IX. ECOULEMENT COMPRESSIBLE IX.

1 Introduction Écoulement compressible est une étude de l’écoulement de fluides avec une vitesse comparable à la vitesse locale sonique. C’est le cas quand la vitesse de fluide 30% ou plus de la vitesse locale sonique, i.e. Ma = V/a > 0.30. Dans ces cas, la densité n’est plus une constante. Deux conséquences importantes de l’écoulement compressible sont (a) l’étranglement où l’écoulement est limité par la condition sonique, (b) l’onde de choc qui introduit de discontinuités dans les propriétés de fluide et sont très irréversibles. Étant donné que la variation de densité ne peut pas être négligée, suivant l’équation d’état, la variation de T et P peut être considérable. Donc, il y aura quatre variables indépendantes, notamment pression, température, densité et vitesse de l’écoulement. Deux nouvelles variables, température et densité, sont introduites et deux nouvelles équations doivent être utilisées pour une solution complète. Ce sont l’équation d’énergie et l’équation d’état. Dans ce qui suit, nous allons faire l’approximation d’un gaz parfait. Rappels : Équation d’État et Propriétés de Gaz Parfait Deux équations d’état sont utilisées pour analyser écoulements compressibles : l’équation d’état de gaz parfait et l’équation d’état d’écoulement isentropique. La première décrit les gaz à basse pression et à haute température, toutes les deux propriétés par rapport à leurs valeurs critiques. La deuxième décrit les gaz parfaits dans l’évolution isentropique, i.e. adiabatique et sans friction. L ‘équation d’état de gaz parfait est :
ρ=
P RT

Dans cette équation, R est la constante de gaz, P et T sont la pression absolue et température absolue respectivement. Pour l’air qui est utilisé exclusivement, le poids moléculaire est M = 28.97 kg/kmol, la constante de gaz est
R= R 8314 J / kmol K = = 286.99 ≅ 287 J / kg K . Deux autres propriétés utiles sont les M 28.97 kg / kmol

capacités thermiques à volume constant et à pression constante :

IX-1

Cv =

du dh et C p = dT dT

où u est l’énergie interne spécifique et h l’enthalpie spécifique. Elles sont traitées comme constantes dans l’analyse des écoulements compressibles élémentaires. Le valeurs usuelles pour l’air sont : Cv = 718 m2/s2K et Cp = 1005 m2/s2K. Les autres relations sont :
R = C p − C v et k = Cp Cv

Pour l’air k = 1.4. Pour une évolution isentropique, l’équation d’état est :
P

ρk

= const .

En combinant cette équation avec l’équation d’état de gaz parfait et puis en l’appliquant entre deux états 1 et 2 on obtient pour n’import quel gaz :
P2 ⎛ T2 ⎞ =⎜ ⎟ P1 ⎜ T1 ⎟ ⎝ ⎠
k /( k −1)

⎛ρ =⎜ 2 ⎜ρ ⎝ 1

⎞ ⎟ ⎟ ⎠

k

IX.2 Vitesse Sonique et Nombre de Mach La vitesse sonique ou vitesse de son est la vitesse de propagation de l’onde de pression infinitésimale dans un fluide. Elle est généralement exprimée comme :
a =
2

∂P ∂ρ

L’évolution subie par l’écoulement comme l’onde sonique passe à travers le fluide est une évolution isentropique. La vitesse sonique dans un gaz parfait est donnée par :

a = k RT
Le nombre de Mach est le rapport de la vitesse de fluide à la vitesse sonique : V Ma = a
IX-2

Le nombre de Mach est : Ma = V/a = 400/341 = 1.4)(287)(217) = 295 m / s .200 m. à la condition standard (T = 217 K).3 Écoulement Isentropique d’un Gaz Parfait Pour un écoulement isentropique.36 Nous pouvons constater que la vitesse de l’avion reste constante mais le nombre de Mach a été changé parce que la vitesse sonique locale est différente. Solution : (a) a = k RT = (1. reste constante dans le champ d’écoulement. L’enthalpie d’un gaz parfait est donnée par h = Cp T. l’équation d’énergie entre deux états dans le champ d’écoulement devient : V12 V22 h1 + = h2 + = ho = constant 2 2 où ho. Exemple 1 : Un avion vole avec une vitesse de 400 m/s. IX. a = (1. appelée l’enthalpie de stagnation. Le nombre de Mach est : Ma = V/a = 400/295 = 1. (b) à une altitude de 15. la température de stagnation reste constante dans un écoulement isentropique et la relation de la température locale à la température de stagnation est une fonction seulement du nombre de Mach local. Elle est l’enthalpie à un point dans le champ d’écoulement isentropique où la vitesse de fluide est zéro ou bien presque zéro.200 m. En substituant dans l’équation d’énergie de l’écoulement permanent.4)(287 )(289 ) = 341m / s . Calculez le nombre de Mach pour (a) la condition standard au niveau de mer (T = 289 K).17 (b) à l’altitude de 15. IX-3 . on trouve ho = Cp To = constante et k −1 2 To Ma =1+ 2 T Donc.C’est un nombre sans dimension le plus important dans l’analyse de l’écoulement compressible.

e.e. sont des propriétés utiles dans l’analyse d’écoulement compressible. i. s’appèlent les propriétés soniques ou critiques.6339 ρo ⎝ k + 1⎠ IX-4 .En incorporant l’équation de vitesse sonique. i. celles de stagnation et de sonique. ces relations deviennent : P* ⎛ 2 ⎞ = Po ⎝ k +1⎠ k /( k−1) = 0. To k −1 2 =1+ Ma T 2 ao ⎛ To ⎞ = a ⎝ T⎠ Po ⎛ To ⎞ = P ⎝ T⎠ 1/2 ⎛ k −1 2 ⎞ = 1+ Ma ⎝ ⎠ 2 1/2 k / (k−1) ⎛ k −1 2 ⎞ = 1+ Ma ⎝ ⎠ 2 k −1 2 ⎞ = ⎛1 + Ma ⎝ ⎠ 2 k /(k−1) ρo ⎛ To ⎞ = ρ ⎝ T⎠ 1/(k−1) 1/ (k−1) Les propriétés de gaz parfait pour Ma = 1. l’équation d’état de gaz parfait et l’équation d’énergie on trouve les relations utiles pour l’écoulement isentropique permanent des gaz parfaits. Pour l’air.5283 ρ* ⎛ 2 ⎞ 1/ (k−1) = = 0. qui sont données par : To k −1 =1+ 2 T* ao ⎛ To ⎞ * = * a ⎝T ⎠ 1/2 ⎛ k −1⎞ = 1+ ⎝ 2 ⎠ 1/2 Po ⎛ To ⎞ = P* ⎝ T* ⎠ k / ( k−1) ⎛ k −1⎞ = 1+ ⎝ 2 ⎠ k −1⎞ = ⎛1 + ⎝ 2 ⎠ k /(k−1) ρo ⎛ To ⎞ = ρ* ⎝ T* ⎠ 1/( k−1) 1/(k−1) Toutes les deux propriétés. pour l’écoulement sonique.

469 La température est donnée par : IX-5 . Déterminez Ma. Le nombre de Mach dans cette section sera : ( k −1) / k ⎤ 2 ⎡⎛ P ⎞ ⎢⎜ ⎟ − 1⎥ Ma = k − 1 ⎢⎝ Po ⎠ ⎥ ⎣ ⎦ 0. * * * 1/2 ( ) 1/2 Exemple 2 : L’air provenant d’un réservoir s’écoule dans un conduit adiabatique et sans friction. À la condition sonique : ⎛ 2k ⎞ V = a = k RT = RTo ⎝ k +1 ⎠ Ces relations sont utiles dans l’analyse d’écoulement compressible avec friction et/ou transfert thermique.4 /1. Solution : La pression et la température dans le réservoir sont la pression de stagnation et la température de stagnation. i. a* et T* est constante. Pour l’écoulement adiabatique. pas de transfert de chaleur mais peut être avec friction. mais P* et ρ* peut varier.e. La température et la pression dans le réservoir est T = 400 K et P = 500 kPa.a* ⎛ 2 ⎞ = ao ⎝ k + 1⎠ 1/2 = 0. et V à une section de conduit où P = 430 kPa.9129 a* ⎛ 2 ⎞ = ao ⎝ k + 1⎠ 1/2 = 0.4 ⎤ 2 ⎡⎛ 430 ⎞ − 1⎥ Ma = ⎢⎜ ⎟ 1.4 − 1 ⎢⎝ 500 ⎠ ⎥ ⎣ ⎦ Ma = 0.9129 Pour l’écoulement isentropique toutes les propriétés soniques (Ma = 1) sont constantes. ρ. T. puisque la vitesse dans le réservoir est pratiquement zéro.

Matlab ou Maple. pour compléter la solution du problème. e.. 2. état de stagnation.4 ⋅ 287 ⋅ 383 = 184 m / s Technique de Solution d’Écoulement compressible Il y a plusieurs types de problème mais la majorité peut être solutionnée comme suivant : 1. i. par exemple. les propriétés de stagnation sont les mêmes à tous points. EES. La majorité des équations est exprimée en fonction du nombre de Mach. état sonique. vitesse sonique.4692 T = 383 K T= L’équation d’état de gaz parfait est utilisée pour calculer la densité : 430.000 P 3 = 3. Utilisez les relations thermodynamiques. 4. l’équation d’état.e.469 1.91kg / m = R T (287)(383) En utilisant la définition de nombre du Mach et de la vitesse sonique. Déterminez les conditions communes dans le champ d’écoulement. IX-6 .g. pour déterminer le nombre de Mach à chaque point de champ d’écoulement.To k −1 Ma 2 1+ 2 400 T= 1 + 0. Utilisez les équations appropriées et les conditions constantes pour déterminer les autres propriétés dans le champ d’écoulement. e.2 x0. pour un champ d’écoulement isentropique. nous obtenons : ρ= V = Ma k RT = 0. etc. 3. Utilisez les relations appropriées et les états de référence.g. On peut solutionner ces équations en réarrangeant et en utilisant les données tabulées ou bien en utilisant un logiciel.

le changement dans la vitesse d’écoulement dV peut être fini si dA = 0. Ma > 1.IX. i.1. Pour un écoulement sonique. i. Pour un écoulement supersonique. une augmentation de vitesse nécessite que l’aire soit diminuée dans la direction d’écoulement.4 Écoulement Isentropique dans des Conduits à Sections Variables Tous les écoulements doivent satisfaire les relations de continuité et de la quantité de mouvement. l’aire doit être augmentée dans la direction d’écoulement pour avoir une augmentation de vitesse. Ma – 1 < 0 et le changement de vitesse varie à l’inverse de changement d’aire. et aussi bien que l’équation d’énergie et les équations d’état. on obtient : dA 1 dV = 2 Ma − 1 A V On peut observer que pour Ma < 1. Ma et la pression est montré à la figure 9. Fig.e.1 Écoulement compressible dans des conduits à section variable & En combinant l’équation de débit massique m = ρ AV = constant avec les relations d’écoulement isentropique.e. l’écoulement subsonique. on trouve : ρ* ⎡ 2 ⎛ k −1 2 ⎞ ⎤ = 1+ Ma ⎥ ⎠⎦ ρ ⎢ k +1 ⎝ 2 ⎣ IX-7 1/ (k−1) . Ma – 1 > 0. En utilisant l’équation de continuité et l’équation de quantité de mouvement dans un volume différentiel d’écoulement. 9. L’effet de la géométrie sur la vitesse. i.e.

2 (a) Pour l’écoulement isentropique la température de stagnation est donnée par : IX-8 .036m2. Calculez : (a) To. elle se produira à la section la plus petite ou la plus grande. et T1 = 470 K.5(k +1) ⎦ 1/2 (k +1) /[2(k−1)] où l’état sonique est montré par *. (b) Ma1. calculez Ma2 et P2 pour l’écoulement (e) subsonique ou (f) supersonique. Si la condition sonique se produit. Si A2 = 0. qui peut avoir lieu ou pas dans le conduit. (d) A* et & m . P1 = 500 kPa. Si la condition sonique se produit dans le conduit.05 m2 et V1 = 180 m/s. Le débit maximum est aussi donné par : * * * & mmax ⎛ 2 ⎞ = ρ A V = ρo ⎜ ⎟ ⎝ k + 1⎠ * * * 1 / (k −1) pour l’air : mmax = & Exemple 3 : ⎞ ⎛ 2k A* ⎜ R To ⎟ ⎠ ⎝ k +1 * 0.6847 Po A (R To )1 / 2 L’air s’écoule de façon isentropique dans un conduit montré à Fig. 9. on dit que & l’écoulement est étranglé puisque le débit massique mmax = ρ AV = ρ A V est le débit maximum qu’on peut avoir dans le conduit sans modification de sa géométrie. À section 1 A1 = 0.5(k −1)Ma 2 ⎤ = ⎢ ⎥ A* Ma ⎣ 0.V* 1 ⎡ 2 ⎛ k −1 2 ⎞ ⎤ = 1+ Ma ⎥ ⎠⎦ V Ma ⎢ k +1 ⎝ 2 ⎣ A 1 ⎡1 + 0. Fig.4. (c) Po.2. Donnée : k = 1. 9.

2 Ma12 A1 = A* 1.V12 180 2 To = T1 + = 470 + = 486 K 2Cp 2 ⋅1005 (b) La vitesse sonique locale est : a1 = k RT = 1.115 comme calculé en bas.414 (subsonique) a1 435 (c) La pression de stagnation locale est : Po = P 1 + 0.728 x0.2 x0.4 kg / s (e) et (f) Nous avons A2/A = 1.4 x 287 x 470 = 435 m / s Le nombre de Mach local est : Ma1 = V1 180 = = 0.0323 1. En utilisant l’équation de P/Po à la page IX-4.547 A1 0.2 x0.2 Ma2 A2 0. nous obtenons la pression : 2 1 + 0.2 Ma12 1 ( ) 3.6847 (R To )1 / 2 * Po A* = 0.5 = 563 kPa (d) L’aire du col critique et sonique est déterminée comme : 1 + 0.547 1. Nous calculons Ma2 en solutionnant l’équation de A/A* ci-haut : le résultat donne ou bien (e) la solution subsonique ou (f) la solution supersonique.728 Ma1 * ( ) = (1 + 0.0323 m 2 (287 ⋅ 486)1 / 2 = 33.414 = 1.115 = A* 0.414 ) 3 2 3 1.547 Cette aire est l’aire minimum de col pour que l’écoulement puisse devenir supersonique.5 = 500 kPa ⎡1 + 0.05 m 2 A = = = 0.036 = = 1.4142 ⎤ ⎣ ⎦ 3.000 ⋅ 0.728 Ma2 ( )3 IX-9 .0323 m 2 1.6847 563. Le débit massique est obtenu par : & m = 0.

IX. des conditions soniques doivent être produites au col entre 1 et 2.6758 et P2 = 415 kPa ou (f) Solution supersonique : Ma2 = 1.4001 et P2 = 177 kPa Note : Pour la solution supersonique la pression a diminué à une valeur plus petite et donc. Une onde de choc normal dans un écoulement uni-dimensionnel est montrée à la figure 9. Ces discontinuités sont connues comme ondes de choc et elle s’appelle comme l’onde de choc normal s’elle est perpendiculaire au vecteur vitesse d’écoulement.5 Onde de Choc Normal Dans certaines conditions des discontinuités très minces et très irréversibles peuvent se produire dans écoulements isentropiques.2 Ma ) Po 2 3.3 Onde de choc normal Une application de la seconde loi de thermodynamique à une onde de choc normal très mince montre que les ondes de choc normal causent une augmentation brusque IX-10 . Fig.P= (1 + .3.9.5 1 Ce calcul itératif est facilement fait en utilisant un logiciel comme EES ou Matlab : (e) Solution subsonique : Ma2 = 0.

Le choc est une discontinuité Il réduit l’écoulement supersonique à un écoulement subsonique L’épaisseur du choc est très faible. il faut surtout faire attention aux conditions en amont et en aval du choc : IX-11 . Dans l’utilisation de ces équations. To1 = To2 En utilisant les équations de continuité. le lieu du choc n’est pas connu.dans la pression de gaz et elles doivent être supersoniques en amont et subsoniques en aval du choc normal. Ma > 1 Ma = 1 2 k Ma12 − (k −1) 2 2 P2 1 + k Ma12 = 2 P1 1 + k Ma 2 ρ2 V1 (k + 1) Ma12 = = ρ1 V2 (k − 1) Ma12 + 2 To1 = To 2 T2 2 k Ma12 − (k − 1) = [2 + (k − 1)Ma12 ] T1 (k +1)2 Ma12 2 Po2 ρ o2 ⎡ (k + 1) Ma1 ⎤ = = Po1 ρo1 ⎢ 2 + (k − 1) Ma12 ⎥ ⎣ ⎦ * 2 A2 Ma 2 ⎡ 2 + (k −1) Ma1 ⎤ = 2 A1* Ma1 ⎢ 2 + (k −1) Ma2 ⎥ ⎣ ⎦ k / (k −1 ) ⎡ k +1 ⎤ ⎢ 2 k Ma 2 − (k −1) ⎥ 1 ⎣ ⎦ 1/ ( k −1 ) ( k +1) / [2 ( k −1) ] Nous notons que dans plusieurs problèmes de choc normal. on trouve les relations suivantes : (k −1)Ma12 + 2 . Ondes de raréfaction qui aboutirent à une diminution de pression et une augmentation du nombre de Mach sont impossibles d’après la seconde loi. de quantité de mouvement et d’énergie avec l’équation d’état de gaz parfait pour un volume de contrôle adiabatique très mince. de quelque micromètre C’est un phénomène irréversible La conservation d’énergie à travers le choc est iso énergétique : i. En résumé. La solution de ces équations est souvent accomplie par une méthode itérative.e.

l’aire de col critique ou sonique change à travers le choc normal dans la direction en aval et A2* > A1* 5. le nombre de Mach en amont est toujours supersonique tandis que celui en aval subsonique 2. les ondes de choc sont extrêmement irréversibles causant l’entropie spécifique en aval s2 plus grande que celle en amont s1.4. Pressions de IX-12 . L’air vient d’un réservoir à une pression de P = 2 MPa et T = 400 K.divergente Solution : L’écoulement venant du réservoir. Un choc normal survient dans la tuyère divergente à une section où Po1 = Po2 = 2 MPa et le nombre de Mach en amont est de 1. Les ondes de choc normal en mouvement. justement en aval du choc normal jusqu’à la sortie. comme dans des explosions. pression augmente beaucoup alors que température et densité augmentent de façon modérée à travers le choc dans la direction en aval 4. (c) la pression à la sortie.4 Une tuyère convergente . section 4. est isentropique jusqu’au choc normal en amont. Fig. (d) la température à la sortie. 3.4. (b) le nombre de Mach à la sortie. Déterminez (a) le nombre de Mach en aval de l’onde de choc. Températures de stagnation ne changent pas dans l’écoulement ou à travers l’onde de choc normal : To1 = To2 =To3 = To4 = 400 K. pressions de stagnation et densités diminuent dans la direction d’écoulement à travers le choc alors que la température de stagnation reste constante à cause de la condition adiabatique. section 1. 9. section 2 et de section 3. Exemple 4 : L’air est fourni à travers une tuyère convergente – divergente dont le col a un rapport de section A4/At comme montré à la figure 9.1. vaisseau spatial rentrant dans l’atmosphère et les autres peuvent être analysés comme des ondes de choc normal stationnaire en utilisant un système des coordonnées qui est en mouvement avec la vitesse d’onde dans la direction de l’onde de choc.

Donc. on a : 2 ⎡ (k + 1) Ma 2 ⎤ Po4 = Po3 = Po2 ⎢ 2⎥ ⎣ 2 + (k −1) Ma2 ⎦ k / ( k −1) ⎡ ⎤ k+1 ⎢ 2 k Ma 2 − (k −1)⎥ ⎣ ⎦ 2 2.728 2 3 Les relations de choc normal peuvent être utilisées à travers le choc.044 Nous connaissons le rapport A4/At.115) At A4 A3 A2 At A4 En solutionnant pour A4 nous obtenons A4 = 1.4 ⎦ 2 A* Ma3 ⎡ 2 + (k − 1) Ma2 ⎤ 3 ⎢ * = 2⎥ A2 Ma2 ⎣ 2 + (k − 1) Ma3 ⎦ 3.4 )2 + 2 ⎤ = ⎢ 2 ⎥ ⎣ 2 (1. mais pressions de stagnation changent à travers le choc. nous pouvons écrire : IX-13 .74)2 ⎦ = 1. Po1 = Po2 = 2 MPa et Po3 = Po4.115 At At At Ma2 1.4 (0. (a) 2 ⎡ (k −1)Ma2 + 2 ⎤ Ma3 = ⎢ 2 ⎥ ⎣ 2 k Ma2 − (k −1) ⎦ 1/ 2 ⎡ (0.4 /.4)2 ⎤ = ⎢ ⎥ 1.74 ⎡ 2 + .374 * * A4 A4 En utilisant l’équation développée auparavant pour l’écoulement étranglé et isentropique.740 (b) En continuant l’analyse à travers le choc. Po2 > Po3.4 ⎢ ⎥ 2 ⎣ 2 (1.8 (k +1) /[2(k−1)] 0.4 )1.92 MPa 2.044)(1.5 ⎡ ⎤ 2.6 = * * * = * (1)(1.stagnation ne changent pas dans un écoulement isentropique.4 ⎣ 2 + .4 (1.4)2 ⎤ Po4 = Po3 = 2 ⎢ 2⎥ ⎣ 2 + (0. Basé sur le nombre de Mach à section 2 et en utilisant les relations isentropiques on a : A2 A3 A2 1 (1 + 0.4 ) − 0.4 )(1.4)(1.4 ⎦ = 1.4)(1.2 Ma2 ) = = *= = 1. et l’écoulement est toujours isentropique entre sections 3 et 4. Nous pouvons écrire une expression pour le rapport de l’aire entre la section de sortie et le col : * * * A4 A4 A4 A3 A2 A4 = 1.4 ) − 0.5 1/ ( k −1 ) ⎡ (2.4 )(1.4 ⎦ 1/ 2 = 0.

5(k −1)Ma ⎤ * = 1.483) Note : Observez bien comment l’aire sonique en aval du choc est différente de l’aire en amont du choc.637 MPa T4 = To4 400 K 2 = 2 = 382 K 1 + 0. nous avons fait dans l’exemple précédent avec le rapport d’aire. Observez aussi l’utilisation des rapports d’aire pour déterminer le nombre de Mach à la sortie.5(k − 1)Ma4 1 + 0.2(0.374 = ⎢ ⎥ A4 Ma ⎣ 0.2(0. 3.374 = Ma4 1.92 MPa Po4 = 2 2 k / ( k −1 ) 1 + 0.. comme par exemple. Les étapes suivantes peuvent être utilisées pour résoudre la majorité de problèmes d’écoulement compressible uni-dimensionnel : 1. tableau de données.483. Identifiez clairement les conditions d’écoulement : e. température. nous trouvons : P4 = 1.5 = 1. Une fois le nombre de Mach est déterminé aux sections d’intérêt. etc.2Ma4 ) 1.483) [1 + 0. Utilisez les relations appropriées à condition d’écoulement.728 2 3 Nous trouvons : Ma4 = 0. pression de stagnation constante. pression. logiciel pour déterminer d’autres propriétés d’écoulement comme vitesse d’écoulement. 2. utilisez les relations d’écoulement.5(k − 1)Ma4 ] [ ] 3. les données ou un logiciel pour déterminer le nombre de Mach à sections demandées.g.2 A4 1 ⎡1 + 0. Cette opération peut nécessiter d’obtention de certain rapport de propriétés. écoulement isentropique température de stagnation constante.5(k + 1) ⎦ (k +1 ) / [2 ( k −1 )] ou 1 (1 + 0. (c) et (d) En connaissant Ma4. nous pouvons continuer en utilisant les relations isentropiques. IX-14 .

Ces modes sont montrées aussi sur le diagramme P*/Po de Fig. Le nombre de Mach au col est maintenant égal à unité. Ps/Pa. le débit massique atteint sa limite supérieure pour la géométrie et Po. la même que la mode (b).IX. le col est étranglé. dépendant de rapport de pression de sortie à celle d’alimentation. la même que la mode (b). l’écoulement est sonique.5. le col est étranglé. Mode (a) L’écoulement est subsonique dans le système. L’écoulement est subsonique en amont du col.6 Opération de Tuyère Convergente – Divergente Une tuyère convergente – divergente comme celle montrée à la figure 9. 9. 9.5 peut être opérée de plusieurs façons et dans plusieurs modes. To donnée. La distribution de pression est calculée à partir des relations de l’écoulement subsonique. Une réduction de pression dans la chambre de sortie ne va pas augmenter le débit. le col.5 Opération de tuyère convergente – divergente Mode (c) Une onde de choc est maintenant formée dans la partie divergente de la tuyère. les chambres d’alimentation et de sortie. isentropique avec section variable. La condition sonique n’est pas induite dans le col. et l’écoulement est supersoniIX-15 . Fig. Mode (b) L’écoulement est encore subsonique et isentropique partout dans la tuyère et les chambres.

la même que mode (d). la même que modes (d). (e) et (f).6 a des caractéristiques suivantes: At = 0.4 Fig. Po = 1000 kPa. et (c) Pb = 900 kPa.008 m2. L’écoulement est isentropique partout dans la tuyère. L’écoulement est isentropique entre le réservoir d’alimentation et juste en amont du choc. Écoulement est isentropique partout dans la tuyère jusqu’au choc. Mode (g) Une série de chocs à deux dimensions sont établie dans le réservoir de décharge en aval de la tuyère. L’écoulement à la sortie de tuyère est supersonique en amont du choc et subsonique en aval du choc. L’écoulement est ajusté aux conditions d’écoulement dans le réservoir de décharge et pas dans la tuyère. Mode (e) Une série de chocs à deux dimensions est établie dans le réservoir de décharge en aval de la tuyère.002 m2. Les relations isentropiques peuvent être utilisées dans les parties en amont et en aval du choc et les relations de choc normal peuvent être utilisées pour établir un lien de conditions en amont du choc à conditions en aval du choc. Pression de stagnation et IX-16 . 9. Les relations isentropiques peuvent être utilisées partout dans la tuyère. Mode (d) Le choc normal se situe dans le plan de la sortie de tuyère. Ces chocs servent à décélérer l’écoulement. Donnée : k = 1. Le rapport de pression est connu comme le rapport de pression de design supersonique. Ae = 0. 9. Trouvez : Pe et le débit massique pour (a) conditions de design supersoniques (b) Pb = 300 kPa. L’écoulement n’est pas isentropique à travers le choc. To = 500 K. l’écoulement sera isentropique partout avec l’écoulement supersonique du col à la sortie.que et en accélération entre le col et justement en amont du choc. L’écoulement est en décélération et subsonique en aval du choc et aussi isentropique. Écoulement est isentropique partout dans la tuyère. L’écoulement est isentropique partout dans la tuyère.6 (a) Pour conditions de design supersoniques. Exemple 5 : Une tuyère convergente – divergente montrée à Fig. la même mode que (d) et (e) et dans le réservoir de décharge. Mode (f) La pression dans le réservoir de décharge est égale à la pression estimée par la solution supersonique des équations de l’écoulement isentropique de la tuyère. Ces chocs servent à décélérer l’écoulement.

5.1465 et Pe = 985 kPa Puisque 985 kPa > Pb > 29.2 x2.002 A Mae 1.728 En utilisant une méthode itérative.6847 x1E 6 x0. si la contre-pression diminue à une valeur à la quelle le col est étranglé (mode (b)). Nous pouvons calculer les valeurs subsoniques de Mae et Pe qui nous donnent un rapport d’aire de 4. nous obtenons. le col doit être sonique et étranglé. nous avons un choc normal dans quelque part dans la tuyère.94 ) 2 3. toutes les conditions d’écoulement pour contre-pression moins de la mode (b) sont aussi étranglées et l’écoulement reste constant.728 3 Mae = 0.2 xMa ) 2 e Po 3.5. Mae = 2. nous pouvons déterminer la mode d’opération. en référence à la figure 9. Étant donné que le choc est en amont de la sortie de tuyère. donc mode (b) de Fig. Premièrement nous déterminons la condition pour l’écoulement étranglé mais subsonique partout dans la tuyère. 2 Ae 1 (1 + 0.94 On peut trouver la pression et le débit massique dans conditions de design à la sortie comme : Pe = (1 + 0.002 m 2 & mdes = = 3.5 = 29. 9.3 kPa 0. 2 3 Ae Ae 0.008 Ae 1 (1 + 0.température de stagnation sera constante.2 Mae ) = = =4 Puisque nous pouvons écrire * = 4 = At A* 0.5.6847 Po At 0. Donc nous aurons la condition suivante à la sortie : Pe = Pb = 300 kPa et & mdes = 3.5 = 1000 (1 + 0.2 Mae ) =4= A* Mae 1. Conditions au col seront soniques et l’écoulement sera étranglé.61 kg / s 1/ 2 = 1/ 2 ( R To ) ( 287 x500 ) (b) Contre-pression de tuyère est Pb = 300 kPa .3 kPa. Puisque Pb = 300 kPa > 29. la sortie doit être subsonique.3 kPa. 9. IX-17 .61 kg / s Référence à Fig.

Maple. Nous présenterons pour la partie (c) du problème. Cette solution est itérative qui peut être exécutée plus facilement en utilisant un logiciel comme Matlab.002 m Po1 = 1000 kPa 2 To1 = 500 K = To 2 Ae = 0. juste en amont du choc noyé et puis pour accorder avec la contre-pression et l’aire de la sortie.6 kPa (4) Calculez : Ma en aval du choc : ⎡ (k −1)Ma 2 + 2 ⎤ x May = ⎢ ⎥ 2 ⎣ 2 k Ma x − (k −1)⎦ 1/2 ⎡ (0. nous utilisons cette aire supposée à travers le choc noyé jusqu’à la sortie de tuyère.541 2 (1 + 0. Donc.(c) Contre-pression de tuyère est Pb = 900kPa .008 m Pe = 900 kPa Max = 1.4)(1. nous avons : Pe = Pb = 300kPa et & mdes = 3.4)(1.4 ⎦ 1/2 = 0. nous avons donc une condition sonique et étranglée au col et condition subsonique de section du choc à la sortie. x 2 3.5 x = (1 + 0.541)2 + 2 ⎤ = ⎢ ⎥ 2 ⎣ 2 (1. Comme dans la partie (b) de la solution.541) − 0.2 x1.6871 (5) Calculez : Pression statique en aval du choc : IX-18 . La procédure de calcul est assez complexe. 9. puisque nous avons un choc noyé très semblable à mode (c) de Fig. EES.61 kg / s Nous n’avons pas pourtant déterminé le lieu du choc noyé.5.5. Puisque cette pression est très proche de condition (b) (P = 985 kPa).2 Ma ) Po . nous avons un choc normal noyé représenté par mode (c) de Fig. Nous supposons Ax pour l’aire de tuyère.541 ) 1000 kPa 2 3. 9. (1) Données : Aire sonique en amont Pression de stagnation en amont Température de stagnation en amont Aire de sortie de tuyère Contre-pression de tuyère (2) Supposez : Ma en amont du choc (3) Calculez : Pression statique en amont du choc : Px = A1* = 0.5 = 256.

002183 (1 + 9.6 Py = Px 1 +1.3/900 = 1. y ⎟ − 1⎟ ⎥ = ⎡5 (1.4 = 0.68712 ) 3. To = constante.6871⎦ 0.002 ⎢ ⎥ ⎣ 2 + 0.5 ⎞ ⎤ 0.0181 (8) Calculez : Ma à la sortie : ⎡ ⎛ ⎛ P ⎞1/ 3.728 x0.0181) − 1 ⎤ = 0.6 (1 + 0.68712 1 + k Ma2 y (6) Calculez : Pression de stagnation en aval du choc : 2 Po .728 Mae 1. Po = constante.2 Ma y ) 3.2 xMa ) = 0. IX-19 .3kPa (7) Calculez : Rapport de pression de stagnation à pression statique à la sortie : Po.y / Pe = 916.4 ⋅0.2 kPa = 256.5 1/ 3.1603 Si cette aire trouvée ne donne pas satisfaction par rapport à la valeur donnée pour l’aire de sortie.5⋅( k +1) / ( k −1) ⎡ 2 + 0.002183m2 (10) Calculez : Aire de sortie de tuyère : Ae = A * y (1 + 0.5 Mae = ⎢5 ⎜ ⎜ o .4 x1.4 ⋅1. Donc.4/ 0. répétez la procédure en supposant une nouvelle valeur de Max.5 = 916.5 = 256.008 m 2 e 2 2 1.5 ( ) (9) Calculez : Aire sonique en aval du choc : 2 ⎡ 2 + ( k − 1) Ma x ⎤ A =A ⎢ 2 ⎥ ⎢ 2 + ( k − 1) Ma y ⎥ ⎣ ⎦ * y * x 0.5412 1 + k Ma2 x = 668. Sommaire des points importants : • L’écoulement entre le col et juste en amont du choc est isentropique avec les conditions suivantes : A* = constante. y = Py (1 + 0. les relations isentropiques peuvent être utilisées dans cette partie.4 x0.2 x 0.5⋅2.1603 ) = 0.5412 ⎤ = 0.2 x0.1 + 1.1603 ⎣ ⎦ ⎟⎥ ⎢ ⎜ ⎝ Pe ⎠ ⎠⎦ ⎣ ⎝ 0.

Po = constante. Cp = constante. τw = fonction( f ) comme dans l’écoulement dans les conduits mais variation de l’énergie cinétique. IX-20 . Le cas en question est sans variation de section et sans transfert thermique. Donc. le conduit est droit. Application des conservations de masse.7 Écoulement Compressible avec Friction Pour un écoulement compressible de fluide dans un conduit isolé et de section constante la friction est traitée de façon d’un conduit avec friction moyenne. les relations isentropiques peuvent être utilisées dans cette partie aussi. en utilisant le coefficient de friction de Darcy – Weisbach f .e. de l’enthalpie et de pression peut être considérable. • Pendant que To = constante à travers le choc normal.• L’écoulement de la section en aval du choc normal jusqu’à la sortie est aussi isentropique avec les conditions suivantes : A* = constante. adiabatique et uni-dimensionnel. A* et Po changent. Le fluide est gaz parfait avec Cv. Nous faisons les hypothèses suivantes : Écoulement permanent. i. Travail est négligeable. Note: Puisque la masse doit être conservée nous pouvons utiliser l’équation de conservation de masse à travers le choc normal : & & mx = m y et (P A ) = (P A ) * * o x o y IX. Section de conduit est constante. de quantité de mouvement et d’énergie avec l’équation d’état de gaz parfait nous donne les relations suivantes pour écoulement compressible avec friction. Variation de l’énergie potentielle est négligeable. To = constante.

05). La pression et température à l’entrée de conduit sont 1. Déterminez (a) nombre de Mach.4 (2. (b) pression.4 ) 0. l’étoile utilisée est pour indiquer l’état sonique pour le quel Ma = 1. L’état sonique est constant partout dans le conduit et il peut être utilisé pour établire de conditions à un point donné de conduit avec un autre point.05)2 2. La longueur du conduit ∆L entre deux valeurs données de Ma est donnée par : f ∆L ⎛ f L ⎞ ⎛ f L ⎞ =⎜ ⎟ −⎜ ⎟ ⎝ D ⎠1 ⎝ D ⎠2 D * * Exemple 6 : L’air ayant Ma = 0. L* est la longueur de conduit nécessaire pour développer de Mach à conditions soniques.f L* 1 − Ma 2 k + 1 (k + 1)Ma 2 = + ln D 2k k Ma2 2 + (k −1) Ma 2 1 ⎡ P (k + 1) ⎤ ⎢ ⎥ * = Ma ⎣ 2 + (k −1) Ma 2 ⎦ P 1/2 T (k + 1) a = 2 = * T 2 + (k −1) Ma 2 a* 1 ⎡ 2 + (k −1) Ma 2 ⎤ ρ V* = = ⎥ ρ* V Ma ⎢ k +1 ⎣ ⎦ 1/2 Po ρo 1 ⎡2 + (k −1) Ma 2 ⎤ = *= ⎢ ⎥ Po* ρo Ma ⎣ k +1 ⎦ (k+1)/[2(k−1)] Dans ces équations. Solution : (a) À l’entrée de conduit avec f = 0.05.01 m et Ma = 0. et (c) température dans le conduit à 50 m de l’entrée.05.4 (0.052 ⎥1 ⎦ IX-21 .052 ⎤ + ln = 280 ⎜ ⎟ =⎢ ⎝ D ⎠ 1 ⎣1.01 m ( f = 0.052 ⎛ f L* ⎞ 2. nous obtenons : * ⎛ f L ⎞ ⎡1 − Ma 2 k +1 (k +1) Ma 2 ⎤ =⎢ + ln ⎜ ⎟ 2 ⎝ D ⎠ 1 ⎣ k Ma 2 2k 2 + (k −1) Ma ⎥1 ⎦ ⎡ 1− 0. D = 0.8 2 + (0.05 entre dans un conduit d’un diamètre de 0.5 MPa et 400 K.4) 0.

05 ⎡ 2 + (0. puisque les conditions soniques de référence sont constantes entre ces deux points. Pour un écoulement subsonique à l’entrée d’un conduit.145 * * 2 2 Note : Dans les expressions P2*/P1* et T2*/T1*. La figure 9. le nombre de Mach augmente quand le conduit devient plus long. nous obtenons : ⎛f L⎞ ⎛f L⎞ f ∆L (0.05 ⎤ P2 = (1.5) ⎥ ⎢ 2 + (0.7 IX-22 . à la sortie du conduit.Donc. Cet exemple montre le changement de Mach pour un écoulement adiabatique avec friction.4 ) 0. Le contraire sera le cas si l’écoulement est supersonique à l’entrée : Ma diminuera quand longueur de conduit augmente.8 2 + 0.145 ⎣ 2.4 ⎤ 0.4) 0.4 Ma2 2.05) 50 = 280 − = 30 ⎟ =⎜ ⎜ ⎟ − ⎝ D ⎠2 ⎝ D ⎠1 D 0.145.5) (1) 2 ⎥ Ma2 ⎢ 2 + (k −1) Ma2 ⎥ 1 ⎢ k +1 ⎣ ⎦ ⎣ ⎦ 1 ⎡ 2. (b) En écrivant l’expression pour le rapport de pression donne : P2 = P1 P2 P2* P* 1 * * P2 P P 1 1 1/ 2 1/ 2 ⎤ 1 ⎡ (k +1) Ma1 ⎡ 2 + (k −1) Ma12 ⎤ P2 = (1.516 (c) En utilisant le rapport de température.4 ⎣ ⎦ ⎦ 2 1/ 2 1/ 2 = 0.4) 0.05 K T2 = T1 1 2* 2* = 400 2 = 400 2 = 399 T1 T1 T2 2 + (k − 1) Ma 2 2 + (0.1452 ⎥ (1) 1 ⎢ 0.4 2.4) 0. nous trouvons : T T T 2 + (k − 1) Ma1 2 + (0.4 Ma2 ou La solution de deuxième équation nous donne la réponse pour (a) : Ma2 = 0. tous les deux rapports sont égaux à 1.01 * * Nous pouvons écrire pour la sortie du conduit : ⎡1− Ma 2 k + 1 (k + 1) Ma 2 ⎤ ⎛ f L* ⎞ ln + = 30 = ⎢ ⎜ ⎟ 2⎥ 2 ⎝ D ⎠2 2k 2 + (k −1) Ma ⎦ 2 ⎣ k Ma 2 2 1− Ma2 2.4 Ma2 30 = ln 2 + 2 1.

7 Entropie comme fonction de Ma On voit que quand la longueur de conduit est augmentée. IX-23 . Fig. le nombre de Mach approche de l’unité. l’écoulement devient étranglé.montre l’entropie spécifique du fluide comme une fonction du nombre de Mach de conduit (donc sa longueur) pour l’écoulement subsonique et supersonique. Si la condition sonique existe à la sortie de conduit.7 montres aussi l’écoulement ne peut pas passer de subsonique à supersonique ou vice – versa. 9. Fig. 9. pour la simple raison qu’on ne peut pas violer la seconde loi de thermodynamique.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful