Qualité de la tension Qualité de l’électricité

ATT 00254 Novembre 2008

price power system reliability quality

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

1

Plan
1. 2. 3. 4. 5. 6. Introduction / Qualité de l’électricité Introduction / Qu’est-ce que la CEM ? Phénomènes perturbateurs PQ – Normalisation PQ – Mesures PQ – Etude de cas

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

2

1. Introduction / Qualité de l’électricité Acteurs concernés par la problématique ? • tous les acteurs en présence : • gestionnaires de réseaux (ELIA, B) ; • utilisateurs (producteurs / consommateurs) ; • intervenants divers (fournisseurs d’électricité ou de services, organismes de régulation – CREG / VREG / CWAPE, B). • Position centrale du gestionnaire de réseau : importance de la qualité aux interfaces entre réseau et monde extérieur (utilisateurs locaux et réseaux voisins). • Remarque : croissance des unités de production décentralisée !

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

3

1. Introduction / Qualité de l’électricité Electricité ? • domaine d’utilité publique ; • forme d’énergie souple et adaptable ; • convertie en d’autres énergies (thermique, mécanique, chimique) ; • pas de stockage possible (production vs demande) – volatilité (la quantité d’énergie accumulée dans le réseau électrique stricto sensu représente quelques secondes de consommation) ; • influences : • conditions climatiques, • phénomènes transitoires inhérents (défauts, manœuvres), • phénomènes atmosphériques (foudre), • configuration du réseau.
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 4

1. Introduction / Qualité de l’électricité Electricité ? Contexte de l’Union Européenne Electricité = produit (Directive Européenne de 1985) marché libéralisé ; cela signifie que tour producteur peut vouloir vendre son produit à n’importe quel consommateur ; nécessité d’une vérification qualitative plus rigoureuse (avant simples « règles de l’art »). Electricité = produit + « services associés » notamment l’aptitude à alimenter des charges perturbatrices et des charges sensibles aux perturbations.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

5

1. Introduction / Qualité de l’électricité Perturbation ? Phénomène électromagnétique susceptible de dégrader les performances d’un dispositif, équipement ou système électrique.

Ces perturbations peuvent pénétrer dans les équipements sensibles par divers accès.
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 6

1. Introduction / Qualité de l’électricité Accès d’un appareil ?
Accès/enveloppe (1) Accès/bornes d’alim ac Accès/bornes de terre

Appareil
Accès/bornes d’alim dc

Accès/bornes de signaux Accès/bornes de mesure & commande

(1) Frontière physique de l’appareil à travers laquelle les champs électromagnétiques peuvent rayonner ou à laquelle ils peuvent se heurter. (2) Accès par les câbles : le point auquel un conducteur ou un câble est connecté à l’appareil.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

7

1. Introduction / Qualité de l’électricité Alimentation électrique = système triphasé de tensions (cf Théorie des circuits)

Paramètres ? • fréquence(50 Hz) • amplitude (V) • forme d’onde (sinusoïdale) • symétrie (déphasage de 120°)

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

8

1. Introduction / Qualité de l’électricité
On parle souvent de Power Quality ? Traductions françaises ? (peu satisfaisantes) - qualité de l’alimentation - qualité de la fourniture - qualité de l’énergie électrique - qualité de l’électricité - qualité de la tension - … ??? Selon l’I.E.E.E.* (U.S.A.) : on appelle « Power Quality Problem » toute variation dans l’alimentation en puissance électrique, ayant pour conséquence le dysfonctionnement ou l’avarie d’équipements des utilisateurs (creux de tension, surtension, transitoire, harmoniques, déséquilibre, …).
* Institute of Electrical and Electronics Engineers
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 9

1. Introduction / Qualité de l’électricité Tous ces phénomènes affectent essentiellement la tension qui est fournie à l’utilisateur. - (1) soit pas de charge perturbatrice : le courant est peut-être déformé mais uniquement en fonction des caractéristiques de la tension. - (2) soit charge perturbatrice : elle perturbe d’abord le courant qui perturbe la tension (car l’impédance du réseau n’est pas nulle), ce qui se traduit par une dégradation de l’alimentation des autres utilisateurs. (1) > C’est pourquoi on dit parfois que le qualité de l’électricité se réduit à la qualité de la tension (Power Quality = Voltage Quality).
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 10

1. Introduction / Qualité de l’électricité Exemple (2) mécanisme de génération des harmoniques
Soit un réseau sans tension harmonique auquel on raccorde une charge déformante (non linéaire, comme un variateur de vitesse, un dimmer, …).

Zh

Uh

Ih

- la charge absorbe un courant déformé (fondamentale + harmoniques) courants harmoniques dans le réseau selon Ohm : tensions harmoniques aux bornes de Z Uh = Zh. Ih

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

11

1. Introduction / Qualité de l’électricité
HIER

LES CHARGES LINEAIRES

Hier, la majorité des charges utilisées sur le réseau électrique étaient des charges dites LINÉAIRES : charges appelant un courant de forme identique à la tension, c’est-à-dire quasi-sinusoïdal comme les convecteurs électriques ou encore les lampes à incandescence.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

12

1. Introduction / Qualité de l’électricité
AUJOURD’HUI

LES CHARGES DEFORMANTES

Les récepteurs présents Les récepteurs présents déforment les signaux déforment les signaux électriques du courant électriques du courant et de la tension. et de la tension. Les signaux analysés Les signaux analysés s’éloignent de l’allure s’éloignent de l’allure sinusoïdale de départ. sinusoïdale de départ.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

13

1. Introduction / Qualité de l’électricité LE SPECTRE HARMONIQUE

Un signal déformé est la somme des signaux sinusoïdaux, Un signal déformé est la somme des signaux sinusoïdaux, de fréquences multiples de la fréquence du signal de fréquences multiples de la fréquence du signal fondamental. fondamental.
Décomposition harmonique d’un signal déformé. Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 14

1. Introduction / Qualité de l’électricité LE SPECTRE HARMONIQUE (suite)
Types de charge Appareils concernés Courant absorbé Spectre harmonique correspondant

Récepteur résistif

- Fours industriels à résistances régulées par commande à trains d’ondes - Lampe à incandescence, convecteurs, chauffe-eau. - Tubes fluorescents,

Eclairage

- Lampes à vapeur HP.

Redresseur monophasé à diodes avec filtrage Alimentation à découpage

- Micro-informatique, - Télévisions, - Lampes à ballast électronique.

Récepteurs consomment de l'énergie réactive

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

15

1. Introduction / Qualité de l’électricité LE SPECTRE HARMONIQUE (suite)
Types de charge Appareils concernés Courant absorbé Spectre harmonique correspondant
Redresseur triphasé à diodes avec filtrage - Variation de vitesse des moteurs asynchrones.

- Régulation de puissance Gradateur monophasé (commande par angle de de fours à résistances, phase) - Modulation de puissance des lampes halogènes.

Redresseur triphasé à thyristors

- Variation de vitesse des moteurs à courant continu et des moteurs synchrones, - Electrolyseurs.

Moteur asynchrone

- Machines outils, - Appareils électroménagers, - Ascenseurs.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

16

1. Introduction / Qualité de l’électricité LA PROBLEMATIQUE ?
Présence de charges déformantes Courant déformé Tensions harmoniques Conclusion :
Cette tension déformée est commune à tous les autres Cette tension déformée est commune à tous les autres récepteurs du réseau. récepteurs du réseau. Elle est préjudiciable au bon fonctionnement de Elle est préjudiciable au bon fonctionnement de l'ensemble des récepteurs raccordés sur ce réseau. l'ensemble des récepteurs raccordés sur ce réseau.
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 17

=

Courant déformé = Tensions harmoniques

x

Impédance interne des générateurs

=

Tension non sinusoïdale

1. Introduction / Qualité de l’électricité
Qualité de l’électricité = Qualité de la tension > réducteur

Qualité de l’électricité = Qualité de la tension + Continuité (pour tenir compte du concept de fiabilité de l’alimentation, de continuité de la tension, en fonction du nombre d’interruptions et de leur durée). L’alimentation est d’autant plus fiable que le nombre annuel d’interruptions est petit et que leur durée moyenne est faible. Qualité = aptitude à alimenter de façon continue et satisfaisante les appareils qui utilisent l’électricité. Cela dépend : • des performances du réseau, • de l’usage qui en est fait par un utilisateur donné, • de l’usage qui en est fait par les autres utilisateurs raccordés sur le même circuit.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

18

1. Introduction / Qualité de l’électricité Continuité Cela dépend : • de la conception des réseaux publics et industriels, • de la qualité du matériel, • des bonnes pratiques de maintenance et d’exploitation. Compromis technico-économique (explicite ou implicite). Elle se mesure par le nombre de coupures d’alimentation en un point donné : coupure/unité de temps. Coupures longues : durée ≥ 3 minutes Coupures brèves : durée < 3 minutes.
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

19

Plan
1. 2. 3. 4. 5. 6. Introduction / Qualité de l’électricité Introduction / Qu’est-ce que la CEM ? Phénomènes perturbateurs PQ – Normalisation PQ – Mesures PQ – Etude de cas

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

20

2. Introduction / Qu’est-ce que la CEM ?
Où se situe la CEM vis-à-vis de la Power Quality ? Définition (Directive 2004/108/CE) : La CEM (Compatibilité Electromagnétique) est l’aptitude d’un dispositif, d’un appareil ou d’un système à fonctionner dans son environnement électromagnétique de façon satisfaisante et sans produire lui-même des perturbations électromagnétiques intolérables pour d’autres équipements qui se trouvent dans cet environnement.

appareil

environnement

La CEM est donc un concept plus large … perturbations entrantes/sortantes, entrées/sorties et alimentation, conduction/rayonnement, HF/BF.
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 21

2. Introduction / Qu’est-ce que la CEM ? • problème d’ABS ou de commande électrique sur des véhicules lors de
l’utilisation d’un GSM ou à proximité d’un émetteur de forte puissance ; • interdiction d’utiliser des GSM, lecteurs de CD, ordinateurs portables dans les avions civils, soit pendant les phases de décollage et d’atterrissage, soit pendant toute la durée du vol ; • interdiction d’utiliser des téléphones sans fil à l’intérieur des hôpitaux en raison de la sensibilité des appareils électroniques médicaux (détecteurs d’apnée, moniteurs de gaz anesthésique, etc.) ; • sensibilité des prothèses auditives, des pacemakers ; • etc.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

22

Plan
1. 2. 3. 4. 5. 6. Introduction / Qualité de l’électricité Introduction / Qu’est-ce que la CEM ? Phénomènes perturbateurs PQ – Normalisation PQ – Mesures PQ – Etude de cas

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

23

3. Phénomènes perturbateurs
Les perturbations dégradant la qualité de la tension peuvent résulter de : • défauts dans le réseau électrique ou dans les installations des clients (courtcircuit dans un poste, une ligne aérienne, un câble souterrain, …); ces défauts pouvant résulter de causes atmosphériques (foudre, givre, tempête), matérielles (vieillissement d’isolants, …) ou humaines (fausses manœuvres, travaux de tiers, …) ; • installations perturbatrices : fours à arc, soudeuses, variateurs de vitesse et toutes les applications de l’électronique de puissance, téléviseurs, éclarage fluorescent, démarrage ou commutation d’appareils, etc. Nous allons poursuivre avec une description des principaux phénomènes qui peuvent affecter la qualité de la tension.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

24

3. Phénomènes perturbateurs
1. Fréquence – Déviations

Les variations de fréquence sont très faibles (moins de 1 %) au sein du réseau synchrone européen en régime normal de fonctionnement et ne causent généralement pas de préjudice aux équipements électriques ou électroniques. La situation peut être différente dans un petit réseau isolé. Certains processus industriels nécessitent un réglage très précis de la vitesse des moteurs et peuvent subir des dysfonctionnements en cas d’alimentation par un groupe de secours mal conçu.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

25

3. Phénomènes perturbateurs
2. Amplitude

2.1 Creux de tension et coupures brèves
Les creux de tension sont dus aux courts-circuits survenant dans le réseau général ou dans les installations clients (évènements aléatoires, dus à des phénomènes atmosphériques foudre, givre, tempête -, des défaillances d’appareils, d’accidents). Seules les chutes de tension supérieures à 10 % sont considérées (sinon ce sont des « fluctuations de tension »). Définition creux de tension [EN 50160] : diminution brutale de la tension d’alimentation à une valeur située entre 90 et 1 % de la tension déclarée, suivie du rétablissement après un court laps de temps. Leur durée peut aller de 10 ms (1/2 période du 50 Hz) à 1 minute, par convention (fonction de la localisation du ct-ct et du fonctionnement des protections – un défaut est éliminé en 0.1-0.2 s en HT et de 0.2 s à qq s en MT.

Conséquences : ils peuvent provoquer le déclenchement d’équipements, si leur profondeur et leur durée excèdent certaines limites (voir sensibilité de la charge).
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 26

3. Phénomènes perturbateurs
2. Amplitude

2.1 Creux de tension et coupures brèves
U(t)

Urms
Uref Uref-10% ∆U

∆t

Voltage dip

Short interruption

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

27

3. Phénomènes perturbateurs
2. Amplitude

2.1 Creux de tension et coupures brèves (suite)
Interruption d’alimentation [EN 50160] : condition dans laquelle la tension aux points de fourniture est inférieure à 1 % de la tension déclarée. Elle peut être classée comme : prévue : les clients sont informés par avance pour permettre l’exécution de travaux programmés sur le réseau de distribution, ou accidentelle : lorsqu’elle est provoquée par des défauts permanents ou fugitifs, la plupart du temps liés à des évènements extérieurs, à des avaries ou causes externes. Elle peut être classée comme : coupure longue (dépassant 3 minutes) provoquée par un défaut permanent ou, coupure brève (jusqu’à 3 minutes) provoquée par un défaut fugitif.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

28

3. Phénomènes perturbateurs
2. Amplitude

2.2 Fluctuations de tension – Flicker/ papillotement
Dans les installations où il y a des variations rapides de puissance absorbée ou produite ou des démarrages fréquents (soudeuses, éoliennes, fours à arc pendant la période de fusion, compresseurs, générateurs d’air conditionné, …), on observe des variations rapides de tension, répétitives ou aléatoires.

Définition du flicker [EN 50160] : impression d’instabilité de la sensation visuelle due à un stimulus lumineux dont la luminosité ou la répartition spectrale fluctuent dans le temps.

Conséquences : papillotement des éclairage à incandescence (flicker), gênant pour les consommateurs.
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 29

3. Phénomènes perturbateurs Flicker

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

30

3. Phénomènes perturbateurs Flicker

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

31

3. Phénomènes perturbateurs Flicker
Pour prendre en considération les mécanismes de la vision et établir une méthode représentative de la gêne, le Flicker doit être évalué sur une période de temps suffisamment représentative. De plus, en raison de la nature aléatoire du Flicker provoqué par certaines charges, il faut admettre que pendant cette période le niveau instantanée de Flicker peut varier considérablement et de façon imprévisible. Un intervalle de 10 min a été jugé comme étant un bon compromis. Il est assez long pour éviter d’accorder trop d’importance à des variations isolées de tensions. Il est aussi assez long pour permettre à une personne non avertie de remarquer la perturbation et sa persistance, mais il est en même temps assez court pour permettre de caractériser de façon fine un matériel perturbateur avec un long cycle de fonctionnement. Les gênes sont détectées à partir d’un Pst (perturbation pendant un temps court – short time) égal à 1. La période 10 min sur laquelle a été basée l’évaluation de la sévérité du Flicker de courte durée est valable pour l’estimation des perturbations causées par des sources individuelles telles que les laminoirs, pompes à chaleurs ou appareils électrodomestiques. Dans les cas ou l’effet combiné de plusieurs charges perturbantes fonctionnant de manière aléatoires (par exemple postes de soudure, moteurs) doit être pris en compte, ou quand il s’agit de sources de Flicker à cycle de fonctionnement long ou variable (four électrique à arc), il est nécessaire d’utiliser un critère pour évaluer la perturbation ainsi créée sur une longue durée. La sévérité du Flicker pendant un temps long (long time), Plt, sera déduite des valeurs de la sévérité du Flicker pendant des temps courts, Pst, sur une durée appropriée liée au cycle de fonctionnement de la charge ou sur une période pendant laquelle un observateur peut être sensible au Flicker, par exemple quelques heures. Classiquement, le temps est fixé à 120 min.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

32

3. Phénomènes perturbateurs
3. Forme d’onde 3.1 Harmoniques et interharmoniques
Harmoniques : composantes de fréquence multiple de la fondamentale (50 Hz), qui provoquent une distorsion de l’onde sinusoïdale.

Harmonique h = 5

Interharmonique h = 3.5

Causes : charges non linéaires. Conséquences : échauffements excessifs principalement – immeubles tertiaires avec beaucoup d’ordinateurs et d’éclairage fluorescent, risque de surcharge du neutre (courants harmoniques homopolaires d’ordre 3) où le courant efficace est supérieur à celui des phases alors que la section de cuivre est plus faible (RGIE). Interharmoniques : composantes dont la fréquence n’est pas un multiple entier de la fondamentale – rares – fours à arc, cycloconvertisseurs. Conséquences : valeurs crêtes de la sinusoïde modifiées et déplacement du passage par zéro.
33

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

3. Phénomènes perturbateurs Harmoniques
Un physicien nommé Fourier a démontré qu’un signal périodique qcq pouvait se décomposer en une somme de signaux sinusoïdaux ayant différentes amplitudes et phases et dont la fréquence est un multiple entier du fondamental de fréquence f. Ceci nous amène tout naturellement à parler des harmoniques.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

34

3. Phénomènes perturbateurs Harmoniques
Conversion mathématique temporel < > fréquentiel Signaux périodiques - Série de Fourier f(t) de période T : f(t) = f(t+kT) ∀k entier

Composante continue
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 35

3. Phénomènes perturbateurs Harmoniques Origine ? Toutes les charges non linéaires consomment un courant non sinusoïdal et génèrent des courants harmoniques

La source transforme ces courants harmoniques en tensions harmoniques par le biais de son impédance Z interne selon U = Z.I
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 36

3. Phénomènes perturbateurs Harmoniques Sources ? Toutes les charges non linéaires consomment un courant non sinusoïdal et génèrent des courants harmoniques :
• onduleurs, hacheurs • ponts redresseurs : machine à souder, électrolyse, etc. • variateurs de vitesse • convertisseurs de fréquence • appareils domestiques, éclairages • fours à induction, fours à arc • circuits magnétiques saturés • etc.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

37

3. Phénomènes perturbateurs Harmoniques Conséquences pour récepteurs ?
• machines synchrones • transformateurs • machines asynchrones • câbles • ordinateurs • électronique de puissance • condensateurs • régulateurs, relais, compteurs échauffements pertes & échauffements suppl. risque de saturation échauffements, couples pulsatoires augm. pertes ohmiques et diél. problèmes fonctionnels problèmes liés à la forme d’onde échauff., vieillissement, résonance, etc. fonct. intempestif, erreurs, mesure faussée

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

38

3. Phénomènes perturbateurs
EFFETS DES HARMONIQUES Effets immédiats

Pertes par effet Joule

Dégradation du facteur de puissance Réduction de la puissance des moteurs Surcharges des câbles , transformateurs et moteurs Disjonctions intempestives Augmentation du bruit dans les moteurs Surdimensionnement de certains composants : conducteur du neutre, d'alimentation, batteries de condensateurs

Effets à moyen et long terme
Réduction de la durée de vie des moteurs Réduction de la durée de vie des transformateurs Vieillissement accéléré des isolants et des diélectriques
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 39

3. Phénomènes perturbateurs COS φ ET FACTEUR DE PUISSANCE
Puissance active : P = U x I x cos φ Puissance apparente :

S = P² + Q² = U x I

Le cosinus φ est le déphasage entre la fondamentale "Tension" et Le est le déphasage entre la fondamentale "Tension" et la fondamentale "Courant" dans le cas de signaux non déformés. la fondamentale "Courant" dans le cas de signaux non déformés.

P Fp= = cos φ S
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 40

3. Phénomènes perturbateurs COS φ ET FACTEUR DE PUISSANCE (suite)
La charge non linéaire, lorsqu’elle est soumise à une tension sinusoïdale, absorbe un courant dit "déformé" : il n’y a plus proportionnalité entre courant et tension. Le cosinus φ n’est plus applicable, on parle alors de : FACTEUR DE PUISSANCE

P Fp= S
On intègre dans cette formule la puissance dite DÉFORMANTE qui traduit les effets de la distorsion harmonique.

P Fp= = S
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

P P² + Q² + D²
41

3. Phénomènes perturbateurs ENERGIE REACTIVE

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

42

3. Phénomènes perturbateurs ENERGIE REACTIVE (suite) Intérêt du relèvement du F.P. La compensation d’énergie réactive apporte : Un allègement de la facturation pour l’abonné Une augmentation de la puissance disponible sur l’installation Une diminution des pertes Une réduction de la chute de tension de ligne
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 43

3. Phénomènes perturbateurs Solutions ? - Réduire le taux d’harmoniques - Compenser l'installation grâce à l'adjonction de batteries de condensateurs Formule : Qc = P ( tan ϕ - tan ϕ ')
Pactive ϕ' ϕ S S' Q' Q Qc

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

44

3. Phénomènes perturbateurs Conséquences ? Les phénomènes de résonance Les phénomènes de résonance proviennent de la présence d’éléments capacitifs et inductifs sur le réseau d’alimentation électrique
(ligne, transformateur, capacité de relèvement du F.P.)

Ils génèrent des amplitudes élevées sur certains rangs harmoniques (rangs 5 et 7 par exemple). Les risques : destruction des condensateurs de compensation d’énergie réactive
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 45

3. Phénomènes perturbateurs Conséquences ? Les échauffements dans les conducteurs et équipements électriques
Les conducteurs électriques véhiculent les courants harmoniques qui produisent, par effet Joule, un échauffement des conducteurs au même titre que le courant fondamental. Malheureusement, les harmoniques ne contribuant pas au transfert de la puissance active, ils créent uniquement des pertes électriques et participent à la dégradation du facteur de puissance de l’installation.
Z charge non linéaire B Compensation de l'énergie réactive B'

Exemple
Is A Ic G Source C Iz A'

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

Les condensateurs sont particulièrement Les condensateurs sont particulièrement sensibles à la circulation des courants sensibles à la circulation des courants harmoniques du fait que leur impédance harmoniques du fait que leur impédance décroît proportionnellement au rang des décroît proportionnellement au rang des harmoniques en présence dans le signal harmoniques en présence dans le signal déformé. déformé.

46

3. Phénomènes perturbateurs Conséquences ? Les facteurs de crête élevés
Des déclenchements intempestifs des dispositifs magnétiques des disjoncteurs peuvent se produire, notamment dans le domaine des installations tertiaires comprenant un parc de matériel informatique important. Ils sont bien souvent dus aux problèmes de pollution harmonique. Les disjoncteurs assurant la protection des installations électriques comprenant des matériels informatiques voient leur seuil de sensibilité atteint lors des pointes de courant engendrés par des signaux déformés ayant des facteurs de crête importants.
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 47

3. Phénomènes perturbateurs Conséquences ? Les effets dans le conducteur du Neutre
Les courants harmoniques de rang 3, le fondamental x 3, soit 150 Hz, à partir des 3 phases vont s’additionner, ceux-ci étant en phase. Ils donnent naissance dans le conducteur du neutre à la circulation d’un courant.

I Neutre = 3 fois I Harmoniques 3 Neutre Harmoniques 3
Remarque :: De nombreux incendies de bâtiments industriels sont dus à l'échauffement Remarque De nombreux incendies de bâtiments industriels sont dus à l'échauffement excessif du conducteur du Neutre. excessif du conducteur du Neutre.
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

Voir aussi : 6. Etude de cas

48

3. Phénomènes perturbateurs Remèdes ?
Utilisation de transformateurs propre à chaque équipement
- Une solution contre l'harmonique 3 et ses multiples de rangs impairs (9, 15, 21, 27,…) :

Primaire Câblé en triangle

Secondaire Câblé en étoile

Cette solution est intéressante car elle permet l'élimination des rangs Cette solution est intéressante car elle permet l'élimination des rangs harmoniques les plus perturbateurs. harmoniques les plus perturbateurs.
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 49

3. Phénomènes perturbateurs Remèdes ?
Mise en place de filtre(s) : Filtres passifs Filtre résonnant, extrêmement efficace pour éliminer une harmonique de rang particulier "filtre passe-haut" Filtre amorti, filtrage de toutes les fréquences inférieures au rang considéré "filtre passe-bas" Filtres actifs Injecte des courants harmoniques équivalents mais en opposition de phase de ceux émis par les appareils.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

50

3. Phénomènes perturbateurs
ATTENTION AUX PIÈGES EN MAINTENANCE "CURATIVE"… - Un exemple avec l'éclairage "Économique" :
Montage inductif Montage Capacitif

Z
Secteur 230 V AC Ballast magnétique

Culot E27 Redressement

C'

Capacité de Compensation

R
Charge (tube fluo)

Secteur 230 V AC

C

Ballast électronique

R

Capacité de découpage

Charge (tube fluo)

Attention au risque de surcompensation Attention au risque de surcompensation
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 51

3. Phénomènes perturbateurs
3. Forme d’onde 3.2 Transitoires
Les plus fortes mais les moins fréquentes : celles dues à la foudre. Surtensions dues au déclenchement d’appareils BT, de charges inductives.

Surtensions transitoires amorties (enclenchement de batteries de condensateurs).

Protections : parasurtenseurs.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

52

3. Phénomènes perturbateurs
3. Forme d’onde 3.2 Transitoires Encoches de commutation dues à un redresseur triphasé.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

Remarque : Les encoches de commutation dues aux convertisseurs électroniques ne sont pas des transitoires au sens classique du terme. La forme d’onde de la figure ci-dessus est de type répétitif et pourrait être décrite (à l’aide de la transformée de Fourier) comme une série d’harmoniques. Cependant, c’est la raideur des encoches de la sinusoïde qui risque de provoquer des troubles ; ces encoches peuvent donc être considérées comme des transitoires répétitifs.
53

3. Phénomènes perturbateurs
4. Symétrie - Déséquilibre
Les dissymétries du réseau ne provoquent que de faibles niveaux de déséquilibre de la tension (qq dixièmes de %). Par contre, certaines charges monophasées sont la cause de courants déséquilibrés importants et dès lors d’un déséquilibre significatif de la tension.

Conséquence majeure : échauffement supplémentaire des machines tournantes triphasées.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

54

3. Phénomènes perturbateurs
Vue d’ensemble
DEFINITION OF POWER QUALITY (PQ) Power Quality = Voltage Continuity + Voltage Quality
Voltage Continuity (Reliability of Supply) - long interruptions Voltage Quality • frequency - deviations • magnitude - deviations - dips & short interruptions - flicker • waveform - (inter)harmonics • symmetry - unbalance

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

55

3. Phénomènes perturbateurs
Vue d’ensemble
On peut donc distinguer deux grandes catégories de phénomènes perturbateurs : - ceux qui sont dus aux incidents : creux de tension, coupures longues et brèves (problème de l’immunité des installations sensibles) ; - ceux qui sont dus aux installations perturbatrices : flicker, (inter)harmoniques, déséquilibre (problème de l’émission des installations perturbatrices).

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

56

3. Phénomènes perturbateurs
Type de perturbation Coupure longue Origine Court-circuit, surcharge, déclenchement intempestif, (maintenance) Court-circuit, (enclenchement de gros moteur) Installations fluctuantes (four à arc, soudeuse, moteur à démarrage fréquent, éolienne…) Installations non linéaires (électronique de puissance, arcs électriques…) Installations non linéaires et fluctuantes (four à arc, soudeuse, éolienne), changeurs de fréquence, télécommande centralisée Installations déséquilibrées (traction ferroviaire…) Court-circuit, commutations, foudre Conséquences Arrêts d'équipements, pertes de production, dégâts Solutions possibles Alimentation de secours (réseau), alimentation sans interruption (ASI)

Creux de tension et coupure brève Fluctuation rapide (flicker)

Arrêts d'équipements, pertes de production, dégâts

Conditionneur de réseau, conception de l'équipement sensible, alimentation sans interruption

Papillotement de l'éclairage

Compensateur synchrone, compensateur statique de puissance réactive, conditionneur actif, condensateur série

Harmonique

Effets thermiques (moteurs, condensateurs, conducteurs de neutre…), diélectriques (vieillissement d'isolant) ou quasi instantanés (automatismes)

Filtrage actif ou passif, self anti-harmonique, déclassement d'appareil

Interharmoni que

Papillotement de l'éclairage fluorescent, dysfonctionnement d'automatismes, dégâts mécaniques sur machines tournantes

Filtrage actif ou passif, amortissement de filtres antiharmoniques, conception de l'équipement sensible

Déséquilibre

Echauffement de machines tournantes, vibrations, dysfonctionnement de protections

Dispositif d'équilibrage, conditionneur de réseau

Surtension transitoire

Déclenchements, danger pour les personnes et pour les matériels

Séparation galvanique, parasurtenseurs, enclenchement "synchronisé", résistance de pré-insertion

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

57

Plan
1. 2. 3. 4. 5. 6. Introduction / Qualité de l’électricité Introduction / Qu’est-ce que la CEM ? Phénomènes perturbateurs PQ – Normalisation PQ – Mesures PQ – Etude de cas

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

58

4. Power Quality - Normalisation Concept de niveau de compatibilité
But : assurer la compatibilité entre toutes les installations perturbatrices et toutes les installations sensibles du réseau. Solution : imposer des limites d’émission aux premières et des niveaux d’immunité suffisants aux secondes. En tout point d’alimentation des installations raccordées aux réseaux, les niveaux effectifs de perturbations peuvent être : - supérieurs aux limites individuelles d’émission, mais - inférieurs aux niveaux individuels d’immunité, c’est le concept de « niveau de compatibilité ».

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

59

4. Power Quality - Normalisation
Comme déjà mentionné, depuis la directive européenne de 1985, l’électricité est considérée comme un produit. A partir de ce moment, les instances internationales de normalisation ont développés les documents concernant la mesure et l’évaluation de la Power Quality. On peut citer : - CIGRE – CIRED CC02 document 1992 ; - CEI 61000-4-7 (harmoniques) et CEI 61000-4-15 (Flicker) ; - EN 50160 ; - CEI 61000-4-30 ; -…

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

60

4. Power Quality - Normalisation
En 1981, le groupe de travail CIGRE(1)/CIRED(2) CC02 (CIGRE 36.05 / CIRED 2), a publié le premier rapport international qui stipulait, pour les harmoniques, des “valeurs existantes en réseau” : pour les différents niveaux de tension, on y donnait, pour chaque rang d’harmonique, une “valeur basse” (valeur assez souvent rencontrée au voisinage des installations perturbatrices importantes et associée à une faible probabilité d’interférences) et une “valeur haute” (valeur rarement dépassée dans les réseaux, correspondant à une probabilité non négligeable de produire des interférences). Neuf ans plus tard, la CEI(3) stipulait pour la première fois des niveaux de compatibilité pour la basse tension qui reprenaient, presque intégralement, les “valeurs hautes” du rapport. (1) Conseil International des Grands Réseaux Electriques (2) Congrès international des Réseaux Electriques de Distribution (3) Commission Electrotechnique Internationale

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

61

4. Power Quality - Normalisation
Dans l’intervalle, il était devenu clair que le concept de “niveau de compatibilité” ne pouvait avoir la même signification, en moyenne ou haute tension, qu’en basse tension. En BT, un dépassement des valeurs stipulées engendre un risque évident d'interférence pour les installations sensibles qui y sont raccordées. Pour la moyenne et la haute tension, on introduisit le concept de “niveau cible de compatibilité”, traduisant le fait qu’un dépassement de ces niveaux n'impliquait pas directement un risque d'interférence, le but étant une coordination entre les divers niveaux de tension en vue de respecter, in fine, les niveaux de compatibilité en basse tension. Ces "niveaux cibles" ont été appelés "niveaux de planification" par la CEI. De son côté, le CENELEC a publié la norme EN 50160 qui stipule les “caractéristiques de la tension”, dans l’optique de définir les caractéristiques du “produit électricité”.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

62

4. Power Quality - Normalisation
Niveaux de compatibilité. Ce sont des valeurs de référence (Publications CEI 61000-2-1 et 61000-2-2) pour la coordination de l'émission et de l'immunité des équipements faisant partie ou étant alimentés par un réseau, afin d'assurer la compatibilité électromagnétique dans tout le système. Ils sont considérés comme correspondant à une probabilité de non-dépassement de 95 % pour un système entier, compte tenu d’une distribution dans le temps et dans l'espace. Il y a là une tolérance pour le fait qu'un gestionnaire de réseau ne peut pas assurer le contrôle de tous les points du réseau à tout moment. Une évaluation des niveaux réels de perturbation, pour comparaison avec les niveaux de compatibilité, devrait donc être faite sur l'ensemble d'un réseau, ce qui n’est guère réaliste ; il n'y a de ce fait aucune méthode d'évaluation qui soit définie en relation avec les niveaux de compatibilité. Ce sont, répétons-le, des valeurs de référence plutôt que des limites opérationnelles.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

63

4. Power Quality - Normalisation
Caractéristiques de la tension. La norme européenne EN 50160 donne les principales caractéristiques de la tension aux points d’alimentation de la clientèle dans les réseaux publics à basse et moyenne tension, dans les conditions normales d’exploitation. Ce sont des limites quasi garanties (du moins pour certains paramètres), couvrant tous les points d’un réseau. Ces limites sont égales - ou légèrement supérieures - aux niveaux de compatibilité. La méthode d’évaluation de la caractéristique réelle en un point du réseau (à comparer à la caractéristique spécifiée) est basée sur une statistique uniquement temporelle : par exemple, pour une tension harmonique, la période de mesure est d’une semaine et 95 % des valeurs moyennes quadratiques (RMS) sur les périodes successives de 10 min ne doivent pas dépasser la limite spécifiée.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

64

4. Power Quality - Normalisation
Niveaux de planification. Ces niveaux sont utilisés lors de l’évaluation de l'impact sur le réseau d'une installation perturbatrice de la clientèle (voir les publications CEI 61000-3-6, 61000-3-7, 61000-3-13). Les niveaux de planification sont spécifiés par le gestionnaire de réseau pour tous les étages de tension et peuvent être considérés comme des objectifs internes de qualité. Ils sont normalement égaux ou inférieurs aux niveaux de compatibilité. Seules des valeurs indicatives peuvent être données dans les recommandations internationales car les niveaux cibles sont différents d'un cas à l'autre, selon la structure du réseau et les circonstances. La méthode d’estimation d’un niveau de perturbation réel (à comparer au niveau de planification) se base sur une statistique uniquement temporelle, comme pour les caractéristiques de la tension, mais vise à caractériser de plus près le pouvoir perturbateur du phénomène et fournit donc généralement des résultats plus élevés. Ces résultats plus élevés devant être comparés à des limites plus basses, on comprend que les exigences soient nettement plus sévères pour le réseau.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

65

4. Power Quality - Normalisation

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

66

4. Power Quality - Normalisation
EN 50160 – Caractéristiques de la tension fournie par les réseaux publics de distribution Norme européenne du CENELEC. Domaine d’application : cette norme décrit, au point de livraison du client, les caractéristiques principales de la tension fournie par un réseau public de distribution basse tension et moyenne tension dans des conditions normales d’exploitation. Elle donne les limites ou les valeurs des caractéristiques de la tension que tout client est en droit d’attendre. Elle ne s’applique pas dans des conditions d’exploitation anormales. Objet : définir et décrire les valeurs caractérisant la tension d’alimentation fournie telles que : fréquence, amplitude, forme d’onde et symétrie. En exploitation normale, ces caractéristiques sont sujettes à des variations dues à des modifications de charge du réseau, des perturbations émises par certains équipements et par l’apparition de défauts principalement dus à des causes externes. BT : tension valeur efficace nominale de 1 kV au maximum. MT : entre 1 et 35 kV.
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 67

4. Power Quality - Normalisation
EN 50160 – Caractéristiques de la tension fournie par les réseaux publics de distribution Caractéristiques de l’alimentation BT Fréquence Fréquence nominale : 50 Hz. Variations de la fréquence du réseau en raison des mises en service et hors service de sites de production. Valeur moyenne sur 10 secondes : - Réseaux reliés par des connexions synchrones à un système interconnecté : - 50 Hz ± 1 % (49.5 – 50.5) pendant 99.5 % d’une année - 50 Hz + 4 % / - 6 %(47 – 52) pendant 100 % du temps - Réseaux sans connexion synchrone à un système interconnecté (îles) : - 50 Hz ± 2 % (49 – 51) pendant 95 % d’une semaine - 50 Hz ± 15 % (42.5 – 57.5) pendant 100 % du temps

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

68

4. Power Quality - Normalisation
EN 50160 – Caractéristiques de la tension fournie par les réseaux publics de distribution Caractéristiques de l’alimentation BT Amplitude Tension nominale normalisée : pour système triphasé 4 conducteurs : 230 V entre phase et neutre pour système triphasé 3 conducteurs : 230 V entre phases Variations (lentes) de tension Origine : élévation ou baisse de la valeur efficace de la tension (∆V) en raison d’une variation de charge sur le réseau. Conditions normales d’exploitation - pour chaque période d’une semaine, 95 % des valeurs efficaces de la tension fournie moyennée sur 10 minutes doivent se situer dans la plage ± 10 %. - toutes les valeurs efficaces moyennées sur 10 minutes doivent se situer dans la plage + 10 % et – 15 %.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

69

4. Power Quality - Normalisation
EN 50160 – Caractéristiques de la tension fournie par les réseaux publics de distribution Caractéristiques de l’alimentation BT Variations rapides de tension – « Flicker » Amplitude Les variations rapides proviennent essentiellement des variations de la charge des clients ou de manœuvres sur le réseau. Conditions normales d’exploitation Variation rapide de tension ne dépasse généralement pas 5 % de Un mais on peut observer 10 % Un pendant des courts instants.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

70

4. Power Quality - Normalisation
EN 50160 – Caractéristiques de la tension fournie par les réseaux publics de distribution Caractéristiques de l’alimentation BT Variations rapides de tension – « Flicker » Sévérité EN 60868 – Evaluation de la sévérité du flicker Conditions normales d’exploitation, pour chaque période d’une semaine, niveau de sévérité longue durée du papillotement Plt doit être ≤ 1 pendant 95 % du temps.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

71

4. Power Quality - Normalisation
EN 50160 – Caractéristiques de la tension fournie par les réseaux publics de distribution Caractéristiques de l’alimentation BT Creux de tension Origine Appel de courant important sur le réseau, démarrage de récepteur forte puissance, défaut sur le réseau : court-circuit, défaut de terre, commutation de charge. Les creux de tension sont généralement dus à des défauts largement aléatoires et imprévisibles. Leur fréquence annuelle dépend du type de réseau de distribution et du point d’observation. Répartition sur l’année très irrégulière. Valeurs indicatives Conditions normales d’exploitation Nombre attendu de creux de tension sur une année : qq dizaines à un millier. La plupart ont une durée de moins d’une seconde et une profondeur inférieure à 60 %. On observe fréquemment en certains endroits, avec des commutations de charges importantes chez le client, des creux de tension fréquents de profondeur comprises entre 10 et 15 %.
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 72

4. Power Quality - Normalisation
EN 50160 – Caractéristiques de la tension fournie par les réseaux publics de distribution Caractéristiques de l’alimentation BT Coupures brèves Origine Effets imprévisibles des intempéries et causes externes. Valeurs indicatives Conditions normales d’exploitation Nombre attendu de creux de tension sur une année : qq dizaines à plusieurs centaines. La plupart (70 %) ont une durée de moins d’une seconde. Coupures longues Valeurs indicatives Conditions normales d’exploitation Nombre attendu de coupures de plus de 3 minutes sur une année : de moins de 10 jusqu’à 50, suivant les régions.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

73

4. Power Quality - Normalisation
EN 50160 – Caractéristiques de la tension fournie par les réseaux publics de distribution Caractéristiques de l’alimentation BT Creux de tension / Coupures

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

74

4. Power Quality - Normalisation
EN 50160 – Caractéristiques de la tension fournie par les réseaux publics de distribution Caractéristiques de l’alimentation BT Surtensions Origine Foudre, fusion de fusible, enclenchement de condensateur, coupure de contacteur, … Surtensions temporaires entre phases et terre Une surtension temporaire à la fréquence du réseau apparaît généralement lors d’un défaut sur le réseau de distribution publique ou dans une installation client et disparaît lors de l’élimination de ce défaut. Généralement, la surtension peut atteindre la valeur de la tension entre phases, à cause du déplacement du point neutre du réseau triphasé. Valeurs indicatives Dans certaines conditions, un défaut se produisant en amont d’un transformateur peut temporairement produire des surtensions du côté basse tension pendant la durée du courant de défaut. De telles surtensions ne dépassent pas généralement une valeur efficace de 1,5 kV.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

75

4. Power Quality - Normalisation
EN 50160 – Caractéristiques de la tension fournie par les réseaux publics de distribution Caractéristiques de l’alimentation BT Surtensions transitoires entre phases et terre Les surtensions transitoires ne dépassent généralement pas 6 kV crête, mais des valeurs plus élevées peuvent parfois survenir. Temps de montée : moins de qq µs à plusieurs ms. NOTE : Contenu en énergie d’une surtension transitoire ? Celle-ci varie de façon considérable selon son origine. Surtension induite due à la foudre : amplitude plus élevée mais contenu en énergie plus faible qu’une surtension provoquées par des manœuvres (car elles durent généralement plus longtemps). Les dispositifs de protection contre les surtensions doivent être choisis en tenant compte des niveaux d’énergie les plus élevés.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

76

4. Power Quality - Normalisation
EN 50160 – Caractéristiques de la tension fournie par les réseaux publics de distribution Caractéristiques de l’alimentation BT Surtensions

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

77

4. Power Quality - Normalisation
EN 50160 – Caractéristiques de la tension fournie par les réseaux publics de distribution Caractéristiques de l’alimentation BT Déséquilibre Le déséquilibre est défini par l’écart de symétrie du système triphasé, caractérisé par l’égalité des modules de tension en valeur efficace et leurs déphasages relatifs. Conditions normales d’exploitation Pour chaque période d’une semaine, 95 % des valeurs efficaces moyennées sur 10 minutes de la composante inverse de la tension d’alimentation doit se situer entre 0 et 2 % de la composante directe.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

78

4. Power Quality - Normalisation
EN 50160 – Caractéristiques de la tension fournie par les réseaux publics de distribution Caractéristiques de l’alimentation BT Déséquilibre Composantes directe et inverse ? Soit un système triphasé quelconque, équilibré ou déséquilibré, dont les éléments sont des grandeurs sinusoïdales de même fréquence, représentés par les nombres complexes (X1, X2, X3). Posons Xd = 1/3 (X1+aX2+a²X3) Xi = 1/3 (X1+a²X2+aX3) X0 = 1/3 (X1+X2+X3) Ces équations sont appelées transformation de Fortescue. On quantifie le déséquilibre d'un système triphasé par le degré de déséquilibre (ou degré de dissymétrie), en courant ou en tension, défini comme le rapport des valeurs efficaces, ou des amplitudes, de la composante inverse sur la composante directe: δ = Xi/Xd

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

79

4. Power Quality - Normalisation
EN 50160 – Caractéristiques de la tension fournie par les réseaux publics de distribution Caractéristiques de l’alimentation BT Tensions harmoniques Conditions normales d’exploitation Pour chaque période d’une semaine, 95 % des valeurs efficaces de chaque tension harmonique moyennées sur 10 minutes ne doivent pas dépasser les valeurs du tableau 1 de la norme. De plus, le taux global de distorsion harmonique de la tension fournie (y compris jusqu’au rang 40) ne doit pas dépasser 8 %.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

80

4. Power Quality - Normalisation
EN 50160 – Caractéristiques de la tension fournie par les réseaux publics de distribution Caractéristiques de l’alimentation BT Tensions harmoniques

Rang de l'harmonique
3 5 7 9 11 13 15 17 19 (1) 21 (2)
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

Taux en %
5 6 5 1,5 3,5 3 0,3 2 1,5 0,2
81

4. Power Quality - Normalisation
EN 50160 – Caractéristiques de la tension fournie par les réseaux publics de distribution Caractéristiques de l’alimentation MT Fréquence Fréquence nominale 50 Hz Valeur moyenne sur 10 secondes : - Réseaux reliés par des connexions synchrones à un système interconnecté : - 50 Hz ± 1 % (49.5 – 50.5) pendant 99.5 % d’une année - 50 Hz + 4 % / - 6 %(47 – 52) pendant 100 % du temps - Réseaux sans connexion synchrone à un système interconnecté (îles) : - 50 Hz ± 2 % (49 – 51) pendant 95 % d’une semaine - 50 Hz ± 15 % (42.5 – 57.5) pendant 100 % du temps …

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

82

Plan
1. 2. 3. 4. 5. 6. Introduction / Qualité de l’électricité Introduction / Qu’est-ce que la CEM ? Phénomènes perturbateurs PQ – Normalisation PQ – Mesures PQ – Etude de cas

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

83

5. Power Quality - Mesures

QUELS PARAMETRES ALLONS NOUS MESURER POUR QUANTIFIER ET QUALIFIER CES « GRANDEURS » ?
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 84

5. Power Quality - Mesures FORMULES Valeur RMS
Les appareils numériques dits R.M.S réalisent la mesure efficace d’un signal ALTERNATIF quelque soit sa forme, sinusoïdal ou déformé.
Courant mesuré

Appareil NON RMS Mesure : I = 12 A

Appareil RMS Même mesure : I = 16 A

I R . M . S . = I ² fondamenta l + Ih3 + Ih5 + Ih7 +...
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 85

2

2

2

5. Power Quality - Mesures Facteur de Crête

Dans le cas d’une charge linéaire

FC =

IMax Iefficace

= 2=1,414

Charge linéaire : 2 soit 1,414 Matériel informatique : 2 à 3 Variateur de vitesse : environ 2
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

Absence d'harmonique Présence d'harmoniques Présence d'harmoniques

86

5. Power Quality - Mesures Le taux distorsion harmonique global

THD =

A2 + A3 + A4 ...
2 2 2

%

A ou V

A12

Rapport de la valeur efficace de l’ensemble des courants harmoniques du signal sur la valeur efficace du même signal à la fréquence fondamentale

Le facteur de distorsion global

DF =

A 0 2 + A 2 2 + A 3 2 ... Aeff
2

%

A ou V

Rapport de la valeur efficace de l’ensemble des courants harmoniques du signal sur la valeur efficace du signal
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 87

5. Power Quality - Mesures Le taux distorsion harmonique rang par rang
Détermination de la valeur efficace du rang d’harmonique considéré ainsi que de son pourcentage par rapport à la fondamentale.

An τn = A1
A3 9 τn = = = 75% A1 12
n
88

Exemple pour l’harmonique 3 :

100 %

1

3

5

7

9

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

5. Power Quality - Mesures Appareils de mesure Pince de puissance Wattmètre Pince wattmétrique

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

89

5. Power Quality - Mesures Appareils de mesure L’analyseur de puissance et d’harmoniques

Power Quality Analyser Demo

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

90

5. Power Quality - Mesures
Harmoniques Les tensions harmoniques peuvent être évaluées : - individuellement, d’après leur amplitude relative (uh) par rapport à la tension fondamentale U1, où h représente le rang de l’harmonique, - globalement, c’est-à-dire d’après la valeur du taux global de distorsion harmonique THD.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

91

5. Power Quality - Mesures Appareils de mesure Flickermètre
Mesures selon la norme CEI 61000-4-15 (précédemment CEI 868) L’appareil de mesure de référence est défini dans la norme, ainsi que la méthode de calibration.

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

92

LA MESURE
MN 93 : 3 x Pinces
jusqu'à 240 A

INDUSTRIELLE

5. Power Quality - Mesures
L3 L2 L1 N
F27 : Pince de
puissances (T3FE) et harmoniques

Fournisseur d'énergie

PE
C.A 6525 MX 2040 : Pince de puissances Triphasé équilibré C 37
Pince courant de fuite

Isolement
entre conducteurs actifs (installation hors tension et récepteurs débranchés)

Terre du Neutre

F05 : Pince Multimètre
et de puissance / Facteur de puissance

PE

QualiStar - C.A 8334-MN
Mesure de la qualité du réseau "harmoniques, puissance T4FNE, énergies, transitoires, FFT, Fresnel, variations de tension,..."

+
Le QualiStar
et ses accessoires - Pince MN 93 - 240 A - Pince C 193 - 1000 A - Pince PAC 93 - 1400 A - Ampflex A 193 - 3000 A

Moteur
(installation hors tension)

Qualistar - Exemples d'écrans

C.A 6541 / 43 / 45 / 47

Terre des Masses (d'utilisation)

Pince de terre C.A 6415
pour mesurer chaque mise à la terre

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

93

Plan
1. 2. 3. 4. 5. 6. Introduction / Qualité de l’électricité Introduction / Qu’est-ce que la CEM ? Phénomènes perturbateurs PQ – Normalisation PQ – Mesures PQ – Etude de cas

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

94

6. Power Quality – Etude de cas A. Harmoniques – Neutre- Section des conducteurs
Un des effets les plus importants dans la présence de courants harmoniques est l’accroissement de la valeur des courants efficaces qui vont circuler sur l’alimentation triphasée. Harmoniques 3 en phase Somme non nulle Somme dans neutre : 3 x Iphase Echauffement Destruction Adapter la section du neutre (idem pour les multiples de 3)

Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg

95

6. Power Quality – Etude de cas A. Harmoniques – Neutre- Section des conducteurs Exemple numérique Taux de distorsion I1 225A I3 183A 81.3 % I5 152A 67.6 % I7 118A 52.4 % Iphase = 348A (1,55 x I1) (somme quadratique des harmoniques) Ineutre = 3 x 183A = 549A (soit 2,44 x I1) Phases : 225A > 70mm² avec Harmoniques Phases : 150mm² (385A) Neutre > 35mm² avec Harmoniques Neutre : 300mm² (615A)
Copyright © 2008 Véronique Beauvois, ULg 96