Introduction

:
Le phénomène de l’acquisition et de la fusion d’entreprise fait partie de notre quotidien. D’ailleurs depuis nombreuses années, il est largement reconnu que les transactions d’acquisition et de fusions d’entreprises font partie inhérente du contexte socio-économique.

1. Fusion-acquisition 1.1. Définition : L’expression fusion-acquisition recouvre les différents aspects du rachat d'une entreprise par un acteur économique, généralement une autre entreprise, dans les domaines de finance d'entreprise et de gestion d'opérations financières. L'entreprise acquise peut conserver son intégrité, ou bien être fusionnée à l'entreprise acquérante. Les fusions-acquisitions qui se font au niveau international sont regroupées sous le sigle FAT (fusions-acquisitions transnationales) Dans le cas de l’acquisition, une entreprise veut s’assurer le droit d’exercer le pouvoir sur une autre entreprise, qu’il s’agisse d’une entreprise individuelle, d’une société de personnes ou d’une société par action, en acquérant la totalité ou une partie de son capital social. Par la suite l’acquéreur pourra intégrer, à des degrés divers, l’entreprise acquise à ses activités. Dans le cas de la fusion, deux ou plusieurs entreprises veulent réunir leur patrimoine, mettre en commun leurs activités et former une nouvelle société, sur une base égalitaire ou proportionnelle. 1.2. Formes de regroupement :

Cette figure peut illustrer ces deux formes de regroupement : Formes de regroupement
Entreprise A Acquisition + Entreprise B = Entreprise (A incluantB)

Type de fusions-acquisitions : On distingue 3 types de fusions-acquisitions en fonction des motifs qui les justifient.3.Entreprise A Fusion + Entreprise B = Entreprise C (ou A et B des partenaires) 1. L'une des principales raisons d'être des conglomérats est la diversification : en se diversifiant dans des activités différemment affectées par la conjoncture économique. Exemple : fusion de Peugeot Citroën ou Daimler   Concentration verticale (rachat de clients et/ou de fournisseurs) elle réunit des activités situes le long de la filière de la production.  Lorsque les motifs sont essentiellement stratégiques et/ou productifs on parle de :  Concentration horizontale (rachat de concurrents sur le même marché) elle réuni des activités situé au même stade de la filière de la production. agglomération d'activités pas forcément cohérentes d'un point de vue productif). les groupes . Exemple : la fusion verticale est une procédure typique de la filière pétrolière ou les raffineurs contrôlent leur propre réseau de distribution d’essence  Concentration conglomérale : Les groupes d'entreprises qui se forment sur la base de considérations financières sont souvent dénommés "conglomérats" (i. On parle alors de croissance externe à l’opposé d’une croissance organique (ou croissance interne) faite par l’augmentation du chiffre d’affaires sur un même périmètre de sociétés. Croissance externe : Les fusions et acquisition sont un outil utilisé par les entreprises dans le but d’accroître leurs activités économiques et d’augmenter leur profit. 2.e. Celles qui visent un but économique : l'intégration verticale et l'intégration horizontale et celles qui conduisent à des conglomérats visant une simple logique de portefeuille.

C'est pourquoi une bonne compréhension des difficultés et des opportunités liées aux rapprochements entre firmes transnationales est essentielle pour bien appréhender la plupart des fusions et acquisitions. Or. Une stratégie de réponse à l’innovation : L’innovation est une nécessité vitale pour toutes les entreprises en situation de concurrence globalisée. Il s'agit du type le plus connu et le plus médiatique. Ainsi. face à cet impératif. Remarque : Les fusions et acquisitions d'entreprises peuvent se faire sur le marché public. la création constante d’innovation. de gré à gré. dans une économie changeante. L'essentiel du volume des transactions se font sur un marché privé. la croissance rapide des connaissances techniques et les incertitudes liées au changement technologique rendent difficile et complexe. d’innover en permanence. compétences clés permettant de développer de nouvelles technologies…). les fusionsacquisitions se présentent comme une stratégie de réponse à l’innovation. Le rapprochement entre deux sociétés est censé favoriser l’acquisition et l’appropriation de nouveaux actifs incorporels (nouveau savoir faire. En effet. le risque d'être lourdement affectés par la conjoncture. 3. Toutefois cela est à nuancer par l'importance croissante des transactions de capital-investissement. c'est-à-dire la bourse. même pour les grandes sociétés. Ces dernières doivent donc maîtriser et développer de nouvelles technologies afin de rester compétitives. Comment réussir une fusion-acquisition Le respect d'une logique stratégique et la poursuite d'un véritable effort d'intégration sont essentiels pour assurer le succès des fusions et acquisitions transnationales. il est difficile. 4. ainsi que toute stratégie mondiale d'entreprise.financiers réduisent la variabilité de leurs performances. et concerne essentiellement des valeurs bien moindres que lors d'opérations boursières. Dès lors. la mise en commun de compétences .

une entreprise peut être en effet très bien établie sur certains marchés où elle possède un puissant réseau de distribution. 5. En additionnant les deux parties. ce motif est de plus en plus évoqué par les grandes sociétés technologiques. Ceci en rapprochant les meilleures pratiques de chacune des parties. . Le rachat d’un concurrent lui permettra d’y vendre de nouveaux produits là où le concurrent ne disposait peut-être pas d'une force de vente suffisante. la trésorerie excédentaire peut être utilisée pour acheter de nouvelles activités plutôt que rendre cette trésorerie aux actionnaires par dividendes ou rachats d'actions. Synergies de recettes : Par exemple. d'actifs immobiliers et de ressources humaines sont souvent identifiés. tels que :      Economie d'échelles : Regrouper la force de frappe de deux entreprises permet d'acheter moins cher grâce à des remises sur les volumes. pour justifier le recours à des opérations de fusions ou d’acquisitions avec de petites sociétés.technologiques peut se présenter comme une condition préalable importante à une innovation réussie. Il est donc désormais plus important lors d’une fusion. Concrètement. Avantages d’une fusion-acquisition : Décider d'un rapprochement d'entreprises ou d'un rachat d'actifs peut être lié à des facteurs différents.   Utilisation de sa trésorerie : Lorsque des entreprises sont des marchés matures et rentables mais pour lesquels il existe peu d'occasions de développement et d'investissement. au moins à moyen terme. l'acquéreur paiera un impôt moins lourd sur ces bénéfices Réduire la concurrence: Moins de concurrents entraîne moins de compétition sur les prix et donc promet d'un meilleur chiffre d'affaires. Enfin. la somme des deux parties permet d'aligner les conditions tarifaires au moins cher. souvent multiples. de mettre en commun les technologies et savoir-faire que les usines ou les bâtiments ou que d’édifier de nouvelles constructions. des doublons d'outils de production. De même. Raisons fiscales : Une entreprise disposant de crédit d’impôts importants est une cible intéressante pour une entreprise fortement bénéficiaire. Economie d'intégration verticale : Avoir une plus grande partie de la chaîne de production permet de mieux contrôler l'accès aux matières premières en amont ou au client final en aval et donc notamment contrôler les marges afférentes. Eliminer les inefficiences.

Coût social : Du fait des synergies mises en place via restructurations. . La raison sous-jacente le plus souvent évoqué étant que les investisseurs estiment plus pertinent de diversifier eux mêmes leurs investissements. . Se diversifier 6. . il arrive que le résultat d’un regroupement n’obtienne pas le résultat escomptés. voire contestables :    Créer des empires Satisfaction de l'ego des dirigeants. on peut alors avoir 1+1 < (inférieur à) 2. une mauvaise gestion d’une offre hostile (la proie se sentant humiliée) ou une mésentente des dirigeants.Dissimulation d'un manque de stratégie : Les fusions-acquisitions peuvent également cacher un manque de vision ou de croissance interne d’une entreprise. Les raisons de ces échecs sont le plus souvent des cultures d’entreprise trop différentes. car ont pour but de créer de la valeur financière. .Destruction de valeur : 1+1 = 3 ? Alors que les fusions ont pour but de créer de la valeur supplémentaire à l’addition simple de deux sociétés (1+1=3). D'autres raisons sont moins évidentes.Toutes les raisons citées au-dessus sont considérées par la théorie financière comme des raisons valables.Création de mastodontes : Les regroupements d’entreprises peuvent également mener à la création de géants incontrôlables. . tentant de le dissimuler par une fuite en avant dans une politique expansionniste. inconvénients des fusions-acquisitions : .Création de conglomérats : les investisseurs ne se fient pas beaucoup aux groupes trop diversifiés.

html .fr/economie/593-fusions-acquisitions-retour-en-force.wikipedia.aesplus.org/wiki/Fusion-acquisition http://www.html http://fr.lesechos. Bibliographie : http://www.htm http://www.netpme. la fusion-acquisition constitue un phénomène important pour le croissance et le développement de toute entreprise à condition d’avoir la même culture.Conclusion : Comme on a constaté précédemment.net/Fusion-acquisition.fr/formations/entreprise_globale/articles/article_4_3.