MATERIAUX 2006 13-17 Novembre 2006 – Dijon, France

Etude comparative de matériaux composites à base de renforts naturel et métallique
MIR A., HACHEMANE B., BEZZAZI B . Université de Boumerdes 1 Ave de l’indépendance abdellah_mir@yahoo.fr Université de Boumerdes 1 Ave de l’indépendance bhachemane@yahoo.fr Université de Boumerdes 1 Ave de l’indépendance bbezzazi@umbb.dz

RESUME: Les matériaux composites de nos jours prennent une place prépondérante dans différents domaines de par leur simplicité d’élaboration, leur légèreté ainsi que leurs caractéristiques mécaniques. Contrairement aux matériaux classiques qui présentent des caractéristiques mécaniques intrinsèques, les matériaux composites peuvent répondre aux exigences des contraintes à partir d’une élaboration et d’un choix judicieux de matrice et renfort. Notre étude est basée sur la comparaison de matériaux composites utilisant une même résine époxyde de type AL fournit par Granitex (Algérie) et de renforts différents. Le premier matériau est un composite à renfort métallique tissé (acier), le second est un composite à renfort naturel tissé (jute). Nous réalisons une série d’essais mécaniques (flexion trois points) afin de comparer le comportement en statique de ces matériaux composites. Les résultats obtenus, sur une machine universelle ‘Zwick’ de type Z250/SN5A dotée d’un capteur de force de 2,5 KN et pilotée par ordinateur, présentent un avantage considérable pouvant nous permettre d’avoir un champ d’application assez vaste dans différents types de domaines.

MOTS-CLES : Matériaux composites, renfort métallique tissé, renfort naturel tissé, flexion 3-points, jute.

1

1. la fibre naturelle d’origine végétale que nous utilisons présente l’avantage d’être biodégradable du point de vue environnement. permettant d’adapter le matériau aux exigences des contraintes mécaniques qui se présentent en faisant. 2. [4] la réorientation suivant l’axe de sollicitation des fibrilles et le glissement de celles-ci les unes par rapport aux autres. La tige atteint une hauteur de 4 à 6 m avec un diamètre d’environ 3 cm. Le jute pousse essentiellement au Bangladesh. ALGERIE. tressé. Introduction : L’expérience montre que l’utilisation de matériaux traditionnels homogènes reste limitée dans un domaine d’application restreint et dont il doit s’adapter aux caractéristiques intrinsèques de ces matériaux. le comportement de la fibre est gouverné par deux paramètres [2].067 εmax [%] 10. Le second matériau composite sera à base de renfort métallique tissé (acier). Lors de l’essai de traction. Dans un premier temps.5 σrup [MPa] 10. élaboré. un choix judicieux de renforts et de matrice. Matériau d’étude et préparation des échantillons Plusieurs éprouvettes en composite stratifié à renfort métallique ou en jute ont été élaborées au Laboratoire LMMC Groupe Mécanique et Matériaux à l’université de Boumerdès.1 : (a) jute filé. De plus. justifiant en partie le développement des matériaux et des technologies prenant en compte les impacts sur l’environnement. nous avons réalisé une série d’essais mécaniques pour étudier en flexion trois points le comportement en statique de ces matériaux. aéronautique. nous utilisons une fibre naturelle (jute) comme renfort.1 : Caractéristiques mécaniques du renfort naturel Jute. etc. (a) (b) (c) Figure 2. il se présente sous différente figure 2. De nouvelles perspectives sont apparues avec l’apport des matériaux composites dans ce domaine. Le comportement en traction n’est pas parfaitement élastique linéaire et la réorientation des fibrilles de cellulose suivant l’axe de traction entraîne une augmentation de la rigidité en cours d’essais. d’où l’utilité de choisir et de bien définir les renforts. Une fibre végétale est assimilable à un empilement de plis renforcés par des fibrilles de cellulose (pourcentage de cellulose dans le jute 61 – 71 avec un angle microfibrillaire de 8 degrés). (c) grosses mailles.1 Renforts naturels : Le jute Le jute est une plante des régions tropicales (genre Corchorus) appartenant à la famille des liliacées. navale.134 εrup [%] 12. E [MPa] 44. bien entendu. Le choix des fibres. Contrairement aux métaux et alliages. 2 . L’utilisation des matériaux composites dans des domaines bien spécifiques (aérospatiale. les mécanismes microscopiques de la fatigue des composites ne sont pas localisés près de la surface mais à l’intérieur même du matériau. [3]. France 1.667 σmax [MPa] 23. de la matrice et le type de procédé de fabrication peuvent influencer fortement les propriétés mécaniques du matériau élaboré [1]. Chaque pli se fissure parallèlement aux fibres à partir des bords libres selon l’orientation des plis par rapport au chargement. représente un avantage considérable dans la mesure où nous pouvons concevoir un matériau composite répondant avec exactitude aux exigences des contraintes. 2.MATERIAUX 2006 13-17 Novembre 2006 – Dijon. automobile.85 Jute Tableau 2. Partant d’une résine commune et de renforts différents. (b) mailles serrées.).

de dimensions de 300 mm * 300 mm. le renfort utilisé étant un tamis en acier à fils fins (neuf couches). un renfort métallique sous forme de tamis à base de fils d’acier de diamètre 0.4 Elaboration des échantillons : La mise en œuvre des stratifiés (renfort naturel ou métallique) est réalisée par moulage sous pression à température ambiante pendant 24 heures entre moule et contre moule après interposition de divers tissus de renfort [5].4 : Dimensions des éprouvettes en (mm).17 mm. Les dimensions moyennes des éprouvettes sont données dans le tableau 2.3 Tableau 2. Le tableau ci-dessous montre les caractéristiques de cette résine. sont découpées en éprouvettes après 30 jours de repos (selon la norme ASTM D 790-84a pour la flexion 3-points) [6] à l’aide d’une tronçonneuse à disque diamanté et lubrifié. [7] Longueur totale Flexion 3-points 90 ± 1 Longueur entre outillage 70 ± 1 Largeur 16 ± 1 Epaisseur 5 ± 0.995 Tableau 2.MATERIAUX 2006 13-17 Novembre 2006 – Dijon. Dans le premier cas.3 : Caractéristiques mécaniques de la résine époxy AL. neuf.05 Résistance à la compression [MPa] > 70 Résistance à la traction par flexion [MPa] 25 Tableau 2. Les plaques obtenues. 2.99 σrup [MPa] 512. tissée et en plusieurs couches (six couches).5 KN. 2.3 Résine : Pour les deux types de renforts cités ci-dessus.07 εmax [%] 7. Les caractéristiques mécaniques de ce renfort sont représentées dans le tableau ci-dessous. Dans le second cas. Dispositif expérimental Les essais de flexion sont effectués sur une machine universelle Zwick de type Z250/SN5A dotée d’un capteur de force de 2. Tamis métallique E [GPa] 19. France 2.777 σmax [MPa] 513. 3. non ensimé. nous associons une résine organique autolissante à performances élevées de type Epoxy AL conçue par Granitex (Algérie).2 Renforts métalliques : Nous utilisons dans le second matériau composite.9 εrup [%] 7.4.2 : Caractéristiques mécaniques du renfort métallique. Densité 1. Celle–ci est reliée à une chaîne d’acquisition qui permet l’enregistrement 3 .3 ± 0. le renfort utilisé se présente sous forme de jute à maille fine.

une rupture graduelle s’amorce et se propage jusqu’à la rupture totale.1 : Evolution de la force en fonction du déplacement 4 . la courbe prend une allure parabolique jusqu’à atteindre sa valeur maxi (≈ 500 N). permettant de tracer l’évolution de la force en fonction de la déflection. 4. France simultané de la force et du déplacement. nous enregistrons une force max avoisinant les 500 Newtons pour un déplacement de 2.1 Caractérisation du stratifié à renfort métallique par flexion 3-points : Les essais de flexion trois points effectués sur les matériaux composites à base de renfort métallique. (a) Résultats des essais des cinq éprouvettes.1 : Banc d’essai. comme représenté sur la figure ci-dessous. montrent une faible fluctuation entre les différentes éprouvettes. la machine est pilotée par ordinateur (Logiciel TestXpert V9. Néanmoins. sur la courbe moyenne des essais. au-delà de cette valeur. Par la suite.MATERIAUX 2006 13-17 Novembre 2006 – Dijon. Figure 4.0) (figure 3.36 mm. Cette courbe moyenne se présente dans un premier temps sous forme linéaire jusqu’à une valeur proche de 300 Newtons. Figure 3. Cinq éprouvettes au moins sont testées pour chaque type de sollicitation avec une vitesse d’essai de 2 mm mn . Résultats des essais : 4.1). (b) Courbe moyenne. De même.

Figure 4. France 4. une rupture graduelle se propage jusqu’à la rupture totale. Figure 4. Par la suite. (a) Résultats des essais des cinq éprouvettes.36 mm. la courbe prend une allure parabolique jusqu’à atteindre sa valeur maxi (≈ 400 N).3 Etude comparative : Paradoxalement. les essais de flexion trois points effectués.24 Newtons alors que le composite à renfort naturel atteint son maximum 706.2 : Evolution de la force en fonction du déplacement 4. montrent toujours une faible fluctuation entre les différentes éprouvettes.2 Caractérisation du stratifié à renfort naturel par flexion 3-points : Pour ce type de matériaux. la courbe moyenne du composite à renfort métallique atteint son maximum de 488. Cette courbe moyenne prend une forme linéaire jusqu’à une valeur proche de 400 Newtons. les deux courbes moyennes prennent une allure identique tout en restant superposé dans leur domaine linéaire jusqu’à la valeur de 320 Newtons pour un déplacement proche de 1 mm.82 mm.3 : Comparaison entre courbes moyennes des deux types de composites. voir figure ci-dessous. 5 . la courbe moyenne des essais atteint une force max avoisinant les 700 Newtons pour un déplacement de 3. Au-delà de cette valeur.11 Newtons pour un déplacement de 3. au-delà de cette valeur. (b) Courbe moyenne.MATERIAUX 2006 13-17 Novembre 2006 – Dijon. et pour un déplacement de 2.82 mm.

202. 939-948 (2002).. p.. Bezzazi B. [6] El Mahi A. [4] Köhler L. 215. “ Influence du type de renfort sur le comportement mécanique en flexion des composites croisés ”.62 Renfort métallique Renfort naturel * ces valeurs sont celles de la fin de rupture.373 σf max [MPa] 123. & Sahu S. Köhler L. ensuite commence une différence dans la deuxième phase allant jusqu’à deux limites distinctes. Références bibliographiques [1] Bezazi A. Tableau 4. par contre nous avons utilisé dans le renfort métallique neuf couches de grillage métallique. R.MATERIAUX 2006 13-17 Novembre 2006 – Dijon. 33-40 (2002). Octobre 2000. Thèse de doctorat. ASTM STP.099 δmax [mm] 2. 5.R. M. 1972. Composites Part A. Composites Materials. 6 .961 61.C. p.407 δrup [mm] * 2. France Dans ce qui suit. Strasbourg (France). & Berthelot J. [7] Broutman L.374 7.855 2. testing and design. [2] Baley C. navale et bâtiment. Fatmi L. p. Il est à rappeler que nous avons utilisé six couches de jute dans la réalisation du stratifié.. et Spatz H. Planta. [5] Bezazi A. Bezazi A. nous remarquons des résultats identiques sur la phase linéaire. Conférence Internationale sur les Mathématiques Appliquées et les Sciences de l’Ingénieur (CIMASI 2000). nous représentons un tableau récapitulatif des caractéristiques mécaniques des deux types de composites : Ef [GPa] 11.6 9.J. R. – Mechanical behaviour of plant tissue : composite materials or structures ? The Journal of Experimental Biology.1 : Tableau récapitulatif des caractéristiques mécaniques des deux types de composites. . Conclusion L’étude comparative en ce qui concerne la caractérisation expérimentale des deux matériaux composites à base de renforts différents présente un avantage varié quant à son domaine d’application. & El Mahi A. les matériaux composites à base de renfort naturel malgré leurs caractéristiques limitées présentent un avantage considérable surtout dans le domaine automobile.36 3. 33. [3] Patz H. en effet. 12-14 Mars 2003. et Niklas K. – Micromechanics of plant tissues beyond the linear-elastic range. pp 170-188. 3269-3272 (1999). 13ème Journées Nationales sur les Composites (JNC). « Etude comparative du comportement mécanique en flexion statique 3-points de différents types de stratifiés ». J.CH. – Analysis of the flax fibres tensile behaviour and analysis of the tensile stiffness increase.82 σf rup [MPa] * 70..Etude théorique et expérimentale du comportement mécanique en statique et en fatigue des matériaux composites stratifiés et sandwichs en flexion 3 points 193 pages 2003.