Module D4.

62 : Exploitation des systèmes d’assainissement CHAPITRE IV
MAINTENANCE ET REHABILITATION DES RESEAUX

Mme BAYRAKTAR
1

IV.1 PRINCIPES ET OUTILS DE GESTION FONCTIONNELLE
DES RESEAUX

Quel est l’objectif de la gestion d’un réseau ?

Assurer : - les pérennités des ouvrages - l’entretien des réseaux (nettoyage, dépannage, maintenance)

2

LES SYSTEMES DE SUIVI SIG (Système d’information géographique) Quelles informations contiennent les SIG ?
• La nomenclature des ouvrages par tronçon:
Position, dimension… Localisation des points sensibles Périodicité de remplacement des pièces, des couches de protection etc.

• Le catalogue des défauts apparents :
Le nom du défaut (fissure, joints défectueux…) ; L’illustration (photos, croquis-type) ; La définition des causes possibles ; Les facteurs aggravants ; Les remèdes et types d’interventions souhaitables.

3

LES SYSTEMES DE SUIVI SIG (Système d’information géographique)

• Le catalogue des technologies d’améliorations :
les difficultés les plus couramment rencontrées

• Le registre d’inspection

• Le carnet de santé:
le bilan annuel de l’état physique du système

4

LES SYSTEMES DE SUIVI SIG (Système d’information géographique)

• Les outils d’auscultation :
- sondes de température (variations caloriques pour déterminer EPC (froid) ou EU (chaud)) - radar - thermographie infrarouge - écographie par l’ultrasons

• Le planning et l’échéancier prévisionnel

5

IV.2 PROGRAMMATION DES TRAVAUX D’ENTRETIEN
Comment programmer? Priorités? Le diagnostic d’état Le risque et les facteurs d’influence aggravant la situation Les grilles de décision

PROGRAMMATION DES TRAVAUX

6

IV.2 PROGRAMMATION DES TRAVAUX D’ENTRETIEN

Descripteurs symboliques utilisables à un diagnostic d’état (réseau visitable)
7

IV.2 PROGRAMMATION DES TRAVAUX D’ENTRETIEN

Un exemple de grille de décision

8

IV.3 MODELISATION DE L’EVOLUTION DES DEPOTS EN
COLLECTEUR D’ASSAINISSEMENT (MEDCA)

Les collecteurs d’assainissement véhiculent des sables

Une évolution permanente du profil du dépôt de sa composition granulométrique.

et

9

IV.3 MODELISATION DE L’EVOLUTION DES DEPOTS EN
COLLECTEUR D’ASSAINISSEMENT (MEDCA)
Schématisation de l’écoulement et de modes de transfert des solides.

L’intérêt de modélisation ? Simuler cette évolution dans le temps et dans l’espace. trouver des solutions techniques, remèdes à ‘encrassement…
10

IV.4 MODELISATION HYDRAULIQUE DES EAUX CLAIRES
PARASITES D’INFILTRATION L’intérêt de cette modélisation ?
- la réduction des ECP par des travaux de réhabilitation - la mise en place de bassins de stockage ou le redimensionnement des ouvrages - la gestion des apports d’ECP

11

IV.5 SYSTEME D’EXPLOITATION AUTOMATISEE
Quels sont les objectifs de la gestion automatisée ?
-maximiser la collecte de pollution et la protection des milieux ; -maximiser les capacités disponibles des ouvrages et installations ; -minimiser les dysfonctionnements, carences, déversements ; - minimiser les coûts d’investissement et d’exploitation.

12

IV.6 DIAGNOSTIC ET SCHEMA DIRECTEUR
Quels sont les objectifs des études de diagnostic ?

-Réhabiliter, reconstruire les installations et prévoir les extensions liées au développement urbain.

La démarche à suivre comporte 5 grandes phases

13

IV.6 DIAGNOSTIC ET SCHEMA DIRECTEUR

14

IV.7 TECHNIQUES DE SURVEILLANCE ET D’ENTRETIEN
Réseaux Deux types :
Unitaire : les eaux usées et eaux pluviales sont transportées par la même conduite Séparatif : deux canalisations distinctes pour ces deux types d'eau

Quel que soit le système, les canalisations doivent être étanches et permettre le libre écoulement des eaux.

15

IV.1. INTRODUCTION

Les points particuliers communs ou non aux deux systèmes
Point particuliers boîtes de branchement avaloirs chasses d'eau chambres à sables postes de relèvement ou de refoulement trop-pleins et déversoirs d'orages siphons bassins de retenue, d'orages ou de dépollution clapets anti-retour oui oui oui oui oui oui oui oui oui Type de résaux unitaire séparatif oui oui (pluvial) oui (eaux usées) oui (pluvial) oui non oui oui (pluvial) oui (pluvial)

Chacun de ces points doivent être surveillés et entretenus régulièrement.

16

IV.1. INTRODUCTION

L’inspection et les contrôles ont évolué.
les services d’entretien : moyens mécanisés : cureuses, aspiratrices etc.

L’inspection des réseaux non visitables :

par une caméra qui projette les images vues de l’intérieur des conduites sur un écran de télévision.

17

IV.1. INTRODUCTION

Les techniques de réfection des conduites et des ouvrages : • traitements par injection dans les fissures ou joints
mortier de ciment, résines époxy, gel des composants chimiques etc.

• les revêtements internes des conduites par enduit au mortier de ciment -par compression, -par centrifugation,

Projection de mortier sur les parois intérieures
18

IV.1. INTRODUCTION

• le gainage plastique :
mise en place une gaine imprégnée d’une résine polyester polymérisée (durcissement de la gaine) Se transforme en tube à l’intérieur de la canalisation ;

• le chemisage :
mise en œuvre des complexes multicouches, constitués de film, de résine polyester, armé de fibres durcissables par effet thermique ou par insolation UV.

Robot de traitements des canalisations par l’intérieur.

19

Branchements
Les branchements comportent 4 parties, de la maison à la rue :
• un dispositif de raccordement des canalisations d’eaux usées • un regard de branchement (la limite entre le réseau privé et le réseau public) • une canalisation de branchement (diamètre supérieur à 150 mm) • un dispositif de raccordement de la canalisation de branchement au collecteur public

20

IV.2. SURVEILLANCE ET ENTRETIEN

Principales erreurs de branchement
Raccordement d’évacuation d’eaux usées sur descentes d’eaux pluviales :
Les évacuations d’eaux usées domestiques (salles d’eau, machine à laver etc.) sont raccordées sur des descentes d’eaux pluviales afin d’éviter une double conduite. Ou bien Les descentes d’eaux usées sont raccordées sur le regard de branchement des eaux pluviales.

Conséquences :
Le milieu naturel est pollué. Désagréments : eau aspect douteux, odeurs nauséabondes, mortalité de poissons etc

21

IV.2. SURVEILLANCE ET ENTRETIEN

Principales erreurs de branchement
Raccordement d’évacuation d’eaux pluviales sur descentes d’eaux usées :
Les eaux des toitures sont raccordées à une descente d’eaux usées ou, plus souvent, la descente d’eaux pluviales est raccordée sur le regard de branchement des eaux usées.

Conséquences :
A chaque pluie intense, la station d’épuration subit alors un très fort accroissement de débit. Les boues sont entraînées par le flux et se déversent dans le milieu récepteur.
22

IV.2. SURVEILLANCE ET ENTRETIEN

D’autres problèmes sur les branchements
Branchements endommagés ou mal réalisés

Conséquences :
infiltrations d’eaux usées dans le sol, ou d’eau claire dans les réseaux •l’obstruction ou l’endommagement de la conduite

Rejets de substances indésirables
Huiles, solvants, rejets industriels acides ou alcalins

Conséquences :
En cas d’un défaut d’entretien ou de l’absence d’ouvrage de prétraitement : • perturbation de l’épuration, • corrosion des réseaux ou • contamination du milieu naturel
23

IV.2. SURVEILLANCE ET ENTRETIEN

Aération des descentes d’eaux usées

Réseau endommagé par un rejet industriel acide

Règlementation
Les collectivités locales doivent se doter d’un règlement d’assainissement. Il définit la nature de rejets admissibles au réseau et le type de convention à signer avec les industriels raccordables. En son absence, c’est le règlement sanitaire départemental (RSD) qui est applicable.
24

IV.2. SURVEILLANCE ET ENTRETIEN

Contrôle des raccordements
Il faut connaître et recenser chaque branchement.

Les carnet de branchement contient :

• le schéma de repérage et le numéro de branchement, • ses caractéristiques particulières, • les malfaçons et anomalies constatées et à corriger

25

IV.2. SURVEILLANCE ET ENTRETIEN

Contrôle des raccordements

26

Postes de relèvement et de refoulement
Poste de relèvement permet de reprendre les eaux d'un égout pour les relever jusqu'au niveau d'un autre égout ou d'un bassin de la station d'épuration. (quelques mètres de hauteur) Poste de refoulement permet de forcer le transport des eaux sur de grandes distances ou de grandes dénivellations. Tronçons ascendants et descendants : En points hauts – ventouses spéciales eaux usées pour l’évacuation de l’air En points bas – dispositifs de vidange des sables

27

IV.2.2. Postes de relèvement et de refoulement

Dispositifs sur les postes : •des pompes immergées ou non, dont une en secours, •des contacteurs de niveaux, •un trop-plein, •un panier dégrilleur, •des vannes d'isolement et des clapets anti-retour pour chaque pompe, •une armoire électrique contenant les organes de régulation, •une potence pour le relevage des pompes •réservoir d'air •volant d'inertie toujours capoté par sécurité, •aspiration auxiliaire ou conduite plongeante avec clapet

Postes de relèvement

Postes de refoulement

28

IV.2.2. Postes de relèvement et de refoulement

(a) Poste de refoulement avec dispositif anti-bélier.

(b) Ventouse d’évacuation d’air en point haut d’une canalisation de refoulement. (c) Dispositif anti-bélier par réservoir d’air placé sur la canalisation de refoulement après les pompes.

(b)

(c)
29

IV.2.2. Postes de relèvement et de refoulement

Surveillance du fonctionnement (une fois par semaine) : •relever les compteurs horaires des pompes et tenir à jour le cahier d'exploitation (calcul des temps de fonctionnement des pompes), •contrôler l'intensité absorbée par les pompes (une sur-intensité caractérise un bouchage ou un moteur déficient),

•vérifier les automatismes de régulation (contacteurs de niveaux, inverseurs, etc.),

•observer le débit et l'aspect des eaux usées admises dans la bâche, pour déceler une éventuelle anomalie de collecte,

30

IV.2.2. Postes de relèvement et de refoulement

L’entretien du poste consiste à:
• vider régulièrement le panier dégrilleur

• nettoyer les contacteurs de niveaux avec précaution

• nettoyer fréquemment au jet d'eau sous pression, les parois du poste et les équipements pompes, barres de guidage, échelle, chaînes, etc. pour éviter l'accumulation des graisses • extraire les dépôts accumulés en fond de bâche (aspiratrice, hydrocureuse,...),

• effectuer une manœuvre mensuelle des vannes pour éviter qu'elles ne se grippent.

31

Les déversoirs d’orage
Sur les réseaux unitaires Fonction : limiter, par temps de pluie, le débit admis vers la station d'épuration.

Surveillance et entretien du poste consiste à:
• s'assurer qu'aux heures de pointe, la totalité du débit de temps sec est bien dirigée vers la station d'épuration • éliminer les encombrants et les dépôts de sable ou de matières organiques (après une forte précipitation et au moins une fois par semaine)

32

IV.2.3. Les déversoirs d’orage

33

Autres points particuliers
1- Les chasses d'eau : Un système, en général automatique, permettant d'envoyer rapidement un gros volume d'eau dans les canalisations à faible pente, pour assurer un autocurage. L'inconvénient du système est son manque de fiabilité. On peut réaliser une chasse d'eau à partir d'un réservoir mobile, • • plus difficile à mettre en œuvre, mais les volumes d'eaux sont mieux maîtrisés.

Préparation d’une chasse d’eau dans un réseau à partir d’un réservoir mobile.

34

IV.2.4. Autres points particuliers

2- Les siphons : permettent de passer sous des obstacles tels que rivières, voies de chemin de fer ou routes. L'autocurage est suffisant. Exceptionnellement, les siphons de gros diamètres sont nettoyés par des "lancements de boules de curage"

Schéma en coupe d’un siphon de franchissement d’une route.
35

IV.2.4. Autres points particuliers

3- Les ventouses : Elles doivent être démontées et nettoyées régulièrement pour éviter un éventuel dysfonctionnement par accumulation de graisses.

4- Les regards de visites : Ils doivent être accessibles pour permettre l'entretien du réseau. 4- Les clapets anti-retour : Ils empêchent une entrée d'eau du milieu naturel vers le réseau. Ils doivent être régulièrement manœuvrés et graissés pour éviter leur blocage. 4- Les avaloirs : Les avaloirs nécessitent un entretien régulier, lorsqu'ils sont équipés d'un dessableur ou d'un panier.

36

IV.2.4. Autres points particuliers

Clapet antiretour à battant en position ouverte.

Avaloir d’eau pluviale. Panier dégrilleur d’avaloir eaux pluviales non entretenu.

37

Entretien générale du réseau
Deux méthodes de curage sont employées :

1) nettoyage à contre-pente sous forte pression et à aspirer les effluents de retour.

2) chasser les dépôts, (elle reporte le problème plus loin).

38

Problèmes de dégagements gazeux
Ils sont dus à la nature des eaux transportées et à un temps de séjour excessif des effluents.
Conséquences : - les mauvaises odeurs, - la dégradation des bétons, comme des parties métalliques, des regards et des postes de relèvement, Les risques d'intoxication grave du personnel d'exploitation. Dégagement d'hydrogène sulfuré (mortel à forte concentration, l'odorat ne les détecte plus.)

39

IV.2.6. Problèmes de dégagements gazeux

Hydrocureuse en action.

Mise ne place du matériel nécessaire à l’hydrocurage : au premier plan, le camion citerne de pompage des effluents de retour ; au deuxième plan, le camion hydrocureur.

Descente d’un ‘Tritox’ permettent de déceler la présence éventuelle d’hydrogène sulfuré.

40

IV.8 Diagnostique et réhabilitation
Techniques d’investigation pour détecter et localiser les anomalies dans un réseau d’assainissement :
1- Sur réseau neuf ou réhabilité : Les tests consistent à vérifier : -la continuité de l'écoulement en provoquant une chasse d'eau, -l'étanchéité des canalisations en les mettant sous pression d'eau ou d'air.

41

IV.3 Diagnostique et réhabilitation 2- Pour détecter les inversions de branchements : Les tests consistent :

- à effectuer une injection d'eau (par exemple, en actionnant la chasse d'eau des toilettes d'un particulier) et en observant à quel regard de branchement elle s'écoule; - à procéder à une injection de colorant tel que la fluorescéine ou la rhodamine dans la canalisation suspectée. On constate, ou non, l'arrivée de la coloration en aval. - à réaliser une injection de fumée dans une portion du réseau d'eaux usées, à partir de la voirie publique.

42

IV.3 Diagnostique et réhabilitation

Test d’étanchéité sur une portion de réseau pluvial neuf sous pression d’eau (Hmt : 4 m)

Mise en évidence d’une erreur de branchement par injection d’eau colorée à la fluorescéine

43

IV.3 Diagnostique et réhabilitation

Test de fumée
Nécessite d’un groupe électrogène : • un ventilateur, • des cartouches fumigènes, • des ballons obturateurs. Mauvais branchement la fumée se dégage au niveau des gouttières, des descentes de garage et, éventuellement, des avaloirs sur voirie.

MAIS un dégagement de fumée à l'orifice d'une conduite

d'aération des descentes d'eaux usées est normale.

44

IV.3 Diagnostique et réhabilitation

.

Test de fumée

Cas limite si les canalisations d'eaux usées et d'eaux pluviales provenant d'une habitation, transitent par une boîte mixte de raccordements. la fumée se propage dans les deux réseaux, même pour des branchements conformes. l'interprétation du test devient impossible

Mise en place d’un test à la fumée sur un regard eaux usées.

Mise ne évidence du branchement d’eaux pluviales sur 45 le réseau eaux usées.

IV.3 Diagnostique et réhabilitation 3- La recherche des arrivées d’eaux parasites s’effectue : 1- Par des visites nocturnes, aux périodes de plus faibles rejets (vers 3 ou 4 heures), afin de vérifier l'importance des écoulements et leur nature;

2- En utilisant des ballons obturateurs permettant d'isoler un tronçon de réseau, afin de localiser les points d'infiltration. Si une pénétration d'eau claire se produit après le regard obturé, elle est visible au regard suivant.

46

IV.3 Diagnostique et réhabilitation La recherche des arrivées d’eaux parasites

Mise ne évidence d’une arrivée d’eau claire parasite lors d’une inspection nocturne.

Mise ne évidence d’infiltration d’eau claires dans une portion de réseau.

47

IV.3 Diagnostique et réhabilitation 4- Les interventions lourdes : • de mesures de débit avec ou sans analyses, • d'inspections vidéo du réseau d'eaux usées.

Le matériel employé est complexe. Il met en œuvre: • caméra montée sur un chariot tracteur, • magnétoscope et, éventuellement, • imprimante vidéo permettant la sortie immédiate, sur papier, d'une image des défauts constatés.

48

IV.9 Amélioration de la gestion des réseaux
Pour une meilleure information sur le fonctionnement du réseau et par la possibilité d'intervenir le plus rapidement possible en cas de défaillance
1- Sur réseau neuf ou réhabilité : Les tests consistent à vérifier : • l'automatisation qui permet de gérer les temps de pompage et le nettoyage des postes de relèvement; • la télésurveillance qui permet de contrôler à distance, par minitel ou autres, le fonctionnement des équipements électromécaniques, • et la télégestion qui en plus, donne la possibilité de commander à distance tous ces équipements.

49

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful