CHAPITRE III: ANALYSE DES SITUATIONS FINANCIERES DES COLLECTIVITES LOCALES

Dans le cadre de la bonne gouvernance des ressources locales et d’une gestion optimale des affaires locaux, les conseils communaux sont appelés à procéder à une analyse financière qui leur permet d’avoir une vision sur la santé des finances de leurs collectivités, et d’éclaircir l’impact financier de leurs décisions chaque fois qu’ils envisagent de réaliser des projets ou des actions. A cette fin, la trésorerie générale du royaume a confiés cette mission aux receveurs, comptables,… en mettant à leur disposition des documents, dans lesquelles sont développés des techniques et une démarche d’analyse financière. C’est un outil d’analyse simple et qui n’exige pas de formation particulière, et dont la mise en œuvre repose sur l’utilisation d’un nombre limité d’information. C’est à partir de ces documents, qu’on a retiré la démarche, pour prendre en exemple la structure financière à travers le tableau des ratios de la gestion 2008 d’une commune (A) et d’apprécier l’évolution des états de solde et gestion financière d’une autre commune (B). Notre système d’information est basé sur les états des recettes et dépenses, qui comportent les éléments des opérations budgétaires et de trésorerie par poste ou masse pour la première commune, et pour la deuxième est pris en exemple dans lesdits documents. Au préalable, il vaut mieux de rendre considération à un retraitement de certaines opérations comptables, afin de ne retenir que les recettes et les dépenses réelles, se sont les opérations qui constituent de simples transferts de recettes à l’intérieur du budget principal et avec les budgets annexes et les comptes spéciaux, tels :

Les archives de la TGR « perception Tissa-Taounate ».

Les archives de la TGR « perception Tissa-Taounate ». Versements aux comptes de dépenses sur dotations . . sont les montant effectivement réalisés. Versements aux collectivités locales . Résorption du déficit de la 1ère partie du budget . • • • • • Il convient de rappeler que les montants qui seront pris en analyser. • Concours aux budgets annexes .• Versements aux comptes d’affectations spéciaux . Subventions d’équipement à verser aux organisations . et en dirham. Versements de l’excèdent à la 2ème partie .

(Ratio 2) Ce ratio est considère comme un complément du précèdent .88 . A.43% 2. (Ratio 1) Ce ratio mesure le taux de couverture des dépenses courants par les recettes de fonctionnement.Section 1 : Tableau des ratios Ce tableau est constitué de dix ratios significatifs permettant de dégager la structure financière de la collectivité locale. Ratio autonomie financier = recettes propres/dépenses de fonctionnement .88) Part TVA= 65.00) / (9996793.il informe sur la part de la TVA dans les ressources de fonctionnement.06 Ratio d’autonomie = 42 .1857441. Part TVA = dotation TVA / recettes de fonctionnement Part TVA = (6543000.Dépenses de fonctionnement : dépenses de la première partie – versements à la deuxième partie du budget (excédent de la première partie) Ratio d’autonomie = 9996793.Recettes propres : recettes de la première partie.Ratios de structure de financement 1.part dans le produit de la TVA . .6543000 / 9996793.ratio de l’autonomie financière.45% Les archives de la TGR « perception Tissa-Taounate ».Part de la TVA dans les recettes de fonctionnement.88 .

00 447.00 00 .00 130224.12 59000 .13% B.00 29205.48 • Taxe principale d’abattage • Taxe les licences de taxis et cars transport • Taxe professionnelle .(Ratio 3) Ce ratio informe sur la part da la fiscalité locale dans le financement du budget.00 9849.Fiscalité locale .Recette de fonctionnement : Part de la fiscalité locale=7.00 00.3.00 70663. Part de la fiscalité locale = fiscalité local / recettes de fonctionnement.32 15475.79 303383.12 9996793.Fiscalité locale • Taxes de l’égalisation • Taxe urbaine • Taxe d’édilité • Taxe sur terrain non bâtis • Taxe sur lotissement • Taxe sur construction • Taxe d’habitation • Taxe sur services communaux • Taxe sur les débits de boissons • Taxe sur l’extraction des produits de carrières : : : : : : : : : : : : : : : 712953. .37 545. .Part de la fiscalité locale dans les recettes de fonctionnement.00 11700.16 82460. 1. Le suivi de ce ratio permet de mesurer l’évolution du rendement de la fiscalité locale.(Ratio 4) Les archives de la TGR « perception Tissa-Taounate ».Part du personnel dans les dépenses de fonctionnement.Ratios d’emploi et de fonctionnement.88 712953.

00 Frais déplacement du président et du conseil Frais d’assurance des membres Salaires et indemnité pour les fonctionnaires Salaires occasionnels Indemnité pour travaux supplémentaires Indemnité de caisse Indemnité pour travaux forcé • Cotisation des employeurs à la caisse de retraite : 299286. Part du personnel = charges personnel / dépenses de fonctionnement .Charges du personnel • • • • • • • • : 1190304.76 Cotisation aux organismes de la sureté sociale : 96716.22 Indemnité pour le président et les ayants droit : 72000.79 : 316873.00 : 29952.53 • • • • • • • Cotisation au système commune pour la retrait : 61805.65 Indemnité de naissance Assurance de la main œuvre Habillement Frais déplacement à l’intérieur du royaume Frais de formation : 750.00 : 588.00 : 12000.00 : 3000.41 : 36040.Ce ratio mesure le poids da la charge salarial dans le total de dépense de fonctionnement.41 Les archives de la TGR « perception Tissa-Taounate ».00 Dépenses de fonctionnement = dépenses 1ere partie – excèdent de la 1ere partie Dépenses de fonctionnement = 9996793.82 Charges du personnel = 1190304.00 : 44630 : 49810. .88 – 1857441.76 : 115547.00 : 21303.06 Dépenses de fonctionnement = 8139352.70 : 30000.

38 Annuités sur prêt 2/96 (FEC) : 287300. Ce ratio mesure la part du service da la dette dans les dépenses de fonctionnement (ratio 5).74% 3.35 Les archives de la TGR « perception Tissa-Taounate ». Poids du service de la dette = Annuités / dépenses de fonctionnement.21 : 59384.00 Annuités sur prêt 1/01 (FEC) : 208800.87 .Dépenses de fonctionnement = 8139352.Annuités : • • • • • • Annuités sur prêt 1/96 (FEC) : 107570.Part du personnel dans les dépenses de fonctionnement= 14. Ce ratio mesure la part des dépenses d’investissement sur les dépenses totales du budget.Dépenses d’investissement = dépense de la 2éme partie – versement au compte développement humaine = 780005. .Annuités Poids du service de la dette=9 .00 Intérêt sur prêt Intérêt sur prêt Intérêt sur prêt 1/96 2/96 1/01 : 13446.5 = 792852.82 .62% 2-Poids du service de dette dans les charges de fonctionnement. Effort d’équipement= dépenses d’équipement/ dépenses totales .effort d’équipement (ratio 8). .78 : 116351.

. Part de l’emprunt dans le financement = Emprunt / dépenses investissements.49 : 711997.24% C. Pour ce ratio on apprécie l’emprunt comme les ressources provenant de l’extérieur de la collectivité locale à savoir l’Etat et autres collectivités.35 : 862197.Dépenses d’investissement .00 Versement du fonds intitulé INDH Part de l’emprunt de le financement des dépenses d’investissement = 110.Recette propres = 3453793.L’emprunt • Participation des collectivités locales • : 780011.88 Taux d’endettement= 22.Annuités =792852.Part de l’emprunt dans le financement des dépenses d’investissement (ratio 7) Ce ratio évalue le taux de financement des investissements par les ressources d’emprunt.87 . Taux d’endettement = Annuités / Recette propres .54% Les archives de la TGR « perception Tissa-Taounate ». .9 % 2.Taux d’endettement (Ratio 6) Cet indicateur mesure le taux d’endettement de la collectivité.Autres ratios 1..23 Effort d’équipement= 7.49 : 150200.Dépenses totale = dépenses d’investissement + dépenses de fonctionnement =10776799.

9)*1/2 = 3061542.88 Taux d’épargne brut= 18. Taux d’épargne brut=Excèdent du 1ère partie/recettes de fonctionnement .27 J Les archives de la TGR « perception Tissa-Taounate ».3. .38 .23 Fond de roulement=102.06 : 9996793.fond de roulement Ce ratio est un indicateur du fond de roulement annuel moyen Fond de roulement = Excèdent moyen / dépenses totales * 360 j .Recettes de fonctionnements : 1857441.88 + (1535681.52 – 755670.Excédent versé .Excédent moyen : • (Excèdent de l’année précédente + Excèdent de la deuxième partie de l’année considérée)*1/2 = (2469563.58% 4.taux d’épargne brut Ce ratio mesure la part des recettes de fonctionnement consacré au financement de l’investissement.87 + 3653520.17) = 10776805.Dépenses totales = 9996793.

son niveau traduit le degré de sécurité dans la gestion de la trésorerie de la collectivité locale concernée.la capacité d’autofinancement (C .Définition des agrégats.la marge d’autofinancement courante (M.A. 3. Elle est égale à la totalité des ressources allouées au financement de l’équipement.C) : La marge d’autofinancement courante correspond à l’excédent des recettes de fonctionnement sur les dépenses de fonctionnement.il est donc exprimée en nombre de jours (ou de mois) de dépenses qu’il permet de couvrir. Les archives de la TGR « perception Tissa-Taounate ». à savoir la marge d’autofinancement courante. c’est l’épargne courante de la collectivité locale gérée.le fonds de roulement : Il correspond à la trésorerie de la collectivité et se mesure habituellement par référence au volume moyen des dépenses qu’elle doit supporter au cours d’une période déterminée . taxe sur la vente des produit forestières.A.Section 2 : Etat de solde et de gestion Ce document permet de dégager les agrégats fondamentaux de l’analyse financière. . 4. A. (MAC). Elle est destinée à financer les investissements. solde des compte spéciaux et excédent des budget annexes). 2. la capacité d’investissement et le fonds de roulement. 1. elle correspondre à la somme algébrique de la MAC et des ressources internes d’investissement (aliénation du domaine privée.la capacité d’investissement. la capacité d’autofinancement (CAF).F) Elle représente l’ensemble des ressources que peut générer la collectivité locale pour faire face à ses dépenses d’investissement.

et qui s’ordonnent selon les liaisons et articulations suivantes : + Ressource de fonctionnement. La marge d’autofinancement courante (MAC) est égale à l’excédent de la recette de fonctionnement (RF) sur les dépenses de fonctionnement (DF).Investissements =Fond de roulement ou solde de l’exercice.Charge de fonctionnement. .Le déroulement de l’analyse financier. le fond de roulement constitue une soupape de sécurité. Les archives de la TGR « perception Tissa-Taounate ».La marge d’autofinancement courante (MAC) : Le point de départ de l’analyse consiste à apprécier la marge d’autofinancement courant (MAC) et de la comparer à celles des années antérieures. C. = La capacité d’autofinancement + Ressources externes d’investissement + Excédents antérieurs = Capacité d’investissement de l’exercice . .Etant donné le caractère aléatoire et fluctuant des recettes courantes. = Marge d’autofinancement + Ressources internes d’investissement.Articulation des agrégats. . Il permet d’éviter la rupture de la trésorerie. B . Après avoir procédé aux regroupements des opérations selon les modalités ad-hoc. le comptable conduira son analyse financière de façon méthodique en s’appuyant sur les concepts développés ci-avant.

l’analyse portera sur des dépenses réelles après élimination des opérations d’ordre.Deux cas de figure se présentent : • Premier cas : accroissement des charges courantes : S’il y a une augmentation des dépenses de fonctionnement.L) annuelles pour voir l’évolution des recettes et des dépenses ordinaire aux cours des années précédentes. le comptable est invité à en examiner le niveau et la structure. Dans le cas d’une situation déficitaire ou lorsque la marge d’autofinancement courante s’amenuise d’une année sur l’autre . car une marge faible indique une gestion difficile. ils permettent de faire apparaître l’évolution dans le temps non seulement du volume des Les archives de la TGR « perception Tissa-Taounate ». Lorsque ces ratios sont établit sur plusieurs années successives.C. il appartient au comptable de chercher à déterminer la raison de cette dégradation.A. Ces comparaisons permettent de situer la collectivité locale par rapport aux autres collectivités locales gérées de même type. pour les collectivités locales de même type et pour la même période. .O.Ratio 6 : Taux d’endettement Calculé au titre d’une année donnée.Ratio 5 : poids du service de la dette dans les charges de fonctionnement . ces indicateurs peuvent être comparés avec les ratios de référence établis au niveau national. Pour cela il doit consulter la situation agrégée des opérations des collectivités locales (S. régional préfectoral ou provincial.Ratio 4 : Part du personnel dans les dépenses de fonctionnement .Elle est déterminée dans l’Etat des soldes des collectivités locales. . elle constitue un agrégat fondamental. Les ratios suivants peuvent être consultés à partir de ce qui est déjà cité : -Ratio 1 : Autonomie financière . et une marge négative signifie tout simplement que la collectivité vit au dessus de ses moyens.

. Il est souhaitable de débuter l’analyse par le calcul du ratio 1 (Autonomie Financière) . Leur établissement sur plusieurs exercices successifs permettra d’apprécier leur évolution dans le temps (stabilité ou modification da la structure des recettes courantes).mais se sont bien évidemment les ratios de structure qui vont fournir les informations les plus pertinentes pour l’analyse des recettes de fonctionnement. notamment les plus importantes et les plus significatives. Le rapprochement de ratio de référence fournis par le guide des ratios (ratio nationaux. régionaux et des préfectures et provinces) permettra de mettre en Les archives de la TGR « perception Tissa-Taounate ».dépenses mais aussi d’éventuelle modifications de la structure de celle-ci. Ainsi peuvent être calcules les ratios : -ratio 2 : part de la dotation TVA -ratio 3 : part du produit de la fiscalité locale dans les recettes de fonctionnement -ratio 9 : taux d’endettement Le calcul de ces différents ratios va permettre de déterminer la part représentée par chacune de ces grandes catégories dans les ressources courantes. Cette analyse peut s’avérer plus complexe que celle des dépenses compte tenu de la diversité des recettes susceptibles d’alimenter le budget de fonctionnement et de la nécessité d’approfondir l’analyse pour certaines d’entre elles. ce qui permettra aux comptable d’informer les ordonnateurs locaux en vue de les emmener à s’interroger sur les raisons qui sont a l’origine de ces évolution ou modifications. • Second cas : Réduction des recettes courante Dans le cas ou la diminution du volume de la marge d’autofinancement courante provient d’un fléchissement des recettes de fonctionnement l’analyse doit porter sur leur structure.

. Généralement ce sont les recettes fiscales. Dans le cas où l’on constate que la structure da la fiscalité da la collectivité locale a changé. A cette fin. et en particulier les impôts rétrocédés par l’Etat : TU.évidence d’éventuelles singularités da la collectivité ou au contraire la normalité de sa situation. Les archives de la TGR « perception Tissa-Taounate ». Elle consiste à affiner le niveau de l’analyse des différents postes budgétaires afin de déceler l’origine des diminutions et de comprendre les raisons des phénomènes mis en exergue au stade précédent. TP et la TVA. L’analyse doit porter en priorité sur les ressources les plus importantes pour la collectivité locale gérée. ce pourrait être des recettes forestières pour les collectivités locales disposant d’un patrimoine forestier. L’étude de la fiscalité a pour objectif de faire apparaître l’évolution du produit de chacun des impôts et taxes et la part que représente chaque taxe dans la fiscalité locale. une analyse particulière peut être menée pour chacune des catégories de recettes. il faut chercher à connaître les raisons. TE. l’analyse ne se contentera pas de raisonner en termes de produit de la fiscalité mais devra s’intéresser à l’évolution de chacun des impôts et taxes. Sur la base du bilan de ce premier diagnostic et dans une perspective de connaissance approfondie de la situation da la collectivité locale.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful