Nathalie Talec

Cet ouvrage a été publié à l’occasion de l’exposition « Nathalie Talec » qui s’est tenue au MAC/VAL du 10 octobre 2008 au 18 janvier 2009 Exposition Commissaire : Frank Lamy Assistant : Julien Blanpied Montage : Art Frontline Catalogue Responsable éditoriale : Julie David Design graphique : deValence Traduction anglaise : Charles Penwarden Relecture : Julie Houis (français), Bronwyn Mahoney (anglais) Impression : Stipa (Montreuil, France)

© MAC/VAL 2008 ISBN : 978-2-916324-42-5 Dépôt légal : octobre 2008 Tous droits réservés. Toute reproduction, même partielle, de cet ouvrage est interdite sans l’autorisation préalable de l’éditeur, de l’auteur et de l’artiste. Diffusion/Distribution Le Comptoir des indépendants T. +33 (0)1 56 93 45 10 – F +33 (0)1 56 93 45 19 . http://gazette.lecomptoirdiff.com Couverture : Autoportrait avec paire de lunettes pour évaluation des distances en terre froide, 1986.

This book was published on the occasion of the exhibition « Nathalie Talec » held at the MAC/VAL from 10 October 2008 to 18 January 2009 Exhibition Curator: Frank Lamy Assistant: Julien Blanpied Installation: Art Frontline Catalogue Chief editor: Julie David Graphic design: deValence English translation: Charles Penwarden Copy editing: Julie Houis (French), Bronwyn Mahoney (English) Printing: Stipa (Montreuil, France)

© MAC/VAL 2008 ISBN: 978-2-916324-42-5 Dépôt légal: octobre 2008 All rights reserved. No part of this book may be reproduced without the prior authorization of the publisher, the author and the artist. Diffusion/Distribution Le Comptoir des indépendants T. +33 (0)1 56 93 45 10 – F +33 (0)1 56 93 45 19 . http://gazette.lecomptoirdiff.com Frontcover: Self-Portrait with Glasses for Assessing Distances in a Cold Land, 1986.

Nathalie Talec

Depuis son ouverture, le MAC/VAL, musée départemental d’Art contemporain en Val-deMarne, propose une rencontre différente avec l’art, le plaçant au cœur des interrogations humaines. Espace d’expression des artistes, de confrontation de la population avec l’art de son temps, il offre à chacun par des voies originales et inédites de construire sa compréhension du présent et sa vision de l’avenir. C’est avec une grande fierté que le Conseil général porte le développement d’un équipement qui révèle jour après jour toute la singularité de son action. Christian Favier, président du Conseil général du Val-de-Marne

MAC/VAL Place de la Libération F-94400 Vitry-sur-Seine T. +33 (0)1 43 91 64 20 – F +33 (0)1 43 91 64 30 . www.macval.fr Jeanne Seban, direction générale adjointe des services départementaux, pôle éducation-culture Corinne Poulain, direction de la culture Conservateur en chef : Alexia Fabre Secrétaire générale : Emmanuelle Tridon Responsable administrative et financière : Doris Gulot Expositions temporaires : Frank Lamy Régie : Pascal Guiomar, Tristan Lacheau, André Lejeune, Alexandre Rondeau Communication : Sébastien Delot Action culturelle : Muriel Ryngaert Action éducative : Stéphanie Airaud Centre de documentation : Céline Latil Éditions : Julie David

Ever since it opened, the MAC/VAL (Contemporary Art Museum of the Val-de-Marne department) has made it possible to experience art in a new way, placing it at the heart of human concerns. A space for artistic expression and a place where the general public can discover the art of its time, it permits everyone to forge both an understanding of the present and a vision of the future by taking original, hitherto unexplored avenues. The Departmental Council is very proud to support the development of an institution that day in day out demonstrates the uniqueness of its enterprise. Christian Favier, President of the Val-de-Marne Departmental Council

MAC/VAL Place de la Libération F-94400 Vitry-sur-Seine T. +33 (0)1 43 91 64 20 – F +33 (0)1 43 91 64 30 . www.macval.fr Jeanne Seban, assistant director of the departmental services, education and culture section Corinne Poulain, cultural director Head curator: Alexia Fabre Administrator: Emmanuelle Tridon Administration and financial management: Doris Gulot Temporary exhibitions: Frank Lamy Technical artworks department: Pascal Guiomar, Tristan Lacheau, André Lejeune, Alexandre Rondeau Public relations: Sébastien Delot Cultural programme: Muriel Ryngaert Educational programme: Stéphanie Airaud Resource centre: Céline Latil Publications: Julie David

4

Sommaire Contents 7 Alexia Fabre Préface Preface 9 Frank Lamy Cinq minutes sur la route du pôle avec NT… Five Minutes on the Road to the Pole with NT… 13 Arnaud Labelle-Rojoux Que reste-t-il de l’amour ? What Is Left of Love? 41 Ramon Tio Bellido Températures ambiantes Ambient Temperatures 69 Anselm Jappe La terreur blanche The White Terror 95 Ghislain Lauverjat Traité de bave et d’éternité Treatise on Dribble and Eternity 119 Emmanuel Tugny Elle chante pour passer le temps She Sings to Pass the Time 127 Élisabeth Lebovici Les femmes aussi Women Too 149 Marie-Laure Bernadac Haute fidélité High Fidelity 159 Pierre Giquel L ’une chante. c’était au Paramount » (entretien) “The first time I saw snow was at the Paramount” (interview) 203 Index des œuvres List of works 206 Bio-bibliographie Bio-bibliography 5 . the Other Doesn’t… 163 Nathalie Talec Chansons Songs 173 Claire Le Restif — Nathalie Talec « La première fois que j’ai vu la neige. l’autre pas… One Sings.

.

à échelle personnelle. où passé et futur se conjuguent pour révéler au présent des alternatives à l’histoire. From her reinvented narratives to “homemade” scientific films all the way to her musical performances. Depuis le milieu des années 1980. la neige. With Talec it is a source of poetry and selftranscendence. Cette confrontation de la figure de l’artiste aux différentes expressions du monde n’est pas chose nouvelle.Alexia Fabre Préface Même à petite échelle. Elle investit cet espace de création et le prolonge. She delves into the history of science for documents and archives concerning the great. Between fiction and the reality of the accounts and scientific data. ces découvertes existent. snow. Her work is constituted by this encounter between her personal experience and the different expressions of the world. les vérifications sont alors autant scientifiques qu’existentielles. Des récits réinventés aux films scientifiques réalisés « en cuisine » et aux performances musicales. that of the figure of the artist. sa présence de femme. Se regarder pour mieux s’oublier. d’artiste. d’une émouvante intimité. the artist moves into the space of uncertainty open to the imaginary. that of the artist and her own domestic universe. she places herself at the centre the better to disappear—like the motif of the crystal that melts into the whole which it constitutes: snowflake. au gré des sujets scientifiques observés et réinterprétés. She recreates elementary experiments. Elle ressuscite les expériences élémentaires. celle de l’artiste. à sa figure . giving them a new existence in relation to the present and to her own life. ice. tel le motif du cristal qui se fond dans le tout qu’il compose. Talec proposes new possibilities in which past and future come together to reveal in the present new alternatives to history. the discoveries are genuine. and sitcoms giving rise to a movingly intimate project that is ambitious in its scope and modest in its personal grounding. a personal scale. Il en ressort un projet ambitieux par son ampleur et modeste par son ancrage personnel. Elle est chez Nathalie Talec source de poésie et de dépassement de soi. elle relit les témoignages des grands découvreurs et aventuriers. la glace. Entre fiction et réalité des témoignages. She takes over this space of creation and explores it in connection with the scientific subjects that 7 . The verifications here are as much existential as they are scientific. adapting them to a human dimension. l’artiste s’empare de l’espace de l’incertitude ouvert à l’imaginaire. This confrontation of the artist figure with the different expressions of the world is nothing new. Even on a small scale. découvrant des territoires artistiques où s’entremêlent une constante autobiographique. discoveries explaining its workings to those of the world of the media. Elle exhume de l’histoire des sciences documents et archives relatifs aux expéditions fondatrices. She observes herself the better to forget herself. of course. Since the mid-1980s. Nathalie Talec has been inventing a singular body of work. leur offrant une existence nouvelle à la lumière d’aujourd’hui et de sa propre vie. à son univers domestique. Nathalie Talec invente une œuvre singulière. Nathalie Talec propose de nouveaux possibles. le flocon. ramenés à la dimension humaine. Son œuvre est composée de cette rencontre entre une histoire personnelle et les différentes expressions du monde. être au centre pour mieux disparaître. des données scientifiques. et la recherche scientifique. seminal exhibitions. discovering new artistic territories in which a permanent autobiographical element—her presence as a woman and as an artist—comes together with scientific research. Alexia Fabre Preface she observes and reinterprets. des découvertes expliquant son fonctionnement à celui du monde des médias et des sitcoms. re-reads the accounts of great discoverers and adventurers.

.

p. les formes. thermal encumbrances. she would be a pop singer.« On ne définit pas l’électricité . She would do somersaults and make faces. Elle neigerait. 9 Frank Lamy You don’t define electricity. Elle imaginerait des surfaces et des angles de refroidissements. light. Elle bâtirait des traîneaux de porcelaine et des kayaks de lumière. Elle ferait pleurer les murs. She would travel round the world with a polar bear. She would blow on the water to make it boil. des personnages. Sometimes. Le Granit. it is a state of fixity that stops time. but you don’t know what it is. too. quoted in Bernard Marcadé. de ruissellements. Et c’est aussi un état des choses. contes enfantins… Il devenait sujet et dictait l’ordre des fictions. de la glace. le feu). p. des avatars. Montreuil. 2003. and characters. She would have an intimate knowledge of snow. She would carry out experiments. C’est un état d’absorption : il absorbe les sons. all equally NT. no. qui arrête le temps. Elle serait parfois scientifique. 2 ” She would survey an artificial Frozen North with unlikely measuring instruments. […] On ne peut pas dire ce que c’est. 2007. but also of phenomena of air and gravity in high-up places. Le froid est un état d’abstraction : la neige en est une de ses manifestations. Five Minutes on the Road to the Pole with NT… She would say: “I have long been interested in cold. “Marcel Duchamp speaks” (transcript of the interview given in New York on 19 January 1959 for the BBC). qui se mesure à l’aide du mercure du thermomètre…2 » Elle serait exploratrice. She would make walls cry. a distant descendent of Newton. it burns when it is too great (fire under ice). She would snow. Cold is a state of abstraction. Based on an interview with Claire Le Restif in ex. on en fait l’expérience. . She would dream up cooling surfaces and corners. Elle arpenterait un Grand Nord d’artifice avec d’improbables instruments de mesure. Le froid n’est pas une métaphore de la mort (comme chez Dante). Elle conduirait des expériences. Flammarion. 2 « L’abécédaire de Nathalie Talec ». Solo intégral. À partir d’un entretien avec Claire Le Restif. doubles. mais on sait ce que cela fait. Marcel Duchamp. 2002. Paris: Flammarion. toutes aussi NT. It is a state of sensation. like the pause function on video. cité dans Bernard Marcadé. Elle serait aussi parfois chanteuse de variétés. Knud RasmusShe would build porcelain sledges and kayaks of sen and Paul-Émile Victor. Comment s’appelle la partie immergée de l’iceberg ?. des encombrements thermiques. C’est un état de pause — comme la pause vidéo. She would relate her journeys and give talks on cold. of ice. which can be measured using the mercury in a thermometer. lointaine descendante de Newton. She would take on several identities. dans Nathalie Talec « Solo intégral. Elle aurait l’intime connaissance de la neige. Frank Lamy Elle dirait : « Le froid m’a longtemps préoccupée. il est un état de fixité. mais on ne sait pas ce que c’est. but you can’t define it. cat. My Way. 4. Elle raconterait ses voyages et donnerait des conférences sur le froid. Belfort. not true. Maison populaire. Nathalie ” Talec. 2006. les odeurs. in Étant donné Marcel Duchamp. 2003. c’est un résultat. 2006. Cold is not a metaphor of death (as in Dante). FRAC Franche Comté. C’est un état de dualité : il brûle quand il est trop fort (sous la glace. in ex. Frac Franche-Comté. It is a state of absorption: it absorbs sounds. Elle aimerait à raconter l’histoire de Perlette la goutte d’eau. You see that is the same thing with art: you know what art does. measured in terms of shivering or frostbite. you see electricity as a result. as a plot/Accounts by polar explorers. 142. children’s tales… It became the subject and dictated the order of fictions. mais aussi des phénomènes des régions élevées de l’air ou de la pesanteur. dans Comment s’appelle la partie immergée de l’iceberg ?. 115 . and snow is one of its manifestations—light and soft in opposition to frost or ice. and endows the object with duration. cat. Elle endosserait plusieurs identités. » Marcel Duchamp1 Cinq minutes sur la route du pôle avec NT… 1 George Heard Hamilton. She would quote Johannes Kepler. or of hell. « Marcel Duchamp raconte » (transcription de l’interview réalisée à New York le 19 janvier 1959 pour une diffusion sur la BBC). 2 In “L ’abécédaire de Nathalie Talec. Marcel Duchamp. 2007. Elle ferait le tour du monde. My Way ». Paris. mais on ne peut pas la définir. streaming flows. des doubles. 2002. Marcel Duchamp1 1 George Heard Hamilton. It is a pause. She would like to tell the story of Perlette the waterdrop. She would say: the only polar blue is video blue. but you know what it does. smell and forms. nº4. 111. légère et molle par opposition au givre ou au gel. en qualité d’intrigue/Récits d’explorateurs polaires. et donne une durée à l’objet. And it is also a state of things. She would be an explorer. Elle serait sans gravité. C’est la même chose avec l’art […] : on sait que fait l’art. ou de l’enfer. accompagnée d’un ours blanc. in Étant donné Marcel Duchamp. […] You can’t say what it is. She would sometimes be a scientist. not true: avatars. She would be without gravity. C’est un état de sensation : il se mesure aux frissons ou à la gelure. 142.

Elle dirait : les Esquimaux ne savent pas nager. She would elaborate strategic portraits. Elle inventerait des chambres froides. Elle citerait Johannes Kepler. She would say that. boréale et sentimentale. Elle élaborerait des portraits stratégiques. northern and sentimental. Elle vivrait l’exploration des régions polaires et des jeux de survie en conditions extrêmes comme une véritable métaphore de l’art. 10 She would build a frosting lamp. uncertain zones. Her frozen words and silences would talk amongst themselves. ce serait Haute fidélité. Elle dirait : il n’y a de bleu polaire que le bleu vidéo. Elle brosserait des autoportraits avec ou sans microphone de tempête. She would be her own main subject. Avec NT. She would write songs in museums. Elle remplacerait science par fiction. Elle ferait des commentaires et connaîtrait des mystères. all going in for enigmatic operations involving the manipulation of Möbius strips or light bulbs. She would make commentaries and know mysteries. placé dans un verre d’eau. Elle éprouverait les systèmes de représentation — de mise en fiction — du monde. She would venture into magic territories. others in laboratory coats. the ice cube takes the heat that it needs from the liquid itself. les zones incertaines. . She would seek out the absolute and the elementary. She would invent cold rooms. She would empty forms and play with mixing genres. les conglomérats et les condensations. She would be wintry. Elle éviderait les formes et jouerait du mélange des genres. où vivent des personnages à tête de cerf. le glaçon emprunte au liquide lui-même la chaleur qui lui est nécessaire. She would freeze drops of water. Elle dirait le monde en play-back. She would mime-sing the world. Elle rechercherait l’absolu et l’élémentaire. She would be fond of intermediary states. She would sketch self-portraits with or without a storm microphone.Elle soufflerait sur l’eau pour la faire bouillir. Elle s’aventurerait dans des territoires magiques. with or without a pair of glasses for assessing distances in a cold land. les entredeux. Knud Rasmussen et Paul-Émile Victor. Elle dirait que. Elle ferait des galipettes et des grimaces. Elle serait son principal sujet. Elle aimerait les accumulations. With NT. Elle écrirait des chansons dans les musées. it would be High Fidelity. Elle affectionnerait les états intermédiaires. She would replace science with fiction. of inbetween. Ses paroles gelées et ses silences parleraient entre eux. Elle obtiendrait l’eau en approchant la lampe des surplombs d’icebergs exposés au soleil. manipulant des rubans de Möbius ou des ampoules. She would look with her eyes closed. She would love accumulations. conglomerates and condensations. the home of characters with stag heads. placed in a glass of water. d’autres portant blouse de laborantin. Elle s’approprierait les aphorismes scientifiques. She would try out systems of representation —fictions— of the world. tous se livrant à d’énigmatiques opérations. She would obtain water by holding her lamp near to overhanging icebergs exposed to the sun. avec ou sans paire de lunettes pour évaluation des distances en terre froide. She would experience the exploration of Polar Regions and games of survival in extreme conditions as a true metaphor of art. Elle regarderait les paupières closes. Elle serait hivernale. She would appropriate scientific aphorisms. Elle construirait une lampe à givrer. She would say: Eskimos cannot swim. Elle figerait les gouttes d’eau.

01 Thermomètre 1983 .

02 Frigo Europa 1984 .

Disons : flottant (mot guimauve) que son « empreinte ». a now rather overlooked author of some essential studies of human behaviour and conditioning in relation to love (both male and female). le reflet et l’écho plus beau : « soupir de la créature opprimée »). cette formule. like shadows. mais d’un sonnel. 2 which so closely echoes a well-known song by Charles Trenet. opium des lignait. l’émotion affective appelée « amour ». it is not the expression of personal disenchantment. 1988). et c’est encore ment Rosset 2) que sont l’ombre. faisant à mon goût trop bref texte : d’une relation intense à l’univers. 2004. Georg Simmel. and quite rightly. qui disait aussi. this mot suddenly comes to mind: “love. So. it is a source of fantasies as much as the mark of tangible reality. comme pour ces « doubles de proximité » (Clé. cannot be ignored when we speak of its “imprint. I have forgotten where ” and when I read or heard it. 1 “It is a lock drawn / by the effects of modesty / that make the mind imagine / trembling and tears. « Petite Bibliothèque ». Haute fidélité existent). source de à juste titre. it will be a love that is rather close to illusion. tels l’ombre. This love. reflections and echoes. and the Trenet song. l’écho. A love. voire spirituelles jusque dans les plaisirs recherchés. possédant. cependant. Paris. C’est un verrou fermé des effets de pudeur qui laissent imaginer des frissons et des pleurs Nathalie Talec. Haute fidélité Reader. Paris: Les Éditions de Minuit. ces études s’échelonnent entre 1892 et 1915 environ. Et pour cause : son sujet est moins l’amour amour plutôt proche de l’illusion. ni même si je partageais le son ampleur celui de relation du je à l’univers ». les mouvements dupliquent. femmes ». sou. comme un flash. à « faire ressentir comme présent ce qui est absent ». selon lui — je simplifie bien évidemment sa pensée —. Georg Simmel.Arnaud Labelle-Rojoux Que reste-t-il de l’amour ? Arnaud Labelle-Rojoux est artiste. L’ombre. 1985) à propos de l’entreprise poétique de Mallarmé consistant. auteur — semble-t-il quelque peu Opium blanc oublié aujourd’hui — d’études essentielles sur les Puisqu’il est d’emblée question d’amour et d’illucomportements humains et les conditionnements sion. making a reference that to my taste was too literal a reference to religion as “the opium of the people” (as phrased by Marx. or even whether I shared the no doubt moralising views of the man or woman who used it. according to him—and here of course I am simplifying his ideas—consists of “Making us feel as present that which is absent. parler « d’état de dépit de sa formulation dilatant l’amour aux dimen. ” 2 The original French title was “Que reste-t-il de l’amour?” .manque 3 »). 2004. et cela très entre rêve et réalité. even in the pleasures sought out. l’écho. en la poésie de Stéphane Mallarmé. 2 Dans Impressions fugitives. 1988). let us say. Rivages.il sera tout de même bien question ici. ” . L ’ombre.ple » (selon Marx. 1 Réunies sous le titre Philosophie de l’amour (Paris. ses incidences psychologiques et relationnelles. stigmatisé. Cer. fustigeant le bovarysme réflexions philosophiques depuis la nuit des temps new look à l’œuvre dans les magazines où celles(et de palabres de bistrot depuis que les bistrots ci ne sont souvent que la projection ridicule d’un Arnaud Labelle-Rojoux What Is Left of Love? C’est un verrou fermé des effets de pudeur qui laissent imaginer des frissons et des pleurs 1 Nathalie Talec.instantanément en mémoire : « amour. And that ” indeed will be the subject of this too-short text: a relation to the universe. “opium of women. its psychological and relational and spiritual effects. « opium des femmes ». en en décortiquant les différents registres. ” But since. These studies span the years 1892 to about 1915. and even more superbly: “the sigh of the oppressed creature”). is something that feminist movements have ” long stigmatised. me revient (tant masculins que féminins) face à l’amour 1. the emotion that we call “love. ce même caractère de reproduction en creux (nous pourrions Soyez sans crainte : ce titre — à peine démarqué presque. fear not: although this title. a culturally and sexually inscribed ” source of philosophical thoughts since the dawn of time (and of barroom banter since the birth of barrooms).littéralement référence à la religion « opium du peutes. as with those “local doubles” (Clément Rosset)4 that are shadows. la marque d’une réalité tangible. 4 In Impressions fugitives. Cet qui témoignent de la matérialité de l’objet qu’ils amour. et culturellement et sexuellement inscrite. How could it be? Its subject is not so much love (a soppy word) as its “mark. féministes l’ont évidemment depuis longtemps. “state of lack”)5. opium of women. which attest the materiality of the object they duplicate. Celle-ci. “Que reste-t-il de nos amours?” (What remains of our love?)—Trans. while love will after all be the subject here. expands love to the dimensions of a limitless metaphysical question. reflections and echoes. that floats between dream and reality. ne saurait être ignorée lorsque l’on évoque son « empreinte ». denouncing the 13 Arnaud Labelle-Rojoux is an artist. who also said. donc. and in particular the mark it leaves in ” the work of Nathalie Talec. le reflet. précisément à propos de l’œuvre de Nathalie Talec. est autant porteuse de fantasmes que sions d’une interrogation métaphysique sans fond. point de vue probablement moralisateur de celui ou C’est en effet de cela dont il s’agira dans ce trop de celle l’ayant employée. Les Éditions de Minuit. 3 Formule en effet employée par Rosset dans Le Philosophe et les Sortilèges (Paris. Je ne me souviens plus où et quand je combien le concept d’amour recouvrait « dans l’ai lue. 1985) with regard to Mallarmé’s poetic enterprise which. this emotion is also characterised by its absent reproduction (here one would almost borrow Clément Rosset’s words about Mallarmé’s poetry. White Opium And since we are straight onto the subject of love and illusion. ou entendue. D’amour. Certainly. 5 Rosset uses this formula in Le Philosophe et les Sortilèges (Paris: Les Éditions de Minuit. le reflet ou l’écho.3 analysed the different registers of that phenomenon and showed how the concept of love was coterminous “in its scope with that of the self’s relation to the universe. 3 Collected under the title Philosophie de l’amour (Paris: Petite Bibliothèque Rivages. Les Éditions de Minuit. le reflet. n’est pas l’expression d’un désenchantement per. à l’instar de Clément Rosset à propos de d’une chanson bien connue de Charles Trénet —.

Odor di femmina ? Odeur de mort aussi. The sensation of cold is of course not the same thing as the image that evokes it. La sensation de froid se distingue de l’image qui l’évoque. son évanouissement. image S94-13628. And passion. Néanmoins. jusque dans son nom qu’il tient des fumigations rituelles (perfumare). but without sentiment. On the contrary. in any case. untitled. 1940-1942. Ce froid que d’aucuns ont bizarrement qualifié d’« irreprésentable ». Like cold that burns the skin. an ambiguity in the interpre” tation. the deciphering and therefore the formulation of the frozen scenes she shows us: yet another reprise of the only theme of the human adventure— time’s flight—or mirroring metaphors of her artist’s soul? Nothing gentle. Ce qui frappe au contraire : l’humanité.6 In Nathalie Talec’s work there is this same. © Bibliothèque Centrale du Muséum National d’Histoire Naturelle. whether subtle or powerful. autrement dit. de la présence et de l’absence simultanées . rather singular double movement. All this is self-evident and. que l’attrait fatal. as Pierre Dac would say: perfume reawakens sensual reality. Dougal and the Weather Men. subtil ou puissant. doit même se trouver dans la Phénoménologie de la perception de Maurice Merleau-Ponty (que je n’ai. © Collection Christophel. perfume sketches out a presence while simultaneously suggesting its absence. lesquels. et. yes. must be found somewhere in Merleau-Ponty’s Phenomenology of Perception (which. de l’apparition et de la disparition… Il y a aussi. de Stanley Kubrick. 6 We may recall in passing that there is something sacred about perfume. mais sans attendrissement. au service d’une vision romanesque de leur existence sociale et amoureuse (Sex in the City). its disappearance. voire l’anéantissement de l’autre par le désir fou engendré… M’évoque. as with the word “opium” linked to the word “women. ne font certes pas claquer des dents mais sont bel et bien du réel « représentable ». There is also. Blanc trompeur. but it does represent it. In other words. L’opium. la séduction. Hull. of simultaneous presence and absence. sa disparition. auquel nous pouvons songer à cause de la prétendue distance expressive dont ferait preuve Nathalie Talec. si elle ne nous fait pas ressentir l’atroce douleur qu’endure le crucifié (pas plus que nous n’entendons ses plaintes). en tout cas. Canadian Museum of Civilisation. Watercolour on paper and collages. le vrai… Avec cette particularité : réalité olfactive. 5 Souvenez-vous d’Orange mécanique. Le choix des readymade est toujours basé sur l’indifférence visuelle en même temps que sur l’absence totale de bon ou de mauvais goût… en fait une anesthésie complète. it evokes seduction. si j’ai bonne mémoire.7 Optimistic? Pessimistic? Go figure… A mark of indifference à la Duchamp. but they can certainly be represented. Nevertheless. too. plutôt que les combats héroïques du féminisme. » idéal à ventre plat. la représente néanmoins. Bizarrement. bien sûr. mais elle se confirme en quelque sorte dans l’expérience physique de sa perception. which evokes ritual fumigations (perfumare). ” D: Peter Pitseolak. if memory serves. Idem pour la neige. Strangely. Et la passion. Paris. Garner. of appearance and disappearance. artefact P-176. Le Mal. celuilà. le mauvais goût fâcheux de me souvenir d’abord qu’Opium est un parfum d’Yves Saint Laurent ! C’est que le parfum. 7 Remember Stanley Kubrick’s A Clockwork Orange and the ambiguous role of the ubiquitous milky white. 8 Duchamp. the striking thing is the humanity. © Courtesy Galerie Volker Diehl. m’évoque moins les cervelles embrumées des Emma Bovary d’aujourd’hui. comme pour le mot « opium » associé au mot « femmes ». Comme le froid qui brûle la peau. sa représentation n’est pas. 1930. A B C new look Bovarysme at work in magazines where women are often merely the ridiculous projection of a flat-bellied ideal in the service of a romantic vision of their social and amorous existence (Sex in the City). and even its name. Tout cela va de soi. whether this one or others. what comes into my mind ” is not the heroic battles of feminism but—excuse my poor taste—the recollection that Opium is a perfume by Yves Saint Laurent! That is because perfume. as if by magic. C : Simon English. photo R. associant les mots « opium » et « femmes ». peut-être. does not remind me of the hazy minds and feeble imagination of latter day Emma Bovarys so much as of the fatal attraction or even the nullification of the other engendered by mad desire. tant s’en faut. dirait Pierre Dac : le parfum révèle. but it is in a way confirmed in the physical experience of its perception. j’ai. Smooth. la glace. Engraving in Stefano Sommier. précisément : « Il faut parvenir à quelque chose d’une indifférence telle que vous n’ayez pas d’émotion esthétique. 1941. Ink and crayon on paper. une ambiguïté d’interprétation. impossible : une crucifixion ruisselante de sang rouge cerise. And conversely. Qui pince. Photo © Canadian Museum of Civilisation. Lisse. luckily. oui. La magie noire. B: Jean Cocteau. les grêlons ou la buée. Deceptive white. maybe. But with this particularity: as an olfactory reality. The cold that some have strangely described as “unrepresentable. That gnaws. 1988. © Collection Christophel. 1885. de déchiffrage. I do not have to A: Orson Welles. bringing together the words “opium” and “women. 6 Marcel Duchamp. who made it a virtue? 8 Not at all. Paris: Bibliothèque Centrale du Muséum National d’Histoire Naturelle. figurant le froid. representing it is not impossible—far from it: a crucifixion dripping with cherry-red blood may not make us feel the atrocious pain endured by the crucified (any more than we can hear his cries). E: An Ostiak ceremony. its evaporation. That pinches. Odor di femmina? The odour of death. ice. Citizen Kane. des scènes glacées qu’elle nous donne à voir : énièmes reprises de l’unique motif de l’aventure humaine — le temps infixable — ou métaphores miroitantes de ses états d’âme d’artiste ? Rien de doux. le parfum dessine une présence en suggérant simultanément son absence. Pure? Not so sure. said: “One must achieve a kind of indifference so that you have aesthetic emotions. lui. who might come to mind here because of the seeming expressive distance shown by Nathalie Talec. à l’imaginaire poussif. 14 . car s’il est effectivement difficile de faire partager une sensation physique. réveille le réel sensuel comme par enchantement 4… Il y a chez Nathalie Talec ce même double mouvement. disait. et du rôle ambigu du blanc laiteux omniprésent. The choice of readymade is always based on visual indifference at the same time as on the total absence of good or bad taste… making for complete anaesthesia. assez singulier. Et inversement. Qui ronge. for if ” it is indeed difficult to share a physical sensation. Un’estate in Siberia. et donc de formulation.4 Rappelons au passage que le parfum a quelque chose de sacré. The Blood of a Poet. hail or condensation: these indications of cold may not make our teeth chatter. Likewise with snow. comme d’autres. Evil. 2005. Pur ? Pas sûr 5… Optimiste ? Pessimiste ? Allez savoir… Marque d’indifférence à la façon de Duchamp qui en avait fait une vertu 6 ? Du tout.

C : Simon English. © Collection Christophel. of soft noises. 1885. 1930. Elle-même. . Mais en réalité. Gravure dans Stefano Sommier. 1996-2000). Paris. Le Sang d’un poète. épopées. Intrinsically. l’actuel et le virtuel… Ce flocon ne parle pas. Garner. Paris. 2005. Sens et non-sens. rendant indissociable le réel et l’imaginaire. Car la représentation ne s’arrête ni au réel représenté. Nous nous garderons bien pourtant d’aller faire un tour du côté de chez Freud. Terrain dangereux ! Trop miné ! Nous pourrions néanmoins. Foundational and mysterious. auditives. froides. ni à sa perception : elle crée de toutes pièces une autre réalité. that of the work. of apparent dispersion. Citizen Kane. qu’elle affirme clore en 1988 par le séjour qu’elle fait au Groenland. A : Orson Welles. real and virtual all inseparable. Un peu oublié d’ailleurs Merleau-Ponty. E : Une cérémonie ostyak. It does not reveal anything. » Nous ne saurions mieux dire. she herself continued to use the snowflake as a foundational image of cold. fables. rugueux ou moelleux. pas sous la main. vidéos. de dispersion apparente. éclatants. de bruits mous. légendes. se mue en effet en une autre exploration à la tonalité parascientifique.7 Maurice Merleau-Ponty. This snowflake does not talk. celle de l’œuvre. Santa and his frosty sledge and jingling bells notwithstanding—into the vertiginous world of myths. Il est une sorte de scène primitive demeurée inconnue… Parler de scène primitive. of which it is not the exact copy. I could compare my artistic language to these acts of dissipation. Nathalie Talec is thus exploring that “state of cold” that she will work through in various forms (photos. Nagel. in what she described as her “domestic” experiments (observation and manipulation. snow crystal contains disorder. Rosebud It is the turn of the 1980s. D : Peter Pitseolak. il présente une grande diversité de formes et traverse plusieurs états… Intrinsèquement. videos. or with its perception: it pulls everything together into another reality. And indeed. the snowflake. documents). de sons clairs. © Bibliothèque centrale du Muséum national d’Histoire naturelle. « Imagecristal ». le cristal de neige contient du désordre. loud or hard colours. It is a kind of primal scene that has remained 15 9 Maurice Merleau-Ponty. Comme Simmel. I perceive indivisibly with my whole being. In a word. À tort. she points out that: “The snowflake is a mathematical form that corresponds to geometrical rigour. se sert encore et toujours de l’image du flocon comme d’une image du froid fondatrice. Lors de sa métamorphose. Hull. of clear. image S94-13628. Encre et crayon sur papier. ” I couldn’t put it better. 1966. ce qui n’est pas secondaire et n’a rien de nunuche malgré le Père Noël. le flocon de neige. As for Nathalie Talec. je perçois d’une manière indivise avec mon être total. That’s not right. Un’estate in Siberia. photo R. Paris: Nagel. fort heureusement. bibliothèque centrale du Muséum national d’Histoire naturelle. the block of ice ” and the hailstorm are simultaneously what they are and are cold. 1941. récits et autres chansons. criardes ou dures. legends. l’averse de grêlons sont simultanément ce qu’ils sont et du froid. Come to think of it. contes. And many other things besides. as Gilles Deleuze would have added. In reality. Au vertige de l’amour… Rosebud Nous sommes à l’orée des années 1980. rough or tender sounds. Musée canadien des Civilisations. son traîneau couvert de givre et ses grelots tintinnabulants. de parfums pénétrants. of penetrating perfumes. artefact P-176. Je pourrais assimiler mon langage artistique à ces actes de dissipation. Paris. Photo © Musée canadien des Civilisations. present and past. When it metamorphoses it takes a great diversity of forms in several states. © Courtesy Galerie Volker Diehl. MerleauPonty. 19401942. celle des Météores (1989-1996). Fondatrice et mystérieuse. a single way of existing that speaks to all my senses at once. This phase of her work. laquelle l’oriente ensuite vers des expériences abordant des concepts plus exigeants. tactiles. sharp. documents). aigus. and nothing soppy. le froid n’a pas disparu. Aquarelle sur papier et collages. tactile and auditory data. which she says she brought to a close in 1988 with her sojourn in Greenland. Et quantité d’autres choses encore. Take this precious notation (in Sens et non-sens)9: “Even normal subjects speak of warm. brilliant. Ne révèle rien. Like Simmel. Dougal and the Weather Men. otherwise I’d have to be more precise!). Nathalie Talec précise quant à elle : « Le flocon de neige est une forme mathématique qui répond à une rigueur géométrique. sans titre. Sens et non-sens. du reste. then shifted into another exploration with para-scientific overtones: her subject was Météores (Meteors. le pain de glace. fables. he’s a bit forgotten these days. into the vertiginous world of love. B : Jean Cocteau. And the reality of the work in turn invites us to enter—and there is nothing trivial about this. pour soulever timidement le voile. dont elle n’est pas la copie conforme. of disorder… and randomness. En témoigne cette précieuse notation (dans Sens et nonsens 7) : « Même les sujets normaux parlent de couleurs chaudes. epics. I grasp a single structure of the thing. c’est évidemment parler d’inconscient. 1989-96). 1966. though. Et celle de l’œuvre nous invite à son tour. » Il ajoutait : « Ma perception n’est donc pas une somme de données visuelles. For representation doesn’t end with the real that is represented. He added: “My ” perception is therefore not a sum of visual. stories and songs. which then led to experiences involving more demanding concepts. Ce travail. lors d’observations et de manipulations qu’elle qualifie cette fois de « domestiques » (1996-2000). une unique manière d’exister qui parle à la fois à tous mes sens »… Bref. le présent et le passé. © Collection Christophel. a “crystal image” that makes real and imaginary. je saisis une structure unique de la chose. à la façon de Georges Didi- D E hand. ce qui m’obligerait à être plus précis !). It is. Nathalie Talec explore donc cet « état du froid » qu’elle déclinera sous diverses formes (photos. au vertige des mythes. the cold was still there. de désordre… et d’aléatoire. ajouterait Gilles Deleuze. 1988. nous revendiquer. cold.

and murmurs “Rosebud. encore et toujours. And that is no different from what she says. en murmurant « Rosebud ». Must I justify? Let’s take the metaphor of ” snow. I ” give in!). La vie et la mort. parlant du froid : « Le froid reste une thématique dont je ne suis pas en mesure d’expliciter les origines. Even if I can’t keep myself from seeing something there that resembles the imprint of what I call “love. Cocteau argued that Dargelos’s action should be understood as the “first symbol of the wild forces at work within us. via a magnificent camera movement. but ” of simple games such as making snowmen with an obscene carrot for the nose. Life and death. as in the Romantics. donc. the winter games. And unexpectedly in the recourse to the world of teen sitcoms with a fairy-tale background. il jouait sous la neige. la souffrance. d’une « esthétique du symptôme ». when talking about cold: “Cold is a theme whose origins I am still unable to explain. Symbolising a paradise lost. la disparition. To speak of the primal scene. la dissolution. which is said to be his first military exploit. stated Wittgenstein. mourant. Et d’enfance. son premier fait d’armes dit-on. as he does in several of his books. Pline ou Kepler. flocon. les arcsen-ciel… Évolution logique. to timidly lift the veil. lâche la boule de verre. Cocteau indiquera que le geste de Dargelos est à comprendre comme le « premier symbole des forces sauvages qui nous habitent ». en décembre. » Silence. This image ” will return as if it were an obsession in The Blood of a Poet. is the term used by Hearst. collé aux carreaux. with snow. in the manner of Georges Didi-Huberman. Et l’amour. et par elle représentable. les pluies. in other words. désignait celui de sa maîtresse. which he shot in 1930. as Freud would say). Et pas seulement à cause des contes. actress Marion Davis. Tout cela en réalité n’est pas mon affaire. A return to the void. again and forever. Huberman. It is the wonder of its appearance. comme chez les romantiques. Et peut-être pas celle de Nathalie Talec non plus. Plus échevelés. the dreams that it inspires. l’amour. On retrouvera cette image. le film d’Orson Welles. le magnat de la presse. heavy fog. Une invitation donc à la méditation. certainly. And not only because of tales. la jalousie. Et de façon inattendue dans le recours à l’univers des sitcoms pour adolescents avec. il faut le taire ». Of course. énonçait sagement Ludwig Wittgenstein (n’en jetez plus !). Nature and inner life intertwined. Citizen Kane. And of childhood. the concept of the “reminiscent present” (Pierre Fédida). I find myself thinking of the first images of the film by Orson Welles. en effet. innocents. Dois-je justifier ? Prenons la métaphore de la neige. for that private part of his mistress. qui ne laissait toutefois guère présumer d’une étape savante et rigoureuse autour d’Aristote. La neige est presque toujours. C’est l’émerveillement de son apparition ou de son attente. Même si je ne peux m’empêcher d’y voir. to all those things that ” makes us marvel when we look up: clouds. au détour d’un magnifique mouvement de caméra. 10 I am not talking here of “winter sports. mais des jeux simples comme l’élaboration de bonshommes de neige. Pliny or Kepler. the past imprinting its mark on the present (that which is “at work” in it. and make do with this explanation: snowflakes are formed by water vapour condensing in the upper levels of the atmosphere and then fall to earth. etc. rains. these games are not innocent. ou le lancer de boules de neige tel celui pratiqué par Bonaparte à Brienne. que William Randolph Hearst. dans le bric-à-brac des objets ayant appartenu à Kane à présent mort. qu’est-ce à dire ? « Bouton de rose ». que sais-je… Évidemment. nothingness. une carotte obscène en guise de nez. Elle ne dit pas autre chose. or of waiting for it in December. let alone ” the “Winter Olympics. But we will scrupulously avoid a visit with Freud on this one: too dangerous! Too many snares! Nevertheless. Mais c’est aussi. You would have imagined a more cosmic set of authors. This is the sledge that the young boy Kane used to play with in the snow. comme il le fait dans nombre de ses ouvrages. when the dying Charles Foster Kane looses his grip on the glass globe filled. les brumes indissipables. le rien. it is said. les jeux d’hiver 8. but not one that pointed to a rigorous. in the jumble of objects that belonged to the now deceased Kane. « Ce dont on ne peut parler. tout ce qui invite à l’étonnement et à la réflexion en levant le nez : les nuages. the student Dargelos wounds Paul with a snowball wrapped around a stone. autrement dit le passé imprimant sa marque dans le présent (ce qui le « travaille ». la fonte. La chose viendra plus tard. But in fact that is not my concern. Tombe la neige Comme le froid est réel dans la neige. l’élève Dargelos blesse Paul avec une boule de neige dans laquelle est dissimulée une pierre.10 Christmas—all those things. le concept de « présent réminiscent » (Pierre Fédida). dans Les Enfants terribles (1929) de Jean Cocteau.) Woman? The Origin of the World? Mummy? In the end we discover. enfant. de même que tout ce qui touche à l’enfance. For snow is nearly always a symbol of the unconscious.) La femme ? L’Origine du monde ? Maman ? Nous découvrirons finalement. telle une obsession. But there is also the transience of the snowflake. Wilder ones. Nous aurions imaginé des auteurs plus cosmiques. But has this Wellesian excursus distanced me from Nathalie Talec? I don’t think so. Understand? Nevertheless. synonyme d’inconscient. de neige factice. dans Le Sang d’un poète. we could. it recalls his forced separation from his mother. sa fugacité. Sa signification échappe. Un paradis perdu. its dissolution its disappearance. modèle pour Welles de Kane. évoquer. And what bud would this be? The clito” ris? (That. And maybe it’s not Nathalie Talec’s either. “Whereof one cannot speak. and throwing snowballs the way Bonaparte did in Brienne. And love. And therefore an invitation to meditation. Est-ce le clitoris ? (C’est ainsi. with false snow. Un retour au néant. obviously. invoke an “aesthetics of the symptom” and evoke. la rêverie qu’elle engendre. Readers may remember that in Les Enfants Terribles (1929) by Jean Cocteau. en arrière-fond. rainbows. prudently (enough. Silence. thereof one must be silent. the word “Rosebud” written on the side of a sledge that is being grabbed and then thrown on the fire by a servant.8 Je ne parle pas des « sports d’hiver » et encore moins des « Jeux olympiques d’hiver ». learned detour via Aristotle. Car ces jeux ne sont pas. Nature et vie intérieure mêlées. That comes later. quelque chose comme l’empreinte de que j’appelle l’« amour ». la peur. face pressed against the windowpane. the press baron on whom Welles based Kane. celui des contes de fées. dirait Freud). It is. is to speak of the unconscious. remplie de neige justement. souvenir de la séparation forcée d’avec sa mère. dit-on. moi. certes. precisely. a logical development. Rosebud. et contentons-nous de cette explication : les flocons se forment par la condensation de la vapeur d’eau dans les hautes couches de l’atmosphère avant de tomber sur terre… Comprenne qui peut ! Je songe néanmoins aux premières images de Citizen Kane. le pouvoir existent dans les formes populaires d’expression que sont les sitcoms et que furent unknown. Like everything connected with childhood. lorsque Charles Foster Kane. On se souvient que. qu’il tournera en 1930. J’allais oublier l’amour !… De là le déplacement naturel des préoccupations de Nathalie Talec vers les « météores ». l’actrice Marion Davies. 16 . I almost forgot love! Hence the natural displacement of Talec’s concerns towards “meteors. Me suis-je éloigné de Nathalie Talec avec ce détours wellesien ? Je ne le crois pas. Noël. ” then. le mot Rosebud écrit sur le flan d’une luge dont se saisit un domestique pour la jeter aux flammes : la luge sur laquelle.

suffering. thick fogs) essential. In fairy tales. s’il y a du drame. Nous ne sommes pas. Le décor. Dans les contes de fées. underscored. It does not smell musty. rather than its idealisation. But we are not. les élixirs — va de soi et. ours. paysages rassurants ou funestes (forêts. the fear of abandonment. lakes. Ce qui est en effet bien fâcheux (je veux dire de les diviniser). I mean). ou presque. But they also correspond to questions regarding what Caillois calls (and this time I know where: in Le Mythe et l’Homme!)11 the “unquenchable curiosity” of man about “the mysteries at the limits of his clear consciousness. Gallimard. Which ” is very regrettable (divinising them. anguish. note. les éléments (neige. apparemment Snow Falling Just as cold is real in snow. trouvèrent leur compte à les diviniser. Nathalie Talec l’a compris. we find this world disturbing. » Sans doute. L ’intérieur n’est ni étouffant. too. . il n’y a guère de personnages négatifs. Paris. by recorded laughs. brouillards épais) essentiels. pas de pluie. Mais ils correspondent aussi à un questionnement sur ce que Caillois nomme (là. And it disturbs children. or scaly dragons bristling with prickles and spitting long flames). Fairy tales are fables (the root is the same!). Swedish furniture in varnished pine. as with Des Esseintes. « Folio ». lacs. N’oublions pas que le mot fée trouve son origine dans les déesses du destin (Fatum). The sitcom inspires fantasies. on s’en souvient. les enfants. pratiquement inchangé d’épisode en épisode. « Prophète » a la même origine : les choses sont inscrites. il ressemble à ceux que l’on voit dans les catalogues de décoration d’appartements — papier peint couleur pastel de bonbons sucés. the presence of animals often central (wild. lequel y découvre certes l’amour mais aussi la haine. found it fruitful to divinise them. en télescopant le fond anxiogène des contes de fées avec l’univers « gazeux 10 » des sitcoms pour adolescents. le conte de fées aussi : amour. even if the story is set in an indefinite time. la présence des animaux souvent centrale (bêtes sauvages pas forcément féroces — loups. as Roger Caillois once noted (I am awful. 1987. cascades). Let us not forget that ” the world “fairy” originates in the goddess of destiny (Fatum). vent. je ne sais plus où j’ai pioché cette citation !). everything or almost everything in a sitcom takes place in spaces indoors: closed. Les mecs aiment le sport. The decoration. No doubt. Les « méchants » sont très méchants. Clos. cerfs — ou dragons squameux hérissés de pointes et crachant de longues flammes). Pour inquiéter. the Latin Parcae. The tone is generally lighthearted. which are saved by 17 11 Roger Caillois. la peur de l’abandon. est même hygiénique . jealousy. the Fates in English. Les filles frétillent. La sitcom fait rêver. there are hardly any negative characters. disons. Ce qui relève du féerique dans les contes de fées — les sortilèges. in a fin-de-siècle villa. Le Mythe et l’Homme [1938]. Ainsi dans la sitcom. were meant for children). réintroduit une forme bizarre d’enchantement. light salmon pink or pistachio green carpet. plutôt que son idéalisation. dans une villa fin de siècle. Il ne sent pas le renfermé. fear. A recreation? No. with no sun or rain. Paris: Gallimard Folio. Les contes sont des fables (même racine !). 1938. du moins dans les premières lignes des récits. préservés par l’enfance des spéculations religieuses et du spiritualisme abscons. It looks like the ones we see in interior decoration catalogues—pastel wallpaper in bonbon colours. ce monde inquiète. everything seems ordinary. les contes de fées dont les destinataires n’ont pas toujours été. so love. Pas de soleil. ceux-ci devinrent l’apanage exclusif de forces émotionnelles et sentimentales qui. waterfalls). not necessarily ferocious animals such as wolves bears and deer. Le ton est généralement léger. tout. Et il inquiète l’enfant. quoique l’histoire se situe dans un temps indéterminé. and death. comme le notait naguère Roger Caillois (je suis incorrigible. Mais ils divergent sur quantité d’autres points. landscapes reassuring or doom-laden (forests. et les « gentils » très gentils. Reconstitution ? Ersatz du monde réel. these became the exclusive preserve of emotional and sentimental forces that. pas d’air frais. suffering and power exist in those popular forms of expression that are today’s sitcoms and yesterday’s fairy tales (not all of which. cependant. is even hygienic. storms. bonheur. incapable of controlling them. meubles suédois en pin vernis. qui. Très vite cependant. la souffrance. la mort… La nature est omniprésente. Ou à Xanadu. tempêtes. “adds to the real world without impairing it or destroying its coherence. That’s what the fairy tale is for: to disturb us. happiness. richesse… Ressorts communs. Et de préciser : « Quand l’esprit positiviste cantonna l’investigation méthodique hors de ces obstacles émouvants. Nature is omnipresent. employé par Yves Michaud pour qualifier un certain art contemporain jugé par lui sans consistance. an ersatz of the real world. The interior is neither stifling nor overwrought. No fresh air. and while bad things may happen. the elements (snow. who. Mais cela ne vaut pas pour les contes de fées. if they discover love there. wealth—those are the common motors. which remains practically unchanged from one episode to the next. though. moquette saumon clair ou vert pistache. potions— is self-evident and. Thus. even. Or in Xanadu. Caillois goes on to add: ” “when the positivist spirit kept methodical investigation outside these moving obstacles. Les livres sont plus rares sur les rayonnages des bibliothèques que les sodas dans les frigos. Le Mythe et l’Homme. chez Des Esseintes. Le conte est fait pour ça. généralement au passé (« il était une fois… ») et dans des contrées lointaines ou imaginaires. tout semble ordinaire aussi. and so do fairy tales: love. I don’t know where I dug up this quotation!). Very soon. The “baddies” are very bad the “goodies” very good. souligné même par des rires enregistrés et. wind.9 Roger Caillois. se passe dans des espaces intérieurs. Whatever is magical in fairy tales—spells. The girls wiggle and smile and the guys like sport. But they diverge on a host of other points. ni tarabiscoté. soit dit en passant. at least in the first lines of the stories. l’angoisse. generally in the past (“once upon a time”) and in distant or imaginary countries. “Prophet” has the same origin: things are written. also discover hatred. There are fewer books on the shelves than there are soft drinks in the fridge. and can be represented by it. les Parques latines. incapables de les dominer. je sais où : dans Le Mythe et l’Homme 9 !) l’« intraitable curiosité » de l’homme pour les « mystères si étrangement limitrophes de sa conscience claire ». But that doesn’t apply to fairy tales. « s’ajoute au monde réel sans lui porter atteinte ni en détruire la cohérence ». 10 Terme dépréciatif.

as made by artists. to almost everyone (even to serious minds. les inquiétudes humaines (même nourries de superstitions frisant le ridicule 11). they produce a “state. Le quotidien y est toujours résumé. la construction musicale non complexe. les contes de fées à la seconde (un art qui émanerait véritablement du « peuple »). through a representation reduced to a few concise formulae for happiness and for unhappiness (which can go all the way to dark pathos). Ce sont. ultimately. and emerges from them just when we thought we were safe”? This could have been written by André Breton! 14 We must of course. by attributing the attraction to kitsch). the musical construction not complex and the arrangements beguiling. reintroduces a form of enchantment that looks naïve but is less empty than it seems. They are. C’est pour moi une version moderne de ce qui pourrait être des comptines pour adultes. et les arrangements enchanteurs. The relation to the other and the world is what grounds them: it needs to communicate around amorous metaphors. afin de ne pas confondre le socle de l’œuvre et l’œuvre même. which speak. Parce qu’elles excèdent. Because they thus exceed judgements of taste. as because she in fact reintroduces what Caillois calls the “emotional and sentimental powers” that are so decried in art these days. Light music thus creates a zone of turbulence. This is where we need to introduce the idea of a “metalanguage” so as not to confuse the base of the work with the actual work. comme elle le dit fort bien. » Nathalie Talec a raison : les bluettes sentimentales ne sont en effet pas réductibles à l’apparente insignifiance de leur inspiration. qui lui aussi est bref (vingt-cinq minutes). between “mass art” and “popular art. mais parce qu’elle réintroduit de fait ce que Caillois appelle les « forces émotionnelles et sentimentales ». La relation à l’autre et au monde en est le point d’ancrage : ça doit communiquer sur des métaphores amoureuses. Non parce que s’exprimeraient dans les saynètes télévisées. Not so much because these TV sketches whose lightness she borrows express human worries (even when fed by superstitions that verge on the ridiculous)13. 18 . où doit se condenser le sens. Goethe ne proclamait-il pas : « La superstition appartient à l’essence même de l’homme et. au travers de leur représentation réduite à quelques formules concises du bonheur comme du malheur (qui peut aller jusqu’au pathos le plus noir). auxquelles elle emprunte la légèreté.11 Après tout. naïve et pourtant moins vide qu’il y paraît. lorsque nous cherchons à la chasser complètement. It verges on the almost nothing and the elusive something. 13 Nous pourrions rapprocher ce format de poche de l’épisode de sitcom. Cela rejoint mon travail sur toutes les expériences rapportées au corps. The everyday is always summed up in them. enfonçant doublement le clou en ayant recours à la chanson d’amour à deux sous en tant que métalangage 12 : « La variété définit un genre mineur. d’où elle sort précisément lorsque nous croyions y être le plus à l’abri » ? Ce pourrait être signé André Breton ! 12 Il faut faire évidemment la distinction entre « art de masse » et art populaire. it hides in the most unlikely corners and refuges. La chanson de variété définit une forme de réel articulé autour des sentiments ou émotions élémentaires. 13 But then didn’t Goethe proclaim that “Superstition is part of man’s essence. c’est un concentré de rapport à l’autre. ni la durée ni la forme. The pop song defines a form of the real articulated elementary feelings or emotions. as we may remember. “concentrates of the relation to the other” (condensed in part because of their duration: a song lasts three to four minutes15). Cela n’a ni la complexité d’une symphonie. Its melodies must be simple. This connects with my work on experiences related to the body. as she eloquently puts it. it is a concentration of the relation to the other. qui parlent. Ses mélodies doivent être simples. and when you try to get rid of it completely. both categories being different from “authentic” art. and by telescoping the anxiety-inducing world of fairy tales with the “gaseous”12 world of teen sitcoms. si décriées aujourd’hui dans l’art. elles produisent un « état ». sur le fond. à pratiquement tout le monde (même aux esprits forts qui ne le concèdent que de biais en l’imputant à l’attraction perverse du kitsch). in which meaning is expected to be condensed. It has neither the complexity nor the duration nor the form of a symphony. La variété crée ainsi une zone de turbulence. as Adorno insisted. C’est là qu’il faut introduire l’idée d’un « métalangage ». used by Yves Michaud to describe a certain kind of contemporary art that he considered lacking in substance. Cela s’approche du presque rien et du je ne sais quoi. de ce fait. Et c’est pour retrouver cet état que l’on en fredonne certaines restées dans la mémoire… Tombe la neige/Tu ne viendras pas ce soir/ Tombe la neige/Et mon cœur s’habille de noir/ Ce soyeux cortège/Tout en larmes blanches/ L’oiseau sur la branche/Pleure le sortilège Tu ne viendras pas ce soir/Me crie mon désespoir/Mais tombe la neige/Impassible manège Tombe la neige/Tu ne viendras pas ce soir/ Tombe la neige/Tout est blanc de désespoir/ Triste certitude/Le froid et l’absence/Cet odieux silence/Blanche solitude Tu ne viendras pas ce soir/Me crie mon désespoir/Mais tombe la neige/Impassible manège (Adamo) Que reste-t-il de l’amour ? childhood from religious speculation and abstruse spiritualism. And it ” is in order to recapture that state that we hum the ones that have stuck in our memory. Nathalie Talec ” is right: sentimental ditties cannot be reduced to the apparent insignificance of their inspiration. l’un et l’autre étant distincts de l’art « authentique ». Let it snow / Tonight you won’t be back / Let it snow / And my heart be dressed in black / This silky parade / Of all white tears / The bird on the branch / Cry over the spell / Tonight you won’t be back / Cries out my despair / But let it snow / Unmoving charade / Let it snow / Tonight you won’t be back / Let it snow / All is white with despair / Sad certitude / Cold and absence / This odious silence / White solitude / Tonight you won’t be back / Cries out my despair / But let it snow / Unmoving charade (Salvatore Adamo) What is left of love? 12 This derogatory term was. des « concentrés de rapport à l’autre » (concentrés en partie à cause de leur durée : une chanson dure trois à quatre minutes 13). For me it is a modern version of what rhymes for adults might be. sur un temps très court. tout jugement de goût. Sitcoms ” and pop songs à la “Star Academy” belong to the first category (linked to the standardised culture of the leisure industry). who admit it only indirectly. distinguish. les sitcoms et la chansonnette « staracadémisée » appartenant à la première catégorie (liée à la culture standardisée et à l’industrie des loisirs). Nathalie Talec knows this. doubly underscoring her point by using cheap love songs as a metalanguage:14 “Pop is a minor genre. to the everyday and to felt experience. in a very short space of time. au quotidien et au senti. and fairy tales to the second (an art that arises genuinely from “the people”). 15 This pocket format could be likened to the brevity of the sitcom episode (25 minutes). comme le demande Theodor Adorno. elle se cache dans les coins et dans les refuges les plus impensables . celui des artistes.

03 Archives du pôle/Projets 1984-1986 .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

04 Conférence sur le froid 1984-2008 .

qui. mais ces derniers peuvent demander un temps assez long : dix jours par exemple pour . parfois même défini comme de la chaleur négative. formant des figures hexagonales. les tremblements. Pendant l’apparition de ces lésions. Pour commencer. L’agression thermique peut faire apparaître des gelures.Lors de notre dernière conférence. pour bientôt donner naissance à des glaciers. on a dernièrement préconisé les réchauffements dirigés. Ces accidents peuvent être locaux. aux oreilles. groupés en rayons. le verglas et accompagné de réactions physiques telles que les frissons. Leur aspect a souvent été comparé à celui des brûlures . Pour le traitement de ces lésions. et 25°C. encore appelé le zéro absolu. Il ne semble pas qu’une loi météorologique impose à nos climats une règle quelconque à laquelle obéiraient les variations de température des hivers. en se formant la glace augmente de volume. il nous semble souhaitable de mentionner les phénomènes qui en suggèrent l’apparition. comme dans d’autres régions froides et élevées. les pieds d’immersion et les engelures. Sous cette dénomination. il dépasse les potentialités de défense du corps humain et provoque des accidents. On peut donc seulement en estimer les incidences sur la nature en général. cet objet semble bien être un des premiers instruments de lecture du froid. et à plus grande échelle. Ici. parce qu’il stimule toutes les fonctions de l’organisme en l’obligeant à se défendre. dans les cas extrêmes. Et ce dernier. nous ne pouvons clore ce chapitre sur le froid dans la nature sans évoquer deux autres phénomènes de moindre importance que sont le givre et le verglas. nous choisissons de parler de la neige. Ainsi s’explique en partie. nés de la fonte de ces mêmes glaciers. connu aussi sous le nom de zéro thermique. de ses applications. si l’on dépose un morceau de glace dans une boisson. la température basse des torrents. L’hiver est en effet la saison à laquelle on s’attend à voir apparaître le givre. qui. puisqu’en effet le froid est avant tout désigné comme étant une absence de chaleur. on le sait. l’homme a su adapter son ingéniosité à ses besoins de préservation. Enfin. la glace est plus légère que l’eau. Ici. quel enfant n’a jamais été attentif à cet objet. il fond en empruntant au liquide lui-même la chaleur qui lui est nécessaire et le liquide se refroidit. placé contre une fenêtre et rendant visible la température du dehors. Ainsi. ce sont des lésions qui intéressent un segment du corps et qui se localisent électivement aux extrémités des membres. En effet. la glace. la neige. Dans la lutte contre le froid. c’est grâce à cet instrument de mesure qu’on nomme le thermomètre . les pieds de tranchée. et groupés sous le terme de pathologie du froid. de ses qualités. il est convenu de grouper les gelures. Mais abordons dès à présent d’autres types d’accidents ou troubles provoqués par l’action du froid sur tout ou partie de l’organisme. Elle est formée d’amas de petits cristaux de glace. la neige s’accumule en couches épaisses qui se transforment en glace. Le froid correspond à une échelle de température qui oscillerait en ses limites entre -273°C. nous avions abordé la notion de chaleur et répertorié un certain nombre de ses manifestations. Premièrement. Il a senti la nécessité du port de vêtements chauds mais encore a réfléchi aux techniques de chauffage de son habitat. un cas de gelure profonde : le nageur Louis Lourmet rendu méconnaissable par le froid après sa descente du Saint-Laurent à la nage. à la face. à partir d’un certain seuil. La neige se produit quand les températures atmosphériques à basse altitude sont inférieures à zéro degré. évoque le plus immédiatement le sujet qui nous intéresse. la zone touchée devient alors insensible et certaines manipulations sont alors rendues difficiles. en effet. peut chez les automobilistes devenir la cause de nombreux accidents. les engourdissements. Mais avant de passer à une description plus précise de ce qu’il est convenu d’appeler la sensation de froid. Rappelons à cette occasion deux traits caractéristiques attachés à l’eau solidifiée qu’est la glace. La première expérience du froid semble correspondre à la reconnaissance d’un état du dehors et s’accorde avec une saison appelée sous nos latitudes : l’hiver. semble-t-il. Cet exposé constitue une sorte d’introduction à ce que nous allons aborder aujourd’hui. L’expérience du morceau de glace dans une boisson sera à même d’expliquer la fusion qui peu à peu fera fondre le glacier. toute circulation est interrompue dans la zone gelée. à la cornée de l’œil. peuvent conduire à la mort. Si cet écart a pu être reconnu. Aux pôles. un photographe immobilisé dans son entreprise par la gelure de ses deux mains. deuxièmement. si un froid modéré peut être considéré comme vivifiant.

Ici. L’hypothermie peut aussi être utilisée pour certaines opérations.un malade vu à Paris en 1956. peut se maintenir quelques jours à des températures allant jusqu’à 30°C. Ce bâtiment de transit a une température variant de -30°C à +15°C. le froid industriel est étudié en vue de son application immédiate à la conservation des aliments. un des nombreux hibernateurs d’un hôpital parisien. Et. Mais le froid étend ses propriétés. ce refroidisseur de lait à immersion. le froid semble partout trouver des terrains d’application. Ainsi. Ici. Observons donc l’équipement de cette boucherie lyonnaise. notamment ceux des sous-marins. appelée encore glace sèche. quoi de plus délicieux qu’une crème glacée. ils sont alors considérés dans un état de vigilance. Le froid a enfin comme dernier effet biologique de provoquer une sorte de réjuvenescence de l’organisme. dans l’élaboration de moteurs électriques en circuit fermé. certes ralentie. L’entrepôt frigorifique portuaire stocke des marchandises déchargées des navires de haute mer. elle permet de refroidir et d’isoler une enceinte isotherme en quelques minutes. C’est d’ailleurs sur ce fait qu’est basée la conservation des denrées alimentaires. on peut parvenir à réaliser un état de « vie suspendue ». c’est parce qu’en réalité. à la conservation des organes. dans la préservation des cadavres. la composition chimique de l’air. Terrestre ou maritime. Elles permettent un stockage en entrepôt frigorifique et à plus petite échelle en chambre froide. mais comportent également l’utilisation de rayons ultra-violets et d’ondes sonores de différentes longueurs. l’humidité. rafraîchissante et sucrée… Nathalie Talec. Ici aussi. Si l’on envisage maintenant l’ensemble des expériences de greffe. Si tout cela reste possible. voire d’individus entiers. que ce soit dans l’inaltération des cuirs et fourrures. texte de la Conférence sur le froid. c’est un bâtiment cubique présentant une masse de résistance aux échanges thermiques et aux pertes de frigories. Mais venons en maintenant au domaine de l’hibernation artificielle et de l’hypothermie qui concernent plus particulièrement des méthodes de refroidissement d’un être ou d’un tissu vivant aux fins de conservation ou de thérapeutique. le froid ne détruit pas les cellules vivantes. Il existe deux systèmes d’application du froid : la réfrigération et la congélation. la glace hydrique reste encore souvent utilisée dans le domaine de la conservation. Elle place alors le sujet dans une sorte d’anesthésie générale. dans cette période d’été que nous abordons. C’est grâce aux deux techniques de refroidissement que la vie. les malades perdent conscience. dans la climatisation des salles de cinéma ou dans la construction d’espaces publics tels que les patinoires. Arrêtons-nous quelques instants sur cet éventail de réfrigérateurs domestiques conçus pour le besoin des ménagères. réfrigérants et frigorifiques. On les retrouve sous forme de wagons. il ne fait qu’arrêter le développement des micro-organismes qu’elles contiennent : développement qui se réveille dès que la température redevient normale. Bien que plus archaïque et d’efficacité plus éphémère. La neige carbonique quant à elle. on peut affirmer que la peau comme la moelle osseuse sont susceptibles de supporter la température de -190°C sans altération de leurs propriétés physiologiques. 1984 . avec une température de 23°C. au-delà même de la conservation des cellules isolées ou des tissus. d’autres modèles de glacières portatives. En deçà. Voir ici les pains de glace et leur emmagasinage dans une glacière. est utilisée pour le prérefroidissement des véhicules avant leur chargement et dans la mise en froid après chargement. ils permettent un cheminement rapide et sûr des denrées périssables. le transport sous régime de froid utilise des engins dits isothermes. Pour certains mammifères en effet. Poursuivons sur les effets biologiques du froid et précisons qu’en imposant à certains êtres vivants des froids intenses. on peut même obtenir des survies de quarante-huit heures. alors que le liquide sanguin est pris en glace à 50% de son volume. Les autres applications industrielles du froid touchent encore bien d’autres domaines en effet. Pulvérisée sous forme de neige carbonique à -79°C. dans la fabrication du béton. Les méthodes modernes de magasinage en chambre dite froide consistent à régler la ventilation. camions ou remorques.

05 Une voix au nord 1984 .

.

.

Ramon Tio Bellido Températures ambiantes recours au tableau à outrance et ceux qui préféraient des modalités d’expression plus hétérogènes dans leur champ stylistique et technique —. mais qui affichaient un réel changement dans la pratique artistique et dans sa réception. never stopped growing. while her determination was rather gratifying. partant. 41 Ramon Tio Bellido Ramon Tio Bellido is an art critic. she did not seem inclined to opportunistically sell it to the highest bidder. Nous avons bavardé pendant une demi-heure et je lui ai promis de venir voir son travail une fois de retour à Paris. independent curator. consequently. sans trop de surprises. J’ai connu Nathalie Talec lors des journées de vernissage du «Tours multiple » 1983. whatever the cost. péremptoirement parfois. à mon sens. sometimes in peremptory fashion. the peremptory affirmation of an applied singularity. quelque trente années après cette option radicale. If the first of these two characteristics may seem very old hat nowadays. mais il y a un écart considérable. Nathalie Talec seemed to affirm such a singularity— she exuded a personal difference—a distance to put it accurately. a return/recourse to the painting. Nathalie Talec semblait affirmer une telle singularité. beyond matters of artistic choice—to put it simply. pourrait se résumer dans le parti pris citationnel d’un certain art « moderne » et. il se dessinait des options qui. comme une jeune artiste à la fois curieuse de ce qui se tramait dans l’art le plus actuel et quelque peu déçue de ne pas faire partie de cet aréopage d’élus. There she was. some thirty years after that radical option was first taken. ou plutôt une posture de résistance face à des impératifs pourtant sans équivoques sur la nécessité d’en être. sans doute aucun. but for me there is a considerable difference between deciding in advance to make certain compromises that you would expect to be profitable and deliberately avoiding them. en l’adaptant si besoin à des recommandations esthético-commerciales. or rather. not so surprisingly. Elle était là. secretary general of AICA. tout en revendiquant. curious about what was happening in the newest art and a tad disappointed not to belong to that elect category. La voir ainsi (dés)orientée était assez touchant. taken to extremes. We chatted for half an hour and I promised to go and see her work when I got back to Paris. coûte que coûte… La visite à l’atelier — de fait. Seeing her thus (dis)appointed was quite touching. without a shadow of doubt. entre décider de passer sous quelques fourches caudines a priori rentables et s’en prévenir volontairement. au-delà des choix artistiques — pour aller vite. Personne n’est dupe de rien lorsqu’il s’agit de se faire valoir. secrétaire général de l’AICA. Elle affichait sans ambages une certaine impertinence. At a time when these mutations were becoming manifest and when small-group strategies were fading. elle ne paraissait pas disposée à le vendre par opportunisme au plus offrant. while staying clear of all the schemes and the “right ways” of doing things… I must admit that I have always liked that kind of attitude and behaviour. a bit like that of other young artists I came into contact with at the time. what she had told me about it was certainly intriguing enough to warrant a visit. adapting it if necessary to aesthetic-commercial considerations. but which manifested real change in both ” artistic practice and its reception. or stylistically and technically more heterogeneous modes of expression—was bound to produce a fortunately fairly copious contingent of distinctive personalities. un peu à l’instar d’autres jeunes artistes que je croisais à ce moment-là. What seemed ineluctable. les partisans d’un retour/ Ambiant Temperatures I met NathalieTalec during the opening days of Tours multiple in 1983. que l’on commençait à peine à appeler « post ». une chambre de bonne typiquement parisienne ! — n’a fait que confirmer ce que j’avais supputé : Nathalie Talec se positionnait Ramon Tio Bellido est critique d’art. n’a quant à elle pas cessé de croître jusqu’à occuper le premier plan des considérations transitives d’une critique déboussolée par la perte des commodités linéaires qu’autorisaient les avantgardes. ne pouvaient éviter de déceler un contingent heureusement assez fort d’individualités repérables. une distance à dire vrai. to put it another way. . a young artist. the value of her work. elle dégageait une différence personnelle. She made no attempt to hide a certain impertinence. Je crois qu’il est nécessaire de remémorer ces années-là. la deuxième. À l’heure où ces mutations s’annonçaient et où les stratégies groupusculaires s’effaçaient. Si la première considération énoncée ici paraît à son tour bien désuète aujourd’hui. tandis que sa détermination était plutôt gratifiante. commissaire d’exposition indépendant. Ou. options were emerging that. while asserting. a posture of resistance towards the nevertheless unequivocal imperatives of being in the swim. I think a reminder is in order regarding those years that were only just beginning to be called “post. Or. ce qu’elle m’en avait dit m’ayant suffisamment intrigué pour mériter une visite. could be summed up in the quotational approach of a certain kind of “modern” art and. and has come to occupy the foreground of the transitive considerations of critics disoriented by the loss of the linear short cuts authorised by the avant-gardes. la valeur de son travail. pour le dire d’une autre manière. dans l’affirmation péremptoire d’une singularité mise en œuvre. tout en restant en dehors des combines et des usages à suivre… J’avoue que j’ai toujours aimé ce type d’attitude et de comportement. then the second has. Nobody is fooled for a moment when it comes to getting recognition. Ce qui semblait inéluctable.

that of fiction. Car il lui fallait donner une identité perceptible au phénomène du froid.That was when I saw her works about cold. an implacable logic in the desire to carry out “projects” that were like in vivo experiments. et parce qu’ils sont en effet parlants dans leurs énoncés. does more than just make the tools and clothes to combat it. d’une narration qui déboucherait sur un potentiel élargi d’invention de personnages. her face literally crazed with cold and wearing a fur-quilted coat. the works I saw raised one of the questions then so in vogue. of multiple actors deployed in endless ramifications. ne se contente pas de bâtir des instruments et des vêtements dont elle s’affuble : sa langue même repose sur un processus « agglutinant ». Hence the photographs/self-portraits in which she takes on the appearance of an Arctic traveller. for whatever their phenomenological reality. le visage carrément givré et portant une doudoune en fourrure. heading for who knows what mission impossible. There was. s’expriment et se manifestent par cette chape enveloppant ce sur quoi ils agissent. Efficient. a typically Parisian maid’s room!—confirmed what I had guessed: Nathalie Talec took up a totally distinct position in the speculative register of artistic propositions. Se remémorer là l’analyse subtile de Roland Barthes sur les pouvoirs de déplacements évaluateurs qu’offrent de telles opérations dans le domaine du design — on cache autant que l’on ajoute une strate toute de séduction avouée — était une évidence que l’on pouvait accoler à la lecture de ces objets. the attempt/temptation to represent it and experience it in forms as obvious as they are metaphorical? As I soon realised. ForTalec needed to bestow a perceptible identity on the phenomenon of cold. la culture inuit. je ne sais trop à vrai dire. Ainsi de ses photographies/autoportraits où elle prend des allures d’arpenteur de l’Arctique.d’une façon totalement distincte dans le registre spéculatif des propositions artistiques. you might say—except for the fact that this covering operation gave it an added legibility that carried it more towards a perplexed questioning as to its justification. plus que le froid lui-même. ses ustensiles emmaillotés s’apparentent à la forme d’étranges frigos ou congélateurs. ou autour du froid. Inuit culture. sinon que cette opération de recouvrement lui donnait un surcroît de lisibilité qui l’attirait plutôt vers une interrogation perplexe quant à son bien-fondé. en partance vers on ne sait trop quelle mission impossible. la neige. Pour mémoire. de la froidure en général. anthropologiquement immergée dans les grands froids. Pourquoi le froid et non la nature — qui a parfois bon dos dans le déplacement de la pesanteur de la culture lorsqu’il faut se coltiner celle-ci — ou. frost and snow express and manifest themselves by that coat enveloping the object they act on. ajoutant des mots aux mots. which in her case was embodied by a particular character. then. mais dont les intitulés exposent clairement les intentions de vérification souvent extrêmes qu’elle envisageait d’accomplir. Accompanying the unfathomable observations and notations that issue from it.Talec did not hesitate to declare that in terms of covering and coating. C’est là que j’ai vu ses œuvres sur le froid. peu importe la réalité de leurs phénoménologies. et Nathalie Talec s’employait donc à détourner des objets en apparence anodins par le biais d’une opération aussi simple que radicale dans son résultat : les recouvrir d’une gangue. car le froid. partially dismantled fridges or freezers whose manifest functionality is zero. Mais à la différence que ça ne rendait pas la chose forcément plus attrayante — comestible et consommable en quelque sorte —. d’acteurs multiples se déployant vers d’inépuisables ramifications. of a narrative opening onto an increased potential for the invention of characters. more than cold itself. And while a measure of demonstrative scepticism needed to be added. unless that is we consider it as simply a pretext for stripping down paradoxical machines since all we could see were the components. espèces de tentatives d’expériences in vivo. celui de l’exploratrice. which is anthropologically immersed in serious cold. its very language rests on a process of agglutination. The difference was that this did not necessarily make the thing more attractive—more edible and consumable. et c’était assez à part pour être intrigant. jusqu’à produire le sens désiré… Il y avait alors une logique implacable aux désirs de mettre en œuvre des « projets ». and she therefore went about appropriating seemingly insignificant objects by an operation as simple as its result was radical: covering them with a thick layer of substance. s’il fallait y ajouter une dose de scepticisme démonstratif. le givre. that of the explorer. and they were sufficiently on the edge to be intriguing. les travaux que j’avais vus posaient une des questions tellement au goût du jour. qui n’ont pas tous été réalisés — loin de là ! —. freely adding one word to another until it achieves the desired meaning. Why cold and not nature— which sometimes gets unfairly blamed in the displacement of the weight of culture when we are landed with it—or. celle de la fiction. ce qui dans son cas était incarné par un personnage particulier. Roland Barthes’ subtle analysis of the evaluatory powers of displacements afforded by such operations in the field of design—one hides as one adds another overtly seductive stratum—naturally came to mind when reading these objects. d’enrobement. to be honest I’m not really sure what is the right way to say. Et. Accompagnant les insondables observations et les relevés qui en découleraient. her swaddled utensils look like strange. cold. of coldness in general. This was effective. la tentative/tentation de le représenter et de l’expérimenter sous des formes aussi évidentes que métaphoriques ? Je m’en aperçus très vite. or around cold. of freezing. partiellement désossés et dont la fonctionnalité s’affiche nulle. sinon à la considérer comme prétexte à une mise à nu de machineries paradoxales puisque l’on n’en percevait que les éléments. Not all of them were actually tried—far from it!—but their titles clearly convey the often extreme 42 . Nathalie Talec ne s’interdisait pas de déclarer qu’en termes de recouvrement. ad libitum. elle avait imaginé un Jeu de The visit to the studio—in fact. de la congélation.

The lamp in question looks like some piece of electrical bric-a-brac. Soit Lampe à givrer (1986). she imagined a Jeu de survie en chambre froide (Cooler survival game) in 1983. and for which she spent two good months in Greenland. il ne reste qu’à le suggérer dans des solutions (et/ ou des précipités) imagées. For. non-functional object thus acquires a presence. Pas forcément antinomique. not so much for what these writings strove to describe. et en les assumant. pour ce que ces écrits s’évertuaient à décrire. Lampe à givrer (Frosting Lamp. mais non pas tant. 1986). obsolète. si besoin était. or whatever illusion is offered. more a heater than a source of light. mais distinct dans son apparence nouvelle. and the unfathomable Travailler sous influence (Working under the influence) in 1986. one can only suggest it in imaged solutions (and/or precipitates) designed to prompt in the viewer a sense of recognition and empathy in relation to the action thus triggered. starting with the fact that one can find oneself shivering in the most fictional way. all the way up to Edgar Morin. d’Aristote à Johannes Kepler. en l’occurrence. and that consists in literally thinking that the moon is made of green cheese. pour lequel elle avait bénéficié d’une aide du Fiacre (Fonds d’incitation à la création) et qui l’a vu séjourner pendant deux bons mois au Groenland. Johannes Kepler. Vitruvius. en 1989. à Nice. so that there is nothing new under the sun in that department. but the new appearance is definitely 43 . venant expliciter la considération de l’humanité vis-à-vis du météorique. qui doivent provoquer chez le regardeur une empathie de reconnaissance à l’égard de l’action enclenchée. Mais il est dans ce cas impossible de ne pas verifications that Talec intended to make. You may say that this has long been one of the great goals of art. certes. because something does necessarily happen. On rétorquera que c’est là un des grands enjeux de l’art depuis belle lurette et. en tout cas moins éprouvants face à l’épreuve du réel ! Je me suis essayé. que l’artiste a recouvert d’un des matériaux les plus adéquats pour simuler le recouvrement du froid. telle une évidence redondante. I still believe that this cohort of quotees. osons le dire. Hors d’usage. for which she was given a grant by the FIACRE (new work support fund). an identity. grâce à une légère mais inévitable transformation qui nous est très familière. qu’à ce titre. quite simply. De l’action. et il le devient par l’onction opérée. giving substance to the consideration of humanity in relation to matters meteoric. but more for the kind of modalities of representation that they proposed in relation to such enigmatic phenomena. thanks to a slight but inevitable transformation with which we are familiar. La paraffine agit comme l’engobe chère aux céramistes. le fait qu’elle s’appuyait volontiers. The obsolete. in which I tried to analyse the operations she undertook by emphasising the role of scientist she takes on for her work. and Isaac Newton. mais on ne peut alors se départir d’un soupçon d’évaluation. L’objet reste unique. Francis Bacon. was a great help to her. Elle est revenue de cette terre inhospitalière assez décontenancée mais pleine des enseignements que procure la confrontation d’un vécu incertain et d’une fiction ou d’un jeu de rôle mimétique sans doute plus assortis. as in a tautology. She came back from that inhospitable land feeling discountenanced. Je reste persuadé que cette cohorte citationnelle. It was made using a 1960s tanning lamp (hence its paradoxical ability to burn with cold). la chose reprend une présence identitaire. apart from the decision to produce cold or frost in the industrial manner (it would be the same for heat. sur les supports théoriques que pouvaient lui fournir une cohorte de penseurs. Nice. True. un des premiers objets acclimatés par Nathalie Talec. à part le choix de fabriquer du froid ou du gel comme s’y emploie l’industrie (ou du chaud itou d’ailleurs). Aristotle. nominaliste. and because the names are so eloquent. plus récemment. de bien vouloir accepter de prendre littéralement « des vessies pour des lanternes ». bien qu’il ne s’agisse pas ici d’une production répétée. ou encore l’insondable Travailler sous influence en 1986. but one cannot resist a hint of evaluation which consists in better observing the means used towards these ends. and certainly less gruelling compared to the ordeal of reality. ayant cette capacité à distinguer les objets fabriqués en série en leur ajoutant un aspect remarquable et estampillé. because we may not recognise the initial function of the engine in question. which the artist covered with one of the materials most suited to simulating the coating effect of cold: paraffin. plutôt réchaud que producteur d’éclairage. d’Épicure à Isaac Newton et. lui était d’un grand secours. Take. In other words. Action. This ” is not necessarily incongruous. plutôt pour ce qu’ils proposaient comme modalités de (re)présentation de ces manifestations énigmatiques. car il s’y passe forcément quelque chose. lors d’un texte que j’ai écrit pour l’exposition de Nathalie Talec dans les galeries de la Villa Arson. Car tout simplement. elle affiche un redoublement. à Edgar Morin. celle. à commencer par le fait que l’on puisse se surprendre à grelotter de la plus fictionnelle des façons. déjà. displaying a second nature that we might dare describe as “nominalist. In 1989 I wrote a text for Talec’s show at Villa Arson. à une analyse des opérations auxquelles elles s’adonnait ainsi en mettant en avant le caractère scientiste qu’elle revendiquait pour son travail. for example. rien de très nouveau sous le soleil. one of the first objects acclimatised by Talec. La lampe en question est un objet aux allures de brocante électrique. la paraffine. car il n’est pas sûr que nous reconnaissions la fonction initiale de l’engin en question. consistant à mieux observer les moyens mis en œuvre à ces fins. fabriqué à partir d’une lampe à bronzer des années 1960 — d’où sa vertu paradoxale de brûler par le froid —. To recall. allant de Vitruve à Francis Bacon.survie en chambre froide en 1983. Autrement dit. in fact). but full of the knowledge that comes from confronting an uncertain experience and a fiction or a mimetic role play that were no doubt better matched. the fact that she readily referred to and accepted the implications of the theoretical support that could be supplied by a whole cohort of thinkers including Epicurus.

proving that there was really no alternative to piling on the layers. one sensed in her work the need to present a stated probability that required a certain amount of time and participation from the beholder/visitor. The paraffin functions like the slip used by ceramists. l’éclairage.Talec readily admits that for her this was an extraordinary experience in terms of “artistic ethics” because of the opportunity of having to fulfil a kind of brief while taking the responsibility for repeating in accordance with their logic the distinct “states” of her propositions. cependant. or rather. la vertu de cette initiative — sa « pédagogie ». in her Spitzberg. Chez Nathalie Talec. entremêlant des bribes de dialogue d’explorateurs capturés à Radio-France et la voix languide d’une donzelle amoureuse déclamant son amour debout sur la banquise… De fait. 1984)—or not long afterwards. illuminating—you get the picture. Talec’s participation alongside many other artists in the propositions presented at the À Pierre et Marie shows was decisive for her. Dix épisodes de manifestations s’y sont succédés entre juin 1982 et octobre 1984. car c’est bien lui. Or rather. prouvant qu’il n’y avait guère d’autre solution que d’en rajouter une couche après la dématérialisation fascinante du conceptuel et ses injonctions à commettre des activités en guise de substitut à l’encombrement objectuel. is hardly a surprising comeback. ces conférences sont plutôt des performances. and without attempting to make some passing apology for the thing. et le flair d’un Barthes signalé plus haut repointe le bout de son nez. peu de temps après. 44 . y trouver trace d’un autre indice tout aussi explicite. the virtue of this initiative—its pedagogical side. (dé)formés. These coated objects were given to us as initiatory propositions. fusse à les convoquer citationnellement dans leur apparence. displaced. et sans en faire ici une apologie circonstancielle. Car il fallait. il y en a eu à la pelle [sic]. ou plutôt. linked to the Couvent des Dames de l’Adoration. Paroles gelées. mais ils ne s’exposaient pas tout seuls. s’est formulée et façonnée dans une des œuvres les plus justes que Nathalie Talec a produite dans ces années-là. mais je crois que cette décision. in a version fairly close to the account of such an experience. This generated a tangible energy. been shovels-full of the things. But in that case it is impossible not to find here another equally explicit clue. which made it possible to follow step by step the evolution of the works shown in keeping with a protocol that was both very permissive and very precise in terms of its spatial constraints—once these had been adopted by all parties. 5e arrondissement). ce type de décisions au regard du visiteur s’affichait . mais ils étaient souvent légèrement retouchés. pour ne citer que deux artistes parmi bien d’autres au passage. Lors du 9e épisode des aventures vécues dans cette église vouée à disparaître 1. Ten such shows were held there between June 1982 and October 1984. rue d’Ulm (Paris. rattachée au Couvent des Dames de l’Adoration. qui permit essentiellement de suivre pas à pas une évolution des œuvres exposées selon un protocole à la fois très permissif mais très précis dans ses contraintes spatiales. La participation de Nathalie Talec. there were plenty of objects in the works exhibited by many artists. even if this meant presenting them as quotations. vous voyez ce que je veux dire… Le readymade. son Spitzberg. this kind of decision with regard to the visitor was overt. il y avait bien des objets à profusion dans les œuvres que proposaient maints artistes. however. déplacés. Cela suscita une énergie vérifiable. une dispute générationnelle et empathique de bon aloi. For there was a quite legitimate need to add a personal touch. of course. With Nathalie Talec. Des readymade. on ressentait chez elle la nécessité participative de mettre en scène une probabilité énoncée qui requérait un certain temps de la part du regardeur/visiteur.This was made clear fairly early on in her installations. Ou plutôt. to mention but two artists. et c’est tout à fait légitime. elle a donc instrumentalisé Une voix au nord. as when she took part in the À Pierre et Marie exhibitions by giving a Conférence sur le froid (Lecture on Cold. but they were not exhibited on their own. oserons-nous dire ! — a consisté à réunir de concert des artistes renommés et des quarterons d’aspirants créateurs que l’on ne qualifiait pas encore d’« émergents ». soit cette possibilité de devoir répondre à une sorte de cahier des charges en assumant d’avoir à reconduire dans leur logique les « états » distincts de ses propositions. dans sa logique. depuis ces débuts des eighties. having the capacity to distinguish massproduced objects by giving them a distinctive. but they were often slightly retouched. for it is that— here makes what. Since the beginning of the eighties. During the ninth episode of these adventures that took place in a church slated for demolition. une fois celles-ci adoptées par l’ensemble des parties concernées.1 L’église du 36. coming as they did after the fascinating dematerialisation of conceptualism and its injunctions to perform activities as a way of replacing the clutter of objects. was demolished in 1985. si l’on veut les ranger dans des catégories nominales. which is implicitly named in the title and in the use of the object thus treated. y apporter sa touche personnelle. parmi bien d’autres. comme lorsqu’elle participa à une des livraisons dominicales des manifestations d’À Pierre et Marie. there had. comme le faisait Bertrand Lavier ici ou Sherrie Levine là-bas. The readymade—yes. and becomes unique by virtue of the unction applied to it. conférence-bruitage pleine de sonorités étranges. individual stamp—even if the object here is not a repeat piece: it is unique. Lamp. La lampe. que le titre et l’usage de l’objet traité nomment implicitement. aux propositions d’À Pierre et Marie a été déterminante pour elle. Sans distinct. où elle prononça une Conférence sur le froid (1984) — ou. (de)formed.1 she thus instrumentalised Une voix au nord (A Voice in 1 The church at 36 Rue d’Ulm (5th arrondissement of Paris). devait être démolie en 1985. fait un come back guère surprenant vu le contexte et l’époque. Cela s’est vérifié assez tôt avec ses installations. to venture the term!—was that it brought together renowned artists and small bands of aspiring artists who in those days were not yet known as “emerging. as did Bertrand Lavier on this and Sherrie Levine on that side of Atlantic. dans une version assez proche de la relation d’une telle expérience. Nathalie Talec ne cache pas que cela a constitué pour elle une expérience exceptionnelle d’« éthique artistique ». Des objets enrobés auxquels nous avons pu assister en tant que propositions initiatiques. and here Barthes’s nose for such matters again comes into it. Pour qui s’en souvient. For those who may remember. given the period context. a very posi” tive and empathetic debate between generations.

Là réside sans doute une clef de l’ensemble de la machinerie. Et ça fuit en effet : un mince filet d’eau s’égoutte en plics-plics réguliers. à peine perceptible. Sur l’étagère du bas. alors que. these lectures were more like performances. Judging by the size and appearance. lorsque celle-ci doit se redoubler de la complicité attentive de l’autre. venant à fondre des nuages qui le surplombent. La porte de ce frigo est ouverte et. elle chante Cry Me a River. plus quotidienne : tout simplement de l’air pulsé. un moniteur vidéo laisse apparaître. the amiable ” giant Pantagruel is sailing on the high seas in his makeshift boat and hears the sounds of birds and rivers as they thaw and drop from the clouds overhead. ce qui est plus sûr. chuchoté par une chanson. it is an object. sur son embarcation de fortune en pleine mer. celui d’une époque où son amant et elle partageaient les bienfaits d’une vie commune sur les rives d’un cours d’eau retiré du monde et de son agitation. Perhaps the artist is panting vigorously after a long run. were much more so. we suppose. the cause is actually quite different and more everyday: it is quite simply the air pushed out. renvoyant aux prémices de ce genre d’ustensiles ménagers. as she herself immediately pointed out. sur l’étagère du haut. aux tonalités un brin métalliques. mais qui provient d’une tout autre cause. adventure and the yearning for freedom. car nous sommes nombreux à the North). à l’exhalaison de la respiration de l’artiste. On the lower shelf. evoking the early days of these domestic utensils. coming in little clouds of mist. as felt by the explorers who faced up to the icy immensities of Spitsbergen and other snowy territories. qu’elle soit conte ou métaphore. a lecture-cum-noise work full of strange sounds. la sensibilité d’une oralité. d’escapades et de désir de liberté l’était bien davantage. mais pas n’importe lequel. assez vieux vu son look et sa taille. alors que la manifestation d’un certain retrait. démontrant si besoin était qu’il n’est pas question de l’enjeu d’une soprano réchauffant l’atmosphère. Un bidule écologique sans doute. mais c’est tout comme) fond lentement. Again. while at the same time the frosted panel on the screen (or inside it. dans le même temps. the title of this piece was taken from a chapter in Rabelais. but not any old object: a refrigerator. It is surely not without import that. dont nous percevons la buée. comme l’éprouvent les explorateurs qui se coltinent les immensités glacées du Spitzberg ou d’autres territoires enneigés.doute n’est-il pas anodin. Malignement. le géant débonnaire écoute. which is both physically obvious and perceptually complex. cette réalité plausible rend la scène domestique. résultat d’un réchauffement dû. derrière une vitre givrée. Car Nathalie chante en effet. mais qui n’était pas encore de mise dans ces années d’optimisme. This reference came up when looking at the work. qu’elle qualifie de « concept premier de l’enregistrement sonore » : dans un des épisodes. whether as tale or metaphor. induisant notre premier réflexe à aller vérifier si ça fuit. for the rhythm at which the panel is misting up appears to be a touch faster than that of normal breathing. but I think that the logic behind this decision was formulated and shaped in one of Talec’s most telling works from this period. le givre plaqué sur l’écran (ou en son intérieur. comme elle le signale tout de go elle-même. there is a leak: a fine trickle of water flowing out in regular drip-drips. no doubt. le visage de l’artiste. She is singing Cry Me a River. Une surimpression néanmoins quelque peu spéciale ici. qui n’aurait pas dépareillé dans les collages de Richard Hamilton ou d’Eduardo Paolozzi inventoriant l’intrusion inéluctable de certains objets de notre consommation courante et maniaque. I’m not sure that Nathalie Talec had all those things in mind when she made this work. In fact. on the top shelf. il y a une bassine en plastique. c’est son envie manifeste d’ajouter. conférence ou discours. Je ne sais pas trop si Nathalie Talec avait tout cela en tête quand elle a réalisé ce travail mais. whereas the idea of a certain withdrawal. à la fois évident dans ses atours et complexe dans sa perception. Therein. lecture or speech—to imprint and superimpose (again!) over the power of vision 45 . subtilement. a priori. but what is more certain is that her manifest desire to subtly add an oral sensibility. of the warmth from the artist’s breath. but that wasn’t fashionable in those optimistic years. a plastic bowl prompts the reflex desire to look and see if there is a leak. and not at all out of place in one of those collages by Richard Hamilton or Eduardo Paolozzi recording the ineluctable invasion of the objects of our maniacal and everyday consumerism. phénomène qui pourrait être la conséquence d’une fin de course marathonienne ou d’un refroidissement agressif. Il s’agit toujours d’un objet ici. ballade typique d’amoureuse éconduite susurrant un souvenir nostalgique. de savoir que ce titre est emprunté à un terme de Rabelais dans son Gargantua. but it’s pretty much the same thing) slowly melts because. mais d’un son fluet dont la pratique suffit cependant à bouleverser le contexte climatique où il se propage. This is certainly an ecological thing. or is responding to an aggressive drop in temperature? In fact. In the episode in question. car au filet d’eau gouttant dans la cuvette s’ajoute littéralement un filet de voix. Paroles gelées (Frozen Words). de l’imprimer et de la superposer — encore ! — au seul pouvoir de la vision. Une référence qui surgira lors de l’observation de ce travail. puisque nous sommes face à un réfrigérateur. lies the key to the machinery as a whole. le chant des oiseaux et des rivières. it is fairly old. For Nathalie is in fact singing. The door of this fridge is open and. breathed out by a song. car la rythmique de la buée s’accolant à la paroi s’avère un brin plus rapide que celle d’une respiration normale. if we want to name the category. mixing snatches of dialogues between explorers picked up from Radio France and the languid voice of an amorous maiden declaiming her love as she stood on the ice cap. a video screen behind a frosted glass panel shows the artist’s face. the typical ballad of the jilted woman murmuring a nostalgic memory of a time when she and her lover shared the joys of life together alongside a tranquil river away from the world and its commotion. which she describes as the “first conceptualisation of sound recording. And yes.

Nous sautons alors une étape. il est question de relater des expériences. in 1991. comme si nous avions affaire à une peinture à faire soi-même. it is a matter of relating one’s experiences. dont elle recouvrit toute une salle d’exposition à la Villa Arson. with which she covered an entire exhibition room at Villa Arson. 1989) and other related works. s’autorisant à le faire d’une voix de fausset puisque dans ce cas-là nous sommes près d’être uniques. as if this was the kind of painting we were ” asked to make ourselves. souvenons-nous d’Encombrement thermique. The walls produced a sensation based on this effect. built on accounts of what we have ourselves experienced. for neither cold 46 . for to the drip of water in the bowl is added. which defined a virtual and yet very real space of heat. she started to build environments/installations—walls and screens—that were in general geometrically ordered. qui consistaient en un rectangle de béton à l’intérieur duquel un système d’entonnoir laissait perler de l’eau sur sa surface. or with Exhalaison (Exhalation. partant. la leur. to perceive. à la figure et à la pratique de l’autoportrait et à ses mises en scène.pousser la chansonnette en faisant la vaisselle ou autre repassage. elle a commencé à bâtir des environnements/installations — des murs et des écrans — en général géométriquement ordonnés. In the same register. as in every experiment. which consisted of a rectangle of concrete inside which a funnel system let water form beads on the surface. there was Encombrement thermique (Thermal Encumbrance) exhibited at Galerie Laage Salomon. These were works for watering or. in this case and in many others. puis les murs de la galerie de Jean-François Dumont à Bordeaux. with its double wall. mais pour des sensations opposées. de rapporter des vérifications du sensible que l’on s’essaie à faire partager. but for an opposing sensation. heureusement. 1989). si je peux la nommer ainsi. It was round about this moment that Nathalie Talec opted for another way of doing—and seeing— things. Likewise with Tableau humide (Wet Painting. Ces œuvres avaient un petit look démonstratif des leçons léonardiennes sur les crachouillis que l’on peut relever sur les murs de nos cités et. And. I am coming pretty close to the psychological basics when I say this except that. Paris. Avant de revenir à l’image. car le froid comme le chaud ne sont pas exactement tangibles mais. to complete. Ainsi d’Angle de refroidissement (1988). Les murs produisaient une sensation basée sur cet effet. Il s’agissait là d’œuvres à arroser. to the figure and practice of the self-portrait and its stagings. bâties à partir des comptes-rendus de ce que l’on a soi-même éprouvé. as the accepted terms had it at the time. dire que ça générait dans l’ensemble des formes et des figures aussi dépendantes de la température ambiante que de la régularité moins perceptible de l’appareillage et que ça restait soumis à maints aléas. Once again here we have the identification of a singularity (ours. le relevé répond à une contemplation plutôt permanente. the barely perceptible splashing of a voice with a slightly metallic tone. and whose appearance was changed by the ooze of humidity over the course of the exhibition. This was the case with Angle de refroidissement (Cooling Corner. ou du moins croyait-on le percevoir avec toute la complicité requise. This plausible reality cleverly gives the scene a domestic touch. la nôtre. avec sa double paroi. since its manifestations need to be regularly checked. quite literally. fortunately. for many of us love to sing while doing the dishes or ironing. soit on nous raconte des histoires. ou d’Exhalaison (1989). qui s’inscrivent dans une continuité logique de ce qu’elle avait proposé au préalable avec la série des objets et appareils presque systématiquement enduits de froidures métaphoriques. The superimposition here is nevertheless rather special. exposé dans la galerie Laage Salomon. se ressentent et s’expérimentent selon les états où nous nous trouvons nous-mêmes. en 1991. We then move up a level. dont l’heure de la visite n’était pas des moindres. mais je crois que leur valeur ajoutée. Ainsi. allowing ourselves to do so in a falsetto voice because that will make us nearly unique (and alone). À nouveau cette identification d’une singularité. one which stands in logical continuity with what she proposed beforehand in the series of objects and apparatus almost systematically covered with metaphorical cold. qui définissait un espace virtuel mais cependant bien réel de chaleur. selon les termes autorisés alors. 1988). “reactivating. des anecdotes. dans tous les sens du terme. and then the walls of Galerie JeanFrançois Dumont in Bordeaux. the list corresponds to a rather permanent form of contemplation. but one that readily goes beyond a supposed intimacy to face the anything but captive appreciation of the beholder. Ainsi encore de Tableau humide (1989) et d’autres œuvres apparentées. est une sorte de litote. ou. just a piping voice that nevertheless manages to transform the climatic conditions in which it is proffered. demonstrating if that were necessary that this was not about a soprano warming up the atmosphere. dans ce cas et dans bien d’autres. provenait plutôt de notre propre when this needs to be redoubled by the attentive sympathy of the other. with all the necessary sympathy. se sentent. finding ourselves in a situation where either we are preached at—that’s fairly common in the critical-social inflection of artistic practice—or they tell us stories. puisqu’il faut en contrôler les manifestations avec régularité. de même que les émotions. or at least this is what it seemed. sur la désignation toute relative de la chose artistique. Dans le même registre. la sienne. C’est environ à ce moment-là que Nathalie Talec a opté pour d’autres manières de faire — et de voir —. à Paris. Et. sur lesquels suintaient des traces d’humidité qui changeaient leur aspect au fur et à mesure de cette superposition. à achever. Je frise le b-a-ba psychologique en disant cela sauf que. à « réactiver ». of relating and seeking to share one’s verifications of the sensible. anecdotes. et nous voici dans une situation où soit on nous donne des leçons — c’est monnaie assez courante dans une acception critico-sociale de la panoplie artistique —. comme dans toute expérimentation. mais assumant ici d’outrepasser une intimité supposée pour se confronter à l’appréciation tout sauf complice du regardeur. Before coming back to the image. theirs). hers.

like the emotions. but always with that gravity of distance which clearly states that there is no trickery or a possibility that can be accepted on the terms a disciplinary sectarianism. persistence. à un insondable entêtement. We have thus been able to see her play several roles. if I can call it that. Une résolution bâtie sur la résistance. de surcroît. bold positions—a mountaineering term is perfectly suited to what is at stake: “complete solo”! Unswerving in her course. by implication. absolutely. partake in—then. C’est ce qu’elle a poursuivi. but how it works in the displacement proposed to us. sinon d’une répétition à peine déplacée dans les recouvrements qu’elle opère. Nathalie Talec nous situe dans des ambiances aussi variables qu’avérées. is a kind of understatement. tantôt chanteuse. mais conscient d’une relation à l’autre qui dépend de mises en situations et en conditions où l’on peut virtuellement autant concevoir. can be felt and sensed and are experienced in accordance with the states in which we find ourselves. in the performances she has given over the last fifteen years. Alors. but insofar as it is conscious of a relation to the other that depends on setting up situations and conditions that one can virtually as much conceive and perceive as. certes oui. some of them close to the spectacular and to a consummate art of the stage. the time at which one visited being not the least of these. sans que ses personnages ne déparent d’une constante qui tient sur la durée. about the very relative status of the artistic object. That is what she was trying for. Thus. l’art de Nathalie Talec comme un art populaire ? Peut-être pas au sens historiographique du terme. on unique. now singer. moreover. de manière bien plus explicite et démonstrative. Une invite en quelque sorte à aller voir non pas tant si ça marche. rather. none of which figures stray from what has been a constant of her work over the years. On a pu ainsi la voir endosser plusieurs rôles. 47 .potentialité de substitution expérimentale et sensorielle. Une notion proche du détachement mais aussi de l’attachement à certaines convictions. but I think that their added value. la persistance. if not a barely displaced repetition in the coverings that it effects. came. So. mais toujours avec cette gravité de la distance qui affiche bien qu’il ne s’agit pas de duperie ou d’un possible ingérable sous couvert d’un sectarisme disciplinaire. This is a notion close to detachment but also to an attachment to certain convictions. from the original cold to the current and chilling La la li. comparable à des principes communs aux explorateurs. sur des postures téméraires assez uniques — l’un des termes de l’alpinisme sied parfaitement pour décrire l’enjeu : le « solo intégral » ! Fidèle à elle-même. can Talec’s art be considered popular? Perhaps not in the historian’s sense of the term. now laboratory worker. in a much more explicit and demonstrative way. to say that overall it generated forms and figures as dependent on the ambient temperature as on the less perceptible regularity of the apparatus. now magician. participer. tantôt laborantine. yes. and that it remained dependent on many unpredictable events. to a fathomless doggedness. du froid originaire à l’actuel La la li glaçant… nor hot are exactly tangible but. avec les performances accomplies depuis une quinzaine d’années. tantôt magicienne. from our own potential for experimental and sensorial substitution. which she certainly did not adopt as tutelary figures by chance. percevoir que.These works were a bit like demonstrations of Leonardo’s lessons about the spatterings that can be seen on the walls of our cities and. to go and see not so much if it works. mais comment ça marche dans le déplacement qui nous était ainsi proposé. An invitation. certaines proches du spectaculaire et d’un art de la scène consommé. in a sense. A resolution built on resistance. dont elle ne s’est pas emparée de la figure tutélaire par hasard. Nathalie Talec places us in atmospheres as variable as they are evident. comparable to principles shared by explorers.

.

Autoportrait avec lunette d’observation des distances en terre froide 06 Portraits stratégiques 1986 .

Autoportrait avec microphone de tempête Autoportrait avec appareil photographique isotherme .

Autoportrait avec détecteur d’aurores boréales Autoportrait avec analyseur des dégagements électriques de la glace .

07 Appareil photographique isotherme 1986 .

08 Lampe à givrer 1986 .

09 À égale distance du soleil 1987 .

10 Surface de refroidissement 1987 .

11 Kilimanjaro 1987 .

12 Dolomita 1987 .

13 L’été d’Alaska 1986 .

14 Paroles gelées 1986 .

15 Spitzberg 1984 .

16 Table Caroll 1984 .

014 Exposition Tableaux humides 17 Lieu Tableaux humides année 1989 .

.

18 Angle de refroidissement 1988 .

19 Encombrement thermique 1991 .

20 Exhalaison III. encombrement I 1990 .

21 0ªT 2008

Anselm Jappe

La terreur blanche
On s’accorde facilement à dire que l’enfance et la jeunesse forment les notes de base dont sera composé le chant de notre vie. Nos premières expériences échappent largement à notre entendement et à notre mémoire, et, en outre, elles ressemblent à celles de tous nos contemporains. Chacun de nous est passé, avec plus ou moins de malheur, par les agitations que nous pouvons reconstruire ensuite dans une psychanalyse. Si ces angoisses et ces lueurs de bonheur établissent pour toujours le tissu sur lequel nous broderons nos figures, elles ne nous rendent pas encore dignes de susciter l’intérêt des autres. C’est un peu plus tard, à l’adolescence, que nous commençons à distinguer ce que nous faisons avec ce matériau brut que sont les impressions de nos premières années. Les régions polaires et le froid occupent une place centrale dans les débuts de l’activité artistique de Nathalie Talec. Nous pouvons supposer que, comme à peu près tout le monde, elle parle dans ses premières œuvres surtout d’elle-même, que ce Ici, il s’agira surtout de se mettre à la recherche soit perceptible ou non. En général, les premières de quelques correspondances entre les œuvres œuvres contiennent aussi les germes des réalisade Nathalie Talec et d’autres formes d’expérience tions successives. Entrer dans leurs motivations humaine, et d’expression de ces expériences. Selon profondes peut donc fournir la clef de tout un parMarcel Duchamp, c’est le regard du spectateur qui cours. Mais il est inutile de se mettre à chercher fait l’œuvre ; l’effet échappe donc à jamais à son ces motivations dans des anecdotes biographiques. créateur. Cette perspective devrait être particulière- Pour les trouver, il suffit parfois de sentir en nousment chère à qui a fait, comme Nathalie Talec, de la mêmes quelles cordes vibrent en recevant les sons performance la clef de voûte de son parcours. qu’émettent ces œuvres, quelles associations elles

Anselm Jappe est philosophe, professeur d’esthétique à l’école d’art de Frosinone.

Theodor W. Adorno polémiquait à raison contre la réduction de l’art à la communication, en soulignant que les grandes œuvres modernes (il cite Arthur Rimbaud en exemple) se refusent à la « communication » qui fait de l’art un objet facilement consommable. Mais si cette stratégie sert à se soustraire à la marchandisation et à la banalisation qu’entraîne le culte de la « communication », elle permet aussi de sauvegarder la possibilité d’un autre genre de relations, délivrées de la tyrannie de l’utilité et des exigences de la vie sociale courante. Si l’œuvre contient cette tension — fût-elle médiatisée par les formes les plus hermétiques, les plus intimistes ou les plus abstraites (et qui pourrait nier l’énorme tension existentielle derrière les tableaux de Kasimir Malévitch ?) —, celle-ci va se répercuter en d’autres esprits, en d’autres œuvres, en d’autres sensibilités. Le son du premier verre, s’il est bien produit, fera sonner les autres verres qui entreront alors en résonance avec le premier.

The White Terror
Theodor W. Adorno rightly inveighed against the reduction of art to communication, emphasising that the great modern works (he quotes Rimbaud as an example) refuse the “communication” that makes art an easily consumable object. But if this strategy serves to avoid the commodification and banalisation induced by the cult of “communication, it also ” allows us to preserve the possibility of another kind of relation, freed from the tyranny of utility and the demands of everyday social life. If the artwork contains this tension—even if mediated by the most hermetic, private or abstract forms (and who could deny the tremendous existential tension behind the paintings of Kasimir Malevich?)—then this will be echoed in other minds, other works, other sensibilities. The sound of the first glass, if well formed, will make the other glasses ring, and they will resonate with the first. My intention here is above all to seek out a few connections between the works of Nathalie Talec and other forms of human experience, and the expression of those experiences. According to Marcel Duchamp, it is the gaze of the beholder that makes the artwork. This view of things should be particularly dear to someone who, like Talec, has made performance the foundation of her work. Most of us would readily agree that childhood and youth form the base notes of our life song. To a great extent, our earliest experiences elude our understanding and our memory and, what is more, they are much like those of our contemporaries. Each one of us has, with a greater or lesser degree of misfortune, been through the kind of agitation that we later reconstruct in psychoanalysis. If these anxieties and glimmerings of happiness weave the permanent fabric that we will later embroider with our figures, they do not make us worthy of the interest of our fellow beings. It is a bit later, in adolescence, that we start to distinguish what we are doing with this raw material formed by the impressions of our earliest years. The polar regions and cold occupy a central position in Talec’s early artistic activity. We may suppose that, like almost everyone else, in these first works she is speaking mainly about herself, whether perceptibly or not. Generally, early works also contain the germs of later pieces. To enter into their deeper motivations can therefore provide a key to a whole career. But it is no use looking to biographical anecdotes for this information. To find it, it is sometimes enough to feel which cords vibrate within us when we receive the sounds sent out by the works—the dreams that they provoke; it is enough to let oneself 69

Anselm Jappe

Anselm Jappe is a philosopher, professor of aesthetics at the Accademie di Belli Arti, Frosinone.

1 En revanche, la recherche du passage à nord-ouest (au nord du Canada) et du passage à nord-est (au nord de la Sibérie), maintes fois tentée à partir du XVIIe siècle, obéissait effectivement à une préoccupation pratique, tout en gardant intacte sa dimension d’aventure, d’héroïsme et de poésie. Nathalie Talec s’y réfère en 1985 dans sa performance « Hommage aux disparus de l’expédition Franklin », malheureuse expédition dont les membres périrent en 1847 au Canada lors de la recherche de ce passage. 2 « Cinq minutes sur la route du pôle » est le titre de la première performance de Nathalie Talec, en 1983. 3 En 1915, il commandera une des expéditions polaires les plus épiques, à bord de l’Endurance, en faisant à nouveau preuve de son bon sens.

produisent, quelles rêveries elles provoquent ; il suffit de se laisser entraîner par le « démon de l’analogie » et de se mettre à l’écoute des correspondances et des « hasards objectifs » qui ne manqueront pas de se produire en chaîne. Comme nombre d’adolescents, je fus saisi, entre mes dix et mes quinze ans, par un véritable engouement pour les découvertes géographiques, les explorations de terres inconnues, les voyages aventureux et le dévoilement du monde. Je dévorais les livres qui racontaient ces épopées, et je me les rappelle parfaitement encore aujourd’hui. Parfois, je lisais même les relations originales ; je développais une passion pour la cartographie. Mon imagination fervente inventait de surcroît de nombreuses histoires de découvertes géographiques sur des continents imaginaires dont il m’arrivait aussi de dessiner les cartes. Mais, pour autant que me passionnaient Magellan ou Livingstone, rien ne m’attirait comme l’exploration des régions les plus froides et la « course aux pôles ». C’était surtout l’Antarctique qui me fascinait. Les Européens se sont approchés assez tôt du « Grand Nord » : ils ont colonisé le Groenland au Moyen Âge et atteint, peu après, le Spitzberg, la terre la plus septentrionale. En revanche, le quart le plus méridional du globe était encore inconnu à l’époque des Lumières, au point que les cartographes y situaient un vaste continent nommé Terra australis incognita, que certains voyageurs prétendaient même avoir entrevu. Pendant tout le XIXe siècle, de nombreuses expéditions ont tenté de s’approcher des deux pôles. Comment ne pas s’enthousiasmer

pour leur histoire ? Si le concept de « héros » — cher à Nathalie Talec, qui y indique le contraire de la « vedette » — a un sens, c’est ici. Aucun intérêt commercial ou politique immédiat ne semblait animer cette soif d’atteindre les extrémités de la Terre1. La course finale vers le pôle Sud, je l’avais lue en cinq ou six versions différentes. En effet, quelle aventure, et quelle valeur métaphorique 2 ! Ernest Shackleton qui arrive, en 1909, à 180 kilomètres du pôle, mais rebrousse chemin lorsqu’il comprend que ses provisions lui auraient permis de l’atteindre, mais pas d’en revenir3. Mon atlas de 1910, hérité de mon arrière-grand-père, indique l’endroit atteint par Shackleton comme le plus avancé, tandis que l’espace autour du pôle est encore blanc, encore à explorer… Le Norvégien Roald Amundsen, arrivant au pôle en décembre 1911, devança d’un mois l’Anglais Robert Scott. En adolescent, je comprenais déjà le formidable choc de mentalités qui avait produit ce résultat : Amundsen, personnage remarquable, apprend des Esquimaux l’art de survivre dans le froid extrême et, surtout, l’art de voyager avec les traîneaux tirés par des chiens, rare acte d’humilité pour un Européen de l’époque. Cette capacité de s’adapter à la nature et d’être à l’écoute de ceux qui la connaissent

be drawn along by the “demon of analogy” and to start listening to the succession of connections and moments of “objective chance” that are bound to occur. Like many teenagers, between the ages of ten and fifteen I had a real passion for geographical discoveries, the exploration of unknown lands, adventurous journeys and the revelation of the world. I devoured the books that related these adventures and I can still remember them perfectly today. Sometimes, I even read the original accounts. I developed a passion for cartography. Moreover, my fervent imagination made up lots of stories of geographical discoveries on imaginary continents whose maps, too, I would sometimes draw. But for all the fascination exerted by Magellan and Livingstone, nothing attracted me more than the coldest regions and the “race for the poles. It ” was Antarctica that fascinated me most of all. The Europeans moved towards the Frozen North fairly early on: they colonised Greenland in the Middle Ages and, shortly after that reached Spitsbergen, the northernmost land. However, the southernmost part of the globe was still unknown during the Enlightenment, so much so that cartographers conceived it as a huge continent called Terra australis incognita, which some travellers even claimed to have glimpsed. Throughout the nineteenth century, numerous expeditions tried to come close to the two poles. How could anyone fail to be fascinated

A

by their story? If the concept of the “hero” favoured by Nathalie Talec, by which she means the opposite of a “star, has any meaning, it is to be found here. ” There seemed to be no immediate commercial or political advantage behind this thirst to reach the ends of the Earth. I read about five or six different versions of the final race to the South Pole.1 And what an adventure it was, and with such metaphorical resonance! 2 Think of Ernest Shackleton, who came within 180 kilometres of the Pole in 1909 but turned back when he realised that his provisions would have enabled him to reach it, but not to come back. 3 The atlas dated 1910 that I inherited from my grandfather shows the place reached by Shackleton as the most advanced, with the space around the pole still white, still to be explored. The Norwegian Roald Amundsen reached the pole in December 1911, a month before the Englishman Robert Scott. Already, as a teenager, I could grasp the incredible contrast in mentalities that produced this result: Amundsen, a remarkable man, learnt from the Eskimos the art of surviving in extreme cold, and above all, the art of travelling with dog sleds, which was a rare act of humility for a European at the time. This ability to adapt to nature and

A: Description of hyperboreans, circa 1618. Engraving on copper, in Petrus Bertius, Des Tables Géographiques. © Akg-images. 1 However, the search for the Northwest Passage (in northern Canada) and the Northeast Passage (in northern Siberia), as attempted on so many occasions since the seventeenth century, was definitely undertaken for practical reasons, even if it kept its dimension of adventure, heroism and poetry. Talec refers to it in her 1985 performance Hommage aux disparus de l’expédition Franklin, a homage to members of the unfortunate expedition who perished in Canada when looking for the passage in 1847. 2 Cinq minutes sur la route du pôle (Five Minutes on the Road to the Pole) was the title of Talec’s first performance, in 1983. 3 In 1915 he was commander on one of the most epic of all polar expeditions on board the Endurance, and once again acted with great good sense. B: Roald Amundsen, the first man to reach the South Pole, 14 December 1911. © Akg-images/ Ullstein Bild. C: Anonymous engraving. © All rights reserved. D: Jack London in Eskimo clothing, 1905. © Akg-images.

70

abstraite et poétique en même temps. and. j’aurais tout de suite compris ce concept kantien. B : Roald Amundsen.Tandis qu’Amundsen. These dangerous expeditions had no practical interest. en vérité. © DR. at once abstract and poetic. un explorateur italien disparu avec son dirigeable. © Akg-images. the variety of the world disapto this dogged attempt to reach an imaginary point pears: no more men. premier à atteindre le pôle Sud. and finally dragged himself there on foot before—or so one gathers—letting himself and all his men die on the way back so as not to have to return to his country a vanquished man. Rien que de la glace et de la neige et de la neige et de la glace. What a contrast with Captain Scott. Once the contours of the Antarctic continent were determined. puis avec des poneys. plus de plantes. disparut quinze ans plus tard près du pôle Nord. suave beauty of ice and solely in figures is effectively in keeping with the naof mountains buried under eternal snows had a lot ture of the commercial society that was triumphing to do with it. Quel contraste avec le capitaine Scott. le 14 décembre 1911. On y est encore dans le monde. was lost fifteen years later near the North Pole. il semble toutefois indiquer aussi quelque chose d’autre. très élémentaires. 78º in 1842 with John However. the wild. et finalement y arriva en se traînant péniblement à pied. 82º in 1902 with the first Scott expedition. in Petrus Bertius. Dans les régions polaires. la fascination des régions polaires n’était pas due seulement à la vision de l’homme en lutte contre les éléments et à l’admiration pour les capacités extrêmes que celui-ci peut démontrer en ces occasions-là. Plus d’hommes. who tried to reach the Pole with motorised sleds that soon broke down. 1905. the snow and the ice. No chance of meeting other human beings. plus d’animaux. mais presque tout ce qui forme le monde a disparu pour être ramené à très peu de choses. an Italian explorer who had disappeared there in his dirigible. qui voulut aller au pôle avec des traîneaux à moteur. constitué par la gamme infinie des formes et des couleurs. Une fois déterminés les contours du continent antarctique. capacities that he can demonstrate on such occaWhile this enthusiasm for a conquest expressed sions. C : Gravure anonyme. disparaissait pour laisser finalement voir ce monde essentiel. and without losing a single man. and then with ponies. even if I had never heard the word at the time in the countries organising these expedi“sublime” at the time. A kind of passion. where he had flown to look for Umberto Nobile. l’Anglais gonflé du sentiment de supériorité de sa civilisation. comme si le monde des apparences. Nothing but the ice and the snow. vide de toutes B C D on the surface of the globe—both in those who actually went there and those who later relived this experience in their imagination. held out no possibility of personal wealth or of later sending colonists. no more animals. . au pôle Sud. © Akg-images. an Englishman swollen with a sense of his civilisation’s superiority. et à une seule couleur qui. plus tard. avant — semblet-il — de se laisser mourir avec tous ses hommes pendant le retour afin de ne pas devoir rentrer en patrie comme vaincu. Bien sûr. plus de couleurs.bien lui permit enfin d’arriver sans difficulté. Ces expéditions dangereuses ne représentaient aucun intérêt pratique. seemed to have overtaken these real-life or dream explorers. et sans perdre un seul homme. But there was more In the polar regions. réels ou rêvés. plus de rivières et surtout. derstood that Kantian concept. Si cet enthousiasme pour une avancée purement exprimée en chiffres est effectivement en phase avec la société marchande qui triomphait à la même époque dans les pays organisant ces expéditions. I would have immediately un. la beauté sauvage et suave de la glace et des montagnes ensevelies sous une neige éternelle y était pour beaucoup et. Aucune chance d’y rencontrer des êtres humains. no more 71 to listen to those who knew it enabled him to arrive at the South Pole without difficulty. C’est alors comme si le « voile de Maya » se déchirait. the only thing that counted was getting close to the 90º of the Pole. même si je n’avais pas encore entendu le mot « sublime ». the fascination of the polar regions was Ross. and the success of each expedition was measured by the latitude it reached: 75º in 1823 with James Weddell. revivent cette expérience dans leur imagination comme s’ils avaient été là. 88º inspired by more than just the vision of man’s battle in 1909 with Shackleton… A similar race was going with the elements and admiration for the extreme on for the North Pole. est l’absence de couleur. vite tombés en panne. semblait s’être emparée de ces explorateurs. it does also seem to indicate something else. aucune possibilité de s’enrichir ou d’y envoyer plus tard des colons. a generous soul. 78º en 1842 avec John Ross. la variété du monde disparaît. A : La description des hyperborées. Une espèce de fureur. Cependant. seule comptait l’avancée vers le 90º du pôle.tions. le succès de chaque expédition se mesurant à la latitude atteinte : 75º en 1823 avec James Weddell. Gravure sur cuivre. parti en avion à la recherche d’Umberto Nobile. © Akgimages/Ullstein Bild. 82º en 1902 avec la première expédition Scott. Of course. Mais il y avait plus dans cette obstination d’atteindre un point imaginaire sur la surface du globe — chez ceux qui y sont allés vraiment et chez ceux qui. âme généreuse. D : Jack London en costume d’Esquimau. vers 1618. Des Tables Géographiques. Whereas Amundsen. 88º en 1909 avec Shackleton… Une course similaire avait lieu vers le pôle Nord. as if they had really been.

à l’éternité des formes mathématiques. Kunsthalle. empty of all visible differentiation. © Akgimages. leaving very few. the Northeast Passage (the difficulty of which once provided Thomas De Quincey and Guy Debord with a powerful metaphor) is open. but more so because devoid of traces of life. c’est tout le monde des glaces qui risque de disparaître. that metaphysics and religion have always held up as the true world. F: The Fram. plants. Hetzel: 1866. in this sublunary world. caught in the ice of the Arctic Ocean. mais trompeuses. the substance that man must strive to attain. photo H. according to Plato. Few things so powerfully threaten man with fusion as cold and snow. Thule culture. L ’essence immatérielle des cristaux appartient. and white. que la métaphysique et la religion ont toujours indiqué être le vrai monde. image S89-1832. c’est parce que la neige est le rien : « Le flocon de neige. because they are almost the only natural elements that are rigorously geometrical and describable in mathematical terms. the snowflake and the block of ice are not the only elements concerned by all this. is the domain of figures and the pure forms of geometry. These indeed are the most perishable and yet the most durable things in the world. In Terre Adélie. Si NathalieTalec a transformé la neige en un objet artistique. although they are by nature ephemeral and have always had this metaphorical value in poetry. Nathalie Talec se réfère souvent aux écrits de Johannes Kepler sur les cristaux de neige. elementary things. 1989. ” Indeed. In Jules Verne. qui s’attache péniblement au principe d’individuation. ce ne sont pas seulement le flocon de neige et le bloc de glace qui sont par nature éphémères et qui ont toujours eu cette valeur de métaphore dans la poésie. today. explique-t-elle dans une interview. Paris. reste dans l’ordre de la nature le seul motif proche du rien. 72 . G: After thirty-five days of trekking. the polar regions are the closest we can come to the absolute. what comes across in the search for emptiness is the desire for fusion. because it is devoid of concrete objects. Ils participent ainsi du ciel hyper-ouranien. March 1895. above all. it is because snow is nothingness: “The snowflake. no more colours. and a single colour that in truth is the absence of colour. the boat of Norwegian explorer Fridtjof Nansen. H: Aurora Borealis. ivory. was disappearing so that we can see this essential world. Nathalie Talec refers frequently to Johannes Kepler’s writings about snow crystals. les chiffres et les formes pures de la géométrie. Foster. artefact IXC-2846. with nothingness. Paris: Arthaud. le travail de Nathalie Talec risque d’être involontairement le témoignage d’une disparition. En même temps. the attestation of E: Caspar David Friedrich. Les régions polaires sont. Today. no more rivers and. which is so ubiquitous in human existence. who sticks doggedly to the principle of individuation. © Roger-Viollet. It is as if “Maya’s veil” has been torn. Hambourg. They thus partake of the hyper-Uranian sky which. as if the world of appearances. Like the deserts. parce que privé de tous les objets concrets. the immaterial essence of crystals belongs to the eternity of mathematical forms. Les calottes polaires fondent. Oil on canvas. d’abandonner toute résistance au froid. Greenland is becoming fertile. d’un règne des idées pures. en s’élevant au-dessus du monde phénoménal et de ses apparences plaisantes. We are still in the world. ce qui dans ce monde sublunaire s’approche le plus de l’absolu. Canadian Museum of Civilisation. le « rien » de la neige prenant un autre sens. she explained in an interview. En effet. à l’instar des déserts — mais davantage que ceux-ci. Talec’s work could well be the unwitting witness to a disappearance. Voyages extraordinaires. 1823. le passage du nord-est (qui. We know that the great danger for travellers lost in the snow is that they will stop fighting the cold and E F peacefully fall asleep. parce qu’ils sont presque les seuls éléments naturels rigoureusement géométriques et descriptibles en termes mathématiques. dans la recherche du vide pointe le désir de fusion. to the pure reign of ideas. On sait que le plus grand danger pour les voyageurs égarés dans la neige est de s’endormir paisiblement. la substance à laquelle l’homme doit s’efforcer d’arriver. Woodprint after E. Il est donc bien question d’un moi qui s’efface et tenterait de se confronter au rien. It is thus very much a matter of a self fading away and trying to face up to nothingness. Cette sphère de l’essentiel coïncide avec le vide total. I: Snow goggles. © Expédition Française Polaire collection. At the same time. the whole world of ice is in danger of disappearing. In the age of climate change. but almost everything that forms the world has disappeared. by rising up above the phenomenal world and its pleasant but deceptive appearances. On this view of things. © Akg-images. servit de métaphore puissante à Thomas De Quincey et à Guy Debord) est libre. Hull. Dès lors. Le « héros » est alors celui qui résiste à cette tentation. Aujourd’hui. If Nathalie Talec has transformed snow into an artistic object. Photo © Canadian Museum of Civilisation.les différenciations visibles. The Sea of Ice. avec le rien. l’attestation d’une destruction. si omniprésent dans l’existence humaine. dans cette optique. le Groenland redevient fertile. ceux-ci sont à la fois la chose la plus périssable du monde et la plus durable. à l’époque du réchauffement global. The “hero” is the person who fights this temptation. parce que sans trace de vie aucune et blanches —. par sa difficulté. Peu de choses menacent aussi puissamment l’homme de fusion que le froid et la neige. constituted by the infinite range of forms and colours. selon Platon. 1952. The ice caps are melting. Riou. » En effet. où résident. This sphere of the essential coincides with the absolute void. “is ” the only motif in the natural order that is close to nothingness.

de sorte que la divine Nature tout entière n’est pas autrement maquillée que la putain dont les séductions ne recouvrent qu’un charnier intérieur. G : Après trente-cinq jours de raid. I was greatly struck by the chapter entitled “The Whiteness of the Whale. Reading Moby Dick in Death Valley. En lisant Moby Dick à dix-neuf ans dans la Vallée de la Mort en Californie. And. Riou. le grand principe de lumière reste en lui-même à jamais blanc ou incolore. Et. ne seraient pas l’image terrestre de la transcendance si elles n’étaient pas blanches. In Terre Adélie. © Akgimages. to accomplish the mystic’s quest. et que s’il frappait directement la matière il mettrait sur tous les objets. and consider that the mystical cosmetic which produces every one of her hues. Culture de Thulé. New York: Norton. et même sur les tulipes et les roses. 1823. In Jules Verne. Photo © Musée canadien des Civilisations. Entrer dans le vide. © Fonds Expédition française polaire. Je ne résumerai pas ces pages vertigineuses sur la terreur que peut inspirer la couleur blanche. not actually inherent in substances but only laid on from without. faire aboutir la quête mystique. I : Lunettes pour la neige. mais je reporte ses lignes finales : « Et si nous songeons à la théorie des philosophes de la Nature selon laquelle toutes les autres teintes de la terre […] ne sont que de subtiles tromperies. Voyages extraordinaires. © Roger-Viollet. 1866. ivoire. Huile sur toile. 1989.4 Traduire ce titre par « La blancheur du cachalot » en fait perdre la belle allitération. This is the theme of the two books that opened and closed the period of my teenage readings and dreams: The Narrative of A. so that all deified Nature absolutely paints like the harlot. Since then. sa propre teinte neutre — avec toutes ces réflexions en tête. Hull. even tulips and roses. Arthaud. n’étant pas vraiment inhérentes à la substance des choses mais seulement posées à leur surface. atteindre le point final où tout sera clair. has always been the goal of mystic disciplines. to reach the final point where everything will be clear. à la différence de presque toutes les autres conquêtes. 169-70. when I was nineteen. le rien. Moby Dick. but I will quote the closing lines of that chapter: “And when we consider that other theory of the natural philosophers. L’approche aux pôles présente donc bien les traits d’une aventure spirituelle et tire de cette qualité son pouvoir d’ensorcellement. même pratiquées par ceux qui ne cherchent rien moins qu’un dieu. unlike nearly all other conquests. The polar regions would not have this metaphysical status. © Akg-images. l’univers engourdi s’étend sous nos yeux G H I a destruction in which the “nothing” of snow takes on a different meaning. artefact IXC-2846. Paris. Je ne rentrerai pas ici dans des considérations d’histoire littéraire sur ces ouvrages et sur leurs liens. photo H. that all other earthly hues […] are but subtle deceits. nothingness. la conquête du pôle est définitive. Paris. Les régions polaires n’auraient pas ce statut métaphysique. [1851] 1967. from which it derives its power to bewitch. to come closer to the source of all things. pris dans les glaces de l’océan arctique. the great principle of light for ever remains white or colorless in itself. C’est le thème des deux livres qui ont ouvert et clos la période de mes lectures et rêveries d’adolescence : Les Aventures d’Arthur Gordon Pym d’Edgar Allan Poe et Moby Dick d’Herman Melville. H : Une aurore boréale. I do ” not intend to sum up these vertiginous pages about the terror that the colour white can inspire. would not be the terrestrial images of transcendence. even when practised by those who are seeking anything but a god. The cold and mathematical figures indicating the latitude reached by the explorers thus transmute into “figures” in another sense: they signify the distance that still separates them from the final resolution of a cosmic enigma. Hetzel. Gordon Pym of Nantucket by Edgar Allan Poe and Moby Dick by Herman Melville. the conquest of the North Pole is definitive. bateau de l’explorateur norvégien Fridtjof Nansen. je fus grandement frappé par le chapitre intitulé «The Whiteness of the Whale » (« La blancheur de la baleine 4 »). the palsied universe lies before us a leper. image S89-1832. Gravure sur bois d’après E. California. pour être plus proche de la source de toutes les choses a toujours constitué l’enjeu de la recherche mystique — qui est bien le modèle de maintes autres recherches. 4 The colour white terrifies and fascinates ” 73 4 Herman Melville. Approaching the poles thus has the qualities of a spiritual adventure. Arriver au pôle signifie alors arriver au centre du mystère. Foster. F : Le Fram. mars 1895. si nous poursuivons de la sorte et considérons que le fard mystique d’où elle tire chacune de ses nuances. whose allurements cover nothing but the charnel-house within. To enter the void. Les chiffres froids et mathématiques indiquant la latitude atteinte par les explorateurs se transmutent ainsi en « chiffres » dans un autre sens : ils signifient la distance qui les sépare encore de la résolution finale d’une énigme cosmique. To reach the pole means coming to the centre of the mystery. La Mer de glace. would touch all objects. I shall not enter here into literary-historical considerations of the books and the connections between them. . with its own blank tinge— ponder all this. I am not sure that I have ever read any other books with such power of metaphysical evocation. and if operating without medium upon matter. E : Caspar David Friedrich. Hambourg. 1952. Kunsthalle. Musée canadien des Civilisations. which themselves are a model for many other experiments. if they were not white. and when we proceed further. Peut-être n’ai-je plus jamais lu de livres possédant un tel pouvoir d’évocation métaphysique.

with a question mark. introducteur du « Rien qui est la vérité » dans une poésie qui se voulait une forme moderne de quête spirituelle. That is why. l’état du monde sans fard. À la suite de nombreuses aventures horribles sur mer. The inhabitants. he had spent a number of years coming close to it. seuls Pym et un ami parviennent à s’enfuir sur un canoë et à naviguer toujours plus vers le sud. 7 including a psychoanalytical one by Marie Bonaparte. as if the discovery of the world was not yet complete. et dans la pratique quotidienne des hommes alors affairés à tenter de bâtir un monde meilleur. à 87º de latitude. 224-225. lui aussi. Once he had reached that culminating point of transcendence. dont l’existence fut alors effectivement signalée plusieurs fois avant de s’avérer un mythe. K: Ice mask. ils trouvent une île jouissant d’un climat tempéré et habitée par des « sauvages ». I am not sure that the importance of this idea has been sufficiently stressed when trying to understand the role of white in painting in general. It is ” tempting to extend these ideas to Stéphane Mallarmé. I found it in a book written by someone who had never visited these regions: The Narrative of A. dating perhaps from the 1970s. le narrateur est à bord d’un bateau qui se propose d’avancer le plus possible vers le sud 7. a great veiled white figure appears. strikes me as coming closest to the book’s spirit. atteint son propre pôle. Ce livre délirant. metaphysical and evocative dimension of polar explorations. and in the development of Malevich in particular. A powerful current carries them towards ever warmer waters. vol. the axial point of the mysteries of the universe. 7 Gaston Bachelard’s preface to one of the French Éditions of Arthur Gordon Pym (1944. » La couleur blanche épouvante et fascine donc en ceci qu’elle est l’absence de couleur. Paris: Arthaud. Une fois parvenu au point culminant de la transcendance. Je ne suis pas sûr que l’on ait assez souligné l’importance de cette idée pour comprendre le rôle du blanc dans la peinture en général. The last pages of the book are among the most suggestive and mysterious that I have ever read. que j’ai lu pour la première fois vers l’âge de dix ans. Courtesy Jean Malaurie and éditions du Chêne. accompagnées d’informations et de descriptions très précises qui lui donnent l’air d’un de ces récits de voyage dont raffolaient les lecteurs de l’époque (et. After many horrible ordeals at sea. comme s’il s’agissait d’une expédition polaire… 7 La Jane Guy se met d’abord à la recherche d’une « île fantôme ». they find an island which enjoys a temperate climate inhabited by “savages. Saint Petersburg. certains de ces lecteurs le prenaient pour un récit vrai). who introduced the “nothing that is the truth” into poetry conceived as a modern form of spiritual quest. 6 The Jane Guy begins by searching for a phantom group of islands “called the Auroras. In Jean Malaurie. As a teenager. 5 ” But as for the true poetic and oneiric. est l’exemple parfait d’un merveilleux moderne. © Akg-images. 2002. at a latitude of 87°. the painter returned to the visible world of colours and forms. je possédais une carte géographique française du monde. avec un point d’interrogation. while the air fills with a kind of white dust. ayant consacré plusieurs années à s’en approcher avant d’y arriver. in Œuvres. le fond véritable. Black Square. Gallimard. les hommes de la Jane Guy ont la surprise de constater que la température augmente au lieu de diminuer et que la mer est dégagée de glace. paru en 1838 et bien connu en France grâce à la traduction de Charles Baudelaire. showing various phantom islands.5 Herman Melville. métaphysique et évocatrice des explorations polaires. accompanied with highly precise information and descriptions that make it read like one of those travel stories that were so J popular with readers at the time (and that. They have inspired numerous commentaries and attempts at interpretation. Six years after Amundsen and Scott. Having almost reached the Pole. Elles ont suscité de nombreux commentaires et tentatives inasmuch as it is an absence of colour. Après avoir dépassé la latitude la plus méridionale jamais atteinte par d’autres navires et avoir contourné une banquise énorme. comme un corps lépreux 5. III. what truly lies beneath. Presque arrivés au pôle. tandis que l’air s’emplit d’une espèce de poussière blanche . incredible as it may now seem. finally. Paris. apparaît une grande figure blanche voilée. Ultima Thulé. Les dernières pages du livre sont parmi les plus suggestives et les plus mystérieuses que j’ai jamais lues. Un fort courant les entraîne vers des eaux toujours plus chaudes. et dans le parcours de Malévitch en particulier. published with 5 “I experience everything in fixed shots / in artificial white / I sing Malevich in black-beaded curtains. early 1920’s. This extraordinary book. pp. notamment dans l’océan Pacifique. I had a French map of the world. qui indiquait diverses îles fantômes. All rights reserved. 1970). et dont André Gide qualifia la fameuse page blanche de sa dernière œuvre de « point extrême où se [fût] aventuré l’esprit humain ». finissent par tuer les hommes blancs . lecteur de Poe. the narrator is on a boat that is aiming to go as far south as is possible. J: Modern expedition equipment at the end of the 19th century. comme si la découverte du monde n’était pas encore achevée. and only Pym ” and a friend manage to escape on a canoe and sail even further south. some readers took to be true). Oil on canvas. a “country dif” fering essentially from any hitherto visited by civilized men. which I first read at the age of ten. is the perfect example of the modern sense of the fantastic. and to the quotidian practices of men concerned at the time to build a better world. Bibliothèque de la Pléiade. the centre of white. “the most wicked […] ” men. another reader of Poe. finalement. in one of her songs. datant peut-être des années 1970. les îles Auroras. Malevich reached his own pole. reproduced in Le Droit de rêver. and that there is no ice in the sea. To get there. when they come to a gigantic cataract. Gordon Pym of Nantucket by Edgar Allan Poe. Les habitants. le peintre est retourné dans le monde visible des couleurs et des formes. and circumvented a huge iceberg. Les choses les plus invraisemblables y sont racontées avec le plus grand naturel du monde. 1952. Voilà pourquoi Nathalie Talec peut dire dans une de ses chansons : « Je vis tout en plans fixes / en blanc artificiel / Je chante Malévitch / en noirs rideaux de perles 6 ». In Terre Adélie. « les plus méchants des hommes ». end up killing the white men. Talec says: “Je vis tout en plans fixes / en blanc artificiel / Je chante Malévitch / en noirs rideaux de perles. L: Kasimir Malevitch. se tenant face à une gigantesque cataracte. the bare state of the world. the crew of the Jane Guy are amazed to observe that the temperature begins to rise rather than fall. André Gide described the famous white page of his work as “the extreme point where the human spirit ventured” —rather as if it were a polar expedition. Moby Dick. Adolescent. 6 Having passed the southernmost latitude ever reached by other ships. Mais la véritable dimension poétique et onirique. Paris: éditions du Chêne. Russian National Museum. 74 . 6 Il serait assez tentant d’élargir ces considérations à Stéphane Mallarmé. le point axial des mystères de l’univers. the existence of ” which was attested several times before being proven a myth. published in 1838 and well known in France thanks to the translation by Charles Baudelaire. je l’avais trouvée dans un livre écrit par quelqu’un n’ayant jamais visité ces régions : Arthur Gordon Pym de Poe. pour si incroyable que cela puisse paraître. 2006. mais où « tout différait essentiellement de toutes les terres visitées jusqu’alors par les hommes civilisés ». Paris: Presses Universitaires de France. The most incredible things are related here with extreme naturalness. Six ans après Amundsen et Scott. le centre du blanc. notably in the Pacific Ocean. © Photo P Harvey/ . Malévitch a. © Expédition Française Polaire collection.

Mais. constitutes a gradual descent into the maelstrom. 9 The two feelings inspired by ice are represented to exemplary effect in the Caspar David Friedrich painting Wreck of Hope. But whatever the meaning Poe himself (who in fact never explains how the narrator managed to survive this adventure and then recount it) meant the conclusion of his book to have. L’opposition entre « désenchantement » et « réenchantement » est depuis longtemps l’un des fils conducteurs de mon approche de l’histoire de l’art moderne. However. malgré la situation objectivement angoissante. dont Poe décrit les manifestations en des termes à l’évidence empruntés aux relations de voyageurs sur le « mana » et le « tabou » des habitants du Pacifique. constitue une descente graduelle dans le maelström. without having to refer to Surrealism. il ne faut pas concevoir l’imagination comme un fait purement individuel. quel que fût le sens que Poe (qui d’ailleurs n’explique pas comment le narrateur a pu survivre à cette aventure et la raconter ensuite) voulait donner à la conclusion de son livre. which is also what ” Talec’s work tries to do.9 A self-portrait of Talec showing 75 8 However. and its decline in capitalist. auxquels l’art moderne peut répondre soit en acceptant de se faire à celuici (c’est. reproduite in Le Droit de rêver. dans le voyage ultérieur vers le pôle. Huile sur toile. personal. où. 8 Now. le cas du pop’ art). Paris. tout devient blanc. or by attempting to “re-enchant the world” in different ways. Talec shows that the fantastic can still have a central place in art today. Several times he gets himself into serious danger. from its beginning. mais même les dents de ses habitants sont noirs. » K L an introduction by none other than Sigmund Freud himself. Pym is a kind of antihero. ” In spite of the sensation of sublimity evoked by polar spaces. L’immersion progressive dans la blancheur prend la valeur d’un abandon définitif du monde habituel pour entrer dans une sphère du merveilleux 9. especially when he lets himself slide into the ravine when escaping the island. On the island where Pym and his companions land. and an attempt to describe this “experience of the ineffable. he falls into a state of dreamy apathy. This situation is well summed up by the term “disenchantment of the world” (Max Weber). in the subsequent journey towards the Pole. © Fonds Expédition française polaire. on ne voit absolument rien de blanc. L : Kasimir Malévitch. It is a fact that every form of artistic expression must confront. The colour white plays a very particular role here. DR. ainsi qu’au cours du dernier voyage. SaintPétersbourg. et son déclin dans la société capitaliste et industrielle forme un des grands arrière-plans de l’art moderne. que peut-il y avoir de valable dans l’art ? Cependant. à laquelle vise également le travail de Nathalie Talec. Sur l’île où Pym et ses compagnons débarquent. depuis son commencement selon la forme traditionnelle d’un récit maritime jusqu’à sa conclusion onirique. par exemple. the mani” festations of which Poe describes in terms that are clearly borrowed from travellers’ accounts of “mana” and “taboo” among the Pacific islanders. there is absolutely nothing that is white. or even private phenomenon. Plusieurs fois. for example). soit pour tenter de « réenchanter le monde » de différentes manières. everything turns white. she says that snow “is a space of the concentration of the marvellous. et il ne s’en sort que grâce aux autres. voire privé. Nathalie Talec démontre que. and that she herself “still ” responds strongly to the fantastic. Arthaud. In Jean Malaurie. The imagination is always a broadly social factor. The gradual immersion in whiteness comes to signify a final abandoning of the usual world and the entry into the sphere of the marvellous. comme […] le masque de cerf » et qu’elle-même « reste en effet très réactive au merveilleux ». Sans l’imagination « qui ne pardonne pas ». what can art achieve ” that is valid? However. 1970) me semble la plus proche de l’esprit du livre. For one thing. début des années 1920.Tout le livre. and only escapes because of others’ help. Without imagi” nation. éditions du Chêne. de compréhension 8. J: L ’équipement moderne d’expédition à la fin du XIXe siècle. surtout lorsqu’il se laisse glisser dans le ravin en s’échappant de l’île. si typique de Poe. Paris. et constitue une tentative de décrire cette « expérience de l’indicible ». bien au-delà de toute référence au surréalisme. it is impossible to forget their total hostility to human life. up to its oneiric conclusion. Carré noir. personnel. like […] the stag mask. Il cède notamment aux tentations de fusion. 9 Pym est cependant une espèce d’antihéros. Or. In Terre Adélie. in spite of the objectively distressing situation. © Photo P Harvey/ . le merveilleux peut garder une place centrale. et notamment une interprétation psychanalytique due à Marie Bonaparte. La vue des objets blancs en possession des explorateurs inspire aux « sauvages » une terreur extrême. Il constitue une donnée à laquelle chaque expression artistique doit se confronter. Not only the skin but also the teeth of the inhabitants are black. précédée d’une introduction par Sigmund Freud lui-même. 1952. he yields to the desire for fusion. Non seulement la peau. apparaissent mélangées à des événements ordinaires. Musée national russe. © Akgimages. Paris. The opposition between “disenchantment” and “re-enchantment” has long been one of the guiding threads of my approach to the history of modern art. he had created a powerful form of the fantastic that carries echoes of certain medieval narratives in which things that are both very strange and highly symbolic are combined with ordinary events. . il a créé une puissante forme de merveilleux qui n’est pas sans évoquer certains récits médiévaux où les choses les plus étranges.The view of the white objects in the explorers’ possession strikes deep dread into the “savages. and during the last voyage when. The whole book. même dans l’art d’aujourd’hui. In an interview. L’imagination est toujours un facteur largement social. Cette situation est bien résumée par les termes « désenchantement du monde » (Max Weber). Avec l’aimable autorisation de Jean Malaurie et des éditions du Chêne. il tombe dans une apathie rêveuse. framed as a traditional sea story. La couleur blanche y joue un rôle tout à fait particulier. which “is implacable. Quelle confirmation alors que ce propos de Nathalie Talec sur son œuvre : « C’est une manière aussi de travailler l’idée d’un réenchantement du monde. 2002. of the kind that is so typical of Poe. En revanche.8 La préface de Gaston Bachelard à une édition d’Arthur Gordon Pym (1944. Presses universitaires de France. mais à grande valeur symbolique. il se trouve en grand danger par sa faute. Elle affirme dans un entretien que la neige « est un espace de concentration du merveilleux. Ultima Thulé. we should not conceive of the imagination as a purely individual. What a confirmation it was when Talec stated that her work is “also a way of working at the re-enchantment of the world. also known as The Sea of Ice. K : Masque de glace. to which modern art may respond either by agreeing to adapt to this (which is what Pop Art does. industrial society is one of the great underlying themes of modern art.

en réalité. qui prétendait avoir trouvé en 1823 dans l’Antarctique une mer sans glace. exploration à résonances psychanalytiques s’il en est12. We always hope for heat after cold. I could have taken Verne’s novel as a truthful account and undertaken the journey myself. Nathalie Talec définit la glace ainsi : « C’est un état de dualité : il brûle quand il est trop fort (sous la glace. if you try. On attend toujours la chaleur derrière le froid. which are also explorations of inner territories. you can—like Alice in Alice Through the Looking Glass—enter a magical world where “everything is upside down. sa description d’un Antarctique sans glace et de l’île habitée située à une latitude où. who claimed to have found a sea without ice in Antarctica in 1823. 11 Half precocious researcher. se transforment en animaux et des animaux qui. ne pouvait se satisfaire de la conclusion mystérieuse d’Arthur Gordon Pym et tenta d’en donner une explication rationaliste dans son roman Le Sphinx des glaces. autre image archétypale de l’imagination de l’adolescent… the wounds inflicted by freezing expresses the aggressiveness of cold. the hotter it gets. And that is exactly what ” Poe says about the island where not even the water has its usual characteristics. are transformed into men—another archetypal image of the teenage imagination. and one cannot forget this “human coldness” that we often discover in our adolescence. his description of an Antarctica without ice. Jules Verne. la nuit. I tried to understand if the journey of Captain Morrell. Mais je me rappelle chaque détail de son Voyage au centre de la Terre. another territory that features in Talec’s cartography. at night. dont le récit de son voyage au centre de la Terre guide l’expédition racontée par Verne. using the local library. Perhaps that is the mean” ing of Poe’s fiction. coldest parts of the world. à l’aide de la bibliothèque municipale. at night. begins on the moors of Iceland. avait existé. even in the most inhospitable. Elle affirme cependant : « L’art est pour moi une aventure sérieuse. où des chamans dansent entre des hommes qui. I can hardly remember this book. encore un territoire qui fait partie de la cartographie de Nathalie Talec. The American government even agreed to organise a polar expedition to verify this hypothesis. Gordon Pym of Nantucket and attempted to give a rationalist explanation in his novel The Sphinx of the Ice Fields. in reality. also a desire to flee the coldness of bourgeois relations. the ” medieval Icelandic scientist (in fact invented by Verne using a technique that anticipates Jorge Luis Borges). un auteur américain nommé John Symmes avait sérieusement émis l’hypothèse que la Terre est cave et qu’aux deux pôles se trouvent des gouffres qui donnent accès à son intérieur et dont exhale la chaleur de cet intérieur . whose account of his journey to the centre of the earth guides the expedition related by Verne. fût-ce dans les régions les plus inhospitalières et les plus froides du monde. half dreaming child. le savant islandais médiéval (en vérité inventé par Verne selon une technique qui annonce Jorge Luis Borges). le gouvernement américain avait même accepté d’organiser une expédition polaire pour vérifier cette hypothèse. We do not know whether Edgar Allan Poe or Lewis Carroll inspired Nathalie Talec. j’aurais pu réellement prendre le roman de Verne pour un récit véritable et faire moimême le voyage… De même. la température ne dépasse jamais les -20º n’est pas à prendre comme un élément purement fantastique ou symbolique : quelques années plus tôt. il est impossible d’oublier l’hostilité totale à la vie humaine qui y règne10. On n’a jamais pu démêler ce que Poe a « voulu dire » avec son roman. One cannot be attracted by the cold without bearing in mind its fundamental incompatibility with human life. commence dans les landes de l’intérieur de l’Islande. but one impression that we definitely take from it is that. 11 Cependant.11 And this expedition towards another pole. when you get beyond a certain point. which is not one of his best. autre point dans le système des coordonnées cartésiennes revêtu d’une valeur mythique. Il n’est pas donné de savoir si Edgar Poe ou Lewis Carroll ont été des sources d’inspiration pour Nathalie Talec. which has been so important in her performances of recent years. entraîne l’imagination vers la Sibérie et les bois glacés infinis baignés par la lumière blanche de la lune. 10 However. and of the inhabited island located at an altitude where. la nuit. comme la plage sous le pavé. » C’est peut-être le sens de la fiction de Poe selon laquelle. De toute manière. Anyway. and give out the heat from within. ” The play of correspondences around explorations of the great wide world. the centre of the Earth. plus il fait chaud11. 12 Moitié érudit précoce. had really existed. an exploration with psychoanalytical resonances if ever there was one. on peut — telle Alice dans De l’autre côté du miroir — basculer dans un monde merveilleux où « tout est à l’envers » — et c’est exactement ce que dit Poe de l’île où même l’eau ne possède pas ses caractéristiques habituelles. On ne peut pas être attiré par le froid sans tenir compte de son incompatibilité fondamentale avec l’homme et. where shamans dance between men who. je me mis à enquêter pour savoir si « Arne Sacknussemm ». I began investigating to find out if “Arne Saknussemm. qui n’est pas parmi ses meilleurs. a fact which seems to have escaped commentators on Poe. the place where Morrell claimed to have fetched up with his boat is in fact in inland Antarctica. si important depuis quelques années dans ses performances. according to which. Mais qui serait l’auteur de la mystification ? Malgré la sensation de sublime que suscitent les espaces polaires. le feu). Je me souviens à peine de ce livre. le centre de la Terre. was not satisfied with a mysterious ending like the one in The Narrative of A. surtout on ne peut oublier cette « froideur humaine » que l’on découvre souvent pendant l’adolescence. She does however say that: “Art for me is a serious adventure. autre auteur phare de ma première adolescence. dépassé un certain point. avait été inventée par Poe pour donner crédibilité au voyage d’Arthur Gordon Pym vers le pôle.10 Les deux sentiments qu’inspire la glace sont représentés de manière exemplaire dans le tableau de Caspar David Friedrich La Mort de l’espoir. But I do remember every detail of Journey to the Centre of the Earth. should not be taken as purely fantastical and symbolic: a few years earlier. si la relation de voyage du capitaine Morrell. moitié enfant rêveur. se transforment en hommes. connu également sous le titre La Mer de glace. n’est-il pas aussi un désir de fuir la froideur des relations bourgeoises. je tentais de comprendre. Whereas the stag mask. does not end here. Jules Verne.10 No one has ever managed to extricate what Poe “meant to say” in his novel. another key author of my early adolescence. Si cela avait été le cas. transports the imagination to Siberia and its infinite frozen forests bathed in the white light of the moon. and animals that. Et cette expédition vers un autre pôle. ne s’arrête pas ici. bien plus insupportables que les tempêtes arctiques ? Le rapport au froid reste donc ambigu. l’endroit où Morrell prétendait être arrivé avec son bateau se trouve en fait à l’intérieur du continent antarctique. But who invented the mystification? 76 . an American author called John Symmes seriously voiced the hypothesis that the Earth is hollow and that at the two poles are abysses that provide access to its interior. mais on en retient assurément au moins cette impression : si l’on tente l’aventure. Tandis que le masque du cerf. Likewise. Le même désir d’aventures qu’éprouve l’adolescent. » Le jeu des correspondances autour des explorations du monde extérieur. on ne peut l’aimer vraiment. which are much harder to bear than arctic storms? The relation to cold thus remains ambivalent: one cannot truly love it. had been invented by Poe to bestow credibility on Arthur Gordon Pym’s journey to the Pole. Un autoportrait de Nathalie Talec mettant en relief les blessures infligées par le gel exprime cette agressivité du froid. qui sont également des explorations du monde intérieur. ce qui semble avoir échappé aux commentateurs de Poe. like the proverbial beach beneath the paving stones. plus on approche du pôle. the temperature never rises above -20°. Is not the adolescent’s desire for adventure. the closer you get to the pole. are transformed into animals. If he had. another point in the system of Cartesian coordinates that is endowed with mythical value. Talec defines ice as “a state of duality: it burns when it is too strong (fire under ice).

3 1990 . 2.22 Cristal de neige. arrangement en colonnes 1.

23 Sans titre 1987 .

.

.

24 Groenland 1987 .

.

25 Les Esquimaux ne savent pas nager 1984-1985 .

26 Sans titre 1983 .

27 Sans titre 1983 .

28 Autoportrait avec paire de lunettes pour évaluation des distances en terre froide 1986 .

29 Portraits gelés 1986 .

30 Abri météorologique 1996 .

31 Hommage aux disparus de l’expédition Franklin Paris 07/03/1985 .

.

.

32 Cinq minutes sur la route du pôle Cologne 14/12/1983 .

.

33 Cinq minutes sur la route du pôle 1983 .

Bordas. coll. Paris: Arléa. 03 Maxence Fermine. ” 1994. 3 Maxence Fermine. Paris: Bordas. 1994. It is all the reality of an object. Neige. La neige et l’hiver. il s’agit d’appréhender la construction d’une œuvre dans sa matérialité comme dans son immatérialité et de cerner ainsi l’un des différents éléments constitutifs de l’œuvre. posture picturale dramatique De la transparence à l’opacité d’une pratique de la réalité « Neige limpide Passerelle de silence Et de la Beauté Musique de neige Grillon d’hiver Sous mes pas Femme accroupie Urine et fait fondre La neige3 » Des différents états de l’eau. 2000. « Bordas cultures ». 1999.Traité de bave et d’éternité1. 01 Isidore Isou. Histoire matérielle et immatérielle de l’art moderne. I mean to apprehend the construction of a body of work in both its material and immaterial aspects and thus to determine one of the different constituents of the work. concentrating on water and its recurrences in the conceptions and forms of her works. rédacteur pour la revue Laura. forme-sujet-matière. I shall therefore limit myself to the substantive characteristics of her practice. 2 Florence de Mèredieu. D’arts éditions et Hors Commerce. 02 Florence de Mèredieu. elle est toute la réalité d’un objet. Cette substance. Présente dès les origines de son travail. Talec’s recent watercolours offer fluidity of matter without excluding the body. the eternity of painting gives way to the thickness of slaver and humours. By the term substance. Pour éviter un décalage et parvenir à l’élaboration d’un discours comparatif et analytique. Traité de bave et d’éternité. Par le terme de substance. je m’en tiendrai donc aux caractéristiques substantielles de sa pratique. revient Treatise on Dribble and Eternity:1 Pictorial Consciousness and Practice in the Work of Nathalie Talec The pictorial vocabulary represents a central basis of artistic conceptions in the elaboration of the fields of modernity. Paris. Neige. Paris: D’arts éditions and Hors Commerce. which leads me to reprise a material and immaterial history of the artwork. To propose a painted reading of the practices of Nathalie Talec posits the incoherence between a discourse and a corpus of works. 30. les récentes aquarelles de Nathalie Talec donnent à voir une fluidité de la matière sans en exclure le corps. Enfin. Paris. Histoire matérielle et immatérielle de l’art moderne. l’éternité de la peinture laisse place à l’épaisseur de la bave et des humeurs. Snow and Winter. ce qui m’amène à reprendre une histoire matérielle et immatérielle de l’œuvre2. The artistic act is as much mental as physical. Traité de bave et d’éternité. nécessaire à l’existence d’une inscriptible demande du réel. dont le polymorphisme des pratiques rend impossible une lecture unifocale. ” Ghislain Lauverjat . Snow and cold allow us to trace the contours of the pictorial issues involved in this practice. Present from the origins of her work. cette substance liquide permet à l’artiste d’aborder le principe de dilution. Quand l’eau se fait trouble et organique. In art. 30. “Bordas cultures. conscience et pratique picturales chez Nathalie Talec Ghislain Lauverjat est doctorant en histoire de l’art. Finally. en art. 1 Isidore Isou. substance is necessary to the existence of inscribable demand for the real. coll. La neige et le froid permettent de tracer les contours des enjeux picturaux de cette pratique. the polymorphous practices of which preclude any single-focus reading. this liquid substance enables the artist to address the principle of dilution. me concentrant sur l’eau et ses récurrences dans la conception et les formes de ses œuvres. Nathalie Talec retient le motif de la neige comme effet visible du froid. Translation: “Limpid snow / footbridge of silence / and of beauty / Music of snow / winter cricket / beneath my feet / Squatting woman / urinates and melts / the snow. Dramatic Pictorial Posture From the Transparency to the Opacity of a Practice of Reality Neige limpide Passerelle de silence Et de la Beauté Musique de neige Grillon d’hiver Sous mes pas Femme accroupie Urine et fait fondre La neige 3 95 Ghislain Lauverjat is preparing a doctorate in art history and writes for the journal Laura. Paris. Proposer une lecture peinte des pratiques de Nathalie Talec pose l’incohérence entre un discours et un corpus d’œuvres. Arléa. Le geste artistique est tant mental que physique. To avoid disparity and achieve a comparative and analytical discourse. J’aborderai à travers trois états de l’eau trois états de la pratique de Nathalie Talec. 2000. Ghislain Lauverjat Le vocabulaire pictural compose une base centrale des conceptions artistiques dans l’élaboration des champs de la modernité. 1999. When water become murky and organic.2 Looking at three states of water I shall examine three states of Tale’s practice. p. La substance est.

23. of white bestows undeniable polychrome qualities In all Bruegel’s landscapes. C’est dans Paysage d’hiver avec patineurs et trappe aux oiseaux (1565) que Bruegel donne véritablement le sentiment de peindre sur le motif. La neige donne à ce tableau de Bruegel une uniformité et une intensité dramatique. Musée d’Orsay. auquel fait écho la note introductive de la conférence sur le froid5 : « Sur le terrain. Oil on panel.4 of the monochrome formed by snow. Vienna. épisode 8 ». et montre toutes les facettes de la monochromie du matériau qu’est la neige. cycliquement dans sa pratique artistique. Elle est une surface glissante. Hunters in the Snow. Several Bruegel It is white. Les flocons. les principales difficultés sont dues à la A B falling snow. 36. Snow gives this painting by Bruegel uniformity and dramatic Hunters in the snow (1565) by Bruegel the Elder intensity. a more realist and above all more powerful. l’homme n’est qu’une fraction face à l’immensité de la nature. Bruegel représente un paysage perçu au travers d’une chute de neige. exposition « À Pierre et Marie. 4 Ibid. Ce motif. aussi réel que fictionnel. This displacement offers It is constantly being transformed.. convoquant l’interprétation de véritables impressions visuelles. Figured forth by touches of white paint. Elle se change en eau 4. theatrical vision. Kunsthistorisches Museum/The Bridgeman Art Library. Flemish artist makes them powerful by means of Bruegel represents a landscape perceived through narrative deafness: the actions depicted here speak 96 Of the different states of water. © Vienna. The In The Adoration of the Magi in the snow (1567). 1868. uniformity and dramatic intensity. unifient la composition tant dans sa surface que dans sa temporalité. It reveals a pioneering aesthetic interest on the part of the artist. 5 Nathalie Talec. © Sotheby’s/Akg-images.. A: Pieter Bruegel the Elder. Winter on the Seine. Elle est blanche. Snow endows Bruegel’s painting with Snow possesses five main characteristics. man is but a fracon the snow here. Il révèle chez l’artiste un intérêt esthétique pionnier. 23. Kunsthistorisches Museum. Un tel déplacement offre une vision plus réaliste mais surtout plus forte. Oil on panel. In Winter Landscape with Skaters and is the most famous snow scene in the entire his. Paris. Kunsthistorisches Museum. D: Claude Monet. Lavacourt. La part picturale de l’œuvre de Talec trouve sa source dans ce constat de réalité. © Akg-images. and shows all the different facets It changes into water. establishes a substantial link between Nathalie Talec and painters such as Bruegel the Elder and Claude Monet. La neige met en stase cette représentation. « La neige possède cinq caractéristiques principales. une exposition en travaux. p. 1565. B: Pieter Bruegel the Elder.4 Ibid. plus théâtrale. figurés par des touches de peinture blanche. the snowflakes unify the painting both as a surface and in its temporality. . Winter Landscape with Bird Trap. 1984. 1879. Elle se transforme continuellement. 1601. which is as real as it is fictional. établit un lien substantiel entre Nathalie Talec et des peintres comme Bruegel l’Ancien ou Claude Monet. Les principes de recouvrement dans des nuances de blancs confèrent à la neige d’indéniables qualités plastiques polychromes. The Magpie. C: Claude Monet. Dans tous ces paysages de Bruegel. Ce geste pictural marque une innovation ainsi qu’un manifeste optique pour l’exactitude de l’observation en peinture. Vienna. subject and matter—recurs cyclically in her artistic practice. L ’artiste flamand les rend puissants au moyen de la surdité narrative : les actions figurées ne nous renvoient qu’à une fiction de l’image.Bird Trap (1565) Bruegel really gives the impression tory of painting. © Akg-images/ Erich Lessing. Oil on canvas. This substance—form. in snowy environments. Il y a dans L ’Adoration des mages sous la neige un brouillage de la perception par la neige. Elle fige la nature et la protège. invoking the interpretation of real visual impressions. more It is a slippery surface. This pictorial approach constitutes both an innovation and an optical manifesto for exactitude of observation in painting. » Chasseurs dans la neige (1565) de Bruegel l’Ancien est le plus célèbre paysage de neige de toute l’histoire de la peinture. The principle of layers of shades that he is painting after life. tion when set against the immensity of nature. 5e arrondissement. paintings depict episodes from the New Testament It freezes and protects nature. Paris. rue d’Ulm. Dans L’Adoration des mages sous la neige (1567). le peintre campe dans un environnement enneigé des épisodes du Nouveau Testament. « Conférence sur le froid ». This motif. À plusieurs reprises. Talec takes the motif of snow as the visible effect of cold.

Nathalie Talec. 1986. In painting. 61. 2004. There is in The Adoration of the Magi in the Snow a blurring of perception by the snow. une exposition en travaux. 8 Voir Philippe Junod. 6 ” This demonstrates the physical impossibility of representing snow and cold as an illusion. Talec uses the artefact of paraffin to surmount the impossibility of tactile experience in the work of Bruegel. 08 See Philippe Junod. C D to us only of a fiction of the image. En art. 9 Florence de Mèredieu. La neige en est un emblème. In the nineteenth century. figurer la neige est une opération plus mentale que physique. À la transparence de sa cristallisation s’oppose l’opacité de sa représentation. The snow acts as a decorative fabric and sensorial setting of painting. dès l’origine. La neige. Paysage d’hiver avec trappe aux oiseaux. qui nous renvoie à nouveau à la narrativité comme possibilité de mimesis. 1565. 06 Jean-Jacques Languepin. op. Musée d’Orsay. Nathalie Talec sertit physiquement ce fait dans une pratique du froid. La substance est alors double. La neige agit alors en tant que tissu décoratif et écrin sensitif d’une histoire. musée national d’Art moderne. the main difficulties are due to the condensation that covers lens and viewfinders with each sudden change of temperature. the transparency of mimesis showing the landscape possibilities of painting. the colour white is contradictory. de la réalité à la peinture. 1868. cit. Le blanc peut être « envisagé soit comme couleur (matérielle). Petite note à l’intention des amateurs de photographie. carton de la « Conférence sur le froid ». En peinture. snow’s pictorial use is the opposite: it is a way of demonstrating the opacity of paint. À l’époque moderne. Huile sur bois. invitation to “Conférence sur le froid. Chez Claude Monet. Ainsi. 1601. representations of winter give rise to a real opacification of the pictorial surface. © Sotheby’s/Akgimages. Vienne. la neige est pour le paysage la possibilité de la représentation picturale du blanc. which is echoed by the introductory note to the lecture on cold:5 “In the field. Les deux démarches ne sont toutefois pas totalement exclusives l’une de l’autre. D : Claude Monet. Chasseurs dans la neige. la transparence de la mimesis montrant les possibilités paysagistes de la peinture.8 Snow is an emblem of this. Monet exploite la neige non comme figure du froid mais comme effet de matière et de sensations. Paris. Kunsthistorisches Museum. Centre Pompidou.7 the substance of snow finds a way of occurring. 1984. Avec la Lampe à givrer 7. Au XIXe siècle. la couleur blanche est antinomique. Nathalie Talec repousse l’impossibilité du ressenti haptique de l’œuvre de Bruegel. Snowy substance creates a dramatically charged framework which once again refers us to narrativity as the possibility of mimesis. With the Lampe à givrer (Frosting lamp). Paris. les représentations hivernales donnent lieu à une réelle opacification de la surface picturale. » Cela nous démontre une impossibilité physique à représenter la neige et le froid comme illusion. © Vienne. whether religious or not. Jacqueline Chambon. Nîmes: Jacqueline Chambon. surtout pour les viseurs à hauteur d’œil que la chaleur du visage suffit à embuer 6. Snow makes this representation static. Musée National d’Art Moderne. In many of his works. Kunsthistorisches Museum/The Bridgeman Art Library. La substance neigeuse crée un cadre à charge dramatique. A : Pieter Bruegel l’Ancien. B : Pieter Bruegel l’Ancien. des nuances. 2004. La Pie. 5th arrondissement. By thus reinserting cold. 36 Rue d’Ulm. 07 Lampe à givrer. qu’elle soit sainte ou non. “Conférence sur le froid. White can be “considered either as a colour (matter). En réinsérant ainsi le froid. Transparence et opacité. © Akg-images/Erich Lessing. Paris. 1984. Cette œuvre présente un phénomène physique : la transformation par le froid de l’eau en givre. In Claude Monet. the highly materialist terms of transparency and opacity oppose mimetic painting and painting re-engages with other visual links to the real. Monet exploits snow not as a figure of cold but as an effect of matter and sensations. par l’artefact de la paraffine. épisode 8. especially for viewfinders at eye height that the warmth of the face is enough to cause to mist over.. Hiver sur la Seine. Huile sur toile. 1986. In the modern age. p. essai sur les fondements théoriques de l’art moderne. soit comme non-couleur (immatérielle et invisible).6 Jean-Jacques Languepin. The pictorial part of Talec’s work has its source in this registering of reality. 1879. Transparence et opacité. Centre Pompidou. both pictorial fact and event. Vienne. Nathalie Talec. Lavacourt. les termes très matérialistes de transparence et d’opacité vont opposer la peinture mimétique à une peinture réengagée dans d’autres liens visuels avec le réel 8. des épaisseurs se manifestant parfois au sein de la paroi apparemment la plus neutre9 ». 7 Lampe à givrer. la neige se trouve devant une impossibilité d’être représentée. © Akg-images. Nîmes. Dans de nombreuses œuvres. Talec physically sets this fact into a practice of cold. ainsi sa substance n’est pas équivalente. Petite note à l’intention des amateurs de photographie. condensation qui recouvre objectifs et viseurs à chaque changement brusque de température. This work presents a physical phenomenon: the transformation of water into frost by cold. ” 1984. The 97 05 Nathalie Talec. la neige a un emploi pictural inverse : elle est un moyen de démontrer l’opacité de la peinture. The substance is therefore double here. or as a non-colour (immaterial and invisible). Visually. essai sur les fondements théoriques de l’art moderne. la substance de la neige trouve son occurrence. . Huile sur bois. Plastiquement. exhibition ” À Pierre et Marie. C : Claude Monet. Paris. Kunsthistorisches Museum. elle est fait pictural et fait événementiel. the snow represents the possibility of the pictorial representation of white in landscape.

In Monet. causing the ice to dislocate. Le calme chromatique s’oppose à la violence de la touche et de l’événement. video. Les impressionnistes traitent la réalité par la matière et incarnent dans leurs œuvres une puissance de la couleur. In Talec’s work. By confronting cold. En se confrontant au froid. Une analogie avec celui d’Otto Runge en forme de globe identifie le blanc au pôle. thus there is no equivalence in its substance in reality and in painting. hachant le temps : le lustre de glace. ainsi que le gel des rivières et des fleuves furent suivis d’un brusque dégel. Dans la performance Play Back. sans dramaturgie. renvoie donc la peinture à un témoignage bref et subjectif. arrangement en plaquette. 12 Cristal de neige. The white disappears and gives way to the primary substance. arrangement en plaquette. dont font partie le blanc et sa figuration paysagiste de la neige 10. The Impressionists conveyed reality using matter and their works embody a power of colour. 12 Cristal de neige. Soleil couchant sur la Seine à Lavacourt —. the elementary but not visible brick of matter. therefore reduces painting to a brief. FRAC FrancheComté. Nathalie Talec two approaches are not totally mutually exclusive. A double fiction is thus inscribed at the heart of the practices of painting. This artificial snow. An analogy with Otto Runge in the form of a globe identifies white with the Pole. elle interroge la pratique picturale à travers un élément. Ce second corpus 11 a un double intérêt. La neige est à la fois la transparence de la mimesis et l’opacité de la poesis. In Cristal de neige. however. without dramaturgy. Par le champ lexical de la neige et du terme effet. a passing state in the existence of the water molecule. Vue de Vétheuil la débâcle. les toiles datant de 1880 — La Débâcle près de Vétheuil. la neige reprend les fonctionnements picturaux de la représentation de sa substance. De très fortes chutes de neige. The white landscape infinitely evokes the drama of these environments. arrangement en plaquette (Snow crystal arranged on a plaque)12 Talec shows us a microscopic view of a snowflake. Nathalie Talec nous montre une vue microscopique d’un flocon de neige. Chez Monet. brique élémentaire mais non visible de la matière. is at once décor and matter. une couleur. Le paysage blanc donne une infinité d’évocations de la dramatique de ces environnements. Cette vidéo inscrit le cristal de neige en tant que durée. Dans l’œuvre de Nathalie Talec. already ” employed in the titles of his canvases in 1873. Nathalie Talec change le référentiel de la figuration. Le blanc disparaît et laisse place à la substance première. Croisée intéressante d’un fonctionnement chromatique et de son équivalence géographique en connaissance de l’attraction polaire de Talec. By using impasto and broadening his ranges of colours to represent white. Chez Nathalie Talec. subjective testimony. 1990. 11 Citons. He resorted to snow in response to Japanese prints. revealing space. la substance prend corps dans une réalité. there was an impossibility of representing snow. Aucune peinture ne peut présenter l’existence transitoire de la neige. ” from the start. With the lexical field of snow and the term effect— “effect of snow” and “effect of winter”—he implies an Impressionist treatment of the substance. It is the substance of artificiality. Talec addresses a great question regarding the modern function of painting. For this he reused the term “effect. Monet repeated similar points of view in order to demonstrate the variability of light effects. Besançon. 61. a colour. Vue de Vétheuil la débâcle. La Débâcle. recouvrant l’espace. which includes white and its landscape figuration of snow. 98 . « effet de neige » ou « effet d’hiver ». 11 Without being exhaustive. physically but also mentally. The flatness of these canvases was also meant to give an interpretation and above all an impression of the Neo-Romantic theatricality of the forces of nature. Dans certains de ses portraits. Besançon. one could mention the canvases from 1880 — La Débâcle près de Vétheuil. The transparency of its crystallization stands in contrast to the opacity of its representation. Dans ses actions performatives. Frac FrancheComté. Cette neige artificielle. For Monet these meteorological debacles were a motif for representing the modulation of light. snow is merely a way of handling paint in the modernist opacity of the painting. l’action se répète et se coupe. In his series.. The mediation between her and the works raises the question of a more corporeal practice of painting. and the freezing over of rivers followed by a sudden thaw.10 The harshness of the winter of 1879-80 caused what the French press called “debacles”: heavy falls of snow. Il réutilise alors le terme d’effet. vidéo. 10 The nineteenth century was the great age of art grammarians when the chromatic scale was broken down into numerous schemas. This second corpus11 is of twofold interest. Par volonté sérielle. au centre de la fiction de l’acte. état passager dans l’existence de la molécule d’eau. arrangement en plaquette 12. Par une réinsertion réelle ou fictionnelle. il implique un traitement impressionniste de cette substance. Soleil couchant sur la Seine à Lavacourt —. she interrogates pictorial practice through an element. Monet démontre toute la complexité contemplative de la neige. La médiation entre elle et les œuvres soulève une pratique plus corporelle de la peinture. The chromatic calm stands in opposition to the violence of the touch and the event. La rigueur de l’hiver 1879-1880 entraîna ce que la presse nomma des débâcles. since shades and thicknesses can appear even on the most neutral-looking surfaces. Monet demonstrates the full contemplative complexity of snow. snow repeats the pictorial functions of the representation of its substance. Nathalie Talec réinvestit la grande question de la fonction moderne de la peinture. Ces débâcles météorologiques sont pour Monet un motif de représentation picturale des modularités de lumière. Monet utilise des points de vue très similaires afin de démontrer la variabilité des effets lumineux.10 Le XIXe siècle est le grand temps des grammaires de l’art où l’on décompose la gamme chromatique sous de nombreux schémas. Il a recours à l’enneigement en réponse aux gravures et aux estampes japonaises. provoquant la fonte et la dislocation des glaces. In the light of Talec’s interest in the poles. est à la fois décor et matière. physiquement mais aussi mentalement. déjà présent dans les intitulés des toiles de 1873. 1990. Par l’empâtement et l’élargissement des gammes de couleurs pour représenter le blanc. Dans Cristal de neige. La Débâcle. Snow is at once the transparency of mimesis and the opacity of poesis. In her performances. Une double fiction s’inscrit ainsi au cœur des pratiques de la peinture. pièce centrale de l’acte. Les Meules ou Le Givre. la neige n’est qu’un moyen de travailler la peinture dans l’opacité moderniste du tableau. Nathalie Talec utilise la neige tant comme révélateur calorifique que comme élément autonome. Il s’agit de la substance de l’artificialité. 9 Thus. Les Meules and Le Givre. La platitude de ces différentes toiles vise également à donner une interprétation et surtout une impression de théâtralité néoromantique des forces de la nature. op. This video inscribes the snow 9 Florence de Mèredieu. Snow. as well as older paintings such as La Pie. ainsi que des toiles plus anciennes comme La Pie. at the centre of the fiction of the act. fond sous nos yeux et marque ainsi une temporalité linéaire. dans une évocation non exhaustive. Nathalie Talec uses snow as both revealer of heat and autonomous element. cit. this interplay between a chromatic function and its geographic equivalence is an interesting one.

la texture des liquides donnent une S’instaure alors un dialogue entre les pratiques picréalité autre aux sentiments. Mais ce visible fait disparaître une des pas précipités part de réel. Paris. aggressed by cold. By the dramatic narrative of her performances. The supple rendering gives an extendaC’est un verrou fermé ble. The drop of blood appearing in many portraits evokes the founding pathos of the modern image and becomes the at once transparent and opaque substance of her practice. Ce ressenti et les modifications physiques qu’elle matérialise corporalisent la substance aqueuse. No painting can present the transitory existence of snow. . The aqueous has neither limits nor contours. en tant que substance. And the water serves as des effets de pudeur shifting mirror of a rigid reality with the violence of Qui laisse imaginer an elusive act.a new visual dynamic of the work. substance is embodied in a reality. dont les larmes. organic chemistry. becomes a spatial and temporal in Besançon.Gustave Courbet L ’Hallali du cerf (1867 3. With Talec.05 m). Solo intégral. Par la drama. paroles extraites de la chanson Haute fidélité. Talec changes the referentiality of figuration. premiered in the performance Haute fidélité. de souffles. crystal as duration. de chimie organique. Nathalie Talec organique. Les limites de Le corps comme émetteur et réceptacle sa représentation sont dépassées par le corps luides eaux épaisses même. La goutte de sang figurant sur de Nathalie Talec. la pratique sensitive du froid est physique. agressée par le froid. the body lets us see the liquid concentrations of its experience. eaux mortes sans corps. still water without a body. L ’eau. But this visible des humeurs de la bave makes part of the real disappear. Les tableaux. Confronted with the harshness of a des frissons et des pleurs13 reality. of which tears. or at least its frontiers. Musée du Louvre. Les liquides ne sont plus de simples faits picturaux : avec Nathalie Talec. words from the song Haute fidélité. melts before our eyes and thus denotes a linear temporality.55 × 5. pèle. fois transparente et opaque de sa pratique. Talec re-engages the feel. of Thick Waters The limits of its representation are exceeded by The Posture of Presence in Nathalie Talec the body itself. blood flows. la la li. La surface de la toile s’agite de remous. the sensory practice of cold is physical. L’aqueux n’a ni limites ni contours. sweat and saliva are all visible phenomena. Les liens tant visuels que sémansont autant de phénomènes visibles. ou du moins ses frontières. peels. il est Posture de la présence chez Nathalie Talec le dedans et le dehors. Nathalie Talec réinQui laisse imaginer sère la vie dans l’épaisseur de l’eau. In her performance at the Musée des Beaux-Arts as a substance. Liquids are no longer simple pictorial facts: with Talec. Par son travail corporel. il rend la réalité abstraite et l’abstrait narratif.turales et performatrices. Le rendu des humeurs de la bave souple nous donne un temps étirable. montre comment la peau. Translation: “It is a flayed ox / in the shadow of a cellar / hurrying steps / the humours of slaver/ It is a closed lock / of the effects of modesty / that lets us imagine / trembling and tears. Thus re-involved. By a real or fictional reinsertion. Chez des sentiments. ” . marker of her artistic practice. Nathalie Talec Les scènes de chasse de Courbet comportent deux offre au regard du spectateur une concentration caractéristiques : le temps hivernal et le cerf. Talec shows how the skin.tiques permettent une comparaison fusionnelle. réenvisageable. it makes C’est un bœuf écorché reality abstract and the abstract narrative. are clouded by suspended matter. The weight and the texture of liquids bestow a reality on feelings. Paris. Et l’eau fait office de miroir mouvant d’une C’est un verrou fermé réalité rigide à la violence du geste insaisissable. In the performance Play Back. On peut considérer la fin du « C’est un bœuf écorché discours esthétique par le réengagement physique dans l’ombre d’une cave dans le présent. 13 janvier 2006. This feeing and the physical modifications that it materialises body forth the watery substance. Beyond painting. One can dans l’ombre d’une cave consider the end of aesthetic discourse by physides pas précipités cal re-engagement in the present. The surThe Body as Emitter and Receptacle face of the canvas is moved by eddies and breaths. Talec reinserts life in the thickness of water. the action is repeated and cut. lie de façon emblématique les pratiques son ressenti. chopping up time: the ice chandelier. L ’espace défini des frissons et des pleurs 13 » plonge le spectateur dans une nouvelle dynamique visuelle de l’œuvre. 13 January 2006. The space thus defined plunges the spectator into In her corporeal work. ings in a physical or organic enunciation. Nathalie Talec 99 13 Nathalie Talec. Le cerf. la la li. The paintings. a central piece in the action. par sa présence miscé laisse voir les concentrations liquides de iconique. se troublent de matières en suspens. musée du Louvre. le sang coule. Solo intégral. Talec offers the spectator a concentration of feelings. Le poids. l’espace rugueux qui de l’image moderne et devient la substance à la accueille une violence dans l’illustration narrative. Au-delà de la peinture. des effets de pudeur Face à la dureté d’une réalité. Nathalie Talec réengage Dans sa performance au musée des Beaux-Arts les sentiments dans une énonciation physique et de Besançon. Le corps ainsi réim. on retrouve l’iconographie dramatinombreux portraits renvoie à ce pathos fondateur que de l’hiver et de la neige. re-envisageable time. tique narrative de ses performances. It is the inside and the outside. créée pour la performance Haute fidélité. In some of her portraits. la sueur ou la salive des deux artistes. devient un se met en action devant le tableau monumental de marqueur spatial et temporel de sa pratique artisti.13 Nathalie Talec. Water. que.

London. Londres. Larme. and his companion. and formally. first. Paris. Adam Biro. a type of coach. Courbet. a condition that. Courbet.14 Valérie Bajou. le piqueur qui décharge un coup de fouet. the frontal triumphs and blocks the panoramic perspective. des chiens qui aboient. 1989.05 m). d’autant qu’il ne réalise plus par la suite d’œuvres aussi gigantesques. 5. panoramique et presque cinématographique de l’hallali nous « prouve l’importance que Courbet lui attribuait. du fouet qui va claquer. National Gallery) évoque le souvenir d’une mésaventure qui s’est produite près des forêts domaniales de Levier : une diligence ayant versé. because of the irregular. 787-815. no. que formelle. Les proportions obligent le spectateur à s’impliquer dans la scène à la suite des deux chasseurs. Dans ces paysages de neige. The monumental. 2003. tant thématique par l’intermédiaire des images du cerf qui hurle. © Akg-images. 1867. and the totally exposed genitals of the stag that has fallen to the ground. the dominant notes of The Hallali are. qui bloque la perspective panoramique. colorent maintenant l’image tout entière et trouvent une expression explicitement sexuelle dans la représentation des pénis dressés des trois chiens les plus en vue et des parties génitales totalement exposées et vulnérables du cerf tombé à terre15. the rough space that hosts violence in a narrative illustration. the atmosphere of Courbet’s monumental Naufrage dans la neige (The Diligence in the Snow. The iconic presence of the stag emblematically linked the practices of the two artists. National Gallery) evokes the memory of an accident that occurred near the forest of the estate of Levier: a diligence. baying dogs. The visual and semantic links enabled a coalescing comparison. Thus. 1. 1860. Ainsi. et son compagnon. Cela nous renvoie au rapport physique instauré par Jacques Lacan entre deux tableaux de Courbet. we find the dramatic iconography of winter and snow. Jules Gaudy. 1860. the space empty and without depth. Dans « La Métaphysique de Courbet — Une lecture de La Curée ». is sunk in the snow and peasants have come to pull it out with their oxen. The sky is low. 15 ” Talec shows with a smooth violence the disappearance of her own existence. souffle. originalement en accord avec l’intensité de la chasse. 2003.37 x 1. 14 In “Courbet’s Metaphysics: A ” Reading of the Quarry. Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie. Besançon/Lauros/ Giraudon/The Bridgeman Art Library. a terrible pathos. through images of the bellowing stag. bizarrement réparties dans l’espace. 3. Le ciel est bas. centered on the unbearable agony of the stag and. des paysans viennent la dégager avec des bœufs. Peut-on alors estimer que l’artiste est le got into action in front of a monumental Gustave Courbet painting L ’Hallali du cerf (The Death of the Hunted Stag. More precisely. 99. “French Issue” (Sep. in all respects inharmonious dark (and in the case of the dogs and horse. irrégulières. 1. les notes dominantes de L’Hallali du cerf sont. The proportions oblige the beholder to become involved in the scene. peculiarly spaced. in the back- E: Gustave Courbet. Besançon. The Death of the Hunted Stag. » Nathalie Talec montre dans une violence sans heurt la disparition de sa propre existence. the whipper-in. National Gallery. L ’Origine du monde et Le Château de Blonay 16. © Musée des BeauxArts et d’Archéologie. les humeurs et le sang. en ayant pour fond une toile dont les dimensions renvoient à la peinture d’histoire mais qui présente le simple drame d’une scène quotidienne. 14 Valérie Bajou. du cheval cabré qui peut-être hennit. Budapest). an uncontrollable excitement. both thematically. 100 .55 x 5. Le format monumental. nº 5. 15 In La Part de l’œil. Jules Cusenier. Szepmüvészeti Museum. en tous points inharmonieuses (et dans le cas des chiens et du cheval. The Diligence in the Snow. 15 In MLN. setting up a dialogue between pictorial and performative practices.99 m. on top of that. F: Gustave Courbet. Si la neige contextualise dramatiquement cette scène. tout d’abord. with. all the more so since he would make no other works on this gigantic scale. 1984). une excitation incontrôlable. qui cabre son cheval en l’arrêtant net14 ». musée d’Orsay) avec un paysage enneigé de Courbet.99 m. Oil on canvas. à cause de la trop grande insistance du souligné de formes sombres. Alors le drame s’incarne dans les larmes. Michael Fried offre une des plus belles lectures de cette toile : « Un effet quasi hallucinatoire de cacophonie auditovisuelle.37 × 1. Le peintre est le premier spectateur de sa pratique. Talec’s backdrop or “canvas” presents similar characteristics. des formes sombres et claires) contre un fond blanc-bleuté. Courbet’s hunting scenes have two main characteristics: winter weather and the stag. l’espace est vide. and whip about to be cracked. who is making his horse rear up as he brings it E to an abrupt halt. Vol. now colors the whole image and is given explicitly sexual expression in the representation of the erect penises of the three most prominent dogs. originally in agreement with the intensity of the hunt. rearing and perhaps whinnying horse. Michael Fried offers one of ” the finest readings of this canvas: “An almost hallucinatory effect of audial-visual cacophony. Oil on canvas. panoramic and almost cinematographic format of the Hallali “proves the importance that it had for Courbet. 16 Jacques Lacan choisit de cacher L’Origine du monde (1866. dark light shapes) against a bluish white ground. London. sans profondeur. Le Château de Blonay (1875. Plus précisément. like the two hunters. With Talec. l’atmosphère du monumental Naufrage dans la neige de Courbet (1860. centré sur l’agonie insoutenable du cerf et ensuite. ce qui définit un être s’y incarne. triomphe le frontal. Jules Cusenier. un pathos terrible. Paris: Adam Biro. une condition qui. « La toile de fond » de Nathalie Talec présente des caractéristiques similaires. 1867 . In these snowy landscapes. Jules Gaudy. le trophée monumental qui figure au centre de la toile est bien corps et non neige. L’art comme une vision de la vie qui s’incarne différemment à chaque période tout en gardant une ontologie identique. who is cracking his whip.

mais qui manque d’organisme. premier spectateur de la pratique de l’art ? Les personnages principaux de la toile de Courbet sont absorbés dans leur action et leurs regards ne cherchent personne hors du tableau. dans la fluidité de la matière. Il n’y a aucune projection à l’extérieur de l’action peinte. L’œuvre L ’Hallali du cerf appartient à l’éternité. Talec re-engages us in feeling.E : Gustave Courbet. La performance génère une réincarnation évidente de la pratique picturale. Can we therefore conclude that the artist is the first spectator of the practice of art? The main figures in the Courbet canvas are absorbed in their actions and their gazes do not seek anyone outside the painting. Talec par un souffle humide redonne une vie et une éternité changeantes. . relationnelles et relativistes à ce corps à la rigidité cadavérique qu’est la peinture. Tout le conditionnement de la fluidité de la pratique performative nous ramène à cette possibilité d’une immédiateté et d’une conservation de la temporalité créatrice. This takes us back to the physical relation instituted by Jacques Lacan between two Courbet paintings. Budapest). nous sommes à notre tour absorbés. En repositionnant le spectateur dans l’instantané de la performance. All the conditioning of the fluidity of performative practice takes us back to this possibility of an immediacy and conservation of creative 101 16 Jacques Lacan chose to hide The Origin of the World (1866. Réengagés dans ce temps de création. 1860. En se plaçant dans une frontalité de monstration. moving. L ’Hallali du cerf. a canvas whose dimensions evoke history painting but which presents the simple drama of an everyday scene. Nathalie Talec introduit dans l’image les notions de pathétique. Son Solo intégral nous fait pénétrer dans cet espace de l’intermédiaire entre l’œuvre et nous. with her back to the canvas. Art as a vision of life that takes form differently in every period while maintaining an identical ontology. de violence et même d’action. If the snow dramatically contextualises this scene. Londres. The painter is the first spectator of her practice. By placing herself in the frontality of showing. the monumental trophy seen in the centre of the canvas is indeed a body and not snow. The immediacy of performance plays on the same temporality as that of the spectators. By making the margins of the work fluid. breath—the elements that define a being are given form here. Whereas. By this re-moistening of painting. in Courbet. The “crusting-over” of certain pictorial practices nowadays is presenting works that are circumscribed in their matter. © Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie. De la bave qui coule de la gueule du cerf. By re-engaging pictorial practice through the obvious possibilities of the body and its sensorial. L’immédiateté de la performance joue sur la même temporalité que celle du spectateur. « L’encroûtage » de certaines pratiques du peintre présente aujourd’hui les œuvres circonscrites dans leur matière. sensitive and emotional pathos. Talec provokes spectators with the gaze and takes them beyond theatricality. Le Château de Blonay (1875. sensitively. any more than he does connections founded on plasticity or by aesthetics. pas plus que de liens fondés sur la plasticité ou par l’esthétique. Effectivement la peinture évoque cette caractéristique de l’éternité d’une pratique qui est celle d’un champ de la modernité. chez Courbet. F : Gustave Courbet. Par cette réhumidification de la peinture. au travers des possibilités évidentes du corps et de son pathos sensoriel. Nathalie Talec réinsère du vivant par le fictionnel et par le dépassement des caractéristiques contemplatives. humours and blood. sensitif et émotionnel. relational and relativist eternity into this cadaverously rigid body that is painting. Ce réalisme pictural ne produit ni projections théâtrales ni postures sentimentales. 1867 Huile sur toile. Szepmüvészeti Museum. Musée d’Orsay) behind another Courbet painting. Alors que celle-ci ne semble. we are absorbed in turn. L’Origine du monde and Le Château de Blonay. artiste. Nathalie Talec provoque du regard le spectateur et l’amène à un dépassement de la théâtralité. spectateur). Nathalie Talec nous réengage dans le sentiment. il ne reste que la croûte de la peinture. temporellement. Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie. narrativement. dos à la toile. Le Naufrage dans la neige. . National Gallery. diegetically and temporally. Besançon. They are absorbed sentimentally. she makes us forget the painting object but not its creative interstice. There is no projection outside the painted action. mouvantes. Besançon/ Lauros/Giraudon/The Bridgeman Art Library. Huile sur toile. Talec works in the substance of water and its incarnation. elle nous fait oublier l’objet peinture mais pas son interstice de création. En fluidifiant les marges de l’œuvre. Nous sommes face à une réalisation épidermique. il ne suscite pas de considérations abstraites. violence and even action. En réengageant la pratique picturale. qui ne peut exister que sur un même temps. This pictorial realism produces neither theatrical projections nor sentimental postures. Tears. this seems to be absorbing only in the act of its making. With a moist breath Talec breathes life and a changing. Talec travaille dans la substance de l’eau et de son incarnation. Il est absorbé sentimentalement.16 And so the drama is embodied in tears. Courbet ne nous réengage pas dans une autre pratique que la peinture en tant que telle. Courbet does not re-engage us in another practice of painting as such. Talec introduces into the image the notions of pathos. Qu’est-ce qu’une peinture fluide ? C’est une peinture qui reprend F ground. Faire se rejoindre la temporalité de la pratique et celle du public crée une collusion des différentes sphères (œuvre. By repositioning the spectator in the instantaneousness of performance. he does not prompt abstract considerations. Re-engaged with the time of creation. © Akg-images. sensitivement. absorbante que dans son acte de réalisation.

artist. Beyond the fixity of the drying. cette peinture organique par sa concentration aqueuse. reactivates the bond 102 . réactive le lien de l’œuvre avec le corps. she changes its appearance and includes us physically in the immaterial. fluide et transparente. dont l’huile n’est pour l’artiste qu’une rapidité de réalisation créant un corpus cohérent matière à l’aspect très corporel. The lightness of this work becomes an object-imprint of the performances. Here is embodied the aesthetic of dripping. that of the watercolours transfixes. une brève durée éternelle. s’autonomise. L’humidité de la performance suscite un état englobant qui. The fluidity and rapidity of the making create a corpus that is coherent and effective. en s’inscrivant dans le temps. coulure du sang. Her Solo intégral takes us into that space of what is between the work and us. des récentes aquarelles de Nathalie Talec. Le tableau définit un espace mais aussi un fragment d’éternité. Deux notions sont au cœur de la définition du monde. Le travail de performance dans la frontalité de l’œuvre. durs et une fluidité matérielle du opaque qu’est la peinture à l’huile. An Aqueous Body of Colours. elle en change l’aspect et nous inclut physiquement dans l’immatériel. Once again the suspension of time. une étrange attractivité de la fluidité revendique. to the work of performance. diamant aqueux. a short eternal duration. L’aquarelle est le dégel de cette croûte des yeux précis. beyond the set. In effect.amène à penser au dégel. Un peu En réponse aux capiteuses œuvres peintes de de pigments et beaucoup d’eau. un écoulement. ou dans l’espace du musée. spectator) that can exist only within the same time frame. inscribed in time. The painting defines a space but also a fragment of eternity. hard eyes and a material fluidity of gesture. Ces portraits ont en eux cette immédiateté de la pratique de l’intime tout en renvoyant dans leur essence à la mise en scène de l’individu. Ces portraits ressemblent à une image souvenir de postures prises lors des performances. temporality. Moment de réchauffement. comme une frongeste. Like the gaze of her performances. Fleetingness grants the performance a great impact over a shorter time. qui nous donne à voir une beauté intangible. il est la perte de cette esthétique du froid signifiée par le givre. a strange attraction of fluidity leads to the thought of thawing. celui tière dans son observation. un fil. Le lieu et les détails s’effacent pour Un corps aqueux de couleurs. ne laisser que la netteté du regard. a flow. These portraits have within them this immediacy of the practice of the intimate while referring us in their essence to the staging of the individual. pure painting recovers its fluidity in the behaviour of performance and its narrative link. aqueous diamond. A little pigment and a lot of water. l’aquarelle est toute l’attention et voilant ce qui se trouve autour. All that remains of the slaver that dribbles from the stag’s mouth is the crust of paint. De nouveau la suspen. but one that lacks an organism. And what if Talec’s aesthetic were liquid in all its states? Reheating an artistic practice. devient éternel. pose la chanson Haute fidélité. l’aquarelle. Dans l’intime de l’atelier. Two notions are at the heart of the definition of the world: time and space. fuyante et Ces portraits réitèrent une confrontation entre passagère. légère. la peinture pure retrouve sa fluidité dans le comportement de la performance et de son lien narratif. dilution des choses par concentration. réengage la notion de la durée par cette fluidité. L ’art est donc un moment organique qui. le temps et l’espace. au-delà du décor. the watercolour. What is a fluid painting? It is a painting that recuperates its temporality. Tout cela provoque un blocage avec le vivant. Au-delà de la fixité du séchage. All this engenders a blockage in relation to the living. À l’inverse d’une image des aquarelles transperce. These portraits reiterate a confrontation between precise. Art is thus an organic moment that. The work L ’Hallali du cerf belongs to eternity.met au regard de plonger dans la profondeur des objet des performances. the Visual Relic of a Time of Action The last state of water as substance is found concentrated in the dilution of the pigment in Talec’s recent watercolours. Alors s’incarne l’esthétique de la coulure. concentrant en un point figée que l’on ne peut transformer. Comme le regard de ses performances. which offers us the sight of an intangible beauty. becomes eternal. au travail de performance. re-engages the notion of duration by virtue of its fluidity. sa surface aqueuse perLa légèreté de ce travail devient une empreinte. Talec reinserts life through the fictional and by going beyond contemplative characteristics. In the intimacy of the studio. The work of performance in the frontality of the work. Nathalie Talec comet efficace. concentrating all the attention on one point and veiling what is around it. the drip and flow of water. into the fluidity of matter. We have before us an epidermal creation. or in the space of the museum. The wetness of the performance brings about an inclusive state that. se sion du temps. coulure de l’eau. La fluidité et la Courbet. the dilution of things by concentration. the drip and flow of blood. Et si l’esthétique de Nathalie Talec était liquide dans tous ses états ? Réchauffant une pratique artistique. A moment of warming. Ce miroir de relique plastique d’un temps action l’âme sans reflet qu’est l’aquarelle renouvelle la Le dernier état de l’eau comme substance se possibilité de montrer l’essence de l’être dans et retrouve concentré dans la dilution du pigment au-delà du corps. this kind of painting that is organic by virtue of is aqueous concentration. La fugacité octroie à la performance un impact plus grand sur un temps plus court. it is the loss of that aesthetic of cold signified by the frost. painting evokes this characteristic of the eternity of a practice which is that of a field of modernity.vagues successives d’une eau qui se mélange. plunges each viewer into a time of fusion. a thread. plonge chacun dans un temps fusionnel. To bring together the temporality of practice and that of the public creates a collusion of different spheres (work. Surface vibrante de ces sa temporalité.

the colour with which she is skilled at playing. Watercolour is the thawing of the opaque crust that is oil paint. its watery surface enables the gaze to plunge into the depths of successive waves of a water that mixes. à ses fluides. non formel. but is this bleeding-nose blood or watercolour? One starts to say that watercolour is only a medium. this preliminary that reminds us of the body with its fluids and its smells. Taking the great modern questions upon her own corporeal self. This mirror of the soul without reflections that is watercolour renews the possibility of showing the essence of being in and beyond the body. à ses odeurs. dans toute sa pensée et dans son corps. without artifice. with all her thought. nous retrouvons ce que nous voyons et nous voyons ce que l’artiste montre : des portraits de Nathalie Talec. Her polymorphous practice creates a complex work that confronts us intellectually with matter and physically with thought: thought is embodied and the painting becomes duration. qui transforme notre perception de l’art et de la vie. The image. In response to the heady works painted by Courbet.possibilités de vie. fleeting and transient song Haute fidélité. mais sensible et intellectuel. l’aquarelle ressemble à Nathalie Talec. we find what we see and we see what the artist shows: portraits of Nathalie Talec. Once again. is still there. watercolour is fluid and transparent. asserts and becomes autonomous. The place and the details fade to leave only the clarity of the gaze. la couleur dont elle sait se jouer. Nathalie Talec produit une œuvre sensitive et généreuse. it is the water and the pigment of her vocabulary. Une nouvelle fois sans artifice. And yet this is a synopsis that engages us with Talec’s fictional universe. in a way that is not formal but sensuous and intellectual. These portraits resemble a memory image of postures taken during performances. Cette pratique s’engage dans un lien avec la peinture. 103 . Talec composed the light. Contrary to a fixed image that cannot be transformed. the icon. and that transforms our perception of art and life. Nathalie Talec trains her gaze on the substance of water. and her body. Sa pratique polymorphe donne une œuvre complexe qui nous confronte intellectuellement à la matière et physiquement à la pensée : la pensée se fait corps et le tableau se fait durée. Talec produces work that is sensorial and generous. L’image. Investissant dans sa propre corporalité les grandes questions modernes. Pourtant il s’agit là du synopsis qui nous engage dans l’univers fictionnel de Nathalie Talec. mais alors ce saignement de nez est-il fait de sang ou d’aquarelle ? On en vient à se dire que l’aquarelle n’est qu’un médium. elle est l’eau et le pigment de son vocabulaire. This practice connects with painting. ce préliminaire qui nous renvoie au corps. between the work and the body. like a frontier in her observation. watercolour resembles Nathalie Talec. whose oils are for the artist only a material with a highly corporeal appearance. l’icône est toujours là. Nathalie Talec porte un regard sur la substance de l’eau. A surface vibrant with these possibilities of life.

.

34 Les silences parlent entre eux 2003 .

35 Notes groenlandaises 1988 .

.

36 Sans titre 1987 .

.

arrangement en étoile 1990 .37 Cristal de neige.

.

.

38 Cristaux de neige 1990 .

Haute fidélité Belfort 10/11/2006 .39 Solo intégral.

.

40 Solo intégral, la la li Besançon 13/12/2006

Food for love

I love what I eat

41 Aquarelles 2007

Elle chante pour passer le temps
« La grande vie poème qui eût oublié de se frotter au néant labile Mange la vie » de tout être, au non-être et de l’interroger par l’emÉtienne Roda-Gil, Si on chantait preinte, la tentative maniaque d’organisation de la page et de la mélodie ? Qu’est-ce que la chanNul doute que le projet général de NathalieTalec, le pro- son sinon le poème de l’idiot ayant « rencontré » le jet du bric-à-brac d’os et de chair qu’elle cintre, qu’elle poème, le poème qui sourd du poème enfin apparu ceinture et qu’elle moule, est de « trouer le réel ». au champ des objets, enfin né. La chanson n’est Nul doute que le projet général de Nathalie Talec, pas à proprement parler composante de l’œuvre de cette disparate post-pop de signifiants à papa, de Nathalie Talec, c’est l’épitomé de cet œuvre qui de motifs à croquer, de stucs à sucer, est de sug- est chanson, c’est-à-dire recouvrement d’un recougérer la présence de plus qu’un trou au réel, d’un vrement à saturation, à vomir, poème d’un poème, défilé vers quelque chose que rien ne cintre, que ordre d’un ordre. Kitsch, oui, mais kitsch en quoi se rien ne ceinture, que rien ne moule. signale le travail souterrain d’une onde, kitsch hâve, Ce bazar coruscant annonce que quelque chose kitsch aux joues creuses, kitsch à travers quoi cirau-dedans saigne, c’est l’évidence ou le degré zéro cule un sang noir d’acide. de son exégèse. Plus que cela, au-dedans quelque NathalieTalec sur-signifie, c’est entendu. Elle cintre, chose va et vient, flue et reflue, terraqué, sang noir ceinture, moule, gomine, boudine, fourbit des bauet bouillonnement fou à quoi la forme s’ancre et druches et ce formidable excès de recouvrement par que la forme offusque jusqu’à saturation de forme, la forme désigne en creux ce qui la menace. jusqu’à peut-être, au terme eschatologique dessiné de l’œuvre, vomir in cute de vomir intus, jaculer l’in« Elle construit des cabanes forme dans un grand abandon, expectorer enfin le très haut dans les montagnes dedans, dire ouf. et fait des champs de foudre Ceci posé, j’en viens à la chanson et j’ai presque qu’elle réduira en poudre » tout dit car qu’est-ce que la chanson sinon de l’art dont le point d’appui est l’art, du sens de la vie dont Chante-t-elle dans Heidi et sa spirale jetty, cette le point d’appui est le sens de la vie, de la langue et architecte de la foudre, c’est elle, Nathalie Talec, du système d’affects dont le principe est le recou- vernissant d’écœurante gelée l’ondoiement bien vif vrement continu, historisé, de la langue et du sys- de la mort à l’œuvre, assujettissant pour un temps, tème d’affects ? Qu’est-ce que la chanson sinon du sourire amer aux lèvres grises, la matière sous la

Emmanuel Tugny

Emmanuel Tugny est écrivain, musicien.

Emmanuel Tugny

She Sings to Pass the Time
“Life lived fully not an art form that rests on art, the meaning of Eats life” life that rests on the meaning of life, language and Étienne Roda-Gil, Si on chantait the system of affects whose principle is the continuous, historicised covering of language and of Without a doubt, Nathalie Talec’s general enterprise, the system of affects? What is song if not a poem the project of flesh-and-bone bric-a-brac that she that forgot to rub itself against the labile nothingholds in, that she cinches and that she moulds, is ness of all being, of non-being, and to question it “to perforate the real. ” by imprint, the maniacal attempt to organise the Without a doubt, Nathalie Talec’s general enter- page and melody? What is song if not the poem by prise is, by using the motley post-Pop mass of old- the idiot who has “met” the poem, the poem that man’s signifiers, of cute motifs, of lollypop stucco, wells up from the poem that has at last appeared in to suggest the presence of more than a hole in the the field of objects, that is at last born. Song is not, real, of a procession towards something that nothing strictly speaking, a component of Nathalie Talec’s holds in, that nothing cinches, that nothing moulds. work, it is the epitome of the work that is song, that This coruscating bazaar tells us that something is to say, the covering-over of a covering-over, to inside is bleeding. That much is obvious, the de- saturation point, literally ad nauseam, the poem of gree zero of its exegesis. More than that, inside a poem, the order of an order. Kitsch, yes, but kitsch it something comes and goes, ebbs and flows— as the hidden work of a wave is manifested, a gaunt terraqueous, black blood and wild churning to which kitsch, a hollow-cheeked kitsch, a kitsch with black the form anchors itself and that the form offends to acid blood in its veins. the point of the form’s saturation, to the point, perNathalie Talec oversignifies, that is clear. She haps, that, at the drawn eschatological end of the cinches, encircles, moulds, gels, squeezes, brandishwork, of vomiting in cute instead of intus, jaculating es her balloons, and this tremendous excess of forformlessness in great abandon, expectorating the mal covering hints by contrast at what threatens it. inside at last, saying phew. This being said, I come to the subject of the song Elle construit des cabanes and I have almost said it all, for what is song if très haut dans les montagnes 119

Emmanuel Tugny is a writer and a musician.

under the et fait des champs de foudre qu’elle réduira en poudre 1 120 1 She builds cabins / high up in the mountains / and makes fields of lightning / that she will reduce to powder. « roi des rats/radical » qui fore et perce le bâti rose cul. Dani. “king of the rats/radical” that drills and pierces the arse-pink frame. « film à sensation ». qu’elles ne sont que taxinomiques circonscriptions dans l’unité d’un rien vibrant doucement dessous et les portant au point d’unité absolue. un temps peut-être. In Ice Moving. and that. to the point where: others. L ’être naît pour être et refoule. in both ” and. elle sait. temporarily senses. “sink” ” incommensurate plane made of all plants and no ing in all haste. à l’incommensurable plan fait de tout plan et de nul point où pleut une « pluie de trous ». cèdent : « Elle fait toujours comme si elle n’aimait que la pluie spirale jetty. comme l’appel d’une chaleur enfin du silence. the readymade frost of As she sings in Heidi et sa spirale jetty. ou plus exactement au plan. Zouzou.. de l’asphalte. Nathalie Talec. Dani. emportés. aux deux sens chez elle alliés de l’expression. Longet. par exemple. ses efforts à fonder du jouir formel sur du constat de mort et de supériorité insigne de la mort qui est un « plus que » et « perce le temps » de la chambre d’hôtel. sous la croûte munificente qui fait neige. comme un peu les visages de Nico. SuziQ frame. Sedgwick. the blond frame. le bâti blonde. 2 She always acts as if / she loved only the rain / spiral jetty. sous l’« effet de lune ». du « vertige en spirale » de la mort comme un appel mais « le plus beau ». spirale jetty » Je dirais ici des chansons de Nathalie Talec qu’elles ne forment pas discipline parmi les disciplines mais qu’elles s’offrent en point d’élucidation. l’on est ici assigné au conatus. Longet. On dirait une enfant qui promène dans le temps l’œil rassurant de la vie comme théâtre bon et qui. se garantir du grand voyage est vain et bon. « qui sombre en toute hâte ». « compartiment fiction ». what is revealed in its entirety is the Avec ton âme spine-forming goal of her visual practice—“fiction C’est le big bang 4 compartment. like in the sea efforts to found formal pleasure on the knowledge of Yellow Submarine where Lucy In The Sky swims.the Pipaluk kid. the compartment. somme toute : l’on se retient joliment de mourir. “It resonates under the [world’s] skin” and one sees is a “more than” and “pierces the time” of the hotel ” room. Faithfull. Laura Palmer… with sickening jelly the living wave of death at work Nathalie Talec sings to “pass the time. mais c’est l’être qui emporte et qu’un grand dévalement vers rien d’être emporte. Dans Ice Moving. tect of lighting is herself. Le monde est recouvrement d’un mouvement impérieux qui l’abolit et le monde l’absout car il est sublime. majeure. ” All of this sings by day the dark of an oeuvre. spiral jetty. of death and the signal superiority of death. is only taxonomic circumspirale jetty. sent gronder la vibration tonale. The “humours of saliva” under the “effect of the moon. . but they are present as an elucidation. du compartiment. for Avec ta langue example. « Ça résonne sous la peau » du monde et l’on voit « des humeurs. « corps à corps univers ». Les chansons de NathalieTalec disent cela.. as envoy and “moral” of the work. « temps percé ». It is like a child exercising in time the reassuring world is the covering-over by an imperious moment that abolishes it and the world absolves it for eye of life as a good theatre. the asphalt. ciel d’étoiles. « corps à corps à l’envers ». la gelée ready-made de la môme Pipalouk. to the “backwards bodily combat. Laura Palmer… Nathalie Talec chante pour « passer le temps ». comme dans la mer de Yellow Submarine où nage peut-être Lucy In The Sky alias Nathalie Talec et ses yeux de kaléidoscope. “pierced time. it is the master.. du poème. se porte en effet tout entier au jour le projet vertébrant de sa pratique plastique. Sedgwick. de la falaise. de la bave ». de la chanson. L ’on fait mieux quand on résiste à rien it is sublime. ce beau tropisme pour former de l’existence.. the cliff. Tout ceci chante le jour nuit d’une œuvre. which with her are allies of expression: subjecting the material beneath the paste and summoning the rain upon it so that art’s embankments. en envoi et comme en « moralité » de l’œuvre. au point où : « Avec ta langue Avec ton âme C’est le big bang » Au point. le bâti Suzy Q.. a bit like the faces of Nico. plateau. tapis. 3 What do you know of desires? / What do you know of words? / Do you know stars? / And what do you know of things? 4 With your tongue / with your soul / it’s the big bang. this archi. spirale jetty 2 scription in the unity of a nothingness vibrating What I would say here about Nathalie Talec’s songs gently below and carrying them to the point of abis that they do not form a specific discipline among solute unity. car il est maître. with a bitter smile on her grey lips. Que sais-tu des désirs subsiding. give way: Que sais-tu des mots Connais-tu des étoiles Elle fait toujours comme si Et que sais-tu des choses 3 elle n’aimait que la pluie Everything. ” ” ” To the point—or more exactly to the plane. its point where a “rain of holes” falls. she knows. “sensational film. “flow of asphalt. « coulée d’asphalte ».pâte et la convoquant à pleuvoir dessous pour que les talus d’art. « Que sais-tu des désirs Que sais-tu des mots Connais-tu des étoiles Et que sais-tu des choses » Tout. de la conscience en abyme. Faithfull. which alias Nathalie Talec and her kaleidoscopic eyes. varnishing Zouzou.

Nathalie Talec’s songs say this. for a time perhaps. tendu vers un ciel d’amande turquoise que pour mieux s’y fondre un jour. L’œuvre de Nathalie Talec. munificent crust that makes snow. but it is being that takes it away and that a great hurtling of being carries away. 5 You think / I am yours / but I am only an alliance / of flesh and appearance. L’œuvre de Nathalie Talec est une chanson car ce n’est que cela. grand dévoreur de formes. éblouissement. nulle mort n’est bonne qui ne soit refoulée d’une naissance. 121 . Et nul silence qui ne soit refoulé d’une chanson. dans ce ciel qui est ce qu’il est dessous. makes us dance. bedazzlement. Being is born to be and represses. protecting ourselves from the great journey is vain and good. is Vanitas. in the sky that is what he is under. much of a muchness: constructions produced by that perverse besieged vertigo—for the siege can be good that is called “living your life” and better is the end when it is good—of s/he who wants to live to desire to pass and travel the path. Nathalie Talec’s work is a song for that is all it is. we are assigned here to the conatus. qui est préparation au jouir de l’abandon à l’être . qu’on s’y perde. ” Art. It is pop Vanitas. of ” the heat. struggling to more strongly desire to be with her and to that end secreting life in suspended cardboard—like the spider in the web— under which we see daylight. feels the major tonal vibration of the “spiralling vertigo” of death rumble like a call. kitsch Vanitas. a sob in the ” throat that is pain and joy. comme les longues et délectables prises d’appel de qui n’occupe le plongeoir célibataire. makes us swing. la chanson : l’accumulation stupéfiée de sens. qu’on y meure à soi et à quoi que ce soit qui soit dans des « roulis d’amour ». consciousness of the poem. like the call. for then nothing is more sovereign. ce sont comme de longues prises d’appel. carpet. song: the stupefied accumulation of meaning. vanité kitsch. but “most beauteous.car alors rien est mieux souverain. only to one day melt into it. est Vanité. under which we see night. of “artificial white” to “dripping nylon. ultimately. song. when it comes down to it: we refrain prettily from dying. of silence. no death is good if not repressed from a birth. vanité bonbon. which prepares for the pleasure of abandon to being. Elle est vanité pop. S’abandonner est bon au bout de l’effort beau d’être là. on l’aura compris. l’accumulation de signes. la chanson. blonde Vanitas. like long and delectable calls taken from the one who occupies the bachelor diving board. qu’on y balance. of the song. C’est Alice au pays des merveilles trouées par la coulée de l’être et qui fait effort pour désirer plus fort la rejoindre et sécrète à cet effet de la vie en carton suspendu — comme l’araignée de la trame — sous quoi l’on voit le jour sous quoi l’on voit la nuit. Nathalie Talec’s work. the matter of the sky and swimming pool. the accumulation of something that resists the night and that. plateau and starry sky. great devourer of forms. un sanglot à la gorge qui est douleur et joie. And no silence that is not repressed from a song. fait qu’on y danse. l’accumulation de quelque chose qui fait résistance à la nuit et qui. L’art. matière de ciel et de piscine. makes us die to ourselves and to anything in its “roll of love. du pareil au même : constructions produites par le vertige obsidional pervers — car le siège peut être bon que l’on nomme « vivre la vie » et meilleur est son terme quand il est bon — de qui veut vouloir vivre pour désirer passer et chemine. It is Alice in Wonderland perforated by the flow of being. vanité blonde. at the same time. de « blanc artificiel » en « nylon qui coule ». Tu me crois à toi mais je ne suis qu’une alliance de chair et d’apparence 5 And this flesh and this appearance and this song are like long calls taken. makes us lose ourselves. dans le même temps. stretched out toward a turquoise almond sky. One does things better when one resists the great nothing. readers will have understood. To abandon oneself is good after the fine effort of being there. «Tu me crois à toi mais je ne suis qu’une alliance de chair et d’apparence » Et cette chair et cette apparence et cette chanson. that fine tropism in order to form the mirrored existence.

.

I predict the riot Portrait bleu 41 Aquarelles 2007 .

Homme à la bulle Les silences parlent entre eux .

Humeur noire Prothèse de l’amour .

Perlette la brune 1996 .42 Perlette la blonde.

un programme télévisuel s’adressant aux femmes. autonomes ou dépendantes. street furniture designs. 2007. belles et moches. qui affectionne « le hall d’un musée d’histoire naturelle. and never preached.2 whose interest in “the hall of the natural history museum. Cette stratégie artistique. « L’abécédaire de Nathalie Talec ». 2006. également. en l’occurrence d’abord celle de Louise Bourgeois et celle de théoriciennes . Cyborgs. All are equally important. ils sont tous sujets d’un travail que Nathalie Talec appréhende de façon non hiérarchisée. 1 Nathalie Talec herself drew up this inventory with Sylvie Zavatta in “L ’abécédaire de Nathalie Talec. Manifeste cyborg et autres essais. in ” Nathalie Talec “Solo intégral. how does one apprehend an artistic career that has privileged no particular medium and has developed in a non-linear way. 1 L’inventaire en a été fait par Nathalie Talec en compagnie de Sylvie Zavatta. entre 1965 et 1974. dans Nathalie Talec « Solo intégral. including the base camp. The Stag King In 1918. Manifeste cyborg et autres essais. London: Routledge. performance. Le nom de Paul-Émile Victor tout autant que celui d’Éliane Victor résonnent ainsi dans le travail de Nathalie Talec. let them express themselves. à tout genre de femmes. Le projet de mobilier urbain. the quotation of scientific texts. edited by Laurence Allard. Le froid. 3 Delphine Gardey. and yet they are all subjects of work that Nathalie Talec apprehends in a non-hierarchical way. 1991. La performance parlée. Façon. auxquelles Nathalie Talec a emprunté nombre de ses objets et dont elle a reconstitué le camp de base. La stratégie de l’Araignée Comment appréhender une carrière artistique. de Lawrence Weiner (pour la sculpture de langage) ou de Pier Paolo Calzolari (pour l’utilisation du froid). déployée en sortes de mandibules. sous des formes hétérogènes ? Citons en quelques-unes. “Avantpropos” in Donna Haraway. l’animalerie d’un laboratoire. juxtaposes Dada irony and a parody 127 Élisabeth Lebovici is an art critic. for Der König Hirsch [The Stag King]. 2007. Le nez qui saigne. Sciences — Fictions — Féminisme. 1 For all these names and others denote different registers of activity. My Way. entre primate et cyberculture. op. que j’ai connue il y a plus de vingt ans et qui a sans relâche poursuivi cette activité. from which Talec has taken many of her objects. La performance. independent and dependent. pour Der König Hirsch [Le Roi cerf]. but also the tutelage of women artists. I call the spider’s stratagem. celle-là d’un genre plus audiovisuel sans doute. Exils. sit l’émission Les femmes aussi : pour la première fois. mais aussi la tutelle de femmes artistes. « Avant-propos ». beginning with Louise Bourgeois and the theoreticians: I am thinking here of the anthropologist and historian Donna Haraway. Frac Franche-Comté. come what may? So. une carrière artistique qui n’a favorisé aucun médium et qui s’est développée de façon non linéaire. Le scénario de sitcom. It observed them. adapted from a book by Carlo Gozzi and commissioned by the director at the School of Applied Arts in Zurich. dans Donna Haraway. and Women: The Reinvention of Nature. Nathalie Talec. etc. Paul-Émile. which she has recreated. Ils sont d’égale importance. cit. 2 Donna Haraway. Voir Donna Haraway.. je pense à l’anthropologue et historienne Donna Haraway 2. whom I met over twenty years ago and who has tirelessly pursued this activity. juxtapose l’ironie dada et la parodie des conflits Élisabeth Lebovici Women too Spider’s Stratagem How does one go about grasping an “artistic career” .10-11. bientôt présentes dans toutes les expositions et les théâtres de marionnettes modernes. Éliane Victor fut aussi une ethnologue. 2006. adapté d’un ouvrage de Carlo Gozzi et commandité par le directeur de l’École d’arts appliqués de Zurich. through heterogeneous forms? Let me mention a few of these: cold. sur la première chaîne de l’ORTF elle produi. watercolours. which is deployed by a kind of mandible. the ORTF This pro. pp. sans leur donner de leçons. 2 See Donna Haraway. video. en les observant et en leur proposant la parole. sitcom scenarios. de revendiquer pour le travail de Nathalie Talec non seulement les influences de Johannes Kepler (pour la physique et l’astronomie). Belfort. Laurence Allard. climbing. depuis que Louise Bourgeois l’a fait. It’s also a way of asserting not only the influence on Talec of Johannes Kepler (for the physics and astronomy). laboratory animals. beautiful and ugly. donc. for between 1965 and 1974 she produced the programme Les femmes aussi on France’s first channel. en effet. in which the unity of time and place are supplied by Zurich 1918. Lawrence Weiner (for the language of sculpture) or Pier Paolo Calzolari (for the use of cold). [and] hi-tech genetic engineering businesses”3 is at the root of a protean body of work that shatters the supposedly irreducible distinctions between primate and cyberculture. gramme was made for all kinds of women. with no hierarchies between rich and poor. dont le Manifeste cyborg de 1985 a été republié en français. Nathalie Talec. The names of Paul-Émile Victor and Éliane Victor both have equal resonance in what she does. My Way ». of a more televisual kind. 3 Delphine Gardey. éd. spoken performance. songwriting. L ’écriture de chansons. the stellar space of a science fiction novel. Or at least I have done since Louise Bourgeois started doing it. Paris. dont l’unité de lieu et de temps est Zurich 1918. This artistic strategy. L’expédition. Sophie Taeuber-Arp conçoit les premières marionnettes abstraites. La vidéo1… Tous ces noms et d’autres. Le Granit. ethnologue. ” FRAC Franche-Comté. Sophie Taeuber-Arp designed the first abstract puppets. dénotent des registres différents d’activité et pourtant. l’espace sidéral d’un roman de science-fiction. Belfort. La pièce. L ’escalade. je l’appelle. This piece. Le Granit. supposément irréductibles. puisque. vaille que vaille ? Comment appréhender. Delphine Gardey and Nathalie Magnan. . la stratégie de l’Araignée. les entreprises high-tech du génie génétique 3 » et en produit une œuvre protéiforme faisant voler en éclats les distinctions. La citation de textes scientifiques. Le Roi Cerf En 1918. fut à l’origine des explorations polaires françaises. no doubt.Élisabeth Lebovici Les femmes aussi Élisabeth Lebovici est critique d’art. puisqu’il me faut bien utiliser ces deux mots pour parler d’une artiste. 10-11. Paris: Exiles. Simians. L ’aquarelle. since ultimately those are the two words I have to use to talk about an artist. Delphine Gardey et Nathalie Magnan. expeditions. a bleeding nose. sans hiérarchie entre riches et pauvres. The ethnologist Paul-Émile initiated the French polar exhibitions. Sciences — Fictions — Féminismes. soon they would be presented in all the modern puppet theatres and exhibitions. Éliane Victor was also an ethnologist.

« L’Avant-garde et la marionnette ». certes il y a le « modèle Courbet » et la référence. Il s’agit de « psychanalyser la femme » et de « transmuter l’âme humaine 4 » — toutes choses que ne peuvent représenter un théâtre d’acteurs. “Les marionnettes de Sophie Taeuber et Otto Morach. the A: Paul-Émile Victor. Lausanne. mais des corps suffisamment abstraits pour être manipulés par une main venue d’ailleurs. “L ’Avant-garde et la marionette. For Talec. munie d’un ciré noir. Inuit in East Greenland. as Kepler puts it. qui semble explicite. it would seem. 4 While neither of these can ” be represented by actors in a theatre. L’Âge d’Homme. [1998]. A B Polar Breath First there was the mask of cold. qui va jusqu’à l’anesthésie de la souffrance. November 1944. revêtue de son habit de coureuse de froid (Cinq minutes sur la route du pôle. I would like to think that the shadow of Sophie Taeuber falls discreetly here in this delegated and distanced doubling. Zurich. Lausanne: L ” ’Âge d’Homme. [1998]. très vite. 5 Entretien avec l’artiste. 128 . du « Freud analytikus » et de la « fée Urlibido ». tableau manifeste du deuil et de la mélancolie pour le peintre d’Ornans. a painting in which the painter from Ornans manifested his grieving and melancholy. pour Nathalie Talec. J’aimerais penser que se tapit ici l’ombre plus discrète de Sophie Taeuber. dans ce dédoublement délégué et distancié. immediately became a mask. une mise à l’écart et à l’épreuve. although covering her head with a stocking did evoke other forms of abduction and subtraction. d’autres soustractions. 4 Bruno Mikol. à ses débuts. For in her Dada performances. as she told Pierre Wat: “Cold is a theme whose origins I still cannot explain. except to say that it expresses something in the order of sensation and at the same time produces. transformation littérale de la curée de la chasse en ritournelle. she used the mask to literally hide her face so that she would not lose her position as a teacher at the School of Applied Arts in Zurich. Soon. en effet. la la li. L’Hallali du cerf (The Death of the Hunted Stag). as when she wears a black waterproof coat. B: Paul-Émile Victor. as bodies they are sufficiently abstract to be manipulated by an alien hand. est aussi une catégorie particulière dans l’ordre commun des sensations puisqu’il propose un état de souffrance et d’anesthésie. 1983) or outfitted with windscreen-wiper glasses (in her film Frigo Europa. d’abord une « relation à la peinture. © Photos Marlen Perez/ Museum Bellerive. sometimes embodied by Talec. 1983) ou munie de ses lunettes essuie-glace (dans son film Frigo Europa. 1984). Alaska. © Victor family. 1936. dans les premières performances dada de cette artiste. que revêt parfois Nathalie Talec. since it proposes a state of suffering and anaesthesia that goes all the way to the anaesthesia of suffering. certainly references “the Courbet model” and. as much hero as victim. 1918: Stag and The Army. presenting her self-portrait altered by a protective double skin of anti-burn gel. n. c’est. Lorsqu’elle a pris le masque. comme elle l’expliquait à Pierre Wat : « Le froid reste of the psychoanalytical conflicts between Freud and Jung with the characters “Dr Oedipus complex. d’autant que. a subject which initially attracted her as a source of scientific lore and narratives. Dans la figure du cerf. © Victor family. “Freud analytikus” and the “Fairy Urlibido. 1984). a putting-aside and putting-to-the-test. 5 Interview with the artist. à L ’Hallali du cerf. pour l’artiste. the mask of cold was at once a way of entering into a performance and inscribing there her own artistic double since. dans Puck. to mythologies and to a creature that symbolises questions of belief and painting—the figure of the stag. avec les personnages du « Dr Œdipus complex ». autant une victime qu’un héros 5 ». as an object of artistic work.d. literally transforming the hunter’s tally-ho into a ritornello. And so cold. Le froid. nº1. cette figure du cerf.4 Bruno Mikol. ” ” The aim is to “psychoanalyse woman” and to “transmute the human soul. Paris 2008. explicitly. Le masque. ou encore présentant son autoportrait altéré par une double peau protectrice de gel antibrûlures. For this artist. Talec surely felt no such need to hide. est tout de suite devenu un masque. sujet qui l’a d’abord happée comme motif à histoires et à récits scientifiques. borrowing from Courbet is primarily a matter of her “relation to painting. in mid-July the young artist dressed in her outfit as a trekker in cold climes (Cinq minutes sur la route du pôle. Museum Bellerive. 5 One of Talec’s perform” ances—which she herself describes as a “primal scene”—is thus titled Solo intégral. When she began working with masks. De sorte que le froid. Mist over the Aleutian Islands. comme objet du travail artistique. On a. © Adagp. The figure of the stag. in ” Puck 1. Puppets for The Stag King by Carlo Gozzi. Cold. psychanalytiques entre Freud et Jung. « Les marionnettes de Sophie Taeuber et Otto Morach ». aux mythologies et à un être qui vient symboliser les questions de croyance et de peinture. la la li. or again. une façon d’entrer en performance et d’y inscrire un double artistique. même si se fourrer un bas sur la tête rappelle d’autres enlèvements. s.d. Le masque du froid a d’emblée été. Nathalie Talec n’a sans doute pas eu cette nécessité de « placardisation ». L’une des performances de Nathalie Talec — qu’elle qualifie elle-même de « scène primitive » — s’est ainsi intitulée Solo intégral. C and D: Sophie TaeuberArp. servait de cache afin qu’elle ne perde pas son poste de professeur à l’École d’arts appliqués de Zurich. Haleine polaire Il y eut d’abord le masque du froid. the state required for the appearance of a fleeting motif. Emprunter à Courbet. vu l’artiste. is also a particular category in the common order of sensations.

en « changeant le contexte et en les manipulant d’une manière qui altère leur identité ordinaire ». sinon qu’à la fois il exprime ce qui serait de l’ordre de la sensation et qu’il produit. . livre d’images reproductibles des visions au microscope : un réservoir de formes visuelles invisibles à l’œil nu et cependant enregistrées par la photographie. je ne mettais l’emphase sur rien. published Micrographie décorative. I would change the context and maalso in 1931. C’était plutôt dans le style de la performance des tâches ménagères. from the books of Johannes Kepler to La Science amusante (Magical Experiments D or Science in Play) by Arthur Good (1853-1928). B : Paul-Émile Victor. I didn’t emtography. but with its hands maker. The Tech. dit Tom Tit. Le Petit Théâtre L’équivalent de Tom Tit dans le monde de l’art pourrait bien être Stuart Sherman (1945-2001) . revealing a reservoir of visual forms ance was very casual: it was just like sweeping my invisible to the naked eye and yet recorded by pho. qui publia. mais les mains dans la purée : Nathalie Talec tente. également en 1931. on le retrouvera bien plus tard. As he pointed out: “That kind of perform” microscope. a. So it is indeed a string. » Ce moi littéralement anesthésié sous le masque de l’art. involved woman. “Tom Tit. A : Paul-Émile Victor. Back to domestic ” mould for a drop of water. C et D : Sophie TaeuberArp. not confronted with Stuart Sherman (1945-2001). artist and filmthe “nothing” of the snowflake. a nipulate them in a way that altered their ordinary book of reproducible images of visions through a identity. © Adagp. one of those multidis. in 1985. » Retour à l’espace domestique et à son imaginaire. who devised experiments for the French ” press that could be carried out at home using everyday objects. Micrographie décorative. Je ne devenais pas un personnage. I didn’t become a character. dont l’écrasement.apartment. Writer. Inuit du Groenland Est.6 In Mouvement. April-June 2002. des démonstrations de théorèmes géométriques à l’aide d’objets divers et tours de ficelle… Autant de façons de réenchanter la vie quotidienne. Dans les années 1970. avril-juin 2002. par l’emprunt à l’évidence artistique de la goutte de lait. Brumes sur les îles aléoutiennes. d’appréhender la physique d’une goutte d’eau. Laure AlbinGuillot. Laure Albin-Guillot. 1918 : Cerf et LArmée. This was the kind of useful concretion that phasize anything. Paris 2008. ’ Museum Bellerive. comme Stuart Sherman l’expliquait au journal du Massachusetts Institute of Technology. 6 ” This self which is literally anaesthetised under The art-world equivalent of Tom Tit could well be the mask of art recurs later. cet écrivain. clearly referring to the tic field. unusual ways.k. Marionnettes pour le Roi cerf de Carlo Gozzi. donna lieu à une série de photographies célèbres d’Harold Edgerton. Sherman was one of the most interesting but in purée: in 1996 Talec attempted to apprehend the also discreet exponents of performance in the artisphysics of a drop of water. 1931 showing the coronet formed when it impacted as he explained to the journal of the Massachusetts with a surface. nº16. en 1931. l’état nécessaire à l’apparition d’un motif fugace : le flocon de neige. C’étaient d’ultrarapides manipulations d’objets quotidiens et d’effets sonores « utilisés de façons inhabituelles ». These. en 1985. qui reste dans l’ordre de la nature le seul motif proche du rien. 1936. une thématique dont je ne suis pas en mesure d’expliciter les origines. passant ainsi du récit scientifique à l’espace domestique. Alaska. d’autres codes de référence pour ses actions : ceux d’une laborantine et de sa cuisine empirique. comme passer l’aspirateur. Here she wore another space and its imaginary. comme l’exprime Kepler.the ultra-fast “manipulation of everyday objects in ciplinary photographers of the interwar years who. lequel imaginait pour la presse écrite des expériences exécutées à l’aide d’objets usuels. J’ai envie d’insérer ici une autre femme. It was more in the style of the perNathalie Talec formulated by trying to produce a formance of household chores. Elle adopte alors un autre masque. des ouvrages de Johannes Kepler à La Science amusante d’Arthur Good (1853-1928). which is the only motif in the natural cal theorems using various objects and tricks with order that is close to nothingness. quoique parmi les plus discrets. © Famille Victor.a. il se mit à élaborer des séries de très brefs « spectacles » issus d’une valise vite ouverte au coin d’une rue. une autre tenue. cinéaste… fut l’un des plus intéressants. In the 1970s he started developing series artistic qualities of the drop of milk. In his film Le Petit Théâtre 129 6 In Mouvement 16. those of a laboratory assistant and her empirical cuisine. thus going from the scientific narrative to domestic space. non plus confronté au « rien » du flocon. question of a self that is self-effacing and attempts The Little Theatre to confront nothingness. poursuivait-il. as captured in of very brief “spectacles” that he summoned from the famous photographs by Harold Edgerton from a suitcase hastily opened on a street corner. en 1996. including demonstrating geometrisnowflake. mettait en scène une femme tombant amoureuse de sa cireuse C mask. Il est donc bien question d’un moi qui s’efface et tenterait de se confronter au rien 6. en forme de corolle. Ways of re-enchanting everyday life. l’une de ces photographes pluridisciplinaires de l’entre-deux-guerres. dans son Petit Théâtre (1970). Jean Renoir. novembre 1944. another outfit. Zurich. © Famille Victor. diffuseurs de performances dans le champ artistique. C’est un peu le même genre de concrétion utile que formule Nathalie Talec en tentant de produire un moule pour une goutte d’eau. « Ce genre de performance était très ordinaire. artiste. Here I would like to insert another Institute of Technology. based her actions on other codes. The Tech. © Photos Marlen Perez/ Museum Bellerive.

le doublage. or by those for whom the productions are intended. © Photo Ernst Linck/ Museum Bellerive. This is customary practice for Talec. avec une jeune actrice de sitcom. television and science fiction. des années 2000. with a girl’s sauce. the artist’s self-given obligation to inscribe herself in contemporary history by incrusting the proper “names” of time. for fear that it would manifest—yes—fear. Dist. 7 This and the quotation that follow are taken from conversations with the artist. Talec and ” a young sitcom actress together tear out the pages of the book constituted by these titles and artists’ phrases.7 Cette citation et la suivante sont extraites d’entretiens avec l’artiste. and revisits Paul McCarthy. justement. Dist. c’est très celebrity . Hence the use of a mask. but does so. work to be done. […] with Gina. avec Vincent. photographs of snowflakes. remakes. […] avec Sylvie. comme à l’égard de ceux ou celles auxquels elle destine ses productions. avec les signifiants de Freud. avec Robert. du complexe d’Œdipe. les chameaux sont soumis . […] avec Gina. mal. with signifiers from Freud. Puppets and set for The Stag King by Carlo Gozzi. par peur que l’expression de la peur. le monde n’est qu’un leurre . le livre constitué de ces titres et de ces phra- (1970). […] avec Jenny tout est là. 7 ” That means working with lip-synching. avec Janis. For Sophie Taeuber. avec Janis. circa 1931. Plant Cross-Section (blue micrograph). avec Marcel. Ces collants passés sur la figure avec un trou pour la bouche. le remake. le monde n’est qu’un leurre . revisite Paul McCarthy. Cela signifie associer ses textes de chansons à la citation d’artistes ou de titres d’œuvres : « Avec Andy. […] avec Nancy. Musée National d’Art Moderne. de violence et d’oppression pour les femmes. Invited to take part in the Pompidou Centre’s Revue parlée on the theme of “grace. with Peter. the museum has wings. cela signifiait travailler avec l’actualité philosophique et clinique. F: Laure Albin-Guillot. RMN/Jean-Claude Planchet. explique Nathalie Talec. violence and oppression associated with these objects for the women who were “chained” to them. tous les chevaux hennissent . At the heart of the performances is quotation. the fields are alive. Chris Burden and Stuart Sherman. de façon à rejouer les postures masculines en les allégeant7 ». The lab coat and the face-changing mask served both to neutralise emotions and suggest an action to be carried out. comme elle dit. Jung. vite mais faire . with Janis. le musée a des ailes . dans les années du Roi cerf. cite l’ampoule jaune de Joseph Beuys (dans Living together). already said […]. citation d’un intitulé de la chorégraphe et cinéasteYvonne Rainer. avec Robert. « en version fille. les plaies sont là . Brazilin (green micrograph). Nathalie Talec effeuille à deux. Au cœur de la performance. mal. de Jung. ça remue dans les champs . quotes the yellow E F light bulb from Joseph Beuys (in Living together). she organised her own levitation and made her face invisible. dubbing. feel the wounds. un travail à faire. avec Peter. as she says. Cela signifie travailler avec le play-back. faisant surgir tout ce qu’ils représentaient de rage. © Adagp. les chameaux sont soumis . c’est très celebrity . bringing out all the rage. At around the same time. mais. Pour SophieTaeuber. Jean Renoir showed a woman falling in love with her electric polisher. RMN/Jean-Claude Planchet. the camels are submissive. il y a la citation. Print with pigments. © CNAC/MNAM. la chanson. pop songs. c’est cosmétique comédie . quickly. 1902. Paris. all the horses whinny. in the years when she made the Stag King. Martha Rosler was listing and demonstrating the uses of kitchen appliances. en jus de fille. organise sa mise en lévitation et fait disparaître son visage. Talec explains that her performances forge a link between the frozen works of 1985-1986 and the more iconic ones since 2000. Martha Rosler répertoriait et démontrait l’usage des ustensiles de cuisine. Talec gives a nod to the world of contemporary art. les plaies sont là . Nathalie Talec fait un clin d’œil au monde de l’art contemporain. vite mais faire . La blouse de laboratoire et le masque altérant le visage constituent autant une neutralisation des émotions qu’un indice d’action à perpétrer. 1918. la télévision. the world is illusion. © CNAC/MNAM. Pendant ce temps. the Oedipus complex and other aspects of psychoanalysis. […] avec Sylvie. Chris Burden et Stuart Sherman. plus iconiques. Museum Bellerive. Centre Pompidou. la sciencefiction. Fresson Process. s’y affiche : d’où l’utilisation d’un masque. it’s cosmetic comedy. ça remue dans les champs . That means combining her song lyrics with quotations from artists or the titles of artworks: “Avec Andy. so as to lighten masculine postures when replaying them. Invitée pour une « Revue parlée » au Centre Pompidou sur le thème de « la grâce ». 8 “With Andy. the silicone wigs and the white lab coats all became recurring features once again. » Dans La Pensée est un muscle. Paris. C’est un usage dont Nathalie Talec est coutumière. with Robert. ces blouses blanches ont réapparu de façon récurrente. déjà dit […]. Centre Pompidou. sujets « harnachés » par ces objets. […] avec Nancy. Nathalie Talec s’intéresse à l’état d’apesanteur. “in a girl’s version. Les performances. circa 1931. with Vincent. […] with Jenny it’s all there. avec Vincent. avec Marcel. It is a book because such is the writing she E: Sophie Taeuber-Arp. Musée National d’Art Moderne. but do it. déjà dit […]. H: Wilson Bentley. with Marcel. 8 In La Pensée est un muscle. […] avec Gina. Paris 2008. ” 130 . ” Talec chose to consider the state of weightlessness. that meant working with philosophical and clinical realities. avec Peter. G: Laure Albin-Guillot. de la psychanalyse. le musée a des ailes . tous les chevaux hennissent . l’obligation que l’artiste s’intime de s’inscrire dans l’histoire contemporaine en y incrustant les « noms » propres du temps. dans ses productions où elle nomme des lieux culturels communs aux artistes. ” whose titles quotes choreographer and filmmaker Yvonne Rainier’s “The mind is a muscle. tirent un trait d’union entre ses travaux gelés des années 1985-1986 et ceux. c’est cosmétique comédie . © All rights reserved. Zurich. ces perruques en silicone. […] avec Jenny tout est là. who in her productions names cultural tropes shared by other artists. […] with Sylvie. it’s so celebrity. The stockings placed over her face with a hole for the mouth. électrique. badly. […] with Nancy.

scenarios. Are not scientific experiments ” characterised by the fact that they manifest life without coming to life? If there is a common denominator in Talec’s works. crystallise. Musée national d’Art moderne. ça coule. The titles of artworks converted ” into the titles of songs (Spirale Jetty. c’est-à-dire par l’amour de l’art. 1986. un texte parfaitement lisible ». et ce. © Adagp. servait d’enchâssement à une vidéo où l’artiste chantait Cry Me a River. at the same time. Paris 2008. © CNAC/ MNAM. in return. Les intitulés d’œuvres devenus des paroles de chansons (Spirale Jetty. ce n’est point que les œuvres possèdent une âme. she says. at the end. Dist. toute « naturalisation » des humeurs versatiles ou des valeurs généralement rattachées au « sexe faible » : celles de la sentimentalité par exemple. 1918. 1902. Coupe végétale (micrographie bleue). words or figures. Zurich. cristallisent comme le flocon de neige toute intériorité. entre l’animal et la machine. like the snowflake. si les aquarelles saignent du nez. se jette pour que le visage se teigne à son tour d’une (mous)tache nasale. ce serait celui-là. depuis Paroles gelées. in Talec’s work we can observe the desire to visually and sculpturally control the emotion and problematise the status of the human by making machines or masks. Il s’agit de déplacer les affects sur d’autres organismes. becomings or programmes elicited by the machine of art. comme autant de doublures qui peuvent se manifester en brouillant les frontières entre l’humain et l’animal. If the paintings grow damp. si les dessins se vident. lesquels. it is not because the works have a soul—on the contrary. for example) show the degree to which ingredients other than forms now define the space of time and art. H : Wilson Bentley. which is traditionally linked to the female gender. traditionnellement liée au féminin. ses d’artistes. all interiority. ça pleure dans les chansons et si le masque. entre la « science » et la « fiction ». between the animal and the machine. © CNAC/MNAM. then I think it is that. between “science” and “fiction. Si les tableaux s’humectent.E : Sophie Taeuber-Arp. Museum Bellerive. F : Laure Albin-Guillot. des objets. ” “is to make active use of quotations. if the drawings empty out. objet lui-même atteint des effets qu’il produit (le froid). Paris. and that it has been since the beginning. vers 1931. Mais ce qu’elles mettent en jeu. photographies de flocons de neige. G H has fashioned. on trouve cependant la volonté plastique de contrôler l’émotion et de problématiser le statut de l’humain en fabriquant des machines ou des masques. RMN/JeanClaude Planchet. ce sont autant de débordements. RMN/Jean-Claude Planchet. renvoyant à une dilatation verbale ironique le débordement du chagrin amoureux. © Photo Ernst Linck/ Museum Bellerive. Le réfrigérateur. and if. à la fin. des paroles ou des personnages. Centre Pompidou. a perfectly legible text. an object that is itself affected by the effects it produces (cold) served as a frame for a video in which the artist sang Cry Me a River. de produire un désordre d’œuvres qui soit. G : Laure Albin-Guillot. 131 . if things get wet. le « tube » torride de Julie London. if the watercolours have nosebleed. Dist. si ça mouille. Julie London’s torrid hit whose title signifies the overflowing of amorous grief by an ironic verbal inflation. © DR. In that piece a refrigerator. one that “magnifies as much as it impoverishes the work of others. bien au contraire. en même temps. go runny and weep in the songs. to produce a disorder of works that is. N’est-ce pas le propre des expérimentations scientifiques que de manifester la vie sans prendre vie ? Il me semble que s’il existe un fil commun aux travaux de Nathalie Talec. Marionnettes et décor pour le Roi cerf de Carlo Gozzi. La la lit dit la dada However. all of which are doubles that can manifest themselves by blurring the frontiers between the human and the animal. no doubt. objects. Paris. par exemple) disent à quel point d’autres ingrédients que les formes (dé)tiennent aujourd’hui l’espace et le temps de l’art. The aim is to displace affect on to other organisms which. autant de devenirs ou de programmes suscités par la machine de l’art. dit-elle. C’est un livre. Procédé Fresson. qui « magnifie autant qu’elle appauvrit le travail des autres : il s’agit. Talec’s work can then be read in terms of a dehumanisation of affects and their reattribution to surfaces. des scénarios. But what they bring into play are overflowings. that is to say. parce que telle est l’écriture qu’elle s’est forgée. Brazilin (micrographie verte). for example. the mask is thrown off and the face in turn acquires a nasal stain (moustache). en retour. de travailler la citation d’une manière active. Centre Pompidou. vers 1931. La la lit dit la dada Chez Nathalie Talec. all “naturalisation” of the changeable humours or values generally associated with the “weaker sex”—such as sentimentality. The point. by the love of art. depuis le début. Le travail de Nathalie Talec peut alors se lire sous cette polarité d’une déshumanisation des affects et de leur réaffectation à des surfaces. since Paroles gelées in 1986. Musée national d’Art moderne. sans doute. Épreuve aux pigments.

.

43 Un tour du monde 1996 .

44 My name is true. not true 2002 .

45 Doing I 2002 .

46 Doing (something/nothing) Bobigny 08/06/2002 .

.

47 Living together 2003 .

48 La Grande Illusion Paris 07/04/2000 49 Science par Fiction Marne-la-Vallée 23/01/1997 .

not true 1999 .50 My name is true.

La tête au mur Faire bouillir de l’eau en soufflant dessus 51 Les expériences 1996-1999 .

L’énervant L’ombre vivante .

Lentilles biconvexes et biconcaves La pièce échappée .

La pièce pompée Le chaud et le froid sortant d’un soufflet .

Le poids de l’eau 52 La goutte d’eau 1996 .

La pluie .

L’inondation .

53 Haute fidélité Paris 13/01/2006 .

malgré leur grandiloquence. the institutional commission clearly oriented. Invitée en 2005 par le musée du Louvre à réaliser le visuel de la Carte Louvre Jeunes (destinée aux 18-25 ans). red velvet furniture and extravagant garlands and gilding. qu’à des salles de musée. Elle crée alors une exposition-fiction éphémère dans certaines salles du musée. Le cerf a donc ici naturellement sa place. en construisant avec les éléments récurrents de son vocabulaire esthétique une promenade incongrue et « déjantée ». as we know. But. la commande institutionnelle orientée. quilted leather chairs in the dining room of the Napoleon III apartments. La fidélité fait également allusion aux sentiments. Marie-Laure Bernadac Ce titre est à lui seul tout un programme. grâce à la présence surprenante de cette créature fantastique. and that she loves a challenge. le ravissement et la féerie. to slip into the skin and spirit of each place. bureau. visitors were invited to discover 22 scenes forming the chapters of a narrative. soigneusement choisies. elle saura s’adapter. She proposed to create an ephemeral exhibitioncum-fiction in a number of carefully chosen rooms of the museum. the Lefuel staircase and the Napoleon III apartments. ses guirlandes et dorures extravagantes. Autant de sensations. tout comme le gigantesque Tatou que Huang Yong Ping réalisera l’année suivante en grès et porcelaine 1. the image proposed by Nathalie Talec suggests both ravishment and magic—a world of sensations and feelings that she explored in the musical and sentimental itinerary she created to celebrate the first ten years of the Carte Louvre Jeunes on 13 January 2006. Musée du Louvre. Ici. straight out of a fairy tale. ondulent devant les représentations baroques et mouvementées de High Fidelity The title suggests a whole world. sensual 149 Marie-Laure Bernadac Marie-Laure Bernadac is a curator. Subtly (like all her titles). meeting the pictorial tours de force with blows from the fist. Here. There. annonçant le gibier que l’on retrouvera au centre de la table dans les banquets officiels. et les contraintes matérielles de sécurité et de conservation sont énormes. “Fidelity” also alludes to feelings. for all their grandiloquence. De l’objet d’art à la sculpture. non seulement parce qu’elles sont hors cadre du musée et que. the setting was clearly delimited. chargée de mission for contemporary art at the Musée du Louvre. Là. tout droit sortie d’un conte de fées. L’image proposée par Nathalie Talec suggère. she was able to adapt. these imposing. 1 “Contrepoint 2. study and service staircase) than a set of rooms in a museum. avec salons. Des cours Marly et Puget. ” Paris. 1er décembre 2005-20 février 2006. to love—which. Sur les murs de la salle à manger sont encastrés des tableaux animaliers. tel un caméléon. un boxeur semble se battre avec les grandes machines historiques et bibliques qui l’entourent : au tour de force pictural répondent les coups de poing.1 By virtue of the surprising presence of this fantastic. avec son lustre monumental. de sentiments développés dans le parcours musical et sentimental qu’elle réalise pour le dixième anniversaire de la Carte Louvre Jeunes. art critic. almost Hollywoodian rooms have become a favourite haunt of contemporary artists. but also because they form a real theatre set complete with monumental chandelier. NathalieTalec proposa une image insolite : une femme-cerf. The stag is therefore very much in its element here. vêtue d’une robe blanche. is one of the artist’s favourite themes both in her songs and her performances. not only because they are outside the usual bounds of the museum and. Le cadre est ici bien délimité. fond as she is of caustic and languorous sitcom remakes. half-human. like a chameleon. « Haute fidélité » est en effet l’appellation contrôlée de la qualité de l’écoute musicale. when the Louvre invited her to design the visual for the Carte Louvre Jeunes museum pass (for visitors aged 18-25). mais aussi parce qu’elles forment un véritable décor de théâtre classique. nonchalantly perched on one of the heavy. Mais. des danseuses orientales. mi-humaine mi-animale. by using the recurrent elements of her aesthetic vocabulary to construct a surprising and “wacky” promenade. sont devenues depuis le lieu favori des artistes contemporains. Ces salles imposantes. half-animal creature. of each museological and architectural setting. chargée de mission pour l’art contemporain au musée du Louvre. . son mobilier de velours rouge. 1 Exposition « Contrepoint 2. a boxer seemed to be fighting against the big historical and biblical pieces around. Animal paintings set into the dining room walls evoke the game that was placed at the centre of the table during official banquets. to the Rubens gallery. escalier de service. consacrées à la sculpture française. l’escalier Lefuel et les appartements Napoléon III. are more like a private apartment (with its salons. friande de remakes de sitcoms acides et langoureux. en passant par la cour Khorsabad. le 13 janvier 2006. Paris. musée du Louvre. l’un des thèmes de prédilection tant des chansons que des performances de l’artiste. Talec proposed a surprising image of a stag-woman wearing a white dress. “High Fidelity” is of course the authorised term for perfect musical reception. de la bonne transmission d’un son sans distorsion. In 2005. as is the gigantic stoneware and porcelain Armadillo that Huang Yong Ping made the following year. From the Marly and Puget courtyards. for sound transmitted without distortion. and the material and safety constraints enormous. au décor quasi hollywoodien. Il évoque subtilement (comme tous ses titres) l’art et la manière de Nathalie Talec. à l’amour. via the Khorsabad courtyard. Since then. à la galerie Rubens. Here. it evokes Nathalie Talec’s art and way of doing things. négligemment assise sur l’une des lourdes chaises capitonnées de cuir de la salle à manger des appartements Napoléon III. We know that Nathalie Talec is pretty fearless. se glisser dans la peau et l’esprit de chaque espace muséographique ou architectural. 1 December 200520 February 2006. sensuelles et lascives. le public est invité à découvrir vingt-deux scènes qui constituent les différents chapitres d’un récit. elles ressemblent plus à un appartement privé. De l’objet d’art à la sculpture ».Haute fidélité Marie-Laure Bernadac est conservateur général. Nous savons que Nathalie Talec n’a peur de rien et qu’elle aime relever les défis.

On the steps of the stairs a woman was knitting. ruby. de la forêt. The Bolt A B by Fragonard. A: Jean-Honoré Fragonard. in a large ceremonial chamber. This piece mixed together all Talec’s artistic ingredients with humour. Rubens.These quotations are mixed with evocations of nature. mis en musique par Reno Isaac. Les paroles font allusion à des œuvres célèbres du Louvre : Le Bœuf écorché de Rembrandt. Nathalie Talec a plus d’une corde à son arc.2 a rhythmic and compelling melody that shed new light on the works to be seen. Aux pieds des sculptures de la cour Marly. Seleucid civilisation. while an Empress Eugénie look-alike stood proudly on a console table. In the Napoleon III study. dans le grand salon d’apparat. L ’Embarquement pour Cythère de Watteau. one heard cries and whispers in the trees. first. serpents — et enfin aux sentiments violents et passionnels de l’amour. © Akg-images/ Erich Lessing. raising once again the question of dead and living. Musée du Louvre. méduses. by unanimous agreement. Que vient faire. le sosie de l’impératrice Eugénie trône sur un guéridon. . we saw the artist as rock star. with an electric guitar and a nosebleed. des natures mortes hollandaises. oiseaux. issue de la parenté des neuf Muses. Dans le bureau Napoléon III.3 For the Louvre. tandis que sur la terrasse « tombe la neige ». C: Antoine Watteau. Il s’agissait donc pour elle de « rendre hommage aux chanteuses divines » et d’« affirmer la primauté de la musique dans l’univers ». Love does not just hurt. atteint leur cible. avec sa guitare électrique et son nez qui saigne. 2002. was the point of music in this museum? For the artist. 1655. Et l’on découvre enfin. and in particular. l’artiste en rock star. and all the mythical couples in art history. et les diverses flèches qu’elle utilisa pour animer cette soirée ont. Passing by. papillons. Four versions of the performance: Maison Populaire de Montreuil. to compose a song that mentioned famous artists and artworks of the twentieth century. a man posed naked. sur les marches de l’escalier une femme tricote. © Akg-images/ Erich Lessing. of the passionate and violent feelings of love and jealousy. wearing a long dress in grey taffeta. the relation between the arts is self-evident and ancestral: it comes from the kinship of the nine muses. légèreté et poésie. la déesse Ishtar… Ces citations se mêlent à des évocations de la nature. she therefore noted all the titles in the collection that tell love stories. At the feet of the sculptures in the Marly courtyard. an ” extra was playing piano. you may ask. 3 Living together. B: Rembrandt. Pilgrimage to Cythera. de l’avis de tous. jusqu’à se trouver rassemblé pour écouter la chorale improvisée reprendre en chœur la chanson Haute fidélité. Watteau’s Pilgrimage to Cythera. D: Statuette of Ishtar. et elle le dit en paroles et musiques. of animals. therefore. She also loves art and artists and says so in words and music. CAPC Musée d’Art Contemporain (Bordeaux) and Galerie Les Filles du Calvaire (Paris). Just as a ” painting is made from flesh and blood. Finally. Her ” love of titles led her. Paris. 150 . alors qu’une figurante joue du piano. plus loin. until they all came together to hear the impromptu choir strike up the song that Talec had written specially for the occasion. it also “makes a noise. il « fait du bruit ». de l’art et de la réalité. . jellyfish. de la neige. Haute fidélité. 250 BCE. Baroque representations. Musée du Louvre. allant de découvertes en surprises. young women were connected by a single dresscum-sculpture. The Bolt. and songs are an essential part of her artistic approach. une mélodie rythmée et entraînante qui illuminait d’une autre manière des œuvres à regarder. sur un socle. and finally. Musée du Louvre. la relation entre les arts est évidente et ancestrale. 1777 Oil on canvas. Le public nombreux et varié suivait cet itinéraire enchanté. The large and varied public followed this magic itinerary. On entend en passant des cris et chuchotements dans les arbres. deux jeunes filles sont reliées par une même robe-sculpture . le Verrou de Fragonard. Paris. Oil on canvas. Further on. Mesopotamia. set to music by Reno Isaac. For her. 2 A CD was produced and distributed for the occasion. Paris. Son amour des and languorous Oriental dancers undulated in front of Rubens’ lively. est ainsi devenu une rengaine populaire 2. dira-t-on. Elle aime aussi l’art et les artistes. © Akg-images/ Erich Lessing. de l’eau. going from discovery to surprise. The songs are nearly always love songs. telle la jalousie. L ’amour ne fait pas seulement mal. et particulièrement devant ses femmes aux chairs molles et épanouies. stags. Tout comme la peinture est faite de sang et de chair. vêtue d’une longue robe de taffetas gris.This explosive cocktail. the aim was to “pay homage to the divine singers” and “affirm the primacy of music in the universe. un homme nu pose en « académie ». very much on target. Plateau-Frac Île-de-France (Paris). lightness and poetry. Presque toutes les chansons sont des chansons d’amour. in front of his soft and fleshy women. Ce cocktail explosif. birds. renouvelant ainsi la question du mort et du vif. while in the terrace “snow was falling. Dutch still lifes and the goddess Ishtar. butterflies. Paris. Car Nathalie Talec chante. Tous les ingrédients de sa cuisine artistique étaient ainsi réunis avec humour.2 Un CD fut édité et distribué à cette occasion. © Akg-images/ Erich Lessing. la musique dans le musée ? Pour l’artiste. de la lune. We know that Talec has more than one string to her bow. 1717 Oil on canvas. Alabaster. has thus become a popular ditty. and the different arrows that she used to animate this evening were. art and reality. forests. in an academy figure. and snakes. à des animaux — cerf. But what. to The Flayed Ox by Rembrandt. Musée du Louvre. the moon and snow. water. The Flayed Ox. et la chanson est même l’une des composantes essentielles de sa démarche artistique. spécialement conçue pour l’événement. And in her lyrics we find allusions to famous works in the Louvre. Nathalie Talec sings.

© Akg-images/ Erich Lessing. 3 Living together. mother—a multiplicity of identities. the grounding in the enchanted and cruel world of childhood that manifests itself as much by the identification with deer as in the fictions and performances that she makes. enfantine. B : Rembrandt. Musée du Louvre. hybride. also express in another way this incessant quest for an identity. © Akg-images/ Erich Lessing. experiment and identification with the stag. donne naissance à une œuvre protéiforme. apparemment léger. la transformation du solide en eau. all of which have a flavour of “you look like… let’s pretend we’re…. civilisation séleucide. girl. The best way for her to do this is in a song. d’explorateur… mais aussi amoureuse. Musée du Louvre. libre. were particularly ” well suited to the playful and festive cultural event proposed by the museum. Cependant. J. singer. mère… On dit que les bois du cerf sont un substitut érotique. L ’Embarquement pour Cythère. 2002.-C. de BonneBiche et de Beau-Minon by the Comtesse de Ségur. Paris. galerie Les Filles du Calvaire (Paris). Le Bœuf écorché. racontent d’une autre façon cette quête incessante d’une identité. Albâtre. © Akg-images/ Erich Lessing. Son goût de la métamorphose et du déguisement. D : Statuette d’Ishtar. Huile sur toile. qui donne à son art. and this is what supplies the real gravity behind the apparent lightness of her art. C : Antoine Watteau. which reflect her interest in the liquid state. Musée du Louvre. mais plutôt avec le fairevoir et le faire-savoir. qui témoignent de son intérêt pour la liquidité. Quatre versions de la performance : Maison populaire (Montreuil). titres lui avait déjà fait composer une première chanson qui énumérait artistes et œuvres célèbres du XXe siècle3. 250 av. 5 Her stag evokes a very human animal rather than a human transformed into an animal. Pour le Louvre. but also lover. Her recent watercolours. capcMusée d’art contemporain (Bordeaux). laborantine. convenaient particulièrement à l’événement culturel ludique et festif proposé par le musée. de Bonne-Biche et de Beau-Minon de la comtesse de Ségur. has given rise to a protean. Musée du Louvre. toile. partir en expédition dans le Grand Nord ou dérouler sans fin son anneau de Möbius dans les lieux les plus improbables. Le Plateau-Frac Île-de-France (Paris). l’expérimentation et l’identification au cerf. l’expression d’une forme d’érection . 1717 Huile sur . the expression of a kind of erection. Le meilleur moyen étant pour elle de le faire en chantant. . rubis.A : Jean-Honoré Fragonard. to wail in the woods and confront the white frost. 13 December 2006. Une forme de sagesse pleine d’humanité et de générosité. 5 Son cerf évoque plutôt un animal très humain qu’un être humain transformé en animal et il rappelle celui de la chanson Un grand cerf dans la forêt ou celui de l’Histoire de Blondine. Nous savons que les principales cordes de son arc sont l’amour de la glace et du froid. Ses récentes aquarelles. Paris. It is said that the stag’s antlers are an erotic substitute. It is therefore no coincidence if Nathalie Talec has used it to define a path between feminine and masculine. We always don a mask in order to speak the truth. woman. Paris. 4 Solo intégral. qui se manifeste autant par l’identification à l’animal cervidé qu’aux fictions et performances qu’elle réalise et qui ont toutes le goût du « on dirait que tu es… ». fille. l’enracinement dans le monde enchanté et cruel de l’enfance. 13 décembre 2006. © Akg-images/Erich Lessing. émouvante. 1777 Huile sur toile. femme. chanteuse. or unfold her Möbius strip in the most unexpected places. Identité multiple d’animal. And yet there is nothing in her work that evokes the tragic fate of Actaeon. la la li. Le Verrou. and much more with making visible and making known. 4 Solo intégral. child. 1655. Nathalie Talec a donc repéré dans la collection tous les titres qui racontent des histoires d’amour et tous les couples mythiques. and the transformation of solids into water. free and mobile body of work. On se masque toujours pour dire la vérité. rien dans son œuvre n’évoque la fin tragique d’Actéon5… car sa transgression n’a aucun lien avec le voyeurisme. hybrid. That’s a kind of wisdom that is full of humanity and generosity. Paris. performance at the Musée des Beaux-Arts de Besançon.4 go off on an expedition to the Frozen North. « on joue à… ». bramer dans les bois et affronter les blancs frimas. This surprising brew that can make her weep at Courbet. toute sa gravité. We know that the main strings in Talec’s bow are the love of ice and cold. It brings to mind the creature in the song Un Grand Cerf dans la forêt or in the story L ’Histoire de Blondine. explorer. Animal. laboratory worker. la la li. C D Her love of metamorphosis and disguise.5 for her transgression has nothing to do with voyeurism. ce n’est donc pas un hasard si NathalieTalec s’en saisit pour se frayer un chemin entre féminin et masculin. Ce mariage insolite qui la fait pleurer devant Courbet4. 151 . performance au musée des Beaux-Arts de Besançon. Mésopotamie.

.

53 Haute fidélité Paris 13/01/2006 .

.

.

.

54 Haute fidélité 2005 .

55 Play Back. On The Beach Candes-Saint-Martin 28/05/2005 .

que les oreilles. She is amnesiac. her memory is decimated but this dismembering gives her distance. It blurs. and do so ostentatiously. persifle et s’éloigne. 1976. on ne trouvera rien. yes. where she will be engulfed when she finally comes to set herself into a cry. She does not sing. Un double est là posé sur les traits du visage pour en empêcher la saisie. both the festive spirit and the play of appearances. le front. et les horloges de la ville s’étaient arrêtées… Y avait-il une fatalité à la croiser ainsi. placed on the features of the face to prevent its apprehension. elle endommage l’amour ou plutôt sa trace. La nuit. suivre des chemins parallèles. she keeps her legs crossed. time melts into liquid worlds. elle garde au fond d’elle la présence d’une perdition. elle raille. professeur à l’école des beaux-arts de Nantes. A double is there. masquée. auteur de chansons… 1 Titre emprunté au film d’Agnès Varda (1976). going from the dream to its reverse. Quel est donc ce nom qui est le sien et un autre. Existence is paradoxical. l’autre pas. She sings. elle garde les jambes croisées. Distance and fear. originally titled L ’une chante. nothing will be found. and the city clocks had stopped. There are the others—she knows. des musées. Elle capte les secousses d’un empire plein d’échardes. Le cerf dont elle s’affublera en est le symbole halluciné et l’image stupéfiante. the Other Doesn’t… 1 At night. Il est le premier brouillard qui ne se dissipe jamais. Elle est amnésique. and the ears. The other. mais sa durée d’existence était brève. La belle saigne. murmurer d’une voix blanche un mot incompréhensible et s’échapper dans une autre fumée. that ghosts pronounce while licking ices and wiping themselves with fire? Nathalie Talec borrows all her vocabulary from a library of images and texts. She then 159 Pierre Giquel is an art critic. songwriter… 1 This title is borrowed from a film by Agnès Varda. l’autre pas… 1 Pierre Giquel est critique d’art. There’s no point in measuring. she exaggerates. c’est que m’y invite l’œuvre. but the span of her existence was short. Elle arpente fiévreusement le territoire des mots. elle porte le deuil des enfances troublées. the forehead. elle les rejoue dans le contexte de théâtres peu conformes. stands up straight. Parce qu’on a mal au visage. without warning. le temps se fond dans des décors liquides. elle blesse le seul écho de son passage. she is a survivor of pledges. murmur an incomprehensible word in a toneless voice and disappear in another puff of smoke. Feverishly she walks the territory of words. Because the face is not well. Stripped or laden with an impious mask. Someone slips lively through. that is because the work invites it. She offers herself up to the wreck. She does not anticipate her punishment. Le recul et l’effroi.Thus the beauty who disappeared from the palace reappeared to me. On her body disappearance is printed. et ce avec ostentation. but comes from the time of memories. sans prévenir. Ces « extases pillées 2». What then is this name that is hers. elle se trouve dans la survie de la parole donnée. If I use metaphor and resort to the tales laid before me by dreams. Il y a les autres. Elle ne chante pas. Ainsi la belle disparue du palais m’était réapparue. elle défie. il met le sentiment en veille. prendre d’autres dimensions. She shatters and finds the strength to grow again. les pommettes. she defies and rails. Nathalie Talec ne perd rien. An abyss is hollowed. elle exagère. she is in mourning for troubled childhoods. Nantes.Pierre Giquel L ’une chante. follow parallel paths. Seuls les yeux affirment une existence tangible. Il convoque toutes sortes de figures. and revisits the shadows. lointaine. morph into other dimensions. que des fantômes prononcent en léchant des glaces et en s’essuyant de feu ? NathalieTalec emprunte tout son vocabulaire à une bibliothèque d’images et de textes. 2 Emil Michel Cioran. mocks and moves away. Gallimard. distant. elle connaît. or else authentic vestiges saved in the fire. tracing with a vivid gesture her refusal to explain. Le masque : une présence inapaisée. Sur son corps s’impriment les disparitions. to prevent the members from coming asunder. It is the first fog that never lifts. she defies the sun. Only the eyes affirm a tangible existence. le menton… ne se déchiquettent. des centres d’art . Elle n’anticipe pas son châtiment. professor at the École des Beaux-Arts. Was I fated to meet her thus—lofty. il brouille. masked— then see her go. in contrast. Elle chante. Paris. she damages love or rather its trace. elle trace d’un geste vif son refus d’explication. sa mémoire est décimée mais cette mise en pièces lui procure du recul. au contraire. and another. she keeps within herself the presence of perdition. Inutile de le mesurer. It invokes all kinds of faces. 1952. The mask: an unappeased presence. éviter que les membres ne se déchirent. the cheeks and the chin from… being torn. elle revisite les ombres. she wounds only the echo of her passing. The eyes and the voice. L’autre. . Elle se déplace pour chasser. haute. Elle se donne en offrande au naufrage qui l’engloutira lorsqu’elle parviendra à s’incruster dans un cri. Si j’utilise la métaphore et ai recours au récit que m’offrent les rêves. né d’une persistance et d’un oubli.The beauty is bleeding. ou alors d’authentiques restes sauvés dans l’incendie. ni l’esprit de la fête ni le jeu des apparences — l’existence est paradoxale qui va du rêve à son envers. Dépouillée ou surchargée d’un masque impie. The stag she will put on is its haunted symbol and stupefying image. without worrying about any collisions she may occasion. puts feeling on hold. She moves to hunt. elle défie le soleil. She picks up the tremors of an empire full of slivers. born of persistence and forgetting. la durée de Pierre Giquel One Sings. elle se brise et retrouve de la force pour grandir. les fondations sont toujours aléatoires. Quelqu’un s’y glisse vivement. Syllogismes de l’amertume. puis à la voir déguerpir. Un abîme se creuse. se tient droite certes mais vient du temps des souvenirs. sans souci des carambolages qu’elle occasionne. Les yeux et la voix. Nathalie Talec keeps it all.

people sang back in the Middle Ages. And in every language. entre deux rythmes. entêtant. If there is happiness in being hidden. it floats and flies. and in more remote ages too. she opens her arms wide to the open sea. in miming the contortions of the body. Cet attachement à la chanson entraîne une mise en péril des genres. La voix ouvre alors des perspectives inexploitées. the song poured in like an invader. Nathalie Talec aimait voir dans le flocon de neige « le seul motif proche du rien ». Mais c’est aussi légèrement livrer avec force un message apaisé. son statut est instable. elle flotte. la chanson s’en échappe. where hands became weightless. when traffic lights have gone out one by one. death becomes almighty. puis de disparaître derrière les bruits qui l’absorbent. of keeping the tears away. complete and indifferent to mockery.The fugitive on a baroque screen. et dans des époques plus lointaines. Dans ces gestes où se trouve convoqué ce que l’on appelle un « genre mineur ». where bodies exalted fury and murder. But it is also a delicate way of delivering a pacified message. Une fièvre gagne les foules. survivante inédite postée sur les décombres d’un monde en plein désarroi. it loves to run away. in the morning. il y a une véritable jubilation. multiplier les expressions. Livrée au rituel. Avec. Au milieu de ces décors où les objets étaient appelés à s’échapper dans les airs. It is impatient like a wave. Given over to ritual. dans l’instant. an imperceptible sign leads her on. elle aime fuir. in the moment. an insidious way of shaking up the building. devenue toute puissante. It is frivolous and it is suspended. The song is everywhere. à mimer une contorsion du corps. a fresh flow of oxygen. où des mains gagnaient en apesanteur. autour. 1952. it is irregular and accompanies loss and birth. where the false distributed residence permits to all and sundry. and then disappearing behind the noises that absorb it. La place qu’on lui assigne ne semble jamais la bonne. that famous grimace which insinuates itself between two panting breaths. nous pourrions ajouter saugrenues. After the effervescence. on chantait déjà au Moyen Âge. One sees paintings that slowly recover from the wounds of time. Son identité est celle de naître et de se développer dans le vent. où le faux distribuait des cartes de séjour sans distinction. complet et se moquant du mépris. avidement. Its nature is unstable. The song in itself ” covers the defeat of objects. lorsque les feux se sont un à un éteints. La chanson court dans les rues. 2 Emil Michel Cioran. elle accompagne les pertes et les naissances. de quoi stupéfier un auditoire. absurd perspectives. Après tout. se glisse ici l’essence même du tragique. Sometimes it dominates in order to make us dance. from mythological vigour to the realistic trembling of a revolutionary painter. The voice therefore opens unexploited and. un désir d’ébranler l’édifice par la petite porte. delight kicks in when stirrings of disquiet accompany these disguised rendezvous. For in these quotations that she likes to twist to her measure an indefinable violence is at work. elle suit l’enfance et s’évanouit. In these gestures that invoke what we call a “minor genre” there is real jubilation. Paris: Gallimard. une arrivée d’oxygène. But then is it the body? One thinks of those enchantments floating between two lights. Death is indeed on the prowl. and that is no doubt why it occupies a particular angle. où les corps exaltaient la fureur et le meurtre. Mais on peut y voir une grande victoire sur la bêtise. c’est sans doute pourquoi elle occupe un angle particulier. Nathalie Talec liked to see the snowflake as “the only motif that is close to nothingness. She is the drop of water on the edge of eyes that evaporate it. drôle et insolent. There is a brazenness in hiding one’s tears. Mais s’agit-il d’un corps ? On songe à des féeries flottant entre deux lumières. But we can also see this as a great victory over stupidity. S’il y a du bonheur à se cacher. La chanson couvre à elle seule la défaite des objets. elle est frivole. Et dans toutes les langues. Car dans ces citations qu’elle aime tordre à sa mesure s’agite une violence inclassable. Après l’effervescence. Elle a l’impatience d’une vague. The idea that monsters could confiscate themselves. we might add. replays these “pillage ecstasies”2 in the context of unlikely theatres. elle est goutte d’eau au bord des yeux qui l’évaporent. Il y a de l’impudeur à cacher ses larmes. Syllogismes de l’amertume. Surrounded by enough to stun an audience. The crowds grow feverish. cette fameuse grimace qui s’insinue entre deux halètements. c’est la vilaine fée s’autorisant des séjours qui lui sont interdits. 160 . the song escapes it. why it is heady.ces jeux brève. le matin. to multiply expressions. the foundations are always random. it follows childhood and flourishes. elle vole. c’est s’empêcher de pleurer. La mort rôde en effet. Elle répugne à s’installer. la chanson s’engouffrait comme une intruse. se jeter dans les rêves. a surprise survivor posted on the ruins of a world at a loss. After all. Parfois elle domine pour nous inciter à danser. elle est irrégulière. le ravissement opère quand des frôlements d’inquiétude accompagnent ces rendez-vous déguisés. In the middle of these sets where objects were destined to escape into the air. museums and art centres. Its identity consists of being born and developing in the wind. The bad fairy takes the liberty of forbidden stays. elle est suspension. un signe imperceptible l’entraîne. It is loath to settle in. if there is magic. droll and insolent. the duration of these games brief. to throw itself into dreams. s’il y a de la magie. On voit des tableaux qui remontent lentement des blessures du temps. This attachment to song leads to an endangering of genres. between two rhythms. avidly so. The place we assign it never seems to be right. Le fugitif sur un écran baroque. elle tend ses bras vers le large. L ’idée que les monstres pourraient se confisquer euxmêmes. then here the very essence of the tragic is instilled. des souffles mythologiques aux tremblements réalistes d’un peintre révolutionnaire.

56 Play Back. le générique Paris 08/10/2004 .

57 Play Back. Mute Box Vitry-sur-Seine 22/10/2005 .

Haute fidélité C’est un bœuf écorché dans l’ombre d’une cave des pas précipités des humeurs, de la bave C’est un verrou fermé des effets de pudeur qui laissent imaginer des frissons et des pleurs C’est un volcan enfoui sous ta langue et ton âme un crâne et des bougies sur un velours parme Ça brille de jalousie l’amour ça fait du bruit de jalousie Ça sent le paradis l’amour ça fait du bruit l’amour ça fait du bruit C’est un pèlerinage sur une île d’émotions l’annonce d’un naufrage au goût de papillons C’est un poulpe en diamant des guirlandes de fruits des chairs, des sentiments ou des yeux de rubis C’est comme des sanglots qui hantent les rivières des cadavres d’oiseaux et du sang sur la chair Ça brille de jalousie l’amour ça fait du bruit de jalousie Ça sent le paradis l’amour ça fait du bruit l’amour ça fait du bruit Ça sent le paradis et l’aurore sous la neige les forêts et le bruit des larmes dans le liège C’est un effet de lune sur des chairs colorées C’est une passion brune dans des marbres nacrés C’est un cerf qui se noie un écho, des morsures des sourires qui ont froid des amants qui murmurent C’est un sourire troublant des collines ombragées une morsure de serpent des nuques éclaboussées Ça brille de jalousie l’amour ça fait du bruit de jalousie Ça sent le paradis l’amour ça fait du bruit l’amour ça fait du bruit C’est aussi des baisers et la rosée des muses des paupières incrustées de pierres et de méduses C’est un sexe de corail des plaisirs sans détours un cœur et ses entrailles C’est une histoire d’amour C’est comme le courant des rivières, des torrents Ça suinte et ça pourrit c’est ton sang, c’est ma vie Ça brille de jalousie l’amour ça fait du bruit de jalousie Ça sent le paradis l’amour ça fait du bruit l’amour ça fait du bruit

163

Les silences parlent entre eux J’ai posé des questions sur les effets de brume et j’ai eu l’illusion d’une petite nuit sans lune J’ai senti dans le noir le bruit de mes passions et vu dans des miroirs des ombres et des fictions J’ai troué le réel et fait des boules de neige Je recouvre de gel des lits et des pièges Je vis en clair-obscur Je n’ai aucun complexe Je suis à l’état pur et je suis sans contexte J’éclabousse les murs et déplie ma pensée me jette à toute allure dans le vide sans tomber J’ai daté mes voyages mes pas et mes blessures et fait des tatouages sur des corps en capture J’ai un corps absorbant une peau en coquillage un mélange turbulent d’or et de maquillage Je vis en clair-obscur Je n’ai aucun complexe Je suis à l’état pur et je suis sans contexte Je porte des collants fais des objets de grève et aime être au volant d’engins qui me soulèvent J’aime les êtres suspects les chats et les ballons les peintures de Mickey les trous dans les maisons Je suspends des chevaux des bulles et des ampoules Je repeins des drapeaux sur des nylons qui coulent Je vis tout en plans fixes en blanc artificiel Je chante Malévitch en noirs rideaux de perles

Heidi Elle fait toujours comme si elle n’avait pas dormi spirale jetty, spirale jetty Elle se cambre sur les nains qui n’ont plus que leurs mains pour aimer sa coiffure et cracher sur les murs Elle fait toujours comme si elle n’avait pas compris spirale jetty, spirale jetty Elle ramasse des cailloux s’égratigne les genoux laisse ses pas dans les dunes s’assoupit sous la lune Elle fait toujours comme si elle n’avait pas d’envie spirale jetty, spirale jetty Elle construit des cabanes très haut dans les montagnes et fait des champs de foudre qu’elle réduira en poudre Elle fait toujours comme si elle n’aimait que la pluie spirale jetty, spirale jetty Elle fait toujours comme si elle n’avait rien commis elle attendait la vie elle n’avait rien appris elle cherchait des sosies elle n’aimait qu’les copies elle n’avait rien choisi spirale jetty, spirale jetty

Living together Avec Andy, c’est très celebrity Avec Marcel, le musée a des ailes Avec Robert, mal, vite mais faire Avec Vincent, ça remue dans les champs Avec Peter, le monde n’est qu’un leurre Avec Janis, tous les chevaux hennissent Avec Edward, le cri est dans le noir Avec Étienne, la maison est pleine Avec François, c’est souvent l’aléa Avec Sigmar, le mur est un miroir Avec Gordon, les trous pèsent des tonnes Avec René, la nuit est menacée Avec Richard, des cow-boys de hasard Avec David, la neige est vide Avec Nancy, les chameaux sont soumis Avec Paul, on fait tourner les bols Avec Fabrice, c’est une affaire complice Avec Sylvie, c’est cosmétique comédie Avec Martin, l’espace est toujours plein Avec Jackson, la rage est encore bonne Avec Gina, les plaies sont là Avec Barry, les lièvres rient Avec Hubert, les trichoptères Avec Erwin, c’est l’œil et la narine Avec Jenny, tout est là, déjà dit Avec Vito, c’est le corps bas en haut Avec William, les chiens ont une âme Avec Éric, c’est plus mathématique Avec Michel, la mort est belle Avec Barbara, les mots sont las Avec Joseph, tout est très bref Avec Pier, le gel ronge le fer Avec Félix, l’amour est un remix Avec John, le mobilier étonne Avec Douglas, le suspens lasse Avec Willem, les femmes ça aime Avec Claire, c’est living together

164

Ice Moving C’est un compartiment fiction où l’on rejoue l’action d’un film à sensation où l’on crie sur un pont C’est un lit enchanté où le temps est percé des tapis tricotés des murs éclaboussés Gulliver Corps à corps Univers Corps à corps à l’envers C’est une chambre d’hôtel où l’on voit du réel et du beurre et du miel sur le bord d’une pelle Gulliver Corps à corps Univers Corps à corps à l’envers C’est une coulée d’asphalte sur une falaise plate qui sombre en toute hâte vers la tourbe noirâtre Gulliver Corps à corps Univers Corps à corps à l’envers C’est un tas de bonbons qui se disperse et fond comme un coin de passion sous le poids des néons Gulliver Corps à corps Univers Corps à corps à l’envers C’est un jardin d’hiver et des diamants par terre du sang sur des paupières des coups de revolver Gulliver Corps à corps Univers Corps à corps à l’envers C’est toujours sous ta blouse le karaoké blues mais c’est là que ça bouge que tes chairs se décousent Gulliver Corps à corps Univers Corps à corps à l’envers

Pop ready-made Colorfield Fil de soie Soi Sip Song Song of love Love that all All over Pop Design Pop Music et Pop Corn Sur Pop Art Roi des rats Radical Qualité Théorème Remind me Pop Design Pop Music et Pop Corn Sur Pop Art Placebo Beau et bas Baluba Bluebagware Were and here Pop Design Pop Music et Pop Corn Sur Pop Art Cours des choses Choses à faire Faire le tour Tour de rein Pop Design Pop Music et Pop Corn Sur Pop Art Pipalouk Look at me Mie de pain Peinture pure Pure et dure Pop Design Pop Music et Pop Corn Sur Pop Art

S’il te plaît ne me fais rien, mais vite Que sais-tu de l’amour Que sais-tu de l’hiver Reconnais-tu la forme du désir, des attitudes S’il te plaît ne me fais rien, mais vite Que sais-tu des pensées Que sais-tu des parfums Reconnais-tu l’organe de l’amour et du bien S’il te plaît ne me fais rien, mais vite Que sais-tu du vertige et aussi des papillons Que sais-tu de la neige Que sais-tu des frissons S’il te plaît ne me fais rien, mais vite Que sais-tu des désirs Que sais-tu des mots Connais-tu des étoiles Et que sais-tu des choses S’il te plaît ne me fais rien, mais vite

165

Science Fiction Elle remplace père par lait, riche par bulle, mou par pile, fou par dire Avec ta langue, Avec ton âme, C’est le big bang Elle remplace bleu par cuisse, mie par danse, âme par chute, roux par pli Avec ta langue, Avec ton âme, C’est le big bang Elle remplace jeu par pâle, nord par boule, art par tige, neige par chat Avec ta langue, Avec ton âme, C’est le big bang Elle remplace mot par doux, cœur par miel, nuit par dire, science par fiction Avec ta langue, Avec ton âme, C’est le big bang

Boréale attitude, Lolita solitude Tu connais des mystères Tu fais des commentaires C’est une piscine tu l’imagines london painting long term parking Regarde ce tas de pierres together, together Boréale attitude Lolita solitude c’est ce qui nie les mots C’est un igloo rien que pour nous une pluie de trous Boréale attitude Lolita solitude dis-moi ce qui est faux fais-moi ce qui est chaud cha nananana cha nananana C’est à l’envers devant, derrière love in the air big desaster C’est du désir en trop de la neige et de l’eau C’est ta langue dans mon dos ça résonne sous la peau Tu promets des bonheurs dans des neiges sans couleur des frissons sans odeur coyotte colette lover C’est du jus, du sirop ou le degré zéro de l’amour en morceaux Dis-moi ce qui est faux Fais-moi ce qui est chaud

Je suis une autre Je suis une autre Je suis sous influence Je suis une autre J’ai le cœur en enfance Tu me rends magnétique Amour panoramique Je suis une autre un filtre d’impatience Je suis une autre tu es ma délivrance C’est l’amour sans les angles la passion qui m’étrangle C’est toi mon miroir, ma passion, mon Ulysse C’est toi mon bonheur, mon autre, mon oasis Tu es mon seul complice mon jardin des délices tu es mon autre Et j’aime nos silences tu es mon autre je suis ton insouciance Et quand je m’abandonne c’est ton cœur qui résonne C’est toi le plus tendre de tous mes caprices C’est toi la plus douce de toutes mes cicatrices Tu es le seul prélude à ma béatitude et je séduis tes insomnies Tu éblouis ma peau, mes nuits Tu es mon point de latitude mon unique certitude C’est toi le plus grand de tous mes sentiments C’est toi mon unique et seul continent C’est toi le plus grand de tous mes sentiments C’est toi mon unique et seul continent

166

c’est l’amour a capella Diva. ta vie.L’île de la déception Je savais qu’un jour viendrait où le bleu des mers aurait la couleur de ton visage Je sentais qu’une nuit viendrait où je devrais taire mon mal de toi et ses images Loin de toi Vagues à l’âme Baie des larmes tu étais mon île de l’amour Loin de toi Mon grand large Mon orage tu es la seule ancre de mes jours Ma passion sans horizon se noyait en silence à l’approche de l’île de la déception Ton vertige et tes visions ton éternité d’avance sont les mirages de mes illusions Loin de toi Vagues à l’âme Baie des larmes tu étais mon île de l’amour Loin de toi Mon grand large Mon orage tu es la seule ancre de mes jours Tu es mon escale mon unique littoral Tu es mon navire celui qui me chavire Tes vrais soleils sont marins et tes nuits respirent mes pleurs comme des embruns Et l’écho de mes sentiments sur reflets de lune s’échouait sur des sables mouvants Dans la fièvre de ton sang gronde la lagune et ma tempête aux éclairs foudroyants Loin de toi Vagues à l’âme Baie des larmes tu étais mon île de l’amour Loin de toi Mon grand large Mon orage tu es la seule ancre de mes jours L’île de ma déception Diva C’est à l’arrière des limousines que tu laissais fondre ton spleen C’est en version originale que tu chantais les pleurs du mal Tu as jeté ta voix aux flammes L’amour a dilué ton âme Diva. mais non. c’est toi Diva. ta voix. c’est moi Diva. ta vie. ta voix. ta voix. un opéra Dans tes amours polyphoniques tu joues ta vie sur des répliques et ton répertoire de déceptions donne à ton cœur sa partition Tu as les silences héroïques d’une déesse mélancolique Diva. ta vie. imperméable inoxydable infatigable impardonnable je suis une cannibale du sentiment paradoxal Et tu prends mes silences pour de vraies déclarations mais non. ta voix. ta voix. ta voix. c’est toi Diva. non Tu prends mes impatiences comme preuves de ma passion Tu me crois à toi mais je ne suis qu’une alliance de chair et d’apparence Et je joue la femme fatale à genoux Inoxydable inimitable je suis étanche. c’est moi Inoxydable Tu m’appelles baby doll ton concentré d’amour Tu m’appelles ton idole la nuance de tes jours Tu me crois à toi mais je ne suis qu’une alliance de chair et d’apparence Et je joue la sentimentale à ton cou Inoxydable inimitable je suis étanche. Diva. c’est toi L’amour en bémol l’aura d’une idole la fin des hasards l’exil d’une star dans des chambres de brouillard Diva Diva Diva. c’est l’amour a capella Diva. ta voix. c’est l’amour a capella Diva. ta voix. ta voix. un opéra Diva. c’est l’amour a capella Diva. Diva. ta voix. c’est l’amour a capella Diva. c’est l’amour a capella Diva. je les disloque sans réciproque mais tu t’en moques mes sentiments. je les disloque en amour d’ornement 167 . ta voix. c’est l’amour a capella Diva. non. imperméable inoxydable infatigable impardonnable je suis une cannibale du sentiment paradoxal Sans équivoque je te provoque tes sentiments.

le sommeil vertical. le vertige en spirale. lumière originale. le vertige en spirale. la vie et l’idéal Le plus beau depuis les plus hauts des plateaux c’est l’enfance comme évidence c’est l’enfance C’est la nuit au plus profond des étoiles près d’un enfant boréal au regard sentimental C’est ici. que j’ai senti la vraie vie. le sommet vertical. la vie et l’idéal Le plus beau depuis les plus hauts des plateaux c’est l’enfance comme évidence c’est l’enfance Chemin en dédales bonheur radical Amour sans bruit de fond sourire minéral Absence végétale sentiment d’oubli total Chemin en dédales bonheur radical Amour sans bruit de fond sourire minéral Absence végétale C’est ici. le bruit des galaxies. le sommet vertical. dans un écho hivernal et la chaleur paradoxale C’est ici. que j’ai senti la vraie vie. sur un tapis de lueurs pâles près de vapeurs aurorales C’est ici. le vertige en spirale. le bruit des galaxies. que j’ai senti la vraie vie. le bruit des galaxies.Les hauts plateaux C’est la nuit sous une tente au Népal dans une neige de métal et de vrais reflets de cristal C’est ici. lumière originale. lumière originale. la vie et l’idéal Le plus beau depuis les plus hauts des plateaux c’est l’enfance comme promesse de partance une évidence le sourire minéral du silence la chaleur du silence 168 .

Johnny and Me Paris 21/01/2006 .58 Play Back.

59 Play Back. la bande-annonce Tours 18/10/2003 .

60 Play Back. le casting Tours 10/11/2004 .

61 Hommage à Knud Rasmussen 1983-2008 .

but also artists? NT: I think that the figure of the polar explorer and the character of the artist are actually very close.« La première fois que j’ai vu la neige. placée sur la vitre du musée avant l’entrée dans la salle d’exposition. their movements. In fact. mais notre allure reste toujours la même […] » J’avais également recouvert tous les conifères de neige artificielle. c’était au Paramount1 » Entretien de Claire Le Restif avec Nathalie Talec Claire Le Restif est commissaire d’exposition. L’un comme l’autre aborde des territoires inconnus. Or. a form. This led to the creation of a work in Cologne in 1983. They were like memories to 173 Claire Le Restif is a curator. I reproduced an excerpt from his text on the window panes there: “Our progression has only one goal: to define our position. cette phrase était une métaphore de l’acte artistique. a kind of testing of the protocol of re-creation that I used. Kepler. This piece will be reactivated for MAC/VAL. This has nothing to do with the body and its capacity for endurance. dès 1983. c’est très masculin. are fictional characters. Parce qu’à bien y réfléchir. Cela n’a rien à voir avec le corps et sa résistance. living beings who perform real actions. NT : En effet. whether films. un déplacement. whether in the mode of discovery. film de Nathalie Talec. except the one I went on in Greenland in 1987. like Madame Bovary. All this seems to connect these two identities that I have taken on since the beginning of my artistic activity. Épicure. selon des postures de découverte. director of the Centre d’Art Contemporain d’Ivryle Crédac. Les philosophes. the heroines that interest me. l’exploration. Newton. placed on the museum window in front of the entrance to the exhibition gallery. Contrairement aux héros qui. when I think about it. Tout cela semble réunir ces deux personnages que j’ai endossés dès le début de mon activité artistique. Cette pièce sera réactivée pour le MAC/VAL. les héroïnes qui m’intéressent. Exploration. a film by Nathalie Talec. L ’un comme l’autre souhaite trouver une issue. 1 Excerpt from Les Esquimaux ne savent pas nager. Both are looking for a way through. NT: Yes. sont des êtres vivants incarnés. directrice du Centre d’art contemporain d’Ivryle Crédac. For me. Pline. plutôt avec ce qui constitue l’homme dans son environnement. yet we keep going at the same pace. lance des défis au réel. CLR: In 1983 you were a very young woman. CLR: Your expeditions are also fictions. sa pensée… CLR : Quel est pour toi le texte fondateur concernant ce sujet? NT : Le compte-rendu d’exploration de Knud Rasmussen. de tentative de survie et d’exploration de l’inconnu. I also covered all the coni” fers with artificial snow. found by means of an action. The philosophers and scientists I reference are also men: Pliny. for me. a shift. telle madame Bovary. NT: It is. c’était le déplacement. Il a donné lieu à la réalisation d’une œuvre en 1983 à Cologne. et mes citations concernent également des artistes masculins. les savants. un objet. Pour moi. Nous traversons une terre inconnue et ignorons à tous moments ce que chaque nouveau regard doit nous révéler d’abîmes. “The first time I saw snow was at the Paramount”1 Nathalie Talec interviewed by Claire Le Restif CLR: What are the roots of this attraction you have to polar explorers and scientists. is very male. back in 1983. NT : Oui. 1986. What was important to me in that expedition was the fact of displacement. are flesh and blood. mais aussi les artistes ? NT : Je pense qu’il y a une grande proximité entre la figure de l’explorateur polaire et le personnage de l’artiste. those words were already a metaphor of the artistic act. and my quotations also concern male artists. Unlike heroes who. Epicurus. though. CLR : En 1983. un compte-rendu. sorte de mise à l’épreuve du protocole de restitution qui était le mien et qui était lié jusqu’alors à l’imaginaire. 1986. J’avais reproduit un extrait de son texte sur les vitres du lieu : « Il n’y a qu’un seul but à notre progression : définir notre position. . We are moving through an unknown land and can never know what chasms may be revealed to us by each new view. les scientifiques auxquels je me réfère sont aussi des hommes. qui accomplissent des actes réels. their thinking… CLR: What for you is the founding text on this subject? NT: The account by explorer Knud Rasmussen. Ce qui m’importait dans cette expédition. par un geste. that’s what made me incapable of producing anything with objects from the real. notes or photographs. sont des personnages de fiction. Both enter unfamiliar territories and challenge the real. pour moi. an object or a description. attempting to survive or exploring the unknown. dans ses sensations. 1 Dialogue extrait de Les Esquimaux ne savent pas nager. à l’exception de celle que j’ai faite au Groenland en 1987. In fact. une forme. Aristote. CLR : Comment est née cette attraction pour les explorateurs polaires. ses déplacements. and that up to then had been linked to the imaginary. Kepler and Newton. Aristotle. tu es une toute jeune femme. CLR : Tes expéditions sont également des fictions. but is more about what constitutes a human being in their environment—their sensations.

In those days my artistic work had very few connections with the practices of other artists. validité ou justification. the set-up will look like something by a conceptual artist. C: God. Going to the place cancelled out all its imaginary resonance. à l’époque. your work is closer to that of the conceptual artists. Je les écrivais à la machine à écrire. Et. involved. This is a mystery. The work was a project. comme l’artiste. Il y a d’abord une quête. Lorsque le héros accomplit quelque chose. c’est rarement par hasard. date de ma première exposition. © Roger-Viollet. © Danish Polar Center/ All rights reserved. comportait des cartes. but without putting them into practice. I have the impression that it’s an almost normal method—logical and coherent in relation to my exploratory and fictional practice. forewords. d’inventer des systèmes utopiques sans aboutir à leur réalisation. morales et physiques. on oublie les fatigues. Ramon Tio Bellido encouraged me to leave for the North Pole for a project entitled Travailler sous influence (Working Under the Influence). Paris: José Corti. What motivated me from 1979. Ils comportaient des textes. In Jean Malaurie. was conceiving projects. then comes its fulfilment. I think that these terms can be of interest when considering what it is in art that survives through it all. When a hero accomplishes something. très peu d’ouverture vers les pratiques d’autres artistes. Vienna. tries to give this mystery a form. Mon travail artistique avait. an attraction so powerful and so tenacious that upon returning one forgets the moral and physical fatigue and can think only of going back to them?”2 NT: Again. I wrote them out on the typewriter. as I’ve decided to present my projects. si tenace qu’après en être revenu. inventing utopian systems. That didn’t interest me. jamais de conclusion. Moralised Bible. si puissante. Je pense que ces termes-là peuvent être intéressants pour aborder ce qui résiste à tout dans l’art et qui est de l’ordre du mystère. At the same time. will be presented in frames. Le Français au pôle Sud. For the exhibition at MAC/VAL. à 1987 — était de concevoir des projets. Because the explorer. CLR : Ton travail est donc davantage à rapprocher de celui des artistes conceptuels. Il y a donc aussi une idée d’accomplissement. sa finalité n’était pas du tout d’être réalisée. which all have the same 21 × 29. CLR: Why did you want to go? NT: I didn’t want to physically go exploring. En même temps. B: Expedition of the Pourquoi-Pas under Commandant Charcot: installation of meteorological instruments.7 format. L’œuvre était un projet.2 Jean-Baptiste Charcot. So I defined a working method and I applied it in a score of projects that I still have in the archives. notes ou photographies. a validity or a justification. Österreichische Nationalbibliothek. C’était comme des souvenirs auxquels je ne pouvais donner aucune forme. visually. des descriptions d’objets à emporter. Sachant que c’était une sorte d’artefact de la glace et que cette forme géométrique allait rester lorsque la glace fondrait. Its point was not at all to be made. CLR: To quote Charcot: “Where does this strange attraction to the polar regions come from. the date of my first exhibition. maps and descriptions of the objects that would need to be taken. to penetrate it. Ce qui me motivait alors — de 1979. seulement des possibles. il est à la fois personnel et universel par ses questionnements existentiels. They comprise texts. 2002. des avertissements. a reason. films. La seule chose que j’ai pu faire a été de lancer sur la banquise deux parallélépipèdes de paraffine que j’avais apportés dans mon paquetage. and which. circa 1225. like the other ones. 174 . the mystery he seeks to penetrate is unfathomable. The existential questions it raises are at once personal and universal. Working onsite was difficult because I was in the real and the real froze me out—in every sense of the term. only possibilities. Le travail sur place était difficile parce que j’étais dans le réel et que le réel m’a glacée. moral or intellectual danger. quel qu’il soit. taking them from the status of archives to that of works—all the pages. CLR: So. Codex Vindobonensis 2554. both texts and drawings. comme les autres. 2006. in effect. A A: Portrait of Knud Rasmussen. drawings. à l’issue de la lecture d’un de ces projets. 1908-1909. 2 Jean-Baptiste Charcot. But there is always an idea of physical. C’est ce qui m’a d’ailleurs rendue incapable de produire quoi que ce soit avec ces objets du réel. © Akg-images. Le Français au pôle Sud. whatever it is. une recherche et un aboutissement. like the artist. It prevented me from working. Paris: éditions du Chêne. C’est peut-être ce qui explique pourquoi la réalité finalement te laisse interdite ? which I was incapable of giving a form of any kind. Ramon Tio Bellido m’a encouragée à partir au pôle Nord pour un projet qui avait pour titre «Travailler sous influence » et qui. it’s rarely a coincidence. Perhaps that explains the fact that reality renders you speechless? NT: Because “art is what makes life more interesting than art. des dessins. it’s a metaphor of artistic experience. but never conclusions. pour ne songer qu’à retourner vers elles ? 2 » NT : À nouveau une métaphore de l’expérience artistique… CLR : Pourquoi voulais-tu partir ? NT : Je ne voulais pas partir physiquement en exploration. Measure of the World. 2006. The only thing I could do was throw onto the ice floe two parallelepipeds made of paraffin that I had taken with me in my pack. Ça m’a interdit de travailler. Paris. Puisque l’explorateur. Mais il y a toujours une idée de mise en danger physique. Ultima Thulé. in the knowledge that there were a kind of ice artefact and that these geometric forms would still be there when the ice melted. morale. But life isn’t necessarily what makes art ” interesting. tente de donner une forme à ce mystère. José Corti. intellectuelle. First there is a quest. Illumination. a search. le mystère à percer est insondable. Ça ne m’intéressait pas. Me rendre sur place a annulé tous les effets possibles de l’imaginaire. CLR : Pour citer Charcot : « D’où vient cette étrange attirance de ces régions polaires. Courtesy Jean Malaurie and éditions du Chêne. aucune raison. And after reading one of these projects. to 1987. tente de le percer. Dans tous les sens du terme. J’ai donc défini une méthode de travail et l’ai appliquée à une vingtaine de projets qui restaient archivés.

reproduced on peeling picture walls. of those exhibition rooms whose layout was as badly done as the oversize explanations. qui consiste à donner forme par le dessin à des descriptifs scientifiques et à incarner des données abstraites. historical exhibitions. concentrating figures watched by incredulous. puisque je décide de présenter mes projets. à la ligne claire. inspired. C : Dieu mesure le monde. Today it seems almost obvious that this exercise. Mais la vie. offrait au public des laboratoires d’expérimentations. which goes back to 1979 (also the date of my first exhibition). vers 1225. Le Secret du monde (1983-1994). Codex Vindobonensis 2554. dedicated to the stars and the propagation of the universe. Avec l’aimable autorisation de Jean Malaurie et des éditions du Chêne. with their hair standing on end as they stood on a cylindrical pedestal. Pour l’exposition du MAC/VAL. J’avais pour mission de transformer la parole et les esquisses brouillonnées des scientifiques du musée en dessins techniques. hands-on sessions and demonstrations. its twin.A : Portrait de Knud Rasmussen. On the walls of the round Pi room was a list of all the figures that follow the 14 which comes after the decimal point… The planetarium was a kind of cinema. pour les expériences d’électricité en particulier. My mission was to transform the words and the rough sketches by the scientists at the museum into the clear lines of technical drawings. des pièces sonores comme la série de définitions de mon premier album expérimental. visuellement. désuète et poussiéreuse. For experiments with electricity. a member of the public was invited to undergo powerful molecular changes. I still find myself thinking of this architecture with its alternation of dark spaces and picture windows. which consisted in giving form to scientific descriptions with drawings and embodying abstract data. 1983-94) and in performances like Science par Fiction (Science by Fiction. seront présentées encadrées —. 1997). effectivement. textes comme dessins. This old-fashioned and stuffy kind of “science museum” offered the public experimental laboratories. 2002. en blouse blanche. dédiée aux étoiles et à la propagation de l’univers. on sound pieces like the series of definitions in my first experimental album Le Secret du monde (The Secret of the World. Enluminure. without colour. qui remonte à 1979 (date également de ma première exposition). in particular. in front of a worried and giggling audience. 1997). The museum context. Ultima Thulé. carried out by museum scientists in white coats. à ces salles d’exposition où la scénographie était aussi maltraitée que les explications surdimensionnées. Je me rendais au Grand Palais. B : Expédition du Pourquoi-Pas du commandant Charcot. les faisant passer du statut d’archives au statut d’œuvres — toutes les pages. m’a conduite à devenir graphiste pour la revue mensuelle éditée par le Palais de la Découverte. Paris. personnages inspirés et concentrés devant des enfants incrédules et hilares . c’est ce qui rend la vie plus intéressante que l’art ». logique et cohérente par rapport à ma pratique exploratoire et fictionnelle. Il ressemblait au Palais de Tokyo et me rappelle le titre d’une œuvre de 1986 : Tous les espaces ne sont pas également pleins… B C CLR: What was your first professional experience? Did it influence your artistic activity? NT: My first professional experience. s’est trouvé réellement imbriqué dans mes projets artistiques. certainly had an influence on video pieces such as Les expériences (The Experiences. installation d’instruments météorologiques. le dispositif va ressembler à celui d’une artiste conceptuelle. par exemple. Vienne. © Akg-images. in order to convey the principles of limited relativity. pour donner à comprendre. réalisées par les scientifiques du musée. ce n’est pas ce qui rend forcément l’art intéressant ! J’ai l’impression qu’il s’agit d’une méthode presque normale. pour visiter les expositions historiques et luxueuses. qui ont le même format de 21 × 29. Je pense encore à cette architecture qui alternait espaces sombres et baies vitrées. CLR : Quelle fut ta première expérience professionnelle ? A-t-elle eu une influence sur ton activité artistique ? NT : Ma première expérience professionnelle. NT : Parce que « l’art. Cette sorte de « cité de la science ». It looked like the Palais de Tokyo and reminded me of the title of a work from 1986: Tous les espaces 175 . La Ferme du Buisson. should become bound up with my artistic projects. say. 1997). une personne du public invitée à subir les fortes modifications des molécules se retrouvait hirsute sur un socle cylindrique. laughing children. s’alignait une liste de tous ces chiffres qui suivent le 14 après la virgule… Le planétarium était une sorte de salle de cinéma. les principes de relativité restreinte ou ceux de motricité des vagues… Il semble aujourd’hui presque évident que cet exercice. Bible moralisée. © Danish Polar Center/DR. Le contexte du musée a également certainement eu une influence sur des pièces vidéo comme Les expériences (1997). éditions du Chêne. or those of wave power. involved being a graphic designer for the monthly journal published by the Palais de la Découverte. reproduites sur des cimaises détériorées. ou encore performatives comme Science par Fiction (La Ferme du Buisson. sans couleur. devant un auditoire inquiet et rieur… Sur les murs de la salle Pi. ronde.7 cm. son jumeau. I went to the Grand Palais. 19081909. to visit the luxurious. des séances de manipulations et de démonstrations. too. Österreichische Nationalbibliothek. © Roger-Viollet. In Jean Malaurie.

une exposition en travaux. à Paris.3 I have always been fascinated or attracted by manifesto-like actions. Jacqueline Dauriac. or again. Laib. en 1981. had an epic quality and invoked risk. For this exhibition I particularly D E remember Gilles Mahé arriving on the day of the private view. Photo François Montarras/ All rights reserved. Selman Selvi. CLR : Quelles sont les étapes importantes et les expositions fondatrices de ton parcours artistique ? NT : Ma toute première exposition personnelle. 1881. Jean-Hubert Martin. lithograph printed in Camille Flammarion. cette exposition en véritable épopée chevaleresque. 1983. Michel Claura. Puis j’ai participé à une exposition très importante pour moi : « À Pierre et Marie. le jour du vernissage. Fournel. Fournel. CLR: What are the key stages and the seminal exhibitions in your artistic career? NT: My very first solo exhibition. © Private collection/Archives Charmet/The Bridgeman Art Library. Philippe Cazal. I had lined all the walls of the Galerie Augenladen in Mannheim with photocopies showing me in different childhood games. d’arrogance et parfois de provocation… ne sont pas également pleins… (Not All Spaces are Equally Full). This autonomy guaranteed real independence and a great freedom that seems almost utopian today. À Pierre et Marie. Print on paper (holy image). This entrance was remarkable in a good many ways: the artist had artistic elegance combined with a troubling humanity that. Convert… et beaucoup d’autres 3). Il est pour moi le précurseur de l’esthétique relationnelle. If I remember that show it is because I think it prefigures the self-portraits and costumed portraits that I did much later. Dupuy. in a generous. arrogance and sometimes provocation… D: The world of the four moons and four suns. This manifesto show was organised between 23 January 1983 and 21 October 1984 by a community of artists and art-world figures. Saytour. ceux qui. Jean-Hubert Martin. as in mountain climbing. The exhibition was conceived and organised by artists. the desire for community and. Felice Varini. une exposition en travaux ». like the ones that followed. de désirs communautaires et surtout de vraies rencontres ! L ’exposition avait été pensée et organisée par des artistes. open up paths. ou expositions des aventures. Leccia. Les autres expositions fondatrices. in Paris. Bertrand Wicquart… — et a accueilli soixanteneuf artistes français et étrangers (Lavier. had my name as its title. In 1983. which reprises the principle of the wall all over. je me souviens très particulièrement de l’arrivée de Gilles Mahé. Cette exposition comme celles qui suivirent avaient quelque chose d’une épopée et convoquaient le risque. 1 of the journal Public. Pour cette exposition. E: Gilles Mahé. L ’Astronomie populaire. If I mention that moment. 176 . most of all. F & G: Portraits of Paul-Émile Victor. © Richard Melloul/ Sygma/Corbis. Si je rappelle cette exposition. d’irrévérence. Philippe Cazal. Selman Selvi. Michel Claura. dans une attitude généreuse et altière. J’ai toujours ressenti une fascination ou une attirance pour les actes manifestes. or the adventure exhibitions. je les appellerais volontiers expositions des découvreurs. Paris/ Saint-Briac. with people who. for authentic encounters. Dupuy. collective engagements. irreverence. in my eyes. and not by a group of artists from the same tendency: Daniel Buren. qui reprend le principe de wall all over. riding his horse. Sarkis. This exhibition. Cette autonomie était garante d’une véritable indépendance et d’une grande liberté qui semble presque utopique aujourd’hui. Archives contemporaines internationales. portait comme titre mon nom. En 1983. Convert and many more). sur son cheval. Duprat. d’engagements collectifs. art still hadn’t gone spectacular. Cette exposition-manifeste fut organisée entre le 23 janvier 1983 et le 21 octobre 1984 par une communauté d’artistes et de personnalités du monde de l’art. Collection Mahé. 3 List quoted in issue no. ouvrent des voies.3 Liste citée dans le nº1 de la revue Public. © Mme Mahé. in 1981. Il a traversé l’église sur sa monture. For me he is the precursor of relational aesthetics. alors que la dépendance presque systématique de l’art vis-à-vis de son commerce paraît modifier à la fois la nature des œuvres et leur contenu. transformed that show into a real chivalrous adventure. These were times of real acrobatics. when art’s almost systematic dependence on its trade seems to be changing both the nature of the works and their content. Laib. He rode through the church on his steed. Sarkis. Ces temps artistiques étaient des exercices de haute voltige. c’est qu’il m’apparaît symptomatique de ce qui s’est déclaré dans cette exposition : l’affirmation de véritables gestes artistiques. After that I took part in an exhibition that was very important for me. où les artistes s’érigent en véritables aventuriers. Si j’évoque ce moment. et non par un groupe d’artistes d’un même courant — Daniel Buren. Bertrand Wicquart… It hosted sixty-nine French and foreign artists (Lavier. ou encore expositions des conquêtes. in which artists are seen as real adventurers. mais aussi des dispositifs comme Exhalaison. l’art n’avait pas encore versé dans le spectaculaire… Cette entrée en scène était remarquable à bien des égards : il y avait chez cet artiste une élégance artistique doublée d’une humanité troublante qui a transformé. Leccia. J’avais tapissé la totalité des surfaces des murs de la galerie Augenladen à Mannheim de photocopies me représentant dans différentes saynètes enfantines. whether collective or independent. comme en alpinisme. Jacqueline Dauriac. à mes yeux. The other seminal exhibitions I like to call the “discoverer” exhibitions. Duprat. Felice Varini. c’est qu’elle semble préfigurer les autoportraits ou performances costumées réalisées bien plus tard. the conquest exhibitions. collectifs et indépendants. Entrance on Horseback. une exposition en travaux’. Saytour. Archives contemporaines internationales. proud pose. it is because it seems to me symptomatic of what was affirmed in the exhibition: true artistic actions. but also installations like Exhalaison (Exhalation). exhibition ‘À Pierre et Marie.

The gallery was unlike any other—a laboratory. le dessinateur. in alternating modes of survival and production. Les ready-made appartiennent à tout le monde. Je garde un souvenir très précis des artistes auprès desquels j’exposais : Jeff Koons.D : Le monde des quatre lunes et des quatre soleils. De cette traversée aux épisodes heureux. back from that journey with its happy and unhappy episodes. You have to find the money. entre autres… Bref. j’ai rencontré des spécialistes des vêtements de survie. le médecin. j’ai produit des gestes et des actes. it was an outstanding moment in art. une invitation réellement troublante à tous points de vue. il s’agit cette fois d’une exposition très officielle. CLR : En 1990. exposition « À Pierre et Marie. Ashley Bickerton. Unlike the ones you have just mentioned. Like an explorer. Jana Sterbak. la survie nécessite de minimum. Ashley Bickerton. un moment d’art exceptionnel eu égard à la visibilité actuelle de ces artistes. © Richard Melloul/Sygma/Corbis. à l’image d’une expédition de raison et d’excès… CLR : Ton exposition « rétrospective » au MAC/VAL est-elle une sorte de retour d’une expédition qui aurait duré plus de vingt ans ? NT : Oui. malheureux. I re-read many of the texts that were foundational in all the things I did afterwards. NT: Yes. Photo François Montarras/DR. Others were quicker. This was a genuinely unsettling invitation from every point of view. Un territoire vierge. without consensus. among others. À l’inverse de ce que tu viens d’évoquer. Une galerie qui était comme aucune autre. Readymades belong to everyone andThomas Struth. like an expedition of reason and excess. Cela nécessitait de recourir à des industriels susceptibles de mettre à ma disposition un lieu. the equipment. Sept nuits en chambre froide » de 1983. cook… you assemble a kind of world that meets the basic requirements for life. un lieu de rencontres. qui se sont tour à tour déroulés sur un mode de survie ou de production. challenges and debates. Ici. but an official version of what artists who are not courtiers can do. ’ 1881. un espace expérimental. in 1990. The conditions of production of an exhibition are similar to those of an expedition. NT : Oui. mais une version officielle de ce que peuvent produire des artistes non courtisans. Tout au long de ces années. un espace utopique où l’art prenait le large et devenait exemplaire. photographer. ou alors dans une autre temporalité… D’autres ont été plus rapides et ont depuis atteint d’autres sommets… L’exposition personnelle à la galerie Jean-François Dumont à Bordeaux. en 1990. véritable. CLR: Is your “retrospective” at MAC/VAL a kind of return from an expedition that has lasted more than twenty years? NT: Yes. un laboratoire. Paris/Saint-Briac. this was a very official exhibition. In short. 1983. draughtsman. perhaps it is. Looking back now I have the feeling that I never tried to stick a flag onto what was then like the top of the world. Les conditions de production d’une exposition sont semblables à celles d’une expédition. fut aussi une expérience très riche. an experimental space and place of encounters. F et G : Portraits de PaulÉmile Victor. de défis et de débats. Collection Mahé. Cette exposition au MAC/ VAL est un temps donné où je m’entoure à nouveau d’une équipe qui va répondre à ce système de travail en place depuis le début. LAstronomie populaire. lithographie tirée de Camille Flammarion. © Collection particulière/Archives Charmet/The Bridgeman Art Library. Thomas Struth. Wim Delvoye. sans consensus. L ’entrée à cheval. en effet. Cady Noland. le photographe. All through those years I produced actions and gestures. a team with which to share the moment. Wim Delvoye. Il faut trouver de l’argent. a utopian space where art broke free and became exemplary. Avant de partir au Groenland. j’ai communiqué avec Paul-Émile Victor. This exhibition at MAC/VAL is a specific moment in which I am have once again surrounded myself with a team 177 . peut-être. tu es invitée pour « Aperto » à la Biennale de Venise. © Mme Mahé. Cady Noland. Jana Sterbak. Comme un explorateur. and have reached other summits. E : Gilles Mahé. une équipe avec qui partager ce moment et où chacun a une spécialité : le scientifique. Impression sur papier (image pieuse). and in which each person has their own specialisation: scientist. doctor. Rétrospectivement. une exposition en travaux ». le cuisinier… Une sorte de monde rassemblé là avec ce que la vie. j’ai aujourd’hui le sentiment de n’avoir voulu planter aucun drapeau sur ce qui était alors comme un sommet du monde. je suis revenue à la lecture de nombre de textes fondateurs de tout ce que j’ai pu faire après. mais ensuite l’acte artistique consistait à rester F G CLR: In 1990 you were invited to Aperto at the Venice Biennale. if you consider the visibility of these artists today. Tout comme pour le projet de survie « Sept jours. Their recreation will take place in 2008! I have totally immersed myself in my archives to try and understand what happened. was another very rich experience. du matériel. La mise en œuvre de leur restitution aura lieu en 2008 ! Je me suis totalement replongée dans mes archives pour tenter de comprendre ce qui s’était passé. A real virgin territory. I have a very precise memory of the artists I was exhibiting with: Jeff Koons. The solo exhibition at Galerie Jean-François Dumont in Bordeaux. for survival.

evenings out. the expedition led by Robert Scott in 1911. où des expériences vont cohabiter et dessiner les contours d’un territoire particulier. Whether it is polar explorers or artists. Je communiquais avec l’extérieur par un simple dispositif vidéo. CLR: You were locked up? So. CLR : Quelles étaient les modalités de travail ? NT : Il y avait une captation vidéo permanente. en 1999. dont un que j’ai fait en 1979 devant une vitrine des Galeries Lafayette transformée en piscine. Tout est occulté par des dessins assez grossiers à la craie grasse. artists and philosophers. Paris. sans aucune sortie possible. Dans cet espace. © Akg-images. This piece will be exhibited in the space that I call “stock. It’s a very close shot of a circle of Barbie dolls doing aqua gym. c’est un livre.enfermée pendant cette durée dans une chambre à 0° C. K: Albrecht Dürer. I met the specialist makers of survival wear. chanson que j’ai reprise beaucoup plus tard. In Terre Adélie. CLR : Dans ton exposition. Naples. Reste en haut le titre du chapitre : la fête. it was an experiment in isolation? NT: Yes. it’s a book. il y a un socle commun qui nécessite un compte-rendu. une traversée du genre humain. including one I made in 1979 in front of a window display at Galeries Lafayette that had been transformed into a swimming pool. le moment that will reflect this working system which has been in place since the beginning. Museo Nazionale di Capodimonte. © Expédition française polaire collection. birthdays. Saint Eustace. C’est encore inventer un nouvel espace narratif. je présente des dessins au pastel gras montrant l’inventaire complet des objets que PaulÉmile Victor avait emportés pour sa première expédition. c’est déjà s’interroger sur la question d’un ensemble et pratiquer un exercice très délicat qui consiste à assembler ce qui peut paraître désassemblé. The rest is all hidden by these fairly crude pastel drawings. Just as I did for the 1983 survival project Sept jours Sept nuits en chambre froide (Seven Days and Seven Nights in a Cooler). Portrait of Luca Pacioli. dans Gravité. on a small screen. CLR: And what form does that take? H I NT: For the explorer. 178 . pour moi. Ce projet n’a donc pas été réalisé car je n’envisageais pas d’en modifier les préalables. © Akg-images/ Erich Lessing. des artistes. CLR : Qui prend quelle forme ? NT : Concernant l’explorateur. CLR: Are you showing any films in this exhibition? NT: Yes. © RMN/ René-Gabriel Ojéda. The essential notion in my work since 1979 has been the accumulation and sharing of experience. I got in touch with PaulÉmile Victor. la soirée. Musée Condé. etc. C’est aussi tenter de faire émerger ce qui a motivé le travail. température symbolique du froid. C’est un plan très rapproché sur une ronde de gymnastique aquatique de poupées Barbie. c’est l’accumulation et le partage d’expériences. l’anniversaire. ça n’a jamais eu lieu ? NT : Une chambre froide à une température de 0º ne répond à aucune des contraintes industrielles de conservation. right? NT: A cooler at a temperature of 0° doesn’t meet any of the conditions of industrial conservation. CLR: What approach have you taken to exhibiting your work at MAC/VAL? NT: To construct a retrospective is already to entertain the notion of an ensemble and to engage in the very delicate exercise of assembling what may H: The artist and explorer Edward Wilson on Terra Nova. Chantilly. there is this common base that requires there to be an account of the process. using a simple video device. J: Jacopo de Barbari. In ” this space I am presenting pastel drawings showing all the objects that Paul-Émile Victor took on his first expedition. in 1999. des journalistes. Le film est sonore et je chante Newton a dit…. a temperature that symbolises cold. Cette pièce sera exposée dans l’espace que j’appelle « stock ». des philosophes… CLR : Mais c’était une fiction. with doctors journalists. 1495. but after that the artistic act dictated that I remain locked up for that amount of time in a chamber at 0°. 1501. for Gravité (Gravity). there was no way of getting out. Therefore this project was not carried out. CLR: But it was a fiction… it never happened. avec des médecins. sa conviction et son évidence. sur un petit écran. There is sound and I am singing Newton a dit… (Newton said). Berlin. CLR : Quel parti pris adoptes-tu pour la mise en exposition de ton travail au MAC/VAL ? NT : Construire une rétrospective. The pages are taken from a book of etiquette. For that I had to find people in industry who could provide me with a space. which cost both men their lives. tu présentes des films ? NT : Oui. a song I reprised much later. CLR: How did this piece work? NT: There was constant video monitoring. La notion essentielle de mon travail depuis 1979. Before I left for Greenland. Oil on panel. Arthaud: 1952. Ce sont les pages d’un livre sur le savoirvivre. CLR : Tu étais enfermée ? Il s’agissait d’une expérience d’isolement ? NT : Oui. etc. because I wasn’t ready to change its premises. I: Base camp. At the top you can see the title of the chapter: parties. Engraving. Que ce soient les explorateurs polaires ou les artistes. C’est enfin. Archiv für Kunst & Geschiche. I could communicate with people outside. an exploration of human being.

NT : Oui. avec deux points d’entrée/sortie. la salle commune. others too short. la cuisine. It brings together. d’autres encore que l’on aurait envie de customiser. K : Albrecht Dürer. qui leur coûtera la vie. Mon camp de base reprend tous les éléments constitutifs du travail depuis son origine et permet. Musée Condé. but the body is changed and has to make itself anew. ” NT: The form of the exhibition interrogates the setup of the polar base camp from the 1930s to the 1960s and 70s. d’autres que l’on préfère ignorer. And it also means inventing a new narrative space in which in which experiences cohabit and sketch out the contours of a particular territory. others that felt too tight. Naples. others you’d be happy to wear again…. en découpant des espaces. Museo Nazionale di Capodimonte. others that are out of season. artiste et explorateur. CLR : Tu évoques une notion intéressante. feutrés ou passés de mode. others folded and put away. others worn out of necessity. Je me retrouve alors dans la posture travaillée dans les dessins de la série des expériences. Berlin. il me semble important de proposer un parcours qui se fera de manière intuitive pour chacun. un sas d’entrée. © Akg-images. qui est le retour au « camp de base » ! NT : La mise en exposition interroge le dispositif du camp de base polaire des années 1930 aux années 1960-1970. I : Camp de base. original pieces. d’autres que l’on a usés jusqu’à la corde. It’s a long journey. others you’d prefer not to know about. Portrait de Luca Pacioli. CLR : Il y a aussi une esthétique du stockage. Huile sur bois. a set of different. 1501. others that you’d want to customise. 1495. 1952. this is the time and place for identifying the work on cold. comme archivés. haute couture or off the peg. I therefore remain in a double position where I am always both seeing and doing. d’autres aussi que l’on n’a jamais portés ou qui n’ont jamais quitté le tiroir. mais aussi d’autres trop longs. où je me présente en même temps comme celle qui observe et celle qui agit… Je reste donc dans une attitude duelle. la vie en patchwork. others that had come back into fashion. rubbed smooth or out of fashion. où il s’agit toujours de voir et de faire. for an occasion. d’autres trop courts. but others that were too long. Cela me permet d’additionner autant d’histoires qu’il y a d’œuvres. It also means attempting to bring out what motivated the work. its convictions and what it manifests. Dans le cadre d’une « rétrospective ». J K appear to be disjunctive. mais le corps a changé et doit faire peau neuve. l’entrepôt frigorifique est présent dans mes projets depuis 1983. L’immersion produit des « remontées de temps » et opère une longue traversée. Je prendrais volontiers la métaphore de la garderobe (inventée de toutes pièces. Chantilly.H : Edward Wilson. des objets. Archiv für Kunst & Geschichte. d’autres que l’on remettrait volontiers… d’autres rangés. This exercise of the retrospective implies both total immersion in the work as an ensemble and a distance dictated by the need to make a selection. In Terre Adélie. on the same site. Paris. la garde-robe comme étendard. Celui-ci réunit dans un même site des espaces différents et dédiés : le dortoir. Finally. de la haute couture ou du prêt-à-porter. d’autres que l’on a portés par nécessité. des vidéos. c’est le cas de le dire) : si l’on était amené à rassembler la totalité des vêtements portés depuis son enfance. That really is something you throw together. others you’ve never worn or that have never been taken out of the drawer. Life in a patchwork. others that you’ve worn only once. © RMN/René-Gabriel Ojéda. the wardrobe as standard. une mise en exposition d’œuvres qui ne doivent pas être dans une trop grande proximité. on serait devant des vêtements usés. 179 . J : Jacopo de Barbari. Un dispositif sans chronologie. If you were to gather all the clothes you had worn since you were a child. in which I simultaneously present myself as the person observing and the person acting. des dessins. comme figure abstraite de l’indicible et de l’irreprésentable… L ’exercice de la rétrospective implique à la fois une immersion totale dans l’ensemble de la production et une mise à distance dictée par la nécessité d’une sélection. d’autres dans lesquels on se sentirait à l’étroit. dedicated spaces: the dormitory. pliés. The wardrobe as battlefield or cabinet of curiosities. So I find myself in the position I worked on in the drawings of the series of experiments. Saint Eustache. Il me faut compartimenter l’espace pour faire monter les questions de fiction. Il est rejoué ici sous la forme d’une sculpture. de l’appropriation possible du public. d’autres hors saison. CLR: You evoke an interesting and very humorous notion. Arthaud. you would find yourself with clothes that were worn. as an abstract figure of the unsayable and the unrepresentable. © Akg-images/Erich Lessing. le laboratoire. du storage et de la chambre froide. lors de l’expédition menée par Robert Scott en 1911. that of the return to “base camp. pleine d’humour. La garde-robe comme champ de bataille ou cabinet de curiosités. adaptés aux saisons et aux températures. © Fonds Expédition française polaire. Terra Nova. des pièces originales. I think the metaphor of a person’s wardrobe is a good one here. d’autres que l’on a mis qu’en une seule occasion. Burin. for me. et le lieu d’identification du travail autour du froid. de déplacement. d’autres remis au goût du jour. The immersion means going back in time. others you’ve worn threadbare. for particular seasons and temperatures. like archives.

This involved taking the kayak apart. ce très grand monochrome rouge suspendu qui produit de la chaleur. y compris le Fog Corridor. NT: I felt the need to position my programme and come back to making objects. de la traversée : en premier lieu. like a signature. ce seraient plutôt les questions du nomadisme ou du spirituel et des constructions ou espaces habités qu’elles génèrent. alors responsable du département inuit de ce musée. including the Fog Corridor. that giant hanging red monochrome which produces heat. Pierre Robbe. Le traîneau et le kayak sont des instruments de transport. © Pathé Exchange Inc. Je m’intéresse également aux lieux empathiques de rassemblement et the kitchen. Je réalise également un kayak en néon. CLR: Are you going to show works made earlier? NT: Yes. I need to compartmentalise space in order to bring out questions of fiction and displacement. 1922. Yes. pour les dispositifs. makes it possible to exhibit works that mustn’t be too close to each other. bien sûr. mais encore l’entrepôt comme site de passage et d’impermanence. the sledge is a means of transport. Quand le froid est nommé. who is in charge of the Inuit department at the museum.CLR : Vas-tu montrer des œuvres existantes ? NT : Oui. both literally and figuratively. Il en va ainsi de 0° C (Celsius). 1991). It is replayed here in sculptural form. dont le projet existait dès 1986 mais qui n’avait pas été réalisé. I think it’s important that a retrospective should offer a sequence that visitors can follow intuitively. M: Robert Flaherty. CLR: You are producing some new pieces for this show. It’s a non-chronological sequence with two entry/ exit points. the door will be closed and there will be fog seeping out. This makes it possible to bring together works that each represent a particular story. Like the kayak. poster for the film by Robert Flaherty./ Album/Akg. but never made. the refrigerated warehouse has featured in my projects ever since 1983. comme une signature. de 0° F (Fahrenheit). With these two sculptures I can revisit some seminal moments of understanding. 1922. C’est pour moi une façon de mettre un nom sur une obsession. L L: Nanook of the North. Je restitue mon univers. Thus one of the spaces will be open when there are performances going on and. including one in white porcelain made by the Manufacture de Sèvres. the laboratory. outside the time of these events. le container. Pierre Robbe. de déplacement et de glissement au sens propre comme au sens figuré. CLR: You mentioned a neon sign saying “0ºT”… Is that T for Talec? What typography are you going to use for that? NT: It’ll be handwritten. il prend l’initiale du chercheur dont les conclusions ont abouti à le mesurer. NT: Yes. la tente. Whenever cold has been named it has taken the initial of the researcher whose conclusions led to a way of measuring it. le camp de base. and allow ways for the public to appropriate it. and who helped me prepare my stay in Greenland. par exemple Exhalaison (1989) ou Encombrement thermique (1991). m’accompagnait déjà sur la préparation de mon séjour au Groenland et m’avait proposée d’assister à cette restauration. Le traîneau est en effet la reproduction de celui que Paul-Émile Victor m’avait confié pour la réalisation de la série « Portraits stratégiques ». a full-scale copy of the sledge used by Paul-Émile Victor. of displacement and shifting. 180 . 0ºK (Kelvin)… So it seemed natural to me here to propose 0ºT as a fictional and symbolic version of the work. the sledge is a reproduction of the one that Paul-Émile Victor gave me to make the Portraits stratégiques series of black-and-white photographs. des photographies en noir et blanc. du provisoire. la relation privilégiée que j’ai eu le plaisir de partager en 1985 avec un groupe d’Inuits du Groenland Est venu restaurer cette même embarcation conservée dans les collections du musée de l’Homme. the airlock. by creating separate spaces. I am going to recreate my world. the common room. comme version fictionnelle et symbolique du travail. Ainsi un des espaces sera ouvert pour des temps de performances. qui nécessitait un dépeçage intégral du kayak… et qui m’en a dévoilé la structure. CLR : Tu évoques une pièce en néon qui reproduit le signe 0ºT… T comme Talec ? Dans quelle typographie vas-tu la réaliser ? NT : Je vais l’écrire à la main. et en dehors de ces événements présentera une porte fermée avec une fuite de brouillard s’en échappant. a project I formulated back in 1986. of storage and of the cooler. My base camp reprises all the elements that have constituted the work ever since its beginnings and. who had come to restore this boat kept in the collections of the Musée de l’Homme. I’m also making a kayak in neon. CLR : Tu produis de nouvelles œuvres à l’occasion de cette exposition. Nanook of the North. such as Exhalaison (1989) and Encombrement thermique (Thermal Encumbrance. La question de l’éphémère. 0ºF (Fahrenheit). Il s’agit du traîneau de Paul-Émile Victor à l’échelle 1. NT : Il m’a semblé nécessaire de positionner mon programme et de revenir à la création d’objets. which showed me how it was made. CLR : À quel type d’architecture t’intéresses-tu ? NT : Ce qui m’intéresse dans l’architecture. notamment une pièce en porcelaine blanche fabriquée par la Manufacture de Sèvres. Ces deux sculptures me permettent aussi de réactualiser des moments de connivence fondateurs. for the dispositifs. suggested that I be present for the restoration. For me this is a way of putting a name on an obsession. © Akg-images. Il met en lumière. CLR: There is also an aesthetic of stocking. de 0° K (Kelvin)… Il me semblait donc évident de proposer ici 0ºT. à tous les sens du terme. mais aussi l’igloo. It sheds light— in both senses—on the special relationship that I enjoyed in 1985 with a group of Inuits from East Greenland. Thus there is 0ºC (Celsius).

showing a friar as mathematician. Faire un cadeau. J’en recherche la valeur héroïque. le plus atroce de tous. Here is an extreme privilege for a connoisseur of Nothing. It no longer obeys mathematical rules. by Jacopo de Barbari (1495). 4 Maybe there is a fascination with science ” and its discourse in my work. That’s an important subject in your work. and also these words by the physicist and astronomer Johannes Kepler evoking the snowflake: “Here it is. il présente une grande diversité de formes et traverse plusieurs états. NT:Yes. Paris: Éditions du CNRS. © Akg-images. Puisqu’il subit une transformation inexorable. la puissance imaginaire ou l’énigme dans les récits d’explorateurs polaires. de dispersion apparente. . le portrait d’un frère mathématicien par Jacopo de Barbari (Portrait de Luca Pacioli. To offer a gift is to both give an object and express a feeling. avec paroles et musique… CLR : Au cours de nos nombreuses discussions. éditions du CNRS. les philosophes et les artistes depuis la Renaissance. On n’y rôtit pas dans les flammes. Voilà une étrenne privilégiée pour un amateur de Rien. seule la parole ou l’écriture peut le faire perdurer. quand le feu représentait la vie et que le froid provoquait la mort. there is melancholy. Je pourrais assimiler mon langage artistique à ces actes de dissipation. as they have been apprehended together by scientists. right? NT: Yes. qui répond à la rigueur géométrique. L : Nanouk l’Esquimau. his aim was to find an affectionate and generous present for a melancholy German prince that would give him the pleasure of contemplating “Nothing. NT : Le froid. I am also interested in empathetic places for coming together and meditating. de désobéissance et d’aléatoire.4 » Il y aurait peut-être chez moi une fascination pour la science et son discours. « dans tous ses états ». légère et molle par opposition au givre ou au gel. with words and music. Paris. there is the base camp. 1975. c’est aussi l’idée du même qui se reproduit avec des accidents. est un palais de glace. Kepler makes the snowflake a sentimental motif. C’est un sujet important de ton travail. les contes enfantins. il y règne un froid terrible. et. It intrinsically contains disorder. 1922. sur fond d’observation et d’expérimentation… CLR : Et qui renvoie aussi à ce motif générique proche du rien naturel qu’est le flocon de neige ? NT : Oui. but also the warehouse as a place of transit and impermanence. set against a background of observation and experimentation. et pourtant figurée. de désordre. its form melts. the container. L’Étrenne ou la Neige sexangulaire (L’Histoire des sciences) [1610]. In the course of its metamorphosis it presents a great diversity of forms and goes through several states. L ’Étrenne ou la Neige sexangulaire (L ’Histoire des sciences). and yet figured. Certains analystes estiment que cette vision de l’enfer est très ancienne. Il y a aussi bien sûr le polyèdre irrégulier de la Melencolia de Dürer. but also the igloo. Intrinsèquement. the Portrait of Luca Pacioli. puisque les flocons tombent du ciel et sont pareils aux étoiles. de méditation. se disperse et devient aléatoire. CLR: It also refers to this generic motif close to natural nothingness that is the snowflake. il contient du désordre. évoquant le flocon de neige. The question of the ephemeral and the provisional. since snowflakes fall from the sky and are like the stars. cette phrase du physicien et astronome Johannes Kepler : « La voilà. M CLR: What kind of architecture are you interested in? NT: What interests me about architecture is more the issue of nomadism and spirituality.. The snowflake is a mathematical form that embodies geometrical rigour. conjointement appréhendés par les scientifiques. pour ce qui dans ce discours renvoie à l’innommable et à l’indicible. 181 4 Translated from Johannes Kepler. il cherche à offrir à un prince allemand mélancolique un présent affectueux et généreux répondant au plaisir du prince à penser « le Rien ».. […] la chose la plus petite qu’une quelconque goutte. Le flocon. sa forme se dissipe. m’a toujours préoccupée. les films comme Nanouk l’Esquimau (1922) de Robert Flaherty ou la peinture hollandaise… Le froid est un état d’abstraction : la neige en est une de ses manifestations. philosophers and artists since the Renaissance… as regards the part of this discourse that refers to the unnameable and the unsayable. like chapels or the open-air temples in Indonesia. Le polyèdre au cœur du tableau évoque la perfection mathématique mais aussi la mélancolie. When Kepler started writing On the SixCornered Snowflake. Le flocon de neige est une forme mathématique. affiche du film de Robert Flaherty. The ideal motif for this ” was found to be the snow crystal. Le flocon de neige est en effet un motif générique dans mon travail artistique. le neuvième et dernier cercle de l’enfer. CLR : Pour Dante. 1495). Nanouk l’Esquimau. is scattered and becomes random. un vestige de l’époque glaciaire. Au contraire. In this piece of writing. 1922. Quand Kepler commence l’écriture de L’Étrenne ou la Neige sexangulaire. and the kinds of constructions or inhabited spaces that these generate. NT : Il s’agit bien de mélancolie. Le motif qui y répond alors idéalement est celui du cristal de neige.4 Johannes Kepler. Dans cet acte d’écriture. [1610] 1975./ Album/Akg. There is of course the irregular polyhedron in Dürer’s Melencolia. The prominent polyhedron in this painting evokes mathematical perfection but also melancholy. CLR: In our many conversations together you mentioned a painting that I particularly like. tels que les chapelles ou les temples à ciel ouvert indonésiens en particulier. Il n’obéit plus à la règle mathématique. Kepler fait du flocon de neige un motif sentimental. of course. of moving through: in the first instance. M : Robert Flaherty. the tent. et digne d’être offerte par un Mathématicien qui n’a Rien et ne reçoit Rien. and worthy of being offered by a Mathematician who has nothing and receives Nothing. a thing smaller than any drop. © Pathé Exchange Inc. Lors de sa métamorphose. c’est à la fois offrir un objet et exprimer un sentiment. tu as parlé d’un tableau que j’aime particulièrement.

On the contrary. N CLR: I’d like to talk about your first performance. le froid n’est pas une métaphore de la mort ou de l’enfer. dans les années 1980… « Les trous » de Gordon Matta Clark. in 1983. Steam. d’où arrives-tu. Pier Paolo Calzolari peut-être avec son lit gelé et. Dans celle-ci. measured in terms of shivering or frostbite. and endows the object with duration. J’ignorais alors que d’autres artistes avaient travaillé cette notion d’immobilité. plus sûrement encore. It is a state of sensation. j’arrive de nulle part. 1995. Museum of Fine Arts. Boy with a Top. C’est un état de dualité — il brûle quand il est trop fort (sous la glace. My idea was to establish a pause. © Frédéric Delpech. Cinq minutes sur la route du pôle. Colour photograph. I look for its heroic aspect. of disobedience and randomness. Because it undergoes an inexorable transformation. par une trace.Pour moi. Je souhaite que mes performances soient légères. ou de Robert Smithson avec Spiral Jetty. Bordeaux. mais aussi aux artistes qui ont travaillé à partir des lignes indéterminées. that doesn’t interest me at all. Les instruments scientifiques y étaient utilisés pour donner des démonstrations directes et immédiates des lois de la physique. The people there do not roast in flames. It’s just an abstract surface for projection. CLR: For Dante. J’aime les artistes qui dépassent ces questionnements. the ninth and last circle of hell. in contrast with frost. a state of absorption (it absorbs sounds. il est un état de fixité. traces. NT : C’est un mélange des genres. elle serait à trouver du côté de Robert Morris avec l’œuvre de vapeur de 1968. like for instance Felix Gonzalez-Torres and Chris Burden. The snowflake is also the idea of the same that is reproduced. qui se mesure à l’aide du mercure contenu dans un thermomètre… CLR : J’aimerais évoquer ta première performance. je ne vais nulle part. only speech or writing can make it last. like in cinema or music. For me. © Akg-images/ Erich Lessing. tels par exemple Felix Gonzalez-Torres ou Chris Burden. une référence aux lectures-démonstrations. qui arrête le temps et donne une durée à l’objet. Mon idée était de faire une pause. actions. I am coming from nowhere. CLR : T’intéresses-tu au corps en tant que représentation ? NT : Non. C’est un état de pause. Paris 2008. © Adagp. en 2000. le feu) —. or in Dutch painting… Cold is a state of abstraction: snow is one of its manifestations. Where are you coming from in that piece. CLR : Peux-tu citer d’autres artistes avec lesquels tu ressens une filiation ? NT : Si filiation il y a. I love artists who go beyond these questions. © Museum of Fine Arts. N: Robert Morris. Paris. mais encore Stuart Sherman. It is a pause. “in all its states. it is a state of fixity that stops time. les odeurs. Photo: capcMusée d’Art Contemporain. the most atrocious of them all. children’s stories and films like Nanook of the North (1922) by Robert Flaherty. Houston. Cinq minutes sur la route du pôle (Five Minutes on the Road to the Pole). ça ne m’intéresse pas du tout. and where are you going? NT: As usual. Caribbean Orange. Musée du Louvre. like the pause function on a VCR. The snowflake is indeed a generic motif in my artistic work. où vas-tu ? NT : Comme d’habitude. de communication de quelque chose par autre chose que le verbe. when fire represented life and cold brought death. the cold there is terrible. 1738. but with accidents. un état de sensation : il se mesure aux frissons ou à la gelure. © Adagp. is an ice palace. has always been a con” cern of mine. C’est juste une surface de projection abstraite. At the time I didn’t know that other artists had worked on this notion of immobility. Houston/ The Allan Chasanoff Collection/ The Bridgeman Art Library. produisant des merveilles de fiction sur une table d’écolier… CLR : Tes premières performances s’inspirent-elles des « lectures-démonstrations » proposées à la fin du XVIIe siècle dans une Angleterre marquée par les travaux de Newton ? Il s’agissait de leçons de physique illustrées de nombreuses expériences. CLR: Are you interested in the body as representation? NT: No. CLR: Can you mention other artists to whom you feel a connection? NT: If there is a connection. David Hammons avec son œuvre composée de boules de neige vendues sur le trottoir à New York. par un geste. CLR : Je me souviens d’une performance que tu as effectuée à Beaubourg avec un magicien. en 1983. which is measured by the mercury in a thermometer. of disorder. comme au cinéma ou en musique. par un acte. of apparent dispersion. by gestures. qui interrogent les limites et qui rejouent des choses pour moi de grand intérêt : de mise en danger. P: Jean-Baptiste-Siméon Chardin. O: Gordon Matta-Clark. one would have to look to Robert Morris and his steam work of 1968. light and soft. its imaginary or enigmatic power in the stories of polar explorers. les formes) et c’est aussi un état des choses. communicating something by other means than words. 1978. NT : Elle portait un titre suffisamment éloquent I could compare my artistic language to these acts of dissipation. performeur des années 1980-1990. odours and shapes) and it is also a state of affairs. and I am going nowhere. a screen. NT: Cold. Les manipulations que j’exécute sont pour la plupart des citations. cold is not a metaphor of death or of hell. 182 . Oil on canvas. un état d’absorption (il absorbe les sons. It is a state of duality: it burns when it is too strong (fire under ice). Some commentators think that this vision of hell is very ancient. who question limits and who replay things that I find very interesting: being in danger. a vestige of the Ice Age. Paris 2008. un écran.

in the 1980s… The cuts by Gordon Matta Clark. NT: There’s a mixture of genres. Elle fait partie de la série des autoportraits stratégiques. more certainly. NT: That image was taken on the day when I had to make myself up as an explorer. Bordeaux © Frédéric Delpech. along with “detector of aurora borealis. © Museum of Fine Arts. « appareil photographique isotherme ». qui figure en couverture de cet ouvrage. pour évoquer ce que l’art a à voir avec la magie et l’artifice : La Grande Illusion… CLR : Autoportrait avec paire de lunettes pour évaluation des distances en terre froide (1986). J’ai créé un objet qui me met dans un état de cécité. CLR: I remember a performance you gave at the Pompidou Centre with a magician in 2000. 1738. 183 . Houston/The Allan Chasanoff Collection/The Bridgeman Art Library. O P or Robert Smithson’s Spiral Jetty. NT: Its title clearly evokes the relation of art to magic and artifice: La Grande Illusion… CLR: For me. The portrait refers to a number of rather imaginary recurrences relating to the idea of exploration.” “storm microphone” and “analyser of electrical aura of ice. Ce portrait renvoie à un certain nombre de récurrences un peu imaginaires sur l’idée de l’exploration. is emblematic of your work. O : Gordon Matta-Clark. 1990). a performance artist in the 1980s and 90s. influenced by the work of Newton? These were physics lessons illustrated by frequent experiments. constitue pour moi l’icône de ton travail. 1978. but also to the artists who worked in un-predetermined directions. NT : Cette image a été réalisée le jour où je devais me grimer en explorateur. CLR: Were your first performances inspired by the “lectures-cum-demonstrations” given in England at the end of the seventeenth century. Most of the manipulations I do are quotations. C’est un acte de performance. Paris 2008. I want my performances to have a lightness about them. It’s a performative action. Houston. j’ai le visage gelé. It is one of the strategic self-portraits. Pier Paolo Calzolari. David Hammons with his work involving selling snowballs on the sidewalk in New York. Caribbean Orange. who produced marvellous fictions on a tabletops. immediate demonstrations of the laws of physics. It’s a fictional photograph. © Akg-images/ Erich Lessing. 1995. with his frozen bed. Paris 2008. Paris. © Adagp. in which scientific instruments were used to give direct. P : Jean-Baptiste-Siméon Chardin. Je ne peux pas voir au-delà de cette surface d’aluminium. avec « détecteur d’aurores boréales ».N : Robert Morris. Photographie couleur. which features on the cover of this book. Photo : capcMusée d’art contemporain.” “isothermal photographic apparatus. L ’Enfant au Toton. Huile sur toile. I cannot see beyond that aluminium surface. « microphone de tempête » ou « analyseur des dégagements électriques de la glace »… C’est une photographie fictionnelle. a reference to lecture-demonstrations. Museum of Fine Arts. my face is frozen. Musée du Louvre. Steam. © Adagp. Autoportrait avec paire de lunettes pour évaluation des distances en terre froide (SelfPortrait with Glasses for Assessing Distances in a Cold Land. maybe. and even more Stuart Sherman. and. I created an object ” that put me in a state of blindness.

.

62 Peintures de détresse 2008 .

Les œufs .

Les bulles de savon Les bougies 63 Les expériences 1997 .

64 La pesanteur/Variations 1999 .

65 Gravité 1999 .

Base-ball 66 Courbes mathématiques 1998 .

La pêche Le jouet .

.

67 Interlude(s) 1984 .

.

68 Les Bois de l’Incertitude 2008 .

69 Traîneau 2008 .

70 Kayak 2008 .

71 « Nathalie Talec » Vitry-sur-Seine 2008-2009 .

.

.

.

It is getting dark. Itsineq. Zugluft. Das schmelzt. Arsalaarpoq. Diesiges Wetter. The wind blows from the South. Seewind. Moisture. Fürchtet dass schlechtes Wetter kommt. Nittaalavoq. Il pleut. Uttunngorpoq. Es ist etwas wärmer. Il y a du brouillard. Anerserpoq. Ist von dünnem Eis bedeckt. Katterpoq. Regen. Neige fondue. Storm. Le froid. Whirlwind. Qaanngoq. Qaammarpoq. Ist weiss. Est couvert de glace mince. Wind. Wirbelwind. Isersivoq. Tuvaq. Sort pour voir le retour du soleil. Il tonne. Diesiges Wetter. Wird feucht. Es regnet. Glace flottante. Nebel. Eis. Wirbelwind. Aninqaasuarteq. Wind up the fjord. Glace. Il fait un peu plus chaud. Rime. Kalanneq. Bad weather. Ist zugefroren. Der Wind nimmt es mit. Fetches fresh water ice. Vent. Glatteis. Versant abrupt des congères. Kalannerpoq. The cold. Schatten. Is frozen. Uniforme weite Eisfläche. Es hagelt. Cloud. Himmel. Becomes cloudy. Tempête. Solid ice attached to the shore. Es ist windig. Weather is calm. Ittileq. Il fait jour. Moisture. Nuage. It snows. Warmth. Der Himmel wird heller Silartuk. Le soleil brille. Rainbow. White. Aninqaasuarteq. Es ist wenig Wind. Es ist kalt. Craint que le mauvais temps arrive. Something frozen. Buée. Ittilerpoq. There is daylight. Der Wind bläst stürmig. Hagel. Es ist Nebel. Tourbillon. Thin ice. Anerseq. Le vent du sud souffle. Helligkeit. Es schneit. La neige tombe. Is white. It does not rain any longer. Aartiivoq. Becomes cloudy. Qeersimaarteq. Tingippaa. Cloud. Le temps est calme. Fine weather. Taqqaq. Weiss. Cela devient brumeux. Wird im Frost erstarrt. Perserpoq. Pilarnqarpoq. Aqqinaq. Sigeq. Le temps est calme. Silangik. Kiak. Qiililat. Hail. Brume. The sun shines. Weather is calm. Haze. Das schlechte Wetter zieht auf. Iceberg. Begins to blow. Schneeverwehungen am steiler Berghang. Est aveuglé par le soleil sur la neige. Arc-en-ciel. Il fait un peu plus chaud. Es ist windstille Wetter. Sigiviit. Isiiappoq. Wärme. Tourbillon. Nuialerpoq. Est is hell. Bad weather is coming. Siatterpoq. Fine weather. Quasarpoq. Le froid. Alittinneq. Ililiaq. Ilaarnaq. Zugluft. Dünnes Eis. Glace mince. Nuiavoq. Makkartarnerpoq. Courant d’air. Qaammarpoq. Kiatsiattappoq. Il grêle. It is blown up. Le vent souffle en tempête. Nuiavoq. De l’air passe. Aqqinaq. Lanfast ice. Wind. There is a draught. Nuviaq. Il fait clair. Kiatsiattappoq. Qatserpoq. Makkartarneq. There is no ice. Goutte. Taarpoq. Qineq. Packeis. Drop. Brise du large. Le mauvais temps arrive. Devient humide. Wind carries it away. Est is hell. Le ciel se couvre. Rain. Warmth. Grêle. Ist nass. Le vent s’est levé. There is not so much wind. Qannerpoq. Eisgrenze. Es ist wenig Wind. Sky. Anersiarteqpoq. Peqqitsivoq. Isiijak. Nuialerpoq. Shadow. Reflected light on water. Ça devient sombre. Étendue uniforme de glace. Beau temps. Goes out to see the comeback of the sun. Sky is dark. Snow is falling. Masalaarpoq. Il y a du vent. Das Wetter ist trübe. Sky is dark. La glace a disparu. Wet snow. Il grêle. Schwarz. Slush snow. It is dark. Es wird windig. Aartiivoq. Is cloudy. Etwas hartgefroren. Pugak. It blows. Es wird düster. Es wird neblig. Aput. Arsalaaq. Courant d’air. Qernertoq. Even stretch. It is becoming warmer. Storm. Es ist zugluf. Is afraid of bad weather. Le mauvais temps. Die Sonne scheint. Becomes hazy. Uttuernitsaq. Glace sur le rivage. Whirlwind. Beau temps. Taqqaq. Es hagelt. Harschnee. Le vent l’emporte. Edge of the ice. Cela devient brumeux. Glace d’eau douce. Gebrochenes Eis. Il fait sombre. Es ist etwas wärmer. Qannerpoq. Der Wind bläst stürmig. Ombre. Est mouillé. Der Wind nimmt es mit. Haze. It is cold. Le ciel est couvert. Die Kälte. Le mauvais temps arrive. Agisippoq. There is light. Geht hinaus um die Sonnezurückkommen sehen. Anerseq. Neriussaq. Das schlechte Wetter zieht auf. Qilaq. It hails. Bad weather is coming. Silartulerpoq. Il y a une éclaircie. Qiitsiaq. Geht hinaus um die Sonnezurückkommen sehen. Il fait froid. Ist glatt. Tonnerre. Black. Anerserarpianngilaq. Il y a une éclaircie. Gelé. Es ist zugluf. Wind. Goes out to see the comeback of the sun. Ciel. Blanc. Regenbogen. Daylight. Nuviaq. Kalanneq. Silangik. Brise du large. Es ist schönes Wetter. Sigiilarpoq. Becomes damp. Wolke. Der Himmel bedeckt sich. Glace solide soudée au rivage. Il y a du vent. Il fait sombre. Rauhreif. Pluie. Nilatsarpoq. Eisberg. Isiiappoq. Rainbow. The steep side of the snow drift. Le vent souffle en tempête. Wärme. Ulutsaaq. Qui commence à être raidi par le gel. Anersiarteqpoq. Chaleur. Regen. Grêle. Le vent s’est levé. Qortorneq. Windsturm. Geschmolzener Schnee. Einige Eisberge erscheinen. There is sunny weather. Bad weather. Qatserpoq. It is getting dark. Is afraid of bad weather. 72 L’eau était obtenue en approchant la lampe des surplombs d’icebergs exposés au soleil 1993 . Windsturm. Es ist schönes Wetter. Il neige. Masappoq. Ist schneeblind. It rains. Is misty. Is wet. Eis auf dem Ufer. Kiak. Le bord de la glace. Uttuernitsaq. Eisbank. Icebergs are in view. La neige tombe. Uttunngorpoq. There is a draught. Tonnerre. Ça fond. Pack ice. Es ist Tag. Der Himmel wird heller Silartuk. Neige sur le sol. Which becomes stiff because of the frost. Das Wetter ist trübe. Glace du pack. Brume. Il fait un beau soleil. Der Himmel bedeckt sich. Es regnet. There is light. Regenbogen. Le vent du sud souffle. Kalannerpoq. Es wird düster. Seriingippoq. Maniittat. It melts. Isersivoq. Agisittoq. Sialik. Whirlwind. Es ist Tag. Arc-en-ciel. Seewind. Der Südwind bläst. Il pleut. Das Eis ist geschmolzen. Kinneq. Il y a une tempête de neige. Wind. Givre. Le vent l’emporte. Isigulak. Neige humide. Am Ufer angefrorenes Eis. Die Sonne scheint gut. Es wird neblig. Ça devient sombre. Katteq. Isiijak. Katterseq. Schwimmendes Eis. Neige croûteuse. It is dark. Floating pan of ice. Chaleur. Dunst. Arsalaarpoq. Taarsivoq. Is snow-blind. Tingippaa. Snow crust. Pluie. Nasserschnee. It is blown up. Est glissant. Es donnert. Es ist kalt. Noir. Neriussaq. Wind carries it away. Buée. Seriingikkaajuppoq. There is daylight. Il n’y a pas trop de vent. Quelque chose de gelé dur. It is becoming warmer. Silartulerpoq. Es ist Nacht. It does not rain any longer. Thunder. Es wird windig. Il fait froid. Arsalaaq. Hagel. It blows. Le temps est sombre. Der Himmel ist bedeckt. Wassertropf.Qilaq. Seriigitsimugarpoq. Le ciel est couvert. The sun shines. Il neige. Ittippoq. Snow on the ground. Manerngaq. Sigiverpoq. Der Himmel ist bedeckt. Freshwater ice. Makkartarnerpoq. Die Kälte. Der Schnee fällt. Draught. It is cold. Clarté. There is thunder. Il y a du brouillard. Nittaalavoq. Ililiaralerpoq. Makkartarneq. Il fait un beau soleil. Katterseq. Nilak. Is misty. Helligkeit. Sky. Wolke. Is covered with thin ice. Le soleil brille. Thunder. Qittaaluttoq. Whirlwind. Aappoq. Clarté. Iceberg. Sialik. There is sunny weather. Reflet de lumière sur l’eau. Ulutsaaq. Es ist windig. Es ist windstille Wetter. Seriingikkaajuppoq. Pilarnqarpoq. Es ist Nacht. Le mauvais temps. Katterpoq. Taarpoq. Sigivoq. Es ist Nebel. Taarpoq. Schatten. Peqqitsivoq. Wind up the fjord. It hails. It rains. Bourrasque. Rain. Der Südwind bläst. Schnee auf der Erde. Begins to blow. Isigulak. Die Sonne scheint gut. There is not so much wind. Taarpoq. Anerserarpianngilaq. Ice on the shore. Des icebergs apparaissent. Cherche de la glace pour avoir de l’eau douce. Le temps est sombre. Craint que le mauvais temps arrive. Il fait clair. Windstoss. Sort pour voir le retour du soleil. Ittilerpoq. There is a blizzard. Seriigitsimugarpoq. Glaces brisées. Seriingippoq. Dunst. Deepfrozen. Donner. Il n’y a pas trop de vent. Donner. Es schneit. Shadow. Nuage. Tempête. Ciel. Hail. Ice. Es donnert. Il fait jour. Gefroren. Snow is falling. Is cloudy. Siatterpoq. Es ist ein Schneesturm. De l’air passe. Il tonne. The cold. Fürchtet dass schlechtes Wetter kommt. Est gelé. Licht spiegelt sich auf dem Wasser. Le ciel se couvre. Anerserpoq. Draught. Sigiilaq. Die Sonne scheint. Taarsivoq. Nebel. Eis sucht um Süsswasser zu haben. Becomes hazy. Broken ice. Der Schnee fällt. Is slippery. Masak. It snows. Bourrasque. Ombre. There is thunder. Windstoss. Ittileq. The wind blows from the South. Vent. Est blanc. Daylight. Banquise. Himmel.

Index des œuvres
01 Thermomètre
1983. Photographie noir et blanc sur papier baryté contrecollée sur bois, 105 × 70 cm. Édition 1/3, numérotée et signée au dos 1/3. 1984. Vidéo couleur, muet, film super 8 numérisé sur DVD, montage en boucle, 1’36. Post-production et montage : Alexandre Polasek-Bourgougnon. Édition 1/3. 1984-1986. Texte dactylographié, feutres et crayons de couleur sur papier, 29,7 × 21 cm. 1984-2008. Dispositif de projection de diapositives, diffusion sonore synchronisée son et voix. Version 1984 : Collection particulière. 1984. Bande son type pièce radiophonique, durée 18’, écoute continue, casque, 27 casiers blancs, ventilateur. 1986. Prises de vue : Philippe Rolle.

Autoportrait avec appareil photographique isotherme, photographie

14 Paroles gelées

Autoportrait avec détecteur d’aurores boréales, photographie noir et blanc

noir et blanc contrecollée sur bois et encadrée, 210 × 100 cm. Édition 1/1, numérotée et signée au dos 1/1, + 1 épreuve d’artiste.

1986. Réfrigérateur, moniteur et bande vidéo, bassine, eau, système goutte à goutte, 130 × 120 × 80 cm. Collection Frac Aquitaine, Bordeaux. 1984. Installation, Paris. Techniques mixtes, caisses en bois, magnétophone préamplifié à bande. 1984. Vidéo couleur, muet, film super 8 numérisé sur DVD, montage en boucle, 3’18. Post-production et montage : Alexandre Polasek-Bourgougnon. Édition 1/3. 1989. Béton, eau, mousse mouillable. Tableau humide, 200 × 300 cm. Tableau humide, 75 × 60 cm (chaque). 1988. Goudron, angle de paraffine, graisse, eau, volume de 300 × 250 × 220 cm.

22 Cristal de neige, arrangement en colonnes 1, 2, 3

15 Spitzberg

1990. Pâte de porcelaine plastique, base hexagonale des volumes : 7,5 cm de côté, hauteurs : 7, 12 et 21 cm. Photo © Frédéric Delpech/Galerie Jean-François Dumont. 1987. Diptyque, photographies couleur, tirages cibachrome, contrecollées sur aluminium et encadrées, 82 × 82 cm (chaque). Édition 1/3. Collection particulière. 1987. Vidéo couleur, muet, film super 8 numérisé sur DVD, montage en boucle, 24’06. Tournage : Pierre-André Teiller ; post-production et montage : Alexandre Polasek-Bourgougnon. Édition 1/3.

02 Frigo Europa

03 Archives du pôle/Projets

dégagements électriques de la glace, photographie noir et blanc contrecollée sur bois et encadrée, 210 × 100 cm. Édition 1/1, numérotée et signée au dos 1/1, + 1 épreuve d’artiste.

Autoportrait avec analyseur des

sur papier baryté marouflée sur dibond et encadrée, 210 × 100 cm. Édition 1/1, numérotée et signée au dos 1/1. Collection MAC/VAL, Vitry-sur-Seine.

23 Sans titre

16 Table Caroll

24 Groenland

07 Appareil photographique isotherme

17 Série « Tableaux humides »

04 Conférence sur le froid

1986. Aluminium, 30 × 15 × 25 cm. Collection particulière.

08 Lampe à givrer

05 Une voix au nord

06 Série « Portraits stratégiques »
des distances en terre froide, photographie noir et blanc contrecollée sur bois et encadrée, 210 × 100 cm. Édition 1/1, numérotée et signée au dos 1/1, + 1 épreuve d’artiste. Autoportrait avec microphone de tempête, photographie noir et blanc Autoportrait avec lunette d’observation

contrecollée sur bois et encadrée, 210 × 100 cm. Édition 1/1, numérotée et signée au dos 1/1. Collection Fonds national d’art contemporain, Ministère de la Culture et de la Communication, Paris, inv. 980413.

1984-1985. Vidéo couleur, muet, 1986. Ancienne lampe à bronzer film super 8 numérisé sur DVD, couverte de paraffine, métal, éclairage montage en boucle, 11’37. intérieur, stroboscope, 57 × 30 × 27 cm. Tournage : Laurence Murgeon ; Collection Musée national d’Art 19 Encombrement thermique post-production et montage : Alexandre moderne / Centre de création industrielle, 1991. Métal, films chauffants électriques, Polasek-Bourgougnon. Édition 1/3. Centre Pompidou, Paris. peinture sur toile, bois, laine de verre, fibro-ciment, 450 × 350 × 10 cm. Collection 26 Sans titre 09 À égale distance du soleil 1983. Photographie couleur, 80 × 120 cm. Fonds national d’art contemporain, 1987. Paraffine et cheminée. Édition 1/3. Ministère de la Culture et de la Pièce réalisée in situ pour l’exposition Communication, Paris, inv. 94044. « 14|16 Rue des petits hôtels », Paris. 27 Sans titre Photo © Galerie Laage Salomon. 1983. Photographie couleur, 80 × 120 cm. 10 Surface de refroidissement 20 Exhalaison III, encombrement I Édition 1/3. 1987. Métal et paraffine, 60 × 110 × 80 cm. 1990. Techniques mixtes, bois, Collection particulière. 28 Autoportrait avec paire contreplaqué, matériaux isolants, eau, de lunettes pour évaluation des néons, 750 × 150 × 275 cm (dimensions 11 Kilimanjaro distances en terre froide variables selon l’espace d’exposition). 1987. Réfrigérateur en bois recouvert 1986. Photographie noir et blanc Collection Frac Franche-Comté, de feutrine, 80 × 120 × 70 cm. Photo sur papier baryté contrecollée sur Besançon. Photos © Jean Brasille/Villa © Benoît Schaeffer. aluminium, 100 × 100 cm. Prise de vue : Arson (page de gauche), Frac FranchePhilippe Rolle. Édition 1/1. Collection Comté (page de droite). 12 Dolomita Fonds national d’art contemporain, 1987. Réfrigérateur, éclairage, laine 21 0°T Ministère de la Culture et de la de verre, paraffine, eau, système 2008. Néon, 100 × 150 cm. Prototype Communication, Paris, inv. 96376. d’ébullition, 60 × 120 × 80 cm. et réalisation : Jean-Pierre Menetret pour TLB. Édition 1/3. Production MAC/VAL.

18 Angle de refroidissement

25 Les Esquimaux ne savent pas nager

13 L’été d’Alaska

1986. Métal, paraffine, laine de verre, éclairage, 90 × 60 × 50 cm. Collection Bob Calle.

List of works
01 Thermometer
1983. Black-and-white photograph on baryta paper pasted on wood, 105 × 70 cm. Edition 1/3, numbered and signed on the back. 1984. Colour video loop, no sound, Super 8 on DVD, 1 min. 36 sec. Post-production and edit: Alexandre Polasek-Bourgougnon. Edition 1/3. 1984–86. Typewritten text, felt pens and colour pencils on paper, 29.7 × 21 cm. 1984-2008. Slide projection device, synchronised sound and voice. 1984 version: Private collection.

Self-Portrait with Detector of Aurora Borealis, black-and-white photograph

14 Frozen Words

02 Frigo Europa

03 Archives of the Pole/Projects

1984. Installation, Paris. Mixed media, wooden boxes, pasted on wood and framed, pre-amplified tape recorder. 210 × 100 cm. Edition 1/1, numbered and signed on the back 1/1, + 1 artist’s proof. 16 Caroll Table 1984. Colour video loop, no sound, 07 Isothermal Photographic Super 8 on DVD, 3 min. 18 sec. Apparatus Post-production and edit: 1986. Aluminium, 30 × 15 × 25 cm. Alexandre Polasek-Bourgougnon. Private collection. Edition 1/3.

Self-Portrait with Analyser of Electrical Aura of Ice, black-and-white photograph

on baryta paper mounted on dibond and framed, 210 × 100 cm. Edition 1/1, numbered and signed on the back 1/1. Collection MAC/VAL, Vitry-sur-Seine.

1986. Refrigerator, monitor and video tape, bowl, water, drip system, 130 × 120 × 80 cm. Collection FRAC Aquitaine, Bordeaux.

22 Snow Crystal, arranged in columns: 1, 2, 3

15 Spitsbergen

1990. Plastic porcelain paste, hexagonal base for volumes: sides 7.5 cm, heights 7, 12 and 21 cm. Photo © Frédéric Delpech/ Galerie Jean-François Dumont. 1987. Diptych, colour photographs, cibachrome prints, pasted on aluminium and framed, 82 × 82 cm (each). Edition 1/3. Private collection. 1987. Colour video loop, no sound, Super 8 on DVD, 24 min. 6 sec. Shooting: Pierre-André Teiller; post-production and edit: Alexandre Polasek-Bourgougnon. Edition 1/3.

23 Untitled

24 Greenland

04 Lecture on Cold

08 Frosting Lamp

05 A Voice in the North

1986. Old tanning lamp covered with paraffin, metal, interior lighting, stroboscope, 57 × 30 × 27 cm. Collection Musée National d’Art Moderne / Centre de Création Industrielle, Centre Pompidou, Paris.

17 “Wet Paintings” series

1989. Concrete, water, absorbent foam. Wet Painting, 200 × 300 cm. Wet Painting, 75 × 60 cm (each).

25 Eskimos Cannot Swim

18 Cooling Corner

1984. Sound track in radio style, duration 09 At an Equal Distance from 18 min., continuous play, headphone, the Sun 27 white sets of compartments, fan. 1987. Paraffin and chimney. Piece made on-site for the exhibition 06 “Strategic Portraits” series ‘14|16 Rue des Petits Hôtels’, Paris. 1986. Photographs: Philippe Rolle.
Observing Distances in a Cold Land, black-and-white photograph pasted on wood and framed, 210 × 100 cm. Edition 1/1, numbered and signed on the back 1/1, + 1 artist’s proof. Self-Portrait with Telescope for

1988. Tar, paraffin corner, fat, water, volume: 300 × 250 × 220 cm.

1984–85. Colour video loop, no sound, Super 8 on DVD, 11 min. 37 sec. Shooting: Laurence Murgeon; postproduction and edit: Alexandre PolasekBourgougnon. Edition 1/3.

19 Thermal Encumbrance

10 Cooling Surface

1987. Metal and paraffin, 60 × 110 × 80 cm. Private collection. 1987. Wooden refrigerator covered with felt, 80 × 120 × 70 cm. Photo © Benoît Schaeffer. 1987. Refrigerator, lighting, glass wool, paraffin, water, boiling system, 60 × 120 × 80 cm.

1991. Metal, electrical heating ropes, 1983. Colour photograph, 80 × 120 cm. paint on canvas, wood, glass wool, Edition 1/3. fibrocement, 450 × 350 × 10 cm. Collection 27 Untitled Fonds National d’Art Contemporain, 1983. Colour photograph, 80 × 120 cm. Ministère de la Culture et de la Edition 1/3. Communication, Paris, inv. 94044. Photo © Galerie Laage Salomon. 1990. Mixed media, wood, plywood, insulation material, water, neon, 750 × 150 × 275 cm (dimensions variable, depending on exhibition space). Collection FRAC Franche-Comté, Besançon. Photos © Jean Brasille/Villa Arson (left page), FRAC Franche-Comté (right page).

26 Untitled

11 Kilimanjaro

Self-Portrait with Storm Microphone, black-and-white photograph pasted on wood and framed, 210 × 100 cm. Edition 1/1, numbered and signed on the back 1/1. Collection Fonds National d’Art Contemporain, Ministère de la Culture et de la Communication, Paris, inv. 980413.

20 Exhalation III, Encumbrance I

28 Self-Portrait with Glasses for Assessing Distances in a Cold Land

12 Dolomita

Self-Portrait with Isothermal Photographic Apparatus, black-and-white

1986. Black-and-white photograph on baryta paper pasted on aluminium, 100 × 100 cm. Photograph: Philippe Rolle. Edition 1/1. Collection Fonds National d’Art Contemporain, Ministère de la Culture et de la Communication, Paris, inv. 96376. 1986. Colour photographs, 120 × 80 cm. Photographs: Philippe Rolle. Editions 1/3.
Frozen Portrait 1. Frozen Portrait 2.

13 Summer in Alaska

photograph pasted on wood and framed, 210 × 100 cm. Edition 1/1, numbered and signed on the back 1/1, + 1 artist’s proof.

1986. Metal, paraffin, glass wool, lighting, 90 × 60 × 50 cm. Collection Bob Calle.

21 0°T

2008. Neon, 100 × 150 cm. Prototype and making: Jean-Pierre Menetret for TLB. Edition 1/3. Production MAC/VAL.

29 “Frozen Portraits” series

203

29 Série « Portraits gelés »
1986. Photographies couleur, 120 × 80 cm. Prises de vue : Philippe Rolle. Éditions 1/3.
Portrait gelé 1. Portrait gelé 2.

36 Sans titre

1987. Triptyque, photographies couleur, 60 × 80 cm (chaque). Prise de vues : Pierre-André Teiller. Édition 1/1 + 1 épreuve d’artiste. Collection Frac Poitou-Charentes, Angoulême.

42 Perlette la blonde, Perlette la brune

49 Science par Fiction

30 Abri météorologique

1996. Vidéoprojection, master Beta SP Pal, son, montage en boucle, 2’10. Tournage et post-production : Bruno Rousseaud et Pascal Laumonier. Édition 1/1. Collection Fonds national d’art contemporain, Ministère de la Culture et de la Communication, Paris, inv. 980414.

37 Cristal de neige, arrangement en étoile

1996. Diptyque, vidéo couleur, sonore, master dvd, montage en boucle, 3’30 (chaque). Tournage et post-production : Bruno Rousseaud et Pascal Laumonier. Édition 1/3. 1996. Photographie noir et blanc contrecollée sur bois et encadrée, 120 × 80 cm. Prise de vue : Jeanne Gailhoustet. Édition 1/1, numérotée et signée au dos 1/1, + 1 épreuve d’artiste. 2002. Série « S’il te plait, ne me fais rien mais vite ». Photographie couleur contrecollée sur aluminium, 100 × 100 cm. Prise de vue : Tao. Édition 1/1. Collection Fonds national d’art contemporain, Ministère de la Culture et de la Communication, Paris, inv. 02-438.

23 janvier 1997. Performance, Marne-la-Vallée, La Ferme du buisson. Texte et voix : Nathalie Talec. 1999. Mannequin, techniques mixtes, 175 × 52 × 32 cm. Mur du fond : La Galipette, 1999. Dessin au feutre acrylique sur mur, 350 × 250 cm. Exposition « L ’air de rien », galerie Corinne Caminade, 1999-2000. Photos © Michel Gouery. 1996-1999. Dessins au feutre acrylique sur papier. La tête au mur, 200 × 150 cm.
Faire bouillir de l’eau en soufflant dessus, 100 × 100 cm, collection

50 My name is true, not true

1990. 4000 hexagones de lave volcanique, diamètre 15 cm, dimensions variables. Collection Frac PoitouCharentes, Angoulême. 1990. Photographies couleur sur film opalescent cibachrome, 100 × 100 cm, cadres en plexiglas de 110 × 110 cm (chaque). Éditions 1/3. De gauche à droite :

43 Un tour du monde

38 Série « Cristaux de neige »

51 Série « Les expériences »

31 Hommage aux disparus de l’expédition Franklin

44 My name is true, not true

7 mars 1985. Performance, Paris, Bibliothèque municipale du 12e arrondissement. Texte et voix : Nathalie Talec.

32 Cinq minutes sur la route du pôle

La pièce échappée, 200 × 150 cm, 14 décembre 1983. Performance, 45 Doing I collection Artothèque de Limoges. 2002. Photographie couleur, tirage La pièce pompée, 200 × 150 cm. différents lieux dans Cologne, polaroïds. 39 Solo intégral, Haute fidélité 10 novembre 2006. Performance, Belfort, Le chaud et le froid sortant d’un soufflet, Lambda, contrecollée sur aluminium, Conception, création, costume : Nathalie Le Granit. Texte et voix : Nathalie Talec 200 × 150 cm. 100 × 100 cm. Édition 1/1, numérotée Talec. et Reno Isaac ; musique/composition, et signée au dos 1/1. Collection Conseil 33 Cinq minutes sur la route 52 Série « La goutte d’eau » arrangements : Reno Isaac. Photos Général de Seine-Saint-Denis. du pôle 1996. Photographies noir et blanc sur © Frac Franche-Comté. 1983. Photographie noir et blanc sur 46 Doing (something/nothing) papier baryté marouflées sur aluminium 8 juin 2002. Performance, Bobigny, papier baryté marouflée sur aluminium 40 Solo intégral, la la li et encadrées, 80 × 60 cm (chaque). 13 décembre 2006. Performance, Le Studio, MC93. Texte et voix : Nathalie et encadrée, 120 × 80 cm. Édition 1/1, Éditions 1/3, numérotées et signées Besançon, musée des Beaux-Arts. Talec ; lumière : Katy Olive ; musique/ numérotée et signée au dos 1/1. au dos 1/3. Prises de vue : Bruno Texte et voix : Nathalie Talec composition, arrangements, mixage : Collection MAC/VAL, Vitry-sur-Seine. Rousseaud et Pascal Laumonier. et Emmanuel Tugny ; musique/ Marc Collin. Photos © Yohichi Tsukuda Collection MAC/VAL, Vitry-sur-Seine. 34 Les silences parlent entre eux Le poids de l’eau. composition, arrangements : pour les Rencontres chorégraphiques 2003. Vidéo couleur, sonore, master dvd, La pluie. Emmanuel Tugny et Xavier Boussiron ; internationales de Seine-Saint-Denis. L’inondation. montage en boucle, 3’10. Captation régie : Alexandre Polasek-Bourgougnon. 47 Living together vidéo et montage : Nelly Maurel. Édition Photos © Frac Franche-Comté. 2003. Photographie noir et blanc, tirage 1/3. Collection particulière. 41 Série « Aquarelles » AG sur papier baryté, contrecollée 35 Notes groenlandaises 2007. Aquarelles sur papier, 40 × 30 cm sur aluminium, 120 × 80 cm. Édition 1/3, 1988. Diptyque, photographies couleur, (chaque). numérotée et signée au dos 1/3. Food for love. tirages AG, marouflées sur aluminium I love what I eat. 48 La Grande Illusion et encadrées, 80 × 120 cm (chaque). I predict the riot. 7 avril 2000. Performance, Paris, Centre Édition 1/3, numérotée et signée au dos Portrait bleu. Pompidou. En duo avec le magicien 1/3. Collection MAC/VAL, Vitry-sur-Seine. Homme à la bulle. Bernard Lebrun. Mix musical : Véronique Les silences parlent entre eux. Hubert. Humeur noire. Prothèse de l’amour.

Cristal de neige, givre de profondeur, métamorphose de gradient. Cristal de neige, grain fin, métamorphose d’isothermie. Cristal de neige, grain rond, métamorphose de fonte.

100 × 100 cm.

L’énervant, 150 × 120 cm. L’ombre vivante, 200 × 150 cm. Lentilles biconvexes et biconcaves,

Artothèque de Limoges.

30 Meteorological Shelter

1996. Video projection, Beta SP Pal master, sound, 2 min. 10 sec, loop. Shooting and post-production: Bruno Rousseaud and Pascal Laumonier. Edition 1/1. Collection Fonds National d’Art Contemporain, Ministère de la Culture et de la Communication, Paris, inv. 980414.

37 Snow Crystal, Arranged in Star Shape

1990. 4000 hexagons of volcanic lava, diameter 15 cm, dimensions variable. Collection FRAC Poitou-Charentes, Angoulême.

42 Perlette the Blonde, Perlette the Brunette

49 Science by Fiction

38 “Snow crystals” series

1996. Colour video loop with sound, master DVD, 3 min. 30 sec (each). Shooting and post-production: Bruno Rousseaud et Pascal Laumonier. Edition 1/3.

23 January 1997. Performance, Marne-la-Vallée, La Ferme du Buisson. Text and voice: Nathalie Talec.

50 My name is true, not true

31 Homage to Those Lost on the Franklin Expedition

7 March 1985. Performance, Paris, Public library of the 12th arrondissement. Text and voice: Nathalie Talec.

32 Five Minutes on the Road to the Pole

14 December 1983. Performance, various venues in Cologne, polaroïds. Conception, creation, costume: Nathalie Talec.

33 Five Minutes on the Road to the Pole

1983. Black-and-white photograph on baryta paper mounted on aluminium and framed, 120 × 80 cm. Edition 1/1, numbered and signed on the back 1/1. Collection MAC/VAL, Vitry-sur-Seine.

34 Silences Talk amongst Themselves

2003. Colour video loop with sound, master DVD, 3 min 10 sec. Video capturing and edit: Nelly Maurel. Edition 1/3. Private collection.

35 Notes from Greenland

1988. Diptych, colour photographs mounted on aluminium and framed, 80 × 120 cm (each). Edition 1/3, numbered and signed on the back 1/3. Collection MAC/VAL, Vitry-sur-Seine. 1987. Triptych, colour photographs, 60 × 80 cm (each). Photographs: PierreAndré Teiller. Edition 1/1 + 1 artist’s proof. Collection FRAC PoitouCharentes, Angoulême.

1990. Colour photographs on opalescent 43 Around the World 1996. Black-and-white photograph cibachrome film, 100 × 100 cm, Plexiglas pasted on wood and framed, frames 110 × 110 cm (each). Editions 1/3. 120 × 80 cm. Photograph: Jeanne From left to right: Snow crystal, deep frost, Gailhoustet. Edition 1/1, numbered and gradient metamorphosis. signed on the back 1/1, + 1 artist’s proof. 51 “The Experiences” series Snow crystal, fine grain, 1996–99. Drawings in acrylic feltpen isothermal metamorphosis. 44 My name is true, not true on paper. Snow crystal, round grain, 2002. “Please, don’t do anything Head on the Wall, 200 × 150 cm. melting metamorphosis. Making Water Boil by Blowing on It, to me but do it quickly” series. 100 × 100 cm, Collection Artothèque Colour photograph pasted 39 Complete Solo, High Fidelity de Limoges. on aluminium, 100 × 100 cm. 10 November 2006. Performance, The Annoying One, 150 × 120 cm. Photograph: Tao. Edition 1/1. Collection The Living Shadow, 200 × 150 cm. Belfort, Le Granit. Text and voices: Fonds National d’Art Contemporain, Biconvex and Biconcave Lenses, Nathalie Talec and Reno Isaac; music/ Ministère de la Culture et de la 100 × 100 cm. composition, arrangements: Reno Isaac. Communication, Paris, inv. 02-438. The Escaped Coin, 200 × 150 cm, Photos © FRAC Franche-Comté. 45 Doing I Collection Artothèque de Limoges. 40 Complete Solo, la la li 2002. Colour photograph, Lambda print, The Pumped Coin, 200 × 150 cm. 13 December 2006. Performance, Hot and Cold Coming from a Bellows, pasted on aluminium, 100 × 100 cm. Besançon, Musée des Beaux-Arts. Text 200 × 150 cm. Edition 1/1, numbered and signed and voices: Nathalie Talec and on the back 1/1. Collection Conseil Général de Seine-Saint-Denis. 52 “Drop of Water” series Emmanuel Tugny; music/composition, 1996. Black-and-white photographs arrangements: Emmanuel Tugny and 46 Doing (something/nothing) on baryta paper mounted on aluminium Xavier Boussiron; production 8 June 2002. Performance, Bobigny, and framed, 80 × 60 cm (each). Editions department: Alexandre PolasekLe Studio, MC93. Text and voice: 1/3, numbered and signed on the back Bourgougnon. Nathalie Talec; lighting: Katy Olive; 1/3. Photographs: Bruno Rousseaud Photos © FRAC Franche-Comté. music/composition, arrangements, and Pascal Laumonier. 41 “Watercolours” series mixing: Marc Collin. Photos Collection MAC/VAL, Vitry-sur-Seine. 2007. Watercolours on paper, 40 × 30 cm The Weight of Water. © Yohichi Tsukuda for the Rencontres Ran. (each). chorégraphiques internationales Food for Love. Flooding. de Seine-Saint-Denis.
I Love what I Eat. I Predict the Riot. Blue Portrait. Man with Bubble. Silences Talk amongst Themselves. Sombre Mood. Love Prosthesis.

1999. Dummy, mixed media, 175 × 53 × 32 cm. On rear wall: The Somersault, 1999. Wall drawing in acrylic feltpen, 350 × 250 cm. Exhibition ‘L ’air de rien,’ Galerie Corinne Caminade, 1999-2000. Photos © Michel Gouery.

47 Living together

36 Untitled

2003. Black-and-white photograph on baryta paper pasted on aluminium, 120 × 80 cm. Edition 1/3, numbered and signed on the back 1/3.

48 La Grande Illusion

7 April 2000. Performance, Paris, Centre Pompidou. With the magician Bernard Lebrun. Musical mix: Véronique Hubert.

204

53 Haute fidélité

13 janvier 2006. Parcours sentimental 21 janvier 2006. Performance et musical, performance, Paris, Musée avec Laurent Prexl, exposition « Notre du Louvre. Texte : Nathalie Talec ; histoire », Paris, Palais de Tokyo. Voix : musique/composition, arrangements : Laurent Prexl et Nathalie Talec ; musique/ Reno Isaac ; voix : chœurs des jeunes composition : Laurent Prexl ; régie et jeunes adultes Shine et Gaudeamus et prises de vue : Alexandre Polasekde l’église américaine de Paris, Nathalie Bourgougnon. Affiches : photos Talec et Reno Isaac ; figurants : © Nicolas Hidiroglou. écoles des beaux-arts de Cergy-Pontoise 59 Play Back, la bande-annonce et Tours ; régie : Alexandre Polasek18 octobre 2003. Performance Bourgougnon et Ghislain Lauverjat. « Ice Movie », Tours, CCC. Texte et voix : Photos © Mickaël Defois et Nathalie Talec ; musique/composition, Maud Vareillaud-Bouzine. arrangements, mixage : Xavier 54 Haute fidélité Boussiron ; régie : Alexandre Polasek2005. Photographie couleur contrecollée Bourgougnon et Ghislain Lauverjat ; sur aluminium, collée sur diasec captation vidéo : Nelly Maurel. Photos et encadrée, 120 × 160 cm. Prise de vue : © Acolyte et CCC. Mickaël Defois. Édition 1/3, numérotée 60 Play Back, le casting et signée au dos 1/3. 10 novembre 2004. Performance, Tours, © Musée du Louvre, Paris. CCC. Texte et voix : Nathalie Talec ; 55 Play Back, On The Beach musique/composition, arrangements, 28 mai 2005. Performance, plage mixage : Xavier Boussiron ; régie : de Candes-Saint-Martin, avec la Alexandre Polasek-Bourgougnon collaboration de Michèle Blondel. Texte et Ghislain Lauverjat. Avec la et voix : Nathalie Talec ; musique/ participation de Frank Lamy, Arnaud composition, arrangements, mixage : Labelle-Rojoux, Christophe Duchatelet, Xavier Boussiron et Lucien Zerrad ; Laurent Quintreau, Sophie Hervé, figurants : écoles des beaux-arts Arnaud Denissel et des écoles des de Cergy-Pontoise et Tours ; régie : beaux-arts de Cergy-Pontoise et Tours. Alexandre Polasek-Bourgougnon Mix musical : Frank Lamy. Photos et Ghislain Lauverjat. Mix musical : Frank © Acolyte, CCC, Delphine Couradeau, Lamy. Photos © Delphine Couradeau, Marie Thouin, Alexandre-PolasekMarie Thouin, Alexandre PolasekBourgougnon, Maud Vareillaud. Bourgougnon.

58 Play Back, Johnny and Me

SOS. Victor. Yankee. November. Delta. Golf. Oscar. Papa. Help.

69 Traîneau

2008. Aquarelle sur papier et calque. Esquisse du projet de réalisation en porcelaine, co-production Manufacture de Sèvres/MAC/VAL. 2008. Néon, 250 × 50 × 60 cm. Prototype et réalisation : Jean-Pierre Menetret pour TLB. Édition 1/3. Production MAC/VAL.

70 Kayak

63 Série « Les expériences »

1997. Triptyque, bandes vidéo couleur, 71 « Nathalie Talec » muet, master dvd, montage en boucle. 2008-2009. Exposition au MAC/VAL, Tournage et post-production : Bruno Vitry-sur-Seine. Simulations 3D réalisées Rousseaud et Pascal Laumonier. Édition par Vincent Germond. 1/3. Collection MAC/VAL, Vitry-sur-Seine. Les œufs, 12’30. 72 L’eau était obtenue Les bulles de savon, 3’20. en approchant la lampe Les bougies, 7’10. des surplombs d’icebergs

64 La pesanteur/Variations

exposés au soleil

1999. Vidéo couleur, son, master dvd, montage en boucle, 7’30. Tournage et post-production : Nelly Maurel. Édition 1/3. Collections Frac Île-deFrance et Conseil général de SeineSaint-Denis. 1999. Vidéo couleur, muet, master dvd, montage en boucle, 3’30. Tournage et post-production : Nelly Maurel. Édition 1/3. 1998. Diptyques, dessins au feutre acrylique sur papier, 150 × 280 cm (chaque). Collections particulières.
Base-ball. La pêche. Le jouet.

1993 (texte). Vidéo couleur, master Beta SP Pal, son, montage en boucle, 14’. Tournage et post-production : Christian Merlhiot. Édition 1/1.

65 Gravité

66 Série « Courbes mathématiques »

56 Play Back, le générique

61 Hommage à Knud Rasmussen

8 octobre 2004. Performance « Boréale attitude, Lolita solitude », Paris, FIAC. Texte et voix : Nathalie Talec ; musique/ composition, arrangements, mixage : Xavier Boussiron. Photo © Galerie Les Filles du Calvaire. 22 octobre 2005. Performance, Vitry-surSeine, MAC/VAL. 12 figurants (école des beaux-arts de Cergy-Pontoise et Oléna Simon) pour un opus silencieux sur le site du chantier de la future librairie du musée. Conception : Nathalie Talec ; costumes : Delphine Couradeau, Yannick Derrien, Olena Simon et Nathalie Talec.

1983-2008. Lettres adhésives sur verre, dimensions variables.

62 Série « Peintures de détresse »

57 Play Back, Mute Box

2008. Prototype et projets. Impressions 67 Interlude(s) 1984. 4 bandes vidéo couleur, sonore, sérigraphiques sur support Pmma coulé 7’10. Édition 1/3. transparent, 100 × 100 × 2 cm (chaque). Réalisation : Jérôme Arcay. 68 Les Bois de l’incertitude Éditions 1/12 (8 tirages + 4 épreuves 2008. Sculpture en résine polyester, d’artiste). Projets : de gauche à droite, 12 × 4 × 3,5 m, 1 % du collège de haut en bas : de Mandres-les-Roses. Réalisation : Hôtel. Lancelot et Cie. Vues infographiques : India. ARCHIVIDEO. Kilo. Like. Lima. Roméo.

53 High Fidelity

13 January 2006. Sentimental and musical 21 January 2006. Performance with sequence, performance, Paris, Musée Laurent Prexl, ‘Notre histoire’ exhibition, du Louvre. Text: Nathalie Talec; music/ Paris, Palais de Tokyo. Voices: Laurent composition, arrangements: Reno Isaac; Prexl and Nathalie Talec; music/ voices: Shine and Gaudeamus children’s composition: Laurent Prexl; production and young adults’ choirs of the American department and photographs: Church in Paris, Nathalie Talec and Reno Alexandre Polasek-Bourgougnon. Isaac; extras: Cergy-Pontoise and Tours Posters: photos © Nicolas Hidiroglou. colleges of art; production department: 59 Play Back, the Trailer Alexandre Polasek-Bourgougnon and 18 October 2003. Performance: Ghislain Lauverjat. Photos © Mickaël “Ice Movie”Tours, CCC. Text and voice: , Defois and Maud Vareillaud-Bouzine. Nathalie Talec; music/composition, 54 High Fidelity arrangements, mixing: Xavier 2005. Colour photograph pasted Boussiron; production department: on aluminium mounted on diasec Alexandre Polasek-Bourgougnon and and framed, 120 × 160 cm. Photograph: Ghislain Lauverjat; video capturing: Mickaël Defois. Edition 1/3, Nelly Maurel. Photos © Acolyte and CCC. numbered and signed on the back 1/3. 60 Play Back, Casting Session © Musée du Louvre, Paris. 10 November 2004. Performance, Tours, 55 Play Back, On The Beach CCC. Text and voice: Nathalie Talec; 28 May 2005. Performance, beach of music/composition, arrangements, Candes-Saint-Martin, in collaboration with mixing: Xavier Boussiron; production Michèle Blondel.Text and voice: Nathalie department: Alexandre PolasekTalec; music/composition, arrangements, Bourgougnon and Ghislain Lauverjat. mixing: Xavier Boussiron and Lucien With Frank Lamy, Arnaud LabelleZerrad; extras: Cergy-Pontoise andTours Rojoux, Christophe Duchatelet, Laurent colleges of art; production department: Quintreau, Sophie Hervé, Arnaud Alexandre Polasek-Bourgougnon and Denissel and Cergy-Pontoise and Tours Ghislain Lauverjat. Musical mix: Frank colleges of art. Musical mix: Frank Lamy. Lamy. Photos © Delphine Couradeau, Marie Photos © Acolyte, CCC, Delphine Thouin, Alexandre Polasek-Bourgougnon. Couradeau, Marie Thouin, AlexandrePolasek-Bourgougnon, Maud Vareillaud.

58 Play Back, Johnny and Me

SOS. Victor. Yankee. November. Delta. Golf. Oscar. Papa. Help.

69 Sledge

2008. Watercolour on paper and tracing paper. Preparatory drawing for project made in porcelain, co-production Manufacture de Sèvres/MAC/VAL.

70 Kayak

63 “The Experiences” series

2008. Neon, 250 × 50 × 60 cm. Prototype and making: Jean-Pierre Menetret for TLB. Edition 1/3. Production MAC/VAL.

1997. Triptych, colour video loops, 71 « Nathalie Talec » silent, master DVD. Shooting and 2008-2009. Exhibition in MAC/VAL, post-production: Bruno Rousseaud and Vitry-sur-Seine. 3-dimensional Pascal Laumonier. Edition 1/3. Collection photomontages made by Vincent MAC/VAL, Vitry-sur-Seine. Germond. Eggs, 12 min. 30 sec. Soap Bubles, 3 min. 20 sec. 72 The iceberg water was obtained Candles, 7 min. 10 sec.

64 Gravity/Variations

by holding the lamp to overhangs exposed to the sun

1999. Colour video loop with sound, master DVD, 7 min. 30 sec. Shooting and post-production: Nelly Maurel. Edition 1/3. Collections FRAC Île-deFrance and Conseil général de SeineSaint-Denis.

1993 (text). Colour video loop, Beta SP Pal master, sound, 14 min. Shooting and post-production: Christian Merlhiot. Edition 1/1.

65 Gravity

1999. Colour video loop with sound, master DVD, 3 min. 20 sec. Shooting and post-production: Nelly Maurel. Edition 1/3.

56 Play Back, the Credits

1998. Diptychs, drawings in acrylic feltpen on paper, 150 × 280 cm (each). 8 October 2004. Performance: “Boréale 61 Homage to Knud Rasmussen Private collections. 1983-2008. Adhesive letters on glass, attitude, Lolita solitude, Paris, FIAC. Text ” Base-ball. dimensions variable. and voice: Nathalie Talec; music/ Fishing. composition, arrangements, mixing: The Toy. 62 “Distress Paintings” series Xavier Boussiron. Photo © Galerie Les 2008. Prototype and projects. Silkscreen Filles du Calvaire. prints on transparent cast PMMA, 100× 100× 67 Interlude(s) 1984. 4 videotapes, colour, sound, 7 min. 57 Play Back, Mute Box 2cm (each). Made by Jérôme Arcay. Editions 10 sec. Edition 1/3. 22 October 2005. Performance, Vitry-sur1/12 (8 prints + 4 artist’s proofs). Projects: Seine, MAC/VAL. 12 extras (Cergyfrom left to right, from top to bottom: 68 The Woods of Uncertainty Hôtel. Pontoise college of art and Oléna Simon) 2008. Sculpture in polyester resin, India. for a silent opus on the building site of the 12 × 4 × 3.5 m, 1%, Mandres-les-Roses Kilo. future museum bookstore. Conception: secondary school. Made by Lancelot Like. Nathalie Talec; costumes: Delphine et Cie. Computer graphic pictures: Lima. Couradeau, Yannick Derrien, Olena Simon ARCHIVIDEO. Roméo. and Nathalie Talec.

66 “Mathematical Curves” series

205

Nathalie Talec
Née en 1960 à Paris ; vit et travaille à Baron. * indique une publication ** indique un document vidéo Born in Paris in 1960, lives and works in Baron. * indicates a publication ** indicates a video document

Expositions personnelles Solo shows
2008 Nathalie Talec, MAC/VAL, Vitry-sur-Seine 2006 Solo intégral, My Way, Frac Franche-Comté, Le Granit, Belfort Haute fidélité, parcours sentimental et musical, 13 janvier, musée du Louvre, Paris 2004 Play Back, le casting, soirée, CCC (Centre de création contemporaine), Tours

Expositions collectives Group shows
2007 Le vif et le furtif, musée d’Art et d’Histoire, Saint-Denis Le temps d’une chanson, face A, Captures, Espace d’art contemporain, Royan 2006 Notre histoire, Palais de Tokyo, Paris La force de l’art, Grand Palais, Paris Les invités s’installent au château…, Château de Saint-Ouen 1996 Variations, op. 96, collection du Frac Poitou-Charentes, Rouillé Les visiteurs du soir, acquisitions du Frac Franche-Comté, Salins-lesBains * L ’art qui ne rate personne, acquisitions du Frac Franche-Comté, Besançon * La tête dans les étoiles, collection du Frac Rhône-Alpes, Oyonnax * 1995 Dessine-moi une montagne, Galerie de l’École des beaux-arts, Quimper * Collection fin XXe, Confort Moderne, Poitiers * Murs du son, Villa Arson, Nice * FIAC, Galerie Jean-François Dumont, Paris Hygrométries, Les Bains Douches, Chauvigny Constructions, galerie Laage Salomon, Paris 1994 Galerie Jean-François Dumont chez Air de Paris, Paris * Galerie Jean-François Dumont, Bordeaux 1993 Comme rien d’autre que des rencontres, MuHKA, Anvers * Acquisitions du Fonds national d’art contemporain, Paris La Défense * 1992 Regard multiple, Centre Pompidou, Paris * 1991 Changement de direction, Hôtel des arts, Fondation Rothschild, Paris * Kunsteuropa, Kunstverein, Stuttgart * 1990 Aperto, 40e Biennale, Venise * Transit, présentation galerie JeanFrançois Dumont, Marseille * 1988 Salon de la jeune sculpture, Paris * Galerie Jean-François Dumont, Bordeaux Interarte, Feria de Valencia, Valence * 1987 Affected Machines/Machines affectées, Nexus Contemporary Art Center, Atlanta/Renaissance Society, Chicago/ Musée de l’abbaye Sainte-Croix, Les Sables-d’Olonne * 14|16, rue des Petits-Hôtels (Aubry, Convert, Duprat, Talec), Paris * Cadres en l’aire, Centre d’histoire et d’art contemporain, Rennes * 1986 Imagining Antartica, Boston et Vienne * Design Beyond Senses, Kunstmuseum, Düsseldorf * 1985 État des lieux, appartement privé, Paris 1984 À Pierre et Marie, une exposition en travaux, épisodes 8 et 9, 36, rue d’Ulm, 5e arrondissement, Paris * Dimensions 2/3, 3/2, Salon de la jeune sculpture, Paris * 1983 Din 21 × 29,7, Galerie des Tanneurs, Tours Köln/Genova/Paris, Hôtel de Ville, Cologne * 1981 Livres d’artistes, galerie NRA, Paris 1980 Model, galerie Saint Petri, Lund 1979 Une histoire simple, Festival Vidéo, Centre André Malraux, Paris

Performances Performances
2006 Play Back, Johnny and Me, in Notre histoire, Palais de Tokyo, Paris, 21 janvier. Performance avec Laurent Prexl. Voix : Laurent Prexl et Nathalie Talec ; musique/composition : Laurent Prexl ; régie : Alexandre Polasek-Bourgougnon. L ’amour, ça fait du bruit, in La force de l’art, Grand Palais, Paris, 9 mai. Voix : Reno Isaac et Nathalie Talec, avec la participation du chœur d’enfants de l’Église américaine (sous la direction de Bonnie Wolley) ; musique/composition : Reno Isaac. Solo intégral, Haute fidélité, Le Granit, Belfort, 10 novembre. Texte et voix : Nathalie Talec et Reno Isaac ; musique/composition, arrangements : Reno Isaac. Solo intégral, la la li, musée des Beaux-Arts, Besançon, 13 décembre. Texte et voix : Nathalie Talec et Emmanuel Tugny ; musique/ composition, arrangements : Emmanuel Tugny et Xavier Boussiron ; régie : Alexandre Polasek-Bourgougnon. 2005 Play Back, Mute Box, MAC/VAL, Vitrysur-Seine, 22 octobre. 12 figurants (école des beaux-arts de CergyPontoise et Oléna Simon) pour un opus silencieux, sur le site du chantier de la future librairie du musée. Conception : Nathalie Talec ; costumes : Delphine Couradeau, Yannick Derrien, Olena Simon et Nathalie Talec. Play Back, On The Beach, in Jour de Loire, Candes-Saint-Martin, 28 mai. Avec la collaboration de Michèle Blondel. Texte et voix : Nathalie Talec ; musique/composition, arrangements, mixage : Xavier Boussiron et Lucien Zerrad ; figurants : écoles des beaux-arts de CergyPontoise et de Tours ; régie : Alexandre Polasek-Bourgougnon et Ghislain Lauverjat. Mix musical : Frank Lamy. 2004 Play Back, le générique, FIAC, galerie Les Filles du Calvaire, 8-13 octobre. Performance « Boréale attitude, Lolita solitude ». Texte et voix : Nathalie Talec ; musique/composition, arrangements, mixage : Xavier Boussiron. Play Back, le casting, CCC, Tours, 10 novembre. Texte et voix : Nathalie Talec ; musique/composition, arrangements, mixage : Xavier Boussiron ; régie : Alexandre PolasekBourgougnon et Ghislain Lauverjat. Avec la participation de Arnaud LabelleRojoux, Christophe Duchatelet, Laurent Quintreau, Sophie Hervé, Arnaud Denissel et des écoles des beaux-arts de Cergy-Pontoise et de Tours. Mix musical : Frank Lamy. 2003 Les silences parlent entre eux, variation 3, in Un dimanche à Noisy-le-Sec, La Galerie, Noisy-le-Sec, 30 mars. Texte et voix : Nathalie Talec ; musique/composition, arrangements, mixage : Marc Collin. Les silences parlent entre eux, variation 4, une invitation d’Arnaud Labelle-Rojoux, Le Podium moderne, Herzelle, 11 avril. Texte et voix : Nathalie Talec ; musique/composition, arrangements, mixage : Marc Collin. La pensée est un muscle, variation 2, in Des Voisinages, Le Plateau/Frac Île-de-France, Paris, 23 avril. Texte : Nathalie Talec ; musique/composition, arrangements, mixage : Marc Collin. Gravité, galerie Les Filles du Calvaire, Bruxelles, 14 mai. Texte et voix : Nathalie Talec ; musique/composition, arrangements, mixage : Joël Grelier, Nelly Maurel, Julien Tardieu. Play Back, la bande-annonce, CCC, Tours, 18 octobre. Performance « Ice Movie ». Texte, voix, conception, réalisation, costumes : Nathalie Talec ; musique/composition, arrangements, mixage : Xavier Boussiron ; régie : Alexandre Polasek-Bourgougnon et Ghislain Lauverjat ; captation vidéo : Nelly Maurel.

2005 Enfance-adolescence, CDDP (Centre départemental de documentation 2003 pédagogique) de Seine-et-Marne, Galerie Les Filles du Calvaire, Bruxelles Melun Bande-annonce, Collection du Frac Île-de-France, soirée de préfiguration de la sitcom IUFM, Paris musicale Play Back, CCC, Tours Popisme, épisode 4, 1999 Galerie des beaux-arts, Tours L’air de rien, galerie Corinne Caminade, Jour de Loire, Paris Candes-Saint-Martin 1998 Contrées, Frac Poitou-Charentes, Chez Jean-Louis Magnan, Paris Angoulême 1995 Galerie du Commerce, Lauret 1991 Galerie Laage Salomon, Paris 1990 A.A.A., Association Art Action, Recologne-les-Ray Galerie Jean-François Dumont, Bordeaux 1989 Galerie Dezeuze, Montpellier * Galerie de la Villa, Villa Arson, Nice * 1986 Galerie Circé, Nîmes * 1981 Galerie Augenladen, Mannheim 2004 Occupations #1 Intérieur hall, MAC/VAL, Vitry-sur-Seine 2003 Compilation, Maison populaire, Montreuil Popisme, Villa du Parc, Annemasse Des voisinages, Le Plateau/ Frac Île-de-France, Paris 2002 FIAC, galerie Les Filles du Calvaire, Paris La culture pour vivre, Centre Pompidou, Paris * In/ex-hibition, galerie Les Filles du Calvaire, Paris My Way, Credac, Ivry-sur-Seine * Living together, Maison populaire, Montreuil * La vie au fond se rit du vrai, collection du Frac Aquitaine, CAPCmusée d’Art contemporain, Bordeaux * Objets de réflexion (in vidéothèque mobile de Fabrice Gygi), Le Plateau/Frac Île-de-France, Paris Oranges givrées et barbe à papa à volonté, galerie Les Filles du Calvaire, Paris 2001 Face B, Les soirées Cafés-Vidéo, La Garsouille, Caen * Vis-à-vis, Scène nationale, Nancy Remember camembert, Frac Poitou-Charentes, Angoulême Voisins, voisines, Glassbox, Paris Masques, Les Rencontres internationales de la photographie, Arles * Prétext, programmation vidéo et mix musical, Nouveau Casino, Paris 2000 Conserve, université Bordeaux-III, Bordeaux Action Replay (1), programmation vidéo, Scène nationale, Saint-Denis * Action Replay (2), programmation vidéo, L ’Échangeur, Aubervilliers * Les non-anniversaires d’Alice, programmation vidéo, Le Batofar, Paris 1999 Essence d’art, collection du Frac Alsace, Schiltigheim Galeria Mesta Bratislavy, Bratislava La nuit de la mutation, Agence By the Way, Paris 1998 Transit, 60 artistes nés après 60, École nationale supérieure des beaux-arts, Paris * 1997 Chambres d’échos, La Ferme du buisson, Marne-la-Vallée * Sous le manteau, galerie Thaddaeus Ropac, Paris * Les dix jours d’art contemporain, Frac Poitou-Charentes, Angoulême 5 ans d’acquisitions 1991-1995, Frac Alsace, Sélestat *

206

arrangements. janvier 1989 Sylvie Couderc. Nîmes. Texte et voix : Nathalie Talec . in Voisins. 1986 « Notes ». arrangements. musique/ composition. nº 80. in Art Press 2. in Beaux-Arts Magazine. théâtre de Chauvigny. in Zéro Deux. Tapis Rouge. voix. septembre 1989 Lise Ott. suppl. in Le Dauphiné libéré. janvier 1997 Pascale Cassagnau.Entretiens. nº 2.. exp. Texte et voix : Nathalie Talec . Heidi.. 8 mars 2003 Entretien avec Pierre Wat. in Art Press. nº 109. Montreuil. Texte et voix : Nathalie Talec . in Transit. in Art Press. musique/composition. 7 avril. mixage : Marc Collin. cat. 1992 Jean-Yves Jouannais. 1997 Christine Macel. 2001 L’eau était obtenue en approchant la lampe des surplombs d’icebergs exposés au soleil. exp. nº 16. nº 139. in Multipistes. in revue Lapiz. in Le Monde. in Tribeca. Texte. in Beaux-Arts Magazine. in Sous le manteau. conception. in Art Présence. nº 115. Palais de Tokyo. printemps 2006 « Notre histoire ». musique/composition. Texte et voix : Nathalie Talec . arrangements. Paris. automne 2004 «L ’image du mois ». « Une autorité sans dogmatisme ». Texte et voix : Nathalie Talec. lumière : Katy Olive . Texte et voix : Nathalie Talec . Ivry-sur-Seine. proposition d’Arnaud Labelle-Rojoux. 28 mars et 13 juin. 1997 Science par Fiction. cat. nº 223. 5 ans d’acquisitions. nº 2885. réalisation. in Frac Alsace. in Le Parisien. novembre 2006 « Briefs d’artistes ». in À Pierre et Marie. Living together. Mouvement Skit. Paris. 8 décembre 1988 Anne Dagbert. création. in Art Press. arrangements. in L ’Acte pour l’art. in Regard multiple. avril-juin 2002 Entretien avec Arnaud Laporte. version 2. in Beaux-Arts Magazine. 2002 Gilles Verdiani. janvier 2006 Tupac Pointu. arrangements. costumes : Nathalie Talec. juillet-septembre 2006 Paul Ardenne. nº 8. Bordeaux. nº 163. costume : Nathalie Talec. 1997 Anne Tronche. une exposition en travaux. Bobigny. in Oranges givrées et barbe à papa à volonté. France-Culture. exp. Maison populaire. mai 2003 « Popisme. Paris. 1997 Entretien avec Ramon Tio Bellido. nº 254. cat. ** 1985 Hommage aux disparus de l’expédition Franklin. 15 mai. fin xxe. « La scène française ». 7 avril. in Nathalie Talec. in Comme rien d’autre que des rencontres. 14 juin. 2000 La Grande Illusion. nº 132. octobre 2006 Mélanie Cotton. 21 janvier 2006 Lætitia Cenac. nº 102. exp. 13 janvier 2006 Jeanne Dréan. S’il te plaît ne me fais rien. France-Culture. 1984 Jeune sculpture 2-3 / 3-2.. En duo avec le magicien Bernard Lebrun. musique/composition. nº 16.. réalisation. in Le Monde. exp. Texte et voix : Nathalie Talec . « Nathalie Talec : la géométrie des météores ». exp. Le Plateau/Frac Île-deFrance/Palais de Tokyo. Marne-la-Vallée. cat. exp. Rennes. Doing (something/nothing).. 1990 Maiten Bouïsset et Bernard Blistène. 1997 François Cheval. cat. in Art Press. 1985 Bibliographie Bibliography Arnaud Labelle-Rojoux. 1987 Anne Langlais. exp. 13 janvier 2006 Pierre Vavasseur. Paris. novembre 1991 Françoise-Claire Prodhon. mixage : Marc Collin. in Mouvement. mixage : Marc Collin. in Chambres d’échos. mixage : Marc Collin. arrangements. mixage : Patrick Eudeline. cat. 17 février. réalisation. Paris. Montreuil. nº 329. in Beaux-Arts Magazine.. avril-juin 2002 Frank Lamy. nº 259. exp. Tours. cat. nº 25. Nîmes. exp. cat. in Machines affectées. Les Sables-d’Olonne. exp. juin 2003 Interview Frank Lamy et Patrice Joly. in Nono’s club.. ** 1996 Étant donnée la goutte d’eau. cat. bibliothèque municipale du 12e arrondissement. notes 2002 La pensée est un muscle. Anvers. 21 janvier 2006 Marie Darieussecq. 1990 Didier Arnaudet. Archives contemporaines internationales. exp. arrangements. 2007 « Exporama » et « Calendrier ». in New Art. 15 décembre. in Art Press. in Flash Art International. 1997 « Sitôt qu’elle ôte sa blouse… ». 30 avril. décembre 1999 Gabriel Leroux. in La vie au fond se rit du vrai. 1986 « Notes ». Mix musical : Véronique Hubert. cat. avril-juin 2002 Léa Gauthier. 23 mars. nº 258.. in Multipistes. 1986 Public. Doing (something/nothing). in My Way. conception. in Art Press. Poitiers. costumes : Nathalie Talec . « Les preuves du froid ». mixage : Marc Collin. Revues parlées/Hors série. in Chambres d’échos. musique/composition. in Beaux-Arts Magazine.. 31 janvier 2003 Pierre Wat. Paris. 6 et 7 décembre. nº 220. 19 octobre. Al Dante. Marnela-Vallée. musique/ composition. 1993 Anton Castro. Texte et voix : Nathalie Talec. in Midi Libre. galerie Les Filles du Calvaire. Paris.. in Chambres d’échos. cat. Centre Pompidou. exp. Boston. lumière : Katy Olive . musique/composition. Capc-musée d’Art contemporain. in Kanal Magazine. différents lieux dans Cologne. exp. novembre-avril. Paris. nº 229. nº 6. 14 décembre. La Ferme du buisson. Paris. 15 janvier 2006 Philippe Dagen. in La vie au fond se rit du vrai. 1989 Claire Bernstein. 23 janvier.. in Mouvement. in Art Press. 1984 207 . cat. une exposition à entendre ». voisines. in Imagining Antartica. conception. in Le Parisien. Texte. cat.. * Entretien avec Claire Le Restif. Paris. mixage : Marc Collin. exp. Salins-les-Bains. novembre 2006 Magazine POLY. in Sud-Ouest. mars 2000 Frank Lamy. 2003 Entretien avec Arnaud Laporte. in 20 minutes. in La Grâce. 1983 Cinq minutes sur la route du pôle. cat. Living together. nº16. exp. décembre 2005 Laurent Quintreau. nº 1431. 1995 Edith Doove. cat. variation 3 . in Le Journal des expositions. in Les Visiteurs du soir. 16 avril 2001 Philippe Dagen. in Art Press. 26 juin 2002 « La tête au mur ». soirée Sampling/ Zéro G. 6 juillet 2000 Didier Arnaudet. Living together. in Comment s’appelle la partie immergée de l’iceberg ?. Paris. Opus silencieux sous miroir et chute de neige. Living together. cat. 1996 Françoise Chalouin. variation 1. musique/composition. version 4. in Minotaure. 23 mai. 8 juin. « Aujourd’hui ».. Capcmusée d’Art contemporain.. musique/ composition. 1991 Ramon Tio Bellido. Le Studio. 3 juillet. Paris.. Marne-la-Vallée. mais vite. arrangements. Texte et voix : Nathalie Talec . Glassbox. notes Interviews. in Mouvement. décembre 2006 Spectacles. Paris. in Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis. version 3. École des beaux-arts. 1992 Nadine Pouillon. 1987 Élisabeth Lebovici.. Conception. décembre 1999 Patricia Brignone. Texte et voix : Nathalie Talec. 7 mars.. 19 janvier 1989 Dominique Dussol. nº 81. in Collection. nº 8. 1990 Kunstforum. réalisation. voix. mixage : Marc Collin. projet Connexe. mixage : Marc Collin. MC93. Texte et voix : Nathalie Talec. Paris. in Elle. avril 1997 « Exporama ». Bordeaux. in Le Figaro Madame. costumes : Nathalie Talec. Soyez amoureuses et vous serez heureuses. Conception. septembre. arrangements. in Chorégraphiques. lecture-performance. Doing (something/nothing). exp. in Stratégies. cat. costumes : Nathalie Talec . Texte. spirale jetty. in Cadres en l’aire. Strasbourg. nº 59. 1990 Didier Arnaudet.

Bernard Goy. Ricardo Trotonda. L’équipe du MAC/VAL remercie chaleureusement Nathalie Talec. Élisabeth de Laage. Mailien Lai Thi. Sarah Laulan. Marie Thouin. Note de l’éditeur : Toutes les recherches iconographiques ont été entreprises afin d’identifier les ayants droit . Je dédie cet ouvrage à Pierre-André T. Estelle Benazet. Isabelle Vierget-Rias. Vincent Germond. Christine Ramonbordes. Nadine Pouillon. Mélanie Cotton. Anne Tronche. Claire Stoullig. Angèle Coquerie. Benoit Schaeffer. Didier Arnaudet. MarieAnne Chambost. Sylvie Zavatta. Aurélie Cenno. Romain Houssais. Reno Isaac. Camille Guérin. Alexandre PolasekBourgougnon. Laurent Barré. Stéphane Magnan. Sandrine Mahieu. Centre Images et Emmanuel Porcher . Arnaud Laporte. Éric et Patricia Laigneau. Anita Mathieu. la Manufacture nationale de Sèvres et David Caméo. Anselm Jappe. Nguyen Thu. Mickaël Defois. Bob Calle . Ramon Tio Bellido. Delphine Couradeau. Alexia Fabre. Christian Bernard. Marion Gaume. Jacques-Yves Bruel. Alain-Julien Laferrière. Daphné Victor. Nathalie Talec L’équipe du MAC/VAL et Nathalie Talec tiennent à remercier. Catherine Texier. Frank Lamy. Hélène Chouteau. Marc Collin. Tristan Sebenne. Michel Gouery. Arnaud Denissel. Pierre Wat. Jérôme Diacre. Caroline Smulders. Laurent Prexl. Claire Jacquet et le FRAC Aquitaine . Jean-Pierre Menetret. Jeanne Van de Portal. Damien Rougier. Jérôme Arcay. . Lucien Zerrad. Pascale Cassagnau. Emmanuel Porcher. Stéphanie Richard. Alfred Pacquement et le Musée national d’Art moderne-Centre Pompidou . Paul Ardenne. Oléna Simon. Erica Boimare. la Drac Picardie . Simon English. Patricia Brignone. Mathieu Gillot. ont pris part à mes aventures : Michel Amann. Michel Delarasse. Laure Limongi. Hervé Gallepy. Œuvres de Nathalie Talec : © Adagp. Magali André. Jean Malaurie. Guy Lancelot. Véronique Hubert. François Cheval. Laurence Maynier. Sengthé Van Bouapha.Je tiens à remercier toute l’équipe du MAC/VAL. de près ou de loin. deValence (Alexandre Dimos et Gaël Étienne). pour leur engagement dans le projet. Paul Péchenart. Jean-François Dumont. Sophie Hervé. TLB et Jean-Pierre Menetret. Christian Besson. Laurence Murgeon. MarieLaure Bernadac. Xavier Boussiron. Philippe Rolle. Laure Bensoussan. Boris Gayrard. Pierre Robbe. Philippe Bleaudeau. Patrick Eudeline. Hervé Legros. Gabrielle Salomon. Pierre Giquel. Bruno Rousseaud. François Laffanour. les prêteurs : Claude Allemand-Cosneau et le Fonds national d’art contemporain . Ghislain Lauverjat. ainsi que tous ceux qui. Nathalie Ogé. Émilie Ducaux. Jean Labbé. Patricia Laigneau . Nicolas Hidiroglou. Philippe Le Leyzour. Michel Collet. Delphine Bourdier. Élisabeth Lebovici. Sauf mention contraire : Photos © Nathalie Talec. Valérie Jonca et les équipes des ateliers . Tiphaine Nicoleau. Bob Calle. Emmanuel Tugny. Michèle Blondel. ainsi que les partenaires : l’Atelier Arcay et Jérôme Arcay . Florine Merriaux. Nelly Maurel. Maud Vareillaud-Bouzine. Jean Freidel. Léa Gauthier. Richard Vine. Bonnie Wolley. Shi Qian. Henri Loyrette. les erreurs ou omissions seront corrigées lors de prochaines éditions. Natacha Testier. Paris 2008. Pascal Laumonier. Stéphane Doré. Gabriel Temps. Alexandre Bohn et le FRAC Poitou-Charentes . Christophe Duchatelet. Jeanne Gailhoustet. Françoise Chalouin. Claire Le Restif. Arnaud Labelle-Rojoux. Gunther Ludwig.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful