Philippe LANGLET

Schibbole th Le blé du ciel
Étude complète d’un mot de la franc-maçonnerie universelle

Éditions de La Hutte BP 8 60123 Bonneuil-enValois
www.editionsdelahutte.com

Avant le passage au Grade de Compagnon, divers Rits anglais, et le RÉAA en France, transmettent au candidat un mot de passe (password) dont on lui apprend que, sans lui et sans la Grippe (the grip1) qui l’accompagne, il ne pourrait aller plus loin. Le mot de passe est ensuite restitué au Garde extérieur (Tuileur) ou au Garde intérieur (Couvreur), lors de la demande d’entrée dans la Loge pour le passage. Les Rits écossais2 et américains3 connaissent une configuration légèrement différente, mais le mot y est aussi appelé mot de passe. À ces Rits, l’accès à la Loge est facilité par un autre type de procédure : un Guide (Conductor) indique que le candidat ne connaît pas le mot mais qu’il le donne « pour lui »4, ou il se porte garant qu’il le possède5. Dans ces

deux cas, on fait confiance au
1. Appelée habituellement en français, « attouchement ». Pourtant, cette appellation ne décrit pas la réalité du processus qui est d’abord une poignée de main fortement assurée. Voir Langlet, 2006 : 17. 2. SCR, Goudielock, SWC, par exemple. Voir les abréviations dans la bibliographie. 3. RIF ; Duncan ; Lester ; Ronayne. 4. Cela se retrouve à la Maçonnerie de la Marque et à l’Arche royale. Existe aussi dans d’anciens rituels français. 5. Une sorte d’écho mémoriel de cette procédure se découvre lors de l’initiation RÉAA, où l’Expert, revenu dans la Loge après avoir placé le candidat face à la porte et prêt à entrer, déclare : « Pour autant qu’un homme puisse se mettre à la place d’un autre et juger de ses pensées intimes, et que la sagacité de cette Respectable Assemblée n’ait pas été prise en défaut, je me porte garant que ce Postulant est libre et de bonnes mœurs ».

7

Schibboleth. Le blé du ciel

Guide. On transmettra ensuite ce mot au candidat en même temps que les autres secrets, Grippe, signes et mot du Grade. Mot et Grippe sont ainsi situés, matériellement ou virtuellement, pour les Rits anglais et le RÉAA, dans un « entre-deux » rituel car, transmis à un Apprenti, à ce Grade, mais à un Apprenti qui va, immédiate- ment après, « passer » Compagnon ou à un Compagnon en train de recevoir les secrets6. Cela ne fait donc pas partie, stricto sensu, du 2e Grade, ni tout à fait du 1er, mais d’un « espace » situé, mentalement7, entre les deux. Ces éléments rituels constituent une charnière, d’une part une clôture du 1er Grade, d’autre part une ouverture sur le 2e. Leur place d’intermédiaire souligne le passage entre les Grades, mais révèle aussi un enseignement qui possède sans doute quelque intérêt. Parfois, des rituels le considèrent comme partie intégrante du 2e Grade, mais aussi du 3e, le Grade de Maître, ce que nous exami- nerons plus bas.

ce qui aurait mieux décrit l’action et sa durée. Une autre sorte de passage. Jean de La Fontaine. 8 .6. 7. aurait écrit : « il était recevant les secrets ». Symboliquement. en somme. utilisant encore des gérondifs français.

Pierre Guillaume s’interroge sur l’ori. les . Quelle période constitue-t-elle. même.I Hypothèses remarquables Dans un article de 1997. Il considère ainsi que le Grade de Compagnon est « venu tout droit de la Maçonnerie Opérative » et. mais il admet sans réserves la vulgate2 selon laquelle la spéculative serait héritière directe de l’autre. pour lui. qu’il a constitué le « seul Grade de la Maçonnerie spéculative à ses débuts ».gine de ce mot de passe1 : viendrait-il de la maçonnerie opérative ou de la Maçonnerie spéculative ? Il n’en sait rien.

Dachez. André Kervella ne s’interroge pas seulement sur le mot. Guillaume. Mais l’au. En 2002.débuts ? Cela serait sans doute utile de le préciser car son affirmation n’est pas très exacte. « il ne perdit pas en route Schibboleth.teur convient ensuite que. 2. 1999. lui aussi : « Il est tout de même étrange que le mot 1. il s’étonne. malgré tous les changements apportés au rituel. 9 . son maître mot ». 1997.

on risque d’établir. pour l’usage qui lui paraît le mieux adapté.turel britannique ». soit Schibboleth3 ». sans nuances d’aucune sorte ». maintenant que nous connaissons les entours du paysage socioculturel britannique de la première moitié du dix-septième siècle.Schibboleth. en s’étonnant toujours. Fonder sa réflexion sur une telle nébuleuse conceptuelle n’est pas sans provoquer la plus grande perplexité.plexité4 ». qu’il « est également étrange que pendant longtemps. En effet. pourquoi Schibboleth ? Même en se fondant sur l’hypothèse d’une telle « mouvance ». En outre. des stuardistes tapis derrière chaque buisson.taires. C’est un point qu’il ne . un élément extrait de la Bible et le « paysage sociocul. pour le coup. en outre. d’étranges relations entre les objets proposés à l’étude dans les rituels. Il apparaît une seule fois au douzième verset du livre des Juges. reconnaissons tout d’abord que n’importe quel groupement a le loisir d’adopter les mots qu’il désire. avant d’ajouter : « Mais pourquoi Schibboleth ? Au vrai. ce mot est un apax (sic) dans les écritures vétérotestamen. Le blé du ciel de Compagnon. Qu’y a-t-il réellement d’étrange ? Ce mot l’est-il plus que les noms de colonnes ? L’auteur ajoute aussitôt. n’est pas sans provoquer une grande per. À voir. en les cherchant là où bon lui semble. les Maçons issus de la mouvance stuardiste se traitent de Compagnons. dans les Loges spéculatives. dans un contexte qui. André Kervella mélange sans complexe.

2002 : 70. il sort apparemment de l’objet de son étude. Ibid. car n’ap. Kervella. seul.partenant pas à un schéma qui serait à peu près « une Maçonnerie dont les rituels ne seraient qu’un détail ». 4. provoque une 3. 10 . Cela. : 70-1.relève jamais.

par les familiers d’Ashmole. voir d’Adamson avant lui6 ».phes sur le sujet en regroupant différentes notions sans en préciser la provenance et en y associant un « devoir sacré de l’homme libre5 » qu’il est difficile de lier nettement à Schibboleth. Ajoutons. c’est de penser qu’un mot. En 2008. Guillaume. que la maçonnerie de pratique ait joué un quelconque rôle dans son adoption par la Maçonnerie. Gabut fait deux courts paragra. Au contraire d’A. nous pensons d’abord que l’emprunt est délibéré.Hypothèses remarquables grande perplexité. comme P. Kervella qui affirme « Le fait que le mot se retrouve dans les bagages maçonniques de la modernité ne signifie pas de manière absolue qu’il est le fruit d’un emprunt délibéré à la geste biblique. . ou de quelques autres. Ce qui est renversant. Il a raison de souligner quelques lignes plus bas : « mieux vaut se garder d’être péremptoire sur quoi que ce soit ».-J. J. Si la question de l’origine du mot et de son rôle dans le rituel nous préoccupent. d’Adamson. surtout lorsque l’on n’est pas familier des techniques de l’exégèse biblique. et enfin que l’on peut très bien se passer d’Ashmole. ni même qu’il y ait une quelconque filiation entre les deux types d’organisation. si vénérés soient-ils. Nous ne pensons pas non plus que cela soit dû à un quelconque contexte politique ou social. ensuite qu’il est utilisé dans une optique de transformation spirituelle. nous ne pensons pas.

2008 : 74-75.qu’il a donné quelques lignes plus haut comme un hapax. Ibid. c’est-à-dire un mot si rare qu’il en est unique. Gabut. : 71. 11 . puisse ne pas être choisi de manière délibérée. 6. Il nous semble que l’on ne choisit jamais une telle rareté par 5.

sert à enseigner quelque leçon spiri. comme ce le serait d’un mot si ordinaire qu’il en devien. cela nous semble révéler une incompréhension de l’axe de lecture.drait invisible. lorsqu’il semble exister (c’est le cas de l’épisode de Juges). sans en ajouter dans l’énigmatique. Un rituel est un texte à double sens (au moins) où le factuel. Le blé du ciel mégarde.Schibboleth.tuelle. . Outre l’inversion du problème. mais il est normal qu’il en soit ainsi lorsque l’on veut tout prouver par l’histoire factuelle et que l’on a élaboré un modèle où ce genre d’objet n’a pas réellement de place. Toutes ses hypothèses renversent les données de la question. Les rituels n’empruntent pas au biblique pour parler à mots couverts de politique ou de social… Y en aurait-il d’ailleurs besoin ? Le langage politique est déjà obscur en soi.

Le blé du ciel Parole .Schibboleth.

76 .

(Annexe s) 77 .

Schibboleth. Le blé du ciel Schibboleth de la Bible anglaise aux rituels .

du mil ieu sécurité concentré unité adjonction union .(Annexe s) Schémas de représentation possibles > Schibboleth retour Fleuve --------------------------------------------------------------Gal aad Éphraïm Mot Souffle Flux Vibration agitation conflit mort matériel humain – erreur secret périphérie extérieur danger épars multipl icité disjonction éloignement Vibration Flux Fleuve Seuil Frontière Escalier demeure Mot stabil ité paix vie spirituel divin + vérité révél ation centre ch.

79 .

scripture4all. Le blé du ciel Shibboleth et ses occurrences.org/OnlineInterlinear/Hebrew_Index. hébreu-anglais Les extraits bilingues sont empruntés à : http://www.Schibboleth.htm Gn 41 Jg 12 Jb 24 80 .

(Annexe s) 81 .

org/OnlineInterlinear/Hebrew_Index.htm 82 . Le blé du ciel Is 27 Ps 69 Note.scripture4all. Les extraits bilingues sont empruntés à : http://www.Schibboleth.

(Annexe s) 83 .

N. ramille d’oli. 1382 1530 1534 1535 1535 1546 1550 1560 1610 1611 1700 1707-16 XVIII e Landstrass Flowing or tempest of waters spica espy Eare of corne Ear of corn épi Épi ÉPI Épi Épi Épi Épi Épi Épi Épi Ear of grain Ruisseau.vier 84 . W Dict. rivière Ruisseau COURS D’EAU Eau courante Rivière. d’Etaples Luther (p) Tyndale (p) Coverdale (p) Vulg. progeny Fleuve. Dict. TOB Semeur NBS RGProj Derrida Mot 1 stachys sebboleth seboleth Seboleth Schiboleth Schiboleth Schiboleth Scibboleth Schibbóleth Shibboleth Scibboleth Shibboleth Schibboleth Schibboleth SCHIBBOLETH chibboleth Chibboleth Chibolet Chibolet Schibboleth Shibboleth Chibboleth Shibboleth Schibboleth/ stachys Schibboleth M 2 tebboleth teboleth Chebolet Siboleth Siboleth Siboleth Sibboleth Sibbóleth Sibboleth Sibboleth Sibboleth Sibboleth Sibboleth SIBBOLE TH Sibboleth Sibboleth Sibbolet Sibbolet Sibboleth Sibboleth Sibboleth Sibboleth Sens 1 de M1 (épi. bibl. cours d’eau Torrent Courant d’une rivière Torrent Fardeau Fall of waters Burden 1932 1992 1923 1973 1979 1988 2000 2002 2004-7 1984 Sibboleth Épi de blé. Torrent Torrent Sion. Crampon Osty Segond 79 BJ.III e e Version s. Le blé du ciel Tableaux Schibbolet/Sibbolet Date Bibles . Septante Vulgate Wycliff Lef. DE LA S. rameau ?) spica Eer of corne espy Eher am Korn Sens 2 de M1 Sens M2 III-IV s.Schibboleth. SxClem (c) BDLv (c) GB (p) BDR (c) KJV (p) BPR (c) Calmet (c) E. B (C) bibl.

Nombreux comme les épis de bled : plenty (« abondance ») et ear of corn (« épi de blé ») de TCE. tourbillon. Note. courant d’une rivière épi à côté d’un cours d’eau Abondance fleuve An ear of corn near to a fall of water Il n’y a pas de blé RDB IRL 1763 1775 1782 1784 1785 1788 1801 1813 1816 1830 1952 1962 RDG RSO RER RDC RF RF GME GTilly RE Vuill. épi (>p) plenty épi épi épi Épi de blé Torrent. REAA REAA REAA14 Schibboleth Schibboleth Skibollete/ Kibolete Schibolet Schibolet Schibboleth Schibboleth S… Schibboleth Schibboleth Shibboleth Schibboleth Schibboleth Schibboleth Shibboleth fleuve (>c) : bible catholique . 85 . (>p) : bible protestante. 1760.(Annexe s) Date Rituels 1744 1745 1747 1747 1758 1760 Version FLH OFT DEM TOL ELM TCE Mot 1 Schibboleth Schibboleth Schibboleth Schibboleth schibolet Shibboleth Mot 2 Sens 1 de M1 Sens 2 de M1 Sens M2 Note Épi de blé Ear of corn (plenty) Fall of water (>p) Peace and plenty an ear of corn and a fall of water Sibboleth Shiboullete Épi de blé (>c) Épi de blé sans barbe/ Épi de froment (>c) Nombreux comme 169 les épis de bled (>c) épie plein de bled (>c) Nombreux comme les épis de bled.

Schibboleth. GLDF 86 . Tableau 2e Grade. Le blé du ciel Figure 3.

GLNF 87 . Tableau 2e Grade.(Annexe s) Figure 4.

Le blé du ciel Figures 5. Tableau anglais 1 88 .Schibboleth.

Tableau anglais 2 89 .(Annexe s) Figures 6.

Polyptique du Jugement Dernier de Rogier Van der Weyden . Le blé du ciel Figure 7.Schibboleth.

Paris. Les Juges. La Bible d’Alexandrie. ALPHABET HÉBREU – http://fr. BARRAL. New York. Cerf.guage: Fourth Edition.wikipedia. Delta.Bibliographie et sources Internet AHD – 2000. Traduction des textes grecs de la Septante. The American Heritage Dictionary of the English Lan.org/wiki/Alphabet_hébreu BA – 1999. abbé Pierre .

Cerf-Desclée de Brouwer. Musier et Auxerre. La Bible de Jérusalem.– 1756. géographique et moral de la Bible : pour servir d’introduction à la lecture de l’Ecriture Sainte. Paris. historique. Avec guide de lecture. 1756. BJ – 1979. 91 . 3e éd. François Fournier. Paris. de l’École biblique de Jérusalem. Dictionnaire portatif. La Sainte Bible traduite en français sous la dir.

Fac simile. et des Juifs. Pierre. BPI – 1540. The Complete Ritual of the Ancient and Accepted Scottish Rite 4th through 32nd Degrees. D. Nismes. Emery-Saugrain-P. pour servir d’Instruction à l’Histoire Écclésiastique de M. Kila. CALD. [1540]. Biblia picturis illustrata. BRIQUEL-CHATONNET. Beaume. Dom Augustin – 1721. Parisii. M. l’Abbé Fleury. Commentaire littéral sur tous les Livres de l’Ancien et du Nouveau Testament. BORDREUIL. Histoire de l’Ancien et du Nouveau Testament. XL. & Hebraerum commentariis. Le temps de la Bible. Cambridge University Press. 26 vol. – Scotch Rite Masonry Illustrated. Françoise – 2000. Paris.Schibboleth. 1653. 2003 – Cambridge Advanced Learner’s Dictionary. Paris. P. et doctis interpretationibus. London. Kessinger Publishing. Ex officiam Petri Regnault. – 1780. d. Le blé du ciel BLANCHARD. Fayard. s. CALMET. Martin. J. . Breves in eadem annotationes.Vulgata.

92 . London. The Early French Exposures.CARR. Harry – 1971. Harry Carr. 2076. The Quatuor Coronati Lodge No. éd.

T. « Problèmes de la sémiologie narrative des textes bibli. CRAMPON.ques ».net/bible/217. CHALLONER . CHOPINEAU. de 1923) Argentré du Plessis.F.htm . Chanoine d’Amiens. Les éditions du Prieuré . C. La Sainte Bible.catholicfirst. Éd. http://www. Augustin – 1923.com/bibl edrv. rév. – 1971. Langages. Douay-Rheims Version… Revised by Bishop Richard Challoner. par les Pères de la Cie de Jésus avec la collab.Bibliographie et sources Internet CHABROL. Richard – The Holy Bible. Les rituels du duc de Chartres.cfm CHARTRES – 1997.205. Traduction d’après les textes originaux par l’Abbé A[ugustin] Crampon. de S. de l’éd. (Reprod. Jacques – Guématries : http://prolib. DACHEZ. Sulpice. Paris. Didier-Larousse. 1784. n° 22. juin 1971. Roger . D. de Prof. 1997.guematries. consulté 2007.

Galilée.– 1999. Paris. Schibboleth pour Paul Celan. « Les origines de la Maçonnerie spéculative : état des théo.avril-juillet 1999. Jacques – 1986.ries actuelles ». DERRIDA. Paris. n° 118-119. Renaissance traditionnelle. 93 .

La Bible. – 1987.. Grands Rapids (Michigan). Dictionnaire des symboles maçonniques. Jean-Jacques – 2008. J. Jérusalem. L’Ancien Testament. Pierre Mortier. Bibliothèque de la Pléiade. et Tenney Merill C. coll. La Désolation des entrepreneurs modernes du Temple de Jérusalem. DUNCAN. « Pierre philosophale ». DOUGLAS.. based on the NIV. Léonard – 1747. Édouard – 1956. FERRÉ. Harwood Heights. . D. Malcolm C. Rocher. Douglas. Dhorme éd. New International Bible Dictionary. Gallimard. GABANON. TENNEY Merill C. Le blé du ciel DHORME. D. GABUT. Charles T. Duncan’s Masonic Ritual and Monitor or Guide to the Three Symbolic Degrees of the Ancient York Rite. Powner. Les Symboles de la franc-maçonnerie..Schibboleth. É. éd. Ou Nouveau Catéchisme des FrancsMaçons. Zondervan. J. Paris. Jean – 1997. – 1974.. Monaco.

Paris. Pierres vivantes. 94 . 1560. en fac simile. mots. Lazarus Ministry Press. GENEVA BIBLE – 1560. 1rst Edition. Dervy. Geneva Version. couleurs et nombres. Réimp. 1998. The Bible.Signes. The Bible and Holy Scriptures… 1rst Printing.

Bouquins. GOUDIELOCK – Rituel Goudielock. Guide des Maçons écossais ou Cahiers des trois Grades symboliques du Rit ancien et accepté. 18**.n. Alexandre-Auguste – 1813. André-Marie – 1989. Fac simile de l’édition originale du Comte Alexandre Auguste de Grasse-Tilly.. GRIMM.d. n° 1. Dictionnaire de la Bible. s.. Pierre – 1997. – 2006. Guide des Maçons écossais. GME – 1820. Éditions À l’Orient. 2003]. La chaîne d’union. R. Paris. s. éd. « Propos iconoclastes sur un symbole du Grade de Compa. Pierre Noël. Jacob et Wilhelm – 1991. Kinder-und Hausmärchen.l. GRASSE-TILLY. Paris. . [Paris. s. Grand Format. Sinope. 1er trimestre. GUILLAUME. Flammarion. Thuileur. Rite Ecossais Ancien et Accepté et Rite Moderne. Edimbourg.gnon ». Paris. Paris.Bibliographie et sources Internet GÉRARD. Laffont. Les contes.

n° 14.HAUDRY. 95 .péennes. Etudes Indo-euro. Lyon. « Saint Christophe. saint Julien l’Hospitalier et la “traversée de l’eau de la ténèbre hivernale” ». Jacques – 1985.

Paris.de/~Harsch/Chronologia/Lspost04/Hiero . – www. F. London. Paris. Ars Quatuor Corona. – 2002. Philippe – 2006. GF-Flammarion. A. coll. JACQUES DE VORAGINE – 1967. André.hsaugsburg. La Légende dorée. Hebraice Sophetim : http://www. Vetus Testamentum. Liber Iudicum.com/sacrednamebiblecom/kjvstrongs/ STRHEB7 6. n° 87. Les textes fondateurs de la Franc-Maçonnerie. Dervy.nymus/hie_vv07. – 2009. KJV Strong. 2076. La passion écossaise. Les sources chrétiennes de la légende d’Hiram. KERVELLA. Dervy. – 1974. Transactions of the Quatuor Coronati Lodge No. Le blé du ciel HIERONIMI VULGATA – Bibliotheca Augusticana. Paris. « Bibliothèque de la . C. « Bibliothèque de la FrancMaçonnerie ». vol. Paris.torum. « Masonic Passwords ». Dervy.html#12 JACKSON.htmlbible. London.htm#S76 41 LANGLET.Schibboleth. coll.

96 . Ralph – 1993. Powner Co. Charles T. Chicago. Look to the East! A Ritual of the First Three Degrees of Masonry.Franc-Maçonnerie ». LESTER.

NDB – 1992. NAUDON. Trad. Monaco. Nouveau dictionnaire biblique. Le Rocher.Bibliographie et sources Internet MILLE ET UNE NUITS – 2004. Paris. Société biblique française-Alliance biblique universelle. Jean-Claude – 2006. Flammarion. Osty avec la collab. SCDF. Paris. Dervy. Paul – 1993. . – 1973. La Bible. « Initiation ». rituels et tuileur des Hauts Grades Maçonniques.Supplément. de J. et augm. Ordo ab chao. Paris. Seuil. NBS – 2002. Saint-Léger (Suisse). française sur les textes originaux par E. OAC 32 – 2006. Garnier Flammarion / Littérature étrangère.**Le Compagnon Écossais. E. Édition d’étude. Villiers-le-Bel. coll. MONDET. Paris. Histoire. rév. N° 32 . OSTY. Trinquet. « Aperçus sur la légende d’Hiram ». Les mille et une nuits. Nouvelle Bible Segond. éditions Emmaüs. La Première lettre.

Genève-Paris. « Nouvelle bibliothèque initiatique ». abbé Gabriel-Louis – [1745]. coll. 97 . 1980. 1745. L’Ordre des Francs Maçons trahi et Le Secret des Mopses révélé. Slatkine.PÉRAU. Rééd.

Vladimir – 1970. RDM – 1783. Paris. Michel de – 1973 : « Le Discours de Ramsay ».d. London. s.]. Sephir H’Debarim. Paris.. Facsimile edition [1879-80]. 1984 . Points de vue initiatiques. Points Essais. Emulation Ritual. 9th revised edition. d’après le Ms de 1783 [5783]. Paris. P. Ordo ab chao. pages 71-98. RE – 1992. Le Régulateur du Maçon. PROPP.nelle. . Lewis Masonic. Le Régulateur du Maçon ou les trois Grades et les quatre ordres supérieurs. Rouvray. – 2004. À l’Orient. Washington. Grande Loge de France. Seuil. Renaissance Tradition. n° 57. éd.Schibboleth. Le blé du ciel PIKE. The Book of the Words. n° 31-32. Aperçus sur la légende d’Hiram. Morphologie du conte. 1785/« 1801 » [Mollier. Supplément. Le Prieuré. RAMSAY. RDG – « Le rituel du marquis de Gages ». The Scottish Rite Research Society. 1973. Albert – 1999. n° 32. Paris.

Rituel du Rite Écossais Rectifié.RÉR – 1782. 98 .

Paris. Edmond – 1991. [pseud. London. Télètes. Le sens caché des rituels et de la symbolique maçonniques. À l’Orient. RIF – A Ritual and Illustrations of Freemasonry Accompanied By Numerous Engravings and a Key to the Phi Beta Kappa. Michel. Ronayne’s Handbook of Freemasonry with appendix. Paris. Chicago. Mollier éd. Apprenti. W. RF88 – Recueil des Trois Premiers Grades de la Maçonnerie. Reeves (réédité par Kessinger Publishing Co). « Bibliothèque de la Franc-Maçonnerie ». Compagnon. Dictionnaire du Rite Écossais Ancien et Accepté. SAINT-GALL. Segal. . Au Rite Français. Charles T. RONAYNE. Dervy. Michaël] – 1996. Hébraïsmes et autres termes d’origine française. 1788. Roger – 1999. 2001. P. coll. Paris. Maître. étrangère ou inconnue. Powner.Bibliographie et sources Internet RICHARD. Dictionnaire maçonnique.

Scottish Craft Rituals. 1954-1998. [Première édition : George Kenning & fils. Réimp. Lewis Masonic. 1870]. 99 .SCR – 1998.

STUTTGARTER VULGATA . La Sainte Bible. Benton. Jean – 2007.html . éd. 2000 – 2001. SEPTANTE SCHOENBERG – Schoenberg Center for Electronic Text & Image http://dewey. Sir Lancelot C. s.. Édi.l. Bible d’étude. Société biblique de Genève. SEPTANTE BENTON – 2001. – 1519 http://www. Nouvelle édition de Genève 1979.Schibboleth. Genève-Paris. The Septuagint with Apocrypha : Greek and English. Hendrickson Publishers.library. Traduite des textes originaux hébreu et grec par Louis Segond. Bonneuil-en. Éditions de la Hutte.wlbstuttgart. Cléon d’Andran. Version revue. Louis – 1979.de/referate/theologie/vulg1519.edu/sceti/ SOLIS. coll.upenn.L. SEMEUR.Valois. Version Semeur 2000. docteur en théologie. Tous les rituels de la Grande Loge d’Écosse. Le blé du ciel SEGOND. [1979] 1995.tions Excelsis. « Franc-Maçonnerie ».

SWC – 1982. 10 0 . Shepperton. [1967] 1982. Lewis Masonic. The Scottish Workings of Craft Masonry.

G. Courbevoie.sefarim. Cahen. Grande Loge régulière de Belgique. La Bible. VIRGILE . « Rituel inédit de langue française. Bruxelles. Paris. Les cahiers de la Loge de recherches Villard de Honnecourt.fr/ ToB – 1997. Cerf-Société Biblique française.judeopedia. Mesorah Publications. http://www. Traduction œcuménique. Jean-François – 1991. by Rabbi Nosson Scherman. AkademMultimédia. Jean (De Win. Paris. Flammarion. Traduction de S.. daté de 1758 » (Élément de la maçonnerie [ELM]). « Rituel de la Stricte Observance (1775) ». VAN GENNEP. intégrale. Jean) – 2000. La formation des légendes.N. Ed. Judeopedia. Acta Macionica n° 10 : 77-144.org/ – Sefarim. n° 23. – 2007. Éd.L. Paris. Ltd. VAN WIN. Paris. The Tanach. http://www. Traduction du Rabbinat. VAR.F. New-York.Bibliographie et sources Internet TANACH – 2002. Arnold – 1992.

Dervy-Livres. Paris. Paris. Manuel maçonnique ou Tuileur des divers rites de Maçonnerie pratiqués en France. Garnier.– 1960. Claude-André – 1975. 2 Tomes. 10 1 . L’Énéide. VUILLAUME.

Editions et Imprimeries « Je Sers » http://456-bible.htm . Le blé du ciel VULGATA – 1861. – 1932. en 1932).Schibboleth.fr/westphal/1. Anno 1861. à partir de l’original éd. . Vulgatae Editionis. Sixti V et Clementis VIII. Issy-les-Moulineaux. C. Vercellone Editore. A.chez-alice. WESTPHAL. Dictionnaire biblique.

. Premières occurrences .........Table des matières Introduction .................................. IV................. X.................. L’emprunt maçonnique . 1................. L’abondance et la paix .................................................. II........ Le passage VIII............................. 7 9 1 3 2 7 3 1 3 4 5 4 8 4 8 5 1 5 4 5 7 6 0 6 3 6 8 ............................... La Chambre du milieu ....................................................... ....... VI........................................... Le défaut de prononciation ......... III......... Le mot 2............................................ VII................................... Hypothèses remarquables ................................................................... La source biblique ....................... Les notions ................................. L’épi de blé .................................. V............. Le courant d’eau IX............ 3..................... Le sens du mot dans la Bible ............... I...... Le mot de passe 4..........

70 Bibliographie ..................lh-com................................... 91 maquette réalisée par LHcom www.... Autres illustrations du thème .........................fr ................... ...............XI.......

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful