Affaiblissements Mortalités de colonies d’abeilles

1987 - 2007

Historique Unité Abeille

1987 - 1988 : Les affaiblissements de cheptel : enquête écopathologique
C. Fléché-Seban, J.-P. Faucon, C. Flamini, G. Polvéroni. Présentation au congrès Apimondia Rio de Janeiro octobre 1989. Publication : Abeille de France (N° 731) 1988.

Conclusions :

• 17 ruchers situés dans 10 départements, - 1/3 des ruchers enquêtés ont accusé une perte • Suivis durant une année complète, 20 à 70 % des colonies, • Enregistrement de paramètres apicoles, - Période critique pour la colonie d’abeilles!: • Recherche des maladies et des résidus l’automne avec développement des maladies, toxiques.
- Importance des carences en pollen,

de

- Contact permanent de la colonie avec des résidus.
2

Pépin . Detection of chronic bee paralysis virus infection: application to a field survey.-C. Ribière. Apic.Tech. P. • Des symptômes de la paralysie chronique ont été constatés de plus en plus fréquemment dans les ruchers et en dehors des périodes où cette maladie apparaît normalement. Ribière. (2002). M. . L. Faucon. acaricides insuffisamment dans la cire (19/24). M.Les maladies du couvain participent aussi à divers titres aux : Conclusions mortalités hivernales ou aux •affaiblissements. Aubert. . M. Publication : (2000).-P. Publications : Bee World 83 (1) : 14 . C. 3 sanitaire et toxicologique. J.72. Pépin. Bull. Zeggane. --75 nosémose ruchersautre facteur d’affaiblissement. Aurières.2000 : Etude des causes des mortalités hivernales d’abeilles (Apis mellifera) en France en 1999 et 2000. Faucon.Historique Unité Abeille 1999 . J.La varroase est la pathologie dominante. 41 élevages apicoles situés dans 19 départements .La paralysie chronique (CBPV) est plus fréquente et maîtrisées. . M. ce qui a conduit à confondre les 2 affections. • Ces symptômes sont similaires à ceux d’une intoxication. Ribière. La % des est un affectés par des mortalités hivernales souffraient de pathologies graves et mal . J.Seuls des résidus de fluvalinate ont été retrouvés fortement en relation avec des traitements •dans les abeilles (5/25)l’objet d’une enquête Ces ruchers ont fait et efficaces. pp 567-577 (2000). Historique Unité Abeille 2000 : Mise au point du diagnostic de la paralysie chronique de l’abeille et des autres virus. Mathieu. Elle est ont sollicité notre aide.23 (2002) . 63 . Faucon. 31. Martel. Drajnudel. 29 (2).-P.-P. se rencontre dès la fin février. A. S. M. M. 4 . Apidologie.

• Doses de 0. • Etude des paramètres apicoles. Mathieu.Détection de l’ensemble des virus de l’abeille par PCR. L.2001 : Etude expérimentale de la toxicité de l’imidaclopride par nourrisement au sirop contaminé de colonies d’abeilles (Apis mellifera) J. M. Présentation au congrès IUPP Vérone (Italie) 2002. 6 . Martel. • Suivis de juin 2000 à mars 2001. A.125 (2005).Le diagnostic par IDG a été mis au point au laboratoire afin de caractériser la maladie déclarée sur le terrain. Ribière. Drajnudel. P. . nourries au sirop. 13 nourrissements. maladies. M. Publications : Pest Manag Sci 61 : 111 . résidus toxiques. • L’expérimentation a porté sur 4 groupes de 8 colonies : non nourries.-P. 5 Historique Unité Abeille 2000 . nourries avec du sirop supplémenté à l’imidaclopride. C. Aubert. Zeggane.5 et 5 !g/l de sirop. Aurières.Historique Unité Abeille Conclusions : . Faucon.-C. Chauzat.P. S. . M.

Publications : .Historique Unité Abeille Conclusions : . Aubert M. Lachaize J. ... Cougoule N. AFSSA LERAPP Rapports FEOGA : 2004.A survey of pesticide residues in pollen loads collected by honey bees in France . 2006..Aucune différence significative sur l’ensemble des paramètres observés.P. Chauzat Marie-Pierre and Faucon Jean-Paul . Martel A. Faucon J.Présence démontrée d’imidaclopride dans les abeilles et le miel de réserve..P. 2005. Collaborations : AFSSA DiVE . 7 Historique Unité Abeille 2002 . Chauzat M. .2005 : Enquête prospective multifactorielle (EMP) Auteurs : ensemble des personnes de l’Unité Pathologie de l’Abeille.. 2007. 8 ...Pesticide residues in beeswax samples collected from honey-bee colonies (Apis mellifera) in France . Pest Management Science (acceptée parution en juin 2007). (2006) Journal of Economic Entomology 99.C. 253-262.

.-P Faucon. Rapports internes (2005. • Hypothèse : les abeilles lors des miellées de fin de saison stockeraient des pollens contaminés (pollens de cultures) et leur consommation différée (après stockage dans les alvéoles et fermentation en pain d’abeille) en hiver serait à l’origine des pertes de colonies. 2006) Publications : Determination of traces of fipronil and its metabolites in pollen by liquid chromatography with electrospray ionization-tandem mass spectrometry .-C. Ali Kadar.Application à l’ensemble des prélèvements. . J. .A: Kadar. Clément . (2006) J Agric.2006 : Etude des possibilités de contamination du pain d’abeille. Jean-Paul Faucon. M. Food Chem. 9741-9746.Analyses polliniques du pain d’abeille. du fipronil et de leurs métabolites dans le pain d’abeille.Historique Unité Abeille 2004 .. 9 Historique Unité Abeille Conclusions : . 10 . Les mortalités hivernales ne peuvent être mise en relation avec du pain d’abeille contaminé.Mise au point et validation de méthodes de recherche de l’imidaclopride. 54.

la seule différence entre les ruchers morts et les ruchers vivants est l’absence de traitement de la varroase. Zeggane.Historique Unité Abeille 2005 . Clément. Faucon) Publication soumise.2006 : étude de l’origine des causes de mortalité. 12 . J. 11 Historique Unité Abeille Conclusions : En ce qui concerne le «!cas-témoin!». Octobre 2006. Faucon.-P. M. Ribière.-P.-C. S. Rapport interne (2006) Présentation : XVIe Congrès National de l’Apiculture Française. P. version française mise en ligne sur le site AFSSA • Etude « cas-témoin ».2006 : Enquête mortalités hivernales 2005 . Cette enquête a été développée suite aux nombreuses interpellations des éleveurs confrontés à des mortalités anormales. Drajnudel. Bourgen-Bresse (J. M.

Historique Unité Abeille Etude des 18 cas originaires de 14 départements 13 Historique Unité Abeille 14 .

Drajnudel.2007 : Etude de l’affaiblissement et des mortalités de colonies d’un rucher non traité contre Varroa destructor en comparaison avec un rucher traité à l’Apivar ND J. P.-P. Miel : coumaphos Pain d’abeille : aucun résidu 15 Historique Unité Abeille 2004 . 16 .Historique Unité Abeille Abeilles (multirésidus) : négatif (2 positifs : coumaphos. Conclusions : Les symptômes rencontrés sont caractéristiques et identiques à ceux présents dans les échantillons envoyés au laboratoire suite à des mortalités hivernales. Etablir l’adéquation entre les symptômes rencontrés et Varroa destructor. fluvalinate) Cire : coumaphos (max : 6 mg/kg). Publication en préparation • • Groupe de 8 colonies non traitées et groupe de 8 colonies traitées avec le médicament ApivarND suivant la posologie préconisée. Faucon. fluvalinate.

Historique Unité Abeille 17 Historique Unité Abeille 18 .

Historique Unité Abeille 19 Historique Unité Abeille 20 .

Historique Unité Abeille 21 .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful