STRATÉGIE : LES MODÈLES D'ANALYSE STRATÉGIQUE I - LE CONCEPT DE STRATÉGIE 1 - Définition de la stratégie

La stratégie est l'art de coordonner l'action de forces militaires, politiques, économiques et morales impliquées dans la conduite d'une guerre ou la préparation de la défense d'une nation ou d'une coalition. La stratégie militaire consiste à mobiliser des moyens pour gagner une guerre.

2 - Définitions de TABATONI et JARNIOU · Notion de stratégie : " la stratégie désigne un choix de critère qui vise à orienter de façon déterminante et pour le long terme les activités et la structure de l'entreprise ". • · Ces auteurs définissent également les stratégies externes et internes : Les stratégies externes définissent des modes relationnels avec l'environnement. Elles identifient les
correspondants auxquels s'adresse l'entreprise. Elles identifient également le support et le mode relationnel qui doivent être adoptés pour chacun de ses correspondants. Elles conduisent à définir l'intensité voulue dans ses relations, le degré d'asymétrie acceptable, le degré de coopération admissible.

Les stratégies internes s'appliquent au mode de relation à l'intérieur de l'organisation. Elles déterminent les principes qui régiront la pratique administrative et ceux qui régiront les pratiques d'animations de l'entreprise, ainsi que les modalités de la communication interne. 3 - Définition de THIETART La stratégie d'une entreprise peut être définie par une série d'éléments :
le portefeuille d'activité, ses différents métiers (ex. : France Télécom a défini 6 métiers de base), les effets de synergie, les moyens d'action (hommes, machines…), les modes de développement retenus (innovation, diversification, pénétration…), les priorités, les alliances, les actions de contingence (que faire si les choses ne se passent pas comme prévu).

4 - Définition de DESREUMAUX
La stratégie est l'ensemble des actions spécifiques devant permettre d'atteindre les buts et objectifs en s'inscrivant dans le cadre de missions et de la politique général de l'entreprise.

Elle consiste en 2 choses :
à préciser les activités spécifiques de l'entreprise, c'est-à-dire les couples marchés / produits ou les triplés produits / marchés / technologies sur lesquels l'entreprise concentrera ses efforts. Elle consiste donc à définir le portefeuille d'activité de l'entreprise qu'il convient d'équilibrer en terme de rentabilité, de risque et de perspective de développement, à préciser le mode de développement qui sera privilégié au cour du temps, c'est-à-dire, l'expansion en volume, l'extension géographique, l'intégration verticale, la diversification des produits ou au contraire la focalisation sur une activité… Les choix stratégiques doivent être guidés par la recherche de synergie entre les activités de l'entreprise.

II - LES MODÈLES D'ANALYSE STRATÉGIQUE .1 - L'analyse concurrentielle A - L'analyse classique A.1 - L'école de Harvard (LCAG) LCAG : Learned, Christensen, Andreus, Guth
• • Ce modèle a été mis au point par la Business School. Il repose sur l'analyse des forces et des faiblesses de l'entreprise, sur l'analyse des opportunités et des menaces de l'environnement, sur la prise en compte des systèmes de valeurs des dirigeants de l'entreprise, sur la prise en compte des valeurs de l'environnement. Cette analyse doit déboucher sur le choix des activités de l'entreprise ainsi que sur le mode de développement de celle-ci. la simplicité, elle fournit un cadre général pour l'analyse stratégique. elle n'utilise pas d'outils spécifiques d'analyse stratégiques, l'aspect de la démarche d'analyse est un peu flou.

· Avantages de cette méthode : · Inconvénients de la méthode : A. 2 - Le modèle du B.C.G. (Boston Consulting Group) Le B.C.G est un cabinet international de consultants. Il s'est focalisé sur la notion d'avantage concurrentiel. 2 voies ont été
prises en compte pour développer cette notion :

a) L'analyse concurrentielle du domaine d'activité 1

Le B.C.G. a mis au point différentes analyses : · L'entreprise compétitive est celle qui a les coûts les plus bas grâce à une production cumulée plus élevée que celle des concurrents et qui lui permet de bénéficier d'une accumulation d'expérience. · La courbe d'expérience : C’est un graphique qui met en rapport le coût d’un produit avec les quantités produites cumulées du produit. Le coût unitaire total d'un produit tant a diminuer d'un pourcentage constant à chaque doublement du volume de production. On parle aussi de courbes d'apprentissage. . Facteurs explicatifs liés à la courbe d'expérience : - l'effet d'expérience : acquisition d'un savoir faire dans le domaine de la communication, l'organisation de la production et l'organisation générale de l'entreprise… - économie d'échelle : charges fixes réparties sur un plus grand nombre d'unités, - progrès techniques dans le processus de fabrication et ceux incorporés aux produits. · L'attrait du domaine d'activité : les entreprises, dans leurs décisions d’investissement stratégiques, vont prendre en compte l’intérêt que présente le domaine d’activité. Le critère utilisé est le taux de croissance du domaine d’activité. En fonction de l'attrait du domaine, l'entreprise aura le choix entre 4 stratégies : - l'expansion (taux de croissance fort), - la segmentation / expansion (taux de croissance au ralenti), - la domination (taux de croissance faible), - la liquidation, ou le retrait du secteur d'activité si le taux de croissance devient négatif (désengagement). Le BCG propose une analyse centrée sur le cycle de vie du produit correspondant à 4 phases d'activité. · Le BCG s'est intéressé à la délimitation du domaine d’activité stratégique (DAS) : . Il n'est pas forcément évident de définir 1 des principaux métiers de l'entreprise. D'après DESREUMAUX " 2DAS sont 2 activités entre lesquelles les synergies industrielles, technologiques ou commerciales sont nulles, ceci conduisant à 2 entités théoriquement séparables ". . Exemple : un constructeur automobile veut identifier ses DAS dans sa branche. Il devra répondre aux questions suivantes : 1. Les besoins satisfaits et les critères d'achat des différents modèles sont-ils identiques ? 2. Ces modèles partagent-ils la même courbe d'expérience ? 3. Les modifications techniques ou commerciales sur certains produits ont-elles une influence sur la demande d'autres modèles ? 4. Les facteurs de succès sont-ils dépendants ? 5. Les principaux concurrents sont-ils les mêmes dans les différents secteurs ? Si les réponses sont positives, on peut dire que l'on a à faire à des activités qui appartiennent au même DAS. La frontière des DAS évolue ; lorsque l'on a défini des DAS, il faut les reprendre tous les 6 mois… Renault a identifié au minimum 4 DAS : la voiture de ville (Twingo), le monospace (Espace Renault), l'utilitaire et le véhicule industrielle. b) L'analyse du portefeuille d'activité, ou la matrice du BCG · 2 critères sont pris en compte : taux de croissance prévisionnel du DAS, la part de marché de l'entreprise dans le DAS. · Le B.C.G. a identifié 4 grands types de situations possibles :

-

. Les produits ETOILOES ou (VEDETTES) : taux de croissance fort et part de marché élevé,

2

activité étroite, et souvent, ces produits correspondent à une pénétration rapide de l'entreprise dans un domaine d'activité ou sur une technologie nouvelle. . Les produits DILEMMES : Ce sont des produits qui le plus souvent sont dans la phase de lancement, Il faut investir massivement dans le DAS pour s'imposer, devenir leader, Il faut envisager une stratégie de retrait, d'abandon de l'activité. . Les produits VACHE A LAITS : Ce sont des produits dont le taux de croissance est faible. L'entreprise doit essayer de maintenir sa position dominante. . Les POINTS MORTS : Ce sont des produits pour lesquels il n'y a pas d'avenir. Il existe un problème d'ordre commercial pour ce type de produit : comment y mettre fin sans détérioration de l'image de marque, sans atteinte à la capacité de production de l'entreprise, sans problèmes sociaux…

· Intérêts de cette matrice :
Cette méthode consiste à découper l'entreprise en un certain nombre de DAS. Pour chacun d'eux, il faut apprécier la part relative de l'entreprise sur son marché ainsi que le taux de croissance du DAS. Il faut avoir un portefeuille d'activité équilibré de façon à ce qu'on est des produits dans toutes les situations. L'intérêt de cette matrice est de porter un jugement sur l'équilibre de l'activité de l'entreprise.

-Les avantages et les limites de cette méthode Avantages limites elle reste relativement simple et réaliste, Elle présente un aspect réducteur ; la stratégie est elle permet d'avoir une représentation analysée uniquement par rapport au marché aval. La globale sur la position stratégique de stratégie a un aspect beaucoup plus global que les simples l'entreprise, relations avec le marché aval. elle intègre 2 dimensions essentielles de Elle reste silencieuse qu'en aux relations avec les la stratégie et de la gestion de l'entreprise : la fournisseurs, aux relations avec l'environnement de finance et le marketing. l'entreprise. Cette méthode n'intègre pas les situations de certains secteurs, où la concurrence s'intègre sur d'autres critères que les coûts (concurrence par rapport aux clients, aux technologies…). Cette méthode n'est pas universelle. De plus, il existe un certain flou qu'en à la notion de courbe d'expérience ou à la notion de DAS. La matrice reste un instrument d'analyse et de diagnostique intéressant.
· Le BCG a essayé de faire évoluer son analyse, sa matrice ; ce qui a conduit à la nouvelle matrice du BCG. Cette nouvelle matrice est basée sur 2 variables : l'importance de l'avantage concurrentiel, le nombre de façon d'obtenir l'avantage concurrentiel. L'importance de l'avantage concurrentiel représente la hauteur de la barrière stratégique qu'un concurrent peut créer par rapport à ses rivaux (barrière à l'entrée d'un secteur donné). Le nombre de façon d'obtenir l'avantage concurrentiel représente le nombre de sources de différenciation concurrentiel : diversité de la qualité des services, prix, publicité… · Ces 2 variables permettent de distinguer 4 grandes catégories d'industries : Une industrie de volume : il s'agit d'une démarche stratégique qui s'appuie sur une domination par les coûts. Plus la part de marché est importante, plus le volume de la production augmente, plus les investissements sont rentables. L’avantage concurrentiel peut être important. Ce sont des secteurs dont les économies d'échelle sont relativement élevées. Ex. : semi-conducteur, automobile. Une industrie spécialisée : elle correspond a un nombre élevé de façons de se différencier. Il existe beaucoup de moyens d'obtenir un avantage concurrentiel et il est possible d'avoir un avantage important. Ex. : magasins spécialisés. Une industrie fragmentée : ce sont des secteurs pour lesquels il y a un assez grand nombre d'avantages concurrentiels mais ils sont limités. Le critère de différenciation est la nature du produit, la qualité de service… Ex. : un restaurant chinois. Une industrie dans l'impasse : il existe peu de façons d'acquérir un avantage concurrentiel et son relativement réduite. Ex. : constructions navales, cuir... . Le Benchmarking : c’est lorsqu’une entreprise va analyser les procédés de l’autre entreprise concurrente dans ses produits. Ce n’est pas de l’espionnage industriel car il y a au départ un accord.

A.3 - La méthode d'Arthur D. Little (ADL)
C’est un cabinet de conseil international. 2 critères essentiels ont été relevés et analysés par ce cabinet : la position concurrentielle et la maturité du métier exercé.

3

a) La position concurrentielle · Les facteurs clés de succès :
critères commerciaux (parts de marché occupées par l’entreprise), l’image de l'entreprise dans son domaine d'activité, l'image de marque, l'image du produit, la qualité et l’étendue du réseau de distribution, la valeur du produit (valeur intrinsèque que le client peut attacher au produit), l’étendue de la gamme (ex. : Amora), les conditions de commercialisation… A partir de cela on arrive à apprécier la position concurrentielle de l'entreprise. · L'évaluation de chaque entreprise par rapport à la concurrence passe par une note. La note finale est la synthèse des évaluations par facteur. Cette note va permettre de situer la position concurrentielle de l’entreprise sur une échelle de 5 positions (faible, acceptable, favorable, forte, dominante). C’est une analyse qui se fait par secteur, par DAS dans l’entreprise.

• • •

b) La maturité du métier exercé · Les métiers ont leur propre courbe de vie et passent par les 4 phases de cycle de vie (démarrage, croissance, maturité, déclin). Les différentes phases du cycle du métier permettent de bien évaluer le portefeuille d’activité de l’entreprise. · La matrice croise la position concurrentielle et la maturité du métier exercé avec des recommandations stratégiques : réorientation, développement sélectif, abandon. A.4 - La méthode de Mac Kinsey

· Mac Kinsey est très actif en France auprès des grosses PME. Il s'est intéressé à l'analyse du portefeuille d'activité de l'entreprise. · Ce modèle prend en compte 2 dimensions : l'attractivité du secteur et la position concurrentielle de l'entreprise sur un DAS. · L'attractivité du secteur est jugée par différents critères : le taux de croissance prévisible du DAS, les technologies employées par les acteurs des entreprises du secteur, la sécurité des approvisionnements, L'abondance et la qualification de la MOD, la part des marchés des entreprises leaders. · Les principaux critères pour apprécier la position concurrentielle de l'entreprise sur son DAS sont : la part de marché relative, le coût de revient (apprécier par rapport au prix), le potentiel de l'entreprise en matière de recherche et de développement, la valeur des ressources humaines. · Mac Kinsey a mis en évidence 3 types d'attitudes stratégiques : A : développement, B : situation dilemme, C : retrait de l'entreprise. B - L'analyse industrielle

a) La première analyse de Michael PORTER
· PORTER a identifié ce que l'on peut appeler les 5 forces de la concurrence : 1. concurrents du secteur, 2. entrants potentiels, 3. fournisseurs, 4. substituts, 5. clients.

· Le principe de PORTER
" La masse totale de profit potentiel dans un secteur d'activité dépend de l'intensité des forces de la concurrence. " Ce qui signifie que c'est la force concurrentielle la plus importante qui détermine le profit réel d'une branche. Lorsque l'on a identifié la force concurrentielle, lui faire face devient une priorité stratégique pour l'entreprise. · Dans un même DAS, les entreprises n'ont pas toutes les mêmes comportements stratégiques : certaines adopteront la soustraitance, d’autres intégreront la production, et, par rapport aux produits : spécialisation dans les produits de grande consommation ou spécialisation dans les produits haut de gamme. Porter a essayé de constituer des groupes stratégiques. · On peut regrouper des entreprises selon les stratégies qu'elles adoptent. Il est possible de distinguer des groupes stratégiques qui réunissent des entreprises d'un secteur qui suivent soit la même stratégie, soit une stratégie voisine… · Les différents critères pris en compte pour qualifier les groupes stratégiques sont les suivants : le degré de spécialisation,

4

le degré d'intégration, l'étendue de la gamme, l'image de marque, le choix des canaux de distribution, le niveau technologique, les niveaux des services, la stratégie des coûts choisis, la politique de prix de l'entreprise, la traçabilité du produit, les relations avec les concurrents, l'État, les groupes de pressions (association de consommateur). · Cette identification de groupes stratégiques a permis de distinguer 2 niveaux de concurrence : . Concurrence intra groupe : les entreprises ayant choisi la même stratégie. La différence des performances va se faire sur l'efficacité de la gestion. . Concurrence intergroupe : c'est le fait que certaines entreprises veulent évoluer pour passer d'un groupe à un autre. Les mutations à l'intérieur d'un secteur résultent des manœuvres stratégiques des entreprises ainsi que des turbulences propres au secteur. · Exemple avec le secteur automobile : groupe A : Renault, PSA ; groupe B : Ferrari, Porsche, Lotus ; groupe C : Lada ; groupe D : rien. · L'entreprise doit analyser ses forces et ses faiblesses pour ensuite les confronter aux données de la carte des groupes stratégiques afin de décider des manœuvres concurrentielles souhaitables : la recherche d'une meilleure compétitivité dans son propre groupe, l’évolution pour changer de groupe : aller d'un groupe à l'autre, la sortie du secteur et la diversification dans une autre industrie.

b) Les apports récents de PORTER
Centré autour de l'analyse de l'avantage concurrentiel. Il a identifié un principe de base : " L'avantage concurrentiel provient essentiellement de la valeur qu'une firme est capable de créer pour ses clients." Il a créé pour cela un véritable outil d'analyse de l'avantage concurrentiel qui s'appelle la chaîne de valeur b.1 Définition de la chaîne de valeur · Cette chaîne de valeur résulte de la combinaison plus ou moins efficace des activités créatrices de l'entreprise. · Porter a mis en relief 2 grands types d'activité : l'activité principale et l'activité de soutien : · Activités principales 1. La logistique interne (c'est la gestion des approvisionnements en amont de la production). 2. La production (activités liées à la transformation de facteurs de production en produits finis). 3. La logistique externe (activités liées à la distribution physique des produits finis). 4. La commercialisation et la vente (activités de marketing …). 5. Les services (installation, formation, adaptation du produit, service après vente…). · Activités de soutien 1. L'approvisionnement (relatif à la fonction d'achat…). 2. Le développement technologique (ensemble des activités qui visent à améliorer le produit et le processus de production). 3. La gestion des ressources humaines (activités liées à la gestion du personnel). 4. L'infrastructure de la firme (recouvre la direction générale, le service comptable, le service financier, le service juridique, les relations avec l'environnement extérieur, la gestion de la qualité, la gestion des systèmes d'information…). · La mise en évidence des activités créatrices de valeur pour les clients et l'amélioration des liaisons internes entre ces activités créatrices de valeur gênèrent l'avantage concurrentiel de l'entreprise. · Il existe des liaisons externes ou verticales entre la chaîne de valeur de l'entreprise et celle de ses fournisseurs et de ses clients. Une entreprise peut améliorer son avantage concurrentiel en optimisant ses liaisons ( : approche systémique). b.2 L'avantage concurrentiel par les coûts et la chaîne de valeur · Principe : L'idée de PORTER est qu'une entreprise obtienne un avantage par les coûts si elle réalise ses activités créatrices de valeur à un coût cumulé inférieur à celui de ses concurrents. · Porter a identifié 5 phases d'analyse des coûts : 1. Il faut déterminer la chaîne de valeur de l'entreprise ; 2. Il faut affecter les actifs de l'entreprise et les coûts de fonctionnement aux différentes activités créatrices de valeur ; 3. Il faut déterminer les facteurs d'évolution des coûts. Porter a répertorié 10 grands types de facteurs qui ont une incidence sur les coûts : les économies d'échelles, les effets d'apprentissage ou effets de diffusion, le taux d'activité ou taux d'utilisation du potentiel de production,

5

la fluidité des liaisons à l'intérieur de l'entreprise, les interconnections dans l'entreprise : partage d'un même savoir faire, l'intégration : plus une entreprise est intégrée, plus ses coûts sont faibles, le calendrier : avantage sur les coûts soit en étant le premier sur le marché, soit en étant le dernier, les mesures discrétionnaires d'actions sur les coûts (ex. : les relations privilégiées), les facteurs institutionnels : le taux de syndicalisation, la réglementation des pouvoirs publiques, la localisation. 4. Évaluer les coûts des concurrents. Certaines entreprises ont recours au Benchmarking ( : observer ce que font d’autres entreprises non concurrentes en général, avoir identifié leur propre chaîne de valeur, avoir déterminé les coûts de leurs concurrents). Il est difficile d’avoir des informations sur ses concurrents. Il existe plusieurs méthodes pour obtenir des informations : au travers des discussions avec des clients et fournisseurs, dans des interviews, sur des documents écrits (mêmes comptables), à travers la mise en place d'un système de veille (l'information peut être déformée)… 5 Élaborer une stratégie permettant d'acquérir un avantage par les coûts : - contrôler les facteurs d'évolution des coûts afin d’éviter une augmentation de ces coûts, voire, d’obtenir une réduction des coûts. On parle de " Lean management ", c'est à dire de management au plus juste, et de " Lean company ", c'est à dire d'entreprise au plus juste. - remodeler la chaîne de valeur en modifiant certains éléments de l'entreprise (ex. : mise en place d’un nouveau processus de production, adoption d'un nouveau circuit de distribution…). - il faut accompagner ce changement par différentes actions : formation du personnel, motivation du personnel, diffusion d'une culture d'entreprise, adoption de programmes formels de réduction de coût, recherche systématique de l'automatisation…

b.3 La différenciation et la chaîne de valeur Selon PORTER "Une entreprise se différencie de ses concurrents quand elle parvient à acquérir une caractéristique unique
à laquelle les clients attachent de la valeur".

· Avantages de la différenciation :
vendre une quantité plus grande de produits, fidélisation de la clientèle, le surprix : vendre un produit plus élevé que le concurrent car les clients sont prêts à payer plus cher ; La différenciation est intéressante pour l'entreprise si le surprix obtenu dépasse le coût supplémentaire de la différenciation. · Étapes en matière de recherche d'avantage concurrentiel par la différenciation et la chaîne de valeur : 1. déterminer le véritable acheteur, 2. identifier la chaîne de valeur du client. Une entreprise peut créer de la valeur pour un client par une diminution des coûts pour le client, par une amélioration des services rendus…, 3. déterminer les critères d'achats des clients et leur hiérarchie. Il existe 2 types de critères : critères d'utilisation : caractéristiques propres du produit, services annexes à la vente, critères de signalisation : identifier la clientèle, 4. déterminer les caractéristiques uniques de la chaîne de valeur qui assurent une partie de l'avantage concurrentiel (qualité, délai de livraison, sécurité du produit, facilité d'emploi…), 5. calculer ou évaluer le coût de la différenciation, 6. prendre des mesures permettant de réussir durablement la différenciation : accroître les sources de différenciation dans les chaînes de valeur, approcher l'utilisation réelle du bien de l'usage prévu, transformer le coût de la différenciation en avantage (améliorant le fonctionnement interne de l'entreprise, simplifiant le circuit de distribution...), déceler des critères d'achat encore inconnu, réagir rapidement au changement des critères d'achat des clients ou des circuits de distribution, 7. évaluer la durabilité de la stratégie de différenciation retenue. Elle dépend de 3 critères : la perception que les clients ont de la différenciation et de la valeur qu'elle leur apporte, les possibilités d'imitation des concurrents, la diversité des sources de différenciation.

2 - Les analyses des comportements stratégiques fondés sur l'étude de la technologie
Selon PORTER, la technologie est l’application concrète des connaissances scientifiques et techniques à la conception, à la mise au point et à la fabrication d’un produit. La technologie que l'on incorpore dans un produit est différente de celle que l'on incorpore dans le processus de production d'un produit.

A - L'analyse d'Arthur D. Little (ADL)
· ADL a distingué 3 types de technologie : La technologie-clé, ou technologie essentielle : ce sont celles qui auront un impact majeur sur l’avantage concurrentiel. Ce sont des technologies que l'entreprise doit s'efforcer de maîtriser.

6

La technologie de base : ce sont celles qui sont très répandues, qui ne sont plus un critère d'avantage concurrentiel. Toutes les entreprises les utilisent ou peuvent les utiliser. La technologie émergente : ce sont celles qui sont au stade de l'expérimentation mais qui semble offrir des perspectives intéressantes. On peut parler du cycle de vie des technologies. · La position stratégique d'une entreprise est déterminée à la fois par sa position technologique et par sa position concurrentielle : · la position technologique d'une entreprise : elle découle sur les technologies-clés et les technologies émergentes, elle dépend des ressources humaines, des équipements, des moyens de protection de l'entreprise, elle dépend des partenaires noués. · L’évaluation des positions concurrentielles : la part du marché, les canaux de distribution, l’accès préférentiel à certaines matières premières. · Exemples de différents types de stratégie liés aux technologies : · L’innovation : position technologique et position concurrentielle fortes : le risque pouvant être pris résulte dans les frais de recherche et développement non aboutis ; · La rationalisation : position technologique favorable (ou faible) et position concurrentielle faible (ou favorable). Ex. : le groupe L’Oréal avec son implantation difficile au Japon ; · Le joint-venture : position technologique forte et position concurrentielle faible ; · La stratégie de suiveur…

B - L'analyse du SRI (Stanford Research Institute) · Le SRI fait un travail de segmentation. Son but est de rechercher les marchés et les produits que fabriquent l’entreprise et
les domaines où l'entreprise intervient. Il attribue automatiquement la technologie. Il fait une analyse de portefeuille dont le BCG est à l’origine. Le SRI évoque la notion de portefeuille de technologie : identification des technologies employées par l’entreprise, technologies courantes, déterminantes, nouvelles, évaluation des facteurs d’importance de ces technologies et les facteurs de positionnement technologique. · FIT : maîtriser les coûts, voire les réduire ; produire plus de valeurs, maintenir du potentiel de différenciation (ex. : la miniaturisation). · FPT : ressources technologiques, capacité de recherche-développement, moyens suffisants pour investir, avancement des travaux… En fonction du potentiel de différenciation et du niveau des barrières d'entrées on adopte une certaine attitude stratégique. Ex. : il y a retrait lorsque le potentiel de différenciation est faible et lorsque le niveau des barrières d'entrées est faible…

C - L'analyse de PORTER 1 - Technologie et avantage concurrentiel · Selon PORTER la technologie est présente dans toutes les activités créatrices de valeurs de l'entreprise et pas seulement
dans les activités directement liées au produit (technologies liées à la fabrication et celles incorporées au produit). Le rôle que joue la technologie apparaît à travers la chaîne de valeur.

2 - Les conditions de l'action du progrès technologique sur l'avantage concurrentiel
L'action du progrès technologique sur l'avantage concurrentiel repose sur 3 conditions : 1. l'avance technologique doit être durable : cela oblige les entreprises à maintenir leur effort de recherche d'innovation pour maintenir leur avance (il ne doit pas être facilement imité) ; 2. l'avance technologique doit procurer d'autres avantages dans d'autres domaines qui subsistent quand l'avance technologie disparaîtra ; 3. le progrès technologique doit améliorer la structure d'ensemble du secteur, le progrès doit contribuer à assainir le secteur.

3 - L'action du progrès technologique sur les 5 forces de la concurrence
· Les 5 forces de la concurrence sont : les concurrents directs, les clients, les fournisseurs, les entrants potentiels, les substituts. · L'action du progrès technologique sur les 5 forces : peut accroître ou réduire les économies d'échelles dans les activités créatrices de valeur, peut élever les barrières à l'entrée d'un secteur, peut rendre plus facile une intégration en amont, peut entraîner le remplacement de certains produits par d'autres ; on porte la concurrence dans le domaine du substitut.

7

4 - La stratégie technologique de PORTER
· PORTER est le premier a avoir évoqué la notion de stratégie technologique. La stratégie technologique " est la démarche qu'emprunte une entreprise pour développer et utiliser la technologie ". · PORTER compte 3 séries de problème à régler : 1. le choix des technologies à développer : l'entreprise doit être en permanence attentive sur l’identification des domaines où il est possible de réduire les coûts ou de renforcer la différenciation ; 2. le choix entre la recherche d'une avance technologique importante ou d'un retard technologique délibéré : il est possible d'adopter une attitude de retard technologique délibéré pour éviter des coûts trop élevé en recherche et développement par exemple ; 3. le choix d'une position à prendre par rapport à l'octroi de licence d'exploitation : c’est une décision à risques ; elle contribue à diffuser sa propre technologie et à rendre compétent dans l’utilisation de notre propre technologie d’autres concurrents. Cas d’octroi de licences d’exploitation : cet octroi permet de diffuser la technologie qui serait inaccessible pour l'entreprise, cela permet une normalisation rapide de la technologie, cela peut permettre un échange contre d'autres licences, cela entraîne la venue de bons concurrents, lorsque l'entreprise est dans l'incapacité financière ou humaine d'exploiter la technologie sur une grande échelle.

D - L'analyse de FOSTER : la prise en compte de l'évolution technologique · Selon FOSTER les technologies ont une courbe de vie comme les produits. On peut essayer de faire une véritable
gestion de la technologie dans l'entreprise. On parle de discontinuité technologique.

E - L'analyse des processus et des procédés (Michel MARCHESNAY) CT : complexité technologique du produit. Technologie incorporée au produit. TT : turbulence technologique : vitesse de modification technologie. AT : Accessibilité Technologique : elle est fonction du degré de protection de la technologie, de l’importance de
l’investissement initial et de la masse critique à atteindre (économies d’échelle à réaliser). L'analyse qu’il a conduite lui a permis de dire que l’accessibilité technologique est favorable aux entreprises…

8