Le vote Marine Le Pen en avril 2012

:
quelle progression?
Bernard Alidières
Docteur en géographie-géopolitique, IFG-Paris 8
Présentation des choix cartographiques
Cet ensemble de cartes propose une évaluation du vote Marine Le Pen
au premier tour de l´élection Présidentielle d´avril 2012. Il s´agit non seule-
ment de mesurer l´évolution du vote lepéniste depuis la dernière Présiden-
tielle de 2007 mais surtout de mieux mesurer l´ampleur de la progression
des scores de Marine Le Pen par rapport à ceux de J-M. Le Pen en 2002.
Cette approche cartographique repose sur une présentation des résul-
tats en fonction des électeurs inscrits pour tenir compte du différentiel
d´abstention selon les scrutins et les départements (Goguel, 1986). Pour
l´essentiel, il s´agit de cartes par département, avec un agrandissement
pour Paris et les trois départements de la petite couronne (75, 92, 93, 94).
De plus, une représentation cartographique des résultats en 2012 et
des évolutions depuis 2002 sera proposée pour traiter du cas des princi-
pales villes (celles d´au moins 30 000 électeurs inscrits). Mais, il faut préci-
ser que les communes des départements de la région parisienne n´ont pas
été retenues (à l´exception de Paris) pour des raisons de lisibilité.
Vote J-M. Le Pen à la Présidentielle de 2002
(1
er
tour)
!"#$%&'&#()*(+(
,)#(-*#./-&#
011(23
4%$#(,)(0567(+
07(8(0569(+
0:67(8(096;(+
01(8(0:69(+
567(8(;6;(+
7(8(569((+
:67(896;
1(8(:69(+
Vote J-M. Le Pen à la Présidentielle de 2007
(1
er
tour)
!"#$%&'&#()*(+(
,)#(-*#./-&#
011(23
4%$#(,)(0567(+
07(8(0569(+
0:67(8(096;(+
01(8(0:69(+
567(8(;6;(+
7(8(569((+
:67(896;
1(8(:69(+
Vote Marine Le Pen à la Présidentielle de 2012
(1
er
tour)
!"#$%&'&#()*(+(
,)#(-*#./-&#
011(23
4%$#(,)(0567(+
07(8(0569(+
0:67(8(096;(+
01(8(0:69(+
567(8(;6;(+
7(8(569((+
:67(896;
1(8(:69(+
Vote J-M. Le Pen à la Présidentielle de 1995
(1
er
tour)
!"#$%&'&#()*(+(
,)#(-*#./-&#
011(23
4%$#(,)(0567(+
07(8(0569(+
0:67(8(096;(+
01(8(0:69(+
567(8(;6;(+
7(8(569((+
:67(896;
1(8(:69(+
4%$#(,)(0567(+
07(8(0569(+
0:67(8(096;(+
01(8(0:69(+
567(8(;6;(+
7(8(569((+
:67(896;
1(8(:69(+
!"#$%&'&#()*(+(
,)#(-*#./-&#
011(23
Vote J-M. Le Pen à la Présidentielle de 1988
(1
er
tour)
Total des votes J-M. Le Pen & B. Mégret
à la Présidentielle de 2002 (1
er
tour)
!"#$%&'&#()*(+(
,)#(-*#./-&#
011(23
4%$#(,)(0567(+
07(8(0569(+
0:67(8(096;(+
01(8(0:69(+
567(8(;6;(+
7(8(569((+
:67(896;
1(8(:69(+
<=>?(@(A6A(+
<=>?(@(0065(+
<=>?(@(0B6B(+
<=>?(@(0B6;(+
<=>?(@(006C(+ <=>?(@(0067(+
Evolution du vote Le Pen à la Présidentielle
de 1988 à 2012
!"#$%&'(')*+*,-.$&'/&'012+-3$*&#$4'56$-"7$689*&':4';0*/*.$&,4
Dès 1988, le vote J-M. Le Pen atteint un niveau très élevé (plus de 15 % des ins-
crits dans les départements du Midi méditerranéen, de l´Alsace et de Moselle ; et cela
reste le cas à chaque échéance présidentielle sauf en 2007. De façon plus globale, la
géographie du vote FN reste fortement contrastée de part et d´autre de la ligne Le
Havre-Valence-Perpignan. A l´Est de cette ligne, on compte 23 départements en
1988, 36 en 1995 et 38 en 2002 où J-M. Le Pen obtient des scores supérieurs à
12,5% des inscrits, alors qu´à l´Ouest de cette délimitation, il n´y a respectivement
que 2 départements ayant les mêmes caractéristiques en 1988-1995 et 6 en 2002.
(Pour une analyse géopolitique de ce contraste et notamment du rôle la délinquance,
Alidières 2006, p.182-192 et 241-262).
La carte du vote Marine Le Pen en avril 2012 montre un renforcement de cet en-
racinement à l´Est puisque ses scores dépassent 15% des inscrits dans 45 départe-
ments de cette partie de la France. Mais cette carte fait ressortir également une nette
extension vers l´Ouest : on peut décompter 25 départements où le vote Marine Le
Pen est égal ou supérieur à 12,5% des inscrits.
En revanche, il faut remarquer que le recul du vote Le Pen en région parisienne
a commencé dès 2002 (ses scores ne dépassant 12,5% dans aucun département
alors que c´était le cas dans quatre en 1995) et qu´il n´y a pas eu, en 2012, « d´effet
Marine Le Pen » dans les départements d´Ile-de-France sauf en Seine-et-Marne.
5
6
$
-
"
7
$
6
8
9
*
&
'
(
'
:
4
'
;
0
*
/
*
.
$
&
,
5
6
$
-
"
7
$
6
8
9
*
&
'
(
'
:
4
'
;
0
*
/
*
.
$
&
,
5
6
$
-
"
7
$
6
8
9
*
&
'
(
'
:
4
'
;
0
*
/
*
.
$
&
,
5
6
$
-
"
7
$
6
8
9
*
&
'
(
'
:
4
'
;
0
*
/
*
.
$
&
,
5
6
$
-
"
7
$
6
8
9
*
&
'
(
'
:
4
'
;
0
*
/
*
.
$
&
,
5
6
$
-
"
7
$
6
8
9
*
&
'
(
'
:
4
'
;
0
*
/
*
.
$
&
,
L'abstention à la Présidentielle de 2002
(1
er
tour)
<=>?(@(:A69(+
<=>?(@(0C6:(+
L'abstention à la Présidentielle de 2007
(1
er
tour)
011(23
L'abstention à la Présidentielle 2012
(1er tour)
<=>?(@(:167(+
!"#$%&'&#()*(+(
,)#(-*#./-&#
D(91(+
BC(8(B;6;(+
B:(8(B76;(+
:A(8(B06;(+
:9(8(:56;((+
:1(8(:B6;(+
0C(8(0;6;(+
E(0C(+
<=>?(@(0B6;(+
<=>?(@(A6A(+
!"#$%&'(')*+*,-.$&'/&'012+-3$*&#$4'56$-"7$689*&':4';0*/*.$&,
011(23
!"#$%&'&#()*(+(
,)#(-*#./-&#
D(91(+
BC(8(B;6;(+
B:(8(B76;(+
:A(8(B06;(+
:9(8(:56;((+
:1(8(:B6;(+
0C(8(0;6;(+
E(0C(+
011(23
!"#$%&'&#()*(+(
,)#(-*#./-&#
D(91(+
BC(8(B;6;(+
B:(8(B76;(+
:A(8(B06;(+
:9(8(:56;((+
:1(8(:B6;(+
0C(8(0;6;(+
E(0C(+
Vote Marine Le Pen à la Présidentielle 2012
(1
er
tour)
Vote J-M. Le Pen à la Présidentielle de 2007
(1
er
tour)
4%$#(,)(0567(+
07(8(0569(+
0:67(8(096;(+
01(8(0:69(+
567(8(;6;(+
7(8(569((+
:67(896;
1(8(:69(+
Vote J-M. Le Pen à la Présidentielle de 2002
(1
er
tour)
<=>?(@(0065(+
!"#$%&'&#()*(+(
,)#(-*#./-&#
011(23
4%$#(,)(0567(+
07(8(0569(+
0:67(8(096;(+
01(8(0:69(+
567(8(;6;(+
7(8(569((+
:67(896;
1(8(:69(+
011(23
!"#$%&'&#()*(+(
,)#(-*#./-&#
!"#$%&'&#()*(+(
,)#(-*#./-&#
011(23
4%$#(,)(0567(+
07(8(0569(+
0:67(8(096;(+
01(8(0:69(+
567(8(;6;(+
7(8(569((+
:67(896;
1(8(:69(+
Il faut rappeler que la qualification de J-M. Le Pen pour le second tour de la Présiden-
tielle de 2002 a été obtenue avec un score de 11,7% des inscrits à peine supérieur à
celui de 1995 (d´environ 250 000 voix). C´est d´abord le haut niveau d´abstention
(28,4%) qui a créé les conditions de ce « séisme », plus particulièrement à l´Est de la
ligne Le Havre-Valence-Perpignan : dans 16 départements l´abstention dépasse la
moyenne nationale, en particulier en région parisienne alors que ce n´est le cas que dans
celui de la Gironde à l´Ouest.
Sur la carte de 2007, presque tous les départements se caractérisent par un niveau
plus modéré du vote Le Pen et ce, dans un contexte de très faible abstention (inférieure
à 20% dans tous les départements, sauf en Corse).
Au premier tour de la Présidentielle de 2012, le niveau d´abstention est resté assez
faible sur presque tout le territoire national (on ne décompte que 17 départements ayant
un niveau supérieur à 20%, tous situés à l´Est). Ainsi, contrairement aux succès récents
du FN aux Régionales de 2010 et aux Cantonales de 2011, acquis dans un contexte de
très forte abstention (Alidières, 2011), le score de Marine Le Pen de 17,9 % des suf-
frages exprimés au premier tour de la Présidentielle correspond à une réelle progression
en voix de 1,6 millions par rapport à J-M Le Pen en 2002.
5
6
$
-
"
7
$
6
8
9
*
&
'
(
'
:
4
'
;
0
*
/
*
.
$
&
,
5
6
$
-
"
7
$
6
8
9
*
&
'
(
'
:
4
'
;
0
*
/
*
.
$
&
,
5
6
$
-
"
7
$
6
8
9
*
&
'
(
'
:
4
'
;
0
*
/
*
.
$
&
,
5
6
$
-
"
7
$
6
8
9
*
&
'
(
'
:
4
'
;
0
*
/
*
.
$
&
,
5
6
$
-
"
7
$
6
8
9
*
&
'
(
'
:
4
'
;
0
*
/
*
.
$
&
,
5
6
$
-
"
7
$
6
8
9
*
&
'
(
'
:
4
'
;
0
*
/
*
.
$
&
,
Le vote Le Pen et l'abstention (2002-2012)
Le vote Marine Le Pen en 2012 :
au-delà de la reconquête de l'électorat perdu en 2007
!""#$%
&'()*+#*,#-"!-#./0)1,*#2*#3*,4#%(1,+#+'()*+#*,#-""5#
.67/8#2*#3*,4#*,#9#:*+#1,+')1;+8
Evolution du vote Le Pen à la Présidentielle
entre 2007 et 2012 (1er tour)
##############"#####<"=>###<!=>###<-=>###<?=>####<@=>###<>=>##<A=>##<5=>###<B=>
!""#$%
&'()*+#*,#-""5#.67/8#2*#3*,4#%(1,+#+'()*+#*,#-""-
#.67/8#2*#3*,4#*,#9#:*+#1,+')1;+8
Evolution du vote Le Pen à la Présidentielle
entre 2002 et 2007 (1er tour)
#7#5=>####7A=>#####7>=>######7@=>#####7?=>#####7-=>#####7!=>######7"=>#######"#######<"=>###<!=>###<-=>####<?=>###
/(C8#D##<>=-
/(C8#D##7#-=E
L´évolution du vote Le Pen entre 2007 et 2012 fait ressortir une progression im-
portante de plus de 4,5 points en fonction des inscrits dans la plupart des départe-
ments (à trois exceptions près) dans ce qui était considéré comme ses « terres de
mission » à l´Ouest de la ligne Le Havre-Valence-Perpignan. Dans ses « zones de
force » à l´Est de cette même ligne, les gains de Marine Le Pen sont de même am-
pleur le plus souvent. Cependant, les départements de la région parisienne (sauf la
Seine-et-Marne) et du Rhône (représentant au total un potentiel électoral impor-
tant) ont enregistré une moindre hausse.
De plus, la comparaison de cette carte des gains de Marine Le Pen (2007-2012)
avec celle du recul de J-M Le Pen entre 2002 et 2007 montre qu´il a eu bien davan-
tage qu´une simple reconquête de l´électorat capté par N. Sarkozy en 2007, tout par-
ticulièrement dans les départements à l´Ouest de la ligne Le Havre-Valence-Perpi-
gnan où le niveau des pertes avait été moindre que dans l´Est et le Sud-Est.
!
"
#
$
%
&
#
"
'
(
)
*
+
,
+
-
.
+
/
0
)
1
)
2
#
*
3
!
"
#
$
%
&
#
"
'
(
)
*
+
,
+
-
.
+
/
0
)
1
)
2
#
*
3
4%5#6*+,+7)8)3$2#*+1*+09:8$;#)*5#.+!"#$%&#"'()*+-.+/0)1)2#*3.
!""#$%
&'()*+#*,#-"!-#./0)1,*#2*#3*,4#%(1,+#+'()*+#*,#-""-#
.67/8#2*#3*,4#*,#9#:*+#1,+')1;+8
Evolution du vote Le Pen à la Présidentielle
entre 2002 et 2012 (1er tour)
####7?=>###7-=>####7!=>####7"=>#####"#####<"=>###<!=>###<-=>##<?=>##<@=>##<>=>##<A=>####<5=>###<E
!""#$%
&'()*+#*,#-"!-#./0)1,*#2*#3*,4#%(1,+#+'()*+#*,#-""-#
.67/8#2*#3*,#F#G8#/HI)*;4#*,#9#:*+#1,+')1;+8
############7>###7?=>##7-=>##7!=>##7"=>#####"####<"=>##<!=>##<-=>##<?=>##<@=>#<>=>#<A=>#<5=>#<B=>
Evolution du vote «national-populiste»
à la Présidentielle entre 2002 et 2012
(1er tour)
4%5#6*+,+7)8)3$2#*+1*+09:8$;#)*5#.+!"#$%&#"'()*+-.+/0)1)2#*3.
/(C8#D##<#"=5
/(C8#D##<-=?
Le vote Marine Le Pen en 2012 :
quelle progression par rapport à 2002?
C´est en confrontant les scores de Marine Le Pen à ceux de J-M. Le Pen en 2002
que l´on peut observer la réelle progression de ce vote sur l´ensemble du territoire.
Pour mieux mesurer l´effet « Marine Le Pen » il paraît nécessaire de tenir compte du
fait qu´au premier tour de 2002, il y avait également B. Mégret. Il est donc plus per-
tinent de prendre en compte le total « national-populiste » (scores de J-M. Le Pen
et B. Mégret cumulés).
Or, cette carte du différentiel entre les résultats de 2012 et ceux du total Le
Pen-Mégret en 2002 fait apparaître une progression plus contrastée que dans le cas
d´une mise en relation avec les scores du seul J-M. Le Pen à la même date.
Marine Le Pen obtient des gains très nets dans Le Pas-de-Calais (effet de son im-
plantation locale), mais aussi dans la Somme, l´Aisne, la Meuse et surtout en Corse.
Dans ce dernier cas, il faut sans doute y voir une amplification des effets du « tour-
nant régionaliste » observé dès 2007 : « [cette] stratégie régionaliste [permettant]
l´intégration d´une partie d´un électorat nationaliste particulièrement rétif à
l´importance d´une communauté nord-africaine en Corse » (Martinetti, Lefèvre,
2007, p. 253]
Pourtant, tout en obtenant ses plus forts scores à l´Est de la ligne Le Havre-Va-
lence-Perpignan, la reconquête de l´électorat frontiste par Marine le Pen reste in-
complète : 19 des 20 départements en recul depuis 2002 se situent dans cette
moitié orientale. Il peut s´agir, pour une part, de l´effet des changements socio-spa-
tiaux dans des grandes métropoles (embourgeoisement du cæur des villes, « ghet-
toïsation » de certaines communes de banlieue, périurbanisation d´une partie des
classes populaires), mais sans doute aussi des effets persistants de la crise du FN
(scission Le Pen-Mégret de 1998-1999) dans ses « zones de force » des années
1990, non seulement en Île-de-France, mais en Alsace, Rhône-Alpes et même en
PACA.

!
"
#
$
%
&
#
"
'
(
)
*
+
,
+
-
.
+
/
0
)
1
)
2
#
*
3
!
"
#
$
%
&
#
"
'
(
)
*
+
,
+
-
.
+
/
0
)
1
)
2
#
*
3
!""#$%
Evolution du vote «national-populiste»
à la Présidentielle entre 2002 et 2012 (1er tour)
/(C8#D##<#"=5
!
"
#
$
%
&
#
"
'
(
)*
+
,
+
-
.
+/
0)1
)2
#
*
3
!""#$%
Evolution de la proportion de jeunes d'origine étrangère
par rapport à la moyenne nationale (1968-2005)
<"''%#$+"=")33;+1*+>?@+%5+'053
<"''%#$+"=")33;+1*+A%)83+1*+>?+@
<"''%#$+"5&A*8$;+1*+A%)83+1*+>?+@
<"''%#$+"5&A*8$;+1*+>?+@
4%5#6*+,+:B4CCD+E)6()*#+4/FG:<.++!("A'+,+?HIJ+"83
-.+/5=#K+*$+7.+L#)="0"$D+MN*3+O*58*3+19%#)&)8*+;$#"8&2#*PD+!"##$%&'()$D+8QIRSD+C$;+R??T.
&'()*+#*,#-"!-#./0)1,*#2*#3*,4#%(1,+#+'()*+#*,#-""-#
.67/8#2*#3*,#F#G8#/HI)*;4#*,#9#:*+#1,+')1;+8
#7>###7?=>##7-=>##7!=>##7"=>#####"####<"=>##<!=>##<-=>##<?=>##<@=>#<>=>#<A=>#<5=>#<B=>
C´est au contraire à l´Ouest de cette ligne que
se situent les deux tiers des départements ayant
enregistrés les plus forts gains (plus de 2,5
points). Il ne s´agit pas seulement d´un essor du
vote FN dans les départements formant une troi-
sième couronne périurbaine autour de
l´agglomération parisienne. Cela concerne égale-
ment des départements des Pays-de-la-Loire, du
Poitou-Charentes et du Limousin. Il faut y voir les
effets des prises de positions vigoureuses de
Marine Le Pen en faveur du monde rural (y com-
pris de ses services publics).
Mais on doit aussi prendre en compte le fait
que dans la plupart de ces départements, la part
des jeunes d´origine étrangère a très fortement
progressé, y compris dans des villes moyennes de
départements ruraux (Aubry et Tribalat, 2009, p.
434-435).
Enfin, sans en faire le critère unique, il ne fau-
drait sans doute pas négliger le rôle de la progres-
sion de certains délits (notamment les atteintes
contre les personnes depuis le milieu des années
1990) qui affecte aussi de nombreux départe-
ments de l´Ouest (Alidières 2012, p.31 ; 2006,
p.254-257).
3(J)'*,;0I*#
:K0'')(1++*%*,;#
L0)#:HL0);*%*,;#
:*#!EE5#M#-"!"
!""#$%
Evolution des atteintes volontaires
à l'intégrité physique des personnes
de 1997 à 2010
N#!B"#9
!""#M#!5E#9
B"#M#EE#9
A"#M#5E#9#
@"#M#>E#9#
-"#M#?E#9#
!#M#!E#9#
)*'JO
/(C8#D#!"@#9#
!
"
#
$
%
&
#
"
'
(
)*
+
,
+
-
.
+/
0)1
)2
#
*
3
4%5#6*+,+7)8)3$2#*+1*+09:8$;#)*5#.+!"#$%&#"'()*+-.+/0)1)2#*3.
Le vote Marine Le Pen en 2012 :
quelle progression à l'Ouest par rapport à 2002?
100 km
30 000 a 49 999
50 000 a 99 999
100 000 a 199 999
200 000 a 500 000
> 1 000 000
Ta|||e des v|||es en
fonct|on du nombre
d'é|ecteurs |nscr|ts :
0 2,5 5 7,5 10 12,5 15 17,57
scores au prem|er tour en 7 des |nscr|ts
Le vote Marine Le Pen à la Présidentielle de 2012
dans les principales villes
Le vote Marine Le Pen à la Présidentielle de 2012
dans les principales villes et par département
100 km
3 0000 a 49 999
50 000 a 99 999
100 000 a 199 999
200 000 a 500 000
> 1 000 000
Ta|||e des v|||es en
fonct|on du nombre
d'é|ecteurs |nscr|ts :
0 2,5 5 7,5 10 12,5 15 17,57
scores au prem|er tour en 7 des |nscr|ts
4%5#6*+,+7)8)3$2#*+1*+09:8$;#)*5#.+!"#$%&#"'()*+-.+/0)1)2#*3.
Le vote Marine Le Pen dans les principales villes
à la Présidentielle de 2012 (1er tour)
Hoy. = 13,9 7
!
"
#
$
%
&
#
"
'
(
)
*
+
,
+
-
.
+
/
0
)
1
)
2
#
*
3
!
"
#
$
%
&
#
"
'
(
)
*
+
,
+
-
.
+
/
0
)
1
)
2
#
*
3
HAR8E|LLE
N|6E
8TRA8-
ß0URC
LE hAVRE
PERP|CNAN
ßRE8T
H0NT-
PELL|ER
HULh0U8E
ßE8ANÇ0N
6ALA|8
0UNKER0UE
T0UR60|NC
T0UL0N
RENNE8
NANTE8
PAU
ANCER8
PAR|8
RENNE8
NANTE8
L|LLE
HAR8E|LLE
N|6E
T0UL0U8E
ß0R0EAUX
LY0N
8TRA8ß0URC
LE hAVRE
PERP|CNAN
0|J0N
RE|H8
L|H0CE8
ßRE8T
PAU
HETZ
NAN6Y
H0NT-
PELL|ER
LE HAN8
T0UR8
0RLEAN8
ANCER8
HULh0U8E
ßE8ANÇ0N
AH|EN8
6ALA|8
0UNKER0UE
T0UR60|NC
N|HE8
T0UL0N
CREN0ßLE
6LERH0NT-
FERRAN0
AV|CN0N
PAR|8
6AEN
R0UEN
T0UL0U8E
ß0R0EAUX
L|H0CE8
T0UR8
6LERH0NT-
FERRAN0
0RLEAN8
CREN0ßLE
AV|CN0N
LY0N
L|LLE
0|J0N
RE|H8
HETZ
NAN6Y
LE HAN8
AH|EN8
N|HE8
6AEN
R0UEN
Alors que le vote Marine Le Pen est élevé (>15% des inscrits) dans la plupart des villes du
Midi Méditerranéen et assez souvent dans celles du Nord-Pas-de-Calais (à l´exception notable de
Lille et Roubaix), les scores sont de moindre ampleur (entre 7,5 et 12,5%) dans la presque tota-
lité des villes moyennes (de 30 000 à 100 000 électeurs inscrits) situées à l´Ouest de la ligne Le
Havre-Valence-Perpignan : le niveau dans ces villes est d´ailleurs inférieur à celui du départe-
ment dans lequel chacune est située.
Par ailleurs, d´une façon générale dans les métropoles (de plus de 100 000 électeurs ins-
crits), les scores de Marine Le Pen sont inférieurs à 10% des inscrits, à l´Ouest comme à l´Est,
sauf sur le littoral Méditerranéen.
100 km
30 000 a 49 999
50 000 a 99 999
100 000 a 199 999
200 000 a 500 000
> 1 000 000
Ta|||e des v|||es en
fonct|on du nombre
d'é|ecteurs |nscr|ts :
Evolution du vote «national-populiste»
entre 2002 et 2012 à la Présidentielle
dans les principales villes
8cores en 2012 (Har|ne Le Pen} mo|ns scores en 2002 (J-H. Le Pen & ß. Hégret}
en 7 des |nscr|ts.
-5 -3,5 -2,5 -1,5 -0,5 0 +0,5 +1,5 +2,5 +3,5 +4,5 +5,5 +ô,5 +7,5 +8,5
Evolution du vote «national-populiste»
à la Présidentielle entre 2002 et 2012
dans les principales villes et par département
8cores en 2012 (Har|ne Le Pen} mo|ns scores en 2002 (J-H. Le Pen & ß. Hégret}
en 7 des |nscr|ts.
-5 -3,5 -2,5 -1,5 -0,5 0 +0,5 +1,5 +2,5 +3,5 +4,5 +5,5 +ô,5 +7,5 +8,5
100 km
30000 a 49999
50 000 a 99 999
100 000 a 199 999
200 000 a 500 000
> 1 000 000
Ta|||e des v|||es en
fonct|on du nombre
d'é|ecteurs |nscr|ts :
4%5#6*+,+7)8)3$2#*+1*+09:8$;#)*5#.+!"#$%&#"'()*+-.+/0)1)2#*3.
L'évolution du vote «national populiste» entre 2002 et 2012 :
les limites de l'effet «Marine Le Pen» dans les principales villes
Hoy. = + 0,7
!
"
#
$
%
&
#
"
'
(
)
*
+
,
+
-
.
+
/
0
)
1
)
2
#
*
3
!
"
#
$
%
&
#
"
'
(
)
*
+
,
+
-
.
+
/
0
)
1
)
2
#
*
3
RENNE8
NANTE8
L|LLE
HAR8E|LLE
N|6E
T0UL0U8E
ß0R0EAUX
LY0N
8TRA8ß0URC
LE hAVRE
PERP|CNAN
0|J0N
RE|H8
L|H0CE8
ßRE8T
PAU
HETZ
NAN6Y
H0NT-
PELL|ER
LE HAN8
T0UR8
0RLEAN8
ANCER8
HULh0U8E
ßE8ANÇ0N
AH|EN8
6ALA|8
0UNKER0UE
T0UR60|NC
N|HE8
T0UL0N
CREN0ßLE
6LERH0NT-
FERRAN0
AV|CN0N
PAR|8
6AEN
R0UEN
RENNE8
NANTE8
L|LLE
HAR8E|LLE
N|6E
T0UL0U8E
ß0R0EAUX
LY0N
8TRA8ß0URC
LE hAVRE
PERP|CNAN
0|J0N
RE|H8
L|H0CE8
ßRE8T
PAU
HETZ
NAN6Y
H0NT-
PELL|ER
LE HAN8
T0UR8
0RLEAN8
ANCER8
HULh0U8E
ßE8ANÇ0N
AH|EN8
6ALA|8
0UNKER0UE
T0UR60|NC
N|HE8
T0UL0N
CREN0ßLE
6LERH0NT-
FERRAN0
AV|CN0N
PAR|8
6AEN
R0UEN
La carte de l´évolution du vote « national-populiste » entre 2002 et 2012 met au jour
certaines limites de « l´effet Marine Le Pen » dans les villes. C´est d´abord le cas dans
toutes les métropoles (> 100 000 inscrits) où ce vote est presque partout en recul (et
même assez nettement à Lyon, Strasbourg, Toulouse et Marseille), y compris dans celles
du Midi méditerranéen (à la seule exception de Toulon).
A l´Ouest de la ligne Le Havre-Valence-Perpignan, on comptabilise treize villes
moyennes (de 30 000 à 100 000 inscrits) où les scores sont en progression alors que l´on
observe un recul dans quinze autres. En revanche, dans la moitié orientale, il y a un plus
fort contraste : 35 villes ont enregistré des résultats en recul depuis 2002 et seulement 15
villes des gains (le plus souvent assez faibles sauf à Calais et Ajaccio).
En conclusion
Au total, la géographie du vote Marine Le Pen au premier tour de
cette élection présidentielle révèle une incontestable nationalisation de
ce vote, ce qui dépasse la simple reconquête du million d´électeurs FN
ayant voté N. Sarkozy en 2007. Compte tenu de la forte participation,
il s´agit d´une étape importante dans la remobilisation des « absten-
tionnistes intermittents » (Alidières, 2012, p.32-35). La gauche n´a pas
réussi à reconquérir cette partie de l´électorat des milieux populaires
qui s´est mobilisée pour l´offre renouvelée que représente Marine Le
Pen.
Mais cette approche cartographique a permis de faire apparaître
certaines limites à l´ampleur de la « vague bleu marine » de 2012 par
rapport à 2002, non seulement dans les grandes métropoles, mais
également dans certains départements de la moitié orientale et ce,
même si les scores y restent élevés.
A court terme, après sa victoire à la Présidentielle, la gauche peut,
de plus, espérer voir renaître le « pouvoir de nuisance » du FN aux
dépens de la droite dans des triangulaires aux Législatives, même s´il
est probable que le niveau de participation sera moindre, y compris
pour les électeurs « marinistes ». Pour autant, à plus long terme, les
questions que traduit la progression du vote « national-populiste » ne
disparaîtront ni par le maintien d´un simple « cordon sanitaire », ni par
le déni d´une partie du réel (Taguieff, 2012).
Bibliographie :
ALIDIERES Bernard (2006), Géopolitique de l´insécurité et du Front national, Armand
Colin, 344p.
- (2011), Un renouveau du vote Front national ?, Working Atlas mis en ligne sur le site de
l´IFG-Paris VIII
- (2012), « Les temps du vote Front national et de ses représentations », Hérodote
n°144, p.18-37.
AUBRY Bernard et TRIBALAT Michèle (2009), « Les jeunes d´origine étrangère », Commen-
taire, n°126, p.431-437.
GOGUEL François (1986), « Géographie électorale de la France (1849-1986), L´Histoire,
n°94, novembre, p.62-74.
MARTINETTI Joseph et LEFEVRE Marianne (2007), Géopolitique de la Corse, Armand Colin,
262p.
TAGUIEFF Pierre-André (2012), Le Nouveau National-Populisme, CNRS Editions, 121p.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful