Microbiologie Médicale

EC des prélèvements génitaux

I-

Indication :
MST : recherche de l’infection chez les deux partenaires ; Signe d’infection génitale : leucorrhées, vaginite, cervite, prostatite, urétrite ; Exploration d’une stérilité ;

II-

Rappelle de la flore génitale normale :
1- Flore urétrale :
A l’état normal, l’homme possède staphylococcus coag(-) ; streptococcus α hémolytique, levure, entérobactéries essentiellement E. Coli et parfois Gardnerella vaginalis, quelques lactobacilles.

2- Flore vaginale :
• • Prédominance lactobacillaire (Lactobacillus acidophilus (80%) = flore de Doderlein) ; ils entretiennent un PH acide (≈4,5) créant une protection contre les B exogènes. Staphylococcus coag(-), streptococcus α hémolytique, levure, entérobactéries essentiellement E. Coli et Gardnerella vaginalis, B anaérobies et le streptococcus β hémolytique du grp B (portage sain avec risque de contamination néonatale).

III-

Principaux tableaux cliniques et agents étiologiques :
Chez l’homme :
• Urétrite : Se manifeste par un écoulement urétral matinal purulent accompagné de brûlures types lames de rasoirs. Germes suspects : Chlamydia trichomatis, Trichomonas vaginalis, Neisseria gonorrheae, Candida albicans, Entérobactéries (E. Coli). Prostatite : Douleurs inguinales avec dysurie, fièvre (+++), écoulement urétrale (±). Germes suspects: BGN (E. Coli, Pseudo, Proteus), BGP (Corynebacterium).

Chez la femme :
Modification macroscopique des leucorrhées (+++) Douleurs pelviennes, prurit vulvaire. Détermination de l’évènement qui a précéder la modification des leucorrhées : Pause d’un stérilet, prise de contraceptif, accouchement, rapport sexuel suspect, toilette ou bain maure. Germes suspects : idem que l’homme (bactéries pathogène spécifiques) ; germes opportunistes (font partie de la flore vaginale en faible [ ] dont le pouvoir pathogène s’exprime lors d’un déséquilibre de la flore doderlienne): E. Coli du grp

-

RAFUNIT | UDL

1

Microbiologie Médicale

EC des prélèvements génitaux

-

K1, Candida albicans, Gardnerella vaginalis, staph, Ureaplasma urealyticum, Listeria monocytogenes. Ces agents sont assez souvent associés à un terrain particulier (diabète par exp).

Chez les deux sexes :
IVSyphilis : chancre dure (Treponema pallidum) ; Chancre mou : Haemophilus ducreyi ; Granulome inguinal : donovanose (ulcération génitale + adénopathie) B inclassable ; Lymphogranulomatose vénrienne LGV due à Chlamydia trachomatis (M. Nicolas favre) ; Herpes génital (HSV2 « ++ », HSV1) ; Condylomes acuminés.

Diagnostique bactériologique :
1- Chez l’homme :
Prélèvement urétral : (généralités).

Examen directe :
Etat frais : pour les levures et Trichomonas vaginalis (rechercher dans le 1er jet). Gram : aspect spécifique, Neisseria « CGN en diplocoque », recherche de Clue cells dans le cas du Chlamydia. Fiche de renseignement : Le temps d’incubation (délai entre rapport suspect et l’apparition clinique) oriente la diagnostique (<10j gonocoque, >10j Chlamydia).

Culture :
2x GSC + VCN (Vanco-Colistine-Nystatine) 24-48H, 37°C sous CO2. - Colonies transparentes grisâtre Neisseria ; - Colonies grandes blanchâtre à contour régulier Entérobactéries. -

2- Chez la femme :
Prélèvement (voir généralités)
Fiche de renseignement : • Aspect macroscopique des leucorrhées ; • Autres signes : prurit vulvaire, brûlures mictionnelles. • Antécédent : Diabète ; • Circonstance de survenue de l’infection (préciser les symptômes du partenaire). Le nombre d’écouvillon est (01 mycologie, 02 bactériologie « vagin, col ») ; Le transport se fait dans les 30 min max.

RAFUNIT | UDL

2

Microbiologie Médicale

EC des prélèvements génitaux

Examen direct :
• • • • Etat frais : (Trichomonas, levures …) ; Gram / Bleu de méthylène : apprécier l’état de la flore de Doderlein (filet bacillaire), si absente ou diminuée déterminer les bactéries qui y ont proliférer. Pour la syphilis : le diagnostique reste sérologique Pour le chancre mou (Haemophilus ducreyi), il est difficilement cultivable, son diagnostique est posé par coloration au BM sur frottis effectué sur la sérosité du chancre (les bacilles apparaissent en bande de poisson ou en chaîne de bicyclette). Culture : (Voir schéma).

V-

Interprétation :
Selon l’aspect des leucorrhées ± d’autres facteurs : 1- Leucorrhées filantes abondante grisâtre fétide + clue cells : - Test à la potasse à l’odeur de poisson (+) G.vaginalis (BGN, ox(-), cat(-)). - Test à la potasse (-) C. trachomatis. 2- Leucorrhées abondantes blanchâtre caillebottées + dysurie + prurit vulvaire (++) : - Candida (faire test de blastèse si (+), [1 colonie dans sérum humain pdt 2h à 37°C filamentation + blastospore] Candida albicans) 3- Leucorrhées verdâtre + rapports douleureux + miction brûlante + odeur fétide : - Trichomonas vaginalis. 4- Leucorrhées purulentes jaunâtre + signe d’urétrite chez le mari + CGN en grain de café Neisseria gonorrhoae ox(+), cat(+).

RAFUNIT | UDL

3

Microbiologie Médicale

EC des prélèvements génitaux

RAFUNIT | UDL

4

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful