CONTAZI Côme Université Hassan II F.S.J.E.S-Casablanca Master d’A.G.D.

H Semestre 1

Matière: Audit des systèmes de formation Sujet : Le processus logistique Introduction :
Avant de nous lancer dans un long voyage qui nous amènera à la vision globale de ce qu’est exactement la logistique (I) et, par suite à l’application de la notion au système de formation (II), il est préférable d’anticiper l’acception de l’expression nominale « logistique ». Nous proposons la définition donnée par Philippe Vallin en introduction de son ouvrage La Logistique : modèles et méthodes du pilotage des flux. Selon cette référence, « la logistique peut être définie comme l’ensemble des problématiques, des méthodes et des activités qui concourent à la maîtrise et à la coordination des flux physiques, de services et d’informations, pour la satisfaction du client final, à partir de matières premières, en minimisant les ressources utilisées. Matière première et client final sont relatifs aux maillons de la chaîne sur laquelle porte l’analyse.»

I-

Notion de « logistique »
A- Evolution historique du concept et domaines d’application

A l’origine, le terme « logistique » appartenait au champ lexical militaire. Dans ce sens, il désigne « une partie de l’art militaire qui concerne les transports et le ravitaillement des armées. » Par suite, le terme sera utilisé dans le domaine des entreprises après la seconde Guerre mondiale et ce sont surtout les entreprises du secteur de l’automobile et de la grande distribution qui vont être visées par la logistique, parce que ce sont des secteurs à dominance concurrentielle. Progressivement, la logistique passera du domaine de l’entreprise aux autres domaines bien divers : elle devient hospitalière, humaine, événementielle, etc. Elle devient, d’une manière générale, une certaine façon d’aborder les problèmes d’une organisation en vue de son pilotage. Pour cette raison précise, la logistique intéresse tout responsable, quels que soient son niveau hiérarchique, sa formation d’origine, la taille et le secteur de l’organisation dont il a la charge. B- Définition De prime abord, signalons que la notion de « logistique » peut avoir plusieurs définitions, pourtant toutes acceptables. Cette assertion est le constat fait par bon nombre d’auteurs aussi bien dans le champ des sciences de gestion que dans le champ des sciences de l’ingénieur. Depuis l’origine du terme « logistique », une soixantaine de définitions peuvent lui être

1

Il lui incombait par conséquent l’art de combiner les moyens pour arriver au bout de sa mission. nous sommes proches de ce qu’on appelle la recherche opérationnelle. En effet. ravitailler et camper les troupes. qui veut dire relatif au calcul. En définissant ainsi la logistique. « la logistique concerne le mouvement et la manutention des marchandises du point de production au point de consommation ou d’utilisation. 271). ses acceptions se sont multipliées et ceci en fonction des institutions et des auteurs. La logistique est l’art d’organiser un calcul en étapes pour aboutir à un but. Parmi les institutions qui se sont penchées à cette notion. Tout ce qu’il y a lieu de faire est de rendre le produit disponible ». nous citerons l’American Marketing Association. Cette notion aura une importance considérable puisqu’elle sera le mécanisme de base du concept de programme enregistré qui a permis le développement de l’informatique. Le mot logistikos fut utilisé pour la toute première fois par le philosophe grec Platon qui le prenait au sens de calcul pratique. C’est ce rapport de nécessité qui s’établit entre le marketing et la logistique que traduira Peter Drucker en 1975 en ces termes : « Le but du marketing est de rendre la vente superflue. de connaître et de comprendre si bien le client que le produit ou le service sera naturellement adapté à ses besoins et se vendra lui-même. le Council of Logistic Management. 2. La première définition de la logistique d’entreprise est donnée par une association marketing de en 1948. la SOLE (Society of Logistics Enginers) et CRET-LOG (Centre de Recherche en Transport et Logistique). 1837. Le mot « logistique » vient du mot français « logis ». 1. l’Aslog (Association française des Logisticiens d’entreprise). 2 . la démarche marketing doit conduire à un client prêt à acheter. p. Le mot latin est « logisticus » et a le même sens. L’origine mathématique du terme : le mot correspondant en grec est « logistikos ». l’Institute of Logistic.Pluralité de définitions de la logistique moderne Même à l’heure actuelle. depuis que la logistique a embrassé le domaine de l’entreprise. Selon l’American Marketing Association. » La logistique est alors confiée à des hommes du marketing chargés d’acheminer les produits fabriqués par une entreprise à destination du client final. Nous retenons simplement que le mot « logistique » au sens de logistikos peut être considéré comme un raisonnement formel à usage pratique. Idéalement.Etymologie Le terme « logistique » est polysémique et admet deux significations qui nous conduisent à son étude étymologique. lors du combat. il semble difficile de proposer une définition générale et unique de la logistique.reconnues. un accord sur cette notion a émergé : la logistique s’entend alors comme le pilotage des flux dans une organisation. de diriger les colonnes. de les placer sur le terrain » (Jomini. L’origine militaire du terme : la logistique provient alors du grade d’un officier en charge du « logis » des troupes. Le logisticien militaire avait alors la charge de transporter. on donne le grade de « major général des logis » à « un officier qui avait la fonction de loger ou de camper les troupes. au raisonnement sous l’angle des mathématiques. En effet. En dépit de cette vague définitionnelle. soit après la Seconde Guerre mondiale.

la négociation ou la réutilisation des éléments récupérables ou mis à la ferraille. créé en 1962. les achats. «La logistique. force est de constater que. la manutention. Une liste des activités que doit prendre en charge la logistique est ajoutée : le transport des marchandises. sans que la liste soit limitative. il apparaît que celle-ci doit prendre en charge les flux d’information qui. l’entreposage. étendra formulera des extensions de cette définition de manière suivante : « terme employé dans l’industrie et le commerce pour décrire le vaste spectre d’activités nécessaires pour obtenir un mouvement efficient de produits finis depuis la sortie des chaînes de fabrication jusqu’au consommateur. la prévision de la demande. mettre en œuvre et contrôler un flux efficient de matières premières. le traitement des marchandises retournées. La logistique incorpore maintenant. Heskett. l’emballage. L dimension « gestion » de la logistique apparaît alors clairement au niveau de l’approvisionnement. régulé d’aval en amont par un flux d’information ». élément clé de la stratégie ». Magee. si l’objet de la logistique est la gestion de la circulation des flux physiques de l’entreprise. pour réaliser ses deux priorités de réduction des coûts et d’optimisation du niveau de services. le type de service offert aux clients. le choix des emplacements d’usines et d’entrepôts. » Avec l’apparition de l’article de James L. en 1978. le contrôle des stocks. le service après-vente et des pièces détachées. l’organisation des transports et le transport effectif des marchandises ainsi que l’entreposage et le stockage. Le Council of Logistics Management définit la logistique comme « une partie des activités d’une chaîne logistique (supply chain). Claude Fiore. et qui dans quelques cas inclut le mouvement des matières premières depuis leurs fournisseurs jusqu’au début des chaînes de fabrication. la manutention des matériaux. la coordination des ressources et des débouchés. Elle concerne la planification. la logistique devient un véritable mode de management de l’entreprise : « La logistique englobe des activités qui maîtrisent les flux de produits. du service de l’information relatif à ces fonctions du point d’origine au point de consommation pour satisfaire les besoins des clients ». Récemment en 1993. de leur point d’origine au point de consommation. la traitement des commandes. les communications liées à la distribution. non seulement la distribution physique mais aussi l’approvisionnement et la gestion de production. La logistique devient une « technique de contrôle et de gestion des flux des matières et de produits depuis leur source d’approvisionnement jusqu'à leur point de consommation ». le choix des emplacements d’usines et d’entrepôts. Hervé Mathe et Gilles Paché proposent de définir la logistique comme « une technologie de la maîtrise de la circulation physique des marchandises qui. de fait. mettant ainsi un accent particulier sur la dimension management et stratégie. Jacques Colin. produits semi-finis et produits finis. le traitement des commandes. Cette tendance sera concrétisée en 1972 par la nouvelle définition proposée par le NCPDM : « Terme décrivant l’intégration de deux (ou plus) activités dans le but de planifier. » L’analyse franchira un pas significatif en 1968 avec John F. une nouvelle institution voit le jour et propose une nouvelle définition qui va étendre ses racines aux systèmes physiques et aux systèmes d’information de l’entreprise. » Outre l’affirmation de la dimension « management » de la logistique. pilotent ces flux physiques. de la production et de la distribution.Le Conseil national de la gestion de distribution physique (National Council of Physical Distribution Management). Il 3 . Dans le même ordre d’idées. le contrôle des stocks. l’exécution et le contrôle du flux efficient et effectif du stockage de produits. associe en un double mouvement un flux de marchandises. Ces activités peuvent inclure. en réalisant un niveau de service donné au moindre coût. les prévisions de marché et le service offert aux clients. l’emballage.

d’informations et de paiement entre fournisseurs et clients depuis l’acquisition des matières premières jusqu’au recyclage ou la mise au rebut des produits finis. association créée en 1972. « La chaîne logistique est une séquence d’événements pour satisfaire les clients. Sa mise en œuvre procédant de différents acteurs. tout en recherchant systématiquement les conditions d’optimalité dans l’exécution. » Mais. issus des sciences de gestion ou de l’ingénieur par rapport à la logistique seront proposées. Les fonctions logistiques classiques sont : études et 4 . A ce titre. Cet institut propose de définir la logistique comme le «management stratégique d’une chaîne logistique ». gestion physique des « encours » de fabrication. approvisionnement. à l’endroit attendu. avec le transport associé. Hervé Mathe et Jacques Colin vont opter pour la même itinéraire et proposent en 1996 la définition la plus complète qui soit : « La logistique est le processus stratégique par lequel l’entreprise organise et soutient son activité. des programmes et des opérations. au moindre coût. transports et tournées de livraison. production. qui est en fait la fusion de deux autres instituts (Institute of Materials Management et Institute of Logistics and Distribution). elle est appelée à gérer en ce sens les tensions en leurs interfaces du fait de la non-identité de leurs objectifs propres. manutention et préparation des commandes. stockage et technologie informatique. » Après le tour de cette muraille définitoire. tant internes qu’externes. » En 1998.s’agit de l’Institute of Logistics. qu’amont et aval. Celle de SOLE (Society of Logistics Enginers): La logistique est la science et la pratique des procédés techniques. au même moment. distribution et gestion des déchets. La logistique concerne donc toutes les opérations déterminant le mouvement des produits tel que : localisation des usines et entrepôt. siégeant à Paris et regroupant des logisticiens français de l’entreprise : « L’ensemble des activités ayant pour but la mise en place. la définition proposée par The Logistics Institute (association entre Georgia Technology. » Plus récemment encore. Dans le cadre de la poursuite des objectifs généraux à laquelle elle concourt. Elle peut contenir les activités d’approvisionnement. » Cette définition donne la priorité à la performance attendue de la logistique : fournir le produit attendu. Celle de l’Aslog. emballage. à l’endroit et au moment où la demande existe. au moment attendu. » Puis les mêmes auteurs effectuent une synthèse de l’essentiel en disant : « Nous pensons que la logistique est l’arme de la mise en œuvre de la stratégie et qu’il n’y a pas de plan stratégique indépendant du potentiel logistique. à un niveau de service attendu et elle décline l’ensemble des activités dévolues à la logistique. d’une quantité de produits. il donne une définition succincte et synthétique : « La logistique est le fait de positionner les ressources en fonction du temps. stockage et gestion des stocks. trois définitions illustratives des propositions des acteurs. de l’organisation et du pilotage mis en œuvre pour déterminer et concevoir. les auteurs Daniel Tixier. sa mission consiste à permettre l’élaboration de l’offre de l’entreprise et à en réaliser la rencontre avec la demande du marché. armer et maintenir les moyens nécessaires à des objectifs. sont déterminés et gérés les flux matériels et informationnels afférents. le National Science Foundation et un groupe choisi d’universités et d’entreprises) illustre bien la tendance que ce sont toutes les opérations liées au cycle de vie d’un produit qui vont être associées à la logistique : « La logistique est une collection de fonctions relatives aux flux de marchandises. praticiens ou chercheurs.

mobilise un certain nombre de ressources le long des processus de circulation. glacières …). Cette définition propose d’enraciner la logistique dans la science. Par exemple. achat-approvisionnement. maintenance et retrait. et saisissant par l’axe médian le problème du pilotage de l’organisation. qui se font dans des entrepôts « à température dirigée ». « la démarche logistique est transversale aux fonctions classiques de l’entreprise. maintien en condition et élimination. sans pour autant perdre de vue leurs dimensions stratégique via la même chaîne de valeur. l’analyse du concept « logistique » met en évidence d’une part. Les processus logistiques classiques sont : identification des besoins. l’existence d’une richesse sémantique convergente mais aussi divergente. afin de limiter le nombre de vols de ces produits très convoités. Bref. cette analyse révèle la complexité de la discipline ayant des velléités scientifiques et pratiques. Selon les chercheurs en science de gestion. II- Le processus « logistique » dans un système de formation La nature du produit joue un rôle essentiel dans la structuration des organisations logistiques. Sous le terme logistique se cachent des situations et des organisations variées qui dépendent de la nature des produits concernés. déploiement. En effet. des téléphones mobiles ou des produits alimentaires. deuxièmement organisationnelle et ayant pour finalité le pilotage d’opérations : de la conception à son élimination. et aussi de montrer que l’on s’intéresse à la boîte noire de l’entreprise. D’autre part. mais aussi dans la pratique avec une composante premièrement technique. dont le champ est la technique et l’organisation. elle peut être vue comme une compétence de gestion et de pilotage des flux qui. » Il s’agit de positionner la logistique par rapport aux approches classiques des sciences de gestion ayant un point de vue plutôt vertical qu’horizontal. informationnels. du secteur d’activité et de la place dans la chaîne logistique globale. financiers.programmation. aussi bien en interne au sein des entreprises que dans les relations entre entreprises partenaires d’une même chaîne de valeur. La logistique des téléphones mobiles nécessite une grande surveillance. elle est centrée sur la gestion des flux physiques. L’organisation doit donc être sécurisée. armement. La logistique des vaccins doit notamment respecter la chaîne du froid (jusqu’à -20°C pour le vaccin polio oral). ravitaillement. Cette contrainte influe sur le choix des fournisseurs (qui doivent être spécialisés) et sur le matériel utilisé (indicateurs témoins de respect de la température sur les colis. A ce titre. c’est-à-dire aux opérations physiques concrètes de son fonctionnement. à 5 . son évolution accélérée mais aussi ses origines différentes. c'est-à-dire la mise en œuvre. c'est-à-dire que l’on transposera l’application de la logistique dans une entreprise au système de formation. on ne traitera pas de la même façon des vaccins. boîtes isothermes. une discipline voulant articuler l’échelon de l’opération de base à celui de la stratégie. celui de l’action formatrice. le suivant développement sera consacré à l’étude du cas. pour optimiser le couple coût/niveau de service. pendant le transport comme pendant le stockage et la manutention. qui traduit à la fois la jeunesse de cette discipline. Ceci dit. transport.

ce sont les actions et les ressources correspondantes qui permettront d’atteindre les objectifs associés à la politique du management. L’approche processus du système de formation englobe une série de processus agencés qui se suivent dans le temps. mais elle va aussi consister à traiter la question des ressources qui permettront de réaliser tout ce qui est à réaliser. on aura besoin d’un ingénieur qui va définir. La logistique des produits alimentaires de grande consommation comprend. elle aussi. En d’autres termes. mais il est à souligner que l’absence des supports est quelque chose d’inimaginable. etc. financières. De même.toutes les étapes : surveillance des entrepôts. Le management aussi bien que les autres processus sont décrits sur la cartographie de cette approche ne saurait être absent. on aura besoin d’un manager ou d’un pilote doté de compétences requises pour manager ou piloter le système .) La phase de planification ne consiste pas uniquement à étudier les actions qui seront réalisées par la suite. une tâche délicate et complexe. qui implique surtout une efficacité de planification des tâches. C’est l’essence même de tous les autres processus. contrôle des accès aux zones concernées de l’entrepôt. les ressources sont à affecter à chacun de tous les autres processus du système de formation : par exemple. 6 . Les processus supports sont ceux qui fournissent les ressources aux autres processus (ressources humaines. A la tête de cette approche se situe le management ou le pilotage qui définit une politique ou une stratégie d’orientation et de coordination du système . Les processus d’un organisme sont planifiés et mis en œuvre dans les conditions maîtrisées afin d’apporter une valeur ajoutée. contrats spécifiques avec des transporteurs soigneusement sélectionnés ..Préliminaires : Approche processus d’un système de formation Le « processus » est défini par la norme ISO 9000 :2000 comme suit : Ensemble d’activités corrélées ou interactives qui transforment des éléments d’entrée en éléments de sortie. suivi par satellite des véhicules de livraison. Chez certains grands distributeurs. supportent effectivement tout le système de formation en question. Les systèmes de préparation vocale se développent très rapidement. concevoir et étudier le projet de formation . matérielles. C’est ce que nous mettrons en exergue après les quelques précisions préliminaires sur la notion de processus. et à la base nous trouvons les supports qui. la logistique dans son ensemble peut se révéler très large et étendue et par conséquent. En effet. A. Ces systèmes de préparation vocale permettent un meilleur confort des employés. une amélioration de la qualité des préparations de commande et une hausse de la productivité. Les éléments d’entrée d’un processus sont généralement les éléments de sortie d’autres processus. maintenance. environnement de travail. de plus en plus de technologie. un système de formation a sa logique qui lui est propre. contrôle des poubelles. bien sûr comme le nom l’indique. d’organisation et de suivi. ils peuvent atteindre 80 % de la préparation de produits frais. Dans les grands établissements.. on aura besoin d’un auditeur pour évaluer l’avancement du système.

organisées. bref. contacts entre les personnes. et consommables etc. organismes ou entreprises).Les activités logistiques dans un système de formation Dans un système de formation (établissements. 1. une commodité d’usage – Les réseaux électriques et téléphoniques proposent chaleur. B. lumière. La gestion des flux d’informations . La gestion des infrastructures se conçoit à travers une approche globale : 7 . Approvisionner l’organisation en ce qui concerne les fournitures et les consommations . Fiches de besoins en matériels. le processus logistique fonctionne à partir des éléments d’entée qu’elle transforme en éléments de sortie. A l’instar des autres processus. de fatigue. etc. doivent être planifiées. depuis le plus simples jusqu’aux complexes. Nous zoomerons donc le processus logistique et il est possible que celui-ci se scinde ou se subdivise en d’autres sousprocessus. fournitures. Assurer la maintenance et le bon fonctionnement du matériel.Identification et gestion des besoins : Equipements Il faut aujourd'hui comprendre une infrastructure non comme un objet mais comme un service proposé au public : – Une autoroute propose un gain de temps. on obtient les éléments de sortie suivants : Les éléments sortants : Bon d’intervention Plan de maintenance préventive. du confort et de la sécurité – Un réseau d’eau potable propose un gain de temps. etc. entre autres la gestion des ressources humaines.Le processus supports rassemble plusieurs sous-processus. toutes les activités. La gestion de la logistique occupe un rôle primordiale dans l’organisation et se charge de : • • • • • Etablir les prévisions et les besoins de l’organisation en matière des équipements. le système d’information et la logistique. une garantie de temps. suivies et améliorées : c’est le propre des logisticiens. Après transformation. Exemple-type d’éléments entrants : Fiche inventaire Découpage horaire Catalogues machines et livres d’entretien.

La synergie concepteur/financier/constructeur/concessionnaire. l'entretien. Des précisions de taille doivent être apportées à ce niveau : . ordinateurs. Les bâtiments et les espaces sont bien entretenus . La meilleure gestion des infrastructures sera appréciée en fonction de l’avancement de l’action formatrice.La conception. la réalisation. . On peut recourir à l’extérieur de l’organisation en cas de besoin.La clé de l'acceptabilité politique du projet d'infrastructure à gérer : la tarification -La connaissance du client final permet au gestionnaire de concevoir/adapter la politique tarifaire. l'exploitation. brosse. Les conditions de l'hygiène et de la sécurité sont assurées. Le fonctionnement des équipements de l'établissement est constamment assuré . le matériel pédagogique tel que les supports audio-visuels (projecteurs.Les procédures souples et efficaces pour enchaîner études et travaux avec des solutions économiques . 8 . salles de l’administration. Le financement des infrastructures nécessaires à la bonne marche du système peut être réparti. crayons. le financement interne peut être consistant mais là aussi on ne peut pas perdre de vue le recours à l’extérieur. télévisions. en liaison étroite avec le concédant -La qualité des services offerts modifie de plus en plus le cadre de détermination. Elle suppose : . et c’est surtout l’objet d’un audit de performance du système. Faire bouger un établissement implique. la mise en place au préalable d’un nombre suffisant de locaux (salles de conférences. ii. en fonction de la connaissance de la clientèle .La conception optimisée des ouvrages. Pour les organismes privés. Le travail de la conception est un véritable problème car concevoir tout le matériel nécessaire est une affaire du spécialiste ingénieur. de réunions. L’optimisation des coûts est un idéal qui s’achète. une sources se savoir facilement accessible aux apprenants (bibliothèque bien équipée par exemple) et bien d’autres supports. de formation. surtout aux emprunts (crédits à long terme car l’action formatrice peut se concevoir raisonnablement comme un investissement). . le financement. tableaux.…) . S’agissant d’un établissement public. .…) . locaux sanitaires. on s’assurera surtout si : i. C’est la raison pour laquelle le système de formation est sujet à des améliorations continues qui sont les conséquences pratiques des recommandations théoriques des auditeurs. D’autres fonds d’origines diverses peuvent exister. Pour évaluer la qualité des infrastructures. iii. les sources budgétaires sont surtout étatiques mais leur gestion est autonome car un établissement dispose d’une administration ayant des comptables et des contrôleurs internes. prises de courant électriques.La maîtrise des coûts/délais par expertise en management de projets et expérience de nombreux chantiers . en plus des ressources humaines et d’un environnement favorable.

vitrerie et ferronnerie. sécurité et délais. la gestion des relations avec les fournisseurs.Approvisionnement de l’organisation : Fournitures et consommations L'approvisionnement d’une organisation est un concept global qui inclut le processus d'achat. une démarche logistique. de surveillance ou de renouvellement de l’infrastructure > Développer une culture de gestion par les risques au sein des équipes > Renforcer la communication entre les différents acteurs techniques.définir un concept global de gestion à court. La politique d'approvisionnement vise à minimiser les couts tout en assurant qualité. Par maintenance. Sa mission première est le bon fonctionnement de l’organisation.comprendre les mécanismes de vieillissement et leurs impacts sur l’exploitation des infrastructures . Une bonne pratique consiste à porter une attention particulière à la maintenance des matériels et infrastructures. maçonnerie. services logiciels. moyen et long terme de la maintenance de leur infrastructure > Disposer de méthodes objectives et systématiques pour justifier les plans directeur de maintenance et les budgets associés > Cibler et augmenter la pertinence des mesures d’entretien. Bref. La réussite de la politique d'approvisionnement repose sur la pertinence des choix : faut-il acheter ou fabriquer ? 9 .Maintenance des matériels et infrastructures La maintenance des infrastructures se répartit comme suit : des services matériels. Objectifs d’une politique d’approvisionnement : La fonction approvisionnement vise à acheter des bien et services nécessaires à l'activité de cette organisation et à organiser les flux et le stockage des produits achetés. la logistique de maintenance consiste à : > Apporter les outils pour mettre en place une gestion adaptée de la maintenance de leur infrastructure > Fournir des éléments de valorisation de l’approche globale proposée en permettant aux participants de mieux: . > Donner aux participants les éléments nécessaires leur permettant d’analyser de manière critique les besoins en prestations (cahier des charges) et les projets de planification de la maintenance qui pourront être faits par des spécialistes 3. plomberie. y compris l’équipement informatique. on entend le dispositif d’entretien et d’amélioration du système.quantifier les durées de vie des composants de leur infrastructure . financiers ou politiques en charge du maintien des infrastructures.2. les techniques de gestion économiques et matérielles des stocks. pour ne pas rentrer dans les détails.cerner l’évolution des risques associés à l’exploitation de leurs actifs industriels . menuiserie. peinture. Les activités de maintenance peuvent être de cet ordre : électricité.

Ainsi les clients accordent de plus en plus une attention particulière à la fiabilité de l'information et à la capacité pour les entreprises de rendre ces informations disponibles et utilisables. Exemple : stocks des ordinateurs permettant d’assurer la formation en informatique. prévoir un dispositif de communication pour traiter toute demande d’information des parties intéressées. Au niveau interne. appliquer des méthodes de gestion performantes adaptées aux contraintes des organisations publiques. De véritables relations de partenariat sont recherchées avec les fournisseurs. Au niveau externe. L’audit du processus logistique à ce niveau visera à : . manipulent une diversité d'informations. Notons que la nature des informations est fonction du mode de transport et du type de marchandise transportée. de classifier et de diffuser de l'information sur un phénomène donné.Gestion des achats : Traditionnellement. instructions de travail et supports d’enregistrement. De ce fait. sur la définition des flux d'informations qui alimentent ses activités. donc provenant des fournisseurs de renom. il est souhaitable de disposer des fournitures de bureau de haute qualité.Gestion des flux d’informations et des flux documentaires Un système d'information est un ensemble organisé d'éléments qui permet de regrouper. 4. Il inclut un sous-système qui est un système documentaire. les entreprises qui exercent en tant qu'auxiliaires dans les transactions internationales. procédures. Flux d’informations : Pour certains auteurs comme VALLIN Philippe la recherche des solutions pertinentes aux problèmes logistiques globaux d'une entreprise débouche entre autres. qui peuvent être associés à la conception et à la fabrication des produits. Tout stock représente un cout pour l'entreprise. c'est-à-dire un recueil de manuels. Le système d’information et de communication permet la transparence des activités de l’organisation et l’ouverture au monde extérieur. prévoir un dispositif de communication sur le système de management.améliorer le système d’approvisionnement et de stockage en répondant au double souci de satisfaction des demandeurs de formation d’une part. Certaines techniques (ex : Juste A Temps (JAT)) permettent de réduire considérablement leur volume. de réduction des stocks d’autre part . Du point de vue logistique. de négociation et de suivi des commandes. La gestion des flux et des stocks : La gestion économique des stocks vise à minimiser les couts et les risques liés au stock. les flux d'informations sont appréhendés au même titre que les flux physiques. Dans un système de formation. 10 . la gestion des achats repose sur un processus prédéfini de recherche et de sélection des fournisseurs. Une gestion administrative des stocks efficace et le recours à des logiciels permettent de limiter les erreurs. Le rôle stratégique des approvisionnements n'est reconnu que depuis peu. d'expression des besoins. les délais et les couts au sein des unités de stockage. son évolution et son efficacité en fonction des résultats obtenus.

en les mettant à jour . par Jean Philippe NSOME NLEME. la nature et la signification des documents varient selon la dimension de la transaction (internationale ou non). La publication des informations par affichage doit être réglementée rigoureusement et on écartera de préférence les affichages sauvages en vue d’éviter le désordre (tracts. en les mettant à la disposition de ceux qui doivent les utiliser. d’accéder à toutes les informations nécessaires à la bonne marche du système. il est important de mettre en place et de gérer une ligne téléphonique. slogans. Pascal Lièvre. La Logistique : modèles et méthodes du pilotage des flux. Philippe Vallin. au niveau d’une structure de formation. en matière de formation. au sein d’un organisme de formation.…) et de préserver l’environnement. les règlements d’ordre intérieur . internes ou externes à l’organisation. Flux documentaires : La notion de flux documentaires a également une place prépondérante dans toutes les transactions commerciales à caractère international ou non. la documentation représente les preuves écrites de l'existence d'un contrat et celle de son exécution. De plus. Bibliographie : La logistique. à savoir la logistique. 11 . Conclusion: L’art d’organisation et de gestion des flux de toutes sortes (physiques et informationnels). manuels de procédure. le mode de transport utilisé et la nature de la marchandise transportée. une boîte e-mail et un site web permettant à toutes les parties prenantes. est ce qu’est le ciment pour un bâtisseur moderne. La logistique s’occupera alors de ces documents en les actualisant. En effet. il est impératif de disposer des documents tels que les textes normatifs qui réglementent l’activité de formation et qui la légitiment auprès de l’Etat. Mémoire online : Optimisation de la gestion des flux d’informations et documentaires par le département Shipping : cas du Gabon. etc.Ainsi. Ainsi.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful