La famille chinoise de Mongolie intérieure demande un hébergement express et le droit de vivre en France.

Baatar BAASAN et Tuul ANTYEI sont arrivés en France le 13/06/2009. Le père de « Ba » avait été emprisonné, accusé à tort d'être un espion à la solde de la République de Mongolie et est mort en prison. Sa mère, avant de se suicider, l'avait confié à l'âge de 6 ans, à un homme qui le maltraitera durant des années. A 18 ans il s'enfuira de chez son « père adoptif» et rencontrera

« Tuul » 6f12002. Un enfant naîtra en 2004 (BAASAN Nomin née en Chine le 22/12/2004).
C'était une période heureuse. En décembre 2008, son père adoptif sera tué et le meurtre lui sera attribué par le frère. « Ba » sera agressé, blessé grièvement au couteau et menacé de mort; la maison du couple sera brûlée. « Ba », portera plainte à la police et sera emprisonné 3 jours, maltraité pour lui faire avouer ce meurtre. Il sera libéré par corruption, sera encore agressé en mars, se cachera jusqu'à leur départ de Chine le 27 mars 2009. Ils sont partis sans leur fille, le passeur ne voulant pas d'enfant. Tuul était enceinte de 3 mois et fera une fausse couche pendant ce long voyage qui durera 2 mois et demi. En arrivant en France, ils ont demandé l'asile, leur demande sera rejetée le 31/0512010 par l'OFPRA. (A l'entretien OFPRA, l'Officier étaj!..d'origine chinoise et pensait que ce n'était pas possible que ça se soit passé comme « Ba» le disait et n'a pas enregistré une partie de ses dires !)

Ils feront un recours auprès de la CNDA, qui sera rejeté le 17/11/2011. Le 3 janvier 2012, alors que le couple informait la préfecture de leur intention de demander un réexamen de leur demande d'asile, le Préfet de l'Eure les informait le 6 janvier d'un refus de séjour, d'une obligation à quitter le territoire dans le délai de 1 mois à destination de la Chine et d'une interdiction de retour en France. La famille Baasan-Antyei ont fait un recours contre ces décisions, au Tribunal Administratif de Rouen. L'audience est fixée au 5 avril. Ils sont défendus par Nicolas Rouly du cabinet Eden Avocats. A leur arrivée en France ils ont été hébergés à Rennes pendant 2 mois par le 115 puis envoyés dans un centre ADOMA à Vernon de septembre 2009 à décembre ~011. C'est là que naîtront leurs 2 filles: BAASAN Nomingoo née à Vernon le 07/03/2010 et BAASAN Margad née à Vernon le 15/06/2011. Pendant leur séjour, ils seront victimes d'un incendie volontaire de la poussette double des petites et seront évacués par les pompiers. Tuul a porté plainte et les parents sont convoqués au Tribunal de Grande Instance le 10 mai 2012 en tant que victime. A partir de janvier 2012, ils seront « à la rue ». Le 115, sollicité tous les jours, ne les prendra pas en charge sauf pendant les quelques j ours de grand froid. Des travailleurs sociaux ont pu constater que les parents s'occupaient bien de leurs enfants et que cela ne nécessitait pas un placement forcé des enfants. Actuellement, la famille vit dans le squatt (sans eau courante, sans électricité) de KURT, SDF au grand cœur et bel esprit, qui ne supporte pas de laisser un jeune couple et 2 petits enfants à la rue ! Kurt se bat pour faire connaître cette situation de « délaissés ». Nous soutenons la famille dans leur demande d'un hébergement digne et dans leurs démarches pour pouvoir rester en France.