Un constat alarmant

Les nouveaux enjeux du bâtiment
Les nouveaux enjeux du bâtiment sont environnementaux :
Changement climatique Risque sur la santé humaine et sur la biodiversité Epuisement des ressources fin de l’énergie bon marché conflits engendrés par la localisation géographique des ressources
e nt s bâtim te 25% de e L ES… sen repré ions de G s émis c he , c ou ides es ac Plui e… ’ozon d 40% tilise tu timen … Le bâ ergie n de l ’é

Pour faire face à ces enjeux, les pays industrialisés s’engagent à diviser par 4 leurs émissions de Gaz à Effets de Serre d’ici 2050

Les défis environnementaux actuel
Scénario 1: Progression des RT conformément au ‘Plan climat 2004’ et, sur le patrimoine construit avant 1973, d’ici 2050: . Démolition de 15% . Réhabilitation régulière de l’ensemble à RT+30%. Scénario 2: Idem scénario 1 mais en plus réhabilitation de 100% du patrimoine construit avant 2005. Scénario 3: Idem scénario 2 mais avec en référence le niveau basse énergie en remplacement de la RT. Consommation résidentiel et tertiaire 1990 Consommation résidentiel et tertiaire 2005 Consommation 2050 scénario 1 Consommation 2050 scénario 2 Consommation 2050 scénario 3 ------ Objectifs européens pour 2050

Faute d’évolutions suffisantes de la RT on nous parle de rupture à venir.

Les prémisses d’une prise de conscience

« Nous entrons dans une période d’évaluation du protocole de Kyoto et de préparation de l’après-Kyoto, qui va se faire sous présidence européenne française. La France a une responsabilité majeure pour faire de l’après Kyoto un véritable virage dans l’histoire de l’humanité » . Jean-Louis Borloo – Ministre du MEDAD – Le 29 juin 2007

« Le fait que qu’à l’horizon 2050, la consommation de nos habitations ne devra pas dépasser 50 kWh par m² par an commence à s’inscrire dans les esprits». Marie-Christine ROGER, chef de bureau à la Direction générale de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction (DGUHC)

Consommation énergétique d’un bâtiment
La consommation d’énergie sur la vie d’un bâtiment* est liée pour :
15 % à la construction 65 % au chauffage, à la ventilation, à la clim. 10 % à la production d’eau chaude 10 % à la consommation électrique
*D’après étude suisse du programme ‘MINERGIE’ (www.minergie.ch)

Performances thermiques : Différentes classes de bâtiments
350 300 250 200 150 100 50 0 -50 Etat du parc actuel Bâtiment réhabilité "basse énergie" Bâtiment Bâtiment neuf RT neuf 2005 HQE® (zone H1) HPE Bâtiment neuf "basse énergie" Bâtiment passif
≈ 80 450 à 220 250 à 130

Bâtiments anciens

Bâtiments neufs

230 à 117

Consommations en kWh/m².an pour Chauffage, Clim, ECS et auxiliaires en énergie primaire
≈ 50

≈ 30 <0

Bâtiment à énergie positive

(zone H1)

Intérêts de la basse énergie
Produit d’ores et déjà généralisable (avec les savoir-faire,
équipements, matériaux et budgets disponibles)

Apporte un confort thermique et phonique réel, et une très bonne qualité de l’air intérieur Préserve la valeur du patrimoine :
respecte dès aujourd’hui les réglementations thermiques à venir, mise en œuvre soignée, s’adapte à un prix de l’énergie croissant

Permettent une meilleur protection de l’environnement, grâce à leur besoin en énergie très réduit

Source: Minergie

Source: Ajena

Approche économique
Pour une facture de 1000 euros en 2005, le coût chauffage sur 30 ans oscillera entre 38 000 et 83 000 euros*…
Economies réalisées sur le poste chauffage en 30 ans entre une maison juste RT 2005 et une maison basse énergie
70000 60000 50000 40000 30000 26500
. .

58400

34200

* En euros constants selon 3 types d’augmentation plausibles de l’énergie : 1,5; 3 et 6%
Source: ‘La conception bioclimatique’-2006-

20000 10000 0 1,5% 3% 6%

Approche économique (suite)
En neuf : Pour un sur-investissement de 150 euros/m² permettant à une maison de 120 m² de devenir «basse énergie», soit un montant de 25 000 euros à rembourser**. Les bénéfices sur 30 ans varieront entre 1 500 et 33 000 euros. En réhabilitation : Selon la consommation des bâtiments existants, ce gain peut encore être multiplier par 2 à 3.
** avec un emprunt à 4% + 0,3% assurance

Ce qu‘en pensent certains banquiers suisse
„Après 30 années d‘existence, un bâtiment MINERGIE aura avec de grandes probabilités, 12% plus de valeur qu‘un bâtiment conventionnel.“ Dr. Urs Oberholzer, Président de la banque cantonale de ZH. „Le financement d‘objets optimisés selon le standard MINERGIE est intéressant pour les banques. De tels bâtiments deviennent encore plus attractifs en cas de crise énergétique. De plus, du à la préservation de la valeur du bien fonds, le risque lié à l‘hypothèque est moindre.“ Marcel Rose, Directeur des finances ZKB.

Les différentes classes de bâtiments*

Bâtiments «standard »

Bâtiments «basse énergie»

Bâtiments «très basse énergie»
* d’après Minergie ® - Suisse. Dessin AJENA

Les clés du bâtiment basse énergie
Une addition de bons sens et de solutions optimisées

Isolation et vitrages très performants Enveloppe étanche à l’air Ponts thermiques limités

Bâtiments compacts Ouverture au soleil
/ protections solaires

Ventilation avec récupération de chaleur

Chauffage performant Utilisation d’énergies renouvelables Eau chaude sanitaire solaire
AJENA d’après Minergie

Les clés du bâtiment basse énergie
Une addition de bons sens et de solutions optimisées

L’isolation de l’enveloppe
Isolation et vitrages très performants Enveloppe étanche à l’air Ponts thermiques limités

AJENA d’après Minergie

Choix d’une isolation performante
Niveau « RT2005 » Niveau « basse énergie »

Isolation toit
Umax cm isolant*

0,20 20 cm 0,50 8 cm 0,45 ITI 10 cm 2,6 double vitrage (Ugmax =2)

0,13 25 à 30 cm 0,25 environ 15 à 20 cm 0,20 ITE 15 à 20 cm 1,4 double vitrage à isolation thermique renforcée (Ugmax =1,1)

Isolation plancher
Umax cm isolant*

Isolation façade
Umax cm isolant*

Fenêtre (Uwmax)

Coefficients U : sources Effinergie * Avec un lambda de 0,039 W/m.K

Vitrage très performants
5,8 2,8 à 3,3 ≈2 ≈2 1,8 1,1 à 1,8 0,5 à 0,8 0,65

Coéf. de transmission Uf moyen de l'huisserie Bois PVC Aluminium avec coupure thermique 1,8 à 2,8 W/m².K 1,5 à 2,5 W/m².K 3,4 à 4,9 W/m².K

Sources : Jean-Pierre OLIVA, Isolation Ecologique ; CATED, RT 2000

Choix d’une isolation performante
Faire le choix d’une isolation performante et durable signifie aussi :
S’affranchir du réflexe ‘isolation par l’intérieur’ Utiliser des isolants dense (pour éviter les tassements,…) Soigner la pose des pare-vapeur et frein-vapeur et éviter les isolants sensibles à la vapeur d'eau

Sur le bâti ancien, avoir des complexes isolants qui respectent l’équilibre hygrothermique des parois existantes

Privilégier deux couches croisées à une couche épaisse

Eviter les ossatures traversantes,...

Le confort thermique, Isolation des parois
Performances théoriques = performances en œuvre ?
Exemple 2 : Essai comparatif CSTB*
Repérage des différences entre les performances issues des calculs thermiques simplifiés et les performances relevées sur maquettes pour 4 systèmes de doublage de murs extérieurs : - Placostyréne (10+80) collé : 1% de différence entre calculs et réalité - Doublage laine minérale (45mm+ 30mm) sur rail M48 : 18% - Doublage laine minérale (75mm) sur rail M70 : 41% Et ici, la pose a été soignée, le pare vapeur correctement posé. - Que donnerait cet essai avec la qualité de pose habituelle ? - Que donnerait cet essai après un vieillissement de 20 à 30 ans ?
* Cahiers techniques du bâtiment sept 2001

Le confort thermique, Isolation des parois
Performances théoriques = performances en œuvre ?
Exemple 1 : Essai de quantification des pertes thermiques dues à un pare-vapeur non continu* sur laine minérale. Avec une fente de 1mm pour 1m² d’isolant, la valeur U chute de 0.30 à 1.44 W/m²K soit un pouvoir isolant divisé par 4.8.
*Institut de physique du bâtiment- Stuttgart. Essai réalisé avec une différence de pression ext/int de 20pa .

Ponts thermiques limités et Enveloppe étanche à l’air
Dans les bâtiments récents, les déperditions thermiques sont dues pour : 25 à 40% aux 14 à 19% aux
Ponts thermiques inétanchéités à l’air

B A=B A

D ’après la FFB

Les caméras thermiques devenant accessibles : La qualité de pose des isolants peut aisément se vérifier

Les tests d’étanchéité à l’air sont de plus en plus facile à réaliser

Les clés du bâtiment basse énergie
Une addition de bons sens et de solutions optimisées

La conception du bâtiment
Bâtiments compacts Ouverture au soleil / protections solaires Ventilation avec récupération de chaleur
AJENA d’après Minergie

Bâtiment compact
Forme du bâtiment :
pour le même volume habitable, le bâtiment A est caractérisé par 25% de plus de parois extérieures que le bâtiment B

A

B

Pour être plus efficace, penser au petit collectif :
Il réduit le coût de construction Il diminue les déperditions thermiques Il évite les vis à vis et les km de thuyas

Source: Ajena

S’ouvrir au soleil l’hiver
kWh pour 1m² de fenêtre D.V. peu émissif + volets en tableau, avec un Uw = 1,50 W/m².°C: +104 kWh au Sud -20 kWh au Nord
Source Enertech (1)

Se protéger du soleil l’été
Source: ‘La conception bioclimatique’-2006-

(1) Bilan énergétique (énergie qui rentre-énergie qui sort) d’un m² de baie vitrée pendant la saison de chauffe à Chambéry

Ventilation
Comparatif entre VMC double flux et Hygro B:
VMC Hygro B:
- Faible investissement - Consommation d’électricité primaire limitée

VMC double flux avec récupération de chaleur:
- Qualité d’air assurée - Confort optimisé (thermique et acoustique) - Déperditions limitées

Mais

Mais

- Qualité de l’air dépendant des - Investissement plus élevé (environ 3000 €/MI) pollutions intérieures émises

Les clés du bâtiment basse énergie
Une addition de bons sens et de solutions optimisées

Des équipements performants
Chauffage performant Utilisation d’énergies renouvelables Eau chaude sanitaire solaire
AJENA d’après Minergie

Production de chaleur performante
Chauffage basse température :
Solaire si possible Bois : à privilégier, choisir un appareil à haut rendement Energies fossiles : chaudière à condensation Electrique : pompes à chaleur avec COPannuel > 3

Régulation :
Privilégier vannes avec moteur électro-thermique Choisir au plus juste la température de chaque pièce

Eau chaude sanitaire :
Eau chaude solaire systématique en neuf Installation optimisée (longueurs des canalisations réduites, limitation des débits…)

Comportement des usagers

Un degré en plus augmente la consommation de 10 à 15%

En basse énergie, la consommation d’énergie pour l’ECS peut être égale à la consommation de chauffage

Avantages multiples et co-bénéfices de la Basse Energie
Confort élevé (température des surfaces des murs intérieurs,
acoustique, absence de mouvement d’air non désiré,...).

Faibles coûts des factures énergétiques Installations de chauffage moins puissantes et moins coûteuses Plus-value : valeur immobilière plus durable Facilité de vente et de location (DPE)

Source: Ajena

Source: Minergie

Source: Ajena

Effinergie, pour aller plus loin ensemble

Label EFFINERGIE® pour les constructions neuves
Label « BBC2005 »* : Une certification officielle (définition légale, garanties d’une certification officielle, avantages accompagnant un label du Ministère du logement…) Des certificateurs connus et reconnus:

-

CERQUAL CEQUAMI CERTIVEA PROMOTELEC

: immeubles collectifs + MI accolées : maisons individuelles de CMIstes : bâtiments tertiaires (écoles, bureaux…) : individuel diffus

* Les certificateurs reconnus par l’état pour délivrer les labels de performance énergétique vont utiliser la marque EFFINERGIE® pour la certification BBC

Le référentiel du label EFFINERGIE® pour le neuf
Un objectif simple de consommation à ne pas dépasser Un mode de calcul maîtrisé (celui de la RT2005) Des usages pris en compte qui sont ceux de la RT2005 :

-

Chauffage Eau chaude sanitaire Auxiliaires de chauffage et de ventilation Éclairage Climatisation

Label EFFINERGIE® pour le neuf, consommations maximales :
Résidentiel : < 50 kWh/m2.an*, à moduler selon les régions :
1,1 1,3 1,3 1

Tertiaire : C < 50% Cref
1,2 0,9 0,9 Modulation selon l’altitude : + 0,1 si 400 m < altitude < 800 m + 0,2 si altitude >800m 0,8

* Rappels : « m² Shon » et « énergie primaire »

Label EFFINERGIE®, bientôt aussi pour l’existant !
En cours de validation :
1,3

Résidentiel : < 80 kWh/m2.an*, à moduler selon les régions : Tertiaire : < Créf – 40%

1,1 1 1,2

1,3

* Rappels : « m² Shon » et « énergie primaire »
0,9 0,8

0,9

Modulation selon l’altitude : + 0,1 si 400 m < altitude < 800 m + 0,2 si altitude >800m

Pour accompagner la généralisation de la Basse Energie
Une structure nationale qui :
Coordonne les programmes régionaux Mutualise les expériences et compétences Elabore un référentiel commun en collaboration avec l’Etat.

En Franche-Comté un programme qui :
Fait la promotion de la basse énergie Aide à la réalisation de bâtiments référents Valorise les acteurs et savoir-faire locaux

Pour les acteurs francs-comtois une adresse : info@bbe-fc.fr

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful