Chapitre changement et solidarités sociales

Notions du référentiel :lien social, intégration, Individualisme ,universalisme/communautarisme/ corporatisme

Fiche 2 – La cohésion sociale en crise ?
Comme à la fin du 19ème siècle, quand Durkheim écrit la « division du travail social »notre société est confrontée à la question de la cohésion sociale. Après avoir présenté l’analyse du précurseur Durkheim, et ses principaux apports, nous nous intéresserons à la crise du lien social aujourd’hui. Les institutions traditionnellement créatrices de lien social (famille, religion, syndicat) comme les outils (le travail) connaissent actuellement de profonds bouleversements dans la société française (et plus largement dans l’ensemble des sociétés industrielles). Ces mutations ne mettent-elles pas en péril la cohésion sociale en affaiblissant voire en brisant les liens qui unissent les membres d’une société.

Partie 1 – Le travail condition nécessaire et suffisante pour créer du lien social ?
I. Le développement du chômage peut créer une perte de lien social

A. Le chômage crée l’exclusion
A Gorz écrit : « le travail désigne aujourd’hui cette activité fonctionnellement spécialisée et rémunérée en raison de son utilité au système social. Aussi longtemps que le fonctionnement du système social, sa production et reproduction exigeront du travail humain, le travail, si réduit que soit le temps qu’il occupe dans la vie de chacun, sera indispensable à la pleine citoyenneté » .Les individus qui sont privés d’emploi ne peuvent participer à la production de la société et par cette participation ne peuvent « acquérir sur la société des droits et des pouvoirs ». En effet, comme le dit D.Schnapper , nos sociétés sont fondées sur la production et la consommation . Or la production nécessite du travail, nos sociétés sont donc basées sur le travail. Ceci va générer un cercle vicieux qui va renforcer l’exclusion du chômeur.

B. Le cercle vicieux du chômage
« si le pire survient et que l’on connaît une longue période de chômage, alors se manifeste la crise du sens dans toute son ampleur: le chômeur, déjà exclu du cercle professionnel, s’exclut progressivement de ces autres sphères de sens que sont les relations amicales, les projets, les loisirs, et ne peut même plus s’évader dans la consommation. Surtout plus le temps passe, et plus il perd à ses yeux sa valeur personnelle, plus se brouille la direction de sa propre vie »; l’individu perd ses relations sociales et le risque s’accroît que l’individu tombe dans ce que R Castel a appelé : « la zone de désafilliation (qui) conjugue l’absence de travail et l’isolement social » .Il est donc nécessaire face à ce risque d’essayer de réinsérer les individus dans la société , en leur donnant les moyens financiers qui leur permettront de ne pas tomber dans le dénuement , mais aussi en leur proposant des stages de réinsertion qui faciliteront le retour sur le marché du travail . C’était tout l’objectif du RMI. Pour plus d’informations : ici un entretien avec D.Schnapper sur Melchior:ici

La vie des idées: Les impensés du travail

II.

Mais ce n’est pas automatique

A. Le travail n’a pas pour objectif de créer du lien social
Le travail n’a pas été inventé dans le but de voir des individus rassemblés réaliser une oeuvre commune. Dès lors, le travail est, certes, un moyen d’apprendre la vie en société, de se rencontrer, de se sociabiliser, voire d’être socialement utile, mais il l’est de manière dérivée ». En effet le but du travail, en particulier dans l’analyse libérale, est de satisfaire ses besoins matériels, non pas de générer une relation sociale.

B. Le travail peut ne pas créer du lien social
On voit bien que le travail n’est pas capable d’assurer du lien social, puisque c’est la crise du travail qui est à l’origine de l’exclusion comme le constate R Castel: « quel peut être le destin social d’un jeune homme ou d’une jeune femme - ces cas commencent à se présenter - qui après quelques années de galère devient Rmiste à 25 ans ». La question est d’autant plus grave

que les capacités d’exclusion du marché du travail semblent se concentrer sur les populations défavorisées. On peut ici opposer deux modèles: – durant les 30 glorieuses les populations non qualifiées issues de l’exode rural ou de l’immigration ont pu obtenir un emploi, car dans le cadre du fordisme les entreprises avaient besoin de salariés solides physiquement pour travailler à la chaîne , c’était alors la seule qualité qu’on leur demandait . Ces populations ont pu s’intégrer au mode de vie dominant par les augmentations de salaire qui leur ont permis d’acquérir les biens typiques de l’american way of life , ce qui leur a permis de fournir des débouchés aux entreprises qui ont pu embaucher. On avait alors un cercle vertueux de l’intégration par le travail. – Au contraire aujourd’hui les qualités requises par les entreprises ont beaucoup évolué « connaissances et savoir-faire spécialisé sont, certes, plus que jamais nécessaires pour occuper certains emplois, mais en règle générale, cela ne suffit plus: la valorisation de la compétence technique suppose une capacité de mise en situation , des compétences sociales telles que le langage, la flexibilité comportementale, l’intuition stratégique , tout ce qui permet d’agir au sein d’un système social différencié, de participer à des activités collectives nécessitant des formes élaborées de coopération . (...) Or les compétences sociales sont, par nature, plus difficiles à identifier et à évaluer et pratiquement impossibles à formaliser dans des diplômes ou des qualification reconnues ». Dès lors, le marché du travail devient beaucoup plus sélectif, et les populations défavorisées qui présentent mal, qui ont un langage moins recherché, risque d’être exclues du marché du travail , ce qui renforcera le risque d’exclusion sociale . On assiste alors à un cercle vicieux : plus l’individu est intégré à la société, appartient à une catégorie favorisée plus ses chances d’obtenir un emploi seront élevées, et inversement. Quand le marché du travail devient demandeur, la file d’attente pour trouver du travail s’allonge, et les entreprises sélectionnent les individus qui sont les plus conformes à leur souhait. Si les catégories défavorisées ont une telle probabilité d’être au chômage c’est que la file d’attente est longue, et que leur espoir de retrouver un emploi demeure réduit tant que ceux qui sont devant dans la file d’attente n’ont pas retrouvé un emploi. Pour plus de développement :ici

Un entretien avec D.Méda: "Vivre le travail autrement", entretien avec Dominique Méda Un travail du cnamMeda D. "Le travail, une valeur en voie de disparition" Le travail a-t-il toujours la cote ? - Le journal du CNRS – CNRS

Partie 2- La famille : un groupe régulateur en crise ou en adaptation continuelle ?
Pour un texte de Martine Segalen , spécialiste de la famille ici Le discours sur la famille mêle sans toujours s’en rendre compte les paradoxes et les contradictions : • d’un premier point de vue qui remonte au début de la révolution industrielle la famille est en crise , elle s’est coupée de la communauté, elle a perdu la majorité de ses fonctions, elle s’est donc appauvrie. Dés lors cela peut déboucher sur deux discours contradictoires : - selon certains elle ne sert plus à rien, elle est condamnée à disparaître sous sa forme actuelle, il faut réinventer une famille différente. Au contraire selon d’autres il faut revenir au modèle familial traditionnel (lequel ? ) car la famille est la cellule de base de la société ; la crise de la famille équivaut alors à la crise de la société.

d’un second point de vue la famille demeure aujourd’hui le seul point d’ancrage d’une société en crise . Les individus investissent énormément dans la famille : Selon un sondage la croix la famille est la valeur la plus importante (58 % des personnes interrogées loin devant l’argent (6 %) la réussite (5 %). Selon P Broussard (le monde du 25 09 1994) : « Les adolescents ces 6 millions de 13 - 20 ans dont on prétend qu’ils ne croient plus en rien, considèrent bien la famille comme le plus sûr des refuges, contre les bourrasques de l’époque. Par gros temps, elle demeure le seul point d’ancrage qui vaille, un îlot d’affection et de sécurité .

I.

La famille en crise

A. Constat
Constat : Comme l’indique F Aballea Jusqu’aux années 70 un modèle caractérise les sociétés industrielles: • jeune âge au mariage des conjoints (24,5 pour les hommes en 72) • nombre d’enfants assurant le renouvellement des générations (supérieur à 2.1 enfants par femme) • taux de divorces faibles.

Une remise en cause de la norme traditionnelle ? : Par rapport à ce modèle familial considéré comme la norme, la maternité solitaire, le concubinage, le divorce sont considérés comme déviants. D’ailleurs les politiques d’aide aux familles au logement ont été conçues par rapport à ce modèle. • Mais à partir des années 70 tous les pays européens quelque soit leur culture, leur tradition, leur religion connaissent une rupture. Le modèle dominant semble alors entrer en crise: Pour les chiffres : ici Conclusion : Le cercle des familles se rétrécit, et l’instabilité des couples atomise de plus en plus de foyers •

B. Les déterminants
On peut donc selon de nombreux auteurs parler de crise de la famille, elle résulte de déterminants divers mais convergents : • Cette crise de la famille semble s’inscrire dans un mouvement général de sécularisation et de privatisation de la vie conjugale et de dénégation de la légitimité de toute autorité à légiférer en matière de rapports personnels. • elle est en cohérence avec l’état d’une société caractérisée par le salariat, donc la perte de fonctions économiques et patrimoniales de la famille (cf. la thèse de Talcott Parsons). • Elle résulte aussi de la perte d’influence de la famille dans les processus de socialisation des enfants avec le développement du système éducatif. • Elle reflète enfin la montée de l’individualisme, l’exacerbation de l’autonomie des personnes et de l’égalité des sexes, la contestation de l’autorité. Mais cette crise de la famille n’est pas sans avoir des effets sur l’intégration des individus dans la société.

C. Les répercussions sur l’intégration des individus
1. L’analyse durkheimienne

On peut reprendre l’analyse de Durkheim dans laquelle la famille occupe une place essentielle dans le processus d’intégration des individus dans la société. Le concept d'intégration va servir de fil directeur à l'explication de ces résultais, et la famille va fournir à Durkheim le modèle réduit de la société. La famille protège du suicide, puisque les gens mariés se suicident moins que les personnes seules, célibataires. veuves ou divorcées. Mais le lien lui même entre un homme et une femme n’est pas l'essentiel. Tout tient à la taille de la famille, comme le montre un dossier copieux de statistiques complémentaires. Famille nombreuse, famille solide, famille solidaire, famille cohérente, voilà le noyau de l'intuition durkheimienne : la famille relie fortement les uns aux autres les individus qui la composent. Elle les intègre, et, du même coup, les protège. L'intégration est une fonction fondamentale, au sens biologique de ce terme. Une société, et il peut s'agir pour Durkheim aussi bien d'une famille, d'une nation, d'une religion, d'un village, n'existe que dans la mesure où elle maintien: son unité contre les différences .individuelles. Et une société protège d'autant plus du suicide qu’elle est plus cohérente SOURCE : C Baudelot et R Establet, le suicide , l’évolution d’un fait social, économie et statistiques , 1984. Pour étudier l’analyse durkheimienne : ici Introduction à la sociologie de la famille.» • Le texte de Durkheim en format Word 2001 à télécharger • Le texte de Durkheim en format PDF (Acrobat Reader) à télécharger

2. rupture du lien familial et exclusion .
Comme l’indique C Martin dans « l’exclusion : l’état des savoirs » : « la rupture familiale contribue au risque d’exclusion : • non seulement du fait de l’appauvrissement qu’elle engendre, • 0mais plus fondamentalement encore du fait de l’isolement, de la perte de sociabilité, de soutien et d’intégration qu’elle provoque. • Ne pas appartenir à un tissu de relations familiales, à un réseau de sociabilité et de solidarité privée est ainsi construit comme un risque : un risque solitude en quelque sorte ». Constat : Ce risque solitude s’accroît : • avec l’âge, • avec l’insuffisance des moyens matériels (un tiers des familles monoparentales font l’objet de mesures de revenu minimum, elles représentent 8 % de la population mais 20 % des bénéficiaires du RMI, les personnes seules représentant quant à elles 60 % des bénéficiaires), • avec la perte du réseau familial Conclusion : il joue donc comme un cumul de handicaps. INSEE Première: les familles monoparentales, des difficultés à travailler et à se loger

La vie des idées Le déclin du mariage, un problème social ?

II.

Une crise à relativiser

La crise de la famille qui fait aujourd’hui les gros titres des journaux en particulier en raison de la démission des parents qui serait à l’origine de la violence des jeunes doit être relativisée. En effet : • le réseau d’entraide familial n’a jamais été aussi vivace, • les processus de déstructuration des familles sont accompagnés de processus de recomposition, • enfin le célibat, la famille monoparentale peut résulter d’un choix qui ne se traduit pas toujours par une perte du lien social.

A. Un réseau familial bien vivant
Contrairement à ce qu’affirmait Parsons en 1955 : • l’évolution économique n’a pas fait disparaître la famille élargie en l’isolant de son réseau de parenté. • Bien au contraire il semble que la solidarité familiale joue à plein en temps de crise : - une personne de plus de 60 ans sur trois aide financièrement son entourage familial. - Les grands-parents assurent ainsi une fonction redistributrice, et se substitue à la défaillance des mécanismes de protection sociale. - Les grands-parents se consacrent aussi à la garde des petits enfants (un tiers des enfants de moins de trois ans sont gardées par les grands-parents) . - Le réseau de parenté constitue donc un groupe intermédiaire qui a 2 fonctions essentielles : une fonction de protection : la parenté protège l’individu contre les risques de la vie sociale, en apportant une aide financière, une disponibilité en temps une fonction d’insertion dans laquelle la parenté se mobilise en faisant jouer son capital relationnel afin d’insérer l’individu dans l’environnement social en lui trouvant un travail, un logement On assiste à : • un développement de ces solidarités familiales depuis le début des années 80, avec la crise de l’Etat-Providence qui a tendance aujourd’hui à désinvestir le social en se reposant sur les solidarités familiales. • Mais cette évolution n’est pas sans risques : - En effet, on constate que plus le niveau de vie est élevé, plus les aides à la parenté sont variées et fréquentes. - On risque donc d’observer un accroissement des inégalités si l’Etat se désinvestit trop ; les familles les plus fragiles (ouvriers , employés ) ayant la plus forte probabilité d’avoir un de leurs membres frappés par le chômage ou l’exclusion et n’ayant pas les moyens financiers d’assumer cette charge . INSEE Première, la famille, pilier des identités

B. La recomposition des familles
• • Selon H Tincq : « les divorces sont trois fois plus nombreux aujourd’hui qu’au début des années 60. (Mais) après le divorce on se remarie ou, le plus souvent, on cohabite. Cela donne les fameuses familles recomposées c’est à dire les situations d’après divorce quand le couple est multiplié par deux et que les enfants ont deux foyers de référence. Comme l’explique M Segalen « plutôt que soustraction, il y a alors abondance de parents. L’enfant ne dispose plus d’un père mais de deux pères, un père biologique et un père social » ».

Conséquences : On peut donc dire que la famille semble faire preuve d’une certaine capacité d’adaptation et d’inventions de nouveaux modèles. Une émission de C dans l'air ,La carte de la famille redessinée vendredi 11 avril 2008 VOIR L'EMISSION La vie des idées L’origine interdite Entretien avec I.Théry

C. L’invention de nouvelles formes familiales
Au moment où on observe un développement des divorces, un effondrement de la fécondité ( d’ailleurs à relativiser d’après Le Bras ) , on constate symétriquement l’invention de nouvelles formes familiales

1. la question de la filiation est aujourd’hui débattue
jusqu’à une époque récente, les droits et les devoirs qui y étaient rattachés relevaient du mariage qui confondait le lien biologique et le lien social. Les filiations sont aujourd’hui dissociées puisqu’on peut être élevé par le compagnon de sa mère ; certains pères sociaux militent donc afin de voir reconnu dans la loi un lien avec les enfants qu’ils ont élevés. En même temps, le développement des techniques de la reproduction assistée et les progrès de la biologie ouvre des débats sur la filiation qui ne sont pas véritablement tranchés

2. la question du couple évolue aussi

-

l’impossibilité de former certains couples est vécue comme une injustice (cas des homosexuels ) ; les catégories touchées par cette exclusion ont donc revendiqué une reconnaissance de leur vie de couple par un contrat auquel seraient associés des droits fiscaux, d’héritage , de responsabilité mutuelle . 3. Le PACS une solution ?

Le PACS est moralement révolutionnaire et oppose 2 conceptions antinomiques de la famille : • la première considère que : - la famille est une structure à composition fixe qui joue un rôle essentiel de reproduction sociale et qui doit donc être protégée contre la tendance des individus à vouloir s’émanciper de leurs devoirs Les partisans de ce courant considèrent que le PACS ne va faire qu’aggraver la crise de la famille et risque, à terme, de mettre en danger la relation de filiation, si les familles pacsées obtiennent, comme certains le demandent , le droit à l’adoption conjointe et à l’assistance à la procréation • le second courant considère : - au contraire, que la désaffection à l’égard de la famille et les multiplications des formes familiales sont les symptômes d’une crise de la famille que l’on doit prendre en compte et à laquelle on doit apporter des solutions sous peine de voir la société déstabilisée. - Pour les tenants de ce courant, le PACS n’est que la reconnaissance légale d’une situation de fait . La vie des idées, Les usages du pacs

Conclusion :
Parler aujourd’hui de crise de la famille comme un fait accompli n’est pas aussi évident que l’on pouvait a priori le penser : • Certes les indicateurs démographiques sont dans le rouge, certes les signes d’un trouble profond se multiplient. Mais la famille apparaît plus que jamais comme la valeur de référence, au plan individuel comme au plan collectif. Nous assistons aujourd’hui à la disparition d’un modèle (celui qui a domine durant les trente glorieuses) • mais le nouveau modèle qui est en train de se construire n’a pas encore imposé sa cohérence. Ces flottements se traduisent donc par la recherche de nouveaux équilibres . • On retrouve alors le véritable sens du terme crise qui correspond pour reprendre les termes de Schumpeter un processus de destruction créatrice : - aujourd’hui nous vivons une période de remise en cause d’un modèle qui n’apparaît plus adapté aux évolutions de la société, - et les individus inventent, par un processus de tâtonnements comportant des essais et des erreurs de nouvelles formes familiales qui se substitueront à celles qui existent . Sur contre-feux: Crise de la famille ou recomposition ? - Contre-Feux.com Une vidéo de Canal U: La crise de la vie conjugale Un article de Sciences humaines:Lien social. Crise et recomposition

Partie 3 – Les raisons de cette évolution
I. La montée de l'individualisme rend plus difficile le fonctionnement des instances d'intégration sociale (repris de brises)

Tout le monde semble s’entendre aujourd’hui pour dire que les sociétés modernes sont individualistes – on dit même parfois que la civilisation occidentale a « inventé » l’individualisme. Mais la signification exacte de cette montée de l’individualisme n’est pas toujours très claire. De même, on convient généralement de ce que cet individualisme menace la cohésion sociale, mais sans préciser par quels mécanismes. C’est donc à ces questions que nous allons essayer de répondre maintenant. Nous montrerons aussi que l’individualisme n’est pas forcément un phénomène négatif, même du point de vue de l’intégration sociale.

Les liens familiaux fragilisés par l’individualisme. La réduction de la taille des familles, conséquence des divorces et du plus petit nombre d’enfants, diminue de manière mécanique le nombre de personnes avec qui l’individu a des liens familiaux. Cela signifie que la solidarité familiale sera limitée à un nombre réduit de personnes. La diminution du nombre de mariages et la hausse des naissances hors mariage montrent aussi ce qu’on peut appeler une désinstitutionnalisation de la famille : elle est de moins en moins une institution normée (toutes les familles ont les mêmes formes), et repose de plus en plus sur les choix des individus. Rester ensemble ne va plus de soi, et le lien familial est plus fragile. La socialisation et le contrôle social qu’exerçait la famille, c’est-à-dire transmettre des normes et des valeurs et veiller à leur respect, sont plus difficile à exercer, parce que, dans une société individualiste, la tolérance et l’épanouissement personnel sont devenu primordiaux. L’école face aux comportements calculateurs. Nous avons vu plus haut le rôle de l’école dans la construction d’une culture commune. Mais du fait de l’importance du diplôme dans l’accès à l’emploi, les familles développent des stratégies

scolaires vis-à-vis des diplômes : choisir la bonne filière, le bon lycée, la bonne option, la bonne université, etc. Le calcul l’emporte de plus en plus sur le rapport gratuit à la culture : l’élève veut bien travailler, mais à condition que « ça rapporte ». Ces comportements sont compréhensibles dans la mesure où l’accès à l’emploi est de plus en plus difficile, mais ils vont à l’encontre de certains objectifs de l’école. L’égalité des chances, par exemple, est remise en cause par la différenciation précoce des parcours scolaires. De même, la diffusion d’une culture commune est parfois sacrifiée au profit de l’acquisition de compétences « utiles » pour le cursus scolaire et l’intégration professionnelle. L’engagement citoyen est confronté aux calculs d’intérêt. La crise de la citoyenneté politique, qui se manifeste surtout par le développement de l’abstention, peut être analysée comme une conséquence de l’individualisme. Dans une société ou les individus ont accès à un certain confort matériel, les citoyens sont moins intéressés par les affaires publiques, qui ne les concernent pas directement. Déjà au 19ème siècle, Alexis de Tocqueville prédisait que la démocratie serait un jour confrontée à l’indifférence des citoyens : est-on en train de vivre ce phénomène ? Il faut d’ailleurs le rapprocher du comportement de « passager clandestin » qu’on a étudié dans le cas des conflits sociaux. Cependant, l’individualisme n’est pas l’égoïsme, et il n’est pas forcément négatif. Dans le langage courant, on tend parfois à assimiler l’individualisme et l’égoïsme, mais c’est abusif. Alors que l’égoïsme est le fait de faire passer avant tout son intérêt personnel, l’individualisme consiste en un développement dans la société des droits et des responsabilités individuelles, favorisant l’initiative et l ‘indépendance des individus. Mais on peut être individualiste et altruiste, si l’on se soucie des autres par une inclination de sa propre volonté, pas au nom d’un devoir social. De plus, la montée de l’individualisme n’est sans doute pas aussi dangereuse qu’on veut parfois le croire. Par exemple, les liens familiaux, s’ils se transforment, restent souvent extrêmement vivaces : les liens intergénérationnels sont encore très forts, l’enfant devenant une valeur centrale de la famille. Ils se développent même avec l’allongement de l’espérance de vie des grands-parents. De même, si la participation politique décline, l’investissement citoyen reste fort mais sous des formes renouvelées, notamment dans des associations humanitaires dont le caractère politique est évident. On le voit, si la montée de l’individualisme complique beaucoup la mécanique de l’intégration sociale, c’est sans doute surtout parce qu’il l’oblige à s’adapter à une nouvelle mentalité, à de nouvelles valeurs.

Un article de Challenges : L'égalité des chances ? Les Français y croient de moins en moins ...

Un article de P.Y.Cusset: [Horizons stratégiques] - Les évolutions du lien social, un état .

II.

Universalisme, communautarisme et cohésion sociale : de qui doit-on être solidaire ? (repris de Brises)

Un autre défi auquel doivent faire face les sociétés modernes est la montée du communautarisme : la nécessité du lien social ne semble plus aller de soi aujourd’hui, et il y a une tendance à se replier sur la communauté ethnique ou religieuse, la région, ou même sur la sphère privée (soi-même, la famille). Alexis de Tocqueville avait déjà envisagé ce repli des individus sur des appartenances intermédiaires et le délitement du lien politique et social national dans les sociétés démocratiques modernes. Nous allons tenter d’expliquer cette mutation et d’en montrer les dangers potentiels.

Le modèle de l’individualisme universaliste. Le modèle de cohésion sociale qu’appliquent les sociétés modernes est fondamentalement basé sur l’individualisme. En effet, il s’est construit sur la fin des solidarités intermédiaires (famille, religion, ethnie, territoire, …), affaiblies par les mutations sociales comme l’urbanisation, la déchristianisation, la réduction de la taille des familles. Le développement d’un lien politique national, d’une culture et d’une protection sociale nationales a renforcé ce mouvement d’individualisation en même temps qu’il s’appuyait dessus. Tout se passe comme si aujourd’hui le lien social se tissait directement entre l’individu et l’ensemble de la société représenté le plus souvent par l'Etat ou les Adminsitrations publiques, ce qui permet d’un point de vue positif d’émanciper la personne des vieilles attaches issues de la société traditionnelle. Il y a aussi une forme de rationalisation de la solidarité, dont on recherchera l’efficacité et dont on discutera les buts. On est dans ce qu’on appelle un individualisme universaliste : « individualisme » parce qu’on met en avant les droits individuels, « universaliste » parce que ces mêmes droits sont reconnus à tout le monde.

Les limites d’un universalisme trop abstrait. L’inconvénient de ce modèle de solidarité est qu’il débouche sur une pratique « froide » du lien social, parce qu’anonyme et administrative. Les prestations sociales, par exemple, ne s’accompagnent certainement pas d’autant de chaleur humaine, de liens affectifs, que l’entraide familiale ou de voisinage. De même, quand on paie ses cotisations sociales ou ses impôts, on fait un acte de solidarité, mais qui peut ne plus être perçu comme tel, ni par soi, ni par ceux qui en profitent, parce qu’il passe par l’interface de la Sécurité Sociale ou de l’Etat. A la limite, cette anonymisation du lien détruit le sentiment de solidarité parce que les individus se sentent dispenser personnellement du devoir d’entraide dès lors qu’il est assumé collectivement. Ce mouvement est renforcé aujourd’hui par l’affaiblissement des identités nationales dans un contexte de paix durable (les conflits aident à « souder » les communautés nationales !) et de mondialisation économique et culturelle.

Le communautarisme et la recherche d’un lien social moins abstrait. A l'opposé du mouvement d’universalisation et de rationalisation du lien social que nous venons d’évoquer, on constate aussi une tendance inverse de reconstitution de liens communautaires, basés sur l’appartenance, sur l’identification de l’individu à un groupe intermédiaire. On trouve ainsi, par exemple, des médias de type communautaire (« Pink TV », « Filles TV »). Vous avez aussi entendu parler des revendications régionalistes (Corse, Pays Basque, Lombardie, …) : utilisation de la langue régionale comme langue administrative ou langue d’enseignement (ce qui discrimine évidemment ceux qui ne sont pas originaires de la région), autonomie financière qui remet en cause la redistribution fiscale entre régions et donc la solidarité nationale. Le développement des signes d’appartenance religieuses ostensibles (on pense bien sûr au voile, mais ce n’est pas le seul exemple) est également l’indice d’une montée du communautarisme religieux. Ces mouvements peuvent être vus comme l’expression d’une forme d’individualisme : les individus affichent leurs particularités pour marquer leur autonomie vis-àvis de la société (c’est surtout vrai pour les identités minoritaires). En ce sens on peut parler d’individualisme communautaire. Mais ce sont aussi des formes de lien social moins abstraites, peut-être aussi plus spontanées, et qui tissent souvent des solidarités de proximité. Il est par exemple plus facile de se fabriquer une identité en marquant son appartenance à un groupe clairement différencié des autres. Et des mouvements de solidarité de voisinage (en cas de catastrophe naturelle par exemple) sont plus ressentis comme des gestes personnalisés. Mais le communautarisme peut déboucher sur une remise en cause de la cohésion sociale. Le communautarisme menace le lien politique, car si on cultive les différences entre les groupes constituant la société, on met forcément à mal l’idée de citoyenneté qui se fonde justement sur les points communs et non les différences entre individus. Dans les cas extrêmes, on peut arriver à ce que les groupes aient des représentations politiques distinctes. Un autre danger du communautarisme est qu’il peut limiter l’ampleur de la solidarité en la réservant au groupe (un parti politique français demande par exemple des systèmes de sécurité sociale séparés pour les immigrés et les Français).

Un article du Monde Patrick Lozès : "la lutte contre le communautarisme ne peut être …
Sur Scéren, Interview de Dominique Schnapper Sociologue, directrice d’études à l’EHESS À lire L’universel républicain revisité Dominique Schnapper À lire (PDF, 107 ko)

Une vidéo de Canal U: Multiculturalisme, pluralisme et communautarisme
Pour la crise du lien social fondé sur la religion : ici

Deux articles de Sciences humaines :Lien social. Crise et recomposition Le lien social en crise ? Un podcast d'une interview de R.Castel sur La vie des idées: Retour sur la question sociale