L’audit comptable et financier

:
Concepts de base :
L’audit : est l’examen professionnel d’une information en vue d’exprimer sur cette information une opinion responsable et indépendante par référence à un critère de qualité. L’ audit financier : examen critique et méthodique effectué par un professionnel indépendant en vue d’exprimer une opinion motivée sur la régularité et la sincérité des états financiers de l’entreprise . L'audit interne : est à l'intérieur d'une entreprise (ou d'un organisme), une activité indépendante d'appréciation du contrôle des opérations ; il est de l'entreprise (ou de l'organisme). C'est, dans ce domaine, un contrôle qui a pour fonction d'estimer et d'évaluer l'efficacité des autres contrôles. Le contrôle interne : consiste en l’ensemble des sécurités contribuant à la maîtrise de l’entreprise. Il a pour but d’assurer la protection et la sauvegarde du patrimoine, la qualité de l’information, l’application des instructions de la direction, et de favoriser les performances. Le contrôle des comptes : s’agit de s’assurer de l’enregistrement exhaustif des mouvements de valeurs appelés « flux » Les opérations peuvent se classer en : -Flux réels : biens matériels -Flux monétaires ou financiers : valeurs monétaires -Flux externes : opérations avec les tiers -Flux internes : transactions internes. Il est nécessaire que l’organisation comptable puisse assurer la fiabilité des enregistrements et des comptes annuels qui en découlent. Ces enregistrements sont effectués à l’intérieur d’un certain nombre de cycles : achats-fournisseurs, ventes-clients, stocks, paiepersonnel, immobilisations, trésorerie. Le système du contrôle interne de chaque cycle doit permettre de s’assurer que pour chaque fonction:

1

Achatsfournisseurs

Ventesclients

Stocks

• Tous les achats (matières et services) de l’entreprise sont correctement autorisés et comptabilisés • Les achats comptabilisés correspondent à des dépenses réelles de l’entreprise • Ces dépenses sont faites dans l’intérêt de l’entreprise et conformément à son objet • Tous les avoirs à obtenir sont enregistrés • Toutes les dettes concernant les marchandises et services reçus sont enregistrés dans la bonne période • Les programmes pris par l’entreprise et devant figurer dans l’annexe sont correctement repris • Tous les produits expédiés et services rendus sont facturés et enregistrés sur la bonne période • Les prix pratiqués (bruts, remises, ristournes……) sont dûment autorisés • Les créances sont recouvrées avec célérité • Tous les risques de pertes sur vente sont provisionnés • Tous les stocks de l’entreprise sont comptabilisés • Ces stocks sont correctement évalués (valeur brute et valeur nette) • Ces stocks sont correctement protégés • Les engagements hors bilan concernant les stocks sont correctement saisis. • Les personnes figurant sur le livre de paie ont bien droit à leur rémunération • Les rémunérations sont correctement calculées • Le paiement des rémunérations se fait dans une sécurité suffisante • Toutes les charges relatives au personnel sont correctement comptabilisées • Les dispositions légales en matière de personnel sont respectées • Toutes les immobilisations sont correctement autorisées et comptabilisées • Toutes les immobilisations sont correctement évaluées • La protection des actifs est assurée • Les engagements hors bilan concernant les immobilisations sont correctement saisis • Toutes les recettes sont intégralement et rapidement remises en banque • Les effets sont correctement suivis • Toutes les recettes sont comptabilisées • Tous les règlements émis par l’entreprise sont justifiés, autorisés, transmis à leurs bénéficiaires et comptabilisés

Paiepersonnel

Immobilisatio ns

Trésorerie

2

augmenté de toutes les charges directes ou indirectes de production. Cette valeur s'entend : . Les règles d’évaluation: coût d’acquisition coût de production valeur vénale évaluation à l’inventaire  évaluation à l’arrêté des comptes 1° l’immobilisation corporelles : Les immobilisations sont inscrites au bilan pour leur valeur d'origine. .Cycle des immobilisations : I. 3 . l'entreprise établit un plan d'amortissement. l'usage. Les plus-values constatées entre valeur actuelle et valeur d'entrée ne sont pas comptabilisées. dont l'application permet de calculer la valeur comptable nette de ces biens. . le cas échéant. c'est-à-dire du coût d'achat des matières ou fournitures utilisées.pour les immobilisations créées par l'entreprise. de la valeur d'apport . Les moins-values constatées entre lesdites valeurs sont prises en compte dans les conditions suivantes :  pour les biens dont le potentiel des services attendus s'amoindrit normalement avec le temps.pour les immobilisations apportées à l'entreprise.pour les immobilisations acquises par l'entreprise. droits de douane. -Pour l'arrêté des comptes : 1. des frais accessoires tels que frais de transport. le changement des techniques ou toute autre cause. ainsi que des frais d'installation et de montage . 2. du coût réel d'achat augmenté. du coût réel de production. par des tiers. le cas échéant révisable.

soit d'une provision si la dépréciation n'est pas jugée définitive. ils sont enregistré au prix pour lequel ils ont été acquis.  pour les autres biens corporels et incorporels. 3° les immobilisations en non valeurs : La valeur d’entrée est constituée par la somme des charges et le montant total des primes de remboursement des obligations. il est procédé à la constitution. Si la valeur actuelle d'un bien est notablement inférieure à la valeur ainsi calculée. à la constitution d'une provision lorsque la dépréciation n'est pas jugée définitive. soit d'un amortissement exceptionnel. • A tout autre date leur valeur correspond à ce qu’un chef serait prêt à décaisser pour l’acquérir. le reliquat du plan d'amortissement étant modifié en conséquence.Les titres de participation : •A la date d’entrée. -les autres titres immobilisés : A la date d'entrée. 2° les immobilisation financières : •les titres de participation. -Les valeurs mobilières de placement : L’évaluation est établie titre par titre en retenant comme valeur d’inventaire une valeur qui tient compte des perspectives d’évolution générale de l’entreprise dont les titres sont détenus. dont la valeur actuelle est notablement inférieure à la valeur comptable. ils sont enregistrés au montant pour lequel ils ont été acquis. Pour l’amortissement il constitue l’étalement par report sur plusieurs exercices d’une charge déjà subie ou consommée. il est procédé pour ces titres à une estimation de valeur à l’inventaire. il est procédé pour le montant de la différence constatée. A la clôture de chaque exercice. . • les valeurs mobilières de placement. 4 . • les autres titres immobilisés. Sa valeur actuelle est présumée nulle.

•Des conditions d'amortissements de cette rubrique. remboursement obligations Prime de des Imputation Inspection de documents Exhaustivité Confirmation directe Réalité Calcul arithmétique 5 . Charges à répartir sur plusieurs exercices * 213. -La distinction entre charges et immobilisations est correctement effectuée. Comptes * 212.II. 1°les immobilisations en non valeurs : Objectifs du contrôle : S'assurer : •Que tous les frais sont inscrits dans ce poste conformément aux principes comptables. -Elles appartiennent à la société . III. surtout si l'entreprise projette la distribution de dividendes. Le contrôle interne : Objectifs : •Toutes les immobilisations sont correctement autorisées et comptabilisées •Toutes les immobilisations sont correctement évaluées •La protection des actifs est assurée •Les engagements hors bilan concernant les immobilisations sont correctement saisis . -Elles sont correctement enregistrées . -Elles sont correctement évaluées . le contrôle des comptes : Objectifs : S'assurer : -Qu'elles existent . Frais préliminaires Objectifs Exhaustivité Réalité Imputation Techniques Revue analytique (1) Inspection de documents * 212.

Amortissement des immobilisations incorporelles 3° les immobilisations corporelles : Objectifs du contrôle : Calcul arithmétique •Vérifier l'enregistrement de toutes les entrées au patrimoine au coût d'acquisition. -Que l'amortissement des éléments susceptibles d'être amortis est calculé de façon constante. Brevets.Exactitude * 281. Amortissement des non – valeurs Réalité Exactitude Calcul arithmétique 2°les immobilisation incorporelles : Objectifs du contrôle : S'assurer : -Que tous les frais engagés sont inscrits conformément aux principes comptables. -Qu'il n'existe aucune perte latente par rapport aux valeurs nettes comptables. Immobilisations en R &D * 222. •Vérifier l'existence des immobilisations •Vérifier le mode de calcul des amortissements et leurs conformité avec la législation en vigueur. Contrôle de l’existence 6 . Fonds commercial *282. droits et valeurs similaires Objectifs Existence Réalité Existence Propriété Existence Permanence Techniques Revue analytique Confirmation directe Inspection documents Inspection documents de de * 223. Comptes * 221. •S'assurer que les immobilisations en cours concernent des projets non encore achevés. marques.

procès-verbaux du Conseil d'Administration. paiements). –En cas de cession d'un bien immobilisé dans les 5 ans de l'acquisition. Acquisitions –Vérifier les principales acquisitions de l'exercice physiquement et avec les contrats. Cessions –Vérifier que la valeur brute et les amortissements ont été sortis des comptes et du fichier. •obtenir des explications pour tout écart important. les budgets d'investissements et les justificatifs (commandes. s'assurer que les coûts imputés sont corrects.–Si la société procède à un inventaire physique : •examiner les procédures suivies. Contrôle de la propriété •Vérifier les titres de propriété de la société en ce qui concerne les terrains et les immeubles et s'assurer qu'ils ne font pas l'objet d'une sûreté réelle. factures. –Vérifier le respect des règles fiscales en matière de comptabilisation de l'amortissement 7 . •assister à la prise d'inventaire. –Au cas où il y a eu production d'immobilisations par l'entreprise. Amortissements –Vérifier que la charge d'amortissement de l'exercice a été correctement calculée et enregistrée. vérifier le reversement de T.A.V. •vérifier que le fichier et les comptes sont mis à jour. –En tout état de cause vérifier l'existence physique des actifs importants.

Constructions Objectifs Existence Propriété * 233.Amortissement des Exactitude Calcul arithmétique immobilisations corporelles *3481. Installations Exhaustivité techniques. matériel de Exactitude bureau et aménagement divers * 238.N.A. des Valeur Calcul arithmétique immobilisations corporelles Coupure * 6513. Immobilisations corporelles en cours *283. Créances/ cession Réalité Inspection de d'immobilisations corporelles documents Valeur * 6193. matériel et outillage * 234. PC des Réalité Inspection de immobilisations corporelles documents Valeur Techniques Inspection physique Inspection de documents 4°les immobilisations financières : Objectifs : -S'assurer que les montants inscrits au bilan en titres de participation. Autres immobilisations corp.A. en titres de placement et en comptes courants reflètent l'ensemble des titres appartenant à la société. * 239.E.Comptes * 231. -S'assurer que les montants inscrits au compte de résultat représentent bien l'intégralité des produits. des Valeur Calcul arithmétique immobilisations cédées Exactitude * 7513. -S'assurer que les soldes figurant au bilan concernent des montants à recevoir entièrement recouvrables et résultant d'opérations effectuées dans le cadre de l'activité normale de l'entreprise. 8 . V. Matériel de transport Validité * 235. D. gains ou pertes imputables à l'exercice. Terrains * 232. Mobilier.

-S'assurer que toutes les charges et tous les profits relatifs à ces comptes ont été correctement comptabilisés. ainsi que les cours dans la période postérieure. L'approvisionnement • C’est une fonction d'exécution tournée vers l'intérieur de l'entreprise. 9 . si des titres importants sont détenus par des tiers. -S'assurer de leur libération. –Rapprocher les dotations et reprises de provisions pour dépréciation des comptes courants avec les mouvements au bilan. Contrôle de l'existence et de la propriété -Vérifier l'existence des titres et procéder à une demande de confirmation directe. Réévaluation –S'assurer que la valeur des titres réévalués ne s'est pas dépréciée. –Obtenir des confirmations directes de tous les soldes débiteurs et créditeurs. examiner les cours de la Bourse du dernier mois. les achats et le marketing achats. Contrôle de l'évaluation –Pour les titres cotés. • La relation fournisseur est à court terme. Cycle des Achats Fournisseurs la fonction achats se décompose en trois sous fonctions majeures : les approvisionnements. -En faisant ce contrôle s'assurer que les titres sont au nom de la société et ne font l'objet d'aucune aliénation. –Apprécier s'il y a lieu de constituer une provision pour risque. Contrôle de la validité des enregistrements comptables –Vérifier que la classification est conforme au Plan Comptable.

des mesures usuels de contrôle interne nécessaires. -Tous les achats ainsi que les produits et charges connexes sont enregistrés dans la bonne période -Toutes les charges ainsi que les produits et charges connexes sont correctement imputés. 2°Déclenchement de la commande .l’évaluation du contrôle interne : Les objectifs du contrôle interne du cycle : -Tous les achats sont saisies et enregistrés (exhaustivité). -Tous les paiements sont autorisés et correctement enregistrés. -Toutes les factures enregistrées correspondent à des achats réels effectués (réalité).  Chacune de ces phases implique un ensemble d’objectifs à atteindre.L'achat • C’est une fonction d'acquisition de ressources matérielles de l'entreprise tournée vers l'extérieur. 3°Réception des biens ou services . 5°Mise en paiement des factures. entraînant des risques potentiels. C’est une fonction de gestion des ressources matérielles de l'entreprise à long terme. totalisés et centralisés. Les principales caractéristiques du cycle Achat/Frs : Le cycle achats-fournisseurs est caractérisé par un certain nombre de phases qui peuvent se présenter comme suit : 1°L’expression des besoins . • Le marketing achats • La relation fournisseur est à moyen terme. 4°Enregistrement des achats et des dettes fournisseurs . -Tous les achats enregistrés sont correctement évalués. 1°L’expression des besoins Objectifs: Risques Mesures usuelles du contrôle interne 10 . Aspect comptable : -Charges d’exploitation (61) -Fournisseurs et comptes rattachés (441) I .

-Suivi des besoins qui n’ont pas donner lieu à une demande d’achat. -Le déclenchement d’achat par une personne non habilité. -Pas d’achats inutiles.potentiels: -procédure formalisée  recenser systématiquement et périodiquement les besoins de l’entreprise. 2° Déclenchement de la commande : Objectifs: Les achats doivent être réalisés dans les conditions optimales de: Qualité Prix Délai Risques potentiels: -Le déclenchement d’achat à des prix > au marché. .mise en œuvre des tests . du Frs ( cas versement d’acompte). -s’assurer que tte Cde a fait l’objet d’une DA. -Besoins correctement déterminés. 3° Réception des biens ou services : Objectifs: Risques potentiels: Mesures usuelles du contrôle interne 11 . -lancer un contrôle de gestion vérifier si l’entreprise a les moyens Fin.existence d’une séparation de fonctions. -Le recours à des fournisseurs qui ne présentent pas de garanties suffisantes. -Commandes correctement lancées. -Rupture de stock -Constitution de stocks pléthoriques. -Le déclenchement d’achat en l’absence d’une trésorerie suffisante. . de lancer un tel achat. -Existence de pouvoirs pour validation des DA. les meilleurs prix possibles. Mesures usuelles du contrôle interne -procédure d’appel d’offre qualité égale. -prise de connaissance de la situation Fin.

•Les biens réceptionnés doivent être commandés •Les quantités et spécificités doivent être mentionnées sur la commande •Les biens ne sont pas endommagés •Le délai de livraison doit être respecté •Les réceptions doivent être enregistrées •Constitution de stocks inutiles •Constitution de stocks pléthoriques ou rupture de stock •Réception de biens endommagés •Défaut d’enregistrement des réceptions -la comparaison systématique des réceptions avec les commandes correspondantes.. -la mise en place d’une procédure pertinente et rapide de validation des factures : rapprochement des factures avec les bons de réception et les bons de commande. -la mise en œuvre de procédure de relance des fournisseurs en retard .. Garantir un enregistrement correct des dettes et des achats dès la réception des biens ou services 12 . -le maintien d’une compétence suffisante du personnel chargé de saisir les factures . -la mise en œuvre périodique d’un contrôle de l’interface entre le journal des achats et la comptabilité générale.la transmission systématique au service comptable de toutes les factures .. 4°Enregistrement des achats et des dettes fournisseurs Objectifs: Risques potentiels: •Perte des factures reçues •Difficultés de recensement des factures non parvenues •Retards de traitement des factures •l’enregistrement de fausses factures •problèmes informatiques Mesures usuelles du contrôle interne . de réception et de contrôle qualité -la définition de pouvoirs d’acceptation des réceptions. -la séparation des fonctions de commande. et la mise en œuvre d’une procédure de traitement des écarts . -l’enregistrement systématique des entrées dans le système informatique. pour détecter d’éventuelles anomalies informatiques dans les transferts d’information .mise en place d’un processus de détermination des réceptions non encore facturées .

8° s’assurer que les dettes en devises sont converties au taux de clôture et que la différence de change figure dans le compte « écart de conversion actif ou passif ». 4°procéder à une confirmation directe des soldes fournisseurs et effets à payer.5°Mise en paiement des factures Objectifs: Risques potentiels: Mesures usuelles du contrôle interne •Les factures doivent être conformes à la commande et correspondre à une livraison effective •les factures sont payées dans les délais contractuels et ne sont payés qu’une seule fois •Prestation non satisfaisante. -la définition de pouvoirs en matière de bons à payer et la mise en place d’un contrôle de ces pouvoirs . 6° pointer le compte fournisseurs et effets à payer avec la balance Frs ou avec le total de l’échéancier des effets à payer. ou qui ne concerne pas l’entreprise •le paiement avec retard de factures validées. 7° vérifier que les comptes Frs débiteurs correspondent à des avances et acomptes versés et sont classés à l’actif du bilan. 5°pointer le compte 441 avec le GL et les comptes annuels. non réalisée. 3° effectuer une recherche du passif non enregistrés à la date de l’inventaire. les factures fournisseurs reçues et non enregistrées. 2° vérifier la séparation des exercices en examinant le journal des achats . II.le contrôle des comptes du cycle A/F : 1° comparer la balance des comptes individuels avec celle des exercices précédents et enquêter sur les changements inattendus. -le déclenchement des règlements sur la base de factures originales et l’estampillage des factures payées. les factures des fournisseurs sur des périodes précédant et suivant immédiatement les dates de clôtures et vérifier que les opérations ont été comptabilisées dans le bon exercice. 13 . les bons de réception .

-Les opérations de trésorerie sont correctement enregistrées (enregistrements comptables des opérations de trésorerie) . c’est-à-dire examiné les éléments justificatifs joints. Les signatures autorisées  Les personnes qui disposent de la signature des chèques agrégées auprès des banques.Cycle de trésorerie : I-Le contrôle interne : le système de contrôle interne sur la trésorerie doit obtenir l’assurance que : -Les paiements sont faits à des fins autorisées et par un nombre limité de personnes (contrôle des paiements) . -Les encaissements font l’objet d’un suivi (contrôle des encaissements) .  Paiement par caisse : 14 . lorsque est possible. Établissement des chèques ou des ordres de virement Les chèques présentés aux signataires doivent être barrés et établis au nom des bénéficiaires nommément désignés (donc non « au porteur » ou « en blanc ».  Les signataires ne doivent pas avoir accès à la préparation et à l’enregistrement des chèques et. -Les actifs liquides sont suffisamment protégés du vol ou du détournement (protection et conservation des valeurs) . Examen et annulation des pièces justificatives Les personnes ne doivent signer les chèques qu’après avoir vérifié leur bien-fondé. -La trésorerie est gérée de manière efficace (évaluation du contrôle interne). ces pièces doivent être annulées par une mention de paiement inscrite manuellement ou avec l'aide d'un tampon. le contrôle des paiements :  le paiement par chèque ou par virement : II est important que tous les chèques émis soient signés uniquement par des personnes autorisées. que soient prévues des pièces justificatives attestant leur bien fondé. La responsabilité de leur conservation jusqu’au moment où ils sont envoyés à leurs destinataires incombe aux signataires ou à des personnes en dépendant directement. Ils ne doivent en aucune circonstance être retournés à la personne qui les a préparés . une fois le chèque correspondant aux pièces justificatives émis. doivent être limitativement désignées . enfin que leur enregistrement et leur expédition soient menés rapidement et correctement.

 L’encaissement par caisse : On peut distinguer deux catégories d’encaissements : –Ceux effectués par des agents de l’entreprise (livreurs. la livraison de la marchandise et le paiement du client à la caisse du lieu d’émission. Toute différence au-delà d’un seuil de tolérance fixé doit faire immédiatement l’objet d’investigations et éventuellement d’un rapport à une personne responsable. sous déduction éventuelle d’un montant fixe autorisé par la direction et destiné à assurer son « fonds de roulement » (et qui devra être justifié par des pièces comptables). autorisées en comparant les signatures y figurant avec les modèles dont il dispose préalablement . ont été dûment concernée. afin de leur nature ou le service de l’entreprise justifier la dépense. un principe fondamental de contrôle interne est que les encaissements reçus ne doivent pas être affectés directement au paiement des dépenses le contrôle des encaissements :  L’encaissement par chèque : Le courrier doit parvenir non décacheté à un service « réception de courrier » ou au secrétariat de direction dont les membres ne doivent avoir en aucun cas accès à la trésorerie et au compte « clients » . En matière d’opérations de caisse. Enfin. II. le suivi comptable de l’opération et le transfert des fonds. …) ou par des tiers . le bénéficiaire doit obligatoirement signer un reçu que lui préserve le caissier et que celui-ci conservera. selon pièces qui lui sont présentées. c’est-à-dire . le caissier remet immédiatement en banque les fonds ainsi collectés sans les imputer au paiement des dépenses.le contrôle des comptes : 1°s’assurer que toutes les recettes sont enregistrées et encaissées 15 . les salaires et les remboursement de frais . notamment pour les avances. Tous les fonds reçus doivent être remis rapidement au caissier principal. Les contrôles à prévoir porteront ensuite sur les deux phases constitutives d’une vente au comptant.Les signatures autorisées Examen et annulation des pièces justificatives Les autorisations de dépenses peuvent Le caissier doit s’assurer que les être le fait de personnes différentes. Il doit également s’assurer de l’identité du bénéficiaire. –Ceux provenant des ventes de marchandises au comptant en usines. Une personne des services comptables n’ayant pas accès à la trésorerie compare alors le total de la bande d’enregistrement relative aux transactions de la journée avec les sommes reçues par le caissier ou avec le bordereau de remise en banque remis au trésorier (compte tenu du fonds fixe de roulement). d’une part.les chèques doivent être systématiquement barrés et doivent mentionnés le bénéficiaire. Le vendeur doit aussi envoyer ses fonds à la fin de chaque journée. d’autre part. dépôts ou magasins. représentants.

revoir le journal de caisse pour la période et s’assurer que le solde du bilan est correcte. 7° Revoir les recettes et les dépenses d’importance exceptionnelle à la fin de l’exercice. les journaux bancaires et les journaux de caisse.2° s’assurer que les paiements sont saisis et comptabilisés 3° s’assurer que toutes les recettes enregistrées correspondent à des recettes réelles 4° s’assurer que les règlements comptabilisés correspondent à des dépenses réelles 5° Appliquer la procédure de confirmation directe pour les soldes. 9° Pointer les montants inscrits au bilan avec le grand livre. 16 .. 6° vérifier les rapprochements bancaires établis par l’entreprise. 8° faire un comptage des espèces en caisse à la data de clôture de l’exercice. prêts bancaires et découverts.

II)Evaluation des stocks II-1. doivent être rattachés aux immobilisations auxquelles elles sont destinées. II-2.le coût d’acquisition du prix d’achat facturé +des charges accessoires II-1-2.les biens fongibles 17 . ou revendus en l’état ou après transformation sont considérés comme stock 3)Par contre. bien qu’ils ne soient pas commodément identifiables. ne sont pas compris dans les stocks. • Les emballages récupérables dont la durée prévisible d’utilisation dépasse un an à leur entrée en patrimoine.L’audit des stocks I)Les règles d’évaluation: I)Règles de base concernant les stocks 1)Seuls les biens dont l’entreprise est propriétaire font partie des stocks 2)Tous les biens destinés à être consommés au premier usage. les services extérieurs. sauf les dépenses d’administration générale. • des charges directes de production telles que les charges de personnel. les frais de recherche et développement et les frais financiers. et être amorties selon la même durée de vie. le coût réel des stocks s’entend : • du coût d’acquisition pour les biens acquis à titre onéreux • du coût de production pour les biens produits par l’entreprise. mais en immobilisations : • Les pièces de rechange qui ne peuvent être affectés que pour l’entretien et la réparation de matériels spécifiques. sans aucune autre utilisation possible. les amortissements. Conformément aux méthodes d’évaluation.Le coût de production Le coût de production des biens en stock est composé : • des coûts d’acquisition des matières et fournitures utilisées. • Des charges indirectes raisonnablement rattachées à la production de l’élément. II-1-1.les biens spécifiques et identifiables Les biens spécifiques et identifiables sont évalués à l’inventaire en fin d’exercice à leur coût réel.

Les biens fongibles (interchangeables) sont évaluées selon la méthode du coût moyen unitaire pondéré ou du FIFO (premier entré. 18 . matières et fournitures consommables ou de produits fabriqués. Tous les mouvement s de stock sont saisis et enregistrés Absence de maîtrise des flux physiques risque de perte pour l'entreprise •Mise en place systématique de documents standards pré numérotés pour suivre les mouvements de stocks. Nomenclature Les comptes de stocks sont répartis entre les postes suivants : 311 marchandises 312 matières et fournitures consommables 313 produits en cours 314 produits intermédiaires et produits résiduels 315 produits finis Fonctionnement La comptabilité des stocks est différenciée selon qu’il s’agisse d’achats de marchandises. • •Rapprochement régulier des quantités théoriques avec le stock physique. • •Identification régulière des stocks détériorés ou périmés et mise en place d'une procédure de mise au rebut. premier sorti). • •Utilisation de ces documents standards pour la mise à jour des stocks comptables et suivi des séquences. I)Méthode de l’inventaire intermittent « Cette méthode fait intervenir des écritures comptables envisagées au début et à la fin de l’exercice » II. Ces méthodes sont les seules admises par la loi comptable et la législation fiscale.Méthode de l’inventaire permanent Principaux objectifs de l’audit des stocks OBJECTIFS D'AUDIT RISQUE POTENTIEL PROCÉDURES ENVISAGEABLES POUR SE PRÉMUNIR CONTRE CES RISQUES 1.

• •Suivi spécifique et identification physique des stocks détenus pour le compte de tiers. • •L'existence d'un inventaire permanent ou de fiches de stocks tenues en quantité et en valeur . d’un Méthodologie de l’inventaire physique 19 . • •Suivi spécifique des stocks détenus par des tiers. de transfert. Le système de contrôle interne de fonction achat. Les risque fiscal stocks sont Actif fictif correcteme Risque de perte nt ultérieure évalués L’ auditeur intervient : Avant l’ inventaire physique  Connaissance préalable d’un ensemble d’informations. séparation des tâches . lieux de stockage et processus de production .2)Tous les stocks enregistrés sont protégés et appartienn ent à l’entreprise Actif fictif ou Surévalué : Risque de perte et de détérioration •Procédures d'inventaire physique claires et fiables. • •L'existence de procédures permettant de déterminer le prix du marché ou le prix de réalisation nette . • •Qualité des conditions de stockages. • •Une revue régulière des stocks obsolètes endommagés ou à faible rotation et la constitution de provisions adéquates. de sortie. • •Contrôle de l'accès aux zones de stockage. •Justifier à tout moment la décomposition des coûts de revient et permettre leur rapprochement avec les coûts réels .. 3. de production pré numérotés ou non. production (existence de bons d’entrée. vente. La gestion des stocks (existence de fiches de stocks. •Couverture d'Assurance. (Stocks.

( planifier son intervention. • vérifier que les informations fournies dans l’annexe et concernant les stocks.  Visite préalable sur les lieux d’inventaire. II) Rappel des contrôles types : a) Vérification des quantités : 20 . préparer un programme de travail adapté tenant compte des particularités de l’entreprise ) Au cours de l’ inventaire : il veiller sur le respect des :  Application des instructions de l’inventaire  Sondages sur les quantités  Indépendance des exercices : Après l’ inventaire : L’auditeur doit s'assurer que les résultats de comptage ont été correctement utilisés pour établir l'état des stocks servant de base à la valorisation.  Programme et planning. Une visite des lieux de stockage avant l’inventaire permet à l’auditeur de s’assurer que les articles sont correctement rangés pour pouvoir être recensés dans de bonnes conditions. Instructions de prise d’inventaire . sont suffisantes.inventaire permanent informatisés ou non… . L’auditeur s’assure que les instructions comportent les informations nécessaires pour permettre la fiabilité de la saisie des quantités et des autres informations.  Évaluation des instructions. Ce contrôle s'effectue de la manière suivante :  Vérification de la centralisation des fichiers de comptage :  Suivi des sondages et informations relevées :  Vérification du respect de la séparation des exercices à partir des éléments relevés lors de l'inventaire Méthodologie d’audit des comptes Stocks et encours I) Objectifs du contrôle des comptes : • S’assurer que les montants inscrits dans les comptes annuels représentant tous des produits physiquement identifiables qui appartiennent à l’entreprise . • S’assurer que ces produits sont évalués au plus bas du coût de revient ou de la valeur nette réalisable .

aux organismes sociaux. d’après l’état récapitulatif. + Rapprocher les montants inscrits en entrées et sorties de stocks au grand-livre avec les achats (partie concernant les stocks). AUDIT DE LA PAIE I)GENERALITES LE SALAIRE DE BASE=nombre d’heures normales x taux horaire normal Taux horaire supplémentaire= Taux horaire normal * (1+ taux de majoration) L’enregistrement de la paie se divise en trois phases : •L’enregistrement des rémunérations nettes •L’enregistrement des charges patronales •L’enregistrement du règlement des sommes dues au personnel. à l’état.• Rapprocher les informations relevées de lors l’inventaire de l’état final des stocks. vérifier avec les factures que les coûts d’acquisition utilisés (calculés soit au prix moyen pondéré. +S’assurer que les coûts retenus pour la valorisation des stocks ne se situent pas au dessus de la valeur nette de réalisation. soit suivant l’hypothèse premier entré-premier sortie) incluent bien les frais de transport. invendables ou à rotation lente est suffisante. • Au cas ou les inventaires physiques ont eu lieu à une date antérieure à celle du bilan : + Pointer les montants du grand-livre à la date de l’inventaire avec les états récapitulatifs valorisés des stocks à cette date. II)Audit de la paie Audit de conformité : L’audit de conformité permet d’apprécier la conformité des pratiques de l’entreprise aux règles applicables internes ou externes. légales ou 21 . avec la balance générale et les comptes annuels. En cas d’inventaire tournants : b) Valorisation : Pour les matières et marchandises. c) Dépréciation : + S’assurer que la provision pour dépréciation des stocks en mauvais état. d) Enregistrement comptable : Pointer le montant des stocks. douane…ou éventuelles réductions obtenues des fournisseurs. la production (sorties des stocks pour entrées en production et sorties de production pour entrées en stocks) et les ventes.

réglementaires ou conventionnelles : c. •S’assurer que les personnes figurant sur le journal de paie ont bien droit à leur rémunération . •S’assurer que les niveaux de rémunérations ont été approuvés .et de porter un jugement sur la qualité des informations et des processus. Assurer l’application des accords d’entreprise et des procédures internes •S’assurer que les séparations de fonctions sont suffisantes entre service de la paie et service du personnel . •S’assurer de l’exactitude des calculs . •S’assurer que le paiement est effectué dans des conditions de sécurité suffisantes.conventionnelles. Objectifs du contrôle interne Audit d’efficacité •Les résultats obtenus sont-ils conformes aux objectifs fixés ? • Les résultats ont –ils été obtenus au moindre coût ? Les niveaux de contrôle L’audit d’efficacité s’exerce par un contrôle à cinq niveaux: •La cohérence des procédures avec les choix de l’entreprise en matière de politique de rémunération •La cohérence des pratiques en matière de rémunération avec l’ensemble des autres aspects de la gestion sociale •La cohérence interne des procédures de gestion et d’administration des rémunérations •La pertinence des procédures •l’efficience des procédures Domaines Les principales missions des audits d’efficacité comprennent les domaines suivants: •l’audit des qualifications et des classifications : classification des emplois en vigueur+Les mécanismes de révision de la grille 22 . Assurer le respect des dispositions légales. •S’assurer que le temps payé correspond au temps dû. Garantir la qualité de l’information : confidentialité et sécurité d’accès aux bases de données b. Objectifs a.

des programmes et des pratiques en matière de rémunération. résultent uniquement des transactions réalisées dans l'exercice comptable considéré.elles conformes aux objectifs poursuivis par l’entreprise. •L’audit de l’image interne et de la prise en compte des aspirations des salariés . •L’audit de l’équité . •L’audit de la structure de la masse salariale . III)ANALYSE DES COMPTES Audit de la paie à PFAIZER 23 . des rémunérations effectives. de l’intéressement. du salaire indirect. -Les politiques de rémunération sont. à sa stratégie sociale ? -La traduction des grands choix de la politique de rémunération en plans et en programmes est –elles réalisée ? Les missions confiées à l’auditeur concernent : •L’identification des politiques. •L’audit de la maîtrise de la masse salariale . de la rémunération des commerciaux l’audit stratégique •L’audit stratégique correspond à une double préoccupation. Compte de résultats: s’assurer que les charges et produits inscrits et ayant pour origine les droits et les obligations de l'entreprise vis-à-vis de son personnel.•l’audit •l’audit •l’audit •l’audit •l’audit de l’individualisation des rémunérations. •L’audit de la reconnaissance. L’analyse se fait au niveau du: Bilan: s’assurer que les comptes de tiers inscrits au bilan et provenant des transactions avec le personnel sont correctement évalués et bien classés.

 Que stio nnai FAIBLESSES APPARENTES RELEVEES EFFETS POSSIBLES RECOMMANDATIO NS Utiliser le système de pointage numérique en coopération avec la base de données de la sécurité pour faciliter la tâche aux responsables du service paie Se conformer à la procédure mise en place. relance. Le pointage par cartes magnétiques n’est pas appliqué comme mentionné dans la procédure Les personnes absentes ne sont pas susceptibles d’être détectées par leurs supérieurs en cas de non vérification Les avances octroyées au personnel pour déplacements ne sont pas rendues à terme en cas de non usage Alourdissement des charges de l’entreprise re du contrôle interne  Faiblesses et recommandations Cycle ventes-clients I)Généralités 24 . puis en dernier lieu appliquer des retenues sur la paie.

le traitement et l’exécution de la commande. Objectif d’Exhaustivité des Enregistrements des Ventes 25 II) Contrôle interne . elles doivent être converties sur la base du dernier cours de change à la date d’inventaire . Pour les créances en devises. Le suivi des comptes clients. Le suivi des retours.Les services concernés •Service : « Administration des ventes » Traitement et suivi de l’exécution de la commande clients •Service « Approbation des crédits » Donne son approbation avant le traitement de la commande + le contentieux •Service « d’expédition » S’assurer qu’aucune marchandise n’est livrée sans autorisation correspondante (OL. Le suivi des encaissements. date de l’accord des parties ou de paiement de l’avance ou l’acompte). Les étapes du cycle L’acceptation. Pour les créances en devises. Règles d’évaluation À l’entrée : La valeur d’entrée est égale au nominal de la créance. ordre de travail). une provision pour dépréciation doit être constituée sur la base de la perte probable future. •Service « comptes clients » -Il enregistre les factures ventes. La facturation. -S’assure que le total enregistré correspond bien aux éléments transmis par le service « facturation ». sinon. •Service « facturation » Établit les factures à partir d’informations communiquées par les autres services. la contrepartie en dirhams au cours de change du jour de l’opération (date de facturation en général. sa valeur actuelle est égale à sa valeur d’entrée . L’enregistrement des factures. À l’inventaire : Si le règlement final d’une créance paraît certain.

Les bons de réception ne sont émis que pour des Mses retournées par le client pour avoirs. Objectif de l’Evaluation Correcte des Enregistrements Garantir que : 26 . Toutes les factures de vente sont comptabilisées dans le journal des ventes et en comptabilité auxiliaire Clients Un bon de réception est émis pour tout retour de Mses par le Client.S’assurer que : Un bon d’expédition est émis pour toute expédition de Mses. Des factures ne sont pas émises et des ventes ne sont pas comptabilisées pour des Mses non expédiées . Il n’y a pas de double émission ou comptabilisation d’avoirs pour un même retour sur ventes ou un même rabais accordé. Les retours de Mses pour émission d’avoirs sont distingués des autres retours. Les factures de ventes ne comportent pas d’erreurs de quantités de Mses expédiées ou prestations effectuées. Le Sce facturation est informé de toute expédition de Mses ou de toute prestation de Services Des factures sont émises ou que le client est informé pour tout produit expédié ou toute prestation de Sces rendue facturable. Le service expédition n’émet pas de bons d’expédition pour des produits non expédiés. Il n’y a pas de double facturation de la même vente ou de double comptabilisation de la même facture. Tous les avoirs sont comptabilisées dans le journal des avoirs et en comptabilité auxiliaire Clients Objectif de Réalité des Enregistrements S’assurer que : Les Mses sont expédiées au bon client. Toute prestation de Services facturable rendue par le personnel de la Sté est enregistrée.

Il n’y a pas d’erreurs de codification des ventes ou avoirs pour imputation aux comptes de comptabilité auxiliaire ou analytique.Les bons prix unitaires de vente sont utilisés sur les factures. Les multiplications des quantités par les prix unitaires sont exactes. Les bons d’expéditions et les factures de ventes reflètent les dates réelles des opérations. La comptabilité est informée rapidement de tout retour de Mses pour avoir ou de tout crédit accordé . Il n’y a pas d’erreurs de codification des ventes pour imputation aux comptes du grand-livre. Il n’y a pas sur les avoirs d’erreurs sur le nom et le code Client. Les avoirs sont comptabilisés sans délai dans le journal des avoirs Objectif de Spécialisation des Exercices Objectif de l’Imputation Correcte des Enregistrements S’assurer que: Il n’y a pas sur les factures de ventes des erreurs sur le nom ou le code Client. Objectif de Totalisation Correcte des Enregistrements Quelles sont les procédures manuelles et informatiques mises en place par la société pour s’assurer qu’il n’y a pas d’erreurs de totalisation des ventes et des avoirs? 27 . ainsi que sur la description des Mses retournées . Les bons prix sont utilisés pour les avoirs. Que prévoie la société pour vérifier que: La facturation est faite sans délai chaque fois que des Mses sont expédiées ou des prestations de Services sont rendues. Il n’existe pas d’erreurs de calculs dans les autres éléments monétaires figurant sur les factures des ventes ou sur les relevés mensuels. ainsi que sur la description des Mses expédiées ou des prestations de services rendues. Les avoirs et les fichiers de données mentionnent les dates réelles d’opérations.

Le programme d'audit standard porte d'une part sur le travail à effectuer à l'intérim. Suivi des encaissements. Le programme d'intérim type se présente en deux parties : Les objectifs à atteindre : • •S'assurer que les produits 28 . Enregistrement des factures. Suivi des comptes "Clients".Objectif d’ Enregistrements et de Centralisation Corrects des Ventes et Avoirs Comptabilisés S’assurer que : Il n’y a pas d’erreurs de centralisation des totaux des journaux de ventes ou d’avoirs aux grands livres. Il n’y a pas de double enregistrement ou centralisation dans le grand livre ou en comptabilité auxiliaire Principales caractéristiques du contrôle interne Acceptation. •S'assurer que les comptes de tiers inscrits au bilan et provenant des opérations de ventes sont correctement évalués et bien classés. et d'autre part sur celui à effectuer à l'audit final. traitement et exécution de la commande. Pour cela l’auditeur adopte un programme d’audit dit le programme d’audit standard. Facturation. Les principales phases du cycle ventes se présentent comme suit : La qualité du contrôle interne repose sur certains principes de base : •La séparation des foncions •La matérialisation des taches •La prénumérotation des documents papier •La mise en place de contrôles particuliers pour les situations exceptionnelles III)Contrôle des comptes et charges inscrits au compte de résultat et provenant des opérations de ventes résultent uniquement de l'enregistrement intégral des transactions réalisées dans l'exercice comptable considéré.

Un programme de vérification matérielle à utiliser en cas de contrôle interne déficient ou lorsqu'une approche par tests de conformité est jugée inopportune. C’est un programme de base avec tests de validation et de conformité qui a pour objectif de vérifier : 1) Constatation des produits : expédition. comptabilisation 2) Exactitude arithmétique 3) Notes de crédit 4) Recouvrement et encaissement 5) Constatation des produits – livraisons 6) Constatation des produits – facturation 29 . •2. facturation.•1. Un programme de base comportant des tests de conformité qui doivent être adaptés à la situation spécifique du client audité.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful