You are on page 1of 115

Agence Nationale de la Recherche ACI « Théories, Techniques & Terrains » Contrat « Connaître les connaissances politiques » novembre 2003 – mars

2008 FNS/ACI n°035309 Volume 3. Travaux du LEACM/CRIS

Comment mesurer les connaissances politiques et leurs effets sur la formation du jugement public ?

Robert Martin, Laurie Brun, Louis Frécon mars 2007 – rev. 3 juin 2008 avec
Sonia Béchet, Claire Chenevaz, Emilie Costille, Emilie Gay, Louis Ange Onkere Kakoula, Jessica Summers 1
Mots-clés : approche physiologique de l’émotion politique, aphorismes, comportement, émotion et ressenti émotionnel, mémorisation, modélisation du raisonnement, postulats politiques, questionnaire, règles de décision, représentations sociales, temps de réaction.

1

et aussi la collaboration à divers stades de Arnaud Béal, Hervé Bruni, Adeline Denambride, Patricia Faure, Eléna Ivanova, Catherine Puigcerver-Gibaud

Sommaire
Introduction........................................................................................................................................................... 4

I.

Les Représentions Sociales Politiques ........................................................................ 6 1. Connaissances et représentations ............................................................................... 6 1.1. La représentation sociale.................................................................................... 6 1.2. La théorie du noyau central................................................................................ 7 2. Les entretiens.............................................................................................................. 8 2.1. La grille d’entretien semi-directif ...................................................................... 8 2.2. La population...................................................................................................... 8 2.3. Le traitement des données .................................................................................. 9 3. Les associations d’idées – les évocations................................................................... 9 3.1. La tâche .............................................................................................................. 9 3.2. La population...................................................................................................... 9 3.3. Les résultats : structure de la représentation .................................................... 10 II. La Modélisation du Raisonnement Politique........................................................... 12 1. Les composants de la connaissance en politique ..................................................... 12 1.1. Les prémisses ................................................................................................... 12 1.2. Les règles d’inférence ...................................................................................... 12 1.2.1. Postulat ..................................................................................................... 13 1.2.2. Incomplétude/ Inconsistance .................................................................... 13 1.2.3. Monotonie ................................................................................................ 13 1.2.4. Analogie ................................................................................................... 13 1.2.5. Induction et Infirmation ........................................................................... 13 1.3. Les règles de décision ...................................................................................... 13 2. Le questionnaire ....................................................................................................... 14 2.1. La grille initiale ................................................................................................ 14 2.1.1. L’élaboration ............................................................................................ 14 2.1.2. Les pré-tests.............................................................................................. 15 2.2. La version 1 du questionnaire .......................................................................... 15 2.2.1. L’élaboration ............................................................................................ 15 2.2.2. Les pré-tests.............................................................................................. 16 2.3. La version 2 du questionnaire .......................................................................... 17 2.3.1. L’élaboration ............................................................................................ 17 2.3.2. Quelques résultats .................................................................................... 19 2.3.3. Eléments d’analyse................................................................................... 26 III. L’Impact Emotionnel de Notions Politiques............................................................ 28 1. Le rôle des émotions ................................................................................................ 28 1.1. L’influence inconsciente des émotions dans nos comportements.................... 28 1.2. L’émotion dans le champ politique.................................................................. 28 1.3. L’impact émotionnel inconscient des mots ...................................................... 29 2. Le ressenti émotionnel conscient ............................................................................. 31 2.1. L’échantillon .................................................................................................... 31 2.2. Les stimuli – notions politiques ....................................................................... 31 2.3. La tâche ............................................................................................................ 31 2.4. Résultats ........................................................................................................... 32 2.4.1. Les concepts « positifs » .......................................................................... 32 2

LEACM/CRIS – Université de Lyon

2.4.2. Les concepts « négatifs » ......................................................................... 33 2.4.3. Les concepts « neutres »........................................................................... 34 3. Le ressenti émotionnel inconscient .......................................................................... 38 3.1. Etude des temps de réaction ............................................................................. 38 3.1.1. La mesure des temps de réaction.............................................................. 38 3.1.2. Les liens émotion / mémoire .................................................................... 39 3.1.3. L’échantillon ............................................................................................ 40 3.1.4. Les stimuli – notions politiques ............................................................... 40 3.1.5. La tâche .................................................................................................... 40 3.1.6. Le protocole.............................................................................................. 41 3.1.7. Résultats ................................................................................................... 42 3.2. Etude exploratoire physiologique (neurovégétative) ....................................... 46 3.2.1. Les stimuli – notions politiques ............................................................... 46 3.2.2. Les indices de quantification.................................................................... 46 3.2.3. L’enregistrement des signaux................................................................... 52 3.2.4. La procédure............................................................................................. 52 3.2.5. Les résultats.............................................................................................. 54
Conclusion ........................................................................................................................................................... 57 Bibliographie ....................................................................................................................................................... 60 Réalisations du LEACM dans le cadre du projet............................................................................................. 62 Annexes ................................................................................................................................................................ 63

LEACM/CRIS – Université de Lyon

3

INTRODUCTION
Les travaux présentés dans ce rapport s’inscrivent dans le cadre de l’Action Concertée Incitative (Terrains, techniques, théories, Travail interdisciplinaire en Sciences humaines et sociales) « Peut-on connaître les connaissances politiques ? Définitions comparées, mesure et effets civiques de la compétence », soutenue par le Ministère délégué à la Recherche et aux nouvelles technologies (Direction de la Recherche). La connaissance politique est une partie intégrante du processus démocratique et des comportements électoraux. Néanmoins, la multitude de travaux effectués dans le domaine politique ne semble pas traiter des tâches d’une manière approfondie, c’est-à-dire donner un contenu rigoureux à la notion de « connaissances politiques » et définir le rôle de ses composantes. Tel est l’objectif du programme de recherche global, couplé avec l’intention de construire un instrument capable de mesurer ces connaissances politiques, en leur donnant une valeur empirique quels que soient les contextes institutionnel ou culturel. La connaissance est souvent conceptualisée comme l’accumulation constante des informations perçues dans la « réalité » par l’individu, mais elle présente des ambiguïtés à cause de plusieurs facteurs. Notamment, elle manque d’une valeur empirique, elle n’est pas toujours bien différenciée des autres formes de la cognition, et le fonctionnement de ses systèmes sous-jacents (représentationnels, émotionnels, etc.) est entouré par des controverses. Ainsi, afin d’étudier les connaissances pré-requises pour informer les différents types de comportements électoraux, trois axes de recherche ont été développés par l’équipe du LEACM : les représentations sociales politiques la modélisation du raisonnement politique l’impact émotionnel de notions politiques 1. Les représentations que les citoyens ont de la politique influent de façon déterminante sur le rapport qu’ils ont à cet objet, c’est-à-dire sur l’implication et l’intérêt qu’ils lui portent. Les représentations sociales sont des formes de savoirs naïfs (ensembles de connaissances, d’attitudes et de croyances concernant un « objet » donné) destinées à organiser les conduites et orienter les communications. Ces savoirs naturels constituent les spécificités des groupes sociaux qui les ont produits. Les représentations sont dites sociales parce qu’elles sont socialement construites et transmises dès l’enfance par des lieux de socialisation tels que l’école, les médias, la famille. Elles permettent de sélectionner et de réorganiser les évènements en jouant un rôle de filtre interprétatif et de remplir une fonction identitaire dans le sens où elles reflètent une réalité partagée par le groupe. Les représentations sociales politiques (relatives à l’objet "politique") sous-tendent les comportements électoraux et de décision politique. Leur étude est réalisée à travers des entretiens et des associations d’idées (évocations). 2. Le raisonnement politique s’appuie sur les représentations sociales politiques, c’est-àdire sur l’ensemble de leurs constituants (les connaissances, les attitudes, les croyances, etc.). Les différents comportements politiques sont ainsi à mettre en correspondance avec les divers éléments des représentations.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

4

Un aspect donné des représentations peut être privilégié afin de conceptualiser le raisonnement. Par exemple, l’élément « connaissances » (en termes de quantité et de qualité) est à la base d’une distinction entre trois types de raisonnement sur la politique : le raisonnement ordinaire (utilisé dans la vie quotidienne), sophistiqué (dans les discussions politiques) et expert (indispensable dans la vie publique). Les travaux développés dans cet axe de recherche considèrent la globalité de la représentation comme base du raisonnement (pas seulement les connaissances). Le raisonnement politique à l’origine des comportements est envisagé selon les schémas structurels connus. Des distinctions sont ainsi faites entre les prémisses (premiers éléments à l’origine du raisonnement), les règles d’inférence (qui concernent son déroulement) et, s’il a lieu de trancher, les règles de décision (choix entre diverses issues possibles et plus ou moins contradictoires). Cette approche permet l’identification de « modèles » cognitifs de raisonnement politique, c’est-à-dire d’établir une typologie des citoyens en tant que pensant politique. 3. Les représentations sociales (dans leurs différents constituants) comportent une charge affective évoluant selon le vécu de l’individu. Cette charge affective colore ainsi les connaissances (qui ne dépendent pas seulement du niveau d’éducation, de l’expérience professionnelle ou de la position sociale). De plus, toute prise de décision (par exemple, le vote) est largement déterminée par les émotions. C’est pour ces deux principales raisons que l’impact émotionnel de notions politiques est testé dans ce troisième axe de recherche. Il s’agit d’identifier les notions politiques dont l’impact est négatif et celles dont l’impact est positif en évaluant les niveaux conscient (à travers les verbalisations) et inconscient (à travers la mesure de temps de réaction et de variations physiologiques) de la réponse émotionnelle. Différentes études ont ainsi été menées afin de répondre aux problématiques posées à travers ces trois axes de recherche. Au total, 594 sujets ont participé : 17 sujets ont été entendus lors d’entretiens en face à face sur le thème de la politique et 166 ont donné les évocations associées au mot « politique » ; 162 sujets ont répondu aux différentes versions du questionnaire élaboré afin de modéliser le raisonnement politique ; et l’impact émotionnel de notions politiques a été recueilli auprès de 249 sujets.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

5

Les représentations sociales politiques

I. LES REPRESENTIONS SOCIALES POLITIQUES
Afin d’accéder aux représentations politiques des individus, des méthodes qualitatives ont été employées : des entretiens semi-directifs menés en face à face (17 sujets entendus) des associations d’idées (ou évocations) (166 sujets interrogés)

1. Connaissances et représentations
L’étude des connaissances relève de plusieurs disciplines : didactique, ergonomie, intelligence artificielle, linguistique, psychologie cognitive, génétique, sociale, psychologie du travail ; chacune privilégie sa propre approche, prenant en compte telles caractéristiques des connaissances ou cherchant à expliciter tel mode d’organisation de celles-ci. En psychologie cognitive, le terme de « connaissances » est souvent remplacé par les termes de représentations, « concept clef » des recherches en psychologie cognitive (Bresson, 1987), et, dans une moindre mesure, de concepts et d’information. Représenter correspond à un acte de pensée par lequel un sujet se rapporte à un objet. Il n’y pas de représentation sans objet. Elle rend présent un objet quand il est lointain ou absent, elle est donc le représentant mental de l’objet qu’elle restitue symboliquement. La représentation d’un objet correspond à un ensemble d’informations, d’opinions et de croyances relatives à cet objet. Ces informations sont le fruit d’expériences individuelles et d’échanges interindividuels. La représentation va fournir aux individus des notions prêtes à l’emploi et un système de relations entre ces notions permettant ainsi l’interprétation, l’explication et la prédiction. 1.1. La représentation sociale Les représentations liées au champ politique peuvent être qualifiées de « sociales ». Une représentation sociale est une forme de connaissance courante, dite de sens commun. Celle-ci est caractérisée par les propriétés suivantes : Elle est socialement élaborée et partagée, elle se constitue à partir de nos expériences et des informations, savoirs, modèles de pensée reçus et transmis par la tradition, l’éducation et la communication sociale. Elle a une visée pratique d’organisation, de maîtrise de l’environnement et d’orientation des conduites et communications. Elle participe à la construction d’une réalité commune à un ensemble social ou culturel donné. Une représentation est ainsi composée d’éléments cognitifs liés entre eux par des relations. Ces éléments ne sont pas en nombre fini : les effets de contexte, les caractéristiques de la population, les variations interindividuelles modifient constamment leur mobilisation ou leur expression. Dans la démarche de recherche, on est conduit à repérer ces éléments sur la base de leurs expressions verbales (dans les entretiens, les discussions de groupe, des épreuves associatives) ; ici, l’étude des représentations sociales politiques est basée sur des entretiens semi-directifs. Les éléments d’une représentation sociale ne sont pas tous structurellement équivalents.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

6

Les représentations sociales politiques 1.2. La théorie du noyau central La caractéristique la plus générale et la plus fondamentale de la représentation sociale tient à la distinction entre deux systèmes : un système central et un système périphérique. Moscovici (1961) décrit la notion de noyau figuratif qui constituerait une base stable autour de laquelle pourrait se construire la représentation. Abric (1976, 1987) propose un modèle théorique rendant compte d’un aspect important de cette structure : la théorie du noyau central. Selon ce modèle, une représentation sociale s’organise autour d’un noyau central, composant fondamental qui détermine la signification et l’organisation de la représentation. Ce noyau est consensuel, il est collectivement partagé. Il se caractérise également par une cohérence, une stabilité qui lui permet de résister aux changements. Si les représentations sociales ont un noyau central, c’est parce qu’elles sont une manifestation de la pensée sociale et que, dans toute pensée sociale, un certain nombre de croyances, collectivement engendrées et historiquement déterminées, ne peuvent être remises en question car elles sont les fondements des modes de vie et qu’elles garantissent l’identité et la pérennité d’un groupe social. Le noyau central d’une représentation sociale en assure la cohérence et la stabilité. Il est composé d’un petit nombre d’éléments qui servent de critères décisoires dans la catégorisation des « objets » rencontrés. Selon Abric (1987), le noyau central assure trois fonctions essentielles : Une fonction génératrice : création ou transformation de la signification de tous les éléments constitutifs de la représentation. Une fonction organisatrice : unification de la représentation, détermination de son organisation interne ; « c’est le noyau central qui détermine la nature des liens qui unissent entre eux les éléments de la représentation ». Une fonction stabilisatrice : stabilisation de la représentation.

-

Autour du noyau central s’organisent de nombreux éléments en fonction de la pondération, de la valeur ou de la fonction que leur affecte le noyau central. L’ensemble de ces éléments constitue le système périphérique. Ce dernier, au contraire du noyau central qui contient peu d’éléments, englobe la plus grande majorité des éléments de la représentation. Ces éléments peuvent être plus ou moins proches du noyau central ce qui témoigne d’une hiérarchie fonctionnelle : plus un élément est proche du noyau central, plus il concrétise la signification de la représentation. Comparativement, un élément éloigné du noyau central prendra un aspect illustratif, justificatif ou explicatif : jugements, stéréotypes ou croyances par exemple. Dans cette optique, les éléments périphériques sont considérés comme une « interface entre le noyau central et la situation concrète dans laquelle s’élabore ou fonctionne la représentation ». Pour Flament le système périphérique assure trois fonctions principales : la prescription instantanée des comportements et des prises de position en fonction du contexte sans que soit mobilisé le noyau central ; la personnalisation de la représentation et des conduites qui lui sont liées, correspond aux effets de l’appropriation individuelle de la représentation ; la protection du noyau central, fonction pour laquelle Flament utilise la métaphore du « pare-chocs » : le système périphérique absorbe les conflits entre la représentation et la réalité. Il y a adaptation du système périphérique, en vertu d’un principe d’économie et en cohérence avec le noyau central. 7

LEACM/CRIS – Université de Lyon

Les représentations sociales politiques Dans certains cas, le système central différencie des éléments « prioritaires » et d’autres qui sont dits adjoints ; les premiers sont inconditionnels, tandis que les seconds prennent leur valeur par adjonction aux premiers. Certains éléments périphériques peuvent être circonstantiellement rendus saillants, et peuvent paraître même centraux : on parle d’éléments « suractivés », par opposition aux éléments périphériques « normaux ».

2. Les entretiens
2.1. La grille d’entretien semi-directif Une grille d’entretien semi-directif (Annexe 1) a été établie afin : d’identifier les thèmes (champs lexicaux et sémantiques) abordés par les individus en lien avec le domaine politique ; d’extraire les termes employés pour parler de politique.

Cette grille comporte tous les items de l’entretien ainsi que les relances éventuelles. Les items concernent : des associations d’idées : aux mots « connaissance », « politique » et « connaissances politiques » ; la définition de la politique : « Qu’est-ce que la politique pour vous ? » ; la politique en France : « Si vous deviez expliquer à un jeune ou un étranger, la politique en France, comment lui expliqueriez-vous ? » ; les connaissances politiques : « Estimez-vous avoir des connaissances en politique ? », « Si vous deviez vous positionner sur une échelle de connaissance 0 à 10 concernant la politique (0 aucune connaissance, 10 beaucoup de connaissance), où vous placeriez-vous ? », « Selon vous, connaître les hommes politiques (actuels du gouvernement en place, ou hommes politiques qui ont marqué l’histoire) est-ce une connaissance politique ? », « Selon vous, connaître les faits d’actualité, est-ce une connaissance politique ? », « Selon vous, connaître le fonctionnement institutionnel, est-ce une connaissance politique ? » ; l’intérêt pour la politique : « Si vous deviez vous positionner sur une échelle d’intérêt 0 à 10 concernant la politique (0 aucune intérêt, 10 beaucoup d’intérêt), où vous placeriez-vous ? » ; l’acquisition des connaissances politiques : « Comment avez-vous acquis vos connaissances politiques ? » ; l’utilisation des connaissances connaissances politiques ? » ; politiques : « Comment utilisez-vous vos

-

-

les limites du domaine politique : « Est-ce que vous considérez que tout acte individuel doit être politisé, que la vie privée doit être régulée par l’état ? »

2.2. La population 17 entretiens ont été réalisés auprès de sujets ayant différents niveaux d’expertise en politique : 12 sujets « novices », c’est-à-dire n’ayant pas suivi de formation en politique

LEACM/CRIS – Université de Lyon

8

Les représentations sociales politiques 5 sujets « experts », c’est-à-dire ayant suivi une formation en Sciences Politiques. Les experts se subdivisent en deux catégories : 3 politologues et 2 politiciens.

2.3. Le traitement des données Chaque entretien, d’une durée moyenne de une heure et quart, a été enregistré. Une retranscription du discours a ensuite été effectuée. Le corpus a en premier lieu été analysé à l’aide du logiciel Alceste (permettant l’analyse sémantique de textes – qualitative et statistique). Cette analyse a permis le repérage global des termes employés. Une seconde analyse du corpus, plus fine, a été réalisée manuellement. Les thèmes récurrents et les termes employés par les individus ont été extraits et leur fréquence d’apparition a été notée (Annexe 2). Les résultats indiquent que les connaissances politiques sont perçues par l’ensemble des sujets comme un domaine vaste, en lien avec de nombreuses disciplines. Il ressort dans le discours des novices des notions de désengagement, ils se sentent impuissants et dépassés dans ce domaine. Les experts, quant à eux, évoquent des notions d’échange, ils se sentent impliqués et acteurs de la politique.

3. Les associations d’idées – les évocations
Les associations d’idées (ou évocations) constituent des moyens d’accès à la structure de la représentation telle qu’elle est conceptualisée dans la théorie du noyau central (voir point 1.2). 3.1. La tâche Les participants avaient pour consigne d’indiquer 5 mots qui leur venaient à l’esprit lorsqu’ils pensaient au mot « politique » (Annexe 3). 3.2. La population 166 sujets (73 hommes et 93 femmes – figure 1) âgés de 19 à 73 ans (moyenne d’âge = 27,6 ans ± 12,8 ans) ont été interrogés. La quasi-totalité d’entre eux (98%) a un niveau baccalauréat ou plus (48% ont un niveau bac+2 et 20% un niveau bac+5 – figure 2).
Répartition du sexe
Répartition du niveau de formation
2% 7% 20%

CAP-BEP
4%

bac bac+2 bac+3 bac+4 bac+5 > bac+5

44% 56%

Homme Femme

9% 10%

48%

Figure 1. Répartition du sexe des sujets (associations d’idées).

Figure 2. Répartition du niveau de formation des sujets (associations d’idées).

LEACM/CRIS – Université de Lyon

9

Les représentations sociales politiques 3.3. Les résultats : structure de la représentation Les données ont été analysées à l’aide du logiciel Simevoc qui permet d’identifier la structure de la représentation (noyau central et éléments périphériques) (Figure 3). Structure de la représentation de la politique (fréquence ; rang moyen)
ELEMENTS PERIPHERIQUES fréquence ≥ 10 et rang moyen ≥ 2,5 fréquence ≥ 10 et rang moyen < 2,5

NOYAU CENTRAL

homme pouvoir

(15 ; 2,33) (51 ; 2,24)

ELEMENTS PERIPHERIQUES fréquence < 10 et rang moyen < 2,5 droit ennui social (5 ; 2,20) (5 ; 2,40) (6 ; 2,00)

argent corruption débat décision démagogie démocratie engagement gestion gouvernement lois magouille mensonge parti président vote élection état

(22 ; 3,32) (20 ; 3,00) (14 ; 2,71) (17 ; 2,82) (11 ; 3,18) (13 ; 3,08) (12 ; 3,33) (10 ; 2,80) (26 ; 2,58) (18 ; 2,78) (10 ; 2,90) (29 ; 2,93) (36 ; 2,64) (11 ; 3,55) (15 ; 3,33) (28 ; 2,82) (11 ; 2,55)

Figure 3. Structure de la représentation de la politique : noyau central et éléments périphériques. La fréquence minimale des mots est 5 (les mots dont la fréquence est inférieure à 5 n’apparaissent pas dans ce schéma).

Le noyau central est composé des termes les plus fréquemment associés (fréquence supérieure à 10) de façon immédiate (rang inférieur à 2,5) : il s’agit des mots « homme » et « pouvoir ». Cela signifie que ces notions sont des éléments stables de la représentation. Deux ensembles d’éléments périphériques apparaissent. Pour les mots de ces deux ensembles, il y a une contradiction entre le critère de rang et de la fréquence : les éléments les plus fréquemment associés (fréquence supérieure à 10) et qui apparaissent dans les derniers rangs (rang moyen supérieur à 2,5) ; ces éléments réfèrent d’une part à des comportements humains : positifs (« moraux ») : débat, décision, engagement, démocratie, vote, élection négatifs (« immoraux ») : argent, corruption, magouille, mensonge, démagogie

et d’autre part à des notions concernant la structuration politique : gestion, lois, état, gouvernement, président, parti les éléments les moins fréquemment associés (fréquence inférieure à 10) et qui apparaissent dans les premiers rangs (rang moyen inférieur à 2,5) : droit, ennui et social (la contradiction réside dans le fait que le nombre d’ évocations est faible et effectuée par peu de sujets ; par contre, apparaissant en première évocation, ceci souligne une association forte pour ces sujets). 10

LEACM/CRIS – Université de Lyon

Les représentations sociales politiques Les termes du corpus liés sémantiquement aux mots apparaissant dans la représentation sociale politique ont été regroupés en catégories. Les différentes catégories ainsi formées et les termes qui les constituent sont les suivants :
Catégories Homme Pouvoir Argent Mensonge Débat Décision Démagogie Démocratie Engagement Gestion Gouvernement Lois Parti Vote Etat Termes homme, président, ministres, politicien, député, Mitterrand, Chirac pouvoir argent, budget mensonge, malhonnêteté, arnaque, corruption, magouille, abus, escroquerie, hypocrite, langue de bois, fraude, voyous, véreux discussion, négociation, compromis, débat, discours, campagne, dialogue, message, échange décision démagogie démocratie engagement, action gestion gouvernement lois, norme droite-gauche, parti, droite, gauche, droite-extrême candidat, vote, référendum, scrutin, suffrage, élection état, pays, cité, nation

La force des liens d’apparition des catégories (analyse de similitude) a été calculée à l’aide du logiciel Simevoc (Figure 4).

Figure 4. Représentation des liens d’apparition des catégories de la représentation sociale politique. Les nombres les plus importants correspondent aux relations les plus fortes et à la proximité graphique la plus faible.

Ce graphique indique que la proximité entre la catégorie pouvoir et mensonge est étroite. La plupart des catégories (débat, argent, gouvernement, parti, démocratie, gestion, lois et démagogie) sont liées à la catégorie mensonge. Il existe également un lien étroit entre vote et parti et entre vote et homme. LEACM/CRIS – Université de Lyon 11

La modélisation du raisonnement politique

II. LA MODELISATION DU RAISONNEMENT POLITIQUE
Depuis des siècles, la notion de raisonnement est objet d’étude en philosophie et en mathématique. Aujourd’hui, elle porte souvent l’étiquette de fonction cognitive. Le raisonnement politique suit-il les schémas structurels connus du raisonnement en général ?

1. Les composants de la connaissance en politique
Les connaissances politiques sont considérées à travers quatre notions : 1) Les savoirs : lois, constitutions, décrets, arrêtés… 2) D’autres énoncés ayant divers statuts en termes de certitude et de réfutabilité : clichés et lieux communs (aspects heuristiques), conjectures, convictions, croyances… 3) Les préceptes logiques : principes (applicables ou non) 4) Les règles de décision : règles permettant de « trancher » dans des situations porteuses de plusieurs choix possibles, voire difficiles. Le raisonnement politique est modélisé à partir de ces concepts qui peuvent être appréhendés grâce à des outils linguistiques tels que les aphorismes, les métaphores, les proverbes… Une partie des outils est alignée sur les tests de compréhension verbale, en particulier ceux créés par Bonnardel entre 1950 et 1955 : le BV50, le BV51, le BV16, et le BV17. Ces tests se présentent sous la forme d’une double page comportant des séries de propositions surmontées de maximes, proverbes ou pensées. Ils permettent l’évaluation de l’efficacité de la pensée conceptuelle. A priori, il est nécessaire de distinguer les prémisses (premiers éléments à l’origine du raisonnement), les règles d’inférence (qui concernent son déroulement) et, s’il a lieu de trancher, les règles de décision (choix entre diverses issues possibles et plus ou moins contradictoires). Ces distinctions devraient, après identification, permettre de bâtir une typologie des citoyens en tant que personnes pensant la politique. 1.1. Les prémisses Dans les sciences dites exactes, on parlerait d’axiomes ou en tout cas d’énoncés réalisables (ou contingents), présumés vrais dans l’univers du discours. Ici, il faut distinguer les savoirs des autres énoncés. On peut appeler savoirs les énoncés vrais (par exemple, du fait d’une constitution, d’un traité). Leur contraire est faux : il peut être périmé (il fut vrai), il peut être anticipé (il sera vrai le… mais pas encore). Ces énoncés ou savoirs sont factuels (par exemple : « le mandat du président de la république est de 5 ans ») ou structurels (par exemple : « en cas de décès du Président de la république, celui-ci est remplacé par le Président du Sénat »). Les énoncés typiques regroupant clichés et lieux communs représentent une culture empirique, résumée dans des proverbes, dictons et citations « frappantes » ; ils restent réfutables. 1.2. Les règles d’inférence Est appelé thèse tout énoncé porteur une signification politique. Une règle d’inférence est une règle générative qui, à partir d’énoncés-types considérés comme vrais, permet de produire un nouvel énoncé vrai. Dans les sciences exactes, les règles d’inférence devraient coïncider avec les règles logiques (logique classique). Ici, il agit de logique humaine (usage) : non celle qui devrait être employée par tous mais celle qu’une personne donnée emploie. LEACM/CRIS – Université de Lyon 12

La modélisation du raisonnement politique 1.2.1. Postulat Compte tenu de ces règles d’inférence et de l’importance des croyances dans ce domaine, les thèses tenues pour vraies, non dérivées d’autres, sont appelées postulats (plutôt qu’axiomes). 1.2.2. Incomplétude/ Inconsistance Une logique humaine peut être incomplète et/ou inconsistante : une logique est incomplète s’il lui est impossible d’atteindre certaines conclusions, du fait de règles manquantes ou trop faibles (on parle alors de « silence »). En outre, une logique est inconsistante si elle engendre comme vraies des conclusions fausses, du fait de règles plus ou moins contradictoires (on parle alors de « bruit »). C’est le cas avec l’emploi de figures d’inférences falsifiables mais vraisemblables. 1.2.3. Monotonie La monotonie est une condition souvent rencontrée en logique formelle, qui veut que si « A » engendre une série de conclusions, « A et B » en engendre au moins autant. Cette condition sous-estime l’usage de la négation et nie la qualification des systèmes vivants ou dynamiques. 1.2.4. Analogie L’analogie est une figure de rhétorique souvent convaincante et/ou amusante. Mais cette forme ancienne de raisonnement présente des conséquences logiques mal contrôlées ; elle est créative, donc utile en résolution de problèmes, mais elle est peu fiable. 1.2.5. Induction et Infirmation L’induction est une figure qui, en l’absence de contre-exemple, présume que ce qui est vrai d’un sous-ensemble est vrai pour l’entier. A partir de combien de cas la personne procède-telle à une induction ? Si le seuil est faible, on accèdera à des raisonnements souvent brillants mais peu fiables ; si le seuil est élevé, on gagnera en fiabilité ce qu’on perdra en élégance. Par exemple : « Que fait la personne d’un contre-exemple ? De plusieurs ? Réagit-elle promptement ou non à telles contradictions ? » Outre l’aspect purement cognitif, on voit que ces deux derniers points (propension à l’induction, sensibilité aux infirmations) sont cruciaux dans la mesure où ils indiquent comment les représentations politiques sont susceptibles d’évoluer chez un citoyen plongé dans un flux d’informations (radio, télévision, lectures diverses mais aussi d’autres expériences, voire des rumeurs). 1.3. Les règles de décision « Toutes choses dites, il faut trancher ». Il s’agit de « peser le pour et contre » (opération pour laquelle, dès 1776, Benjamin Franklin proposait une méthode). Par exemple : A une élection, le parti que je soutiens présente X et le parti adverse présente Y. En l’absence d’autres informations, je vote X et non Y. Que faire si j’apprends que X est un personnage moins honnête ou moins compétent ou encore moins efficace que Y ? − Règle de discipline : je vote X et non Y. − Règle de préférence humaine : je vote Y et non X. − Règle de prudence : je m’abstiens. On peut appliquer des règles plus complexes, selon le poste et le défaut.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

13

La modélisation du raisonnement politique

2. Le questionnaire
La modélisation du raisonnement politique proposée s’inspire de la modélisation du raisonnement en général. Il y a donc lieu de distinguer dans le raisonnement politique : comme origine, les postulats et autres prémisses (savoirs, croyances…) ; pour le déroulement, les règles d’inférences ; et lorsqu’il y a lieu de trancher entre diverses conclusions plus ou moins contradictoires, les règles de décision.

Chacun de ces groupes est susceptible de varier avec la personnalité et l’état cognitif de tout acteur politique. Après identification, ces différents points devraient permettre de caractériser un citoyen en tant qu’être pensant, et de déboucher ainsi sur une typologie. On peut envisager de caractériser un citoyen à partir de questionnaires ayant pour but d’identifier ses postulats, ses règles d’inférence et ses règles de décision. 2.1. La grille initiale

2.1.1. L’élaboration Une première grille d’items permettant d’évaluer les 3 composants du raisonnement (postulats, règles d’inférence et de décision) a été élaborée (Annexe 4). Elle constitue la base de la version initiale du questionnaire (version 0). 2.1.1.1. Les postulats et les savoirs Les postulats Les postulats du sujet sont identifiés à travers son positionnement vis-à-vis d’affirmations constituant des lieux communs politiques. Les 119 affirmations proposées couvrent 26 thèmes : par exemple la justice, la communication, le pouvoir, l’immigration, la santé… Pour chacune des affirmations, le sujet doit signifier son degré d’accord en se positionnant sur une échelle d’opinion en quatre points : « oui », « plutôt oui », « plutôt non » et « non ». Par exemple : dans le domaine de la fiscalité : « Demandons plus à l’impôt et moins au contribuable » dans le domaine de la loi : « Nul n’est sensé ignorer la loi » dans le domaine de l’immigration : « Les immigrés viennent manger le pain des français ». Les savoirs Les items proposés sont de deux types : hiérarchisation de notions (3 items) et question à choix multiples (3 items). Par exemple : « Classez par ordre d’importance : l’arrêté, la constitution, la loi, le décret. » « Les maires sont : a. Elus au suffrage au direct ; b. Elus par les conseils municipaux ; c. Tirés au sort ; d. J’ignore. » 2.1.1.2. Les règles d’inférence et de décision Des scénarii relatifs aux élections sont proposés (5 items). Le sujet doit « se projeter » dans la situation et choisir la réponse qui correspond le mieux à son comportement habituel. Ces LEACM/CRIS – Université de Lyon 14

La modélisation du raisonnement politique items mobilisent les capacités de projection et d’abstraction du sujet (faculté de représentation). Par exemple : « Votre parti préféré hésite entre présenter A, plus honnête, et B, plus compétent : a. Vous penchez pour A ; b. Vous votez pour B ; c. Vous attendez. » 2.1.2. Les pré-tests Cette grille a été pré-testée sous la forme d’un questionnaire auprès de 70 sujets (étudiants de l’Université Lumière Lyon2). Le temps de passation individuelle était en moyenne d’une demi-heure. Ces pré-tests ont mis en évidence la difficulté à discerner : les items ayant trait aux opinions de ceux ayant trait aux connaissances Les questions relatives à l’opinion appellent un positionnement du sujet : « vous êtes d’accord avec ce principe », « vous-même vous suivez ce principe »… « A votre avis ? ». Les réponses du sujet sont données sous la forme « d’accord / pas d’accord ». Les questions sur la connaissance du fonctionnement politique réfèrent au niveau d’expertise du sujet : « vous n’êtes pas spécialement d’accord avec ce principe mais vous savez que cela fonctionne de cette façon ». Les réponses du sujet sont données sous la forme « vrai / faux ». les items ayant trait à la politique de ceux d’ordre général Parmi les propositions constituant des lieux communs politiques, certaines sont des affirmations et d’autres des proverbes. Les affirmations concernent explicitement le domaine politique, les proverbes s’y réfèrent implicitement. Il y a donc lieu de les distinguer. D’autre part, afin d’articuler le sens véhiculé par les proverbes aux représentations politiques, il est nécessaire de s’assurer de la bonne compréhension de ces items. La signification que le sujet attribue à chaque proverbe sera ainsi demandée. 2.2. La version 1 du questionnaire Une seconde version du questionnaire (Annexe 5) a été élaborée sur la base de l’analyse des pré-tests. 2.2.1. L’élaboration 2.2.1.1. La consigne La consigne indique au sujet le thème général de l’étude : les « niveaux de connaissance de la société actuelle », la façon de répondre ainsi que le devenir de ses réponses (anonymat, confidentialité et traitement statistique). 2.2.1.2. L’identification Une partie identification est proposée. Elle permet de connaître certaines caractéristiques des sujets interrogés : démographie : sexe, âge, situation familiale, statut professionnel, revenus mensuels moyens, niveau de formation… activités sociales : sportives, culturelles… implication politique : inscription sur les listes électorales, appartenance politique…

LEACM/CRIS – Université de Lyon

15

La modélisation du raisonnement politique Le recueil de ces informations permettra d’adopter différents angles d’analyse sur les données. Par exemple, les réponses pourront être traitées en fonction de l’appartenance politique (droite, gauche, ne se prononce pas…). 2.2.1.3. Les proverbes 30 proverbes susceptibles d’être appliqués à la politique sont proposés. Ils ont été choisis en raison de leur signification (les idées véhiculées) et de leur fréquence d’usage élevée. Le sujet doit dans un premier temps attribuer une signification à chaque proverbe en effectuant un choix forcé parmi trois réponses possibles : signification métaphorique signification littérale signification erronée.  On n’arrive pas à un résultat sans peine.  Il faut briser la coquille pour cuisiner l’œuf.  Il n’y a pas d’action sans destruction. signification métaphorique signification littérale signification erronée

Par exemple : « On ne fait pas d’omelette sans casser d’œuf. »

Le proverbe est considéré compris par le sujet lorsque ce dernier choisit la signification métaphorique. Demander aux sujets d’associer une signification à chaque proverbe permet de s’assurer de leur bonne compréhension avant de faire le lien avec le domaine politique. Ainsi, dans un second temps, le sujet doit indiquer si, selon lui, chaque proverbe s’applique ou non à la politique puis s’il devrait ou non s’appliquer à la politique. Sa réponse est évaluée grâce à une échelle d’opinion en quatre points allant de « d’accord » à « pas d’accord », avec les réponses intermédiaires « plutôt d’accord » et « plutôt pas d’accord » possibles. Il doit ensuite indiquer le proverbe qui, à son avis, s’applique le mieux à la politique et celui qui devrait s’appliquer le mieux à la politique parmi l’ensemble des proverbes proposés (il coche le proverbe choisi dans la liste des 30 proverbes). 2.2.1.4. Les affirmations 52 affirmations constituant des lieux communs politiques sont proposées. Le sujet doit indiquer son degré d’accord avec chacune des affirmations en se positionnant sur une échelle d’opinion en six points : « d’accord », « plutôt d’accord », « plutôt pas d’accord », « pas d’accord », « ne sait pas » et « ne souhaite pas répondre ». 2.2.1.5. Les savoirs Les six items proposés dans la version initiale du questionnaire ont été conservés. Il s’agit d’items de hiérarchisation de notions et de questions à choix multiples. 2.2.1.6. Les règles d’inférences et de décision Les 5 items proposés dans la version initiale du questionnaire ont été conservés. Il s’agit de scénarii relatifs aux élections. Le sujet doit se représenter la situation et choisir la réponse qui correspond le mieux à son comportement habituel. 2.2.2. Les pré-tests La version 1 du questionnaire a été testée sur un échantillon de 50 sujets (étudiants de l’Université Lumière Lyon2). LEACM/CRIS – Université de Lyon 16

La modélisation du raisonnement politique Le temps de passation individuelle est en moyenne d’une heure. Cette durée est relativement longue. En effet, afin de déterminer les items les plus pertinents à conserver par la suite, certains items ont été précisés en les « décomposant ». Les ambiguïtés apparues lors des prétests de la version initiale (concernant la distinction des questions d’ordre général de celles d’ordre politique, et des questions d’opinion et de connaissance) ont conduit à poser les questions en plusieurs temps, distincts. Cet élément explique que la durée de remplissage du questionnaire ait été augmentée de façon importante. Les pré-tests ont permis de repérer les questions ambiguës, mal comprises et peu discriminantes. Ces questions ont ainsi ont été re-précisées ou supprimées. 2.3. La version 2 du questionnaire Le questionnaire version 2 (Annexe 6) est simplifié et raccourci par rapport à la version antérieure. Il est destiné à être diffusé sur une population plus large. 2.3.1. L’élaboration 2.3.1.1.La consigne La consigne telle qu’elle était formulée dans la version 1 a été supprimée et remplacée par un titre donné au questionnaire : « Société : vos connaissances ». 2.3.1.2.L’identification Certains éléments de la partie identification ont été modifiés : Les caractéristiques démographiques : l’âge : il est demandé au sujet d’indiquer son année de naissance plutôt que de se situer dans une tranche d’âge pré-établie. Ceci permet de modifier les limites des classes d’âge considérées lors de l’analyse des données. la situation familiale : il est demandé au sujet d’indiquer s’il vit seul ou avec d’autres personnes plutôt que s’il est marié ou en couple. la participation à une ou plusieurs activités associatives le ou les supports d’information utilisés le plus souvent.

-

Les activités sociales : deux items ont été ajoutés : -

L’implication politique : l’item « de quel parti politique vous sentez-vous le plus proche ? » a été supprimé en raison du nombre important de réponses proposées (46 partis politiques mentionnés). Les réponses possibles à l’item d’appartenance politique ont en revanche été enrichies. 2.3.1.3.Les proverbes Parmi les 30 proverbes proposés dans la version 1 du questionnaire, 12 ont été très largement compris par la majorité de l’échantillon testé (association de la signification métaphorique par plus de 70% des sujets) : ils ont donc été retenus dans la version 2 du questionnaire. L’association de la signification n’est plus demandée. Pour les 12 proverbes proposés, le sujet doit indiquer : - dans un premier temps : s’il pense que le proverbe s’applique à la politique aujourd’hui ; - dans un second temps : s’il pense que le proverbe devrait s’appliquer à la politique. Sa réponse est évaluée grâce à une échelle d’opinion en quatre points « d’accord », « plutôt d’accord », « plutôt pas d’accord » et « pas d’accord ». LEACM/CRIS – Université de Lyon 17

La modélisation du raisonnement politique Le sujet note ensuite le proverbe qui, à son avis, s’applique le mieux à la politique et celui qui devrait s’appliquer le mieux à la politique parmi l’ensemble des proverbes proposés. 2.3.1.4.Les affirmations Parmi les 52 affirmations (lieux communs politiques) proposées dans la version 1 du questionnaire, 37 ont été retenues. Le sujet indique son degré d’accord avec chacune des affirmations en se positionnant sur une échelle d’opinion en cinq points : « d’accord », « plutôt d’accord », « plutôt pas d’accord », « pas d’accord » et « ne sait pas ». La réponse « ne souhaite pas répondre » ayant été très peu choisie lors des pré-tests de la version 1, elle n’est pas conservée dans la version 2. 2.3.1.5.Les savoirs Cinq items parmi les six proposés dans les versions initiales du questionnaire (version 0 et 1) ont été conservés. Parmi les trois items de hiérarchisation de notions proposés, seuls deux ont permis de discriminer les sujets. Ils ont ainsi été conservés. En revanche, un item a été supprimé, la quasi-totalité des sujets y ayant répondu correctement. Il s’agit de l’item « Classer la série suivante par ordre d'importance » (du plus important au moins important) : A) l’Union Européenne, B) la communauté urbaine ou de communes, C) la commune, D) la France, E) la région, F) le département. Les items « questions à choix multiples » ont tous été conservés. 2.3.1.6.Les règles d’inférences et de décision Les 5 items proposés dans les versions antérieures du questionnaire (versions 0 et 1) ont été conservés dans leur forme globale, avec quelques reformulations concernant la question et/ou les réponses possibles. Ces modifications ont été apportées afin de lever les ambiguïtés mises en évidence par les pré-tests de la version 1 (choix du vocabulaire, explicitation des termes, etc.). Il s’agit de scénarii relatifs aux élections qui interrogent le « sentiment d’appartenance politique ». Le sujet doit se représenter la situation et choisir la réponse qui correspond le mieux à son comportement habituel.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

18

La modélisation du raisonnement politique 2.3.2. Quelques résultats 2.3.2.1.L’échantillon testé La version 2 du questionnaire a été administrée à 42 sujets âgés de 18 à 30 ans (moyenne d’âge = 22 ans) : 24 femmes (57%) et 18 hommes (43%) étudiants à l’Université Lumière Lyon2 (40% ont un baccalauréat et 60% un diplôme de 2nd et 3e cycle) (Figures 5 et 6).
Répartition du sexe

Répartition du niveau de formation
Baccalauréat

43% 57%

Homme Femme
60%

40%
diplôme d’études supérieures

Figure 5. Répartition du sexe des sujets (test de la version 2 du questionnaire).

Figure 6. Répartition du niveau de formation des sujets (test de la version 2 du questionnaire).

Une large majorité vit seul (88%), avec un revenu mensuel inférieur à 1000 Euros pour 74% d’entre eux. Aucun n’a d’enfant à charge. D’autre part, la quasi-totalité de l’échantillon participe à des activités associatives (83%), pratiquent un sport régulièrement (88%) et va au cinéma, au théâtre ou à l’opéra (95%). La majorité s’informe par le biais d’Internet (62%) et la moitié lit la presse quotidiennement. Les participants sont donc bien insérés socialement. En ce qui concerne l’implication dans la vie politique, plus de 95% des participants ont déjà participé à une élection. La majorité d’entre eux (62%) déclarent ne se sentir proches d’aucune tendance politique. 2.3.2.2.Les proverbes 2.3.2.2.1. Les proverbes qui s’appliquent à la politique aujourd’hui Pour la majorité des proverbes (67% - 8 sur 12), les sujets s’accordent pour dire qu’ils s’appliquent à la politique aujourd’hui (Figure 7). Il s’agit des proverbes suivants (le pourcentage de personnes pensant que le proverbe s’applique à la politique est noté entre parenthèse) : Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier (95%) ; Il faut battre le fer tant qu'il est chaud (92%) ; Il n'y a pas de fumée sans feu (88%) ; On ne doit courir qu'un lièvre à la fois (75%) ; Au royaume des aveugles les borgnes sont rois (92%) ; Il faut toujours avoir deux fers au feu (79%) ; Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage (95%) ; On ne fait pas d'omelette sans casser d'œuf (100%).

LEACM/CRIS – Université de Lyon

19

La modélisation du raisonnement politique

Répartition des proverbes selon qu'ils s'appliquent ou non à la politique 100% 80% 60%
95 5 41 8 12 36 65 92 59 92 64 35 75 53 79 95 100 25 47 8 21 5 0

40% 20% 0%
La loi du plus fort est toujours la meilleure

88

On ne doit courir qu'un lièvre à la fois

Il n'y a pas de fumée sans feu

Au royaume des aveugles les borgnes sont rois

Qui a bu boira

Il faut toujours avoir deux fers au feu

Avec des « si » on mettrait Paris en bouteille

Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

s'applique à la politique

ne s'applique pas à la politique

Figure 7. Répartition des proverbes selon qu’ils s’appliquent ou non à la politique aujourd’hui.

Seuls 4 proverbes (33%) sont discriminants entre les sujets (il y a une absence de consensus quant à leur application à la politique) : "La loi du plus fort est toujours la meilleure", relatif aux jeux de pouvoir ; "Avec des « si » on mettrait Paris en bouteille", relatif à l’adéquation entre réalité et idéal ; "Qui a bu boira", relatif à la capacité de changement (inné/acquis) ; "L'argent n'a pas d'odeur", relatif à l’économie (sources de financement). Deux proverbes sont considérés comme s’appliquant le mieux à la politique aujourd’hui (Figure 8) : "Il faut battre le fer tant qu’il est chaud" (38%), relatif à l’action (opportunité et opportunisme) ; "Il ne faut pas mettre tous les œufs dans le même panier" (29%), relatif à la division des risques.

Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage

Il faut battre le fer tant qu'il est chaud

LEACM/CRIS – Université de Lyon

On ne fait pas d'omelette sans casser d'œuf

L'argent n'a pas d'odeur

20

La modélisation du raisonnement politique

Proverbes s'appliquant le mieux à la politique aujourd'hui
2% 2% 12% 0% 5% 5% 0% 0% 5% 0% 38% 2% 29%
Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier. La loi du plus fort est toujours la meilleure. Il faut battre le fer tant qu'il est chaud. Il n'y a pas de fumée sans feu. Avec des « si » on mettrait Paris en bouteille Qui a bu boira. On ne doit courir qu'un lièvre à la fois L'argent n'a pas d'odeur. Au royaume des aveugles les borgnes sont rois. Il faut toujours avoir deux fers au feu Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage. On ne fait pas d'omelette sans casser d'œuf. Aucune réponse

Figure 8. Répartition des proverbes selon qu’ils s’appliquent le mieux à la politique aujourd’hui.

2.3.2.2.2. Les proverbes qui devraient s’appliquer à la politique La majorité des proverbes proposés sont considérés comme devant s’appliquer à la politique (83% - 10 sur 12) (Figure 9).
Répartition des proverbes selon selon qu'ils devraient ou non s'appliquer à la politique
100% 80% 60% 40% 20% 0%
La loi du plus fort est toujours la meilleure On ne doit courir qu'un lièvre à la fois Au royaume des aveugles les borgnes sont rois Qui a bu boira Il n'y a pas de fumée sans feu Avec des « si » on mettrait Paris en bouteille Il faut toujours avoir deux fers au feu Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage On ne fait pas d'omelette sans casser d'œuf Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Il faut battre le fer tant qu'il est chaud L'argent n'a pas d'odeur 90 29 71 95 74 68 45 62 59 74 76 10 5 26 32 55 38 41 26 24 21 10

79

90

devrait s'appliquer à la politique

ne devrait pas s'appliquer à la politique

Figure 9. Répartition des proverbes selon qu’ils devraient ou non s’appliquer ou non à la politique.

Seuls deux proverbes ne devraient pas s’appliquer à la politique : "La loi du plus fort est toujours la meilleure" (71% de désaccord) ;

LEACM/CRIS – Université de Lyon

21

La modélisation du raisonnement politique "Qui a bu boira" (55% de désaccord). Une absence de consensus existe également pour ces deux proverbes quant à leur application actuelle à la politique.
Proverbes qui devraient préférentiellement s'appliquer à la politique
Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

5% 12%

10% 2%

La loi du plus fort est toujours la meilleure. Il faut battre le fer tant qu'il est chaud. Il n'y a pas de fumée sans feu. Avec des « si » on mettrait Paris en bouteille Qui a bu boira.

26% 24%

On ne doit courir qu'un lièvre à la fois L'argent n'a pas d'odeur. Au royaume des aveugles les borgnes sont rois.

0%

14%

2% 5% 0%

Il faut toujours avoir deux fers au feu Qui veut noyer son chien l'accuse de la rage. On ne fait pas d'omelette sans casser d'œuf. Aucune réponse

Figure 10. Répartition des proverbes selon qu’ils devraient préférentiellement s’appliquer la politique.

Les deux proverbes qui devraient s’appliquer au domaine de la politique les plus souvent cités sont (Figure 10) : "Il faut battre le fer tant qu’il est chaud" (26%), relatif à l’action (opportunité et opportunisme) ; "Qui veut noyer son chien l’accuse de rage" (24%), relatif à l’hypocrisie.

2.3.2.3. Les affirmations Les sujets interrogés expriment un degré d’accord important avec une large majorité des affirmations proposées (Figure 11). Les taux de désaccord sont les plus importants pour les affirmations suivantes : "la loi protège le faible contre le fort" (26%) ; "une mauvaise paix vaut mieux qu’une bonne guerre" (19%) ; "les immigrés acceptent les tâches que les Français refusent" (21%) ; "la régionalisation encourage les égoïsmes locaux, et nuit à la solidarité nationale" (40%) ; "au premier tour, on choisit, au second on élimine" (24%).

LEACM/CRIS – Université de Lyon

22

100%

100%

20% 40% 60% 80% 0%

20%
Aucun innocent ne devrait être condamné

40%

60%

80%

D'accord
La France doit mieux appliquer les directives européennes Il faut développer les énergies renouvelables Réduire les taxes accroît la consommation La loi protège le faible contre le fort

0%

2.3.2.4. Les savoirs
Voter est non seulement un droit, c'est aussi un devoir La France doit participer à l'OTAN Tout accusé est présumé innocent jusqu'à ce qu'il soit prouvé qu'il est coupable Une mauvaise paix vaut mieux qu'une bonne guerre Il faut développer la formation professionnelle Il faut améliorer les prisons Il faut développer les carburants agricoles Chacun doit cotiser à sa convenance, et être remboursé en conséquence Si l'Etat ne prélève pas assez d'impôts, il ne se donne pas les moyens d'agir

Deux items consistaient à demander aux sujets d’effectuer une hiérarchisation entre des notions (un classement par ordre d’importance). Plus des ¾ des sujets ont donné les réponses attendues.

LEACM/CRIS – Université de Lyon
Plutôt d'accord Plutôt pas d'accord Pas d'accord
Au premier tour, on choisit, au second on élimine Ma liberté s'arrête où celle des autres commence Réduire les impôts accroît la consommation Il faut s'attaquer au traitement des déchets nucléaires Les immigrés enrichissent notre culture Les immigrés acceptent les tâches que les Français refusent La régionalisation encourage les égoïsmes locaux, et nuit à la solidarité nationale

Dégré d'accord associé aux affirmations

Figure 11. Degré d’accord associé aux affirmations (d’accord, plutôt d’accord, plutôt pas d’accord et pas d’accord).

Je ne sais pas

Chacun doit cotiser, et être remboursé selon des règles communes

Nul n'est sensé ignorer la loi

Item : « Classer les fonctions politiques suivantes par ordre d'importance » (du plus important au moins important) : A) le Premier ministre, B) le président d'Assemblée

La modélisation du raisonnement politique

Item : « Classer la série suivante par ordre d'importance » (du plus important au moins important) : A) l'arrêté, B) la constitution, C) la loi, D) le décret. Plus de 80% des sujets ont effectué une hiérarchisation correcte : constitution, loi, décret puis arrêté.

23

La modélisation du raisonnement politique Nationale, C) le président de la République, D) le président du Conseil Constitutionnel, E) le président du conseil Economique et Social. Plus de 80% des sujets ont effectué une hiérarchisation correcte : le président de la République, le Premier ministre, le président d'Assemblée Nationale, le président du Conseil Constitutionnel puis le président du conseil Economique et Social. Trois items interrogeaient la connaissance institutionnelle. Ils étaient formulés sous forme de question à choix multiples. Plus des ¾ des sujets ont répondu correctement à item relatif au mode d’élection du maire : « Les maires sont : élus au suffrage direct, tirés au sort, élus par les conseils municipaux, je ne sais pas » (bonne réponse : « élus par les conseils municipaux »). La totalité des sujets ont répondu correctement aux items concernant les modes d’élection du président de la République et du Premier Ministre : « Le président de la République est : élu au suffrage universel, élu par le Parlement, je ne sais pas. » (bonne réponse : « élu au suffrage universel ») et « Le Premier ministre est : élu par le Parlement, nommé par le président de la République, désigné par le chef du principal parti au Parlement, je ne sais pas. » (bonne réponse : « nommé par le président de la République »). Ces résultats montrent l’intérêt que les individus accordent aux fonctions de Président de la République et de Premier Ministre. 2.3.2.5. Les règles d’inférence et de décision Les items sont des scénarii relatifs aux élections. Le sujet doit se représenter la situation et choisir la réponse qui correspond le mieux à son comportement habituel, c’est-à-dire le critère qu’il privilégie habituellement lors d’un vote. Les résultats (Figure 12) montrent que les sujets privilégient davantage des critères contextuels que d’appartenance politique. La majorité d’entre eux se fient à des critères individuels : Item « A une élection, vous savez le candidat X plus honnête et plus compétent que le candidat Y, Y est présenté par votre parti préféré : 83% des sujets déclarent qu’ils voteraient pour le candidat X, 12% pour le candidat Y et 5% s’abstiendraient ; Item « Votre parti préféré hésite entre présenter le candidat A, plus honnête, et le candidat B, plus compétent, vous décidez » : 65% voteraient pour le candidat B, 33% pour le candidat A et 2% attendraient la décision de leur parti ; Item « Votre candidat préféré X a été éliminé au premier tour ; le parti du candidat X appelle à voter pour le candidat Y, d’un parti que bien que qualifié, vous n’appréciez pas » : 71% s’abstiendraient et 29% voteraient pour le candidat Y ; Item « Votre candidat préféré A été éliminé au premier tour ; le parti du candidat A appelle à voter pour le candidat B, candidat qui vous déplait foncièrement d’un parti allié » : 76% s’abstiendraient et 24% voteraient pour le candidat B

-

Près des ¾ des sujets ne suivraient pas les consignes de vote de leur parti : -

-

Les critères de vote les plus pris en compte sont la compétence du candidat, l’adhésion à son programme et son honnêteté : Item « En général, votre vote va de préférence au… » : 41% votent pour le candidat le plus compétent, 31% pour le candidat dont le programme leur plaît et 24% pour le candidat le plus honnête ; les 4% de réponses restantes se répartissent entre les autres

LEACM/CRIS – Université de Lyon

24

La modélisation du raisonnement politique modalités (candidat le plus efficace, le plus jeune, le plus expérimenté, du parti dont vous vous sentez proche, le plus original, le principal adversaire du favori).
A une élection, vous savez le candidat X plus honnête et plus compétent que le candidat Y ; Y est présenté par votre parti préféré
12% 5%

Votre parti préféré hésite entre présenter le candidat A, plus honnête, et le candidat B, plus compétent ; vous décidez
2% 33% Vous voterez pour le candidat A Vous voterez pour le candidat B 65% Vous attendrez la décision de votre parti

Vous votez pour le candidat X Vous votez pour le candidat Y Vous vous abstenez

83%

Votre candidat préféré X a été éliminé au premier tour ; le parti du candidat X appelle à voter pour le candidat Y, d'un parti que bien que qualifié, vous n'appréciez pas
29%

Votre candidat préféré A, a été éliminé au premier tour; le parti du candidat A appelle à voter pour le candidat B, candidat qui vous déplait foncièrement d'un parti allié
24%

Vous votez pour le candidat Y Vous vous abstenez
71% 76%

Vous votez pour B Vous vous abstenez

2% 31%

2%

En général, votre vote va de préférence au…

Candidat le plus compétent
41%

Candidat le plus honnête Candidat dont le programme vous plait Candidat du parti dont vous vous sentez proche

24%

Autre

Figure 12. Répartitions des « critères » de vote pour chaque scénario.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

25

La modélisation du raisonnement politique 2.3.3. Eléments d’analyse Les résultats exposés précédemment ont été recueillis auprès d’un échantillon aux caractéristiques spécifiques (point 2.3.2.1.), notamment en termes d’âge et de niveau de formation : il est relativement « jeune » (les participants sont des étudiants dont la moyenne d’âge est de 22 ans) et « éduqué » (40% a un niveau baccalauréat et 60% un diplôme de 2nd et 3e cycle). Ainsi, ces résultats ne sont pas à généraliser à l’ensemble de la population. En ce qui concerne les résultats obtenus aux items relatifs aux « savoirs » (c’est-à-dire de connaissances « pures »), la majorité des sujets a fourni des réponses exactes. Cela est à mettre en lien avec le niveau de formation de l’échantillon. En effet, Chiche et Haegel (cités par Grunberg, Mayer et Sniderman, 2002) ont montré que les sujets dont le niveau de formation est élevé obtiennent, en général, de bons scores aux questions de test de connaissances. Les enquêtés sont informés sur les questions relatives aux fonctions politiques et sur leurs importances respectives les unes par rapport aux autres. Ces connaissances sont d’autant plus importantes qu’elles agissent sur l’intérêt des individus à participer aux activités politiques. En effet, des études montrent que plus les gens possèdent de connaissances et de savoirs en politique, plus ils auront tendance à participer à la vie politique. A l’inverse, les sujets auront une propension à se mettre en marge de la vie politique quand ils ne disposent pas des connaissances nécessaires pour la comprendre. Michelat (cité par Mayer et Perrineau, 1992) a observé que la participation politique était moins élevée chez les individus n’ayant pas fait d’études ou peu (études primaires) que chez ceux ayant atteint un niveau plus élevé. Les résultats obtenus vont dans ce sens car les questions relatives au vote et aux inscriptions sur les listes électorales montrent des taux de participation respectifs de 95 %, et 83 %, ce qui s'avère en corrélation avec leurs scores élevés sur les questions de connaissances. Pour ce qui est des items portant sur les règles de décision et d’inférence : dans une élection, plusieurs facteurs permettent de déterminer les attitudes politiques des électeurs et, partant leur vote. Parmi ces facteurs, sont généralement cités : l’identification partisane, le contexte particulier de chaque élection, la nature des enjeux, et la personnalité des candidats. Certains auteurs soulignent que l’identification partisane joue un rôle crucial sur le vote deux manières distinctes : « Elle fonctionne comme un écran perceptif, filtrant la vision du monde des électeurs, colorant leurs jugements sur les candidats et les enjeux. Plus ils s’identifient à un parti, plus ils se montrent favorables aux candidats qu’il soutient, à ses choix de politique intérieure et extérieure, plus leurs opinions politiques sont cohérentes entre elles. Ces attitudes déterminent à leur tour la décision électorale et renforcent le lien partisan. Chez les électeurs peu politisés, qui n’ont pas d’attitudes politiques très développées, l’identification partisane est alors le seul repère. » (Mayer et Perrineau, 1992). Cependant, les résultats montrent que l’identification au parti préféré ne constitue pas forcément une variable sur laquelle s’appuyer pour présager du vote des électeurs. En effet, ils révèlent que les sujets ont tendance à voter a contrario des orientations de leur parti. A ce propos, une étude conduite aux Etats-Unis (1952 et 1972, in Mayer et Perrineau, 1992) fait ressortir que les électeurs américains raisonnent de moins en moins en termes partisans. De ce fait, la propension d’électeurs à voter pour un candidat autre que celui choisi par leur parti politique augmente fortement. D’autre part, l’explication qu’on pourrait fournir à cette tendance des sujets interrogés, c’est leur jeunesse. Car la plupart des enquêtés entrent à peine dans la vie politique (vote, inscription, intérêt pour les débats politiques), et ne sont pas LEACM/CRIS – Université de Lyon 26

La modélisation du raisonnement politique encore durablement attachés à un parti politique, si bien qu’ils changent souvent d’avis au gré des influences qu’ils subissent. Par ailleurs, indépendamment des partis politiques, les enquêtés semblent s’appuyer sur la personnalité des candidats pour faire leur choix. Ainsi, plus un candidat présente une personnalité séduisante et adopte de surcroît les mêmes positions qu’eux sur des problèmes cruciaux, plus ils auront une propension à lui accorder leur suffrage. En ce qui concerne les tendances politiques des participants, la majorité des sujets (62%) ne se sent proche d’aucune tendance politique. Cela peut apparaître comme un rejet de la classe politique dans sa globalité et est en accord avec les constations faites précédemment sur les attitudes où l’identité partisane dirige de moins en moins les choix politiques des électeurs. De plus, la jeunesse des sujets (moyenne d’âge de 22 ans) peut expliquer que beaucoup d’entre eux n’ait pas encore d’orientation politique définie. En effet, les conclusions d’une étude conduite en France (in Mayer et Perrineau, 1992) sur des groupes de jeunes de dix-huit ans indiquent qu’après l’âge de la majorité légale, les jeunes entrent dans une période de transition ponctuée d'hésitations, de changements d’attitudes. Et ce n’est que vers la quarantaine que les choix politiques se consolident. En outre, bon nombre d’auteurs considèrent, qu’au fil des années, certains électeurs éprouvent de sérieuses difficultés à se situer sur l’axe gauche/droite car la frontière entre ces deux grandes familles politiques s’étiole de plus en plus.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

27

L’impact émotionnel de notions politiques

III. L’IMPACT EMOTIONNEL DE NOTIONS POLITIQUES
1. Le rôle des émotions
1.1. L’influence inconsciente des émotions dans nos comportements A l’insu de l’individu, les émotions affectent en permanence sa perception du monde, la manière dont il s’exprime, ses raisonnements, les connaissances qu’il a acquises et plus généralement ses comportements (Damasio, 1994 ; Schwarz, 2000). Dans le domaine politique comme dans tous les autres, les émotions jouent un rôle essentiel. Chambon et coll. (2005) ont mis en évidence la capacité des caractéristiques émotionnelles (positives et négatives) du stimulus à modifier l’état d’éveil du sujet et du même coup à influencer sa perception du temps. Ils ajoutent le fait que les stimuli émotionnels capteraient et retiendraient l’attention, la détournant ainsi des traitements dévolus à la tâche en cours. La charge émotionnelle des stimuli peut aussi bien être positive que négative, et ainsi déclencher des comportements d’approche ou d’évitement. Larsen (2004) corrobore cette idée, dans un registre émotionnel négatif, en précisant que la détection d’informations menaçantes peut interrompre l’activité cognitive en cours et diriger alors la perception, le jugement et l’attention vers ces informations négatives : l’état d’éveil du sujet s’élève. Ainsi, l’émotion négative fonctionnerait comme un signal d’alarme automatique pour avertir l’individu du danger à choisir telle option ou tel comportement conduisant à un résultat supposé néfaste. 1.2. L’émotion dans le champ politique Au début du 20e siècle, l’éducation morale et civique avait pour but d’instaurer des normes sociales qui contraignaient le citoyen à un contrôle de soi (Coquelle, 2002). Les passions et les émotions étaient donc considérées comme une entrave à la pensée rationnelle et logique. Ce discours se retrouve tel quel aujourd’hui dans le domaine de la politique : un dirigeant respectable se devra de garder son calme et de ne céder à aucune émotion apparente, qui pourrait alors faire douter de la sûreté de son jugement et de ses décisions. Une des émotions omniprésentes en politique est la colère, voire même la haine si la frustration et la souffrance sont fortes. Une autre émotion, l’indignation, dérivant de la colère, semble être essentielle à la vie politique, et de nombreux discours de mobilisation visent précisément à l’éveiller. En effet, lorsque nous constatons une situation d’injustice, nous nous sentons indignés, et cela nous conduit souvent à vouloir la dénoncer et à agir pour la faire cesser. Ainsi, cette émotion peut rapidement devenir intense et donner lieu à des comportements violents. Concernant les émotions positives, la joie fait également partie de l’expérience politique. En effet, « l’action politique apporte parfois la joie de la réussite (...), résultat positif d’une élection, d’une satisfaction d’une revendication. » (Coquelle, 2002) ; « s’engager, cela signifie le choix de se confronter de plein fouet aux émotions les plus intenses et les plus complexes. » (Coquelle, 2002). De plus, selon Foreseen (1999), l’effondrement des idéologies et du pragmatisme des sociétés modernes ont eu pour conséquence une résurgence d’émotions collectives brèves mais intenses, qui permettent d’exprimer à chaud les sentiments extrêmes et le besoin d’idéalisme. Différents registres des émotions sont décrits : parmi celles-ci, il existe l’émotion action, qui agit comme un détonateur de décisions et de comportements, et l’émotion destruction, qui représente une forme explosive et impulsive engendrée par la frustration accumulée. Les jeux de pouvoir politique sont eux-mêmes affectés par cette tendance à la résurgence des émotions qui remplissent des fonctions essentielles (Foreseen, 1999) : LEACM/CRIS – Université de Lyon 28

L’impact émotionnel de notions politiques − D’une part, la vie politique se trouve de plus en plus déconnectée de groupes sociaux, qui se sentent alors frustrés et exclus de ce domaine ; ainsi, ils utilisent le mode émotionnel pour se manifester. Par exemple, dans les grandes marches américaines des droits civiques des années soixante, s’exprimait une émotion action, en prise sur le réel et militante dans l’action politique : elles permettaient alors à un groupe social frustré de revendiquer leurs idées dites « socialement incorrectes », de s’affirmer, et de se confronter, afin de changer concrètement le pouvoir mis en place. − D’autre part, la politique est le monde où il faut constamment gérer des conflits ainsi, l’émotion sert d’exutoire aux tensions. Enfin, émotion, connaissances et comportements politiques sont liés (Coquelle, 2002) : à partir du constat d’une situation sociale non satisfaisante, une première réaction émotionnelle va être la source d’une mise en mouvement et d’une mobilisation apportant alors de nouvelles émotions encourageant à continuer. Puis, inévitablement, vient le moment où entrent en scène les connaissances, qui influencées par l’état émotionnel, vont aider l’individu à envisager des stratégies et des moyens d’action. Ainsi, « la trajectoire sociale personnelle ou familiale peut induire une relation émotionnelle au politique et au social qui débouchera sur des attitudes plutôt soumises et respectueuses ou au contraire révoltées ». 1.3. L’impact émotionnel inconscient des mots Dès sa présentation, un mot active en mémoire lexicale des informations de nature formelle (orthographe, phonologie, fonction grammaticale), sémantique (caractère concret-abstrait, valeur d’imagerie, catégorie d’objet) et émotionnelle (charge affective positive, neutre, négative). De ce fait, la nature du contenu des mots a un impact considérable sur la perception, selon le sens qu’il véhicule. En effet, Chambon et coll. (2005) rapportent comment l’exposition à un mot fortement associé à une catégorie sociale, active en mémoire l’ensemble des traits stéréotypiques de cette catégorie, qui influencent alors subtilement la mémorisation et le jugement du sujet dans une tâche subséquente. De plus, le cerveau est capable de développer des défenses perceptives afin que des mots gênants comme les mots tabous (à connotations sexuelles ou violentes) ne puissent pas accéder facilement à la conscience. En effet, « durant l’exploration de l’environnement de manière explicite, l’inconscient cognitif veille à ce que certaines informations soient évitées et à ce que d’autres soient traitées en fonction des états émotionnels. S’opère ainsi, à l’insu de l’individu, une perception sélective » (Channouf, 2004). Dixon (1981) montre qu’il existe trois étapes successives dans les cas de défenses perceptives : tout d’abord, un stimulus est enregistré inconsciemment, puis est analysé pour le définir en tant que stimulus émotionnel ou non, enfin le seuil de reconnaissance est élevé ou abaissé. C’est ainsi que Mac Ginnies (1949) a observé que les mots tabous augmentent le seuil de reconnaissance consciente, c’est-à-dire que les mots tabous sont identifiés avec un temps plus long que les mots neutres. . Il en est de même pour les mots suscitant l’anxiété et la peur, comme le montre Larsen (2004) dans une expérience de « Stroop émotif » : les sujets doivent rapidement nommer la couleur de mots dont le contenu est soit menaçant, soit neutre, et en général, ils sont plus lents à nommer les couleurs des mots menaçants que celles des mots neutres. Par ailleurs, lors de son expérience sur la réaction émotionnelle créée par les mots tabous, Mac Ginnies (1949) a mesuré la réponse électrodermale des sujets (en plaçant des électrodes électrodermales dans leur paume de main afin de faciliter la conductivité du signal au contact de la transpiration). Les résultats montrent que la réaction électrodermale apparaît avant l’identification du mot (vérifiée par l'enclenchement d'un bouton). Il y a donc des mécanismes qui s'opposent à la perception. C'est la subception. L'idée est que l'information parvient mais LEACM/CRIS – Université de Lyon 29

L’impact émotionnel de notions politiques est refoulée. Selon Piéron (1979), la subception est « un processus perceptif, hypothétique, infraconscient, indiqué par une réponse psychogalvanique à un stimulus qui n'est pas perçu ». Plus généralement, on peut dire que la subception est la prise d'information d'une situation qui n'arrive pas à la conscience du sujet mais qui est susceptible de modifier son comportement. En règle générale, on prouve l'existence du phénomène de subception par le fait qu'une présentation très rapide d'un stimulus qui n'est pas perçu (consciemment) est corrélée avec une réponse de l'individu. Cela laisse supposer que l'organisme est capable d’assimiler beaucoup plus d'information que celle dont nous avons conscience et que cette information est conservée, au moins à court terme. Mais il s'agirait d'une information construite, ayant une signification pour le sujet, et non pas d’une simple copie fidèle du réel. D’autre part, Brouillet et Syssau (2005) postulent que toute expérience émotionnelle débute par l’évaluation de la valence du stimulus, qui consiste à statuer sur son caractère positif ou négatif. Ce processus d’évaluation est de nature automatique, non conscient et irrépressible. Miller (1959) et Chen et Bargh (1999) expliquent qu’il renvoie à deux systèmes motivationnels distincts : l’évaluation positive d’un mot engendre automatiquement des comportements d’approche alors que l’évaluation négative, des comportements d’évitement. Il existe donc un lien entre évaluation de la valeur hédonique d’un mot et la réponse à ce stimulus. Une autre étude menée par l’équipe de Naccache (2005) montre que le cerveau est capable d’accéder au sens émotionnel de mots présentés de manière subliminale, c'est-à-dire au-delà du seuil de reconnaissance conscient. Ils ont implanté des électrodes dans l’amygdale, structure cérébrale fondamentale pour le traitement des émotions et ont détecté une activité électrique de celle-ci, liée à la valeur émotionnelle de ces mots inconsciemment perçus. Selon eux, cette réponse témoignerait d’un décodage inconscient préalable de la signification de ces mots et de l’extraction de leur contenu émotionnel. Enfin, Barsalou (1999) a montré le rôle que joue les processus sensorimoteurs engendrés par le stimulus dans la prise de décision : lorsque l’individu a besoin de connaissances relatives au stimulus, il s’appuie sur ses états sensorimoteurs et non sur une redescription de celui-ci en une représentation abstraite et amodale.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

30

L’impact émotionnel de notions politiques Les recherches développées dans le cadre de ce projet concernent deux niveaux de la réponse émotionnelle : l’impact émotionnel conscient de notions politiques (évalué à travers les verbalisations) ; et l’impact émotionnel inconscient de ces mêmes notions politiques (évalué à travers la mesure de temps de réaction).

2. Le ressenti émotionnel conscient
2.1. L’échantillon 184 participants (152 femmes et 32 hommes – Figure 13) ont été interrogés. Ce sont des étudiants de l’Université Lumière Lyon2 âgés de 21 à 46 ans (moyenne d’âge = 24,8 ± 3,2). La majorité d’entre eux (54%) a un niveau baccalauréat plus deux ans (Figure 14).
Répartition des sujets selon le sexe
17%

Répartition du niveau de formation
3% 2% 1% 7% 34% bac bac+2 bac+3 bac+4 bac+5

Femmes Hommes

83%

53%

> bac+5

Figure 13. Répartition du sexe des sujets (ressenti émotionnel conscient).

Figure 14. Répartition du niveau de formation des sujets (ressenti émotionnel conscient).

2.2. Les stimuli – notions politiques 190 notions (mots et concepts) ont été testées (Annexe 7). Elles sont issues : d’entretiens semi-directifs (voir point I.2.) réalisés avec des sujets « novices » (12 entretiens) ; d’associations d’idées (voir point I.3.) suscitées par le mot « politique » (166 sujets).

Ces notions ont été sélectionnées sur la base de leur fréquence d’apparition (≥ 2). 2.3. La tâche La tâche proposée est une tâche de « jugement de connotation » : le sujet doit évaluer la connotation (ou valence) hédonique de l’item en positionnant un trait sur une échelle allant de 0 « très négatif » à 10 « très positif ». Les réponses des sujets sont recueillies par questionnaire (Annexe 8). Les notions sont présentées dans un ordre « semi-aléatoire » : quatre listes de présentation ont été constituées (la liste A correspond à l’ordre inverse de la liste D et la liste B à l’ordre inverse de la liste C).

LEACM/CRIS – Université de Lyon

31

L’impact émotionnel de notions politiques 2.4. Résultats 3 groupes d’items sont distingués en fonction des scores hédoniques moyens associés aux notions (Figure 15) : Les items « positifs » (scores moyens de 6,66 à 10) ; Les items « négatifs » (scores moyens 0 à 3,33) ; Les items « neutres » (scores moyens 3,33 à 6,66).
Répartition des notions politiques selon leur connotation émotionnelle consciente 23% Notions positives Notions négatives Notions neutres 62% 15%

Figure 15. Répartition des notions politiques selon leur connotation émotionnelle consciente (positive, négative ou neutre).

2.4.1. Les concepts « positifs » Les notions considérées comme connotées positivement sont celles dont les scores hédoniques sont compris entre 6,66 et 10. 44 notions sur les 190 (23% des notions testées) sont « positives ». Ces notions concernent 5 thèmes (ensembles sémantiques) (Figure 16 à 20) : la communication avec 14 termes : communication, dialogue, échange, discussion, idée, conversation, parole, information, opinion, débat, argument, diplomatie, conviction et message ; l’action avec 7 termes : volonté, action, engagement, choix, décision, implication et manifestation ;
Notions relatives à la communication
10 8
8 8 8 8 8

-

Notions relatives à l'action
10 8
8 7 7 7 7 7 7

6 4 2

8

8

7

7

7

7

7

7

7

6 4 2

0
discussion conversation conviction information argument communication diplomatie message dialogue échange opinion parole débat idée

0
volonté choix engagement décision action implication manifestation

Figure 16. Scores hédoniques associés aux notions relatives à la communication.

Figure 17. Scores hédoniques associés aux notions relatives à l’action.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

32

L’impact émotionnel de notions politiques la société avec 9 termes : culture, démocratie, école, citoyen, association, peuple, histoire, monde et république ; les valeurs avec 9 termes : liberté, vie, famille, éducation, parité, civisme, idéal, droit et écologie ;
Notions relatives à la société
10 8
8

Notions relatives aux valeurs
12 10

6 4 2 0

8

7

7

7

7

7

7

7

8 6 4 2

9

9

8

8

8

7

7

7

7

association

démocratie

république

culture

peuple

école

histoire

citoyen

monde

0
vie civisme éducation liberté parité idéal droit écologie famille

Figure 18. Scores hédoniques associés aux notions relatives à la société.

Figure 19. Scores hédoniques associés aux notions relatives aux valeurs.

-

les objectifs avec 5 termes : développement, évolution, projet, objectif et vision.
Notions relatives aux objectifs
10 8 6 4 2 0

7,5

7,5

7,4

6,9

6,7

développement

évolution

projet

objectif

vision

Figure 20. Scores hédoniques associés aux notions relatives aux objectifs.

2.4.2. Les concepts « négatifs » Les notions considérées comme connotées négativement sont celles dont les scores hédoniques sont compris entre 0 et 3,33. 29 notions sur les 190 (15% des notions testées) sont « négatives ». Elles sont relatives à deux thèmes principaux (Figure 21 à 24) : la violence avec 9 termes : fascisme, guerre, dictature, extrémisme, attentat, terrorisme, insécurité, répression et conflit. des comportements humains « négatifs » (ou immoraux) avec 11 termes : magouille, corruption, malhonnêteté, escroquerie, hypocrisie, mensonge, abus, manipulation, arnaque, langue de bois et déception.

Un troisième thème concerne les différences sociales avec 3 termes : inégalité, classe sociale et élitisme. D’autres termes sont également négatifs : ennui, anarchie, impôt, abstention, politicien et opacité.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

33

L’impact émotionnel de notions politiques

Notions relatives à la violence
10 8 6 4 2
1 1 1 1 1 1 2 3 3

Notions relatives à l'immoralité
10 8 6 4 2 1 0 1 1 1 1 1 2 2 2 2 3

magouille

manipulation

abus

langue de bois
7

malhonnêteté

corruption

hypocrisie

mensonge

terrorisme

extrémisme

répression

Figure 21. Scores hédoniques associés aux notions relatives à la violence.

Figure 22. Scores hédoniques associés aux notions relatives à l’immoralité.
Autres notions négatives

Notions relatives aux différences sociales
10 8 6 4 2
1,5 2,7 3,2

10 8 6 4 2 0 abstention ennui anarchie politicien opacité impôt 2,1 2,8 2,9 3,1 3,2 3,3

0

inégalité

classe sociale

élitisme

Figure 23. Scores hédoniques associés aux Figure 24. Scores hédoniques associés aux autres notions relatives. notions relatives aux différences sociales.

2.4.3. Les concepts « neutres » La majorité des notions (117 soit 62% des notions testées) entrent dans la catégorie des notions « neutres ». Elles recouvrent plusieurs thèmes (Figures 25 à 37) : la division avec 9 termes : division, clivage, contradiction, droite-gauche, minorité, combat, opposition, majorité et répartition ; le compromis avec 6 termes : stratégie, consensus, cohabitation, compromis, position et négociation ;
Notions relatives à la division
10 8 6 4
3 4 4 4 5 4 5 6 6

Notions relatives au compromis
10 8 6 4 2
5 5 6 6 6

2 0
division contradiction opposition clivage répartition droitegauche combat minorité majorité

0
stratégie consensus position cohabitation négociation compromis

Figure 25. Scores hédoniques associés aux notions relatives à la division.

Figure 26. Scores hédoniques associés au compromis.

escroquerie

insécurité

fascisme

dictature

LEACM/CRIS – Université de Lyon

34

déception

attentat

guerre

arnaque

0
conflit

L’impact émotionnel de notions politiques

-

le pouvoir avec 9 termes : privilège, influence, pouvoir, chef, hiérarchie, autorité, préoccupation, responsabilité et devoir ; l’économie avec 3 termes : profit, économie et argent ;
Notions relatives au pouvoir
10

Notions relatives à l'économie
10 8

8 6 4 2 0
hiérarchie influence autorité préoccupation responsabilité pouvoir chef privilège devoir
4 4 4 4 4 5 5 5 6

6
6

4 2 0

4

5

économie

profit

Figure 27. Scores hédoniques associés aux notions relatives au pouvoir.

Figure 28. Scores hédoniques associés à l’économie.

-

les institutions avec 19 termes : bureaucratie, Élysée, administration, gouvernement, sénat, préfecture, Assemblée Nationale, parlement, fonctionnement, parti politique, conseil municipal, état, syndicat, institution, Europe, structure, nation, pays et France. ;
Notions relatives aux institutions
10 8 6 4
4 4 4 4 4 4 5 5 5 5 5 5 6 6 6 6 6 6 6

2 0
parti politique administration fonctionnement Assemblée Nationale institution conseil municipal parlement syndicat gouvernement bureaucratie Europe Élysée nation sénat état préfecture structure France pays

Figure 29. Scores hédoniques associés aux notions relatives aux institutions.

-

les fonctions (professions) avec 11 termes : homme politique, ministre, dirigeant, guignol, député, président, maire, fonctionnaire, représentant, candidat et ouvrier ; les régimes politiques avec 5 termes : communisme, gaullisme, libéral, capitalisme et socialisme ; la société avec 11 termes : politique, cité, système, complexité, immigration, rassemblement, communauté, société, organisation, groupe et population ; l’action collective avec 3 termes : militantisme, révolution et grève ;

argent

LEACM/CRIS – Université de Lyon

35

L’impact émotionnel de notions politiques
Notions relatives aux régimes politiques
10 8
5 3 4 4 4 4 4 5 6 6 6

Notions relatives aux fonctions (professions)
10 8 6 4 2 0
homme politique guignol ministre dirigeant député maire candidat fonctionnaire président représentant ouvrier

6 4 2 0
gaullisme libéral capitalisme communisme socialisme
5

6 4 4 4

6

Figure 30. Scores hédoniques associés aux notions relatives aux fonctions (professions).

Figure 31. Scores hédoniques associés aux notions relatives aux régimes politiques.
Notions relatives à l'action "collective"
10

Notions relatives à la société
10 8 6
6 6 6 6 7

8 6 4 2
5 5

4
4

5 4 4 4

5

2 0
politique cité immigration complexité communauté rassemblement organisation population système société groupe

0
militantisme révolution grève
6 7

Figure 32. Scores hédoniques associés aux notions relatives à la société.

Figure 33. Scores hédoniques associés aux notions relatives à l’action collective.

-

le fonctionnement et les règles avec 18 termes : réforme, arrêté, décret, réglementation, constitution, régulation, gestion, élection, loi, retraite, déclaration, défense, justice, référendum, vote, principe, pétition et consultation ;
Notions relatives au fonctionnement et aux règles
10 8 6 4 2 0
loi constitution élection pétition justice gestion retraite vote réglementation consultation régulation déclaration référendum principe décret défense réforme arrêté
4 4 5 5 5 5 5 6 6 6 6 6 6 6 6 6

Figure 34. Scores hédoniques associés aux notions relatives au fonctionnement et aux règles.

-

la communication et les idées avec 14 termes : 8 termes qui ne sont pas explicitement « politisés » : baratin, télévision, idéologie, discours, presse, promesse, journal et média ; et 6 termes explicitement « politisés » : programme électoral, science politique, tendance politique, campagne électorale, démagogie et orientation politique ; 36

LEACM/CRIS – Université de Lyon

L’impact émotionnel de notions politiques

Notions relatives à la communication et aux idées
10 10 8 6 4 2 0
télévision idéologie discours promesse journal baratin presse média
5 5 5 5 6 6 6 7

Notions relatives à la communication (idées) "politique"

8 6 4
4 4 4 4 4 5

2 0
science politique programme électoral démagogie orientation politique
7

tendance politique
7

Figure 35. Scores hédoniques associés aux notions relatives à la communication et aux idées non explicitement « politisés ».

Figure 36. Scores hédoniques associés aux notions relatives à la communication et aux idées explicitement « politisés ».

Sept autres notions appartiennent à la catégorie neutre : illusion, actualité, planification, tradition, intérêt, événement, vieillesse, altruisme et ambition.
10 8 6 4 2 0
4 5 5 6 6 6 6

Autres notions "neutres"

planification

illusion

tradition

campagne électorale

Figure 37. Scores hédoniques associés aux autres notions « neutres ».

évènement

altruisme

vieillesse

LEACM/CRIS – Université de Lyon

ambition

actualité

intérêt

37

L’impact émotionnel de notions politiques

3. Le ressenti émotionnel inconscient
Le ressenti émotionnel inconscient associé aux notions politiques est appréhendé à deux niveaux : comportemental : par l’étude de temps de réaction ; physiologique : par l’étude de variations neurovégétatives. 3.1. Etude des temps de réaction L’objectif de cette étude est d’évaluer, en un temps donné et un certain espace, l’impact émotionnel inconscient de notions appartenant aux champs lexical et sémantique « politiques » à travers des mesures de temps de réaction. Il s’agit donc d’un « diagnostic » qui peut s’inscrire comme prémisse de travaux futurs ayant une conception plus longitudinale ou génétique à visée plus pronostique. 3.1.1. La mesure des temps de réaction Toute réponse à une stimulation implique nécessairement un délai temporel entre le début de la présentation de la stimulation et le moment de la réponse comportementale donnée à cette stimulation : c’est le temps de réaction (TR). Ce temps de réaction est mesuré à la milliseconde près (souvent lors de passations informatisées) : les mesures effectuées ont ainsi une bonne précision. Cette réponse comportementale est définie par la consigne donnée au sujet d’expérience : le sujet doit répondre le plus rapidement possible en un appui sur un bouton (par exemple, une touche d’un clavier, un « bouton-poussoir », une pédale de frein, etc.) (Bonnet, 1994). Le temps de réaction est une mesure qui a été utilisée pour étudier de nombreux processus sensoriels ou mentaux. Ce temps, en effet, dépend de la durée : a) de l’excitation des récepteurs périphériques ; b) de la transmission aux centres et des centres aux effecteurs, mais surtout de mécanismes comparateurs associés à des processus centraux en relation avec les attitudes, la difficulté de la tâche, la mémorisation, le niveau d’activité, la quantité d’information à traiter, etc. Plusieurs types de temps de réaction sont différenciés : temps de réaction simple (à un stimulus unique) : le sujet doit signaler le plus rapidement possible le moment où il perçoit le stimulus (il s’agit d’une simple détection sensorielle ; le stimulus n’est pas analysé) ; temps de réaction « Go – No Go » (expression utilisée dans la littérature dont la traduction en français pourrait être « réagir – ne pas réagir ») : le stimulus prend deux valeurs et le sujet ne doit répondre qu’à une seule le plus rapidement possible (le sujet effectue une discrimination) ; temps de réaction de choix : le stimulus a plusieurs valeurs et le sujet plusieurs réponses possibles entre lesquelles il doit, le plus rapidement possible, choisir.

-

-

Cette dernière technique des temps de réaction de choix est utilisée ici. L’allongement des temps signifie alors un ressenti émotionnel plus fort. Des stimuli différents, auxquels correspondent des réponses différentes, ont été utilisés. En effet, parmi les 190 notions, certaines étaient de genre masculin et d’autres de genre féminin et la consigne était d’appuyer sur deux touches distinctes selon le genre de la notion. LEACM/CRIS – Université de Lyon 38

L’impact émotionnel de notions politiques 3.1.2. Les liens émotion / mémoire L’émotion peut perturber la mémoire. Elle peut par exemple rendre extrêmement vivace un souvenir anodin. Tout se passe comme si une intense émotion pouvait éclairer les événements et fixer le souvenir de manière plus forte dans la mémoire. L’état émotionnel d’un individu peut influencer sa manière de mémoriser un événement. Les preuves expérimentales montrent qu’une émotion forte permet de ranger un souvenir dans une mémoire à long terme. A l’inverse, une très forte charge émotionnelle peut escamoter certains souvenirs. Au lieu de faciliter la mémorisation, l’émotion peut produire l’effet inverse surtout si l’individu traverse une situation traumatique. D’après les auteurs, il n’existe pas une mémoire unique mais plusieurs. Une distinction classique consiste à différencier une mémoire à court terme d’une mémoire à long terme (Atkinson et Shiffrin, 1968). La mémoire à court terme (MCT), également appelée mémoire de travail, est une mémoire immédiate qui offre la capacité de retenir, pendant une durée comprise entre une et quelques dizaines de secondes, 7 éléments d'information en moyenne (± 2) : l’empan mnésique. On distingue à l'intérieur de la mémoire à court terme une fonction de stockage d'une fonction de traitement (maintenir l'information, permettre la liaison, recherche ou passage d'information). La MCT est le siège de traitements de l'information impliqués dans des activités de compréhension, de raisonnement et d'apprentissage, et exerce des fonctions dans la gestion de ces traitements. Cette fonction de traitement a conduit à la notion de mémoire de travail qui présente un intérêt pour les travaux engagés ici. La MCT assure la consolidation de la trace mnésique en vue de son passage en mémoire à long terme. La mémoire à long terme (MLT) stocke les informations pendant une longue période (voire pendant toute la vie de l’individu). D'une capacité considérable, la MLT est dépositaire des souvenirs, des apprentissages, en résumé, de l’histoire de l’individu.

-

L'effet de la position des stimuli dans une liste a une influence considérable sur le rappel de cette liste. Les effets de primauté ou de récence par exemple, s'expriment respectivement par un meilleur rappel des mots de début de liste ou de fin de liste par rapport aux mots du milieu. Selon Atkinson et Shiffrin (1968), les premiers items de la liste feraient l'objet d'une répétition soutenue en mémoire à court terme laquelle permettrait le passage de l'information en mémoire à long terme. Les derniers items de la liste ne feraient pas pour leur part l'objet d'une répétition suffisante pour être stockés en MLT; ils seraient donc mieux rappelés car stockés en MCT.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

39

L’impact émotionnel de notions politiques 3.1.3. L’échantillon 32 étudiants (24 femmes et 8 hommes – Figure 38), âgés de 19 à 58 ans (moyenne d’âge = 23,1 ± 7,5) ont participé à cette étude. Ils sont essentiellement issus de l’Université Lumière Lyon 2, de la filière Psychologie (25 soit 78%), à l’exception de 3 étudiants en Biologie (10%), 1 en Physique (3%), 1 en Economie des transports (3%), 1 en Anglais (3%) et 1 en Commerce (3%). La majorité d’entre eux (44%) a un niveau baccalauréat plus deux ans (Figure 39).
Répartition des sujets selon le sexe
25%

Répartition du niveau de formation
16% 6%

bac bac+2

Femmes Hommes
75%

9% 44% 25%

bac+3 bac+4 bac+5

Figure 38. Répartition du sexe des sujets (ressenti émotionnel inconscient).

Figure 39. Répartition du niveau de formation des sujets (ressenti émotionnel inconscient).

3.1.4. Les stimuli – notions politiques 190 notions (mots et concepts) ont été testées (les mêmes notions que dans l’étude précédente portant sur le ressenti émotionnel conscient) (Annexe 7). Elles sont issues : d’entretiens semi-directifs (voir point I.2.) réalisés avec des sujets « novices » (12 entretiens) ; d’associations d’idées (voir point I.3.) suscitées par le mot « politique » (166 sujets).

Ces notions ont été sélectionnées sur la base de leur fréquence d’apparition (≥ 2). 3.1.5. La tâche La tâche proposée est une tâche de « genre » : le sujet doit décider le plus rapidement possible si le mot présenté est féminin ou masculin en appuyant sur la touche "F" pour un mot féminin et la touche "M" pour un mot masculin. Il s’agit d’une tâche « indirecte » qui ne nécessite pas de traiter consciemment la valence émotionnelle des notions. Les notions ont été présentées dans une épreuve informatisée et les réponses des sujets ont été recueillies automatiquement à l’aide du logiciel MetaCard. Les notions ont été présentées selon deux ordres différents (listes A et B ; la liste B reprend dans le sens inverse les mots de la liste A), en respectant les contraintes suivantes : des termes du même genre (féminin ou masculin) ne sont pas présentés plus de quatre fois consécutivement (contrôle de la variable genre) ; des termes commençant par la même lettre ne sont pas présentés respectivement plus de deux fois consécutivement (contrôle de la variable orthographe).

La création de ces deux listes permet de contrôler les effets d’ordre et de rang, ainsi que les effets de primauté et de récence (dus à la tâche de rappel).

LEACM/CRIS – Université de Lyon

40

L’impact émotionnel de notions politiques 3.1.6. Le protocole

Photo 1. Dispositif expérimental pour la mesure des temps de réaction.

Les passations, d’une durée moyenne de 20 minutes, sont individuelles. Elles se sont déroulées selon les étapes suivantes, à l’identique pour chaque sujet : • le sujet remplit un questionnaire d’identification permettant de connaître certaines de ses caractéristiques : catégorie socioprofessionnelle, niveau d’études, filière d’étude, sexe et âge. la consigne apparaît ensuite à l’écran : « Regardez attentivement le point de fixation '+' au centre de l'écran, puis lisez le mot présenté et décidez aussi rapidement que possible s'il est du genre féminin ou masculin, en utilisant la touche "F" pour féminin et la touche "M" pour masculin ». Le point de fixation (+) apparaît au centre de l’écran pendant une seconde ; le délai entre la réponse et le début de l’essai suivant est de une seconde. une phase « pratique » est proposée : à travers 5 essais, le sujet peut se familiariser avec la consigne et les conditions expérimentales (Photo 1). Cela permet de vérifier que le sujet ait bien compris la tâche demandée. la phase expérimentale proprement dite commence ensuite. Les réponses sont données par l’index de chaque main du participant : lorsque la touche M est tapée, la réponse "masculin" est enregistrée, et pour la touche F, c’est la réponse "féminin". Si le sujet appuie sur une autre touche pour répondre, un point d’interrogation s’inscrit dans les résultats. Le temps de réaction est enregistré pour chaque réponse et est mesuré en millisecondes. pour terminer, le sujet effectue une tâche de rappel : le sujet doit écrire tous les mots précédemment vus dont il se souvient. L’objectif est de comparer les mots rappelés avec les notions entraînant des temps de réaction longs. C’est un autre moyen de vérifier s’il y a eu un impact émotionnel inconscient à travers la mémorisation à court terme. 41

LEACM/CRIS – Université de Lyon

L’impact émotionnel de notions politiques 3.1.7. Résultats 3.1.7.1.Le traitement des données Les enregistrements des temps de réaction obtenus ont été contrôlés par un « nettoyage » des fichiers : les valeurs aberrantes liées à la contrainte de rapidité de la tâche ont été supprimées (erreurs d’anticipation, réponse donnée avant le traitement du stimulus, déconcentration, etc.). Il s’agit des valeurs : inférieures à 200ms : temps minimal nécessaire pour « lire » le mot, c’est-à-dire pour le déchiffrer et accéder à son contenu sémantique ; supérieures à 2000 ms : temps maximal nécessaire pour « lire » le mot, afin d’éliminer des réponses trop réfléchies et d’éviter les efforts de mémorisation.

Les deux ordres de présentation des notions (A et B) n’ont pas produit d’effets d’ordre et/ou de rang (test U de Mann-Whitney, p<0,05). Les temps de réaction associés à chaque notion (32 mesures) ont ainsi été regroupés, à l’exception de ceux associés aux notions "libéral" et "abstention" pour lesquels des différences significatives entre les deux listes apparaissent (test U de Mann et Whitney, p>0,05) ; ces deux termes ont été traités à part. Les 188 autres notions ont été analysées globalement pour les 32 sujets réunis. 3.1.7.2.Les différences de temps de réaction inter-mots Pour obtenir le nombre de différences significatives de temps de réaction entre chaque mot, des tests de Wilcoxon ont été effectués. Ainsi, les moyennes des temps de réaction (pour les listes A et B confondues) des mots deux à deux ont été comparées. Seuls les mots dont la fréquence est au moins égale à 5 dans les entretiens et les associations d’idées à l’origine de la création des listes sont analysés (voir Annexe 7). Les données portent ainsi sur 72 notions. Pour la plupart des notions retenues, peu de différences significatives avec les autres notions ont été relevées. Cependant, quelques concepts se différencient de la quasi-totalité des 189 autres notions (Figure 40) : "parti politique", "programme électoral", "tendance politique", militantisme", campagne électorale", "gaullisme", "orientation politique" et "droite-gauche".
Nombre de différences avec les autres mots 200 195

Notions significativement très différentes des autres

180 175 170 165 160 155 150 145 140 135 130
ue iq lit po rti Pa

Figure 40. Notions politiques associées à des temps de réaction significativement très différents des autres notions.

Pr og ra m m e

él ec to Te ra nd l an ce po lit iq ue M ili ta nt is m C e am pa gn e

él ec to ra le G au llis m e O rie nt at

io n

po lit i

185

qu e D ro ite -G au ch e

190

LEACM/CRIS – Université de Lyon

42

L’impact émotionnel de notions politiques Ces notions appartiennent toutes au registre politique, et pour cinq d’entre elles (en bleu sur la figure 40), cette politisation est renforcée par l’un des deux termes suivant : « politique » et « électoral ». Certaines notions présentent très peu de différences significatives avec les huit précédemment citées. Elles peuvent être regroupées selon les catégories suivantes : la politique avec les termes "abstention", "science politique", "programme électoral", "communisme", "politique", "loi",… ; l’immoralité avec les termes "malhonnêteté", "langue de bois", "magouille", "hypocrisie" ; la violence avec les termes "extrémisme", "fascisme", "insécurité" ; les différences sociales avec les termes "inégalité", "élitisme".

Il apparaît donc que les notions fortement politisées soient appréhendées inconsciemment très différemment de l’ensemble des autres termes présentés aux sujets. Toutefois, les différences observées avec certaines catégories de notions ne sont pas significatives : il s’agit des notions évaluées négativement au niveau conscient. 3.1.7.3.Comparaison des évaluations verbales (conscientes) et par temps de réaction (inconscientes) Trois groupes d’items sont distingués en fonction du découpage de l’étendue des temps de réaction obtenus par ordre décroissant en 3 parties égales (Figure 41) : Les items « négatifs » (de 1109,22 à 956,86 ms) ; Les items « neutres » (956,86 à 804,49 ms) ; Les items « positifs » (804,49 à 652,12 ms).

Figure 41. Répartition des notions politiques selon leur connotation émotionnelle inconsciente (positive, négative ou neutre).

Les notions classées dans le registre positif sont majoritaires (111 notions, soit 59% des notions testées) ; la catégorie « neutre » regroupe près d’un tiers des notions testés (61 notions soit 32%), et les notions négatives constituent moins de 10% des notions testées (18 notions, soit 9%). Ainsi, les catégories « neutre » et « positif » apparaissent inversées par rapport au niveau conscient des verbalisations où la valence neutre domine largement : au niveau inconscient révélé par les temps de réaction, c’est la valence positive qui est bien supérieure. En ce qui concerne la catégorie de valence « négative », il semble n’y avoir qu’une faible différence

LEACM/CRIS – Université de Lyon

43

L’impact émotionnel de notions politiques quantitative entre les deux niveaux de mesure (29 items négatifs consciemment, et 18 inconsciemment). La comparaison du contenu de ces catégories révèle que peu de notions sont présentes dans les catégories de même valence aux niveaux inconscient et conscient (Tableau 1). Cet élément peut être lié à l’influence de divers facteurs intervenant au niveau conscient tels que la désirabilité sociale (le sujet se positionne par rapport à des convenances sociales, fournissant ce qu’il considère comme la « bonne » réponse), ou bien le manque d’informations contextuelles (le sujet considère la notion ambigüe et se « réfugie » vers le milieu de l’échelle). Niveau inconscient Neutre Positif 15 9 69 35 11 33 61 111

Niveau conscient

Négatif Neutre Positif Total

Négatif 5 13 0 18

Total 29 117 44 190

Tableau 1. Notions politiques communes aux niveaux conscient et inconscient selon les valences négative, positive et neutre.

Au niveau qualitatif, les notions communes aux catégories de même valence (positive, négative et neutre) définies d’une part par les verbalisations et d’autre part par les temps de réactions, sont relativement peu nombreuses (Annexe 9). En ce qui concerne les catégories de valence négative, seules 5 notions sont communes : "langue de bois" et "malhonnêteté" : registre de l’immoralité ; "extrémisme" : registre de la violence ; "élitisme" : registre de la différence sociale ; "abstention" : registre de la politique.

Ce constat confirme les résultats obtenus au niveau des différences inter-mots. Pour le registre positif, 33 notions sont communes aux niveaux conscient et inconscient : "histoire", "démocratie", "école", "peuple", "monde", "culture", "république", "citoyen" et "association" : registre de la société (soient les 9 termes de ce registre) ; "message", "information", "conviction", "parole", "diplomatie", "idée", "débat", "conversation", "communication", "opinion" et "discussion" : registre de la communication (11 termes communs sur 14) ; "volonté", "manifestation", "engagement", "action", "décision" et "choix" : registre de l’action (6 termes communs sur 7) ; "parité", "famille" et "vie" : registre des valeurs (4 termes communs sur 9) ; "développement", "objectif", "projet" et "vision" : registre des objectifs (4 termes sur 5).

-

Ces concordances entre le conscient et l’inconscient indiquent que les temps de réaction sont révélateurs de la charge émotionnelle associée à des notions.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

44

L’impact émotionnel de notions politiques 3.1.7.4.La tâche de rappel La tâche de rappel consistait à demander aux sujets de rappeler par écrit les mots dont ils se souvenaient. Les sujets se lancent rapidement dans la rédaction des mots comme pour en éviter l’oubli (mémoire à court terme). Ils notent majoritairement une dizaine de mots. La prise en compte des effets de récence et de primauté a conduit à placer deux limites : les 10 premiers mots et les 10 derniers sont exclus de l’analyse (la liste B étant la liste A dans le sens contraire, les 20 mots ôtés sont donc les mêmes). La limite de nombre de rappels pris en compte est de 6 fois au minimum. Les notions les plus fréquemment rappelées (Figure 42) sont les 9 suivantes : "droite-gauche" (12 fois), "France" (11 fois), "Assemblée nationale" (9 fois), "Elysée" (8 fois), "maire" (7 fois), "parti politique" (7 fois), "Europe" (7 fois), "communisme" (6 fois) et "démocratie" (6 fois).
Notions les plus fréquem m ent rappelées % 5 4,5 4 3,5 3 2,5 2 1,5 1 0,5 0

Fr an ce na t io na le

sé e

ai re

ue

e

te -g au ch e

po l it iq

m un

pa rt i

3 mots sur 9 font partie des mots précédemment cités, comme significativement différents des autres au niveau des temps de réaction, et donc potentiellement différents au niveau de l’impact émotionnel inconscient : "droite-gauche", "assemblée nationale" et "parti politique". A ces notions, peuvent être ajoutés "Elysée", "maire" et "communisme" appartenant également au registre de la politique. Des notions faisant référence à la société sont également rappelées : il s’agit de "France", "Europe" et "démocratie". Le fait que le registre politique ressorte à la fois au niveau des temps de réaction et dans la tâche de rappel semble indiquer que l’impact émotionnel induit par les notions politiques est fort. Quant aux notions faisant référence à la société, il est possible qu’elles soient mémorisées à court terme pour la simple raison que le sujet peut s’y identifier.

as se m bl

Figure 42. Catégories de notions les mieux rappelées.

co m

dr oi

ée

dé m

oc ra tie

Eu ro p

Él y

m

is m

e

LEACM/CRIS – Université de Lyon

45

L’impact émotionnel de notions politiques 3.2. Etude exploratoire physiologique (neurovégétative) Une étude exploratoire a été réalisée afin de tester l’impact émotionnel de notions politiques à un niveau physiologique. Elle repose sur l’enregistrement et l’analyse de variations de paramètres du Système Nerveux Autonome (SNA) déclenchées par les notions politiques. Les manifestations du SNA sont périphériques et largement inconscientes ; elles traduisent les modifications physiologiques survenant lors des phénomènes émotionnels. Un seul sujet a été testé (une femme âgée de 58 ans). Il s’agit de vérifier la pertinence de telles mesures pour l’étude des connaissances politiques. 3.2.1. Les stimuli – notions politiques 9 items « tests » ont été sélectionnés sur la base des scores hédoniques attribués lors de la phase d’évaluation consciente de la connotation de notions politiques (190 notions) : 3 négatifs : corruption, guerre et mensonge 3 positifs : citoyen, débat et démocratie 3 neutres : élection, parti politique et pouvoir

Le mot « politique » a également été présenté. 2 items « d’habituation » ont été rajoutés : liberté et gouvernement ; les réponses associées à ces deux items ne sont pas prises en compte dans l’analyse. 3.2.2. Les indices de quantification 3.2.2.1.Les mesures verbales Après avoir lu chaque notion, le sujet remplit un questionnaire (Annexe 10) comportant trois points : l’évaluation du caractère positif / négatif du mot sur une échelle allant de « je trouve ce mot très négatif » à « je trouve ce mot très positif » ; l’identification de l’émotion ressentie en lisant le mot : choix forcé parmi 6 termes : colère, dégoût, peur, tristesse, surprise et joie ; l’évaluation de l’intensité de l’émotion sur une échelle allant de « émotion très faible » à « émotion très forte ». 3.2.2.2.Les mesures physiologiques Cette étude est basée sur l’analyse des variations de trois familles de paramètres neurovégétatifs de nature différente (Figure 43) : l’activité électrodermale (potentiel et résistance électriques cutanés) les paramètres thermovasculaires (microcirculation sanguine et température cutanées) les paramètres cardio-respiratoires (fréquences cardiaque et respiratoire instantanées).

LEACM/CRIS – Université de Lyon

46

L’impact émotionnel de notions politiques

Capteurs Électrodermaux

3 familles de Capteurs
Capteurs Cardio-respiratoires Capteurs Thermo-vasculaires

Figure 43. L’activité du système nerveux autonome est mesurée non-invasivement au moyen de capteurs cutanés (électrodermaux, thermovasculaires et cardio-respiratoires).

Le système nerveux autonome ("SNA") est la partie du système nerveux qui contrôle de façon automatique, inconsciente l’activité des muscles lisses (par exemple, les muscles des parois vasculaires), des viscères (par exemple, le cœur, les poumons) et des glandes exocrines (par exemple, salivaires, sudorales) de l’organisme. Il est divisé en deux composantes sensiblement antagonistes : la branche orthosympathique, associée à la mobilisation de l’énergie en période de stress ou d’émotions et la branche parasympathique qui assure, au contraire, la mise au repos de l’organisme et la reconstitution de ses ressources énergétiques. La mise en jeu du SNA orthosympathique provoque une modification rapide de certains paramètres physiologiques (fréquence cardiaque, irrigation sanguine de la peau et des muscles, sécrétion glandulaire, glycémie…), dont la finalité est de préparer l’organisme à une réaction comportementale adaptée. Ces réponses reflètent l’activation du système hypothalamo-limbique, siège de nos émotions primaires, et traduisent fidèlement les modifications physiologiques inconscientes survenant lors des processus émotionnels. Il est important de souligner que l’enregistrement simultané de plusieurs paramètres neurovégétatifs est indispensable pour évaluer correctement la réponse émotionnelle. On sait, en effet, depuis longtemps (travaux de Lacey en 1953) que chaque sujet s’exprime préférentiellement à travers un ou deux paramètres neurovégétatifs (par exemple, la fréquence cardiaque pour un sujet, la réponse électrodermale pour un autre sujet, …). Cette notion de « canal préférentiel » est essentielle à prendre en compte, car l’absence de réponse à l’un des paramètres (la résistance cutanée par exemple) ne signifie pas nécessairement une absence de réponse neurovégétative. (Ceci permettrait d’expliquer que les résultats des études psychophysiologiques n’utilisant qu’un seul ou deux paramètres ne soient pas toujours très concluants). Il est donc nécessaire d'effectuer des enregistrements multiparamétriques. La méthode développée au sein de l’équipe Microcapteurs Microsystèmes Biomédicaux (LPM, CNRS, INSA de LYON) concerne l’enregistrement et l’analyse de ces manifestations neurovégétatives orthosympathiques qui sont reconnues comme les plus discriminantes des états émotionnels. Les techniques utilisées permettent d’enregistrer les variations des principaux paramètres neurovégétatifs activés au cours des processus émotionnels : paramètres bioélectriques et thermovasculaires cutanés et paramètres cardiorespiratoires. Un autre intérêt majeur est la détermination possible des émotions de base à partir des réponses neurovégétatives qui les caractérisent.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

47

L’impact émotionnel de notions politiques Potentiel cutané

Température cutanée Résistance / Conductance cutanée

Irrigation sanguine cutanée

Photo 2. Sites de mesure des paramètres neurovégétatifs sur la main (non dominante) du sujet (capteurs de potentiel, de résistance/conductance, d’irrigation sanguine et de température cutanés).

Les variations de ces six paramètres neurovégétatifs sont enregistrées en temps réel et en continu à l’aide de capteurs non-invasifs (photo 2). 3.2.2.2.1. Les réponses électrodermales Les variations des paramètres bioélectriques cutanés (potentiel, résistance et conductance) constituent la réponse électrodermale ("RED") qui est sous-tendue par l’activité des glandes sudorales enregistrée au niveau de la paume de la main. Il s’agit des variations de phénomènes électriques qui se produisent à la surface de la peau. La forme des réponses électrodermales est différente selon les sujets, mais identique pour un même sujet en réponse à un stimulus répété à intervalles de temps réguliers (Robin, 1995). 3.2.2.2.1.1. Le potentiel cutané La réponse électrodermale en potentiel ("REDp") reflète l'impact émotionnel à la stimulation (Bloch, 1965) : la décharge émotionnelle consécutive à une stimulation. La mesure du potentiel électrique cutané (exprimé en millivolt mV) s’effectue au moyen de trois électrodes Beckman Ag/AgCl, dont la surface de contact est de 78 mm². Conformément aux recommandations de Fowles et al. (1981), l'électrode "active" est fixée sur l'éminence hypothénar de la main non-dominante du sujet. L'électrode de "référence" est posée à 10 cm du poignet à équidistance de la ligne médiane et du bord externe du bras (photo 2). L’électrode de "masse" est fixée dans le prolongement de l’électrode de référence, à 5 cm de cette dernière. La peau est préalablement dégraissée au mélange alcool-éther qui ne modifie pas la RED. De la pâte conductrice est appliquée sur les électrodes. La variation ainsi mesurée entre les deux électrodes peut être positive ou négative (Vernet-Maury, 1987). L’analyse des réponses en potentiel se fait selon leur signe (positif ou négatif). Sont comptabilisées comme positives toutes les réponses en potentiel spontanées chez le sujet au repos ; seules les inversions de signe du potentiel sont considérées comme négatives et traduisent à ce moment un impact émotionnel important.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

48

L’impact émotionnel de notions politiques 3.2.2.2.1.2. La résistance cutanée

La réponse électrodermale en résistance ("REDr") (exprimée en kiloOhm, kΩ) est la variation de la résistance électrique que la peau oppose à un courant continu qui lui est appliqué, au cours du temps. Elle évolue selon le degré d'humidité de la peau, c'est à dire selon la sécrétion sudoripare, qui est déclenchée par une décharge du système nerveux orthosympathique lors de stress (Mairiaux, 1984). La résistance cutanée est mesurée en faisant passer un faible courant constant (15 microampères) entre deux électrodes Ag/AgCl, rondes, impolarisables de 25 mm² de surface (Clark Electromedical Instruments E 243). Elles sont positionnées sur la deuxième phalange de l'index et du médium de la main non dominante, maintenues par du tissu adhésif perméable à l'air, selon les recommandations traditionnelles (Fowles et al., 1981) (photo 2). L’analyse de la REDr est réalisée par la mesure de la durée de la perturbation ohmique (DPO), temps pendant lequel le sujet est sous l’influence du stimulus (Figure 44, Annexe 11) ; c’est l’indice le plus pertinent pour exprimer la charge émotionnelle d’un signal (VernetMaury et al., 1995).

Figure 44. Définition de la Durée de la Perturbation Ohmique (DPO) pour la quantification des réponses électrodermales en résistance (Vernet-Maury et al., 1995).

La REDr, à la suite d’une stimulation, se présente comme une diminution transitoire de la résistance électrique de la peau : la résistance cutanée décroît rapidement et se maintient à un niveau plus bas (par rapport au niveau de base avant la stimulation) tant que le sujet est sous l’influence de la stimulation. La résistance cutanée remonte ensuite lentement vers le niveau initial de façon uniforme et sans fluctuation. La DPO (exprimée en secondes) est mesurée entre le début de la chute de la résistance cutanée et le moment où elle retourne vers le niveau initial avec une pente proche de celle précédent la stimulation. 3.2.2.2.2. Les réponses thermovasculaires cutanées Les manifestations thermovasculaires sont dues à des modifications de la vascularisation cutanée superficielle suite aux stimulations orthosympathiques.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

49

L’impact émotionnel de notions politiques 3.2.2.2.2.1. L'irrigation sanguine cutanée

La microcirculation sanguine participe à la thermorégulation et à l'apport de nutriments pour les besoins métaboliques des tissus. L'irrigation microvasculaire de la peau est exprimée en milliWatts par centimètre degré Celsius (mW/cm.°C). Etant donné le faible diamètre des capillaires (8 à 20 microns) et la densité de leurs réseaux, elle est mesurée de manière indirecte, par clairance thermique. L'Hématron (Brevet Dittmar / C.N.R.S. / ANVAR n° 85/15 932 et 90/11 773) permet ce type de détermination. Ce dispositif, non-invasif, d'un diamètre de 25 mm et d'une épaisseur de 4 mm, est appliqué étroitement par toute sa surface sur l'éminence thénar de la main non dominante par du micropore adhésif (photo 2) (Dittmar, 1989). Les réponses de la microcirculation cutanée sont quantifiées par l’amplitude de la réponse (positive en cas de vasodilatation et négative en cas de vasoconstriction). Elle est mesurée par la différence entre le niveau de base pré-stimulus et la variation maximale induite par le stimulus. Le début de la réponse en irrigation sanguine est caractérisé par une rupture de la pente du niveau de base pré-stimulus (Figure 45, Annexe 11). Stimulus
Fenêtre temporelle de réponse

amplitude

Figure 45. Quantification des réponses de la microcirculation sanguine cutanée par l’amplitude de la variation.

3.2.2.2.2.2.

La température cutanée

Lorsque la production métabolique de chaleur et la température du milieu ambiant sont constantes, la température de la peau varie en fonction des états psychologiques. Par exemple, elle augmente avec la relaxation. Surimposée aux processus de thermorégulation, on observe donc des variations de quelques centièmes de degré après une stimulation émotionnelle ou cognitive. Les variations de la température cutanée (exprimée en degré Celsius °C) sont mesurées au moyen d'une thermistance de très faible inertie (10 K3 MCD2 Betatherm ; ø = 0,45 mm, poids = 30 μg). Le capteur de 4 mm² est fixé à l'aide d'une colle non caustique (qui prend la même température que la peau) au centre de la paume de la main non dominante (photo 2). Cette mesure se distingue des autres paramètres par l'existence d'un temps de latence de une à dix secondes après la stimulation. Ce temps de latence dépend de la diffusion thermique du tissu cutané et varie d’un sujet à l’autre. Les variations de la température cutanée se situent entre 27 et 35°C. L’instrumentation utilisée permet d’apprécier pleinement des variations de LEACM/CRIS – Université de Lyon 50

L’impact émotionnel de notions politiques température au centième de degré près. La limite de détection est de l’ordre du millième de degré, ces variations reflétant réellement un phénomène physiologique. La réponse thermique cutanée est caractérisée par l'amplitude des variations enregistrées chez des sujets maintenus dans une ambiance régulée à ± 1°C près (de façon à ne pas créer de variations de température cutanée artéfactuelles). Comme pour l’irrigation sanguine cutanée, l’amplitude de la réponse en température cutanée (positive ou négative) est mesurée par la différence entre le niveau de base pré-stimulus et la variation maximale provoquée par le stimulus. Le début de la réponse en température cutanée est aussi caractérisé par une rupture de pente du niveau de base pré-stimulus, ce qui permet d'observer sans difficulté les réponses thermiques du sujet (Figure 46, Annexe 11).

Figure 46. Quantification des réponses de la température cutanée par l’amplitude et le signe (ici négatif) de la variation.

3.2.2.2.3. La fréquence cardiaque Le cœur est innervé par les deux branches orthosympathique et parasympathique du système nerveux autonome dont l’activité est influencée par les hauts centres corticaux. La fréquence cardiaque est le paramètre le plus étudié en relation avec les facteurs cognitifs et émotionnels. Les variations de la fréquence cardiaque caractérisent les réactions émotionnelles : par exemple, tachycardie (augmentation de fréquence cardiaque) lors de la colère ou la peur, bradycardie (diminution de fréquence cardiaque) lors du dégoût. La fréquence cardiaque (FC - exprimée en battements par minute "bpm") est mesurée au moyen de trois électrodes argent/argent chloruré (Ag/AgCl) de 40 mm de diamètre fixées en position précordiale. Le traitement de ce signal est basé sur la mesure de l'intervalle entre deux battements cardiaques successifs. Les réponses de la FC instantanée se caractérisent par des variations de durées plus ou moins longues selon l’intensité de la stimulation. Elles sont quantifiées par l’amplitude de la réponse, mesurée par la différence entre la valeur du niveau de base avant la stimulation et l’augmentation maximale provoquée par la stimulation (Figure 47). Chez la majorité des sujets, la réponse en fréquence cardiaque à une stimulation se caractérise par un pic positif. Chez certains, une stimulation peut déclencher une bradycardie ; dans ce cas, une amplitude de réponse négative est observée.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

51

L’impact émotionnel de notions politiques Stimulus

amplitude

Figure 47. Quantification de la fréquence cardiaque instantanée par l’amplitude de la réponse.

3.2.3. L’enregistrement des signaux Les mesures sont enregistrées de manière non-invasive, en continu et en temps réel. Les signaux recueillis par les capteurs sont transmis à la centrale de mesure "e.motion". L’acquisition et la visualisation des signaux sont effectuées sur un PC portable. Les événements sont inscrits sur les tracés par l’opérateur au moyen d’un "top" (marqueur d’événement). L'opérateur peut ainsi prendre une vue d'ensemble des tracés et apprécier leur qualité. Les réponses sont facilement repérables sur les tracés car elles se différencient nettement de l’activité spontanée (Annexe 11). 3.2.4. La procédure La séance de test s’est déroulée dans une pièce calme et dont la température a été maintenue constante (24°C). Le sujet est assis dans une chaise confortable placée devant une table face à une glace sans tain. Les expérimentateurs se trouvent dans une pièce adjacente ; ils contrôlent le déroulement du test à travers la glace et communiquent avec le sujet par le biais d’un écran d’ordinateur posé sur la table devant le sujet. Douze questionnaires (Annexe 10) sont disposés devant le sujet, face contre table. Le test a été effectué selon le protocole suivant : • • Explication verbale du protocole expérimental pendant la pose des capteurs. Phase d’habituation. Les deux premières notions présentées au sujet constituent des essais. Ils permettent au sujet de se familiariser avec les conditions expérimentales, et de vérifier la bonne compréhension de la consigne. De plus, ces essais permettent à l’expérimentateur de régler les appareils de mesure. Phase expérimentale proprement dite. Elle se déroule en deux étapes : pour chaque notion, le sujet doit lire celle-ci, puis remplir un questionnaire. Un point de fixation au centre de l’écran lui indique qu’une notion va être présentée sur l’écran. Ce point de fixation apparaît pendant une seconde, puis la notion apparaît pendant une seconde également. Un écran blanc est alors présenté. Au bout d’une minute environ (pour laisser à l’organisme le temps de récupérer des conséquences de la réponse émotionnelle), la consigne « remplissez le questionnaire » LEACM/CRIS – Université de Lyon 52

L’impact émotionnel de notions politiques apparaît sur l’écran. Le sujet remplit alors le questionnaire correspondant. Lorsque le questionnaire est complété, le sujet le pose face contre table. Un écran blanc lui est présenté : le sujet attend le point de fixation suivant. Cette opération est renouvelée avec toutes les autres notions tests. Ordre de présentation des notions au sujet est le suivant : Rang Notion 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Liberté Gouvernement Election Guerre Démocratie Pouvoir Politique Citoyen Corruption Débat Parti politique Mensonge Connotation Score hédonique moyen ± écart-type Fréquence Positive Neutre Neutre Négative Positive Neutre Neutre Positive négative Positive Neutre Négative 4±2 5,5 ± 2,3 0,7 ± 1,1 7,5 ± 2,1 3,8 ± 2,3 3,8 ± 2,2 7,3 ± 1,9 1,2 ± 1,4 7 ± 1,9 5 ± 2,5 1,4 ± 1,5 13 21 19 47 29 40 39 4 18 60

Cet ordre a été établi en respectant les contraintes suivantes : ne pas présenter deux items positifs consécutifs et ne pas présenter deux items négatifs consécutifs.

Protocole Les items sont présentés sur un écran face au sujet dans un diaporama Power Point : écran blanc point de fixation « + » au centre de l’écran pendant x secondes item pendant une seconde consigne « remplissez le questionnaire » écran blanc point de fixation item etc.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

53

L’impact émotionnel de notions politiques 3.2.5. Les résultats 3.2.5.1.Les données verbales Notion Liberté Gouvernement Election Guerre Démocratie Pouvoir Politique Citoyen Corruption Débat Parti politique Mensonge Score hédonique 9,7 7,4 7 0,2 8,3 6 4,8 9,3 0,4 6,1 5,7 1,1 Emotion joie surprise joie peur joie joie aucune joie dégoût joie _ « satisfaction » colère Intensité de l’émotion 9,7 5,5 6,3 8,3 6,6 5,3 _ 7,5 6,1 5,4 _ 7,8

La figure 48 montre les scores hédoniques moyens associés aux notions.
Note 10 8 6 4 2 0 0,4 0,2 1,1 9,7 7,4 6,1 9,3 8,3 7 5,7 6 4,8

Evaluation hédonique (positif / négatif)

El ec tio n

ir

C ito ye n

ou ve rn em en t C or ru pt io n

G ue rr e

ng e

po lit iq u

Po uv o

M en so

G

Figure 48. Evaluation du caractère positif / négatif (caractère hédonique) des notions.

Les 3 notions « négatives » (corruption, guerre et mensonge) ont été évaluées comme très négatives par le sujet, avec les notes hédoniques de 0,2 pour guerre, 0,4 pour corruption et 1,1 pour mensonge. Ces notions ont été associées à des émotions négatives : de la peur pour guerre, du dégoût pour corruption et de la colère pour mensonge. Les 3 notions « positives » (citoyen, débat et démocratie) sont situées dans le registre positif par le sujet : citoyen et démocratie sont perçues très positives, avec les notes de 9,3 pour citoyen et de 8,3 pour démocratie ; débat est évalué plutôt positif avec la note de 6,1. Ces trois notions sont toutes associées à l’émotion de joie.

Pa rt i

Po lit iq

ue

e

LEACM/CRIS – Université de Lyon

54

L’impact émotionnel de notions politiques Les 3 notions « neutres » (élection, parti politique et pouvoir) sont situées dans le registre positif, avec les scores de 5,7 pour parti politique, 6 pour pouvoir et 7 pour élection. Ces notions sont associées à des émotions positives : de la joie et de la satisfaction. Les résultats obtenus concernant les notions connotées (négativement et positivement) sont en accord avec ceux obtenus sur le panel de 184 sujets. Pour ce qui est des notions « neutres », si le sujet les évalue de façon positive, ces évaluations restent cependant dans l’intervalle de variations défini par les écart-types. Ainsi, les réponses du sujet concordent avec celles du panel. 3.2.5.2.Les données physiologiques Les variations de trois paramètres neurovégétatifs ont été analysées quantitativement : les réponses en résistance électrique cutanée sont mesurées à travers l’indice temporel de la Durée de la Perturbation Ohmique (DPO), exprimé en secondes ; les réponses en température cutanée sont mesurées par le signe (positif ou négatif) et l’amplitude (au centième de degré Celsius près) de la variation ; les réponse en irrigation sanguine cutanée sont mesurées par le signe (positif ou négatif) et l’amplitude (au millième de milliwatt par centimètre par degré Celsius près) de la variation.

Les variations du potentiel électrique cutané ont été analysées qualitativement, par l’inversion du signe. Les variations de la fréquence cardiaque instantanée n’ont pu être analysées en raison d’artefacts importants dû à la position des électrodes lors des enregistrements.
Variations physiologiques moyennes associées aux notions
30 20
18,5 0,10 18,2

10 0 -10 -20
-0,18

15,7 0,02

Résistance électrique cutanée (DPO) Température cutanée

-30 -40
-0,33 -0,35

-0,25

Irrigation sanguine cutanée

Notions négatives

Notions positives

Notions neutres

Figure 49. Motifs de variations physiologiques associés aux notions regroupées selon leur connotation (négative, positive et neutre). Seules les variations en résistance cutanée (mesurées par l’indice temporel de la Durée de Perturbation Ohmique DPO) sont à l’échelle. Les variations de température cutanée et d’irrigation sanguine cutanée ont été multipliées par 100 pour pouvoir figurer sur le graphique. Les valeurs des variations sont exprimées dans l’unité de mesure de chaque paramètre : en secondes pour la résistance (DPO), en degrés Celsius pour la température cutanée et en milliwatts par centimètre par degré Celsius pour l’irrigation sanguine cutanée.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

55

L’impact émotionnel de notions politiques Les données recueillies montrent que les notions connotées (négativement et positivement) déclenchent des variations neurovégétatives quantitativement plus importantes que les notions « neutres » (Figure 49). Cela apparaît sur les trois paramètres neurovégétatifs analysés : la résistance électrique cutanée : les Durées moyennes de Perturbations Ohmiques (DPO) sont plus longues pour les notions négatives (m=18,5 s) et positives (m=18,2 s) que pour les notions neutres (m=15,7 s) ; la température cutanée : de fortes variations sont déclenchées par les notions négatives (m=+0,10 °C) et positives (m=-0,18 °C), alors qu’une faible variation est suscitée par les notions neutres (m=+0,02 °C) ; l’irrigation sanguine cutanée : de fortes vasoconstrictions (diminutions de l’irrigation sanguine cutanée) sont déclenchées par les notions négatives (m=-0,33 mW/cm.°C) et positives (m=-0,35 mW/cm.°C) ; une vasoconstriction d’amplitude moindre est déclenchée par les notions neutres (m=-0,25 mW/cm.°C).

-

-

LEACM/CRIS – Université de Lyon

56

CONCLUSION
Les trois axes de recherche explorés apportent des éclairages complémentaires sur les connaissances politiques. Le citoyen, être pensant politique, est interrogé à travers trois concepts cognitifs : les représentations sociales, le raisonnement et l’affectivité. Les recherches portant sur les représentations sociales politiques ont permis d’accéder au contenu de la représentation, ensemble organisé et hiérarchisé de jugements, d’attitudes et d’informations. Pour ce qui est de la dimension structurale (la représentation est un ensemble organisé), les éléments de la représentation ont été identifiés. Le « noyau central », élément stable qui assure la cohérence globale de la représentation, est constitué des termes "homme" et "pouvoir". Ces deux concepts sont donc le cœur de la représentation : la politique est faite par des hommes entre lesquels se jouent des relations de pouvoir. Les « éléments périphériques », considérés comme une « interface entre le noyau central et la situation concrète dans laquelle s’élabore ou fonctionne la représentation », se répartissent en plusieurs ensembles (selon leur fréquence et leur rang). Les éléments les plus fréquents réfèrent à des comportements humains et à la structuration politique. Les comportements humains sont « positifs » (ou moraux) avec les termes de "débat", "décision", "engagement", "démocratie", "vote" et "élection" et « négatifs » (ou immoraux) avec les termes d’"argent", "corruption", "magouille", "mensonge" et "démagogie". La structuration politique comporte les termes de "gestion", "lois", "état", "gouvernement", "président" et "parti". La dimension attitudinale (position évaluative vis-à-vis de l’objet de la représentation), et le niveau d’information détenu par l’individu à l’intérieur de son (ou ses) groupe(s) d’appartenance et à propos de l’objet "politique" sont surtout visibles à travers les éléments périphériques. Cette représentation politique résulte d’un ensemble de communications sociales (intra et intergroupes) qui permettent de maîtriser l’environnement (en orientant les conduites, telles que l’engagement politique, le vote, etc.) et de se l’approprier en fonction d’éléments symboliques propre à son ou ses groupes d’appartenance. Les travaux concernant la modélisation du raisonnement politique ont conduit à l’élaboration de différents outils tels que l’application de proverbes au domaine de la politique, la hiérarchisation de savoirs et la projection dans des scénarii relatifs aux élections. Ces outils sont appliqués aux différents composants du raisonnement : les postulats et autres prémisses (savoirs, croyances…) qui sont à l’origine du raisonnement, les règles d’inférences qui sont relatives à son déroulement et les règles de décision qui interviennent lorsqu’il y a lieu de trancher entre diverses conclusions plus ou moins contradictoires. Chacun de ces groupes d’éléments est susceptible de varier avec la personnalité et l’état cognitif de tout acteur politique. Plusieurs versions d’un questionnaire permettant d’appréhender ces différents constituants du raisonnement ont été élaborées. Elles ont été proposées à une population d’étudiants, dont les caractéristiques sont ainsi spécifiques, notamment en termes d’âge (jeunesse) et de niveau de formation (diplômes de 1er et 2nd cycles). Il est nécessaire de tester ce questionnaire auprès de populations diversifiées afin de relever et d’identifier les différences qui les distinguent. En effet, l’évaluation du raisonnement politique permet de situer l’individu à la fois par rapport à son ou ses groupes d’appartenance et aux autres groupes sociaux (professionnels, culturels, etc.). La poursuite de ces recherches permettra ainsi de caractériser un citoyen en tant qu’être pensant, et de déboucher sur une typologie.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

57

Les études menées sur l’impact émotionnel de notions politiques (190 notions testées) ont permis d’identifier la valence (positive, négative ou neutre) associée à chacune d’entre elles. Des nuances apparaissent selon le « niveau » (conscient / inconscient) de la réponse émotionnelle. L’évaluation consciente des notions (effectuée à travers les verbalisations) permet de distinguer trois groupes recouvrant différents champs lexicaux : les notions positives (23%) concernent les thèmes de la communication (notamment avec les termes de dialogue, échange, débat…), de l’action (avec les termes d’engagement, d’implication, de manifestation…), de la société (avec les termes de culture, école, citoyen, histoire…), des valeurs (avec les termes de liberté, parité, écologie…) et des objectifs (avec les termes de développement, évolution…) ; les notions négatives (15%) sont principalement relatives à la violence (avec les termes de guerre, terrorisme, insécurité…) et aux comportements humains négatifs ou immoraux (avec les termes de corruption, hypocrisie, mensonge, manipulation…), ainsi qu’aux différences sociales (avec les termes d’inégalité, d’élitisme…) ; le terme de politicien se classe également dans cette catégorie ; les notions neutres (majorité des notions – 62%) recouvrent divers thèmes, tels que la le compromis, le pouvoir, l’économie, les institutions, les fonctions (professions), les régimes politiques, le fonctionnement et les règles, la communication et les idées.

-

-

Les mesures comportementales de temps de réaction associées à ces mêmes notions viennent nuancer les observations. Les notions positives sont ici majoritaires (59%), les notions neutres représentent 32% des notions testées et les notions négatives constituent les 9% restant. Ainsi, les catégories « neutre » et « positif » apparaissent inversées par rapport au niveau conscient des verbalisations où la valence neutre domine largement. Pour les catégories négatives, les proportions de notions sont similaires avec les deux types de mesure. Les notions les plus politisées induisent un fort impact émotionnel ; il s’agit notamment de mots composés de l’un des termes suivants : "politique" et "électoral". Cet impact semble être négatif puisqu’en moyenne, les temps de réaction associés à ces notions très politisées sont très différents de l’ensemble des autres notions, à l’exception de celles qui sont évaluées très négativement au niveau conscient (registres de la violence, de l’immoralité et des différences sociales). La comparaison des niveaux conscient et inconscient montre aussi que parmi les notions associées aux temps de réaction les plus courts se retrouvent différentes catégories de notions évaluées comme positives par les sujets de manière consciente. Il s’agit des catégories de la communication, de l’action, des valeurs, de la société et des objectifs. La tâche de rappel montre que ce sont des notions très politisées qui sont les mieux rappelées. Ceci confirme le fort impact émotionnel qu’elles induisent. L’étude exploratoire basée sur la mesure des manifestations physiologiques déclenchées par certaines notions politiques permet de différencier les notions connotées positivement et négativement des notions neutres. En effet, les notions à valence négative et positive sont associées à des variations neurovégétatives quantitativement plus élevées que les notions neutres. Ainsi, l’impact émotionnel de notions politiques se reflète au niveau physiologique. La mesure de variations de paramètres du Système Nerveux Autonome s’avère pertinente pour étudier la charge affective des connaissances politiques. Une étude utilisant cette méthode menée sur un échantillon d’individus permettrait d’affiner ces premiers résultats.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

58

LEACM/CRIS – Université de Lyon

59

BIBLIOGRAPHIE
Abric, J.C. (1976). Jeux, conflits et représentations sociales. Thèse de Doctorat d’Etat de l’université d’Aix-en-Provence. Abric, J.C. (1987). Coopération, compétition et représentations sociales. Cousset : Delval. Atkinson, R.C. & Shiffrin, R.M. (1968). Human memory: A proposed system and its control processes. In K.W. Spence and J.T. Spence (Eds.), The psychology of learning and motivation, vol. 8. London: Academic Press. Barsalou, L. W. (1999). Perceptual symbol systems. Behavioral and Brain Sciences, 22, 577. Bloch, V. (1965). Le contrôle central de l’activité électrodermale : étude neurophysiologique et psychophysiologique d’un indice sympathique de l’activité réticulaire. J Physiol, 57, 1-132. Bonnet C. (1994). Modèles pour la description des tâches perceptives : l'analyse du signal. In R. Ghiglione et J.F. Richard (Eds) Cours de Psychologie, vol.4, Mesures et Analyses. Paris, Dunod. pp.274. Bresson, F. (1987). Les fonctions de représentation et de communication. J. Piaget, P. Mounoud, J.P. Bronkart (Eds.), Psychologie. Encyclopédie de la Pléiade, Gallimard. Brouillet, T., Syssau, A. (2005). Etude du lien entre l’évaluation de la valence et les réponses verbales dans une tâche de décision lexicale : les réponses oui et non sont-elles des réponses affectives ? In Revue canadienne de psychologie expérimentale, n° 59-4, décembre. Chambon, M., Gil, S., Niedenthal, P.M., Droit-Volet, S. (2005). Psychologie sociale et perception du temps : l’estimation temporelle des stimuli sociaux et émotionnels. In Psychologie Française, vol 50, n° 1, mars. Channouf, A. (2004). Les influences inconscientes : De l’effet des émotions et des croyances sur le jugement. Armand Colin, Paris. Chen, M., Bargh, J. A. (1999). Consequences of Automatic Evaluation: Immediate Behavioral Predispositions to Approach or Avoid the Stimulus. Personality and Social Psychology Bulletin, 25, 2, 215. Coquelle, C.(2002). Le psy et le politique : être soi, être citoyen. Sprimont (Belgique) : Mardaga. Damasio, A.R. (1994). Descartes’ Error. Emotion, Reason, and the Human Brain. A. Grosset/Putnam Books. Dittmar, A. (1989) Skin thermal conductivity in cutaneous investigation. In Leveque, J.L. (ed.), Health and Disease. Marcel Dekker INC, New York and Basel, pp. 323. Dixon, N. F. (1981). Preconscious processing. London: Wiley. Foreseen, (1999). La soif d’émotion : une recherche et un débat. Plon, Paris. Fowles, D.C., Christie, M.J., Edelberg, R. (1981). Publication recommandations for electrodermal measurements. Psychophysiology, 18, 232. Grunberg, G., Mayer, N., Sniderman, P. 2002). La démocratie à l’épreuve. Paris : Presses de Sciences Po. Lacey, J.I., Bateman, D.E., Van Lehn, R. (1953). Autonomic response specificity: an experimental study. Psychosom Med, 15, 8-21.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

60

Larsen, J.(2004). The case of automatic vigilance. In Emotion and cognition, vol. 18, n°11, November. Mairiaux, Ph. (1984). Indicateurs physiologiques de la charge mentale : leur utilité pour le médecin du travail. Arch Mal Prof, 45, 2, 101-110. Mayer, N., Perrineau, P.(1992). Les comportements politiques. Armand Colin, Paris. McGinnies, E. (1949). Emotionality and perceptual defence. Psychological Review, 56, 244251. Miller, G. (1959). The magical number seven plus or minus two: some limits of our capacity for processing information. Psychological Review, 63, 81. Moscovici, S. (1961). La psychanalyse, son image, son public. Paris : PUF. (2ème édition 1976). Naccache, L., Gaillard, R., Adam, C., Hasboun, D., Clémenceau, S., Baulac, M., Dehaene, S. and Cohen; L. (2005). A direct intracranial record of emotions evoked by subliminal words. PNAS, 102, 21, 7713-7717. Piéron, H. (1979). Vocabulaire de la psychologie. Paris, PUF (1ère Ed. : 1951). Robin, O. (1995). Contribution à l’étude de la douleur expérimentale chez l’homme. Thèse de Doctorat d’Etat en Odontologie, Université Claude Bernard, Lyon 1. Schwarz, N. (2000). Emotion, cognition, and decision making. Cognition and Emotion, 14, 433. Sniderman, P.M., Brody, R.A., Tetlock, P.E. (1991). Reasoning and Choice: Explorations in Political Psychology. New York: Cambridge University Press. Summers, J.(2005). L’impact émotionnel des concepts ″politiques″ et ses effets sur la formation des connaissances. Dossier de recherche, 3ème année de licence de psychologie, spécialité Modélisation des comportements, LEACM, Université Lumière Lyon 2. Vernet-Maury, E. (1987). Elaboration de critères objectifs et quantitatifs des réactions subconscientes ou émotionnelles. Contrat DRET 84/ 11155, Rapport de synthèse, 191 pages. Vernet-Maury, E., Robin, O., Dittmar, A. (1995). The Ohmic Perturbation Duration: an original temporal index to quantify electrodermal response. Behav. Brain Res., 67, 103-107.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

61

REALISATIONS DU LEACM DANS LE CADRE DU PROJET
Béal, A. (2004). 3ème année de licence de psychologie, spécialité Modélisation des comportements, Université Lumière Lyon 2. Costille, E. (2006). Sens émotionnel inconscient des mots du champ politique et son impact sur la construction de connaissances. 3ème année de licence de psychologie, spécialité Modélisation des comportements, Université Lumière Lyon 2. Denambride, A. (2005). Impact des émotions dans l’élaboration d’une représentation politique. 3ème année de licence de psychologie, spécialité Modélisation des comportements, Université Lumière Lyon 2. Ivanova, E. (2004). Dynamique des représentations sociales : Questionnement sur la transformation et la stabilité des représentations. 3ème année de licence de psychologie, spécialité Modélisation des comportements, Université Lumière Lyon 2. Onkere Kakoula, L.A. (2005). Elaboration d’un outil d’évaluation des connaissances en politique d’une population d’étudiants. Master 2 Recherche, mention Dimensions Cognitives et Modélisation des Comportements, Université Lumière Lyon 2. Puigcerver-Gibaud, C. (2005). Connaître les connaissances politiques : Représentation hédonique et mesure de la réponse «émotionnelle associée à des concepts appartenant au champ politique. Master 2 Recherche, mention Dimensions Cognitives et Modélisation des Comportements, Université Lumière Lyon 2. Summers, J. (2005). L’impact émotionnel des concepts "politiques" et ses effets sur la formation des connaissances. 3ème année de licence de psychologie, spécialité Modélisation des comportements, Université Lumière Lyon 2.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

62

ANNEXES

LEACM/CRIS – Université de Lyon

63

ANNEXE 1

GRILLE D’ENTRETIEN

SEMI DIRECTIF

Ce travail est réalisé dans le contexte d’une recherche en sciences humaines et porte sur le fonctionnement de notre société. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, c’est vraiment votre façon de percevoir les choses qui nous intéresse. Nous vous précisons que vos réponses sont confidentielles et traitées statistiquement.

Quels termes associez-vous au mot « connaissance » ? (Reformulation : Dites ce qui vous passe par la tête spontanément) Quels termes associez-vous au mot « politique » ? (Reformulation : Dites ce qui vous passe par la tête spontanément) Quels termes associez-vous au mots « connaissances politiques » ? (Reformulation : Dites ce qui vous passe par la tête spontanément) Qu’est-ce que la politique pour vous ? Si vous deviez expliquer à un jeune ou un étranger, la politique en France, comment lui expliqueriez-vous ? Relances éventuelles : le fonctionnement institutionnel les différences par rapport aux autres pays les grands principes (Vème République, élections, principes de gouvernement…) en prenant des faits d’actualité…

Vous avez cité tels et tels mots (les citer) lorsque je vous ai demandé « qu’est-ce que la politique pour vous » ? Pourriez-vous m’en dire plus ? Vous avez cité tels et tels mots (les citer) lorsque je vous ai demandé d’associer des mots aux connaissances politiques? Pourriez-vous m’en dire plus ?

LEACM/CRIS – Université de Lyon

64

ANNEXE 1

Estimez-vous avoir des connaissances en politique ? Relances éventuelles : si non, quelles personnes selon vous possèdent des connaissances politiques ? si oui, pensez-vous que tout le monde possède les mêmes connaissances politiques ?

Avez-vous des connaissances en politique parce que la politique vous intéresse ? Relances éventuelles : si oui, dans quelles mesures (pour quelles raisons, dans quelles occasions, à quelles fins ?) si non, pour quelles raisons cela ne vous intéresse pas ?

Si vous deviez vous positionner sur une échelle de connaissance 0 à 1O concernant la politique (0 aucune connaissance, 10 beaucoup de connaissance), où vous placeriezvous ? Si vous deviez vous positionner sur une échelle d’intérêt 0 à 1O concernant la politique (0 aucune intérêt, 10 beaucoup d’intérêt), où vous placeriez-vous ? Selon vous, connaître les hommes politiques (actuels du gouvernement en place, ou hommes politiques qui ont marqué l’histoire) est-ce une connaissance politique ? Selon vous, connaître les faits d’actualité, est-ce une connaissance politique ? Selon vous, connaître le fonctionnement institutionnel, est-ce une connaissance politique ?

Comment avez-vous acquis vos connaissances politiques ? Relances éventuelles : à quels moments de votre vie ? au contact de quelles personnes ? avez-vous, par exemple, eu des cours d’éducation civique à l’école ? Que pensez vous de ces cours ? comment actualisez-vous vos connaissances ? Où peut-on trouver des informations ? et vous, personnellement, où trouvez-vous des informations sur la politique ? Comment vous informez-vous ? (ex : TV, médias, presse…) Est-ce une démarche volontaire ?

LEACM/CRIS – Université de Lyon

65

ANNEXE 1

Comment utilisez-vous vos connaissances politiques ? Relances éventuelles : comment faites-vous pour choisir les personnes pour qui vous allez voter ? manifestez-vous ? avez-vous déjà pris part à des manifestations ? êtes-vous inscrit à un parti politique ? êtes-vous membre d’une association ? êtes-vous syndiqué ? parlez-vous politique avec votre entourage ? Dans quelles circonstances, avec quel(s) type(s) de personnes ?

Dernière question, est-ce que vous considérez que tout acte individuel doit être politisé, que la vie privée doit être régulée par l’état ? Par exemple, si je vous parle de la question de l’euthanasie : Considérez-vous que cela concerne le domaine politique ? Pour quelles raisons ? (demander justification de la réponse) Ou autre exemple, la question du mariage homosexuel ?

LEACM/CRIS – Université de Lyon

66

ANNEXE 2

ANALYSE

DES ENTRETIENS

NOVICES Contenu sémantique Occurrence

EXPERTS Contenu sémantique Occurrence

LE CHAMP « POLITIQUE » Ne possède pas de connaissances politiques Hommes politiques Partis politiques Gouverner Porte peu d’intérêt Lointain Etre concernés Pouvoir Magouille Il s’agit d’opinions plutôt que de connaissances politiques Election Lois Société Tabou Institutions Nécessite une formation, une information Liée à l’histoire Les connaissances sont liées à l’intérêt qu’on porte à la politique Décision Vaste Evolutif Démocratie 9 8 7 7 7 6 6 5 5 5 4 4 4 4 4 4 4 4 3 3 3 3 Démocratie Engagement Représenter la population Débats, discussions Rapports de force 3 3 3 2 2 Large 3 Histoire Connaissances liées à l’intérêt 3 3 Institutions 3 Opinions Election Lois 2 3 2 Tout le monde n’a pas de connaissances politiques Hommes politiques Partis politiques 2 3 3

LEACM/CRIS – Université de Lyon

67

ANNEXE 2

Sciences politiques Sociologie Droit La pratique amène des connaissances Tout évènement peut être politique LES MOYENS D’ACTION Moyens d’action par le vote Utilité des connaissances politiques pour avoir des discussions 6 4 Utiliser des connaissances politiques pour voter Utiliser des connaissances politiques pour débattre Utiliser les connaissances pour prendre position LES MOYENS D’INFORMATION La télévision La presse écrite L’école 6 5 4 Les journaux Les cours Des discussions La famille

2 2 2 2 2

3 2 2

3 2 3 2

LEACM/CRIS – Université de Lyon

68

ANNEXE 3

GRILLE D’ASSOCIATION D’IDEES
Ce travail est réalisé dans le contexte d’une recherche en Sciences Humaines. Vos réponses nous sont particulièrement précieuses. Nous vous précisons qu’elles sont anonymes et confidentielles, et qu’elles seront traitées statistiquement. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, c’est votre façon de percevoir les choses qui nous intéresse. Age : …… Sexe : … Niveau d’étude : Profession : ……………………………………… ……………………………………………….

Noter 5 mots que vous associez au mot politique : Parmi ces termes, quel(s) sont ceux que vous jugez positifs Parmi ces termes, quel(s) sont ceux que vous jugez négatifs : Nous vous remercions pour votre participation.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

69

ANNEXE 4

PREMIERE GRILLE
A/
A-1. 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9.

Lieux communs (réponse : oui/plutôt oui/ plutôt non / non)
Fiscaux Demandons plus à l’impôt et moins au contribuable. L’impôt tue l’impôt. Les grands travaux d’utilité publique doivent être payés par tous. Si l’Etat ne prélève pas assez d’impôts, ils ne donnent pas les moyens d’agir. Une faible imposition, c’est le secret de l’opulence des Etats. De chacun selon ses moyens. Une forte imposition prélude aux révolutions. L’évasion fiscale croit avec l’imposition. Supprimer un impôt ou une taxe simplifie la vie.

10. Réduire les impôts accroît la consommation. 11. Réduire les taxes accroît la consommation. 12. Il faut réduire la dette publique. 13. Il faut fiscaliser les allocations familiales. 14. Il faut supprimer le quotient familial. 15. Il faut déplafonner le quotient familial. A-2. Sur la loi 16. La loi du plus fort est toujours la meilleure. 17. La loi protège le faible contre le fort. 18. La loi est dure mais c’est la loi. 19. La loi est la même pour tous. 20. Nul n’est sensé ignorer la loi. 21. La France doit annuler les lois caduques. 22. La France doit faire un effort d’unification des lois de la République, concernant l’ALSACELORRAINE, la CORSE, les DOM-TOM A-3. Sur la liberté 23. Pour un renard dans un poulailler libre. 24. Pas de liberté pour les ennemis de la liberté. 25. Ma liberté s’arrête où commence celle des autres. A-4. Sur l’honnêteté 26. L’occasion fait le larron. 27. Pas vu, pas pris. 28. La fin justifie les moyens. A-5. A-6. Sur la duplicité 29. La main droite ignore ce que la main gauche fait. Sur l’hypocrisie 30. Ils ont les mains pures car ils n’ont pas de main.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

70

ANNEXE 4

A-7.

Sur le vote 31. Au premier tour, on choisit, au second on élimine. 32. Toujours voter utile. 33. Voter est non seulement un droit, mais aussi un devoir.

A-8.

Sur la justice 34. Tout accusé est présumé innocent jusqu’à ce qu’il soit prouvé qu’il est coupable. 35. Aucun coupable ne devrait être impuni. 36. Aucun innocent ne devrait être condamné. 37. Il nous faut bonne et prompte justice. 38. Il faut réduire les détentions préventives. 39. Il faut améliorer les prisons. 40. Il faut un meilleur suivi de l’exécution des peines. 41. Il faut réintroduire la peine de mort. 42. Le Président de la République ne doit plus présider le Conseil Supérieur de la Magistrature.

A-9.

Sur la communication 43. Bien faire et laisser braire. 44. Bien faire et le faire savoir. 45. L’important c’est de communiquer.

A-10.

Sur la paix et la guerre 46. Qui veut la paix prépare la guerre 47. Une mauvaise paix vaut mieux qu’une bonne guerre 48. La France doit réduire son armée.

A-11.

Sur les alliances 49. Les amis de mes amis sont mes amis. 50. Les ennemis de mes amis sont mes ennemis. 51. If yon can’t beat them, join them. 52. La main que tu ne peux couper, baises-la. 53. Pour manger avec le diable, il faut une longue cuiller.

A-12.

Sur le pouvoir 54. Le monarque n’a nul compagnon en sa majesté souveraine. 55. Le pouvoir est comme le poisson : il pourrit par la tête. 56. Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument. 57. Le prince que Dieu veut perdre, il le prive de conseil.

A-13. Sur la démocratie
58. La démocratie exige la vertu du peuple tout entier. 59. La démocratie est la pire forme de gouvernement, exceptées toutes les autres. 60. La démocratie, c’est le gouvernement du peuple, par le peuple. A-14. Bienfaits et méfaits 61. Les bienfaits doivent être modestes pour pouvoir être renouvelés longtemps. 62. S’il faut être cruel, que ce soit bref.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

71

ANNEXE 4

63. La fin justifie les moyens. A-15. Sur opportunité et opportunisme 64. Il faut battre le fer tant qu’il est chaud. 65. L’occasion fait le larron. 66. Pas vu, pas pris. 67. Ce n’est pas la girouette qui change de direction, c’est le vent. A-16. Division des risques 68. Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier. 69. Il faut toujours avoir deux fers au feu. A-17. Persévérance et détermination 70. On ne doit courir qu’un lièvre à la fois. 71. Voir loin et commander cour. 72. Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer. 73. Errare humanum est, sed perseverare diabolicum. 74. Il vaut mieux être fou qu’opiniâtre. A-18. Régionalisation 75. La régionalisation, c’est la politique plus près des gens. 76. La régionalisation facilite le contrôle des dépenses publiques. 77. La régionalisation favorise la corruption et le clientélisme. 78. La régionalisation encourage les égoïsmes locaux, et nuit à la solidarité nationale. 79. Les collectivités locales auraient moins besoin de subventions si la TVA sur les travaux publics était réduite. 80. Des référendums d’initiative populaire devraient permettre la reconfiguration et/ou la fusion de département au sein d’une région. 81. Des référendums d’initiative populaire devraient permettre la reconfiguration et/ou la fusion des régions. A-19. Immigration 82. Les immigrés viennent manger le pain des français. 83. Les immigrés acceptent les tâches que les français refusent. 84. Les immigrés paieront nos retraites. 85. Les immigrés enrichissent notre culture. A-20. Agriculture 86. La France peut nourrir 80 millions de personnes. 87. La France peut nourrir 100 millions de personnes. 88. Les subventions agricoles doivent être plafonnées par exploitation. A-21. Santé 89. Chacun doit cotiser et être remboursé selon les règles communes. 90. Chacun doit cotiser à sa convenance, être remboursé en conséquence. 91. Les hôpitaux exigent un renforcement de l’hygiène et l’asepsie.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

72

ANNEXE 4

A-22.

Politique financière 93. Les grands travaux d’utilité publique seront payés par leurs utilisateurs. 94. Les grands travaux d’utilité publique seront par l’impôt 95. Il faut réduire la dette publique. 96. Il faut supprimer les impôts et les taxes dont la perception est trop coûteuse. 97. Il faut supprimer les exceptions et dérogation. 98. Il faut encourager l’accès à la propriété.

A-23.

Contre le chômage 99. Il faut engager de grands travaux d’utilité publique. 100. Il faut réduire les allocations de chômage. 101. Il faut développer la formation professionnelle. 102. Il faut encourager le logement locatif.

A-24.

Politique énergique 103. Il faut développer les énergies renouvelables. 104. Il faut développer les carburants agricoles. 105. Il faut s’attaquer au traitement des déchets nucléaires. 106. Il faut relancer les études sur les sur-générateurs. 107. Il faut relancer la construction de centrales nucléaires nouvelle génération.

A-25.

Européenne 108. La France doit animer l’Union européenne. 109. La France doit demander l’extension de l’Union Européenne à de nouveaux membres. 110. La France doit demander le renforcement des solidarités entre membres de l’Union Européenne. 111. La France doit mieux appliquer les directives européennes. 112. Le parlement Européen devrait avoir deux Chambres : une Chambre des députés et un Conseil des Etats.

A-26.

Politique étrangère 113. La France doit animer la communauté euro-méditerranéenne. 114. La France doit participer à L’OTAN. 115. La France doit développer les institutions de la francophonie. 116. La France doit se retirer de la zone euro et revenir au franc. 117. La France doit mieux observer les traités internationaux. 118. La France doit conserver plus d’argent à sa politique étrangère. 119. La France doit transférer à l’Union Européenne certains secteurs de sa politique. étrangère.

B/ B-1.

Savoirs divers Classer par ordre d’importance - l’arrêté. - la constitution. - la loi. - le décret.

120. Classez par ordre d’importance

LEACM/CRIS – Université de Lyon

73

ANNEXE 4

121. Classez par ordre d’importance - l’Union Européenne. - la communauté urbaine ou commune. - la commune. - la France. - la région. - le département. 122. Classez par ordre d’importance - Le Premier ministre. - Le Président de l’Assemblée Nationale. - Le Président de la République. - Le Président du Sénat. - Le président du Conseil Economique et social. B.2. Nominations et élections (théorie) Choix « 1 parmi n » B-2. 1. Les maires sont : a. Elus au suffrage au direct. b. Elus par le les conseils municipaux. c. Tirés au sort. d. J’ignore. B-2.2. Le président de la République est : a. Elus au suffrage direct b. Elu par le Parlement c. Tiré au sort d. J’ignore. B-2.3. Le premier ministre est : a. b. c. d. B-3. Elu par le parlement. Le chef principal du principal parti au Parlement. Nommé par le président de la République. J’ignore. Elections : règles de décision a. Vous votez pour X, car ses qualités parlent pour lui. b. Vous votez pour Y, pour voir réaliser le programme de votre parti préféré. c. Vous vous abstenez. 127. Votre parti préféré hésite entre présenter A, plus honnête, et B, plus compétent. a. Vous penchez pour A. b. Vous votez pour B. c. Vous attendez.

126. A une élection, vous savez X plus honnête et plus compétent que Y, présenté par votre parti préféré :

LEACM/CRIS – Université de Lyon

74

ANNEXE 4

128. Votre candidat préféré X a été éliminé au premier tour ; la question se pose de voter pour Y, candidat sympathique d’un parti allié mais concurrent, parti qui répugne : a. Vous votez pour Y par discipline. b. Vous votez pour Y car il sympathique. c. Vous vous abstenez. 129. Votre candidat préféré (A) a été éliminé au premier tour ; la question se pose de voter pour B, candidat qui répugne d’un parti allié mais concurrent : a. b. Vous votez B par discipline Vous vous abstenez

130. De façon générale, votre vote va (1 réponse) a. Au candidat le plus compétent. b. Au candidat le plus honnête. c. Au candidat le plus efficace. d. Au candidat le plus jeune. e. Au candidat le plus expérimenté. f. Au candidat dont le programme vous plait. g. Au candidat du parti dont vous vous sentez proche. h. Au candidat le plus original. i. Au principal adversaire favori. j. Autre.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

75

ANNEXE 5

QUESTIONNAIRE VERSION 1

Vous allez participer à une étude qui porte sur des niveaux de connaissance de la société actuelle. Ce travail est réalisé dans le contexte d’une recherche en Sciences Humaines. Vos réponses nous sont particulièrement précieuses. Nous vous précisons qu’elles sont anonymes et confidentielles, et qu’elles seront traitées statistiquement. Il est important qu’elles soient les plus sincères possibles. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, c’est votre façon de percevoir les choses qui nous intéresse. Dans quelques mois, un document de synthèse sera mis à votre disposition ; il pourra être consulté sur des sites de laboratoires universitaires (LEACM, Université Lumière Lyon II, CIDSP / CNRS IEP de Grenoble, CERAT / CNRS IEP de Lyon). Prenez votre temps, ne revenez pas en arrière et n’utilisez pas de gomme. Vous devez répondre à toutes les questions. Nous vous remercions pour votre participation.

Identification Sexe Age  Homme  Femme  40-

 Moins de 20 ans  20-30 ans  30-40 ans 50 ans  50-60 ans  60-70 ans  Plus de 80 ans  Célibataire 0 1–2  En couple  Plus de 3

Quelle est votre situation familiale ? De combien d’enfants êtes-vous le tuteur ?

Quel est votre statut professionnel ?  Agriculteur exploitant  Artisan, commerçant et chef d’entreprise  Cadres et profession intellectuelle supérieure  Profession libérale  Technicien, profession intermédiaire  Employé  Ouvrier  Etudiant  Retraité  Autre sans activité professionnelle Veuillez sélectionner dans la liste ci-dessous votre tranche de revenus mensuels (le vôtre ajouté à celui de votre conjoint si vous vivez en couple) :      Moins de 1000 euros Entre 1500 et 2000 euros Entre 3000 et 4000 euros Entre 5000 et 7000 euros Supérieure à 10 000 euros     Entre 1000 et 1500 euros Entre 2000 et 3000 euros Entre 4000 et 5000 euros Entre 7000 et 10 000 euros

LEACM/CRIS – Université de Lyon

76

ANNEXE 5

Quel est votre niveau de formation ?  Aucun diplôme ou CEP  CAP, BEP ou équivalent supérieures

 

BEPC seul Baccalauréat 

Diplôme

d’études

Les questions suivantes portent sur la vie dans la société. Pratiquez-vous une activité sportive ?    Au moins une fois par semaine Au moins une fois par mois Moins souvent Au moins une fois par semaine Au moins une fois par mois Moins souvent

Allez-vous au cinéma, théâtre ou opéra ?    Lisez-vous la presse ?     Oui

A un rythme quotidien A un rythme hebdomadaire A un rythme mensuel  Non  Oui  Non

Avez-vous déjà voté ?

Etes vous actuellement inscrit(e) sur les listes électorales ? De quelle tendance politique vous sentez-vous le plus proche ?   Droite Partis thématiques   Gauche Aucune 

Ni droite, ni gauche

De quel parti politique vous sentez-vous le plus proche ? Droite  Centre National des Indépendants et Paysans (CNIP)  Citoyenneté Action Participation pour le XXIe siècle (CAP 21)  Droite Libérale-Chrétienne (DLC)  Droit de Chasse (DDC)  Énergies Démocrates  Forum des Républicains Sociaux (Forum)  Front National (FN)  Génération Ecologie - Les Bleus (GE)  Mouvement National Républicain (MNR)  Mouvement pour la France (MPF)  Union pour la Démocratie Française (UDF)  Parti Radical "valoisien" (PRV)  Rassemblement des Contribuables Français (RCF)  Rassemblement pour la France et l'Indépendance de l'Europe (Le Rassemblement) (RPF)  Restauration Nationale (RN)  Solidarités et Progrès (SP)  Union pour la monarchie  Union pour un Mouvement Populaire (UMP) LEACM/CRIS – Université de Lyon 77

ANNEXE 5

 

Aucun Autre

Gauche  Alternative Rouge et Verte (AREV)  Association pour une Gauche Républicaine (AGR)  Convention pour une Alternative Progressiste (CAP)  Initiative Républicaine (IR)  Gauche révolutionnaire La Commune  Les Alternatifs  Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR)  Lutte Ouvrière (LO)  Mouvement des Citoyens (MDC)  Mouvement Républicain et Citoyen (MRC)  Parti Communautaire National-Européen (PCN)  Parti Communiste Français (PCF)  Parti Néo-Socialiste (PNS)  Parti Radical de Gauche (PRG)  Parti Socialiste (PS)  Parti des Travailleurs (PT)  Les Verts  Aucun  Autre Ni droite, ni gauche  Arche démocratique nationale (ADN)  Mouvement Ecologiste Indépendant (MEI)  Parti de la Clérocratie  Pôle Républicain  Aucun  Autre Partis thématiques  Chasse, Pêche, Nature et Traditions (CPNT)  Mouvement Hommes Animaux Nature (MHAN)  Parti Blanc  Parti Fédéraliste (PF)  Parti Humaniste (PH)  Parti de la Loi Naturelle (PLN)  Parti du Plaisir  Aucun  Autre

LEACM/CRIS – Université de Lyon

78

ANNEXE 5

A.

a. Pour chacun des proverbes suivants, choisissez la signification qui vous semble la plus appropriée en cochant une seule case parmi les trois qui vous sont proposées. Exemple Pour exécuter de grandes choses, il faut vivre comme si on ne devait jamais mourir.  La réalisation des grandes choses réclame des efforts surhumains. ⌧L’appréhension de la mort limite l’esprit d’entreprise.  Les grands hommes travaillent pour l’éternité. La fin justifie les moyens.  L’outil est imposé par le problème.  Le but excuse les actions coupables commises pour l'atteindre.  Il faut être riche pour mener à bien un projet. Il faut toujours avoir deux fers au feu.  Il faut toujours engager plusieurs solutions.  Pour aller plus vite, le forgeron chauffe deux fers à la fois.  Le fer ne peut se travailler qu’en le chauffant. Pas vu, pas pris.  Si on ne voit pas, on ne prend pas.  Si personne ne nous voit, on peut enfreindre la loi.  Le qu’en dira-t-on prime sur la morale. Le pouvoir est comme le poisson, il pourrit par la tête.  Les dirigeants au sommet sont les plus corrompus.  Plus les personnes sont haut placées, plus elles ont tendance à s’affranchir des lois.  Le poisson commence par s’abîmer par la tête. Les ennemis de mes ennemis sont mes amis.  Je peux trahir mes amis avec leurs ennemis.  L’ennemi commun rapproche.  Je suis ami avec tout le monde. On ne doit courir qu’un lièvre à la fois.  Un chasseur doit poursuivre un seul lièvre s’il veut être sûr de l’avoir.  Il ne sert à rien de courir après deux lièvres, ils sont trop rapides.  Pour réussir, il ne faut pas se disperser. Pour un renard libre dans un poulailler libre.  Une liberté sans limite peut être catastrophique.  Les poules et les renards peuvent cohabiter.  Tout le monde doit être libre de la même façon. L’occasion fait le larron.  On ne résiste pas à la tentation.  C’est parce qu’on a une occasion de le faire que l’on commet un délit.  Sans chercher à mal faire, on ne résiste pas à une trop forte tentation. Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier.  Tous mis dans un seul panier, les œufs peuvent se casser.  En toutes occasions, il faut avoir plusieurs solutions.  Quand on a un petit panier il ne faut pas mettre toutes ses courses dedans. LEACM/CRIS – Université de Lyon 79

ANNEXE 5

Bien faire et le faire savoir.  Une action positive, c’est bien, mais c’est sa publicité qui permet son exploitation.  Si on veut faire quelque chose de bien, il faut en parler.  Si une action reste dans l’ombre, elle ne sert à rien. Il faut battre le fer tant qu’il est chaud.  Il ne faut abandonner un projet en cours de route.  Le fer rouge se travaille mieux.  Il faut se battre pour réussir. La loi du plus fort est toujours la meilleure.  Ceux qui sont forts ont toujours raison.  Le riche et le puissant savent toujours mieux ce qu’il faut que le pauvre.  La puissance prime sur la loi. Les loups ne se mangent pas entre eux.  Les loups ne sont pas cannibales.  Les puissants ne cherchent pas à se nuire mutuellement.  Les loups préfèrent se nourrir de brebis. L’argent n’a pas d’odeur.  Peu importe la manière dont on gagne de l’argent, ce qui compte c’est d’en avoir.  Une fois blanchi, on ne peut plus suivre la trace de l’argent.  Les billets ne sentent rien. On ne fait pas d’omelette sans casser d’œuf.  Il n’y a pas d’action, sans destruction.  Il faut briser la coquille pour cuisiner l’œuf.  On n’arrive pas à un résultat sans peine. Avec des « si » on mettrait Paris en bouteille.  Avec des hypothèses, tout devient possible.  On peut faire tenir une miniature de la ville de Paris dans une bouteille.  Paris est bien connu pour ses embouteillages. Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs.  Il faut faire les choses dans l’ordre pour y arriver.  C’est le bœuf qui tire la charrue, alors il faut le mettre en premier.  Il ne faut pas anticiper les résultats d’une action tant que celle-ci n’a pas eu lieu. Qui va à la chasse, perd sa place.  Qui s’absente est remplacé.  On ne peut pas être à deux endroits en même temps.  Qui veut mieux renonce à ce qu’il a. Il vaut mieux être fou qu’opiniâtre.  Il ne sert à rien de persévérer sur une idée si elle ne mène à rien.  La persévérance est réservée aux fous.  C’est mieux d’avoir des idées « farfelues » plutôt que de s’entêter sur une idée mauvaise. Un « tiens » vaut mieux que deux « tu l’auras ».  Posséder peu mais sûrement vaux mieux qu’espérer beaucoup sans certitude.  On peut espérer recevoir le double quand on nous promet quelque chose.  On est plus riche lorsqu’on possède un peu que lorsqu’on convoite beaucoup.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

80

ANNEXE 5

Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée.  Il faut prendre un parti dans un sens ou dans l’autre.  Une porte ne doit pas être entrebâillée.  Il ne faut pas faire les choses à moitié. Le mieux est l’ennemi du bien.  L’excédent de qualité peut être une erreur.  On court le risque d’abîmer ce qui est bien en voulant obtenir mieux.  Il faut se contenter de ce qu’on a. Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage.  Quand on en veut à quelqu’un, on l’accuse faussement.  Il est nécessaire d’euthanasier un chien qui a la rage.  Qui veut tuer son chien fait croire qu’il est enragé. Au royaume des aveugles les borgnes sont rois.  Les borgnes sont plus puissants que les aveugles.  Quand un roi est borgne, ses sujets sont aveugles.  Avec un mérite, un savoir médiocre, on brille parmi les sots et les ignorants. Bien faire et laisser braire.  Les autres peuvent toujours critiquer, cela ne nous atteint pas quand on sait qu’on a bien fait.  Il faut faire son devoir sans se préoccuper des critiques.  Il faut bien faire sans se soucier des commentaires des autres. Bien mal acquis ne profite jamais.  On ne peut se servir d’un bien qu’on a volé.  On ne peut pas faire des bénéfices lorsqu’une acquisition est mal faite.  On ne peut jouir en paix d’un bien obtenu par des voies illégitimes. Comme on fait son lit on se couche.  Il faut s’attendre, en bien ou en mal, à ce qu’on se soit préparé à soi même par sa conduite.  On dort bien si on a bien fait son lit.  Pour que quelque chose soit bien fait, il faut le faire soi-même. Qui a bu boira.  Qui commence à boire ne peut plus s’arrêter.  On ne se corrige jamais d’un défaut devenu une habitude.  Qui veut s’hydrater correctement doit boire. L’enfer est pavé de bonnes intentions.  Même en enfer, il y a des choses bien.  Dans les choses mauvaises, il y a toujours un peu de bien.  Les bonnes intentions ne suffisent pas si elles aboutissent à des résultats finalement négatifs. Il n’y a pas de fumée sans feu.  Tout incendie génère de la fumée.  Toute accusation comporte une part de vérité.  Tout accusé l’a bien cherché.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

81

ANNEXE 5

B. Pour ces mêmes proverbes, exprimez si, selon vous : 1. Ce proverbe s’applique à la politique en cochant une seule case parmi les quatre proposées : d’accord, plutôt d’accord, plutôt pas d’accord ou pas d’accord. 2. Ce proverbe devrait s’appliquer à la politique en cochant une seule case parmi les quatre proposées : d’accord, plutôt d’accord, plutôt pas d’accord ou pas d’accord. Proverbes Le mieux est l’ennemi du bien.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?
D’accord Plutôt Plutôt pas Pas d’accord d’accord d’accord

      

                         

                         

                          82

Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

La loi du plus fort est toujours la meilleure.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

La fin justifie les moyens.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

Il faut battre le fer tant qu’il est chaud.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

                 

Qui va à la chasse, perd sa place.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

Pas vu, pas pris.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

Il n’y a pas de fumée sans feu.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

Avec des « si » on mettrait Paris en bouteille.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

L’occasion fait le larron.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

Comme on fait son lit on se couche.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

Qui a bu boira.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

Les loups ne se mangent pas entre eux.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

LEACM/CRIS – Université de Lyon

ANNEXE 5

Proverbes On ne doit courir qu’un lièvre à la fois.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

D’accord

Plutôt Plutôt pas Pas d’accord d’accord d’accord

                             

                             

                             

                             

L’enfer est pavé de bonnes intentions.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

Il vaut mieux être fou qu’opiniâtre.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

L’argent n’a pas d’odeur.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

Au royaume des aveugles les borgnes sont rois.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

Il faut toujours avoir deux fers au feu.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

Bien faire et laisser braire.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

Le pouvoir est comme le poisson, il pourrit par la tête.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

Un « tiens » vaux mieux que deux « tu l’auras »
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

Bien faire et le faire savoir.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

On ne fait pas d’omelette sans casser d’œuf.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

Les ennemis de mes ennemis sont mes amis.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

LEACM/CRIS – Université de Lyon

83

ANNEXE 5

Proverbes Pour un renard libre dans un poulailler libre.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

D’accord

Plutôt d’accord

Plutôt pas d’accord

Pas d’accord

   

   

   

   

Bien mal acquis ne profite jamais.
Ce proverbe s’applique-t-il au domaine de la politique ? Ce proverbe devrait-il s’appliquer au domaine de la politique ?

Parmi l’ensemble de ces proverbes : 1. Cochez le proverbe qui s’applique le mieux au domaine de la politique selon vous :  Le mieux est l’ennemi du bien.  Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier.  La loi du plus fort est toujours la meilleure.  La fin justifie les moyens.  Il faut battre le fer tant qu’il est chaud.  Qui va à la chasse, perd sa place.  Pas vu, pas pris.  Il n’y a pas de fumée sans feu.  Avec des « si » on mettrait Paris en bouteille.  L’occasion fait le larron.  Comme on fait son lit on se couche.  Qui a bu boira.  Les loups ne se mangent pas entre eux.  On ne doit courir qu’un lièvre à la fois.  L’enfer est pavé de bonnes intentions.  Il vaut mieux être fou qu’opiniâtre.  L’argent n’a pas d’odeur.  Au royaume des aveugles les borgnes sont rois.  Il faut toujours avoir deux fers au feu.  Bien faire et laisser braire.  Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs.  Le pouvoir est comme le poisson, il pourrit par la tête.  Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage.  Un « tiens » vaux mieux que deux « tu l’auras »  Bien faire et le faire savoir.  On ne fait pas d’omelette sans casser d’œuf.  Les ennemis de mes amis sont mes amis.  Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée.  Pour un renard libre dans un poulailler libre.  Bien mal acquis ne profite jamais.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

84

ANNEXE 5

2. Cochez le proverbe qui devrait s’appliquer au domaine de la politique selon vous :  Le mieux est l’ennemi du bien.  Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier.  La loi du plus fort est toujours la meilleure.  La fin justifie les moyens.  Il faut battre le fer tant qu’il est chaud.  Qui va à la chasse, perd sa place.  Pas vu, pas pris.  Il n’y a pas de fumée sans feu.  Avec des « si » on mettrait Paris en bouteille.  L’occasion fait le larron.  Comme on fait son lit on se couche.  Qui a bu boira.  Les loups ne se mangent pas entre eux.  On ne doit courir qu’un lièvre à la fois.  L’enfer est pavé de bonnes intentions.  Il vaut mieux être fou qu’opiniâtre.  L’argent n’a pas d’odeur.  Au royaume des aveugles les borgnes sont rois.  Il faut toujours avoir deux fers au feu.  Bien faire et laisser braire.  Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs.  Le pouvoir est comme le poisson, il pourrit par la tête.  Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage.  Un « tiens » vaux mieux que deux « tu l’auras »  Bien faire et le faire savoir.  On ne fait pas d’omelette sans casser d’œuf.  Les ennemis de mes amis sont mes amis.  Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée.  Pour un renard libre dans un poulailler libre.  Bien mal acquis ne profite jamais.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

85

ANNEXE 5

C. Pour chacune de ces affirmations, indiquez en cochant une seule case si vous êtes d’accord, plutôt d’accord, plutôt pas d’accord ou pas d’accord avec celles-ci.
Plutôt d’accord Plutôt pas d’accord Pas d’accord Ne sait pas Ne souhaite pas répondre

Affirmations Aucun innocent ne devrait être condamné. La loi protège le faible contre le fort Réduire les taxes accroît la consommation. La France doit participer à l’OTAN La France doit transférer à l’Union Européenne certains secteurs de sa politique étrangère. Les grands travaux d’utilité publique seront payés par l’impôt Une mauvaise paix vaut mieux qu’une bonne guerre. Il faut améliorer les prisons. Chacun doit cotiser à sa convenance, et être remboursé en conséquence. L’évasion fiscale croit avec l’imposition. Il faut s’attaquer au traitement des déchets nucléaires. La France doit consacrer plus d’argent à sa politique étrangère. Les immigrés enrichissent notre culture. Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument. La France doit demander le renforcement des solidarités entre membres de l’Union Européenne. La régionalisation favorise la corruption et le clientélisme. Nul n’est sensé ignorer la loi. Les immigrés acceptent les tâches que les Français refusent. La régionalisation encourage les égoïsmes locaux, et nuit à la solidarité nationale. Les bienfaits doivent être modestes pour pouvoir être renouvelés longtemps. Il faut réduire la dette publique

D’accord

                    

                    

                    

                    

                    

                    

LEACM/CRIS – Université de Lyon

86

ANNEXE 5

Affirmations La France doit mieux appliquer les directives européennes. La démocratie est la pire forme de gouvernement, exceptée toutes les autres. Il faut développer les énergies renouvelables. La France peut nourrir 100 millions de personnes Voter est non seulement un droit, c’est aussi un devoir. Toujours voter utile. Il faut supprimer les impôts et les taxes dont la perception est trop coûteuse. La démocratie exige la vertu du peuple tout entier. La France doit animer l’Union Européenne. Tout accusé est présumé innocent jusqu’à ce qu’il soit prouvé qu’il est coupable. La régionalisation facilite le contrôle des dépenses publiques. Il faut réintroduire la peine de mort. Les immigrés paieront nos retraites. Les immigrés viennent manger le pain des Français. Il faut développer la formation professionnelle Il faut développer les carburants agricoles. La régionalisation, c’est la politique au plus près des gens. Si l’Etat ne prélève pas assez d’impôts, il ne se donne pas les moyens d’agir. Au premier tour, on choisit, au second on élimine. Ma liberté s’arrête où celle des autres commence. La France doit réduire son armée. Il faut réduire les allocations chômage.

D’accord

Plutôt d’accord

Plutôt pas Pas d’accord d’accord

Ne sait pas

Ne souhaite pas répondre

                     

                     

                     

                     

                     

                     

LEACM/CRIS – Université de Lyon

87

ANNEXE 5

Affirmations La France doit se retirer de la zone euro et revenir au franc. Les grands travaux d’utilité publique doivent être payés par tous. Réduire les impôts accroît la consommation. La France peut nourrir 80 millions de personnes. Chacun doit cotiser, et être remboursé selon des règles communes. La France doit mieux observer les traités internationaux. Il faut supprimer les exceptions et dérogations. Qui veut la paix prépare la guerre. Il faut réduire les détentions préventives.

D’accord

Plutôt d’accord

Plutôt pas Pas d’accord d’accord

Ne sais pas

Ne souhaite pas répondre

        

        

        

        

        

        

LEACM/CRIS – Université de Lyon

88

ANNEXE 5

B.

Pour chacune des trois séries suivantes, hiérarchisez chaque proposition en les numérotant. Exemple : 1 2 3 4 ⌧    ⌧    ⌧    ⌧    1. Série 1 : 1     2     3     1       1      4     2       3       2      4       3      5       4      6       5     

l’arrêté la constitution la loi le décret 2. Série 2 :

l’Union Européenne la communauté urbaine ou de communes la commune la France la région le département 3. Série 3 :

le Premier ministre le président de l’Assemblée Nationale le président de la République le président du Sénat le président du Conseil Economique et Social

LEACM/CRIS – Université de Lyon

89

ANNEXE 5

C. Pour répondre aux questions suivantes, cochez une seule case.
1. Les maires sont :  élus au suffrage direct □ élus par les conseils municipaux □ tirés au sort □ Je ne sais pas 2. Le président de la République est : □ Élu au suffrage direct □ élu par le Parlement □ Tiré au sort □ Je ne sais pas 3. Le Premier ministre est : □ élu par le Parlement □ Le chef du principal parti au Parlement □ nommé par le président de la République □ Tiré au sort □ Je ne sais pas

LEACM/CRIS – Université de Lyon

90

ANNEXE 5

D. Pour répondre aux questions suivantes, cochez une seule case.
1. A une élection, vous savez X plus honnête et plus compétent que Y, présenté par votre parti préféré : □ Vous votez pour X, car ses qualités parlent pour lui □ Vous votez pour Y, pour voir réaliser le programme de votre parti préféré □ vous vous abstenez 2. Votre parti préféré hésite entre présenter A, plus honnête, et B, plus compétent : □ Vous penchez pour A □ Vous penchez pour B □ Vous attendez 3. Votre candidat préféré X a été éliminé au premier tour ; la question se pose de voter pour Y, candidat sympathique d’un parti allié mais concurrent, parti qui vous répugne : □ Vous votez pour Y par discipline □ Vous votez pour Y car il est sympathique □ vous vous abstenez 4. Votre candidat préféré A a été éliminé au premier tour ; la question se pose de voter pour B, candidat qui vous répugne d’un parti allié mais concurrent : □ Vous votez pour B par discipline □ vous vous abstenez 5. De façon générale, votre vote va (cochez une seule réponse) : □ Au candidat le plus compétent □ Au candidat le plus honnête □ Au candidat le plus efficace □ Au candidat le plus jeune □ Au candidat le plus expérimenté □ Au candidat dont le programme vous plait □ Au candidat du parti dont vous vous sentez proche □ Au candidat le plus original □ Au principal adversaire du favori □ Autre

LEACM/CRIS – Université de Lyon

91

ANNEXE 6

SOCIETE : VOS

CONNAISSANCES

1. Sexe : □ Homme □ Femme 2. Année de naissance …………… 3. Vivez vous : □ Seul □ Avec d’autres personnes 4. De combien d’enfants êtes vous le parent ou le tuteur ? .......................... 5. Quel est votre statut professionnel ? □ Agriculteur exploitant □ Artisan, commerçant et chef d’entreprise □ Cadre et profession intellectuelle supérieure □ Profession libérale □ Technicien, profession intermédiaire □ Employé(e) □ Ouvrier □ Etudiant(e) □ Retraité □ Sans activité professionnelle □ Autre 6. Veuillez sélectionner dans la liste ci-dessous la tranche de revenus mensuels de votre foyer (tous revenus confondus) □ Moins de 1000 euros □ Entre 1000 et 1500 euros □ Entre 1500 et 2000 euros □ Entre 2000 et 3000 euros □ Entre 3000 et 4000 euros □ Entre 4000 et 5000 euros □ Entre 5000 et 7000 euros □ Entre 7000 et 10000 euros □ Supérieur à 10 000 euros 7. Quel est votre niveau de formation (si vous êtes titulaire de plusieurs diplômes, notez seulement le plus élevé) ? □ Aucun diplôme eu CEP □ BEPC □ Diplôme d’études supérieures □ Baccalauréat □ CAP, BEP ou équivalent 8. Participez-vous aux activités associatives ? □ Une □ Plusieurs □ Aucune 9. Pratiquez-vous une activité sportive ? □ Au moins une fois par semaine □ Au moins une fois par mois □ Moins souvent □ Aucune activité sportive 10. Allez-vous au cinéma, théâtre, ou opéra ? □ Au moins une fois par semaine □ Au moins une fois par mois □ Moins souvent □ Jamais 11. Quand vous cherchez une information, consultez vous (plusieurs réponses sont possibles) : □ La presse □ Internet □ Les informations télévisées 12. Lisez-vous la presse ? □ A un rythme quotidien □ A un rythme hebdomadaire □ A un rythme mensuel □ Jamais ou très rarement

LEACM/CRIS – Université de Lyon

92

ANNEXE 6

13. Etes-vous d’accord pour dire que les proverbes suivants s’appliquent aujourd’hui au domaine de la politique (Ne cochez qu’une seule case) ?
D’accord Plutôt d’accord Plutôt pas d’accord Pas d’accord

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12.

Il faut ne faut mettre tous ses œufs dans le même panier. La loi du plus fort est toujours la meilleure. Il faut battre le fer tant qu’il est chaud. Il n’y a pas de fumé sans feu. Avec des "si" on mettrait Paris en bouteille. Qui a bu boira. On ne doit courir qu’un lièvre à la fois. L’argent n’a pas d’odeur. Au royaume des aveugles les borgnes sont rois. Il faut toujours avoir deux fers au feu. Qui veut noyer son chien l’accuse de rage. On ne fait d’omelettes sans casser d’œufs.

□ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □

□ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □

□ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □

□ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □

14. Etes-vous d’accord pour dire que les proverbes suivants devraient s’appliquer à la politique(Ne cochez qu’une seule case) ?
D’accord Plutôt d’accord Plutôt pas d’accord Pas d’accord

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12.

Il faut ne faut mettre tous ses œufs dans le même panier. La loi du plus fort est toujours la meilleure. Il faut battre le fer tant qu’il est chaud. Il n’y a pas de fumé sans feu. Avec des "si" on mettrait Paris en bouteille. Qui a bu boira. On ne doit courir qu’un lièvre à la fois. L’argent n’a pas d’odeur. Au royaume des aveugles les borgnes sont rois. Il faut toujours avoir deux fers au feu. Qui veut noyer son chien l’accuse de rage. On ne fait d’omelettes sans casser d’œufs.

□ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □

□ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □

□ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □

□ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □

15. Parmi l’ensemble de ces proverbes, notez celui qui, à votre avis, s’applique LE MIEUX au domaine de la politique (indiquez son numéro).
………………………………………………………………………………………………………………………………...

16. Parmi l’ensemble de ces proverbes, notez celui qui DEVRAIT préférentiellement s’appliquer au domaine de la politique, selon vous (indiquez son numéro).
………………………………………………………………………………………………………………………………….

LEACM/CRIS – Université de Lyon

93

ANNEXE 6

17. Indiquez si vous êtes ou non d’accord avec les affirmations suivantes (ne cochez une seule case pour chaque affirmation).
D’accord Aucun innocent ne devrait être condamné. La loi protège le faible contre le fort. Réduire les taxes accroît la consommation. La France doit participer à l’OTAN. Une mauvaise paix vaut mieux qu’une bonne guerre. Il faut améliorer les prisons. Chacun doit cotiser à sa convenance, et être remboursé en conséquence. Il faut s’attaquer au traitement des déchets nucléaires. Les immigrés enrichissent notre culture. Les immigrés acceptent les tâches que les français refusent. La régionalisation encourage les égoïsmes locaux, et nuit à la solidarité nationale. L’avortement est une solution dans le cas de grossesses indésirées. Nul n’est sensé ignorer la loi. La France doit mieux appliquer les directives européennes Il faut développer les énergies renouvelables. La France peut nourrir 100 millions de personnes. Voter est non seulement un droit, c’est aussi un devoir. La démocratie exige la vertu du peuple tout entier. Toujours voter utile. Tout accusé est présumé innocent jusqu’à ce qu’il soit prouvé qu’il est coupable. Il faut réintroduire la peine de mort. La régionalisation facilite le contrôle des dépenses publiques. Les immigrés paieront nos retraites. Il faut développer la formation professionnelle. Il faut développer les carburants agricoles. La régionalisation, c’est la politique au plus près des gens. Si l’Etat ne prélève pas assez d’impôts, il ne se donne pas les moyens d’agir. Au premier tour, on choisit, au second on élimine. Ma liberté s’arrête où celle des autres commence. La France doit réduire son armée. Il faut réduire les allocations chômage. La France doit se retirer de la zone euros et revenir au franc. Réduire les impôts accroît la consommation. Il faut réduire les détentions préventives. Qui veut la paix prépare la guerre. La France doit mieux observer les traités internationaux. Chacunn doit cotiser, et être remboursé selon des règles communes. Plutôt d’accord Plutôt pas d’accord Pas d’accord Je ne sais pas

□ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □

□ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □

□ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □

□ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □

□ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □ □

LEACM/CRIS – Université de Lyon

94

ANNEXE 6

18. Classer l a série suivante par ordre de d’importance (du plus important au moins important) : A) l’arrêté, B) la constitution, C) la loi, D) le décret - Une seule réponse possible. □ CBAD □ BCDA □ DCBA □ Autres combinaisons 19. Classer les fonctions politiques suivantes par ordre d’importance (du plus important au moins important) : A) Le Premier Ministre, B) Le Président de l’Assemblée Nationale, C) Le Président de la République, D) Le Président du Conseil Constitutionnel, E) Le Président du Conseil Economique et Social - Une seule réponse possible. □ CABDE □ ACDBE □ EBDAC □ Autres combinaisons 20. Les maires sont (ne cochez qu’une seule case) : □ Elus au suffrage direct □ Tirés au sort □ Je ne sais pas □ Elus par les conseils municipaux

21. Le Président de la République est (ne cochez qu’une case) : □ Elu au suffrage universel □ Elu par le parlement □ Je ne sais pas 22. Le Premier Ministre est (ne cochez qu’une seule case) : □ Elu par le Parlement □ Nommé par le Président de la République □ Désigné par le chef du principal parti au Parlement □ Je ne sais pas 23. A une élection, vous savez le candidat X plus honnête et plus compétent que le candidat Y, Y est présenté par votre parti préféré (répondez en ne cochant qu’une seule case) : □ Vous votez pour le candidat X □ Vous votez pour le candidat Y □ Vous vous abstenez 24. Votre parti préféré hésite entre présenter le candidat A, plus honnête, et le candidat B, plus compétent ; vous décidez (répondez en ne cochant qu’une seule case) : □ Que vous voterez pour le candidat A □ Que vous voterez pour le candidat B □ Que vous attendez la décision de votre parti 25. Votre candidat préféré X a été éliminé au premier tour ; le parti du candidat X appelle à voter pour le candidat Y, d’un parti que bien que qualifié, vous n’appréciez pas : □ Vous votez pour le candidat Y □ Vous vous abstenez 26. Votre candidat préféré A été éliminé au premier tour ; le parti du candidat A appelle à voter pour le candidat B, candidat qui vous déplait foncièrement d’un parti allié : □ Vous votez pour le candidat B □ Vous vous abstenez 27. En général, votre vote va de préférence (cochez une seule réponse) : □ Au candidat le plus compétent □ Au candidat le plus honnête □ Au candidat le plus efficace □ Au candidat le plus jeune □ Au candidat le plus expérimenté □ Au candidat dont le programme vous plaît □ Au candidat du parti dont vous vous sentez proche □ Au candidat le plus original □ Au principal adversaire du favori □ Autre 28. Avez-vous déjà voté ? □ Oui □ Non □ Oui □ Non

29. Etes-vous actuellement inscrit(e) sur les listes électorales ?

30. De quelle tendance politique vous sentez-vous le plus proche ? □ Droite □ Extrême droite □ Gauche □ Extrême gauche □ Centre □ Partis thématiques (CPNT, MHAN, PF, PH…) □ Aucune

LEACM/CRIS – Université de Lyon

95

ANNEXE 7

Fréquences d’apparition des notions politiques issues des entretiens et des associations d’idées (évocations)
NOTIONS pouvoir parti politique gouvernement élection mensonge homme politique société argent loi décision vote corruption droite-gauche démocratie complexité président débat état engagement intérêt magouille citoyen gestion pays idée ministre démagogie télévision économie idéologie manipulation opinion assemblée nationale conflit dirigeant discours droit action fonctionnement influence média organisation république ennui manifestation monde FREQUENCES 60 47 40 39 29 26 25 24 23 22 22 21 20 18 17 17 15 15 14 14 14 13 13 13 12 12 11 11 10 10 10 10 9 9 9 9 9 8 8 8 8 8 8 7 7 7 NOTIONS conscience politique conseil conseil constitutionnel conseil d’état consensus consensus conséquence consigne construction contribuable coq costard cote de popularité courage courant coutume crédible crétin critiquer croissance économique croissance industrielle cynique décret défavorisé délicat désaccord désillusionné désintéressement détournement dévouement dialectique dichotomie discorde disparité nord-sud dispute documentaire domination droits de l’homme durée échiquier politique écoute efficacité effrayant égocentrisme égoïsme emmerde FREQUENCES 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

LEACM/CRIS – Université de Lyon

96

ANNEXE 7

peuple programme représentant sénat syndicat vie campagne électorale choix communauté communication histoire idéal information orientation politique promesse tendance politique abus actualité cité escroquerie Europe France gaullisme militantisme profit réglementation administration candidat chef compromis conseil municipal constitution diplomatie discussion école évolution extrémisme guerre hypocrisie importance institution journal langue de bois nation négociation parlement politicien population référendum stratégie structure système

7 7 7 7 7 7 6 6 6 6 6 6 6 6 6 6 5 5 5 5 5 5 5 5 5 5 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4 4

emploi enjeu enjôleur entreprise éphémère esprit essentiel États-Unis étrange exécutif Fabius façon de penser faction faim dans le monde fainéant filou finance flair foi fonction formation fraude fiscale futur galvaniser génération girouette globalité guide héro honnêteté humain idéalisme image négative immunité imposer imposition impossible impôt inaccessible inaction incompréhension indifférence indispensable individuel injuste intégration intellectuel intelligent intention interaction interlocuteur intime

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

LEACM/CRIS – Université de Lyon

97

ANNEXE 7

vieillesse ambition argument arnaque baratin civisme combat conviction député dialogue dictature division éducation élitisme groupe illusion implication maire majorité opposition parole politiser position préoccupation presse privilège projet réforme responsabilité vision abstention altruisme anarchie arrêté association attentat autorité bureaucratie capitalisme classe-sociale clivage cohabitation communisme consensus consultation contradiction conversation culture déception déclaration décret défense

4 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2

inutilité Irak juger Juppé Laguiller large Le Pen liberté limité litige loin lointain magazine maîtrise mandat marketing médiation meeting mentalité mépris mesquinerie mesure métier Mitterrand monarchie mondialisation morale motivation mouton mouvement nécessaire norme notoriété nuls obligatoire opprimer orgueil ouverture d’esprit panier de crabes pantin paramètre partenaire participative pas accessible pas confiance patron pauvre personnage personne personnel perspicacité philosophie politique

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

LEACM/CRIS – Université de Lyon

98

ANNEXE 7

développement devoir échange écologie Élysée évènement famille fascisme fonctionnaire grève guignol hiérarchie immigration impôt inégalité justice libéral liberté malhonnêteté message minorité objectif opacité ouvrier parité pétition planification préfecture principe rassemblement régulation répartition répression retraite révolution sciences politiques socialisme terrorisme tradition volonté abolition accord acteur adapté adhésion adversité affaire affrontement agenda aide amélioration anarchie

2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

point-de-vue polémique polis politique-étrangère politique-intérieure pollution populaire pot-de-vin pourri pression prévarication prévoir privatisation privé problèmes internationaux profession professionnalisation proposition protocole public publicité puissance quotidien radicalisme radio Raffarin rapport de force rebeller réflexion régime régir relation relations internationales religion repère représentativité ressource révolution rhétorique riche rigidité risible rivalité roi rôle rusé s’exprimer sacerdoce sacrifice personnel sans horizon Sarkozy science

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

LEACM/CRIS – Université de Lyon

99

ANNEXE 7

appartenance art articulation aspiration associé assumer assurance maladie attitude avancée avenir avis barbante bataille beau-parleur bénévolat besoin bilan bipolarisation blabla bourgeois budget Bush but caricature carrière cause centre charges fiscales charisme chercheur chiant Chirac chômage cinéma clan climat social code civil code électoral commandé concerné connard conquête

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

scrutin se battre se faire avoir secret sécurité sécurité sociale séduction sérieux service public SIDA sociologie sombre sondage spectacle suffrage sur-joué tabou théâtral tolérance traduction transcription transparence travail tribunal trop généreux us-et-coutumes utopie vague valeur validation vaste véreux ville vocation voyou conscience politique conseil conseil constitutionnel conseil d’état consensus consensus conséquence consigne

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1

LEACM/CRIS – Université de Lyon

100

ANNEXE 8

QUESTIONNAIRE

POUR L’EVALUATION HEDONIQUE DES NOTIONS POLITIQUES

Vous allez participer à une étude qui porte sur la connotation positive / négative de concepts de la langue française. Ce travail est réalisé dans le contexte d’une recherche en Sciences Humaines. Vos réponses nous sont particulièrement précieuses. Nous vous précisons qu’elles sont anonymes et confidentielles, et qu’elles seront traitées statistiquement. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, c’est votre façon de percevoir les choses qui nous intéresse. Prenez votre temps, ne revenez pas en arrière et n’utilisez pas de gomme. Vous devez répondre à chaque question. Nous vous remercions pour votre participation.

LEACM/CRIS – Université de Lyon

101

ANNEXE 8

Identification

Sexe  

Homme Femme

Age  moins de 20 ans  20-30 ans  30-40 ans  40-50 ans  50-60 ans  60-70 ans  plus de 80 ans Année de naissance

____

Quel est votre statut professionnel ?  Agriculteur exploitant  Artisan, commerçant et chef d’entreprise  Cadres et profession intellectuelle supérieure  Profession libérale  Technicien, profession intermédiaire  Employée  Ouvrier  Etudiant(e)  Retraité  Autre sans activité professionnelle Quel est votre niveau de formation ?  aucun diplôme ou CEP  BEPC seul  CAP, BEP ou équivalent  Baccalauréat ou brevet professionnel  Baccalauréat plus 2 ans  Baccalauréat plus 3 ans  Baccalauréat plus 4 ans  Baccalauréat plus 5 ans  Baccalauréat plus 8 ans

LEACM/CRIS – Université de Lyon

102

ANNEXE 8

Pour chacun des termes proposés, vous devez évaluer sa connotation positive / négative en positionnant un trait vertical sur l’échelle correspondante allant de « très négatif » à « très positif ». Il est important que vos réponses soient les plus spontanées possible. Vous devez évaluer chaque terme. abstention vote évolution argument homme politique syndicat intérêt candidat république projet consultation position décret parlement dirigeant nation éducation malhonnêteté grève idée
très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif

LEACM/CRIS – Université de Lyon

103

ANNEXE 8

abus combat volonté arnaque structure chef répression communisme programme électoral corruption population développement échange monde état majorité gestion parité institution action vision assemblée nationale

très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif

très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif

LEACM/CRIS – Université de Lyon

104

ANNEXE 8

stratégie choix représentant communication profit conversation hiérarchie politique planification démagogie ouvrier discussion minorité élitisme histoire maire famille information attentat régulation citoyen principe

très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif

très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif

LEACM/CRIS – Université de Lyon

105

ANNEXE 8

compromis culture hypocrisie organisation devoir militantisme droite-gauche loi ennui inégalité fonctionnement actualité tradition sénat cité insécurité réglementation complexité presse débat peuple député

très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif

très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif

LEACM/CRIS – Université de Lyon

106

ANNEXE 8

opposition association droit message engagement liberté fonctionnaire impôt argent vie campagne électorale idéal socialisme cohabitation réforme président déclaration pétition diplomatie opinion économie constitution

très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif

très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif

LEACM/CRIS – Université de Lyon

107

ANNEXE 8

média évènement justice gouvernement illusion administration système baratin responsabilité classe sociale promesse guignol pouvoir déception parole négociation conseil municipal école manifestation escroquerie dialogue journal

très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif

très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif

LEACM/CRIS – Université de Lyon

108

ANNEXE 8

France idéologie anarchie télévision bureaucratie retraite clivage rassemblement préfecture décision parti politique consensus dictature objectif écologie manipulation Europe langue de bois gaullisme immigration altruisme vieillesse

très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif

très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif

LEACM/CRIS – Université de Lyon

109

ANNEXE 8

autorité société civisme répartition conflit privilège conviction politicien démocratie orientation politique ministre Élysée magouille fascisme influence ambition science politique arrêté division terrorisme révolution communauté

très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif

très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif

LEACM/CRIS – Université de Lyon

110

ANNEXE 8

référendum contradiction préoccupation défense pays opacité discours élection mensonge extrémisme libéral groupe tendance politique guerre capitalisme implication

très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif très négatif

très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif très positif

Merci pour votre participation

LEACM/CRIS – Université de Lyon

111

ANNEXE 9

Répartition des notions politiques selon le temps de réaction moyen associé (en trois catégories : positive, négative et neutre)
Notions négatives "inconsciemment" (Evaluation consciente N = Négatif P = Positif)
droite-gauche Élysée orientation politique immigration Elitisme N Malhonnêteté N gaullisme capitalisme libéral langue de bois bureaucratie N altruisme Extrémisme programme électoral N tendance politique science politique Abstention N campagne électorale

Notions neutres "inconsciemment"
communisme militantisme parti politique argent consensus socialisme privilège Opacité Magouille Implication groupe conseil municipal Manipulation Guignol loi démagogie politique Fascisme Hypocrisie grève vieillesse fonctionnaire Arnaque Insécurité intérêt cohabitation Idéal administration baratin Inégalité Liberté Europe Ecologie Argument Civisme France dirigeant Terrorisme Guerre principe représentant clivage Education préoccupation Abus homme politique Ennui préfecture Dialogue Escroquerie Echange parlement média institution classe sociale vote autorité Droit Répression planification Evolution

N N

N N P N

P N N P N P

N N

N P N P

N N P N P P P P

LEACM/CRIS – Université de Lyon

112

ANNEXE 9

Notions positives "inconsciemment"
Histoire Message assemblée nationale fonctionnement répartition structure idéologie réforme arrêté gestion devoir Information rassemblement maire division Démocratie référendum discours actualité Mensonge Volonté élection décret Impôt négociation Manifestation cité presse complexité Développement Corruption réglementation Conviction Politicien Ecole contradiction gouvernement Dictature Parité position tradition état hiérarchie pétition communauté défense pays Famille économie Parole sénat P révolution P Engagement Objectif système organisation Peuple nation retraite Diplomatie minorité Idée P ministre opposition syndicat Projet P Anarchie justice influence Attentat N Monde P Conflit pouvoir Vie N évènement combat P député constitution candidat consultation P Débat N compromis Conversation P ambition N Action P Décision Culture responsabilité N journal P République majorité profit illusion société président Association Communication Déception P population Opinion P ouvrier déclaration Choix P Vision P Citoyen chef stratégie P télévision Discussion promesse P régulation P P P P

P

P N N P N P

P P P P P P

P P N P

LEACM/CRIS – Université de Lyon

113

ANNEXE 10

QUESTIONNAIRE – MOT n°:

1. Evaluez le caractère positif/négatif de ce mot en positionnant un trait vertical sur l’échelle suivante :

Je trouve ce mot très négatif

Je trouve ce mot très positif

2. Identifiez l’émotion que vous avez ressentie en lisant ce mot en entourant le terme qui vous semble le plus approprié parmi les 6 proposés : colère – dégoût – peur – tristesse – surprise – joie 3. Evaluez l’intensité de cette émotion en positionnant un trait vertical sur l’échelle suivante :

émotion très faible

émotion très forte

4. Notez ici vos remarques éventuelles : ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… ………………………………………………………………………………………… …………………………………………………………………………………………

LEACM/CRIS – Université de Lyon

114

ANNEXE 11

Exemple de tracé obtenu en réponse à l’inhalation de l’odeur 3 10 s

Fréquence cardiaque instantanée

Fenêtre temporelle de la réponse émotionnelle

Température cutanée

Irrigation sanguine cutanée

Potentiel cutané

Résistance / conductance cutanée

LEACM/CRIS – Université de Lyon

115