Lettre ouverte aux candidats à l'élection

présidentielle de 2012



Mesdames, Messieurs les candidats à l'élection présidentielle,

Depuis un an, les diplômés étrangers de l'enseignement supérieur français recrutés sur notre
territoire par des entreprises françaises et internationales font O¶REMHW de refus massifs
G¶DXWRULVDWLRQV administratives leur permettant de commencer leur carrière professionnelle
en France.

La circulaire Guéant du 31 mai 2011, même assouplie, a ainsi conduit de nombreux jeunes
talents à renoncer à une première expérience professionnelle en France, pour V¶RULHQWHU vers
des pays plus ouverts. D'autres, diplômés parfois des meilleurs établissements
G¶HQVHLJQHPHQW supérieur français, se sont subitement retrouvés en situation de
clandestinité.

Cette situation a plongé dans la perplexité les présidents d'universités et des grandes écoles,
les syndicats étudiants, les organisations de travailleurs, les groupes de soutien des étrangers,
les représentants patronaux, les directeurs des ressources humaines, les fonctionnaires des
préfectures, ainsi que des responsables politiques de tous bords. Portée par le Collectif du 31
mai, la mobilisation a ainsi fait irruption dans le débat public au cours des derniers mois, et
V¶HVW propagée à O¶pWUDQJHU suscitant des réactions de la presse internationale et l'indignation
de plusieurs gouvernements étrangers.

Le durcissement majeur et soudain de la politique migratoire gouvernementale a eu des
conséquences déplorables. Sur le plan économique, les entreprises et laboratoires français se
sont trouvés privés de talents reconnus dans le monde entier. L'attractivité de notre système
d'enseignement supérieur a été largement dégradée, obérant sur le long terme la capacité de
la France de concurrencer les universités américaines ou anglaises dans les formations
d'excellence. Enfin, une génération d'étudiants a vécu ce rejet comme une trahison de la
promesse que la France leur avait faite.

Il faut donc d'urgence réétudier l'ensemble confus de règles qui régissent le séjour et le travail
des diplômés extracommunautaires, et envoyer ainsi un signal fort à la jeunesse étudiante du
monde, afin éviter qu'elle ne se détourne durablement de notre pays.

Dans ce cadre, le Collectif du 31 mai, au nom des diplômés étrangers qui luttent depuis
plusieurs mois pour faire valoir la nécessité G¶XQH première expérience professionnelle sur le
territoire français, vous adresse ces 12 propositions afin que vous puissiez les mettre en
°XYUH à O¶LVVXH de O¶pOHFWLRQ présidentielle du 6 mai prochain.

Restant convaincus que vous serez sensible à cette question, que nous jugeons cruciale à la
fois pour O¶DYHQLU de la France et pour celui des pays G¶RULJLQH de ces diplômés étrangers, nous
vous prions de bien vouloir croire en nos salutations les plus distinguées.


Le Collectif du 31 mai

11 propositions du Collectif du 31 Mai aux candidats à
l'élection présidentielle ±o1± poor Iuvoriser l'uccoeil des
étudiants et diplômés étrangers en France
1. Les diplômés étrangers titulaires d'on master et
embauchés dans une entreprise ne se verront pas opposer
la situation de l'emploi sur le marché du travail lors de
leur demande de changement de statut d'étodiunt à
salarié.

2. Les diplômés étrangers doivent avoir accès en toute
transparence et en amont à O¶HQVHPEOH des
informations relatives à la procédure de changement de
statut G¶pWXGLDQW à salarié : pièces à fournir, délais de
dépôt et d'uttente, procédures de recours, contacts
téléphoniques des interlocuteurs privilégiés et adresses des
services territoriaux en charge de la main G¶°XYUH
étrangère. Les critères G¶H[DPHQ des dossiers devront être
communiqués de telle sorte TX¶DXFXQH place ne sera laissée
à l'urbitruire des agents.

3. Dans le respect des dispositions du CESEDA, le dépôt des
dossiers devra pouvoir se faire josqo'uo dernier jour
précédant l'expirution du titre de séjour. De même,
O¶LQVWUXFWLRQ des dossiers devra se faire dans des délais
raisonnables. Les dossiers devront être traités au
maximum dans les deux mois après avoir été
déposés.

4. Toutes les parties prenantes (étudiants, établissements
G¶HQVHLJQHPHQW supérieur, entreprises, postes
diplomatiques, etc.) devront être informées de
l'évolotion actuelle et à venir des procédures. Il
V¶DJLUD de les rassurer sur la possibilité pour les diplômés
G¶LQWpJUHU le marché du travail français pour une première
expérience professionnelle, et G¶LQIRUPHU des démarches
administratives appropriées.

5. Les entreprises qui recrutent des diplômés étrangers non
titulaires G¶XQ master pourront prouver la difficulté de
recrutement sur le marché français par tout
moyen, comme le dépôt de O¶RIIUH G¶HPSORL auprès
G¶RUJDQLVPHV publics, le passage par des sites de
recrutement sur Internet ou encore par des
cabinets de chasseurs de têtes. Quant aux diplômés
étrangers ayant effectué un stage ou une période
d'upprentissuge au sein de O¶HQWUHSULVH ils Q¶DXURQW pas à
prouver cette difficulté de recrutement.
6. Les demandeurs de changement de statut G¶pWXGLDQW à
salarié devront être autorisés à séjourner en
France et à y exercer une activité professionnelle dans
les conditions prévues pour les étudiants, dans O¶DWWHQWH
de O¶LQVWUXFWLRQ de leur dossiers.

7. Les partenaires sociaux devront être consultés pour
revoir la nomenclature du code ROME ainsi que la liste
des métiers en tension afin TX¶HOOHV soient adaptées à
la réalité du marché de l'emploi.

8. /¶$XWRULVDWLRQ Provisoire de Séjour (APS) devra être
réaménagée : les diplômés étrangers disposeront de la
possibilité G¶REWHQLU un titre de séjour G¶XQH durée G¶XQ
an, période pendant laquelle ils pourront rechercher
un emploi en France, à O¶XQLTXH condition TX¶LO
disposent de ressources nécessaires pour cette période.
Par ailleurs, O¶pWXGLDQW ne devra plus signer un document
O¶HQJDJHDQW à rentrer dans son pays G¶RULJLQH. A
O¶H[SLUDWLRQ de ce titre de séjour, le jeune diplômé
disposera G¶XQH autorisation de séjour de 90 jours
supplémentaires sans visa de travail.

9. Pour permettre aux entreprises de V¶HQJDJHU dans le
développement et la progression du jeune recruté, des
cartes de salariés pluriannuelles en accord avec le
projet et le type de contrat prévu devront être délivrées.
Ces cartes permettront aux salariés G¶pYROXHU dans leur
entreprise, leur métier ou leur secteur.

10. Pour permettre aux étudiants étrangers de pouvoir mener
à bien leurs études en France, des cartes de séjour
d'étodiunt pluriannuelles devront être délivrées : 3
ans pour les licences, 2 ans pour les masters. Des guichets
uniques devront être prévus en préfecture pour assurer
O¶DFFXHLO de ces étudiants. La possibilité de changer
G¶RULHQWDWLRQ devra être accordée de plein droit dès lors
que cela V¶LQVFULW dans un projet pédagogique individuel
validé par le directeur de formation.

11. La circulaire du 31 Mai 2011 sera abrogée.

Pour les étudiants et diplômés étrangers hors Union-Européenne venus effectuer tout ou une
SDUWLHGHOHXUVpWXGHVGDQVXQpWDEOLVVHPHQWG¶HQVHLJQHPHQWVXSpULHXUHQ)UDQFH

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful