces objectifs. L’ampleur des dégâts sur chacun de ces secteurs a été constatée. La majeure partie des établissements d’enseignement de la région métropolitaine ont été détruits, principalement ceux de l’enseignement supérieur où 90% des étudiants sont concentrés. Les effets sur les infrastructures des secteurs eau potable/assainissement et santé ont été aussi dévastateurs. Dans les trois (3) départements géographiques les plus touchés du pays (Ouest, Sud’Est et les Nippes), 60 % des hôpitaux ont été sévèrement endommagés ou complètement détruits. Aujourd’hui, dans ce contexte post-séisme, il convient de se demander quel est l’état de l’évolution des indicateurs OMD dans le pays et quels sont les efforts à faire pour qu’Haïti se rapproche des objectifs fixés pour 2015 ?

V.2.1-LES PERSPECTIVES POUR LES OMD
Objectif 1: Éliminer l’extrême pauvreté et la faim. Les données disponibles montrent que le ratio emploi/population pour les jeunes âgés de 15-24 ans est passé de 37% à 48% entre 1990 et 2008. Après le séisme, des distributions massives d’aide alimentaire ont été faites dans le cadre des programmes humanitaires ; d’autres programmes de « food for work », de « cash for work » ont été mis en place dans le but d’aider la population à subvenir à ses besoins de base. Ces programmes ont, en quelque sorte, contribué à réduire la pauvreté dans une certaine mesure dans un contexte où la majorité de la population des zones sinistrées a été pratiquement décapitalisée. Selon une étude de l’UNICEF, une baisse de l’insuffisance pondérale parmi les enfants vivant dans les camps aurait été enregistrée. On peut s’interroger cependant sur les perspectives à moyen et à long terme pour ce qui concerne la sécurité alimentaire, l’accès à un emploi décent, la réduction de la pauvreté et de la faim. Objectif 2: Assurer l’éducation primaire pour tous. Les données les plus récentes sur l’éducation primaire pour tous sont celles de l’enquête sur la Jeunesse (2009) de FAFO. Elles montrent que le taux d’achèvement du primaire est de seulement 17%, avec des disparités dans les milieux de résidence et relativement au sexe. Ce taux est de 32% en milieu urbain contre 10% en milieu rural, 19% pour les femmes contre 14% pour les hommes, 36% pour la zone métropolitaine3 contre 6% pour la zone transversale. Avec la destruction de la plupart des infrastructures scolaires au niveau des trois départements touchés par le séisme et la décapitalisation de plusieurs ménages, il ne fait aucun doute que la fréquentation scolaire a globalement baissé dans le pays. De combien ? On ne peut pas encore l’affirmer. Des moyens importants et urgents ont été adoptés afin de préserver l’offre scolaire fragile en Haïti. Cependant, le plan de reconstruction du pays prévoit dans les cinq prochaines années la mise en place des infrastructures et des structures nécessaires pouvant permettre au pays d’arriver à la scolarisation universelle dans le primaire et le secondaire. On est en droit d’espérer que cet OMD sera sur une bonne voie d’ici à 2015.

3 Suivant cette enquête, la zone métropolitaine est composée de l’Aire Métropolitaine de Port-au-Prince et du département de l’Ouest. La zone transversale est formée des départements de l’Artibonite, du Centre et du Nord-Ouest

108

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Objectif 3: Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes. Pour ce qui concerne la fréquentation scolaire tant pour le primaire que pour le secondaire, et même pour l’université, la parité est presqu’atteinte et même dépassée dans certains cas. En effet, d’après le rapport de l’enquête sur la jeunesse 2009 de FAFO, le rapport filles-garçons dans l’enseignement secondaire est de 1,12. Cependant, pour ce qui concerne l’occupation des postes de responsabilité dans l’administration publique et privée, les femmes sont minoritaires. La proportion des sièges occupés par les femmes au parlement national augmente de plus en plus. On est en droit d’espérer une amélioration dans la parité, car les femmes accèdent de plus en plus à des postes de responsabilité dans les administrations. Objectif 4: Réduire la mortalité des enfants de moins de 5 ans. Jusqu’en 2008, la mortalité des enfants de moins d’un an a évolué à la baisse, car entre 1990 et 2008 sur 1000 naissances vivantes, respectivement 105 et 57 morts4 ont été observés. La mortalité infanto-juvénile a également baissé, passant de 152 à 76 pour mille naissances vivantes entre 1990 et 2008. Ceci vient en partie du fait que la couverture vaccinale a augmenté. La proportion d’enfants de 1223 mois vaccinés contre la rougeole est passée de 31% à 58% pour la même période. Malgré cette tendance à la baisse, le niveau reste encore élevé. Ce niveau élevé de la mortalité infantile, s’explique surtout par un score relativement haut de la composante mortalité néo-natale. Après le séisme du 12 janvier 2010, grâce à la campagne de vaccination menée dans les abris temporaires, plus de 8000 enfants de moins de sept ans ont été vaccinés contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche et plus de 5000 contre la rougeole et la rubéole.
Graphe 15 - Taux de mortalité infantile pour 1,000 naissances vivantes

Objectif 5: Améliorer la santé maternelle. La santé maternelle a toujours constitué une préoccupation majeure pour le système sanitaire haïtien, car les données sur le taux de mortalité maternelle, ont montré une nette tendance à la hausse pour la période allant de 1990 à 2005. Cependant, on a constaté une certaine amélioration au niveau de certains indicateurs liés à la santé maternelle, comme par exemple la couverture des soins prénataux, qui est passée de 71% à 85% entre 1990 et 2008. De plus les besoins non satisfaits en matière de planification fami-

4 C’est le taux le plus élevé de la région des Amériques suivant le DSNCRP

CHAPITRE 5 : RÉSULTATS

109

liale et en pourcentage de femmes en âge de procréer5 , est passé de 45% à 38% entre 1995 et 2005. Il faut noter que les études montrent que la planification familiale fait réduire de 30% la mortalité maternelle. Le fossé à combler est, certes très important, mais si les politiques publiques sont alignées, la tendance pourra être inversée, et le nombre de femmes qui meurent en donnant la vie diminuera. Avec le programme de Soins Obstétricaux Gratuits (SOG) qui donne des soins obstétricaux gratuits, plus de femmes vont accoucher dans un milieu hospitalier. Selon les données de la DSF/MSPP (Direction Santé de la Famille du MSPP), il y aurait une baisse d’environ de moitié du taux de mortalité maternelle. L’enquête de l’Institut Haïtien de l’Enfance (IHE) apportera sans doute plus d’information sur l’évolution de la santé maternelle. Objectif 6: Combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies. Le VIH/SIDA a connu durant ces dernières années, une évolution à la baisse. L’utilisation du préservatif a largement augmenté entre 2000 et 2008, passant de 13% à 37%, et de 28% à 42% respectivement pour la population féminine et la population masculine âgée de 15 à 24 ans. Cependant avec les conditions de promiscuité qui prévalent dans les camps, et dans les zones touchées par le séisme, un inversement de tendance est très possible. Cette situation de promiscuité tend aussi à favoriser les cas de viol et les grossesses non désirées. Il va sans dire que les maladies sexuellement transmissibles pourraient évoluer à la hausse. D’un autre coté, la proportion de cas de tuberculose détectés et soignés dans le cadre d’un traitement direct à court terme et sous observation, a connu une bonne évolution, car elle est passée de 2% à 49% entre 1995 et 2008. Objectif 7: Assurer un environnement durable. Jusqu’en 2008, la proportion de la population utilisant une source d’eau potable a connu une certaine amélioration, car elle est passée de 54% à 58% entre 1995 et 2005, puis a stagné jusqu’en 2008. Parallèlement la proportion de la population utilisant des infrastructures d’assainissement améliorées, a considérablement diminué, elle est passée d’environ 30% en 1995 à 19% en 2008 (FMI), et à 24% en 2009 (Fafo). Cependant, avec l’affluence des ONG, des institutions internationales, et des autres organisations gouvernementales (DINEPA), on peut augurer d’une amélioration dans l’accès à l’eau potable et à l’utilisation des infrastructures sanitaires, surtout dans les départements qui ont été frappés par le séisme, précisément dans la population se trouvant dans les camps. Il reste entendu qu’il s’agit d’une situation conjoncturelle. Avec la mise en place des structures décentralisées de la Direction Nationale Eau Potable et Assainissement (DINEPA6), l’apport des bailleurs7 (BID8, Espagne9), il y a de bonnes perspectives pour le secteur eau potable et assainissement.
5 Femmes âgées de 15 à 49 ans 6 http://www.dinepa.gouv.ht/index.php?option=com_content&view=article&id=118:-directeur-regional-aon-010810&catid=37:appel-doffre&Itemid=41 7 http://idbdocs.iadb.org/wsdocs/getdocument.aspx?docnum=2213587 8 La BID est le principal contributeur au secteur eau et assainissement en Haïti. Le portefeuille actuel en cours d'exécution comprend les deux prêts: (i) la réforme du secteur de l'eau potable et de l'assainissement (prêt 1010/SF-HA) pour 54 millions de dollars, qui vise à améliorer l'eau et l'assainissement en Haïti d'une manière durable, par le biais d’investissements dans les zones urbaines, périurbaines et rurales et la mise en place d'un cadre institutionnel pour le secteur eau et assainissement, et (ii) l'eau en milieu rural et le programme d'assainissement (Prêt 1780/SF-HA) pour 15 millions de dollars, qui soutient des investissements dans les zones rurales. 9 Avec le “Rural Water and Sanitation Program (II)” et à travers un fond non remboursable de $US 10 000 000, le SFW

110

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Graphe 16 - Proportion de la population utilisant une source d’eau potable améliorée

Objectif 8: Mettre en place un partenariat mondial pour le développement. L’aide per capita, a connu au cours de ces vingt dernières années, une évolution en dents de scie, mais avec une tendance à la hausse, en passant de 24$US en 1990 à 73$US en 2008, ce qui représente une augmentation de plus de 300% par rapport à la valeur atteinte en 1990. Cependant, jusqu’en 2008, le niveau record de 92$US d’aide per capita dont le pays avait bénéficié en 1995, n’a pas encore été atteint sur la période. Avec le séisme du 12 janvier, un grand élan de solidarité s’est manifesté à l’endroit d’Haïti. Le Plan d’Action pour le Relèvement et le Développement d’Haïti (PARDH) a fait l’objet de beaucoup de promesses d’aide en attente d’être concrétisées. Cependant, on peut s’interroger sur la nature de l’aide reçue par Haïti jusqu’à présent, quand on sait que cette aide incorpore une grande composante humanitaire. En appui technique, il transite en grande partie à travers des organisations non gouvernementales et des institutions internationales. Une bonne coordination et une meilleure canalisation de l’aide internationale sont nécessaires, en vue de contribuer à la relance de l’économie, et la solution des problèmes structurels auxquels fait face le pays et notamment à la progression vers l’atteinte des OMD.
Graphe 17 - Aide per capita (Us$ courant)

(Spanish Cooperation Fund for Water and Sanitation in Latin America and the Caribbean) finance un projet ayant pour objectif d'améliorer la qualité de la vie et les conditions sanitaires des communautés rurales par la fourniture de durable de l'eau potable et d'assainissement

CHAPITRE 5 : RÉSULTATS

111

D’un autre coté, les progrès par rapport à l’intégration des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans la société, sont visibles. Le nombre d’abonnés à un service de téléphonie mobile, pour 100 habitants, est passé d’un à trente trois entre 2005 et 2008. Le nombre d’utilisateurs d’Internet, pour 100 habitants, est passé de 0,2 à 10,4. Parallèlement, le nombre de lignes fixes pour 100 habitants, a régressé de deux à un entre 2005 et 2008. Cependant, avec le processus de modernisation de la TELECO, l’exploitation du réseau de fibres optiques nouvellement installé en Haïti, on est en droit d’espérer que la situation dans ce secteur connaitra une nette amélioration, et ceci pour ce qui concerne particulièrement le nombre de lignes fixes par habitant et l’accès à l’internet.

V.2.2-CONSIDERATIONS GENERALES AU REGARD DES OMD
Au terme des trois (3) années de mise en œuvre de la première génération du DSNCRP et malgré les grandes ambitions poursuivies dans ce document, il faut surtout retenir que le pays a connu beaucoup de cassures dans son élan, lesquelles cassures liées au climat politique, aux intempéries et à un séisme majeur, sont synonymes d’instabilité, et par conséquent, nuisent à l’atteinte des objectifs de départ retenus dans le cadre du DSNCRP. Pour l’année 2010 par exemple, le DSNCRP cherchait à combler le retard affiché par certains indicateurs OMD. Ainsi, le plan stratégique national du secteur santé 2005/2010, repris par le DSNCRP, visait l’amélioration de l’état sanitaire des populations à travers les programmes et lignes stratégiques d’action suivants : réduire d’au moins de 50% le taux de mortalité maternelle ; réduire de 50% les taux de mortalité infantile et infanto juvénile ; réduire de 30% l’incidence de l’infection au VIH/SIDA ; réduire de 30% la mortalité liée au VIH/SIDA ; réduire de 30% l’incidence de la tuberculose. Pour ce qui concerne l’éducation, le DSNCRP visait entr’autres à : ramener le taux d’alphabétisation des 15 ans et plus à 68.6% ; réduire les disparités entre les départements géographiques ainsi qu’entre les milieux de résidence dans la distribution de l’offre scolaire aux niveaux préscolaire et fondamental ; ramener le nombre d’EFACAP à 116 en 2010. En ce qui concerne la problématique genre, il visait à faire un plaidoyer pour la modification de la loi électorale afin de permettre aux femmes d’occuper au moins 30% des postes. Aujourd’hui, ces résultats sont bien différents des valeurs affichées par les tendances des indicateurs OMD. Dans ce contexte, on peut déjà prévoir qu’il sera difficile pour le pays d’atteindre la majorité des Objectifs du Millénaire pour le Développement d’ici 2015. Le Plan d’Action pour le Relèvement et le Développement d’Haïti élaboré par le Gouvernement à la suite du séisme, est un outil qui mettra le pays sur de nouveaux rails. De par ses objectifs de réaliser la quadruple refondation du pays : territoriale, économique, sociale et institutionnelle, il apportera sans doute une nouvelle dynamique à la politique d’atteinte des OMD.

112

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Tableau 14- Evolution de quelques indicateurs des OMD (1990-2008/09)
Objectifs Objectif 1: Éliminer l’extrême pauvreté et la faim Objectif 2: Assurer l’éducation primaire pour tous Objectif 3 : Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes Objectif 4: Réduire la mortalité des enfants de moins de 5 ans Indicateurs *Ratio emploi / population, 15+, total (%) 1990 56 1995 54 27.5 ... ... 0,95 4 49 98 98 474.0 68 18 2.0 5.0 52.0 29.0 24 0 54.0 29.7 92 0 2000 55.0 17.3 54.3 64.4 ... 4.0 55.0 78.0 109.0 520.0 79.0 28.0 19.0 5.5 56.0 24.0 24.0 1.0 2005 55.0 22.2 49.6 82.4 1.0 4.0 58.0 62.0 84.0 630.0 85.0 32.0 44.0 2.2 58.0 19.0 54.0 5.0 2008-09 56.0 ... ... 8510 ... 4.0 58.0 57.0 76.0 ... 85.0 32.0 49.0 2,2 58.0 24.013 73.0 33.0 1.5 94.0 Rapide Lente peu important important 36.7 60.0 114.011 Lente Lente Recul important important très important 2015 78 13.4 100.0 100.0 1 50 Lente Rapide Rapide Lente important peu important peu important important Progrès Lente Fossé à combler important

% d’enfants présentant une insuffisance pondérale 26.8 Taux net de scolarisation dans le primaire Taux d’alphabétisation des 15-24 ans Rapport F/G dans l’enseignement primaire Proportion des sièges occupés par les femmes au parlement national Proportion d’enfants de 12-23 ans vaccinés contre la rougeole Taux de mortalité infantile* pour mille naissances vivantes Taux de mortalité infanto-juvénile pour mille naissances vivantes 22.1 54.8 0,95 ... 31 105 152 457.0 71 10 ...

Objectif 5 : Améliorer la santé maternelle

Taux de mortalité maternelle pour 100,000 naissances vivantes *Couverture des soins prénatals (%) *Prévalence Contraception (% femmes âgées 15-49)

Objectif 6 : Combattre le VIH/sida, le paludisme et d’autres maladies Objectif 7 : Assurer un environnement durable

Proportion de cas de tuberculose détectés et soignés 12 Taux de prévalence du VIH dans la population % de la population urbaine ayant accès à une source d’eau améliorée % de la population utilisant des infrastructures d’assainissement améliorées

Objectif 8 : Mettre en place Aide per capita (US$ courant) un partenariat mondial Abonnés à un service de téléphonie mobile, pour le développement pour 100 habitants

Source : EMMUS II (1994-95) ; EMMUS III (2000) ; EMMUS IV (2005-06) ; RNPD (2006) ; FMI(2008) ; FAFO (2009)

N.B. : Les indicateurs précédés d’un * font partie des indicateurs qui ont été définies pour les nouvelles cibles 10 11 12 13

10 Cette valeur représente les alphabétisés ainsi que les partiellement alphabétisés suivant l’enquête de la jeunesse de Fafo (2009) 11 Les valeurs en vert sont les cibles à atteindre en 2015 12 Dans le cadre d’un traitement direct à court terme et sous observation 13 Enquête de la jeunesse de Fafo (2009)

CHAPITRE 5 : RÉSULTATS

113

V.3- LA RETROACTION DE LA POPULATION
V.3.1-CE QUE LA POPULATION DIT A TRAVERS LE SUIVI QUALITATIF PARTICIPATIF (SQP)
Le DSNCRP est axé sur le partenariat en ce sens qu’il encourage la participation coordonnée des actions bilatérales, des organisations multilatérales et non gouvernementales dans un programme global de réduction de la pauvreté et de création de richesse. Et cela sur une perspective à long terme. Ce cadre favorise une plus grande ouverture dans l’élaboration des politiques publiques. L’Etat haïtien a cherché de manière plus systématique à inclure, lors de l’élaboration de ce document, des groupes traditionnellement marginalisés, le secteur privé, la société civile et les pauvres ; de ce fait, cette stratégie de réduction de la pauvreté a tendance à avoir l’assentiment de la communauté et le soutien des parties prenantes précitées. Dans le cadre de son suivi, le DSNCRP prévoit la démarche suivante : « les associations de la société civile seront encadrées et bénéficieront de formation adéquate pour leur permettre d’observer, de suivre et d’opiner sur l’exécution des actions de réduction de la pauvreté dans leurs zones d’influence ». Donc le citoyen n’est pas seulement appelé à participer au processus d’élaboration mais à toutes les phases de la vie de ce cadre de développement du pays. Cette démarche participative suppose l’implication active de l’ensemble des acteurs de la société dans l’élaboration, le suivi et la mise en œuvre de la stratégie de lutte contre la pauvreté. Cette démarche, l’empowerment, est censée donner aux pauvres l’opportunité d’influencer les politiques qui affectent leurs conditions de vie, en permettant de mieux identifier et prendre en compte leurs problèmes et leurs attentes. Le processus participatif est donc, à juste titre, considéré comme un moyen pouvant garantir l’efficacité de la stratégie de lutte contre la pauvreté et sa réalisation effective. Elle favorise donc une meilleure appropriation des politiques. C’est également un facteur de renforcement de la démocratie exigée par la constitution de 1987, car il consiste à associer la société civile à la définition et au suivi des politiques, avec pour objectif de renforcer le débat démocratique et donc la légitimité ainsi que l’efficacité des politiques et des réalisations. Il importe par conséquent que l’Etat haïtien tienne compte de la perception et des appréciations des populations qui sont les bénéficiaires (directs et indirects) des actions réalisées depuis trois. Les avis qu’elles émettent sont des témoins lumineux qui peuvent aider à rectifier le tir et d’amorcer le DRSNCRP 2ème génération avec sérénité. DES APPRECIATIONS NATIONALES MAIS LOCALISEES Les avis des citoyens ont été collectés selon une géographie spécifique, celle qui épouse l’implantation des projets et actions. Cette dynamique nous permet de mettre en évidence une réalité : une concentration d’actions (de projets) dans certaines communes. Ces dernières deviennent des Communes-Phares et c’est là où se donnent les avis et les appréciations véritables. Là où les populations bénéficiaires peuvent donner leur avis et surtout faire valoir leurs appréciations sur l’ensemble des actions réalisées. Cela permettra de jauger ou d’appréhender avec des données qualitatives (les appréciations des citoyens) le sens ou la profondeur de l’évolution des conditions de vie dans le milieu de vie et de production de la population.

114

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Les avis que nous avions collectés n’intègrent pas seulement les niveaux de satisfaction ou des appréciations des populations bénéficiaires uniquement sur un projet. Ils ont pour champ l’ensemble des interventions réalisées dans les communautés et les régions. Dans cette dynamique de commune-phare ces appréciations citoyennes permettent de comprendre et surtout d’appréhender quel ensemble de projets est à même de créer les conditions nécessaires permettant aux populations bénéficiaires d’apprécier l’atteinte des objectifs nationaux au niveau de sa commune. Elles permettront aussi un DSNCRP de 2ème génération mieux adapté et plus efficace dans ses interventions. Les dix départements du pays ont été couverts à travers seize Commune-Phares Majeures (CPM)14. Les appréciations sont tirées du corpus établi par le DSNCRP au regard des objectifs fixés. Les éléments de ce corpus qui les ont orientées sont : le revenu, l’emploi, la santé, l’alimentation, l’eau potable et l’assainissement, l’identité juridique et citoyenne, l’accès à la justice, à la sécurité, à la scolarisation, à l’alphabétisation et le niveau de participation des femmes. La photographie des appréciations se décline comme suit : UN NIVEAU DE SATISFACTION GLOBALE FAIBLE La satisfaction au regard de la disponibilité, de l’accès aux services sociaux de base et de la qualité de ces services, est jugée faible (68,9 % des appréciations15). Les citoyens justifient leurs avis par un ensemble de facteurs récurrents : le chômage, la cherté de la vie, la hausse des prix des produits alimentaires, la courte durée des projets, la participation très faible des populations locales dans les projets, l’éloignement de la population par rapport au centre pourvoyeur de service, le trop peu d’investissements des acteurs publics et privés et surtout la faiblesse des investissements dans le secteur agricole.

Tableau 15- Allure générale des appréciations Niveau de satisfaction élevé Moyen 2,4 4,6 0,2 15,1 40,9 29,8 1,3 15,2 28,5 19,6 2 26,8 12,6 18,5

Secteur Economie Education Santé Alimentation Eau et Assainissement Services administratifs Moyenne
ONPES/ Déc. 2009/2010

Faible 29,7 65,8 20,3 61,7 16,7 52,6 41,1

Très faible 63,3 18,9 9 21,9 35,2 18,6 27,8

14 Celles qui cumulent le plus fort pourcentage de projets et de population 15 Enquêtes/sondage de 2008, 2009 et 2010

CHAPITRE 5 : RÉSULTATS

115

116

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Graphe 18- Avez-vous constaté une amélioration de la vie dans votre communauté ?

Source : ONPES, avril 2009

Graphe 19-Niveau de satisfaction générale

, Très faible 27.7

élevé, 12.6 Moyen, 18.5

Faible, 41.1

Source : ONPES, avril 2009

Des appréciations sectorielles négatives L’insatisfaction est plus aiguisée au regard du revenu et du pouvoir d’achat, près de 96% des appréciations estiment que l’inactivité, le chômage et surtout la hausse fulgurante des prix n’ont pas permis une amélioration des conditions de vie. Les familles continuent à avoir des problèmes face à leurs obligations quotidiennes primaires comme l’accès à la nourriture. L’entretien du capital physique est compromis et les enfants sont les premiers à être touchés gravement

CHAPITRE 5 : RÉSULTATS

117

(malnutrition, déficiences physiques et intellectuelles). L’accès à la santé, à l’eau potable, à un environnement sain, à l’assainissement demeure très faible selon ces appréciations. Plus de 79 % des appréciations estiment que l’accès aux documents d’identité juridique, l’accès à la justice et à la sécurité reste difficile. En effet les tableaux ci-après témoignent du caractère mitigé de ces appréciations.
Tableau 16- Appréciations sur l’accès à la justice

Accès aux services de justice
2010 4,2 20,9 42,2 32,7 Avant 2007 4,2 19,6 44,9 31,3

Très facile Facile Difficile Très difficile
ONPES 2009

Tableau 17- Appréciation sur l’accès à l’assainissement

Disponibilité de lieu d’aisance
Apres 2007 63,56 7,06 11,72 17,67 Avant 2007 64,56 7,22 10,18 18,05

Latrine individuelle Latrine collective Water Closet Autres
ONPES 2009/2010

Des poches réelles de satisfaction Les appréciations des populations mentionnent, toutefois, des poches de satisfaction. Le niveau de satisfaction est élevé en ce qui a trait à la question de l’équité du genre. Pour 86% des appréciations, l’intégration des femmes est satisfaisante. Au regard des maladies prioritaires comme la tuberculose et le sida le niveau de satisfaction est très élevé. La prise en charge des personnes infectées est perçue par la population comme une situation excellente. Et ce constat capte plus de 88% des appréciations citoyennes. Les appréciations font état d’une amélioration certaine en matière d’accès à l’éducation fondamentale. Les citoyens disent percevoir une meilleure prise en charge du secteur par les autorités. Les appréciations tendent vers un certain optimisme. En témoignent les tableaux suivants :

118

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Graphe 20- Appréciation sur l’accès aux soins de Santé maternelle

Lieu d’accouchement après 2007

Lieu d’accouchement avant 2007

ONPES 2009/2010

Graphe 21-Appréciation sur l’accès à l’éducation

ONPES 2009/2010

V.3.2-CONSIDERATIONS GENERALES
Les appréciations citoyennes que nous venons d’exposer plus haut doivent être prises à leur juste valeur au regard des attentes de ces populations. Cependant les chocs que représentent les cyclones Hannah, Gustave, Ike et le séisme du 12 janvier rendent difficile une fine analyse de l’efficacité des actions réalisées depuis trois ans dans le pays dans le cadre du DSNCRP. Les petites avancées étaient vite consommées par ces catastrophes naturelles. Toutefois elles (ces appréciations) restent des clignotants sur lesquels les décideurs doivent appliquer le principe de précaution pour un meilleur DSNCRP de 2ème génération. A cela il faut ajouter un ensemble

CHAPITRE 5 : RÉSULTATS

119

de recommandations qui permettront une meilleure participation citoyenne. Cette participation sera réellement effective si les citoyens sont invités à manifester leur approbation ou leurs préférences tout au long du processus de décision politique ou de développement. Il faut renverser les conditions d’existence des populations : la persistance d’un niveau de chômage élevé, malgré les engagements successifs de toutes les instances de décisions de le réduire, ne peut que favoriser le scepticisme, le désintérêt et l’abstention. Les conditions matérielles des populations jouent grandement sur la qualité de la participation citoyenne. Les décideurs doivent reconnaitre au citoyen une qualité «d’expertise d’usage», se donnant les moyens de l’informer et de recueillir son avis pour aller vers une meilleure appropriation dans le cadre de la prise de décision concertée. Pour stimuler directement leur participation et renforcer les mécanismes relationnels État-société, l’Etat haïtien devra mettre à disposition des populations de façon régulière toutes les informations sur la pauvreté à travers notamment des campagnes de sensibilisation de proximité (de préférence en créole); solliciter périodiquement les populations et prendre en compte leur avis afin que les projets/actions mis en œuvre au niveau local reflètent leurs besoins spécifiques ; sensibiliser, éduquer et encadrer les populations pour favoriser un changement de mentalités, l’émergence d’un esprit d’entrepreneuriat, le respect de l’environnement, etc. Cette démarche permettra d’aller vers une démocratie participative et de proximité souhaitée par les citoyens les plus pauvres.

120

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

CHAPITRE 6 : COORDINATION, SUIVI ET COMMUNICATION

121

Chapitre Vi

COORDINATION, SUIVI ET COMMUNICATION
VI.1-LE DISPOSITIF DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE DU DSNCRP
Le dispositif institutionnel de la mise en œuvre du DSNCRP a été analysé sous l’angle de ses forces et de ses faiblesses par un consultant externe. Cette analyse a permis d’évaluer et de mieux comprendre la pertinence et l’efficacité du mécanisme de mise en œuvre et de suivi/ évaluation mis en place dans le cadre du DSNCRP, d’en identifier les failles, les faiblesses et les forces. Des propositions de solutions ont aussi été faites pour améliorer le système actuel de coordination de la mise en œuvre, de suivi/évaluation du DSNCRP en vue de les prendre en compte dans le document d’élaboration de la prochaine génération du DSNCRP.

VI.1.1-FORCES
Les principaux constats ont été les suivants : Le DSNCRP a été de plus en plus perçu comme document de référence au sein des différents acteurs de la scène nationale du développement. Il y a eu un effort d’arrimage des partenaires au développement d’Haïti sur le document de stratégie, ce qui a favorisé une harmonisation progressive des vues par rapport aux enjeux en présence. Cependant malgré les nombreuses vicissitudes inhérentes au processus, l’engagement, la détermination et le volontarisme du Secrétariat Exécutif (SE-CICSMO) ont été perçus par tous comme étant le principal terreau ayant permis une certaine coordination autour de la mise en œuvre de la stratégie. L’exercice relatif à la mise en œuvre de la stratégie a permis de développer une dynamique d’apprentissage qui est en soi un élément fort positif, dans la mesure où les parties prenantes n’ont jamais vraiment été engagées dans une dynamique de cette nature, même s’il y a eu auparavant d’autres initiatives visant le relèvement d’Haïti. Il a permis aux différents acteurs de prendre davantage conscience de l’importance de la cohérence intersectorielle et des défis que cela met en exergue. Le MPCE a été davantage perçu comme un maillon important dans la coordination de l’action gouvernementale pour ce qui est de la perception que les parties prenantes ont de sa réelle valeur ajoutée dans le paysage institutionnel. L’existence de l’ONPES est un atout majeur dans le dispositif de gestion du développement. Il s’agit là d’un outil qui, s’il était porté à maturité de façon durable, serait d’une grande utilité pour l’aide à la décision des uns et des autres.

122

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

La mise en œuvre de la stratégie a permis de créer des embryons d’espaces sectoriels qui se veulent des jalons importants pour le développement de la capacité de réflexion et d’orchestration sectorielle et un effort de diffusion de l’information sur la mise en œuvre de la stratégie bien que le champ de couverture demeure limité. De même, l’exercice témoigne de l’ouverture quant à la participation effective de la société civile au processus. La volonté de faire participer les populations se manifeste particulièrement en ce qui concerne l’option prise pour le suivi citoyen ou suivi qualitatif participatif. Tout étant perfectible par ailleurs, il faut noter qu’une emphase a été mise sur l’approche participative dès la phase d’élaboration du document de stratégie. Cette approche participative a facilité la prise en compte des axes transversaux, notamment le genre dont la perception de l’importance est sans cesse croissante dans le milieu. Un effort de rénovation du Système National de Planification et de Gestion du Développement (SNPGD) a été initié. Le MPCE s’active autour d’une nouvelle vision de la planification appelée à intégrer les fonctions de prospective, de coordination stratégique, d’encadrement et d’information en vue de faciliter la mise en place des instruments de planification et de gestion du développement. Cette vision s’articule autour d’une approche qui couvre quatre niveaux : stratégique, technico-stratégique, opérationnel, suivi et rétroaction. La place du DSNCRP y est bien explicite; ce qui est de bonne augure pour la seconde génération de la stratégie. Par ailleurs, Haïti dispose d’un Plan d’Action National d’Opérationnalisation de la Déclaration de Paris (PANODEP) – il s’agit d’une plateforme utile à l’alignement du DSNCRP et des préoccupations et exigences en matière d’efficacité de l’aide. Nul besoin de souligner que le pays est fort dépendant de l’apport des ressources externes et que par conséquent, une gestion efficace de l’aide est une condition sine qua none pour une bonne mise en œuvre du DSNCRP.

VI.1.2-Faiblesses
Sur le plan de la stratégie Formulation Les paradigmes fondateurs d’un sursaut national de transformation n’ont pas été suffisamment énoncés. Le DSNCRP n’a pas été perçu comme l’expression d’un projet de société par les acteurs du milieu. Il y a lieu de revisiter l’approche au niveau des fondamentaux : les principes cardinaux, le soubassement socio philosophique, le cadrage du rapport au monde, bref, la vision qu’ont les forces vives haïtiennes de leur développement. Il existe un déficit sur le plan des politiques. Nombre d’observateurs et d’acteurs relèvent que le DSNCRP se veut un catalogue d’actions sans politiques sectorielles. Il existe des activités certes, mais il y a un manque crucial de politiques dans la très grande majorité des domaines d’actions. FONCTIONNEMENT DES INSTANCES DE COORDINATION ET SUIVI
Pilotage et orchestration

Au niveau stratégique Aucune des structures prévues dans le dispositif institutionnel n’a été véritablement opérationnelle. Cet état de choses fait qu’il n’y a pas eu pratiquement de guidance sur le plan du leadership

CHAPITRE 6 : COORDINATION, SUIVI ET COMMUNICATION

123

gouvernemental. Il n’y a pas eu d’impulsions claires donnant le ton (priorités et orientations fondamentales) pour l’opérationnalisation de la stratégie. On a constaté un manque de clarté entre l’action menée autour du gouvernement et celle menée autour du DSNCRP, or le DSNCRP se voudrait le document de référence quant à l’action de développement. Il faut souligner ici que le document de stratégie n’a jamais été investi par un acte solennel, certes programmé, lui donnant ses lettres de noblesse du fait du renvoi par le Parlement du Chef du Gouvernement à l’époque Au niveau intra sectoriel Il a existé un certain laxisme reconnu par tous; la notion de responsabilité est impalpable. On a noté une faible lisibilité dans les dynamiques et les logiques sectorielles. La faiblesse de l’intégration intra sectorielle a été évidente. Au niveau intersectoriel – L’on a remarqué une discontinuité constante dans la représentativité par rapport aux espaces de coordination. Certains cas sont particulièrement notoires, à l’instar de certains Ministères qui n’ont pratiquement plus siégé au Comité Intersectoriel de Coordination et de Suivi de la Mise en Œuvre (CICSMO). Par ailleurs, il y a une faible rétroaction de l’intersectoriel vers l’intra sectoriel. Au niveau des initiatives décisives On a relevé peu de fluidité dans les rapports inter organisationnels dans certaines démarches critiques comme par exemple le temps relativement long mis à faire démarrer le Paquet Statistique Minimal, malgré l’urgence signalée. Sur le plan deS SyStèmeS Gestion des investissements publics Des lacunes importantes en matière de programmation Les documents de projets sont de piètre qualité et très souvent inexistants (aucun nouveau document de projet enregistré pour la 2ème année d’exécution de la stratégie). La FIOP (Fiche d’identification et d’Opération de projet) fait office de référence de base pour la programmation bien que ne contenant pas des provisions suffisantes sur le plan informationnel. Il y a un nombre important de projets reconduits d’année en année et n’ayant jamais atteint le point de clôture. Cela pose à juste titre la question de la crédibilité du programme d’investissements publics. La programmation des investissements se fait avec très peu de supports de contenus. Aussi note-t-on la pratique consacrée d’une confection du Programme d’Investissement Public (PIP) essentiellement autour d’idées de projets (l’Unité de Pré-Investissements du Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) ne disposant d’aucun projet mature pour la mise en œuvre du DSNCRP). Les Unités d’Études et de Programmation (UEP) sont très peu à même de générer ce qui est attendu d’elles. Au stade embryonnaire, elles sont très insuffisamment dotées en ressources humaines et matérielles et leur valeur ajoutée est présentement peu évidente. Le MARNDR disposerait de la plus accomplie des UEP, et pourtant on pourrait dire que son niveau de performance n’est pas convaincant. Les UEP sont en règle générale peu enclines à s’investir dans l’élaboration de documents de projets à cause de la récurrence d’un non prise en compte des dits projets dans la programmation des investissements publics.

124

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Des dysfonctionnements sérieux dans la chaîne de la dépense publique Il existe dans la chaîne de la dépense publique une sorte de pragmatisme inquiétant. Ainsi, l’on reconnaît que les bases informationnelles du PIP sont ténues à bien des égards, mais l’on accepte tout de même de procéder à des engagements de ressources en le justifiant par la nécessité de démontrer une certaine capacité d’absorption sans laquelle la machine de l’État se gripperait. Il faut toutefois dire que des efforts sont faits pour orienter tant bien que mal les parties prenantes vers l’observance de bonnes pratiques. C’est ainsi qu’il existe des critères pour la préparation au financement des initiatives. Mais ces critères ne sont tout simplement pas ou très peu appliqués. Des lacunes en matière de suivi et d’évaluation des investissements publics Les rapports sur le suivi et l’évaluation portent presqu’uniquement sur la conformité des pièces justificatives. Il n’y a que très rarement de relations avec d’éventuels résultats. Le financement direct des projets et programmes par les agences externes sans en référer au MPCE limite sérieusement les capacités de l’État à suivre et à évaluer les investissements. De plus, c’est un fait établi que les projets bénéficiaires de ce financement ne rendent pas compte d’une manière ou d’une autre de leurs activités au MPCE tel que prescrit par la loi. Gestion de l’information Accès à l’information : Des difficultés dans l’obtention de l’information de la part des ministères sectoriels, malgré l’existence récente de pivots sectoriels mobilisés pour remédier à cet état des choses. Gestion budgétaire Les capacités de programmation du Ministère de l’Économie et des Finances (MEF) ne sont pas réellement à la hauteur des exigences et standards en matière de gestion budgétaire axée sur les programmes et les résultats : les conférences budgétaires portent essentiellement sur les ressources de fonctionnement. Les observations ont révélé un déficit au niveau de la discipline et de l’imputabilité budgétaires : les leviers de la dissuasion des ordonnateurs peu responsables par le biais de la sanction en temps opportuns ne sont que parcimonieusement activés. Le DSNCRP n’a pas d’expression dans le budget national et l’articulation de l’axe MPCEMEF dans la planification budgétaire est quasi nulle. Dans leurs lois organiques, les deux ministères partagent des attributions, mais il n’existe pas de courroie entre eux. C’est ainsi qu’à titre d’illustration, le MPCE n’est pas au courant des états de compte des projets; or cela est important pour le suivi. Sur le plan des valeurs on peut dire que la notion de responsabilité est très insuffisamment ancrée dans la sphère publique en général et, cela influe négativement sur la mise en œuvre du DSNCRP. Sur le plan des compétences Il y a, dans le pays, un déficit de compétences essentielles au sein de l’appareil public. L’on constate une véritable saignée des habiletés existantes au profit des Unités Techniques d’Exécution des projets (UTE) des Ministères, en règle générale plus généreuses que l’administration publique sur le plan de la rémunération. Cette question est considérée dans le cadre du PANODEP et les pistes de solution y afférentes méritent une attention particulière. Au niveau départemental les Comités Départementaux de Coordination et de Suivi de la Mise en Œuvre (CDCSMO) et les Tables Départementales de Concertation (TDC) sont

CHAPITRE 6 : COORDINATION, SUIVI ET COMMUNICATION

125

boudées par un nombre non négligeable de directeurs départementaux notamment pour deux raisons : i) le reproche fait aux autorités centrales de donner peu ou pas de suite aux résolutions locales et ii) un manque d’intérêt caractérisé de la part de certains ministères sectoriels malgré les efforts de sensibilisation. Concernant la représentation, l’on note que les ministères sectoriels se font assez souvent représenter aux tables de coordination par des cadres peu informés et sans pouvoir de décision. Les Tables Communales de Concertation (TCC) ont une forte propension à être utilisées comme espaces politiques et d’appels à une reddition des comptes de la part des élus locaux. Dans bien des cas, il n’y a que très peu de compétences par rapport aux contenus des tables de communales. Il faut dire que, dans bien des cas, les rencontres ont lieu autour d’ordres du jour peu consistants et d’intérêt fort relatif. Il y a très souvent un problème de disponibilité ou d’existence d’espaces physiques nécessaires à l’interaction des parties prenantes. Les projets prioritaires du DSNCRP ne sont pas territorialement déconcentrés. Il n’est pas rare qu’il existe une certaine confusion entre les fonds alloués aux projets DSNCRP et les fonds de fonctionnement au niveau départemental. Le degré d’appropriation du DSNCRP au niveau départemental et communal est très faible. Au niveau central le Conseil d’Orientation Stratégique des Investissements (COSI) ne s’est jamais réuni – Il s’agit là, faut-il le rappeler, de l’organe suprême dans le dispositif institutionnel prévu pour l’opérationnalisation du DSNCRP. Placé sous la coordination du Président de la République et composé de ministres et de membres de la société civile, il lui revient de rechercher la performance des investissements publics en matière de croissance et de réduction de la pauvreté. Le Comité d’Arbitrage des Priorités (CAP) n’a jamais été fonctionnel – Il s’agit d’un organe placé sous la présidence du Premier Ministre, comprenant les Ministres de la planification et de la Coopération Externe et de l’économie et des finances, de l’Agriculture, des Travaux Publics, de la Santé, de l’Éducation Nationale, de la Justice et ayant pour mission d’orienter les dépenses publiques en fonction des priorités du DSNCRP. Le Comité Consultatif des Bailleurs (CCB), à l’instar des deux organes précédents n’a pas aussi été fonctionnel. Le Comité Interministériel de Coordination et de Suivi (CICS)-placé sous la Présidence du Ministre de la Planification et de la Coopération Externe, comprenant tous les Ministres concernés par la mise en œuvre du DSNCRP-ne s’est réuni qu’une seule fois. Il n’y a pas eu de suite aux engagements qui y ont été pris. De plus, il ne fournit pas de rétroaction aux rapports des réunions du Secrétariat Exécutif et du Sous Comité Technique Intersectoriel de Coordination et de Suivi de la Mise en Œuvre (SCTICSMO) qui lui sont tous transmis. Le Sous Comité Technique Intersectoriel de Coordination et de Suivi de la Mise en Œuvre (SCICSMO) réunissant les représentants des Ministères sectoriels, des bailleurs de fonds et d’organisations de la Société Civile a certes tenu des réunions mensuelles régulières pour assurer le suivi sectoriel de la mise en œuvre du DSNCRP au cours desquelles des rapports d’état d’avancement ont été discutés, des tableaux de bord sur l’état d’avancement du processus de mise en œuvre ont été élaborés et des recommandations ont été faites à l’intention du Comité Interministériel de Coordination et de Suivi (CICSMO) pour les suites nécessaires auprès des ministères respectifs.

126

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

VI.1.3-NOUVEAU DISPOSITIF INSTITUTIONNEL DE MISE EN ŒUVRE DU DSNCRP
A la lumière des observations recueillies sur le fonctionnement de la structure et des mécanismes de coordination et de suivi de la mise en œuvre du DSNCRP, un nouveau dispositif institutionnel a été recommandé et est présenté dans le schéma suivant.
Schéma 1 NOUVEAU DISPOSITIF INSTITUTIONNEL DE MISE EN ŒUVRE DU DSNCRP
APPROCHE STRUCTURES Commission Nationale de Pilotage (CNP) Approche prospective Présidée par le Premier Ministre et intégrée par des personnalités des secteurs publics et de la société civile ayant le Secrétariat Exécutif comme Secrétariat, appuyé par l’ONPES PROCESSUS Processus consultatif national multidimensionnel

Schéma 1-NOUVEAU DISPOSITIF INSTITUTIONNEL DE MISE EN ŒUVRE DU DSNCRP
PRODUITS

Document de Vision

Approche stratégique globale Comité Interministériel d’Orientation et de Suivi (CIOS) Présidé par le Ministre de la Planification et de la Coopération Externe et intégrant tous les ministres des secteurs économiques et Sociaux

DSNCRP 2nde Génération

Secrétariat Exécutif Permanent (SEP)
Animée par un SE et ayant notamment pour instruments des espaces de concertation et de coordination sous forme de réunions

Documents de stratégies Processus interministériels et intra ministériels sectorielles

Approche stratégique sectorielle

Commissions Thématiques Intersectorielles(CTIS)
Présidées par des ministères chef de file et réunissant des représentants des ministères concernés par le secteur; et incluant systématiquement un expert/pivot du MPCE servant d’interface avec le Secrétariat Exécutif Processus régional

Plans et schémas d’aménagement du territoire

Commissions Thématiques Départementales (CTD)
Approche Spatiale
Organisées en fonction de l’architecture type de la dynamique départementale

Ce dispositif institutionnel qui est le mécanisme de coordination et de suivi de la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Croissance Durable et de Réduction de la Pauvreté a particulièrement pour objectifs de : apprécier les directives en matière de croissance durable et de réduction de la pauvreté aux niveaux national, sectoriel et régional ou par domaine d'activité ; fixer le calendrier de formulation

CHAPITRE 6 : COORDINATION, SUIVI ET COMMUNICATION

127

Ce dispositif institutionnel qui est le mécanisme de coordination et de suivi de la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Croissance Durable et de Réduction de la Pauvreté a particulièrement pour objectifs de : apprécier les directives en matière de croissance durable et de réduction de la pauvreté aux niveaux national, sectoriel et régional ou par domaine d’activité ; fixer le calendrier de formulation et d’ajustement de la stratégie nationale de croissance durable et de réduction de la pauvreté ; examiner et valider les résultats des travaux d’élaboration et de réajustement de la stratégie nationale de croissance durable et de réduction de la pauvreté ; examiner et valider les bilans périodiques de mise en œuvre ; recommander des études à caractère général ou spécifiques nécessaire à l’approfondissement des éléments de politique ; examiner et valider le système de monitoring et d’évaluation de la stratégie nationale de croissance durable et de réduction de la pauvreté ; proposer des contrats d’objectifs avec le secteur privé et la société civile. Ce dispositif comprend : des organes et des instances. Les organes composant le dispositif institutionnel sont les suivants : La Commission Nationale de Pilotage (CNP) ; le Comité Interministériel d’Orientation et de Suivi (CIOS); le Secrétariat Exécutif Permanent de coordination et de suivi (SEP) ; les Commissions Thématiques Intersectorielles(CTIS); les Commissions Thématiques Départementales (CTD). La Commission Nationale de Pilotage (CNP) a pour mission de : de fournir les grandes orientations politiques et stratégiques pour la préparation, l’élaboration, la programmation des investissements et l’exécution des plans d’opération des programmes et projets prioritaires du Document de Stratégie Nationale de Croissance Durable et de Réduction de la Pauvreté (DSNCRP) ; rechercher et négocier tant au niveau national qu’international les ressources financières et techniques nécessaires au financement du DSNCRP ; s’assurer de la participation de tous les acteurs de la société haïtienne au processus de préparation, d’élaboration et de mise en œuvre du DSNCRP ; apprécier l’impact de la mise en œuvre du DSNRP sur le développement économique et social du pays, particulièrement sur les couches les plus défavorisées. Cette Commission est composée : du Premier Ministre, des Ministres de la Planification et de la Coopération Externe, de l’Economie et des Finances, des Affaires Etrangères et des Cultes, de trois Représentants des trois échelons des Collectivités Territoriales et de trois Représentants d’Organisations de la Société Civile Le Comité Interministériel d’Orientation et de Suivi (CIOS) a pour mission de : apprécier les rapports d’exécution des plans d’actions définis dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de croissance durable et de réduction de la pauvreté ; approuver les propositions de réajustement de la stratégie nationale de croissance durable et de réduction de la pauvreté résultant de l’évaluation de l’exécution des plans d’actions sectoriels ; rechercher des solutions appropriées aux problèmes inhérents à la mise en œuvre de la stratégie nationale ; assurer les arbitrages et définir les mesures appropriées pour lever les contraintes rencontrées dans la mise en œuvre de la stratégie nationale. Le Comité Interministériel d’Orientation et de Suivi (CIOS) est présidé par le Ministre de la Planification et de la Coopération Externe. Il est assisté du Ministre de l’Economie et des Finances, Vice-président. Il comprend en outre les Ministres assurant la tutelle des Commissions Sectorielles et Thématiques.

128

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Le Secrétariat Exécutif Permanent (SEP) du dispositif institutionnel de coordination et de suivi du DSNCRP est un organe technique déconcentré de la Primature dirigé par un Coordonnateur et constitué de membres désignés par le Premier Ministre. Il assiste les différents échelons du dispositif. A cet effet, il organise la convocation, la coordination, le suivi et la diffusion des résultats des travaux de mise en œuvre de la stratégie. Les Directions Départementales du MPCE et du MEF assureront conjointement le Secrétariat Technique des Commissions Thématiques Départementales en ce qui concerne les sessions consacrées au DSNCRP pour compte du secrétariat exécutif Permanent au niveau territorial. Les Commissions Thématiques Intersectorielles(CTIS) placées sous la présidence des Ministres concernés et intégrées par les Ministères et Institutions respectives ont pour mission essentielle de : apprécier les politiques sectorielles en cohérence avec la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté ; apprécier les réformes institutionnelles ; approfondir les mesures d’incitation et de promotion du secteur privé ; établir les bilans de mise en œuvre des différentes politiques dans la perspective de la croissance durable et de la réduction de la pauvreté ; apprécier le système de suivi et d’évaluation au niveau sectoriel. Les Commissions Thématiques (CTIS) sont au nombre de sept : la Commission du développement rural, de la sécurité alimentaire et de l’environnement, Présidée par le Ministre de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural ; la Commission des secteurs sociaux et de la population, Présidée par le Ministre de la Santé Publique et de la Population ; la Commission des infrastructures économiques, Présidée par le Ministre des Travaux Publics, Transport et Communication ; la Commission de la gouvernance, des réformes institutionnelles et de la décentralisation, Présidée par le Secrétaire Général de la Primature; la Commission de la promotion du secteur privé, de la compétitivité et de la création d’emplois durables, Présidée par le Ministre du Commerce et de l’Industrie ; la Commission des finances publiques, de l’allocation des ressources, du Cadre Budgétaire de Dépenses à Moyen terme et des Cadres de Dépenses Sectorielles à Moyen Terme, Présidée par le Ministre de l’Economie et des Finances ; la Commission des secteurs transversaux et de l’appui aux ONG, Présidée par le Ministre de la Planification et de la Coopération Externe Les Commissions Thématiques Départementales (CTD) placées sous la présidence des Délégués départementaux et intégrées par les Directions Départementales des Ministères et Institutions respectives ont pour mission essentielle de : apprécier les politiques départementales en cohérence avec la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté ; apprécier les réformes institutionnelles ; approfondir les mesures d’incitation et de promotion du secteur privé ; établir les bilans de mise en œuvre des différentes politiques dans la perspective de la croissance durable et de la réduction de la pauvreté ; apprécier le système de suivi et d’évaluation au niveau départemental. Les Commissions Thématiques Départementales(CTD) sont au nombre de sept : la Commission du développement rural, de la sécurité alimentaire et de l’environnement, Présidée par le Directeur départemental du Ministère de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural ; la Commission des secteurs sociaux et de la population, Présidée par le Directeur départemental du Ministère de la Santé Publique et de la Population ; la Commission des infrastructures économiques, Présidée par le Directeur départemental du Ministère des Travaux Publics, Transport et

CHAPITRE 6 : COORDINATION, SUIVI ET COMMUNICATION

129

Communication ; la Commission de la gouvernance, des réformes institutionnelles et de la décentralisation, Présidée par le Directeur départemental du Ministère de la Planification et de la Coopération Externe ; la Commission de la promotion du secteur privé, de la compétitivité et de la création d’emplois durables, Présidée par le Directeur départemental du Ministère du Commerce et de l’Industrie ; la Commission des finances publiques, de l’allocation des ressources, du Cadre Budgétaire de Dépenses à Moyen terme et des Cadres de Dépenses Sectorielles à Moyen Terme, Présidée par le Directeur départemental du Ministère de l’Economie et des Finances ; la Commission des secteurs transversaux et de l’appui aux ONG, Présidée par le Directeur départemental du Ministère de la Planification et de la Coopération Externe. Outre les organes ci-dessus, le dispositif institutionnel de coordination et de suivi du DSNCRP comprend les instances ci-après : Assises nationales du DSNCRP et Cadre de Concertation Gouvernement-Partenaires au développement. Les assises nationales du DSNCRP, placées sous la présidence du Premier Ministre, assisté du Ministre de la Planification et de la Coopération Externe et du Ministre de l’Economie et des finances sont organisées pour : valider les différents rapports nationaux et régionaux de mise en œuvre de la stratégie nationale de croissance et de réduction de la pauvreté ; apprécier la pertinence des propositions de réajustement de la stratégie nationale ; donner des directives quant à l’efficacité de la mise en œuvre de la stratégie nationale de croissance et de réduction de la pauvreté. Les membres des commissions thématiques Intersectorielles, des commissions thématiques départementales ainsi que les partenaires au développement prennent part à ces assises qui se tiennent deux fois par an sur convocation du Premier Ministre. Le Cadre de concertation avec les partenaires au développement est un mécanisme ad hoc institué pour favoriser le dialogue de politiques entre le Gouvernement et ses partenaires. Il est coprésidé par le Ministre de la Planification et de la Coopération Externe et le Ministre de l’Economie et des Finances. Il regroupe l’ensemble des partenaires techniques et financiers ainsi que les représentants de la société civile et du secteur privé. Il se réunit en tant que de besoin et selon une périodicité convenue en accord avec les parties.

VI.2-COMMUNICATION
La mise en œuvre d’une stratégie de communication raisonnée et planifiée a été une nécessité en termes de transparence et d’information. Le plan de communication conçu par le Secrétariat Exécutif (SE) a défini les actions de communication envisagées au niveau national et dans les régions. Une bonne exécution de ce plan est d’autant plus cruciale qu’il faut impliquer non seulement les groupes cibles, mais aussi le peuple haïtien tout entier, pour qu’il comprenne que la lutte contre la pauvreté ne peut être gagnée qu’avec la participation de tous. Les orientations stratégiques et les actions de communication retenues en matière d’information et de vulgarisation sur les interventions des différents participants allient un plan marketing et un plan

130

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

média. Cette campagne de communication formalise et rend opérationnelle toute la stratégie de communication élaborée pour atteindre le grand public, plus spécialement, le public semi urbain et la population rurale. Pour parvenir à cet objectif, le titre en créole retenu a été Djob ak Devlopman pou Kwape Lamizè, accompagné du slogan Remanbre Ayiti avec l’objectif général suivant: aider le grand public à bien comprendre le phénomène de la pauvreté et les moyens utilisés pour la diminuer.

VI.2.1-LE PLAN DE COMMUNICATION
Le plan de communication prévoyait les segments de la campagne comme suit : Réseau de Communication et messages globaux : Dans chaque département, des contacts permanents seront établis et entretenus avec certaines entités telles les églises, les écoles, les houmfors, les radios communautaires, la société civile etc., en vue de leur rappeler que : les investissements –publics et privés- n’atteindront jamais les résultats escomptés dans un climat instable ; la pauvreté étant un concept multidimensionnel et complexe, elle peut être également perçue comme un sentiment d’insécurité, de précarité, d’exclusion, de vulnérabilité et d’impuissance ; vu l’état précaire dans lequel se trouve Haïti aujourd’hui, il faut restituer leur ampleur aux vertus telles : civisme, solidarité citoyenne, discipline, mérite, reconnaissance, travail, dialogue etc. , les pays où les programmes sur la réduction de la pauvreté ont été appliqués avec succès devront servir d’exemples au cas haïtien ; préparer le public sur la longue durée de la lutte pour la croissance et la réduction de la pauvreté ; Canaux de Communications : Sept (7) stations de radiodiffusion au niveau national (Zone métropolitaine de Port-au-Prince) et vingt-trois stations communautaires et régionales dans les dix (10 départements géographiques du pays) ainsi que sept (7) stations de télévision de la zone métropolitaine et des régions assureraient la diffusion des messages ; Film Documentaire. Un documentaire sera réalisé pour illustrer les différentes étapes ayant abouti à la mise en œuvre des principales activités du DSNCRP. Filmé à travers les 10 départements, ce documentaire, d’une durée de 60 minutes, mettra en relief: le Secrétariat Technique et tous les intervenants dans le processus. En outre, des recherches documentaires seront effectuées dans les pays où le DSRP a été appliqué avec succès en vue de servir de référence au cas haïtien sera visité pour, qu’en servant de référence. Le récent rapport de la Banque Mondiale fait état d’au moins sept (7) pays, notamment Botswana et l’Ile Maurice qui ont fait des pas géants dans la lutte contre la pauvreté. Un de ces pays, Taiwan, a éliminé la pauvreté dans l’espace d’une génération. Réalisé par des professionnels, ce film sera originellement en Créole avec sous titrage en Français, Anglais et Espagnol respectivement. Une pièce musicale circonstancielle sera composée, ce pour rehausser la production et du même coup lui donner un air distrayant. Par ailleurs des spots promotionnels -sous forme de sketches- d’une durée d’une minute chacun seront diffusés sur les stations de radio et de télévision durant toute la période du premier DSNCRP ; des panneaux géants, généralement habillés par le logo du DSNSRP, seront affichés sur les routes nationales et contiendront des thèmes relatant les différents messages communs (voir page 5). Disposés dans les lieux clés et stratégiques dans les 10 départements, ces panneaux seront dessinés par des jeunes artistes choisis à travers le pays ; un concours de logo

CHAPITRE 6 : COORDINATION, SUIVI ET COMMUNICATION

131

pour piquer l’intérêt collectif sur le DSNCRP, un concours de logo national sera organisé. De même, pour renforcer la visibilité du DSNCRP, des fresques dépeignant les différents thèmes du programme seront peints sur des murs et les toitures à travers la capitale et les villes de provinces moyennant l’autorisation écrite des propriétaires et des responsables de l’Etat. Nous donnerons la priorité aux jeunes artistes de l’ENARTS. L’intérêt pour le DSNCRP d’être visible au public instruit et à nos partenaires internationaux et l’impératif de communiquer à un maximum d’internautes, créent le véritable besoin d’améliorer et d’adapter le site web du MPCE. Dans la page d’accueil un espace spécial sera réservé au DSNCRP. En optimisant pour un référencement naturel optimal, la programmation se basera sur les mots clés du site pour un meilleur positionnement dans les moteurs de recherche et ainsi améliorer la visibilité et la communication du document et sa mise en œuvre (suivi). Nous ciblerons également le référencement (référencement spécialisé sur le net) dans différents médias (journaux, flyers, dépliants etc.) qui sont en relation directe avec le DSNCRP. Compte tenu de la grande utilisation des mégaphones dans la vie nationale, nous ferons usage de cette forme de communication qui nous aidera à atteindre les points les plus reculés d’Haïti. Pour ce faire, une centaine de ces « speakers ambulants » seront retenus pour la période du premier DSNCRP. Des autocollants seront apposés les nouveaux autobus qui, au nombre de 300, seront mis à la disposition du public le mois prochain. Egalement, des versions moyennes et petites de ces autocollants seront produites pour les Tap Tap et les pare-chocs des voitures respectivement.

VI.2.2-REALISATIONS
Malheureusement, le financement de cette campagne n’a pas été obtenu comme prévu à travers le projet d’appui à la mise en œuvre du DSNCRP financé et géré par le PNUD pour des raisons indépendantes de la volonté du MPCE. Tous les efforts qui ont été entrepris ont concerné la distribution de cinq (5) mille exemplaires du DSNCRP, de multiples sessions de présentation et de restitution du DSNCRP aux cadres des Ministères et institutions publiques, aux membres du Parlement, aux membres de certaines organisations de la société civile tant au niveau central que dans les régions, de nombreuses interventions à la radio et à la télévision tant en région que dans la zone métropolitaine au sujet du DSNCRP. De même huit numéros d’une publication trimestrielle des « CAHIERS DU DSNCRP », huit séries de « DEPLIANTS » sur le contenu du DSNCRP et le premier rapport annuel sur la mise en œuvre du DSNCRP ont été produits et distribués à plus de deux mille (2000) copies dans les dix départements géographiques du Pays, dans la presse nationale et internationale. Tous ce matériel de communication a été posté sur le site web du Ministère www.mpce.gouv.ht à l’intention du grand public.

132

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

CHAPITRE 7 : VERS UNE STRATÉGIE DE SECONDE GÉNÉRATION

133

Chapitre Vii

VERS UNE STRATEGIE DE SECONDE GENERATION
La situation créée par le séisme du 12 janvier 2010 a donné au Gouvernement l’occasion de raffermir l’énoncé d’une vision de développement à long terme visant à faire d’Haïti un pays émergent à l’horizon 2030. Dans ce contexte, au-delà de la gestion de la situation d’urgence engendrée par le séisme, le Gouvernement entend poursuivre son action de structuration du développement en s’adossant entre autres sur le DSNCRP. Pour ce faire, il pose la nécessité de veiller à ce que le Plan d’Action pour le Relèvement et le Développement d’Haïti (PARDH) ³ – lancé en mars 2010 et devant porter sur une période de vingt (20) ans– et le DSNCRP soient placés sur une même orbite. Il faut noter ici que le PARDH s’articule autour de quatre grands chantiers : la Refondation territoriale, la Refondation économique, la Refondation sociale et la Refondation institutionnelle. La refondation territoriale, qui passe par l’identification, la planification et la gestion des nouveaux pôles de développement, la stimulation du développement local, la reconstruction des zones affectées, la mise en place des infrastructures économiques nécessaires à la croissance (routes, énergie et communication), la gestion du foncier garantissant la protection de la propriété et facilitant l’avancement des grands projets. La refondation économique, qui avec la valorisation des secteurs clés, doit viser la modernisation du secteur agricole dans ses composantes offrant un potentiel exportable comme les fruits et tubercules, l’élevage et la pêche avec comme objectif la sécurité alimentaire, le développement d’un secteur de la construction professionnelle, doté de lois et règlements antisismiques et anticycloniques et des structures d’application et de contrôle, la poursuite des activités de l’industrie manufacturière, l’organisation du développement touristique. La refondation sociale priorisant en tout premier lieu un système éducatif garantissant l’accès à l’école à tous les enfants, offrant une éducation professionnelle et universitaire en adéquation avec l’exigence de modernisation de notre économie, un système de santé assurant une couverture maximum sur tout le territoire, une protection sociale pour les salariés et les plus vulnérables. La refondation institutionnelle qui immédiatement s’attaquera à la remise en fonctionnement des institutions étatiques en priorisant les fonctions les plus essentielles, la redéfinition de notre cadre légal et règlementaire pour mieux l’adapter à nos besoins, la mise en place de la structure qui aura le mandat de gérer la reconstruction, l’établissement d’une culture de transparence et de reddition de comptes qui rende la corruption impraticable sur notre territoire.

134

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Cet idéal à atteindre sur un horizon de vingt ans appelle la mobilisation de tous les efforts, de toutes les ressources pour « réussir le saut qualitatif », thème de la Stratégie Nationale de Croissance et de Réduction de la Pauvreté (DSNCRP) présentée en novembre 2007. Cette stratégie demeure un point de repère important dans l’énoncé des objectifs à atteindre. Le séisme du 12 janvier marque cependant une rupture dans les approches utilisées jusque là. L’importance des problèmes à résoudre, des moyens à mobiliser appelle de nouvelles façons de faire, véritablement une nouvelle forme de coopération, une responsabilité mutuelle Haïti/ Communauté internationale dans les résultats attendus. Aujourd’hui, s’amorce de manière plus directe le processus d’élaboration du DSNCRP II. Ce faisant, les parties prenantes sont conscientes que l’élaboration de ce document devra tenir compte de plusieurs facteurs, dont entre autres : la nécessité du choix d’une méthodologie adaptée à la nouvelle situation sociopolitique du pays qui se trouvera en pleine période électorale pour le renouvellement de la Chambre des Députés, du tiers du Sénat et des Présidentielles prévues pour la fin de l’année 2010 ; la difficulté de disposer à temps de nouvelles données statistiques à partir de l’enquête sur le budget et la consommation des ménages (EBCM 2010) devant indiquer les nouveaux seuils de pauvreté pour mieux cibler les populations les plus défavorisées; les déterminants de base contenus dans les déclarations suivantes tirées du PARDH : « Nous devons agir maintenant, mais avec une vision claire de l’avenir. Il nous faut nous mettre d’accord sur un programme à court terme tout en créant les mécanismes qui rendront possible l’instruction et l’implantation détaillées des programmes et des projets qui permettront de concrétiser les actions sur un horizon de dix ans ». PARDH, Avant-propos, p.3 « Ce plan se décline en deux temps. Soit l’immédiat qui porte sur une période de dix-huit mois qui comprend la fin de la période d’urgence et la préparation des projets déclencheurs du véritable renouveau. Le second temps s’ouvre sur une perspective temporelle de neuf (9) ans, permettant ainsi de tenir compte de trois cycles de programmation des Stratégies Nationales de Croissance et de Réduction de la Pauvreté ».PARDH, p.5 Le PARDH porte donc sur les Grands Chantiers pour le Relèvement et le Développement d’Haïti (Grands Chantiers). Au sortir de la Conférence de New York, le Gouvernement a entrepris l’élaboration d’une version détaillée du document. Ce faisant, il a été établi que la version détaillée des Grands Chantiers pour le Relèvement et le Développement d’Haïti guidera l’action publique au cours des prochaines années et, plus spécifiquement, l’élaboration des prochains DSNCRP. De ce fait, le principal input de l’élaboration du DSNCRP II est la version détaillée des Grands Chantiers.

CHAPITRE 7 : VERS UNE STRATÉGIE DE SECONDE GÉNÉRATION

135

CADRE METHODOLOGIQUE D’ELABORATION DU DSNCRP DE SECONDE GENERATION
Sous l’impulsion du Secrétariat Exécutif du Comité Interministériel de Coordination et de Suivi de la Mise en Œuvre du DSNCRP (SE/CICSMO, une équipe de consultants et de personnes ressources animée par un expert international sera chargée de la préparation du DSNCRP II assorti d’un Plan d’Actions Prioritaires (PAP) et d’un Plan d’Investissements prioritaires (PIP).

De l’équipe de consultants et de personnes-ressources
Pour l’accompagner dans le processus d’élaboration du DSNCRP II, le SE-CICSMO requiert les services d’une équipe de consultants recrutés localement dont la composition, est la suivante : un consultant en développement économique; un consultant en développement social; un consultant en développement rural; un consultant en gouvernance et développement institutionnel; un groupe de personnes-ressources. Les mandats, les qualifications requises, les principaux produits attendus, le niveau d’effort requis ont été déjà définis et décrits dans les termes de référence élaborés.

Résultats escomptés
Les résultats opérationnels (immédiats) attendus sont que : le SE/CICSMO a été capable de mener à bien le processus d’élaboration du DSNCRP II; le pays a été en mesure de développer un nouveau cadre d’expression de son projet de refondation et de développement durable. Les résultats de développement (à moyen et à long terme) espérés sont que : les balises essentielles à la refondation d’Haïti se sont renforcées; les bases d’un développement durable d’Haïti se sont densifiées.

Mode opératoire général
Sous la supervision du SE/CICSMO, les consultants locaux seront responsables devant l’expert international, chef d’équipe avec lequel ils travailleront en symbiose. Les consultants du pool de personnes-ressources seront retenus sur une base itérative, en fonction de l’évolution des processus. Certains des domaines de spécialisation seront transversaux alors que d’autres ne le seront pas. Il est attendu de tous les consultants retenus qu’ils se limitent à des apports de nature technique et logistique et qu’ils mettent à contribution leurs expériences acquises dans des situations semblables, l’essentiel des impulsions sur le plan des contenus, des orientations et des choix devant être du ressort des parties prenantes directes.

Modalités de sélection des consultants
Les consultants potentiels seront pressentis dans le cadre de listes restreintes dressées par le SE/ CICSMO et seront invités à faire valoir leurs éventuelles prétentions. Ainsi, ils seront sélectionnés suivant un processus concurrentiel. A chaque occurrence, un comité de sélection désignera les consultants gagnants. La sélection des consultants et des personnes-ressources se fera sur la base de l’appréciation de leurs CV.

136

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Dimensions transversales essentielles du DSNCRP de seconde génération
Développement d’une masse critique de compétences. Déjà avant le séisme et ses conséquences dévastatrices, le contexte institutionnel du mécanisme de pilotage et de suivi du DSNCRP, disions-nous plus haut, était caractérisé par un ensemble de déficits importants, notamment sur le plan des capacités et des compétences. Aujourd’hui, un nombre important du pool de cadres compétents qui existaient dans le pays n’a pas survécu au drame qui a frappé le milieu. Il était déjà difficile hier de dégager une masse critique de compétences techniques pour l’activation du DSNCRP I. Il l’est encore plus aujourd’hui, et ce dans des proportions plus importantes encore. C’est dire que le développement d’une masse critique de compétences nationales est en soi une dimension transversale de première importance; tant il est vrai que concevoir des programmes et des projets dans un environnement ne disposant que de peu de porteurs possibles des intentions colligées ne peut être rien d’autre qu’un coup d’épée dans l’eau. Fédération intelligente de certaines initiatives phares. Le risque dans l’action en général et dans l’action axée sur le développement en particulier est de tomber facilement dans le piège consistant à penser que toute nouvelle situation de type stratégique et même opérationnelle devrait recréer absolument et à chaque fois de nouveaux paradigmes d’intervention. L’on procède alors comme si l’on faisait table rase de l’existant. Une telle attitude serait contreproductive et inappropriée dans la situation actuelle d’Haïti. Il y a eu des travaux d’une certaine importance et d’une certaine utilité en ce qui a trait aux rapports d’Haïti avec les problématiques (1) de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris; (2) des Pays les moins avancés (PMA); et (3) des pays en situation fragile. L’élaboration du DSNCRP II devra nécessairement assurer une capitalisation des acquis conceptuels, stratégiques et opérationnels des exercices précédents ayant été menés autour de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris en Haïti, du Programme d’action de Bruxelles sur les PMA et des provisions relatives aux principes de l’Engagement international sur la coopération dans les pays fragiles. Il faudra aussi apporter des palliatifs aux insuffisances constatées dans le dispositif de mise en œuvre du DSNCRP 1ère génération qui devront faire partie de la série de mesures de renforcement au chapitre du cadre opérationnel et institutionnel du DSNCRP II proposé au chapitre précédent. A l’instar de nombreux pays, il y a en Haïti, un problème qui se pose avec une certaine acuité. C’est celui de la capacité d’analyse dans le cadre du suivi de la stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté. Conscient de cette donne cardinale, le pays a essayé de se doter d’un certain nombre d’instruments opérationnels. On parlera ici notamment de l’Institut Haïtien de la Statistique et de l’Informatique (IHSI) et de l’Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale (ONPES). Le renforcement de ces deux organes se voudrait un axe important dans l’élaboration et le suivi du DSNCRP II.

CHAPITRE 7 : VERS UNE STRATÉGIE DE SECONDE GÉNÉRATION

137

En décembre 2009, l’on notait entre autres que16 des efforts avaient été faits dans le sens de l’amélioration de la qualité des produits générés dont le rapport annuel de l’Observatoire (document important dans le dispositif de suivi du DSNCRP). Contrairement à l’année précédente (marquée par des insuffisances majeures inhérentes au système général du pays, notamment sur le plan de l’accès aux données statistiques), l’on avait pu constater l’émergence d’une sérénité progressive due à l’existence de possibilités nouvelles porteuses d’espoir quand à l’amélioration continue de l’existant. Il n’en demeurait pas moins que la capacité de cerner comme cela se devait le suivi et l’évaluation de la mise en œuvre du DSNCRP n’était pas au point. Compte tenu de la problématique de la disponibilité des données issues des ministères sectoriels, au stade d’alors, l’Observatoire ne pouvait que porter ses appréciations sur les intrants. Et même là, les variations dans l’allocation des ressources budgétaires dans le cadre du PIP étaient si minimes que la fourchette d’évaluation était très petite. Il s’est avéré qu’il fallait donc prendre des dispositions requises pour bien cadrer la problématique de l’évaluation des résultats du DSNCRP, au-delà des intrants. Tout au moins, il fallait bien cerner cette question dans l’optique du DSNCRP II. Un DSNCRP de seconde génération suppose un ONPES capable de satisfaire à des besoins essentiels en matière de production de données non seulement classiques, mais aussi en relation avec de nouveaux champs d’expertise et de compétence utiles en termes d’aide à la décision sur les politiques publiques; notamment en matière de prospective, de veille stratégique et d’études davantage affinées utiles à l’appréciation des effets induits du DSNCRP. Les besoins sur ce plan sont tels qu’il y a lieu de densifier en conséquence les capacités de l’Observatoire.

16

Appui au Secrétariat Exécutif du Comité Interministériel de Coordination et de Suivi de la Mise en Œuvre du DSNCRP & Appui à l’Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale ; Rapport de mission soumis au Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) et au Projet d’Assistance Technique en Haïti (PATH), 28 décembre 2009.

138

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

SCHEMATISATION DE LA LOGIQUE INTERNE DU DSNCRP DE SECONDE GENERATION
Tenant compte de ce cadre méthodologique pour l’élaboration du DSWNCRP II, une schéSCHEMATISATION DE LA LOGIQUE INTERNE DU DSNCRP DE SECONDE GENERATION matisation de la logique interne du DSNCRP II assortie de projets de matrices des stratégies sectorielles est proposée dans les schémaspour l’élaboration du DSWNCRP II, une schématisation de Tenant compte de ce cadre méthodologique suivants :
la logique interne du DSNCRP II assortie de projets de matrices des stratégies sectorielles est proposée dans les schémas suivants :

Schéma 2 : Schématisation de la logique interne du DSNCRP dans l’optique de la Vision à long terme

Schéma 2 : Schématisation de la logique interne du DSNCRP dans l’optique de la Vision à long terme

DSCNCRP II DSNCRP

Horizon à court terme

Horizon à moyen terme

Horizon à long terme

2011 2014
Cibles 2011 12 Cibles 2012 13 Cibles 2013 14 Cibles 2014 15

2014 2017
Cibles 2015 16 Cibles 2016 17 Cibles 2017 18

2017 2020
Cibles 2018 19 Cibles 2019 20

DSCNCRP III DSNCRP

Horizon à court terme

Horizon à moyen terme

Horizon à long terme

2020 2023
Cibles 2020 21 Cibles 2021 22 Cibles 2022 23 Cibles 2023 24

2023 2026
Cibles 2024 25 Cibles 2025 26 Cibles 2017 18

2026 2029
Cibles 2018 19 Cibles 2019 20

118 | P a g e

CHAPITRE 7 : VERS UNE STRATÉGIE DE SECONDE GÉNÉRATION

139

SCHEMA 3 LOGIQUE INTERNE DU DOCUMENT DE STRATEGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA REDUCTION DE LA POUR LA CROISSANCE ET LA REDUCTION DE LA PAUVRETE PAUVRETE

SCHEMA 3-LOGIQUE INTERNE DU DOCUMENT DE STRATEGIE NATIONALE

Refondation Territoriale
(OS1)

Refondation Économique
(OS2)

Refondation Sociale
(OS3)

Refondation Institutionnelle
(OS4)

Secteur Infrastructures
(S1) Programmes (S1P1)

Secteur Industries & Services
(S2) Programmes

Secteur Gouvernance (S3)

Secteur Rural
(S4)

Secteur Social
(S5)

Secteur Éducation
(S6)

Secteur Santé
(S7) Programmes

Programmes

Programmes

Programmes

Programmes

Sous Programmes (S1P1.1)

Sous Programmes

Sous Programmes

Sous Programmes

Sous Programmes

Sous Programmes

Sous Programmes

Projets (S1P1.1.1)

Projets

Projets

Projets

Projets

Projets

Projets

Dimension Genre (S1P1.1.1a)

Dimension Environnement S1P1.1.1b

Dimension Institutionnelle S1P1.1.1d

Dimension Spatiale S1P1.1.1e

Dimension Société Civile S1P1.1.1f

Dimension Emploi S1P1.1.1f

Dimension --------

119 | P a g e

140

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Schéma 4 Matrice du niveau programme – Horizon à long terme (2020)
Orientation stratégique Secteur Sous-secteur Objectif sectoriel Programme INDS 1.1 OS2 - REFONDATION ECONOMIQUE S.2 - Industries et Services S.2.1 - Tourisme Développer une offre de services touristiques de qualité Sous - Programme INDS 1.1.1 INDS 1.1.2 But

Résultats escomptés

Indicateurs

Schéma 5 Matrice du niveau programme – Horizon à moyen terme (2017)
Orientation stratégique Secteur Sous-secteur Objectif sectoriel Programme INDS 1.1 OS2 - REFONDATION ECONOMIQUE S.2 - Industrie et Services S.2.1 - Tourisme Développer une offre de services touristiques de qualité Sous - Programme INDS 1.1.1 INDS 1.1.2 Objectif … Résultats escomptés Indicateurs

Schéma 6 Matrice du niveau programme – Horizon à court terme (2014)

Orientation stratégique Secteur Sous-secteur Objectif sectoriel Programme

OS2 - REFONDATION ECONOMIQUE S.2 - Industrie et Services S.2.1 - Tourisme Développer une offre de services touristiques de qualité Sous - Programme INDS 1.1.1 … Projets Résultats escomptés Indicateurs Acteurs Min….. Min…..

120 | P a g e

CHAPITRE 7 : VERS UNE STRATÉGIE DE SECONDE GÉNÉRATION

141

Aujourd’hui, il s’agit de rendre permanent des mécanismes de concertation de tous les acteurs en fonction des grands chantiers retenus dans le Plan de Relèvement et de Développement d’Haïti (PARDH) en support aux Unités d’Etude et de Programmation (UEP) des ministères. Des Commissions Thématiques Intersectorielles sont proposées en vue de responsabiliser les différents acteurs intervenant dans le processus de mise en œuvre du DSNCRP. Ces Commissions Thématiques Intersectorielles (CTIS) placées sous la présidence des Ministres concernés et intégrées par les Ministères, Institutions publiques, Partenaires Techniques et Financiers et Organisations de la société civile concernés ont pour mission essentielle de : apprécier les politiques sectorielles en cohérence avec les grands chantiers et la stratégie nationale de lutte contre la pauvreté ; apprécier les réformes institutionnelles ; approfondir les mesures d’incitation et de promotion du secteur privé ; établir les bilans de mise en œuvre des différentes politiques de mise en œuvre des grands chantiers et de la stratégie nationale de croissance durable et de réduction de la pauvreté ; apprécier le système de suivi et d’évaluation au niveau sectoriel. Les Commissions Thématiques Intersectorielles (CTIS) sont au nombre de sept et peuvent être subdivisées en autant de Groupes Techniques de Travail (GTT) en fonction des thèmes qui seront retenus : - La Commission du développement rural, de la sécurité alimentaire et de l’environnement, Présidée par le Ministre de l’Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural ; - La Commission des secteurs sociaux et de la population, Présidée par le Ministre de la Santé Publique et de la Population ; - La Commission des infrastructures économiques, Présidée par le Ministre des Travaux Publics, Transport et Communication ; - La Commission de la gouvernance, des réformes institutionnelles et de la décentralisation, Présidée par le Secrétaire Général de la Primature ; - La Commission de la promotion du secteur privé, de la compétitivité et de la création d’emplois durables, Présidée par le Ministre du Commerce et de l’Industrie ; - La Commission des finances publiques, de l’allocation des ressources, du Cadre Budgétaire de Dépenses à Moyen terme et des Cadres de Dépenses Sectorielles à Moyen Terme, Présidée par le Ministre de l’Economie et des Finances ; - La Commission des secteurs transversaux et de partenariat avec les ONG, Présidée par le Ministre de la Planification et de la Coopération Externe

142

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

CHAPITRE 8 : CONCLUSIONS

143

Chapitre Viii

CONCLUSIONS
Les trois années de mise en œuvre de la Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté se sont déroulées dans un environnement moins favorable que prévu. Des facteurs non prévisibles ont hypothéqué les objectifs et les résultats souhaités. Des cataclysmes naturels, principalement les dégâts des ouragans en 2008 et le tremblement de terre du 12 janvier 2010 ont grandement fragilisé les résultats attendus durant la mise en œuvre du DSNCRP. Le séisme du 12 janvier a inversé toutes les attentes, causant des dommages et pertes évalués à environ 120% du PIB avec comme conséquence une chute de la croissance de -5.1 % pour 2009-2010, selon les estimations préliminaires de l’Institut Haïtien de Statistique et d’Informatique (IHSI). Le séisme a touché fortement les indicateurs de pauvreté et de ce fait remis en question les actions de lutte contre la pauvreté, affectant tous les secteurs d’activités de l’économie et mettant à rude épreuve tous les agents économiques. Les performances macro économiques attendus durant la période considérée n’ont pas été au rendez-vous. Les résultats visés en termes de croissance n’ont pas été atteints. Les perspectives de relèvement étaient de 9,5% du PIB pour l’exercice fiscal 2008/2009, mais l’exercice sera fortement marqué par des facteurs de risques aussi bien internes qu’externes hérités de 20072008. Néanmoins, grâce aux efforts entrepris et aux actions menées à travers le programme d’urgence mis en œuvre par le Gouvernement, le cap a été gardé sur un taux de croissance positif de l’ordre de 2.5% du PIB réel pour l’exercice 2008-2009 et une accélération de la croissance durant les années subséquentes pour atteindre les 4.5% visés dans la stratégie. Le taux d’inflation de son coté ne devrait pas dépasser 11.5% en rythme annuel et devrait être contrôlé à moins de 10% durant les années qui suivront. Au terme des trois (3) années de mise en œuvre de la première génération du DSNCRP et malgré les grandes ambitions poursuivies dans ce document, il faut surtout retenir que le pays a connu beaucoup de cassures dans son élan, lesquelles cassures liées au climat politique, aux intempéries et à un séisme majeur, sont synonymes d’instabilité, et par conséquent, nuisent à l’atteinte des objectifs de départ retenus dans le cadre du DSNCRP. En ce qui concerne les performances du pays par rapport aux objectifs du millénaire pour le développement (OMD), les résultats sont bien différents des valeurs affichées par les tendances des indicateurs OMD. Dans ce contexte, on peut déjà prévoir qu’il sera difficile pour le pays d’atteindre la majorité des Objectifs du Millénaire pour le Développement d’ici 2015. Le Plan d’Action pour le Relèvement et le Développement d’Haïti (PARDH) élaboré par le Gouvernement à la suite du séisme, est un outil qui mettra le pays sur de nouveaux rails. De par ses objectifs de réaliser la quadruple refondation du pays : territoriale, économique, sociale

144

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

et institutionnelle, il apportera sans doute une nouvelle dynamique à la politique d’atteinte des OMD. Quant aux appréciations des populations bénéficiaires des interventions découlant du DSNCRP, il importe de mentionner que la satisfaction au regard de la disponibilité, de l’accès aux services sociaux de base et de la qualité de ces services, est jugée faible (68,9 % des appréciations17). L’insatisfaction est plus aiguisée au regard du revenu et du pouvoir d’achat. L’accès à la santé, à l’eau potable, à un environnement sain, à l’assainissement demeure très faible selon ces appréciations. Plus de 79 % des appréciations estiment que l’accès aux documents d’identité juridique, l’accès à la justice et à la sécurité reste difficile. Les appréciations des populations mentionnent toutefois, des poches de satisfaction. Le niveau de satisfaction est élevé en ce qui a trait à la question de l’équité du genre. Pour 86% des appréciations, l’intégration des femmes est satisfaisante. Au regard des maladies prioritaires comme la tuberculose et le sida, le niveau de satisfaction est très élevé. La prise en charge des personnes infectées est perçue par la population comme une situation excellente. Les appréciations font état d’une amélioration certaine en matière d’accès à l’éducation fondamentale. Les citoyens disent percevoir une meilleure prise en charge du secteur par les autorités. Les appréciations tendent vers un certain optimisme. Ces appréciations citoyennes doivent être prises à leur juste valeur au regard des attentes de ces populations. Cependant les chocs que représentent les cyclones Hannah, Gustave, Ike et le séisme du 12 janvier rendent difficile une fine analyse de l’efficacité des actions réalisées depuis trois ans dans le pays dans le cadre du DSNCRP. Les petites avancées étaient vite consommées par ces catastrophes naturelles. Toutefois, elles restent des clignotants sur lesquels les décideurs doivent appliquer le principe de précaution pour un meilleur DSNCRP de 2ème génération. Pour stimuler directement leur participation et renforcer les mécanismes relationnels État-société, l’Etat haïtien devra mettre à la disposition des populations de façon régulière toutes les informations sur la pauvreté à travers notamment des campagnes de sensibilisation de préférence en créole; solliciter périodiquement les populations et prendre en compte leur avis afin que les projets/actions mis en œuvre au niveau local reflètent leurs besoins spécifiques ; sensibiliser, éduquer et encadrer les populations pour favoriser un changement de mentalités, l’émergence d’un esprit d’entrepreneuriat, le respect de l’environnement, etc. Cette démarche permettra d’aller vers une démocratie participative et de proximité souhaitée par les citoyens les plus pauvres. L’élaboration du DSNCRP II devra nécessairement assurer une capitalisation des acquis conceptuels, stratégiques et opérationnels des exercices précédents ayant été menés autour de la mise en œuvre de la Déclaration de Paris en Haïti, du Programme d’action de Bruxelles sur les PMA et des provisions relatives aux principes de l’Engagement international sur la coopération dans les pays fragiles. Il faudra aussi apporter des palliatifs aux insuffisances constatées dans le dispositif de mise en œuvre du DSNCRP 1ère génération qui devront faire partie de la série de mesures de renforcement au chapitre du cadre opérationnel et institutionnel du DSNCRP II proposé au chapitre précédent.

17 Enquêtes/sondage de 2008, 2009 et 2010

CHAPITRE 8 : CONCLUSIONS

145

A l’instar de nombreux pays, il y a en Haïti, un problème qui se pose avec une certaine acuité. C’est celui de la capacité d’analyse dans le cadre du suivi de la stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté. Conscient de cette donne cardinale, le pays a essayé de se doter d’un certain nombre d’instruments opérationnels. On parlera ici notamment de l’Institut Haïtien de la Statistique et de l’Informatique (IHSI) et de l’Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale (ONPES). Le renforcement de ces deux organes se voudrait un axe important dans l’élaboration et le suivi du DSNCRP II. Il demeure évident que la capacité de cerner le suivi et l’évaluation de la mise en œuvre du DSNCRP n’est pas au point. Compte tenu de la problématique de la disponibilité des données issues des ministères sectoriels, l’Observatoire ne peut que porter ses appréciations sur les intrants et même là, les variations dans l’allocation des ressources budgétaires dans le cadre du PIP est si minimes que la fourchette d’évaluation était très petite. Il s’avère donc qu’il faut prendre les dispositions requises pour bien cadrer la problématique de l’évaluation des résultats du DSNCRP, au-delà des intrants. Un DSNCRP de seconde génération suppose un ONPES capable de satisfaire à des besoins essentiels en matière de production de données non seulement classiques, mais aussi en relation avec de nouveaux champs d’expertise et de compétence utiles en termes d’aide à la décision sur les politiques publiques, notamment en matière de prospective, de veille stratégique et d’études affinées utiles à l’appréciation des effets induits du DSNCRP. Les besoins sur ce plan sont tels qu’il y a lieu de densifier en conséquence les capacités de l’Observatoire. Enfin, il faut très rapidement prendre les décisions qui s’imposent pour une amélioration substantielle du fonctionnement du cadre opérationnel de coordination et de suivi du DSNCRP en adoptant le nouveau dispositif institutionnel de sa mise en œuvre qui a particulièrement pour objectifs de : apprécier les directives en matière de croissance durable et de réduction de la pauvreté aux niveaux national, sectoriel et régional ou par domaine d’activité ; fixer le calendrier de formulation et d’ajustement de la stratégie nationale de croissance durable et de réduction de la pauvreté ; examiner et valider les résultats des travaux d’élaboration et de réajustement de la stratégie nationale de croissance durable et de réduction de la pauvreté ; examiner et valider les bilans périodiques de mise en œuvre ; recommander des études à caractère général ou spécifiques nécessaire à l’approfondissement des éléments de politique ; examiner et valider le système de monitoring et d’évaluation de la stratégie nationale de croissance durable et de réduction de la pauvreté ; proposer des contrats d’objectifs avec le secteur privé et la société civile. Ce dispositif comprend des organes : la Commission Nationale de Pilotage (CNP) ; le Comité Interministériel d’Orientation et de Suivi (CIOS); le Secrétariat Exécutif Permanent de coordination et de suivi (SEP) ; les Commissions Thématiques Sectorielles (CTS); les Commissions Thématiques Départementales (CTD) et des instances : Assises nationales du DSNCRP et Cadre de Concertation GouvernementPartenaires au développement.

146

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

ANNEXES

147

ANNEXE 1 : RESUME DE L’EVOLUTION DU CADRE MACROECONOMIQUE SUR LA PERIODE
Grands agrégats Le taux de croissance du PIB réel Objectifs du DSNCRP Pour 2007/08, les objectifs de croissance du PIB ont été de : 3.7% Performances Effectives Le taux de croissance effectif du PIB réel a été de 0.8% en 2007-08 : Remarques En 2007/08 des ajustements ont été faites sur les objectifs de croissance en plusieurs fois en fonction de contextes particulier qui se sont développés (Crise alimentaires, dégâts causés par le passage des ouragans <Fay>, <Gustav>, Hanna > et < Ike>. D’abord 2.5 %, ensuite 1.5% et enfin seulement de 0,8 % 2008/09 s’est présentée comme une embellie dans la grisaille économique après une année particulièrement difficile avec une croissance de 2.9% L’année 2009/10, qui pourrait être vue comme une consolidation des acquis de 2008-09, a été brutalement ébranlé avec le tremblement de terre de janvier qui a affecté le PIB de 120 % En 2009/10, le PIB est estimé a -5.1 % selon les estimations préliminaires de l’IHSI. Globalement le maintien d’un cadre macro économique stable a été sauvegardé même si les objectifs atteints ont été en dessous des prévisions du DSNCRP. En 2007-08, l’inflation a été particulièrement importante a cause de divers facteurs internes et externes (hausse des prix de produits alimentaires, pétroliers) Pour 2008-2009, il constaté une désinflation importante comparée a la hausse spectaculaire de 19,8 % de fin de 2008, ceci est le résultat de …. est attendu un taux de 9.5 % Le taux d’inflation pour 2009-10 s’est caractérisé particulièrement par le comportement de l’indice des prix à la consommation des produits locaux et celui des produits importés. En effet, au début de l’exercice l’indice des prix locaux étaient faibles face a une baisse importante des prix des produits importés mais suite au séisme en raison des problèmes de transports, entreposage, de manutention liés a la non opérationnalité des ports et aéroports, et aussi de l’accroissement des importations de matériaux de construction l’indice des prix des produits importés ont grimpé, s’évaluant presqu’au double de l’indice des prix locaux. (Ex Juin 2010Indice prix produits locaux 4.0 - Prix produits importés 8.9) En 2007-2008 et 2008-2009, il est attendu un taux s’évaluant autour de 41 gourdes. Pour 2009-2010 le taux de change qui s’était apprécié suite à l’afflux de l’aide externe en conséquence du séisme s’est stabilisé, il est resté globalement autour de 40 gourdes malgré le choc du séisme.

Pour 2008/09 : le DSNCRP a prévu un taux de 4% et une accélération en 2009/10 de la croissance : 4.5% Quant aux années subséquentes, une croissance moyenne annuelle de 4% est attendue.

En 2008/2009 il a été de 2.9%

Le Taux d’inflation

Dans le DSNCRP, le taux d’inflation attendu est de 8 % pour 2008 La cible pour 2008/09 est de 7%, Pour 2009/10, le taux d’inflation prévu était toujours de moins de 10 % A partir de 2010, il est prévu un taux encore plus faible

Les prix ont également fortement varié entre 2008 et 2010 en raison des chocs internes et externes enregistrés. En 2007-08, l’inflation s’est situe en fin de période à 19.8% avec un taux moyen de 14,3% En 20008-09, le taux d’inflation de fin de période a été de -4,7%, d’où une moyenne pour l’année de ….. % En 2009/10, une remonté a été enregistrée avec un taux moyen annuel estimé a environ 4.6 %

Le taux de change

Durant la mise en œuvre du DSNCRP, le taux de change devrait s’évaluer autour de 40 gourdes pour 1$US. Et L’Adoption par le gouvernement de taux de change flexible.

Globalement, le taux de change a varié à la hausse avec des périodes de surchauffes variant autour de 35, 37, 40, 41 gourdes pour 1$ US entre 2008 et 2010 En fin de période des différentes années, le taux de change s’est situé à effet,

148
Politiques macroéconomiques

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)
Les objectifs macroéconomiques du DSNCRP, visent à créer les conditions macro-économiques favorables à l’accélération de la croissance et à poursuivre la stabilité macro-économique. A Créer les conditions pour attirer l’investissement et l’amélioration du climat des affaires. L’Etat haïtien est déterminé à renforcer, au cours de la période 2008-2011, Il est également visé la maitrise du financement du gouvernement Central par la Banque Centrale .Durant les trois années du DSNCRP, les objectifs macroéconomiques ont été préservé dans une grande mesure en dépit de perturbations sociales, politiques, économiques et climatiques qui ont troublé les dispositions et mesures arrêtées. Toutefois des retards ont été notés dans la mise en œuvre de certaines politiques et reformes. Parallèlement, un certain regain de l’investissement privé a été globalement constaté sur les trois dernières années dans le domaine de la téléphonie mobile, des Nouvelles Technologies de l’information et de la Communication (NTIC), du tourisme, Une Hausse de l’investissement public dans l’agriculture, les infrastructures routières, la fourniture d’énergie électrique La réduction du processus d’enregistrement des investissements de 195 jours a 75 jours. Notons, que le choc du séisme de janvier 2010 a interrompu cette tendance. Les instruments de politiques en matière de finances publiques ont permis une amélioration du niveau des recettes et une rationalisation plus poussée des dépenses publiques. Les Crédits d’investissement alloués aux piliers du DSNCRP a partir des fonds du trésor public ont enregistre une tendance a la hausse La Pression fiscale a cru : 14 % en 2011 Des reformes seront réalisées pour le renforcement des capacités institutionnelles des administrations fiscales et l’amélioration de l’efficience de leur action; La révision et à la mise à jour de la législation fiscale ; Le renforcement du contrôle douanier sur tout le territoire et notamment dans les ports de province, L’ajustement des barèmes de taxes, Pour la période 2007-2011, le Gouvernement prévoit de ramener les dépenses courantes à 45,5% en moyenne de l’ensemble des dépenses publiques, contribuant ainsi à la détermination de l’espace budgétaire nécessaire à la poursuite des objectifs fixés dans le cadre du DSNCRP Jusqu’en 2011, il est prévu que ce déficit évolue autour de -3 % du PIB hors les dons, le déficit global de l’administration publique se situerait à environ -6 % du PIB en 2007 et devrait graviter autour de -7 % du PIB entre 2007 et 2011. Les projections effectuées pour la période 20072011, et basées sur les tendances historiques, aboutissent à des niveaux de dons extérieurs se situant dans la fourchette des 4 - 5 % du PIB. La mise en œuvre du DSNCRP a été marqué par l’amélioration continue du cadre macroéconomique depuis la fin de 2004, notamment sur le plan des finances publiques, du contrôle de l’inflation et de la stabilisation du taux de change. La gestion prudente des finances publiques et les afflux d’aide externe ont permis au trésor public de dégager les ressources nécessaires au remboursement d’une partie de ses engagements envers la Banque centrale. L’inflation a reculé et la gourde s’est appréciée par rapport au dollar ÉU. Mais, en dépit d’un contexte de baisse des taux sur les bons BRH8, la faiblesse de la croissance du crédit au secteur privé, combinée à la lenteur dans l’exécution des dépenses publiques, le niveau escompté de croissance du PIB réel a été moindre que celui prévu. Malgré tout, les performances macro économiques ont été en ligne avec les prévisions. La sauvegarde et le maintien de la stabilité macro économique ont été réalisé ; La poursuite et la finalisation des reformes structurelles ont facilité la progression vers le point d’achèvement dans le cadre du PPTE et IADM en juin 2009 et les perspectives de nouvelles ressources pour financer les actions de lutte contre la pauvreté. La politique budgétaire sera plus expansionniste en 2009 que pour les années précédentes Le renforcement combiné de l’administration douanière et fiscale. Les recettes totales devraient augmentées à 10,5% du PIB en 2009

Politiques budgétaires et fiscales

les revenus de l’État sont modestes. Augmentation des recettes fiscales le ratio des recettes fiscales sur le PIB est à peine supérieur à 10 %. En 2007 il est de 10.1% et en 2008, il est de 9,9%. Faible déficit et non recours au financement du déficit budgétaire par la Banque Centrale. Renforcement des administrations fiscales et douanières; En matière de dépenses : Rationalisation et contrôle des dépenses publiques. En 2006-07, les dépenses totales représentent 11,8% du PIB et 11,5% en 2007-08. Amélioration de l’allocation des dépenses publiques en faisant augmenter régulièrement le poids relatif des dépenses allouées à l’investissement public et en améliorant le ciblage et l’exécution des dépenses effectuées dans les secteurs prioritaires. Surplus global de 0,2% en 2007 Un déficit (incluant les dons) de 2,8 % du PIB en 2008

Les dépenses seront plus élevées en 2009 en raison des besoins de reconstruction et de réhabilitation des infrastructures, de recapitalisation du monde agricole victime des intempéries, et de faire face aux dépenses humanitaires ainsi que de la mise en œuvre du DSNCRP. Les dépenses totales devraient augmenter a environ 19.6 % du PIB en 2009. Le déficit budgétaire global (incluant dons) pour 2009 serait de 3.9% du PIB mais le déficit budgétaire devrait commencer à baisser en 2010 a environ 1,5% du PIB

ANNEXES

149

Politiques monétaires

La politique monétaire élaborée dans le cadre du DSNCRP vise essentiellement à établir et à maintenir une inflation modérée au cours de la période de mise en œuvre de la stratégie; de garantir une faible inflation En maintenant cette discipline, pour éviter de recourir au financement des déficits publics par la Banque Centrale, Pour faire face aux chocs externes, l’objectif en matière de réserves brutes de change est d’accumuler l’équivalent de 3 mois d’importations de biens et de services

Les instruments de politique monétaire dans le cadre du DSNCRP ont été surtout, les bons BRH, Entre 2008 et 2010, la BRH a poursuivit sa politique prudente mais avec une certaine ouverture par avec : Le crédit intérieur depuis janvier 2010 a connu une baisse importante En 2010, les réserves en devises ont significativement progressé pour avancer vers 5 mois d’importations.

Au cours de ces dernières années, des politiques et mesures ont été adoptées en vue de renforcer la stabilité du système financier, la transparence et l’efficacité de la politique monétaire. La stabilité monétaire interne et externe était assurée avec la baisse du taux d’inflation et un taux de change stable Des initiatives en vue de la relance du crédit au secteur privé ont été réalisées notamment des avancées vers l’élaboration d’une politique nationale de développement de la micro finance, qui peut contribuer à lutter contre la pauvreté et delà a dynamiser l’investissement privé. L’arrêté créant les bons du trésor de la République d’Haïti, pour assurer le financement de l’État de manière efficace et pérenne. ment et Le taux annuel de croissance de la masse monétaire sera maintenu a environ 9,3% en 2009 ou au dessous de la croissance du PIB nominal. La politique monétaire était axée sur une maitrise de l’inflation tendancielle en passant par un contrôle rapproché de la base monétaire. La politique de désinflation s’est poursuivie entre 2008 et 2011 et en 2008-09, elle a été particulièrement conduite dans un contexte international de récession induite de la crise financière mondiale. Les réformes à entreprendre par la Banque Centrale devra clarifier et réaménager le cadre d’exécution de la politique monétaire de manière à renforcer les mécanismes de transmission de la politique monétaire et à accroître l’efficacité des instruments utilisés. En 2008, les importations et les exportations ont été En 2009, les exportations sont estimées à 10,6% du PIB et les importations 38,5% Pour la période, les opérations courantes de la balance des paiements ont été marquées par : • une faible progression des importations par rapport à l’exercice antérieur. • un accroissement de plus de 15 % des envois de fonds des travailleurs haïtiens émigrés. • Un ralentissement de la croissance des exportations, ce qui atteste des difficultés en ce qui concerne la mise en œuvre de la loi HOPE. • une hausse de 5% des dons officiels.

Balance des paiements:

Les Transferts Privés

Sans les transferts officiels, le solde des transactions courantes de la balance des paiements, exprimé en pourcentage du PIB, accuserait en 2007 un déficit légèrement supérieur à 6 % du PIB. Les exportations de biens et services représentent 11,8% du PIB en 2008 et les importations 40,0%. Le déficit de la balance commerciale des biens et services est de 7,3% du PIB en 2008 . L’accroissement des flux de transferts courants et l’augmentation anticipée des flux d’investissement étranger direct (IED) devraient faciliter cette accumulation. . Si l’on tient compte de ces transferts officiels, le solde du compte courant pour 2007 se ramènerait à un peu plus de 1 % du PIB. Ces transferts privés devraient représenter près de 20 % du PIB en 2007, et garder au cours de la période des niveaux relativement comparables. Au cours des dernières décennies le solde du compte courant a généralement été inférieur à 2 % du PIB.

Entre 2007 et 2011, ce déficit hors transferts officiels devrait s’établir en moyenne autour de 8 % du PIB, avec une légère tendance à la hausse sous l’effet d’une dégradation continue de la balance commerciale Les estimations du déficit courant effectuées pour la période 2007-2011 font l’hypothèse que les flux privés en provenance de la diaspora haïtienne constituent une composante permanente et globalement stable de la balance des paiements d’Haïti

Les transferts prives reçus de l’étranger ont connu une progression de 15 % en 2006/07 et de 13,2% en 2007-08. En 2008/09 une baisse de -5,7 % est enregistrée. En 2009-2010, une reprise de la tendance s’est dégagée.

La baisse des transferts privés attendus de l’étranger en 2009 s’explique par l’impact de la crise économique et financière internationale sur les travailleurs haïtiens de la diaspora.

150

RAPPORT FINAL SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PREMIER DOCUMENT DE STRATÉGIE NATIONALE POUR LA CROISSANCE ET LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ (DSNCRP-2008-2010)

Balance des paiements:

Les Transferts Privés

Sans les transferts officiels, le solde des transactions courantes de la balance des paiements, exprimé en pourcentage du PIB, accuserait en 2007 un déficit légèrement supérieur à 6 % du PIB. Les exportations de biens et services représentent 11,8% du PIB en 2008 et les importations 40,0%. Le déficit de la balance commerciale des biens et services est de 7,3% du PIB en 2008 . L’accroissement des flux de transferts courants et l’augmentation anticipée des flux d’investissement étranger direct (IED) devraient faciliter cette accumulation. . Si l’on tient compte de ces transferts officiels, le solde du compte courant pour 2007 se ramènerait à un peu plus de 1 % du PIB. Ces transferts privés devraient représenter près de 20 % du PIB en 2007, et garder au cours de la période des niveaux relativement comparables. Au cours des dernières décennies le solde du compte courant a généralement été inférieur à 2 % du PIB. La ténacité dans les choix et les actions

Entre 2007 et 2011, ce déficit hors transferts officiels devrait s’établir en moyenne autour de 8 % du PIB, avec une légère tendance à la hausse sous l’effet d’une dégradation continue de la balance commerciale Les estimations du déficit courant effectuées pour la période 2007-2011 font l’hypothèse que les flux privés en provenance de la diaspora haïtienne constituent une composante permanente et globalement stable de la balance des paiements d’Haïti

En 2008, les importations et les exportations ont été En 2009, les exportations sont estimées à 10,6% du PIB et les importations 38,5% Pour la période, les opérations courantes de la balance des paiements ont été marquées par : • une faible progression des importations par rapport à l’exercice antérieur. • un accroissement de plus de 15 % des envois de fonds des travailleurs haïtiens émigrés. • Un ralentissement de la croissance des exportations, ce qui atteste des difficultés en ce qui concerne la mise en œuvre de la loi HOPE. • une hausse de 5% des dons officiels.

Les transferts prives reçus de l’étranger ont connu une progression de 15 % en 2006/07 et de 13,2% en 2007-08. En 2008/09 une baisse de -5,7 % est enregistrée. En 2009-2010, une reprise de la tendance s’est dégagée.

La baisse des transferts privés attendus de l’étranger en 2009 s’explique par l’impact de la crise économique et financière internationale sur les travailleurs haïtiens de la diaspora.

Conclusion Générale sur les trois (3) années de mise en œuvre du DSNCRP et les perspectives dans l’élaboration du DSNCRP II

L’analyse des performances dans la mise en œuvre du DSNCRP en 2008/2010 a permis de conclure a un décrochage des objectifs poursuivis. Les projections sur la période 2007-2011 ont été maintenues , cependant pour caractériser les scénarios, les taux de croissance moyen ont été maintenus jusqu’en 2015 à 6 % et à 4 %, respectivement pour le scénario optimiste et pour le scénario de base. Ces scénarios se distinguent essentiellement par un surcroît d’activité obtenu, au cours des deux dernières années de la période, par l’augmentation des niveaux d’investissement en raison de meilleures capacités d’absorption de l’économie haïtienne et suite à une amélioration au niveau de la mobilisation des ressources.

En raison de facteurs non favorables et exogènes, pour garder en perspective l’amélioration des conditions de vie de la population et la réduction de la pauvreté, des efforts importants doivent être faits. Une constance doit être réalisée dans la poursuite des objectifs, se fixer sans ambages des cibles vers la réduction de la pauvreté Être sans équivoque dans les directives

ANNEXES

151

ANNEXE 2 : ESTIMATION DE LA PAUVRETÉ MONÉTAIRE
Annexe 2.1 : estimation de la pauvreté monétaire
Approche Approche par l’ajustement des seuils (1) 38.0 66.8

Incidence des degrés de pauvreté (en % de la population) Pauvreté extrême Pauvreté Incidence des degrés de pauvreté (en % des ménages) Pauvreté extrême Pauvreté
Source : Accion (2003/Calculs des auteurs)

Approche par Moyenne l’élasticité (2) (1) et (2) 37.8 71.8 37.9 69.3

31.2 54.9

28.9 59.0

30.1 56.9

Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) Port-au-Prince, HAITI Site web : www.mpce.gouv.ht • e-mail : info@mpce.gouv.ht

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful