You are on page 1of 372

Note:

Heaven excuses pour la mauvaise qualité


de la traduction s'effectue
automatiquement avec un peu connu WEB
Google.Personal ne parle langue
française.

Je serai reconnaissant si quelqu'un me


corrigera.
Il est isi traduis ma Monografia
-PSIHIATRIA sous DICTAURA comunista EN
ROUMANIE-

Dr. Ioan C.Cucu


Dr.Toma I.Cucu

PSIHIATRIE
SOUS COMUNIST DICTATURA

UN LIVRE BLANC DE LA PSIHIATRIA


COMUNISTE ROUMAIN
2

Piatra Neamt -
2005

À la mémoire de nos grands-parents et les


parents
CASANDRA, ANA et Constantin Cucu
3

La profession de la médecine sont plus


saints que mal.

Erich Segal

AVANT

Je suis conscient que vous m'avez invité à


prendre ici le mot que Diletant.
Vraisemblablement, les spécialistes ont
été organisées pour trouver une Diletant
et d'opinion, en ce qui concerne les
conséquences de l'expérience dans un pays
totalitaire en Europe de l'Est sur
psihiatriei cobailor.
Eh bien, cette modeste qualité ingaduiti-
moi de proposer un paradoxe. Les
spécialistes savent exactement - je pense
- psychiatriques oribile crimes commis au
ospiciile Orient. Guess, mais comme leur
domniile moins bien connus psychiatriques
crimes, et non comme brutale, mais avec
des conséquences désastreuses, en dehors
4

de contre ospiciilor. Parce que,


fondamentalement, depuis plus de 40 ans,
nous étions tous ici, les patients. Il est
vrai, certains patients en dehors, c'est-à
gauche dans la liberté. En outre, la
criminalité similaire cette fois-ci avec
une depravare omniprésent. Comme je l'ai
sera Tryin 'à demonstrez, il a des effets
qui sont ravagii aujourd'hui.
En fait, j'ai récemment
convaincu, le dernier événement politique
en Roumanie, à savoir l'élection, dans
laquelle la tragédie nous a jeté la fin de
la Deuxième Guerre mondiale n'a pas pris
fin. J'ai été quelque naivi quand nous ne
l'imaginions, la révolution, comme nous
l'avons émergé du cauchemar. Maintenant,
vous pouvez le voir très clairement que,
après un non-thésaurisation une partie
importante de la vie, dans ce qui est
devenu un anormalitate pour Novembre
seulement "normalité" possible, le
communisme stalceste nous pour aboutir à
un destin de liberté qu'il nous reste
pricepem à une vie, parce que nous avons
perdu reflexele un comportement normal.
En fait, la notion même de liberté
signifie de nombreuses années - en Mai
signifie une bonne mesure - peine sortis
de la cage. Je comprends et probablement
ne comprends pas très bien aujourd'hui,
soit que la liberté a son propre ordre.
Indeosebi Je comprends que, comme les
animaux gardés en captivité longs dans
leur cage où ils sont loués, readaptandu
est difficile à la liberté, pas passé vous
en Novembre dans la première rangée des
archives, ne s'arrête pas à ce qui "est".
Il est toujours actif. Strigoii aller dans
5

la rue, parler, voir parfois la


télévision. Novembre insine, parfois,
sommes-nous sans notre propre compte
phasmatis.
Mais je crains, pardonnez-moi invités,
comme un occidental ne fait pas référence
à la façon dont la tragédie de cette
situation, pour la simple raison que
d'essayer de poursuivre, d'enquêter - avec
une logique normale - un anormalitate.
GrabIt Ouest a été pour saluer la fin du
communisme, après quoi il est devenu Mai
détendue et quelle que soit, sans préavis
que la scène d'Europe de l'Est a changé le
spectacle, mais le vieux "acteurs"
forfotesc le poulailler et n'ont pas
oublié les rôles. Pregatesc peut-être même
un nouveau spectacle, qui combine les deux
nenorociri du siècle, le communisme et le
fascisme.
Après tout, la terreur n'est pas seulement
notre problème. Se pourrait-il être un
occidental de comprendre pourquoi un homme
comme moi il a posé la question, en un
jour, si ce n'est en quelque sorte une
certaine forme de "intelepciune", qui
bantuit comme un molima l'Est, est devenu
le principal allié de la terreur? Dans 18
ans, nous avons vu Bucarest impanzit Russe
uniforme. Je me sentais ma peau sur deux
moulin en pierre qui a été pris de ce
siècle, jusqu'à ce que macinat sang entre
les idéologies. Révolution m'a pris à 63
ans. Nous imbatranit dans un anormalitate
que d'ici à la fin nous a semblé à un
moment donné, "normale", en ce sens qu'il
n'est pas plus surpris personne,
banalizandu la rivière. Comment expliquer
cela à un homme habitué à desparta ce qui
6

est normal ce qui est anormal? D'autant


plus que manque, malheureusement, une
analyse sérieuse et le droit des peuples
de l'Est tragédie, et sur notre a
distribué assez absurde.
En Roumanie a tenu la première
manifestation d'anti-Europe de l'Est et la
première résistance armée contre
l'occupation soviétique, la résistance qui
a duré années, dans les montagnes.
Néanmoins, nous avons eu à entendre mirari
superficielles, telles que: "Les Romains
rabda tout" ou "Mamaliga explodeaza pas."
Quelques années avant la chute de
Ceausescu, les travaux sur un manuscrit
que nous avons l'intention d'envoyer dans
l'Ouest. Je suis préoccupé par ce que j'ai
appelé «Deuxième de police", qui est un
paradoxe que tiranie tiranizeaza et avec
l'aide de tiranizati. Je me souviens de
tout ce que j'ai lu sur des formes de
colaborationism de la France, pendant
l'occupation, que l'hypnose et un exercice
sur les Allemands d'Hitler. Quelle a été
Novembre Mai ciel que d'autres? Nous
essayons de supravietuim, victimes cadem
pas exactement ce qu'ils ont fait et
d'autres en temps de dizgratie. Toutefois,
nous ne pouvions pas voir que notre peur
de ceux qui nous aident à infricoseaza
nous infricosa et plus. Il est plus que
manifeste que, comme nous l'feream
risques, Ceausescu et son acolitii, il a
accueilli et bien plus encore. Nebunia a
été stimulée par sa "sagesse" Our. Sans
souhaitent que leurs persecutatii est
devenu persecutorii avec accessoires. Mais
la rivière n'a pas arrêté ici. Il ya
couché surprindea personne. Devenise une
7

pratique «normale». Nous acomodam la


rivière, nous obisnuiam lui. Et, avec le
temps presque Je ne savais pas ce qui est
normal normalité. Pas plus de
anormalitatea voir "normalizata." Nous
semblons être, dans un monde comme le
nôtre, il est normal de passer des choses
comme la sincérité de devenir un risque,
un «fou». La réalité vous a rappelé à
chaque étape que nous devons faire
attention à ce que vous dites, qui dire si
voiai pas attirer l'attention du Conseil
de sécurité. Par conséquent neacceptarea
anormalitatii comme un facteur semblait
normale pas un acte de courage, comme un
signe d'un effilochage instinctului
conservation. INCAT, célèbre pas de lavage
de cerveaux mai criminalité être le plus
parfait du régime communiste, mais la plus
durable. Un lavage de cerveau n'est pas
bien passé. Au lieu de cela, un cerveau a
appris à considérer normale anormalitatea
est menacé de dispara - même dans la
liberté - reflexele qui il a acquis dans
une histoire de cazarma, où la vérité est
que une pâte molle, qui mai prendre
n'importe quelle forme, Selon les ordres
données. Raul pénétré dans la langue dans
la façon de penser. Permettez-moi de vous
rappeler ce que dit Camillo sclavul
devient véritablement un esclave que
lorsque se comporter comme tels.
Tout ce qu'ils ont laissé des traces un
étranger que pour les avertir dur. Même
nous ne les apercevons pas plus souvent.
Actuellement, il ya un risque, je pense,
que sur le continent que Descartes a donné
pour fonctionner à la fin de ce siècle,
deux logiques différentes: un pragmatique
8

et égoïste Mai, de l'Ouest, l'autre,


resentimentala et derutanta, de l'Est
disposés à voir dans l'Ouest " la
troisième Rome "qui est séparé de la«
nouvelle barbares ". Cet état de choses
mai élargir encore plus de danger, pas du
tout négligeable à mon avis, entre l'Est
et l'Ouest de créer une pause depuis Mai
et profonde, car au lieu Cortinei de fer
serait une blessure qui serait
pratiquement presque impossible la
communication.
Peut-être que le son d'un occidental ou
même pittoresque normalement indemnul de
Marx, nous desparti passé razand. Soleil
pour être sincère, il me semble un
enormitate. Et il est difficile de
trouver, je pense, un avis absurde Mai.
Tout d'abord, comment rire d'un cauchemar?
Il serait un ras neghiob et sans doute
indécent. Il y avait trop de lutte contre
la criminalité afin de nous permettre de
izbucnim dans un ras isteric à exorcizam
d'une manière que la tragédie a eu lieu.
Puis, en Novembre nous avions une autre
vie que celle pour laquelle nous le
craignions. Il représente la seule chance
d'aimer ou à un contempla le ciel plein
d'étoiles. Ceasurile notre tendresse sont
mélangés avec le désespoir. En ce qui me
concerne, ce cauchemar est devenu papa,
j'ai écrit des livres. Permettez-moi
détestent parce que parfois j'ai été
heureux, alors que mes compatriotii ont
été maltratati de sécurité ou de putrezeau
par puscarii? Je rusinez de l'égoïsme à
savourer mes jours avec un ciel clair,
tandis que de nombreux Roumains zaceau la
tombée de la nuit dans les cellules, mais
9

ce qui était, n'était pas zeii peut pas


changer quelque chose, et puis, il est
venu à vivre ? Morala je dis que tout est
lasitate, même si réduite à neputinta de
rejeter une journée ensoleillée en raison
de urateniei histoire. Mais il ne voulait
pas être ipocrit, je considère coupable.
Je considère que je blâme tranquille de
nombreuses années après mon père est mort
dans un hôpital, à la suite d'une banale
peritonite, a été refusée parce que
l'administration d'antibiotiques, pas
colectivizat, non pas parce que je aimait
la vie, même dans un régime criminel.
Après tout, je tiens à dire que la vie
n'est pas vécue comme le mur de Berlin,
afin DaRami avec tarnacopul. C'est
pourquoi il est si difficile de juger ce
qui "est".
De là vient, sans doute, l'irritation et
avec qui nous sommes nombreux à refuser
toute discussion sur vinovatie ici des
conseils ou un pied d'égalité la
culpabilité, uniformizata, corollaire
naturel, si nous sommes tous coupables,
tous sont innocents ou que nous avons
d'autres plus urgent maintenant treburi .
Et vous venez de vous dire que un poète
roumain du XIXe siècle ", qui a été, est
et ce que va être ce qu'elle est." Mais ce
qui est approprié? Ce qui en quelque sorte
pas "il" dépend de taria de regarder en
face ce que l'expression "était"? Pour ma
part, je, admettre, je crains que nous
devons passer par un purgatoriu à trouver,
enfin, la normalité normale.

Octavian Paler
10

Bucarest 1994

"ET Revien le vent" (extraits)


Vladimir Bukovski

Après tout, en particulier de Leningrad


hôpital n'était pas une prison que
d'habitude, detentiune dans les chambres,
ce qui limite la nourriture et de la
correspondance, reconnaissant, ghimpata
fil, les murs imprejmuire sécurité
inarmata. Théoriquement, evadarea un
11

alienat mentale, la garde avait pas


d'ouvrir le feu. Mais il tente de
deosebesti sur un smintit d'un droit pénal
commun du personnel de service. Bien sûr,
le garde ouvert le feu et ces cas ont eu
lieu.
... Ici a eu lieu en 1956 Nikolaï
Samsonov, geofizician, lauréat du prix
Staline. Il a été envoyé au balamuc pour
une lettre à DC qui exige une cohérence
demascare de crimes contre Staline. Il a
catégoriquement refuser de donner la
preuve de «critique» et, par conséquent,
fait la prison pour huit ans. Il a été
traité par l'administration souhaitée:
injectii, maltratari, mise prisonniers
dans la chambre furiosi. Les investisseurs
ont été zdruncinata définitif: le cœur, le
foie, l'estomac - et tous les cedasera, au
fond, il s'agit d'un effet secondaire des
médicaments psychotropes. Deosebit le
traité a été fortement dans la dernière
année, comme svonise Novembre venisera
quelques indications à son sujet.
... Comme "furiosilor traitement, mieux
dit, sanctionare, trois moyens ont été
utilisés. Premièrement: aminazina.
Habituellement, après son administration,
l'homme fait dans un somnolenta, cufunda
dans un état et non abrutizare-Mai dadea
compte de ce qui se passe avec la danse.
La deuxième a été sulfazina ou pucioasa.
Il procova douleur ingrozitoare, une
violente fièvre, la température monte à
40-41 degrés et passer au second - trois
jours. Le troisième était "infasarea."
Dans une certaine faute, detinutul a été
infasat de près, depuis les pieds à
subsuoara, de la literie ou des bandes
12

rasucite fiche tente, muiate dans l'eau.


Uscandu toile à chaque contrat, provocandu
une douleur du patient et un nespusa tous
arsura corps. Habituellement, nefericitul
très rapidement perdu leurs connaissances
médicales et soeurs ont été datoare
superviser lui. L'un perdu qui était au
courant de nitel faiblement stransoarea
feselor, à gauche-retour, puis a été
infasat. La procédure a été utilisée à
plusieurs reprises.
... L'étage du premier bloc dans la
cinquième section, ont été "cascavalurile"
- captusite chambres de caoutchouc, car
les fous furiosi pas briser la tête
izbindu aux murs. Dans ces salles de
personnes ont eu lieu en isolement total,
et goi pusca, disent-ils, ont été batuti
crunt. Pas même les vieux jours, il a été
l'un des smintiti tués, et rupandu la
colonne. Autres innabusit était en "fasa"
n'a pas réussi lui slabeasca de
stransoare. Bien sûr, personne ne s'est
rendu coupable, asasinatii ont été stersi
de la preuve - ticnitii est toujours la
faute.
... Le danger rafuielii avion au-dessus de
notre tête. Avec la plus petite occasion,
le auzeai sur infirmieri et des gardes:
«Quoi de leatule, est-ce que vous manquez
de fasa?". Une fois prescrit, injectiile
de amilazina vous administrau
automatiquement, souvent uitand être
suspendues. Vous faites autant de
injectii, aucune aiguille n'est plus en
infipt FESE. Je me souviens, je
lostHollywood en une seule journée au
bureau de la physiothérapie, pour
réchauffer mon amygdales - étant donné le
13

taux d'humidité à Leningrad, tonsilita à


ma chronique febricitam et pour le pire.
Eh bien, ici nous sommes entrés dans le
cabinet médical et j'ai vu une vue
fantastique. Sur des dizaines de banquets
stateau intinsi personnes qui fundurile
exposés au vide lampile chauffage. Fesele
sont batucisera, de sorte que ceux qui ne
sont pas entrer Mai et était censé inmoaie
muscles, être "traités".
... Glumele et batjocura crunta avec les
patients qui ont été traités devenisera
comme une nécessité. Dans un autre bloc,
dans une salle plus grande, parmi les
quelque 10 personnes, était un jeune homme
de 19 ans, un Sapronovici. Il avait son
fluturii, à savoir: il a dû détruire le
monde occidental, tout d'abord l'Amérique.
Il a toujours appuyez sur les touches
imaginaire, veillez à lancer des missiles
nucléaires avec focoase.
"Permettez-Amérique aruncam l'air! Qu'il
ucidem sur Kennedy! "Racnea en cliquant
sur les boutons. Je ne sais pas pourquoi
ne pas avoir des yeux pour voir sur
Kennedy.
"Sapronovici il strigau ceux qui ont
l'esprit, venez ici! Voici un bouton réel,
poussez-le! "Et lui a montré la porte
bouton, qui sont appelés les gardes et
orderlies. Peu à peu, il avait l'habitude
de ce bouton, de sorte que statea toute la
journée près de la porte et poussez-le
encore et encore. Infirmierii qu'ils
s'ennuyaient de donner tous ces faux
signaux et il maltratau souvent le
injectii et de la rendre "infasau" - tous,
sauf un, n'a eu aucun effet.
Automne, Kennedy était assassiné. Tiranii
14

de Sapronovici pourrait pas échapper


l'occasion de jouer avec lui giurgina.
J'ai la communication avec le journal sur
l'assassinat de Kennedy.
"Que pensez-vous, Sapronovici, SO C-vous
fait un mouton? Maintenant, quatre enfants
dans les yeux. Jusqu'à présent asasinul
pas trouvé, on recherche, si vous
n'obtiendrez pas beaucoup de temps à
apprendre à fereala ont dibuie, parce que
tout le monde sait qui a appuyé sur le
bouton ».
Sapronovici un sfeclise a été ébranlé. Une
semaine de la totalité de la gavozdit au
lit, couvert à la tête avec patura. Ne
prenez pas de soulever la masse, est à
craindre iteasca à la tête et sous patura.
Le résultat a été étonnant. Sapronovici
près de insanatosit et n'ont plus à se
sentir cliquez sur un bouton.
…. Un groupe constitué de nombreuses
personnes l'qui a tenté de razbata à
plusieurs ambassades à Moscou. Soviétiques
populaire estime que le rand, comme
certains naivi, qui a été suffisant pour
entrer dans une ambassade et y procédera,
en secret, sur la frontière. Avec ce
travail a été beaucoup plus compliqué. Ni
une loi interdisant d'entrer dans une
ambassade. Comment je judeci?
Letonul Pintan fui en Lettonie depuis
l'invasion soviétique de leur pays. Dans
tout cela, rastimp vécu en Australie, a
travaillé comme une chargeuse-descarcator
et les enfants a augmenté. Mais ils sont
arrivés en Australie rumeurs sur
"dezghetul" hrusciovist; coeur tenue à la
maison, pour voir comment un leader Mai
citoyens de la patrie. Il est venu avec
15

toute la famille, il n'a pas eu un entre


propteala. Mais quand il s'est rendu
compte que "dezghetul,« voulaient aller de
nouveau en Australie. Il voulait, mais a
révélé que seulement la durée ne peut
plus. Il a été ingrijit d'obtenir la
nationalité australienne, a vécu comme un
citoyen letton, avec l'ancien bulletin de
la Lettonie, en particulier ceux de
l'Australie de ne pas ce que vous rapport.
Ou, ici a été une autre histoire: l'Union
soviétique recunostea pas tout Letonie. Et
Pintan citoyen a été porté à la
connaissance que tout ce temps il était
citoyen de l'URSS sans qu'il banuiasca.
Pintan pourraient pas comprendre une chose
si simple, taraboi faisant, chercher à
razbata cher à l'ambassade d'Australie et
il est aminazina administration.
16

INTRODUCTION

Sans que nous faisons et ne peut


témoignages et la manière dont nous
présentons dans ce livre, psihiatria
roumain serait pacifique parce que, comme
l'un des grands Apologet, "les enseignants
de la psychiatrie communistes étaient et
sont généreux et un professionnalisme
indiscutable" et dans notre psihiatria pas
changé quoi que ce soit et ne doit
changer.
Bien que cela semble un paradoxe, notre
travail est un réel samizdat, tel qu'il
apparaît dans un monde psihiatrica non
seulement conservatrice, mais aucun d'eux
n'était dogmele de tous les communistes-
materialiste, et ceux qui pazeau "pureté"
idéologique dans le passé et un coup
d'oeil aujourd'hui , Manuind avec une
grande habileté tactique que communiste
SAILLANTS DES SCIENCES (par exemple,
utilise la DSM, mais sans se référer à des
bases idéologiques psihiatriei US).
Notre travail est comme un samizdat aussi
parce que un groupe de psychiatres
nonconformisti, sachez que dans le passé
sur les mêmes positions (et je me réfère
non seulement à la hiérarchie) et dans une
atmosphère adversitate et le monopole du
pouvoir, on essaie de alcatuiasca "LIVRE
D'ALBA" psihiatriei communiste roumain, et
de mettre ces sfidand la conduite post-
communistes "enseignants", et "ceux qui
prétendent appartenir aux nouvelles
démocraties, mais" peu "ciolanul déjà au
pouvoir, alors même que jinduit .
En fait, psihiatria roumain inapoiata
17

scientifique et institutionnel, est encore


nevoita depuis de nombreuses années à
porter cangrena ancienne nomenclature, ce
qui rend ses travaux en Mai que «ministère
de la vérité" et l'organisation d'une
véritable institution de la corruption
intellectuelle, qui ne sont pas seulement
allié «Les enseignants», mais aussi tous
les profitorii, ancien tortionari de
psihiatrica ancienne organisation.
Mais sur son premier Mai lamurim collègues
d'autres specilitati médicaux qui les
concernent comme une étrange bataille de
sanul psihiatriei, mais oublient que des
décennies dans une rangée psihiatria
fournir partie secrétaires médicaux et
d'autres politruci, car c'était un domaine
psihiatriei réservés seulement. Il est
venu le temps de intrebam-nous pourquoi?
Très souvent, les médecins d'autres
spécialités de se demander ce qui a été
dans des hôpitaux psychiatriques declansat
un tel différend, alors que dans d'autres
spécialités médicales inscrire la question
d'être ou de ne pas être un bon
spécialiste (mais pas des choses comme ça
partout).
En psychiatrie, mais la pratique de la
profession implique non seulement
l'accumulation biologique ou biochimique
connaissances, comme c'est généralement le
cas en médecine somatique, mais aussi une
maîtrise des connaissances de la
psychologie, la sociologie, la religion et
la même philosophie, qui est ajouté
connaissances biologiques (autres
psihiatria Pourtant, dans le centre de la
médecine).
Pour ces raisons, en psychiatrie, comme
18

nous le voyons au cours des travaux


sinonimii maestrilor des spécialités
médicales ont formé une nomenclature qui
prend partie trasat tâche de créer un
"socialiste psychiatrique", en face de
psihiatriei ouest, ils ont appelé à une
deriziune "psihiatria burgheza. "
Inchipuiti-on également absurditate dans
l'une des disciplines médicales, comme la
chirurgie ou Cardiologia. Pour ces
raisons, les communistes ont psihiatria
considérée comme une bataille idéologique,
dans lequel "emanatiile" philosophique
marxiste a dû se battre et gagner le
conflit avec les concepts bourgeois:
nemarxista la psychologie et la
sociologie, qui psihiatria de l'Ouest et,
après une longue adjudecase mode de
développement des sciences humaines, non
seulement l'essence biologique ou
biochimique. Nous allons voir comment les
travaux sur cette base, psihiatria dans
notre pays sera pratiquement politizata
(dans le sens de l'idéologie communiste),
a organisé et dirigé par le peuple,
approuvé par le psihiatria de sécurité
n'est pas seulement l'attention des
organes du parti, mais aussi à ceux de la
répression.
La suite est juste un petit pas pour le
régime communiste à utiliser psychiatrique
de répression dans ses objectifs, comme un
fait dans tous les domaines, qui sont tous
aservite but de maintenir le pouvoir.
Mais ce politizare communiste psihiatriei
conduit presque un réflexe dans
l'émergence des résistances permanents et
même une motion de dizidenta, parce que ce
que vous vouliez, cher collègues, Nov.
19

opunem "psihiatriei socialiste", créé avec


migala pour près de 50 années?
Psihiatria Un appui aujourd'hui, telle
qu'elle est pratiquée sous le régime
communiste en Roumanie - malgré l'abus
inapoierii idéologique et scientifique - a
été une croissance normale, et ce juste
pour garder une fausse "la paix" ou au nom
d'une fausse colegialitati echivaleaza
avec un monstruozitate que seules mai
dormir être une raison de tolérer.
"Psihiatria socialiste" doit dispara
ensemble avec la nomenclature et qui
maculatura fondée et c'est pour des
raisons de moralité, ainsi que de
nécessité. Nous demandons à nos collègues
afin de tolérance et même opacului
ministre de la Santé, pourrait conduire à
la fin de ces travaux, peu à peu et avec
staruinta.
Mais à regarder un peu autour de nous. La
jeunesse et des romanticii revolutionari
est mort en Décembre 1989 avec la ferme
conviction que le communisme en Roumanie
seront jetés à la poubelle lada histoire.
Le rejet du communisme est devenu, pour
ces moments à sacrifier la raison de notre
nation et en particulier nos jeunes.
Mais si les communistes en 1945 que
Staline stiau ne sera pas en mesure de
changer un régime et ne seront pas en
mesure comuniza Roumanie conserve les
anciennes structures de l'État
démocratique burghez, en passant
immédiatement purifier l'administration,
militaire, police, la justice et les
institutions universitaires, les
révolutionnaires de 1989 ont été
naivitatea avait seulement de croire en la
20

puissance de bouleversement moral, qui ont


une stropit plein de sang, crezand naïf
dans "convertir" l'ancienne nomenclature.
Non seulement ont eu tort, mais ont eu
tort amarnic, c'est la raison pour
laquelle tant d'années de zbate la
Roumanie est encore un criptocomunism
toutes les armes de façon maligne que le
communisme lui-même.
Si notre pays en 1945, il y avait
seulement environ 800 des communistes en
1989, le nombre véritable de ces semble
pas être beaucoup plus important, parce
que sinon comment pourrait expliquer
pulvérisé un système de répression et une
"partie de 4 millions de personnes dans
Seulement quelques jours.
Mais, comme en 1945, cohortele par les
profiteurs et les adeptes d'un
matérialisme vulgaire et la corruption
n'ont pas de morale ou idéologique, de
croyance "ont adapté" preluand rapidement
au profit de leur jeune et fragile société
roumaine post-totalitaire. Peu à peu, il
est devenu clair qu'il y aura un procès du
communisme, par 8 de Timisoara, Timisoara
et de l'esprit qui ont été rejetés et
insultate même dans le nouveau Parlement
de la Roumanie et l'ex-prisonniers
politiques, ainsi que son ancien dizidenti
aller de l'avant souffrances agonie,
tandis que les révolutionnaires de
l'Décembre chiffres de 1989 montrent que
toujours contesté punandu-ils sont tous
dans la colonne vertébrale du pays
difficultés actuelles.
L'ancienne nomenclature à cocotat nouveau
anteriore postes, passant de dicteul
fanatismului communiste, qui assurent leur
21

existence dans le passé parazitara à


promouvoir un "capitalisme sauvage" et
Taraba pour compromettre total idéaux de
la révolution roumaine 1989.
Mais ce que les gens font, pourquoi de
nombreuses personnes, qui dois-je inlature
ces profiteurs?
Les gens, en ayant à l'arrière que «la
psychologie de custii" qui est sorti juste
que toute la masse des craintes de
changement, et sous les communistes ou
politiques sens qu'elle apporte à un être
humain étant unique dans l'univers de
atrofiat, à la recherche de qui sait
temps.
Comme par le passé, les gens touchés
pouvoir est dans son existence (chômage,
subnutritie, les salaires de misère,
l'inflation permanente) et donc, ainsi que
par le passé, des virements de
paternalisme bon marché, tiradelor
nationaliste, le plus simple des
manoeuvres de l'ancienne et de propagande
nomenclature actuelle aujourd'hui que
personne ne Jena, a lancé avec succès
lozincile "salvarii peuple mosieri et
capitalisti" ridicule de détournements de
culpabilisation comme les anciens
prisonniers politiques, de sexe ou de Ticu
Dumitrescu Corneliu Coposu.
Est-ce la situation dans des hôpitaux
psychiatriques ont-elles changé? Aucun
moyen. Nous devons dire, les communistes
ont confirmé un pouvoir que la médecine
n'a jamais été indépendante du pouvoir
politique entre les disciplines médicales
les plus psihiatria la toxicomanie. En
raison de sa nature particulière,
psihiatria a toujours confrontées à des
22

problèmes d'éthique et essence humaine, si


nous pensons que c'est la seule discipline
médicale autorisé par la société à une
personne interneze parfois contre sa
volonté.
D'autre part, a psihiatria frontières très
vague et psihiatrul, volontaire ou
involontaire, peuvent utiliser leur
«pouvoir» au détriment de la liberté et
l'autonomie d'une personne. Psihiatria et,
par conséquent, jouer un rôle "politique"
active, si nous appelons l'acceptation
politique dans la vie "polisului." Ainsi,
si les pays démocratiques extremistii
droit ou gauche ont jamais fait avec
psihiatria en Roumanie communiste, comme
dans l'ex-URSS, la pratique psihiatrica
facteurs ideologici et même politiques, un
parti d'opposition comme étant etichetata
prenant le domaine psihiatriei. Nous
savons comment les critères imprécis en
diagnostic psychiatrique, et entre de
simples symptômes psychopathologiques ou
de comportements neconformiste et un
diagnostic clinique ya vraiment une grande
distinction. Ainsi, de nombreux dizidenti,
soumis à des persécutions et injustitiei
vivant dans un stress permanent, cela
pourrait avoir de véritables
caractéristiques psychopathologiques, mais
ils ne peuvent ainsi devenir de véritables
malades et uniquement dans la nature
psihici la politique ont rendu cela
possible.
Comme dans d'autres pays communistes, en
Roumanie, trois structures privées
dictature forcé limetele psihiatriei:
1. Le caractère
totalitaire de l'État;
23

2. Place occupée par


l'idéologie dans tous les domaines;
3. Viscerala régime
de la peur et de ne pas perdre de la
puissance et les privilèges.
Ainsi, d'une part, pas des droits
individuels, et a été le seul parti qui
decidea, dont un à prendre en compte les
spécificités évêque et, d'autre part, a
fait l'objet à la science - pour ne pas
dire servitoarea - idéologie. Pour ces
raisons et psihiatria "datoare" à
participer par tous les moyens propres à
maintenir le réseau d'électricité. Pour
exercer la violence contre une personne
qui ne peut pas «inclus» dans la
communauté, telle qu'elle était définie
par le parti et anormalul, "bolnavul a
donc été défini par le caractère ou le"
lien "atypique, c'est la raison pour
laquelle condamne le socialisme tous ces
"originaux" sur tous les gandeau
autrement, toutes les minorités (même les
groupes religieux ou de la roche).
Contrairement à la plupart de ces
personnes poursuivre une violente
"aseptizata" la violence dans un "blanc
halate", ce qui explique pourquoi
"normalii semaine sera de plus en plus
avec un zoo, les individus capatand de
plus en plus que« la psychologie de custii
" qui était normalement de 99% à voter
pour le parti et chef de file.
Mais que psihiatrul une politique
internationale opozant sous prétexte de la
schizophrénie ou la paranoïa est
consciemment impliqués dans la politique
de l'État totalitaire qui attendent de
certaines attitudes que j'ai des
24

avantages. Apologetii "psihiatriei


socialiste" explicau ces
"caractéristiques" de leurs actes que
l'existence de disparités "essentiel" vers
psihiatria "burgheza", un sens qui est la
pratique de l'Ouest. C'était la base de
rejet ou de discrimination sans formation
scientifique des concepts psychologiques
et sociologiques psihiatria roumain.
À Honolulu (1977), l'Assemblée générale de
l'Association mondiale des Psihiatrie
noté, mais le français, l'utilisation de
"psihiatriei socialiste" comme une arme
politique, en adoptant la résolution
suivante: «Global Association des
Psihiatrie prendre note de l'utilisation
d'abus dans psihiatriei des raisons
politiques et condamne ces pratiques dans
tous les pays où la pratique psychiatrique
invitand organisations professionnelles
d'abandonner de telles pratiques et à les
supprimer. L'Association a de nombreux
témoignages sur l'utilisation de
psihiatriei systématique des raisons
politiques en URSS ". Delegatul-nous à ce
congrès était le ideologul communiste
roumain psihiatriei V. Predescu, politruc
un format à Leningrad (studentie et
doctorat), avec son collègue études en
URSS - Stefan Milea, qu'il a reçu
"haiduceasca Département psihiatriei
infantile. Pour cette raison, les
autorités roumaines réactions étaient
identiques à ceux de l'URSS Ainsi, les
pressions extérieures ont été
invariablement répondu qu'elles
représentent un" mélange "des problèmes
l'opposition interne et interne réponse
est que l'attitude condamnant le
25

«socialiste psihiatriei" non seulement


"anti agitatie." abus lui-même a été
refusée dans l'URSS, ainsi que de la
Roumanie et, malheureusement, la seule
fonctionnaires roumains aujourd'hui nie
Mai abus psychiatrique sous le régime
communiste.
Mais ce qui se passe maintenant, après
tant d'années depuis la chute du
communisme, avec plus de 1.000 psychiatres
par les Romains? Rien, ou soyons honnêtes,
psihiatrii sont à l'unisson avec le pays
jusqu'en 1996, votand 99% pour la
nomenclature communiste.
Vivre dans la peur et la terreur dans le
passé, roumain psihiatrii (une communauté
en grande partie feminizata) vivent
aujourd'hui dans la liberté, le même
syndrome de "custii" sous la direction de
l'ancien "enseignants" communistes, vu par
ceux qui ont été favorizati même comme
«généreux et un professionnalisme
indiscutable, "asteaptand comme d'habitude
ne se fera pas n'importe quoi en
psychiatrie.
Occidental a Psihiatria choses qu'un
psychiatre format roman à l'école n'est
pas communiste acomodat (en particulier en
raison du manque de connaissances
psychologiques ou sociologiques, et à la
suite de la conquête de nouveaux
biochimiques). Il existe dans l'Ouest un
nouveau type de traitement des
institutions, qui bulversa complètement
azilar système compliqué dans lequel
psihiatrica aide dans la période
communiste, qui présente maintenant
bufoniada "réforme", qui, en réalité, un
rejeté. Comment faire son roman adjudece
26

psihiatrul Néanmoins? N'est-il pas mieux


que, en faisant valoir l'ancien
enseignants (ancienne nomenclature), afin
de maintenir l'ancienne organisation et
des conceptions anciennes qui psihiatrul
roman acomodat était déjà plus de 45 ans?
Il ne voit que ce qui fait ravagii réforme
dans tous les domaines dans lesquels il
est fait dans l'affaire. Alors, que
restera psihiatria roumain condamné depuis
des décennies dans une rangée. Qu'en est-
il de la jeunesse, il est plutôt intéressé
par l'émigration dans l'Ouest, sa
participation est que inexistenta.
Scriem ce livre parce que j'ai senti que
notre approche est cette fois de
l'histoire »et pas seulement au cours des
cinq dernières décennies, lorsque nous
nous sommes battus avec seulement
éoliennes. A faire aujourd'hui, même si le
establishmentul psychiatriques est
toujours le même (et communistes
potrivnic). Parafrazand un verset biblic,
un appel à la vérité sur les à ses de
maisons, et le pas si elle fera en
Novembre quand il striga pierres à notre
place.
L'auteur déclare que la théorie de la
compétence et la nomenclature de "haute"
psihiatriei roumain période communiste est
un mensonge, éthique et les abus du passé
sont devenus une tragédie que l'actuel
psychiatrique devrait être purifice.
Faire psychiatriques servitoarea du
système répressif, les fonctionnaires
psihiatriei faite aujourd'hui et de faire
une erreur historique, non seulement
contre une disciplines médicales, mais
aussi une nation, une nation romans.
27

Participand que les agents de la


répression psihiatrica ils ont été dociles
instruments d'une "organisation
criminelle" créée par le phénomène
communiste, que l'histoire n'est pas
connue en Mai que dans le hitlerist-
fasciste. Et en place à avoir honte et à
pocaiasca, ancien tortionari, attaque,
accuse, que l'histoire serait en mesure de
revenir au communisme.
Leur compétence? Soyons sérieux. Dans quel
domaine de compétence Mai promouvoir le
communisme? Les dossiers des cadres, des
dizaines de positions sur la ligne du
parti, des études en URSS ou "Stefan
Gheorghiu, ils sont des sources de
compétence» des enseignants et généreuse
un professionnalisme incontestable. "
Nous avons commencé la composition de ce
travail plus, même commencé un ensemble de
l'organisation - APLR (Association de
libre Psihiatrilor Roumanie), mais sous la
direction de l'ancien politruci,
l'organisation capotat lamentabil. Sur le
trajet, beaucoup ont vu que dans ce type
d'activité peut pas en tirer profit,
d'autres se prendre speriindu par peur que
le geste était de savoir comment ce que
vous faites.
Nous pouvons dire cependant que le
document reflète le point de vue de la
vérité et au moins dans l'esprit qui a
formé l'Association de libre Psihiatrilor
Roumanie.
Supunem phénomène de l'abus de Roumanie
psychiatriques et des analyses théoriques
en ce qui concerne ses moyens pratiques.
Adversitati de toutes sortes ont été
résolus ou non, mais le plus difficile a
28

été adoptée sur la peur, toujours peur des


persécutions, greaua charge de la tradarii
dirigeants Psihiatrilor libre association.
Des centaines de cas d'abus psychiatriques
ne sont pas parvenus à nous, ils ont été
soigneusement dissimulés, et de Security
Focus. Peu à peu, l'élan de divulguer les
cas de sévices a été atténuée et une
"coalition monstruoasa» formé entre les
anciens et même tortionari direction
Psihiatrilor libre association, une élite
désormais "faire" avec les fonctions
d'enseignants, a effectué des visites à
l'étranger par les autres (l'ancien
obsesie un roman comparable seulement avec
l'obsession de salami), l'accès au pouvoir
», estime consideratia et" élite
communiste. En raison de ces adversitati
considérer le travail comme incomplète,
mais aussi comme une première brèche dans
la forteresse de mensonges et
d'incompétence.
Tartorii psihiatriei forces communistes
sont encore, aujourd'hui detinand tous les
pouvoirs actifs. Eux-mêmes et les quelques
dirigeants corrompus qui ont pris la
parole aujourd'hui sont les seuls
interlocuteurs du ministère, qui de plus
le vendredi étrangers en Novembre et en
particulier de leurs dons, les seuls
clients de réunions internationales, où
personne ne va sans une interdiction de sa
propre poche et où, apparemment serait
psihiatria roumain.
Comme par le passé, l'Occident avale tout
la responsabilité, Lene ou dezinteres,
devenant ainsi victime offensive facile à
ceux qui ont pris le pouvoir ou de tenir
une nouvelle en psychiatrie. Mais en
29

arrière-plan, et comment Paler dit,


pourquoi devrions-nous Miram? Ne pas
Ceausescu a reçu la plus haute de l'Ouest
titres et a été marché à Londres avec
calash royale? Où il sait qu'ils ne sont
pas sincères ( "collègues", les
scientifiques ou les grands chefs d'Etat
de l'Ouest). Et pourtant, en Novembre et
d'autres que nous serons toujours la
pierre poticneala ces vieux
new''profiteers "de psihiatriei, de ceux
qui s'opposent à tout progrès de notre
discipline.

Pastraveni - Jud. Neamt


20 Juillet 1993

P.S. En raison du décalage temporel de


l'écriture à l'édition, une série de
manifestations sont désormais obsolètes
(comme certains l'emploi finctii) et une
série de tartori communistes exemplificati
est allé à "Les champs Elizee. Les faits
décrits leur situation et de rester
l'histoire, c'est la raison pour laquelle
ce document papier ne peut éclipse.

Piatra Neamt, 2005

Chapitre I

FUNDAMENTTION IDEOLOGIQUE- Une politique


DE l,ABUSE
EN PSIHIATRIE
30

L'idéologie communiste, dans la


période dominée que l'état idéologie, a
déclaré le primordialitatea politique
permanente dans tous les domaines de la
vie ou les sciences sociales. Cette
enceinte a été en Mai sciences
psychologiques, psihiatria être l'un
d'entre eux, materialismul dialectique en
faisant valoir que psihicul n'est qu'une
question de epifenomen le cerveau, ce qui
en fait la partie de l'idéologie au fur et
à mesure psihicul ne représentent un
simple "secretie" . En contraste avec la
notion même de grand-question
philosophique, élaborée par Marx,
l'idéologie "socialisme réel" practicau en
fait un matérialisme vulgaire et
"intelligible", dans le sens que psihicul
était considéré comme un subprodus de
certaines structures biologiques, comme
par exemple, la balle est secretata par le
foie.
L'importance de ce système atribuia une
idéologie communiste qui a fait psihiatria
la psychologie scientifique et les objets
à contrôler politiquement. Pour ces
raisons mélange principaux hommes
politiques dans ces domaines a atteint des
niveaux à peine figuré, psihiatria
attention activistilor partie et même les
organes de répression du parti communiste.

Suferind mais une réelle amnésie,


l'idéologie du communisme sont indignati
aujourd'hui toute idée de réforme du
roumain psihiatriei eux-mêmes qui ont
détruit une. Indrazneala Cela est d'autant
plus temerara dans ce cadre car ils
plaider ni plus ni moins que le danger de
31

"mélanger la politique» en psychiatrie, en


affirmant simplement que les communistes
psihiatria a été dans un hôpital
psychiatrique politicul qui n'a pas
participé.
Afirmand apolitismul psihiatriei
communiste, en fait, ils commettent une
nouvelle mystification, dans ce cadre
provocand un premeditata confusion.
Opunandu n'est que maintenant "imixtiunii"
la politique en psychiatrie, ils se
réfèrent dans tendentios "grande
politique" - le parti politique - le seul
communiste à un mixte dans tous les
secteurs de la vie sociale et
scientifique.
Mais la lutte qui, aujourd'hui, ne donne
aucune psychiatriques questions concernant
la politique des partis, mais la politique
psihiatriei, la participation à des
professionnels l'examen des problèmes de
sa profession, et pourquoi pas de modifier
une institution qui est beaucoup depasita
de l'âge. Propunand "apolitismul"
psihiatrilor et afirmand "impuritatea"
politique, ils en fait fera sa réserve,
ainsi que par le passé, la discipline, la
préservation et la conservation des
"élites" de formation des communistes.
En fait, les communistes créé une
confusion seul type orwelian (mensonge est
la vérité et la vérité se trouve),
terminologica une confusion entre la
politique et psihiatriei grand parti
politique.
Malgré le fait que l'idéologie communiste
va de concepts philosophiques ont eu lieu
après plus de 150 ans, l'idéologie
marxisti avons toujours dit que, sur cette
32

base, ils peuvent faire toutes les lois et


les sciences sociales et devrait donc
faire pour tous les temps. Champ vie
mentale a été un véritable idéologie
marxista zone privilégiée, qui est la
raison pour laquelle la psychologie et est
devenu psihiatria "la discipline avec une
profonde idéologiques et politiques."
Afirmarea materialitatii psihicului de
dogmele représentent un materialismului
fondamentaux. C'est la raison pour
psihiatria a été coplesita de dogme
idéologique, a été supraincarcata
militants du parti et a été étroitement
supervisé par le Conseil de sécurité.
Mais comme je l'ai souligné en Mai, même
sfidand concept marxiste, aparatciki de la
psychiatrie et la psychologie sont venus à
réaliser "l'importance" en dessous de son
psihicului Mai vulgara et la maladie
mentale comme une epifenomen, liée
uniquement par l'évolution physique, la
chimie et anatomiei cerveau, sans aucun
lien avec une société ou la psychologie
humaine. Une telle vision de
"scientifique" suffisante pour atteindre
la normalité ou la pathologie mentale
seulement en termes positifs des sciences
(chimie, physique, biologie) et bien sûr,
ils interpretarilor que sur la base de
l'idéologie marxiste. Normalul,
patologicul maintenant à devenir
activistul incult questions "sur leur
reIevance" sur la base de simples
interprétations mecaniciste-matérialiste,
mécanique niveau de compréhension. Ce
point de vue est en fait un véhicule pour
le transfert de mystification soviétique
mis en scène par Staline comme une
33

construction artificielle, idéologique et


en médecine a pris la forme de "conception
pavloviste" sur les sciences
neurologiques, une construction
idéologique Dialectica-disant
matérialiste, En fait ce qui est devenu
obligatoire et la conception officielle,
imposée par "les enseignants" marxisti.
Ceux qui viennent d'études en URSS, et qui
a reçu automatiquement la direction du
Département de psychiatrie des adultes et
des enfants, ont la charge de la
justification comme "matérialiste notion
de" concept clinico-nosologic une
construction simplista appliquées en
médecine somatica plus de 100 ans, a
réalisé au niveau des connaissances
biologiques ou, si vous le souhaitez, au
niveau du classique allemand psihiatriei
année 1905 - 1920, mais avec une profonde
transformation Dialectica-matérialiste,
conformément à l'idéologie du parti
communiste.
Le système a été introduit dans notre
psihiatria non par des arguments
scientifiques ou à la suite de discussions
entre les professionnels, mais seulement
par le biais d'ordre administratif, par la
menace de sanction de moyens, en
exploitant les fonctions hiérarchique
auprès de la partie par ceux qui viennent
de l'URSS De cette façon, les cadres
formés dans U.R.S.S. sont devenus un
véritable "cinquième colonne" en roumain
psihiatria et de la psychologie. Certains
d'entre eux, afin de montrer
l'attachement, et ont même changé le nom
(Popescu Neveanu de Neva). Ces images sont
la mission, dans l'inconditionnel,
34

d'adopter les psychiatrique


"révolutionnaire mission» dont ils ont
besoin une partie des organes, acheminés à
leur tour par le KGB, en ce sens que «la
lutte des classes" à détruire l'ancien
psychiatrique roumain , Le soi-disant
burgheza psychiatrique, comme il a procédé
à l'ère communiste en littérature, droit,
économique ou des concepts philosophiques
de la Roumanie antebelice. Finalitea ces
actions ont pour constituer un "socialiste
psihiatria roumain."
La réussite à l'accomplissement d'une
telle mission "historique", le département
psychiatrique de Bucarest, par exemple, a
été decimata en 24 heures, et un officier
de l'Armée rouge, la citoyenneté roumaine
(en fait un spion), activistul, a été
ilegalist, Ipolit Derevici, a pris la
réception directiunea le plus grand
hôpital psychiatrique dans le pays,
umbland sfidator mois de ses jours en
uniforme grotesca agent de la Russe.
Il n'est pas surprenant que, dans les
premières années de "démocratie populaire"
et psihiatria soviétique subdezvoltata
déjà comunizata, le style "scientifique"
rudimentar stalinien roumain psihiatria à
devenir des règles contraignantes. Voici
des exemples au cours de seulement
quelques pages, qui sont des indications
bibliographiques V. Predescu
(psychiatriques cours, Bucarest 1967:
Molohov, Davidovski, Ganuskin, Vvedenski,
Fedorov, Orbeli, Anohin, Baritasvili,
Kupalov, Yubravili, Suhareva, Krasnuskin,
Lisetokovski, Popov, Slucereski,
Gourevitch, Nicolaev).
Quiconque a entendu quelque chose au sujet
35

de ces "célébrités" soviétique? Dans ces


chapitres, mais ceux formés en URSS, le
KGB l'école, leur impartaseau zestrea
"scientifiques" qui venisera de la grande
Union soviétique. Voici un échantillon des
déclarations «université» à l'un des
chapitres (psihogeniile): "… dans
psihogeniilor dainuiesc toujours
d'actualité metapsihologice, soutenue par
les adhérents freudismului,
neofreudismului, les adhérents de Jung et
Adler," mais, de toute évidence, en
Roumanie ne pouvait pas être lu, l'action
est une infraction pénale. Ou, et plus
loin: "L'utilité des idées de base de
conceptiilor pavloviste dans le mécanisme
d'apparition de maladies, offre la base
d'accord, de même que la théorie
evolutionismului darwinist, biologiques
complexes évolutionniste en pathologie des
soins médicaux en général et de la
psychiatrie en particulier. "Pour
comprendre ce que chacun veut, c'est le
style d'une" université "communiste.
Tenue de 18 ans en Union soviétique et
dans l'esprit de ses psihiatriei
récompensé pour ses actes, non seulement
avec le poste de professeur, mais aussi
avec le Directeur au Ministère, vice-Chez
l'homme, Secrétaire du Parti de
l'Université de Médecine, adjoint,
principaux problèmes de troubles
psychiatriques ministre, chef du comité
supraexpertiza psihiatrica - nous arrêter
ici -, avec beaucoup de motivation, qui
est également en mesure de demander à un
homme de la partie ou du KGB parce qu'il
ne?
Partinic style a rapidement été imposées
36

en psychiatrie - pas avec des arguments,


des arguments? Cependant, grâce à des
moyens administratifs, le port pecetea
psychiatrique "maître" et a ensuite
continué, hier et aujourd'hui par son
fidelii - G. Hamilton, Romila A., Saint-
Milea, Nica Udangiu.

ABUZUL PSIHIATRIC-théorique premize

Pour comprendre le rôle joué par


psychiatriques dans le système totalitaire
communiste, l'État est nécessaire pour
elucida deux questions essentielles, à
savoir: "la morale socialiste" et la
relation de droit sous le régime
communiste totalitaire-système dans la
deuxième rangée, postulatele théorique qui
a été fondée bâtiment "psihiatriei
socialiste", qui est ensuite devenu un
abus psychiatrique et un allié de l'État
totalitaire.

La nouvelle morale socialiste et les


relations de droit

Peut-être que personne ne l'a expliqué


plus clairement psihiatriei rôle dans la
société roumaine de Ceausescu lui-même.
Ainsi, en 1968, lors de l'ouverture
uiversitar année, at-il dit en français:
«Il ya certains que nous pouvons croire
que, dans la Roumanie d'aujourd'hui serait
en mesure de ameninte solide système
socialiste? Je pense que n'existe plus.
Colectivisti Ni les paysans ni les
travailleurs ou intellectuels, et personne
37

ne peut se permettre de Mai est indoiasca


solidité et la force du socialisme. Bien
sûr, il était fou, et il ya des évêques du
monde entier, mais pour notre société, ils
sont disponibles tous les moyens
nécessaires, y compris la force chemise. "

Il ressort clairement de l'expression


dictateur que le socialisme ne peut être
folle Mai opozanti politiques, mais pour
eux vers le socialisme pregatise-propre -
shirt vigueur.
Le premier problème que repercutat sur
psihiatriei constitue un pretentia-
l'idéologie communiste de construire une
"société nouvelle" et sur cette base d'une
"nouvelle morale", Nov. loi sur les
relations. Cette autoacreditare ils
étaient considérés comme le droit de
bulverseze tous les principes de la morale
et la règle de droit reconnus par la
société civilisée et l'histoire
d'homologation. Il n'est pas ici pour ce
qu'ils appellent "morale burgheza", mais
les principes universels de droit et,
surtout celles qui concernent les droits
de la personne, les principes qui a été
conclu après une longue et difficile route
de l'histoire (de droit romain, pour les
principes chrétiens de la morale et les
mouvements humains dans les derniers
siècles).
A partir de la notion marxiste, selon
laquelle «le vol de propriété est une"
idéologie communiste frappé dans le sacré
droit de l'homme à la dignité, à sa
transformation en un groupe de rotita
nesemnificativa, masse, des concepts
abstraits du gouvernement, au nom d'une
38

utipical idéal de bonheur collectif. Si


teologii atteindre le ciel au-delà de la
tombe, pretindeau communistes qu'il est
nécessairement "dans l'avenir, mais ni
morts, ni dans l'avenir n'est venu
confirmer à ciel utopie communiste.
Pour les communistes avaient à dire le
socialisme, mais une nouvelle moralité, ce
qui signifie en Novembre principes qui
devaient être incadreze l'avenir. Ces
principes rezultau après l'idéologie
communiste, en se fondant sur l'étude de
la philosophie marxiste, dont les concepts
ont été plus de 150 ans. "Principes
moraux" ne sont pas la réalisation de la
transformation grâce à l'intérieur de
l'individu en contact avec "le plus droit
société", mais inversement, l'individu,
artificiellement devrait «match» les
principes du philosophe maintenant 150 ans
jusqu'à l'étape où il s serait appelé
"homme nouveau".
Pour faire passer le plan dans la
pratique, cette mystification sociale, le
régime, qui asigurase de sécurité perpetua
pouvoir, mis en oeuvre non seulement des
moyens de propagande ou de moyens
économiques, mais surtout les prisons, la
torture, la domination de la société de
sécurité et de partis et Pour notre
malheur, psihiatriei est atribuise un rôle
important. C'est pourquoi l'utilisation
psihiatriei des raisons politiques en
Roumanie ne devrait pas être considéré
seulement comme un simple excès de zel
particulier tortionari plusieurs Roumains
qui se sont vendus à la conscience. Ce
phénomène est plutôt une "metastaza"
communisme roumain, en raison de l'ex-URSS
39

jusqu'à ce que la Chine, de Cuba ou au


Vietnam psihiatriei problèmes sont restés
les mêmes dans le camp socialiste. Mais
comme dans tout bâtiment à usage de
bureaux, la «nouvelle moralité» devait
esueze, et il n'a pas lamentabil lors de
la répression dont une partie a été mise
en échec.
Ainsi, en rejetant cladind la propriété
privée et sur cette base, la nouvelle
colectivista morale, l'idéologie
communiste dans utipical considérer le
socialisme comme bénéficiant de
dégressivité pas seulement un crime, mais
le nombre des maladies mentales, parce
qu'ils avaient tous dans leur substrat
"propriété privée" . En fait, le phénomène
n'a pas évolué à tous les après ces
premize théorique, bien que ce n'est pas
le Oprea d'affirmer que nevrozele, par
exemple, entrent dans le socialisme, même
si elle trucau statistiques.
"La religion des masses», ainsi que des
masificarea conduit à des aberrations
principes de droit, tout comme principiala
adhésion à la nation tout entière vers le
socialisme, la supériorité du socialisme
et implacabil fonctionnement de toute
société vers le socialisme.
"Morala" dit socialiste en aberant
inexistenta antagonistes conflit dans le
socialisme, c'est la raison pour laquelle
le pluralisme et même de simples dizidenta
socialisme étaient étrangers, ils ont été
«impossible» à la fois en théorie et en
pratique. Pour ces raisons dans le
socialisme n'a pas été chambre
d'opposition, que ce soit pas seulement
être placés de l'extérieur - à
40

l'exportation contrarevolutie - soit de


l'intérieur, l'affaire pourrait être
acceptée que comme epifenomen de la
pathologie mentale.
Ces aberatii appelé par le terme "nouveaux
principes" de la société socialiste ont
mis en doute la science juste en face de
problèmes que l'humanité ne sont plus
cunoscuse et de l'éthique psihiatrica
devait être ce subordoneze Novembre à
envisager moral et politique ou religieux
d'opposition à faire part de
psihopatologie. Psihiatria, en fait, une
science médicale, a été forcé de faire
valoir les politiques de l'opposition
idéologiques dogme inexistentei classés
organes de répression et acrediteze idée
que ce phénomène n'est pas seulement la
maladie mentale.
Si cet objectif a été atteint en termes
d'ordre éthique et juridique, un
psychiatre n'a plus à camufleze
incalcarile et de l'éthique du commerce,
parce que s'il avait "conscience
politique", at-il était dans la vision du
parti, parti sur le terrain ou Activité
(psihiatria). Cette indoctrinare est
incastra rapidement sufleteste conscience
psihiatrului prêt à devenir
colaborationist, parce que c'est un
psychiatre qui a déclaré que répondait aux
critères (M. Piticaru, le matin, 1992): «…
mais pourquoi ne pas être d'ordre
politique ou religieux dizidentul un
malade mental "..., Motif de leur levée
dans la rue lors des différentes
manifestations qui se produisent
communiste "psychiatre" cette logique,
psihiatrul, comme il le dit, être dans le
41

socialisme «agent des ordres sociaux."


Psychologie et psihiatria être dicipline
avec des implications idéologiques,
étaient en fait l'expression d'une
dialectique materialismului privé.
Maintenant, il est clair que le parti et
la sécurité pourrait travailler comme leur
propre domaine, même en l'absence de Mai
consulter le spécialiste.
Dans ce cadre d'enregistrer les relations
entre la psychiatrie et la politique
dizidenta et politizante de psihiatrilor
théories qui ont servi la sécurité et le
parti communiste. Ces concepts dans l'État
totalitaire est devenue obligatoire, comme
prévu par l'administration. Le régime a
transféré ces psihiatriei de nombreux
comportements considérés comme des actes
de politique (ou de propagande religieuse
antisocialista que dans les années 50 - 60
les condamnau communiste code pénal). Mais
très souvent ces mesures pourraient être
controversées et pure invention ou
interprétations de la sécurité.
Teoretizand une série de conceptions
marxiste et leur application sur le
terrain, l'idéologie du parti sont venus à
la fausse allégation selon laquelle
seulement sous le capitalisme et la
propriété privée causerait un comportement
criminel et de la motivation, comme une
réaction contre l'injustice sociale.
Dans la société socialiste, au contraire,
la criminalité et en particulier
l'opposition politique à l'égard du
communisme pourrait non seulement en
raison d'influences extérieures ou un
déséquilibre mental. Cela expliquer
permanente "attentivement" la police
42

psychiatrique front politique,


l'organisation et les mises aux problèmes
qui tineau diagnostic ou de traitement.
Pour ces raisons psihiatria sera
supraincarcata partie de militants et des
collaborateurs de la Securitate, et rendre
ainsi l'impression que la nomenclature qui
a procédé hier, mais aujourd'hui, roumain
psihiatriei problèmes.
Seulement par l'éducation delincventilor
dans les équipes ou les unités de travail
de rééducation de type prison de Pitesti,
deviatii ces politiques pourraient être
résolus. Si, après rééducation dizidentul
pas "silence" et surtout si l'acte à
nouveau contre le régime, il pourrait être
juste deux raisons: soit il était un agent
des puissances étrangères, ou un fou
incurable. Pour ces raisons, psihiatria
politique de la Roumanie a fait état de
nombreuses "recidivisti" l'activité
politique dans les hôpitaux
psychiatriques.
Si, dans l'Union soviétique, sous
l'influence de Snejnevski, utilisez un
diagnostic voalat Mai - latenta la
schizophrénie, en Roumanie, les étudiants
de Snejnevski (Predescu, Milea) utilisera
plus de medicalizate diagnostic, comme la
schizophrénie ou la paranoïa paranoida.
Nous savons que les Occidentaux n'ont pas
psihiatrii jamais reconnu que la
schizophrénie latenta entité scientifique.
Il avait des idées contre le régime, ils
représentent persiste en roumain
tortionnaires psihiatriei un comportement
pathologique, de type paranoïaque.
Rezulta, en réalité, que le socialisme ne
pouvait conformistii aspirent à la
43

normalité. Si, dans de nombreux pays


communistes d'assurer leur sécurité ne
contrôlent directement les étapes
internarii, la coopération entre la
Roumanie et securist psychiatre a été si
près, que la répression psihiatrica le
plus souvent que dans la tâche de
psihiatrului ambulatoire ou à l'hôpital.
Cette «confiance» de sécurité en Roumanie
"collègues" psychiatres decurgea évolution
logique du décret-loi 12/1965, dans lequel
le rôle principal dans le placement
obligatoire a un organe de répression, le
décret 313/1980, dans laquelle la quasi-
totalité de la responsabilité revenea
psihiatrului avec ou sans la permission
mai devenir un instrument des organes de
répression et non comme privé, mais sa
position dans l'État communiste.
"La nouvelle morale", l'affirmation du
socialisme infailibil et invincibil, faits
pour mettre en pratique ce que l'on
appelle la répression "aseptica", un sens
purement médical camufla répression à
certains aspects du système de répression,
succédant ainsi à la tarasca roumain
psihiatria la façon la plus grande
mistificari et les violations de l'éthique
médicale.
Mettre la question même si le mandat
d'psihiatrii nomenclature des postes
subalternes, forcé, la répression des
écarts psihiatrica de l'éthique et, enfin,
de l'éthique médicale? T-elle le danger
que nous pandea sur psihiatrul non-
conformiste est ainsi nimicitor?
Personnellement, après presque 40 années
d'expérience, je ne le pense pas. Le
manque de loialitatii professionnels
44

parvenire ou le désir d'acquérir une


certaine position dans la hiérarchie, même
le besoin de paix et ne pas avoir de
difficultés plutôt représenté la plus
plausible de motivation. Ni degrevarea
responsabilité - au motif que, finalement,
chef de la conduite d'action raspundea -
mai constitue pas un argument solide.
Expérience nazis processus de Nürenberg
crois qu'il est edificatoare dans ce
domaine. Pouvons-nous ierarhiza
responsabilité de dire que seuls les
coupables sont Predescu, Milea, Ionescu,
Romila ou Grecu, et pourquoi, en dernière
instance, non seulement Ceausescu?
Incercarea de créer une nouvelle moralité
et les principes de droit en Novembre,
mais il n'a pas principial et la pratique
sociale après un demi-siècle de
communisme, a été réalisée comme une
unique et douloureuse, comme une
expérience sociale.
Il n'ya pas si l'examen artificii
propagande sur la «nouvelle moralité»
socialistes, mais les véritables résultats
de l'expérience communiste, l'ingénierie
sociale. Trois problèmes dans ce domaine,
nous semble plus important, psihiatria
être profondément impliqués ici:
A. communiste ingénierie sociale;
B. l'institutionnalisation du mensonge et
dublului norme;
C. psihiatriei transformation en un régime
de nettoyage et de répression communiste.

D'ingénierie sociale communiste

Les communistes l'âge, quelle que soit sa


zone géographique, a été une expérience
45

sociale en cours, une tentative permanente


d'ingénierie sociale, mais pas seulement
en psychiatrie. Dans le cadre de ce
processus ont été forcés biologiques et
psychologiques limites de l'homme, a
essayé de modélisation permanente
conformément à certains principes
idéologiques anticristice du communisme:
la haine de classe, ateismul, la création
de nouveaux droits, la pratique de la
haine permanernte.
Peut-être que rien ne semble Mai enceintes
pour la communiste ingénierie sociale que
les soi-disant expérience à Noida, une
expérience-norme, qui en degrés et
l'intensité spéciale s'appliquera à toute
l'échelle des entreprises. Il est devenu
un véritable fait concentrational camp et,
pourquoi pas devenir un véritable monde de
la terreur qui s'applique à l'ensemble du
camp socialiste.
Le phénomène de l'ingénierie sociale
appliquée dans une brutale dans la prison
de Nottingham a été étendue à des degrés
divers au niveau national, apelandu de
méthodes coercitives debout, générant la
peur - l'insécurité en proportion de la
masse, le manque de loyauté de ceux qui
sont proches, ou soutenir toute
possibilité d'appel - à travers des
actions menées "scientifique": la peur de
la restructuration, delatiune, permanents
échapper après un repas ou d'autres biens
à assurer un minimum de l'existence,
l'absence des chances dans la concurrence
si vous n'êtes pas conformiste. Même si le
phénomène de Nottingham argumenteaza
fragilité la condition humaine en contact
avec la rivière (parce que tous ceux
46

soumis reeducarii Pitesti ont transféré à


suivre) ambition d'avoir une adhésion
totale aux valeurs ateist-communiste dans
le fonds vise à identifier avec
l'agresseur, transformant la victime en
Calau (ou au moins opportunistes
delator ). Une telle action si importante
sur une période de temps a conduit à des
changements profonds de la personnalité
humaine.
Généralisation la pauvreté, chronique
infometarea aujourd'hui que nous sommes
actions délibérées du système communiste,
que les méthodes d'aservire de la personne
humaine, tels que forcé et carcerala
condition d'être seulement préoccupé par
l'existence physique. Totalitarismul, en
fonction économique, éducatif, et même le
contrôle rezidentei de nasterilor (idilica
image d'un "état parent"), a le seul but
est non seulement monopartidismul, mais
aussi contrôler la vie spirituelle afin
infantilizarii individu et il manevrarii.
T-elle un tel mécanisme pourrait expliquer
de nombreux cedari devant opresorului,
notamment la collaboration avec
psihiatrului pouvoir politique?
A Nottingham, ainsi que dans la grande
société, et pas seulement suivre une
adhésion formelle, superficielle et
oportunista contre le communisme, mais
suivre un réel mutatie mentale, un
changement de personnalité, c'est
exactement ce que l'on appelle
actuellement l'ingénierie sociale, un
"laver le cerveau», une action pénale
dictature des régimes existants dans
l'histoire de l'humanité. Cette action
suivie diabolica en fait une
47

transformation des forces dans des


partisans convaincus du communisme en fait
un véritable "mutatie« biologique.
Malheureusement, ce phénomène au
communisme ont une table, et à tous ceux
soumis à Nottingham "reeducarii" ont
transféré tortionari à devenir eux-mêmes.
Du point de vue moral, les résultats
reeducarii communiste echivaleaza avec une
dégradation totale et deformarile
caracteriale ont été maintenus et même en
dehors semblait les manoeuvres de
répression et, pourquoi pas, même dans la
vie familiale ou personnelle. Cette
souligner D. Bacu, prouvant que les
changements de caractère subis dans le
système communiste totalitaire ont été
extrêmement profond et, par conséquent,
très durable.
Collectivement Nebunia en vedette à la
suite de l'ingénierie sociale communiste a
été maintenu pendant les années de
communisme, d'une manière systématique par
les véritables maîtres dans l'art
dezumanizarii et des victimes dans le cas
psihiatriei étaient à la fois les
patients, ainsi que psihiatrii. "Spaima
indescriptibila», comme l'un appelé M.
Popescu, le culte de la peur et social
insecuritatii ont déterminé que souvent
les victimes à identifier, par exemple, la
police politique et les tortionnaires.
Comme dans le cas de Pitesti expérience,
subalimentatia chronique de la population,
le stress permanent fonds devaient être
dépensés sur ces idéologique qui avait
manoeuvres conduira à la création de
"homme nouveau". La victime et Nottingham
calaul étaient toujours ensemble. En
48

Novembre avec la société étaient toujours


activistul partie, informatorul, les
méthodes d'écoute et delatiunea, ils
peuvent apparaître n'importe où et à tout
moment. Donc, à Pitesti, ainsi que dans la
grande société socialiste, l'individu peut
jamais être rendu à son physique
tortionarilor - cas d'abus psychiatriques
se limiter à une personne en particulier
dans tous les cas être privés de soutien
dans la bulversarea valeurs morales et
religieuses, son âme doit être dans le --
Une panique permanente.
C'est pourquoi, dans la prison, ainsi que
la société dans la grande foi en Dieu
était une des cibles préférées de la
destruction morale et pour psihiatria
utilisation devenisera raisons d'être
qualifiés de «paranoïa». Si vous avez une
foi religieuse individuelle ou une
politique particulière de croyance, non
seulement n'a pas été acceptée par la
société communiste, mais pour le
communiste psihiatria ils étaient devenus
des sujets de diagnostic clinique. La
cohésion de l'homme, l'amitié, la
confiance dans les chiffres de protection,
comme cela devrait être le médecin par
exemple, a dû être systématiquement
détruits. Rien n'a de revenir devant le
système communiste. Aux fins de la partie
a denigrat ami, frappé, psihiatrul et a dû
annuler ou même au patient et tortureze de
profession pour aider les organes de
répression. Individul ont eu un tel
sentiment de "absolue de livraison", un
phénomène caractéristique seule condition
infantile ou des animaux (Zamfirescu).
Peut-être que rien n'a été plus ucigator
49

dans le régime communiste que la


destruction de la confiance et l'appui
interuman, c'est exactement inversul la
morale chrétienne. Individul de ne pas
pouvoir faire confiance à des amis, des
médecins, même le prêtre. Il ne peut
confesa pas être en mesure de s'associer
avec qui que ce soit, a dû se défendre en
face du pouvoir, sa seule réaction à
suivre seulement la soumission. Toutes ces
actions se révèle pleinement l'affirmation
que sous le communisme ont constamment
soutenu les actions d'une ingénierie
sociale, une attaque brutale et agressive
transformation de l'homme dans une
création anticristica soumis aux lois
materialismului et a dû populeze cette
«empire du mal" pregatea que le communisme
est pour toute l'humanité.

Institutionalizarea vie de mensonges et de


deux poids, deux mesures

Un système communiste totalitaire en effet


inversé les lois de l'évolution sociale
des constructions théoriques de cabinet,
de l'idéologie de Manufactura sur la base
d'une société humaine - les socialistes et
la société communiste.
Mais pour ce faire aurait été nécessaire
de pouvoirs surnaturels, sacré, tandis que
les communistes pendant longtemps
alungasera Dieu dans le monde.
Artificialitatea action et pretentia
Satanica à daltui par l'ingénierie
sociale, un autre monde - sur la base de
prévisions d'un philosophe qui traise avec
plus de 150 ans avant - a conduit à la
50

création de Mai perfid système


totalitaire, le système a été
l'institutionnalisation du mensonge, avec
les réalités d'une double norme. De
l'utopie socialiste qui préoccupe
l'humanité depuis l'époque de Campanela,
il a été Staline et Brejnev, il était
l'empire du mal et la souffrance humaine,
à une société et faradelegii la
criminalité.
Cette institutionnalisation de la rivière
se fera par le biais de méthodes
coercitives et comprendra toutes les
sphères de la vie sociale, tous les
phénomènes de communication. Cette
société, souligne Flonda, et nous avons
vécu dans celui-ci et, malheureusement,
nous vivons en Mai.
Ainsi, le système se trouve dans le
communisme institutionalizate, asiduitatea
suit la défaite de la repulsiei firesti
et, à ce titre, en supprimant le principal
soutien de l'auto-respect, de liberté de
conscience et de la dignité individuelle.
Pourquoi pas, il aurait été peu nombreux
et le statut de ces psychiatres qui ont
été au service dictature.
Institutionalizarea début de mensonges,
mais depuis le début de l'enfance, lorsque
les parents et les éducateurs ont été
forcés de dire que le travail honnête peut
créer un libre et heureuse vie, mais en
même temps était de toute évidence en vie
imminente, abisul entre ce qui est dit et
la réalité de la vie sociale, percepea qui
peu à peu un enfant. Pour cette raison, la
vie avec une double norme, la vie semble
que la double firesti. Ils apprennent de
manière à ce que devrait dire la vérité,
51

mais que nous devrions accepter et à


mentir officielle, ce qui signifie que
irealitate système social que les
fonctionnaires avaient pretentia appel à
une réalité.
L'existence tout entière dans la société
communiste a fait l'objet, de sorte une
double norme, et comme il est nécessaire
d'accepter écart permanent entre la
perception et la réalité ce qui avait à
dire. Les sessions, des réunions ont été
effectivement mise en scène simple dans
laquelle «acteurs» - ou jugé dirigeants -
étaient parfaitement au courant de
mistificarea vérité.
Il est logique qu'un tel système
institutionnel à insensibilizeze individu
à la disparition de toute différence entre
la vérité et neadevar. Psihiatrul
nomenclaturist, "prévue" par la partie qui
fournit une existence privilégiée, n'ont
plus le sentiment que maintenant, il
survit et permanente duplicitate constitue
l'élément fondamental de la "nouvelle
morale" socialiste, merci point imprimé
système éducatif fixé en permanence à une
énorme masse de tous les individus, jour
et nuit. Abaterea de ce comportement a été
considéré comme un neintelegere une
réalité, comme un neintelegere un
phénomène social et, pourquoi pas, la
ligne "juste" le Parti communiste.
Pour ces raisons, de nombreuses personnes
ont été presque involontaire dizidenti, à
venir en conflit avec des fonctionnaires,
de sorte que se trouve en face de son
pouvait pas reconnaître une vérité
évidente. La grande majorité des individus
dans leur lutte permanente avec
52

l'existence de besoins matériels, est


devenue progressivement de plus en plus
duplicitare êtres, sans que duplicitate ne
peut réussir, au moins dans le domaine des
relations publiques, parce que ici vous
exprimer ouvertement les opinions et les
croyances destiné à vous exposer une
collision avec les autorités nimicitoare
omniprésent. Mais ici souligner Flonta, la
plupart des gens ne seront touchés
inzestrate de la nature avec de bonnes
compétences et un caractère.
Pour la grande majorité d'atténuer les
souffrances non seulement par la pratique
resemnare, en acceptant les mensonges de
l'indifférence du public,
institutionalizate, qui invalui
progressivement et complètement différents
qui vont maintenant vivre dans un monde
qui va dire que la propagande est la seule
pleine affirmation que ingaduie l'individu
sa dignité et au libre développement de la
personnalité.
Si ces sensibles une telle situation a pu
deprime et, pour les insensibili - et ce
que l'on pourrait appeler un médecin qui
la torture patient - tout cela est devenu
moins sesizabil jusqu'à un total
insensibilizare contre le mal, en
particulier que les avantages qu'ils
pourraient obtenir des matériaux, souvent
en danger semenilor. Il a été hotarator
pas dans le sens d'une pleine incadrari
dans le système et n'est pas par hasard
que, au moins en psychiatrie, ceux qui
colaborau secrétaires de sécurité ont été
l'une des parties ou les chefs de section,
des professeurs d'université, des membres
MAN, rectori, directeurs d'hôpitaux ou
53

polycliniques.
Dans ces cas, effectivement, une
conscience morale ne peut que incomodeze
lucida, leur seule consolation est que
lorsqu'il existe d'autres cieux et que Mai
et qu'ils sont en réalité pas autrement
que de "vivre comme méritants."
Il est supposé que psihiatrul tortionar
qui l'a amené mistuitoare la charge est
institutionalizate. Comment cela se faire
sentir psihiatrul qui a été fait au
lendemain de professeur d'université, et
en 1977, après la grève des mineurs dans
la vallée de Jiu, n'a pas été ébranlé par
le placement de plus de 100 mineurs à
l'hôpital psychiatrique dans la région où
actif?
Une fois entré dans ce jeu de compromis,
"le professeur" ne sera pas dénoncer ces
abus et de troubles psychiatriques non
seulement pendant la période Ceausescu,
mais aussi parce que aujourd'hui, et
maintenant recunoscandu faits, surparea
risquer votre carrière. Pour cette raison,
une personne devient aussi champion
d'entretien de mensonges, sans afirmand
Jena en Roumanie aujourd'hui qu'il n'y
avait pas de répression psihiatrica fondée
sur le fait que, dans un grand mensonge,
de mentir à faible n'existe pas.
Mais combien de personnes impliquées dans
la vie politique de la dernière décennie
ont été opposés institutionalizate se
trouve? S'ils, a déclaré Flonta, Mai
tiendrait un certain sens de la valeur et
la dignité de la personne, ils devraient
resimta un intense sentiment de
culpabilité.
Totalitarismul communiste supprimé mais
54

jusqu'à disparitie frontière entre le


personnel et la vie publique. Cela a été
fait par notiunii la culture de «masse»,
dans laquelle l'individu "masificat" a été
dissous essentiellement comme entité
individuelle, réduite à quelque chose
d'insignifiant. Non seulement des options
politiques, mais les options d'ordre
moral, religieux, la compréhension du sens
de la vie fait l'objet d'autorités de
contrôle sur les "masses".
Idealul socialisme a été la création de
nouveaux droits, un personalitatre
mauvaise delimitata, masificata, les
sujets et orientée de manière que la vie
quotidienne ajungea régime n'était plus
deosebeasca essentiellement régime cazarma
vie ou celle d'un camp. Non seulement les
organes spécialisés de la répression
soumettre l'individu, mais elle sera
appelée devant "judecatii" d'autres
juridictions, telles que les masses
populaires, la classe ouvrière et,
pourquoi pas, la nation tout entière.
Beaucoup de psychiatres, notamment en
Novembre, j'ai été appelé pour dizidente
derizorii à répondre devant les masses
dans judecatii amphithéâtres arhipline
avec des collègues "indignati", parce que,
comme l'un des grands oportunista
(professeur d'université Magureanu Sanda),
"aruncasem de boue dans psihiatria Roumain
", ce qui permet psihiatria leur abus et
subdezvoltata.
Dans un tel monde oranduita les ressources
adaptatives et les mensonges duplicitatii
sera coplesitoare et deviendra monnaie
courante dans les relations publiques,
professionnel et même personnel.
55

Ce monde n'a pas disparu depuis psihiatria


notre service aujourd'hui et les mêmes
contraintes frici, qui se trouve encore
est toléré, même si seulement un
compliquer le silence. Les gens d'ici
avantajati incapacité de l'ancien régime
et d'adapter à la vie alienanta anciennes
sociétés communistes, et qui ne peut plus
examiner de façon critique qui rend le
monde et pas une rupture peut. Des phrases
telles que "dogmatismului âge" ou "culte
de la personnalité" nous montrent
aujourd'hui tout comme les îles de refuge
pour ces personnes sociopate, comme l'idée
de compétences qui sont attribuées à
l'ancienne nomenclature psychiatrique.
Cela ne peut être une idée pour but de
jeter la poussière dans les yeux de la
société, comme l'affirmation à l'entrée
des raisons généreuses partie. Mais ce ne
sont pas les seules ressources est
adaptative, institutionalizate, sans qui
demascare ne sera pas en mesure de
construire une nouvelle psychiatrie. En
psychiatrie, comme dans la société
roumaine, l'absence d'un arrangement
institutionnel pour assurer et soutenir le
développement de la personnalité et la
position sociale sur la base du mérite et
de l'activité, et à promouvoir la
concurrence fondée sur loiala
professionnelle et morale bien-fondé.

Psihiatria - servante idéologie et de


système totalitaire communiste

J'ai essayé de présenter les principes qui


sous-tendent au-dessus de la «nouvelle
56

morale» introduit par le système


communiste. Dans tous les pays, et plus
encore dans les prochaines plus tard,
"légalité socialiste" a instaurata
rapidement. Le communisme roumain a
seulement le caractère unique et la
rapidité avec laquelle la saisie de 30 à
40 ans a dû arriver après la
représentation que l'Union soviétique a
atteint en 70 ans. Et dans la Roumanie
communiste psihiatria récupéré rapidement,
il ya ce ramanere.
Ainsi, comme dans l'URSS, les communistes
roman a été associée à une doctrine
idéologique, c'est la raison pour laquelle
la structure du pouvoir et la place
centrale occupée par l'idéologie facilité
un lien intime entre les communistes et de
la psychiatrie. Suprematia idéologie dans
tous les domaines de la vie sociale dans
le «révolutionnaire» est resté intact en
URSS et dans tous les pays communistes.
Staline a exigé la domination de la
conscience politique dans tous les
domaines, notamment dans le domaine de la
science.
Psihiatria a été inclus dans l'idéologie
des raisons suivantes:
1. Il n'existe pas de domaine de la
science, qui ne s'appliquent pas
materialismul dialectique. En outre, même
importance psihicului représentent un
élément essentiel de la thèse marxismului
et psihiatria ont dû prouver qu'ils
travaillent.
2. Le manque de formation idéologique à
faire un psychiatre dans la partie de la
vision, une pseudo-professionnels
psihiatrul devrait être un activiste
57

partie des travaux en psychiatrie.


3. Tout professionnel doit être bien
préparé idéologiquement pour un chasseur
peut devenir politiquement au sein de sa
profession.
4. Toute activité doit être soumis aux
lois des objectifs sociaux ", en fait, les
organes de directives politiques, la seule
capable de conduire l'activité sociale, le
parti communiste d'être soumis
detasamentul et consciemment la classe
ouvrière d'avant-garde.
5. Profesionistul était devenu un
participant actif dans la lutte pour le
succès du socialisme et le communisme.
Pour la qualification la politique de
Staline est plus pertinente que les
compétences professionnelles et ceci se
traduit par loyauté envers le parti
communiste.
6. Le chef du Parti communiste ont rôle
dans la société, y compris dans le domaine
de chaque profession.

Parti des militants recherchés dans


psychiatriques "revolutionari profilage"

Voici comment caractériser ce type de Belu


Silber communiste, un homme qui croyait
sincèrement dans les idéaux du communisme
(cité par John Grosan): "La vie de tout un
avusese pas avoir une profession, et qui
avusese une profession a un coup d'oeil
sur et son "qualifications nécessaires
pour travailler." Cunostea un certain
nombre de recettes idéologiques règles
conspirativitatii, a su organiser une
cellule, comment contrôler l'activité des
58

autres, la façon de recevoir et de donner


des ordres, comme lichideaza un concurrent
ou un opozant , Le comportement vers
inférieure et supérieure, vous avez besoin
de parler et ce qu'il ne faut pas. Il
avait des gens dans subordine, éliminés de
la vie des autres. Cela est devenu un
professionnel du pouvoir et se dégradent
comme un exercice ... Profesiunea
activiste du sens moral de l'atrophie Avec
le temps, ses pairs sont devenus des
objets ... " C'est le portrait du robot
eternului activiste.
Les auteurs sont executantii commandes et
défendre les uns les autres aujourd'hui en
psychiatrie. Mais je me demande, même eu à
faire la médecine de devenir un tel
monstre-activst son parti en psychiatrie?
Au cours de la "révolutionnaire" du
communisme dans les premières étapes de la
répression, psihiatria pas jouer un rôle
trop important (il est le moins développé
au cours de Leninista, et en Novembre, au
cours de sa Gheorghiu-Dej). Ce n'est
qu'après 1956, avec l'âge hrusciovista -
en Roumanie après la venue de Ceausescu -
lorsque le début de la coexistence
pacifique qui a impins régimes communistes
à diversifier les formes de répression,
était une nécessité "camuflaj"
psychiatrique présentation avec une vue
extérieur un libéral facettes de ces
régimes communistes.
En Roumanie psihiatrica intensifier la
répression dans la septième décennie et
atteindra son point culminant en the'80s,
avec la fin des régimes communistes en
Europe et la crise permanente avec le
système communiste monde. Dans ce
59

contexte, Ceausescu passer à intensifier


toutes les formes de répression, culminand
avec celui de 1989. L'importance de la
répression psychiatrique peut être vu de
l'émergence en 1980 d'une nouvelle
législation répressive sur le placement
obligatoire dans les hôpitaux
psychiatriques (décret 313/1980).
Suivant l'exemple de l'Union soviétique et
dans les strictes directives de gestion du
département psychiatrique de Bucarest
(Predescu, Romila, Ionescu, Milea, Gorgos,
Grecu), à un stade précoce, même avec des
conseillers soviétiques, psihiatria
deviendra servitoarea le régime
communiste, est strictement conformandu
idéologiques et formandu sa propre
nomenclature situé directement sous le
contrôle de la sécurité. "Les enseignants"
sont issus des études de U.R.S.S.
commencera en rejetant l'essentiel de tous
les concepts psychiatriques de l'Ouest,
ils ont rapidement remplacé par surogate-
matérialiste de l'essence dialectice
soviétique, cassé psihiatrica réalité.
Voici comment la présente position, qui
denumeau un "soumis", certains de
apologetii psihiatriei communiste (V.
Predescu, A. Romila travail dans
Psihiatria, Ed. Medical, 1976, pag.79):
"Notre position en psychiatrie comme une
branche Applied antropologiei un
matérialiste-dialectice, se compose d'un
homme considéré comme une unité
psihobiologica ... "bien que dans une
étrange conception psihosomatica
représentent leur vision dans la
conception d'un burgheza. Et de plus "… en
psychiatrie, peut-être plus que dans
60

d'autres domaines de la médecine ont


souligné notre conception du monde et de
la vie, materialismul - dialectique et
historique, la base scientifique du
communisme."
Rezulta maintenant clairement la vision
qui était sur ces idéologiques et
psychiatriques ont également été
psihiatriei socialiste fondations, les
bases d'une psihiatrii politisé.
Si vous voulez partager ces ridicam
communiste dicteuri, nous ne entendre un
autre communiste ideolog (C. Gorgos,
Scanteia du 19 Février 1985) qui, dans
adulatia son secrétaire général, a
déclaré: "Je tiens à exprimer adhésion
totale contre la proposition dans
tovarasul . Ceausescu, la plupart des fils
bien-aimé de notre nation ... à appliquer
pour les élections des députés.
Nestramutata ... Nous sommes convaincus
que c'est le programme de garantie
infaptuirii neabatute partie ... Nom
tovarasului Ceausescu ... est aujourd'hui
synonyme de l'esprit de communiste
révolutionnaire, patriotique, la
personnalité de l'homme à incandescence
arzand des plus nobles choses ... A partir
de cette commande ... une préoccupation
particulière est la protection de la santé
humaine ", etc.
Cet homme n'était pas un naïf, il cunostea
parfait état deplorabila assistance
médicale à la population, de ne pas parler
de secours en cas de catastrophe dans des
hôpitaux psychiatriques qui était en
cause. Mais il était en première ligne
d'un parti, et le niveau dublului à l'Etat
sans faire les choses Jena en contraste
61

avec la réalité une cunostea que trop


bien.
Avec tous les sumbra cette situation, de
telles pratiques ne pouvaient pas passer
en Roumanie sans une certaine opposition,
qui aurait été une véritable catastrophe
pour les intellectuels roumains. Dans un
des chapitres suivants nous allons traiter
avec la résistance psihiatrilor Romains,
l'opposition contre des membres permanents
et située à corriger des dommages
importants psihiatriei romans de
psihiatrii aserviti idéologie. Ainsi, tout
comme un exemple. En 1976, V. Predescu
dire avec emfaza, siluind vérité, que: «La
preuve en caractères romains psihiatriei
notre société socialiste est convaincant
... par les termes d'assistance,
l'éducation, la recherche fournit une
perspective sur la optimista en totale
harmonie avec les acquis développés
multilatéral société socialiste ", I.
Cucu, un membre du même département, le
public dit que: "Psihiatria ne doit pas
devenir un Cendrillon, et ce n'est pas le
seul concerne les psychiatres, mais sur
nous tous ... Notre Psihiatria resté
derrière en termes de principial, il a
adopté aujourd'hui un modèle physique de
la maladie ... concept de la fin du siècle
XIX siècle ... Le fait qu'il y ait une
éducation psychologique est due à des
professionnels de la santé locaux qui ont
vu surmonter (aluzia a été Predescu) ...
Au cours des dernières décennies n'a pas
eu lieu en Novembre ou un congrès
psychiatrique, le roumain psihiatria
encore loin derrière le grand courant de
pensée psihiatriei situation mondiale que
62

Mai dainuie aujourd'hui (Flacara, 10 Mai


1979). Mai est bien souligné que: «Même en
pleine période dogmatismului, en Novembre,
l'école psihiatrica de Timisoara, dirigé
par le prof Pamfil, a conduit une lutte
Titanica pas dépourvue de risques pour
inchistarii surmonter. "
Donc, contrairement à festivismul
ideologului et sfidandu il lui était
possible de mettre le problème réside dans
notre psihiatria, même dans la plupart des
années noires de la dictature. Peu à peu,
d'autres psychiatres, plus ou moins
spectaculaires spectaculaire, a commencé
critique et même politique demaste abus
psihiatriei roumain.

Chapitre II

MODELELS IDEOLOGIQUES de L,ABUS politique


en PSIHIATRIE

Depuis la période communiste, nous avons


essayé de souligner dans une série de
manière théorique dans lequel elle est
fondée sur les abus psychiatriques en
Novembre (vol. I Psihiatria sociale et II,
Buc. 1982, 1983). Parallèlement à cela,
nous avons essayé d'introduire des
concepts occidentaux et fundamentam sur la
base de ce concept de social et
psychiatrique resocializarea. En ce sens
noasre travaux ont mis en évidence une
série de modèles appliqués par l'idéologie
qui a fondé psihiatriei utilisation
abusive comme une arme politique
psihiatriei et de la répression par le
63

régime communiste de Ceaucescu.


Il s'agit de deux modèles théoriques en
scène en particulier par nomenclaturistii
psihiatriei de Bucarest, qui a représenté,
comme je l'ai cité ci-dessus, l'essence
materialismului dialectique et historique
psihiatriei appliquée sur le terrain, deux
modèles qui se poursuivra.
A. Un modèle purement biologique - le
modèle médical - héritée de l'allemand
classique psihiatria dès le début de ce
siècle, mais qui seront traitées de la
manière idéologique marxista.
B. Un modèle de la carceral institution
psychiatrique rejet de traitement
psychologique et sociologique des concepts
dans le domaine instututiei thérapie et de
traitement. Le modèle a été prise, aussi,
dans l'histoire classique de psihiatriei
(asile comme un établissement
psychiatrique préciser le Moyen-Age), de
la souffrance et cette fois, l'importance
d'un "traitement" marxista.

Biologiques ou modèle médical

L'une des ambitions ideologilor qui


primisera parti communiste de la tâche de
conduire psihiatria a été de promouvoir ce
domaine dans un matérialiste point de vue
et de incorseta idéologique réalité de la
discipline dans stramte modèles de
l'idéologie communiste. Cela a créé un
concept général de la maladie - un modèle
- pour expliquer la simplification de la
conception matérialiste de la psychiatrie.
Pendant ce temps, le modèle idéologique,
il a dû être "compréhensible" à la
compréhension de parti, neprofesionist,
64

qui en fait n'a pu signer la pureté


idéologique dans tous les domaines, même
les plus sophistiqués profession . Pour
cette raison, la promotion du modèle
biologique de la maladie mentale
correspond le mieux (simple,
compréhensible et basée sur les
explications biologiques seulement, si pur
"materialiste").
Bien que le modèle médical de la maladie
avaient été transférées à l'Kraepelin
psychiatrique elle-même, au début du
siècle, elle était seulement une étape
pour la psihiatria-pied pour développer
l'psychologique et sociologique des
sciences - après quoi il a chuté en faveur
de nouveaux modèles qui se fondent
psihiatria la dynamique de
(psychologique), social psihiatria. Bien
que le modèle a été copié par kraepelinian
modèle, prises dans l'histoire psihiatriei
et ayant une certaine autorité, cependant,
en vertu de ideologizarii ce modèle
marxiste a conduit à des aberrations qui a
fondé l'abus psychiatrique. Dans un
système ideologizat modèle et a montré que
ses aspects négatifs, c'est juste
ratiunile pour lesquelles il avait été
abandonné dans l'Ouest.

Dans ce qui est le modèle médical?

Comme je l'ai présenté dans nos documents


cités ci-dessus, le modèle fait référence
à une conception particulière apparaît à
la fin du dix-neuvième siècle et le début
du XXe siècle, qui est estimé tulburarile
comportement d'un individu, que la nature
biologique . Dans cette vision, il est
65

devenu un «malade» Son état de santé


mentale en fonction de facteurs mumai
organique, biologique, c'est à dire qu'il
était malade, malade ricare égalisé avec
somatiques. Cela a été fait sur la base de
la mise en place d'une manière necritica
un somatica analogues entre les maladies
physiques, biologiques ou la nature de la
physique pure, dans laquelle leziunea a
été primordiala et la maladie mentale dans
laquelle le facteur biologique de prendre
part avec la pathologie et des facteurs
psychologiques sociale.
L'idée d'une telle relation entre physique
et psychologique d'accord, mais une grande
partie militant en psychiatrie, il peut
prouver par là, à sa compréhension,
l'importance vie mentale (qui est liée à
la maladie mentale que les facteurs
biologiques). Dans ce contexte, le corps
humain a été conçu comme une structure
mécanique, et la maladie, y compris
mentale, comme une «détérioration» du
mécanisme.
Modèle médical a commencé, de sorte qu'un
modèle spécifique en médecine somatique,
en cours de transformation en psychiatrie,
et commence à asertiunea simplista comme
simptomul fait, la maladie est intimement
liée leziunea anatomiques, toutes les
maladies mentales rezumandu explications
aux phénomènes naturels, de la chimie ,
Biologiques, génétiques.
Le modèle a été construit au niveau des
connaissances à la fin du dix-neuvième
siècle et le début du XXe siècle avec des
explications mecaniciste, mécanique à ce
moment-là étant la partie la plus
développée de la physique. Age dominante
66

est une philosophie de l'essence


mecanicista. Guérir la maladie ne peut
être vu seulement liée aux
caractéristiques physiques et chimiques,
les facteurs qui pourraient contribuer à
éliminer interne ou externe agent, la
gestion de reechilibreze corps.
Il est facile de comprendre que cette
explication simplista une nostalgie pour
le développement actuel de la science est
venu comme une véritable poignée de
cereasca pensée matérialiste, rudimentara
un culturnicului de la psychiatrie, parce
que le rudimentarismul explicatiilor
"materialiste", il a reçu un soutien
idéologique nemeritat.
Il est vrai que le désir de rompre avec
obscur statut que nous avons psihiatria au
début de ce siècle, pour se rendre à un
état mental bolnavul médical classique
allemand psihiatriei les parents se sont
mis d'accord à cette date modèle médical
qu'ils ont transformé en psychiatrie Cela
représente une nostalgie pour que de réels
progrès, ce qui porte psihiatria et
bolnavul médecine psychologique au milieu
de laquelle a été pratiquement exclus.
Kraepelin introduit dans des hôpitaux
psychiatriques modèle médical repose sur
l'idée de organicitate maladies mentales,
en se fondant sur le principe de qui se
compose de classification psychiatrique
classique. Le fait que les blessures n'ont
pas pu mettre en évidence les principaux
troubles mentaux organiques, il est
expliqué par l'état de l'art de cette
période, que les progrès futurs
permettront de résoudre une technique.
Malheureusement, à l'exception luesului
67

meningoencefalitic (PGP), ce n'était pas


possible dans toute autre maladie mentale,
bien que l'étude anatomique outil est
devenu de plus en plus sophistiqués, et
l'idée de la maladie mentale organicitatii
prouvé que nereala. En outre, le mauvais
ciblage modèle - avec drastica
l'élimination des facteurs physiologiques
et sociaux - est devenu un frein sérieux à
la connaissance phénomène pathologique non
seulement en psychiatrie, mais même pour
l'ensemble somatica la médecine, où plus
de 33 pour cent de la pathologie ne peut
être trouver des explications à une courte
réflexion et mecanicista qui fournit un
modèle médical.
Un grand rôle dans perenitatea modèle
médical en psychiatrie et a dû introduire
dans la psychologie, grâce aux oeuvres de
Freud, dont la bande organicista médical
est bien connu et ce qui se traduit par
une regretabila analogie entre le physique
et psychologique asertiunea absolue que
celle le comportement humain normal ou
pathologique stand "des causes internes"
impliqués dans organiques que sur cette
base homeostazia mentale aparand
comparable à homeostazia physique, et le
corps est considéré comme une énergie
sombre.
Bien que antifreudismul viscérale de
l'idéologie communiste est bien connu, le
modèle médical sera bien exploité dans le
domaine de la psychologie à l'affirmation
que les extrémistes psihicul un secretie
est le cerveau.
Après la manière dont elle est appliquée
psihiatria dans la première moitié du
vingtième siècle, le modèle médical est le
68

résumé en trois Purushotton postulat:


1. Toute dezadaptare a une cause
psychologique subiacenta (dynamique ou
d'énergie), biologique et psychologique en
même temps - ce en particulier sous
l'influence des études psychologiques de
Freud (personnalité rejeté l'idéologie
marxista).
2. Simptomul a une valeur relative, parce
que la clé étant biologiques.
3. Le diagnostic est une résultante de ce
comportement montre que les signes
extérieur et ce que le médecin du principe
que à partir d'une "formulation théorique
reconnu."
Même lorsque la mise en place historique
du modèle représenté un progrès de la
médecine, de la négligence des facteurs
physiologiques et en particulier conduit à
l'assistance sociale organisation des
hôpitaux psychiatriques sur le principe de
maladies somatiques, la thérapie
psihiatrica la copie d'une somatica. Dans
le même temps, des diagnostics de troubles
psychiatriques et a acquis une importance
disproportionnée, et l'absence de critères
éthiques a ouvert la porte à des abus, y
compris la politique.
Ces imprécisions ont établi que, dans
l'Europe, en 1950, sur une baisse
permanente de l'application du modèle
médical psychiatrie et de la médecine à
travers le développement psihosomatice
cette baisse se développer dans le domaine
de la médecine. Pour ces raisons pays
communistes feront preuve de leur
incapacité à s'adapter à de nouveaux
concepts de notre siècle, rendant hommage
paranoidismului une difficile idéologiques
69

et se soucier seulement de servir


l'objectif du maintien du système
totalitaire.
Depuis l'accident de psychologique et
sociologique des concepts dans l'Ouest du
modèle médical et en particulier son
application dans des hôpitaux
psychiatriques sera soumis à une attaque
concertée non seulement du psihiatrilor,
ainsi que d'autres spécialistes. Il ya eu
discussion cuceririle véritable modèle
médical (neurolepticele par exemple), mais
l'objet de critiques comme un modèle
explicatif modèle exclusivement maladie
mentale que maintenant entrer en conflit
avec le développement de nombreux Novembre
sciences qui sont développées dans le
deuxième pratique moitié du XXe siècle
(psychologie médicale, la sociologie
médicale cybernétique, la génétique
moderne, etc.)
Dans le domaine de pays communistes, au
contraire, l'idée du modèle médical a été
pris comme une doctrine de base de médecin
et de troubles psychiatriques, ce qui est
plus important, a commencé soutien
idéologique des améliorations à être
utilisé comme "argument" des armes à feu
et que l'importance politique dovedea la
maladie mentale et de rejeter toutes les
aprioric psycho-sociologique des concepts,
en particulier ceux de Freud. Aspiratiile
idéologique de totalitarisme communiste
ont été parfaitement servi par ce modèle
"matérialiste" modèle à la compréhension
des partis militant en psychiatrie.
Coleman et Broen insisté sur trois
principaux points de critique modèle
médical appliqué en psychiatrie:
70

1. De nombreux comportements anormaux


n'impliquent pas l'existence de lésions
anatomiques, ce qui explique pourquoi ils
ne peuvent pas être jugés par le modèle
classique de maladies somatiques. Il ya
même un risque que la maladie mentale non
seulement réelle mais aussi de simples
deviatii normes éthiques, juridiques ou
sociales, parfois même de simples
problèmes d'existence à être étiquetés par
le biais de la recherche à une maladie
somatica requis par l'existence de
structures anatomiques offensé. Mais dans
ces cas n'est pas leziunea cause
anatomique devierii comportement, mais
plutôt des mécanismes d'apprentissage
social, le système éducatif qui peut être
mauvais, l'existence d'anormal sociale des
relations interpersonnelles.
2. L'application du modèle médical en
psychiatrie nestapanit produire une
impulsion pour la composition de classe
rigide de la pathologie, qui est aussi un
désir d'une plus grande précision. Combien
de fois ne correspond pas à un certain
comportement indésirable mai apparaître
immédiatement une nouvelle forme de
maladie clinique (par exemple
schizofreniei dormants ou inaparente de
Snejnevski). Mais le diagnostic est
relativement important en psychiatrie,
peuvent être liées les concepts et la
valeur de la personne qui met le
diagnostic, tout en connexion anatomique
ne constitue que des allégations. Pour
cette raison, il a suffi d'un simple
changement de "l'éthique" - les
socialistes, par exemple - parce que tout
dans cette vision n'était pas souhaitable
71

(pluralisme, dizidenta, la nécessité pour


les droits de la personne) bulverseze
critères «scientifiques» de la psihiatriei
sont basés sur le modèle médical de la
maladie et un comportement normal dans un
système particulier de l'éthique à
paraître dans le socialisme comme
"schizofrenii", "paranoide Etats",
"psihopatii."
Basé sur le modèle des critères médicaux,
ces "inadaptabili" psihici régime est
tombé malade, mais qu'il en allait de même
que toute maladie somatique ou handicapat,
peut-être fondée sur de solides génétique
ou anatomique. Des préoccupations à cette
catégorie des "malades", même maintenant
apparaître comme une action humanitaire,
le régime est la nécessité de interneze à
protéger, eux-mêmes, ainsi que la société
en raison de leur maladie periculozitatii.

3. "Le rôle des malades" est cultivée par


le modèle médical obstinatie, incurajandu
ce qui est en fait une source d'autres
comportements maladaptative. Une fois la
personne a été officiellement déclarée
malade, il doit être conforme à ce statut,
la responsabilité renunte, renunte faire
face à des situations de la vie, cazand
dans paternurile comportement d'un
individu réel de maladie somatique. Il est
clair que les tentatives resocializare-Mai
et n'avait pas de tels cas dans un sens.
De ce qui précède, nous pouvons conclut
que l'application du modèle médical en
psychiatrie a de graves conséquences que
nous essaierons de rezumam comme suit:
1. Ideologizarea modèle médical de la
maladie psihiatria prises dès le début du
72

siècle a été la base du refus des raisons


idéologiques, à accepter la psycho-
sociologique des concepts qui dezvoltau
dans l'Ouest et a permis le rejet du
principe resocializarii - la société
socialiste en cours de construction lui-
même comme ayant le rôle sanogen, en
respectant les principes de son être la
seule raison de conserver la santé mentale
de l'individu.
2. Modèle médical est exprimé au niveau
des pratiques thérapeutiques dans la forme
de stéréotypes avec une structure
institutionnelle ierarhizata pouvoir, qui
étaient en fait une image miroir dans une
société qui visau une idéologie
communiste. Ils créent une telle
psychiatrique "monolitica" manu troupes
dirigées par la nomenclature, avec aucune
chance d'une évolution, si bien fait
remarquer aujourd'hui, quand, bien que la
compagnie est officiellement devenu
beaucoup plus pluraliste et démocratique,
psihiatria construit par les communistes
de poursuivre le même système la
stagnation et la vision autoritaire de la
maladie et bolnavului, ainsi que
l'établissement de santé.
L'hôpital psychiatrique a été et est
organisée comme une véritable pyramide,
dans le style des anciens monarchies
absolutiste. En face est le directeur et
chef de département, qui représente les
puissants et pas discuter avec qui que ce
soit. Ba, depuis Mai ont été maintenus et
les anciens conseils formé, bien sûr,
chacun d'entre eux (les chefs de
départements). Ils sont les seuls
interlocuteurs du ministre ou du directeur
73

de département de santé, les médias, des


étrangers. Ils peuvent favoriser ou
persecuta qui que ce soit, sans être
obligés de donner des explications. La
pratique depuis la nomination des chefs de
département sans mise en concurrence des
concours ou fictifs, la nomination de leur
vie, parfois la fonction a été envoyé
leurs enfants, parfois même les appelait
le drapeau. Les dirigeants d'un tel
système est autocratica. Ces personnes
sont rupti, l'ensemble des décennies, une
véritable concurrence qui les motiver à
apprendre, n'ont pas connaissance des
comptes rendus psychologie, la sociologie,
la psychothérapie. Être en dehors de tout
système de concurrence, ils s'opposent à
la modification de viscérale, leur seule
raison d'être-un représentant obedienta
vers le passé, Satrapi contre l'ex-
communistes, dont beaucoup sont encore sur
les mêmes fonctions.
3. Modèle médical, mais affirme que la
promotion de l'origine de la logique et
rationnelle maladie mentale, ne tient pas
compte des structures économiques,
sociales, politiques, éducatives ou
relationnelles, c'est la raison pour
laquelle se produisent des conséquences
graves sur stereotipizarea formule et la
recherche thérapeutique et d'orientation
dans une mauvaise problematicele liées le
domaine de la santé mentale.
Clasificarile "précise" promue par le
modèle médical sont en fait arbitraire,
car simptomul, qui est un comportement, de
perdre en importance en faveur de causes
inconnues - neadaptarii. Pour cette
raison, la tendance semble exiger que le
74

traitement à long spitalizari seulement


dezantreneaza individuels et la pratique
sociale apparaît désormais seul véritable
ajustement troubles. L'admission se fera
sur la base de "références" de
l'extérieur, dans le cadre d'un diagnostic
- une appréciation, un avis - et seulement
la situation peut devenir dangereuse.
Cette mai-être dû au fait que, dans
diagnostic psychiatrique indiqué pour un
rôle particulier, un certain comportement
expectabil. De ce point de vue, le modèle
médical de diagnostic indique l'individu
et une certaine «norme» de comportement.
Mais s'il bolnavul, il peut l ' "emprunt"
en Novembre symptômes, ainsi que d'un
comportement spécifique de l' "ajustement"
à l'hôpital psychiatrique. Ce long
processus se termine par "accepter" le
rôle que les formés à l'hôpital.
Afirmand position clinico-nosologica,
modèle médical (Predescu, Romila, 1976) a
déclaré qu'il est en fait la «dialectique
materialismul appliqué en psychiatrie,"
tous les autres concepts doivent être
considérées comme dangereuses et
combatute: psihanaliza, psihosomatica,
resocializarea et même l'introduction de
la psychologie les facultés de médecine du
programme de médecine. Malheureusement,
rien de ce qui appartient non seulement
affirmer le passé.
Refuzand "contexte social" et de penser
l'homme que comme un véhicule qui est
soumis aux lois de la physique, la chimie,
l'idéologie communiste, en fait, voulu
faire bolnavul psychologique comme «le
seul culpabil" pour les souffrances que
cela ereditate, la vie contre la société
75

socialiste. C'était deculpabilizata


société socialiste et il n'était pas tenu
d'engager trop de la thérapie, en
particulier dans la prévention acte. En
outre, même idéologique prévoyait une
diminution permanente jusqu'à la
disparition de la maladie mentale,
l'incident dans la société communiste,
parce que disparand la propriété privée,
aurait disparu et parce que de tous les
problèmes.
Mais jusque-là, la société socialiste a dû
se défendre, et ce, comme dit Ceausescu
avait fait avec camasii vigueur.
L'ensemble du système azilar a dû défendre
la société »periculozitatea" psihici
patients. En fait, pas si les intéressés à
la situation réelle des patients (qui
vivaient dans les écuries), mais au-dessus
de toute opposition politique.
Pour plus de sept décennies de pays
communistes sont restés psihiatria - que
l'évolution - psihiatriei niveau
biologique, comme elle l'a été dans
l'Ouest au début du siècle. Tenter
aujourd'hui, certains de l'idéologie
communiste à utiliser le DSM-sites
américains, ils oublient de souligner la
valeur des conventionnels ces rangs, mais
surtout chercher à expliquer et base
idéologique et psihopatologica qui ont
fait les Américains pour atteindre la
convention de classification DSM. Bien que
des cours sur la taxonomie sont basées sur
DSM (G. Hamilton), ils ne peuvent pas
expliquer les conséquences psychologiques
et sociales psihiatria qui reste à la base
de ces rangs. Si vous voulez essayer leurs
propres œuvres (toutes G. Hamilton, mais
76

A. Romila, ainsi que leur maître,


Predescu), une méthodologie a fait après
les années 1950 - 1960, qui ne devrait
ajouter à leur manque de connaissances,
même en classique psihiatria , Ce qui
signifie que même qui pense que un
service. QUELLES SONT LES psihiatria
clinico-type nosologica Predescu Hamilton
ou avec une vision dynamique de DSM-taille
US?
Tenter ainsi que par le passé smecherii
Novembre, il n'est pas étonnant que
l'actuel "stiintifici dirigeants" de notre
psihiatriei, en fait, veulent escamoteze
étapes du développement normal psihiatriei
- biologiques étape, suivie par le
psychologique et social. La
«modernisation» en forme en se joignant à
DSM, sans appui scientifique correctement,
est un synonyme de rajeunissement des
personnes âgées avec cosmeticii.
En substance, la promotion de modèle
médical par l'idéologie communiste,
l'accréditation dans notre pays ne mettent
psihiatriei système biologique après notre
avis, les "avantages":
-- Simplistes et le caractère de la
conception mecanicist rendu possible la
promotion d'un matérialisme vulgaire à la
compréhension de parti;
-- Bolnavului de culpabilisation
deculpabilizarea communiste et la société
sont mieux servis par le modèle médical;
-- Déclarée malade, la personne sera
traitée dans certains hôpitaux azilare à
prendre progressivement de plus en plus
l'apparence après carceral visage et
asemanarea société dans laquelle il.
Suppression cauzalitatii psychologique et
77

sociale principial exclure des mesures


socio-prophylactiques, psihoterapia,
resocializarea.
Le modèle sera pas approuver moyens
thérapeutiques de nature physique et
chimique, d'autres méthodes intemeiate ou
ne sont pas liés à des tentatives
d'infiltration des concepts capitaliste,
"dangereux": la psychothérapie, la
méditation méthodes psihoterapeutice
groupe.

Carceral modèle de l'institution de


traitement

Le second modèle basé sur la théorie qui a


développé psihiatria abus dans notre pays
était le modèle de la carceral
établissement de soins psychiatriques, un
modèle composé de azile classique et les
hôpitaux psychiatriques au niveau de
l'Europe du dix-neuvième siècle. Modèle de
traitement carceral est fortement lié au
modèle médical que j'ai décrit ci-dessus,
"bolnavul" être traités dans un hôpital de
type somatici hôpital pour malades, mais
en raison du grand nombre de patients et
les besoins pour maintenir la discipline
Il sera transformé en une unité carcerala
les méthodes de discipline prévaudra
contre la thérapie.
Hôpital psychiatrique dans le régime
totalitaire communiste a été organisée par
les mêmes principes, ainsi que la société
totalitaire socialiste (pyramide des
règles administratives et de calendriers
précis, le manque de communication, de la
violence à tous les niveaux, etc) .. Ce
modèle carceral, azilar apparaît comme une
78

création et comme un instrument d'abus


psychiatriques, une institution dans
laquelle l'individu est totalement
disponible tortionarului, tandis que le
personnel soin de ne pas se sentir
concernés, se cache derrière une
institution qui la protège .
Voyons ci-dessous sont les principales
caractéristiques de l'hôpital
psychiatrique, comme cela a été l'ère du
totalitarisme, comme il est aujourd'hui en
raison de l'opposition contre la réforme.
D'asile ou l'hôpital psychiatrique
classique ère, en fait, une institution
pour le traitement figure dans le Moyen-
Age, qui explique pourquoi, dans l'Europe
actuelle, il semble en grande partie comme
une anacronism, rejetat le monde civilisé
et non, en fait, pas une vocation
thérapie. En outre, une telle institution,
ne doit pas non plus. Il devrait être
animé par une grande dispret contre la
maladie pour pouvoir entrer dans une telle
institution.
L'hôpital psychiatrique dans son azilara
cultiver une véritable «impérialisme
psychiatrique." Opunand bolnavul personnel
médical subordonand total bolnavul, ce
n'est pas le seul reste Mai à respecter
par le détenteur de pouvoir et d'autorité.
L'idée selon laquelle une organicitate
revendiquée elle-même Pinel est cultivé
par le modèle médical et il conduit
automatiquement à l'idée de
incurabilitate. Si Pinel et Esquirol
persiste à croire que l'hôpital
psychiatrique pourrait être "un instrument
de guérison dans les mains d'un médecin ne
peut pas" la suite devient l'hôpital
79

psychiatrique d'asile, ce qui signifie


lieu de refuge, le lieu où le patient est
batjocura machine. Peu à peu, ces hôpitaux
sont devenus des bâtiments de taille
gigantesque, avec des milliers de patients
et que, en raison de difficultés
administratives seront transformés en
véritables institutions corectionale.
Après 1950, ces institutions ont commencé
dispara de l'Europe occidentale en raison
des nouvelles conceptions des droits de
l'homme humaines, qui ont été élaborées
après VI décennie de ce siècle.
En vérité, dans le contexte de la société
fondée sur des principes démocratiques,
l'héritage de carcerale institutions avec
une structure internationale apparaît
comme un nonsens totalitaire, même comme
une insulte pour les aspirations de la
société. Pour cette raison, à l'Ouest, le
déclin de ce type d'institution a commencé
et s'est terminée il ya si longtemps,
alors que dans les pays communistes
système non seulement ne sera pas
éliminée, mais il sera plus fondée et,
cette fois idéologique, même dans les
autres système actuel, qui est basée en
permanence contre les abus personne
humaine.
D'un point de vue théorique, le modèle du
système carceral mai azilar faire l'objet
d'attaques routine de destruction. Cela
commence dès la structure de son
totalitaire et qui reflètent les principes
de la petite société dans laquelle il.
Cette institution est organisé de telle
sorte assez pour reprime tout état de
cause soumise à la internare volontaire.
Hôpital devient, en fait, un lieu de
80

séjour et de travail pour un groupe de


personnes - les patients - rupti société
pour une longue période, l'hôpital ainsi
un obstacle sur la voie de relations
sociales, les relations avec l'extérieur,
souvent cet effet les portes ferecate et
de barrières, de hauts murs ou des
clôtures, des investissements spéciaux
(comme l'hôpital Voila, Poiana Mare, etc.)

En termes de structure interne, à l'instar


des autres unités carceral type, ils sont
construits sur la base d'une structure
totalitaire. Individul n'est pas libre de
venir par rapport à qui le veut peut
travailler, dormir ou prendre recreea plan
seulement après une "rationnelle" fait
directiune. L'hôpital a organisé carceral
tous les aspects de la vie se déroule
selon un programme au même horaire pour
tous dans le cadre d'un contrôle strict.
En fait, le but de ces institutions est de
parvenir à treburile institution
officielle (la discipline) et seulement en
partie ceux de l'individu. Les patients
dans le groupe sont supervizati, guidé,
l'objet d'inspections périodiques. Une
pause de créer entre le groupe de patients
et de leurs superviseurs. Ces deux
catégories ne vous aime pas.
Supraveghetorii dirai que je suis malade
sur le ciel et porteront à leur encontre
que certains hauts. Au contraire, les gens
pensent du ciel supravegheati les
superviseurs, se sentent exclus des
décisions qui les concernent.
Comment organiser un hôpital psychiatrique
azilar encourage la violence à l'égard des
patients, mais les superviseurs ne se
81

rendent pas compte, compte tenu du fait


que la logique et le comportement,
cependant, que dans petrecandu est un
jalon dans le système existant qui ne se
sentent personnellement concernés.
Il est très difficile que dans une telle
institution d'établir une véritable
relation thérapeutique. La hiérarchie et
l'autorité sont maintenues pendant une
discipline sévère, sans voies de recours,
ce qui explique pourquoi les goulets
d'étranglement se produisent à tous les
niveaux.
Le principal est que personne malade, mais
aussi politique dizidentul internement
abusif vendredi avec une certaine culture,
et au cours de spitalizarii ils souffrent
d'un véritable "disculturalizare" dans le
meilleur des cas un manque de formation,
qui sera pas en mesure de face à leurs
problèmes quotidiens et en particulier à
ceux en dehors de l'institution.
Hôpital de ne pas avoir à l'esprit une
véritable victoire la culture, il ne crée
une sorte de tension entre les gens, une
tension qui utilise comme un traitement
parghie stratégique. Maintenant, il est
clair que, dans ce contexte influence la
culture psihopatologica institution
influence dizidentul en bonne santé ou
marginale, parfois ajungandu l'adhésion à
une institution contre azilara et des
changements de personnalité, qui,
rétrospectivement, que les tortionnaires
ils montrent juste "Evénements" qui ont
justifié le placement.
En vérité, les individus ont besoin
d'ajuster le niveau et les valeurs
culturelles cultivées hôpital exige
82

beaucoup d'effort, qui sera rendu au


détriment de l'intégrité de la
personnalité, qui est plus grave quand il
ya une véritable maladie qui, par lui-même
produire des changements majeurs. La
manière dont est «adaptation» à
l'institution totalitaire implique d'abord
une dégradation de l'image elle-même et de
contribuer à l'isolement de l'institution
concernée à l'égard du monde extérieur.
Peu à peu, il souligne depersonalizarea et
la perte d'autonomie, de sorte servir et
de punir les méthodes coercitives si
souvent nesupunerea, ainsi que les faits
qui «récompense» obedienta.
Si la personne avait précédemment sur une
certaine conception elle-même, une fois
internés, il perdra ce soutien en raison
de la dégradation, umilintei et profanarii
eului. Organiser et carcerala barrière
contre le monde constituent la première
ciuntire un eului et deposedarea rôle
renforce ces phénomènes. Cela met en
lumière dès le premier contact avec
l'institution: anamneza, l'enseignement
des vêtements et des objets de valeur, la
baignade, cantarirea - rendent
l'impression que l'homme est entré dans
une "masinarie», qui est dans les mains
establishmentului. Obedienta test est
passé, mais lorsque la position est donnée
nouveau statut et des revenus que nous
attendons. Si l'on ajoute à eux en Mai et
l'utilisation neurolepticelor,
electrosocului et parfois un
neurochirurgiei, tous, sans consultation
de la personne, il réalisera clairement
que son intégrité n'est pas garantie. Dans
ce contexte, l'individu, qu'il soit ou non
83

malade, devient passif, une approche


réactive la défense: allez-vous la tête à
gauche dans la position umilitoare,
apporter des réponses umile, avoir à prier
pour favoriser ware: tigara, journal. Le
personnel peut striga par nom ou le
surnom, il evidentiindu rire et négatifs,
en parler comme si il ne serait pas
présent.
Toutes ces actions produisent un véritable
processus "mortificare" eului,
dezidentificare par une violation de
eului. Dans ce type de l'hôpital fera tout
pour que la personne n'aura pas le statut
d'un homme d'âge mûr, n'ont pas
l'autonomie et la liberté d'action. À
cette fin, sont utilisés de la manière
pregnanta système de récompenses et de
punitions. Les patients atteindre une base
permanente dans leur position inférieure
par rapport à ceux de l'extérieur, ont le
sentiment d'exil et que leur temps est
iroseste en vain. Il ya un grand contraste
entre ce qui est effectivement dans
l'institution et ce qui est dit
officiellement, c'est exactement le même
principe dublului norme qui existe dans la
société communiste.
L'institution et mettra au point un
ensemble de pratiques institutionalizate:
visites, l'inspection, le parti du jour de
fête ensemble, vizionari films. Tous ceux-
ci sont non seulement accentueeze ce
syndrome de umilirii injustifiée.
Institution psihiatrica organisé carceral
ne permettra pas que toute la vie privée,
les internés sont humiliés, alcatuindu à
un fichier, souvent réception uniforme,
lui luandu documents, argent, etc. Mais,
84

comme l'a souligné le cynisme Predescu


(Urgences psychiatrie, Ed. Medical, 1983),
l'utilisation de la violence contre les
patients psihici mai constituent "une
véritable thérapie», «véritable liberté
perdue» en raison de la maladie.
Un autre aspect de l'établissement
psychiatrique de type totalitaire est
l'organisation internationale aux
principes hiérarchique, rigide.
Ierarhizarea la clé voûte politique abus
psychiatriques en l'absence duquel il
serait très difficile à produire. La
hiérarchie est destinée à déterminer les
rôles du personnel et les patients, la
création d'un véritable "iobagie"
administratives, autoritara, le premier
plan de mise en œuvre aparand aspects
bureaucratiques de l'hôpital. Pour cet
effet, il offre deux façons de faire:
l'existence de rituels et de cérémonies
dans la deuxième rangée, le principe
organisateur d'une hiérarchie rigide.
Ritualurile sont très fecvente hôpital
psychiatrique dans un carceral: rapports
de garde, visitez la tête, contravizitele,
inspectiile. Toutes ces initiatives ont
tendance à donner l'impression d'un
fonctionnaire réalité, une réalité. Il y
avait d'autres catégories de rituels:
sessions partie, syndicat, les rapports,
sessions de traitement.
La deuxième manière, utilisée pour les
patients de subordination, a constitué un
refuge dans un corps ierarhizat faits et
le passage sur la responsabilité propre
compte de cet organe. C'est un véritable
pyramide administrative dont la base est
malade.
85

Comme dans toute organisation, l'hôpital


de travail par le biais de ces moyens a
décidé par un pouvoir qui, en apparence, a
dû être un pouvoir médical, mais en fait,
au cours de l'ère communiste de puissance
et de sécurité. À l'instar de toute autre
puissance, et il radicaliza, en ce sens
que la relation entre les patients et le
personnel sera impinsa jusqu'à devenir
extrêmement stapan relation - un esclave,
parce qu'il n'existe pas de contrepoids
contre le pouvoir du personnel
(organisations de la société civile,
véritable justice, les canaux d'appel,
etc.) Bien que démagogique de dire que
l'hôpital est le patient, en fait dans
leur avait pas un mot à dire, qui va
générer le ressentiment, les conflits que
le personnel se résoudre par des moyens
autoritaires - contentie, traitement
forcé, et le châtiment système récompense.

Une autre caractéristique de l'hôpital


psychiatrique de type carceral constitué
hiérarchie après un système totalitaire,
le pouvoir est distribué et de donner
Piramidal Chef du Département des pouvoirs
dictatoriaux. Il est appelé, en fait,
vivante, en fonction de la saisie ou la
politique et de sécurité. Chef de
Département a nécessairement être approuvé
par le parti et la sécurité. Il monopoliza
le pouvoir, prendre pratiquement toutes
les décisions importantes dadea avis de
tous internare, la question diagnosticele
sortie, decidea date externarii, je me
suis tourné les autres médecins de
mécanismes simples et depersonalizate
sujet. Chef persecuta pourrait encourager
86

ou qui que ce soit sans explication et


pourrait donner préférentiel distribuer
les tâches.
Piramidala organisation totalitaire
limite, comme dans la société communiste,
toute initiative, le département,
l'hôpital est devenu facilement manipulée
par les organes concernés de la
répression. C'est seulement un chef
autoritaire (la compétence professionnelle
n'était pas compter) pour l'institution
psihiatrica être aservita pouvoir. Pour
ces raisons depersonalizarea apathie et ne
se limite pas seulement aux malades, mais
vaor étendre à tout le personnel afin de
supravetui avait d ' "adapter" la logique
arbitraire de la tête. Dans ces
circonstances, un dialogue psihoterapeutic
médecin - patient était impossible, tous
ayant à son tour dans executantii
dispositions de la dictature tête, et
neurolepticele, ergoterapia, electrosocul
constitué par ce système sont plutôt les
moyens de répression, de l'hôpital,
service psychiatrique pierzandu vocation
et de toute thérapie.
Même parmi les patients figurent un
certain ierarhizare, semble le bon et le
mauvais services en fonction de la
puissance de la tête et des avantages
qu'elle les a le pouvoir.
Ce système a été conçu pour produire à
tous les niveaux de tension et de noeuds
et frustratie contact de la tête -
subalterne, médecin - patient apparaissent
comme depersonalizant. Si tout est
médecin-chef, d'autres se sentiront
frustrati et occupera plus de tensions
interpersonnelles que malades. Souvent,
87

ces tensions sera alimenté par le


sentiment que la tête est "assez", raison
pour laquelle le service psychiatrique qui
sera transformé en une véritable citadelle
de la guerre froide ou chaude, parfois il
se transforme en une véritable chasse aux
vrajitoare . Vous pouvez comprendre ce qui
restait de Mai vocation de traitement d'un
tel hôpital.
En conclusion, politique abus
psychiatriques, et l'abus d'une autre
nature de la période communiste semble
avoir un caractère délibéré et sprijinindu
sur les motifs de l'enseignement théorique
et idéologique bien fait. Enormitatea et
la spécificité de l'abus psychiatrique au
communisme n'est pas nécessairement dans
la mesure où il existe ou comment il a été
massif. Ici, il est important que l'abus a
été organisé par le fonctionnaire
communiste qui a participé avec les
employés de la psychiatrie et les organes
de répression ou de la justice, la règle
elle-même dans ce cas devenir une
"organisation criminelle", en organisant
des abus psychiatriques en théorie, mais
et dans la pratique. Une telle situation,
l'histoire n'a jamais été, mais seulement
dans les régimes fascistes. Dans ce
contexte, et psihiatrul patient ou de
devenir uniquement des outils simples, les
partis politiques communistes pénale
promotion de lois et règlements, ainsi que
d'une conduite criminelle qui ont tenté
d'imposer cette "normalité" des
communautés entières à travers la
nomenclature psychiatrique communiste
conducatoare dans le domaine. Par
enormitatea proportions et l'amélioration
88

organisation, les communistes ont fait


quelque chose d'unique dans l'histoire des
abus psychiatriques au niveau de devenir
une véritable organisation du crime.

Besoin social de la PSIHIATRIA

Comme je l'ai souligné auparavant, le


système communiste a arrêté l'évolution
normale du roumain psihiatriei statut de
la psychiatrie biologique, et par
l'introduction de critères idéologiques
ont conduit à l'abus psychiatrique stopand
en même temps, toute l'influence
occidentale (psihiatria psychologiques,
psychiatriques, sociaux, etc.)
Psihiatria monde a depuis longtemps
dépassé le stade psihiatriei biologiques
et même psychologiques, et aujourd'hui
adjudecandu ces conquêtes, de nouveaux
concepts et sociologiques alcatuind une
synthèse des modèles biologiques,
psychologiques et sociaux, constituant ce
qui porte aujourd'hui le nom de la
psychiatrie sociale.
Psihiatria sociale n'est pas, comme le
montrerait un nom à la première impression
un exclusivista psychiatriques, mais
plutôt une discipline qui implique
l'ensemble de l'évolution des tendances
scientifiques, mais se concentrent sur
sociales et humaines que l'ancien
psychiatriques, en particulier celui Touch
the exclusive biologiques, et non un fait.
Il met particulièrement l'accent sur
l'organisation des institutions de
traitement umanizand cette institution.
Comment aurait été possible pour un régime
inhumain que le régime communiste
89

d'accepter ces principes? Ils ont des


solutions à tous les problèmes dans
l'idéologie et, par conséquent, marxista
travaillé à l'usage du public par le grand
dirigeant.
Dans notre conception, le public
conception exprimées dans les articles et
collabore avec notre monographique près de
deux décennies plus tôt, psihiatria
pratiqué dans la nostalgie communiste,
mais aussi celui d'aujourd'hui ne peut
être réformée. Il devrait pratiquement
"détruits" et reformulata en termes de
psihiatriei moderne. Cette psychiatrique
classique, deformata de l'idéologie
communiste, qui a rejeté dans tous les
viscérale cuceririle siècle de
scientifiques, ne peuvent plus par la
réforme des changements cosmétiques,
infuzii financière importante ou nouvelle
construction. Il doit être "détruits" et
remplacé par psihiatria sociale, le seul
qui a les qualités et les nouveaux modèles
de la maladie et une transformation
radicale de l'institution de traitement,
une nouvelle orientation et etiologica
dans preventiei.
Cette "révolution" permettra de créer,
comme c'est le cas avec la réforme de
l'économie, même pour ceux destinés bien
et les adeptes de la démocratie et de
réforme, ce sentiment de "destruction" de
toutes les actions de changement radical,
le développement de l'opposition contre
reflexa nouveau. Stralucit sera une
occasion pour les anciens et actuels
nomenclature à être en mesure de présenter
"catastrophique" changements envisagés par
rapport au "paradis perdu" de notre passé
90

psychiatrique.
Usoara traitement des psihiatrilor
(féminisation des médecins psychiatres
serait seulement une hypothèse relative),
l'apathie, les personnes âgées désir de
terminer sa carrière dans le système
avaient l'habitude de rendre difficile la
Roumanie dans le processus de changement
(et que, même avec l'actuel directeur
l'hôpital de Bucarest, de l'ombre PNTCD,
dont le courage réformiste pas "genunchiul
broastei" - Dr. Prelipceanu).
Nous avons déjà montré que la
psihiatria nos motifs idéologiques n'a pas
pu surmonter la première étape du
développement psihiatriei - psihiatria
biologiques.
Mouvement qui est la base sur conceptiilor
sociologique psihiatria et de la
psychologie a commencé aux États-Unis et
ensuite connu une expansion rapide en
Europe occidentale.
Dans la conception psihiatriei sociaux,
psychologiques bolnavul n'est pas
seulement un "organe isolé" ou un simple
somatiques malade, mais est placé dans le
contexte de relationnelles ou à partir du
premier groupe qui appartient - la famille
- et va jusqu'à les dimensions plus larges
de la société, l'économie, la géographie,
de la culture.
Sociogeneza souligner Porot, est un
ensemble de conditions qui Emana
l'environnement social et il est peu
probable d'aboutir à la production, le
développement et l'évolution de la maladie
mentale. L'existence humaine devient
domaine d'interaction de plusieurs
dimensions: biologique - somatiques -
91

interpersonnelles - psychologique -
extrapersonal - socialement et
culturellement. De cette façon psihiatria
sociale actuelle devient une science
interdisciplinaire, indreptandu leur
attention sur certains phénomènes sociaux
qui sont en mesure de déterminer les
conditions morbide ou mentale des
pressions sur les masses d'individus, dans
le contexte d'explosion démographique et
des produits.
À cet égard avis aujourd'hui est de plus
en plus "psychologique densité de la
population, ce qui signifie que la
population participe, l'entité plus
importante que le nombre réel de personnes
(la participation est avant tout sur
certaines catégories d'âge, de sexe, de
statut économique, etc.)
Indiscutabil comme psihiatria fin de ce
siècle ne peut être juste un la
psychiatrie sociale. Psihiatria classique,
en incorsetata cercle stramt modèle
médical de la maladie que de promouvoir,
avec l'ambition d'aligner somatiques
disciplines médicales - souvent même d'une
manière coloniala - ne peut plus assurer
en raison de progrès ou l'individualisme
et la mecanicismului qu'il favorise.
Psihiatria classique, avec ses angrenajul
explications biologiques, ne sont plus en
mesure de traiter dans le domaine qu'il
estime que stapaneste lorsque l'explosion
s'est produite dezadaptarilor
psychologique et la fièvre de plus en plus
imbolnavirilor psychiatrique.
Il ne s'agit pas seulement ici de sa
déformation par l'idéologie communiste.
Mais pas psihiatria classique (en Europe
92

de l'Ouest) quand ils n'ont plus la


capacité théorique et pratique que les
hôpitaux et les mammouths thérapie
exclusivement somatica ne sont plus en
mesure de donner satisfaction,
correspondant à une époque de changement
accéléré, la croissance exigentei citoyens
contre la société et de la politique de
l'organisation. Sans nier le bien-fondé de
début et de adjudecandu et tous les
cuceririle précieux dans le domaine de la
biologie ou la psychologie, sociaux
psihiatria était pratiquement "impinsa" de
la scène par la société qui apparaît après
l'humain et social en cas de catastrophe
après la deuxième guerre mondiale, en
termes de l'apparence nouvelle société
démocratique et un Novembre filozofii
droits de l'homme, qui apparaît comme une
réaction contre la menace fasciste et du
totalitarisme communiste.
Pour anciens sociaux psychiatriques et
psychologiques phénomènes ont un rôle trop
important, la clé voûte de se faire
représenter par des facteurs biologiques.
Malheureusement, dans le camp communiste
psihiatria classique dogmatizata et
ideologizata, angrenajul et la lenteur de
diagnostic et de formes cliniques qui
figurent à l'ordre, chaque fois que la
réalité clinique correspond pas à la
azilele hôpitaux et de ses mammouth,
rigide hiérarchie et l'organisation
carcerala conduit à la baisse le prestige
et la discipline de créer un vrai repulsii
aux yeux de l'opinion publique.
Dans ce cadre, une lutte pour
psychiatrique axée sur l'homme - comme
étant sociaux - aux besoins de la
93

communauté et la promotion de la santé


mentale est devenue une tâche de haute
priorité non seulement pour dizidentii
Europe de l'Est, mais aussi pour
psihiatrii qui ont Stimat profession ou
purement et animati étaient tout
simplement une attitude de patriotica.
Essayer une première définition de
psihiatriei sociale, nous disons qu'il
représente une synthèse des données
biologiques, psychologiques, interprétée
dans l'esprit des concepts sociologiques
humaines. Cette étude porte sur
corelatiilor, perturbarilor,
dizarmoniilor, hipoevolutiilor comprenant
l'ensemble des personnes spirituelles.
Psihiatria mai référer préjudiciables
aspects de la vie sociale, la vie dans le
groupe social. Psihiatria sociale traitant
de tous les biologiques et des problèmes
psychologiques de l'individu, mais elle
dépasse la portée psihopatologiei ils
Oprea psihiatria classique.
Toutefois, même ajunsa statut social
psychiatrique psihiatria restera dans son
essence une discipline médicale
Psihiatria sociale, mais il sera avant
tout une conception sociale inchegata. Il
planifier le développement de services
d'assistance pratique psihiatrica à une
société en changement.
Pour Novembre psihiatria discipline
sociale est la connaissance qui comprend
biologique et psychologique, la dimension
sociale de l'homme. Psihiatria études
sociales par conséquent, tous les aspects
sociaux liés à la maladie mentale, ce qui
la compréhension des aspects
etiopatogenetice, évolution,
94

thérapeutiques et prophylactiques. Ils


doivent nécessairement ajouté le statut
social et la question de bolnavului
psychologique, sociétal obligations envers
cette organisation humanitaire à
l'organisation du traitement et le
traitement des moyens de la communauté.
Toujours dans le social psihiatriei
comprendra les moyens par lesquels les
facteurs psihiatria mai influence
responsabilité, en termes de prévention et
de traitement la maladie mentale et le
bien-fondé d'utiliser la vie sociale et
même politique par le biais de paticiparea
actif psihiatrilor le profil bénéfice des
actions et la santé mentale.
Il ya, cependant, dans la mise en place
sociale psihiatriei limites, qui
détiennent des divergences de vues
particulièrement populaire stramtarea ou
sa vision sur le domaine d'activité.
Ainsi, Bastide dans ce domaine a une
position unique, il afirmand comme
psihiatriei domaine social peuvent cupride
trois localités avec leur propre
individualité:
1. Psihiatria sociaux - ou sens restreint;

2. Sociologie de la maladie mentale;


3. Etnologia la maladie mentale.

En ce sens, psihiatria objectifs sociaux


de bolnavului comportement social, le
processus de socialisation et la perte de
contact avec le monde, avec le sens réel
de l'individu. Socializarea individuels
seraient intéressés, en fait, la
psychologie sociale.
Le lien entre les différents événements
95

sociaux et divers types de la maladie


mentale fera l'objet de sociologie maladie
mentale, la discipline dans laquelle il a
introduit et psihoterapia groupe, toutes
les idées et les méthodes relatives à
l'institution de soins psychiatriques, les
relations au sein de cette institution et
l'institution de psihiatrica Communauté de
développement.
Psihiatria études sociales des phénomènes
sociaux afin implications et médico-
psychiatrique de soins dans sa vision et
de la Piazza Disertori seraient les
suivantes:
-- Psychopathologiques individuels
phénomènes liés à un contexte
etiopatologic, sociaux;
-- Les phénomènes psychopathologiques
communauté;
-- Nocif effets sociaux causés par
tulburarile individuelle et collective;
-- Interferenta de psihopatologia individu
et celui de colectivitatilor.
Psihiatria devrait sociales et les
devoirs envers la société psychiatriques
telles que l'instauration du traitement,
le débat sur les programmes de santé
mentale dans les médias, la question des
lois dans des domaines spéciaux de soins
psychiatriques. Par conséquent psihiatria
sociale traitant non seulement de individu
ou groupe social, mais l'unité dans son
ensemble. Psihiatria sociale, de sorte que
la science qui étudie les mentale
tulburarile personnes comme membres de la
société, est considéré comme une unité.
Pour Novembre psihiatria a une importance
sociale et une définition plus large parce
que nous considérons que psihiatria n'est
96

pas seulement une seule et est donc


psihiatria sociale. En ce sens, parler
aujourd'hui de l'existence d'un psihiatrii
biologiques, psychologiques ou sociaux
(ils n'étaient que les étapes d'évolution)
est un nonsens, psihiatria discipline
comme un bio-psycho-sociale, mais les
conséquences biologiques et des facteurs
physiologiques sont subordoneaza point
historiquement et socialement, ce qui
explique pourquoi la plupart description
appropriée de l'actuel psihiatrii est
PSIHIATRIE SOCIAL. Cela implique que point
de vue sociologique d'agir à tous les
niveaux (diagnostic, traitement,
prévention), notamment dans le domaine
psihopatologiei et l'organisation
institutionnelle, qui, en fait, représente
une transformation radicale de la manière
classique psihiatriei classification des
maladies les modalités d'organisation et
la gestion des actions thérapeutiques et
de récupération. Cela représente le
contexte actuel de Novembre criptocomunist
une véritable révolution en psychiatrie,
avec ce sentiment anxiogena destruction
des institutions qui assurent la sécurité
du personnel et en particulier les
profitorilor, mais qui a produit
inadvertentele erreurs et éthiques. C'est
la seule façon qui peut réaliser la
construction de nouvelles psihiatrii
sociale en Roumanie.
Psihiatria social est encore, même si nous
pouvons monter avec la réforme, une jeune
discipline avec une portée imprecisa
encore, mais déjà causé un souffle
innoitor. Ainsi, si l'ancien aliéniste n'a
été examinée que clinicien une étroite et
97

obsédé par le désir d'être considéré comme


un médecin, qui est principalement
concerné des cas isolés et une réduction
de la maladie, le médecin psychiatre se
trouve en face de situations tout à fait
remarquable. Place Old épidémie (ciuma, le
choléra) a été prise aujourd'hui par
l'énorme augmentation de la morbidité
psychiatrique, qui a fait l'actuel médecin
psychiatre à être préoccupé par la santé
mentale des énormes masses de personnes.
Ainsi, Coresi points essentiels de
l'ancien psychiatre patient était un
mauvais somatiques dans la première
rangée, et de préoccupation pour les
questions de mental et relationnel
bolnavului étaient évidentes seulement de
l'étendue de la maladie decurgeau évident
(comme dans le cas d'autres maladies
somatiques). Pour psihiatrul présent - un
travailleur social - le patient est un
homme pris dans une double individuelle et
la réalité sociale.
Psihiatria social est un domaine
interdisciplinaire. Il est utilisé non
seulement psihopatologie et de la
biologie, mais aussi des concepts
sociologiques, psihiatria de devenir une
discipline à la vision sociale.
Sociologie psihiatriei emprunter une série
de concepts, tels que ceux de groupe
social, la psychologie sociale, la
dynamique des groupes sociaux,
l'importance de la culture et
civilizatiilor. Sociogeneza la maladie
mentale, ainsi que l'obligation de la
société vers psihici les patients passent
dans toutes les couches sociales
psihiatriei.
98

Psihiatria emprunter sociale de tant de la


sociologie des concepts et des points de
vue et même une certaine fin, reste encore
une discipline médicale - même si somatica
médecine devient de plus en plus et une
discipline sociale.
Psihiatria la médecine sociale elle-même
fournit un exemple qui consiste en sa
dimension sociale et de sociologie offre
un domaine qui actvitate difficile et il
ne pouvait imaginer.
Psihiatria sont les relations sociales
avec la psychologie médicale. Il utilise
toutes les explications psihodinamice,
utilise les concepts psychologiques de la
relation médecin - patient.
Psihiatria sociale, comme une branche son
tour, a une activité Scisa publiés dans
les journaux, à la télévision, de cultiver
l'opinion publique dans les nouvelles
valeurs bolnavului sur l'état mental,
antreneaza le difficile processus de
traitement et de prévention des maladies
mentales. Elle s'intéresse à la vie
économique, une partie de ses activités
d'exploitation dans les programmes de
prévention au niveau des unités
économiques.
Psihiatria offre divers domaines des
sciences sociales et un certain nombre de
notions et entités, ainsi que la pratique
d'une entreprise commune à bien des
égards, afin inbunatatirii qualité de la
vie et la santé mentale à un moment où
tout le monde parle du droit à la santé
fiintei humaines.
Ces tâches pourraient pas prendre juste
une dynamique psychiatriques, qui valeur
et de connaissances biologiques, mais
99

également sur la psychologie et la


sociologie. Psihiatria classique était
statique, ce qui limite son activité
seulement aux frontières de l'hôpital ou
l'asile, c'est la raison pour laquelle
elle est devenue une véritable poignée de
sociétés totalitaires cereasca (lui-même
ont inclinatii totalitaire).
Pour psychiatriques communisme a également
exprimé chintesenta materialismului
dialectique appliqué dans le domaine des
sciences psychologiques (le marxisme,
l'importance psihicului concept était le
deuxième en importance après l'affirmation
materialitatii monde), en particulier dans
une société qui n'est plus sur une base
religieuse et morale, ni sur les principes
la bonne personne.
Nous schitat dans les grandes lignes
fondements idéologiques de l'abus des
communistes et je psihiatriei en même
temps souligné la nécessité d'une réforme,
en donnant la solution psihiatrii création
d'un modèle social roumain psihiatriei par
l'Ouest. Sur ce territoire doivent se
conformer à toutes psihiatrii bonne foi,
psihiatriei réformer notre présence dans
le sens de l'histoire, sinon des
générations qui veulent pasesc en
psychiatrie aujourd'hui et ceux qui ne
viendra pas à nous acuze que je n'ai pas
compris ce sujet, ni doisprezecelea
l'horloge. Parce que, quelle que soit
notre génération devra faire face, en
particulier vécu dans le communisme,
social roumain psihiatria tout sera né
parce que, de nouveau parafrazand même
verset biblic, à moins que nous prêchons
la vérité en Novembre, il fera les
100

pierres.

RELATION PSIHIATRIE - MORALE

La relation entre la psychiatrie et la


moralité est un des principaux problèmes
aigus ils ont recueilli et criptocomunista
société post-totalitaire dans lequel nous
vivons aujourd'hui. Psihiatria moderne et
a une dimension non seulement médicale
mais aussi une morale, les patients
psihici une classe être humain avec des
problèmes spécifiques avec un impact
social important, pentrru raison que la
société devrait prendre en considération
ces questions.
Ces problèmes d'éthique ne sont pas
seulement des temps pour notre
psychiatrique ils aparand depuis la nuit
des temps, la morale chrétienne étant
celui qui a soulevé l'éthique sur les plus
hauts sommets.
En dépit de ces considérations, au cours
de l'histoire "société" psihici patient
était toujours en butte à des persécutions
pour les patients psihici étaient "bonnes"
formes les plus brutales de traitement et
les plus inhumains formes de soins.
Psihici émancipation des patients ont dû
attendre étape cruciale de l'histoire de
changer le sort de ces personnes. Ainsi,
l'histoire citeaza "question" de Pinel, à
la suite de la Révolution française, parce
que la maladie mentale peut être
considérée Mai humanitaire, mais le rôle
principal joué indiscutable la morale
chrétienne.
Bien que bolnavul psychologique, selon la
morale chrétienne, est devenue notre
101

voisin, "qui a été élaboré a été une


véritable" maladie des préjugés "et la
violence et la criminalité, phénomène
normal dans toutes les sociétés, a été
transféré dans la préférentiel psihici
patients, Bien que les statistiques
montrent qu'en 1000 les mauvais psihici il
moins les actes de violence que 1.000
personnes dans la population générale.
Cela pourrait pas mais était exonérée de
bolnavul préjudice psychologique
"permanentei son periculozitati" motivand
un ensemble cortège de contraintes, les
moyens privative de liberté, mais peut
s'appliquer sans un traitement approprié.
Par conséquent, comme nous l'a montré en
Mai, psihiatria de la dix-neuvième siècle
sera un azilara psychiatriques, mais avec
la conscience que cela est nécessaire par
d'utilité publique pour le maintien de la
paix sociale , Tandis que la maladie a été
examiné ereditara mentale, risque social -
est le seul patient culpabil de la
maladie, tandis que la société a été
innocence.
XX siècle, le siècle ne sera plus d'un
siècle de la culture ou des idées, mais
deviendra un siècle de ideologiilor, en
particulier l'essence du totalitarisme
(fasciste et communiste). Chacun d'entre
eux ont une attitude destructrice mentale
bolnavul: eutanasie par le fascisme et la
destruction physique des malades mintali
pour l'épuration des groupes ethniques
considérés comme élevés, en se fondant sur
le communisme à peu près le même élément -
la haine - mais pas ethnique, mais classe.
Bien que les critiques nazismul, le
communisme fera un psychiatriques moyens
102

de mettre ces qui a critiqué le système


chez les patients mintali, qui n'est pas
possible de fermer les camps dans leur
tradition, mais dans les hôpitaux
psychiatriques.
Psihiatriei existence dans la période
communiste a été tragique, et en termes de
morale et de religion par exemple, a dû
vivre seulement de faire des compromis.
Les communistes, en termes d'éthique
attaqué premier principe de la solidarité
humaine, la cohésion entre les personnes,
le principe d'association, la liberté de
pensée, étant en opposition totale aux
principes de la démocratie pluraliste, la
liberté de pensée et d'association. Tout
au communisme a été transmis par la norme
masurii ainsi à renforcer les communistes
ou non.
Le tardiva - les années 1960 à 1970 - dans
l'Ouest de mouvement pour les droits de
l'homme, avec son extraordinaire pouvoir
de séduction, à l'Est signifie le début de
la fin de cet empire du mal, comme un bon
président a raison de dire Regan.
Penetrabilitatea philosophie des droits de
l'homme a fait à cet égard l'éthique
psihiatrica de changer profondément. Dans
ce contexte, les principes chrétiens de la
morale et la nouvelle filozofii
existentialiste ont fait seductia quelque
chose irezistibil système démocratique et
si des changements ajouter Mai génération,
nous pouvons maintenant expliquer
l'avalanche "revolutiilor de velours" et
la chute du système communiste sans lequel
aucun arrêt répression psychiatrique
n'aurait eu aucune chance.
Toutefois, il convient de souligner
103

que la victoire de la démocratie n'a pas


fait les questions éthiques psihiatriei de
prendre la relève. Rien dans les systèmes
démocratiques évolué ne semble pas que les
choses finalement, la lutte pour le tort
moral ne peut pas s'arrêter là et pas du
tout. Antietica nazi et communiste nous
montre les limites et la fragilité de la
morale quand il s'agit de la psychiatrie.
C'est en fait l'un des arguments
fondamentaux aujourd'hui de construire un
réel la psychiatrie sociale.
Réhabilitation des patients psihici
soulever la question aujourd'hui une
nouvelle vision, à savoir celui de
resocializarii patients psihici, ce qui
est une dimension éthique fondamentale
dans le domaine de l'éthique psihiatriei.
Nous devons être conscients du fait que,
en raison de la maladie mentale, ils ne
viennent jamais à être une société
ouverte. Ils retirer, asociali sont
souvent soumis à des préjugés cette
maladie. C'est pourquoi resocializarea
peut pas avoir un seul sens, l'entreprise
(psychiatre) à la maladie. C'est la bonne
conduite morale, qui se termine lorsque
bolnavul dans la société comme des égaux.
Pas de maladie mentale grèves individu
dans sa vitalité - ou biologicul - il
frappe dans son humanité, l'homme de ses
spécificités fiintei, tel qu'il a été créé
par Dieu et la nature jouer.
Resocializarea est la seule condition
morale et l'éthique sociale de
psihiatrtiei.
Bien que resocializarea comprend
ergoterapia (prisons et camps de travail
est un travail), il dépasse cette notion
104

qui, si elle aurait pour effet de limiter


ici, ne robotizeze individu, à le
transformer en lit la présidence. Pour
cette raison, resocializarea apparaît
comme un comportement complexe qui doit
imiter la vie réelle, pour tous les
reantreneze des rôles dans la vie réelle.
Terapeutrica communautaire et constitue un
principe fondamental de resocializarii, en
particulier dans les maladies ayant de
graves problèmes mentaux et des
infrastructures socio-économiques. Cela
devrait monter à la scène pour le plus
grand - le traitement - qui sont
intéressés non seulement médicale, mais
aussi des facteurs économiques,
politiques, de nombreuses autres
personnalités, de leurs parents, prelati,
les retraités, les personnes ayant le
potentiel économique - les employeurs, etc
.
L'expérience de la communauté occidentale
reconfortanta pour une thérapie
psychiatrique inchistat système que le
nôtre, mais il est clair que vous côté le
développement économique communautaire ou
même nation. Les coûts, même s'il sera un
atout gagnant société - ou même le silence
productivité - seront énormes. En fait, ce
faisant, permettrait de réaliser une
véritable prévention de la criminalité,
delincventei, antisociabilitatii, la
drogue et permettrait d'atteindre un
véritable processus de la santé mentale au
niveau communautaire

Chapitre III
105

Résistance et roumain DIZIDENTA en


PSIHIATRIE

Brève histoire de troubles psychiatriques


abus dans l'ancienne Union soviétique et
en Novembre

La Russie a une solide histoire politique


de l'abus dans des hôpitaux
psychiatriques. En fait, en Russie, depuis
1836 est citeaza premier cas d'abus
psychiatriques politique, lorsque le Russe
Piotr Sadaev philosophe se caractérise par
tarul Nicholas I comme souffrant de
«deranjament et folie", c'est la raison
pour laquelle a été arrêté à son domicile
des visites hebdomadaires et par un
médecin. Mais il n'était pas encore une
politique deliberata État, mais seulement
un cas isolé.
Après la révolution communiste de 1917,
psihiatriei utilisation dans les premières
années, a été sporadique et ad hoc. Il est
bien connu activistei Maria Spiridonova,
qui a remporté un grand succès critiques
formulées par la direction soviétique, le
tribunal révolutionnaire à Moscou en 1918,
condamner un "retrait de la vie politique,
plus d'un an, et son isolement dans un
hôpital particulier. " Spiridonova il se
rendra compte qu'en agissant de la sorte
essayer de discréditer ses idées
politiques avec une date de son
élimination physique. Le pedepseau à la
fois l'homme et ses idées, ce qui signifie
une véritable "mort sociale". Le problème,
ils seront résolus par l'envoi d'au
Turkestan, d'ordonner un train de
106

propagande.
Période stalinista reste tout à fait
obscura, en termes de répression
psychiatriques, l'isolement de la Russie
est alors terminée. En 1931, apparaît
clairement une loi qui dit que psihiatria
franc devrait avoir pour objectif de
contribuer à la lutte des classes.
Cependant, par rapport à la terreur
stalinista, psihiatria restera, comme l'a
souligné Bukovski, un territoire
humanitaire.
Un cas analogue au placement des mineurs
dans l'hôpital psychiatrique à Zam s'est
passé à Moscou pendant la Seconde Guerre
mondiale. Ainsi, les ouvriers d'une usine
à Moscou a refusé de fournir le travail
bénévole. Il ont tous été arrêtés. Tous
ont reçu un diagnostic de schizophrénie,
puis ont été transférés à l'hôpital
psychiatrique de Kazan. Psihiatrii ont été
soumis à des pressions de déclarer malade,
compte tenu du fait que le placement a été
une action humanitaire, l'alternative
étant camp de concentration.
Considérons que, depuis 1956, après son
arrivée au pouvoir du Hrusciov après le
lancement du «déroulement pacifique
coexistentei" psihiatriei sera donné un
rôle plus important. Ayant célèbre
discours au XX siècle congrès PCUS,
Hrusciov va dénoncer stalinien ororile
promesses et de la libéralisation du
régime communiste, mais en même temps,
l'Armée rouge distrugea révolution
hongroise.
Hrusciovista l'Union soviétique, ainsi que
de la Roumanie et d'autres pays
communistes, va maintenant obtenir entre
107

deux tendances contradictoires -


l'affirmation que, dans ces pays le
socialisme a enfin vaincu et qu'il
n'existe plus de prisonniers politiques et
la répression de la nécessité de maintenir
le système et En fait, la lutte
anticommuniste, en particulier la nouvelle
génération. Dans ce contexte, le rôle
psihiatriei devient primaire, l'opposant
automatiquement mintali est tombé malade,
ce qui, comme nous l'avons vu ci-dessus,
nous exprimer et de Nicolae Ceausescu en
1965.
Cela rendra les années of'60 hôpital
psychiatrique de devenir une alternative à
lagarului de concentration et des prisons.
Hrusciov sera aidé dans cette loi par
l'académicien Snejnevski, comme à Novembre
de la même période vendredi de études en
URSS et entrez directement dans la
direction psihiatriei V. Predescu et Saint
- Milea. À l'instar de Ceausescu, Hrusciov
pense que le socialisme ne peut plus
apparaître antisocialista une conscience.
Se fondant sur le dogme qui dit que
marxista déterminer l'existence de
conscience, ils considèrent qu'une date
comunizata ensemble de l'économie et la
vie sociale, ils rendent impossible
l'émergence des idées anticommuniste. Pour
cette raison, ni le passé ni l'héritage
"diversiunea monde impérialisme» ne peut
expliquer les idées de lutte, mais la
maladie mentale peut constituer une
solution admirabila.
Grossesse psihiatriei à un stade avancé
dans la construction du communisme a été
reeduce ces "malades" groupe de travail
affecté à des personnes de confiance et
108

sur qui nous avons déjà nommé. À partir de


ce moment, dans les pays communistes
commencer une politique systématique de
internare dans les hôpitaux
psychiatriques.
Les avantages de la répression fondée sur
psychiatriques étaient représentés dans la
première rangée de loi sur la discrétion
(sans zgomotoase processus), qui Sedus
question sur Hrusciov autrement et que
Ceausescu. Depuis 1970, l'utilisation à
des fins politiques psihiatriei est bien
documenté, une véritable institution dans
laquelle l'État est en cause.
Il existe des témoignages liés à Kazan
hôpital, mais seulement en 1970 que
l'hôpital gain réel a été renommée
funesta. Hôpital de Kazan a été sous la
supervision directe du NKVD, voici adunati
dizidentii politiques de l'Union
soviétique. Beaucoup de patients ont été
deliranti sujets politique, mais il ya un
petit groupe de personnes en bonne santé
qui y étaient internés pour leurs
croyances.
Years'60 Mai ont été marquées par la
création d'institutions spécialisées et
par la construction dans l'ex-URSS, ainsi
qu'à Novembre, l'hôpital-prison. Ainsi,
Cerniahvsk, Minsk, Dnetropietrovsk, Orel,
de Novembre à Balaceanca, Poiana Mare
Raducaneni, Cula, P. Groza a organisé un
véritable goulag des hôpitaux
psychiatriques pour dizidentii politiques.
Dizidentilor internés nombre est très
grand, mais rideau de fer ne permettra pas
encore connaître l'ampleur de ce phénomène
par la population du pays concerné ou à
l'Ouest. Dans l'Union soviétique semble
109

célèbre Institut Serbsky, et en Novembre


de la même manière, le service VIII
Hôpital Gh Marinescu. Les noms figurent
dizidenti connu notorietatii car ils
jouissent: Naum, Pisarev, Volpin, Naritsa,
Samsonov, Sultz, Belovs, Novembre Rosoga,
Nestor Popescu. Ces phénomènes ont
entraîné de réaction de protestation
international qui ont abouti à l'exclusion
de psihiatrilor soviétique Organisation
mondiale du Psihiatrie en 1982.
En Roumanie, les communistes n'ont pas
trouvé une tradition dans la persécution
politique dizidentilor utilisant
psihiatriei. Les premiers signes de
neliniste ont fait leur apparition dans
les années 70, lorsque acumulasera dans
divers hôpitaux psychiatriques de nombreux
dizidenti. Au début de 1977 avait déjà
dizidenti nationales et internationales et
de notoriété qui étaient en psihiatriei
abus du pouvoir politique, prendre en
adoptiune des organisations
internationales (Dr Cana, V. Paraschiv,
Nestor Popescu, etc.) En 1978, de manière
indépendante, Amnisty International
confirmer l'existence d'abus psihiatriei
politique en Roumanie, public et une liste
de 30 cas de troubles psychiatriques abus
avéré.
Après cette date, la Roumanie sera
présente avec l'Union soviétique à toutes
les réunions internationales, blamata pour
utilisation dans psihiatriei travail
persecutare un dizidentilor politiques.
Iau travail mouvements de protestation, et
le pays est fondée Anticomunista un
Psihiatrilor Ligue, qui, en termes de leur
projet infraction pression de le faire
110

psihiatria roumain a été sous la


domination communiste et sovietizat
groupe. Comme Hrusciov, Ceausescu
permettra de créer une législation
adéquate au sujet de laquelle j'ai déjà
parlé.

Résistance et de la Roumanian dizidenta


des psihiatrists

Quarante ans et cinq des communistes


totalitaires régime laissé de profondes
traces dans tous les domaines de notre
pays. Cunoscutele principes cominformiste
du KGB - qui a été prescrisa
"révolutionnaire recette" pour transformer
le pays en un satellite soviétique sur la
base de l'idéologie communiste - ont été
appliquées dans tous les domaines de la
vie sociale et scientifique. Psihiatria
non seulement ne pouvait pas faire des
exceptions à la règle, mais nous pouvons
dire que l'idéologie dans ce domaine a été
impliqué dans une plus grande agression
bulversand principes et la pratique d'un
honnête disciplines médicales.
La Roumanie a été et est toujours un petit
pays, il a une langue de faible tirage.
Dans un pays comme héros sont généralement
ignorés, et parfois héroïsme de toute une
nation ne peut être adopté avec un point
de vue.
Eroismul appartient uniquement aux
grandes, et si quelqu'un d'un pays qui est
devenu notre héros, il doit nécessairement
venir de la reconnaissance d'autres part,
dans une grande métropole et,
généralement, non non plus être citoyen de
son pays . Les exemples sont trop nombreux
111

et douloureux pour la Roumanie.


Bien qu'il soit souvent ignoré et même
tradata de l'Europe, en Roumanie il y
avait une forte résistance contre le
communisme. En Roumanie a lutté dans les
montagnes avec des armes à feu dans la
main jusqu'à ce que le years'60, en
Roumanie il goulag et les plus crunt
expérience et de lavage de cerveau de
l'ingénierie sociale - experimetul
Nottingham - en Roumanie, il a été par la
répression politique psihiatriei, mais
aussi un acerba opposition à psihiatrilor,
car ils étaient des étrangers et le monde
occidental sans notorietatea un
publicitati qui bénéficie rusii tels.
Histoire nedreptatit Mai nedreptati et les
petits pays, mais une possible "le
jugement de l'histoire, dans le respect
des proportions, notre pays binemerita une
honorable place devant l'unité de
l'humanité qui ont lutté contre la
tyrannie.
Le phénomène de la résistance en
psychiatrie - domaine inclus régime comme
un moyen "aseptica" répression - declansat
début dans notre pays et nous pourrions
presque dire un réflexe, lorsque la
brutalité du régime communiste est devenue
notoire.
En l'absence de documents écrits et en
particulier par les médias dans le climat
de l'Europe dezinteres qui facuse et sur
la base de nos différentes foires
communiste avec la Russie, qui a bonne fin
de mouvement des droits de l'homme, en
particulier lorsque indreptat attention à
ce mouvement et la répression psihiatrica,
se sont installés assez difficile a été le
112

plus profondément ce phénomène et comment


a été psihiatrilor grande résistance, y
compris dans notre pays, combien d'abus
psychiatriques totalitarisme.
Toutefois, la question ne peut être
évitée, une nation, une même profession
besoin de mémoire, dont ils ont besoin de
connaître leur passé, et si elle ne pas
écrire l'histoire dès Mai, la plus
difficile et moins crédible sera le De
travail plus tard. Par conséquent, en se
fondant sur la mémoire des faits que j'ai
vécu directement sur la capacité de
compréhension et de synthèse, nous
essaierons de abordam cette question dès
que le phénomène de la résistance et
dizidenta les Romains en psihiatrilor trop
longue nuit de près communiste deux
générations.
Le faible nombre de dizidentilor et
opozantilor de notre psihiatria constitue
pas un obstacle, non seulement parce
qu'ils étaient peu psychiatriques, mais
tote domaines. La puissance d'un groupe,
tel qu'il est connu depuis la philosophie
antique, aritmetica comprend pas le
montant de chaque pouvoir, un groupe
dépasse toujours le expression
mathématique.
"Dans psihiatria roumain dizidenta
n'existait pas», a déclaré le nonsalanta
ancien tortionari dans une série de
procomunist journal «sentinelles du matin»
ou la triste renommée reporter E. Valeriu,
dans un feuilleton télévisé, lorsque cette
institution a été une totale aservita
politique criptocomuniste bandes. Est-ce
par hasard que psihiatrii faisant de
telles déclarations sont précisément ceux
113

qui siluit psihiatria décennies dans une


ligne entre le totalitarisme communiste?
"Il n'ya pas eu d'abus psychiatriques et
il n'y avait pas dizidenti en psychiatrie,
les enseignants sont compétents et une
générosité de iesita commun", a déclaré
Piticaru près de cinq ans après la chute
du communisme dans lequel la pensée et de
voir cet avantage faible réaction des
collègues psychiatres Ainsi qu'une
mauvaise mémoire de ceux qui ont cuminti
dans la "cage" totalitarisme plus de
quatre décennies et qui portent encore
long à l'arrière cage.
C'est une erreur, actuels et anciens
collègues nomenclaturisti, delatori,
aujourd'hui les enseignants. La vérité est
exactement l'inverse. Parce que ce qui
était la compétence de ces «enseignants»,
probata les décennies à-tour? Il existe,
en termes de matériel ou comme un moyen de
pratiquer psihiatria aucune différence
entre l'âge de Obregia (1923) - qui pour
le moment ou la situation au niveau
européen - et psihiatriei notre situation
aujourd'hui (à l'exclusion de
l'importation de quatre à cinq
médicaments, tous les Western)? Il a
construit après le 23 août 1944 à moins
d'un nouveau hôpital psychiatrique?

1. Continuité et limites du roumain


psihiatrique dizidenta

Le problème de l'opposition et dizidentei


psihiatrilor Roumains est clair que des
passions mai, la haine, razbunare tendance
des générations qui ont vécu 45 ans de
communisme et, avec la permission ou sans
114

autorisation, a raspunderi dans psihiatria


communiste.
Toutefois, pour les générations à venir de
connaître la vérité historique et en
particulier de ne pas répéter les
expériences tragiques, vous devez écrire à
propos de cette période, montrant les
jeunes qui viendront après la vérité sur
Novembre cumplita tentative qui a
psihiatria.
Notre Psihiatria, mais a une longue
histoire, est mieux connue deuxième XX
siècle, quand une pléiade d'enseignants et
de grands professionnels (Obregia, Parhon,
Balif, Constanta Stefanescu-Parhon,
Dosios, Tomescu, Sebastian Constantinescu,
etc.) Au réussi, grâce à des efforts
exceptionnels, intemeieze les hôpitaux
psychiatriques et d'une école psihiatrica
sincrona avec la psihiatriei de cet âge.
En fait, en 1944 a été une rupture
historique conduit psihiatria retour à la
psihiatriei communiste soviétique. Les
communistes ont mis le passé dans l'index,
en même temps que toute une pléiade de
psychiatres qui roumain afirmasera viguros
dans toute l'Europe. Psihiatria a
maintenant slujeasca à une idéologie
politique, un parti politique, le parti
communiste, slujeasca intérêts de la
classe anticristice la haine.
Et maintenant, mai-être temps de se
rappeler la première dissidents, I.
Scobercea, un éminent chef assistant
médical qui auzind intention de Derevici
(funest le premier directeur de l'hôpital
communiste, a pris le pouvoir porte
toujours ses vêtements officier de
l'URSS), a donné l'ordre à être fondu
115

buste de Obreja (qui La richesse de son


hôpital, mais a été Mosier), "volé" le
buste scientifique et enterrés dans
beciul. Ce n'est que dans le years'70,
quand il est apparu un contexte Mai
tolérante et où tout est où le buste
intrebau scientifique, il a été enlevé et
redonat hôpital par I. Scobercea. Si son
acte avait été découvert, blandul prince
Scobercea avait été envoyée par l'ancien
Canal spion roman, et maintenant
nomenclaturist a été ilegalist. T-il
l'acte exceptionnel homme n'a pas été une
opposition brutalitatii en face du régime
communiste, contre notre histoire, contre
ceux qui ont contribué au progrès
psihiatriei. Insusi professeur Tomescu ont
donné lieu à 16 ans de prison pour les
deux dernières semaines Antonescu le
gouvernement a dû accepter le poste de
ministre de la Santé. "Comment pourrait
refuser d'être ministre de mon pays en cas
de catastrophe qui est dans ces moments?
Mais je n'ai jamais été consulté Antonescu
dans les questions militaires ", at-il
défend les" criminels de guerre ".
Sont également compris ici est le même et
l'action et directeur ilegalist spion -
Derevici - qui a donné l'hôpital, ils ont
construit leur fortune dans Obreja nom
Hôpital Gh Marinescu, la personnalité
n'est que deux semaines à l'hôpital, mais
ont l'avantage d'être fils spalatoreasa.
Quand en 1973 l'hôpital les personnes
âgées ont demandé au professeur et vice-
communiste dans MAN -- V. Predescu - se
déplace à faire au Conseil d'État pour
rétablir le nom de l'hôpital doit
supporter - ou celle de intemeietorului -
116

il a répondu que le problème est mineur à


"rapi" au cours de la Ceausescu. Non
seulement en 1973, mais aujourd'hui elle
ne l'injustice a été corrigée, de telle
sorte que ceux qui ont conduit le plomb et
l'hôpital sont tous les deux dans la même
mentalité, ainsi que pour les particuliers
(en fait, maintenant l'hôpital est appelé
Al. Obregia, mais 1994, date à laquelle
scriam papier).
La suite après 1944 pour connaître et
d'être vu aujourd'hui. Psihiatria notre
discipline est devenue un subdezvoltata et
dirigé coercitiva personnes submediocre
limitée, qui n'avait pas le pouvoir de
faire l'école intellectuelle. Ce n'est que
par supravetuit fichier cadre, qui devait
être plus appropriée aux exigences du
régime communiste. PLEIADE ensemble des
psychiatres anciens ont été persécutés,
emprisonnés et certains graduellement et
ont perdu ou sont morts suite à une
atmosphère d'indifférence, à la recherche
de fermer tout ce que vous avez fait,
étant isolés qui n'ont pas une influence
sur la jeune génération.
Que dois-je reprosam génération de
politruci de la psychiatrie, que certains
partie de prendre? Première reprosam
conformismul humilier devant des organes
politiques, d'étouffer tout accès à
l'information spécialisée. Pendant 45 ans
il n'y avait pas de livres, magazines, la
participation à des réunions ou à d'autres
échanges d'informations avec le monde
occidental domaine. Mais le plus presanta,
en particulier les jeunes, a été terrible
réalité de la limite journalière, la
transformation de psihiatria dans ce qui
117

ne l'est en réalité aujourd'hui, c'est à


dire en pompieristic un service
d'intervention pour les patients psihici
agitati, le total manque de dimension
sociale, rupture psihiatriei disciplinile
tous les soins médicaux culture en
général, pour atteindre la discipline
comme le dernier mot dans le monde
médical. Il peut maintenant facilement
trouver que aservirea psihiatriei régime
de la répression n'a pas été le seul
fleuve qui fait la psihiatriei communisme,
il a été ajouté à maintenir la discipline
dans l'état du sous-développement.
Cela se produit alors que de nombreux
aspirau faire une véritable carrière, mais
en fait, ils étaient découragés manquer ou
ont émigré. Cette politique a fait de
générations de psychiatres dans les
individus qui se sont écoulés comme des
ombres tacute, nostalgice et sans
opposition, est décédé le premier plan, au
moins dans l'éducation psychiatrique, le
peuple élu au pouvoir. Et si des dizaines
de générations enlevé, médiocre.
Cela a été fait par le biais d'une subtile
politique de sélection artificielle, dans
lequel tout projet en Mai a été considéré
comme un particulier dizidenta, un
réactionnaire chose.
Dizidenta - souvent certains faits qui
n'aurait pas dû lezeze personne - a été
mis sur politruci compte de «l'absence
d'orientation idéologique." Beaucoup se
sont engagés dans une lutte sans espoir,
mais a dû être limitée à "enseignants" à
un éventail de l'administration des
analgésiques et ils s'attendent que guérir
la maladie mentale.
118

C'était donc aussi l'atmosphère dans des


hôpitaux psychiatriques Tous les jours, où
il ya une censure toute idée ou
initiative, un soi-disant politrucilor
l'activité scientifique, stereotipa et
neinteresanta sans idées et des réunions
avec certains médiocres pas rien laissé
mais le souvenir des interventions de
psychiatres, toujours en dehors de
Bucarest. C'est dans l'arrière-plan,
parler d'une vie vécue aujourd'hui demain,
sans horizon, une pratique obscura et une
vie quotidienne subculturala.
Souvent, dizidenta se produit en litige en
raison de l'incompétence de petits chefs,
mais à travers cela ne signifie pas qu'il
n'était pas dangereux, il peut
l'interpréter politiquement. Discussions
professionnelles n'a pas pu terminer parce
que le temps est venu où decidea quelle
attitude de débat politique dans la vie
professionnelle et tout ramanea projet. Le
manque de communication ou de notification
neautentica non seulement à rezumau
relation avec les patients, mais aussi sur
les relations entre les médecins, tout
parand être une procession anosta et
stereotipa. Les obstacles sont rigides et
définitivement établie. Les jeunes reuseau
parfois pour briser la glace d'information
Mai, de réaliser qu'il existe un type
différent de la psychiatrie, ont de vagues
notions de psychothérapie, psychiatriques,
sociaux, communautaires et même à savoir
une plus large gamme de médicaments à
laquelle le médecin roumain ne pouvait
rêver. Dans la pratique, cependant, contre
ces phénomènes n'existent pas de
démission, ils ont été stopate non
119

seulement le matériel et insolvabile, mais


surtout la barrière idéologique, la peur
de ne pas être catalogat comme
réactionnaire et le taux de votre
carrière, être jetés dans un asile d'un
village perdu sur la carte.
Ideologii communistes ont psihiatriei
acreditau contre l'idée que les jeunes de
notre psihiatria tout est clair et
définitif depuis correspond à la partie de
l'idéologie et psihiatria avait d'abord
pour répondre à ces besoins. Quand je l'ai
fait la réforme des programmes dans le
cadre étroit pratique depuis lors, j'ai
été répondu avec emfaza par Predescu et
Lohan: "Il n'ya rien de nouveau réformée,
il est de notre psihiatria. Comment avez-
vous permiti à exemplifici avec notre
service? ".
Le phénomène des pires est celle de la
sélection et la promotion du personnel que
la partie qui traite avec le plus grand
soin. Dans 24 heures, les gens de grande
culture du département psychiatrique de
feu ont été tirés, en restant en échange
mediocritatile, même dezechilibratii qui,
bien sûr, après la révolution a commencé
une lutte pour le pouvoir acerba (tous
devenus des professeurs, des chefs
d'œuvres, et Verdet la petite-fille est
venue conferentiara sans un jour de
pratique d'enseignement, en se fondant sur
le fait qu'il était responsable de la
sécurité sur l'hôpital au cours de la
Ceausescu). Co-merituosii ont été
marginalizati et conservés dans un
permaneta menace. Pendant 45 ans, le
psihiatriei était entre les mains d'un
seul homme, seulement en 1989, lorsque le
120

jeu a été perdu idéologique, ont été


rapidement pris les communistes de
esalonul deux enseignants, avec rien de
moins substantiels que leur ancien patron.
En fait, tous les trois ont non seulement
fait disparaître tous les gestes discrets
ceux qui sont capables. Ils sont restés
comme meritau, seulement mediocritatile.
Comment est-ce possible? At-il été calculé
un processus, une stratégie? Avec le recul
maintenant et sans passion, mais nous ne
pouvons pas donner une réponse
affirmative, bien que cette politique a
été Dusa avec discrétion et dans la vie
quotidienne a plus l'impression qu'il est
plus que afinitati et antipatii chef de la
grande communiste, il est de toutes sortes
depindea où vous purtai la tête. Il a été
le sujet favori, mais Mai a été approuvé à
lingusitor, qui pourraient rendre la tête
des services plus ou moins professionnels
et en particulier ceux qui n'avaient pas
comprendre les aspirations. Toute personne
a été précieux temps à l'extérieur. La
politique et l'attachement, il était
essentiel de fidélisation et réel dans la
mesure où de nombreux services pourraient
faire la tête et comment la pièce jointe
ont été Securitate.
Un autre élément de la domination
idéologique psihiatriei constitué une
institutionnalisation dominarii
psihiatriei à Bucarest contre tous les
centres dans le pays. Ici hotara octroi
des titres et tous les postes dans tout le
pays, malgré nemultumirilor créé par le
mandarinat communiste.
Pour cette raison, la domination
politrucilor Bucarest eu des conséquences
121

pour tout le pays, d'autant plus que la


formation des jeunes psychiatres a été
monopolizata de Bucarest. Permettez-nous
imaginer à quel point la vie decurgea
autres psihiatria centre psychiatrique du
pays, à l'exception de l'école
psychiatrique à Timisoara, où, grâce
dizidentei Pamfil enseignant, est active
dans un monde totalement différent, un
monde qui Predescu et ses ciracii un
exemplificau comme antisocialista et
reactionara izoland-un avec tous les
pouvoirs que dispuneau (mais n'oublions
pas que l'anti-révolution a commencé à
Timisoara, où l'atmosphère est différente
de cultures).
Tous ces phénomènes ont entraîné une
mutilation et handicaparea psihiatriei
roumain. En psychiatrie, pour des raisons
politiques, ont patruns nombreuses
personnalités dizarmonice ou même
sociopate, de nombreux venant d'autres
disciplines médicales où ils ont été
rejetate, bon nombre de fils ou nepoti
nomenclature politique, les gens dans un
court laps de temps est devenu très
agressif, le ocupau généralement que la
gestion des postes dans les départements
de psychiatrie dans les hôpitaux ou
ambulatoires. De cette façon, toutes ces
institutions ont été mutilés, la promotion
de personnes malignes créé un véritable
réseau de l'insuffisance professionnelle,
dezechilibrati les individus à être
batausi, les gens sans pour vocation
psychiatrique, manati seulement reusitei
et d'obtenir du pouvoir social. Leur
nomination est faite sans appel d'offres
ou de concours résultat trucate sur la
122

vie, tandis que ceux merituosi devait


obéir ou de quitter les lieux, y compris
l'émigration.
De telles situations se poursuivre après
1989 au nom d'une solidaritati l'ancienne
pratique, un solidaritati la rivière. Même
sincère tentative honnête de psychiatres
et de créer une association
professionnelle indépendante -
Psihiatrilor libre association, est
pratiquement decimata et desfiintata par
l'infiltration de la direction des anciens
communistes et les enseignants les
utiliser dans la lutte pour l'emploi et
des avantages matériels pour eux. Et cela
se produit après 1989. Les gens dans le
passé, après une brève période au cours de
laquelle les actions asteptau de la nature
elle-même, ils se sont écoulées, lorsque
les communistes sont venus au pouvoir,
sont passés à l'attaque, dans leur
recherche asiduitate Novembre protectori
(en particulier entre les parties
historiques ).
Jusqu'à présent, personne n'a produit
aucune réforme en psychiatrie sans mérite
et les gens sont encore à la tête du
Département de sectiilor psychiatriques,
parfois à titre d'administrateurs. Bien
sûr, tous ont reçu l'assurance de
nostalgie communiste d'un curriculum vitae
avec des dizaines d'articles et plusieurs
livres publiés dans la communiste
éditeurs, qui ont un accès illimité sur la
base de plusieurs politiques ont pompoase
titres, mais l'analyse de ces travaux
montrent un grand désert, même si des
tentatives ont été faites après 1989.
Après tout, ces auteurs sont restés
123

pretinsi victimes de l'idéologie


communiste, sous la direction qu'ils
cochetat toute la vie et il a imprégné la
personnalité. Et tout cela pastisa cette
énorme plagiat idéologique, il a apporté
des titres médecin, guide et sans asteptau
Jena titres académicien. Après tout, il
s'agit d'une mesure de fausses valeurs,
les fausses personnalités, de fausses
veleitati qui ont toujours poussé en
avant, et maintenant essaie de falsifice
passé. Permettez-nous maintenant Miram Mai
qui ont été faites ou sont seulement les
abus?
Dans leur lutte pour la réforme,
Psihiatrii essayé de libre-première
alliance avec un de ces domaines
nepsihiatrice, non seulement avec les
médecins qui sont devenus psychiatriques
livre filistini souvent santajabili de
leur passé, essayé alliance avec des gens
qui savent à la culture pretuiasca la
liberté, qui stiau sens de la vie et le
sacrifice, les journalistes démocrate, une
réelle revelatie postrevolutionara.
Nous devons donc chercher à jale distance
et le type de psychiatre conformiste,
filistin, Lévis, sur la base en arrière-
plan, des idées nihiliste (rien de plus
que l'on peut faire, que rien ne sera en
mesure de changer, que tout est zadarnic,
sisific, comme partout dans ce monde va
Mascarada hypocrite, et la maladie mentale
est un hommage implacabil de la
civilisation, une deseu, une corbeille
inévitable). Ces personnes, apparemment
tolérants, delasatori, ce qui en fait la
majorité, comme par le passé pour traiter
la masse de l'ancienne nomenclature.
124

Bien que ces personnes doivent être


condamnés comme étant une sorte de
subintelectuali, ils ont été et sont les
premiers de la politique, de patriotisme,
de grandes phrases bombastice qui montrent
induiosati sort des patients, qui semble
maintenant Sentimentali, en faisant
semblant de ne pas nuire à qui que ce
soit. Mais assurez-vous l'histoire
condamnera. Il est certain que ceux qui
viennent étudier de près la situation en
Mai. En disciplinile mérite tous les
établissements médicaux sont plus fortes,
ont des représentants stralucitori, tandis
que psihiatria agonizeaza, pas de
politique blestemul abus ideologizarii et
les institutions qui n'ont pas de
traitement ou de recherche.

2. Développements dans des hôpitaux


psychiatriques dizidentei

Malgré tonusului pesimist et imobilismului


majorité psihiatrilor, dans les grands
moments où le changement aurait été
possible ont été livrés comme une masse de
manœuvre dans les mains du pouvoir
psychiatrique dans un mouvement
d'opposition et dizidenta existé et ne
doit pas être tout exaltam nous, mais pas
de façon oublier. En tout, l'absence de
l'histoire, même une profession mai comme
la plus grande blestemul. De ce point de
vue de notre travail est avant tout une
tentative de reconstruction d'un phénomène
historique qui a eu lieu et nous croyons
que ce sera un jour l'honneur de notre
discipline.
Tenter une opposition systématique en
125

roumain psihiatria nous avons pensé qu'il


pourrait, en parlant de baseball, à
répartir sur certaines étapes historiques
distinctes.
Nous allons donc poursuivre les étapes les
plus importantes:
1. Proletcultista phase, qui a commencé
avec l'occupation soviétique et a tenu
jusqu'au milieu du decade'60. Il s'agit
d'une étape purement stalinista et la
possibilité de commander le modèle
soviétique directement (à l'aide de
conseillers soviétiques et spionilor
roumain qui a travaillé pour l'Union
soviétique ou Komintern). Comme dans le
reste des secteurs d'activité, et
psychiatriques stade est caractérisé par
la destruction de deliberata
intellectuels, est le stade de répression
directe, implacabile et nemotivate - avec
ou sans processus politiques - a
suprimarilor physique et des camps de
concentration dans lequel les Roumains ont
versé psihiatrii un grand hommage à
l'homme.
2. Étape création et la structure
idéologique sovietizarii total, pays
officiellement sans être sous
l'occupation. La scène figurant dans les
cadres de "professionnels", établi en URSS
(Predescu, Milea, Alexandrescu, etc),
étape couvrant la years'60 and'70. Exige
maintenant politique, idéologique conduira
à minimiser le professionnalisme, la
censure idéologique et de contrôle sera
totale et les motifs, le vieux trucs qui
ont été pacaliti conseillers ou l'ancien
soviétique Mai ilegalisti va pas avec la
nouvelle équipe scolite manière marxista.
126

Il introduit un total de censurer


l'information, en particulier sur la
littérature et de l'information en
provenance de l'Ouest, apparaît
ideologizarea la discipline en particulier
par la création d'entités dialectice-
matérialiste, comme teoretizarea modèle
médical et institutionnel carceral nous
avons parlé plus tôt.
Aussi, la nécessité extérieure de prestige
qui tanjea après Ceausescu, lors de cette
phase commence - et non sporadiquement
comme par le passé, mais d'une manière
systématique - dans les domaines politique
abus psychiatriques, il est devenu
Novembre allié et organes de répression.
3. Étape dizidentei ouvert et courageux
opposition de certains petits groupes de
psychiatres ou de psychiatres isolés, qui
a eu des actions de soutien à la nouvelle
philosophie de la lutte pour les droits de
l'homme entre 1975 à 1989. Il a attaqué
non seulement le système de psihiatria
officielle dogmatique, mais aussi les abus
psychiatriques et les actions fondées sur
la réforme et une dépendance sociale
psihiatrii roumain, même si tout est
nécessaire de se limiter à des
considérations théoriques.
4. Étape criptocomunista après 1989 et
jusqu'à présent, dominé la lutte de
l'ancienne nomenclature communiste
frustrati ou d'entrer dans de nouvelles
structures de pouvoir, de nombreux
renuntand officiellement aderand
communisme et toutes les parties
officiellement historique, mais cherche
également à créer la libre association
Psihiatrilor , action qui,
127

malheureusement, est aujourd'hui en partie


en raison de la reprise de leadership dont
ils n'ont pas carieristi par d'anciens
communistes.

1. Étape proletcultista
Le communisme a été mis en Roumanie par
Staline, avec l'aide de l'Armée rouge. En
1945, dans notre pays il n'y avait que 800
des communistes, la plupart d'entre eux
travaillent dans le Cominformului et pas
au moins les citoyens roumains.
Avec migala, même avant l'occupation du
pays, dans l'Union soviétique a été formé,
sous la supervision directe de Staline et
Vasinski, une véritable "colonne 5, qui
était nécessaire plans et de la force -
l'Armée Rouge - comunizarea pour la
Roumanie.
Août 1945 - 1960 a été une période au
cours de laquelle notre psihiatria a vu
une grave régression rusificarea forcé par
la discipline et un Russe imixtiune
directement ou par l'intermédiaire
d'anciens espions qui alcatuiau colonne
5e, le type que le premier directeur de
triste réputation à ce sujet J'ai déjà
parlé. Au cours de cette période sont
mises en pratique modèle stalinien bien
connu en URSS -- La destruction des élites
et des intellectuels de différents
domaines, ajoute-t-psihiatria exception à
cette action. Non seulement decimata
anciens responsables, mais met également
l'accent sur les personnalités de la
discipline, au motif de la lutte des
classes et extirparii façon de penser
burghez.
Psihiatria roumain a dû faire le pas en
128

arrière afin d'aligner le niveau manierii


et la pratique soviétique de psihiatriei,
où il existe déjà une expérience
communiste de 30 ans. À Bucarest,
Derevici, cominformului agent, et
ilegalist spion soviétique, il a pris le
bureau d'accueil de directeur du plus
grand hôpital psychiatrique dans le pays.
Il est une personnalité neprofesionista
pas fait mystère de celui-ci. Elle est
arrivée lundi d'une ligne portant
l'uniforme de colonel dans l'armée
soviétique dans luptase qui jusque-là
contre l'armée roumaine, a affirmé son
pays.
Impossible de parler, quand le prototype
d'un militant communiste qualification
professionnelle. En fait, lui-même
ridiculiza sur adevaratii psychiatres et
un dispret nedisimulat sa vie scientifique
ou réunions professionnelles. Sa mission
était de sovietizeze hôpital psychiatrique
à Bucarest, le plus grand du pays. Il a
proposé, par exemple, par sa propre
volonté, avec 3.000 lits d'hôpital pour
une expérience soviétique, alors situé
dans l'Union soviétique à un stade
précoce, à savoir ce que l'on appelle
l'unification des hôpitaux, détruisant
ainsi psihiatrica d'assistance et de la
transformation de ce gigantesque hôpital
spécialisé à devenir un hôpital régional
avec toutes les spécialités médicales.
Retour à la normale mais signifie
décennies d'attente et disfunctionalitate
de l'assistance psychiatrique.
En revanche, est félicité dans un journal
soviétique, Meditinskaia Gazeta, qui à
l'époque a déclaré que: "L'expérience
129

unification hôpitaux, les médecins contre


les Soviétiques encore ezitau, a réussi
dans un hôpital de Roumanie, sous la
direction tovarasului Ipolit Derevici."
Depuis la création du régime communiste
était passé à la décapitation psihiatriei
arrestation par des spécialistes au motif
que, grâce à notre pratique, la
propagation des idées réactionnaires,
bourgeois, le type psihanalizei ou la
psychologie. Ceux qui ont un certain rôle
pendant la guerre sont condamnés comme des
«criminels de guerre". Tomescu enseignant,
par exemple, a ce sort (16 ans de travail
silnica), et professeur associé Sebastian
Constantinescu, un éminent psychiatre, a
été condamné à la prison uniquement parce
qu'il a été collaborateur au Département
de Tomescu professeur de psychiatrie.
La petite communauté des psychiatres -
environ 200 personnes - est l'objet d'une
represiuni nemiloase. Psihanalisti
prestigieux que Popescu-Sibiu, C. Vlad,
ainsi que d'autres personnalités saillants
sont arrêtés (I. Biberi, N. Margineanu,
Popeea etc.) Une date avec eux d'être
arrêtés et idées scientifiques elles la
promotion de ces élites qui étaient à
l'unisson avec l'Europe dans la promotion
psychologique des idées et des concepts de
Novembre. Mais la psychologie a été et est
encore mort de dusmanul matérialiste-
communiste idées en psychiatrie. Let's Mai
intrebam pourquoi il n'était pas
aujourd'hui, mais le fonds actuel de la
nomenclature communiste, mais pas
officiellement introduire la psychologie à
préparer les étudiants et même
psihiatrilor?
130

Destruction et terasarea psihiatriei


soviétique niveau sera assurée par des
changements des cadres, psychiatriques
patrunzand ratatii autres disciplines
médicales, qui ont été promis et ont
obtenu des postes importants dans des
hôpitaux psychiatriques. Nepoata de
Derevici et son mari (Meiu maris) des
consultants médicaux de médecine générale
obscuri, deviendront les chefs de section
et professeurs d'université.
La résistance et l'opposition en
psychiatrie, dans le contexte d'un pays
occupé et communisation pays étaient
minimes parce que toute opposition
affichée vous directement dans des camps
de concentration. Toutefois, un certain
nombre de jeunes médecins à ce moment-là,
comme A. Dosios, Balif-Negulici, Alexandra
Retezeanu, Lichter, Rosenfeld, Maller.,
Suite à une ligne éthique psychiatrique
transmitand jeunes les principes de
psihiatrii qui était à ce moment-là
sincrona avec psihiatria européenne.
Psihanalisti comme C. Vlad, Popescu-Sibiu,
bien arrêtés et persécutés par leurs
œuvres ou par contact direct avec les
jeunes qui prospère une assistance
psychologique (psihanaliza des ouvrages
fondamentaux, les œuvres dont le niveau
n'a pas été atteint jusqu'à présent non).
En psychologie médicale N. Margineanu,
bien que ostracizat arrêtés et continuer
la tradition du roumain (Goanga, Zapan)
editand travaux fondamentaux sur la
personnalité, relation médecin - etc.Toti
patient et ont versé indrazneala avec des
années de dur prison, certains de plus en
ombres suivi de sortie de sécurité, forcés
131

de ne plus entrer en contact avec les


jeunes jusqu'à la disparition de leur
biologiques "sauvé" la psihiatria
communiste de précieuses idées
scientifiques de l'époque - et
psychologique révolution qui est en toi
l'Ouest a été ratata en Roumanie.
Nous avons des documents écrits, dizidenta
ces personnalités consumandu communiste
tacerea qui raspandise dans le pays. Il a
fallu uitarii manière générale dans
laquelle les générations qui ont suivi ont
complacut, conformismul et de mettre leurs
souhaits en l'absence de n'importe quel
sacrifice.
Parmi psihiatrii élite de l'époque
viscerala une opposition contre les
communistes-psychiatrique avait un A.
Dosios. Éminentes un médecin de la culture
remarquable, avec un réel talent de
baseball, a été rapidement rejetée du
département de psychiatrie, avec Alexandra
Retezeanu, ce qui rend sa place Predescu
et son équipe sovietizate et
pedopsihiatrie eminenta Margareta Stefan
professeur d'université a été congédié
pour faire de la place pour un autre est
venu du communisme, l'Union soviétique,
"enseignant" Stefan Milea, un chiffre
anosta de politruc à se préoccuper de
toujours et est en particulier préoccupé
par la indoctrinare communiste en raison
de son manque de professionnalisme.
Comme simple divertissement, est resté
l'épaisseur du célèbre A. Dosios a donné
un un-communiste arogant et communistes
dirigeant syndical et qui, des années de
jours, patimit.
Un nenominalizata résistance a eu lieu au
132

cours de cette période contre


l'introduction administratives (amendes,
destituiri, transformation) pavlovismului
rudimentar, fabriqués dans les
laboratoires idéologie stalinienne de
l'Union soviétique et qui a été porté à
"classer" l'essence de materialismului
appliquées dans la dialectique sciences
neurologiques. Il a été effectivement
parler d'un politrucilor créations de
l'Union soviétique fabricasera également
materialiste prototypes dans tous les
domaines (miciurinismul, iarovizarea de
Lasenko, des théories de Oparin et
Lepesenskaia etc.)
Contrairement à la dégradation continue
des soins psychiatriques ont également
noté des protestations, mais infuzia
partie des cadres, le nombre de petites
psihiatrilor dans le pays ont porté à la
discipline pleinement cheremul politique
communiste.
Nous pouvons dire sans crainte de GReSI
que cette étape se caractérise par
DISTRUGEREA non seulement psihiatriei
roumain, mais par ce qui suit a ouvert une
période de l'obscurantisme dont aucun ne
peut actuellement sortir. Si, avant
roumain psihiatria ont un concept
scientifique et les critères retenus,
après cette période, une confusion
générale conduira à la discipline
empirism, la politique foncière adaptée
pour un parti communiste totalitaire, de
créer un système à travers lui carceral
opresiv pour dizidentii politiques.
Lutte contre l'ancienne génération, bien
que laudabila, n'aura pas décennies dans
une rangée sans espoir, est intinsese
133

communiste nuit sur le pays. Résistance et


dizidenta nominale ou anonymes seront
ajoutés à la résistance de notre peuple.
Peu à peu, le système totalitaire sera
nécessaire dans le domaine psychologique
et de sciences neurologiques, ce qui porte
psihiatria niveau et la situation est
aujourd'hui.

2. Étape ideologizarii et en profondeur


sovietizarii
Conceptualizarea "scientifique" abusif
psihiatriei

Après proletcultismului étape, qui


s'appliquera dans des hôpitaux
psychiatriques "révolutionnaire méthodes",
dans lequel politicul être impliqués
directement dans le nom proletare filtres
et la lutte des classes, la situation dans
laquelle la valeur de la pratique
professionnelle ne jouent plus aucun rôle,
après 1960 les choses ont commencé à
changer. Il donne un "permis" de critiquer
obsedantul décennie dans tous les
domaines, et psihiatria il serait dûment
pris en mrejele idéologie, aservita
politique de répression par l'exemple
soviétique, mais cette fois, l'action est
dirigée scolite personnes et en
particulier les personnes sont venues des
études en URSS
Une pléiade de "jeunes cadres" à cet
effet vient de Moscou ou de Leningrad,
menée par ucaz sphères administratives
conduisant au ministère, le Département de
psychiatrie à Dusa l'unisson avec la
politique dans tous les domaines
d'activité (culture, des sciences, des
134

techniques, etc ). Il est maintenant


l'application de la partie la nouvelle
stratégie.
Si, dans la première période d'activité
"théorique" ramanea dans un rudimentar
étape, lorsque l'affaire n'a pas été
totalement ignoré, en remplacement de
politique dicteul dans brutale et directe
scientifique, de la science, après 1960
les choses ont tendance à changer, la
partie propunandu et d'autres moyens afin
d'obtenir le même résultat de la
répression. Gestion psihiatriei adulte,
psihiatriei infantile, directiunea grands
hôpitaux psychiatriques, il sera tenu une
"grande campagne", de la jeunesse
soviétique, ou ceux qui viennent
directement de randurile de sécurité
(Virgil Angheluta), les jeunes, avide de
pouvoir, bien endoctriner et prête à tout
compromis pour ceux qui mediocritatea
retirés de leur funciara.
À partir de ce moment commence la
revendication idéologique teoretizare
«scientifiques», commence la construction
d'une nouvelle psihiatrii que maintenant
ils nommer un emfaza avec "psihiatria
socialiste, bien sûr, en opposition à la
burgheza, Occidental. V. Predescu
absolument devient chef, crédité par le
parti communiste. Il est le chef de la
politique et professionnelle psihiatriei
roumain, même si la qualification a été un
praticien de médecine générale et de
Saint-pédiatre Milea reprendra le même
ardoare psihiatria infantile, à la fois
pensionand oblige les enseignants
titulaires.
Comme nous le voyons dans leur créer
135

rapidement un soi-disant école se compose


de personnes et principales questions par
partie et de sécurité, a examiné le
dossier, qui débutera après une avalanche
de scriitura marxista et pavlovista,
véritable orientation idéologique dans les
matériaux psihiatriei que le socialisme
est à un casneau né.
Par aservirea magazine mettra en place une
censure acerba, tout est contrôlé et
dirigé. Tout matériel qui aspirent à
l'impression a dû être vérifié à l'avance
idéologique et approuvées par les deux
tartori nommé et approuvé par Predescu
même ou lui-même. Ils ont non seulement
autorizau articles ciblés et non
idéologique tolerau toute critique ou
toute déviation de leur psihiatria
officielle.
Au cours de cette période s'est élevé
Eduard Pamfil qui, dans des conditions
défavorables à Timisoara, il a construit
une école pour les troubles psychiatriques
dont l'activité générations des années
1960 - 1970 resteront reconnaissants.
Timisoara, dans ces années-là a été une
pierre poticneala idéologique
dogmatismului dans des hôpitaux
psychiatriques représentée par le couple
venait de l'URSS (Milea - Predescu), qui
se révèle que non seulement la répression
elle-même, mais surtout lichelismul, le
manque de courage, esprit de sacrifice
dans un hôpital psychiatrique de défense
et de la discipline sans honte à ce
psihiatrilor qui croyais que c'était la
seule que conformismul " tactique de
survie dans le communisme, c'est la raison
pour laquelle ils ont diminué légèrement à
136

toute opposition.
Il est donc opportun de présenter quelques
données biographiques des plus
représentatives du dissident roumain
psihiatria Eduard Pamfil.
Eduard Pamfil (1912 - 1994) et a fait des
études à Cluj, où il a terminé la Faculté
de médecine en 1937. En 1938 va en France
et continuer leurs études à Paris, Centre
de neurologie, sous la direction de
Lermitte.
Agit comme un médecin militaire pendant la
guerre, et ensuite de nouveau à Paris dans
plusieurs hôpitaux, y compris Saint - Par
Anne H. Ey.
Retour dans le pays, en travaillant
d'abord comme neurolog Hôpital Gh
Marinescu, jusqu'en 1948, devient en 1949
professeur agrégé de psychiatrie au
département de Cluj.
En 1959, l'arrestation est politique parce
que «les étudiants ont conduit bande"
pendant les événements de la journée
occasionnés par le 24 Janvier. En fait,
Pamfil rostise seulement un discours
patriotique du balcon Hateganu la maison
de maître, qui a été visité. Nous sommes
en internationalismului prolétarienne, et
l'amour pour l'Union soviétique avait à
primeze vers l'amour du pays, c'est la
raison pour laquelle l'enseignant de
l'action pénale a été examiné. Il a été
détenu en prison sans jugement pendant 10
mois. Au procès, l'enseignant lui-même a
défendu, d'être condamné à forcé la
maison, un asile enfants irecuperabili
ville frontalière de Siren. Le
département, le lieu a été prise par
delatorul et acuzarii témoin, un certain
137

Rouge.
En 1963, sous la pression de ses anciens
élèves, est nommé professeur de
psychiatrie au Département de Timisoara.
Pour des raisons politiques et en raison
de son Predescu, et ils rejettent
l'enseignant à venir à Bucarest en 1977 et
dizidenta Mai n'est pas prise en charge et
est à la retraite.
Handicapé par la condamnation politique,
Pamfil école et psychiatriques qui il sera
créé une période de 10 à 15 ans, le point
de référence de la résistance contre
psihiatriei rudimentaire, un couple
sovietizate Predescu - Milea. Il est connu
qu'ils decimasera psychiatriques
Département de Bucarest la création d'un
nouveau département formé presque
exclusivement de personnes dubiosi, avec
un dossier politique solide. Ces deux
alcatui sera un plan de manière
approfondie et de formation indoctrinare
un psihiatrilor Roumains. Nouveaux
concepts soviétiques désormais la valeur
de référence, ce qui explique pourquoi la
diffusion d'événements commencer appelé
emphatique nationale colloques ou de
conférences, ce qui lancera avec surle et
trambite, de nouveaux concepts de la
société psihiatriei, en créant l'illusion
de ces événements et les affrontements une
réalité scientifique, ce qui en fait
n'existe pas.
Dans ce contexte, a mis l'accent sur
l'école psychiatrique à Timisoara, dirigé
par Pamfil et avandu ensemble sur les
Stosel et Ogodescu, et toute une pléiade
de jeunes. Malheureusement, plus tard,
beaucoup d'entre eux n'ont pas le
138

caractère de taria maestro, pretandu de


compromis avec Predescu pour les titres et
les positions, les transferts à Bucarest,
dont il aurait mérité morale et sans
remise. Cela a été dissous dans l'école à
Timisoara, et enseignant à la retraite
Pamfil dezgustat, mais pas vaincu.
Pour les années 1960 - 1975, nous pouvons
dire que la résistance idéologique contre
dogmatismului dans des hôpitaux
psychiatriques ont pris la capitale à
Timisoara et dans d'autres villes dans
l'ouest pays - Sibiu, Oradea, Arad.
À Iasi, Bucarest, Cluj decimarea vieux
garzi et de le remplacer par politruci et
les gens de la Securitate, ou simplement
des gens avec de faibles, désireux
seulement avansare, a fait l'attitude qui
est venu avec la mission de l'URSS à
dominer les entreprises et les degradeze
psihiatria le portant à un stade où il est
aujourd'hui.
Pour 10 à 15 ans, l'école de Timisoara ont
combattu pour l'honneur psihiatriei
roumain obscurantismului contre le
communisme, en vue de promouvoir les
valeurs occidentales, les progrès en
psychiatrie. Il y avait reconsidéré les
valeurs psychologiques, psihoterapia joué
le rôle qu'il doit jouer dans la relation
médecin - l'information des patients était
presque au niveau de psihiatriei Ouest.
Concepts interdite par psihiatria
dogmatizata idéologique principale sera
par son école et Pamfil (psychothérapie,
la médecine psihosomatioca, resocializare
sociaux psychiatriques, etc.) Ridiculizand
concept clinico-nosologic, matérialiste,
's Predescu, Romila, Ionescu, Milea école
139

à Timisoara a été lancé dans une lutte,


dans son essence antiideologica sur le
destin psihiatriei Securitate roumaine
détruit par le mélange et partie.
Puisque nous n'avons pas de documents
écrits prouvant que cette lutte, nous ne
présentera que des exemples de colloques
thématiques psychiatriques dans les années
70 - 80, pour voir quel type de troubles
psychiatriques universitaires practicau
centre-Timisoara et Bucarest.
Simpozioanele de Bucarest ont été
présentés en version imprimée programmes
dans le cadre du festival de Cantarea
Roumanie. Voici des exemples:
1978 - Sindroamele psihoorganice
chronique;
1979 - Terapiile en psychiatrie
biologique;
1980 - Schizofrenia.
Il est clair biologiques d'orientation
"matérialiste" presque exclusivement, sans
un imixtiune une "science bourgeoise"
(psychologie, sociologie, etc
psihoterapia) ..
Il ya encore des sujets de colloques
organisés par l'école à Timisoara, à la
même période:
1972 - Timisoara, médicaux questions
juridiques;
1975 - Sibiu, Psihoterapia dans nevroze;
1976 - Sibiu, Psihoterapia aux
adolescents;
1977-Timisoara, psychiatrique problèmes
sociaux;
1978 - Sibiu, Psihoterapia court;
1981 - Oradea, Psihiatria antropologica;
1986 - Timisoara, sociaux Psihiatria.
Il est facilement remarqué psychologique
140

et une orientation sociale, l'orientation


dynamique Pamfil enseignant à Timisoara.
Il mai être difficile pour les générations
futures à croire que le simple thème d'un
colloque psychologique peut être
considérée comme un acte de dizidenta.
Dans la période communiste, en vertu de
Predescu, Milea et de Hamilton, ces thèmes
ont été abordés bourgeois aberatii que
"rataceau" esprit de la jeunesse. Trop,
sera très difficile de comprendre ce que
signifiait pour elles la years'60 - the'70
"Bule oxygène" dans un hôpital
psychiatrique incorsetata idéologique,
sans aucune perspective, pas un horizon,
rupta de psihiatria monde civilisé. Même
si les générations futures se rendront
compte que ce n'était pas grand, ces
colloques bulversau profondément
psihiatrilor communauté, après chaque
colloque sort de nombreux protagonistes et
en particulier timisorenilor être en
danger. Ces colloques à la demande de
troubles psychiatriques politrucilor
étaient bien encadrés par la sécurité et
Predescu, Milea, Romila, de Hamilton et de
leurs associés qui organisé des campagnes
contre la real public "aberatiilor" avec
laquelle ces individus bulversau jeunes
sur l'impact de ce qui était unique.
Certains colloques souvent l'apparence du
demascare sessions où seulement dû invinga
les communistes, socialistes représentants
autenticii psihiatrii.
Toutefois, sous l'autorité d'un grand
prestige, ont été regroupées, même si elle
n'est pas officiellement psihiatrii anti
dans tout le pays. Avec tous les
prevalenta nombre et de justice,
141

psihiatria roumain est resté tout au long


de cette période de près administratives
menées groupe de Bucarest qui avait un
fusil dans la main promovarilor, les
transferts, acordarii titres, rendez-vous
et destituirilor, ils sont les seuls
interlocuteurs du ministère, et
probablement la seule crédible pour les
organes de sécurité et de la partie
centrale. Inscenari, les allégations
calomnieuses, denunturi, le blocage
promovarilor professionnel ou départs à
l'étranger - tous ont été utilisés comme
une arme complète de la lutte et de mener
psihiatriei notre antioccidentale.
Une position a pris une exception Branzei,
de Iasi, qui, à un temps voulu
desolidarizeze groupe de Bucarest, FAMAT
mauvais, une théorie appelée afirmand
propre conception-bio-psycho-sociale -
qui, bien que n'a pas d'origine psihiatria
par rapport à l'Ouest, est devenue dans le
contexte d'une nouvelle ère de despartire
tartorii de Bucarest.
Dans l'état actuel tirul d'autre part, ces
tartori dû faire des changements
superficiels dans leur conception -
materialiste compatible - et à accepter
officiellement vers la fin de la décennie
8, avec quelques modifications pretentia
absurda qui leur appartenait depuis
longtemps.
Mais après dizidenta de ces phénomènes, le
contrôle de psihiatriei sera de plus en
plus difficile et maintenu un assaut
décisif de la jeune génération d'entrer en
conflit avec les concepts socialistes
psihiatriei jusqu'à l'affirmation
dezolanta pour stapanii psihiatriei, en
142

Roumanie il ya la répression politique et


les prisonniers de conscience. Une
nouvelle étape dizidenta va commencer
maintenant. Phase de colloques et une
"bataliilor" l'importance psihiatriei sont
obsolètes et tartorii psihiatriei
apparaissent maintenant sur la banque en
charge de l'opinion publique.

3. Étape dizidentei et de l'opposition


ouverte

Ce n'est que dans le years'60 -'70 monde


occidental se mettre en mouvement une
conception destructrice au totalitarisme,
declansand mouvement pour les droits de
l'homme, et un certain nombre
d'organisations internationales sont
engagés dans la lutte contre les abus
psychiatriques et les méthodes de torture
psychiatrique. Président Regan identifier
IMPERIUL RAULUI, parlant du début de la
fin du communisme.
Après 1968, il ya de plus en plus sur
l'utilisation relatari dans psihiatriei
des raisons politiques, a commencé dans
l'ex-URSS, puis progressivement dans tous
les pays communistes, dont la Roumanie
tiendra une part importante. Dans ce
contexte, psihiatrii, et pas seulement
ceux en provenance de Roumanie, se sentent
encouragés, les efforts déployés par
l'Occident tinzand de rompre l'isolement
dans lequel ils ont été psihiatrii pays
communistes.
Ainsi, entre 1975 - 1985, psihiatria nous,
comme nous l'avons exprimé plus haut, a
143

commencé un spectaculaire mouvement de


diversification dizidente. Ils ont formé
des groupes généralement centré sur les
hôpitaux, dans laquelle, d'une manière
plus ou moins évidemment, ont pris
position contre psihiatriei dogmatice
ouverte. Beaucoup d'énergie ont été
consacrés au cours des colloques, nous
avons parlé ci-dessus, la raison pour 8 au
cours de la décennie, ils ont commencé à
être bloqué administratif. Il a nié les
enseignants à aller au Congrès en Mai ou
colloques en dehors des vacances, ce qui
signifie qu'ils ont permis que dans les
mois de Juillet et août lorsque, en règle
générale, de tels événements ne plus tenir
en raison des vacances d'été.
Avec son affirmation I. Vianu - 1977 -
selon laquelle il Roumanie dans la
conscience des prisonniers internés dans
les hôpitaux psychiatriques, les
organisations internationales commencent à
se concentrer et sort psihiatriei romans.
Amnisty international, indépendamment de
ses déclarations Vianu, présente une liste
de prisonniers politiques internés dans
des hôpitaux psychiatriques.
Mais dans le years'70 -'90 mettra au point
une effervescence et un dizidenta
opposition dans tout le pays. En 1977,
nous allons assister à la spectaculaire
dizidenta Paul Goma qui ont adhéré à une
pléiade citoyens et en particulier parmi
les intellectuels qui I. Negoitescu puis
psihiatrul I. Vianu. Aussi cette année-là
sera mis en place la Free Union du Peuple
du Travail Roumanie - SLOMR --, Dirigée
par le Dr dizidentii Cana, le prêtre de
calcium-Dumitreasa. Ces dizidenti saura
144

non seulement temnitele communiste, mais


aussi gulagul psychiatrique la Roumanie,
qui fonctionnent déjà bien. Aider, aussi,
la formation de partis élus socialistes
Mai hybride ombre, des essais historiques
réorganisation parties - en particulier
PNTCD -- Sfidari et d'autres politiques,
qui se terminera à psychiatrique, la
prison ou impingerea à l'émigration.
Toutefois, ce qui va se passer dans le
pays après 1977, notamment dans le domaine
psihiatriei, porter à la connaissance et
l'opinion publique internationale à
travers la radio Free Europe, la
conscience publique de notre pays. Points
BBC radio, Free Europe et d'autres en
permanence des informations concrètes sur
les cas d'utilisation de psihiatriei afin
dizidentelor politique peine. Figurer en
dehors et à l'intérieur de prise en charge
des listes de criminels de médecins
"psihiatria utilisé comme un instrument de
torture psychologique, à donner pleinement
l'opinion dans le pays et à l'étranger au
nom des hôpitaux qui sont torturati
patients psihici (Sapoca, Voila, p. Groza,
Raducaneni , Poiana Mare, Poiana Marului).

L'impression a été créé volcaniques, les


tortionnaires devant le public a commencé
à se sentir intimidati, l'inscription
"médecins criminels" avaient une grande
influence, beaucoup d'anciens tortionari
se sentent jamais aucun crime. A l'heure
actuelle, de nombreux psychiatres se uza
pour leur professionnalisme et leur
refusent d'assumer la responsabilité
internarii de personnes en bonne santé qui
justifient cette demande était fondée sur
145

l'opposition contre le régime, certains


d'entre eux sont libérés d'urgence. Ces
psychiatriques soumis à des enquêtes (par
Predescu, Romila, Prelipceanu etc.) Font
partie d'un examen attentif en Mai et ont
souvent la cause gagnante. Grande tartori
de psihiatriei communiste ne sont plus
directement impliqués, en essayant
d'impliquer des tiers, généralement naivi
certains chefs désireux satisfaction.
Début visibles déclin du communisme a créé
un véritable état de panique, commencent
déjà à masquer les actions et la
destruction de documents, ce qui en fait
la Predescu d'affirmer: "Montrez-moi un
signe m'a mis sur le placement d'un
dissident" parce que maintenant Mai il ne
signera pas de tels actes, mais empiètent
sur d'autres, mais essentiellement de
contrôle l'ensemble appartenait. Pour ces
raisons, souvent avec des médecins sur les
listes présentées aux criminels Free
Europe semble nesemnificativi médecins,
impinsi devant pour la première fois de
leur vie, tandis que adevaratii coupable
mentineau est dans l'ombre. Cela a une
grande aujourd'hui par l'ancienne
nomenclature qui essaie de culpabilizeze
tous psihiatrii parce que, comme on dit,
"tout ou rien ont été les abus," et une
violation simple peut se multiplier et les
centaines de milliers. Il est très
difficile pour le médecin de garde de
rejeter le placement d'un "patient" avec
la déclaration faite par écrit ou Militiei
organes de sécurité ici et comment, en
fait, tous les psihiatrii mai être
culpabilizati vision dans la nomenclature.
Nous continuerons à examiner deux types de
146

dizidenta qui ont existé dans notre


psihiatria:
-- Dizidenta neorganizata, spontanée;
-- Dizidenta organisée, systématique, qui
comprenait des groupes organisés et les
activités;

La Dizidenta sans organisation


Dizidenta sans organisation a peut-être
été les plus spectaculaires et les
motivations très différentes, souvent
contradictoires. Ainsi, le déclenchement
temperamentale qui n'ont pas été en mesure
de supporter une certaine injustice Mai
(si le médecin Patrascu, izbucneste en
face du directeur et communiste securist
V. Angheluta, en disant: "Monsieur le
Président, l'homme nouveau de moi de ne
pas faire un mat jamais») jusqu'à ce que
dizidenta ostentativa d'obtenir un
passeport ou même involontaire des actions
auxquelles les communistes et principales
questions ont été soulevées comme
dizidenti en raison d'une part necugetat
(par exemple, les intellectuels attirés
par meditatia transcedentala comme Romila
A.) et qui ont été convaincu que l'action
a l'approbation du cabinet 2, piège dans
lequel ils ne tartori communistes
binecunoscuti de l'art, de la science, les
ministères et même nomenclature. De
nombreux intellectuels, a estimé que le
fait d'avoir le soutien d'une bonne
sensation de choses ont été soulevées
comme dizidenti admonestati pour
"naivitatea" ou de l'accusé de
intelectualism, même si elles ne sont pas
un n'avait pas l'intention de provoquer
les structures politiques du régime.
147

De nombreux actes de dizidenta apparaît


comme un résultat de disperarii des
individus soumis à d'intolérables
exigeants. Certaines formes d'opposition
de prendre l'apparence raffinée d'une
véritable œuvre artistique, le type
plugusoarelor nouvelle année, le Dr Cornel
Constantinescu, en prenant la forme de
librete pour le théâtre satirique C.
Tanase.
Pour obtenir un passeport pour
l'immigration est entrée en dizidenta de
nombreux médecins psychiatres qui
d'ailleurs leur désespérée de demander la
migration, ont réussi à rendre à
l'étranger, où "tranquille à jamais." Nous
présenterons seulement un petit nombre de
cas plus important dans ce dizidente
neorganizate:

Son Dizidenta I. Vianu


Bien que motivées par arrêt de la
promotion, depuis 5 ans, après avoir
soumis le dossier à entrer dans la partie,
il n'a pas été approuvée, ce qui explique
pourquoi la dernière Cour a demandé à
émigrer, Novembre notorietatea un cadeau
pour son pour la publicité qui a été faite
par radio que l'Ouest emiteau en langue
roumaine. Trop, doit être reconnu que, une
fois arrivé à l'Ouest, il a transformé en
un grand combattant pour les droits de
l'homme et contre l'utilisation
psihiatriei fins opresive, son travail est
en exil au total contraste avec d'autres
psychiatres qui, après l'immigration, et
ont vu leurs intérêts meschine, neacordand
aucune aide à ceux soumis à la répression
politique dans leur pays d'origine,
148

necontribuind en aucune manière à


accroître l'information psihiatrilor de la
Roumanie, comme beaucoup de psychiatres
dans les pays occidentaux.
En ce qui concerne elle-même, depuis les
années 70 commencent à réaliser que dans
les système psychiatrique roumain existe
une série de politiques dizidenti soumis à
la torture et la dégradation par les
moyens psychiatriques. Qui se sont réunis
l'avocat Ionescu, à Brasov, qui scrisese
un mémorandum sur la situation en Roumanie
qui il a envoyé de l'ONU et que, par
conséquent, a été interné à psychiatriques
fois répété, poète Vulcanescu Neagu, a
déclaré schizofren dans les mêmes
circonstances.
Le véritable «conversion» de I. Vianu a eu
lieu en 1975, date à laquelle il se rendra
publique (comme envoyées par le ministère
de la Santé) hôpital de Poiana Mare, le
comté de Dolj, internarilor à l'hôpital
fondée sur décision de justice, les
affaires sont considérées comme
dangereuses et ayant activement diverses
infractions. Mais il se trouve que, dans
près de 100 patients, 20 étaient en fait
des prisonniers de conscience, un fait
confirmé par le médecin qui a travaillé
dans cet hôpital (M. Popescu, un ancien
médecin militaire).
Ces patients ont été emprisonnés à Poiana
Mare, car elles sont considérées comme
«socialement dangereux» (d'entre eux, I.
Rosoga, Nestor Popescu et autres
dizidenti). Le rapport qui attire mais il
n'est pas pris en compte par le ministère
de la Santé organes et même la ligne de
l'hygiène n'a pas été pris aucune mesure.
149

En 1977, après la rupture s'est produite


en termes professionnel à propos de
laquelle je l'ai dit, tirer parti de ses
dizidenta p. Goma, il écrit une lettre,
publiée par la Free Europe, où les
critiques régime, en demandant impératif
dans l'émigration. Comme l'a souligné,
même p. Goma en une question de la libre
Europe, son désespoir I. Vianu est devenue
extrême lors de ces actes irréparables,
passeport fin que je ne vienne, au
contraire, contre incepuse une procédure
de recherche qui pourrait se terminer par
un des nombreux processus politiques à la
mode, ou même au placement dans un hôpital
psychiatrique. Déjà, son collègue, le Dr
Oancea, declarase de sécurité comme le
fait de Vianu electrosocuri ambulator, à
sa demande, il a eu accès dépressifs. Pour
ces "mérites", est devenu le représentant
de l'OMS en Roumanie (a faite aujourd'hui
en raison du même fond) et de professeur
adjoint. Mais tout était bien fait, et I.
Vianu et sa famille pourraient émigrer en
Suisse.
Une lettre laissée par sa notoriété I.
Vianu par P. Goma, mediatiza
ta beaucoup à la radio de langue roumaine
dans l'Ouest, qui suit une désespérée
intellectuelle écrasé par la dictature
communiste, en l'absence d'émigration
forcée à une véritable mort civile. Bien
que la lettre marturiseste honnête: "je
pensais, Paul Goma, le résultat pas fin
mai jusqu'à ce que vous ouvrez la route,"
I. Vianu reconnaît leur fatigue et
istovirea, les motivations nefericite de
demander à ouvrir l'émigration, en étant
conscient de toutes les difficultés qui se
150

traduira dans ce cas.


Ce qui a fait en particulier I. Vianu,
après que l'immigration, il ne traite que
de problèmes personnels - comme ils l'ont
fait tous ceux qui ont quitté le pays -
mais au contraire, a une puterica lutte
pour les droits de l'homme et politiques
demascarea de psihiatriei Novembre et
l'ensemble du système communiste, dans le
contexte dans lequel la sécurité emfaza
dit que "la révolution est longue."
Devenez un membre de I.A.O.W.P.
(Association internationale contre
l'utilisation des fins de politique
psihiatriei).
Après 1989, portera le même combat plein
de risques pour le règlement psihiatriei
roumain fondée sur l'éthique et du progrès
scientifique. Requis en 1989 pour revenir
le pays à remplir leur lutte qui a
commencé dans l'Ouest, de raisons
personnelles, il refuse, mais dire en même
temps: "Soyez assurés que je ferai tous
les efforts possibles pour ce que je
voulait atteindre définitif, en
particulier dans notre domaine,
psihiatriei, je me concentrerai permanent.
"
Toutefois limites de dizidente développés
en particulier de l'extérieur, le
calendrier de dizidentei I. Vianu signifie
beaucoup pour notre psihiatria. Dans les
pays étrangers, aujourd'hui I. Vianu est
un partisan de toutes les actions
psihiatrilor dans le pays afin de
favoriser les progrès psihiatriei, y
compris ses conditions éthiques. De
nombreux contacts internationaux, même une
série de l'aide avait comme un
151

intermédiaire sur I. Vianu.

Defectiunea fonctionnaires du Ministère de


la Santé
Beaucoup du Ministère de la Santé ont été
de nombreux médecins et n'ont pas été en
mesure de soutenir ces politiques
patroneze abus psychiatriques. Voici
l'évidence d'action psihiatrului Valeriu
Mirontov - Toculescu, inspecteur général
au sein du ministère, chargé de traiter
les problèmes particuliers psihiatriei. Ce
système découvrir internare forcé à
dizidentilor politiques et, bien que vieux
membre du parti, il ne comprend pas cette
politique de soutien à réagir et, "dans le
désespoir" par une note de bas de page sur
le plan international de services en
ligne, mais une réaction triggeryou part
disproportionnée de la gestion du
ministère (le ministre étant le même
professeur Proca, l'homme de la maison
familiale Ceausescu, qui retiré de
editurii le plan médical et notre travail
Psihosomatica médecine). Il est vrai que,
au désespoir aparatnicilor, V. Toculescu
appelé internare façon dans les hôpitaux
psychiatriques comme "fasciste".
Ainsi, au cours de Universiadei en 1981 de
Bucarest, un total de 600 de dizidenti
politiques sont portées par la force et
internés dans le système psychiatrique à
Bucarest. Normalement, il ya de nombreuses
plaintes, et V. Toculescu décide
d'utiliser la position à mettre fin à ces
abus. Bien que internari savoir que ces
éléments font partie d'un système
organisé, d'encourager la critique
internationale de l'atmosphère dans ce
152

domaine, de plus en plus dizidentei


l'intérieur psihiatriei il purcede
l'attaque directe de la situation en
utilisant une manière juridique.
Dans la note composé, V. Toculescu porter
de graves critiques manière dont
s'applique le décret 313/1980 sur le
placement obligatoire psihici patients. Il
révèle que la liste des "patients
dangereux" pour être internés pendant
Universiadei obligatoire en 1981 était
composée d'un médecin-securist
Policlinicii et directeur de Titan (C.
Gorgos), la mise en exécution étant pris
en charge par "dispositif" Hôpital Gh .
Marinescu, où les voitures avec deux
assistants médicaux étaient abusives et
infirmieri sur presupusii malades psihici
nous imobilizau avec leur propre literie à
la maison ou même sur la rue, puis
l'exécution la force à l'hôpital avec les
organes de sécurité. La plupart de ces
"malades" prezentasera pas internare avant
tout un état pour justifier l'étiquette
des maladies mentales, certains employés.
Cette loi a été incalcati termes,
acordandu les pouvoirs illimités d'un
psychiatre ambulatoire de médecin, en
évitant le billet pour un internare sans
consultatif médical. En outre, des mesures
de répression ont été couverts par
inscrisuri fictif et le caractère de cas
d'urgence, discordanta avec la réalité.
Cette justifier l'affirmation de V.
Toculescu, qui caractérisent la situation
comme une "chasse aux malades, de type
nazi". Ces mesures semblent en dehors de
la loi - évident que même en vigueur au
moment et caractérisé comme abusif et sans
153

discrimination. Dans la même note, a


souligné les pressions organes sont le
ministère de l'intérieur (notamment de
sécurité) pour le lancement de ces
actions, imixtiunea ces organes dans des
problèmes psychiatriques. Aussi, de
nombreuses personnes soumises à de telles
actions sont de ce fait, de graves
réactions psychologiques ou ont fait
l'objet oprobiului public.
Lorsque V. Toculescu attire et envoyer une
note à la sous-ministre Proca, il s'agit
d'contrariat et, dans certains langue de
bois, de rejeter toutes les critiques
formulées par la transmission Toculescu
plus tard de le punir. De cette façon, V.
Toculescu paraissaient «peur et les tâches
qu'ils ont" tâches qui, autrement, il
faudra immédiatement. Universiada L'action
a été coordonnée directement par le
ministre ou le sous-Proca de Michael
Aldea, qui signifie en fait l'annexion
psihiatriei méthodes de sécurité. V.
Toculescu est accusé de "alarmista
présentation de la situation», des lacunes
d'orientation, l'objectif étant la
principale tâche d'un bon communiste. Être
accusé et «faible niveau politique, il
recevra avertissement avec l'avertissement
qui devait servir de leçon, car il" a été
laissé sur la situation. "
À la lecture de la deuxième note mai
déduire dans quelle mesure il a été établi
un organe des communistes au pouvoir de
l'État de prendre en considération même
sesizari normale à venir sur les services
en ligne et, jusqu'à preuve du contraire,
de bonnes intentions. De la note sur la
cité au-dessus de l'information a révélé
154

une menace réponse style securist


inspecteur général à la fois est devenu
suspect de mauvaises intentions.
En vérité, à la suite de l'utilisation
unilatérale dans psihiatriei des raisons
politiques, V. Toculescu, en fin de
compte, internationales et est suivie par
la sécurité permanente. Mais il n'a pas
été soumises à une forme quelconque d'un
problème à prendre des mesures pour
arrêter les abus, changer au moins par le
système politique internarilor
psychiatrie, ce fait prouve que l'action a
été systématique et organisé
officiellement par le régime. Il n'était
pas le travail des erreurs d'exécution,
certains agents ou des médecins
incompetenti. Au contraire, au cours de
laquelle la question a été poursuivi et
puni par la sécurité, tandis que la
répression politique psychiatrique est
restée inchangée.

Méditation affaires transcedentale


Un endommagés et psihiatria. Nous
proposons de discuter le détournement du
régime communiste en raison non seulement
psihiatria visa, mais l'ensemble de
l'intelligentsia haut du pays.
Intelectualii rupti le monde extérieur,
forcés de se déplacer dans stramte limites
de la plupart des pays marxiste orthodoxe,
étaient faciles victimes de cette
provocation, créé totalement la sécurité
dans les bureaux.
Intelectuali intéressées, y compris ceux
dans le domaine psihiatriei étaient bien
incadrati dans le système, ont été membres
du parti, des universitaires, certaines
155

avec des postes élevés dans l'État et le


parti communiste. Toutefois, greaua à
charge inclus dans le système a pris ces
intellectuels à tour de rôle la première
tentatii facile. Malheureusement, parmi
les différents destins accomplis dans la
discussion à cette occasion étaient peu
nombreuses et les psychiatres et les
psychologues, y compris A. Romila vieux
parti, chargé de cours dans la politique
éducative, son plus proche collaborateur
V. Predescu (supranumit même "Predescu's
Gun"), auteur marxista la littérature, qui
est devenu incomod par l'organisation d'un
service de resocializare et des comités de
parents de patients psihiatrici.
En bref, en 1981, un ingénieur certains
Stoian, ambiguë et difficile élément,
probablement agent externe de la
Securitate en Roumanie, présente Hôpital
Gh Marinescu, avec toutes les approbations
nécessaires, y compris celle du coffret 2,
et accompagné par le psychiatre de la
Securitate - Dr. Radulescu - demander la
permission de la direction à l'expérience
d'une méthode de psychothérapie ambigua -
meditatia transcedentala - une méthode, en
principe, interdites de Novembre, comme de
fait a été interdite toute la
psychothérapie. Romila est impliqué
directement par le chef et le protecteur
ou V. Predescu, qui demande à faire un
Referat sur les résultats de la méthode.
Procédure a été elogios et même
l'introduction de la méthode proposée dans
le plan pour l'enseignement secondaire des
médecins.
Au moment choisi, la sécurité commence
"demascarile et des intellectuels comme
156

académicien Milcu, psihiatrii Gaitan,


Romila, M. Sahleanu et Radulian, de
nombreux psychologues (Stoltz, Golu etc.)
Subiront toutes les formes de répression:
le licenciement de fonctions, l'exclusion
de la partie, la menace de poursuites
judiciaires, la référence à necalificate
travail.

Dizidenta organisé
L'opposition organisée et officiellement
connue sous le régime communiste ne peut
tolérer. Cette action a été considérée
comme un acte antisocialist pas être
inclus que dans le Code pénal. Le régime
peut comprendre certains «produits»
pourrait comprendre certaines productions
littéraires neortodoxe qui, cependant, a
une petite gamme de distribution. Il
intelegea même ceux qui font une certaine
opposition à émigrer et ceux qui ont
participé à meditatia transcedentala
prendre pardonné (Romila a été reprimit
dans la partie, même au dernier congrès du
parti, en Novembre 1989). Un groupe de
tolérer l'organisation de n'importe quel
but, était impensable, une organisation
doivent être acceptés par le parti et le
Conseil de sécurité. Dans ce contexte, a
été créé et exploité dans l'illégalité
manifeste, la Ligue Anticomunista un
Psihiatrilor.
Ligue des psihiatrilor Anti emulativ
pourrait prendre naissance dans le
contexte du nombre croissant de dizidenti
dans notre pays dans de nombreux domaines,
en particulier après dizidenta Paul Goma
et de tous les phénomènes liés à ce
mouvement qui s'est révélé, entre autres
157

choses, qu'en Roumanie il n'ya pas de une


opposition légale, il est terminandu soit
en prison ou psychiatriques ou par
l'émigration. La manière dont Goma et il a
dirigé le mouvement a été exemplaire, une
énergie et l'intelligence de sa sortie,
mais l'ambition de permettre juridique,
même en l'stramt communiste lois, s'est
révélé une illusion, et son mouvement dans
le cadre de son roumain prouvé une motion
visant à obtenir un passeport pour
faciliter l'immigration. Le très Goma a
été expulsé du pays d'origine.
Après 1977, de nombreuses organisations
internationales sont devenus plus radicaux
dans l'exercice des droits de l'homme et
le respect amende sera donné plus
d'importance en Roumanie, notamment en ce
qui concerne la répression psihiatrica.
Dans ce contexte, de nombreux psychiatres
devenir plus radicaux, de sorte qu'en
1979, selon les plus hauts principes de
ilegalitatii, a été fondé une petite
association, initialement composé de
quatre membres, qui autointitulat Ligue
des anti Psihiatrilor, ayant une
construction radicalement anti-orientation
. Peu à peu, ont également ajouté un peu
de membres de même que d'autres
l'Université de Bucarest. Dans les
conditions données, le groupe n'a pas
proposé une confrontation directe avec le
régime, un engagement à se battre sur le
front. Une telle situation aurait été
dangereux et fatal, d'autant que nous
manque un type de support ou Vianu Goma,
et en Novembre rafuiala aurait été tout à
fait différente. Même la perspective
exilului Mai a été mauvais pour nous que
158

toute répression - comme la preuve que


nous avons reçu des passeports de 6 à 7
fois, tous les accordée par les autorités
afin de ne pas revenir.
Ligue procédera à des échanges dans une
période d'activité avec des objectifs
clairement définis afin de promouvoir des
changements de conception de la maladie et
le traitement institution, pour lutter
contre dogmatice les concepts et les
communistes, tous fabriqués dans un style
dans lequel au moins en face pour défendre
notre bonne foi. Il a été pomina
affirmation securistului qui nous suivent
et m'a dit: "Je vais réduire lentement
avec toporisca root avec racine jusqu'à ce
que vous dobori ensemble arbre, et je
pense que vous réussirez."
Ligue avait proposé en Mai aussi, dans des
limites raisonnables à développer par le
biais de divers moyens un hall d'accueil
dans la presse (Flacara de Paunescu est un
journal qui peut), parfois dans certains
magazines spécialisés en particulier en
provenance de l'étranger, bien que la
censure il est très difficile dépassé.
Une autre tâche est de fournir Radio Free
Europe avec des matériaux sur les abus
psychiatriques, mais aussi d'autres
matériaux contre celle-ci. Dans le domaine
des troubles psychiatriques abus lui-même
a proposé de créer une atmosphère qui
infricoseze ou engagés rusineze collègues
souvent consciemment ou non, pour
décourager les collègues de différents
comités d'expertise parce que, bien que
les communistes vérifier
vous, l'attachement envers leur parti
était indoielnic.
159

Les mesures prises ont connu le succès,


parce que, en combinaison avec l'Europe
sans nouvelles, l'ensemble du système des
abus psychiatriques timorat.
Une autre direction d'action constituait
un "compromis" les principaux politruci de
la psychiatrie (Predescu, Grecu, Ionescu,
Romila, Milea, Pirojinski.) Qui a main
libre de la partie en psychiatrie.
Souvent, cela est la position de faire une
"foi communiste" qui ne pouvait plus
supporter impostura, situé à cet égard
avec certaines allégations prise dans ce
type d'organes (filiatie des légionnaires
à Predescu, le manque de ortodoxie
communiste, incompetenta Organisation,
manque de professionnalisme, inabusirea
critiques). Vous avez dit que même le
communisme tartorii bénéficié d'un autre
fleuve. Bien que considéré rétroactif,
semble-t-il un naivitate, l'action a été
un succès remarquable, la partie est
l'incapacité du village de ces personnes
et de leurs imobilismul, dans le même
marxiste-idéologique. Ainsi,
progressivement, Predescu avait perdu
"perspective cadre» du parti, il a perdu
la position de député, phénomènes qui ont
jeté dans un état de dissuasion de non-Mai
et ne revint jamais. Ionescu-retardé le
transfert de la Faculté de philosophie à
la médecine et de l'attitude à
antipsihologica et en particulier
antipsihanalitica a commencé à être
condamné dans divers travaux publics (I.
Cucu - Psychologie médicale, 1980).
Sur la base de ce fonds vulnérabilité
pourrait avoir triggeryou des attaques
coordonnées sur la construction du
160

socialisme psihiatriei dans laquelle ces


tartori lucrasera décennies dans une
rangée avec migala. La première violation
a été une permission de supprimer
monographique pour son propre compte. La
contribution monétaire récupéré de la
vente d'assurance pour toujours,
l'organisation a permis le développement
d'œuvres d'avant-garde fondamentale pour
un pays communiste comme la nôtre
(Psihosomatica, Psychologie médicale,
Psihoterapiile, sociaux Psihiatria deux
fascicole, Psihiatria adolescents etc) ..
Même si le communisme tartorii - Predescu,
Proca, comme nous l'a montré en Mai ont
été retirés des bibliothèques Psihiatria
social mémorandum au Conseil des ministres
2, et d'obtenir l'interdiction d'avoir le
droit d'imprimer Mai, «rivière» est
produsese et ireparabil, les œuvres existé
et existe.
Depuis plus de sept ans, jusqu'à ce que
dezmeticirea organes de répression,
schitarea une alternative psihiatra Notre
produsese et de la construction de
décennies de psihiatriei socialiste a
commencé à naruie.
En 1979, une date pour l'organisation de
la ligue, toutes basées hall, Flacara
magazine publiera le jour 10 Mai entretien
avec un I. Cucu, qui, sous le prétexte, de
gérer la plus grande fermeté l'attaque sur
psihiatriei dogmatice communiste. Atacand
dogmatismul (c'est-à-dire, parlant voalat
de psihiatria construit par Predescu,
"psihiatria socialiste"), ridiculizand
déclarations festiviste de celui-ci,
l'auteur deplange vivent dans le magazine
le plus lu du temps, psihiatriei notre
161

destin, qui est présenté comme depasita


principial et instiututional et qui évalue
un texte comme un synonyme de psihiatria
de la dix-neuvième siècle. Predescu V.
voalat n'est pas attaqué, mais voix de
cette situation qui bloque culpabilizat
psychologique pour l'éducation dans les
facultés de médecine ou en préparation
psihiatrilor et tous les ostentativ, les
écoles psychiatrique de Timisoara et Iasi
sont cités comme étant dans la lutte
contre la dogmatismul et obscurantismul en
psychiatrie. critique, aussi, directement
absence d'une véritable vie scientifique
prodigioasa avant la guerre, l'absence
d'un congrès psychiatrique dans le pays,
dans un cadre psihiatrii pour discuter de
questions et professionnel.
Ici, aujourd'hui, après tant d'années, un
médecin de communication Popa, a fait au
Congrès dernière Medicinii Histoire, 2004,
qu'une communication redam dans leur
intégralité:
"Un homme de courage - Dr. JOHN CUCU
Le magazine Flacara n ° 19 (1248) du 10
Mai 1979, montrent une entrevue avec Dr.
John Cucu, un médecin psychiatre, docteur
en sciences médicales, la psychiatrie
assistant à l'Institut de médecine et
pharmacie (comme l'a appelé ensuite, après
la mode soviétique , UMF Carol Davila) et
a récemment publié un ouvrage en deux
volumes - "Psihiatria sociale» - dans
laquelle certains font des déclarations
très critiques, qui ont susciter votre
valva psihiatrica un énorme dans le monde,
et pas seulement du temps. Le titre de
l'entretien a été "Psihiatria ne devrait
pas être une Cendrillon, et ce n'est pas
162

le seul concerne les psychiatres, mais sur


nous tous." Dans l'interview, le Dr Cucu,
qui nous cunosteam et stimam parce qu'il a
été mon assistant, a fait une sévère
critique de psihiatriei Bucarest, les
critiques qui se développent dans un livre
sur plusieurs pages. Voici quelques-unes
des idées importantes. Après citant
psihiatriei données sur la situation dans
les pays développés, qui ont affecté
spécialité lits (en dehors du grand
développement de formes d'assistance
ambulatorie) a été que le nombre affecté
toutes les autres spécialités, a déclaré
après ce que devrait être un psychiatre
dans la nostalgie Moderne dans laquelle
elle a eu lieu après duhovnicului mérite
une mention spéciale de l'école et le
professeur Pamfil, mutatis mutandis,
l'École professeur Branzei dans
dogmatismului surmonter, le médecin
approches Cucu le thème principal, à
savoir critique "l'école de Bucarest, à
gauche une prizoniera psihiatrii XIX
siècle, avec le modèle de maladie
physique, mecanicist-matérialiste, qui
négligence sociaux et des facteurs
physiologiques aient pris dans l'étiologie
des troubles mentaux etc En outre, se
référant à subaprecierea psihiatriei et
son rôle dans la société moderne. Et la
Graduate Faculty of Education, a fait
remarquer que le manque de discipline de
la Faculté de médecine. Note alors le
nombre de petites psychiatrique
stationnaire jour, le nombre est resté,
malheureusement, presque inchangée jusqu'à
aujourd'hui.
Dans son livre, qui a été proposé d'être
163

retirée des bibliothèques et fondu date


aux pressions faites par la direction du
Département de Bucarest, le médecin Cucu
critiques mafiotic système de promotion,
comment un leadership féodal sectiilor
hôpital, qui étaient une sorte de fief des
sites passés sur la vie des gens sont
d'accord avec la direction (situation
actuelle, en fait, tous les système de
soins de santé et communistes qui
perpetueaza aujourd'hui), etc
Réponse de la gestion de Bucarest
Département et l'hôpital (Gheorghe
Marinescu, puis, maintenant al. Obregia ")
a été vehementa déni et infierare public
inchizitorial type stalinien, à
l'unanimité, à la honte de tous les
participants. Il y avait tous appelés des
médecins de la clinique amfiteatrul grands
et ont pris la parole les chefs de
département, le directeur de l'hôpital,
chef du département et ensuite
conferentiarii. L'auteur de ces lignes a
assisté dans la salle comme un médecin
résident à l'embauche stalpul infamiei.
Cucu médecin a été défendu avec dignité et
courage. Je me souviens que comparé les
attitudes et département de gestion
camarilei (est une tendance, sechela du
communisme en mentalul collectivement, la
restauration de la pyramide du pouvoir en
psychiatrie, avec toutes les conséquences
nenorocite arrêter le progrès, nous avons
vécu dans l'ancien régime. Participer dans
la concurrence comme un sommet de
ridicolului, et un type de femmes Zaroni,
comment intellectuel modeste, si ambitieux
et l'auto-excitation, a encouragé les
intéressés à cinismul une sorte de
164

paradoxal stapan les anneaux, grand


manipulateur de l'université l'école de
médecine Bucarest actuel), qui etala
"maretele réalisations", avec celle d'un
pauvre homme qui zornaia toujours une
valise avec quelques personnes banuti de
développer l'impression qu'il n'est pas
vraiment pauvres. Cucu médecin n'a pas été
arrêtées ou condamnées (il était encore un
post-stalinista), est resté au sein du
Département et de le remplacer, mais
marginalisés et sortit tous pension
assistant. Psihiatriei est malheureusement
restée presque inchangée, malgré les
efforts du Dr Cucu et de nombreux autres
psychiatres d'une grande valeur.
Après la Révolution, M. Cucu APLR a couplé
une action immédiate, mais il se rend
compte assez rapidement que ces 50 années
antiselectie operata du communisme ont
laissé des suites qui ne peuvent être
enlevés dans une période aussi brève.

Dr. Marian Popa, médecin psychiatre,


docteur en sciences médicales, l'Hôpital
». Obregia "à Bucarest"

Entretiens avec le médecin Cucu a été


reprise pour Free Europe (Annelise Gabani)
et un grand susciter votre agitatie en
randurile psihiatrilor. Être une des
premières activités de Anticomuniste Ligue
Psihiatrilor, que l'entretien a une colère
difficile à décrire la aparatnicilor
psychiatres. Pour l'instant, ne pouvait
réaliser comment il est possible, si ce
n'est pas un signal que le pouvoir serait
disposé à debaraseze de ces tartori. Mais
165

ce n'était pas le cas, il s'agissait


simplement d'une douche froide. Peu à peu,
les choses ont été "normalisés", l'auteur
a été rendu public dans un processus de
grande amfiteatrul hôpital où, sous la
direction ou plutôt tartorilor menace
communiste, différents médecins - éléments
de manœuvre - VAG a parlé des
"réalisations" psihiatriei communiste
mais, pour exasperarea organisateurs
souhaitent qu'ils restent dans l'ombre,
personne ne donne paroles de condamnation.
Il a été un grand besoin de neurolog et
académicien, mais il n'a pas été un
psychiatre, Vlad Voiculescu, de se lever
et de demander: "Pourquoi passer du temps
ici en Novembre? On nous a dit qu'il doit
condamnam de M. Cucu." Pourquoi être un
homme respectable ce une chose pareille
restera un grand mystère. En fait, pour
les organisateurs est un véritable fiasco,
d'autant que pas plus asteptatele des
mesures d'organisation ne sont pas les
laisser prendre rezumandu-seulement à
mettre fin à tout professionnel dans les
services de 15 à 20 compétitions
organisées pour le poste de chef travaille
avec des gens dans toute valeur
professionnelle.
Je continuerai à jouer dans la discussion
"CUCU cas" en réunion partie collègues de
son ministère, comme l'a signalé dans le
procès-verbal de la réunion. Je ferai la
présentation luarilor l'essence de ces
mots "collègues".
Octavian Hanganu, colaborationist, homme
de paille du régime, eternul membre de la
magistrature comités d'expertise, où
decidea sort dizidentilor, eternul
166

secrétaire de la promotion des comités, où


manipulau pilele et de soins dans 30 ans
n'ont pas de travail pour un doctorat à
inscrisese qui, en qualité de dirigeant ou
d'un ami, Predescu: «Le Département a
travaillé dur, mais M. Cucu ne figurent
pas dans l'attitude à la critique des
activités avec les élèves, comment se sont
déroulées cours, et ses critiques
pourraient être faits même dans le
Département. Non remarqué que nous avons
commencé à faire de psychothérapie. "
Ainsi, les communistes essayé de
banalizeze critique des attitudes, des
réalisations de nomination une série de
tâches de service. En ce qui concerne la
psychothérapie, il ne fait pas aujourd'hui
(faire à cet âge dans la clandestinité) et
une thèse de doctorat avec psihoterapia
Hanganu n'est pas aujourd'hui, après un
quart de siècle.
Milea psihiatria considérer que, dans
notre pratique a pris une théorie avant et
ont donc été trouvée fisurile critiqué par
le Dr Cucu liste et à nouveau, ainsi que
Hanganu, de nombreuses tâches (de service)
fonctionnent Département. Il semble que
nous revoltat être au niveau de la dix-
neuvième siècle. Bien qu'il ait lu les
documents publiés par le Dr Cucu ne pas
comprendre quelque chose (il est difficile
psychiatriques ayant fait des études à
Moscou). Bien sûr, de ne pas perdre
l'occasion pour apologii un "collègue" des
études de l'Union soviétique, V. Predescu.

Oancea, colaborationist notoriu les


organismes, l'homme qui a fait valoir que
le Traité sur la electrosocuri Vianu, a
167

adressé à nous représenter à l'OMS, se


sent offensée par la critique et en
particulier à l'alarme du médecin
strigatul Cucu, qui dit que la Roumanie
est psihiatria dérivés Systématique et
matérialiste que l'enseignant est pris en
Predescu deriziune comme "nous" accrocher
sur place. Ces phénomènes sont évidemment
datoresc, "l'objectif de formation" à la
critique. "Nous devons défendre notre
véritable science psihiatrica contre des
personnes ou à Timisoara ceux de Sibiu,
qui ont choisi une voie dangereuse,
antipsihiatrica" (ils ont demandé à ceux
qui ne sont pas acceptau concept clinico-
nosologic, matérialiste libération
"Président" de Bucarest).
Ciurezu, varul ministre de la Sécurité de
l'Etat, Stanescu, rejette médecin
commentaires Cucu. Il revoltat en
particulier l'expression «les soins d'un
vétérinaire" utilisé pour répondre à nos
psihiatrilor lorsque la maladie mentale
traités seulement avec des médicaments. Ne
croyez pas en la psychologie et reprend, à
l'instar de Ceausescu, "réalisations"
Département, en fait, les quelques tâches
rutiniere.
Pourquoi, dit-Nedelcu, qui avant de
prendre la fuite à l'Ouest, n'a pas
conduit à la tête du département-à-dire ce
qui a à dire et a conduit à Flacara? Est-
il naïf ou lingusea tête à recevoir un
passeport «sauvé» le pays et le
Département va bien?
Meiu, qui dit qu'il est toujours
ostentativ État partie en 1945, a avec des
piles au Département de nenea "Derevici,
directeur communiste qui se sont habillés
168

comme un agent soviétique, de se


demander:" Qui m'a conseillé de faire
quelque chose, je le dis maintenant parce
que j'ai eu une grande responsabilité. "
Il voit comment le Dr Cucu négligence de
travail au Ministère.
Neicu, figure légendaire de l'incompétence
et l'cinismului dit: "Disons que le
médecin Cucu de nombreuses heures de cours
a de nombreux groupes de probation (qui
ont rapport avec le sujet?). Quelle est la
contribution Cucu médecin? Pourquoi n'a
pas été abordée hiérarchique (un sens qui
vient distrugea psihiatria roumain V.
Predescu), comment peut dire qu'il est
coupable V. Predescu? En fait, le médecin
Cucu lancer des pierres en psychiatrie. "
Neicu estime qu'il discordie entre
psychiatres parce qu'ils n'acceptent pas
la position "soumis" de l 'Predescu et
exige que médecin Cucu publiquement le
regret de dire que celles qui sont faites.

Damian estime que ces critiques j'ai été


inspiré par l'ancienne direction du
Ministère de la Santé, le Ministère en
fait pas (Predescu) est indiqué pour les
aspects blâmer, mais "cadres supérieurs"
(?). Le fait que nous n'avons pas de
réunions, ne dépend pas de Congrès en
Novembre. Et il est considéré offensé,
mais estime qu'un médecin ne Cucu qui
n'est pas public et que ces travaux sont
publiés plagiate (mais pas dire qui le
plagiat). Il nedumerit qui pourrait être
"dogmaticul", bien que, en particulier,
étaient des amis et discuter exactement ce
que j'ai tapé, et tous étaient d'accord.
Mais il a été l'amitié au communisme.
169

Lohan, intentée par le Département pila


une grande membre du Comité exécutif PCR,
qui a promis de prendre soins de première
schizofrenica ce que omorase et de la
mère, a été contraint à un infieze être
fait pour ce à Bucarest. Ici, il a reçu
villa, poste au Département pour lui-même
et de son épouse. "Dr. Cucu est manipulé
par certaines forces (le ton est évident
securist). Il a un sentiment de grande
douleur que nous n'avons pas demandé son
avis Predescu de publier l'article parce
qu'il procedeaza un fidèle membre du parti
(de toute évidence, M. Cucu n'était pas le
cas). »Le Dr Cucu estime repins groupe,
collectivement (l'ancien marota populaire
auprès des masses), mais en même temps est
représentatif d'un groupe (si elle
savait). Après son avis, comme on pouvait
facilement échapper si je l'ai dit
l'article que j'ai été forcé de reporter.
En fait, en psychiatrie, sous la direction
tovarasului Predescu tout se passe bien,
nous n'avons rien changé
Brasla, éternel Secrétaire du parti, dont
la fille a choisi la «liberté» en
Allemagne plus tard reproseaza-moi
pourquoi nous n'avons pas discuté avec la
partie (mais les journaux n'ont pas été la
partie?), Qui expriment un égocentrique
point de vue (je abordam problème général
en fait) qui ont été supprimer tous les
membres du parti qui fait que j'ai rejeté,
que nous avions confiance dans le groupe
partie.
Mme psychologue Rascanu, colaborationista
bien connu, tinea ostentativ sa photo sur
mon bureau avec Ceausescu, où il a assisté
au congrès de l'X-PCR siècle, comme
170

delegata, à l'instar de rien, j'ai suivi


Faculté de psychologie, parce que nous
avons utilisé un ( mais vient de faire un
appel à l'utilisation de la psychologie en
traitement psychiatrique), estime que pas
de cette façon sera la psychologie
médicale à la faculté de médecine et
estime que dans un article Flacara n'a pas
de valeur (alors pourquoi tant de
discussions et tevatura?).
Magureanu Sanda réputé Predescu n'est pas
responsable des échecs (mais il conduit
psihiatria) de hauteur avec des pierres en
psychiatrie. Elle estime que, si nous
sommes organicisti être dogmatici
(communiste logique).
George Constantinescu, l'homme d'une
grande valeur intellectuelle, qui a
toujours été reporté à être appelé
enseignant, pluseaza: «Le médecin est
sorti en Cucu Novembre chance parce que
personne ne atitudune dogmatica montré
(bien que les critiques, en particulier,
que moi bien sûr rusificate Predescu et
ses concepts et ses rudimerntare pour moi
ont été invatamintele comme un enseignant,
comme je l'ai été en fait). Mais l'erreur,
dire en public: "Opusul dogmatismului
n'est pas existentialismul mais
materialismul dialectique (l'exact opposé
de ce que l'avant est exprimée en
particulier). Admettre que, parfois,
"dogmatismul est déguisée."
Predescu, satisfait de prestatia "équipe"
et que son peuple avant qu'ils
n'atteignent les principaux problèmes
n'est pas considéré comme coupable de
psychologie médicale neintroducerea
programme (bien que le député était, mais
171

il a eu tort de Pirée, qui promisese-je


faire cours qui les soutiennent que le
premier professeur qui enseigne la
psychologie médicale, mais qui
récompensent la réception d'un passeport,
avant de faire cours, il a choisi la
«liberté» en Allemagne et de la
psychologie n'a pas été introduit en Mai
médecine). Mais peu importe, l'homme
affirme que "milite tout le temps." Il
n'existe pas de modèle que dans des
hôpitaux psychiatriques médicale maladie,
il est un matérialiste, vous devez
l'accepter. Il ferait beaucoup à la
psychiatrie, mais sont opposés à la hausse
des organes (même si il était le vice-Chez
l'homme, député, secrétaire comité de
l'Institut de médecine, membre du comité
du centre universitaire, etc.) Quel serait
Mai voulait être d'avoir le pouvoir
d'agir?).
Qu'est-ce qui pourrait rendre le médecin
Cucu, qui, même les plus proches
collègues, il lasasera unique dans la
banque, retragandu la ostentativ près de
lui? Soutien à même du point de vue de
P.C.R. est faux de dire qu'il n'ya rien de
critiques. Le Novembre n'était pas le
dogmatisme, mais insisi communistes inclus
la "décennie obsedantului," Dej âge, comme
une époque de dogmatismului, qui existe
encore aujourd'hui en psychiatrie, compte
tenu de neacceptarea progrès scientifique,
même si deghizeaza sous la forme
d'incompétence, la résistance contre le
changement. On remarque que certains se
sont sentis directement atinsi la notion
de dogmatici, c'est la raison pour
laquelle j'ai été témoin de la véritable
172

autobiografii deculpabilizatoare. Il ne
suffit pas de criticam "dogmatismului
âge", mais de véritables dogmatismul de la
psychiatrie.
Urechile communiste et lingusitorilor
étaient sourds, donc tout est resté comme
avant, même si la salle avait des gars
étrangers », aux yeux bleus."
Au cours de 1979 - 1983 semblent écart,
propre, les travaux mentionnés ci-dessus,
qui travaille en socialiste psihiatria -
mettre en scène Predescu, Ionescu, Milea -
a été pratiquement desfiintata; publicau
dans les magazines sont de plus en plus de
travaux de la psychologie, psychiatrie
sociale , Psihosomatica.
Bien que la ligue n'a pas dit jamais
officiellement en existence, a été
resimtita et créé une véritable Deruta
randurile dans la nomenclature, avec
quelques inhabituel opposition. Dès ce
moment, il crée une situation en soins
psychiatriques, dans certaines limites,
peut contester s'il ya courage, quelque
chose impensable avant 1979.
Une série de matériaux ont été envoyés
Free Europe, la remise directe du N. C.
Munteanu, mais leur diffusion a été faite
par une logique de neinteles: seulement
ont été publiés le plus insignifiant. Il
semble que les matériaux ont été soumis à
son Vianu donner son avis et ils ont subi
une censure, ou un manque d'intérêt, il en
va de même pas atteint le poste. Et ce
matériel a été bien notre situation
psihiatriei (plus de 200 pages
dactylographiées)!
Révolution de 1989 ligue retrouvé intact
et en pleine offensive, veut legalizeze
173

sous ce nom, mais la tentative semble trop


radicale et a fondé l'Association de libre
Psihiatrilor qui, malheureusement, est à
Dusa pieire A. Romila, après avoir utilisé
pour obtenir un enseignant et est devenu
un grand dirigeant dans des hôpitaux
psychiatriques cochetand l'opposition
démocratique. Cette association se taire
maintenant, la seule Romila autres
membres, et peu de médecins dans le
département qu'il dirige et dont il est
resté pour des raisons faciles à
comprendre, pierzandu organisation et de
toute vocation nationale ou d'opposition
en psychiatrie. A son tour, a certains
avantages matériels initiali ses
dirigeants. Ce fut finalement un beau
rêve.
En 1992, la Ligue Anticomunista un
Psihiatrilor encore en train d'essayer de
legalizeze, mais l'action a échoué, le
courage psihiatrilor pas autorisé à même
l'appeler "anti". Il a renoncé à la
légalisation de ligue, tels que les
quelques membres - sans zarva, surle et
trambite - d'utiliser l'expérience
nécessaire en cas alunecoasa que traverse
notre pays, quand un retour au passé est
impossible et, de toute façon notre mode
psihiatriei Des modifications essentielles
subi en 1989 (les mêmes idées, même
leadership, ni une réforme, même si nous
avons un directeur et PNTCD-est, qui a
fait le rêve, avancé).
En tout état de cause, la ligue
reste une forme alternative de la lutte
des personnes qui ont vu des emplois ou
positions sociales, mais la bonne
psihiatriei roumain. .
174

4. Étape criptocomunista

Après 1989, malheureusement, notre pays


devra strabata une longue étape
criptocomunista contrairement à ce qui
s'est passé dans toute l'Europe de l'Est,
sauf pour les pays qui étaient autrefois
de toutes les URSS A ce stade, l'ex-
communistes de la deuxième ligne, qui
Ceausescu tinea toujours dans le dos,
prendre plus de pouvoir politique dans le
pays et sur cette base dans tous les
domaines, y compris la psychiatrie. Pour
ces raisons, la voie des réformes dans
tous les domaines devront attendre
longtemps, d'autant plus que l'opposition
actuellement au pouvoir ajunsa commence à
avoir la même attitude de peur dans la
réorganisation du pays.

Dificila confrontation avec le passé


"Rien ne peut mantui passé, il y avait
une" récupération "du passé. L'avenir ne
peut être conquise que par impacare et non
par rafuiala ou razbunare, "dit le bon
droit contesa Marion Donhoff.
Psihiatrii, sinon l'ensemble de la
population du pays ont été pusi dans une
situation qui pourrait prévoir que, dans
un temps compatible avec la durée de leur
vie, le communisme prendra le relais. Pour
ces raisons, il n'y avait que deux
possibilités: soit de s'adapter, de tacea
et d'essayer de survivre, ou de refuser de
compromis et de sfarsi isolément ou comme
la souffrance des victimes de la
répression.
Avec le calme et la paix qui nous donnent
175

un passé de la révolution, on peut


maintenant se tourner vers la situation
dans les communistes âge beaucoup plus
objectif. Ne pas oublier que de nombreux
citoyens, dont des psychiatres,
"aranjasera" dans son lit Procust système,
ont vécu, travaillé et ont parfois connu
la joie - comme l'a souligné Paler -,
tandis que l'actuel nesiguranta,
deceptiile tendent de plus en plus prendre
la forme d'une constante attitude
défensive, manifestandu est le plus
souvent par le biais de deprimare âme et
la haine. N'avons-nous pas déjà commencé à
entendre que, en fait, «même avant qu'il
ne soit pas si mauvaise?".
La politique appliquée jusqu'à présent n'a
pas seulement produit la frustration, des
victimes et des calaii rencontré souvent,
comme dans des hôpitaux psychiatriques se
sont réunis tartorii et persecutatii, les
tortionnaires et les victimes. Par
conséquent telul ne devrait pas
nécessairement être identifiés
culpabililor individu, mais plutôt de
partager les vérités collectives, izvorate
vérités de regarder l'intérieur de ce
système oprimare sale avec la terreur
psychologique, avec des récompenses pour
delatori et colaborationisti, d'appareils
ou de surveillance extrêmement ramificat.
L'effet devrait correspondre aceluia d'un
séminaire qui tente d'établir des critères
pour Etico conduite politique. Retrouver
le passé est très important pour notre
pays, mais il n'est pas nécessaire
sanctionate actions et les croyances.
Ne pas oublier la façon dont notre système
de surveillance de la Roumanie sur la
176

Securitate. Qui voulait faire des études,


même quand il s'agit de modestes études
professionnelles, qui aspirent à la gloire
ou des revenus plus élevés, a de s'adapter
à mesure que le fameux droit au travail,
d'étude, etc. de la propagande communiste
n'étaient pas valables, en fait, que pour
les fidèles à "adapter" et non pour
dizidenti ni même indifférents. C'est
pourquoi une classification psihiatrilor
le principal coupable, coupable
secondaires ou accessoires, ce à quoi
nazuiesc fanaticii commande, il n'est pas
possible. Impossible de traiter afin de
faire droit à ce qui s'est passé 45 ans
avant. Un ou plusieurs procès criminels ne
seront pas en mesure de clarifier
l'histoire, cela ne sert qu'à
"l'application de la loi." Dans ce domaine
est inclus dans la première rangée
création de "paix juridique" aujourd'hui,
nous sommes tout à l'heure retiré Mai 7 à
8 ans. Parce que strictei la discipline de
parti communiste "centralismului-
démocrate, ne permettant pas tout écart
par rapport à la discipline de parti, la
plupart ont été psihiatrilor au même
moment et faptasi et des victimes. Comme
le phénomène de Nottingham, nazistii et
les communistes ont prévu dans leur
oprimare que la double rôle - et de Calau
victime. Pour cette raison, des centaines
de milliers d'auxiliaires qui ont servi
ces régimes psihiatrii-être un mineur de
fonds n'ont pas été des criminels de par
leur nature. Seule une minorité dans ce
cadre ont accès au pouvoir et l'initiative
de la violence sociale, y compris la
psychiatrie. La grande majorité est
177

composée de petits burghezi normale, dans


d'autres situations et ont rempli leurs
obligations en constiinciozitate tous les
jours. Il est juste que, après ces
personnes et détruit une partie importante
de leur vie est maintenant stigmatizati
pour le reste de la vie de leur départ en
Mai?
Donc, on ne peut nier ces psychiatres,
tout simplement, le droit au travail, à
être impinsi dans amaraciune et de
l'opposition. Il est difficile de trouver
dozezi tout le monde, nous ne disposons
pas d'une règle qui établit la frontière
entre le chat pourrait soutenir ou de
résister, mais pourrait s'adapter.
Il existe plusieurs points d'éthique
psychiatrique constante:
Tout d'abord, les crimes commis ne peut
être négligée et afficher les données
uitarii. Une personne dont le frère a été
torturé dans un asile psychiatrique, ou
même tués ne peut être tenu de l'oublier
et même plus que ceux qui ont estimé
psihiatrica la torture sur leur peau.
Trauma lovirii aroganta de pouvoir et la
brutalité de ces agents dans le domaine de
la médecine ne peut pas facilement
oublier. Tous ces crimes doivent être
appelés, doivent être portés à la
connaissance du public, mais doit se
traduire en termes de remplir les critères
d'un État de droit constitutionnel. Il
convient donc, dans ce contexte, s'est
réuni à trois principes, au moins un État
de droit:
La seule sanction et non de conviction.
-- Decisiv peut non seulement le droit
pénal en vigueur dans la commission
178

faptei. Les lois interdisant la torture


officielle communiste, les abus et
psychiatriques fournis aux droits civils.
La criminalité consiste dans le fait
qu'ils ne respectent pas leurs propres
lois, sa propre constitution.
-- Crime de toute personne à être prouvée.

Aplicand ces principes en psychiatrie,


deux actions sont d'une importance
cruciale si nous voulons non seulement une
réforme psihiatriei, mais aussi dans la
création d'une nouvelle vision éthique ou:

1. Pedepsirea criminels sur la base des


principes ci-dessus;
2. Inlocuirea élite communiste régissant
psychiatriques qui continuent aujourd'hui
détiennent des postes clés.
Néanmoins, doit redresser deux choses: à
atteindre et ce que vous pouvez obtenir.
Impossible de résoudre les problèmes d'un
état faradelegii avec des moyens d'un État
de droit.
La criminalité État communiste à peine
peut être observé dans le droit pénal.
Vous ne pouvez pas mesurer cette période
rétroactivement aux critères et de la
démocratie pluraliste ne serait ni juste.
Comme nous l'avons montré et fait valoir
déjà créé communisme en Roumanie
psihiatria une véritable «organisation
criminelle» en impliquant ses fonctions
ideologizarea abus et de gérer un
véritable represiuni systématique des
méthodes psychiatriques.

Perspectives psihiatriei roumain post-


communiste
179

Psihiatria anciens pays communistes et en


premier lieu ceux de l'URSS Roumanie et de
la souffrance non seulement une grave
ramanere Il ya, à la suite de sa
transformation socialiste dans des
hôpitaux psychiatriques et, par
conséquent, dans un hôpital psychiatrique
aucune vision scientifique, mais aussi une
chronique cangrena, cangrena éthique
irrégularités. Ainsi, pendant de
nombreuses décennies, psihiatria,
instiututiile, est à la disposition des
organes de répression mis en place par le
parti communiste et migala bras ou inarmat
- Sécurité.
Conducatorii psihiatriei après 1989, les
enseignants et les chefs de section ont
été dans le passé plus proche zelosi
fonctionnaires du régime communiste et
pour se sentir déjà fixés sur leurs
postes, comme la corruption et
l'arbitraire subprodus d'un système qui
bien que n'étant pas disparu avec
desavarsire est déclin évident.
Contrairement à la dinozauri ceux-ci, les
jeunes se sentent descumpaniti psychiatres
et frein dans la lutte pour insusirea vrai
psihiatrii, ils sont aujourd'hui
intimidati ils ne pouvaient pas promouvoir
les dons si elles ne parviennent pas ou ne
sont pas compatibles avec conformisti
actuelle des chefs et des anciens
communistes. Que pouvons-nous comprendre
sa Mai lorsque ces jeunes gens lisent les
oeuvres de deux enseignants, a été publié,
mais semble provenir d'un monde du passé.
Au contraire, l'ex-communistes tartori se
sentir encouragés par des éléments
politiques qui conduisent le pays,
180

profitez de toutes les libertés qu'ils


n'ont jamais ne serait pas accordée à
leurs collègues.
Il exemplificam seulement par l'action de
la diffamation dans la presse - mise en
mouvement par un ministre, M. Mironov, un
ancien conseiller de l'ancien président -
un directeur de télévision (E. Valeriu),
certains journaux revendiquée parti
démocratique tels que DIMINEATA.
Mais voici comment certains organes
collaborer officielle de l'État après
avoir constaté la vérité psihiatrica
répression. Ainsi, le Ministère de
l'intérieur est sur la ligne demandé si
Universiada parlementaires en 1981 ont été
saisis à Bucarest, à seulement 600
individus et internés de force dans des
services psychiatriques. La réponse est
dezarmant et de le rendre dans son essence
de la mémoire: "MI organismes ont pris
toutes les mesures pour le bon
développement de Universiadei, l'action de
recevoir le nom de code" marathon ". Les
données relatives à ces actions ne sont
plus stockées dans les archives qu'un
simple terme 5 ans. Par conséquent, toutes
les données sur l'action "marathon" ont
été détruits. "
Voyons ce que raspundea S.R.I. la même
commission parlementaire, à sa demande
d'être inmana liste psihiatrilor qui a
collaboré avec la Securitate. Citam tout
de la mémoire: "Il n'ya pas eu de
psychiatres qui ont collaboré avec la
Securitate», mais attention! "Problème
reste en notre attention."
In fine, sur ce qui pourrait se produire
dans la soi-disant centre médical dans la
181

rue Brosteanu (qui ont fait des


expériences à laver le cerveau avec
destructurante de la personnalité de type
LSD), une affaire qui est apparu dans la
presse suite à des plaintes du voisinage.
Direction générale de la police souligner
qu'il existe une unité médicale pour les
encadrements MI et qui est une unité de la
garde militarizata.
Il est clair, tous les "comprendre" les
réponses aux commissions parlementaires et
la presse et a répondu comme n'importe
quel parti.
Voici les pratiques fondation qui soutient
l'ancienne nomenclature de la psychiatrie.
Ces personnes sont clairement contre la
réforme, parce qu'ils ne pourront jamais
attaquer un système qu'ils ont créée et
qui, à son tour, il a consolidé le
pouvoir. Inapoierea psihiatriei roumain
est principalement exposant inapoierii
cette catégorie de troubles psychiatriques
conducatoare. Ces personnes sont tombés
victimes de leurs actions demolatoare par
le rejet des concepts qui ont été publiés
en psychiatrie au cours des 50 dernières
années, mais qui viennent de l'Ouest - la
psychologie, la sociologie, psihosomatica,
resocializare. Comment pourraient-ils
maintenant faire son adjudece ces
concepts, ou radem à faire sa
psychothérapie, une méthode qui
ridiculizat ont toute une vie?
En psihiatria temps criptocomuniste
présentera les aspects suivants:

-- La lutte pour le pouvoir acerba


ancienne nomenclature
La lutte pour le pouvoir comprend à la
182

fois l'ancienne nomenclature, un réel


gerontocratie aujourd'hui, ainsi que les
communistes à la deuxième ligne, qui, en
raison de l'incompétence sont toujours
maintenus en tension dans la mer tartori,
c'est la raison pour laquelle aujourd'hui
asalteaza furibund postes de pouvoir
(nécessité de devenir libéraux ou PNTCD-
ISTI). Tous les professeurs et le chef du
service psychiatrique, presque sans
exception, ont travaillé dans la période
communiste, et aujourd'hui parghii tenir
la même puissance. Bien que les politiques
dossier semble ne plus avoir aujourd'hui
un important parti communiste, ni moi ne
peut spijini Mai, le Ministère de la
Santé, quel que soit le titulaire (bien
sûr pas se référant à catastrofalul Mincu,
pour lesquels il n'existe pas de degré de
comparaison), maintient le même
reactionari officiers et antireformisti.
Il n'existe pas de véritable concours ou
des concours, et obtenu les positions sont
tenues pour la vie. Dans ce contexte, et
maintenant l'opposition psihiatrilor est
nesemnificativa, même les jeunes non
seulement des exercices conformisme.
Dans ces conditions, anciens et
nouveaux nomenclature n'est pas une
préoccupation permanente que l'offensive
"SARM", en particulier contre les
organisations et personnalités de l'Ouest,
mais, comme par le passé, roumain
psihiatria très peu d'attention sur les
Occidentaux. Psihiatrii Si les Américains
ou les Anglais sont circumspecti Mai, les
Allemands ou en néerlandais, et en
particulier les français se sont retrouvés
près de coplesiti "charme" l'ex-
183

nomenclaturisti. Certains anciens


nomenclaturisti même occuper des postes
dans les organisations internationales
spécialisées et les tenir avant 1989,
c'est-à-dire lorsque ces nominations ne
sont que de la proposition Securitate.
-- Soutien des fonctionnaires, en
particulier le Ministère de la Santé, pour
l'ancienne nomenclature communiste
Sans processus d'élaboration de
l'intention, le ministère de la Santé a
promu avec un étrange Verva aux postes de
décision, parfois les gens d'âge très
soumis, en tout état de cause, tous les
tartorii psihiatriei communiste. Ainsi, le
Conseil de troubles psychiatriques outre
le ministère de la Santé est composé
exclusivement d'anciens et actuels et
nomenclaturisti Gorgos, qui traite de
"lever" dizidentilor a été secrétaire de
la commission psychiatrique, mais aussi l
' "Ordre des médecins« le plus important
institution de l'éthique médicale. Très
souvent, comme par le passé, semble
changer avec la rotation de la revue des
différentes fonctions de gestion. Les
enseignants passé communiste (Hamilton,
Milea, Grecu, Romila) sont chefs de
psihiatritice problèmes et d'éduquer les
étudiants et les résidents. Tous les chefs
de département de l'ancien régime occupent
maintenant les mêmes positions, faisant
tous les comités stafful psychiatriques
(médico-juridiques, la capacité de
travail, etc.) Ils sont les seuls
interlocuteurs de direction, des étrangers
qui visite les hôpitaux, exige uniquement
que interlocuteurs et la presse. Dans ces
nomenclaturisti province formé un réel
184

pouvoir local mandarinat anciens


communistes.
Une fois en fonction de ministre de la
Santé en Mincu, la triste renommée
communiste, un noir MAREE élargi au fil
psihiatriei. Tous les comités spécialisés
ont été traitées les eaux usées de tout
médecin qui ne fait pas partie des anciens
communistes du personnel, la Commission
pour abus de recherche psychiatrique -
Diacicov - a été pratiquement desfiintata
par nomination au poste de président de
Hamilton enseignant, ce qui signifie en
fait inghetarea toutes les activités.
Ministère de l'éducation et U.M.F.
Bucarest appliquer exactement le même type
de mesures de promotion imposturii
communiste et trucate concours.
Bien qu'il ne soit plus en fonction,
Iulian Mincu est connu comme une personne
morale avec un profil execrabil: l'ancien
président de la commission idéologique de
recherche des enseignants, l'homme
d'origine de Ceausescu, qui base les
programmes "nourriture rationnelle», En
fait, infometare population. Mais, comme
pour socotim profil ou moralement, il
n'est pas nécessaire de reproduire une
lettre que tartor incompétent que par les
organes partie, lettre écrite le 7 Mai
1970, dans lequel ils dénoncent en chef
dont le travail qu'il voulait, il n'est
pas juste un autre scientifique
spécialiste du diabète prof Pavel, fait
face à son maître. Reproducem lettre de la
vie médicale, 30 Décembre 1994:
"Tovarase président,
Le 29.IV.1970, sans adresse.
2721/1970, nous avons reçu de l'USSM
185

Society of Internal Medicine, Département


de nutrition maladie, un formulaire signé
par le professeur Dr. John Paul Sdrobici
Dan, avec le Congrès national du diabète,
le congrès se tiendra du 23 au 24
Septembre 1970, Bucarest.
En tant que chef du Département des
maladies métaboliques et de nutrition, le
seul département profil et centrales de
méthodologie pour le pays, comme un membre
de la direction ne sont pas d'accord avec
la manière de l'actuel président du
département, pour les raisons suivantes ..
.
Tous ce Congrès a proposé le réexamen de
N. Paulian, au motif qu'il serait
découvert l'insuline. Je crois que cette
intention doit être donné plus
d'attention. En fait ici nous trouvons la
réponse pour l'ensemble de l'activité pour
les 30 dernières années le professeur
Paul, qui non seulement n'a pas créé une
école de nutrition romaneasaca, mais a
essayé de détruire et denigreze tout ce
qui était capable et progresist dans ce
domaine.
Tout d'abord, nous sommes contraints de
reconsideram Paulescu problème du point de
vue de la découverte de l'insuline
(tendentioasa suit une liste de faits).
Monde monde scientifique ne le reconnaît
pas et de ne jamais reconnu comme
descoperitorul insuline. Il a également
décerné aujourd'hui un fait scientifique
et non nedovedit temps est ridicule ...
L'espace ne nous permet pas de mettre
l'accent sur la thèse de son réactionnaire
final de la biologie, de matérialisme, de
l'âme et Dieu. Trop, qui nie darwinismul,
186

materialismul, l'évolution du site sur les


plus réactionnaires que la position n'a
jamais été un roman scientifique.
Est-ce qu'ils fond que USSM, Pavel, veut
réhabiliter la mémoire de Paulescu ...".
C'est patriotul et ministre Mincu, et
imaginez-vous, si vous avez écrit à USSM
l'affirmative, comment est-il le faire
note d'information sur la sécurité. Et
pourtant, M. Iliescu, il a nommé ministre
de la Santé. Que peuvent faire les pays
attendent de cet homme? Mais psihiatria?
Sous la direction de Mincu pratiquement
sistat activité des comités à la recherche
psychiatrique abus. Vous pouvez imaginer
les résultats et l'objectivité de ceux qui
sont nommés par lui.
-- Formation d'association libre
psihiatrilor
Une des actions les plus importantes de
l'âge criptocomunista la mise en place
d'Asotiatiei Psihiatrilor Gratuit (APLR).
L'idée d'association, comme nous l'a
montré en Mai, a commencé depuis la
dictature communiste. Après la révolution,
la nécessité d'une association
indépendante avec une grande acuitate et
l'idée de créer il semble même au premier
jour. Les faits se déroulera plus
rapidement. La nomenclature a été limbes
de la psychiatrie et s'attendent à des
représailles, comme ils facusera avec
psihiatrilor élite quand ils ont pris le
pouvoir. Toutefois, des actions ont été
signalés à détruire les dossiers par le
feu et les inondations. L'excédent de la
démocratie et en particulier les
anticeausism d'entre eux est devenue
grotesque.
187

Le 31 Décembre 1989 est officiellement


lancé le premier appel à l'APLR Marian
Popa, sur une longue expérience de la
lutte contre l'anti-après de longues
discussions avec l'enseignant Pamfil,
lance un fervent appel à la communauté
psihiatrilor, un appel nerevendicativ sans
désir razbunare.
Les choses se précipita. Laissant la
nomenclature amorteala, vue que la
protection de la démocratie et d'attaquer,
et ils proposent une association dénommée
Association Psihiatrilor de la Roumanie
(APR). Il fait une grande conclav à
Predeal dans lequel tous les pays
nomenclaturistii discuter de la gravité de
la situation. Apparaît maintenant que la
nomination imminente de C. Gorgos comme
médecin-chef de la capitale. Cette fois,
l'avenir des psychiatres libre réagit avec
violence. Le viguros lancer une
protestation, et sa nomination est
sistata. Il existe des tentatives de la
part des enseignants et soumise au
paternalisme APLR, mais si Hamilton ne
réussiront pas, malheureusement, Romila
réussir. Entre les deux organisations ont
eu de nouveaux échanges de messages et les
allégations. L'accusé est à Predeal sur le
droit de tous les abus de psihiatice âge
ceausista.
Le 11 Mars 1990 l'initiative de groupe
APLR organisé un débat avec les
prisonniers qui Fostilor Policy
Association, où il a établi un jaloanele
actions de réhabilitation des victimes de
l'ex-communiste psihiatriei. Déjà dans la
presse, M. Diacicov lancer un appel pour
la création d'un comité de recherche abus
188

psychiatriques. La Commission est


constituée sous la direction de Diacicov
et de nombreux membres du groupe APLR Mais
pas déplacent beaucoup et il destituie
ministre de la Santé et a demandé à
Diacicov a été un enseignant
nomenclaturist Ionescu, après que le
comité n'a plus pratiquement aucune
activité.
Le 19 Janvier 1990 Rompres annonce
imminente alcatuire l'APLR, et beaucoup
paraissent dans la presse des documents
sur les abus psychiatriques. Le 18 Février
1990 est la première forme de alcatuieste
statut de APLR par le Dr Marian Popa,
après le début de recueillir adeziunilor
enregistrement. Le dossier soumis à
judecatorie et la condamnation de
1763/1990, le 20 Juin, l'organisation gain
de statut juridique.
Le 26 Mai 1990 a organisé le premier
congrès de formation, suivie par un
certain nombre de colloques qui sont
tineau mensuelle initiale dans divers
centres psychiatriques dans le pays.
À colocviul jubiliar lieu à la réalisation
de un an à compter de sa création est
inainteaza parlement et MS appel à une
réorganisation et la réforme en
psychiatrie, mais il est resté sans
résultat.
Entre 2 au 4 Octobre 1992 a tenu la
première Conférence internationale des
APLR, où ils ont présenté des
communications personnalités dans le pays
et à l'étranger.
Malheureusement, après une période
d'activité, la direction, sous la
direction de Romila, mis en activité un
189

travail de routine, neinteresanta,


randurile Association rarit été déçus
parce que ceux qui ne pouvaient plus
effectuer l'organisation et Mai ont
maintenu les principes initiaux. Les
cadres dont jouissent certains matériaux
de gain offert par l'association: la
photocopie, l'ordinateur, un peu d'argent
qui n'ont pas été vérifiées comme
destination, ce qui représente peut
modifier un traité psychiatrique, Romila
est devenue éternelle invité à l'étranger
chaque fois qu'il a envoyé une invitation
à l'association. Au lieu de cela, Romila
décidé d'édition des traductions
négligeable, ne parlons plus de leur
qualité. Peu à peu est devenue alienanta
activité, les méthodes de direction
dictatorial, et de forme élections avec
les mêmes résultats (Romila président),
l'adolescent disparu, et l'organisation
s'est transformée en un groupe Romila
administratives connexes, au sens
subordonatilor son service de 9 à qui Il
est médecin-chef. Donc, il est mort une
grande illusion. Aujourd'hui, A.P.L.R. Mai
il ne naivi pour certains collègues à
l'étranger. Il prévoit une réforme de
l'organisation et de jouer sa jeunesse,
qui ont fait de prendre la tête hors de
stratégie et de mettre en place. Romila-t-
il - l'enseignant - ne sera jamais remise
d'une entreprise si importante?

Chapitre IV

Problème de l'après-Romanien PSIHIATRIE


190

TOTALITARE

Europe de l'Ouest détruit après-


guerre économique traumatizata des
idéologies totalitaires et l'horreur des
camps de concentration, l'élaboration
d'une conception démocratique umanista et
sera engagé dans la construction de ce qui
sera appelé plus tard "la conception des
droits de l'homme", un instrument
redutabil opposition à l'encontre de tout
les formes de totalitarisme ou tiranie,
dont la victoire est devenue évidente avec
une chute de l'idéologie communiste et le
lever du soleil destructurarea en Europe
et en particulier de l'ex-URSS
En plein effort de création d'une nouvelle
conception du destin et des droits de
l'homme, l'opinion publique en Europe
occidentale sera frapata que dans
l'immédiat à près - dans l'intimité de son
- persistent après une institution fondée
sur les principes de totalitarisme que
l'entreprise respinsese officiellement une
institution qui injosea personnalité
humaine - psihiatrica traitement
institution, héritée de siècles
précédents.
Ainsi a commencé la grande révolution
sociale en psychiatrie, qui zdruncinat
révolution de la fondation non seulement
l'hôpital psychiatrique, mais en fait,
même ce que l'on appelle psihiatria
classique. Cette révolution a imposé des
changements radicaux tant dans le domaine
conceptiilor psihopatologiei, mais, en
particulier dans le domaine du traitement
et de traitement institution.
191

Traumatizata l'humanité après ororile


fascisme, menacés d'un nouveau
totalitarisme - les communistes - des
institutions avec un goulag, pas plus en
mesure de permettre et, sous le couvert
d'un monde idéologie, structures d'appui
institutionnel carcerale, le type azilar,
les institutions génératrices de
souffrances injosire et humaines.
Malheureusement, cette révolution n'aura
pas une chance de surmonter le rideau de
fer, ce qui explique pourquoi aujourd'hui
nous pouvons compter précisément inapoiere
ans - 45 -, qui seront ajoutés,
incontestablement, le sens exact d'autres
aussi longtemps que la nomenclature et
criptocomunist psihiatria sera dainui en
Roumanie.
Les Romains ont découvert après
evenimetele en Décembre 1989 l'horreur des
enfants abandonnés, des enfants de maisons
»et caminelor - hôpitaux, hôpitaux
psychiatriques horreur du régime
communiste répartis dans tout le pays.
Si l'Europe de l'Ouest de la years'50
était brisé économiquement,
spirituellement, mais prêt à renasca, ce
qui a permis le déroulement d'un
"bouleversement social" en psychiatrie,
psihiatria il semble que la Roumanie est
en voie de perdre l'opportunité historique
de la Renaissance. À l'ère totalitaire
psihiatria était une copie fidèle de la
société qui a jugé, et après 1989, la même
psychiatrique présentera toutes racilele
la société roumaine post-totalitaires: la
même nomenclature des postes clés à tous
les niveaux, Deruta et le manque de
vigueur idéologique à motiver les
192

changements psihiatrilor la plupart des


scénarios et des actions diversioniste
type securist, l'apathie généralisée, le
manque d'espoir, de matérialisme levis.
Bien que son mai absurde, parler de la
lutte contre la dizidenta après la
révolution de 1989, date à laquelle au
moins en théorie, un certain nombre de
libertés ont été obtenus en dépit du
caractère officiel du système démocratique
mis en place, sont toutefois restés
seulement formelle, et si elle vient à la
psychiatrie, près de qui n'est pas rien.
Nous pouvons dire sans crainte de GReSI,
comme dans tout ce psychiatriques pas
significatif s'est produit après 1989. Il
ne s'agit pas ici des nuances ou des
métaphores, la tâche de réformer le
roumain psihiatriei post-totalitaire est
beaucoup plus lourd que celui de
psihiatriei occcidentale après 1945.
En Europe occidentale de ces années, la
guerre et le totalitarisme fasciste a été
perturbé pendant plusieurs années
seulement un système démocratique qui, en
raison disparitiei causes, peut
immédiatement reprendre leur cours normal.
En outre, les années de répression et de
terreur ont conduit à une accélération de
ce processus. Sociologiques Révolution qui
a suivi a été l'histoire », il venait
desavarseasca désir de perfection de la
démocratie comme un système.
Lorsqu'une personne nous voit des
conditions similaires? En Roumanie post-
totalitaire état en est une autre. Force
antebelice la démocratie est forte au
début bulversata par le fascisme et puis
par la guerre, l'occupation soviétique et
193

plus de deux générations endoctriner


marxiste, l'expérience de 45 années de
totalitarisme communiste.
Il mai être pas parler d'une continuité ou
une petite interruption. La démocratie
doit roumain reconstruit peu après le
début, le seul espoir que ce modèle de
dirigeants occidentaux, malheureusement de
manière indifférente à nos besoins.
Le phénomène est resimtit par l'ensemble
de la société roumaine. Psihiatria est
trop petit pour proposer leurs propres à
résoudre la réforme et révolution
democratizarii la société roumaine.
Théoriquement parlant, l'actuel mouvement
de réforme en psychiatrie, compte tenu du
cadre général dans lequel se déroule, il
apparaît, comme dans la période
communiste, comme un dur et dangereux,
notre société est encore impregnata avec
la mentalité communiste, et l'évolution de
notre société n'est pas comme une voie de
la démocratie, mais nous pourrions même
dire au contraire. Avec regret devraient
reconnaître que la génération actuelle de
psychiatres procédera à la réforme de la
psychiatrie comme une «destruction» de la
discipline dans laquelle ils vivaient dans
adolescenta jusqu'à l'échéance au-delà. Ce
sens de la "destruction" a été respecté et
psihiatrii de l'Ouest, où la réforme a été
mis dans le travail, c'est la raison pour
laquelle il n'ya pas de psychiatres ont
été le principal programme de réforme.
Il ne s'agit pas seulement ici,
l'agressivité de l'ancienne nomenclature,
qui est toujours occupe tous les postes
clés, mais de rechercher une génération de
médecins - educata dans psihiatriei esprit
194

socialiste, avec un même niveau


scientifique année 1920 - 1930, même
l'administration qui a été interdit de
contact avec psihiatriei occidentale idées
- de participer à la destruction des
anciennes psihiatrii qui il a pratiqué et
une pratique encore, comme on peut le
comprendre qui sont posées trop. Cela
explique en partie l'apathie, l'adhésion
fillette, descalificarea, la peur du
changement et acrosarea l'ancienne
nomenclature, qui securizanta action de la
direction d'un exercice (comme certains
neadaptati tanjesc même après le
paternalisme la vie sociale qui offrent
leur le gâchis).
Même dans l'Ouest, entraînant reformarii
psihiatriei ont été les premiers grands
hommes de la culture, des journalistes,
des psychologues, prelatii et le dernier
mais pas moins l'opinion publique.
Malheureusement, psihiatrii Roumains sont
toujours en mouvement de réforme queue ici
et peut appliquer les meilleures trouver
de sociologie comme "une institution ne
peut pas être changé par les personnes à
l'intérieur, en particulier quand ils
prennent sur les traces de cette
institution."
Une telle institution ne peut pas changer
seulement par ceux qui souffrent à cause
d'eux - mais qui accorde de l'importance
alienatilor mental? -- Ou peut-être les
gens qui viennent de l'extérieur
instiututiei, dans notre cas, la jeune
génération. Strigatele les souffrances des
patients psihici ne sont pas entendus, la
société prendra fin avec difficulté ont
tendance à rejeta les patients psihici, et
195

la maladie auront une incidence sur les


préjugés encore long psihiatria et psihici
patients.
Il est donc naturel que les journalistes
et autres personnes de cette culture
pretuiesc plus de liberté à la "première
vague" qui nécessiterait un changement
anacronice institutions.
En psychiatrie, la révolution de 1989 n'a
pas apporté quelque chose essentielle, ni
sur le concept général de maladie ou de
santé mentale, ni celle qui concerne
l'institution du traitement. Après la
découverte fervoarea "camps
psychiatriques, les médias internationaux
et surtout international a pu trouver avec
stupoarea comme psihiatria a dû faire face
non seulement par l'indifférence batjocora
psychiatriques et les structures de
gestion, mais aussi l'opposition et de la
violence après un plan bien. Cela a été
possible parce que tout l'édifice
organisation, la pyramide du pouvoir dans
des hôpitaux psychiatriques sont restés
inchangés à la suite de "socul révolution"
qu'ils n'ont pas trouvé ce que vous avez
peur, ni pourquoi son changement de
comportement, de petites opérations
cosmétiques il déjà familier. Ainsi, si
ces dirigeants communistes invatau nous
psihiatria est une discipline de «grand
implications idéologiques", une discipline
dans laquelle materialismul dialectique
être associés en particulier à travers les
explications qu'ils dadea vie mentale, les
mêmes personnes après la révolution de
changer le ton de la manière radicale
psihiatria déclarant que pur une
discipline médicale dans laquelle
196

l'idéologie communiste, ne doit pas être


mélangé, pire encore, a commencé acuze
idée que toute réforme ou de
réorganisation psihiatriei signifierait un
abus de la psychiatrie contre la
politique.
Il est clair que, dans une pratique
psychiatrique dans l'ancien système
remorque et l'ancienne nomenclature,
l'ensemble de la structure de l'opposition
et dizidenta période prerevolutionara
doivent combattre dans des conditions
presque identiques, être soumis comme par
le passé la marginalisation, la
persécution et, plus récemment, de par le
biais de campagnes diffamatoires journaux
et télévision, y compris des attaques
physiques directes. C'est aussi la raison
pour laquelle la Ligue de lutte contre la
psihiatrilor, qui a été créé en 1979, ne
veut plus la légalisation, de garder
intactes leurs structures d'organisation,
dans le contexte dans lequel un total
retour au passé, y compris l'abus
psychiatrique politique, peut devenir
chaque fois que possible. Pour ces
raisons, nous pensons que tout était
infaptuit dans la lutte pour le progrès
après 1989 vous psihiatriei tous les
mouvement d'opposition et dizidenta et
sera la même, aussi longtemps que
establishmentul psychiatriques seront
imprégnés par la pensée marxista et dirigé
par l'ex-nomenclature. Dans ce contexte de
troubles psychiatriques opposition
continuent d'être actifs, utiliser des
méthodes de lutte contre la période
communiste, démasquer les abus continué et
lutte pour la promotion d'un véritable
197

psihiatrii social roumain. Il ya donc un


grave tradition. Depuis 1977, I. Vianu
annonce officiellement l'opinion publique
internationale et internarilor abusif sur
l'existence de notre pays, la manière dont
ils sont traités les prisonniers de
conscience. En même temps que la
dégradation de l'éthique de notre
psihiatriei a souligné inapoierea et de
ses scientifiques, idéologiques abus de
dogmatismului (I. Cucu 1979, 1982, 1983),
ensuite parce que "les arrestations
psychiatrique" à dr demascate Mirontov-
Toculescu, condamnandu l'utilisation
psihiatriei contre dizidentilor politiques
dans la huitième décennie de luase
questions en suspens et en proportion de
la masse (en particulier dans prejma
d'importants événements politiques). Ces
arrestations vrai psychiatrique ne peut se
produire sans la coopération des autorités
médicales qui fournit les moyens, alors
que la sécurité offerte une liste de
personnes indezirabile et supravegheau
fidélité psihiatrilor impliqués dans
l'action.
Après 1989, il a été estimé qu'il serait
naturel de faire un bilan de l'injustice
et les abus du régime communiste. Des
centaines de cas ont atteint vérifié
devant officielles et de comités
indépendants, comme un premier pas vers la
découverte de la vérité.
En 1990, elle produira nr.118 décret-loi
qui établit, ainsi que dans le cas des
prisonniers politiques, les droits des
prisonniers goulag psychiatrique à être
indemnisé pour le matériel et tort moral
subi. Beaucoup ont été reabilitati, mais
198

nombre d'entre eux ont refusé de rétablir


la vérité.
Prezentand situation dans notre pays, I.
Vianu - 1990 - a souligné qu'il est
caractérisé par la coexistence d'un espace
de liberté avec plus de terreur extrême.
Bien que la presse est libre et à
l'intérieur de nombreuses institutions ne
sont pas sfiesc multi-vue et dire, en
sachant que devra lutter contre les
risques, la izgoniti de pouvoir encore en
service defaimari grosolane et même
physique atentate. Dans l'ensemble, et de
la psychiatrie en particulier, il est l'un
des points forts omniprezenta de
intunericului, en contraste avec le
paysage roumain est né.
Au cours de la régime de Ceausescu, de
sécurité, relié par fil de milliers partie
des actifs, transformase déjà en vigueur
un redutabila, monstruoasa une véritable
organisation criminelle avec de multiples
ramificatii, protéger non seulement le
régime communiste, avec tous ses abus,
mais par et evoluand un réseau terroriste,
et en partie autonome necontrolata, ce qui
pourrait deda les plus samavolnice faits
au nom de la défense d'une tyrannie qui a
servi avec zel. Le psihiatriei et les
utiliser pour ce monstre est seulement une
forme mineure, par rapport à l'ampleur de
ses actes.
La sécurité a été établi dans l'ancien
régime une manière parfaite et inarmata
d'entrer clandestinitate, et le cas
psihiatriei nous prouve que ce n'était pas
seulement possible, mais est également
présent.
Multiplele Securitate structures, y
199

compris ceux qui sont en psychiatrie, qui


scapau peut-être même à l'intérieur de
contrôle, étaient et sont prêts à se
transformer en autant de tous les
comandouri indépendant pour agir en leur
propre ou pour commander certaines
institutions ou sur l'ensemble du
territoire du pays et, pourquoi pas, et à
l'extérieur des frontières.
Arsenalul securist utilisés dans
psihiatria Roumanie après 1989 a été
variée: des menaces individuelles et de
groupe, atentate l'encontre de certains
individus, les campagnes diffamatoires
visant à partizanii innoirii. Ces forces
observation le principal obstacle pour les
troubles psychiatriques changements dans
la manière et le cancer du terrorisme
securist pas maintenant, ni a une chance
d'être arrêté. Psihiatria est devenu si
ostatica actuels et anciens de la
nomenclature et système institutionnel de
la sécurité depuis le régime de Ceausescu.

Peut-être que rien n'est plus


caractéristique souligner I. Vianu que
securisto de style psychiatrique qui était
exploité par le dirigeant syndical V.
Paraschiv, cas connu dans notre pays,
ainsi qu'à l'étranger.
Voici un échantillon de ce qui se passait
dans psihiatria roumain, avec seulement
neuf mois avant la chute de Ceaucescu,
lorsque l'ensemble du système communiste a
été daramat l'Europe, à l'exception de la
Roumanie et l'Albanie. Ainsi, le 22 Mars
1989, V. P. est enlevé par un commando
d'individus qui se considèrent comme des
agents de sécurité. V. P. est conduit dans
200

une maison où conspirativa pendant 7


jours, battus et soumis à salbaticie de
sources de lumière aveuglante. Il menace
que la question sera de certaines vipere
lieu dans une cage ci-dessus. Après les 7
jours de la torture est dirigée Voila
l'hôpital, où il a forcé les 21 jours,
sans percevoir un traitement
psychiatrique, seul le temps nécessaire
pour la disparition vanatailor et
d'effacer les traces de torture. Dans la
journée externarii V. P. est exigée par le
médecin chef de section et
"psychothérapie", vous êtes dans un
discours qui est tenu de renoncer à sa
conviction qu'il serait faux espoirs
d'être impossible en raison de sa
politique. Le médecin met fin à la vie en
danger, adressée «patient» et à travers
lui à tous ceux qui se indrazni pour
entrer dans le conflit sanglant avec
securisto-dictature communiste "les
patients sont enfouies dans la terre, et
les médecins sont en ingroapa support
papier, ce qui permet le dossier
psychiatrique de falsification . Le 18
avril V. P. Externat est le diagnostic de
psihoza deliranta chronique sistematizata,
le diagnostic en contraste total avec la
réalité, un faux intellectuel réel.
Aujourd'hui, quand les idées de V. P. a
été atteint (en treacat être dit, il a été
déclaré citoyen d'honneur de Ploiesti),
lorsque de nombreux syndicats
indépendants, comment pourrait ceux qui
ont torturé d'alléguer que, en Mai il
était malade psychique ? Eh bien, je peux
voir. Cela permettra de soutenir
aujourd'hui, sur la base de "hartiilor"
201

qui ont enterré constiintele, tandis que


VP Il est évident en face de tout individu
comme une normale psychologique, l'adresse
et l'identité.
"Nous sommes libres», a déclaré l'appel
A.P.L.R. en Février 1990, nous pouvons
enfin dire la vérité, la vérité de ce qui
était à craindre tant de dictature.
Psihiatriei, disent les auteurs appellent,
ont été conférés depuis des décennies
presque un statut clandestinitate,
spécialisées mineur, même rusinoasa, bien
que le pouvoir est souvent servi. Mais
dans une société aberatiei la terreur et
de haut niveau politique de l'Etat, tout
est possible. Tout est possible dans une
société qui favorisent la notion de "homme
nouveau" la culture, en fait, la haine
contre les personnes servilismul,
duplicitatea.
Sur le plan social a été établi que
"deux poids, deux mesures" double
conscience que, pour une façade et un
autre pour un usage interne. Cette
stratégie qu'il a proposée neantizarea
fiintei de l'homme et, malheureusement, il
comprend de psychiatres et de la
coopération pour mettre un homme un acte
de planification de la souffrance par la
dictature. De cette façon, nous avons
assisté à macinarea physique permanente et
la résistance psychologique de la
population par infometare, le froid,
incarcerare, Deruta. L'ensemble de la
société est devenue un camp de
concentration, un goulag dont les
conséquences réelles, pas plus qu'ils ne
peuvent être correctement évalués, mais
incontestablement conduira à une demande
202

croissante de l'aide médicale.


Le médecin est devenu un tel psychiatre
Liman le dernier espoir, elle est
intimement liée, peut-être le plus intime,
la tragédie de toute la nation. Chaque
psychiatre, dans ce contexte, a travaillé
avec plus ou moins habilement courage et
souvent dû rester dans expectativa, mais
la plupart ont été psihiatrilor premières
personnes.
Après la révolution, aussi oscilatii Mai
et pas de sens ou de justification. Pour
psychiatre n'existe plus aujourd'hui de
détresse privation de liberté physique ou
suprimarii. Pour ces raisons, aujourd'hui
est un tacerea action et la tactique
culpabila politique de rémunération après
Fidelity ne pas avoir leur place. Il y
avait souligner un des appels APLR, les
médecins qui ont travaillé avec le
pouvoir, et d'autres ont protesté riscandu
sa vie. Le temps est venu pour les deux à
réévaluer la situation et de lutte pour le
tort moral et scientifique renaissance de
la profession pour laquelle ils vocation.
1. L'abus politique - avalanche de
divulgation post-révolutionnaire
Même pendant le régime communiste, une
éminente personnalité de la nomenclature,
comme le général John Ionita, Ministre de
la défense, a le courage que Bureau
politique du PCR d'exiger des explications
sur le fonctionnement des hôpitaux
psychiatriques subordonné au Ministère de
l'intérieur.
Facandu l'écho de nombreuses nouvelles en
provenance de Roumanie, agence TASS - de
l'ex-URSS -- Transmitea suit: «Jusqu'à
récemment, les citoyens roumains ont été
203

témoins de nouvelles ingrozitoare:


infirmieri et militieni insfacau
directement de la rue les gens qui opuneau
avec désespoir, et le legau dirigée par le
Save-directement inconnue. Ces événements
sont dépensées principalement en veille
d'importants événements politiques (le
congrès du parti, visites d'Etat). Les
directions territoriales pour la santé des
hôpitaux envoyé des listes de patients
dangereux ", accompagnée des documents
nécessaires spitalizarii, de les faire
mention« urgent ». Parmi ces «clients» des
hôpitaux sont tellement numarau personnes
atteintes de troubles mentaux légers,
ainsi que des cas avec inclinatii
dizidente. Protestele certains psychiatres
ont déterminé leur licenciement, et les
recherches ultérieures ont conduit à la
conclusion que ces "spitalizari" ont été
faites à la demande de la sécurité. "
C'est incroyable comment, dans ces
conditions - connu de tous psihiatrii dans
le pays, et à l'opinion publique
internationale - la tête de décennies de
psihiatriei roumain (pour ne pas dire, ils
stapanul), avec le soutien nonsalanta que
"notre psihiatria pas été utilisés dans
des raisons politiques ".
Comme dans l'ex-Union soviétique, en
Novembre et le haut de la pyramide étaient
en position neadevarului. Comme Morozov ou
Babeev ancien U.R.S.S., V. Predescu,
Ionescu, Milea ritos dit qu'ils n'avaient
pas connaissance de l'existence de
troubles psychiatriques internarilor des
raisons politiques. Comme ce fut le cas
dans l'ex-URSS, en Novembre et l'ancienne
nomenclature des troubles psychiatriques
204

marma resté à la discipline et pour ces


raisons psihiatria est exclu du processus
de réforme. Après tout, c'est le style
communiste, toujours agressif et le déni
de la réalité, même quand il est évident
ici depuis l'ancienne partie des militants
et leur style de travail.
Après tout, les abus de position dominante
à travers le communiste abus
psychiatriques sont en nombre limité. Mais
dans ce cas est d'environ médecins et leur
alliance avec une puissance nemedicala,
represiva pouvoir de la dictature. Pour
cette raison, nous pouvons dire que
psihiatria, ainsi que Eugenia hitlerista,
servi dans l'accomplissement de la plus
haute ticalosii la vie sociale. Il est
triste de nombreux constati beaucoup du
régime communiste à réussir psihiatria en
cause et déterminer un aprioric rejeter
tous les concepts des sciences humaines
disciplines.
L'utilisation du diagnostic psychiatrique
dizidentilor à discréditer les politiques
et les isoler dans des établissements
psychiatriques sont choses sérieuses et
que certaines personnes acomodate la
rivière et le mensonge nepasatoare
pourrait tolérer de telles actions. Il est
un exemple typique d'utilisation de la
science médicale dans un travail
systématique de la robotisation abrutizare
et la vie sociale. Psihiatrii tortionari
ont desconsiderat civique devedere
patients et ce seulement parce qu'ils ont
été présentées par les organes de
répression. Il a juste besoin d'un peu de
réflexion pour le prestige psihiatriei
aujourd'hui pour démontrer le contraire.
205

Une étude sur l'utilisation de politiques


psihiatriei à intreprins commission de la
recherche Abuzurilor Psihiatrice ville de
Bucarest, beaucoup de temps a été sous la
direction du Dr S. Diacicov, en contraste
avec l'opacité et reaua foi de comités
similaires des différents comtés. L'étude
a été publiée en 1991 par S. Diacicov.
Nous allons continuer de se référer à des
données qui ont été mis en évidence dans
cette étude.
Ainsi, invedereaza dès le début que le
nombre psihiatrilor qui a collaboré à la
fin de répression régime communiste est
très faible, mais suffisant pour jeter une
lumière sur Urata cette noble profession.
Il ya suffisamment prouvé dans les cas
d'abus qui est indiscutable. S. Diacicov
soutien dans transant analyse du comité
que l'un des principaux (fondée en 1990) a
entraîné deux aspects essentiels:
A. psihiatriei utilisation par les organes
de répression;
B. aservirea de psychiatres.
Bien que, dans tous les pays, il existe
des lois concernant la psihici patients,
l'étude du droit n'est pas determinanta,
le plus important étant l'atmosphère
democratca ou dictatoriala. Dans un état
de droit, même un cadre juridique pour de
graves maladies mentales conduira à des
mesures de répression beaucoup plus facile
que dans un État totalitaire. En fait,
comme je l'ai dit Vianu, psihiatria dans
le monde entier est un agent de contrôle
social, mais dans un régime communiste va
jouer un rôle politique. Mai banale dans
les conflits qui, toutefois, les personnes
concernées qui détiennent le pouvoir en
206

mai degenera les traitements


psychiatriques et le diagnostic. Admission
à la force n'était pas fait pour la
maladie, mais pour les événements - vrai
ou non - qui deranjau pouvoir.
Il est beaucoup plus simple, dit Diacicov,
internezi quelqu'un dans un hôpital
psychiatrique dans lequel l'individu peut
ZACA toute la vie et où toute forme de
protestation était impossible ou neluata à
l'esprit, mais dans une prison, en
particulier lorsque le système est vanter
que n'ont plus aucun prisonnier politique.

Toutes ces examinati par la Commission par


le Dr prezidata Diacicov ont été internés
dans le passé par la force ou par Militie
de sécurité, parfois avec la participation
Procureur pour assurer une justification.
Sechelele tels comportements n'ont pas
guéri, S. Diacicov citer une série d'abus
psychiatriques et après 1989.
À la suite du comité, les abus sont
possibles et que, dans la législation
intentionnellement laisse la possibilité
que, par une interprétation simple,
n'importe qui peut être déclaré fou. Ici
ambigua formulation du décret 313/1980:
«Je suis malade psihici dangereux ceux
qui, par l'intermédiaire de leurs
événements, mettre en danger la vie, la
santé, l'intégrité ou de son propre corps
ou de déranger les autres et à maintes
reprises sérieusement les conditions
normales de travail et la vie familiale et
la société. " Forces de l'ordre auront
maintenant l'occasion d'apprécier la
gravité des faits subjectifs, ils peuvent
se joindre et de distribution des
207

manifestes, des lettres, des plaintes, des


mots qui ne sont pas d'accord. Les organes
de sécurité ou parti politique, en fait, à
court circuitat étapes prévues dans le
décret et "bolnavul a été portée
directement à l'hôpital quand ils essaient
de manifesteze, même si la constitution
garantissant ces droits.
Une autre faiblesse Voita droit, à la
suite de l'étude des abus psychiatriques,
est obligatoire et le traitement des
patients psychiatriques, il n'existe pas
de dispositions dans la législation de
tout Etat civilisé. En Novembre, une
personne a examiné la loi ou trop fou,
dangereux, même s'il pouvait guérir, a été
prise en preuve obligatoire. Cela explique
pourquoi les événements spéciaux, dans
l'ensemble du pays, les personnes
suspectes ont été collectées et mises
aucune raison à l'hôpital psychiatrique.
Pour cette sécurité et la santé au travail
chaque unité a été patronata d'un securist
qui ont une bonne méthodologie mise en
place pour recueillir ces dangereux.
Ainsi, se référant au système mis en place
à Bucarest, comme il ressort de l'étude
Diacicov, ces actions ont été organisées
commando Gorgos, nomenclaturist qui dirige
l'ensemble du réseau ambulatorie de la
capitale. Un système similaire existe au
niveau de chaque comté, avec les
responsables de son local. Il est
disponible auprès du bureau de délivrance
des billets sans internare shell d'un avis
consultatif. Dans chaque comté, il ya un
hôpital entrepôt à Bucarest ce rôle avandu
il Cula hôpital, une salle d'hôpital
extérieur Gh Marinescu. Tout cela action
208

de Bucarest a été supervisé par le


Secrétaire partie "Santé", le célèbre mate
Purdel, arhicunoscut pour sa brutalité. Le
script a été similaire pour l'ensemble du
territoire du pays.
S’il vous plaît imaginer, dit S. Diacicov,
une masse de personnes qui, en vertu du
décret 313/1980, a été obligé de procéder
périodiquement à des contrôles, les
personnes qui, de temps en temps, en dépit
de leur position, ils ont été prendre à la
maison ou au travail, même dans la rue, et
internés par la force. Certaines personnes
dans cette catégorie sont présentés et la
bonne façon de internare autour de
différents événements afin de prévenir
degradanta attitude de "pescuiti" avec
force et traduits dans les hôpitaux.
Au sein de la commission d'expertise
décret 313/1980 psihiatrii faire un lien
entre "les actes de violence» et a décrit
les securist un certain cadre nosologic -
le plus souvent la schizophrénie. Mais
cela pourrait ne pas seulement se fonder
sur un manque de formation (en général,
les comités étaient constitués de chefs de
départements de promouvoir sur la base du
dossier), qui est déficiente éthique,
responsable, datorau mêmes causes. Cela
peut être étendu et médico-légales
comités, dont la psychiatrie territoriale
chefs de problèmes psychiatriques, après
des votes approuver par le Ministère de la
justice (par exemple, le chef de la
commission supraexpertiza le pays est très
V. Predescu). Pour ces raisons, ces pics
nomenclature des patients psychiatriques
examiné la forme, ils sont effectivement
reçu indicatiilor ci-joint de la partie
209

organes et de la sécurité, la plus commune


pour opozanti diagnostic est que la
schizophrénie paranoïaque ou comme une
reconnaissance de la "réalité
desprinderii" ces personnes sont en fait
en raison de leur manque de respect envers
le socialisme. Si quelqu'un critiquer un
état de choses peuvent être marqués par
des médecins que «la réalité de tous", de
façon paranoïaque, un fou.
En sa qualité de président de la
Commission pour la recherche psychiatrique
Abuzurilor, S. Diacicov revendications qui
n'ont pas pu faire grand-chose pour ces
personnes qui souffrent. Il a essayé de
leur donner seulement une réparation
morale, ce qui dorindu-lavage rusinii qui
a conduit à la stigmatisation psihiatriei
dans son intégralité. La vérité ne plus
être soit condamné à la prison, ni à
ospiciu.
En particulier bénéficié de l'appui de la
Roumanie dizidenta de Amnisty
International, la Roumanie est envisagée,
de même que l'URSS un des plus répressifs
pays dans l'utilisation psihiatriei des
raisons politiques.
En 1991, APLR, constatand dégradation de
la situation des hôpitaux psychiatriques,
un appel lancé par la Roumanie du
Parlement, qui propose:
1. construction de plusieurs hôpitaux
psychiatriques modernes et umanizate
appropriées;
2. incadrarea les hôpitaux psychiatriques
avec suffisamment d'assistants personnels
et surtout avec les soeurs et de
l'assistance sociale;
3. medicamete avec un approvisionnement
210

adéquat;
4. programme d'études pour les étudiants
et les secundarii de la psychiatrie;
5. changements dans la législation afin de
protéger les patients psihici;
6. organisation d'un Institut de
Psihiatrie social;
7. la composition d'un programme de santé
mentale;
8. politique de recherche abus dans l'ère
communiste psihiatriei.
Soutien et l'intérêt international est le
bienvenu pour lutter contre psihiatrilor
Roumains. Ainsi, toutes en 1991, les
Britanniques sont une réunion spéciale
consacrata hôpitaux psychiatriques en
Roumanie. L'objectif de cette réunion
était d'identifier psihiatrii Roumains qui
ont collaboré avec la Securitate et est
devenu de ses instruments pour effectuer
internari forcé et la discussion des abus
psychiatriques contre dizidenti, mais
aussi contre psihici patients et
l'ouverture de canaux de communication
psihiatrii entre l'Ouest et ceux de la
Roumanie. Parlement britannique a condamné
l'abus psychiatrique de la Roumanie, et
une délégation britannique a visité la
Roumanie à convaincre ceux qui incriminent
la presse internationale sont vraies ou
non. Ils sont identifiés et personnalités
impliquées dans la répression psihiatrica.
Mais il n'était plus nécessaire. La presse
roumaine identificase beaucoup ces
tartori.
Ici, en ce sens des conclusions journal
mot "(n ° 46/11/17 dec.199l):
"Abuzurile psychiatrique a eu lieu en
vertu de la règle des médecins qui ont eu
211

le courage fou de jouer avec l'esprit des


gens, et le courage dont ils ont occupé
des postes en raison inaltelor."
Ils sont présents dans le "tartorii"
psihiatriei peuple roumain qui ont mené au
moins au niveau de Bucarest, la torture
par le biais de troubles psychiatriques
prisonniers de conscience. Même s'ils ne
le font pas, personnellement, ont donné
des drogues ou electrosocurile, la
responsabilité et qui ont eu-oa été
énorme, et leur manque de critique
apparaît aujourd'hui comme un véritable
sfidare. Le journal sur le rouleau
principal coupable de l'abus
psychiatrique, ce qui signifie que ces
quelques nomenclaturisti qui intinat
honneur psihiatriei dans notre pays.
Novembre je vais énumérer tout comme les
journaux, mais nous présenteront leurs
principales caractéristiques.
Il est cinq à six nomenclaturisti coupable
d'abus psychiatriques sont, en substance,
certains arivisti toutes les personnes
modeste dotation intellectuelle,
culturelle, la connaissance
professionnelle et même philosophiques et
politiques, y compris la connaissance
marxismului. Mais tous seront utilisés
pour lien formel avec le communisme et
l'Union soviétique partie, comme de plus
en plus vigoureuse dans les postes de
leadership dans la profession. Tous ont
été, en substance, une partie des
militants dans psihiatriei. À terme, tous
les collaborateurs ont été payés de la
Securitate. Deux d'entre eux, toujours se
rappeler, ont fait des études complètes
adolescenta en URSS (corps professoral et
212

de doctorat), certains n'avaient pas de


qualification des adultes psihiatria (V.
Predescu être pédiatre) et une autre (G.
Hamilton) Venise transfert d'un
département de psychologie, Université de
Bucarest, tous les lecteurs, mais un
institut médecine clinique à un
département comme psihiatria. Deux autres
d'entre eux ont été promus directement
auprès des services médicaux Securitate,
où il est ocupau psychiatriques, mais ont
été pusi dirigeants du plus grand hôpital
psychiatrique dans le pays (Gheorghe
Marinescu) et des grands grands
polycliniques secteur - Polyclinique
Titan. Tous les polluants psihiatria avec
scriitura de la compilation, indoctrinata
idéologique œuvres qu'ils appelaient un
traitement psychiatrique, des
encyclopédies, manuels, etc unique en son
genre. Sur la base de laquelle ils ont été
forcés de former de jeunes médecins.
Absolument tous les partis ocupau postes:
secrétaire du parti, députés à Man, vice-
recteurs, les membres de comités partie
dans le centre de l'université ou de la
partie la santé. Tous étaient membres ou
chefs des comités médico-juridiques, les
institutions qui dirijau prisonniers
politiques psychiatriques camps. Combien
il serait difficile aujourd'hui
fonctionnaires de les identifier et de
voir ce qui a rendu criminel, même dans le
contexte communiste de lois, de cet âge,
mais l'ancien opozitii est aujourd'hui au
pouvoir, "s'il ya une volonté politique."
Toute la promotion professionnelle ou
avizata a été rejetée par ceux-ci. Journal
ocupau sont de différents secteurs
213

psychiatriques de répression
(ambulatoires, services de l'hôpital, le
système pratique incarcerare système de
lois et règlements relatifs à la
répression psihiatrica). Toute
publication, tout travail, magazine
spécialisé, tous étaient sous leur
contrôle direct. Nul ne peut prendre
l'idée de l'impression la route si elle
n'était pas avizata de ces tartori.
Souvent, dans les secteurs a entraîné son
vrai Vanatori organisé par vrajitoate. Ils
avizau de psihiatrilor départs à
l'étranger, y compris ceux de tourisme
commercial. De ce fait, ils avaient subi
non seulement dizidentii internés, mais
aussi de nombreux psychiatres, à commencer
par ceux qui y prennent enlevés afin de
les rendre et le lieu (Margareta Stefan,
professeur Stefanescu-Parhon, A. Dosios,
A. Retezeanu etc.) jusqu'à ce que le
psihiatrii simple, mais recalcitranti.
Ils ont été effectivement corifeii
"psihiatriei socialiste" psihiatria
considérée comme une bataille idéologique.
Tous dit et la compétence dans une manière
agressive, et ont imposé leur autorité par
la violence, par des méthodes
administratives. Ils étaient les seuls
accrédités partie d'éditer des livres,
écrire des articles et des rapports de
«programmation», cenzurau toute nouvelle
idée ou neconformismul en psychiatrie.
Organizand collective "noir", tous ont
lancé une littérature essentiellement
idéologiques, dont le professionnalisme
est Oprea la littérature classique à
l'année 1920 ou le seul soviétique
manuels. Presque tous les ouvrages ont été
214

publiés par "collectif", mais "sous


redactia" ces tartori. Le marxista,
idéologiques de ces travaux a été montré
avec obstinatie pour stapanilor leurs
yeux, et concepts occidentaux modernes ont
été rejetés sur la partie en ligne
activiste revoltat contre résidus
capitaliste. Neavand pas de concurrence,
ce genre de littérature a envahi le
marché, présentée comme "réel
psychiatriques matérialiste",
contrairement à la littérature decadenta
un psihiatrilor dizidenti lorsque, très
rarement en direct, et ils pourraient
publier dans le Mai édition de poche
beaucoup de papier.
L'enregistrement et la réhabilitation des
victimes face psihiatriei une période de
dictature, après la révolution, une grande
inertie et de mauvaise volonté. Ainsi, F.
G. Liuni - 1991 - a fait remarquer que ni
le ministère de la Santé et le Procureur
ou ne fait aucun effort pour identifier
les victimes psihiatriei politiques et
auteurs de ces abus, du moins aussi
longtemps que l'ancien tortionari et les
fonctions sont conservées, mais la
deuxième ligne ont assez d'enseignants,
preluand total maîtres de leur ancien
lieu. Il a donc été en mesure de cacher
les preuves ont été brûlés documents, puis
de passer à la persécution et
l'intimidation de ceux qui avaient
l'intention de révéler la vérité.
Impossible de parler de patriotisme et de
compétence de l'ancien nomenclaturisti. Au
contraire, ils ne cessent de faire l'objet
d'idéologie, ou une puissance étrangère.
Des anciens et actuels dirigeants de
215

l'élite communiste de la psychiatrie non


seulement ne permettra pas à trouver la
vérité ou vinovatilor la peine, mais
s'opposera à toute réforme de la
psychiatrie, perpetuand en fait
anacronismul psihiatriei socialiste.
Insusi système d'attendre passivement
les plaintes persécuter première est une
faille est l'auteur et demandez comment
est neintelegerea situation et la façon
dont elle est un désir de cacher la
vérité. Elle a eu le magazine britannique
"The European" à faire des déclarations
inflamante de supprimer le ministère de la
Santé de dormir. Mais les enquêtes ont
fait un véritable commando servi securist
l'encontre de ceux qui demandé la
divulgation des abus psychiatriques.
Pourquoi demander à l'auteur, tout doit
être fait pour elucidarea abus
psychiatriques doivent nécessairement
recevoir une impulsion de l'extérieur,
tandis que le roumain psihiatrii également
soulever des questions qui font l'objet
oprobriului et de la répression. Est-ce
que ça peut pas être considérée comme un
abus?
Marcanti membres de A.P.L.R. ont été
menacés, agressés physiquement et
calomniati dans les médias
criptocomunista.
Faire, demandez Fiona Anderson - 1992 -
n'est pas reprise en Roumanie ce qui se
passe dans les démocraties d'Amérique du
Sud, où la liberté a été conquise, mais il
est dangereux de ameninti les
tortionnaires du passé?
Qui étaient les tortionnaires du passé et
qui soutient, est aujourd'hui un des
216

principaux drame de psihiatriei de post-


totalitaire en Roumanie. Si les
tortionnaires sont confondus, pour la
plupart, ancien nomenclaturisti, les
personnes ayant des postes de
responsabilité l'ancien système politique
et administratif psihiatriei, est encore
plus difficile de comprendre une série de
"convertiri" post-communiste personnalités
du succès nous voir expérimentation
sociale-type de phénomène communiste de
Nottingham. "

A. Un cas tragique ***


Jetons un coup d'oeil en doute l'un des
exemples les plus tragiques de la
conversion, si M. P.
Medic exceptionnel et éminent élève de
nous, venant d'une famille qui a beaucoup
souffert à cause du communisme, lui-même
avoir souffert avec un deuxième diplôme en
théologie.
Sont nesansa mais pour être attiré, peut-
être voulu sans lui, dans le système
psychiatrique de répression, a fait le
point Voila l'hôpital et a même nesansa à
être "traités" sur la célèbre dissident V.
Paraschiv. Il est vrai que le médecin le
nom a été mentionné par les médecins comme
Amnisty international pénal, impliqués
dans le processus de répression
psychiatrique.
Purceada lieu à une reconnaissance
honnête, lui-même être une victime
angrenaj maléfiques, incadreze au lieu de
se battre pour le renouvellement dans
l'éthique de la profession comme je
l'aurais capacité permise, convertit,
contre toute évidence, dans un actif
217

dogmelor communiste appliqué en


psychiatrie. Voici comment il explique le
cas dizidentului V. Paraschiv:
"V.P. a été vu par plus de 20 médecins
psychiatres de divers hôpitaux et des
polycliniques, mais le patient ne semble
plus aujourd'hui ressemble à celle d'hier.
" V. P. imbolnavit serait parce que,
depuis 1952, elle a rejeté son
apartinatorii. À Voila a sous traitement,
mais il a réussi seulement prendre napoton
et electrosocuri (propre traitement
professionnel). Comment le Voila occupé un
lit dans un des meilleurs salons, et parce
que cinismul de parvenir à un sommet, M.
P. et décrit les thèmes fondamentaux des
réunions "psychothérapie" qu'ils ont pris
le patient: «Je sfatuiam à quelque chose
de plus intelligent dans la lutte
politique à l'employé." Donc, ce qui a été
vice-président, ou une personne malade
engagés dans une lutte politique? M. P.
transant éviter de répondre lorsque l'on
est, quand un autre.
Pour passer d'absurde de ridicule n'est
pas seulement une étape et M. P. elle ne
démarre pas quand un tirada simplement
argumenteaza que tous les abus
psychiatriques. Pour suivre avec
consternare: "Ils ont saisi sur la rue et
internés dans les hôpitaux psychiatriques
avec force, lors des différentes
manifestations politiques, ne sont pas
seulement mal mintali. Impossible de
reprosa que les médecins sont soumis au
pouvoir et qui ne l'ont pas revoltat parce
que les médecins ont été contraints par
leur profession d'être des agents des
ordres sociaux données et puis, pourquoi
218

nous jugeons englezii? Ils ne sont pas


mauvais à Yalta? ". c'est presque
incroyable, tant de cynisme à un médecin
avec une excellente intellectuelle de
dotation.
Et les déclarations suivantes serait
incroyable si vous n'auriez pas écrit:
"Jusqu'en 1960, sont morts dans les
montagnes roumaines tampiti, amagiti." De
sécurité, dit M. P., n'a pas pu être
prostita, en Novembre nous ne pouvions pas
faire les abus parce que «ni ne serait
autorisé la sécurité. En outre, la
sécurité était même jaloux suspicioasa et
que le vol est "contravenientii" que
l'hôpital avait un meilleur système et,
souvent, le médecin a été accusé de le
faire de sympathie ou d'intérêt. En outre,
le diagnostic de revendicativ (jeneaza
dire dissident) a été faite par un comité,
et le placement et le médecin ont toujours
été une zone de refuge où il a appris la
tolérance et la solidarité.
Pour mettre un terme à toute illusion, M.
P. de demander: "Mais pourquoi ne pas être
d'ordre politique ou religieux
psychologique dizidentul un malade,
lorsque la folie est une très dizidenta la
voie de la normalisation".
La vérité est que "psihiatrul roman pro ou
anti-communiste n'a pas d'abus. Ne
confondez pas la volonté ou mauvaise, mais
ne pouvait tout simplement pas le faire.
Guvernantii hier pas considéré comme une
maladie mentale une mort civile et, par
conséquent, ils ne sont pas utilisés
psihiatria, car ils voiau mort civile
dizidentului. "
Alors, quoi de pacaleala tout le monde qui
219

a laissé zguduita psychiatriques


gulagurilor l'image de l'Union soviétique,
la Roumanie, de Cuba ou en Chine ou
cutremuratoare témoignages d'anciens
prisonniers psihiatrici. En vain combat
les organisations internationales à
démasquer les abus de politique
psihiatrie.Totul n'était qu'un mensonge.
Ce n'est que maintenant sont de M. P.
Comme, en fait, le communisme n'était pas
intéressé par l'abus psychiatrique, et
même en leur interdisant véhémente.
Pour conclure, préparez-vous à entendre et
un maximum de qui reviennent toujours.
Ainsi, M. P. a déclaré: «Les enseignants
d'autres communistes ont été omenosi
catégorique et un professionnalisme", de
sorte que même intrebam nous et comment
indraznit le peuple roumain à doboare un
tel système si plein de l'humanité?
J'ai appelé ce type de conversion un
événement tragique et inexpliquée
phénomène qui ne peut être interprété
uniquement par l'ingénierie sociale
spécifique expérience à Nottingham. Il
n'est pas crédible, même les plus zelosi
communistes n'ont pas eu le courage
d'aller avec leurs déclarations ici,
sfidand vérité et dans le monde entier. Il
est vraiment dans un cas tragique, une
affaire dans laquelle la peur et angoasa
de l'ancien régime et peut agir quand il
n'existe plus, en se fondant sur le bien-
connu des théories qui rappelle un Paler -
"custii psychologie."

B. Un cas de duplicitatii
Contrairement à tragismul et tristetea un
tel cas, si psihiatrului psychologue ou
220

communistes arogant et insensible à la


réalité, comme cela semble presque
reconfortant.
Quelques mots à propos de LG, dont
seulement quelques lignes dans son visage
autoportretul. Ou plus de travail que les
travaux sur le journal "Aujourd'hui", où
"tragea dur dans potaile antiromanesti."
Aujourd'hui il a trouvé la place qui le
méritent vraiment - "La Roumanie Mare".
Là, sous la logique nationale-communiste
groupement APLR qui s'est engagé à
renouveler notre psihiatriei dans laquelle
il a été son Etat: "APLR modeleaza manu-
militaire, de sorte que le cerveau zisilor
psychiatres totalitaristi pas sous des
formes nouvel ordre politique que militau
vigueur dans le parti et sataniques
antropofag de Corneliu Coposu
criptolegionarismul et Groupe de dialogue
social, les organisateurs du fait de
destabilizarii l'intérieur du pays et
deterioratorii L'image de la Roumanie dans
le monde. "
Slava Seigneur, ainsi que dans le cas du
droit foncier, de la drogue de
l'Université Square, mineriadelor,
vinovatul a été trouvée et il est nul
autre que Corneliu Coposu.
Il politrucul mais laisser à un accord
avec un autre événement tragique en raison
de son duplicitatii, qui voit l'action
destructrice que pourrait avoir une
puissance de la personnalité. Ce n'est pas
seulement un problème individuel, mais un
exemple de l'anesthésie la conscience de
nombreux psychiatres, malheureusement,
roumain, y compris l'APLR, qui a cédé la
haute objectifs initiaux pour "certains
221

pouvoirs" offert par l'ancien


nomenclaturisti qui ont encore en main et
cutitul pain.
Mircea Lazarescu (ML) a été et est un
éminent psychiatre, a été porté prof
Pamfil psihiatrii dans un esprit de
l'élite scolaire à Timisoara-même une
pratique dans la plupart des années noires
du communisme sfidand psihiatria
socialistes Predescu. Un désir, mais de
pouvoir, un capitaine peu et puis à gauche
d'entre nous, vanitatea pouvoir était bien
cantarita nomenclature du Master ou contre
laquelle luptase. Méthode de nomenclature,
comme toujours, était simple et efficace.
M. L. professeur arrive rapidement (trois
étapes de saut à la fois), sel qui
anesteziaza conscience. Fast atteindre
chef de département, président de l'APR --
Ancien nomenclaturisti association
officielle de la psychiatrie. A partir de
maintenant, il va écouter les ex-
communistes tartori de psihiatriei être
utilisé comme un véritable haut de la
hampe (vient d'une école dizidenta) pour
bloquer toute réforme, en particulier la
réforme de toute éthique ou psychiatrique
demascare crimes. Ni ne peut être une
personne de droit.
Contrairement à ses précédents croyances,
maintenant avis de M. L. serait comme
suit: psihiatria était vraiment mauvaise,
mais je suis devenu chef, est devenu bien
et il n'est pas nécessaire pour un
changement. De luptatorul à la réforme
engagée, il devient aujourd'hui, le corps
et l'âme de maintenir les anciennes
structures qui il ya quelques mois
seulement la critique feroce.
222

Pour garder une trace de cameleonismul en


cours
Le 12 Février 1990, la vie médicale (n °
6), quand il n'était pas un professeur, a
déclaré: "roumain Psihiatria atteint après
70 ans de stagnation, est situé sur les
dernières places en Europe. En Roumanie,
des concours de promotion (voir où le
passage à tabac) n'ont pas eu lieu en Mai
1982 ... Il est un chef de file unique de
doctorat en psychiatrie, V. Predescu, et
le dernier concours a eu lieu en 1989,
doctorat ... Les enseignants peuvent pas
assister aux congrès au cours de l'année
scolaire ... Psihiatria n'a pas été perçu
favorablement inaltii fonctionnaires du
pays ... Psihiatrie Comité national (dont
il n'est pas partie) pas réunies en 1982
et a une composante bizarre, nedemocratica
et nereprezentativa ni savoir qui comprend
un ... Qui a élu les dirigeants de la
Société Roumaine de la psychiatrie? ".
En fait, comme tout psychiatre roman,
cunostea les réponses à toutes ces
fariseice question, mais il MTEAR seaua et
choisi quelqu'un qui veut en fait l'homme.
En outre, pour infricosa, M. L. d'accord
pour déclarer, agressif, en utilisant
psihiatriei politique de recherche et
faire encore zel-delà: «Ce sera fait avec
la participation des organisations
internationales."
Je me demande combien de cas décelés dans
le domaine de la répartition géographique
ou vous pouvez dire quelque chose sur les
100 mineurs qui internés à Zam, sa zone
géographique d'activité, après la grève
des mineurs de 1977?
223

En 1990, nomenclaturist avenir de post-


totalitaires époque était très actif, et
en Novembre 1990 publié dans le journal
"avis médical" groupes de travail pour la
psychiatrie et l'abus psychiatrique, un
groupe intrunit Timisoara sous "haute" ou
de mécénat. Ici vous pouvez trouver ce
groupe, convoquées par les employeurs et
M. L.:
1. Abuzurile politique psychiatriques ont
été certifiés et coordonnée à partir de
témoignages de différentes sources et de
personnes qui ont travaillé
indépendamment. Ces exactions ont eu un
caractère très divers: la longue internari
de dizidenti, le harcèlement des personnes
qui entrent dans le conflit avec les
autorités ou avec certains membres de la
nomenclature, la mise en place au cours de
la brève de personnes soupçonnées de
perturber l'ordre public lors de grands
jours de congés communistes. Dans tous ces
cas, il ressort de co-travailler avec les
psychiatres de certains organes de
répression.
2. Les soins aux patients psihici toujours
souhaitable gauche communiste en Roumanie.

3. Il exige une réponse à vie psihiatria


sortir de l'impasse.
Le groupe créé en Mai à 10 mois, comme la
violente chute du régime communiste n'ont
pas été intreprins toute mesure qui
conduirait à l'amélioration de la qualité
des soins et sortii patients mintali. Les
propositions du groupe de précieux citam:
mise en place d'un équilibre politique
psychiatrique de l'abus de toute nature, y
compris d'autres formes d'abus,
224

l'acceptation du pluralisme de
scientifiques et d'organisation
psihiatrilor activité, le développement
des actes juridiques en psihiatriei créer
le cadre juridique pour la remise en état
morale, juridique et matérielle victemelor
psychiatrique de sévices, de la recherche
scientifique "psihiatrismului totalitaire
et post-totalitaire, fondée sur l'étude
des archives et les témoignages de ceux
qui souffrent de la dictature, dans
l'esprit du paragraphe 8 de la déclaration
de Timisoara, il est nécessaire psihiatrii
comme ayant tenu politiques et fonctions
administratives sous le régime communiste
de se retirer de ces positions.
Il n'y avait pas de passé deux ans (ou
jusqu'à ce que la troisième pièce de
cocosului) et la date à laquelle M. L. est
un autre: professeur (sauter trois étapes
à la fois), président APR (Point
perpétuelle Predescu de plus de 30 ans),
peut désormais du plomb et du doctorat,
tous les congresele aller à l'étranger. Eh
bien, maintenant l'homme-Mai et rappelle
rien de ce qu'il a écrit avant Mai, est
une autre, sinon le passé et voir.
Bien sûr en psychiatrie n'est pas
significatif s'est passé quelque chose, à
l'exception avansarilor son meteorice. Il
parle maintenant d'un tout à fait
différents psychiatriques et, par
conséquent, demandé que la vérification
d'une commission internationale.
C'est ce qu'il déclare maintenant, le
journal criptocomunist matin (1992):
Le groupe avec lequel il elaborase
déclaration ci-dessus, vous gazduise et
patronase, devient à la fois un grupusul
225

insignifiants, isolés table et


professionnels dont l'attitude sur celle-
ci, de même qu'il est impressionnant.
Groupe DisclaimersupCopyright déclaration
(signée par lui) deviennent des «slogans»,
ainsi que des déclarations concernant le
lavage cerveaux, le placement
dizidentilor, psihiatrilor collaboration
avec securistii. Les tentatives visant à
établir une similitude avec les phénomènes
de psihiatria soviétique serait ridicule
(la gloire de Dieu, à moins que les abus
de l'Union soviétique reconnaît entre
eux), c'est à dire nous pensons que la
Roumanie serait une grande victoire imitat
pays socialiste.
A.P.L.R. devrait être pas formata
collègues psychiatres, mais de personnes
veroase et aucune morale (bien que
beaucoup d'entre eux ont été dizidentii
adversaire en psychiatrie ou en âge
communiste).
Denigrarea libre psihiatrilor continuer à
étendre jusqu'à la diffamation. Ainsi, en
utilisant la langue nationale-communistes,
ils sont allés là-haut que "tradat
intérêts du pays", bien que dumnealui est
celui qui écrit de l'Allemagne Weinberg,
président de l'Association allemande de
politique de lutte contre les abus dans
Psihiatrie, dans une lettre à ses
collègues et denigreaza , Par sa logique,
et le pays. Dans cette lettre, M. L. dit
abus psychiatriques en Roumanie n'aurait
pas été systématique, ni que la Roumanie
était un metastaza communisme.
Raspunzand ces déclarations nedemne, I.
Vianu est de se demander quel niveau de
violence mai il être systématiquement
226

prises en considération si en URSS,


plusieurs centaines de millions de
personnes, ont identifié plusieurs
milliers de politique abus psychiatriques.
Ceci peut être considéré nesistematic? Si
vous vous souciez de la, mais le nombre de
la population, l'abus politique de la
population de la Roumanie est la même
proportion et que seulement 45 ans et non
70. Ainsi, Sydney et Peter Bloch Deddaway
souligner que, selon les statistiques, en
Union soviétique, dans une période de 21
ans (1964 -1984), il y avait un total de
486 dizidenti internés à l'hôpital
psychiatrique. Mais jusqu'en 1968 il n'y
avait pas de bien des mouvements organisés
pour recueillir des données. Ces actions
ont commencé après 1968 et occupera plus
de l'URSS, en Roumanie seulement en 1975
-1977 les organisations internationales
commencer à recueillir des données. Ainsi,
si l'Union soviétique en 1968, raportau 24
dizidenti internés en psychiatrie, une
activité de recherche plus active est en
1971 que leur nombre pourrait passer à 54,
et une date avec l'afflux croissant de
l'Ouest de protestation leur nombre
diminuera à 24 en 1975 à augmenter à 42 en
1980 - l'année Olimpiadei de Moscou.
Prenant en compte la proportion de la
taille des deux pays, seuls les 600 cas
mis à Bucarest au cours de Universiadei en
1981, il serait ingalbeneasca professeur
Lazarescu si, bien sûr, aurait du sens des
proportions, sans parler des centaines cas
présentés devant la Commission d'enquête
Abuzurilor Psihiatrice seulement à
Bucarest, alors que dans Timisoara, où
jusqu'à maintenant M. le professeur, ni la
227

question de la mise en place d'un tel


comité, même si vous lisez la presse, a
été déplacé au moins sort des 100 mineurs
internés dans sa région, après leur grève
dans la vallée de Jiu.
Maintenant, de plus en exposant de la
nomenclature, M. L. supraliciteaza
d'absurde. Il estime que les abus
psychiatriques, même si elles se
produisent, a eu lieu avant 1980, ce qui
signifie que quand il n'était pas un
enseignant, mais peut prof Pamfil -
groaznica imfamie.
À notre grand regret, les données
disponibles pour attester à l'exact
opposé. Dans la première période du
communisme, psihiatria pas trop jouer un
grand rôle dans la répression
dizidentilor, mais seulement après le
début de la période de «coexistence
pacifique» psihiatriei utilisation est
devenue nécessaire et portés à l'attention
des communistes. En outre, en 1980,
Ceausescu, degringolada connaissance du
système ou, l'intensification de la
répression, notamment par le biais de
psihiatriei (décret 313 a même paru en
1980, c'est exactement lorsque
l'enseignant Lazarescu "affirmer" qui
n'utilise plus la méthode de répression
psihiatria une politique dizidentei).
Enfin estiment nécessaires pour reproduire
une lettre à Mme Ellen Mercer,
Psihiatrilor l'American Association (APA),
adressée à M. Lazarescu, qui se trouve
juste en reanimare travail de l'ancienne
nomenclature communiste et de compromis
compromitatoare, reluandu-tous les slogans
de la période communiste.
228

"Cher M. Lazarescu,
J'ai récemment eu l'occasion de lire une
déclaration faite par vous dans le cadre
de l'APLR et je voudrais vous répondre.
Par-dessus tout, vous devez vous dire que
Psihiatrica Association of American
soutien que la libre circulation des
psihiatriei à travers le monde, y compris
la Roumanie.
J'ai eu le plaisir de visiter votre pays
août en mois l'année dernière et j'ai
passé beaucoup de temps à la réalisation
APLR En outre, ils ont facilité mes
visites dans différents hôpitaux et
cliniques, ainsi que d'autres
organisations qui fournissent des soins
aux patients. Gasesc vos commentaires
l'absence de "la morale élémentaire" de la
part de ces personnes comme étant
entièrement fausses, selon mon expérience.
Ils ont un comportement et un haut niveau
de professionnalisme en ce qui concerne
leurs patients et collègues et j'ai été
particulièrement impressionné par la
qualité de la direction de cette
organisation, ainsi que les efforts qu'ils
ont essayé de les faire au profit d'une
qualité psihiatrii en Roumanie .
Malheureusement, les membres de votre
association sont considérés comme pas eu
le temps de me rencontrer au cours de ma
visite à Bucarest. Mais, bien sûr, est
votre droit de refuser de intalniti avec
un représentant APP et nous avons pris
note de votre manque de intérêt.
J'ai entendu sur les conséquences des abus
psychiatriques en Roumanie de nombreuses
personnes dans votre pays, la plupart
étant membres APLR A.P.A. critiqué en
229

particulier la pratique ouverte, où


qu'elles se produisent, même si les plus
systématique forme d'abus a eu lieu en
Union soviétique. Toutefois, psihiatrii de
l'Union soviétique et ont assumé des rôles
importants dans les enquêtes sur ces abus
et dans de nombreux cas, ont admis que
cette pratique a été imposée. A.P.A.
envisager des mesures telles que la façon
dont ils peuvent positivement et collègues
partagent l'espoir de la Communauté
d'États indépendants que de telles
pratiques ne se reproduisent plus jamais.
Mesures que nous dans la direction
investigarii et l'exposition de tels abus
parcouru un long chemin à la certitude que
la profession d'un psychiatre ne seront
pas soumis à des abus.
Malheureusement, A.P.R. n'est pas prête à
assumer cette noble tâche en Roumanie.
Il peut être une manière positive pour
votre Par conséquent, pour réfléchir sur
les réponses des patients potentiels à vos
lettres écrites dans la presse roumaine.
Il semble qu'il est très difficile pour
les patients à demander une aide
psychiatrique et psychiatriques
organisations devraient assumer la
responsabilité et les patients afin de
faciliter la confiance des potentiels,
mais bientôt vous aussi lutter contre la
peur dans la presse, lorsque des
déclarations comme celles faites par dv .
peut être vu par des personnes qui
pourraient autrement demander de l'aide
psihiatriei.
A.P.A. a de nombreux comités pour aider
les 30.000 membres de son certains d'entre
eux pourraient être intéressés:
230

1. Comité d'éthique de traiter les


plaintes liées au domaine de l'éthique à
l'encontre de nos membres et établit des
normes de conduite éthique à laquelle nos
membres doivent se conformer.
2. Comité A.P.A. international psihiatriei
abus et psychiatriques psihiatrilor
investigheaza les allégations d'abus dans
d'autres pays, y compris la Roumanie. Nous
avons reçu des informations faisant état
de mauvais traitements psychiatriques en
Roumanie bien avant la formation APLR,
mais nous apprécions leur inquiétude sur
ces questions d'éthique.
3. Comité A.P.A. et l'abus de
intrebuintarii tort psihiatriei États-Unis

A.P.R. pourrait avoir à l'esprit à un


moment donné dans l'avenir la formation de
comités pour une étude de graves abus dont
il parle psihiatria dans votre pays
bientôt, plutôt que de simplement pour
lutter contre la critique et ceux qui
essaient d'améliorer psihiatriei normes de
votre pays Il existe de nombreuses
organisations à travers le monde qui
serait bucuroase accorder une assistance
aux organisations qui luttent pour une
éthique médicale et de haute qualité et
les rares qui seraient intéressés à aider
ceux qui préfèrent rester les bras croisés
et critiques à leurs collègues qu'une
telle intreprind activité.
A.P.A. sont très stricts principes
éthiques sur le comportement de ses
membres. Ainsi, aplaudam efforts Toculescu
médecin et ses collègues pour ce que votre
appelé "déclarations irresponsables" sous
instiintarii monde entier sur les
231

problèmes d'abus psychiatriques en


Roumanie.
Je l'espère, dans un sincère, que vous
allez trouver une meilleure façon d'aider
les patients et psihiatria potentiel de la
Roumanie.
Cordialement,
Ellen Mercer,
Directeur du Bureau des affaires
étrangères.

2. L'abus de la psychiatrie
Dezvaluirile situation psihiatriei roumain
totalitaire nostalgie

Après consternarea et inhibitia qui


comprenait la répression organismes avec
une révolution en 1989, après les
événements qu'ils sont en attente d'être
soumis à un processus de violence
similaires à la manière de prendre le
pouvoir en 1945, nomenclaturistii ont
rapidement réalisé que, en fait, pas
Pourquoi ont à craindre, c'est la raison
pour laquelle, peu à peu est devenu plus
agressif et plus rapidement a commencé à
manifester.
Divulgation des répressions politiques
psychiatrique empêchent non seulement pour
un court laps de temps que l'ancien
appartenant tortionari continué son
leadership, au contraire ils sont devenus
beaucoup plus violenti.
L'abus psychiatrique souligner Toculescu
(1992), cela signifie que le licenciement
de preferentiala patients psihici
compensati les titulaires de permis, qui
sont fondées sur rigorilor économie de
232

marché, car après cette marginalisation


pour être sûr de la société. L'abus ici
semble encore plus étonnant de constater à
quel il est destiné.
Ce n'est que aujourd'hui, de nombreuses
victimes de psihiatriei n'ont pas reçu de
réhabilitation promis par le décret
118/1990. Refuzand reconnaissance abus, la
nomenclature psychiatrique de frustreaza
droits de ces catégories de citoyens non
seulement à découvrir faradelegile.
Campagnes de presse et de télévision
umilesc et humaines desconsidera personnes
du seul fait de leur souffrance
psychologique.
Comme nous l'indepartam de 1989, les
anciens forts de imposturii réalité
politique masluirea intéressés par l'abus
psychiatriques, sont de plus en plus
agressif. Il existe - et l'expérience nous
montre une - et reintoarcerii menace à
l'ancien pratiques.
Le terme fixe, 31 Décembre 1991, à
résoudre les cas d'abus psychiatriques
était trop court, un grand nombre de
fichiers disparand. Comment peut-on
expliquer psihiatrii pas la publication de
listes qui ont été versées par la
sécurité, alors que dans d'autres anciens
pays communistes ce qui a été fait
(l'Allemagne de l'Est, la République
tchèque et la Bulgarie même).
Nous allons jouer dans quelques-unes de
ces violences, qui ont été publiés dans la
presse.
Incercarea de assassiné à Craiova (Romania
Libera, 24 Mars 1992). Le journaliste
stère Petrescu s'échapper par le miracle
de glontul meurtrier d'un individu,
233

lunetist, tragea bloc voisin. La cause


était-oo enquête qui fait un journaliste
sur les institutions psychiatriques en
Dolj et des documents importants
rencontres.
De nombreux cas de physique agresare sont
publiés dans la presse. Mischie ingénieur
(RL, le 29 Décembre 1990) a été agressé
dans une station de métro. Il a été un
prisonnier politique et soumis à un
traitement psychiatrique à smulge
informations sur ses travaux dizidenta. À
cet égard, un certain nombre de résidents
de la rue Ernest Brosteanu une annonce
dans les journaux que, en 1975, dans un
immeuble apparemment calme, les gens sont
mis en état inconstienta. Auzeau voisins
au cours de la nuit tipete forte. Après la
révolution de la maison a été rénovée,
mais la situation est encore plein de
mystère.
Elles sont décrites internari
psychiatriques abusifs et après 1989.
Trop, doit ajouter ici physique et morale
des pressions qui ont été faites sur les
membres de APLR et plus particulièrement
sur celles de leadership. Il est nuit de
téléphone des menaces, des lettres de
menaces, agresare physique, y compris les
familles de ces personnes, débarrasser de
la peinture sur les murs et les portes
APLR membres, siégeant partout
intunericului de ces forces qui craignent
la découverte de la vérité.

A. Le statut des hôpitaux psychiatriques;


divulgation post-révolutionnaire
L'un des dramele psihiatriei hier et
d'aujourd'hui constituent un état des
234

hôpitaux psychiatriques. Nous avons montré


depuis le premier chapitre manière hôpital
azilara et carcerala qui psihiatria
communiste en assurer la promotion. Il
notoriu que, après 1945, malgré vervei la
construction du système, pas construit de
nouveaux hôpitaux psychiatriques sur
l'ensemble du parcours de 45 ans.
De l'avis du public roumain la divulgation
faite sur cette question ont constitué un
véritable revelatie en apportant à l'oeil
public subumane conditions dans ces
institutions qui ont perdu toute vocation
thérapeutique. Il a été discuté à
plusieurs hôpi
taux psychiatriques, état général,
plusieurs considérations ci-après une
présentation de continuer comme il a été
signalé dans la presse à leur sujet.
Voila l'hôpital a été souvent remis en
cause par son utilisation dans la
répression psychiatrique (département de
Prahova être un des plus grands comtés du
pays). Dizidentii ont été internés ici
maintenue au-dessous de la touche
(Flacara, 1992), et les patients sont
souvent contraints d'utiliser le tinete.
«Le traitement a été appliqué avec
vigueur, après quoi les patients presque
toujours dormir, et puis ayant toujours
ameteli. Les médecins sont utilisés pour
la psychothérapie à décourager dizidentii
Mai à se battre pour leurs idéaux, les
patients ont été presque toujours l'objet
supravegheati. A propos de traitement
dizidentului V. Paraschiv dans cet
hôpital, nous avons déjà parlé ci-dessus.
Devant des commissions d'expertise,
«patients» sont toujours admonestati qui
235

sont apparus dans la rue pour manifester


et sont souvent contraints de faire des
déclarations à abandonner leur travail.
Hôpital Poiana Mare a été parmi les
hôpitaux et les Raducaneni p. Groza, le
berceau de psihiatriei concentrationale
Roumanie. Conditions ici vivaient dans
crescatoriilor comme du bétail. "Grajdul"
portes qui ont dadeau dans tarcuri, qui
avaient eux-mêmes élevé barbelés,
recalcitrantii pas permis de plafonner
dans ces tarcuri. Ils étaient traités
comme des malades, mais comme puscariasi.
Certains, en raison des conditions
d'hospitalisation, est devenu
irecuperabili.
Dans cet hôpital, a déclaré Anna-Lena
Haverdhal, il y avait 10 bâtiments ont été
internés dans laquelle «les gens ses
ennemis." L'odeur a été pestilential,
murdaria duhnea partout dans le monde, il
n'y avait pas de douches (il s'agit de
deux salles de bains par an). Tous les
patients portaient des uniformes et
stateau desculti vargate vide sur le
ciment. Certains patients zaceau apatici,
et si voiai parler à leur avait peur de
répondre. Leur seul espoir a été l'arrivée
d'une commission de Bucarest qui les
sauver. Il est difficile de croire, dit le
journaliste, comme en l'espèce, après 10
ans d'emprisonnement, quelqu'un en mesure
de rester dans l'esprit. Directeur A. C.
ne peut pas parler trop clairement de ces
malades crimes, mais il a rappelé que le
directeur Nestor Corneliu était ici deux
ans pour le «crime» d'être adventiste.
Un comité a été encore de Bucarest en 1990
et il a été créé par I. Vianu, professeur
236

Stuki, M. Erique Sottas, M. Marian Popa,


salle de conf Alex. Olaru, M. Udristoiu,
M. Dragos Marinescu, et le comté de Dolj
Sirectiei santé, le Dr Radulescu Marin.
Etaient également présents le Dr Michael
directeur Katinski Hriscu, chef de section
spéciale, avec les patients psihici
incadrati dans art.114 c. P. La Commission
a constaté une très modeste dotation de
l'hôpital, le manque d'hygiène état des
bâtiments et des laboratoires, derizorie
rémunération des médecins, des médias et
le personnel auxiliaire.
De discussions qui ont eu lieu ont révélé
une série d'abus commis par les autorités
en psychiatrie:
1. Internari clinique à Craiova, au cours
des événements politiques, certains
anciens patients psihici remisi mais avait
des idées contre le régime. N'a pas été
Leçons de bolnavului état, mais des
considérations politiques ou Securitate.
Le traitement a été à complezenta être ou
ne pas faire quoi que ce soit et a
internarile courte durée (un à trois
jours), les patients sont portés par des
organes MI
2. Internarile du 22 Décembre 1989 ont été
141 pour les malades, mais bientôt ne plus
être situé à seulement 96 de internés.
3. Il ya eu des cas de internare de
dizidenti politiques opozanti ou condamnés
pour des crimes inventés et puis introdusi
l'article 114 ch
Psihiatria politique était la plus sauvage
et Mai traumatizanta d'armes du régime
communiste. M. Mircea Bivolaru, président
de A.F.D.P. Dolj, effectués sur leur
propre enquête dans un hôpital de Poiana
237

Mare, en termes de total necooperari de la


santé qui ont une conscience intense sur
un total vinovatiei et la mauvaise volonté
de maintien de evidentelor. Toutefois
numarate étaient de 24 cas diagnostiqués
avec paranoïaque, psihoze involutive qui,
en fait, avait été condamné pour
"propagande contre le oranduirii
socialiste." Bien que considérés comme
mauvais, ils ont été condamnés par des
tribunaux militaires. Il est curieux que
comment, au cours de la révolution, 45 cas
ont disparu sans une formalité, même si
chacun a son propre fichier condamnation.
Hôpital Cula il a gagné une triste
notoriété, voici "depozitati" tous
indezirabilii Bucarest, dizidenti pour des
raisons politiques, en particulier autour
de congreselor partie ou d'autres
événements politiques et même le sport,
comme Universiada.
L'ancien chef de département Cula
courageusement presse offre d'importantes
données: en 1986 ont été faites de la
manière décrite ci-dessus, qui est abusif,
156 personnes, en 1987 et seulement 68 en
1989 et moins - 49. Dans d'autres cas ont
été amenés ici par 100 personnes, chacune
à peu près le même temps.
Dans une société totalitaire, penser
autrement que l'idéologie officielle a été
un fou, ces personnes étaient considérées
comme pas de sens de la réalité,
primejdiosi pour oranduirea socialiste et
la sécurité de l'État. Mais la "folie" de
ces dizidenti a certifié les documents
amende.
Les victimes souligner l'ancien chef de
département Cula ", ont été envoyés à
238

l'hôpital plusieurs fois batute. Chaque


cas a été accompagnée par une adresse sur
le corps de milice, de sorte qu'ils ne
pouvaient pas être refusée. Dans toutes
les sections Hôpital Gh Marinescu (Cula et
parce que ce n'était pas seulement une
section de l'hôpital) a connu un certain
nombre de médicaments cocteiluri. Tous les
salons qui ont été clôturés ont été
hébergés dizidentii reconnaissants. Il a
déclaré: "Je ne Voir astuia ce qui
devrait," et nous savions ce que cela
signifie. Certains médecins actionau
d'ordonner, d'autres au-delà zel, à ne pas
perdre leurs avantages.
Nous devons reconnaître ce qui a été dit
l'ancien chef du département Cula ", et à
entamer une bonne chose, parce que les
gens qui sont devenus un rien, et c'est un
crime, cependant, il ne peut être
récupérer. "Ils n'ont rien fait d'un homme
et c'est un crime, certains portés à
l'hôpital zdraveni ont atteint Morga ... .
I est honteux de la cruauté qui avait à un
support pour les 2.915 lei par mois. Il
faut avoir la fierté et tout cet argent
pour acheter des bougies. "
Une telle déclaration honnête du médecin
forcé à devenir l'instrument de torture
inhumains devient un psychiatre pour un
communiste "denigratoare attitude à
l'égard du pays et contre psihiatria
roumain.
Voici comment un journaliste décrit
les conditions de vie de l'Hôpital Cula:
Salons sont effectivement certaines
écuries, les patients n'ont pas assez de
lumière, les fenêtres sont généralement
stables faible. Sur les murs extérieurs
239

sont grotesti ont fait des dessins. Il ya


159 des malades et de tous les non
seulement pour demander du pain, les
cigarettes et en meilleure forme. Beaucoup
ici sont abandonnés par la famille. Dans
la journée visite a été la "Journée de la
pomme de terre." Dans le salon vous ne
pouvez pas supporter en raison de l'odeur
d'urine et de moisissures. Les patients
ont eux halate sales et brisés. "
L'hôpital psychiatrique Zam est situé près
de Nelspruit et est devenu son lieu de
détention pour dizidenti et opozanti du
régime. En 1977, après la grève des
mineurs dans la vallée de Jiu dans ce
domaine ont été infiltrati de nombreux
securisti. Chaque équipe de travail était
accompagné par deux «nouveaux employés».
Tous les jours dispareau anciens
dirigeants syndicaux. Il a découvert que
de nombreux disparuti dusi ont été, en
fait internés en hôpital psychiatrique
Zam.
O. Luchian, l'inspecteur général au
Ministère de la Santé, situé dans la même
période en matière d'inspection à
l'hôpital, est surpris de voir deux
médecins et trois personnes avec halate
blanc, mais avec tabernus ofiteresti, qui
ont été "rondul." Il sait que seulement un
jour avant leur introduction il ya 40
mineurs pour internare sans billet, sans
être enregistrée à la Salle des Gardes.
Aucun des «patients» n'a pas de fiche
d'observation.
Au cours de inspectiei qui effectue un
service en ligne est constamment
accompagné par trois officiers.
L'inspecteur, dans ces conditions, voir
240

Mai comme «malade» et portaient un casque


d'écoute salopete le mineur. L'un des
mineurs a été à la fenêtre d'un salon de
agitati et agatat le pays, la striga:
"Permettez-moi ici, nous n'avons pas quoi
que ce soit."
Section psychiatrique Brésil est décrite
par la journaliste Carmen Antohi (1991)
comme un infern. Section est situé dans un
Conac boieresc était en "depozitati" de 70
patients. Instalatiile la santé sont dans
un état de délabrement incroyable, tevile
sont brisés, l'absence de robinets.
Tavanele sont fisurate et mis en danger
par le daramare imminente, les malades,
les murs sont umflati de igrasie. Certains
salons sont chaleureux et pas la lumière
électrique ne fonctionne pas parce que des
personnes très âgées.
L'hôpital psychiatrique de Tg. Ocna
décrite par S. Fahi comme un
neuropuscarie. Il travaille dans une
ancienne prison dezafectata parce que
paraginirii bâtiment. En lieu et place des
anciens prisonniers aujourd'hui mintali
patients.
Hôpital est le vieux murs de pierre et de
haut qui sont suprainaltate avec fil
ghimpata. Lacate grandes et zabrele sont
partout, de sorte que les patients sont
bien paziti, ni la question d'être bien
soignés. Rien ici ne vous fait penser que
vous parlons d'un hôpital. Dans l'ensemble
la même odeur d'urine, les mêmes fenêtres
cassées. Dans les salons de femmes peuvent
voir des couples imperechindu est en
privirile impasibile des autres patients,
et dans les salons des hommes homosexuels
actifs. Sur tout est froid, sobele de
241

teracota que si elles sont chaudes. Ceux


qui ont le sommeil imbracati couche mince
et de lits d'être brisé. Les patients
pouvoir en Mai sont utilisés pour le
travail forcé.

B. Frapper comandoului securisto-


psychiatrique
En 1992, communiste de la nomenclature
psychiatrique décide d'aller à un
ajustement des comptes que dans ses
meilleurs jours. Dans le cadre de la
«nouvelle» direction politique du pays car
elle est désormais considérée comme
respectueuse de prendre une action
demolatoare, dans le style des années de
gloire, contre psihiatrilor qui a commencé
le critique devant les abus psychiatriques
et plus particulièrement contre les APLR,
le groupe qui a été attribué en en
particulier dans ce cadre.
A propos de Staline et du stalinisme, Roy
Medvedev caractériser excellente façon de
penser la politique du communisme,
caractérisée par une SE offensive contre
l'opposition à gauche ou à droite afin que
l'opinion publique insela organisation
diversiunilor "contrarevolutionare" qui,
souvent, inventer , Aparand rôle de
"sauvegarde" du pays. Dezastrul a toujours
été mis sur le "diversionistilor"
burghezi, des éléments dusmanoase et
tradatoare, sabotorilor, c'est la raison
pour laquelle la vérité est grosolanie
avec la falsification. Paralizati de la
peur, supravetuitorii sera ingrosa entre
le choeur elogiatori à l'adresse "le chef
du".
Depuis l'émergence du communisme, roumain
242

metastazei, du stalinisme et
epifenomenului - abus psychiatriques -
partout le même scénario a eu lieu, et la
lutte ariegarda l'ancienne nomenclature
communiste de troubles psychiatriques
s'intègrent parfaitement dans le type
classique du stalinisme.
Sur la base de cette idéologie, au début
de 1992, après un silence coupable après
et sont convaincus que la Roumanie
n'existent pas, un processus de
communisme, les principaux auteurs d'abus
psychiatriques ont declansat un type
commando d'action contre ceux qui
maintenant directement militau agressive
et à la réforme de la psychiatrie.
La campagne de télévision et Emanuel
Valeriu série de journal sur le pouvoir
communiste puis - "Matin" - représente un
exemple typique d'actions inspirées par
l'ex-Securitate, principalement par
l'intermédiaire de désinformation et de
diffamation, de façon professionnelle.
Impingand devant un médecin insignifiante,
avec de graves problèmes caracteriale, de
la famille et la carrière, il fait face à
assumer "la pleine responsabilité", mais
en fait il a donné au cours de la
nomenclature - ouvert la «discussion», à
travers des articles dans la presse ou par
anonyme entrée dans l'arène tartorilor - à
organiser une campagne denigrare mensonge
et que leurs meilleurs jours (invectives,
minciuni, l'indignation artificielle etc)
..
Parce que l'attaque de disposer d'un
minimum de crédibilité, comandoul
allégations devront "spécifiques" trahison
du pays, tradarea psihiatriei, verocitate,
243

arivism, mais en même temps et sont un


adversaire "groupe nesemnificativa"
psihiatrilor équipe est de toute évidence
avec tout autour d'eux, exactement comme
ce fut le peuple roumain jusqu'en 1989,
comme un monolithe autour de "chef de la".
Et voici comment sont vrais poète dit:
"Tout d'abord desfigureaza votre
adversaire et vous pouvez considérer comme
un monstre." Comme dans la période
communiste, vinovatii principaux
dirigeants de l'opposition sont en
psychiatrie, le reste ne sont que quelques
"inselati recuperabili." Essayons de
descifram mécanisme.
Profitand de nelinistea médias
internationaux et en particulier par
certaines allégations formulées par le
magazine britannique "The European",
reprise des allégations par les principaux
quotidiens du pays dans lequel invedera
existence d'abus psychiatriques et après
1989, comandoul transférer ces
informations, pour la plupart neadevarate,
gestion APLR Le fait que, lors de
l'apparition de la série «sentinelles du
matin» et la télévision lamurita situation
a été officiellement et publiquement sur
un an, en ce sens que exagerarile presse
internationale n'avait pas de base à
l'information de APLR, n'était pas pour
les dominée par l'idée de la calomnie
revansei et un important pas. Pour la
pensée communiste et la vérité est
relativement partinic (Lénine) et panoplia
cliseelor sera mis en mouvement. Si «leur
vérité» n'existe pas, il fabriquera. De
cette façon, la question de E. Valeriu et
son Duica série de "Matin" les événements
244

politiques se sont bien gérées par


l'ancien de sécurité et par leur
psychiatres communistes.
Pour l'instant, le scénario se déroulera
de la manière typique, bien connu,
l'ancien "Scanteie." Leadership A.P.L.R.
est en charge des déclarations "The
European", que celle en Mai il y aurait
Roumanie 300 prisonniers d'opinion
internés dans des hôpitaux psychiatriques,
et le «ministère de la vérité" exige que
"vinovatii" à infierati comme tradatori.
Dezvinovatirile, dezmintirile, de
raisonnement, des documents écrits ne
peuvent avoir aucune influence pour un
fait que la campagne n'a pas proposé la
vérité, mais denigrarea des idées, des
attitudes éthiques et une présentation des
abus psychiatriques par le passé que
certains minciuni.
Peut-être la liste calomniilor typique
mentalité communiste ne devrait pas parler
de nous. Un livre blanc sur les abus
psychiatriques communiste est d'abord un
morceau de mémoire, de sorte que pendant
plusieurs années à calomniatorii ne dis
pas que les vérités sont aujourd'hui. Ici,
dans le résumé ci-après et, calomnioasa
manière qui remplit plus de 60 pages de
journal et de diffuser quelques heures à
la télévision publique.
Les auteurs font valoir que le travail en
série A.P.L.R. à démasquer les abus
psychiatriques communiste affecte la
réputation d'un ensemble de catégories
socio-professionnelles, mais, pire, cela
signifie une trahison de la patrie.
A.P.L.R. est un très petit groupe,
nereprezentativ moins de 1% de psihiatrii
245

Romains, tandis que leur association - APR


-- Aurait plus de 1000 membres, à savoir,
pourquoi parler en Mai, tous les
psihiatrii de la Roumanie. Même si petits,
ce grupuscul mai veiller à l'honneur la
profession et, pourquoi pas, l'ensemble
des corporations médicale et même
l'ensemble du pays. A.P.L.R. entrée en
vigueur de telul seulement à faire des
compromis et psihiatria à culpabiliza tous
psihiatrii (cinq personnes - six tartori
culpabili maintenant à identifier toutes
les psihiatrii) et, bien sûr, le seul
accusé de faits imaginaires. L'objectif de
l'association a déclaré qu'elle serait
d'identifier les victimes et psihiatriei
médecins coupables d'abus, mais pas
fournir la preuve que elocvente trouvé
coupable sur tous ceux qui ont occupé des
postes de direction en psychiatrie, dont
les membres postes APLR avec eux,
"flamanzi yeux." Mais nomenclaturisti
ancien opérateur historique, politique
abus, même s'il y en avait, n'étaient pas
en proportion de masse (l'ancien argument
Lazarescu, qui prend Vianu réponse, comme
nous l'avons montré ci-dessus) et, en tout
état de cause, après 1980 (dans un temps
raisonnablement être cochée). Parce que,
disent-ils, ce qu'est un régime
totalitaire ne doivent pas utiliser
psihiatria et les prisons? Il ne sais pas
par la faim international prestigieux
dirigeants communistes.
En matière de sécurité, psihiatria aurait
été seulement un avocat du bureau du
patient. Psihiatriei pour la sécurité
était sur le chemin un «humanitaire» par
laquelle ils ajutau individu, un luxe pour
246

les individus et pour la psychiatrie, ce


n'était qu'un "complicatie." En fait,
dizidentul sécurité serait la propriété et
seulement en cas de "irecuperabilitate"
Severo a été assistée par un psychiatre,
mais soyons prudents, mais le bénéfice
dizidentului.
Nous pensons que, grâce à ces déclarations
cinismul atteint son maximum. Et puis
continuer nomenclaturistii, ni y at-il
dizidenti, en Novembre parce qu'il y avait
une Sakharov (comme dans la blague qui
imprumutase vecinului pot reçoit la
réponse suivante: tout d'abord je n'ai pas
donné un, dans la deuxième rangée a été
brisé et je inapoiat-un).
La science est devenue la calomnie
securisto-communistes pour un véritable
art. Par conséquent calomniile continuera:

A.P.L.R. en fait, est devenu une


association familiale, autour de trois
personnes, après ahtiate tous les postes
de rang élevé (à cet âge le poste de
directeur, il avait «enseignant» Ionescu,
chef de département a été V. Predescu, et
directeur Policlinicii Titan, le célèbre
C. Gorgos), mais la gloire de Dieu,
jusqu'à présent, ces postes de haut ont
été enregistrées. En fait, ce faisant, ils
demascat comme adevaratii inspiratori
campagne de presse et la télévision,
personne d'autre aurait eu ce pouvoir dans
psihiatria roumain.
Après rationamentul ci-dessus, les membres
A.P.L.R. certains sont en fait des pseudo-
psychiatres qui l'ont fait seulement
l'aura de dizidenti.
Il va ensuite à calomnierea chef de file
247

dans chaque main et de commencer d'abord


avec le président, qui était "un
communiste notoriu" et serait Toculescu
auteur décret 313/1980, alors que l'on
sait que toutes les initiatives
législatives en psychiatrie, même arrêtés
ministériels ont été conçus V. Predescu.
Orbiti de colère, cette fois, ils
reconnaissent l'existence d'un "temple de
la politique roumaine psihiatriei"
Balaceanca l'hôpital, où le président APLR
était autrefois directeur. Ainsi, en
Roumanie il n'y avait pas de politique
psychiatrique, mais il y avait "un temple"
exactement où travaillé d'une dizidentii
connu psihiatriei et président de APLR
Voyons, mais même de la bouche des
communistes, sans sens de l'honneur,
montrer comment ce temple dont l'existence
l'on accepte, dans un pays comme le Jura
où il n'y avait pas de répression par
psychiatriques poitica .
Ainsi, dans cet hôpital, il est un garde
nemedicala, bien que les médecins de
travail ici. Uzantelor contre, les
médecins ici ont été dotés de
magnetofoane. Il a été interné dizidenti
toute la mesure du possible, les
prisonniers de conscience, les victimes de
l'abus psychiatrique intentée par le
fameux décret 12/1965.
Voici pour que dumnealor, aruncand évident
vecinului chat dans la cour, de
reconnaître que la politique
psychiatrique. Et que les témoins mai
avizati être plus que nomenclaturistii
insisi, faptasii sens.
Achat en ligne clisee de continuer la
propagande communiste. Président A.P.L.R.
248

il a collaboré avec la Securitate (alors


ce qu'il en coûterait pour être avec eux
jusqu'à la fin?), en fait autoproclamat
président de APLR (comme en Novembre,
après 1989, nous avons créé une cellule de
PCR). Toute activité est président
punctata seulement pénale: faux
certificats médicaux, la corruption, qui
est patent dans la monnaie, il internés
dans des hôpitaux psychiatriques soacra à
mosteni plus vite.
Malheureusement, le vice-président à
l'époque, était vraiment dans leur tagma
et presque réussi à détruire l'APLR. Mais
nous allons voir comment il caractérise
collègue, le professeur Romila.
Il a fait presque perpétuelle de la
partie médico-légale comités
psychiatriques, devenant un champion de la
politique que l'abus psychiatrique, si ont
été faites par lui ont été faites. Il est
un communiste fanatique et en vérité, sont
exclues du parti au cours de
transcedentale méditation, a fait tous les
souvenirs lacrimogene partie congresele à
reprimit et à ghinionul, ce qui s'est
passé juste au dernier congrès en Novembre
1989. Maintenant cocheteaza avec
P.N.T.C.D. et en particulier serait agent
de l'élection de M. Ratiu, bien que 12 ans
était un maître de conférences en partie
l'éducation, a écrit des monographies
ateiste et materialiste, en collaboration
avec un associé du Département du
marxisme, tous à accéder au pouvoir et des
postes dans le parti et le Département de
psychiatrie. En fait, comme tout
nomenclaturist communiste, ils estiment
que l'enseignant n'a pas de travail
249

scientifique, n'avait pas d'activité


dizidenta et si vous le désirez, vérifier
securista il ya plus de 40 ans, a été volé
à la réalisation de la formation
militaire, en affichant une maladie
fictiva Tous ses preuves avec des
photocopies.
Malheureusement, comme nous l'a montré en
Mai, un grand nombre des allégations
formulées contre Romila se sont révélées
exactes et il semble qu'il tributul et
payés par la destruction dans l'APLR, à
ajouter dizarmoniile sa personnalité, et
les activités après la dernière
"journaliste", un grave involuare à une
personnalité qui a été l'intelligence.
Le troisième est pris en colimator I.
Vianu, psychiatre suisse d'origine
roumaine, qui est devenu une immigration
après neinfricat de combat pour les droits
de l'homme. Et il est coupable de toutes
les bases A.P.L.R. Bien sûr, ce n'est
appliquée sablonul un ancien membre du
parti (inexactes; l'enregistrement est
demandé, mais pour 5 ans, n'a pas été
reçu, blocandu-i-pour défendre et fortandu
et l'émigration), pas et répondre à tous
les étrangers sacrosanta mission de
secours est tradator le pays et le peuple
et pense à vous enormitatea d'être "vendu
Hongrois de Transylvanie. Il a également
été une grande sympathie pour la
marxismului et le socialisme (pourquoi,
DOMNEŞTI, Mai a dû émigrer? ").
In fine, M. Marian Popa, secrétaire
A.P.L.R. aurait été son grand communiste
et securist notoriu (pourquoi devrait-il
être une faute et non pas une qualité,
étant donné qu'eux-mêmes n'ont pas été
250

montré toute ombre de regret) et extrait


de Mai et les documents officiels du
ministère ( regret est de toute évidence
pas de nature à pouvoir les graver).
Tous les dirigeants APLR, bloc,
nediferentiat ont formé la presse, des
institutions politiques calomnierea
psihiatriei ont batjocorit prestige du
pays, ont demandé à spijinul des
organisations internationales. A.P.L.R.
apparaît donc comme un organisme qui
blameaza et santajeaza psihiatria, un
instrument de antipsihiatriei (à laquelle
il se réfère à la psychiatrie
socialiste?), veulent dezmembreze aide
psihiatrica. Bien que petit et
insignifiant grupuscul, A.P.L.R. fait
entrer à la panique "adevaratii"
psychiatres.
La répression exigé pour ces personnes
doit être exemplaire, et le Ministère de
la Santé est incitat à entrer l'action.
En fait, doit avoir milles de ces
personnes. Les jours sont arrivés, lorsque
les 2 à 3 ans avant qu'il ne soit exigée
seulement une simple note d'information de
sécurité et tout avait été réglé.
Maintenant son plus "compétente" doit
umble avec jalbe avec des arguments.
Qu'est-ce inscenare pourrait organiser
dans leur gloire ans, tout en maintenant
doit être umileasca à prier et à une
oreille qui semble Surda.
Voici, enfin conclusions organisateurs de
la campagne de presse sur securisto action
psychiatrique de travail APLR et ceux qui
critiquent la répression politique sous le
régime communiste roumain psihiatria:
denigreaza organisme de santé et le
251

Ministère de la santé; denigreaza pays par


des allégations de violation des droits de
l'homme, bien qu'il semble être «leur
pays», à savoir que comunisto-nationaliste
image du pays, avec nostalgie qui est
restée; denigreaza structure actuelle des
pouvoirs exécutif et législatif du pays.
Il a maintenant intrebam tout prisonnier
politique, ou toute personne comment
acomodat chat avec la manière dont
alcatuiau casier judiciaire sous le régime
communiste, si cette action securisto-
psihiatrica ne se fait pas selon les
règles de la plus haute profesionism
l'ancien régime. Quelle serait maintenant
nécessaire de conclure vinovatiei
"oranduirii crime contre l'Etat socialiste
et de la sécurité" et, si possible, l'APLR
ne serait pas le sort de Caciulati.
Soyons sérieux, tovarasi communistes de la
psychiatrie et aiurea, dumnevoasta inotati
aujourd'hui contre l'histoire, la jeune
génération sera expulsé, même avec le prix
du sang, n'ont plus l'avenir et donc ceux
qui lutte pour la réforme en psychiatrie,
y compris l'éthique de réforme, ne pati
rien.
Voici donc ceux qui envisagent de
adevaratii promoteurs de psihiatriei
roumaines compétentes, les patriotes de
leur passé communiste et tortionar avec la
tête et frapper le "potaile"
anticommuniste, comme dit M.. Gavriliu.

C. Réactions de l'opinion publique, les


médias
Il reconfortant que lorsque vous êtes en
angrenat en travail social a été un
sentiment de solidarité autour d'eux. Mai
252

j'ai exposé la situation en dizidenta


tenue psihiatrii qui psihiatriei lutte
pour la réforme dans le cadre de
l'ensemble des dirigeants de psihiatriei
est entre les mains des ex-communistes
nomenclaturisti ou deuxième ligne.
Criptocomunistilor attaque était bien
conçu et pris en charge. Pensez-y comme il
l'avait girul conseiller presedintelul
République, M. Mironov.
Frapper le gouvernement du journal du
matin et la télévision nationale (le
dernier refuge des communistes dans les
médias) a été de Novembre et reconfortant
une occasion à l'esprit de solidarité pour
les personnes autour de progresist et le
sens de notre demersului.
Nous allons commencer avec l'enseignant la
réaction de Piru, directeur du journal du
matin, qui comprend du début à
desolidarizeze de calomniatorii qui ont
utilisé l'espace journal sans son
approbation. Heavy jours à venir les
communistes ont en psychiatrie s'il ne
peut trouver un endroit sur la terre, un
journal qui part de leurs actions, à
furiseze et recurga à la contrebande,
dezavuati le directeur lui-même gazetei
qui "a accès" . Voici comment l'enseignant
Piru sitautia créé (dans le magasin
Express Février 11 en 1992):
"Malheureusement, la fondation a commencé
le matin avec des brochures dont le texte
est reproduit dans la série de sale C.
Duica. J'ai eu en face de la publication
diffamatoire de ce matériel qui n'est pas
bonne, ni prestige. Puis, il (Duica) a
demandé l'aide de Mironov (Président du
Conseil Iliescu), qui a donné son feu
253

vert. Je ne pense pas qu'il soit poussé


Iliescu, mais plutôt un Gorgos. Certains
articles ne sont pas signés-murdarii de
Gorgos. Si tu veux être après moi, cela
donnerait sur Duica, qui est un imposteur.
"
Gosh, pour un groupe si petit et
insignifiant dont il avait besoin pour un
conseiller en cause le président du pays,
Inseli la vigilance d'un directeur de
journal, vous avez à faire avec les gens
que leur propre chef de impostori et
examiner tous les imprimer "Murdariile de
Gorgos"?
Recteur d'université de la médecine, et il
a également secoué murdarii, a déclaré:
"Dans ma vie j'ai eu le« privilège »de
voir médicaux invidiei nocivité, mais
jamais la haine, lasitatea, des calomnies,
des razbunarea pas collecté dans une
action, afin reprobabila .
Redactorul émissions de télévision à
angrenat à la même action denigratoare,
Emanuel Valeriu, a été congédié
aujourd'hui, n'a pas recapatat poste en
Mai. Et tout cela en cas de catastrophe ne
doit être en solidarité avec les
communistes et les tortionnaires de la
psychiatrie.
Les organismes internationaux ont des
avis. M. Anthony Coombs, Groupe
parlementaire britannique pour les droits
de l'homme, a déclaré dans une conférence
de presse: "Le Ministère de la Justice,
ainsi que la santé Je suis d'accord qui
ont été savarsit abus psychiatriques en
Roumanie." Dans les établissements
psychiatriques visités membres
britanniques du Parlement a fait observer
254

que «les gens vivent comme des animaux» et


à Podriga, district Butterworth, British
bénévoles qui vivent et travaillent à la
maison psychiatriques (y compris la fille
d'un parlementaire britannique) ont été
batuti administrateur de la commande.
Par TV E. Valeriu et une série de matinée,
a souligné Sanda Angelescu (1992), a lancé
une attaque contre totalitaire psihiatriei
victimes. Je appareils, en revanche, les
personnes directement impliquées dans des
actes de torture, ainsi que la moralité du
régime communiste en général.
Mais la question est mieux traitée dans le
libre-jeunesse, de Dan Stanca.
Il a dit - le salon - vulgarizandu est que
tous les Roumains ont combattu dans une
manière ou d'une autre contre la
Ceausescu. Mais elle vise non seulement
compromet la dizidenta phénomènes, oui,
comment était-il. Cam est rationamentul et
ceux qui lutte invocand forme collective
et anonyme pour le peuple roumain ont
denigrat n'importe quelle position
dizidenta. Sur cette ligne, compromiterii
dizidentei roumain sont des actions
nominatives et le journal du matin qui
était apparemment en psihiatriei notre
travail pour défendre les tradarea
l'intérieur et l'extérieur. Ceci, en
fonction de leur avis, terfeli prestige du
pays, parce que si dizidentii internés
dans des cliniques psychiatriques ont eu
aucune intention de protester contre la
dictature, ils ne sont pas seulement
certains sarmane "ratacite mensonge." En
fait, lorsque ni la répression communiste,
la limitant aux seuls "urecheala" qui
militienii un Mai ceux qui appliquée par
255

un aruncau Mai "fluturas" sur le marché.


C'est, en fait, de montrer journal le
matin et E. Valeriu, qui fait un rapport
sur penibil humain fapturi certains plans
d'urgence, mais il est certainement plus
que E. Valeriu prévu et il a bien mérité
destituirea.
Les communistes sont allés là-haut que
ceux qui ne sont pas opuneau devait être
coupable, mais plutôt évêques. De cette
façon psihiatria est devenu un moyen de
traitement, une voie de la destruction de
l'homme qui serait souhaitable de penser
librement. Ces choses sont bien connus.
Necunoscutul apparaît à partir du moment
où la recherche de preuves. Ainsi, les
gens peuvent BCLAC et à cause des
conditions psychologiques de la vie et
ensuite administré neurolepticele retiré
de la tête gargaunii révolution. Pour
cette raison, il ya une grande distinction
entre ces distrusi en connaissance de
cause et de mauvais traitements. Voici
venu et multcomentatele cas (Bear, Dragu
etc) .. Si l'apparition d'établissements
psychiatriques en Roumanie est dégradant,
ce qui augmente la confusion, ce qui rend
les étrangers de croire que ces
institutions camufleaza, en fait, puscarii
réel.
Le journal du matin de se demander
pourquoi le candoare la répression
communiste était nécessaire d'utiliser les
médias à psychiatriques anihila
l'individu, ayant déjà fourni les moyens
classiques. La réponse est simple. Parce
que, dans le second cas, la preuve qu'il
est prisonnier politique Strang est
facile, tandis que psihiatriei si elles
256

sont effacées par lui-même, en fonction de


la formulation d'un diagnostic
interpretabil. D'une certaine manière,
devient un assassin psihiatrul pas laisser
de traces. Mais, demander à l'auteur en
arrière-plan, le processus du communisme,
pourquoi ne pas être accompagnée par un
processus de psihiatriei?
Dans un pays où psihiatria n'était pas
seulement la médecine et de Cendrillon
étaient psihiatrii ressemblent à des
parasites, si pas puneau service
autorités, un décanteur des faits et des
personnes devient nécessaire. Saisine de
forums internationaux comme la Roumanie en
Mai il y aurait 300 prisonniers de
conscience, mais pas la vérité, a été bien
accueillie à déterminer avec soin ce qui
concerne le passé, qu'il doit elucidam
tant pour le présent et l'avenir.
Le fait que puciul securisto-psychiatrique
est un défi est précisé par le Dr
Toculescu, qui insiste sur le fait
qu'aucune A.P.L.R. Il a donné des
informations à l'Europe et, donc, a donné
dezmintirile nécessaire à la fois dans la
publication mentionnée, ainsi que sur la
BBC radio. Ni le parlement britannique n'a
pas appuyé l'anglais déclarations à la
presse, mais au contraire, il était
contre. Les choses sont clarificasera
l'année avant une série de matin et à la
télévision.
Mais tout cela n'aurait été valable pour
les personnes qui voudraient servir la
vérité, tout sale campagne de presse a été
seulement une action de type commando
securist la vérité n'a pas joué aucun
rôle. Heureusement, l'action de ne pas
257

ridicule.
Pour voir comment il serait facile pour la
nomenclature fereasca psihiatria à toute
interprétation, au moins ici, redam resté
en bref, la façon de faire internarile à
Genève, en Suisse, comme l'a indiqué le
Professeur J. Stuky au cours d'une visite
qu'il a faite à un Novembre.
En Suisse a développé une psychiatrie
moderne qui se fonder sur le traitement
ambulatoire. Internarile sont temporizate
pas, sauf dans les moments de crise. Il
est un droit pour les troubles
psychiatriques internarile. Ainsi, pour
internare médecin doit donner un
certificat internare qui doivent
correspondre à des critères précis, tels
que préciser le diagnostic, somatique
danger imminent, le besoin de soins à
l'hôpital. Ce certificat est vérifiée par
un comité médical et si elle semble
incomplète les données sont ajoutées en
Novembre.
À internare, il bolnavului mains sur
"internarilor la loi." Le patient dispose
de 10 jours à compter de internare de
faire appel. Il doit être examiné par un
des membres des comité de supervision. "
La plupart des patients baisse de la tâche
des services ambulatoires. Aujourd'hui,
les négociations de Genève sont à moins de
un système hospitalier et tous les plus de
un ambulator. L'idée de base est que
bolnavul être internées aussi vite
incredintat Externat et des services
ambulatoires.
En Suisse, le principe est que l'hôpital
psychiatrique d'être ouvert. Pour les
patients agitati peut accrocher un drapeau
258

ou une salle de séjour, court, mais le


patient ou la famille d'expliquer pourquoi
de telles mesures sont prises. Ce n'est
pas une situation parfaite, mais elle est
une tentative pour limiter autant que
possible les mesures constrangere. En
hôpital psychiatrique il ya une voiture
qui est en fait une section de la prison.
Ici sont traités imbolnavesc ceux qui sont
en prison. Cette section est indépendant
de la penitenciara.
Si delincventilor, le patient est inculpat
par les organes judiciaires, où l'avocat
ou le procureur mai exiger une expertise
psihiatrica Je pense que si nous parlons
d'une maladie mentale. Cour mai déclarer
le patient iresponsabil ou partiellement
responsable, selon le Code pénal, mai et
de fournir un traitement psychiatrique
dans un hôpital ou en ambulatoire. Si vous
êtes pris en charge à l'hôpital, les
patients externarea dépend de "conseil de
surveillance". Pour beaucoup de gens
prennent des décisions en toute liberté
comme un procès et sont tenus de suivre
les services nécessaires à quitter le
incidence juridique. Les patients mai
externati être des éléments de preuve et
alors readusi.
Voici comment simple, il serait dans ce
cas d'appliquer suisse expérience en
matière de modernisation roumain
psihiatriei pas besoin de fonds
budgétaires, ba, au contraire, en
réduisant les dépenses des services
ambulatoires à 1 / 3 du coût spitalizarii.
L'inertie vous ne songe pas seulement des
communistes 5 à 6 tartori, mais aussi le
grand nombre de médecins qui prennent
259

avantage du système actuel d'organisation


(chefs de département, pyramide du
pouvoir, le nouveau neacomodare, en
appliquant des méthodes spécifiques de
traitement ambulator, psihoterapia, Alors
que dans l'hôpital peut se faire au
établie, vous pouvez voir bolnavul une
fois par semaine et vous pouvez donner un
traitement d'abord que vous ne pouvez plus
changer).
Ces propositions de réforme, nous avons
fait périodiquement en 1972, puis après la
révolution, les administrateurs Angheluta,
Cosa, Ionescu, présentant des arguments
médicaux et financiers mais nous n'avons
jamais été à l'étranger pour étudier
l'organisation psihiatrica comme ils l'ont
fait à maintes reprises ils un. Je suis
particulièrement ridiculizare, le silence,
l'étiquette "C'est de la pure folie." Il
est clair que les privilèges qu'ils
offrent l'actuelle organisation archaïque
des chefs de département se rendent
impossible toute réforme en psychiatrie.
C'est effectivement la situation réelle
dans psihiatria roumain résistance à tout
changement, sale attaque contre ceux qui
"perturber" et un consensus de la
médiocrité, la peur que le fait de changer
le système d'organisation sont exclus, à
moins que de la psychiatrie, dans les
petites et privilèges meschine -- Sefiile.

3. Réforme de la psychiatrie ne signifie


pas antipsihiatrie

Comme nous l'avons vu, les principaux


arguments de la nomenclature communiste
260

étain Mai invectivelor domaine choisi et


la diffamation en raison de la pauvreté
dans leurs arguments. Toutefois, certains
tartori-enseignants a commencé urzeasca
"arguments scientifiques" acuzand ceux qui
veulent la réforme en psychiatrie qui
serait antipsihiatri doit appartenir à une
notion qui semble une fois dans l'ouest
psihiatria - antipsihiatria. Donc, ceux
qui ne sont pas agreeaza psihiatria ils ne
sont que quelques-uns antipsihiatri
(c'est-à-dire abolir les psihiatriei).
Grande pauvreté de l'esprit de ces
enseignants!
Objet antipsihiatriei est peu connu de nos
psihiatrii (éduqués avec ses livres
Gorgos, Ionescu, Predescu, Romila), et
dans leurs discours «enseignants» n'ont
pas développé le problème, d'autant que le
délai est venu comme une poignée cereasca
lorsque l'opposition intensificase
psihiatriei à leur égard, la inapoiata et
d'abus. Les enseignants comme Lazarescu,
Ionescu, Predescu, Romila aruncau avant
1989, comme aujourd'hui, antipsihiatri
étiquette tous ceux qui voulaient un petit
changement comment les anciennes
structures de troubles psychiatriques ou
n'étaient pas d'accord avec eux, qui est
actuellement le plus " antipsihiatri
"membres de APLR En outre, dans une langue
criptocomunist, M. Lazarescu mettre en
évidence la dépendance de la maladie
mentale "represiva" la société bourgeoise.
Maladies psychiatriques dans la conception
de se produire comme une conséquence de
"lutte des classes". Pour ces raisons,
explique l'enseignant, ni l'Occident ne
serait pas intéressé par la question des
261

abus psychiatriques en Europe de l'Est. Il


Plange psihiatriei sort de l'exemple
italien où, à la suite de la loi
"insistentele antipsihiatrilor" psihiatrii
n'ont plus les institutions, dans les
hôpitaux qui traitent les patients, tandis
que le Dr Crosignani a été étonné par
l'intérêt thérapeutique des institutions
qui existaient à Timisoara. Toutefois,
surpris par le fait que ces derniers temps
a eu lieu en Novembre et l'émergence d'un
mouvement de antipsihiatriei (lire le
mouvement de réforme en psychiatrie) qui
soi-disant l'Europe a été cassé. Nous
avons mis la question de savoir si trop
derrière les fréquences des visites
effectuées dans l'Ouest, avec des efforts
financiers qui ne lui appartient pas, pour
qu'il puisse trouver en Europe - après
l'organisation azilara nostalgie qui
prospèrent en Roumanie sous le patronage.
La principale crainte de M.L. est que «le
mouvement à l'intérieur, l'éthique de
psihiatriei, chargée d'étudier et de
l'abus des fichiers, ne relèvent pas de
l'autre côté de baricadei, permettant
antipsihiatrie. Nous pouvons l'assurer
qu'il fait vous inquiétez pas nécessaire
et permettrait de mieux refléter d'autres
problèmes, très important.
Mais l'enseignant et nous offre la
solution: "ces actions devrait être appelé
que par la profession" (sans débat qui est
la pensée de Predescu, Ionescu, Milea,
Romila, et Grecu et évident pour lui,
c'est à dire à ceux qui "haiducit"
psihiatria communiste pendant des
décennies et est devenu le peuple
"profession").
262

Nous allons laisser de côté mais


elucubratiile enseignants - qui paie
avansarile après quoi tanjit titre - pour
expliquer pourquoi ces criptocomunisti
utiliser le terme antipsihiatrie, en
espérant qu'il mai être en mesure
d'empêcher toute réforme en psychiatrie et
en particulier la barre de psihiatria
sociale étape qui est aujourd'hui la
psihiatria - pour information - Italie
occupe une place de choix. Ajungerea
statut de la psychiatrie sociale, M. L. on
voit que "despartire réforme", au
contraire, est un desavarsire réforme au
niveau des exigences et le niveau actuel
de la science sur la psihiatrii disparues
dans notre pays, grâce notamment "les
enseignants".
Il prend peu d'histoire ici. Psihiatria
évolué dans la deuxième XX siècle en trois
étapes successives, en fonction sur le
développement de diverses sciences
(biologie, psychologie, la sociologie et
des concepts humanistes). Donc, voici les
étapes ci-dessous:
1. Étape biologiques, apparaît au début du
siècle fondée sur l'explosion des
connaissances biologiques (études
d'anatomie, la physiologie, la génétique,
la biochimie, microscopului découverte,
microbilor etc) .. Kraepelin accepter le
modèle médical (biologiques) et
correspondant de la maladie, ou hôpital
psychiatrique, construit par les principes
d'hôpitaux maladies somatiques. Ce modèle
psihiatria absolument dominé l'Europe
jusqu'à 1945 - 1950, mais malheureusement
en URSS et tous les camp socialiste,
l'évolution psihiatriei s'arrête à ce
263

niveau, la seule contribution


ideologizarea, à savoir la politique
d'accréditation du système psychiatrique-
dialectique matérialiste et le
développement de soi-disant psychiatriques
clinico-nosologica. Cette ideologizare un
inghetat évolution psihiatriei pays
communistes, en rejetant concepts
psychologiques tels que (ML et sait
comment il a combattu professeur Pamfil
psihiatria conduire à la phase
psychologique). Mais maintenant, M.L. veut
continuer la même psychiatriques (peut
être estimé dans une discipline peuplées
seulement avec Prosti) et difficile à
rendre italien extazul doute rappelé que
M. L. Quand il a vu l'organisation
psihiatrica de Novembre.
2. Étape psychologique et psihiatriei
psihodinamice apparu en Europe, mais à
cause de la guerre était beaucoup plus
prolifica aux États-Unis, un pays d'asile
pour de nombreux scientifiques, y compris
les psychologues, de nombreux hébreu être
persécuté par le nazisme. C'est nouveaux
concepts basés sur des études de Freud,
est né de psychologie médicale, qui
prévoit Novembre théories sur la
personnalité, ont des méthodes
thérapeutiques, sera en mesure de donner
de nombreuses explications
psychopathologiques. Tous ces concepts ont
été interdites par l'idéologie communiste
en Novembre et bien sûr tartorii
psihiatriei communiste appliquée dans la
pratique des partis politiques. Alors que
l'Europe a avant, en Novembre stagnam
(comme en cybernétique, la génétique et de
nombreux autres).
264

3. Étape sociologiques et sociales


psihiatriei a commencé après la Seconde
Guerre mondiale aux États-Unis et ensuite
connu une expansion rapide en Europe,
conduisant à la création d'un psihiatrii
complète bio-psycho-sociale des soins dans
le langage courant a été désigné comme
l'auteur de nombreux psychiatriques
sociale, non pas en raison d'une vision
exclusive, mais d'élargir umanizatoare
côté de psihiatriei actuel. Cette
psychiatriques mis en action Mai élu en
Novembre institutions de traitement, le
traitement accentuand Communauté et
resocializarii, mais a créé de nouveaux
modèles de la maladie basée sur la théorie
que l'homme et la sociologie des idées
philosophiques de notre siècle, il a mis
en service.
Les deux dernières étapes n'ont pas eu
lieu dans les anciens pays communistes, de
sorte que ni en Roumanie, dont elle a
besoin en raison de pureté idéologique,
repulsiei contre Freud et en déclarant que
seules les marxismului conception
sociologique.
Ce groupe nomenclaturisti privés des
arguments et a demandé antipsihiatrie
toute conception qui est de savoir comment
peu s'écarter de la pureté idéologique
psihiatriei socialiste.
Psihiatria ère communiste est resté
seulement une psychiatrie biologique et
azilara et toute la production était
catalogata devant le crime de
antipsihiatrie (qui est, si vous devez
expliquer, est sur le antipsihiatrie sens
de "contre psihiatriei." Qui n'est pas
avec psihiatria Leur était une évidente
265

antipsihiatru.
Nous avons montré que le grand mouvement
de réforme sociale en psychiatrie paru
dans l'Ouest après la guerre. Puis
occidentalii avec uimire ont remarqué que,
malgré conceptiilor humaines qui dezvoltau
et système démocratique, il est un
construit par instiututie totalitaire
principes - l'hôpital psychiatrique
classique ou d'asile. Il a commencé une
véritable révolution, bien qu'il n'y ait
pas psihiatrii n'y avait pas initier le
changement. Toutefois, pays par pays,
bulletin par bulletin ont été couverts par
de la fièvre et demascarilor contestatie
ces institutions qui non seulement
n'étaient pas bonnes pour le traitement,
mais ne doit pas apparaître. Pour
deziluzia de M. L., l'Italie a été un
grand mouvement social, et les médias a
pris la tête de la promotion du
changement. Certes, certains étaient
drame. De nombreux psychiatres ont eu le
sentiment destruction des institutions se
sont opposés et il y avait beaucoup
denigratori, mais aujourd'hui psihiatria
Occidental est une institution sociale et
le traitement tout à fait umanizata. Pour
être honnête, pense plutôt que, comme M.
L. l'esprit que de penser que le médecin
italien admirer une institution que le
plomb (par exemple, ce qui s'est passé à
l'hôpital Zam?).
Mais un tel "denigrare" dans le cadre de
systèmes démocratiques occidentaux n'a
jamais été interprétée comme une trahison
du pays ou antipsihiatrie, bien que, comme
nous l'avons montré ici, le processus a eu
lieu zgomotos. Les discussions ont pris
266

part des sociologues, des philosophes,


avocats, prelati, militants des droits de
l'homme, réforme des psychiatres. Et
l'Occident a été une résistance au
changement de l'ancien slujitori de ces
institutions (sans être communistes), et
la plupart du personnel vécu sensation
physiologique que "destruction"
psihiatriei en raison d'un réflexe naturel
de défense.
Dans cette terrible lutte semble
différents concepts dans le contexte du
climat démocratique, ont été confrontés,
ont nié les uns les autres, mais ils ont
fait après la grande Sociologica le
mouvement de réforme de Psihiatrie.
Une si grande pluralité des positions et
approches ont conduit à la possibilité
que, rétrospectivement, d'être en mesure
de distinguer les deux courants
principaux:
A. Un courant reformator et constructif
qui supunand un vieux psychiatriques
vehemente critiques, notamment des
solutions sur la base duquel a élaboré la
situation sociale et les établissements
psychiatriques. Dans ce courant se sont
engagés psihiatrii tous les
professionnels. Le résultat a été un
changement total psihiatriei structure,
une nouvelle vision de la maladie mentale
et l'institution du traitement.
B. Beaucoup de conceptions
particulièrement hétéroclite émis par des
non, qui - même si elles ont contribué à
l'actuelle innoitor - ne pouvait être
appuyé par des spécialistes, ils
necorespunzand raison d'une réforme et pas
de pratique. Ce groupe polymorphe de
267

conceptions, qui a souvent perturbé par la


tension qui ont été soutenus, a été
désigné par la désignation de
antipsihiatrie.
Nous n'avons aucune idée de comment
les enseignants savent bien, mais doit
insister sur le fait que véhémentes
institutionalizata existence dans une
entité qui denumeasca antipsihiatrie,
ainsi que le nom a commencé à la tête de
plus en plus d'aspects peiorative,
malheureusement
en Novembre utilisé seulement
detractorii réforme en psychiatrie, tandis
que dans l'Ouest de ce différend a
beaucoup sociale psihiatriei victoire.
Ici, si vous voulez vraiment M. M. L. --
Une mystification dans un environnement
qui est le moins bien informés (bien que,
malheureusement, il semble qu'il est
parfaitement au courant de celles-ci).
D'autre part, antipsihiatrice théories
sont très divergentes, avec des variations
sociatrice ou politique, extremisti droite
ou à gauche.
Depuis l'époque de troubles psychiatriques
dizidentei Roumanie, nomenclaturistii hier
et d'aujourd'hui incadrau peiorativ comme
antipsihiatri sur tous ces "ieseau en
face." Par exemple, notre journal
"Psihiatria social" a été de supprimer les
bibliothèques et fondu date en raison de
antipsihiatrie.
Comme je l'ai souligné dans Mai, le
changement en roumain psihiatria ne pourra
jamais venir de ceux qui bénéficient
d'anciennes structures. Pour cette raison
la participation de l'extérieur
psihiatriei (hommes de culture,
268

journalistes, etc.) Sera une étape


historique nécessaire ainsi que dans
l'Ouest.
Le roumain est encore plus aigu par le
fait que psihiatrii ont été qualifiés par
des livres et des enseignants sous la
direction indoctrinati du communisme. Ou,
après 50 années de psychiatrie biologique,
ideologizata marxiste, pavlovizata dans
stalinista âge sera très difficile pour
les plus âgés psihiatrii de s'adapter aux
nouveaux besoins. En principe, ils
devraient se recycler, des pans entiers de
l'actualité psihiatriei être complètement
inconnu, leur action a été dans un hôpital
psychiatrique pompieristic type, comme ils
ont appris des livres qu'ils ont lu (qui
leur ont permis lire). A titre anecdotique
N'oubliez pas un professeur de perles
pensée Predescu. "Regardez la, at-il dit,
tous les médecins dans d'autres
spécialités qui ont émigré ont été faites,
d'excellents. Mais ni ne sais pas un
psychiatre qui a émigré ont fait une
grande carrière dans l'Ouest. " Je ne sais
pas ce que l'enseignant a voulu dire, mais
pour moi il est clair que tous étaient
«succès feriti" subcalificarii car ils ont
fourni un juste psihiatria lui a enseigné
au département et "psychiatrique ses
traités" .
Il est clair que seule psihiatrii jeunes
dezinteresati la hiérarchie rigide de
l'organisation psihiatrica peut espérer,
dans le présent, une bonne qualification.
Voici pourquoi il mais il acerba
résistance à toute réforme dans notre
psihiatria. Il est clair que A.P.L.R. sera
toujours accusé de antipsihiatrie. Mais
269

souligner Marian Popa, A.P.L.R. est prête


à entrer dans la concurrence avec l'ancien
style psychiatriques, à partir de la
prémisse d'examen et d'innoirii
psihiatriei. A.P.L.R. et de ne pas
proposer d'éliminer ou de condamner les
psihiatrii qui doivent s'adapter aux
nouveaux concepts psychiatriques, mais
aussi voir que le changement, il y aura
une minorité qui en pâtira et il faudra
que la tolérance et de compréhension.
Les fichiers d'abus est nécessaire tout
d'abord l'inventaire car il y avait des
psychiatres qui ont sincèrement cru que
dizidentii sont mal psihici. Sur la base
de psihiatriei Predescu a été très facile
dans la mesure du consensus social
correspondait pas à faire figurer dans une
classification rigide, dans laquelle le
terme de la maladie ont un conotatia
maladies somatiques, définitive et surtout
irecuperabila. Le rétablissement de la
vérité n'a rien à voir avec une rafuiala
marunta et n'est pas un motif de guerre
entre les psychiatres.
Pendant la dictature, l'isolement
politique intentionnés, ont été isolés
psihiatrii que la médecine, ainsi que la
population. Pour ceux qui étaient des
dirigeants de erijat dans psihiatriei,
normalul était un homme obéissant sans
autres opinions que celles de pouvoir, qui
justifient la double prise de conscience
et de deux poids, deux mesures (un du
recto et un pour vous), en fait, un social
réel schizofrenizare . Normalitatii
poursuites est devenu un véritable
monopole du pouvoir et un implicite
psihiatrii docile et servile. C'est
270

pourquoi, aujourd'hui, ni ceux qui sont


nommés par tant de fois mai pas tiré de
changement, déclarant celles qui changera
comme des ennemis de psihiatriei.
Pages mai reprosa psihiatrului être dans
un tel contexte aberant et répressives?
Tout d'abord, sans tenir compte du fait
que la société, le système est devenu
pathologique. Psihiatrul a été forcé
d'ignorer la folie et est limitée au
cabinet à ses livres, cooperand en secret
avec les organes du pouvoir d'isoler les
patients zisilor si dangereux. En vertu de
ce label sont souvent cachés des intérêts
politiques liées dizidenta.
Psihiatria roumain, ainsi que l'ensemble
du système social, est totalitaire, en
fait intretinand un antisociala
atmosphère, contribuant à l'harmonisation,
depersonalizarea et la perte de confiance
dans l'homme. Cela pourrait se produire
sans la faute de certains psychiatres. Les
coupables sont peu nombreux et ils ont
toujours demandé, à la fois le passé et le
présent. Vous pouvez facilement
reconnaître qui étaient toujours
recompensati du communisme a fait pour les
services (salaires grand chevauchement des
fonctions, de nombreux titres obtenus sans
mérite, rapide promotions, départs à
l'étranger, presque exclusivement, la
liberté d'imprimer sans couverture valeur,
les prestations économique, en violation
des lois sans être sanctionnés.).
À l'ère du totalitarisme psihiatria pas
frizat absurdul et la logique,
antisociabilitatea et de socialisation.
Lutte pour certains psychiatres
resocializare-ils chercher à la haine et
271

jugées dangereuses.
D'un point de vue théorique, pas
communiste psihiatria horizon au-delà de
la biologie, compte tenu de la maladie
comme une fatalitate. Psihiatria avenir
doit surmonter ce système et à coopérer
avec le système social, mais pour le bien
bolnavului. Pour ces raisons, A.P.L.R.
Gouvernement a proposé la création d'un
institut de la psychiatrie sociale apti
pour former des spécialistes à travailler
dans psihiatria sociaux et resocializare.
La situation autour de nous ne doit pas
conduire à la dissuasion, en particulier
lorsque les droits de l'homme sont des
appareils et des organisations
internationales. Les réactionnaires qui
détient des positions clés dans la
psychiatrie et s'oppose à la réforme
n'aura pas beaucoup de temps de puissance,
Dieu ne fonctionne que dans l'éternité.
Le principal problème aujourd'hui
représente un Novembre naissance d'un
psihiatrii moderne et une rupture de
l'ancien azilara psychiatriques et
biologiques, autoritara et saracacioasa.
Grâce à cela, nous espérons psihiatriei
notre synchronisation avec l'Union
européenne.

Chapitre V

Des ABUSES in PSIHIATRI POLITIQUE EN


ROUMANIE

D'études concrètes
La vulnérabilité roumain psihiatriei
272

Subliniam Comme dans les précédents


chapitres, l'utilisation de non-abus de
psihiatriei atteint son apogée au cours de
l'fascistes et les régimes totalitaires
communistes en particulier.
Périodiquement, l'accusation d'abus peut
être dirigé contre un psychiatre,
indépendamment de l'endroit où ils sont
originaires, et il est normal, chaque
individu peut GReSI. Mais cela apparaît
comme une véritable sinistru comprend
quand tout un système de raison
professionnelle de servir un non-système -
le système de répression d'une société
totalitaire.
Politiques abus psychiatriques n'est pas
le cas, parce que odios existé et même par
ses hautes fréquences, mais pour le fait
que dans les pays communistes, il a été
organisé par l'Etat, par conséquent, est
devenue une véritable "organisation
criminelle" impliquant des fonctionnaires
civile (partis, les médecins officiels des
organes de répression d'État, y compris
Magistratura). Cette criminalité organisée
par l'Etat n'était pas connu dans
l'histoire de l'humanité.
1. La pratique politique de l'abus dans
des hôpitaux psychiatriques

Utilisation psihiatriei à des fins


politiques par apologetii communisme
roumain n'est pas au moins d'origine. Ceci
a été introduit en Novembre après
l'exemple soviétique et consolidés sur la
base qu ' «une cinquième colonne, composée
de Roumains qui est devenu l'opportunisme
communistes dans un pays où il y avait
273

initialement 800 membres du parti.

A. Psihiatrului rôle de l'abus


Etude de béton sur la base des abus
psychiatriques beaucoup de cas étudiés a
été détaillé dans Novembre. Le premier
problème que nous mettions un rôle a été
joué par des spécialistes psihiatrica
répression.
Asile psychiatrique roumain a été
transformé en un instrument de persécution
politique et n'était pas quelque chose
d'abstrait, mais a été construit par les
autorités communistes, la Roumanie
tartorii psihiatriei (une désignation qui
nous a pris de la presse) comme un
véritable système opresiv. Mettre en
pratique un système opresiv a également
appelé à une collaboration psihiatrilor
mais dans une mesure plus ou moins, ils
facilement accepter le pouvoir d'être
totalitaire. Il ne peut être perçue sans
parler d'abus psychiatriques et le rôle
psihiatrului.
Suite à l'étude que je intreprins nous
pregnanta qui semble impliquer la
classification suivante et une certaine
responsabilité gradare:
1. Psihiatrii qui ont été oficialitatea de
la psychiatrie (nomenclature) - en étroite
collaboration avec la sécurité et la
partie organes - ocupand eux-mêmes en
grande partie des positions de leadership
et de mai à des degrés divers et de la
sécurité. Ce sont ceux qui consciemment
psihiatrica répression organisée dans la
théorie et la pratique.
2. Psihiatrii dizidenti ou opozanti en
très petites quantités (au moins ceux qui
274

sont connus), 's, mais nesustinuti grande


masse active psihiatrilor. Ils ont
critiqué sporadiques ou d'abus
systématique ou qui ont commencé leur
propre mouvement dezideologizare, de façon
informelle ou couverture, mais toutes ont
critiqué psihiatria officielles et
exponentii.
3. Grande masse psihiatrilor Onesti, mais
dezinteresati et dezinformati, tributarii
psychologie «cage», alipiti souvent de la
manière coloniala "enseignants" dans leur
zone géographique, pour les petits
avantages administratif ou une vie
tranquille.
Le premier groupe de quelques individus,
peut-être une douzaine, dans l'affirmative
scadem de ces personnalités zisii
fonctionnaires culture que les communistes
toujours du principe que "papusniki" que
le nom de Lénine, ou plutôt comme
"tovarasi vremelnici route." Cette
nomenclaturisti douzaine de traite et
continuent d'occuper tous les postes de
pouvoir, et ces postes une petite
communauté, environ 1.000 personnes, et de
faire manipuleaza psihiatria et tous les
psihiatrii. Pour profiter de la partie,
ils sont devenus d'excellents
universitaires, des concepts opposés
psychiatriques modernes en provenance de
l'Ouest. Ce groupe a participé à des abus,
organizandu il recompensand et ceux qui
ont été erijat dans tortionari exécuteurs.

Quelle est la motivation de cette


collaboration avec le système politique
communiste? De ce point de vue, nous ne
pouvions pas divulguer les motivations
275

suivantes:
1. La motivation idéologique, sincère ou
oportunista, la foi en idéal communiste et
la loyauté envers le parti. Pour ces
personnes criticarea partie ou le
socialisme peut être un phénomène social
inadaptabilitate ou même la maladie
mentale. Pour ces raisons, ils étiquettent
les personnes soumises à un «traitement»
comme souffrant de schizophrénie ou la
paranoïa. Nous devons toutefois souligner
que ce groupe ont souvent une base du
comportement des croyances douteuses,
comme la preuve que, après la révolution
certains ont été enregistrées
immédiatement ou de droite sont devenus
parties apolitici (Dr. Angheluta
inscription au PSM, où il candidat au
Sénat sans succès).
2. Un désir de promotion professionnelle,
qui dadea pouvoir et d'influence,
ambitiilor satisfaction, les avantages
d'une vie meilleure et, souvent, leur
ambition depasea portée psihiatriei,
désireux de devenir ministres, députés et
même des membres du Comité central.
3. Qualification leur politique a abouti à
la désignation des fonctions, tandis que
la qualification a été psihiatrica
filiale. Pour ces raisons devraient
toujours faire de son attachement à
relancer les éléments de preuve contre le
parti et l'idéologie. V. Predescu a plus
de 25 ans partie de secrétaire, puis
adjoint, vice-Chez l'homme, mais aussi de
leurs positions politiques et les
conditions météorologiques avusese études
en URSS Pour ces raisons, l'étude des
documents du parti, de différentes
276

tendances idéologiques modifications


traitant avec eux la plupart du temps,
questions professionnelles ocupand
dernière place, leur position sociale ne
sont pas liées profesionalitate. Le
problème devient dramatique lorsque la
direction du parti (central ou local) sont
en train de changer, et l'attachement de
l'accusation contre l'ancien chef du parti
pourrait perdre de fonctions politiques
qui constituent, en fait, le fondement de
leur carrière professionnelle.
4. Le Parti promouvoir et consacrée cadre
de confiance dans la première esalon de
psihiatriei de faciliter ou de contrôle et
de sécurité. Dans un premier temps, des
études en U.R.S.S. sont absolument
nécessaires, parce que la pièce jointe à
la partie à cet âge est nécessairement
besoin de prouver le nom de l'attachement
contre l'Union soviétique.
Dans ce contexte, la vulnérabilité
psihiatriei était très élevé, il reste
essentiellement à la discrétion du pouvoir
politique. Psihiatrii dans cette catégorie
devait choisir entre son parti et le
patient, mais aussi pour la préservation
des privilèges ils toujours choisir le
parti. Colaborand partie et le bras ou
inarmat - sécurité - c'est-à-dire qu'ils
ont un ennemi commun-dizidentul. Pour
l'instant, les explications persecutarii
dizidentilor éthique ont été plus simple,
de sorte que le parti a décidé que de
toute évidence n'a pas Gresea. Psihiatrul
nomenclaturist savait que le propriétaire
ou partie et que tout abus est conforme à
vos souhaits.
Comme un fruit de la collaboration,
277

psihiatrul nomenclaturist reçu comme un


salaire dimensionat profitent le plus,
laissant à l'étranger, appartements,
villas, l'accès à des magasins, les
produits de luxe et autres paiements
effectués pour les services. Pour ces
raisons, certains d'entre eux est devenu
réel apologeti du communisme, voire dans
le monde, par l'attitude de divers congrès
psychiatrique.
Psihiatrii dizidenti étaient et sont peu
nombreux et ont ouvertement critiqué le
régime ou voalat, en particulier
l'utilisation psihiatriei contre
dizidentilor politiques. Certains ont été
sévèrement punis, d'autres contraints à
émigrer, ils ont organisé des processus
publics et même judiciaire inscenari. En
particulier ceux qui restent dans le pays
ont été marginalizati, n'ont pas été
promus, ont été prises droit de publier.
Autres dizidenti ont été regroupées en
petits groupes plus ou moins oficializate
et réussi à faire une certaine activité
dans la presse, ont publié plusieurs
documents pour son propre compte. Il a
payé un prix élevé, mais dizidentii et ont
pris ce risque.
Dizidenta "passif" a été, également, un
des moyens de bataille. Ainsi, de nombreux
psychiatres avaient une attitude et même
binevoitoare "fraternizare" dizidentii
internés, ce qui est dit par un grand
nombre des internés psychiatriques
dizidentii.
Psihiatrii neangajati représentant une
majorité absolue. Leur comportement de
compromis a été motivée par la peur, uzand
les processus denegare et rationalizare
278

d'éviter les problèmes éthiques


dureroasele. Mais la peur et de compromis
caracterizau en fait l'ensemble de la
population du pays et mai constituent donc
une excuse pour les psychiatres.
Psihiatrii conformisti connaissait les
règles et convenientele communiste roumain
et la société stiau comme un faux pas
était pleine de risques. Par conséquent,
leur premier soin a été d'éviter d'avoir à
faire avec dizidentii, et si cela ne
pouvait être évitée, dadeau blâme sur les
«circonstances». Beaucoup ont cherché à
répondre aux demandes nomenclature par une
compréhension Tacita contre ce qu'il
prétend. D'autre part, il est difficile de
croire que, comme les psychiatres, le
total pourrait éviter le risque d'avoir à
faire avec la dizidentii. Souvent, pas
éviter tout contact avec eux, pourrait
jouer un Sarada la manière suivante: "Je
sais que vous n'êtes pas malade et que
psychologiques internez ne devrait pas
vous, mais vous pensez à ce que vous pati
si vous donneraient leur part et ce que
mon mauvais You Made Me. Je ne peux pas
faire plus, je enquête la tête, mais de
savoir que je déteste cet imbroglio. Les
deux sont dans le même bateau. "
Cette Sarada, dans lequel nous ignorer les
uns les autres, est essentiellement un
moyen de conformismului. Il est ici
personnes intellectuellement normale, les
croyances traditionnelles et les intérêts.
Ces gens croyaient, en fait, dans
nemurirea système communiste et le manque
de sens de la résistance. En fait, ils ne
intelegeau sur dizidenti, qui les
représentent pour eux une sorte de
279

combattants de vent moulins. Lorsque vous


avez un appartement, une famille, un
service non méritent d'expui et societarea
communiste nonconformismul pas approuver.
En fait conformismul dominent la société.
Pour cette raison, le compromis de la
psychiatrie fait partie d'un système
social que nous pratiquons la majorité des
citoyens.
Le manque d'information, dans l'incapacité
de regarder le mouvement des idées dans le
domaine des sciences a conduit à des
troubles neurologiques et de plafonnement
intoxicarea psihiatrilor roumain seulement
l'obligation de lire la littérature qui
portent girul officielle, ce qui signifie
que ceux qui ont moins d'entre eux les
professionnels. Psihiatria, conformément à
ces livres, est devenue une discipline de
9 à 10 maladies qui sont reducea la
complexité de la discipline dans une
vision éminemment biologique. Même l'étude
de "taxonomie" 's G. Ionescu, a fait un
nouveau compromis le désespoir après la
révolution, dizgratioasa l'intention de
prouver que le DSM-sites américains ne
sont pas seulement confirmer la conception
matérialiste Dialectica-biologizanta et
ils ont pratiqué une-pour toujours.
Dans ces conditions, il n'est pas étonnant
et même l'apathie lenea intellectuelle
psihiatrului l'environnement, forcé à
profeseze 20 -30 ans dans une discipline
avec 9 et 10 maladies drogues, le style et
la moyenne des cadres est rapidement
devenu "médecins". Depuis plus de 45 ans,
a été psihiatria Mai et est dominé par le
oribila "élite".
280

B. L'ampleur et les formes de maltraitance

Abus consistait psychiatrique de privation


de liberté d'un individu qui a dû être
interné sous un faux diagnostic, le
placement contravenind intérêts
individuels et fait contre leur volonté,
sous la pression des autorités politiques,
les organismes de l'ordre, à des fins
d'intimidation ou de la répression au nom
d'une idéologie. Tous les abus est le
placement d'un malade sans motivation
médicale à ce moment-là.
Après des études de cazuisticii que nous
avons reçues, les enquêtes menées et les
documents étudiés, nous pourrions alcatui
après la classification de l'abus
psychiatrique qui a été pratiqué en
Novembre:
1. Internarile événements politiques liés
a la plus haute fréquence et sont les plus
nuisibles sicanand et intimidand masses
centaines de personnes en bonne santé ou
limitrofi, y compris les patients en état
remisiune pendant des années. Ainsi,
l'hôpital psychiatrique, des individus en
bonne santé ont été internées ou marginal,
mais dans tous les cas, l'élément commun
est que la possibilité d'utiliser ocaziei
événement politique pour une manifestation
d'hostilité contre le régime. Ainsi, ces
occasions de sécurité "de balayage" de
centaines de villes "mintali malades",
sens que les gens mal à l'aise du point de
vue. De cette façon, court terme (5 - 10
jours), cohorte «patients» ont été faites
par des organismes M. I. et soumis aux
hôpitaux régionaux, sûr et déjà
surpeuplés. Après avoir consommé tous les
281

cas politiques ont été libérés, certains


d'entre eux, même sans une formalité
écrite ou un examen médical.
Il est un cas d'abus psychiatriques, mais
un abus de la psychiatrie. Il était
pratiquement impossible aux médecins pour
tout simplement de se rebeller contre ce
type d'actions qui visent une centaine de
personnes et a un premeditare et une
organisation parfaite, le seul hôpital de
directeurs ont été impliqués dès les
professionnels. Opozitia non seulement
aurait conduit au licenciement, mais
l'interprétation de la politique gestului.

2. Parts dans des buts politiques


illégales de personnes qui ont une maladie
mentale. De ce point de vue, notre
recherche a identifié les catégories
suivantes:
A. Diagnostic traités des raisons
politiques liées à la nécessité
d'hospitalisation, comme la schizophrénie,
la paranoïa, etc. Comme les symptômes sont
plus négatifs, plus il était clair que le
patient "n'a pas conscience de sa
maladie."
B. Neuroleptice traitement médical ou
electrosoc sans motivation. De temps en
temps, les prisonniers dans les prisons
communistes ou les hôpitaux psychiatriques
sont administrau electrosocuri ou
neuroleptice, bien que cela n'était pas
nécessaire. Un témoin dans ce sens, un
adjoint à gauche-Radu Ciuceanu. Il a dit
qu'il était neuroleptizat sans une base
médicale. Le traitement est appliqué dans
des cas similaires à titre de châtiment
pour rendre le sujet individuel en Mai et
282

non-dangereux pour le régime politique.


C. Secure sections psychiatriques, qui
existent dans la plupart des hôpitaux,
mais il ya eu des sections et sûr,
complètement isolé sections dans
lesquelles seulement le personnel médical
et des fonctionnaires avec des
dispositions spéciales avaient accès. Ces
articles sont destinés uniquement contre
les détenus qui pratique un abus
psychiatriques. Une telle section de
fiintat et Hôpital Gh Marinescu, comme le
département de la huitième, et était
dirigée par le Dr Epaminonda Tomorug.
D. Des institutions spécialisées, pour
«traitement» particulier de dizidentilor.
En Roumanie a cette triste notoriété de
l'hôpital Gataia (Département de la
clinique de Timisoara professeur
Lazarescu), pour la plupart dans les
années 50, des hôpitaux Poiana Mare, P.
Groza, Raducaneni, Balaceanca. Une autre
position, si pas encore incomplète, a
Fiziologice un centre de recherche à
Bucarest, où il serait fait avec
destructurante expériences de la
personnalité.
E. Détournement de diagnostic en faveur
bolnavului. Un certain nombre de médecins
dire que, pendant le communisme ont
pratiqué faux diagnostics pour des
patients de mettre une mauvaise situation
en Mai à laquelle on pourrait s'attendre.
Il est encore une situation neclarificata
en termes de l'éthique médicale et de la
morale, surtout que, dans tous ces cas
psihiatrul lui-même aurait un risque de
beaucoup.
3. Honoré comme un facteur d'incitation
283

abus a été, également, une chose


importante. Structures juridiques de la
dictature ans en Roumanie ont donc été
estimé que pourrait faciliter l'abus
psychiatrique. Ainsi, même le Code pénal a
ouvert la porte abus psychiatriques.
Ainsi, les articles 114, 113 c.p. sont
exemplaires à cet égard. Ces articles
presupuneau la détermination de la peine
pour les infractions de nature politique
ou à caractère politique et, par
conséquent, à condition sanctiunilor
imposition ou privarilor de la liberté,
notamment la privation de certains droits
de retirer de la vie politique dizidentul
ou blama lui et ses idées. Ces mesures
comprenaient le traitement obligatoire
dans un établissement spitaliceasca ou
ambulatorie avant ou après la
condamnation, l'interdiction de pratiquer
une profession ou des fonctions publiques.

D'autres lois spécifiques, comme le


retrait du droit de conduire voiture, ont
été sévères.
En vérité, abusif potentele sont
encouragés par les lois concernant
l'incapacité mentale de déclarer un
individu. Cela est particulièrement
évident dans la Loi no. 3 / 1978 qui
permet la saisie en cas d'urgence
médicale. Ainsi, la soi-disant médicaux
d'urgence ont été traitées en urgence
politique et sur cette base retinerii pour
cause de maladie.
Décret 12/1965 portent sur le placement
"danger" sur la base des déclarations de
voisins ou des membres de la famille, sans
un individu peut faire appel contre ces
284

allégations. Juge de la Cour à huis clos


sans défense ou de fournir la preuve. Les
accusations pourraient être portées par
des parents, des amis, mais également par
les autorités. De même, le décret 313/1980
prévoit la possibilité d'un traitement
obligatoire à indicatia un psychiatre, qui
pourrait être facilement soumis à la
pression des autorités. En outre, si ce
décret, l'action ou la privation de
liberté de l'individu corps a été delegata
la santé, en cours de route dans l'ombre
de la sécurité, qu'à la suite de critiques
formulées du décret 12/1965.
Un problème délicat est la nature et la
durée detentiei dans psihiatrica unité, en
fonction de commandes MS 56/1976 et
261/1987. Le risque encouru consiste dans
le fait que la procédure judiciaire,
plutôt imprécis, ce qui conduit à retenir
les motifs de la santé des personnes qui
ont besoin d'un traitement (y compris les
politiques opozantilor).
Un autre aspect de suspicion de mettre en
place ce qu'on appelle la responsabilité
collective dans les enquêtes impliquant
psychiatrique ou non une politique d'abus.
C'est là perfid un mélange entre le formel
- et juridique flagrante -
discrétionnaire. Depuis la formulation de
la décision appartenait à un comité, il
n'a pas pu être officiellement contestata.

Mais toute l'expertise psihiatrica comités


ont été formés par des membres obtinusera
contraignant et avis formel de sécurité et
le Ministère de la Justice, qui indiquent
que ce fut le cas de personnes choisies et
vérifié politique. En outre, la commission
285

supraexpertiza enfin dadea décision


finale, de même que le président sur
perpétuelle V. Predescu.
4. Sperjure déclarations politiquement
motivées. Un problème difficile est
soulevée lorsque le diagnostic est établi
sur la base de "témoignages" que la
participation des divers fonctionnaires
qui sont présentés avec leur propre
version des faits. Neexistand preuve de
prouver le contraire, la personne en
spitalizata était due que dans des
déclarations conformément à l'organe de
répression. Voici une manière très
relative à l'évaluation d'un malade
mental. Mais comme les jours passent, une
étiquette est aussi de plus en plus
difficile à dezmintit, est devenu la
«événement» dans les feuilles
d'observation et, par conséquent, est
devenu indubitabila.
5. Ignorer psihiatriei dans le contexte de
la pauvreté économique du pays.
Pauperizarea société roumaine qui a fait
psihiatria être considéré Cendrillon
médecine. La prise en charge des hôpitaux
psychiatriques était insuffisante pour
faire face au grand nombre de patients,
asistentele psychiatriques spécialisés
sont très peu nombreux, les travailleurs
sociaux a été beaucoup desfiintati
fonction du régime, personnellement. Les
bâtiments ont été darapanate hôpitaux, les
centres de santé existent, sapunul et
detergentii presque impossible à obtenir,
l'insuffisance alimentaire et le montant
réduit.
Il est difficile de acuzam psihiatria ces
conditions, les souffrances causées par
286

ces facteurs, facteurs qui, en réalité,


représenté une certaine mentalité
politique. Profanarea psihiatriei, dans
les conditions données, il n'était pas un
abus de la pratique de psihiatriei, mais
une des autorités politiques sur
l'établissement psychiatrique.

2. Le traitement de textes étudiés

Étude détaillée lot de cas que nous avons


eu le jeu d'enregistrements dans les
questions importantes que voici, qui se
poursuivra:

A. Admission utilisation
Évaluer comment Mai nombre exact des
victimes sont en elles-mêmes un peu
d'importance, étant intolerabil abus lui-
même, même si le mot et un seul individu.
Toutefois, l'évaluation du nombre de
victimes mai permettre une vue d'ensemble
de l'abus psychiatrique. Mais une telle
entreprise est très difficile à faire en
Roumanie.
En dépit de ces adversitati nous avons
réussi cuprindem dans notre étude plus de
60 cas, un nombre suffisant pour être en
mesure de démontrer l'utilisation
systématique de psihiatriei fins dans le
parti communiste.
En ce qui concerne internarilor des
hôpitaux spéciaux (fiefurile psihiatriei
répression communiste), l'opposition était
totalement autorités et d'efficacité,
c'est la raison pour laquelle nous ne
disposons pas des données officielles.
A.F.D.P. comté de Dolj en a encore fourni
une série de données sur les prisonniers
287

politiques internés à Poiana Mare, qui a


apprécié les 20 cas, mais a noté que,
immédiatement après la révolution ont
disparu à partir de là, sans aucune forme
d'un cadre juridique, de 40 cas. Nous
pensons que ces 60 patients, nous pouvons
nous aider à former une idée de l'ampleur
internarilor politique, même si le nombre
se réfère à un seul hôpital en Roumanie.
En ce qui concerne le placement des
critères politiques dans les hôpitaux
psychiatriques d'habitude, est iluzoriu
d'espérer que nous pourrons jamais
recueillir des données pour autant que ces
hôpitaux, dans leur grande majorité,
dirigée par l'ancien se sont rendus
coupables. Nous avons parlé une action
très grave de détruire des fichiers
internare un dizidentilor ou leur
récupération.
La première étape de la politique
psychiatrique abus dans le placement
constitué des abus. Admission violence a
eu lieu lors de dizidentul a été en
conflit avec le système politique
communiste et quand securistul appel à un
psychiatre à pronunte si ce comportement
pourrait être considérée comme anormale.
Depuis cet avis a été donné le statut
dizidentului changement, il est devenu un
malade mental dont elle pourrait appliquer
des mesures internare forcé,
electrosocuri, neuroleptice, contentie
mesures.
Comportement dizidentului d'abord été en
contact avec un personnel de l'importance
de ce qui sera traitée plus tard (elle a
été donnée agitati, fermé ou ouvert à
gauche, tantôt à gauche avec traitement
288

ambulatoire).
En fait, le sort de ces dizidenti était
plus dans les mains des organes de
répression, mais les relations avec le
personnel infirmier est également
importante.
Normalement, les cas ont été portés à un
psychiatre de plusieurs façons:
1. Procédure civile avec le placement
direct "propre" d'agir dizidenta qui
psihiatrul Il a transformé en un phénomène
psihopatologic. Dans ces situations
peuvent se produire catégories suivantes:
-- Dizidentul faire un acte particulier a
été prouvé, arrêtés et internés à
l'hôpital et ensuite soumis à un expert
psychiatrique pour confirmer la "maladie
mentale". Pour cette sécurité pourrait
faire une demande officielle, mais le plus
souvent apporter dizidentului l'hôpital a
été suffisant pour psihiatrul conformiste
qui intelegea à faire;
-- Dizidentul a été revendiquée par des
voisins, des parents et même sa femme. Il
a été chemata milice, a été prise à
dizidentul, où l'agent de service dadea
leur avis et la personne a été Dusa à
l'hôpital contre son gré.;
-- Rapiri dans la rue, au travail ou à
domicile sans un mandat d'arrestation.
Dusa personne était à l'hôpital
psychiatrique sans explication et sans une
consultation médicale préalable.
2. La procédure pénale - lorsque
dizidentul a été arrêté pour un prétendu
acte de common law et transféré à
psychiatriques fins médicales.
3. La procédure par laquelle dizidentul a
été jugé et condamné pour des actes
289

présumés de droit commun, mais plus tard


transféré à la prison hôpital de la
maladie mentale.
Si ces méthodes liés internare élu pour la
première fois en Mai, internarile avenir
pourrait avoir lieu en raison de la
"détérioration de son état de santé."
Souvent, l'action a été présenté comme une
action purement prévention médicale.
Internari Ces sont pour la plupart liés à
différents événements, lorsque dizidentii
ont été adunati dans les hôpitaux dits
«magasin» hôpitaux de type Cula, Gataia,
Zam, Balaceanca. Bien que le monde est le
terme utilisé par dangereusement malade
mentale, aucun des cas étudiés par nous
n'est pas inclus dans cette catégorie,
sans Mai parler dizidentii complètement en
bonne santé. Néanmoins, sur leurs fiches
d'observation ont été adoptées symptômes
comme des manifestations suicidale,
agitatie, délire. La responsabilité de
tous ces faits sans aucun doute tombe sur
psihiatrului, a accepté de jouer ce rôle
contre l'éthique professionnelle.

B. Les événements qui ont conduit au


placement
Ce qui unit ces abus internari était
préoccupé par le fait que les citoyens ont
voulu exercer leurs droits garantis par la
Constitution pacifique (droit de
manifester, le droit à la foi, de croyance
politique, la pétition), mais les organes
de répression, qui sont au service fins le
totalitarisme, se sont opposés libre et
pacifique exercice de ces droits. Sur la
base de l'étude ont pu systématiser les
principaux types de documents
290

internarilor.
# Avec des activités politiques. Les
communistes opunea pas formellement
exercice par les citoyens à des activités
politiques. Toutefois, dans la pratique,
toute activité politique, à l'exception de
celles qui sont menées par le parti, sont
interdites. Voici quelques exemples de
motivation politique internarilor:
activités pour défendre les droits de
l'homme, la formation des organisations
syndicales ou des hybrides de parties de 3
à 4 membres; critiques verbales ou écrites
à l'adresse du Parti communiste ou des
dirigeants du parti et l'Etat; criticarea
violarii droits des travailleurs
(salaires, durée du travail, les activités
bénévoles, etc; lozinci visualisation,
l'impression de montrer que exprimau
opinions critiques, lire des livres ou des
magazines interdits par les autorités.
# Insistante demandes d'émigration. De
nombreux dizidenti ont été internés pour
tentatives répétées de passer la frontière
et même pour les insistentele à émigrer.
Aussi, pour entrer insistenta les
ambassades pourrait être considéré comme
une maladie mentale.
# Les activités religieuses - la pratique
des religions autres que le silence et les
locaux de culte a été condamné en tant que
crime (propagande religieuse), a été
considérée comme un phénomène
psihopatologic - paranoïa. Ici, nous
sommes entrés, en particulier les membres
des sectes baptiste, adventiste,
penticostale. Parfois, le placement
pourrait comprendre un ensemble de la
famille.
291

# La formulation de pétitions ou de
mémorandums mai catalogata être comme une
maladie mentale. Bien que rarement régime
raspundea notes et des demandes à ceux qui
ont poliltic ont été immédiatement envoyés
à la sécurité, qui sont souvent utilisés
et les armes à feu psihiatriei. Le manque
de coopération avec la sécurité pourrait
être une autre raison d'utiliser
psihiatriei. Souvent, les citoyens de
souvenirs ont été internés dans des
hôpitaux psychiatriques quelques jours
avec la justification que ils font un
court médicaux psychiatriques, ce qui est
fait pour intimider.
Cas l'objet d'abus psychiatriques de notre
recherche ont été arrêtés ou Militie
sécurité en direct et dans tous ces cas
ont fait l'objet de l'action politique.
Beaucoup de l'enquête ont eu à faire avec
la Milice et de sécurité bien avant leur
premier contact avec psihiatria.
La plupart, à cette occasion, a été soumis
à de longs interrogatoires, parfois
torturati. Dans le cadre des
interrogatoires ont été utilisés
electrosocurile.
Législation sur la base que le placement a
été effectué ou a été contraint le décret
12, décret ou 313, mais dans la plupart
des cas n'est plus fait l'appel à la loi,
le placement en cours sans aucune
justification juridique. Trop, utilisé la
menace pour la sécurité de la psychiatrie
à la mise en place afin de déterminer
dizidentului coopération. Les quelques
fois le placement a été effectué après un
procès ou après une pronuntarea verdicts.
Dans la plupart des cas de sécurité et de
292

psihiatrul ordonné le placement


dizidentilor.
Pour un psychiatre, le premier problème
qu'il fallait résoudre était d'examiner
dizidentul objet internarii comme un
danger social, une violente personne
traitant avec les gens qui l'entourent ou
lui-même. Cependant, ceci a été prouvé
très difficile. C'est précisément ici
intervenea la preuve de «loyauté» à
l'égard de la partie psihiatrului et de la
sécurité. Pour cette raison, dans bien des
cas, en utilisant la formule "le patient
est un risque pour le système social",
quelque chose infiniment plus facile
d'être dit.
Dizidentul perdu arrêté dans la pratique,
toute loi. En vertu de la loi pénale, il a
seulement droit à un jugement équitable,
qui, en pratique, se produit rarement.
Anchetatorii son ou le juge pourrait
demander une expertise psihiatrica
maintenant, mais ils ont été contraints
d'annoncer detinutul ou de communiquer le
résultat de l'expertise ou les
recommandations médicales. Acuzatul pas
être autorisés à déposer leurs
connaissances de l'enquête pénale ou de
conclusions. Le droit d'avoir un avocat
est souvent contournée dans la pratique de
toute façon avocat et n'a pas été élu par
l'accusé et il n'existe pas d'obligation
que l'avocat de s'entretenir avec
acuzatul.

C. La durée de la période internarii


Dans les cas étudiés par la longueur
Novembre internarii connu des hauts et des
bas du jour carteva quelques années.
293

Existe-t-il un lien entre la raison et la


politique internarii longueur. La plupart
des dizidenti ont été internés en
particulier à court, à l'occasion des
événements.
Après tout, en choisissant internarii et
sa longueur est un problème tactique pour
les autorités. Utilisation psihiatriei
tirer discretiei et qui a été très
expeditiva. Il a été mis en cause non
seulement la victime, mais ses idées et de
"fou". Mettre la question mais qu'est-ce
que dizidenti ont été internés dans des
hôpitaux psychiatriques et d'autres plutôt
en prison. Il est très difficile de mettre
en ratiunile ce comportement. Après notre
avis, l'hôpital psychiatrique a dizidentii
réservés pour les plus réticents - exemple
V. Paraschiv - qui ont été difficile, ou
ceux qui ont des revendications politiques
pur. Au lieu d'une jugé difficile
(dizidentii effectivement pas incalcau
Constitution), ils ont été psychiatriques
lichidati résumé, sans prendre leurs idées
discutées, mais leur prétendue
iresponsabilitate. Dans de nombreuses
situations "acuzatul" n'a pas été présenté
à la soi-disant processus. Le risque de
manifestations devant les tribunaux, les
journalistes étrangers n'existe plus.
Aussi, dizidentii ont été internés dans
des hôpitaux psychiatriques dusi dans des
lieux secrets de la famille, des centaines
de kilomètres et avec neurolepticelor et
un soi-disant "psihoterapii" pour essayer
le lavage des cerveaux de ces personnes.
Dizidentul psihiatrizat n'ont plus aucun
espoir, il savait à quel point un Etat, en
hôpital (depindea tout de la manière de
294

renoncer à ses idées), n'ayant pas un


soutien internés dans les mêmes salles
avec les patients psihici dangereux, dans
un danger permanent jour et nuit.
La torture par un traitement psychiatrique
et antipsychotiques-electrosocuri a été
odioasa et, de concert avec le placement
de long terme ont été conçus pour
provoquer des changements de personnalité,
caractère souvent irréversible. En outre,
ils ont été internari rôle et intimider le
groupe dont dizidentul partie.
Rubbish robotizarii dizidentului a été
imputata psihiatrului, c'est la raison
pour laquelle, souvent, il faisait zel-
delà, malgré la menace de complications
majeures.
Ratiunea internarilor dans un hôpital
psychiatrique utilisé principalement
constitué une présomption d'un court
internari Mai, en matière de sécurité,
apprécions le fait que seulement une
simple internare serait suffisant. Aussi,
dans tous ces hôpitaux ont été traités des
infractions mineures-pétitions, altercatii
la tête.
L'entrée est court la pratique, en
particulier dans the'80s, de cette façon
nepermitand émergence de campagnes de
l'Ouest et, de toute façon, quand ce salon
était beaucoup dizidentul émis. Tous les
hôpitaux dans obisnuie à court terme est
de ceux internari masse dizidentilor à
l'occasion des événements politiques,
visites de l'État.

D. Lieu et conditions de détention


(internare)
Si les hôpitaux psychiatriques et
295

spécialisés ont toujours maintenu


apparition officielle en prison, les
hôpitaux psychiatriques étaient des azilar
question, qui, en pratique, est presque
identique. Nous avons déjà montré dans
quelles conditions functionau ces
hôpitaux.
Par la suite nous systématiser, sur la
base de notre enquête, les principales
questions caractereizau vie dans ces
hôpitaux qui ont été clôturés dizidentii.
Supraaglomeratia conditions et le manque
d'hygiène de base. Tous les hôpitaux
psychiatriques (ordinaire ou
extraordinaire) sont surpeuplées avec deux
patients dans un lit à des expositions de
30 à 40 lits, avec les odeurs
pestilentiale sans toilettes (parfois même
tinete). Bolnavului vie était comme un
prisonnier. Frigul, tantarii, de
l'humidité, igrasia conditions étaient
normales. La sortie de la vie même dans le
couloir a personnellement supervisé. La
nourriture était souvent servi à des
expositions ou sufragerii insalubre, des
couverts en métal. Souvent servi dans une
tasse 2 à 3 patients. Le manque déposant,
ce parazitilor, maladies dermatologiques
avait raison. Uniformes hôpital ont été
brisées et sale, cearsafurile est schimbau
et ont été rarement execrabila qualité.
Sur ce Mai adaugau desele imobilizari au
lit pour les plus petits écarts par
rapport à la discipline imposée par
infirmieri.
Restrictions et la censure est dans un
régime drastique de la correspondance,
visites, la réception du colis, l'absence
de l'autorisation d'avoir des objets
296

personnels. Souvent, les hôpitaux, les


médecins ou non aprobau droit à la
correspondance. Les activités
intellectuelles comme la lecture,
l'écriture était pratiquement impossible.
Real censure a été instituée, et tout ce
qui se passe dans l'hôpital ne possède pas
razbata à l'extérieur.
La violence contre les malades, les soins
du personnel ayant pratiquement permis
d'établir un lien entre les patients, afin
de les rendre electrosoc. Dizidentii se
sont plaints en particulier le despotisme
personnel, le manque de qualification et
sa collection parmi les personnes sons,
les prisonniers de droit commun,
alcoolicilor, psihopatilor, ancien psihici
malades. Parfois appliquée sadice battre.
Souvent «prisonniers» avaient cru que ces
personnes ont le droit de vie ou de mort
sur eux. Si le personnel médical statea
moins chez les patients, orderlies stateau
pratiquement tout le temps, faisant
clanuri vrai, les aidant à entrer.
En fait, les médecins et les orderlies ont
été solitari en ce qui concerne la
pratique de la violence, même si le
médecin ne lovea, reclamarea infirmierilor
enquête n'a pas, la raison étant toujours
- bolnavul était nerveux. Très souvent, et
des sanctions consistent en des doses
croissantes de neuroleptice ou à la
pratique de electrosocuri. Maintenir une
discipline de fer est particulièrement
caractéristique des hôpitaux, où
l'objectif semble être dezumanizarea
patients d'extermination dans les tout
gandiri libre de toute politique
constiinte.
297

Pression morale et les tentatives de


changer les convictions politiques sont
exercitau en permanence dans des hôpitaux.
Souvent, ces actions ont été en couverture
séance de psychothérapie. Parmi les
principales actions psychologiques notam:
-- Aberanta isolement dans les hôpitaux ou
dans des expositions comme clé agitati.
Quand elle a ajouté l'interdiction de
visites, de psychiatres animozitatile
entre les patients et leurs familles.;
-- Le manque quelque manière que ce soit
d'appel ou de protection juridique, la
censure, un contrôle permanent du
prisonnier, le contrôle de ses relations
avec d'autres patients. Dans le personnel
de l'hôpital psychiatrique ne sont pas
officiellement aucune obligation légale de
porter plainte auprès parvina patients à
un procureur et aux familles des plaintes
n'étaient pas prises en compte;
-- Pendant l'hospitalisation est
indéterminée, ni un dissident ne pouvait
pas savoir combien cela va rester à
l'hôpital, seulement à renoncer à
dizidenta a été un argument pour obtenir
le numéro. Pas même ceux incadrati dans 12
ou 313 décrets ne sont pas respecter le
droit à être reexaminati à 6 mois.
Promiscuitatea liées au mélange de
personnes d'âge, degré de culture
spéciale, le mélange avec de vrais
patients psihici. Après décharge le
patient était «dispensarizat, maintenant
sous surveillance non seulement
Securitate, mais les organismes de santé
et territoriaux neuroleptizat ambulatoire.
Pour cette raison, dizidentul déclaré
«malade psychologique" pourrait jamais
298

être enlevés de chez eux ou dans la rue,


pas d'autres formalités sur "l'arrière-
plan».

E. Diagnostic
Psihiatrii Romains n'avaient pas accès à
la littérature occidentale et ont été
formés seulement après psychiatrique de
manuels scolaires dans le pays, tous sous
la direction de tartorii psihiatriei
totalitaire et après les indications de
«programmation» des directeurs ou
enseignants. Pour ces raisons, le
diagnostic psychiatrique dans la pratique
est devenue un véritable Farsa simplista
et facilement remplies.
Spuneam ci-dessus que psihiatria est
devenu un diciplina avec 9 maladies et les
médicaments 9. Ici, ces diagnostics, car
ils ont été pris et repris par ucaz, qui
figurait sur la liste de toute la masse
psychiatre, y compris le code nécessaire
au traitement statistique:

Code
1. Stari psihotice Crawlers et presenile
organiques 210
2. Psihoze schizofrenice 211
3. Psihoze émotionnel 212
4. Psihoze alcoolisées 213
5. Troubles nevrotice 214,0
6. Les troubles de la personnalité de
214,1
7. Alcoolismul 215
8. 216 toxicomanes sur
9. 217 mentale Intarzierea
10. D'autres troubles mentaux 219
299

Inconsistenta parties mode de diagnostic


et de pratique de façon aléatoire
apparaissent comme des facteurs facilitant
imixiunea critères extraprofesionale
particulièrement idéologique. Un exemple:
l'inquiétude des fonctionnaires pour
masquer son alcoolisme abouti à
l'invention de la formulation des
diagnostics (exactement comment ascundea
Ministère de la Santé sous la rubrique de
choléra maladie diareica). Sauf dans les
cas de delirium tremens ou psihoza
etilica, aucune autre forme d'alcool liés
à la pathologie n'est plus rendu. Il est
un exemple typique d'une transgression
psihicului et de limiter la mise en place
d'un traitement précoce. Les mêmes
conditions ont été diagnosticele de
complezenta et mettre en ordre
intreruperilor grossesse. Ne pas oublier,
cependant, la décision ou de protéger
neprotejarii bolnavului de diagnostic par
eufemistic reste constamment disponible
psihiatrului, où il serait mis aux procès
ou, éventuellement, même une discretionala
valide. Nous ne pouvons pas ignorer les
moyens, de motivation et de prestations,
car nous ne pouvons ignorer le fait qu'un
diagnostic psychiatrique peut devenir
superflu preuves au tribunal contre la
même personne (un diagnostic qui a permis
l'interruption de la grossesse pourrait
être une nouvelle preuve de divorce
temeinica).
Ils semblent étranges dans ce contexte des
déclarations publiques de M. Lazarescu,
comment ce système et clinique
psychiatrique à Timisoara, qui raspundea
300

il serait pendant le régime communiste,


des dizaines et des dizaines de cas de
dizidenti "protégé" par le diagnostic
complezenta faites par dumnealui, ils
alcatuind Y at-il une véritable "académie"
-- Certains faire leur doctorat, d'autres
ont été la recherche scientifique - un
véritable "Socola Rouge" dirigé par
Lazaresacu. Mais comment relatives aux
déclarations de M. L. qui ont aidé à
promouvoir l'idée que, en Roumanie, il n'y
avait pas dizidenti internement
psychiatrique abusif, tout en maintenant
dire qu'il avait des dizaines de dizidenti
nous protéger parce que le diagnostic
complezenta de l'âme ou tout va bien. Mais
ce qui pourrait dire environ 100 de ces
internés à Zam mineurs n'avaient que
"taper la maladie." Pour bon compte de M.
L. Leninista appliquer la théorie de la
vérité relative: "Ce qui est vrai pour un
neadevarat est pour un autre" -
profesorala pure logique.
Il met ainsi de la question éthique: dans
quelle mesure un psychiatre peuvent
utiliser leur "pouvoir médical" et dans
quelle mesure, crezand ce qui est bon, en
fait un exercice réel du pouvoir médical
dictature? Nous l'appelons l'abus et toute
fausse philanthropie, à savoir l'absence
de l'éthique médicale. Le pouvoir des
données médicales n'est pas de notre
société pour en faire une dictature. Il
est clair que, grâce à tous ces asistam
effectivement à une sortie du système de
référence psihiatriei. Ces pratiques ont
tendance à fausser le diagnostic ensuite
devenir contagieuse, parce que ce qui est
acceptable de M. L. mai il permettre à
301

tout psychiatre.
Mais le diagnostic de fiction pour la
retraite, l'interruption de grossesse.,
Absence de prise en compte des critères
médicaux, n'a pas été légalement dans
l'accord tacite de puissance, mais par
cette situation toute autre clinique est
devenu possible d'être mistificata. Ainsi,
il a été pratiqué indistinctia de la
psychiatrie et extrapsihiatrie dernier au
tribunal omnipotentei prolifération de
libre arbitre et de médecins par leur
position, en particulier que la politique
pourrait contourner la loi et des normes
éthiques en général. Alors, pourquoi ne
pas tout type de loi? Ce n'est que dans ce
contexte, il est possible abus malignes.
Mais les abus sont de petites ou grandes
congenere, interconditioneaza et de
faciliter les uns les autres dans matca
même imoralitati professionnel.
Suprainvestirea avec des pouvoirs
dictatoriaux et discretionale de fausses
personnalités scientifiques a été
déterminé par un agenezia ensemble du
système de l'éthique. Contrairement à
d'autres spécialités médicales - où
rationamentul décision éthique et
deontologica réussir rationamentul et
professionnelle décision -. psihiatria
totalitaire en Roumanie, la VAG et
incompatible système conceptuel a peu ou
pas du aberatii. Jugement et décision
deontologica éthique qui se réfèrent à une
sorte de règles - une fois validé dans les
pays démocratiques - ont été aprioric
vide, sans référence à d'autres éléments
que ceux de «grand frère de l'Est" pour le
reste inconnu assez à des spécialistes et
302

des règlements de 1973 de l'Association


médicale mondiale.
Études anciennes abus psychiatriques en
Russie ont confirmé l'utilisation
notamment de diagnostic de la
schizophrénie inaparenta "dans le cas
dizidentilor. Ce match et la raison pour
laquelle la grande majorité de ces hommes
ont été dizidenti d'âge moyen. Pour faire
ce diagnostic n'a pas été besoin de la
présence de symptômes clairs, comme c'est
le cas dans la schizophrénie d'habitude
(l'autisme, un comportement bizarre, ce
halucinatiilor ou des idées delirante).
Conformément à la description de
Snejnevski (ideologul abus psychiatriques
en Union soviétique), l'individu avec
cette maladie apparaît en bonne santé.
Comportement pathologique se produit
"aberatii comme autoimportanta des idées,
des idées de réforme ou grandoare. Pour
cette raison, dit ideologul, une
schizophrénie inaparenta ne peut être
diagnostiqué que par des experts
psychiatres. Psihiatrii entité que les
Occidentaux ont une jamais reconnue et qui
était la date limite pour botezata -
sovietofrenie - est devenu dizidentii
diagnostic pour la politique actuelle. Peu
à peu, toutefois, ce diagnostic aberant
subi une usure morale. Psihiatria "soeur"
cubaneza, par exemple, est plus direct, en
utilisant le diagnostic delirul la lutte
pour les droits de l'homme ou l'apathie
pour le socialisme. Dans de nombreux cas,
à Cuba, n'est pas non plus jugé nécessaire
d'établir un diagnostic, l'abus étant
pratiquement reconnu officiellement.
En Roumanie, en se fondant sur l'étude et
303

de rejeter l'expérience soviétique et une


reconnaissance honnête de type cubain, le
diagnostic a été psihiatrizat. Ainsi, la
première internari, le diagnostic oscila
entre psihopatie (65%) et la schizophrénie
(35%), et les termes de paranoïaque ou
paranoïaque venu à coloreze diagnostic.
Il est intéressant de noter que bien que
les statistiques montrent une grande
différence sur la manière dont psihiatrii
mettre diagnosticele, sur dizidentilor
palette était très limitée, les
tortionnaires intelegandu est parfaite
entre eux dans ce domaine (paranoida
schizophrénie, le délire sistematizat
nehalucinator ou parafrenie). Adoptand
formule de Ceaucescu, la Roumanie que
seuls les fous sont opposés au socialisme,
les tortionnaires ont transformé cette
indication dans le cadre d'un nosologic
limitée. Le traitement n'a pas été
appliquée en général en ce qui concerne la
maladie.

F. Détournement de l'électro-thérapie
convulsivanta
Il psychiatres qui sont toujours
reconnaître une certaine valeur en
electrosocului thérapie psihiatrica. Dans
les pays civilisés est fait avec
l'anesthésie et sous miorelaxante à
prévenir les complications. Il ya de six à
neuf sessions, environ deux à trois par
semaine.
Dictaturile à travers le monde ont
adopté cette technique pour avoir torturé
dizidentilor. Dans electrosocului (ES)
individu est mis dans un état de stress
essentiel, une situation qui simule la
304

menace imminente à la vie.


Le Novembre beaucoup étudié, ES a été
utilisé comme une méthode represiva but de
punition et a fait seulement de manière
paternaliste. Parfois, il était même en
l'absence d'un médecin. Ont été faites
entre trois et vingt ES, et le diagnostic
n'a joué aucun rôle dans la sélection. Ni
dizidentii ni leurs familles n'ont pas été
posées. Il a été un pas sur notatie ES. En
général "patient" a été prise de force par
deux à trois personnes, qui sont souvent
suivies par d'autres patients, parfois
dans l'urine ou fecalele avance. Il n'y
avait pas de protection, le plus souvent
pas être question dans votre bouche, c'est
la raison pour laquelle zdrobit multi-
dents ou ont été peu et la langue. Aussi,
ES n'a pas été fait à jamais dans la tête,
souvent dans d'autres parties du corps, et
ont parfois été forcé d'assister à des
réunions de l'ES.

G. Détournement de neuroleptice
Tous dizidentii de notre
beaucoup n'ont pas le droit de choisir le
médecin qui, à son tour, n'a aucun droit
de refuser et de l'identité. Ni le patient
ni la famille n'ont eu aucune influence
sur un type de traitement appliqué.
Habituellement, sont très forts
médicaments utilisés (Haldol,
clorpromazina, trifluoperazina,
majeptilul). Bien que ces médicaments sont
utilisés en particulier pour certaines
maladies, dizidentii les recevoir dans
indéterminée. Mais de tels traitements ont
des effets secondaires néfastes, tels que
la diminution de la pression artérielle,
305

le sang des changements et des phénomènes


extrapiramidale jusqu'à ce que l'émergence
d'une véritable maladie Parkinsonism.
L'association dizidenti médicaments pour
lutter contre ces effets étaient le plus
souvent oublié. Souvent, la justification
de l'usage de drogues sont fait juste pour
être en harmonie avec le "diagnostic" qui
a créé l'individu.
Là, comme nous l'avons montré ci-dessus,
déjà préparé une série de cocteiluri pour
dizidenti. Ils étaient de vrais marque de
commerce de médecins chefs de section, qui
elles appliquées automatiquement ou même
des cadres orderlies moyenne.
En fait, ce traitement et la façon dont sa
demande visait à convaincre dizidentul à
abandonner leurs croyances, acreditand
idée qu'il est complètement à sa
discrétion tortionarilor. Dans un court
laps de temps, les gens nous ont appris
que declarau est devenu encore au-delà de
la reconnaissance par les membres de leur
famille, les patients ayant un mauvais
maintenant alura psychique (fijat faciès,
présentation automatique, en regardant
vers le bas, l'absence de toute opozitii
comme un véritable robot, à être en
harmonie avec les tortionnaires ont été
transformées en une "poupée psihiatrica").

Real ororare internées pour dizidentii


constitué un caractère contraignant,
contentia. Au plus petit acte de
"l'indiscipline" est un lancer sur la tête
cearsaf, après quoi il a été inhamat avec
des liens vers les mains et les pieds et
"étiré" dans le cadre d'un axile. Dans
cette situation, le patient ne peut plus
306

faire tout mouvement, si souvent oublié


heures ou jusqu'à ce que déclare qu'il n'y
aura pas d'opposition face à Mai.
Le mode de comportement vers dizidenti
spéciale a été ordinaire dans les hôpitaux
en ce qui concerne le traitement spécial
dans lesquels il est beaucoup plus
sévèrement.
Spécial hôpitaux psychiatriques étaient
destinés à des patients psihici dangereux
ou condamnés en vertu du Code criminel
internare jusqu'à la guérison complète.
Malheureusement, ils ont été internés ici
et les plus "dangereux" dizidenti. Ni un
code juridique ne régit pas les conditions
de détention dans ces lieux. So Real
patients, ainsi que dizidentii n'a pas
reconnu ici comme une protestation ne peut
pas, même si, officiellement, et ces
personnes sont des citoyens du pays. Nul
ne saurait corriger les erreurs ou les
abus de troubles psychiatriques ou
judiciaires. Il n'existe pas de
possibilité de contact avec les services
répressifs, la quasi-totalité de ces
personnes ont été séparés du monde
exteriora, étant seulement à la discrétion
du gouvernement, et souvent psihiatrilor
d'agents de sécurité. Institutions
souvent, ils ont été placés sous la double
autorité - MI et M.S. -- Tournés en fait à
devenir de véritables prisons (haute
clôtures, de garde en dehors des
militaires, des uniformes, etc) ..
Hôpitaux psychiatriques avaient tous les
azilara d'habitude une organisation, qui
est une organisation carcerala. Dans ces
hôpitaux, les patients stateau pas trop
cher et sont placés sous la tutelle de la
307

sclérose en plaques
Bien que, par rapport aux unités de
traitement spécial était doux, il y avait
de grandes différences, en fonction de
l'attachement des chefs de département
contre la partie ou même en fonction de
leur personnalité, souvent des marginaux.
Parmi les intuitif avec la haine tout
dissident.
Ils sont tellement spéciaux des hôpitaux,
ainsi que l'anticipau ne jamais internare
vie. Même Externat, dizidentul va
maintenant stigmatizat psychologique
malade, être soumis à une obligation
"dispensarizarii." Ainsi, il a été pris en
preuve par les polycliniques et les
menaces qu'il sera forcé reinternat à tout
moment décider de qui les services de
sécurité ou toute manifestation de
l'opposition contre le régime.
Dizidentii politiques ont fait l'objet
d'une segregari permanente de la
possession d'un emploi, les promotions,
payer les droits. Dans ce contexte,
inclinatia de protestation était presque
normale et une date avec ce crestea et le
danger de nouvelles internari.

3. Incalcarea les droits des patients

Bien que dizidentii ont été internés


dans des hôpitaux psychiatriques d'autres
circonstances, nous représentons la
commune tendita à l'exercice de ces
libertés connu sous le nom de base des
droits de l'homme. Il a parlé
principalement à l'écrit ou l'expression
orale, point de vue critique sur les
pratiques des gouvernements, les pétitions
308

contre les autorités, la participation à


des événements neagreate officiellement
appartenant à des groupes non officiels,
la participation à des événements
religieux, des tentatives répétées
d'émigrer, les tentatives visant à passer
illégalement la frontière .
Dans bien des cas, dizidentii a toujours
avertizati avant, et que dizidentul pas
recunostea qu'il est malade en raison de
«son manque de conscience de la maladie."
Dans les deux derniers siècles, le monde
psihiatrilor dû accepter, peu à peu, comme
des malades dans les hôpitaux
psychiatriques ont certains droits et
qu'ils devraient feriti certains abus.
Ainsi, le placement obligatoire a été
soumis à de sévères restrictions, a été
enlevé dans les dossiers des patients le
droit à un traitement individuel, le droit
d'être traités correctement et dans un
délai raisonnable, le droit à un
environnement acceptable, le droit à un
niveau de l'hygiène, à droite de refuser
un traitement ou une personne qui lui
traités, de refuser une expérience, le
droit d'être traités par des personnes
qualifiées, le droit à la sécurité dans
l'hôpital.
Très peu de ces droits soient respectés en
Novembre au cours de la période
communiste.
Traitement, comme je l'ai souligné, n'a
pas été correctement appliquées et était
abusif, les salons ont été décrites comme
une véritable prison qui pratique la
violence, tant de la part du personnel,
ainsi que de certains malades psihici
réel. Le traitement ne peut être refusée,
309

et c'est pour cette raison, il apparaît


plus comme une punition. Internarile
psychiatriques sont abusives au sein de
notre lot, et l'affirmation mai se fonder
sur les arguments énumérés ci-dessous.
Une série de dizidenti (V. Paraschiv, le
Dr Cana) reexaminati ont été dans l'Ouest
et ont été retrouvés en bonne santé.
L'absence d'actes de violence dizidentilor
de sûreté reconnu. Parfois, toute la masse
de personnes auraient été qu'il souffrait
d'une maladie mentale - cette grève par
les mineurs en 1977 - ou était impossible
et inconcevable que une masse de centaines
de personnes, un groupe professionnel à
imbolnaveasca psychiatriques spontanément.

Expertizele médico-légale psychiatrique


ont été superficielle et inadéquate. Ils
rezumau, souvent à quelques questions,
durand tout juste quelques minutes, après
quoi le comité decidea sort bolnavului.
Diagnostics sont établis sur la base de
notatii subjectif et surtout après le
dossier ou "criminel" se compose de
sécurité.
La situation ambigua personnel travaillant
en psychiatrie, dans un système
centralisé, ce qui explique pourquoi il
peut être utilisé par les organes de
l'État et en particulier de sécurité, qui
veut renforcer le contrôle politique sur
la population. Psihiatrii comités
d'experts ont été sélectionnés par les
organes de répression sur les critères de
loyauté et obedienta à leur encontre.
Jamais dizidentul pas et ne peut choisir
un psychiatre dans ces comités officiels.
Très souvent psihiatrii comités
310

d'expertise ascundau leur nom contre les


dissidents. Le même diagnostic était caché
et que la décision sur le sort de prendre
bolnavului.

4. L'abus
comme une forme de torture

En accord avec la
communauté internationale, la torture est
définie comme un acte de défi physique ou
une souffrance mentale dans la manière
dont l'intention, dans le but d'obtenir
des renseignements ou confesiuni de punir
un individu à agir ou à santaja une tierce
personne. Ces actions étaient des
fonctionnaires ou autres personnes qui
agissent selon l'agent.
Pour témoigner au phénomène de la torture,
l'État devrait jouer un rôle dans
tolerarea et d'encourager de telles
pratiques. Non sadismul tortionarului,
mais que cela soit fait par
l'intermédiaire d'un masinarie contrôlée
par l'Etat de punir ou de réprimer la
dissidence, est important.
Electrosocuri fait de la torture ou sous
la seringue communistes a été une action
menée par l'État. Il existe plusieurs
critères permettant de déterminer si un
acte peut être définie comme la torture
(après Amnisty International):
-- De gravité de l'état physique et
psychologique;
-- Que l'acte est prémédité;
-- L'intervention de l'État officiel;
-- L'acte de décision.
Ainsi, l'usage excessif de la ES est une
forme de torture qui a été utilisée
311

fréquemment. Dans ce contexte


nejustificata entrer et d'utiliser les
neurolepticelor.
Aucune des droits d'un patient n'a pas
vraiment été observé: les normes
d'hygiène, le droit de refuser un
traitement ou la personne qui est
administraza assurer la sécurité.
Dizidentii ont été amestecati avec psihici
réel des patients, et assurer la
discipline en battant, ES, neuroleptice de
surdosage, contentie, restrangerea
visites.
Compte tenu de ces actions que la torture,
Amnisty international argumenteaza sur la
base des critères suivants:
1. Les victimes ont été placés sous la
double responsabilité des organismes
médicaux et de la sécurité.
2. Tortionarii toujours eu le contrôle
physique des victimes.
3. La victime a été soumis à des
souffrances physiques et morales.
4. Victimizarii processus a été
délibérément et systématiquement était en
fait l'objet de l'activité.
5. Victimizarii objectif de
«thérapeutique» n'est pas une baisse de la
souffrance, mais pour obtenir une
information, une confession, l'humiliation
et la destruction de la vie, la
personnalité, l'dizidentul inciter à
abandonner la lutte.
6. Le psychiatriques non seulement de
punir la victime, mais également à
d'autres inspaimanta sur dizidenti donc
contraints de renoncer à leurs convictions
politiques.
7. Etat directement ou indirectement
312

participer à l'organisation de la torture


qui doit se tenir à une institution de
l'Etat, mis en scène par les médecins et
les employés des organismes d'État par les
services de sécurité du régime communiste.

Rezumand, nous pouvons dire que la


politique abus de la psychiatrie ciblées
en Roumanie dizidenti les catégories
suivantes:
-- Dizidentii pas les antécédents
psychiatriques, sans signes de cette
maladie mentale, mais a "la folie" à
critiquer publiquement le régime. ES,
contentia, neurolepticele dans ce contexte
ont été une punition pour leur politique;
-- Le même type de dizidenti qui ont
publiquement critiqué le régime, mais ont
été perturbés pouvoir administratif ligne,
à différents niveaux. L'admission a été
faite dans le but demoralizare et
infricosare d'éviter un procès criminel;
-- Dizidentii en bonne santé, mais
neinfricati dans leur politique, internés
pour être punis pour éviter un procès et
une campagne de protestation en Occident;
-- Dizidenti nevrozati de persecutiile ils
ont fait l'objet, en présentant seulement
de légères perturbations et qui n'aurait
pas nécessité la mise en place. Admission
et mauvais traitements seraient effectués
aux fins d'intimidation;
-- Les personnes atteintes de troubles
mentaux réel, mais thèmes politiques et
des événements indezirabile (délire
politique, religieux, la réforme sociale,
etc.) Mais souvent, ont été internés dans
le secteur non-raisons de ne pas se
produire en public, en particulier dans
313

certains événements et prejma Mai a choisi


de ne pas devenir contagiosi.
Ces abus, comme vous le verrez ci-dessous,
ont été faites par internari forcé, avec
ou sans justification médicale, les gens
sont portés de sécurité ou organismes
médicaux.
En dépistant cazuisticii dont nous
parlons, un grand rôle à la Commission
d'enquête a Abuzurilor dans Psihiatrie à
Bucarest, dirigé par S. Diacicov. Après
son licenciement et la nomination du
professeur Hamilton Mincu de tels cas,
tout à coup, "n'ont pas existé." Sur 200
cas dont la commission Diacicov il a
enquêté, 60 se sont révélés être les abus
psychiatriques. Commissions judetiene être
que ni ne constituent pas ou qui ont été
menées par l'ancien tortionari et,
naturellement, n'a pas de cas signalés.
314

ANNEXE I

Présentation des études cazuistique

Toujours présent dans les cas étudiés et


mis à disposition de nouvelles. Nous
n'allons pas donner le nom des personnes
malades, seules certaines initiale afin de
ne pas mettre ces personnes par de
nouvelles souffrances, qu'elles soient mal
interprétées. Il est douloureux pour toute
personne se trouvant dans l'organisation
psihiatrica passé et cela n'a pas
contribué à nous, sauf pour les travaux
effectués par le Dr Diacicov, qui a pris
au sérieux la tâche de restaurer l'éthique
psihiatriei, et le Dr Retezeanu, nous
avons fourni cazuistica. Ni un document
officiel, feuille de calcul des registres
d'observation internari ne possède pas été
mis à disposition, partout j'ai été
bruscati et insultati.
Nous les remercions, de sorte que le
médecin Diacicov gratitude et Retezeanu
médecin, qui nous ont aidés, ainsi que
APLR président, le Dr Toculescu, qui nous
315

a encouragés, nous a donné personnelles


documents publiés dans la presse, a pris
les dispositions nécessaires pour M. Paler
et d'accepter que l'une de ses œuvres pour
représenter un "Préface" de nos travaux.
Docteur Marian Popa ii remercier,
également, parce que nous avons fourni
tous les documents officiels qu'ils
avaient APLR

Tout ce que nous remercions.

Nous vous présentons ci-dessous les cas,


sur la base duquel nous intreprins notre
étude:

1. M.C., à Craiova. En 1986, ont fait des


déclarations dusmanoase à oranduirii
socialiste et ses structures socio-
politiques. Elle pavozeaza bureau avec des
peintures, et lozinci signifie que
"contrairement à la finalité de
l'institution." Il n'a pas d'hôpital dans
le placement. 3 de Craiova, d'expertise et
d'établir le degré de discrimination. Les
données envoyées organes résultat que
l'enquête en 1975, tandis que accomplir le
service militaire, avait une attitude
antisocialista.
Je me suis installé à delirant diagnostic
de syndrome paranoïaque. L'examen
psychologique de conclure que le
développement présente un aspect
d'interprétation de la personnalité
paranoïaque. Après une brève internare est
Externat et s'engage à ne pas revenir.
Diacicov Commission détermine que la
personne est mentalement et était en bonne
santé et doit donc être remis en état.
316

2. A.T., Bucarest, tamplar. En 1962, au


cours d'une réunion et a exprimé
nemultumirea sur les salaires des
travailleurs qui "ne pas obtenir de la
nourriture." Il a demandé à partie et une
enquête de deux securisti dire que qui est
l'ennemi du peuple. Je insceneaza est un
processus de lutte contre la propagande
communiste, anti-soviétique et contre
colectivizarii être insulté et demascat
infuriati travailleurs. Après un mois est
élevé et a conduit à la sécurité pour une
déclaration, qui est surveillée par
permanents, n'est pas laissée à assister
manifestatiile 1 et Mai 23 août, est
toujours demandé au Secrétaire du parti.
En 1965, ne peut plus demander l'appui et
de sécurité pour être laissé à lui-même ou
arrêtés. En conséquence, avec haute
résistance et internés à l'Hôpital Gh
Marinescu de Bucarest avec le diagnostic
de délire sensibilité relation. Après
cette internare est soulevé à maintes
reprises, soit sans plus d'explications.
En 1974, il décompensation psihotica un
diagnostic de stabilité émotionnelle-
paranoida en 1978 avec psihopatoida post-
procesuala en 1979 avec hipertimica
atipica en 1982 avec psihoza paranoida.
J'ai fait electrosocuri est neuroleptizat
jusqu'à perdre leurs connaissances. Dans
la période entre internari, ou visant la
sécurité, ou est toujours demandé par les
organes chargés des examens médicaux.
Diacicov Commission a déclaré lui en bonne
santé.

3. TM, Craiova, a travaillé comme


317

professeur à Wolverhampton, puis


conservateur de musée. En 1971, étudiant
de l'histoire, il a lu au cours d'une
réunion UTC un document critique qui
Ceausescu dans le culte de la personnalité
et "burghezii émergence d'un nouveau parti
et de l'État." Il a été proposé d'être
exclus de U.T.C. et le corps professoral
et a été menacé de prison. Toutefois, il a
reçu seulement "vote blam," et à
l'obtention du diplôme a été affecté dans
un village de Udon Thani, en dépit de son
excellent classement.
En 1973, après un conflit avec certains
collègues, ils affirment qu'il leur DC la
P.C.R. est que la propagande religieuse
dans les écoles et les événements sont
partie adverse. En 1974, à 3 mois à
compter de commencer une formation
militaire, internés à la force militaire à
l'hôpital, où il met le diagnostic de
syndrome de discordantes, mais à cet
hôpital, alors, pas un spécialiste en
psychiatrie. Suite à cette internari
abusif, envoyer une lettre de Ceausescu,
en demandant savarsit abus enquête sur
lui. En 1974 est retiré de l'éducation au
motif qu'il serait envoyé à des étudiants
ayant des idées et des connaissances en
contradiction avec l'idéologie du parti.
En 1975, soumis à C.C. un mémorandum
sur tous les persecutiile qui a subi,
mais comme un résultat de ce fait, est
élevé et internés à Socola de Iasi, où il
met le diagnostic de psihoza discordanta.
En 1986, le procureur est tenu au motif
que les militaires ont minimisé le travail
révolutionnaire de la jeunesse à
tovarasului Nicolae Ceausescu et internés
318

à l'hôpital de Craiova delirant-syndrome


paranoïaque, mais personne ne reçoit un
traitement.
Après la révolution est hors service
(1991), à la suite d'un conflit avec le
directeur de musée qui a travaillé, parce
que ce serait une icône volée. Après
enquête procuraturii est reangajat.
Diacicov Commission affirme qu'elle a été
et est mentalement en bonne santé.

4. P. D. Zidar travaillé comme à Brasov,


est maintenant à la retraite. En 1972 une
prise de position contre les irrégularités
existant dans la PAC, où une partie de la
récolte a été furata, et envoyé aux
dirigeants des partis de la région. Il a
appelé la milice de comté, d'enquêtes,
battus et internés à la psychiatrie à
l'hôpital de Tarnaveni, le diagnostic
réponse depresiva éléments paranoide. À
l'hôpital indiqué sur le billet que
l'hôpital a un bon comportement et ne pas
avoir été appliquée prevederele décret 12.
Toutefois, en 1975, il a forcé l'Hôpital
Gh Marinescu, de Bucarest, l'état
depresiva réactiver nevrotica intensité.
Il a ensuite sicanat de façon permanente
et forcé de se soumettre à des contrôles
réguliers. Diagnostic de recherche de la
Commission d'abus met en bonne santé.

5. D. F., de Cabanatuan, sans profession.


Il a travaillé à un autobaza comme
necalificat. Le 21 Octobre 1980 à vendre
le contrat de travail, en entrant en
conflit avec la direction qui a un
comportement d'abus. Il sera toujours à
feu et reangajat. Suite à des plaintes,
319

alcatuieste une commission d'enquête est


établie ilegalitatile revendiquée, mais
toutes les mesures soient prises contre
lui. Le 18 août 1988 contact ambassade de
Hongrie à Bucarest et à rechercher
l'émigration en Allemagne au motif qu'il
Somer. Elle a fait un lozinca et a écrit
que "en Roumanie sont Somer. Il a
immédiatement arrêté par quatre militieni
et internés à l'Hôpital Gh Marinescu. Je
vais faire le diagnostic de paranoïa, être
soumis à un traitement avec electrosocuri
et neuroleptice. Les traitements sont
prises en vigueur après leur simtea très
mauvaise. Après l'hôpital ne plus faire
l'objet d'allégations, mais vit avec
l'impression qu'il est détruit. Et il est
déclaré apte par la commission.

6. T. I., de Coventry était colonel M.Ap.N


En 1968, pas d'accord avec le nouveau
système de rémunération, a été supprimé
parmi les militaires. Peu de temps après,
il force l'hôpital militaire central avec
le diagnostic de l'état psihipatoida
interprétative decompensari-etanolice
réactive et d'ingérence. En 1984, il
reinternat au même hôpital avec le
diagnostic de syndrome de psihoorganic
interprétative. Au cours de l'été 1984 est
arrêté pour "des actions contre
tovarasului Nicolae Ceausescu" et serait
écrit sur le fichier ou à être exécuté »,
mais lui a ensuite demandé à la
psychiatrie de placement, d'abord à
Pucioasa, puis Hôpital Gheorghe Marinescu,
et donc a été enregistré. Il était de deux
degrés et les retraités. Diacicov
Commission a déclaré lui en bonne santé.
320

7. Sport Clube, à Bucarest. Un photographe


et a travaillé comme électricien. En 1963
a été arrêté pour tentative de
franchissement de la frontière en
Yougoslavie, mais il est interné à
l'hôpital Gh Marinescu, où il met
paranoida diagnostic de la schizophrénie.
Depuis 10 ans ne sont plus en mesure de
commettre n'importe où, puis a été forcé
de changer de nombreux emplois. Vous
acceptez que le placement de 30 ans
maintenant pour sauver de la prison, mais
veut maintenant la réadaptation. La
Commission a déclaré lui en bonne santé.

8. T. C., de Miercurea Ciuc, comptable. En


1968, en raison des contrôles financiers
qu'ils ont pris, est venu en conflit avec
le parti et administratives. Être un droit
de l'homme et de découvrir les actes de
corruption, est venu d'avoir de nombreux
ennemis. En 1973, après une banale
consulter pour un congé de maladie, est
envoyé à la direction policlinicii où, à
sa grande surprise, il donne une suite de
quoi agir comme un grade deux est à la
retraite. Fusionner l'hôpital de Miercurea
Ciuc de discuter avec le médecin qui a
signé la décision, mais trouver qui ne
sont pas autorisés à quitter l'hôpital. Je
mets paranoida diagnostic de la
schizophrénie. Bien qu'il ait essayé de
lutter contre ce diagnostic grâce à des
mesures volontaires internari fait vers
les hôpitaux de différentes villes,
échoue. Ni mémoires par Ceausescu et ne
peut légalement pas produire des
résultats. En 1978 et en essayant de
321

Bucarest, mais sans succès. Pour ces


raisons soutiendra tous les umilintele
jusqu'à la révolution. Diacicov Commission
a déclaré lui en bonne santé
psychologique.

9. C. E., ingénieur physicien, a pris sa


retraite en 1988 deux degré de Bucarest.
En août 1981, à la suite agravarii
situation économique dans le pays et sous
l'influence des mouvements de protestation
en Pologne, après l'arrestation et les
parents de calcium-Dumitreasa, CE essayé
d'organiser un parti démocratique avec le
calendrier suivant: le choix du président
au suffrage universel et au scrutin
secret, la liberté de pluripartid système
politique, la liberté religieuse, le droit
de grève, de quitter la Roumanie en pactul
de Varsovie. Contact avec beaucoup plus de
personnes et dispose d'un succès partiel.
En 1982, écrire un article pour le
bulletin mur de l'établissement, qui
indique l'état de la population lourds. En
1982, lors d'une réunion, demander que les
membres du parti être correctement informé
sur la situation économique. Il a été
suspendu et huiduit d'un groupe. Après
deux jours est arrêté et interrogé, mais
avec tous les moyens de torture de ne pas
divulguer quoi que ce soit sur la partie
fondée, mais il a dû faire face à deux
collègues qui aderasera la partie.
Il a été emmené à la prison à Bucarest
Securitate, dans une cellule avec une
personne qui est MTEAR tout le temps. Et à
Jilava a été battu, en particulier par le
chef de la cellule, et a fait l'objet
d'perversiunilor sexuelle. Simtind qui ne
322

peuvent résister à un cri qui nous dira


tout. A été immédiatement transféré à la
prison de sécurité, où il a été interrogé
tout le temps, battus et soumis à des
rapports sexuels perversiunilor. Ajuns
nouveau Jilava continué à être traités de
manière égale. Dans ce contexte, a
commencé à produire des halucinatii et,
après examen psychiatrique, le diagnostic
est la réaction à des événements psihogena
intensité psihotica.
Elle a publié le 10 Juin 1982. Après sa
libération avait de longues périodes
d'insomnie et j'ai reaparut halucinatiile,
qui reinterneaza. Je vais vendre le
contrat de travail, et ses collègues
disent qu'ils sont faits d'espionnage.
Dans ces circonstances, accepter médical
retraite. Bien qu'il n'ait pas été
internés abusif declansat maladie a été
causée par le stress fortement enquêtes de
sécurité, sans être coupable. La
Commission a déclaré il en bonne santé
psychologique.

10. V. I., de Bucarest, a été chef


d'orchestre de la voiture-lit. En 1985, il
a pris feu wagon, le wagon dans le cadre
du parc spéciale N. Ceausescu. Il procède
à l'enquête et est rejetée. Secrétaire de
la partie fait valoir que V.I. devrait
être donné le feu des wagons, qui est la
raison pour laquelle il est rétrogradé
comme necalificat. Il aborde partie
organes. Il présente les Militie Environ 3
à recevoir une réponse, mais est arrêté et
envoyé à l'hôpital Cula. Je vais faire le
diagnostic de psihopatie impulsiv
interférence avec des explosifs toxiques.
323

En 1989, Ceferistului jour, il fait une


pétition à DC qui a voulu donner un
personnel de Ceaucescu. Il a arrêté la
Militie, qui briser le mémorandum et nous
interneaza avec force Cula l'hôpital au
motif que "la répétition des lignes
troubler la sérénité des résidents, être
agressif et que plusieurs fois il a fait
apparition dans le domaine du Palais Hall,
le stapanit contre la violence commence
Militie organes, que c'est dangereux pour
le public de rue, être malade
psychologique. " À Cula séjour 22 jours
avec psihopatie impulsiva-instabila.
Toujours en 1989, est reinternat, à la
suite d'un conflit avec un collègue de
travail qui voulait lui Bata. Internarile
continué après 1989 à sa demande. Essaie
de voler votre ancien emploi au CFR, mais
elle n'y parvient pas.

11. V. F., d'Oradea, un diplômé de la


Faculté de philosophie et de l'Académie
militaire. En 1969, un navire à l'adresse
Congrès IX siècle de la PCR une lettre de
"diffamatoires et figurant à l'invective
et la CC Ceausescu, ponegrind politique
intérieure et extérieure de l'État
deformand la réalité économique et sociale
dans le pays, demandant delegatilor du
Congrès à prendre des mesures contre le
Secrétaire général." À la maison de
recherche et peuvent trouver une copie de
la lettre et d'autres, avec le même
contenu dusmanos mais n'ont pas été
expédiés. Il est accusé de "propagande
contre le régime socialiste oranduirii"
par le procureur militaire à Oradea. En
1971 est publié sous la pénales et
324

internés à la psychiatrie, à Oradea, puis


transféré à Bucarest, où il a tenu 10
mois, puis transférées en vertu de escorta
à Cluj, avec le diagnostic de syndrome de
depresiv paranoïaque. De 34 ans a été
marginalisés, a pris sa retraite à être
retiré de la vie sociale. Reinternat après
la révolution et expertizat comité, est
déclaré en bonne santé.

12. T.E., 60 ans de Cluj, d'assistance


médicale. Asista le conflit entre un
dirigeant d'entreprise et de son mari, qui
est finalement de vendre les travaux.
Sotul adresses de justice, c'est dans ce
cadre co-reclamanta. Peu à peu, en la
plaçant dans le dossier de série
allégations calomnieuses, est accusé
inculpata et puis il a commis de graves
criminelle, anti-faits et les allégations
calomnieuses à l'échelle locale et les
autorités centrales. Il internata et
arrêté à l'hôpital psychiatrique de Cluj,
en 1974. Il est expertizata et de faire le
diagnostic de délire paranoïaque
sistematizat. Devant cette déclaration de
grève de la faim, mais applique les
art.114 cp, internare nécessaire. En 1975,
à Bucarest est internata et reexpertizata
jusqu'à diagnostiucul interprétative
réponse à un fonds de développement
disarmonice un type de personnalité
paranoïaque. Je appliquer des mesures de
sécurité en vertu de l'article 113 ch
Continuer à faire des souvenirs chez MAN,
à la radio, la télévision, mais sans aucun
résultat. En 1976, il reexpertizata
Timisoara et Cluj en 1978, avec le
diagnostic de délire paranoïaque
325

sistematizat, état depresiva


interprétatives, persistenta réaction.
Contesta fois le diagnostic, ainsi que les
mesures de sécurité. En 1981, a remporté
le processus final, est le déménageur en
vertu de l'article 113 ch, mais pas
l'adresse viendra juste après la
révolution. Reexpertizata après 1989, est
déclaré en bonne santé.

13. V.Gh., un ancien enseignant,


maintenant à la retraite. En 1951 a été
arrêté par les forces de sécurité et d'une
enquête pour propagande contre la
socialiste oranduirii. Il Vacaresti
transféré à l'hôpital à la suite de
l'entrée dans la grève de la faim.
En 1970 a été reconnu coupable par le
Tribunal militaire de la propagande contre
les socialistes oranduirii, mais est
envoyé à l'hôpital Voila, où reçoit le
diagnostic de psihopatie paranoica, avec
les états d'excitation de type maniaque,
être retiré, sur cette base, en vertu de
poursuite pénale. En 1971, il a forcé tous
les Urlati et en 1974 et s'applique à la
art.114 ch et 113 ch et puis jusqu'en
1980. En 1980, après une grève de la faim,
est forcé de reinternat Voila et conservés
dans les dossiers jusqu'à Décembre 1988.
Il convient de mentionner que, à la suite
de perchezitiilor fait, ont été confisqués
littéraire (écrit sous le pseudonyme de
neige). Après la révolution, est revu et
ne trouvent plus aujourd'hui les troubles
mentaux.

14. U.C. de Bucarest. Désireuse de


travailler en Allemagne, a demandé au
326

Conseil d'État est de permettre le départ.


Neprimind réponse, a écrit un mémorandum
dans lequel Plange que, tandis que le chef
de marche, il ne possède pas la
possibilité de travailler à l'étranger. En
conséquence, le 30 août 1972, est élevé,
près de 1 Militie et est allé directement
à l'hôpital psychiatrique Balaceanca. Il
est expertizat et de faire le diagnostic
de psihoza paranoida. Je externarea fait
l'objet de ne plus venir à Bucarest. Déjà
au travail est desfacuse contrat de
travail. En Octobre de 1974 est reinternat
Socola Militie l'hôpital, lorsque le
changement dans le diagnostic du syndrome
d'Nevrotic résiduelle, decompensari
dépressifs. La femme sont incités à
divorta parce que ce serait une tradator
pays. Après la révolution, exige la
reconnaissance de l'ancienneté dans le
travail et le paiement des droits de
l'argent. Diacicov Commission a déclaré
lui mentalement en bonne santé.

15. S.V., statisticien à Bucarest. En


1982, alors qu'il était en congé de
maladie, et ils vendent le travail. Essaie
d'audience, des souvenirs, mais ne peut
pas résoudre quoi que ce soit. En 1983,
désespéré de ne pas la situation, en
laissant la voiture en face de Ceausescu.
Il est arrêté, puis relâché et a reçu en
audience à CC, après quoi il reangajat
dans un autre secteur d'activité, qui est
nemultumeste. En 1984 à nouveau laisser la
voiture en face de Ceausescu à inmana une
lettre dans le même numéro. Et est arrêté
et remis en liberté. Après deux jours,
mais est élevé à la maison et emmené à
327

l'hôpital Gh Marinescu. Vous n'avez pas


une histoire de troubles psychiatriques.
Le 30 août 1984 est la expertizat médico-
légal Institut avec le diagnostic de la
personnalité accentuata type hipertim,
cverulent, revendicativ et inainteaza
Policlinicii Titan avec un fichier. Le
Novembre 16 est ramené à Militie Hôpital
Gh Marinescu, parce que «présente de
graves troubles du comportement, sous la
forme d'actions revendicative." Après 8
jours avec le diagnostic est Externat. En
1987, et est interné de force, mais
conservez l'ancien diagnostic. Dans tous
les internarile n'a reçu aucun traitement.
Diacicov Commission estime qu'il est
normal d'ordre psychologique.

16. S.N., économiste de Bucarest. En 1977,


elle a été suivie de sécurité pour la
propagande religieuse, qui est interné de
force Hôpital Gh Marinescu, et a pris sa
retraite avec le diagnostic de la
schizophrénie paranoida. Le diagnostic a
été établi sur la base de ses croyances
religieuses et des actions à la suite de
sa prédication la religion. Pendant 8 ans
a demandé le droit au travail, mais s'est
vu refuser systématiquement par des
psychiatres, refuzandu et la
depensionarea. La polyclinique Titan a été
menacé que si vous ne s'arrêtent pas avec
la propagande religieuse sera
définitivement interné à Balaceanca.
Adressée Chartered Institute of capacité
de travail pour pouvoir travailler, mais
en raison de mirarea ont maintenant la
paranoïa. Dans tous ses efforts pour un
travail qui a été répondu aussi longtemps
328

que vous faites "propagande religieuse"


sera examinée psychologique mauvais, mais
il a déclaré que la religion est crezul
vie. Après la révolution est établie par
la commission qui a toujours été en bonne
santé.

17. S. Gh à Noida. Son père, qui est


aveugle, avait l'habitude de l'envoi
anonyme (1957) de Gheorghiu Dej, qui a
exigé l'annulation colhozurilor. Sesizand
danger, S.Gh. aller loin de leur foyer et,
en 1962, atteignant siège social à une
schela extraction. Parce que son père
avait été arrêté entre le moment où il
atteint la connaissance et des services
cadre, il sera considéré comme un "ennemi
du peuple", étant rétrogradé de ne plus
avoir aucune responsabilité. Action à
l'ouverture des tribunaux, mais le
résultat est pris à un psychiatre qui font
le diagnostic de névrose astenica éléments
paranoide. La justice de ne pas donner
satisfaction, afin qu'il accuser ces
organes. En 1964, il a pris sa retraite
trezeste diagnostic médical de psihoza
paranoida mais refuser de pension. Le
nouveau directeur, qui a été dans l'État
et des comtés comité, ne nécessite pas
d'explication à un dizidentului mis sous
interdiction. De recourir à la couverture
L.S.M. à Noida, qui est conforme et
établit le diagnostic de paranoïa. Suite
des protocoles et d'autres plaintes en
1988 et seul un comité de l'Hôpital Gh
Marinescu formuleaza un nouveau diagnostic
psihopatie polimorfa de bonne remisie. Je
vais recommander la reprise d'activité.
Après la révolution sera déclaré en bonne
329

santé, mais la séquence sicanelor abus et


administratives se poursuivra et le
présent.

18. R.N., développeur de Bucarest. Avoir


un enfant avec des troubles congénitales,
ne veulent plus avoir d'autres urmasi,
raison pour laquelle internés à la
psychiatrie. In'83 and'84 est internata
département de psychiatrie à l'hôpital
Tulghes, puis LSM Titan, avec le
diagnostic de dépression anxioasa,
dizarmonic fonds et, par conséquent, sera
en mesure d'apporter juridique intreruperi
grossesse. Mais en 1984, ils ont forcé
internata, c'est la raison pour laquelle
deux tentatives de suicide. Après la
révolution, par crainte de nouvelles forcé
internari faire des efforts pour contester
la diagnosticele fait. Diacicov Commission
se félicite de la santé et le fait que les
précédents diagnosticlele ont été
complezenta.

19. B.P. de Dambovita, a pris sa retraite,


ancien officier. En 1965, à Tg.Jiu agent,
il le sait, au cours de la campagne
électorale, tov. Marin, l'usine et le
directeur de candidats pour les élections.
Les soldats qui ont pris le mot est
demandé de prendre une unité à la
nourriture kiosque. B.P. a montrant que le
mot tov. Marin ne semble pas être un
candidat compétent, manechin appel, ne
sachant pas ce qui est venu devant les
électeurs militaires. Après trois jours
est nécessaire à Bucarest et a fait faire
un rapport sur l'incident. Le retour est
exclu de UTC, la situation incompatible
330

avec la position de l'agent, qui est la


raison pour laquelle le passé est en
réserve. Suivez un délai de faire
souvenirs organes dans la loi, mais ne
reçoit aucune réponse. En désespoir parce
que les adresses des ambassades
étrangères-Angleterre, la France,
l'Allemagne - et même American Library. En
fait, pas une note de ne pas atteindre la
destination, qui lui a été soumis le
dossier ou le Conseil de sécurité. Pendant
20 ans, est harcelé dans un labyrinthe
administratif. Elle a gagné avec disque
existence, marginalisés et persécutés. En
avril 1977, l'emploi à une construction de
la confiance de Craiova, est arrêté sans
raison, battre crunt et internés à
l'hôpital psychiatrique de Slough. Ici, le
médecin I.D. ii dire la vérité qui a
l'obligation de pensiona, après quoi il
doit quitter Stellenbosch. Si le
diagnostic est établi par paranoi, le
service est desfacea contrat de travail,
avec effet rétroactif, mais aucune
décision n'a été communiquée. Les recours
ont fait il marchait à travers de nombreux
hôpitaux psychiatriques au cours de 1977-
1986. Persecutiile suite ou à la maison
où, en Décembre 1979 est battu par
plutonierul Manea, qui interdit son Mai
quitter le village. Je vais prendre les
empreintes digitales et est contraint de
signer un engagement de ne pas écrire des
mémoires et de ne plus traiter d'autres
instances. En 1987, atteint Hôpital Gh
Marinescu, Chef de clinique nécessaire
pour renoncer à ses actions contestatare,
car cela donnerait plus de mal à lui.
S'ils diagnosticele défi, il fournirait la
331

sécurité et de ses moyens. Convins ces


explications, il renoncer à toutes les
actions revendicative. Après la révolution
est présenté au comité Diacicov et de
trouver que ce n'est pas mauvais
psychologique.

20. B.I., un ancien officier de Cluj. En


1962 est retiré de l'armée parce qu'il
emprunte des vêtements militaires privées
d'un spectacle. Travail puis dans
plusieurs endroits. Dandu son compte des
nombreux nedreptati la société communiste,
commence à écrire ses mémoires dans lequel
démasquer les coupables, incompetenti,
démasquer les abus. Cela devient encore
plus dangereux avec le chat dans ce cercle
de personnes appartenant ou même de
conduire la nomenclature (ad même un
premier secrétaire du parti). Pour ces
raisons, est toujours rejeté, rétrogradé à
la dernière juridiction saisie, inscenandu
à un processus. Ne pas reconnaître les
allégations et de déclarer la grève de la
faim. Condamnarile ont accumulé totalizat
30 ans de prison, qui a procédé à 23 ans
sans l'encontre de son Note actes
criminels, en plus de nesupunerii civile
et les plaintes. Cons irrégularités dans
les prisons, protesteaza toujours la grève
de la faim, mais est systématiquement
torturé - sont injectii et de lui faire
mal, cufundat est dans l'eau chaude.
Odiseea psihiatrica début de 1976, date à
laquelle il devient clair que les méthodes
classiques de la répression ne peut
l'intimider. Le 5 Mars 1976 apprendre
qu'il a été retiré de diagnostic médical
sistematizat délire paranoïaque. Rejeter
332

et de la retraite, et le diagnostic.
Suivre une période tout au long de
internari Filiere goulag psychiatrique: P.
Hôpital Groza, Poiana Mare, Jilava,
Gherla, White Gate. Il a été listé dans
art.114 c.p. et puis, dans le passé 113
c.p. Après la révolution est déclaré
mentalement en bonne santé.

21. G.B., peu qualifiés travailleur de


Bucarest. En 1977, est soumise à des
contraintes juridiques successives
condamnations pour comportement antisocial
et perseverarea dans ce comportement. En
1987, il reproseaza que, en collaboration
avec d'autres jeunes, savarsit
infractiunea "diffusion sans autorisation
d'imprimés pour être utilisés comme un
moyen d'informer le public» et «diffusion
de matériel obscène, l'achat de bandes
magnétiques, cassettes vidéo de
publications avec un mystique,
obscurantiste, qui se sont multipliées
dans la photocopie et dactilo. Aussi, Mai
fait valoir que l'accusation ", suivie
aberatiilor la satisfaction sexuelle avec
des manifestations typiques d'une
personnalité dizarmonice, obsesive
préoccupations avec la sexualité." Le 23
Juin 1989 est de nouveau arrêté pour
diffusion de matériel obscène.
Pour mettre un terme à ces activités et à
soulager la responsabilité des organes de
sécurité, 4 août 1989, GB est inscrite à
l'art. PS 114, sect.1 Bucarest Cour
phrase, le recours étant rejeté. Le 8 août
1989, est interné à l'hôpital avec le
diagnostic penitenciarului Jilava
paranoida développement des différents
333

éléments obsesivo-fobice, psihopatie


schizoida, et le 15 août est un nouveau
savoir-faire avec le même diagnostic.
Compte tenu de l'histoire infractionale
comité considère que "top-disant présente
un risque élevé, pour lesquelles on estime
que discernamantul est perdu par rapport à
l'acte pour lequel une enquête et a
recommandé l'application des mesures
médicales, en vertu de l'article. 114 ch
". De ce fait, est libéré de prison et
envoyé à l'hôpital de Poiana Mare, où,
après la révolution, il est urgent
Externat (le 30 Décembre 1989) De
relatarile médecin traitant, au cours de
internarii, le comportement du patient est
parfaitement adapté à la situation et a
reçu seulement un Minimum de traitement
(sauf au début ES). Le diagnostic fait par
la commission ne confirme pas après la
révolution est déclaré en bonne santé.

22. C.V., a pris sa retraite, l'ancien


opérateur chimiste à Brighton. En 1975, il
accusé de propagande contre le régime
socialiste oranduirii, à la suite d'un
mémorandum envoyé à Ceausescu, qui a exigé
la PCR de ne pas s'ingérer dans treburile
Mai syndicats. L'ordonnance est Bucarest
Procureur militaire invinuit tel qu'il est
rédigé et envoyé deux lettres postaux la
direction du parti, de manière à créer
l'impression que dire un groupe de
travailleurs de l'usine progrès. Mai
devrait être fait des déclarations
diffamatoires et hostiles à oranduirii
sociaux présents sur certains aspects du
développement économique, l'assistance
sociale et médicale, au moyen de lettres
334

qui proferat et les menaces qui sont


supérieurs à la direction du parti et
l'idée de remplacement. Une autre lettre
signée "frères Roumanie" a été mis dans
une boîte sur l'après Mai 26 1975,
inscrisul anonyme et sans être le
destinataire. Au cours de urmaririi pénale
prouve que C.V. est l'auteur de la lettre.
Je vais faire perchezitie et est examiné
au siège de Brighton de sécurité. Il est
demandé "où il s'est caché les armes,"
C.V. réponse que, dans la cuisine a un
demontat faire. Cette déclaration faite
blague conduit à la mise en place a été
abusivement, le 16 Décembre 1975, à
l'hôpital psychiatrique de Braila, avec le
diagnostic de psihopatie polimorfa
principalement explosifs, paranoica, avec
de fréquentes decompensari, a confirmé le
diagnostic d'expertise IML Brighton.
Billet de référence a été délivré par le
médecin DM Cagayan de polyclinique, sans
même avoir vu le patient ou qu'il avait
été en evidentele policlinicii. Bien qu'il
soit retraité pour la sciatique, et ils
annulé la retraite et l'autre est le
diagnostic psychiatrique. Après cette
procédure est prise à Gisborne Cour et a
essayé d'urgence, aplicandu et les mesures
de sécurité par voie d'ordonnance et de
sécurité est tenu de présenter chaque mois
à psychiatriques. En mars 1976 C.V. pour
demander l'annulation de la retraite et en
mesure de reprendre le travail, mais la
demande est rejetée, contestatiile faite
au Ministère du Travail étant zadarnice.
Il a appelé la sécurité de Brighton, où il
est dit que si astampara ne se cachent pas
derrière lui de ne trouver personne en
335

Mai. Il est tenu de signer un engagement


et menacées d'évacuation et de sa famille
dans l'appartement.
Après l'Décembre 1989 a tenté de clarifier
son statut, mais a été transporté d'une
institution à une autre commission
declinandu l'expertise locale et de
compétence. Recherche de la Commission des
abus, mais il a déclaré psychologique
normale.

23. CI, retraité, était statisticien de


Bucarest. Le 2 Octobre 1975, lors d'une
audience (un problème lié au service) pour
le premier secrétaire du Bucarest 5, tov.
Nicolae Ganea, est déterminé par son
grosolania à riposteze. Secrétaire du
parti, pas l'habitude de porter ces
afronturi, razbuna obligand société de
gestion dans lequel le travail a été un
rejet. Nefiind membre du parti, demande
une réunion au cours de laquelle le
premier secrétaire envoyer un activista
qui preseaza et d'obtenir le licenciement.
En raison de la situation dans laquelle il
est, C.I. est une tentative de suicide, et
donc atteindre la psychiatrie. Il n'était
pas disponible externata sans
l'approbation du premier secrétaire, qui
est la raison pour laquelle l'état
internata 21 jours. Après 3 jours à
l'hôpital est construit à partir abusif
domicile par Militie et internata avec
force à Balaceanca, alors que les abus
font l'objet d'une enquête. Pour sa
surprise, les médecins rejeté le placement
obligatoire. Au cours de 1975 - 1979 n'a
pas de problèmes avec psihiatria, même
sans qu'ils a eu lieu dans les dossiers. À
336

la maison est en conflit avec sectoristul,


une mauvaise platnic les bloquer. Il
sicanata de Militie, et ils prennent les
empreintes digitales sur les motifs qui
«ont commis des crimes dans le quartier",
le nom mis à disposition par le
policlinica psychiatriques. Tous, sans
raison, en 1986, son bloc est une aide
sociale de policlinica territoriale
voisins arbitre demandant à ce sujet, mais
pas négative. Le 3 Juin 1989, sur la base
d'un médecin de la Referat policlinica est
construite à partir de la maison et abusif
internata Hôpital Gh Marinescu, où le
comité rejette le placement obligatoire.
La décision de présenter les policlinica
médecin, et lui, en face d'elle, d'appeler
le médecin à l'hôpital nereal en affirmant
que la femme serait agitata. Après la
révolution est déclaré mentalement en
bonne santé.

24. CI, médical retraité, ancien ingénieur


en électronique. Pour bien faire leur
travail, a dû protester contre les
conditions de rasturnare valeurs
aberrantes, mais l'ensemble de ses
critiques ont été rejetées. Elle a rejeté
abusivement, haute sécurité et soumises à
un traitement psychiatrique obligatoire et
dure réalité. Ainsi, la répétition
d'idées, il militienii Hospital de
internau Gh Marinescu ou Cula avec
paranoida diagnostic de la schizophrénie.
En 1981, sur la base d'une adresse
Policlinicii Titan et l'examen de CG, que
le patient n'est pas de ne jamais le voir,
et il s'installe abusif paranoida
diagnostic de la schizophrénie et conclut
337

qu'il est un danger social, aplicandu les


dispositions du décret 313. Suite à cela,
est élevé dans la rue et internés à
l'Hôpital Gh Marinescu, pour un total de
plus internari abusif. Et il est déclaré
apte par le Diacicov.

25. D.V., de l'électronique à Bucarest.


Intra en conflit avec la sécurité pour un
série de déclarations politiques,
antitotalitar. Dans une série de lettres
de sécurité critique partie supérieure de
gestion et de l'État. Il a été soulevée
avec le mandat d'arrêt et le dossier a été
faite au procureur militaire. Au cours de
1979 - 1980 a été demandé à plusieurs
reprises sur la sécurité des lignes, et en
raison de l'activité politique est interné
en hôpital psychiatrique dans Podari-
Craiova. Il a été exclu de la Faculté et
marginalisés, isolés socialement. Après
externarea de Podari l'hôpital, a été
constamment surveillé de sécurité, y
compris par des moyens techniques. Au
cours de la période de sa persécution
lungii a subi un stress permanent, a
commencé à consommer de l'alcool, est
devenu depresiv, vulnérables, sa position
sociale détériorée. Révisé par le Conseil
d'abus psychologique est tout à fait
normal.

26. D.P., a pris sa retraite, ancien


comptable à Craiova. En 1948, de faire des
déclarations préjudiciables régime
communiste, d'être arrêté, qui se répète
en 1950. Iesit de l'arrestation, montre
des traces collègues, vanataile et
d'autres signes de torture. En 1957, une
338

cacher camarad a été fouillé par les


forces de sécurité avant, être près de lui
jusqu'en 1961. En 1965, un mémorandum
demandant le départ est définitive du pays
et écrire un mémorandum dans lequel
insulter le gouvernement et de parti
organes. Il internés à l'hôpital
psychiatrique vigueur à Craiova en 1966 et
soumis à des évaluations psychiatriques,
où le diagnostic est établi paranoïaque.
Après la mise en œuvre du décret 12,
internarile réussir dans Podari et en
1970, est transféré à l'hôpital de Poiana
Mare, où il selon une décision de la Cour
d'ordre militaire Timisoara. Dans tout ce
temps D.P. continuer à faire des
commentaires négatifs. En 1973 est arrêté
sans faute, comme étant impliquée dans un
crime, en 1976, est accusé de témoignage
mincinoasa. Internarile réussir à chaque
fois que l'hôpital de Poiana Mare et
Podari. Après la révolution, et il est
déclaré mentalement en bonne santé.

27. FN, ancien mécanicien de locomotive,


maintenant à la retraite de Bucarest.
Entre 1949 - 1950 il a travaillé à
l'ambassade d'Albanie (citoyen albanais a
été son épouse). En 1960, alterandu les
relations avec l'Albanie, est accusé dans
cette station serait adopté Ciorogarla
signal de stopper la locomotive. Après
ceci est inscenare vendre son oeuvre. Il
commence à faire des mouvements pour
réparer nedreptatii. Il a invité l'Hôpital
Gh Marinescu, où façon imprévue est à la
retraite diagnostic médical réponse
interprétative dizarmonic le fonds.
Expertizat après 1989, n'est pas établi
339

que les troubles mentaux.

28. G.I., a pris sa retraite, ancien


professeur à Bucarest. Il a été arrêté par
sécurité le 14 Juillet 1970 pour les
blâmer de se propager et écrit des poèmes
avec antiguvernamental.
J'ai confisqué des manuscrits, l'écriture
et les livres machine. Il internés à
l'Hôpital Gh Marinescu, puis envoyé à
Balaceanca.

29. G. Gh, ancien directeur de l'école,


maintenant à la retraite de Bucarest. Il a
été secrétaire P.S.D. en Tg. Montalban, où
il a dû faire face à de nombreux inscenari
et même une tentative d'assassinat. En
1989, la maison a été détruite et a été
molestée, alors que les délinquants qui
ont reconnu sa culpabilité ont été libérés
à l'intervention du Secrétaire de la
partie Tg. Montalban. Suite à de
nombreuses plaintes déposées, il a été
interné à l'hôpital psychiatrique à
Muzaffarabad, qui a été établi le
diagnostic de paranoïa. Pendant le Parti
du Congrès, noiembrie1989 est interné à
nouveau avec force, avec le diagnostic de
paranoïa. Tous internarile étaient
injustifiées et à l'extérieur de la loi.
Après 1989, a été déclaré en bonne santé
psychologique.

30. GI, a été merceolog, maintenant à la


retraite, Bistrita Nasaud. Refugiat de
Bessarabie, il est conseillé de s'inscrire
dans le parti de ne pas être expulsé de
l'URSS. En 1952, est exclu du Parti et
retiré de l'armée au motif qu'il était en
340

URSS. Il nombreuses tentatives pour être


reincadrat travail et réussir seulement en
1968, mais peu être transféré à un salaire
inférieur. Depuis 1970, commence à faire
des réclamations pour raison d'être
persécutés. En 1972, il a tiré de nouveau,
puis évacué la maison. Il a continué de
revendiquer et de demander et de quitter
le pays. Dans ce contexte, le 29 Juillet
1976, est élevé Militie et internés de
force en hôpital psychiatrique à Calcutta
avec la recommandation d'appliquer le
décret 12/65. Je mets interprétative
syndrome de réactifs de diagnostic, mais
ils refusent de se joindre au décret.
Procureur merci de ne pas décider le
placement forcé et la clinique de Cluj
pour une nouvelle expertise, mais pas
cette fois de ne pas appliquer le décret
12. Après l'hôpital, l'agent de sécurité
qui supervise la menace que si Mai fera
souvenirs seront prises sur la frontière
avec la Yougoslavie et a tiré, le
motivandu elle voulait échapper. Il a
continué à être contrôlés. Là où est venu
plusieurs fois visité Calcutta Ceausescu,
il a été interné de force à l'hôpital
psihitrie. Après la révolution est remis
en état et en bonne santé psychologique.

31. ML, un ancien ingénieur, maintenant à


la retraite de Bucarest. Il a commencé à
être persécuté en 1969, à la suite de la
correspondance sur des questions
scientifiques avec une université en
France. En 1970, à la suite d'un conflit
avec le chef ou le Fundulea, est déplacé à
disciplinaire Mogosoaia. Notez qu'il vise
la sécurité, car en 1974, l'ancien chef
341

d'intervention, pour être internées de


force Hôpital Gh Marinescu avec le
diagnostic de réaction psihogena
paranoida. Dans le voyage d'observation,
il est un billet qui ne sais pas comment
il est arrivé, le patient en cours
d'examen par policlinica. En Janvier 1975,
est retraité sur le plan médical, mais il
ne l'a pas demandée. En 1976, établi comme
une de ses oeuvres apparaît au comité pour
approbation du Ministère de l'Agriculture,
mais l'auteur est le directeur
persécuteur. Bien que reprimit demandé à
être en service, et ils disent que ne sont
pas les lieux. Au cours de la période 1977
-1979 est en ostentativ suivi, et elles
sont différentes inscenari (est accusé de
vol, les relations avec les étrangers, la
possession de photos pornographiques). Au
cours de cette période est de 8 à CC
souvenirs, et en signe de protestation
libérés carte partie. En 1982, une
surprise pour la maison ou agents de
sécurité qui patrunsesera avec l'aide de
double clé. Aussi, au cours d'une des
interventions chirurgicales ont
l'impression que le médecin voulait tuer
(il avait été un médecin de la prison
Vacaresti). Pour ne plus être considéré
delirant, Mai cesser de faire des
souvenirs. Après la révolution, la
Commission Diacicov il reabiliteaza, être
en bonne santé psychologique.

32. MS, l'ancien Groupe de travail dans le


commerce, actuellement retraité, à
Bucarest. En 1954 a été arrêté et condamné
pour le crime de haute trahison. En
détention est molestata, Batuta. Aussi,
342

son mari a été obligé de divorteze au


cours de detentiei, et les enfants ont
pris. Il a été internata à plusieurs
reprises à l'hôpital psychiatrique. Après
la révolution a été déclaré en bonne
santé.

33. JI, mécanicien de Colibasi, transféré


à Bucarest. Il est titulaire d'un
baccalauréat honorifique en faculté de
l'URSS. Les difficultés face à la Roumanie
l'industrie, la technologie invechita.
Proposer une série de mesures visant à
promouvoir le progrès technique et faire
l'objet d'une même elogii qui apportent
dans la presse. En 1970 - 1971 la question
colectivizarii les zones de montagne. Au
Rucar, ils voient qu'une telle mesure
conduira à la disparition et saracirea
village de montagne. Trop, s'oppose à un
projet de systématisation hidroenergetica
de Dambovita approuvé par Ceausescu, qui
aurait entraîné la destruction zone. Lui-
même proposer un autre plan, qui aurait
permis d'économiser la région. Il a
demandé à CNST, armoire 2, bien que parler
avec un conseiller. En quittant le
bâtiment est acostat de deux personnes,
est monté au pouvoir dans une voiture
noire et dit qu'il est arrêté. La réalité
est dirigé directement à Balaceanca et la
réception donnée dans le médecin de garde.
Je vais donner un uniforme vargata et est
envoyée dans un salon de agitati. Refuser
de traitement, mais les conditions de
logement sont misérables. Il expertizat
quatre fois de suite. Il a lancé un appel
à la conscience des médecins et un comité
des médecins dit "fallait s'attendre à
343

nasteti plus de 100 ans, si la société


exerce comme nous le souhaitons." Il
Externat plus de deux mois, mais est
nécessaire dans une déclaration
susceptible de démontrer que ne sera pas
rompu "organes". Reintors le service, mis
en place qui est transférée à une autre
société. Il est constamment sous la
supervision de sécurité, est interdit de
participer à Adunari ou mitinguri
organisé, et pendant la visite de
Ceausescu dans l'entreprise est isolé et
surveillé. Son épouse est toujours
sfatuita à divorteze parce qu'il serait un
danger social. Participer à la Révolution
de 1989 et est élu président du FSN
l'usine. Il est annoncé que l'on peut
reincadrat ou l'ancien emploi, usine
République. Et il est déclaré en bonne
santé psychologique.

34. N.E., a pris sa retraite de Bucarest.


En 1974, pour protester contre la
démolition de la maison, refusant de
passer de la maison. Il a exprimé
nemultumirea devant de nombreuses
autorités et envoyé une lettre de
Ceausescu - qui enseignent un dictateur
frère, qui travaille à Casa Scanteii -
lettre dans laquelle relata sur la vie
difficile des travailleurs et des paysans.
La suite, tous les nemultumit, exigent un
passeport pour émigrer, mais toutes les
lettres ont été rassemblés dans le dossier
du Conseil de sécurité. Le 31 Octobre
1974, est soulevée par deux agents de
sécurité et internés de force Hôpital Gh
Marinescu, Brejnev au cours de la visite
en Roumanie. Dans le voyage d'observation
344

à noter que la réclamation est


injustifiée. Après la révolution, la
commission a établi que Diacicov est
mentalement en bonne santé.

35. M.I., invatatoare de Mansehra. Après


une internare et une retraite reluandu
médicaux et de l'activité entre en conflit
avec la direction de l'école et, donc,
sont confrontés à une série de mémorandums
qui ont abordé le magazine "Flacara». En
1989, un résultat des conflits, est
internata avec force, à la demande du
directeur d'école et inséré dans le décret
313, alors internata hôpital psychiatrique
de Palazu mer. Après la révolution est
comme d'habitude reabilitata
psychologique.

36. NC, travailleur agricole de Bucarest,


maintenant à la retraite. En 1956, est
accusé à tort de meurtre et le fait qu'il
voulait destrame la PAC. Il a fermé à
Vacaresti et expertizat Hôpital Gh
Marinescu avec le diagnostic de la
schizophrénie paranoida. Il restera cinq
ans dans un hôpital psychiatrique. En
1962, il Externat et fonctionne comme un
facteur dans le nouveau postaux ans, et
alors détenteur de 15 ans Ambassador
Hotel, où il a pris sa retraite. Après la
révolution, il est estimé que la santé
mentale.

37. C.V., un ancien agent de sécurité de


Ocna Mures. En 1955, il a été accusé de
trahison (titoist), a essayé, remis en
liberté, mais en dehors de l'armée. Après
un mémorandum à DC, obtient un emploi de
345

mécanicien, mais demande un transfert, il


est rejeté et il enseignera carte partie.
Au bout d'un an est exclu du Parti et
vendre les travaux de ne plus être inscrit
nulle part. Il vient de Bucarest à
l'adresse du Comité de coordination, mais
n'oubliez pas de Militie trois jours, puis
transféré à la sécurité et puis internés à
l'hôpital psychiatrique de la prison de
Vacaresti, où expertizat et un diagnostic
de schizophrénie paranoida. Il a ensuite
tenu Mai à travers plusieurs prisons, le
dernier étant celui de Sighet. C'est la
grève de la faim et déplacé à l'hôpital
psychiatrique de Sighet, où iresponsabil
dit, et son frère est nommé tuteur. Bien
que l'appel est de ne pas soulever
l'interdiction. La Commission a déclaré
l'abus de recherche en santé.

38. P.V., travailleur, à Ploiesti. En


1968, écrire un mémorandum adressé à la
Ceausescu, mais vous essayé de le lire à
une réunion. Après avoir fini de lire, a
présenté ses cartes. Le 29 Juin 1969, au
cours de la visite de Nixon est élevé et
internés militieni abusif Hôpital Urlati.
Cette grève de la faim demande que les
organes de l'État à être informé de
l'abus. Il demande à rencontrer ce
afirmase Ceausescu dans un discours: "un
homme a quitté le service doit être sûr
que vous rentre à la maison." Après cinq
jours d'une grève de la faim, qui Mai
aderasera quatre personnes, il ne fait pas
de billet de sortie sans externarea
diagnostic. Déposer une plainte contre la
internari abusif, mais un tribunal refuse
de prendre en considération. Constata que,
346

dans les cinq jours de internare a été


pontat au travail.
La deuxième a été forcé internare Hôpital
Voila -1976. Auparavant internarii, P.V.
trimisese une lettre demandant l'Europe
sans augmentation des salaires d'anciens
membres du Parti social-démocrate, qui a
été inglobat en PCR À perchezitie ont été
trouvés et des copies de lettres
semblables à celle envoyée à la radio,
dans lequel il a exprimé la conviction que
le régime communiste ne sera effectué. Il
expertizat avec force, dans un salon
reconnaissant la tombée de la nuit, mais
ne reçoit pas de traitement, de non-une
attention particulière. L'hôpital mis le
diagnostic de paranoïa, et le directeur de
l'hôpital a déclaré que «battre avec les
éoliennes."
En avril 1977 est pour la troisième fois
internés par la force, Sapoca hôpital,
qu'il décrit comme un infern. Il arrêtés
alors qu'ils tentaient de faire une visite
contestatar écrivain p. Goma. Même la
porte à bloc, il est pris, battu crunt,
étant toujours demandé si une lettre
signée de Goma. Rejeter signent une
déclaration de retrait de la signature. Il
reinternat à Sapoca, agitati, puis
transféré à alcoolici. Pendant 45 jours et
sont à haute dose neuroleptice et ES. Au
cours de sa internarii a Sapoca est là et
Wimbledon, Oxford, cérusé à émigrer, ainsi
que les ordinateurs, a émigré au Canada
aujourd'hui. Après l'hôpital est exigée
par la Cour de Pondichéry à établir ce que
l'hôpital sera interné. Hôpital de
sécurité cérusé Calinesti-Prahova, mais le
tribunal a décidé de ne pas être sous
347

contrôle ambulatoire, sa femme est obligée


d'être tuteur.
Un autre est un internare Voila et a un
drame en cours présentées dans un chapitre
précédent.
V.P. -- Connu dissident
politique dans le pays et à l'étranger, a
créé une union de libre-échange. En 1976,
réussi à quitter l'Ouest et en Février
1978 à Paris a tenu une conférence de
presse qu'il a parlé de l'aide psihiatriei
des raisons politiques en Roumanie. Trop,
a fait un appel pour la liberté des
travailleurs de s'organiser en syndicats.
À l'arrière est de refuser l'entrée au
pays, mais à la suite des protestations
est reprimit. J'ai changé de travail, puis
a été à la retraite. Paris et également
dans le pays (après la révolution) a été
examiné et jugé en parfaite santé mentale.

39. P.F., ingénieur civil, à Cluj. En


1983, le Gorbatchev écrit ses lettres qui
ressemblent situation difficile dans le
pays. Aussi, envoyer des mémoires au
ministère de la critique et est donc en
fonction internationale. Il s'agit d'un
mémorandum par Elena Ceausescu, qui
montrent les aspects négatifs de la
construction, la mégalomanie critique dans
ce domaine. Il commence à être suivie de
sécurité, d'autant plus qu'il continue à
écrire des mémoires de Ceaucescu. Dans ce
contexte, 1986 est levée du service et
envisage de mettre tous les amis demaste
faute de quoi "seront éliminés" avec toute
la famille. Ils ont décidé de simuler une
maladie mentale, raison pour laquelle la
348

mettre en scène une tentative de suicide,


d'être interné en psychiatrie. Ici, un
médecin (DS), nous apprendre à mieux
simuler la maladie mentale, raison pour
laquelle l'État dispose de 93 jours à
l'hôpital et a aidé à prendre sa retraite
avec le diagnostic de dépression
melancolica, paranoide éléments
d'interprétation sur fonds involutiv.
Après la révolution est interneaza de
décider que psychologique n'est pas
mauvais.

40. V.D.S., a pris sa retraite, ancien


ospatar de Bucarest. Même après avoir
achevé une formation militaire, ont
l'habitude d'écrire les mémoires de
Ceaucescu.
Alors que Ana Muresanu magasin ou visitez
l'adresse et certains critiques
neintemeiate, VDS indrazneala avait à
donner sur un magasin. Droit est visité
par un agent de sécurité de le contraindre
à faire des déclarations dans le cadre
d'un de ses collègues, ancien prisonnier
politique qui a par la suite été tués dans
des circonstances mystérieuses.
Il a ensuite pris contact avec un groupe
qui tiparea manifeste anticomuniste.Sotia,
a convaincu le Secrétaire du parti, outre
insisté sur le VDS à interneze, c'est la
raison pour laquelle, de sa propre
initiative, a certains internari
psychiatriques.
En 1984, mais est élevée, mais sauvés de
la rue et internés contraignant Hôpital Gh
Marinescu. L'hôpital a une discussion avec
tov. Carolica, premier secrétaire du 3 et,
après quelques violences verbales, elle
349

frappe dans la tête avec un fichier. Aller


plus loin, mais pas trop loin. Il a pris
la rue de trois personnes, battus dans une
bestiale et perchezitie être fait à la
maison. Elle reinternat vigueur au même
hôpital, où massif neuroleptizat (gère est
un mélange de 14 flacons de neuroleptice
simultanément) et est conservée dans un
état permanent de dormir. Il a reçu forcé
et de l'Espagne. Après batailor reçu, le
nez est écrasé, plus tard sur ce lieu
aparand un epitelom. Je appliquer les
dispositions du décret 313, mais on ignore
s'il a jamais été expertizat. Il a été
constaté que fiche d'observation de 1984 a
été remplacé par un autre, avec un autre
diagnostic et d'autres écrit.
Après cette histoire, l'état du patient
est decompenseaza année devrait faire
internari. Diagnostic actuel est
dizarmonica personnalité, mais douloureux
resimte tout cas, tous la brutalité avec
laquelle il a été traité ce qui en fait un
client d'hôpitaux psychiatriques. Il a
activement participé à la révolution, et
le 13 Juin 1990 a été terrible battus par
les mineurs. Elle est maintenant à la
retraite sur le plan médical et présente
régulièrement à l'hôpital psychiatrique,
de sa propre initiative.

41. AT, neurolog médecin de Bucarest,


petite-fille d'un grand personnalités
politiques du passé. Nesansa sont à vivre
à proximité du Palais Hall. Son père était
questeur de police et ancien prisonnier
politique pendant 15 ans. En 1976 un
mémorandum à faire des CC, en demandant
des dommages-intérêts pour les années
350

d'emprisonnement. La seule réponse au


mémorandum a été l'arrestation de sa
fille, A, et le placement ils Balaceanca
Hospital. Je vais céder la place au bout
de deux jours, mais son père va faire un
choc et demeurent physiquement handicapés
toute sa vie.
En 1982, son A.T. insceneaza est un
processus d'évacuation de la maison, mais
a remporté en 1984 le processus. Le 15
Novembre 1984, avant le Congrès, de gros
et de internata Cula Hospital. En 1985, un
vieux, en neindemanatec et provovator,
fait scandale dans la rue, inscenare
mettre à environ sectorist. Dans quelques
jours, sur la base d'un billet écrit par
sectorist part, est à nouveau à Cula
internata, où externata peu de temps.
Un troisième internare est faite pendant
la visite de Gorbatchev en Roumanie en
1987, et de nouveau à Dusa Cula.
Insotitorul son médecin a déclaré:
"lorsque le pied se Gorbatchev échelle
avion, il peut être délivré. J'étais
occupé un diagnostic par un médecin qui
avait été collègue du corps professoral.
Il a par la suite motiver son acte: «Je
n'ai pas à perdre un mon pain."
Elle a été déclarée psychologique normale.

42. SM, mécanicien de locomotive, Rosiorii


de Vede. À l'âge de 15 ans écoute de la
musique facile et commentaires de Free
Europe. Entuziasmat écrire en 1969 cette
station de radio dans laquelle deux
lettres marxista dit que la philosophie
est un mensonge, et le parti communiste
serait identique à la nazi. Peu de temps,
351

est tenue de fournir une déclaration


concernant le vol de livres. Il était en
fait une sonde grafologica. Il a enquêté
sur la sécurité et torturé. Reconnaître
l'innocence de l'écrit, c'est la raison
pour laquelle une de securisti dit,
"garçon, il n'est pas apte à la tête." Il
a immédiatement envoyé à psychiatriques et
il ne s'oppose pas, ni savait quelle est
la signification. À l'Hôpital Gh
Marinescu, et est un examen sommaire. Elle
a tenté de infractiunea de uneltire contre
la sécurité de l'État, sociaux catalogat
ce danger. L'appel est rejeté. Le
diagnostic établi par le comité est
paranoida schizophrénie. Il a
immédiatement à l'hôpital Balaceanca,
internés dans un pavillon spécial, avec
une cour intérieure, déduction faite de
fil ghimpata et paznici. Il vit avec
psihici malades dangereux, en particulier
epileptici.
Ici, il ya aussi un groupe d'étudiants qui
demonstrasera contre le régime en 1968. Je
vais être forcé de guérison neurolepticre
et ES. Parce qu'il est prétendu que
l'hôpital en Europe sans écouter, la CE
condamnée à être immédiatement transféré
au salon de chroniques, est lié à son lit
et fait neuroleptice. En 1971, il
suspendre les mesures de sécurité et
Externat recommandation est d'être
contraints de rendre les traitements
ambulatoiriu. En raison de cette
internari, B.M. Mai n'a pas pu suivre
l'école secondaire de musique à laquelle
aspirent. Il strungari une école et,
ensuite, devenir conducteur de la
locomotive. Tous la sécurité est suivie,
352

et à l'occasion des événements politiques


est envoyé avec la locomotive à de très
grandes distances. Diacicov Commission a
déclaré lui en bonne santé psychologique.

43. M.V., lacatus de Bucarest. Raspandeste


manifeste anti mois d'Avril et Mai 1989.
Il prit et a conduit directement à la
psychiatrie, Hôpital Gh expertizat
Marinescu, où il met paranoida diagnostic
de la schizophrénie. En août 1989, il
hôpital de Poiana Mare, sur la base de son
introduction dans l'art. 114 c.p. Brusc.
dans quelques mois à compter de la
révolution est délivré sans aucune
explication. Elle a déclaré mentalement en
bonne santé.

44. I.M., travailleur de Bucarest. En


1969, laissant le marché avec un Obor
pancarda a écrit que "Ceausescu." Il est
grand, a conduit à Militie et de là
directement à l'hôpital Gh Marinescu,
directeur d'hôpital où «cas particulier»
et «sera maintenu à l'hôpital." Sur la
Militiei sont seulement bloque le trafic.
Je vais faire rapide et de l'expertise est
mise paranoida diagnostic de la
schizophrénie, comme indiqué dans art.114
cp, puis envoyé à l'hôpital de Poiana
Mare. Après la révolution, et il a été
libéré sans explication, et le comité
constate lui mentalement en bonne santé.

45. A.T., tamplar de Bucarest. En 1962, au


cours d'une réunion, d'exprimer leurs
nemultumirea devant payer. Il a demandé à
la partie, l'objet d'une enquête pour la
sécurité et déclaré ennemi du peuple. Je
353

insceneaza est un processus de lutte


contre la propagande, et antisovietica
contre colectivizarii. Après des mois
d'enquête et de la torture est interné à
l'Hôpital Gh Marinescu avec le diagnostic
de délire senzitiv la relation. Je
appliquer les dispositions du décret 12.
Après l'hôpital est toujours suivie par la
sécurité et la élevé à l'occasion des
événements politiques. Après la révolution
est déclaré en bonne santé.

46. G.T., tamplar de Bucarest. À


l'occasion de la visite de Brejnev, en
1976, internés par la force Hôpital Gh
Marinescu de Bucarest pour intentiona
était en tête de la direction du parti et
de l'état pentreu un inmana une lettre. Il
libéré au bout de quelques jours sans
diagnostic ou glisser en forme.

47. F.F., plutonier la milice de Bucarest.


En 1985 visant C.C. plus de lettres que
l'attention de la partie supérieure de
gestion et l'état nemultumirilor et les
lacunes et à l'état d'esprit de la
population (en baisse de l'électricité,
infometare, froid, etc.) En Mai 1986
Malgré pas trimisese lettres est arrêté 10
jours sur le faux motif qu'il ne
remplissait pas les tâches de service. Par
constrangere et d'intimidation, et de
prendre une déclaration en garde à vue,
qui est en fait dans Leçons qui reconnaît
que les graves portées injurii direction
du parti et l'État. Il fait l'objet
d'interrogatoires quotidiens et battre
sauvage. La famille est filata et
cercetata. Bien que l'armée est, il n'est
354

pas laissée de faire rapport sur ses


supérieurs que la situation était. Après
10 jours d'arrestation, il contraint
l'hôpital militaire central, le service
psychiatrique, mais l'hôpital n'est pas
une main sur un acte quelconque. Le 23
Juillet 1986 est le dernier livre par une
fausse déclaration le même jour et est
exclu du Parti. Dès être portées à la
connaissance qu'il a pris sa retraite
médicale. Au cours des trois prochaines
années est toujours l'objet d'enquêtes
médicales, d'apprendre qu'il a reçu un
diagnostic de schizophrénie, mais est
constamment surveillé par les services de
sécurité.
Après 1989, même si elle est déclarée en
bonne santé psychologique, et ne peuvent
réglementer la situation et ne peut être
remis en état dans la ligne
administrative. Je vais dire qu'il n'ya
pas de postes de formation.

48. SI, à Bucarest, vit à proximité du


Palais Hall. Le 8 Février 1989 voit une
militian brutalizand un citoyen, vous ne
pouvez pas lancer un abtine et borcan dans
la rue. Après plusieurs heures, se
présente à un militian qu'il conduit à
près de 3 milice. Après quelques heures de
recherche, au cours de la nuit, il est
allé directement à l'hôpital Cula. Ici se
tient un mois, massif neuroleptizat ne
sait plus ce qu'il est stupefiat. Je
laisse-t-il sans diagnostic et sans
bordereau de bon.

49. T.D. de Bucarest. En 1971, a fondé le


Parti socialiste Tehnocrat. Est dissous en
355

1975, date à laquelle il est arrêté, et


l'un des membres du parti sont internés en
psychiatrie. T.D. est accusé comme étant
le barman, de vendre l'absence gramaj. Il
a tenu un an au siège de la sécurité de
str Rahova, et deux mois à compter de la
question est de nouveau arrêté, présenté à
un tribunal, où le diagnostic doit obtenir
paranoïaque. Chef inexistentei comités
d'expertise, Dr.T., ce qui explique le
diagnostic: "ce qui signifie que vous
voulez que le poste de président de la
Roumanie". Le deuxième jour du processus
est emmené à l'hôpital de Poiana Mare
(dont l'hôpital a écrit frontispiciu la
tuberculose), qui se réunit dizidenti et
d'autres politiques. Hôpital était entouré
de fils ghimpata trois mètres de haut, a
paznicii bâtons en bois, dont la tête sous
forme de furculita. L'un des médecins -
Dr. L - a dit: "Eh bien, les garçons, ce
que vous faites si vous avez mangé le fond
et que vous vouliez changer le monde?
Alors, qui sait quand un départ d'ici? Et
le changement ne pourra jamais changer
quoi que ce soit." En 1978, elle a publié,
mais il ne peut pas trouver un emploi. Il
est toujours à l'ITB, qui parvient à
promouvoir, même dans un travail de
responsabilité. En 1984, écrire des poèmes
contre le régime, qui lui semble la
sécurité. Elle a conduit à psychiatriques
et où il met dizarmonica diagnostic de la
structure de la personnalité, paranoiace
type de personnalité. Il n'est plus envoyé
au goulag système psychiatrique, mais est
condamné à 4 ans d'emprisonnement, comme
toujours isolé dans une cellule.
356

50. O.E., travailleur de Bucarest. En


1979, à 21 ans, est entré S.L.O.M.R. -- Un
commerce clandestin organisé par l'union
V. M. Paraschiv Cana. Il a immédiatement
pris le pouvoir trois semaines et Cula
internés à l'hôpital. Voici les fortes
doses de sédatifs effet neuroleptice et
douloureux. Il Externat sans diagnostic ou
glisser en forme. Il est toujours suivie
par le Conseil de sécurité. Après la
révolution est déclaré en bonne santé.

51. M.M., Bucarest. Retour de la France,


où emigrase en 1980. Il promet increde
ambassade dans des romans, nous veillerons
à ce que la maison et de l'emploi. Le 15
août est à C.C. avec un mémorandum dans
lequel plangea que les promesses ne sont
pas suivies quatre jours est arrêté et
interné à Constanta hôpital psychiatrique
sans diagnostic et sans formes de
l'hôpital.

52. R.I., ingénieur, à Cluj. En 1974,


écrire une lettre de Ceausecu, qu'il
accuse dictatoriala gouvernance du pays.
Il est élevé au travail par les organes de
sécurité de Tg. Jiu, puis internés à
l'hôpital psychiatrique local. Il
neuroleptizat massif, et ils sont ES et
est dans cette situation a conduit à une
expertise qui est déclarée dangereusement
malades mentaux, sont internés dans un
hôpital chroniques, avec le diagnostic de
la schizophrénie paranoida. Reuseste à
s'échapper et à Craiova difuzeaza
centaines de lutte contre le manifeste. Il
prit, reexpertizat à Bucarest et internés
à l'Hôpital Gh Marinescu. Le massif
357

neuroleptizat et l'ES et sont fabriqués


avec toute la force est un insuflatie air
dans le cerveau, inutila manœuvre, mais
très douloureux. Après ces analyses sont
donnés diagnostic de la paranoïa et que le
temps ne sera disponible Securitate. Après
1989, il tente de faire un recours
extraordinaire pour l'annulation
hotararilor tribunal, mais est rejeté
partout. Par conséquent, les adresses de
nombreuses organisations internationales.
Le 24 Mars 1992, Emanuel Valeriu
transmettre une émission de télévision,
dans lequel il est catalogat psychologique
de mauvais, de sorte que, plus tard, nous
allons lire le journal le matin. Ramane et
à l'amour. En outre, Emanuel Valeriu
contact avec lui personnellement et je
propose de donner un jugement dans la
personnalité des dirigeants APLR, et en
échange est d'acheter un bon travail.
"Journaliste" nous insotea sur Emanuel
Valeriu a été reconnu par le patient comme
étant en fait le Dr C. Gorgos, directeur
policlinicii Titan, qui fait des listes de
patients qui avaient internés
psychiatriques avec vigueur au cours des
événements politiques. Ces deux seront
facturés comme si il a provoqué de grands
dégâts à la presse et la télévision.
Prenons l'exemple d'un stigmatizat et je
voudrais être remis en état, le contact
avec psihiatria distrugandu-existence. De
toute évidence, il est déclaré en bonne
santé psychologique.

53. I.A., avocat, à Brasov. Il a été


interné dans plusieurs lignes à l'hôpital
psychiatrique à Brasov et Bucarest, écrit
358

des lettres au Secrétaire général des


Nations unies, qui a affirmé que la
Roumanie ne sont pas respectés les droits
de l'homme. Elle a dû renunte répétées en
raison de violents internari fait à
l'ordre psychiatrique de sécurité.

54. V.N., poète, à Bucarest. Il a critiqué


la sécurité, c'est la raison pour
laquelle, à maintes reprises lignes, il
abusif Hôpital Gh Marinescu. Voici les ES
et neuroleptice massif. Elle est
maintenant émigré aux États-Unis.

55. NP, philologue, rédacteur en chef du


studio de cinéma. Avant 1987 est forcé de
travailler au niveau le plus faible des
travailleurs qualifiés. En 1987,
l'application de l'émigration vers les
États-Unis. Essaye d'entrer l'ambassade,
mais ne parvient pas que de jeter une
lettre dans le jardin. Il arrêté sur place
et envoyé à l'hôpital psychiatrique
Inchisorii de Jilava, où il met le
diagnostic de psihoza paranoida. Après un
mois, la Cour a 1 de la mise en place
obligatoire. Fapta pénales serait
constitué de crime contre la morale et de
troubler l'ordre public. Elle a conduit à
un hôpital psychiatrique de Poiana Mare
Novembre 1987. L'hôpital a un régime
spécial, ainsi séjour, a été autorisée à
avoir des livres. Les médecins lui
proposer externarea, mais la Cour
d'Bailesti rejeter la demande. Mai pas des
exigences hôpital, mais est géré de Poiana
Mare échelle avion, où nous attendons la
migration passeport aux États-Unis et
toute la famille.
359

56. D F.S., conducteur de Ramnicul Valcea.


Dans une crise de colère, de discuter avec
le chef supérieurs et de prestation de
serment Congrès et même N. Ceausescu. Il
arrêté et emmené à l'hôpital psychiatrique
territoire, où il met le diagnostic de
psihopatie polimorfa avec des explosifs
impulsif événements, la maladie qui
nécessitent, en principe discernamantului
ne manquent pas. Je appliquer les
dispositions de l'art. 114 c.p. et il est
envoyé à l'hôpital de Poiana Mare.
Evadeaza au cours de la révolution, ainsi
que cinq autres prisonniers. Bien que
reconnu coupable par un tribunal, alors
personne ne recherchées en Mai et
fonctionner normalement.

57. V.M. de Bucarest. En Juillet 1989


striga en pleine rue: «Je ne font plus
partie de l'Age d'Or! Ceausescu vers le
bas". Il Dusa sur la milice, Batuta
bestiale de plusieurs jeunes qui militieni
mai être grand-mère. Il a ensuite
directement Dusa Hôpital Gh Marinescu, où
cinq semaines et massivement neuroleptice.
Après ce traitement n'est plus en mesure
de prendre la parole et mourut.

58. M.S., ingénieur mécanique, de


Bucarest. En 1952 - 1954 a fondé
l'organisation "Vulturul la montagne" pour
montrer imprastia. L'arrêté, battu et
laissé de graves séquelles. En 1988, il a
été levée du travail par un agent de
sécurité, se sont rendus dans un bâtiment
et sous réserve d'une machine spéciale,
l'opérateur portait des vêtements de
360

protection. Après ce "traitement", a


estimé un effet énorme fatigue et "mélange
d'idées", pas plus en mesure de se
concentrer. Peu à peu était calme et n'a
pas été perturbé par Militie.

59. G.I. de Bucarest. Raspandeste


manifeste dans Piata Unirii. Facuse à
plusieurs reprises sans être détecté. Ce
temps est pris et traduits en quartier
général de la sécurité, puis au
pénitencier de Jilava. Sans autre
formalité est allé l'hôpital de Poiana
Mare. Seulement se rend alors compte qui
aurait été expertizat et il serait
diagnostic de la schizophrénie paranoida
comme discernamantul sont faibles. Mai
savoir qu'il a appliqué les dispositions
de l'article. 114 c.p. Il est délivré avec
une grande vitesse après la révolution,
quand elle a déclaré mentalement normale.

60. D.T., conducteur de Bucarest. Pour la


visite de Gorbatchev est pregatise un
pancarda qui a écrit: "Nous voulons
glasnosti et la perestroïka». N'a pas non
plus arrivés à pancarda dans la rue - une
ascunsese dans la voiture - quand il a été
arrêté, "exprimés" par un collègue. Il a
été emmené directement à l'hôpital et y
sont maintenus Cula chat a eu la visite de
Gorbatchev. Il n'a pas reçu de diagnostic
et de tout glissement en forme.

61. D.E. de Bucarest. Fusionner les CC,


qui veut entrer à l'audience, mais le fait
d'être impiedecata se zgomotos. Il a
immédiatement arrêté, à Dusa polyclinique
Titan et ici, sans être examinés, et ils
361

font le diagnostic de l'épilepsie


atteintes de troubles mentaux. Au motif
qu'il a commis des actes anti comité
policlinicii appliquer le décret 12 et est
en vigueur internata Hôpital Balaceanca.

Les cas
d'abus ou de tenter d'abuser après 1989

62. T.V.R. de Bucarest. En Septembre


1990 pris quelques jours une grève de la
faim pour demander leurs droits. Agresata
la gare de Brasov est une personne qui
smulge sac. Pour sa grande surprise, la
police, mais sur un arrêté et transporté à
un hôpital psychiatrique à Brasov. Ici est
connecté, et ils sont à haute dose
neuroleptice et il est détenu huit jours.
À insistentele et sa mère est externarea
avec le diagnostic de la schizophrénie
paranoida. Le médecin d'entreprise, bien
que n'étant pas un spécialiste, veuillez
envoyer le patient à l'hôpital internare
Gh Marinescu, qui excluent le diagnostic
fait Brasov.

63. PI, est de 1991 grève de la faim en


face du Procureur général, où il est
arrêté et envoyé directement à l'hôpital
Gh Marinescu. Il a été internata, refusant
de médecin de garde.

Tous ces prouver que ne l'ont pas encore


éteint reflexele habitudes et ils ont
acquis le long de certaines ère communiste
"organes". Psihiatria est encore un moyen
de répression et un allié de la police.
Il est vrai que les deux derniers cas se
référer aux événements survenus au cours
362

de 1990 - 1991, mais comme il est vrai que


la nostalgie criptocomunista
officiellement existé jusqu'en 1996. Et
qui peut nous assurer qu'elle a disparu
avec desavarsire?

Bibliographie

1. N. Adler, G.O.W. Muller, M. Azat,


psychiatrie sous la tyrannie - une
Évaluation de la politique de l'abus de la
psychiatrie au cours du Roumain Ceausescu
années, le rapport de mission de
consultation à Genève le nom d'initiative
de la psychiatrie, Juin 7 Juin 12, 1992;
2. Antim C., Psihiatria-boîte de résonance
de l'idéologie officielle, RL 627 / 9
avril 1992;
3. Antim C-guerre psihiatrilor, RL, 628/10
avril 1992;
4. Arun G., Filip Florian - Calaii à
visage humain. Word, 46/11-17 dec.1990;
5. Alexe J Ilie - La vérité sur Cula, de
la Roumanie de travail., 20 Mars 1990;
6. Anghelescu A. -- Antideontologia,
22,8,109, 28 II - 5 III, 1992;
7. Arun G., Domnii de promenade matinale
avec fofarlica, Word, 7, 107
363

, febr.1992;
8. C. Antohi, plus parler, l'agonie
continue, RL, 10 IV 1991;
9. APLR / Serialul mensonges, R.L., 22
Janvier., 1992;
10. D. basque, les Romains sont morts de
peur, Cotidianul, Oct. 8. 1992;
11. A. Baleanu, Pourquoi se trouvent de
nouveau, M. Valeriu?, RL, 2 IV 1992;
12. S Bloch, P. Redaway, l'abus
psychiatrique soviétique, Londres, V.
Gollanc Ltd, 1984;
13. Brown Ch.J., h Lago, La politique de
la psychiatrie dans le révolutionnaire de
Cuba, Freedom House de droit de l'homme,
Washinton, 1991;
14. PM Bacanu, parlementaires refuser la
divulgation de Mischie, RL, 29, dec.1990;
15. PM Bacanu, Chronique parlementaire,
RL, 29 dec.1990;
16. PM Bacanu, Destabilizam, destabilizam,
RL, 11 Juin 1991;
17. Bart A., e-mails provenant de la
Suède, R.L., 11 Novembre. 1990;
19. Balaceanu Stolnici C., la politique
américaine, l'éthique et psihiatria, 22,
22, 15 Juin 1990;
20. A. Buzura, documents vérité, Tribune,
5, Feb 1 1991;
21. Claus-Einar Langen, contre l'abus de
la psychiatrie, Francfurter Algemeine
Zeitung, en Novembre. 12, 1992;
22. M. Cretulescu, Adevarurile d'abus
doivent être portées à la connaissance,
entretien avec André Koppers, Cotidianul,
10 Novembre. 1992;
23. Costian T., l'éthique et bien la
psychiatrie, Time, 41, 20 Octobre. 1992;
24. I. Cucu, Galina Raduleanu, Culisele
364

abus psychiatriques, Cotidianul, le 30


Octobre. 1992;
25. I. Cucu, sociaux Psihiatria Partie I
(1982), Partie II (1983), ed. La lettre,
Bucarest;
26. Cucu I. Psihiatria ne devrait pas être
un cenusareasa, et ce n'est pas le seul
concerne les psychiatres, mais sur nous
tous, dans Interview Flacara, 19, 1248, 10
Mai 1979;
27. Diacicov S., Nebunii n'étaient pas
«fou», l'Univers, 141, Mars 1991;
28. Duica C., Psihiatria politique
dezlantuirea ou la haine? Matin, 34 et 35
de 20-21 febr.1991;
29. A. Dohotaru, Nebunii craindre des
embarcations de sauvetage Flacara, Feb 1
1990;
30. Frank N., Psihiatria lancer en
politique, dans l'URSS et la Roumanie, 90,
avril 7. 1990.
31. Filip S., Abuzurile - une mémoire
amère avec goût. Shop, 55, 23 Mai 1992;
32. Filip Florian, arrêté abusif de
réduire au silence notre parole, du 5 au
11 Février 1991;
33. Flonta M., continent se trouve,
Cotidianul, le 30 Octobre. 1992;
34. Fugariu C., Magnetoencefalograful dans
la sécurité de l'emploi, 1-6 août 1990;
35. Fahi S., entre neuro-psychiatrie et
neuropuscarie, Tinerama, 60, 28 II - 5
III, 1992;
36. Gavriliu L., Goodbye APLR, Time, Jan
15. 1993;
37. Gabriel F., les abus sont toujours en
psihiatria roumain, RL, 1 Mars 1991;
38. M. Galatea, cliniques represiva
hôpital psychiatrique Voila, Flacara, 15,
365

15-21 avril 1992;


39. Geica M., Psihiatria ne devrait pas
remettre en face de la politique,
Cotidianul, 115, 280, avril 16. 1992;
40. Geica M., Psihiatria sous tiranie,
Cotidianul, 125, 1 VII 1992 et 132 en 1992
VII 2;
41. Geica M., psihiatriei sur les victimes
des totalitarismes Cotidianul, 132, 9 VII
1992;
42. F. Gerardi, Psihiatrii contre
psihiatrilor, Gratuit jeunesse, 1990 VII,
169/12, 170/13 VII, 1990, 1990 VII,
174/18, 168/11 VII 1990;
43. J. Geller, Glimps Roumain de la
psychiatrie, Documents, 59, Octobre-
Novembre, 1992;
44. Grosan I. Activistul éternelle,
Ziua.1064/16 Décembre 1997;
45. Hartuny K., Nous sommes les gosts, Die
Zeit, 45, en Octobre. 30, 1992;
46. Ilie I. Les évêques hôpital, les
patients sont actionnaires de infern,
Express, 8, 159, 23 II-1 III, 1993;
47. I. UIT, en Psihiatria des raisons
politiques, Tinerama, 72, 10 à 16 IV 1992;

48. Ierunca V., phénomène Pitesti,


Humanitas., Buc., 1991;
49. A. Koppers, Dictionnaire de biographie
sur le plan politique abus de Psychiatrie
de l'Union soviétique, l'Association
internationale sur l'usage politique de
psychiatrie, Amsterdam, 1990;
50. M. Lazarescu, Destinele psihiatriei
roumain vie médicale, 6, 8, 1990 II 12;
51. Modorgea G., Mistificarea une
histoire, la Roumanie, 4, 23, du 3 au 9
II, 1992;
366

52. M. G. Modorgea. Emanoil Valeriu


campagne de mystification psihiatriei, la
Roumanie, 14, 11 à 17, 1992;
53. T. Okada, la sécurité est active,
roman libre, 78, Juillet-août 1990;
54. Oloieru G., Mémorial de la douleur,
22, 8, 160, 25 II - 5 III, 1992;
55. Appuyez sur la touche A. N., tentative
d'assassinat de Craiova, RL, 615, 24 III
1992;
56. Palade R., Anatomie d'une politique
d'abus, 22, 8, 28 II - 5 III, 1992;
57. Le Piru., Je ne pense pas qu'il soit
poussé ici, Iliescu, Express Store, 6, 80,
12 à 19 II, 1992;
58. V. Paraschiv, roumain intérieur: une
prison psychiatrique Hospitale, Document,
Nov. 7. 1991;
59. M. Christie, Fortul 13, ed. Meridiane,
Buc., 1991;
60. R. Palade, Discernamantul shirt en
vigueur, 22, 22/l5 IV, 1990;
61. Pat G., est appelé l'enfer Poiana
Mare, Zig-Zag, 7-13 août 1990;
62. E. Popescu, Nicolae Entrevue avec
Radu, NO, 21,15 à 22 VIII 1990;
63. R. Palade, pour couvrir les patients
et les médecins avec la terre avec du
papier, 22, 22, 15 VI 1990;
64. Retezeanu A., Le comité de recherche
signaler un abus psihiatriei totalitaire,
Cotidianul, Oct. 30., 1992;
65. Romila A., une dimension sociale
spécialités, 22, 22, 15 VI 1990
66. Romila A., La relation entre la
psychiatrie et la moralité, Cotidianul, le
30 Octobre. 1992;
67. M. Radulescu, un tunnel à la lumière,
littéraire et artistique vérité, 108, 15
367

III 1992;
68. Ruha R., S., BBC dénoncer les abus
psychiatriques de Roumanie, Tinerama, 53,
15 à 21 1991;
69. I. Rosoga, j'ai été promis d'emplois
si nous donner de jugement sur M. Romila,
NO, 72 - 7 - 13 III 1992;
70. Dan Stanca, Comment allez-TV, Free la
jeunesse, de 617, 18 III 1992;
71. Dan Stanca, Psihiatria est une
composante de la civilisation, libre la
jeunesse, de 676, 11 VI 1992;
72. Dan Stanca, Psihiatria et de la
politique, la jeunesse libre, 610, 7 III,
1992;
73. Stanescu C, "Nebunii" sont à nouveau
parmi nous, ITV, 6024, 4 III, 1992;
74. S. Sandulescu, Adevaratele fille Doru
Viorel Ursu, de la justice, 21 XII 1990;
75. M. Stanca, interview-et-psihiatria
événements, RL, 1991 III 1;
76. Tane L., Mystère de la rue Ernest
Brosteanu, RL, 13 XI 1992;
77. D. Tiron, les dossiers psychiatriques
d'abus, de la jeunesse librement? 37, 1992
II 25;
78. Toma F., L. Vasilescu, je pense que je
peux seulement dire, Cotidianul, 53 à 18
III 1992;
79. Tuculescu, Extrait d'une lettre à M.
Weinberger, Documents, 62, Avril, 1993;
80. Tuculescu V., sous la rubrique
«Patients reconnaissants, Alliance
Civique, du 6 au 9 VII 1991;
81. Tuculescu V., un psychiatre exiger la
protection de la police, la jeunesse
libre, 664, 26 Mai 1992;
82. Tuculescu V., aservire tentative de
politique psihiatriei, RL, 347, 1 II,
368

1991;
83. Tuculescu V., Psihiatria roumain, une
des critiques, Cotidianul, le 30 Octobre.
1992;
84. Toculescu V., psychiatrie - un
serviteur de la politique, Documents, 56,
juin 1992;
85. Tuculescu V., F. Galdau, la santé
mentale dans le monde contemporain, Ed.
Medical, Buc., 1986;
86. Toculescu V., compétence morale, 22,
15 VI 1990;
87. I. Vianu, psychiatrique des pratiques
abusives, Flacara, du 11 au 14 III 1990;
88. I. Vianu, la reconnaissance politique
de l'abus psychiatrique, Cotidianul, 18
II, 1992;
89. I. Vianu, Psihiatria preuve et le
déni, 22, 34 à 7 Septembre. 1990;
90. I. Vianu, les conclusions de travail
sur l'abus et psihiatriei psychiatrique,
un avis médical, du 9 au 28 XI 1990;
91. I. Vianu, les droits de l'homme comme
un moyen thérapeutique avis médical, 9-28
XI, 1990;
92. I. Vianu, 5 Les réformes de
psihiatriei reomanesti, de la vie
médicale, 46,15 XI, 1991;
93. R. Van Voren, Koryagin, un homme qui
luttent pour la dignité humaine, Second
World Press, Amsterdam, 1987;
94. Valeriu A., Pourquoi tac psychiatres,
la vie médicale, du 8 au 21 II, 1990;
95. V. Zamfirescu, agresorului
Identification, Cotidianul, 30 oct.1992;
369

SOMMAIRE
1.Cuvant avant. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . .
Pag.4
2. Vladimir Bukovski "Et le vent tombe"
fragments. . . . . . . 6
3. Introduction. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . 8
CHAPITRE I
Fundamentarea idéologique politique abus
psychiatriques. . . . 12
1. L'abus psychiatrique: premize
théorique. . . . . . . . . . . . .. . . .
. . .13
2. "Nouveau Morala" et les relations de
droit socialiste. . . . . . . . . . . 14
a.Ingineria sociale communiste. . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . .16
b.Institutionalizarea vie de mensonges et
de double
norme. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . .17
c.Psihiatria-servitoarea idéologie et le
système
totalitaire communiste. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
CHAPITRE II
Modèles idéologiques politiques abus de la
psychiatrie po . . . . . . .22
a.Modelul biologiques ou médicales. . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . 22
b.Modelul carceral institution de
traitement. . . . . . . 26
Psihiatriei besoin social. . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . .29
Relations psychiatriques moralité. . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . 33
370

CHAPITRE III
Résistance et dizidenta psihiatrilor
Roumains. . . . . . . . . . . . . . . .35
1.Continuitate et les limites dizidentei
psihiatrilor
Roumains. . . . . . . . . . . . ... . . .
. . . . . .. . . . . . .. . . . . . . . .
. . . 36
2. Evolution dizidentei en psychiatrie. .
. . . . . . . . . . . . . . . . . .39
a.Etapa proletcultista. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . .40
b.Etapa ideologizarii et sovietizarii en
profondeur;
Conceptualizarea "scientifique"
psihiatriei abuzive42
c.Etapa dizidentei et opposition ouverte.
. . . . . . 44
-- Dizidenta neorganizata. . . . . . . . .
. . . . . .. . . 46
I.-Dizidenta l 'Vianu. . . . . . . . . . .
. . . . . . . .46
-- Ministère de la Fonction Defectiunea
santé. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . 47
Dizidenta organisé. . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . 49
Anti-Ligue des psihiatrilor. . . . . . .
.49
d.Etapa criptocomunista. . . . . . . . . .
…. . .. . . . . . . . . 51
3.Dificila confrontation avec le passé. .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . 51 ..
4.Perspectivele psihiatriei roumain
postcomuniste .. . . . 53 ..
-- La lutte pour le pouvoir acerba
ancienne nomenclature .. . . .53
-- Soutien des fonctionnaires, en
particulier le Ministère de la Santé
371

pour l'ex-nomenklatura. . . . . . . . . .
. . .54
-- Formation Psihiatrilor libre
association. . . . . . . 55
CHAPITRE IV
Problèmes psihiatriei roumain
posttotalitare. . . . . . . . . .57
1.Abuzul avalanche de politique desvaluiri
postrevolutionare .. 60
a.Un événement tragique. . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . 64
b.Un cas de duplicitatii. . . . . . . . .
. . . . . . . . . . 65
. 2.Abuzul psychiatriques desvaluirile-sur
la situation
psihiatriei roumain nostalgie totalitaire.
. . . . . . . 69
a.Situatia les hôpitaux psychiatriques;
desvaluiri
postrevolutionare. . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . .70
b.Atacul comando de securisto-
psychiatrique. . . 72
c.Reactiile public, la presse. . . . . . .
. . . 75
3.Reforma en psychiatrie ne signifie pas
antipsihiatrie. . . 78
CHAPITRE V
Abuzurile psihiatriei politique Roumanie
L'étude concrète
La vulnérabilité psihiatriei roumain. . .
. . . . . . . . . . . . . . .82
1.Practica politique abus psychiatriques.
. . . . . . . . . . . 82
a.Scurt histoire de l'abus psychiatriques
aux États-Unis et Novembre
b.Rolul psihiatrului à des abus. . . . . .
. . . . . . . . . . . . 83
c.Amploarea et les formes d'abus. . . . .
372

. . . . . . . . . 86
2.Prelucrarea textes étudiés. . . . . . .
. . . . . . . . . 87
a.Internarea abus. . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . 87
b.Evenimentele qui a conduit au placement.
.88
c.Lungimea internarii. . . . . . . . . . .
. . . . . . . . 89
d.Locul et conditions dtentie (internare).
. . . 90
e.Diagnosticul. . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . 91
f.Abuzul thérapie electroconvulsivaNta. .
. . 93
g.Abuzul de neuroleptice. . . . . . . . .
. . . . . . . . . 93
3.Incalcarea les droits des patients. . .
. . . . . . . . . . . 94
4.Abuzul comme une forme de torture. . . .
. . . . . . . . .. . . . . . . . 96
ANNEXE I
Présentation cazuisticii. . . .. . . . . .
. . . . . . . . . . . .. . . . . . . .97
BIBLIOGRAPHIE. . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . .111
SOMMAIRE. . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . 114