Flammarion, Camille (1842-1925). Les Merveilles célestes, lectures du soir, par Camille Flammarion,.... 1897.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 : *La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service. Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques. 3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit : *des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle. 5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays. 6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978. 7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

BIBLIOTHÈQUE

DES

ÉCOLES

ET DES

FAMILLES

C.

FLAMMARION

LES

MERVEILLES

(ÎLESTES

Prix:

2.60

PARIS ET I'. HACHETTIi LlBU.AlHiK , 7,9,BOULEVAnb 79 SA1NT-GE11S1A1N,

LES

MERVEILLES

CÉLESTES

L'Éruption du Krakatoa et les Tremblementsde terre. Rêves étoiles.10"mille. Annuaires astronomiques. in-12. Qu'est-ce le Ciel? 1 vol.1 vol. que Copernicet le Système du monde. in-12.50°mille. 28°mille. Récits de l'Infini. Les Étoiles et les Curiosités du Ciel. contenant plus de cent mille éloiles. i vol. avec les positions et la discussion des orbites. in-18. Globesde la Lune et de la planète Mars. 1 vol. 1 vol. 1 SCIENCES GÉNÉRALES Le Mondeavant la création de l'Homme. GrandeCarte céleste. Hechcrclicssur diverses questions. in-12. 52" mille. 1 vol. 1 vol. in-S. 9 vol. in-S. 2 vol. Dieu dans la Nature. in-S.i vol. in-12. in-18.35"mille. 1 vol. LesDerniers jours d'un philosophe. Clairs de Lune. 1 vol. Astronomiepopulaire. In-folio. I vol.H0"mille. gr. 11°mille. I vol.de sir II. Lumen. 50"mille. gr. in-12. Les Étoiles doubles. tTranie.PAUL RODÀRD. L'Atmosphère. 1 vol. gr. in-18. in-12. in-12. B .254-97. Lumen. in-12. in-12. Planisphère mobile. Première édition. in-12. Petite Astronomiedescriptive. 1 vol. in-2i. Carte générale de la Lune.100°mille. 1 vol. 1 vol. OUVRAGES PHILOSOPHIQUES La Pluralité des Mondes habités. in-S.2i° mille. VARIÉTÉS LITTÉRAIRES Dans le Ciel et sur la Terre. La Fin du Monde. Les Mondesimaginaires et les Mondesréels. in-18. in-12. contenant toutes les étoiles visibles à l'oeil nu. in-18. 1 vol. Les Terres du Ciel. ASTRONOMIE PRATIQUE La planète Mars et ses conditions d'habitabilité. Stella. roman sidéral.13"édition. gr. ZT édition. Études sur l'Astronomie. Supplément de VAslronomie populaire. Etude synthétique accompagnée de 580dessins lèlescopiqueset 2'A cartes aérographiques. 1807. 50"mille. Cataloguedes éloiles multiples en mouvement. in-S. gr. in-8. in-18. in-18. Exposition des grandes découvertes de l'Astronomie. 1 vol. in-12. Petit Atlas astronomiquede poche.23"édition. Mes Voyagesaériens. in-S. 1vol.1 vol. 1 vol.vol. DAVY.Météorologie populaire.donnant la position des étoiles pour chaque jour.Imp. 1 vol.25° édition.OUVRAGES DU MÊME AUTEUR ENSEIGNEMENT DE L'ASTRONOMIE Les Merveillescélestes. Grand Atlas céleste.1 vol. — — Coulommiers. 1 vol. Contemplationsscientifiques. Description des planètes de notre système. gr.

reproduction . LU ST 11 ÉIî I)1! 10 7 f. IlAVUII1S S PARIS LIBRAIRIE HACHETTE ET Cle 79 79. BOULEVARD SAINT-GERMAIN.BIBLIOTHÈQUE DES ÉCOLES ET DES FAMILLES LES MERVEILLES CELESTES LECTURES DU SOIR l'An CAMILLE FLAMMARION KD1ÏIOX I I. 1897 Drnils île traduction elde réservés.

.

et bientôt . à comau sein duquel prendre la Terre n'est qu'un atome. à admirer. Et combien d'êtres vivent et meurent sans s'être doutés de la vérité! Notre but ici n'a pas été seulement d'enseigner. en effet. et de montrer combien il doit être agréable d'être instruit. déjà commencer la construction générale à. on peut. ne tarderont que les plus pures jouissances notre vie résident dans la contemplation de la nature . Nous le demandons en effet à nos jeunes lecteurs : qu'ils permettent seulement à leurs intelligences de s'approcher ils de au bord des panoramas pas à deviner révélés par la Science. mais principalement de répandre le goût de l'étude. de l'univers.PRÉFACE DE CETTENOUVELLE DITION É MILLEexemplaires CINQUANTE répandre la bonne de ce petit livre sont allés semence un peif partout. et ouvrir devant les esprits les plus divers un coin du voile qui cache encore aujourd'hui à presque tous les yeux le sublime spectacle de la nature. Par la lecture de cette exposition tout élémentaire. voir.

l'intelligence pas encore et sur cette planète. sciences le moderne Deux cent et sur le a ces des et le mille hommes sont tombés civiles. au du progrès à notre facilement a été remanié si rapides pourrait vrage science. qu'on en les vérités . constater des de se tenir découvertes constamment astronomiques. désir. c'est là notre fervent. édition. toutefois. de tous leurs positives de son les Merveilles célestes allumer le feu de l'admiration de notre pour époque les découvertes et l'indépendance qui font la gloire progrès ! Cet ouvrage niveau se doit à lui-même croissant époque.vi leur ardeur grandes Donner frémissante PRÉFACE. En comparant qu'à chaque suivant qu'il chaque on l'oude la réimpression la marche et augmenté cependant voir des Il faut avouer y a un quart comme exactes. siècle. quoi des coeurs qui palpitent. pavé des guerres reculé la civilisation mèneront de plus d'un et qui sait où nous redoublements conquérants maréchal éteinte d'efforts d'outre-Rhin? militaires Malgré nécessités le prince par l'ambition de Bismarck n'est de Moltke. sur les champs au lieu d'avancer. se sentira avide de comprendre les vérités de la création. On étudie encore Là force brutale spirituelles. aura servi à créer le goût des saines études. de bataille de siècle frappé de on a pu craindre vertige. pas seule. un instant progrès s'arrêter. que le succès Nous espérons ou à développer pour la première Puissent lecteurs de cet ouvrage ce goût si noble fois au spectacle dans les esprits des révélations dans l'âme qui s'ouvrent scientifiques. Il y a encore des âmes qui pensent n'y règne qui.

lorsqu'on voit désireux philosophique comme des Mondes habiles complet par la à sa trente-septième comme de cent et un traité acclamé d'astronomie. par exemple. Celui des Etoiles travaux Celui des doubles sur ce Comètes a été a été remanié retouché sujet. nous avons pu ajouter qui le constituent. douter du progrès et de la victoire définitive Qui pourrait de l'instruction actuel société. Les hommes travailler sans véritablement dignes de ce nom continuent La science de dans les oeuvres de l'esprit. plaires autant ouvrage parvenu positive? qui pourrait scientifiques dans douler du développement foutes les classes que cinquante de la des goûts lorsqu'on voit. mille exempar un de ce modeste de lecteurs petit livre ont déjà été demandés de s'instruire. dise. été développés. suite de nos propres curieux progrès Les illustrations de ce livre ont suivi le même que son texte. les dernières documents aux sujets variés modifié d'après et l'élude Le chapitre du Soleil a été spectrale constamCeux découvertes explosions de l'analyse qui hérissent des formidables ment sa surface des planètes de flammes gigantesques Mars et Jupiter et tourmentées. par et complété. cet ouvrage certains nouvelle édition. En relisant entièrement se développe pour cette cesse.PRÉFACE. vu La connaissance de la grande et sainte nature se développe malgré tant d'obstacles. ont. la Pluralité édition. constituent la vraie. la seule gloire de l'humanité. . sympathie VAstronomie poimiairc. mille souscripteurs? L'auteur n'éprouve mais en ceci aucun sentiment de mesquine vanité personnelle.

rai il lui semble signe manifeste qu'on PRÉFACE. ne peut s'empêcher de reconnaître et de l'ascension là un de l'es- de la transformation et sublimes éludes qui sont la gloire de vers les grandes prit et le — et qui sont en même temps la lumière l'humanité bonheur de la vie. juin 1891. . Paris.

que ton langage est. Quelles sont les âmes pour lesquelles le spectacle des nuits étoilées n'est pas un éloquent discours? Quelles sont. Lorsque que lessoleils ontfa robeest paréo. et qui n'ont fias cherché le mot de la grande énigme de la création? Les heures solitaires de la nuit sont. d Contemplant •Terre t inédite n paixsoustonomlu'oacrée! e e s DuFONTANKS. comme on le dit quelquefois. 0 nuit. elles écartent celles que Je soleil étend dans l'atmosphère. celles qui ne se sont pas arrêtées quelquefois en présence des mondes rayonnants qui planent sur nos tètes. celles où nous avons la faculté de nous mettre en communication infime avec la grande et sainte nature. véritablement les plus belles d'entre toutes nos heures. u. des îles de lumière au l . L'astre du jour nous dérobe les splendeurs du firmament : c'est pendant la nuit que les panoramas du ciel nous sont ouverts.LES MERVEILLES CÉLESTES L'ENSEMBLE i LA NUIT ONuit! tonlant^to'o estsulilimo moi. aussicahno toi.ue pour seulet pensif. disait lord Byron... la voûte des cieux est parsemée d'étoiles semblables à. sublime pour moi!. Loin de répandre des voiles sur l'univers. « A l'heure de minuit.

on se met en communication plus intime avec la nature. sa mission est d'embrasser l'universalité créées! Au souvenir de ces impressions intimes. Qui peut les contempler et ramener ses regards sur la terre sans éprouver un triste regret. au-dessus de Ils traversent les blanches laquelle les astres resplendissent. régions constellées. On redevient soimême. cache mou oimui : Mon coeurà la uremierc étoile S'ouvre comme une lleu'r de nuit. et que initie points d'interrogation se dressent devant notre regard. ils franchissent celte étendue inexplorée et gravissent plus haut encore. nos regaids s'élèvent librement dans le ciel. Le problème de la créalion est un grand problème! La science des étoiles est une science des choses immense. a décrit ces impressions avec une grande délicatesse. milieu d'un océan suspendu sur nos têtes. la pensée aux ailes rapides accompagne le rayon visuel avant-coureur. n'est pas encore digne de recevoir sur son iront la couronne de l'intelligence? La nuit est véritablement l'heure de la solitude. ne seinblc-L-ii pas que l'homme qui ne ressent aucun sentiment d'admiration devant le tableau des splendeurs éloilées. Une femme poète. C'est alors que mille questions naissent dans notre esprit. ces lointaines splendeurs. jusqu'à ces nébuleuses pâlissantes dont la clarté diffuse semble marquer les bornes du visible. . La grandeur du spectacle céleste réveille cette éternelle prédisposition à la mélancolie qui réside au fond de nos âmes. Dans cet immense trajet du regard. on s'isole de la vie factice du monde. l'azur foncé de la voûte apparente. où tombe le voile Qui. le jour. et bientôt cette contemplation nous absorbe dans une rêverie vague et. Voici l'heure. où l'âme contemplative se régénère dans la paix universelle. Mme de Girardin.2 LES MERVEILLES CÉLESTES. avec la vérité. indéfinissable. perçant. se laissant porter par son essor et contemplant avec éfonncinenl. visitant les contrées lointaines de l'espace où les éloiles les plus brillantes perdent leur éclat par la distance. et sans désirer des ailes pour prendre l'essor et se confondre parmi leurs clartés immortelles? » Au sein des ténèbres.

On nage. dontla clarté conduit nos regards jusqu'au sein de l'Eternel.. Ma muse reconnaissante te doit des vers. Et quel sujet serait plus digne d'être chaulé par l'homme? En quel autre essai pourrions-nous mieux préparer nos sens à soutenir les ravissements de la félicité céleste?. née avant l'astre des jours. Celui qui chanta les Nuils dans la langue de Newton. dois lui survivre encore. on plane dans l'espace. l'attache à ce spectacle par un charme inépuisable et la force de contempler sans cesse? Le jour n'a qu'un soleil. s'écriail-il. Quel fastueux appareil! quelle profusion de merveilles! quel luxe et quelle pompe le Créateur a déployés sur ce théâtre! Quel oeil peut en embrasser l'étendue? Quel csl cet art inconnu qui enchante l'âme. « 0 Nuit majestueuse. elle (lotte sur les pas et. 0 nuit! pour moi brillanle el sombre. s'est quelquefois élevé dans ses hymnes à de magnifiques pensées. ni loi. papillon céleste.LA NUIT.. ni douleur. auguste ancêtre de l'univers. J'élance ma pensée au-dessus de ce monde inférieur. Je trouve tout dans la beaulé : Tu réunis l'étoile et l'ombre. Sans crime peut choisir sa Heur. el de plus auguste. toi que les mortels et les immortels ne contemplent qu'avec respect. parmi les routes illimitées où sont empreints les magnifiques vestiges de sa puissance. Le mystère et la vérilé. la nuit en a des milliers. où commeneerai-jc. D'un monde Irompeur rien ne resle! Ni chaîne. Quels torrents de l'eu versés de ces urnes innombrables tombent ensemble des hauteurs du firmament! . les nuages nuancés par lés ombres et repliés en mille contours divers composent l'immense draperie de ta robe éclatante. 0 Nuit! fa sombre grandeur est ce que la nature a de plus touchant. où dois-je finir la louange? Ton front ténébreux est couronné d'étoiles. Et l'âme. loi qui. Par l'esprit du soir emporté. se déploie le long des cieux azurés. Une àmc dans l'immensité. On n'est plus qu'une ombre qui passe. Edouard Young.

comme un globe se balançant sous nos pas. et sa nature. tant son voyage est immense refendue de les conquêtes sur cet Ambition. cicux. la Terre au reste de la création. . je me sens à la fois terrassé dans la poussière et ravi dans les.. nous ne pouvons nous former la moindre idée de la disposition générale du monde. Transporté et confondu. d'un ciel pur l'immense panorama de la création. et de franchir la sphère étroite tracée par les limites de l'action de nos sens. elle. la scène change : les vapeurs qui obscurcissent l'horizon nos yeux dessillés contemplent dans la sérénité s'évanouissent.. mon imagination succombe.. et notre pensée demeure incapable de s'élever au-dessus du spectacle journalier de la vie. laissez-moi Mais ma vue ne peut trouver de terme. l'Astronomie éclairer sur notre valeur relative et nous faire le mieux conles rapports qui relient. Au contraire. il nous est impossible de savoir où nous sommes ni qui nous sommes. mille globes semblables sont bercés dans l'élher. vante maintenant atome De nous naître Sans où nous sommes perdus! » est celle qui peut le mieux toutes les sciences. de concert avec les bardes sacrés dont la lyre ' est digne de chanter ces grandeurs . C'est à la nuit qu'il faut demander ce spectacle. le monde s'agrandit à mesure que s'accroît la puissance de notre regard. La Terre apparaît. Oh! laissez-moi voir. et l'ordre auquel elle appartient.4 LES MERVEILLES CÉLESTES. c'est la nuit qu'il faut invoquer. Elle veut encore se ranimer. tant son bonheur est grand. Elle ne neûl ni résister à l'attrait qui l'entraîne. promener mes pensées et ma pensée s'égare dans un désert. ni d'établir une comparaison instructive entre le lieu que nous occupons dans l'espace et la totalité de l'univers : sans elle nous ignorons à la l'ois et l'étendue réelle de notre patrie. établissant à la fois notre rang et notre relation avec la multitude de mondes semblables qui constituent l'univers. ni atteindre au terme qui la fuit. comme l'histoire des siècles passés en garde le témoignage.. Au milieu de son vol. lorsque le flambeau de la science du monde nous illumine. Enfermés dans les langes ténébreux de l'ignorance. et dès lors la création universelle se développe devant nous dans sa réalité. un brouillard épais couvre l'horizon qui nous enserre.

éloignons-nous de celle marche ordinaire. une nouvelle vie. Durant ces heures solennelles. au contraire. afin d'effacer avant tout les illusions ducs à nos sons. au contraire. une force plus puissante. par lever le voile. elle reprendra. sinon dangereux. Ne suivons pas celte voie fâcheuse. Aquilons. assoupissez vos échos ' Le silence et la profonde paix des nuits étoilées offrent à notre •faculté contemplative la scène qui lui convient. La poésie. 0 nuit! déroulez en silence Les pages du livre des cieux . Mais la poésie du spectacle de ces apparences sera bientôt surpassée par la magnificence de la réalité. et commençons. d'abord. La fiction ne saurait être supérieure à la réalité . afin de laisser la réalité resplendir. et nulle heure n'est plus propice à l'élévation de l'âme vers les beautés du ciel.LA NUIT. Et c'est sur ce point que nous allons insister tout. i.NI. il est complètement inutile. de passer les premiers instants d'une causerie astronomique à décrire des phénomènes apparents dont il faudra ensuite démontrer la fausseté. dont le souffle harmonieux berçait tout à l'heure notre âme suspendue. LAMAUÏI. repliez vos ailes. gravitez en cadence Dans vos sentiers harmonieux. celle-ci va devenir pour nous une source d'inspiration. no s'évanouira pas pour cela. Astres. un nouveau souffle. .. Terre. plus riche et plus féconde que la première. Il me semble convenable d'éloigner les causes d'erreur qui peuvent laisser dans l'esprit de fausses impressions.

comme. et c'est là ce qui constitue la succession des jours et des nuits. Il est évident. en effet.Il LE CIEL Oli depuis ! cettelorrooù rampentes mortels. toutes ses parties se présentent successivement. Lorsque nous sommes enveloppés par le calme silencieux d'une nuit profonde. pour chaque pays du monde. si notre monde était le centre el le pivot de la création. De plus. nous sommes portés à étendre à l'univers tout entier la scène qui nous entoure. et pour nous préparer à la conception de l'ensemble du monde. de là que la nuit n'est autre chose que l'état de la partie non éclairée. r '. comme notre globe tourne sur lui-mAmc. sondera cieuxl'insondable des Qui distance. nous reconnaîtrons que le côté tourné vers le Soleil est le seul éclairé.'intini ecommence l l^uand. et auquel le reste de l'univers ne participe pas. l Del'espace fuyantles videséternels. en l'absence du soleil. n'éclaire à la l'ois que la moitié du globe terrestre. de L'ombre répandue sur l'hémisphère son coucher à son lever. Ce simple coup d'oeil suffit pour . n'est qu'un phénomène partiel circonscrit à la Terre. 18r><). mais seulement ceux qui sont tournés vers lui. Si nous considérons le globe terrestre suspendu dans le vide de l'espace.' après . l'iniini. tandis que l'autre côté est dans l'ombre produite par la Terre même à l'opposé du Soleil. au Soleil et passent successivement dans cette ombre. (pie le soleil ne pouvant éclairer à la fois tous les côtés d'un même objet. il suit. Quelques instants de réflexion suffiront pour nous montrer combien cette illusion est grossière.

et que le ciel. . le mouvement ne se laisse point suspendre. Le ciel. en est indépendant. Le ciel et la Terre ne font pas deux créations séparées. le reste de l'univers. il arrivera que. et le ciel comme sa moitié supérieure. et que la période qui chez nous est consacrée au repos n'étend pas jusquelà son influence. étrangers à fout le reste de l'univers. 7 montrer que le phénomène auquel nous donnons le. si. nous nous élevons en esprit au-dessus de la surface terrestre. Tandis qu'ici les êtres sont ensevelis dans l'immobilité d'une nuit silencieuse. roulent dans la contrée de l'espace où nous sommes. comme lui dans l'espace. Il est très important que nous sachions tout d'abord nous habituer à cette idée de Visoleinenl de la Terre au sein de l'étendue. la vie rayonne.son action dominante dans les cicux (comme sur l'hémisphère opposé au nôtre) à la même heure où la nuit immobilise tous les êtres sur l'hémisphère que nous habitons. c'est celle qui nous présente la Terre comme la moitié inférieure de l'univers. ils ne les mettront pas en doute et voudront bien me croire sur parole. comme la Terre. là-haut les forces de la nature continuent l'exercice de leurs fonctions brillantes. nous reconnaîtrons que la nuit de la Terre ne s'étend pas jusqu'en ces autres mondes. et le règne de la lumière poursuit. Si nous nous élevons jusqu'à l'une des planètes qui. mais. Mille et mille globes semblables roulent. nom de nuit appartient en propre à la Terre. — Je ne démontre pas encore maintenant la vérité de mes assertions. sauf à me rappeler plus lard que mon devoir sera de justifier tout ce que j'aurai avancé. il soit urgent de nous désabuser tout d'abord. à une heure quelconque de la nuit. comme on nous l'a répété mille et mille fois : ils ne sont qu'un. et à penser que fous les phénomènes que nous observons sur ce globe lui sont spéciaux. mais je leur demande la permission de développer tout de suite devant leurs yeux une esquisse générale de l'univers. Du reste. le soleil luit. La Terre est dans le ciel. nous retrouverons le Soleil versant ses flots de lumière dans l'étendue. loin de rester toujours dans la nuit. C'est pourquoi.LE CIEL. je leur promets de le l'aire le plus tôt possible. Il n'y a rien au monde de plus faux. L'une des plus funestes illusions dont. comme mes lecteurs sont de bonne compagnie.

sont groupés en famille. en compagnie d'un grand nombre de globes semblables à elle. — La nuit et le jour. La Terre est. el tous ces autres globes planent de menu. dans les eieux sont. le vide sans bornes. Autrement. Ces mondes. isolément dans l'espace. il n'a ni commencement ni nulle frontière ne le circonscrit. elles sont très éloignées d'ici. le nôtre est l'un des membres de cette famille. point . lorsqu'on a coupé le mince cordon qui les retenait. elle en fait partit 1. la Terre est un globe suspendu dans cet. source de la lumière qui les illumine et de la chaleur qui les échauffe.de leur propre lumière. à des distances inimaginables.8 LES MERVEILLES CÉLESTES. l'étendue indéfinie. espace. mais c'est encore une vérité qu'il est éminemment nécessaire de se bien fixer dans les trois quarts des l'esprit. plus près de nous. des globes isolés. Kif-ç. comme ces petits ballons qui s'élèvent et planent dans l'atmosphère. ce groupe est comme une flotte d'embarcations diverses bercée dans l'océan des cieux. placé dans cet espace. elle est isolée 1 en lui. nous environne de toutes parts . nommés planètes. des astres qui ressemblent davantage à celui que nous habitons.bien entendu et surtout bien établi dans noire pensée : le ciel. c'est. Planant au sein du vide qui l'entoure de toutes parts. c'est l'espace immense. des soleils brillant. comme un boulet qui se tiendrait seul dans l'air. l'espace qui 1. ni haut ni bas. fin. Au centre de ce groupe brille notre Soleil. Mais la Terre n'est. un astre du ciel. Il y a. Toutes ces étoiles qui scintillent. Cette conception de l'univers est non seulement très importante. pi gauche ni droite : c'est l'infini des espaces qui se succèdent éternellement dans tous les sens. sans soutien d'aucune sorte. en ce sens qu'ils ne sont point des soleils. pas seule dans cet espace. . découvertes resteraient astronomiques Ainsi voilà ce premier incompréhensibles. c'est un petit globe de matière. elle le peuple. La Terre. mais des terres obscures recevant comme la nôtre la lumière de notre Soleil.

s'ouvriront.. que les plus hauts chiffres de notre numération si puissante sont à peine eu état de dénombrer tes plus faibles d'entre elles. de se représenterà la fois ce nombre considérable de systèmes elles dislances qui les séparent les uns des autres! Confondue et bientôt anéantie à l'aspect de cette richesse infinie. Malgré l'apparence causée par la perspective de l'éloignement. légions brillantes qui avant. et plus loin. distances telles. elle ne saura qu'admirer en silence celte indescriptible merveille. sans cesse. peut ne ô Éternité? Qu'y a-t-il pas ressentir tes émotions immortelles. rivalisant.LE CIEL. si ce n'est Celui qui coin mande à vos chars dorés de rouler par les cieux? Quel est l'habitant de cette terre qui. beaucoup plus loin. franchissant les filages lointaines de cet océan sans bornes.. el lors même que. dans l'immensité. Ces soleils sont en nombre si considérable. elle découvrira toujours un nouvel espace. là même l'infini d'une étendue inexplorée resterait encore ouvert devant elle.. d'immenses distances séparent tous ces soleils du nôtre. l'infini de l'espace s'opposerait à l'infini du temps... que leur énuniération surpasse encore elle-même tous nos moyens.. après des immensités. autour du Soleil circulent les planètes.. 9 Ainsi.. S'élevant sans cesse par delà les deux.. devant vos armées. l'âme perpétuerait son essor au do!:: des bornes les plus inaccessibles que l'imagination puisse concevoir.. . après les déserts de l'élendue. n'étant encore qu'au vestibule de la création infinie.. sans que jamais l'un puisse l'emporter sur l'autre. les cieux succéderont aux cicux. « Etoiles. qui dira vos myriades brûlantes.. tous les âges avez dressé vos tentes dans vos plaines de saphir.. les sphères aux sphères. d'autres déserts. brillent d'autres soleils que la distance réduit pour nous à l'aspect de simples étoiles. les millions joints aux millions ne parviennent pas non plus à en dénombrer la mul' titude!. Que la pensée essaye. d'autres immensités.. emportée sans trêve pendant des siècles avec la rapidité de la pensée... au nombre de huit principales. et l'esprit s'arrêtera exténué de fatigue. et toujours de nouveaux mondes se révéleront à son avidité. s'il lui est possible.. et comme s'il n'avait pas avancé d'un seul pas dans l'espace! L'imagination suspend son vol et s'arrête anéantie.

A.premier pas de l'erreur antique et nous nous platrop longuement consacrée par les apparences. dans vos lumières la destinée d'une gloire sans sommeil '? » L'immensité des cieux a été chantée sur plusieurs lyres. au lieu d'une robe diaprée de broderies d'or ou d'un voile orné d'ornements éclatants. mais comment le chant de l'homme pourrait-il rendre une telle réalité? Les poètes ont. et que foui perdu dans l'abîme. allant se perdre au sein d'une mulliliidc de mondes semblables. nous désabusant dès le . et que la contemplation de la nature réelle renferme une somme d'inspirations plus riche et plus féconde que l'illpsion du spectacle offert par nos sens? Au lieu d'une nuit immense s'étendant jusqu'à la voûte d'azur. disparaissent l'infini de la création se révèle avec l'infini des espaces. disparaît dans l'ombre. se reposant dans l'ombre d'une colline. Citoi. gratifiée. çons en de bonnes conditions d'étude. nous sommes au sein de la vie et. contemple le paysage éclairé qui se développe jusqu'à l'horizon lointain. S/nrs. de la mort. Au lieu de l'immobilité. et notre dont. Dans la. voient. du rayonnement universels. du silence. C'est ainsi que. succombant sous le poids de ses propres pensées. perdant la prépondérance l'avaient. les voûtes arbitraires et le ciel nous ouvre ses profondeurs. 1.10 de merveilleux LES MERVEILLES CELESTES. la' lumière de la vérité. The . nous sommes semblables au voyageur qui. nous franchissons les célestes campagnes el nous prenons une première esquisse de i'univers. essayé de l'exprimer dans des vers où l'on sent de ta parole pour noter les ponsers immenses que l'insuffisance merveilleuse. La nuit n'oslplus qu'un accident. et nous nous préparons à recevoir facilement les vérités nouvelles que la Nature doit successivement révéler à notre studieuse ardeur. à ce que l'âme. même au point de vue du sentiment poétique. développe en nous cette contemplation N'élais-je pas fondé à avancer plus haut que la réalité est supérieur!! à la fiction. nous assistons au spectacle de la vie sur les mondes. se recule sous nos pas el. nos prétentions Terre. liberté de noire essor.Y. un accident heureux qui permet à nos regards do s'étendre au delà des bornes que le jour nous trace.

que. ne se sont distinguées des étoiles que par le mouvement : avertissez que ce sont des mondes. que Jupiter est I :)00l'ois plus grand que la terre. pour 0 échelle la vitesse de la. parlez des lunes multiples de ces mondes éloignés. lumière : dites qu'elle parcourt. fort étonné. suivant toute apparence.') 00 lieues par seconde. lumière ne nous arrive pas en moins de dix. minisire dans une église de Berlin. notre Soleil est 11100 00 l'ois plus grand que la terre. certaines étoiles pourraient être visibles plusieurs milliers d'années après avoir été anéanties. ne citez pas de lieues : les nombres seraient trop grands. répond le ministre. « Vous avez sans doute parlé de cieux de cristal : dites qu'ils n'existent pas. — Faites l'expérience que je vais vous indiquer. le grand Euler. en suivant Anaxagore. Euler attendait son ami avec impatience. l'autre moitié a dormi ou a quille le temple. décrivez les merveilles de l'anneau. repartit Euler. » Tel est le conseil que donna Euler. pas. l'ait du Soleil une masse égale au Péloponèsc.la description du inonde dans les philosophes grecs ou dans la Bible. ils ont oublié le respect. Il arrive i. dans une tenue qui paraissait. L'univers de la science était de cent coudées plus grand que le monde rêvé par les imaginations les plus ardentes. prenez le monde des astronomes. qu'il en est d'autres dont la. dilesà vtitre audiloire que. vous avez probablement. Eh bien.LE CIEL. Les planètes. dans vos explications. la loi n'a plus de bases. « En passant des nV. « En arrivant aux étoiles. 0 incontestables. l'iril terne el. . Dans le sermon qui a. était très pieux. on ne les apprécierait. Euler. le coeur ne se laisse plus émouvoir. Un de ses amis. parce qu'il montre combien le monde réel renferme plus de puissance que l'empire des fictions. de plus poétique el de plus touchant : j'ai cité les anciens philosophes et la Bible elle-même : la moitié de l'auditoire ne m'a pas écouté. prenez. Le rroiriez-vous? J'ai représenté cette création dans tout ce qu'elle a de plus beau. je suis bien malheureux. ajoutez ensuite qu'il n'existe aucune étoile dont la lumière nous vienne en moins de trois ans. H Laissez-moi. suivant des mesures exactes. que les comètes les briseraient. Il est tiré de la vie du grand mathématicien Euler. montrez. à leurs dislances. le ministre découvrit le monde de la Science. 7'. même par le spectacle des merveilles de la création. s'écrie : » Qu'cstil donc arrivé"? — Ah! monsieur Euler. en terminant ce chapitre.dlats certains à ceux qui n'ont qu'une grandi: probabilité. été si peu écouté. Ce conseil fut suivi : au lieu du monde de la Fable. indiquer le désespoir. el. vous rapporter un épisode digne d'être plus connu qu'il ne l'est encore.100 fois. el c'est Arago qui en est le narrateur. vingt.qu'ils devaient au saint temple. Saturne '. car la lumière qui en émane emploie plusieurs milliers d'années à franchir l'espace qui les sépare de la terre. L'astronome.nlin. vint lui dire un jour : « La religion est perdue. Au iieu de prendre. dévoilez-le Ici que les recherches astronomiques l'ont constitué. ils m'ont applaudi ! >. cinquante et cent ans. Il y avait incomparablement plus de poésie dans la réalité que dans la Fable.

qu'elle contemple avec effroi et sans pouvoir tes regarder en face.vais embrasser coupd'oeil 'l'un je Cesdésertsoù Newton. nous l'espace. car toute définition ne pourrait qu'obscurcir l'idée primitive qui est en nous. t d . quoiqu'elle comprenne leur existence et leur nécessité : telles sont celles de l'infini de l'espace et de l'éternité de la durée. Chercher à les expliquer serait une peine stérile : il suffit de les mettre on face de notre attention pour qu'elles nous révèlent à l'instant toute l'immensité do leur valeur. ces vérités s'imposent à nous el nous dominent. nous ne voulons en citer ni même en rappeler une seule.uiut. 11 y a des vérités devant lesquelles la pensée humaine se sent humiliée et confondue. Impossibles à définir. Mille définitions en ont été données. Planait.le voulais révéleri|uolssublimesccords a dansl'élliertousles célestes Répandent corps: Maisdevanteuxs'abîme s'éteintnia pensée. <ro. surl'ailedu pénic. C'est trop peu. Il y a. et nous y engager pour essayer d'en pénétrer la profondeur. enanten mainle compas 'Uranie. dans la nature.III L'ESPACE UNIVERS KL Insensé. Mais nous voulons ouvrir devant. La vitesse d'un boulet de canon à sa sortie de la bouche à feu est une bonne marche : 400 mètres par seconde. par exemple la vitesse de la lumière. Cette vitesse est . des mouvements incomparablement plus rapides. el Uorc. car notre vitesse ne sérail guère que de 1 440 kilomètres à l'heure. Mais cette marche serait encore trop lente pour notre Aroyage dans l'espace.

Ceci vaut mieux : aussi prendrons-nous ce moyen de transport. avec la même . pendant un an est. et c'est ici le point merveilleux du problème. Emportés sans arrêt. i:t de 300 000 kilomètres par seconde. qu'exprimée en kilomètres. Permettez-moi donc. nous pourrions joindre les siècles aux siècles dans le même itinéraire. depuis longtemps nous marchons en d'autres domaines. Où sommes-non. Dix secondes. A la fin de la première seconde.. pendant un jour. pendant une heure.. pendant un million d'années!. nous pourrions recommencer la même course à partir du même point.. le nombre qui la mesure surpasse notre faculté de compréhension et n'indique plus rien à notre esprit : ce sont des Irillions. pendant des mois La ligne que nous avons parcourue entiers. à la lin de la deuxième.. "' Depuis longtemps nous avons franchi les dernières régions éloilées que l'on aperçoit de la Terre. inconnus. les milliards joints aux milliards ne signifient plus rien . Eh bien. déjà si longue. G00000. Nous continuons. Nulle pensée n'est capable de suivre le chemin parcouru. Poursuivons.. nous nous dirigerons en droite ligne vers un point quelconque du ciel. pendant cinquante ans.. pendant dix mille ans. dix minutes sont écoulées cent quatre-vingts millions de kilomètres ont fiasse. el que nous nous laissons emporter par sa course rapide. où nous sommes.. les dernières que -l'oeil du télescope a visitées. perçons l'étendue en ligne droite pendant dos années entières. Mais ne suspendons pas noire essor.. pendant mille ans. à l'aspect de celte étendue prodigieuse l'imagination s'arrête. nous n'avons pas avancé d'un seul pas dans l'espace.. par une comparaison vulgaire. de vous dire que nous nous mettons à cheval sur un rayon de lumière. anéantie. Nous ne sommes fias plus rapprochés d'une limite que si nous étions restés à la môme place. des millions do millions.L'ESPACE UNIVERSEL. par cette même rapidité de 300 000 kilomètres par chaque seconde. nous avons déjà parcouru 300 000 kilomètres. Nous parlons. pendant une semaine. sans jamais ralentir notre marche. pendant u\\ siècle.. Prenant la 'ferre pour point de départ... une minute.... et ajouter à notre voyage un voyage de même étendue . inexplorés.

car. Quand. quand je m'armerais îles ailes de l'Aurore. par exemple. en arrière. infinie. Sous ces goull'res sacrés égarant mon audace. ni voûte. . a voulu célébrer dans les imaees suivantes : Oui. nous nous arrêterions fascinés ou désespérés devant l'immensité éternellement. stupéfaits. el que nous ne sommes pas plus avancés qu'à notre point de départ. Nous devons donc nous représenter l'univers comme une étendue sans bornes. monter au ciel. en avant. Je verrais s'écouler les siècles réunis. ces mots n'ont qu'une acception relative à. cet espace universel que l'auteur du Génie de l'homme. sans espoir. éternellement renouvelée. étant situés au sein do l'infini. c'est l'infini qui nous enveloppe : nous pourrions voguer pendant l'éternité sans jamais trouver autre chose devant nous qu'un infini éternellement ouvert. en lias. dans tous les sens. nous reconnaîtrions. et dans ce videinfini une quantité prodigieuse de inondes. El pressé. l'our compter les soleils dont le ciel se décore. illimitée. et lorsque. ni limites d'aucune espèce : le vide dans tous les sens. Ni dôme. — nous pourrions nous diriger vers quelque endroit de l'espace que ce soit. de l'immensité sondant les profondeurs.14 LES MERVEILLES CÉLESTES. que bientôt nous allons décrire. Ma pensée unirait les nombres aux grandeurs . que notre vol séculaire no nous a pas fait mesurer la plus petite partie de l'espace. Sans jamais m'approcher de ce vaste problème. dans le soin de laquelle planent des soleils comme celui qui nous éclaire et des ferres comme celle qui se balance sous nos pas. en haut. ouverte. descendre sous la terre. Il suit do là que toutes nos idées sur l'espace n'ont qu'une valeur purement relative. En réalité. Je nie serais toujours écarté de moi-même. à gauche. — continuer le voyage sans lin ni trêve. après des siècles employés à celle course vertigineuse. Lorsque nous disons. entre deux infinis. à droite. nous ne pouvons ni monter ni descendre: il n'y a ni haut m bas. Chènedollé. Quand j'userais le temps à mesurer l'espace. vitesse. C'est. la surface terrestre (pie nous habitons. sans rivages. ces expressions sont fausses en ellesmêmes.

les yeux " que Discernent auxlimites escieux. planent d'opulentes ui^lomérations d'étoiles. ô Ces!vousdontmitrellerseliel. brillant de leur propre lumière. Découvrit clartés des. a t du Oscillerleslueurs î auxconfins néant. d vu. Si nous comparions l'océan des cieux aux océans de la terre. qu'on 11 e aperçut nvousdes pennesd'univers. ces Lesbernes u possible ntétéreculées d o ! Unmortel pu voir. 1/une contient Ali!la terreesl troploin! nevoisplusleshommes. ÉHATIONS LES ÉTOILESS0K 1»STHIH S I'A11A0(iL0M On. hasard en tous les points de l'espace : elles sont groupées comme les membres de plusieurs familles.I.. foyers d'autant de systèmes de inondes. mais qu'elles sonl réunies (jàet là en archipels plus ou moins riches. Nous montrerons bientôt que toutes les étoiles sont des soleils comme te nôtre. séparées onlre elles par dos vides immenses. Qui. Or les étoiles ne sont pas dissimulées au._rueineiil — lecielet le monde ù nous o sommes.-. selonleursaspectset leursâi^es divers. nous dirions que les îles qui parsèment cet océan ne s'élèvent pas isolément eu tous les endroits de la mer. de Oudéjàrépandaient poussières mondes! leurs KitLien.i sondé relionsvoilées.arméd'unoeil arant.IV ORGANISATION GÉNÉRALE DE L'UNIVERS ï 1 UÉI'. leceslueursblanchâtres. palesuébuleusf.I. MI-KHI.s. Une puissance aussi ancienne que l'existence de la matière a présidé à l'éclosion de ces . Oucontenaient leursseineuees oncor fécondes. diraitfabuleuses'. je . A Au soin do l'espace illimité dont nous avons essayé do concevoir l'insondable étendue.

assister à la création de mondes lointains. qui ne permettait pas à l'oul de séparer les éloiles composantes. H en est d'autres qui ressemblent à de petits nuages et ont reçu le nom de nébuleus'-s. elles sont toutes agglomérées par tribus. peut-être des lluides primitifs dont la condensation progressive amènerait dans l'avenir la formation d'astres nouveaux. la nébuleuse d'Andromède. nébuleuse 1 1)00 petites étoiles. comme par exemple les pléiades. colle apparence ovale et blanchâtre. On croyait. l'astronome llalley ne songeait pas davantage à des agglomérations d'étoiles. chaque. Ainsi. « En réalité. (candela) vue de loin à travers une feuille de corne ». qui de musicien était devenu astronome — g'oùts très compatibles du reste. on pensait qu'il des y avait seulement là des vapeurs cosmiques phosphorescentes. selon leur grosseur. plus brillante au centre. nuageux. îles dont. la première nébuleuse observée à l'aide d'un télescope. île Franconie. l'aspect d'une clarté diffuse. malgré les meilleurs instruments. en remarquant ces aspects parvenus à tles degrés divers de luminosité. comme dans une forêt on peut reconnaître. parfois. disait-il. des arbres de la mèineespècc. nulle d'entre elles ne s'est élevée spontanément en une région isolée. disait qu'elle ressemblait « à la lumière d'une chandelle. on crut. — décrivant. qui. l'agi. el. Il y a quelques années. et signalée comme un objet d'une nature particulière. Celte apparence n'éveillant en aucune façon l'idée d'amas solaires. pouvoir en inférer leurs âges relatifs. Cotte désignation vient de ce qu'à l'invention des lunettes astronomiques on ne distinguait ces tribus étoilées que sous un aspect diffus. Simon Marins.16 LES MERVEILLES CÉLESTES. Ces groupements d'étoiles diffèrent eu densité et en étendue. pur approximation. et pourtant le centre garde encore. tourbillons de substances lumineuses. dontla plupart comptent leur nom lire par millions. Plus tard. ou selon les cercles concentriques qui se forment. celte. chaque archipel compte un grand nombre. un astronome de Cambridge a compté dans les limites de. ces taches ne sont rien autre chose que la lumière venant d'un espace immense situé dans . Il en est où les éloiles sont très écartées. s'affaiblissait sur les bords. fut considérée pendant trois siècles et demi comme entièrement dépourvue d'étoiles. année sous l'écorce.

comme nous allons en être témoins. res nébuleuses ne restent à l'état indistinct qu'à cause do leur éloignement prodigieux. Dorhuin. croire que. et revêtent eux-mêmes toutes les formes possibles. de vraies nébuleuses gazeuses. L'un des amas les plus remarquables et les plus réguliers. par millions les éloiles qui les constituent. » D'autres penseurs s'imaginèrent même que c'était là la clarté du ciel empyrée. dans tous les sens. Pour être juste. vue à travers une ouverture du firmament. Ainsi.ORGANISATIONGÉNÉRALE DE L'UNIVERS. sont résolues eu éloiles. toutes les directions imaginables. celui qui peut en même temps servir le mieux à l'illustration des raisonnements qui précèdent. Ils sont distribués dans l'étendue atonies les profondeurs. ils comptent. mais cela. en réalité. étaient regardées comme des nuages cosmiques.'franchie. semblables aux premières. — Nous étudierons plus loin l'aspect des constellations. cette apparence d'une clarté diffuse se transforma en un pointillé brillant. dont le spectroscope révèle actuellement la. et de l'un à l'autre la distance est. et. el que le jour viendra où. c'est l'amas du Centaure. nature. le nombre des nébuleuses apparentes diminua. celle distance étant. Ces archipels sont eux-mêmes en nombre prodigieux. mais l'analogie nous porteà. à mesure que la puissance du télescope devint plus perçante. n'empêche pas les nébuleuses dont nous parlons d'être de véritables amas d'étoiles. suivant. C'est ce que disait. le télescope en a découvert. l'auteur de YAstrotheolor/i/. la méthode la plus simple pour trouver les objets célestes les plus dignes de notre 2 . incalculable. nous découvrirons là aussi d'immenses rassemblements d'étoiles. On réserve généralement maintenant le nom de nébuleuses à ces formations gazeuses. d'a-iilres dont il n'a pas encore dévoilé la nature. il faut ajouter qu'on révélant la composition sfellaire des premières nébuleuses. 17 les régions de l'éther. aujourd'hui presque toutes celles qui. el. Il y a. du temps de Galilée. Mais lorsque les instruments d'optique furent perfectionnés. que les instruments les plus puissants ne sont pas encore parvenus à vaincre. l'on doit se i-Miréscnter l'espace inlini comme un vide immense au sein duquel sont suspendus des archipels d'étoiles. rempli d'un milieu diffus et lumineux par lui-même.

pour montrer que. dans le télescope. Situé entre les étoiles -i\ et Ç de cette constellation. on voit briller sous ses yeux une multitude prodigieuse d'étoiles fortement condensées vers le centre. 'C'est. A l'oeil nu. Fig. —Cet amas se présente au télescope sous l'aspect reproduit par notre ligure 2. A mesure que ce rayon visuel se rapprochera du centre. ira en augmentant. On le distingue à l'oeil nu. 3) est de même ordre que le précédent. Cette condensation est une preuve manifeste que l'amas d'étoiles n'est pas seulement ciiculaire. Le maximum sera au rentre même. en effet. on le distingue à peine. matière nébuleuse. On ne le voit pas de nos latitudes. mais encore sphérique. attention. — Amasstcllaire du Ocnlniirc. Un instant d'attention suffit. Nous en offrons ici l'image d'après une photographie que nous avons prise en 1895 à notre observa- . il est l'un des plus magnifiques de notre ciel boréal. cet effet d'optique qui avait fait croire à une condensation de la. en 1619. le rayon visuel traversera une longueur moindre s'il regarde les bords de la sphère que s'il regarde! le centre. Cet amas du Centaure a été découvert par l'astronome anglais Halley. comme une tache lumineuse. dans les belles nuits. si l'on regarde de loin une sphère d étoiles. sa partie comprise dans la plus sphère deviendra 1o n g u c e t I<! n o ni h r e d'étoiles qu'il rencontrera. comme un point d'une faible clarté. et rencontrera moins d'étoiles sur son chemin vers les bords que vers le centre. et il a pour nous l'avantage d'être presque constamment visible au-dessus de nos tètes. 5.18 LES MERVEILLES CÉLESTES. pendant qu'il travaillait au catalogue des étoiles du ciel austral. L'amas slellaire d'Hercule (lig.

toire de Messier. l'épaisseur diminuer'de plus en plus. Cet amas porte le n" 13 du Catalogue 19 de du Verseau (fig. De ces amas d'étoiles. 4. On en trouvera ici (fig. Rosse. L'amas Juvisy. sont probablement encore circulaires. — Amas slellaire du Verseau. Certains amas d'étoiles offrent. un aspect parfaitement circulaire ou elliptique. indiquant leur sphéricité ou leur forme lenticulaire.ORGANISATION GENERALE DE L'UNIVERS. gravé ici d'après un dessin de lord Fip. au lieu de se présenter à no is de face. donne aussi une grande.ndidcs agglomérations de soleils. . ils se présentent par la tranche. :Î. — Amas slcllnirc d'Hercule. les premiers sont certainement les autres. 4). mais aplatis sous la forme de lentilles. 5) quel ques types choisis. idée de ces sple. alsphériques. dont nous voyons Fig. longés.

Les cond i t i o n s dynamiques propres à assurer la indéfinie conservation d'une semblable fourd'étoiles ne milière semblent pas faciles à Fig. c'est-à-dire dans la région où elles ne se projettent pas les unes sur les autres. des chocs deviendront inévitables. est le nombre des étoiles contenues dans ces lointains le 11 serait impossible de compter en détail et avec exactitude se nombre total d'étoiles dont plusieurs de ces magnifiques amas à des limites. L'examen des changements survenus dans d'autres systèmes porte à croire qu'il n'y a là rien d'indéfiniment stable. on peut se demander quel univers. système tomberont les unes sur les autres. En appréciant composent.20 LES MERVEILLES CÉLESTES. on s'est assuré qu'un amas dont l'étendue superficielle apparente est à peine égale au dixième de celle du disque lunaire. en repos. no renferme pas moins de 20 000 étoiles : c'est là le minimum. 5. et . — Nébuleusesglobulaires. . Supposc-t-on le. A la vue de ces amas globulaires. et en le comparant avec le diamètre total du groupe. de soleils aussi que le mouvement gouverne ces agglomérations bien qu'il gouverne chacun des soleils et chacun des petits mondes qui les composent. Lui donne-t-on un mouvement de rotation autour d'un seul axe. mais on a pu arriver 1 espacement angulaire des étoiles situées près des bords. les étoiles à la longue imaginer.

et la sixième celle d'Ophiucbus. semblant destinées au gouvernement de ce système dans Enfin la quatrième de ces nébusa marche à travers l'espace. La première est la nébuleuse annulaire du Cygne. la sa voisine deuxième. leuses perforées est celle du Scorpion. de droite. la forme représentée au-dessous. entre fi et y. L'anneau est très allongé. et deux étoiles brillent à la poupe et. des franges lumineuses dentelant le bord extérieur. dit Humboldt. pourtant il en est quelques-unes dont l'aspect laisse un certain étonnement dans l'esprit : ce sont des créations qui. voyait simplement sous Fig. sont une des curiosités les plus rares du ciel. que l'on peut admirer non loin de la belle étoile triple y. 0. Notre figure 6 donne le tableau des plus complètes. au lieu d'être condensées en un globe immense. sont distribuées en couronne. d'après le télescope de lord Rosse : elle est située non loin de Véga. située entre et cette constellation celle du Renard. offrant l'apparence d'une nébuleuse circulaire ou ovale. est celle de la Lyre. — Nébuleusesannulaires. 21 Les nébuleuses les plus régulières ne sont pas les plus curieuses.ORGANISATION GÉNÉRALE DE L'UNIVERS. La troisième est la nébuleuse d'Andromède. mais percée à son centre. On y remarque des bordures étineelantes d'éet toiles rapprochées. Ceiie de la Lyre est la plus célèbre : . « Les nébuleuses perforées. Avant l'usage de on la ce télescope. à la proue de l'ellipse.

22

LES MERVEILLES CÉLESTES. à Toulouse, par d'Arquier, au signalée par Bode s'approcha de la région environ la grandeur apparente du disque de jellipse dont les deux diamètres sont 'dans le rapport de 4 a de 5. L'intérieur l'anneau n'est pas mais fainoir, éclairé. blement Cette partie vide est au contraire d'un noir très foncé dans les belles nébuleuses perforées de l'hémisphèr e a usen 1719, Irai. » La nébuleuse reintéressante par présentée 1 notre figure nous servira de entre transition les nébuleuses réet les gulières irrénébuleuses : c'est gulières du Lion. Il semble

elle a élé découverte moment où la comète, qu'elle occupe. Elle a Jupiter, et l'orme lune

Fig. 7. — Nébuleusedu Lion. l'amas annulaire

elliptique de la constellation qu'elle possède un noyau central de plus forte condensation, que ce noyau est enveloppé de sphères concentriques plus ou moins chargées d'étoiles, séparées entre elles par des vides relatifs, et que ces enveloppes, se succédant suivant un grand axe, s'éloignent d'étendue également du centre de part, et d'autre, en diminuant jusqu'au point où elles s'éteignent en cône.

V

NÉBULEUSES

ET

AMAS

D'ÉTOILES

« Quand nuitau* ailes noireset parsemcos la d'étodosobscurcita terre CI le,ciel, semblable l étincelle au beloiseaudont le sombre plumage c celte d'yeux innombrables, sainte obscurité, es l'eux divins,imposanls. é inlinis, manentde toi, » ô Créateur! TJIOMAS MOOHK. A mesure que s'accroît le pouvoir amplificateur des télescopes, les contours des nébuleuses et des amas d'étoiles, comme leur aspect intérieur, se présentent, sous une forme de plus en plus irrégulière. Tels de ces objets qui semblaient, autrefois purement circulaires ou purement elliptiques, ont, offert, depuis, une grande, irrégularité dans leurs formes aussi bien que dans leur degré do luminosité. Là où des nuages pales et blanchâtres brillaient d'un éclat calme et uniforme, Yoeil géant du télescope a vu s'ouvrir des sombres et lumineuses. Les figures que régions alternativement nous venons d'observer viennent toutes à l'appui de cette remarque; d'autres la confirment d'une manière plus éclatante encore. 11 y a par exemple, dans la constellation zodiacale du Taureau, une nébuleuse uniforme et ovale qui n'offre d'abord aucun caractère de singularité dans les instruments de faible puissance. Or, quand pour la première fois lord Rosse dirigea sur elle son grand télescope, il ne put s'empêcher de lui donner immédiatement le nom singulier de Crab Nebula, que sa forme lui décernait d'elle-même. L'ellipse s'était transformée en poisson, ou en crabe, les antennes, les pattes, la queue étaient figurées sur le ciel noir

24

LES MERVEILLES CÉLESTES.

de longues traînées par la silhouette blanche que dessinaient d'étoiles. Il y a des nébuleuses irrégulières de toutes les formes possibles, et sur les milliers que l'on a déjà observées, décrites et dessinées, on ne saurait en trouverj deux qui se ressemblent. Elles ont revêtu les formes les plus Les extraordinaires. unes offrent l'aspect de véritables comètes; le noyau est d'une accompagné abondante chevelure et suivi d'une longue traînée lumineuse : telles sont celles de la Licorne, dulleuve Eridan, de la Grande Ourse; telle est surtout celle du Navire (fig. 9), dans laquelle on retrouve le type des coclassique mètes les plus régulières. D'autres, comme celled'Orion, l'une des plus célèbres par les études S. —Nébuleusedu Tiuircnii. Fig. qui l'ontillustrée, ou comme celle des Nuées de Magellan, semblent d'immenses nuages vaporeux tourmentés jadis par quelque vent tumultueux, percés de déchirures profondes, et brisés par places en lambeaux. Celle de la constellation du Renard ressemble à ces boulets doubles, à ces haltères que l'on soulève pour exercer la force des bras; celle de l'Écu de Sobieski (fig. 10) écrit au milieu d'une page du ciel la dernière majuscule de l'alphabet grec, l'oméga : U. D'autres nébuleuses se sont offertes en groupe, comme si deux

LES NÉBULEUSES.

25

ou plusieurs de ces vastes systèmes avaient associé leurs destinées. Plusieurs sont doubles : on voit deux amas sphériques-réunis par la couronne diffuse qui les enveloppe, ou séparés par une faible distance angulaire, ou quelquefois même enveloppés dans des couches concentriques lucomme deux mineuses, oeufs. de neige au milieu d'un nid de lumière. Ailleurs encore, dans les Nuées de Magellan, sous on l'hémisphère austral, voit quatre nébuleuses ciraux culaires disposées Fig. S).— Nébuleusedu Navire. quatre angles d'un losange illuminé lui-même d'une fine poussière d'étoiles; à l'un des angles la extrêmes, nébuleuse se divise cllem ê ni e en quatre globes de sorte qu'en réalité on a sous les yeux une immense agglomération d'étoiles, dont les limites extrêmes présentent sept condenFig. 10. — Nébuleusede l'Écu de Sobieski. sations principales. On la voit dessinée dans la sixième nébuleuse de notre — La première et la quatrième nébuleuse de cette figure figure 11.

âfl

LES MERVEILLES CÉLESTES.

appartiennent à la Vierge, la seconde et la cinquième à la Chevelure de Bérénice; la troisième appartient au Verseau. 11 est difficile de rendre l'impression que l'aspect de ces lointains univers fait, naître dans l'àmc, lorsqu'on les contemple à travers ces merveilleux télescopes qui rapprochent les distances. Les rayons de lumière qui nous arrivent de si loin nous mettent temporairement en communication avec ces créations étrangères, et le sentiment de la vie terrestre, assoupi dans le silence des nuits profondes, semble dominé par l'ascendant que la contemplation céleste exerce si facilement sur l'àme captivée. Les choses de la terre perdent leur prestige, et l'on s'écrie volontiers avec le poète des Mélodies irlandaises : « Il n'est rien de brillant que le ciel. L'éclat des ailes de la gloire est faux el passager comme les teintes pâlissantes du soir; les Heurs de l'amour, de l'espérance, delà beauté s'épanouissent pour la tombe : il n'est rien de brillant que le ciel. » On sent que, malgré l'éloignement insondable qui sépare notre séjour de ces lointaines régions, il y a là des foyers lumineux et, des centres de mouvement; ce n'est pas le vide, ce n'est pas le désert, c'est « quelque chose », el ce quelque chose suffit pour attacher notre attention et pour éveiller noire rêverie. Une impression indéfinissable nous est communiquée parles rayons stcllaires qui descendent silencieusement des abîmes inexplorés, on la subit sans l'analyser, et les traces en restent ineffaçables, comme celles que le voyageur ressent lorsqu'il aborde de nouvelles terres et voit de nouveaux cieux se lever sur sa tète. C'est ce que décrit l'illustre auteur du Cosmos, lorsqu'il présente les Nuées de Magellan, vastes nébuleuses avoisinant, le pôle austral, comme un objet unique dans le monde des phénomènes célestes. « Les magnifiques zones du ciel austral comprises entre les parallèles du 50° et du 80° degré, dit-il, sont les plus riches en étoiles nébuleuses et en amas de nébulosités irréductibles. Des deux nuages magcllaniques qui tournent autour du pôle austral, de ce pôle si pauvre en étoiles, qu'on dirait une contrée dévastée, le plus grand surtout paraît être, d'après des recherches récentes, une étonnante agglomération d'amas sphériques, d'étoiles plus ou moins grandes et de nébuleuses irréductibles, dont l'éclat général

LES NÉBULEUSES.

2?

illumine le champ de la vision et forme comme le fond du tableau. L'aspect de ces nuages, la brillante constellation du Navire Argo, la Voie lactée, qui s'étend entre le Scorpion, le Centaure et Ja Croix, et, j'ose le dire, l'aspect si pittoresque de tout le ciel austral, ont produit sur mon àme une impression ineffaçable. » Cependant l'aspect le plus magnifique et le plus éloquent des nébuleuses ne s'est pas encore révélé dans celles qui précèdent.

doubles,mulliples. Kig.II. — Nébuleuses Pour se former une idée de l'importance de ces amas d'étoiles et, pour apprécier un peu leur valeur au point de vue de l'espace qu'ils occupent comme au point de vue du temps qui a présidé à leur formation, il faut avoir sous les yeux les splcndides nébuleuses en spirale que le puissant télescope de Parsontown nous a dévoilées là où les instruments ordinaires ne montraient que des apparences semblables à celles que nous avons passées en revue. Lord Rosse, en effet, a reconnu le premier que de vastes systèmes de soleils sont agglomérés, non plus simplement autour d'un centre de condensation, non plus en amas plus ou moins réguliers, mais suivant une distribution qui révèle l'existence de forces gigantesques en action parmi eux. Il observa d'immenses

agglomérations dont les étoiles composantes sont distribuées en longues courbes dans un système général de lignes spirales. Imaginer les myriades de siècles qui furent nécessaires à la formation de ces systèmes serait une vaine entreprise. du Lion et de Pégase on admire aussi de semblables systèmes.28 LES MERVEILLES CÉLESTES. découverte due au puissant télescope qui a l'ail disparaître le voile dont elle restait. Pour que la matière cosmique ou le prodigieux assemblage de tant d'étoiles ait pu se distribuer suivant. Celle de la Vierge. En dehors de l'anneau on remarquait une seconde nébuleuse plus petite. s'offre sous l'aspect . contournant le noyau resplendissant d'où elles sont issues. située dans une aile de celte figure. les meilleurs instruments ne la montraient que sous la forme d'un anneau dédoublé sur la moitié de son contour. pour se perdre au loin en affaiblissant insensiblement leur éclat et en s'éleignant comme des traînées de vapeurs phosphorescentes. Avant la. Dans la plus merveilleuse de ces nébuleuses. C'est avec lenteur que s'accomplissent les actions les plus formidables de la nature. et s'enrouler en gigantesques spirales sous l'action dominante de l'attraction combinée de toutes les parties qui composent cet univers. enroulant une nébuleuse globulaire très brillante à son centre. on remarque que du centre principal parlent une multitude de spires lumineuses. située au-dessous de la Grande Ourse. Celte riche nébuleuse en spirale appartient à la constellation des Chiens de chasse. Nous l'avons représentée figure 12. encore enveloppée. de forme ronde. Un noyau secondaire rallie d'un côté les extrémités du plus long rayonnement. La nébuleuse en spirale des Chiens de chasse n'est pas la seule de cette forme. Dans les constellations de la Vierge. Jamais changement de l'orme ne fut plus manifeste entre les aspects révélés par les télescopes de différentes puissances. il a fallu l'incalculable série des siècles amoncelés sur sa tête. terminés par deux noeuds arrondis. les lignes révélées par le télescope. Ce sont de splendides rubans de lumière constellés. formées d'une innombrable quantité de soleils. C'est ici surtout qu'il est vrai de dire que les rayons lumineux qui descendent des créations lointaines sont pour nous le témoignage le plus ancien de l'existence de la matière.

12. 1) présente une suite de zones concentriques ovales enveloppant le centre. 29 de ces fusées tournantesquel'on voit aux feux d'artifice. du centre lumineux s'élèvent tout autour de blanches traînées de lumière.— Nébuleuseen spirale de la conslcllaliondes Chiensde chasse. également plus . se dirigeant el se courbant toutes dans le même scns."des vides Fig. Celle du Lion (fig.LES NÉBULEUSES. obscurs les séparent et donnent plus'Jde netteté au dessin de leur direction (fig. 13).

voit noire ouvrage les Éloiles el les Curiositésdu Ciel. à laquelle celleci semble attachée comme de petits nids soyeux d'insectes au liane des branches. Nous signalerons d'abord ici les deux télescopes qui ont le plus servi à l'étude de ces lointains systèmes. Il est tout naturel que nous fassions en même temps une petite excursion d'un instant parmi les observatoires. la circonférence est coupée par une tangente. Four les détails. 13. ligne de lumière large et plus longue que la nébuleuse elle-même. marquée d'une belle étoile à sa partie centrale. . etc. qui donne la descriptiondu ciel cloilc par étoile (400figureset cartes). . Fig.30 LES MERVEILLES CELESTES. celui d'Herschel. qui lui 1 1. est circulaire et composée de cercles successivement lumineux et obscurs. une multitude d'étoiles resplendissent en ce centre. notrecuriosité garde encore une ambition. d'un côte. La. ces Après magnificences slellaires ' découvertes au fond des espaces par la merveilleuse puissance du télescope.—Nibulcuse en spirale de la Vierge. celle de connaître les formidables instruments à l'aide desquels l'astronomie moderne s'est enrichie de telles connaissances. nébuleuse en spirale de Pégase. lumineux.

Pour on observer. se place sur la plate-forme supérieure. à l'aide d'un microscope forl'imago Fig. de cordes et de poulies (fig. Le tube a été construit en partie à jour pour alléger le poids de l'instrument. 31 fit découvrir les principales nébuleuses à la fin du siècle dernier. et qui peut supporter des grossissements de 2 000 à 3 000 fois.LES NEBULEUSES. 15. et l'on regarde.— Ancientélescoped'Herschel. et celui de loixl Rosse. qui est encore de 8 240 kilogrammes. qui en fit reconnaître la forme si curieuse au milieu de notre siècle. Un autre grand et curieux téiescope. en Australie. Cette construction monumentale est représentée fig. qui se réfléchit sur un petit miroir à angle droit ou sur un prisme. un télescope de 11 mètres de hauteur. 83 de diamètre. Lord Rosse a établi au château de Parsonstown dans des encastré (Irlande). également anglais. mée au fond de l'appareil. Le miroir mesure 1 m. constructions monumentales. Le miroir de ce télescope mesurait 1 m. est celui qui a été installé à l'observatoire de Melbourne. et le tube avait 12 mètres de longueur. c'est-à-dire 1"/ mè/ tres de distance focale entre le miroir qui est au fond et. Â l'oculaire qui est en haut. Il est si parfaitement équilibré que vingt secondes suffisent pour l'élever de . William Hcrschel s'était construit un télescope monté sur un gigantesque assemblage d'échelles massives. 14). 47 de diamètre. 14.

20 Fig. Les télescopes ne sont.32 LES MERVEILLES CÉLESTES. En France. installé à l'île de Malte (1 m. -l». l'horizontale à la verticale. dans lesquelles il y a moins de lumière perdue que dans les réflexions sur deux miroirs. guère employés qu'en Angleterre. 22 de diamètre et 11 m. leur préfère les lunettes. Nous pouvons encore remarquer. Le miroir mesure 4 pieds anglais (1 m. C'est ici le lieu de remarquer la différence essentielle qui existe entre les téles- . de même on qu'aux États-Unis. et Ja longueur de 7 m. 22) de diamètre et la distance focale est de 27 pieds. et celui que Lasscll avait. celui de l'observatoire deParis. 40 de longueur). parmi les plus grands télescopes. en Europe en général.— Le grand télescopedo lord liosse. 20. 30. dont le diamètre est de 1 m. soit 8 m.

LES NEBULEUSES. Dans les lunettes. — La plus grande lunette du monde(Exposition Chicago. ou un prisme.en 1894). qui renvoie l'image au foyer d'un microscope où l'on de Fig. 33 copes et les lunettes. les rayons des astres arrivent sur un grand miroir. 16. au contraire. qui est à l'extrémité inférieure du tube. les rayons de l'astre observé arrivent sur une lentille placée à l'extrémité supérieure du tube et la traversent en se réfractant pour arriver à l'oculaire placé à l'extrémité inférieure. La puissance des télescopes comme des lunettes dépend généralement de leur dia3 . observe. Dans les premiers. et de là sont réfléchis sur un petit miroir.

près de Saint-Pétersbourg. près de San Francisco. les lunettes sont supérieures aux télescopes. Un millionnaire américain. mètre. de l'observatoire Lick. l'observatoire de Meudon. 17. a voulu donner à l'université de Chicago la plus grande lunette qu'il soit possible de . épris. Yerkess. près de Chicago. et de l'observatoire de Poulkovo. des beautés de l'Astronomie.34 LES MERVEILLES CÉLESTES. à juste titre.— Le grand équalorialde l'observatoireLick. A égalité de diamètre. M. au mont llamillon. de Fig. Les plus grandes xct plus puissantes lunettes du monde sont actuellement celles de l'observatoire Yerkcss. de Chicago. de l'observatoire de Nice.

LES NEBULEUSES. Alvan Clark. On termine actuellement (1897) sur les bords du lac de Gcneva. L'oculairedu grand équatorialde l'observatoireLick F'ig. 3S construire dans l'état actuel de l'optique. la longueur de la lunette est de. parfaite. Le poids total de l'instrument monté en équalorial est de 75 tonnes. L'objectif. construit par MM. Feil et Manlois. . 1S. tout à fait instrument. Les Etats-Unis possédaient déjà la plus puissante lunette avant . l'observatoire doté de ce magnifique dont la puissance optique est. paraît-il. non loin de Chicago.19 mètres.—d'après une photographie. mesure 1 m. de Paris. et taillé par M. 05 de diamètre et.

le 9 septembre 1892. La grande lunette de Nice mesure 0 m. C'est-à-dire. 76 de diamètre et 18 mètres de longueur. Ces puissants instruments peuvent supporter des grossissements de 2000. Celle de Meudon mesure 0 m. Ce n'est pas ici le lieu d'entrer dans aucun détail sur la construction de ces grands instruments de l'optique moderne. Burnham a découvert un grand nombre d'étoiles doubles. qui esta 384 000 kilomètres d'ici. La nouvelle lunette de Chicago peut supporter des grossissements de 3 000. que la lune.. In mètres de dislance focale. M. qui a fondé un observatoire sur le mont Hamilton. le H0satellite de Jupiter. Barnard a découvert. celle-ci.36 LES MERVEILLES CELESTES. est rapprochée à 192. d'un équatorial dont l'objectif mesure 0 in. et que M. 83 de diamètre et 10 mètres de distance focale. en 1888. Fig. Un millionnaire américain. près de San Francisco. Ce sont . 10. Lick. 97 de diamètre (0 m. 91 dans son cadre) et. par exemple. au mont Hamillon. l'a doté. C'est à l'aide de ce puissant instrument que M. c'est-à-dire rapprocher la lune à 128 kilomètres.— L'obsorvaloireLick.

situé à 1 420 mètres d'altitude au-dessus de l'océan Pacifique. Mais nous sommes en France. l'on met des soins plus précis à leur construction que dans celle des ornements les plus précieux de la toilette ou de l'ameublement. en môme temps de véritables bijoux. 37 des merveilles d'organisation. dans laquelle se trouvent l'oculaire muni de son micromètre. Ces immenses instruments sont Fig. Cet observatoire Lick.LES NEBULEUSES. — L'observatoirede Paris. les pièces qui servent au pointage de l'astre observé. 20. Qu'il nous suffise. de mettre ici sous les yeux de nos lecteurs (fig. cons- . Le développement de la science dans tous les pays du monde ne doit pas nous faire oublier notre observatoire national de Paris. el. On aura une idée de sa situation par la photographie ci-dessus. etc. peut être atteint de San Francisco par une route construite spécialement à son usage. 18) une photographie de la partie inférieure dc"la grande lunette de l'observatoire Lick. et nous sommes Français. les chercheurs. pour donner une idée de certains organes.

38 LES MERVEILLES CELESTES. la Vierge. A Nice. il est distant de 20 kilomètres. Mais celte digression sur les instruments et les observatoires. l'astronomie est. véritablement entassées. truit sous Louis XIV. La région du ciel la plus riche se trouve dans le groupe suivant de constellations. Celle qui regarde Paris et le Luxembourg. sans nous éloigner de notre sujet. le (ici est aussi constamment observé. on observe de vastes localités où nulle nébuleuse n'est visible. prise! de la terrasse sud (fig.lanssen a surtout installé les recherches d'analyse speetraclc et de photographie solaire. en suivant divers programmes d'études plus ou moins spéciales. Cassiopée. Bischoffsheim a élevé un véritable temple au culte d'Uranie. à Bordeaux. à Besançon. à Marseille. surtout notre voisin le monde de Mars. J'ai fondé àJuvisy. En dehors de l'observatoire de Paris. Sur la sphère étoilée. dont. les amas d'étoiles dont nous parlions. L'astronomie prend de plus en plus dans les études générales le rang qui lui appartient. heure plus de trois cents nébuleuses. en 1882. d'une atmosphère très pure. el où les éloiles doubles sont en grand honneur. cultivée en où l'on travaille France dans un certain nombre d'établissements sans cesse. A l'observatoire" de Meudon. Nous aurons plusieurs fois à parler ici des observations faites en ce silencieux sanctuaire d'Uranie.. Loin des bruits du monde el îles poussières de la capitale. tournée au nord. par Perrault. tandis que dans les régions opposées on n'en rencontrerait pas une centaine. n'est pas la vraie façade. oublier les nébuleuses cl. à Toulouse.. Les nébuleuses ne sont pas uniformément répandues dans toutes les régions du ciel. la Chevelure de Bérénice. 20). quoiqu'elle soit la plus connue. . nous nous faisons un devoir et un plaisir d'en offrir ici une photographie faite tout récemment. on jouit là d'une tranquillité parfaite et. A Lyon. un observatoire où nous étudions plus particulièrement les planètes de noire système el. M. nous fait. tandis qu'en d'autres points elles paraissent. Dans la région zodiacale voisine de la Vierge. on peut voir passer en une. que l'on apprendra bientôt à reconnaître : la Grande Ourse. Les espaces qui précèdent ou . etc. M. C'est la véritable et qui est façade. en" 1666.

Il n'y a rien d'étonnant à ce que ces réunions puissantes se soient formées. soit mique environnante.21. — L'observatoiredeJuvisy. aux dépens des étoiles elles-mêmes. et à. se ranger dans le champ do son télescope immobile. résulte une confirmation de ce que nous disions plus haut du travail incessant. De ce fait que les espaces les plus pauvres en étoiles sont voisins Fig. des nébuleuses vont arriver ». ce que les espaces qui à de vastes déserts. 39 qui suivent les nébuleuses renferment généralement peu d'étoiles. du grand nombre de siècles qu'il a fallu pour établir ces systèmes. pendant un certain temps. aucune étoile n'était venue. et de cet autre que les étoiles sont généralement plus condensées vers le centre des nébuleuses. à des régions les entourent ressemblent des nébuleuses ravagées. Herschcl trouvait cette règle constante. Aussi paraît-il que toutes les fois que. soit aux dépens de la matière cosdestinée à se condenser en étoiles. par le mouvement du ciel. les plus riches. il avait l'habitude de dire au secrétaire qui l'assistait : « Préparez-vous à écrire.LES NÉBULEUSES. .

car vous êtes une beauté et. « Etoiles! poésie du ciel! s'écriait lord Byron. à la vie. Osez donc comparer vos colonnes. « Alors s'élève ce sentiment de l'infini que nous éprouvons dans la solitude. emprisonner dans des murailles le culte de l'esprit. et vous nous inspirez de loin tant d'amour et de respect. raison. ne sente la. . vos temples grecs ou gothiques. ils sont silencieux comme nous quand notre pensée nous préoccupe trop profondément. Le ciel el la terre se taisent. qui n'est dans des sanctuaires élevés par la main honoré qu'imparfaitement des hommes. là où nous sommes le moins seuls . répand autour de nous un charme pareil à la ceinture fabuleuse de Cylbérée. Ils ne dorment pas. Le ciel el la terre se taisent. source de la musique. d'attraction. un mystère. avec l'air et la terre. nous sommes pardonnables. en laquelle il n'est pas un rayon. alors que dans notre désir do grandeur nous osons franchir notre sphère mortelle et aspirer à nous unir à vous. : du cortège lointain des étoiles jusqu'au lac assoupi et à la rive montagneuse. mais leur baleine reste suspendue comme il arrive pour nous dans un moment d'émotion vive. présence de l'Etre universel. pas un souille. l'àme se sent attirée comme au bord de ces abîmes dont la profondeur inconnue donne le vertige. (il. à la gloire. vérité qui s'infuse dans notre être et le purifie du moi personnel . et l'on comprend bientôt combien l'armée des éloiles surpasse les plus précieuses richesses de la terre. des empires. que nous avons donné une étoile pour emblème à la fortune. c'est une vibration. tout est concentré dans une vie intense. A la grandeur du spectacle succède un sentiment de curiosité. à la puissance. qui nous initie à l'éternelle harmonie. pour ces beautés mystérieuses. unissant toutes choses dans les liens de la beauté. si nous cherchons à lire dans vos pages élineelantes la destinée des hommes el. pas une feuille qui n'ait sa part d'existence. A la vue dos nébuleuses pâlissantes qui constellent l'étendue. et qui désarmerait jusqu'au spectre de la Mort. les anciens Persans. « Ils eurent. de lui donner pour autels les hauts lieux et le sommet des monts sourcilleux. àme el.40 LES MERVEILLES CÉLESTES. c'est la. de ne point. destinés à abriter des idoles.

à toutes les profondeurs imaginables et dans tous les sens possibles.LES NÉBULEUSES. la Terre où nous sommes fait donc partie. elle aussi. de l'un de ces immenses amas d'étoiles qui constituent les archipels de l'océan céleste? et.xxxvm-xr.i. d'amas d'étoiles répandus dans l'immensité de l'espace. Chiltlellarnld. 41 ces temples de la nature! Gardez-vous de circonscrire la prière dans une étroite enceinte '. si tous les astres sont réunis en groupes. en dehors de celte création éloilée qui rayonne sur nos têtes? En un mot. » Nous avons vu que l'univers est formé de systèmes stellaires. Mais alors. ta Terre appartient donc aussi à un groupe. i. à un système d'étoiles? — Voyons! I. comme les apparences tendent à le faire supposer. . nous ne vivons donc pas.

étonner au premier abord. Elle n'est pas isolée dans les déserts de l'infini. le gouverneur de la vie terrestre nous apparaît sous le prestige légitime de son unique puissance. Et pour nous. leseioux! caresse/. l Vont eeonomsplcndido d inlinis nlenrcourbe stlancée. a main. onombre t sa pensée! s lOt. sons Oùl'onentrevoit comme Dieu le é Oittantd'astres n l'enx e portant critsonnom éclairer'horizon. Ce soleil les représente dans le recensement universel des astres. o e Kl. c Mystères la unit. vents vous. car ni ferre ni planètes ne comptent au nombre de ces splendeurs. plus magnifique. Le Soleil n'est qu'une étoile : cette assertion peut. plus nécessaire. terreet parfumez la Uni de l'unieson! ontemple.cpio motlèveunrideau temple. la Terre. archeimmense profonde. c'est uniquement parce que nous . la palpitant unitsurcesliantslieux. en effet. fait partie d'une agglomération d'étoiles. et tous ceux que notre juste reconnaissance se plaît à lui attribuer. le foyer de la chaleur. à cause des illusions produites par les sens. Mais si nous l'estimons supérieur aux étoiles. La Terre. si nous le trouvons plus important. du Cette heure aussipour LAMAUTINK. appartient.VI LA VOIE LACTEE O nuitmajestueuse. il mérite souverainement ces titres. comme les planètes qui l'avoisincnl. au Soleil. Oui. comme tous les autres astres. et nous le saluons comme le prince des astres. Le flambeau de notre lumière. elle ne fait pas exception à la loi générale.usqu'aux j s e Porterses yeux. comme le premier d'entre les grands du ciel. cl fond l'onde. JOCCIIJII. et ce soleil est l'une des étoiles composantes d'un immense amas.

Or. à ce qui se passe sur la terre. celle vers laquelle nous dirigeons notre vol perdra au contraire son aspect modeste. Le remercier et reconnaître sa puissance n'est qui! trop juste. vers un point quelconque de l'espace. et que. tandis qu'il deviendra petite étoile. et nous transporter en esprit dans un point reculé de l'espace. si. nous reconnaissons avec bonheur la supériorité" de nos maîtres dans l'ordre céleste. et par les dons qu'il dispense aux planètes de son domaine. voulant examiner le rang de cet édifice dans la ville. 43 sommes auprès de lui. En nous éloignant encore^ nous le verrons descendre au rang d'une simple étoile. qui s'enfonce derrière nous dans les profondeurs de l'étendue. se plaçant. s'en . nous verrons ce soleil diminuer de grandeur et perdre l'importance capitale qui paraissait. nous dirigeant vers une étoile quelconque du ciel. être son privilège!. parce qu'en réalité nous sommes son locataire. il ne nous offrira déjà plus que L'aspect d'une grande étoile. perdue bientôt dans la multitude des autres. en véritables parasites. non moins approcherons important que le nôtre par sa puissance lumineuse et calorifique. nous montrant ainsi qu'elles brillent de leur propre lumière et sont autant de . et. Enfin. Quand nous atteindrons les limites de son système. nous continuons d'assister à la décroissance de cet astre. grandissant. grossira. pour juger les choses au point de vue de l'absolu. et sans lui nous tomberions soudain dans les ténèbres de la mort. à mesure que nous d'elle. nous vivons à ses dépens. compare entre eux les différents monuments de la cité.LA VOIE LACTÉE. deviendra un véritable soleil. comme celui qui. Cependant. d'où nous puissions reconnaître par comparaison le rang occupé par notre soleil dans l'univers sidéral. contrairement. nous assisterons à la transformation analogue d'autres étoiles en soleils : toutes celles vers lesquelles nous passerons successivement nous apparaîtront sous cet aspect. et. en nous éloignant du Soleil. son sujet. après avoir étudié l'intérieur d'un édifice. Il faut de même sortir de la domination solaire. En passant au delà de ce nouveau soleil et en continuant notre marche. il faut nous élever au-dessus de la dépendance particulière qui peut s'opposer à la justesse de notre jugement. Lui appartenant. resplendira. éloigne. sur une hauteur.

C'est de là seulement que nous pouvons bien juger les choses. Contemplons. une certaine quantité de milliards. dont notre soleil n'est qu'un atome. Toutes les étoiles qui scintillent dans le ciel pendant la nuit . ajoutons encore. véritable nuage d'étoiles.44 LES MERVEILLES CELESTES. nous cherchions quelle place occupe notre soleil dans l'armée d'étoiles que nous avons laissée derrière nous. La Voie lactée. cl. entre Orion et les Gémeaux. ce ruban irrégulier de nuages stellaires qui traverse le ciel. Comme la Voie lactée entoure entièrement la Terre. lorsque nous aurons traversé ces plaines étoilées. nous savons par ce fait. nous relournanldu côté d'où nous venons. et qu'alors seulement. pas manqué de remarquer à travers le ciel pendant les nuits limpides. et qu'ils ressemblent à une île de lumière suspendue dans l'espace. même que nous sommes dedans. dessine pour nous la forme de l'univers sidéral dont nous faisons partie. le ciel de l'horizon de Paris pendant les nuits claires de l'hiver. et nous arriverons bientôt en un point favorable pour nous rendre compte du rang absolu de notre Soleil. cette traînée blanchâtre qui traverse le ciel étoile. en effet. s'élever dans le ciel l'arche légère de la Voie lactée. mais de forme lenticulaire. et bientôt un désert ville d'étoiles. Supposons donc que nous abordions enfin les premiers soleils constitutifs d'un amas. que la plus grande longueur d'une immense lentille (ou anneau) d'étoiles. Aux milliards de milliards do kilomètres que nous venons de traverser. Elle se dessine sous la forme que nos lecteurs n'ont. Si le ciel tout entier ne parait pas nébuleux dans tous les sens. nous atteindrons des plages où les soleils sont plus clairsemés. que dans la largeur de la lentille il y a moins de profondeur et moins d'étoiles que dans le sens de la longueur. Nous voyons. Or voici ce qui nous apparaît : Tous les astres qui peuplent nos nuits étoilées sont maintenant resserrés dans une étendue restreinte. et nous remarquons — maintenant que nous sommes sortis de leur ensemble — qu'ils forment une agglomération de petits points brillants. c'est précisément parce que l'amas auquel nous appartenons n'est pas sphérique. par exemple. car la Voie lactée. foyers planétaires. n'est pas autre chose. Enfin.

Un poète écossais du xvi° siècle. L'idée que nous devons nous faire de la Voie lactée est. elles vivent . qu'une clarté indistincte dans la Voie lactée. dit-il en s'adressant à la Voie lactée. elles sont réunies par millions dans un groupe gigantesque. dont la Voie lactée nous marque le sens longitudinal. libres de tout souci. soit (si la Fable n'en a point imposé aux anciens poètes) parce que des gouttes de lait tombées des seins de Junon coulèrent obliquement à travers les astres et tracèrent sur l'azur des cieux cette bande si remarquable par sa blancheur. exemptes de tout travail. a retracé en quelques paroles cette histoire des singulières opinions émises sur la Voie lactée. George Buclianan. Dès l'origine des âges. donc bien différente de celle que les apparences nous présentent et de celles dont les anciens se contentaient. sensible à tout l'univers. « Pourrai-je te passer sous silence.LA VOIE LACTEE. elles font partie d'un ensemble. en même temps qu'il s'est élevé à la cause véritable de cet aspect céleste. soit. le télescope sépare les étoiles qui la composent et montre qu'elle est formée d'une. analogue aux amas lointains dont nous parlions plus haut. tant célébrée dans leurs chants ! loi qui partages le ciel par ta large ceinture et qui en es un des plus beaux ornements! Tu brilles au sein de la nuit. dans les déserts du vide. 45 profonde paraissent appartenir à une seule agglomération. Au lieu de ne voir qu'une lueur diffuse. multitude innombrable d'astres irrégulièrement rassemblés. et la mythologie avait brodé sur elle les images dont elle ornait toutes choses. tu frappes les yeux des mortels. toi que les anciens poètes ont. selon d'autres. cl. dès les premières observations d'une astronomie élémentaire. Les étoiles ne sont pas isolées d'une manière absolue. parce que c'est le chemin qui conduit à la demeure des dieux et aux palais du maître du tonnerre. que là. on avait remarqué cette traînée semi-lumineuse qui traverse le ciel. Cette blancheur éclatante qui le l'ait si aisément remarquer t'a fait donner le nom de Voie lactée. le Soleil qui nous éclaire est l'une d'entre elles. Il en est qui croient que c'est le séjour qu'habitent les mânes des âmes heureuses . au hasard. lu répands ta douce lumière toutes les fois que l'air sans nuages nous laisse librement porter nos regards jusqu'à la voûte céleste.

à l'aide du puissant télescope qu'il avait fabriqué de ses propres mains. le grand observateur trouva que la Voie laelée ne renferme pas moins de dix-huit millions d'étoiles! Dix-huit millions d'étoiles dans la couche équaloriale de l'amas auquel nous appartenons : ce n'est pas là le nombre total dos étoiles dont il se compose. lorsqu'il réunit ses lianes immenses. semblable.46 LES MERVEILLES CÉLESTES. résolut. dont les clartés réunies forment cette blancheur lumineuse.mbi. William llerschel. lorsque le char de Ph. et manqua d'embraser l'univers. vers la fin du siècle dernier. Depuis le jour où les premières lunettes astronomiques permirent. et que toutes les étoiles du . de distinguer les éloiles dont l'agglomération forme la blancheur de cette zone. les astronomes portèrent leur attention sur sa construction et sur sa structure. D'autres veulent que le pôle conserve encore les traces de l'incendie allumé par Phaéton. comme les dieux dans une éternelle félicité. Sa longue persévérance fut couronnée d'un grand succès. livra en proie aux flammes les demeures célestes. en se liant l'une à l'autre. ou à cette faible lumière que conservent encore les astres lorsqu'ils pâlissent à l'approche de Pluebus. Mais ceux qui se sont occupés de rechercher les causes secrètes des phénomènes célestes. qui marque le point de réunion de toutes ces parties. autorisées par les failles antiques. étaient bien loin de la réalité. et ici comme précédemment la réalité est plus belle. plus admirable que la fiction. ont constaté que celte bande est produite par un amas de petites étoiles contiguës. à l'oeuvre et divisa son travail parties par parties.js. écarté de sa roule par ce conducteur novice. laissèrent entre elles une espèce de suture et comme une cicatrice toujours subsistante. » Ces fantaisies de l'imagination. 11 y en a qui prétendent que lorsque Dieu créa le monde et en assembla les différentes parties. plus grande. Par une comparaison très habile des parties où la condensation d'étoiles atteint son maximum avec celle où elle est à son minimum. et par l'examen de l'étendue occupée par ces anneaux immenses. de dénombrer les éloiles comprises dans cette zone : il se mit. les extrémités du ciel. à celle que donne le crépuscule. puisqu'il ne s'agit pas ici des parties latérales de cette masse gigantesque.

vrolerait en ligne. les amas d'étoiles sont autant de voies lactées. Quelle est l'étendue réelle occupée par cette formidable république de soleils? Le nombre des éloiles qui la composent..-ans y être préparé. ne sont pas comprises dans cette énumération. donnent pour cette étendue un nombre que l'esprit ne peut bien concevoir . ou bien notre contrée est-elle privilégiée et surpasse-t-elle les autres en richesses comme en étendue? Il n'y a pas de raison pour s'arrêter à cette dernière idée. et les distances réciproques de ces étoiles entre elles. l'étendue de la Voie lactée. serait mesurée par un rayon de lumière qui. dans sa plus grande longueur. au chapitre consacré à l'étude des étoiles. lorsque ar le cha mp d'un puissant télescope nous observons les petites étoiles lointaines situées dans les profondeurs de la Voie lactée. parce qu'une suite immense de kilomètres dépasse les bornes de la vision de l'esprit même. Nous verrons un peu plus loin. plus ou moins semblables à la nôtre. à raison de 300 000 kilomètres par chaque seconde.LA VOIE LACTÉE. s'il ne l'ail de grands efforts pour arriver à le saisir. Or donc. droite et sans s'arrêter pendant quinze mille ans! Ainsi. situées de part. pour les grandeurs astronomiques. 47 ciel. les autres agglomérations semées dans l'espace sont-elles aussi opulentes et aussi vastes. et d'autre du plan de plus grande condensation. La Voie lactée n'est pas unique. que le nombre total des membres de cette populeuse tribu est bien supérieur encore à dix-huit millions. attendu que dans le domaine de l'infini . Quelques-uns peuvent être moins vastes. d'autres peuvent être beaucoup plus vastes encore. il vaut. comme nous nous trouvons vers le centre de cette agglomération. mieux prendre la mesure dont on se sert habituellement. Je ne veux pas donner ce nombre en kilomètres. qu'un restant de vanité pourrait peut-être encore nous suggérer pour nous dédommager un peu de la médiocrité du rang naturel où nous sommes. un nombre qu'il ne peut apprécier. notre rétine reçoit l'impression d'un rayon lumineux parti il y a sept ou huit mille ans d'un soleil analogue au nôtre et faisant partie du môme groupe sidéral! Si telle est l'étendue de l'univers étoile dont nous sommes une infinitésimale partie constituante.

puisqu'elles nous paraissent si petites. suspendues dans toutes les profondeurs île l'immensité insondée ! En contemplant ces merveilleuses grandeurs. il faut donc qu'elles soient bien éloignées de nous? Bien éloignées. vous multipliez sans cesse à nos yeux! qu'èles-vous? Qu'est-ce que ce désert bleu et sans bornes des plaines élhérées où vous'roulez comme les feuilles tombées sur les fleuves limpides d'Eden? Votre carrière vous est-elle tracée? ou parcourez-vous dans un joyeux désordre un univers aérien. et l'on redit avec émotion les belles pensées qu'elles ont inspirées. car si nous cherchons à quelle d'slaticc il faudrait transporter notre Voie lactée pour qu'elle se réduisît à la limite d'une nébuleuse moyenne. moyenne. le rayon de lumière. distance telle. Mes pensées ne sont. séparer entre elles les gigantesques agglomérations de soleils dont l'univers sidéral est composé. infini par son étendue? Cette pensée afflige mon àme.. el. je suis formé le soit ou de voir ces merveilles de plus près 1! » 1. ou révélez-vous à moi dans voire pouvoir cl votre science. Caïn... en effet. l'espace ne compte plus. qui planent dans l'espace. ou qui que vous soyez. Telle est la distance qui paraît. quoique la Esprit. et de penser que les nébulosités pâlissantes et diffuses qui semblent trembler au loin dans les insondables immensités. (pie vous êtes beaux! que je trouve vos ouvrages parfaits!. enivrée d'amour pour l'Eternité. accorde-moi d'expirer poussière dont.48 LES MERVEILLES CELESTES. Le mieux pour nous est donc de prendre la. nous trouvons qu'il faudait l'éloigner à 334 fois sa longueur. innombrables niasses de lumière qui vous multipliez el. emploierait plus de cinq millions d'années pour la franchir!. Lord BVHON. que notre agile messager. « O toi.. sont des voies lactées peuplées d'autant de soleils que la nôtre. pas indignes de ce que je vois. . on comprend qu'elles aient été pour les poètes un sujet d'extase. Faites-moi mourir comme meurent les atomes (si toutefois ils meurent). magnifique et inimaginable élber! fi vous. O Dieu ou Dieux. Mais alors.

de cette môme tribu. dont notre ciel. esnuilsperçantes voiles. Toutce quelespasteurs surla contemplaient terre. à Ktl'àinoinfatigablest lassed'y monter!.l'un tiqueOrion.le Cv^ne ailes. l Le Bouvier dontle<-liar traîne se danslescieux. m soleils sansnombre deinondes ouveaux. Lesblonds heveux C livrésau sou du matin. LeCoursier du qui LaHalance inclinant sonliassin incertain. Notre soleil nous habitons au sein d'une vaste agglola couche équatorialc. mération d'étoiles.e Taureau. dansl'ombre! Trahispar leursplendeur Lessignesépuisés s'usent les compter. Tout e (pieleshérosvoulaient c éterniser. <lc n (v»ue que étineollont. l l'Aigle.. e que lesamants pu diviniser. et dont nous n'avons contemplé l'ensemble que pour nous élever à une notion plus rapprochée de la grandeur 4 . d cieltire desétincelles. LeBélier. notre univers. comme lui. Les autres amas peuvent être regardés par nous comme d'autres univers. étrangers à celui-ci. Tout. s LAMAUTINI:. à proprement parler. et toutes les étoiles qui scintillent durant nos nuits silencieuses l'ont partie. file I»Sagittaire. se projetant sur trace blanchàlre connue sous le nom de est l'une des étoiles composantes de cette agglomération gigantesque. l Dont loi» le premier . y décrit celte Voie lactée.. auxblanches La Lyreaux cordes 'or.NOTRE UNIVERS i LE MONDE SI DÉ BAL tic:s Vn monde st assoupi onsla voûto cieux: e s Maissousla voûte inéiiic oùs'élèvent esyeux. C'est là. D'après ce qui précède. nommées septétoiles.a LeNavirefendant'éthersilencieux. e l d Là. c ont N'a pu donner e noms d àces brillantsystèmes.

avant de poursuivre la. Les étoiles paraissent. à quelques distinctions grossières : on a d'abord remarqué et nommé les planètes et les plus belles étoiles. nous embrasserons maintenant. belle nuit étoilée. On s'est conduit comme le font les naturalistes. en faciliter l'élude. réalité. Mais lorsque nous convenons bien entre nous que tel ou tel phénomène n'est qu'une apparence. partie. disséminées comme au hasard dans les cieux. Nous ne parlerons pas encore ici de la nature des étoiles. ni de leurs distances. Nous sommes pourtant bien mal disposé contre les apparences. on a partagé la des premiers peuples sphère céleste en sections. L'astronomie s'est bornée. et nous leur préférons de beaucoup la réalité. mais que nous laisserons désormais dans l'immensité inexplorée qu'ils habitent au fond des espaces.50 LES MERVEILLES CÉLESTES. ni de leur histoire particulière. il n'y a. mais quand on a voulu étudier avec plus de soin et qu'on a eu besoin de désigner les astres d'un éclat moindre. il remarque une grande diversité dans l'éclat de ces lumières. procédant de l'ensemble à la. sur les- . qu'ils distinguent ensuite entre eux par une qualification. quand notre regard s'élève vers ces hauteurs. réunissent. mais il en est quelques-unes dont. et qu'il faut passer par celte superficie avant d'arriver à la connaissance intime. de moins vastes proportions : nous nous arrêterons à notre univers sidéral. il sera bon pour nous de faire une digression sur les apparences. nous ne pouvons nous dispenser de parler. sous un nom commun un certain nombre d'individus. el pour les reconnaître el. Les astronomes ont. aucun inconvénient à nous occuper de lui : le principal est de s'entendre et. on n'a pu suivre une méthode dont on sentait l'imperfection. qui. de ne rien confondre. en même temps qu'un désordre apparent dans leur disposition générale. de la création. attendu qu'elles forment en quelque sorte la superficie des choses que nous devons approfondir. Descendant du grand au petit. réuni les étoiles en divers groupes. autrement dit à la description générale des îles qui constituent notre archipel céleste. Celle irrégularité et le nombre considérable des éloiles ont onipèebé de donner à chacune d'elles un nom particulier. pour dénommer les espèces des trois règnes. Par \i\\v. ni de leurs mouvements.

) 1. On ignore mais on sait. le soleil infatigable. vers relie époque antique. » {Iliade. en les distinguant selon leur éclat. Il était nécessaire de déterminer une méthode pour trouver faci= lenient une étoile particulière au milieu d'un si grand nombre (quatre à cinq mille) que l'on distingue à l'oeil nu. le bouclier de Yulcain. précepteur de Jason. les cieux. de l'hisconsacrées toire ou des règnes de la nature. XVIII. du ciel. de même par l'antiquité. On imposa à ces groupes ou constellations des noms tirés de la Fable. et. Ces dénominations. dit-il. ment de ces constellations « Sur la surface!. des Hyades. avec une divine intelligence. on put classer les étoiles. Job vivait. a la réputation d'avoir le premier partagé le ciel sur la sphère des Argonautes. la mer. Nous avons exposé en détail ces origines si curieuses dans noire ouvrage spécial sur les Éloiles. les Hyades. et. les Pléiades. 51 quels ils ont dessiné un animal ou un être fabuleux. ne sont pas absolument arbitraires. Le centaure Chiron. auxquelles ils ont ajouté des suffisantes pour animer le allusions historiques et mythologiques ciel d'uni 1 sorte de vie fantastique 1.LE MONDE SIDÉRAL. eh. mais c'est uni! fable. des Pléiades. et c'est là l'origine historique des constellations. qu'on appelle aussi le Chariot. de même nos aïeux ont cru reconnaître dans le ciel certaines ressemblances. et qui tourne autour du pôle : c'est la seule constellation qui ne se plonge point dans les Ilots de l'Océan. el. l'Ourse. On forma des caries représentatives astronome grec.supplément de VAstronomie opulaire. qu'elles l'époque de la formation des constellations. trace mille tableaux variés. Homère parle égaleen déerminl. et tous les astres dont se couronne le ciel. le brillant Orion. trouve parfois des ligures dans les contours que l'imagination capricieux des nuages. Il y représente la terre. p . La nécessité de se guider sur les mers obligea l'homme à choisir dans les cieux d'invariables points de repère sur lesquels il pût orienter sa course. ont été établies successivement. Yulcain. dès Hipparque. dans les positions occupées par chacune d'elles sur les ligures dessinées. il y a trois mille trois cents ans. ce prophète parlait déjà d'Orion. la lune dans son plein.

C'est toujours la même division mythologique qui est en usage aujourd'hui. et. les trois Rois Mages. lorsque nous parlerons île la grandeur des étoiles. Depuis rétablissement du christianisme. les plus grosses. il date d'une 1 époque où l'on croyait ijiie les étoiles le>s plus brillantes étaient.. Il y a maintenant un autre fait. Plus tard encore un Allemand proposa de donner aux douze signes du Zodiaque. mais qu'il n'y a aucune espèce de voûte. l'on voit par exemple sur certaines cartes anciennes saint Pierre remplacer le Bélier. Or cet éclat appaivnl tient à la l'ois à la grosseur réelle! de l'étoile. saint André le Taureau. Nous savons déjà que le ciel n'est pas une sphère concave à laquelle des clous brillants seraient attachés. datent de plus haut. epi'il n'importe pas moins de considérer comme relatif. dans toutes les directions. les étoiles de première! grandeur sont cedles epii brillent avec le. et. apparent. il est convenu qu'il s'agira simplement de leur éclat. Comme on observe une grande divc-rsité dans Véclat des étoiles. infini. etc. le! règne ele la mvlhologu' s'est perpétué jusepi à nos jours. le blason des douze plus illustres maisons de la noblesse! européenne. cet éclat facilite beaucoup les moyens de les reconnaître parmi les constellations. De ces tentatives. soleils de l'espace. que le vide immense. plus (\c vivacité. sont disséminées à toutes les distances dans la vaste . Ce mot de grandeur est impropre. et non comme absolu : c'est la disposition des étoiles. mais il importe ele savoir que ce. attendu qu'il n'a aucun rapport avec les dimensions réelles des astres. aucun nom n'est resté.52 LES MERVEILLES CELESTES. n'est point là son sens réel. à sa lumière infri uséepie el à sa distance. car le chariot de David. enveloppe la terre de toutes parts. et c'est là l'origine' de celle! dénomination. Ainsi. etc. pour en faciliter l'indication on et classé ce-s astres par ordre de! grandeur. le sceau do Salomon. ou la forme des constellations. il y eut plusieurs essais destinés à réformer ce système païen et à le remplacer par des dénominations chrétiennes. ou « le liàlon de Jacob ». il ne possède par conséquent epi'un sens essentiellement. celles di! seconde grandeur sont cedles epii brillent moins. Ainsi. 11correspond simplement à Yéclat apparent îles éloiless. relatif. Ce>sessais particuliers restèrent stériles. Nous savons aussi que les étoiles. etc.

où nous sommes. vue. Nullement. sur la place de1 la Concorde. dans laquelle un grand nombre de becs de gaz sont dispersés. el varie selon qui! nous marchons nous-mêmes en long ou en large. les lumières les plus éloignées de celles ejui le sont moins : elles paraissent toutes si! projeter sur le fond plus obscur. dépend purement ele ce point. de la dernière: planète de notre! système.es qui peuvent les séparer en profondeur. leur disposition apparente. du point où nous sommes. pour nous dispenser d'insister davantage à son égard. céda. l'arrangement qu'elles présentent à nos yeux n'est epi'une apparence! causée par la position de la terre vis-à-vis d'elles. au milieu d'une vaste place publique (soif. dans le1 sens ele. de plus. . Celte comparaison vulgaire! peut nous servir à comprendre comment 1<!S éloiles. on voit les étoiles dans la même disposition qu'ici. Mais il faudrait pour cela nous en éloigner à des distances au moins égales à celles des étoiles voisines. nous serions témoins.anc. leur proximité apparente ne prouve en aucune façon leur proximité réelle : elles peuvent être éloignées l'une ele l'autre. En effet. môme. à une1distance égale ou supérieure 1 à celle qui nous sépare de la plus rapprochée. Lors donc que' nous remarquons dans le ciel deux étoiles voisines. dans la disposition apparente des astres. De. ou 1 davantage. par exemple!. à Paris). disposition <pfedl<!s affectent sous la voûte apparente 1 élu cied dépend uniquement du point où nous nous plaçons pour les considérer. à une certaine! distance. lumières de l'espace! obscur. Quand nous nous trouvons pendant la nuit. d'une variation d'autant plus grande qui! notre! station d'obseirvation sérail plus éloignée! de celle. formant une même 1 constellation. el comment la.LE MONDE SIDÉRAL. il nous est elifficile de distinguer. tout autour de l'atome terrestre. lin quittant la terre ed. ne nous révèlent pas les disl. se trouvent sur un même plan et aune égale distance de la terre. 53 immensité. lorsqu'on réunit dans un même groupe quatre ou cinq étoiles.en nous transportant en un liern de l'espace suftisainnuMil éloigné.! pas que ces étoiles. ele Neptune. Le chan1 gement ne s'opère qu'en se transportant d'une étoile à une autre. C'est là une pure alla ire ele perspective. Disséminées à toutes b's profondeurs de l'espace. n'implique.la profondeur. Un instant de réflexion suffit pour se convaincre de ce fait el.

et pour les recherches que l'amour des sciences et la curiosité peuvent inspirer. le tracé des constellations epii dominent dans notre hémisphère. où il serait complètement impossible de se' reconnaître. comme la divinité du Nord. dans le Tcheou-pcg.. que les Arabes appedlenl Aldebb al Akbar. Faisons donc la géographie du ciel. d'hommes.54 LES MERVEILLES CKLESTES. que les Latins nommaient Seplemlriones. 1 Il y a une constellation que tout le monde connaît. ciel. ciel n'était plus qu'une ménagerie. il y a trois mille ans. ou encore Hélix. et que les Chinois ont honorée. vous verrez toujours là. je1 ne veux pas suivre' cet 1 exemple 1. atlenelu qu'elles ne peuvent servir qu'à l'histoire. Les innombrables figures d'animaux. sur une carte spéciale. notoriété. etc. Dans le temps. point de 1 repère pour trouver ses compagnes. ou les Sept boeufs de labourage (d'où est venu le.. malgré son universelle quelques-uns n'avaient pas encore eu l'occasion de lier connaissance avec elle. Cette constellation.-/. et..r. voyons comment on s'oriente pour lire couramment dans le grand livre du ciel. Tournez-vous vers le nord. avec tant de soin même 1. A'oici le signalement auquel on pourra toujours la reconnaître. Qdv. La connaissani'e elos constellations est nécessaire! pour l'observation du. Ainsi elle peut se vanter d'être célèbre. Quels que soient la saison elel'année. ele. l'uranographie. on gravait des allas célestes où les figures étaient représentées avec un soin exquis. non à l'astronomie praliepie. le jour du mois ou l'heure de la nuit. pour plus de simplicité. Une fois ces illusions. -que l'on a surnommée! aussi le Chariot de David.T0?p-syà). Je donnerai seulement plus loin.'nom ele septentrion). c'est la Grande Ourse. soit à . nous commencerons par edlc : elle voudra bien nous servir de1 point de départ pour aller vers les autres et. qu'on avait fini par oublier les étoile's el que le. on peut commencer sans crainte la description des figures dont la Fable antique a constedlé la sphère. dont la géographie! ne serait pas faite. c'est-à-dire à l'opposé du point où le soleil se trouve à midi. que les Grecs ont saluée sous le nom d'"Ap/. sans elle on se trouve dans un pays inconnu. appréciées à leur juste valeur. Si pourtant. Plauslrum. Malgré l'intérêt des images. A présent. ou el'objets dont on a orné la sphère ne seronl cependant pas dessinées ici.

— Les sept étoiles principalesde la GrandeOurse.gamma. p = bêla. 'C. soit à droite. z = epsilon.rh les trois du timon 1. nous n'en rappellerons qu'un. Des lettres grecques désignent. celle glorieuse 1. Les Arabes l'appellent Saïdak. une grande constellation formée de sept belles étoiles. les quatre étoiles forment les roues. parce qu'ils s'en servent pour éprouver la portée de la vue. « Avec quels pas grandioses et majestueux. dont quatre en quadrilatère el trois à l'angle d'un côté. les bonnes vues distinguent une toute petite étoile nommée' Alcor. c'est-à-dire l'épreuve. v <>t les deux autres. trois étoiles de l'extrémité forment la queue. que je passerai sous silence. autour d'une étoile dont nous allons parler tout. à l'heure. et les trois le timon. Nuit el jour elle veille au-dessus de l'horizon du nord. Ç = zèla.. soit en haut. ce sont les premières de' S l'alphabet : a et [3 inarquent les deux premières éloiles. *{-. on leur a également donné des noms arabes. Celte brillante! constellation scplonlrionale.22. que l'on appelle 1 aussi le Cavalier. le tout distribué comme on le voit sur la figure suivante'.LE MONDE SIDÉRAL.\ gauche. soit en lias. parce qu'ils sont généralcmen f inusi lés. s. n'est-ce pas? Elle ne se couche jamais. dit-il. S = délia. tournant lentement. en vingt-quatre heures. Dans la figure eh la Grande 1 les Ourse. composée! (à l'exception ele o) d'étoiles ele deuxième 1 grandeur. y. Dans Kig. le1 Chariot. dont les paroles sont dignes ele la majesté du ciel : c'est l'Américain Ware. Plusieurs poètes l'ont chantée. . a = alpha. a reçu depuis les temps el de antiques le don de captiver l'attention des contemplateurs personnifier les étoiles du nord. Au-dessus ele la seconde d'entre ces dernières. Ï) ==êla. Yous l'avez tous eléjà remarquée. chaque étoile. et les quatre' en quadrilatère se dans trouvent h' corps.

nous 1. inexplorées par la pensée. révélant aux sens les systèmes et les mondes sans nombre. Des profondeurs du l'éloigneinent ciel. Constellation du nord s'avance dans son cercle éternel. comme un géant superbe à la forte ceinture. Sentinelle L'horizon prochain essaye de l'arrêter. soleils ed constellations plus voisines. non seulement par les Grecs et les Latins. Terre. el qui peut servir à l'histoire de l'astronomie antique on particulier commeà celle de l'origine des peuples en général. la vue les embrasse toutes ensemble. infatigable. le nord de jamais oublier sa place « Sept éloiles habitent élans celle brillante tribu. tu poursuis ta marche sans fin. sans 1 te laisser surprendre par le sommeil. tu ne quilles jamais la faction séculaire.que cer- . Que notre vue s'arme du télescope et qu'elle explore les cieux! Les cieux s'ouvrent. que les soleils se retirent. suivant parmi les étoiles sa voie royale dans une clarté lente et silencieuse ! Création puissante. les rayons perçants dardent à Iravers le viele. Et c'est encore là réciproque eles foyers célestes. C'est un fait remarquable. feux élincelanls tombe sur nos tôles. leurs distances respectives ne sont pas inférieures à leur éloignemcnl de la terre. dont les pieds ne s'arrêtent jamais devant le chemin qui les attend. s'endorment mais en vain. résolu. toujours en avant! Tandis que les systèmes changent. empêchant. vigilante. que leurs rayons rapides ([dus rapides que toute chose) ont voyagé pendant des siècles avant d'atteindre la terre. que les mondes et se réveillent. comme les Iroquois qui la elésignaient sous le même mot 1. mais encore par d'autres peuples qui ne paraissent pas avoir eu de communication avec ceuxci. — sévère. mais. errant dans les brillants sentiers. se condensent dans des régions si éloignées. Les autres tribus abandonnent leur course nocturne et îeposent sous les vagues leurs orbes fatigués. En avant. mais toi. les étoiles se resserrent.je le salue! J'aime te voir. qu'êtes-vous parmi cette immensité infinie? » Ces pensées. une pluie ele. Sans parler du nom d'Ourse donné à cette constellation et à la suivante.S6 LES MERVEILLES CÉLESTES. tu ne fermes jamais ton oeil brûlant et ne suspends jamais ton pas déterminé. inspirées par la vérité scientifique. sont bien supérieures à celles que l'antique mythologie avait répandues. tu gardes la lumière fixe de l'univers.

pour les Copteset les Arabesle Cheminde Chaume. obtenu de Téthys. madame Junon (comme disait Virgile travesti). elles beeufs d'Icare. En Amérique. les deux Ourses étaient des nymphes qui ont nourri Jupiter sur le mont Ida .cl. pourraient expliquer ces désignations. que ces constellations perfides ne se baigneraient jamais dans l'Océan. maintenant que nous connaissons la Grande Ourse. à la figure 2'2.les Grecs.s de sou fils.e Dragon les embrasse ainsi qu'un fleuve immense. on donne le nom de « Mâchoirede Boeuf» aux Hyadesplacées sur la têle du Taureau. Vers les glaces élu nord brille uuprè. Chezles Arabes.les brahmes ont sensiblementle même zodiaqueque nous. si l'on veut. Si l'on mène une ligne droite Reportons-nous par les deux étoiles marquées a et [i qui forment l'extrémité du carré.quoique le carré el la queue dessinés par leur disposition ne rappellent guère ecl animal.Elles seraient en faveurde l'unité d'une souchehumaine primitive. le Bouvier. Jupiter avait eu de cette nymphe un fils. 57 dirons que. ou.dans l'Inde el dans la Perse. dont le!char craint le Ilot do Téthys.LE MONDE SIDERAL. les Arabes. on trouve tains groupes d'étoilesaient été nommésdu même nom par les peuples les plus divers. . la Voielactée des Grecs esLpour les Chinoisle Fleuve Céleste. afin qu'elle serve à nos voyages célestes et à nos recherches uranographiques. les Jroquois. l. -r\.ces coïncidencesrestent l'objet d'un grand mystère. les indiens nomment « Petits de la Poule » les Pléiades. A part les rares rapports qui. et. à la rigueur.pour les sauvagesde l'Amériqueseptentrionalele Chemindes Ames. Cassiopéeest sur une chaise el Hercule à genoux. dont nous parierons plus. chez les Perses. la Grande et la Petite Ourse étaient considérées comme Callisto et son chien. Selon d'autres poètes. d'une quantité égale à la distance de a à l'extrémité de la queue. mais ces fantaisies de la Fable ne nqiréscnlaientles nous intéressent pas plus qu'elles ne doivent le faire. il les avait placés l'un et l'autre dans le ciel. — C'est ainsi qu'on expliquait leur présence perpétuelle au-dessus de l'horizon : Callislo. La constellation du nord a reçu le nom d'Ourse chez les peuples de la haute Asie. que nous nommonsPoussinière. les Phéniciens. la souveraine des ondes. Pcrsée porte une 16le. il faut savoir en tirer le meilleur parti possible.la constellationd'Andromèdeest une femmeenchaînée. Mais l'épouse officielle du roi des dieux. pour les habitants de nos provinces le Chemin de saint Jacques. selon d'autres encore. en avait été courroucée et avait. chez les Grec's.tard. et qu'on la prolonge au delà ele a d'une quantité égale à cinq fois la distance de [i à a.

oS LES MERVEILLES CÉLESTES. reçut l'ordre ele marcher durant la nuit pour reconnaître une hauteur sur laquelle on supposait que l'ennemi avait placé un poste avancé. lors de la guerre contre Tippoo-Saïb. je me contenterai du suivant : Le 4 avril 1799. seulement elles sont dans un autre sens. le général anglais Baird. toujours visibles au nord. au contraire. une étoile un peu moins brillante que les précédentes. 1 que. tournent en heures autour vingt-quatre d'elle. le capitaine Lambton l'accompagnait . dans nos nuits étoilées. A quelque moment de l'année. elle indique la hauteur du pôle. prise pour centre de Fig. Sur mille faits que je pourrais citer pour montre1!' combien l'étoile polaire et sa constellation. — Les Ourses. En quelque lieu qu'on habite. d'où elle sert de: point fixe aux navigateurs ele l'Océan sans routes. seule parmi tous les astres qui scintillent. comme tous les personnages qui se distinguent du commun. L'étoile à laquelle notre 1 de1 la queue de la ligne nous mène. 23. ont sauvé de fois la vie de voyageurs égarés dans les ténèbres. La Polaire demeure immobile! sur un pôle du monde. C'est la Petite Ourse ou le Petit Chariot. Toutes les éloiles. La Petite Cursc ressemble à la Grande par la disposition des étoiles. elle reste1 immobile dans les cieux. formée également de sept astres. L'étoile polaire jouit d'une certaine renommée. du jour ou de la nuit. celle qui est à l'extrémité Petite Ourse ou au bout élu limon du Petit Chariot. qui forme 1 l'extrémité d'une figure pareille! à la Grande Ourse. cette immense: rotation. vous observiez le ciel au lieu permanent qu'elle occupe. comme aux voyageurs du désert inexploré. vous la riMicontrerez toujours. mais plus petite et dirigée en sems contraire. parce que. c'est Yétôile polaire.

Continuons donc notre méthode d'arpentage et faisons plus ample connaissance avec la population du ciel étoile. on consulta une boussole. il ne faut pas quitter un aussi beau spectacle pour redescendre sur la terre.LE MONDE SIDÉRAL. el tourne en réalité autour de ce point mathématique. A l'instant même. sont des apparences causées par le mouvement de la terre autour de son axe. le détachement tomba dans un avant-poste ennemi. la division s'avançait vers le nord. qui s'inquiétait fort peu de l'astronomie. Cependant.Maispour celle descriptiondes constellations. et le mouvement du ciel entier autour d'elle1. Cette surprise ayant trop bien confirmé l'observation du capitaine. puis de rebrousser chemin.nous devons la regarelercommemarquant le nord. L'immobilité de1 l'étoile polaire au nord'. et on trouva. 1. en riant l'oftii'ier astronome. le capitaine 1 Lambton remarqua qu'au lieu ele retourner au sud. comme il le fallait pour revenir au camp. on se hâta d'abord de dis1 perser les soldats de l'avant-poste. On se procura de la lumière 1. pendant que nous sommes à visiter le pays des étoiles. L'étoilepolaire n'est pas tout a. épie les étoiles avaient raison. Nous en donnerons plus tard la démonstration. y9 comme aide de camp. Mais cet officier. répliqua qu'il savait très bien ce qu'il faisait sans consulter les étoiles. et il avertit immédiatement le général de celle méprise. le général résolut ele retourner au camp.faitau nord. comme la nuit était claire et que la constellation de la Grande Ourse était près du méridien. Après avoir traversé à plusieurs reprises celte hauteur sans y rencontrer personne. comme le disait. mais. . c'est-à-dire vers le gros ele l'armée ennemie.

Il LES CONSTELLATIONS DU N011D doselarléséternelles Auxlieux«nirayonnant l. Si de l'étoile: élu milieu (o) on mène! une! ligne au pôle. l l t Kl. tantôt à droite.eseieuxsonttoujoursurset. on a le sud derrière soi.la nuit. du lirmamonl. mais il est toujours facile à trouver. l'est à droite. l'iiKNt'. roulant u loinsesIlots a rouverts l>rl'ombrage lleundes palmiersoujours erts. tantôt au-dessous.promenant sestenteségarées. Suite de l'alphabetgrec : 0 = Ihêta. immobile.e pasteur e Habol gardant estroupeaux d on s Observae premieres célesteslambeaux. formée de cinq étoiles principales. v t Voit(lefeuxpluspuissantsa natureanimée l te et. comme nous l'avons vu. que rapportées aux points cardinaux. qui termine 1 le1 carré. /.noi. l Osa diviser es eonlrées. se1 trouvant tantôt au-dessus. Ce groupe: prend toutes les situations possibles en tournant autour du pôle. comme 1. au milieu de la région septentrionale du ciel. b p OùrKupbruto. lui donne aussi la forme d'uni' chaise. De l'autre côté de la Polaire. attendu que. tantôt à gauche. se trouve une autre: constellation facile à reconnaître.t':. Toutes lesétoiles tournant autour de la Polaire doivent être reconnues d'après leurs positions respectives plutôt. Prodiguer ciniKuno mvrrhe I.les nuitstoujours elles. disposées un peu comme les jambages écartés ele: la lettre M. La petite étoile x'. En regardant l'étoile polaire. i — iota. ou traverse la figure de Casslapée. . en prolongeant cette: ligne d'une égale quantité (iig.i.la embaumée. à la Grande Ourse. l'ouest à gauche. = cappa. par rapport. 24).

'2. se trouve entre deux autres moins éclatantes.Andromède. et aboutissent elles-mêmes à une constellation. et qu'il est toujours à [l'opposé ele la Grande Ourse. Markab. nord de'fi d'Anse dromède trouve. sur le prolongement des trois principales d'Andromède. et que nous prolongions[ces| lignes au delà de Caselles siopée. Petite Ourse.LES CONSTELLATIONS DU NORD. Ci les précédents. *. DansPcrsée. la brillante. les trois autres se nomment : y.qui se termine d'un côté par un prolongement Fig. et fi. la «•. deux lignes se joignant au pôle. à Penser. première. d'Andromède . — Cassiopée. qui forment avec elle un arc concave très . 2a. a. comme on le voit. Étoile polaire. la première nébuleuse doutil soit fait mention dans les annales de l'astronomie. La dernière étoile du carré de: Pégase est. au aboutiront carre1lcPee7a. Algenib. Si nous tirons maintenant. Ces trois étoiles appartiennent. Cassiopée. près d'une petite étoile. îles étoiles a cl o de la Grande Ourse. la nébuFig. il ne se "couche jamais. 2L — GrandeOurse.Pégase. ti Andromède.se (lig. leuse oblongue: que l'on comparait à la lumière d'une chandelle vue à travers une feuille de corne.>). Au Se beat. L'étoile polaire'est l'essieu autour duquel tournent ces deux constellations. de trois étoiles assez semblables à celles de la Grande Ourse.

02

EES MERVEILLES CÉLESTES.

facile à distinguer. Cet, arc va nous servir pour une nouvelle orientation. En le prolongeant du côté de o (fig. 26), on trouve une étoile très brillante, de j'iremière grandeur : c'est la Chèvre ou Capella. En formant un angle droit à cette prolongation du côte élu midi, on arrive aux Pléiades, brillant amas d'étoiles. A côté est une étoile changeante, Algol ou la Tête de Méduse. Cette étoile Algol, ou fi de Persée, (pie l'on voit non loin de a, appartient à une classe d'étoiles variables dont, nous observerons plus loin le singulier caractère. Au lieu ele, garder un éclat fixe, comme les autres astres, elle est, tantôt très brillante et tantôt très pâle : elle passe de la seconde grandeur à la quatrième. C'est à la Ym du dix-septième siècle que l'on s'est aperçu de cette variabilité pour la première fois. Les observations laites depuis cette époque ont montré qu'elle est périodique! et régulière, et que celle période est d'une étonnante rapidité. Ainsi, pour s'élever de son minimum d'éclat à son maximum, il ne lui faut qu'une heure trois quarts, de sorte qu'en trois heures et demie elle a accompli son cyede: entier, et a. passé par — Chèvre, a Kig. iï. tous les éclats intermédiaires de la quatrième Pléiades. à la seconde n'randeur e:t de, la seconde à la quatrième. Ensuite elle reste staliotmairc. Ce curieux minimum, produit par une éclipse, arrive aux intervalles réguliers de 2 jours 20 heures 49 minutes. L'étoile Ç de Persée est double. L'étoile y d'Andromède est l'une des plus belles étoiles doubles (elle est môme triple). En prolongeant au delà du carré de Pégase la ligne courbe d'Andromède, on atteint la Voie lactée et on rencontre dans ces parages : le Cygne, pareil à une croix, la Lyre, où brille "Vcga, l'Aigle (Altaïr avec deux satellites) et .Hercule, constellation vers laepielle le mouvement du Soleil dans l'espace nous emporte tous. Tels sont les principaux personnages qui habitent les régions circompolaires, d'un côté; tout à l'heure nous ferons plus ample connaissance avec eux. Pendant que nous sommes à tracer des

LES CONSTELLATIONS DU NORD.

611

lignes ele repère, gardons encore un peu de patience et terminons notre révision sommaire de celte partie du ciel. Voici maintenant le côté opposé à celui dont nous venons de, parler, toujours auprès du pôle. Revenons à la Grande Ourse. Proà longeant la (jueuc dans sa courbe (fig. 27), nous trouverons quelque distance de là une étoile ele première grandeur, Arclurus ou a du Bouvier. Un petit cercle d'étoiles que l'on voit à gauche du Bouvier constitue la Couronne boréale. Au mois de mai 1866, ona'vu briller là une petite étoile dont l'éclat n'a duré que quinze jours. du Bouvier est tracée en forme de pentagone. La constellation Les étoiles qui la composent sont de troisième 1 grandeur, à l'exception de a, Arclurus, qui est de: première. l<lg.27. — Arcturus, le Bouvier,la Couronneboréale. Celle-ci est l'une îles plus proches de la Terre, car elle, fait partie du petit nombre de celles dont, la distance a. pu être mesurée. Elle est à ',V2i trillions ele kilomètres d'ici. Elle brille d'une belle couleur jaune d'or. L'étoile s, que l'on voit au-dessus d'elle:, est double, c'est-à-dire que le télescope la décompose en deux astres distincts : l'un de ces astres est jaune, l'autre: bleu. En menant une ligne de l'étoile polaire à Arclurus, et en élevant sur le milieu de: celte ligne, à l'opposé de la une perpendiculaire Grande Ourse, on retrouve l'une eles plus brillantes éloiles du ciel, d Véga, ou ce. e la Lyre, voisine de la Voie lactée. Elle forme avec les eleux que je viens de nommer un triangle équilatéral. La ligne d'Arcturus à Véga coupe la constellation d'Hercule. Entre la Grande Ourse et la Petite Ourse, on remarque une longue suite de petites anneaux et se dirigeant, vers Véga : ce sont étoiles s'enroulanten les étoiles du Dragon. Les étoiles qui avoisinent le pôle, el qui ont reçu pour cela le

64

LES MERVEILLES CELESTES.

nom de circompolaires, sont distribuées dans les groupes qui viennent d'être indiqués. J'engage fort mes jeunes lecteurs à profiter de quelques belles soirées pour s'exercer à trouver eux-mêmes ces constellations dans le ciel. Le meilleur moyen est de s'aider des figures précédentes ainsi que des suivantes '. Maintenant que nous savons où elles se,trouvent, nous pouvons parler un peu de leur illustre renommée antique. Il y a dans ce groupe l'un des plus grands drames de la mythologie hellénique. Pour retracer en deux mots cet épisode fameux, je rappellerai que Cassiopée, femme de Céphée, roi d'Ethiopie, eut un jour la vanité de se croire plus belle que les Néréides, malgré lacouleur africaine ele son teint. Ces nymphes sensibles, piquées au vif par une telle prétention, supplièrent Neptune de les venger d'un affront aussi cruel; le dieu permit que d'épouvantables ravages fussent exercés par un monstre marin sur les côtes de Syrie. Pour conjurer le fléau, Céphée enchaîna, sa fille Andromède sur un rocher, et l'offrit en sacrifice au terrible monstre. Mais le jeune Persée, touché île tant de malheurs, enfourcha, au plus vite le cheval Pégase, modèle des coursiers, prit en main la tète de Méduse epii glaçait d'effroi, et partit pour le rocher fatal. Il arriva naturellement tout, juste au moment, où le monstre allait dévorer sa proie; aussi n'eut-il rien de plus pressé que de pétrifier le monstre en question en lui présentant la tète hideuse de Méduse, et, de délivrer Andromède évanouie. C'est un effet de scène dont la peinture a tiré parti dans tous les sens ; il y a peut-être autant d'Andromèdes que de Lédas, ce qui devient incalculable. Il faut avouer aussi que les peintres n'ont pas souvent de sujets aussi dramatiques et aussi touchants. Le combat de Persée contre le monstre est sans égal dans l'histoire : Le héros fond sur lui .sans se laisser atteindre, S'élève, redescend, frappe eucor, mais en vain. L'écaillé impénétrable a. repoussé l'airain. Le monstre est en fureur; Andromède éperdue De cet affreux combat veut elétourner la vue, 1. Pour plus de détails,consulternotre ouvrage les Éloileset les Curiosités u d Ciel,Supplémentet Allas de l'Astronomie opulaire,où l'on trouverala descripp tion complètedu ciel, étoile par étoile.

LES CONSTELLATIONS DU NORD. Pousse un cri lamentable el, levant ses beaux yeux, Retrouve son vengeur qui plane dans les cieux. La lille de Céphée, en sa douleur mortelle, Pleure, frémit, el. et: n'est plus pour elle. Mais enfin le héros vers le monstre abhorré Précipite son vol, cl, d'un bras assuré Dans sa gueule béante enfonce cette épée Du sang de la (iorgone encor toute trempée. C'en est fait; à ses pieds revoyant son vengeur, Andromède a senti redoubler sa. rougeur; Les dieux sont satisfaits; et, près ele lui placée, Jusqu'au brillant Olympe elle a suivi Persée. Par quels plus beaux exploits monlc-l-on dans les cieux".' D.utr.

tîb

En commémoration de ces exploits, et pour ne pas faire de privilège, toute la famille fut installée au ciel, el aujourd'hui encore, assez bien les avec un peu de bonne volonté, et en connaissant ligures conventionnelles qui se partagent notre allas céleste, on peut voir sous le dôme étoile : Céphée trônant, couronne sur la tète et sceptre en main, à côté de sa femme Cassiopée assise sur un fauteuil orné de palmes; un peu plus loin, Andromède enchaînée sur un roc au milieu de l'abîme; un gros poisson la mord aux lianes; Pégase volant, dans les airs, un peu en avant; et enfin le héros de la pièce, Persée, tenant de la main droite un glaive recourbé, et de la main gauche la tête aux serpents hideux. — Voilà ce que l'oeil mythologique peut encore contempler au milieu de la nuit pendant la belle saison d'été. Le Bouvier se voit au-dessus ele la Vierge sur la carte zodiacale. Il se nommait Arcas, était fils de Jupiter et, de Callisto. Il était sa tète était encore Atlas qui porte le monde, parce qu'autrefois voisine du pôle. Comme les Pléiades se lèvent quand le Bouvier se couche, on avait dit aussi qu'elles étaient ses filles. Dans son voisinage brille, comme une poudre d'or, la Chevelure de Bérénice. On se rappelle que, 246 ans avant Jésus-Christ, la reine Bérénice, qui avait fait voeu de se couper la chevelure si Ptolémée Evergète, son époux, revenait vainqueur, la consacra aux dieux dans le temple de Vénus, après la victoire du prince. Son mari fut très mécontent dee;ette malencontreuse idée, et l'on pense qu'il n'aurait b"

66

LES MERVEILLES CÉLESTES.

pas su calmer ses emportements (d'autant plus que les cheveux de la reine furent volés dans la nuit suivante), si l'astronome Conon ne lui avait assuré que sa regrettée chevelure avait été emportée, dans le ciel par ordre de Vénus el brillait actuellement à l'état ele constellation. Le mortel qui, îles cieux écarlanl Ions les voiles. Calcula le lever, le coucher des éloiles, Conon, me lit voler, pur la faveurdes dieux. Du Iront de Héréiiieoà la voùledes cieux. Humideencor dos pleurs de nia reine lidèle, .le moulai, nouveau signe, à la voùle éternelle. Admiseenlre la Vierge el le cruel Lion, Je guide à l'occident, on sa route incerlaine. 1 Le Uouvierqui vers l'aube à pas pesants se traîne. C.Vl'UI.I.K. Les Chiens île chasse, ou Lévrieus, ne1 se distinguent par aucune étoile remarquable, mais ils possèdent la plus belle nébuleuse du ciel, celle que nous avons décrite: et. figurée plus haut; elle est située dans l'oreille cauche d'Astérion, chien de chasse septentrional. Comme cette oreille gauche louche la queue de la Grande Ourse, pour trouver la nébuleuse il est plus facile de la chercher sous la dernière étoile de la queue. Pour discerner sa forme, il faut une excellente lunette. C'est celte nébuleuse qui paraissait, ressembler à la Voie lactée vue de loin, et qu'on a longtemps considérée comme un amas globulaire entouré d'un anneau, jusqu'au jour où le grand télescope de lord Rosse vint montrer en elle la plus magnifique des nébuleuses en spirale. Toutes ces constellations tournent autour de l'éloile élu nord, ou plutôt autour de l'axe du monde, dont l'inclinaison sur l'horizon d'un lieu donné est invariable. Il résulte de cette invariabilité que ce sont toujours les mêmes étoiles qui s'élèvent, au-dessus de l'horizon d'un même lieu, quelle que soit l'époque de l'année. Seulement, parmi celles qui se lèvent et se couchent, les unes sont, au-dessus de l'horizon pendant la nuit, et alors elles sont visibles, tandis que les autres se lèvent et

LES CONSTELLATIONS DU NORD.

67

se couchent pendant la-journée et l'éclat du jour ne permet pas de les apercevoir. au contraire, ne s'abaissant jamais Les étoiles circompolaircs, au-dessous de l'horizon, restent en vue pendant toutes les nuits de l'année. diurnes Enfin d'autres étoiles, décrivant leurs circonférences au-dessous de l'horizon, ne sont jamais visibles dans le lieu considéré. On voit, donc que1 la sphère céleste 1 peut se diviser en trois zones (fig. 28) : 1" la zone des étoiles circennpolaires et des étoiles pervisibles ; pétuellement 2° celle des étoiles qui se1 lèvent et qui se couchent, et demi la visibila nuit lité pendant dépend de l'époque de où l'on se l'année trouve; 3" enfin la zone des étoiles qui ne s'élèvent jamais au-dessus de l'horizon. Ces trois zones sont séparées les Fig. 2S. — La sphère céleste et le mouvement, unes des autres par diurne. deux cercles tangents à l'horizon; l'un, au nord, se nomme le cercle de perpétuelle apparition; l'autre, au midi, est le cercle de perpétuelle occultation. Le ciel entier tournant en vingt-quatre' heures autour de l'axe du monde, toutes les étoiles passent une fois par jour au méridien. Cela posé, voyons ce qui doit arriver lorsque l'observateur change d'horizon en se dé^.araul dans la direction delà méridienne, soit du nord au midi, soit duvinieli au nord. ne serait changé dans Si la Terre était plate, rien évidemment étant nul relatil'aspect du ciel, le déplacement de: l'observateur vement à l'immense distance où sont les astres même les plus

continuons notre révision du ciel étoile. et sa vue découvre du e'ôté du midi des éloiles de la zone primitivement invisible. e>n détail dans notre chapitre sur la sphéricité de la Terre. Nous étudierons e'O sujet. par exemple. le voyageur plonge sous le plan de l'horizon. Quant à présent. En arrivant à l'équateur. les mêmes étoiles resteraient cachées au-dessous du plan de l'horizon. La Terre étant sphériquc. en s'avançanl vers le sud. il n'en peut [dus être de môme. . en passant d'un horizon à l'autre. rapprochés de la Terre : les mêmes étoiles seraient en vue. il n'a plus de cercle de: perpétuelle apparition ni de perpétuelle occultation : les pôles sont à son horizon au nord e't au sud et les étoiles décrivent des cercles droits. Dans ce cas.08 LES MERVEILLES CÉLESTES. et.

une voie régulière el. c'est uniepiemenl parce: qu'elles sont effacées par la lumière du jour. el. et que. Ce sont. que chaque année. Ce mot vient de Çwoiov. permanente. On sait aussi que les étoiles restent perpétuellement autour de la Terre. dans sa marche apparente. étymologie que l'on doit au genre de figures tracées sur cette bande d'éloiles. il passe à la même hauteur dans le ciel. parce que le Soleil on visite une chaque mois et revient à chaque printemps à l'origine de la cité zodiacale. puisque cette variation dépend simplement des saisons terrestres. s'il est moins élevé au mois de décembre qu'au mois de juin. aux mêmes époques. en effet. que. 'le KOKSKT. Or on a donné le nom de Zodiaque à la zone d'étoiles que: le Soleil traverse pendant le cours entier de l'année. et nos pères les appelaient « les maisons du Soleil ».111 LE ZODIAQUE Lee!iolic nulivreoùla Tcrroétonnée. le Soleil suit. si elles disparaissent le matin pour se rallumer le soir. f 1 On sait. Luten lettresîle l'eul'histoire l'année. circonférence entière du ciel en douze parties. que. Deux mémorables vers latins . les animaux qui dominent dans ces figures. la roule qu'il suif nYii est pas moins régulière pour cela. au-dessus ele nos tètes. t vint. animal. On a divisé la. et qu'aux mêmes époques il revient toujours aux mômes points du ciel. que l'on a nommées les douze: signes du Zodiaque. ou encore « les résidences mensuelles d'Apollon ».

planent n tètes. Fig.::LIER. CANCEH. B.LES IONS ZODIAQUE. ea vers :LE~VERSE. . lévrier. avril.TAUREAU. l'ouestou l droite gauche LES LE LE LES LE au-dessus soir.DU 29. GÉMEAUX. d la De àl'est.— CONSTELLA-! POISSONS. novemhre. janvier.AU. mars. Ces constellations de os le en décembre.

A'IEHGE. 29 — CONSTELLATIONS b SUITE Fig.juillet. BALANCE. is. m juin. octobre. de os n tètes.AGITTAIRE.ZODIAQUE. luiox. le en ai. août. DES DU C S LE LA LA LECORPION. APRICORNE.S LE LE septembre. au-dessus soir. constellations planent Ces .

à une même qu'elles appartiennent bande du ciel. Amphora. qui peut nous servir de ligne de: partage entre le nord cl le sud. le Taureau Ou bien en français : le Bélier T. et il nous sera facile de reconnaître les constellations zodiacales. est un peu inclinée sur l'équaleur. \i. marquées dans notre esprit avec les rapports réciproques qu'elles gardent entre: elles. et d'éviter des recherches inutiles. le Scorpion n\. Ces indications sommaires une fois données. Taurus. Scorpius. Ces mêmes . la Balance €=. elle marquera l'équaleur céleste.ES MEI1VEILLES CÉLESTES. les douze signes dans l'ordre où le1"Soleil les parcourt. Léo. Seuil. Un moyen facile de trouver cette zone par une belle: nuit étoilée. Coinini. il faut savoir toutes à une même zone. &x est un courant d'eau. Cancer. le Lion tv . Pour faire avec eux une connaissance complète et durable. les Gémeaux H.Capcr. "tf la tète du taureau. si ses étoiles les plus importantes sont suffisamment. l'isccs. de sorte que notre circonférence nous conduira ainsi facilement à la zone vers laquelle nous devons les chercher. le Sagittaire -H. 29) les descriptions que je vais donner. il est nécessaire de suivre sur la double carte zodiacale ci-dessus (fig. le Verseau ax et les Poissons X • Les signes placés à côté de ces noms sont les indications primitives qui les rappellent. Avant tout. Virgo. etc. AreaUuipns. Librai|uo. c'est de prendre l'étoile polaire pour centre d'un grand cercle et de décrire ce cercle avec un rayon égal à la moitié du ciel. ou la ligne médiane du Zodiaque. et ensuite de s'exercer le soir à reconnaître directement dans le ciel les originaux dont ces caries ne sont que des copies. Or l'écliptique. nous n'avons plus de confusion à craindre. la Vierge np."i-1 nous présentent i. l'Ecrevisse s}>. et descendra sous l'horizon au nord. le Capricorne >r. La ligne ainsi décrite dépassera le zénith au sud. mais les constellations sont assez vastes et ne s'en écartent jamais d'une grande quantité. les premiers signes seront très faciles à trouver. : T représente les cornes du Bélier. Si nous connaissons mainliMiant notre ciel boréal.: Arii's.

formée par deux étoiles de troisième grandeur. le soir du même point. Le Bélier est le premier signe du Zodiaque. parce qu'à l'époque où émettepartie principale ele la sphère e. dans le chapitre suivant. Le Bélier était encore le syinboleduprintemps et de l'ouverture de l'année. — Marchedu soleil dans les signes épaule. Vous le reconnaîtrez facilement par le groupe des Pléiades qui scintillent sur son celui îles Hyades Fig. Dans la Fable. sort. par l'étoile magnifique qui marque son oeil droit. tique. ou Jason. el. par du zodiaque.il. parce qu'au moment où le Soleil se lève dans ce signe.a. établie. qui tremblent sur son front. il représente le Bélier à toison d'or de l'expédition des Argonautes. l'étoile Alelébaran. (Suivre sur notre carte. et subjugue ainsi le Bélier disparu.) . de première grandeur. En tirant la ligne 1 d'Andromède à ce groupe el'étoilcs. 30. on traverse la tête du Bélier. Aldébaran resplendit sur le prolongement nord de la ligne du Baudrier.éleste fut. Le Bélier est situé entre Andromède et les Pléiades. gardé par un monstre (la Baleine) et par un taureau qui vomit des flammes. . que nous connaissons déjà.LÉ zobiAgUfi. que nous rencontrerons et que nous saluerons bientôt. le Soleil entrait dans ce signe à l'équinoxe du printemps et l'équaleur y croisait l'éclipFig. — Signesdu zodiaque. Le Taureau vient ensuite. Il est du reste situé tout au-dessus de la splendide constellation d'Orion. — Nous marchons de l'ouest à l'est. *:i Caries nous serviront encore. la constellation d'Ophiuchus. à étudier les constellations australes visibles en France.

C'est ce qui a inspiré à J. On n'en compte plus que six aujourd'hui. prise à l'observatoire de Juvisy.redirer les nochers. ele:3e grandeur. de leurs Fig. El. ravons pour venir à nous. faciles à reconnaître à l'est des précédents. Comme les Pléiades. epii paraissent trembler au nord-ouest d'Aldébaran. sont formées par un amas d'étoiles dans lequel on eui compte six assez facilement à J'(cil nu. la septième se si1rail cachée de' douleur à la prise: ele: Troie 1.s lrisl. qui en occupe l'extrémité sud. visibles à l'iril nu. Ovide1. de !>v.74 LES MERVEILLES CELESTES.-B. mais où le télescope en montre plusieurs centaines. el. . île: V : Mérope. Quand même l'une des Pléiades se serait cachée à la prise ele Troie. que l'on nomme Alcyone.les l'rileuses Dryiitlcs A chercher l'aliri des rochers. Les anciens comptaient dans les Pléiades sept éloiles plus brillantes que le tond parsemé de poudre d'or. Ovide l'aurait encore vue de sein temps à l'endroit qu'elle 1 même nous l'y verrions occupait jadis. Electre et Atlas. qui sentent la pluie de fort loin : lléjà le départ des l'léia-des A l'ail.es Hyades Eorcenl. edles annonçaient la pluie. 1)2. sont. Les l'Iéiaeles. Les Pléiades. Mais l'an lourd es Métamorphoses ne: se1 doutait guère de' la distance des étoiles et de — la durée ilu trajet. Maïa et Taygèle. Je reproduis ici une1 photographie de ce groupe curieux.déjà le. Les Hyades forment un V avec Ahlébaran. Rousseau ces vers. Si l'on en croit. Les Gémeaux. peut-être qu'aujourd'hui encore.

dont ils furent récompensés par le partage de l'immortalité. plus bas on rencontre Procyon. phénomènes d'électricité désignés aujourd'hui sous le nom de feux Saint-Elme. La timide Ecrcvisse.leipil. célèbres par leur amitié indissoluble'.LE ZODIAQUE. t Couple!ele. Les Grecs donnaient aussi le nom de Castor cl. qui pour nous borne. léil.\ umeaux que la Fable J Plaça jaelis au rang tirs dieux . la Chèvre. les Pléiades. El. Celle région. et. qu'Hercule combattait le lion de. D'un autre côté. Nous les atteindrions également par une diagonale traversant la Grande Ourse dans le1 sens du timon. Descendant vers b: Taureau. est la plus magnifique région de la sphère céleste. C'est vers la lin eh' l'automne cl dans les belles nuits d'hiver qu'elle resplendit le soir sur notre: hémisphère'. l'Ecrcvissc. Pollux à ces feux epii paraissent autour des vaisseaux après les tempêtes.és bizarre. 1i Ecrevissc ou le Cancer se distingue au bas de la ligne de Castor et Pollux. 75 parce que leurs tôles sont formées des deux belles étoiles Castor et Pollux. Castor et Pollux. la serre Irainante à Annonce le retour ele la saison brûlante : Son aspect. Sirius. habitants élu Ténari'. Castor l'orme un beau triangle avec la Chèvre et Ahlébaran. Ahlébaran. Ainsi rien n'est plus facile à trouver. que voici. du Zodiaque. dans cinq étoiles de iG ou Vf grandeur. C'est le personnage le moins important. de Junon secondant la vengeance. pinçait à plaisir le Pendant .tantôt citoyens des cieux. dans la Fable'. Les Gémeaux sont. les Gémeaux. Tanlôl.les plus longs jours. Les tergiversations de la fortune ont été comparées par le poète à la destinée de' ces deux frères : 1 .crlil riioniini: semblable A ces ele:u. fils de Jupiter. Némée. huit ou dix étoiles terminent lu constellation. étoile de première grandeur. Fait du char du soleul rétrograder le cours. marquée par Orion.

à ses pieels. nous pouvons encore remarquer que ces deux étoiles el l'Epi l'ont ensemble un triangle équilaléral. élu reste. située dans le bras droit de la Vierge1. déesse de Syrie. nous prolongerions vers le midi la grande diagonale a v du carré de la Grande Ourse1. se nomme Béguins : c'est le reeur du Lion. Hercule l'écrasa de son pied. de la Grande Ourse. voici seulement les premières : Cérès. la liste en serait trop longue. la Cbeve'ure de Bérénice. Elle forme un triangle avec [3du Lion et.76 LKS MEKVEILLES CÉLESTES. l'a abandonnée pour le ciel. notre! figure : c'est YEpi de la Vierge. il était encore le signe' des chaleurs brûlantes et des fléaux qu'elles amènent quelquefois. On peut également le: trouver en prolongeant en sens opposé la ligne de a. justice et des lois. Elle est encore Astrée. Aux yeux des astrologues du moven Age. toujours Awcôté de l'est. le privile\gc ele représenter bon nombre de personnifications. Le' Sedeil entrait dans le Lion au solstice d'été. c'est la victoire d'Hercule sur le Lion de Némée. Isis d'Egypte. L'étoile fi. Peuirquoi peirle-l-edle des ailes? Peut-être parce épie la Justice. que nous connaissons Arclurus. autrefois sur la terre. dont la Balance est. Maintenant. La plus brillante de ces éleiiles. el. fille de Jupiter cl. comme on le voit sur la carte1. a. (>3)et etdu Lion. situées à l'est des Gémeaux. placée justement élans la main gauche ele. Elle eut. que les crimes des hommes toréèrent ele remonter au ciel à la fin de l'âge d'or. la Vierge représente Tbéniis. Vierge vient après le Lion. Atergatis ou la Fortune. symbole des moissons . talon du héros. [ï. se nomme lit Vendangeuse 1. qui nous a servi à trouver la Polaire. aussi pour 1 la même' cause1 le symbole de la force et de la puissance. . de Thémis. Si nous nous servions encore de la 1res complaisante constellation qui nous a si bien servi jusqu'ici. ISIanl la demeure élu Sedeil pendant le mois de juillet. ou a du Bouvier (p. La. Diane d'Epbèse. Le Lion est un grand trapèze de epiatre belles éloiles. e'ied. et nous ferions la rencontre d'une belle étoile de lr" grandeur. Einldème de la. et le faisait disparaître en le couvrant de ses feux. astre: connu de loule" l'antiquité. Il fut. c'était là sein aspect terrible. mais la reine du ciel ne lui donna pas moins sa récompense en plaçant ses mânes élans le.

avant Auguste 1. le Sedeil passait là à l'éepiinoxc d'automne. J. Laisse la célesle Balance Arbitre des nuits et des jours. le travail au sommeil ». Comme Auguste était. mère de Bacchus. Une file d'étoiles de 3° grandeur dessine la queue recourbée. La Balance est le: septième signe du Zodiaque. ce sont trois éloiles brillantes placées en ligne droite dans la direction ouest-est. un rameau à la main. au temps de Virgile. dont le coeur est marqué par l'étoile rouge Anlarès. on voit deux étoiles de 2° grandeur : ce s< ni a el [i ele la Balance. elle paraîtavoir préféré le titre de fille: ele la Justice. symbole de la Justice. Son dard recourbé l'ail. Erigone. La seconde étoile du Scorpion. marque la tête. plus paisible dans son cours. dont la violence Nousa l'ail languir si longtemps. Minerve. edles forment un carré eddiqùe sur l'éeliptiepie'. [i. ele l'Epi de la Vierge.LE ZODIAQUE. astre de I'° grandeur. la flatterie se ligua avec l'astrologie pour célébrer le bonheur promis à la Terre par la naissance de cet empereur. Il v a deux mille ans. La Balance et le Scorpion ne formaient qu'un même signe chez les Latins. descendait aux enfers ou sous l'hémisphère. elle fut la Sibylle qui. El. Rousseau exprime la même idée dans une de ses odes : Le:soleil. que les Egyptiens avaient jadis institué . La Balance était alors les serres du Scorpion. Le Scorpion. exilée aux régions célestes par les crimes des hommes. marquant les deux plateaux. et l'on v a vu l'origine de e'e signe epii « égale au jour la nuit. a du Scorpion. Méduse. fille du Bouvier. de 2° grandeur. distinguer sa forme. Au milieu d'un si grand choix. est facile à reconnaître. on replaça au cied la Balance. Anlarès forme encore avec la Lyre et Arcturus un grand triangle isocèle: dont cette dernière étoile est le sommet. Anlarès. 77 Cybèle traînée par des lions. Arme de feux moins éelalnnls Les rayons que son finir nous lance. A l'est. se trouve sur le prolongement de: la ligne qui joindrait Béguins (adu Lion) à l'Epi. Avec ele:uxautres éleiiles moins brillantes. enfin.-B. ué le 23 septembre.

marque la tète. C'est ainsi du moins que j'interprète les vers de YEnéide. Sans doute le voisinage du Scorpion avait influencé l'opinion des poêles à son égard.aiiv Avait tendu son arc el. les prés délleuris. Au-dessus du Capricorne brille Altaïr. d'Esculape. mais encore la terreur du Soleil lui-môme. el. où nous avons admiré Aldébaran. le Sagitaire est. qui nourrit Jupiter sur le mont Ida et reçut pour récompense une place dans le ciel. ravagé la terre. Castor et Pollux. Sagittaire. le Scorpion fui maudit entre toutes les constellations.iiaux. Il était non seulement la terreur des étoiles. Cette constellation ne s'élève jamais beaucoup au-dessus ele l'horizon de Paris. Signe de malheur el d'effroi. Le. Pour d'autres. cl. Celles qui scintillent à son front. Il no possède que des astres de 3° grandeur et au-dessous. Le Capricorne n'est pas plus riche en étoiles brillantes. le centaure Chiron. etc. On disait surtout qu'il avaitune haine invincible contre Orion.78 LES MERVEILLES CELESTES. Dans la Fable. Les col. l'instituteur d'Achille. La région du Zodiaque que nous visitons présente un contraste frappant avec la région opposée. il représente le retour du Soleil . sont les seules qui se laissent admirer à l'oeil nu. ele Jason. NovembreaviliI. N'offraient ele tontes parts qui! de vastes débris . formant un trapèze: oblique.et les champs.les étoiles d'Antinous forment un trapèze sur le chemin qui va du Capricorne à l'Aigle. parce que celte figure se couche quand la première se lève. n o y forment la flèche. car on ne le représentait pas non plus sous des couleurs bien favorables : IVqïidu liant des cieux le cruel Sagill. Elles se trouvent sur le prolongement de la ligne qui va de la Lyre à l'Aigle. a et [i. comme Ovide nous le dépeint. dans la sphère primitive. (Vêlait le dernier seigneur de celte race: antique. Dans certains autours. la Chèvre. etl'inventcur eleréquitation. se tient un peu à l'orient d'Antarès. ce signe représente la chèvre Amalthée.conté sa première journée. en suivant toujours la direction de l'écliplique. réciproquement. ou a de l'Aigle. L'étoile .

dernier signe du Zodiaque. qui. ayant. et vers la gauche se porte sur l'Urne. cette constellation est. On dit encore que deux poissons. pour cela. se prolonge en une file d'étoiles du côté du Capricorne1. furent placés dans le ciel. Le poisson boréal est. Les dieux épouvantés se cachèrent sous diverses formes d'animaux : Apollon se changea en grue. De là part uni' ligne sinueuse de très petites étoiles. voulant se dérober à la poursuite des Géants. que les Syriens s'abstiennent de se nourrir ele poisson. Ovide raconte que Vénus cl l'Amour. trouvé un oeuf de belle taille. qu'une colombe le couva. c'est un bouc qui fut élevé avec le roi des dieux. après épie-. très aplati. le: poisson occidental s'avance élans le carré de Pégase. passèrent l'Euphratc sur deux poissons. qui d'Ilébé prononce la disgrâce. C'est depuis ce temps. .LE ZODIAQUE. l'autre vers a du Verseau. ayant un corps de benic et morphose une1. Leur signe est la dernière . dit Plutarque. noeud du ruban. composée de deux rangs d'étoiles très faibles qui partent de •/ ele 3° grandeur.lupiler. descendant sur l'horizon. et que Vénus en sortit. Le Verseau forme par ses trois étoiles tertiaires un triangle. et vont en divergeant. la jeune el candide Ilébé se l'ut laissée' tomber d'une: manière peu décente. 79 au solstice d'hiver par la porte du tropique. bêle digne des cieux. Jamais on ne: vil. La base. l'entraînèrent sur le rivage. découvrit el emboucha la conque marine.epii fut élevé par l'aigle ele Jupiter pour servir d'échanson aux dieux.queue de poisson. comme les précéelenles. Il paraît qu'il voulait ainsi se dérober aux Géants epii escaladaient le ciel. celui qui veut dévorer Andromède. De lorrenls de nectar enivre Ions les dieux! Les Poissons. ils sont liés l'un à l'autre parmi ruban. porta l'effroi parmi les Titans dans leur guerre contre 1 l'Olympe. Selon d'autres encore. Peu apparente. Diane eu chat Enfin Pan en capricorne. l'un vers a d'Andromède!. se trouvent au sud d'Andromède et de Pégase. C'est l'eau du Verseau. Le nouvel échauson. pareille métaMercure en ibis. Le Verseau paraît personnifier Ganymède 1. Au jeune (lanyinède a destiné su place.

Cette ligne est le méridien. en quelque moment del'année qu'on veuille les observer. d'un nouveau printemps ramènent l'espérance IIICAIU). fermant à la fois et rouvrant les saisons. les Pléiades. Mais il y a un complément indispensable à ajouter à ce qui précède. 11 nous reste peu à faire pour nous former une idée du ciel tout entier. Ils ferment. soit ele l'autre. . de se tourner du côté du nord. Si l'on a bien suivi nos descriptions sur notre carie. celle. marchant de l'est à l'ouest. Le l" janvier.Del'hiver rigoureux tempèrent rinlluenee. — 1er mars : Castor et Pollux . on connaît maintenant. pour le premier jour de chaque mois. gardant toujours entre elles les rapports qui nous ont servi à les trouver. et on les trouve: toujours. — Au 1er février. tantôt au-dessous. le Taureau passe au méridien. soit au-dessus de l'étoile polaire:. on les voit un peu à droite. descendant du zénith au sud. elemeure du Soleil avant le renouvellement de l'année. soit au-dessous. par exemple. dont nous avons déjà parlé. c'était le temps de l'inondation en Egypte. les Gémeaux n'y sont pas encore. qui traverse à ce moment une ligne menée de l'étoile polaire au zénith (point du ciel diamétralement au-dessus de nos têtes). le cercle des constellations zodiacales : Lutin aux derniers rangs paraissent les Poissons. les constellations zodiacales aussi bien que l'on connaît celles élu nord. c'est celui de la pêche chez nous. soit d'un côté. Il nous suffira pour cela de rappeler ici la constellation qui se trouve au milieu du ciel. et toutes les étoiles la traversent une fois par jour. Remarquer Aldébaran. Il faut donc savoir à quelle époque: elles sont visibles. ICI. nous donnons ainsi le centre des constellations visibles. et partageant le ciel en deux. c'est-à-dire de gauche: à droite si l'on regarde le sud.80 LES MERVEILLES CELESTES. la demeure ele février. Qui. car elles sont tantôt au-dessus de l'horizon. Les étoiles du Zodiaque ne leur ressemblent pas sous ce point de vue. En indiquant chacune des constellations qui passent à l'heure indiquée. il suffit. Les étoiles circompolaires sont perpétuellement visibles sur l'horizon de Paris. à neuf heures du soir.

te C'est le. dans son Vranoi/raphie. 81 sont passés. Verseau. Kraucecur. Nous n'avons donné qu'un rapide sommaire ele. dans une dispute: cause':e par l'ivresse.LE ZODIAQUE. est lavicloire: sur le:Lion de Néméc. — 1'-'' septembre : Sagittaire. les diverses parties ele:l'Hydre.ele. Elle ajoule: que. Rappelons ie:i que celui dont les partisans voient les douze travaux d'Hercule élans la série dis douze! signes célestes ne manque! pas d'èlre. Hercule ne serait autre que: le Soleil lui-même. se plonge le matin dans les flots. Notre révision générale du ciel éteiilé doit maintenant être complétée par les astres du ciel austral. eu avait appris l'art ele l'aire !e vin. Au lever du Soleil dans le Sagittaire. — l 01' mai : [3du Lion. La Eable dit épie le: centaure: Gbiron. quand le Soleil est dans le Scorpion. — l2'" août : Anlarès. — 1" avril : le Lion. considéré dans ses allribuls relatifs aux dive:rses époques de l'année. sur l'Hydre: renaissante. Aigle. prit au bord des eaux où elle reposait. Procyon au sud. la Balance au temps des vendanges couvre le Centaure ele ses feux. corps el. — 1er décembre : le Bélier.s'éclipsent lour à lotir : d'abord la leHe. après l'astronome' Lalande el le philosophe Dupais.se l'aire'jour. qu'on figurait aussi par une biche. la Lyre (ou le Vautour) et le 6 . ce qui arrivait à l'équinoxe d'automne. Le Soleil fraversanl. le peuple des Centaures avait voulu tuer l'Imte d'Hercule. l'incertitude qui règne sur son origine: n permis à un grand nombre de systèmes de. les petites étoiles de l'Écrcvisse à droite. ce qui avait forcé le héros à les combattre. puis le. ceci parait relatif au coucher du soir du Sagittaire. enlin laquelle. mais alors fit Le'. fort ingénii'iix. Enfin. A mesure e|iic le:Soleil s'avance. ayant reçu Hcremlc. triomphe. le Scorpion. Bégulus. Chevelure de Bérénice. il avait vaincu un monstre nommé le sanglier d'Erymanlhe. c'est celte biche aux cornes d'or que. qu'Hercule brûla après avoir écrasé l'Ecrcvisse e|ui la secnneluil. qu'on croit se rapporter au lever du soir de la Grande Ourse. Algénib ou y Pégase. malgré son incroyable vitesse. — 1er octobre : Capricorne. s'esl charge'' de soutenir ce système curieux. le Lion e:t la Vierge. il traverse le:Cancer. qu'il fait disparaître en le cou-vranl de ses feux. t\\\ lue.l'explication mythologique îles signes du Zodiaque:. vVrclurus. Cassiopée. — lor juillet : la Balance.Lerne. Hercule fatigua à la course: el. — 1er novembre : Poissons. Ophiuchus. C'est ce que nous ferons dans le1 chapitre suivant. dans une chasse. reparaît élans son leve:rhéliaque. — ]'''' juin : l'Epi de la Vierge. l'Aigle. L'entrée dit Soleil élans le: Lion seilsticial.

Le Dragon polaire el Céphée. De:là la victoire d'IL'rcule sur llippeilyfi. en ICliele. Au lever du Taureau. celle du lleuve Achélaiis.'ison arrivée. était près de Pégase. vaincu au bord du Pénée. qui est Arislée. Le lleuve du Verseau. sous le Cancer. au solstice d'hiver. institua les jeux Olympiques. la Crande. qui se lève le soir avec le Cygne. dont le corii'ber liéliaque. c'est-à-dire dans la.el. ui est placé au-desq sous. se rapporte au lever liéliaque ele Pégase et du Petit Cheval. dont la ceinture (Mirach) brille d'un vif éclat : plusieurs ele-ces guerrières avaient les noms îles Pléiades. les pommes des Hespcrides sont une allusion à cette saison. Andrnmèile'. Le Capricorne ou le Bouc céleste est baigné sur le devant par l'eau du Verseau : ce sont les écuries d'Augias nettoyées en y faisant passer un lleuve.. a eu lieu élans le. signe précédent. le Bouvierse couche. persécuteur des Allanlides : fable qui l'ait allusion à Orion poursuivant les Hyades. se lèvent au coucher du Soleil. le soir on voyail se coucher le Vautour. Le Soleil est arrivé dans l'hémisphère boréal. ilisparaisscnl tout d'abord dans les feux de cet astre. tandis que le Taureau passait au méridien : 'on a dit qu'Hercule. Après avoir fondé Thèbes d'Egypte. changé eu taureau. lorsque le Soleil achève de décrire les Gémeaux. c'est l. Ilerciile:va aux Enfers. Le Soleil dans le Verseau. le Grand Chien. lils d'ArisIée. la Lune est précisément alors élansle Verseau. Cassiopée.lumière. lundis qu'en même temps le Délier. reine eles Amazones.. de là le voyage d'Hercule en Ilespérie.'ila pleine lune du solstice d'été. ces deux chevaux sont placés au-elossusdu Verseau.Ourse (les berufs ilTcare) se lève. est Cycnus. ou le jardin des Ilespéridcs.l'enlèvement de ses boeufs.les Pléiades cl Pégase se couchenl. e:sf relative à l'ICrielan. 1 Hercule part ensuile pour la complète de la'l'oison d'Or. délivre Thésée.e retour du printemps est en outre exprimé par la. . destruction des reptiles venimeux ele la Crète'el par la défaite du brigand Carus. et enlève Cerbère. est maintenant absorbe':dans les feux. le Verseau el le Serpentaire achèvent de se:lever le soir.qu'on célébrait . L'enlèvement des cavales de Diomèele. il est tiré des régions inférieures el.l. Cygne.82 LES MERVEILLES CÉLESTES. ce sont les oiseaux du lac Slymphale chassés d'Arcadie par Hercule. dont la llèelie est placée entre eux. i.-. produit à. le Soleil recommence sa révolution : c'est l'apo- .i défaite de Céryon e. our combattre le Taureau ele p Crète et le Vautour ele Promélhée. Revenu au solstice d'été. et epii est alors dans les feux sidairos. placés dans le lleuve de la Voie lactée. Hercule lue liusiris. le Soleil étant dans les Poissons. monta le: cheval Arioti el.la.région opposée au Lion. L'époque du lever liéliaque de la constellation d'Hercule est en automne .

une chemise trempée élans le sang élu eenlaurc Nessus. ejui est eléeliéà la déesse. mais c'est le Soleil l'onsidéré élans ses attributs relatifs aux eliverses époques ele l'année. opinion conforme aux témoignages les plus révérés eles anciens. eutlii épouses et aei'orda les honneurs néméeiis à linO de ses compagnons morts pour lui : ce:sont des allusions aux ii2 semaines de l'année et aux JlljOdegrés du Zodiaeuie. où le'Soleil semblait cliwjue jour se e-oiicherdans la. cherchant. ajoute Erancerur en terminant. celui-ci l'ait donc mourir Hercule. se lève. Hercule vécut 52 ans. La réconciliation d'Ileiviilc el.mer. le héros se brûla sur un bûcher. qu'on ne. Le' Soleil est rentré dans le Lion cl. mais.Ganymède. il'exposer. est enlevé pour verser le nectar aux dieux. Hercule la revêtit pour sacrilier aux dieux et leur demander l'immorlalifé promise à ses exploits.soau. à la place d'Hébé donnée' au héros. lui envoya.Terre connue. un philtre pour fixer son époux. Le Centaure se couche peu après le Lion. Les Colonnes d'Hercule (détroit de Gibraltar) étaient les limites oe'cidenlales de:la. pas été ce héros dont les hiemfails ont excité les humilies à lui ériger des aufeds. saurait les supposer être l'ell'cf du hasard : ainsi Hercule n'a. il en est de si remarquables. tandis que les constellai-ions d'Hercule et du Verseeui sont prèles à se coucher. et le YYr. Quelques vagues qu'on suppose plusieurs des inlerprélafions qu'on vient. dévoré par le poison imprégné élans revêtement. Voici le sens de e-elfe fable. La Fable raconte que Re'-janire.LE ZODIAQUE. . de Junon est relative ae Verseau. 83 fhéosc d'Hercule.

IV LES CONSTELLATIONS DU SUD dansl'ombrat losilence. sont de première grandeur. Viens. m NlCWI. (ï le genou gauche.ui. Orion est la plus belle des constellations : il ne faut pas aller au delà sans lui rendre hommage. c'est d'apprendre à les connaître. * le genou droit. a et S. les LeTaureauoindotoirecule l : épouvanté Il roulo avecell'roi a prunelleanglante. vous remarquerez ce géant qui lève sa massue vers le front du Taureau. d m Perçant essombres ersles nocturnes fardeau e la posante rmure. Klève vecorgueil iVonl a son majestueux. Observez notre carte zodiacale : au-dessous dju. Ç marquent le Baudrier . Lève-toi! nosyeuxattachés tes pas à que à loisir l'éclat uil'environne» q Contemplent brouillards. les cinq autres sont de second ordre. a et y marquent les épaules. Comme dieudujour. A tout seigneur tonL honneur.AKII.' s i à : feux (''est. et le meilleur moyen de rendre hommage aux personnages de valeur.Taureau et des Gémeaux. s s s'enfuit'Ourse l Tandis ueversle nord tremblante. h régnersurnosclimats. e sur Quidonc l'Océan. d la le dansla rarrièru.noble l Orion Les étincolants Dessoleils ela nuiteffacent lumière. s. Sept étoiles brillantes se distinguent. au sud du Zodiaque. des lu. Klfucee l'iuebé rayons d les pâlissants. Sur le trône airslais briller couronne. 8. d Sousl'orgueilleux a Lo déployer superbe la ceinture •lo vois Ktde l'homme étonné commander reyards. deux d'entre elles. lumineux. érosindompté. q Auxéclairs enaçants îleIontdaivo irrité. Kl bravant le « lMmdié disque le Devant onirnnomêmensulte sa puissance'.entrant.

Taureau et Orion à. Rigel. X. Belelgemse. [i. Castor et. Procyon. l'attention étoiles sont Sirius. s. marquée par une petite étoile. prolongée des eleux ce'ités. par Sirius. 1 La ligne 1 du Baudrier. les bedlcs nuits d'biver épie celte. Aldébaran. Par une belle soirée d'biver. elle. ele l'angle suil-oiiest. serrées en ligne oblii|uc an milieu de1 ce a. Nulle autre saison n'est. y. se nomme 1 Beledgeuse (ne pas quadrilatère. dans toute retendue du firmament. éloiles de première.que.n 1 échange de non moins précieuses. Ces principales célestes très dignes de. comme la plupart des traités l'impriment). [i. pendant. Ç. lire Beleigousc. la plus belle étoile du ciel. composé d'une file de petites étoiles eu ligne courbe. — C'est ainsi que. passe au nordouest par l'étoile Aldébaran ou l'oeil du Tauieau. "Vierge el. Régulas. dont nous nous occuperons biemlôl. voyez dans la figure !H la elisposition des étoiles principales de ce magnifique aslérisme. ele quatrième grandeur.t glacés. la nature établit partout. Tandis que. ele l'angle nord-est. vous reconnaîtrez immédiatement cette 1 constellation géante. el au sud-est. une compensaet . Pollux. sans préjudice 1 des belles étoiles de second ordre. tandis qu'elle assombrit nos jours tion harmonieuse. sue! et. aussi magnifi1 quement constellée que les mois d'Iiiver. jusqu'à la. occupent les angles d'un grand quadrilatère. la nature nous prive de certaines jouissances d'un côté. d'Orion est non seulement la plus riche en La constellation .LES CONSTELLATIONS DU SUD. el v elessinent le bras levé. constellation brille le soir sur nos tôles. une douzaine sont visibles de neuf heures à minuit.. sont. trois antres.d'objets des mortels. Les merveilles des cieuix s'ofîrenl aux amate'urs eh'puis le. l'est. grandeur 1 que l'on compte. 85 ou la Ceinture. l'Epi. temrncz-vous vers le. nous donne de longues nuits enrichies des plus opulentes créations du ciel. o. se voit le Bouclier. La tête est. elle nous e'ii offre1 e. (''est. Entre l'épaule occidentale y et le Taureau. des nébuleniseis re. le coeur de l'Hydre. au-dessous nie celle ligne est une traînée lumineuse ele trois étoile1* très rapprochées : c'est l'Epéc.irepiables e1!. au Bouvier à l'ouest : sur elix-huil..ni. Les qualrc les étoiles a. épie1 nous connaissons déjà. cl fi du Lion. d'hiver rapides e. Pour plus de clarté. la Chèvre. [J. x. si 1 nomme Biged.

les instruments sont devenus plus puissants. e'ii 1656. De' eus étoiles il y en avait trois qui. on l'a minutieusement examinée. beaucoup plus lumineux que le reste. « Les astronomes. Donnons nous le plaisir d'énumérer riediesses. au-dessous de la seconde étoile. cet amas ont été étudiées et décrites dans tous leurs détails. mais edle recèle encore 1 pour les initiés des trésors que nulle autre ne saurait offrir. em 1656. résultat épie d'ailleurs il n'est pas rare d'obtenir avec les télescopes. étoiles brillantes. et quatre. le nez se prolonge comme.. située. plus brillante dont. Elle occupe dans le ciel un large espace. l'astronome Iluygens. effrayé de l'étendue réelle qu'elle embrasse au fond du vide sans bornes. sir .lohri Herschol la compare à la tète d'un animal monstrueux. il fut assez émerveillé pour dire qu'elle paraissait une omerturc dans le cie. les éloiles epii la constellent sont apparues plus nombreuses. d'un éléphant.'l epii donnait le jour sur une 1 région plus brillante. on s'est occupé de. du Baudrier. autres semblaient briller à travers un nuage. La première l'ois epje. dont la gueule reste béante et dont. Au centre on voit une partie. compté dans l'épée. elles diverses régions de. touchaient presque. ont. On pourrait presque l'appeler ses la Californie du Ciel. comme la première. » 1 Depuis cette époque 1. nébuleuse avec une sorte de prédilection. Les dessins qu'on en prend aujourd'hui diffèrent de ceux qui ont été à pris il y a moins d'un elemi-siècle. Lorsque 1. la trompe. son découvreur. Mais le phénomène le plus étrange qui se rattache à cette nébuleuse. admira celle beauté cosmiepie. au lieu d'une j'eui découvris douze. elonl la dimension apparente est égale à celle du disque lunaire. Lorsqu'on réfléchit on est à l'éloignement qui nous sépare de cette agglomération. A mesure. ce sont les changements que l'on a observés en elle.86 LES MERVEILLES CELESTES. paraissait. Parlons d'abord de sa nébuleuse. et nous trouverons un grand bonheur à la contempler dans les cieux. ele telle façon que l'espace ejui les environnait. Les astronomes s'accordent . celle. la forme est singulière. j'observai par hasard celle lie ces étoiles epii occupe le centre du groupe 1. dit-il. se. d'Orion trois étoiles très voisines l'une de l'autre. ejue.

33.LEIELA DE Fig. .— C LU L'UOBIZOX SL"D PARIS.

.

et que cette lointaine agglomération de soleils est lo « L'impression générale que siège ele formidables perturbations.LES CONSTELLATIONS DU SUD. » Orion possède bien d'autres richesses. (Nous entrerons bientôt dans ce . L'étoile du pied gauche. Rigel. est une belle étoile double. 34. est. que la partie centrale de la nébuleuse se comme la surface trouve dans un état d'agitation continuelle. j'ai reçue de ces observations. reconnaître 89 qu'il n'y a pas d'illusion possible dans certaines do ces observations. naguère le directeur de l'Obser- Fig.— Orionet son entouragecéleste. d'une mer. vatoire de Russie. disait.

) Cette étoile double se compose d'un soleil blanc el d'un soleil bleu. présente une série inconnue des nuances issues des mariages de l'or et du saphir! Mais cette richesse de systèmes sleliaires ne constitue pas encore tout le patrimoine de celte belle constellation d'Orion. qui sommes voués à un unique. un pou au-dessous de l'Epée. celle ele droite. Ces six soleils lointains forment un système physique extraordinaire . un astre blanc et un astre bleu se disputent l'empire du jour. Celle étoile. non seulement deux soleils comme le nôtre. se compose d'un soleil blanc et d'un soleil pourpre. permet d'admirer en elle le groupe merveilleux de six soleils rassemblés au môme point du ciel. le plus complexe des systèmes multiples qu'on ait jamais rencontrés dans le ciel. de leur lumière. la seconde. donnant naissance. et doublement curieux à cause de leur situation dans la nébuleuse (voir la figure 35). Deux autres systèmes binaires se rencontrent encore dans les deux étoiles des extrémités du Baudrier. Sur les planètes qui appartiennent au second. puisqu'il n'y a point là de lumière blanche génératrice de foutes les teintes. par les combinaisons sans nombre 1 ele leur chaleur. à une variété d'actions incomparables et inimaginables pour nous. Denis chacun de ces systèmes. Quatre étoiles principales de 4e. c'est un soleil pourpre qui vient diversifier la blanche lumière de son congénère 1. l'étoile marquée 0 sur les catalogues. soleil. on rencontre une étoile extraordinaire. 5e. La première. 6e et 1" grandeur sont disposées aux quatre angles d'un trapèze un peu irrégulier : les deux étoiles ele la base ont chacune un très faible compagnon. . nombre des couleurs. sur les planètes epii appartiennent au premier. décomposée par le télescope. chapitre de l'astronomie sidérale. Sur celle du troisième. Ainsi voilà trois systèmes de mondes des plus dissemblables réunis dans la même constellation. Elle renferme. deux soleils au lieu d'un. en outre. essentiellement différentes des noires. ils présentent au télescope l'un des groupes sleliaires les plus curieux du ciel. le. d'un soleil blanc et d'un soleil bleu. de leur puissance électrique. Dans la nébuleuse dont je parlais tout à l'heure.00 LES MERVEILLES CELESTES. mais deux soleils diversement colorés.

double. une . constellation. la 23°. d'Orion. est également remarquable en ce qu'elle est. que Joli chantait il y a trois mille ans.— La grande Nébuleuseil'Orionet son étoile sextuple. 35.LES CONSTELLATIONS DU SUD. sa petite bleue. comme dans la généralité des cas. 91 Une autre étoile. mais j'ai pour cette belle et antique figure. c'est le contraire qui se présente. et qu'au lieu d'avoir sa principale blanche et Fig. Voilà beaucoup sur une seule.

il me semble me souvenir avoir lu au moyen âge un traité el'astrologie qui avait pour litre : Flamma Orionis. pe'ilissanle. sur les astres brùl.92 LES MERVEILLES CÉLESTES. brillaient les r. les planètes.ainsi dans-sein pas silencieux. était d'une taille si haute.la nier. était. le plus bel homme ele son leinps. Elle occulte alors les étoiles devant lesquelles sa marche l'a conduite.minuit. presque aveuglé par OEnopion.i voix ele Dieu. comme sa pureté et sa sainteté. la Lune passe quelquefois auprès d'Orion. forgeron 1 élanss. enrichie. le Bâton de Jacob. Le poète américain Longfellow a dépeint celle occultation sous ele vives couleurs : Sirieis se levait à i'orie. elle' alle'ignil.icominoautrefois près de. .ses yeux ternes sur le Soleil. les constellations zodiacales. Entre nous.la station d'Orion. et subitement de son bras élenilu laisseï tomber la peau s rougi.nfci. Au milieu du cortège d'étoiles llainboyanles. Sa massue ne. lentement. Orion. Sa luisante épée étiiit suspendue à son côté.hancel. J'oubliais d'ajouter que les trois éloiles obliques ejui forment son baudrier. je l'aime! Or vous savez tous combien les amoureux éprouvent de bonheur à parler sans cesse de l'objet qui fait battre leur coeur. ou sa ceinture.onslellalions étineeiantes.sa clarté l'Aialfaiblie. se louait debout le géant Algebar. Etonne''. u s'avaneant dans la purelé de sa voie pondant les heuri's d'épreuve et ele te'rreur. que emaud il marchait dans la mer.îvsta pas plus longtemps levée sur le front du Taureeiu. La lune sans que. luisant ainsi éclater sa puissance. lorsejui . lixa. le rayonnement doré de sa clievelurc. mais il e.i forge.infs. montant l'une après l'aulre. e. il dépassait les Ilots de tout son buste : ce qui veut dire epic cette constellation est moitié sous l'équaleur et moitié au-dessus.il s'arrêta dans une étrange frayeur. Erreinl. Depuis ce temps-là ce nom m'est cher. Suivant dans son cours. elle me présente une magnifique plage céleste. edle. belle comme. sympathie dont je ne puis ni ne veux me défendre. ont été nommées les Trois Rois Mages. et sur son épaule la peeiu élu Lion laissent voltiger sur le cii'l de. Trônant entre les Pléiades et le beau Sirius. Comme'si elle eût enleneleil. il chercha le. Orion le eliassour. et que dans nos campagnes on les distingue simplement sous le nom de Râteau. de mondes variés qui font rêver à la vie lointaine. nareliait pieelsnus t sans blessures. ne viergesacrée. Dans la Fable. le triomphe empreint sur son visage:si pur. semblablesà des charbons embrasés. comme le Soleil et comme. du Lion i"i es pieds élansla rivière.tgrimpant sur la montagne escarpée.

ou c. ou 1460 ans. l'angle supérieur oriental d'un grand quadrilatère ele Paris. . et. annonça l'époque demandée. edle eut le don d'attirer particulièrement attention. emploie près de DIX AXS. le soir. à la fin de novembre. Sirius. Le nom à. Cette constellation se lève. de la terre à cet astre. qu'elle représente le solstice d'été arrivait lorsque le A l'origine des constellations. mais pendant ce temps-là les périodes civiles.du Grand Chien que nous donnons aujourd'hui tout entière. Les voisine de l'horizon et du triangle sont toutes de seconde étoiles du quadrilatère grandeur. les l'êtes. Sirius étant la plus éclatante étoile du ciel. passe au méridien à la fin de janvier. avertissait les hommes ele. resplendit la plus magnifique de toutes les étoiles. qu'on nommait alors Sothis. comme un chien fidèle. et se couche à la fin de mars. L'année civile des Egyptiens étant de 365 jours exactement. et. Après des éludes longues et minutieuses. à Soie-il parcourt le. et l'on ne trouve jaelis à la constellation appartenait pas un seul monument égyptien où cette figure soit indiquée sans Sirius. tait d'un jour tous les quatre ans sur l'année solaire. les travaux d'agriculture On choisit dans le ciel un signe fixés par des dates immuables. pas le rôle ele Sirius. Cet astre. nom dérivé. on arriva à eléterminer sa distance : elle est de 92 aillions de kilomètres. d'Osiris. est aeljacente à un triangle. de première grandeur marque dont la base. ce. lorsque les astronomes osèrent. Pour traverser la distance. sur la ligne elcs Trois Rois. propre à annoncer l'époque du solstice : le lever du matin de Sirius. essayer les opérations relatives à la recherche des leur distances des éloiles. tenir sur leurs gardes. Le lever liéliaque (solaire) de cet astre n'était ramené au même jour de l'année qu'après 1461 ans. Là ne se bornait.LES CONSTELLATIONS DU SUD. la lumière. malgré son vol rapide de 300 000 kilomètres par seconde.se. les rois jurant ele ne jamais permettre cette année vague empiél'mlercalation de jours supplémentaires. les diverses ne pouvaient être époques du calendrier. le Soleil. 911 Au sud-est d'Orion. de la constellation du Grand Chien. et revenait coïncider avec celle-ci au bout de 365 fois quatre ans. Capricorne : le lever de Sirius annonçait l'Egypte l'époepie-de la crue du Nil. dit-on.

91 LES MERVEILLES CÉLESTES. à l'abbé Cha'uliou : Mais aujourd'hui qu'en vos plaines Le Chien brûlant île J'roe:ris De Flore aux doui'os haleines Dessècheles dons chéris. qui est. Ji'un-Baptislo Housseau. Veux-tu el'un aslre perfide. et. Sécher ainsi que les (leurs? Boëe. perça d'un Irait décoché par mégareh'.grain semé sous Arclurus Devient épi sous Sirius.e {Consolation philosophique. El. épouse de Céphale 1. rapporte. Pour conjurer Sirius. Enéide. célèbre sous le nom de. l'inondation et le solstice 1. a privé Sirius de sa faculté ele prédire. aux hommes et la rage1 aux ediiens. De là celte constellation fut accusée de maligne influence. n'a pas fout à l'ait. . un mouvement de la Terre qui modifie lentement la marche. on lui éleva des autels. comme vous 1 pouvez le voir dans Sophocle el élans cent. Hisqner les àpre:s chaleurs Et. Depuis ces temps antiques. fort au long. On redoutait l'étoile élu midi : Déjà le Chien brûlant donl l'Inde est dévorée Vomissent ous ses feux sur la plaine allérée. réussi en parlant à notre.la chèvre. ode charmante du reste. n'arrive 1 maintenant e'ii Egypte épie le 10 août. dans une. son lever liéliaque. dei Sedeil parmi les constellations. epii le. qui se plaisait parfois à montrer ses connaissances aslroneimiepies.son affreux aspect consterne tous les yeux. sur lesepieds on sacrifiait la raille ed. cliii'ii de Procris. Les jours caniculaires viennent de là. Sirius lève au ciel son front pi'rnieieux. I) avait plus raison de dire au x" siècle. Sirius ou la Canicule s'appelait le. f Gcorijiqttcs. au milieu des grandes chaleurs et des maladies qu'elles engendrent. dans ton chemin aride. comme Ovide le. : Le. Mais au commencement de noire 1 ère1 il arrivait en juillet. époque du brûlant Sirius. autres ailleurs moins anciens. liv. préeessieui des équinoxes. elle1 deinne la lièvre. au lieu du 20 juin.

par cette étoile. Petit Chien. la Coupe 1. ou Procyon. de Procris. sur le prolongement d'une ligne menée. Rigel. Imitant le cours d'un fleuve par ses sinuosités. que neieis avons <h'. iil'osld'Orion. est. et. se dirige sur a.de vue înytholeigiepie. le Poisson austral et le Centaure sont les seules constellations importantes qu'il nous reste à décrire. invisibles pour nous. au-dessous des Cerneaux Castor et Pollux. ne le elislingue 1. Si ce n'esta. une. sont retirées en donnant la liberté à un corbeau. passa entre les mains de Minos. aucune étoile brillante. on a même représentant. été jusqu'à expliquer par certains aspects le déluge ele Dcucalion qui se sauve sur un vaisseau. descendant et serpentant élu pied gauche d'Orion. ou remarque des astérismes ele second ordre 1. Après avoir suivi ele longues sinuosités. quarante jours après. le quart de l'horizon. Le côté occidental du grand trapèze élu Lion. est. après l'enlèvement. le canin à trois tètes .Navire se1 trouve non loin de là. 9o Sirius a une longue et bonne réputation comme chien. malgré tout ce qui précède.LES CONSTELLATIONS DU SUD. que le Graml Chien garde à l'équatcur l'hémisphère inférieur eles Egyptiens de la même manière c[ii<. comme la 1 ligne de. coeur de l'Hydre. Castor et Pollux. La tôle.Cerbère gardait bi région du Tartare. de seconde grandeur : c'est le. Jupiter le il chargea de la garde de sa chère Europe. L'Eridan est un fleuve composé d'une suite d'étoiles de troisième et de quatrième grandeur. à gauche de Procyon. Vierge'. le Lion et la. el parBotclgeuse. il fut Cerbère. la Baleine. Au point. le Corbeau. Aucun titre héralelique ne peut se vanter de remonter si haut. Le. s'assure si les eaux se. Après tous les services qu'il avait déjà rendus aux Egyptiens. et se perdant sous l'horizon. formée des quatre étoiles de1 quatrième grandeuir. \i Eridan. il se ter- . On voit que ce chien revendique une noblesse fort ancienne. On es retrouvera dans l'ordre que nous venons d'indiquer à la droite d'Orion. sous le1 Cancer. longue constellation \i'IIgdre epii occupe. trouve 1au-elessus de son aîné et. leur opinion estappuyéc sur cette coïncielence. qui. se.jà vu sur nos cartes zodiacales. Des auteurs fort accrédités pensent même que. de1Céphale et d'Aurore. l'Hydre a été regardée comme habitant le Nil et le Comme le. il partage avec le Grand Chien la plupart des l'aides attribuées à ce dernier.

'. Les pieds de derrière touchent à la Croix du Sud. de. . tantôt elle elevient complètement invisible. l'épaule : c'est lei seule1 partie de celle figure qui s'élève au-dessus de? notre. Elle appartient à la classe des étoiles changeantes. Mira Ceti. qui conduisait maladroitement le char du Soleil. la constellation du Centaure est. princesse. première grandeur. mais toutefois irrégulière. Tantôt elle est extrêmement brillante.96 LES MERVEILLES CÉLESTES. a. mine. Enfin. belle étoile ele première grandeur. marquent la. ou Achcrnar. elont la distance est. a. Pour trouver la Bah'inc. il fui placé dans le ciel pour consoler Apollon de la mort de son fils. Cet astérisme s'élève 1res peu sur l'horizon de Paris. L'étoile 0. Il y a là une étoile bien curieuse qu'on appelle. située au-dessous de l'Epi de la Vierge. Le Centaure renlermc l'étoile la plus rapprochée de la Terre.. qui reçoit l'eau du Verseau. nous avons admirée plus haut. Quatre éloiles de troisième. graneleur forment lit queue de e'e eéfacé (la.l descendent vers Fomalhaut ou a. L'élude de ces astres singuliers nous offrira de curieux phénomènes. horizon. La Baleine l'ut envoyée 1 par Neptune pour dévorer Andromèile. On a suivi ces variations depuis la fin du xvie siècle. a de la Baleine. et. du Poisson austral. par une. la Merveilleuse! ele la Baleine. l'étoile. Un peu plus loin se trouve le pôle austral. troisième. de 40 trillions ele kilomètres. Baleine) e. C'est également dans celle constellation que plane la belle nébuleuse régulière que. on peut remarquer au-dessous du Bélier une étoile ele seconde grandeur epii forme un triangle équilaléral avec le Bélier et les Pléiades : c'est. de. 331 jours en moyenne. nous ne reviendrons pas sur l'histoire de cette pauvre. C'est le lleuve dans lequel tomba Phaéton. l'amas globulaire de w du Centaure. et l'on a reconnu que la période de croissance et de elécroissance est de. tète et. ele seceinde grandeur. toujours cachée sous l'horizon.

Les étoiles de première grandeur sont au nombre de dix-neuf. l obscur. par Jaillissent ar milliers del'ombre s'enfuit. ces l cherche instinct a rêveuse (. celles qui viennent.e crépuscule prolonge s Onvoità l'horizonalueurincertaine. furent nommées étoiles ele seconde grandeur. ensuilc. uneheuresainte. e'omnie poudre une J. pourrait aussi bien être inscrite au premier rang des étoiles de seconde graneleur. à mesure qu'elles paraissent plus petites.. ose.luo paupière. ou la prerniôre {le cette seconde série pourrait . Nous l'avons vu. sesadieux. put se reconnaître plus facilement au milieu de ces milliers de points étincelants.VIITINE. dès la plus haute anliejuité de classer les étoiles selon leur éclat apparent. toujours dans l'ordre de leur éclat apparent. p i[Ui d'orsousles pasdola nuit. LEURS DISTANCES 11 pourla penséeuneIHMIVO.cesîlesdelumière.. la dix-neuvième.VM. outre les divisions que nous venons de passer en revue. Alors globesd'or.Y LE NOMBRE DES ETOILES. puis viennent celles de troisième. le tirinanienl. Balayerentement d Oiiles astresternisrevivent ansl'azur. on convint. auxmonts l. Alors «le que. les étoiles les plus brillantes ont été appelées étoiles do premier n'imordre ou de première grandeur.. enfin on appela étoiles de sixième grandivur les dernières étoiles visibles à l'oeil nu. quoiepie celte dénomination plique aucun sens relatif à la grosseur réedlc ou à l'éclat réel de l'étoile. Afin que l'esprit. En réalité. c'est-à-dire la moins brillante de la série. ele quatrième et de cinquième grandeur.s'enfuyant la célesteenceinte d les Del'absence ujourpourconsoler cieux. d t'oinnie lesbonisIlotlants 'unerobequi iraine..

Véga. ou a du Lion. dans l'ordre de leur état décroissant. YUii'ge. II). 170 ele la troisième. 500 ele la quatrième. 2. Achernar. par exemple. ou a du Petit Chien. On Compte environ 60 étoiles de la seconde grandeur. les astres qui forment la seconde série. Régulas. ou a du Taureau. ou a de la. Les éloiles nous paraissent d'autant plus petites qu'elles sont plus éloignées. Canopus. 11.98 LES MERVEILLES CÉLESTES. ou a de l'Eridaii. 4. 3. La Chèvre. Aldéharan. l'i. lîj. etc.Higel. il en est de brillantes qui sont plus éloignées que de minuscules. ou « ellePoisson austral. etc. 7. se trouvant sur un cercle visuel plus éloigné. Anlarès. ou a du Grand Chien. Arclurus. ou a. L'Epi. et par conséquent plus étendu que celui de la première série. !3. a du Centaure. ou x du Scorpion. de la môme façon cire ajoutée aux étoiles ele première grandeur : il n'y a pas dans la nature de ces séparations que nécessitent nos classifications. Bclelgeuse. p du Centaure. 13. 19. « de la Croix du Sud. la troisième série est encore plus riche que la seconde. 9. Yoici élu reste un moyen facile ele connaître approximativement le nombre des étoiles de chaque ordre. ou a d'Orion. p elela Croixdu Sud. ou a du Houvier. sont plus nombreux. Alleiïr. 1. Mais comme il faut s'arrêter à une étoile si l'on veut l'aire eles séries. Procyon. (>. 12. on est convenu de terminer la liste des astres ele première grandeur comme elle se termine ici : Liste des étoilesde première grandeur. Comme règle générale. Fomalhaut. Cependant. 8.ou p il'Orion. ou a du Navire. leur nombre doit augmenter en raison inverse de chaque grandeur. ou a du Cocher.. 17. Sirius. 10.elela Lyre. 18. On a observé que chaque classe est ordinairement trois fois .ou a de l'Aigle.

A l'aide d'une.. cet oeil géant qui grandit de siècle en siècle 1. perçant. en l'ait. et de la onzième grandeur. les profondeurs eles cieux. autrement élit celui de toutes les étoiles visibles à l'uni nu. il dépasse quatorze. y découvre sans cesse de nouvedles étoiles.LE NOMBRE DES ÉTOILES. ne dépasse pas ce chiffre. Des instruments plus perfectionnés encore ont franchi ces distances el ont trouvé les étoiles de la dixième. on a à peu près le nombre. du reste. Par cette estimation. la neuvième. toutes les régions du cied se e'oewriront de ce. et un jour viendra où le regard étonné. par myriades. A mesure que les la puissance de l'optique augmenteront découvertes merveilleuses visuelle. on elépassa de nouveau ces bornes. mais une fine poussière brille là où l'oeil. Le ciel s'est véritablement inclusivement transformé. sur toute la terre. la première 1 à la. C'est. les premières lunettes ont révélé la septième. Mais là où s'arrête. Aujourd'hui. somme des étoiles réunies de. 99 plus peuplée que celle qui la précède. et ejue les dizaines sont ont grossi jusqu'aux devenues des centaines de mille. fournion croit en voir rait un total de1 G000 environ. dans les deux hémisphères. mille. nous sommes toujours portés à l'exagération ! Cepemlanl. précèdent. LEURS DISTANCES. le nombre eles étoiles visibles à l'oeil nu. le télescope. le. ele ceux qui composent la série suivante. se trouvant arrêté par l'accumulation . notre. ele sorte qu'en multipliant par trois le nombre eles astres ejui composent une série quelconque. Puis on est allé jusqu'à la huitième. faible vue. Après la sixième grandeur. s'élevant vers ces proeles fondeurs inconnues. amplification plus puisla sante encore. et même il est bien peu ele vues assez perçantes pour aller au eledà de quatre à cinq mille. ne voit qu'une obscurité noire sur laquelle ressortent deux ou trois étoiles. treizième grandeur est évaluée à 43 000 000. la douzième. initiions. nombre des étoiles des six premières grandeurs. — Généralement on croit pouvenr les compter bien elavantuge. fin sable el'or. alors que les milliers dizaines de. on ne distingue plus ni constellations ni divisions. Le nombre (les étoiles eie. De e:ette époepie on commença à compter par millions. grandeur eslele 1)îifHî000 : ajouté aux onze termes epii le. par millions : il en est de cela comme. Dans le champ eles Lélcseopcs. laissé à sa seule puissance.

100 LES MERVEILLES CÉLESTES. pas plus que de leur nature.—Un pulit (Jig. s'étant élevées comme les taient des émanations eux follets au-dessus des endroits marécageux. Pour la — Le petit carré procèdent.vu au télescope. 37). éleneluc occupent ces myriades d'étoiles tellation des Gcmeaux. Eh bien. un petit coin de la constellation des Gémeaux. eni voit une véritable poussière lumineuse Fig. et Von arrive à y compter 3 205 étoiles. où les meilleures vues ne parviennent à en distinguer que cinq autres plus petites. 1)6. en dirigeant. c'éplupart. 37. lorsque les moyens si minutieux d'y parvenir nous furent accessibles. Les anciens ne se formaient pas la plus légère idée ele la distance eles corps célestes. carre ele lu consQuelle. étoiles qui se succèdent à l'infini. succèelentélernedlemiMif dans l'espace? Cette nu. le télescope sur ce point. solution qu'à une époque très de rapprochée nous. dans leepicl les vues ordinaires ne voient qui 1 elcux éloiles. ne trouvera plus devant lui qu'un délicat tissu de lumière. ele la terre. par exemple (fig. question a toujours eu le don de captiver l'attention mais on n'a des astronomes aussi bien que des simples penseurs pu commencer des recherches relatives à sa. vu à l'oeil qui se. ce serait faire une . Yoici. Fig. 36).

Si l'esprit veut et peut le suivre. nous agissons de. 101 longue et curieuse histoire que celle de toutes ces idées primitives si peu en harmonie avec la grandeur de la création. figurer directement ele pareilles longueurs. 50 kilomètres à. distance égale à 149 000 000 de kilomètres. On a attendu longlemps avant d'en arriver là. par exennple.même. et apprenons tout de. . Je donnerai à la Yui de.LE NOMBRE DES ÉTOILES. L'étoile la plus voisine se trouve dans la constellation australe du Centaure. D'après les recherches les plus récentes. Pour les faibles grandeurs.. nous prenons celle de la lumière. el. seulement. Ainsi nous mesurons l'espace par le temps. longueur. Il e'st fort difficile1. suite à quelle distance planent les étoiles les plus rapprochées. sur la terre. ele nous de 275 000 fois la distance d'ici au Soleil. mais satisfaisons d'aborel notre curiosité. première grandeMir. associant à l'idée de l'espace l'idée du temps. il ne faut pas qu'il saute en un clin d'oeil du départ à l'arrivée. sorte le long de. qui voyage en raison ele. est. on nous dit qu'il y a 500 kilomètres de Paris à Strasbourg. 300 000 kilomètres par seconde. au lieu de la vitesse d'un train direct. vitesse elonnée. pour traverser la dislance epii nous sépare de notre voisine a du Centaure. il faut pouvoir mesurer l'épaisseur d'un cheveu. il est nécessaire que. c'est l'éleiile alpha (a) de. se. du temps nécessaire pour la franchir avec une. utile pour les distances terrestres. autrement il ne se formerait pas davantage la moindre idée de la distance. il faut qu'il se donne la peine de se représenter la marche directe du rayon lumineux. l'heure. y arrive en 10 heures. Eh bien. nous nous représentons plus facilement le chemin parcouru. cette ligne et estime par succession sa. notre esprit. qu'il s'as- . Cette méthode. ce courrier emploie 4 ans et 4 mois. pour arriven 1à les concevoir.mimé d'une vitesse. LEURS DISTANCES. de. est nécessaire pour les dislances célestes. en apprenant qu'un train express direct. nioyemno de. pas dire impossible 1. nous nous figurons difficilement celle distance élu premier coup el'oeil. mais. voyage en epielque.jà ele. éloignée. pour ne. en lui associant l'idée. Pour pouvoir mesurer la dislance des éloiles les plus proches. ce chapitre une idée de la méthode employée pour arriA'er à ces déterminations rigoureuses. elle. Si.

la deuxième donne la parallaxe '. trenlaine.1 20. pendant 4 ans et 128 jours. et ainsi de suite.1 5. Celle1 épie sa elislance met immédiatenu'iit après elle e.7 30. La première colonne de chiffres indique la grandeur de l'étoile. Noire étoile voisine est doue. 71/2 9. ce>epii l'ait 600 000. puis 300 000 autres kilomètres pendant la deuxième seconde. dans la consledlalion du Cvune.sl une étoile située 1 en une autre réinon du ciel.2 4.0 34.3 0.2 2.4 17.lumière.:i 3.0 CI. Distance Distance Durée en l'aynns en Irillinns du trajet de la eiramleur.:i ' 4.0 54.8 14. On a calculé. de l'orbite de P lerrcstre. arallaxe. la elislance d'une. il pourra. nombre 1 dépasse 1 froyable tous ceux épie l'esprit a coutume d'employer.5 0"7:'> 44 Mil 27 '25 24 22 19 19 10 ci II 09 08 00 00 05 2711 000 4(19000 02.5 î Nomslesétoiles. l'efvaleur du chiffre1. 1.7 29.102 LES MERVEILLES CELESTES. Voici les plus rapprochées. socie à celle marche. Altaïr T| Cassiopée Véga Capella • Arclurus Étoile polaire „. comme' ce. a du Centaure Cl" du Cygne Sirius Procyon a Dragon Aldébaran s Indien „. sans s'arrêter.0 1. il ne sera pour lui d'aucune signification et restera incompris.Eritlan. comprendre. C'est notre seconde ' »-' O voisine.2 13. autrement.0 1. a du Centaure. Cassiopée p Cocher •1830Grooiubridge. S'il se.0 !>. d'étoiles.7 12.4 54.7 I . figure traverser 300 000 kilomètres son moment de pendant la première seconde de chemin à dater de départ. 1. c'est-à-dire l'angle sous lequel 1.4 I. donne cette peine.4 72.2 1. puis ele nouveau 300 000 kilomètres pendant la troisième.0 2. qu'il se.. kilomètres.L'étoile 1830 p Groombriilge araît avoir la parallaxeanciennementattribuéeà Capella.1 21.1 17. Les parallaxessont parfois modifiéespar de nouvellesmesures.!i !i.l. 000 7(11000 838 000 874 000 9117 000 1080 000 I 0S0 000 1272 000 1375000 1871)000 2 194 000 2 318 000 3 438 000 3 438 000 4 583 000 40 (18 92 112 124 128 140 100 1G0 188 204 270 324 344 508 508 800 4 ans. .0 I .

transportée à douze fois sa distance actuelle.LE NOMBRE DES ÉTOILES. et. à laquelle on peut répondre comme il suit : Nous prenons. jusqu'au télescope de trois mètres avec toute son ouverture. Il prépara une. William Ilerscbel essaya d'étendre aux observations lélescopiques l'échelle de visibilité qu'il avait formée pour l'oeil nu. une étoile moyenne de première. par comparaison. l'observateur apercevait des étoiles pareilles à ce que seraient les étoiles de première grandeur éloignées à fois la distance qui maintenant trois cent quarante-quatre les sépare de nous. première ou de seconde grandeur. et prit pour sujet de ses observations l'amas nébuleux de Persée. par exemple. Le télescope de six mètres étendait sa puissance jusqu à neuf . à l'ex. à franchir ces distances. la troisième représente le nombre de rayons de l'orbite terrestre (elislance de la terre au soleil) qu'il faudrait aligner à la suite les uns des autres pour atteindre l'étoile . de cet éloignement. La plupart des éloiles dont. On peut se elemanelejr s'il est possible.il nu. et nous voyons qu'il faudrait. par degrés. Telles sont. série de télescopes dont la puissance allait sans cesse en augmentant. En arrivant. fois la distance primitive. LEURS DISTANCES. de déterminer la distance vraisemblable des régions où brillent les dernières grandeurs. les étoiles les plus rapprochées. nous nous demandons à quelle distance il faudrait transporter celle étoile pour eju'elle diminuât d'éclat apparent jusqu'à la quatrième grandeur. la dernière indique le nombre des années que la lumière emploie. la quatrième donne la dislance onlrillions ele kilomètres. C'est là une epicstion curieuse. ne cesserait pas el'èlre visible. non pas Sirius. sur la liste ci-dessus. qu'en moyenne. grandeur. elle deviendrait de cin— quième à sixième ordre. épie son éclat ne tomberait. une étoile de première grandeur. la distance a été calculée sont au nombre des plus brillantes du ciel et comptent parmi celles ele. 103 on verrait. le demi-diamètre de l'orbite terrestre. qui dépasse toutes les autres par son éclat. mais Arclurus ou Véga. — qu'en l'éloignant à huit. la transporter à une distance <|uatre fois plus grande que la distance présente. pas au-dessous ele la sixième grandeur.

il faudrait admettre.104 LES MERVEILLES CELESTES. que la lumière ne.grandeur en moins de. — île e|uatriènie grandeur — de sixième grandeur Pour les dernières étoiles visibles avec le télescope de 3 mètres d'Ilerschel Pour les dernières étoiles visibles avec le télescope ' do G mètres el'Hersclicl . la construction des pyramides. doivent être situées à de telles distances de la terre. calculées en admettant l'affaiblissement d'éclat d'une étoile déterminée. les premiers âges de l'humanité.. Récits 1. D'après cela. Une pareille supposition serait tout à fait arbitraire. Voir notre ouvrage: LUMEN.. En nous éloignant à une grande distance. notre propre existence et celle de nos ancêtres ! i etc. . saurait les parcourir : Pour les étoiles de.. et non leur état contemporain. nous reverrions la terre d'autrefois. Il n'y a aucune étoile de première grandeur elont la lumière nous parvienne en moins de quatre ans. Pour échapper aux conséquences numériques que l'on peut déduire de ces résultais d'ITerschcl. deuxième. les événements antédiluviens.. il fauelrait supposer que. cents fois celle môme distance des étoiles de première grandeur. il n'en cxisle aucune d'aussi brillante qu'Arcturus ou Véga. parmi le nombre prodigieux d'étoiles ejue chaque télescope d'une puissance supérieure découvre. 8 ans IG 48 1200 3500 Ce sont là eles valeurs îninima. et il est évident. les lumières des étoiles de différents ordres. causé par l'éloignement. etc.. aussi grandes en réalité qu'Arcturus. Ces rayons lumineux qui nous arrivent des étoiles nous racontent donc Yhistoire ancienne de ces astres. en un mot. qu'un télescope plus fort aurait montré des étoiles plus éloignées encore. cinquante mille ans. el des nébuleuses dont la lumière emploie plusieurs millions d'années pour nous parvenir. qu'il ne s'est formé d'étoiles de première grandeur que près de notre système solaire. que Véga. de l'Infini. Mais il y a des étoiles dont la lumière ne nous parvient pas en moins de dix mille.

que les étoiles situées dans une région du ciel dont notre planète s'éloigne à une certaine époepie de l'année. malgré l'affirmation des l'homme est-il parvenu à connaître 105 les eles faits qui surprennent par leur grande telle sorte la sphère dos conceptions qu'on est tenté ele les révoquer on doute. se resserrer. les collines. pendant son cours annuel autour du Soleil. astronomes. et que les objets les plus proches sont ceux qui paraissent subir lo plus grand déplacement. 38) la courbe suivie par la Terre dans sa marche autour du Soleil. J'essayerai de donner une idée de la méthode dont on se sert ' pour obtenir ces distances et d'éloigner. Si l'on pouvait mesurer la valeur de l'écart subi par une étoile par suite du mouvement de la Terre. LEURS DISTANCES. et de les reléguer au rang des prétentions trompeuses elonl certains hommes se sont quelquefois enveloppés pour en imposer au vulgaire. Il doit donc résulter du mouvement ele la Terre dans l'espace. soit S le Soleil. et notamment les principales conquêtes de l'astronomie déterminations relatives à la distance des étoiles. et qui surpassent habituelles de l'homme. on aurait la distance de cette étoile. tandis que les étoiles dont la Terre se rapproche paraîtront s'écarter les unes des autres. les divers objets qui accidentent la campagne se meuvent dans un sens opposé à la marche du train. TST un diamètre de l'orbite terrestre. De ce nombre sont les stcllairc. il doit en résulter pour nous un déplacement apparent des autres astres dans le ciel. plus lentement. tandis que les plus éloignés se meuvent. Une réflexion de quelques instants suffira pour faire admettre que si la Terre se meut dans l'espace. Voici comment : Soit cette ellipse (fig. par cette exposition. Personne n'a mis la tète à la portière d'un wagon sans s'apercevoir que les arbres. T et T la position de la Terre aux deux extré- . qui reste à pou près immobile.LE NOMBRE DES ÉTOILES. Cet effel sera nécessairement d'autant moins grand que les distances des étoiles seront plus grandes. Mais par quel pouvoir distances des étoiles? 11 y a en astronomie deur. les maisons. jusqu'à l'horizon. l'idée défavorable qu'un grand nombre partagent encore contre les assurances parfaitement fondées de l'astronomie moderne. paraîtront.

un grand nombre.mplo el dans notre figure. ce qu'on nomme la parallaxe annuelle de — Pif?. l'étoile est située au pèle de l'écliplique. que dans tout triangle la somme eles trois angles cl égale à deux angles droits. l'opération est. Ainsi la parallaxe ancélestes. on mesure1 l'angle STE. SET. Les recherches des astronomes ont démontré qu'il n'est pas une seule étoile dont la parallaxe soit égale à 1 seconde : les parallaxes sont toutes inférieures à ce nombre déjà si faible. formé par le Soleil. on aura la valeur ele l'angle E sous-londu à l'étoile par le. nuelle d'une. dans le cours de l'année. ele mesures de bi parallaxe annuelle.. on veut mesurer la distance. Pour se faire une idée de celle valeur. qui n'a pas de parallaxe. c'est-à-elire. La moitié décelante. donc. on obtient d'une manière exacte la valeur des angles STE. quoiqu'un peu moins simple. Et cette valeur sera aussi e'xacte épie si l'on avait pu se transporter sur l'étoile pour la mesurer direclemenl. Dans la pratique. on obtient 1 ele la sorte. la même. en comparant. la Terre et l'étoile. étoile.100 LES MERVEILLES CELESTES. les positions successives de l'étoile observée à cedle d'une étoile relativement fixe. soit enfin E l'étoile dont. c'est l'angle sous lequel un observateur placé sur l'étoile verrait ele face le rayon de l'orbite terrestre. diamètre de l'orbite terrestre. Mesureîles dislaïUTs l'étoile E. l'angle. et epi'on retranche cette somme de 180". c'est-à-dire à six mois d'intervalle (puisque la Terre fait le tour en un an). miles de ce diamètre. il faut savoir que la circonférence . En prenant toujours des observations correspondantes à deux points diamétralement opposés ele l'orbite ele la Terre. on mesure l'angle STE. STE. est. epiand la Terre est.!1S.. si l'on fait la somme des deux angles observés STE el STE. Dans notre. en T'. c'est-à-dire à 180 degrés. On sait. pour les autres positions du ciel. Quand la Terre est située au point T. La grande majorité des étoiles se trouve dans ce dernier cas. oxe.

epielepie pnidigieux qu'ils paraissent au pri'inie. Toutes e. mais ils sont plus rapides . nous de.1î>).nous l'avons vu. égale à ". De1 l'étoile ce. pénible. simplicité.es étoiles. il faut que celte ligue soil à une distance 1 de 206 000 fois sa longueur. Toute la difficulté de ces sortes de déterminations consiste dans l'observation extrêmement minutieuse.>000 fois 140 millions de."> e-entièmes ele seconde (0". du Cengueur.du Centaure. nous l'avons vu tout à l'heure. Les autres étoiles rapprochées se succèdent. pour qu'elle se réduise à 0". LEURS DISTANCES. du faible déplacement de l'étoile dans le cied. C'est là une donnée mathématique. longue et. Rien n'est fixe dans l'univers. l'étoile a du Centaure. translation eles soleils dans l'espace sont insensibles à nos yeux. ces résultats.qui précède que. sont. On voit par e-e. vastes comme notre Soleil. cl. pour que la longueur d'une ligne droite quelconque 1 vue ele face.75. Ces mouvements de. soil restre. sont en mouvement dans les cieux. le rayon de l'orbite terrestre est doue. 275 000 fois le rayon de l'orbite ter2~. Or. taure est éloignée' de. les mouvements apparents des étoiles au plus égaux à 1". chaepie degré en 60 minutes. ont constellée être la plus L'étoile que ces sortes d'observations proche. qu'un fil d'araignée entièrement la portion de la sphère céleste où s'elïceduenl. 1 chaque minute en 60 secondes. dus à des méthodes mathématiques d'une grande. à eles distances supérieures à celle-là. c'est. c'est-à-dire 40 trillions de kilomètres. 107 eles cercles astronomiejues qui servent aux observations est divisée en 360 parties appelées degrés. Les forces formidables dont la matière est animée régissent universellement son fiction.LE NOMBRE DES ETOILES. comme 1. parce qu'ils s'exécutent à une trop grande dislance. : sa parallaxe est. éloignées les unes eles autres par de telles dislances.réduit à 0". Cette valeur d'une seconde est si placé au réticule de la lunette cache petite. il faut qu'elle soit plus loin encore : à 21Î5 000 fois sa lonDonc l'étoile n. se succédant à l'infini dans l'immensité eles espaces.r abord. se réduise a n'apparaître 1 plus ejue seuis un angle aussi petit que celui de 1 seconele1. C'est là l'étoile la plus voisine. kilomètres.~ii. il n'y a pas un seul atome en repos absolu.

chaque année. s'enfonçant de plus en plus chaque jour. L'étoile qui est notre Soleil tombe. entraînant la terre et les planètes avec elle. une vitesse évaluée à 480 kilomètres par minute ou 28 800 kilomètres à l'heure. . chaque siècle. Pour l'oeil qui saurait faire abstraction élu temps comme de l'espace.108 LES MERVEILLES CÉLESTES. le ciel serait un véritable fourmillement d'astres divers tombant dans toutes les directions du vide éternel.. que nulle vitesse que nous puissions observer sur la Terre : il y a des étoiles qui sont emportées dans l'espace avec une rapidité déplus de 100 000 mètres par seconde. dans les immensités toujours ouvertes de l'espace... avee.

plus e Klles boiset les monts. maintenant que leur existence est bien constatée. le.C'estle Seigneur. OU TEMPORAIRES. mises au jour en cultivant les champs de l'espace. et c'est. l'esprit peut s'accoutumer à la concevoir. l e deleurcrête: Disaient. toutes les merveilles épie. à peine si. d Disaient n inclinant e Kl. voient leur clarté s'affaiblir el se raviver périodiquement! des étoiles qui.e Soigneur ieu l D ! Vic. enrecourbant l'écume . leur couronnee fou. interroger ansun conl'us urmure des mers. . réel. v a Pas un uiia^reuxcieux. seront invisibles demain. périodiquement sont soumises à une périodicité d'éclat.lésionsinfinies. t toutela nature.es Ilotsbleus.Toit Mt:(io. LesIlots H!les étoilesd'or. brillant d'un éclat splendide. Il y a des étoiles dont l'éclat subit une variation périodique. oiles loinqueloinonde.les feuxduciel.l'étaisseulprèsdesIlotspar tint? uit.VI ÉTOILES VARIABLES.sur les merspas de. dont la lumière et la couleur geantes. du moins aucune révélation télescopique n'a plus surpris les observateurs. De. Mesyeuxplongeaient. télescope 1 a.à voixliasse. APPARUES ÉTEINTES SUBITEMENT n d . 'étoiles. Des étoiles qeii. Orirntahs. loin de rester fixes dans une lumière inaltérable. vec. m d Semblaient. illeharmonies. a m A voixhaute. aucune n'eut peut-être plus ele droits à l'etonnemont des mortels que l'existence d'étoiles chanvariables.que rienne gouvernet n'arrête. et rcsaujourd'hui suscitées après-demain ! L'imagination lapins téméraire n'eût jamais osé inventer de telles créations.

l'éclat du Soleil s'affaiblit de jour en jour : au bout.-pendant epiolqucs jours il garde celte même intensité.. fixer en face . loutc sa grandeur. il verse de'q'à une lumière el une. car. qui le ramène tour à tour à son maximum et à son minimum d'intensité. d'une semaine il a perdu la moitié de sa lumière.110 LES MERVEILLES CELESTES. on peut le. et nous nous demandons avec le traducteur de Plularque : Le Dieu qui du néant viiiiit de tirer le monde V. El lorsqu'une période égale à celle de son déclin sera passée. Et ainsi de suite.i-t-ille. Son flambeau se rallume 1 et augmente de jour en jour. plus éedalante. ne se réjouit pas longtemps dans celle. que ces variations d'éclat étonnent l'oeil observateur qui les contemple dans le champ de la vision télescopique. Ces périodes sont de toutes les elurées. Pour certaines étoiles. chaleur qui rappellent le foyer solaire. le Soleil étincelanl. la période est de plus d'un an. le ciel restant pur comme précédemment. et puis il s'affaiblit encore.replonger dans une nuit profonde. elevient pâle et morne. sa force. La nature de ce nouveau soleil est d'être périodique. Aujourd'hui. et supposons qu'il soit soumis à ces variations.1"/ Le Soleil. A-t-il vu pour jamais auéeinlirses l'eux? Mais il renaît. Son accroissement continue.la cin- . aura repris foule. Mais elle.déjà le voici qui commence à reprendre sa voie descendante. une seunaine après sou minimum d'intensité. toujours. représentons-nous notre Soleil. et l'espérance avec lui. ce llainbeau tic la terre et des cieux.sa lumière éblouissante et de sa chaleur féconde. Nous craignons pour ses jours. comme la vertu de noire précédent soleil était de garder une lumière et une chaleur permanentes. splendeur. On coiiejoil. le voici qui rayonne de ses flammes les plus éclatantes el verse élans l'atmosphère échauffée des flots d'une éblouissante lumière 1. On remanjue un premier progrès dans la lumière éteinte. La Terre est inondée des rayons de. mais voilà (]ue. Pour bien nous figurer en quoi consiste ce changement singulier. n'envoyant qu'une clarté blafarde à la Terre. au bout de epiinze jours. L'étoile -^ du col du Cygne varie ele. elle devient [dus blanche.

o de la Baleine. et la dixième. de la troisième à la cinquième grandeur. ce que. 0 temps. L'astronome disait.vcnir coiiiplèlcmeint inviquement. ce sont de véritables éclipses. quatre de troisième grandeur que six étoiles. en Ulugh-Beigh l'année 1437. dont la liste est assez nombreuse. 111 quième à la onzième grandeur dans une période de 404 jours. Quedles sont les forces prodide lumière? gieuses qui régissent ces gigantesques métamorphoses C'est. à l'époque où elles prése'iitaienl leur maximum. Maupcrtuis élisait avaient. qu'une étoile élu Cocher.nlièrc. toutes marquées dans les catalogues ne se voyaient plus de son ele Ptolémée et Abel-al-Rahmam-Suti. qu'elles que les éloiles changeantes el qu'elles nous tournaient perpendiculairement. que nous connaissons déjà (fi de Persée). parmi lesquelles voisines du Poisson austral. sa période n'est donc que de 2 jours 20 heures 48 minutes. On voit que ces variations sont elles-mêmes très diverses. c'était le.eir l'ace e. comme Algol. et epi'il est eles soleils qui passent avec une étrange rapidité de leur plus grand à leur plus polit éedal. dans le même laps de temps. Non seulement il y a des éloiles dont la lumière change périodiele. D'autres astres varie entre la deuxième grandeur sont gouvernés par eles variations plus rapides. il en est d'autres elont l'éclat s'est affaibli pour ne plus se réveiller et qui sont à jamais elisparues du ciel. la science n'a pu encore déterminer. sur elles-mêmes. etc. la forme de lentilles. Mais exislc-t-il des soleils faits en lentille? Quand même ils existeraient. elle est revenue à son maximum . Une autre étoile dont nous avons déjà parlé au chapitre des constellations. Ce sont les éloiles éteintes. Cassini.ETOILES VARIABLES. c'était éclat. Algol ele la tête ele Méduse. leur tranche et leur face. minimum de leur le. à la fin du xvin siècle . Au xvu'' siècle J.-D. descend à son minimum en 1 jour 10 heures 24 minutes. L'étoile o de Céphée varie dans une période ele 5 jours 8 heures 3" minutes. quoique en réalité elles ne s'éteignent pas tout à fait. ce n'est pas de cette façon qu'ils tourneraient. A l'époque successivement présentaient où elles ne présentaient que la tranche. Dans le cas des variations rapides. que la onzième du Loup. diminuant parfois jusqu'à sibles. appelée aussi la Merveilleuse (Mira Celi).

un grand nombre d'autres étoiles complètement disparues. elle était devenue complètement invisible.Hi LES MERVEILLES CÉLESTES.. blanche. et aussi Mars. mais n'égalait pas Arclurus. éprouver aucun affaiblissement dans la seconde moitié élu mois d'octobre. Elle resta pendant dix-huit mois el. a sonné.. Les astrologues avaient rêvé que cette apparition était la même que celle des Mages à la naissance de. Ceux epii avaient vu l'étoile de. signalèrent. Kepler l'aperçut pour la dernière fois. mais difficilement. sa lumière s'était. Le 16 novembre. Il y a en effet des étoiles subitement apparues... du genou de ce personnage. elle surpassait notamment les étoiles de troisième grandeur d'Ophiuchus. Ce sonl des systèmes pour lesquels l'heure de la fin du monde. Jésus-Christ. celle crainte s'est. Herschel. non pas lorsque des éloiles disparaissaient du firmament. lorsqu'elle reparut à l'orient. la lumière crépusculaire qui effaçait Jupiter n'empêchait pas de voir l'étoile.. 10 oclobir 16(H. à cause de la lumière crépusculaire. encore visible. \\\\K autre étoile nouvelle apparaissait encore dans la constellation du Serpentaire. disparut pour ne plus revenir. une magnifique étoile de première grandeur apparut subitement dans la constellation de Cassiopée. jugement dernier approchait. plus petite en apparence que Saturne. En parlant de la fin du inonde. cl en avaient conclu épie le. à la fin de décembre et au commencement de janvier. réveillée chez les habitants ele la Terre. AV. Dès le jour de son apparition. Le 20 mars 1605. affaiblie. le 11 novembre 1572. : elle surpassait certainement Anlarès. le. loi2 trouvaient que la nouvelle la surpassait en éclat. Jupiter et Saturne. Plusieurs la comparaient à Vénus. elle parut égale à l'étoile luisante. Le 8 octobre. L'année même du massacre de la Sainl-Barthélemy. car cette elisparilion n'est tout. elle. Elle diminua insensiblement. elle était. mais bien lorsqu'un astre nouveau s'allumait soudain dans le ciel. eflaçanl par son éclat les plus belles étoiles élu ciel. était. trouvait voisine. . Le 21 avril. En mars 1606. 9 novembre. Trenle-deuix ans plus lard. dont elle se. mais à Turin. elle surpassait en éclat les étoiles de première grandeur. le. Elle ne parut. au plus remarquée épie par les aslremomes..

en novembre 1810 dans le Cygne. du monde. monde. Les dernières sont celles qui apparurent en mai 1866 dans la constellation de la Couronne. tous les empires du inonde seront bouleversés. des révolutions. dit un aulenir du temps. 20 février ele celle année. La sinistre nouvelle parcourut bientôt le. si vrai en inscrivant celle époque. cl de décembre. ou plutôt en défaveur du xvm° siècle. « Toutes provinces des Gaules. Mais en songeant à ces prédictions. furent en une merveilleuse crainte et doute d'universelle inondation tl'eau. tous les phénomènes extraordinaires. semt pas anéanties. Si dans cette terrible. ni su par -I.t de réveiller les 1 idées un peu eissoupies de l'embrasement. dans le tombeau ele Itégiomonlanus. Les auteurs ne. l'on s'apprêta à voir l'univers trépasser du temps dans l'éternité. dont voieu la traduction : « Après mille cinq cents ans révolus à daler année sera de la conception do la Vierge. Supplément île {'Astronomiepopulaire. titre de révolution. et l'affliction pèsera sur le genre humain.t. dont. Voir leur histoire iluns notre ouvrage les Eloiles. les mers ne. pleine d'épouvante. dans la Nébuleuse d'Andromède. Elle [lassait alors pour avoir été trouvée. la conjonction des planètes élans les Poissons devait produire un déluge universel. don de répandre la (erreur e. L'une des plus mémorables prédictions est celle ele 1588. avaient le.Cette description détaillée des étoiles du ciel montre qu'un très grand nombre de ces lointainssoleilsont changé d'éclat depuis deux mille ans. e. 1Ci Depuis épie les hommes observent. Suivant lui. » Cette prédiction fut plus tard reprise en faveur. la quatre-vingt-huitième elle amènera avec e. Les astrologues y ajoutaient foi comme le commun des martyrs. et telle que nos pères n'en avaient vei.lle de tristes étrange el. ele la fin des temps. puis m'empècher de. la liste serait beaucoup plus longue ept'on ne peut le penser au premier abord. annoncée en vers latins emphatiepies.ÉTOILES VARIARLES. et le Mercure de France annonça pour l'année 1188 la plus grande 1. 1891 à février 1892 dans le Coedicr '. 8 . on a compté vingtcinq apparitions d'étoiles nouvelles. mémorable sous le. les étoiles. aussi bien que. vous rapporter les curieuses mystifications opérées en 1524 pai l'astrologue allemand Stoffler. Ces apparitions. destinées. en août 188"). d-" la chute des étoiles. je ne. le. creiyaionl pas dire. année 1 le monde peu-vers ne tombe pas en poussière. si la terre et.

elle trouva toujours le même nombre de crédules. comme Castor et Pollux. au rapport de l'historiographe Bodin : « Il se trouva plusieurs mécréants qui firent des arches pour se sauA:cr.H4 LES MERVEILLES CELESTES. En 1S84. quoique chaque fois l'événement lui eût donné un démenti formel. ces étoiles singulières qui s'allument subitement dans les cieux pour s'éteindre bientôt après. » Maintes et maintes fois cotte prédiction fut renouvelée et. Ce n'est pas le seul. ces flammes variables qui passent par tous les degrés de lumière et semblent. Et plusieurs délogèrent de leurs basses derneurances. que les églises ne purent contenir ceux qui y cherchaient un refuge. Au moyen de quoi hommes et femmes furent en grand doute. abandonnèrent leurs demeures et vendirent à grosses pertes. cherchèrent hauts lieux. » On vit alors la crainte s'emparer d'une bonne partie des esprits. les historiens. Aussi longtemps que le monde vivra. Elles se doutent bien peu des terreurs qu'elles ont fait naître si innocemment parmi les hommes. un nouveau Noé fit construire un bateau pour servir d'arche à sa famille et à ses amis. à ce qu'il plût à Dieu avoir pitié de son peuple. firent provision de farines et d'autres cas. et probablement aussi à quelques couples de bêtes. et que d'autres donnèrent leurs biens aux ecclésiastiques. dans l'espoir que leurs prières retarderaient le jour du jugement. sans doute aux incrédules. sans réfléchir que c'était une chose inutile si tout le monde devait périr. A Toulouse. la frayeur causée par une annonce de cotte sorte fut si grande. et se firent processions et oraisons générales et publiques. avoir reçu pour destinée un éternel mouvement de transition de la vie à la mort et de la mort à la vie. triste remarque. Ceux qui habitaient près de la nier. Quelle puissance inconnue préside à ces variations? La vie qui existe sur les mondes qui circulent autour de ces astres doit être d'une bien étrange nature! Quelle pensée régit ces mouvements et quelle main construisit les êtres nés pour vivre en harmonie avec de tels systèmes? Quelle distance sépare la nature . qu'un grand nombre firent leur testament. quoiqu'on leur prêchât la promesse de Dieu. ni autrement. leurs propriétés et leurs meubles. dos fleuves ou des rivières. il craindra de mourir. et son serment de ne plus faire périr les hommes par le déluge.

« Mortel orgueilleux. le poète anglais Kirkc-White exprimait son étonnement en ces termes : « 0 vous. 115 terrestre. aussi bien que du mendiant qui demande les restes de ta table. lève tes regards vers la voûte éloilée. toutes trop illimité pour noire étroite pensée. Dieu qui éleA'a ce merveilleux édifice dés mondes a soin de toi. Chacun de ces pcLits flambeaux est la grande source de lumière.ETOILES VARIABLES. Spectacle trop immense. le soleil central autour duquel une famille de planètes voyage fraternellement. ne peut vous approfondir ni vous De là. j'élève mes pensées solennelles jusqu'au puissant fondateur de cette merveilleuse immensité. contemple les brillants innombrables qui parsèment richement Je char impérial de la nuit. où est ta grandeur passée? qui es-tu sur l'amle phithéâtre de l'univers? Moins que rien. Maintenant. qui rappelisse choses dans ses vils préjugés el. voyage à travers votre année céleste. vastes comme le foyer brûlant qui rayonne sur ce bas mondes quoique à nos yeux vous paraissiez aussi faibles que l'étincelle du ver luisant : —vers vous tandis qu'émerveillé mon regard j'élève mon humble prière. étoiles scintillantes qui occupez encore vos places brillantes sur la voûte sombre du domaine de la nuit! planètes et sphères centrales d'autres systèmes. où les années se suivent par une loi permanente et ramènent successivement les mêmes phénomènes. prenant un essor plus élevé. chaque monde est peuplé d'êtres vivants semblables à loi. » . mortel orgueilleux. de ces mondes où régnent des variations si prodigieuses? L'esprit s'étonne dans cette et reste en face de l'inconnu En songeant à ces contemplation merveilles des cieux. en vérité! Pourtant. Les télescopes te montreront les myriades plus serrées que les sables des mers. à travers vous comprendre.

La vie. Illuminent d'autres ortels. les années. n'ont plus la moindre application.VII LES UNIVERS SOLEILS C0 L 0 RÉ S Pardelàl'infini îlesdeux. Ici. ce que nous appelons la nature est entièrement bouleversé. la chaleur. Nous sommes réellement dans un autre monde.ànotre terreest inconnue. Les merveilles qui viennent de passer sous nos yeux pâlissent encore devant celles dont nous approchons. de toutes lumières. et éclairés pendant la nuit par des lunes aux disques multicolores. les étrange. DOUBLES. isr. les saisons. non naturel pour nous.y. nos classifications. Làsont. forces qui l'entretiennent. M U L TIP L ES.luvisencore neétendue u Oùdessoleils ystérieux. le monde visible et invisible. . nos jugements en ce qui concerne les oeuvres de la nature. d'immenses archipels Donteshumains.. l sansseconnaître. .. M Chacun surditl'urouts autels. invraisemblable. Adnient touslemême aître. . Nos observations. Rien d'approchant ne s'est vu sur la terre : est-ce vraiment là notre création? ne sont-co pas d'autres univers? Résumons en un même panorama les études que nous avons LOINTAINS. les idées issues de l'expérience. les périodes des jours et des nuits. de toutes couleurs. tout est transformé. l'électricité. la lumière. m l. Nous voici à la surface de globes célestes illuminés de jour par plusieurs soleils de toutes grandeurs.. m à Quisecachent nuire vue.

>mois. Mans . on est surpris de voir que quelques-uns de ces points se dédoublent : on aperçoit alors deux étoiles au lieu d'une seule... Il y a un siècle. Les principaux sont indiqués dans le tableau ci-dessous. c'est-à-dire 830 groupes de soleils tournant l'un autour de l'autre. Y de la Vierge jaune d'or .. \ du liouviei' 128ans Sec. 2!>— 8 — blanches Sec. mais ils sont. 00— 7 —jauned'oretcendrée Flammarion. ' 40— 2 — jaune Flammarion. on connaissait au plus une vingtaine de groupes de ce genre. rouge' Çd'Hercule Flammarion. auxquels autour elagrande.. Si l'on emploie un instrument qui permette un grossissement considérable. 117 faites sur la nature de ces mondes et observons les types essentiels de l'élonnanle diversité qui les sépare du notre. Temps' de la révolution Couleurs Astronomes do la petite. formés de.LES UNIVERS LOINTAINS. pour la plupart. ou dans les lunettes de moyenne puissance. 114— 7 — cl. aujourd'hui les observateurs en ont recensé plus de dix mille. c'est-à-dire dus à la présence île deux ou plusieurs étoiles dans la même direction du rayon visuel d'un habitant de la terre. dos Nomsdo l'étoile. deux soleils associés dans leur destinée. a du Centaure 81 — blanches Sec. peut-être doubles réellement. jaunes Sinus iil — 10 blanches lUunham. . oudoitlocalcul. Ces groupements de deux ou plusieurs étoiles ne sont pas seulement apparents. Les éléments de plusieurs de ces systèmes ont été complètement déterminés. !>l>— 0 — blanches YCouronne australe.. jaune et orange I7">— Flammarion. nous avons déjà reconnu 850 systèmes physiques. Sur 10 000 étoiles voisines. pourpres S du Scorpion 98— blanches Flammarion. . S de la Grande Ourse. 70 Ophiuchus 92— Flammarion. 42° tic la Chevelure. blanches liurnham. toutes les étoiles apparaissent comme de simples points lumineux... b> Lion du 1l(i — blanches Sec. réels. Schiaparelli. '1 de la Couronne. — Kdu Cancer !>8— 9 blanches Flammarion. A l'oeil nu. 6 du Petit Cheval. doux d étoiles.

118 LES MERVEILLES CELESTES. beaucoup plus longues encore. grâce à l'atmosphère transparente dont les mille réflexions forment un véritable réservoir de lumière. Rimer. et les corps. d 170— 230 — 201 — V20— 990 — jaune et lilas blanches blanche et cendrée jaunes jaunes Astronomes auxquels ondoitle calcul. Roberck. Les grands télescopes ont montré deux très petites étoiles situées dans les limites du trapèze. Parmi les étoiles doubles. On ne connaît. et l'observation s'en approche beaucoup. de centaines de millions de kilomètres. Dobecck. Cassiopée t Ophiuchus. dont le compagnon avait été révélé par le calcul avant que les instruments l'eussent découvert. ce qui porte à six le nombre des étoiles de ce groupe. 44 Bouvier 1 du Lion Castor On voit que la durée des révolutions de ces curieux systèmes varie considérablement. deuxétoilos. la plus longue de près de mille ans. d Temps do la révolution Couleurs do la petite des autour elagrande. Elle renferme dans son rayon la puissance de foutes les couleurs possibles. ïhiele. et jusqu'à des étoiles sextuples : telle est la fameuse étoile 0 de la constellation d'Orion. quadruples. Nous eu avons parlé à propos d'Orion (et on l'a vue à la figure de la page 89). See. en général. Les autres sont. se décompose en quatre étoilos formant un trapèze lorsqu'on l'observe avec une lunette d'une suffisante puissance. Les distances mutuelles qui séparent ces lointaines étoiles sont. mais des étoiles triples. simple à l'oeil nu.. tous les objets qui ornent ou peuplent la surface du globe sont enveloppés dans cette clarté. qui. Noms ol'étoile. puisque la plus petite de ceux qui ont pu être calculés est de onze ans et demi. etc. et. quoiqu'elles paraissent se toucher. y. La blanche lumière de notre Soleil déverse ses rayons éclatants du haut de l'azur. pas seulement des étoiles doubles. Cependant cette lumière blanche n'est pas simple. au lieu de . La théorie avait assigné à la l'évolution de cette planète une durée de quarante-neuf ans. signalons Sirius.

l'éclat du la neige des plumage chez les petits oiseaux des tropiques. C'est cette réflexion qui constitue à nos yeux la coloration de ces corps. 119 nous paraître tous revêtus d'une blancheur uniforme. de sa disposition à recevoir certains rayons du spectre et à renvoyer les autres. et l'humanité si étrange. Il est bon de se rappeler maintenant que cette théorie. La beauté des plantes. supposons un instant qu'au lieu de la blanche source de toute lumière qui nous inonde. applicable au monde organique. la fourrure fauve du lion comme le rayonnement : c'est à la lumière blanche de notre soleil blondes chevelures de.la beauté visible. un jour nouveau luit sous les cieux. les fleurs assombrissent l'éclat de leur brillante parure. source unique de ces apparences diverses. c'est qu'il faut remonter pour l'explication en elle que réside la source des nuances infinies qui décorent les formes de la nature. suivant avec . des colombes. nous ayons un soleil bleu foncé : quel à vue s'opère aussitôt dans la nature! Les nuages changement perdent leur blancheur argentée et l'or de leurs flocons pour étendre sous le ciel une voûte plus sombre. la blancheur du lis. la nature entière se couvre d'une pénombre colorée : les plus belles étoiles restent dans le ciel du jour . étonnée. l'incarnat des joues fraîches efface son duvet naissant. Elle dépend donc de l'agencement moléculaire de la surface réfléchissante. Or. l'orangé. nous tenons tant aux apparences. au lieu d'un seul soleil indigo. l'explicasemblent vieillir. les visages se demande. Nous connaissons si peu le tion d'une transformation fond des choses. que l'univers entier nous semble renouvelé par cette légère modification de la lumière solaire. reçoit encore une importance plus considérable lorsqu'on envisage le mode de coloration des substances organiques.LES UNIVERS LOINTAINS. les campagnes se succèdent dans la brume jusqu'à l'horizon invisible. l'ccarlate. Mais la somme de toutes ces couleurs constitue le blanc originaire. l'or des sillons. toutes les nuances ravissantes qui font la richesse des fleurs . absorbent certaines couleurs de ce rayonnement complexe et réfléchissent les autres. la diversité des prairies. l'azur. Que serait-ce si.

calme et pure. à peine l'occident voit-il pâlir comme de lointains feux de Bengale les derniers de la pourpre solaire. jetant sur sa toile docile les éclats au hasard un édifice plus bizarres de sa volonté. Celle rationnel ». un soleil d'un rouge écarlale. : voilà au grand jour notre monde de tout à l'heure. édifiera-t-cile étonnant. à l'orient des rayons du rouge. dont l'un serait bleu foncé et Par une belle nuit l'autre rouge écarlale. qu'une aurore nouvelle fait rayonnements les lueurs azurées du cyclope à l'uni bleu. créeront-ils sur la palette de la fantaisie un monde de lumière plus hardi que celui-ci? La main folle de la chimère.120 LES MERVEILLES CELESTES. à l'occident des rayons du bleu. son cours apparent. La grande étoile est d'un beau rouge. et dès lors la nature s'embrase d'un feu rouge écarlale. l'incendie d'un allume à l'orient ses flammes. Ce que nous venons de dire à propos d'une terre éclairée par deux soleils de diverses couleurs. n'a rien d'imaginaire. l'autre est d'un bleu sombre. Des silhouettes foyer resplendissant verdàlres se dressent soudain à travers la lumière diffuse. L'imaginaapparaître tion des poètes. Plus tard le soleil rouge moule tandis que l'autre descend . prenez votre lunette et regardez dans Pcrsée. au moment où notre soleil bleu étend sur la nature celte lumière pénombrale que nous venons de décrire. un nouveau midi luit sur la Terre. Plus lard encore. l'étoile r. et à l'opposite de chaque objet une traînée sombre vient couper la clarté bleue étendue sur le monde. dis-je. Il y a bien des et qui néanmoins choses qui ne nous paraissent point rationnelles. Si nous passons à la nuit. le caprice des peintres. tandis qu'au couchant s'évanouit le premier soleil. et (pie « tout ce qui'est pensée hardie n'exprime pas encore toute la vérité. regardez. A quelle dislance ce monde . s'assuranf les années et les jours régularité par son unique domination. ce héros sensible marchant en pleine Voie lactée et tenant en main la tète de Méduse. et les objets sont colorés. disputant sans cesse à son partenaire l'empire du monde des couleurs? Imaginez-vous qu'à midi. (pie celui-ci? — Hegel a dit que « fout ce qui est réel est rationnel est réel ». existent en réalité dans l'une des créations sans nombre de l'infini qui nous entoure. un second soleil venait soudain s'unir à lui.

Celui de y d'Ophiuchus lui ressemble à tel point. Seulement. d'Ophiuchus. étoile du Dragon ressemble beaucoup aux précédentes. fortuit. Si. qu'on pourrait facilement s'y ce tromper et les prendre l'un pour l'autre (à celte distance-là dans le système serait. forçant l'ombre où Dieu seul entre. une autre du Taureau a son grand soleil rouge. habitués comme nous à la même vue. mais chez elle le grand soleil est d'un rouge plus foncé. Vivant. son petit bleuâtre. il semble que ce soif làun état éternel. à n'en pas douter. pouvait être introduit. Ainsi. Dans les profondeurs du problème. Aller voir de près dans leur antre Ces énormilés de la nuit. Mais ce monde n'est pas le seul de son genre. a son grand soleil bleu et son petit rouge sombre. Et de voler de sphère en sphère A ce grand soleil ignoré. Si les hiunains de là-bas venaient chez nous. Aoilà noire monde imaginaire réalisé en plusieurs endroits de l'espace. Et. le soleil bleu n'est pas aussi foncé que dans l'autre. et. ils n'apprécient pas la valeur pittoresque de leur séjour. nécessaire. . 121 étrange est-il situé? C'est. l'inattendu. de l'aveugle nature. Une. seul les touche. pardonnable). C'est sans doute après avoir rêvé à ces étranges et lointains univers que Victor Hugo a écrit les strophes suivantes : S'il nous était donné de l'aire Ce voyage démesuré. ce que nul ne peut dire. r. hlème. et il y a. Ainsi sont faits les hommes : le nouveau. chose est très probable — ils n'y l'ont peut-être guère attention.LES UNIVERS LOINTAINS. dès leur berceau. par un archange qui Panne. frémissant. ils ne manqueraient pas de l'observer avec surprise et de s'étonner de notre indifférence. quant au naturel. des yeux humains qui làbas contemplent Qui sait? — et la chaque jour ces merveilles. une autre encore. L'homme aveugle. qui ne mérite pas la peine d'être observé. Si nous pouvions fuir notre centre. On peut seulement affirmer qu'à raison de 300 000 kilomètres par seconde la lumière met plus de cent ans à nous venir de là. vrai. il est. fout en reconnaissant la simplicité de notre petit univers. du Navire.

parmi l'ensemble des astres. ayant des lunes autour d'eux. Que son rayon fondrait.nos chairs. soleil rouge et soleil vert : nouvelle série de nuances tendres et ravissantes. pas de songe insensé. une nouvelle variété se manifeste encore. dans la Chevelure de Bérénice.) Les soleils qui constituent ces soleils multiples diffèrent donc encore du nôtre par leur coloration. Changeons la vue : il suffit pour cela de considérer d'autres systèmes . comme document particulier. ange! Rien. vers l'an 18~3. autour de lui des inondes. Ce qui t'apparaîtrait te ferait trembler. l'orange et l'émeraudc? N'est-ce pas là un assortiment plein de jeunesse — si cette métaphore est permise. il en est ici comme dans l'universalité des productions de la nature : c'est à une source intarissable qu'elle a puisé pour la richesse et le luxe dont elle a décoré ses oeuvres. à m'oceuper tout spécialement des étoiles doubles. dans Hercule. le petit qui gravite autour est d'un bleu vert.122 LES MERVEILLES CÉLESTES. Dans leur variété. (J'ajouterai môme ici. par exemple. Centres eux-mêmes. Kl qu'il ne resterait de nous dans l'épouvante Qu'un regard ébloui sous un front hérissé. Voici. dans Cassiopée. double d'ailleurs lui-même. Là des ijloOcs jumeaux qui tournent deux à deux. — un grand et magnifique soleil orange au milieu du ciel. l'un rouge pâle. et d'un tel mystère tissé. il y a plus de variété parmi eux que dans tous les change- . pas de vision. rouge et vert. Là des fourmillements de sphères vagabondes. Que résulte-f-il du mariage de ces deux couleurs. Les systèmes binaires colorés ne se composent pas unanimement des soleils rouges et bleus auxquels nous faisions allusion tout à l'heure. qui gracieusement vient marier à l'or ses reflets vert-marine? Voici encore. Tu verrais! — un soleil. deux soleils. cire vivante. puis une émeraude brillante. Qui ne fût dépassé par ce spectacle étrange. que ce sont mes causeries avec l'illustre poète qui m'ont le plus chaleureusement engagé. le beau système de y d'Andromède. les moyens ne leur l'ont pas défaut. d'un vert limpide . l'autre. Le grand soleil central est orangé. Monde infernal.

du rouge et du vert. les mondes qui circulent du Bélier. de l'Éridan. qui jettent point les nuances éclatantes tant de vivacité sur le monde. blanc. a. de même il en est qui sont escortés de soleils rouges ou Mais je ne m'arrêterais si je pas dans cette énumération. au bleu et ne connaissent toute la série des couleurs appartenant de l'or et de la pourpre. Tels ne connaissent Bérénice. la Chevelure et Hercule. comme le nôtre. succédant tour à tour à un jour blanc et aux ténèbres! nature est-ce là? Quelle inimaginable beauté Quelle . C'est dans cette catégorie que se situés dans les constellations trouvent placés certains systèmes du Serpent.LES UNtVERS ments LOINTAINS. sur une planète qui l'un jaune et l'autre bleu. en ce sens que l'un des soleils qui les illuminent. de la Girafe. 123 à vue que l'opticien peut produire sur l'écran d'une lanterne éclairés par deux soleils ont Tels univers planétaires magique. des Gémeaux. source de foules les couleurs. comme sont une étoile double du Lion par exemple. dont l'une est couleur de paille et l'autre bleue. mais on voit constamment dans le ciel un autre soleil plus petit. alternatives à quelles magnifiques doivent donner lieu un jour rouge et un jour vert. tels sont les systèmes de la Baleine. la petite bleu du Cygne. De même qu'il y a des soleils blancs accompagnés de soleils bleus. ce grand soleil est. une lumière blanche. Quelle variété de clarté deux soleils. comme avons. d'un autre côté. dont le reflet bleu couvre comme d'un voile les objets exposés à ses rayons. d'Ophiuchus. Voici. ou du moins sont éclairés par un soleil bleu et un soleil jaune qui ne leur donnent qu'une série limitée de dans les combinaisons de ces couleurs priminuances comprises tives. de la Licorne. dont la petite est d'un bleu intense. la grande jaune. voisin vient rejeter un reflet permanent autour du grand soleil d'à par exemple. etc. les assortiment on en voit dans Cassiopée. se rapprochent D'autres systèmes stellaires davantage du nôtre. d'Orion. doivent répandre circule autour de l'un ou de l'autre ! A quels charmants contrastes. de la Chevelure de d'Andromède. Nous verdàtre. Tels autres systèmes voués au bleu et au jaune. tandis que son sur toutes choses. du Bouvier. que des soleils rouges. l'un rouge et l'autre vert. jaunes voulais passer en revue toute l'armée du ciel.

— cette autre n'offre qu'un croissant violet. celle-là. lune émeraude. qui réunissent leurs miroirs sur l'hémisphère obscur de ces mondes.. leur clarté combinée produit le vert. El que sont les éclipses du soleil sur ces mondes? Soleils multiples. vous êtes bien belles. elle est verte et paraît suspendue dans les cicux comme un immense fruit. qu'argenté modestement noire lune solitaire. fondu dans l'or qui verso dans l'espace ses rayonnements cristallins. quand l'esprit calme et pensif vous contemple! mais qu'èles-vous à côté des nuits illuminées par ces lunes merveilleuses? . continuer de le cacher après sa sortie du disque bleu et laisser alors la nature retomber sous le rideau d'une nouvelle couche azurée. revêt d'une splendeur inconnue ces terres lointaines disséminées au fond des espaces sans fin! Si comme notre lune. puis. est dans son plein. Lune rubis. Ajoutons à ce phénomène celui qui se produirait si au beau milieu do cette éclipse dorée quelque lune venait couvrir le soleil jaune lui-même et plonger le monde dans l'obscurité.. . le jaune ou le bleu sur celles qui ne reçoivent qu'une seule lumière. déjà il entame son disque. comme celles de Jupiter. mais non. insensiblement. c'est le trésor inépuisable de la Ajoutons encore. Une éclipse totale colore le monde en jaune. les planètes invisibles qui se balancenl là-bas sont entourées de satellites qui sans cesse les accompagnent. de Saturne. l'autre bleu. répandu sur le monde pâlit. lunes multiples. Peu à peu. à quels jeux infinis vos lumières mutuellement éclipsées ne donnent-elles pas naissance! le soleil bleu et le soleil jaune se rapprochent. sur les surfaces éclairées par fous deux. nature : y plonger à pleines mains. quel doit être l'aspect de ces lunes éclairées par plusieurs soleils! Cette lune qui se lève des montagnes lointaines est divisée en quartiers diversement colorés. Une éclipse annulaire montre une bague bleue autour d'une pièce d'or. qui gravite autour du globe.. pâlit. suivant la relation existant entre son mouvement et celui du soleil.124 LES MERVEILLES CELESTES. jusqu'au moment où il meurt. et le vert. le Arertrenaît et reprend son empire. lune opale : quels diamants célestes! 0 nuits de la ferre. Bientôt le jaune s'approche sous le bleu. c'est n'y rien prendre. l'un rouge.

les vastes cieux. lorssur leurs brillantes leur qu'ils descendent planètes. leurs voix jouer dans les profondeurs grandissantes s'unirent eu choeur. et que le monde s'éveilla dans le sourire de Dieu. dans notre éfher limpide et nos plaines fleuries. y répandant . Ah oui! suivez en chantant votre Voguez au delà des vivantes splendeurs. vos blancs nuages cl. J'aime 12. et la lumière déborde l'espace sans bornes. Ces strophes sont. et sur votre pôle tournant. à leur place naturelle de lumières et de après les harmonies ravissantes colorations que nous venons d'observer dans le monde de ces étoiles lointaines. comme elles s'élançaient en avant pour de l'espace.LES UNIVERS LOINTAINS. regardez! lants. oeuvre du poète américain Bryant. « Lorsque le matin radieux de la création se leva. chemin joyeux! « Regardez! à travers nos rangs étincelà-bas. — et voici le chanl. soleils accompagnés dos mondes qui roulent autour de vous. « Car la source de la gloire dévoile sa face. comme ces astres brillent et fleurissent lorsqu'ils passent dans leur course rapide ! comme la verdure court sur leur masse roulante! comme les vents légers marquent leur passage lorsque les petites vagues s'émeuvent et que se courbe la tête des jeunes arbres dans les bois! « Voyez! le jour plus brillant verse ses rayons comme l'arc-enciel se suspend dans l'onde de l'atmosphère éclairée! et les crépuscules du matin et du soir avec leurs richesses de nuances. planètes suspendues de verdure.5 à terminer ces descriptions par un chant gracieux. que les sphères enflammées de l'abîme du vide s'élevèrent par myriades dans la joie de la jeunesse. étoile après étoile. avec vos îles vous. parmi les beaux champs d'azur qui s'étendent devant vous. par le Chanl des étoiles. que les orbes splendidcs. dans l'azur infini. que chantait argentines l'une des plus brillantes : « En avant! en avant! parmi les vastes. comme une lumière fluide. lorsque lis royaumes déserts de l'obscurité et de la mort sentirent le souffle de sa puissance émouvoir leurs profondeurs. vos ondes étendues. Voguez. Nous buvons en voguant les marées lumineuses.

voyez. rosée ! et entre eux. ô sphères pleines de jeunesse.126 LES MERVEILLES CÉLESTES. la vie naît. « En avant! en avant! Dans nos bocages en fleur. l'amour court. dans la douce brise enveloppant les sphères. réglant la danse qui mesure les années! glissez dans la gloire et dans la joie qui s'étend jusqu'aux plus lointaines frontières du firmament. belles étoiles. « Glissez dans A^otre beauté. dans les mers et les sources qui brillent avec l'aurore. reflets divins d'une Lumière incrééo devant laquelle pâlissent nos flambeaux. sur les régions fécondes. des myriades d'êtres respirent et ce séparent de la nuit pour se réjouir comme nous dans le mouvement et dans la lumière. la nuit qui les couvre de son cône d'ombre. » .

et loindanscet espace Au Oùla matière nageet queDieuseulembrasse.pur Dieumêmeallumé. comme l'observateur qui. : Quitourneautourdesoisur sonaxeenflammé De luipartentsansfindestorrentsdelumière . d Cesastresasservis la loiqui les presse a S'attirentdansleurcourse s'évitentsanseusse. essoleilssansnombre t des mondes anslin.v l "VOLTAIRE. et Se serventl'unet l'autreet de rèyleet d'appui. nous concentrerons nos regards sur une seule cité. les caractères inaliénables qui distinguent universel- . e s Sont. Si l'immensité des nombres ou l'infini de cette étude ne viennent plus dans cette contemplation nouvelle étonner notre esprit et confondre nos facultés. les Adesmondesivers. après avoir examiné d'abord les alentours et les sites qui l'environnent. en la Il donne se montrant. d Se prêtentles clartésqu'ilsreçoivent elui.les saisons lesans. d réside! Par delàtousces cieux. concentre son attention sur la cité elle-même. Après avoir embrassé l'étendue de ce vaste et imposant domaine exploré par la science. delàde leurcours. e Dieuduscieu.LE DOMAINE DU SOLEIL i LE SYSTÈME PLANÉTAIRE Danslucentreéclatantdocesorbesimmenses l et Quin'ontpu nouscacher eurmarche leursdistances.. a. et de la contemplation générale de notre univers à l'étude d'une région limitée. voulant se rendre compte de la position d'une villa au milieu d'un paysage.. Luitcet astre dujour. Nous allons descendre de l'ensemble des étoiles à une étoile particulière. la matière. vie et Ktdispense jours.autourdolui flottants..

les rayonnements magnifiques de l'aurore boréale. que l'ombre gigantesque d'une main invisible élève sur les glaces du pôle. voir sur leur front le signe divin de leur origine. sont reproduits dans une couleur plus vive et dans un aspect plus ravissant encore sur les corolles parfumées des petites fleurs aux nuances si tendres. lcment les oeuvres de la nature nous révéleront des beautés plus sensibles et plus touchantes. . les plus modestes d'entre les êtres laissent encore. Ainsi.128 LES MERVEILLES CELESTES. non moins dignes de notre attention. Nous allons nous entretenir du système de mondes auquel la Terre appartient et auquel commande le Soleil. Dans l'oeuvre parfaite de la nature. Descendus des hauteurs de la création sidérale. L'observation de notre quartier céleste n'cst-elle pas plus intéressante pour nous que celle des autres cités de l'espace? Le Soleil qui nous éclaire est une des étoiles de la Voie lactée. nous nous sommes successivement rapprochés du centre. Pour ne pas être infinis. et les [dus simples d'entre les créations permettent d'apprécier en elles une splendeur cachée non moins merveilleuse que les manifestations les plus éclatantes. Que l'on n'aille pas croire cependant que nous allons descendre à de petits objets. astre un million deux cent quatre-vingt-trois mille fois plus gros que la Terre. Nous nous rapprochons graduellement de notre petite Terre et des êtres qui la peuplent. après avoir commencé notre étude par la circonférence fictive que les limites de notre vue amplifiée par les instruments décrivent autour du point que nous habitons. à peu près arrivés à notre demeure dans l'espace. Nous voici. ce sont encore des formes colossales. à l'aspect desquelles l'imagination reste confondue. ils n'en sont pas moins fort respectables. en effet. unité perdue parmi les millions qui constituent cette nébuleuse* Mais ce n'est plus comme étoile que nous devons l'examiner maintenant : c'est comme centre d'un système de mondes groupés autour de lui. Peut-être même ressentirons-hous un intérêt plus saisissant à nous entretenir de choses qui nous louchent de plus près que de celles dont l'éloicnemenf nous rend étrangères les richesses les plus précieuses.

Pour faciliter leur étude et pour aider à les mieux recon. plus éloigné du Soleil. est formé de quatre planètes de petites dimensions relative m e n I à cellesdusecoml Ces groupe. mais elles sont très grosses si on les compare aux précédentes. obscurs d'eux-mêmes. d'abord les diviser en deux bien groupes distincts : Le premier. Saturne. :t'J. dans l'ordre des distances au Soleil : Mercure. Le second. Ces quatre mondes sont. Ces astres obscurs sont nommés planètes. voisiuduSofeil. que les quatre premiers réunis en un seul ne forme9 .„ naître. — Le Systèmeplanétaire. planètes . Uranus et Neptune. quatre planètes sont. on peut. et qui reçoivent de lui leur lumière et leur chaleur. est aussi formé de quatre Fig. la Terre cl Murs. Ces astres sont si volumineux.LE SYSTÈME PLANÉTAIRE. 129 Autour de cet astre lumineux sont réunis des astres opaques. Vénus. dans l'ordre des distances à l'astre radieux : Jupiter.

leur adjoindre des membres seconà quelques-uns d'entre eux daires. à 1421 millions. grosses et petites. le plus proche. De ces satellites. il en est un troisième. car la plupart d'entre eux mesurent moins de cent kilomètres de diamètre. réside à . Les plus proches attirées. que des instruments plus puissants nous révéleront un jour. à 775 millions de kilomètres . la Terre en possède un : la Lune. ce sont de bien petits corps. à 149 millions. et Neptune. des satellites qui appartiennent et sont groupés autour des planètes comme celles-ci le sont autour du Soleil. à 108 millions. Ces mouve- .>7 millions do kilomètres du Soleil. à 28'il millions de kilomètres. Il faut maintenant. elMars. Jupiter quatre. la Terre.i:)0 raient eux. formé d'un nombre considérable de petits corps dont on a déjà découvert plus de quatre cents. Uranus. Les unes et les autres circulent aux distances respectives qui viennent d'être énoncées. La Terre emploie 365 jours un quart à accomplir sa révolution: Mercure. selon qu'elles sont plus ou moins éloignées de cet astre. la dernier»!. dans quelques-uns même. mais il est probable qu'ils en ont d'autres. Le groupe des petites planètes occupe une zone éloignée eu moyenne à 400 millions de du flambeau central. Mars deux. Saturne huit. Ces planètes. à 22G millions. comparativement aux précédentes. A quelles distances ces corps planétaires sont-ils situés autour de l'astre central'? Mercure. ayant moins de chemin à faire et étant plus fortement parcourent plus rapidement leurs orbites. Ces petites planètes occupent l'espace qui s'étend du premier au second groupe. tournent autour du Soleil en un temps plus ou moins long. Vénus. pas encore LES MERYK1LLES CKLESTES. et. ce diamètre est à peine de quelques kilomètres. sont les membres principaux de la famille. Comparés aux autres globes du système. Puis viennent les quatre grosses kilomètres planètes : Jupiter. en effet. Ce sont de modestes départements de la république céleste. tandis que Neptune met plus de 164 ans. On n'en a encore découverlque quatre à Uranus et un à Neptune. Saturne. 88 seulement. entre ces deux groupes bien distincts. à 4 milliards 470 millions de kilomètres. un globe de la grosseur du plus petit d'entre Maintenant. tes plus éloignées marchent avec lenteur. qui vient ensuite.

la loi fut donnée par Newton. comme l'a chanté notre penseur Eugène Nus : La loi d'amour osl. amour dos corps ! . ont pour cause l'attraction ou la r/ravilation universelle. de cette courbe rapidement parcourue résulterait une force contraire qui. Tous les corps s'attirent dans la nature : le Soleil attire la Terre. 2 X 5. et constituer la matière visible. du rejetterait les planètes hors de leurs orbites. Les cieux modulent vos accords. tous les corps célestes. qui dirige tous les mouvements par exemple. Elle féconde. unit. Eh bien.LE SYSTEME PLANETAIRE. Jupiter est cinq fois (5. C'est. après trente ans de recherches. tous les satellites. on voit combien est simple cette loi formidable célestes dans l'espace. Ces mouvements. multiplié par lui-même. Attraction. entraîne. 2 = 140. si l'attraction Soleil ne les retenait captives. Je multiplie trois fois ce nombre par lui-même : H. l'attraction qui régit le monde. la révolution de Jupiter est de près de douze ans (11. La matière comme l'esprit. on a le temps de sa révolution. 2 X S. en effet. attraction des âmes. Amour. qui n'est qu'un assemblage d'atomes juxtaposés. C'est en vertu de cette force universelle (pie les mondes lancés dans l'espace suivent une courbe autour du Soleil. dont la formule fut trouvée par Kepler. temps des révolutions sont entre eux comme les cubes des distances ».85). 11 en est de même pour toutes les planètes. égale aussi 140. et dans l'infinimcnt petit comme dans l'infinimcnt grand on voit les molécules élémentaires s'attirer les unes les autres par la loi d'affinité.souveraine : Partout son doux verbe est écrit. 131 ments sont réglés par une loi admirable et fort simple. multiplié par lui-même. En d'autres termes : en multipliant trois fois par luimême le nombre qui représente la distance d'une planète au Soleil. trouvée par l'immortel Kepler. Avec un peu d'attention. Ainsi. 2) plus loin du Soleil que la Terre. dont. La terre s'échauffe à vos flammes . semblable à celle dont la pierre est animée lorsqu'elle s'échappe de la fronde. Exprimée en cette loi s'énonce ainsi : « Les carrés des termes astronomiques. nombre qui. la Terre attire la Lune.

Celle flotte d'embarcations variées n'est pas immobile sur l'Océan. Enfin une quantité de canots s'éloignent et s'approchent alternativement. en suivant. sans sortir de cet empire. solaire retient toutefois dans les limites de son domaine. occupés qu'ils sont à tourner fidèlement autour du centre. planant en pleine rain. sans qu'ils s'en aperçoivent.12 LES MERVEILLES CELESTES. Les chaloupes. Oui. sur l'Océan. placécsà diverses dislances. vogue dans l'espace. avec elle fous grande nef brillante vogue. sont toujours en voyage. Où va-l-il 1?quel est le lieu do l'espace qui voit venir vers lui notre flotte grandissante'? Allons-nous sur des bords de silence et de deuil. de petits bateaux d'enfants comme on en voit sur les bassins de nos squares. la. il faut encore ajouter aux sujets précédents certains astres irréguliers qui. Dans un golfe du ciel aborder endormis '? 1. Ils viennent de temps en temps faire une visite à la. et voici le point. Par-dessus fous les mouvements circulaires dont je viens de parler. entraînant ses petits sujets. à toutes les distances imaginables. Pour compléter cette esquisse sommaire de l'empire du Soleil. . et les petits bateaux tournent autour des chaloupes. LAMAHTINE.1. conduits par la main sur un brillant rivage. Ce sont les comètes périodiques. circulent. capitale. Tel est le petit groupe de mondes dont noire Soleil est le souveun gigantesque navire. plaine liquide par le vaisseau maître. comètes et fout son système. autour de quelques-unes de ces chaloupes. il faut. et. planètes. Autour île lui circulent une quantité de petites chaloupes qui ne lui vont pas à la cheville. des ovales. entraînant avec lui terre. lune. êtres vagabonds s'il en fut jamais. Semer l'immensité des débris du naufrage? Ou. emportée sur la. le plus merveilleux. Représentez-vous mer. Fixe au milieu des chaloupes -qui circulent autour d'elle. voir le mouvement collectif de la flotte. voyamais que l'attraction puissante de l'astre geurs infatigables. Et sur l'ancre élcruelle à jamais affermis. qu'elle représente. Echouant dans la nuit sur quelque vaste écueil. puis s'en retournent en province. autour du grand navire. le Soleil.

E PLANÈTES. Fig. 40. . — LESOLEILTLES Dimensionscomparées.

en ire la Lyre et le Bouvier : c'est là que nous tendons. mais il y a une telle distance entre chaque étoile. mais cette époque est si loin de nous que les meilleurs yeux n'y peuvent arriver. en suivant dans le ciel une orbite gigantesque. et s'occuper également de leurs familles mais ces familles nous sont inconnues. Les étoiles étant des soleils. pour étudier et connaître complètement leur histoire. chaque côté de nous elles semblent reculer. Nous personnes voici donc définitivement passés de l'astronomie sidérale à l'astronomie planétaire. quoi qu'on fasse. il faudrait aussi les considérer sous le môme aspect. Tel est l'aspect sous lequel il convenait d'embrasser le Soleil en passant de son rôle d'étoile à son rôle de chef de système. A celte époque. attendu que les étoiles dont nous approchons s'écartent les unes des autres. comme on l'a vu. je crois plutôt que nous allons continuer indéfiniment notre marche. les habitants des univers lointains verront une petite étoile arriver dans cette région du ciel : cette étoile sera notre Soleil. Nous nous dirigeons actuellement vers une imposante constellation. un petit fonds d'égoïsme. on garde toujours. et l'esprit.134 LES MERVEILLES CÉLESTES- Il me serait difficile de vous dire si nous allons échouer sur quelque écucil ou jeter l'ancre dans un golfe. il est vrai. qu'il lui est déjà difficile d'embrasser entièrement la sphère des choses connues. l'homme est ainsi fait. Le Soleil nous emporte. De plus. et l'on se réserve volontiers pour les ou les choses qui nous touchent de plus près. avec une vitesse d'environ 8 kilomètres par seconde. Un jour. Maintenant. et qu'il se perdrait facilement en désirant aller au delà. ce dernier rôle sera le seul que nous étudierons. l'aspect général des constellations commencera à changer pour nous. que cette vitesse est à peu près insignifiante. située. nous emportant dans ses rayons. de respectives. et que de que celles dont nous nous éloignons se resserrent. il est plus que probable que. . Nous avons vu qu'il est des étoiles dont le mouvement est plus rapide encore. la constellation d'Hercule.

ce serai!enenreun inonde a tropexquispourque l'bomme il le eourai. de t THOMAS jAtUa MOOIU. . Sous l'impulsion des forces qui émanent de son essence ou dont il est le pivot. es profondeurs t l « l'ombrerbieiale la (ombo.si leudre. Placé au milieu d'une famille dont il est le père. qui renouvellent incessamment l'activité de leur vie. nos compagnes. comme l'exprimait jadis une heureuse métaphore de Théon deSmyrne.II LE SOLEIL Observe/.suivi a é lu voieéelataule traeéepar le (. uellevie répandent es ( q Te sentirest uu bonheuri eomplol si s rayons! que.re de le quitterpourlus ténèbres. et ses battements vivilicatcurs en entretiennent la longue existence. de magnétisme. Il est véritablement coeur de cet organisme gigantesque. soit dans le rôle individuel qu'elle remplit parmi l'universalité de la création sidérale. lli»tl. le monde 'avail.h.depuis q où l l'époque les eieux ouvrirent. de chaleur. soit dans le maintien de son économie intérieure. la Terre et les planètes. Délieieuse uissuneoe la lumière.Au^ede lumière ui. sursesailesde gloire. 'autrejoieque de s'asseoirdans n d ton rayonnement eahneel pur.'réutour. le premierde tout le choeur toile. puisant dans l'éternel gravitent cours qui les emporte les éléments de lumière. Cet astre L'astre . et sur laquelle il veille sans cesse depuis les âges inconnus où les mondes sortirent de leur berceau. resplendissant qui brille sur nos têtes occupe le centre du groupe de mondes auquel la Terre appartient. Notre système le planétaire lui doit son existence et sa vie. autour de lui. il la gouverne et la dirige.quel baume. le a s'èlnneant l'Orient. Soleillui-même.eur mnrehosnblime.jour si doux d p el..

la brise du crépuscule sur le les mers. C'est lui qui permet à la Terre de planer dans les eieux. vient répandre les splendeurs du jour dans l'atmosphère transparente. le matin. la source féconde qui déverse sur elles les trésors de l'existence. Quelle imagination serait assez puissante pour embrasser l'étendue de l'action du Soleil sur fous les corps soumis à son influence'? Plus d'un million de fois plus gros que la Terre. Il l'entraîne dans les déserts du vide. qu'il transformera en pluie bienfaisante pour les plaines altérées. c'est à lui que nous devons l'énergie physique et la force mécanique de l'humanité entière. ou soulève de l'Océan endormi comme un duvet de ses eaux. et qui la revêt d'une luxuriante parure. C'est rivage. qui nous permet de revêtir d'une l'orme nos dans le brillant mutuellement pensées et de nous les transmettre commerce de l'intelligence.130 LES MERVEILLES CELESTES. et sept cents fois plus volumineux à lui seul que toutes les planètes ensemble. l'aliment perpétuel de notre industrie. c'est lui qui la dirige dans sa voie. S'adrcssant à lui.:. le (lambeau qui les éclaire. le poète peut lui dire sans flatterie : . les courants pélagiques qui traversent encore lui qui entretient les principes vitaux des fluides que nous respirons. en un mot la stabilité régulière du monde. C'est lui qui prépare un vêtement nouveau pour la sphère encore glacée dans la nudité de l'hiver. il les domine de sa royale puissance et gouverne leurs mouvements formidables. la circulation de la vie parmi les êtres organiques. et ces mondes le suivent à son gré comme d'obscurs passagers emportés par un splendide navire sur la mer sans bornes. lui qui dore les moissons dans les plaines cl mûrit la grappe pesante sur les coteaux échauffés. magnifique est à la fois la main qui les soutient dans l'espace.il représente le système planétaire tout entier. le foyer qui les échauffe. afin qu'ils viennent d'eux-mêmes puiser dans leur cours l'entretien de leur existence. Il les fait rouler autour de lui. Enfin. c'est lui qui forme les vents dans les airs. lorsqu'elle incline vers lui son pôle chargé de neiges. et devant les étoiles ce système n'existe pas. C'est cet astre glorieux qui. c'est. les saisons et les jours. soutenue sur l'invisible réseau de l'attraction solaire. [dus que cela encore : l'activité du cerveau. et qui lui distribue les année.

dans l'infinimcnt petit de la nature terrestre comme dans l'infinimcnt grand des phénomènes sidéraux. on le devrait à l'imperfection humaine. devant notre curiosité légitime. Mais quelle est la. GïlÙNEDOLI. la grandeur Lorsqu'on à mettre en évidence personnage.É. et lors même qu'il en serait ainsi. toute splendeur : ce ne sont pas des taches que l'on devrait chercher en lui pour le connaître. ces influences occultes de la lumière et de la chaleur. l'électricité des minéraux et sur les variations diurnes de 1 aiguille aimantée. on ne cherche pas généralement ses défauts. La nature sans toi. et lui communiquer la joie ou la tristesse. d'un haut veut apprécier la nature cl. descendre à travers la pureté du jour sur notre âme elle-même.LE SOLEIL. nous voulons qu'une solution vienne y répondre. nature de cet astre puissant dont l'action est si universelle? quel feu brûle dans cette immense fournaise? quels sont les éléments qui constituent ce globe splendide? Porte-t-il en soi les conditions d'une durée indéfinie. et peut-être commencerons-nous à nous former une idée de ce que c'est qu'un rayon de soleil. sur la formation des nuées et la coloration des météores. non seulement une mais encore la source de toute lumière et de pureté magnifique. cl. ou bien la Terre est-elle destinée avoir un jour s'éteindre ce flambeau de la vie et à rouler alors dans les ténèbres d'un éternel hiver? Ces questions se posent. . à étudier les taches de son caractère : ce serait un singulier moyen de juger de sa valeur. si éminemment accessible aux impressions extérieures. Mais il s'agit d'un être dont le distinctif est précisément caractère d'offrir. dont les plus grands d'entre nous ne sont pas affranchis. Voyons-les. Voyons sa lumière et sa chaleur sensible des plantes qui le regardent avec agir sur l'organisme sur amour et boivent à longs traits ses féconds rayonnements. Aussi le monde savant fut-il fort étonné. c'est l'univers sans Dieu1! 131 éclatantes de son pouvoir. en satisfaisante 1. descendons De ces manifestations maintenant à ses actions cachées. la nuit est ton absence. Ta présence est le jour.

Tu refusas le jour à ce siècle pervers : Une éternelle nuit menaça l'univers. l'Aurore. et c'eût été une grande témérité des Méta- . à son réveil. — on croirait presque. à ce propos. qui se serait jamais douté d'une pareille chose? Des taches sur le Soleil! ce devait être une erreur. c'était une illusion évidente. qu'Aristole avait prouvé que tous les astres en et que le Soleil en particulier était général étaient-incorruptibles. Des torches flamboyaient sous la nue enflammée. en effet.138 LES MERVEILLES CELESTES. que l'orgueil est en raison inverse de la valeur. lu le voilas : et tes pâles rayons S'allligèrcnt du deuil de la terre alarmée. nc\\ voulaient rien croire. Les savants officiels de ce temps. que la pureté du Soleil était inattaquable el. Mais c'était là une exception. messieurs les péripaféticiens à lui démontrer. Le père provincial de l'ordre des jésuites à Ingolstadt répondit à Seheiner. livres en s'exercèrent main. l'année 1G09.Iules César : Quand César expira. Et. Le sang pleuvait des airs. le dieu du jour. le disque du Soleil affaiblir son éclat. eu de graves circonstances. D'un nuage sanglant lu voilas la. C'est Virgile lui-même qui rapporte le fait. Et du char de i'hoebé la lumière argentée Couvrit ses feux éteints d'une ombre ensanglantée. que les prétendues taches du Soleil étaient dans les verres de ses lunettes ou dans ses yeux. et l'auteur morphoses le confirme en un touchant témoignage : Soleil. les théologiens et les disciples de l'école d'Arisfofc. Napoléon lui-même n'y voulait pas croire deux cents ans (dus lard. Lorsque Câblée lit la même observation. qu'il avait mal vu. plaignant notre misère. conséipiemmenl. fut accusé par le télescope d'être constamment couvert de taches. Vit des taches de sang rougir son teint vermeil. comme à la mort de . et eut-on tieu d'être encore plus étonné depuis. On avait bien vu jadis. lorsqu'on reconnut que ces taches étaient justement le seul moyen que le Soleil nous laissât de pénétrer sa nature. lorsque le roi soleil. lumière. le flambeau le plus pur qui fût au monde. le premier qui ait vu le Soleil et ses taches dans une lunette.

139 d'en conclure pour cela que l'astre du jour était soumis à fa corruption. il faut entendre cette expression relativement à la surface générale du Soleil. Pourtant le Soleil a des taches. sont des mouvements insignifiants opérés à la surface de l'astre. ordinairement sibles à l'oeil nu. La région extérieure delà tache a reçu le nom de pénombre. et d'une petite étendue. relativement il la surface du Soleil qui l'enveloppe. tandis que. c'est que ces taches nous ont mis sur la voie de connaître sa nature et sa constitution physique. 1. d'un éclat grisâtre. une région moins sombre. Il n'en est pas ainsi : ce . quelque sombre qu'il paraisse par contraste. voici l'aspect qu'elles nous présentent dans le champ du télescope. autour d'elle. il nous aurait été fort difficile d'avoir le moindre indice sur son état. a été trouvé d'une clarté égale à deux mille fois celle de la pleine Lune ! inviOn peut être porté à croire que ces taches.LE SOLEIL. elle fait le plus curieux. 4 Fif. La partie centrale a reçu le nom d'ombre. Lorsqu'on dit que le centre des taches est noir. sans elles. que l'on nomme noyau. une région noire bien définie. On remarque en elles deux parties bien distinctes : au centre. En général. quelquefois. car ce centre. on remarque un point noir plus intense encore. — Aspectdes taches solaires. au centre de cette partie.r. Voyons donc en quoi consistent les taches du Soleil.

Quelquefois. car ces perturbations gigantesques ne s'exécutent plus. Parfois aussi ces taches immenses. on a suivi des tourbillons circulaires entraînant dans leurs tumultes des taches grosses comme la Terre et s'engloutissant dans des abîmes avec une vitesse effrayante. Dernièrement.140 LES MERVEILLES CELESTES. qui déverse chaque jour sur nos lèles une lumière si calme et si pure. dont l'une se fond insensiblement pour s'évanouir dans la masse incandescente de la surface apparente du Soleil. mais grandissent jusqu'à la limite qu'elles doivent atteindre. les mouvements dont elles sont animées. D'autre part. la traverser d'un bout à l'autre comme \\\w. suivi un météore éblouissant courant à travers un groupe de taches avec une vitesse de 8000 kilomètres par minute. d'autres des mois entiers. nos ouragans et nos trombes ne nous donnent qu'une faible idée. Or. Cet astre. dans une couche atmosphérique de quelques kilomètres d'épaisseur. mais dans des proportions bien autrement vastes. Outre cette étendue. on a vu des ponts immenses de substance enflammée jetés soudain sur une tache noire. soit dans leur action on a interne. rcjetée sans doute dans leur bouillonnement par des forces intérieures. puisque l'atmosphère solaire s'élève à des milliers de kilomètres au-dessus de la surface. soif pour s'accroître ou pour diminuer. Ailleurs. on aperçoit les crêtes de vagues tumultueuses débordant aux environs de la pénombre et. elles sont encore le siège d'actions multiples el de phénomènes prodigieux. Elles ne se forment pas brusquement. et que le volume du Soleil surpasse de 1 million 280 mille fois celui de notre globe. s'élcvanf sur la surface blanche du Soleil comme une substance plus blanche et plus éclatante encore. et. sont parfois d'une rapidité inouïe. arche de stries lumineuses. se divisent. Quelques-unes ont été reconnues mesurer un diamètre de plus de 120 000 kilomètres. est le siège d'actions puissantes. Tel est le phéno- . comme ici. sont des phénomènes journaliers et très importants. de mouvements prodigieux dont nos tempêtes. c'est-à-dire qu'elles étaient dix fois plus larges que la Terre. Quelques-unes ne durent que plusieurs jours. et diminuent ensuite. parfois se dissoudre et s'écrouler dans les abîmes des tourbillonnements inférieurs. dont la nature reste encore mystérieuse pour nous. se séparent en deux parties.

Le soir du même jour. ou 1. se séparait eu partie de la lâche. mais le lendemain elle reparut de nouveau pour s'acde désormais centuer p'us en plus. — Segmentationd'une laclic solaire. à. si l'on suit pendant plusieurs jours consécutifs une tache quelconque de celles qui noircissent la surface solaire. . suivi et dessiné pendant les journées du 10 au 22 mai 18G8'. 141 mène que j'ai observé. L'un des premiers résultats de l'observation des taches solaires. Cette tache était environ trois fois plus large que la Terre. s'opérer entièrement et montrer au télescope deux taches bien séparées au lieu d'une. laquelle il restait attaché par une sorte de charnière. En effet. 42. emportant une partie de la pénombre. Maiscelfebranche ne s'était séparée de sa mère que pour s'évanouir bientôt. Une première ombre se forma vers la gauche de l'ombre de celle grande tache. Voir Comptesrendus de l'Académiedes scienceset mes Éludeset Lectures sur l'Astronomie. dans la surface incandescente. Le lendemain. ce foyer secondaire.LE SOLEIL. absorbé» 1. Fig. celle segmentation s'était refermée. et dont cette figure reproduit les phases principales. ce fut de reconnaître que cet astre tourne sur lui-même en 25 de nos jours environ.

cette apparence n'infirme pas le chiffre de 25 jours donné plus haut. elle arrive à la limite et disparaît. et. Après une période de quatorze jours.— Mouvement. puis le dépasse et tinue sa marche vers l'occident. elle reparaît parfois au même d'une tache solaire. nous verrons encore des taches après le moment où elles auront disparu . Cette observation a établi avec évidence que le Soleil Cette rotation du Soleil montre ses taches tourne sur lui-même. ou encore l'ensemble. si nous marchons autour de l'astre dans le sens de son mouvement.pour le point où nous endroit et . Pour que nous puissions observer directement la durée de rotation. sept jours après. employés à tourner dans l'hémisphère opposé. remarquer qu'elles sont animées d'un môme mouvement d'un bord à l'autre du disque solaire. qu'elle atteint consept jours environ après son apparition. Si la période de réapparition des taches mesure 27 à 28 jours. avec l'aspect représenté par la figure ci-dessus. car autrement. que nous restassions même place. /j. par exemple. mais tourne autour du Soleil. La différence provient de ce que la Terre ne reste pas immobile dans l'espace. il faudrait à la évidemment pour première condition. on ne tarde pas à un groupe de taches. Si. la marche précédemment poursuit scmblablcment remarquée. du bord vers le centre. on observe qu'elle s'avance lentement vers le milieu de l'astre. on commence à suivre une tache le jour de son apparition au bord oriental.142 LES MERVEILLES CÉLESTES. Vjo.3.

par l'examen lélescopique.LE SOLEIL. A l'oeil nu. ayant. 44. Or. et les éléments de notre calendrier ne s'appliquent point à son rôle astronomique. l'est à droite et l'ouest à gauche. comme celui de la Terre et celui de toutes les planètes du système. rent des taches du bord cet. dans son mouvement de translation autour du Soleil. Ce mouvement de rotation s'exécute de l'ouest à l'est. déclaré fixe et incorruptible par I antiquité. qui représente le disque solaire. — Mouvementappaa O b. ou à travers le brouillard ou au lever et au coucher du soleil) . oriental au bord occidental Ainsi. Ce inonde demeure dans une lumière permanente. à l'aide d'un simple verre noirci. du disque. La rotation diurne du Soleil est vingt-cinq fois plus longue dans (pie celle de la Terre. car elle n'est pas l'indice d'une succession de lumière el d'ombre : le jour du Soleil ne s'éteint pas. le sud en haut et le nord en bas. voit encore les taches deux jours et demi après qu'elles ont disparu pour le point où elle se trouvait au commencement de l'observation. astre. dans les lunettes astronomiques. la Terre s'avançant dans le sens de sa rotation. On ne peut donc dire que ce soit là la durée du jour solaire. Il ne connaît pas non plus nos saisons ni nos années. c'est de gauche à droite (il y a assez souvent des taches assez grandes pour être visibles à l'oeil nu. se vif a la lois dépouille de ses deux qualités disfinclives. et le crépuscule du soir ne vient jamais l'affaiblir. les taches sont emportées par la rotation solaire dans le sens Fig. puisqu'elles ne produisent point à sa surface les alternatives de jour et de nuit qui dérivent chez nous de ce mouvement. qui renversent les objets. et la série changeante des phénomènes . mais elle en diflore essentiellement ses conséquences immédiates. et si nous allons en sens contraire. Il semble que la succession rapide des choses qui constitue notre temps. ce mouvement s'effectue de droite à gauche. 143 nous trouvions d'abord. nous cesserons de les voir avant qu'elles cessent d'être visibles pour le point fixe. Comme on Je voit sur celle petite figure.

pour l'habitant de la Terre. ne soient pas le partage de sa grandeur. (Mitre ce monde étrange et sa patrie. comme des êtres. et de pouvoir établir une comparaison. d'élonnemenl.144 LES MERVEILLES CELESTES. s'il lui était donné de visiter un pavs si essentiellement distinct du nôtre. serait un profond sujet. si toutefois elle est possible. que la permanence et la durée sans mesure soient son apanage. Une grande diversité de nature l'isole du rang des inondes planétaires. et qu'il soif affranchi de compter pour sa vie personnelle ces âges successifs qui mesurent la vie el l'étouffent sous leur nombre. . el ci.

10 . D'après cette théorie.. et de l'étude de ses taches qu'est cependant de l'observation résultée la connaissance que nous avons de lui : tant il est vrai que la science. L'examen de ces taches. à laquelle on donna le nom de photosphère. jusqu'à Hiunboldt et Arago. eeomondemparfait. A. La lumière et la chaleur qu'ils nous envoient ne viendraient pas du noyau. si vénéré que l'idée seule de l'accuser de taches était un blasphème. ni. supérieure à fous les préjugés. d Asonpremieregard. r i l Sortitle peudebienquele Cielavait. été l'idée préconçue dont les pensées étaient. Le noyau serait obscur et l'atmosphère serait enveloppée d'une couche lumineuse. mais de cette enveloppe calorifique et éclatante. dominées eu faveur de ce beau Soleil. Quand Soleilentradanssarouteinfinie. de cet astre rayonnant. et des aspects changeants qu'elles revêtent par suite de la. soit par de puissants courants d'air s'élevant de l'atmosphère inférieure à l'atsemblables à des ouragans verticaux. que divers astronomes depuis Wilson et Hcrschel. a servi de base à une théorie sur sa constitution physique ont successivement adoptée et consacrée.III LE SOLEIL (SUITE). soit par des éruptions de gaz issues de bouches volcaniques. c'est. M Quelle qu'ait. UHSI:T. 'ait. le Soleil se composerait essentiellement d'un noyau solide et d'une atmosphère. le. rotation de l'astre. de leur forme. est la véritable souveraine de l'esprit. soif mosphère supérieure. On expliquait les taches en supposant que ce sont des ouvertures formées dans cette enveloppe extérieure.

En vertu de ce mouvement.veut. qur l'ouverture en l'orme d'entonnoir qui constituerait les taches apparaît plus sensiblement encore dans les perspectives causées par le mouvement do rotation du soleil. le progrès des observations a modifié les. rendu visible par une ouverture de l'atmosphère inférieure correspondant à l'ouverture de la photosphère. la portion de la pénombre. Ionien ayant g-ardé sa longueur intégrale. de l'entonnoir. nomènes causés par des mouvements chimiques opérés dans où les gaz s'associent dans les combinaisons les l'atmosphère. phécriblée. Le centre obscur des taches ne serait autre chose que le corps du Soleil lui-même.. sont précisément celles (pie l'on observe. Or ces apparences. Colle théorie a paru d'autant mieux fondée. commandées par la perspective dans le cas où les taches seraient des ouvertures. si l'on . enveloppé d'un fluide atmosphérique s'étendrait une couche de substance douée de la propriété d'émettre fa lumière et la chaleur : c'est cette couche externe que l'on nomme photosphère. De plus. lorsqu'une grande tache arrivera au bord de la sphère. ou. et il eu est de même des diverses apparences observées à la surface solaire. Les taches sont de la sorte suffisamment expliquées. . si celle tache est assez grande. etc. une lâche ronde paraîtra se rétrécir à mesure qu'elle s'éloignera du centre. les facules ou taches blanches. La pénombre des taches serait formée par l'atmosphère inférieure. qui se trouve du côté du spectateur. Les astronomes ouf été ainsi longtemps généralement d'opinion que le noyau solaire pouvait être un corps opaque obscur comme au delà duquel la Terre .140 LES MERVEILLES CÉLESTES. Mais. lorsque la portion de sphère où elle est située aura tourné jusqu'au point où elle va disparaître. par toute autre cause dépendante de la nature de l'aslre. diminuera de largeur el disparaîtra avant l'autre. aujourd'hui. on devra la voir creusant un peu la partie du disque solaire qu'elle occupe. Enfin. douée de la propriété de réfléchir la lumière de la photosphère et d'en préserver le corps de l'astre. sa largeur aura diminué jusqu'à ne plus offrir que l'apparence d'une ligne. plus variées. el. comme les pores dont elle paraît les rides.

r très dense. émettant par luimême la chaleur et la lumière.— Décomposition la lumière. au lieu de qui le constituent. 4li. que le Soleil est un corps yaz. Les couleurs sont dis- . ce rayon se décompose entre les couleurs différemment et. atmosphère vapolareuse dans quelle flottent des gaz en combustion à la surface agitée de l'océan solaire. On ne voit pas l'aspect en creux des taches solaires. Personnellement. et d'une environné de Fig.en. dans lequel le rouge est en bas et le violet en haut. i n c a n il esce n I . en reçoit un rayon de lumière sur un prisme.LE SOLEIL. Lorsqu'on traversant le prisme. Il faut dire. ans paraissent démontrer plutôt. malgré mes nombreuses et très attentives observations. que la théorie du Soleil n'est pas tout à fait aussi simple que nous venons de la résumer. D'ailleurs les recherches d'analyse spectrale faites depuis vingt. 147 opinions précédentes sur la consfit lion physique de l'astre qui nous éclaire. en effet. surtout sur la solidité de son corps central. réfrangibles former un seul faisceau blanc. 45). Occupons-nous un instant de l'analyse spectrale de la lumière. je n'ai jamais vu une dépression du bord du Soleil à l'endroit de la disparition d'une tache. il peut être dirigé et étalé sur un écran sous la forme du petit ruban coloré (fig. même de la tache la plus colossale.

Maisvoici le fait. la nature de ce gaz se révèle par là aussi bien que par les raies brillantes qu'il émettrait s'il était lumineux lui-même. Tant que les corps restent solides ou liquides. Par conséquent. Ainsi. et si l'on reçoit sur le prisme de l'appareil spécial appelé spcclrnscope le rayon émis par celle incandescence. à l'étal. dans l'ordre suivant : Violet. donne un certain arrangement de lignes brillantes. disposées dans un ordre que nulle autre substance ne présente. Indigo. Fait digne de remarque.dans le spectre d'une lumière qui a traversé ui\c matière gazeuse. lorsqu'il n'est pas incandescent. le microscope distingue un grand nombre de lignes brillantes transversales. leur spectre esl sans raies. fait connaître quelles raies brillantesle môme gaz introduirait dans le spectre s'il éfaitincandcsccnt. arrivent. incorpore dans le rayon lumineux issu de cette flamme un arrangement de lignes spécial à la nature du corps. Il n'est pas nécessaire qu'une substance soit en grande quantité pour annoncer sa présence dans la révélation merveilleuse. par exemple. d'incandescence. ces raies obscures. absorbe. Tout métal. les mêmes lignes brillantes existant dans un rayon lumineux qui le traverse. L'examen de. un gaz qui. dont l'ordre est spécial à la nature de l'objet porté à l'état d'incandescence.148 LES MERVEILLES CELESTES. si l'on chauffe un petit morceau de fer jusqu'à ce qu'il soif lumineux et émette une vapeur incandescente. Orangé. Autre remarque non moins importante. Rleu. en examinant. le spectre de ce rayon. posées à partir du haut. fout corps. ou de la plus rél'rangible. Jaune. on remarque au microscope l(>0 raies brillantes 1res distinctes. Rouge. Lorsqu'ils l'étal de vapeur incandescente. curieux. de l'analyse spectrale : un . Dans le ruban le long duquel s'étale en quelque sorte le rayon lumineux.fout objetmis en suspension dans une flamme et amené à l'état de gaz incandescent. ils donnent une image prismatique dont les lignes brillantes révèlent par leur nombre. à Il en est de même pour d'autres corps. Vert. leur position et leur arrangement la nature infime de ces corps. de sorte que ces lignes se présentent en noir.

II (fig. on a établi avec le plus grand soin une suite de comparaisons entre la position de ces raies obscures et celle des raies brillantes produites par diverses substances amenées à l'état de gàz incandescent. on voit tout de suite leur de la nature des corps qui existent application à la détermination dans le Soleil.LE SOLEIL. D. Un milliode sodium révèle sa présence dans une nième de milligramme flamme en dessinant immédiatement dans le spectre sa double raie curieuse manifeste mieux encore cette jaune. Mais ce ne sont pas Jes seules : on en compte aujourd'hui plus de trois mille. la sixième dans le bleu. Une expérience extrême sensibilité. on avait allumé un bec de gaz dont on observait le spectre. B. la double raie de sodium apparut. et la huitième à la fin. F. Huit lignes surtout sont remarquables. On septième au commencement a désigné ces lignes principales par les huit premières lettres de l'alphabet : A. L'image aux sept couleurs. d'une infiniment petite partie de la soude de la salle. donnée par le rayon solaire décomposé en fraversanlun prisme présente dans sa lexfure intime un grand de nombre trans— lignes Fig. 4G). la seconde au milieu. provenant. 149 de gramme de thallium fait apparaître dans cinquante-millionième son image prismatique sa ligne verte caractéristique. Haies principales du spectre solaire. 4l>. On a fait détoner 3 milligrammes de chlorate de soude au fond d'une salle de GO mètres cubes. A l'opposé de cet endroit. répandue dans l'atmosphère Ces principes étant exactement posés. la. G. E. el la troisième vers la fin de la même couleur. dans l'atmosphère du Soleil. La cinquième au milieu du vert. La quatrième est au milieu du jaune. La première est au commencement du rouge . par conséquent. versales obscures. . du violet. G. donnent naissance à ces raies obscures. Pour connaître la nature des substances gazeuses qui. Après quelques minutes.

de que l'atmosphère la chaux. du chrome. du baryum. On put ensuite constater que les 4G0 lignes microexactement dans leur position et scopiques du fer coïncident leur arrangement avec des lignes identiques dans le spectre solaire. encore comment les taches sont explicables dans cette nouvelle hypothèse. loin d'être obscur.180 LES MERVEILLES CÉLESTES. y furent ainsi constatés à l'état de vapeurs. l'astre du jour revenu à ce qu'il était pour nos pères. en outre. un astre de feu. non seulement on réédita la théorie que le flambeau du jour était un globe incandescent. pour lesquels le Soleil était l'astre d'or par excellence. et que la pénombre correspondrait à la pellicule qui. dont l'existence a été révélée dans celle sphère par l'analyse spectrale. du cuivre. D'autres savants. mais l'or et l'argent n'y sont point visibles : ce qui aurait pu contrarier fort les alchimistes du temps passé. assez opaques pour intercepter tout à fait le noyau du globe incandescent. non des nuages.partageant les mêmes conclusions sur la constitution physique du Soleil. En effet. et non de son atmosphère. se produit invariablement autour de fa scorie. On explique môme comment l'ombre des taches est la partie centrale plus épaisse de ces solidifications partielles. dans toute formation de ce genre observée à la surface des métaux en fusion. mais des solidifications partielles de la surface. La première remarque importante faite fut que la double raie du sodium coïncide exactement avec une double raie noire du spectre solaire. du nickel et du cobalt (élément des aérolifhcs). Voilà donc. émirent sur les taches l'idée qu'elles étaient. et Nicolas Flamel en particulier. pour les expérimentateurs el théoriciens dont je parle. D'autres astronomes voient dans les . que la lumière que nous en recevons vient de son mais on chercha noyau enflammé. du magnésium. Tous ces matériaux. simplement des nuages se combinant dans l'atmosphère solaire sous J'influence d'un refroidissement et devenant partiel de température. des scories comme on en voit se former à la surface des substances fondues sur le creuset des métaux en ébullition. du zinc. de l'hydrogène et du manganèse. Des comparaisons rigoureuses analogues amenèrent à conclure solaire renferme. et l'on proposa d'admettre que ces taches sont.

et montrer quelle grandeur. par exemple à. environné d'une atmosphère à travers laquelle passent d'abord les rayons neuse. mais hérissée de (lammes. Secchi. d'après ces investigations. nos volcans terrestres et nos [dus violentes tempêtes maritimes ne peuvent nous donner qu'une très faible idée. lons inouïs. c'est l'éruption du 21 avril 1873. presque liquide. Les observations d'analyse spectrale Faites dans les Indes pendant l'éclipsé loLale du 12 décembre 1811 ont établi qu'il y a autour de cet astre colossal. qui du Soleil jusqu'à quarante et cins'élancent dans l'atmosphère quante mille kilomètres de hauteur. trombes formidables.LE SOLEIL. et jusqu'à une énorme distance de lui. J'en choisis un [tour le reproduire ici. on peut voir en tout temps au spcclroscope les protubérances du Soleil. Rome. dont. astronome français. visibles que pendant les éclipses on les observe et on les totales. transparente. offrent ces éruptions solaires . où je les ai suivies en novembre 1872 en compagnie du savant P. La surface de l'immense foyer n'est donc pas régulière. quelle beauté. une vaste atmosphère gazeuse invisible dans laquelle l'hydrogène domine.. On a même fondé en Italie une société astronomique spéciale pour celle étude : la Société des spectroscopistes. comme on serait porté à le croire. Du bord s'échappent des flammes en forme de jets. Les observations faites pendant l'éclipsé totale de ' 8G8 oui montré de plus que les hautes protubérances qui s'échappent du Soleil sous forme de longues flammes sont formées d'hydrogène incandescent. de vagues aux crêtes gigantesques. Le globe solaire est entouré . Déjà elle a publié un grand nombre de dessins. Jansseu. Ibl des cyclones et des taches solaires des tourbillons atmosphériques. qui n'étaient. dessine tous les jours. Grâce à une méthode d'observation imaginée par M. La figure 41 représente un fragment du bord du Soleil. émis par la surface incandescente du Soleil. Le Soleil est regardé maintenant. Dans certains observatoires. on y remarque des vestiges de taches et de facules. non lumilumineux par lui-même. de tourbilde jets lumineux. comme un corps formé d'un gaz très dense.

— explosion el. Notre globe terrestre tout entier n'est presque qu'un point en comparaison du Soleil. Si l'on plaçait. avec une vitesse d'ascension de 2G1 kilomètres par seconde! Le soir même il y eut sur la Terre une aurore boréale. Dans l'ordre des volumes. le . et les plus grosses planètes. A r r i vo ns m a i ulenanI aux éléments cosmograpliiques du Soleil et parlons d'abord de ses dimensions. ne font à côté de lui que très modeste figure. Cepenpant une comparaison pourra tout au moins donner une idée approchée de la grandeur dont nous parlons. Les meilleures analyses conduisent au chiffre d'environ 10 000 degrés centigrades. les grandeurs qui surpassent de trop haut nos conceptions ordinaires ne disent plus rien à notre esprit. comme dans celui des distances et des temps. Quelle fournaise que ce Soleil! el quels problèmes il garde encore pour la science de l'avenir! Il est difficile de déterminer la température effroyable de cet astre colossal. violentes et formidables. \ million 280 mille fois plus gros que la lerrc. Parfois. 47. et foule la peine que nous prenons pour nous les représenter reste pour ainsi dire stérile. au contraire. La grosseur du Soleil. comme vous avez pu vous en rendre compte par le dessin de la page 133. Jupiter et Saturne.152 LES MERVEILLES CELESTES. surpasse trop le degré de nos mesures habituelles pour que l'on puisse espérer d'en donner une idée suffisante. Fig. il y a des éruptions Le 1 septembre 1811. de flammes analogues. protubérance solaire. une explosion colossale a lancé des flammes immenses jusqu'à 300 000 kilomètres de hauteur. par exemple.

dont la dernière a rendu les plus grands services à la recherche de la distance qui nous sépare de l'astre radieux. mais on peut en donner une idée sans dépasser les bornes de cette causerie. la distance de 384 000 kilomètres qui nous sépare de la Lune serait comprise dans l'intérieur du corps solaire : la Lune elle-même se trouverait absorbée en lui. ment les anciens et Epicure en particulier ne l'estimaient pas plus grand que cette mesure. La méthode est trop compliquée pour que je la développe ici tout au long. 183 globe terrestre au centre du globe solaire. comme un noyau au milieu d'un fruit. — Dimensions comparées du globe du Soleil comexplique et. 48. Entre le Soleil et la Terre il y a deux planètes. en suivant le même rayon. Comme le plan de son orbite (circonférence qu'eile suit autour de . et pour aller de la Lune à la surface du Soleil. on aurait encore à parcourir une distance de 320 000 kilomètres! (Voir la figure 48. On peut à ce propos demander. C'est à cause de ce grand éloignemenf que cet aslre si volumineux ne paraît pas mesurer un pied de diamètre. et c'est ce qui Fig. comment on a pu trouver cette distance du Soleil à la Terre. Mercure et Vénus.LE SOLEIL. qui n'est qu'à 384000 kilomètres d'ici.) On compte d'ici au Soleil 149 millions de kilomètres. de l'orbite disla Lune. Cette distance est également la raison pour laquelle il ne nous [tarait guère plus grand que la Lune. avec une curiosité bien légitime.

lo4 LES MERVEILLES CÉLESTES.ee du Soleil. l'astre central) oscille et coïncide parfois avec celui de l'orbite de la Terre. Envoyé dans les Tndes par l'Académie des Sciences. 8 ans après. Sa grande activité. Les prochains auront lieu en 2004 et en 2012. Ainsi. Ajoutons à celte année 113 ans 1/2 moins 8 ou 1Ouans 1/2. Deux observateurs situés en lein's stations. marquent les deux points où la planète. A. les astronomes de tous les pays l'ont abstraction de leurs nationalités. puis un autre. il s'embarqua avec armes et bagages pour observer en 1161 le passage de la planète dans le ciel de Pondichéry. son ardeur. Le Gentil. Il prend la résolution héroïque de rester pendant huit ans au sein de ce pays inconnu. C'est la mesure de cet angle. et s'arrangent de manière à observer en différents pays ce phénomène important. afin de compenser son observation manquée : il attend le passage de 11G9 et prend alors toutes les dispositions recommandées pour faire une observation irréprochable. Nous avons déjà parlé de celte méthode au chapitre de la dislance des étoiles. et il ne put prendre la mesure désirée Les obstacles aigrissent le courage el l'augmentent encore. Le suivant a eu lieu 8 ans après. 8 ans. il y a eu un passage en août 1161 . décembre : nouveau passage. en décembre 1882. L'année . comme un point noir traversant le disque lumineux. de Vénus du siècle dernier. que son nom aurait dû sauver de pareils désappointements do la part de Vénus. vue de chacune de leurs stations. il arrive de temps en temps qu'elle passe entre le Soleil et nous. c'est-à-dire en août 11G9. s'entendent comme des frères. un astronome français. Ce passage arrive aux intervalles singuliers de : 8 ans. Celle mesure leur donne l'écarlemont de l'angle formé par deux lignes parlant de leurs stations et venant se croiser sur Vénus pour aboutir dans un angle opposé sur le Soleil. 113 ans 1/2 plus 8 ans. fait par des observateurs placés sur lotis les points du globe. paraît se projeter au même moment sur le disque solaire. ces époques précieuses. fut singulièrement récompensé de son amour pour la science el de son désintéressement. nous avons 181'i. les plus éloignées possible l'une de l'autre. ne purent vaincre les hasards de la traversée : fa guerre avec l'Angleterre l'empêcha de débarquer. qui donne ce que l'on nomme la paralla. 113 tins 1/2 moins 8 ans. Au passage.

on peu! être autorisé à croire que sa lumière est de même nature plus puissante. la lumière électrique a l'apparence d'une lâche noire! L'intensité de la chaleur solaire n'est pas moins difficile à concevoir.:. et qu'on lancerait avec la vitesse de. aucun obstacle n'empêchera sa longue résolution de recevoir enfin son couronnement. hélas! voilà que. Mais. projetée sur le disque solaire. Le ciel est pur. et entièrement couvert d'une couche de houille de vingt-huit. parce qu'on l'avait cru mort depuis huit ans! Par des considérations fondées sur l'action magnétique du Soleil. kilomètres de dans l'espace est hauteur. i. Quelque éclatants que soient nos Foyers électriques. ne pouvant. les [dus intenses de nos foyers qui s'élèvent à la température de la chaleur blanche ne nous en donnent qu'une faible idée. il faudrait lancer à sa surface un jet d'eau glacée. de nouveau se résoudre à attendre le passage suivant (1814). et en rentrant à Paris se trouve remplacé à l'Académie et dépouillé de ses biens par ses héritiers. juste au moment où le point noir va entrer sur le et reste disque solaire. dont la blancheur nous étonne. Voici pourtant. encore capable de foudre en une seconde une colonne de glace qui mesurerait 4000 kilomètres carrés de base et 310 000 kilomètres de hauteur. et le jour arrivent enfin.LE SOLEIL. ou pour mieux dire de glace. — Celle chaleur solaire serait. qui mesurerait 10 kilomètres de diamètre. annuellement égale à celle qui serait fournie par cette couche de houille brûlant foute. que la lumière électrique. La chaleur qu'il déverse. sur le Soleil jusqu'au moment où Vénus sortie du disque aura mis fin à la possibilité de toute observation Pour comble de malheur. l'astronome en reprenant la roule de France manque de faire naufrage. En recevant . Que l'on se représente le Soleil sous la forme d'un globe volumineux comme presque treize cent mille globes terrestres. quelques comparaisons qui en indiqueront la. Si l'on proposait simplement d'empêcher la chaleur solaire de rayonner. un petit nuage se forme dans l'atmosphère.valeur. quelque éblouissantes que soient leurs flammes. mais incomparablement attendu que les éléments dont nous disposons sont incomparablement inférieurs à ceux dont dispose la nature. 300 000 kilomètres à la seconde..

•136 LES MERVEILLES CELESTES. si l'on songe à la vitesse avec exceptionnelle. en regard du poids du vingt-quatre Soleil. Ce soleil. l'astre du jour ne rayonnerait plus. laquelle ils devraient voler pour arriver à faire le tour du globe en heures. comme du temps d'Apollon. mais cela ne veut pas dire encore qu'il y aurait là une action suffisante pour l'éteindre. comme dans nos études précédentes. Enfin. Voici maintenant. il est fort curieux de savoir combien pèse ce gigantesque corps.. chaleur décroîtrait. une pareille colonne de glace. laissant la Terre dans l'obscurité glacée. il leur faut mettre dans l'autre plateau 324 000 globes terrestres pour lui faire équilibre. la science n'a pas amoindri dans nos pensées son image vénérée. à la la réalité est ici supérieure . Le Soleil durera plus longtemps que notre globe. traîné par quatre chevaux. Nous n'avons pas à craindre que cet astre gigantesque vienne un jour à s'éteindre. il faudrait des coursiers d'une force vraiment surtout. et. exprimé comme le [(recèdent en kilogrammes : 5 958 000 000 000 000 000 000 000 Lorsque les astronomes placent Je Soleil sur le plateau de la balance théorique dont ils se servent pour connaître le poids des astres. et les curieux des grands problèmes de la nature peuvent voir dans un livre intitulé La Fin du Monde qu'il peut briller encore pendant dix millions d'années. Il possède en son colossal foyer un nombre suffisant de degrés de chaleur pour que nous ayons devant nous des milliers de siècles lors même que cette pendant lesquels il nous serait impossible. celui de la Terre où nous sommes. de nous 'en apercevoir. En nous révélant les secrets de sa nature. C'est un fort beau poids : 1819 oclillions de kilogrammes. reste pour nous le plus beau et le meilleur des astres. Nous avons reconnu sa grandeur et sa puissance : nulle force n'est capable de rivaliser avec la sienne. celte étoile resplendissante du jour. On écrit ce nombre comme ceci : 1 819 000 000 000 090 000 000 000 000 000 Si ce globe était encore aujourd'hui.

jusqu'au jour où ifs répandirent devant toi leur àmc en prière. à toi que la Terre doit sa durée. 157 fiction. astre glorieux ! tu fus encensé comme le dieu du monde. Manfred. car de près ou de loin nos facultés intimes s'illuminent devant Ion rayonnement aussi bien que nos aspects extérieurs. c'est.. foi qui réjouis le révélé. mieux compris et mieux justifiés que jamais. père des saisons. les inspirations de nos coeurs comme. ces géants nés des amours des anges avec un fit tomber dans le péché ces sexe qui. Nous pouvons encore lui dire avec Byron : « Astre glorieux. Premier ministre du Tout-Puissant. Lord ltYKON. roi des éléments et des hommes. esprits égarés. Nos hommages lui restent donc. les traits de nos visages sont sous l'influence de tes rayons. Nulle gloire n'égale la pompe de ton lever. roi des astres et centre d'une multitude de mondes. de ton cours et de ton coucher '. . avant que le mystère de la création fût c'est. premier le coeur des bergers chaldéens sur la cime de leurs montagnes. » I. adoré dans l'enfance du monde par cette race d'hommes robustes. plus beau qu'eux-mêmes. bannis à jamais du ciel .LE SOLEIL.

ou bien à l'orient. MIKIHK. Au-dessus du Soleil. ne On lui garda son nom du soir : paraissent jamais ensemble. à l'occident. des lndous.iniorsilonoioiiso alorsijtirs'ôlovont <!onx :CVst les rcvi's des jours passés: alors io souvenir exhale versloison soupirdu soir! THOMAS Mthulwx. un peu nuancée de rouge. Ce n'est. que dans les temps postérieurs qu'on reconnut. doute à cet égard. Les Latins eux-mêmes. auxquels ils ont été assimilés. le dieu du jour. on voit quelquefois une petite étoile blanche. Il en l'ut de même des Egyptiens. Roulant sa masse obscure en un orbe allongé. où les ravonsdusoleilscmlilotit I. définitivement l'identité de ces deux astres. avant son lover. . et Mercure. qui. Les Grecs la nommaient Apollon. du soir.ro leurs méfaits. Dans l'océan de llamme incessamment plongé. noms qui rappellent. l'autre du soir. qui profitent du soir pour cOminotl. quand l'astre radieux est couché. car ils voyaient en elle deux planètes diflérentes. Les premiers lui donnaient les noms de Set et d'IIorus. restèrent dans le qui du reste s'occupèrent fort. comme ils tirent pendant longtemps à l'égard de Vénus. Mercure. ceux de Bouddha et de Uauhineya. les seconds. les divinités du jour et. el. comme les précédents. comme les frères Castor et Pollux.IV MURCUHE Comliion rliôrisl'Iioitro oùs'rlrint]nrhirtodu jo sol'oiulroons d jour. le dieu des voleurs. l'une du malin. peu d'astronomie.

puisqu'il lui fut impossible de jamais distinguer ses phases. comme le l'ail. Voir notre Viede Copernic. Cependant. mourut sans avoir vu la première d'entre elles 1. la Lune.quand. Il n'y gagne rien. DAIU-. On de 1. comme les courtisans. Kepler. En effet. Galilée put. il v perd même beaucoup. selon (pie nous verrions de face. il est vrai. Mercure solitaire Erra longtemps peut-être inconnu de la Terre. du Par l'observation des irrégularités visibles dans l'intérieur croissant ou du quartier. et la figure 50 représente celles de Mercure. eu effet. mais s'il ne manque que cela pour que vous adoptiez notre système. quoique Mercure soit un globe beaucoup plus petit que le nôtre. 159 Première planète du système.MERCURE. les lunettes d'approche ont été inventées pour les découvrir. si ces planètes tournaient autour du Soleil. de profil ou par derrière le côté qu'elles tournent vers le Soleil. et ses collègues avaient. le soleil moins ardent Laissait le crépuscule éclairer l'occident. disaient-ils. il se prive de son individualité pour se confondre dans la personnalité de l'aslre-roi. grâce aux lunettes qui venaient d'être inventées. disait ce grand homme. et pris on main IS chacune des planètes pour les placer autour du Soleil. le soir. aussi. plus élcvrécs que celles de la Terre. de descendre dans la tombe avant d'avoir jamais découvert la planète ». celui qui avait transformé le système du monde. Dieu fera la grâce qu'elles en aient.on une faible lumière Semblait. Divers dans ses aspects. Copernic. mais ou ne peut encoredire qu'il l'ait connue suffisamment. l'absence de phases chez les planètes Mercure et Vénus. Copernic désespéra de jamais le voir : « Je crains. opposaient. Les adversaires du nouveau systiine aux premiers astronomes.suivre du dieu l'éclatante carrière. comme vous voyez. on a reconnu que cette planète est hérissée de hautes montagnes. elles changeraient d'aspect à nos yeux. précisément Copernic. l'observer. Galilée. . Au bord de l'bori/. Car. répondu : Nous ne distinguons pas de phases. elles en ont. Et. Mercure reste toujours absorbé dans le rayonnement royal du prince radieux.

Mercure jouissent de ces dons précieux. jambons. etc. alors viennent des oiseaux-serviteurs qui reçoivent vos ordres.160 LES MERVEILLES CÉLESTES. où croissaient naturellement. Il paraîtrait qu'en cet heureux monde il n'est pas nécessaire de préparer. ment les fruits les plus succulents qui servent à la nourriture des Mercuriens. et vous en font hommage avec le plus grand Il vaut. s'envolent intelligemment.—Mercureel. mais encore la [dus grande variété de mets. que sa masse. que sa densité est un peu plus forte que la nôtre. comparée à celle de la Terre. un des nombreux romanciers qui simulèrent des voyages aux planètes prélendit savoir que les montagnes de Mercure étaient les unes et les autres couronnon seulenées de jardins superbes. côtelettes. plutôt (pie de penser avec Fonfenelle que les habitants de Mercure sont fous fous. sur les comparées). qu'elle est beaucoup plus petite que la Terre. hors-d'oeuvre. son diamètre n'étant que les 31 centièmes du nôtre (Jequel est de 12142 000'mètres). nous nous en tiendrons aux éléments astronomiques de la planète.l.. et que ses oiseaux sont d'une intelligence aussi agréable. on se content»! de mettre le couvert . et lorsqu'on veut servir un repas. que son année dure 81 jours 23 heures 15 minutes. y pousseraient de la même façon que les pommes sur nos pommiers. entremets. et que leurs cerveaux sont brûlés par l'ardente chaleur que Je Soleil déverse sur leurs têtes. Mais jusqu'à ce qu'un voyage authentique nous ait suffisamment renseignés à cet égard. même remarqué l'existence d'une atmosphère plus dense et plus élevée que la nôtre. Au milieu du siècle dernier. les objets d'alimentation : poulets. montagnes où se trouvent les plats demandés.'. comme chez nous. beefsleaks. en est seulement les 52 millièmes . cl Fit.4'.la Terre (dimensions en un clin d'oeil. peut-être mieux croire que les végétaux do empressement. que la pesanteur y est plus de moitié plus faible . savoir : qu'elle roule à 51 millions de kilomètres du Soleil .

enfin qu'elle reçoit sept fois plus de lumière et de chaleur que la Terre. Les meilleures observations semblent même indiquer qu'il tourne constamment le même hémisphère vers le Soleil. Pendant que nous parlons de cette singularité. tons encore que. taines époques de son année elle reçoit deux fois plus de chaleur qu'aux époques opposées. de tous les astres. ajouFig. qu'elles finissent par le perdre de vue. Quant à la durée du jour et de la nuit sur Mercure. Dans ce cas.MERCURE. on ne la connaît pas encore. y0. Étrange calendrier ! . dans bipartie opposée de leur cours. qu'elles errent dans les ténèbres et le froid des espaces solitaires. On voit que le mot excentrique n'est pas mal choisi.—Pbascs de Mercure. elle ne demeure pas toujours à la même distance. 161 qu'en notre séjour . nuit perpétuelle de l'autre. elles s'en éloignent à de telles distances. et qu'elle est fort excentrique. repuisqu'il un présente manque de rédans gularité le mouvement circulaire des planètes. les pins excentriques : à certaines époques. qu'on croirait vraiment qu'elles vont fondre clans son brasier. comme la lune vers la Terre. Excentrique veut dire que. elles s'approchent si près du Soleil. . et qu'à cerqu'elle suit une ellipse plutôt qu'une circonférence. dans son mouvement de révolution autour du Soleil. au contraire. les comètes sont. il y aurait jour éternel d'un côté.

monessorverstoi quand mou sement prendrai je l àmcseradè^ra^ée prison desa terrestre! La jeune. de près. elle s'éteignit à Ja première période. contemplant de là le séjour terrestre qu'elle habitait naguère. Eh bien. peutêtre entend-elle la prière de ceux qui. fille poète qui chanta celte ravissante pensée. Quelques esprits de mauvaise humeur ont. lorsque à peine elle avait vu fleurir son dix-septième printemps. n'est-ce pas? Ce n'est pas vous qui me contredirez. dans cette île de lumière. au risque de faire évanouir une illusion charmante. fort affreuse. Comme lablanehe étoile du matin et du soir. Ces vers sont trop beaux pour n'être pas cités en original: Thc-u sparklingtarof evon little s ! Thou gemuponanazurcheaven IIowswiftly will1soartothee AVhen unprisoned tliis soûlisfree. selon toute probabiI. s'envola de sa prison terrestre vers son étoile bien-aimée. petite surun ciel. c'est qu'elle est. permettent à leurs espérances de s'envoler parfois aux régions du ciel. et surfout.prétendu que. si Vénus est belle de loin. Maria Lucrezia Davidson.V VENUS étoilescintil'aulou soir. 'azur! vecquelempresd a qui étincelle. comme elle le faisait autrefois. Je vois d'ici mes jeunes lecteurs et mes aimables lectrices. de la vie cl ne connut que son aurore. diamant d O loi. et je suis sûr que pas un d'entre eux. . Peut-être maintenant réside-t-elle. n'est de cet avis-là : on peut être beau de près comme de loin. que pas une d'entre elles. j'avoue que. en effet.

même face au Soleil. Quant à Fig. et peut-être aussi tourne-f-ellc toujours la. Les irrégularités élevées. 163 lité. de sorte qu'il y aurait un jour perpétuel d'un côté. sa densité aux 8 diet la xièmes pesanteur à la surface aux 8 dixièmes également. une nuit perpétuelle de l'autre. Comme Mercure. Venus n'est pas un inonde bien agréable à habiter. et le cercle qu'elle décrit dans son année se trouve compris dans l'inté- . d'une atmosphère. la durée du jour cl. de la nuit.— Variations du disque apparent de Vénus. en effet. ce qui esfinsignifiant. Elle est il est vrai. mais cette atmosphère est constamment couverte de nuages si épais que nous ne sommes pas assurés d'avoir jamais vu au télescope la surface de cette planète. disons-nous. comme notre globe. Nous Amenonsde parler du croissant de "Vénus. nous ne la connaissons pas encore non plus. d'un millième peut-être pour la longueur du diamètre. On les a mesurées aux époques où Vénus se présente à nous sous fa forme d'un croissant. Le volume de cette plades montagnes prodigieusement nète est à peu près le même que celui de la Terre. sa masse est égale aux 19 centièmes delà nôtre. sont beaucoup plus hautes que les nôtres. un peu plus petit seulement. mais à peine.VENUS. 51. Ses montagnes. Les inégalités que l'on remarque dans l'inférieur du croissant sont les parties plus élevées de la surface qui reçoivent encore les rayons du Soleil tandis que le plaine ne les reçoit plus. comme pour Mercure. cette planète est située entre la Terre et le Soleil. de sorte que le ciel y est constamment de son croissant montrent qu'il y a là couvert. enveloppée.

. varient donc très sensiblement avec sa distance. lorsqu'elle se trouve à droite ou à gauche du Soleil. on voit Vénus entre le Soleil et la Terre. mais très petite et bien moins éclatante que même dans son croissant le plus mince. Vénus circulant dans une orbite intérieure à celle de la 'ferre. Dans la seconde figure. La figure 51 montre ces variations. attendu qu'il témoignait éloquemrnent en faveur du système de Copernic. il y a des périodes où elle n'est qu'à 40 millions de kilomètres de nous (lorsqu'elle se trouve entre le Soleil et nous) et des périodes opposées où elle s'éloigne à 200 millions (lorsqu'elle se trouve de l'autre côté). C'est le moment du croissant le plus mince (à moins que Vénus ne passe exactement sur le Soleil. Ses dimensions — apparentes Fig. Il suit de là qu'à certaines époques la planète Vénus se trouve justement entre le Soleil et nous. Enfin. qui reçut de ce spectacle une joie impossible à décrire. à 108 millions île kilomètres du Soleil. Dans le dessin de gaucho. En puisque sa partie éclairée est naturellement d'autres temps. Keliancnircsdu croissimlde Vénus. non position dans laquelle est tourné vers nous l'hémisphère éclairé de la planète. lorsqu'elle se trouve de l'autre côté du Soleil. se trouvant à l'opposite du Soleil.164 LES MERVEILLES CELESTES. elle nous présente seulement un quartier. elle est pleine pour nous.12. Dans le dessin de droite. el alors elle nous présente sa partie obscure. rieur du cercle que décrit la Terre autour du même astre. la planète est en quadrature. Les phases de Vénus furent vues pour la première fois au mois de septembre 1610 par Galilée. comme la Terre et . du côté du Soleil. auquel cas il n'y a plus de croissant du tout). elle nous présente sa partie éclairée tout entière. montrant que.

o./. vous n'en conclurez pas pour cela qu'elles n'existaient pas avant celle époque : mais vous tirerez seulement la conséquence qu'avant cette année on n'avait pas tourné de lunette du côté de celle planète.VENUS. . Castelli lui demandant si Vénus a des phases. et qu'à l'oeil nu ses phases sont insensibles. crvlogramnie. (ralliée ne laissait pas d'être très lin. on en lire ces mots. I6D la Lune. Sous ce. qui pourtant n'est éclairé ni par le soleil.imnutlimi a niejam l'riixtruleijitiitvr. Il y a dans celte phrase -14lettres. qui est due au reflet de la lumière réfléchie par la 'ferre vers la Lune. inscrite : Ci/ntliiïe /igimis cmitlulii)' nmlrr innorum. de trouver l'idée des phases de Vénus. qu'à l'a. Lu les plaçant dans un autre ordre. L'explication ne peut pas être la même pour Vénus. Deux mois plus lard. D'ailleurs. Il arrive parfois. ce . Suivant une coutume de l'époque. que l'en aperçoit dans la lunette le reste du disque de Vénus. l'illustre astronome cacha sa découverte sous un anagramme. le P. Les premiers soirs de la lunaison. les planètes reçoivent leur lumière du Soleil. Il termina une lettre par celle phrase : Ilivr. n'esl-ce pas. pour justifier de l'authenticité de celle découverte en cas de rivalité. La mère îles amours suit les phases de Diane. et de nos jours certaines découvertes n'auraient [ias été si haut contestées si MM. les astronomes avaient quelquefois employé la. de sanlé.vanf-dernier jour de l'année qu'il annonça lesdiles phases. lorsque le croissant est très mince. Ce n'est. Quand je dis que ces phases furent vues pour la première fois au mois de septembre 1010. dans lesquels toute la découverte est également. c'est-à-dire : « Ces choses. et pour se donner le temps de continuer ses observations el de les rendre plus parfaites. sont lues par nioi ». non mûries el cachées encore pour les autres. on remarque dans l'intérieur du croissant lunaire ce qu'on appelle la lumière cendrée de la lune. Nos pères étaient fort ingénieux. il répond : « Je suis en fort mauvais étal. même ruse. il serait difficile. et je me trouve beaucoup mieux dans mon lit qu'à la rosée ». ni par aucun aslre.

Vénus a-t-elle un satellite? —Elle en aurait plutôt deux qu'un. Fig. entre autres. avaient répondu les amis de Cassini aux adversaires de cet astronome. Quelle l'explication de cet aspect? Il est probable que la planète se — obscur de. plus obscur. el d'un Ion violacé. on y croyait si fermement que le roi bel esprit Frédéric (h. noir.Vénus. Au milieu du dernier siècle. que La au est pro- disque de Vénus visible sur le fond du ciel n'est pas plus clair le ciel. jette alors sur un espace non parfaitement. Visibilitéde l'hémisphère. •">!!. rempli de corpuscules cosmiques éclairés par le soleil. mais au contraire. extension de l'atmosphère solaire et de la lumière zodiacale. Prusse proposa de lui donner le nom .160 LES MERVKILLLS CÙLESTKS. à l'Observatoire de Juvisy. ligure 515 montre l'observation (pie j'en ai l'aile. mois de septembre IS'Jo.

On sait aujourd'hui. Depuis les origines de la poésie antique. à ses yeux. jadis qu'une légion d'anges ou de génies était préposée à la-direction de chacune des sphères célestes. lesquelles cette planète passait. surtout par les comparaisons dues à M. le poète des Contemplations. car on croyait. Je ne suis ni assez grand pour devenir au ciel le satellite de Vénus. et ne voit dans Vénus que des jeunes gens d'une beauté ravissante. c'étaient. depuis le berger à son retour des champs jusqu'aux amis de coeur dont les âmes se rencontrent pendant la nuit. les esprits directeurs de la planète Vénus. Puissent les rayons d'or de cette belle étoile briller longtemps encore sur nos soirs. ni assez bien portant pour l'être sur la ferre. mais à des étoiles devant. l'auteur de Paul et Virginia fait encore de Vénus la description la plus merveilleuse : c'est un paradis terrestre. ce dont l'illustre géomètre se défendit par ce petit billet : « Votre Majesté me fait trop d'honneur de vouloir baptiser de mon nom cette nouvelle planète. et Vénus fut l'étoile. Plus lard. que les observations de petites étoiles que l'on a faites de temps en temps dans le voisinage de Venus ne se rapportent pas à un salclfile. ou le soir avant la nuit. rêver le soir. ouvrant à nos pensées le cours des contemtransitoirement dans le céleste plations qui nous transportent monde! Qu'elle annonce encore le cortège étoile des nuits prodes heures de paix et de fondes.VENUS. tout enveloppé encore de l'illusion charmante qui nous faisait croire autrefois que la. Slroobant. visitant. sa position près du Soleil. et je me trouve trop bien du peu de place que je tiens en ce bas monde pour en ambitionner une au firmament ». attira vers lui les pensées contemplatives. et qu'elle soit l'avant-courrière silence qui bercent l'àme dans la rêverie de ses souvenirs ! Dans mon adolescence. Au moyen âge. qui le fait apparaître le malin avant le jour. et c'est là qu'il cherche désormais le séjour de Vénus. de tous ceux qui aiment à. De nos jours enfin. qui n'est plus aujourd'hui qu'un roc déserf et dénudé. vivant au sein d'un parfait bonheur. planète Vénus était . un bon père l'ait un voyage extatique dans le ciel. l'île antique de Cythère. 167 de son ami d'Alembert. Ce monde est deux fois plus près du Soleil que nous. reporte sa pensée dans le ciel.

Et quand la nuit suprême S'étendra sur mes yeux. Verso. à cause de la dernière strophe surtout.168 LES MERVEILLES CÉLESTES. Veille sur son trésor. à la planète Mars que nous allons visiter. avant même de connaître mon ami Camille Sainf-Saëns.n regard d'amour. Etoile radieuse. que j'avais mis en musique. u Rlanche perle attachée Aux rélestes lambris! Sur la mère penchée Au berceau de son fils. Relie étoile que j'aime! Dans ton palais des eieux. le monde de Mars doit offrir un séjour plus hospitalier que celui de Vénus. Dans les champs du désert. Promets-lui l'assistance. il me semble qu'ils s'appliqueraient mieux. Etoile vigilante. je lui avais dédié les vers qui suivent. Blanche étoile du soir! . Et deviens ma patrie. Cuidc les nanloniers. Sur la mer orageuse Aux perfides sentiers. Selon toute probabilité. Daigne me recevoir. Du haut du ciel splendide Sur notre obscur séjour Verse un rayon limpide. Etoile radieuse Qui te penches vers nous. En les relisant aujourd'hui. A cette heure bénie. Vois si quelqu'un se perd . Sur la plaine brûlante. la plus agréable de notre système. Réalité mystérieuse Dont les yeux sont si doux. Abaisse l'espérance Dans un beau rayon d'or.

il doit la regarder d'un bien mauvais oeil. s Etdu sangdes t fierté.la douce paix. et nous devrions d'autant moins parler mal avec nous. Il est pourtant bien innocent de toutes ces calomnies.VI MARS M l .a fureur a humainsa suit' oujours vide. s'il sait ce que la Terre a pensé de lui depuis les jours de la mythologie. Le monde de de lui. on lie unschampsavagés vmlfuirl'abondance. nous croirions presque revenir dans notre patrie. comme vous voyez. r eldesmortelsetiresesbienfaits. r 1 n11. A commencer par la guerre. et. S'éloigne. du Souilletoujours sanirsa funeste Àsoncruelaspect. et ces deux planètes infortunées ont dû subir jusqu'à l'affront de vers détestables et soporifiques. o farouche ars! s o une Sa pâleurquenuance rougeur bscure : s Sanspeineà tousles yeuxdistingue a figure couleur sursonIront.c'est. Sur lui et sur Saturne sont tombées toutes les malédictions des mortels. croyant .la paix. îtr. sa Rien ne peut adoucir barbare Desmortels t desdieuxsimglaivedéleste e victoire. que.lereconnaisestraits. en effet..\ Le pauvre Mars n'a pas été épargné. s'il nous arrivait un jour de faire un voyage de son côté et d'oublier notre chemin. comme on vient de le voir par les rimes de Ricard. ressemble tant au monde de la Terre. qu'il offre plus de ressemblance Mars. tous les malheurs publics causés par la force ont été attribués à Mars. ce fléau de l'humanité dont elle aura tant de peine à se guérir. Nous peintla cruauté..celtesombre Empreinte admirenta valeur l Dudieudontles guerriers l homicide.

la terre. Sans doute. roulant obliquement sur lui-même. De Vénus nous passerons à Mars sans nous arrêter à la Terre. un peu aplati vers les pôles. Toutefois. diversifié de plaines claires ou foncées. car Mars n'acconiplil sa révolution annuelle autour du Soleil qu'en I an •'121jours 22 heures. ou moitié du nôtre. en effet. On peut. rougeàtrc dont on le voit briller à foeil nu. les caractères fondamentaux des saisons terrestres se retrouvent. l'on observe d'ici. el. comme celui de nos déserts. tournant sur lui-même en vingt-quatre heures environ. Sur cette planète. cette couleur caractéristique est produite par la coloration dominante des éléments de sa surface. Ierres ou mers.170 descendre LES MERVEILLES CELESTES. en raison de la couleur de son atmosphère. et se reforment en hiver. et. c'est cette feinte qui lui donne l'éclat. Les amoncellements de neige que Ton voit. en sens inverse: tandis que le pôle austral diminue. sur celle planète voisine. Honneur d'abord aux élrangers! Notre patrie viendra après. les saisons ont à peu près le même caractère que les nôtres. soit que les végétaux qui le tapissent revêtent principalement. quoique nôtre planète les sépare dans l'ordre des distances au Soleil. enveloppé d'une atmosphère et recouvert de taches neigeuses à ses pôles. les aspects de ces saisons se reproduisent. cette nuance. vue de loin. de ses eaux. les taches polaires gar- . La planète Mars. le De celle foule des neiges pôle boréal aiignienle. Ainsi. doit paraître nuancée de vert. ou I an 10 mois el 21 jours. cependant remarquer certaines différences entre l'aspect du monde de Mars et. eu Australie ou dans quelque quartier terrestre un peu excentrique. et c'est ce qui est le plus probable. à ses pôles fondent en partie pendant l'été de chaque hémisphère. mais leur durée est deux l'ois plus longue. Tandis que. réciproquement. Mais elle est beaucoup plus pelile que la Terre. le nôtre. soit que son sol soif ainsi coloré. et comme les saisons sont complémentaires sur les deux hémisphères. comme cela a lieu sur noire globe . présente dans nos télescopes le même aspect que la Terre doit offrir aux habitants de Vénus : un disque circulaire. nuancé de rouge. résultent des changements de température et des manifestations météorologiques qui. de sa végétation cl. car son diamètre n'est que de 0 753 kilomètres. Mars est.

après un été qui l'a. Quand une lâche offre une plus grande étendue. son paradoxe eût été quelque peu allégé si les neiges de Mars. par les variations de la chaleur solaire sur chaque' hémisphère. 171 dent toujours leur éclatante blancheur. et nous en doutions. . puisque les changements qu'elles subissent annuellement. l'eau de Mars est-elle la même que l'eau de la Terre? Le 1'. à M. mais seulement des méditerranées de longs golfes. c'est. La géographie de celle planète a même [in être Iracée sur des cartes analogues à nos caries géographiques. c'est. C'est l'une des plus elle est due curieuses découvertes de l'astronomie contemporaine. sont causés. dans son ensemble. démontré par l'observation. même lâche se montre 1res petite. Schiaparelli. aflirmait que la neige était noire.MAHS. On en aura une idée'par la carte que nous reproduisons ci-après. la pesanteur y soient en de tout autres conditions qu'ici. densité el. toutes les fois que l'on put les apercevoir distinctement. Mais enfin. directeur de l'Observatoire de Milan. De plus. Anaxagore. des amas de glace et de neige. ce monde ofl're les plus grandes ressemblances avec le nôtre. quand la. J'ai quelquefois vu Mars complètement obscurci par un nuage. les nuages de Mars sont formés de la la même eau chimique que. qui restait distinctement visible. océans sur Mars comme. Un philosophe de l'antiquité. en aucune façon semblable à la couleur des autres parlies de la planète. ce qui élail. variant d'aspects suivant les saisons. les nôtres. avaient été rouges. comme chez nous. lln'ya pas degrands cl. e! n'en doutait pas. à l'exception de l'éclatante tache polaire. quoique la température. diminuée. mais elles sont blanches aussi. Kircher se demandait si celle de Vénus serait bonne pour baptiser. ici. Qui 1 les taches polaires de Mars soient. Un "réseau de canaux rectilignes se montre traversant les continents. Les continents y sont très découpés. La couleur des lâches polaires est toujours d'un blanc brillant el pur. ('es canaux sont encore inexpliqués. Nous nous demandions s'il y a là les mêmes éléments chimiques qu'ici. Mais aujourd'hui graduellement l'analyse spectrale a prouvé que les neiges cl. c'est après un long hiver du pôle auquel elle appartient . fondue el.

On aura une idée des aspects qu'elle offre dans les bons instruments par les figures suivantes faites pendant l'opposition de 1896 à l'équalorial de l'Observatoire de Juvisy. Antoniadi.r. C'est ce qui l'ait que Mars est. c'est de l'élude de celle planète que sortiront les progrès futurs de notre science ». lorsqu'il passe à l'opposé du Soleil relativement à nous. renouvelle à peu près tous les deux ans. Elles montrent en même temps que les aspects de la planète varient sensiblement dans le faible intervalle de cinq jours. el enveloppant. Eloignée du Soleil d'une distance moyenne de 226 millions de kilomètres. cl. Quelquefois elles ne sont plus qu'à 56 millions de kilomètres de dislance l'une de l'autre. La première observation. c'est ce qu'on appelle son époque d'opposition. )4. qui se. est du 5 novembre et la seconde. et que Kepler a pu écrire ces 1 — l'if. paroles : « C'est de la connaissance de Mars que nous viendra l'astronomie. le monde le mieux connu de nous. faite par M. l'orbite de la Terre dans celle qu'elle décrit autour de l'astre central. est du 10. Carie <lcla pianote Mars. après la Lune. il y a certaines époques où ces deux planètes sont très rapprochées : c'est lorsqu'elles sont toutes deux d'un même côté de leur cours relativement au Soleil. La tache foncée que l'on . la plus rapprochée de nous. On choisit naturellement pour les observations les époques où la planète est. faite par moi.172 LES MERVEILLES CÉLESTES.

et Dieu sait combien de destinées ont reçu de prétendues prédictions. Pour plus de détails.iiâ. les Terres du Ciel. pas plus larges que Paris. celui où elles se trouvent chacune de côté et d'autre du Soleil. on donne le nom d'opposition au point opposé de leur course.—•Aspeelsde la planète Mars. astronome américain. . elles tournent très rapidement autour de leur planète : la première en 1 heures l-jy h'ig. voir notre Astronomiepopulaire. de deux planètes le point de leurs orbites où elles se trouvent d'un môme côté du Soleil et où elles sont le plus près possible l'une de l'autre. On appelle conjonction. selon que le dieu de la guerre se trouvait en conjonction dans tel ou tel signe du I. jadis beaucoup exercé la sagacité des tireurs d'horoscope. Ces positions ont. I7H voit vers la droite se nomme sur la carte précédente le carrefour de Charon.MARS. Nous ignorons encore les mystères de celte singulière nature '. Sur la première aussi on remarque un canal double et deux sur la seconde. la seconde en :î()heures 18 minutes. et -'' notre ouvrage sur la Planète Mars. Simple sur la première figure. elle est double sur la seconde. Deux petites lunes ont été découvertes auprès de Mars au mois d'août 1817 par M. minutes. Hall. Elles ne sont.

traversons leur colonie et abordons. . La conjonction dans le Taureau n'était pas du tout la même que celle qui arrivait dans la Vierge. Zodiaque. brisé par quelque catastrophe . celles qui renferment l'orbite terrestre el dont Mars est. attendu que. car il peut en exisler plusieurs milliers. Vénus et Mercure. IVul-êlre sonl-ils les débris d'un monde plus gros. Ils gravitent dans celle» zone en nombre considérable. dont l'orbite est renfermée dans celle de la Terre. qui n'ont guère que l'étendue d'une province ou même d'un déparlement. la première. quand elle est placée entre le Soleil et la Terre. et lorsque par hasard elle avait le malheur d'arriver dans h1 Capricorne. sur l'origine des choses. Ce sont de loul petits mondes. Les planèles inférieures. Les planèles extérieures.polilit. pas encore décidé. l'autre inférieure. les plus habiles se perdaient en inductions sur la mauvaise fortune présagée au nouveau-né. quand lii planète se Irouve an delà du Soleil el sur une même ligne droite. au delà.on rencontre le groupe de petites planèles dont nous avons déjà parlé. Ignorant le litre de noblesse originaire de ces astéroïdes el le sort qui les attend. la science d'aujourd'hui.174 LES MERVEILLES CELESTLS. n'ont pas d'opposition. entre l'orbite de celle planète et celle de Jupiter (revoyez la lig. ne peut encore.1). peutêtre ont-ils été formés dans celle région de l'espace à l'état fragmentaire dans lequel nous les voyons aujourd'hui. p. 12'. mais elles ont deux conjonctions : l'une supérieure. si même ils méritent ce nom. Au delà de la planète Mars. On en a déjà découvert plus de quatre cents. ont la conjonction supérieure et l'opposition. rerwn continuerrn musas. comme celle du leinps de Virgile. le plus magnifique des mondes de notre système. se prononcer : Velixqui. C'est ce qui n'est.

accompagné de son cortège ébloui et l'âme en reste de satellites. el. Ce monde est le plus important de la grande famille solaire. il est facile à reconnaître. Vénus. le soir. soif au-dessus de vos fêles. à travers les constellations zodiacales. toujours à l'occident.ique et que. est visible. l'année vous voyez une étoile brillante cheminer soit à l'est. abitant eotnmees anges. Jupiter compte donc parmi les premières beautés du ciel. disons-nous. Lorsqu'on le voit son volume AIIUI. quand elle. éclat égal. est. sa grosseur se manifeste par l'éclat dont il brille durant nos nuits étoilées. l'oeil en est véritablement . Mnom:. pure e •^ans emploi uede prieret dobriller. Toutes les l'ois qu'en une soirée quelconque de. et vaut à lui seul 1279 globes terrestres. qu'il reçoive une lumière bitn plus faible que celle reçue par la Terre.pourquoi h pas l'ailnaîtreespritde eette belleétoile. t d'alautre q au lumermon eneensoir Soleil! des THOMAS Amours Aniji's. vous pouvez être assurés que c'est Jupiter. quoiqu'il roule dans une circonférence éloignée à Til] millions de kilomètres.Ml JUPITER mondestinne m'a-t-il Oh!disait-elle. Le monde de Jupiter est le plus volumineux de lous les globes de notre système : il n'est qu'un millier de fois plus petit. arriver dans le champ du télescope. Son diamètre surpasse de onze fois celui de notre médiocre planète et 1279 terres. et souvent même supérieur à celui dont Vénus étincelle. toujours sur l'éclipl.-que le Soleii. Comme il est. Aussi. l et isolée sa sphèrebrillante.

Peut-être ce globe colossal est-il encore chaud et non solidifié. Or cent vingt-six terres placées les unes à côté des autres. Je parle de la. il ne s'ensuit pas. et n'en aura jamais. Ce monde de Jupiter offre une surface 126 fois plus étendue que.—Jupiter et sestptatre satellites. Fig. tout émue. C'est ainsi que nous raisonnons àpropos de Jupiter. !i(). par l'observation delà planète jovienne. Une bonne raison s'oppose à ce qu'ils s'occupent de nous : c'est qu'ils ne se doutent probablement pas même de notre existence. la surface terrestre. comme la Terre et Mars. constituent un fort beau pays. clans un . parce que nous avons eu les moyens nécessaires pour le mesurer et l'apprécier à sa juste valeur. Et. De ce que nous trouvons. d'excellentes raisons de croire que ses habitants sont ou seront favorisés. Son inclinaison est à peu près nulle. si jamais. n'est-ce pas? On ne doit donc pas douter qu'un pareil empire n'ait été fait pour servir de demeure à une famille humaine vénérable et digne de tous nos respects. qui a son importance.que lesdits habitants puissent faire des réflexions analogues à notre égard. de l'est à l'ouest : il tourne rapidement sur lui-même : en neuf heures cinquante-cinq iminutes. Il pèse 310 fois plus que notre globe. surface et non du volume. Mais il est utile d'ajouter ici une petite remarque. de sorte qu'il n'a pas de saisons. en effet. et sur lesquelles le genre humain pourrait se répandre à plaisir. pour compléter la comparaison entre ce monde et le nôtre. sa densité n'est que le quart de la nôtre et la pesanteur y est deux fois et demie plus forte qu'ici. De vastes zones de nuages le traversent.176 LES MERVEILLES CELESTES.

quelques moments après le coucher de l'astreroi. Pendant la nuit. Aussi bien pourriez-vous faire la même recherche. il vous arrivait d'habiter Jupiter. une toute petite étoile blanche. Neptune. Ici le csl la. six mois plus tard. Quant à ceux des planètes ils nous ignorent qui vont suivre. Le dessin publié ici. à l'occident. tout à fait. que nous pouvons d'ici observer le mieux cette magnifique planète.. variable de ce globe conL'aspect nuageux et perpétuellement duit à penser qu'il n'est pas encore entièrement terminé. mais que sans doute une race intelligente ne l'habitera que dans l'avenir.. Il faudrait pour cela. vous auriez grand'peinc à retrouver votre ancienne patrie. Saturne. qu'il traverse les phases primordiales de la genèse que noti e Terre a traversée elle-même. vous lever un peu avant le Soleil (et notez qu'il n'y a que cinq heures du coucher au lever de cet astre sur Jupiter) et chercher à l'orient. se doutent-ils encore moins de la nôtre. précisémentau m il ieu des nuits sereines Fig.. — Jupiter et la Terre. condition dans laquelle se trouvent les habitants de Jupiter à notre égard.JUPITER. qui se doutent probablement si peu de l'existence de notre monde. Avec des yeux assez tins. Arous sauriez que noire Terre est au inonde. Uranus. Aussi ces êtres inconnus. dû à Warrcn de la Rue. 57. montre bien ' 12' . que la vie commence peut-être à sa surface. Dans ce cas. cinq ou six minutes avant. 177 avenir plus ou moins éloigné. vous arriveriez peut-être à l'apercevoir. de celle distance on ne voit jamais la c'est Terre.

Quel lent calendrier! Ses quatre gros s-i. « Oh! quelle vision transporta le noble Toscan dans sa four solitaire. aussi bien que les autres planètes. « Voyez dans les hauteurs du ciel celte planète argentée : c'est l'orbe de Jupiter. Quoique l'espace qui nous en sépare paraisse immense. Ganymède el Callisto. que son astre radieux n'attire pas l'oeil d'un conquérant. n'ose pas dire qu'il est mort. le 9 septembre 1892. tout petit. Mille terres réunies n'égaleraient pas ce vaste monde. dans les profondeurs de la nuit. quoique ce globe soit trop éloigné pour que le regard curieux des mortels puisse eu et pour que éclairées. Un écrivain d'outre-Manche. qui roule autour de notre commun Soleil. a chanté le monde de Jupiter en termes qui méritent d'être offerls à nos lecteurs. La tache noire que l'on voit au bord d'une zone est l'ombre d'un satellite que l'on peut reconnaître non loin du bord à gauche. continent du . Ils ont reçu les noms d'Io. il marche avec une grande lenteur et son année égale presque douze des nôtres. lié dans le même réseau. Un cinquième. à l'heure où il ouvrit à la pensée de la Terre une ère plus glorieuse que la fondation du plus puissant empire! lorsque le brillant mystère révéla à son verre. Ils tournent rapidement autour du globe immense. Il parle. rivage de l'espace. dans ce chant. quoiqu'il soif. A. et de l'espérance fondée que nous avons de1croire ce monde peuplé d'èlrcs pensants. distinguer les forêts ou les campagnes l'oreille humaine puisse saisir le bruil de sa vie prodigieuse. au-dessus des atteintes de la haine ou de l'amour de notre inonde. dans le même système. par M. Barnard. sa soeur. a été découvert fout près de la planète. James Wils.lelliles ont élé découverts par Galilée et ~ Simon Marins les et 8 janvier 1610. de la découverte de ces quatre lunes ou satellites par Galilée. et que ses vastes et riches royaumes soient réduits par la dislance à ce point qui brille sur nos tètes : pourtant la Terre. une lumière surnaturelle. dans sa clarté silencieuse. la distance à laquelle Jupiter gravite autour du Soleil. de la beauté de cel astre.178 LES MERVEILLES CÉLESTES. cet aspect nuageux cl tourmenté. Europe.

monde accompli. ciel. enveloppé d'orbes de . O O r/î J^ •O) O o o* 'fi < I m th dans son voyage téméraire aux rives de l'Atlantique ! Quelle merson coeur lorsque le magnifique veille solennelle fit tressaillir système s'éleva devant lui.JUP1TKU. plus beau que celui qui s'offrit au navire traversant 170 les ondes 3 •-8 O O H* 'o.

une terre splendide. de vivre quelque temps au milieu de son cortège et d'apprécier toute son Importance. la main qui a formé ce monde est la même qui a versé sur la ferre. si Celui qui gouverne ce bas monde connu. — vaste et silencieux domaine de la mort! » Non. d'un tel séjour. auprès de laquelle lit nôtre n'est vraiment. et.qui illumine. souveraine. jour naissant . inutilement constantes n'apportaient fruit. orbe triste et stérile qui ne donnerait ni verts pâturages ni souille vital. et ne régnait que sur une immense et stérile solitude? « Le Soleil. de. mesurée pour une d'un soleil moins nuit plus spacieuse ou pour la. «Expliquez pourquoi ces brillants compagnons attendent l'heure du sommeil où ils garderont. leurs veilles silencieuses. Pourrait-il que mille royaumes enveloppés d'un jour glorieux fussent étendus pour briller de loin dans l'obscurilé sur notre nuit ef dorer notre ciel d'une lumière incll'ective ? Monde absorbant sans fruit les rayons solaires. et. adoré des intelligences qui l'habitent. Nous serions comme ces bons villageois qui viennent une fois dans leur vie voir Paris. compensation brillant A quoi bon ces variétés de nuits el. obéi. qu'une lune» Le dessin reproduit plus haut (tig. avec ses saisons qui suivent le cours de l'année.. et . Noire aurore les éclaire. et la lumière de ses lunes. pour accompagner son cours. jours si nul regard ne s'éveillait pour saluer le. les vallons et les gais pâturages do notre ferre verse là sur des champs plus vastes les mômes rayons joyeux. n'était ni connu ni obéi. l'aire que fout cela fût stérile et mort. nous trouverions notre globe bien modeste en sortant. pourquoi elle penche alternativement ses pôles vers le Soleil.180 moindre nuits ! lumière. Dites dans quel butcelle étendue l'ut préparée pour la vie.illuminer ses. aucune! chose vivanle. S'il nous était donné d'observer ce monde de près et de nous accoutumer à sa nature. HT) permet en même temps de juger la différence des deux planèles. si les saisons aucun aucune jouissance. campagne dénudée. pourquoi celle planète roule sur son axe tournant. LES MERVEILLES CELESTES. ni adoré par aucun être. les rayonnements de la vie se. Jupiter est une ferre.

Si Jupiter n'est pas encore habité actuellement. dans l'histoire de notre système. ne savent plus que penser de leur village : il reste éclipsé parle seul souvenir des splendeurs entrevues. il n'en sera pas moins.. . s'ils ont le malheur d'y rester un mois seulement.IlIl'lTELi. 181 qui. la capitale de la grande famille solaire.

à une faible distance. voyage à la planète Saturne. au-dessus de son équateur el. dont n'approche aucun des sentiments de surprise (pic vous avez pu certainement éprouver sur la Terre. qui n'est qu'à 1421 millions de kilomètres d'ici. un immense anneau. Sesgardes. Cet anneau est suivi d'un second qui l'entoure. 119 terres entassées. on voit huit lunes cir- . plat et. (. non pas seulement de la grandeur de la Terre. tableaux variésdoivent llïirauv yeux o Quels L'esdeuxoeliarpes d'orilottan'. Ils ne planent pas immobiles. et celui-ci encore d'un troisième. tandis qu'il mesure 48 000 kilomètres de largeur. mouvement d'une rapidité supérieure encore à la précédente. Autour de lui.Saturne. que. mais sont emportés par un mouvement circulaire autour de la planète. 'undouble le d diadème. S'il vous arrivait un jour de faire un petit. Au delà de ces anneaux.e soleiliptipourlui n'estiiu'unpointdansl'espace. Il tourbillonne sur lui-même avec une telle de rapidité. relativement très mince.en contemplant sa. il achève son mouvement rotation diurne en dix heures environ. s et l'eut se croirele roi. Or ce système d'anneaux multiples n'a peut-être pas 100 kilomètres d'épaisseur.VIII SATURNE Seuldansnotresystème 11marche frontceint.centrede l'univers. l'environne de toutes parts. mais aussi volumineux qui. vous éprouveriez à son aspect un élonnement indicible. Imaginez-vous un globe immense. DAIH:. Là ne se borne pas le domaine du monde saturnien. malgré sa grosseur.à bondroit.masse.es dansles eieux! Oui. a couronne leursorbesdivers.

de prendre Ja Terre pour et Micromégas était bien pardonnable une taupinière du ciel. monde qui ne mesure pas moins de 1316 000 kilomètres de diamètre. en sortant de Saturne. l'automne à l'été. « Lorsque j'observe Saturne. qui. il se donna le temps de la mener à bonne fin. vit de chaque côté de Saturne quelque chose de brillant dont il ne put distinguer la forme. 183 culer dans le ciel autour de l'étrange système . Ses années sont trente fois plus longues que les nôtres. l'étoile cenplus tard à l'ambassadeur . unique dans tout le système planétaire.). c'est ce système d'anneaux gigantesques qui l'enveloppe de toutes parts. le premier. tour. Galilée. en attendant mieux. lorsque.SATURNE. comme il l'avait fait pour Vénus. ses saison s d ure nt. une disensiversité blement égale — Fig. le dernier suit une orbite éloignée du centre de Saturne commande donc un la planète de 3 688 8000 kilomètres. !>'. dans lequel Kepler lui-même n'a rien pu reconnaître. fut grandement émerveillé d'un pareil aspect.ses satellites. à celle qui distinguo les nôtres les varie : l'été succède au printemps et. il vint a passer près de notre petit globe. chacune sept ans et quatre mois . le plus rapproché de ces satellites est séparé de l'anneau extérieur par une distance de 48 000 kilomètres. On fut longtemps sans pouvoir se rendre compte de la nature de cet appendice.en cachant sa découverte. Saturne el. c'est-à-dire 23 millions de kilomètres de. écrivait-il du grand-duc de Toscane. Voilà un monde à côté duquel la Terre fait bien modeste figure. et. Mais le phénomène qui attire le plus l'attention sur ce monde. Il nomma Saturne tricorps. Il l'annonça d'abord sous un anagramme.

deux autres. on l'assimila à une savonnette an milieu d'un. Saturne était une boule avec deux anses. le véritable auteur de la découverte de l'anneau. je m'empresse de le nommer. l'autre à l'occident. Avec une lunette de moindre grossissement. » Le laborieux astronome eut beau chercher. un chapeau' de cardinal. recevez. Au milieu du xvuf siècle. Plus fard. traie parait la plus grande. de peur qu'on n'en désigne un autre dont . A l'époque où les anneaux de Saturne se présentent à. Voltaire. et ce n'est qu'en '16?>9que Huygens. je vous prie. l'étoile paraît allongée et de la forme d'une olive. il ne s'occupa plus de Saturne. dont on s'occupera sur la terre tant que le savoir sera en honneur parmi les hommes . là où quelques mois auparavant il avait encore observé les deux objets. l'histoire d'un vieillard respectable. il ne fut pas favorisé dans ces recherches comme il l'avait été dans les précédentes. Galilée. les plus singuliers de la nature. Ce vieillard est Saturne. Pour les contemporains de Galilée. el. lumineux. que voici : « Monsieur. ils disparaissent trouvant une certaine nuit dans l'impossibilité absolue de rien distinguer de chaque côté de la planète. nous par leur à cause de leur minceur. fut complètement désespéré. avec la dédicace gracieuse. Ce sont comme deux serviteurs qui aident le vieux Saturne à faire son chemin et restent toujours à ses côtés. il offrit son ouvrage à. plat à barbe. mourut sans savoir que l'anneau existait. et sur une ligne qui ne coïncide pas avec la direction du zodiaque. ou encore. Tombé dans un profond découragement. [dus tard. en (il la première description et en donna la première explication. son front est orné d'une couronne il nous éclaire et nous offre un des phénomènes immortelle. ITévélius déclara de même qu'on y perdait son latin.184 LES MERYE1LLKS CÉLESTES. se tranche. situées l'une à l'orient. Du Séjour écrivit son Essai sur les phénomènes relatifs aux disparitions périodiques de l'anneau de Saturne. semblent la toucher. Mauperfuis conjectura que l'anneau n'était qu'une queue de comète enroulée comme un turban autour du globe saturnien. il en vint jusqu'à croire que les verres de ses lunettes l'avaient trompé. dans lequel il trouva théoriquement la durée de la rotation de l'anneau. Vers la fin du même siècle.

'Hypérion. outre ses anneaux. les auteurs et la date des découvertes : 1. eût pu croire. Voltaire lui-môme. en effet. Les nnnenuxde Saturne. Encclade 3.. on en a découvert trois autres.. Dioné il. Rhéa 0. le monde de Saturne comptait déjà. A cette. Depuis. et le cortège se compose de huit membres. Titan 7.. Mimas 2. que Saturne était fort étranger à la dédicace. Voici l'ordre de leurs distances à la planète. . Puisse cette analogie mériter à mon ouvrage un accueil favorable de votre part! » • Sans la dernière remarque. cinq satellites circulant autour de lui. Japel llorschcl. les noms qui les distinguent. I8H votre modestie vous empêcherait de reconnaître le portrait..SATURNE. . et plutôt que personne. (10... 1789 1684 1683 1672 -1055 '1848 107-1 . 8. — Fig. époque. Thétis 4. Hnrschol Ciissini Cnssini Cnssini lluygcns. Rond et Lassell Cassini 1789 .

l'anneau. j'observai Saturne au télescope. Que résulte-t-il pour la Terre de ces positions diverses? Evidemment. tantôt moins ouverts. par rapport à nous. Dans son mouvement autour du Soleil. on réimprime cet ouvrage et dans quelques mois. il en résulte que le Soleil éclaire tantôt l'une des faces du système. Les instruments les plus puissants montrent alors une légère ligne lumineuse dans le prolongement de l'équateur de Saturne. par des effets de perspective. loin d'être nulle. Vus de la Terre. la partie inférieure de l'appendice se projette sur l'hémisphère nord. l'obliquité des anneaux. et sur le disque une ligne obscure. tantôt l'autre.186 LES MERVEILLES CÉLESTES. Enfin. tantôt.pparaisse ni. on ne les voyait plus que par la tranche. l'axe de Saturne reste parallèle à lui-même. En même temps. la courbure est en sens inverse et nous voyons le bord recouvrir une partie de l'hémisphère sud. que les anneaux. lors d'une nouvelle édition encore. a. ils se sont présentés plus obliquement. comme on le voit dans la figure. pendant l'autre moitié. varie d'une époque à une autre. en 1898. ou môme disparaissant tout à fait. et il est arrivé qu'au moment de la sixième édition (septembre 1877). En 1885. Il esl aisé de se rendre compte de cette variété d'apparences. dont la ligure 60 peut rendre aisément compte. à deux époques (équinoxes de Saturne). pendant une moitié de l'année de la planète. Au moment où je corrigeais les épreuves de la troisième édition des Merveilles célestes (été de 1869). el je remarquai que ses anneaux se présentaient précisément dans leur position la plus ouverte. les anneaux de Saturne présentent des aspects très variés : tantôt ils apparaissent comme un large ovale lumineux qui enveloppe presque toute la planète. A partir de 1869. comme leur inclinaison sur le plan de l'orbite est. ils ne laissent voir qu'un sillon lumineux débordant le disque. peu à peu. ils se remontreront comme en 1869. n'étant plus éclairé que par la franche. se rétrécissant. tantôt plus. donc de même de ses anneaux. ils étaient de nouveau complètement ouverts. disparaît à peu près entièrement. On voit qu'une vie d'homme suffit amplement pour reconnaître tous ces aspects (voir la figure). En ce moment (1897). . Il en esl. et.

Situé à la dernière limite du système planétaire. Pendant mille ans un nombre considérable d'hommes sérieux ajouièrenf foi pleine et entière aux tireurs d'horoscopes. heureusement évanouies à la lumière des sciences. et en marquant la frontière jusqu'à l'époque de la découverte d'Uranus. sont trop curieuses pour que je ne vous en donne pas un petit spécimen. détrôné et relégué dans une sorte d'exil. — Variations des anneauxde Saturne. vait dans le signe zodiacal du mois.SATURNK.)7S les facéties suivantes : « Saturne est au septième ciel. La Taille do Uourtaroy. Malheur à ceux qui naissaient sous son influence! Si au moment de la naissance il se trou- Fig. par exemple. un astrologue qui écrivit en 1. 1. signifie les païsans. il passait pour le plus froid et le plus lent de tous les astres. Ces idées. a . C'était le dieu du temps. les nouveau-nés n'avaient plus qu'à demander à rentrer dans le néant. ' Ecoutez. manoeuvriers et mercenaires. qui ne se doutaient en aucune façon de sa grandeur et de sa richesse. abusés eux-mêmes dans l'ignorance et souvent de bonne foi. 187 Saturne n'a pas été favorisé des anciens poètes. Il fait les gens fait rustiques. 61. Géomanciebrégée.

les varices. hydropysie. universelle. pour notre réputation là-bas. e. que les astrologues de Saturne n'auront pas usé de car alors de quels'maléfices ne nous accuserait-on représailles.. noclurnale et malveillante. l'épidémie aucune clarté. pituileuses. l'épilepsie. à qui l'on attribue les fièvres sèche. dit La Marlinière. les maladies des intestins. « Saturne. Ceux qui sont nés sous sa saison sont mélancholiques et pituifeux ». les gens maigres. est une planète pesante. . par une formule cabalistique extrêmement difficile à prononcer. les servants. sourdites. etc. pourries. quartes et quotidiennes. sinon celle que les autres lui déparient. (je no veux pas tout citer). consacré à Saturne. mélancolie. et de. la jaunisse noire. celle raison (qui ne nous fait pas grand honneur du reste). les juifs et les mendiants. de la graine de jusquiamc. le diable chez soi. les cancers. cachexie. des bras et de la vessie. les tubes.t fait la cherté. et on offrant à Saturne un parfum préparé de la manière suivante : « Mélangez de la graine de pavot. alopécie. diurne. qui en se promenant. cors aux pieds. D'après un auteur plus singulier encore. les abcès. comme sont les coliques venteuses. mais ceci n'est rien à côté de l'inlluoncc de celte malheureuse planète sur les maladies.188 LES iMERVEILl-ES CKLESTES. obstructions du foye et de la rate. de sang piilmonin. pas? Mais nous avons une bonne raison de croire que nous ne sommes pas mal vus des Saturniens. faitnéanlz. on peut faire venir. crachements loureuses. » Voilà pour les conditions. polipes. gens méchaniques el de basse : bref il n'a condition. de poudre d'aimant. la glace et. les goulles. lèpres. Le bon Saturne ne se doute guère d'avoir causé de pareilles infortunes aux habitants de la Terri!. pierres tant aux reins qu'à la vessie. le jour du sabbat.. les incommodités de la langue. parce que notre globe est trop petit et qu'il esl. Espérons. la paralysie. difficultés de respirer. appétit canin. solitaires etrcsveurs. caché dans le soleil. apostumes. cl autres maladies provenant des humeurs sales cl.. de racine de mandragore. hémoroïdes doules hernies. il signifie aussi les vieillards courbez. regardent la terre. opiasic. longues. en l'appelant un samedi. c'est..(pie de Saturne nous ne sommes pas vus du tout.

les libertins et les brigands. Fig. les géomèles auteurs latins. les philosophes. — Saturne cl la Terre (dimensionscomparées). les peintres. les meurtriers. les arithméticiens. Jupiter faisait « les évoques. ceux qui hantent les cabarets. etc. pulvérisez toutes ces drogues. les philosophes. les marchands de drap. et leurs arts. Ainsi. les puissants. 189 bonne myrrhe. les ouvriers tres. Je ne veux pas tout dire. » . les faiseurs de joyaux et d'ornements. les les boute-feu. les apothicaires (comme cela se suif bien!). les sages. (ri. (iliaque planète influait sur la destinée des hommes selon la date de leur naissance. tant hommes que femmes. les bouchers. les barbiers. ceux qui jouent aux dés. les marchands. les clercs. je craindrais que vous n'essayassiez la recette. Mercure. les tailleurs d'habits. les nobles. les joueurs. les banquiers. et les incorporez avec du sang de chauve-souris el de la cervelle de chai noir ». les astrologues. les juges. médecins. les préfets. Mars signifiait les guerriers. les cuisiniers. les boulangers et fous les métiers qui se l'ont par le feu.SATURNE. dans le premier signe du Zodiaque. Vénus faisait les reines elles belles dames. les orfèvres. ingénieux ou subfils.

peuvent gaigncr. digérants aisément beaucoup de viandes. son orgueil. était seul capable d'apporter quelque lumière au sein de ces ténèbres. gourinans. paillards. l'univers connue formé tout exprès pour lui '. écartelés ou suppliciés par de longues tortures. » Quant à Vénus. avaient pour cause la. el. Le llambeau de la vraie science. il est inutile de dire en quoi consistait principalement son action . et qui par nulles raisons ne si. en proie à celle erreur . qui lui représentait. édifier à.190 LES MERVEILLES CELESTES. pour que lui ont faite les astrologues. furent brûlés vifs. Tant que régna. et de les dissiper à mesure que l'homme s'élèvevéritable. exerçants les arts de feu et de fer ardent : bref.qui ont accoustumé à tromper le public. n'ayant guères bonne affection envers leurs amis. Je pourrais aligner quelques centaines de sorcières brûlées pour de prétendus maléfices ou pour des profanations qui avaient bien plutôt réels. l'ancien système du monde. entiers. violents. pour avoir fait une prédiction mal reçue. de la science l'ondée sur l'observation raisonnée et sur le calcul. en avoir à jamais triomphé. fondé sur les apparences. impérieux. 1. qui est foujours entraîné vers Je merveilleux. Voir notre ouvrage les Mondesimaginaireset les Mondes . son égard : « Les gens auxquels Mars préside sont asjires el.. hasardeux. d'avoir délivré I esprit humain de ces illusions el.celles qui constituent. sorciers.malsaine. noiseux. alchimistes. pendus. nul astre n'eut jamais une influence plus favorable que la sienne. et toutes. briller. Ce sera le plus rait davantage dans la connaissance grand titre de gloire pour les siècles qui viennent de. superstition de l'homme. rudes. invincibles. l'homme fui. Ces idées bizarres cl erronées sur une prétendue influence des planèles. roués. mais il parait que ceux auxquels elle présidait étaient de fort heureux mortels. décapités. ricleux. Mars peut être comparé à Saturne pour la mauvaise réputation la phrase suivante suffit. cheveux rouges. forts robustes. téméraires. Souvent à ces époques où la vie de l'homme était facilement sacrifiée. suflisques et colériques. el. il l'ait ordinairement les hommes furieux. avec des veux sanglants. le vaste domaine astrologique. astrologues.

Le inonde de Saturne mérite mieux de noire part. les esprits infâmes Sont comme un livre déchiré. aux ténèbres. au sein duquel les forces de la nature agissent sous des aspects qui nous restent inconnus.SATURNE. Saturne. Cet inquiétant Saturne n'a pas été toujours cependant traité par les modernes avec plus d'égards que par les anciens. et en parlant d'astrologie au chapitre de Saturne j'ai seulement voulu profiter de la circonstance pour montrer une fois de plus quelles actions de grâce on doit à la science et dans quelle nuit on pourrait craindre que l'homme ne retombât un jour. Non seulement nous faisons main basse sur les influences sinistres dont il se trouvait l'innocent auteur. pierre philosophalc mais ce n'est pas ici le lieu. de chercheurs de exécutés pour avoir fait pacte avec le diable. pleuré. un globe horrible et solitaire. Par l'aspiration et par le souvenir! Saturne! sphère énorme! astre aux aspects funèbres! Bagne du ciel. 191 pour cause leur crédulité que leur méchanceté. prison dont le soupirail luit! Monde en proie à la brume. — par exemple l'auteur des Contemplations. Enfer fait d'hiver et de nuit! . pourvu qu'il ail. Les prendra pour un temps où Dieu voudra punir. et nous aimons à contempler sa vénérable ligure. mais encore nous admirons en lui un magnifique séjour de vie. des âmes méchantes. le lieu du châtiment. comme le type d'une création avancée déjà dans celle ère de perfection à laquelle fous les êtres aspirent. Tous. Au milieu de ses anneaux splendides et de son riche système de huit mondes secondaires. hormis les méchants. aurait-il donc à son tour une mauvaise étoile lui-même? Quelques-uns le regardent encore d'un bien mauvais oeil. dans ces lointaines régions. Châtiés à la fois par le ciel et la terre. il trône pacifiquement dans les eieux. aux souffles. d'astrologues pendus ou noyés selon le bon plaisir des princes. ce voyage dos âmes Pourvu qu'il ait souffert. tandis que les âmes heureuses s'élèvent de sphère en sphère : Chacun fera il. si le flambeau des sciences venait à s'éteindre. dont. qui en a fait.. Ceux-là.

Ce serait bien laid ! Espérons qu'il y a dans ce tableau quelques réminiscences des opinions antiques sur Saturne. et que ce globe est moins affreux qu'il n'en a l'air aux yeux mal prévenus. et formerions-nous le voeu de recevoir désormais porc résidence ce roval el majestueux domaine. Il ne manque pas de' richesses. La science. et. ce monde étrange! et.192 LES MERVEILLES CÉLESTES. aux yeux des anciens. Saturne gardait. voilà qu'elle découvrit de nouveaux inondes qui reculèren plus de trois fois au delà de leur position antique les remparts de la cité solaire. la frontière de l'empire solaire dont les Sept composants ne pouvaient voir augmenter leur nombre. . sans doute le trouverions-nous beaucoup plus beau que la Terre. a franchi celle barrière sans aucun scrupule. s'il nous était donné de lui faire visite un jour. qui se joue des opinions et des préjugés. téméraire el indépendante.

C'est donc une comète.ce^loboinerveilliïUN. sa veilleasshltln. entre dix el onze heures du soir. long et un grossissement s'aperçoit que l'une des étoiles offre un diamètre inusité.. 1181. un ancien organiste d'Halifax. avec un télescope de deux mètres de il de 221 l'ois. observait les pelil. il s'agit ici d'une découverte.. William Herschel. Evidemment. autres étoiles reste le moine. il va chercher son grossissement de 932 fois. Pendant son observation. n'en doute plus : c'est là un as Ire nouveau. l'i-anus: Kélléohit «lusoleilla lumière émanée Kl roulelentement a languissantennée.. Il cont'.là-bas. elle l)llsystème ellealleintla lioruequi s'etl'aec. en l>ela création l'étendue : explore OEil sublime. L'étoile mystérieuse est encore plus grosse. se remet à. ce n'esl pas une étoile. Dès lors il. par son mémoire intitulé Account of 13 Le \. Ce nouveau momie rrantijiûsiUonno e . qui s'était fabriqué lui-même le meilleur télescope qu'il y eût alors au monde.es étoiles de la. car c'était lui.\ mars .nue les jours suivants et remarque qu'elle se déplace lentement parmi les autres.IX URANUS Maisla philosophie. Etonné et désireux de vérifier le l'ait. De plus en plus surpris. il prend un oculaire grossissant. il suit soncoursmajesiucux. constellation des Gémeaux. tandis que celui des. observer.' l'espaee ("o<i. s a III':LLNA-MAIIIA WILLIAMS. esl (vHiel au loin. le double. dont la puissance était plus du quadruple de la première. el. prendsonvolaudacieux. et trouve que le diamètre de l'étoile augmente. la présente le 26 avril à la Société royale de Londres.

Kepler avait imaginé. Il était. que l'on arriva à consentir à la regarder comme planète. cherchèrent à déterminer la. Méchain. connue pour la découverte des petites doux siècles planètes situées entre Mars et Jupiter.)4 LES MERVEILLES CÉLESTES. les deux oreilles. etc. llerthel. plus difficile qu'on ne pense d'agrandir ainsi sans scrupule la famille du Soleil. Lorsque. qu'il fallait un grand effort. beaucoup plus éloignée du Soleil que Saturne. Le nom de l'astronome était alors si peu connu. il n'y a que sept jours dans la semaine. en effet.I'. Des consicléralions de ce genre et d'autres non moins imaginaires arrêtèrent souvent les progrès de la science. Les idées anciennes sont fyranniques. et le monde savant de tous les pays enregistre le nouvel astre cométaire et s'occupe de l'observer afin de déterminer sa courbe. pour l'harmonie du monde. qu'on le trouve écrit de toutes les façons : Mersthel. Il en fut pour cela. une grosse plané le en cet intervalle. On avait. on lui avait opposé les considérations les plus frivoles. par exemple. Bien des raisons de convenance s'y opposaient. et ce n'est qu'après avoir reconnu que toutes les orbites imaginées pour la prétendue comète et qu'il y se trouvaient bientôt contrariées par les'observations. Cependant la découverte d'une comète nouvelle était un événement assez important pour qu'on se donnât la peine de la vérifier et d'étudier l'aslre nouveau. On fut plusieurs mois sans se douler qu'il s'agissait là d'une véritable planète. Horochelle. a cornet. Lorsque William Herschel. Lexell. pour se décider à reculer ces frontières et. courbe le long de laquelle le déplacement s'opérait. avait probablement une orbite circulaire. On était habitué depuis si longtemps à considérer le vieux Saturne comme le gardien des frontières. ayant assisté comme spectateur aux . etc. les plus dénuées de sens. Laplace. avant cette découverte. il n'y a que sept couleurs : donc il n'y a que sept planètes ». provisoire. à les l'aire garder parmi nouveau monde. il n'y a que sept métaux. Encore ne fut-ce d'abord qu'un consenlemenl. Hermstel. tenu des raisonnements comme celui-ci : « 11 n'y a que sept ouvertures dans la tête : les deux yeux. les deux narines et la bouche. Boscowich. jusqu'alors frontière du système.

URANUS.

19;;

déliais suscités par sa, découverte, vint à croire qui! sa comète était une planète située aux confins de notre système, il réclama le droit qui lui appartenait incontestablement de baptiser le nouvel astre. Animé par un légitime motif de, reconnaissance envers George III, le. roi d'Angleterre, qui avait apprécié sa valeur d'aslronome el lui faisait une pension annuelle, il proposa d'abord le nom de (icnrgium sidus, l'astre de George ; comme Galilée avait nommé astres de Médicis les satellites de Jupiter, découverts par lui ; comme .Horace avait, l'ig. (i:i.- - Ur.nuiset la Terre. dit : Julium sidus. D'autres proposèrent Je nom de Aepliinc, afin de garder le caractère mvlliologique : Saturne se serait ainsi trouvé entre ses deux (ils, Jupiter et Neptune. D'auli'cs ajou'aienf à Neptune le nom do George HT, d autres encore proposeront Aslréc, considérant que la déesse de la justice s'était éloignée le plus possibli! de la Terre; — Cybèle, mère - l'ranus, des dieux; le plus ancien de fous, auquel ou devait réparation pour tant de siècles d'oubli. Lalande proposa le nom d'IIerschel le nom de son pour immortaliser auteur. Ces deux dernières dénominations prévalurent. Longtemps la planète porta le nom d'IIerschel, mais l'usage s'est déclaré depuis pour l'appellation mythologique. La découverte d'Uranus a porté le rayon du système solaire de 1121 millions à Fig. G4.— Inclinaison des orbites des satellites 2831 millions de kilomètres. Pour un pas, d'Uranus. il en valait la peine. A côté des précédentes, cette planète n'est pas bien grosse, car elle n'est guère que G'J fois plus volumineuse que la. 'Terre, 11 fois plus étendue en surface et 4 fois 2 dixièmes plus large en diamètre (fig. 63). Ses saisons durent vingt, et, un ans, et ses années quafre-vingl-

190

LES MERVEILLES CÉLESTES.

quatre ans. Elle voit circuler autour d'elle quatre satellites. Ce qu'il y a de curieux dans ces lunes, c'est qu'au lieu de tourner d'occident en orient comme toutes les lunes et toutes les planètes du système, elles marchent d'orient en occident, et de plus circulent sur une inclinaison singulièrement prononcée. Pourquoi? C'est ce que l'on ne peut ei.core deviner. C'est ainsi qu'à l'époque où la société européenne allait entrer dans une ère de révolutions el de guerres, la Science, aux pacifiques conquêtes, voyait s'augineiiler sa gloire el visitait de nouveaux eieux.

X

NEPTUNE D'icila vue esl profonde : Kilo llotlrentrele monde duciel. Ktles profondeurs /.'iuist. (îu.Tiii'., Le monde qui marque présentement les frontières du système esl, situé à une (elle distance du Soleil, que la lumière et la chaleur qu'il en reçoit sont neuf cents fois moindres que celles dont la Terre est baignée, de telle sorte qu'entre le jour et la nuit de celle planète lointaine la différence est bien inoins grandi! qu'en notre séjour ensoleillé, et que pour elle le disque solaire est presque réduit à l'exiguïté des étoilos. Il suit de là qu'à sa surface les étoiles du ciel, peuvent bien être visibles le jour comme la nuit, et. que le Soleil n'est qu'une, étoile plus brillante que les autres. De Neptune donc, l'oeil situé entre le inonde, planétaire el, le ciel étoile se trouve dans une région où il doit être beaucoup plus sensible et doué de propriétés particulières qui lui permettent de mieux apprécier le monde sidéral el son opulence. C'est une dislance de 4 milliards 410 millions de kilomètres qui sépare ce monde du Soleil. Jusqu'à l'époque de sa découverte, le système planétaire, déjà agrandi par l'adjonction d'Uranus, voyait ses frontières se fermer sur une orbite de 10 milliards de kilomètres de circonférence. ces frontières ont Depuis sa,découvert^, été reculées de près du double. Est-ce à dire que ce soient, là des limites infranchissables, et que l'analyse ne puisse un jour percer

I9K

LES MERVEILLES CÉLESTES.

plus loin el ajouter de nouveaux membres à la famille toujours grandissante du Soleil? Non. Lorsque des observations, échelonnées sur une assez longue suite d'années et comparables entre elles, auront élé faites, la. loi universelle de la gravitation, par laquelle l'existence de celle 'planète l'ut connue avant d'avoir jamais été aperçue dans les champs du lélescope. celle admirable loi démontrera l'exislence de convoites planèles, s'il en existe d'autres, comme il esl probable; ci les progrès de l'optique suivant pour leur pari les progrès de l'astronomie permettront à la puissance visuelle encore amplifiée de découvrir cette lointaine planète qui sera sans doute de l(>'' ou 111' grandeur. un astre on fois plus gros que la Terre |3 fois Ileprésenloz-vuus 8 dixièmes plus large en diamètre (lig. ('>.'*>), cinq fois plus étendu ce monde planétaire porté dans les en surface], représenlez-vous déserts ténébreux du vide à celle distance de l'orbite neptunienne. Il vogue, isolé, dans l'obscurité de l'espace, suivant une courbe immense, purement idéale, el qui n'exisie qu'en théorie dans le décret des lois éternelles. Il suit celle courbe, il marche en roulant Pour terminer sur lui-même, sans jamais dévier de son chemin sa route démesurée el, revenir à son point de départ, il lui faudra Il v leviendra et repassera par ce point cent soixaiile-qual.re ans invslérieux de l'espace planétaire où il passa près de deux siècles auparavant. Quelle esl la puissance qui le nieul? Quelle esl la main qui conduit cet aveugle dans la nuil des régions lointaines el qui lui l'ail, décrire celle courbe harmonieuse? C'est, l'attraction universelle. Au lieu de suivre une ellipse régulière autour du Soleil, la planète Uranus subissait, de la. part d'une cause inconnue, une perturbation qui retardait sa marche théorique et enflait vers un certain point sa. courbe circulaire, comme si une cause attractive eut séduit le voyageur dans sa marche, l'eût l'ait dévier de son chemin tracé. On calcula que, pour produire en cet endroit une attraction de telle intensité, il fallait qu'il y eût de ce côté du système, plus loin qu'Uranus, une planète de telle masse pour telle distance. mais deux surtout, l'un français (Le Plusieurs mathématiciens, Verrier), l'autre anglais (Adams), s'occupaient en même temps de

NEPTUNE.

199

la cause perturbatrice, celte recherche. On trouva théoriquement et, des observateurs dirigèrent leurs lunettes vers le ciel, à l'endroit indiqué par la théorie. On ne larda pas à découvrir effectivement l'astre vers le point indiqué, et. l'on put annoncer au monde la plus brillante confirmation de la gravitation universelle. C'est en I84f> que Le Verrier annonça le premier cette découverte, et qu'un astronome allemand (Galle) la vérifia lélescopiquenienl. Celle planète n'est pas visible à l'oeil nu et n'offre que l'éclat d'une étoile de 8° grandeur. La dislance de celte phinèle avait été théoriquement basée sur une loi empirique bien connue, nommée la loi de Uode, mais qui l'ut émise pour la première fois par Titius. Cette loi. c'est celle-ci. A partir île 0 écrivez le nombre 3, el doublez successivement : I) 3 (i 12 2i 18 ,10 102 384. de ces — el,lu Terre, l'ifî. fl.'i. N('|)liinc.

Augmentez nombres : 4 1

de quatre 28 32

chacun

II) l(i

100

-1% 388.

Or il arrive que ces chiffres représenlent. les dislances successives des planètes au Soleil, même des petites planèles, qui n'étaient pas connues à l'époque où cette loi fut promulguée pour la première fois. L'orbite de Mercure est marquée par le nombre 4, celle de Vénus par 1, la Terre par 10, Mars par t('>. Le chiffre 28 désigne l'orbite moyenne des astéroïdes. Jupiter est marqué par ;>2, Saturne par 100 el Uranus par 190. On paraissait donc avoir, par cet accord, un droit légitime de placer la nouvelle planète à la distance de 388. Or la dislance réelle de Neptune n'est que de 300 ; et c'est à celle régularité de la série à partir d'Uranus que l'on doit le désaccord qui existe en réalité entre les éléments de la prédiction théorique de Neplune el ceux donnés par son observation ultérieure. C'est que cette formule n'est pas, comme celle de l'attraction, l'expression de la force intime qui gouverne les sphères. Après que

200

LES MERVEILLES CÉLESTES.

que nous avons Kepler eut reconnu les trois lois fondamentales énoncées plus haut, Newton trouva le mode d'action de cette force universelle, à laquelle on doit la stabilité du monde : « Les corps s'altirent en raison directe des niasses el en raison inverse du carré des vastes eieux, les soleils des distances ». Dans l'immensité gigantesques de l'espace obéissent à, cette formule, et dans l'humilité des actions qui s'opèrent à la surface de la Terre, la fonction mécanique des petits êtres n'est pas souslraile à son empire. Elle est, Ja loi de la création, soutenant, la A'io de l'édifice dans l'invisible comme dans l'immense. « L'attraction, disait l'auteur de Paul el Virginie, esl une lyre harmonieuse qui résonne sous des doigts divins. » grandioses des sphères Lorsqu'on a contemplé ces translations sur leurs orbites, dans le système confié à la garde de notre Soleil, lorsqu'on a vu que ces lois formidables régissent, les mouvements des systèmes slolluires avec la même souveraineté qu'elles dirigent ceux qui s'exécutent autour de nous, et lorsque à cette grandeur merveilleuse des lois de la nature on compare la. faiblesse humaine et noire insignifiance au sein de celle création sublime, on admire avec sincérité le génie des hommes qui s'élevèrent à la notion de ces causes : il semble que leur puissance se répande sur les autres à l'humanité. hommes, el. l'on se seul plus lier d'appartenir Etant 30 fois plus éloigné du Soleil que nous, Neptune en reçoit 30 X 30 ou 900 l'ois moins de lumière el, de chaleur. Ce n'est pas une raison pour en conclure qui! sa température moyenne soit 900 l'ois plus froide que celle de la surface terrestre, car son thésauriser la quantité accumuler, atmosphère peut conserver, reçue, et peut-être a-l-ello d'autres sources de proportionnellement chaleur inconnues de nous, chaleur centrale, chaleur électrique, que sais-je? Dans tous les cas, la différence radicale qui sépare ces mondes lointains du nôtre au point de vue de la constitution matérielle et do la densité, et les révélations de l'analyse spectrale sur leurs atmosphères, s'accordent pour nous prouver que Neptune et Uranus sont des mondes bien différents de celui que nous habitons; qu'ils ne peuvent pas être peuplés par un état de vie anaogue au nôtre, et que les forces de la Nature y ont sans doute

et qu'un voyage accompli de la sphère de Saturne à celle de. neuf mille.Neptune serait incomparablement plus prodigieux. que. Nous avons dit que chaque année des habitants de Neptune esl. des hordes nomades : les comètes. égale à IG'i des noires : IG't ans et 9 mois. plus fantastique. de nos yeux. donné naissance 201 à des productions entièrement aux étrangères en vérité. nous ne les reconnaîtrions pas pour des êtres organisés. L'étoile la plus proche esl. tous les contes de fées et toutes les créations sorties des bulles de savon soufflées par la folle du logis. —• si extra-terrestres. fois plus loin! Mais il y a encore dans la République solaire. les voyant. Quel calendrier! Si les choses s'y passaient comme ici.NEPTUNE. une jeune fille de dix-sept ans aurait déjà A'écu deux mille huit cents ans ! Neptune termine noire excursion planétaire. c'est le désert sidéral. . productions organiques terrestres. d'autres provinces. Au delà. plus insensé que tous les rêves des Mille et une Nuits.

La Terre que nous habitons n'est qu'un des mondes les plus petits. b échappé elle.terreur comme autant do signes avant-coureurs de la. Ces astres chevelus. l"nmonde rèsdenous passétoutdu lon-r. nul doute que ce ne fût un avertissement du ciel! Si ces illusions n'avaient eu d'autres résultats que de rendre meilleure la société craintive. facile. on pourrait regretter ces âges d'ignorance. endonnant.. tandis qu'en réalité la création tout entière ne se doute pas de leur existence. madame.U-:IU. de -vue de l'ordre universel : ils ont eu la vanité de prétendre que la création fout entière était faite pour eux. et si quelque phénomène insolite se présentait. v MUI. qui viennent subitement flamboyer dans les eieux. Les hommes se sont toujours crus beaucoup plus importants qu'ils ne le sont au point. Ce propos de Trissolin à Philaminte. . <|tii commence la parodie des craintes causons par l'apparition dos comètes. colère divine. le but de toutes choses. r n Klle eûtété briséeeuuioi'eeau\ eoinine erre. aussi n'est-ce point à son intention que furent créées toutes les merveilles du ciel. iront pas été une parodie il y a quatre un cinq siècles. de considérer la marche'do la nature comme déployée en sa aveur. Dans celle disposition de l'homme avoir en soi I e centre el. eu effet. il lui était. a p Ksichuloulan traversde notretourbillon: VA s'ileûten eliemiiieneouiré otreterre. l'immense majorité lui reste cachée. mais non seulement.XI LES COMETES Je viensvous annoneer neuraiide u nouvelle : Nousl'avons. Jurent longtemps regardés avec.

on préparc les périodes de famii-e et de malaise général qui. l'enfoncent de plus en plus dans les ténèbres. et.LES COMETES. A quoi serviraient les biens d'un monde qui va périr? A quoi bon travailler. c'est. Comme les mondes planétaires. . elles ont une forme elliptique. solaire qui les gouverne. La remarque essentielle à faire pour les distinguer des planèles. sont soumises à la domination de l'aslre-roi. que leurs orbites sont très allongées. C'esl la loi universelle de la gravitai ion qui régit leur marche. société entière sa puissante valeur et la grandeur de sa destinée. ans.histoire dans nos Récitsîle l'infini. reconnaître par son influence sur la. encore ils . fondu sur l'Europe chrétienne. théorie astronomique Prenons pour exemple l'une des comèles les plus mémorables el.entretenaient dans les familles humaines des terreurs les résolutions funestes causées par chimériques et renouvelaient la crainte de la fin du monde. les comètes périodiques. sciences ou des arts? Mieux vaut oublier le monde el. le monde près de finir — et c'est ce que l'on a cru pendant plus de mille. et. C'est ainsi que les périodes d'ignorance pèsent sur l'homme el. Voir celte. 203 ces prétendus avertissements étaient stériles. près circulaires comme celles des sphères célestes. s'absorber dans la conlcmplalion stérile d'une vie inconnue. aussi bien qu'elle gouverne l'attraction le mouvement des planèles el des modestes satellites. par l'indifférence ou le dédain où l'on tombe. la même comète 1. attendu qu'une fois le mais danger passé l'homme revient tel qu'il était auparavant. Lorsqu'on croit. Terre. s'élever dans le progrès des s'instruire. c'est. et donnons en quelques trails l'esquisse de ses passages successifs près de ht. à certaines époques. ij histoire d'une comète serait un épisode instructif de la grande histoire du ciel 1 : on peut concentrer en elle la description du mouvement progressif de la pensée humaine. et qu'au lieu d'être à peu. les mieux connues.— on n'est en aucune façon sollicité au travail de l'amélioration de ce monde. ont. aussi bien que la de ces astres extraordinaires. annexées au système solaire. c'est ainsi que la science l'ail. par suite de la nature de ces orbites.

lundis qu'elle s'en éloigne à une distance do 121 milliards. La proximité où elle se trouve du Soleil en passant près de cet aslre avail l'ail penser à iNcwlon qu'elle recevait une chaleur 28 000 l'ois plus grande que collé que nous éprouvons au solstice. que la pauvre comète. de suivre! une comèle à ses différents passages en vue de la Terre. Prenons la plus importante dans l'histoire de l'astronomie. se rapproche du Soleil à 2-10000 kilomètres seulcmenl (environ lii'i (100 kilomètres de moins que la distance de la 'Terre à la Lune). el que. à double litre. qu'elles ne pourraient plus se soustraire à la prépondérance de son attraction. elle n'enfila pas juslo son orbite elliptique. Newton ajoutait qu'en lin de. un globe de fer de même dimension serait cinquante mille ans à. celle chaleur élanl 2 000 l'ois plus grand»! que colle d'un fer rouge. déjà plus grosse que Jupiter. brûlée vive. elle ne parcourt plus que quelques mèlres. perdre entièrement sa. de sorti! que col infortunée vint se précipiter dans le contre dévorant du Soleil On préfend. s'est encore augmentée dans sa roule en s'amalgamanl six autres comètes languissantes. d'élé. assignée aux comèles par l'auteur du livre des Principes. chaleur. qui a l'ail dire en riant à llélif de la Bretonne : « Uni! puissante comèle. ajoiilail-il.. à son elle continue maintenant sa marche plus grand rapprochement: dans les déserts exlra-nepluniens. Ainsi. c'est-à-dire à S. colle dont l'orbite fut calculée par l'astronome Edmond ïlalley el qui fut baptisée de son nom. trouvait à son périhélie. Sa vitesse varie suivant sa dislance à l'astre solaire : à son périhélie. elle parcourt des milliers de kilomètres par minule: à son aphélie. servant ainsi à l'alimentation de la. elle se. poussait des cris épouvantables.iOi LES MERVEILLES CÉLESTES. chaleur qu'il verse perpéluellomenl dans l'espace. et qu'elles tomberaient les unes après les autres dans cet aslre llatnboyanl. dont la période a été évaluée à 3 000 ans. » 11 sera donc intéressant.compte les comèles liniraiciil par se rapprocher lelleinenl du Soleil. la comète de IfiSO. Ainsi dérangée de sa roule ordinaire par ces petits chocs. accompagnée d'une . peut s'approcher très près du Soleil el s'en éloigner ensuite à d'effrayantes distances. C'est cette lin déplorable. C'est en 1682 qu'elle parut dans son éclat. Le 17 décembre 1(180.'Ki fois la distance de la Terre au Soleil.

Louis I"1' le Débonnaire. cet astronome calcula son orbite. La comèle revint à l'époque 'assignée. Vue il l'uni nu. V\U. surnommé l'Astronome. Jamais prédiclion scientifique u'excila un plus vif intérêt. Dès que l'empereur.) elle passa à son périhélie. 20a queue qui ne mesurait pas moins de o0 millions de kilomètres.'H. sous le règne de. dans une lunette. de France esl. l'eut aperçu. Depuis l'an 12 avunl l'ère chrétienne.">:ïl cl en 100". el le 12 mars l~o(. vingt-quatre fois en vue de la Terre . il ne se donna plus aucun repos qu'il n'eût l'ail appeler un . lîn chroniqueur anonyme du temps. relatifs à l'inlluence de la comèle sur l'imagination impériale : « Au milieu des sainls jours de Pâques. un phénomène toujours funeste el d'un triste présage parut au ciel.LES COMITES. première apparition mémorable dans l'hisloire. el qu'elle devail reparaître en IToi). Sa. a donné de colle apparition les détails suivants. elle s'élaildéjà présentée l — :ti>. et. très attentif à de tels phénomènes. reconnul que celle comèle était la même que. Vue. celle de 8.il'i. '2. Comète île lliilley il son retour de -1S — 1. Par l'observation de la route qu'elle décrivait dans le ciel et du temps qu'elle employait à la décrire. c'est surtout par les annales de la Chine que l'on a pu la suivre jusqu'à cette astronomiques époque el constater en même lemps qu'elle devait être chargée d'une bonne part des terreurs superstitieuses de l'humanité. celle que l'on avait admirée en l.

el rechercher par leur iiiovon la vérité. Il mourut Irois ans plus lard. au moment où Guillaume le Conquérant. car je n'ai point vu colle étoile hier. Guillaume en reçut une de la comète ». el des historiens oui profilé de celle légère coïncidence pour trouver dans l'apparition de la.monastères. uni! comèle. nie dil : « Nous ne < devons craindre que Celui qui a créé nous-mêmes el. avait proclamé dans un distique « que la comèle avait été plus favorable à Guillaume que la nature à César : celui-ci n'avait pas de chevelure. grandeur d'àme el sa sagesse ordinaires. promettant de la lui faire connaître le lendemain. ce prince. forcé à lui annoncer quelque chose de l'unesle : « Va. Un moine de Malmesbury avait apos- . « mais. comèle un présage de colle mort. au jeûne et à la prière. La comèle de llalley apparut de nouveau en avril 10(50. On a prétendu qu'elle avait eu la plus grande influence sur le sort de la bataille de llastings.dit : « Ne craigne/. point les signes « du ciel comme les nations les craignent >>. cet astre. c'est qu'un changement de règne et la mort « d'nn prince sont annoncés par ce signe ». faisant probablement allusion au diadème d'Angleterre dont Guillaume s'était couronné. me dit-il. qui livra ce pays aux Normands. envahissait l'Angleterre. avec sa. comme ce phénomène peut se rapporter à nous. el moi-même. dis" moi ce que lu crois qu'il m'annonce ». Dès que je fus en sa. Et. recon« naissons-le comme un avertissement du ciel ». Un versificateur du temps. comme je lui demandais du temps pour considérer l'aspect des ('toiles. il s'empressa de me demander ce que je pensais d'un tel signe. lui el sa cour. savant. me laissant à peine répondre quelques mois.20(1 certain LES MERVEILLES CELESTES. El comme j'attestais le témoignage du prophète qui a. présence. Le chroniqueur Uaoul Claber ajoutait plus lard : « Ces phénomènes ne se manifestent jamais aux hommes dans l'univers sans annoncer sûrement quelque événement merveilleux et terrible ». en 84. Louis le Débonnaire se livra. il repril : « Il est une chose encore que « lu liens en silence. el bàlil églises éd. Puis. cl lu ne me l'as « point montrée: mais je sais que ce signe est.0. persuadé que je voulais gagner du temps (ce qui était vrai) pour n'être point. el reviens aussitôt me dire ce que tu auras « remarqué. sur la « lerrasse du palais. l'empereur.

l'Europe est en alarmes : Et pour comble d'horreur.ru a retracé cet épisode en termes éloquents : Un autre Mahomet. source des larmes de plusieurs mères! Il y a longtemps que je ne l'ai vue. naïvement cette comète cl rèbahisseinont sur la tapisserie de Baveux.in. Les Turcs et les chrétiens étaient en guerre .le Coii(|uéranl. ausé par la c Kig. 207 trophé la comète eu ces termes : « Te voilà donc. mil le siège sous Kbalnsscincnl. Melgrade. sur le point de s'anéantir l'un l'autre. En 14oî). Le Danube étonné se trouble au bruit des urines. Mahomet Il prit d'assaut Conslanlinople et. Mais lepapeayanf comètede Cuiltaunie. épouse de Guillaume. l'ois les maléfices de la comète et les desdes musulmans. d'après la tapisserie de lifiyeiec.LES COMÈTES. lu menaces ma patrie d'une ruine entière! » La reine Mathilde. a repréde ses sujets senté fort. Dans son poème sur VAstronomie. Aux uiurs do Constantin arboré lo croissant. l'Occident el l'Orient semblaient armésde pied en cap. conjuré à la.u-t-il d'un liras puissant. l'astre au visage ardent De ses ailes de feu va couvrir l'Occident. donl nous donnons ici une reproduction. La croisade entreprise par le pape Calixto III contre les Sarrasins envahisseurs sentit son ardeur tourmenlée par l'apparition subite de l'astre à la llumbo vante. te voilà. — La prière de VAngélus au son des cloches date de ces ordonnances de Calixte III à propos de la comète. . chevelure. Da. même comèle lit une apparition plus mémorable encore. dans les l'ers. La. Grèce esl. la seins abominables les chrétiens gagnèrent bataille et anéantirent leurs ennemis dans une sanglante boucherie. la. mais je le vois maintenant plus terrible.

el. passant par une grande variété de formes.jamais retenu.. par leur forme étrange. elle s'offrit aussi à la Terre sous les aspects les plus divers. être crédule. C'est ainsi que. et jusqu'au nom de l'homme. les litres dont on les salue généralement. 68. qui tombe sous Belgrade. comme dans sa dernière visite (fig. A chacune de ses apparitions. qu'il ne saurait défendre. De l'homme. s'affranchissent pas de cette terreur. le célèbre chirurgien Ambroise Paré décrit sous les couleurs les plus vives et . 175u. Epées de feu. leur sont données au moyen âge el à la Renaissance. Ignore les terreurs.—Comètede 1571.le fer d'Huniade Arrête le vainqueur. car ces astres à l'aspect mystérieux ont eu le don d'exercer sur une puissance qui la plonl'imagination geait dans l'extase ou dans l'effroi.2ON LES MERVEILLES CÉLESTES. Dans les eieux cependant. le globe suspendu. Regarde vers les eieux. gueules. Par la loi géné'-ale à. et autres dénominations du même genre. el. Au pied de ses autels.re. croix sanglantes. Les écrivains les plus sérieux ne Fig.lève-loi! L'rtstre poursuit sa course. poignards enflammés. l'existence de Home. elle ne l'ai! pas exception à la règle générale. 1835). Celle comète à longue période fui témoin de bien des révolutions dans l'histoire humaine. Et. l'oeilen pleurs. même en ses dernières (1082. Des comètes comme celle de WfTt paraissent du reste justifier. Du reste. pontife. dragons. GO). Conjure la comète objet de tant d'ell'roi. jusqu'à celle d'un jet de vapeur. Calixte. depuis l'apparence d'un sabre recourbé. le front couvert de cendre.la Terre peul-èl. comme en lioo. dans un chapitre sur les Monstres célestes.. lances. atome ambitieux. Qui tremble sous un prêtre et qui lit dans les eieux.

no-. decou steaux. p a r m i lesquels il y avoit grand nombre de laces humaines hideuses. cspées coloFig. à 1a sommité d'icolle. » On peut. Elle apparoissoit eslre de longueur excessive. et si esloit de couleur de sang . L'imagination a vraiment de bons yeux. avec les barbes et les cheveux hérissez. qu'il en mourut aucuns de peur. bout d (! la pointe . sa. du reste. admirer celte fameuse comète dans la reproduction fidèle que j'en donne ici. 200 les plus affreuses la comète de I .— Dessin bizarre d'Ambroisc Paré: prétendant de. rées représenter la comète de liiiiS. (il). el. comme s'il eusl voulu Au frapper. Aux deux cosfés des rayons de celte comète.>'28: « Celle comèle éloif si horrible el si épouvantable et elle engendroil si grande terreur au vulgaire. grand nombre de haches. on voyoit la figure ' d Hn h r a s courbé tenant une grandi! espée en la main. il y a voit trois estoiles. quand elle s'y met! lia grande el étrange variété des aspects cométaires est retracée 14 . que les autres tombèrent malades. i I se voyoi I.LES COMÈTES.

des figures d'hommes ou d'animaux sauvages? Parfois. 70. Les unes ont la couleur du plomb. un long cercle ou qui ressemblaient à. en lalin. 11 en est qui sont hérissées de serpents entortillés. Il y en a dont les feux ont la rougeur du celles-ci ressemblent à sang. la forme de tes cornes naissantes. l'azur. . celle-là. — Comèlede 17'ii. ô Titan. L'une traîne après soi les replis tortueux d'une longue queue . celle-ci jette une lueur semblable à celle d'une lampe qui brûle pendant la nuit . brillent de feux entrelacés comme une épaisse chevelure. l'élher en fureur retentir de mugissements extraordinaires qui abattaient les peuples sous le poids de la terreur. celles-là ont la couleur sombre et pâle du fer. d'autres imitent l'éclat de l'argent.210 LES MERVLILLES CELESTES. celle de la flamme ou de l'airain. a-l-on pas vu souvent. Cette diffé1. Élymologiev. le cliquetis des épées qui se choquaient dans les nues. ô Phoebé. et c'est de là qu'elles ont pris le nom de comèles 1.T| (comê).chevelure. on a entendu le son horrible dos armes. « La plupart.des tètes de Méduse? N'y Fig. Parlerai-jc de ces armées qui ont quelquefois dans les paru airs. et celle autre. mais elles n'ont pas toutes la même couleur. de ces nuages qui traçaient. Souciet. coma. dit-il. représente Ion visage resplendissant. Toutes les comètes ont une lumière triste. dans les ténèbres de la nuit éclairée par ces tristes feux. dans son poème latin sur les comètes :' les plus remarquables sonl passées en revue.ô|j. avec exactitude par le P. l'autre paraît avoir une barbe blanche et touffue. les autres.

— Comètede 1811. jettent une lumière blanchâtre assez semblable à celle d'une lampe. . et conservent chacune une couleur qui leur est propre.LES COMETES. servent toujours leur sève. Ainsi. les comètes. prennent. 71. les comèles sont aujourd'hui pour les savants de magnifiques sujets de curiode sité. le laurier. La paille enflammée donne des étincelles d'une couleur rougeàtre. comme nous allons en être convaincus par l'observation ces astres. » Au lieu d'être une cause de crainte et. plus terribles de loin que de près. 211 rence vient de la diversité des vapeurs qui les environnent ou de la différente manière dont elles reçoivent les rayons du Soleil. dont les feux sont formés de matières différentes. Celle qui sort. du soufre et de l'épais bitume est azurée. l'olivier. et tous les arbreb qui con- Fig. Ne voyez-vous pas comme dans nos foyers les diverses espèces de bois donnent des couleurs différentes? Les sapins rendent une flamme mêlée d'une fumée sombre. de terreur.

îlecauser ue crédit. pour asseoir . ni qu'ils soient des signes de ce qui doit arriver. en effet. MAUiT. s'il n'était pas placé comme. notre astronome doute de la non-influence des comètes aussi bien qu'il doute de leur influence . En raisonnant ainsi.nTt. Ainsi s'exprime le géomètre à qui l'on doit une partie des premières mesures relatives à la ligure de la Terre. tant dans le physique que dans le moral : chaque événenicnf. n'est qu'un dos anneaux de la chaîne qui forme l'ordre et la succession des choses. On n'est pas d'humeur aujourd'hui à croire que des corps aussi éloignés que les comèles puissent avoir des influences sur les choses d'ici-bas. lié à ce qui le précède et à celui qui le suit. et l'on peut dire que nous ne la trouvons dans aucune de ces sources de nos connaissances. Quel rapport ces astres auraient-ils avec ce qui se passe dans les conseils el dans les armées des rois? Pour savoir à quoi s'en tenir. il faudrait. quelques-unes des idées émises dans ses Lettres sur la comète de 1749. ou par la raison. tu'on q < unlescroitpluscapables îlesrhumes. que leur influence fùl connue ou par la révélation. la chaîne serait différente el appartiendrait à un autre univers.-ts. il est. El voici. ou par l'expérience . prôs avoir a «laits ntel disu sonttouillésotità coup l dumomie. Il esl bien vrai qu'il y a une connexion universelle entre lotit ce qui est dans la nature.XII LES COMÈTES (SUITE) étési longtemps torront' la Cesastres. dil-il.

derrière Notre-Dame. à.— La comète de 1838.découvertepar Donuti.Paris.Fig. 72. . Vue prise.

214 LES MEMVE1LLES CÉLESTES. et bientôt il en vienl à croire que les comètes causent de bien autres événements que de simples rhumes. L'approche d'une comète. avec la Terre. Les Chaldéens savaient qu'elles sont des astres durables et des espèces do planètes dont on dit qu'ils étaient parvenus à calculer le cours. soil qu'ils fussent causés par quelque fluide resserré entre eux. et telle qui était vers les pôles se trouverait vers l'équateur. en effet. il redoute pour la Terre l'approche des astres chevelus. . il nous parle des comèles d'une manière si conforme à tout ce qu'on en sait aujourd'hui. ajoulc-l-on. A la simple approche de ces deux corps. il rapporte celles des autres. on avait eu des idées plus justes sur les comètes. Mais. « Du temps d'Aristote. » C'est après avoir parlé des opinions des anciens que Maupcrtuis exprime la sienne. Sénèque avait embrassé cette opinion. ni comme des flambeaux allumés pour menacer la Terre. « On ne peut douter. il voit la possibilité d'une rencontre avec quelques planèles. le sentiment de la foule des philosophes qui n'ont ni cru ni pensé que d'après lui. qu'il n'arrivât. 11 y a sur ces queues. » Et. elle nous apprend qu'elles pourraient être les causes physiques de grands événements. ses idées. et. pourrait avoir d'autres suites encore'plus funestes. dit-il. Le moindre de ces mouvements n'irait à rien moins qu'à changer la situation de la Terre. comme on peut le croire. et ce fut là. quoiqu'une connaissance plus parfaite que celle qu'en avaient les anciens nous empêche de les regarder comme des présages surnaturels. Dans la variété. de leurs mouvements. les observations des modernes ont découvert. « Le cours réglé des comètes ne permet plus de les considérer comme des présages. soit que ces fussent causés par l'attraction qu'ils exerceraient changements l'un sur l'autre. Plus anciennement. par conséquent. qu'on peut dire qu'il avait deviné ce que les expériences el. alors de ces terribles accidents. Telle partie du globe qui auparavant était vers l'équateur se trouverait après un tel événement vers les pôles. les comèles étaient des météores formés des exhalaisons de la terre et de la mer. il se ferait de grands changements dans leurs mouvements.

à Fig 73. — La comètede 1874. . Paris.vue du Pont-Neuf.découvertepar Coggia.

son titre de monde et son cours harmonieux. mais il nous donne une singulière consolation. qui serait à plaindre! Roi de laTerre entière.. Cet astre devint une masse errante de flamme informe. notre physicien. » C'est ainsi qu'au" siècle dernier ou croyait encore au terrible pouvoir de ces astres de malheur. L'heure fatale arriva... mais la plus probable est que ce sont des torrents immenses d'exhalaisons eldc Arapeurs que l'ardeur du Soleil l'ail sortir de leur corps. que nous nous trouverions noyés dans ce torrent qu'elle Iraine avec elle. il nous assure qu'il nous esl facile de nous en consoler. Qui pourrait. Horreur brillante des régions du ciel! monde difforme parmi les constellations. accompagnée d'une queue peut passer si près de la Terre. « Un malheur commun n'est presque [tas un malheur. une comèle vagabonde. et nul aslre plus beau n'avait été bercé dans le sein de l'espace. planant sur les hommes cl sur les empires. englouti sous l'eau bouillante ou empoisonné par les gaz méphitiques. Comme le genre humain périrait tout entier dans celte catastrophe. Terre. du reste. et qu'il ne resterait plus personne pour pleurer sur l'agonie de la. Ces idées sont aussi gratuites que les premières. et surlouf depuis la fameuse comète de 1811.. effacer l'impression produite par certains aspects étranges de ces astres bizarres? On conçoit facilement qu'ils aient pu être considérés comme des signes de malédiction. Jamais planète plus n'avait erré autour du Soleil. les habitants de nos campagnes s'imaginent plutôt qu'elles annoncent d'excellentes vendanges. mais ayant perdu l'univers. aussi bien que sur les comèles.. d'étranges opinions . Ce serait celui qu'un tempérament mal à propos trop robuste ferait survivre seul à un accident qui aurait détruit tout.. Aujourd'hui.. il périrait de tristesse el d'ennui : toute sa vie ne vaudrai! pas le dernier moment de celui qui meurt avec ci! qu'il aime. Son cours était libre et régulier. auquel le septième esprit adresse les destinée était dirigé paroles suivantes : « L'astre qui préside à ta belle par moi avant que la Terre fût créée. » Telle esl la perspective où nous conduit petit à petit. le genre humain. possesseur de tous ses trésors. » . Une comète..216 LES MERVEILLES CELESTES. Telle esl la plainte de lord Ryron dans Manfred. malédiction et menace de roulant toujours par sa force innée.

Croyons qu'elles sont très inoffensives. 217 Cependant rien ne prouve que les comèles soient douées d'une influence quelconque. 71. cela va de soi. A leur approche de l'astre brûlant. et l'on aurait pu croire qu'une partie de la substance même du noyau coulait dans l'espace comme une goutte d'huile. que dans la queue de Réciproquement.' et dont le poids était néanmoins si léger.El les son t. certaines comètes on pourrait couper un morceau de la grosseur de Notre-Dame et le respirer en l'orme d'aspiration homéopathique. qu'on aurait. prend une extension prodigieuse el se développe sur une étendue de plusieurs millions de kilomètres. Ainsi. proclamer inolïensifs ces astres de terreur. pu. — Comètede 180:2 aspect. je ne dis pas sur le moral des hommes. l'extrême variabilité des formes cornétaircs doit. On a vu des comèles de plusieurs millions de kilomètres d'étendue. leur ténuité est telle. les porter sur l'épaule. Comme ces nuées atmosphériques dont la grandeur. qu'un rayon de chaleur peut.d'une : Fig. Leur légèreté. l'extrême diffusion de leur substance nous invitent plutôt à croire qu'elles ne possèdent aucune espèce d'action sur les planètes. mais sur la physique et. les agglomérations vaporeuses qui constituent les comètes prennent toutes les formes possibles sous l'impulsion de forces cosmiques plus ou moins intenses. et l'on peut dire avec l'ami de la marquise du . sans trop de fatigue. la mécanique de l'univers.de la tète. d'une telle souplesse. la l'orme et la nuance varient au caprice des vents et selon le jeu fortuit des rayons solaires. leur substance se distend. au contraire. telle légèreté. vous avez l'image de cette légèreté dans la comète observée en 18G2.LES COMÈTES. à sa fantaisie. leur faire prendre toutes les figures. lu forme et la position des aigrettes lumineuses changeaient d'un jour à l'autre.

Cessezd'épouvanter les peuples de la Terre : Dans une ellipse immense achevez votre cours. dans l'immense durée de leurs voyages à travers les régions célestes. Seulement. en même temps la nature du Chàtelet ces paroles qui représentent mouvement de ces astres : Comètes. volez. au lieu de suivre des courbes circulaires ou voisines de cette forme. les comèles gravitent. Lancez vos feux. Il y a deux mille ans. et c'est par là qu'ils sont remarquables. C'est là surtout ce qui distingue ces mondes étranges. crut trouver une idée ingénieuse en attribuant cet appendice à la queue d'une comète qui serait enroulée autour de la planète. . elles sont d'une grande légèreté et. Et en effet ces corps célestes ne sont pas des phénomènes exceptionnels : ils sont soumis comme les autres aux lois inexorables de la nature. autour du Soleil et dépendent également de son attraction centrale. là la grande distinction à. Le caractère original des comètes réside surtout dans l'étendue de leur cours. Sénèque avait écrit : « Un jour viendra où le cours de ces astres sera connu et assujetti à des règles comme celui des planètes ». Lorsque Maupertuis. et lorsque l'astre chevelu les eut quittés. voulant expliquer l'origine de l'anneau de Saturne. La prophétie du philosophe est réalisée. il ne devinait pas l'extrême ténuité de ces vapeurs impuissantes. que l'on craint à l'égal du tonnerre.218 LES MRRVEILLES CELESTES. les satellites et. Des mondes épuisés ranimez la vieillesse. descendez près de l'astre. comme les planètes. et. Ensuite. établir entre. elles suivent des courbes ovales. la comète de 1770 emportée par sa marche rapide traversa le système de Jupiter. On sait aujourd'hui que. Remontez. dans cette destinée d'astres cosmopolites qui en fait une exception au milieu du système planétaire. revenant sans cesse. d'une extrême ténuité. des ellipses très allongées : c'est. Un jour. la planète se trouvèrent pendant quelques heures enveloppés par la comète. des jours. ils n'avaient pas subi la plus légère déviation dans'-leur cours. leurs mouvements réciproques. lourds et importants comme nos planètes. au lieu d'être des corps opaques.

.Fig. 73. — Tète el noyau de la comètede Donali(1858).

C'est ici le lieud'ajouler. y a découvert des de vapeurs carbone. Les dernières belles comètes visibles à l'oeil nu en France ont élé celles de 1858. que les étoiles filantes et les bolides. ne sont pas. qui voyagent à. sont. 1802. 18(11. 711. en décrivant. comme chacun le devine aisément. Ces débris rencnnlrenl la Terre par hasard. propos des comètes. 18Ti. des ellipses 1res allongées. des corpuscules très petits. de vraies étoiles qui tomberaient de l'infini. attirés par elle.heures du matin. et tombent à . lemps traverser le ciel. découverte par Donati. ' L analy s e spectrale qui en a été l'aile. Comètede"-issi. comme les comèles. Il est même probable que ce sont des désagrégations de comètes. travers l'immensité. à Florence. à h. Je reproduis ici le dessin que j'ai fait de la dernière le 9 octobre 1882. La plus splendide a été celle de 1858. s'enflamment dans notre atmosphère! par le frottement. et 1882. mais seulement des fragments. que l'on v o i l d e cn temps — Fig.220 LES MEI1VK1LLKSCÈLESTKS. à. comme pour les comètes télescopiques visibles chaq u e a nnéc pourles astronomes.

— Pluie d'étoiles(Hantes. les Étoiles. Il en tombe en réalité plus de cent milliards par an sur la surface entière du globe. l'espace céleste el. après le coucher du soleil.les Terresdu Ciel. Elle parait due à une extension considérable de l'atmosphère solaire 1. 1. Les aérolithcs. consulterY p . qui ne paraissent pas avoir la même origine que les étoiles filantes.les explicationset les Astronomie opulaire.etc. fragments solides dans lesquels le fer domine. que l'on donne le nom de lumière zodiacale à une clarté qui s'élève de l'horizon occidental. en si! terminant en pointe. suit la direction du zodiaque et monte assez haut dans le ciel. non de notre atmosphère. puisqu'ils arrivent de. Il en tombe parfois de très gros.LES COMETES. Nousrappelons que ces Merveilles élestesne sont qu'une esquisse à larges c traits du vaste systèmedu monde. grammes. 221 la surface du globe.Pour le développement. pour compléter celte esquisse générale. Au Mud'hisséum toire naturelle de Paris on en a réuni plusieurs milliers de kiloFig. détails. sont des. 77. ou pour mieux dire uranolithes. A jo ufons enfin.

.

:iTerre. de 305 mètres à la latitude de Paris. Comme les autres planètes aussi. car il nous touche de plus près que tous les autres. 78 et 79). C'est son petit système. Gaiilée sonjugeavecelle. sans nous préoccuper d'un astre qui réside entre ces deux planètes. La Terre. elle tourne sur elle-même.ù sa nuirclie fidèle. car sa surface tourne en raison de 465 mètres par seconde à l'équateur. d'un satellite circulant autour d'elle. de même que son mouvement de translation autour du Soleil. elle est assistée d'un compagnon fidèle. Il en est de même de ces deux mouvements dans toutes . isolée dans l'espace comme foutes les autres planètes que nous avons vues. s'effectue d'occident en orient (fig. Ce mouvement de rotation. et suit autour de lui une orbite qu'elle parcourt. Comme quelques-unes de ses compagnes. avec une grande rapidité.s.jour. en 365 jours 1/4. nous avons franchi d'un bond la distance qui sépare Vénus de Mars.LA TERRE i LE GLOBE TERRESTRE I. esl située à 149 millions de kilomètres du Soleil.nuitet. En passant la revue des mondes appartenant à. Cet astre pourtant. et Kinporte KACINK l'ii. en effet. la domination solaire. doit nous intéresser un peu. et la Lune l'accompagne humblement dans tous ses voyages à Lravcrs l'espace.

Elle est sphérique cl un peu aplatie à ses pôles. La Terre ressemble à un mince globe de verre d'un mètre de diamètre rempli d un minerai chaud et pâteux. et beaucoup plus grande. De cet état. jusqu'au dernier ordre de visibilité. n'a pas plus de quarante kilomètres d'épaisseur.224 LES MERVEILLES CELESTES. Il est même probable que le globe tout entier esl encore un globe de substances liquides. les planèles du système solaire. bouches toujours ouvertes. la Terre. c'est-à-dire quelques volcans pour laisser échapper les vapeurs. la Terre nous apparaîtrait comme celle-ci nous apparaît. comme un point brillant. à peu près avec l'éclat dont brille à nos yeux Jupiter. Certains géologues ont même pensé que s'il n'y avait pas quelques ouvertures. c'est-à-dire à la dislance de l'orbite de Vénus. Mais si l'on s'éloignait daArantage. el que la couche solide de ce globe. 78. d'où jaillissent les substances intérieures de la Terre à l'état de fusion et de haute température où elles se trouvent encore aujourd'hui. on verrait la Terre sous la forme d'une belle étoile de 11Cgrandeur. Dès la distance de la Lune. fondues pnr la chaleur intense qui brûle sous nos pieds. aurait encore à l'oeil nu un disque. finirait par devenir invisible. Dix fois plus loin encore. non moins lumineuse. sans disque appréciable. la croûte qui l'enveloppe et sur laquelle nous habitons. un témoignage plus facile à reconnaître reste encore dans ses volcans. nous pourrions mieux juger de Fig. il serait possible que ce globe éclatât. ce qui témoigne de son état de fluidité primitive. et qu'on . et. notre planète.— Rotationet translation de la. à 384 000 kilomètres. — Il n'est pas nécessaire d'ajouter que l'éclat dont elle aurait brillé et dont elle resplendit dans l'espace n'est autre que la lumière que nous recevons du Soleil. élevée du rang de globe obscur à celui d'étoile de lro grandeur. A dix fois cette distance. sa lumière serait intermédiaire enlre celle de la Lune et celle des étoiles.Terre. appréciable. En nous éloignant dans l'espace. descendrait ensuite de grandeur en grandeur. la valeur de la Terre comme astre.

"o fi 3 o o _o ^ . 6 I ci r- .

si cette toute pression. comme ce duvet léger dont les pêches non flétries par la main des hommes Cette enveloppe pèse sont délicatement enveloppées. grammes. Pour de long : vous aurez là un volume de 1 000 kilomètres former un volume égal à celui de la Terre. 1 000 milliards de ces kilomètres Quel est son poids? Nous l'avons déjà entrevu eu parlant du Fig. . poids du Soleil. Chacun de nous porle sur ses épaules une pression de 16 000 kilo— Disons en passant que. selon qu'on regarderait en tournant en plein sa face éclairée. la verrait sous toutes les phases possibles. il faut une rangée 6 957 930 000 000 000 000 000 000 kilogrammes. Pour l'exprimer de vingt-cinq chiffres : en kilogrammes.220 LES MERVEILLES CELESTES.—La Terre dans l'espace : hémisphère continental et hémisphère maritime. 6 263 000 000 000 000 000 kilogrammes : ce n'est que la millionième partie du poids de la Terre entière. Autour de ce globe repose une enveloppe aérienne. XII. dont chaque arête mesurerait gigantesque cubes. il faudrait entasser cubes. ou obliquement opposé au Soleil. ou par côté. jusqu'à son hémisphère un réelle de ce globe? Représentez-vous Quelle est la grosseur un kilomètre dé à jouer.

de calculer. l'angle formé par doux verticales situées à 1 mètre de distance. 81. en chaque lieu ce que l'on appelle la surface géométrique do la Terre : c'est.— La verticale.LE GLOBE TERRESTRE. Il faudrait. La surface des eaux tranquilles définit. doivent être considérées comme véritablement Cherchons. on voit évidemment qu'elles forment entre elles des angles égaux à la distance angulaire qui distance qu'il est toujours facile sépare les lieux correspondants. La surface de la Terre est d'environ 510 millions de kilomètres carrés. et pourtant (soit dit sans vanité) notre pays du représente un peu plus que la millième partie de l'impor'ance il en forme bien le quart à lui tout seul. globe : intellectuellement. de manière à couvrir la totalité Les antipodes. celle de l'Océan. Dans un même lieu. les verticales. du globe terrestre. On sait que cette surface est sensiblement Il suif de là que les sphérique. par exemple. c'est qu'elle est contre-balancée par une pression égale exercée dans tous les sens par le fluide aérien dont notre corps est comme imbibé. à raison de la distance considérable du centre de la Terre. 227 respectable qu'elle est. Il n'y a donc que le quart de la Terre qui soit habitable pour nous. On sait que 10 millions de mètres correspondent au quart de la circonférence . — La sphère. parallèles. CZ'. supposée prolongée Fig. l'Océan domine sur 383 200 000 kilomètres carrés : 136 600 000 seulement restent à la terre ferme. La figure cidessus montre la position relative de quelques A'orlicales menées de ce centre au zénith CZ. n'est pas sensible pour nous. De cette étendue. diverses verticales vont aboutir au centre de la Terre. le reste demeure caché dans le sein des ondes. à peu près mille Frances pour couvrir la superficie entière du globe. CZ".

Un matin du printemps de 1865. ciable. Son mouvement. dans un mouvement chez à celui que nous avons remarqué translation analogue son C'est ce mouvement toutes les planètes. poussées par un vent d'est et passaient au-dessous de moi. c'est-à-dire les astres. et. même avec nos instruments de La Terre tourne. les objets de la campagne en arrière sous vos yeux. en sens opposé du mouvement qui nous emporte. je suppose. Ces bandes de nuages étaient. vous auriez la conviction que ce sont. du mouvement de tous les astres l'on doit l'illusion apparent autour d'elle. Une illusion analogue se présente lorsqu'on se trouve au sommet d'une tour élevée. une longueur de 1 mètre représente donc une distance égale à 10^Ô„„„-. année (fig. 79). vous croyant immobile. quantité complètement inappréles plus précis. qui constitue de rotation sur elle-même. et que les nuages courent rapidement sur notre tète. sera facilement compris si l'on réfléchit de l'axe de la 'Terre. et des nuages Arenus du Rhin me cachaient entièrement la ville et tout l'espace inférieur. je me crus encore en chemin de fer : la cathédrale marchait certai- . de gauche à droite de la ligne des pôles. l'illusion l'emportant. tous les objets situés en dehors d'elle.228 LES MERVEILLES CELESTES. et si vous ne saviez pas de façon très certaine que c'est vous qui marchez. C'est à ce second que période diurne.c'est-à-dire angulaire à — de seconde environ (0"032). les arbres et les collines qui s'en vont. si fuiront vous oubliez la marche du train. que cette étoile se trouve dans le prolongement La Terre tournant. son jour. mon esprit le sentiment de la réalité. je me trouA'ais au sommet du svelte clocher de la cathédrale de Strasbourg! le Soleil était à peine levé. c'est-à-dire à 90 degrés. de la soliMalgré la certitude complète que j'aArais naturellement il me fut impossible de garder dans dité de la haute cathédrale. Il semble (pie la tour s'avance et marche sous vos pieds. terrestre. Tout ce que nous avons dil sur le mouvement. diurne des étoiles autour de l'étoile polaire. autour du Soleil. Quand vous Arous lroiiArcz en wagon. à celui de la toupie qui pirouette tout que l'on peut comparer constitue sa en décrivant des spires dans sa marche générale. paraîtront tourner de droite à gauche. mouvement.

les toits multicolores timent de la réalité. Le mouvement du Soleil autour de la apparent de révolution Terre. perpendiculairement axe. — Ces noms . Les astronomes ne simrenl pas cet usage de la société : ils comptent leur jour à partir de midi. comme des tranches de melon : ce sont les lignes de longitude. et que. et le laissent composé d'une seule période. aux antipodes. Je fermai les yeux. Le jour civil commence à minuit et se compose de deux périodes : le matin. d'un midi au midi qu'ils comptent suivant. lorsqu'ils ont midi. par conséquent. el par quels Voyons maintenant ses diverses parties. degrés de latitude. de 0 heure à 24 heures. diamétralement sous nos pieds.LE GLOBE TERRESTRE. qui couperait la sphère en deux parties égales. ce cercle est l'équateur. Si l'on trace. comment ils étudient la Terre. un grand cercle à égale distance des deux pôles. à égales distances. disposées en long sur la sphère. on appelle pôles les deux points des extrémités opposées où aboutit l'axe idéal à cet autour duquel elle tourne. dirigé d'occident en orient. do midi à minuit. 82). en 360 parties égales. marque le milieu de la nuit. Il est Arisible par là que notre midi est le minuit des peuples qui vivent aux contrées situées à l'opposé de la France. le point culminant. de minuit à midi. Le moment opposé. le soir. Le Soleil règle donc l'heure en passant. moyens ils reconnaissent Une sphère quelconque étant donnée (lig. réciproquement. 180 dans la moitié de la sphère et 90 dans le quart. ou la circonférence entière du globe. et ce ne fut que dix minutes après que. Maintenant. Il y en a. où le Soleil est. de chaque côté. 229 nement vers l'Allemagne. Enfin. nous aArons minuit. le soleil ayant éclairé la scène et dissipé les de Strasbourg me rendirent le senvapeurs. lequel s'effectue d'orient en occident — à l'inverse du mouA'emcnt réel de la Terre. Le moment où le Soleil atteint est celui qui divise la le milieu de son cours. on a partagé le grand cercle de l'équateur lui-même. journée en deux parties égales. sur la tète de chacun des peuples qui entourent le globe. — constitue la durée du jour et celle de la nuit. ou 90 tranches transA^ersales : ce sont les on fait 90 divisions. de l'équateur aux pôles.

soit au nord. Les degrés de longitude les coupent.230 LES MERVEILLES CELESTES. le voyageur plus tôt qu'à Paris. puis de douze. mais de pas de latitude. Si. jusqu'au pôle boréal et jusqu'au pôle austral. de longitude et de latitude datent d'une époque où la contrée terrestre était qu'on avait seule mesurée (l'Europe méridionale) une figure oblongue dont la longueur s'étendait dans le sens des premiers cercles (de l'ouest à l'est). Comme le soleil emploie vingt-quatre 15 degrés par heure. Les degrés de latitude sont donc comptés à partir de l'équateur. soit à l'ouest. Quand on avance du côté de l'orient ou de on ne change l'occident. et la largeur dans le sens des seconds (du sud au nord). il arrivera chez des peuples qui avancent. et s'il garde sa montre gagnera d'une heure par 15 réglée sur le temps de Paris. soit au sud. En continuant une heure de 15 en 15 degrés. Fig. Ainsi. S'il lui arrive de faire le tour entier du globe. de six heures. 180 en tour qu'il paraît faire. il aura gagné vingt-quatre heures et . par exemple. à Vienne. après qu'il continuera aAroir fait le tour du monde. et sont comptés à partir d'un pointquelconque soit à l'est. ou de l'ouest à l'est. Et s'il met sa montre à elle avancera sur Paris à mesure l'heure des pays qu'il traversera. on va. 8ii. on aura l'ail — Divisions du ylobe. puis de dix-huit heures. il parcourt heures : chaque heure douze heures. la va de ligne de l'équateur l'est à l'ouest. ou 360 en vingt-quatre équivaut donc à 15 degrés. son voyage. elle retardera degrés. 15 degrés de longitude vers heures pour le l'orient. longitude. La ligne des pôles va du nord au sud ou du sud au nord. comme on voudra. de Paris à Vienne en Autriche. on a midi une heure de s'avancer à l'est. si bien qu'en arrivant à Paris. sur son heure de Paris.

un jour de plus que les Espagnols tent aux Philippines. Dampier étant allé à Mendanao par l'ouest dit trouva qu'on y comptait un jour de plus que lui. dira-t-on. Ce fait parut très singulier à nos anciens Aroyageurs. supposant qu'il esl dimanche à midi pour Paris. On A'oit par cette esquisse que la Terre. On éprouverait cette singularité toutes les fois qu'on Aroit arriver un vaisseau qui a fait le tour du monde. que samedi. qu'on accusa d'abord do s'être trompés dans leur calcul et d'avoir perdu le fil de leur almanach. c'est-à-dire en partant de l'Amérique et en traversant du Sud. semaine. ville maritime de la Chine. car. les Indes disent qu'il y a six ou sept heures que dimanche et ceux qui sont en Amérique sont encore au samedi commencé. Cela vient de ce que les Portugais établis à Macao y sont allés par le en avançant toujours du côté de l'occicap de Bonne-Espérance. astre du ciel. les habitants des îles de la (Astronomie mer du Sud. sans se réformer sur les pays où il a passé. du côté de l'occident. compter les premiers ayant un jour de plus que les autres. sur quels fondements ces . est réglée qu'il n'y a rien d'absolu dans par ses mouvements planétaires. la mei dent. et que sur chacun des astres ces et les mouvements éléments diffèrent suivant leur grandeur qui leur donnent naissance. à Paris après avoir l'ait le tour du monde. doivent Aroir les A'oyagcurs qui viennent des Indes. Mais. et. dit Lalande des dames). quoique peu éloignées. aucune de ces données de temps et d'espace. par la même raison. soir. si l'équipage avait compté les jours dans le même ordre. il ne compterait que samedi lorsque nous serions au dimanche. et ceux qui leur différemment les jours de la viennent de l'Amérique. Un autre observateur. 231 comptera un jour de plus que nous : il serait au lundi tandis que nous serions encore au dimanche. Varenius même qu'à Macao. les Portugais compne comptent habituellement. dans la manière de compter. que tout est relatif à la condition de chaque planète.LE GLOBE TERRESTRE. qui sont éloignés de douze heures de notre méridien. qui s'avancerait à l'opposé de notre voyageur précédent. revenant retarderait. les premiers sont au tandis que les seconds ne comptent dimanche. ceux qui sont dans est.

232 LES MERVEILLES CELESTES. comment Si Arous voulez m'écoufer instants encore. traire la Terre n'est pas le monde absolu. . peut-on nous prouver qu'il y a là une de nos sens. et puisqu'on illusion ne raisonne que par l'observaa-l-on su qu'il n'y a là que de simples apparences? tion. aussi complètement coiwaincus que moi. fixe. et que tous ces mouvements ne sont pas réels comme ils le paraissent? Comment. immobile au centre de l'univers. A'OUSserez à quelques ce sujet. sont-elles et qui nous prouve qu'au conrègles théoriques établies.

parussent. des sciences. réponses.pas d'astronomie. qu'elles plutôt récuses Sans lui riaient au nez avec la plus grande du monde. el un peu plus instruites d'autres que les précédentes. considérant phases de l'histoire dans un ses succès et ses revers. savoir. ne devaient jamais être reçus qu'à titre d'hypothèses. La question cosmographique qui nous touche de plus près. que nous n'avions point la connaissance solidement fondés qu'ils quelque que nos systèmes. Un astronome leurs yeux. les savanls étaient des rêveurs. les différentes qui. primitive. ingénuité on pourrait s'étonner vraiment. braves gens au fond. qui croyaient des se prévaloir sur le commun mais qui en réalité ne pouvaient ils de la nature. qui n'avaient plusieurs personnes mille questions que de lui adresser jamais rien de plus empressé et qui n'avaient. Pour culièrement eu en et qui n'ont pas toujours ceux qui les ont entendu formuler choses. de l'isolement le privilège de soulever les doutes dont je parle. l'autre jour l'exemple de bonne foi. celle a partiet du mouvement de la Terre dans l'espace.Il PREUVES POSITIVES QUE LA TERRE EST RONDE TOUUNE Slïll ELLE-MÊMET AUTOUR SOLEIL E DU QU'ELLE de de mes amis me citait. et . mortels au point de trouver le mot de l'énigme — J'ai connu moi-même vivaient sous l'empire d'une obsession. personnes. compter leur impolitesse A de voir des gens à la fois si curieux et si difficiles à contenter. que nous tournions pensaient Arraie des cercle vicieux.

pour lui. d'un autre côlé. que la courbure de l'Océan est la même dans toutes les directions : or celte propriété n'appartient qu'à la sphère. Le sol des continents s'éloigne donc une courbure peu de ce niveau et présente dans son ensemble . son sommet. les édifices.234 LES MERVEILLES CELESTES. démontre d'une manière évidente la convexité de la mer. des protubérances aux rugosités de la comparables peau d'une orange. confirmé ce fait. Un peu plus tard. La mer s'élèAe d'abord entre le pont el l'observateur. Arrivé à la ligne bleue qui semble former la séparation du ciel et des eaux. main des preuves irréfragables à fournir. mais par le bas. non par le haut. il disparaît. Malgré les inégalités du terrain. le naA'ire qui s'éloigne paraît à ce moment posé sur l'horizon. et sa base inférieure ne serait pas cachée avant. Un phébasses. La coiiArexité de la mer s'élend en terre ferme. la surface des contincnls ne diffère pas essentiellement de la surface des mers. les tours élevées et les phares sont les objets qui ressur la ligne de visibilité. Le premier fait qui en rend c'est la convexité de l'immense étendue d'eau qui témoignage. Or la surface des fleuves qui coupent en tous sens la terre ferme pour se réunir dans l'Océan est peu supérieure comme la surface au niveau de celui-ci. tent le plus longtemps Ce double l'ail. Nous disons d'abord que la Terre est ronde. et peut être considérée de la mer dans toute l'étendue des continents Les prolongée mesures barométriques sur la hauteur des montagnes ont. élément fondamental du système du monde. Si c'était une surface plane. de plus. ensuite elle cache les voiles les derniers. de ce même ordre d'observations. je résumerai ici les observations principales sur lesquelles s'appuie cet. les sommets des mats s'évanouissent nomène semblable se produit pour l'observateur placé sur le navire : les premières ce sont les côtes basses qui disparaissent. la dislance seule ferait perdre de vue le navire avec ses agrès. sur la surface générale de la Terre. Il résulte. recouvra la plus grande partie du globe. car on sait que les plus hautes chaînes de montagnes sontloin de produire. qu'elle a la forme d'une sphère un peu aplatie aux pôles. L'observation d'un navire en mer suffit pour montrer celle courbure.

l'un de ses vaisseaux (lieutenant Cano) retrouva l'Europe trois ans après comme s'il fût venu de \'or ienl. cumnavigation accomplis depuis cette époque ont surabondamment confirmé cette vérité : la Terre est arrondie dans tous les sens. Sans avoir changé sa direction. de l'Espagne se en 1519. si la Terre était corder qu'avec celui de la rondeur visibles à la fois. Les nombreux voyages de cir- Fig. On a déjà vu ce plane. Que l'on se dirige vers le pôle ou que l'on s'approche de l'équateur. de même que l'on perd Ce fait ne peut s'acde vue ceux des latitudes dont on s'éloigne. Le premier hardie du tour du monde. 83. 233 entièrement pareille à celle des eaux. de la Terre . Une nouvelle preuve de la convexité de la Terre est fournie par le changement d'aspect que présente le ciel pendant les voyages. — Courbure des mers. dirigeant loujoursA'ersl'occidenl. page 61. . en terre ferme comme en mer. ont d'autre part donné une Les voyages de circumnavigation des navipreuve palpable de la sphéricité de la Terre. tous les astres resteraient raisonnement.PREUVES POSITIVES QUE LA TERRE EST RONDE. le gateurs qui ait fait cette entreprise Portugais Mapartit gellan. on découvre sans cesse de nouveaux astres. les objets les plus élevés sont toujours les premiers et les derniers que le voyageur aperçoive. Du reste.

par exemple.. 84.-quel que soit le côté que le disque terrestre présente au disque lunaire dans les diverses éclipses. Cette ombre ronde. sur un dessin que j'ai pris pendant Fig.230 LES MERVEILLES CELESTES. pendant une éclipse de lune. Tels sont les faits vulgaires qui démontrent d'une manière positive la vérité que nous avons avancée. Si nous voulions entrer en géodésie ou en mécanique rationnelle. universellement observée. L'ombre projetée par la Terre sur la Lune pendant les éclipses est toujours circulaire. est une nouvelle preuve en faveur de la sphéricité dé la Terre. On s'en rendra compte. — L'ombrede la Terre sur la Lune. l'éclipsé du 4 octobre 1884. dans lequel on reconnaît en même temps l'ombre de l'atmosphère terrestre. je présenterais des considéra- .

hors de là elles ne signifient plus rien. Un corps ne tombe que lorsque l'attraction d'un autre corps plus important le sollicite. On le verrait sortir de terre el se perdre dans l'espace. Les images de haut el. La Terre peut être isolée dans l'espace. mais qui ne savaient pas comment empêcher de tomber ce globe si lourd sur lequel nous marchons. L'histoire de l'astronomie ancienne nous montre une anxiété profonde chez les anciens observateurs qui commençaient à. concevoir la réalité de cet isolement. Les premiers Chaldéens avaient fait la Terre creuse et semblable à un bateau . D'autres supposaient qu'elle s'étendait indéfiniment au-dessous de nos pieds. dans lequel le centre attractif sera considéré comme le bas . qui aurait nécessairement de très grandes dimensions. Si elle était appuyée sur un corps voisin par quelque point de sa surface. il faut savoir que la pesanteur n'est qu'un phénomène constitué par l'attraction d'un centre.tout ce qui peut exister autour d'elle. La difficulté que certains esprits ont manifestée à croire que la Terre peut être suspendue comme un ballon dans l'espace. serait certainement aperçu lorsqu'on approcherait de lui. ce support. Quelques anciens voulaient qu'elle reposât sur des tourillons placés aux deux pôles. Nous n'avons pas besoin de dire que les voyageurs qui ont fait en tous sens. : . mais les preuves précédentes suffisent certainement pour prouver d'une manière irréfragable que la Terre est ronde. Tous ces systèmes étaient conçus sous l'impression d'une fausse idée de la pesanteur. 237 lions plus rigoureuses encore . nous ne faisons là rien qui puisse donner prise à l'objection signalée plus haut qui craint de voir tomber la Terre on ne sait où. Mais non seulement elle le peut. Voyons maintenant sur quelle base on s'appuie lorsqu'on avance que la Terre est isolée et en mouvement dans l'espace.PREUVES POSITIVES QUE LA TERRE EST RONDE. elle l'est en réalité. le tour du globe n'ont jamais rien aperçu de pareil : la surface terrestre est entièrement détachée de . Lors donc que nous supposons notre globe isolé dans l'espace. et complètement isolée de toute espèce de point d'appui. Pour s'affranchir de cette antique illusion. de bas ne peuvent s'appliquer qu'à un système matériel déterminé. provient d'une fausse notion de la pesanteur. elle pouvait alors flotter sur l'abîme des airs.

le Soleil décrirait une circonférence 23 000 fois plus grande que les points de l'équateur : ce qui donne une Aritesscde 10 695 kilomètres par seconde. la Terre soit en mouvement elle-même.238 LES MERVEILLES CELESTES. a été présentée comme une objection contre le mouvement de la Terre. soit que. le Soleil étant éloigné de la Terre de 23 000 fois le rayon terrestre. tandis que sans elle on tombe dans une inacceptable complication de systèmes. comme elles le paraissent faire. Venons maintenant au troisième point de ce chapitre. Telles seraient les vitesses diverses dont les planètes devraient être animées pour tourner autour de notre globe en Aringt-quatre heures. puisque dans l'un et l'autre cas les apparences sont les mômes. Or. nous pouvons Aroir immédiatement que. ' Jupiter est environ cinq fois plus loin : sa AÙtcssc serait de 53 415 kilomètres par seconde. un point situé sur l'équateur parcourra 465 mètres par seconde. ces objets soient en mouvement. etc. ces objets étant en repos. les nuages. qui paraît considérable. Neptune 30 fois plus loin : il deArrait parcourir 320 000 kilomètres par seconde. l'atmosphère. son rayon moyen étant de 6 371 kilomètres et sa circonférence de 40 000. Mais nous allons voir de quelle vitesse sans égale il faudrait animer les sphères célestes pour leur faire parcourir à chacune la circonférence du ciel dans le même laps de A'ingl-quatre heures. la Terre étant en repos. aux preuves positives du mouvement de la Terre. nous ne pourrons avoir conscience de ce mouvement auquel nous participons que par l'aspect changeant du ciel immobile. Remarquons d'abord que les apparences des objets extérieurs seront identiquement les mêmes pour nous.. Si la Terre entraîne dans son mouvement toutes les choses qui lui appartiennent. les eaux. Cette AÙICSSC. soit que. nous allons voir que l'hypothèse du mouvement de la Terre explique tout. Et d'abord. Si la Terre tourne en vingt-quatre heures sur elle-même. dans l'hypothèse de l'immobilité de la Terre. On voit que l'objection contre le mouvement de la Terre de 465 mètres par seconde au .

Que serait-ce si nous considérions les étoiles fixes! Notre voi- Fig. jusqu'aux étoiles lointaines. devrait parcourir 2 milliards 941 millions de kilomètres par seconde. Et de proche en proche. 239 maximum à l'équatcur n'est plus rien à côté de celle qui naît de pareils nombres. pour tourner autour de ce petit point imperceptible qui s'appelle la Terre! . nous creuserions l'infini sans trouver un nombre qui pût exprimer la vitesse des astres. —Isolumcnldcla Terre dans l'cspaee. sine. éloignée à une distance '275 000 fois supérieure à colle du Soleil.PREUVES QUE LA TERRE EST EN MOUVEMENT. l'étoile Alpha du Centaure. 85.

Toutes les observation. les anciens avaient dû imaginer jusqu'à soixante-dix cercles enchevêtrés les uns dans les autres. les attacher à un moirvemcntdes A'oûtes célestes. Saturne en 10 h. mues elles-mêmes par un mouvement de rotation autour de leur axe : Mars tourne sur lui-même en 24 h. nous devrions tomber après ce laps de temps en un point plus occidental que le point de départ. la simplicité et l'analogie sont. qui. les mouvements des planètes dans le zodiaque. 14 m. était celle-ci : si la Terre tourne sous nos pieds. D'autre part encore. et qui. Aucune ne le contredit. Mais non seulement le mouvement diurne delà sphère céleste ne peut se comprendre que par l'admission du mouvement de la Terre autour de son axe. s'ils avaient pu exister un instant. Jupiter en 9 h. réussirait à se soutenir immobile dans l'atmosphère pendant une minute. notes des terres analogues à la nôtre. qu'ils sont tous situés aux distances les plus diverses.•240 LES MERVEILLES CELESTES. en nous élevant dans l'espace et en trouvant le moyen do nous y tenir quelques secondes ou davantage. qu'ils ne sont réunis entre eux par aucun lien solide qui puisse.. d'autres plus volumineux encore . Ainsi. un autre 1300 000 fois. devrait retomber 27 900 mètres à l'ouest . et celle effrayante complication du système des cieux témoignera par elle-même de sa non-existence. Ajoutons à cela que ces astres sont. de son impossibilité mécanique. auraient été bientôt mis en pièces par les comètes vagabondes ou par les uranolilhes qui circulent dans l'espace. l'un 1 300 l'ois plus gros que la Terre. Le télescope a montré dans les pla. par exemple. La grande difficulté que l'on avait avancée contre ces mouvements.. prouvent le double mouvement de rotation et. etc. Pour expliquer ces effets de perspective en supposant la Terre immobile. en faveur du mouvement de la Terre. sa haute vraisemblance.. îif» m. cercles solides ou cieux de cristal dont rien n'égalait la complication. Celui.. à l'équateur.-. 31 m. et qui fut en faveur pendant quelque temps. de translation de notre planète. l'analogie est venue confirmer singulièrement l'hypothèse du mouvement de la Terre et changer en certitude. leurs stations et leurs rétrogradations réclament avec la môme rigueur le mouvement de notre planète dans le ciel.

Fit. à son mouvement de rotation. prennent la forme d'ellipses aplaties aux extrémités de l'axe. Si le globe tourne. est le témoignage permanent do son mouvement de rotation déterminant la force centrifuge. comme nous venons de le dire. Le lecteur a déjà répondu à cette objection en réfléchissant que tout ce qui appartient à la Terre participe. au lieu Buchanan de redescendre en France. 241 du Heu d'où il serait parti. et Cyrano de Bergerac lorsque. Mars. La Terre. à l'aide de l'appareil que représente cette figure. Cette force est rendue manifeste. L'observation directe de divers phénomènes a encore confirmé la théorie du mouvement de la Terre par des preuves matérielles irrécusables. il était tombé. quelques heures après son départ. aplatie aux pôles et renflée à l'équateur.. car bientôt elle perdrait inévitablement de vue ses jeunes tourtereaux. et est d'autant plus considérable que la vitesse de l'aplatissement rotation est plus grande. présentent cet aplatissement dû au mouvement de rotation. Des cercles d'acier. il développe. — Quelques sentimcntalistes. et que jusqu'aux dernières limites de l'atmosphère notre globe entraîne tout dans son cours. ont donné à l'objection une forme plus tendre. — lïïïcl de la force centrifuge. en disant que si la Terre tournait. la tourterelle n'oserait plus s'élever de son nid. cette force sera nulle aux pôles. entre autres. — Ce serait une excellente façon de l'avoir employée prétendait voyager. et surtout Jupiter et Saturne. La figure sphéroïdalc de la Terre. tournant rapidement autour d'un axe. 86. s'étant élevé dans les airs par un ballon de sa façon. comme nous l'avons dit. au Canada. une certaine force centrifuge.PREUVES QUE LA TERRE EST EN MOUVEMENT. 16 . dans les cours de physique.

il L'expérience est difficile de faire cette vérification. à cause des agitations de. Si l'on fixe également au sommet île la tour. le poids serait situé un peu au-dessous du point. par le pied de la verticale. — Déviationdans la chute des corps. l'air. Un poids situé à une certaine hauteur tomberait au pied de la verticale si la Terre était immobile. Ce sera en grand ce qui existe en petit dans une fronde ou dans une roue libre en mouvement rapide. mesurée au pied de la tour. va en croissant jusqu'à l'équateur. duc au mouvement de la Terre étant plus grande au sommet de la tour qu'au pied. immobile. sera un peu modifiée par reflet de la force centrifuge résultant de la rotation du globe Fig. de l'ouest à l'est plus grande qu'au pied de la. 8". mais on a pu constater qu'une boule métallique. tour : cette vitesse se combine avec celle de la chute. 87). abandonnée à elle-même à l'orifice d'un puits très profond. Mais pendant In durée do sa chute le mouvement de rotation lui fait décrire un arc plus grand que l'arc décrit. c'est-à-dire suivant la perpendiculaire au niveau d'eau. un second fil à plomb très court. et au lieu de suivre les parois de la tour. — Si on laisse tomber une pierre de A en B (fig. Dans l'atmosphère. d'attache. nulle au pôle. Telle est la déviation qu'indique la théorie. partie de A' elle tombe en B". tombe un peu . elle tomberait réellement en Bsi la Terre était. la direction de ce fil à plomb vers le centre de la Terre. car la force centrifuge. aura son maximum à l'équateur. pas tout à fait la direction du premier. fera dévier le fil un peu plus à l'est. confirme le raisonnement. à une petite dislance à l'est du premier. Abandonné à lui-même. dont. mais au sommet de la tour la pierre est animée d'une vitesse.24a LES MERVEILLES CELESTES. Or supposons qu'on ilxo un fil à plomb au sommet d'une tour. ce second fil n'aura. et tombe à l'orient du point inférieur. et qui. il conserve sa vitesse d'impulsion primitive. et sera d'autant plus grande que l'objet auquel elle s'applique sera lui-même à une distance plus grande de l'axe de rotation. et que le poids qui le tend descende jusqu'à la surface du sol.

Du temps de Cassini. La déviation dépend de la profondeur des puits . la force centrifuge atténue en partie L'ellct de la pesanteur. A l'équateur. la vitesse acquise. en ferait 86 242. à 28 mètres. n'exécuterait plus. Dans les puits de mine de Freiberg (Saxe).83 100 Les variations de la pesanteur sur le globe terrestre dépendent et de la forme même dé ce globe. 243 à l'est du pied d'un fil à plomb qui marque la verticale. transporté aux pôles. que 86 017 oscillations. à Paris.ule cause. dans le môme temps. mais . et traverse l'édifice jusqu'à la terrasse. Nous avons à l'Observatoire de Paris un puits qui descend aux catacombes. Les oscillations du pendule à secondes appuient encore le fait précédent. elle est à l'équateur de 33 millimètres pour un puits de 100 mètres de profondeur. Intensité Longueur ilupendulesecondes. La longueur du pendule à secondes. est de 994 millimètres. à A l'équateur Ala latitude do 44° Aux pôles 991mm. Il est évident que c'est là une preuve expérimentale du mouvement de rotation de la Terre.32 996 . le rayon polaire.5. mais la différence est trop grande.PREUVES QUE LA TERRE EST EN MOUVEMENT. et. pour être attribuée à cette s<. un Un pendule (Y mètre de longueur qui. pour le même pendule. dont la hauteur est également de 28 mètres. dola pesanteur. C'est donc un puits de 56 mètres. fait.la Terre. c'est-àdire le nombre de mètres indiquant. pour la station de Paris. parce que le rayon équatorial est plus grand que. on a constaté une déviation orientale de 28 millimètres pour une profondeur de 158™. qui n'est pas sphérique. Nous y joignons les nombres qui mesurent l'intensité de la pesanteur en ces divers lieux. par les corps tombant dans le vide.78103 9 . à l'équateur. on y a fait l'expérience précédente. à l'équateur et à une latitude moyenne de 45°. aux pôles. Voici celle que le calcul et les observations ont fait trouver.03 993 . dans le vide 8G 137 petites oscillations en 24 heures. pour elonner une preuve expérimentale du mouvement de.19 9m. après une seconde.80 60n 9 . Non seulement elles sont plus lentes à l'équateur qu'aux pôles.

Si la Terre était immobile et si tous les astres tournaient autour d'elle en vingt-quatre heures. fournissent déterminer une également preuve positive du mouvement de la Terre autour du Soleil. La forme môme du sphéroïde terrestre montre que celte planète fut une masse fluide animée d'une certaine . et constamment leur lumière arrivant plus tôt lorsqu'ils sont plus proches. et plus lard lorsqu'ils sont plus éloignés. Il en est de même du phénomène de l'aberration de la lumière. et de la force centrifuge engendrée par la vitesse de rotation. leur mouvement de révolution en 24 heures ne le paraîtrait plus. Les mouvements apparents annuels des étoiles dans le ciel. à l'instant où l'indique la ligne de leur longitude dans le ciel. La pesanteur diminue donc des pôles à l'équateur plus qu'elle ne le ferait sans cette rotation. et l'on peut dire que toutes les branches de la science qui se rattachent. Les rayons lumineux qu'ils nous envoient. mais offriraient des variations considérables. ellipsoïdal.244 LES MERVEILLES CELESTES. les corps placés à l'équateur ne pèseraient plus : une pierre lancée dans l'espace ne retomberait pas ! Voici un autre fait non moins positif que les précédents. selon leurs distances variables. apporté son contingent de preuves à la théorie du mouvement de la Terre. et que 289 proportionnellement est le carré de 17. Les distances variant. Une remarque curieuse à faire ici. comme la force centrifuge croît au carré de la vitesse de rotation. Quelque régulier qu'il fût en réalité. à la cosmographie. mettant des intervalles inégaux à nous venir. La physique du globe a. si la Terre tournait 17 fois plus vite. se sont unies pour la confirmation unanime de cette théorie. c'est qu'à l'équateur cette force est jfa de la pesanteur. ils ne passeraient pas tous les jours au méridien à l'instant précis du calcul. dont nous avons parlé dans l'exposé de la méthode employée pour la distance des étoiles. elle aussi. ne se lèveraient ni ne se coucheraient jamais. et plus facile à apprécier dans ses conséquences en faveur du mouvement de la Terre. entre les planètes et la Terre. du jour au lendemain. de près ou de loin. les astres ne passeraient jamais au méridien. Or. semaine à l'autre. mettraient une confusion extrême dans les heures de leurs passages d'une apparents.

trouvent également leur cause dans la rotation du globe. 245 vitesse de rotation. Ce fil Fig.PREUVES QUE LA TERRE EST EN MOUVEMENT. 88. le plan des oscillations reste . D'autres faits. Nous terminerons en rappelant la brillante expérience de Foucault au Panthéon. Les lignes. aux points où passe le pendule oscillant. comme on sait. croisées au centre. mais ces faits ont une valeur moindre que les préattendu cédents. Or la pointe du pendule entame le sable à chaque oscillation. se succèdent. En réalité. Une pointe est attachée au-dessous de la boule. est tendu à son extrémité inférieure par une boule de cuivre d'un poids assez fort. comme les courants de l'atmosphère et de l'Océan.— Expériencede Foucault. et manifestent une déviation du plan des oscillations de l'orient vers l'occident. Elle consiste. conclusion à laquelle les géologues sont arrivés dans leurs recherches personnelles. les courants polaires et les vents alizés. qu'ils pourraient s'accorder avec l'hypothèse du mouvement du Soleil. A moins de nier l'évidence. et deux petits monticules de sable fin sont disposés sur un cadre divisé. à encastrer un fil d'acier par son extrémité [supérieure dans i une plaque métallique fixée solidcmen t à une voûte. cette expérience démontre invinciblement le mouvement de la Terre.

d'occident en orient. . Tel est le principe de l'expérience et imaginée par Foucault. et l'avoir écartée de la qu'après on l'abandonne à verticale. Un appareil très simple permet de constater ce fait. pendiculaire puis. le plan vertical dans lequel ont lieu les oscillations reste invariable. On fait el'abord osciller le pendule dans la direction CD (fig. pendant qu'il oscille. pendant les oscillations élu pendule. l'action de la pesanteur. repères fixes pris hors ele l'apsur le plan pareil. cette force lui fera faire une série d'oscillations qui toutes auront lieu dans un même plan vertical. on fait Fig. La direction CD' du plan d'oscillation restera la même que CD. tourner le plan auquel le point de suspension est lié. Seulement.—Déviationapparente du pendule. on fait tourner lentement l'appareil sur lui-même. comme on pourra s'en assurer à l'aide des Fig. 89).89. Si l'on suspend une boule pesante à l'extrémité d'un fil. et si l'on n'avait pas conscience de ce mouvement. 90 Déviationapparente du pendule. fixe. de façon à lui donner la position marquée dans la figure 90. perà la ligne AB . L'explication est basée sur ce fait que la torsion du fil n'empêche pas le plan des oscillations de rester invariable. avoir dévié en sens contraire AB. passant par le point de On démontre en suspension. mécanique que si. la Terre tourne au-dessous. il est clair que la déviation semblerait réelle.246 LES MERVEILLES CELESTES. le plan d'oscillation paraîtra de la rotation imprimée au support.

nous n'avons pas à attendre. la Terre tourne. fort bien! mais s'arrêter? Qu'arriverait-il si. et cela avec toute l'autorité qui appartient aux principes de la mécanique céleste. Tout est en mouvement. pour l'horizon d'un lieu situé à une élu plan d'oscillation se manialtitude quelconque. c'est dans celte loi universelle du mouvement que réside. par conséquent. comme tous les astres du ciel. à craindre cette fantaisie-là. Ainsi.és . et le plan d'oscillation du pendule paraîtrait tourner en vingt-quatre heures autour de la verticale. Si nous imaginions qu'un pendule d'une grande hauteur fût suspendu à l'un des pôles de la Terre. ele rouler élans son mouvement rapide? Voyons un peu : le sujet ne manque pas d'intérêt. Rappelons d'abord que la vitesse d'un corps situé à la surface de la Terre se compose de deux parties : du mouvement de rotation diurne du globe autour de son axe. voici les conséquences inévitables qui résulteraient du simple arrêt de la Terre dans son cours. le plan de ses oscillations restant invariable. elle cessait subitement. sous la coupole du Panthéon en 1849. De la part de notre monde.. la condition de la stabilité du monde. c'est ce que nous pouvons sans crainte déclarer impossible. la Terre tournerait sous lui. en sens eiontraire. Ce.n'est pas qu'en cherchant à répondre à cette curieuse petite question je veuille lui donner plus d'importance qu'elle n'en a en réalité. aurait plus de déviation. par une cause quelpourrait-elle conque. il n'y Si le pendule était suspendu en un point de l'équateur. les corps plae.. et de son mouvement ele translation autour du Soleil.. malgré la torsion du fil.PREUVES QUE LA TERRE EST EN MOUVEMENT. ou petit à petit. Mais. en effet. une fois ce pendule en mouvement. Que notre globe cesse un jour subitement ele tourner. Une question se présente ici : la Terre tourne. du véritable mouvement de rotation ele la Terre. car. l'invariabilité feste par une déviation en sens contraire du mouvement de la Terre. Le repos et absolu n'existe pas élans l'univers. 247 réalisée par ce savant regretté. En vertu du premier..

Si elle. qui recouvre les deux tiers du globe. cela s'élancerait d'un seul bond dans la direction du mouvement de la terre. ce système. nos voitures et nos locomobilos. à se mouvoir dans la direction primitive. c'est encore en vertu du môme principe qu'il faut prendre certaines précautions en descendant d'un omnibus en marche. où elle est maximum. seraient immédiatement et d'un seul trait lancés vers l'est. C'est en vertu ele ce principe que lorsque votre cheval s'affaisse brusquement. submergerait les îles et les continents dans sa course impétueuse. les animaux domestiques et. vos pieds étant subitement attachés au sol immobile. mille fois moins vite. aux pôles. sous le timon elo votre voiture. et qui objets qui ne sont pas implantés n'adhèrent à la surface que par la pesanteur. tout. brusque. Cette à l'équateur terrestre parcourent vitesse diminue de l'équateur. à un système matériel en Tous les points qui appartiennent mouvement étant animés du même mouvement que lui. couronnant . Par suite du second mouvement de la Terre. par un arrêt. Arous n'alliez pas baiser les traces du véhicule. s'arrêtait subitement. comme nous l'avons vu. Les promeneurs paisibles. les travailleurs et les gens en repos. à l'heure : un train express lancé à toute 106 000 kilomètres vapeur va plus de. les points en vertu de la qui peuvent se déplacer à sa surface continueront. les calèches. que leur cercle de latitude est plus petit. 1 770 kilomètres par minute. et fixés dans le sol. tandis que votre corps est encore animé ele la vitesse acquise. est mis subitement en repos. les bicyclettes et les wagons. tous ses points indistinctement rent 29 5U0 mètres par seconde. une voiture plus rapide que les omnibus. où d'autant moins elle est nulle. si. afin que. les oiseaux élans le ciel. sa masse liquide s'élançant en un clin d'oeil elle-même par-dessus les rivages. de sa révolution dans parcoul'espace autour du Soleil. il va sans élire ejuc toutes les précautions Tous les seraient superflues pour éviter une mort instantanée. ceux qui vivent dans les forêts. La Terre est. 465 mètres par seconde. Quant à l'Océan. puisque les corps ont naturellement de chemin à-parcourir. vous vous trouvez malencontreusement lancé par-dessus la tète de votre pégase. vitesse acquise.248 LES MERVEILLES CELESTES.

la première en quinze jours. et il s'y transforme les fois qu'il paraît se perdre comme force motrice. arrêtée. Mais voici une autre conséquence bien plus e. la troisième en sept cent soixantesix. Les théoriciens qui se sont amusés à chercher au déluge biblique une cause naturelle n'ont pas manqué de mettre en jeu cette supposition féconde. de Jupiter ou ele Saturne était.) assez fortes pour produire de pareils bouleversements.PREUVES QUE LA TERRE EST EN MOUVEMENT. 249- l'édifice de la mort. Il est reconnu que le mouvement ne peut s'anéantir. bientôt elle s'élancerait sur les flancs des plus hautes montagnes et ferait subir à notre globe une transformation de surface dont n'approche aucune des révolutions antiques qui l'ont tourmenté. se que nul atome de matière. pas plus se diviser. Ainsi. la Terre tomberait en ligne droite vers le Soleil. ces planètes tomberaient dès lors dans le Soleil. Il va sans dire que notre globe n'est pas une exception à la règle générale. la dernière en dix-neuf cents. S'il y avait encore sur le globe d'autres êtres que les poissons pour le voir. do l'arrêt subit de la Terre dans son qui résulterait immédiatement cours. il peut se communiquer. et disparaîtrait dans sa surface comme un aérolithe élans la mer.urieuse encore. Nous savons aujourd'hui que les comètes n'ont pas de masse. la seconde en quarante. La Terre arriverait sur lui 64 jours après le choc. cet astre s'agrandirait à vue d'oeil dans un gigantesque épanouissement. vous froppez à plusieurs reprises sur un clou enfoncé et désormais . et que le même sort serait réservé aux autres planètes si elles se trouvaient dans le même cas. et c'est là le point important ici. si la vitesse de Mercure. mais non Il peut. effectivement toutes transformer en chaleur. il peut se s'anéantir. Ainsi. de la Un autre fait bien curieux qui suivrait l'anéantissement vitesse de la Terre dans son mouvement autour du Soleil est celuici : la force centripète qui entraîne les planètes vers le Soleil n'étant plus contre-balancée par la force centrifuge-. et d'avancer que le choc d'une comète pourrait facilement opérer cet arrêt et ses lourdes conséquences.. perdre en une certaine somme de forces partielles. de Vénus.

250

LES MERVEILLES CELESTES.

immobile; le mouvement du marteau ne se communiquant plus au clou, se transforme en chaleur; vous pourrez facilement vous en au toucher. Sans multiplier les exemples, chacun a apercevoir constaté par-expérience celte transformation mécanique du mouvement en chaleur. on pouvait suspendre instanOr, si, par une cause quelconque, tanément ie mouvement multiple qui anime notre globe, ce mouvement subirait cette transformation dont nous venons de parler. La Terre s'échaufferait tout à coup, et veut-on savoir à quel degré? La quantité de chaleur engendrée par l'arrêt, du globe terrestre, équivalant à un choc colossal, suffirait non seulement pour fondre la Terre entière, mais encore pour en réduire la plus grande partie en vapeur! Cette conséquence domine toutes les précédentes et les absorbe. La Terre ne serait plus une planète; sa masse, son volume et sa densité, changés du tout au tout, ne permettraient plus les applications que nous signalions tout à l'heure sur le mouvement, désordonné des corps à sa surface, le déversement des mers et sa chute élans le Soleil; tous ces éléments donnés par la mécanique seraient modifiés suivant le mode plus ou moins rapide dont se serait opéré l'arrêt du mouvement de la Terre. Si cet arrêt n'était qu'un ralentissement progressif, elont l'accomdemanderait une durée de quelques instants, au lieu plissement d'être instantané, la Terre pourrait encore devenir assez chaude pour que tous les êtres vivants qui existent à sa surface périssent subitement. Terminons ces réflexions comme nous les avons commencées, en disant que la question est plus curieuse que menanous pouvons dormir tranquilles, çante, et que très certainement sans laisser en nous les moindres traces des craintes imaginaires qu'elle aurait pu momentanément faire naître dans notre esprit. D'ailleurs, notre globe n'a pas grande importance dans l'univers, et sa disparition serait peu remarquée. Ce n'est qu'une insignifiante bulle de savon, comme le disait notre poète national Béranger en célébrant la nuit ele son ascension :

PREUVES QUE LA TERRE EST EN MOUVEMENT. Dans mon vol, sous mes pieds, qu'enlends-jc? C'est le triste son d'un pipeau, Qui mène au gré d'un tout jeune ange L'un des corps nains du grand troupeau. Petit globe, objet de risée! On dirait, à le voir courir, Du savon la bulle irisée Qu'un souflle fait naître et périr. Je demande à l'enfant céleste Si c'est son jouet dans les cieux. — Enorme géant, sois modeste, Dit-il, regarde et juge mieux. Je me penche alors sur lu boule, Prêt à la prendre dans ma main! Dieu! j'y vois s'agiter la foule Que nous nommons le genre humain. Maconfusion est profonde. — Est-ce donc là notre séjour! — Oui, dit l'ange, voilà ce monde Dont peu d'entre vous font le tour. Ton oeil y distingue sans doute Ces inouïs qui sont géants pour vous, El,voire océan, cette goutte Qui suffit à vous noyer tous.

251

III

LA

LUNE IJ(Î oirramène silence. s le Assissurlesrochers déserts, .lesuisdansle va^ucdosairs Lechardela nuit, ui s'avance. q Toutà coup,détaché cieux, des Unrayondol'astrenocturne s (Hissant ur monfront, taciturne Vientmollement, toucher esyeux. m Doux refletd'unglobode flamme, Charmant '.' rayon,quemeveux-tu Viens-tu dansmonsoinabattu Porterla lumière monâme'.' à Descends-tuourmerévéler p Desmondese divinmystère? l Lossecretscachésdansla sphère Oùlejour vate rappeler? Unesecrèteintelligence T'adrosse-t-ello auxmalheureux? Viens-tu nuitbrillersureux la "' Comme n rayonde l'espérance u Viens-tu évoiler'avenir d l Aucoeur atigué f quit'implore? es-tul'aurore divin, Hayon Dujourqui ne doitpas finir? LAMAÏITINI:.

Astre par excellence de la rêverie et du mystère, le flambeau destiné à l'illumination des nuits terrestres a toujours eii le privilège d'attirer les regards et les pensées. Il semble que, régnant sur l'empire du silence et de la paix, il soit plus mystérieux, plus solitaire que nul autre : sa lumière blanche et glacée vient encore affermir l'impression il reste dans la pensée comme première; représentant la Nuit elle-même. Dès les âges antiques, les anciens avaient nommé souveraine des nuits silencieuses Diane au crois-

LA LUNE.

253

sant d'argent, Phoebé à la blonde chevelure. Le clair de lune a quelque chose de mélancolique, même lorsqu'il est charmé par le ses trilles chant du rossignol, qui parfois jette si admirablement infatigables à la pleine lune montant dans les bosquets. à la Terre de Attachée par les liens indissolubles de l'attraction laquelle elle est issue, la Lune gravite autour de nous comme un satellite fidèle. Au moment de sa plus grande clarté, lorsqu'elle est arrivée a la phase de sa plénitude, elle trouve en se levant l'heure de l'apparition des étoiles, sensiblesuivant et, cours de ment leur l'orient à l'occident, elle semble leur guide céleste. comme Cependant, elle l'aille tour du globe d'occident en orient en vingt-sept jours environ , on remarque bientôt eju'elle retarde sur les chaque jour étoilcsqu'elle paraissait et qu'edle; conduire, possède un mouvement indépendant de celui de la sphère céleste. En effet, elle est l'astre le plus rapproché, et elle nous appartient à titre de satellite. La distance de la Terre à la Lune a été mesurée par un procédé analogue à celui que nous avons exposé plus haut pour la mesure des distances des étoiles. Deux astronomes (comme l'ont fait entro autres Lalande et Lacaille, en 1756, à Berlin et au cap de BonneEspérance) se placent sur un même méridien, l'un en A, l'autre en B (fig. 91), et mesurent la distance de la Lune à leurs zéniths respectifs, c'est-à-dire les angles ZAL, Z'BL, au moment où l'astre passe à leur méridien. Les suppléments TAL et TBL de ces angles

2»4

LES MERVEILLES CELESTES.

sont par là même déterminés, et l'angle ATB, qui est la somme des latitudes, est, donné par la position môme des observateurs. En menant la tangente LA', on a la parallaxe horizontale A'LT et la distance TL. Les astronomes cités plus haut avaient trouvé 57' 40" pour la valeur de l'angle sous lequel on voit de la Lune le rayon de la Terre. Les dernières mesures la fixent à 57' 2", 7, ce qui porte la distance moyenne du centre de la Lune au centre de la Terre à un peu plus ele 60 rayons terrestres. Un pont de trente terres y conduirait. La Lune tourne autour de la Terre en 2" jours 7 heures 48

Fif*.Ul. — Mesuredo la dislance de la Terre à la Lune. minutes 11 secondes et demie. C'est ce qu'on appelle sa révolution sidérale. Supposons-nous au moment de la nouvelle lune : la Lune se trouve juste entre le Soleil et la Terre. Elle commence sa révolution. Au bout du temps que je viens d'inscrire, elle reviendrait au môme point si la Terre était immobile; ; et, en fait, elle revient au même point relativement aux étoiles fixes. Mais, pendant ces 27 jours, la Terre a marché dans son mouvement annuel autour du Soleil, et le Soleil a changé de place, en sens contraire du mouvement de la Terre. La Terre allant vers la droite, il a rétrogradé vers la gauche. Pour que la Lune revienne devant lui, il faut qu'elle marche encore pendant environ 2 jours. Cette révolution est la principale pour nous, puisque c'est elle qui produit les phases ; on l'appelle synodique, et sa durée est de 29 jours 12 heures 44 minutes 3 secondes.

LA LUNE.

255

Do tous les astres, la Lune est celui dont la connaissance nous fut la première et le mieux acquise. Dès l'invention des premières lunettes d'approche, en l'an 1608, ces instruments primitifs, dont la puissance était loin d'atteindre les régions stcllaires et ne pouvait être efficacement appliquée qu'à cet astre voisin, astronomes, astrologues, alchimistes, tous ceux qui s'occupaient de science se se'iitircnt tourmentés par le plus vif désir de pénétrer par la Arue dans les régions de cette terre céleste. Les premières observations de Galilée ne firent, pas moins de bruit que la découverte ele l'Amérique; un grand nombre voyaient là une découverte nouvelle d'un nouveau momie bien plus mystérieux que l'Amérique, puisqu'il était en dehors de la Terre. C'est un eles, spectacles les plus curieux de l'histoire d'assister au mouvement prodigieux qui s'opéra à propos du monde de la Lune. 11 n'y a que le premier pas epii coûte, dit, un vieux proverbe : à l'époque dont, je parle, ou n'avait attendu que le premier pas de l'optique; à peine fut-il fait, qu'on réclama le; second, avec avidité, puis le troisième, et, comme les progrès de la science n'arrivaient pas aussi vile que les désirs, comme bien des années se passaient, sans qu'on pût, arriver à distinguer les royaumes de la Lune et les cités de ses habitants l'imagination exaltée prit les devants et, partit sans tarder davantage pour le nouveau monde céleste. On vit paraître alors de fort curieux voyages à la Lune, d'élonnanles excursions, d'impardonnables fantaisies, et les études sérieuses se trouvèrent, bientôt, largement dépassées par les visions des esprits impatients \ Cependant elles marchaient, rapidement, les découvertes astronomiques. Encouragé par les premières révélations élu télescope, on avait entrepris l'étude complète de la surface lunaire. L'aspect delà Lune vue à l'oeil nu, cette esquisse de visage humain que l'on remarque avec un peu de bonne volonté sur son disque pâle, s'était transformé dans le champ eles lunettes, et l'on avait observé tout d'abord des parties très brillantes et des parties plus sombres. En examinant plus attentivement, et, en amplifiant les grossissements, en 1. Leslecteurscurieux de connaître ces voyagespseudo-scientifiques trouveront la descriptioncritique dans notre ouvrage: tes Mondesimaginaireset les Mondeséels. r

que les parties sombres qui les a voisinent sont des vallons ou des plaines basses et qu'enfin les larges taches grises qui se voie nI en plainesonfdcs pays dont le sol rélléch it moins parfaitement la lumière solaire.256 LES MERVEILLES CELESTES. Il fut alors facile de constater que les parties brillantes sont des montagnes. et qu'aux deux quartiers nous faisons un angle droit avec la Lune et le Soleil et ne pouvons voir alors que la moitié de la partie . dans le cas contraire. on voyait des lignes sombres à leur droite. on reconnut que l'aspect des détails changeait suivant que le Soleil se trouvait d'un côté ou de l'autre de la Lune. On savait déjà que les phases de la Fig. qu'aux jours où le Soleil était à gauche des lignes brillantes. les lignes sombres paraissaient à gauche. qu'à l'époque de la nouvelle Lune le Soleil se trouve derrière cet astre et éclaire le côté que nous ne voyons pas. à l'époque de la pleine Lune. tandis que. puisque. 92. Lune sont produites par l'illumination du Soleil.—Implicationdes phasesde la Lune. lorsque nous voyons entièrement la partie éclairée de notre satellite. la Lune et que nous voyions entièrement le côté illuminé. c'est quand nous nous trouvons entre le Soleil et.

.

On avait donc sous les yeux un globe opaque comme la Terre. le Marais de la Putréfaction. toujours gracieux. par l'analyse dont nous avons parlé plus haut. jï\ veut dire Terre. et on en dressa la carte géographique. Plus tard. mers.LA LUNE. 257 Les observations faites au télescope confirmèrent cette en montrant des ombres à la surface que la marche explication de la marche lunaire se produit à l'inverse du Soleil. de la Mort. car. la Mer des Humeurs. comme tous nos jeunes lecteurs le sélénographique. la Mer de la Tranquillité. éclairée. l'Océan des Tempêtes. marais. aux petites le nom de lacs ou de marais. sombres on donna le nom de mers. C'est ainsi qu'il y eut. On s'occupa donc spécialement de notre voisine... vertus plus ou moins légitimement attribuées à l'astre des nuits. Lune : la Mer de la Fécondité. monts. Il est de feu pour le mensonge.w. le Lac Sérénité. lacs. ce qui est malheureusement bien rare. de dénominations golfes. difficulté s'affranchir de l'erreur. 17 . en analysant on trouva les mêmes élérenvoyés par la Lune. presqu'îles. comme vous le voyez par ceux qui d'un goût exquis ni d'un sentiment précèdent. veut dire Lune. savent. tandis que o-cX/. L'homme est de glace aux vérités.' éclairé comme elle par le Soleil. la des Rêveries. etc. et que l'homme ne peut qu'avec la plus pénible pleine vigueur. les rayons car. la Mer de la le Marais des Brouillards. lors même qu'il le veut. et accidenté comme sa surface de et do vallées. et les astronomes firent une Aux grandes taches description qui sentait les opinions régnantes. étaient en métaphysiques. puis on baptisa liées au souvenir des etc. pas tous. comme vous savez. et d'autres Presqu'île noms qui ne sont. identiquement ments que dans la lumière directement émi^e par le Soleil. ou. C'était plus qu'il n'en fallait pour aiguilmontagnes lonner la curiosité. vallées. Comme les idées astrologiques sur les influences et physiques morales ou immorales de la Lune. pour mieux dire. les astrologues continuèrent à interpréter le langage de la Lune suivant les règles de l'horoscopie. elle fut encore confirmée de la lumière récemment. et qu'il y a encore sur la présentement le Lac des Songes. puisque.

258 LES MERVEILLES CELESTES. l'auteur de la Sélénographie. pour ne froisser personne. Laquelle? Oh! elle ne doit pas être bien longue à deviner : on craignit d'exciter des sentiments de jalousie.) en revint aux savants.—Aspect e la pleineLune. ont raconté. et que le maître habiterait. riche propriétaire. Lorsqu'il s'agit de nommer les montagnes. gardée par des sentinelles armées de Propositions. d'Antithèses. Tel astronome qui n'avait pas en sa possession un coin de terre ici-bas eût été fort honoré de recevoir un petit héritage de c>. C'est ainsi que sur le mont Aristote serait élevée une véritable cité grecque.s terres lunaires . paraît-il. en visitant. Mais une considération de prudence retintTlévélius. tel autre. d'abord aux savants morts : Aristote. etc. les Apennins. pathes. Ces àmes immortelles.. eût été (comme il arrive toujours chez les gens de cette profession) très fâché de ne pas voir augmenter son bien par quelque coin de Lune.olémée. etc. comme l'auteur du Voyage au morale de Descaries. y continueraient leurs oeuvres et leurs systèmes inaugurés sur la Terre. les Kard Fig. Hipparque. de Sophismes. que les grands hommes dont ils ont reçu arbitrairement le nom en auraient pris possession dans le courant. et. Platon. dans un magnifique palais! C'est ainsi que dans le cirque de Platon habitent les àmes sans cesse occupées à la recherche du prototype des ielées ! Etc. Alors. peuplée de philosophes péripatéticiens. au centre de la ville. du xvic siècle et y auraient établi leur résidence. on donna tout simplement aux montagnes de la Lune le nom des montagnes de la Terre. . ces différents pays lunaires.9iî. eurent chacun leur propriété dans la Lune. . on eut d'abord l'idée de leur donner le nom des astronomes dont les travaux avaient été les plus utiles à l'avancement de la connaissance do la Lune et avaient le plus brillamment illustré celte beauté de l'espace. Copernic. Certains voyageurs imaginaires. mais le vocabulaire des une (Gravé'd'après photographie montagnes n'a yantpas été su ffisan ton directe. Pl. Il y eut les Alpes.

) de nous. tomber arrivecorps qui se laisserait Fig. on a fait un nouveau partage lunaires non dénommées. A sa distance minimum. l'éloignement qui nous en sépare n'est qu'une bagatelle!. <. Aucun astre. 259 Il y a quelques des proannées. pour faire le tour du globe. Même pour ceux dont la pensée n'a pas visité les le chemin el'ici régions ultraterrcstrcs. (Image renversée. 94.ar. C'est cette proximité sans^doute qui a causé la grande réputation de l'astre lunaire parmi nous. ou 362 000 kilomètres elemie la largeur environ. — Premier quartier.LA LUNE. on y arriverait en six mois. pas bien long. à la Lune n'est. navigateurs fait quatre ou cinq fois le tour du une pareille disglobe ont parcouru tance. de la route donnent les irrégularités de la circonférence bien le double De l'orbite lunaire un géométrique. et l'on en a généreusement priétés astronomes de nos amis. elle n'est qu'à 28 fois et de la Terre. Les au long cours qui ont. Pour aller d'ici à la Lune on mettrait un peu plus de temps. en effet. On voit que c'est une quantité presque négligeable.— Dernier quartier. ce qui existe Elle est. 93. (Image renversée. si à sa surface. enrichi quelques Sans nous occuper à présent de savoir si les habitants de l'a Lune sont les âmes de ceux dont les noms de ont servi à qualifier les royaumes notre là-bas. Fig.. nous pouvons continuer relation en disant que les connaissances si satisfaisantes que l'on a sur notre satelrapidement acquises lite sont dues à sa grande proximité de la Terre et à la facilité avec laquelle nous voyons tout. mais si on avait en main la vitesse de la vapeur. les rapprochée qu'après distances célestes auxquelles nous avons dû nous familiariser dans les chapitres précédents. sans excepter le Soleil .) rait ici en 4 jours 19 heures 55 minutes..

nourrice des de tous les Etals. Voir les Curiositésdes sciences occultes. dispensant avec le destin. germent. les hommes comme les animaux. les germes. Il faut que je me donne le plaisir de vous en citer quelques-unes. des divinité/. modérant les revers de la fortune. demi-formée. donc deux ou trois bons astrologues savants sur la Choisissons Voici d'abord l'action générale du satelLune. Diane. la reine du ciel. arrêtant divers commerces des étoiles. porteconservatrice. croismère primordiale des fruits. sent. foulant aux pieds le Tartave. distribuant des lumières incertaines du Soleil. i. obéissent les éléments. Proserpine. et interrogeons-les. epii éclaire les nuits. Hécate. la lumière d'une eles planètes à une autre. maîà cause des rencontres tresse des plages et des Arents. les semences. les courants salutaires de la mer. reine d'une grande beauté.. soeur de Phoebus. arrêtant les insultes des tenant lés cloîtres de la terre fermés. les bêtes sauvages dans les montagnes. la souveraine à laquelle répondent les mânes. reviennent tion de laquelle soufflent. les plantes J'ai dit plus haut que les opinions astrolocomme les minéraux.. réglant le monde. giques fournies à l'égard de cet astre étaient des plus singulières. sous la terre et les poissons dans la mer. sa volonté le déplorable silence des enfers. qui domine sur tous les éléments. ' : Corneille Agrippa. nourrissant tout ce qui sort de terre. courant par divers bois. Lucine. la reine des cornes.. s'exprime ainsi La lune s'appelle Phamé. Philosophie occulte.. à la discréastres. fameux géomancien. les foudres. la gouvernante dieuse. errante. les hauteurs du phantômes. protégeant les hommes par mer et par terre. lite sur la Terre. n'eut jamais pareille influence. et gouvernant à ciel lumineuses.260 LES MERVEILLES CELESTES. par le bibliophile Jacob. bonne et miséricorhommes. transportant. » Ouf! Quelle cacoPauvre Lune! phonie. . elles sont vraiment trop curieuses pour être passées sous silence. à deux cornes. parole. sans qui règle les mois. Le monde entier fut accessible aux influences lunaires. les temps cl. coureuse de nuit. donatrice des richesses. luisante et brillante. faisant trembler les oiseaux qui volent les serpents cachés au ciel. éclairant par sa lumière toutes les divinités.

9(1.— Aspect général de la Lune. en son second. elle est chaude et sèche. bon saigner les colériques. comme en son premier quadrat elle est chaude et humide. est de divers tempéraments. . auquel temps il fait bon saigner les sanguins . par l'irradiation 261 : « Cette planète lunaire est humide de soy . Fig.LA LUNE. du Soleil. Selon La Martinière mais. auquel temps il fait.

la Lune se conjoint avec Saturne. on lui attribue les apoplexies. elle domine sur tout ce qu'on auroit honte de commettre en plein jour. les maquignons. les cordiers. les femmes de débauche. épilepsies. les paulmiers. les espions. convulsions. les cabaretiers. les ménageries d'animaux. les joueurs de gibecière. Et comme souvent. ou sont. Ainsi chaque lecteur. » De pareils horoscopes sont véritablement terribles. d'après Eteilla. par état. elle est froide et humide. Ceux qui sont nés sous la maison de la Lune. en lisant. les filoux. les escrocs. flux diarriejues et lientériejues. séronnelles. catalepsies. sur les usuriers. le maître des hautes oeuvres. . imbécillité d'eslomach. de connoislrc le mouvement de cette planète pour bien discerner les causes des maladies. les chandeliers et ciriers. rétentions. et dans le contraste. tremblements de membres. catarrhes. pesanteurs de tète. généralement toutes maladies causées d'humeurs froides. sur les joueurs de profession. doit se rendre facilement compte sous quelle domination il est. qui est le Cancer. auquel temps il est bon de saigner les mélancoC'est une chose entièrement nécessaire à ceux qui se liques meslent de la médecine. hydropisies. catapories. ou à Arendro des denrées pour la nuit. et les petites-maisons : c'est-àdire que la Lune domine sur tous ceux qui sont de métier à travailler la nuit. etc. paralysies. jaunisses. de peu d'esprit ou idiots. auquel temps on peut saigner les flegmatiques . maladifs et languissants. distillations catarrhales. jusqu'au soleil levant. sont d'un tempérament lleginatique. depuis le premier quartier de la Lune déclinant. s'ils vivent sont faibles. Il est bon de noter que la Lune domine aussi sur tous les petits négociants qui ne tirent que des ports de la nation ou de la main des accapareurs. et en son quatrième elle est froide et sèche. les banqueroutiers. les faux monnoyeurs. « sur les comédiens. J'ai remarqué que cette planète a une si grande puissance sur les créatures. dans son contraste. les rats du Palais.262 LES MERVEILLES CELESTES. en son troisième quadrat. au vu de ceux qui ont des moeurs. sont plus maladifs : tellement que les enfants qui naissent lorsepi'il n'y a plus de Lune. les limonadiers. que les enfants qui naissent. les bouchers. les courtiers. quand on y songe! La Lune domine. et. donneurs à jouer ele toute nature. léthargies. et.

Scorpion et sauvera des rats mouches limaçons. mais les raves.. jeunesse s'abstenaient avec la Lune.. l'astronomie moderne. influe sur les arbres. lis.. de ceux qui en aucune mauvaise l'aleine odeur.. ou Taureau. et sur cent autres choses aussi étrangères à la Lune que Pharamond. sont beaucoup oignons. Sagittaire.. ce qui est cause que les Egyptiens ment. quartier sur la coupe des cheveux. et aux minéraux. ainsi que les s'augmentent les navets. . etc. et ne rendront » auront ni puante ni malplaisante. raiforts. un choix de merveilleuses conjectures de se sont évanouies à la lumière Toutes ces ténèbres giques. porreaux. l'eût cru? c'est la Lune qui est cause de toutes ces misères. j'espère». Les herbes cueillies de grande efficapendant que la Lune croîtra.. Si on taille ele nuit les vignes que la Lune logera pendant e>n les dans le signe du Lyon. hommes 263 sans charges les clients. par leurs rongeant les honnêtes » — Ainsi.LA LUNE. El pourtant il y a encore aujourd'hui des bonnes gens qui s'imasur le bois coupé. el cueillis le jour qu'elle sera nouvelle. et incitant. mieux nourris sur le déclinemenl. taulpes. çhampeslres. qui astuces. à cause de leur antipathie d'oignons... sur le ginent (pie la Lune. et vieillesse de la Lune que sur son froisseet plénitude. safran. au contraire. astroloVoilà. plus gros et. vin « qu'il ne faut pas mettre en bouteille au dernier ».. aultres— la Lune Pline assure «pie les aulx semiez ou transplantez n'auront estant soubz terre. Mais les êtres intelligents et les êtres animés n'étaient pas seuls soumis à ces pernicieuses influences : toute la nature terrestre. cité. gens dans le péril de perdre. était sous leur empire : jusqu'aux végétaux « Les concombres aux pleines lunes.

lesalue froi'U. ni ces amoncellements plombés de lourdes cohortes : jamais la pluie n'y tombe. jamais la neige. En approchant. un grand contraste. si les vents et les .vaporeuse ta et 6 lumière. on n'y voit pas ces rayonnements de l'atmosphère embrasée. ne s'y manifestent. Nul globe céleste n'est plus serein ni plus pur. Il y a. non seulement apparent. Point de ces tempêtes tumultueuses qui fondent parfois sur nos plaines inondées. point de ces ouragans qui descendent en trombe s'engloutir dans la profondeur des mers! Nul vent ne souffle. aucun nuage ne s'élève dans le ciel.pfdo dueieltrouble. mais réel.KH /tnkrhi/.travers je pèlerin labruine uit'inondet quidonne tonIront. Mais aussi on n'y voit pas non plus ces teintes magnifiques qui colorent notre ciel de l'aurore ou du crépuscule. SCOTT.et eomment regard d un sans larmes s sur peut-ilenvoyera lumière un d et mondeeguerre dedouleur? "WATI. ele la Lune. on ne remarque aucune des causes physiques qui font de la Terre un vaste laboratoire où mille éléments se combattent ou s'unissent. ni aucun des phénomènes météorologiques.IV CONSTITUTION PHYSIQUE DE LA LUNE . te saluea. ni la grêle. en effet. e a q ! teintsombreComment oeil ur et ton p son s a paisibleout-ilassister anstrouble nos p scènes 'enbas. On n'y voit pas ces traînées blanches de vapeurs nuageuses. entre la sereine tranquillité du disque lunaire et les grands mouvements qui s'opèrent sans cesse à la surface de notre monde.

et qu'à on ait soutiré tout. ils s'évaporent et laissent enlève cette pression. ou. extrêmement vitale terun système essentiellement différent de l'organisation d'air implique restre. de Ces mers n'ont pas une goutte d'eau. l'air qui et que. logique. Ce sont là. 26b tempêtes ne soufflent jamais. l'air qui l'envil'aide d'un appareil quelconque mis à bouillir et à ronnait. vous verrez bientôt l'eau qui s'y trouve bouillir. quand même on gèlerait du élans l'endroit où vous faites l'expérience.CONSTITUTION PHYSIQUE DE LA LUNE. et aujourd'hui même une linotte pourrait sans doute mourir de soif au milieu des mers lunaires. ne peuvent. nous l'avons vu. de son existence passée. mers. en continuant s'évaporer. De cette privation résultesphère. récipient se trouve dans ce récipient. puis l'ébullition dégager des vapeurs et enfin l'eau s'évaporer. Et. Mais. nul ne soutiendra singulières que leur dénomià nation soit. en effet. il en est de même de la brise embaumée en fleurs. froid le plus rigoureux Or. du moins. la supposez qu'en une certaine période Lune ait eu. C'est qu'à la surface de ce monde étrange il n'y a pas d'atmopeu. ses mers et. ses (louves se seraient on aurait assez longtemps. endormi caresser la tète des collines. si l'on atmosphérique que sous la pression leur lit à sec. En premier lieu. formation qui lui est arrivé. si vous placez un vase rempli d'eau sous le Ainsi. Dans ce royaume des coteaux boisés et des prairies le plus léger zéphir ne vient jamais d'immobilité souveraine. de tout liquide. des mers et. l'opération mis la Lune complètement à sec. comme la Terre. le ciel reste éternellement dans un calme incomparablement plus complet que celui de nos chaudes journées où pas une feuille ne s'agite dans les airs. vous y fassiez le vide. par exemple. elle a perdu tous ses liquides et toutes ses vapeurs. lorsqu'on lève . l'absence par là même car l'eau et les liquides l'absence d'eau et. exister . pompant d'une machine pneumatique. A la surface de la Lune. Depuis l'époque l'état fluide. on les a nommées la une époque où l'on ne connaissait pas encore suffisamment et nature lunaire deviner qu'elle existe sans atmosphère pour sans eau. C'est quelque chose de ce genre à lointaine de sa. De l'absence un autre fait bien curieux : d'air résulte c'est l'absence de ciel. dira-t-on. des fictives.

comme il le fait pour nous. Non Fig. seulement on ne jouit plus do cette diversité perpétuelle que les sur notre monde. Un abîme noir.traverser sur aucune par la vue. les yeux au ciel. Tandis qu'en haut règne l'obscurité. sans l'arrêter espèce de forme. Le mont Copernic. Jamais le moindre bruit ne s'y fait entendre. mais on mouvements des météores engendrent môme plus cette voûte azurée qui couronne la n'y contemple Terre d'un dôme si magnifique. on n'en voit point. Ni le soupir du vent . — Une montagne lunaire. les comètes et tous les astres de notre univers. Le soleil passe devant. en bas règne le silence. les planètes. eux sans les effacer. et de jour comme de nuit on voit les étoiles. Une immensité sans profondeur se laisse. 91. s'étend dans l'espace.266 LES MERVEILLES CÉLESTES. et perpétuellement noir.

267 dans les bois. dont. nulle parole n'a jamais troublé la solitude immense qui l'ensevelit. on trouve les plus hautes montagnes Doerfel. un si singulier monde que la aussi bien comme Lune. le sol comme sur les terres desséchées par les crevasses traverser longs jours d'été. : ce mot de 7 264 mètres de profondeur 6169 mètres. c'est que. sa surface. 1600 mètres de hauteur au-dessus Casatus et Curtius. en effet. Çà cl là. de 6 9S6 à du niveau de la plaine avoisinanle. ni le bruissement du feuillage. on ne ! — voit que du l'"ig. et du blanc noir. les montagnes de la Lune comprendre. à juste titre lorsqu'il s'agit de l'élévaprofondeur peut surprendre tion d'une montagne. Newton. que ses montagnes peuvent se mesurer difficile à Yoilà un paradoxe profondeur que comme hauteur. )H.CONSTITUTION PHYSIQUE DE LA LUNE. Dans le voisinage du pôle austral. l'absence de vapeurs entraînant l'absence de perspective aussi bien que l'absence de toute teinte. . des rochers blancs entassés comme les ruines de quelque révolution des disparue. Là règne en souverain l'immobile silence. n'éveillent les échos éternellement muets de ce monde. le sommet atteint. Ce qui rend le spectacle plus étrange. flratère enseveli sur les rives de l'Océan des Tempèles. on voit des crêtes dénudées s'élever vers le ciel. n'est-ce pas? — Mais non. se succéder jusqu'à l'horizon sans perdre leur éclat ni la netteté de leurs contours. ni le chant de l'alouette matinale ou l'harmonieuse cadence du rossignol. selon que les objets sont au soleil ou à l'ombre. c'est. c'est-à-dire du bas de la Lune du satellite : vue à l'oeil nu. De hautes montagnes escarpées déchirent. Nulle voix.

dont le plus élevé atteint à peu près 900 mètres de hauteur : le tout. en particulier. fut l'un eles premiers et des mieux connus. dont l'intérieur descend souvent. est. un cratère plein de sable. on y remarque une foule d'aspérités qui semblent. pu mesurer la hauteur de ses montagnes avant d'avoir pu le faire ele la plupart eles nôtres. du milieu duquel s'élèvent. on est obligé de descendre cinq. d'environ 40 kilomètres de! diamètre. telle que nous les voyons au télescope. fort au-dessous de la plaine avoisinante. de sorte que si l'on ne veut. Ce sont ces ramifications qui donnent lieu au rayonnement d'Arislillus. De cette montagne. 9") montre le type d'une montagne lunaire. et que l'on avait. on trouve un anneau. La figure 98 montre. six ou sept mille mètres. comme si nous étions transportés à la surface de la Lune. 11se compose d'un cralère. pas faire le tour des talus. ne sont pas comme celles ele la Terre : elles sont creuses. indiquer des laves durcies et des blocs de rochers entassés. vers le sud. environné d'un rempart circulaire dont le plus haut sommet est. C'est un fait curieux de savoir que la surface de l'hémisphère lunaire a été connue avant la surface de notre propre terre. Le fragment de la chaîne des Apennins lunaires représenté dans la figure 100 donne . 99) un paysage lunaire. fort curieux. prise pour centre. entre les marais des Brouillards et de la Putréfaction. partent. Le volcan d'Arislillus. de II 300 mètres. Elles sont garnies d'une énorme quantité d'aiguilles ou de colonnes basaltiques qui s'élèvent de leurs sommets et les l'ont ressembler de loin à cette multitude de clochetons que l'on voit sur quelques cathédrales gothiques. ele>traverser le fond du cratère. on peut citer colle d'Arislillus située dans la mer des Pluies.268 LES MERVEILLES CELESTES. non loin du Caucase. Lorsqu'on examine! le fond du cratère avec une forte lunetleet dans des circonstances favorables. et ensuite de remonter à la partie opposée de l'anneau pour revenir enfin dans la plaine. Nous verrons aussi plus loin (fig. Le dessin du mont Copernic (fig. deux cônes. Parmi les montagnes annulaires. qui mesurent parfois jusqu'à oOO kilomètres (Ptoléniée) cl même jusqu'à 680 kilomètres de circonférence (comme le cirque ele Clavius). relevé en perspective. cinq ou six lignes de ramifications rocheuses dirigées vers l'est et. Lorsqu'on arrive au sommet.

. causés non des par 1. Tu n'en es que la face. Le sens de la parole comme le sens de l'ouïe ne sauraient y jouer aucun ne sauraient y exister.olémée. de l'aspect PHYSIQUE DE LA LUNE. nos Annuaires Astronomiquesde chaque année. 160 kilomètres (et 2 880 mètres de profondeur). Le beau corps de Phcebé La blonde Dans la mer est tombé. etc. qui montre bien ces et celte topographie Dans cirques si curieux d'aspect volcanique. occupe la moitié supérieure celui qui lui est adjacent au-dessous. . escarpées que des crêtes sourcilleuses solitaires et elesséchées donnent raison à Alfred Ses campagnes de Musset : Va. à obtenir de magnide la surface lunaire. Voir notre Astronomie populaire. petit et très noir dans sa celui que l'on remarque en bas. est Flammarion. Nous ne pouvons entrer ici dans aucun détail. est Herschcl. le second 39 kilomètres de diamètre. le troisième 90 kilomètres. déjà tout ridé.CONSTITUTION une idée exacte télescope. peut-être dans les jouissances attendu que la vue nous procure. cette photographie le grand cirque qui (directe et sans retouche) du dessin est le cirque de P'. blanches et stériles. Les plus petits sur ces photographies ont 1 500 mètres objets bien reconnaissables ele diamètre '. les Terres du Ciel. le Bulletin de la Société Astronomique de France. A la privation de ces rôle. de ces régions vues 269 dans "un puissant depuis quelques années surtout. S'efface Ton front dépossédé. et par conséquent faudrait-il encore joindre une infériorité deux sens. Nous reproduisons ici fiques photographies l'un des clichés de l'Observatoire de Paris. On a réussi. que partout il ne rencontre que des montagnes où le regard s'abaisse. El. Lune moribonde. La Lune serait certainement fort inhospitalière pour nous. partie non éclairée. et dénudées. Le premier mesure plus grand et moins profond. Cette figure me l'appelle ce que survenus à la surface changements disait Fontenelle à propos de cet astre.

qui i\v soit considérablement quarante assez beau visage. son front et son menton se sont avancés. et que! l'on craint même pour ses jours. une certaine demoidit-il. dant. son nez s'estallongé. cevait dans la Lune une ligure particulière qui avait l'air d'une tète de femme qui sortait d'entre les rochers. lui posait le poète anglais Shclley : Es-tu pAle de lassitude. comme je l'ai exposé élans un autre ouvrage plus spécial. sont plus favorablement agencées pour réfléchir la lumière. il est. Au commencement du siècle. Il est tombé quelques morceaux de changements et ils ont laissé à deVouverl trois points qui ne peuvent montagnes.270 LES MERVEILLES CELESTES. mais on a reconnu depuis que très probablement l'on avait pris pour des volcans n'est autre chose qui! la crête blanche de certaines dont la forme ou la structure montagnes. comme un oeil sans gaieté Qui ne trouve aucun objet cligne de sa fidélité? . plus servir qu'à composer un front. il n'y a pas jusqu'à selle que l'on a vue élans la Lime avec des lunettes. à la région nommée Linné. ele sorte que tous ses 1 agréments se sont évanouis. en un certain paysage lunaire. Malgré de mouvement dans le sol lunaire. hautement probable qu'un changement s'est produit récemment dans la mer de la. « — Ce n'est point une plaisanterie. Elle avait un ans. et de vie? C'est la question quoi cette privation que. il y a peut-être vieillie!. il roule dans le ciel comme un astre délaissé. enfoncées. vitaux comme 1. sont. il est même vrai. » Le visage! dont parle l'ingénieux écrivain existe un peu. extrèmemeiiil rares. On aperreprend l'auteur. muet et silencieux. Cepencausés par de simples éboulemenls. mais par de simples éboulcmcnls branle perpétuel. on crut eibserveu 1 parfois des volcans en ce que ignition. et il est arrivé des dans cet endroit-là. Et toujours changeante. on peut ces rares apparences toujours dire que. Pourquoi cette destinée triste et solitaire? pourde mouvement. ses joues se' seuil. « Tout est en restre. un nez et un menton de>vieille. « — Que me comptez-vous là? interrompt la marquise. mais les changements. ceux qui régissent la nature terdes mouvements de terrain. Sérénité. Fatiguée d'escalader les cieux et de contempler la terre. Errant sans compagnon Parmi les astres de familles différentes.

09.LUNAIRESPTOLÉMÉE. — LESCIRQUES HEIISCIIEL. DE FLAMMARION. Photographie directe faite à l'Observatoire de Paris. Fig. .

elle ne nous a jamais montré que ce côté-là. digne de toute notre admiration et de toute notre estime. Les uns disaient que c'était un grand miroir. bien poli et excellent. les parties brillantes représentaient les continents. mais il y a une différence essentielle à remarquer entre les nuits de l'hémisphère lunaire qui nous regarde et celles de l'hémisphère que nous ne voyons pas. Nous lisons dans Plutarque. il faut que je revienne sur mes pas et que j'arrive à vous montrer en lui un monde magnifique.272 Maintenant LES MERVEILLES CÉLESTES. parmi les anciens. on en voit un grand nombre qui s'imaginaient qu'elles s'allumaient le soir pour s'éteindre le matin. pour ne pas laisser une mauvaise impression à l'égard de notre fidèle amie. on fait des études astronomiques sur la Lune. je veux rappeler que la Nature. les nuits sont de 15 fois 24 heures. le Soleil n'est pas un tyran qui vient dominer le ciel dans sa souveraineté absolue. la Lune serait un magnifique observatoire. pauvre et déshérité des dons de la nature. qui nous renvoyait de loin l'image de la Terre. les favorise sous d'autres aspects de richesses très désirables. Si donc. Vous n'avez pas été sans remarquer. Pendant le jour on peut observer les étoiles en plein midi et reconnaître . qui écrivait il y a près de deux mille ans. Ce n'est pas que je veuille contredire mes paroles précédentes.ainsi sans effort qu'elles demeurent éternellement dans le ciel. il laisse paisiblement les étoiles trôner avec lui dans l'espace. et les études commencées pendant la nuit peuvent être sans difficulté poursuivies pendant le jour jusqu'à la nuit suivante. les parties sombres représentaient l'Océan et les mers . et les jours de la même durée. à Dieu ne plaise! mais. en effet. Sur notre satellite. Pour un astronome. D'autres croyaient que les taches étaient des forêts où quelques-uns plaçaient les chasses de Diane. lors même qu'elle paraît disgracier quelques-unes de ses oeuvres à certains points de vue. . que la Lune nous présente toujours la même face. et que les parties plus brillantes étaient les pays en plaine. que je vous ai exposé comment la Lune est un monde inhospitalier. diverses conjectures relatives à cette face de la Lune éternellement tournée vers nous. Depuis le commencement du monde. Chez nous. au contraire.

1> c 'et *o '/) 'C Go 1 o => 18 .'3 c a s r.

et comme nous sommes beaux. du spectacle de la Terre vue de la Lune. Tantôt elle n'offre qu'un croissant effilé. ajoutaient que les êtres epii la peuplaient étaient quinze fois plus grands que ceux de notre monde. si nous ne voyons jamais qu'un côté de la Lune. réciproquement il n'y a jamais qu'un côté de cet astre ejui nous voit. sont-ils plus fondés que nous de Aussi combien les habitants croire que la Terre a été créée et. importance mieux favorisée elle planétaire. Terre. quelques jours après la nouvelle Terre. au moment où l'on compte 15 fois 24 heures chez nos voisins les Sélénites. ils ne se doutent pas de ce que c'est des nuits.. resplendit dans un disque plein répandant à. ils disaient que ses habitants devaient prendre en pitié la T'orro epii se trouve au-dessous d'eux et qui n'est qu'un amas de boue!. elle offre un premier tantôt elle quartier. de son disque plein précisément à minuit. Tout cela pour expliquer la nature de la face lunaire éternellement tournée vers nous. grands flots sa lumière argentée. cl qu'à côté des arbres lunaires nos chênes n'étaient que de petits buissons. Ce epi'il y a de! mieux. assez semblable à notre vif-argent. et qu'elle s'éteint le matin. D'autres encore. D'autres voyaient encore en edlc une terre céleste très légère.. Or. S'il y a des habitants sphère qui nous est opposé. comme Cependant. mise au inonde tout exprès 1 pour eux et que nous ne sommes que leurs très humbles serviteurs! Sous que la la Lune parait donc certains aspects. . pour parler une lune treize fois plus étendue! en surface. qu'elle bride ele son plus vif éclat. Pour peu que les voyageurs de là-bas ressemblent à ceux d'ici. ou.274 LES MERVEILLES CÉLESTES. quels contes ne doit-on pas débiter à notre propos! Mais aussi. et leur opinion singulière fut très répandue. de sorte que la moitié de la Lune a une lune epii est notre Terre. vous aurez une ielée. combien la Terre <\sl utile aux nuits lunaires. et plus exactement. c'e!st qu'elle s'allume précisément le soir. tantôt. de loin! Représentezvous treize lunes comme celle rpii nous éclaire. et. ils doivent qu'un astre préposé à l'illumination s'élonner lorsque le récit des voyageurs leur rapporte l'existence de notre Terre' dans le ciel. et sur l'hémique l'autre moitié en est privée.

Fig. telle qu'on la voit de la Lune. 101.— La Terre dans le ciel. .

Tout au plus les hululants des premières lunes de Jupiter et de Saturne pourraient-ils leur revendiquer la supériorité de leurs planètes réciproques. et. en relisant ce livre pour l'édition de l. le calme profonel. à gauche. les gens ont. 1872. Cela n'empêche probablement pas que ses habitants (si edle en a) ne se croient supérieurs à nous et ne nous croient leurs domestiques plutôt que leurs maîtres. le nôtre. un petit point verdoyant où trente-huit millions de Français cherchent enfin sérieusement à se passer de maître et à se gouverner eux-mêmes. de cruelles batailles '. Celte ligne était éci'ileen lSCIi.276 LES MERVEILLES CELESTES. ue q t'es dernièresannées n'ont pas été faites pour donner une meilleureidée de l'humad nité. ne mesure! guère qui 1 le quart du diamètre de la Terre! : 3 416 kilomètres. jamais aucune! tempête. Je ne puis m'empècherd'ajouter.s*2. la. Mais ce petit monde aux longs-jours dont l'atmosphère ne peut. Là.) . sa surface mesure 38 millions de kilomètres carrés. car on sait »iue. c'est-à-dire à peu près la treizième partie de la surface terrestre 1. se. tandis que nous ne connaissons qu'une partie de leur monde. ne! viennent troubler ces nuits longues et silencieuses . plus loin. et ceux qui vivent. au monde!. être que 1res raréfiée. les îles lénébreustis où l'on sacrifie des fêles humaines au serpent Vaudoux. et. le nouveau monde qu'ensanglantent. la paix inaltérable habitent en ce's lieux. ici. dévoile entièrement à eux. Notede la 4°édi( tion.api'csavoir couché dans la mort prés d'un millionîle combattantset dépensépour cela vingthuit milliards. d'autant plus de vanité qu'ils sont généralement. De plus. tournant en vingtquatre heures sur lui-même 1. son volume est le quarante-neuvième! du volume du globe terrestre. et aux longues nuits. Il sulTil 'un criminelcommeBismarckou de Mollicepour déchaînertoutesles mauvaisespassionscl abrutir l'iiurope pendant un demi-siècle. Kussie étouffant la Pologne. jamais vues. à la surface La 1. guerre d'Amériqueest terminée. sur l'hémisphère l'une des plus belles lunes qu'on ait. Jamais aucun nuage. plus petits 'Les habitants de! l'hémisphère invisible ont les plus belles nuits visible epii soient. de sorte qu'avec de bons yeux ou à l'aide! d'instruments d'optiepie ils peuvent contempler de! là-bas notre lern. roulant sur leurs têtes et leur présentant tour à tour les diverses contrées de noire séjour.

si l'eau et la. bien-aimée des nuits solitaires. organisés tout autrement que les habitants de la Terre. ni contre son habitation. des variations inc-essantes. le voyageur aimera toujours te choisir pour guide aux . peut-il être habité? Les observations les plus minutieuses n'y constatent point. immobile. silencieux. Peut-être estelle peuplée d'êtres vivant dans ses bas-fonds. nous espérons que ses peuples et ceux des auI. 277 duquel l'eau n'existe sans doute plus qu'on infiniment. et nous ne pouvons rien affirmer ni pour. Nous avons vu cpie tu manques d'air et. comme les plus puissants instruments ne rapprochent encore la Lune qu'à une centaine de kilomètres. Dimensionsomparées e la Terre c famille. terre. au contraire. verse la rosée de lumière dans l'air limpide . 102. Reste dans le ciel de nos rêveries.lumière et de la Lune. et que les richesses inconnues de ton séjour surprendraient étrangement ceux e[ui pour toi s'évaderaient de notre monde. Si tu n'as pas les éléments qui nous conviennent. renouvelle ces phases qui font nos mois. ses cavernes. et tu n'es pas moins complète dans ta création. En réalité. que tu n'as pas une goutte d'eau pour étancher la soif. c'est encore trop loin pour bien dise-erner les détails. l'air et le feu ne résident pas dans ton sein. mais cela n'empêche pas que nous revenions à notre ancienne sympathie pour ta beauté. ta nature est différente. petite quantité. comme sur Mars et sur Jupiter.CONSTITUTIONPHYSIQUE DE LA LUNE. laissent. l'impression d'un monde mort. et. Oui. nous pensons que la nature l'a. ce petit globe lunaire. désert. ses grottes et.r e s m o n des s o n t plus unis que notre — d Fig. donné quolquei compensation pour les choses dont elle t'a privée. Lorsque nous contemplons la Lune pensive dans la sérénité des nuits. dis-je.

Tu seras îles passants Renie. Dans son grand bàlimehl Qui llolle Sous le clair firmament. LES MERVEILLES CÉLESTES. Pleine lune ou croissant. . toujours rajeunie.278 heures nocturnes désertes. T'aimera le vieux pâtre Seul. tandis qu'à Ion front D'à1 balte Ses dogues aboieronl. El. élans les sentiers de la mer ou des campagnes T'aimera le pilote.

Terre. Lorsqu'elle se trouve dans cette ombre. A l'opposé. passant derrière la Terre.Y LES ECLIPSES 'les étaientegardées Autrefois. Dans la circonférence qu'elle décrit autour de la Terre. s'il se trouve entièrement compris dans le cône d'ombre de la. la lumière de l'astre radieux se trouve naturellement arrêtée. dans la. comme dans la majorité des cas. elle perd son éclat. cet astre est éclipsé par elle. et comme elle ne brille que par cetéclairement. au lieu de passer un peu au-dessus ou un peu au-dessous. Il y a alors éclipse de Soleil. en partie ou tout. arrive juste dans l'ombre qui reste toujours derrière elle. Lorsque ce passage arrive. d a qu'unetl'airoe raient. comme derrière tout objet éclairé. Ainsi. direction du Soleil. il reste moitié éclairé . NF. — et tous les quinze jours à — l'opposé du Soleil (la Terre se trouvant entre elle et. quand elle passe devant. Or il arrive parfois qu'elle passe justement devant le Soleil. lui) c'est l'époque de la pleine Lune. Son disque plein voit complètement s'évanouir sa lumière. partielle ou totale. Soleil et nous — c'est 1 l'époque de la nouvelle Lune. à l'ait. Aula prédiction éclipses des n'est jourd'hui. éclipses r commeesphénomènes d surnaturels. selon epte le disque lunaire nous cache une partie ou la totalité du disque solaire.WTON. la Terre. elle no reçoit plus la lumière du Soleil. la Lune passe tous les quinze jours entre le. il arrive aussi que la Lune.

Cependant. les Chinois oux-inèmcs a plus de trois mille ans pour la prédiction de leurs éclipses. vous interceptez momentanément la lumière il y a pour vous éclipse de1 la lampe par voire qui vous éclaire. ed éclipse de Lune à toutes les pleines lunes.le mouvement «le la Lune s'opérait justement dans un plan dont le predongement passât par le Soleil. C'est le même fait epii se produit lorsqu'il y a pour la Terre éclipse de Soleil par la Lune Si maintenant. Quelque simple que soi!. la cause de ce phénomène. C'est ici l'image de l'éclipsé de Lune passant dans l'ombre de la Terre. — Ce. ans et dix jours : période connue chez les Grecs sous le nom de se servaient il y Cycle de Melon.s phénomènes reviennent à peu près dans le même ordre. moins de deux éclipses par an. C'est. au bout ele dix-huit. main. des éclipses de Soleil. et que vous passiez de nouveau votre main éclairée devant votre visage. on ne! h's a pas devinées plus tôt. et dont. part et d'autre. en ces circonstances qu'il y a éclipse de Lune. vous avez Ainsi. les ténèbres celte lumière. Lorsqu'il n'y en a que deux. derrière vous. Lorsque devant vous une lampe au globe radieux. il y aurait éclipse de Soleil à toutes h\s nouvelles lunes. dans le cied. longtemps elle se sentit pleine de crainte et d'inLa lumière du jour quiétude devant celte merveille inexpliquée. totale ou partielle. que le ciel fût obscurci d'aucun nuage. de sorte que les éclipses sont très variables dans leur nombre cl. passant au bord du cône. si. à disparaître s'affaiblissait et arrivait soudain sans rapidement. les étoiles s'allumanl. vous vous laissant alors la lampe retournez. succédant. à. si vous passez la main devant vos yeux.280 LES MERVEILLES CÉLESTES. Il ne peut y avoir grandeur. aujourd'hui — et les causes connues sont toujours si simples qu'on la connaît — qu'on se demande comment. rien n'est si simple qu'une éclipse. dans leur celte variété a. longtemps l'humanité s'étonna de l'absence passagère de la lumière du Soleil pendant le jour. ses limites. il n'y entre que d'une moitié. quelque facile que celle explication paraisse à trouver. et oscille de. ni plus d<! sept. Si. Mais le cercle 1 élans lequel elle se1 meut est un peu penché sur ce plan. la nature entière : la réunion de ces événements paraissant surprise et consternée . celte main se trouvera momentanément élans l'ombre. ce sont.

soif de Lune. prêt à voir sauvage et indigente. s'empare . Soleil et de Lune. Souvent. pour s'assurer poriser plusieurs si l'astre 1 n'avait. En raison de la rapidité du mouvement. 281 la terreur momeninsolites est plus que suffisante pour expliquer tanée dont les hommes et les peuples se sont laissé emparer en ces instants solennels. de la rot faite! : son armée fut détruite. et à périr de. la Sicile 1 avec. à faire subsister ses sold'une nation dats des dons volontaires Fig. de la Lune. jamais l'éclipsé totale du Soleil ne dure plus de! six minutes. soit <1(!Soleil. on a vu des hommes adroits tirer parti de la frayeur du peuple pondant les éclipses. son armée : effrayé par temune éclipse de Lune et voulant jours. Christophe Colomb. combien à plus forte raison la disparition de celle de l'astre du jour peut-elle faire naître d'inepiiéludes et de craintes ! L'histoire est pleine 1 des exemples de l'effroi causé par les éclipses et des danet la sul'ignorance gers que produisent Vicias avait résolu de quitter perstition.— Éclipses de était. et la terreur des Indiens. réduit. rien perdu après cet il manqua ainsi l'occasion événement. pour ramener à leurs dessins. L'éclipsé commence. de la lumière de la.LES ÉCLIPSES. 103. cette ressource manquer faim : il annonce qu'il va priver le monde. Lune. mais cette faible durée est suffisante pour permettre! à mille seuitimenfs de se succéder datisl'esprilcraintif. de la lumière de la Lune La disparition causa parfois elle-même de grands trou blés chez les esprits peu avancés. et ce malheur commença la ruine d'Athènes. Nicias périt.

Ici c'est un dragon epii dévore l'astre et qu'on cherche à épouvanter par des cris . Périclès. selon Tite LIYO. Sulpicius Gallus. soleil enfermé dans un tuyau. par exemple.. près de Barcelone. Le progrès eles sciences a fait reconnaître le ridicule de ces opinions et de ces craintes.282 LES MERVEILLES CELESTES. Le dessin de la page 285 rappelle cet épisode . Agathocle. le récit du Dr Harmand. mettent leur art à les faire tourner à leur profit. depuis qu'on a vu qu'il était possible de calculer par les tables astronomiques et de prévoir longtemps d'avance l'instant où la colère du ciel devait éclater. roi de Syracuse. Ainsi. et nous ôte ou nous rend la vue de cet astre avec un volet. lors de l'éclipsé totale de 170G. Cependant. par un épouvantable vacarme de cris et de coups de fusil : c'étaient les indigènes qui pendant une éclipse de Lune tiraient sur l'astre des nuits pour le délivrer du Dragon noir. ont failli être victimes de l'ignorance de leurs soldats. Alexandre. C'est ainsi que les hommes supérieurs. on peut voir dans le Tour du Monde de 1879. là. l'épouvante a encore causé des revers dans l'armée de Louis XIV. Combien de fables établies d'après l'opinion que les éclipses sont l'effet du courroux céleste. Dieu lient le. visitant le Laos et l'Indo-Chine. Drusus apaisa une sédition dans son armée en prédisant une éclipse de Lune . la lumière! Tantôt Diane va trouver Endymion dans les montagnes de Carie. dans la guerre de Paul Emile contre Persée. près d'Arbelles. qui se venge des iniquités de l'homme en le privant ele. Dion. a prêté aux allusions injurieuses ! Les voyageurs rencontrent encore souvent aujourd'hui des usages manifestant ces impressions et ces paniques. tantôt les magiciennes de Thessalie l'ont descendre la. usa du même stratagème. qui reviennent apporter aux pieds de Colomb les tributs accoutumés. etc. plutôt que de plier sous les circonstances qui les maîtrisent. roi de Sicile. et surpris pendant la nuit du 1" mars 1877. et la devise de ce monarque : Nec pluribus impar.. est réduit à user de foute son adresse pour calmer la terreur qu'une éclipse avait jetée parmi ses troupes. nous n'y . et.Lune sur les herbes qu'elles destinent aux enchantements..

J.LES ECLIPSES. la réde gularité Fig. qui est beaucoup trop petit. 104. le Soleil et la Lune.— L'Éclipsétotale de Soleildu 18.-B. Au jour marqué. Biot nous donne. l'empereur et les grands de sa cour s'y préparaient par le jeûne. de fort curieux détails sur les rites qui présidaient. et.juillet1800. l'empereur lui-même battait . à la réception des éclipses dans le Céleste Empire. viennent à se croiser dans leur cours. son gouvernement doit eiffrir l'image de l'ordre immuable qui régit les mouvements célestes. à ce titre. au lieu de suivre des routes séparées. 283 remarquons pas le cercle de l'ombre de la Terre sur la lune. dans ses Eludes sur l'astronomie indienne et chinoise. Une éclipse de Soleil paraissait donc un avertissement donné par le ciel à l'empereur d'améliorer son gouvernement. Quand les deux grands luminaires. et en revêtant des habits de la plus grande simplicité. Quand l'éclipsé commençait. et qui président encore. l'ordre du ciel semble dérangée. L'empereur est considéré comme le fils du ciel. Lorsque ce phénomène avait été annoncé d'avance par l'astro-. et cette perturbation doit avoir sa cause dans les désordres du gouvernement de l'empereur. les mandarins se rendaient au palais avec l'arc et la flèche. nome en titre.

lli et Ho.284 LES MERVEILLES CELESTES. et pareillement celle qui apparaissait fout à coup sans avoir été prévue. que son calcul était juste. renommé pour ses connaissances en astronomie. les mandarins décochaient. vers le ciel pour secourir Vastre éclipsé. De telles erreurs. produisaient inévitablement une scène de désordre compromettante pour la majesté impériale 1. tout le cérémonial se trouvait avoir été inutilement préparé. prévus plusieurs années d'avance. qu'on ordonna d'observer dans tout l'empire. si faciles. En l'an 2130 avant notre ère. devenues seulement moins périlleuses pour les astronomes. sont aussi fortes. mettaient les pauvres astronomes en danger ele perdre leurs biens. nulle part aucune trace! d'éclipsé. avec. en môme temps. D'après cela. aussi à ses flatteries. sans doute en considération des hautes vertus de Grâce à sa réputation. chez les Chinois il y a plus de quatre mille ans et. on peut se! figurer le mécontentement que devait. causer une éclipse de Soleil qui ne se réalisait pas après avoir été prédite. et fdlos engendrent les mêmes exigences. Par suite! d'une disgrâce pareille. et. Après s'y être montré effectivement fort habile. presque partout serein. encore aujourd'hui. l'empereur Hioucn-Tscng fit venir à sa cour un bonze chinois appelé Y-llang. pourtant. leurs flèches. par suite du manque de préparatifs. qui existaient. Gaubil mentionne ces particularités d'après les anciens livres des rites. peut-être l'empereur. on lui pardonna. Dans le premier cas. l'éclipso de Soleil de1 celle année-là. sous le règne de l'empereur Trhoug-Kang. il publia un écrit. pour donner l'alarme. arrivée! en l'an 721 de notre ère. Les mêmes idées sur l'importance et la signification des éclipses de Lune et de Soleil. les principales sont énoncées dans le Tcheon-ii. les directeurs du Bureau astronomique. puisque ces phénomènes sont maintenant.s règles de ses mouvements. 1 quelquefens leur vie. se1 faisaient dans le second cas. dans lequel il prétendit. ces jours-là. Pour se disculper. d'ailleurs méritée. et les efforts désespérés qui. une cerli- . il eut le! malheur d'annoncer d'avance deux éclipses de Soleil. sur le tambour du tonnerre le roulement du prodige. leur charge. mais épie le ciel avait changé le. et. quoique le ciel se montrât. leur honneur. Mais e>nne vil. furent condamnés à mort pour ne pas avoir prédit. subsistent.

Ulu. Uneéclipsede Lunedansle Laos. .— Vi(î.en ISTi.

régissent en Chine tous les usages officiels. A un signal donné. musiejue s'arrête. lotis les magistrats. La musique recommence. Quand le président du bureau des longitudes a annoncé épie l'astre a recouvré sa forme arrondie. debout. éclipse de Soleil. on se réunit dans le bureau des Taë-lch\mg (présidents des cérémonies) et l'on observe les mêmes rites pour délivrer l'astre. Le. à l'endroit où ils doivent s'incliner pour saluer. ils se niellent. tude mathématique. Il place chaque magistral au bout de cette tour. En voici un spécimen : « Toutes les fois qu'il arrive une. Tous sont tournés du côté du Soleil. Les . on attache des pièces de soie à la porte. et alors on frappe tous les tambours ensemble. le jeune empereur de Chine devait se marier au printemps de 1872. à genoux. président élu ministère des rites frappe trois coups de tambour. après epioi la. et môme l'astrologie. « Chaque magistral l'ail Irois prosternations et neuf révérences. qu'ils peuvent aisément se procurer. chacun de leur côté. la musique s'arrête. La garde impériale place vingt-quatre tambours des deux côtés. quand le président de l'astronomie a annoncé que le Soleil commence à être! entamé. Le Kiao-Kouan s'avance avec un tambour et la baguette du tambour . se rangent et se tiennent. du ministère des rites appelée I-men : et dans la grande salle on 'place une table! pour brûler des parfums du haut de la tour appelée Lou-thaï (tour de la Rosée). et alors la musique commence! à se faire entendre. dans les grandes éphémérides d'Europe et d'Amérique. enfin. s'agenouille trois fois et frappe neuf fois la terre ele. Quand les magistrats du tribunal des rites ont fini d'offrir des parfums. « Quand la Lune est éclipsée. » Actuellement encore. l'astronomie. son front. les cérémonies finies. à l'intérieur de la porte I-men : le Kiao-fang-see place les musiciens au bas de la tour Loutlioï.286 LES MERVEILLES CELESTES. de cour. Ainsi. M. tous les autres s'agenouillent. par exemple. en habit. Stanislas Julien a trouvé dans le Recueil des lois de Chine la description complète des cérémonies prescrites et pratiquées encore aujourd'hui à celte occasion. les tambours s'arrêtent. Puis tous les magistrats se retirent. Chaque magistrat. ensuite-il trappe le tambour pour délivrer le Soleil.

redoute. le mariage a été remis à l'automne de la même année. La marche de l'ombre de la Lune à la surface du globe est déterminée et tracée d'avance. aujourd'hui les éclipses de Soleil et de . fort curieuse pour notre époque. 287 astronomes ayant déclaré que la configuration des planètes n'était pas favorable. sur les cartes. étudiés et connus comme tant d'autres. Pendant. ÉclipsetotaledeLune. et tiraient des coups de fusil au Soleil pour le délivrer des serres du dragon.s éclipses. Dès lors. on ne craint plus qu'une éternelle nuit s'étende sur la Terre. il n'en est pas ainsi : on — V\p.100. les Turcs avaient fait une véritable émeute.LES ECLIPSES. elles perdent entièrement leur caractère surnaturel et rentrent dans l'ordre purement physique. malgré leurs préparatifs de guerre avec la Russie. On sait que ce sont là des faits naturels. ne. l'éclipsé du 15 mars 1877. résultant de mouvements étudiés et déterminés d'avance. En France et dans les pays de progrès. On prédit. plus l'arrivée de. Notre figure 107 donne . Lune de la même manière qu'on retrouve par le calcul des éclipses passées et qu'on assigne ainsi plus rigoureusement certaines dates à l'histoire. Les journaux illustrés ont même représenté d'après nature celte scène.

288 LES MERVEILLES CÉLESTES. la Tunisie. et. La dernière est arrivée en 1842 : elle a été totale pour le Midi ele la. Je. Elle a été très forte à Paris (85 centièmes). France. en France avant l'an 2020. la Terre ne sera bientôt plus qu'un seul pays. dont. a traversé l'Océan Atlantique et. Nous n'eu aurons pas de totale visible. l'on voyagera d'ici à Pékin comme on allait au siècle dernier de Paris à Saint-Cloud. La môme chose . en Bohême. enrichies encore d'autres témoignages auxquels il attribue une assez haute valeur pour les réunir aux siens. Pas une. l'Algérie et. émotion dont ils ne. les éclipses de Soleil et de Lune ne sont plus un objet de terreur pour nous. d'ailleurs. nous causent plus aucune impression. le talent. pas plus. une idée exacte tic cette marche : elle représente l'éclipsé totale de Soleil du 18 juillet 1800. de narrateur est trop bien connu pour qu'on en fasse l'éloge : c'est François Arago luimême qui va nous communiquer ses impressions. pour peu que nos inventions de vapeur et d'électricité continuent et que d'autres leur viennent en aide. grande éclipse de Soleil visible 1 à Paris n'arrivera qu'en 1912 : encore ne sera-l-elh. sur les Etats-Unis. Riccioli rapporte qu'au moment de l'éclipsé totale de 1415 on vit. et. je ne veux pas dire qu'elles m. des oiseaux tomber morts de frayeur. qui a commencé au lever du Soleil. peuvent s'affranchir. Non. à fous les êtres une. que «le belle comète. éclipse de Soleil ne sera totale em France d'ici à la fin du siècle. En disant ejue. l'absence subite de la lumière solaire au milieu de la journée cause. est passée sur l'Espagne. dernière année de ce siècle. mais on en aura une très belle dans le midi de la France le 28 mai 1900. pas fout à l'ail totale. les impressions soudaines causées par le spectacle des phénomènes les plus rares de la nature sont indépendantes de notre réflexion. Du reste. Il y a fort longtemps (|ue nous n'avons eu en France de belle éclipse. La relation de reflet produit par les éclipses sur l'homme et même sur les animaux est trop intéressante pour que je ne vous l'offre pas en conclusion de ce un témoin oculaire de chapitre. choisirai pour rapporteur l'éclipsé totale de juillet 1842. Elle sera totale en Espagne et en Algérie. La plus prochaine.

se couchèrent. Les poules. une multitude d'habitants de Paris allèrent se cacher au fond des caves.LES ÉCLIPSES. Les petits oiseaux pigeons coururent précipitamment qui chantaient dans les cages se turent et mirent la tête sous l'aile. souris voltigeaient comme à l'entrée de la nuit. 19 . disent les observateurs. Fig. 10T. les se renfermer. » sur les grandes routes. La frayeur produite Les bêtes qui étaient au labour s'arrêtèrent. tombaient à terre. saisis d'horreur. « Les chevaux. y est-il dit. 289 est rapportée de l'éclipsé de 1560. qui labouraient ils refusèrent d'avancer. chez les bêtes de somme par le passage subit du jour à la nuit est constatée aussi dans le mémoire de Liouville relatif à l'éclipsé de ou marchaient 1715. chose merveilleuse (disent les témoins oculaires). » les chauvesEn 1706.— Tracé d'une éclipse totale de Soleil. à Montpellier. Fontenelle rapporte qu'en l'année 1654. « Les oiseaux. sur la simple annonce d'une éclipse totale.

« Entre ce moment et ceux qui précédèrent de très peu la disparition totale de l'astre. les remparts de la ville. une sorte d'inquiétude s'empara de tout le monde. mélangé de vingt mille cris différents. Grâce au progrès des sciences. une puissance inusitées. commencions-nous la petite échancrurc du bord occidental du Soleil. semblaient avoir <. l'éclipsé totale de 1842 a trouvé le public dans des dispositions bien différentes de celles qu'il avait manifestées en 1654. les astronomes du Bureau des longitudes avaient sous les yeux.290 LES MERVEILLES CELESTES. chacun sentit le besoin de communi- . commença à ne plus jeter sur notre horizon qu'une lumière plus affaiblie. La population couvrait dès le grand matin les terrasses. des verres enfumés à la main. L'heure du commencement. les personnes gravement malades étaient seules restées dans leurs chambres. tous les monticules extérieurs d'où l'on pouvait espérer voir le lever du Soleil. Près de vingt mille personnes.u le privilège de donner à la vue naturelle une pénétration. qu'un cri immense. que l'éclipsé n'eût été exactement annoncée. vint nous avertir que nous avions devancé seulement de quelques scooneles l'observation faite à l'oeil nu par vingt mille astronomes improvisés dont c'était le coup d'essai. allaient être passés en revue. dit Arago. de l'éclipsé approchait. Une vive et légitime curiosité avait remplacé des craintes puériles. A Perpignan. l'émulation. dont le bon sens commandait de ne point s'inepuiéter. « A peine. réduit à un étroit. Les populations des plus pauvres villages des Pyrénées et des Alpes se transportèrent en masse sur les points culminants d'où le phénomène devait être le mieux aperçu. examinaient le globe radieux se projetant sur un ciel d'azur. sauf quelques rares exceptions. outre des groupes nombreux de citoyens établis sur les glacis. réguliers. dans une vaste cour. elles la rangeaient parmi les événements naturels. filet. les soldats qui. calculables. le désir de ne pas être prévenu. nous ne remarquâmes dans la contenance de tant de spectateurs rien qui mérité d'être rapporté. Mais lorsque le Soleil. elles ne doutaient pas. armés de à apercevoir nos fortes lunettes. A la citadelle. Une vive curiosité.

et ce me semble outre mesure. venait de triompher de la pétulance de la jeunesse. la réapparition des premiers rayons solaires. s'étaient montrés le plus vivement émus. et un silence absolu inarqua cette phase de l'éclipsé. saluèrent avec le même accord. « Ceux-là mêmes qui.LES ÉCLIPSES. Le croissant disparut enfin . au moment. de la disparition subite du Soleil. ils me répondaient sur-le-champ : « Le ciel était serein. mélancolique produit par des sentiments indéfinissables venait de succéder une satisfaction vive et franche. cependant la clarté du jour diminuait. des applaudissements frénétiques. l'idée d'une convulsion de la nature. dont personne ne songeait à contenir. les oiseaux ne chantaient plus. Lorsque je les questionnais sur la cause réelle de leur désespoir. eussent montré une grande inquiétude en voyant. en dehors de. des transports de joie. Qu'on ne s'yr trompe point. tout aussi nettement que l'avait fait la pendule de notre horloge astronomique. Un calme profond régna dans l'air. Les autres phases de l'éclipsé n'eurent guère de spectateurs attentifs. et dont. le phénomène était à son terme. 291 quer ses impressions à ceux dont il était entouré : de là un mugissement sourd. s'égayèrent le lendemain. de l'indifférence bruyante dont les soldats font ordinairement profession. La rumeur devenait de plus en plus forte à mesure que le croissant solaire s'affaiblissait. semblable à celui d'une mer lointaine après la tempête. les ténèbres succédèrent subitement à la clarté. ils ne cherchaient pas à faire mystère. la même spontanéité. dans sa magnificence. à qui personne n'avait dit qu'une éclipse devail avoir lieu. les ténèbres succéder si brusquement à la lumière. de la légèreté que certains hommes prennent pour un signe de supériorité. « Après une attente solennelle d'environ deux minutes. « et. je trouvai tout naturel que des hommes illettrés. Au recueillement. Pour la majorité du public. au reste. n'est pas ce qui bouleversa le plus généralement ces hommes incultes et neufs. Le phénomène. Pour moi.s personnes vouées aux études de l'astronomie. au récit des frayeurs que bon nombre de campagnards avaient éprouvées. à modérer les élans. et les objets s'assom- . l'idée que le moment de la fin du monde venait d'arriver.

» Un pauvre enfant de.. abandonnèrent. et tout à coup nous nous trouvâmes dans les ténèbres : « nous crûmes être devenus aveugles. en suspendant à la fenêtre de son salon la cage qui renfermait les trois petits oiseaux. ils se massèrent et se blottirent dans un coin. Ailleurs. Lorsque la lumière disparut tout à coup. un habitant aAraittrois linottes. il ne 1(! reprit. dans une étable. A la Tour. Rassuré à cet aspect. Ses larmes coulaient encore lorsque le Soleil donna ses premiers rayons. des poules. Le lendemain matin. subitement le millet. qu'on venait de leur donner et se réfugièrent. la commune des Sièges gardait un troupeau. Un autre chien se réfugia entre les jambes de son maître au moment où le Soleil s'éclipsa. le mangea alors avec une grande avidité. il voit avec inquiétude le Soleil s'obscurcir par degrés. un d'entre eux était mort. Une poule entourée ele poussins s'empressa de les appeler et de les couvrir de ses ailes. à dessein. Dans une campagne. aucune vapeur ne lui donnait l'explication de ce phénomène. car aucun nuage. se mit à pleurer et à appeler : Au secours!. de grand matin. Des canards qui nageaient dans une mare ne se dirigèrent pas. et. au moment de la disparition du Soleil. le pain . au comble de la frayeur. Le 8 juillet. Ignorant complètement l'événement qui se préparait. qui commençait à le dévorer. elles allèrent se grouper sous le ventre d'un cheval. il jeta un morceau de pain au pauvre animal. « laissaient. Faul-il croire que la . le pauvre enfant. l'enfant leva les bras en s'écriant : O beou souleou! (0 beau soleil !) Un habitant de Perpignan priva. lorsque les derniers Aussitôt le chien laissa tomber rayons du Soleil disparurent. qu'au bout de deux minutes. il remarqua qu'ils paraissaient très bien portants. après la fin de l'obscurité totale.292 LES MERVEILLES CELESTES. au moment où l'éclipsé totale devait avoir lieu. chef-lieu de canton dans les Pyrénées-Orientales. vers la métairie assez éloignée d'où ils étaient sortis deux heures auparavant. se! trouvant loin de toute habitation. son chien de nourriturc à" partir de1 la veille. après l'éclipsé. au moment de l'éclipsé totale..

et qu'étourdis du coup ils tombèrent sur les toits. quittèrent. pas jusqu'aux insectes qui n'aient ressenti une pareille impression. croyant. allèrent se heurter contre les cheminées des maisons ou contre les murs. . Soleil disparut entièrement. remarqua que les oiseaux cessèrent de chanter au moment de l'obscurité. Leur immobilité cessa dès que. des boeufs qui paissaient librement se rangèrent en cercle. l'épouvante qui les avait saisies leur ayant à peine laissé la faculté de voleter (soolazzare). sa cage. leur marche se ralentissait. volant la place. Un observateur de Perpignan raconte qu'il était assis devant un petit sentier. et attendirent. linotte se tua en les barreaux de cette supposition Enfin. Des hirondelles furent prises dans les rues. un hibou.n'y voyant pas. mais aucun d'eux ne tomba. • Dans la relation que mon savant ami l'abbé Zantedcschi adressa de Venise à Arago. Un autre observateur. tracé par des fourmis épie le hasard lui fit rencontrer. un pigeon. » Des abeilles qui avaient quitté leurs ruches en grand nombre au lever du soleil. les hirondelles disparurent. A i'ins^ tant où le. pour en sortir de nouveau. le moment de l'éclipsé totale. toutefois. les cornes en avant comme pour résister à une attaque. y rentrèrent même avant. dans les rues ou dans les lagunes. adossés les uns aux autres. Parmi les oiseaux qui éprouvèrent de ces accidents on peut citer des hirondelles et. sorti d'une tour de Saint-Pierre. Des observateurs de Crémone assurent qu'il tomba à terre une immense quantité d'oiseaux. dans un moment de frayeur. Des chauves-souris. il n'est 293 heurtant avec force. on lit qu'au moment de l'obscurité totale « des oiseaux voulant s'enfuir e>t. les poules rentrèrent. Quedques faits observés ailleurs rendent probable. à mesure que le jour diminuait. elles paraissaient éprouver de l'hésitation. leurs traversa en retraites. la nuit vemu 1. et bientôt elles se remirent en route. qui était sous un arbre près de Lodi. la lumière eut repris une certaine force. mais sans abandonner les fardeaux qu'elles traînaient. du Peyrou. que l'astre éclipsé eût repris tout son éclat. Elles travaillaient avec leur vivacité accoutumée.LES ECLIPSES. les fourmis s'arrêtèrent.

La nécessité de l'ordre est si profondément attachée à notre conception de la création. Les dernières grandes éclipses totales ont été très précieuses pour la science. qu'une apparence de trouble nous jette hors de notre sécurité normale et nous remplit de crainte. Les résultats scientifiques des observations d'éclipsés ont. Ces relations donnent une idée suffisante de l'effet produit par des phénomènes insolites sur les facultés de l'homme et des animaux. Nous en aAons parlé au chapitre relatif à cet astre.294 LES MERVEILLES CÉLESTES. . surtout porté sur l'élucidation du grand problème de la constitution physique du Soleil.

ASPECT PHILOSOPHIQUE DE LA CRÉATION i PLURALITÉ DES MONDES HABITÉS Maisà encercle étroitdelaterreoùnoussommes (larde-toi obornerant. si la nature n'était à ses yeux qu'un gigantesque laboratoire où les éléments s'associeraient aveuglément sous les formes fortuites les plus variées . atome spirituel habitant d'un atome matériel. l'objet de nos conversations manifestent. Mais si l'univers ne restait pour l'homme qu'un grand mécanisme matériel mû par les forces physiques. qui s'est élevé jusqu'à elles. des Kt le. obienfaitsivers. l'rtn/nr. la science n'attein- . d t d d donovoirentoi fine Soignonr hommes. en un mot. à l'harmonie du monde et à sa perpétuité. et qui. tucréasmille univers. scrutant les lois de l'univers. il est beau pour l'homme. sans doute la haute valeur de l'esprit humain. est parvenu à déterminer les causes organisatrices qui président. si cette admirable et magnifique science du ciel bornait éternellement les efforts de l'esprit humain à la géométrie des corps célestes. cet. d'avoir pénétré le.-: mystères de la création et de s'être élevé à la connaissance de e'es sublimes grandeurs dont la seule contemplation nous atterre et nous anéantit. Sans doute. Quand [Inhun-afd Poi'K. Les vérités astronomiques epii viennent de faire.

entretiennent les conditions de sur elles comme ici. pour ce dernier. de période en période. bien visible : ce sont Mercure. et. Vénus. il n'y en a que quatre d'où la Terre soit. il est en réalité perdu dans l'immensité des mondes qui peuplent le ciel. souverainement incomplète si l'univers n'était jamais pour elle qu'un assemblage de corps inertes flottant élans l'espace sous l'action des forces matérielles. Des planètes de notre propre système. Nous habitons sur un monde qui ne fait point exception parmi les astres et qui n'a pas reçu le moindre privilège. Mars et Jupiter . de l'univers. il doit sentir sous l'enveloppe matérielle le coeur qui bat. pénétrant à travers l'organisme. et. Il est le troisième des corps célestes qui circulent. sans sortir de notre système.296 LES MERVEILLES CELESTES. Tandis qu'il nous parait le plus important. d'autres mondes sont dans les mêmes conditions d'habitabilité que les nôtres. de ses immenses travaux. encore. une atmosphère l'existence. par exemple. d'autres planètes sont beaucoup plus importantes que lui : Jupiter. et Sur ces planètes comme sur la nôtre. entière ne se doute même pas de son existence. les rayons générateurs du même Soleil versent la chaleur et la lumière. 1 200 fois plus volumineux. autour du Soleil et l'un des plus petits d'entre eux. drait pas son but véritable. il doit deviner la vie qui circule à grands flots. tandis que notre petit. à des degrés divers. donne naissance aux mouvements et développe ces beautés météoriques. transparente enveloppe d'un climat protecteur là surface habitée. Elle resterait. Le philosophe doit aller plus loin. au moment de recueillir le fruit. des nuées vaporeuses s'élèvent de . et la création tout. est. étendant la main. Or. Sur elles comme ici. L'empire de Dieu n'est pas l'empire de la mort : c'est l'empire de la vie. globe est ainsi perdu parmi des mondes plus importants que lui. et elle s'arrêterait. notre planète est-elle la plupart du temps invisible dans l'auréole solaire. Saturne 700 fois. mais. entraînant à leur suite la marche des saisons qui. les années. 11 ne doit pas se borner avoir sous une forme plus ou moins distincte le grand corps de la nature. sur elles comme ici. parfois en de meilleures. les mois et les jours se succèdent. ravissantes qui célèbrent l'aurore des jours et le crépuscule des nuits.

jusqu'à la déplorable météorologie qui trouble notre atmosphère et jusqu'aux lois fatales qui régissent la vie sur cette terre. sont de véritables éléphants à côté d'autres êtres dont la petitesse extrême n'a pas interdit un système admirable d'organisation pour l'entretien de leur vie éphémère. Sous un autre aspect. Si. Les animaux euxmêmes servent de séjour à des races de parasites qui. Les feuilles des plantes sont des prairies de troudont certaines espèces. que nul élément ne . d'un côté. envisagée en elle-même. où la Mort règne en souveraine. les autres mondes ont des conditions d'habitabilité tout. sont elles-mêmes la demeure de parasites plus petits encore. depuis les époques primitives où ce globe sortait. Ce grand mouvement de vie qui circule sur la Terre n'est pas confiné à notre petite planète : les mêmes causes développent là-bas les mêmes effets . le microscope ouvrait. nous avons l'infini dans la vie. à leur tour. 297 et. matière réunissant les conditions suffisantes ne reste pas sans servir de demeure à des êtres vivants. versent la fertilité aux campagnes altérées. où il y a matière pour la recevoir. si nécessaire à l'ordre ele la nature. non contente de répandre la vie partout. La fore:e est si énergique. qui nous sont fort mal assurées par l'état d'incandescence du sphéroïde terrestre dont la surface n'est qu'une mince pellicule.PLURALITE DES MONDES HARITES. l'Océan. quoique invisibles à. sous différentes formes. Tandis que le télescope ouvrait dans les cieux do nouveaux champs à la création. la Terre est un monde inférieur sous des rapports essentiels. A côté de certains astres. à peine de son berceau brûlant jusqu'à nos jours. et sur beaucoup d'entre ces une privation des richesses mondes étrangers. Il semble que créer soit. la nature entasse encore l'existence au détriment de l'existence elle-même. nous parait semblable à une coupe trop pleine d'où la vie déborde de toutes parts. que le plus petit espace de. on observe une abondance de biens dont notre séjour ne possède que les prémices. loin de remarquer dont la Terre est revêtue. et montrait. peaux microscopiques l'oeil nu. depuis les conditions de stabilité géologique. que. la Terre. d'un autre côté. En notre seul séjour. au-dessous du visible le champ de la vie invisible. aussi puissantes — si ce n'est davantage —que les conditions terrestres. l'infinité de la vie offre un caractère.corrélatif dans sa diversité.

et dans celui des sciences philosophiques. la pensée. et. depuis la mécanique céleste jusqu'à la biologie. depuis l'ontologie jusqu'à la morale. C'est par des études établies sur cette double considération. pendant longtemps même il dut s'astreindre à l'observation directe et unique des apparences physiques. l'homme put se borner à l'étude des phénomènes. la Vie a étendu son empire comme un réseau immense. Mais. seule fondation possible. les recherches faites dans le domaine des sciences physiques. où la nuit la plus complète étend son éternelle souveraineté. ont permis d'élever au rang d'une doctrine l'idée antique ele la pluralité des mondes. interdire son action. impartialement et librement adonnés à l'étude de la nature. que l'on a pu s'élever aux premiers principes véritables sur lesquels la démonstration de l'habitation —actuelle. Pendant longtemps.298 LÉS MERVEILLES CÉLESTES. jusqu'aux solides du cercle polaire. et l'abondance de la vie à sa surface. afin épie la science acquît la précision ce vestibule rigoureuse qui constitue sa valeur. le sein de ces mondes lointains. Depuis les hautes régions de l'air. l'insignifiance de la Terre dans la création sidérale. jusque dans les profondeurs océaniques où l'on subit la pression de plusieurs centaines d'atmosphères. où les vents charrient des germes. à leur surface. depuis les climats brûlants de la ligne équatoriale et les sources chaudes des terrains mers volcaniques. aujourd'hui. passée ou future — des astres devait être fondée. peut et. semble capable de lutter avec avantage contre la vie. doit atteindre la notion des choses intellectuelles. L'évidence de cette vérité s'est révélée aux yeux de tous ceux qui se sont. enveloppant notre planète entière. Dans. elle voit cette vie s'épanouir et. et qu'aucune cause ne peut. de la vérité peut être franchi. traversant la matière. Il n'entre pas dans le cadre de ces dernières pages des Merveilles: célestes de nous étendre longuement sur cet aspect phi- . afin qu'il n'y eût au monde aucun district qui pût se prétendre en dehors ele son absolue souveraineté. Fondées sur la base astronomique. tendant à se répandre en tous lieux. l'intelligence y établir son trône. jusqu'aux régions glacées du pôle. elle sent la vie universelle plonger ses racines immenses. se jouant de tous les obstacles et comblant les abîmes.

jours et des nuits analogues aux nôtres. je dois au moins à mes lecteurs de leur offrir comme une modeste péroraison des causeries qu'ils ont bien voulu suivre jusqu'ici les principaux résultats auxquels nous sommes arrivés sur cette grande et belle question de l'existence de la vie à la surface des astres. semblables par leur conformation. Et.. que. n'est-il pas évident que l'absurdité de l'immobilité de la Terre s'est perpétuée. du moment où le mouvement de.1 PLURALITÉ DES MONDES HABITÉS. lorsqu'on trouva que Vénus est. si l'on n'en dotait celles-ci. Combien peu fondé est'lo sentiment qui nous anime lorsque nous pensons que l'univers aurait été créé . sans population. Voici d'abord une première considération. établie sur le caractère astronomique des Mondes et sur leur histoire : « Que le lecteur suive la marche philosophique de l'astronomie moderne. la Terre élevait l'être également. des armées. rangé en compagnie d'un grand nombre d'autres sous sa domination suprême. en effet. des saisons et. on étendit cette analogie à la conedusion suivante. Mais lorsque ensuite on observa les mondes gigantesques de Jupiter et de Saturne. une planète de mêmes dimensions que la Terre. dans cette causalité finale mal entendue dont la prétention est de placer notre globe au premier rang des corps célestes? n'cst-il pas évident que ce monde est. L'absurdité d'une telle opinion fut plus éclatante encore. et qu'il n'est pas mieux établi que les autres pour être le siège exclusif de la vie et de l'intelligence?. les astronomes et les philosophes trouvèrent étrange qu'un astre aussi magnifique fût. entourés de leurs splendid. si Vénus était. jeté sans aucune distinction dans l'amas planétaire..es cortèges. si la Terre était peuplée. uniquement employé à éclairer et à échauffer un petit monele imperceptible. 2Ôd îosophique de la création. des. ces deux mondes l'étaient aussi par leur rôle dans l'univers. la Terre et le volume du Soleil furent connus. Vénus devait l'être aussi. mais si je considère cet aspect comme la conclusion logique des études astronomiques. mille fois plus extravagante. il reconnaîtra que. et par contre à donner à Jupiter et à Saturne des êtres bien supérieurs à ceux ele Vénus et de la Terre. on fut invinciblement conduit à refuser des êtres vivants aux petites planètes précédentes. avec des montagnes et des plaines. et réciproquement.

300 LES MERVEILLES CÉLESTES. et supposez que la planète où vous avez reçu le jour vous soit inconnue. et c'est. et que si nous disparaissions de la scène. songerez-vous... et si la nuit qui. scellait pour l'éternité les paupières closes des êtres vivants. et contemplez maintenant sans prévention et d'un oeil ultra-terrestre les Momies planétaires qui circulent autour du foyer de la vie! Si vous soupçonnez les phénomènes de l'existence. croit-on ejue désormais le Soleil n'enverrait plus ses rayons et sa chaleur. Eloignez-vous un instant. bercés sur les forces permanentes de la gravitation. comme un assemblage de corps inertes et privés de lumière! Si demain nul de nous ne se réveillait. et son degré d'habitation n'a rien qui la distingue. lecteur. et que les forces de la nature cesseraient leur mouvement éternel? Non : ces Mondes lointains que nous venons de passer en revue continueraient le cycle de leur existence. clans une période diurne. habitées. choisirez-vous pour séjour cette terre chétive qui est éclipsée par Pour toute réponse. en un lieu de l'cspajce d'où l'on puisse embrasser l'ensemble du système solaire. vous ne devez plus considérer la Terre comme votre patrie ni la préférer aux autres séjours. que « la Terre n'a aucune prééminence marquée dans le système solaire de manière à être seul monde habité. ce vaste univers serait décoloré. . si l'on vient vous apprendre que la vie a fait. nous établissons. avec l'autorité du fait. la tant de sphères resplendissantes?. moindre comme la plus rigoureuse conclusion que nous puissions tirer des considérations précédentes.. pauvres minuscules perdus sur un petit globe. à l'étude présente. par la pensée. parmi ses compagnons. La Terre que nous habikms n'est qu'un des plus petits astres groupés autour de ce foyer. pour vous livrer librement. et que. à peupler ce1 globe infime de la Terre avantd'avoirétabli dans les mondes supérieurs les merveilles delà création vivante? Ou si vous formez le dessein de vous fixer sur un astre d'où l'on puisse embrasser la splendeur des cieux et sur lequel on puisse jouir des bienfaits d'une nature riche et féconde. et baignés dans l'auréole lumineuse que l'astre du jour engendre autour ele son brillant foyer. ele bonne toi.. fait le tour du monde. si vous imaginez que certaines planètes sont. peur nous. Soyez bien convaincu que. choix de certains Mondes pour y déposer les germes ele ses productions.

dans celte petite île du grand archipel où la desfinée nous a relégués. Une seconde considération. c'est à peine si nous avons pu étudier les propriétés physiques des milieux.. pu influer et qui influent encore aujourd'hui sur les manifestations de la vie. Constatons que d'un côté nous ne connaissons pas toutes les causes qui ont. leur existence. conduit l'argumentation « La Nature connaît le secret de toutes choses. ele toutes les conditionsénumérées. et constitue les êtres suivant le monde et suivant les âges. Mais ajoutons une observation particulière qui complétera les précédentes : parlons un instant de notre ignorance forcée. sur son entretien et sa propagation à la surface de celte terre. rend toutes ses créatures solidaires. dans un nouvel ordre d'idées. l'action do la lumière et de l'électricité. à la manifestation • de sa puissance... et de la difficulté où nous sommes d'approfondir les secrets et la puissance de la Nature. et que. qu'aucun obstacle n'a jamais arrêtée. et sur le spectacle éloquent de l'infinité de la vie elle-même dans le monde terrestre. sans que la variété des conditions puisse mettre obstacle. Il suit de là que l'habitabilité et l'habitation des planètes sont un complément nécessaire de. nous sommes bien plus loin eiiicorc de connaître tous les principes d'existence qui propagent.es Mondes. sur les autres mondes C'est à peine si nous avons des créations 1res dissemblables. disposées astronomiquemenl parlant.. aussi bien qu'elle au séjour de la vie ». fondée sur la diversité des êtres qui respirent à la surface du globe terrestre. et que. constamment sous nos yeux et que l'on n'a pas encore pu étudier ni même seulement découvrir.. met en action les forces les plus infimes comme les plus puissantes. sur la puissance infinie de la nature.. pénétré celles qui président aux fonctions journalières de la vie. aucune ne saurait arrêter la manifestation de la vie sur chacun de e. d'un autre côté.PLURALITE DES MONDES HABITÉS. Combien donc serait-il vain de vouloir opposer aux existences planétaires les principes superficiels et bornés de ce que nous appelons notre science? Quelle cause pourrait lutter avec avantage contre le pouvoir effectif de la Nature et mettre obstacle à l'existence des êtres sur tous ces globes magni- . les effets de Il en existe d'autres qui agissent la chaleur et du magnétisme. 301 les autres planètes sont.

et pourquoi la vie n'éclôraif-elle pas à la surface de ces Mondes qui jouissent comme le nôtre des bienfaits de la nature et qui reçoivent comme lui les rayons fécondants du même Soleil! Pourquoi ces neiges de Mars qui fondent à chaque printemps et descendent arroser ses campagnes? pourquoi ces nuages de Jupiter qui répandent l'ombre et la fraîcheur dans ses plaines immenses? pourquoi celle atmosphère de Vénus qui baigne ses vallées et ses montagnes? O Mondes splcndides qui voguez loin de nous dans les cieux. qui semble être votre apanage. serait-il possible que la froide Stérilité fût à jamais l'immuable souveraine de vos campagnes désolées? serait-il possible que cette magnificence. rigoureux en notre faveur. la Terre rouler dans l'espace comme un cadavre dans une tombe éternelle ! » C'est ainsi que. il faut reconnaître. de considérer la Puissance créatrice comme illogique avec elle-même. des jours. cela est d'une évidence incontestée. epac l'habitabilité des planètes réclame impérieusement leur habitation. sous peine. ces considérations deviennent plus impérieuses encore.. où les seuls rochers se regarderaient éternellement dans un morne silence? Spectacle affreux dans son immense immutabilité. des mois.302 LES MERVEILLES CÉLESTES. fût donnée à des régions solitaires et nues. Or ce fait est un argument. non seulement parce que les êtres qui la peuplent sont là sous nos yeux. enveloppant ainsi dans une même ruine tous les enfants de la vie. » Animées par la valeur du dessein providentiel de la création. sous quelque aspect qu'on ait envisagé la créa- . Dans quel but auraientelles donc reçu des années. des saisons.. mais encore parce que la connexion qui existe entre ces êtres et les régions où ils vivent amène pour conclusion inévitable que l'idée d'habitation se lie immédiatement à l'idée d'habitabilité. fiques qui circulent autour de notre foyer? Quelle extravagance de regarder le petit monde où nous avons reçu le jour comme le temple unique ou comme le modèle de la nature!. comme inconséquente avec sa propre manière d'agir. et plus incompréhensible que si la Mort en furie venant à passer sur la Terre fauchait d'un seul coup la population vivante qui rayonne à sa surface. et laissant. « Que notre planète ait été faite pour être habitée.

l'esprit s'étonne de n'avoir pas conçu plus tôt cette vérité vivante. par le spectacle même des faits observés. la doctrine de la Pluralité des Mondes s'est formée et s'est présentée comme la seule explication du but final. et unissant notre voix au concert de la nature universelle. 1. logiquement et sans effort. e. 303 tion. vitesse ele la lumière. sans jamais rencontrer nul terme à cette immensité prodigieuse où Dieu fil. ayant contemplé l'univers sous ses différents aspects. mais no sachant plus dans quel point de l'infini retrouver ce.. Ah! si notre vue était assez perçante pour découvrir. «.t si. les soleils resplendissants qui gravitent dans l'étendue. et les mondes habités ejui les suivent élans leur cours. s'il nous était donné d'embrasser sous un coup d'oeil général ce:s myriades de systèmes solidaires. comme le couronnement des vérités astronomiques. . et lorsque.PLURALITE DES MONDES HABITES. et que notre pauvre séjour avait seul le privilège de refléter ta grandeur et ta puissance ' ! » la Pluralité des Mondes habités. germer les mondes et les êtres : retournant nos regards en arrière. il sent en lui-même que la démonstration d'une telle évidence n'est plus nécessaire.. Les conclusions sommaires que nous venons de citer se sont trouvées établies. nous avançant avec la. il ne peut plus que proclamer d'instinct la vérité lumineuse. là où nous ne voyons que des points brillants sur le fond noir du ciel. Subjugué par le spectacle. et qu'il devrait l'accepter lors môme qu'elle n'aurait d'autres raisons en sa faveur que l'état comparatif de l'atome terrestre avec le reste de l'immense univers. nous nous arrêterions fascinés et confondus par un tel spectacle. nous traversions pendant des siècles ele siècles ce nombre illimité de soleils et ele sphères. eut dédaignant pour ainsi dire la démonstration scientifique matérielle. CAMILLE FLAJIMAHIOIN. grain ele poussière que l'on nomme la Terre. nous dirions du fond de noire àmc : Dieu tout-puissant! que nous étions insensés de croire qu'il n'y avait rien au delà de la Terre. comme la justification de l'existence des formes matérielles.

Ducouchant assombri leslueurs mpourprées e feux: éteint Avaient leursderniers descieux illuminait Lalune. et sentir exactement la beauté comme la grandeur delà création. En nous affranchissant de la vie tumultueuse. et nous nous sommes ainsi privés des jouissances les plus pures.touttremblant. nous ressentons. i l ë Lesvastes lainesthéréos. C'est par la contemplation delà nature que nous pouvons entrer parfois en communication avec la vérité absolue. . vis.anuitmontait. une impression inconnue. nous sommes devenus tellement étrangers à la nature que. p Aux constellations lecielrayonnait dont : J'élevai es ensilence m yeux ducielimmense. pensive.ampemmense. Qu'elle est belle. sesvoiles ombres. Et. en revenant à la paix. Etdéployait s sous d Lesoleil. il semble que nous entrions dans un nouveau monde. comme si la sphère d'harmonie dans laquelle nous entrons était toujours restée loin des voyages de notre pensée. Nous avons perdu le sentiment de sa valeur. n Etaitmonpourlescoteauxoirs.Il LA CONTEMPLATION DES CIEUX obscur essoirs d autrône l.aufond je L'oeil deDieu mèregardait! qui 1859. descendu l'empireesombres. cette contemplation des splendeurs visibles de l'oeuvre créée ! Combien ces études sont supérieures aux préoccupations vulgaires qui occupent nos jours et emportent nos années! combien elles élèvent l'àme vers les véritables grandeurs! Pour le monde artificiel que nous nous sommes formé par nos habitudes citadines. lorsque nous revenons à elle. qu'elle est digne de l'esprit humain.

et nous oublions le passé comme l'avenir. elle veut le beau. et l'aurore Va dissiper la nuit. on s'accoutume à se contenter d'apparences. sent le vide de toutes ces apparences. se laissant suspendre au charme des splendeurs étudiées.LA CONTEMPLATION DES CIEUX. avielc des véritables et profondes jouissances que la Nature. Le temps m'échappe et fuit. on perd sa réelle valeur intellectuelle en se laissant. où elle cherche avec anxiété et revient avec amour aux véritables grandeurs. Mais il est des heures de solitude où l'àme. et qu'il lui soit permis de ne point quitter cette scène avant que son admiration soit satisfaite . Les beautés du ciel la captiveront. oublieuse des fausses jouissances de la terre. Alors l'àme a la nostalgie de son pays natal . 20 . elles nous rappellent à notre origine. Suspende/. elle sera portée à s'écrier avec le poète : O temps. faisant un retour sur elle-même. suspends ton vol! et vous. seules capables de donner à son repos une. terre ferme au lieu des fluctuations qui l'ont ballottée.. sous leur charme. l'âge est immobile. où elle reconnaît combien peu elles peuvent la satisfaire.. en ces heures de réflexion. que la nuit lui révèle merveilles sur merveilles. de contempler les beautés de la nature. qu'il lui soit donné d'admirer et de comprendre les merveilles de la création. sait verser dans le coeur des enfants qui la chérissent. à notre. berceau maternel. Les objets qui nous entourent frappent seuls nos regards. s'adonnant tout entière à la contemplation qui la séduit. Je dis à. bercer à la surface de cet océan agité sur lequel llottentles barques humaines.. cette jeune mère dont. insensiblement. à ne plus chercher le fond et la substance des choses . elle se livrera sans réserve au spectacle qui l'absorbe. et donne un regard d'adieu aux vanités passagères. 305 Les études de la nature offrent ce caractère précieux qu'étant appliquées à la vérité. Qu'il lui soit permis. elle demande le vrai.. Insensiblement. celle nuit : Sois plus lente. elle demandera que cette contemplation ne finisse jamais. heures propices. La vie mondaine est un véritable exil pour l'àme. comme aux plus douces heures de la vie. votre cours! Laissez-moisavourer les rapides délices Des plus beaux de nos jours! Mais je demande en vain quelques moments encore.

à l'incarnat des roses . on sent que la création est une. ne sauraient rivaliser avec l'harmonie ele la nature. le plus fin tissu. et le petit grain de sable cristallisé qui reflète le rayon solaire. tandis que dans l'autre l'empreinte d'une puissance infinie reste toujours. prenez cette lentille étonnante qui fait dresser des géants là où se cachaient invisibles les êtres les plus infimes : à son foyer. Car l'univers est. comparez les richesses des ornements royaux. Le grand caractère qui sépare à jamais ces oeuvres. el cherchez si la comparaison peut un seul instant se soutenir. et l'inlinimcnt petit s'embrassent. que. le plus modeste tissu formé par les mains de la nature révèle des richesses cachées à mesure . Nulle parole humaine. la nébuleuse immense qui dispose ses systèmes de soleils dans la vaste étendue. nul ouvrage formé de la main des hommes. à peine soupçonnée. nous sommes incorporés dans ses parties constitutives. les mosaïques ele ses palais. Tous les phénomènes prennent leur place dans le concert universel. avec l'oeuvre de la création. à la blancheur des lis. la sphère planétaire qui roule avec majesté sur l'orbite gigantesque et le petit oiseau qui chante sous les feuilles. nous enveloppe. les larmes d'or de son temple. Lorsqu'on se livre à ces hautes et magnifiques études. le tissu oriental des vêlements de Salomon dans sa gloire. on sent bientôt la grande harmonie. l'unité admirable en laquelle foutes choses sont confondues. et la ruche qui reçoit les rhomboèdres d'une république en éternel universelle qui emporte dans l'espace ces accord. l'infiniment grand. au contraire. l'oeuvre la plus délicate de l'art humain se traduit en un objet informe et grossier. Amplifiez le pouvoir de nos sens. et qu'une vie immense. la'gravitation globes formidables et ces systèmes de mondes. l'oeuvre permanente d'une seule pensée. L'étoile d'or qui brille dans la profondeur des cieux. parmi les merveilles de l'art aux plus simples d'entre les productions de la nature.306 LES MERVEILLES CELESTES. et l'humble zéphyr epii transporte d'une fleur à l'autre des parfums aimés : les grands phénomènes et les actions insensibles s'unissent dans le mouvement général. Comparez un instant le plus admirable des chefsd'oeuvre. c'est que dans l'une une" puissance bornée y marque le terme de sa faculté. unissent leur lumière . Comme l'exprimait déjà une parole antique.

et appréciez combien l'art est en tout et toujours surpassé parla nature Car l'oeuvre de la nature est admirable dans l'infiniment petit comme dans l'infiniment grand. etc.. dans l'un et dans l'autre sens. l'oeil analysateur du microscope nous montrera ele magnifiques plumes d'un blanc de neige ou d'un jaune mal. l'infini de la puissance créatrice. symétriquement rangées. Sur son front vous compterez vingt mille yeux! Que les fines gouttelettes de rosée suspen-ducs par l'aurore aux feuilles des branches abaissées tombent sous la secousse d'un oiseau qui passe. avec autant de soin que celles de l'aigle appelé à franchir les airs. sera en poussière avant que le jour de demain soit éteint. Nous pourrions continuer sans terme ces appréciations comparatives. qui nous montreraient sans t:esse. et disparu comme il était né! Examinez ces humbles fleurs des champs aux pétales colorés : l'éineraude et le rubis s'y succèdent. etc. ravissant petit arc-cn-ciel. avec ces lois rigoureuses epii régissent dans une perfection incompréhensible les mouvements harmonieux des sphères étoilées dans le concert du ciel. notre imagination restera confondue devant elles comme devant les plus grandes. Essayez maintenant de mettre en regard nos appareils les plus merveilleux. et vous verrez se peindre au passage de cette pluie. Les spectacles sublimes que la contemplation des cieux nous dévoile sont sans doute les plus frappants. l'or et le saphir y marient leurs tendres nuances : c'est en petit les magnificences de couleurs qui resplendissent dans les étoiles doubles. jusqu'à ces instruments de précision si élégants. né d'hier. mais si nous savons examiner les petites choses. pourtant à l'oeil nu il n'y a sur ces ailes qu'une poussière impalpable qui reste adhérente au doigt. et ceux dont la magnificence s'impose le plus souverainement à notre pensée émerveillée . depuis nos machines formidables dont le sein renferme ces foyers puissants dont. formé pour une vie de quelques dixièmes do seconde. l'homme s'est rendu maître. . fine un arc-en-ciel non moins riche que l'arche gigantesque élevée à la fin d'un orage dans l'étendue de l'atmosphère. 307 epac le pouvoir amplificateur augmente.LA CONTEMPLATION DES CIEUX. si sensibles — avec jes forces indomptables dont la matière est animée. Sur ce pauvre petit papillon blanc qui.

Le nôtre. ami. dit en prose cette ode de Lebrun à un convive astronome : Ami. Faisons donc sa part à chaque chose. aimer. c'est. et chacun voudrait admirer ces merveilles. pour des attractions ment moins dignes de notre pensée. la nuit étant privée d'étoiles. il y avait ici-bas un lieu unique d'où les constellations et les astres fussent visibles.308 LES MERVEILLES CELESTES. on revient vite aux choses du monde pour ne plus songer à nos grandes questions. sous l'ombre de la treille Goûte In charme des beaux jours : Chaque heure en fuyant nous conseille De ravir des moments si courts.. disait un philosophe. Or ce qui nous entoure journellement perd sa valeur. et l'àme ne se sent-elle pas quelquefois le désir supérieur de s'élever au-dessus des fonctions ordinaires de la vie? Que tout le plaisir et toute la gloire du Soleil soient de colorer le raisin. Pourvu que sa chaleur l'éconde Mûrisse toujours nos raisins! Tout son plaisir. de le boire : lloire. mais doit-on ne3 vivre que pour elles. cependant nous passons indifférents à côté de ces merveilles. laisse rouler la Terre Autour de. Combien de personnes ont.. et prenons pour but de nous rendre de plus en plus spirituels. mais que notre principal bonheur soit de le boire. His et bois : j'aime mieux ce verre Que l'astrolabe des Newtons. qu'on oublie volontiers le ciel pour elle.l'astre des saisons.. La terre a le don de nous captiver si fort. l'habitude assoupit infinil'attention. c'est ce qui est de plus un peu trop matériel. c'est ce qui est fort contestable . Ce sont là sans doute de charmantes pensées. Si parfois on se laisse un instant exalter par ces merveilles de de la science du ciel. Si. toute sa gloire. que faut-il de plus? Crois-moi. embellissons l'existence par les fleurs de la contemplation. Qu'importe qu'au centre du monde Le Soleil fixe ses destins. C'est de colorer ce doux jus. les pèlerinages à ce lieu ne cesseraient pas. . Cependant nous n'y songeons pas. et l'on oublie la nature.

grands mouvements sur peu d'espace ». et de notre terre avce. rafraîchissement dans la fatigue des jours. rêvons. ces plafonds éclatants d'ivoire. disait Sénôque le Philosophe.-J. au loin sauvage. et comme si tout cela était chose sérieuse. la flamme à la main! Voilà les mortels avec leurs ri si bl es frontières! Si l'on donnait aux fourmis l'intelligence de l'homme. Ampère. chaque fois que tu verras des armées marcher enseignes levées. KLOPSTOCK. — Oh! que l'homme est petit s'il 1. toute paix dans l'inquiétude . il faut avoir embrassé le cercle tic l'univers. Oh! nome quittez pas sans porter quelque fruit. demandons un baiser aux lèvres de la Nature. Voilà donc. trad. tout. se dit le sage. do s'élancer dans les cieux. le comble du bonheur pour l'homme. tantôt se développer sur les ailes. Avec quelle satisfaction. tout son or! Pour dédaigner ces portiques. Sans éveiller en moi quelques nobles pensées 1. — otque cette aspiration d'une liqueur si pure nous garde des coupes empoisonnées. ou glacé. du milieu de ces astres où vole sa pensée. que tant donations se partagent. des cavaliers tantôt voler à la découverte. il se rit des mosaïques de nos riches. par J. en partie submergé. c'est de fouler aux pieds tout mauvais désir. retrempons-les source candide. . tu seras tenté de dire : « Ce sont des évolutions de fourmis. et laissé tomber d'en haut un regard sur ce globe étroit. des bruits terrestres pour nous envelopper dç calme et de silence. ceis fleuves contraints de traverser des palais.LA CONTEMPLATION DES CIEUX. le point. ne partageraient-elles pas aussi un carré de jardin en plusieurs provinces? Quand tu te seras élevé aux objets vraiment grands dont je parle. tandis que ce qui surnage est. heures trop lot passées. « La plénitude cl. Heures de poésie. Remontons à la source limpide et jamais troublée d'où descendent toute consolation dans la douleur. Laissons-nous entraîner par ces rêveries délicieuses qui nous éloignent. pensons quelquefois à la belle nature. 309 Songeons. et de pénétrer les replis les plus cachés de la nature. quand nos lèvres à cette sont desséchées par les vents du monde. brûlant. Que l'éloile du soir m'apporte avec la nuit.le fer et.

et venons quelquefois méditer sous son ombre silencieuse. cl. J'erre et médite en paix sous ton ombre sacrée! . que. seul et pensjf. ne s'élève pas au-dessus des choses terrestres ! Il est là-haut des régions sans bornes. puisqu'elles nous mettront désormais e-n communication avec des mondes dont la nature ne nous est plus inconnue. elle se reconnaît fille du ciel au charme qu'elle trouve dans les choses célestes. mais comme chez elle. et. Et c'est avec une effusion plus intime encore. Dès qu'elle y touche.310 LES MERVEILLES CELESTES. par laquelle nous avons ouvert notre entrevue avec le ciel : O Nuit! que ton langage est sublime pour moi. que notre âme est admise à posséder. Conlemplanl'les soleils dont la robe est. que. notre pensée aura pour objet un spectacle mieux compris. nous connaîtrons ce que. Eh! qui l'en empêcherait? Ne sait-elle pas que l'univers est son domaine? » L'homme ne vit pas seulement de l'élément matériel : il lui faut la pensée. libre d'entraves. purifiée ele toute souillure. c'est en occupant son esprit de ces beaux et féconds sujets d'étude que son front. parée. nous adressons à la Nuit cette salutation. elle s'y nourrit et s'y développe : elle est comme délivrée de ses fers et rendue à son origine . Au lieu d'une rêverie flottante. il n'est. Avide spectatrice. elle soit digne de voler jusque-là. elle y entre. maintenant que nous avons levé une partie du voile qui nous cachait les mystères célestes. N'oublions pas les enseignements de la nuit. C'est en s'élevant à ces nobles contemplations qu'il est digne de son rang. gardera l'empreinte divine de sa destinée et s'éclairera de plus en plus. non comme étrangère. pourvu qu'elle n'emporte avec elle que le moins possible de ce qui est matière. nous apprécierons mieux ces créations lointaines. rien qu'elle ne sonde et n'interroge. Les heures nocturnes auront un double prix à nos yeux. Lorsque. aussi calme que loi. nous admirons.

le Couronneboréale 07 28. Nébuleusesannulaires 22 7. Grande Ourse. 2!) 12. Marchedu soleil clansles signes du Zodiaque! . Les Ourses (il 24. Cassiopée 01 25.en ISSU) 34 11.d'Hercule lit 4.Andromède.Nébuleuses globulaires 21 (i. Arcturus. Ancientélescoped'Herschcl 32 H). au mont llamilton 37 20. Nébuleuseen spirale de la Vierge 31 14. Suite des constellationsdu Zodiaque 73 30. La sphère céleste et le mouvementdiurne 70 29.Le grand télescope de lord Rosse 33 10.La plus grande lunette du monde(Expositionde Chicago. Amasstellaire du Centaure l'. le Bouvier.l'tëcude Sobiesld 27 11.'j. La nuit cl le jour 18 2. Nébuleusedu Navire 25 10. Chèvre. L'oculairedu grand équatorial de l'observatoireLiclt. Nébuleusedu Lion 24 5. L'observatoirede Paris 39 21.L'observatoireLick. Les sept étoiles principales de la Grande Ourse 58 23. multiples .d'après une photo35 graphie 30 19. Cassiopée. Signes du Zodiaque ' 73 31. L'observatoirede Juvisy 55 22. Petite Ourse.Le grand équatorial de l'observatoire Liclt.l 3.TABLE DES GRAVURES S 1.au mont llamilton 18. Étoile polaire. Pégase 02 20. Pléiades 03 27.Nébuleusede. Les constellationsdu Zodiaque 71 29 bis. Nébuleusedu Taureau 2!5 9. Amasstellaire. Nébuleusesdoubles. Amasstellaire du Verseau v 20 .Nébuleuseen spirale de la constellationdes Chiensde chasse 30 13.

Comètede 1802: aspect de la tète 217 75. Segmentationd'une tache solaire 142 43.. 32. Le ciel du Sud à l'horizonde Paris 34. 209 70. Comètede 1882 220 77. Comètedo 1811 72. Comètede 1874 215 74.312 TABLE DES GRAVURES. Orbite annuelle de la Terre autour du Soleil 225 80. Mouvementd'une tache solaire. Le Soleilcl les Planètes : dimensions comparées 139 41. La verticale. 226 81. Aspectlélescopiqucde Jupiter ISS 59.d'après 207 la tapisserie de liayeux 68. Aspects de la planète Mars 50. Visibilitéde l'hémisphère obscur de Vénus 172 54. Mesuredes dislancescélestes 129 39.' 208 09. Orionet son entouragecéleste 89 91 35.arred'Ambroise Paré prétendantreprésenter la comètede 1528. Décomposition la lumière de 149 40. Comètede Halley. Jupiter et la Terre 179 58. Le petit carré précédent vu au télescope 106 38. La grande nébuleused'Orionet son éloiie sextuple v 100 30. Explosionet protubérancesolaire 48. lihahissemenlcausé par la comètede Guillaumele Conquérant. Inclinaison des orbites des satellites tl'Uraniis 195 65. Mercure_cllit Terre (dimensionscomparées) 161 50. Uranus et la Terre I93 61. 205 67. Les Pléiades 74 87 33. Phases de Mercure 103 51. du bord vers le centre 41. Mouvement pparent des taches du bord oriental an bord occidental du a 143 disque 147 45. Dessinbi/. Haiesprincipales du spectre solaire 152 47. 185 187 01. u à l'oeil nu 100 37. Echancrurcsdu croissantde Vénus 160 53.. La Terre dans l'espace: hémisphèrecontinentalel hémisphèremaritime. Pluie d'étoiles filantes 221 78.(dimensionscomparées) 03. Le Systèmeplanétaire 133 40. Comètede 185S: tôle et noyau 219 76.. Comète de 1858 : 213 73.. Neptune et la Terre 199 60. Saturne et ses satellites (10. Variations des anneaux de Saturne 189 02. Carte de la planète Mars 173 53. Variationsdu disque apparent de Vénus ICI 52. Aspecldes taches solaires 141 42. — Les antipodes 227 .— La sphère. Dimensionscomparéesdu globe du Soleilet de l'orbite de la Lune 153 100 49. Saturne et la Terre. Comètede 1577 .. Comètede 1741 210 • 211 71.Un petit carré de la constellationdes Gémeaux. Jupiter et ses quatre satellites 170 177 57. Rotationet translation de la Terre 224 79.Les anneaux de Saturne.

(Photographie directe faile ii l'Observatoire de Paris. Déviationapparente du pendule 2i0 91. Courbure des mers .Dimensionscomparées de la Terre et de la Lune 277 103. Expérience de Foucault 245 89. 235 St...Soleil et de Lune 281 101.... en 187" . Dernier quartier 259 96. 285 106.Tracé d'une éclipse totale de Soleil 289 .Une éclipse de Lune dans le Laos.'.Vue prise dans la chaine des Apennins lunaires 273 101. Aspectgénéral de la Lune 201 97. Déviationdans la chute des corps 242 88. Une montagne lunaire. Explication des phases de la Lune 256 93. telle qu'on la voit de la Lune 275 102.Éclipse totale de Lune 287 107. Le mont Copernic 260 98. Premier quartier 259 95. llerschel... 1113 82. L'ombre de la Terre sur la Lune. 240 90. Divisions du globe 230 83. Flammarion.. Mesure de la distance de la Terre à la Lune 251 92.La Terre dans le ciel.. pendant une éclipse de lune 230 85.. (Gravéd'après une photographie directe. Effet de la force cenlrifuge 241 87. Déviation apparente du pendule. Aspect de la pleine Lune. Cratère enseveli sur les rives de l'Océan des Tempêtes 267 99. Éclipses de.TABLE DES GRAVURES. Éclipse totale de Soleil du 18juillet 1800 283 105..). 25S 94. Les cirques lunaires de Ptoléinée. Isolement de la Terre dans l'espace 239 80.) 271 100.

.

Saturne IX. Le système planétaire IL Le Soleil III.TABLE DES MATIÈRES PHÉFACK HECETTE NOUVELLE ÉDITION L'ENSEMBLE. Les nébuleuses VI. Mercure V. LeSoleil (suite) IV. colorés LE DOMAINE DU SOLEIL 1. leurs distances VI. Les constellationsdu Sud V.éteintes ou subitement apparues VIL Les univers lointains. Mars VIL Jupiter VIII. La Nuit IL Le Ciel III. Le Zodiaque IV.Vénus VI. 127 135 145 158 102 169 175 182 193 197 202 212 . soleils doubles.multiples. Etoiles variables. La Voie lactée NOTRE UNIVERS I. Le inonde sidéral IL Les constellationsdu Nord III. Neptune XL Les comèles XII. Uranus X. Organisationgénérale de l'univers V. V 1 (> 12 15 23 12 49 00 69 84 97 109 110 ' •. L'espace universel IV. temporaires. Le nombre des étoiles. Les comètes (suite) t. I.

lmp.•.^. Le globe terrestre II.... La contemplationdes cieux 295 . 252V 264 279 I.^n-. Les éclipses. . B Coulominiers. 233 .. .-/ \ —234-97.. qu'elle tourne sur elle-mêmeet autour du Soleil III.-^304 /•.PAUL KODARD... .316 TABLE DES MATIÈRES.^ 223.. v=.. Preuves positivesque la Terre est ronde. Pluralité des mondes habiles II. Constitutionphysique de la Lune. V. LaLÎine IV. ASPECT PHILOSOPHIQUE DE LA CRÉATION 1. LA TERRE -..

.

.

.

.

Déviation dans la chute des corps 88. Le Soleil et les Planètes: dimensions comparées 41. . Cassiopée 25. Petite Ourse. Amas stellaire du Verseau 5. Mouvement d'une tache solaire. Pluie d'étoiles filantes 78. Aspects de la planète Mars 56. L'oculaire du grand équatorial de l'observatoire Lick.La sphère. Courbure des mers 84. Comète de 1882 77. Dimensions comparées du globe du Soleil et de l'orbite de la Lune 49. Pégase 26. La sphère céleste et le mouvement diurne 29. Nébuleuse en spirale de la constellation des Chiens de chasse 13. Signes du Zodiaque 31. Mouvement apparent des taches du bord oriental au bord occidental du disque 45. Nébuleuses globulaires 6. La grande nébuleuse d'Orion et son étoile sextuple 36.Les antipodes 82.TABLE DES GRAVURES 1. Décomposition de la lumière 46. Etablissement causé par la comète de Guillaume le Conquérant. Chèvre. Le ciel du Sud à l'horizon de Paris 34. Etoile polaire. Visibilité de l'hémisphère obscur de Vénus 54. Orion et son entourage céleste 35. Effet de la force centrifuge 87. Les Pléiades 33. du bord vers le centre 44. Ancien télescope d'Herschel 15. Aspect télescopique de Jupiter 59. Segmentation d'une tache solaire 43. Comète de 1862: aspect de la tête 75. Les anneaux de Saturne 61. Comète de 1858: tête et noyau 76. vu à l'oeil nu 37. La nuit et le jour 2. Le Système planétaire 40. Carte de la planète Mars 55. Le grand télescope de lord Rosse 16. Nébuleuse du Lion 8. Divisions du globe 83. Echancrures du croissant de Vénus 53. Grande Ourse. Inclinaison des orbites des satellites d'Uranus 65. le Couronne boréale 28. L'observatoire de Juvisy 22. Pléiades 27. Isolement de la Terre dans l'espace 86. Comète de 1811 72. Un petit carré de la constellation des Gémeaux. Comète de 1577 69. Variations du disque apparent de Vénus 52. Nébuleuses annulaires 7. Amas stellaire d'Hercule 4. Suite des constellations du Zodiaque 30. Comète de 1874 74. Jupiter et la Terre 58. Les sept étoiles principales de la Grande Ourse 23. Nébuleuse du Navire 10. Mesure des distances célestes 39. Rotation et translation de la Terre 79. Le grand équatorial de l'observatoire Lick. Saturne et la Terre (dimensions comparées) 63. Amas stellaire du Centaure 3. Dessin bizarre d'Ambroise Paré prétendant représenter la comète de 1528 70. Comète de 1858 73. Variations des anneaux de Saturne 62. L'observatoire de Paris 21. Orbite annuelle de la Terre autour du Soleil 80. . Andromède. Phases de Mercure 51. Mercure et la Terre (dimensions comparées) 50. Les Ourses 24. Expérience de Foucault . L'observatoire Lick. La plus grande lunette du monde (Exposition de Chicago. pendant une éclipse de lune 85. au mont Hamilton 18. Nébuleuse du Taureau 9. Aspect des taches solaires 42. La Terre dans l'espace: hémisphère continental et hémisphère maritime 81. multiples 12. le Bouvier. L'ombre de la Terre sur la Lune. Le petit carré précédent vu au télescope 38. Nébuleuse en spirale de la Vierge 14. Les constellations du Zodiaque 29 bis. Nébuleuses doubles. Jupiter et ses quatre satellites 57. Nébuleuse de l'Ecu de Sobieski 11. Arcturus. Marche du soleil dans les signes du Zodiaque 32. en 1894) 17. Explosion et protubérance solaire 48. d'après la tapisserie de Bayeux 68. Saturne et ses satellites 60. d'après une photographie 19. Neptune et la Terre 66. au mont Hamilton 20. Uranus et la Terre 64. Raies principales du spectre solaire 47. Comète de 1744 71. Comète de Halley 67. Cassiopée. La verticale.

Les nébuleuses VI. soleils doubles. Déviation apparente du pendule 90. Eclipses de Soleil et de Lune 104. Tracé d'une éclipse totale de Soleil TABLE DES MATIERES PREFACE DE CETTE NOUVELLE EDITION L'ENSEMBLE I. Déviation apparente du pendule 91. multiples. Preuves positives que la Terre est ronde. Mars VII. Organisation générale de l'univers V. La Voie lactée NOTRE UNIVERS I. La Nuit II. Uranus X. Le Soleil III. Eclipse totale de Soleil du 18 juillet 1860 105. Le Zodiaque IV. La Terre dans le ciel. leurs distances VI. Vue prise dans la chaine des Apennins lunaires 101. temporaires. Etoiles variables. Le Soleil (suite) IV. Vénus VI. Constitution physique de la Lune V. Herschel. Aspect général de la Lune 97. Les comètes XII. en 1877 106. Les constellations du Sud V. Le nombre des étoiles. Le globe terrestre II. La contemplation des cieux . Eclipse totale de Lune 107. La Lune IV. Aspect de la pleine Lune. Mercure V. qu'elle tourne sur elle-même et autour du Soleil III. Pluralité des mondes habités II. Les éclipses ASPECT PHILOSOPHIQUE DE LA CREATION I. (Photographie directe faite à l'Observatoire de Paris) 100. Premier quartier 95. Les univers lointains. colorés LE DOMAINE DU SOLEIL I. (Gravé d'après une photographie directe) 94. Dernier quartier 96. Le Ciel III. éteintes ou subitement apparues VII. Une montagne lunaire. Les constellations du Nord III. Dimensions comparées de la Terre et de la Lune 103. Cratère enseveli sur les rives de l'Océan des Tempêtes 99. L'espace universel IV. Le monde sidéral II. Les comètes (suite) LA TERRE I. Flammarion. Explication des phases de la Lune 93. Neptune XI. Jupiter VIII.89. Une éclipse de Lune dans le Laos. telle qu'on la voit de la Lune 102. Mesure de la distance de la Terre à la Lune 92. Saturne IX. Le mont Copernic 98. Le système planétaire II. Les cirques lunaires de Ptolémée.