You are on page 1of 4

HEREDITE MULTIFACTORIELLE

I-Définition : on parle d’hérédité multifactorielle lorsque l’expression d’un caractère dépend de l’action d’un ensemble de gènes et de l’effet de l’environnement. Phénotype= Gènes + effets de l’environnement

On reconnaît une maladie multifactorielle lorsqu’il y a agrégation familiale de malades, concordance d’atteinte entre vrais jumeaux et augmentation du nombre de malades avec le changement du mode de vie de la population. II- Notion d’héritabilité : l’héritabilité désigne la part des gènes par rapport à l’effet de l’environnement dans l’expression d’un caractère donné, dans une population donnée. L’héritabilité peut être appréciée par l’étude de la concordance entre individus apparentés dans une population donnée. L’effet des gènes est alors démontré par l’augmentation de la concordance avec la proximité génétique. Exemple : le diabète non insulinodépendant (DNID). La concordance est de 29% entre parents enfants, 38% entre germains et 60 à 90% entre vrais jumeaux. La discordance (40 à 10%) observée entre les vrais jumeaux est due à l’environnement. III- Notion d’anticipation : dans l’hérédité multifactorielle une maladie où un syndrome peut avoir une manifestation clinique plus précoce ou plus sévère chez les enfants que chez leurs parents. Ce phénomène est appelé phénomène d’anticipation. IV- Notion d’allèles de susceptibilité : c’est un ensemble d’allèles de plusieurs gènes différents, dont la combinaison constitue un terrain génétique de prédisposition. Chaque allèle pris séparément n’a aucun effet ; c’est la combinaison de l’ensemble des allèles qui produit un terrain génétique favorable à l’expression de la maladie, lorsque la condition de l’environnement le permet. V- Notion de gène majeur de susceptibilité : c’est un gène qui détermine la susceptibilité vis-à-vis d’une maladie, mais dont l’effet est modulé par un ensemble de gènes mineurs et de l’environnement. Exemple, les gènes majeurs de susceptibilité au cancer du sein BRACA1 et BRCA2

Document H.Belhocine 1

VI- Types d’hérédités multifactorielles : VI-1 Hérédité multifactorielle à seuil : la maladie est contrôlée par des allèles de susceptibilité et l’environnement. Dans ce cas il y a un seuil de susceptibilité qui d’éclanche la pathologie dès qu’il est dépassé. (Voir fig. 1)

Fig.1 Modèle à seuil

Exemples : fente labio-palatine, sténose du pylore, Spina-bifida, luxation de la hanche, pied bot. VI-2 Hérédité multifactorielle mixte : dans ce cas il y a intervention d’un gène majeur de susceptibilité, un ensemble de gènes mineurs et des facteurs de l’environnement. (Voir fig.2)

Fig.2 modèle mixte
Légende : SAINS - MALADES/MALADES

Document H.Belhocine 2

VII- Estimation du risque de récurrence : le risque de récurrence dans le cas d’un caractère multifactoriel et dit risque empirique. Le calcul de ce risque est basé sur des observations effectuées dans la population générale et non pas sur un modèl mathématique précis. VII-1- Risque relatif : c’est le rapport du risque pour l’apparenté d’un malade d’être atteint sur le risque dans la population générale.

Risque relatif = Risque pour l’apparenté/Risque dans la population générale

Exemple :

Parenté Fratrie Enfants Oncles/tantes Neveux

% atteints 4,1 3,5 0,7 0,8

Risque relatif X40 X35 X7 X8

Risque relatif pour la fente labio-palatine en fonction de la proximité génétique, par rapport à la population générale (1/10000)

La proximité génétique : elle représente le pourcentage de gènes en commun entre deux individus.

Proximité génétique = (1/2) degré de parenté ou p= (1/2) d

Document H.Belhocine 3

Exemple :

pourcentage de gènes en commun (p) 100

degré de parenté

individus concernés

0

Vrais jumeaux

50

1

Parents-enfants ; fratrie

25

2

Oncles, tantes, nièces, neveux, grandsparents Cousins, arrières grands-parents, arrières petits enfants

12,5

3

Remarque : pourcentage de gènes en commun= proximité génétique

VII-2- facteurs qui augmentent le risque de récurrence : bien que le risque exact ne puisse être calculé comme pour une maladie mono factorielle, il existe des facteurs connus pour augmenter ce risque. Ces facteurs sont : le degré de parenté. si plus d’une personne est atteinte dans la famille. la sévérité de la maladie. l’individu atteint est de sexe le moins souvent touché. la consanguinité chez les parents.

Document H.Belhocine 4