‫اﻷﻣﺔ اﻟﺘﻲ ﺗﺘﺮك أﺳﺮاهﺎ ﻓﻲ اﻟﺴﺠﻮن هﻲ أﻣﺔ ﺑﻼ ﺷﺮف وﺑﻼ آﺮاﻣﺔ‬

‫أﻣﻴﻦ ﻋﺎم ﺣﺰب اﷲ اﻟﺴﻴﺪ ﺣﺴﻦ ﻧﺼﺮ اﷲ‬

La nation qui abandonne ses prisonniers ne peut prétendre à la dignité et à l’honneur
Secrétaire général du Hizbullah, Sayyid Hassan Nasrullah

Le ministère palestinien chargé des affaires des prisonniers déclare: Les autorités de l’occupation ont libéré 429 prisonniers suite à la rencontre d’Annapolis, mais ont arrêté, au mois de novembre seulement, 410 Palestiniens dans les territoires occupés, dont 3 députés du Conseil législatif, au cours de 755 rafles et invasions en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Au cours du mois de novembre, 82 détenus administratifs ont vu leur détention renouvelée sans autres motifs que la décision de la Shabak (services secrets israéliens). Parmi eux, le ministre palestinien aux affaires des prisonniers, Wasfi Qubbaha, de Jénine, Jamal Tawil, maire d’al-Bireh, dont la détention a été renouvelée pour la 7ème fois, et Muhammad Fares Jaradat, responsable du Jihad islamique à Jénine, détention renouvelée pour la 4ème fois. Le ministère a dénoncé la détérioration de l’état de santé de plusieurs prisonniers, parmi lesquels le président du conseil législatif, Dr. Abdul Aziz Dweik et sheikh Jamal Abul Haygâ’, du camp de Jénine, condamné à 9 perpétuités et vingt ans de prison et placé en isolement depuis son arrestation, il y a cinq ans.

Prisonnières palestiniennes
Le centre palestinien d’études « al-asra » affirme que 109 prisonnières palestiniennes sont détenues dans les sections 11 et 12 de la prison de Telmond ainsi que dans le centre d’isolement de la prison de Ramleh. Tout en soulignant les conditions inhumaines dans lesquelles elles sont enfermées, le centre attire l’attention sur le sort réservé à Amne Mouna, prisonnière d’al-Quds, détenue dans la section de l’isolement de Ramleh, et dont l’état de santé s’est gravement détérioré ces dernières semaines. De son côté, l’avocat de Nadi al-asir al-Filistinî, Shirîne Nasir, a pu visité Amne Mouna dans sa cellule individuelle, où Amne lui a expliqué qu’elle a entrepris une grève de la faim de onze jours, à partir du 4 novembre dernier, malgré les pressions exercées par les autorités carcérales, qui n‘ont pas hésité à la frapper et blesser, ce qui les a obligées à l’emmener à l’hôpital. Elle refuse d’être incarcérée à la prison de Ramleh, où elle subit des exactions de la part des prisonnières israéliennes de droit commun et réclame l’intervention de la Croix-Rouge internationale pour enquêter sur ses conditions de détention. Dans la prison de Telmond, les prisonnières Rania Diab, Abeer Amrou, Lina Jarbouni et Amal Jumaa réclament la levée de l’interdiction des visites familiales et dénoncent l’état insalubre de leurs cellules, qui provoque des maladies de peau.

Israël refuse d’accorder le statut de prisonniers de guerre aux prisonniers libanais
Muhammad Srour, Sulayman Hussayn et Maher Kourani, que l’armée d’invasion a enlevés au cours de la guerre d’agression de juillet 2006, ne vont pas pouvoir acquérir le statut de prisonniers de guerre. En effet, le tribunal présidé par le juge Benyamin Arbil a considéré que le Hizbullah est « une organisation terroriste, un bras du régime iranien » et les trois prisonniers n’appartiennent pas à l’armée régulière libanaise. Les chefs d’accusation contre les trois prisonniers libanais n’ont pas encore été définis mais les charges déjà retenues évoquent la participation de Sulayman Hassan et Muhammad Srour à l’enlèvement des soldats israéliens, toujours entre les mains du Hizbullah, et la participation de Maher Kourani à l’attaque en 2005 sur le village libanais occupé, al-Ghajar.

Fouad Râzim transféré
La famille du doyen des prisonniers de la ville d’al-Quds, Fouad Râzim, a déclaré que Fouad Râzim a été transféré dans le secret le plus total et sans prévenir sa famille, de la prison « Eschel » de Beer Saba’ vers la prison de Haddarim. C’est lors de la visite mensuelle que sa famille a appris la nouvelle, la direction pénitentiaire informant sa soeur qu’il vient juste d’être transféré. Fouad Râzim a 50 ans, il est détenu depuis 27 ans, et est l’un des plus anciens prisonniers du mouvement du Jihad islamique.

Visite aux prisonniers syriens du Golan occupé
Le centre juridique Risalat al-Huquq a organisé une visite aux prisonniers syriens du Golan occupé, à la prison de Gilboa. L’avocat du centre a rencontré Bishr Sulayman al-Miqt, détenu depuis 23 ans, qui venait d’être hospitalisé. Les médecins ont conseillé de pratiquer une autre intervention chirugicale, ce que refusent encore les autorités de l’occupation. Bishr al-Miqt souffre d’obstruction des artères. Il a également rencontré Youssef Salih Shams, arrêté le 30/7/2007 pour « connivence avec l’ennemi », la Syrie. Le prisonnier a déclaré que les séances d’interrogatoire musclées se mènent dans les centres de Jalameh et Petah Tikva.
Le prisonnier Yousef Saad Tehmouz, du village al-Ghajar dans le Golan occupé, a été condamné à 12 ans de prison pour « connivence avec la résistance au Liban ».Il a fait appel contre ce jugement qu’il considère injuste et infondé. Il a demandé à pouvoir visiter son oncle, détenu dans une autre prison.

Les visites aux prisonniers supprimées ou reportées
Les familles des prisonniers du camp de Jénine ont été surprises, dès l’aube, alors qu’elles se préparaient à embarquer dans les bus pour se rendre à la prison du Naqab, que les bus n’étaient pas là à cause de la décision israélienne de supprimer les visites familiales. Pour les familles des prisonniers, ces mesures punitives visent à humilier les prisonniers et leurs familles.

Rafles et arrestations
Les forces militaires de l’occupation ont lancé une vaste campagne d’arrestations parmi les dirieants du Hamas, en Cisjordanie, vers la mi-décembre. Le député Ahmad Haj Ali, le professeur Ahmad Dawla, qui venait d’être libéré, dr. Mustafa Nashshar, libéré il y a six mois et son fils Mustafa, âgé de 16 ans, dr. Ghassan Zawqan, déja arrêté plusieurs fois et son fils Mu’az, l’ingénieur Anane Ghazal, de la municipalité de Nablus et son fils ‘Ibada, l’ingénieur Abdel Jabbar Dweiqat et ses fils Adel et Abdallah, le journaliste Sami Assi, libéré il y a cinq mois, ainsi que onze autres personnes.

La prisonnière libérée Samar Sbayh : il faut capturer des soldats pour permettre un échange
La prisonnière Samar, qui a accouché en prison de son fils Bara’, au cours d’une détention de 28 mois, a déclaré à sa libération que les Brigades du martyr alQassam devraient capturer plusieurs soldats israéliens pour permettre l’échange et la libération de tous les prisonniers. Elle a déclaré que lors de son accouchement, les liens qui l’attachaient n’ont été enlevés qu’au moment de la délivrance.

Muhammad Anabtâwî : condamné à la prison à vie
Le tribunal de Nazareth vient de condamner Muhammad Anabtawi, 23 ans, du village Kfarmanda, en Palestine 48, à la prison à vie, accusé d’avoir enlevé et tué un soldat israélien, en 2003.