You are on page 1of 98

FRENCH LAW

LIL232

(Spring semester 2004-5)

Module Handout

By Jean-Jacques Paradissis
FRENCH LAW ioannis@paradissis.com

Module Aims/Learning Outcomes

Objectives

This module builds on the 1st semester of French Law. Understanding the substance and
principles of the most important issues related to public and private law in France, is the
primary objective of the module. Students also develop their ability to work with French
legal terminology. Students learn to critically identify legal issues when reading articles
published in the national press.

Intended learning outcomes

At the end of the module, students are able to:

1. Demonstrate a basic understanding of the nature and operation of French public


and private law;
2. Manipulate French legal concepts in practice and theory;
3. Apply acquired knowledge to non-complex problems;
4. Apply examined legal theories and principles to substantive issues;
5. Undertake directed legal research to locate relevant materials;
6. Identify French legal terminology. To this end, all classes will be taught
exclusively in French and students will only be allowed to communicate using
the French language.

Assessment Criteria
A Content

1. Identification of Issues

Students should demonstrate the ability to identify the legal issues raised by the
title.

2. Research

Students should demonstrate that they have undertaken appropriate research of


both primary (e.g. cases, statutes) and secondary sources (e.g. journal articles and
texts). Recognition should be had to the significant contribution authoritative
academic viewpoints make to the subject.

3. Analysis of the Law and Application to the Question

Students should demonstrate the ability to analyse the relevant law, recognising
gaps and inconsistencies, and to apply it to the issues raised by the title.

4. Evaluation and Synthesis

2
FRENCH LAW ioannis@paradissis.com

The law should be subjected to critical analysis and, where appropriate, a


consideration of its wider context.

5. Conclusions

Students should demonstrate the ability to reach appropriate conclusions drawn


from their analysis of the law and of the issues raised by the question.
B Presentation

1. Structure
2. Clarity of expression
3. Conciseness
4. Grammar, Spelling and Punctuation
5. Legibility

The assessment strategy is designed to discover whether the student has: understood the
main principles of French law and relevant legal terminology; undertaken the required
reading; and developed a critical awareness of the central tensions in the area.

Content

THEMES :

1. INSTITUTIONS JUDICIAIRES : L’ organisation de la justice en France.


2. DROIT PUBLIC : L’organisation territoriale en France (la déconcentration et la
décentralisation. (les communes, les régions, les départements, les DOM-TOM,
la Corse)
3. DROIT PUBLIC / DROIT CONSTITUTIONNEL : La responsabilité du chef de
l'État, des membres du gouvernement & des parlementaires
4. DROIT PUBLIC : La Place de la Religion en Droit Français (La séparation de
l’église et de l’Etat en France – La laïcité – Le problème du port du foulard
islamique à l’école – Le problème des sectes)
5. DROIT PUBLIC / DROIT ADMINISTRATIF : La conception française du
service public (Les grands services publics – Les services d’intérêt économique
général du droit communautaire)
6. DROIT CIVIL / DROIT DE LA FAMILLE : L’union et la séparation du couple
en droit français (Les fiançailles, le mariage, le PACS, le divorce)
7. DROIT CIVIL / DROIT DES OBLIGATIONS : Le contrat en droit français
8. DROIT CIVIL / DROIT DES BIENS : Le droit de la propriété (le transfert de la
propriété mobilière et immobilière – l’usufruit – les servitudes)

9. DROIT CIVIL / DROIT DE LA RESPONSABILITE : La responsabilité


délictuelle

3
FRENCH LAW ioannis@paradissis.com

Pattern of Delivery

Spring semester, 1 seminar of 2.5 hours per week

Methods of Teaching/Learning

The method of teaching is by seminars only. The seminars will start by introducing the
students to the subject areas and provide an overview to enable students to understand the
basic principles and underlying concepts. Then, students will be asked to make a
presentation. Students will be provided with signposts to background and supplementary
reading. During seminars ALL students will be expected to demonstrate they have
researched the topic area and to apply that research to discuss given legal problems.
Students will be expected to present logical arguments founded on legal authorities. Their
ability to challenge the propositions of others and to respond to challenges to their own
will be monitored and developed. The teaching and learning strategy is designed to
stimulate private study using derivative and original sources, both paper based and
electronic and to develop an understanding and critical awareness of the essential
principles and underlying philosophies and values of the French legal system.

Methods of Assessment and Weighting

Components of Assessment Method(s) Percentage weighting

Two-hour Examination Students will be asked to 100%


answer 4 questions from a
choice of 9.

Selected Texts/Journals

EXPECTED PURCHASE

Robert Cavalerie, Michèle Fontaine, Danielle Fouilhé, Jacques-André Hassenforder,


Marie-Paule Schneider, Notions fondamentales de droit, Editions Foucher, 2004, ISBN :
2216095907 (€25.00)

SUGGESTED REFERENCE BOOKS:

John Bell, Sophie Boyron, Simon Whittaker, Principles of French Law, Oxford University
Press, 1998 (£34.99).

David Pollard, Sourcebook On French Law, Cavendish Publishing, 1998 (£34.00).

4
FRENCH LAW ioannis@paradissis.com

OTHER USEFUL REFERENCE BOOKS:

Catherine Elliott, Catherine Vernon, French Legal System, Pearson-Longman, 2000


(£23.99).

Andrew West, The French legal system, Butterworths, 2nd ed. 1998 (£21.95).

Robert Mckeon, Walter Cairns, Introduction to French Law, Cavendish Publishing, 1995
(£24.00).

Christian Dadomo, Susan Farran, French Substantive Law, Sweet & Maxwell, 1996
(£23.95).

FRENCH ONLINE RESOURCES

Governmental database of

legal texts and court decisions http://www.legifrance.gouv.fr

Ministry of Justice http://www.justice.gouv.fr/

National Assembly http://www.assemblee-nationale.fr/

Senate http://www.senat.fr/

Newspaper Le Monde http://www.lemonde.fr/

NB : All extracts of court decisions & extracts from the Civil Code reproduced herein have been taken from
http://www.legifrance.gouv.fr , except for articles 516 to 624 of the Code Civil which have been reproduced from
http://perso.wanadoo.fr/gd.melison/index.htm

The law is current as of October 2004. You are advised to always check for any amendments using the French
Governmental database of legal texts http://www.legifrance.gouv.fr

5
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

THEME 1 : L’ ORGANISATION DE LA
JUSTICE EN FRANCE

L'ordre judiciaire

Une première catégorie de juridictions règle les litiges entre les


personnes et sanctionne les atteintes contre les personnes, les
biens et la société. Lorsqu'elles sont chargées de juger les
personnes soupçonnées d'une infraction (conduite sans permis, vol,
meurtre...), ce sont les juridictions pénales ou répressives. Celles
qui n'infligent pas de peines mais tranchent un conflit (loyer, divorce,
consommation, héritage...) sont les juridictions civiles. Enfin,
certaines affaires sont examinées par des tribunaux spécialisés.
Par exemple, un salarié conteste un licenciement qu'il estime abusif
; il peut saisir le conseil de prud'hommes.

Premier Jugement
Juridictions civiles Juridictions pénales Juridictions spécialisées

JUGE DE PROXIMITÉ JUGE DE PROXIMITÉ CONSEIL DES


Petits litiges jusqu'à 1500 Juge certaines contraventions, PRUD'HOMMES
euros (consommation, passibles d'amendes et d'autres Litiges entre salariés ou
conflit de voisinage, peines, commises par des apprentis et employeurs
injonctions de payer et de majeurs ou des mineurs. portant sur le respect des
faire...). contrats de travail ou
d'apprentissage.
TRIBUNAL D'INSTANCE TRIBUNAL DE POLICE TRIBUNAL DES AFFAIRES
Litiges de moins de 7600 Contraventions passibles DE SÉCURITÉ SOCIALE
euros et litiges de crédit à la d'amendes ou d'autres peines Litiges entre les organismes
consommation, bail (exemple : suspension de de sécurité sociale et les
d'habitation. permis de conduire). personnes assujetties.
TRIBUNAL DE GRANDE TRIBUNAL CORRECTIONNEL TRIBUNAL DE COMMERCE
INSTANCE Délits passibles Litiges entre commerçants ou
Litiges de plus de 7600 d'emprisonnement jusqu'à 10 sociétés commerciales.
euros : divorce, autorité ans et d'autres peines
parentale, succession, (amendes, peines
filiation, immobilier... complémentaires, travail
d'intèrêt général).
COUR D'ASSISES TRIBUNAL PARITAIRE DES
Crimes (infractions les plus BAUX RURAUX
graves) passibles de la Litiges entre propriétaires et
réclusion jusqu'à la perpétuité. exploitants de terre ou de
bâtiments agricoles.

6
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Juridictions pour mineurs


JUGE DES ENFANTS
• Prend des mesures de protection à l'égard des mineurs en danger
• Juge les infractions commises par des mineurs
TRIBUNAL POUR ENFANTS
Délits commis par les mineurs
et crimes commis par les
mineurs de moins de 16 ans.

COUR D'ASSISES POUR


MINEURS
Crimes commis par des mineurs
de plus de 16 ans.

Appel

COUR D'APPEL

Lorsqu'une ou plusieurs personnes ne sont pas satisfaites du premier jugement, elle


peuvent faire appel. La Cour d'appel réexamine alors l'affaire.
Depuis le 1er janvier 2001, les verdicts des cours d'assises peuvent faire l'objet d'un
appel devant une nouvelle cour d'assises composée de 3 juges professionnels et de
12 jurés.

Contrôle (Pourvoi)

COUR DE CASSATION

Cette Cour ne rejuge pas l'affaire mais elle vérifie si les lois ont été correctement
appliquées par les tribunaux et les cours d'appel. Elle est située à Paris.

L'ordre administratif

7
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Distinctes des juridictions judiciaires, indépendantes de


l'administration, les juridictions de l'ordre administratif sont
organisées en 3 échelons hiérarchisés.
Jusqu'en 1953, le contentieux administratif relevait du Conseil d'État
créé par Napoléon Bonaparte en 1799 et de conseils de préfecture,
transformés en conseils interdépartementaux.
Une réforme en 1953 institue les tribunaux administratifs, puis une
loi de 1987 crée les cours administratives d'appel.

Les magistrats de l'ordre administratif ont un statut et une


formation qui diffère des magistrats de l'ordre judiciaire.

1er Jugement
TRIBUNAL ADMINISTRATIF

Litiges entre les usagers et les pouvoirs publics, c'est-à-dire :

• les administrations de l'État,


• les régions,
• les départements
• les communes,
• les entreprises publiques.

Exemples : refus de permis de construire, contestation d'un plan d'occupation des sols ou du
tracé d'une autoroute, expropriation, demande de réparation des dommages causés par
l'activité des services publics, refus de titre de séjour, expulsion d'un étranger, contestations
relatives aux impôts directs et à leur recouvrement, litiges relatifs aux marchés publics...

C'est un tribunal interdépartemental.

JURIDICTIONS SPECIALISEES :

• Commission des recours des réfugiés,


• Commission départementale d'aide sociale,
• Section disciplinaire des ordres professionnel

• Commission d'indemnisation des rapatriés

Appel

COUR ADMINISTRATIVE D'APPEL

Si l'une des parties n'est pas satisfaite du permier jugement, elle peut faire appel. La
Cour administrative d'appel réexamine alors l'affaire déjà jugée.

8
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Contrôle
CONSEIL D'ETAT

Il vérifie que les Cours administratives d'appel ont correctement appliqué la loi. Il
statue directement sur certaines affaires concernant les décisions les plus
importantes des autorités de l'État. Pour certaines affaires (rares), il est juge d'appel.
Il est situé à Paris, au Palais Royal.

Le tribunal des conflits


Le tribunal des conflits est une haute juridiction qui a pour mission de résoudre les conflits de
compétence entre les juridictions de l'ordre judiciaire et les juridictions de l'ordre administratif.

Le tribunal des conflits se prononce :

- lorsqu'une juridiction administrative et une juridiction judiciaire veulent juger le même


procès (conflit positif) ;

- lorsqu'une juridiction administrative et une juridiction judiciaire se déclarent toutes les


deux incompétentes et refusent de juger un procès (conflit négatif) ;

- lorsque les tribunaux de l'ordre administratif et judiciaire ont pris sur la même affaire des
décisions contradictoires.

Le tribunal des conflits est composé de 8 juges :

- 3 sont nommés par le Conseil d'Etat ;


- 3 sont nommés par la Cour de cassation ;
- 2 sont nommés par les 6 autres juges, ainsi que 2 suppléants.

Les membres du tribunal des conflits sont nommés pour 3 ans. C'est le ministre de la Justice qui préside
le tribunal. Dans la pratique cependant, c'est le vice-président, élu par le tribunal qui assure la présidence.
le ministre de la Justice ne vient présider qu'en cas de partage égal des voix au sein du tribunal.
Source: Ministère de la Justice
http://www.justice.gouv.fr/justorg/justorg.htm

9
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Cour Eu ropéen ne des Droits de l’Homme


AF FAIRE NICOLLE c. FRANCE (Requête no 51 88 7/9 9)
AR RÊT
STRASBOURG 2 5 nove mbre 2 00 3
(source: http://www.echr.coe.int/Hudoc.htm )
[...]
PROCÉDURE
1. A l'origine de l'affaire se trouve une requête (no 51887/99) dirigée contre la République française et dont un
ressortissant de cet Etat, M. Roger Nicolle (« le requérant »), a saisi la Cour le 3 juin 1999 en vertu de l'article 34
de la Convention de sauvegarde des Droits de l'Homme et des Libertés fondamentales (« la Convention »).
[...] EN FAIT [...]
EN DROIT
I. SUR LA VIOLATION ALLÉGUÉE DE L'ARTICLE 6 § 1 DE LA CONVENTION
20. Le requérant allègue que la durée de la procédure a méconnu le principe du « délai raisonnable » tel que
prévu par l'article 6 § 1 de la Convention, ainsi libellé :
« Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue (...) dans un délai raisonnable, par un tribunal (...), qui
décidera (...) des contestations sur ses droits et obligations de caractère civil (...) »
A. Sur la recevabilité [...]
B. Sur le fond
1. Période à prendre en considération
26. La période à considérer a débuté le 27 février 1985, date du procès-verbal de non conciliation et s'est
terminée le 8 décembre 1998 par un arrêt de la Cour de cassation. La procédure a donc duré treize ans, neuf mois
et neuf jours pour trois instances.
2. Caractère raisonnable de la durée de la procédure
27. A titre subsidiaire, le Gouvernement estime que l'affaire présentait une complexité certaine, résultant
notamment de la multiplicité des incidents de procédure suscités par les parties et de la question de l'application
d'une loi nouvelle modifiant l'article 815 alinéa 2 du code civile en cours d'instance.
Concernant le comportement des parties et des autorités compétentes, le Gouvernement estime que les lenteurs
constatées sont principalement dues à l'attitude procédurière des parties, et notamment du requérant, qui a
multiplié les demandes d'expertises et de contre-expertises et a varié dans ses prétentions.
28. Le requérant ne présente aucune observation particulière.
29. La Cour rappelle que le caractère raisonnable de la durée d'une procédure doit s'apprécier notamment à la
lumière de la complexité de l'affaire et du comportement du requérant et des autorités compétentes. Dans les
affaires concernant l'état des personnes, l'enjeu du litige pour le requérant est aussi un critère pertinent et une
diligence particulière s'impose en outre eu égard aux éventuelles conséquences qu'une lenteur excessive peut avoir
notamment sur la jouissance du droit au respect de la vie familiale (Laino c. Italie [GC], no 33158/96, § 18, CEDH
1999-I).
30. La Cour admet que l'affaire présentait une certaine complexité mais estime que celle-ci ne saurait à elle seule
justifier la durée de la procédure en cause.
La Cour rappelle, ensuite, que ce qui est exigé d'une partie dans une procédure civile est une diligence « normale
» et que seules des lenteurs imputables à l'Etat peuvent amener à conclure à l'inobservation du « délai raisonnable »
(voir Proszak c. Pologne, arrêt du 16 décembre 1997, Recueil des arrêts et décisions 1997-VIII, p. 2774, § 40). Elle
reconnaît que l'allongement de la procédure résulte, en partie, de l'utilisation par les parties de toutes les
possibilités, en termes de voies de recours et d'expertises, que leur offrait le droit interne (§§ 7, 8, 13, 15 et 18).
Cela témoigne cependant de la complexité de la question posée et de l'enjeu du litige pour les parties. Bien qu'on
ne puisse reprocher au requérant d'avoir tiré pleinement parti des voies de recours internes, ce comportement
constitue un fait objectif, non imputable à l'Etat défendeur et à prendre en compte pour répondre à la question de
savoir si la procédure a, ou non, dépassé le délai raisonnable de l'article 6 § 1 de la Convention (Eckle c.
Allemagne, arrêt du 15 juillet 1982, série A no 51, p. 36, § 82). La Cour reconnaît également que le requérant n'a
pas fait preuve de célérité et d'une grande diligence tout au long de cette procédure, ce qui a contribué à son
allongement (§§ 8, 15 et 18).
S'agissant, finalement, du comportement des autorités judiciaires, la Cour rappelle que l'article 2 du nouveau code
de procédure civile laisse l'initiative aux parties : il leur incombe « d'accomplir les actes de la procédure dans les
formes et délais requis », de sorte que leur comportement a une influence particulière sur le déroulement de la
procédure. Cela ne dispense pourtant pas les tribunaux de veiller à ce que le procès se déroule dans un délai
raisonnable ; l'article 3 du même code prescrit d'ailleurs au juge de veiller au bon déroulement de l'instance et
l'investit du « pouvoir d'impartir les délais et d'ordonner les mesures nécessaires ». En effet, il incombe aux Etats

1
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

contractants d'organiser leur système judiciaire de telle sorte que leurs juridictions puissent garantir à chacun le
droit d'obtenir une décision définitive sur les contestations relatives à ses droits et obligations de caractère civil
dans un délai raisonnable (Vocaturo c. Italie, arrêt du 24 mai 1991, série A no 206-C, p. 32, § 17).
La Cour relève des périodes d'inactivité imputables aux juridictions internes. Il s'écoula une année entre la
saisine du tribunal de grande instance et la première ordonnance d'expertise ; il s'écoula ensuite sept mois entre
l'ordonnance d'opérations complémentaires et la désignation d'un expert chargé de les conduire ; ce n'est que dix
mois après le dépôt des conclusions par les parties que le tribunal de grande instance ordonna, le 16 janvier 1991,
une nouvelle expertise. Finalement, il n'a adressé aucun rappel à l'expert et n'a pris aucune ordonnance lui
enjoignant de conclure, alors que cette expertise a duré plus de deux ans et huit mois. Concernant la Cour de
cassation, la Cour relève qu'il s'est écoulé dix mois entre la désignation du conseiller rapporteur et le dépôt de son
rapport.
31. A la lumière de ce qui précède, et compte tenu de l'enjeu du litige pour le requérant, la Cour estime que les
juridictions internes n'ont pas agi avec la diligence particulière requise par l'article 6 § 1 de la Convention en pareil
cas.
32. Dans ces circonstances, la Cour conclut à une violation de l'article 6 § 1 de la Convention.
II. SUR L'APPLICATION DE L'ARTICLE 41 DE LA CONVENTION
33. Aux termes de l'article 41 de la Convention,
« Si la Cour déclare qu'il y a eu violation de la Convention ou de ses Protocoles, et si le droit interne de la Haute
Partie contractante ne permet d'effacer qu'imparfaitement les conséquences de cette violation, la Cour accorde à la
partie lésée, s'il y a lieu, une satisfaction équitable. »
A. Dommage
[...]
37. La Cour estime que le prolongement de la procédure au-delà du « délai raisonnable » a causé au requérant
un préjudice moral justifiant l'octroi d'une indemnité. Statuant en équité, comme le veut l'article 41, elle lui alloue
à ce titre 4 000 EUR.

11
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

THEME 2 : LES COLLECTIVITÉS


TERRITORIALES

L es collectivités territoriales avant la Loi


constitutionnelle n° 2003-276 du 28 mars 2003
La Constitution de 1958 a quarante ans
Question n° 15 : La place des collectivités locales dans la Constitution de 1958
Auteur : Loïc PHILIP
Source: http://www.conseil-constitutionnel.fr/dossier/quarante/q15.htm

Selon l'article 72 de la Constitution, les collectivités territoriales de la


République sont constituées par les communes, les départements et les
territoires d'outre-mer. Mais le même article précise aussi que toute autre
collectivité territoriale peut être créée par la loi. Cela a été le cas pour les
régions en 1972, pour les multiples regroupement de communes ainsi que
pour les collectivités à statut particulier. Ceci explique que les catégories de
collectivités territoriales soient, en définitive, assez nombreuses.

A partir du début des années 1980 a été engagée la réforme de la


décentralisation.

Le texte le plus important à cet égard concerne l'organisation de


l'administration locale française. C' est la loi du 2 mars 1982, laquelle a
unifié le régime des collectivités locales et supprimé le contrôle administratif
du représentant de l'État (système dit de la tutelle), pour le remplacer par
un contrôle juridictionnel et un contrôle budgétaire spécifique.

Malgré la grande diversité des collectivités territoriales, on peut les classer,


schématiquement, en trois grandes catégories : les communes, les
départements, et les régions. La Constitution leur reconnaît une réelle
autonomie juridique, mais celle-ci reste limitée en raison, notamment de
leur dépendance financière vis-à-vis de l'État.

I - Les communes

En France, elles sont particulièrement nombreuses (plus de 36.000 pour la


seule métropole) et, pour la plupart, de faible dimension (32.000 d'entre-
elles ont moins de 2.000 habitants)

Le conseil municipal est élu par les habitants de la commune. Le mode


d'élection varie selon que la commune comprend moins ou plus de 3.500
habitants. Dans le premier cas, l'élection se fait au scrutin de liste
majoritaire, dans le second on applique la représentation
proportionnelle avec une prime au profit de la liste ayant obtenu la

1
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

majorité, ce qui permet de concilier cohérence de la gestion et


représentation de l'opposition.

Le conseil municipal désigne ensuite le maire qui, généralement, était à la


tête de la liste majoritaire. Celui-ci joue un rôle très important : il préside le
conseil municipal, prépare et exécute les délibérations et notamment le
budget. Il exerce aussi, à côté de ces attributions, des fonctions en tant
qu'agent représentant de l'État : il est chargé d'assurer l'ordre public et
l'exécution des lois sur le territoire de la commune, il est officier de police
judiciaire, officier d'état civil et responsable de l'organisation des élections ...

Le statut des grandes villes.

Depuis la loi du 31 décembre 1982 (loi PLM), les trois plus grandes villes
françaises, Paris, Lyon et Marseille, sont dotées d'un statut particulier, qui se
traduit par un découpage de la commune en secteurs (correspondant à Paris
aux arrondissements).

La coopération intercommunale.

De nombreuses communes, notamment les plus petites d'entre elles, sont


amenées à se regrouper pour l'exercice de certaines activités dans le cadre
de syndicats, de districts, de communautés urbaines, de communautés de
communes ou de villes.

La commune bénéficie d'une clause générale de compétence pour tout de


qui concerne les affaires communales. Mais depuis la réforme de 1982, son
principal domaine d'intervention concerne l'urbanisme et la construction,
notamment l'établissement des plans d'occupation du sol (POS). Elle
intervient aussi en matière éducative et culturelle (plus particulièrement au
niveau de l'enseignement maternel et primaire) et en matière sanitaire et
sociale (aide sociale et logement).

La principale délibération du conseil municipal concerne l'adoption du


budget, lequel fixe les grandes orientations de la politique municipale. Les
ressources sont constituées par l'essentiel des impôts directs locaux (taxe
professionnelle, taxe d'habitation et les deux taxes foncières), par les
subvention de l'État (DGF,DGD,DGE) et par des ressources propres (revenus
du domaine et diverse rémunérations).

II - Les départements

Les 96 départements métropolitains sont gérés par les conseils généraux.


Les conseillers généraux sont élus pour six ans au scrutin uninominal
majoritaire à deux tours à raison de un par canton. Ils sont renouvelés par
moitié tous les trois ans. Le président est élu pour trois ans par l'assemblée,
de même que l'ensemble du bureau.

Le département a vocation à gérer tout ce qui concerne les affaires du


département, mais il a surtout d'importantes attributions en matière sociale

1
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

(aide à l'enfance, aux personnes âgées, aux adultes handicapés) et sanitaire


(protection maternelle et infantile, dépistage, vaccinations). Il est aussi
responsable de l'entretien d'un important réseau routier, des collèges et
chargé d'assurer le ramassage scolaire ...

Son budget est alimenté, en plus des impôts directs locaux et des
subventions de l'État, par les ressources tirées du produit de la vignette et
des droits d'enregistrement.

III - Les régions

Les vingt-deux régions métropolitaines sont devenues véritablement


autonomes depuis la loi du 2 mars 1982.

Les conseillers régionaux sont élus au suffrage universel direct (depuis


1986) pour six ans selon le scrutin de liste proportionnel (dans le cadre
territorial du département). Le président est ensuite désigné à la majorité
(relative au troisième tour), ce qui donne souvent lieu à des jeux d'alliances
dont l'actualité illustre la difficulté. Il prépare et exécute les délibérations du
conseil, dirige les services de la région et joue un rôle politique important.

La région a surtout une vocation économique (planification, aménagement


du territoire) en concertation avec l'État (contrats de plan). Elle est
responsable, notamment, des lycées et de la formation professionnelle des
jeunes.

Ses ressources fiscales spécifiques sont constituées par les taxes sur les
cartes grises et les permis de conduire.

La Corse bénéficie d'un statut particulier. Si le Conseil constitutionnel a


refusé toute référence à la notion de "peuple corse" (décision du 9
mai 1991), il a accepté que la loi du 13 mai 1991 crée une nouvelle
catégorie de collectivité pour ce territoire. Ce régime spécifique se
caractérise par deux départements et une région dont l'organisation se
rapproche de celle des territoires d'outre-mer.

IV - La signification du principe de libre administration


et les limites de l'autonomie locale

Le Conseil constitutionnel a donné une assez large portée au principe,


consacré par l'article 72 de la Constitution, selon lequel les collectivités
territoriales s'administrent librement par des conseillers élus. Il en découle
plusieurs conséquences : elles bénéficient d'une personnalité juridique
propre, distincte de celle de l'État ; elles ont des droits et des
obligations, gèrent librement les affaires relevant de leurs compétences,
possèdent un patrimoine, disposent d'agents dotés d'un statut propre (la
fonction publique territoriale), gèrent un budget c'est-à-dire décident elles-
mêmes de la destination et l'utilisation de leurs des dépenses et de leurs
recettes.

1
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Selon le Conseil constitutionnel, le principe de libre administration implique


qu'elles puissent disposer de ressources suffisantes pour exercer
effectivement leurs responsabilités et que le nombre et le poids de leurs
dépenses obligatoires ne soient pas excessifs.

Toutefois, leur autonomie financière reste limitée car elles n'ont pas le
pouvoir de créer leurs propres impôts et une grande part de leurs ressources
est constituée de subventions étatiques.

Par ailleurs, toujours selon l'article 72 de la Constitution, les collectivités


territoriales restent placées sous le contrôle du représentant du
Gouvernement. Il en résulte que leurs délibérations ne peuvent devenir
exécutoires qu'après leur transmission au préfet (décision du Conseil
constitutionnel du 24 février 1982). Depuis la réforme de 1982, le préfet
peut en contester la régularité en saisissant le tribunal
administratif ou la chambre régionale des comptes. Le contrôle financier
des chambres régionales des comptes s'est particulièrement développé
au cours de ces dernières années ; il a permis de dévoiler de nombreuses
irrégularités et, souvent, des faits de corruption. A cet égard, on peut penser
que la décentralisation n'est pas encore parvenue à sa maturité.

En conclusion, si la Constitution consacre le principe de libre administration,


celui-ci se trouve limité par le caractère unitaire de l'État qui a, aussi valeur,
constitutionnelle.

CONSTITUTION DE 1958

Titre XII Des collectivités territoriales


Article 72.1 -
Les collectivités territoriales de la République sont les communes, les départements, les régions, les
collectivités à statut particulier et les collectivités d'outre-mer régies par l'article 74. Toute autre collectivité
territoriale est créée par la loi, le cas échéant en lieu et place d'une ou de plusieurs collectivités mentionnées au
présent alinéa.
Les collectivités territoriales ont vocation à prendre les décisions pour l'ensemble des compétences qui
peuvent le mieux être mises en oeuvre à leur échelon.
Dans les conditions prévues par la loi, ces collectivités s'administrent librement par des conseils élus et
disposent d'un pouvoir réglementaire pour l'exercice de leurs compétences.
Dans les conditions prévues par la loi organique, et sauf lorsque sont en cause les conditions essentielles
d'exercice d'une liberté publique ou d'un droit constitutionnellement garanti, les collectivités territoriales ou leurs
groupements peuvent, lorsque, selon le cas, la loi ou le règlement l'a prévu, déroger, à titre expérimental et pour un
objet et une durée limités, aux dispositions législatives ou réglementaires qui régissent l'exercice de leurs
compétences.

1
Loi constitutionnelle n° 2003-276 du 28 mars 2003, article 5. Ancienne rédaction :
Les collectivités territoriales de la République sont les communes, les départements, les territoires d’outre-mer. Toute
autre collectivité territoriale est créée par la loi.
Ces collectivités s’administrent librement par des conseils élus et dans les conditions prévues par la loi.
Dans les départements et les territoires, le délégué du Gouvernement a la charge des intérêts nationaux, du contrôle
administratif et du respect des lois.

1
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Aucune collectivité territoriale ne peut exercer une tutelle sur une autre. Cependant, lorsque l'exercice
d'une compétence nécessite le concours de plusieurs collectivités territoriales, la loi peut autoriser l'une d'entre
elles ou un de leurs groupements à organiser les modalités de leur action commune.
Dans les collectivités territoriales de la République, le représentant de l'Etat, représentant de chacun des
membres du Gouvernement, a la charge des intérêts nationaux, du contrôle administratif et du respect des lois.
Article 72-1.2 -
La loi fixe les conditions dans lesquelles les électeurs de chaque collectivité territoriale peuvent, par
l'exercice du droit de pétition, demander l'inscription à l'ordre du jour de l'assemblée délibérante de cette
collectivité d'une question relevant de sa compétence.
Dans les conditions prévues par la loi organique, les projets de délibération ou d'acte relevant de la
compétence d'une collectivité territoriale peuvent, à son initiative, être soumis, par la voie du référendum, à la
décision des électeurs de cette collectivité.
Lorsqu'il est envisagé de créer une collectivité territoriale dotée d'un statut particulier ou de modifier son
organisation, il peut être décidé par la loi de consulter les électeurs inscrits dans les collectivités intéressées. La
modification des limites des collectivités territoriales peut également donner lieu à la consultation des électeurs
dans les conditions prévues par la loi.

Article 72-2.3 -
Les collectivités territoriales bénéficient de ressources dont elles peuvent disposer librement dans les
conditions fixées par la loi.
Elles peuvent recevoir tout ou partie du produit des impositions de toutes natures. La loi peut les autoriser
à en fixer l'assiette et le taux dans les limites qu'elle détermine.
Les recettes fiscales et les autres ressources propres des collectivités territoriales représentent, pour
chaque catégorie de collectivités, une part déterminante de l'ensemble de leurs ressources. La loi organique fixe les
conditions dans lesquelles cette règle est mise en oeuvre.
Tout transfert de compétences entre l'Etat et les collectivités territoriales s'accompagne de l'attribution de
ressources équivalentes à celles qui étaient consacrées à leur exercice. Toute création ou extension de
compétences ayant pour conséquence d'augmenter les dépenses des collectivités territoriales est accompagnée de
ressources déterminées par la loi.
La loi prévoit des dispositifs de péréquation destinés à favoriser l'égalité entre les collectivités
territoriales."

Article 72-3.4 -
La République reconnaît, au sein du peuple français, les populations d'outre-mer, dans un idéal commun
de liberté, d'égalité et de fraternité.
La Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, La Réunion, Mayotte, Saint-Pierre-et-Miquelon, les îles Wallis
et Futuna et la Polynésie française sont régis par l'article 73 pour les départements et les régions d'outre-mer, et
pour les collectivités territoriales créées en application du dernier alinéa de l'article 73, et par l'article 74 pour les
autres collectivités.
Le statut de la Nouvelle-Calédonie est régi par le titre XIII.
La loi détermine le régime législatif et l'organisation particulière des Terres australes et antarctiques
françaises.

Article 72-4.5 -
Aucun changement, pour tout ou partie de l'une des collectivités mentionnées au deuxième alinéa de
l'article 72-3, de l'un vers l'autre des régimes prévus par les articles 73 et 74, ne peut intervenir sans que le
consentement des électeurs de la collectivité ou de la partie de collectivité intéressée ait été préalablement
recueilli dans les conditions prévues à l'alinéa suivant. Ce changement de régime est décidé par une loi organique.
Le Président de la République, sur proposition du Gouvernement pendant la durée des sessions ou sur
proposition conjointe des deux assemblées, publiées au Journal officiel, peut décider de consulter les électeurs
d'une collectivité territoriale située outre-mer sur une question relative à son organisation, à ses compétences ou à
son régime législatif. Lorsque la consultation porte sur un changement prévu à l'alinéa précédent et est organisée
sur proposition du Gouvernement, celui-ci fait, devant chaque assemblée, une déclaration qui est suivie d'un débat.

2
Loi constitutionnelle n° 2003-276 du 28 mars 2003, article 6
3
Loi constitutionnelle n° 2003-276 du 28 mars 2003, article 7
4
Loi constitutionnelle n° 2003-276 du 28 mars 2003, article 8
5
Loi constitutionnelle n° 2003-276 du 28 mars 2003, article 8

1
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Article 73.6 -
Dans les départements et les régions d'outre-mer, les lois et règlements sont applicables de plein droit. Ils
peuvent faire l'objet d'adaptations tenant aux caractéristiques et contraintes particulières de ces collectivités.
Ces adaptations peuvent être décidées par ces collectivités dans les matières où s'exercent leurs
compétences et si elles y ont été habilitées par la loi.
Par dérogation au premier alinéa et pour tenir compte de leurs spécificités, les collectivités régies par le
présent article peuvent être habilitées par la loi à fixer elles-mêmes les règles applicables sur leur territoire, dans un
nombre limité de matières pouvant relever du domaine de la loi.
Ces règles ne peuvent porter sur la nationalité, les droits civiques, les garanties des libertés publiques,
l'état et la capacité des personnes, l'organisation de la justice, le droit pénal, la procédure pénale, la politique
étrangère, la défense, la sécurité et l'ordre publics, la monnaie, le crédit et les changes, ainsi que le droit électoral.
Cette énumération pourra être précisée et complétée par une loi organique.
La disposition prévue aux deux précédents alinéas n'est pas applicable au département et à la région de
La Réunion.
Les habilitations prévues aux deuxième et troisième alinéas sont décidées, à la demande de la collectivité
concernée, dans les conditions et sous les réserves prévues par une loi organique. Elles ne peuvent intervenir
lorsque sont en cause les conditions essentielles d'exercice d'une liberté publique ou d'un droit
constitutionnellement garanti.
La création par la loi d'une collectivité se substituant à un département et une région d'outre-mer ou
l'institution d'une assemblée délibérante unique pour ces deux collectivités ne peut intervenir sans qu'ait été
recueilli, selon les formes prévues au second alinéa de l'article 72-4, le consentement des électeurs inscrits dans le
ressort de ces collectivités.

Article 74 7. -
Les collectivités d'outre-mer régies par le présent article ont un statut qui tient compte des intérêts
propres de chacune d'elles au sein de la République.
Ce statut est défini par une loi organique, adoptée après avis de l'assemblée délibérante, qui fixe :
- les conditions dans lesquelles les lois et règlements y sont applicables ;
- les compétences de cette collectivité ; sous réserve de celles déjà exercées par elle, le transfert de
compétences de l'Etat ne peut porter sur les matières énumérées au quatrième alinéa de l'article 73, précisées et
complétées, le cas échéant, par la loi organique ;
- les règles d'organisation et de fonctionnement des institutions de la collectivité et le régime électoral de
son assemblée délibérante ;
- les conditions dans lesquelles ses institutions sont consultées sur les projets et propositions de loi et les
projets d'ordonnance ou de décret comportant des dispositions particulières à la collectivité, ainsi que sur la
ratification ou l'approbation d'engagements internationaux conclus dans les matières relevant de sa compétence.
La loi organique peut également déterminer, pour celles de ces collectivités qui sont dotées de
l'autonomie, les conditions dans lesquelles :
- le Conseil d'Etat exerce un contrôle juridictionnel spécifique sur certaines catégories d'actes de
l'assemblée délibérante intervenant au titre des compétences qu'elle exerce dans le domaine de la loi ;
- l'assemblée délibérante peut modifier une loi promulguée postérieurement à l'entrée en vigueur du
statut de la collectivité, lorsque le Conseil constitutionnel, saisi notamment par les autorités de la collectivité, a
constaté que la loi était intervenue dans le domaine de compétence de cette collectivité ;

6
Loi constitutionnelle n° 2003-276 du 28 mars 2003, article 9. Ancienne rédaction :
Le régime législatif et l’organisation administrative des départements d’outre-mer peuvent faire
l’objet de mesures d’adaptation nécessitées par leur situation particulière.
7
Loi constitutionnelle n° 2003-276 du 28 mars 2003, article 10. Ancienne rédaction :
Les territoires d’outre-mer de la République ont une organisation particulière tenant compte de leurs
intérêts propres dans l’ensemble des intérêts de la République.
Les statuts des territoires d’outre-mer sont fixés par des lois organiques qui définissent, notamment, les
compétences de leurs institutions propres, et modifiés, dans la même forme, après consultation de l’assemblée
territoriale intéressée.
Les autres modalités de leur organisation particulière sont définies et modifiées par la loi après
consultation de l’assemblée territoriale intéressée.
ancien article 74 avant la Loi constitutionnelle n°92-554 du 25 juin 1992, article 3: Les Territoires
d’outre-mer de la République ont une organisation particulière tenant compte de leurs intérêts propres dans
l’ensemble des intérêts de la République. Cette organisation est définie et modifiée par la loi après consultation de
l’assemblée territoriale intéressée.

1
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

- des mesures justifiées par les nécessités locales peuvent être prises par la collectivité en faveur de sa
population, en matière d'accès à l'emploi, de droit d'établissement pour l'exercice d'une activité professionnelle ou
de protection du patrimoine foncier ;
- la collectivité peut participer, sous le contrôle de l'Etat, à l'exercice des compétences qu'il conserve, dans
le respect des garanties accordées sur l'ensemble du territoire national pour l'exercice des libertés publiques.
Les autres modalités de l'organisation particulière des collectivités relevant du présent article sont
définies et modifiées par la loi après consultation de leur assemblée délibérante.

Article 74-1.8 -
Dans les collectivités d'outre-mer visées à l'article 74 et en Nouvelle-Calédonie, le Gouvernement peut,
dans les matières qui demeurent de la compétence de l'Etat, étendre par ordonnances, avec les adaptations
nécessaires, les dispositions de nature législative en vigueur en métropole, sous réserve que la loi n'ait pas
expressément exclu, pour les dispositions en cause, le recours à cette procédure.
Les ordonnances sont prises en conseil des ministres après avis des assemblées délibérantes intéressées
et du Conseil d'Etat. Elles entrent en vigueur dès leur publication. Elles deviennent caduques en l'absence de
ratification par le Parlement dans le délai de dix-huit mois suivant cette publication.

Article 75. -
Les citoyens de la République qui n’ont pas le statut civil de droit commun, seul visé à l’article 34,
conservent leur statut personnel tant qu’ils n’y ont pas renoncé.

Article 76. - (abrogé)9

Titre XIII De la Communauté (abrogé) 10

8
Loi constitutionnelle n° 2003-276 du 28 mars 2003, article 11
9
Loi constitutionnelle n° 95-880 du 4 août 1995, article 12. Ancienne rédaction : «Les territoires d’outre-mer
peuvent garder leur statut au sein de la République.
S’ils en manifestent la volonté par délibération de leur assemblée territoriale prise dans le délai prévu au
premier alinéa de l’article 91, ils deviennent soit département d’outre-mer de la République, soit groupés ou non
entre eux, États membres de la communauté.»
10
Loi constitutionnelle n° 95-880 du 4 août 1995, article 14. Ancienne rédaction :
«Article 77. - Dans la Communauté instituée par le présente Constitution, les États jouissent de l’autonomie ; ils s’administrent eux-
mêmes et gèrent démocratiquement et librement leurs propres affaires.
Il n’existe qu’une citoyenneté de la Communauté.
Tous les citoyens sont égaux en droit, quelles que soient leur origine, leur race et leur religion. Ils ont les mêmes devoirs.
Article 78. - Le domaine de la compétence de la Communauté comprend la politique étrangère, la défense, la monnaie, la politique
économique et financière commune ainsi que la politique des matières premières stratégiques.
Il comprend, en outre, sauf accord particulier, le contrôle de la justice, l’enseignement supérieur, l’organisation générale des
transports extérieurs et communs et des télécommunications.
Des accords particuliers peuvent créer d’autres compétences communes ou régler tout transfert de compétence de la communauté
à l’un de ses membres.
Article 79. - Les États membres bénéficient des dispositions de l’article 77 dès qu’ils ont exercé le choix prévu à l’article 76.
Jusqu’à l’entrée en vigueur des mesures nécessaires à l’application du présent titre, les questions de compétence commune sont
réglées par la République.
Article 80. - Le Président de la République préside et représente la Communauté.
Celle-ci a pour organes un Conseil exécutif, un Sénat, et une Cour arbitrale.
Article 81. - Les États membres de la Communauté participent à l’élection du Président dans les conditions prévues à l’article 6.
Le Président de la République, en sa qualité de Président de la Communauté, est représenté dans chaque État de la Communauté.
Article 82. - Le Conseil exécutif de la Communauté est présidé par le Président de la Communauté. Il est constitué par le Premier
ministre de la République, les chefs du Gouvernement de chacun des États membres de la Communauté et par les ministres chargés pour la
Communauté des affaires communes.
Le Conseil exécutif organise la coopération des membres de la Communauté sur le plan gouvernemental et administratif.
L’organisation et le fonctionnement du Conseil exécutif sont fixés par une loi organique (Ordonnance n° 58-1254 du 19 décembre
1958).
Article 83. - Le Sénat de la Communauté est composé de délégués que le Parlement de la République et les assemblées
législatives des autres membres de la Communauté choisissent en leur sein. Le nombre de délégués de chaque État tient compte de sa
population et des responsabilités qu’il assume dans la Communauté.
Il tient deux sessions annuelles qui sont ouvertes et closes par le Président de la Communauté et ne peuvent excéder chacune un
mois.
Saisi par le Président de la Communauté, il délibère sur la politique économique et financière commune avant le vote des lois prises
en la matière par le Parlement de la République et, le cas échéant, par les assemblées législatives des autres membres de la Communauté.

1
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Titre XIII Dispositions transitoires relatives à la Nouvelle-


Calédonie 11

Article 76. -
Les populations de la Nouvelle-Calédonie sont appelées à se prononcer avant le 31 décembre 1998 sur les
dispositions de l'accord signé à Nouméa le 5 mai 1998 et publié le 27 mai 1998 au Journal officiel de la
République française.
Sont admises à participer au scrutin les personnes remplissant les conditions fixées à l'article 2 de la loi
n° 88-1028 du 9 novembre 1988.
Les mesures nécessaires à l'organisation du scrutin sont prises par décret en Conseil d'État délibéré en
conseil des ministres.

Article 77. -
Après approbation de l'accord lors de la consultation prévue à l'article 76, la loi organique, prise après avis
de l'assemblée délibérante de la Nouvelle-Calédonie, détermine, pour assurer l'évolution de la Nouvelle-
Calédonie dans le respect des orientations définies par cet accord et selon les modalités nécessaires à sa mise en
œuvre :
- les compétences de l'État qui seront transférées, de façon définitive, aux institutions de la Nouvelle-
Calédonie, l'échelonnement et les modalités de ces transferts, ainsi que la répartition des charges résultant de
ceux-ci ;
- les règles d'organisation et de fonctionnement des institutions de la Nouvelle-Calédonie et notamment les
conditions dans lesquelles certaines catégories d'actes de l'assemblée délibérante pourront être soumises avant
publication au contrôle du Conseil constitutionnel ;
- les règles relatives à la citoyenneté, au régime électoral, à l'emploi et au statut civil coutumier ;
- les conditions et les délais dans lesquels les populations intéressées de la Nouvelle-Calédonie seront
amenées à se prononcer sur l'accession à la pleine souveraineté.
Les autres mesures nécessaires à la mise en oeuvre de l'accord mentionné à l'article 76 sont définies par la
loi.

Le Sénat de la Communauté examine les actes et les traités ou accords internationaux visés aux articles 35 et 53 et qui engagent la
Communauté.
Il prend des décisions exécutoires dans les domaines où il a reçu délégation des assemblées législatives des membres de la
Communauté. Ces décisions sont promulguées dans la même forme que la loi sur le territoire de chacun des États intéressés.
Une loi organique (Ordonnances n° 58-1255 et 58-1257 du 19 décembre 1958) arrête sa composition et fixe ses règles de
fonctionnement.
Article 84. - Une Cour arbitrale de la Communauté statue sur les litiges survenus entre les membres de la Communauté.
Sa composition et sa compétence sont fixées par une loi organique.
Article 85. - Par dérogation à la procédure prévue à l’article 89 les dispositions du présent titre qui concernent le fonctionnement des
institutions communes sont révisées par des lois votées dans les mêmes termes par le Parlement de la République et par le Sénat de la
Communauté. (Un cas de révision d’article 85 : Loi constitutionnelle n°60-525 du 4 juin 1960).
"Les dispositions du présent titre peuvent être également révisées par accords conclus entre tous les États de la Communauté ; les
dispositions nouvelles sont mises en vigueur dans les conditions requises par la constitution de chaque État." (Loi constitutionnelle n°60-525 du
4 juin 1960)
Article 86. - La transformation du statut d’un État membre de la Communauté peut être demandée soit par la République, soit par
une résolution de l’Assemblée législative de l’État intéressé confirmée par un référendum local dont l’organisation et le contrôle sont assurés
par les institutions de la Communauté. Les modalités de cette transformation sont déterminées par un accord approuvé par le Parlement de la
république et l’assemblée législative intéressée.
Dans les mêmes conditions, un État membre de la Communauté peut devenir indépendant. Il cesse de ce fait d’appartenir à la
Communauté.
"Un État membre de la Communauté peut également, par voie d’accord, devenir indépendant sans cesser de ce fait d’appartenir à la
Communauté."
"Un État indépendant non membre de la Communauté peut également, par voie d’accord, adhérer à la Communauté sans cesser
d’être indépendant."
"La situation de ces États au sein de la Communauté est déterminée par les accords conclus à cet effet, notamment les accords
visés aux alinéas précédents ainsi que, le cas échéant, les accords prévus au deuxième alinéa de l’article 85." (Loi constitutionnelle n°60-
525 du 4 juin 1960)
Article 87. - Les accords particuliers conclus pour l’application du présent titre sont approuvés par le Parlement de la
République et l’assemblée législative intéressée.
11
Rétabli par la loi constitutionnelle n°98-610 du 20 juillet 1998.

1
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Conseil constitutionnel
Décision n° 2003-469 DC du 26 mars 2003
(J.O n° 75 du 29 mars 2003 page 5570 texte n° 3)

LOI CONSTITUTIONNELLE RELATIVE


À L’ORGANISATION DÉCENTRALISÉE DE LA RÉPUBLIQUE

Le Conseil constitutionnel a été saisi le 19 mars 2003 de la loi constitutionnelle relative à l’organisation
décentralisée de la République, approuvée par le Parlement réuni en Congrès le 17 mars 2003, par:
Mme Michèle André, MM. Bernard Angels, Bertrand Auban, Jean-Pierre Bel, Jacques Bellanger, Mme
Maryse Bergé-Lavigne, M. Jean Besson, Mme Marie-Christine Blandin, M. Didier Boulaud, Mmes
Yolande Boyer, Claire-Lise Campion, M. Bernard Cazeau, Mme Monique Cerisier-ben Guiga, MM.
Gilbert Chabroux, Michel Charasse, Raymond Courrière, Roland Courteau, Marcel Debarge, Jean-Pierre
Demerliat, Claude Domeizel, Michel Dreyfus-Schmidt, Mme Josette Durrieu, MM. Claude Estier, Jean-
Claude Frécon, Bernard Frimat, Charles Gautier, Jean-Pierre Godefroy, Jean-Noël Guérini, Claude Haut,
Mme Odette Herviaux, MM. André Labarrère, Serge Lagauche, Louis Le Pensec, André Lejeune, Jacques
Mahéas, Jean-Yves Mano, François Marc, Marc Massion, Gérard Miquel, Jean-Marc Pastor, Daniel
Percheron, Jean-Claude Peyronnet, Jean-François Picheral, Bernard Piras, Jean-Pierre Plancade, Mmes
Danièle Pourtaud, Gisèle Printz, MM. Daniel Raoul, Paul Raoult, Daniel Reiner, Roger Rinchet, Gérard
Roujas, Claude Saunier, Michel Sergent, Jean-Pierre Sueur, Michel Teston, Jean-Marc Todeschini, Pierre-
Yvon Trémel, André Vantomme, Marcel Vidal et Henri Weber, sénateurs ;

Le Conseil constitutionnel,

Vu la Constitution, notamment ses articles 61 et 89 ;

Vu l’ordonnance du 7 novembre 1958 portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

Vu les observations du Gouvernement, enregistrées le 24 mars 2003 ;

Le rapporteur ayant été entendu ;

1. Considérant que la compétence du Conseil constitutionnel est strictement délimitée par la Constitution
; qu’elle n’est susceptible d’être précisée et complétée par voie de loi organique que dans le respect des
principes posés par le texte constitutionnel ; que le Conseil constitutionnel ne saurait être appelé à se
prononcer dans d’autres cas que ceux qui sont expressément prévus par ces textes ;

2. Considérant que l’article 61 de la Constitution donne au Conseil constitutionnel mission d’apprécier la


conformité à la Constitution des lois organiques et, lorsqu’elles lui sont déférées dans les conditions
fixées par cet article, des lois ordinaires ; que le Conseil constitutionnel ne tient ni de l’article 61, ni de
l’article 89, ni d’aucune autre disposition de la Constitution le pouvoir de statuer sur une révision
constitutionnelle ;

3. Considérant qu’il résulte de ce qui précède que le Conseil constitutionnel n’a pas compétence pour
statuer sur la demande susvisée, par laquelle les sénateurs requérants lui défèrent, aux fins
d’appréciation de sa conformité à la Constitution, la révision de la Constitution relative à l’organisation
décentralisée de la République approuvée par le Congrès le 17 mars 2003,

2
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Décide :
Article 1
Le Conseil constitutionnel n’a pas compétence pour se prononcer sur la demande susvisée.

Article 2
La présente décision sera publiée au Journal officiel de la République française.

Délibéré par le Conseil constitutionnel dans sa séance du 26 mars 2003, où siégeaient : MM. Yves Guéna,
président, Michel Ameller, Jean-Claude Colliard, Olivier Dutheillet de Lamothe, Pierre Joxe, Pierre
Mazeaud, Mmes Monique Pelletier, Dominique Schnapper et Simone Veil.
Le président, Yves Guéna

2
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

THEME 3 : La responsabilité pénale du


chef de l'État, des membres du
gouvernement & des parlementaires
La Constitution de 1958 a quarante ans
Question n° 14 : La responsabilité pénale du chef de l'Etat et des membres du
gouvernement
Auteur : Olivier BEAUD
Source: http://www.conseil-constitutionnel.fr/dossier/quarante/q14.htm

La responsabilité pénale du chef de l'Etat et des membres


du gouvernement

La responsabilité pénale du chef de l'Etat et des membres du gouvernement


est régie, aujourd'hui, par les articles 68 et 68-1 de la Constitution de la
Vème République. Il y a quarante ans, lors de la naissance de celle-ci, ce
thème n'intéressait personne tant il apparaissait lointain des préoccupations
du moment. Ainsi, l'article 68 alinéa 1er ("Le Président de la République
n'est responsable des actes accomplis dans l'exercice de ses fonctions qu'en
cas de haute trahison. (etc..) .") ne faisait qu'aménager la formule de
l'article 42 de la Constitution de 1946. Etant donnée la formule très
restrictive du texte, on doit interpréter cette disposition comme aménageant
un principe d'irresponsabilité (politique et pénale) du Président,
assorti d'une exception rituelle, la responsabilité politico-pénale
pour faits de haute trahison. En tout cas, en 1958, l'article 68 dans son
entier, qu'il concerne le Président ou les membres du gouvernement (ancien
alinéa 2), traite de ce qu'on appelle la justice politique, qui n'est mise en
oeuvre (fort heureusement) que dans des cas exceptionnels (par ex. le
procès de Laval et de Pétain et des ministres de Vichy par la Haute Cour de
la Libération nationale) . Le seul fait qu'on évoque maintenant leur
responsabilité pénale traduit un changement de perspective, c'est-à-dire
l'abandon de cette perspective étroite de la justice politique. Comment en
est-on arrivé là ?

Si ce thème est devenu d'actualité, et même d'une brûlante actualité, s'il est
apparu nécessaire d'aménager une responsabilité pénale des membres du
gouvernement, c'est principalement en raison de l'affaire du sang
contaminé. C'est pour juger les trois ministres impliqués dans cette affaire
(l'ancien Premier ministre, M. Laurent Fabius, l'ancien ministre des Affaires
sociales, Mme Georgina Dufoix, et l'ancien secrétaire d'Etat à la Santé, M.
Edmond Hervé) qu'on a révisé l'article 68 de la Constitution par la loi
constitutionnelle du 27 juillet 1993. Celle-ci instaure la Cour de justice de la
République en lieu et place de la Haute Cour pour juger les Ministres
pénalement responsables, tandis que la Haute Cour reste seule compétente
pour juger le Président. Cette loi crée un nouveau titre à la Constitution de la
V° République qui s'intitule "Titre X - De la responsabilité pénale des
membres du Gouvernement", composé de deux articles. Le premier, l'article
68-1, qui fixe le principe de la responsabilité pénale des membres du

2
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Gouvernement, dispose:"Les membres du Gouvernement sont pénalement


responsables des actes accomplis dans l'exercice de leurs fonctions et
qualifiés crimes ou délits au moment où ils ont été commis.""Ils sont jugés
par la Cour de Justice de la République""La Cour de Justice de la République
est liée par la définition des crimes et délits ainsi que par la détermination
des peines telles qu'elles résultent de la loi".

Quant à l'article 68-2, il contient une description schématique de la Cour de


justice, énumérant sa composition mixte (12 parlementaires et 3 magistrats)
et très brièvement la procédure, renvoyant à une loi organique le soin de
compléter un article manifestement trop laconique. Cette nouvelle
disposition constitutionnelle, largement inspirée par les propositions de
réforme du Comité constitutionnel consultatif (dit Comité Vedel), comporte
deux modifications essentielles par rapport à l'ancien état du droit. La
première, c'est la fin de la "mise en accusation" "politique" des ministres. La
mise en accusation émane non plus des parlementaires, mais de magistrats
professionnels : d'abord, la Commission des requêtes, qui filtre les plaintes
des particuliers, et, ensuite, la Commission d'Instruction qui décide s'il y a
lieu de juger les ministres. La seconde modification, c'est que l'instance de
jugement de la Cour de justice est composée de parlementaires et de
magistrats. Cette composition mixte montre que la Cour de justice reste une
juridiction exceptionnelle, différente d'une juridiction pénale ordinaire. Le
résultat est donc une institution totalement hybride.

Loin d'approuver cette réforme de 1993, purement fortuite, j'estime qu'elle


révèle une grave erreur de perspective qui consiste à vouloir "criminaliser"
(ou pénaliser) la responsabilité des gouvernants. Cette criminalisation de la
responsabilité des ministres signifie qu'on veut juger la conduite d'un
ministère (et donc d'un ministre) selon les critères totalement inadéquats du
droit pénal et du Code pénal, alors qu'auparavant seule la responsabilité
politique devant le Parlement était engagée pour des faits de ce genre.
L'arrêt de la Commission d'instruction, en date du 17 juillet 1998, qui
renvoie les trois ministres, dans l'affaire du sang contaminé, devant la Cour
de justice ne fait que confirmer mon jugement négatif sur cette tendance.
Peu au fait des contraintes de la fonction ministérielle et de l'action
politique, les magistrats de la Cour de cassation, membres de cette
Commission d'instruction, ont jugé les ministres comme si le fait de diriger
une PME et celui de conduire un ministère étaient une seule et même chose,
et comme si l'on pouvait étendre à l'infini les catégories du droit pénal.
Cette décision de renvoi illustre, trop bien, la substitution indue de la
responsabilité pénale à la responsabilité politique.

L'autre grave inconséquence de cette réforme de 1993, c'est qu'elle


accentue la différence de traitement entre les ministres et le Président, les
premiers étant soumis à la Cour de justice, le second conservant le privilège
de juridiction de la Haute Cour et n'étant responsable qu'en cas (très
hypothétique) de "haute trahison". C'est une solution en totale contradiction
avec la Vème République qui se caractérise par l'existence d'un Président
gouvernant et pas seulement régnant comme un monarque constitutionnel.
On sait qu'à propos de la mise en examen de l'ancien Premier ministre, M.

2
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Juppé, à propos des emplois fictif de la mairie de Paris, on évoque


l'hypothèse d'une responsabilité pénale du chef de l'Etat. L'actuel Président
de la République peut-il être mis en examen pour des faits commis lorsqu'il
était naguère maire de Paris ? Telle est la question juridique qui se pose et
qui revient à se demander si l'on peut transposer au Président de la
République la jurisprudence récente de la Cour de cassation selon laquelle
un ministre est passible des juridictions répressives ordinaires (tribunal
correctionnel, etc.) pour les comportements concernant la vie privé ou les
mandants électifs locaux. Certains juristes prétendent que son immunité
judiciaire serait générale et absolue, et couvrirait donc, au moins en
suspendant les poursuites pendant la durée du mandat, les actes commis
antérieurement au titre d'autres fonctions. D'autres, au contraire, qu'elle
serait seulement relative, permettant alors de le juger, selon le droit
commun, pour les actes commis en dehors de ses fonctions présidentielles.
Le débat reste ouvert, faute de précédent pertinent. La seule chose
regrettable, c'est que l'irresponsabilité pénale de principe du Président vient
s'ajouter à son irresponsabilité politique, ce qui lui confère une impunité
pleine et entière en cas d'agissement abusif (du type des écoutes
téléphoniques de l'Elysée).

Pour conclure sur une opinion toute personnelle, on dira que le fait même
que l'article 68 de la Constitution et le nouvel article 68-1 sont devenus des
articles importants, voire fondamentaux, de la Constitution de la Vème
République, telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui, est le symptôme
inquiétant de l'affaissement de la responsabilité politique sous la Vème
République. Loin d'être un renforcement de notre Etat de droit, c'est un
affaiblissement de notre démocratie représentative...

CONSTITUTION DE 1958
Article 26. -
Aucun membre du Parlement ne peut être poursuivi, recherché,
arrêté, détenu ou jugé à l'occasion des opinions ou votes émis par
lui dans l'exercice de ses fonctions.
Aucun membre du Parlement ne peut faire l'objet en matière criminelle
ou correctionnelle, d'une arrestation ou de toute autre mesure privative ou
restrictive de liberté qu'avec l'autorisation du bureau de l'assemblée dont il
fait partie. Cette autorisation n'est pas requise en cas de crime ou de délit
flagrant ou de condamnation définitive.
La détention, les mesures privatives ou restrictives de liberté ou la
poursuite d'un membre du Parlement sont suspendues pour la durée de la
session si l'assemblée dont il fait partie le requiert.

2
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

L'assemblée intéressée est réunie de plein droit pour des séances


supplémentaires pour permettre, le cas échéant, l'application de l'alinéa ci-
desssus.12

Article 53-2. -
La République peut reconnaître la juridiction de la Cour pénale
internationale dans les conditions prévues par le traité signé le 18 juillet
1998.13

Titre IX La Haute Cour de justice.

Article 67. -
Il est institué une Haute Cour de justice.
Elle est composée de membres élus, en leur sein et en nombre égal,
par l’Assemblée nationale et par le Sénat après chaque renouvellement
général ou partiel de ces assemblées. Elle élit son président parmi ses
membres.
Une loi organique14 fixe la composition de la Haute Cour, les règles de
son fonctionnement ainsi que la procédure applicable devant elle.

Article 68. -
Le Président de la République n’est responsable des actes accomplis dans
l’exercice de ses fonctions qu’en cas de haute trahison. Il ne peut être mis
en accusation que par les deux assemblées statuant par un vote identique
au scrutin public et à la majorité absolue des membres les composant ; il est
jugé par la Haute Cour de justice.15

Titre X De la responsabilité pénale des membres du


gouvernement

Article 68-116. -
Les membres du Gouvernement sont pénalement responsables des
actes accomplis dans l’exercice de leurs fonctions et qualifiés crimes ou
délits au moment où ils ont été commis.17
Ils sont jugés par la Cour de justice de la République
La Cour de justice de la République est liée par la définition des crimes
et délits ainsi que par la détermination des peines telles qu’elles résultent

12
Les trois derniers alinéas ont été introduits par la Loi Constitutionnelle no. 95-880 du 4 août 1995, article 7.
13
Loi Constitutionnelle no. 99-568 du 8 juillet 1999
14
Ordonnance n° 59-1 du 2 janvier 1959
15
Deuxième alinéa abrogé par la loi constitutionnelle n° 93-952 du 27 juillet 1993
ancien alinéa : (Les membres du Gouvernement sont pénalement responsables des actes accomplis dans
l’ exercice de leurs fonctions et qualifiés de crimes ou délit au moment où ils ont été commis. La procédure définie
ci- dessus leur est applicable ainsi qu’ à leurs complices dans le cas de complot contre la sûreté de l’ Etat. Dans les
cas prévus au présent alinéa, la Haute Cour est liée par la définition des crimes et délits ainsi que par la
détermination des peines telles qu’ elles résultent des lois pénales en vigueur au moment où les faits ont été
commis.)
16
Loi constitutionnelle n° 93-952 du 27 juillet 1993
17
alinéa inchangé par rapport au début de l’ancien article 68 alinéa 2

2
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

de la loi.

Article 68-2. -
La Cour de justice de la République comprend quinze juges : douze
parlementaires élus, en leur sein et en nombre égal, par l’Assemblée
nationale et par le Sénat après chaque renouvellement général ou partiel de
ces assemblées et trois magistrats du siège à la Cour de cassation, dont l’un
préside la Cour de justice de la République.
Toute personne qui se prétend lésée par un crime ou un délit commis
par un membre du gouvernement dans l’exercice de ses fonctions peut
porter plainte auprès d’une commission des requêtes.
Cette commission ordonne soit le classement de la procédure, soit sa
transmission au procureur général près la Cour de cassation aux fins de
saisine de la Cour de justice de la République.
Le procureur général près la Cour de cassation peut aussi saisir
d’office la Cour de justice de la République sur avis conforme de la
commission des requêtes.
Une loi organique18 détermine les conditions d’application du présent
article.

Article 68-319. -
Les dispositions du présent titre sont applicables aux faits commis
avant son entrée en vigueur.

Décision n° 98-408 DC du 22 janvier 1999


Traité portant statut de la Cour pénale internationale

Le Conseil constitutionnel a été saisi, le 24 décembre 1998, par le Président


de la République et le Premier Ministre, conformément à l'article 54 de la
Constitution, de la question de savoir si, compte tenu des engagements
souscrits par la France, l'autorisation de ratifier le traité portant statut de la
Cour pénale internationale signé à Rome le 18 juillet 1998 doit être
précédée d'une révision de la Constitution ;
LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL,
Vu la Constitution du 4 octobre 1958 ;
[…]
- SUR LES NORMES DE REFERENCE APPLICABLES :

Considérant que le peuple français a, par le préambule de la Constitution de


1958, proclamé solennellement "son attachement aux droits de l'homme et
aux principes de la souveraineté nationale tels qu'ils ont été définis par la
18
Loi organique n° 93-1252 du 26 novembre 1993
19
Loi constitutionnelle n° 95-880 du 4 août 1995, article 10

2
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la


Constitution de 1946" ; qu'il ressort, par ailleurs, du préambule de la
Constitution de 1946 que la sauvegarde de la dignité de la personne
humaine contre toute forme d'asservissement et de dégradation est un
principe de valeur constitutionnelle ;

Considérant que, dans son article 3, la Déclaration des droits de l'homme et


du citoyen énonce que "le principe de toute souveraineté réside
essentiellement dans la nation" ; que l'article 3 de la Constitution de 1958
dispose, dans son premier alinéa, que "la souveraineté nationale appartient
au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum" ;

Considérant que le préambule de la Constitution de 1946 proclame, dans


son quatorzième alinéa, que la République française se "conforme aux
règles du droit public international" et, dans son quinzième alinéa, que "sous
réserve de réciprocité, la France consent aux limitations de souveraineté
nécessaires à l'organisation et à la défense de la paix" ;

Considérant que, dans son article 53, la Constitution de 1958 consacre,


comme le faisait l'article 27 de la Constitution de 1946, l'existence de
"traités ou accords relatifs à l'organisation internationale" ; qu'en vertu de
l'article 55 de la Constitution de 1958 : "Les traités ou accords régulièrement
ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à
celle des lois, sous réserve, pour chaque accord ou traité, de son application
par l'autre partie" ;

Considérant qu'il résulte de ces textes de valeur constitutionnelle que le


respect de la souveraineté nationale ne fait pas obstacle à ce que, sur le
fondement des dispositions précitées du préambule de la Constitution de
1946, la France puisse conclure des engagements internationaux en vue de
favoriser la paix et la sécurité du monde et d'assurer le respect des
principes généraux du droit public international ; que les engagements
souscrits à cette fin peuvent en particulier prévoir la création d'une
juridiction internationale permanente destinée à protéger les droits
fondamentaux appartenant à toute personne humaine, en sanctionnant les
atteintes les plus graves qui leur seraient portées, et compétente pour juger
les responsables de crimes d'une gravité telle qu'ils touchent l'ensemble de
la communauté internationale ; qu'eu égard à cet objet, les obligations nées
de tels engagements s'imposent à chacun des Etats parties
indépendamment des conditions de leur exécution par les autres Etats
parties ; qu'ainsi, la réserve de réciprocité mentionnée à l'article 55 de la
Constitution n'a pas lieu de s'appliquer ;

Considérant, toutefois, qu'au cas où ces engagements contiennent


une clause contraire à la Constitution, mettent en cause les droits
et libertés constitutionnellement garantis ou portent atteinte aux
conditions essentielles d'exercice de la souveraineté nationale,
l'autorisation de les ratifier appelle une révision constitutionnelle ;

Considérant que c'est au regard de ces principes qu'il revient au Conseil

2
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

constitutionnel de procéder à l'examen du traité portant statut de la Cour


pénale internationale signé à Rome le 18 juillet 1998 ;

- SUR LE RESPECT DES DISPOSITIONS DE LA CONSTITUTION RELATIVES A LA


RESPONSABILITE PENALE DES TITULAIRES DE CERTAINES QUALITES
OFFICIELLES :

Considérant qu'aux termes du 1 de l'article 27 du statut : "Le présent statut


s'applique à tous de manière égale, sans aucune distinction fondée sur la
qualité officielle. En particulier, la qualité officielle de chef d'Etat ou de
gouvernement, de membre d'un gouvernement ou d'un parlement...
n'exonère en aucun cas de la responsabilité pénale au regard du présent
statut, pas plus qu'elle ne constitue en tant que telle un motif de réduction
de la peine" ; qu'il est ajouté, au 2 de l'article 27, que "les immunités ou
règles de procédure spéciales qui peuvent s'attacher à la qualité officielle
d'une personne, en vertu du droit interne ou du droit international,
n'empêchent pas la Cour d'exercer sa compétence à l'égard de cette
personne" ;

Considérant qu'il résulte de l'article 68 de la Constitution que le


Président de la République, pour les actes accomplis dans l'exercice
de ses fonctions et hors le cas de haute trahison, bénéficie d'une
immunité ; qu'au surplus, pendant la durée de ses fonctions, sa
responsabilité pénale ne peut être mise en cause que devant la
Haute Cour de Justice, selon les modalités fixées par le même
article ; qu'en vertu de l'article 68-1 de la Constitution, les membres
du Gouvernement ne peuvent être jugés pour les crimes et délits
commis dans l'exercice de leurs fonctions que par la Cour de justice
de la République ; qu'enfin, les membres du Parlement, en vertu du
premier alinéa de l'article 26 de la Constitution, bénéficient d'une immunité
à raison des opinions ou votes émis dans l'exercice de leurs fonctions, et, en
application du deuxième alinéa du même article, ne peuvent faire l'objet, en
matière criminelle ou correctionnelle, hors les cas de flagrance ou de
condamnation définitive, d'une arrestation ou de toute autre mesure
privative ou restrictive de liberté qu'avec l'autorisation du bureau de
l'assemblée dont ils font partie ;

Considérant qu'il suit de là que l'article 27 du statut est contraire aux


régimes particuliers de responsabilité institués par les articles 26, 68 et 68-1
de la Constitution ;
[…]
DECIDE:
Article premier .- L'autorisation de ratifier le traité portant statut de la Cour
pénale internationale exige une révision de la Constitution.

Article 2.- La présente décision sera notifiée au Président de la République,


ainsi qu'au Premier ministre, et publiée au Journal officiel de la République
française.

Délibéré par le Conseil constitutionnel dans sa séance du 22 janvier 1999,

2
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

où siégeaient : MM. Roland DUMAS, Président, Georges ABADIE, Michel


AMELLER, Jean-Claude COLLIARD, Yves GUENA, Mme Noëlle LENOIR, M.
Pierre MAZEAUD et Mme Simone VEIL.

Cour de Cassation
Arrêt du 10 octobre 2001 (M. Michel Breisacher)
[extrait]

[…]
Attendu que, rapproché de l'article 3 et du titre II de la Constitution, l'article
68 doit être interprété en ce sens qu'étant élu directement par le
peuple pour assurer, notamment, le fonctionnement régulier des
pouvoirs publics ainsi que la continuité de l'État, le Président de la
République ne peut, pendant la durée de son mandat, être entendu
comme témoin assisté, ni être mis en examen, cité ou renvoyé pour
une infraction quelconque devant une juridiction pénale de droit
commun ; qu'il n'est pas davantage soumis à l'obligation de
comparaître en tant que témoin prévue par l'article 101 du Code de
procédure pénale, dès lors que cette obligation est assortie par
l'article 109 dudit Code d'une mesure de contrainte par la force
publique et qu'elle est pénalement sanctionnée ;

Que, la Haute Cour de justice n'étant compétente que pour connaître des
actes de haute trahison du Président de la République commis dans
l'exercice de ses fonctions, les poursuites pour tous les autres actes
devant les juridictions pénales de droit commun ne peuvent être
exercées pendant la durée du mandat présidentiel, la prescription
de l'action publique étant alors suspendue ;
[…]

Pourquoi la fonction présidentielle doit être protégée

[extrait du rapport de la Commission présidée par Pierre Avril, Rapport de la Commission


de réflexion sur le statut pénal du Président de la République, remis le 12 décembre 2002
au Président de la République, La Documentation Française, Paris 2002]

La fonction du chef de l’Etat fait l’objet d’une protection spécifique


dans toutes les démocraties contemporaines et l’histoire constitutionnelle
française conduit à la même constatation. Ces évidences empiriques ne sont
cependant pas suffisantes, non plus que les justifications générales telles la
continuité de l’Etat ou la séparation des pouvoirs, parce que les propositions
de la Commission doivent avoir un fondement précis, à la fois incontestable
au regard de nos principes constitutionnels et compréhensible par tous les
citoyens aujourd’hui. Ce fondement est clair et simple : le Président de la

2
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

République, représentant de la nation, bénéficie des immunités qui


s’attachent à cette qualité.
Les autres justifications avancées s’inscrivent dans ce
fondement :
- la continuité de l’Etat, parce que la mission de l’assurer est au cœur du
mandat constitutionnel dont le peuple a investi le Président de la République
;
- la séparation des pouvoirs, parce que l’indépendance nécessaire à
l’exercice de ce mandat exige qu’il ne puisse être mis en cause ni par les
assemblées ni par les tribunaux.

3
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

THEME 4 : LA PLACE DE LA RELIGION


EN DROIT FRANÇAIS

(1) La Loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation


des Églises et de l’État en France

Extrait de : Conseil d’Etat. Rapport public 2004. Jurisprudence et avis de 2003 – Un siècle de
laïcité (Etudes et documents n.55), 2004. (p. 268-252)

Promulguée le 9 décembre 1905, la loi de séparation constitue,


avec les dispositions constitutionnelles qui l’ont confortée, la clé de
voûte de la laïcité

Point d’aboutissement du conflit des « deux France », on a pu y voir


une double rupture : avec la tradition de « l’établissement » de l’Église
catholique dans la société politique, avec la tradition régalienne selon
laquelle l’État tentait de régenter les choses religieuses
La loi du 9 décembre 1905 a défini le régime juridique des
relations entre l’État et les cultes. Sans référence explicite à la laïcité,
elle en a fixé le cadre, fondé sur deux grands principes énoncés à son titre I :
la liberté de conscience et le principe de séparation.
La liberté de conscience est affirmée à l’article 1er : « La
République assure la liberté de conscience ». Elle a pour corollaire la
liberté religieuse qui suppose elle-même la liberté individuelle de
conscience, la liberté d’exercice du culte, la non discrimination entre les
religions. La République « garantit le libre exercice des cultes sous les
seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public ». Cet
article vise à mettre en exergue l’esprit de la réforme. Le rapporteur
explique : « Grâce à l’article placé en vedette de la réforme, le juge saura
dans quel esprit tous les autres ont été conçus et adoptés. Toutes les fois
que l’intérêt de l’ordre public ne pourra être légitimement invoqué dans le
silence des textes ou dans le doute sur leur exacte application, c’est la
solution libérale qui sera la plus conforme à la pensée législative ». Les
opposants formulent de nombreuses critiques. L’article 1er serait la
manifestation d’une guerre religieuse contre le catholicisme, le libre exercice
des cultes ne garantirait pas la libre pratique de la religion 31. L’article est
adopté par 412 voix contre 45 à la Chambre des députés et par 214 contre
46 au Sénat.
Le principe de séparation des Églises et de l’État est affirmé à
l’article 2 de la loi : la République « ne reconnaît, ne salarie ni ne
subventionne aucun culte », mais, ce faisant, n’en ignore aucun, même
si la séparation implique la non-immixtion de l’État dans les affaires des
Églises et l’absence de soutien financier : « La séparation n’a pas voulu et
ne pouvait pas être une ignorance. Ignorer les Églises eût été une attitude
dangereuse pour l’État, étant donné la force sociale, morale, voire même
politique qu’elles continuent de représenter dans la société. C’eût été aussi
risquer de mettre en péril la liberté de conscience des citoyens »
3
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Deux conséquences majeures de la séparation sont inscrites à l’article


2. Cet article prévoit en premier lieu la suppression des dépenses relatives à
l’exercice du culte dans les budgets de l’État, des départements et des
communes. Sur ce dernier point, contesté lors des débats 33, A. Briand fit
valoir que « l’État doit à l’Église sa liberté... la faculté de s’organiser. Notre
projet les lui donne en même temps que des ressources et le moyen de s’en
procure d’autres qui lui permettent d’assurer l’exercice de la religion en
France. C’est tout ce qu’elle a le devoir d’exiger ». Le rapport d’A. Briand
précise que, par une conséquence nécessaire du principe de séparation, les
ministres des cultes seront, pour tout ce qui concerne leur ministère ou en
dérive, légalement ignorés. Les traitements et allocations versés par l’État
aux ministres des cultes, en particulier, n’ont plus lieu d’être. Une exception
est cependant prévue, introduite par voie d’amendement : les dépenses
relatives à des services d’aumôneries dans les établissements publics tels
que les lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons 34 peuvent être
inscrites aux budgets publics. Il s’agit d’assurer le libre exercice des cultes
dans les lieux fermés. L’un des auteurs de l’amendement souligne qu’une
administration publique obligée de faire fréquemment appel aux ministres
d’un culte a intérêt à leur donner le titre d’aumônier, intérêt à leur servir un
traitement régulier, intérêt à acquérir ainsi sur eux une certaine autorité.
Seconde conséquence majeure du principe de séparation, les
établissements publics chargés de la gestion des lieux de culte dont ils
étaient affectataires ou propriétaires sont supprimés. Il s’agit des fabriques
dont les articles organiques avaient prévu qu’elles étaient établies pour
veiller à l’entretien des édifices destinés au culte et à l’administration des
aumônes. Les menses, les consistoires protestants et israélites, les conseils
presbytéraux étaient également considérés comme des établissements
publics du culte.
La délicate question de l’attribution des biens dont l’Église
dispose est traitée aux titres II et III de la loi. Des organismes nouveaux
sont prévus à cette fin : les associations cultuelles, auxquelles seront
transférés, dans le délai d’un an à compter de la promulgation de la loi, les
biens mobiliers et immobiliers des établissements publics du culte appelés à
disparaître.
[...]
Le régime des associations cultuelles est détaillé au titre IV de la
loi. Associations constituées conformément à la loi de 1901, elles devront en
outre répondre à certaines prescriptions (art. 18). Aux termes de l’article 19
de la loi de 1905, l’exercice d’un culte doit être leur objet exclusif. L’article 4
de la loi de 1905 qui prévoit le transfert à ces associations du patrimoine
mobilier et immobilier des établissements publics du culte (fabriques,
menses, conseils presbytéraux, consistoires...) Le nombre de membres des
associations varie de 7 à 25 au minimum, en fonction du nombre d’habitants
de la commune. Leurs ressources sont constituées du produit des
cotisations, des quêtes et collectes pour l’exercice du culte, des rétributions
qu’elles perçoivent pour les cérémonies et services religieux, pour la
location des sièges, pour la décoration des édifices, pour les objets destinés
au service des funérailles. Mais elles ne peuvent, sous quelque forme que ce
soit, recevoir des subventions de l’État, des départements ou des
communes. Elles peuvent constituer des unions. Leur contrôle financier est

3
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

exercé par l’administration de l’enregistrement et par l’inspection générale


des finances.
Le titre V de la loi, consacré à la police des cultes, tient compte de
ce que la religion n’est pas une affaire purement privée. L’article 25 confère
aux réunions religieuses le statut de réunions publiques soumises au droit
commun, mais une seule déclaration suffit pour l’ensemble des réunions qui
auront lieu dans l’année et il est interdit de tenir des réunions politiques
dans les locaux servant habituellement à l’exercice d’un culte. L’article 27
autorise les manifestations extérieures aux lieux de culte qui continueront à
être régies par les dispositions des articles 95 et 97 de la loi municipale du 5
avril 1884 visant au maintien du bon ordre, de la sûreté et de la salubrité
publiques. La loi de 1905 prévoit que les sonneries de cloches seront réglées
par arrêté municipal, ou préfectoral s’il y a désaccord entre le maire et
l’association cultuelle. Dans le souci d’affirmer la neutralité de l’État, il est
désormais interdit d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux
sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit.

(2) Le principe de la laïcité de l’État et de la neutralité


des services publics

Avis des formations contentieuses du Conseil d’État – 4ème et 6ème


sous-sections réunies –– 3 mai 2000 –no 217.017 – Mlle Marteaux.

Sur le rapport de la 4e sous-section de la Section du contentieux,


Vu, enregistré le 2 février 2000 au secrétariat du contentieux du Conseil d’État, le
jugement du 25 janvier 2000 par lequel le président du tribunal administratif de
Châlons-en-Champagne, avant de statuer sur la demande de Mlle Julie Marteaux tendant
à l’annulation de l’arrêté du 24 février 1999 par lequel le recteur de l’académie de
Reims a mis fin à ses fonctions de surveillante intérimaire à temps complet, a décidé,
par application des dispositions de l’article 12 de la loi n o 87-1127 du 31 décembre
1987 portant réforme du contentieux administratif, de transmettre le dossier de cette
demande au Conseil d’État, en soumettant à son examen les questions suivantes :
1°) les exigences tenant aux principes de la laïcité de l’État et de la neutralité des
services publics qui fondent l’obligation de réserve incombant à un agent public,
doivent-elles être appréciées en fonction de la nature des services publics concernés ;
2°) dans le cas du service public de l’enseignement, convient-il de distinguer suivant
que l’agent assure ou non des fonctions éducatives et, dans cette éventualité, suivant
qu’il exerce ou non des fonctions d’enseignement ; 3°) convient-il, dans certains cas,
d’opérer une distinction entre les signes religieux selon leur nature ou le degré de leur
caractère ostentatoire ;
...............................................
Vu les autres pièces du dossier ;
Vu la Constitution du 4 octobre 1958 ;
Vu la loi no 83-634 du 13 juillet 1983 ;
Vu la loi no 87-1127 du 31 décembre 1987 et notamment son article 12 ;
Vu la loi no 89-486 du 10 juillet 1989 ;
Vu les articles 57-11 à 57-13 ajoutés au décret no 63-766 du 30 juillet 1963 modifié par
le décret no 88-905 du 2 septembre 1988 ;
Vu le code des tribunaux administratifs et des cours administratives d’appel ;

3
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Vu l’ordonnance no 45-1708 du 31 juillet 1945 et le décret no 53-934 du 30 septembre


1953 ; Après avoir entendu en audience publique :
– le rapport de Mme Picard, Maître des Requêtes,
– les conclusions de M. Schwartz, Commissaire du gouvernement ;

REND L’AVIS SUIVANT :

1°) Il résulte des textes constitutionnels et législatifs que le principe de


liberté de conscience ainsi que celui de la laïcité de l’État et de neutralité des
services publics s’appliquent à l’ensemble de ceux-ci ;

2°) Si les agents du service de l’enseignement public bénéficient comme tous


les autres agents publics de la liberté de conscience qui interdit toute
discrimination dans l’accès aux fonctions comme dans le déroulement de la
carrière qui serait fondée sur leur religion, le principe de laïcité fait obstacle
à ce qu’ils disposent, dans le cadre du service public, du droit de manifester
leurs croyances religieuses ; Il n’y a pas lieu d’établir une distinction entre les
agents de ce service public selon qu’ils sont ou non chargés de fonctions
d’enseignement ;

3°) Il résulte de ce qui a été dit ci-dessus que le fait pour un agent du service de
l’enseignement public de manifester dans l’exercice de ses fonctions ses croyances
religieuses, notamment en portant un signe destiné à marquer son appartenance à une
religion, constitue un manquement à ses obligations ; Les suites à donner à ce
manquement, notamment sur le plan disciplinaire, doivent être appréciées par
l’administration sous le contrôle du juge, compte tenu de la nature et du degré de
caractère ostentatoire de ce signe, comme des autres circonstances dans lesquelles le
manquement est constaté ;

(3) Le problème des sectes

Conseil d’État statuant au contentieux ( N° 248467)


10ème et 9ème sous-sections réunies, ASSOCIATION CULTUELLE DU
VAJRA TRIOMPHANT, 28 avril 2004

Vu la requête sommaire et le mémoire complémentaire, enregistrés les 8


juillet et 8 novembre 2002 au secrétariat du contentieux du Conseil d’Etat,
présentés pour l’ASSOCIATION CULTUELLE DU VAJRA TRIOMPHANT, dont le
siège est à La Baume à Castellane (04120), représentée par son président
en exercice, M. YX ; l’ASSOCIATION CULTUELLE DU VAJRA TRIOMPHANT
demande au Conseil d’Etat :
1°) d’annuler l’arrêt du 16 mai 2002 par lequel la cour administrative
d’appel de Marseille a rejeté sa demande tendant à l’annulation du
jugement du 9 juin 1998 par lequel le tribunal administratif de Marseille a
rejeté sa demande d’annulation de la décision de rejet résultant du silence
gardé pendant plus de quatre mois par le préfet des Alpes-de-Haute-
Provence sur sa demande du 26 juin 1997 tendant à ce qu’elle soit autorisée
à recevoir des dons et des legs ;
2°) d’annuler le jugement du tribunal administratif de Marseille du 9
juin 1998, ensemble la décision implicite du préfet des Alpes-de-Haute-
Provence ;
3°) de mettre à la charge de l’Etat la somme de 3 600 euros en
application de l’article L. 761-1 du code de justice administrative ;
Vu les autres pièces du dossier ;
3
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Vu la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des


libertés fondamentales ;
Vu la loi du 4 février 1901 sur la tutelle administrative en matière de dons et
legs ;
Vu la loi du 1er juillet 1901 modifiée relative au contrat d’association ;
Vu la loi du 9 décembre 1905 modifiée concernant la séparation des Eglises
et de l’Etat ;
Vu le décret n° 66-388 du 13 juin 1966 modifié relatif à la tutelle
administrative des associations, fondations et congrégations ;
Vu le code de justice administrative ;
Après avoir entendu en séance publique :
- le rapport de Mlle Herry, Auditeur,
- les observations de la SCP Waquet, Farge, Hazan, avocat de l’ASSOCIATION
CULTUELLE DU VAJRA TRIOMPHANT,
- les conclusions de Mme Boissard, Commissaire du gouvernement ;
Considérant que pour demander l’annulation du jugement du 9 juin 1998 du
tribunal administratif de Marseille qu’elle avait déféré à la cour
administrative d’appel de Marseille, l’ASSOCIATION CULTUELLE DU VAJRA
TRIOMPHANT soutenait que la décision implicite de rejet du préfet des Alpes-
de-Haute-Provence née du silence gardé pendant quatre mois sur sa
demande tendant à ce qu’elle soit autorisée à percevoir des dons et des legs
méconnaissait l’article 9 de la convention européenne de sauvegarde des
droits de l’homme et des libertés fondamentales ; que la cour a rejeté la
requête de l’ASSOCIATION CULTUELLE DU VAJRA TRIOMPHANT sans se
prononcer sur ce moyen, qui n’était pas inopérant ; que, dès lors,
l’ASSOCIATION CULTUELLE DU VAJRA TRIOMPHANT est fondée à demander
l’annulation de l’arrêt de la cour administrative d’appel de Marseille en date
du 16 mai 2002, qui est entaché d’un défaut de réponse à moyen ;
Considérant qu’aux termes de l’article L. 821-2 du code de justice
administrative, le Conseil d’Etat, s’il prononce l’annulation d’une décision
d’une juridiction administrative statuant en dernier ressort, peut régler
l’affaire au fond si l’intérêt d’une bonne administration de la justice le justifie
; que, dans les circonstances de l’espèce, il y a lieu de régler l’affaire au
fond ;
Considérant que si l’ASSOCIATION CULTUELLE DU VAJRA TRIOMPHANT
soutient que le tribunal administratif de Marseille aurait omis de statuer sur
certaines de ses conclusions, sans assortir ce moyen d’aucune précision, il
ne ressort pas des pièces du dossier que le jugement attaqué serait entaché
d’une telle omission à statuer ; que ce jugement est suffisamment motivé ;
Considérant qu’aux termes de l’article 18 de la loi du 9 décembre
1905 : Les associations formées pour subvenir aux frais, à
l’entretien et à l’exercice public d’un culte devront être constituées
conformément aux articles 5 et suivants du titre 1er de la loi du 1er
juillet 1901. ; qu’aux termes de l’article 19 de la même loi : Ces
associations devront avoir exclusivement pour objet l’exercice d’un
culte (...). Les associations cultuelles pourront recevoir, dans les
conditions déterminées par les articles 7 et 8 de la loi des 4 février
1901 - 8 juillet 1941 relative à la tutelle administrative en matière
de dons et legs, les libéralités testamentaires et entre vifs
destinées à l’accomplissement de leur objet ou grevées de charges
pieuses ou cultuelles ; que l’article 1er du décret du 13 juin 1966

3
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

dispose : Sous réserve des dispositions des articles 7 et 8 de la loi


du 4 février 1901, l’acceptation des dons et legs faits (...) aux
associations cultuelles (...) est autorisée par le préfet de
département où est le siège de (...) l’association ;
Considérant que la demande présentée par l’ASSOCIATION CULTUELLE DU
VAJRA TRIOMPHANT le 26 juin 1997 avait pour objet que lui soit accordée
l’autorisation de percevoir des dons et legs en application des dispositions
de l’article 19 de la loi du 9 décembre 1905 ; qu’il résulte des articles
1er, 18 et 19 de la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation
des Eglises et de l’Etat en premier lieu, que les associations
revendiquant le statut d’association cultuelle doivent avoir
exclusivement pour objet l’exercice d’un culte, en deuxième lieu
qu’elle ne peuvent mener que des activités en relation avec cet
objet telles que l’acquisition, la location, la construction,
l’aménagement et l’entretien des édifices servant au culte ainsi
qu’à l’entretien et la formation des ministres et autres personnes
concourant à l’exercice du culte et, en troisième lieu, que le fait que
certaines des activités de l’association pourraient porter atteinte à
l’ordre public s’oppose à ce que cette association bénéficie du
statut d’association cultuelle ;
Considérant qu’il ressort des pièces du dossier que l’ASSOCIATION
CULTUELLE DU VAJRA TRIOMPHANT, qui a notamment pour objet statutaire
l’exercice public du culte de l’Aumisme, se définit en référence audit culte
rendu à son fondateur à l’encontre duquel, à la date de la décision attaquée,
plusieurs procédures pénales étaient engagées pour des faits qui n’étaient
pas indépendants de l’exercice de ses activités cultuelles ; que l’association
requérante exerce ses activités en liaison étroite avec deux autres
associations qui ont fait l’objet de diverses condamnations pour des
infractions graves et délibérées à la législation de l’urbanisme, regroupées
au sein de l’ordre du Vajra triomphant, avec lesquelles elle partage les
mêmes références statutaires et possède des dirigeants communs ; que
cette communauté d’intérêts conduit à regarder ces trois associations
comme consacrées de manière indissociable au culte de l’Aumisme ; que,
par suite, le préfet a pu, sans commettre d’erreur de droit, se
fonder sur les troubles à l’ordre public qui résultent des
agissements de ces deux dernières associations pour refuser à
l’ASSOCIATION CULTUELLE DU VAJRA TRIOMPHANT le bénéfice du
statut d’association cultuelle ; qu’ainsi, le préfet des Alpes-de-Haute-
Provence a pu légalement refuser d’autoriser l’ASSOCIATION CULTUELLE DU
VAJRA TRIOMPHANT à percevoir des dons et legs, en application des
dispositions précitées de la loi du 9 décembre 1905 ;
Considérant enfin que, eu égard au but qu’il poursuit et aux motifs
sur lesquels il repose, le refus de reconnaître la qualité
d’association cultuelle précitée à l’association requérante ne porte
aucune atteinte à la liberté de conscience et de religion garantie
par l’article 9 de la convention européenne de sauvegarde des
droits de l’homme et des libertés fondamentales ;
Considérant qu’il résulte de ce qui précède que l’ASSOCIATION CULTUELLE
DU VAJRA TRIOMPHANT n’est pas fondée à se plaindre de ce que par le
jugement attaqué, le tribunal administratif de Marseille a rejeté sa demande
tendant à l’annulation du refus implicite qui a été opposé par le préfet des

3
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Alpes-de-Haute-Provence ;
Sur les conclusions tendant à l’application de l’article L. 761-1 du code de
justice administrative :
Considérant que les dispositions de l’article L. 761-1 font obstacle à ce que
l’Etat, qui n’est pas, dans la présente instance, la partie perdante, soit
condamné à payer à l’ASSOCIATION CULTUELLE DU VAJRA TRIOMPHANT, la
somme qu’elle demande au titre des frais exposés par elle et non compris
dans les dépens ;
DECIDE :
Article 1er : L’arrêt de la cour administrative d’appel de Marseille en date du
16 mai 2002 est annulé.
Article 2 : La requête de l’ASSOCIATION CULTUELLE DU VAJRA TRIOMPHANT
dirigée contre le jugement du tribunal administratif de Marseille en date du
9 juin 1998 et ses conclusions tendant à l’application de l’article L. 761-1 du
code de justice administrative sont rejetées.

(4) La Loi du 15 mars 2004 «encadrant » le port de


signes ou de tenues manifestant une appartenance
religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics

Projet de loi relatif à l'application du principe de laïcité


dans les écoles, collèges et lycées publics
PRÉSENTÉ AU NOM DE M. JEAN-PIERRE RAFFARIN, Premier ministre,
PAR M. LUC FERRY,ministre de la jeunesse, de l'éducation nationale
et de la recherche.

EXPOSÉ DES MOTIFS


Mesdames, Messieurs,
Inscrit à l'article 1er de la Constitution, le principe de laïcité, qui exprime les valeurs de respect, de
dialogue et de tolérance, est au cœur de l'identité républicaine de la France.
La laïcité garantit la liberté de conscience. Protégeant la liberté de croire ou de ne pas croire, elle assure à
chacun la possibilité d'exprimer et de vivre paisiblement sa foi, de pratiquer sa religion. Ouverte, apaisée et
généreuse, elle recueille, après bientôt un siècle d'existence, l'adhésion de toutes les confessions et de tous les
courants de pensée.
Pourtant, malgré la force de cet acquis républicain, l'application du principe de laïcité se heurte à des
difficultés nouvelles et grandissantes qui ont suscité un large débat ces derniers mois dans la société française.
C'est en particulier le cas dans certains services publics, comme l'école ou l'hôpital.
A cet égard, la réaffirmation du principe de laïcité à l'école, lieu privilégié d'acquisition et de
transmission de nos valeurs communes, instrument par excellence d'enracinement de l'idée républicaine, paraît
aujourd'hui indispensable. L'école doit en effet être préservée afin d'y assurer l'égalité des chances, l'égalité
devant l'acquisition des valeurs et du savoir, l'égalité entre les filles et les garçons, la mixité de tous les
enseignements, et notamment de l'éducation physique et sportive. Il ne s'agit pas de déplacer les frontières de la
laïcité. Il ne s'agit pas non plus de faire de l'école un lieu d'uniformité et d'anonymat, qui ignorerait le fait
religieux. Il s'agit de permettre aux professeurs et aux chefs d'établissements d'exercer sereinement leur mission
avec l'affirmation d'une règle claire qui est dans nos usages et dans nos pratiques depuis longtemps. Si les élèves
des écoles, collèges et lycées publics sont naturellement libres de vivre leur foi, ce doit être dans le respect de la
laïcité de l'école de la République. C'est bien la neutralité de l'école qui assure le respect de la liberté de
conscience des élèves, le respect égal de toutes les convictions.
C'est la raison pour laquelle, à la suite des travaux menés par la commission présidée par Monsieur
Bernard Stasi, des contributions de la mission de l'Assemblée nationale, des partis politiques, des autorités
religieuses, des représentants des grands courants de pensée, le Président de la République a souhaité, à l'occasion
de son discours du 17 décembre 2003, que soit clairement interdit, dans les écoles, les collèges et les lycées
publics, le port de signes et de tenues qui manifestent ostensiblement l'appartenance religieuse.
Tel est le sens du présent projet de loi, qui crée au sein du code de l'éducation un article L. 141-5-1
interdisant dans les écoles publiques les signes religieux ostensibles, c'est-à-dire les signes et tenues dont le
3
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

port conduit à se faire reconnaître immédiatement par son appartenance religieuse. Ces signes -le voile
islamique, quel que soit le nom qu'on lui donne, la kippa ou une croix de dimension manifestement excessive-
n'ont pas leur place dans les enceintes des écoles publiques. En revanche, les signes discrets d'appartenance
religieuse resteront naturellement possibles.
La loi s'applique dans les écoles, les collèges et les lycées publics. Elle ne concerne donc pas les
établissements d'enseignement privés, qu'ils aient ou non passé avec l'Etat un contrat d'association à
l'enseignement public. Elle s'applique aux élèves, sachant que les personnels de l'éducation nationale sont d'ores et
déjà soumis au principe de stricte neutralité que doit respecter tout agent public. L'interdiction qu'elle institue vaut
évidemment pour toute la période où les élèves se trouvent placés sous la responsabilité de l'école, du collège ou
du lycée, y compris pour les activités se déroulant en dehors de l'enceinte de l'établissement (sorties scolaires,
cours d'éducation physique et sportive, etc.).La loi prendra effet à compter de la rentrée scolaire suivant sa
publication. Ce délai permettra de procéder à un important travail d'explication, d'échange et de médiation,
notamment avec les autorités religieuses de notre pays. Les collèges et les lycées publics le mettront également à
profit pour adapter leur règlement intérieur : même si la loi est d'application directe, il est souhaitable, dans un
souci de pédagogie, que ses dispositions soient transcrites dans l'acte qui rassemble les règles applicables à la vie
interne de l'établissement.
La mise en œuvre de la loi devra également être assurée en usant du dialogue et de la concertation, et en
recourant à une démarche fondée sur l'explication et la persuasion, soucieuse de faire partager aux élèves les
valeurs de l'école républicaine.
Les manquements à l'interdiction fixée par la loi seront passibles de sanctions, comme tout manquement
aux obligations des élèves. Conformément aux principes qui régissent la procédure disciplinaire, toute sanction
sera proportionnée à la gravité du manquement. La loi s'appliquera aux établissements scolaires français à
l'étranger dans les conditions fixées par décret en Conseil d'Etat, compte tenu de leur situation particulière et des
accords conclus avec des Etats étrangers.
Elle a vocation à s'appliquer à l'outre-mer dans des conditions qui dépendent de la répartition des
compétences entre l'Etat et les collectivités concernées.
La loi s'appliquera de plein droit aux départements et régions d'outre-mer, conformément au principe
d'identité législative posé par l'article 73 de la Constitution. Elle s'appliquera également, dans les mêmes
conditions, à Saint-Pierre-et-Miquelon, en vertu de la loi n° 85-595 du 11 juin 1985 relative au statut de l'archipel.
A Wallis et Futuna et à Mayotte, l'Etat exerce la compétence en matière d'enseignement, et ces deux
collectivités d'outre-mer régies par l'article 74 de la Constitution sont soumises au principe de spécialité
législative : il y a donc lieu de prévoir une mention expresse d'application de la loi.
En Nouvelle-Calédonie, la loi s'appliquera dans les établissements publics d'enseignement relevant
provisoirement de la compétence de l'Etat en application du III de l'article 21 de la loi organique n° 99-209 du 19
mars 1999 relative à la Nouvelle-Calédonie.
En Polynésie française, en revanche, la loi ne pourra pas s'appliquer dès lors que les établissements qu'elle
vise relèvent de la compétence des autorités territoriales en vertu du statut d'autonomie de cette collectivité
d'outre-mer.
Ce texte s'inscrit dans le droit fil de l'équilibre qui s'est construit patiemment depuis des décennies dans
notre pays autour du principe de laïcité. Il ne s'agit pas, par ce projet de loi, de refonder la laïcité, mais de
permettre, en rappelant les principes et les valeurs de l'école, de la faire vivre dans la fidélité aux idéaux de la
République.
PROJET DE LOI [...]

LOI n° 2004-228 du 15 mars 2004 encadrant, en application du


principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une
appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics
( J.O n° 65 du 17 mars 2004 page 5190 texte n° 1)

L’Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,


Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :
Article 1
Il est inséré, dans le code de l’éducation, après l’article L. 141-5, un article L. 141-5-1 ainsi
rédigé :

3
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

« Art. L. 141-5-1. - Dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou
tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse
est interdit.

Le règlement intérieur rappelle que la mise en oeuvre d’une procédure disciplinaire est
précédée d’un dialogue avec l’élève. »
Article 2
I. - La présente loi est applicable :
1° Dans les îles Wallis et Futuna ;
2° Dans la collectivité départementale de Mayotte ;
3° En Nouvelle-Calédonie, dans les établissements publics d’enseignement du second degré
relevant de la compétence de l’Etat en vertu du III de l’article 21 de la loi organique n° 99-209
du 19 mars 1999 relative à la Nouvelle-Calédonie. [...]
Article 3
Les dispositions de la présente loi entrent en vigueur à compter de la rentrée de l’année
scolaire qui suit sa publication.
Article 4
Les dispositions de la présente loi font l’objet d’une évaluation un an après son entrée en
vigueur.

La présente loi sera exécutée comme loi de l’Etat.

Circulaire du 18 mai 2004 du Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement


supérieur et de la recherche relative à la mise en oeuvre de la loi n° 2004-228 du 15 mars
2004 encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou de tenues
manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics (J.O n° 118
du 22 mai 2004 page 9033 texte n° 10 (NOR: MENG0401138C)

Paris, le 18 mai 2004.

Le ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche à


Mesdames et Messieurs les recteurs d’académie, Mesdames et Messieurs les inspecteurs
d’académie, directeurs des services départementaux de l’éducation nationale

La loi du 15 mars 2004 encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou


de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées
publics, marque la volonté très largement partagée de réaffirmer l’importance de ce
principe indissociable des valeurs d’égalité et de respect de l’autre. Elle témoigne de la
volonté des représentants de la Nation de conforter l’école de la République.

La présente circulaire précise les modalités d’application de la loi du 15 mars 2004. Elle
abroge et remplace la circulaire du 12 décembre 1989 relative à la laïcité, au port de signes
religieux par les élèves et au caractère obligatoire des enseignements, la circulaire du 26
octobre 1993 sur le respect de la laïcité, et la circulaire du 20 septembre 1994 relative au
port de signes ostentatoires dans les établissements scolaires.

3
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

I. - Les principes
La loi du 15 mars 2004 est prise en application du principe constitutionnel de laïcité
qui est un des fondements de l’école publique. Ce principe, fruit d’une longue histoire,
repose sur le respect de la liberté de conscience et sur l’affirmation de valeurs communes
qui fondent l’unité nationale par-delà les appartenances particulières.

L’école a pour mission de transmettre les valeurs de la République parmi lesquelles l’égale
dignité de tous les êtres humains, l’égalité entre les hommes et les femmes et la liberté de
chacun y compris dans le choix de son mode de vie. Il appartient à l’école de faire vivre ces
valeurs, de développer et de conforter le libre arbitre de chacun, de garantir l’égalité entre
les élèves et de promouvoir une fraternité ouverte à tous. En protégeant l’école des
revendications communautaires, la loi conforte son rôle en faveur d’un vouloir-vivre-
ensemble. Elle doit le faire de manière d’autant plus exigeante qu’y sont accueillis
principalement des enfants.

L’Etat est le protecteur de l’exercice individuel et collectif de la liberté de conscience. La


neutralité du service public est à cet égard un gage d’égalité et de respect de l’identité de
chacun.

En préservant les écoles, les collèges et les lycées publics, qui ont vocation à accueillir tous
les enfants, qu’ils soient croyants ou non croyants et quelles que soient leurs convictions
religieuses ou philosophiques, des pressions qui peuvent résulter des manifestations
ostensibles des appartenances religieuses, la loi garantit la liberté de conscience de
chacun. Elle ne remet pas en cause les textes qui permettent de concilier, conformément
aux articles L. 141-2, L. 141-3 et L. 141-4 du code de l’éducation, l’obligation scolaire avec
le droit des parents de faire donner, s’ils le souhaitent, une instruction religieuse à leurs
enfants.

Parce qu’elle repose sur le respect des personnes et de leurs convictions, la laïcité ne se
conçoit pas sans une lutte déterminée contre toutes les formes de discrimination. Les
agents du service public de l’éducation nationale doivent faire preuve de la plus grande
vigilance et de la plus grande fermeté à l’égard de toutes les formes de racisme ou de
sexisme, de toutes les formes de violence faite à un individu en raison de son appartenance
réelle ou supposée à un groupe ethnique ou religieux. Tout propos, tout comportement qui
réduit l’autre à une appartenance religieuse ou ethnique, à une nationalité (actuelle ou
d’origine), à une apparence physique, appelle une réponse. Selon les cas, cette réponse
relève de l’action pédagogique, disciplinaire, voire pénale. Elle doit être ferme et résolue
dans tous les cas où un élève ou un autre membre de la communauté éducative est victime
d’une agression (qu’elle soit physique ou verbale) en raison de son appartenance réelle ou
supposée à un groupe donné.

Parce que l’intolérance et les préjugés se nourrissent de l’ignorance, la laïcité suppose


également une meilleure connaissance réciproque y compris en matière de religion. A cet
égard, les enseignements dispensés peuvent tous contribuer à consolider les assises d’une
telle connaissance. De même, les activités de « vivre ensemble » à l’école primaire,
l’éducation civique au collège ou l’éducation civique, juridique et sociale au lycée
constituent des moments privilégiés pour faire progresser la tolérance et le respect de
l’autre. Plus spécifiquement, les faits religieux, notamment quand ils sont des éléments
explicites des programmes, comme c’est le cas en français et en histoire, doivent être
utilisés au mieux dans les enseignements pour apporter aux élèves les éléments de culture
indispensables à la compréhension du monde contemporain.

II. - Le champ d’application de la loi


Aux termes du premier alinéa de l’article L. 141-5-1 du code de l’éducation, « dans les
écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves
manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit ».

2.1. La loi interdit les signes et les tenues qui manifestent ostensiblement une
appartenance religieuse

4
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Les signes et tenues qui sont interdits sont ceux dont le port conduit à se faire
immédiatement reconnaître par son appartenance religieuse tels que le voile
islamique, quel que soit le nom qu’on lui donne, la kippa ou une croix de
dimension manifestement excessive. La loi est rédigée de manière à pouvoir
s’appliquer à toutes les religions et de manière à répondre à l’apparition de
nouveaux signes, voire à d’éventuelles tentatives de contournement de la loi.

La loi ne remet pas en cause le droit des élèves de porter des signes religieux
discrets.

Elle n’interdit pas les accessoires et les tenues qui sont portés communément par des
élèves en dehors de toute signification religieuse. En revanche, la loi interdit à un élève de
se prévaloir du caractère religieux qu’il y attacherait, par exemple, pour refuser de se
conformer aux règles applicables à la tenue des élèves dans l’établissement.

2.2. La loi s’applique aux écoles, aux collèges et aux lycées publics

La loi s’applique à l’ensemble des écoles et des établissements d’enseignement


scolaire publics. Dans les lycées, la loi s’applique à l’ensemble des élèves, y compris ceux
qui sont inscrits dans des formations post-baccalauréat (classes préparatoires aux grandes
écoles, sections de technicien supérieur).

La loi s’applique à l’intérieur des écoles et des établissements et plus généralement à


toutes les activités placées sous la responsabilité des établissements ou des enseignants y
compris celles qui se déroulent en dehors de l’enceinte de l’établissement (sortie scolaire,
cours d’éducation physique et sportive...).

2.3. La loi ne modifie pas les règles applicables aux agents du service public et
aux parents d’élèves

Les agents contribuant au service public de l’éducation, quels que soient leur
fonction et leur statut, sont soumis à un strict devoir de neutralité qui leur
interdit le port de tout signe d’appartenance religieuse, même discret. Ils doivent
également s’abstenir de toute attitude qui pourrait être interprétée comme une
marque d’adhésion ou au contraire comme une critique à l’égard d’une croyance
particulière. Ces règles sont connues et doivent être respectées.

La loi ne concerne pas les parents d’élèves. Elle ne s’applique pas non plus aux candidats
qui viennent passer les épreuves d’un examen ou d’un concours dans les locaux d’un
établissement public d’enseignement et qui ne deviennent pas de ce seul fait des élèves de
l’enseignement public. Ceux-ci doivent toutefois se soumettre aux règles d’organisation de
l’examen qui visent notamment à garantir le respect de l’ordre et de la sécurité, à
permettre la vérification de l’identité des candidats ou à prévenir les risques de fraudes.

2.4. Les obligations qui découlent, pour les élèves, du respect du principe de
laïcité ne se résument pas à la question des signes d’appartenance religieuse

La loi du 15 mars 2004 complète sur la question du port des signes d’appartenance
religieuse le corpus des règles qui garantissent le respect du principe de laïcité dans les
écoles, collèges et lycées publics.

Les convictions religieuses des élèves ne leur donnent pas le droit de s’opposer à
un enseignement. On ne peut admettre par exemple que certains élèves prétendent, au
nom de considérations religieuses ou autres, contester le droit d’un professeur, parce que
c’est un homme ou une femme, d’enseigner certaines matières ou le droit d’une personne
n’appartenant pas à leur confession de faire une présentation de tel ou tel fait historique ou
religieux. Par ailleurs, si certains sujets appellent de la prudence dans la manière de les
aborder, il convient d’être ferme sur le principe selon lequel aucune question n’est
exclue a priori du questionnement scientifique et pédagogique.

Les convictions religieuses ne sauraient non plus être opposées à l’obligation

4
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

d’assiduité ni aux modalités d’un examen. Les élèves doivent assister à l’ensemble
des cours inscrits à leur emploi du temps sans pouvoir refuser les matières qui leur
paraîtraient contraires à leurs convictions. C’est une obligation légale. Les convictions
religieuses ne peuvent justifier un absentéisme sélectif par exemple en éducation physique
et sportive ou sciences de la vie et de la Terre. Les consignes d’hygiène et de sécurité ne
sauraient non plus être aménagées pour ce motif.

Des autorisations d’absence doivent pouvoir être accordées aux élèves pour les
grandes fêtes religieuses qui ne coïncident pas avec un jour de congé et dont les
dates sont rappelées chaque année par une instruction publiée au Bulletin officiel de
l’éducation nationale. En revanche, les demandes d’absence systhématique ou prolongée
doivent être refusées dès lors qu’elles sont incompatibles avec l’organisation de la scolarité.
L’institution scolaire et universitaire, de son côté, doit prendre les dispositions nécessaires
pour qu’aucun examen ni aucune épreuve importante ne soient organisés le jour de ces
grandes fêtes religieuses.

III. - Le dialogue
Aux termes du second alinéa de l’article L. 141-5-1 du code de l’éducation tel qu’il résulte
de la loi du 15 mars 2004, « le règlement intérieur rappelle que la mise en oeuvre d’une
procédure disciplinaire est précédée d’un dialogue avec l’élève ».

3.1. La mise en oeuvre de la loi passe d’abord par le dialogue

Le second alinéa de l’article L. 141-5-1 illustre la volonté du législateur de faire en sorte que
la loi soit appliquée dans le souci de convaincre les élèves de l’importance du respect du
principe de laïcité. Il souligne que la priorité doit être donnée au dialogue et à la pédagogie.

Ce dialogue n’est pas une négociation et ne saurait bien sûr justifier de


dérogation à la loi.

3.2. L’organisation du dialogue relève de la responsabilité du chef


d’établissement

Lorsqu’un élève inscrit dans l’établissement se présente avec un signe ou une tenue
susceptible de tomber sous le coup de l’interdiction, il importe d’engager immédiatement le
dialogue avec lui.
Le chef d’établissement conduit le dialogue en liaison avec l’équipe de direction et
les équipes éducatives en faisant notamment appel aux enseignants qui connaissent l’élève
concerné et pourront apporter leur contribution à la résolution du problème. Mais cette
priorité n’est en rien exclusive de tout autre choix que le chef d’établissement pourrait au
cas par cas juger opportun.
Pendant la phase de dialogue, le chef d’établissement veille, en concertation avec
l’équipe éducative, aux conditions dans lesquelles l’élève est scolarisé dans l’établissement.
Dans les écoles primaires, l’organisation du dialogue est soumise en tant que de
besoin à l’examen de l’équipe éducative prévue à l’article 21 du décret n° 90-788 du 6
septembre 1990.
Le dialogue doit permettre d’expliquer à l’élève et à ses parents que le respect de la
loi n’est pas un renoncement à leurs convictions. Il doit également être l’occasion d’une
réflexion commune sur l’avenir de l’élève pour le mettre en garde contre les conséquences
de son attitude et pour l’aider à construire un projet personnel.
Pendant le dialogue, l’institution doit veiller avec un soin particulier à ne pas heurter
les convictions religieuses de l’élève ou de ses parents. Le principe de laïcité s’oppose
évidemment à ce que l’Etat ou ses agents prennent parti sur l’interprétation de pratiques
ou de commandements religieux.

3.3. En l’absence d’issue favorable au dialogue

Le dialogue devra être poursuivi le temps utile pour garantir que la procédure
disciplinaire n’est utilisée que pour sanctionner un refus délibéré de l’élève de se conformer
à la loi.
4
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Si le conseil de discipline prononce une décision d’exclusion de l’élève, il


appartiendra à l’autorité académique d’examiner avec l’élève et ses parents les conditions
dans lesquelles l’élève poursuivra sa scolarité.

IV. - Le règlement intérieur


La loi du 15 mars 2004 s’applique à compter de la rentrée scolaire prochaine.
Même si l’interdiction posée par le premier alinéa de l’article L. 141-5-1 est
d’application directe, il est utile de la rappeler dans les règlements intérieurs et de veiller à
ce que ceux-ci ne comportent plus de référence à la notion de signes ostentatoires qui
s’appuyait sur la jurisprudence du Conseil d’Etat à laquelle la loi nouvelle se substitue.
Les règlements intérieurs doivent rappeler, conformément aux prescriptions du
second alinéa de l’article L. 141-5-1, que la mise en oeuvre d’une procédure disciplinaire est
précédée d’un dialogue avec l’élève.
Les chefs d’établissement sont invités à soumettre aux conseils d’administration les
clauses jointes en annexe.
[ ... ]
François Fillon

ANNEXE
Modèle d’article à insérer dans le règlement intérieur de l’établissement :
« Conformément aux dispositions de l’article L. 141-5-1 du code de l’éducation, le port de
signes ou de tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance
religieuse est interdit.
Lorsqu’un élève méconnaît l’interdiction posée à l’alinéa précédent, le chef d’établissement
organise un dialogue avec cet élève avant l’engagement de toute procédure disciplinaire. »

4
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

THEME 5 : LA CONCEPTION
FRANÇAISE DU SERVICE PUBLIC

Les services publics


Analyses et réflexions, par Jacques Fournier (mai 2001)*

On dénomme en France services publics l’ensemble des activités


d’intérêt général qui sont, d’une manière ou d’une autre, prises en charge par
la collectivité. La justice, la police, l’éducation, la prévention sanitaire mais
aussi le transport ferroviaire ou la fourniture de l’électricité sont des services
publics.

Un concept fondamental pour la compréhension de la société française


Ainsi défini, le concept recouvre le champ de la "public administration"
et des "public utilities" britanniques. Mais l’expression utilisée en France n’est
pas neutre. Elle n’a pas seulement une portée juridique précise. Elle a aussi
un contenu idéologique et elle joue un rôle important dans la vie politique,
économique et sociale du pays.
L’apparition de ce concept est liée à la transformation technique et
économique qui s’est opérée au 19e siècle. Ce que l’on a appelé la révolution
industrielle et l’extension du mode de production capitaliste ont bouleversé
les structures sociales préexistantes. Il en est résulté toute une série de
problèmes nouveaux dans les domaines du travail, des conditions matérielles
d’existence, du mode de vie, à propos desquels des luttes se sont développées
et ont rendu nécessaires des interventions de l’État.
Celui-ci se limitait auparavant à remplir des fonctions de souveraineté :
justice, police, défense nationale, recouvrement des impôts. Cela
correspondait à ce que l’on appelait l’État gendarme. Désormais ses tâches
vont progressivement s’élargir. Il va s’occuper de l’éducation, des travaux
publics, de la santé, du travail, de l’urbanisme, etc. On cherchera à
caractériser cette évolution en parlant d’État providence.
C’est dans ce contexte que la notion de service public va se substituer à
celle de puissance publique comme fondement du droit administratif français.
Elle apparaît dans un arrêt du tribunal des conflits de 1873, l’arrêt Blanco,
bien connu des étudiants. Elle ne cessera depuis lors de connaître de
nouveaux développements. En bref, le régime juridique particulier qui
s’applique à l’administration ne va plus trouver sa justification première dans
l’autorité inhérente au pouvoir mais dans le service rendu aux citoyens. C’est
un renversement de perspective considérable, qui ne s’opérera pas d’un seul
coup, mais dont les conséquences s’avéreront très importantes. En droit, la
notion de service public devient ainsi le critère principal d’application du droit
public et de compétence de la juridiction administrative. Le service public est
en même temps le facteur explicatif des règles de fond reconnues par ce droit
et de l’équilibre qu’elles établissent entre les prérogatives reconnues à
*
Jacques Fournier, conseiller d’État honoraire, est ancien président de Gaz de France et de la SNCF. Les opinions
exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité de l’auteur. Source:
http://www.vie-publique.fr/dossier_polpublic/regulation_sp/index.shtml
4
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

l’administration et les sujétions qui lui sont imposées. Prérogatives car le


service rendu est un service public, dispensé par la collectivité et que celle-ci
doit se voir reconnaître les moyens de remplir sa mission au besoin en
surmontant les oppositions. Sujétions car c’est bien un service et les citoyens
auxquels il est destiné doivent se voir garantir l’égal accès et la qualité de ce
service.
Mais la portée de la notion de service public va bien au-delà de ces
aspects juridiques. Le service public est pour les Français l’un des éléments
du modèle particulier de développement dans lequel ils se reconnaissent. La
France, comme un certain nombre d’autres pays européens, a choisi après le
second conflit mondial une voie intermédiaire entre celles de l’économie
administrée de type soviétique et du libéralisme de type américain. Ce choix
impliquait que l’on attribue un rôle important à l’État et que l’on reconnaisse
les valeurs collectives. Il s’est exprimé notamment par la mise en place d’un
régime avancé de protection sociale, le recours à la planification, la
nationalisation de grandes entreprises. La valorisation du concept de service
public s’est inscrite dans la même perspective. Plus affirmée en France
qu’ailleurs en Europe, elle caractérise la manière française d’emprunter ce
chemin.
Le service public ainsi entendu est en même temps devenu le ciment
d’une coalition de forces sociales. On y trouvait la partie de l’élite qui
constitue les grands corps de l’État et occupe des postes de responsabilité
dans le secteur public, la masse solidement syndicalisée des fonctionnaires
des administrations et des agents des entreprises publiques, et une bonne
partie des citoyens usagers ou consommateurs de services publics, qui, dans
l’ensemble, et malgré quelques sujets légitimes de mécontentement, sont
restés attachés à ce mode de satisfaction de leurs besoins. Cet attachement
transcende d’ailleurs les clivages politiques. Même si les défenseurs du
service public sont sans doute plus nombreux à gauche qu’à droite, on a pu
voir dans les dix dernières années tous les gouvernements, qu’ils soient de
droite ou de gauche, afficher sur ce sujet, notamment dans les débats
européens, des positions tout à fait comparables.

Une définition souple et englobante


La notion de service public recouvre toutes les activités d’intérêt
général qui s’exercent sous l’égide des pouvoirs publics et sont soumises
de ce fait à un régime juridique particulier. Cette définition très large
autorise des modes différents d’organisation.
Le service public est une activité. Ce n’est pas une organisation. Cet
aspect de la définition est souvent ignoré dans le langage courant. On dira à
tort de la Société nationale des chemins de fer (SNCF) qu’elle est un service
public alors que la notion de service public s’applique non pas à cette
entreprise elle-même mais à l’activité de transport ferroviaire dont elle est
chargée. Cette activité est d’intérêt général. Mais toutes les activités d’intérêt
général ne sont pas des services publics. Encore faut-il pour qu’elles aient ce
caractère qu’elles soient placées d’une manière ou d’une autre sous l’égide
des pouvoirs publics. Il s’agit là d’un choix politique dont l’expression varie
selon les nécessités du moment. La fonction d’alimentation, par exemple, est
à l’évidence d’intérêt général. Mais, sauf période de crise, elle est laissée à
l’initiative privée et n’est donc pas érigée en service public. "Placée sous
l’égide de" ne signifie pas nécessairement "exercée par". En d’autres termes, le
4
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

service public peut, le cas échéant, être confié à un opérateur privé. On parle
alors de "délégation" du service public. Mais, dans tous les cas, il y aura eu
une décision publique, pour la création du service et pour la détermination de
ses conditions d’organisation et de fonctionnement. La décision ainsi prise
émane des pouvoirs publics. Il s’agira très souvent de l’État. Mais ce peuvent
être aussi les pouvoirs politiques locaux dans le cadre des lois qui organisent
la décentralisation territoriale. Il existe ainsi en France de nombreux services
publics régionaux, départementaux ou surtout communaux. Enfin, le service
public ainsi créé va être soumis à un régime juridique spécifique, distinct du
régime de droit commun des activités commerciales marchandes. Ce régime
comporte des éléments communs sur lesquels on reviendra. Mais il peut
aussi varier selon la nature du service concerné.

Un ensemble diversifié de fonctions essentielles


Les services publics ainsi entendus occupent une place importante
dans la vie des Français. De leur bon fonctionnement dépendent le maintien
de leur sécurité, la garantie d’au moins une partie de leurs moyens
d’existence, l’accès de leurs enfants à l’éducation, la délivrance des soins
sanitaires, l’utilisation des infrastructures nécessaires à leurs déplacements
et à leur vie dans les agglomérations. Plus de 20 % de la population active du
pays y sont employés. Le total des dépenses publiques, dont on peut
considérer qu’elles sont pour l’essentiel consacrées à ces services, représente
de l’ordre de 50 % du PIB. Le régime juridique applicable à ces services varie
en fonction de la nature ("administrative" ou "industrielle et commerciale") de
leur activité et du statut (public ou privé) de l’opérateur auquel ils sont
confiés. Si l’on combine cette approche juridique avec les données de
l’économie et de la sociologie politique et administrative, on peut dire qu’il
existe en France trois grandes catégories de services publics.
Les services régaliens ou de souveraineté correspondent aux
fonctions traditionnelles de l’État : administration générale, justice, police,
défense nationale, finances publiques. Ils sont en général confiés aux
administrations d’État. Les agents qui les dispensent sont des fonctionnaires
publics. Ces services peuvent être déconcentrés, c’est-à-dire assurés par des
échelons administratifs répartis sur l’ensemble du territoire mais ils restent
directement soumis à l’autorité de l’État et de ses représentants locaux. Il
arrive plus rarement qu’ils soient décentralisés, c’est-à-dire exercés au nom
de collectivités publiques autres que l’État. Les services publics de cette
catégorie sont très largement soumis au droit administratif. Ils agissent le
plus souvent par la voie d’actes unilatéraux, c’est-à-dire de décisions qui
s’imposent aux administrés. Ils sont financés par l’impôt.
Les services sociaux et culturels se sont fortement développés depuis
le milieu du 19e siècle. Ils recouvrent, notamment, les domaines de
l’éducation, de la santé, de la protection sociale, de l’aide sociale et de l’action
culturelle. Ce sont des secteurs d’activité importants : il y a, par exemple,
plus d’un million d’enseignants ; on compte 850 000 personnes dans la
fonction publique hospitalière. Dans ces domaines, l’État assure
l’organisation d’ensemble du système et le pilotage de son fonctionnement.
Mais les collectivités territoriales y jouent également un rôle important,
notamment en matière sociale et culturelle. Juridiquement, ces services ont,
comme ceux de la première catégorie, le caractère de services "administratifs".
Ils fonctionnent en dehors du marché, leurs prestations sont pour l’essentiel
4
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

gratuites et ils sont largement soumis aux règles du droit public. Mais leur
organisation est beaucoup plus diversifiée et ils associent largement, pour la
fourniture de leurs services à la population, des établissements de nature
diverse, non seulement publics comme les hôpitaux ou les écoles, mais aussi
privés comme les établissements d’enseignement privé sous contrat ou les
nombreuses associations qui, en matière d’action sanitaire ou sociale,
reçoivent des fonds publics pour accomplir des tâches d’intérêt général.
Les services à caractère économique, juridiquement connus sous le
vocable de "services publics industriels et commerciaux" (SPIC),
constituent la troisième catégorie. À la différence des précédents, ils sont
fournis sur le marché, ce qui veut dire que leurs prestations sont payantes et
couvrent normalement leurs coûts de fonctionnement. Ils sont soumis à un
régime juridique mixte, qui associe le droit public et le droit privé.
Ces services ont pris forme dans le courant du 20e siècle au fur et à
mesure que l’État affirmait plus directement son rôle pour la satisfaction d’un
certain nombre de besoins fondamentaux dans les domaines de l’énergie, du
transport, de la communication, etc. Leur existence a été consacrée par une
décision célèbre du tribunal des conflits (arrêt Société commerciale de
l’ouest africain, dit du "bac d’Eloka", 1921). En font notamment partie la
fourniture du gaz et de l’électricité, le transport ferroviaire, la poste et les
télécommunications. Ils emploient aujourd’hui environ un million de
personnes.
Deux modèles d’organisation ont coexisté pour ces services : le
monopole confié à un établissement public national comme Électricité de
France (EDF), Gaz de France (GDF), SNCF, La Poste, France Télécom, etc. ; la
gestion locale assurée par la collectivité publique elle-même ou par un
opérateur privé concessionnaire du service public (schéma fréquent pour
l’alimentation en eau).

Une éthique de l’intérêt général


Les services que l’on vient de décrire sont très différents les uns des
autres par les prestations qu’ils fournissent, les techniques qu’ils mettent en
œuvre, le régime juridique qui leur est applicable. Ils sont néanmoins
ressentis comme faisant partie d’une même espèce car ils sont tous
soumis à quelques grands principes communs de fonctionnement qui
leur imposent une éthique d’intérêt général et les différencient ainsi des
activités privées lucratives.
Le premier principe est celui de la continuité du service. Le service
public doit être assuré quoi qu’il en coûte, contre vents et marées. Il ne peut
fermer ses portes. On l’a encore vu en France fin 1999 quand il s’est agi pour
EDF de rétablir le courant là où celui-ci avait été coupé par les effets d’une
tempête exceptionnelle. Mais il est vrai aussi que l’exercice du droit de grève
peut compromettre la continuité du service public. C’est un débat récurrent
en France que de savoir si et comment l’on pourrait, par exemple en
instaurant l’obligation d’un service minimum, concilier en fait la mise en
œuvre de ces deux principes.
Le second principe est le principe d’égalité. Il se décline de deux
manières : égalité d’accès au service public pour tous les citoyens,
égalité de traitement par le service public de tous les citoyens. Il a une
composante sociale (pas d’inégalité selon l’origine sociale) et une composante
territoriale (pas d’inégalité entre les régions). La seconde est sans doute plus
4
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

aisément satisfaite que la première, tant il est vrai que les couches sociales
privilégiées restent toujours, quels que soient les efforts déployés pour
assurer une égalité réelle, en meilleure posture pour utiliser à bon escient les
possibilités d’accès et les moyens du service. Ainsi, par exemple, dans le
domaine de l’éducation.
L’égalité d’accès au service est permise par sa gratuité ou sa quasi-
gratuité, s’agissant des services administratifs et sociaux et par la pratique de
prix abordables et "péréqués", s’agissant des services économiques. La
fourniture du service peut être ainsi assurée pour tous, et dans les régions les
plus reculées du territoire, ce que ne permettrait évidemment pas sa
soumission aux règles ordinaires du marché.
La neutralité du service public est le prolongement de l’égalité. Elle
impose aux gestionnaires du service de ne pas faire de discrimination ou de
favoritisme en fonction des opinions politiques, des choix philosophiques ou
des convictions religieuses des utilisateurs du service ou de ses agents. Dans
le domaine de l’enseignement, cette exigence de neutralité s’intègre dans le
concept plus large de laïcité. Comment concilier la neutralité de l’école et
l’expression de la liberté de conscience des élèves ? La question du port du
foulard islamique à l’école a récemment fourni au Conseil d’État une nouvelle
occasion de préciser sa jurisprudence sur ce point.
Un dernier principe, enfin, est le principe dit de mutabilité ou
d’adaptabilité. Il signifie que l’autorité publique peut et doit modifier
l’organisation et le fonctionnement du service pour s’adapter aux nouveaux
besoins. Ni le concessionnaire du service, ni ses utilisateurs n’ont droit à son
maintien en l’état. La mise en oeuvre de ce principe ne va pas, elle non plus,
sans poser problème. D’une part, le sens des changements à opérer peut
prêter à discussion, notamment lorsque sont invoquées des considérations de
rentabilité que récusent certains défenseurs du service public. D’autre part,
la mise en oeuvre effective de ces changements n’est pas toujours facile à
imposer face à certaines réactions corporatives.On le voit, les principes de
fonctionnement du service public ont parfois davantage le caractère
d’objectifs à poursuivre, que celui de règles effectivement respectées. Leur
existence n’en est pas moins essentielle. Elle témoigne du degré d’exigence
que la nation assigne aux actions menées en son nom.

Quel avenir pour la conception française du service public ?


La mondialisation, la construction européenne, les transformations
sociales, l’affirmation de la société civile, obligent aujourd’hui à repenser
l’organisation de l’action publique. Le rôle de l’État est mis en question. On
s’interroge sur les conditions d’une bonne "gouvernance". La conception
française du service public ne peut rester à l’écart de ces interrogations. On
peut distinguer deux grands courants dans cette remise en cause.
Le premier est celui du libéralisme qui tend aujourd’hui à prévaloir
dans la politique économique que mènent de nombreux pays et les
institutions internationales.
Il affecte de deux manières l’organisation française du service public.

Tout d’abord, la mise en œuvre du traité de Rome et de ses


prolongements (le marché unique) a imposé l’introduction de la
concurrence dans les secteurs de services publics à caractère
économique (services d’intérêt économique général, au sens de l’article
4
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

86 du traité de Rome). Ce mouvement est aujourd'hui très largement


engagé, notamment dans les secteurs de l’énergie (gaz et électricité) et des
communications (télécommunications et poste). Il se dessine plus lentement
dans le transport ferroviaire. La France, réticente au début, a été obligée de
s’inscrire dans cette évolution en mettant fin au monopole dont disposaient,
par exemple, France Télécom ou EDF. Mais elle s’est efforcée dans le même
temps de maintenir dans ces secteurs la reconnaissance du service public,
d’une part en obtenant qu’il soit pris en considération dans les textes
communautaires, d’autre part en l’affirmant fortement dans les lois
françaises de transposition (lois du 26 juillet 1996 sur les
télécommunications et du 10 février 2000 sur l’électricité). Par ailleurs, elle
s’est refusée à privatiser les "opérateurs historiques" de ces secteurs. L’avenir
dira s’il s’agit là d’un combat d’arrière-garde avant le triomphe du "tout
marché" dans ces secteurs ou si les éléments durables d’un nouvel équilibre
entre concurrence et service public auront pu être trouvés.

L’autre aspect de cette offensive libérale est plus insidieux. Il découle


des contraintes souhaitées ou imposées dans la gestion des finances
publiques : limitation du volume global des dépenses publiques et des
prélèvements obligatoires ; réduction des déficits budgétaires. Ces
orientations ne remettent pas en cause le principe du service public mais
elles limitent ses moyens d’action. La contrainte peut se révéler féconde si elle
reste cantonnée dans des proportions raisonnables et conduit à la recherche
d’une plus grande efficacité. Il en irait autrement si elle devait entraîner la
remise en cause de la place du service public dans le modèle de
développement du pays. Nous n’en sommes pas là. Le second courant du
changement dans les services publics s’inscrit davantage dans la tradition
française. C’est celui que l’on pourrait appeler le courant de la citoyenneté. Il
exprime une exigence de plus grande responsabilité émanant des acteurs
appelés à intervenir dans ces domaines. On ne remet pas en cause
l’intervention des pouvoirs publics mais on souhaite l’inflexion d’un modèle
jugé parfois trop centralisateur et autoritaire. Les maîtres mots de cette
orientation sont la transparence, la concertation, la décentralisation et le
décloisonnement.
Transparence et concertation : le service public doit fonctionner
dans des conditions telles que les citoyens puissent savoir ce qui s’y
passe et être consultés sur la manière dont il intervient. La première de
ces exigences est aujourd’hui largement entrée dans le droit positif français
avec les lois de 1978 sur l’accès aux documents administratifs et de 1979 sur
la motivation des décisions administratives. La seconde exigence conduit à
développer les procédures de consultation, notamment en direction des
associations de consommateurs et d’usagers, et à étendre l’usage du contrat
dans les rapports entre les divers intervenants au service public.
Décentralisation : la France a une tradition de centralisation. Mais elle
n’a pu rester à l’écart de l’orientation contemporaine qui s’exprime au plan
européen par la mise en œuvre du principe dit de subsidiarité. Il conduit à
ne faire remonter à un niveau supérieur de compétence que les affaires qui ne
pourraient pas être convenablement traitées à un niveau plus proche du
terrain. Les lois de décentralisation du début des années 80 ont ainsi
transféré aux collectivités territoriales (régions, départements et communes)
des compétences jusqu’alors exercées par l’État. Elles devraient avoir bientôt
4
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

de nouveaux prolongements. Dans le même temps, l’État lui-même cherche à


se rapprocher de ses administrés en développant en son sein un processus de
déconcentration : ainsi, depuis 1997, le principe est-il désormais posé que le
préfet a compétence pour prendre au nom de l’État toute décision
individuelle.
Décloisonnement enfin. L’organisation classique du service public
repose sur un découpage entre un certain nombre de grandes fonctions
sociales (éducation, justice, santé publique, etc.) confiées chacune à des
opérateurs spécialisés. Cette organisation fait abstraction de ce que la
personne humaine est une et du fait qu’un certain nombre de problèmes
collectifs se situent au carrefour des différentes fonctions. Ainsi en va-t-il, par
exemple, lorsqu’il s’agit de lutter contre l’exclusion sociale ou de conduire ce
qu’il est convenu d’appeler une politique de la ville. La tendance est donc
aujourd’hui de rapprocher les divers intervenants dans ces domaines afin de
mieux coordonner leur action. La conclusion de "contrats locaux de sécurité"
associant les services de la police, de la justice et de l’éducation et les
représentants de l’État et des communes s’inscrit, par exemple, dans cette
perspective.

On le voit par les développements qui précèdent la théorie du service


public demeure bien vivante et il existe beaucoup de raisons pour que la
France lui reste attachée. Elle n’est pas la seule à avoir mis en avant cette
valeur. Mais peut-être l’a-t-elle fait plus systématiquement que d’autres.
La conception française du service public est forte de son passé. Mais
elle n’assurera son avenir que si, d’une part, elle continue à s’enrichir au
contact de l’expérience d’autres pays et si, d’autre part, elle réussit à
s’imposer comme une composante réelle de la construction européenne.

5
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Tribunal des conflits - 8 février 1873 - Blanco


(1er supplt - Rec. Lebon p. 61)

Lecture du 8 février 1873


REPUBLIQUE FRANCAISE
AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS
Vu l'exploit introductif d'instance, du 24 janvier 1872, par lequel Jean Blanco a fait assigner,
devant le tribunal civil de Bordeaux, l'Etat, en la personne du préfet de la Gironde, Adolphe Jean,
Henri Bertrand, Pierre Monet et Jean Vignerie, employés à la manufacture des tabacs, à Bordeaux,
pour, attendu que, le 3 novembre 1871, sa fille Agnès Blanco, âgée de cinq ans et demi, passait sur
la voie publique devant l'entrepôt des tabacs, lorsqu'un wagon poussé de l'intérieur par les employés
susnommés, la renversa et lui passa sur la cuisse, dont elle a dû subir l'amputation ; que cet
accident est imputable à la faute desdits employés, s'ouïr condamner, solidairement, lesdits
employés comme co-auteurs de l'accident et l'Etat comme civilement responsable du fait de ses
employés, à lui payer la somme de 40,000 francs à titre d'indemnité ;
Vu le déclinatoire proposé par le préfet de la Gironde, le 29 avril 1872 ; Vu le jugement
rendu, le 17 juillet 1872, par le tribunal civil de Bordeaux, qui rejette le déclinatoire et retient la
connaissance de la cause, tant à l'encontre de l'Etat qu'à l'encontre des employés susnommés ; Vu
l'arrêté de conflit pris par le préfet de la Gironde, le 22 du même mois, revendiquant pour l'autorité
administrative la connaissance de l'action en responsabilité intentée par Blanco contre l'Etat, et
motivé : 1° sur la nécessité d'apprécier la part de responsabilité incombant aux agents de l'Etat
selon les règles variables dans chaque branche des services publics ; 2° sur l'interdiction pour les
tribunaux ordinaires de connaître des demandes tendant à constituer l'Etat débiteur, ainsi qu'il
résulte des lois des 22 décembre 1789, 18 juillet, 8 août 1790, du décret du 26 septembre 1793 et
de l'arrêté du Directoire du 2 germinal an 5 ; Vu le jugement du tribunal civil de Bordeaux, en date
du 24 juillet 1872, qui surseoit à statuer sur la demande ; Vu les lois des 16-24 août 1790 et du 16
fructidor an 3 ; Vu l'ordonnance du 1er juin 1828 et la loi du 24 mai 1872 ;
Considérant que l'action intentée par le sieur Blanco contre le préfet du département de la
Gironde, représentant l'Etat, a pour objet de faire déclarer l'Etat civilement responsable, par
application des articles 1382, 1383 et 1384 du Code civil, du dommage résultant de la blessure que
sa fille aurait éprouvée par le fait d'ouvriers employés par l'administration des tabacs ;
Considérant que la responsabilité, qui peut incomber à l'Etat, pour les
dommages causés aux particuliers par le fait des personnes qu'il emploie dans
le service public, ne peut être régie par les principes qui sont établis dans le
Code civil, pour les rapports de particulier à particulier ;
Que cette responsabilité n'est ni générale, ni absolue ; qu'elle a ses
règles spéciales qui varient suivant les besoins du service et la nécessité de
concilier les droits de l'Etat avec les droits privés ;
Que, dès lors, aux termes des lois ci-dessus visées, l'autorité administrative est seule
compétente pour en connaître ;
DECIDE : Article 1er : L'arrêté de conflit en date du 22 juillet 1872 est confirmé. Article 2 :
Sont considérés comme non avenus, en ce qui concerne l'Etat, l'exploit introductif d'instance du 24
janvier 1872 et le jugement du tribunal civil de Bordeaux du 17 juillet de la même année. Article 3 :
Transmission de la décision au garde des sceaux pour l'exécution.

Analyse (Source: site internet du Conseil d'Etat)

Par l’arrêt Blanco , le Tribunal des conflits consacre à la fois la responsabilité


de l’État à raison des dommages causés par des services publics et la compétence
de la juridiction administrative pour en connaître.
Une enfant avait été renversée et blessée par un wagonnet d’une manufacture
de tabac, exploitée en régie par l’État. Le père avait saisi les tribunaux judiciaires

5
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
pour faire déclarer l’État civilement responsable du dommage, sur le fondement des
articles 1382 à 1384 du code civil. Le conflit fut élevé et le Tribunal des conflits
attribua la compétence pour connaître du litige à la juridiction administrative.
L’arrêt Blanco consacre ainsi la responsabilité de l’État, mettant fin à une
longue tradition d’irresponsabilité, qui ne trouvait d’exceptions qu’en cas de
responsabilité contractuelle ou d’intervention législative, telle la loi du 28 pluviôse
an VIII pour les dommages de travaux publics. Il soumet toutefois cette
responsabilité à un régime spécifique, en considérant que la responsabilité qui peut
incomber à l’État du fait du service public ne peut être régie par les principes qui
sont établis dans le code civil pour les rapports de particulier à particulier. La
nécessité d’appliquer un régime spécial, justifié par les besoins du service public,
est ainsi affirmée. Le corollaire de l’existence de règles spéciales réside dans la
compétence de la juridiction administrative pour connaître de cette responsabilité,
en application de la loi des 16 et 24 août 1790, qui interdit aux tribunaux
judiciaires de "troubler, de quelque manière que ce soit, les opérations des corps
administratifs". Au-delà même de la responsabilité, l’arrêt reconnaît le service
public comme le critère de la compétence de la juridiction administrative, affirme la
spécificité des règles applicables aux services publics et établit un lien entre le fond
du droit applicable et la compétence de la juridiction administrative.
Si l’arrêt Blanco est à bien des égards fondateur du droit administratif,
l’évolution ultérieure de la jurisprudence doit conduire à nuancer les règles qu’il
dégage en matière de répartition des compétences. Le service public n’est plus un
critère absolu de la compétence du juge administratif : en particulier, les litiges
relatifs à des services publics industriels et commerciaux relèvent en principe de la
juridiction judiciaire (voir T.C. 22 janvier 1921, Société commerciale de l’Ouest
africain , p. 91). Or la transformation du service des tabacs et des allumettes en
entreprise publique en a fait un service public à caractère industriel et commercial,
de telle sorte qu’une solution différente serait aujourd’hui appliquée à l’espèce.
Pour ce qui est des services publics gérés par des personnes privées, il est
nécessaire que le dommage résulte à la fois de l’accomplissement d’un service
public et de l’exercice d’une prérogative de puissance publique (par ex. : 23 mars
1983, S.A. Bureau Véritas et autres, p. 133). Enfin, la loi modifie parfois dans
certains domaines la répartition des compétences entre les deux ordres de
juridiction, telle la loi du 31 décembre 1957 transférant aux tribunaux judiciaires
le contentieux des dommages de toute nature causés par des véhicules, au nombre
desquels devrait être compté le wagonnet de l’affaire Blanco .
Le droit de la responsabilité administrative, depuis l’arrêt Blanco , s’est
construit sur un fondement essentiellement jurisprudentiel, de façon autonome par
rapport au droit civil. Il ne s’ensuit toutefois pas que les solutions dégagées par le
juge administratif soient radicalement différentes de celles dégagées par le juge
judiciaire, ni que le code civil ou les principes dont il s’inspire ne s’appliquent
jamais à la responsabilité administrative, comme le montre la responsabilité
décennale des constructeurs. Et si la principale spécificité du droit administratif
résidait au départ dans l’absence de caractère général et absolu de la responsabilité
de l’État, celle-ci a été reconnue de plus en plus largement, y compris en l’absence
de faute, que ce soit sur le terrain du risque ou sur celui de la rupture d’égalité
devant les charges publiques. Il en résulte un régime dans certains cas plus
favorable aux victimes que le droit civil, par exemple en matière de responsabilité
médicale (Ass. 9 avril 1993, Bianchi , p. 127).

5
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Tribunal des conflits - 22 janvier 1921- Société


commerciale de l'Ouest africain
Lecture du 22 janvier 1921
REPUBLIQUE FRANCAISE
AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS
Vu l'arrêté, en date du 13 octobre 1920, par lequel le lieutenant-gouverneur de la colonie de
la Côte-d'Ivoire a élevé le conflit d'attributions dans l'instance pendante, devant le juge des référés
du tribunal civil de Grand-Bassam, entre la Société commerciale de l'Ouest africain et la colonie de
la Côte-d'Ivoire ; Vu l'ordonnance du 7 septembre 1840, le décret du 10 mars 1893, le décret du 18
octobre 1904 ; Vu les décrets des 5 août et 7 septembre 1881 ; Vu les lois des 16-24 août 1790 et
16 fructidor an III ; Vu l'ordonnance du 1er juin 1828 et la loi du 24 mai 1872 ;
Sur la régularité de l'arrêté de conflit : Considérant que si le lieutenant-gouverneur de la
Côte-d'Ivoire a, par un télégramme du 2 octobre 1920, sans observer les formalités prévues par
l'ordonnance du 1er juin 1828, déclaré élever le conflit, il a pris, le 13 octobre 1920, un arrêté
satisfaisant aux prescriptions de l'article 9 de ladite ordonnance ; que cet arrêté a été déposé au
greffe dans le délai légal ; qu'ainsi le tribunal des conflits est régulièrement saisi ;
Sur la compétence : Considérant que par exploit du 30 septembre 1920, la Société
commerciale de l'Ouest africain, se fondant sur le préjudice qui lui aurait été causé par un accident
survenu au bac d'Eloka, a assigné la colonie de la Côte-d'Ivoire devant le président du tribunal civil
de Grand-Bassam, en audience des référés, à fin de nomination d'un expert pour examiner ce bac ;
Considérant, d'une part, que le bac d'Eloka ne constitue pas un ouvrage public ; d'autre
part, qu'en effectuant, moyennant rémunération, les opérations de passage des
piétons et des voitures d'une rive à l'autre de la lagune, la colonie de la Côte-
d'Ivoire exploite un service de transport dans les mêmes conditions qu'un
industriel ordinaire ; que, par suite, en l'absence d'un texte spécial attribuant
compétence à la juridiction administrative, il n'appartient qu'à l'autorité
judiciaire de connaître des conséquences dommageables de l'accident
invoqué, que celui-ci ait eu pour cause, suivant les prétentions de la Société
de l'Ouest africain, une faute commise dans l'exploitation ou un mauvais
entretien du bac. Que, - si donc c'est à tort qu'au vu du déclinatoire adressé par le lieutenant-
gouverneur, le président du tribunal ne s'est pas borné à statuer sur le déclinatoire, mais a, par la
même ordonnance désigné un expert contrairement aux articles 7 et 8 de l'ordonnance du 1er juin
1828, - c'est à bon droit qu'il a retenu la connaissance du litige ;
DECIDE : Article 1er : L'arrêté de conflit ci-dessus visé, pris par le lieutenant-gouverneur de
la Côte-d'Ivoire, le 13 octobre 1920, ensemble le télégramme susvisé du lieutenant-gouverneur n° 36
GP, du 2 octobre 1920, sont annulés.

Analyse (Source: site internet du Conseil d'Etat)

Par la décision Société commerciale de l'Ouest africain, le Tribunal des


conflits admet l'existence de services publics fonctionnant dans les mêmes
conditions qu'une entreprise privée et donne naissance à la notion de service public
industriel et commercial.
La société commerciale de l'Ouest africain était propriétaire de l'une des
voitures qui furent gravement endommagées dans l'accident survenu au bac dit
d'Eloka, service de liaison maritime situé sur la lagune du littoral de Côte d'Ivoire et
exploité directement par la colonie. Aux fins de déterminer le juge compétent pour
désigner l'expert dont la société demandait la nomination, le Tribunal des conflits a
été amené à se prononcer sur la question de savoir si des services entiers de
l'administration peuvent être regardés comme fonctionnant dans les mêmes

5
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
conditions qu'une entreprise privée, auquel cas le juge compétent est le juge
judiciaire.
Il était déjà admis que, pour certaines opérations isolées, l'administration
pouvait agir comme un simple particulier sans user de prérogatives de puissance
publique. L'admettre pour un service entier était plus délicat. Le Tribunal des
conflits valida toutefois cette innovation et donna ainsi naissance, bien que le
terme ne soit pas utilisé dans sa décision, à la notion de service public
industriel et commercial.
C'est ainsi que des organes essentiellement administratifs, comme les
collectivités publiques par exemple, peuvent exploiter de tels services : c'est le cas
de l' s'agissant du services des monnaies et médailles (CE, Bouvet, 9 janvier 1981,
p. 4). A l'inverse, certains établissements auxquels la loi ou le décret les instituant
a attribué un caractère industriel et commercial peuvent cependant exercer
partiellement ou totalement des fonctions administratives. Tel est le cas par
exemple de l'Office nationale des forêts (TC, 9 juin 1986, Commune de Kintzheim
c/ Office national des forêts, p. 448).
Pour identifier un service public industriel et commercial, le juge, loin
de s'en tenir aux qualifications parfois trompeuses des textes, à moins qu'ils
ne soient de niveau législatif, met en œuvre plusieurs critères dont les
principaux sont l'objet du service, l'origine des ressources, les modalités du
fonctionnement.
La qualification d'industriel et commercial donnée par la loi ou par le juge à
un service entraîne en principe la compétence du juge judiciaire pour trancher les
litiges le concernant. Mais cette compétence n'est pas générale : dans le domaine de
la responsabilité en premier lieu, puisque le juge administratif se reconnaît
compétent pour connaître des dommages de travaux publics causés à des tiers
ainsi que des dommages causés par des services publics industriels et
commerciaux dans l'exercice de prérogatives de puissance publique ; dans le
domaine des contrats ensuite, puisque certains contrats relatifs à des services
publics industriels et commerciaux, si le service est géré par une personne morale
de droit public, peuvent avoir le caractère de contrat administratif si le second
critère nécessaire à cette qualification est réuni, ce second critère pouvant prendre
plusieurs formes (contrat d'exécution de travaux publics, contrat d'occupation du
domaine public, clauses exorbitantes du droit commun et enfin contrat confiant
l'exécution même du service public). S'agissant du personnel enfin, les litiges les
opposant au service relèvent toujours du juge judiciaire à l'exception du directeur
et du comptable, s'il a la qualité de comptable public (Section, 8 mars 1957,
Jalenques de Labeau, p. 158). Enfin, le juge administratif est compétent pour juger
de la légalité des actes de portée générale des services publics industriels et
commerciaux (TC, 15 janvier 1968, Compagnie Air France c/ Epoux Barbier, p.
789).

5
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

LE SEVICE PUBLIC “A LA FRANÇAISE” A


L’EPREUVE DU DROIT COMMUNAUTAIRE

Le cadre européen
(Source : http://www.vie-publique.fr/dossier_polpublic/regulation_sp/europe.shtml

Le cadre européen participe au premier plan à l'évolution du contexte dans


lequel vont être repensés les services publics. En effet, l'intégration européenne
depuis le Traité de Rome s'est d'abord conçue comme un moyen de réaliser un
marché intérieur unique. Pour ce faire, il s'est agi avant tout de faciliter la
circulation des biens et des services entre Etats membres. Or, les services publics
et leur organisation traditionnelle en France sous la forme de monopoles publics,
constitue un obstacle évident à la réalisation de cet objectif. Le mouvement à partir
du milieu des années 1980 a donc abouti à une remise en cause de la légitimité
même de la notion de service public.
Cette dernière n'apparaît d'ailleurs pas dans le traité instituant de la
Communauté européenne, si ce n'est pour appliquer aux entreprises chargées de
leur fourniture les règles de concurrence communes (ex-article 90). C'est en effet
sur la base de cet article que la Commission va s'attaquer aux monopoles existant
en faveur des opérateurs publics de services publics en réseaux .
La reconnaissance du rôle central que jouent les services publics dans la
cohésion économique et sociale de l'Union va intervenir progressivement au cours
des années 1990 sous la pression en particulier des gouvernements français
successifs, mais aussi grâce à l'évolution de la jurisprudence de la Cour de Justice
des Communautés européennes (CJCE). En cela, les arrêts Corbeau (19 mai 1993)
et Commune d'Almelo (27 avril 1994) ont joué un rôle décisif. A travers ces deux
arrêts, la CJCE admet la nécessité de restreindre le champ de la concurrence pour
permettre l'accomplissement des missions d'intérêt général.
Cet infléchissement notable dans la vison communautaire des services
publics se concrétisera en 1996 avec l'adoption d'une communication sur les
services d'intérêt général en Europe. Au-delà de la reconnaissance de la légitimité
des services publics , cette communication affirme la liberté des Etats membres
pour définir les missions d'intérêt général que le marché ne peut remplir du fait de
ses insuffisances. Non seulement elle définit une notion commune de service
universel , mais elle reconnaît la possibilité d'aller au-delà de ce service pour tous
les Etats membres.
La commission a présenté une mise à jour de la communication en 2000.
Outre la confirmation de la légitimité des services publics et de la neutralité de la
commission par rapport au mode de propriété des entreprises en charge du service
d’intérêt général, elle dénote une conception consumériste des services publics, où
l'on ne parle pas d'usager mais de consommateur. Elle précise par ailleurs que la
définition par les autorités publiques nationales d'une mission de service public est
distincte du choix d'un mode d'organisation particulier pour ce service.
L'article 16 du Traité d'Amsterdam consacre enfin le rôle des services publics
dans l'Union européenne. Toutefois, la proposition française d'inclure dans la Traité
une charte des services publics n'a pas été retenue, et l'adoption de l'article 16 n'a
pas de portée opératoire sur la politique de la commission à l'égard des opérateurs
de services publics.
Cette politique reste marquée par la volonté de libéraliser les services publics
en réseau et d'étendre le champ de la concurrence sur les marchés nationaux, qu'il

5
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
s'agisse des transports ferroviaires, des services postaux, de l'énergie ou des
télécommunications.

Traité Instituant La Communauté


Européenne

Article 86 CE

1. Les États membres, en ce qui concerne les entreprises publiques et les


entreprises auxquelles ils accordent des droits spéciaux ou exclusifs, n'édictent ni
ne maintiennent aucune mesure contraire aux règles du présent traité, notamment
à celles prévues à l'article 12 et aux articles 81 à 89 inclus.
2. Les entreprises chargées de la gestion de services d'intérêt économique
général ou présentant le caractère d'un monopole fiscal sont soumises aux règles
du présent traité, notamment aux règles de concurrence, dans les limites où
l'application de ces règles ne fait pas échec à l'accomplissement en droit ou
en fait de la mission particulière qui leur a été impartie. Le développement des
échanges ne doit pas être affecté dans une mesure contraire à l'intérêt de la
Communauté.
3. La Commission veille à l'application des dispositions du présent article et
adresse, en tant que de besoin, les directives ou décisions appropriées aux États
membres.

Article 16 CE

Sans préjudice des articles 73, 86 et 87, et eu égard à la place qu'occupent


les services d'intérêt économique général parmi les valeurs communes de
l'Union ainsi qu'au rôle qu'ils jouent dans la promotion de la cohésion sociale
et territoriale de l'Union, la Communauté et ses États membres, chacun dans les
limites de leurs compétences respectives et dans les limites du champ d'application
du présent traité, veillent à ce que ces services fonctionnent sur la base de
principes et dans des conditions qui leur permettent d'accomplir leurs missions.

5
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

THEME 6 : L'UNION ET LA
SEPARATION DU COUPLE EN DROIT
FRANÇAIS (LE MARIAGE, LE PACS, LE DIVORCE)

PROJET DE LOI relatif au divorce, PRÉSENTÉ au nom de M. JEAN-PIERRE


RAFFARIN, Premier ministre, par M. DOMINIQUE PERBEN, Garde des Sceaux, ministre de
la justice.

EXPOSÉ DES MOTIFS


Mesdames, Messieurs,
L'adaptation du droit de la famille aux évolutions sociologiques qui ont marqué ces dernières décennies constitue
un objectif indispensable à la mise en oeuvre d'une politique nouvelle en direction des couples et des familles, à la fois
respectueuse des valeurs fondamentales de notre société, volontariste et pragmatique.
Cette politique a pour ambition de mieux reconnaître, au sein de la sphère privée, l'aspiration
de nos concitoyens à plus de volonté et de liberté et d'affirmer les références essentielles qui
constituent le socle de notre société, au rang desquelles la valeur de l'engagement, la solidarité et la
responsabilité.
Le projet de loi relatif au divorce constitue une première étape de cette réforme d'ensemble
ambitieuse et cohérente qui sera poursuivie durant toute la législature.
S'agissant du droit du divorce, la loi du 11 juillet 1975 a constitué, en son temps, une grande
innovation.
Elle a substitué à l'unique procédure de divorce pour faute, dont l'expérience a révélé les
effets bien souvent néfastes, quatre cas de divorce recouvrant le divorce sur demande conjointe, le
divorce demandé par un époux et accepté par l'autre, le divorce pour rupture de la vie commune et le
divorce pour faute.
L'assouplissement ainsi introduit n'a cependant pas entièrement porté ses fruits.
Ainsi, le divorce par consentement mutuel, qui représente environ 41 % des procédures, est
considéré comme encore trop formaliste par les couples que n'oppose aucun conflit. En particulier,
l'exigence d'une double comparution devant le juge apparaît trop souvent formelle et source d'un
ralentissement inutile de la procédure.
Quant au divorce demandé et accepté, il repose sur l'exigence d'un double aveu de faits
procédant de chaque époux rendant intolérable le maintien de la vie commune et produit les effets
d'un divorce aux torts partagés. Le formalisme qui l'encadre et l'impossibilité pour les époux, au
cours d'une procédure de divorce pour faute ou pour rupture de la vie commune, de modifier leur
demande initiale en optant pour ce cas de divorce plus consensuel, l'ont rendu, dans les faits, peu
attractif (13 % en moyenne).
Le divorce pour rupture de la vie commune suppose, quant à lui, une séparation de fait d'une
durée de six ans, délai qui ne paraît plus adapté aux modes de vie actuels. En outre, l'époux
demandeur doit supporter l'intégralité des charges liées à la séparation et ne peut obtenir pour lui-
même une prestation compensatoire. C'est pourquoi, en pratique, ce divorce n'a pas eu les effets
escomptés (moins de 2 % des cas).
Quant au divorce pour faute, il reste quantitativement le plus utilisé puisqu'il représente en
moyenne 42 % des procédures. Il est, en effet, la seule voie juridiquement possible pour obtenir le
divorce, à défaut d'une séparation du couple pendant six ans ou d'un accord sur le principe de la
rupture. Aussi, recouvre-t-il des réalités très différentes : situations dans lesquelles un époux est
victime du comportement grave de son conjoint, divorces par défaut lorsqu'une partie ne se manifeste
pas, mais aussi conflits déguisés dans le seul but d'obtenir à son profit le prononcé du divorce ou un
avantage financier particulier.
Les effets de cette procédure sont pourtant connus : elle aiguise les conflits par la recherche et
la justification de faits fautifs qui impliquent l'entourage du couple ; elle s'avère souvent traumatisante
pour les enfants qui voient leurs père et mère se déchirer en compromettant de façon durable les
5
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
relations parentales après le divorce ; elle lie le sort des effets pécuniaires du divorce à l'attribution
des torts, sans prendre en compte les conséquences excessives ou néfastes pour un époux qui
peuvent en résulter.
** *
Partant de ce constat, le projet de loi entend moderniser le droit du divorce, en simplifiant les
procédures lorsque les époux s'entendent sur le principe de la séparation et, dans le cas contraire, en
apaisant autant que possible leurs relations.
Dans ce contexte, il est apparu qu'il n'y avait pas lieu de donner compétence pour prononcer
le divorce, même pour les cas les plus simples, à une autorité autre que judiciaire. Une telle solution
conduirait à transformer le mariage, institution républicaine fondamentale, en un simple contrat dont
le sort serait laissé à la seule appréciation des époux. Elle risquerait, en outre, de favoriser les
pressions d'un époux sur l'autre et de générer un contentieux après divorce important.
Il n'est pas apparu davantage souhaitable de supprimer le divorce pour faute au regard des
devoirs et obligations du mariage.
Les violations graves de ces devoirs doivent pouvoir être dénoncées et sanctionnées. Il en est
particulièrement ainsi des comportements aussi intolérables que les violences conjugales ou les
graves humiliations subies par un époux pendant la vie commune.
En revanche, il est essentiel de dédramatiser les conflits et de pacifier autant que possible les
procédures. C'est pourquoi, la médiation familiale, lorsqu'elle apparaît adaptée à la situation du
couple, doit trouver une place privilégiée au sein du nouveau dispositif.
** *
La réforme s'articule autour de trois axes.

I. - MODERNISER LA LÉGISLATION

1° Le projet propose de maintenir le pluralisme des cas de divorce qui caractérise la


législation française et permet une réelle adaptation des procédures à la diversité des situations
familiales.
Néanmoins, il réforme en profondeur l'économie générale du dispositif actuel dont il modifie
à la fois l'esprit et les applications procédurales. Il simplifie et pacifie les procédures, tout en
affirmant les principes de protection du conjoint et de responsabilité.

Le divorce par consentement mutuel

Il suppose que les époux s'entendent tant sur la rupture que sur l'ensemble de ses
conséquences.
Les époux pourront toujours choisir de recourir à un avocat commun ou avoir chacun leur
propre conseil.
Ils devront présenter au juge une convention réglant toutes les conséquences de leur
séparation.
Le magistrat l'homologuera et prononcera le divorce à l'issue d'une seule audience, au lieu de
deux actuellement, si la convention préserve suffisamment les intérêts des enfants et les intérêts
propres de chacun des époux.
Ce n'est qu'en cas de refus d'homologation qu'une seconde audience sera organisée si une
nouvelle convention est présentée par les époux dans un délai maximum de six mois. (Articles 230,
232, 250 à 250-3 nouveaux du code civil).

Le divorce par acceptation du principe de la rupture du mariage

Dans cette hypothèse, les époux acceptent le principe de la rupture du mariage sans
considération des faits à l'origine de celle-ci, mais ne parviennent pas à un accord global sur les
conséquences de la séparation qu'il reviendra au juge de trancher.

5
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
La philosophie de ce type de divorce est profondément modifiée puisqu'il ne repose plus sur
un double aveu de faits rendant la vie commune intolérable mais sur le simple accord des parties
relativement à leur rupture.
Pour mettre fin à l'insécurité juridique, voire aux manoeuvres dilatoires qui affectent
actuellement cette procédure, l'acceptation ainsi recueillie par le juge ne sera plus susceptible de
rétractation, même par la voie de l'appel.
La procédure applicable est également largement remaniée, l'accord des époux, assistés de
leur avocat respectif, pouvant être recueilli dans des formes simplifiées et constaté par le juge à tout
moment de la procédure. (Articles 233, 234 et 253 nouveaux du code civil).

Le divorce pour altération définitive du lien conjugal

Il remplace l'actuelle procédure de divorce pour rupture de la vie commune.


Il est prononcé sur le constat, par le juge, de l'altération définitive du lien conjugal résultant
de la cessation de la communauté de vie, tant affective que matérielle, des époux, soit durant les
deux années précédant la requête initiale en divorce, soit pendant une période de deux ans entre le
prononcé de l'ordonnance de non conciliation et l'introduction de l'instance.
Le projet prévoit aussi que le divorce sera également prononcé sur ce fondement, à la
demande d'un époux, lorsque son conjoint aura introduit l'instance en invoquant une faute sans
justifier de celle-ci, l'impossibilité de maintenir le lien conjugal étant, dans cette hypothèse,
pleinement caractérisée.
Dans tous les cas, il appartient au juge de statuer sur l'ensemble des conséquences du divorce,
celui-ci n'emportant plus aucun effet patrimonial automatique à la charge de l'époux demandeur. Le
devoir de secours cesse avec le prononcé du divorce, le droit commun de la prestation compensatoire
s'appliquant. (Articles 237 et 238 nouveaux du code civil).

Le divorce pour faute

Il est prononcé en cas de violation grave des devoirs et obligations du mariage qui rendent
intolérable le maintien de la vie commune.
Il est apparu inutile de maintenir l'hypothèse spécifique de la violation renouvelée de ces
obligations, celle-ci étant incluse dans la notion de gravité.
Le recours à la médiation familiale, qui favorise la reprise du dialogue et la recherche de
solutions consensuelles constituera pour ce type de divorce, un domaine privilégié. (Articles 242 à
246 nouveaux du code civil).

2° Sur le plan processuel, le parti a été pris de renvoyer au nouveau code de procédure civile
la plupart des règles régissant les cas de divorce.
Néanmoins, les grandes étapes du déroulement de la procédure figureront dans le code civil.

Le projet de loi institue un tronc commun pour toutes les procédures autres que le divorce par
consentement mutuel. L'objectif est de simplifier la demande en divorce et de préserver les chances
de rapprochement des époux sur le principe de la rupture et ses conséquences.
La requête initiale en divorce ne comportera donc plus l'indication des motifs de la séparation.
Ce n'est qu'après la tentative de conciliation que l'époux demandeur devra opter pour l'une des trois
procédures contentieuses et précisera, le cas échéant, les torts qu'il impute à son conjoint.
Ainsi, l'audience de conciliation, qui constitue le temps fort de la procédure, ne devrait plus
être le lieu de conflits exacerbés pour se recentrer sur l'organisation de la vie de la famille et les
véritables enjeux de la séparation (articles 251 et 252 nouveaux du code civil).
Dans cette perspective, les mesures susceptibles d'être prises lors de l'audience de conciliation
sont étendues afin de permettre, notamment, de préparer très en amont le prononcé du divorce et la
liquidation du régime matrimonial (articles 254 et 255 nouveaux du code civil).

5
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
II. - RENDRE LES PROCEDURES PLUS EFFICACES ET MOINS
CONFLICTUELLES
[…]
Trois axes sont privilégiés :
* Apaiser les relations conjugales pendant la procédure […]
A cet effet, le projet de loi prévoit de dissocier les conséquences du divorce de la répartition
des torts. Alors qu'aujourd'hui, un époux divorcé à ses torts exclusifs se voit privé de toute prestation
compensatoire, celle-ci ne pourra dorénavant lui être refusée que si l'équité le commande au regard
des circonstances particulières de la rupture (article 270 nouveau du code civil). […]
* Favoriser le règlement complet de toutes les conséquences du divorce au moment de
son prononcé. […]
* Adapter le dispositif relatif à la prestation compensatoire. […]

III. - RESPONSABILISER L'EPOUX DEFAILLANT ET PROTEGER LE CONJOINT


VICTIME […]

CODE CIVIL tel que modifié para la Loi n° 2004-439 du 26


mai 2004 relative au divorce (JO du 27 mai 2004)
Titre V : Du mariage
Chapitre I : Des qualités et conditions requises pour pouvoir contracter
mariage
Article 144
L'homme avant dix-huit ans révolus, la femme avant quinze ans révolus, ne peuvent contracter mariage.

Article 145
Néanmoins, il est loisible au procureur de la République du lieu de célébration du mariage, d'accorder des dispenses
d'âge pour des motifs graves.

Article 146
Il n'y a pas de mariage lorsqu'il n'y a point de consentement.

Article 146-1
Le mariage d'un français, même contracté à l'étranger, requiert sa présence.

Article 147
On ne peut contracter un second mariage avant la dissolution du premier.

Article 148
Les mineurs ne peuvent contracter mariage sans le consentement de leurs père et mère ; en cas de dissentiment entre le
père et la mère, ce partage emporte consentement.

[…]Article 161
En ligne directe, le mariage est prohibé entre tous les ascendants et descendants légitimes ou naturels, et les alliés dans la
même ligne.

Article 162
En ligne collatérale, le mariage est prohibé, entre le frère et la sœur légitimes ou naturels.

Article 163
Le mariage est encore prohibé entre l'oncle et la nièce, la tante et le neveu, que la parenté soit légitime ou naturelle.

Article 164
Néanmoins, il est loisible au Président de la République de lever, pour des causes graves, les prohibitions portées :
1º par l'article 161 aux mariages entre alliés en ligne directe lorsque la personne qui a créé l'alliance est décédée ;
2º (abrogé) ;
6
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
3º par l'article 163 aux mariages entre l'oncle et la nièce, la tante et le neveu.

Chapitre II : Des formalités relatives à la célébration du mariage

Article 165
Le mariage sera célébré publiquement devant l'officier de l'état civil de la commune où l'un des époux aura son domicile
ou sa résidence à la date de la publication prévue par l'article 63, et, en cas de dispense de publication, à la date de la
dispense prévue à l'article 169 ci-après.

Article 166
La publication ordonnée à l'article 63 sera faite à la mairie du lieu du mariage et à celle du lieu où chacun des futurs
époux a son domicile ou, à défaut de domicile, sa résidence.

[…] Article 171


Le Président de la République peut, pour des motifs graves, autoriser la célébration du mariage si l'un des futurs époux
est décédé après l'accomplissement de formalités officielles marquant sans équivoque son consentement.
Dans ce cas, les effets du mariage remontent à la date du jour précédant celui du décès de l'époux.
Toutefois, ce mariage n'entraîne aucun droit de succession ab intestat au profit de l'époux survivant et aucun régime
matrimonial n'est réputé avoir existé entre les époux.

Chapitre III : Des oppositions au mariage


[…]
Chapitre IV : Des demandes en nullité de mariage

Article 180
Le mariage qui a été contracté sans le consentement libre des deux époux, ou de l'un d'eux, ne peut être attaqué que par
les époux, ou par celui des deux dont le consentement n'a pas été libre.
S'il y a eu erreur dans la personne, ou sur des qualités essentielles de la personne, l'autre époux peut demander la nullité
du mariage.

Article 181
Dans le cas de l'article précédent, la demande en nullité n'est plus recevable, toutes les fois qu'il y a eu cohabitation
continuée pendant six mois depuis que l'époux a acquis sa pleine liberté ou que l'erreur a été par lui reconnue.

Article 182
Le mariage contracté sans le consentement des père et mère, des ascendants, ou du conseil de famille, dans les cas où ce
consentement était nécessaire, ne peut être attaqué que par ceux dont le consentement était requis, ou par celui des deux
époux qui avait besoin de ce consentement.

Article 183
L'action en nullité ne peut plus être intentée ni par les époux, ni par les parents dont le consentement était requis, toutes
les fois que le mariage a été approuvé expressément ou tacitement par ceux dont le consentement était nécessaire, ou
lorsqu'il s'est écoulé une année sans réclamation de leur part, depuis qu'ils ont eu connaissance du mariage. Elle ne peut
être intentée non plus par l'époux, lorsqu'il s'est écoulé une année sans réclamation de sa part, depuis qu'il a atteint l'âge
compétent pour consentir par lui-même au mariage.

Article 184
Tout mariage contracté en contravention aux dispositions contenues aux articles 144, 146, 146-1, 147, 161, 162 et 163,
peut être attaqué soit par les époux eux-mêmes, soit par tous ceux qui y ont intérêt, soit par le ministère public.

Article 185
Néanmoins, le mariage contracté par des époux qui n'avaient point encore l'âge requis, ou dont l'un des deux n'avait point
atteint cet âge, ne peut plus être attaqué :
1º lorsqu'il s'est écoulé six mois depuis que cet époux ou les époux ont atteint l'âge compétent ;
2º lorsque la femme, qui n'avait point cet âge, a conçu avant l'échéance de six mois.

Article 186
Le père, la mère, les ascendants et la famille qui ont consenti au mariage contracté dans le cas de l'article précédent, ne
sont point recevables à en demander la nullité.

Article 187

6
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
Dans tous les cas où, conformément à l'article 184, l'action en nullité peut être intentée par tous ceux qui y ont un intérêt,
elle peut l'être par les parents collatéraux, ou par les enfants nés d'un autre mariage, du vivant des deux époux, mais
seulement lorsqu'ils y ont un intérêt né et actuel.

Article 188
L'époux au préjudice duquel a été contracté un second mariage, peut en demander la nullité, du vivant même de l'époux
qui était engagé avec lui.

Article 189
Si les nouveaux époux opposent la nullité du premier mariage, la validité ou la nullité de ce mariage doit être jugée
préalablement.

Article 190
Le procureur de la République, dans tous les cas auxquels s'applique l'article 184 et sous les modifications portées en
l'article 185, peut et doit demander la nullité du mariage, du vivant des deux époux, et les faire condamner à se séparer.

Article 191
Tout mariage qui n'a point été contracté publiquement, et qui n'a point été célébré devant l'officier public compétent,
peut être attaqué par les époux eux-mêmes, par les père et mère, par les ascendants et par tous ceux qui y ont un intérêt
né et actuel, ainsi que par le ministère public.

[…] Article 194


Nul ne peut réclamer le titre d'époux et les effets civils du mariage, s'il ne représente un acte de célébration inscrit sur le
registre de l'état civil ; sauf les cas prévus par l'article 46, au titre Des actes de l'état civil.

[…] Article 201


Le mariage qui a été déclaré nul produit, néanmoins, ses effets à l'égard des époux, lorsqu'il a été contracté de bonne
foi.
Si la bonne foi n'existe que de la part de l'un des époux, le mariage ne produit ses effets qu'en faveur de cet époux.

Article 202
Il produit aussi ses effets à l'égard des enfants, quand bien même aucun des époux n'aurait été de bonne foi.
Le juge statue sur les modalités de l'exercice de l'autorité parentale comme en matière de divorce.

Chapitre V : Des obligations qui naissent du mariage

Article 203
Les époux contractent ensemble, par le fait seul du mariage, l'obligation de nourrir, entretenir et élever leurs enfants.

Article 204
L'enfant n'a pas d'action contre ses père et mère pour un établissement par mariage ou autrement.

Article 205
Les enfants doivent des aliments à leurs père et mère ou autres ascendants qui sont dans le besoin.

Article 206
Les gendres et belles-filles doivent également et dans les mêmes circonstances, des aliments à leur beau-père et belle-
mère, mais cette obligation cesse lorsque celui des époux qui produisait l'affinité et les enfants issus de son union avec
l'autre époux sont décédés.

Article 207
Les obligations résultant de ces dispositions sont réciproques.
Néanmoins, quand le créancier aura lui-même manqué gravement à ses obligations envers le débiteur, le juge pourra
décharger celui-ci de tout ou partie de la dette alimentaire.

Article 208
Les aliments ne sont accordés que dans la proportion du besoin de celui qui les réclame, et de la fortune de celui qui les
doit.
Le juge peut, même d'office, et selon les circonstances de l'espèce, assortir la pension alimentaire d'une clause de variation
permise par les lois en vigueur.

Article 209
Lorsque celui qui fournit ou celui qui reçoit des aliments est replacé dans un état tel, que l'un ne puisse plus en donner, ou
que l'autre n'en ait plus besoin en tout ou partie, la décharge ou réduction peut en être demandée.
6
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Article 210
Si la personne qui doit fournir des aliments justifie qu'elle ne peut payer la pension alimentaire, le juge aux affaires
familiales pourra, en connaissance de cause, ordonner qu'elle recevra dans sa demeure, qu'elle nourrira et entretiendra
celui auquel elle devra des aliments.

Article 211
Le juge aux affaires familiales prononcera également si le père ou la mère qui offrira de recevoir, nourrir et entretenir
dans sa demeure, l'enfant à qui il devra des aliments, devra dans ce cas être dispensé de payer la pension alimentaire.

Chapitre VI : Des devoirs et des droits respectifs des époux

Article 212
Les époux se doivent mutuellement fidélité, secours, assistance.

Article 213
Les époux assurent ensemble la direction morale et matérielle de la famille. Ils pourvoient à l'éducation des enfants et
préparent leur avenir.

Article 214
Si les conventions matrimoniales ne règlent pas la contribution des époux aux charges du mariage, ils y contribuent à
proportion de leurs facultés respectives.
Si l'un des époux ne remplit pas ses obligations, il peut y être contraint par l'autre dans les formes prévues au code de
procédure civile.

Article 215
Les époux s'obligent mutuellement à une communauté de vie.
La résidence de la famille est au lieu qu'ils choisissent d'un commun accord.
Les époux ne peuvent l'un sans l'autre disposer des droits par lesquels est assuré le logement de la famille, ni des meubles
meublants dont il est garni. Celui des deux qui n'a pas donné son consentement à l'acte peut en demander l'annulation :
l'action en nullité lui est ouverte dans l'année à partir du jour où il a eu connaissance de l'acte, sans pouvoir jamais être
intentée plus d'un an après que le régime matrimonial s'est dissous.

[…] Article 223


Chaque époux peut librement exercer une profession, percevoir ses gains et salaires et en disposer après s'être acquitté
des charges du mariage.

Article 225
Chacun des époux administre, oblige et aliène seul ses biens personnels.

Article 226
Les dispositions du présent chapitre, en tous les points où elles ne réservent pas l'application des conventions
matrimoniales, sont applicables, par le seul effet du mariage, quel que soit le régime matrimonial des époux.

Chapitre VII : De la dissolution du mariage

Article 227
Le mariage se dissout :
1º Par la mort de l'un des époux ;
2º Par le divorce légalement prononcé.

Titre VI : Du divorce
Article 228
Le tribunal de grande instance statuant en matière civile est seul compétent pour se prononcer sur le divorce et ses
conséquences.
Un juge de ce tribunal est délégué aux affaires familiales.
Ce juge a compétence pour prononcer le divorce, quelle qu'en soit la cause. Il peut renvoyer l'affaire en l'état à une
audience collégiale. Ce renvoi est de droit à la demande d'une partie.
Il est également seul compétent, après le prononcé du divorce, quelle qu'en soit la cause, pour statuer sur les modalités
de l'exercice de l'autorité parentale, sur la modification de la contribution à l'entretien et l'éducation des enfants et pour
décider de confier ceux-ci à un tiers ainsi que sur la révision de la prestation compensatoire ou de ses modalités de
paiement. Il statue alors sans formalité et peut être saisi par les parties intéressées sur simple requête.

6
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
Chapitre I : Des cas de divorce
Article 229 (Loi 2004-439 du 26 mai 2004)
Le divorce peut être prononcé en cas :
- soit de consentement mutuel ;
- soit d'acceptation du principe de la rupture du mariage ;
- soit d'altération définitive du lien conjugal ;
- soit de faute.

Section I : Du divorce par consentement mutuel


Article 230
Le divorce peut être demandé conjointement par les époux lorsqu'ils s'entendent sur la rupture du mariage et ses effets en
soumettant à l'approbation du juge une convention réglant les conséquences du divorce.

Article 231
(Abrogé par Loi nº 2004-439 du 26 mai 2004 art. 23 I Journal Officiel du 27 mai 2004 en vigueur le 1er janvier 2005)

Article 232
Le juge homologue la convention et prononce le divorce s'il a acquis la conviction que la volonté de chacun des époux
est réelle et que leur consentement est libre et éclairé.
Il peut refuser l'homologation et ne pas prononcer le divorce s'il constate que la convention préserve insuffisamment les
intérêts des enfants ou de l'un des époux.

Section II : Du divorce accepté


Article 233
Le divorce peut être demandé par l'un ou l'autre des époux ou par les deux lorsqu'ils acceptent le principe de la rupture du
mariage sans considération des faits à l'origine de celle-ci.
Cette acceptation n'est pas susceptible de rétractation, même par la voie de l'appel.

Article 234
S'il a acquis la conviction que chacun des époux a donné librement son accord, le juge prononce le divorce et statue sur
ses conséquences.

Article 235
Article 236 (Abrogés par la Loi nº 2004-439 du 26 mai 2004 art. 23 I Journal Officiel du 27 mai 2004 en vigueur le 1er
janvier 2005)

Section III : Du divorce pour altération définitive du lien conjugal


Article 237
Le divorce peut être demandé par l'un des époux lorsque le lien conjugal est définitivement altéré.

Article 238
L'altération définitive du lien conjugal résulte de la cessation de la communauté de vie entre les époux, lorsqu'ils vivent
séparés depuis deux ans lors de l'assignation en divorce.
Nonobstant ces dispositions, le divorce est prononcé pour altération définitive du lien conjugal dans le cas prévu au
second alinéa de l'article 246, dès lors que la demande présentée sur ce fondement est formée à titre reconventionnel.

Article 239
Article 240
Article 241 (ABROGÉS)

Section IV : Du divorce pour faute


Article 242
Le divorce peut être demandé par un époux pour des faits imputables à l'autre lorsque ces faits constituent une violation
grave ou renouvelée des devoirs et obligations du mariage et rendent intolérable le maintien de la vie commune.

Article 243 (ABROGÉ)

Article 244
La réconciliation des époux intervenue depuis les faits allégués empêche de les invoquer comme cause de divorce.

6
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
Le juge déclare alors la demande irrecevable. Une nouvelle demande peut cependant être formée en raison de faits
survenus ou découverts depuis la réconciliation, les faits anciens pouvant alors être rappelés à l'appui de cette nouvelle
demande.
Le maintien ou la reprise temporaire de la vie commune ne sont pas considérés comme une réconciliation s'ils ne
résultent que de la nécessité ou d'un effort de conciliation ou des besoins de l'éducation des enfants.

Article 245
Les fautes de l'époux qui a pris l'initiative du divorce n'empêchent pas d'examiner sa demande ; elles peuvent, cependant,
enlever aux faits qu'il reproche à son conjoint le caractère de gravité qui en aurait fait une cause de divorce.
Ces fautes peuvent aussi être invoquées par l'autre époux à l'appui d'une demande reconventionnelle en divorce. Si les
deux demandes sont accueillies, le divorce est prononcé aux torts partagés.
Même en l'absence de demande reconventionnelle, le divorce peut être prononcé aux torts partagés des deux époux si
les débats font apparaître des torts à la charge de l'un et de l'autre.

Article 245-1
A la demande des conjoints, le juge peut se limiter à constater dans les motifs du jugement qu'il existe des faits constituant
une cause de divorce, sans avoir à énoncer les torts et griefs des parties.

Article 246
Lorsque le divorce aura été demandé en application des articles 233 à 245, les époux pourront, tant qu'aucune décision
sur le fond n'aura été rendue, demander au juge aux affaires familiales de constater leur accord et d'homologuer le projet
de convention réglant les conséquences du divorce.
Les dispositions des articles 231 et 232 seront alors applicables.

Article 246
Si une demande pour altération définitive du lien conjugal et une demande pour faute sont concurremment présentées,
le juge examine en premier lieu la demande pour faute.
S'il rejette celle-ci, le juge statue sur la demande en divorce pour altération définitive du lien conjugal.

Section V : Des modifications du fondement d'une demande en divorce


Article 247
Les époux peuvent, à tout moment de la procédure, demander au juge de constater leur accord pour voir prononcer leur
divorce par consentement mutuel en lui présentant une convention réglant les conséquences de celui-ci.

Article 247-1
Les époux peuvent également, à tout moment de la procédure, lorsque le divorce aura été demandé pour altération
définitive du lien conjugal ou pour faute, demander au juge de constater leur accord pour voir prononcer le divorce pour
acceptation du principe de la rupture du mariage.

Article 247-2
Si, dans le cadre d'une instance introduite pour altération définitive du lien conjugal, le défendeur demande
reconventionnellement le divorce pour faute, le demandeur peut invoquer les fautes de son conjoint pour modifier le
fondement de sa demande.

Article 248
Les débats sur la cause, les conséquences du divorce et les mesures provisoires ne sont pas publics.

Article 248-1
En cas de divorce pour faute, et à la demande des conjoints, le juge aux affaires familiales peut se limiter à constater dans
les motifs du jugement qu'il existe des faits constituant une cause de divorce, sans avoir à énoncer les torts et griefs des
parties.

Article 250
La demande en divorce est présentée par les avocats respectifs des parties ou par un avocat choisi d'un commun accord.
Le juge examine la demande avec chacun des époux, puis les réunit. Il appelle ensuite le ou les avocats.

Article 250-1
Lorsque les conditions prévues à l'article 232 sont réunies, le juge homologue la convention réglant les conséquences du
divorce et, par la même décision, prononce celui-ci.

Article 250-2
En cas de refus d'homologation de la convention, le juge peut cependant homologuer les mesures provisoires au sens des
articles 254 et 255 que les parties s'accordent à prendre jusqu'à la date à laquelle le jugement de divorce passe en force de
chose jugée, sous réserve qu'elles soient conformes à l'intérêt du ou des enfants.
6
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
Une nouvelle convention peut alors être présentée par les époux dans un délai maximum de six mois.

Article 250-3
A défaut de présentation d'une nouvelle convention dans le délai fixé à l'article 250-2 ou si le juge refuse une nouvelle
fois l'homologation, la demande en divorce est caduque.

Article 251
L'époux qui forme une demande en divorce présente, par avocat, une requête au juge, sans indiquer les motifs du divorce.

Article 252
Une tentative de conciliation est obligatoire avant l'instance judiciaire. Elle peut être renouvelée pendant l'instance.
Le juge cherche à concilier les époux tant sur le principe du divorce que sur ses conséquences.

Article 252-1
Lorsque le juge cherche à concilier les époux, il doit s'entretenir personnellement avec chacun d'eux séparément avant de
les réunir en sa présence.
Les avocats sont ensuite appelés à assister et à participer à l'entretien.
Dans le cas où l'époux qui n'a pas formé la demande ne se présente pas à l'audience ou se trouve hors d'état de
manifester sa volonté, le juge s'entretient avec l'autre conjoint et l'invite à la réflexion.

Article 252-2
La tentative de conciliation peut être suspendue et reprise sans formalité, en ménageant aux époux des temps de
réflexion dans une limite de huit jours.
Si un plus long délai paraît utile, le juge peut décider de suspendre la procédure et de recourir à une nouvelle tentative
de conciliation dans les six mois au plus. Il ordonne, s'il y a lieu, les mesures provisoires nécessaires.

Article 252-3
Lorsque le juge constate que le demandeur maintient sa demande, il incite les époux à régler les conséquences du
divorce à l'amiable.
Il leur demande de présenter pour l'audience de jugement un projet de règlement des effets du divorce. A cet effet, il
peut prendre les mesures provisoires prévues à l'article 255.

Article 252-4
Ce qui a été dit ou écrit à l'occasion d'une tentative de conciliation, sous quelque forme qu'elle ait eu lieu, ne pourra pas
être invoqué pour ou contre un époux ou un tiers dans la suite de la procédure.

Article 253
Les époux ne peuvent accepter le principe de la rupture du mariage et le prononcé du divorce sur le fondement de l'article
233 que s'ils sont chacun assistés par un avocat.

[…]
Article 259
Les faits invoqués en tant que causes de divorce ou comme défenses à une demande peuvent être établis par tout mode
de preuve, y compris l'aveu. Toutefois, les descendants ne peuvent jamais être entendus sur les griefs invoqués par les
époux.

Article 259-1
Un époux ne peut verser aux débats un élément de preuve qu'il aurait obtenu par violence ou fraude.

Article 259-2
Les constats dressés à la demande d'un époux sont écartés des débats s'il y a eu violation de domicile ou atteinte illicite
à l'intimité de la vie privée.

Article 259-3
Les époux doivent se communiquer et communiquer au juge ainsi qu'aux experts et aux autres personnes désignées par
lui en application des 9º et 10º de l'article 255, tous renseignements et documents utiles pour fixer les prestations et
pensions et liquider le régime matrimonial.
Le juge peut faire procéder à toutes recherches utiles auprès des débiteurs ou de ceux qui détiennent des valeurs pour le
compte des époux sans que le secret professionnel puisse être opposé.

Chapitre III : Des conséquences du divorce


Section I : De la date à laquelle se produisent les effets du divorce

Article 260
6
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
La décision qui prononce le divorce dissout le mariage à la date à laquelle elle prend force de chose jugée.

[…] Article 263


Si les époux divorcés veulent contracter entre eux une autre union, une nouvelle célébration du mariage est nécessaire.

Article 264
A la suite du divorce, chacun des époux perd l'usage du nom de son conjoint.
L'un des époux peut néanmoins conserver l'usage du nom de l'autre, soit avec l'accord de celui-ci, soit avec
l'autorisation du juge, s'il justifie d'un intérêt particulier pour lui ou pour les enfants.

[…] Article 266


Sans préjudice de l'application de l'article 270, des dommages et intérêts peuvent être accordés à un époux en réparation
des conséquences d'une particulière gravité qu'il subit du fait de la dissolution du mariage soit lorsqu'il était défendeur à
un divorce prononcé pour altération définitive du lien conjugal et qu'il n'avait lui-même formé aucune demande en
divorce, soit lorsque le divorce est prononcé aux torts exclusifs de son conjoint.
Cette demande ne peut être formée qu'à l'occasion de l'action en divorce.

Article 267
A défaut d'un règlement conventionnel par les époux, le juge, en prononçant le divorce, ordonne la liquidation et le
partage de leurs intérêts patrimoniaux.
Il statue sur les demandes de maintien dans l'indivision ou d'attribution préférentielle.
Il peut aussi accorder à l'un des époux ou aux deux une avance sur sa part de communauté ou de biens indivis.
Si le projet de liquidation du régime matrimonial établi par le notaire désigné sur le fondement du 10º de l'article 255
contient des informations suffisantes, le juge, à la demande de l'un ou l'autre des époux, statue sur les désaccords
persistant entre eux.

Article 267-1
Si les opérations de liquidation et de partage ne sont pas achevées dans le délai d'un an après que le jugement de
divorce est passé en force de chose jugée, le notaire transmet au tribunal un procès-verbal de difficultés reprenant les
déclarations respectives des parties.
Au vu de celui-ci, le tribunal peut accorder un délai supplémentaire d'une durée maximale de six mois.
Si, à l'expiration de ce délai, les opérations ne sont toujours pas achevées, le notaire en informe le tribunal. Il établit, si
les changements intervenus le rendent nécessaire, un nouveau procès-verbal.
Le tribunal statue sur les contestations subsistant entre les parties et les renvoie devant le notaire afin d'établir l'état
liquidatif.

Article 268
Les époux peuvent, pendant l'instance, soumettre à l'homologation du juge des conventions réglant tout ou partie des
conséquences du divorce.
Le juge, après avoir vérifié que les intérêts de chacun des époux et des enfants sont préservés, homologue les
conventions en prononçant le divorce.

Article 270
Le divorce met fin au devoir de secours entre époux.
L'un des époux peut être tenu de verser à l'autre une prestation destinée à compenser, autant qu'il est possible, la
disparité que la rupture du mariage crée dans les conditions de vie respectives. Cette prestation a un caractère forfaitaire.
Elle prend la forme d'un capital dont le montant est fixé par le juge.
Toutefois, le juge peut refuser d'accorder une telle prestation si l'équité le commande, soit en considération des critères
prévus à l'article 271, soit lorsque le divorce est prononcé aux torts exclusifs de l'époux qui demande le bénéfice de
cette prestation, au regard des circonstances particulières de la rupture.

Article 271
La prestation compensatoire est fixée selon les besoins de l'époux à qui elle est versée et les ressources de l'autre en
tenant compte de la situation au moment du divorce et de l'évolution de celle-ci dans un avenir prévisible.
A cet effet, le juge prend en considération notamment :
- la durée du mariage ;
- l'âge et l'état de santé des époux ;
- leur qualification et leur situation professionnelles ;
- les conséquences des choix professionnels faits par l'un des époux pendant la vie commune pour l'éducation des
enfants et du temps qu'il faudra encore y consacrer ou pour favoriser la carrière de son conjoint au détriment de la sienne ;
- le patrimoine estimé ou prévisible des époux, tant en capital qu'en revenu, après la liquidation du régime matrimonial
;
- leurs droits existants et prévisibles ;
- leur situation respective en matière de pensions de retraite.
6
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Article 272
Dans le cadre de la fixation d'une prestation compensatoire, par le juge ou par les parties, ou à l'occasion d'une demande
de révision, les parties fournissent au juge une déclaration certifiant sur l'honneur l'exactitude de leurs ressources,
revenus, patrimoine et conditions de vie.

Article 274
Le juge décide des modalités selon lesquelles s'exécutera la prestation compensatoire en capital parmi les formes
suivantes :
1º Versement d'une somme d'argent, le prononcé du divorce pouvant être subordonné à la constitution des garanties
prévues à l'article 277 ;
2º Attribution de biens en propriété ou d'un droit temporaire ou viager d'usage, d'habitation ou d'usufruit, le jugement
opérant cession forcée en faveur du créancier. Toutefois, l'accord de l'époux débiteur est exigé pour l'attribution en
propriété de biens qu'il a reçus par succession ou donation.

Article 275
Lorsque le débiteur n'est pas en mesure de verser le capital dans les conditions prévues par l'article 274, le juge fixe les
modalités de paiement du capital, dans la limite de huit années, sous forme de versements périodiques indexés selon les
règles applicables aux pensions alimentaires.
Le débiteur peut demander la révision de ces modalités de paiement en cas de changement important de sa situation. A
titre exceptionnel, le juge peut alors, par décision spéciale et motivée, autoriser le versement du capital sur une durée
totale supérieure à huit ans.
Le débiteur peut se libérer à tout moment du solde du capital indexé.
Après la liquidation du régime matrimonial, le créancier de la prestation compensatoire peut saisir le juge d'une
demande en paiement du solde du capital indexé.

Article 276
A titre exceptionnel, le juge peut, par décision spécialement motivée, lorsque l'âge ou l'état de santé du créancier ne lui
permet pas de subvenir à ses besoins, fixer la prestation compensatoire sous forme de rente viagère. Il prend en
considération les éléments d'appréciation prévus à l'article 271.
Le montant de la rente peut être minoré, lorsque les circonstances l'imposent, par l'attribution d'une fraction en capital
parmi les formes prévues à l'article 274.

***
Titre XII : Du pacte civil de solidarité et du concubinage
Chapitre I : Du pacte civil de solidarité
Article 515-1 (inséré par Loi nº 99-944 du 15 novembre 1999 art. 1 Journal Officiel du 16 novembre 1999)
Un pacte civil de solidarité est un contrat conclu par deux personnes physiques majeures, de sexe différent ou de même
sexe, pour organiser leur vie commune.

Article 515-2
A peine de nullité, il ne peut y avoir de pacte civil de solidarité :
1º Entre ascendant et descendant en ligne directe, entre alliés en ligne directe et entre collatéraux jusqu'au troisième
degré inclus ;
2º Entre deux personnes dont l'une au moins est engagée dans les liens du mariage ;
3º Entre deux personnes dont l'une au moins est déjà liée par un pacte civil de solidarité.

Article 515-3
Deux personnes qui concluent un pacte civil de solidarité en font la déclaration conjointe au greffe du tribunal d'instance
dans le ressort duquel elles fixent leur résidence commune.
A peine d'irrecevabilité, elles produisent au greffier la convention passée entre elles en double original et joignent les
pièces d'état civil permettant d'établir la validité de l'acte au regard de l'article 515-2 ainsi qu'un certificat du greffe du
tribunal d'instance de leur lieu de naissance ou, en cas de naissance à l'étranger, du greffe du tribunal de grande instance
de Paris, attestant qu'elles ne sont pas déjà liées par un pacte civil de solidarité.
Après production de l'ensemble des pièces, le greffier inscrit cette déclaration sur un registre.
Le greffier vise et date les deux exemplaires originaux de la convention et les restitue à chaque partenaire.
Il fait porter mention de la déclaration sur un registre tenu au greffe du tribunal d'instance du lieu de naissance de
chaque partenaire ou, en cas de naissance à l'étranger, au greffe du tribunal de grande instance de Paris.
L'inscription sur le registre du lieu de résidence confère date certaine au pacte civil de solidarité et le rend opposable
aux tiers.

6
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
Toute modification du pacte fait l'objet d'une déclaration conjointe inscrite au greffe du tribunal d'instance qui a reçu
l'acte initial, à laquelle est joint, à peine d'irrecevabilité et en double original, l'acte portant modification de la convention.
Les formalités prévues au quatrième alinéa sont applicables.
A l'étranger, l'inscription de la déclaration conjointe d'un pacte liant deux partenaires dont l'un au moins est de
nationalité française et les formalités prévues aux deuxième et quatrième alinéas sont assurées par les agents
diplomatiques et consulaires français ainsi que celles requises en cas de modification du pacte.

Article 515-4
Les partenaires liés par un pacte civil de solidarité s'apportent une aide mutuelle et matérielle. Les modalités de cette
aide sont fixées par le pacte.
Les partenaires sont tenus solidairement à l'égard des tiers des dettes contractées par l'un d'eux pour les besoins de la
vie courante et pour les dépenses relatives au logement commun.

Article 515-5
Les partenaires d'un pacte civil de solidarité indiquent, dans la convention visée au deuxième alinéa de l'article 515-3,
s'ils entendent soumettre au régime de l'indivision les meubles meublants dont ils feraient l'acquisition à titre onéreux
postérieurement à la conclusion du pacte. A défaut, ces meubles sont présumés indivis par moitié. Il en est de même
lorsque la date d'acquisition de ces biens ne peut être établie.
Les autres biens dont les partenaires deviennent propriétaire s à titre onéreux postérieurement à la conclusion du pacte
sont présumés indivis par moitié si l'acte d'acquisition ou de souscription n'en dispose autrement.

Article 515-6
Les dispositions de l'article 832 sont applicables entre partenaires d'un pacte civil de solidarité en cas de dissolution de
celui-ci, à l'exception de celles relatives à tout ou partie d'une exploitation agricole, ainsi qu'à une quote-part indivise ou
aux parts sociales de cette exploitation.

Article 515-7
Lorsque les partenaires décident d'un commun accord de mettre fin au pacte civil de solidarité, ils remettent une
déclaration conjointe écrite au greffe du tribunal d'instance dans le ressort duquel l'un d'entre eux au moins a sa
résidence. Le greffier inscrit cette déclaration sur un registre et en assure la conservation.
Lorsque l'un des partenaires décide de mettre fin au pacte civil de solidarité, il signifie à l'autre sa décision et adresse
copie de cette signification au greffe du tribunal d'instance qui a reçu l'acte initial.
Lorsque l'un des partenaires met fin au pacte civil de solidarité en se mariant, il en informe l'autre par voie de
signification et adresse copies de celle-ci et de son acte de naissance, sur lequel est portée mention du mariage, au greffe
du tribunal d'instance qui a reçu l'acte initial.
Lorsque le pacte civil de solidarité prend fin par le décès de l'un au moins des partenaires, le survivant ou tout
intéressé adresse copie de l'acte de décès au greffe du tribunal d'instance qui a reçu l'acte initial.
Le greffier, qui reçoit la déclaration ou les actes prévus aux alinéas précédents, porte ou fait porter mention de la fin
du pacte en marge de l'acte initial. Il fait également procéder à l'inscription de cette mention en marge du registre prévu
au cinquième alinéa de l'article 515-3.
A l'étranger, la réception, l'inscription et la conservation de la déclaration ou des actes prévus aux quatre premiers
alinéas sont assurées par les agents diplomatiques et consulaires français, qui procèdent ou font procéder également aux
mentions prévues à l'alinéa précédent.
Le pacte civil de solidarité prend fin, selon le cas :
1º Dès la mention en marge de l'acte initial de la déclaration conjointe prévue au premier alinéa ;
2º Trois mois après la signification délivrée en application du deuxième alinéa, sous réserve qu'une copie en ait été
portée à la connaissance du greffier du tribunal désigné à cet alinéa ;
3º A la date du mariage ou du décès de l'un des partenaires.
Les partenaires procèdent eux-mêmes à la liquidation des droits et obligations résultant pour eux du pacte civil de
solidarité. A défaut d'accord, le juge statue sur les conséquences patrimoniales de la rupture, sans préjudice de la
réparation du dommage éventuellement subi.

Chapitre II : Du concubinage
Article 515-8 (inséré par Loi nº 99-944 du 15 novembre 1999 art. 3 Journal Officiel du 16 novembre 1999)
Le concubinage est une union de fait, caractérisée par une vie commune présentant un caractère de stabilité et de
continuité, entre deux personnes, de sexe différent ou de même sexe, qui vivent en couple.

6
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Cass. ch. réunies 24.4.1862 Berthon


LA COUR

Attendu que l'erreur dans la personne, dont les art. 146 et 180 c. Nap. ont fait une cause de nullité de mariage, ne s'entend,
sous la nouvelle comme sous l'ancienne législation, que d'une erreur portant sur la personne elle-même ;

Attendu que si la nullité ainsi établie ne doit pas être restreinte au cas unique de l'erreur provenant d'une substitution
frauduleuse de personne au moment de la célébration, si elle peut également recevoir son application quand l'erreur
procède de ce que l'un des époux s'est fait agréer, en se présentant comme membre d'une famille qui n'est pas la sienne,
et s'est attribué les conditions d'origine et de filiation qui appartiennent à un autre, le texte et l'esprit de l'art. 180 écartent
virtuellement de sa disposition les erreurs d'une autre nature, et n'admettent la nullité que pour l'erreur qui porte sur
l'identité de la personne, et par le résultat de laquelle l'une des parties a épousé une personne autre que celle à laquelle
elle croyait s'unir ;

Qu'ainsi la nullité pour erreur dans la personne reste sans extension possible aux simples erreurs sur des conditions ou des
qualités de la personne, sur des flétrissures qu'elle aurait subies, et spécialement à l'erreur de l'époux qui a ignoré la
condamnation à des peines afflictives ou infamantes antérieurement prononcée contre son conjoint, et la privation des
droits civils et civiques qui s'en est suivie ;

Que la déchéance établie par l'art. 34 c. pén. ne constitue par elle-même ni un empêchement au mariage, ni une cause de
nullité de l'union contractée ;

Qu'elle ne touche non plus en rien à l'identité de la personne ; qu'elle ne peut donc motiver une action en nullité pour
erreur dans la personne ;

Qu'en le jugeant ainsi et en rejetant la demande en nullité de son mariage formée par Zoé H..., et motivée sur l'ignorance
où elle avait été, à l'époque du mariage, de la condamnation à quinze ans de travaux forcés qu'avait antérieurement
subie B..., son mari, et la privation des droits civils et civiques qui en avait été la suite, l'arrêt attaqué n'a fait qu'une juste
et saine application des art. 146 et 180 c. Nap.

Par ces motifs, rejette...

Cass. civ. 1. 20.11.1963 Appietto


LA COUR

Sur le moyen unique :

Attendu qu'il résulte des constations des juges du fond qu'Appietto a demandé la nullité du mariage qu'il a contracté à
Ajaccio avec demoiselle Liliane Feibelman, exposant qu'il n'avait consenti à cette union que dans le but de conférer la
légitimité à l'enfant dont il était le père, mais qu'il n'avait aucune intention de fonder un foyer et qu'il fut convenu entre
les futurs époux que le divorce serait demandé dès la célébration du mariage ;

Attendu qu'il est fait grief à l'arrêt confirmatif attaqué (Bastia, 9 avril 1962) d'avoir débouté l'appelant de sa demande, au
motif que le mariage n'était ni entaché du vice d'erreur ni du vice de violence, alors que les époux n'avaient pas
l'intention véritable et sérieuse de fonder une famille ;

Mais attendu que si le mariage est nul, faute de consentement, lorsque les époux ne se sont prêtés à la cérémonie qu'en
vue d'atteindre un résultat étranger à l'union matrimoniale, il est au contraire valable lorsque les conjoints ont cru pouvoir
limiter ses effets légaux et notamment n'ont donné leur consentement que dans le but de conférer à l'enfant commun la
situation d'enfant légitime ;

Attendu que tant par ses motifs propres que par ceux des premiers juges qu'il adopte, l'arrêt relève exactement que « le
désir et le souci d'assurer à un enfant une naissance légitime au sein d'un foyer légalement fondé constitue l'une des
raisons majeures... de l'institution du mariage » et que le mariage est « une institution d'ordre public à laquelle les parties
contractantes ne peuvent apporter les modifications que leur intérêt ou les circonstances exigeraient » ; qu'ainsi l'arrêt
attaqué qui est motivé, n'a pas violé les textes visés au moyen et que le grief doit être écarté ;

Par ces motifs, rejette...

7
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

THEME 7 : DROIT DES CONTRATS (LE


CONTRAT EN DROIT FRANÇAIS – LA RESPONSABILITE
CONTRACTUELLE)

CODE CIVIL

Titre III : Des contrats ou des obligations conventionnelles en général


Chapitre I : Dispositions préliminaires
Article 1101
Le contrat est une convention par laquelle une ou plusieurs personnes s'obligent, envers une ou plusieurs autres, à donner,
à faire ou à ne pas faire quelque chose.

Article 1102
Le contrat est synallagmatique ou bilatéral lorsque les contractants s'obligent réciproquement les uns envers les autres.

Article 1103
Il est unilatéral lorsqu'une ou plusieurs personnes sont obligées envers une ou plusieurs autres, sans que de la part de ces
dernières il y ait d'engagement.

Article 1104
Il est commutatif lorsque chacune des parties s'engage à donner ou à faire une chose qui est regardée comme l'équivalent
de ce qu'on lui donne, ou de ce qu'on fait pour elle.
Lorsque l'équivalent consiste dans la chance de gain ou de perte pour chacune des parties, d'après un événement
incertain, le contrat est aléatoire.

Article 1105
Le contrat de bienfaisance est celui dans lequel l'une des parties procure à l'autre un avantage purement gratuit.

Article 1106
Le contrat à titre onéreux est celui qui assujettit chacune des parties à donner ou à faire quelque chose.

Article 1107
Les contrats, soit qu'ils aient une dénomination propre, soit qu'ils n'en aient pas, sont soumis à des règles générales, qui
sont l'objet du présent titre.
Les règles particulières à certains contrats sont établies sous les titres relatifs à chacun d'eux ; et les règles particulières
aux transactions commerciales sont établies par les lois relatives au commerce.

Chapitre II : Des conditions essentielles pour la validité des conventions

Article 1108
Quatre conditions sont essentielles pour la validité d'une convention :
Le consentement de la partie qui s'oblige ;
Sa capacité de contracter ;
Un objet certain qui forme la matière de l'engagement ;
Une cause licite dans l'obligation.

Article 1108-1 (inséré par Loi nº 2004-575 du 21 juin 2004 art. 25 I Journal Officiel du 22 juin 2004)
Lorsqu'un écrit est exigé pour la validité d'un acte juridique, il peut être établi et conservé sous forme électronique dans
les conditions prévues aux articles 1316-1 et 1316-4 et, lorsqu'un acte authentique est requis, au second alinéa de l'article
1317.
Lorsqu'est exigée une mention écrite de la main même de celui qui s'oblige, ce dernier peut l'apposer sous forme
électronique si les conditions de cette apposition sont de nature à garantir qu'elle ne peut être effectuée que par lui-même.

Article 1108-2 (inséré par Loi nº 2004-575 du 21 juin 2004 art. 25 I Journal Officiel du 22 juin 2004)
Il est fait exception aux dispositions de l'article 1108-1 pour :
7
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
1º Les actes sous seing privé relatifs au droit de la famille et des successions ;
2º Les actes sous seing privé relatifs à des sûretés personnelles ou réelles, de nature civile ou commerciale, sauf s'ils sont
passés par une personne pour les besoins de sa profession.

Section I : Du consentement

Article 1109
Il n'y a point de consentement valable, si le consentement n'a été donné que par erreur, ou s'il a été extorqué par
violence ou surpris par dol.

Article 1110
L'erreur n'est une cause de nullité de la convention que lorsqu'elle tombe sur la substance même de la chose qui en est
l'objet.
Elle n'est point une cause de nullité, lorsqu'elle ne tombe que sur la personne avec laquelle on a intention de contracter, à
moins que la considération de cette personne ne soit la cause principale de la convention.

Article 1111
La violence exercée contre celui qui a contracté l'obligation, est une cause de nullité, encore qu'elle ait été exercée par
un tiers autre que celui au profit duquel la convention a été faite.

Article 1112
Il y a violence, lorsqu'elle est de nature à faire impression sur une personne raisonnable, et qu'elle peut lui inspirer la
crainte d'exposer sa personne ou sa fortune à un mal considérable et présent.
On a égard, en cette matière, à l'âge, au sexe et à la condition des personnes.

Article 1113
La violence est une cause de nullité du contrat, non seulement lorsqu'elle a été exercée sur la partie contractante, mais
encore lorsqu'elle l'a été sur son époux ou sur son épouse, sur ses descendants ou ses ascendants.

Article 1114
La seule crainte révérencielle envers le père, la mère, ou autre ascendant, sans qu'il y ait eu de violence exercée, ne suffit
point pour annuler le contrat.

Article 1115
Un contrat ne peut plus être attaqué pour cause de violence, si, depuis que la violence a cessé, ce contrat a été approuvé
soit expressément, soit tacitement, soit en laissant passer le temps de la restitution fixé par la loi.

Article 1116
Le dol est une cause de nullité de la convention lorsque les manoeuvres pratiquées par l'une des parties sont telles, qu'il
est évident que, sans ces manoeuvres, l'autre partie n'aurait pas contracté.
Il ne se présume pas, et doit être prouvé.

Article 1117
La convention contractée par erreur, violence ou dol, n'est point nulle de plein droit ; elle donne seulement lieu à une
action en nullité ou en rescision, dans les cas et de la manière expliqués à la section VII du chapitre V du présent titre.

Article 1118
La lésion ne vicie les conventions que dans certains contrats ou à l'égard de certaines personnes, ainsi qu'il sera expliqué
en la même section.

Article 1119
On ne peut, en général, s'engager, ni stipuler en son propre nom, que pour soi-même.

Article 1120
Néanmoins on peut se porter fort pour un tiers, en promettant le fait de celui-ci ; sauf l'indemnité contre celui qui s'est
porté fort ou qui a promis de faire ratifier, si le tiers refuse de tenir l'engagement.

Article 1121
On peut pareillement stipuler au profit d'un tiers, lorsque telle est la condition d'une stipulation que l'on fait pour soi-
même ou d'une donation que l'on fait à un autre. Celui qui a fait cette stipulation ne peut plus la révoquer, si le tiers a
déclaré vouloir en profiter.

Article 1122
7
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
On est censé avoir stipulé pour soi et pour ses héritiers et ayants cause, à moins que le contraire ne soit exprimé ou ne
résulte de la nature de la convention.

Section III : De l'objet et de la matière des contrats

Article 1126
Tout contrat a pour objet une chose qu'une partie s'oblige à donner, ou qu'une partie s'oblige à faire ou à ne pas faire.

Article 1127
Le simple usage ou la simple possession d'une chose peut être, comme la chose même, l'objet du contrat.

Article 1128
Il n'y a que les choses qui sont dans le commerce qui puissent être l'objet des conventions.

Article 1129
Il faut que l'obligation ait pour objet une chose au moins déterminée quant à son espèce.
La quotité de la chose peut être incertaine, pourvu qu'elle puisse être déterminée.

Article 1130
Les choses futures peuvent être l'objet d'une obligation.
On ne peut cependant renoncer à une succession non ouverte, ni faire aucune stipulation sur une pareille succession,
même avec le consentement de celui de la succession duquel il s'agit.

Section IV : De la cause

Article 1131
L'obligation sans cause, ou sur une fausse cause, ou sur une cause illicite, ne peut avoir aucun effet.

Article 1132
La convention n'est pas moins valable, quoique la cause n'en soit pas exprimée.

Article 1133
La cause est illicite, quand elle est prohibée par la loi, quand elle est contraire aux bonnes moeurs ou à l'ordre public.

Chapitre III : De l'effet des obligations


Section I : Dispositions générales

Article 1134
Les conventions légalement formées tiennent lieu de loi à ceux qui les ont faites.
Elles ne peuvent être révoquées que de leur consentement mutuel, ou pour les causes que la loi autorise.
Elles doivent être exécutées de bonne foi.

Article 1135
Les conventions obligent non seulement à ce qui y est exprimé, mais encore à toutes les suites que l'équité, l'usage ou la
loi donnent à l'obligation d'après sa nature.

Section II : De l'obligation de donner

Article 1136
L'obligation de donner emporte celle de livrer la chose et de la conserver jusqu'à la livraison, à peine de dommages et
intérêts envers le créancier.

Article 1137
L'obligation de veiller à la conservation de la chose, soit que la convention n'ait pour objet que l'utilité de l'une des parties,
soit qu'elle ait pour objet leur utilité commune, soumet celui qui en est chargé à y apporter tous les soins d'un bon père de
famille.
Cette obligation est plus ou moins étendue relativement à certains contrats, dont les effets, à cet égard, sont expliqués
sous les titres qui les concernent.

Article 1138
L'obligation de livrer la chose est parfaite par le seul consentement des parties contractantes.
7
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
Elle rend le créancier propriétaire et met la chose à ses risques dès l'instant où elle a dû être livrée, encore que la tradition
n'en ait point été faite, à moins que le débiteur ne soit en demeure de la livrer ; auquel cas la chose reste aux risques de ce
dernier.

Article 1139 (Loi nº 91-650 du 9 juillet 1991 art. 84 Journal Officiel du 14 juillet 1991 en vigueur le 1er août 1992)
Le débiteur est constitué en demeure, soit par une sommation ou par autre acte équivalent, telle une lettre missive
lorsqu'il ressort de ses termes une interpellation suffisante, soit par l'effet de la convention, lorsqu'elle porte que, sans qu'il
soit besoin d'acte et par la seule échéance du terme, le débiteur sera en demeure.

Article 1140
Les effets de l'obligation de donner ou de livrer un immeuble sont réglés au titre De la vente et au titre Des privilèges et
hypothèques.

Article 1141
Si la chose qu'on s'est obligé de donner ou de livrer à deux personnes successivement, est purement mobilière, celle des
deux qui en a été mise en possession réelle est préférée et en demeure propriétaire, encore que son titre soit postérieur en
date, pourvu toutefois que la possession soit de bonne foi.

Section III : De l'obligation de faire ou de ne pas faire

Article 1142
Toute obligation de faire ou de ne pas faire se résout en dommages et intérêts, en cas d'inexécution de la part du débiteur.

Article 1143
Néanmoins le créancier a le droit de demander que ce qui aurait été fait par contravention à l'engagement, soit détruit ;
et il peut se faire autoriser à le détruire aux dépens du débiteur, sans préjudice des dommages et intérêts s'il y a lieu.

Article 1144 (Loi nº 91-650 du 9 juillet 1991 art. 82 Journal Officiel du 14 juillet 1991 en vigueur le 1er août 1992)
Le créancier peut aussi, en cas d'inexécution, être autorisé à faire exécuter lui-même l'obligation aux dépens du débiteur.
Celui-ci peut être condamné à faire l'avance des sommes nécessaires à cette exécution.

Article 1145
Si l'obligation est de ne pas faire, celui qui y contrevient doit des dommages et intérêts par le seul fait de la contravention.

Article 1146 (Loi nº 91-650 du 9 juillet 1991 art. 85 Journal Officiel du 14 juillet 1991 en vigueur le 1er août 1992)
Les dommages et intérêts ne sont dus que lorsque le débiteur est en demeure de remplir son obligation, excepté
néanmoins lorsque la chose que le débiteur s'était obligé de donner ou de faire ne pouvait être donnée ou faite que dans un
certain temps qu'il a laissé passer. La mise en demeure peut résulter d'une lettre missive, s'il en ressort une interpellation
suffisante.

Article 1147
Le débiteur est condamné, s'il y a lieu, au paiement de dommages et intérêts, soit à raison de l'inexécution de
l'obligation, soit à raison du retard dans l'exécution, toutes les fois qu'il ne justifie pas que l'inexécution provient d'une
cause étrangère qui ne peut lui être imputée, encore qu'il n'y ait aucune mauvaise foi de sa part.

Article 1148
Il n'y a lieu à aucuns dommages et intérêts lorsque, par suite d'une force majeure ou d'un cas fortuit, le débiteur a été
empêché de donner ou de faire ce à quoi il était obligé, ou a fait ce qui lui était interdit.

Article 1149
Les dommages et intérêts dus au créancier sont, en général, de la perte qu'il a faite et du gain dont il a été privé, sauf les
exceptions et modifications ci-après.

Article 1150
Le débiteur n'est tenu que des dommages et intérêts qui ont été prévus ou qu'on a pu prévoir lors du contrat, lorsque ce
n'est point par son dol que l'obligation n'est point exécutée.

Article 1151
Dans le cas même où l'inexécution de la convention résulte du dol du débiteur, les dommages et intérêts ne doivent
comprendre à l'égard de la perte éprouvée par le créancier et du gain dont il a été privé, que ce qui est une suite
immédiate et directe de l'inexécution de la convention.

Article 1152 (Loi nº 75-597 du 9 juillet 1975 Journal Officiel du 10 juillet 1975) (Loi nº 85-1097 du 11 octobre 1985 art. 1
Journal Officiel du 15 octobre 1985)
7
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
Lorsque la convention porte que celui qui manquera de l'exécuter payera une certaine somme à titre de dommages-
intérêts, il ne peut être alloué à l'autre partie une somme plus forte, ni moindre.
Néanmoins, le juge peut, même d'office, modérer ou augmenter la peine qui avait été convenue, si elle est manifestement
excessive ou dérisoire. Toute stipulation contraire sera réputée non écrite.

Article 1153 (Loi du 7 avril 1900 Journal Officiel du 10 avril 1900) (Ordonnance nº 59-148 du 7 janvier 1959 Journal
Officiel du 10 janvier 1959 en vigueur le 11 août 1959) (Loi nº 75-619 du 11 juillet 1975 Journal Officiel du 12 juillet 1975)
(Loi nº 92-644 du 13 juillet 1992 art. 5 Journal Officiel du 14 juillet 1992)
Dans les obligations qui se bornent au paiement d'une certaine somme, les dommages-intérêts résultant du retard dans
l'exécution ne consistent jamais que dans la condamnation aux intérêts au taux légal, sauf les règles particulières au
commerce et au cautionnement.
Ces dommages et intérêts sont dus sans que le créancier soit tenu de justifier d'aucune perte.
Ils ne sont dus que du jour de la sommation de payer, ou d'un autre acte équivalent telle une lettre missive s'il en ressort
une interpellation suffisante, excepté dans le cas où la loi les fait courir de plein droit.
Le créancier auquel son débiteur en retard a causé, par sa mauvaise foi, un préjudice indépendant de ce retard, peut
obtenir des dommages et intérêts distincts des intérêts moratoires de la créance.

Article 1153-1 (inséré par Loi nº 85-677 du 5 juillet 1985 art. 36 Journal Officiel du 6 juillet 1985 rectificatif JORF 23
novembre 1985 en vigueur le 1er janvier 1986)
En toute matière, la condamnation à une indemnité emporte intérêts au taux légal même en l'absence de demande ou de
disposition spéciale du jugement. Sauf disposition contraire de la loi, ces intérêts courent à compter du prononcé du
jugement à moins que le juge n'en décide autrement.
En cas de confirmation pure et simple par le juge d'appel d'une décision allouant une indemnité en réparation d'un
dommage, celle-ci porte de plein droit intérêt au taux légal à compter du jugement de première instance. Dans les autres
cas, l'indemnité allouée en appel porte intérêt à compter de la décision d'appel. Le juge d'appel peut toujours déroger aux
dispositions du présent alinéa.

Article 1154
Les intérêts échus des capitaux peuvent produire des intérêts, ou par une demande judiciaire, ou par une convention
spéciale, pourvu que, soit dans la demande, soit dans la convention, il s'agisse d'intérêts dus au moins pour une année
entière.

Article 1155
Néanmoins les revenus échus, tels que fermages, loyers, arrérages de rentes perpétuelles ou viagères, produisent intérêt
du jour de la demande ou de la convention.
La même règle s'applique aux restitutions de fruits, et aux intérêts payés par un tiers aux créanciers en acquit du débiteur.

Section V : De l'interprétation des conventions

Article 1156
On doit dans les conventions rechercher quelle a été la commune intention des parties contractantes, plutôt que de
s'arrêter au sens littéral des termes.

Article 1157
Lorsqu'une clause est susceptible de deux sens, on doit plutôt l'entendre dans celui avec lequel elle peut avoir quelque
effet, que dans le sens avec lequel elle n'en pourrait produire aucun.

Article 1158
Les termes susceptibles de deux sens doivent être pris dans le sens qui convient le plus à la matière du contrat.

Article 1159
Ce qui est ambigu s'interprète par ce qui est d'usage dans le pays où le contrat est passé.

Article 1160
On doit suppléer dans le contrat les clauses qui y sont d'usage, quoiqu'elles n'y soient pas exprimées.

Article 1161
Toutes les clauses des conventions s'interprètent les unes par les autres, en donnant à chacune le sens qui résulte de l'acte
entier.

Article 1162
Dans le doute, la convention s'interprète contre celui qui a stipulé et en faveur de celui qui a contracté l'obligation.
7
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Article 1163
Quelque généraux que soient les termes dans lesquels une convention est conçue, elle ne comprend que les choses sur
lesquelles il paraît que les parties se sont proposé de contracter.

Article 1164
Lorsque dans un contrat on a exprimé un cas pour l'explication de l'obligation, on n'est pas censé avoir voulu par là
restreindre l'étendue que l'engagement reçoit de droit aux cas non exprimés.

Section VI : De l'effet des conventions à l'égard des tiers

Article 1165
Les conventions n'ont d'effet qu'entre les parties contractantes ; elles ne nuisent point au tiers, et elles ne lui profitent que
dans le cas prévu par l'article 1121.

Article 1166
Néanmoins les créanciers peuvent exercer tous les droits et actions de leur débiteur, à l'exception de ceux qui sont
exclusivement attachés à la personne.

Article 1167 (Loi nº 65-570 du 13 juillet 1965 Journal Officiel du 14 juillet 1965)
Ils peuvent aussi, en leur nom personnel, attaquer les actes faits par leur débiteur en fraude de leurs droits.
Ils doivent néanmoins, quant à leurs droits énoncés au titre "Des successions" et au titre "Du contrat de mariage et des
régimes matrimoniaux", se conformer aux règles qui y sont prescrites.

Cour de Cassation, Chambre civile 1, 22 février 1978


CONTRATS ET OBLIGATIONS - Consentement - Erreur - Erreur sur la substance - Moment d'appréciation.

Sur le premier moyen : vu l'article 1110 du code civil ;


Attendu que, les époux Saint-Arroman ayant charge Rheims, commissaire-priseur, de la vente
d'un tableau attribué par l'expert Lebel a "l'école des Carrache", la réunion des musées nationaux a
exercé son droit de préemption, puis a présenté le tableau comme une oeuvre originale de Nicolas
Poussin ;
Que les époux Saint-Arroman ayant demandé la nullité de la vente pour erreur sur la qualité
substantielle de la chose vendue, la cour d'appel, estimant qu'il n'était pas prouvé que le tableau
litigieux fut une oeuvre authentique de Poussin, et qu'ainsi l'erreur alléguée n'était pas établie, a
débouté les époux Saint-Arroman de leur demande ;
Qu'en statuant ainsi, sans rechercher si, au moment de la vente, le consentement des vendeurs
n'avait pas été vicié par leur conviction erronée que le tableau ne pouvait pas être une oeuvre de
Nicolas Poussin, la cour d'appel n'a pas donne de base légale à sa décision ;
Par ces motifs, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur le second moyen : casse et annule en son
entier l'arrêt rendu entre les parties le 2 février 1976 par la cour d'appel de paris ;
Remet, en conséquence, la cause et les parties au même et semblable état ou elles étaient avant
ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel d'amiens.

Cour de Cassation, Chambre civile 3, 13 janvier 1999, N° de pourvoi : 96-


18309
CONTRATS ET OBLIGATIONS - Consentement - Violence - Eléments constitutifs - Constatations suffisantes

Sur le moyen unique :


Attendu, selon l'arrêt attaqué (Paris, 24 mai 1996), que, suivant un acte du 8 janvier 1980, Mme
X... a vendu une propriété à la société Jojema ; que, par acte du 7 mai 1991, Mme X... a assigné la
société Jojema en annulation de la vente pour violence morale ;
7
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
Attendu que la société Jojema fait grief à l'arrêt d'accueillir cette demande alors, selon le
moyen, d'une part, que les juges ne peuvent prononcer la nullité d'une convention sur le fondement des
articles 1111 et suivants du Code civil qu'après avoir recherché si la violence qu'ils retiennent présente
bien un caractère déterminant pour le consentement de la prétendue victime, la seule constatation de
cette violence étant en elle-même insuffisante ; qu'en la cause, les juges du fond se sont bornés à
affirmer que Mme X... avait subi des violences physiques et morales sans préciser, comme ils y étaient
invités par la société Jojema, en quoi la violence prétendument exercée avait déterminé le
consentement de l'appelante à vendre le bien objet du litige ; qu'en statuant ainsi, la cour d'appel a privé
sa décision de base légale au regard des articles 1111 et suivants du Code civil, d'autre part, que les
actes argués de violence doivent être antérieurs ou concomitants à l'expression du consentement, qu'en
se déterminant au seul regard d'éléments sporadiques, vagues et très espacés dans le temps (de 1972 à
1987), ou précis mais postérieurs (avril-mai 1980, 1982, 1985 et 1986) à la vente survenue le 8 janvier
1980, la cour d'appel n'a pas établi de lien temporel direct entre les pratiques relevées et l'expression
du consentement, violant ainsi les articles visés au précédent grief ;
Mais attendu qu'ayant souverainement retenu que Mme X... avait subi, de la part des membres
de la communauté animée par Roger Melchior, depuis 1972 et jusqu'en novembre 1987, date de son
départ, des violences physiques et morales de nature à faire impression sur une personne raisonnable et
à inspirer la crainte d'exposer sa personne ou sa fortune à un mal considérable et présent, alors que
séparée de son époux et ayant à charge ses enfants, elle était vulnérable et que ces violences l'avaient
conduite à conclure l'acte de vente de sa maison en faveur de la société Jojema afin que les membres
de la communauté fussent hébergés dans cet immeuble, la cour d'appel, qui pouvait se fonder sur des
éléments d'appréciation postérieurs à la date de formation du contrat, a légalement justifié sa
décision ;
PAR CES MOTIFS :
REJETTE le pourvoi.

Cour de Cassation, Chambre civile 1, 29 juin 1994, N° de


pourvoi : 92-13563
CONTRATS ET OBLIGATIONS - Objet - Chose dans le commerce - Corps humain (non)

Sur le moyen unique :


Vu les articles 6 et 1128 du Code civil, ensemble les articles 353 et 361 du même Code ;
Attendu que la convention par laquelle une femme s'engage, fût-ce à titre gratuit, à concevoir et
à porter un enfant pour l'abandonner à sa naissance contrevient tant au principe d'ordre public de
l'indisponibilité du corps humain qu'à celui de l'indisponibilité de l'état des personnes ;
Attendu que Mme Y..., alors épouse de M. X..., étant atteinte de stérilité, son mari a donné son
sperme à Mme Z... qui, inséminée artificiellement, a porté et mis au monde l'enfant ainsi conçu ; qu'à
sa naissance, le 17 novembre 1985, cette enfant, prénommée Solène, a été déclarée comme étant née
de Mme Z... ; qu'elle a été ensuite successivement reconnue par celle-ci, puis par M. X... ; que Mme
Z..., qui avait aussitôt remis l'enfant aux époux X..., a, le 16 juin 1986, donné son consentement à
l'adoption plénière de la jeune Solène par ceux-ci ; que, toutefois, M. X... ne s'est pas associé à cette
procédure et Mme Y... ayant quitté le domicile conjugal en emmenant l'enfant, a formé une action en
divorce ; qu'après avoir déposé une requête en adoption plénière, Mme Y... a assigné son mari devant
le tribunal de grande instance, qui a accueilli sa demande ; que la cour d'appel, statuant après le divorce
des époux X..., a infirmé partiellement cette décision et prononcé l'adoption simple de l'enfant par
Mme Y... ;
Attendu que pour se prononcer ainsi, l'arrêt attaqué retient qu'il est du devoir de la société de
protéger l'enfant contre les erreurs des adultes et que l'adoption est conforme à l'intérêt de la jeune
Solène, qui vit depuis sa naissance auprès de Mme Y... ; qu'il ajoute que la solution contraire priverait
injustement cette dernière de tout droit sur l'enfant alors que M. X... pourrait exercer ses droits de père
naturel ;
Attendu qu'en se déterminant ainsi, alors que cette adoption n'était que l'ultime phase d'un
processus d'ensemble destiné à permettre à un couple l'accueil à son foyer d'un enfant, conçu en

7
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
exécution d'un contrat tendant à l'abandon à sa naissance par sa mère, et que, portant atteinte aux
principes de l'indisponibilité du corps humain et de l'état des personnes, ce processus constituait un
détournement de l'institution de l'adoption, la cour d'appel a violé les textes susvisés ;
Et attendu qu'il y a lieu, conformément à l'article 627, alinéa 2, du nouveau Code de procédure
civile, de mettre fin au litige en appliquant la règle de droit appropriée ;
PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE, en toutes ses dispositions, l'arrêt rendu le 22 janvier 1992,
entre les parties, par la cour d'appel de Poitiers ;
DIT n'y avoir lieu à renvoi ; REJETTE la demande de Mme Y... tendant à l'adoption de l'enfant Solène
Z..

Cour de Cassation, Chambre civile 1, 7 octobre 1998, N° de


pourvoi : 96-14359
CONTRATS ET OBLIGATIONS - Cause - Cause illicite - Cause illicite ou immorale - Absence de connaissance de cette
cause par l'une des parties - Annulation du contrat - Possibilité

Sur le moyen unique, pris en ses deux branches :


Attendu que, par acte sous seing privé du 17 juin 1981, M. X... a reconnu devoir à son épouse
une somme, remboursable avec un préavis de trois mois ; qu'après leur divorce, Mme X..., devenue
Mme Y..., a, par acte du 14 juin 1989, accepté que le prêt lui soit remboursé sous forme d'une
augmentation de la pension alimentaire que lui versait son ex-mari ; qu'en 1993, elle l'a assigné en
remboursement du solde du prêt ;
Attendu que M. X... fait grief à l'arrêt attaqué (Versailles, 23 février 1996) d'avoir annulé pour
cause illicite l'acte du 14 juin 1989 et fait droit à la demande de son ex-épouse, alors, selon le moyen,
d'une part, qu'en ne constatant pas que l'accord avait eu pour motif déterminant des déductions fiscales
illégales et en ne recherchant pas s'il n'avait pas eu pour motif déterminant de réaliser l'étalement du
remboursement du prêt dont le paiement était susceptible d'être réclamé à tout moment, la cour d'appel
a privé sa décision de base légale au regard de l'article 1131 du Code civil ; et alors, d'autre part,
qu'une convention ne peut être annulée pour cause illicite que lorsque les parties se sont engagées en
considération commune d'un motif pour elles déterminant ; qu'ayant constaté que Mme Y... déclarait à
l'administration fiscale l'intégralité des sommes reçues de M. X..., il s'en évinçait que Mme Y... ne
pouvait avoir eu pour motif déterminant de son accord la déductibilité, par M. X..., des sommes à elles
versées, en sorte que la cour d'appel, en retenant une cause illicite, a violé l'article précité ;
Mais attendu qu'un contrat peut être annulé pour cause illicite ou immorale, même lorsque l'une
des parties n'a pas eu connaissance du caractère illicite ou immoral du motif déterminant de la
conclusion du contrat ; que l'arrêt ayant retenu que l'acte du 14 juin 1989 avait une cause illicite en ce
qu'il avait pour but de permettre à M. X... de déduire des sommes non fiscalement déductibles, Mme
Y... était fondée à demander l'annulation de la convention ; qu'ainsi, la cour d'appel, qui n'avait pas à
effectuer la recherche inopérante visée à la première branche du moyen, a légalement justifié sa
décision
PAR CES MOTIFS : REJETTE le pourvoi.

7
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

THEME 8 : LE DROIT DE LA PROPRIETE


(le transfert de la propriété mobilière et
immobilière – l’usufruit – les servitudes)

Livre II - Des biens et des différentes modifications de la propriété

Titre I - De la distinction des biens

Art. 516
Tous les biens sont meubles ou immeubles.

Chapitre I - Des immeubles

Art. 517
Les biens sont immeubles, ou par leur nature, ou par leur destination, ou par l'objet auquel ils s'appliquent.

Art. 518
Les fonds de terre et les bâtiments sont immeubles par leur nature.

Art. 519
Les moulins à vent ou à eau, fixés sur piliers et faisant partie du bâtiment, sont aussi immeubles par leur nature.

Art. 520
Les récoltes pendantes par les racines, et les fruits des arbres non encore recueillis, sont pareillement immeubles.

Dès que les grains sont coupés et les fruits détachés, quoique non enlevés, ils sont meubles.

Si une partie seulement de la récolte est coupée, cette partie seule est meuble.

Art. 521
Les coupes ordinaires des bois taillis ou de futaies mises en coupes réglées ne deviennent meubles qu'au fur et à mesure
que les arbres sont abattus.

Art. 522
Les animaux que le propriétaire du fonds livre au fermier ou au métayer pour la culture, estimés ou non, sont censés
immeubles tant qu'ils demeurent attachés au fonds par l'effet de la convention.

Ceux qu'il donne à cheptel à d'autres qu'au fermier ou métayer, sont meubles.

Art. 523
Les tuyaux servant à la conduite des eaux dans une maison ou autre héritage sont immeubles et font partie du fonds
auquel ils sont attachés.

Art. 524
(Loi nº 84-512 du 29 juin 1984 art. 8-i Journal Officiel du 30 juin 1984 en vigueur le 1er juillet 1985)
(Loi nº 99-5 du 6 janvier 1999 art. 24 Journal Officiel du 7 janvier 1999)
Les animaux et les objets que le propriétaire d'un fonds y a placés pour le service et l'exploitation de ce fonds sont
immeubles par destination.
Ainsi, sont immeubles par destination, quand ils ont été placés par le propriétaire pour le service et l'exploitation du
fonds :
Les animaux attachés à la culture ;
Les ustensiles aratoires ;
Les semences données aux fermiers ou colons partiaires ;
Les pigeons des colombiers ;
Les lapins des garennes ;
Les ruches à miel ;

7
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
Les poissons des eaux non visées à l'article 402 du code rural et des plans d'eau visés aux articles 432 et 433 du même
code ;
Les pressoirs, chaudières, alambics, cuves et tonnes ;
Les ustensiles nécessaires à l'exploitation des forges, papeteries et autres usines ;
Les pailles et engrais.
Sont aussi immeubles par destination, tous effets mobiliers que le propriétaire a attachés au fonds à perpétuelle
demeure.

Art. 525
Le propriétaire est censé avoir attaché à son fonds des effets mobiliers à perpétuelle demeure, quand ils y sont scellés en
plâtre ou à chaux ou à ciment, ou lorsqu'ils ne peuvent être détachés sans être fracturés et détériorés, ou sans briser ou
détériorer la partie du fonds à laquelle ils sont attachés.

Les glaces d'un appartement sont censées mises à perpétuelle demeure, lorsque le parquet sur lequel elles sont attachées
fait corps avec la boiserie.

Il en est de même des tableaux et autres ornements.

Quant aux statues, elles sont immeubles lorsqu'elles sont placées dans une niche pratiquée exprès pour les recevoir,
encore qu'elles puissent être enlevées sans fracture ou détérioration.

Art. 526
Sont immeubles, par l'objet auquel ils s'appliquent :

L'usufruit des choses immobilières ;

Les servitudes ou services fonciers ;

Les actions qui tendent à revendiquer un immeuble.

Chapitre II - Des meubles

Art. 527
Les biens sont meubles par leur nature, ou par la détermination de la loi.

Art. 528
(Texte issu de la loi n° 99-5 du 6 janvier 1999 (art.25))
Sont meubles par leur nature les animaux et les corps qui peuvent se transporter d'un lieu à un autre, soit qu'ils se meuvent
par eux-mêmes, soit qu'ils ne puissent changer de place que par l'effet d'une force étrangère.

Art. 529
Sont meubles par la détermination de la loi, les obligations et actions qui ont pour objet des sommes exigibles ou des
effets mobiliers, les actions ou intérêts dans les compagnies de finance, de commerce ou d'industrie, encore que des
immeubles dépendant de ces entreprises appartiennent aux compagnies. Ces actions ou intérêts sont réputés meubles à
l'égard de chaque associé seulement, tant que dure la société.

Sont aussi meubles par la détermination de la loi, les rentes perpétuelles ou viagères, soit sur l'État, soit sur des
particuliers.

Art. 530
Toute rente établie à perpétuité pour le prix de la vente d'un immeuble, ou comme condition de la cession à titre onéreux
ou gratuit d'un fonds immobilier, est essentiellement rachetable.

Il est néanmoins permis au créancier de régler les clauses et conditions du rachat.

Il lui est aussi permis de stipuler que la rente ne pourra lui être remboursée qu'après un certain terme, lequel ne peut
jamais excéder trente ans ; toute stipulation contraire est nulle.

Art. 531
Les bateaux, bacs, navires, moulins et bains sur bateaux, et généralement toutes usines non fixées par des piliers, et ne
faisant point partie de la maison, sont meubles : la saisie de quelques-uns de ces objets peut cependant, à cause de leur
importance, être soumise à des formes particulières, ainsi qu'il sera expliqué dans le Code de la procédure civile.

8
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
Art. 532
Les matériaux provenant de la démolition d'un édifice, ceux assemblés pour en construire un nouveau, sont meubles
jusqu'à ce qu'ils soient employés par l'ouvrier dans une construction.

Art. 533
Le mot meuble, employé seul dans les dispositions de la loi ou de l'homme, sans autre addition ni désignation, ne
comprend pas l'argent comptant, les pierreries, les dettes actives, les livres, les médailles, les instruments des sciences,
des arts et métiers, le linge de corps, les chevaux, équipages, armes, grains, vins, foins et autres denrées ; il ne comprend
pas aussi ce qui fait l'objet d'un commerce.

Art. 534
Les mots meubles meublants ne comprennent que les meubles destinés à l'usage et à l'ornement des appartements, comme
tapisseries, lits, sièges, glaces, pendules, tables, porcelaines et autres objets de cette nature.

Les tableaux et les statues qui font partie du meuble d'un appartement y sont aussi compris, mais non les collections de
tableaux qui peuvent être dans les galeries ou pièces particulières.

Il en est de même des porcelaines : celles seulement qui font partie de la décoration d'un appartement sont comprises sous
la dénomination de meubles meublants.

Art. 535
L'expression biens meubles, celle de mobilier ou d' effets mobiliers, comprennent généralement tout ce qui est censé
meuble d'après les règles ci-dessus établies.

La vente ou le don d'une maison meublée ne comprend que les meubles meublants.

Art. 536
La vente ou le don d'une maison, avec tout ce qui s'y trouve, ne comprend pas l'argent comptant, ni les dettes actives et
autres droits dont les titres peuvent être déposés dans la maison; tous les autres effets mobiliers y sont compris.

Chapitre III - Des biens dans leurs rapports avec ceux qui les possèdent

Art. 537
Les particuliers ont la libre disposition des biens qui leur appartiennent, sous les modifications établies par les lois. Les
biens qui n'appartiennent pas à des particuliers, sont administrés et ne peuvent être aliénés que dans les formes et suivant
les règles qui leur sont particulières.

Art. 538
Les chemins, routes et rues à la charge de l'État, les fleuves et rivières navigables ou flottables, les rivages, lais et relais de
la mer, les ports, les havres, les rades, et généralement toutes les portions du territoire français qui ne sont pas
susceptibles d'une propriété privée, sont considérés comme des dépendances du domaine public.

Art. 539
Tous les biens vacants et sans maître, et ceux des personnes qui décèdent sans héritiers, ou dont les successions sont
abandonnées, appartiennent au domaine public.

Art. 540
Les portes, murs, fossés, remparts des places de guerre et des forteresses, font aussi partie du domaine public.

Art. 541
Il en est de même des terrains, des fortifications et remparts des places qui ne sont plus places de guerre : ils appartiennent
à l'État, s'ils n'ont été valablement aliénés, ou si la propriété n'en a pas été prescrite contre lui.

Art. 542
Les biens communaux sont ceux à la propriété ou au produit desquels les habitants d'une ou plusieurs communes ont un
droit acquis.

Art. 543
On peut avoir sur les biens, ou un droit de propriété, ou un simple droit de jouissance, ou seulement des services fonciers
à prétendre.

8
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Titre II - De la propriété

Art. 544
La propriété est le droit de jouir et disposer des choses de la manière la plus absolue, pourvu qu'on n'en fasse pas un
usage prohibé par les lois ou par les règlements.

Art. 545
Nul ne peut être contraint de céder sa propriété, si ce n'est pour cause d'utilité publique, et moyennant une juste et
préalable indemnité.

Art. 546
La propriété d'une chose, soit mobilière, soit immobilière, donne droit sur tout ce qu'elle produit, et sur ce qui s'y unit
accessoirement, soit naturellement, soit artificiellement.

Ce droit s'appelle droit d'accession.

Chapitre I - Du droit d'accession sur ce qui est produit par la chose

Art. 547
Les fruits naturels ou industriels de la terre,

Les fruits civils,

Le croît des animaux, appartiennent au propriétaire par droit d'accession.

Art. 548
(Texte issu de la loi n° 60-464 du 17 mai 1960)
Les fruits produits par la chose n'appartiennent au propriétaire qu'à la charge de rembourser les frais des labours, travaux
et semences faits par des tiers et dont la valeur est estimée à la date du remboursement.

Art. 549
(Texte issu de la loi n° 60-464 du 17 mai 1960)
Le simple possesseur ne fait les fruits siens que dans le cas où il possède de bonne foi. Dans le cas contraire, il est tenu de
restituer les produits avec la chose au propriétaire qui la revendique; si lesdits produits ne se retrouvent pas en nature, leur
valeur est estimée à la date du remboursement.

Art. 550
Le possesseur est de bonne foi quand il possède comme propriétaire, en vertu d'un titre translatif de propriété dont il
ignore les vices.

Il cesse d'être de bonne foi du moment où ces vices lui sont connus.

Chapitre II - Du droit d'accession sur ce qui s'unit et s'incorpore à la chose

Art. 551
Tout ce qui s'unit et s'incorpore à la chose appartient au propriétaire, suivant les règles qui seront ci-après établies.

Section I - Du droit d'accession relativement aux choses immobilières

Art. 552
La propriété du sol emporte la propriété du dessus et du dessous.

Le propriétaire peut faire au-dessus toutes les plantations et constructions qu'il juge à propos, sauf les exceptions établies
au titre Des servitudes ou services fonciers.

Il peut faire au-dessous toutes les constructions et fouilles qu'il jugera à propos, et tirer de ces fouilles tous les produits
qu'elles peuvent fournir, sauf les modifications résultant des lois et règlements relatifs aux mines, et des lois et règlements
de police.

Art. 553
8
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
Toutes constructions, plantations et ouvrages sur un terrain ou dans l'intérieur, sont présumés faits par le propriétaire à
ses frais et lui appartenir, si le contraire n'est prouvé ; sans préjudice de la propriété qu'un tiers pourrait avoir acquise ou
pourrait acquérir par prescription, soit d'un souterrain sous le bâtiment d'autrui, soit de toute autre partie du bâtiment.

Art. 554
Texte issu de la loi n° 60-464 du 17 mai 1960
Le propriétaire du sol qui a fait des constructions, plantations et ouvrages avec des matériaux qui ne lui appartenaient
pas, doit en payer la valeur estimée à la date du paiement ; il peut aussi être condamné à des dommages-intérêts, s'il y a
lieu : mais le propriétaire des matériaux n'a pas le droit de les enlever.

Art. 555
Texte issu de la loi n° 60-464 du 17 mai 1960
Lorsque les plantations, constructions et ouvrages ont été faits par un tiers et avec des matériaux appartenant à ce dernier,
le propriétaire du fonds a le droit, sous réserve des dispositions de l'alinéa 4, soit d'en conserver la propriété, soit
d'obliger le tiers à les enlever.

Si le propriétaire du fonds exige la suppression des constructions, plantations et ouvrages, elle est exécutée aux frais du
tiers, sans aucune indemnité pour lui ; le tiers peut, en outre, être condamné à des dommages-intérêts pour le préjudice
éventuellement subi par le propriétaire du fonds.

Si le propriétaire du fonds préfère conserver la propriété des constructions, plantations et ouvrages, il doit, à son choix
rembourser au tiers, soit une somme égale à celle dont le fonds a augmenté de valeur, soit le coût des matériaux et le prix
de la main-d'oeuvre estimés à la date du remboursement, compte tenu de l'état dans lequel se trouvent lesdites
constructions, plantations et ouvrages.

Si les plantations, constructions et ouvrages ont été faits par un tiers évincé qui n'aurait pas été condamné, en raison de
sa bonne foi, à la restitution des fruits, le propriétaire ne pourra exiger la suppression desdits ouvrages, constructions et
plantations, mais il aura le choix de rembourser au tiers l'une ou l'autre des sommes visées à l'alinéa précédent.

Art. 556
Les atterrissements et accroissements qui se forment successivement et imperceptiblement aux fonds riverains d'un fleuve
ou d'une rivière, s'appellent alluvion.

L'alluvion profite au propriétaire riverain, soit qu'il s'agisse d'un fleuve ou d'une rivière navigable, flottable ou non; à la
charge, dans le premier cas, de laisser le marchepied ou chemin de halage, conformément aux règlements.

Art. 557
Il en est de même des relais que forme l'eau courante qui se retire insensiblement de l'une de ses rives en se portant sur
l'autre: le propriétaire de la rive découverte profite de l'alluvion, sans que le riverain du côté opposé y puisse venir
réclamer le terrain qu'il a perdu.

Ce droit n'a pas lieu à l'égard des relais de la mer.

Art. 558
L'alluvion n'a pas lieu à l'égard des lacs et étangs, dont le propriétaire conserve toujours le terrain que l'eau couvre quand
elle est à la hauteur de la décharge de l'étang, encore que le volume de l'eau vienne à diminuer.

Réciproquement, le propriétaire de l'étang n'acquiert aucun droit sur les terres riveraines que son eau vient à couvrir dans
des crues extraordinaires.

Art. 559
Si un fleuve ou une rivière, navigable ou non, enlève par une force subite une partie considérable et reconnaissable d'un
champ riverain, et la porte vers un champ inférieur ou sur la rive opposée, le propriétaire de la partie enlevée peut
réclamer sa propriété ; mais il est tenu de former sa demande dans l'année: après ce délai, il n'y sera plus recevable, à
moins que le propriétaire du champ auquel la partie enlevée a été unie, n'eût pas encore pris possession de celle-ci.

Art. 560
Les îles, îlots, atterrissements, qui se forment dans le lit des fleuves ou des rivières navigables ou flottables, appartiennent
à l'État s'il n'y a titre ou prescription contraire.

Art. 561
Les îles et atterrissements qui se forment dans les rivières non navigables et non flottables, appartiennent aux
propriétaires riverains du côté où l'île s'est formée : si l'île n'est pas formée d'un seul côté, elle appartient aux
propriétaires riverains des deux côtés, à partir de la ligne qu'on suppose tracée au milieu de la rivière.
8
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Art. 562
Si une rivière ou un fleuve, en se formant un bras nouveau, coupe et embrasse le champ d'un propriétaire riverain, et en
fait une île, ce propriétaire conserve la propriété de son champ, encore que l'île se soit formée dans un fleuve ou dans
une rivière navigable ou flottable.

Art. 563
Texte issu de la loi du 8 avril 1898
Si un fleuve ou une rivière navigable ou flottable se forme un nouveau cours en abandonnant son ancien lit, les
propriétaires riverains peuvent acquérir la propriété de cet ancien lit, chacun en droit soi, jusqu'à une ligne qu'on suppose
tracée au milieu de la rivière. Le prix de l'ancien lit est fixé par des experts nommés par le président du tribunal de la
situation des lieux, à la requête du préfet du département.

A défaut par les propriétaires riverains de déclarer, dans les trois mois de la notification qui leur sera faite par le préfet,
l'intention de faire l'acquisition aux prix fixés par les experts, il est procédé à l'aliénation de l'ancien lit selon les règles
qui président aux aliénations du domaine de l'État.

Le prix provenant de la vente est distribué aux propriétaires des fonds occupés par le nouveau cours, à titre d'indemnité,
dans la proportion de la valeur du terrain enlevé à chacun d'eux.

Art. 564
modifié par la loi n° 84-512 du 29 juin 1984
Les pigeons, lapins, poissons, qui passent dans un autre colombier, garenne ou (Loi du 29 juin 1984) « plan d'eau visé aux
articles 432 et 433 [actuels art. L. 231-6 et L. 231-7] du Code rural », appartiennent au propriétaire de ces objets, pourvu
qu'ils n'y aient point été attirés par fraude et artifice.

Section II - Du droit d'accession relativement aux choses mobilières

Art. 565
le droit d'accession, quand il a pour objet deux choses mobilières appartenant à deux maîtres différents, est entièrement
subordonné aux principes de l'équité naturelle.

Les règles suivantes serviront d'exemple au juge pour se déterminer, dans les cas non prévus, suivant les circonstances
particulières.

Art. 566
Texte issu de la loi n° 60-464 du 17 mai 1960
Lorsque deux choses appartenant à différents maîtres, qui ont été unies de manière à former un tout, sont néanmoins
séparables, en sorte que l'une puisse subsister sans l'autre, le tout appartient au maître de la chose qui forme la partie
principale, à la charge de payer à l'autre la valeur, estimée à la date du paiement, de la chose qui a été unie.

Art. 567
Est réputée partie principale celle à laquelle l'autre n'a été unie que pour l'usage, l'ornement ou le complément de la
première.

Art. 568
Néanmoins, quand la chose unie est beaucoup plus précieuse que la chose principale, et quand elle a été employée à
l'insu du propriétaire, celui-ci peut demander que la chose unie soit séparée pour lui être rendue, même quand il pourrait
en résulter quelque dégradation de la chose à laquelle elle a été jointe.

Art. 569
Si de deux choses unies pour former un seul tout, l'une ne peut point être regardée comme l'accessoire de l'autre, celle-là
est réputée principale qui est la plus considérable en valeur, ou en volume, si les valeurs sont à peu près égales.

Art. 570
Texte issu de la loi n° 60-464 du 17 mai 1960
Si un artisan ou une personne quelconque a employé une matière qui ne lui appartenait pas à former une chose d'une
nouvelle espèce, soit que la matière puisse ou non reprendre sa première forme, celui qui en était le propriétaire a le droit
de réclamer la chose qui en a été formée en remboursant le prix de la main-d'oeuvre estimée à la date du
remboursement.

Art. 571
Texte issu de la loi n° 60-464 du 17 mai 1960

8
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
Si, cependant, la main-d'oeuvre était tellement importante qu'elle surpassât de beaucoup la valeur de la matière
employée, l'industrie serait alors réputée la partie principale, et l'ouvrier aurait le droit de retenir la chose travaillée, en
remboursant au propriétaire le prix de la matière, estimée à la date du remboursement.

Art. 572
Texte issu de la loi n° 60-464 du 17 mai 1960
Lorsqu'une personne a employé en partie la matière qui lui appartenait et en partie celle qui ne lui appartenait pas à
former une chose d'une espèce nouvelle, sans que ni l'une ni l'autre des deux matières soit entièrement détruite, mais de
manière qu'elles ne puissent pas se séparer sans inconvénient, la chose est commune aux deux propriétaires, en raison,
quant à l'un, de la matière qui lui appartenait, quant à l'autre, en raison à la fois et de la matière qui lui appartenait et du
prix de sa main-d'oeuvre. Le prix de la main- d'oeuvre est estimé à la date de la licitation prévue à l'article 575.

Art. 573
Lorsqu'une chose a été formée par le mélange de plusieurs matières appartenant à différents propriétaires, mais dont
aucune ne peut être regardée comme la matière principale, si les matières peuvent être séparées, celui à l'insu duquel les
matières ont été mélangées peut en demander la division.

Si les matières ne peuvent plus être séparées sans inconvénient, ils en acquièrent en commun la propriété dans la
proportion de la quantité, de la qualité et de la valeur des matières appartenant à chacun d'eux.

Art. 574
Texte issu de la loi n° 60-464 du 17 mai 1960
Si la matière appartenant à l'un des propriétaires était de beaucoup supérieure à l'autre par la quantité et le prix, en ce cas
le propriétaire de la matière supérieure en valeur pourrait réclamer la chose provenue du mélange, en remboursant à
l'autre la valeur de sa matière, estimée à la date du remboursement.

Art. 575
Lorsque la chose reste en commun entre les propriétaires des matières dont elle a été formée, elle doit être licitée au
profit commun.

Art. 576
Texte issu de la loi n° 60-464 du 17 mai 1960
Dans tous les cas où le propriétaire dont la matière a été employée, à son insu, à former une chose d'une autre espèce
peut réclamer la propriété de cette chose, il a le choix de demander la restitution de sa matière en même nature, quantité,
poids, mesure et bonté, ou sa valeur estimée à la date de la restitution.

Art. 577
Ceux qui auront employé des matières appartenant à d'autres, et à leur insu, pourront aussi être condamnés à des
dommages-intérêts, s'il y a lieu, sans préjudice des poursuites par voie extraordinaire, si le cas y échet.

Titre III - De l'usufruit, de l'usage et de l'habitation

Chapitre I - De l'usufruit

Art. 578
L'usufruit est le droit de jouir des choses dont un autre a la propriété, comme le propriétaire lui-même, mais à la charge
d'en conserver la substance.

Art. 579
L'usufruit est établi par la loi, ou par la volonté de l'homme.

Art. 580
L'usufruit peut être établi, ou purement, ou à certain jour, ou à condition.

Art. 581
Il peut être établi sur toute espèce de biens meubles ou immeubles.

Section 1 - Des droits de l'usufruitier

Art. 582

8
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
L'usufruitier a le droit de jouir de toute espèce de fruits, soit naturels, soit industriels, soit civils, que peut produire l'objet
dont il a l'usufruit.

Art. 583
Les fruits naturels sont ceux qui sont le produit spontané de la terre. Le produit et le croît des animaux sont aussi des
fruits naturels.

Les fruits industriels d'un fonds sont ceux qu'on obtient par la culture.

Art. 584
Les fruits civils sont les loyers des maisons, les intérêts des sommes exigibles, les arrérages des rentes.

Les prix des baux à ferme sont aussi rangés dans la classe des fruits civils.

Art. 585
Les fruits naturels et industriels, pendants par branches ou par racines au moment où l'usufruit est ouvert, appartiennent à
l'usufruitier.

Ceux qui sont dans le même état au moment où finit l'usufruit, appartiennent au propriétaire, sans récompense de part ni
d'autre des labours et des semences, mais aussi sans préjudice de la portion des fruits qui pourrait être acquise au colon
partiaire, s'il en existait un au commencement ou à la cessation de l'usufruit.

Art. 586
Les fruits civils sont réputés s'acquérir jour par jour et appartiennent à l'usufruitier, à proportion de la durée de son
usufruit. Cette règle s'applique aux prix des baux à ferme, comme aux loyers des maisons et aux autres fruits civils.

Art. 587
Texte issu de la loi n° 60-464 du 17 mai 1960
Si l'usufruit comprend des choses dont on ne peut faire usage sans les consommer, comme l'argent, les grains, les liqueurs,
l'usufruitier a le droit de s'en servir, mais à la charge de rendre, à la fin de l'usufruit, soit des choses de même quantité et
qualité soit leur valeur estimée à la date de la restitution.

Art. 588
L'usufruit d'une rente viagère donne aussi à l'usufruitier, pendant la durée de son usufruit, le droit d'en percevoir les
arrérages, sans être tenu à aucune restitution.

Art. 589
Si l'usufruit comprend des choses qui, sans se consommer de suite, se détériorent peu à peu par l'usage, comme du linge,
des meubles meublants, l'usufruitier a le droit de s'en servir pour l'usage auquel elles sont destinées, et n'est obligé de les
rendre, à la fin de l'usufruit, que dans l'état où elles se trouvent, non détériorées par son dol ou par sa faute.

Art. 590
Si l'usufruit comprend des bois taillis, l'usufruitier est tenu d'observer l'ordre et la quotité des coupes, conformément à
l'aménagement ou à l'usage constant des propriétaires ; sans indemnité toutefois en faveur de l'usufruitier ou de ses
héritiers, pour les coupes ordinaires, soit de taillis, soit de baliveaux, soit de futaie, qu'il n'aurait pas faites pendant sa
jouissance.

Les arbres qu'on peut tirer d'une pépinière sans la dégrader, ne font aussi partie de l'usufruit qu'à la charge par l'usufruitier
de se conformer aux usages des lieux pour le remplacement.

Art. 591
L'usufruitier profite encore, toujours en se conformant aux époques et à l'usage des anciens propriétaires, des parties de
bois de haute futaie qui ont été mises en coupes réglées, soit que ces coupes se fassent périodiquement sur une certaine
étendue de terrain, soit qu'elles se fassent d'une certaine quantité d'arbres pris indistinctement sur toute la surface du
domaine.

Art. 592
Dans tous les autres cas, l'usufruitier ne peut toucher aux arbres de haute futaie: il peut seulement employer, pour faire les
réparations dont il est tenu, les arbres arrachés ou brisés par accident ; il peut même, pour cet objet, en faire abattre s'il
est nécessaire, mais à la charge d'en faire constater la nécessité avec le propriétaire.

Art. 593
Il peut prendre, dans les bois, des échalas pour les vignes ; il peut aussi prendre, sur les arbres, des produits annuels ou
périodiques ; le tout suivant l'usage du pays ou la coutume des propriétaires.
8
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Art. 594
Les arbres fruitiers qui meurent, ceux mêmes qui sont arrachés ou brisés par accident, appartiennent à l'usufruitier, à la
charge de les remplacer par d'autres.

Art. 595
Texte issu de la loi n° 65-570 du 13 juillet 1965
L'usufruitier peut jouir par lui-même, donner à bail à un autre, même vendre ou céder son droit à titre gratuit.

Les baux que l'usufruitier seul a faits pour un temps qui excède neuf ans, ne sont, en cas de cessation de l'usufruit,
obligatoires à l'égard du nu-propriétaire que pour le temps qui reste à courir, soit de la première période de neuf ans, si
les parties s'y trouvent encore, soit de la seconde, et ainsi de suite de manière que le preneur n'ait que le droit d'achever la
jouissance de la période de neuf ans où il se trouve.

Les baux de neuf ans ou au-dessous que l'usufruitier seul a passés ou renouvelés plus de trois ans avant l'expiration du
bail courant s'il s'agit de biens ruraux, et plus de deux ans avant la même époque s'il s'agit de maisons, sont sans effet, à
moins que leur exécution n'ait commencé avant la cessation de l'usufruit.

L'usufruitier ne peut, sans le concours du nu-propriétaire, donner à bail un fonds rural ou un immeuble à usage
commercial, industriel ou artisanal. A défaut d'accord du nu-propriétaire, l'usufruitier peut être autorisé par justice à
passer seul cet acte.

Art. 596
L'usufruitier jouit de l'augmentation survenue par alluvion à l'objet dont il a l'usufruit.

Art. 597
Il jouit des droits de servitude, de passage, et généralement de tous les droits dont le propriétaire peut jouir, et il en jouit
comme le propriétaire lui-même.

Art. 598
Il jouit aussi, de la même manière que le propriétaire, des mines et carrières qui sont en exploitation à l'ouverture de
l'usufruit ; et néanmoins, s'il s'agit d'une exploitation qui ne puisse être faite sans une concession, l'usufruitier ne pourra
en jouir qu'après en avoir obtenu la permission du Roi [du Président de la République].

Il n'a aucun droit aux mines et carrières non encore ouvertes, ni aux tourbières dont l'exploitation n'est point encore
commencée, ni au trésor qui pourrait être découvert pendant la durée de l'usufruit.

Art. 599
Le propriétaire ne peut, par son fait, ni de quelque manière que ce soit, nuire aux droits de l'usufruitier.

De son côté, l'usufruitier ne peut, à la cessation de l'usufruit, réclamer aucune indemnité pour les améliorations qu'il
prétendrait avoir faites, encore que la valeur de la chose en fût augmentée.

Il peut cependant, ou ses héritiers, enlever les glaces, tableaux et autres ornements qu'il aurait fait placer, mais à la charge
de rétablir les lieux dans leur premier état.

Section 2 - Des obligations de l'usufruitier

Art. 600
L'usufruitier prend les choses dans l'état où elles sont, mais il ne peut entrer en jouissance qu'après avoir fait dresser, en
présence du propriétaire, ou lui dûment appelé, un inventaire des meubles et un état des immeubles sujets à l'usufruit.

Art. 601
Il donne caution de jouir en bon père de famille, s'il n'en est dispensé par l'acte constitutif de l'usufruit ; cependant les
père et mère ayant l'usufruit légal du bien de leurs enfants, le vendeur ou le donateur, sous réserve d'usufruit, ne sont pas
tenus de donner caution.

Art. 602
Si l'usufruitier ne trouve pas de caution, les immeubles sont donnés à ferme ou mis en séquestre ;

Les sommes comprises dans l'usufruit sont placées ;

Les denrées sont vendues, et le prix en provenant est pareillement placé ;


8
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Les intérêts de ces sommes et les prix des fermes appartiennent, dans ce cas, à l'usufruitier.

Art. 603
A défaut d'une caution de la part de l'usufruitier, le propriétaire peut exiger que les meubles qui dépérissent par l'usage
soient vendus, pour le prix en être placé comme celui des denrées ; et alors l'usufruitier jouit de l'intérêt pendant son
usufruit : cependant l'usufruitier pourra demander, et les juges pourront ordonner, suivant les circonstances, qu'une partie
des meubles nécessaires pour son usage lui soit délaissée, sous sa simple caution juratoire, et à la charge de les
représenter à l'extinction de l'usufruit.

Art. 604
Le retard de donner caution ne prive pas l'usufruitier des fruits auxquels il peut avoir droit; ils lui sont dus du moment où
l'usufruit a été ouvert.

Art. 605
L'usufruitier n'est tenu qu'aux réparations d'entretien.

Les grosses réparations demeurent à la charge du propriétaire, à moins qu'elles n'aient été occasionnées par le défaut de
réparation d'entretien, depuis l'ouverture de l'usufruit; auquel cas l'usufruitier en est aussi tenu.

Art. 606
Les grosses réparations sont celles des gros murs et des voûtes, le rétablissement des poutres et des couvertures entières.

Celui des digues et des murs de soutènement et de clôture aussi en entier.

Toutes les autres réparations sont d'entretien.

Art. 607
Ni le propriétaire, ni l'usufruitier, ne sont tenus de rebâtir ce qui est tombé de vétusté, ou ce qui a été détruit par cas
fortuit.

Art. 608
L'usufruitier est tenu, pendant sa jouissance, de toutes les charges annuelles de l'héritage, telles que les contributions et
autres qui dans l'usage sont censées charges des fruits.

Art. 609
A l'égard des charges qui peuvent être imposées sur la propriété pendant la durée de l'usufruit, l'usufruitier et le
propriétaire y contribuent ainsi qu'il suit :

Le propriétaire est obligé de les payer, et l'usufruitier doit lui tenir compte des intérêts ;

Si elles sont avancées par l'usufruitier, il a la répétition du capital à la fin de l'usufruit.

Art. 610
Le legs fait par un testateur, d'une rente viagère ou pension alimentaire, doit être acquitté par le légataire universel de
l'usufruit dans son intégrité, et par le légataire à titre universel de l'usufruit dans la proportion de sa jouissance, sans
aucune répétition de leur part.

Art. 611
L'usufruitier à titre particulier n'est pas tenu des dettes auxquelles le fonds est hypothéqué : s'il est forcé de les payer, il a
son recours contre le propriétaire, sauf ce qui est dit à l'article 1020, au titre Des donations entre vifs et des testaments.

Art. 612
L'usufruitier, ou universel, ou à titre universel, doit contribuer avec le propriétaire au payement des dettes, ainsi qu'il suit :

On estime la valeur du fonds sujet à usufruit ; on fixe ensuite la contribution aux dettes à raison de cette valeur.

Si l'usufruitier veut avancer la somme pour laquelle le fonds doit contribuer, le capital lui en est restitué à la fin de
l'usufruit, sans aucun intérêt.

Si l'usufruitier ne veut pas faire cette avance, le propriétaire a le choix, ou de payer cette somme, et, dans ce cas,
l'usufruitier lui tient compte des intérêts pendant la durée de l'usufruit, ou de faire vendre jusqu'à due concurrence une
portion des biens soumis à l'usufruit.

8
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
Art. 613
L'usufruitier n'est tenu que des frais des procès qui concernent la jouissance, et des autres condamnations auxquelles ces
procès pourraient donner lieu.

Art. 614
Si, pendant la durée de l'usufruit, un tiers commet quelque usurpation sur le fonds, ou attente autrement aux droits du
propriétaire, l'usufruitier est tenu de le dénoncer à celui-ci : faute de ce, il est responsable de tout le dommage qui peut en
résulter pour le propriétaire, comme il le serait de dégradations commises par lui-même.

Art. 615
Si l'usufruit n'est établi que sur un animal qui vient à périr sans la faute de l'usufruitier, celui-ci n'est pas tenu d'en rendre
un autre, ni d'en payer l'estimation.

Art. 616
Texte issu de la loi n° 60-464 du 17 mai 1960
Si le troupeau sur lequel un usufruit a été établi périt entièrement par accident ou par maladie et sans la faute de
l'usufruitier, celui-ci n'est tenu envers le propriétaire que de lui rendre compte des cuirs, ou de leur valeur estimée à la
date de la restitution.

Si le troupeau ne périt pas entièrement, l'usufruitier est tenu de remplacer, jusqu'à concurrence du croît, les têtes des
animaux qui ont péri.

Section 3 – Comment l'usufruit prend fin

Art. 617
L'usufruit s'éteint :

Par la mort naturelle et par la mort civile de l'usufruitier ;

Par l'expiration du temps pour lequel il a été accordé ;

Par la consolidation ou la réunion sur la même tête, des deux qualités d'usufruitier et de propriétaire ;

Par le non-usage du droit pendant trente ans ;

Par la perte totale de la chose sur laquelle l'usufruit est établi.

Art. 618
L'usufruit peut aussi cesser par l'abus que l'usufruitier fait de sa jouissance, soit en commettant des dégradations sur le
fonds, soit en le laissant dépérir faute d'entretien.

Les créanciers de l'usufruitier peuvent intervenir dans les contestations, pour la conservation de leurs droits ; ils peuvent
offrir la réparation des dégradations commises, et des garanties pour l'avenir.

Les juges peuvent, suivant la gravité des circonstances, ou prononcer l'extinction absolue de l'usufruit, ou n'ordonner la
rentrée du propriétaire dans la jouissance de l'objet qui en est grevé, que sous la charge de payer annuellement à
l'usufruitier, ou à ses ayants cause, une somme déterminée, jusqu'à l'instant où l'usufruit aurait dû cesser.

Art. 619
L'usufruit qui n'est pas accordé à des particuliers, ne dure que trente ans.

Art. 620
L'usufruit accordé jusqu'à ce qu'un tiers ait atteint un âge fixe dure jusqu'à cette époque, encore que le tiers soit mort
avant l'âge fixé.

Art. 621
La vente de la chose sujette à usufruit ne fait aucun changement dans le droit de l'usufruitier ; il continue de jouir de son
usufruit s'il n'y a pas formellement renoncé.

Art. 622
Les créanciers de l'usufruitier peuvent faire annuler la renonciation qu'il aurait faite à leur préjudice.

Art. 623
Si une partie seulement de la chose soumise à l'usufruit est détruite, l'usufruit se conserve sur ce qui reste.
8
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Art. 624
Si l'usufruit n'est établi que sur un bâtiment, et que ce bâtiment soit détruit par un incendie ou autre accident, ou qu'il
s'écroule de vétusté, l'usufruitier n'aura le droit de jouir ni du sol ni des matériaux.

Si l'usufruit était établi sur un domaine dont le bâtiment faisait partie, l'usufruitier jouirait du sol et des matériaux.

[...]

Livre III - Des différentes manières dont on acquiert la propriété

Dispositions générales

Art. 711
La propriété des biens s'acquiert et se transmet par succession, par donation entre vifs ou testamentaire, et par l'effet des
obligations.

Art. 712
La propriété s'acquiert aussi par accession ou incorporation et par prescription.

Art. 713
Les biens qui n'ont pas de maître appartiennent à l'Etat.

Art. 714
Il est des choses qui n'appartiennent à personne et dont l'usage est commun à tous.

Des lois de police règlent la manière d'en jouir.

Art. 715
La faculté de chasser ou de pêcher est également réglée par des lois particulières.

Art. 716
La propriété d'un trésor appartient à celui qui le trouve dans son propre fonds : si le trésor est trouvé dans le fonds
d'autrui, il appartient pour moitié à celui qui l'a découvert, et pour moitié au propriétaire du fonds.

Le trésor est toute chose cachée ou enfouie sur laquelle personne ne peut justifier sa propriété, et qui est découverte par
le pur effet du hasard.

Art. 717
Les droits sur les effets jetés à la mer, sur les objets que la mer rejette, de quelque nature qu'ils puissent être, sur les
plantes et herbages qui croissent sur les rivages de la mer, sont aussi réglés par les lois particulières.

Il en est de même des choses perdues dont le maître ne se représente pas.

[...]

Titre XX : De la prescription et de la possession

Chapitre I : Dispositions générales

Article 2219
La prescription est un moyen d'acquérir ou de se libérer par un certain laps de temps, et sous les conditions
déterminées par la loi.

Article 2220
On ne peut, d'avance, renoncer à la prescription : on peut renoncer à la prescription acquise.

9
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Article 2221
La renonciation à la prescription est expresse ou tacite ; la renonciation tacite résulte d'un fait qui suppose l'abandon du
droit acquis.

Article 2222
Celui qui ne peut aliéner ne peut renoncer à la prescription acquise.

Article 2223
Les juges ne peuvent pas suppléer d'office le moyen résultant de la prescription.

Article 2224
La prescription peut être opposée en tout état de cause, même devant la cour d'appel, à moins que la partie qui n'aurait
pas opposé le moyen de la prescription ne doive, par les circonstances, être présumée y avoir renoncé.

Article 2225
Les créanciers, ou toute autre personne ayant intérêt à ce que la prescription soit acquise, peuvent l'opposer, encore que
le débiteur ou le propriétaire y renonce.

Article 2226
On ne peut prescrire le domaine des choses qui ne sont point dans le commerce.

Article 2227
L'Etat, les établissements publics et les communes sont soumis aux mêmes prescriptions que les particuliers, et peuvent
également les opposer.

Chapitre II : De la possession

Article 2228
La possession est la détention ou la jouissance d'une chose ou d'un droit que nous tenons ou que nous exerçons par
nous-mêmes, ou par un autre qui la tient ou qui l'exerce en notre nom.

Article 2229
Pour pouvoir prescrire, il faut une possession continue et non interrompue, paisible, publique, non équivoque, et à titre
de propriétaire.

Article 2230
On est toujours présumé posséder pour soi, et à titre de propriétaire, s'il n'est prouvé qu'on a commencé à posséder
pour un autre.

Article 2231
Quand on a commencé à posséder pour autrui, on est toujours présumé posséder au même titre, s'il n'y a preuve du
contraire.

Article 2232
Les actes de pure faculté et ceux de simple tolérance ne peuvent fonder ni possession ni prescription.

Article 2233
Les actes de violence ne peuvent fonder non plus une possession capable d'opérer la prescription.
La possession utile ne commence que lorsque la violence a cessé.

Article 2234
Le possesseur actuel qui prouve avoir possédé anciennement, est présumé avoir possédé dans le temps intermédiaire,
sauf la preuve contraire.

Article 2235
Pour compléter la prescription, on peut joindre à sa possession celle de son auteur, de quelque manière qu'on lui ait
succédé, soit à titre universel ou particulier, soit à titre lucratif ou onéreux.

Chapitre III : Des causes qui empêchent la prescription

Article 2236
Ceux qui possèdent pour autrui ne prescrivent jamais par quelque laps de temps que ce soit.

9
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
Ainsi, le fermier, le dépositaire, l'usufruitier, et tous autres qui détiennent précairement la chose du propriétaire, ne
peuvent la prescrire.

Article 2237
Les héritiers de ceux qui tenaient la chose à quelqu'un des titres désignés par l'article précédent ne peuvent non plus
prescrire.

Article 2238
Néanmoins, les personnes énoncées dans les articles 2236 et 2237 peuvent prescrire, si le titre de leur possession se
trouve interverti, soit par une cause venant d'un tiers, soit par la contradiction qu'elles ont opposée au droit du
propriétaire.

Article 2239
Ceux à qui les fermiers, dépositaires et autres détenteurs précaires ont transmis la chose par un titre translatif de
propriété peuvent la prescrire.

Article 2240
On ne peut pas prescrire contre son titre, en ce sens que l'on ne peut point se changer à soi-même la cause et le principe
de sa possession.

Article 2241
On peut prescrire contre son titre, en ce sens que l'on prescrit la libération de l'obligation que l'on a contractée.

Chapitre IV : Des causes qui interrompent ou qui suspendent le cours de la prescription

Section I : Des causes qui interrompent la prescription

Article 2242
La prescription peut être interrompue ou naturellement ou civilement.

Article 2243
Il y a interruption naturelle, lorsque le possesseur est privé pendant plus d'un an de la jouissance de la chose, soit par
l'ancien propriétaire, soit même par un tiers.

Article 2244
(Loi nº 85-677 du 5 juillet 1985 art. 37 Journal Officiel du 6 juillet 1985 en vigueur le 1er janvier 1986)
Une citation en justice, même en référé, un commandement ou une saisie, signifiés à celui qu'on veut empêcher de
prescrire, interrompent la prescription ainsi que les délais pour agir.

Article 2245
La citation en conciliation devant le bureau de paix interrompt la prescription, du jour de sa date, lorsqu'elle est suivie
d'une assignation en justice donnée dans les délais de droit.

Article 2246
La citation en justice, donnée même devant un juge incompétent, interrompt la prescription.

Article 2247
Si l'assignation est nulle par défaut de forme,
Si le demandeur se désiste de sa demande,
S'il laisse périmer l'instance,
Ou si sa demande est rejetée,
L'interruption est regardée comme non avenue.

Article 2248
La prescription est interrompue par la reconnaissance que le débiteur ou le possesseur fait du droit de celui contre
lequel il prescrivait.

Article 2249
L'interpellation faite, conformément aux articles ci-dessus, à l'un des débiteurs solidaires, ou sa reconnaissance,
interrompt la prescription contre tous les autres, même contre leurs héritiers. L'interpellation faite à l'un des héritiers
d'un débiteur solidaire, ou la reconnaissance de cet héritier, n'interrompt pas la prescription à l'égard des autres
cohéritiers, quand même la créance serait hypothécaire, si l'obligation n'est indivisible.
9
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
Cette interpellation ou cette reconnaissance n'interrompt la prescription, à l'égard des autres codébiteurs, que pour la
part dont cet héritier est tenu.
Pour interrompre la prescription pour le tout, à l'égard des autres codébiteurs, il faut l'interpellation faite à tous les
héritiers du débiteur décédé, ou la reconnaissance de tous ces héritiers.

Article 2250
L'interpellation faite au débiteur principal, ou sa reconnaissance, interrompt la prescription contre la caution.

Section II : Des causes qui suspendent le cours de la prescription

Article 2251
La prescription court contre toutes personnes, à moins qu'elles ne soient dans quelque exception établie par une loi.

Article 2252
(Loi nº 64-1230 du 14 décembre 1964 Journal Officiel du 15 décembre 1964 en vigueur le 15 juin 1964)
La prescription ne court pas contre les mineurs non émancipés et les majeurs en tutelle, sauf ce qui est dit à l'article
2278 et à l'exception des autres cas déterminés par la loi.

Article 2253
Elle ne court point entre époux.

Article 2254
La prescription court contre la femme mariée, encore qu'elle ne soit point séparée par contrat de mariage ou en justice,
à l'égard des biens dont le mari a l'administration, sauf son recours contre le mari.

Article 2257
La prescription ne court point :
A l'égard d'une créance qui dépend d'une condition, jusqu'à ce que la condition arrive ;
A l'égard d'une action en garantie, jusqu'à ce que l'éviction ait lieu ;
A l'égard d'une créance à jour fixe, jusqu'à ce que ce jour soit arrivé.

Article 2258
La prescription ne court pas contre l'héritier bénéficiaire, à l'égard des créances qu'il a contre la succession.
Elle court contre une succession vacante, quoique non pourvue de curateur.

Article 2259
Elle court encore pendant les trois mois pour faire inventaire, et les quarante jours pour délibérer.

Chapitre V : Du temps requis pour prescrire

Section I : Dispositions générales

Article 2260
La prescription se compte par jours, et non par heures.

Article 2261
Elle est acquise lorsque le dernier jour du terme est accompli.

Section II : De la prescription trentenaire

Article 2262
Toutes les actions, tant réelles que personnelles, sont prescrites par trente ans, sans que celui qui allègue cette
prescription soit obligé d'en rapporter un titre ou qu'on puisse lui opposer l'exception déduite de la mauvaise foi.

Article 2263
Après vingt-huit ans de la date du dernier titre, le débiteur d'une rente peut être contraint à fournir à ses frais un titre
nouveau à son créancier ou à ses ayants cause.

Article 2264
Les règles de la prescription sur d'autres objets que ceux mentionnés dans le présent titre, sont expliquées dans les
titres qui leur sont propres.

9
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
Section III : De la prescription par dix et vingt ans

Article 2265
Celui qui acquiert de bonne foi et par juste titre un immeuble en prescrit la propriété par dix ans si le véritable
propriétaire habite dans le ressort de la cour d'appel dans l'étendue de laquelle l'immeuble est situé ; et par vingt ans, s'il
est domicilié hors dudit ressort.

Article 2266
Si le véritable propriétaire a eu son domicile en différents temps, dans le ressort et hors du ressort, il faut, pour
compléter la prescription, ajouter à ce qui manque aux dix ans de présence, un nombre d'années d'absence double de
celui qui manque, pour compléter les dix ans de présence.

Article 2267
Le titre nul par défaut de forme, ne peut servir de base à la prescription de dix et vingt ans.

Article 2268
La bonne foi est toujours présumée, et c'est à celui qui allègue la mauvaise foi à la prouver.

Article 2269
Il suffit que la bonne foi ait existé au moment de l'acquisition.

Article 2270
(Loi nº 67-3 du 3 janvier 1967 Journal Officiel du 4 janvier 1967 en vigueur le 1er juillet 1967)
(Loi nº 78-12 du 1 avril 1978 Journal Officiel du 5 janvier 1979 en vigueur le 1er janvier 1979)
Toute personne physique ou morale dont la responsabilité peut être engagée en vertu des articles 1792 à 1792-4 du
présent code est déchargée des responsabilités et garanties pesant sur elle, en application des articles 1792 à 1792-2,
après dix ans à compter de la réception des travaux ou, en application de l'article 1792-3, à l'expiration du délai visé à cet
article.

Article 2270-1
(Loi nº 85-677 du 5 juillet 1985 art. 38 Journal Officiel du 6 juillet 1985 en vigueur le 1er janvier 1986)
(Loi nº 98-468 du 17 juin 1998 art. 43 Journal Officiel du 16 juin 1998)
Les actions en responsabilité civile extracontractuelle se prescrivent par dix ans à compter de la manifestation du
dommage ou de son aggravation.
Lorsque le dommage est causé par des tortures et des actes de barbarie, des violences ou des agressions sexuelles
commises contre un mineur, l'action en responsabilité civile est prescrite par vingt ans.

Section IV : De quelques prescriptions particulières

Article 2271
(Loi nº 71-586 du 16 juillet 1971 Journal Officiel du 17 juillet 1971)
L'action des maîtres et instituteurs des sciences et arts, pour les leçons qu'ils donnent au mois :
Celle des hôteliers et traiteurs à raison du logement et de la nourriture qu'ils fournissent, se prescrivent par six mois.

Article 2272
(Loi nº 71-586 du 16 juillet 1971 Journal Officiel du 17 juillet 1971)
L'action des huissiers, pour le salaire des actes qu'ils signifient et des commissions qu'ils exécutent ;
Celle des maîtres de pensions, pour le prix de pension de leurs élèves, et des autres maîtres, pour le prix de
l'apprentissage, se prescrivent par un an.
L'action des médecins, chirurgiens, chirurgiens-dentistes, sages-femmes et pharmaciens, pour leurs visites, opérations
et médicaments, se prescrit par deux ans.
L'action des marchands, pour les marchandises qu'ils vendent aux particuliers non marchands, se prescrit par deux ans.

Article 2273
L'action des avocats, pour le paiement de leurs frais et salaires, se prescrit par deux ans, à compter du jugement des
procès ou de la conciliation des parties, ou depuis la révocation desdits avocats. A l'égard des affaires non terminées, ils
ne peuvent former de demandes pour leur frais et salaires qui remonteraient à plus de cinq ans.

Article 2274
La prescription, dans les cas ci-dessus, a lieu, quoiqu'il y ait eu continuation de fournitures, livraisons, services et
travaux.
Elle ne cesse de courir que lorsqu'il y a eu compte arrêté, cédule ou obligation, ou citation en justice non périmée.
9
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

Article 2275
Néanmoins, ceux auxquels ces prescriptions seront opposées, peuvent déférer le serment à ceux qui les opposent, sur
la question de savoir si la chose a été réellement payée.
Le serment pourra être déféré aux veuves et héritiers, ou aux tuteurs de ces derniers, s'ils sont mineurs, pour qu'ils
aient à déclarer s'ils ne savent pas que la chose soit due.

Article 2276
(Loi nº 71-538 du 7 juillet 1971 Journal Officiel du 8 juillet 1971)
Les juges ainsi que les personnes qui ont représenté ou assisté les parties sont déchargés des pièces cinq ans après le
jugement ou la cessation de leur concours.
Les huissiers de justice, après deux ans depuis l'exécution de la commission ou la signification des actes dont ils étaient
chargés, en sont pareillement déchargés.

Article 2277
(Loi nº 71-586 du 16 juillet 1971 Journal Officiel du 17 juillet 1971)
Se prescrivent par cinq ans les actions en paiement :
Des salaires ;
Des arrérages des rentes perpétuelles et viagères et de ceux des pensions alimentaires ;
Des loyers et des fermages ;
Des intérêts des sommes prêtées,
et généralement de tout ce qui est payable par année ou à des termes périodiques plus courts.

Article 2277-1
(inséré par Loi nº 89-906 du 19 décembre 1989 art. 6 Journal Officiel du 20 décembre 1989)
L'action dirigée contre les personnes légalement habilitées à représenter ou à assister les parties en justice à raison de
la responsabilité qu'elles encourent de ce fait se prescrit par dix ans à compter de la fin de leur mission.

Article 2278
Les prescriptions dont il s'agit dans les articles de la présente section, courent contre les mineurs et les majeurs en
tutelle ; sauf leur recours contre leurs tuteurs.

Article 2279
En fait de meubles, la possession vaut titre.
Néanmoins celui qui a perdu ou auquel il a été volé une chose peut la revendiquer pendant trois ans à compter du jour
de la perte ou du vol, contre celui dans les mains duquel il la trouve ; sauf à celui-ci son recours contre celui duquel il la
tient.

Article 2280
(Loi du 11 juillet 1892))
Si le possesseur actuel de la chose volée ou perdue l'a achetée dans une foire ou dans un marché, ou dans une vente
publique, ou d'un marchand vendant des choses pareilles, le propriétaire originaire ne peut se la faire rendre qu'en
remboursant au possesseur le prix qu'elle lui a coûté.
Le bailleur qui revendique, en vertu de l'article 2102, les meubles déplacés sans son consentement et qui ont été
achetés dans les mêmes conditions, doit également rembourser à l'acheteur le prix qu'ils lui ont coûté.

Article 2281
Les prescriptions commencées à l'époque de la publication du présent titre seront réglées conformément aux lois
anciennes.
Néanmoins les prescriptions alors commencées, et pour lesquelles il faudrait encore, suivant les anciennes lois, plus de
trente ans à compter de la même époque, seront accomplies par ce laps de trente ans.

Chapitre VI : De la protection possessoire

Article 2282
(inséré par Loi nº 75-596 du 9 juillet 1975 Journal Officiel du 10 juillet 1975)
La possession est protégée, sans avoir égard au fond du droit, contre le trouble qui l'affecte ou la menace.
La protection possessoire est pareillement accordée au détenteur contre tout autre que celui de qui il tient ses droits.

Article 2283
9
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk
(inséré par Loi nº 75-596 du 9 juillet 1975 Journal Officiel du 10 juillet 1975)
Les actions possessoires sont ouvertes dans les conditions prévues par le code de procédure civile à ceux qui possèdent
ou détiennent paisiblement.

9
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

THEME 9 : LA RESPONSABILITE DELICTUELLE


CODE CIVIL

Titre IV : Des engagements qui se forment sans convention

Chapitre II : Des délits et des quasi-délits

Article 1382
Tout fait quelconque de l'homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui
par la faute duquel il est arrivé, à le réparer.

Article 1383
Chacun est responsable du dommage qu'il a causé non seulement par son fait, mais
encore par sa négligence ou par son imprudence.

Article 1384
(Loi du 7 novembre 1922 Journal Officiel du 9 novembre 1922) (Loi du 5 avril 1937 Journal Officiel du 6 avril
1937 rectificatif JORF 12 mai 1937) (Loi nº 70-459 du 4 juin 1970 Journal Officiel du 5 juin 1970 en vigueur le
1er janvier 1971) (Loi nº 2002-305 du 4 mars 2002 art. 8 V Journal Officiel du 5 mars 2002)
On est responsable non seulement du dommage que l'on cause par son propre fait, mais
encore de celui qui est causé par le fait des personnes dont on doit répondre, ou des choses
que l'on a sous sa garde.
Toutefois, celui qui détient, à un titre quelconque, tout ou partie de l'immeuble ou des biens
mobiliers dans lesquels un incendie a pris naissance ne sera responsable, vis-à-vis des tiers,
des dommages causés par cet incendie que s'il est prouvé qu'il doit être attribué à sa faute ou
à la faute des personnes dont il est responsable.
Cette disposition ne s'applique pas aux rapports entre propriétaires et locataires, qui
demeurent régis par les articles 1733 et 1734 du code civil.
Le père et la mère, en tant qu'ils exercent l'autorité parentale, sont solidairement
responsables du dommage causé par leurs enfants mineurs habitant avec eux.
Les maîtres et les commettants, du dommage causé par leurs domestiques et préposés
dans les fonctions auxquelles ils les ont employés ;
Les instituteurs et les artisans, du dommage causé par leurs élèves et apprentis pendant le
temps qu'ils sont sous leur surveillance.
La responsabilité ci-dessus a lieu, à moins que les père et mère et les artisans ne prouvent
qu'ils n'ont pu empêcher le fait qui donne lieu à cette responsabilité.
En ce qui concerne les instituteurs, les fautes, imprudences ou négligences invoquées
contre eux comme ayant causé le fait dommageable, devront être prouvées, conformément
au droit commun, par le demandeur, à l'instance.

Article 1385
Le propriétaire d'un animal, ou celui qui s'en sert, pendant qu'il est à son usage, est
responsable du dommage que l'animal a causé, soit que l'animal fût sous sa garde, soit qu'il
fût égaré ou échappé.

Article 1386
Le propriétaire d'un bâtiment est responsable du dommage causé par sa ruine, lorsqu'elle
est arrivée par une suite du défaut d'entretien ou par le vice de sa construction.

9
FRENCH LAW j.paradissis@surrey.ac.uk

85-16.387, Arrêt du 6 avril 1987, Cour de Cassation - chambre civile 2

Demandeur : Société Les Assurances Mutuelles Agricoles Loire et Haute-Loire et autre

Défendeur : M. Bardeche et autre

RESPONSABILITE DELICTUELLE OU QUASI DELICTUELLE


Choses inanimées (article 1384, alinéa 1er, du Code civil) - Exonération - Faute de la victime - Exonération partielle -
Abattage d'arbres - Victime blessée par la chute d'une branche - Victime ne s'étant pas éloignée malgré plusieurs
demandes

Sur le moyen unique, pris en sa seconde branche :

Vu l'article 1384, alinéa 1er, du Code civil ;

Attendu que le gardien de la chose instrument du dommage est partiellement exonéré de sa


responsabilité s'il prouve que la faute de la victime a contribué au dommage ;

Attendu, selon l'arrêt confirmatif attaqué, que, s'étant rendu sur un terrain appartenant à M Jonier où
celui-ci était occupé à abattre des arbres, M Bardèche fut blessé par la chute d'une branche que M
Jonier venait de couper à l'aide d'une tronçonneuse ; qu'il a assigné en réparation M Jonier et son
assureur, les Assurances Mutuelles Agricoles Loire et Haute-Loire ; que la Caisse des dépôts et
consignations, gestionnaire de la Caisse Nationale de Retraite des Agents des collectivités locales, est
intervenue en raison des prestations versées ;

Attendu que pour déclarer M Jonier entièrement responsable du dommage en sa qualité de gardien,
l'arrêt, après avoir relevé que M Bardèche, auquel il avait été demandé à plusieurs reprises de
s'éloigner en raison du danger que présentait la chute des branches, avait commis la faute de demeurer
sur place, énonce que cette faute n'avait été ni imprévisible, ni insurmontable pour M Jonier ;

Qu'en statuant ainsi, la cour d'appel, qui n'a pas tiré de ses énonciations les conséquences légales
qu'elles comportaient, a violé le texte susvisé ; PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur
la première branche du moyen :

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE l'arrêt rendu le 21 juin 1985, entre les parties, par la cour d'appel de Lyon ;
remet, en conséquence, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour
être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de Riom