1

PaulBOCCARA
Maîtredeconférencesenscienceséconomiques
Agiégé uǯhistoiie
Mail:paul.boccara@free.fr
UNECREATIONMONETAIREDELABCEPOURSORTIRDELA
CRISEETPOURLEPROGRESSOCIALENEUROPE
Pour une création monétaire de la BCE, comme alternative à la domination des
marchés financiers, pour une croissance de progrès social solidaire dans la zone
euro,etverssonintégrationdansunenouvellecréationmonétairemondiale.
Historiquement,déjàlescrisessystémiquesantérieuresdusystèmecapitalisteau19
e
et
20
e
siecleǡ jusquǯà celle ue lǯentie-deuxguerresmondiales,ontconnu uǯaboiu la montée
excessivedesmarchésfinanciers,etensuitedestransformationsdusystème monétaire
etdecrédit,avecdesfacilitésnouvellesdelacréationmonétaire,pourensortir.
Cǯest ainsiǡ apies la ueuxieme gueiie monuialeǡ lǯinstauiation uu caiacteie public ues
banques centrales et de certains établissements de crédit dans plusieurs pays, le cours
foicé ue la monnaieǡ ainsi que lǯinstitution uu FNIǤ
Cependant, la crise systémique en cours du capitalisme mondialisé est autrement
profonde que les précédentes. Elle pose la question de transformations véritablement
radicales.Celaestdûnotammentauxconditionsdelarévolutioninformationnelle,avec
detellespousséesdeproductivité,économisant nonseulementle travailmaisaussiles
moyens matériels et le travail pour eux, que cela engendre des poussées de chômage
massifǡ tout paiticulieiement uans les pays les plus uéveloppésǤ Cǯest aussi la iévolution
monétaire, de décrochement de la monnaie pai iappoit à lǯoiǡ entiaînant les énormes
risques de la création monétaire très amplifiée et proprement déchaînée pour la
spéculationetpourlessurendettementsprivésetpublics.
Comme on le sait, après la crise financière mondiale de surendettement de 2008 et la
iécession planétaiie ue ʹͲͲͻǡ cǯest lǯ0nion euiopéenne qui est actuellement en ciise ties
giaveǤ Cǯest sa ciise ue suienuettement publicde2010à2012,aveclesgrandesattaques
spéculatives contre les dettes publiques des pays du sud de la zone euro, les difficultés
uu ciéuit ues banques uétenant ues uettes publiques attaquéesǡ la ciise ue lǯeuioǡ ainsi
que les piessions poui les politiques uǯaustéiité contie le uéficit publicǡ contiibuant au
ralentissement de la croissance et même au début de récession en 2012 pour la zone
eurodanssonensemble.
Cǯest piécisément uans la zone euio que se pose tout paiticulieiement en ʹͲͳʹ la
question de transformations radicales éventuelles, concernant la création monétaire et
les banques centrales. Bǯautant plus que, par ailleurs, la Banque uǯAngleteiie ou la
FederalReservecréentdelamonnaiepourprendredessommesconsidérablesdedettes
publiquesǡ à lǯopposéǡ en piincipeǡ ue la BCEǤ
Plusparticulièrement,enFrance,enraisonsansdoutedesapositionparticulièredansla
zone euro, à la fois uominante avec lǯAllemagne et aussi uominée uans sa ielation à
lǯAllemagneǡ et en iaison ue la situation politique où monte lǯobjectif uǯune alteinance
2
profonde à gauche, le débat théoiique et piatique est lancé uans lǯopinion et chez ceux
qui se iéclament uǯune expeitiseǤ
Soulignons que déjà la BCE avait vu son bilan plus que doubler de 2007 à 2012, tandis
quǯil atteignait ʹ ͹͵Ͳ milliaius uǯeuios fin ʹͲͳͳ et enviion ͵ ͲͲͲ milliaius en 2012. Ce
quisignifie32%duPIB delazoneeuro,ycompris aveclesprêtsrécents delaBCEà3
ans et à ͳΨ ue plus ue ͳ ͲͲͲ milliaius uǯeuios aux banquesǤ Lǯexposition ue la BCE aux
payslesplusfragilesdelazoneeuro,viasesrachatsdedettesétatiquesetlafourniture
ue liquiuités aux banquesǡ auiait atteint ͹Ͳͷ milliaius uǯeuios fin ʹͲͳͳǤ Elle auiait
acheté ʹͲ͹ milliaius uǯeuios ue uettes publiques euiopéennes ue mai ʹͲͳͲ à uécembie
ʹͲͳͳǡ uont entie ͵ͷ et ͷͷ milliaius uǯeuios uǯobligations giecques.
Cependant,malgrécetteprogressiontrèsconsidérableetmêmecontraireauxpratiques
adoptées antérieurement, outre le débat sur le potentiel uǯinflationǡ uemeuie le uéfi
uǯalteinative, concernant la domination persistante et grandissante des marchés
financieis ainsi que les buts ue cioissance ue piogies socialǡ à lǯopposé ue la situation
actuelle.
Enprenantparti,dansledébat,pourlerôlefondamentaldelacréationmonétaireetde
la monnaie centrale dans cette création, ainsi que pour le financement monétaire des
dettespubliques,afinderépondreàlaradicalitédelacrisesystémiqueencours,jevais
intervenirsurlaréformeprofondedusystèmebancaireetdelapolitiquemonétaire.
Je vais me limiter à des questions concernant des propositions alternatives de création
monétaire et tout particulièrement du rôle de préteur en dernier ressort de la Banque
Centrale Européenne, pour une croissance de progrès social solidaire. Je considèrerai
brièvementdefaçonsuccessive:
x LesdettespubliqueseuropéennesetlaBCE,
x UnautrecréditenFranceetdanslazoneeuro,
x UnerefondationpossibleduFMI.
I. Dettes publiques européennes: double création monétaire
de la BCE, Fonds de développement social et écologique
européen
Onpeutconsiuéiei quǯil yaundoubledéfidelacrisedesdettespubliqueseuropéennes.
Cela conceineǡ uǯune paitǡ les piessions ues maichés financieis et pouitant le iecouis
prédominant aux mêmes maichés financieisǡ malgié lǯinteivention uevenue inéluctable
de la BCE, pour réponuie aux ciéancieisǤ Et cela conceineǡ uǯautie paitǡ les piessions
poui ues politiques uǯaustéiité contie les uépenses publiques et socialesǡ avec
lǯobsession ue iéuuction ues uéficits et ues uettes à tout piixǡ contie la cioissance et le
progrèssocial.
Cǯest pouiquoi nous pioposons égalementǡ afin ue iéponuie à ces uéfisǡ une uouble
utilisation uǯune autiecréationmonétaireparlaBCE.Etnousprenonsencompteaussi
lǯutilisation ue toutes les maiges ue manouvie ues banques centiales uu Systeme
EuropéendeBanquesCentralespourcontribueràpousserdanscesens.
3
Notons pai ailleuisǡ que si la ciéation monétaiie ainsi amplifiée favoiise lǯemploiǡ les
salaiiesǡ la piouuction iéelle efficaceǡ elle peut ne pas uéveloppei lǯinflation.
Il sǯagitǡ uǯaboiuǡ uǯamplifiei consiuéiablement la piise ue uettes publiques uéjà
impoitante pai la BCEǡ poui les Etats en uifficulté uu suu ue lǯ0nion euiopéenneǡ en
réduisant au contraire les interventions et les nouveaux endettements concernant le
FondsdestabilitéeuropéenpuisleMécanismedestabilisationfinancière. Celapourrait
aussi sǯaccompagnei ue ceitaines iéuuctions négociées ues tities iachetésǤ
Nalgié lǯinteiuiction pai lǯaiticle ͳʹ͵ uu Tiaité ue Lisbonne ue lǯachat uiiect pai la BCE
ue uettes publiquesǡ lǯachat sur le marché secondaire déjà pratiqué doit devenir
systématique pour soutenir les dettes en difficulté, sans attendre une modification
ultérieuredestraités.
Bǯailleurs,faceauxrisquestouchantlaFrance,mêmeNicolasSarkozyavaitdûreprendre
lǯiuée uǯun auossement à la BCE uu Fonus européen de stabilité financière, outre son
appel aux marchés financiers garanti par les Etats européens dont la France et
lǯAllemagneǤ Nais il sǯétait heuité à lǯopposition uǯAngela Nerkel et il avait uû sǯinclineiǤ
Et dans ces conditions, François Hollande a dû protester et revendiquer cette
intervention de la BCE, quoique uniquement pour soutenir les dettes et non pour le
piogies socialǤ Cepenuantǡ il ne sǯagiiait pasǡ comme le piopose François Hollande, de
négocier ues auuitions aux uécisions uǯaustéiité contie le uéficitǡ ue mesuies
supplémentairespourlacroissance.Ilconviendraitdemettreencause,aucontraire,ces
mesuies uǯaustéiitéǡ poui un autie uéveloppementǡ fonué sui ues avancées socialesǡ
avecuǯautiespolitiquesetaussidetrèsnouveauxtraités.
Au- uelà ue ce piemiei ensemble ue mesuiesǡ il sǯagit suitoutǡ poui une nouvelle
cioissance ue piogies social soliuaiieǡ ue lǯinstitution uǯun Fonus ue uéveloppement
social et écologique européen. Cette proposition a été adoptée par le PCF, puis par le
Parti de la Gauche Européenne et récemment par Die Linke en Allemagne. Elle est
reprise par le programme du Front de Gauche en France pour les élections
présidentielles de 2012. Ce dernier déclare précisément: «Nous proposons que la BCE
finance par création monétaire un Fonds de développement social, solidaire et
écologiqueeuropéen»(LeprogrammeduFrontdeGauche,p.32,36,70).
Une prise de dettes publiques des différents Etats de la zone euro par la BCE serait
affectée, en alimentant le Fonds de développement social et écologique européen, pour
uneexpansion desservices publics,différenciéesuivantlesbesoins des diverspays,en
vue uǯune nouvelle cioissance socialeǡ avec ues coopéiations ue soliuaiité entre les
servicespublics.
Il sǯagit uǯailleuis ue iompie avec lǯobsession libéiale ue la iéuuction à tout piix ues
uéficitsǡ jusquǯà les annuleiǡ et ues uettes publiquesǤ Il peut existei une bonne uette poui
favoriser un nouveau type de croissance fondé sui lǯexpansion ue lǯemploi et de la
formation,uneprotectionsocialeefficace,lapromotionhardiedesservicespublics.
Cela conceineiait les seivices publics classiques comme ceux uǯéuucation et ue santéǡ
mais aussi des services publics nouveaux, de lǯécologie jusquǯaux seivices ue la petite
enfance ou ues peisonnes âgéesǤ Cela sǯaiticuleiait à ues luttes et ues mesures,
spécialement uans les uifféients pays uu suu ue lǯEuiope jusquǯà la Fiance contre
4
lǯaustéiitéǡ ainsi quǯà ues pouvoiis nouveauxǡ tout particulièrement dans les services
publics,despersonnelsauxusagers,danslesgestionsdecesservices.
Cela sǯappuieiait enfin sui une constiuction politique ue lǯ0nion euiopéenne ue
solidaritéetdedémocratieparticipative,sociale,internationaliste,avecnotammentdes
coopérations de rattrapages contre les inégalités. Et cela, dans une confédération
novatiice qui sǯopposeiait au féuéialisme uǯune gouveinance euiopéenne ue uomination
ducouplefranco-allemandoùuomineiait uǯailleuis lǯAllemagneǤ
II. Nouveau type de crédit bancaire: pôle public financier et
refinancement du crédit par la BCE pour la croissance
réelleǡ lǯemploi,laformation
Une nouvelle création monétaire possible renvoie aussi au crédit bancaire et à son
refinancement par la BCE. Nous proposons des transformations institutionnelles
profondesconcernantcettecréationetcecrédit,avec ue nouveaux ciiteies uǯattiibution
ues fonusǤ Il sǯagitǡ comme le uéclaie le piogiamme uu Fiont ue uauche Ǽlǯbumoin
JǯoborJǽǡ uǯune«nouvellemissiondeservicepublicuu ciéuit ǥ au seivice ue lǯemploiǡ
ue la foimationǡ ue la cioissance iéelle et ue la piéseivation ue lǯenviionnement» (Le
programmeduFrontdeGauche,p.35).
Cela conceine plus piécisément une baisse sélective ties foite ues taux uǯintéiêts jusquǯà
zéro(voirenégatifs,avecunediminutiondesremboursements)pouruncréditlongaux
entiepiisesǡ avec ues taux uǯintéiêts uǯautant plus abaissés que sont piogiammés et
vérifiés de bons emplois et formations, pour des investissements réels, matériels et de
rechercheetleurefficacitéappuyéesurlacombinaisondesrecherchesetdesformations
hardies.
Cenouveaucréditpourraitêtreorganiséàplusieursniveaux,local,nationaleteuropéen,
de façon diversifiée et coordonnée. Ainsi, au niveau local, nous proposons des Fonds
régionaux publics (voire le Programme, p.35) pour la prise en charge, par des fonds
publics, de tout ou partie des intérêts, pour des crédits favorisant lǯemploi et la
formationavecdesinvestissementsefficacespourunenouvellecroissanceréelle.
Au niveau nationalǡ nous pioposons lǯinstitution uǯun Pôle financiei public ȋProgramme,
p.34-35). Il viserait la mise en réseau des institutions publiques et mutualistes
existantes (Caisse des dépôts, Banque Postale, Oseo, Caisses uǯEpaigneǡ Banques
mutualistes)ainsiquecertainesnationalisationsdebanques,commepourDexia.Cepôle
contribuerait à impulser des orientations nouvelles, y compris dans tout le secteur
bancaiie et financieiǡ avec lǯavancée ue contiôles publicsetdedispositionsnouvelles,en
liaison avec des soutiens publics possibles de recapitalisation des banques. Outre les
incitations au nouveau type de crédit, les mesures porteraient notamment contre les
activités spéculatives, y compris par la séparation des banques de dépôts et
uǯinvestissementǡ et elles viseraient à conjuguer croissance réelle efficace et progrès
social,avecégalementdestaxationsdissuasivesetincitatives.
Onpourraitencore,pourrenforcerlePôlepublicetlesoutiendesbaissessélectivesdes
taux uǯintéiêt,utiliserunepartiedesénormesfondspublics,gâchésetpoussantauxbas
salaires,commeceuxdévolusauxexonérationsdecotisationssociales.
5
Enfinetsurtout,cenouveautypedeciéuit pouiiait sǯappuyei sui unautrefinancement
des banques par la BCE, tout particulièrement pour des crédits à long terme. Cela
implique ue nouvelles missions piioiitaiies poui la BCEǡ poui lǯemploi et la cioissance
réelle,contrelaprioritéactuelleà lǯopposition à lǯinflation avec lǯobjectifprincipalditde
maintien de la stabilité des prix. Et cela, même si on peut déjà mettre en avant les
missionsexistantesdepromouvoirlebonfonctionnementdessystèmesdepaiementou
le soutien ues politiques économiquesǤ Cela uemanue aussi lǯoiganisation uǯun contiôle
politique ue uémociatie paiticipative ue la BCEǡ à lǯopposé ue son inuépenuance
statutaire (cf. Programme, p.69). Et cela renvoie encore à de nouveaux pouvoirs de
saisine par les travailleurs et leurs organisations représentatives des institutions
nouvelles de crédit, depuis les Fonds régionaux, à un Pôle public financier lui-même
décentralisé, et aux refinancements de la BCE et du Système européen de Banques
Centralesǡ en liaison uǯailleuis avec les capacités ue suivi ues entiepiises et uǯexpeitiseǡ
notammentdelaBanquedeFrance.
III. Vers une refondation du FMI et la création dǯune véritable
monnaie commune mondiale pour le co-développement
despeuples
Ces propositions de transformations très profondes de la création monétaire et de ses
objectifssociaux,auniveaunationaletauniveaueuropéen,peuventêtreprolongéespar
despropositionspourconforterlestransformationsengagéesauniveaumondial.
Cela renvoie tout particulièrement à une véritable refondation de démocratisation du
FNI et à lǯinstitution uǯune nouvelle monnaie monuiale émancipée du dollar, pour des
objectifsdeprogrèssocialpartagéà lǯéchelle planétaiieǤ
Cela conceineiait lǯexigence uu ietoui et uǯun uéveloppement nouveauǡ iauicalǡ ue la
missioninitialeduFMIdesoutien ue la cioissance inteinationaleǡ à lǯopposé ue son iôle
uǯaccompagnement ue la ciise et ue genuaime desEtatsendéveloppementcontreleurs
dépensessocialesaubénéficedescréanciers.
Celaviseunedémocratisationdeladirectionetdelagestionuu FNIǤ Il sǯagit notamment
delamontéedesdroitsdevotedespaysendéveloppementetdespaysémergents,bien
au- delà des petits relèvements récents, alors que la Belgique avait 2,02% contre
seulement ͵ǡ͸͸Ψ à la ChineǤ Et il sǯagit ue la suppiession de laminoritédeblocagedes
Etats- Unis, alors que les décisions importantes réclament 75% des voix tandis que les
Etats- Unis en ont plus de 26%. Cela pourrait se relier, à la fois, au changement des
quotes-partsdesdifférentsEtatsauFonds,etàuneautredéterminationdesattributions
devoixnonuniquementparlesquotes-parts.
La tiansfoimation la plus fonuamentale conceine lǯinstitution uǯune véiitable monnaie
commune mondiale autre que le dollar des Etats- Unis, lequel est une monnaie
commune monuiale ue fait uépenuant uǯun seul EtatǤ Notons que le dollar constitue
encore, malgré sa légère baisse relative récente, 61,4% des réserves mondiales de
devisesenʹͲͳͲǡ contie ʹ͸ǡ͵Ψ poui lǯeuioǤ
Ainsi, le ProgrammeduFrontdeGauche déclare: «Nous prendrons des initiatives pour
mettrefinàladominationdesEtats-Unissurlesystèmemonétaireinternationalavecla
ciéation uǯune monnaie commune monuiale alteinative au uollai. Elle permettrait
6
lǯessoi uǯun ciéuit massif peu coûteux et sélectif pour financer les investissements
nécessaires aux peuples du Sud ǥ et les biens communs ue lǯhumanité» (Programme
p.36).
NousproposonsquecettemonnaiecommunemondialesoitinstituéeàpartirdesDroits
de Tirage Spéciaux du FMI. Les DTS sont déjà définis par un panier de monnaies
nationalesetcepanierpourraitêtreélargi,enréduisantlepoidsdudollar.Enoutre,on
pourraitlerelieràunpanierdeproduitsfondamentaux.
DèsʹͲͲͻǡ à la veille uu uʹͲ uǯaviilǡ le gouveineui ue la Banque Centiale ue Chine avait
suggéié lǯinstitution uǯune monnaie ue iéseive inteinationale non iattachée à un seul
paysǡ cǯest à uiie autie que le uollaiǡ à paitii ues BTSǤ Cette pioposition avait été
soutenueparlaRussieetleBrésil,maiselleavaitprovoquélesprotestationsdesEtats-
Unis.
Cepenuantǡ uéjà au uʹͲ uǯaviil ʹͲͲͻǡ il avait été décidé la création de 250 milliards de
DTS.Toutefois,cesDTSontétéallouéaux186EtatsduFMIenfonctiondeleurs quotes-
partsauFonds.Aussi,44%decesDTSsontallésauxpaysdominantsduG7,tandisque
les pays en développement en ont eu moins du tiers et que seulement 7,6% (19
milliards)ontétéauxpayslespluspauvres.Au contiaiieǡ il sǯagiiait uǯallouei la monnaie
monuiale futuie en fonction ue lǯimpoitance ues populations et surtout des besoins
différenciés pour leurs développements. On viserait, avec une création ample des DTS,
puis de la nouvelle monnaie commune mondiale, toujours les deux grands objectifs de
développementéconomique,socialetculturel,déjàenvisagéspourlazoneeuroǣ cǯest à
direunnouveaucréditetuneprisededettespubliquespourlesservicespublics.
Bǯune paitǡ le FNI uémociatisé,susceptibledesaisinedepuislesdifférentspaysetleurs
organisations sociales représentatives, pourrait «refinancer» les banques centrales
poui piomouvoii le nouveau type ue ciéuit sélectifǡ favoiisant lǯemploi et la foimation
avecdesinvestissementsréelsetefficaces.
Bǯautie paitǡ le FNI uéveloppeiait une piise massivededettespubliquesnationales,par
création de la monnaie commune mondiale, pour financer une expansion de grande
ampleur, et différenciée selon les besoins des divers pays, des services publics. Il
contribuerait à impulser aussi de la sorte les coopérations internationales entre les
servicespublicsainsiquelǯinstitution et le uéveloppement ue Seivices et Biens publics
et communs ue lǯhumanitéǤ
En conclusion, il convient de souligner la portée pratique des débats théoriques
possiblessurlesquestionsdelacréationmonétaire,delamonnaiecentrale,etdeleurs
transformationséventuellespourrépondreauxdéfis de la crisesystémiqueenFrance,
uans lǯ0nion euiopéenneǡ uans le monue entieiǤ Il y a une montée uǯiuées populaiies
nouvelles, favorisant des politiques novatrices de création monétaire, tout
particulièrementàproposdelaBCE,etspécialement danslecadredesdébatspourles
élections présidentielles en France. Cependant, tandis que des propositions de
transformation sont un objectif crucial du débat, le débat théorique et idéologique
devrait pouvoir favoriser des avancées politiques sur les différents niveaux
institutionnelsǡ la cohéienceǡ la iigueui et lǯefficacité ues piopositions mises sui la place
publiqueetendiscussion,ainsiquesurleurpromotion.